AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Sorry but you're not gonna get rid of me so easily... » | Owen && Kim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1115
Date d'inscription : 06/04/2014
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Caitlyn Louise Twain



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2696-i-have-a-dream-that-one-day-li
MessageSujet: « Sorry but you're not gonna get rid of me so easily... » | Owen && Kim   Sam 2 Juil 2016 - 21:49

Lundi 13.04.2015
Dans la matinée

« Bonnes vacances, profite bien ! »

Enzo était bien le seul à qui Kim faisait l’honneur de dire au revoir. Elle ne savait pas pourquoi ni comment, mais elle s’était attachée à ce sale gosse. Pas au point de trainer avec lui chaque jour, mais peu importait, elle tenait beaucoup à lui et  il était probablement le seul de toute l’école à savoir la faire rire.

« J’t’attendrai de pied ferme pour les Banana Split ! »

Et pour le match de basket. Et pour plein d’autres choses, probablement. Elle le laissa s’éloigner, saluer ses autres amis, s’approcher d’un gardien puis disparaître. D’abord Londres, puis Lakes – de bonnes petites vacances qu’il avait prévues là.

Ils ne l’avaient appris que quelques instants plus tôt, au petit déjeuner. Question de sécurité. Comme la dernière fois, tout compte fait. Mais cette fois-ci, Kim n’avait pas franchement prévu d’aller rejoindre sa famille aux States, elle ne saurait pas vraiment dire pourquoi. Elle sentait simplement qu’elle devait rester à Poudlard.

Elle se mit à l’écart et observa les au-revoirs des vacanciers, qui, les uns après les autres, transplanaient à leurs destinations respectives, accompagnés d’un gardien. Enfin, le Hall se vida et il n’y resta plus que les adultes chargés des déplacements et les quelques badauds, qui, comme elle, avaient assisté à la procédure. Après avoir échangé un regard entendu, les gardiens et professeurs commencèrent à s’en aller. Alors, elle mit son fauteuil en mouvement et s’approcha d’un homme qui, bien que pas spécialement grand, lui semblait au-dessus des autres.

« Bonjour, vous êtes bien Monsieur Dwayne Lancaster ? »

S’il savait à quel point elle détestait ça, devoir aborder des inconnus avec des demandes à leur faire. Elle avait toujours l’impression qu’on allait la juger.

« Oui ? »

Ses yeux verts braqués dans ceux de l’homme, elle paraissait sûre d’elle sans pour autant être arrogante, cachant sa crainte et sa détermination derrière un masque de confiance.

« Est-ce que je pourrais vous parler ? Enfin, rien d’urgent, hein. »

Et il lui donna rendez-vous à 13h30 dans son bureau.

Sa décision était réfléchie et mûrie depuis plusieurs temps. Elle voulait s’investir, et vraiment. Pour une future Auror, c’était la moindre des choses, après tout. Elle était restée plusieurs mois les bras croisés, pas réellement par choix, plutôt par absence de choix. Désormais, elle voulait s’engager aux côtés de Poudlard, et plus concrètement dans les rangs des Gardiens.

Si les récents événements y étaient pour quelque chose ? Sans aucun doute, oui. Ça avait été le hasard le plus total, mais le fait était qu’elle s’était faite empoisonner et qu’elle avait bien failli y laisser la peau, alors bien sûr que ça avait eu un impact sur son entrée en jeu. Mais ce n’était pas la seule raison pour autant. Devenir Auror, ce n’était pas un simple souhait, c’était un rêve, une ambition, une vocation, pour elle. Et elle en était capable.

Elle était capable de se défendre, de défendre sa famille, ses proches, le château. La loi, aussi, même s'il lui arrivait d’avoir du mal avec la loi et avec l’autorité. En fait, elle avait du mal lorsqu'on lui imposait des choses qu’elle ne trouvait pas justes. Or ici, ce n’était pas le cas. Alors oui, elle était prête à se mettre au service de Poudlard, tout comme elle était prête à se mettre au service du gouvernement lorsqu'elle en aurait la possibilité.

Lundi 13.04.2015
En début de soirée

Un chignon, un gros sweat noir, un vieux jeans. Le but n’était pas de plaire ni même de faire bonne impression. Enfin si, mais elle ne se rendait pas à un dîner romantique ou à une remise de diplômes. Si elle sortait ce soir, c’était pour son premier tour de garde. Elle n’attendait pas vraiment une attaque ou un quelconque signe de danger, mais elle avait enfilé des habits dans lesquels elle se sentait confortable. Comme d’habitude, en fait. Elle n’accordait de toute manière que très peu d’importance aux apparences, donc elle se contentait de porter des vêtements simples et pratiques.

Elle traversa la cour pavée. Le château et les environs étaient étrangement vides, maintenant que la plupart des jeunes – ainsi que quelques moins jeunes, d’ailleurs – étaient partis en vacances. Le couvre-feu n’était pas encore tombé, quelques groupes d’amis discutaient çà et là, adossés contre les colonnes alors qu’elle avançait dans les allées couvertes du parc en direction du pont. C’était là que Lancaster lui avait dit de se rendre pour 19h. Il devait être moins cinq, elle avait de l’avance car elle ne voulait se pas faire attendre dès son premier jour, mais son collègue était déjà là.

Homme, la trentaine bien qu’elle ne puisse pas distinguer ses traits avec précision à cause de la pénombre qui commence à s’installer, environ la même taille Lancaster. Une vague de stress déferla dans son esprit, mais elle en émergea rapidement, et s’approcha.

« Bonsoir. Je suppose que c’est moi que vous attendez… »

Elle avait aucune idée de la manière dont il avait été sollicité pour la jumeler, ignorait ce qu’il pouvait bien savoir d’elle, et il fallait avouer que cela la préoccupait un peu. Avait-il eu le choix ? Elle savait que cela ne changerait en rien sa détermination, mais elle ne pouvait s’empêcher de se demander à quel point il était là de son plein gré…

« Kim Collins. »

Et, prévenu ou pas, qu’il ne lui prenne pas l’idée de faire une remarque par rapport à son fauteuil.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: « Sorry but you're not gonna get rid of me so easily... » | Owen && Kim   Lun 11 Juil 2016 - 20:38

Lundi 13 Avril 2015 – En début de soirée
Sorry but you're not gonna get rid of me so easily...



Kim & Owen

Dans la matinée

« Même adresse que l’autre fois ? »
« S’il te plait, oui. »


Je ne peux pas m'empêcher de le regarder, sceptique, affichant un air sans doute un peu perplexe voir inquiet. Je n'ai pas tellement plus d'affect pour ce gosse que pour les autres mais je n'ai pas oublié ce qu'il s'est passé quand j'ai voulu le ramener au château en fin d'année dernière. Il s'est fait enlever sous mes yeux, sous les yeux de Kyle et de cet autre garçon dont le nom m'échappe. Est ce qu'il lui prend l'envie de retourner se jeter dans la gueule du Loup ? Enfin, d'un autre loup.

« Y a plus aucun danger. Pas … à ce niveau-là en tout cas. J’ai confiance. »
« Ok. »


A ce niveau là … Un niveau personnel, d'après ce que j'ai cru comprendre. Je n'ai pas cherché à en savoir réellement plus à vrai dire, ça ne me regarde pas même si j'ai du passer par la case infirmerie parce que le sortilège que l'homme qui l'a enlevé a lancé dans notre direction ce jour là m'a percuté en plein ventre. Je crois que c'est familial, alors s'il estime que c'est réglé, soit, sans parler de confiance, je vais simplement effectuer ma mission sans poser de question. Il est grand, j'imagine qu'il sait ce qu'il fait. Je sais surtout qu'Ismaelle ne le laisserait pas partir comme ça si elle le savait aller au devant du danger. Et je les ai vu se dire au revoir avant qu'il ne se pointe devant moi avec son sac et son chat dans une caisse de transport. Le danger, il est partout, on le sait tous ici. On sait aussi que certains sont plus fichés que d'autres … mais qu'en général ceux là ne veulent pas s'arrêter de vivre. Peut-on les en blâmer ? Ce gosse veut retrouver les siens, je ne serais pas celui qui l'en empêchera. Quelques secondes plus tard, on se retrouve dans une ruelle de Londres. Pas plus de cérémonie si ce n'est quelques mots échangés pour conclure.

« Passe le bonjour à Kyle de ma part. »
« Ça marche. Merci. »


C'est cordial, ça a longtemps été tendu mais ça n'est plus vraiment le cas. Une sorte de respect silencieux mêlé à de l'indifférence s'est instauré entre nous deux, je crois que ça va à tout le monde. Un dernier signe de tête, il s'éloigne, je retransplane au château pour poursuivre « l'évacuation » des élèves qui ont besoin d'aide pour ça.

#

Début de soirée

La journée n'est pas terminée, loin de là même. Ce soir je suis de garde, à l'extérieur, mais seul cette fois. En général, le plus souvent, je fais équipe avec James même si les duo tournent régulièrement. Lancaster gère les plannings, personne n'interfère là dedans et c'est très bien comme ça. J'ai l'air calme, stoïque, presque serein ou indifférent au monde qui m'entoure … La vérité est tout autre ou presque. Je suis énervé, chose que je ne montre pas. Lancaster, parlons-en, a décidé de me coller un élève dans les pattes ce soir. Je sais que James s'en acclimate, d'autres aussi, moi ça ne m'enchante pas du tout et je trouve ça … Disons que je respecte les décisions de mon supérieur hiérarchique mais ça ne veut pas dire que je suis d'accord avec tout. Pour moi c'est une connerie, mais soit. J'accepte. Non sans grincer des dents, certes.

19h à peine. Le château est d'un calme étrange depuis que les deux tiers au moins de ses habitants sont partis, pour deux semaines. Certains Gardiens ont pris congés, ça n'est pas mon cas et ça ne le sera pas non plus la semaine prochaine. Qu'est ce que j'irai faire à l'extérieur ? Voir mes parents et mes sœurs, oui, j'aurai pu. Passer voir la femme de Tony, aussi. J'ai choisi de rester ici, c'est comme ça. Il en faut bien de toute façon, je ne me sens d'aucune obligation familiale ou amicale en ce qui concerne les gens là dehors.
Le mouvement sur ma droite ne m'échappe pas, il s'agit d'une gamine probablement venue prendre l'air, qui ne voulait peut-être pas diner dans la Grande Salle à moitié vide. Je ne suis pas son père, le couvre-feu n'est pas encore en place. Qu'elle se balade si elle le veut, je ne suis pas baby-sitter. Ce que je n'avais pas prévu en revanche c'est qu'elle s'arrête à mon niveau. Je n'ai pas la moindre intention ni envie de faire la conversation, chose dont elle se rendra rapidement compte, d'autant que je n'ai pas que ça à faire.

« Bonsoir. Je suppose que c’est moi que vous attendez… Kim Collins. »

Oui, et ? Je suis à deux doigts de lui dire qu'il y a erreur sur la personne quand l'évidence me frappe finalement. C'est elle que j'attends … A vrai dire, j'ai déjà oublié son identité, bien qu'elle doit toujours se trouver quelque part dans ma mémoire vive, mais ça n'est pas ce qui m'importe. Ce qui m'importe, c'est que Lancaster m'a collé une gamine dans les pattes. Une gamine en fauteuil roulant, de surcroit.

« Apparemment. »

Si je suis en colère ? Oui. Est ce que ça se voit ou se ressent ? Je ne suis pas du genre à laisser entrevoir ce que je ressens réellement, les traits de mon visage restent en général plutôt neutre néanmoins la tension, elle, de manière générale, est bien souvent palpable. Néanmoins, malgré tout ça, malgré mon septicisme évident quant à la situation, s'il y a bien une chose que je respecte c'est l'autorité de mon supérieur hiérarchique et surtout les décisions qu'il prend. Alors oui, mon premier réflexe a été de retenir ces quelques mots : C'est une blague ? Mais je me dis que si Lancaster a fait ce choix, c'est qu'il y a pensé de manière approfondis. Ou alors il essaie de me passer un message, mais j'en doute, il est trop professionnel pour ça.

« D'après toi, t'es en mesure de ne pas être une gêne ? »

Le ton est neutre, pas agréable pour autant, de même que la manière dont je la regarde : De haut en bas.

« Qu'est ce que tu penses pouvoir apporter à cette garde ? »

Non, ça n'est pas un entretient, seulement en cas d'attaque j'aimerai savoir à quoi je vais devoir m'attendre. Je n'ai pas besoin d'un poids mort sur les bras.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1115
Date d'inscription : 06/04/2014
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Caitlyn Louise Twain



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2696-i-have-a-dream-that-one-day-li
MessageSujet: Re: « Sorry but you're not gonna get rid of me so easily... » | Owen && Kim   Mer 3 Aoû 2016 - 0:22

Elle détestait ça, aller vers les gens. S’il y avait bien une chose qu’elle n’était pas, c’était sociable. Elle pouvait être drôle, triste, bruyante, discrète, aimable, froide, attentive, indifférente… tout, sauf sociable. Elle préférait de loin la solitude à la foule, et, même s’il ne restait sur terre qu’elle et un inconnu, elle tendrait à vouloir rester seule plutôt que de faire connaissance et de se serrer les coudes avec lui. Mais elle n’était pas stupide pour autant, et elle savait très bien qu’il valait parfois mieux faire abstraction de ses préférences pour mieux pouvoir avancer. Alors, aujourd’hui, Kim sacrifiait ses habitudes de solitaire et sortait de sa zone de confort, bien décidée à tout donner pour se rapprocher de son objectif. Car avant de devenir Auror à part entière, il allait bien falloir qu’elle ait un mentor, et même si Gardien n’était pas forcément synonyme d’Auror, c’était pour le moment ce qui s’en rapprochait le plus et elle ne pouvait pas manquer cette occasion qui se présentait à elle. Malheureusement, son interlocuteur ne semblait pas apprécier ni même voir ses efforts et la toisait d’un air sans expression.

« Apparemment. »

Okay, ce n’était donc pas lui qui allait lui faciliter la tâche extrêmement difficile qu’était pour elle le fait d’avoir une conversation. Il allait falloir qu’elle prenne sur elle et qu’elle fasse un effort. Elle ne pouvait pas se contenter de se présenter puis plus rien, ça faisait vraiment la fille timide ou alors l’associable de service et ce n’étaient certainement pas des caractéristiques très valorisantes pour une apprentie Auror. La tension montait, elle le sentait, de même qu’elle sentait son cœur se mettre à battre plus vite et plus fort dans sa poitrine, mais elle ne détourna pas le regard pour autant et s’appliqua à garder un air calme, serein.

« J’ai parlé à monsieur Lancaster ce matin, je ne sais pas s’ils vous a… heu, transmis? quoi que ce soit ? »

En cet instant, c’était surtout ça, sa crainte principale. Au-delà de ce qu’il pourrait dire ou penser de sa présence à ses côtés, au-delà même de ce qu’il pouvait dire ou penser de son handicap, elle craignait qu’il puisse ne pas avoir été mis au courant. Parce que, très personnellement, Kim détestait ne pas être au courant de ce qu’on attendait d’elle, donc elle pouvait aisément imaginer qu’il le prenne mal.

« D’après toi, t’es en mesure de ne pas être une gêne ? »

Elle resta stoïque alors qu’il la regardait de haut en bas, comme pour la jauger. Il avait beau n’afficher aucune expression particulière, elle sentait qu’il y avait une sorte de dédain et de contrariété dans les yeux de l’homme, et elle n’aimait pas ça. Elle n’imaginait que trop bien ce qui pouvait se passer dans la tête du Gardien qui se voyait jumelé à une fille en fauteuil roulant, mais s’il avait un reproche à lui faire, elle aurait préféré qu’il le lui fasse ouvertement, plutôt que de lui poser une question à moitié rhétorique en la toisant ainsi.

« Oui. »

C’était un peu expéditif, comme réponse, mais pour le coup, elle ne voyait pas ce qu’elle aurait pu dire d’autre. « J’espère » ? Non, elle n’espérait pas, elle était certaine. « J’essayerai » ? Non, elle n’essayerait pas, elle ferait en sorte de ne pas être une gêne. « Ça dépend » ? Certes, ça dépendait de beaucoup de choses – à commencer par sa perception à lui de ce qu’était une gêne, sachant que la seule présence de Kim à ses côtés ne semblait pas l’enchanter – mais ce n’était pas franchement une réponse très intelligente. Alors voilà, son « Oui » voulait tout dire, c’était à la fois la pire et la meilleure réponse qu’elle pouvait lui fournir.

« Qu'est-ce que tu penses pouvoir apporter à cette garde ? »

C’était un interrogatoire ou quoi ? Non parce que ça en avait tout l’air, il ne manquait plus que la lampe de bureau dirigée sur elle et les fenêtres avec vitrage miroir sans tain. Elle prit quelques secondes pour réfléchir, s’appliquant à rester confiante. Que pensait-elle pouvoir apporter à cette garde ?

« Je peux me contenter d’observer, tout comme je peux participer de manière active – à vous de me dire ce que vous attendez de moi, je pense être capable d’exécuter les ordres que vous me donnerez. Si ce n’est pas le cas, alors je ferai en sorte d’y travailler. »

Elle espérait juste qu’il ne soit pas du genre à lui demander des choses ridicules pour la tester. Pour tester sa patience, son obéissance, ses limites… Qu’attendait-il d’elle ? Une dévotion aveugle, ou au contraire un esprit critique et un caractère affirmé ? Allait-elle devoir se transformer en soldat, en chien-chien, ou s’agirait-il de défendre son caractère ? Elle ne savait pas à quoi s’attendre concernant cette garde, et le fait qu’il lui pose la question n’était pas franchement pour la mettre à l’aise.

« Si j’ai demandé à m’investir dans la protection du château, c’est pour deux raisons principales. Premièrement, je pense pouvoir aider Poudlard – à mon échelle, bien sûr, mais j’estime que c’est mieux que rien. Et puis deuxièmement, je voudrais progresser, et ce autrement qu’en allant m’entraîner dans la salle du Club de Duels. »

Oui parce qu’elle ne deviendrait pas Auror en restant entre les quatre murs de sa chambre. Elle ne savait pas à quel point les gardes des Gardiens étaient mouvementées ou non, mais elle ne doutait pas une seule seconde qu’y participer serait pour elle une expérience sans pareille, et elle espérait que cela faciliterait sa recherche d’emploi une fois le moment venu. Bref. Maintenant, s’il voulait bien se présenter et lui donner un peu les grandes lignes de ce qu’ils feraient au cours de cette garde en binôme, elle lui en serait fort aise !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: « Sorry but you're not gonna get rid of me so easily... » | Owen && Kim   Ven 12 Aoû 2016 - 12:20

Est-ce que Lancaster m’a prévenu ? Oui. Et il a bien compris ma réticence mais sait également que je ne refuse jamais de suivre un ordre et c’est ce que c’était, bien qu’il y ait mis les formes. Il m’avait prévenu que j’aurai un élève en charge, pardon, en binôme pour ce nuit mais il ne m’avait pas dit qu’il s’agissait de la seule élève en fauteuil roulant de l’école. Qu’elle soit une fille, je m’en contre fiche, certaines sont bien plus efficaces que dix hommes réunis. Mais ça … Soyons sérieux cinq minutes, même si je veux bien admettre que la Magie permet bien des choses, même si je pousse ma confiance et ma tolérance jusqu’à un certain point, en cas d’attaque, comment est-ce qu’elle gèrera la situation ? Enfin bref, puisqu’elle est là, autant essayer de cerner un minimum le personnage. Pas la personne, d’elle au niveau personnel je m’en moque, mais ce qu’elle représente.

« Je peux me contenter d’observer, tout comme je peux participer de manière active – à vous de me dire ce que vous attendez de moi, je pense être capable d’exécuter les ordres que vous me donnerez. Si ce n’est pas le cas, alors je ferai en sorte d’y travailler. Si j’ai demandé à m’investir dans la protection du château, c’est pour deux raisons principales. Premièrement, je pense pouvoir aider Poudlard – à mon échelle, bien sûr, mais j’estime que c’est mieux que rien. Et puis deuxièmement, je voudrais progresser, et ce autrement qu’en allant m’entraîner dans la salle du Club de Duels. »

Regardez-moi bien. Aurais-je par le plus grand des hasards, oublié le fait que j’ai une tête de Maitre de Stage ? Je comprends néanmoins ces motivations mais qu’on vienne m’imposer ça me pose réellement problème. J’estime qu’on est en temps de guerre et que ça n’est pas le moment pour ça, mais soit.

« Plusieurs choses. Tu t’en rendras rapidement compte, la pédagogie c’est pas tellement mon truc. »

Et c’est peu de le dire, d’autant que je ne compte pas faire d’effort à ce niveau-là.

« Si ça ne tenait qu’à moi, aucun élève ne participerait à la protection du château. Pour moi, ça n’est pas votre place, peu importe vos capacités et votre vécu. »

Ça, c’est fait. Les bases sont posées, tout le monde est au clair avec son vis-à-vis et elle est peut-être entrain de se dire qu’on l’a collé avec le sociopathe du coin. Pourquoi Lancaster a fait ça, sincèrement ? Oui certains de ces gosses ont sans doute des capacités mais ils n’ont pas la formation qui va avec et ça n’est ni le lieu ni le moment de se transformer en centre de formation. Et certes, certains ont vécu des choses difficiles, ça les a sans doute renforcé, mais est-ce que ça en fait des soldats pour autant ? Non. Ce sont des gosses, ni plus, ni moins. On n’accepte pas de civile en armes sur le terrain, ici c’est la même chose. Pour moi c’est une aberration.

« Et autant que tu sois dans le cadre directement, il est fort probable qu’il ne se passe absolument rien cette nuit. Comme la majorité du temps. Il s’agit essentiellement de surveillance, il ne faut jamais relâcher sa vigilance pour autant parce qu’il suffit d’une seule fois. En toute circonstance tu dois être prête à réagir et c’est difficile de garder cette concentration autant de temps sans stimulation extérieur. D’autant plus quand on n’a pas l’habitude, et surtout la nuit. »

L’humain dans sa généralité n’est pas adapté à un rythme de nuit. Au bout d’un moment on s’habitue mais ça prend du temps, les premières gardes sont difficiles, elle s’en rendra rapidement compte par elle-même.
Maintenant, les faits sont là, on est coincés tous les deux ensemble jusqu’à demain matin – parce que non je n’irai pas à l’encontre des ordres de Lancaster – alors certes, je pourrais faire un effort mais je suis comme ça, à prendre ou à laisser, je ne la retiendrai clairement pas si ça ne lui plait pas et qu’elle préfère trouver quelqu’un d’autre. A côté de ça, je ne suis pas non plus un monstre et ne compte pas l’ignorer pour autant. Elle est là, c’est comme ça. Faisons avec.

« Tu peux me poser des questions si tu veux, je ferais mon possible pour y répondre. »

Le ton n’est toujours pas très avenant, c’est simplement ma façon d’être.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1115
Date d'inscription : 06/04/2014
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Caitlyn Louise Twain



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2696-i-have-a-dream-that-one-day-li
MessageSujet: Re: « Sorry but you're not gonna get rid of me so easily... » | Owen && Kim   Mer 14 Sep 2016 - 20:24

« Plusieurs choses. »

Attention captée. Kim plissa imperceptiblement les yeux, sans broncher et sans quitter le Gardien du regard, concentrée sur ce qu’il s’apprêtait à lui dire et comment. Il lui avait posé des questions puis l’avait laissée parler, c’était à son tour maintenant. Et il avait toute son attention. Son respect. Même s’il n’avait pas franchement l’air avenant et qu’elle ne connaissait rien de lui, elle se doutait bien qu’il n’était pas Gardien pour rien et qu’elle avait donc meilleur temps de ne pas prendre ça à la légère. Elle avait beau avoir un passé de petite morveuse insupportable et un sale caractère encore aujourd’hui, cela ne l’empêchait pas de savoir ce qu’était le respect et d’en faire preuve dans les règles de l’art quand nécessaire. Ceci dit, elle pouvait tout aussi bien se comporter comme une parfaite insolente vis-à-vis de personnes pourtant dignes de respect – même à ses yeux, aussi paradoxal que ce soit – mais en l’occurrence, ça n’était pas le cas et ça ne le serait pas tant qu’elle aurait des choses à apprendre de lui et qu’il ne s’y opposerait pas formellement.

« Tu t’en rendras rapidement compte, la pédagogie c’est pas tellement mon truc. »

D’accord : il n’était pas prof de DCFM. Mais cela ne voulait toujours pas dire qu’elle n’avait rien à apprendre de lui ni même qu’il refusait de lui apprendre quoi que ce soit, n’est-ce pas ? Après tout, tous les savoirs ne s’acquéraient pas forcément dans une salle de classe, et toutes les connaissances ne sortaient pas forcément de la bouche d’un prof ou de la page d’un livre. Alors elle hocha légèrement la tête, signe qu’elle avait entendu et enregistré l’info, mais il avait beau lui avoir affirmé qu’il n’était pas tellement un modèle de pédagogie, il ne l’avait pas envoyée paître pour autant et cela lui convenait.

« Si ça ne tenait qu’à moi, aucun élève ne participerait à la protection du château. Pour moi, ça n’est pas votre place, peu importe vos capacités et votre vécu. »

Ça, par contre, ça changeait la donne. Et elle ne pouvait pas nier qu’elle était piquée au vif. Pas question de montrer un quelconque signe d’offuscation, cependant, et elle s’appliqua donc à prendre sur elle. Après tout, il avait parfaitement le droit d’avoir son avis sur la chose, ainsi que ses arguments – tout à fait valables, à n’en pas douter – pour l’appuyer. Elle lui avait donné les siens, il en faisait de même à son tour, point. Il n’empêche que les entendre réveillait en elle une colère sourde. Elle n’était même pas une vraie "Poudlardienne", elle ne faisait même pas partie de ceux qui avaient un vécu particulier, mais elle se sentait rabaissée et discrédité. En son for intérieur, elle savait que les opinions de l’homme avaient parfaitement lieu d’être, mais elle ne pouvait s’empêcher d’être blessée par ses paroles.

Le point positif, c’était que ça ne voulait toujours pas dire qu’il refusait de la considérer comme son binôme. En réalité, il l’avait même déjà acceptée, mais tenait à rajouter son grain de sel histoire qu’elle sache à quoi s’en tenir avec lui, à quoi s’attendre de sa part. Il était franc avec elle, presque trop, espérant peut-être lui faire faire demi-tour, la décourager d’emblée, mais il aurait beau essayer, elle ne se dégonflerait pas. Si cela n’avait tenu qu’à lui, il n’aurait pas hésité une seule seconde pour la renvoyer au château, elle l’avait bien compris, mais il avait reçu un ordre et il n’irait pas à son encontre, et ça aussi elle l’avait bien compris. Donc malgré leurs différends, il allait bien falloir qu’ils acceptent la situation, et c’était peut-être dommage, aussi bien pour lui que pour elle, mais c’était comme ça et il ne leur restait plus qu’à faire avec. Il ne tarda d’ailleurs pas à reprendre, assumant le rôle qui lui avait été assigné, et elle continua à l’écouter sans l’interrompre.

« Et autant que tu sois dans le cadre directement, il est fort probable qu’il ne se passe absolument rien cette nuit. Comme la majorité du temps. Il s’agit essentiellement de surveillance, il ne faut jamais relâcher sa vigilance pour autant parce qu’il suffit d’une seule fois. En toute circonstance tu dois être prête à réagir et c’est difficile de garder cette concentration autant de temps sans stimulation extérieur. D’autant plus quand on n’a pas l’habitude, et surtout la nuit. »

Peut-être que cela lui ferait plaisir, ou peut-être que cela l’énerverait, elle n’en savait trop rien, mais c’était comme ça, elle avait du respect pour lui. Elle ne pouvait pas garantir qu’elle en aurait éternellement, mais pour le moment, c’était le cas et elle le lui montrait bien. Enfin, sauf s’il considérait qu’une telle attitude coulait de source, mais ceux qui connaissaient Kim savaient bien à quel point c’était faux puisqu’elle savait manquer de respect aussi bien voire mieux qu’en faire preuve et qu’elle ne s’en priverait pas, qu’il soit Gardien ou non. Pourtant, malgré cette sorte de mépris qu’il semblait ressentir vis-à-vis d’elle ainsi que vis-à-vis des élèves qui voulaient s’investir pour protéger Poudlard en général, mépris qui ne lui plaisait pas du tout soit dit en passant, elle l’appréciait. Pas personnellement, s’entend, mais disons que, connaissant son point de vue à ce sujet, elle appréciait sa capacité à prendre sur soi, son professionnalisme en quelques sortes. Donc oui, elle l’écoutait, le laissait lui dire ce qu’il avait à lui dire, et le notait.

« Tu peux me poser des questions si tu veux, je ferais mon possible pour y répondre. »

Elle hocha doucement la tête. Elle n’oubliait pas son amertume vis-à-vis de la plupart des remarques franches qu’il avait pu lui faire, mais elle ne lui en voulait pas pour son manque d’amabilité. Après tout, ça aurait été un peu l’hôpital se foutant de la charité : elle n’était pas franchement ce qu’on pouvait appeler un modèle de gentillesse. Et puis surtout, elle n’attendait pas de lui qu’il soit gentil avec elle. Elle n’attendait pas grand-chose de lui, au final. Qu’il l’accepte à ses côtés, même à contrecœur. Qu’il lui apprenne des choses, même involontairement. Rendre leur soirée en tête à tête plus agréable n’était finalement qu’une option.

« J’avoue que je ne dirais pas non à savoir qui vous êtes… »

Si tant était que ce n’était pas une information top secrète. Oui parce que si pour sa part elle s’était présentée directement, ce n’était pas le cas pour le Gardien. La seule chose qu’elle savait de lui était qu’il avait accompagné Enzo pour son départ en vacances.

« Et si c’est pas trop indiscret, vous faisiez quoi comme métier avant d’être Gardien à Poudlard ? »

Ce n'était sans doute pas à ce genre de questions qu'il s'attendait en lui assurant qu'elle pouvait lui en poser, mais même si ça n'avait rien à voir avec leur garde de cette nuit, cela l'intéressait bien de savoir un peu à qui elle avait à faire. Même si en réalité il lui avait déjà donné pas mal d'indices pour ce qui concernait son caractère...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Sorry but you're not gonna get rid of me so easily... » | Owen && Kim   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Sorry but you're not gonna get rid of me so easily... » | Owen && Kim
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» Everything's gonna be ok # ft Nora (Terminé)
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» ๑ This is the part of me that you're never gonna ever take away from me
» I just wanna live right now. Are you gonna be there for me? (Paxadee)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Outside :: Le Parc de l'Ecole. :: ─ Les allées le long du château :: ─ Le pont-
Sauter vers: