AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Where we're going - Sloane -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1931
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Where we're going - Sloane -    Mar 31 Mai 2016 - 21:41

- à toi de voir -

La douleur s’était faite fulgurante, zébrant sa vision, fendant son crâne en deux, irradiant dans sa mâchoire. L’homme tombait de la fenêtre, son père le rouait de coups, une lame se plantait dans son torse et les hurlements de Mack raisonnant là quelque part, dans le fond de sa tête.

L’étreinte de Logan était restée là un moment, enserrant ses souvenirs dans un étau glacial avant de le relâcher enfin, grelottant au sol, sans avoir même eu conscience d’avoir chuté à un moment donné. Le souffle court, les muscles pris de tremblements, il reprenait sensation du monde autour de lui. Le sol glacial, les courbatures, les os qui irradient, la présence de Logan non loin de là, au fond de la pièce froide. Mains au sol, il s’était redressé avec la sale impression que la salle entière tanguait sous ses bras.

« Il y a vraiment des choses qu’il va falloir que tu dépasses à un moment donné.. »
« Hilarant. Ton frère on en parle ? »

Il fallait avouer qu’il n’était pas tout à fait bien placé pour parler des choses à dépasser pour aller de l’avant, lui qui restait bloqué sur un certain nombre de choses de son passé. Et, oui, le ton du jeune homme était agressif. Ça faisait une bonne heure déjà qu’ils en étaient là. Il s’était pris coups sur coups, avait réussi à blesser quelques fois son cousin, mais en attendant, c’était toujours lui qui se trouvait au sol en peinant à retrouver sa respiration. Il faut dire que le coup de la légimencie … c’était un coup bas ! Et ça ne faisait que lui rappeler qu’il n’arrivait toujours pas réellement efficacement à repousser les attaques de son cousin. Encore moins lorsqu’il ne s’y attendait pas, comme ici.

« Et question angoisse de la souffrance des autres, t’en es où avec Aileen ? »
« … Faut vraiment que tu apprennes à fermer ton esprit toi.. »
« Sans blagues ! Et que j’me prépare aux pires tortures possibles si la taupe me met la main dessus, ce qui aurait probablement déjà dû arriver depuis des lustres ? »
« C’est l’idée. »
« Mon existence est réjouissante… »

Le ton était caustique de la part des deux hommes. Chacun savait ce qui était en jeu et l’humour noir était de plus en plus présent dans leurs échanges. La vérité, c’était que le jeune homme craignait profondément la suite des évènements à présent qu’il avait frôlé le drame. Son cas l’inquiétait sévèrement mais ce qui le bouffait viscéralement, c’était de savoir que d’autres pouvaient être pris à partis dans cette guerre. Leur sort le paralysait bien plus que le sien.

« Allé, on reprend. »

Les sorts s’étaient enchaînés. De plus en plus de magie noire, de plus en plus de coups bas, souvent contrés, généralement rendus. Logan avait volé, lui avait rendu la monnaie de sa pièce en l’envoyant valser au mur, glaçant son bras droit, manquant ainsi de lui faire lâcher son arme avant que le jeune homme ne réagisse et ne l’entaille profondément, lui faisant lâcher sa concentration quelques secondes. L’instant suivant, une myriade de poings semblaient s’enfoncer dans ses côtes, le frappant de toutes parts et l’envoyant au sol une nouvelle fois.
Il n’attendit pas pour se relever et se rua sur son cousin… avant de se prendre un coup violent à la gorge. Une forme humaine, dressée sur sa route apparu soudain avec ce petit sourire en coin qui le caractérisait tant. Grasham. Dissimulé depuis un moment, probablement. Il avait contré sa course par un violent coup à la gorge, balançant le jeune homme une nouvelle fois au sol, le souffle coupé et l’impression affreuse que l’on venait de lui broyer littéralement les voies respiratoires hautes.

Le son lui provenant de manière étouffée, il entendit non loin son cousin s’esclaffer et indiquer à son ami qu’il y avait plus sympa comme apparition. Il ne semblait ABSOLUMENT pas le penser. Loin de là. De toute évidence, ça le faisait beaucoup rire. Alec ; moins.
Entre deux réflexions amusées auprès de Tobias, il s’enquit tout de même de son état, d’une voix rieuse.


Au sol, crachant ses poumons, le Serpentard lui répondit d’un pouce levé, tentant de parler et lâchant une espèce de sifflement rauque et bruyant.

« C’est bon signe normalement. »

Grasham.

« Je pète le feu ! »

Tout l’inverse de ce que sa voix éraillée disait quoi.

Relevant le visage, respirant déjà mieux, le jeune homme eut la malheureuse surprise de voir Hoswell le fixer en contre plongée.

« Ah ouais… le but c’est donc vraiment de me tuer en fait. »
« Tu vois, tu parles, c’est que ça doit aller ! »
« Les elfes de maison vont en avoir marre de faire disparaitre des corps vous savez… Epargnez leur le mien.. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 296
Date d'inscription : 18/10/2015
Crédits : ELLAENYS
Double Compte : Aileen, Mack, Jayden & Dakota



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3467-m-sloane-hoswell-prof-de-sorti
MessageSujet: Re: Where we're going - Sloane -    Jeu 23 Juin 2016 - 22:56

Samedi 4 Avril 2015 : Alec R. & Sloane H.
Ces gosses allaient la rendre cinglée… Pas qu’elle n’aimait pas enseigner, au contraire, elle aimait particulièrement ça, même si certains jeunes l’exaspéraient au plus haut point. Sloane n’avait pas la réputation d’être une enseignante au grand cœur, loin de là même. Garce, antipathique, égoïste et hautaine… Autant d’adjectifs affectueux pour la qualifier, Sloane n’était pas dupe quant à l’opinion de ses élèves, mais comment leur en vouloir. Après tout, elle aussi jugeait bien souvent au premier regard, décelant les failles pour pouvoir agir et se protéger en cas d’attaque. Ils devraient apprendre à en faire de même, tous autant qu’ils étaient ! Le monde dans lequel ils évoluaient n’était plus aussi sécure qu’avant, certain l’avait compris d’autre vivait toujours dans une triste illusion de protection en ces murs, la chute n’en serait que plus brutale !

Naviguant dans sa salle de classe, Sloane s’affairait auprès des dixièmes années. S’il n’en tenait qu’à elle, la jeune femme aurait elle-même choisi les élèves qu’elle s’évertuait tant bien que mal à faire progresser. Ce constat était d’autant plus réaliste depuis qu’elle avait récupéré le poste de Magie Noire. Peu de personne voyait cette matière d’un bon œil. Dénigrée, mal vue, rejetée… la magie noire bénéficiait d’une réputation tout aussi mauvaise qu’elle ! Heureusement pour elle, quelques têtes sortaient du lot, et si elle ne le montrait que peu, elle prenait un malin plaisir à les pousser pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes quitte… à les surmener et être un peu trop exigeante.

- Je vous l’ai déjà dit Abberline… La magie noire n’est pas un jeu.

Celui-là ne faisait pas parti des « favoris », loin de là. Ce petit idiot prenait un malin plaisir à détourner les choses de façon stupide, une petite amusette qui lui tapait royalement sur le système… Si encore cet imbécile avait des prédispositions, mais non il était juste un cas désespérant et non désespéré… Le genre de gamin susceptible de vous faire péter un plomb. Et quoi de mieux qu’une action plutôt qu’un long discours ! Constatant le peu de réaction de l’étudiant, pire le peu de considération qu’il lui portait, l’enseignante avait soudé les lèvres de son élève à l’aide d’un sortilège informulé, avant de le forcer à se lever par un simple sortilège, n’omettant pas de l’afficher aux yeux de tous face à la classe qui étonnement avait retrouvé son calme.

- D’autres volontaires ?! Maintenant je vous conseille de ne plus faire de vague si vous voulez éviter de vous retrouver suspendu au milieu du lac !

Sloane voyait sa patience s’effriter depuis quelques minutes, que lui avait-on dit déjà ? Pas de châtiment corporel… Jetant un coup d’œil à l’élève qu’elle avait littéralement muré dans le silence, la jeune femme avait souri, chose rare, certes, mais sourire quand même.

- Abberline, vous resterez après les cours. Vous en profiterez pour me rédiger douze parchemins sur l’intérêt de la Magie Noire dans notre monde actuel. Le tout en silence bien sûr.

Notez l’ironie… En silence ! Qu’elle est bonne ! Pour marquer le coup, l’enseignante n’avait pas manqué de le faire recommencer… Deux fois prétextant une mauvaise calligraphie la première fois, et… le manque d’investissement lors de la seconde tentative. Lorsque la « retenue » fut terminée, elle se délesta de sa présence, sans même prendre le temps de défaire le sortilège. Il n’aurait qu’à expliquer à Grasham ou Wargrave, le pourquoi du comment. Oui elle était garce, et prenez même un malin plaisir à ça !

La fin de journée approchant, Sloane s’était rappelé de la demande de son collègue. Elle détestait ce petit con arrogant ! Ce gamin avait un tel potentiel gâché par un caractère puéril et extrêmement irritant ! Oui, la belle blonde parlait effectivement du plus jeune des Rivers… Et si la perspective de lui coller une raclée n’était pas aussi jouissive, jamais l’enseignante n’aurait accepté de s’impliquer dans cette démarche. Faisant son entrée dans la salle de duels, la jeune femme avait constaté les dégâts… Alec au sol, manquant de s’asphyxier, un coup d’œil rapide alors qu’elle constatait la présence de Grasham également.

« Ah ouais… le but c’est donc vraiment de me tuer en fait. »
« Tu vois, tu parles, c’est que ça doit aller ! »
« Les elfes de maison vont en avoir marre de faire disparaitre des corps vous savez… Epargnez leur le mien… »

Sans réelle considération pour Alec, la jeune femme avait porté son attention sur les deux hommes déjà présents en profitant pour les saluer et d’échanger quelques banalités avec Tobias.

- Cessez donc de geindre comme une adolescente Rivers. Debout avant que je n’vous cloue au mur pour de bon cette fois !

Se tournant vers Logan, l'enseignante se demandait encore pourquoi elle avait accepté de venir jouer à ce petit jeu !

- Quel est le programme ? Si tu comptes vraiment le supprimer... laisse moi au moins le privilège de donner le coup de grâce.

Adorable je vous dis ! Et le pire, c'est qu'elle plaisante à peine !


Dernière édition par M. Sloane Hoswell le Mer 3 Aoû 2016 - 11:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1931
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Where we're going - Sloane -    Ven 24 Juin 2016 - 19:23

L’apparition de Grasham lui avait coupé le souffle, à tous les sens du terme. L’homme était apparu, comme ça, dans le vide, sans aucune raison. Il avait vu le coup une fraction de seconde avant de sentir la douleur fulgurante le prendre et son expiration mourir dans une espèce de gargouillis étrange. Retombant lourdement au sol, c’était cynique qu’il avait repris la parole et ce, avant de découvrir une nouvelle arrivante. Définitivement, ils voulaient sa peau. Restait à savoir si cette affirmation était à prendre au sens littéral du terme ou pas. Bien sûr, son cousin ne lui voulait pas de mal et ça, il le savait parfaitement mais parfois son excès de zèle frôlait à la persécution !

- Cessez donc de geindre comme une adolescente Rivers. Debout avant que je n’vous cloue au mur pour de bon cette fois !

Un grognement était sorti de sa gorge. Insulte sympatique. Il pouvait passer pour des séquelles des coups qu’il venait de prendre mais bien sûr, cette manifestation était surtout due à un surplus de rage qui ne demandait qu’à s’exprimer. Entre le combat et ses interventions à elle… disons que se contenir n’était pas toujours très simple.
Pourtant, il s’était mis debout, fulminant d’autant plus, se sentant comme un bon petit toutou docile. Mais il savait. Il savait que ce qui se passait là n’était pas contre lui. Il savait qu’il avait déjà faillis y passer et que sa cicatrice avait en ce moment même tendance à le chatouiller, comme pour se rappeler à sa présence. La magie fait des miracles, il en était un. Mais elle pouvait être traitresse, cruelle et illusoire comme en témoignaient les trois personnages dressés devant lui. Si cette scène se déroulait, elle était issue de la terreur de Logan. Il avait peur de causer sa perte et à raison, Alec lui en voulait bien assez pour ça. Ils ne pouvaient rien y faire pourtant, la machine meurtrière était en marche, elle avançait, grondante, telle un monstre sournois prêt à tout broyer sur son passage, quels que soient les dommages collatéraux…

- Quel est le programme ? Si tu comptes vraiment le supprimer... laisse moi au moins le privilège de donner le coup de grâce.
« Oh non merci, mais s’il y a de la famille à supprimer, je m’en occuperai moi-même, question de principe. »

Le regard d’aigle du directeur s’était braqué dans celui de son cousin qui répondit à la bravade par une grimace significative. Pour les autres, il craignait simplement les dires de Logan, pour eux, c’était simplement une manière de se parler. Il savait parfaitement ce à quoi l’enseignant de DCFM faisait allusion et s’ils n’en parlaient pas, il pouvait deviner à quel point son passé pouvait le bouffer au quotidien. Il avait tué son frère pour sauver ceux qui en valaient la peine dans cette école et à présent chacun de ses choix semblaient se retourner contre lui les uns après les autres. Entraînant plaies et misère dans leur sillage. A quand le premier mort de son entourage proche ? A quand la chute ? A quand la trahison ?

Sans prévenir, un sortilège informulé avait fusé, prenant Alec de court. Pourtant, cette fois, il avait sut le contrer, le renvoyer et tenir le duel contre son cousin. Mais proche de sa gauche se profilait une ombre. Un coup avait fusé, puis un autre. Garder les deux en conscience, ne pas se laisser déborder, ne pas…
Il était à nouveau au sol, impacté par un choc qui lui avait forcément pulvérisé la mâchoire. Il ne pouvait en être autrement.

Crachant du sang sur le sol froid il s’était redressé pour jeter un regard mauvais aux trois enseignants, découvrant le petit sourire de Logan.

« Le programme est simple Sloane : Améliorer ses capacités. De gré ou de force. »

Un rire mauvais était sorti de la gorge du jeune homme qui se redressait péniblement en s’appuyant sur le mur de pierre.

« C’est drôle, ça me dit quelque chose… »
« Peut-être qu’un jour nous nous trouverons tous à nous crever les yeux les uns les autres en enfer.. »

Avait-il répliqué en fixant son cousin avec un petit sourire navré. Il s’agissait là d’une phrase typique de son père à lui. Paraphrasée par le sien. L’ironie de la situation était notable.
L’instant suivant, il contrait une droite de Grasham, bloquait le coup suivant.. et sentait son avant bras vibrer sous la force du choc. Ne tenant rien, il se prenait l’impact, percutant le mur derrière lui alors que l’enseignant reculait en lui jetant un regard qui semblait dire « si tu lâches déjà… dans quel état seras-tu à la fin du cours ? ».
Cette question l’inquiétait un peu, en effet.

« J’ai peur d’être trop indulgent envers lui.. »

Cette fois, le Serpentard éclatait clairement de rire. Quoi ? Ça n’était pas une blague ?? Non parce que ça en avait sérieusement l’air. Et puis son regard avait croisé celui de l’enseignante de magie noire.
Et il se dit qu’il allait vraiment, VRAIMENT passer un sale quart d’heure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 296
Date d'inscription : 18/10/2015
Crédits : ELLAENYS
Double Compte : Aileen, Mack, Jayden & Dakota



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3467-m-sloane-hoswell-prof-de-sorti
MessageSujet: Re: Where we're going - Sloane -    Mer 6 Juil 2016 - 12:21

Le plus jeune des Rivers n’avait pu contenir un gémissement qu’elle avait rapidement interprété comme une réponse à sa petite remarque. Remarque tout à fait puérile, autant l’admettre, mais en général, auprès du garçon cela avait au moins le mérite de le faire réagir au quart de tour… Elle pouvait aisément concevoir que se prendre un coup était douloureux, mais elle n’était plus cette mère attentionnée. Trop d’eau avait coulé sous les ponts et sa carapace était devenue bien trop épaisse pour qu’elle ne montre des signes d’attachement. Alors elle se montrait froide, impassible et cassante, une façon de montrer son intérêt pour l’autre sans prendre le risque de trop en dévoiler.

« Oh non merci, mais s’il y a de la famille à supprimer, je m’en occuperai moi-même, question de principe. »
- Dommage, mais je respecte ça…  Après tout, la famille c’est sacrée !

Ironie quand tu nous tiens ! Sloane n’avait jamais été très proche de sa famille. Rapidement émancipée, elle ne les avait plus revus et avait définitivement coupé les ponts après le décès accidentel de son fils. Un échange de regards entre les Rivers, beaucoup de non-dits qu’elle ne se donnerait même pas la peine d’interpréter. La suite avait été divertissante au possible, un duel avec du répondant puis une nouvelle chute. Le combat était déloyal, et c’était peine perdu mais Alec avait au moins le mérite de se défendre et c’est ce qu’elle appréciait mine de rien chez lui. Même si c’était un sale con foutrement agaçant ! Au même titre que son cousin cela dit !

« Le programme est simple Sloane : Améliorer ses capacités. De gré ou de force. »
- Je vois…

Simple, net, précis… Que dire de plus, la belle se doutait bien qu’en venant ici, elle ne resterait pas spectatrice – chose qu’elle n’aurait pas appréciée au passage – et l’idée bien que dérangeante pour certain n’était pas pour lui déplaire. Après tout, elle aimait donner des ficelles à ceux qui en valait la peine et s’ils réussissaient à l’endurcir un peu plus… Alors elle aurait rempli sa mission.

« J’ai peur d’être trop indulgent envers lui.. »

Un rire… alors que le Serpentard se remettait de sa dernière correction, l’enseignante n’avait fait que sourire en regardant Logan. Indulgent était peut-être un mot un peu fort quand on voyait l’état dans lequel il était déjà, mais elle entendait bien sa demande. Entrons dans la danse puisque M. le Directeur le demande si explicitement.

- Après la théorie, un peu de pratique… Voyons ce que vous avez retenu de ce matin.

Sa baguette avait glissé le long de sa main, elle s’était à peine avancée, profitant d’une minute d’inattention pour agir. D’abord, jouer sur l’environnement pour le rendre instable et inhospitalier. L’atmosphère s’était alourdi, plus étouffante pour qui ne saurait pas distinguer le vrai du faux. Puis Sloane avait lancé un sort informulé contre le jeune Rivers, le privant peu à peu de ses sensations les plus primaires, le déstabilisant sûrement. La privation sensorielle pour arme, elle savait l’angoisse que cela pouvait provoquer pour l’avoir déjà expérimenté. Elle avait cru devenir folle lorsque sa vision s’était voilée, que les sons avaient disparu à leur tour et que sa peau avait perdu toute sensibilité. Ces sensations avaient été d’autant plus horribles lorsque l’inverse s’était imposé à elle. Violentes et abrutissantes illusions qu’elle imposait à son tour à Alec. Flash aveuglant, distorsion de la réalité, illusions auditives. Les attaques semblaient l’oppresser de partout, sans arrêt. Violence psychique pour contrebalancer avec les violences physiques de la gente masculine ici présente. Rien n’était réel pourtant, elle jouait juste avec ses nerfs, afin de pervertir l’esprit.

- Passez au-dessus Rivers ! Apprendre à distinguer le vrai du faux !

Si le but des deux hommes était peut-être de l’endurcir, son but primaire n’était pas vraiment la violence gratuite. Si la finalité était le faire progresser, autant lui donner des clés sans pour autant relâcher la pression. L’instant suivant, la jeune femme intensifiait ses sortilèges, le laissant aveugle, mais jouant avec les illusions sonores, se servant de ses angoisses profondément ancrées pour créer des voix qui circulent, le frôlent, le caressent et l’entourent. Des voix familières, sa propre voix, des reproches, des rires, des cris, des pleurs. D’un geste de baguette, Sloane avait jeté un sortilège offensif contre Alec, lui donnant l’illusion que des centaines de pattes fourmillaient sur sa peau devenue plus sensible, comme des aiguilles qui vous frôlent et vous piquent.

- La violence ne sert à rien les garçons… L’attaque la plus perverse est dans la tête !

Cette petite pique était directement adressée aux deux hommes avec un fin sourire. Elle ne relâcherait rien, c’était à lui de passer outre, de se sortir de cette angoisse… Car après tout, tout était dans sa tête !

- Ah et je suis d’accord avec toi Logan, tu étais peut-être trop indulgent avec lui !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1931
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Where we're going - Sloane -    Jeu 7 Juil 2016 - 21:36

- Dommage, mais je respecte ça…  Après tout, la famille c’est sacrée !

Il était assez ironique de remarquer que la même grimace caractéristique s’était dessinée sur le visage des deux Rivers. Chacun saisissaient le comique naissant d’une telle déclaration. Là se mêlaient leur passé dans une famille abusive, narcissique et sévèrement dérangée mais également le passé que Logan partageait avec Sloane et dont Alec avait conscience. Quel beau mélange ! Il ne s’était d’ailleurs rendu compte qu’à cet instant d’à quel point sa situation face aux trois enseignants était quelque peu malcommode. Désespérée. Oui, c’est ça le terme. Logan était dur avec lui, tout autant que leur père l’avaient été avec chacun d’entre eux. Il connaissait ça, il savait les raisons qui poussaient son cousin et les acceptaient. Il avait connaissance de la situation et savait parfaitement que chaque coup reçus à présent étaient faits pour lui permettre d’avoir quelques chances plus tard. Le pote de Logan n’avait rien contre lui mais Sloane… Sloane avait une relation toute particulière avec leur directeur et il doutait un peu de ses bonnes intentions. Quel est le superlatif de : je vais passer une soirée de merde et cette nuit mon cerveau coulera par mes oreilles ??

« Le programme est simple Sloane : Améliorer ses capacités. De gré ou de force. »
- Je vois…
« Là je suppose que c’était le « de gré » ? »
« C’est ça. »
« Outch. »

Alec était déjà en sang, déjà fatigué par la séance qu’il avait subi et qu’il avait naïvement pensé tendre vers sa fin. Erreur totale. Il était en sous nombre et, oui, bien sûr, il avait parfaitement compris qu’à vrai dire : il n’avait aucune chance, nada, zéro pointé. Et c’était bien le but. Que faire si un jour cela lui arrivait ? Que faire s’il se trouvait seul face aux Supérieurs, eux et leurs tortures, eux et leurs questions. Que faire s’il n’y avait que lui entre eux et ses proches ? Un instant, il avait vu cette problématique dans les yeux de son cousin. Cette angoisse, cette peur sourde qu’il se trouve dans cette situation qu’il avait lui-même expérimenté. Dans quel état finirait-il ? Saurait-il faire les bons choix ? Y en avait-il alors seulement un ? Quand Logan était remonté des souterrains, il avait dû faire un choix qu’il souffrait chaque jours durant et pourtant, sans lui, combien auraient périt ? Il ne serait probablement pas là à cracher ses poumons, c’était une certitude. Alors, oui, il encaissait, il se relevait et il attaquait, il se défendait, encore et encore, parce qu’il n’avait pas d’autres choix pour avancer. Et parce qu’on lui avait apprit à ne pas lâcher.

« J’ai peur d’être trop indulgent envers lui.. »

Alors ça semblait aberrant. Oui, il semblait déjà à bout, oui, il semblait insensé d’être traité ainsi par quelqu’un. Pourtant, d’un point de vue extérieur, Logan était capable d’une telle dureté que cela ne semblait pas su absurde. Pourtant il ne faisait ça que parce qu’il tenait à lui et le jeune homme le savait.

Cette fois les coups avaient un sens.

Et s’il se battait quand ils n’en avaient pas, il donnait tout quand ils étaient justifiés.

Alors, oui, il souriait, il riait, il paraissait mauvais, mesquin. Mais ça n’était pas le cas. Après tout, il revenait toujours de lui-même. Enfin… s’il n’y passait pas. Parce que malgré toutes ses bonnes certitudes, parfois, un léger doute s’insinuait.

- Après la théorie, un peu de pratique… Voyons ce que vous avez retenu de ce matin.

Il l’avait entendue pourtant. Il l’avait vu, avait entraperçu ce regard. Mais trop occupé à esquiver les coups de grasham, il n’avait pu qu’envoyer un sortilège bien vite dévier. Et déjà, le monde s’effondrait.

Wait a minute. Ils avaient fait quoi ce matin déjà ? Gosh…

Ou comment passer au cran supérieur quand on ne pensait pas que c’était possible.
L’atmosphère était devenue lourde soudainement, comme concentrée par quelque chose de mauvais, de malsain. Comme une brume empoisonnée tombant sur ces villes moldues, comme si celle-ci était… comment disent-ils ? à couper au couteau. Voilà. Ses poumons semblaient presque se contracter à y être en contact. La main serrée contre sa baguette, il restait face à ce lieu où l’enseignante devait être mais, déjà, près de lui, des mouvements se faisaient sentir. Grasham ? N’attendant pas que quoi que ce soit lui tombe dessus, il était passé à l’offensive. Une onde de choc avait traversé la brume, percutant de force tout ce qui pouvait se trouver sur son passage tandis qu’il enchaînait avec de quoi déclencher de forts vents. Pas bien convainquant, surtout que les ombres se faisaient menaçantes autour de lui et, bientôt, il fut convaincu que les contours qu’il distinguait autour de lui n’avaient plus rien de familier. Il inventait les décors. Ainsi, ses sens le trompaient… super.

Ça pouvait être pire.
Bien pire.

Les ombres avaient disparu soudainement, comme tout le reste. Son monde avait disparu avec sa vision. Lâchant un hoquetèrent de surprise, il referma sa prise sur son arme, sentant ses mains commencer à trembler. La vue est le premier sens sur lequel l’espèce humaine s’appuie pour se diriger. Soudainement privée d’elle, son instinct purement primaire de proie explosait en lui. Il se sentait à vue, en danger, incapable de se défendre.

Qu’est-ce qu’ils disaient ?
Open onde for a different view
And nothing else matters.

L-O-L !

Gorge serrée, il avait failli lâcher un cri d’épouvante en sentant son ouïe le lâcher à son tour. Il sentant ses muscles partir en débâcle, faisant trembler ses membres de manière incontrôlée. D’instinct, il se rapprocha du sol, sûr d’avoir un meilleur appui. Peut-être qu’ainsi, il tomberait de moins bas. Logiquement, il avait eu la logique de rester face à elle, de ne pas trop s’éloigner, s’il tapait dans les environs, il y avait une chance qu’il la touche au passage. Avant de perdre le reste. Les sorts étaient partis. Enfin, du moins avait-il sentis la puissance glisser le long de son bras avant de quitter son corps via son arme. La suite ? Alors là…

Il entendait son cœur battre à tout rompre, sentait chaque centilitre de sang passer dans ses artères, cogner sur les parois de son aorte, à peine ralentir dans ses capillaires, irriguant au possible muscles et cerveau alors que, doucement, la sensation de la baguette dans sa main disparaissait.

« La privation de sensation fait partie des tortures classiques, la prochaine étape c’est quoi ? On enferme les élèves dans une pièce blanche pour les entraîner ? »

Il faisait le mariole mais… il ne savait même pas s’il avait réellement réussi à parler, s’il n’avait ni marmonné ni hurlé et, surtout, il n’avait qu’une envie : hurler, fuir. Sans ses sens, la deuxième option n’était pas envisageable, quant à la première… sa volonté n’était pas loin de lâcher. Le monde était calme autour de lui, et pourtant, il se sentait pire qu’épileptique. Chacune de ses cellules hurlaient à la folie et, lorsque le premier flash vint, il fit un bond. Sa proprioception marchait encore, sinon il n’aurait plus été qu’une larve au sol. Déjà qu’il ne devait pas avoir l’air très glorieux à l’heure actuelle…

Mais ça, il s’en foutait comme d’une guigne. Nouveau flash, cri strident, brûlure sur sa peau. Il s’était retourné, avait sentis un pic dans sa gorge. Cette fois, un gémissemen gutural avait dû sortir. Puis un autre. Les attaques s’enchaînaient et il ne savait qu’à travers la douleur où il en était. Sans s’en rendre compte, il reculait, cherchait instinctivement un mur, un coin, un trou, un endroit où se cacher. A travers les flashs de douleur dans ses mains, il se rendit compte qu’il avait lâché son arme. Rien d’étonnant en soit quand on n’a plus de sensations. Pouvaient-ils lui faire ça ? Le laisser ainsi ? Tremblant de tous ses membres, il résistait à l’envie de se rouler en bouler pour pleurer et hurler jusqu’à ce qu’il n’ait plus la moindre force et s’accroupit pour tâter le sol – lorsqu’il en avait la capacité – et trouver sa baguette. Profiter, profiter de la douleur.

« La douleur est une alliée. »

L’avait-il prononcée cette phrase ? Cette constatation venait-elle de lui ou du cours de la matinée ? Qu’avait-elle dit d’ailleurs ? Tellement paniqué par la situation, il n’avait même pas songé à cela. Qu’avait-il apprit ? Que savait-il ? Merde, il était un Rivers, il avait été élevé à travers les coups et la violence, avait eu accès à une bibliothèque bourrée d’ouvrages sur le sujet dont il s’était abreuvé étant adolescent. Il savait des choses, il ne devait pas être… qu’une proie apeurée.
Sous ses doigts, des millions d’aiguillons semblaient percer sa peau et, à travers eux, il distinguait les anfractuosités du sol, les sillons de la roche fendue. Et sa baguette.

A cet instant, ses cicatrices s’étaient toutes mises à brûler, claquant un flash de panique dans son corps, persuadé un instant qu’elles étaient toutes rouvertes. Mais comme à chaque fois, l’instant suivant, il ne restait plus rien de ces éclairs. Il s’agissait d’une peau marquée, contusionnée, les nerfs avaient été sectionnés, abîmés, ils avaient déjà en temps normal tendance à le picoter parfois sans raison, il était logique qu’elles réagissent plus que le reste de son organisme.
Alors qu’un bruit sourd pétait dans ses oreilles, il prit conscience que cette fois-ci, il était bien au sol. Chancelant, il se remit debout, serrant à s’en blanchir les articulations sa baguette dans sa main.

Enfin, ses tympans semblèrent capter les sons normalement.

- Passez au-dessus Rivers ! Apprendre à distinguer le vrai du faux !

Il entendit un grognement bestial sortir, le devina-t-il, de sa propre gorge alors qu’il se tournait vers l’origine de cette prise de parole. Fixant le néant, il s’était immobilisé, totalement sur la défensive, le corps instinctivement légèrement pivoté, protégeant au mieux ses organes vitaux, dans une position très claire d’attaque dont la rage brillait probablement jusque dans ses prunelles aveugles.

Lorsqu’un sanglot de petite fille s’éleva des ténèbres, il sut tout de suite dans quoi il était tombé. Lâchant un rire rocailleux, il s’adressait aux ombres.

« Ça s’était très bas comme attaque. Vous vous êtes bien trouvé tous les deux ! »

Sa voix vibrait d’agressivité. Ça avait toujours été ainsi ; sa colère lui permettait d’avancer. Sa colère, rien d’autre, lui permettait de rester debout, de ne pas se rouler en position fœtale et d’attendre la fin. Alors, une nouvelle fois, mâchoires serrées à les en briser, les enseignants présents avaient pu voir ce regard qu’aimait tant développer Rivers, son père. Cet air sauvage, prêt à tout pour en découdre, quitte à se détruire au passage.

D’ailleurs, il les entendait dans la brume, les cris de rage de ce petit garçon. Sa fureur explosait sur la porte de ce placard, alors que son  père refusait d’ouvrir. Il avait frappé. Frappé jusqu’à épuisement. Et lorsque son père avait ouvert : il avait frappé encore.

Mais il y avait là dans les ombres d’autres démons qui lui glaçaient bien plus le sang. Ce putain de rire. Il pouvait presque voir ces yeux malgré sa cécité, il pouvait voir chaque détail de ce visage qu’il haïssait à travers toutes les fibres de son corps. Mais il ne se ferait pas avoir cette fois. Il s’agissait d’une illusion, encore une. Personne n’était là. Ils étaient quatre dans cette pièce, et il n’y avait ni son oncle, ni sa sœur, ni l’enfant qu’il était. Il n’était pas au sol, n’était pas apeuré, et n’était pas passif. Ça, il l’avait apprit. Il l’avait apprit difficilement à halloween. Mais il luttait cette fois contre la terreur. Il luttait contre la culpabilité, contre cette sale voix qui s’élevait dans les ombres et lui contait ses fautes.

« Tes pauvres fantômes sont totalement inoffensifs. »

Plus ça allait, moins il reconnaissait sa propre voix, rocailleuse, gutturale. Un sourire mauvais, provocateur marquait ses traits.

Logan, appuyé contre un meuble, non loin de Sloane, cible direct d’une menace à peine voilée, souriait doucement, ne s’en cachant même pas. Ce gamin avait du répondant. Il tiendrait, il le savait, s’il continuait à subir ces entraînements. Il souffrirait. Il en mourrait peut-être. Mais à voir ce regard-là, il le savait parfaitement. Rien ne le ferait flancher si facilement.

La réponse ne fit pas attendre de la part de l’enseignante et la seconde suivante, un glapissement passa ses lèvres alors qu’il lui semblait être attaqué de toutes parts par des insectes, grouillant sur sa peau, sous elle ? Il n’en savait plus rien, tout lui semblait si décuplé, comme s’il était envahis, balancé dans un essaim de frelons, une armée de puces, de sauterelles.
Il ne remarqua pas se griffer à sang dans un reflexe particulièrement idiot.

- La violence ne sert à rien les garçons… L’attaque la plus perverse est dans la tête !
« Faut avouer que tu fais fort.. »

Alec ne le voyait pas, mais le regard de Grasham était fixé sur Logan, attendant sa réaction, sentant parfaitement qu’il frôlait ses propres limites depuis un long moment maintenant. Il voulait arrêter cette séance, déjà. Mais, étais-ce une curiosité malsaine, une éducation Pavlovienne ou une réelle volonté de le voir affronter tout ça, toujours était-il qu’il fixait la scène sans un mot, ayant finalement perdu ce sourire rassuré qu’il arborait quelques instants plus tôt.

- Ah et je suis d’accord avec toi Logan, tu étais peut-être trop indulgent avec lui !

Le direct n’eut pas le temps de répondre. Lui comme Sloane s’étaient soudainement vus affublés d’une énorme balafre chacun, commençant sur la joue de l’un pour terminer sa course en travers du torse de l’autre.
Alec, immobile, ayant cessé de se battre avec ses insectes invisibles, les fixant intensément.

Un sortilège informulé. De magie noire.
Après avoir bluffé.

Grasham qui, derrière le jeune homme, avait vu la scène, ne put s’empêcher de lâcher un petit rire amusé.

« Bien visé ! »


Dans les yeux de Logan, une lueur de fierté se posa sur Sloane alors qu’il évaluait sa propre entaille du bout des doigts. L’air de dire « il t’a bien eu ! ».


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 296
Date d'inscription : 18/10/2015
Crédits : ELLAENYS
Double Compte : Aileen, Mack, Jayden & Dakota



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3467-m-sloane-hoswell-prof-de-sorti
MessageSujet: Re: Where we're going - Sloane -    Sam 16 Juil 2016 - 19:15

Sloane aurait pu se montrer plus douce, plus attentive à ses limites… C’est vrai, c’était sûrement à cela qu’on reconnaissait une personne faite pour l’enseignement ! Sauf qu’elle n’avait jamais prétendu être de ce genre là, Logan le savait parfaitement, il la connaissait assez pour savoir qu’elle n’était pas stable psychologiquement parlant et qu’elle était sujette aux coups de sang ou aux coups de mal être ! Alors c’était sans même se poser de question qu’elle avait agi. Faisant tomber un voile sombre sur le plus jeune des Rivers dans le but de le faire progresser. On dit « qui aime bien châtie bien »… Dans son cas, elle ne l’appréciait pas vraiment… trop présomptueux, insupportable et jm’enfoutiste, mais si elle lui faisait vivre un tel sortilège c’est qu’elle l’en pensait capable de s’en dépêtrer seul, qu’il n’en doute pas ! Alors certes, sur le moment, ça devait lui faire une belle jambe vu le programme qu’elle lui avait réservé, mais il s’en rappellerait, au même titre que cela l’avait marquée et aidée à avancer car si tous trois étaient là, c’était uniquement pour faire en sorte qu’il ne flanche pas en cas de coup dur. Car comme tout être humain – ou presque, pour certain(e) le doute persiste – il avait des proches, des amis, des parents qui pourraient en pâtir s’il chutait !

« La privation de sensation fait partie des tortures classiques, la prochaine étape c’est quoi ? On enferme les élèves dans une pièce blanche pour les entraîner ? »
- C’est une idée intéressante.

Il ne pouvait pas l’entendre, mais l’idée lui plaisait assez… De quoi devenir fou ! Concentrée, l’enseignante puisait dans ses propres réserves pour alimenter le sortilège. N’allait pas croire qu’elle se délectait de le voir perdre pied, mais elle restait étrangement impassible face aux angoisses d’Alec. Elle avait vu sa baguette tomber, son corps se mettre à trembler, mais n’avait pas envisagé un seul instant de baisser sa garde.

« La douleur est une alliée. »

Elle avait souri, comme quoi cela finissait par rentrer. La douleur pouvait vous paralyser si elle n’était pas acceptée, mais elle pouvait devenir une aide précieuse dès lors qu’on la dominait. Elle pouvait être salvatrice en particulier ici. Et c’était d’ailleurs ce qu’il avait fait, cherchant sa baguette pour finalement se redresser. La rage de la mettre à terre, elle le devinait sans problème et le comprenait même.

« Ça s’était très bas comme attaque. Vous vous êtes bien trouvé tous les deux ! »

Un regard vers Logan, pour dire vrai, elle ne savait aucunement ce qui allait nourrir le sortilège, Alec était le seul capable de les subir, de les entendre et d’en saisir le sens. Elle ne faisait que perturber son esprit pour le déstabiliser.

« Tes pauvres fantômes sont totalement inoffensifs. »
- Alors prouvez-le ! Réagissez Alec au lieu d’aboyer !

Provocation pure et dure et bientôt elle finirait par se faire égorger si elle continuait. Chose qu’elle avait faite, intensifiant le sortilège provoquant des réactions immédiates mais pas contrôlées.

- Le vrai du faux Rivers, vous n’apprenez donc rien !

Elle allait sûrement trop loin, mais quelque part elle devait estimer que si Logan ne l’arrêtait pas c’est qu’elle était dans son bon droit !

- La violence ne sert à rien les garçons… L’attaque la plus perverse est dans la tête !
« Faut avouer que tu fais fort.. »
- Je me trouvais plutôt clémente !

Sans rire, et le pire c’est qu’elle était presque sérieuse dans ses dires, ne prêtant de ce fait plus réellement attention à Alec qui se débattait toujours contre ses démons invisibles. Dans une dernière provocation, Sloane taquinait les deux Rivers, elle avait baissé sa garde. Elle s’attendait à une réponse de Logan quand elle avait senti sa peau craquer et se déchirer sous le coup d’un sortilège. Une légère plainte lui avait échappé, surprise par cette attaque qu’elle n’avait pas vu venir. Une entaille profonde lui avait barré la poitrine et laissait déjà apparaitre son sang  sur son T-shirt. Ce petit enfoiré et cet imbécile de Grasham qui se payait sa tête n’était pas franchement pour lui plaire ! Bon ok elle l’avait mauvaise que Tobias lui rigole littéralement au nez, et si elle ne montrait rien par fierté, cette balafre la faisait douiller sévèrement.

« Bien visé ! »
- Ne me tente pas Tobias, tu sais que je n’aurai aucun scrupule à te faire subir le même sort !

Elle était partagée entre fierté et rage, mais elle devait bien avouer que le voir réussir avait quelque chose de valorisant. Echangeant un regard avec Logan dont le visage était lui aussi entaillé, elle avait bien vu cette lueur.

- De toute évidence, le petit en a sous le pied ! Félicitations Alec, je pense que la leçon du jour est apprise.

D’un geste de baguette, elle avait fait disparaitre toute trace du sortilège, levant ce voile et rendant ainsi l’air beaucoup plus respirable et moins sordide pour le jeune Serpentard. L’oppression avait disparu, tout comme la cécité qu’elle lui avait imposée, peut-être un peu trop violemment.

- N’oubliez jamais cette rage Rivers ! Cette envie de tuer l’autre lorsqu’il vous met à terre ! Utilisez cette faiblesse pour l’utiliser à votre avantage lorsque votre ennemi baisse sa garde.

Un silence avant de reprendre en souriant.

- Oh et pour ça, je ne vous en tiendrai pas rigueur… cette fois.

Son regard évoquait juste que s’il recommençait elle le tuerait, mais ce n’était qu’un détail, alors qu’elle cachait une grimace en se tournant vers Logan.

- Logan si tu veux qu’on continue ce petit jeu… Il va me falloir un verre !

Ou deux même ! Voir la bouteille, tu sais à quel point ce truc me tuera !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1931
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Where we're going - Sloane -    Lun 18 Juil 2016 - 12:34

La séance l’avait laissé éprouvé physiquement et mentalement. Avant même l’entrée en scène de Sloane, il avait eu le droit à un entraînement qui l’avait laissé nerveux, alerte. C’était le but après tout. Logan ne cessait de lui proposer ce genre de tortures pour le voir s’améliorer mais également reprendre des forces. En effet, si suite à sa blessure, le jeune homme avait clairement de nouveau perdu mais depuis quelques temps, lui-même avait besoin de ça afin de moins se sentir vulnérable. Il comprenait finalement les délires étranges de Sovahnn concernant sa force physique. Elle avait été agressée plusieurs fois et s’il avait bien fait le lien, cette fois, il le ressentait parfaitement.
A grand coup de courbatures affreuses, donc, il s’était donc vu reprendre des forces et ce, même s’il avait parfois douté, à l’instar de Mack, du bien fondé de ces séances. Le mettre à genoux systématiquement et l’épuiser n’étaient probablement pas la meilleure des méthodes pour sa améliorer sa santé. Mais derrière, il y avait plus que ça et il aurait eu grand peine à l’oublier. Pourtant, malgré la dureté de Logan lors des entrainements, jamais il n’avait été à ce point éprouvé au cours d’une séance. C’était probablement ça qui aurait dû l’inquiéter le plus : rien n’indiquait qu’elle était terminée. Et pourtant, il n’y pensait absolument pas. Privé de ses sens, agressé, blessé, il s’était senti comme un animal aculé qui explose de rage pour tenter de s’en sortir. C’était d’ailleurs ce qu’il était, mis à part que, normalement, il n’aurait pas dû réellement risquer grand-chose. Pourtant, il le savait parfaitement, les trois enseignants n’étaient pas tout à fait des modèles de sainteté. Lorsqu’il les avait vu tous les trois réunis, il avait tout de suite compris que la suite ne risquait pas d’être marrante-marrante. En effet, s’il savait plus ou moins dans quelles circonstances Logan avait été élevé, il savait aussi que celui-ci s’attachait à des valeurs dures mais efficaces que ceux qu’il choisissait d’engager pour les taches qui lui semblaient les plus importantes, partageaient.

On s’habitue à tout.

C’était ça la leçon du jour ? Le dépassement de soi était très clairement parmi les grands préceptes qu’il cherchait à lui faire intégrer. A vrai dire, si tout cela restait lointainement à son esprit, le jeune homme s’était tout bonnement laissé entraîné par la panique, la douleur, la confusion - jusqu’à ce que la rage salvatrice prenne le dessus.
Tremblant, il avait profité de ce qu’il pouvait pour retrouver ses repères, s’appropriant la souffrance, faisant sienne la douleur pour la laisser le guider. Il entrapercevait son environnement par flashs douloureux, ainsi, il avait pu retrouver ses marques, doucement, tentant de passer par-dessus des réactions proprement épidermiques.

Et il avait fini par l’avoir.

Planté là, le regard noir, braqué vers la localisation supposée des deux sadiques, le jeune homme ne tremblait plus, il ne baissait pas la tête, attendant simplement la suite. Alec les avait touchés, l’amusement de Grasham l’avait aiguillé sur ce point. A vrai dire, il hésitait sévèrement à enchaîner, tiraillé par cette envie affreuse de leur faire du mal après ce qu’il venait de traverser.
Oui, il avait aboyé, il avait réagit, distinguant le vrai du faux. Il fallait dire qu’il avait déjà eu une certaine expérience de la question à Halloween, lorsque son très cher cousin avait lancé un sortilège similaire. Lui non plus ne savait pas ce que cela allait déclencher précisément chez ses victimes, mais il avait agit ainsi quand même, se focalisant sur les résultats et non pas sur les moyens d’en arriver à là. Qu’importe les traumatismes, ils cherchaient à les rendre fort, à obtenir des résultats rapides car la situation le nécessitait. Alec le comprenait et l’acceptait. Pour autant, il n’en restait pas impassible. Seulement, il avait grandit comme ça.

« Bien visé ! »
- Ne me tente pas Tobias, tu sais que je n’aurai aucun scrupule à te faire subir le même sort !

Comprenant au passage où était le dernier de ses enseignants, le jeune homme changea légèrement sa position, s’exposant moins face à lui. Certes, pour l’instant, il était assez passif mais ça n’avait pas été le cas juste avant l’intervention d’Hoswell, ainsi, il s’en méfiait tout autant.

- De toute évidence, le petit en a sous le pied ! Félicitations Alec, je pense que la leçon du jour est apprise.

A l’instant même où elle prononçait ces mots, le jeune homme retrouva l’ensemble de ses sens dans une cacophonie agressive. Grinçant des dents, plissant les yeux, il cherchait cependant à réagir le moins possible, tentant de la garder à l’œil, ne pouvant s’empêcher de voir le regard que lui portait Logan en cet instant.

« Trop aimable… »

Il avait sifflé entre ses dents. Si elle lui avait fait un simulacre de félicitations, il la remerciait de la même manière teintée pour lui d’une amertume et d’une rage non dissimulée. Mais il voyait le petit sourire en coin de Logan, celui qu’il ne cachait même pas. Celui que son propre père n’avait jamais eu même lors des meilleures réussites de son fils. Et instantanément, il eu du mal à lui en vouloir.

- N’oubliez jamais cette rage Rivers ! Cette envie de tuer l’autre lorsqu’il vous met à terre ! Utilisez cette faiblesse pour l’utiliser à votre avantage lorsque votre ennemi baisse sa garde.

Un instant, il cru voir son père. Sa mère peut-être.
Cet air de condescendance ravivait sa fureur. Comme s’il ne savait pas ça !

« Comme c’est agréable de se faire rappeler une leçon apprise depuis la petite enfance ! Merci, ça va, pas besoin d’énoncer des évidences ! »

Il la fusillait clairement du regard, mâchoires et poigne contractés à s’en faire mal. Mais il n’était plus à ça prêt.

- Oh et pour ça, je ne vous en tiendrai pas rigueur… cette fois.

Quelle pétasse ! En cet instant, il ne savait pas ce qui le retenait… pourquoi restait-il là, comme un bon petit soldat à attendre la suite, à attendre que les coups pleuvent une nouvelle fois ?

- Logan si tu veux qu’on continue ce petit jeu… Il va me falloir un verre !

Sa baguette se leva avant même qu’il ne sache totalement ce qu’il prévoyait. Ça serait moche, c’était une évidence. Après tout, c’était un cours de magie noire non ? Comme une vague, une tempête qui gronde, il avait sentit le danger approcher au galop, totalement tourné vers l’experte en magie occulte.
Pourtant la vague s’était écrasée contre les rochers.
Un regard de Logan avait suffit. Son sourire effacé, il avait braqué sur lui ces yeux qui semblèrent le lacérer d’un millier de lames. Il avait cette capacité à en imposer… La flamme fut soufflée en une fraction de seconde, la rage matée, l’impulsivité contrôlée.
Puis il braqua ce regard-là sur Sloane.

« Pas d’alcool non. Tu te contrôle ou tu t’arrêtes là. »

Etait-ce totalement pour elle ou une partie lui était destinée ? Se contrôler car il ne faisait qu’apprendre, apprendre à survivre. Rien de tout cela ne se faisait contre sa volonté, il lui suffisait d’un mot pour arrêter. Un mot qui voudrait dire décevoir et abandonner. Un Rivers ne baisse pas les bras.

Ne te crois pas toute puissante ou indispensable Sloane. Logan connaissait parfaitement ses démons, il en faisait partie. Il savait ses faiblesses et ce qu’elles pouvaient provoquer. Et il ne la laisserait pas sombrer dans l’alcool alors qu’elle tenait la santé physique et mentale de son cousin entre ses serres. Qu’elle ne s’y trompe pas, elle ne risquait pas d’avoir ce passe droit. Que cela lui plaise ou non, elle devrait accepter certaines de ses règles. Il y avait des limites à ne pas dépasser. S’il la laissait faire, c’était qu’il avait confiance en son jugement et qu’il savait le Serpentard capable de s’en sortir ou, du moins, de ne pas péricliter. Mais il avait trop traversé récemment. De plus il le savait incapable d’écouter les messages de son corps et tout à fait foutu d’aller bien au-delà de ce qu’il pouvait supporter jusqu’à s’écrouler. Ça ne serait pas la première fois. Ainsi, c’était leur rôle d’adultes d’y faire attention, de le prendre en compte. L’alcool brouille le jugement. Alors non.
Mais rien ne les retenait de s’en aller. Tous.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 296
Date d'inscription : 18/10/2015
Crédits : ELLAENYS
Double Compte : Aileen, Mack, Jayden & Dakota



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3467-m-sloane-hoswell-prof-de-sorti
MessageSujet: Re: Where we're going - Sloane -    Dim 28 Aoû 2016 - 18:18

« Trop aimable… »

L’enseignante sentait l’amertume et la rage au travers des mots du jeune Rivers, pourtant elle partageait ce sourire avec Logan. Elle n’était pas foncièrement mauvaise, si elle agissait de la sorte, c’était principalement pour l’aider lui, parce que Logan le lui avait demandé ! Le problème c’est qu’elle pouvait facilement perdre pied et se laisser embarquer par ses pulsions lorsqu’elle pratiquait la magie noire. Alors oui, elle n’était pas franchement expressive dans sa façon de le féliciter, mais c’était bien tout ce dont elle était capable à présent. Elle aurait pu se montrer maternelle fut un temps, plus douce, plus avenante, être une toute autre personne, mais le destin en avait décidé autrement !

« Comme c’est agréable de se faire rappeler une leçon apprise depuis la petite enfance ! Merci, ça va, pas besoin d’énoncer des évidences ! »
- Visiblement… pas assez ancrée… Ou alors pas avec assez de convictions !

Oui elle était dure et infecte également… Elle le voyait dans son regard, cette haine qu’il avait pour elle. S’il avait pu, il l’aurait très certainement étranglée ou pire encore, torturée pendant des heures histoire d’équilibrer les balances. Et soudainement, l’enseignante avait eu envie d’un verre, un besoin presque viscéral alors que l’entaille qui lui barrait le torse la titillait douloureusement. Pourtant cette envie lui était passée aussi rapidement qu’elle était venue dès lors qu’elle avait croisé le regard de Logan sur elle. Un regard qui en disait long et qui avait au moins eu le mérite de la calmer.

« Pas d’alcool non. Tu te contrôle ou tu t’arrêtes là. »

L’enseignante avait souri, levant légèrement les bras d’un air désinvolte. Il avait raison bien sûr, si elle cédait à l’appel de l’alcool, elle ne réussirait plus à faire la part des choses et elle risquait de le tuer ou pire.

- Ok Logan, c’est toi le chef !

Sloane n’avait pas franchement apprécié la remarque de Logan, tout comme lui n’aurait certainement pas apprécié qu’elle lui dise ce genre de chose… Mais elle avait accepté, après tout, c’était lui qui lui avait demandé de venir, et il s’agissait de son cousin. D’ailleurs, elle avait bien vu son regard lorsqu’elle avait malmené Alec… Elle avait peut-être été un peu loin avec lui, s’était peut-être un peu laissée embarquer, mais elle n’avait jamais été du genre à faire les choses à moitié et lorsqu’elle voyait la réaction qu’Alec avait eue, elle était assez satisfaite.

- Bon les garçons, la pause est terminée ?

Sa baguette en main, l’enseignante l’avait pointée sur Alec sans pour autant l’agresser. Au contraire, elle parait plutôt un éventuel sortilège qu’il aurait eu envie de lui balancer par réflexe… Au cas où !

- Ecoutez Alec, je vais vous donner une chance de me montrer que vous n’êtes pas qu’un sale morveux… Et qui sait, peut-être qu’on arrivera à tirer quelque chose de cette journée. Votre sortilège n’était pas mal exécuté, mais il faudrait qu’il puisse sortir sans que j’ai besoin de vous pousser à bout comme je l’ai fait !

Bordel ce crétin n’était pas mauvais… Loin de là, même ! Il avait du potentiel, un bon niveau… Il avait juste un caractère de merde qui l’exaspérait et qui lui donnait des envies de meurtre la plupart du temps !

- Attaquez-moi Rivers ! Et épargnez-moi les sortilèges basiques… Ne m’insultez pas !

Elle avait souri, prête à riposter et surtout à repousser ses attaques qu’elle espérait virulente s’il ne voulait pas avoir de retour de bâton brutal ! A plusieurs reprises, la jolie blonde lui avait balancé l’un de ses maléfices offensifs, l’oppressant physiquement ou mentalement mais jamais très longtemps. Juste assez pour le pousser à chaque fois donner encore plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1931
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Where we're going - Sloane -    Lun 12 Sep 2016 - 20:48

Mâchoires serrées, regard noir, il faisait un réel effort sur lui-même pour ne pas lui rentrer dedans à l’instant même où il avait retrouvé la vue. Cette résistance, il ne l’aurait clairement pas eu quelques mois plus tôt mais depuis, il avait apprit et un certain climat de confiance s’était instauré entre les deux cousins. C’était celui-là qui le maintenait à sa place. C’était les coups qu’il avait déjà prit et l’apprentissage compliqué qu’il subissait depuis un long moment maintenant, celui qui lui faisait comprendre que rien de tout cela n’était contre lui. Que, bien au contraire, Logan cherchait simplement à lui permettre de rester en vie. A lui et à d’autres. Et qu’il n’avait pas le choix.
Alors, contenu, c’était sèchement qu’il avait répondu. Une fois. Deux fois. Et pourtant chaque cellule de son corps lui criait de l’étrangler, cette garce.
Pas assez ancrée la leçon ?

« Ça viendra. »

S’il n’avait pas assez de convictions actuellement, qu’est-ce que cela pourrait devenir si cela venait à arriver ? Assez de rage pour détruire quelqu’un ? Peut-être. Peut-être que c’était ce qu’il lui manquait. Il restait sur le bord du précipice sans tomber dans l’abîme. Mack le tenait encore.
En fait, il valait mieux que ‘ça’ ne vienne pas. Si c’était le cas, alors, la raison viendrait probablement du fait qu’il n’y aurait alors plus personne pour l’empêcher de sombrer. Ou qu’il l’aurait fait plonger avec lui.

Le jeune homme s’était contenu, empêchant son petit sourire narquois de venir pointer sur ses lèvres alors que Logan rembarrait Hoswell. Comme quoi, le climat de confiance entre les deux Rivers n’était pas brisé. L’autre le protégeait, malgré ce que le premier subissait. Et quel pied de le voir avoir le dernier mot face à elle ! Elle n’avait pas apprécié, personne n’était dupe ici. Mais les choses auraient pu sérieusement dégénérer s’il en avait été autrement. Leur relation était compliqué, piquante et échappait en grande partie au jeune homme qui, pourtant, en connaissait les principaux éléments.

- Bon les garçons, la pause est terminée ?

Dommage. Retour au pilori.

A peine avait elle pointé sa baguette sur lui que la sienne lançait des éclairs. Son bras s’était tendu et si aucun sortilège n’avait passé ses lèvres, un grand nombre lui étaient passé par l’esprit. S’il n’avait pas cherché à lancer un sort informulé, il était clair que l’un d’eux avait été à deux doigts de frapper quand même.

- Ecoutez Alec, je vais vous donner une chance de me montrer que vous n’êtes pas qu’un sale morveux… Et qui sait, peut-être qu’on arrivera à tirer quelque chose de cette journée. Votre sortilège n’était pas mal exécuté, mais il faudrait qu’il puisse sortir sans que j’ai besoin de vous pousser à bout comme je l’ai fait !
« Je doute que la difficulté soit vraiment venue de la réalisation du sort. J’aurais parié pour la localisation moi étrangement.. »

Celle-là, elle lui avait échappé. Il fallait dire que s’il avait pu, il n’y avait aucun doute quant au fait qu’il aurait répliqué bien plus tôt. En revanche, tirer à l’aveuglette aurait été idiot et n’aurait fait que traduire un certain affolement de sa part qui n’aurait eu que peu de chances de l’avantager.

- Attaquez-moi Rivers ! Et épargnez-moi les sortilèges basiques… Ne m’insultez pas !
« C’est pas l’genre… »

Voyons, ça n’arrive jamais ça. D’ailleurs aucun élève n’a quoi que ce soit à dire sur elle. Personne. Aucun de ceux à qui elle a arraché la langue quoi.
Hein ?
Non pardon, je m’égare en métaphores, bien entendu, elle n’a coupé la langue de personne. Pour l’instant. Et parce que ça aurait fortement déplu à trop de personnes dans ce château.

Il s’était donc mit à attaquer. Des sortilèges dits basiques (pour son niveau) en premier, simplement pour la déconcentrer, avant d’attaquer plus violemment avec des sorts de magie noire qu’il maîtrisait. Quelques uns qu’il avait appris dans son cours, d’autres, faits pour la surprendre – elle ne pouvait prétendre présumer de ses connaissances – enseignés à la dure par son précepteur d’une autre époque. Et puis quelques uns que son ère lui avait faits l’honneur de lui apprendre lui-même.
Parmi ceux-là, celui qui avait eu la sale manie de faire paniquer Logan une fois. L’impression de se noyer dans son propre liquide interstitiel – ce qui était probablement l’exacte vérité, remarquez.
Elle avait répliqué plusieurs fois, le faisant monter en pression, balançant avec de plus en plus de rage tout ce qu’il avait en lui, cherchant à tisser des toiles de magie en arrière plan pour combiner les sorts et la prendre en traître… mais ça n’avait pas aboutit, à sa plus grande frustration. A approfondir.
Si, une avait fait son office, une toile s’était dressée autour de l’enseignante, bloquant ses sensations, l’empêchant de se rendre compte de toute blessure qui puisse la frapper.
Sectusempra avait suivit, sans manquer d’être accompagné d’autres sortilèges, visant d’autres parties de son corps pour l’empêcher de focaliser sur la localisation qui l’intéressait lui.
Le doloris qui avait suivi, il l’avait retenu au dernier moment, se rendant compte à la toute dernière limite de ce qu’il était en train de faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 296
Date d'inscription : 18/10/2015
Crédits : ELLAENYS
Double Compte : Aileen, Mack, Jayden & Dakota



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3467-m-sloane-hoswell-prof-de-sorti
MessageSujet: Re: Where we're going - Sloane -    Sam 15 Oct 2016 - 23:03

Réaction épidermique, la baguette s’était levée des deux côtés. Signal que tout ça n’était pas terminé. Elle n’était pas là pour faire de la figuration, juste pour répondre à une demande. Sur la défensive, la jeune femme se tenait prête à riposter dès lors qu’il tenterait une attaque. Téméraire mais pas suicidaire, Alec était bien trop remonté contre elle pour qu’elle ne le prenne pas au sérieux. De plus, la blessure qu’il lui avait déjà infligée se rappelait à elle dès qu’elle bougeait.

« Je doute que la difficulté soit vraiment venue de la réalisation du sort. J’aurais parié pour la localisation moi étrangement.. »

Fait le malin… Tu as très bien compris ce à quoi je fais allusion. Alec n’était pas un mauvais élément sur le plan pratique. Il avait du savoir, du bagage, du cran et une sérieuse éducation de par son statut de sang, mais il avait ce petit côté insolent qui avait le don de la mettre dans tous ses états. Pourtant la belle était dotée d’une grande patience, mais lorsque les capacités n’étaient pas exploitées, les faiblesses apparaissaient et ce genre d’évidence la laissait tristement amère. Tout cela la ramenait à sa propre situation bien sûr. En général, ce qui est insupportable à nos yeux ne fait que venir faire écho à notre propre histoire… Une fois qu’on en a conscience, il suffit de travailler dessus pour être plus sereine. Plus facile à dire qu’à faire en réalité et sur le terrain. Pour seule réponse, l’enseignante avait souri, amusée par son agacement plus que palpable. Elle n’était pas dupe quant aux sentiments du Serpentard à son égard. Il devait la détester, vouloir sa mort peut-être, allez savoir. Elle n’était pas venue ici pour se faire aimer, une part d’elle appréciait de se faire détester, cela la confortait peut-être dans l’idée qu’elle était une mauvaise personne.

« C’est pas l’genre… »
- Evidemment.

Sarcasme quand tu nous tiens. Pourtant lorsqu’elle parlait d’insulte, la belle parlait bien de sortilège basique et non d’insulte verbale. Ce qu’on pouvait bien dire sur elle ne faisait que renforcer son désir d’être crainte. Jubilation certaine ! Alors les sortilèges avaient commencé par fuser, principalement du côté du Serpentard dans un premier temps, l’enseignante ne ripostant pas vraiment se contentant de repousser ses fumisteries. Ce genre de sortilège avait de quoi l’agacer, elle le savait capable de mieux, mais au lieu de ça il jouait avec ses nerfs. N’avait-il donc pas eu assez tout à l’heure ? Il lui en fallait plus encore ? Et le jeu avait enfin débuté, violent d’un côté comme de l’autre, un duel comme elle aimait. Sûrement un poil maso de sa part, un sourire surpris face aux sortilèges qu’il daignait enfin montrer. Le petit avait de la ressource, elle n’en avait pas douté… Et si elle avait repoussé et répliqué en retour, intensifiant les choses, la belle n’avait pas manqué de subir de son côté. Surprise parce qu’elle ne s’attendait pas vraiment à ce genre de sortilège venant de lui, Sloane avait porté instinctivement ses mains à sa poitrine comme pour desserrer l’étau qui lui donnait cette impression que son corps était en train d’étouffer. Une sensation infâme que de se sentir se noyer, comme si son corps s’emplissait de liquide. L’espace d’un instant, la panique avait envahi son esprit avant qu’elle ne réplique violemment en lui envoyant une décharge électrique. Celle-ci lui laisserait des fourmillements pendant quelques longues heures au mieux. Ca avait au moins eu le mérite de faire cesser le maléfice la laissant respirer bruyamment. Son sourire n’était plus pendant un temps, trop préoccupée par ce sortilège qu’elle n’oublierait pas de si tôt. La magie noire n’est-elle pas merveilleuse ? Il montait en pression, et de son côté, l’enseignante s’amusait à le pousser encore. Lui balançant quelques piques physiques, quelques coups qui laisseraient quelques hématomes. Elle avait hésité à lui briser les os, mais avait renoncé par raison. Le but n’était pas de le rendre infirme, quoi qu’entacher sa gueule d’ange d’une petite balafre lui avait traversé l’esprit. Un sortilège avait fini par la toucher, et si elle n’en avait pas tout de suite pris conscience, l’enseignante n’avait pas tardé à voir le sang entacher sévèrement ses vêtements dans un premier temps, signe de blessures externes déjà bien profondes, puis le goût du sang au fond de sa gorge.

- Finit de jouer Rivers…

Un rire léger, la belle venait de lancer un sortilège provoquant une onde de choc mettant fin à tout sortilège en cours. La douleur qui s’éveilla en elle manqua de la faire vaciller alors qu’elle prenait conscience de ce que son corps venait de subir. De profondes entailles barraient ses bras et son ventre, elle le devinait à la brûlure que chaque respiration provoquait. Ne lui laissant pas la moindre chance de répliquer, l’Anglaise avait dirigé sa baguette vers Alec, l’entourant d’une sorte de voile magique le privant de toute mobilité après l’avoir désarmé. Le jeu avait assez duré et elle commençait à s’épuiser en raison du sang qu’elle avait pu perdre. La magie noire épuise plus que la magie classique, elle puise au plus profond. Un nouveau sortilège dans un grognement de rage et elle l’avait propulsé contre le mobilier non loin de Grasham, provoquant un fracas sonore conséquent signe de la violence qu’elle avait mis dans ce dernier geste. L’armoire avait littéralement explosé sous le poids du Serpentard et l’impact. Sloane s’était avancée, ramassant la baguette du plus jeune des Rivers non sans grimacer face au mal qui l’habitait. Ce petit con s’était bien défendu, elle aimait ça. Il avait du cran, n’avait pas hésité. Effaçant le sang qu’elle avait au bord des lèvres, la jeune femme s’était tournée vers Logan. Gardant la tête haute par fierté, mais la souffrance était bien là.

- La première leçon est… assimilée !

La baguette d’Alec, Sloane l’avait déposée dans les mains de Logan. Elle avait eu ce sourire qui la caractérisait, celui qui laissait sous entendre qu’elle était satisfaite de la prestation du plus jeune des Rivers. Elle avait jeté un regard à Alec, sa vision se troublait par moment, mais l’enseignante ne laissait rien transparaitre malgré sa fatigue évidente et son souffle un peu court.

- Bien joué, Alec.

C’est là tous les compliments qu’il aurait. Venant d’elle, c’était déjà un grand pas, il pourrait s’en vanter. Elle avait rangé sa baguette, sa main prise d’un léger tremblement. Elle n’aurait pas été contre un verre d’alcool, ou l’une de ces potions régénératrices.

- Rangez sans moi, j’en ai fini pour aujourd’hui.

Un regard à Tobias et ce dernier l’accompagnait jusqu’à son bureau puis sa chambre.

- Il t’a bien arrangée.
- La ferme Tobias, aide-moi plutôt à virer ça et trouve-moi une potion dans ce tiroir.

Il lui balancerait encore quelques sarcasmes bien sentis qu’elle s’empresserait de rembarrer… Et puis elle finirait par le foutre à la porte un peu plus tard. La routine en somme.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1931
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Where we're going - Sloane -    Mer 26 Oct 2016 - 21:37

Echange verbal. Celui-ci aurait probablement rapidement pu devenir une joute si Hoswell n’avait pas été du genre fermée comme une huitre. De toutes les manières, il était déjà largement sur la défensive, prêt à frapper. A vrai dire, il l’aurait probablement déjà fait si Logan ne l’avait pas arrêté d’un regard. Baguette à la main, il était prêt à frapper, prêt à se défendre, à repousser les coups autant qu’il le pourrait. Tendu, il restait méfiant concernant Grasham. Il avait déjà largement eu affaire à lui et savait bien qu’il savait jouer au con avec habileté. Idem pour Logan. Pire encore probablement. Grasham avait au moins la décence de se retenir parfois,  notamment en regard du directeur. Lui-même en revanche était probablement, justement bien plus exigent envers Alec du fait de leur lien de sang. Le Serpentard ne serait d’ailleurs sûrement pas là si ça n’avait pas été le cas. Mais la majorité de son attention était dirigée vers Hoswell. Il doutait qu’elle se retienne, elle. Peut-être un peu. Qui sait : ça, c’était peut-être son minimum ? à vrai dire le jeune homme ne savait pas trop à quoi s’en tenir et pourtant, des enseignements musclés, il en avait vécu, trop même. Peut-être était-ce pour cela qu’il n’agissait pas comme un autre élève. Peut-être n’avait-il pas les mêmes références, la même notion de normalité, Kezabel le lui avait déjà dit et le lui redirait eu après ce duel. Peut-être avait-il une certaine rage enfouie aussi. Ces sorts qu’il n’aurait pas osé sortir sur son père, qu’il retenait envers son précepteur de peur d’avoir apprit quelque chose qu’il n’avait pas à connaître. Du moins, avec l’un d’eux. Un autre était moins… soucieux des lois. Il l’en remerciait aujourd’hui. Tout comme il remerciait sa propre curiosité envers ces sortilèges qui vous bouffaient le corps et l’esprit, mais qui recelaient tant de force, tant d’effet de surprise.
Lorsque les coups avaient commencé à fuser, il s’était contenté des connaissances de son niveau, augmentant quelques fois, effleurant ses connaissances, lui donnant ce qu’elle savait de ses aptitudes, cherchant à mettre en place des sorts qui feraient mouche sans qu’elle ne le voit les construire. Des toiles. De la magie noire, oui, statique parfois, fourbe surtout. Il la puisait difficilement, elles provenaient d’un art qu’il était loin de maîtriser mais qu’il savait avoir une chance de la prendre, elle, par surprise. Après tout, c’était son domaine, elle voulait qu’il fasse ça. Quoi qu’il n’en savait rien, peut-être. A vrai dire, c’était lui qui voulait faire ça. Réussir quelque chose, élaborer un coup qui ne serait pas trop grossier, réussir à l’effleurer ou à réellement faire mal, l’avoir par surprise. Toucher sa cible, c’était tout ce qu’il avait en tête. Et, quelque part derrière ça : survivre. Et gagner. Même un peu. Faire mal. Même un peu. Prouver ses capacités.

Il ne pouvait pas être celui qui tombe sans arrêt. La victime blessée incapable d’agir. Le gosse terrorisé et passif.
Oui, sa blessure récente le renvoyait à son passé, il y avait dans sa détermination du soir une évidence qu’il ne pouvait rejeter. Bien qu’elle ne le traverse pas encore.

Un premier sort avait atteint sa cible, parmi tant d’attaques rejetées d’un revers de main. Enfin, il l’atteignait. Son regard sardonique perdait enfin de sa flamme. Elle ne s’y attendait pas. Comment aurait-elle pu ?! Certes, sa famille était influente et de sang pur. Son influence, elle ne la tenait pas uniquement de sa bonne capacité à gérer des affaires. Ou, si. Mais en sous-texte. Mâchoires serrées, il maintenait le sort, l’affermissant, repoussant ses défenses, sans prêter attention à ce qui se déroulait autour de lui. Il savait qu’elle frapperait, et qu’il en serait ébranlé. Et ce fut le cas. D’abord, elle avait rougit, portant ses mains à sa poitrine, analysant la situation tandis que son corps tout entier se révoltait, envoyant des signaux de stress dans ses veines, affolant son système pour tenter de survivre. Bien sûr, il n’avait pas pu maintenir la pression si longtemps qu’il l’aurait voulu. Il n’avait pas sut le faire. Pas su contrer, voir, résister. Un instant, il la tenait, l’autre, une violente décharge passait dans chacune de ses cellules, contractant tous ses muscles alors qu’il s’écroulait, prit de convulsions quelques fractions de secondes avant de s’immobiliser, tremblant, cherchant immédiatement à se relever. Pavlov. Il n’avait jamais connu quoi que ce soit de positif à rester au sol. Son sourire à elle avait disparu, le sien s’était fait satisfait. Il prit donc d’autres coups, marquant sa chaire, secouant son égo. Elle le poussait, elle touchait la corde sensible, comprenant bien qu’il réagissait très bien à ce genre de stimuli. Regard noir, il enchaînait, à un niveau qui n’était pas loin de son maximum. Non, le plus haut, il le préparait en parallèle et, après quelques essais avait fini par le faire accrocher. Le sort était en place.

Et elle ne l’avait pas vu.

Quelques instants, alors qu’il se démenait pour attaquer, pour échapper à ce qui le touchait, lui, il vit apparaitre les tâches de sang. Il l’avait eue. Ça avait marché. Un enchaînement qui pouvait tuer si la personne n’y prêtait pas attention. Vous ne sentez rien, surtout captivés par un duel. Et, soudainement, le corps ne peut plus et vous lâche. Mieux encore, sans vous en rendre compte, vous empirez les choses, vous appuyant sur la jambe qu’il faudrait immobiliser, augmentant votre pression sanguine, bandant un muscle violemment…
Mais bien sûr, là n’était pas la but, elle était entourée de deux adultes qui avaient probablement déjà largement remarqué les atteintes dont elle avait fait preuve. Qui auraient agis si elle n’avait pas vu. Mais ça avait été le cas, bien sûr. Il n’avait pas maintenu son attention braquée sur lui assez longtemps.

- Finit de jouer Rivers…

Et elle rit.

Lui, beaucoup moins.

Souffle coupé, il eu l’impression qu’un vide sidéral s’était fait autour de lui. Alors que l’atmosphère s’était chargée de magie, de violence et de bruit, tout s’était retombé dans une onde sourde, l’envoyant au sol, comme s’il s’était pris une explosion de face. Il ne l’avait pas vue vaciller. D’ailleurs il n’avait rien vu tout court. Arrêté alors qu’il se redressait difficilement, plus par réflex qu’intentionnellement. Sa baguette avait volé loin de lui, le privant de toute possibilité de réplique. Une nouvelle fois, il eu l’impression qu’elle avait balayé ses efforts d’un geste. Geste que lui-même ne pouvait plus effectuer. A genoux, littéralement et à sa plus grande rage, il était immobilisé, bloqué, battu. Elle s’était approchée et il avait vu dans ses yeux une violence qui ne manqua pas de déferler.

Projeté en arrière, son souffle s’était coupé alors qu’il frappait un obstacle. Une décharge vive, blanche, avait percé dans ses yeux, le coupant de vision un instant alors qu’il s’effondrait au sol, vaincu par la gravité. Tout autour, des bris de bois venaient cliqueter dans ses oreilles. Tout lui sembla opaque un instant alors que ses poumons cherchaient à se regonfler dans un effort instinctif. Décharge d’hormones, le corps en branle, l’esprit qui déraille un instant.
Puis, sa vue était revenue, et, avec elle, la conscience qu’elle n’était pas loin, il voyait ses jambes dans la limite de son champ de vision. Nouvelle décharge, d’adrénaline cette fois. Il ne sut pas trop comment il s’était redressé, chancelant, probablement, toujours était-il qu’il s’appuyait, un instant plus tard, sur le mur, conscient que ses jambes n’étaient plus capables de porter grand-chose en cet instant.  Grasham lui jetait un regard en coin. Logan, lui, était absorbé par le manège d’Hoswell qui lui remettait quelque chose.

Le cœur serré, Alec compris que c’était sa baguette. Sa porte de sortie, son moyen de survie et d’apprentissage.

- La première leçon est… assimilée !

Quelque part en lui pointait la panique : il y avait une suite ??
Sans baguette ?? Pitié non..

Quand elle se retourna vers lui, un frisson glacé rampa le long de son épiderme.

- Bien joué, Alec.

Sé… sérieux ?
C’était un regard surpris qu’il lui avait jeté. Sous le choc : au sens propre ET eu figuré. Merde alors.
Et en second plan : cela voulait dire que c’était fini ?
Ses oreilles bourdonnaient et il sentait poindre en plus du reste une migraine qui risquait de le clouer au sol. A vrai dire, sa vision elle-même lui semblait étrange. Instable peut-être. Comme ses jambes quoi. Douloureuse, comme chaque parcelle de son corps. Lui-même semblait toujours tressauter par moments.

- Rangez sans moi, j’en ai fini pour aujourd’hui.

Grasham l’avait suivi après un clin d’œil au Serpentard qui se demanderait encore quelques heures plus tard s’il n’avait pas rêvé ces démonstrations.

Logan s’était approché, déposant une main sur son épaule avec un petit sourire. Ça devait vouloir dire qu’il avait réussi quelque chose de pas trop mal. Cela dit, ce poids amical avait suffit à définitivement le faire basculer, glissant contre le mur pour atterrir sur la pierre froide. Un instant, il ne vit plus rien, son corps se détendant, conscient que le danger était passé. Un moment, Logan était penché sur lui, l’autre, des objets volaient dans la pièce, se reconstituant ou reprenant leur position habituelle.

« Ça va aller ? »
« Aucun souci ! Easy. J’vais juste faire une petite sieste rapide. »

Du moins avait-il dû baragouiner quelque chose dans ce goût-là car Logan l’avait laissé là, sans plus de cérémonie, retrouvant Grasham quelques temps plus tard.
Le souffle soudainement court, Alec avait passé quelques instants les paupières closes à déglutir doucement, à peine conscient de l’état  dans lequel il se trouvait. Retraçant ces derniers instants, remontant dans le temps il s’était rapidement perdu, divaguant, pour finalement se laisser glisser dans le chaos.

- Topic Fini -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Where we're going - Sloane -    

Revenir en haut Aller en bas
 
Where we're going - Sloane -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SLOANE ★ we were born to die
» Sloane Connor
» Sara Sloane • If You Want Blood You've Got It
» Sloane Zadig Nielsen
» J'ai honte pour ce que j'ai fait, pardonne moi .. feat Sloane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée. :: ─ Salles environnantes :: ─ Club de duel-
Sauter vers: