AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 It's in the air, it's in my blood, it's rushing on ▬ Kevin [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 17329
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: It's in the air, it's in my blood, it's rushing on ▬ Kevin [Libre]   Mar 24 Mai 2016 - 7:46

Samedi 18 Avril 2015 – Vers 10h30, le matin
It's in the air, it's in my blood, it's rushing on



Kevin & Enzo

Neuf heures de décalage entre Londres et Melbourne, enfin, Lakes parce que c'est de là-bas que je suis parti il y a peu de temps par le Portoloin présent dans les dunes à côté de la maison. C'est une sorte … de jardinière, un vieil objet quoi qu'il en soit, ça n'a pas grand chose de très important. Ici, à Londres, il est maintenant 10h30. Quand j'ai quitté Lakes il était 19h, sous le regard de Derek, après avoir promis à Grand-Mère de faire très attention. Je ne suis pas seul, un des hommes du Vieux m'a récupéré à mon arrivé et depuis il me colle au train, en gardant une certaine distance. Je sais que c'est nécessaire tout comme je sais que ça n'est pas très malin de me balader comme ça dans la rue alors que je suis très probablement sur leur liste, tout comme Kyle ou mon frère, mais je ne vais certainement pas m'arrêter de vivre pour ces enfoirés. En plus de ça, peut-être naïvement, je me dis que noyé dans la masse … Ok j'ai 1m90 à déplacer mais même si je me rends compte que les gens ici ont globalement l'air plus petit que les Australiens, je ne suis pas le seul type un peu grand qui se promène dans le coin. Et puis là où je suis, il n'y a pas de Magie. Je n'avais pas envie d'aller trainer dans les quartiers Sorciers.

Jillian et Kyle ont cours ce matin, je dois retrouver Amelya et Clarisse ce midi pour déjeuner et ils se joindront à nous. Cet après-midi je compte en profiter pour faire des recherches sur les études Moldues dans le milieu marin, histoire de voir ce que j'aurai potentiellement à rattraper si jamais je me décide à suivre la voie plutôt sans Magie, ou lier les deux. Demain, je passe le cap, je suivrai Amelya jusqu'à chez ce type que j'ai du mal à appeler Grand-Père après ce qu'il nous a fait en début d'année mais ces derniers temps j'ai décidé que la rancune bouffait trop de temps, trop d'énergie. Je ne dis pas que je vais lui faire confiance du jour au lendemain – il nous a quand même enlevés et retenus chez lui pendant un mois – mais on partage le même sang et surtout il est le père de ma mère, c'est quelque chose qui compte énormément pour moi. Aujourd'hui, après le coup d'éclat du début d'année justement, les rapports sont plutôt cordiaux entre les Ryans et les Avery-Baker, je me rends compte que j'apprécie ça, le fait d'avoir une famille et de pouvoir compter sur eux. Entre Derek et moi ça n'a jamais été aussi bien, par miracle je n'ai pas emplafonné Bryton pendant le dernier repas de famille et j'ai même fait un peu plus connaissance avec Leah … Même si sa lubie de rejoindre Poudlard me fait clairement grimacer. Je lui ai dit d'en parler à ses parents, ça n'est finalement pas à moi de prendre la décision mais si c'était le cas je doute que j'irai dans le sens des encouragements. D'un autre côté je peux tellement la comprendre … On a été élevés dans un milieu très fermés, surtout eux parce que nos parents à Derek et moi étaient vraiment plus ouverts sur le monde que le reste de la famille de deux côtés confondus, et si j'ai eu la chance – oui, ce que j'ai longtemps vécu comme un calvaire a finalement trouvé sa place dans la case chance à présent – de rencontrer pleins de gens supers pendant ces deux dernières années et demi – et aussi quand j'étais à l'école en Australie mais j'étais plus jeune et surtout beaucoup moins sociable – elle, en revanche, n'a jamais quitté son institut privé et le précepteur qui vient lui faire cours à domicile. C'est le cas de beaucoup de Sang-Purs, parce qu'on ne se mélange pas avec le reste de la populace vous comprenez – conneries – mais aujourd'hui, à 19 ans, elle se rend compte qu'elle ne connait pas le monde ni même beaucoup d'autres personnes de son âge. Dans le fond, ce que je fais en me baladant comme ça le long de la Tamise, un gobelet de café dans la main et l'autre dans la poche, comme n'importe quel Non-Magicien pourrait le faire – j'ai même un téléphone portable sur moi, qui aurait cru que ça arriverait un jour – c'est parce que je ressens ce besoin de liberté moi aussi. J'ai envie de vivre, le plus normalement possible, comme tout le monde.

Ce matin – Heure Australienne – j'étais perché sur mon surf, entre l'océan indien et le Pacifique. Dix heures plus tard je déambule dans les rues de Londres, l'estomac un peu creux – je m'en rends compte maintenant qu'il grogne – et un café dans la main. Ça me plait, vraiment, j'ai l'impression de voir le monde et la vie complètement différemment depuis le début de ces vacances. Quelque chose a changé en moi, je le sais, je le sens, et même si je ne cherche pas spécialement à l'expliquer. Après ce qu'il s'est passé il y a deux semaines au château ça fait réellement du bien d'être dehors, j'en arrive même à apprécier le Royaume-Unis … Miracle ! Mes amis me manquent, c'est un fait, ceux de Poudlard j'entends, mais je sais que je vais manquer de temps pour remédier à ça, pour le moment en tout cas. Cette première semaine a été déjà bien occupée entre Kyle, Jill, Derek et le reste de la famille – d'ailleurs ça se poursuit aujourd'hui, demain … Les choses se tasseront la semaine prochaine, j'ai hâte que Jill découvre l'Australie d'ailleurs, vraiment. Grand-Mère a hâte de la rencontrer. Derek, lui, ne se prononce pas vraiment mais je vois bien que ça le travaille. Je ne me mêlerai pas de leurs affaires, ils sont suffisamment grands comme ça mais … Oui, je l'avoue ! Je trouverai ça cool qu'ils reprennent là où ils se sont arrêtés quand Jill est partie de Poudlard l'année dernière. Bref, pas mes affaires. Caem est parti avec Killian, Mateo a survécu aux présentations avec les parents de Riley, aux dernières nouvelles en tout cas. Kezabel profite de sa famille. Cameron a embarqué Emily pour San Francisco, je ne sais pas si j'aurai l'occasion de le revoir avant de retourner à l'école. Je sais qu'il doit venir voir Jill et Kyle mais je ne sais pas encore si je serais par là ou pas à ce moment là. Il n'empêche que j'ai hâte de les retrouver, tous, et pas seulement ceux là. Certaines choses me traversent l'esprit par moment, j'essaie simplement de profiter de ces deux semaines de vacances au maximum en me concentrant sur ce sentiment de liberté, sur les gens que j'aime et que j'ai la chance de pouvoir voir, sur ma famille, cette stabilité retrouvée. Ce calme. Point.

Un sourire à la jeune femme que je viens de croiser, une gorgée de café, un coup d'œil sur les peintures d'un artiste de rue matinal, l'attention captée par l'architecture du coin, les graffitis sur certains murs, les pigeons, un peu tout et n'importe quoi, j'ai sans doute l'air d'un vrai touriste mais ça ne me pose aucun problème : C'est de toute façon totalement ce que je suis. Les deux coudes à présent posés sur un muret de pierre qui surplombe la Tamise, je laisse mon regard divaguer au même rythme que mes pensées à mesure que mon café se vide petit à petit. Un soupir tranquille m'échappe, mes lèvres s'étirent en un sourire sans que je n'y fasse vraiment attention.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 389
Date d'inscription : 21/01/2013
Crédits : © ECK
Double Compte : Killian T. E. Calgarry && Casey S. Quiggley && Ricardo Queiros Lopes && Rafael A. Paley && Rosalyn W. Dawson



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1871-kevin-william-owen-mercer-i-ll
MessageSujet: Re: It's in the air, it's in my blood, it's rushing on ▬ Kevin [Libre]   Lun 30 Mai 2016 - 13:29

Lundi 13 avril 2015

Prendre son courage à deux mains, c'est souvent plus facile à dire qu'à faire. Je me suis fait violence, ce matin, je me suis décidé, et j'essaie de pas en démordre. Charlie repart dans sa famille, et moi aussi, et j'attends dans le Grand Hall, pour lui dire au revoir, en un sens... ou peut-être plus. Marly et Kay, dont j'ai croisé les regards entendus, m'encouragent, mais on va dire ce qui est, maintenant que je suis là, à attendre de le voir débarquer, j'ai l'impression de passer un examen oral, et je me retrouve comme un con à faire le pied de grue sans savoir quoi faire pour me donner une contenance. Et puis je l'ai vu débarquer avec sa valise, et mon coeur a manqué un battement. C'est maintenant ou jamais, l'heure de vérité, en somme. Je serai fixé, quoi qu'il arrive, c'est vrai. Je serai fixé, mais je suis super anxieux, pas vraiment désireux de le voir disparaître de mon entourage si ça ne lui va pas. Les rumeurs courent déjà sur mon compte, je peux plus y faire grand chose, et discuter avec mes proches m'a rassuré un peu, même si je mentirais en disant que je suis parfaitement serein. J'en suis terriblement loin, je sais pas ce que ça va donner, mais si je me lance pas, je ne saurais jamais. C'est ce que je me répète en boucle, un peu comme si cette litanie allait vraiment réussir à me donner du courage et puis...

Il est là, et j'ai l'impression de me voir de l'extérieur comme je lui souris, m'approche de lui et pose mes lèvres sur les siennes sans vraiment annoncer quoi que ce soit.

- Rentre bien, Charlie...

Non, je ne fais aucun commentaire sur ce que je viens de faire, mais comme je croise à nouveau son regard, je sens bien que ça ne passe pas. Un moment de silence pesant et je me recule, passe une main nerveuse sur ma nuque. Je serais prêt à rouvrir la bouche pour lui dire que je suis désolé, mais c'est lui qui prend la parole.

- Je... euh... merci Kevin, mais...

Je l'ai senti venir, ce "mais".

- Je suis désolé... Je peux pas... Je suis pas prêt... Depuis Ewan... Et puis...

Il ne reste pas à Poudlard. Il part à BeauxBâtons, espérant que ça l'éloignera des Supérieurs. On a discuté un moment, je suis pas vraiment d'accord avec lui, parce que je pense qu'il ne fait que reculer pour mieux sauter, mais je vais pas lui jeter la pierre. Je lui ai fait comprendre que ça ne changeait rien au fait que je l'appréciais, je suis pas si rancunier que ça, en tout cas pas pour un râteau et surtout pas étant donné les circonstances présentes, et je lui ai fait promettre qu'on garde contact, au moins en tant qu'amis. Je suis ravi qu'il ait accepté, même si je reste un peu déçu, évidemment, que ça n'aille pas plus loin. Et qu'il quitte l'école, aussi, mais encore une fois, c'est sa décision, et je la respecte. On s'est quittés dans la Grande Salle, je l'ai laissé transplaner, je suis parti par un autre moyen pour ma part - sans surprise, mon balai a servi, comme pour Killian et Caem à vrai dire. J'ai retrouvé mes parents, ravis de me revoir, et la vie a suivi son cours...

***

Samedi 18 Avril 2015 – Vers 10h30, le matin



Kevin & Enzo

J'ai passé la semaine avec ma mère la journée, mon père le soir après son travail. A parler de tout et de rien, de l'école - aoutch, non je suis toujours pas premier de la classe non, assez loin de là, même, mais promis je fais des efforts - de Quidditch - énormément, mais sans surprise en même temps - de mes amis, et non, rien de plus, malheureusement.

- Ca viendra mon chéri, sans doute même quand tu t'y attendras le moins.

Les phrases toutes faites de maman. Mais sa compréhension me touche toujours autant, celle de mon père aussi, et si ça n'a pas duré longtemps, j'ai quand même avoué avoir montré plus ou moins au grand jour ma préférence. Un sourire entendu de mon paternel, un câlin de ma mère, et puis on est passés à autre chose. C'est finalement aussi bien comme ça... Maintenant je verrai bien à la rentrée... Ca m'angoisse un peu, mais je tâche de ne pas trop y penser et aujourd'hui, j'ai profité du week-end pour aller faire un tour dans Londres. Après douze mille recommandations de maman à qui je promets de rentrer pour le dîner - maman-poule va - j'ai transplané dans un coin de la ville, et je suis parti me balader un peu au hasard, histoire de prendre l'air, et de revoir la ville moldue. Ces derniers temps, j'ai l'impression de n'avoir plus vu que le monde sorcier et même si ma mère s'est parfaitement fondue dans ce monde, je ne peux pas envisager de rester indéfiniment loin de l'autre partie de moi, parce que malgré tout, je reste sang-mêlé, et le monde non-sorcier me parle. Et puis j'ai promis à Casey qu'on irait prendre un café quelque part, dans l'après-midi. En attendant, je me suis dit que j'irai me poser près de la Tamise, tranquillement, juste à ne rien faire et regarder le ciel et les gens, allongé sur la berge, sans doute. Pourtant je m'arrête avant, quand je repère une silhouette familière accoudée au muret. Des grands gaillards comme lui et moi, on les loupe pas vraiment, il faut avouer. J'ai bifurqué et suis venu m'accouder à mon tour, le regard posé sur le fleuve, à une distance raisonnable pour lui comme pour moi.

- J'imaginais pas que je verrai un visage familier ce matin... Salut Enzo...

Il a peut-être envie de rester seul, auquel cas je m'éclipserai, mais j'avais pas vraiment envie de faire comme si je l'avais pas vu. Ca a été houleux entre nous au départ - ma faute entièrement, j'admets, enfin peut-être pas à voix haute, mais ça n'empêche - mais ce type a l'air plutôt cool, réellement, et même si on est pas vraiment proches, j'ai apprécié nos dernières entrevues - sa compréhension, surtout, alors que j'ai franchement pu faire ma tête de con. Un sourire, et je me suis tourné vers lui.

- Les vacances se passent bien ?...

Question bateau, mais j'ai jamais dit que j'avais une conversation particulièrement riche après tout...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17329
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: It's in the air, it's in my blood, it's rushing on ▬ Kevin [Libre]   Jeu 2 Juin 2016 - 19:10

Lundi 13 Avril 2015 – Dans la matinée

« Hey ma belle, te sauve pas, on rentre à la maison. »

Sauf que la maison, pour elle, c'est ici. Détail. Ou presque. L’info est tombée au p’tit dej, depuis c’est la folie furieuse dans le château, dans le sens positif du terme. Tout le monde est surexcité à l’idée de foutre le camp, de mon côté je reste calme mais j’ai hâte. Hâte d’être ailleurs, hâte de retrouver les miens et de changer d’air. Le truc, c’est qu’avant de partir, d’une je dois préparer mes affaires – en soi ça va être vite fait – et de deux, c’est là où ça se complique … Je dois choper Lune pour la mettre dans sa caisse de transport. Elle déteste ça et me sent venir à des kilomètres alors naturellement, elle est déjà planquée sous le lit d’un des collocs et se déplace avec une telle rapidité que même mes réflexes de Lycan ne servent à rien. J’ai de la patience à revendre, c’est pas grave, et les gars ne font même pas attention à tout ça.

« Bonnes vacances Enzo ! A dans deux semaines. »

Hein ? Ah ! Josh.

« A toi aussi Mec, profites en bien. »

Il n’est déjà plus là … Home run ! Ne me dites pas qu’elle en a profité pour se barrer par la porte quand il est sorti …

« Aïeuh ! »

Visiblement non.

« Ryans ! Ce truc c’est pas un chat c’est un tigre ! J’ai rien fait et elle me griffe cette tarée ! »
« Hey doucement là, elle est pas tarée. Et j’demande à voir comment tu réagirais si on te marchait sur la queue. »


Moment de flottement … Interprète ça comme tu veux. En attendant, ça suffit les conneries, j’aime pas ça mais elle ne me laisse pas le choix alors un peu de Magie, et le tour est joué. Lune est dans sa caisse, elle crache, gronde, et me jette des regards pleins d’éclairs … Charmante minette, y a pas à dire, mais ça me fait sourire. J’aime son sale caractère. J’aime son caractère tout court.

« Et oui je sais, t’as horreur de ça, mais j’te laisse pas ici cette fois. Dis-toi que tu pourras aller chasser dans les dunes, t’aime ça non ? »

L’été dernier elle s’est éclatée … Un peu trop même parce que le lapin a moitié décapité devant la porte de la maison au p’tit dej … Moi ça me gêne pas, je suis habitué de par ma double nature mais ça n’est pas le cas de tout le monde. Ahum. Bref. C’est mon chat, ma maison, elle vient et ça n’est pas négociable. Même si ça n’est pas la première adresse où je compte me rendre.
L’Australie, la maison, ça viendra évidemment mais la première chose que je veux faire c’est retrouver Kyle. Et Jillian. Alors ça sera direction Londres. Mais pas sans dire au revoir aux copains, évidemment ! Manquerait plus que ça. Je ne partirai pas d’ici sans avoir fait un gros câlin à Keza, à Ora aussi. C’est donc ce que je fais, une fois mes affaires prêtes, le sac sur l’épaule et la caisse de Lune dans la main. Elle ne dit plus rien, je sais pertinemment qu’elle fait la gueule … et ça me fait sourire. Certains sont déjà partis, je crois les frangines Thomson-Jenkins, Kim, Ismaelle bien sûr, Keza, Ora, Mateo et Caem évidemment, Killian, Ever, quelques autres, puis Will qui est venu de lui-même me souhaiter de bonnes vacances, chose que je lui ai retourné, avec le sourire. Il s’est passé ce qu’il s’est passé, je crois que c’est clairement hors de nos têtes aujourd’hui vu ce qu’il se passe.

J’attends tranquillement mon tour, comme à chaque fois c’est Matthews qui s’occupe de mon cas. On a le choix, Portoloin, Transplanage, etc … Si j’étais rentré direct en Australie ça aurait été Portoloin, vu la distance. Londres, ça sera Transplanage.

« Même adresse que l’autre fois ? »
« S’il te plait, oui. »


Je le sens sceptique, perplexe, presqu’inquiet et vu ce qu’il s’est passé la dernière fois je peux le comprendre alors j’enchaine, pour … le rassurer, le tranquilliser, un truc dans le genre. D’un point de vue général, professionnel si on veut, pas personnel. Et oui, je le tutoie sans y faire attention, ça ne semble déranger aucun de nous deux.

« Y a plus aucun danger. Pas … à ce niveau-là en tout cas. J’ai confiance. »
« Ok. »


Et apparemment lui me fait confiance. Est-ce que je suis naïf ? J’en sais rien, peut-être, mais je me dis que les rapports sont si ce n’est bon au moins cordiaux dans la famille maintenant. Je doute que le Vieux me retombe dessus encore une fois, d’autant plus que … J’crois pas être réfractaire à l’idée de le revoir. Le reste, c’est autre chose. Je sais bien que je ne serais pas totalement en sécurité là dehors mais c’est le lot commun de tout le monde ici, même si certains sont un peu plus blacklistés que d’autres.
J’ai horreur de ce truc, le Transplanage, et même si j’ai mon permis depuis l’été dernier et que je maitrise relativement le truc, je l’utilise le moins possible. Si on est accompagné c’est pour des raisons de sécurité mais je ne mentirai pas, ça me rassure que ça soit quelqu’un d’autre qui me fasse voyager. Et en quelques secondes, non sans avoir l’impression que tous vos organes dansent la macarena en même temps, on change de paysage.

« Passe le bonjour à Kyle de ma part. »
« Ça marche. Merci. »


C’est bref, efficace, factuel. Ça me va. Et j’ai parfaitement conscience du fait que je vais potentiellement me retrouver à la porte parce qu’on est lundi et que les gens bossent, sont à l’école, etc … Mais un sourire étire immédiatement mes lèvres quand j’entends du bruit à l’intérieur de l’appartement alors que je me tiens devant la porte, à l’extérieur, prêt à frapper. On ne parlera pas de mon palpitant qui s’emballe quand je m’imprègne déjà de toutes ces odeurs familières qui trainent par là.
Je frappe, à l’intérieur le bruit s’arrête quelques secondes, je baisse la tête, sourire en coin, quand je sais qu’elle m’observe par ce petit trou dans la porte dont j’ignore le nom. Elle ouvre à la volée, son expression m’atteint en plein cœur et me donne envie de sourire jusqu’à ne plus en être capable.

« Loup ? »
« Le seul, l’unique. »


Si j’arbore un air détaché, presque arrogant, faussement évidemment, elle, clairement, elle bugue.

« P’tit con va ! »

Elle me colle un coup de poing dans l’épaule, j’éclate de rire, la seconde d’après elle est contre moi, ses bras m’enserrant alors que les miens en font autant et que ma tête se pose sur la sienne.

« Ça fait du bien de t’revoir espèce de folle. »
« J’te manquais trop. »
« Évidemment que tu m’manquais trop, qu’est c’que tu crois ? »


Avec tout ce qui s’est passé ces derniers jours, ces dernières semaines, derniers mois même, c’est tellement bon d’être là, de la sentir contre moi, de respirer son odeur. Cette fille c’est ma famille, elle en fait partie intégrante et c’est comme si toutes mes tensions, tout ce qui pourrait m’occuper l’esprit, disparaissait totalement. Son cœur bat à une vitesse folle, le mien aussi, on reste bloqués comme ça pendant ce qui me semble être une éternité et je n’ai pas envie que ça s’arrête mais Jill, elle est comme ça. Le contact, un peu, mais pas trop. Sans parler du fait qu’on ne va pas rester sur le pas de la porte toute la journée alors c’est elle qui s’écarte et je la laisse faire. Elle me chope par la manche et me tire à l’intérieur avec elle.

« Entre espèce d’andouille. »

Je m’exécute sans broncher et retrouve cet endroit familier, un endroit où je me sens bien.

« Sors-la, la pauvre. »
« Je sais pas, je pense qu’elle va tenter de me crever les yeux … »
« Mets-toi à sa place, t’aurais pas envie de crever les yeux de celui qui te met en cage ? »


J’ai le droit de poser mon joker là ? Elle balaie ça d’un geste de la main, je ne réponds pas, dépose mon sac dans l’entrée en portant la caisse de Lune à hauteur de mes yeux, histoire de la jauger. Ses pupilles sont dilatées, je risque mon intégrité physique si je la sors de là … Mais je le fais quand même, Jill a déjà déposé un bol d’eau sur le sol de la cuisine. Pour le chat ! Pas pour moi … Même si j’ai bien compris l’allusion dans son regard. Espèce de saloperie va. Je t’aime. Tu m’as manqué.

« J’ai cours cet après-midi mais Kyle doit rentrer ce midi, il finit à … »

Elle regarde sur le frigo, je vois qu’il y a leur planning à tous les deux.

« … 12h15. »
« Vous êtes bien organisés dis donc. »


Avec ce qu’il s’est passé entre eux il y a de ça ce qui me semble être un million d’années, j’aurai pu … être réticent, voir un peu jaloux, méfiant, mais ça n’est pas du tout le cas. Ça me plait de les savoir ensemble tous les deux, réellement. Et ça me rassure, aussi. Dans tout ça, je sais que ça n'est pas mon petit ami qu'elle héberge mais surtout un de ses amis à elle. Un ami proche. Ça fait un mois, j'imagine qu'ils ont déjà installé leurs habitudes, leur routine, etc ... La vie ici diffère à mon avis énormément de celle au château. Est ce que ça me fait envie ? Sans doute un peu mais chaque chose en son temps.
Je me pose contre un meuble, me faisant tout petit – oui enfin, façon de parler – conscient de ne pas être sur mon territoire même si je m’y sens plus que la bienvenue. Mon attention oscille entre Jill et Lune qui sort de sa caisse à pas feutrés, mesurés.

« J’aimerai bien lui faire la surprise, t’aurais le temps de m’emmener jusqu’à son école ou m’expliquer comment y aller ? »

Elle sourit, de ces sourires qui n’appartiennent qu’à elle, de ces sourires qu’elle ne m’adresse qu’à moi.

« Viens. Et puis tu sais quoi, petit Sang-Pur, on va te trouver un moyen de communication un peu plus pratique que le Patronus ou les Hiboux. »

Voilà comment vous vous retrouvez avec un téléphone portable dans la poche, et on passera sur le fait que j’ai encore du boulot à faire avec la technologie mais ça va, je ne m’en sors pas trop mal. Je maitrise déjà plus ou moins le net, les ordinateurs, depuis cet hiver, donc avec un truc aussi petit je devrais m’en sortir. J’ai récupéré le numéro de Jill, celui de Kyle évidemment mais je me suis retenu de lui envoyer un message … qu’il ne verrait de toute façon pas avant Noël parce qu’il a la tête ailleurs et j’avais celui de Keza, au cas où, donc le circuit commence à tourner, elle m’a déjà envoyé le numéro de Mateo, celui de Riley, etc … Bref, je suis connecté ! Et c’est plutôt cool.
Elle m’a trainé dans les rues, on a bu un café tous les deux, rattrapé le temps, et c’était vraiment génial de passer ce moment-là avec elle tout en sachant que ça ne serait pas le seul. J’ai commencé à organiser mes vacances, l’idée c’est de rester là jusqu’à mercredi, ensuite direction l’Australie pour voir la famille, mon frère et Grand-Mère en tête de liste. Je reviendrais probablement le weekend prochain pour voir Amelya, Clarisse, les gosses et peut-être le Vieux puis j’embarque Jill et Kyle avec moi pour qu’ils passent quelques jours à la maison, à Lakes. Ça se précise comme ça, il ne reste plus qu’à voir avec les principaux concernés mais pour le moment, j’attends sagement à la sortie de l’école, appuyé contre un mur, mains dans les poches, et le cœur qui ne sait pas trop à quel rythme battre. Jill m’a accompagné jusqu’ici puis elle est partie de son côté, des élèves commencent à sortir, je ne panique pas mais je ne peux pas le nier, je me sens un peu perdu.
D’un point de vue extérieur je ne bouge pas d’un millimètre, me faisant facilement oublier, fondu dans le décor ou presque. A l’intérieur, tout s’emballe à la seconde même où je distingue cette silhouette plus que familière. Un mois. Un mois jour pour jour. Et enfin, il est là, devant moi. Je me détache du mur, bien sûr il ne m’a pas vu, perdu dans ses pensées, et je n’arrive plus à m’empêcher de sourire même si je tente de garder l’air impassible. Je me plante face à lui, à quelques mètres, et enfin il relève la tête … Et bloque.

« Enzo ? »

Une seconde, deux secondes, trois secondes. Ses affaires tombent sur le sol, il est dans mes bras, mon cœur explose. Je le soulève, sans retenue, mes bras le serrant sans doute avec un peu trop de force mais je m’en fous et je sais qu’il s’en moque aussi. Il n’a jamais eu peur que je lui fasse mal, pire, ce maso en redemanderait presque. Je m’imprègne, de tout. Son toucher, son odeur, les battements de son cœur, les miens, et le monde entier cesse d’exister. J’ai l’impression de retrouver mon meilleur ami, et bien plus que ça évidemment. Est-ce que je compte le lâcher ? Oui, à un moment, évidemment, mais pas tout de suite. Encore une minute, deux, peu importe. Ses pieds retouchent finalement le sol, sa main attrape la mienne et il me dévisage.

« T’as fait le mur ?! »
« Détends toi Papa, j’suis en vacances, pas en cavale. »


Ça me fait rire, clairement, parce que certaines choses ne changent pas.

Mercredi 15 Avril 2015

Deux jours entiers passés à Londres, maintenant c’est la direction de la maison, ma maison, que je prends, par Portoloin cette fois. Lune a retrouvé sa caisse et bien sur elle n’est pas contente. Jillian et Kyle m’ont accompagné jusqu’à la « station », je n’ai lâché sa main à lui qu’au dernier moment. Pas d’effusion devant Jill, juste un simple baiser, et un bisou sur sa joue à elle. On se revoit dans quelques jours, de toute façon. Nouvelle sensation désagréable, quelques secondes plus tard j’atterri dans les dunes à côté de la maison et me sens totalement submerger par tout un tas d’émotions quand mes sens captent toutes les données. Je reste bloqué quelques secondes, le temps de reprendre mes esprits mais surtout le temps d’intégrer que tout ça est réel, que je suis bien chez moi, et bordel ça fait du bien. La maison se distingue, l’Océan me colle une claque et j’ai juste envie de foncer droit dedans mais quand je retrouve ma mobilité ça n’est pas sa direction que je prends. Une minute plus tard, passant par la terrasse donc par derrière, j’ouvre la porte et le surprend : Mon frère. Qui bloque lui aussi. Et ça me fait sourire. Il savait que j’arrivais, je l’ai prévenu évidemment, mais ça me fait un truc cette réaction. J’aime bien. Pas besoin de mots.

« Je sais, tant de prestance ça impressionne. »
« Rêve pas p’tit morveux, t’auras jamais autant de classe que moi. »
« Peut-être pas, mais en attendant j’ai les muscles et une bonne dizaine de centimètres de plus que toi. »


En clair, je suis une frappe atomique. Et mes chevilles se portent toujours à merveille.

Derek l’impassible, le Roi Ryans, Maitre dans son château. Il n’exprime rien, pas visuellement, mais je sais, je sens, et l’accolade brève qu’on échange m’apporte encore plus d’informations. Il est content de me voir, il ressent des choses ! Pardon.

« Vas te changer, on file chez Grand-Mère. »

Mise dans l’ambiance immédiate. Je prends quand même le temps de fermer la porte et d’ouvrir à Lune tout en sortant ses gamelles. 9h de décalage horaire, ici c’est déjà le soir.

« Y aura toute la clique ? »
« Oui. »
« Ok. »


Est-ce que ça m’emmerde ? Non, même pas. Je me surprends même à être impatient. Je sais que ça passe ou ça casse, je ne cacherai pas qui je suis, j’ai plus envie de le faire. Je largue Derek là et monte dans ma chambre, encaissant avec une bonne dose de bonheur tout ce que me procure le fait de me retrouver là, chez moi. Rien n’a changé ici, je pourrais presque sentir la présence des parents. J’aurai aimé avoir un peu plus de temps pour reprendre mes marques mais ça n’a pas d’importance, j’ai encore dix jours devant moi après tout. J’enfile une chemise, garde mon jean, remet un peu d’ordre dans mes cheveux histoire d’avoir l’air d’un gentil garçon bien élevé et redescends dans le salon où mon cher grand frère m’attend. C’est comme si on s’était quitté hier.

« Je m’attendais à te voir dans ta plus belle robe. »
« Non, celle-là je la garde pour ton mariage. »


~*~

« Bonsoir mes chéris. »

Ici non plus rien n’a changé. La maison est immense, le jardin encore plus … et la famille est nombreuse mais pour le moment, la seule que je vois, c’est Grand-Mère. Elle me semble tellement minuscule là dans mes bras …

« Je suis si heureuse de te voir mon garçon. »
« Moi aussi Grand-Mère, tu m’as vraiment manqué. »


Je la garde là contre moi quelques secondes, encore une fois pour m’imprégner d’elle et laisser mes sens en profiter puis m’écarte en douceur. Elle pose sa main sur ma joue, fronce les sourcils une seconde puis souris : Oui, j’aurai pu me raser, certes … Mais j’avais pas envie. J’y ai juste totalement pas pensé, c’est surtout ça. On échange quelques mots, jusqu’à ce qu’une autre personne s’approche. Une jolie brune aux yeux rieurs.

« Bonjour Enzo ! »

Ça me prend une seconde de réaction mais c’est bon, les données s’imbriquent correctement et je lui adresse un sourire.

« Leah, hey, salut. »

Leah est la cousine dont je suis le plus proche en terme d’âge, les autres sont soit plus âgés, soit plus jeunes, à l’exception de son frère qui a le même âge que moi si je ne me plante pas. On aurait pu être proches, j’imagine, mais ça n’a jamais été le cas ou alors je ne m’en souviens pas spécialement. Je les connais à peine et sans trop savoir pourquoi, je crois que j’ai envie que ça change. Alors je m’attarde, m’intéresse, y compris à Briana et sa grossesse. Je me fonds dans la masse bien plus facilement que je ne l’aurai cru … et je crois même que j’y trouve ma place. Des vérités ont été dites, on a vaguement parlé de sujets qui pourraient fâcher, j'ai dit ce que j'avais à dire et personne n'a bronché. Pas même Bryton, même si je sais très bien qu'il aurait eu pas mal de commentaires à faire. Il en a toujours. Rien à foutre, c'est avec un sourire particulièrement satisfait que je l'ai toisé quand on s'est dit au revoir. Tout ce que je vois c'est que j'en garde uniquement le positif, c'est tout, et que j'aime vraiment ce concept d'avoir une famille, même si Papa et Maman ne sont plus là. La vie continue, les choses évoluent, les gens aussi. La roue tourne, je crois que c'est ça qu'on dit, non ?

~*~

Jeudi 16 Avril 2015

« Non mais t’es tellement gay, c’est pas possible … »
« Arrête ton char Cœur-De-Pierre, me dis pas qu’il est pas mignon ? »


Je sais pas pourquoi, avec le frangin, on a décidé d’aller faire un tour en Tasmanie. C’est juste en face de chez nous, on n’y a jamais mis les pieds, c’est maintenant chose faites. Derek reste Derek mais même si je ne le formule pas, ça me fait extrêmement plaisir de partager ça avec lui. Même quand il n’est pas décidé à changer de disque concernant mon orientation sexuelle. Soit, si ça peut lui faire plaisir … C’est quasiment devenu une manière normale de se parler, en fait, et je ne me prive pas pour lui en mettre plein la face moi aussi donc ça va, c’est de bonne guerre et si à un moment j'en ai vraiment marre, je le lui ferais comprendre.
J’ai réussi à le trainer dans un sanctuaire animalier, un endroit où ils récupèrent des animaux blessés, maltraités, etc … Des animaux sauvages, ou censé être sauvages, mais pour la plus part considérés par l’homme comme une cause acquise. C’est vrai qu’adopter un Wombat pour le garder dans un son appart c’est super intelligent. C’est précisément un bébé Wombat que je suis entrain de grattouiller sur le dessus de la tête, d’ailleurs.

« Tu préfères les Diables, c’est ça ? M’étonne pas, vous avez le même caractère, de vrais rayons de soleil. »

Et hop. Le bébé Wombat, dans les bras du frangin !

« Tiens. »
« Hey ! »
« Fais lui un bisou. »
« Enlève moi c’truc de là ! »
« Oh aller, fais pas ta fiotte Derek. Tu vas quand même pas avoir peur d'un truc aussi petit ? Regarde ! Il t’aime ! »


Et je le plante là, avec le petit dans les bras qui s’accroche à lui, son regard désespéré me faisant éclater de rire … pendant que je vais discuter avec une des nanas qui bossent là. Hey ! C’est un peu mon avenir ça, d’une manière, faut bien que je prenne des contacts non ? Je m’intéresse, c’est tout, je me renseigne. En attendant, dans ma tête, des choses se débloquent toujours un peu plus. Des évidences me sautent aux yeux.

A la maison, il y a du changement et j'entends par là l'écran plat qui trône en face du canapé sur un meuble télé tout neuf. Oui, j'ai craqué mon calbut, et alors ? Je me dis juste que cet été, je vais bosser, d'une part parce que j'en ai envie – et que maintenant que je suis majeur ça va être plus simple, et d'autres part parce que j'aime pas du tout ce concept d'avoir accès aussi facilement à des trucs comme ça sans avoir fait d'efforts particuliers en contre partie pour les gagner. Ok, on a les moyen dans la famille et avec l'héritage j'en parle pas mais … J'aime autant pas toucher à ça, disons le moins possible, et surtout faire en sorte que tout ne me tombe pas tout cuit dans le bec. Je pense pas que je deviendrais un jour le genre de sale môme fils à Papa qui s'en fout de la valeur des choses mais mieux vaut prévenir que guérir. Du coup, on a regardé Fight Club, c'était plutôt cool. Je pensais pas qu'il aurait accepté, c'est trop « Moldu » comme trucs tout ça, mais une fois devant l'écran il s'est laissé prendre au jeu. On traine ensemble, sans pour autant passer tout notre temps scotché l'un à l'autre sous peine de s'entretuer c'est plutôt clair. Je vais surfer tous les jours, j'y passe des heures, et finalement les jours défilent rapidement.

Samedi 18 Avril 2015

Retour à Londres. Le regard braqué sur le fleuve, mes pensées s'égarent. Je ne sais pas pourquoi, le visage de Megan s'impose dans mon esprit et un soupir m'échappe. Derek n'a pas pu lui dire au revoir, pas plus que Cameron, personne en réalité et … l'idée de lui « rendre visite » m'effleure. Après son décès elle a été évacuée rapidement, elle a été rendue à sa famille mais je pense souvent à elle et je me dis que c'est peut-être un moyen comme un autre de lui dire vraiment au revoir, simplement penser à elle, comme je peux le faire quand je vais sur la tombe de mes parents c'est à dire à chaque fois que je rentre à Lakes. Perdu dans mes songes, qui ne sont pas tristes pour autant, je ne l'entends pas arriver mais aucun sursaut de ma part pour autant quand il se pose à côté de moi.

« J'imaginais pas que je verrai un visage familier ce matin... Salut Enzo... »

Kevin. Et c'est vrai que tout comme lui je ne m'attendais pas à croiser un visage familier. J'imagine que ça n'a rien d'incroyable finalement mais ça n'a pas d'importance.

« Hey, salut. Tu vas bien ? »

Un sourire, je m'écarte un peu pour me mettre de biais de façon à lui faire plus ou moins face et lui serre la main, avec celle qui ne tient pas mon café.

« Les vacances se passent bien ?... »
« Oui, impeccable. Comme tu peux le voir j’suis un véritable touriste. »


Je lâche un rire réellement amusé en jetant un regard sur mon allure tout en me rendant compte que ça me fait plaisir de le voir. On ne peut pas dire qu'on soit potes, camarades d'école j'imagine que ça matche pas mal s'il fallait réellement décrire ce genre de trucs, mais oui, ça me fait plaisir de le croiser. Au départ c'est clair que ça été un peu compliqué entre lui et moi, à cause d'un certain Bleu qui malgré lui ou pas a créé des tensions entre le Jaune et moi – Dis le que t'as eu envie de me mettre la tête dans le mur, je t'en voudrais pas. Je pense qu'on est quoi qu'il arrive d'accord pour dire que j'ai rien fait de travers – ce qui n'est pas tellement le cas ces derniers temps Monsieur Ryans Junior, mais ça n'est pas le sujet – et c'est de toute façon du passé maintenant. Je me demande s'il a encore des nouvelles de Jamie, soit dit en passant. Pour ma part, absolument aucune. Riley ? Mystère.

« Ça fait du bien de retrouver la maison, la famille, etc … Et d’être un peu dehors, faut l’avouer. »

Décontracté, je m'accoude un peu plus contre le muret.

« Et sous le soleil Australien, bordel. »

Ok, c'est bientôt l'hiver, mais les jours sont encore beaux et ma peau en atteste. Je passe pas mal de temps à me trimballer à moitié à poil – en short, ça va – et je dore comme un p'tit poulet. Mon côté Narcisse apprécie particulièrement, je ne m'en cacherai pas.

« Et toi ? Qu’est c’que tu fais de beau pendant ces 15 jours ? »

Oui, c'est bateau, mais en même temps, je trouve ça plutôt efficace et logique pour entamer une conversation. C'est la base.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 389
Date d'inscription : 21/01/2013
Crédits : © ECK
Double Compte : Killian T. E. Calgarry && Casey S. Quiggley && Ricardo Queiros Lopes && Rafael A. Paley && Rosalyn W. Dawson



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1871-kevin-william-owen-mercer-i-ll
MessageSujet: Re: It's in the air, it's in my blood, it's rushing on ▬ Kevin [Libre]   Ven 3 Juin 2016 - 23:43

C'est sûr que trouver un mot pour décrire notre relation est un peu délicat. Ami non, mais ennemi non plus, on reviendra pas sur les débuts chaotiques, camarades éventuellement et encore. Une connaissance ? Ça me semble fade malgré tout, pourtant est-ce qu'on est vraiment plus que ça ? J'en sais rien mais ça m'importe assez peu au final. Un visage connu, donc, que je m'attendais pas à croiser, mais que je suis pas mécontent de voir.

« Hey, salut. Tu vas bien ? »

Je hoche la tête, me tourne vers lui tout comme lui vers moi. On est en vacances, ça se sent, je crois, qu'on est plus détendus - et pas seulement niveau tenue vestimentaire.

« Oui, impeccable. Comme tu peux le voir j’suis un véritable touriste. »

Mon rire répond au sien. J'ai pas été jusqu'au short, mais je suis clairement pas sur mon 31. Un t-shirt gris un peu délavé et un sweat à capuche de la même, mon vieux jean troué aux genoux sans que ça ait grand chose avec une quelconque volonté fashion et mes vieilles baskets aux pieds, je suis clairement là en mode décontracté. Pas rasé (pour quoi faire ?), j'admets que j'ai jamais vraiment tendance à être rasé de près d'ordinaire, mais que là ça se rapproche de plus en plus de la forêt vierge (dixit ma très chère mère)... Je passerai sans doute faire ratiboiser tout ça et ma tignasse au passage avant la rentrée, mais pour le moment, ça ne m'importe que peu. C'est les vacances, et je crois qu'on est nombreux à être passés en mode décontracté après tout.

« Ça fait du bien de retrouver la maison, la famille, etc … Et d’être un peu dehors, faut l’avouer.
- Ca, je vais pas te contredire...
- Et sous le soleil Australien, bordel.
- T'en viens ? Ça doit te faire un drôle de contraste... »

Je lève la tête vers le ciel londonien, très certainement loin du cagnard australien, même dans ses beaux jours. Le bronzage d'Enzo, c'est pas vraiment un truc habituel en cette saison pour moi, clairement, même si je passe un max de temps dehors 365 jours par an.

« Et toi ? Qu’est c’que tu fais de beau pendant ces 15 jours ?
- Rien de vraiment original, je passe du temps avec mes vieux, et encore plus sur mon balai. J'essaie de voir mes potes et... Je retourne voler. Surtout si ça peut m'éviter les séances de révision imposées. Marrant comme j'ai moins envie de voir Hel quand c'est Maman qui l'a appelée pour qu'elle vienne me faire bosser... »

Sourire. C'est pas complètement vrai, même si ça me fait suer qu'elle me force à repasser certains cours, je suis heureux de la revoir. Ca m'a fait drôle qu'elle parte de l'école, je crois pas que je m'y fasse complètement encore. Je sais pas trop bien ce qu'il s'est passé, juste que son frangin et elle ont changé d'école, et je suppose que les événements funestes n'y sont pas complètement étrangers. Même si comme pour Charlie qui repart en France, je crois vraiment que c'est que reculer pour mieux sauter. Et dans les deux cas, ça me fait suer. J'aime pas voir les gens que j'apprécie disparaître de mon entourage. D'ailleurs, même si on s'est pas vraiment quittés en bon terme...

« Rien à voir mais... t'as des nouvelles de Jamie ?... »

J'ai reporté mon regard sur la Tamise, et il n'y a aucun ressentiment dans ma voix, je crois que je suis relativement serein vis-à-vis de tout ça. J'ai pas apprécié sa façon de faire, ça a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, j'ai coupé les ponts pour ma part, ça s'est arrêté là pour moi, et il a quitté l'école ensuite, mais c'est pas pour autant que je lui souhaite du mal ou que je m'inquiète pas de son sort. C'était pas facile à Poudlard pour lui, mais c'était pas folichon à domicile non plus, et je me demande, parfois, ce qu'il devient. Je reviendrais sans doute pas en arrière, plus maintenant, mais j'espère quand même qu'il va bien. Et je dois bien avouer que de ce que j'ai pu comprendre de son paternel, j'en doute un peu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17329
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: It's in the air, it's in my blood, it's rushing on ▬ Kevin [Libre]   Sam 4 Juin 2016 - 18:28

Drôle de contraste entre l'Australie et l'Angleterre ? C'est peu de le dire. Ici, même quand l'été approche, c'est à peine si les températures arrivent jusqu'à celle de là bas alors que l'hiver se pointe. Rien ne serre de comparer l'incomparable, c'est une certitude, et mon coeur sera toujours Australien mais ... Je crois que j'ai accepté l'idée d'appartenir en partie au continent Européen et surtout à l'Angleterre puisque c'est de là que vient ma mère, et ici qu'une partie de ma famille, de mon sang, vit toujours. Il y a eu des hauts et des bas c'est certain mais je crois que je suis passé au dessus de ça et que quelque part j'attends vraiment de ces vacances qu'elles consolident ce sentiment. Je sais que Derek ne partage pas ma vision des choses et qu'il continuera de se tenir à l'écart mais ça n'a pas d'importance. Je respecte ça, c'est son choix et il en a parfaitement le droit. Tant qu'il m'accepte moi, c'est tout ce qui compte.

Je le regarde et ça me fait sourire, je vois qu'on a adopté tous les deux la même dégaine même si en ce qui me concerne, c'est globalement celle de tous les jours. Note à moi-même ... Non, Enzo, tu ne sortiras pas ton skate de ton sac. Sois mignon. Après, si tu veux, dois bien y avoir un skate park dans le coin où tu pourras en profiter en attendant tout le monde. Et je me rends compte que j'ai hâte de voir les p'tits, je suis certain qu'Amy a grandi, idem pour Victor.  4 et 8 ans, j'ai l'impression que ça pousse vite à ces âges là, non ? Simon a 12 ans ... Entre lui et moi ... c'est plus compliqué. Et j'ai vraiment hâte de revoir Clarisse, Amelya aussi bien sur, et de leur présenter Jillian et Kyle qui pour moi sont aussi une part de ma famille. Une famille plutôt nombreuse quand on y pense ... Il y a de ça encore un an jamais je n'aurai imaginé en arriver là un jour.

Enfin bref, on n'est pas là pour faire mon arbre généalogique mais pour s'intéresser au programme de vacances du grand blond - plus grand que moi - face à moi.

« Rien de vraiment original, je passe du temps avec mes vieux, et encore plus sur mon balai. J'essaie de voir mes potes et... Je retourne voler. Surtout si ça peut m'éviter les séances de révision imposées. Marrant comme j'ai moins envie de voir Hel quand c'est Maman qui l'a appelée pour qu'elle vienne me faire bosser... »
« Tu m'étonnes. Bosser pendant les vacances ... C'est criminel ça. »


Je rentre dans son jeu, amusé, non sans bien comprendre qu'il est parfaitement content de sa condition en réalité. Je ne sais pas vraiment qui est cette Hel, probablement une de ses amies, alors j'imagine que oui, il doit être content de passer du temps avec elle malgré tout. Et la vérité c'est que même si je n'ai pas touché un bouquin cette semaine, ça sera peut-être différent avant la rentrée. J'ai des trucs en tête. Sinon, sensiblement, si on troque ces parents contre mon frère ou d'autres membres de ma famille, j'ai l'impression que nos vacances sont sensiblement les mêmes. Bien sur, hors de question que je monte sur un balai mais ce que je veux dire par là c'est que dès que j'en ai l'occasion, mes deux pieds vont se visser sur mon surf.

« Rien à voir mais... t'as des nouvelles de Jamie ?... »
« Non, aucune. »


Mon sourire s'affaisse jusqu'à disparaitre, mes sourcils se froncent. Je l'admets, c'est une part de culpabilité qui vient me frapper.

« Ceci dit, pour être tout à fait honnête avec toi, j'ai pas non plus cherché à en avoir ... »

Quand on est partis en vacances pour Noël, je lui ai dit au revoir, on s'est dit à bientôt et ... Quand je suis revenu fin janvier après avoir raté un mois de cours pour des raisons ... disons personnelles, je n'ai pu que constater qu'il n'était pas là. Il a pris la décision de ne pas revenir, c'est ce qu'on m'a dit, et je me suis arrêté à ça. J'ai eu besoin de temps pour retomber sur mes pattes à ce moment là, ensuite ... Il s'est passé pas mal de choses qui ont détourné mes pensées et j'ai fini par ne plus tellement y penser, je l'admets. Je ne sais pas si c'est égoïste ou non, je pense que c'est simplement la vie qui est faite comme ça et c'est tout.

« Je crois que Riley en a eu au début mais il me semble que ça n'est plus le cas. »

Et sans trop savoir pourquoi je pense à Elwynn, je me dis que ça serait cool de la revoir elle aussi. Peut-être que je peux trouver un moyen de récupérer son numéro de téléphone, si elle en a un, par l'intermédiaire de Rosalyn, que je pourrais contacter par l'intermédiaire de Charleen, Riley, etc ... Bref, c'est pas le sujet.

« Vous avez totalement coupé les ponts lui et toi ? »

J'ai pas trop suivi, autant l'avouer, et je pense que personne ne m'en voudra pour ça. Si c'est le cas, tant pis, ça ne m'empêchera pas de dormir. Je crois que j'ai fait ma part en terme de ... Ouais, bref, ça n'a pas d'importance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 389
Date d'inscription : 21/01/2013
Crédits : © ECK
Double Compte : Killian T. E. Calgarry && Casey S. Quiggley && Ricardo Queiros Lopes && Rafael A. Paley && Rosalyn W. Dawson



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1871-kevin-william-owen-mercer-i-ll
MessageSujet: Re: It's in the air, it's in my blood, it's rushing on ▬ Kevin [Libre]   Lun 4 Juil 2016 - 12:04

Je me suis jamais trop déplacé, je dois avouer. Le tour du globe, c'est par les équipes de Quidditch que je le fais, à vrai dire, les paysages du bout du monde, je les connais juste pas du tout. Un jour, faudra peut-être que je remédie à ça, mais pour l'instant, c'est pas vraiment ma priorité. Et puis je suis bien auprès de mes parents, et je sais pas, je crois que je me ferais chier à faire ça tout seul. Mais un jour, ouais, j'irai bien voir comment c'est de l'autre côté du globe. Avec mes potes, sans doute, avant que ça soit avec quelqu'un mais ça n'a pas d'importance. Pas vraiment, en tout cas. Je mentirais si je disais que je ne suis pas un peu frustré parfois, mais c'est comme ça. C'est pas la fin du monde non plus, on connaît bien plus grave - c'est rien de le dire. Et je suis pas seul, au fond, et ça, c'est réellement tout ce qui compte. J'irai peut-être avec Marly, tiens. Ca lui ferait sans doute du bien, à elle aussi. Il faudra qu'on se fasse un truc aussi, tiens, quand je serai libre des séances de bûchage intensif made by Hel.

« Tu m'étonnes. Bosser pendant les vacances ... C'est criminel ça.
- J'aurais pas dit mieux ! »


Mais bon, on va pas se mentir, ça me permet de voir la brune, et c'est pas vraiment comme une corvée que je le prends, pour le coup. Quand elle est partie de Poudlard avec son frangin, j'ai craint qu'on ne se revoie plus, tout comme je crains de perdre le contact avec Charlie, comme c'est finalement le cas avec Jamie. Je crois pas que je puisse vraiment dire qu'il me manque, pas dans la façon dont les choses se sont terminées, mais je peux pas nier que parfois, je me demande ce qu'il est devenu, et je m'inquiète un peu, parce que ça a jamais été simple pour lui, ni au château, ni au dehors. Et même si on s'est pas quittés en bons termes, j'espère qu'il va bien. Sauf que de mon côté, j'ai pas de nouvelle et pas vraiment envie d'en donner ou de m'escrimer à en chercher, du coup je me dis qu'Enzo en a peut-être...

« Non, aucune. »

Raté. Pas de nouvelle, bonne nouvelle ? Je sais pas trop, mais une part de moi espère que c'est le cas. Je crois que je m'en voudrais quand même s'il lui était arrivé malheur parce que j'aurais pas été là pour le protéger cette fois, sans doute un peu par orgueil, il faut bien l'avouer.

« Ceci dit, pour être tout à fait honnête avec toi, j'ai pas non plus cherché à en avoir...
- Je peux pas vraiment te jeter la pierre...
- Je crois que Riley en a eu au début mais il me semble que ça n'est plus le cas. »


Je hoche simplement la tête. J'essaie un peu de me rassurer en me disant que s'il avait dû lui arriver quelque chose à son retour chez lui, ça aurait été dès le départ, et qu'il doit aller bien. Il vit sa vie, je ne sais trop où, je vis la mienne, et je crois que c'est comme ça que ça devait être... Même si ça m'empêchera pas de me demander parfois s'il va bien.

« Vous avez totalement coupé les ponts lui et toi ?
- Disons qu'on s'est pas quittés en très bon termes... »


C'est un euphémisme, mais enfin...

« Je crois que je demande de ses nouvelles plus pour me donner bonne conscience qu'autre chose. Je suis passé à autre chose il y a un moment maintenant, mais je crois que je m'en voudrais quand même s'il lui était arrivé quelque chose chez lui... C'était pas la joie à Poudlard, mais je crois que c'était pire encore pour lui chez son paternel... »

Une main derrière la nuque, je suis pas très fier de ce que je suis en train de raconter, même si ça reste parfaitement honnête. Est-ce que je peux vraiment faire quelque chose en réalité ? Sans me bousiller un peu, moi-même, parce que tout ce que ça risque de gagner à reprendre contact, c'est de remuer le couteau dans une plaie qui a cicatrisé il n'y a pas si longtemps que ça au final... C'est peut-être égoïste, mais j'ai pas envie de le faire passer avant moi. Pas cette fois... Plus depuis Halloween, en fait. Et je crois que je ferai plus jamais ça.

« Et je sais pas trop bien pourquoi je cherche à me justifier en fait... »

Je hausse les épaules, pas très sûr de ce que tout ça veut dire, mais... je crois que je commence à accepter que ça soit comme ça. C'est pas encore parfaitement ancré dans ma petite tête, mais petit à petit, ça fait son bonhomme de chemin. Il y a des choses sur lesquelles on n'a pas prise, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17329
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: It's in the air, it's in my blood, it's rushing on ▬ Kevin [Libre]   Ven 8 Juil 2016 - 12:58

« Disons qu'on s'est pas quittés en très bon termes... »

Vu la tête qu’il tire, j’ai l’impression que c’est peu de le dire. Je ne cherche pas à savoir si ça m’étonne ou non, dans le fond ça ne me regarde pas et ça ne changera rien à ma vie. Je me contente d’écouter, après tout, j’ai posé une question.

« Je crois que je demande de ses nouvelles plus pour me donner bonne conscience qu'autre chose. Je suis passé à autre chose il y a un moment maintenant, mais je crois que je m'en voudrais quand même s'il lui était arrivé quelque chose chez lui... C'était pas la joie à Poudlard, mais je crois que c'était pire encore pour lui chez son paternel... »

La culpabilité, celle de laisser tomber des gens qui ont compté à une époque et qui d’une manière ou d’une autre resteront toujours dans un p’tit coin de notre tête. C’est ça que je lis dans son regard et surtout dans son langage corporel. Je crois que je comprends ce qu’il ressent, après tout moi aussi je suis passé à autre chose concernant l’ancien Bleu et … Je crois qu’il n’est pas le seul finalement. C’est comme ça, c’est la vie, certaines personnes débarquent et restent, ça n’est pas le cas de toutes. Et puis tout ça, de toute façon, jusqu’à preuve du contraire ça ne fonctionne pas uniquement en sens unique. Y a cette histoire avec son père, certes, mais si je devais faire le compte, rien que dans mes amis, de tous ceux qui ont une vie de famille un peu bancale …

« Et je sais pas trop bien pourquoi je cherche à me justifier en fait... »

Il hausse les épaules, moi aussi, et mes yeux se perdent quelques instants sur la Tamise alors que je bois une nouvelle gorgée de café tout en tachant de faire abstraction de mon estomac qui m’envoie des messages pas du tout subliminaux. T’as faim, je sais, mais tu vas attendre. Ou pas.

« Je pense qu’on a tous gagné le droit d’être un peu égoïste. On peut pas passer son temps à s’inquiéter pour tout le monde en permanence, c’est pas … c’est pas vivable, c’est tout. »

Je laisse échapper un soupir, un soupir que je devine un peu agacé mais ça n’a rien à voir avec lui. C’est juste … ce truc de se sentir redevable, toujours, de tout le monde. On fait ce tous ce qu’on peut mais au bout d’un moment il faut savoir penser à soi, c’est tout.

« Il fait plus partie de ta vie, t'es passé à autre chose, c’est comme ça. Et oui effectivement j’ai cru comprendre que c’était pas l’éclate avec son paternel mais y a pas de famille parfaite et les choses ne sont pas forcément figées. Regarde, y a trois ans je me sentais seul au monde et aujourd’hui j’ai l’impression d’avoir la plus grande famille du globe. »

Je ne réalise pas encore totalement je crois mais ça n’est pas le plus important. Je prends les choses comme elles viennent, préférant me concentrer sur le positif parce que j’estime qu’après en avoir bavé pendant ces dernières années, c’est mon droit le plus légitime. Et je ne suis pas le seul dans ce cas de figure, je le sais.

« Fous la paix à ta conscience et vis pour toi, pour ceux qui sont là. Pour une fois qu’on peut avoir un peu de normalité, franchement, je sais pas toi mais de mon côté je ne compte pas m’en priver. »

Je me tourne finalement légèrement sur le côté, pour être plus ou moins face à lui, et je l’observe, je le détaille même. Peut-être qu’il va se dire que je suis entrain de le mater, ça n’a pas la moindre espèce d’importance. Quoi qu’il en soit, un sourire étire finalement le coin de mes lèvres.

« Toi t’as besoin de te détendre, ça se sent. Ça remonte à quand la dernière fois que t’as fait un truc insensé et sans réfléchir au juste ? Juste pour le fun ou parce que t’en avais envie. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 389
Date d'inscription : 21/01/2013
Crédits : © ECK
Double Compte : Killian T. E. Calgarry && Casey S. Quiggley && Ricardo Queiros Lopes && Rafael A. Paley && Rosalyn W. Dawson



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1871-kevin-william-owen-mercer-i-ll
MessageSujet: Re: It's in the air, it's in my blood, it's rushing on ▬ Kevin [Libre]   Dim 31 Juil 2016 - 17:53

C'est tout à fait ça : coupable. La façon dont je me sens, un peu, quand je repense à lui, au fait que l'ai plus ou moins abandonné à son sort. Et en même temps, j'ai pas vraiment envie de reprendre contact, de repartir dans les mêmes histoires qu'avant. J'ai plus envie de me prendre la tête à essayer d'aller dans son sens pour toujours me faire rembarrer, non plus, d'une manière ou d'une autre. Les choses ont changé, mes sentiments aussi, surtout. C'est sans doute la vie, mais ça laisse quand même un goût d'inachevé. C'est pas pour ça non plus que je reviendrais en arrière, mais tout de même. Ca a beau être "comme ça", comme on dit, ça reste quelque part en toile de fond. Mais des loupés, des ratés, on en a tous, n'est-ce pas ?

« Je pense qu’on a tous gagné le droit d’être un peu égoïste. On peut pas passer son temps à s’inquiéter pour tout le monde en permanence, c’est pas … c’est pas vivable, c’est tout. »

Pas faux. C'est pas vraiment très glorieux d'une certaine manière, mais on vit pas pour la gloire non plus. Enfin pas quand il ne s'agit pas de Quidditch, pour ce qui me concerne. Soupir contre soupir. C'est tout à fait ça, en somme : je vais continuer à avancer, parce que c'est nécessaire, et parce que j'en ai envie, et peut-être que ça peut sembler égoïste, oui, mais j'ai pas moins le droit de le faire que les autres. Ca m'empêchera pas de me poser la question, de temps en temps, malgré tout. Ca m'empêchera pas, non plus, de continuer à vivre sans lui.

« Il fait plus partie de ta vie, t'es passé à autre chose, c’est comme ça. Et oui effectivement j’ai cru comprendre que c’était pas l’éclate avec son paternel mais y a pas de famille parfaite et les choses ne sont pas forcément figées. Regarde, y a trois ans je me sentais seul au monde et aujourd’hui j’ai l’impression d’avoir la plus grande famille du globe. »

J'ai retourné la tête vers lui, le dévisageant un peu, le sourire aux lèvres. On se connaît pas plus que ça, mais ça me fait plaisir pour lui. Et si je regarde en arrière, je me rends compte que moi aussi, il y a quelques temps, je n'avais pas la même vision de ma famille, même si ça n'a rien de comparable. Cela étant, je crois que si personne n'est parfait, je m'en sors vraiment bien. Un cousin crétin mis à part, qui de toute façon a vidé les lieux dès que ça a commencé à sentir le roussi - fillette - j'ai des parents en or, clairement.

« Fous la paix à ta conscience et vis pour toi, pour ceux qui sont là. Pour une fois qu’on peut avoir un peu de normalité, franchement, je sais pas toi mais de mon côté je ne compte pas m’en priver. »

Amen to that !
Il s'est tourné vers moi, le sourire aux lèvres, me détaille un moment. Mmmmh... oui ? Y a un truc qui cloche ? Ou t'as succombé à mon charme dévastateur ? Non mais j'ai déjà fait une connerie avec le mec d'une pote, même si je connais pas le tien, de mec, je vais éviter, hein... Non blague mise à part, j'attends la suite, me demandant ce qui me vaut cette fixation.

« Toi t’as besoin de te détendre, ça se sent. Ça remonte à quand la dernière fois que t’as fait un truc insensé et sans réfléchir au juste ? Juste pour le fun ou parce que t’en avais envie.
- ... »


Ah, c'est dû à ça... Et bah là euh... Je voudrais bien lui répondre, mais je sais pas du tout quelle réponse apporter. Une main grattant ma barbe, je tente de faire le point mais faut dire ce qui est, là comme ça...

« Tu veux dire à part faire le con dans le cours de Wallenstein pour détourner son attention de Casey ? Euh... »

Non, ça rentre pas vraiment dans la case "sans réfléchir" vu que c'était parfaitement calculé, je sais...

« En voilà une question quelle est bonne... Je peux sortir un joker ?... »

Parce que réellement, j'en ai aucune foutue idée. Vas-y, annonce-moi qu'il est grand temps que ça change, je te vois venir, va...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17329
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: It's in the air, it's in my blood, it's rushing on ▬ Kevin [Libre]   Lun 1 Aoû 2016 - 13:00

« ... »

Ok, ça commence bien. Pas de malaise, je ne juge pas – enfin si un peu malgré tout mais ça n’est pas péjoratif et c’est surtout malgré moi – mais quoi qu’il en soit mon sourire ne disparait pas. Lui, il a l’air de chercher dans le fond de ses souvenirs, alors quelque part ça m’amuse mais pas seulement. Je ne peux pas m’empêcher de trouver ça un peu triste. Je ne dis pas qu’il me fait pitié, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit.

« Tu veux dire à part faire le con dans le cours de Wallenstein pour détourner son attention de Casey ? Euh... »

Ah ouais, quand même.
Bon, y a du boulot.

« En voilà une question quelle est bonne... Je peux sortir un joker ?... »
« Absolument pas. »


Sourire en coin, je finis mon café et balance le gobelet dans la poubelle la plus proche avant de faire face de nouveau au Jaunes – qui ne se résume pas qu’à une couleur, mais passons.

« J'vais pas juger, on n'est pas tous fait pareil, mais ... »

Mais bordel, mets du fun dans ta vie, parce que si tu ne le fais pas maintenant … T’auras le temps de le faire plus tard, certes. Non je ne m’aventurerais pas à dire qu’on peut y passer demain, qu’il faut vivre l’instant présent à fond, comme si c’était le dernier, parce que c’est déprimant. Profiter de la vie, d’accord, mais vivre sans cesse avec une Epée de Damoclès au-dessus de la tête – même si c’est pourtant le cas, plus ou moins – non merci. Autant se jeter tout de suite dans la Tamise, avec un parpaing de 100kg histoire d’être sûr de ne pas remonter.

« Je t'aurai bien proposé de sortir boire une bière ce soir mais j'vais pas pouvoir, et t'as peut-être quelque chose de prévu toi aussi de toute façon mais si ça te dit, à la rentrée, si t'as envie de faire la fête un peu, te lâcher ou juste passer une bonne soirée même tranquillement – et t'en fais pas c'est pas une tentative foireuse pour te draguer ou te faire des propositions – hésite surtout pas. En ce qui me concerne j’suis toujours partant. »

Façon de parler, on a tous des jours où on a envie d’autre chose, pas la tête à ça, etc … Mais globalement, ces derniers temps, je ressens vraiment l’envie de m’amuser et en ce qui me concerne ça en passe bien souvent par là. J’ai longtemps été un véritable sauvage, participer à ce genre de truc il y a de ça encore quelques mois, quelques années peut-être maintenant, c’était hors de question. Aujourd’hui je pense qu’on peut dire que je sais comment faire pour me détendre et profiter de moment hors du temps avec mes potes ou même des inconnus. Alors oui, clairement, si Kevin a envie de s’amuser, je suis son homme.

« Ça fait vraiment du bien de lâcher prise. »

Et c’est peu de le dire. Ce truc que je traine depuis quelques semaines, je sens bien qu’il est toujours là, quelque part dans ma tête, qu’il ne me lâche pas et grandi jour après jour. Je me perds un peu dans mes pensées sans m’en rendre compte, mais m’en fais sortir de manière plutôt vive …

« Enzooooo ! »

Impact dans … trois … deux … un …

« Wow ! »

Ou comment se retrouver avec un môme accroché à chaque jambe. Les bras écartés, la tête baissée vers les p’tits, j’éclate de rire alors que Amy – toujours aussi minuscule, blonde et bouclée – du haut de ses 4 ans ne semble pas vouloir se décrocher de moi, et Victor – beaucoup plus grand évidemment – 8 ans, sautille sur place. Je me rends compte à quel point je suis vraiment content de les voir.

« Salut les monstres. »

Trois secondes plus tard Amy est dans mes bras, enfin dans un bras plutôt puisque l’autre me sert à ébouriffer la tête de Victor. Quand je relève la tête, mon sourire s’élargit. Amelya et Clarisse sont là, devant moi.

« Hey, ma p'tite femme. »

Je garde la p’tite contre moi mais enserre sa grande sœur avec mon autre bras tandis que Victor regarde Kevin avec son œil scrutateur d’enfant.

« Ça me fait tellement plaisir de te voir. »
« A moi aussi, tu m’as manqué mari indigne qui se volatilise sans laisser de traces. »


J’ai du mal à la lâcher, on se marre tous les deux et puis finalement on se sépare.

« Vous êtes super en avance. Et comment vous m'avez trouvé ? »

Je suis le regard d’Amelya, il se pose sur l’homme qui m’a accueilli quand je suis arrivé à Londres tout à l’heure et qui me suis depuis. Clairement, je l'avais complètement zappé, preuve que je suis totalement détendu.

« Ah, oui, lui. Je l'avais oublié. »
« C'est qu'il fait bien son travail. Bonjour Enzo, comment tu vas ? »
« Super, et toi ? »


Elle aussi je la serre contre moi, et je sens bien que ça l’étonne au départ mais elle se laisse aller et me rend mon étreinte. Le fait qu’elle ressemble énormément à Maman me perturbe toujours mais je crois que plus on communique, plus j’arrive à passer au-dessus de ça.

« Très bien, je te remercie. »
« C'est qui lui ? »


Victor. Qui continue de regarder Kevin sans aucune gêne. Les enfants sont formidables. Amy, elle, est toujours accrochée à moi comme un koala à son eucalyptus et je ne compte pas la lâcher de si tôt non plus.

« Lui c'est Kevin, c'est un de mes camarades d'école. »

Ma main se pose sur la tête de Victor et toute mon attention se focalise sur le Poufsouffle.

« J'te présente Amy. »

Le p’tit koala. Puis la jolie blonde plus âgée qui lui ressemble aka ma potentielle future femme fut un temps.

« Clarisse, sa grande sœur. Des cousines éloignées. »

Ensuite le p’tit brun curieux, et sa mère.

« Ce p'tit monstre là, c'est Victor, un de mes cousins germains, et Amelya, sa mère, donc ma tante. »

Je  n’y réfléchis pas trop, tout ça se fait naturellement, mais ça me rend réellement heureux de me rendre compte que toutes ces personnes … sont ma famille. J’appartiens à quelque chose de plus grand que ma simple carcasse même si c’était déjà le cas avec Derek. Lui n’est pas du tout dans ce délire-là, bien sûr j’aurai adoré qu’il soit là aussi mais je respecte ses décisions comme il respecte les miennes. Bref, ça me rend heureux, c’est aussi simple que ça.

« Tout le monde, c'est Kevin. »
« Bonjour Keviiiiin. »
« Bonjour Kevin. »


Et sans aucune retenue Amy tend la main vers lui et lui touche la joue.

« Tu piques. »

J’éclate de rire. Elle fait pareil avec moi et me fait bien comprendre par une belle grimace qu’elle n’en pense pas moins me concernant.

« Les petits ne tenaient plus en place. »
« Bizarrement, ça m'étonne pas. »
« Maman, maman !!! On va au Chemin de Traverse ?! Aller s'il te plait, dis oui !!! Hey dis Enzo ! J’vais peut-être avoir le droit d’aller à l’école moi aussi quand j’aurai l’âge ! »
« Vraiment ? »


Ça n’est pas lui que je regarde, c’est sa mère, un peu étonné je dois bien le dire. École, ok, mais … Poudlard ? Il a encore quelques années devant lui mais …

« C’est super ça. »

Ne pas lui casser son truc, je comprends qu’il ait envie de partager son quotidien avec d’autres de son âge et de sortir un peu de cette cage dorée dans laquelle il évolue avec son frère, qui n’est pas là d’ailleurs. Il ne m’apprécie pas vraiment, j’imagine qu’il a dû rester avec son père qui ne me porte pas tellement dans son cœur non plus. Soit.

« On pourra acheter un rat ? S’il te plait Maman !!! »
« Victor … »


C’est un gamin plutôt sage mais je crois que le fait de se retrouver dehors le transforme en pile électrique qui ne tient pas en place. Je crois que le message est plutôt clair, il est temps de bouger.

« J'vais devoir te laisser mec. On s'voit dans une semaine. Profite bien et travaille pas trop. »

Un dernier sourire, on se serre la main et chacun reprend sa route. Ça m’a fait plaisir de le croiser, sincèrement, même si c’était bref. Je suis le mouvement, direction donc le Chemin de Traverse j’imagine puisque je me rends compte qu’Amelya n’est pas tellement à l’aise ici, dans le monde Moldu. Amy est sur mes épaules à présent, Victor me tient la main et Clarisse se moque de moi. Je lui adresse une belle grimace entendue et me focalise à nouveau sur les petits.

« Alors, comment il va Irish ? Et Groom, comment il va lui aussi d’ailleurs ? »
« Il est grooooooos ! Il est très grand maintenant, c’est un grand chat. Il est plus grand que Groom. »
« N’importe quoi ! »


Des éclats de rire, encore, et ça n’est pas prêt de s’arrêter.

▬ FINI POUR MOI ▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 389
Date d'inscription : 21/01/2013
Crédits : © ECK
Double Compte : Killian T. E. Calgarry && Casey S. Quiggley && Ricardo Queiros Lopes && Rafael A. Paley && Rosalyn W. Dawson



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1871-kevin-william-owen-mercer-i-ll
MessageSujet: Re: It's in the air, it's in my blood, it's rushing on ▬ Kevin [Libre]   Mar 13 Sep 2016 - 12:10

Je suis pourtant pas un mec triste à la base. Loin de là, même. Mais faut croire que ces dernières années, et tout ce qui s'y est passé n'a pas vraiment joué en ma faveur de ce côté-là. Le côté déconneur, il est resté un peu en sourdine, question d'auto-protection... et de protection de mes proches, aussi. C'est pas vraiment un truc super agréable à évoquer, on va pas se mentir, je sais bien que c'est pas vraiment moi, ça, à la base, mais Enzo n'a pas vraiment l'air de vouloir en démordre, malgré le sourire calme qu'il garde au coin des lèvres.

« Absolument pas. »

Pas de joker, donc... Dommage.

« Disons que ça m'arrive parfois de suivre Keane dans ses délires, mais... Ouais, c'est devenu de plus en plus rare avec le temps... »

Bon faut dire aussi que le bouclé, je comprends pas toujours où il va, mais c'est justement ce qui me plaît chez lui, d'ailleurs. Mon pote est sur une autre planète, et ça fait franchement du bien de déconnecté de toutes les merdes qui nous tombent dessus en permanence. Même si je profite sans doute pas assez de ces bouffées d'air frais, faut admettre...

« J'vais pas juger, on n'est pas tous fait pareil, mais ... »

Mais... ouais, je te rassure, je suis pas vraiment super fier de cet état de fait. Un geste de la main pour signifier que je prends pas du tout ombrage de sa réaction, à vrai dire, il serait sans doute temps que j'arrête de me voiler la face et que j'admette que j'ai en gros fait que "survivre" pendant nombre de mois, quoi que j'en dise. J'ai pas arrêté le Quidditch, j'ai participé à quelques soirées chez les jaunes, j'ai pas non plus arrêté de voir des gens, d'accord. Mais faut dire ce qui est, j'ai pas vraiment lâché prise, à quelques rares exceptions près, et c'est, oui, un peu déprimant. Si je vis pas maintenant, je vais le faire quand, hein ?

« Je t'aurais bien proposé de sortir boire une bière ce soir mais j'vais pas pouvoir, et t'as peut-être quelque chose de prévu toi aussi de toute façon mais si ça te dit, à la rentrée, si t'as envie de faire la fête un peu, te lâcher ou juste passer une bonne soirée même tranquillement – et t'en fais pas c'est pas une tentative foireuse pour te draguer ou te faire des propositions – hésite surtout pas. En ce qui me concerne j’suis toujours partant.
- Et bah écoute, avec plaisir... »


Et c'est pas un sous-entendu non plus, soit dit en passant. Etrangement, je crois que ça collerait pas entre nous sur ce plan-là. Pas qu'il soit désagréable à regarder - faudrait être sacrément difficile - juste que je suis plus attiré par d'autres styles de mecs, clairement.

« Ça fait vraiment du bien de lâcher prise.
- Je sais qu'on dirait pas, comme ça, mais tu prêches un convaincu en fait... »


C'est juste que les choses ont fait que j'ai un peu oublié, il faut croire... Les Supérieurs, et ma terreur de voir le monde découvrir ce que je cachais jusque-là, aussi... Maintenant que j'y repense - et tout comme le rouge àmes côtés, je me perds un instant dans mes pensées - il y a franchement un poids en moins sur mes épaules depuis que j'ai embrassé Charlie avant de partir. Je dis pas que ça me fera plaisir d'entendre des murmures dans mon dos ou je ne sais quelle autre connerie du genre, mais ne plus me poser trop de question à ce sujet en permanence, c'est quand même un soulagement certain. Et puis William avait raison sur un point essentiel : mes proches s'en foutent de savoir que j'aime les hommes, et ça, c'est le plus important. Il y aura toujours des petits cons pour la ramener, quel que soit le sujet de toute façon, ça ou autre chose...

« Enzooooo ! »

Je sais pas d'où ça sort, ça, mais ça me sort de mes songes en un éclair. Et ça marche aussi pour mon voisin qui se retrouve avec un poids à chaque jambe.

« Wow ! »

Un sourire fleurit sur mes lèvres comme j'observe la scène. Je savais pas qu'il s'entendait aussi bien avec les enfants, tiens... Mais à vrai dire, je sais pas grand chose de lui, au fond.

« Salut les monstres. »

La petite bouclée dans les bras, une main sur la tignasse du petit garçon toujours accroché à lui, Enzo salue deux jeunes femmes, et je reste comme un peu en retrait, un peu surpris, aussi, de la façon dont il s'adresse à l'une d'elles.

« Hey, ma p'tite femme. »

J'ai dû louper un épisode, mais ça ne me regarde pas vraiment, et les mains dans les poches, je reste immobile, derrière lui, à me faire dévisager par le petit garçon, à qui j'adresse seulement un sourire calme, ne sachant trop quoi dire.

« Ça me fait tellement plaisir de te voir. »
« A moi aussi, tu m’as manqué mari indigne qui se volatilise sans laisser de traces. »


Bon, j'ai vraiment loupé un épisode, et pas vraiment ma placel à, en fait. Ca serait bien que je prenne congé, mais je me vois pas m'éclipser sans rien dire, alors j'attends un moment un peu plus opportun pour rappeler ma présence et dire au revoir à mon camarade...

« Vous êtes super en avance. Et comment vous m'avez trouvé ? »

J'ai suivi le regard des jeunes filles, un peu troublé par la présence d'un homme que je n'avais jusque-là pas repéré. Euh... Il est là depuis le départ ce type ? Ah...

« Ah, oui, lui. Je l'avais oublié. »
« C'est qu'il fait bien son travail. Bonjour Enzo, comment tu vas ? »
« Super, et toi ? »
« Très bien, je te remercie. »
« C'est qui lui ? »


Je sais pas combien de métros j'ai de retard, mais ça devient flippant là. Et merci petit de me remettre dans la conversation, je vais pouvoir me sauver.

« Lui c'est Kevin, c'est un de mes camarades d'école. »

Je lève une main en guise de salut à la cantonade, pas super à l'aise devant tout ce petit monde complètement inconnu.

« J'te présente Amy. Clarisse, sa grande sœur. Des cousines éloignées. Ce p'tit monstre là, c'est Victor, un de mes cousins germains, et Amelya, sa mère, donc ma tante.
- Enchanté... »


A chacun, j'ai adressé un signe de tête, visiblement pas super à l'aise, mais c'était la moindre des politesses, tout de même.

« Tout le monde, c'est Kevin. »
« Bonjour Keviiiiin. »
« Bonjour Kevin. »
« Tu piques. »


Eclat de rire commun avec Enzo.

« Comme un hérisson, mais ça devient tout doux au bout d'un moment... »

Bon, tu le verras pas, et je pourrais aussi me raser, j'admets mais... la flemme. Bon résultat, j'ai loupé l'occasion de me sauver, moi, et ils sont repartis comme en quarante, ce qui fait que les mains à nouveau calées dans mes poches, je reste inerte, écoutant pas tout à fait malgré moi mais presque une conversation qui ne me concerne pas.

« Les petits ne tenaient plus en place. »
« Bizarrement, ça m'étonne pas. »
« Maman, maman !!! On va au Chemin de Traverse ?! Allez s'il te plait, dis oui !!! Hey dis Enzo ! J’vais peut-être avoir le droit d’aller à l’école moi aussi quand j’aurai l’âge ! »
« Vraiment ? C’est super ça. »


Des graines de sorciers, donc, pas très surprenant au fond, et je me demande un instant ce qui engendrait l'étonnement du gryffondor mais... là encore, ça ne me regarde pas.

« On pourra acheter un rat ? S’il te plait Maman !!! »
« Victor … »
« J'vais devoir te laisser mec. On s'voit dans une semaine. Profite bien et travaille pas trop.
- Oui bien sûr... J'allais y aller aussi de toute façon. Et t'inquiète, je suis passé maître dans l'art de détourner Hel de ses cours particuliers... »


En même temps, c'est pas comme si on se connaissait pas depuis plus de dix ans... ni comme si elle jouait pas le jeu, non plus, d'ailleurs. J'ai serré la main d'Enzo, l'ai regardé partir avec toute sa clique, un léger sourire sur les lèvres. Quelque part, j'envie un peu ça. Ma famille se résume à mes parents, c'est comme ça, et ça n'enlève rien au fait que je les adore - et réciproquement. J'ai bien un oncle et une tante, et un "super" cousin, mais... Mais voilà, je ne les vois jamais, et on peut pas dire que mes relations avec Ryan soient au beau fixe - ça se saurait. Alors non, ma famille, ça ne ressemble pas à ça, ça n'a jamais été ça, et avant qu'il y ait des mômes de l'âge d'Amy et Victor, donc... mouais, entre mon cousin volage et moi, c'est mal barré. Au grand dam de Maman, je sais.

J'ai attendu que le rouge disparaisse de mon champ de vision, et puis je me suis détourné, prêt à reprendre ma balade un peu au hasard des rues de Londres, après avoir envoyé des messages moldus à Marlone et Casey, des fois que les poids plumes qui me servent de potes aient un moment à m'accorder avant que je rentre chez mes parents. Les vacances se prolongent encore un peu, et j'ai bien l'intention d'en profiter un peu, quitte à ne pas tellement me lâcher comme il dit, au moins pour passer du temps avec les personnes que j'aime dans un cadre plus "normal" que celui qu'on a connu jusque-là à Pouillard. Ce qui n'empêche pas que la proposition du gryff n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd, et je me promets intérieurement de revenir vers Enzo à ce sujet à la rentrée. Il a raison, ça fait du bien de lâcher prise, et il y a bien trop longtemps que je l'ai pas réellement fait...

▬ Terminé ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: It's in the air, it's in my blood, it's rushing on ▬ Kevin [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
It's in the air, it's in my blood, it's rushing on ▬ Kevin [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Myrlande à la présidentielle de 2011
» Bilten #3 volim#2 Pe Janjis sot lan Sid pou kanpay Fanmi Lavalas.
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !
» Mistè ti nèg: 3 lanmo sispèk nan Laboule
» Obama en chute libre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Londres :: Est de Londres :: ─ Bords de la Tamise-
Sauter vers: