AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bad news never travels alone... ♦ Ethan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2116
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: Bad news never travels alone... ♦ Ethan   Lun 9 Mai 2016 - 21:25

Lundi 6 avril 2015

Depuis combien de temps je n'avais pas laissé les choses se faire, sans trop me poser de question ? Aucune idée. Une éternité, ou en tout cas est-ce ce dont j'ai l'impression. Même si au fond, ça n'est pas complètement vrai. Au fond, je ne peux pas vraiment dire que je ne me pose absolument aucune question, mais étonnamment - et j'en suis réellement le premier surpris - j'arrive à peu près à le laisser de côté. Je me doute que je me voile un peu la face, et il faudra sans doute un peu de temps avant que tout ça ne devienne réellement naturel - et j'espère franchement que je suis pas en train de faire une connerie où je finirais par faire souffrir Lynette parce que c'est clairement la dernière chose que je voudrais. Mais je peux pas nier que ce qui est en train de se mettre en place - de se remettre en place, même - me fait réellement du bien. Je ne sais pas jusqu'où on ira, je ne sais pas ce que ça va donner, mais pour l'instant, je sais que je suis bien auprès d'elle, et ça a l'air d'être réciproque, et je prie pour que ça dure encore, le plus longtemps possible.

J'ai été élevé dans un orphelinat catholique, et "prier" est quelque chose qui était censé être naturel. Est-ce que je crois réellement ? Oui et non. Je ne suis certainement pas le plus croyant des hommes, et peut-être que c'est une grande part d'habitude plus que de foi réelle mais ça n'empêche que c'est ce que j'ai tendance à faire, dans pas mal de cas. Prier pour que tout se passe bien à présent. Prier pour que j'arrive à l'oublier, enfin, aussi. Prier pour que l'euphorie d'hier ne cesse pas du jour au lendemain comme un feu de paille dramatique qui risquerait de me priver encore d'une personne que j'aime énormément. Je mentirais si je disais que j'étais certain de ressentir pour elle la même chose que ce que je ressens, malheureusement en un sens, toujours pour Doryan, mais elle fait clairement partie des personnes auxquelles je tiens le plus au monde. Et je ne crois pas que je pourrais me pardonner si je lui faisais du mal.

Mais pour l'heure, ce n'est vraiment pas le cas - et clairement pas mon intention - et ça me va très bien comme ça. Je passe du temps avec elle, et c'est toujours des moments agréables. Un rafraîchissement après les derniers mois qui viennent de s'écouler.

Mais clairement, le répit n'était pas prévu pour durer. Ce matin pourtant, j'y croyais, réellement. Et puis, il y a eu la lettre, celle des parents d'Ethan... Celle de mon père biologique. Quand il a débarqué en face de moi, je sortais d'arithmancie, et je me préparais tranquillement pour aller faire un jogging autour du lac, avant un dîner rapide et l'entraînement de Quidditch. Après quelques lignes d'un parchemin commencé et pratiquement terminé pour les runes que je dois rendre mercredi, et parce que j'ai toujours été un ventre sur pattes et que la gourmandise fait partie de mes défauts, clairement, j'ai pas pu résister à l'envie de piocher dans la boîte de chocolats qui trônait sur la table basse. Je m'apprêtais à sortir après en avoir attrapé un dernier "pour la route", empruntant le couloir pour descendre de notre tour, quand il a foncé sur moi, lettre en main, et je ne me fais aucune illusion quant au fait qu'il soit parti pour laisser exploser toute la colère que la révélation à laquelle il refusait de croire jusque-là génère en lui.

« Ethan ? »

Je vois son regard, je pourrais presque entendre son pouls pulser dans ses tempes, je crois, aucun moyen d'occulter la rage qui l'habite. Et je pourrais lui demander de se calmer, mais ça ne ferait que le faire enrager davantage.  Un soupir, je commence à avoir chaud, d'un coup, mais c'est sans doute par anticipation.

« Vas-y... »

Déballe ce que t'as à dire, ce que tu vas encore m'envoyer dans la gueule, comme la dernière fois. Ca me gonfle, mais je peux pas vraiment lui en vouloir de mal réagir. A vrai dire, la confirmation que son état m'apporte n'est pas facile à encaisser pour moi non plus. Ce que je pense depuis des semaines, des mois, se trouver avéré, et je ne sais pas vraiment quoi en penser. Certes, ça signifie que j'ai une famille, au fond, mais cette famille a décidé de m'abandonner, a décidé que je ne méritais pas d'en faire partie,  et ça ne me met, clairement, pas à l'aise une seconde.


Dernière édition par Rafael A. Paley le Lun 16 Mai 2016 - 19:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 827
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: Bad news never travels alone... ♦ Ethan   Lun 16 Mai 2016 - 13:23

Cette lettre, Ethan avait l’impression qu’il pouvait la lire encore et encore. Sans jamais en percuter réellement le sens, sans jamais réellement réaliser que tout ça n’était pas un rêve. Il aurait aimé pourtant, fermer les yeux, les rouvrir, oublier toute cette histoire. Il aurait aimé pouvoir se dire que ça n’avait pas de sens, que c’était juste une vaste blague. Mais après tout ce temps passé à nier et à refuser la vérité, il n’avait plus le choix maintenant. Il était obligé d’affronter les faits : Rafael n’avait pas menti. Il y avait bien un menteur dans l’histoire mais ce n’était pas lui. Non, c’était celui qu’il avait pris pour innocent depuis le début, celui en qui il avait une entière confiance et qui venait finalement de lui prouver qu’il avait eu tord. Qu’il s’était leurré. Mais comment accepter ? Comment se faire à l’idée que son père lui avait bel et bien menti. Qu’il n’était pas son seul fils, que sa mère était au courant et que cette histoire n’ait jamais dérangé personne. Que personne ne se soit dit qu’il serait peut être important de lui en parler. Ethan n’arrivait pas à comprendre et ça le rendait fou de rage. Il aurait aimé ne jamais avoir connaissance de tout ça. Oui, en un sens, il aurait préféré vivre dans le mensonge, ignorer toute cette histoire jusqu’à sa mort. Ça aurait été bien plus simple…

Pourtant, il avait bien cette lettre entre les mains et maintenant qu’il l’avait lue, il ne pouvait pas faire comme si elle n’existait pas. Il ne pouvait pas prétendre ne pas savoir. Il était obligé de s’y faire. Ou du moins, d’enregistrer l’info. Cependant, il ne pouvait pas se contenter d’accepter. Il avait besoin d’exprimer tout ça, d’aller chercher plus. De trouver un coupable peut être. Parce que s’il avait bien la preuve maintenant que c’était son père qui lui avait menti depuis le début, qui avait abandonné un enfant, il n’en restait pas moins qu’à ses yeux, Rafael était coupable. De quoi ? Difficile à dire. Il ne savait pas lui-même. Mais quand ses yeux s’étaient posés sur cette lettre, il avait ressenti une colère sourde. Une rage qu’il avait besoin d’exprimer, qu’il ne pouvait pas garder au fond de lui. Il fallait qu’il s’exprime. Il fallait que tout ça soit tiré au clair. Il fallait… Il ne savait pas trop ce dont il avait besoin, ce qu’il serait sage de faire. Il suivait juste une pulsion qui faisait battre le sang dans ses tempes.

Ethan se mit alors à arpenter les couloirs et les escaliers d’un pas décidé, la lettre toujours dans la main. Il cherchait Rafael et comptait bien le trouver. Au final, il ne lui fallut que peu de temps pour lui mettre la main dessus au niveau du cinquième étage. Son regard était fermé et apparemment son camarade l’avait remarqué tout de suite. Après la surprise, il afficha une sorte de résignation, demandant à Ethan de s’exprimer. Comme s’il s’attendait à ce qui allait suivre, comme s’il était prêt depuis bien longtemps à le subir. Mais le jeune serdaigle était trop aveuglé pour saisir tout ça, pour le comprendre réellement. Lui, il se contenta de foncer tête baissée.

« Tout cette histoire, c’est vraiment n’importe quoi ! »

Ethan venait une fois de plus de crier à moitié sur Rafael. Il lui tendit rageusement la lettre qu’il avait à la main depuis tout ce temps. Qu’attendait-il de sa part ? Qu’il lui dise qu’il avait comploté avec son père pour lui faire une mauvaise blague ? Non vraiment ça n’avait pas de sens. Plus maintenant. Il avait tout devant les yeux et devait bien admettre qu’il était trop tard pour croire à une manigance ou à un mensonge. Rafael était innocent, il n’avait fait que lui confier son secret, la vérité sur son identité. Alors pourquoi tant de rage ?

« T’es content je suppose hein ? »

C’était absurde, complètement absurde. Pourtant, Ethan ne pouvait pas refréner sa colère. A ses yeux, Rafael représentait l’élément perturbateur. Celui qui venait de balayer son équilibre familiale, de réduire à néant ce en quoi il avait toujours cru. Sa famille était son pilier, la seule chose dont il avait l’impression ne pas avoir à douter. Et voilà que ce type, à peine arrivé, à peine l’avait-il rencontré, venait de tout renverser. Il n’était pas fautif à proprement parler mais aux yeux du gamin, il demeurait le symbole fort de tout ça. De ce château de cartes qui était en train de s’écrouler devant ses yeux sans qu’il ne puisse rien faire que constater. Constater que tout ce qu’il pensait acquis ne tenait plus debout. Ses parents lui avaient menti depuis son plus jeune âge. C’était un fait. Et il ne pouvait que l’accepter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2116
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: Re: Bad news never travels alone... ♦ Ethan   Lun 16 Mai 2016 - 19:08

Je vois son attitude, son regard, je sais que ça va être l'explosion avant même qu'il ouvre la bouche. Comme à chaque fois qu'il s'est retrouvé en face de moi en même temps. Je sais à quoi m'attendre et pourtant, il y a cette angoisse qui me noue les tripes et accélère mon rythme cardiaque. Je sens les pulsations à mes tempes comme j'attends qu'il se décide à prendre la parole, certain une fois encore que ça ne va pas me plaire une seconde.

« Tout cette histoire, c’est vraiment n’importe quoi ! »

Incrédule, je le dévisage, la main crispée sur ma sacoche. Je ne comprends pas tout de suite le sens de cette phrase, m'interroge sur la réponse qu'il a reçue. Et qu'il me tend alors comme pour que j'en prenne connaissance. Je peux, vraiment ? A vrai dire, j'en meurs d'envie. J'ai besoin de voir par moi-même la façon dont il parle de ça. Dont mon père parle de moi. Je tends une main fébrile vers le parchemin, le parcourt rapidement, guère moins mal à l'aise après sa lecture qu'auparavant.

« T’es content je suppose hein ? »

Je relève subitement le regard pour le plonger dans ses grands yeux clairs. La rage y est visible, exude de chacun de ses pores. Je pourrais sans doute bouillir à mon tour, lui asséner des mots durs pour contrebalancer les siens, mais à vrai dire, je n'en ai pas vraiment envie. J'ai terriblement chaud, je crois que mon coeur va finir par sortir de ma poitrine à ce rythme là, mais c'est relativement calmement que je lui réponds.

« Non... J'ai jamais eu pour but de te mettre dans cette situation, ni dans cet état. Et au fond, j'y suis pas pour grand chose. »

T'es victime du passé, des choix de tes parents, tout comme moi. La différence, c'est peut-être juste que je ne passe pas mes nerfs sur n'importe qui juste pour évacuer la frustration.

« Je... »

...ne me sens franchement pas bien là. Je sais pas s'il s'en rend compte, s'il est capable de ne pas être trop aveuglé par la rage pour le réaliser, mais je passe ça sous silence. Ça va passer, hein ? Je sens bien qu'il va prendre ça pour une façon de me poser encore plus en victime, ce qu'il n'encaissera pas. Alors je me tais, prie pour que ça passe ou pour qu'il ait vidé son sac rapidement, que je puisse rejoindre l'infirmerie. Malheureusement, ça n'est pas vraiment parti pour que l'une ou l'autre des alternatives qui m'arrangeraient se réalisent... Bizarrement, le parchemin m'échappe des mains. Je me baisse pour le ramasser et le lui rendre alors mais la tête me tourne d'un coup comme je me redresse et je me retrouve à devoir prendre appui sur le mur.

« Je suis pas un menteur et je suis pas non plus du genre à me réjouir de ce genre de bordel. Mais t'es toujours pas obligé de me croire après tout... »

Je sais pas pourquoi je me justifie encore alors que je passe machinalement une main sur mon front, en sueur. Je sais même pas réellement ce que je ressens après cette confirmation en réalité. Ce que je sais, en revanche, c'est que quelque chose ne va pas et que je n'ai qu'une hâte, qu'il aille cracher son venin ailleurs pour que je puisse aller chercher de l'aide. J'ai pas besoin d'entendre ses commentaires mauvais quant à ma petite nature ou quoi que ce soit du genre à cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 827
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: Bad news never travels alone... ♦ Ethan   Jeu 19 Mai 2016 - 17:21

Ethan avait toujours eu du mal à regarder les gens en face. Pour lui affronter un regard était une épreuve qu’il évitait au maximum. Mais là… Là c’était différent. Ses yeux n’arrêtaient pas de se poser sur le visage de Rafael au risque de voir un contact visuel se réaliser. Parce que sans même en avoir conscience, il détaillait ses traits. A la recherche d’une ressemblance, d’un signe qui lui prouverait que oui, le type en face de lui était bel et bien son demi-frère. Ca n’avait pourtant aucun sens… il aurait dû s’en rendre compte plus tôt s’il y avait vraiment des gênes en commun. Pourtant, leurs yeux avaient une couleur assez proche et même dans leur trait, on pouvoir voir quelques similitudes. Étaient-elles vraiment là ou est-ce qu’Ethan les voyait puisqu’il avait décidé de les voir ? Impossible à dire mais quelque chose dans ce visage le tracassait désormais. Il ne pouvait plus le regarder de la même façon. Il ne pouvait plus ignorer. Il était obligé de détailler, de chercher des réponses. Rafael de son côté semblait plutôt les chercher dans la lettre, sur le papier, ignorant les propos violents du plus jeune. C’était sans doute la meilleure réaction à avoir d’ailleurs. Quand il reprit la parole, Ethan se sentit stupide et garda le silence pendant quelques instants. Oui, il avait raison. Il n’était pas responsable à la base de cette histoire. Il n’avait pas choisi de naître, comme personne sur cette terre. Alors face à cet argument, il n’avait rien à répondre même si la colère n’avait clairement pas disparu pour autant.

Le jeune Serdaigle ne sembla retrouver sa capacité de réaction que lorsque Rafael fit tomber le parchemin. Instinctivement, il s’était baissé pour le rattraper mais laissa finalement son aîné faire et se contenta de le récupérer lorsqu’il lui tendit, d’un geste un peu brusque. Son camarade de son côté chancela légèrement et se retrouva à prendre appui sur les murs. Ethan n’avait pas remarqué jusque là qu’il ne semblait pas être au top de sa forme. Et, lâchement, il préféra éluder ce détail pour le moment. Parce qu’il n’en avait pas fini. Parce qu’il ne pouvait pas laisser cette conversation se terminer comme ça. C’était juste inconcevable. Rafael de son côté entreprit de se défendre tout en essuyant son front plein de sueur. Ethan le regarda fixement pendant quelques instants avant d’en prendre conscience et de détourner le regard.

« En attendant tu as provoqué ce joyeux bordel. Maintenant, je me retrouve face à des parents menteurs ! »

Sauf qu’ils l’étaient avant que Rafael n’intervienne… Une partie d’Ethan était peu à peu en train de se rendre compte qu’il s’en prenait à la mauvaise personne. Que le type en face de lui n’avait effectivement rien demandé. Mais cette histoire de symbole était vivace. D’autant que le jeune homme avait besoin d’extérioriser, de cracher sa colère et que Rafael faisait alors une victime parfaite. D’un geste nerveux, Ethan passa alors une main dans ses cheveux, appuyant fortement sur son crâne avant de se détourner quelques instants puis de revenir face à Rafael. Il bouillait de l’intérieur et, en même temps, il était complètement paumé. Ca allait trop vite, bien trop vite pour lui. Il n’avait pas le temps de comprendre, d’analyser, il était complètement dépassé.

« Ma famille était parfaite et stable… »

Sa famille était un modèle. Un repère qui était en train de s’effriter. Ethan n’avait pas crié cette fois. Ces mots ressemblaient plus à une expression de détresse et de lassitude. Sa famille… Leur famille ? Non ! Ils n’avaient pas la même mère après tout. Simplement un père en commun. Une erreur de jeunesse sans doute ? Ethan ne voulait même pas savoir. Pas tout de suite. Pour l’instant, il voulait juste tout casser. Les poings serrés, il s’apprêtait à cracher autre chose, n’importe quoi de mauvais à Rafael sauf que cette fois, il ne pu que remarquer qu’il n’avait vraiment pas l’air bien. Le teint très pâle, en sueur, comme s’il allait tomber dans les vapes d’une minute à l’autre. Ethan serra les dents. Que devait-il faire ? Dire quelque chose, l’aider ou s’en aller et faire comme s’il n’avait rien vu ? Il hésitait réellement, non pas parce qu’il était sans âme et sans compassion, mais parce qu’il était effrayé et honteux tout à la fois.

« Et bah me vomis pas dessus, si tu te sens pas bien, vas à l’infirmerie. »

Sans transition… Ethan avait finalement décidé d’arrêter de faire comme si de rien n’était. Sauf qu’il n’était pas non plus capable de se montrer compatissant envers Rafael de manière directe. Alors c’était de manière un peu agressive qu’il avait sorti ces quelques mots. C’était toujours mieux que rien à vrai dire. Il rangea alors le parchemin dans la poche arrière de son pantalon et regarda Rafael de manière pressante et assez renfrognée, attendant qu’il réagisse, qu’il parte ? Ou peut être de voir s’il avait besoin d’aide…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2116
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: Re: Bad news never travels alone... ♦ Ethan   Sam 28 Mai 2016 - 13:52

C'est pas souvent que son regard reste aussi fixement posé sur moi, quelque part je m'en rends compte. Il a d'ordinaire une attitude plus fuyante, mais la rage fait manifestement faire des choses exceptionnelles. Il est face à moi, crache son venin, et moi j'encaisse, comme je peux. Une phrase, deux, où j'essaie encore et toujours de donner mon point de vue et de calmer le jeu, sans croire réellement que je puisse être entendu. Tout comme je ne m'attends pas à vraiment moins de virulence, même lorsque je lui rends le parchemin, dont j'ai toutes les peines du monde à accepter la teneur. Parce que si je m'efforce de rester calme, je n'en suis pas moins insensible à cette confirmation pour autant. Mais ça, c'est très certainement le cadet des soucis de... mon demi-frère à cet instant.

« En attendant tu as provoqué ce joyeux bordel. Maintenant, je me retrouve face à des parents menteurs ! »

Un soupir las m'échappe. Ouais si tu veux... J'y suis quand même pour rien, en réalité, je leur ai pas demandé de le faire. Mais d'un côté, je comprends qu'il ait besoin d'extérioriser tout ce que cette nouvelle apporte de bouleversements dans sa vie, tous les sentiments qui se mêlent en lui. Je ferai juste ça différemment, plus tard, et clairement pas sur quelqu'un...

« Ma famille était parfaite et stable… »

C'était une façade, mais il n'a pas besoin d'entendre ça. Et puis, si personne n'est parfait, ça ne veut pas forcément dire qu'ils soient quand même des gens bien. On fait tous des erreurs, dans la vie, et notre père était jeune, il venait de perdre la femme qu'il aimait et d'apprendre l'existence de la magie, on en serait bouleversé à moins. Je lui cherche même pas vraiment d'excuse, au fond, je pense pas vraiment qu'il ait fait le bon choix, mais je peux au moins comprendre pourquoi dans ces conditions, on peut en arriver à prendre de mauvaises décisions, qu'on risque de regretter plus tard. Un peu comme Ethan regrettera peut-être son acharnement contre moi un jour, qui sait ? A cet instant, c'est un point de détail que je ne relève même pas vraiment parce que, clairement, je me sens de moins en moins bien, et si je pouvais trouver des excuses au départ à ce malaise, là, ça commence vraiment à devenir inquiétant.

« Et bah me vomis pas dessus, si tu te sens pas bien, va à l’infirmerie. »

Je hoche difficilement la tête, sentant mon équilibre pourtant bon à la base, vaciller dangereusement même sur ce simple geste.

« Ca va... pas... du tout... »

J'énonce pas seulement l'évidence, en réalité, mais c'est le caractère anormal de la chose qui commence légèrement à m'angoisser. L'infirmerie, oui, c'est clairement ce qu'il faut, mais au moment où je me décide à bouger, je chancelle encore davantage, et mon estomac déjà noué décide subitement que non, clairement, ça ne se passera pas comme ça. Je me détourne d'Ethan comme je peux, un éclair de lucidité pour ne pas lui vomir dessus, il faut croire, mais ce qui passe mes lèvres mélange les chocolats et mon propre sang. Horrifié, je recule, à peu près certain de subir un poison, une mauvaise potion, ou quelque chose du genre.

« L’infirm... »

Les mots se bloquent dans ma gorge, mon cœur s’emballe et je sers mon t-shirt comme si ça pouvait y changer quoi que ce soit, en vain. Je vais jamais arriver jusque là-bas, c’est la certitude qui s’impose à mon cerveau, et si jusque-là, j’évitais pas mal le regard de l’autre Raven, à cet instant, je le cherche, le mien se faisant implorant, bien que je sois incapable de demander ouvertement de l’aide. C’est pourtant clairement le message, parce que seul, j’ai le sentiment que je vais finir, là, sur les dalles froides du couloir. C’est pas vraiment comme ça, ni maintenant, que j’imaginais que je rejoindrai ma mère, et c’est la pensée qui me traverse, au moment où ma vision se brouille et où je perds connaissance, m’écrasant lourdement au sol.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 827
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: Bad news never travels alone... ♦ Ethan   Dim 5 Juin 2016 - 10:37

Ethan était en colère. Fatigué et en colère et il sentait le besoin de l’exprimer, de le faire comprendre à Rafael. Il devait saisir que cette situation n’était pas acceptable, que tout ça n’aurait pas du avoir lieu et que cette lettre était juste une vaste blague, un cauchemar dont il se serait bien passé. Alors oui, Ethan était bouleversé et en colère et il avait envie de le rester. C’était sans doute pour cela que même en voyant son camarade mal en point, il n’avait pu s’empêcher de réagir sèchement, voire méchamment. Parce qu’il ne voulait pas décolérer, montrer de la piété ou quoi que ce soit qui le pousserait à sortir de sa colère première. Ethan ne voulait pas qu’on le prive de ce qu’il jugeait comme son droit. Un droit de ne pas être en accord avec la situation, un droit de vouloir tout envoyer valser, de ne pas supporter ce qu’il se passait. Sauf que la situation semblait être bien plus complexe que ça. Rafael semblait désormais avoir même du mal à s’exprimer et quand il déclara que ça n’allait pas du tout d’une voix tremblante, le plus jeune sentit son rythme cardiaque s’accélérer. Il était définitivement en train de se passer quelque chose d’étrange, d’anormal. Le Serdaigle resta cependant immobile, ne sachant quoi faire, n’arrivant pas à bouger ses muscles. Puis, il y eut du sang. Cette fois Ethan eu l’impression de se prendre une douche froide dans la tête. Ce sang… Il y avait quelque chose d’effrayant là dedans. Ethan n’était pas un champion en soins magiques mais il savait que cracher du sang, c’était loin d’être normal. Il resta cependant coincé, immobile, le visage horrifié. Rafael de son côté semblait garder un peu plus la tête froide que lui et chercha à lui faire comprendre qu’il fallait l’emmener à l’infirmerie. Pas un mouvement du côté du plus jeune. Et quand il vit l’autre vaciller, au lieu de se rapprocher pour le retenir, il recula. Ce corps qui semblait défaillir lui faisait peur. Ce n’était pas normal, il ne savait pas ce qu’il se passait et clairement, n’avait aucune idée de comment il devait gérer ça. Immobile, il tremblait presque, les yeux écarquillés, traduisant clairement sa peur.

Puis Rafael tomba. Ethan eut alors un léger éclair de lucidité mais le temps qu’il réagisse, le corps du jeune homme avait déjà touché le sol. En entendant le choc, à la vue du sang et de ce corps inerte, Ethan sentit une violente nausée l’envahir. Il était prêt à vomir, là dans les escaliers mais parvint à se retenir. Il fallait qu’il fasse quelque chose. Il ne pouvait pas le laisser comme ça. Dans son cerveau, ça tournait à une vitesse folle mais son corps lui était toujours immobile, incapable de réagir. Allez, bouge ! Ethan essayait de s’en convaincre mais c’était plus fort que lui, tout était crispé, bloqué.

« Merde qu’est ce qu’il se passe ??? »

Une voix forte avait résonné derrière lui. Puis il avait été bousculé sans ménagement. Parce que la personne ne faisait pas attention à lui. L’élève de 10ème année qui venait de la bousculer, avait repéré lé corps inerte de Rafael et s’était rué vers lui, bousculant Ethan au passage. Au moins, ça avait eu l’effet de le réveiller et tout en s’approchant des deux personnes, il parvint à balbutier quelques mots.

« Il est devenu... tout pâle d’un coup. Il… Il a vomi du sang et... Il s’est écroulé. »

Son aîné leva la tête vers lui, lui adressant un sourire rassurant et lui posa une main sur l’épaule. Puis, il se détourna pour se concentrer sur Rafael. Ethan comprit à cet instant à quel point il avait été pitoyable. L’autre le prenait presque en pitié, comprenait sa faiblesse, compatissait. Mais c’était encore pire. Le jeune homme se rendait compte qu’il était tellement terrorisé par tout et n’importe quoi qu’il aurait pu laisser mourir Rafael. L’horreur laissait désormais place à la panique et Ethan était littéralement en train de se décomposer sur place lorsque le plus âgé le ramena à la réalité.

« Écoute, je sais que c’est dur mais j’ai besoin de toi. On pourrait le faire léviter mais j’ai besoin de surveiller son état. Alors tu vas m’aider à le porter et à va se grouiller d’atteindre l’infirmerie. "

Ethan hocha la tête, sans dire un mot. Son aîné envoya un patronus, sans doute pour prévenir de leur arrivée puis fit signe à Ethan de venir se placer du côté droit de Rafael. Le jeune homme obéit docilement même si ses mains tremblaient encore. Le corps inerte de son demi-frère était lourd d’autant que celui-ci était bien plus grand que lui. Mais pour une fois, Ethan serra les dents. Il ne fit aucun commentaire, il serra les dents et se mit à avancer au même rythme que son camarade. Il eut alors l’impression que le chemin était sans fin. Que l’infirmerie était à des milliers de kilomètres, qu’ils n’y arriveraient jamais. Et quand enfin ils en virent les portes, quand enfin un adulte vint récupérer Rafael, Ethan couru à l’extérieur de la salle. A côté de la porte, les mains sur les genoux il essayait de résister à cette violente envie de vomir qui s’était emparée de lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2116
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: Re: Bad news never travels alone... ♦ Ethan   Dim 31 Juil 2016 - 9:29

J'aurais presque préféré, oui, que tout ça ne soit qu'une vaste blague. J'aurais préféré ne pas me retrouver là, face à un ado en colère, dépassé et bouleversé, par ma faute en quelque sorte. Même si au fond, je n'y peux pas grand chose. Je n'ai pas demandé à ce que ça arrive, je dirais presque que j'ai pas demandé à naître, même si je ne le regrette pas non plus, j'ai jamais vraiment eu de tendance suicidaire. Juste que cette situation, j'aurais préféré l'éviter, réellement, et je ne suis sans le moindre doute pas le seul... Je peux pas vraiment me mettre à sa place, je ne sais pas ce que c'est d'avoir eu une famille aimante, qu'on imagine parfaite, et de la voir voler en éclats. Je ne peux qu'imaginer, et je ne doute pas une seconde que n'importe qui pourrait mal réagir en ce cas.

Mais à cet instant, je ne suis plus vraiment en état de réfléchir là-dessus. Je me sens mal, c'est la façon la plus simple de le dire, et ça n'a rien à voir avec de l'empathie pour l'autre bleu face à moi. Tout mon corps envoie des signaux d'alerte que je suis bien en peine de décrire, et encore plus incapable d'expliquer. Tout ce que je sais, c'est qu'il est impératif que je gagne l'infirmerie, mais elle semble à des kilomètres d'ici comme j'ai déjà toutes les peines du monde à seulement rester debout. Et je ne me perçois qu'à peine le mouvement de recul de celui qui s'avère être mon demi-frère quand je sombre dans l'inconscience.

« Merde qu’est ce qu’il se passe ??? »

Je n'entends pas la voix du jaune, plus forte qu'il n'a coutume de l'élever, qui s'est élancé pour me rejoindre, je ne vois pas son visage penché sur moi.

« Il est devenu... tout pâle d’un coup. Il… Il a vomi du sang et... Il s’est écroulé. »

Ces mots n'ont plus de s'impriment pas dans mon cerveau, pas plus que la tentative du jaune pour rassurer Ethan.

« Écoute, je sais que c’est dur mais j’ai besoin de toi. On pourrait le faire léviter mais j’ai besoin de surveiller son état. Alors tu vas m’aider à le porter et à va se grouiller d’atteindre l’infirmerie. »

Charlie a envoyé son patronus, et pris en charge, en compagnie d'Ethan, mon corps inerte, lourd poids mort sur leurs épaules. Je n'ai pas vu le chemin jusqu'à l'infirmerie, les infirmiers me prendre en charge, ni Charlie s'éclipser. Je ne me suis pas rendu compte non plus que mon cadet sortait en trombe de l'aile médicale pour tenter d'échapper à la violente nausée qui s'étaient emparée de lui. Je n'ai pas davantage vu Charleen être amenée à son tour, ni Rosa ni Riley à son chevet. Pas plus que je n'ai su que la petite bleue, mais aussi Killian, Lynette et même Doryan s'étaient succédés au mien, espérant que je me réveille rapidement, ce qui n'arriva pas. La semaine s'achevait quand j'ai finalement ouvert les yeux, sortant de l'obscurité absolue pour retrouver le monde des vivants.

Et un visage familier à mes côtés.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 827
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: Bad news never travels alone... ♦ Ethan   Ven 26 Aoû 2016 - 12:35

Ça avait été un cauchemar. L’ensemble de cette semaine avait été un cauchemar. Tout ne s’était pas arrêté à l’empoisonnement. Il avait fallut en assumer ensuite les conséquences. La peur, la terreur même. L’impression que personne n’allait se réveiller, que toutes ces images ne sortiraient jamais de sa tête. Ethan se relevait à peine de tout ça. Le réveil récent de Charleen était sans doute ce qui lui avait permis de relever la tête. Passer une nuit allongé près d’elle, se ressourcer, retrouver l’envie de respirer. Retrouver la possibilité de respirer. Alors oui, depuis le réveil de la jeune femme, tout juste arrivé, Ethan allait mieux mais tous les poids qui pesaient sur sa conscience et sur son estomac depuis n’avaient pas disparu. Il avait encore son lot de démons contre lesquels lutter. Il avait encore tout un tas de questions qui tournaient dans son esprit. Mais l’horreur était en parti derrière lui, du moins il l’espérait. Le plus dur de la semaine avait été fait, devait avoir été fait de toute façon. Sinon il ne tiendrait pas. Maintenant il avait besoin de bonnes nouvelles, de moments de légèreté. Il avait besoin de retrouver la quiétude de ses bouquins, la douceur d’une lecture emmitouflé dans une couverture. Il avait besoin de retrouver son petit cercle d’habitudes pour ne pas se sentir complètement perdu.

Demeurait cependant une ombre au tableau. Rafael mettait un temps fou à se réveiller. Longtemps Ethan avait été persuadé d’en être la cause. Il n’avait pas réagi assez vite, était resté trop longtemps complètement dépassé par les événements. Mais Charlie qui était venu les aider ce jour là cherchait à le réconforter comme il pouvait. Le personnel aussi. Et le bleu finit par venir voir son demi frère sans évoquer tout cela. S’il ne restait pas à ses côtés de la même façon qu’il le faisait avec Charleen, même s’il faisait en sorte de ne jamais venir quand il y avait déjà quelqu’un, il passait régulièrement. Pour voir comment il allait. Juste quelques instants puis il repartait. Il avait vu pas mal de monde à ses côtés. Dont Caem, un Poufsouffle qu’il connaissait rapidement et Killian des Gryffondor. Ils venaient le veiller souvent.

Ethan passait donc une fois de plus. Comme à son habitude, observant, surveillant. N’attendant pas grand-chose au final. Sauf que cette fois il vit un tressaillement de paupières. Au début, il pensait avoir halluciné. Mais cela recommença et avant qu’il ne puisse vraiment réagir, les yeux de Rafael s’ouvrirent. Leurs regards se croisèrent et le jeune bleu resta immobile quelques instants. Cherchant des mots qui ne venaient pas, cherchant l’attitude logique qu’il devrait avoir et qui ne venait pas. Sans un mot, il attrapa un gobelet d’eau avec une paille et le tendit à Rafael. Il avait peut être soif. Puis, finalement, sa voix se fit entendre.

« Je… Je voulais m’excuser… Je… J’ai pas été correct, j’étais paniqué. »

Des excuses. C’était peut être anodin pour certains, tout simplement normal mais pour Ethan c’était un grand pas en avant. Une forme d’acceptation. Pas complète encore, le chemin à parcourir était encore bien long. Mais c’était déjà ça. Il vit alors des personnes s’approcher du lit.

« Je vais te laisser avec tes proches… Remets-toi bien… »

Ethan n’était pas encore prêt à rester longtemps auprès de Rafael. Mais la haine qu’il avait ressenti envers lui s’était dissipée. Sans doute à cause de l’accident. Sans ça il serait peut être resté dans sa bulle de colère plus longtemps. On pourrait horriblement dire que c’était un mal pour un bien… En tout cas, il n’avait plus envie de lui hurler dessus. Il disparu cependant rapidement de son chevet alors que d’autres prenaient sa place et retourna voir Charleen. Pour lui dire ce qu’il venait de faire, pour avoir son avis. Et ensuite ? Ensuite il faudrait qu’il affronte ses parents mais ça, il n’était pas encore prêt à le visualiser…

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2116
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: Re: Bad news never travels alone... ♦ Ethan   Jeu 15 Sep 2016 - 15:52

Le noir absolu. Aucune idée du temps, de l'espace, des personnes qui m'entourent ou non. Je me suis effondré dans un couloir, et plus rien n'a existé ensuite. Jusqu'à cette sensation de flottement, indescriptible. La sensation d'être détaché de mon propre corps, sans pour autant pouvoir déterminer où il se trouve, où je me trouve. L'obscurité, toujours, et le silence. Pourtant autour de moi, l'infirmerie n'est pas si silencieuse. Des silhouettes vont et viennent, dont je ne parviens pas encore à avoir conscience. L'impression d'une détresse, d'une tristesse infinie. Pourquoi déjà ? Les souvenirs reviennent, peu à peu. Ethan, sa colère, ses cris, la lettre froissée dans sa main. Son père. Le mien aussi, biologiquement parlant. Le couloir vide, le sol qui se dérobe sous mes pieds. Ce sentiment de malaise qui s'empare de tout mon être, quand bien même je n'ai pas réellement repris possession de tout mon corps. Je sais qu'il m'est arrivé quelque chose, bien que j'aie encore du mal à identifier quoi. Les visages de mes proches passent dans mon esprit, un à un. De Doryan, et la rancoeur me gagne à nouveau, éternellement mêlée à l'affection que je garde pour lui, à ceux qui tiennent à moi, d'une manière ou d'une autre.

Un murmure, à peine. L'ébauche d'une lueur à la limite de ma perception. Le noir s'effrite, le silence se déchire, peu à peu. Où est-ce que je peux être ? La logique prend le dessus, souffle l'infirmerie. A moins qu'on m'ait sorti de l'école et fait gagner Ste Mangouste ? Que m'est-il arrivé, déjà ? Je vois cette boîte de chocolats dans notre salle commune, et les pièces du puzzle se remettent peu à peu en place. Empoisonné. Pour avoir cédé à la tentation de douceurs sucrées. Ma faute, quelque part : La gourmandise est un des péchés capitaux, après tout, on me l'a assez répété dans mon enfance. Je vois le visage des soeurs qui m'ont été le plus proches, celui sévère de la Mère Supérieure, me reprochant sans doute d'avoir cédé à la tentation, l'inquiétude de celle qui a tenu longtemps lieu de mère de substitution, jusqu'à la remise des quelques reliques de ma naissance, et de la fameuse lettre. Mais je ne suis pas à l'orphelinat, je le sais. Je me raccroche à ces quelques sons lointains, tente d'identifier leur provenance. Un accent latin, diffus, que j'assimile à celui de Ms. Calderòn, sans certitude pourtant. L'infirmerie donc ? Mes paupières bougent une première fois, comme je tente de me concentrer sur ces sons, de retrouver conscience de ce qui m'entoure.

Si je devais me faire un tableau des personnes venues me voir, j'imaginerais Lynette, et le lionceau, forcément, peut-être accompagnée de Caem. Rosa, notre petite hirondelle, sans doute, et peut-être d'autres membres de l'équipe. Peut-être Doryan ? Mon coeur semble se serrer comme mon esprit imagine la détresse du rouge. Quand bien même nous ne sommes plus ensemble, je ne doute pas une seconde qu'il ait été touché par mon état. Casey est sans doute passée aussi, je suppose, peut-être Joli Coeur... Combien de temps je suis resté là cela dit ? Pas la moindre idée. Peut-être que peu d'entre eux en ont eu le temps, remarquez... La sensation subite d'un poids sur ma conscience jusque-là flottante me ramène à la réalité, comme si je réintégrais enfin mon propre corps, inerte sur un lit d'hôpital. L'infirmerie, définitivement, j'en reconnais les lourdes pierres comme mes yeux se décident à s'ouvrir lourdement.

Reprendre conscience du monde qui m'entoure n'est pas si facile, j'ai l'impression de sortir la tête de l'eau, d'y être resté en apnée une vie durant. Bouger ? Je ne sais même pas si j'en suis capable et pour l'heure, seules mes pupilles détaillant ce qui m'entoure se meuvent un peu... et accrochent celles, visiblement inquiètes, d'Ethan. Je n'aurais sans doute pas pu imaginer le trouver là, à mon chevet, pourtant il s'y trouve bel et bien. Un moment d'hésitation, où tout reste en suspens, et puis il attrape un verre d'eau qu'il me tend. Et je réalise que je meurs de soif. Avec toutes les peines du monde, j'ai passé la paille tendue entre mes lèvres, avalé avec soulagement quelques gorgées que ma gorge semble autant apprécier que rejeter. Combien de temps, donc ? Je saurais plus tard, sans doute, la voix de mon demi-frère s'élevant finalement.

« Je… Je voulais m’excuser… Je… J’ai pas été correct, j’étais paniqué. »

Je repose doucement le gobelet, pas certain d'avoir la force de le soutenir bien longtemps encore, et repose le regard sur lui. Ce n'est pas la réaction que j'aurais imaginé le concernant, à vrai dire, je n'aurais sans doute pas imaginé le trouver là. On paniquerait à moins, cependant, je voudrais le rassurer, mais ouvrir la bouche me semble un effort incommensurable.

« Je vais te laisser avec tes proches… Remets-toi bien… »

Ma main se lève à nouveau, cherche à l'atteindre, à l'arrêter dans sa fuite évidente, en vain. Pas assez de force, de réflexe.

« Ethan… »

Ce n'est pas ma voix, ce gargouillis rauque, écorché. Pourtant c'est bien moi qui tente de lui parler.

« Merci… »

J'ignore comme les choses se sont passées à partir du moment où je me suis écroulé, j'ignore comment j'ai atterri ici, mais le fait qu'il soit là, c'est assez énorme. Qu'il soit venu me présenter des excuses, même si en partie, je peux comprendre sa réaction, ça l'est tout autant. Je voudrais en dire plus, mais j'en suis simplement incapable, et mon regard le suit comme il gagne le chevet de Charleen. Je ferme un instant les yeux, peiné pour la petite jaune. Combien sommes-nous, à avoir été touchés ? L'image de Rosalyn s'impose à mon esprit, qui a dû être tellement paniquée... Et puis je cherche du regard les proches dont l'autre Raven faisait mention un instant auparavant, et esquisse un sourire. C'est à peu près tout ce dont j'ai la force pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6997
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Bad news never travels alone... ♦ Ethan   Mer 2 Nov 2016 - 19:48

Samedi 11.04.2015
Dans la matinée

La semaine qui venait de s’écouler avait été infernale. Certainement une des pires de son existence. Dévorée par l’inquiétude et le sentiment de culpabilité, partagée entre l’envie de passer ses journées au chevet de Rafael et sa détermination à garder leur relation secrète, chaque jour qui passait sans que le Préfet ne se réveille était un calvaire pour Caitlyn et elle ne savait vraiment pas combien de temps elle serait encore capable de tenir avant de craquer. En six jours, la détresse qui l’avait envahie en apprenant la nouvelle de son empoisonnement et la rage qui n’avait pas tardé à la submerger ne s’étaient pas estompées pour laisser place à de la résignation, mais pulsaient dans ses veines aussi fort qu’au premier jour, ne lui laissant pas un instant de répit. Elle ne serait pas tranquille avant d’avoir pu lui parler en tête à tête, elle le savait. Alors, elle ruminait ses idées noires, tout en s’efforçant de ne pas paraitre beaucoup plus secouée que quiconque d’autre par les événements, à défaut de ne pouvoir avoir l’air réellement détaché.

Elle était passée le voir dès qu’ils en avaient reçu l’autorisation, c’est-à-dire le lendemain de l’attaque, pour le trouver livide et immobile dans son lit de malade. Elle avait senti les larmes lui monter aux yeux, une boule lui obstruer la gorge, son cœur s’emballer, et n’avait pas tardé à repartir. Elle aurait voulu le serrer dans ses bras et pleurer sur son épaule toutes les larmes de son corps, mais ne l’avait pas fait. Pas plus tard que l’avant-veille, elle lui avait fait promettre de garder secrète leur relation naissante – ce n’était pas pour l’afficher au grand jour ainsi. Elle n’avait néanmoins pas pu s’empêcher, quelques jours plus tard, voyant qu’il ne montrait toujours pas de signes de rétablissement, de demander à Wargrave qu’il la tienne au courant, la fasse appeler, s’il se réveillait en son absence.

Elle s’arrangeait pour se rendre à son chevet chaque matin avant de descendre manger, évitant les heures de pointe, mais la probabilité qu’il ouvre les yeux et sorte de sa torpeur alors qu’elle était auprès de lui était pour ainsi dire infime. Cela lui coûtait que de ne pas pouvoir venir plus souvent, et si ça n’en avait tenu qu’à elle, probablement n’aurait-elle pas quitté l’infirmerie de toute la semaine. Mais elle se savait observée, voire surveillée, et ce n’était pas de la pure parano, la dernière attaque en témoignait bien. Même si elle n’était certainement pas la cible la plus importante aux yeux des Supérieurs, elle se doutait bien qu’ils ne sauraient que trop bien utiliser contre elle une information personnelle à son propos. Comme ils l’avaient fait avec Elias l’été dernier. Alors elle prenait sur elle autant que possible, malgré la douleur, malgré l’inquiétude et la peur.

La nouvelle arriva comme un orage dans un ciel d’été. La matinée était déjà bien entamée, elle était passée le voir aux aurores avant de se rendre à la bibliothèque pour travailler, quand une jeune fille qui devait avoir 13 ou 14 ans l’y rejoignit, les joues rosies et le souffle court, pour lui dire que l’infirmier la faisait appeler. L’effet fut immédiat, elle se leva d’un bond, attrapa son sac, et prit la direction de la sortie, laissant ses parchemins éparpillés sur la table et remerciant la messagère au passage. En un rien de temps, elle fut au chevet du jeune homme qui avait effectivement ouvert les yeux et se concentrait sur… Ethan. Elle retint un mouvement de recul, se rappelant de la visite qu’il lui avait rendue lorsqu’elle-même avait été à l’infirmerie. Coïncidence ou non, Ethan se trouvait là, il était partout, et c’était complètement fou, mais tout semblait indiquer que le garçon jouait un rôle particulier dans sa vie, comme un oiseau de mauvais augure. Il ne tarda cependant pas à prendre congé et elle le suivit des yeux jusqu’à la sortie, avant de se focaliser sur Rafael. Rafael qui s’était focalisé sur elle en attendant, et lui souriait faiblement, ce qui eut le don de faire fondre toutes ses craintes et toutes ses peines.

« Hé bien t’en as mis du temps ! »

Alors même que tout semblait lâcher prise en elle, que sa seule envie était de le serrer dans ses bras et de l’embrasser avec fougue en laissant couler des larmes de joie sur ses joues, elle continuait à prendre sur elle, à tenter par tous les moyens de paraître forte et détachée. En l’occurrence, c’était bel et bien une tentative d’humour, et le sourire bienveillant qu’elle affichait ainsi que le regard débordant de joie qu’elle lui adressait en témoignaient bien.

« Tu peux pas savoir à quel point je suis contente de pouvoir te parler. »

De te voir conscient, de pouvoir me perdre dans le bleu de tes yeux, de me dire que d’ici quelques jours tout sera redevenu comme avant ou presque.

« Comment tu te sens ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2116
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: Re: Bad news never travels alone... ♦ Ethan   Jeu 16 Fév 2017 - 18:03

Ethan et Caitlyn. Si j'avais dû parier sur qui je trouverais à mon chevet en ouvrant les yeux, j'aurais eu une bonne réponse sur deux, je crois. J'en reviens pas que mon demi-frère soit venu me voir, après l'altercation qu'on a eue avant que je sombre. Et ça me fait sans doute plus plaisir que ça ne devrait. Quant à Cait... La question ne se pose pas, je suis ravi qu'elle soit là, mais je sais aussi que je dois tenir ma langue, et malgré mon esprit embrumé, l'information n'est pas occultée. D'ailleurs, elle garde l'air digne, et ses distances. Je meurs d'envie de lui prendre la main, de l'enlacer, même, juste, de lui prendre la main, mais je sais qu'elle ne le souhaite pas, pas ici en tout cas, et je n'en ai de toutes les manières pas la force pour le moment.

« Hé bien t’en as mis du temps !
- Tant que ça ? »

J'ai aucune idée du temps qui a passé entre le moment où je me suis effondré dans ce couloir face à Ethan et maintenant, mais vu la réaction de Lynette, j'imagine que plusieurs jours se sont écoulés - ce qui explique sans doute aussi ma faiblesse actuelle, outre l'empoisonnement en lui-même. Il date de quand mon dernier repas consistant ?

Sa tentative d'humour m'a arraché un sourire, pourtant, mais j'ai pas encore le cerveau suffisamment alerte pour répliquer. Je me contente de cette interrogation, donc, dont je redoute un peu la réponse. Combien de temps les gens se sont inquiétés pour moi ?

« Tu peux pas savoir à quel point je suis contente de pouvoir te parler.
- Moi aussi... »

Trop, donc. Elle s'est vraiment inquiétée, et je me doute que mon état a été grave. Alors je les plains, tous, Caitlyn, Killian, Rosalyn, Ethan, Casey, les autres membres de l'équipe, Doryan auss, sans doute... Je me serais fait un sang d'encre à leur place... Mais ça va, je me sens pas si mal que ça, aujourd'hui, si bien que je suppose que le pire est passé. J'ai l'esprit embrumé, la bouche pâteuse et une voix des plus caverneuses, j'ai l'impression d'être encore un peu dans du coton, mais je ne ressens pas de douleur particulière, juste un léger engourdissement d'être resté allongé trop longtemps.

« Comment tu te sens ?
- Comme quelqu'un qui a trop dormi, je crois... »

Ma voix d'outre-tombe m'insupporte, ce n'est pas celle que j'ai coutume d'entendre lorsque j'ouvre la bouche, mais il va sans doute falloir un peu de temps avant que la machine ne se remette parfaitement en route. Et un peu plus d'eau, aussi. Je tente de me redresser mais les forces me manquent. Je suis resté inconscient beaucoup trop longtemps, définitivement. Je tends le bras vers le verre d'eau, cependant, cherchant à le porter à nouveau à mes lèvres. C'est pourtant moi qui l'ai reposé, mais il me semble tellement loin, hors de portée... et ça se voit sans doute que je suis en train de ramer, même si j'ai pas demandé d'aide encore parce que j'ai pas le sentiment, encore, de ne pas être capable de le faire moi-même. Pourtant je finis par déclarer forfait, mon bras en suspens entre la table et mon corps me semblant beaucoup trop lourd et difficile à déplacer.

« Je crois que je manque un peu d'énergie... »

C'est un bel euphémisme, je sais... Mais allez, un bon repas, un peu de repos, et ça va aller, n'est-ce pas ? Je crois que j'ai besoin de me convaincre moi aussi, et à vrai dire, j'attends le verdict de Wargrave, ou Calderón avec une certaine impatience. Et ça se saurait si la patience était ma principale qualité...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6997
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Bad news never travels alone... ♦ Ethan   Dim 19 Mar 2017 - 20:20

Oh combien elle aurait aimé prendre sa main, le serrer dans ses bras, lui caresser les cheveux, l’embrasser sur la joue. Combien elle aurait aimé pleurer de joie dans son cou et lui dire à quel point il lui avait manqué, à quel point elle avait eu peur et à quel point elle l’aimait. Pourtant, elle restait digne, fière, presque stoïque, prenant sur elle et jouant le rôle qu’elle s’était imposé, qu’elle leur avait imposé. Si elle était là en cet instant, c’était parce qu’il était son ami et son coéquipier, ni plus ni moins : voilà ce qu’elle s’efforçait de faire croire à tout le monde, voilà l’image qu’elle s’appliquait à renvoyer. Accueil avec humour, donc, faussement décontractée puisqu’elle contrôlait tout en cet instant et était tout sauf détendue en réalité mais se gardait bien de le montrer à qui que ce soit.

« Tant que ça ? »

Question mi-sincère mi-rhétorique, et elle acquiesça en souriant calmement. Oui, il avait vraiment mis du temps, trop de temps, à se réveiller de son coma dans lequel elle aurait préféré ne même pas le voir plongé.

« Six jours. »

Ces jours qu’il avait passés immobile dans son lit, entre la vie et la mort, sans aucun signe de vie autre que son torse qui se soulevait au rythme de sa respiration et son cœur qui battait faiblement dans sa poitrine faisaient partie des pires de sa vie, cela ne faisait aucun doute, et, très égoïstement, elle donnerait tout pour ne plus avoir à vivre ainsi dans la crainte constante de le perdre.

« Moi aussi... »

Ne pas se laisser avoir par les émotions, ne surtout pas se laisser submerger par tous les sentiments qui l’envahissaient de plus en plus et la rendaient presque mélancolique, lui donnaient envie de pleurer. La tension accumulée depuis le début de la semaine redescendait et l’incitait à craquer, à lâcher prise, mais elle n’avait pas le droit – pas maintenant, pas ici. Lui demander  comment il se sentait semblait être la meilleure manière pour elle de se ressaisir et de reprendre ses esprits. Elle pourrait se laisser aller plus tard, à l’abri des regards, mais pour l’instant, il fallait qu’elle reste forte, pour lui, pour eux.

« Comme quelqu'un qui a trop dormi, je crois... »

Sa voix était rauque, comme si chaque mot qu’il prononçait écorchait ses cordes vocales. Grave, aussi, rocailleuse, caverneuse. Un peu comme la sienne, quand elle s’était réveillé à l’infirmerie en janvier, finalement, et elle imaginait à merveille la frustration qu’il devait ressentir en s’entendant. Mais le sourire qu’il lui tira fut purement instinctif et exempt de tout contrôle de sa part, un réflexe qu’elle ne chercha pas à maîtriser.

Il tenta alors de se redresser puis d’attraper son verre d’eau, et elle le laissa faire, fronçant les sourcils, réprimant sa puissante envie de lui rappeler qu’il devait se ménager. Elle se souvenait encore parfaitement à quel point cela l’insupportait qu’on lui interdise de bouger à sa guise et qu’on lui impose des limites inférieures à celles qu’elle se sentait capable d’atteindre, ou qu’elle voulait essayer d’atteindre. Il s’avoua d’ailleurs lui-même vaincu, preuve que les blessés n’étaient pas forcément des inconscients lorsqu’ils voulaient retrouver leurs capacités.

« Je crois que je manque un peu d'énergie... »

Elle sourit à nouveau et plaça le verre dans sa main, resta attentive et prête à l’aider tandis qu’il le portait à ses lèvres pour boire, puis le reposa à nouveau sur la table de chevet et le remplit à moitié pour la prochaine fois.

« Ne force pas trop, laisse toi le temps. »

Elle ne voulait pas lui interdire de bouger, pas alors qu’elle avait tant détesté le voir immobile pendant si longtemps, mais il n’en restait pas moins qu’elle continuait à avoir peur pour lui et qu’elle avait juste envie de le choyer.

« Souviens-toi de tout ce que tu me disais il n’y a pas si longtemps de ça. »

Elle ne l’avait pas toujours vraiment écouté à la lettre, mais pour une fois, elle avait plutôt bien géré, n’avait pas trop usé de l’excuse "faites ce que je dis, pas ce que je fais", alors elle en attendait autant de sa part. Elle savait qu’elle pouvait lui faire confiance, mais elle préférait quand même le lui rappeler, instinct protecteur oblige.

« Allez, je vais te laisser… »

L’infirmier venait de lui faire signe de partir et elle ne comptait de toute manière pas rester trop longtemps car elle savait combien une présence étrangère, aussi agréable soit elle pour le moral, pouvait consommer d’énergie.

« Je reviens sans doute dans la soirée pour te dire bonne nuit. »

Elle lui fit un clin d'oeil, se baissa pour prendre son sac, lui adressa un simple geste de la main, et après un dernier regard plein de tendresse, s’éclipsa de l’infirmerie. Direction la volière, où elle récupéra Rainbow et l'emmena dans le parc pour passer une bonne partie du reste de la journée avec elle, caressant son plumage blanc comme neige et laissant des larmes silencieuses couler sur ses joues.

~ The End. ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2116
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: Re: Bad news never travels alone... ♦ Ethan   Sam 9 Sep 2017 - 0:15

« Six jours. »

Six jours alité, immobile, sans ouvrir les yeux, sans émettre le moindre son, sans laisser entrevoir à mes proches le moindre indice quant au fait qu'un jour, je m'éveillerais à nouveau. Je crois que je ne veux même pas essayer d'imaginer ce qu'ont pu ressentir tous ceux auxquels je tiens, et qui tiennent à moi. Killian a dû péter un câble, Rosalyn a peut-être à nouveau sombré dans cette espèce de dépression qui la suit de façon cyclique, depuis un moment maintenant, Casey a sans doute été chercher du réconfort auprès de Doryan... Et inversement, je suppose. Et Caitlyn... j'observe le visage, trop stoïque, de ma petite-amie. Je sais qu'elle contrôle le moindre geste, la moindre parole, cherchant à ne pas trahir le secret qu'elle nous impose. Et si j'ai furieusement envie de lui serrer la main, de sentir son coeur battre contre le mien, d'humer le parfum de sa chevelure, je n'en laisse rien paraître. Je ne suis pas sûr d'avoir la force de faire le moindre geste en ce sens, de toutes les manières.

J'en ai la preuve quand je tente de me redresser pour attraper le verre d'eau laissé à mon chevet par Ethan. Ethan... qui était là à mon réveil, à ma plus grande surprise. Qui a presque pris la fuite, peu après, mais j'en suis bien moins surpris. Mon demi-frère. Je sais pas trop ce qu'on doit faire de cette information, et je suppose qu'il faudra bien qu'on en reparle, un de ces quatre, mais je sais bien que je suis pas vraiment capable d'avoir les idées claires pour le moment.

Six jours. L'idée a du mal à s'imprimer dans mon cerveau. Comment j'ai pu rester si longtemps inerte ? Je suis pas vraiment habitué à ça, bien loin de là, l'inaction a plus tendance à me peser qu'autre chose, alors je suppose que ça a été d'autant plus impressionnant - au moins pour ceux qui me tiennent lieu de famille.

« Ne force pas trop, laisse toi le temps. Souviens-toi de tout ce que tu me disais il n'y a pas si longtemps de ça. »

J'esquisse un sourire. J'ai l'impression d'avoir prononcé ces mots il y a une éternité, pourtant. Mais elle a raison, ce n'était que quelques mois auparavant. Et ce serait un peu l'hôpital qui se moque de la charité si je refusais de l'écouter. Mais à vrai dire, je n'ai vraiment pas la force de protester, et j'accepte donc son aide de bonne grâce. L'eau qui coule dans ma gorge ne semble pas faire grand effet pourtant, comme si elle ruisselait sur une terre trop aride, sans pouvoir s'y infiltrer.

« Allez je vais te laisser... »

Je voudrais la retenir, mais tout comme elle, j'ai vu le geste de l'infirmier. Je sais bien qu'il a sans doute raison, que le repos est nécessaire, mais j'ai déjà beaucoup trop dormi - bien que ce terme ne soit pas tout à fait juste -, et je regrette déjà la présence de ma capitaine.

« Je reviens sans doute dans la soirée pour te dire bonne nuit. »

Sourire. Je hoche simplement la tête, réprimant une nouvelle fois l'envie d'attraper sa main et la laisse partir après une tentative de geste de salut pas très concluante. A ce soir, donc. D'ici là, je risque fort de sombrer dans le sommeil encore un peu... Je songe à Killian, me demande si quelqu'un peut la prévenir, à peu près sûr qu'elle se ronge les sangs elle aussi, et qu'elle est un peu prête à cogner n'importe qui en permanence depuis six jours. Un sourire idiot étire mes lèvres comme je songe que Caem a dû avoir du boulot pour la calmer cette semaine, et quand l'infirmier vient vérifier mon état, je fais cette simple requête : qu'on prévienne mon amie. Quelques instants plus tard, je suis de nouveau dans les bras de Morphée.

Les visites se sont succédé, jusqu'à ce que j'ai enfin l'autorisation de quitter l'infirmerie. Je sais que psychologiquement, je tiens à peu près le choc, même si physiquement, je suis pas encore super vaillant, mais il n'y a plus rien d'alarmant. Seulement la nausée qui m'envahit à l'idée d'avaler à nouveau le moindre chocolat, et une certaine appréhension à l'idée de croiser à nouveau mon demi-frère, alors même qu'une partie de moi n'a qu'une envie : apprendre à le connaître davantage. Je suppose que ça se tassera avec le temps, et d'ici là, je fais ce que j'ai de mieux à faire : reprendre une vie normale. Si toutefois on peut qualifier nos vies ainsi, depuis quelques années...

¤ Terminé ¤
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bad news never travels alone... ♦ Ethan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bad news never travels alone... ♦ Ethan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Breaking news Dany Tousen fe STROKE
» #2 : Taker, HBK, Champ's Tag Team, BLOG, news, rumeurs ..
» [News] : next Premium deck - Graveborn.
» [22/04/11] Une news qui sert à rien
» La parabole des ténèbres - partie 3 [Ethan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Cinquième Etage.-
Sauter vers: