AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I see you in my dreams [Charleen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 803
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: I see you in my dreams [Charleen]   Lun 9 Mai 2016 - 16:54

[Suite de l’event]

Ethan se rendait compte qu’en cet instant, il aurait aimé que ses parents soient là. Il aurait aimé pouvoir s’enfermer avec eux, se laisser aller dans les bras de sa mère et oublier tout ce cauchemar. Sauf qu’ils n’étaient pas là. Sauf que son père n’était pas celui qu’il croyait et qu’ils avaient tous les deux décidé de lui mentir pendant des années. Et si toute colère était apaisée par les fortes émotions qu’il avait ressenti en voyant Charleen inconsciente, il avait définitivement l’impression que quelque chose s’était brisé. Violemment. Tout s’était enchaîné si vite qu’il n’avait pas réellement eu le temps de comprendre, d’analyser. Mais les émotions étaient bien là. Ancrées au creux de son estomac, virulente, le poussant à des réactions qu’il n’aurait pas envisagé. Le poussant à fondre en larmes au milieu de l’infirmerie. Mais quelle importance de toute façon ? Les gens avaient tendance à ne pas faire attention à lui alors ce serait sans doute pareil dans ce cas là. Il pourrait sans doute vivre cette histoire seul avec lui-même. Sauf qu’alors qu’il n’était concentré que sur sa personne, encore et toujours, Riley était arrivée. Elle était la famille de Charleen et sa présence était plus que légitime. Alors Ethan avait cru que le moment était venu pour lui de partir. Mais la sœur de son amie ne pensait pas la même chose. Elle lui lâcha, le plus naturellement du monde, qu’il pouvait rester. Le Serdaigle releva la tête vers elle, surprit. Mais Riley ne semblait pas perturber par ses propres paroles, elle prit une chaise et s’assit à côté de Charleen lui prenant la main. Il resta quelques secondes interdit puis, se décida finalement à se rapprocher du lit et à rester là, debout, auprès de son amie qui pouvait presque paraître seulement endormie… Comme il aurait aimé que ce soit le cas. Qu’elle soit juste apaisée, en train de reprendre des forces, que rien de tout ça ne soit arrivé… Les larmes étaient toujours là, plus fines, plus discrètes mais toujours présentes. Riley lui dit alors qu’elle était tirée d’affaire même si elle ne se réveillerait pas avant le lendemain. Ethan hocha la tête mais ne répondit pas. Il n’y avait rien à dire. Les mots étaient inutiles, trop faibles. Il voulait juste rester là, en silence et attendre qu’elle se réveille. Il voulait juste qu’elle ouvre les yeux et qu’il puisse, une fois encore parler avec elle, entendre son rire. Qu’elle lui rappelle une fois de ce plus, que ce monde en valait la peine.

Sauf qu’elle ne se réveilla pas le lendemain matin. Certains reprenaient connaissance, le premier fut Zachary. Sans doute son organisme était-il plus solide. Mais Charleen elle resta endormie. Et Ethan était impuissant. Il lançait des regards désespérés à l’infirmière, il regardait autour de lui, essayait de comprendre. Mais il n’y avait au final que peu d’explications. Elle était fatiguée, très fatiguée. Elle avait besoin de se reposer encore et encore. Et alors qu’elle semblait dormir pour de longues heures encore, Ethan lui sentait le sommeil lui échapper. La nuit, alors qu’il essayait de dormir, il faisait des cauchemars et se réveillant en sueur et en larmes. Alors il lisait. Oui il retournait à l’infirmerie. Autant qu’on lui permettait. Il errait dans un entre deux. Riley était souvent là. Lui ne parlait quasiment pas. D’ailleurs, il ne parlait à personne. Il allait voir Rafael de temps en temps. Mais refusait de répondre à son père. Pas tout de suite. Parce qu’il ne trouvait pas les mots. Parce qu’il devait en parler à Charleen avant de prendre une décision. Elle, elle saurait quoi faire. Elle, elle pourrait l’aider. Mais il fallait qu’elle se réveiller, il fallait qu’elle revienne.

En cours, Ethan était incapable de suivre. Alors il n’y allait pas toujours. Que lorsqu’on l’y forçait. Ethan était un fantôme depuis ce fameux lundi. Les yeux cernés, le regard absent, il tenait à peine debout. Certains avaient essayé de lui arracher quelques mots. Il s’était contenté de hochements de tête. Il n’avait pas envie de parler. A quoi bon de toute façon ? Il avait bien des choses à dire mais elles étaient toutes pour Charleen. Les autres ne pouvaient pas le comprendre. Les autres ne sauraient pas l’écouter comme elle. Elle seule pouvait entendre tout ça. Alors il allait à l’infirmerie, il s’asseyait à côté d’elle et il attendait. Plusieurs fois il avait cru la voir ouvrir les yeux ou percevoir un changement dans sa respiration. Mais ce n’était que des illusions. Dues à la fatigue ? Peut être. Dans ces moments là, il jetait un regard sur Riley, pour voir si elle l’avait vu aussi. Mais rien. Charleen dormait encore et encore et ne voulait pas se réveiller.

Jeudi 9 avril – Dans l’après-midi

Jeudi ? Ethan aurait été incapable d’affirmer que le temps avait avancé jusque là. Il était dans une autre dimension, dans un autre espace temps. Le matin il s'était rendu en cours, dans un élan de courage mais l'après-midi, il n’avait même pas essayé. Il était épuisé aussi bien psychologiquement que physiquement. Il s’était rendu au chevet de Charleen après le déjeuner, après avoir fait un peu de bouilli avec son repas. Il s’était assis à ses côtés, avec un livre. Il avait lu, peu de temps. Ses yeux étaient trop fatigués, il n’arrivait même pas à se concentrer sur les pages. Alors, il avait fini par prendre la main de son amie et attendre que le temps passe. Et puis, finalement, il s’était endormi. Il manquait tant de sommeil qu’il était tombé comme une massa. La main de Charleen toujours étroitement dans la sienne, un bras sur le lit, la tête dessus, il s’était endormi. Aussi étrange que cela pouvait paraître, il n’y avait qu’ici qu’il se sentait bien pour dormir. A ses côtés. Tout près d’elle. Riley allait sans doute venir, l’infirmière ferait peut être des contrôles. Mais il ne s’en rendrait pas compte. Parce que pour la première fois depuis plusieurs jours, il avait sombré dans un sommeil profond. Pas d’agitation, pas de cauchemars, par de sueur. Juste, un sommeil réparateur, le résultat d’un épuisement qu’il n’avait jamais connu jusque là. Dormir un peu avec elle et espérer qu’elle ouvrirait les yeux avec lui…


Dernière édition par Ethan Llewellyn le Lun 23 Mai 2016 - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 844
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: I see you in my dreams [Charleen]   Mer 18 Mai 2016 - 14:50

►I see you in my dreams◄
Ethan & Charleen




Jeudi 9 Avril ▬ Début d’après-midi

Je me suis sentie replonger dans un sommeil mais qui, cette fois, n’était pas sans rêves.
Ou sans cauchemars.

Je me rappelle la discussion avec Riley même si certains détails m’échappent. Je me souviens la douleur lorsque j’ai voulu lever un bras, tourner la tête ou même essayer de me redresser. Je me souviens de son visage illuminé de me voir enfin réveiller, de ses larmes, de tout cet amour qu’elle me transmettait avec un simple regard. Je ne doute pas de notre fraternité mais je crois que c’est la première fois que je comprends aussi fort à quel point je compte pour elle. Comme une vraie sœur, peut importe les liens du sang, ils n’ont aucune importance.
Je me souviens de quelques brides de notre conversation, de mon désir puissant à ce qu’elle reste à mes côtés. Parce qu’après le soulagement d’être réveillée, vient la peur. Profonde et imposante. Elle s’insinue dans cette petite bulle que je me suis construite seule, au fil des années. Celle rempli de coton et dénué de violence et d’horreur. En mangeant ces chocolats, je l’ai percé moi-même.
Voir la monstruosité d’un homme est une chose. La subir, en est une autre. Je prends conscience plus que jamais de ce que j’ai risqué, de ce qu’il s’est passé et si certains se sont certainement réveiller avec la rage au ventre… Ca n’est pas mon cas.

Je suis replongé dans un sommeil lourd mais agité. Je ne sais plus très bien si je suis dans un état de semi-conscience ou non mais j’ai la sensation de ressentir les choses de manières bien trop réelle. Bloquée entre deux, ma perception est floue, brouillonne. Je sens juste la peur qui me compresse la poitrine, l’angoisse qui m’étreint la gorge et le désir de redevenir petite fille me prend d’assaut. Je donnerais n’importe quoi pour être dans les bras de papa, qu’il me serre contre lui et que j’en oublie l’horreur du monde contre sa poitrine. Je veux qu’il me fasse oublier toute cette violence, ce sang, cette douleur. J’en pleure. Je crois pleurer. Je ne sais pas très bien si c’est le cas. Je me vois pourtant allongée sur ce même lit mais l’infirmerie laisse place à une pièce sombre, des chaines pendant au plafond. Ma respiration s’accélère, mon cœur martèle avec violence contre mes côtes et j’essaie de bouger mais je n’y arrive pas. Pas même le petit doigt.
Qu’est-ce qu’il se passe ? Pourquoi je n’peux pas bouger ?
Aidez-moi. Je n’veux pas que ça recommence, s’il vous plait !

Aucun son ne sort de ma gorge, aucun muscle n’arrive à être bougé. Un cliquetis face à moi attire mon attention et parmi la légère brume, je distingue une forme que je n’arrive pas à définir si ce n’est qu’elle est immense. Et sans savoir ce qu’il se tient devant moi, la peur se manifeste de plus belle. Je sens que je dois partir, que je dois ouvrir les yeux et vite. Mais lorsque je vois deux pupilles rouges percer le voile opaque devant moi, c’est désormais la panique qui me tord le ventre. Il y a quelque chose qui me veut du mal, je le sens. C’est là, devant moi.
Se réveiller. Charleen, réveille-toi.
Et si je ne me réveillais plus jamais ? Si j’étais finalement morte ?
C’est ça l’enfer ? Ces deux pupilles rouges feu qui me fixeront jusqu’à ce que je devienne folle ?
Les images se troublent, comme une télé mal réglée…

… Un visage surgit d’un coup sec de l’ombre à m’entirer un hurlement du plus profond de ma gorge. Un hurlement que personne n’entendra, pas même moi. Un lapin aux oreilles rapiécées, aux yeux rouges sang et aux dents aussi pointues qu’un vampire, se présente devant moi en un ricanement mauvais.
J’essaie de bouger, d’hurler de nouveau, de fermer les yeux mais je ne peux qu’observer ce spectacle monstrueux et peut-être mourir de peur.

- Joyeuses pâques mon enfant ♫♪

Laissez-moi.
J’ai peur, s’il vous plait. Réveillez-moi !

Il brandit un œuf de paques en chocolat bourré de poison. Je ne le vois pas, je le sais juste. Je le sens, j’en suis persuadé. Tout va recommencer et cette fois, je vais mourir pour de bon. De nouveau, les images se brouillent… Et son visage surgit juste en face du mien dans un cri retentissant.

Mes yeux s’ouvrent brutalement et je me redresse aussitôt, prise de panique, le souffle court. La douleur me surprend et je lâche un couinement de souffrance alors que j’agite la main, comme pour me débarrasser de ce visage monstrueux qui n’existe que dans mes cauchemars. Je frappe quelque chose – ou quelqu’un – sans le vouloir et je ne m’en rends même pas compte. Je suis trop occupé à me débattre jusqu’à ce que la douleur me cloue violemment sur le lit.
J’ai le cœur qui explose, mon souffle m’étouffe et mes yeux, hagards, cherchent avec fureur ce lapin horrible qui me met dans un état de panique proche de la crise d’angoisse. Mon esprit a du mal à se resituer dans la réalité. J’ai besoin de papa près de moi pour me remettre sur le bon chemin. Les sanglots m’obstruent la gorge et lorsque mon regard croise le sien, celui que je pourrais reconnaitre entre mille, je lâche prise.
Je craque et éclate en sanglot devant Ethan que je n’aurai pu jamais revoir et qui, plus que jamais, j’aimerai sentir contre moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 803
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: I see you in my dreams [Charleen]   Lun 23 Mai 2016 - 17:12

Ethan était plongé dans un sommeil lourd, presque sans rêve. Le genre de repos qui s’impose à vous lorsque vous avez trop tiré sur la corde. Lorsque tout votre corps vous demande de vous reposer et semble s’éteindre. Son cerveau semblait lui-même trop fatigué pour réunir les éléments de sa journée, pour rêver. Ou simplement, il était incapable de s’en souvenir après. En tout cas, le jeune homme était épuisé et se reposait enfin. Parce qu’il la sentait tout près de lui. Parce que, pendant quelques instants, il oubliait ce qu’il s’était passé. Comment Rafael avait décliné devant lui et l’angoisse qui s’était emparé de lui. Ce qu’il avait ressenti en voyant Charleen étendue. La culpabilité à l’idée qu’il n’avait pas pris le temps d’aller la voir… Toutes ces choses étaient présentes à son esprit en permanence et ce sommeil était salvateur, attendu. Le jeune homme aurait sans doute pu rester longtemps étendu à se reposer. La respiration calme, l’air apaisé. Pour une fois, ses sourcils n’étaient pas froncés, il n’était pas agité comme lorsqu’il faisait un cauchemar. Non, il était calme, endormi et calme. L’infirmerie aussi était relativement sereine. Plusieurs personnes s’étaient déjà réveillées et la panique qu’avait connue le personnel auparavant semblait être redescendu. Toujours de la crainte oui mais plus la même fraîcheur dans le traumatisme. Tout ce l’aidait sans doute à se reposer paisiblement auprès de Charleen. Le temps qu’elle se réveille. Le temps que tout puisse enfin rentrer dans l’ordre et qu’ils puissent recommencer à discuter comme avant. Si Ethan avait rêvé, ce serait sans doute des images comme celles-ci qui se seraient imposées dans son esprit. Lui discutant en toute simplicité avec son amie, sans peur, sans douleur. Comme si rien de tout cela n’était jamais arrivé.

Ethan se réveilla en sursaut. D’un coup, il releva la tête, le souffle court, regardant autour de lui. C’était un coup sec qui l’avait réveillé. Au début, il avait entendu une plainte de douleur au lointain mais son cerveau n’avait pas eu le temps d’analyser, de comprendre. Mais ce coup, sur sa tête l’avait brutalement tiré de son sommeil. Il lui fallut quelques secondes pour réaliser, pour saisir. Alors qu’il se tenait soudainement droit, les yeux encore un peu rougis par le sommeil, l’air paniqué, son regard se posa sur elle. Leurs yeux se croisèrent puis, elle éclata en sanglots. Ethan lui resta immobile quelques instants. Il ne comprenait pas. Pas encore. C’était si brutal, si soudain qu’il ne parvenait pas à saisir. Puis, après ce laps de temps qui lui paru extrêmement long, les informations parvinrent jusqu’à son cerveau. Il sentit alors une nuée de larmes monter à ses yeux mais il parvint à les retenir en se mordant avec force. Puis, sans réfléchir, il se pencha en avant et la prit dans ses bras. Ses gestes étaient maladroits et il la serrait peut être un peu trop fort en raison de ses blessures. Mais il s’accrochait à elle. Il en avait besoin autant qu’elle sans doute. Alors il resta là, quelques instants, à la tenir contre lui, à réaliser qu’elle respirait, qu’il pouvait entendre son cœur. Que ses sanglots montraient bien qu’elle était réveillée. Qu’elle était de retour.

Quand enfin il se décida à la relâcher, ses yeux étaient encore rougis mais il n’avait pas la force ni l’envie de le cacher. Ca n’avait pas d’importance. Ce n’était que secondaire. Ce qui comptait à ses yeux c’était de savoir qu’elle était là. Il la regarda alors longuement. Il percuta enfin qu’elle s’était réveillée en sursaut, qu’elle avait éclaté en sanglots à peine en ouvrant les yeux. Pourquoi ?

« Tu vas bien Charleen… »

Pour qui disait-il ça ? Pour lui ? Pour elle ? Difficile à dire. Il voulait la rassurer, essayer d’atténuer ses sanglots qu’il ne comprenait pas encore complétement. Mais il avait aussi besoin de se rassurer, de se calmer lui-même. De se dire qu’elle était bien de retour, qu’elle n’allait pas soudainement disparaître, qu’elle était réveillée. Il prit alors le temps de la regarder, de la détailler. Il y avait de la peur et de la souffrance sur son visage. On sentait la fatigue, on pouvait voir que son corps avait lutté contre quelque chose de fort, contre une agression difficile à cerner. Et pourtant, il la trouvait belle. Il l’avait toujours trouvée belle mais en cet instant, cela lui apparaissait comme bien plus présent. Il se retint cependant de tout commentaire, se trouvant ridicule de penser à ça après tout ce qui venait de se passer. Il alla alors prendre sa main dans la sienne, comme il avait l’habitude de le faire depuis le premier jour où elle s’était retrouvée ici.

« Comment tu te sens ? Tu as besoin de quelque chose ? »

Ethan se forçait à parler à voix basse, d’un ton calme. Pourtant, on pouvait sentir dans sa voix qu’il était encore secoué, ailleurs. S’il était aussi calme c’était aussi peut être parce qu’il n’atterrissait pas complètement. Charleen de retour ? Il attendait ce moment depuis des jours. Il sentait pourtant, qu’elle n’était pas aussi pétillante que d’habitude. Que tout n’était sans doute pas fini. Il serra alors sa main un peu plus fort.

« Je te laisserai plus toute seule… »

Car oui, aux yeux d’Ethan, il était toujours un peu responsable. D’avoir été égoïste, de ne pas avoir accordé de temps à son amie dans la journée parce qu’il était trop préoccupé par ses problèmes. Problèmes qu’il avait d’ailleurs mis de côté : Charleen et Rafael touchés, il n’avait pas eu le temps de trouver une solution au bordel qui s’était installé dans son esprit. Mais pour le moment, ce n’était pas important. Pas important du tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 844
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: I see you in my dreams [Charleen]   Mar 31 Mai 2016 - 14:55

Dans les bras d’Ethan, je lâche prise. Mes sanglots ne s’arrêtent plus, fatiguée, apeurée, lassée. Ce cauchemar était si réel que j’ai l’impression de pouvoir voir surgir ce monstre à tout moment, de derrière un rideau ou de mon lit. Mes muscles me font mal et c’est un supplice de lever les bras, je n’ai que la force de les passer autour du bassin d’Ethan et de m’accrocher à son haut, faiblement, malgré toute cette volonté de le vouloir contre moi. Le sentir de cette façon me gorge de tout un tas d’émotions, négatifs et positifs à la fois, je n’arrive pas à faire le tri. Je me laisse simplement aller à sa présence, essayant de ne pas céder sous l’effroi et l’angoisse profonde. Celle qui m’a poussée à demander à Riley de me ramener à la maison. Celle qui me pousse maintenant à vouloir tout oublier, à vouloir supplier Katherine de me faire un « oubliette » pour ne plus avoir aucune trace de ces évènements.
Mais ça n’est pas la bonne solution. Au fond de moi je le sais, mais je n’arrive pas à m’y faire pour l’instant. Alors je me contente de respirer l’odeur rassurante d’Ethan, de sentir son cœur battre contre moi, de sentir sa peau contre ma joue. Ça aurait pu être lui, j’aurai pu le perdre aussi, ne jamais le revoir.

Il finit par se retirer, je voudrais ne pas le lâcher mais je n’en ai pas la force. Mon regard humide glisse dans le sien, rougit, brillant. Nos émotions s’unissent et je n’ai jamais été aussi heureuse de le voir près de moi qu’aujourd’hui. Le vague souvenir de mon baiser me revient mais je n’ai pas envie d’en avoir honte ou d’en rougir. Là aussi, je n’en ai pas la force mais surtout, ça n’est plus aussi important. Pas quand la mort vous frôle du bout des doigts.

- Tu vas bien Charleen…

Je secoue la tête par réflexe, revoyant encore parfaitement ce monstre horrible devant mes yeux, prêt à me tuer. A m’empoisonner de nouveau. Comme si la douleur ne m’avait jamais quittée. Le souffle encore court, la panique toujours présente, j’essaie de trouver un calme dans le regard de mon ami, dans sa présence.
Ce lapin tueur n’existe pas.
Ce lapin tueur, n’existe pas.
Seul Ethan existe, là, en cette seconde. J’essaie de me focaliser sur ça, sur la réalité qu’il représente malgré cette pression sur ma cage thoracique. Celle de la terreur. Sa main dans la mienne, je m’y accroche.

- Comment tu te sens ? Tu as besoin de quelque chose ?

Sa voix tremble, il chuchote mais je peux l’entendre. Le sentir. A moins que ça ne soit la fatigue et ma propre peur qui me joue des tours. D’une main lente et d’un geste douloureux, je porte mes doigts à mes joues pour essayer mes larmes qui cessent en douceur de ruisseler. Mon cerveau réalise enfin que tout cela n’était qu’un cauchemar, que ce lapin n’a jamais existé et que je suis en sécurité. Il me replace dans une réalité beaucoup plus chaude et agréable malgré les circonstances.

- Je te laisserai plus toute seule…
- Reste avec moi.

Une demande ou un supplice, je ne sais plus très bien moi-même. La seule chose dont je suis certaine, c’est que je ne veux pas qu’il quitte cet endroit. Pas pour l’instant. Riley a dû partir lorsque je me suis rendormie tout à l’heure et à présent, c’est d’Ethan dont j’ai besoin. Je ne veux pas qu’il lâche ma main, qu’il ne me lâche tout court. Je tire sa main vers la mienne, comme pour la garder pour moi, comme une bouée de sauvetage mais aussi pour le rapprocher de moi.
Ce n’est que maintenant que je tilt un détail qui m’a échappé. La chose que j’ai frappé tout à l’heure en me réveillant, n’était pas un objet… mais bien lui-même.

- Désolée, je crois que je t’ai frappé en me réveillant. J’étais en plein cauchemar.

Et j’y suis encore un peu.
Lèvres tremblantes, voix éraillée, j’aimerai lui sourire mais je n’y arrive pas. Trop fatiguée, trop perdue. Trop de beaucoup de chose. Ma tête tambourine douloureusement mais j’essaie d’en faire abstraction, me calant un peu plus sur les oreillers. Je veux articuler un mot mais ma gorge encore sèche me tire sur les cordes voc ales.

- Est-ce que je peux avoir un peu d’eau s’il te plait ?

J’ai la sensation que je répète la même scène qu’avec Riley mais je ne peux pas faire autrement pour l’instant. Comme si ce schéma allait se répéter pendant encore quelques jours. J’accueille les quelques gorgées d’eau avec soulagement, fermant un instant les yeux, reprenant dès que possible la main d’Ethan dans la mienne. Je ne comprends pas tellement pourquoi mais l’angoisse se dissipe légèrement, celle qui m’écrasait les épaules à mon réveil s’évapore en douceur.

- Toi, tu vas bien ? Tu n’as rien eu ?

Regard inquiet, criblé d’angoisse, je ne le lâche pas. Je sais que Riley m’a avertie qu’il n’avait rien, tout comme Rosalyn, mais une partie de ma conscience refuse de ne pas lui poser la question, comme si je voulais l’entendre dire que oui, tout va bien, de sa propre bouche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 803
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: I see you in my dreams [Charleen]   Lun 13 Juin 2016 - 11:33

Rester avec elle ? Oui, il resterait là à ses côtés, aussi longtemps qu’il le faudrait. La vie d’Ethan était devenue très compliquée en un jour, il avait encore beaucoup de questions, beaucoup de choses à résoudre. Pourtant, il était sûr d’une chose : il ne quitterait pas le chevet de la jeune femme. Il resterait là avec elle tant qu’elle en aurait besoin et même plus encore. Et quand elle lui avait demandé, presque supplié de rester, quand elle avait serré sa main, qu’elle l’avait tirée à elle, il avait hoché la tête doucement. Son cœur s’était serré en cet instant. Charleen était sa petite lumière. Une loupiote, une fille vive et pleine de joie contrairement à lui qui semblait avoir du mal à sourire ne serait-ce qu’une fois par semaine. Et là… Là elle était en partie éteinte. Et ça lui faisait mal, égoïstement mal. Mais ça lui donnait aussi envie de rester, de s’accrocher, de déployer tout ce dont il était capable pour qu’elle aille mieux. Il resterait, il serrait sa main aussi longtemps qu’il le faudrait. Il était peut être trouillard, il avait paniqué à la vue du sang, il était incapable de sauver personne mais… Mais jamais il ne la laisserait tomber. Jamais il ne la laisserait seule avec ses démons. Et tant pis s’il devait dormir dans l’infirmerie, tant pis s’il devait rester là comme un clandestin. Pour elle, ça valait le coup. Même s’il devait se faire réveiller par des coups. Alors que Charleen s’excusait, Ethan afficha un mince sourire amusé. Oui, vraiment. Parce qu’il en avait besoin aussi. Cette surface austère lui allait quand tout était calme mais là… Il avait besoin de ce sourire sans même savoir pourquoi.

« T’inquiète pas, au moins ça m’endurcit. »

Et il fallait bien avouer qu’il en avait besoin. Il était faible, chétif et trouillard. Alors se faire réveiller avec un petit coup ne lui ferait pas de mal. Il regarda alors Charleen avec douceur. Elle était encore dans son cauchemar, ça se sentait bien. Et lui était démuni. Il n’était pas le meilleur pour réconforter les gens mais il faisait de son mieux, passant son pouce sur la paume de la main de la jeune femme. Faisant de son mieux pour ne plus être le sale gosse insupportable. Pendant quelques instants, être un garçon prévenant. Elle lui demanda alors de l’eau et Ethan se précipita. Il manqua d’ailleurs de renverser le gobelet et de foutre de l’eau partout, comme un empoté qu’il était. Finalement, il parvint à servir un peu d’eau dans le verre et il le tendit à Charleen, avec la paille dedans. Il retourna ensuite chercher sa main. Comme si ce contact le rassurait. C’était le seul lien qu’il avait eu avec elle pendant plusieurs jours. Il avait toujours peur qu’elle s’échappe, que tout déraille…

Ethan resta cependant silencieux. Il avait beau faire des efforts il n’avait pas changé et maintenant qu’elle semblait un peu plus calme, il demeurait silencieux, ne sachant pas de quoi parler, par où commencer. Ce fut sa camarade qui la première rompit le silence. Elle lui demanda s’il allait bien. Il hocha d’abord la tête positivement avant de s’arrêter dans son mouvement. Son regard se porta sur le reste de l’infirmerie et il aperçu Rafael plus loin. Sa gorge se noua. De la colère ? De la peur ? Impossible à dire. Mais tout ça le remuait clairement de l’intérieur. Il regarda alors Charleen. Elle était fatiguée, apeurée, ce n’était sans doute pas le moment de lui parler de ça. Pourtant, il était incapable de garder ça pour lui, c’était trop lourd. Alors, égoïstement, il ouvrit les vannes.

« J’étais avec Rafael… J’ai reçu une lettre. C’est mon demi-frère. Et j’étais en train de lui hurler dessus quand… »

La gorge d’Ethan se serra. Honteux, il baissa le regard, resserrant son emprise sur la main de Charleen. Il revoyait parfaitement les images. Rafael qui crachait du sang, comme il était tombé dans les vapes… Si personne n’était arrivé il n’aurait rien pu faire. Il avait été complètement paralysé. Puis, il était arrivé à l’infirmerie et il l’avait vue elle. Et si c’était lui qui avait été aux côtés de Charleen, aurait-il était aussi impuissant ? Ethan secoua alors la tête et la releva, essayant de regarder la jeune femme même si le besoin de fuir son regard se faisait sentir.

« Il a été empoisonné aussi… Et j’arrivais pas à l’aider. Et on est arrivés ici, et je t’ai vue et… »

Les larmes étaient en train de lui monter aux yeux. Ethan était épuisé. Il avait beau avoir dormi, ça ne suffisait pas. Il avait besoin de plus de repos. Il avait surtout besoin que ses nerfs se reposent. Il avait trop tiré dessus et maintenant que Charleen avait ouvert les yeux c’était comme si tout ce qui le maintenait éveillé était en train de sauter. Pourtant, il avait honte de craquer ainsi devant elle. Charleen était la victime de tout ça. Il devait être fort pour elle. Il avait dit à Mateo qu’il saurait être fort pour elle, s’était-il trompé ? Était-il finalement aussi faible que ça ? Le jeune homme prit alors une grande inspiration et rapprocha sa chaise au maximum du lit de Charleen.

« Excuse-moi… On parlera de tout ça plus tard. L’important là c’est toi. Tu as besoin de quelque chose ? »

Ethan faisait tout pour se ressaisir. Son ton de voix n’était certes pas entièrement convaincant, on pouvait encore y entendre sa faiblesse, sa peur, ses émotions qui étaient en train de le submerger. Mais il essayait. Il faisait de son mieux pour ne pas être complètement happé. Il devait tenir bon, parce que Charleen avait besoin de lui. Elle ne pouvait pas toujours le soutenir, il fallait qu’il apprenne aussi à être fort quand elle en avait besoin. Il porta alors son regard sur elle. Arrêter de fuir, arrêter de détourner le regard et respirer à fond.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 844
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: I see you in my dreams [Charleen]   Mer 22 Juin 2016 - 14:32

Chaque gorgée d’eau me font du bien mais me font prendre conscience à quel point je meurs de soif. Et maintenant je me focalise sur sa présence à lui, sur sa vie, ce qu’il a à me dire, pour oublier ma propre existence et ma propre douleur qui me transperce de part en part. Comme des aiguilles dans mes muscles, sur ma peau, dans ma tête. D’ailleurs, je me sens lourde, comme si des poids avaient été accrochés à chacun de mes membres et il me faut de nombreux efforts pour réussir à bouger le bras et à m’accrocher à Ethan que je ne veux plus jamais lâcher. Je veux le sentir encore plus fort contre moi, l’entendre me parler des heures entières de tout et n’importe quoi qui pourrait me tirer de cette ambiance morbide.
J’ai vraiment besoin de lui et je me rappelle brutalement du baiser que je lui ai donné et dont il ne m’a plus jamais reparlé. Je me concentre finalement plus sur lui, lui demandant comment lui il va, comment il a vécu tout ça. Est-ce que quelqu’un de proche a été touché ? Est-ce qu’il le vit bien ? Est-ce qu’il fait lui aussi des cauchemars ?

Il hoche la tête à la positive pour me signifier que oui, il va bien. Ethan n’est pas un grand bavard mais en cet instant, j’aimerai l’entendre, écouter le brin de sa voix.

- J’étais avec Rafael… J’ai reçu une lettre. C’est mon demi-frère. Et j’étais en train de lui hurler dessus quand…

Je mets de très longues secondes à comprendre ce qu’il est entrain de me raconter. Rafael ? Son demi-frère ? Je n’arrive pas à relier toutes les informations, à savoir s’il était entrain de lui hurler dessus en recevant une lettre ou si c’est la lettre qui lui a dit qu’il était son demi-frère ou si c’est autre chose. Je suis surprise, un peu déstabilisée et j’ai beau chercher au tréfonds de mes souvenirs parsemé de tâche vermeille, je n’y vois pas l’ombre de Rafael, je n’ai pas l’impression qu’il m’ait parlé de tout ça, qu’il me l’ait même dit. Je sais plus, je sais pas.
Sourcils froncés, je l’écoute, le regarde, essaie de voir au-dessus de ce brouillard de fatigue. Ethan baisse les yeux, sa voix tremble un peu, il a l’air complètement déboussolé, comme fracturé. Sa main dans la mienne que je n’arrive pas à serrer aussi fort m’aide à garder le cap.

- Il a été empoisonné aussi… Et j’arrivais pas à l’aider. Et on est arrivés ici, et je t’ai vue et…

Il pleure. Ou il va pleurer. Mon cœur se serre aussitôt, touchée de le voir aussi démuni et aussi perdu. Je n’aime pas le voir comme ça mais comment pourrait-il en être autrement après tout ça ? Avec Rafael à l’infirmerie et puis moi ensuite ? Ethan a l’air si fatigué.
Je n’arrive pas à articuler quoi que ce soit pour l’instant, la gorge un peu sèche mais aussi un peu perturbée par son état qui ne me laisse pas indifférente, loin de là. Il se rapproche un peu plus de moi, j’ai envie de le serrer dans mes bras.

- Excuse-moi… On parlera de tout ça plus tard. L’important là c’est toi. Tu as besoin de quelque chose ?

Je le regarde fatiguée mais présente, sans me rendre compte que les larmes d’Ethan venaient de balayer mon cauchemars comme une énorme bourrasque l’aurait fait. Ma seule préoccupation tout un coup, c’est lui et ce qui ne va pas.

- Non, je veux en parler maintenant.

J’ai du mal à lui sourire mais j’essaie.

- Tu es aussi important pour moi que je ne le suis pour toi Ethan. J’ai besoin de savoir comment tu vas, comment tu te sens, comment tu vis tout ça.

La fatigue, la peur et la mort, peut importe, mais quelque chose me pousse à parler sans filtre, sans forcément réfléchir même si ma voix n’est presque qu’un murmure et que ma gorge est sèche. Je garde sa main dans la mienne que je ne lâcherais pour rien au monde, ravale mes angoisses et le tire un peu plus à moi. Je ne sais pas s’il prend conscience à quel point j’ai besoin de lui, là, maintenant. Le fait d’avoir vu la mort de si près me fait prendre conscience de trop de chose d’un coup et m’ouvre une porte que je n’arrive pas à fermer. Trop d’émotion d’un coup, trop d’envie, trop de besoin, trop de choses que je ne veux plus maintenant.
La donne est changée maintenant que je sais que son propre frère a été touché et qu'il a en plus de ça, assister à son empoisonnement. Pour avoir vu l'état de Riley, je prends conscience à quel point cela a dû être une véritable horreur et il est hors de question que je le laisse se fermer sur lui-même. Nous avons tous les deux notre propre peur alors à nous de savoir se la partager.

- Ça m’aide à oublier un peu ce qu’il m’est arrivé et pour l’instant, je n’ai pas envie de m’en rappeler.

Cette fois, c’est ma propre voix qui chavire légèrement et je tente un sourire crispé. Je préfèrerais qu’il me lise toutes les histoires qu’il a lu pour m’aider à m’échapper d’ici plutôt que de lui raconter à quel point j’ai eu peur, à quel point j’ai eu mal et à quel point j’ai failli ne plus jamais revoir ma sœur et lui-même.

- Je suis désolée pour Rafael, je ne savais pas qu'il était ton demi-frère. Mon regard se plante encore une fois dans le sien. Raconte moi ce qu'il s'est passé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 803
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: I see you in my dreams [Charleen]   Mar 5 Juil 2016 - 11:46

Combien de temps encore aurait-il pu tenir à ce rythme là ? Garder la face avec cette fatigue permanente, avec ce flot d’émotions qui ne cessait de l’assaillir ? Ethan avait l’impression, maintenant qu’il pouvait se laisser aller, qu’il était depuis tout ce temps, debout sur un fil à des centaines de mètres du vide. Chaque pas était dangereux, chaque seconde de sa vie était une mise en danger. Tout aurait pu mal finir. Il aurait pu exploser à la tronche de quelqu’un, devenir complètement dingue à cause de la pression, de la fatigue. Toutes ces choses qu’il ne savait décemment pas gérer puisqu’il n’avait jamais réellement eu à le faire. Pas comme ça en tout cas. Alors cet instant, auprès de Charleen, était plus précieux qu’il n’aurait pu l’imaginer. Il avait besoin d’elle, de ses paroles, de sa main dans la sienne. Il avait besoin de lui dire comme tout avait vrillé d’un coup, comme il avait cru que sa vie entière s’était écroulée devant lui. Même si après la culpabilité l’avait envahi, même si après il avait fait en sorte de changer de sujet. En réalité, tout ça lui faisait un bien fou. Même s’il avait les larmes au bord des yeux. Il se sentait mieux, plus léger. La fatigue par contre continuait à l’attaquer par vagues et il se demandait s’il n’allait pas finir par s’endormir là, assis à côté de Charleen. En tout cas, elle n’était pas décidée à lui parler de ce qui était arrivé. Sa réponse ferme le surprit d’ailleurs un peu, le faisant presque sursauter. Il vit son sourire crispé. Puis ses mots. Ethan resta bloqué, toutes les émotions négatives qu’il avait ressenti jusque là se retrouvèrent soudainement mélangées, embrouillés. Elle tenait à lui … ? En un sens, bien sur qu’il le savait. Il n’était pas très doué pour les relations humaines mais complètement stupide non plus. Pourtant, la façon qu’elle avait eut de le dire était si… Ethan resta là, à l’observer, comme un con. Incapable de dire un mot, incapable de quoi que ce soit. Pourquoi cette pression horrible s’était-elle si soudainement envolée ?

Ethan était là, bugé, bloqué. Ce fut Charleen une fois de plus qui parvint à le ramener sur terre. Il lui faisait oublier ? Il afficha alors ce qui pouvait ressembler à un sourire. Oui c’était compréhensible, logique, détourner de soi, parler d’autre chose même si c’était un sujet difficile. Il avait souvent lu ça, dans différentes histoires, dans différent contexte. Et comparer ainsi l’aidait lui aussi à se sortir de ce flot d’émotion qu’il était incapable de comprendre, d’appréhender convenablement. Tout en serrant toujours la main de la jeune femme il l’écouta reprendre la parole. Il ne lui avait pas parlé de Rafael ? Oui, maintenant qu’il y pensait…. Jusqu’à cette lettre, il refusait d’accepter la réalité. Alors il n’en parlait pas, il faisait comme si ça n’existait pas. Sauf que maintenant ce n’était plus possible, il ne pouvait plus se mentir, plus prétendre ne rien voir. Son regard se perdit alors dans l’infirmerie et il remarqua le lit de Rafael un peu plus loin. Devait-il aller le voir ? Pas tout de suite en tout cas. Il retourna alors son attention sur Charleen.

« Il est venu me parler un jour et… Il m’a raconté une histoire étrange sur lui et mon nom de famille. J’ai pas voulu le croire… Et puis j’ai envoyé une lettre à mes parents pour y voir plus clair, pour qu’il arrête de raconter n’importe quoi… »

Ethan fit une pause. Rien ne s’était déroulé comme il l’avait prévu. Il avait toujours refusé cette éventualité, l’éventualité que Rafael ait raison. Et maintenant qu’elle se tenait là, devant lui, il ne savait même plus ce qu’il ressentait. Tout s’était passé bien trop vite pour qu’il ait le temps d’analyser, de comprendre. Il n’avait eu droit qu’à la phase de bourrasque, la phase violente qui entraîne tout mais ne vous laisse pas le temps de réfléchir. Maintenant qu’il était là, face à Charleen, il pouvait tout mettre à plat. Mais l’exercice lui semblait être bien plus compliqué qu’il n’y paraissait.

« Sauf qu’il disait vrai… Mon père est aussi… Son père. Il l’a abandonné quand il était bébé à la mort de sa mère. »

Cette histoire était tellement dingue. Ethan avait l’impression d’halluciner alors qu’il disait tout ça à voix haute. Comment son père avait-il pu faire une chose pareille ? Il était aimant, il adorait les enfants et avait toujours traité Ethan avec la plus grande douceur. Alors comment pouvait-il avoir ce double visage ? Ça lui paraissait complètement incroyable, complètement improbable. Il poussa alors un long soupir. Sa tête était lourde, ses idées embrouillées, il était clairement incapable de réfléchir posément. Il y avait trop d’informations à analyser, trop de choses sur lesquels il devait réfléchir. Le bleu voulait juste fermer les yeux, se reposer, repartir dans un monde bien plus simple. Il aurait aimé que tout n’ait qu’une réponse, que tout soit tout noir ou tout blanc. Pourtant, il se rendait bien compte que cette idée était de plus en plus illusoire et qu’il allait devoir un moment se confronter à la réalité. Un profond bâillement l’arracha alors à ses pensées.

« Excuse-moi, je tiens plus debout… »

Ethan essaya alors d’adresser un sourire, timide mais presque rassurant à Charleen.

« Ça te dérange si je me repose ici… ? Je peux retourner dans mon dortoir, je veux pas te déranger. »

Ethan… Décidément, il aurait vraiment besoin d’un décodeur ce jeune homme. Même si, en cet instant, il se rendait lui-même compte qu’il n’était pas sûr de la nécessité de sa question. Il voulait rester auprès d’elle et quelque chose au fond de lui lui murmurait qu’elle aussi voulait qu’il reste. Quoi ? Il ne savait pas et n’était clairement pas en état de se le demander. Mais c’était déjà un pas en avant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 844
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: I see you in my dreams [Charleen]   Lun 11 Juil 2016 - 9:55

L’écouter parler est comme une sorte de délivrance, une voix qui m’extirpe de cette terreur qui me colle à la peau. Je suis prête à l’entendre des heures durant, même si je tomberais sûrement de fatigue, peu m’importe tant que je n’ai pas à penser au mal qui me ronge depuis que je suis réveillée. La douleur est présente dans chacun de mes muscles, dans ma tête, le moindre geste me crispe.
Allongée tête sur l’oreiller, je lutte comme jamais contre cette angoisse qui prend trop de place et me concentre un maximum sur l’histoire qu’Ethan a à me raconter. Sur lui et Raphael, son demi-frère.

- Il est venu me parler un jour et… Il m’a raconté une histoire étrange sur lui et mon nom de famille. J’ai pas voulu le croire… Et puis j’ai envoyé une lettre à mes parents pour y voir plus clair, pour qu’il arrête de raconter n’importe quoi…

Je l’écoute sans l’interrompre, essayant de suivre la conversation sans que ma conscience ne vienne s’agripper à quelque chose de beaucoup plus fort, de beaucoup plus imposant. Je ne suis réveillée que depuis quelques heures et la lutte est difficile.
Je me concentre sur ses mots, sur cette lettre envoyée à ses parents à la quête de réponse.

- Sauf qu’il disait vrai… Mon père est aussi… Son père. Il l’a abandonné quand il était bébé à la mort de sa mère

Je fronce les sourcils, touchée par ce qu’il me dit, triste aussi. Je ne sais plus tellement faire le tris dans mes émotions mais je vois dans le regard d’Ethan que tout est compliqué pour lui entre l’existence de ce nouveau frère et l’empoissonnement de ce dernier. Je me dis qu’il doit être partagé entre beaucoup de chose. Comment est-ce que j’aurai moi-même réagis si mon père m’avait caché ce genre d’existence ? Comment est-ce que j’aurai réagis si j’avais appris qu’il a abandonné un frère ou sœur, après la mort d’une mère ? Ces idées me ramènent à la propre mort de ce quelle que je n’ai connu que trop peu de temps et les larmes me montent aux yeux presque aussitôt. La fatigue joue beaucoup mais les circonstances aussi…
J’ai failli y passer. J’ai failli la rejoindre.

Ethan se met à bailler profondément et je cligne des yeux pour tenter de rester connecté à la réalité de ce monde qui me donne cette sensation d’insécurité.

- Excuse-moi, je tiens plus debout…
- Nous sommes deux.

Combien de temps n'a-t-il pas dormis? Ne sait-il pas vraiment reposé? Mes yeux sont lourds, mes émotions sont complètement chamboulées entre ce qu’il m’est arrivé et ce qu’Ethan me raconte. J’imagine sa déception, sa peur, son incompréhension et j’ai envie de le serrer contre moi, pour essayer de lui offrir un peu de réconfort autant que lui m’en apporte.

- Ça te dérange si je me repose ici… ? Je peux retourner dans mon dortoir, je veux pas te déranger.
- Non !

Ce « Non » fuse en vitesse et me crispe de douleur, me contractant sur moi-même alors que je viens de saisir sa main.

- Reste avec moi, j’veux plus que tu partes.

J’ai besoin de toi. Je ne peux pas être plus clair que maintenant. J’essaie avec tout le reste d’effort que je possède pour me décaler sur le côté, même si cela me coute des douleurs atroces dans le bas des reins et dans les jambes. Je tapote le vide à côté de moi pour qu’il vienne s’allonger, que l’on puisse dormir un peu. Je ne cherche pas à savoir si c’est bien ou non de faire ça, je veux juste le sentir près de moi. Comme une bulle de réconfort qui me rappellera que peut-être, tout ira bien, même si chez moi la peur persiste pour l’instant.

- Je suis désolée pour Raphael et ton père Ethan. Mes yeux fatigués se perdent dans les siens, sourcils froncés. J’espère que tout va s’arranger et que vous pourrez en discuter un jour. Vous avez dû tous les deux autant souffrir que l’autre, Raphael et toi.

Ma voix se termine en un murmure alors que je lutte contre une fatigue subite et brutale, comme si quelqu’un me forçait à fermer les yeux. Pourtant, je lutte pour lui dire à quel point il faut qu’il soit courageux comme il l’a été ces derniers temps, pour lui dire que moi aussi je suis là malgré tout ça mais je n’en ai pas le temps. Juste de tendre mollement la main pour le toucher. Je crois que ce sont ses cheveux qui glissent entre mes doigts. Peut m’importe, tant qu’il est là, tant que Riley vienne me voir, tant que l’angoisse se tienne loin de moi.

▬ FIN POUR MOI ▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 803
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: I see you in my dreams [Charleen]   Ven 26 Aoû 2016 - 12:11

Parler à Charleen, pouvoir enfin exprimer tout ce bazar qui lui vrillait le cerveau depuis un moment lui fit un bien fou. Il ne s’en rendit peut être pas compte immédiatement mais cette fatigue soudaine qui était en train d’irradier tout ses muscles n’était pas anodine. C’était la fatigue liée à la décontraction. Quand on se libère d’un poids, qu’on fait ressortir ce qui nous empêchait de respirer correction. D’un coup tout redescend. Soudainement, de manière presque agressive on se retrouve avec un espace étrange en soi. Trop de place pour que l’air circule. Et toute cette fatigue qui avait été dissimulée, masquée, réduite au silence s’exprime soudainement. Ethan ressentait ça de manière violente en cet instant. Non seulement il avait mis des mots sur ce qui le préoccupait depuis si longtemps mais surtout, il en avait parlé à Charleen. Ce n’était pas n’importe qui. Elle était celle en qui il avait le plus confiance. La seule avec qui il osait parler de tout. La seule qui était apte à recevoir ses confidences, à comprendre ce dont il avait besoin. Pas forcément d’un grand discours. Juste de sa présence. De sa présence solaire et radieuse même lorsqu’elle était à bout, même lorsqu’elle pensait ne plus avoir de force. C’était tout, il avait besoin d’elle pour dormir à nouveau.

Alors il avait osé. Autant dire que pour Ethan c’était un événement à marquer d’une pierre blanche. Qu’il ose ainsi demander à dormir auprès d’elle. Il n’y avait aucune arrière pensée dans ses propos, rien de mal intentionné. Juste l’innocence d’un gamin qui venait de retrouver sa bouée de sauvetage. Et alors que, toujours aussi maladroit, il évoquait l’idée de la laisser tranquille, il fut surpris par la vivacité de la réponse de Charleen. Sa main venant soudainement serrer la sienne, son regard, son ton de voix… Le bleu se perdit dans ses yeux l’espace de quelques instants. Elle ne voulait plus qu’il parte ? Ethan sentit sa gorge se serrer sans savoir pourquoi et ses doigts se serrèrent autour de la main de Charleen. Il hocha doucement la tête. Assuré cette fois. Il ne la laisserait plus alors. C’était une forme de promesse silencieuse qu’il venait de faire à la jeune fille. A lui aussi. Il la regarda alors déployer ses dernières forces pour se décaler et lui laisser de la place sur son lit. Ethan s’allongea alors avec les plus grandes précautions à ses côtés. Il posa sa tête sur l’oreiller, visage tourné vers elle. Même épuisée, même revenant d’un cauchemar, il y avait quelque chose en elle qu’il ne pouvait expliquer, qui brillait toujours. Et sa voix, toute basse s’éleva de nouveau. Rafael souffrait sans doute aussi, Ethan commençait peu à peu l’accepter. En reparler ? Il ne savait pas, il essaierait peut être. Mais pour le moment, ils avaient tous les deux besoin de repos. Il passa alors un bras autour de la taille de Charleen.

« On verra bien… Dors maintenant… »

Un ton de voix assuré et rassurant. Il effleura un de ses bras du bout des doigts puis sentit la main de la jeune fille dans ses cheveux. Glisser lentement. Ce contact lui procura un léger frisson alors qu’il la vit s’endormir tranquillement. L’espace de quelques instants il oublia sa propre fatigue. Juste le temps d’observer son visage, de profiter de ce moment de quiétude extrême. La regarder ainsi lui fit bien plus de bien qu’il n’aurait imaginé. Elle dormait sauf que cette fois il savait qu’elle était bien là. Qu’elle se réveillerait comme lui le lendemain. Ethan sentit des larmes lui monter aux yeux mais il parvint à les retenir, son regard toujours fixé sur le visage endormi de Charleen. Puis il entendit quelqu’un s’approcher. Par réflexe il ferma alors les yeux. Faire semblant de dormir pour qu’on n’ose pas les déranger. Surtout que personne ne les sépare. Pas maintenant.

« Adorables… »

Ce fut le seul mot qu’Ethan parvint à entendre. Il se trahit peut être un peu en rougissant légèrement. Mais les bruits de pas s’éloignèrent, les voix murmurés aussi et il pu rouvrir les yeux. Charleen dormait toujours aussi paisiblement. Un sourire sincère s’afficha alors sur les lèvres du jeune homme. Un de ceux qu’il ne montrait quasiment jamais, qui semblaient avoir déserté son visage depuis des années déjà. Tout doucement, il vint caresser la joue de la jeune femme du bout des doigts puis remit son bras contre elle et s’autorisa à fermer les yeux. Une douce chaleur était en train de l’envahir. Tout n’était pas réglé. Ils avaient encore bien des choses à surmonter, c’était certain. Mais pour le moment, ce n’était pas important. Pour le moment, il était bien, il sentait le sommeil venir doucement. Alors un fond de sourire resta affiché sur son visage tandis qu’il sombrait. Cette nuit là, enfin, il pu faire des rêves calmes, normaux. Pas de cauchemar, pas de réveil en sursaut. Un sommeil apaisant auprès d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I see you in my dreams [Charleen]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I see you in my dreams [Charleen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mes poèmes (By Dreams-of-poetry)
» Live your dreams
» DB Dreams !
» Flavia Albina ¤ Real things in the darkness seem no realer than dreams...
» Eva « Please don't see just a girl caught up in dreams and fantasies

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Septième Etage. :: ─ Infirmerie-
Sauter vers: