AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [event 06/04/15] - I'll Be Gone [Ju' & Cie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1049
Date d'inscription : 13/12/2011
Crédits : class whore
Double Compte : Aileen, Jayden, Dakota, Sloane, Esha et Seira (✝).



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1295-miss-blackburn-et-ses-relation
MessageSujet: [event 06/04/15] - I'll Be Gone [Ju' & Cie]   Dim 17 Avr 2016 - 20:40

Lundi 06 avril 2015
*~* Flashback *~*

- Laisse tomber Alec, t’arriveras pas à me corrompre ! Et c’est pas avec ton regard que… Non, recule, j’suis censé être de « service » là…

Un baiser, une main baladeuse et son petit numéro de Rivers… C’est vrai, la jolie blonde n’avait pas cherché à lui résister plus longtemps. Après tout, rien n’allait s’abattre sur les élèves de Poudlard si elle ne les chaperonnait pas pendant… quelques temps ! Au pire qu’est-ce qu’ils risquaient ? De s’alcooliser avec le « soft punch arrangé » ?  Pas de quoi fouetter un chat, sincèrement ce concert et cette petite party’ étaient censés être là pour détendre les esprits alors inutile de jouer les mères la morale… D’autant que si elle gardait sous la main Alec, elle diminuait en parti les risques d’alcoolisation massive… Oui c’est ça, voyons tout ça d’un œil positif.

*~* Fin de Flashback *~*

Il lui avait fallu un temps pour se remettre de l’attentat qui les avait mis à terre en Février. Un temps pour relâcher la bride et cesser d’étouffer Alec par crainte de le voir s’effondrer de nouveau, un temps pour accepter tout ça et dormir de nouveau sereinement. Oh bien sûr elle continuait de garder un œil bienveillant sur lui, mais elle ne manquait pas de faire une attaque ou une crise de panique dès qu’il disparaissait de son radar ! Sa nomination au rang de préfète avait certainement contribué à lui faire sortir la tête de l’eau. Et si Alec n’avait pas tout de suite vu ça d’un bon œil du fait de son implication plus qu’évidente (et donc de sa mise en danger potentielle, mais ne partons pas dans les sujets qui fâchent), il avait dû se faire à l’idée ! De son côté la jeune Anglaise voyait là une façon de ne plus rester spectatrice, éliminant en partie ce sentiment d’impuissance qu’elle avait pu ressentir lors des derniers évènements !

- J’crois que le Quidditch restera à jamais un sport amer !
- Ca fait deux mois Mack…
- Je sais et tu vois que j’fais des progrès, je ne sais pas où il est et je n’angoisse même pas !

La jeune femme avait souri, dire qu’elle n’angoissait pas n’était pas totalement vrai, mais disons qu’elle n’était pas au point de retourner le château pour s’assurer qu’un autre détraqué ne lui avait pas enfoncé une lame dans le cœur ! En ce jour de match, la jeune femme n’avait pu s’empêcher de se remémorer la scène, ce sang qui avait marqué ses mains, ses vêtements… les pierres du château et sa vie qui lui glissait entre les mains sans qu’elle ne puisse agir ! La façon qu’il avait eu de s’agripper à elle, ses tremblements. Elle avait longtemps revécu la scène dans ses cauchemars, lorsqu’elle rejoignait la salle de potions, avait même songé à se libérer l’esprit par la pensine, mais finalement elle avait su passer outre et s’en servir pour retrouver le sourire qui la caractérisait si souvent.

Début de soirée – 6 Avril :
Pâques frappait déjà à leurs portes, le temps passe à une vitesse folle. Une nouvelle année serait bientôt passée et une nouvelle commencerait plus vite encore, si tout se déroulait sans accroche ! Cette journée n’avait rien d’extraordinaire, la jeune femme avait enchainé les cours de DCFM et de Sortilèges avec une attention toute particulière. Elle avait remis le couvert, mettant les bouchée-double sur ses apprentissages comme elle avait pu le faire durant ses années en dehors de Poudlard. Et puis finalement la journée s’était terminée après le cours d’histoire de la magie, la jeune Anglaise rejoignait la salle commune s’accordant une petite pause avant de se remettre à bosser. On lui avait proposé des chocolats, en période de Pâques cela n’avait rien d’étonnant et Mackensie n’avait pas vraiment de raison de refuser. Elle n’avait rien d’une Jayden en puissance face aux chocolats et autres sucreries mais elle n’irait pas cracher sur un petit plaisir, d’autant qu’ils avaient l’air succulents. L’Anglaise en avait donc pris un premier s’empressant de le porter à ses lèvres… Des pralinés, son petit pêché. De ce fait, elle en avait pris un second pour le manger sur le chemin de la bibliothèque, elle avait juste deux ou trois livres à emprunter pour un devoir, pas de quoi lui prendre la soirée. La preuve il lui avait fallu moins de cinq minutes pour trouver ce qu’elle cherchait et déjà elle crapahutait dans les couloirs. Et puis le malaise l’avait saisie, pas au point de la stopper net, mais c’était une sensation bizarre qui venait de l’envahir, comme si son cœur cognait dans sa poitrine bien plus fort qu’à l’ordinaire. Elle avait déjà eu des palpitations auparavant, lorsqu’elle avait trop tiré sur la corde et qu’elle était épuisée, or là ça n’était plus le cas, Alec veillait trop au grain en s’assurant qu’elle ne recommencerait plus ses conneries. A cela, ajoutez quelques crampes d’estomac et la Serpentard avait fini par se poser une minute, le temps que le malaise passe avant de reprendre sa route d’un pas beaucoup moins engagé et surtout moins sûr. S’engageant dans l’escalier, la jeune femme s’était finalement agrippée à la rambarde après quelques marches à peine, laissant tomber ses livres prise de nouvelles crampes et de palpitations.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1701
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: [event 06/04/15] - I'll Be Gone [Ju' & Cie]   Mar 19 Avr 2016 - 12:08

Julian avait réussi à survivre au dernier match de Quidditch, une bonne nouvelle en soit. La jeune femme avait pu tenir le choc, grâce sans doute à sa petite rencontre avec Cameron mais surtout, à sa fuite du stade. Elle comprenait maintenant qu’elle n’était pas réellement remise de tout ça et que, oui, elle avait encore besoin de temps avant de pouvoir retourner sereinement là où elle avait cru mourir. Mais elle finirait par y arriver. Du moins elle l’espérait. La jeune femme n’avait nullement envie d’être cette traumatisée à vie, incapable de se remettre et qui passe son temps à regarder derrière elle. Facile à dire surtout qu’elle refusait toujours d’aller voir le psy de l’école. Peut être qu’elle allait finir par flancher. Pour son bien. Pour retrouver un peu de stabilité. Elle s’était d’ailleurs à moitié décidée à aborder le sujet avec Jeroen, pour avoir son avis. Mais discrètement bien sûr, en gardant la possibilité de lui faire croire à une blague à tout moment. Non elle n’assumait pas complètement cette idée encore et il faudrait sans doute du temps avant qu’elle n’y arrive. En tout cas, cette journée du souvenir était passée et elle n’en était pas fâchée. Ce devait sans doute être une des premières fois de sa vie où elle était heureuse d’être arrivée au lundi. Vraiment. Et elle avait même fait un effort pour être à peu près attentive en cours. Son esprit avait vagabondé à plusieurs reprises mais dans l’ensemble, elle avait réussi à bien noter le plus important et ne serait pas à la traîne. Du moins, pas trop. Elle avait toujours du retard après tout ce qu’il s’était passé et si ses capacités naturelles lui permettaient de ne pas se noyer, elle allait devoir fournir un effort si elle voulait du mieux. En avait-elle réellement envie ? Cela dépendant clairement des jours. Parfois, elle se sentait pousser des ailes et se mettait à travailler comme une acharnée. Le lendemain, elle tournait en rond pour finir par tout faire sauf réviser. Une girouette en somme. Mais bon, pour le moment elle était loin de la catastrophe et c’était le principal. D’autant que ce n’était pas comme si elle avait ses parents sur le dos. Ahem. Sujet tabou.

C’était donc une journée incroyablement normale qui s’était écoulée. Et finalement, ce n’était pas plus mal. Un peu de banalité, de simplicité ne lui faisait pas de mal. Surtout que ce n’était pas comme si tout était parfaitement simple ces derniers temps. Après les cours, Julian envisageait de passer un peu de temps avec Ricardo. Sans faire la maman poule non, mais juste pour s’assurer qu’il allait bien et l’aider à se changer un peu les idées. Après ça, elle voulait rejoindre Jeroen. Rien de prévu particulièrement, juste eux, ça ne lui suffisait. Mais avant ça, un élan extrême de motivation l’avait poussée à se rendre à la bibliothèque pour emprunter quelques bouquins. Non, pas pour bosser immédiatement mais pour plus tard. C’était déjà ça. Avant, Julian avait tout de même un peu traîné dans les couloirs, discuté avec quelques amis. Puis, enfin, elle s’était décidée à lancer le mouvement. La jeune femme était donc en train de dévaler les escaliers et était presque arrivée à destination quand elle aperçut une silhouette familière.

« He Mack ! »

Depuis leur petite discussion, Julian devait bien avouer qu’elle comprenait pourquoi cette demoiselle était aussi importante pour Alec. Certes, elles n’avaient pas non plus passer des heures et des heures ensemble mais la rousse l’appréciait suffisamment pour avoir envie de discuter avec elle quand elle la croisait dans les couloirs. Sauf qu’à mesure qu’elle se rapprochait, la serpentarde se rendait bien compte que quelque chose d’anormal était en train de se passer. Les sourcils froncés, elle accéléra le pas et se retrouva bientôt à niveau de sa camarade qui était crispée, ses livres à terre et semblait se tenir le ventre. Ju’ s’approcha doucement d’elle et posa une main sur son épaule.

« Tu devrais t’asseoir deux minutes t’es toute pâle… T’as mal au ventre ? »

T’as tes règles, t’es enceinte ? Pardon. Mais indéniablement, c’étaient les premières idées qui étaient venues à l’esprit de la jeune femme. Mais elle se retint de faire le moindre commentaire. Parce que Mackensie ne semblait vraiment pas au top de sa forme et le fait qu’elle souffre était clairement visible sur son visage. Autant dire que, comme sans doute la plupart des gens, ce n’était pas le genre de choses que Julian aimait voir. Non vraiment pas. La rousse ramassa alors les livres de sa camarade puis, instinctivement, passa un bras dans son dos, autour de sa taille. Elle n’avait clairement pas envie de la voir s’effondrer dans les escaliers la tête la première. Valait mieux assurer ses arrières plutôt que de prendre le moindre risque.

« Ca fait longtemps que t’es comme ça ? »

Parce que bon, Julian avait cru comprendre que Mack n’était pas du genre à se plaindre et même plutôt capable de faire comme si de rien n’était pour continuer à bosser ou ne pas inquiéter les gens. Et puis, l’aider à décrire ce qu’elle ressentait aiderait peut être. Non ? Julian n’était sûre de rien mais en tout cas, elle ne pouvait pas laisser sa camarade comme ça, toute seule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1049
Date d'inscription : 13/12/2011
Crédits : class whore
Double Compte : Aileen, Jayden, Dakota, Sloane, Esha et Seira (✝).



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1295-miss-blackburn-et-ses-relation
MessageSujet: Re: [event 06/04/15] - I'll Be Gone [Ju' & Cie]   Mer 27 Avr 2016 - 21:08

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la soirée ne s’engageait pas sous les meilleurs hospices. Soudainement habitée par un malaise, l’Anglaise se sentait quelque peu vaseuse, voire même nauséeuse si elle s’écoutait un peu. Elle avait pensé un temps que ces crampes passeraient, qu’elle pourrait aller se poser dans la salle commune et espérer que ça passe. Après tout, ça n’était pas un mal de ventre qui irait la tuer.

« He Mack ! »

Redressant la tête pour voir qui l’avait interpelée, la jeune femme avait rapidement reconnu Julian, petite rousse avec qui elle avait sympathisée quelques mois plus tôt. Elle lui avait souri, sauvant les apparences tout en espérant que ces maux de ventre viendraient à se calmer.

- Salut Julian ! Tu vas bien ?

La jeune femme avait su qu’elle avait fait partie des victimes du Février, au même titre qu’Alec… Cette putain de liste qui les marquait au fer rouge et faisait briller une épée de Damoclès sur tant de personnes !

« Tu devrais t’asseoir deux minutes t’es toute pâle… T’as mal au ventre ? »
- Rien de grave, juste quelques crampes. J’dois couver quelque chose je pense.

La belle appréciait le contact de Julian, au moins si les choses empiraient, elle aurait une personne de confiance sur qui s’appuyer pour lui venir en aide ! Ses livres ramassaient, la Serpentard remercia sa camarade avant de se laisser emmener, remontant les quelques marches qu’elle avait dévalées une minute plus tôt.

« Ca fait longtemps que t’es comme ça ? »
- Je sais pas, ça m’a pris d’un coup en sortant de la bibliothèque… Une dizaine de minutes à peine… Ca devrait passer, c’est pas un mal de ventre qui va avoir raison d’une Blackburn.

La jeune Anglaise avait souri, s’amusant au passage de la situation. Loin d’être douillette ou de se laisser abattre pour si peu, elle cherchait juste à minimiser les choses. Pourtant, à peine avait-elle prononcé ces mots qu’elle fut prise de nouvelles crampes plus violentes encore que celles qu’elles avaient pu ressentir auparavant. La belle s’était alors crispée, grimaçant tant la douleur était lancinante. Elle devait se poser, s’asseoir ou prendre l’air… Oui un peu d’air lui ferait le plus grand bien face à ce malaise qui ne faisait que s’accroître.

- Faut que je m’asseye… J’ai la tête qui tourne.

Une nouvelle crampe lui barrait le ventre, l’obligeant à se plier en deux, tant le mal était intense et violent. Il lui semblait qu’une plainte avait passé ses lèvres alors que son cœur s’emballait de nouveau lui provoquant une longue sueur froide le long de sa colonne vertébrale !

- Je retire… J’ai l’impression que ça empire… J’ai dû manger un truc pas frais ou que je digère pas…

Une nouvelle fois, la jeune femme avait grimacé, sa peau avait dû se couvrir d’une fine couche de sueur. Elle avait cette sensation d’étouffer, comme une oppression dans la poitrine. Pas de quoi la faire paniquer, mais assez pour commencer à l’inquiéter sérieusement. Ces douleurs n’avaient rien de normales, trop soudaines et sans aucun signe avant-coureur, c’était juste totalement improbable.

- C’est pas normal…

Rester calme, rationnelle et ne pas céder à la panique, son cœur faisait assez de yo-yo comme ça, si elle en rajoutait en plus avec un état de panique, elle allait faire un malaise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1701
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: [event 06/04/15] - I'll Be Gone [Ju' & Cie]   Lun 2 Mai 2016 - 11:24

Toujours sourire, se montrer forte, donner à tout le monde l’impression que tout va pour le mieux. Julian sentait bien que Mackensie était dans cette logique, elle comprenait tout à fait ce mécanisme. Alors elle ne se laisserait pas berner. Ce n’était peut être rien mais vraiment, elle n’avait pas l’air en forme et elle n’allait pas la laisser là toute seule. Alors, quand elle déclara que ce n’était que quelques crampes, la rousse fronça légèrement les sourcils. Elle n’était pas convaincue. Une nouvelle question pour savoir depuis combien de temps ça durait. Quelques minutes ? Il suffisait d’attendre maintenant. Ca passerait sans doute, mais Ju’ voulait s’en assurer. Aussi, elle sourit lorsque sa camarade se décida à faire un léger trait d’humour mais ne s’éloigna pas pour autant. Et elle fut contente de ne pas l’avoir fait quand elle la vit grimacer. Ok. La douleur avait dû la surprendre et elle vit bien dans le regard de la jolie blonde qu’elle même commençait à se dire que ce n’était peut être pas aussi futile que ce qu’elle avait pensé dans un premier temps. Quand elle avoua avoir la tête qui tournait, Julian fit de son mieux pour afficher une mine rassurante et l’aida doucement à s’asseoir sur les marches, prenant place à côté d’elle. De sa main gauche elle lui frotta doucement le dos. C’était inutile, elle en avait parfaitement conscience mais si ça pouvait au moins la rassurer un peu… Sauf que la douleur ne semblait pas s’arrêter, le visage de Mack était crispée et elle avait du plus en plus de mal à se contenir.

« Ca va aller… »

Julian avait prononcé ces mots avec toute la douceur dont elle était capable. Pourtant, elle devait bien avouer que le cas de sa camarade l’inquiétait. Et ça ne s’arrangea pas quand celle-ci lui confia avoir l’impression que c’était en train de s’empirer. Ok, pas de panique, ce n’était peut être rien. En tout cas, elle avait mal et ne pouvait pas rester comme ça. Surtout alors qu’elle disait elle-même que ce n’était pas normal. La rousse prit alors une grande inspiration et jeta des regards rapides autour d’elle. Elle vit un jeune garçon, qui devait être en quatrième année et lui fit signe de se rapprocher.

« Mon amie ne se sent pas très bien, tu vas nous ramener le premier adulte que tu croises et vite. »

Le ton de la jeune femme n’était pas paniqué mais ferme. Elle ne voulait surtout pas montrer à Mackensie que son état la préoccupait mais il était hors de question que le môme perde son temps. Apparemment, il avait bien compris le message. Il hocha la tête et se partit en courant. La rousse reporta alors sur sa camarade. Son visage trahissait clairement la souffrance qu’elle était en train de ressentir. Julian sentait son propre rythme cardiaque s’accélérer. Elle n’aimait pas ce genre de situation et aurait clairement aimé pouvoir prendre la fuite mais non, elle n’avait pas le droit. Alors elle continua de frotter doucement le dos de la jeune femme et lui adressa un sourire.

« Respire à fond ma belle, ça va aller. »

Être ferme, se montrer sûre d’elle. Oui, c’était ce qu’elle devait faire. Julian releva alors légèrement une mèche de cheveux qui tombait sur le visage de sa camarade. Elle n’aimait pas voir la souffrance déformer ainsi son visage. Ca lui rappelait pas mal de souvenirs. Mais non, il était hors de question qu’elle pense à tout ça ou qu’elle ose ramener la situation à elle. Se concentrer sur Mack et faire en sorte de lui apporter tout le réconfort dont elle avait besoin. La jeune femme ne pouvait cependant pas s’empêcher de jeter régulièrement des coups d’œil autour d’elle dans l’espoir de voir apparaître quelqu’un, un adulte qui saurait prendre en charge la situation. Parce que oui, elle se sentait complètement démunie.

« Sinon, ça va avec Alec en ce moment ? »

Changer de sujet, essayer de lui faire penser à autre chose. Bon, peut être qu’elle n’avait pas choisi le meilleur mais c’était le premier truc qui lui était passé par la tête. Julian sentait bien qu’elle était à deux doigts de paniquer alors elle faisait de son mieux pour broder et se calmer tout autant que Mack. Respirer avec elle, la distraire et prier pour que des renforts arrivent et vite…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1049
Date d'inscription : 13/12/2011
Crédits : class whore
Double Compte : Aileen, Jayden, Dakota, Sloane, Esha et Seira (✝).



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1295-miss-blackburn-et-ses-relation
MessageSujet: Re: [event 06/04/15] - I'll Be Gone [Ju' & Cie]   Sam 28 Mai 2016 - 21:44

« Ca va aller… »

L’anglaise avait acquiescé, essayant de se convaincre que ce que disait Julian était réel. Après tout ce n’était qu’un mal de ventre, que des crampes soudaines certes, mais il n’y avait rien de suspect… Juste une indigestion stupide ou alors elle couvait une maladie et une petite potion la soulagerait en un rien de temps ! Pourtant, la belle se sentait fébrile, sur le point de s’évanouir tant le monde avait l’air de tourner sous ses pieds. Elle vacillait, à présent assise, la tête posée sur ses mains, la jeune femme avait fermé les yeux une seconde espérant que tout ça se calme. Que tout passe enfin et que les crampes qui lui barraient le ventre disparaissent.

« Respire à fond ma belle, ça va aller. »
- J’crois que…

Mackensie s’était stoppée, parler lui demander des efforts, et ses sensations de vertige ne faisaient que s’accentuer à chaque mouvement que sa tête faisait. Elle allait vomir, oui c’est ça, elle allait vomir et qui sait, cela irait peut-être mieux après. Son visage s’était de nouveau crispé et une plainte avait passé ses lèvres alors qu’elle se pliait en deux. Son cœur s’emballait et ses mains s’étaient mises à trembler.

« Sinon, ça va avec Alec en ce moment ? »

Changer de sujet, c’est une très bonne idée, ça l’aiderait sûrement à se concentrer sur autre chose que son état qui empirait.

- Il… il va mieux, mais… Julian, faut que j’aille…

Son estomac venait de se contracter et la nausée avait eu raison d’elle cette fois. Se détournant, l’Anglaise s’était mise à vomir sans pouvoir se contrôler. Ca ne lui avait fait aucun bien et de voir que ce qui marquait sa main et le sol était du sang n’alla pas dans le sens pour qu’elle se calme, bien au contraire. Une nouvelle fois, elle avait vidé le contenu de son estomac, crachant de nouveau du sang. Ce goût de fer entre ses lèvres acheva de la faire paniquer, mais elle n’était plus capable de réfléchir, pas alors qu’elle se tordait de douleur et qu’elle vomissait de plus belle, sinon la possibilité d’un  empoisonnement lui aurait sauté au visage.

- Qu’est-ce qui m’arrive…

Respire, calme-toi, soit rationnelle ! Elle était en train de mourir, tout son organisme le lui criait… Sa vision qui se trouble, ses palpitations, le sang, les tremblements… son corps était en train de la lâcher et elle n’arrivait même plus à se lever tant il lui semblait que ses muscles étaient en train de se tétaniser. Toujours assise, la jeune femme avait senti son esprit partir et elle s’était écroulée prise de soubresauts et tout s’était éteint, elle n’était plus là, juste happée par ce mal qui la rongeait. Pendant quelques longues secondes, la jeune femme avait été secouée de convulsion et puis ses yeux s’étaient posés dans le vide, comme si la moindre énergie avait décidé de quitter son organisme. La Serpentard n’était pas consciente, ni inconsciente, elle oscillait incapable de bouger, épuisée et douloureuse. Sa volonté s’échappait, ses yeux cherchant à se fermer.

- Alec…

Ça n’avait sûrement pas été intelligible, à peine un souffle inarticulé. La peur de mourir, de n’être plus rien et qu’il perde pied. Le besoin de le savoir à ses côtés, de voir son visage, sentir sa chaleur, ses lèvres alors qu’elle s’éteignait. Si c’était pas mélodramatique, il détesterait sûrement l’idée cela dit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2158
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: [event 06/04/15] - I'll Be Gone [Ju' & Cie]   Ven 10 Juin 2016 - 11:55

Lundi 6 Avril ▬ Fin de soirée

Ne pas piquer du nez. Ne pas piquer du nez. Ne pas…. Piquer…
Un choc dans le bras me redresse aussitôt, alors que je cligne difficilement des yeux avec l’impression d’avoir du verre pillé sous les paupières.

- Faut que tu dormes la nuit.
- C’est c’que je fais.

Un regard vers Lucy qui chuchote au plus bas pour ne pas que le prof nous entende. Je croise son inquiétude et secoue la tête pour la rassurer. Je vais bien, je dors bien… juste peut-être pas assez. Et le cours est assommant, me fait bailler à m’en décrocher la mâchoire et à voir l’état de mon parchemin, ça n’est pas la première fois que je pique du nez sur mon cours.

- Tu n’arriveras jamais à te relire… J’te filerais mon cours ce soir.
- Merci… Je me frotte la joue pour me réveiller. Il est quelle heure-là ?

La sonnerie laisse retentir la douce chanson de la liberté et cette fois, c’est l’adrénaline qui parcoure mes veines à l’idée de quitter la salle de cours mais aussi d’avoir finir cette journée qui m’a paru interminable. Je m’étire de tout mon long, claque mon cahier que je range dans mon sac à dos, croisant un instant le regard de Mackensie. Je lui accorde un sourire avant de reporter mon attention sur Lucy qui m’attend patiemment.

- Tu veux faire quoi ce soir ?
- J’sais pas… J’dois avancer mon cours sur la botanique. Je l’ai toujours pas terminé et je vais me faire détruire par la prof si c’est toujours le cas demain matin…
- Je te filerais un coup de main si tu veux, j’esquisse un sourire alors que je remonte mon sac sur mon épaule, quittant la salle de cours à ses côtés. Et avec Mlle Winstinghausen, t’as toutes les raisons d’accepter de l’aide.
- J’ai jamais vu une nana aussi… froide et cassante. Sérieux elle me fout la trouille.
- Ça se voit que tu n’as jamais eu d’heures de colle avec Mlle Hunt… Je me demande encore aujourd’hui laquelle des deux me fiche le plus la trouille.

Un long frisson me parcoure les bras tout en me revoyant face à elle alors qu’elle est entrain de me lire les lignes de la main. Si j’ai toujours eu des doutes sur ce genre de pratique, mes convictions se sont vites envolées après qu’elle ait décelée mes failles et montré ma propre famille dans cette boule de cristal. Je ne sais pas ce qui l’a changé à ce point mais elle n’est définitivement plus la même, j’ai même eu le droit à quelques félicitations l’autre jour pour mon bon résultat. Un « bel effort », bref et froid, mais quand même… Venant de Hunt ça frise l’incroyable.

- On va à la bibliothèque ? Si j’bosse à la salle commune j’vais rien faire, j’me connais.
- Okay, faudra juste que tu me dépannes de quelques parchemins. J’ai la flemme de descendre pour remonter.

Lucy acquiesce et en moins de dix minutes nous nous retrouvons attabler à une table de la bibliothèque. Les minutes s’égrènent au rythme des plumes sur les parchemins et nous ne perdons pas de temps à rester concentré sur notre tâche. Mon seul moment de distraction est celui où Riley vient discuter un peu avec moi avant d’aller rejoindre Charleen. Dire qu’elle est épanouie est un euphémisme, je l’ai rarement vu aussi heureuse et pourtant elle est le genre de personne à péter la forme constamment, même avec une tension en dessous de dix. Je crois que son bonheur participe au mien et la voir aussi pétillante m’offre une certaine satisfaction de joie. Je sais pas, quelque chose de particulier qui fait du bien. Et honnêtement, ça ne fait de mal à personne. La discussion avec Enzo m’a aussi fait du bien et peut-être que j’irai voir Maxime après tout ça, après avoir bossé… Tout du moins, si j’en trouve le courage à un moment donné.

Un parchemin. Puis deux. Je m’arrête de temps en temps pour aider Lucy pour la botanique. Je termine la fin de ma page et me tourne vers mon amie.

- Parchemin ?
- Ouaip … elle regarde sous son livre, puis dans son sac, en fronçant les sourcils. Merde. J’croyais en avoir plein avec moi.

Je lève la tête en arrière, sentant déjà la flemme profonde à l’idée de devoir descendre à ma salle commune pour ensuite remonter. Je laisse échapper un râle qui me vaut un « Shhhhht ! » de la part du dragon.

- Bon, j’vais aller en chercher. Si tu ne me revois pas, c’est que je me suis endormie en cours de route.

Je me lève, grimace et capte enfin le pourquoi de ma fatigue.
Cameron.
NON ! Pas de méprise ! Ce sont juste les cours particuliers que je lui ai demandé qui sont intenses et qui me casse complètement. Chaque muscle possède son lot de douleur sous les courbatures mais j’en ressens une profonde satisfaction. Mon corps se réveille, développe quelques réflexes que je n’imaginais pas et je me suis rarement sentie aussi bien depuis longtemps. Je me défoule, j’apprends, me forme à être plus sûre de moi, à adopter une vivacité qui me donne la sensation qu’à terme, plus jamais un homme comme Marcus ne réussira à avoir l’ascendant sur moi.

- Eh !

J’ai à peine fais trente mètres que je me fais violemment bousculer contre un mur, ma tête éraflant la surface. J’ai des étoiles devant les yeux, la terre tourne un peu trop vite. Mon front me brûle alors que j’y porte mes doigts pour vérifier que je n’ai rien mais ma concentration est aussitôt captée par le regard de Monsieur Gabrieli qui me hurle de choses que je ne comprends pas, encore un peu sonnée.

- Hasting ! Tu m’écoutes ?!
- Oui… désolée.
- Regarde-moi ! Prends ça avec toi et fouille l’ensemble du château.
- Attendez, j’comprends pas, qu’est-ce qu’il se passe ?

J’ai l’impression d’avoir loupé une heure de ma vie entre le moment où j’ai quitté Lucy et celui où je me retrouve face à notre professeur d’EDM qui essaie de me faire comprendre quelque chose que je ne saisis pas.

- Tu n’as pas entendu les patronus ?
- Non, quels patronus ?
- Des élèves ont été empoisonnés par des chocolats, tous les préfets sont réquisitionner pour faire le tour du château et vérifier que personne ne se retrouve sans soins.

Les informations se catapultent sur chacun de mes neurones alors que je secoue la tête, horrifiée. J’ai l’impression que nous sommes entrain de me jouer une mauvaise blague, que je me suis endormie dans la bibliothèque et que je suis entrain de cauchemarder. Je me pince la cuisse pour me réveiller, pour me donner un sursaut mais rien.

- Tu m’as entendue ?
- Oui, je secoue brutalement la tête pour me reprendre.
- Et débarrasse-toi de tous chocolats que tu trouves, d’accord ?

J’acquiesce en serrant dans ma main deux petites fioles où la marque d’un antipoison est inscrite dessus.
La machine se lance rapidement alors que je me retrouve face à mes responsabilités de préfète. Il ne me faut qu’un quart de seconde pour sortir ma baguette de ma poche et pour me mettre à cavaler dans les couloirs. La première personne à laquelle je pense, c’est Riley, suivit de près par Ora. Enzo, Charleen, Lucy et tout un tas d’autres noms qui s’inscrivent en lettre rouge dans mon cerveau.

Empoisonnés.
Je ne fais même pas attention au filet de sang qui coule lentement sur mon front.
Je prends conscience que, peut-être, qu’à chacun de mes pas, un élève tombe sous le coup du poison. Est entrain de mourir dans d’atroce souffrance et qu’ils y passeront si je ne me presse pas plus.
Mon pas s’accélère et je trouve la force de créer un patronus pour m’aider. Je puise dans mes souvenirs les plus heureux, essaie de faire abstraction de l’urgence, du temps qui passe dangereusement et pioche dans ceux que j’ai avec ma mère. Ce sont les premiers qui me viennent et qui me permettent de former un patronus correcte.

Un Samoyède prend forme devant moi, de la queue jusqu’au museau et mon cœur bat comme un dingue entre mes côtes.

- Amène moi vers toutes personnes qui appellent à l’aide.

Un deuxième allié, une deuxième paire d’oreille et d’yeux pendant que je m’occupe de toutes personnes que je croise, diffusant le message comme une traînée de poudre. J’entends des éclats de voix, ceux d’autres préfets sûrement. La panique se diffuse comme le poison qui habite les veines de certains et à chaque pas, ce sont des cris supplémentaires qui naissent. J’intercepte deux cinquièmes années à qui j’arrache les paquets de chocolats et les détruits d’un sortilège. Les ordres claquent dans l’air. Mon cœur palpite, mon cerveau fonctionne à plein régime. Moi qui pensait perdre mon sang-froid, je me retrouve à gérer la situation au mieux, courant partout dans le premier étage pour être sûre de ne louper personne.

Mon patronus se met soudainement à aboyer et je ne perds pas de temps pour le suivre en courant à toute allure au travers un couloir. Un deuxième. Et plus je me rapproche, plus les éclats de voix me parviennent plus clairement. Un virage, mon samoyède s’arrête brusquement.

- Non… merde, merde.

Je l’ai reconnu à la seconde où mes yeux se sont posés sur elle. Il m’a fallu une de plus pour assimiler l’idée et une autre pour prendre conscience de la présence d’une autre jeune femme à ses côtés. Cheveux roux flamboyant, ça n’est pas Jayden mais Julian. Riley m’en a déjà parlée.

- Mack ! Je suis à genoux près d’elle et constate avec une horreur visible tout le sang, là, à ses côtés. Une petite flaque épaisse et vermeille qui nous rappelle l’urgence de la situation. Elle a mangée des chocolats ?

Ma question fuse, je ne prends le temps de rien et je n’en suis pas désolée, pas tout de suite. C’est brutal, mes mains tremblent alors que je la tourne légèrement vers moi, un genou dans le sang qu’elle a certainement dû vomir.

- Des chocolats empoisonnés ont été distribués. Je parle à l’adresse de Julian, voix tremblante. Est-ce que tu en as mangé ?

Je la regarde alors que je tire la fiole de ma poche, tremblant des mains, parsemées de tâches de sang, prête à la décapsuler. J’essaie au mieux de rester calme face à l’urgence mais j’ai à peine achevé mes mots qu’un nouveau flot de sang s’étale de nouveau sur le sol.
Respire. Ne panique pas, respire. Reste concentrée.
Je la laisse vomir, la laissant sur le côté et essaie de me focaliser sur autre chose que son visage. Sur autre chose que sur le fait que je la connais, que je l’aime bien et qu’elle est probablement entrain de mourir à côté de nous. Je décapsule enfin la fiole et dès lorsqu’elle termine de vomir, je glisse le liquide entre ses lèvres. Entièrement. Je ne cherche pas à savoir, les cours m’ont suffisamment apprit qu’un antipoison ne pouvait jamais faire de mal pour peu que la personne face à nous soit sévèrement touchée.

L’odeur du sang emplit mes narines, la nausée me menace mais je serre les dents, essayant au maximum de garder la maitrise sur la situation, l’instinct de survie et d’urgence prenant clairement le dessus.

- Allez accroche toi ma belle, s'il te plait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1701
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: [event 06/04/15] - I'll Be Gone [Ju' & Cie]   Lun 20 Juin 2016 - 15:40

Qu’était-il en train de se passer ? Les deux jeunes femmes étaient à la base simplement en train de discuter et voilà que tout déraillait. Que d’un coup, la situation leur glissait des mains. Julian faisait de son mieux pour rester zen, pour ne surtout pas céder à la panique. D’autant que son angoisse risquait d’être communicative et il ne fallait surtout pas qu’elle fasse angoisser Mack plus que nécessaire. Respirer, se concentrer, tenir le coup pour elle. Changer de sujet était donc apparu à ses yeux comme la meilleure idée alors qu’elle guettait avec impatience les couloirs, espérant quelqu’un allait être capable de l’aider. La jolie blonde entreprit alors de lui répondre. Au début, la rousse lui souriait, attendant la suite. Mais elle ne venait pas. Elle tenta de la prévenir. Julian eut alors juste le temps d’attraper les cheveux de son amie avant qu’elle ne se mette à vomir. Sauf que ce fut du sang qui sortit de sa bouche. Le temps se figea alors pendant quelques secondes dans l’esprit de Julian. Du sang ? Et ça recommençait… Elle eut un moment d’absence, un moment pendant lequel son cerveau essayait de comprendre, d’analyser ce qui était en train de se produire sans réellement y parvenir. Tout ça n’avait rien de normal. Absolument rien de normal, c’était un cauchemar. La jeune femme sentit alors les larmes lui monter aux yeux. Sous l’effet de l’angoisse, de la peur. Pourtant, lorsqu’elle entendit la voix de Mack s’élever, ce fut comme si tout se rebranchait soudainement dans son cerveau. Ce n’était pas le moment de craquer. Elle le ferait après. Là elle devait se ressaisir. Pour Mack. Elle avait besoin d’elle, maintenant.

« Je sais pas Mack mais je suis là, je m’occupe de toi. »

Cette fois, Ju’ s’était concentrée pour que sa voix soit plus ferme. Elle n’avait plus le droit de trembler, d’hésiter. Sauf que c’était comme si on cherchait à tester ses limites. Alors qu’elle venait tout juste d’assimiler le fait que son amie s’était mise à cracher du sang, voilà qu’elle était en train de partir. La rousse enleva alors sa veste et, alors que Mack se mit à convulser, elle eut juste le temps de la placer sous sa tête. Au début, elle voulu la tenir puis se rappela ce qu’on lui avait appris. Elle plaça alors Mack sur le côté, la veste sous sa tête pour ne pas qu’elle se cogne et attendit que la crise passe. La blonde murmura alors quelque chose. Julian allait lui demander de répéter, la rassurer, lui demander de s’accrocher quand une voix la fit se retourner. Kezabel, une des préfètes débarqua alors à toute vitesse à leurs côtés. Elle savait apparemment bien mieux que Julian ce qui était en train de se produire. Des chocolats ?

« J’en sais rien, je viens juste de la retrouver, elle se sentait mal et d’un coup… Ca s’est passé ultra vite. »

Julian parlait aussi très vite. Parce qu’elle avait l’impression que chaque information pouvait être importante, qu’elle ne devait surtout pas traîner pour les donner. La rousse s’écarta alors légèrement pour laisser à Kezabel la place d’agir. Pourtant, elle fit en sorte de pouvoir rester là, que Mack sente sa présence. Elle n’était pas seule. Elle ne la laisserait pas seule. La Poufsouffle de son côté enchaînait à une vitesse folle. Des chocolats empoisonnés ? C’était ça leur nouvelle tactique ? L’aléatoire ? Julian sentit une nausée l’envahir mais se retint et secoua la tête.

« Moi non, je vais bien. »

Oui, elle allait bien. Même si elle avait tout de suite pensé aux Supérieurs. Même si cette foutu blessure semblait s’être réouverte. Encore une fois. Elle déglutit cependant et caressa doucement la main de Mack.

« Je suis là Mack… Alec va venir aussi. »

Elle n’en savait rien. Mais elle userait de n’importe quoi pour la réconforter, pour l’aider à tenir. Kezabel de son côté venait de sortir une fiole et lui administrait le contenu. Sans doute de l’antipoison. Le cœur de Julian battait à une vitesse folle. La situation ne s’améliorait pas jusque là, il fallait vraiment que le remède de Kezabel fonctionne. Sinon… Non, ne pas y penser. Ne même pas se figurer quoi que ce soit. La jaune parla à son tour à Mack, où à elle même peut être. Difficile à dire. Julian sentait bien que la jeune femme aussi n’était pas totalement confiante. Personne ne pouvait l’être. La rousse se releva alors et regarda autour d’elle. Quelques personnes s’étaient arrêtées pour observer. Elle ne les avait pas remarqué jusque là. Elle eut envie de leur hurler dessus, de les traiter de vautours mais elles auraient peut être besoin d’eux alors elle se ravisa, du moins pour quelques instants.

« Il faut qu’on l’amène à l’infirmerie ? Dis-moi ce qu’il faut faire et je t’aiderai. »

Julian remarqua alors qu’elle avait du sang sur elle. Elle ferma les yeux quelques instants. Ne pas tout mélanger, ne pas se laisser envahir. Respirer, tenir le choc, encore un peu. Elle sortit alors sa baguette et pensa aussi fort que possible à Jeroen. Aux moments qu’ils avaient pu passer ensemble. Un patronus apparut alors.

« Va trouver Alec. Vite. »

Ce n’était pas pour elle cette fois qu’elle appelait son ami. Mais pour Mack. Pour lui. Pour eux. Il fallait qu’il vienne et au plus vite. Elle se retourna ensuite vers Kezabel attendant ses ordres. La panique était là. La peur et pourtant, quelque chose l’aidait à tenir encore sur ses jambes et à s’accrocher. Mack n’abandonnerait pas, elle n’abandonnait jamais…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1049
Date d'inscription : 13/12/2011
Crédits : class whore
Double Compte : Aileen, Jayden, Dakota, Sloane, Esha et Seira (✝).



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1295-miss-blackburn-et-ses-relation
MessageSujet: Re: [event 06/04/15] - I'll Be Gone [Ju' & Cie]   Mer 29 Juin 2016 - 21:30

« Je sais pas Mack mais je suis là, je m’occupe de toi. »

Cette journée avait pourtant bien commencé, rien ne laissait présager d’une telle fin et pourtant la jeune anglaise en était là. Allongée sur le sol, douloureuse et complètement épuisée, vidée de la moindre parcelle de vie et tout ça à cause de quoi ? De quelques gourmandises qu’elles avaient prise au hasard ?! Le destin pouvait être cruel parfois, et si c’était le Karma finalement ? Après tout, elle avait usé de sortilèges interdits pour sauver la vie d’Alec, tout en sachant parfaitement que ça n’était pas la première fois et certainement pas la dernière si l’occasion venait à se représenter. Alors quoi, ça n’était que justice ? Foutaise !

La jolie blonde avait fini par décrocher de la réalité, son regard fixant un point au loin sans même y prêter attention. Une part d’elle-même cherchait à se battre, restant présente dans cette pseudo-réalité qui s’éloignait petit à petit, alors qu’une autre, beaucoup moins tenace ne demandait qu’à faire taire ce feu brûlant, cette douleur qui lui tordait l’estomac même après les convulsions. Est-ce que ça faisait toujours aussi mal de mourir ? Est-ce que cette agonie durerait encore longtemps ?! Pitié faites que tout ça s’arrête vite… Divaguant de plus en plus, la jeune anglaise avait à peine pris conscience que Kezabel se trouvait à présent à ses côtés, tout comme elle n’avait pas saisi l’impact de ses mots.

Son estomac s’était de nouveau contracté, l’épuisant un peu plus, la crispant encore alors que chacun de ses muscles semblaient se tétaniser. Des bribes de mots avaient raisonné en elle, poison… Chocolat ? Bon dieu, c’était évident pourtant, tous les signes étaient là. Alors c’était ça qu’on ressentait ?! Manipulée sans trop de peine, la jeune femme n’avait opposé aucune résistance, avalant le contenu de la fiole plus par réflexe que par volonté. Et si c’était déjà trop tard ? Et si tout ça n’avait servi à rien et qu’elle finissait par mourir dans un couloir. Au moins, elle n’était pas seule.

S’accrochant au possible, la Serpentard sentait pourtant que sa volonté s’effritait, les convulsions l’avaient épuisée, la douleur n’arrangeait rien, violente, lancinante. Elle n’avait pas le droit de lâcher, parce qu’elle n’était pas du genre à se laisser abattre aussi facilement. Une Blackburn ne baisse pas les bras, elle se relève et redonne les coups sans la moindre hésitation. Mais malgré tout ça, l’Anglaise avait lâché prise, fuyant la douleur et se réfugiant dans un coin de son esprit pour ne pas devenir totalement cinglée. C’était le mieux à faire pour se préserver, le plus facile… Juste un peu de calme et de douceur… Loin de ce mal.

Hj : Je pense que c’est mon dernier post avec Mack pour le moment étant donné qu’elle est dans les vapes et que vous allez sûrement rejoindre l’infirmerie. Elle se réveillera dans deux jours et Elise va sûrement intervenir avec Alec avec le coup du patronus   Je compte sur vous pour prendre soin de lui en attendant le réveil de ma demoiselle *sort* (maman Mack a terminé son discours *vasecacher*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1874
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: [event 06/04/15] - I'll Be Gone [Ju' & Cie]   Mer 29 Juin 2016 - 21:49

Le choc.

Il suffit parfois d’une seule phrase pour que les murs se mettent à trembler. Une phrase pour que le sol s’effondre sous nos pieds. L’adrénaline qui passe dans ses veines, qui agite tout son corps sans que celui-ci ne soit capable d’esquisser le moindre mouvement. Il avait déjà vécu ça. Il s’était déjà écroulé. Sa gorge s’était déjà serrée une fois, le vide emplissant paradoxalement ses poumons alors que l’impression d’étouffer le plaquait au sol. Ça n’était qu’une impression. Une sensation violente qui l’avait déjà pris une fois, alors qu’il apprenait que sa sœur allait mourir. Vertiges. Il restait sans voix, hébété, idiot alors que la terrible réalité le percutait, comme une vague folle perdue en mer lors d’une tempête. C’était lui, là, sur ce radeau brisé par les flots.

Le deni.

Ça n’était pas possible. Ça ne pouvait pas recommencer. Une chose pareille n’avait pas pu arriver. Personne… ce genre de choses n’arrive pas. Ce genre de choses arrive aux autres. Elles n’ont pas de raisons d’être. C’est une blague, un mauvais gag, une sale farce, une cruelle plaisanterie. Pourquoi… comment un tel calvaire aurait pu lui tomber dessus ? Sur elle ?

La colère.

Parce que c’est elle justement. Parce que les merdes n’arrivent qu’à ceux qui méritent d’obtenir une magnifique vie pleine de joies et de rires. Parce elle est venue ici, pour lui, pour le protéger et parce qu’il n’avait jamais été capable de ne jamais lui apporter rien que du malheur, des coups, des blessures. Parce qu’elle est belle, forte et qu’elle est proche des mauvaises personnes. Oui, il ne pense qu’à ça. Il ne pense qu’à une attaque, qu’à un drame. Il ne pense qu’à son visage, son rire, ses yeux brillants. Il s’ébranle et décolle enfin de son apathie, cours à en perdre haleine, assez pour faire couler l’acide dans ses veines, dans sa gorge.
La négociation.

S’il arrive assez vite, ça ira. S’il se dépêche, il saura quoi faire. S’il y est bientôt, il pourra faire quelque chose et la sortira de là.

La colère.

Pourquoi il n’était pas avec elle merde ?! Pourquoi Il… Il aurait dû y être putain ! Il n’aurait jamais dû s’éloigner d’elle après ce qui s’était passé pour lui, elle n’avait cessé de le dire. Elle avait peur pour lui mais il n’avait jamais pensé qu’il aurait dû craindre pour elle. Si, il y a pensé. Sans arrêt, toutes les nuits tous les jours, à chaque seconde. Mais rien n’était vraiment réel, c’était loin. Il savait que ça pouvait arriver, il savait que ça arriverait mais espérait toujours que tout ça était dépassé, qu’elle était en sécurité pour l’instant, que c’était lui qui était visé, pas elle. Pas elle. Merde pas elle bordel ! Lui méritait ce genre de conneries. Lui avait la peau dure. Pas qu’elle ne l’ait pas mais… lui… lui ne manquerait à personne, sauf probablement à elle et sa sœur. Mais elle. Elle était tout, tout ce qu’il y a de plus beau chez une personne. Pas elle bordel !

La colère…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2158
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: [event 06/04/15] - I'll Be Gone [Ju' & Cie]   Ven 1 Juil 2016 - 12:31

- Moi non, je vais bien.

La panique rétrécit mes sens pour les focaliser en un seul point, si bien qu’à la seconde où Julian me confirme qu’elle va bien, je déporte toute ma concentration sur Mack. Je tremble de partout et plus particulièrement des mains et même si j’ai la sensation d’avoir pour l’instant un sang-froid, je sais qu’à l’intérieur de ma tête, tout part en vrille. Je réponds à mes réflexes et mes instincts, à ce que je sais et ce que je connais. Sous l’urgence, la conscience est comme atone, essayant de s’éloigner de la réalité pour ne pas faire face à ce qu’il se passe sous ses yeux pour ne pas perdre pieds et tout faire foirer. Par instinct de survie, nous ne prenons pas tout de suite conscience que la mort rôde autour de nous, que si nous n’effectuons pas les bons gestes rapidement et au bon moment, une vie va s’éteindre là, face à nous. Nous savons juste qu’il faut le faire, vite et bien sans pour autant s’épancher sur les risques encourus.

J’ai la sensation que c’est ce qui se déroule là, dans ma tête, que je repousse consciemment le risque de mort imminente pour ne pas perdre le contrôle, pour réussir à déboucher cette foutue fiole et pour réussir à déverser tout son contenue entre les lèvres de Mackensie.
Les battements de affolés de mon cœur résonne jusque dans mes tempes et je laisse tomber la fiole à mes côtés.

Et maintenant ? Qu’est-ce que je suis censé faire ?
Attendre que l’antipoison agisse ? Attendre de voir si finalement, elle mourra sous mes yeux.
Non. Stop. Concentre-toi.

- Il faut qu’on l’amène à l’infirmerie ? Dis-moi ce qu’il faut faire et je t’aiderai.

La voix de Julian me ramène à la réalité et ce n’est que maintenant que je prends conscience du monde autour de nous, que certains élèves nous regardent sans comprendre ce qui est entrain de se passer.
Et s’ils avaient eux-mêmes des chocolats ? Trop de chose se bouscule en même temps, je cligne des yeux, secoue la tête et réagis alors que Julian ferme les yeux et s’évertue à créer un Patronus, sûrement pour réclamer de l’aide.
Et mon regard capte une enfant, sûrement de troisième année, bouche entrouverte devant le sang sur le pavé mais surtout, un chocolat à la main, un paquet joliment décoré dans l’autre, prête à le gober avant qu’elle ne voit Mackensie dans cet état. L’instinct de survie. Encore. En un quart de seconde, j’accours vers elle et m’empare brutalement du paquet pour le détruire d’un geste de baguette, le faisant prendre feu, là, au milieu du couloir.

- Ceux qui ont reçus ce genre de paquet, détruisez-les immédiatement. Ils ont été empoisonnés, faites passer le message à tous ceux que vous pouvez et vite.

Ma voix est différente, j’ai l’impression d’être spectatrice de tout ça. J’ai vu Julian qui a ordonné à son patronus de trouver Alec, j’ai vu ces quelques élèves affolés se lancer des regards perdus. Ca n’est pas moi qui parle, ça n’est pas moi qui revient près du corps de Mackensie rapidement pour constater la première bonne nouvelle de cet instant : Elle semble comme endormie. Assoupie. Brutalement.
Ou morte.

- Mack ? Je la roule sur le dos avec l’aide de Julian avant de poser mon oreille au-dessus de ses lèvres. Une seconde éternellement longue plus tard et sa respiration caresse doucement ma joue. J’crois qu'elle est endormie.

Ou pas ? Un coma suite au poison ? Je n’en sais rien, le seul point positif c’est qu’elle ne convulse pas, qu’elle ne vomit pas et surtout, qu’elle respire encore. Il ne faut pas qu’on perde plus de temps et mon regard se pose aussitôt sur Julian. Le fait de l’avoir à mes côtés aide à tenir le cap, à garder les pieds sur terre pour ne pas perdre son sang-froid.

- On va l’amener à l’infirmerie, aide moi à la soulever.

A deux, on peut y arriver non ? Oui, on peut y arriver.
Et même si je connais très peu Julian, là tout de suite, tous mes espoirs se posent sur elle pour qu’on puisse arriver à temps là-haut, à l’infirmerie. J’espère que l’antidote que je viens de lui donner à déjà limiter les dégâts et si ça n’est pas le cas… je n’suis pas prête à avoir la mort de mon amie sur la conscience.
Je passe un bras de Mackensie par-dessus mes épaules et laisse Julian en faire autant pour la tracter.
Mes genoux se plient sous le poids et même nos conditions physiques excellentes risquent de ne pas tenir le choc jusqu’aux 7ème étage.

- Est-ce que tu peux lancer un sort de lévitation ? Je m’adresse à Julian alors que je maintiens au mieux Mackensie. Pour nous faciliter la tâche, je n’sais pas quel abruti a eu l’idée de mettre cette infirmerie au 7ème mais on n’tiendra pas jusqu’au haut sinon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1701
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: [event 06/04/15] - I'll Be Gone [Ju' & Cie]   Sam 20 Aoû 2016 - 18:09

Les chocolats. En voyant Kezabel se ruer sur une élève pour lui retirer les gourmandises et demander à tous les élèves présents de passer le mot, de détruire les paquets, Julian sentit son rythme cardiaque accélérer encore. Si tentait que cela soit possible. Un poison sur des chocolats. C’était forcément aléatoire, impossible de savoir réellement qui allait être touché. Alors comme ça c’était fini de choisir des gens, de les fusiller pour l’exemple, maintenant il fallait taper dans la masse pour faire peur à tout le monde ? Pour créer l’angoisse même chez les plus innocents, même chez ceux qui ne se sont jamais montrés ? La rousse sentit une sorte de nausée l’envahir. N’importe qui d’autre aurait pu en manger. Jeroen, Alec, Ricardo… Elle ravala sa salive. Ne pas paniquer. Si elle paniquait maintenant elle savait que c’était la porte ouverte à tout et n’importe quoi, que son cerveau allait littéralement disjoncter. Elle ne pouvait pas se le permettre. Parce que là, à côté d’elle il y avait Mack étendue, dans un état étrange. Elle devait se ressaisir. Ju’ refusa alors de penser. Elle débrancha son cerveau autant que possible. Ne penser à rien d’autre que la situation présente, à ce qui était en train de se passer pour elle là tout de suite. Le reste… Le reste, elle aurait tant de l’appréhender après, de suffoquer en découvrant la vérité ou de pouvoir s’effondrer dans les bras de Jeroen. Oui c’était ce qui allait se passer de toute façon. Il ne pouvait pas en être autrement. Ce n’était pas possible.

Julian se reconcentra donc sur Mack avec l’aide de Kezabel. Elle l’observa vérifier sa respiration alors qu’elle-même retenait son souffle. Elle fut soulagée d’apprendre qu’elle n’hallucinait pas en pensant voir sa poitrine se soulever à intervalles réguliers. Elle était encore là. Peut être qu’il y avait autre chose derrière ce sommeil. Impossible à dire pour le moment mais au moins elle respirait. C’était à ça qu’il fallait s’accrocher, sur ça qu’il fallait se concentrer et rien d’autre. Maintenant elles pouvaient aller à l’infirmerie. Ju’ s’approcha donc de Mack et passa un de ses bras sur ses épaules pour la soulever avec Kezabel. C’était impressionnant comme un corps pouvait devenir lourd lorsqu’il ne se tenait plus lui-même. Lorsqu’il refusait de se porter. Lorsqu’il abandonnait tout. Respire Julian, ne laisse pas tes jambes trembler. Un sort de lévitation ? Oui voilà, quelque chose qui nécessitait de la concentration et qui lui permettrait de se focaliser. La rousse fouilla nerveusement dans ses poches et en sortit sa baguette. Elle prit une grande inspiration pour se concentrer et parvint à effectuer son sort, à prononcer la formule sans que sa voix ne tremble. Le corps de Mack s’éleva alors légèrement, suffisament pour soulager les jeunes femmes de leur charge mais de manière qu’elle reste à leur portée pour qu’elle puisse intervenir.

« C’est bon je la tiens bien. Allons-y. »

Il y avait bien plus d’assurance dans la voix de Julian qu’elle n’en ressentait réellement. Elle était effrayée, dépassée, pourtant, Mack l’aidait à tenir. La perspective de devoir s’accrocher jusqu’à l’infirmerie lui permettait de ne pas défaillir. Les jeunes femmes entamèrent alors leur ascension vers l’infirmerie. Ce fut long et rude. Plusieurs fois Ju’ manqua de trébucher tant elle était concentrée sur son sort, tant elle y mettait de l’énergie. Enfin la porte de l’infirmerie se dessina devant elles. Ce qui était à l’intérieur lui glaça littéralement le sang. Alors, elle mit des œillères. Jusqu’à ce que Mack soit déposée sur un lit. Jusqu’à ce que quelqu’un la prenne en charge. Les muscles de la rousse se mirent alors soudainement à trembler. La violence de l’effort qu’elle venait de fournir lui revint à la figure. Elle eut juste le temps de se précipiter vers l’entrée, de se pencher au-dessus d’une poubelle avant de vomir tout ce qui se trouvait encore dans son estomac. Des spasmes la secouèrent pendant quelques instants puis, elle parvint à se redresser. S’essuyant la bouche d’un geste rageur, elle s’adossa contre le mur, tête en arrière. Ignorant les mouvements agités autour d’elle, les sanglots, les voix fermes du personnel médical. Respirer. L’effort avait été trop fort, avec l’angoisse en plus, son corps était épuisé. Cependant, après avoir vomi, elle reprenait peu à peu ses forces. Quelqu’un lui tendit alors un verre d’eau sucrée qu’elle avala d’une traite. Les petites tâches qui étaient apparues devant ses yeux commencèrent à se disperser et enfin, elle ouvrit les yeux sur l’infirmerie. Mack, accroche toi…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1874
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: [event 06/04/15] - I'll Be Gone [Ju' & Cie]   Sam 26 Nov 2016 - 12:24

Les mots résonnaient encore, glaçant, déchirants. Ses pires craintes devenues réalité vibraient dans l’air quand les pas du garçon claquaient contre le sol froid du château. Ses oreilles bourdonnaient, le monde tournait autour de lui et pourtant, ce qui aurait dû lui apparaître comme impossible semblait tout à fait crédible. Il l’avait attendu finalement. Oui, Alec se doutait que ça arriverait, il en avait même parlé avec Kezabel à peine deux jours plus tôt, alors qu’elle lui intimait de cesser de chercher à tout contrôler, à vouloir sauver tout le monde tout seul. Mais, et si ceux qu’il n’arrivait pas à sauver étaient justement ceux qui comptaient le plus ? Et s’il perdait les personnes les plus importantes dans sa vie simplement parce qu’il avait cette putain de cible sur la gueule ? Simplement parce qu’il était la mauvaise personne au mauvais moment au mauvais endroit. C’était lui, lui le danger. Mais cette fois, il n’était pas la cible. Cette fois, il n’était pas au sol. Non, le sol, il le martelait de ses pas frénétiques, erratique. Il courrait à en perdre le souffle, la vue. Il courrait à en perdre son âme comme si la vitesse à laquelle il arriverait pouvait y changer quelque chose. Comme si sa présence était essentielle. Mais essentielle pour quoi ? Pour la sauver ? Pour les aider ? Pour la regarder partir ? Arriver avant qu’elle ne disparaisse, cette idée lui avait arraché un hurlement animal, déchirant. Elle ne pouvait pas… il ne pourrait pas…

En cet instant, elle lui apparaissait comme la personne la plus importante dans son existence, celle sans qui il était incapable d’avancer, celle qui le maintenait à bout de bras. Celle qui lui permettait de respirer tous les jours et avec qui il avait encore tellement à partager. Ces évidences le harcelaient, poignantes, brûlantes.

Son sang battait à ses tempes alors qu’il grimpait les escaliers quatre à quatre, se rendant à peine compte qu’il était déjà au cinquième étage, incapable de se souvenir qu’il ait réellement traversé les quatre précédents. Il était ailleurs, plongé dans l’horreur. Pourtant, tout autour de lui, il y avait de la panique, il y avait des cris et des larmes parfois, mais tout bourdonnait autour de lui et il n’était plus capable de voir plus loin que les marches qui défilaient devant ses yeux et les cauchemars qui passaient dans son imagination. Il l’imaginait, il voyait le pire, prévoyait la fin, décryptait l’absurdité sans réellement réussir à s’accrocher à quoi que ce soit de vital, de réel, de concret.

A bout de souffle, de l’acide dans les veines, il déboucha au septième, manquant de se prendre les jambes sur quelque chose au sol, il se reprit pour filer jusqu’à l’infirmerie, n’analysant pas une seconde ceux qu’il croisait.

Là, ses pupilles se rétractèrent, un cri s’étrangla dans sa gorge. Tout ça ne pouvait être réel. Des élèves en larme se bousculaient, tantôt portant untel, tantôt ensanglantés ou grisâtres. Il en avait poussé quelques uns, se frayant un chemin alors qu’il apercevait Kezabel et Julian, là, derrière ce groupe. Son cœur tambourinait dans sa poitrine, la panique l’étreignait et pourtant, ce fut des pensées absurdes qui glissèrent dans son esprit tandis qu’il avançait difficilement, comme s’il fuyait la réalité. Tient, j’avais raison tu vois, se dit-il. Ça va être un beau bordel à nettoyer tout ça, renchérissait-il. Et les corps, on les met où ? Achevait-il.

Et puis la réalité le percuta. Le corps de Mack, ses paupières closes. Le sang.

Tremblant, le jeune homme les avait rejoint, ses doigts venant toucher le visage de la serpentard, s’imprégnant de sang alors qu’un corps le repoussant, emportant la belle dans un flot d’ordres dont il ne comprit pas la signification. Ils l’emmenaient, un instant, il voulu la suivre, se battre, ne pas la laisser partir, ne pas le laisser faire mais des mains s’accrochèrent à lui, l’empêchant de leur faire perdre du temps à tous. Pourtant, il ne pouvait s’y résoudre, la laisser partir, la voir s’éloigner. Bordel, son teint était gris, il y avait du sang c’était … un cauchemar. C’était instinctif, le flot de bile qui montait sans sa gorge sans pour autant trouver le chemin de la sortie, le flot d’acide qui régnait dans ses veines, le poussant à se battre plus encore contre cette mort qui semblait prophétique.

Secoué de tremblements, il se rendit compte après un moment qu’il avait été éloigné, poussé dans le couloir pour laisser les soigneurs faire leur office. Il avait frappé plusieurs personnes au passage et Takuma, du sang aux lèvres s’éloignait en urgence pour retourner aider ceux qui nécessitaient de l’aide. Personne ne devait perdre du temps pour un con.

Les yeux écarquillés, un bruit sourd bourdonnant à ses oreilles, Alex fixait la cohue sans vraiment la voir, incapable de vraiment chercher Mack ou son soigneur du regard.

« Qu’est-ce qu’il… qu’est-ce qu’il s’est passé ? »

C’était sa voix ? Probablement. Pourtant, elle lui semblait étrangère, noyée dans ce silence mat qui cognait à sa conscience.

Ses doigts poisseux du sang de celle qu’il aimait tremblaient le long de sa jambe.


Le choc.

- Topic Fini -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [event 06/04/15] - I'll Be Gone [Ju' & Cie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[event 06/04/15] - I'll Be Gone [Ju' & Cie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» Event 5 : Ecriture & Dessin
» Halloween event !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Premier Etage.-
Sauter vers: