AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 By your side [PV Ricardo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1799
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: By your side [PV Ricardo]   Jeu 17 Mar 2016 - 14:43

Vendredi 4 avril - Après le dîner

Le mois d’avril était enfin arrivé. Julian adorait le mois d’avril. Et pas seulement parce que c’était celui de son anniversaire. Bon, pour être honnête, il fallait bien avouer qu’au début de sa vie, ce léger détail avait fait beaucoup pour ce joli petit mois. Mais avec le temps, c’était aussi le printemps, le retour du soleil et de la joie de vivre qui l’avait fait pencher pour ce moment de l’année. D’ailleurs ça n’avait pas loupé, à peine le mois de mars s’était-il officiellement terminé que la jeune femme en avait profité pour sortir prendre l’air. Bon elle avait été un peu déçue au début. Parce que comme à chaque fois, c’était comme si elle avait brutalement oublié que oui, le printemps n’était pas l’été et qu’il ne s’installait pas non plus comme ça en un claquement de doigt. Et puis, elle s’était finalement faite à l’idée, avait ressorti quelques pulls et tout allait au mieux dans le meilleur des mondes. Bon, il y avait quelques ombres au tableau mais elle s’en sortait. La demoiselle n’avait toujours pas daigné répondre aux lettre de ses parents, hormis un petit mot pour signifier qu’elle était bien envie. Elle savait que Jeroen n’approuvait toujours pas son envie de faire tout et n’importe quoi mais elle savait aussi que ce n’était pas le plus important dans le couple et étrangement, arrivait très bien à faire avec. Et puis, malgré tout, il lui arrivait régulièrement de se réveiller en sursaut et en sueurs la nuit. Elle rêvait de cet homme qui l’avait menacé ou de cette fois où elle avait cru mourir dans les gradins du stade… Ce vendredi-là, la nuit avait encore été compliquée mais la rousse n’en parlait pas. Peut être avait-elle besoin d’un suivi psychologique après le traumatisme mais elle refusait de se faire à cette idée. Zachary essayait de l’encourager et elle trouvait ça mignon de sa part mais elle n’aimait toujours pas avouer ses faiblesses. Elle s’était décidé à affronter son traumatisme le dimanche en se rendant au match de Quidditch. Super idée hein ? Il fallait qu’elle en parle à Jeroen d’ailleurs…

Malgré tout ça, Ju’ continuait à aller en cours et travaillait même un peu. Elle avait beau être plus polissonne que jamais, elle n’avait pas non plus envie de retaper encore et encore. Alors elle bossait juste ce qu’il fallait pour avoir des notes corrects. On était loin des bons résultats qu’elle affichait avant mais elle n’avait plus non plus la même motivation… Déjà elle se déplaçait et rendait ses devoirs, c’était pas mal. La jeune femme menait donc presque une vie normale. Presque. Ce jour-là, après les cours, elle avait décidé de faire une petite connerie au passage, elle avait placé des punaises ensorcelées sur des bancs de la Grande Salle. Au moment du repas, elle explosa de rire en voyant certains se faire piéger. Elle jeta alors un regard à Mateo qui se trouvait plus loin, à une autre table et lui fit un clin d’oeil. T’inquiète Riley, je veux pas te le voler. Mais ce type me fait marrer et je compte bien lui montrer que je suis la plus douée pour les conneries.

Après le dîner, Julian avait ensuite décidé de faire un détour par sa salle commune. Elle envisageait d’aller faire la fête ou d’aller retrouver Jeroen. Ou les deux. Mais quand elle entra, elle vit Ricardo dans un coin et s’arrêta net. Quelque chose n’allait pas et elle le savait. Elle avait croisé Emily quelques jours auparavant et avait bien compris qu’entre eux c’était pas la fête. Et Ric’ avait beau très bien cacher ses émotions et avoir l’air toujours de marbre, elle était inquiète. Inquiète depuis qu’elle avait vu son visage bleui après le concert, inquiète depuis qu’elle avait compris que son idylle amoureuse était partie en vrille. Et comme Sean n’était pas à ses côtés… La rousse s’approcha alors doucement et, se planta derrière lui, mis ses mains sur ses yeux et parla d’une voix guillerette.

“Devine qui c’est !”

Huit ans d’âge mental. Et encore. Julian ne fit cependant pas durer le suspens très longtemps et alla finalement s’asseoir en face de son ami. Elle se doutait qu’il n’était pas forcément d’humeur à faire ce genre de blagues mais n’avait pas non plus envie de donner dans le déprimant et le morose. S’il avait besoin de vider son sac, elle serait là pour lui mais aussi s’il avait juste besoin de se vider la tête et de faire l’andouille. Il faut dire qu’elle était plutôt douée dans ce domaine. Elle le regarda donc avec un grand sourire, à la fois enjoué mais aussi bienveillant et tendre. Elle tenait beaucoup à cet animal même si parfois ils n’étaient pas d’accord ou n’avaient pas les mêmes fréquentations. Et clairement, il était hors de question qu’elle le laisse tout seul dans son coin.

“Meilleure amie à la rescousse. Comment tu vas ?”

Julian gardait le sourire et un ton léger mais elle savait que ça risquait de changer à tout moment. Cependant, elle était prête. Il s’agissait de Ricardo, pas de n’importe qui, elle n’avait aucun mal à sacrifier son groove pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 619
Date d'inscription : 21/12/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Rafael (Raven) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1303-you-think-you-know-me-you-real
MessageSujet: Re: By your side [PV Ricardo]   Lun 16 Mai 2016 - 9:04

Vendredi 4 avril - Après le dîner

Presque un mois. Presqu'un mois qu'elle ne m'a plus adressé la parole. Et certes, je pourrais tenter de faire le premier pas, en théorie, mais j'ai pas vraiment envie de m'exposer à un rejet. Elle avait manifestement besoin d'espace, de temps aussi, et d'un côté, je peux comprendre qu'elle soist en colère. De l'autre, je ne peux pas dire que je regrette vraiment ce que j'ai fait. Tant pis si elle me hait, tant pis si j'en souffre, ça lui aura tout de même évité de faire un choix qu'elle n'était pas prête à faire. Je reviendrai pas sur ça. Même si ça me tue, aujourd'hui, de la savoir en rogne contre moi parce que j'ai voulu la protéger. Mais quel autre choix je peux avoir que de la laisser faire son chemin, hein ?

A vrai dire, j'en vois pas vraiment d'autre. Pas de bon, en tout cas. Aller à la confrontation en sachant pertinemment qu'elle va m'envoyer bouler, c'est pas vraiment une option envisageable pour moi.

- T'as vraiment pas de bol avec les nanas mon pote... Faudrait vraiment qu'on revoie tes fréquentations...
- Tu sais que tu en fais partie ?
- Je parle pas de moi, voyons, ça, c'est l'exception qui confirme la règle.

Sean et toute sa délicatesse, et son humilité aussi. Mais il est là, toujours, et je dois bien avouer que je suis heureux qu'il se soit remis de ses blessures. On n'en parle pas, à vrai dire on parle rarement de ce qui blesse. En réalité, on n'en a pas vraiment besoin. Il sait comment ça s'est passé, dans les grandes lignes, et j'étais là à son réveil. Il sait que Ju' aussi a été touchée, et je crois que ça nous rapproche plus qu'autre chose. Même si je m'en veux puisque, clairement, c'est à cause de moi qu'ils en sont passé par là.

- Bon. C'est bientôt l'anniversaire de la rousse. On fait quoi ?

Je lui fais signe de baisser d'un ton, on est dans la Grande Salle, mec, ça serait bien de pas rameuter toute la tablée et en particulier la principale intéressée.

- Je vais voir avec Jeroen. Ca serait con de s'enflammer et de bousiller ses plans.

Parce qu'il ne peut juste pas ne pas célébrer ça, n'est-ce pas ? Ou je ne donne pas cher de sa peau. Et même pas parce que je lui soufflerais dans les bronches, elle se débrouillerait très bien toute seule, ma petite flamme. Oui, parce que j'ai toujours des surnoms en stock, parfaitement. Bref.

La mienne de flamme, je sais pas si elle a jamais vraiment brûlé vif, mais clairement, en ce moment, elle est éteinte. Je me concentre sur les cours, sur les entraînements, je réfléchis donc avec Sean à ce qu'on pourrait faire pour l'anniv de notre pote, je me promets d'aller parler à Jeroen à ce sujet, et le début ou la sortie d'un entraînement serait sans le moindre doute une occasion parfaite, mais le coeur n'y est pas totalement, faut dire ce qui est. Je sais ce que je n'ai plus, et entre Emily et mes prouesses plus que négatives aux précédents matchs, ça n'est pas très glorieux. Alors ce soir, je suis pas resté longtemps dans la Grande Salle, et je suis redescendu dans notre salle commune, ma guitare pas loin de moi bien que je n'y touche même pas. A vrai dire, il y a un moment que j'y ai assez peu touché, on se demandera pas pourquoi. Le regard posé sur le vitrail dévoilant le lac, alors que je le vois même pas vraiment, je suis songeur, clairement absent. Jusqu'à ce que deux mains se plaquent sur mes yeux, et qu'une petite voix chantante résonne à mes oreilles.

- Devine qui c’est !
- Y a pas douze millions de tarées pour venir me toucher par surprise sans se manger un sort en retour...

Sourire pâle. Elle est venue s'asseoir en face de moi, et même si le coeur n'y est pas vraiment, la bonne humeur de Ju' me fait quand même du bien.

- Meilleure amie à la rescousse. Comment tu vas ?
- Je pète la forme, tu vois bien.

Un ton calme, aucune animosité. Certainement pas envers elle, certainement pas à cet instant, après tout ce qu'il s'est passé. Je suis heureux qu'elle soit toujours en vie, et qu'elle ait manifestement la pêche. Ca fait une moyenne comme ça. Je ne doute pas non plus une seconde qu'elle se fasse la moindre illusion quant à ce que je traverse en ce moment, mais à vrai dire, je ne sais pas trop si j'ai envie d'en parler. Et tandis que je pèse le pour et le contre, je reprends la parole, d'un ton neutre.

- T'es pas avec Jeroen ce soir ?

Ouais, je noie un peu le poisson... En même temps, je voudrais pas te priver, vous avez l'air d'être super bien tous les deux, profitez-en quoi. Y a mieux à faire que de se coltiner l'ours grognon que t'as en face de toi toute la soirée...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1799
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: By your side [PV Ricardo]   Mer 18 Mai 2016 - 15:51

Il fallait bien avouer qu’au premier abord, Julian et Ricardo n’avaient pas grand chose en commun. Si on pouvait l’oublier, il suffisait de les regarder ensemble quelques instants pour se rendre compte du décalage qui existait. Julian était cette pile électrique, incapable de tenir en place. Ricardo ce garçon calme, posé et réfléchi qui n’offrait pas ses sourires à tout le monde, qui savait les garder pour les moments plus précieux. Alors oui, il fallait bien avouer que ces deux là avaient tendance à un peu dépareiller. Mais il ne fallait pas se fier qu’à ça. Si la rousse appréciait tant Ricardo c’était parce qu’il était bien plus que cette façade discrète et renfermée. Avec elle, c’était toujours simple, naturel et très souvent joyeux. Bon, sauf que ce jour là, elle savait très bien à quoi elle s’exposait. Il en avait bavé ces derniers temps. Elle était bien placée pour le savoir. Et si ça tournait mal avec Emily, autant dire que ça ne pouvait pas trop l’aider. Ju’ avait pu remarquer comme il était précieux d’avoir quelqu’un à ses côtés, quelqu’un qui comprend, qui vous soutient. Cette personne pouvait très bien être un ami mais quand on voit s’envoler quelqu’un avec qui la relation était plus forte, il semble difficile de croire que les amis peuvent combler le vide… En tout cas, Ricardo avait eu sa dose et elle devait tout faire pour lui remonter le moral. Parce qu’ils étaient amis. Parce que comme il le disait si bien, elle était l’une des rares à pouvoir l’agresser de la sorte sans rien craindre en retour. Riant doucement, elle s’était donc assise en face lui. Lorsqu’il lui répondit de manière ironique sur son état, elle se contenta d’afficher un petit sourire et de secouer négativement la tête. En même temps, ça l’aurait grandement étonnée qu’il réagisse autrement. Il tenta même de dévier le sujet de conversation et cette fois, son sourire s’élargit.

« T’aurais pu trouver mieux comme changement de sujet… Et puis bon, faut qu’il apprenne à se débrouiller sans moi aussi de temps en temps le garçon ! »

Grand sourire de la part de la rousse. Oh elle savait bien que Jeroen était capable de se débrouiller sans elle, ils n’étaient pas collés h24 mais bon, un peu d’humour ne faisait jamais de mal. Julian s’installa alors confortablement et planta son regard dans celui de Ricardo. Elle ne voulait pas le forcer à parler mais en même temps, elle n’aimait pas le voir se murer dans le silence. Il pouvait lui parler à elle, elle n’était pas une étrangère et surtout, elle pouvait comprendre. Qu’importe qu’il se passe des choses horribles, s’il avait besoin de parler, elle lui accorderait du temps. Mais attaquer frontalement n’était sans doute pas une bonne idée. Elle verrait ça plus tard si vraiment le reste ne fonctionnait pas. Elle porta alors son regard sur la guitare qui se trouvait près de lui et la désigna d’un signe de tête.

« Ca fait longtemps que je ne t’ai pas vu joué… »

Depuis le dernier concert en fait. Julian avait très bien compris que c’était à ce moment là que tout s’était gâté avec Emily. Il savait aussi que l’histoire de ces deux là avait vu le jour notamment autour de la musique. Alors peut être que ça lui rappelait des souvenirs…. Mais aux yeux de Julian, il ne devait pas se priver de cette passion. Elle voyait bien comme ça lui faisait du bien de faire de la guitare, tout ce qu’il pouvait exprimer par le biais de cet instrument. Lui qui ne montrait pas ses émotions semblait bien plus à l’aise lorsqu’il s’agissait de tout faire transparaitre par la musique. Alors non, il ne pouvait pas se priver de ça. On ne pouvait pas lui enlever ça, quelque puisse être la raison.

« Je sais que t’aimes pas parler mais… Ca se voit que tu vas pas bien Ric’. Et tu dois pas te priver de ce qui pourrait t’aider à sortir un peu tout ça. Faut pas que tu gardes tout à l’intérieur, ça va te bouffer à force… »

Ne pas être expansif était une chose mais tout garder pour soi… Julian n’en démordrait pas, ce n’était pas une bonne idée. A ses yeux, tout le monde avait besoin de parler de temps en temps, d’exprimer ses émotions, d’une façon ou d’une autre. Avec des mots, de la musique, par des dessins. Ca n’avait pas d’importance, du moment que les choses sortaient et qu’elles ne restaient pas à l’intérieur de soi comme un démon assoiffé de sang. Elle ne supportait pas de voir Ricardo mal en point et voulait l’aider. Elle savait qu’il ne péterait pas la forme du jour au lendemain comme il le disait si bien mais si au moins il pouvait retrouver un peu de joie. C’était quelqu’un de trop bien pour mériter toutes ces tuiles…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 619
Date d'inscription : 21/12/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Rafael (Raven) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1303-you-think-you-know-me-you-real
MessageSujet: Re: By your side [PV Ricardo]   Lun 30 Mai 2016 - 10:24

C’est vrai que Ju et moi, nous sommes très différents. Mais il paraît que les contraires s’attirent... Ca n’empêche que nous sommes réellement inséparables depuis des années, et que je n’ai pas la moindre envie de voir cet état de fait changer. Jamais. En même temps, des proches, je n’en ai pas quarante mille, et elle fait clairement partie de ceux qui me sont le plus cher. Ca n’empêche que je ne suis pas forcément enclin à déverser tout le contenu de mes états d’âmes malgré tout. Même si je lui suis reconnaissant d’être toujours là pour moi, réellement.

« T’aurais pu trouver mieux comme changement de sujet… Et puis bon, faut qu’il apprenne à se débrouiller sans moi aussi de temps en temps le garçon ! »

Un grand sourire de sa part, un de la mienne également, plus réservé cependant. Je l’ai vue poser le regard sur ma guitare, et je sens bien que je vais avoir du mal à éviter les sujets sensibles. Quand elle reprend la parole, je ne suis pas surpris de la teneur de ses propos, mais à vrai dire, je ne sais pas trop quoi y répondre.

« Ca fait longtemps que je ne t’ai pas vu joué…
- C’est vrai... »

Ca fait un moment que je n’ai pas joué devant d’autres personnes, et même pour moi, je n’ai pas beaucoup gratté les cordes de mon instrument ces dernières semaines. A mon tour, je regarde l’étui, songeur un instant. Là maintenant tout de suite, je ne suis clairement pas prêt à m’en saisir. Parfois, ça m’arrive de tenter quand je suis seul, mais c’est assez rare que ça ne finisse pas par me mettre plus en colère qu’autre chose.

« Je sais que t’aimes pas parler mais… Ca se voit que tu vas pas bien Ric’. Et tu dois pas te priver de ce qui pourrait t’aider à sortir un peu tout ça. Faut pas que tu gardes tout à l’intérieur, ça va te bouffer à force… »

Soupir. Elle a raison, je suppose, mais... Mais sincèrement, c’est pas vraiment mon truc d’extérioriser tout ce qui bouillonne à l’intérieur. A part par la musique, certes, mais en ce moment, clairement, je n’y arrive pas. Et je n’ai pas vraiment envie de détruire ma gratte sous l’effet de la colère non plus.

« Comme tu dis, je n’aime pas vraiment en parler... »

Mais je sens bien que je ne vais pas trop avoir le choix. Ce qui n’empêche que…

« Je ne suis pas vraiment sûr qu’il y ait grand-chose à en dire, en réalité... »

Ou peut-être que si ? A vrai dire, je n’en sais rien. Je ne regrette pas vraiment la décision que j’ai prise. Même sachant qu’on en arriverait là aujourd’hui, je crois que j’aurais de toutes les façons fait le même choix. Parce qu’il était juste hors de question que je la laisse se faire davantage de mal toute seule. Parce que je crois que je préfère qu’elle m’en veuille, plutôt qu’elle s’en veuille, elle-même. C’est pas comme si j’avais pas l’habitude de faire cet effet aux gens après tout… Je soupire à nouveau, certain que la petite flamme en face de moi – non je ne citerai toujours pas ce surnom à haute voix, mais ça n’empêche qu’il revient régulièrement dans ma tête – ne lâchera pas l’affaire, ça serait mal la connaître que de croire une seconde qu’elle pourrait abandonner.

« Il y a très peu de gens qui supportent ma tête de cochon bien longtemps, tu sais... »

Je sais bien que j’ai pas un caractère super facile, faut dire ce qui est. Et je me fais pas trop d’illusion depuis que j’ai pris son poing dans la gueule et que j’ai plus eu de nouvelles ensuite. Je dis pas que ça me fait plaisir, bien loin de là, et je crois que ça se voit, mais je vais pas tendre le bâton pour me faire battre non plus. Ems est assez directe pour faire comprendre ce qu’elle veut. Si elle avait voulu revenir, elle l’aurait fait. Ca n’est juste pas le cas. Dommage pour moi, mais c’est comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1799
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: By your side [PV Ricardo]   Dim 5 Juin 2016 - 12:43

Le pire dans tout ça, c’était que Ricardo était bien conscient des choses. Il n’était pas en train de déprimer sans s’en rendre compte, de s’enfermer dans un truc malsain sans le comprendre. Non, son ami savait parfaitement que ça n’allait pas, que les choses déraillaient et qu’il fallait y faire quelque chose. Et pourtant, c’était comme s’il n’en avait pas la force ou pas l’envie. Et c’était sans doute cela qui inquiétait le plus Julian, qui la rendait la plus triste aussi. De se dire que pour le moment, il n’avait pas envie de se battre, pas envie de se remettre. C’était compréhensible en même temps. Elle ne lui jetait pas la pierre, ne le jugeait pas. Elle ne se permettrait pas de le faire avec lui, le secouer peut être pour l’aider, oui mais le juger non. Pourtant, le voir ainsi, incapable même de prendre sa guitare qui représentait pourtant à merveille ce qu’il était… Ça l’attristait profondément. La rousse aurait aimé pouvoir lui rendre le sourire instantanément, le sortir de tout ça en un claquement de doigt. Mais il fallait se rendre à l’évidence, ce n’était clairement pas possible. Ils ne vivaient pas dans un monde aussi magique que ça. De ce point de vue là, il n’y avait rien à faire. Mais il en fallait plus pour décourager Ju’. Elle ne le laisserait pas aussi facilement et Ric’ semblait l’avoir très bien compris. Même lorsqu’il concéda qu’il n’aimait pas parler des choses, la jeune femme comprit qu’elle avait gagné du terrain. Il allait finir par parler. Elle resta alors immobile et se força à ne pas parler, à ne pas faire de commentaire. Elle avait tendance à trop parler, à réagir trop vite. Avec Ricardo, c’était le meilleur moyen de lui couper toute envie de répondre. Alors non, elle resterait bien sagement à attendre pour le moment. Bon sauf quand il ne pu s’empêcher de faire un commentaire foireux sur le fait qu’il n’y avait peut être rien à dire. Là, elle ne pu s’empêcher de pousser un soupir.

« Ricardo, sérieusement… »

Mais pas plus. Elle savait que c’était aussi un moyen pour lui de se protéger, de gagner un peu de temps aussi. De ne pas se retrouver soudainement à plonger et à parler. D’ailleurs, quand enfin il se décida à lâcher quelques mots, il parut évident à Julian qu’il cherchait un peu à contourner les choses. Un nouveau soupir passa la barrière de ses lèvres. Elle détestait l’entendre parler comme ça. Oui ces deux dernières histoires n’avaient pas connus de fins heureuses, elle en était consciente. Mais il n’avait pas le droit de dire.

« Je te signale qu’on est toujours amis et je suis pas du genre à m’encombrer de gens inutiles. »

Julian afficha alors un petit sourire. Elle faisait de son mieux, pour dédramatiser le truc. A son tour de gagner un peu de temps aussi, d’aller dans la plaisanterie pour ne pas se retrouver dans quelque chose de plus profond, de plus douloureux aussi. Sauf qu’elle ne pouvait pas rester dans la petite plaisanterie. Même si au final ça irait peut être mieux à Ricardo, même si lui préférait peut être que le sujet ne soit que survolé. Non, ce n’était pas possible. Il fallait accepter de prendre le taureau par les cornes. Après ce petit intermède plaisanterie, Julian planta finalement son regard dans celui de Ricardo et reprit la parole. Sa voix était douce, chaleureuse mais ferme en même temps.

« J’ai pas tout suivi à votre histoire, mais de ce que j’ai retenu, c’est qu’Emily était en colère contre toi parce que tu lui as pas parlé du concert ? Mais que t’as fait ça pour la protéger, non ? »

Julian ouvrit la bouche et la referma. Peser ses mots, ne pas partir en free style, ce n’était clairement pas le moment.

« En tant que femme pleine de fierté, je pense que je comprends un peu ce qu’elle a ressenti. Mais… Mais surtout je comprends ce que toi tu as fait. Tu as choisi de la faire passer avec tes propres intérêts, en sachant à quoi tu t’exposais. Et ça, je suis sûre qu’elle finira par le comprendre. »

Julian se pencha alors en avant pour être plus proche de Ricardo, pour pouvoir le regarder mais aussi lui transmettre toute cette affection qu’elle ressentait pour lui. Parce que, définitivement, elle refusait qu’il se dénigre, elle refusait qu’il se fasse du mal psychologiquement alors que depuis le début, il faisait de son mieux pour aider les autres, pour les protéger. Il payait le prix fort, indéniablement mais il n’avait pas à croire après que c’était lui le problème, qu’il faisait les choses mal.

« Beaucoup n’auraient pas eu le courage de faire un truc pareil… C’est pas toi le problème Ric’, c’est cette situation de merde le vrai problème. »

La main de Julian s’était levée par réflexe et elle la rabaissa lentement, serrant légèrement le poing. Cette situation de merde qui faisait qu’elle avait faillit mourir et que ça la hantait encore. Cette situation de merde qui faisait d’eux des victimes permanentes, qui les empêchait de vivre simplement. Le vrai problème était là et Ju’ avait du mal à en parler calmement. Parce qu’elle avait beau tout faire pour se prendre en main, pour rire, pour garder le sourire… Au fond d’elle, tout ça la bouffait, comme tous les autres.


Dernière édition par Julian A. Neil le Sam 20 Aoû 2016 - 17:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 619
Date d'inscription : 21/12/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Rafael (Raven) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1303-you-think-you-know-me-you-real
MessageSujet: Re: By your side [PV Ricardo]   Mar 5 Juil 2016 - 0:38

J'ai jamais vraiment été du genre à me voiler la face, et analyser la situation, ça fait généralement partie de mes cordes. En l'occurrence, je nierai pas que ça ne va pas - pas devant Ju' ou Sean en tout cas - mais ça ne change pas grand chose. Il n'y a pas grand chose à y faire, la balle est pas vraiment dans mon camp, et je vais pas me battre contre du vent. Et c'est pas le genre de choses sur lesquelles je me plais à épiloguer, on le sait tous les deux.

« Ricardo, sérieusement… »

Mais je suis pas étonné de sa réaction non plus : je sais bien qu'elle va pas lâcher l'affaire, même si je ne suis pas vraiment loquace et qu'elle en est consciente. Je sais bien aussi que je suis pas le caractère le plus facile à supporter du monde, et ça aussi, elle en est consciente. Même si elle fait partie des rares personnes à le supporter, ce caractère, et que je suis pas étonné que mes propos lui plaisent pas.

« Je te signale qu’on est toujours amis et je suis pas du genre à m’encombrer de gens inutiles.
- Il y a une différence entre inutile et insupportable, tu sais... »

Une seconde de silence, et son regard se plonge dans le mien. Si un bref instant, j'ai espéré qu'on en reste là, cette idée s'évanouit comme ses grands yeux fixent les miens.

« J’ai pas tout suivi à votre histoire, mais de ce que j’ai retenu, c’est qu’Emily était en colère contre toi parce que tu lui as pas parlé du concert ? Mais que t’as fait ça pour la protéger, non ?
- Ca n'enlève en rien le fait que je l'ai privée de ce qu'elle aimait. »

Comme Eno' m'a privé du Quidditch pendant près d'un an... Sauf que ce n'était pas pour ma protection... et que je lui en ai longtemps voulu, et je crois que quelque part, je lui en veux encore.

« En tant que femme pleine de fierté, je pense que je comprends un peu ce qu’elle a ressenti. Mais… Mais surtout je comprends ce que toi tu as fait. Tu as choisi de la faire passer avant tes propres intérêts, en sachant à quoi tu t’exposais. Et ça, je suis sûre qu’elle finira par le comprendre. »

Je hausse les épaules, détourne le regard.

« On verra... »

De toute façon, je ne peux pas y faire grand chose...

« Le truc, c'est que... En tant qu'homme plein d'orgueil, je comprends qu'elle m'en veuille. Mais en tant que petit-ami, j'ai du mal à comprendre qu'elle n'ait pas déjà tiré la même conclusion que toi... »

Je crois que c'est ce qui fait que je n'avance pas, que je ne fais rien pour que ça change. Je crois que quelque part, j'attends qu'Ems comprenne... ou accepte, parce que c'est peut-être davantage ça le problème.

« Beaucoup n’auraient pas eu le courage de faire un truc pareil… C’est pas toi le problème Ric’, c’est cette situation de merde le vrai problème. »

Je laisse courir. Ca n'empêche quand même pas que j'ai un caractère de cochon, faut admettre. Mais passons. Parce que là, ses mots, c'est pas seulement mon histoire de couple qu'ils concernent. J'ai bien vu son poing se serrer. Je vois bien la tension qui l'habite dès que ce sujet est abordé.

« Et toi, tu veux en parler ?... »

De ce qui te bouffe, même si pour l'heure tu te focalises sur moi. C'est qu'une peine de coeur, c'est pas la fin du monde. Pour toi en revanche... C'est autrement plus profond. Et je vais pas prétendre que ça me laisse indifférent, j'aurais pas monté ce groupe avec Ems et les autres sinon, évidemment, mais je crois que ça nous touche de façon très différente, clairement. Et ça, ça m'inquiète sérieusement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1799
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: By your side [PV Ricardo]   Sam 20 Aoû 2016 - 17:47

Inutile, insupportable… Julian fit les gros yeux à Ricardo. Il était clairement insupportable quand il avait décidé de s’y mettre. Toujours dans le même registre. Pour autant, cette fois, elle se contenta d’un regard et d’un soupir. Ce n’était pas la peine de rebondir encore là-dessus, de continuer à fouiller. Le plus important n’était pas là, le cœur de la discussion ce n’était pas ça. Alors elle préférait abandonner là-dessus pour le moment, le laisser sortir une ou deux conneries pour se recentrer sur le principal. Sur ce qui faisait que l’homme discret qu’il avait toujours été était en train de refermer sa coquille avec encore plus de force. De fermer son visage même aux amis, à se replier sur lui-même et à s’écorcher encore et encore. Ca Julian ne pouvait pas le supporter. Elle ne pouvait pas passer à côté, fermer les yeux et se dire que ça n’existait pas. Car c’était bien réel, c’était en train de se dérouler devant elle. La rousse faisait donc de son mieux pour comprendre sans juger même si malheureusement ce n’était pas toujours évident pour elle. Ricardo avait privé Emily de ce qu’elle aimait ? Ju’ dû se faire violence pour ne pas laisser échapper un rire cynique. Celle là elle était pas mal… Il avait cherché à lui sauver la vie après tout, non ?!

« Elle a beau aimer la musique, une fois morte elle ne lui aurait apporté aucun réconfort. »

Les mots de Julian était crus, peut être même un peu trop. Elle s’en rendit compte mais trop tard, elle les avait déjà prononcé, cela ne servait à rien de chercher à revenir en arrière maintenant. Elle s’était cependant ressaisit sur la suite en parlant de manière plus raisonnée. Et d’ailleurs, si Ricardo n’accepta pas entièrement ses propos, il semblait admettre l’éventualité que ce qu’elle disait puisse avoir un sens. C’était toujours ça de pris… Puis, il s’ouvrit légèrement. Alors certes, ce ne fut pas une grande déclaration mais au moins il exprimait un peu ce qu’il ressentait. Une sorte de mince sourire apparut alors sur les lèvres de la rousse. Elle comprenait tout à fait ce qu’il voulait dire. Elle hocha la tête pour le lui faire comprendre. Peut être qu’Emily parviendrait à faire ce chemin. Mais avec ce qu’ils vivaient tous, il était certain que ce serait plus difficile que dans des circonstances différentes. Ju’ était bien placée pour le savoir. Trop bien placée et sans qu’elle ne le veuille cela transpirait dans ses mots et son attitude si bien que Ricardo y vit une ouverture pour changer de sujet. Elle se mit alors à rire légèrement.

« Jolie tentative de diversion ! »

Malgré son sourire, malgré ses mots, Julian baissa alors légèrement la tête, fixant le sol pendant quelques instants. Est-ce qu’elle voulait en parler ? Elle l’avait déjà trop fait. On avait déjà trop cherché à la convaincre de le faire. Pourtant, une part d’elle savait qu’elle n’avait pas tout réglé, qu’elle aurait besoin encore de temps et de mots pour se sortir de tout ça. La jeune femme poussa alors un soupir avant de relever la tête vers son ami.

« J’ai envie de vivre à fond, c’est tout ce qui compte. Je m’éclate, je profite et tant pis pour le reste. »

Julian adressa alors un sourire à Ricardo. Ses mots n’étaient peut être pas aussi rassurants pour un ami qu’elle l’aurait souhaité mais elle ne voulait pas en dire plus. Elle était dans cette phase explosive où elle jouissait de tout autant que possible. Elle voulait juste que ça continue, ne plus penser à cette cicatrice qui la tiraillait encore, à cette impression parfois d’étouffer. Oublier et vivre. C’était sans doute puéril et ridicule, une fuite en avant. Mais elle s’était convaincue que s’était très bien ainsi, que c’était ce dont elle avait besoin.

« On est en vie Ric’… »

Elle lui adressa un nouveau sourire. Ce n’était pas pour minimiser sa peine qu’elle disait ça. Mais pour lui faire comprendre qu’autre chose était possible. On cherchait à les réduire en morceau, au silence, à les épuiser. Mais eux, ils étaient encore capables de rire et de respirer à pleins poumons. Du moins en apparence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 619
Date d'inscription : 21/12/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Rafael (Raven) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1303-you-think-you-know-me-you-real
MessageSujet: Re: By your side [PV Ricardo]   Lun 5 Sep 2016 - 6:38

Julian n'a pas apprécié la réflexion, je le vois bien, mais... quoi ? C'est pas comme si c'était faux, après tout. Des gens qui me trouvent insupportable, elle pourrait en trouver à la pelle sans trop de difficulté. Et à cet instant, je suis pas certain qu'Emily en fasse pas partie. A vrai dire, les autres, je m'en contrefous. Je suis pas là pour faire plaisir à tout le monde, ça a toujours été très clair - à commencer par au sein de ma propre famille - et ça n'a pas vraiment d'importance. Ca en prend, en revanche, quand ça devient le cas des personnes auxquelles je tiens... qui se comptent, elles, sur les doigts de la main. Quand on a peu de monde dans son entourage, le voir déserté même d'une seule personne, ça prend des proportions tout de suite plus importante. Et Ems, évidemment, n'est pas n'importe quelle personne de mon entourage. Mais est-ce que ça importe encore à présent ? Le rire cynique de Ju' en réponse à mes propos ne m'échappe pas, cependant, et je fronce légèrement les sourcils.

« Elle a beau aimer la musique, une fois morte elle ne lui aurait apporté aucun réconfort. »

Un renâclement amer m'échappe. Non, ça c'est certain. Je me revois l'arrêtant net en juillet et me battant presque plus avec elle pour pas qu'elle se fasse buter par les Supérieurs au milieu du concert. La situation était un peu différente, cette fois, cependant. C'était plus pour la protéger d'elle-même, au final, même si elle ne le comprend sans doute pas comme ça. Et ça ne change rien aux faits : je l'ai privée du concert, elle m'en veut. Est-ce qu'il y a vraiment plus à en dire ?

J'en suis pas certain, et de ce qui transparait de l'attitude et des propos de ma pote, je crois qu'il y a d'autres sujets à aborder, aussi...

« Jolie tentative de diversion ! »

Un léger sourire, comme le sien. C'est un peu ça, mais on sait tous les deux que... pas que. Parce qu'elle est mon amie, et que si elle est là, aujourd'hui, à essayer de me soutenir et de me dérider, ça marche dans les deux sens.

« J’ai envie de vivre à fond, c’est tout ce qui compte. Je m’éclate, je profite et tant pis pour le reste. »

Je hoche la tête, assez compréhensif. Parce que je la connais suffisamment pour savoir qu'elle fonctionne comme ça, d'une part, et qu'à essayer de la forcer à faire autrement ne ferait que la braquer davantage, et puis parce que je ne crois pas que ça soit si mal, au fond. Peut-être que c'est se voiler la face, occulter ce qui ne va pas, en quelque sorte, mais je crois qu'on est tous les deux conscients qu'il y a réellement un problème, et c'est déjà un pas. C'est pas forcément plus mal que de se morfondre dans son coin, après tout, n'est-ce pas ?

« On est en vie Ric’…
- Oui. »

C'est pas la plus grande dissertation du monde, mais à vrai dire, j'ai pas grand chose à dire de plus. On est en vie, c'est vrai, et j'ai pas vraiment l'intention que ça change. Après tout ce qu'il s'est passé, après tous leurs efforts pour nous réduire au silence, à néant, même, on est là, toujours. Finalement, qu'elle fonce tête baissée, ce n'est pas forcément la pire façon de réagir, réellement. Tout comme voir Casey garder le sourire quoi qu'il arrive - de ce que j'ai pu comprendre, ça n'a pas toujours été le cas - ou Killian continuer à foncer dans le tas. Sean s'en est tiré. Ju' s'en est tirée. Ems et son frère de coeur aussi. C'est loin d'être parfait, mais ça aurait pu être pire. Quant à moi... J'ai jamais été le bout en train de service, ça risque pas de changer. Et je peux pas nier que ça me fait mal de voir la métisse continuer sa vie loin de moi. Mais Ju' a raison : je suis en vie. Je peux au moins tenter de me focaliser sur ce sur quoi je peux avoir une prise. La botanique et les potions. Le Quidditch. La musique, même si ça ne sera pas pareil sans elle - quoi que je ne sache pas encore ce qu'il en sera. Ce qui faisait ma vie, avant qu'elle y entre, après tout. Ca m'empêchera pas d'avoir un pincement au coeur à chaque fois que je vais attraper ma guitare et qu'elle ne sera pas là. Mais je vais pas m'arrêter de vivre non plus, pas vraiment. Il me faut juste un peu de temps pour digérer...

« Et j'ai pas l'intention de pas être à l'entraînement demain, ni au match dimanche. »

C'est aussi un moyen de lui signifier que je serai là, si elle ressent l'envie d'exorciser ça. Tout autant que je cherche à lui montrer que non, je ne vais pas abandonner et me laisser complètement dépérir, même si je vois que c'est un peu ce qu'elle craint. Je vais continuer ce que je peux continuer. Il y a des choses sur lesquelles j'aurai pas de prise, je suis bien forcé de laisser faire. Ems... reviendra ou ne reviendra pas, je ne peux pas y faire grand chose, et je ne suis pas vraiment du genre à aller la supplier. On a tous les deux beaucoup trop d'orgueil pour ça, de toute façon. Je ferai avec, parce qu'il n'y a pas vraiment d'autre solution.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1799
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: By your side [PV Ricardo]   Jeu 15 Sep 2016 - 11:19

Le silence en dit souvent bien plus que ce que l’on croit. Il suffit de savoir l’écouter. De savoir prendre le temps de s’arrêter, de tout stopper, de l’observer pour mieux le saisir. Julian était certes une pile d’énergie, une jeune femme excentrique et dynamique, toujours à la recherche de vivacité. Pourtant, lorsqu’elle se trouvait avec Ricardo, elle savait changer. Elle savait prendre le temps de s’arrêter pour mieux écouter, pour mieux le décrypter. Parce qu’elle avait envie de faire cet effort. Elle n’avait toujours pas retrouvé sa relation avec Sean même si les tensions semblaient apaisées. Avec Ricardo par contre, le lien n’avait fait que se renforcer. Ils demeuraient proches, capables de se confier, de se comprendre et de se soutenir quoi qu’il puisse arriver. Alors oui, elle faisait l’effort de calmer son surplus d’énergie pour lui. Pour l’écouter. Ses silences étaient remplis d’émotions et d’informations. Il n’aimait pas les mots. Il s’exprimait différemment. Et en un sens, Julian était heureuse de savoir le comprendre. Elle sentait que cela faisait aussi l’unicité de leur lien. Et oui, elle se rendait compte avec le temps que c’était le genre de choses précieuses qu’il ne valait jamais laisser filer. Alors, quand après le silence Ricardo déclara qu’il n’avait pas l’intention de renoncer au Quidditch, elle afficha un grand sourire. Oui, elle savait très bien ce qu’il cherchait à lui faire véhiculer comme message. Et cela lui plaisait.

« J’espère bien ! D’ailleurs faut que je trouve de nouveau slogans de pompom girl pour vous encourager Jer’ et toi ! »

Julian faisait très bien la pompom girl. Il faut dire que l’équipe des Serpentards, au-delà de la fierté de sa maison, représentait beaucoup maintenant que ces deux là en faisaient partie. Elle était dans l’obligation de les soutenir et de donner de la voix. Ce qu’elle faisait à chaque fois. Enfin… Serait-elle encore capable de le faire ? C’était une vraie question qu’elle avait préféré mettre de côté. Bien sûr qu’elle le voulait mais depuis l’attaque, elle avait bien du mal à s’approcher du stade, à s’imaginer si asseoir comme si de rien n’était. Mais ça, elle le gardait pour elle. Elle se mettrait au défi de le faire et verrait bien ce qui en découlerait. Pas la peine de se prendre la tête avec dès maintenant, à ses yeux cela ne changerait rien.

« Et si tu veux je pourrais t’emmener aux fêtes d’après-match. Je sais que c’est pas ton truc mais il y a aussi des gens discrets qui préfèrent rester tranquillement dans un coin pour discuter… Ça pourrait te faire du bien de parler de tout et de rien avec de nouvelles personnes. Enfin, pas de pression hein. »

Julian doutait fortement que Ricardo accepte sa proposition. Mais elle essayait. Parce qu’elle voulait vraiment le sortir de sa torpeur et elle demeurait persuadée que pour ça, il fallait qu’il bouge, qu’il voit autre chose que son quotidien. Parce que ses habitudes ne feraient que lui rappeler un manque, une absence. Alors que s’il bousculait ses habitudes, il verrait moins l’absence d’Emily. Mais il avait le droit de ne pas apprécier sa méthode, de voir les choses différemment. Alors elle avait prononcé ces quelques mots avec le sourire, lui montrant bien qu’elle ne disait pas cela pur le forcer. De toute façon, elle savait qu’au moins, l’avantage avec lui, c’était qu’il faisait rarement ce genre de choses à contrecœur.

« Par contre, si tu te remets pas à jouer de la guitare, je vais me fâcher. »

Légèreté mais sincérité. Cette guitare, cette musique c’était lui. Ça avait toujours été lui. Et cela lui paraissait tout simplement impossible qu’il se prive d’une partie de lui-même. Elle ne le laisserait pas disparaître. Qu’il prenne son temps, qu’il se retrouve peu à peu mais qu’il ne se laisse pas dévorer. Jamais devant elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 619
Date d'inscription : 21/12/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Rafael (Raven) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1303-you-think-you-know-me-you-real
MessageSujet: Re: By your side [PV Ricardo]   Ven 30 Sep 2016 - 23:57

Le silence... Souvent, ça en dit bien plus long que la plupart des discours. On peut en lire, des choses, dans un silence. Une réflexion, une hésitation, une absence, une intensité aussi, parfois. Je parle rarement pour ne rien dire, ça a jamais été mon truc. Et globalement, quand on essaie de me faire sortir de mon mutisme, ça se passe pas très bien. Sauf exceptions. Elles ne sont pas nombreuses, ça se saurait, mais Julian en fait partie. L'affection, le lien qui nous unit n'y est évidemment pas étranger. Le fait que pour sa part, elle tait son caractère volcanique, aussi, au moins en partie, en ma présence, joue certainement pas mal également. On fait des efforts, chacun à notre manière, pour comprendre l'autre. Ou au moins essayer.

Et non, je n'ai pas l'intention de renoncer au Quidditch, et oui, tu sais parfaitement tout ce que ça implique, tout ce que ça signifie. Je vois ton sourire s'élargir, et ça aussi, ça en dit long. Je vais pas me laisser abattre, je vais pas arrêter d'aller au Stade parce qu'ils ont tenté de bousiller les personnes qui me tiennent à coeur là-bas pour m'atteindre, et je vais pas renoncer à un des rares trucs qui me fait vibrer - je l'ai déjà fait par le passé, on a vu ce que ça a donné. Mais toi ?

« J’espère bien ! D’ailleurs faut que je trouve de nouveau slogans de pompom girl pour vous encourager Jer’ et toi ! »

Je lui rend son sourire. Ca, ça signifie qu'elle n'abandonne pas non plus. Qu'elle ne laissera pas la peur l'empêcher de venir nous soutenir, donc, même si je n'ai aucune idée de si elle a déjà exorcisé la chose ou pas. Et ça me fait tout autant plaisir que ce que je viens de dire l'a faite sourire.

« J'ai hâte de voir ça ! »

C'est même pas vraiment ironique - juste un peu - parce que même si le fait d'avoir une groupie n'est pas vraiment le but recherché, j'ai réellement envie de la revoir sur place. Et oui, je serai là, donc, aussi bien pour le voir que pour la soutenir s'il le faut. Je ne doute pas une seconde que franchir le cap de retourner là-bas soit difficile. Sean l'a tenté seul une première fois, il a fait demi-tour en route. Je l'ai vu revenir bien trop vite dans notre salle commune et se diriger directement vers nos dortoirs, on n'a pas vraiment eu besoin d'échanger la moindre parole pour savoir ce que ça signifiait. Je suis resté près de lui un moment, assis sur son pieu, jusqu'à ce qu'il évoque n'importe quoi d'autre - je me souviens même plus du sujet de conversation en question, ça n'avait pas d'importance. J'étais là, c'est tout ce qui comptait, et il n'a pas eu besoin de le demander pour que je l'accompagne la fois suivante. On est montés ensemble dans les gradins, luttant chacun contre nos angoisses personnelles. Une fois la foule dissipée, ne reste que cette sensation de vide, là-haut, et j'ai toujours un peu de mal à m'y faire. Sur le terrain, sur mon balai, l'adrénaline prend le relais, fait taire l'angoisse. Mais là-haut sur ces bancs vides, il n'y avait plus que la hauteur, et la potentielle chute vertigineuse en contrebas. On n'est pas restés très longtemps, juste assez pour savoir qu'il était capable de venir sans paniquer. On est rentrés lentement, jusqu'à ce qu'il brise le silence.

« La prochaine fois, on ira voler. Faut bien quelqu'un pour assurer tes arrières, si jamais tu te retrouves hors course... »

Reprendre un rôle de remplaçant dans l'équipe, donc. J'ai hoché la tête, le sourire aux lèvres. Je sais pas si ça se fera, mais le fait qu'il en parle est déjà une étape sacrément positive en soi. On fait tous notre petit bout de chemin pour avancer, donc. Sean, Julian, moi. Et je crois qu'on le sait tous les trois.

« Et si tu veux je pourrais t’emmener aux fêtes d’après-match. Je sais que c’est pas ton truc mais il y a aussi des gens discrets qui préfèrent rester tranquillement dans un coin pour discuter… Ça pourrait te faire du bien de parler de tout et de rien avec de nouvelles personnes. Enfin, pas de pression hein. »

Moment de réflexion intense, parce que sincèrement, je ne sais pas quoi répondre à ça. Comme elle le souligne, ça n'est pas vraiment mon truc. Mais ça ne m'a pas empêché d'accepter de participer à la fête en l'honneur de nos deux anniversaires, avec Caitlyn. Parfois, je peux bien faire des exceptions. Tant qu'on me demande pas de me faire remarquer au milieu de la piste, quoi. Est-ce que ça me ferait vraiment du bien ? Aucune idée, mais ça ne coûte sans doute pas grand chose d'essayer. Au pire, je me barrerais si ça me fait suer.

« Deal : si on gagne notre prochain match, je te suis. Mais si ça me gonfle, je me casse. »

Parce que oui, je compte bien qu'on le gagne, ce putain de match. Et oui, donc, en d'autres termes, j'accepte ton offre, avec quelques réserves, donc, parce que ça serait trop simple sinon. Le prochain match, c'est fin mai, et ça me laisse le temps de me préparer mentalement. Et c'est bien parce que c'est elle, et parce qu'elle sera là avec moi que j'accepte, d'ailleurs.

« Par contre, si tu te remets pas à jouer de la guitare, je vais me fâcher. »

Je soupire, passe une main dans mes cheveux négligés.

« Ca va revenir. Quand ça voudra. »

Pour l'heure, je le sens pas. Mais je compte pas me débarrasser de mon instrument, je compte pas le laisser prendre la poussière indéfiniment non plus. Déjà parce que j'aurais une rouquine et un grand blond sur le dos, en premier lieu, et j'en ai pas spécialement envie. Et puis juste parce que non, définitivement, je pourrai pas m'en passer indéfiniment. Comme le Quidditch après Caril m'a terriblement manqué, la musique me manquera aussi. Il me faut juste un peu de temps pour y revenir, passer outre la blessure qui y reste liée. Je vais pas me bercer d'illusions à espérer en vain le retour d'Emily. Je dis pas que je serais pas heureux que ce soit le cas, mais pour l'heure, rien n'indique qu'il y ait une chance pour ça - et j'ai pas encore reçu la lettre qu'elle me destinera dans un avenir très proche et qui sonne le glas de notre relation - et ça sert à rien que je reste dans l'expectative indéfiniment. Je continuerai à avancer, comme je vais pouvoir. Il va seulement me falloir du temps avant de plus avoir l'impression qu'il manque une partie de moi à chaque pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1799
Date d'inscription : 01/05/2011
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily Anthon/ Caem Kaliayev/Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/Zachary Disemba



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1114-julian-alexus-neil#69918
MessageSujet: Re: By your side [PV Ricardo]   Jeu 13 Oct 2016 - 20:56

C’était ça qui montrait que Julian et Ricardo étaient vraiment amis. Ces petits détails qui faisaient que leur comportement n’était pas exactement entre eux qu’avec les autres. Parce qu’entre eux il y avait quelque chose de simple mais de fort. Alors oui, quand ils discutaient tous les deux, Ricardo était capable de dire qu’il avait hâte de voir une chorégraphie de pompomgirls. Ju’ se mit à rire. Bien sûr qu’il avait hâte, ce serait tout simplement incroyable ! Julian n’était pas du genre à faire les choses à moitié. Encore fallait-il qu’elle arrive réellement à retourner au stade… Mais ça, ce n’était pas le moment d’en débattre. Ils savaient très bien tous les deux que c’était bien ce sujet qui se cachait derrière tout ça. Mais pas la peine d’en parler, pas la peine de mettre les mots. Les regards suffisaient. Ils se comprenaient, tout simplement. Autant s’attarder sur des choses plus joyeuses, plus drôles, plus distrayantes. Comme les soirées. Julian n’avait pas pu résister à la tentation d’inviter Ricardo, de saisir l’occasion de bonne humeur ambiante pour espérer que cette fois il accepte. Face à son silence, la rousse s’attendait à un refus, habituel. Elle ne lui en aurait pas voulu même si elle aurait fait la moue. Elle savait bien qu’ils n’avaient clairement pas la même façon de profiter la vie et elle s’y était faite avec le temps. Sauf que cette fois son ami réussit à la surprendre. Sans qu’elle ne s’y attende vraiment il déclara tout simplement que si leur équipe gagnait le prochain match il viendrait faire un tour à la soirée. Julian écarquilla alors les yeux, ouvrit grand la bouche, médusée l’espace de quelques instants.

« Oh putain ouiiii ! »

C’était sorti tout seul. La jeune femme se mit alors à rire. Elle était contente, très contente. Peut être qu’il ne viendrait pas, peut être qu’il partirait au bout de quelques minutes seulement parce qu’il en aurait marre mais ce n’était pas grave. Un pas en avant, pour lui faire plaisir, c’était cool, cela suffisait à la mettre de bonne humeur. Elle finit donc par se calmer et se redresser sur son fauteuil. Grand sourire aux lèvres, elle avait un peu de mal à gâcher son enthousiasme, en même temps pourquoi le faire ! Bon, Ju’ revint tout de même pendant quelques instants à un sujet un peu plus sérieux, son rapport avec la musique. Comme à son habitude, Ricardo fut honnête. Julian hocha doucement la tête face à sa réponse. Oui bien sûr. Elle ne pouvait pas le forcer, personne ne le pouvait. Mais elle espérait réellement qu’il finirait par renouer avec sa passion. Mais le message était clair, il fallait quelle lève le pied un peu et le harcèle pas trop avec ça. Certes ce n’était pas forcément évident avec un tempérament comme le sien mais elle ferait des efforts. Elle se devait de le faire sinon il allait finir par l’étriper, à raison sans doute d’ailleurs.

« En tout cas oublie pas, si t’as besoin de quoi que ce soit, je serai toujours au rendez-vous. »

Julian sourit doucement. C’était vrai, sincère. Pas besoin d’être toujours dans la surénergie. Parfois elle pouvait mettre le bouton pause. S’arrêter deux minutes juste pour dire les choses qui ne doivent pas être oubliées. La jeune femme poussa alors un long soupir et se leva de son fauteuil. Elle avait envie de retrouver Jeroen. Cela pouvait paraître horrible alors qu’elle était avec son ami qui avait quelques déboires amoureux mais prétendre ne pas attacher d’importance à son couple à cause de ça lui paraîtrait encore pire. Hypocrite. Ricardo n’avait pas besoin d’être traité comme une chose fragile, réconforté oui mais tomber dans le pathos n’était pas utile. Elle s’approcha alors de Ricardo et déposa un baiser sur son front avant de lui adresser un grand sourire.

« J’vais rejoindre Jer’. Hésite pas à venir me voir si besoin ! »

Et comme une maman qui abandonne son petit Ju’ lui ébouriffa les cheveux. Ça allait l’énerver, elle s’en doutait mais c’était trop tentant. Elle s’éloigna alors et se retourna une dernière fois pour lui tirer la langue, affichant toujours son petit sourire. De la bonne humeur, elle restait persuadée que c’était le meilleur remède. Et puis, elle savait qu’elle ne laissait pas Ric seul et abandonné. Sean viendrait sans doute prendre le relais. Ou alors il pourrait profiter de sa solitude, chose qu’il aimait faire. Parfait. Quant à elle, elle allait retrouver Jer’, se blottir dans ses bras et oublier quelques minutes le monde entier. C’était cette sensation dont elle avait besoin au quotidien. Cette petite chose qui lui donnait la force d’avancer chaque jour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 619
Date d'inscription : 21/12/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Rafael (Raven) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1303-you-think-you-know-me-you-real
MessageSujet: Re: By your side [PV Ricardo]   Jeu 29 Déc 2016 - 19:49

Je crois que je me suis jamais trop demandé pourquoi on en était arrivés à être amis, Ju et moi. Tout comme pour Sean, ça s'est fait tout seul, naturellement, malgré nos caractères diamétralement opposés. Peut-être justement à cause d'eux, d'ailleurs. Je pense pas me planter si je dis que n'importe qui d'autre avec un caractère assez similaire au sien me sortirait juste littéralement par les yeux, mais c'est comme ça, avec Ju', ça passe, et même plus que bien. Son impulsivité a plus tendance à me faire rire qu'autre chose, sans doute parce que ça n'est jamais à mon détriment. Sa joie de vivre est une bouffée d'air frais, et même si ni elle ni moi ne nous voilons la face - elle a aussi sa part d'ombre, clairement, et je serais tout aussi clairement mal placé pour le lui reprocher - la voir rire aussi naturellement à l'idée qu'elle puisse endosser le rôle de pompom girl, ça fait du bien, réellement. Sans doute justement parce qu'on sait tous les deux par quoi on est passés avant d'en arriver là, parce qu'on en sait suffisamment l'un sur l'autre pour qu'il ne s'agisse pas là du caprice idiot d'une petite écervelée. Non, c'est bien autre chose, ça va bien plus loin que ça, pour notre sauvegarde à tous les deux - et trois, même, parce que je pense pouvoir inclure Jeroen -, et c'est ce qui rend sa démarche d'autant plus appréciable. Je sais bien que retourner au stade ne va pas être facile pour elle, tout au moins j'imagine. Après un traumatisme, revenir sur les lieux du crime, entre guillemets, c'est toujours difficile ; certains n'y parviennent jamais. Et je sais de quoi je parle, même si les circonstances pour moi restent différentes. Il m'a fallu de très longs mois avant de me décider à revenir au stade après ma chute, et je ne parle même pas du temps qu'il a fallu pour que je remonte sur un balai. Aujourd'hui encore, ça reste une épreuve, et ça n'avait pourtant rien à voir avec une agression telle que celle que Sean et elle ont subi. C'était seulement un risque connu pour quiconque pratique le Quidditch, pourtant ça n'enlève rien à la vivacité de la blessure psychologique. Le fait que ma petite-amie soit à l'origine de ladite chute n'aide sans doute en rien, cela dit. Je suis d'autant plus conscient de l'effort que ça représente que je serai présent à tout moment si elle a besoin de soutien pour y retourner, un peu comme je l'ai fait avec Sean. On n'a pas besoin de le préciser oralement, cependant, ça coule de source, et je ne voudrais pas avoir l'air d'insister non plus : elle m'en fera la demande quand elle le souhaitera, si elle le souhaite.

Et moi je ne peux pas refuser en bloc son invitation. Pas que je saute de joie à l'idée de me mêler à la foule, loin de là, mais disons que, pour une fois, je me contrains à accepter. Sous condition. Pour faire plaisir à mon amie autant que dans une tentative un peu désespérée pour me changer les idées. Je vois bien à la tête de ma petite flamme préférée qu'elle n'en croit pas ses oreilles, et à vrai dire, je crois que je regrette un peu mes propres mots dans l'instant, mais ce qui est dit est dit, une promesse est une promesse, et je me ferai violence s'il le faut pour l'honorer.

« Oh putain ouiiii !
- T'excites pas trop tout de suite, on n'a pas encore gagné. Du coup, je sais pas trop si je dois espérer une victoire ou une défaite moi maintenant... »

Un sourire de ma part, un éclat de rire du sien. Ca me fait toujours du bien de la voir heureuse, même si tout n'est pas parfait. Il y a toutes les chances pour que si victoire de notre équipe il y a, je ne reste pas très longtemps à la soirée qui m'indifférera très certainement, mais je n'ai qu'une parole, et elle le sait.

Tout comme elle connaît mon lien avec la musique, avec ma guitare, surtout, et je n'ai, en effet, pas l'intention de la laisser prendre la poussière indéfiniment. Il faut juste un peu de temps.  

« En tout cas, oublie pas, si t’as besoin de quoi que ce soit, je serai toujours au rendez-vous.
- Je sais. »

Et la réciproque est tout aussi vraie, et je crois qu'elle le sait tout aussi bien que moi. Un baiser sur mon front plus tard, elle prenait congé, et pour ma part, je hoche sobrement la tête.

« J’vais rejoindre Jer’. Hésite pas à venir me voir si besoin !
- Passe lui le bonjour pour moi. »

Une manière comme une autre pour confirmer que le message est passé, quoi qu'il paraisse aux autres qui ne nous connaissent. Je secoue la tête après qu'elle a ébouriffé mes cheveux, un geste que j'ai un peu de mal à ne pas associer à ma propre mère décédée, et qui me laisse quelque peu perplexe : je sais que je tiens énormément à la rouquine, et elle fait sans doute partie de ce que je considère comme ma famille de coeur, bien au-delà des liens du sang - ceux de mon sang n'ont de toute façon que faire de ma tronche à part Avô. Mais je ne sais pas trop bien si j'apprécie le geste ou s'il me met mal à l'aise, et je reste silencieux, la regardant s'éloigner avec un regard mêlé d'agacement et de réflexion. Je crois que je me déciderai plus tard, certain que pour sa part, elle l'a très certainement fait pour m'énerver, comme le confirme la langue qu'elle tire un peu plus loin en ma direction. Un sourire m'échappe : j'aurais bien voulu paraître plus furibond, mais quand il s'agit de Ju', ça marche assez peu, il faut bien avouer.

Je ne suis pas resté seul longtemps après son départ, par ailleurs : Sean m'a rejoint peu après, le regard perdu dans la direction de la porte où son ex a disparu quelques instants plus tôt. Je ne me mêle pas trop de leurs histoires, j'espère juste que, un jour prochain, ils retrouveront une relation plus sereine, même si l'un a présenté des excuses à l'autre, censément acceptées depuis longtemps. Ils sont tous les deux comme des membres de ma famille, et sont passés par la même épreuve, je ne m'imagine pas une seconde me passer de l'un ou de l'autre, et pouvoir être en leur compagnie de façon conjointe et plus naturelle que ce n'est le cas à présent me manque. Mais chaque chose en son temps, je sais que Julian a été blessée par l'irlandais - on le serait à moins - et je suis déjà bien heureux qu'ils aient enterré la hache de guerre, à défaut de mieux.

¤ Terminé ¤
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: By your side [PV Ricardo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
By your side [PV Ricardo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ricardo Seitenfus claims coup against Préval was suggested
» Come to the Dark Side... we have cookies ! [PV Tom]
» ricardo quaresma
» London's Dark Side [+18 ans] - RPG Surnaturel / City
» hello from the other side. athéna

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Catacombes et escaliers :: Salle commune des Serpentards-
Sauter vers: