AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 EVENT 6 Avril _ John et à la chocolaterie - Leni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 105
Date d'inscription : 23/07/2015
Crédits : mives
Double Compte : Tata, Rina, & Maxima



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: EVENT 6 Avril _ John et à la chocolaterie - Leni   Ven 11 Mar 2016 - 14:45

LENI & JOHN
EVENT DU 6 AVRIL 2015
INFIRMERIE

John est penché sur un bouquin, tranquillement assis avec son ami Leiv à l’infirmerie. Pour l’instant, rien d’anormal, l’infirmerie est calme et il n’y a aucun problème à déplorer pour l’instant. Il apprécie le fait qu’il n’y ait personne dans cet endroit, ou seulement quelques cas bénins. Il n’est pas souvent là, n’aide pas à l’infirmerie contrairement à Leiv mais il trouve ça rassurant que l’endroit soit plus ou moins vide. S’il est là c’est pour partager un moment avec son ami médicomage et au passage, discuter un peu avec Katherine. Il la trouve charmante, apprécie le soleil qui émane du ton de sa voix, sa démarche… Absolument tout respire l’Espagne chez elle. Ils discutent un peu tous les trois jusqu’à ce que la prof de botanique entre dans le lieu. John ne lui accorde pas un sourire, juste un signe de tête poli tandis qu’elle fait sonner sa voix chantante dans l’infirmerie avec un « Bonjour Mr Kingsley ! » presque trop poli pour être réel. Leiv se marre dans sa barbe tandis que John bougonne un truc rapidement pour lui répondre.
Le psychomage n’est pas rancunier, loin de là, mais il n’empêche qu’il reste un peu amer de son dernier échange avec elle. Et complètement perplexe de son changement radical d’attitude envers lui. Pour un peu elle lui sourirait. Ah mais attends. Oui, c’est déjà le cas. Lorsque Katherine et Leni se sont retranchés dans une pièce à part de l’infirmerie, John lève les yeux au ciel et pousse un soupir. Il ferme l’ouvrage traitant des thérapies par l’art, prêté par Leiv, récemment offert par sa filleule lui a-t-il dit et se remet à discuter tranquillement avec son comparse, de tout et de rien, en corrigeant quelques copies. On dirait presque un vieux couple de professeur. L’un en face de l’autre, chacun de son côté du bureau s’affairant à ses copies en commentant et discutant.

« Tiens, au fait, on a récupéré ça de la salle des profs, moi je n’en veux pas.
— oh… Comment dire non à des chocolats ! »

Et c’est sur ces mots que John attrape avec gourmandise deux premiers chocolats. C’est vrai, bon, il en avait déjà mangé un ou deux dans la salle des profs. Mais comment dire non ? Il l’avait déjà à voix haute. Et puis de toutes façons, demain matin il ira courir, c’est sur. Il a besoin de refaire du sport même s’il n’a pas trop eu les temps ces derniers jours, John compte bien se rattraper. Après tout, il faut s’entretenir. Mais pour l’instant…

« Manger des chocolats en corrigeant, quelle douce torture. »

Il adresse un sourire à Leiv qui lui semble rire à nouveau avec subtilité. Ce ne sont jamais des éclats de rire à en perdre l’ouïe avec son ami médicomage. Tout dans la retenue. Il se met cinq petits chocolats de côté et continue de corriger ses copies jusqu’à ce que l’heure soit suffisamment avancée pour que Leiv ramasse ses affaires et s’en aille.

« Allez va… Je te laisse rejoindre ta douce. »

Grand sourire de la part de John. Leiv ne rougit pas mais s’empresse de s’en aller comme s’il voulait éviter d’avoir à en discuter… John sourit, secoue la tête puis s’empare d’un premier chocolat qu’il mange gaiement. Un deuxième. Puis un troisième. Il se garde les deux autres de côté pour l’instant et termine de replacer le tas de feuilles correctement entre ses mains calleuses. C’est à ce moment précis que Leni et Rina sortent de leur consultation. Un ou deux mots échangés, rien de plus entre les deux femmes, John ne peut que comprendre la difficulté entre elles deux pour se comprendre et s’adresser la parole sans violence.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 249
Date d'inscription : 09/11/2015
Crédits : .Cramberry
Double Compte : Keza, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dim & James



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3456-leni-m-wistinghausen
MessageSujet: Re: EVENT 6 Avril _ John et à la chocolaterie - Leni   Mar 15 Mar 2016 - 18:04

►[EVENT 6 Avril] John et la chocolaterie◄
John & Leni


Lundi 6 Avril — Fin des cours, après 18 heures

Leni ne manque jamais ce même et unique rendez-vous de la journée. Elle prend soin de se présenter à la même heure pile, sans fausse note et surtout sans retard, ni sans trop d'avance. Et si parfois venir à l'infirmerie pour son check-up habituel lui coûtait en terme d'humeur, elle s'y pliait malgré tout. Elle sait ce que lui coûterait la moindre négligeance concernant ce corps qui ne sent rien et elle ne tient pas à finir avec une malformation comme beaucoup d'entre eux, pour avoir négliger un poignet cassé ou un doigt déboîté.

Sa journée a été bien remplit et il lui faut quelques instants pour organiser son bureau, le ranger comme elle le souhaite et surtout de s'occuper de cette plante pour Monsieur Cartwright. Depuis l'épisode où il est arrivé bourré de fièvre et à venir se rouler en boule près de ses serres, elle préfère avoir une solution de secours à lui fournir plutôt que de le revoir ici, tremblant, fébrile et mâchant un mot sur quatre. Elle n'est pas contre aider un collègue, loin de là et la preuve en est qu'elle lui concocte une petite mixture au cas où il n'aurait plus de potion pour soulager ses souffrances. D'ailleurs, drôle de maladie qui habite ce fameux Benjamin. Leni en est venu à se dire qu'ils étaient l'extrême opposé de part leur « souffrance » mutuel.

Lui subissant les coups fatals de la douleur qui le tiraille à en devenir fou, le mettant à genoux de souffrance. Et elle, à ne rien sentir. Absolument rien. Pas même l'effleurement d'une brûlure ou d'une objet tranchant légèrement sa peau. Rien, du vide, une absence qu'elle tente de comblé par autre chose. La culture et les émotions. Il faut bien pêcher là où nous pouvons.

Leni termine sa préparation en prenant soin de bien écraser les feuilles oranges et en prépare quatre petits pots qu'elle glisse dans sa mallette. Elle referme cette dernière, s'assure que tout est en ordre et quitte sa salle de classe pour rejoindre l'infirmerie. Un coup d’œil sur sa montre lui indique qu'encore une fois, elle est à l'heure. Elle monte les escaliers tranquillement, toujours sa mallette en main et frappe à la porte de l'infirmerie où, elle le sait, Katherine l'attends déjà. D'ailleurs, Leni ne prend plus la peine d'attendre quoi que ce soit et entre alors que la jeune espagnol lui accorde un bref bonjour pour la conduire à cette même place qui lui est réservé à cette même heure : 18h15.

La botaniste ne manque pas de saluer le psychomage qui est lui aussi présent dans la pièce, de façon chaleureuse et tranquille, lui accordant même l'ébauche d'un sourire. Il faut dire que depuis qu'il s'est enfin décidé à sortir de ses gonds et à affirmer une partie intéressante de son caractère, Leni n'a plus tellement l'envie d'être désagréable avec lui. Bien au contraire.
Elle dépose sa mallette sur le lit après avoir accordez un salut pointé d'un sourire à Monsieur Helland et commence à se défaire de son pull et de son tee-shirt tandis que Katherine se charge de tirer les rideaux.

— Des blessures aujourd'hui ?
— Pas que je sache, non.

Le ton est toujours très formel entre les deux femmes pour la simple et bonne raison qu'elles ne s'apprécient pas. Ou plutôt que Leni a du mal avec l'hispanique qui bouge et parle bien trop à son goût. Elle veut toujours tout savoir et est doté d'une curiosité qui frise l'agacement pour l'enseignante qui supporte bien mal l'engouement de l'infirmière. Elle est parfaitement consciente de son mauvais caractère mais ne l'en changera pas pour autant, d'autant plus qu'elle n'a pas forcément l'impression d'être désagréable. Ses codes de sociabilité sont bien différents des leurs, elle en a conscience mais n'y peut rien. Nous ne pouvons briser 36 ans d'éducation d'un simple sourire bienveillant.
Mais aujourd'hui, Leni essaie de faire un effort. Peut-être parce qu'elle est dans son bon jour ou parce qu'elle n'a pas envie de se fatiguer à jouer les femmes froides. Et puis, il fallait être honnête, malgré sa mauvaise volonté à devoir lui dire bonjour, Katherine faisait très bien son job. Soucieuse, minutieuse et aucunement négligente, elle ne laissait rien au hasard.

En sous-vêtements, Leni se laisse faire par l'infirmière qui l'ausculte de A à Z par un palpé qui se veut très professionnel.

— Vous avez toujours fait des études de médecine Mlle Caldéron-LLanos ?

La jeune hispanique se redresse, surprise, se demandant sûrement si c'était bien à elle que l'on s'adressait. Leni ne la lâche pas du regard, attendant patiemment une réponse qui ne tarde pas à venir d'une voix encore sèche quoi que quelque peu troublé par ce revirement de situation. Il est toujours dur de suivre une femme comme Leni lorsqu'il y a quelques jours elle vous renvoyait chier de l'avoir un peu bousculé et qu'aujourd'hui, elle vous fait gentiment la conversation.

— Non, j'ai quelques autres métiers à mon actif.
— Ça ne me surprend pas. Vous êtes doué dans ce que vous faite mais votre façon de bouger et de faire laisse penser que vous faisiez autre chose avant.

Mais la botaniste ne saurait dire quoi. Mannequin ? Femme d'affaire ? Elle l'imagine faire quelque chose de presque gracieux.
Et si l'infirmière est encore plus surprise que tout à l'heure, elle ne répond pas pour autant. Leni ne s'en formalise pas, elle n'est même pas étonné. Elle se contente de sourire, presque amusée. Katherine termine son tour d'horizon avec sa baguette pour déceler une quelconque fracture ou autre.

— Tout est bon de mon côté. Je prends votre température et vous  pourrez partir.

Elle acquiesce, se rhabille et laisse de nouveau la jeune femme pointé sa baguette sur sa tempe.
.
— 36,9. Tout est parfait.
— Merci. Elle s'empare de sa mallette, l'ouvre et fournit à Katherine les 4 pots de préparations. Pourriez-vous fournir ceci à Mr Cartwrigth s'il vous plait ? Il en aura peut-être besoin. Dites lui que c'est de ma part.

La raison pour laquelle elle ne le fait pas elle-même est un mystère, elle se dit simplement que Benjamin passe plus de temps vers l'infirmerie qu'ailleurs et que de toute façon, Katherine est bien plus sociable qu'elle.
La jeune hispanique ouvre le rideau et Leni prend sa suite, prête à quitter l'infirmerie.
Jusqu'à ce que la présence d'un homme retienne son intention. Toujours le même, Mr Kinglsey. Penché sur son livre, mangeant ses chocolats avec gourmandise. Elle le trouverait presque attendrissant ainsi. Et Merlin sait qu'il est rare que cela arrive.

— Bonne soirée.
— Egalement.

Elle ne décroche pas son regard de Kingsley qui range ses copies sans lever ses yeux vers Leni. Elle ne lui en veut pas, leur dernière réelle entrevue a été plutôt mouvementé, au plus grande bonheur de la botaniste qui, sur le moment, était plus qu'agacé. Il fallait au moins admettre ça.
Leni pose sa mallette sur le bureau en face de Kingsley, l'ouvre et en sort un bouquin avant de le lui mettre sous le nez.

— Tenez, je pense que cet ouvrage vous intéressera.

Oh, elle sait que de part son métier, le psychomage a dû lire un tas de livre sur le sujet mais elle tente sa chance concernant un ouvrage qui lui a été conseillé par son ami au japon.

— Il est question d'hypnose et de psychologie. Très intéressant vraiment. Je serais curieuse d'avoir votre avis sur la question. Elle s'arrête un instant, le regarde et esquisse un très léger sourire. Si vous ne l'avez pas déjà lu, bien entendu.

Cette démonstration d'amabilité en serait presque déroutante, voir tenant du miracle pour quelqu'un comme elle. Mais encore une fois, Leni possède des humeurs changeantes et John a réussit sans le savoir et/ou le vouloir, à marquer son intérêt et à attirer la curiosité de la botaniste le concernant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 105
Date d'inscription : 23/07/2015
Crédits : mives
Double Compte : Tata, Rina, & Maxima



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: EVENT 6 Avril _ John et à la chocolaterie - Leni   Mer 16 Mar 2016 - 22:33

Les deux derniers chocolats sur la table finissent rapidement dans son gosier tandis que John termine de ranger ses dossiers dans la pochette prévue pour ses copies corrigées.

« Tenez, je pense que cet ouvrage vous intéressera. »

Ah, vraiment ?
Si jusque-là il s’appliquait à l’éviter, très clairement et à ne pas répondre à ses jolis sourires, John ne peut certainement pas non plus éviter la conversation alors que la prof de botanique lui tend un bouquin. Il force son visage à se détendre et relève les yeux vers Mlle W, mallette posée devant elle, toujours cette élégance froide qui la caractérise. Quoi que, il doit bien le dire, depuis qu’il a finit par mettre les points sur les i, la prof de bota est largement plus agréable.
Malgré son expertise en la matière, John doit bien avouer qu’il a du mal à savoir s’il s’agit d’hypocrisie ou de sincérité. Son petit côté qui est resté amer de leurs dernières rencontres voudrait qu’il s’agisse d’hypocrisie, pour pouvoir cordialement continuer à l’éviter. D’un autre côté, son optimisme habituel le pousse à croire que la jeune femme s’est simplement rendue compte de son erreur. Il aime trop le monde et les gens pour réellement avoir de la rancune. Et puis… quelque chose dans le regard de cette femme lui dit qu’elle ne feint pas cette légèreté nouvelle.
Ça l’amuse même peut-être, il n’oserait pas le dire mais le pense en tout cas.

« Il est question d'hypnose et de psychologie. Très intéressant vraiment. Je serais curieuse d'avoir votre avis sur la question. »

Il fronce les sourcils, intrigué, et attrape le bouquin d’un geste léger. À vrai dire il ne se sent pas très bien à cet instant précis. Il a chaud, un peu trop chaud même alors il dépose le livre sur le bureau, sous ses yeux, et se défait de son gilet.

« Si vous ne l'avez pas déjà lu, bien entendu.
— je vous remercie… hm… »

Aimable, souriante, il en serait presque choqué s’il n’était pas désormais préoccupé par les nouvelles palpitations de son myocarde. Étrange. Son attention se défait complètement de la situation. Il oublie Leni alors que sa vue se trouble. Wow. Il se redresse sur son siège, passe une main dans ses cheveux alors qu’il plisse les yeux. Que lui arrive-t-il d’un coup alors que cinq minutes plus tôt tout allait bien ?
John essaie, en bon médicomage, de se raisonner et d’exprimer ses symptômes pour les qualifier. Mais un premier haut-le-cœur l’empêche de procéder comme il le veut. Il porte sa main à sa gorge, sentant ses muscles se contracter au fur et à mesure pour ne faire qu’un bloc étrangement solide. Le cœur au bord des lèvres, John essaie d’articuler quelque chose en se levant.

« Désolé… je ne me sens pas très bien.. »

L’urgence d’un renvoi le presse et le force à se jeter au-dessus d’une poubelle. Son corps tout entier tremble, sa vision troublée ne l’empêche pourtant pas de saisir la teinte rouge qui émane de ses lèvres. Panique. C’est la panique. Une chaleur incroyable semble lui brûler le corps entier. Il faut qu’il se dirige vers la réserve, boire quelque chose qui lui fera arrêter de vomir… du sang. L’angoisse qui lui tord les tripes, comme si les maux de ventre ne suffisaient pas, le force à s’élancer droit vers la réserve. C’est ce qu’il compte faire, mais son corps contracté et déboussolé par les chocs violents qu’il subit par vague, titube et décroche de la trajectoire initiale.

Il heurte un mur, sa vue noircit d’un coup et John se sent partir, fiévreux, le sang plein la bouche. Ça va l’étouffer, il va mourir à cause de son propre sang dans sa gorge. C’est la dernière pensée qu’il a alors que son esprit sombre dans le coma et que son corps, tombé sur le carrelage froid de l’infirmerie, se tord maintenant dans des convulsions effroyables.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 249
Date d'inscription : 09/11/2015
Crédits : .Cramberry
Double Compte : Keza, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dim & James



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3456-leni-m-wistinghausen
MessageSujet: Re: EVENT 6 Avril _ John et à la chocolaterie - Leni   Sam 19 Mar 2016 - 18:03

Il est indéniable que John possède un charme qui lui est propre. Un charme que Leelo aurait sans doute essayer d'accaparer rien que pour elle, pour le dévorer de part en part, jusqu'à l'épuiser complètement pour ensuite le jeter comme s'il n'était rien.
Elle agissait de manière si différente de sa sœur que s'en était parfois désarmant.
En cet instant, Leni ne pense pas à Leelo, ni à la manière avec laquelle elle aurait pu charmer John pour en faire son repas d'une nuit. Elle pense plutôt au fait que le psychomage est charmant, intelligent et que même si ce dernier l'agaçait a bien des égards, Leni est parfaitement consciente que cet homme pourrait presque être un ami si elle n'était pas si apathique et si lunatique. C'est peut-être en cela qu'elle tente aujourd'hui de faire un effort après que John ait enfin manifesté un caractère bien plus appuyé qu'elle ne le pensait. Leni a besoin d'être stimulée en permanence par des personnes intéressantes et bourrées de caractère. Ceux trop gentils, elle ne les méprise pas mais elle ne s'y intéresse pas non plus.

Leni lui tend ce livre alors qu'il se défait de son gilet.

— je vous remercie… hm…


Il n'a pas à la remercier, ce geste lui semble normal et simple que de partager un savoir. Et ça la Botaniste apprécie particulièrement pouvoir apprendre de l'autre mais aussi apprendre à l'autre.
Leni croise les bras sous sa poitrine, attendant une autre réaction que celle-ci pourtant John ne semble pas enclin à manifester plus d'intérêt que ça. Elle aurait pu penser qu'il agissait de la sorte pour la simple et bonne raison qu'il ne voulait plus lui adresser la parole suite à leur dernière discussion, pourtant le psychomage ne manifeste aucune trace d'amertume ou de rejet.
Au contraire, il semble même mal. En proie au malaise. Leni voit son teint blanchir de seconde en seconde alors que le regard de John se fait précipité, allant d'un objet à un autre, comme affolé.
C'est lorsqu'elle le voit retenir un haut le cœur et se tenir la gorge d'une main qu'elle se manifeste.
Elle fronce les sourcils, défait ses bras de sa poitrine et se redresse légèrement, soucieuse.

— Monsieur Kingsley, tout va bien ?
—  Désolé… je ne me sens pas très bien..

Elle ne le lâche pas du regard, s'approche d'un pas lorsqu'il esquisse un mouvement pour se lever mais elle n'a le temps de rien si ce n'est que de le voir attraper la poubelle du bureau et y vomir dedans. Leni ne bronche pas, ne fait aucun mouvement de recul et reste ainsi, presque stoïque. Aurait-il mal digérer les chocolats qu'elle lui a vu engloutir avec grande gourmandise ? D'autant plus qu'il avait l'air de se porter comme un charme lorsqu'elle lui a adressé la parole.
Voilà qu'elle fait un effort et que John se met à vomir...
Leni s'apprête à prendre congé, prête également à lui lancer un « Ça vous apprendra à faire preuve d'autant de gourmandise » mais l'horreur la frappe avant même qu'elle n'ait pu ouvrir la bouche.
Le sang sur les lèvres de John l'alarme aussitôt et c'est avec précipitation qu'elle fait le tour du bureau à la seconde même où le psychomage s'élance en avant, prit d'un nouveau soubresaut pour s'écraser contre un mur et chuter lourdement au sol.

— John !

Le cri lui échappe, elle s'élance vers l'homme étendue et le met aussitôt sur le côté en le poussant avec force, dos contre le mur, pour éviter qu'il ne s'étouffe avec son sang puisque c'est ce qui coule d'entre ses lèvres. Leni attrape la poubelle d'un geste brusque pour confirmer ses doutes... Une flaque, visqueuse et poisseuse de couleur vermeille réside au fond de l'objet.

— Katherine j'ai besoin d'aide !

Elle appelle aussitôt au secours alors que John se cambre, se tord dans tous les sens et pars dans un rythme chaotique, désordonné, brutaux.

— Il est entrain de convulser ! Il était malade tout à l'heure ?

Elle se redresse et s'écarte, s'adresse à la jeune infirmière d'un ton précipité, voir paniqué. Ce qu'il se passe actuellement sous ses yeux lui soulève un vent de panique, d'angoisse et surtout, d'urgence. Elle réfléchit, Katherine à ses côtés, alors qu'elles sont obligés de le laisser là, à convulser comme un diable pour éviter de lui faire plus de mal qu'il ne s'en fait déjà. D'un geste brusque, elle pousse le bureau en arrière pour ne pas qu'il se cogne dedans et essaie de comprendre ce qu'il se passe, pour quelles raisons John s'est sentie mal aussi vite et surtout, aussi violemment.
Leni entend la voix de Rina mais un détail accapare ses pensées. De nouveau la poubelle. De nouveau un coup d’œil. Elle laisse Katherine s'occuper de John qui ne cesse de vomir dans son coma et attrape une feuille de papier sur le bureau. Une copie d'un devoir, d'un élève, mais elle s'en fou. Elle s'en sert comme d'un mouchoir et récupère les résidus au fond de la poubelle.

Des morceaux de chocolats non digérés. Machés, mais quasi entier.
Les pièces du puzzle se mettent en place à une vitesse vertigineuse.
Une école sous tension. Une école menacée. Un malaise survenue d'un claquement de doigts. Des chocolats rejetés, vomis, ensanglantés. Ces mêmes chocolats distribués dans la salle des professeurs, puis dans l'école...

— Il ….

Elle n'a pas le temps de finir sa phrase que la porte de l'infirmerie claque dans un grand fracas et dans un cris.
Weaver entre en tenant à bout de bras avec l'aide d'un de ses camarades, Disemba qui vomit actuellement une flaque de sang juste à l'entrée.
Plus aucun doute. C'est un putain d'attentat.

— Katherine il nous faut un antidote pour les poisons rares. Celui avec les dars de Billywig. Les chocolats ont été empoisonnés !

John cesse de convulser, Leni est déjà à genoux à ses côtés alors que son jean s'imbibe déjà de sang mais elle n'y prête aucune attention. S'ils n'agissent pas maintenant, il mourra et c'est la dernière chose qu'elle veut en cet instant. Tout comme pour ce jeune homme que Weaver dépose sur un lit comme elle le peut. Leni se concentre sur John, lui prend le visage entre ses mains alors que son teint se fait de plus en plus blafard. Il a déjà l'air d'un mort...
Elle sent son cœur battre à une allure effréné, raisonnant dans ses tempes et dans sa gorge au point de lui donner la nausée.

— Tenez le coup John, s'il vous plait.

Sa voix est ferme mais tremblante, c'est presque un ordre qu'elle lui donne.
Les talons de Katherine qui s'approchent à grande vitesse sonnent à ses oreilles, comme un salut.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: EVENT 6 Avril _ John et à la chocolaterie - Leni   Mer 23 Mar 2016 - 15:18

LENI, JOHN & RINA
EVENT DU 6 AVRIL 2015
INFIRMERIE


Katherine observe les quatre pots de taille moyenne qu’elle a entre ses mains en se demandant ce qu’il y a à l’intérieur. Rapidement, elle trouve une réponse : une sorte d’étiquette est accolée au verre du contenant avec dessus, une écriture fine et droite, très équilibrée, celle de Mlle W, elle l’imagine. Celle-ci a d’ailleurs été très aimable aujourd’hui, étrange. C’est complètement contraire à ce qu’elle a l’habitude de lui adresser comme regard ou réflexion. Katherine, un poil rancunière, s’est sentie déstabilisée. Elle est restée polie mais ne s’est pas non plus emballée sur cette nouvelle manière d’être polie. Bon. Elle imprime dans sa tête les ingrédients utilisés notamment une plante dont elle ne connaît pas les bienfaits, étrangement, puis ouvre son armoire qu’elle range à sa manière pour y déposer les pots. C’est tranquillement qu’elle remet de l’ordre dans ses remèdes mais aussi dans sa tête. Elle profite de cet instant de calme pour faire le vide dans sa tête, ranger physiquement pour s’accompagner mentalement. C’est à ce moment-là qu’elle semble entendre un éclat de voix. Mais rien ne suit. Elle fronce les sourcils, hausse les épaules puis retourne tranquillement à son rangement.

Ce n’est que lorsqu’un éclat de voix plus retentissant explose que Rina décide de bouger, puisqu’elle reconnaît son nom et le timbre inquiet de la voix. L’espagnole ne prend le temps de rien faire sauf d’accourir dans la pièce principale pour tomber face à une situation qui la stoppe nette dans son élan et lui glace le sang immédiatement. Katherine sent son cœur se mettre à battre à une vitesse folle tandis qu’elle se rapproche de la prof de botanique non sans avoir récupéré une serviette près d’elle en vitesse.

« Il est entrain de convulser ! Il était malade tout à l'heure ?
— Absolument pas, il se portait bien ! »

Leni repousse le bureau pour éviter que John Kingsley, professeur et psychomage de l’école, ne se cogne dans ce meuble alors qu’il est en train de convulser. Son corps se tord dans tous les sens, se crispe, se soulève à cause d’innombrables et violents soubresauts. C’est une vision d’horreur qui se déroule là devant ses yeux alors qu’elle se sent complètement impuissante, incapable de l’aider pour la simple et bonne raison qu’il n’y a rien à faire dans cette situation, juste attendre que cela passe. Elle ne reste pas là cependant et attrape d’ors et déjà des serviettes, de l’eau, une bassine, tout et n’importe quoi qui pourra l’aider dès lors que John arrêtera de convulser.

« Il ….
— Quoi ?! »

Ni l’une ni l’autre n’a le temps de terminer sa phrase car la porte de l’infirmerie s’ouvre à grand fracas ce qui attire leur attention à toutes les deux. Ce qu’elle voit arriver lui fait littéralement lâcher les torchons qu’elle avait dans les mains. Ora rentre dans l’infirmerie avec une amie à elle, ou non, elle ne sait, elle n’a pas le temps de se l’imaginer, en train de porter toutes les deux le jeune Zachary qui vomit du sang… lui aussi.

« Katherine il nous faut un antidote pour les poisons rares. Celui avec les dars de Billywig. Les chocolats ont été empoisonnés ! »

La stupeur et la panique ne l’arrêtent pas. Elle jette un œil à Ora et comprend qu’elle installe Zachary sur le lit. Demi-tour, elle accoure vers la réserves et se répète sans arrêt les mêmes mot. Poison, chocolat, dards de Billywig. Fort heureusement qu’elle sait où tout se trouve, c’est presque automatique, ses mains arrivent rapidement à récupérer toutes les fioles contenant l’antidote préparé.
De retour près de Leni elle dépose la multitude de fiole sur un comptoir, se saisit de deux contenants, un qu’elle balance presque à Leni avant de se diriger vers Zachary installé sur le premier lit. Elle attrape la mâchoire du jeune homme, posé sur le côté et la redresse sans réelle douceur pour lui faire avaler le jus précieux.

« Une dizaine de gouttes Leni ! »

Son cerveau, son cœur, son corps, tout son être est dans un état de frénésie totale. Elle panique à l’intérieur mais garde un sang-froid exemplaire, les gestes précis, rapides, efficaces malgré le tremblement presque maladif de sa poitrine et ses jambes. Une deuxième fois la porte claque et c’est Leiv, son collègue infirmier qui arrive. Quelque chose en elle soupire de soulagement mais elle n’a pas le temps de se rassurer que déjà elle hausse le ton.

« Leiv, les chocolats sont empoisonnés, va aider Leni avec John je m’occupe de lui ! »

Son regard retombe sur Zachary à qui elle touche chaque partie du visage, essuie les traces de sang, prends le pouls, faible, qu’elle compte, et qui remonte de seconde en seconde. Concentrée, Ora et son amie se sont éloignées pour lui laisser le champ libre. Zachary a l’air d’avoir bien ingurgité l’antidote, elle soulève ses paupières, observe ses pupilles, lui ouvre la bouche, ne néglige rien, et par précaution, lui donne les deux dernières gouttes d’anti-poison qu’il fallait lui donner.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 249
Date d'inscription : 09/11/2015
Crédits : .Cramberry
Double Compte : Keza, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dim & James



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3456-leni-m-wistinghausen
MessageSujet: Re: EVENT 6 Avril _ John et à la chocolaterie - Leni   Ven 25 Mar 2016 - 18:27

Tenez le coup, John. Vous êtes solides non ? Si, vous l'êtes et vous n'avez pas le choix que de l'être en cet instant.
Elle pourrait presque en douter lorsqu'elle le voit vomir de nouveau du sang. Tous les sens de Leni sont en état d'alerte maximal et elle ne lâchera le corps de l'homme à aucun prix. Pourtant, il n'est rien pour elle mais les choses sont tellement différentes. Il se meurt, convulse, a été empoisonnée et plus Leni réfléchit, plus elle en est certaine. Et l'arrivée de Zachary qui se trouve être dans le même état que John ne fait que confirmer ses doutes.
Katherine arrive rapidement dans la pièce alors qu'elle se dirige vers l'élève tout en envoyant une fiole vers Leni qu'elle attrape d'un geste habile.

— Une dizaine de gouttes Leni !

Elle n'attends pas plus longtemps pour agir.
Leni pousse sur les épaules John pour le mettre sur le dos alors qu'il n'est déjà plus avec eux. Elle enlève le bouchon de la fiole, remplit la pipette et desserre la mâchoire du psychomage d'une poigne ferme alors que son cœur bat à tout rompre. Le bas de son visage est barbouillé de sang et de salive, cet idiot trouverait sûrement une blague à lui faire s'il était encore conscient.

Elle compte méticuleusement les gouttes qu'elle lui fait tomber au creux de la gorge. Concentrée sur sa tâche, elle ne se focalise sur rien d'autre que sur ça. Leni guette chaque mouvement que John pourrait faire alors qu'elle lui administre la dixième avec l'espoir qu'ils aient agit à temps, avant que le poison ne vienne détruire définitivement tout organe. Elle n'est pas médicomage mais sa curiosité naturelle lui a permit d'acquérir certaines connaissances. Suffisamment pour savoir que cracher du sang est souvent signe d'hémorragie.

— Allez John.

Elle prend son pouls, le sent sous ses doigts mais de manière si faible qu'elle pense avoir halluciner. De nouveau, elle écarte la mâchoire et lui administre cinq gouttes supplémentaires. Le psychomage ne semble plus convulsé, ni vomir. Mais elle attend, sait-on jamais. Et si cet antidote ne fonctionne pas, elle a bien peur de ne pas savoir quoi faire d'autre...
Mais les secondes défiles, plus rien ne se passe. Leni vérifie de nouveau le pouls de son collègue qui est toujours présent... Se pourrait-il qu'il ait été sauvé ? Elle détail ce visage auparavant crispé, désormais détendu, comme plongé dans un profond coma. Même ainsi, John n'exprime aucune once de méchanceté.

Leni est encore sur le qui-vive, encore sur les nerfs. Son cerveau fonctionne à plein régime et c'est un geste sec qu'elle tire sa baguette de la poche de son jean.

— Leiv, les chocolats sont empoisonnés, va aider Leni avec John je m’occupe de lui !

Et si Leni devrait se concentrer sur le corps de son collègue afin de l'installer sur un lit, son regard se voile.
Leiv vient d'entrer et discute avec Katherine d'elle ne sait quoi. Elle s'en fou. Son esprit se focalise sur une seule et même idée qui vient de lui éclater à la gueule avec violence. Une main sur la poitrine de John, l'autre en appuie sur le sol alors que le sang se répand très doucement sous ses doigts, elle sent son cœur battre avec force. Le médicomage braque son regard inquiet vers elle et accourt vers elle.

— Il va bien ?

Il est déjà penché sur le corps de John et lui prend son pouls, ouvre ses paupières pour faire jaillir une lumière vive sur ses pupilles pour voir si le cerveau n'est mort.
Leni garde un contrôle impeccable sur ce qui est entrain de la ronger. Elle range ses priorités une à une dans des boites et garde la dernière dans une cage pour ne pas exploser. Elle prend une profonde inspiration. La vie de John d'abord.
La vie des élèves d'abord.

— Je lui ai donné une dizaine de gouttes d'antidote, ça à l'air de fonctionner.
— Aider moi à le mettre sur un lit.

Leni s'exécute, ravalant cette bile acide qui lui remonte le long de la gorge. Elle se saisit des chevilles de John et se surprend à vouloir hurler à Leiv de ne pas le toucher. Mais rien de se produit.
Elle le soulève en un souffle et le porte sur un lit où elle aide Leiv à l'y déposer. Il va aller mieux, elle le sait. Non, elle le souhaite. C'est étrange venant de la part d'une femme aussi froide mais les apparences sont parfois trompeuses. La botaniste ne souhaite la mort de personne, encore moins celle d'un homme comme John.

Leiv est occupé à l'ausculter alors que Katherine s'occupe toujours de Zachary. Leni, elle, essaie de visualiser un souvenir heureux, quelque chose qui pourrait l'aider à former un patronus d'urgence.
Sa réussite ? Pas suffisant. Sa sœur ? Non, elle lui tape bien trop sur les nerfs.
Son passage en Afrique ? Ces enfants, sourires aux lèvres, exprimant leur joie sincère et pleine d'avoir enfin le droit d'aller à l'école, d'apprendre, de découvrir le monde.
C'est ce qui lui donne suffisamment de bonheur pour réussir à former d'un murmure une hermine blanche et argentée.

— URGENCE ! Que PERSONNE ne touche à UN SEULE chocolat ! Ils sont empoisonnés ! Préfet et Préfète, faites le tour de l'école et rassemblez toute forme de friandises. Je répète : Ne mangez AUCUN chocolat !

Un nouveau geste du poignet et l'hermine virevolte en courant vers l'extérieur de l'infirmerie pour que le message soit clamé haut et fort, à répétition.
Il ne s'est écoulé qu'une seule seconde entre la disparition du patronus au travers et la rage et violence de Leni. Elle s'approche en deux grandes enjambées de Leiv et agrippe violemment par le col pour le plaquer au mur derrière lui, prenant bien soin de ne pas être délicate. La table de fer s'éparpille sur le sol dans un bruit sourd mais elle s'en fou. Sa baguette est déjà pointée sur la gorge de Leiv, le regard de Leni se solidifiant en un bloc de glace menaçant et meurtrier.

— Vous êtes le dernier à avoir quitter John et vous êtes surtout celui qui lui a donné ces chocolats.
— Je ne l'ai pas empoisonné !

La voix de Leiv se porte presque dans un cri tremblant d'émotions alors que celle de Leni tranche effroyablement avec la sienne. Froide, tranchante, presque un murmure, elle ne lâche pas prise alors qu'elle appuie sans délicatesse sur la gorge du médicomage.
Elle l'a vu faire, elle l'a vu lui donner ces chocolats d'un air presque détaché.
En l'agrippant par le col de sa chemise, Leni a barbouiller le tissu si parfait de Leiv. L'homme en lui même était trop parfait pour être innocent. Un million de scénarios lui brouille le cerveau mais Leni garde le cap. Une chose à la fois.

— Foutaise ! Rien ne nous dit que vous n'êtes pas cette fameuse taupe que tout le monde soupçonne déjà depuis des semaines !

Celle dont Leni a entendu parlé suite aux attaques d'avant. Ses discussions lui ont apprit plusieurs choses et après ce qu'elle vient de voir, elle n'a pas envie de se laisser ronger par le doute et de laisser filer un probable coupable. La colère lui voile la raison et le regard, si bien qu'elle n'entend pas la porte s'ouvrir de nouveau à la volée, une troisième victime faisant son entrée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: EVENT 6 Avril _ John et à la chocolaterie - Leni   Lun 11 Avr 2016 - 19:28

Katherine abaisse sa baguette encore allumée d’un lumos et laisse Zachary tranquille puis pousse un long soupire. Elle sent son corps trembler sans s’arrêter et par réflexe s’essuie les mains sur la blouse qu’elle porte. Elles tremblent, elles aussi. L’infirmière tourne la tête et réalise que Leni a fait partir un patronus. Elle n’a rien entendu, les battements de son cœur trop forts pour lui permettre d’écouter autre chose. C’est à ce moment précis que les choses deviennent incontrôlables. Pourquoi ? Elle n’en sait rien, tout va trop vite, elle ne comprend pas exactement tout.
Tout ce qu’elle voit c’est Leni qui se jette sur Leiv. Aussi simple que ça.

« Vous êtes le dernier à avoir quitter John et vous êtes surtout celui qui lui a donné ces chocolats.
— Je ne l'ai pas empoisonné !
— Hé ! »

C’est la première fois que Rina se surprend à entendre un tel timbre sortir de la gorge de Leiv. Une émotion incontrôlée, c’est l’impression qu’elle a.

« Foutaise ! Rien ne nous dit que vous n'êtes pas cette fameuse taupe que tout le monde soupçonne déjà depuis des semaines !
— Non mais ça va pas ! »

Cette fois Leni accroche carrément le col de Leiv alors Katherine lâche contourne en vitesse la sellette près du lit de Zachary, Ora se décale sur son passage et lorsqu’elle s’approche des deux adultes en conflit, l’infirmière pose dans un premier temps sa main sur l’avant bras de Leni et l’écarte. Ou en tout cas essaie, une première fois mais la botaniste tiens bon.

« Leni ! »

Cette fois-ci elle y va plus fort et finit par réussir à déloger les mains de la prof de botanique du col de Leiv. Immédiatement elle se positionne entre eux deux, le regard oscillant entre panique te contrariété. Son regard se plante dans celui de la prof. La porte s’ouvre avec fracas et une troisième personne, les lèvres ensanglantées, fait son chemin jusqu’au premier lit qu’elle trouve. Katherine n’attend pas une seconde, elle se saisit d’une fiole près de Leni et accourt près de la nouvelle victime. Sans préavis elle saisit la mâchoire de l’élève empoisonné, encore conscient et capable d’articuler malgré les vomissements qui le saisit parfois. Une, deux, trois, puis dix gouttes et l’infirmière utilise maintenant sa baguette pour jeter un coup d’œil sur les différents signes vitaux de l’élève. Les tremblements qui agitaient son ventre en arrivant semblent se tarir et Rina pousse un long soupir.
Elle attrape ce qui ressemble le plus à une serviette et la tend à la jeune femme venue aider son ami maintenant étendu sur un lit de l’infirmerie, hors de danger. Demi-tour, elle revient vers Leni et Leiv.

« Ce n’est certainement pas Leiv qui a empoisonné John, ni les élèves. J’en ai donné à Zachary, Dimitri m’en a donné, John est gourmand, enfin, ça pourrait venir de n’importe qui et même peut-être vous alors stop ! »

Sa voix reste dans des tons neutres.

« Soit vous m’aidez, soit vous sortez Leni. Et c’est pareil pour vous tous ! »

Son regard passe de manière circulaire dans chacun des regards des gens présents maintenant dans l’infirmerie. Ils n’ont pas lieu d’être là. Elle plaque une fiole d’anti-poison dans les mains des deux professeurs puis s’écarte pour revenir vers ses patients.

« Sortez d’ici, allez alerter le plus de monde et récupérez ces fichus chocolats. »

Sa voix est ferme, son visage grave. Avant de retourner vers Zachary, John et l’autre élève, Katherine récupère une sorte de breuvage verdâtre permettant un coma réparateur. Le temps qu’elle revienne, une autre victime entre alors dans l’infirmerie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 249
Date d'inscription : 09/11/2015
Crédits : .Cramberry
Double Compte : Keza, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dim & James



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3456-leni-m-wistinghausen
MessageSujet: Re: EVENT 6 Avril _ John et à la chocolaterie - Leni   Mar 19 Avr 2016 - 9:36

— Non mais ça va pas !

Non effectivement, ça ne va pas. Rien ne va. La colère de Leni est passé de froide à explosive et elle n’a aucun remord à menacer Leiv de la sorte.
Elle l’a vu faire. Elle l’a vu donner ces putains de chocolats à John, elle n’est pas folle. Il est un suspect valable et crédible, surtout en cet instant où votre raison ne fonctionne plus de la même façon que si tout se passait bien autour de vous. Et là, ça n’est pas le cas. Elle ne craque pas, ne pète pas les plombs non plus. Leni s’assure simplement de faire ce qu’il faut pour piéger le coupable ou, tout du moins, vérifier qu’Helland ne l’est pas.
La voix de la botaniste ne laisse place à aucun doute sur ce qu’elle est capable de lui faire si jamais il s’avère qu’il est coupable de ce carnage. Froide, une vraie lame de rasoir, son regard l’assassine et le clou sur ce mur qui le retient.

Elle sent la main de Katherine lui saisir le bras pour l’écarter mais en vain. Leni est comme un chien affamé sur un os : Elle ne lâchera pas prise. Son cœur bat avec violence, son sang cogne à ses tempes et sa respiration siffle en douceur, avec froideur. Ses cheveux coupés au carré son en désordre t lui donne les airs d’une folle hystérique. Chose qu’elle n’est pas, non. Elle veut simplement s’assurer de la vérité.

— Leni !

Cette fois, elle décroche. Avec violence certes, mais elle s’écarte de deux pas du médecin qu’elle ne lâche pas du regard, baguette toujours en main. Tout part en vrille autour d’eux, elle ne cesse de voir John convulser et vomir du sang sous ses yeux et plus les images s’écoulent devant ses yeux, plus l’envie irrépressible d’interroger Leiv la consume de l’intérieur.
Elle croise le regard de Katherine une seconde avant que la porte ne claque de nouveau.
Nouvelle victime.
Nouvelle trace de sang sur le haut des vêtements, signe de vomissure.
C’est à peine croyable d’assister à ça, d’y faire face. Tout leur échappe et si déjà trois personnes se présentent à eux avec les même symptômes… quel sera le résultat dans cinq minutes ? Dans vingt ?

Katherine s’occupe de la nouvelle victime avec un talent et un sang froid digne d'une infirmière, Leni baisse le regard vers le visage cireux et crispé de John, puis sur celui de Zachary. Elle tremble, ses mains pleines de sang sont instables et l’odeur métallique de ce liquide vermeille lui donnerait presque la nausée.

— Vous les lui avez donnés.
— Ca ne fait pas de moi un assassin.
— Ce n’est certainement pas Leiv qui a empoisonné John, ni les élèves. J’en ai donné à Zachary, Dimitri m’en a donné, John est gourmand, enfin, ça pourrait venir de n’importe qui et même peut-être vous alors stop !

Katherine est de retour vers eux et Leni se redresse lorsqu’elle comprend l’enjeu et surtout, l’ampleur de la situation. Tout s’imbrique, pièces par pièces, comme un puzzle et enfin, l’image clé apparait sous ses yeux.
La distribution libre de chocolat…

— Soit vous m’aidez, soit vous sortez Leni. Et c’est pareil pour vous tous !

Elle n’a pas d’ordre à recevoir d’elle mais les enjeux et la situation la force à abdiquer face à l’évidence : L’infirmerie n’est pas son terrain et elle n’a rien à foutre ici. D’autant plus que son esprit est déjà fixé sur ce gros panier garni de sachet de chocolat.
Une roulette russe, c’est ça ? Elle n’en sait rien mais l’ampleur que la situation pourrait prendre lui colle un frisson désagréable le long de la colonne.

Elle sent qu’on lui colle quelque chose au creux de la main et se rend compte que sa colère brûlante s’est muée en quelque chose de froid, de lourd.

— Sortez d’ici, allez alerter le plus de monde et récupérez ces fichus chocolats.
— Je sais ce que j’ai à faire Katherine.

Ce sont les nerfs et le stress qui parlent et elle capte à peine ce tond tranchant qu’elle use face à l’infirmière. Elle n’a pas dix ans, elle sait parfaitement ce qu’elle a à faire et recevoir ces ordres de manières aussi sèche comme si elle ne pouvait savoir d’elle-même quoi faire, la braque et l’agace au plus profond. Leni sait pertinemment que demain, elle regrettera ce ton sec employé face à Katherine mais dans la seconde, ça n’est pas le cas.

Leni se recule alors que Leiv l’ignore, s’active à récupérer la 4ème victime qui entre dans la pièce, dans le même état que les précédentes. Ses boucles blondes, ce visage juvénile malgré ses 17 ans, elle le reconnait. Cette fois, c’est la jeune Thomson qui fait son entrée dans un état plus que critique.

— Je retourne dans la serre vous préparer une mixture qui fera office de dialyse. Elle purgera le sang de chacun en plus de l’antidote et rétablira aussi les organes ayant subi le plus de dommages.

Et elle n’attend pas plus longtemps pour tourner les talons et prendre la direction de la sortie.
Ici, Leni ne servira à rien et elle le sait. A part verser quelques gouttes d’anti-poison dans la gorge des victimes, elle ne pourra rien faire d’autre alors autant s’activer à faire quelque chose d’utile qu’elle sait maitriser. L’urgence est à l’honneur et Leni ne s’accorde pas une seconde pour prendre son temps, cœur battant et la rage au fond du ventre. Tout ce qu’elle espère c’est que cette fois, aucun mort ne sera à déplorer…

▬ FIN POUR MOI ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: EVENT 6 Avril _ John et à la chocolaterie - Leni   

Revenir en haut Aller en bas
 
EVENT 6 Avril _ John et à la chocolaterie - Leni
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ment Event USA Championship : John Cena Vs Christian
» Main Event World Heavyweight Championship : John Morrison Vs Kane
» Thuesday Night SuperShow Special - 10 Avril 2012 (Résultats)
» Main Event - I Quit Match : Carlito VS John Cena.
» Main Event - The Undertaker VS The Miz.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Septième Etage. :: ─ Infirmerie-
Sauter vers: