AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Besoin d'air - Jayden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1920
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Besoin d'air - Jayden   Dim 21 Fév 2016 - 21:48

Dimanche 22 février 2015 - Lundi 23

Sortir. Sortir de là. Etre choyé, ça pouvait bien faire plaisir sur quelques heures, mais la suite ne lui semblait être qu’un  enfermement permanent entrecoupé de regards contrits et de questions appuyées. Non, je n’ai pas mal, non je ne suis pas fatigué et non, je ne ressens pas de sentiment d’abandon dû aux piètre considérations. C’est papa-Freud-Maxence ?? Oui, il cherchait à faire de son mieux avec ceux qui avaient été agressés et il était largement trop injuste envers lui et non, il n’allait pas sur des terrains qui ne relevaient pas de son domaine. Il était simplement à l’écoute et attentif. Comme Mack, comme Sovahnn qui avait pointé son nez bien rapidement, et comme tous ceux capables d’empathie qu’il avait pu croiser, à savoir, pas grand monde. Logan était passé, quand même, cette fois-ci. Pas capable de dire quoi que ce soit de sympa, il s’était contenté de déverser sa rage sur Maxence qui n’avait pas supporté le truc très longtemps. Distraction sympa cela dit. Comme quoi l’infirmier devait lui-même être épuisé de ses blessures. Le Serpentard l’avait vu plusieurs fois, le soir, avec un teint cireux, s’écrouler sans demander son reste. D’autres prenaient le relais, dont bien évidemment Takuma qui ne quittait pas sa chère et tendre Aileen. Bref, trop de monde, trop de mièvrerie, et trop d’ambiance lourde d’angoisse pour le jeune homme. Il n’était pas habitué à ça et en avait eu largement assez ces derniers temps. Une semaine que Mack le gardiennait clairement pour qu’il évite de s’épuiser, pour qu’il se repose autant que possible. Une semaine qu’il la voyait avec ses angoisses, qu’il analysait ces cernes qui ne réduisaient pas. Dormait-elle ? Probablement pas. Dormait-il ? Pas assez.

Au détour d’un couloir, une lame s’était plantée profondément en lui et il s’était vu partir dans les yeux de celle qui comptait. Il avait vu l’horreur se dessiner sur son habituel visage souriant. Il avait lu la peur, la stupeur, l’épouvante la saisir alors que la douleur hurlait en lui, sourde ou aigue, il n’avait pas vraiment su le déterminer.

Ils avaient été plusieurs à côtoyer la mort pendant des mois, des années. Ils avaient vu les uns et les autres disparaître, il voyait chaque jour les marques laissées sur son cousin. Il savait.
Mais cette fois, il avait réalisé.
Et il se sentait si dépendant à présent !

Comme si chacune de ses inspirations ne lui appartenait plus, qu’il n’avait plus la capacité d’exister de son propre chef. Et pourtant il aurait dû se sentir vivant non ? C’était ça. C’était ça que les rescapés ressentaient ! Alors pourquoi ça n’était pas son cas merde ? La culpabilité du survivant. Oui, il connaissait ça et savait qu’il n’y échappait pas.
Mais là… Là il avait simplement l’impression d’être enfermé dans ce placard de son enfance, sauf qu’il ne pouvait rien faire. Il n’avait pas le droit à la rage. Pas le droit de cogner la porte à en faire trembler les murs, pas le droit de rire à en faire brûler son père ni le droit de se taire pour insupporter sa mère. Il ne savait clairement pas agir parce que cette fois il ne voulait tout bêtement pas blesser. C’était en lui portant tout son amour que la belle blonde restait à son chevet et il l’aimait assez pour ne pas mettre ça de côté.

Et pourtant… pourtant !
Il avait fait fit des convenances il y avait bien longtemps.  Et celles-ci, il ne pouvait pas les contourner.

Retenant un gémissement de dépit, il avait fini par glisser du lit, évitant comme il le pouvait tout ce qu’il y avait sur son passage, y compris une Mack clairement endormie. Maxence l’avait bien rassurée la veille, cela devait jouer. Vraiment, il était navré, et concerné par sa souffrance. Mais il y avait trop de gens, trop de regards et ce, depuis qu’il s’était réveillé de son sommeil forcé il y avait deux jours. Ce fut en traversant la pièce en silence qu’il croisa le regard d’Aileen ; regard dont il se détourna bien vite pour tomber sur celui de logan que quelque chose avait tiré d’un instant de plongement dans le sommeil. Pas un mot, le directeur n’avait pas fait un geste pour l’empêcher de se tirer de là. Il savait assez bien qu’il n’aurait probablement pas tenu les deux jours à sa place. Sommeil compris.

Mais voilà, Alec n’aurait pas eu le droit au traitement privilégié de l’enseignant. Alors bon. Et puis, il fallait bien avouer que Mack était bien plus convaincante qu’Aileen dans son genre.

Ce fut ainsi en dehors de la pièce qu’il sentit l’air entrer plus facilement dans ses poumons, comme si même ses organes n’en pouvaient plus de l’air saturé de l’infirmerie.

Peu après, il avait allumé de la musique dans la salle des Serpentards, se contrefoutant de ceux que cela pourrait déranger, ou bien de ce que les adultes responsables pourraient bien dire. Ils allaient tous terminer décimer, ceux-là, de toute manière, si ça continuait comme ça. Ils allaient les briser à force.  Ou bien les énerver…. C’était à réfléchir. Après tout, la dernière fois qu’il y avait eu tentative de briser Logan, ça s’était terminé en vendetta personnelle.

Tuez Aileen : nous gagnerons la guerre.

Ce fut avec cette idée ironiquement drôle que le jeune homme se retrouva à danser, une bouteille à la main, proche du feu, embarqué par la musique forte qui changeait du ton feutré entrecoupé de gémissements de l’infirmerie.
Quelques uns le levèrent.
Quelques uns se plaignirent.
Beaucoup repartirent.

T’as une baguette, sert-en !

Ce fut ainsi qu’en sortant en riant, passablement éméché, de la salle de bain, le jeune homme tomba nez à nez avec une jolie connaissance aux cheveux de feu. Les cheveux en bataille, la chemise ouverte et son petit sourire aux coins des lèvres, il ne pu que la dévorer du regard alors qu’une jeun e blondinette dont l’énervement s’était changé en plaisir s’échappait entre eux pour rejoindre son dortoir.

« Ah ! J’me suis fait choper ! Combien faut-il que je paye pour que tu évites de tout rapporter à maman Mack ? »

Elle le prendrait mal, il le savait, et pourtant, entre ses lèvres habituellement cyniques, ça avait un accent affectif. Il n’avait simplement pas l’habitude d’être couvé ou que l’on s’inquiète pour lui. Alors il y avait dans ce surnom ce qu’il fallait d’agacement, et derrière cela, un respect profond et un amour sincère. La pointe de cynisme était donc nécessaire pour cacher tout ça !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2062
Date d'inscription : 13/05/2011
Crédits : Clochette, sign : wild Heart
Double Compte : Aileen - Dakota - Mack - Sloane - Esha



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1067-tgif-jayden-s-link
MessageSujet: Re: Besoin d'air - Jayden   Dim 28 Fév 2016 - 19:15

Une semaine que la vie au château avait basculée. Une semaine que l’ambiance était pesante et différente. Les regards des gens étaient emplis de compassion, d’empathie vis-à-vis des proches des blessés et de ceux de Megan… Cette ambiance, l’Irlandaise était loin de l’apprécier. Mal à l’aise face au deuil et surtout mal à l’aise face à tant de sourires faux et de mièvrerie, la belle avait plutôt eu tendance à fuir l’infirmerie plutôt que d’y passer ses journées comme pouvait le faire Mackensie. Bien sûr, elle venait prendre des nouvelles d’Alec régulièrement, mais elle préférait plaisanter avec lui lors de ses moments de lucidité et fuir dès lors que Mack devenait trop étouffante… Et bizarrement, le regard qu’elle pouvait lancer à Alec en disait long : « bon courage, soit fort, viendra le moment où tu pourras sortir d’ici ! ». Elle comprenait Mack sans peine, la jolie rousse avait vu sa détresse, sa crainte viscérale le jour de l’attaque et il n’y avait qu’à voir son comportement depuis pour réaliser qu’elle avait plus que mal vécu la situation. Pourtant, elle n’aurait pas pu supporter plus de cinq minutes ce que devait vivre Alec depuis une semaine. Voilà pourquoi elle désertait, Mack allait la rendre dingue alors elle n’osait même pas imaginer dans quel état devait se trouver Alec.

- Tu sais Mack… Tu devrais te reposer un peu. Ça fait combien de temps que tu n’as pas fermé l’œil ?
- J’vais bien… Et Alec a besoin de moi.

C’était plutôt elle qui avait besoin de lui à cet instant, besoin de s’assurer qu’il n’allait pas partir. Besoin de veiller sur lui, de s’assurer qu’il ne manquait de rien, qu’il n’allait pas prendre de risques inutiles, ou disparaitre dès qu’elle aurait le dos tourné… Il devait se reposer, et pour ça la belle veillait au grain.

- Demande au moins à Maxence un truc léger pour te reposer… A ce rythme-là, tu ne vas pas tenir et j’crois qu’il apprécierait pas trop que tu mettes ta santé en danger.

Corde sensible touchée, avec le temps, l’Irlandaise avait appris à la connaitre et surtout à taper là où ça fait mal pour obtenir gain de cause ! La blonde irait voir Maxence l’après-midi même et ce même soir, elle s’endormirait pour la première fois auprès d’Alec, certes, mais sans que ses angoisses ne viennent la perturber. De son côté, Jayden n’avait pas pointé le bout de son nez à l’infirmerie ce jour. Pas qu’elle ne s’intéressait pas aux blessés, mais le dimanche était encore pire… Jour de visites interminables, niaiseries, grands sourires, inquiétude à n’en plus finir, maternage dans les règles de l’art. Non merci, trop pour son équilibre et sa santé mentale ! Au lieu de ça, la jeune femme avait préféré rendre visite à Jordane pour passer un moment auprès d’elle.

Le soir venu, rentrant bien après le couvre-feu, au risque de se faire pincer par leur sadique de directrice de maison, la jeune femme avait trouvé dans sa salle commune les traces d’une fiesta improvisée plus que sauvage… Quoi c’est une blague les gars… Une fête et j’en suis pas ?! J’vais me vexer sincèrement, c’est pas cool… En plus que vois-je, cadavre de bouteille… Rhum… Tu m’en diras tant, l’espace d’un instant, la belle avait presque cru reconnaitre la signature d’une personne qu’elle fréquentait de façon « occasionnelle », mais c’était impossible, il était censé être bichonné par sa blonde.

« Il commence à me gonfler sérieusement… », « Pour qui il se prend, y en a qui ont cours demain, franchement je trouve ça abusé… » bribes de conversation qu’elle avait pu surprendre émanant des dortoirs et rapidement le prénom d’Alec avait refait surface… Ce type était incorrigible… Suivant les vestiges, la belle avait remonté le chemin emprunté par son ami, menant à la salle de bain d’où émanaient des rires et autres bruits suspects. De toute évidence, les soins de Maxence était toujours aussi efficace… Enfin sur les cas majeures en tout cas, puisque de toute évidence une noyade sous stupéfix ne faisait pas partie de ses priorités.

Synchronisation quasi parfaite, c’était ce moment qu’avait choisi ce grand nigaud pour montrer sa gueule d’ange parée d’un sourire qui aurait passablement exaspéré une belle blonde. Pour sa part, la belle rousse s’était contentée de lever les yeux au ciel en le voyant de la sorte, amusée par son attitude, et aussi ravie de le revoir sur pied. Le côté pris sur le fait contribuait aussi à l’amusement, comme s’il savait déjà que la foudre aller tomber. Cela dit, la belle avait du souci à se faire si Mack venait à apprendre cette incartade !

- Oups…
« Ah ! J’me suis fait choper ! Combien faut-il que je paye pour que tu évites de tout rapporter à maman Mack ? »

Et la blonde qui se barre en loucedé, on en parle ? Gardant ce petit air hautain qui lui était propre et qu’elle adorait porter, la rousse avait dévisagé la fille qui tentait de s’éclipser sans plus de cérémonie. Non ça n’était nullement de la jalousie, loin de là même, juste qu’elle aimait se montrer territoriale juste pour le plaisir de voir le malaise chez l’autre… Allez savoir pourquoi, une rumeur veut qu’elle soit en couple avec le jeune Rivers… Autant s’en amuser lorsqu’on le peut ! Ah satané rumeur, elles auront la peau de certaine un jour !

- Fait attention, t’as des traces de morsures dans le cou ma belle, faudrait pas que ton mec les remarque… Allez file au lit, y a école demain !

Les joues rougies, la blondinette avait disparu, permettant ainsi un retour sur la personne d’Alec.

- Tu devrais me connaitre, je suis très dure en affaire… Va falloir que tu sois très, très convaincant ! Mais je doute que tu sois en capacité d’acheter mon silence !

Petit sourire en coin, non elle n’irait pas jouer les « mères la morale » auprès de lui, ça n’avait jamais été son genre et entre nous… Mack remplissait ce rôle à merveille pour tenter espérer lui voler la vedette !

- Alors dit-moi… Tu l’as assommée ou alors Maxence s’en est chargé ?

Oui, je doute qu’elle t’ait laissé partir de son plein grès, et je doute sincèrement qu’elle puisse dormir de façon naturelle avec les angoisses qu’elle se trimballe ! Appuyée contre le mur, pied posé contre le mur, la jolie rousse ne s’était pas privée pour le reluquer un peu.

- J’te préviens si elle me demande, je cautionnerai aucun de tes actes… J’tiens à ma vie !

Sincèrement si je dis à Mack que j’suis au courant pour ta p’tite sauterie en période de convalescence, elle va m’arracher les yeux, merci du cadeau !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1920
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Besoin d'air - Jayden   Dim 28 Fév 2016 - 20:45

Oui, ça, c‘est gonflant, il pouvait parfaitement le comprendre. D’ailleurs, il pouvait même tout à fait admettre à quel point il pouvait être insupportable mais très sincèrement, il n’en avait pas grand-chose à foutre. Et clairement, s’il y en avait qui étaient capables de nous pondre une fête à des moments inappropriés, il n’était pas le plus à blâmer. Loin de s’interroger sur la légitimité d’une fête en cet instant, il en avait simplement profité, parce qu’il n’était réellement pas fait pour être dorloté des jours durant, dodo compris. Et oui, bien sûr, il savait que ça n’était peut-être pas tout à fait pour lui et que si Mack l’avait sous les yeux, au moins, elle était sûre qu’il n’était pas dans un coin à se vider de son sang, et, oui, il savait qu’il s’agissait là d’une image qu’elle n’oublierait pas de si tôt. Mais il n’y pouvait rien, là, vraiment, il avait besoin de s’éloigner de là, de se sentir un peu libre et non pas oppressé par autant de présence humaine, inquiète et mièvre. C’était bon, stop. Oui c’est triste, oui, il y a eu des pertes, oui, on a tous eu peur mais bordel de merde : de l’air !
Et encore, il n’était pas du type apprécié au château. Il l’était à ses périodes mais d’une manière générale ceux qui ne le connaissaient pas évitaient de trop le coller de peur de s’en prendre une. Oui, il avait ses têtes et ses moments et pouvait être du genre imprévisible. Il n’aimait simplement pas qu’on le fasse chier outre mesure, rien de plus normal ! Zut alors !

En revanche, étrangement, ses moments de sociabilité étaient vite identifiés lorsqu’il avait le sourire aux lèvres, la musique dans la peau, la bouteille à la main et éventuellement le feu dans les reins. Pancarte open sur la tronche.

Alors oui, c’était avec son petit sourire ravi qu’il s’était trouvé nez à nez avec Jayden en sortant d’une cabine de douche. Il avait d’ailleurs observé avec amusement le regard hautain que celle-ci avait posé sur la belle blonde qui l’accompagnait et qui n’avait pas demandé son reste, s’éclipsant sans mot dire, sentant immédiatement qu’elle n’était plus à sa place ici. Et Jayden enfonçait clairement le couteau dans la plaie. Haha. Couteau. Plaie. Mouais.

C’était donc avec un amusement pas très sympathique pour celle qui avait partagé ses… douches, que le Serpentard s’était posé contre le mur, s’étirant avec nonchalance. A eux deux, il fallait avouer qu’ils savaient instaurer un climat agréable pour les étrangers au groupe…

- Tu devrais me connaitre, je suis très dure en affaire… Va falloir que tu sois très, très convaincant ! Mais je doute que tu sois en capacité d’acheter mon silence !

Il avait bien évidemment éclaté de rire.

« J’peux toujours essayer mais tu vas augmenter les prix à chaque offre ! »

Ne pas tomber sur un regard inquiet ou concerné lui faisait un bien fou.

- Alors dit-moi… Tu l’as assommée ou alors Maxence s’en est chargé ?
« Je dirais que c’est Maxence qui l’a fait. Ou Logan. En douce. Mais je vote pour Maxence. »

Oui, elle avait besoin de se reposer, il en avait conscience et se doutait bien qu’il y avait une raison pour laquelle elle ne se soit pas éveillée alors qu’il quittait le lit de l’infirmerie. Elle était comme un chien de chasse ses derniers temps et il lui semblait que le moindre de ses mouvements l’interpellait et était capable de la faire sortir du peu de sommeil qu’elle gagnait avec difficulté. Sans compter que lui-même avait été forcé à beaucoup dormir durant ces derniers jours et qu’il n’était par conséquent pas conscient du peu de repos qu’elle s’était autorisée à prendre.

- J’te préviens si elle me demande, je cautionnerai aucun de tes actes… J’tiens à ma vie !
« Oui ben ça j’me doute. Ce qui me re-donne un argument pour t’inciter fortement à ne pas en parler. La délation est un passe temps sympathique. Surtout s’il nous empêche de nous faire arracher la tête. »

Ce qui ne manquerait pas d’arriver si elle savait qu’il s’état levé, qu’il avait traversé touuuuuut le château, escaliers compris et sombres couloirs inquiétants également. Pire encore : qu’il avait bu et fait des gommettes. La tension de la belle blonde risquait de briser des sommets.

« Nan, et surtout je vais faire un meurtre si je passe encore une nuit là-bas. C’est juste pas possible leurs conneries ! Elle ne m’a pas quitté hein ? Hors besoins naturels, je parle. »

Est-ce que son escapade à lui pouvait compter dans cette catégorie ? Disons que oui !

« Sérieusement, l’humeur morbide et plombante est partout pareille ou c’est juste au sacro-sein de l’infirmerie ? »

Au sein de l’infirmerie, ‘sacro-saint’ faisant référence à l’ambiance quasi biblique qui avait cours assez couramment là bas… elle est plutôt bonne non ?
Oui, j’ai besoin de sommeil, je sais.
Ça va : on l’saura !

Il avait ensuite désigné la porte par laquelle la belle blonde avait disparue quelques instants plus tôt.

« Elles disent toujours que je suis le grand méchant de l’histoire, mais en fait c’est toi qui va les martyriser par derrière avoue ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2062
Date d'inscription : 13/05/2011
Crédits : Clochette, sign : wild Heart
Double Compte : Aileen - Dakota - Mack - Sloane - Esha



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1067-tgif-jayden-s-link
MessageSujet: Re: Besoin d'air - Jayden   Lun 29 Fév 2016 - 20:45

Tu es un être abominable Jayden, tu le sais ? Dieu oui qu’elle le savait et typiquement c’était le genre de personnage qu’elle adorait jouer. La femme qu’on déteste par son côté sûre d’elle exaspérant. La belle n’avait pas la réputation de la bonne samaritaine, bien au contraire et entretenir cette crainte lui faisait passer un moment fort agréable… Il n’y avait qu’à voir l’air totalement mal à l’aise de cette fille qui n’avait même pas répliqué… Sérieusement les filles, va falloir être plus mordante, là c’est plus possible. N’accordant pas plus d’importance à la p’tite blonde qu’Alec venait de se taper… Ah lala, Alec… Incorrigible, chassez le naturel il revient au grand galop ! La preuve, à plusieurs reprises, elle avait tenté d’être plus abordable, mais à chaque fois son côté hautain et moqueur revenait toujours à la charge !

« J’peux toujours essayer mais tu vas augmenter les prix à chaque offre ! »
- Dure en affaire, que veux-tu !

Le pire c’est qu’il avait raison, elle n’allait pas lui faciliter la tâche au petit. Après tout, c’est lui qui avait fauté et qui était sorti sans accord du grand chef. Alors certes, elle aurait dû sortir son air outré et être folle d’inquiétude… Mais honnêtement, si elle s’était souciée de son état de santé quelques jours plus tôt, elle le savait sorti d’affaire depuis que Maxence l’avait affirmé environ huit cents fois à Mack ! D’où le manque de réaction anxieuse émanant de sa personne.

« Je dirais que c’est Maxence qui l’a fait. Ou Logan. En douce. Mais je vote pour Maxence. »
- Dans ce cas… Tu vas devoir me remercier car c’est moi qui lui ai fortement suggéré l’aide de Maxence…

L’air songeuse, un petit sourire venait de naître au coin de ses lèvres…

- Ça va vraiment te coûter extrêmement cher toute cette histoire… Ta liberté et… Mon silence.

Légère grimace amusée, elle se doutait bien que s’il était ici, c’était que Mack avait du l’écouter et demander de l’aide à Maxence. Jamais elle ne l’aurait laissé partir sans cela. Son angoisse était trop présente et trop vive pour ça. D’où l’importance de se dédouaner pour le coup, si Mack venait la voir, elle ferait mine de n’être au courant de rien, comme ça, le souci était réglé !

« Oui ben ça j’me doute. Ce qui me re-donne un argument pour t’inciter fortement à ne pas en parler. La délation est un passe temps sympathique. Surtout s’il nous empêche de nous faire arracher la tête. »
- Et tu sais à quel point je tiens à ma p’tite personne… Argument recevable donc… mais loin d’être suffisant.

On est loin du compte, crois-moi !

« Nan, et surtout je vais faire un meurtre si je passe encore une nuit là-bas. C’est juste pas possible leurs conneries ! Elle ne m’a pas quitté hein ? Hors besoins naturels, je parle. »

D’un geste, elle avait fait non de la tête, mais il devait s’en douter…

- J’crois que si elle avait pu s’enchainer à toi, elle l’aurait fait Alec… Lundi elle a tenté d’aller en cours, mais l’ambiance à l’extérieur était trop pesante pour elle et puis avec l’incident qu’il y a eu chez la prof de potions… J’crois qu’elle a complètement pété les plombs. Maxence a voulu lui donner quelque chose pour l’aider mais elle a refusé en bloc tétanisée à l’idée que tu puisses faire une rechute.

Et crois-moi, pour avoir vécu en direct sa crise de panique à cet instant, il aurait fallu être cinglé pour lui tenir tête !

- Après ça, j’crois qu’elle n’a pas franchement décollé de l’infirmerie, si ce n’est une heure ou deux et encore. J’sais pas comment elle fait, je serai devenue dingue à sa place…
« Sérieusement, l’humeur morbide et plombante est partout pareille ou c’est juste au sacro-sein de l’infirmerie ? »
- Ambiance… post-attentat je dirais. La mort de Megan a pas mal chamboulé les gens.

Ce qui pouvait se comprendre bien sûr, mais certains avaient beaucoup de mal à tourner la page pour continuer à avancer.

- Mais rien n’égale l’enceinte de l’infirmerie… C’est un mouroir ce truc ! J’espère que tu ne m’en veux pas de ne pas passer plus souvent, mais… je crois que si je rentre une fois encore là-bas, je vais virer dépressive… Ou névrosée !

Non, tant que la situation ne sera pas calmée et dissipée, je n’y remettrai pas les pieds, hors de question, sauf si on me dit que c’est vital… Là peut-être que, elle pourrait faire un effort... Ou si jamais, Maxence avait un instant de faiblesse inopiné et qu’il retirait sa triple ceinture de chasteté. Là peut-être, mais sinon… Trop pour elle !

« Elles disent toujours que je suis le grand méchant de l’histoire, mais en fait c’est toi qui va les martyriser par derrière avoue ! »
-   Aïe... Tu viens de me percer à jour... J'avoue c'est moi la méchante... Mack est la gentille !

S’écartant du sujet « infirmerie », la belle n’avait pu que rire, amusé par sa remarque. Oublies-tu que je suis la méchante dans l’histoire Alec ? Tout en se redressant un minimum, l’Irlandaise avait joué avec la chemise de son acolyte, laissant entrevoir cette marque source d’angoisse pour Mack.

- J’évite juste qu’elles aillent se vanter haut et fort d’avoir succombé au charme irrésistible du grand Alec Rivers… Elles se pensent importantes après ça, autant les faire redescendre de leur petit nuage.

Instant de silence.

- J’ai une réputation à tenir, moi tu sais ! Et puis entre nous, t’as pas besoin de ce type de groupies. C’est pour ton bien si j’fais ça !

Tout à fait normal, certain dirait qu’elle était jalouse, ça n’était pas vraiment le cas, juste amusant à ses yeux !

- Plus sérieusement, tu comptes jouer les filles de l’air jusqu’au p’tit matin avant de devoir rejoindre ta tour d’ivoire ? C’est quoi ton programme ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1920
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Besoin d'air - Jayden   Mer 2 Mar 2016 - 19:00

- Dure en affaire, que veux-tu !
« C’est pas comme si c’était nouveau en même temps… »

En effet, la jeune femme n’était pas des plus tendres quand il s’agissait d’obtenir quelque chose… ou dans le cas où éventuellement, elle pourrait peut-être retirer quelque chose d’une situation donnée. Très honnêtement, il approuvait totalement puisqu’il faisait exactement la même chose. Après tout, dans le monde dans lequel ils étaient, mieux valait avoir quelques atouts dans sa manche au cas où. Surtout étant donné que le « au cas » où avait tendance à pointer le bout de son nez relativement souvent.

- Dans ce cas… Tu vas devoir me remercier car c’est moi qui lui ai fortement suggéré l’aide de Maxence…

Oh toi tu as un truc en tête.

- Ça va vraiment te coûter extrêmement cher toute cette histoire… Ta liberté et… Mon silence.
« Ah ouais ? Je dois donc te remercier d’avoir contribuer à droguer ma future non femme ? »

Dit comme ça, ça casse tout le charme n’est-ce pas ?

« MERCI !!! »

Qui n’a jamais rêvé de se débarrasser un coup de celle à qui on a dédié sa vie ? Mouais. Not maried… à qui l’on doit la vie. Commençons par là.
Oui, il aurait pu jouer le jeu jusqu’au bout mais retourner encore une fois la situation était beaucoup plus drôle. Surtout que, oui, clairement, il était heureux qu’elle ait la tête dans le gaz. En premier parce qu’elle pouvait enfin se reposer et qu’elle en avait grand besoin et en second : parce qu’il avait lui-même grand besoin d’un  peu de l’espace qu’elle n’était pas capable de lui donner actuellement. Il savait parfaitement pourquoi. Et il le comprenait très bien. D’ailleurs il l’acceptait parfaitement… mais ça ne voulait pas dire du tout qu’il le vivait bien, loin de là.

Il s’était donc décollé de son appuis pour venir jusqu’à elle sans se presser.

« Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire pour te remercier comme il se doit ? »

Les mains appuyées sur le mur contre elle, les lèvres à quelques millimètres de sa peau, sa suggestion avait réellement tout pour paraître anodine ! Non ?

« D’un AUTRE COTE … tu comptes donc garder des informations pour toi et mettre en danger la perle de ses yeux…. Ça craint pour toi, si elle sait ça, je maintien qu’elle va te dévisser la tête ! »

Il s’était éloigné subitement avec un grand sourire.

« Loin du compte ou pas. Moi, elle ne me dévissera rien du tout. Elle a trop galéré pour me garder en vie pour ça ! … Quoi ? C’est encore trop tôt pour discuter de ma possible mort passée et probablement potentiellement imminente ? »

Son petit sourire agaçant était revenu au bord de ses lèvres. Il jouait sur sa propre fin d’existence, sachant parfaitement que ça n’était pas quelque chose à faire auprès de Mack… et pourtant quelque chose qu’il ferait sans doute d’ici peu. Il lui fallait aussi prendre du recul sur toute cette ambiance larmoyante et il le faisait à sa manière, avec humour noir.

« Nan, et surtout je vais faire un meurtre si je passe encore une nuit là-bas. C’est juste pas possible leurs conneries ! Elle ne m’a pas quitté hein ? Hors besoins naturels, je parle. »
- J’crois que si elle avait pu s’enchainer à toi, elle l’aurait fait Alec… Lundi elle a tenté d’aller en cours, mais l’ambiance à l’extérieur était trop pesante pour elle et puis avec l’incident qu’il y a eu chez la prof de potions… J’crois qu’elle a complètement pété les plombs. Maxence a voulu lui donner quelque chose pour l’aider mais elle a refusé en bloc tétanisée à l’idée que tu puisses faire une rechute.
« Ah… pourtant c’est bien connu que je ne fais jamais de rechutes. »

Jamais.
Tu ne décompense jamais non plus.
Et elle ne finit jamais par t’enchaîner à un lit pour que tu dormes d’ailleurs.
Ça devient récurrent ce truc là, et pas de la manière qu’il aimait !!

- Après ça, j’crois qu’elle n’a pas franchement décollé de l’infirmerie, si ce n’est une heure ou deux et encore. J’sais pas comment elle fait, je serai devenue dingue à sa place…

Un petit sourire entendu et il avait reprit.

« Sérieusement, l’humeur morbide et plombante est partout pareille ou c’est juste au sacro-sein de l’infirmerie ? »
- Ambiance… post-attentat je dirais. La mort de Megan a pas mal chamboulé les gens.
« C’est vrai, quelle idée de mourir aussi… »

Humour noir.
Bien sûr, face à quelqu’un de proche de Megan, ça ne serait probablement pas passé. Une nouvelle fois, oui, c’était trop tôt. Mais voilà, il estimait que, comme un noir pouvait pondre une blague raciste sur lui-même sans se faire épingler au mur dans la seconde, il gagnait ce droit également à coup de nouvelle cicatrice dans la région latérale de son abdomen.
Besoin de DE-TA-CHE-MENT. Sous peine de finir dans le même état passablement épileptique de quelques autres personnes qu’il avait pu croiser.

- Mais rien n’égale l’enceinte de l’infirmerie… C’est un mouroir ce truc ! J’espère que tu ne m’en veux pas de ne pas passer plus souvent, mais… je crois que si je rentre une fois encore là-bas, je vais virer dépressive… Ou névrosée !
« Ah ouais nan, j’m’en doute, si j’tente de fuir, c’est pas pour rien. J’hésite actuellement sur le thème de ma future névrose. Tu penses qu’il vaut mieux que je penche vers quoi ? Phobique ? Obsessionnel ? Traumatique ? »

Grand sourire.

« La dernière semble toute indiquée vu la situation… sauf que j’ai aucune idée de ses manifestations. »

Pas faux.

« Quoi que j’aime particulièrement l’hystérique. Enfin surtout la manière dont on la soignait. »

Tu manques de vagin pour ça mon grand.
Quoi ? Ça ne marche pas dans le sens inverse ? Zut.
Et t’es profondément lubrique comme type.

« Quoi que c’est peut-être pas du tout une névrose en fait…. »

En fait t’en as aucune idée hein ? Tu fais ton cultivé comme ça mais…

« Elles disent toujours que je suis le grand méchant de l’histoire, mais en fait c’est toi qui va les martyriser par derrière avoue ! »

T’as raison, changes de sujet !

-   Aïe... Tu viens de me percer à jour... J'avoue c'est moi la méchante... Mack est la gentille !
« J’me fais donc la méchante flic et la gentille flic. Un fantasme se réalise. »

La belle rousse était venue jouer avec les pans entrouverts de sa chemise, lui arrachant un petit sourire amusé.

- J’évite juste qu’elles aillent se vanter haut et fort d’avoir succombé au charme irrésistible du grand Alec Rivers… Elles se pensent importantes après ça, autant les faire redescendre de leur petit nuage.
« Après tout le mal que j’ai eu à les y faire monter… tu es diabolique. »

- J’ai une réputation à tenir, moi tu sais ! Et puis entre nous, t’as pas besoin de ce type de groupies. C’est pour ton bien si j’fais ça !

Cette fois, il avait clairement explosé de rire, conscient de l’anecdote que la jeune femme soulevait-là.

« Ouais, surtout que quand j’en ai, je ne m’en rends pas compte ! »

C’était quoi déjà ? Rosalee ? Quelque chose dans ce goût-là. Et… et l’autre ça ne lui revenait pas le moins du monde. Enfin. Jayden notamment ne l’avait pas loupé sur ce coup-là, surtout vu la naïveté avec laquelle il avait abordé la situation.

- Plus sérieusement, tu comptes jouer les filles de l’air jusqu’au p’tit matin avant de devoir rejoindre ta tour d’ivoire ? C’est quoi ton programme ?
« Très grande question. Tu penses qu’elle va dormir jusqu’à quand la belle au bois dormant ? »

NON ALEC ! CA C’EST MOI !
Merde, on a un surnom pendant des années, et on nous le pique, comme ça, d’un coup ! Je dis non ! Ça n’est pas correct !
Intervention de Sovahnn. Merci Sovahnn.

« Bref, nan, j’en ai aucune idée. »

Aucune idée mais il avait glissé ses mains dans le dos de la jeune femme, les remontant doucement sans oublier certaines zones qui auraient pu se trouver jalouses les pauvres. Déjà qu’elle-même pouvait apparaître comme telle à des regards peu expérimentés.

« J’vois vraiment pas d’où elle sort cette rumeur qui dit qu’on est ensembles… »

A vrai dire, pour le coup, il se le demandait réellement parce que… pourquoi pas Mack ? Ou Sovahnn ? Ou Tallulah lorsqu’elle était là ?
Grand mystère.

L’attirant à lui sans retenue, il l’avait embrassée, glissant une main sous son haut… avant de s’arrêter brusquement pour la fixer dans les yeux, avec un air troublé.

« Pourquoi : il s’est passé quoi avec la prof de potion ?? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2062
Date d'inscription : 13/05/2011
Crédits : Clochette, sign : wild Heart
Double Compte : Aileen - Dakota - Mack - Sloane - Esha



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1067-tgif-jayden-s-link
MessageSujet: Re: Besoin d'air - Jayden   Sam 5 Mar 2016 - 22:06

En effet, rien de nouveau sous les latitudes de l’Irlandaise, dure en amour comme en affaire, que voulez-vous, on n’allait pas la refaire ! Elle n’avait donc pu que sourire face à sa remarque. Non ça n’était pas nouveau, il la connaissait bien assez pour savoir qu’elle disait la vérité !

« Ah ouais ? Je dois donc te remercier d’avoir contribué à droguer ma future non femme ? »

Tout d’suite les grands mots, primo je n’ai rien fait d’autre que la guider vers le repos dont elle a besoin et… deuxio… j’ai poussé personne à avaler les potions de notre très cher Maxence ! Et crois-le ou non, lorsque je lui ai glissé l’idée, j’étais loin de me douter que j’te retrouverai en train de jouer à la crapette avec la première blonde qui passerait sous ton radar ! Ah les hommes, franchement, tous les mêmes ! Quoi un peu de mauvaise foi parfois c’est amusant ! Roulant des yeux tout en gardant son sourire vissé, la jeune femme n’éprouvait juste pas le moindre remord !

« MERCI !!! »

Qu’est-ce que j’disais, prévisible !

- Mais de rien Alec ! J’pouvais décemment pas te laisser avec la brune de Logan… Ca serait de la maltraitance !

Sincèrement, je blague mais ça doit être sympa les réunions de famille entre vous, je sais à quel point tu l’aimes et surtout à quel point elle t’aime en retour.

« Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire pour te remercier comme il se doit ? »

Surprenez-moi ! Sérieusement, j’vois vraiment pas comment mais tu sembles plutôt bien parti là ! Quoique, c’est p’tet un peu trop facile. Laissant trainer ce petit sourire amusé, la belle n’avait pas été surprise de le voir s’éloigner rapidement. Que seraient leurs jeux s’il n’y avait pas un minimum de préliminaires !

« D’un AUTRE COTE … tu comptes donc garder des informations pour toi et mettre en danger la perle de ses yeux…. Ça craint pour toi, si elle sait ça, je maintiens qu’elle va te dévisser la tête ! Loin du compte ou pas. Moi, elle ne me dévissera rien du tout. Elle a trop galéré pour me garder en vie pour ça ! … Quoi ? C’est encore trop tôt pour discuter de ma possible mort passée et probablement potentiellement imminente ? »
- La perle de ses yeux a profité de sa faiblesse pour fuir à la première occasion… Pour s’enivrer et j’en passe… Comment crois-tu qu’elle va réagir si je parle ! Et… oui pour elle ça sera toujours trop tôt !

Elle va être furax, et va sûrement me tuer si elle découvre que j’suis complice c’est vrai… Mais franchement j’suis certaine que tu vas en prendre pour ton grade aussi… S’en était suivi une confirmation de ce qu’il savait déjà… Mack n’avait pas quitté l’infirmerie depuis une semaine et elle commençait à sérieusement manquer de sommeil. Et tout le monde sait de quoi elle est capable lorsqu’elle s’épuise sur une cause… La belle en avait fait les frais et si elle n’en gardait aucune séquelle, il était tout simplement hors de question qu’elle serve de punching ball à Mack une nouvelle fois… No Way !

« Ah ouais nan, j’m’en doute, si j’tente de fuir, c’est pas pour rien. J’hésite actuellement sur le thème de ma future névrose. Tu penses qu’il vaut mieux que je penche vers quoi ? Phobique ? Obsessionnel ? Traumatique ? La dernière semble toute indiquée vu la situation… sauf que j’ai aucune idée de ses manifestations. Quoi que j’aime particulièrement l’hystérique. Enfin surtout la manière dont on la soignait. »
- Tu m’en diras tant ! Mais… j’te vois pas trop finir névrosé…

Mack en revanche, c’est moins sûr vu les angoisses qu’elle se paie, mais c’est qu’un détail… Détail auquel tu devrais veiller, sinon elle va te coller aux basques jusqu’à la fin de tes jours !

« Quoi que c’est peut-être pas du tout une névrose en fait…. »

Laissant passer un rire, la jeune femme n’avait pu que se faire la réflexion que le Serpentard avait manqué à son paysage au cours de la semaine. Mine de rien sa présence se faisait ressentir et elle avait pris goût à son attitude de sale con et à son p’tit air arrogant. Changement de sujet oblige, la belle s’était vue percée à jour.

« J’me fais donc la méchante flic et la gentille flic. Un fantasme se réalise. »

Et oui mon grand, comme quoi tu vois, tout espoir n’est pas perdu ! Et pour toute réponse à son allégation, la jolie rousse avait une nouvelle fois levé les yeux au ciel à son allusion tout en continuant de jouer avec le feu !

« Ouais, surtout que quand j’en ai, je ne m’en rends pas compte ! »
- Et pourtant, c’est pas les signes qui manquent !

Regard langoureux… Limite des petites attentions, et limite je bave d’extase devant tant de badassitude ! Un peu de sérieux, est-ce que je joue les groupies devant Maxence, hein ? Un peu d’amour propre que diable !

- Plus sérieusement, tu comptes jouer les filles de l’air jusqu’au p’tit matin avant de devoir rejoindre ta tour d’ivoire ? C’est quoi ton programme ?
« Très grande question. Tu penses qu’elle va dormir jusqu’à quand la belle au bois dormant ? »
- Je dirais jusqu’au p’tit matin au moins, mais sans certitude… Ou alors jusqu’à ce que tu ailles la réveiller d’un langoureux baiser, en mode prince charmant qui réveille sa belle endormie, pour finalement se marier et avoir de nombreux enfants !
« Bref, nan, j’en ai aucune idée. »

Pourtant, une petite idée devait bien se faufiler chez le Serpentard car ses mains s’étaient égarées contre ses reins, remontant petit à petit le long de son dos, manquant presque de lui arracher quelques frissons. De son côté, la belle avait fait remonter ses doigts contre son torse, gardant une certaine distance avec la blessure encore trop récente. Oui si elle venait à l’abimer physiquement cette fois, Mack la tuerait purement et simplement !

« J’vois vraiment pas d’où elle sort cette rumeur qui dit qu’on est ensemble… »
- Laisse-la courir, ça renforce mon côté : « fille imbuvable et dont il faut se méfier » lorsque je joue les mauvaises filles ! Tu devrais voir leur regard quand je joue les jalouses…

A mourir de rire, franchement ! Et oui elle en jouait, beaucoup même, rien que pour avoir le plaisir de les faire redescendre comme elle avait pu le faire un peu plus tôt. La belle en aurait bien remis une couche, mais Alec avait préféré couper court à la discussion en l’attirant contre lui pour l’embrasser comme il en avait le secret. Visiblement, la demoiselle ne devait pas être des plus douées dans ce domaine, car il semblait bien parti pour remettre le couvert. Laisse faire les pros tu veux, on joue pas dans la même cour, c’est évident ! J’vais te l’épuiser moi le p’tit et il n’aura plus d’excuse pour jouer les filles de l’air !

« Pourquoi : il s’est passé quoi avec la prof de potion ?? »

BAM, douche froide… T’es sérieux Alec ?! Passant sa langue sur ses lèvres en le fixant, la jolie rousse voyait presque les rouages de son incompréhension. Déconnecté de la réalité, il n’avait sûrement pas eu vent des évènements post-attaques… C’était certainement mieux comme ça, remarque ! Mettant de côté sa légère frustration, la jeune femme ne comptait pas jouer les demoiselles outrées.

- C’est vrai que ça n’a pas du arriver jusqu’à toi… Lundi, Moore n’a pas trouvé mieux que de rappeler à tout le château que c’était son… anniversaire.

Alors certes, on ne sait pas ça venait d’elle, mais… C’était plus que mal venu dans tous les cas !

- Guirlandes chantantes, paillettes et j’en passe qui s’extasiaient chaque heure et… feux d’artifices à la tombée de la nuit. Mack a pas vraiment supporté. Elle m’a dit que Kezabel l’avait empêchée de détruire son bureau.

Bon du coup, j’imagine que ce petit interlude a un peu cassé l’ambiance, mais tant qu’on y est, autant que tu saches tout car j’pense pas qu’elle t’en parlera d’elle-même.

- Elle pense que… Elle a quelque chose à voir avec ton agression… mais c’est tout c’que j’sais !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1920
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Besoin d'air - Jayden   Sam 28 Mai 2016 - 19:09

Leurs petites joutes verbales lui avaient manquées. Elles étaient quelque part le signe d’une normalité. Il y avait là quelque chose d’affreusement réconfortant. Comme s’il pouvait fuir la réalité de l’attaque à travers ce genre de conneries. Il se sentait simplement en vie, loin de l’infirmerie et des quelques personnes qui s’inquiétaient pour lui. Il n’était pas fait pour ça. Tout ce qui cela lui évoquait, c’était une affreuse sensation d’enfermement, d’oppression. Non, il n’aimait pas qu’on s’inquiète, qu’on le cajole, qu’on l’en courage… ça ne faisait que lui faire sentir les faiblesses qu’on lui attribuait. Oui, là, à force d’être ausculté, il avait l’impression d’être blessé. Alors que c’était bon ! Il s’était remis. Il avait en effet eu une sale plaie mais elle avait cicatrisé et s’il manquait peut-être encore de forces, ça n’était pas cloué au lit que les choses allaient s’améliorer. Non, il avait besoin de reprendre une vie normal. D’être lui-même, tout bêtement. De rire avec une amie, de faire autre chose que de se morfondre sur son état, sur ce qu’il avait vécu. Au contraire, il lui fallait aller de l’avant, se bouge, se prouver qu’il n’était pas qu’une loque dans un lit qui avait besoin qu’on le papouille et qu’on l’emballe dans du papier bulle !!

- Plus sérieusement, tu comptes jouer les filles de l’air jusqu’au p’tit matin avant de devoir rejoindre ta tour d’ivoire ? C’est quoi ton programme ?
« Très grande question. Tu penses qu’elle va dormir jusqu’à quand la belle au bois dormant ? »
- Je dirais jusqu’au p’tit matin au moins, mais sans certitude… Ou alors jusqu’à ce que tu ailles la réveiller d’un langoureux baiser, en mode prince charmant qui réveille sa belle endormie, pour finalement se marier et avoir de nombreux enfants !

Elle le voyait son regard sceptique là ou non ? Ah parce qu’il est beau hein pourtant !

« Bref, nan, j’en ai aucune idée. »

Enfin, si, il devait en avoir une petite car il avait rapproché la jeune femme plus près de son corps, glissant ses doigts contre son dos alors qu’elle lui rendait son étreinte. Venant prendre ses lèvres, il laissait ses mains dériver, l’une plus au sud tandis que de l’autre, il venait effleurer la poitrine de la belle.

« J’vois vraiment pas d’où elle sort cette rumeur qui dit qu’on est ensemble… »
- Laisse-la courir, ça renforce mon côté : « fille imbuvable et dont il faut se méfier » lorsque je joue les mauvaises filles ! Tu devrais voir leur regard quand je joue les jalouses…

Cette idée d’incompréhension générale l’amusait, c’était un fait. Qu’y avait-il de si compliqué à comprendre ? Il n’était pas du type exclusif, loin de là et elle non plus. Ils n’étaient pas ensembles. Juste ensembles régulièrement. Tout le monde ne doit pas nécessairement rechercher le grand amour, se marier et faire des bébés tout mignons, tout doux, tout ronds, tout roses.

Enfin bref.

L’attirant plus encore contre lui, il l’avait embrassé, intensifiant quelques secondes ses gestes avant de revenir sur quelque chose qu’elle lui avait dit… Oui parce que ça lui trottait dans le crâne depuis un moment et qu’il n’était finalement pas tout à fait sûr de s’en foutre.

« Pourquoi : il s’est passé quoi avec la prof de potion ?? »

Oui, il les voyait ses yeux ronds le fixant l’air de lui demander s’il était sérieux. Oui, il l’était. Oh ça va !

- C’est vrai que ça n’a pas du arriver jusqu’à toi… Lundi, Moore n’a pas trouvé mieux que de rappeler à tout le château que c’était son… anniversaire.

Lundi… LE lundi ? Genre celui après les évènements, là où PERSONNE n’en a quoi que ce soit à carrer de la célébration publique d’un quelconque vieillissement annuel ? Ce lundi-là ?
A voir son air sombre, insistant du regard, la jeune femme avait eu la bonne idée de développer.

- Guirlandes chantantes, paillettes et j’en passe qui s’extasiaient chaque heure et… feux d’artifices à la tombée de la nuit. Mack a pas vraiment supporté. Elle m’a dit que Kezabel l’avait empêchée de détruire son bureau.

Une grimace s’était figée sur son visage. Ça calme ce genre de trucs. Oui, ses envies avaient pris le large soudainement, imaginant la rage et la détresse de leur amie.

- Elle pense que… Elle a quelque chose à voir avec ton agression… mais c’est tout c’que j’sais !
« Charmant… »

Qu’elle est riche en chaleur humaine cette école…

« J’sais que je ne suis pas du type élève modèle enfin bon, c’est un peu fort. »

C’était une blague. Une blague sévèrement amère mais une blague quand même. Il savait très bien pourquoi il avait été attaqué et ça n’avait rien à voir avec son caractère dissipé et son refus chronique de l’autorité. Non, en revanche, ça avait tout à voir avec son nom de famille et ses relations proches avec son cousin. Il comprenait parfaitement que son agression n’était rien d’autre qu’une menace envers Logan. Il s’agissait de lui dire qu’ils pouvaient atteindre ceux qu’il aime et que personne n’était à l’abris. Ainsi, il savait que son obstination risquait de leur coûter à tous la vie. Mais que pouvait-il faire ? Le mal était déjà fait. Il ne pouvait pas simplement fermer les yeux et rouvrir l’école, laissant les Supérieurs reprendre le contrôle et se débarrasser des éléments gênants et de tous ceux qu’ils jugeaient inférieurs. Il ne pouvait simplement pas agir comme ça. Il avait finalement trop de respect pour ceux qu’il protégeait pour agir ainsi. Alors il prenait, comme tous ceux qui le soutenaient dans son action. Et comme tous les proches de ceux-là.

« Il y a d’autres évènements sympas comme celui-là que j’ai manqué ? »

Il lui semblait que sa blessure le brûlait soudainement. Lui qui soutenait qu’il n’y avait plus aucun tissu abîmé, il devait tout de même se planter joliment. Lâchant un grognement d’agacement, il avait attrapé la jeune femme pour la faire pivoter et la bloquer contre le mur avec un peu plus de brusquerie qu’il ne l’avait prévu. Ses lèvres glissèrent contre sa nuque, venant jouer avec son lobe d’oreille tandis que ses mains reprenaient leurs courses. Il lâcha un léger soupire.

« J’en ai plus qu’assez de ces conneries. »

Il voulait penser à autre chose et oublier un peu que leur monde tournait autour d’une merde absurde et que leur course en orbite se terminerait obligatoirement par un impact sanglant, droit dans le mur.

Passant la main sous sa jambe, il la souleva contre lui, remontant ses doigts joueurs le long de sa cuisse…

Tout oublier quelques temps.

- topic fini -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Besoin d'air - Jayden   

Revenir en haut Aller en bas
 
Besoin d'air - Jayden
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» Sybille a besoin de se défouler {Nathan
» Besoin en nourriture d'une monture.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Catacombes et escaliers :: Salle commune des Serpentards-
Sauter vers: