AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Mini Event 14.03] I would never dance with you - John

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 249
Date d'inscription : 09/11/2015
Crédits : .Cramberry
Double Compte : Keza, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dim & James



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3456-leni-m-wistinghausen
MessageSujet: [Mini Event 14.03] I would never dance with you - John   Ven 29 Jan 2016 - 11:39

► [Mini Event 14.03] I would never dance with you◄
Leni & John  


Samedi 14 Mars— Soir.

Quatorze jours qu’elle enseigne à Poudlard, l’une des écoles de Magie les plus réputées sur le globe. Et en quatorze jours, Leni a l’impression d’en avoir vécue le double. Ces enfants demandent beaucoup d’énergie et ce, sur tous les fronts. La protection, l’écoute, l’attention, l’apprentissage, le recadrage. Beaucoup de point que lesquels l’enseignante n’hésite pas à fournir l’énergie nécessaire même si elle est plus entrain de gueuler sur eux que de les réconforter. Il faut dire que certain semble être né sous l’étoile de la connerie et qu’ils ne comptent pas ralentir en terme d’ânerie.
Quoi qu’il en soit, plus les jours se sont écoulés, plus le ton a été donné et comprit au sein de son cours. Si bien que rare sont ceux qui osent ou se permettent de venir jouer les insolents. Et lorsque cela arrive, ils ont la chance ou malchance d’être interdit de cours. Si cela peut paraitre amusant aux premiers abords, ils riront sûrement moins lorsque les examens approcheront…

En attendant, Leni a autre chose à penser. Lorsque le thermomètre magique lui indique l’eau est à bonne température, elle se glisse sous la douche. Elle ne se sépare jamais de cet accessoire devenu indispensable pour éviter de se brûler que ça soit pour se laver ou même pour tout autre chose. Un café, un thé ou une soupe, peu importe, elle se doit de prendre garde de ne pas se blesser inconsciemment. Ce sont des habitudes qui sont devenues de simples automatismes avec le temps, quelque chose de naturel et d’ancré dans son quotidien.
Douche prise, enroulée dans sa serviette, elle déambule dans sa chambre et ouvre l’armoire. Ce soir, un bal est donné et c’est le premier qu’elle passe dans cette école. Sa froideur n’est pas représentative de son tempérament en temps de fête. Leni aime boire, s’amuser et même batifoler si l’envie lui prend. Elle est humaine après tout.
Ses yeux s’arrêtent sur une robe fourreau noire, manche trois quart avec un léger décolleté qui n’en montre ni trop ; ni trop peu, légèrement échancré entre ses omoplates. Leni se prépare tranquillement, s’affublant d’une légère touche de maquillage, laissant ses cheveux blonds comme les blés libres mais un minimum coiffés, effleurant ses épaules sans jamais les toucher et glisse une paire de petites boucles d’oreilles à ses lobes. Chaussures mises, petite pochette à la main où s’y trouve accessoire de soin si besoin, baguette ok. Ah, une légère once de parfum.
Être seule ne veut pas dire ne pas vouloir s’apprêter un minimum, pour son propre plaisir.

Elle souhaite être un peu en avance en tant qu’Enseignante et c’est chose faite. La salle est quasi-vide, elle croise le regard d’Ismaelle qu’elle salut d’un signe de tête et d’autres encore avec qui elle échange quelques mots. Leni s’intègre en douceur, à son rythme et ne pas se lier étroitement avec ses collègues ne la gêne pas. Voir, ça l’arrange. L’effusion d’émotions n’est pas pour elle de toute manière.
La Grande Salle qui est merveilleusement bien apprêtée pour l’évènement presque de dernière minute se remplit au fur et à mesure et Leni scrute certains regards, certains traits. Ont-ils vu et entendu ce chant s’élever au creux des couloirs sous la forme des patronus de leurs Directeurs ? Cette forme de résistance et de révolte qui a creusé un sentiment de hargne au creux des tripes de Leni, de voir que l’école et ses habitants se dévoilent comme des insoumis. Elle n’aurait pas la prétention d’être fière d’eux en vue de son expérience prématurée ici mais par Merlin qu’il était vivifiant de voir encore la lutte rôder entre les murs ! Et elle est presque heureuse de voir que personne ne baissera les bras face à cette oppression.

D’ailleurs cette chanson que le groupe de l’école élève de leur voix est pleine d’émotions, d’hommage et de respect. Très jolie moment qu’elle apprécie et qui serait en homme à cette jeune élève décédée lors de la précédente attaque. En espérant que cela réussisse à remonter le morale des troupes et de les pousser à ne pas lâcher prise…

La soirée se poursuit, elle déambule parmi la salle et scrute les petits malins qui pourraient en profiter pour faire deux ou trois conneries, n’en oublie pas pour autant d’échanger des mots plus léger avec certains collègues mais aussi d’être lourdement agacée par les tentatives du jeune Gabrieli.
Lourd au possible avec son sourire de lover, comme s’il réussirait rien qu’avec l’esquisse de ses lèvres à me séduire…
Elle laisse parler, ne l’écoute qu’à peine pour lui faire comprendre qu’elle n’est pas intéressée.  Et il est têtu, à du mal à capter les signes qui pourtant ne trompe pas. Leni décide alors de planter un regard de glace dans le sien, le fusillant sur place, avec un léger mouvement de tête catégorique.
Silence. Il recule, gêné.

— … Okay. J’ai compris.
— Vous en mettez du temps à la fin.
— C’est parce que je suis trop jeune ?

Regard, des pieds à la tête.

— En partie.
— L’âge ne compte pas et j’suis adorable.

Grand sourire de Dimitri. Stoïcisme de Leni.

— Tout dépend de quel point de vue on se place.
— Charmant.
— Je sais. Elle boit une gorgée de sa boisson qui lui semble… bien trop fort pour un jus de fruit. Autre chose ?
— Hum… Vous êtes ravissante ?
— Vous êtes lourd.
— Adorable.
— Encore une question de point de vue.
— Pas faux.

Et il garde le sourire non de dieu.
Dimitri bois une grande gorgée avant d’hausser les épaules tout en regardant le fond de son verre.

— Ca va, j’vous laisse tranquille. Peut-être qu’un jour je réussirais à vous faire sourire.
— Oh vous réussirez en vous retrouvant saoul, votre cravate autour du crâne, à beugler des chansons qui n’ont aucun sens.
— En gros quand je serais au top du ridicule.
— C’est à peu près ça.
— Effectivement, ça risque d’arriver régulièrement alors. Il glisse son regard vers une Universitaire, esquisse un sourire et revient à Leni. Bon, j’vous lâche ! Passez une bonne soirée Mlle Leni.
— Winstinghausen.
— Je sais mais c’est trop long à prononcer et trop compliqué !

Elle lève les yeux au ciel, exaspéré alors qu’il recule en ricanant, direction le buffet. Elle n’a pas manqué de capter ce regard échangé avec l’Universitaire de tout à l’heure et se demande si c’est réglementaire de batifoler avec des étudiants. De toute manière, qu’est-ce que ça peut lui foutre ? Rien. Chacun fait bien ce qu’il veut tant que ça n’interfère pas le bon déroulement de sa pédagogie auprès de ses étudiants. Elle suppose que les jugements sont vite revus à la baisse lorsque nous nous retrouvons enfermer entre ses murs durant un laps de temps qui peut s’avérer très… très long.


Dernière édition par Leni M. Wistinghausen le Dim 7 Fév 2016 - 17:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 105
Date d'inscription : 23/07/2015
Crédits : mives
Double Compte : Tata, Rina, & Maxima



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Mini Event 14.03] I would never dance with you - John   Mer 3 Fév 2016 - 23:42

LENI & JOHN
Samedi 14 Février
« I WOULD NEVER DANCE WITH YOU »

FLASHBACK — 6 MARS 2015, cabinet de John Kingsley

« Bon, Zachary, j’ai fais le tour, j’ai été voir différents profs, j’ai corrigé ton test, j’ai réfléchis… »

John est appuyé contre son bureau, le jeune métis assis dans un fauteuil visiblement un peu nerveux, surement parce que le visage du psychomage est serré, fermé, pas très content, en somme. Les bras et les jambes croisés, il scrute l’élève en psycho avec une certaine dureté dans le regard. Au fond de lui, John est mort de rire. Mais croyez-le ou non, il peut s’avérer être très bon comédien. Pour l’instant il n’en montre rien, et garde cet air incroyablement sérieux, un visage qu’il a uniquement les mauvais jours.

« Je me pose encore pas mal de questions. »

Ses bras restent croisés, impassible.

« Je suis au regret de devoir t’annoncer… que c’est une blague ! J’plaisante Zachary, je serais ravi que tu sois mon padawan. Et si, comme ton professeur de médicomagie tu te demanderais ce que c’est, ça veut dire apprenti. »

Le début de sa phrase sonnait au départ comme une funeste nouvelle et, en plein milieu, le visage du prof de psychomagie se métamorphose : un joyeux sourire, s’étend d’une oreille à l’autre, ses yeux redeviennent rieurs, il écarte ses bras dans un geste désormais ouvert et pose une mains sur l’épaule de son nouvel apprenti.

« Bon, désolée pour cette frayeur, mais c’était vraiment trop tentant. Discutons maintenant des détails, veux-tu ? »

Sur ces mots, John sort un paquet de bonbon de sa poche et le tend au jeune métis, tout heureux de sa petite blague mais surtout content de pouvoir offrir à un élève méritant un enseignement plus approfondi sur la psychomagie, matière qui le passionne depuis ses propres expériences après l’école. Zachary a la chance de pouvoir faire un cursus universitaire au sein même de l’école de Poudlard, pense-t-il, c’est une occasion en or. Pourquoi lui refuserait-il le statut d’apprenti alors qu’il semble être un excellent élève, préfèt en chef de surcroit et pour finir gardien de l’équipe de quidditch de sa maison ? La totale. John retourne donc s’asseoir à son bureau, face à son élève et commence à lui expliquer le processus de travail auquel devra désormais se plier son apprenti.

Ø


14 MARS 2016

Quelle idée de venir au bal se dit-il. Quelle idée. Il n’a pas de cavalière en plus, pense-t-il alors qu’il remonte le nœud de sa cravate. Un costume, ok, carrément. John se dit qu’il est complètement rouillé et qu’il a perdu ce type d’habitude. Depuis combien n’était-il pas sorti juste comme ça ? Juste pour faire un tour ? Un bal. Et puis quoi encore. Il pousse un soupir en passant les mains dans ses cheveux pour les coiffer un minimum. Se coiffer. Non, vraiment, n’importe quoi.

Il retrousse les manches de son costume noir pour se donner un air un peu plus décontracté et jette un long regard sur l’ensemble de sa tenue. Il a envie de rigoler quand il voit ça mais ne peut pas s’empêcher de se dire qu’il n’est pas non plus à mettre à la poubelle. Pas quand il se voit en costume. Certes, aujourd’hui tous ses rires ont créés des sillons sur la peau de son visage, mais ça lui rajoute un charme que seul l’âge peut modeler. Il se sourit bêtement à lui-même. C’est à ce moment précis que son chat semble vouloir lui aussi se manifester puisqu’il s’assoit à ses côtés et, d’un coup d’un seul, miaule. John redescend sur terre et sort ses mains de ses poches pour se diriger vers les croquettes d’Hyppolite.

« Ça va, ça va, j’arrive. »

Hyppolite câliné, couché sur le lit du psychomage, celui-ci fourre quelques bonbons dans sa poche : kit essentiel de survie, puis se rend tranquillement dans la grande salle. Pourquoi doit-il y aller déjà ? Ah oui, surveiller un peu, et il croit en avoir parlé avec Leiv. Peut-être ? Il ne sait plus. Pas besoin de raison, de toutes façons, il y est déjà.

Lorsqu’il y arrive, la chanson hommage vient a peine d’être commencé. Il est content que les élèves puissent arriver à chanter de cette manière et transporter leur résistance. En bon psychomage, il se dit que c’est un très bon moyen de passer par-dessus cette terrible épreuve. Il est d’ailleurs très heureux de pouvoir observer les enfants sourirent après l’émotion passée provoquée par le chant du groupe de musique de l’école. De loin il repère Katherine qui est joliment habillée et soulève son verre à son attention, tout sourire. Oui parce que bien entendu, pourquoi pas prendre un verre de jus.

Tranquillement, une main dans la poche, l’autre autour de son verre, John fait le tour de la salle. Il détaille la petite foule sans empressement et son regard finit par tomber sur une femme. Une blonde. Une femme blonde oui, une professeur plus précisément de botanique. Wistinghausen. Charmant nom de famille pour une charmante jeune femme. John ne peut pas se permettre d’être insensible à la beauté de la prof de bota, bien qu’un peu froide visiblement. Ils se sont déjà rapidement parlé, pas grand chose, les politesse et les mondanités basiques, sans aucune prétention. Peut-être que cet événement est pour John le moment de discuter un peu plus avec sa consoeur, il s’approche donc d’un pas tranquille vers air, sourire calme sur les lèvres.

« Bonsoir Mlle Wistinghausen. Tout se passe comme vous le voulez ? »

Il porte à ses lèvres le verre de jus et se rend finalement compte qu’il ne contient pas seulement du jus. Il fronce les sourcils et observe son verre un instant.

« C’est moi ou il n’y a pas que du jus dans nos verres ? »

Approche : zéro. Zéro pointé.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 249
Date d'inscription : 09/11/2015
Crédits : .Cramberry
Double Compte : Keza, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dim & James



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3456-leni-m-wistinghausen
MessageSujet: Re: [Mini Event 14.03] I would never dance with you - John   Dim 7 Fév 2016 - 18:18

Elle ne s'ennuie pas mais la venue de Gabrieli l'a partiellement agacée. Elle est consciente qu'il n'était pas venu pour l'emmerder et encore moins lui gâcher la soirée mais le caractère de Leni est aussi stable qu'un troll sur un balai. Elle est lunatique, un rien peut lui faire changer d'humeur et en l'occurrence c'est le cas. Elle est arrivée avec l'idée de pouvoir profiter de cette petite soirée festive malgré le chant mortuaire pour cette jeune femme, afin de s'intégrer naturellement parmi ses collègues mais aussi parmi les élèves, sans jamais dépasser la limite de l'enseignement. Désormais, elle n'a que pour envie d'être seule dans son coin, au moins en attendant que l'orage passe. Elle se connaît, elle sait se gérer et sait qu'elle est la meilleure façon pour lui enlever cette subite envie de tirer la gueule.

Coin reculé de la pièce, près du « bar » improvisé censé ne comporter que du jus de citrouille dont elle en tient un verre en main, elle porte un regard global sur la salle mais aussi cette ambiance joviale et détendue. Si il y a bien quelque chose qu'elle ne peut enlever à ces étudiants c'est bien leur capacité à retomber sur leur pattes avec ferveur mais aussi avec détermination. C'est un trait de caractère qui lui plaît et qui a tendance à la motiver un peu plus à offrir son savoir. Ne pas laisser la terreur nous terrasser est une chose compliquée lorsque ces terroristes ne semble pas vouloir lâcher prise. Et pourtant, ils sont là à danser, chanter, boire. Vivre, en somme. Elle en serait presque touchée.
Elle porte une nouvelle gorgée de faux jus à ses lèvres, ne voyant pas venir un nouvel arrivant à sa gauche, trop occupé à s'assurer que ce jeune couple là bas, au loin, ne dépasse pas le stade de la bienséance en pleine danse. Leurs hormones sont en pleine éclosion, mais tout de même !

— Bonsoir Mlle Wistinghausen. Tout se passe comme vous le voulez ?

Elle détourne don regard pour le poser sur un homme qu'elle connaît de vue. Ou peut-être un peu plus pour avoir échangé quelques banalités et politesse avec lui. Il arbore ce même et unique sourire qui semble gravé sur son visage, à croire qu'il en ferait presque une religion.
En revanche, Leni ne manque pas de remarquer que cet homme a laissé tombé ces vieux gilets usés et ses jeans délavés pour une tenue plus classe qui, elle doit bien se l'avouer, le rend bien plus charmant qu'il ne pouvait l'être avant ça. Noir, sombre, cravate nouée avec maladresse certes, mais l'effort est là.

— Bonsoir Monsieur Kingsley. Sourire rapide, bref, mais présent. Je n'attendais rien de particulier de cette soirée donc je dirais que oui.

Elle n'était venue que pour se détendre un peu, connaître un instant de vie. Et même si John vient par sa venue rompre son instant de tranquillité, Leni ravale son agacement lunatique pour faire un effort. Enfin, presque. Il n'est pas désagréable, elle dirait même qu'il est foncièrement gentil. Le pauvre n'arrive pas forcément au bon moment pour venir lui tenir la conversation...
Allez savoir pourquoi Leni se dit que Leelo, elle, aurait sauté sur l'occasion pour s'approprier cette homme et le conduire jusqu'à son lit...

— C’est moi ou il n’y a pas que du jus dans nos verres ? 

Leni hausse un sourcil en regardant son verre, comme si la solution pouvait s'y lire avant de porter son regard vers un jeune homme – trop jeune même – qui semble être tout sauf clean et sobre... Elle le pointe discrètement du menton avant de lâcher.

— A voir cet élève qui semble tenir une conversation très sérieuse avec l'un des rideaux de la grande salle, je dirais que certains malins ont jugés bon de légèrement pimenter cette soirée.

Chose qui pourrait être intolérable et que Leni condamnerait sans hésitation si elle connaissait le ou les coupables de cette petite farce improvisée. Après tout, ils avaient bien le droit de s'amuser et elle serait hypocrite de dire qu'un peu d'alcool dans tout cela ne lui fait pas plaisir un minimum.

— Reste à savoir au bout de combien de verre vous vous trouverez vous-même dans une situation aussi embarrassante que lui...

Taquinerie ouverte qui, pourtant, n'en est pas une. Elle ne sait pas si elle avait envie d'être humeur blagueuse ou non, elle qui ne comprenait pas les 98% des blagues que nous pouvions lui faire ou qu'elle ne trouvait absolument pas drôle malgré l'hilarité de ses vis-à-vis parfois. Pourtant, elle lui sourit presque taquine avant de reprendre une gorgée. Sa mauvaise humeur plane toujours au dessus d'elle comme un nuage de fumée et elle sait qu'au moindre faux pas, l'Iceberg prendra sa place d'un claquement de doigts.

— Et vous Mr Kingsley, cette soirée se passe-t-elle comme vous le souhaitiez ?

Sans le regarder, toujours les yeux rivés vers cet élève qui éclate de rire devant son ami le rideau avant de le prendre dans ses bras comme un frère... Si ça ne tenait qu'à elle, elle l'enverrait décuver aussi sec sous une douche froide. Un peu de tenue ne serait pourtant pas trop demandée !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 105
Date d'inscription : 23/07/2015
Crédits : mives
Double Compte : Tata, Rina, & Maxima



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Mini Event 14.03] I would never dance with you - John   Dim 7 Fév 2016 - 21:49

John est toujours souriant, comme à son habitude, mais ne manque pas d’observer que la botaniste de l’école semble, elle, être en l’occurrence de plus ou moins mauvais poil. Son sourire est bref, présent mais furtif. Ça ne rebute pas John pour autant.

« A voir cet élève qui semble tenir une conversation très sérieuse avec l'un des rideaux de la grande salle, je dirais que certains malins ont jugés bon de légèrement pimenter cette soirée.
— En effet… »

…sont les seuls mots qui lui échappent, trop étonné par le comportement éthylique d’un des élèves qui, très sérieusement, discute avec un des rideaux du grand hall. John se demande un court instant s’il ne faudrait pas régler ce problème d’alcool mais son esprit de grand enfant lui conjure de laisser les choses se faire. N’y a-t-il pas eu le droit, à son âge ? Et n’ont-ils pas le droit de s’amuser un peu, après tout ces évènements. John est bien placé pour affirmer que les enfants de ce château on besoin d’un peu de réconfort après toutes ces tragédies. Le vieux psychomage se dit que les élèves de Poudlard ont la tête sur les épaules, et qu’ils ne feront pas n’importe quoi, son instinct lui dit que ce soir serait une soirée relativement calme. En dehors de celui qui s’amuse à parler aux rideaux. Tant qu’il ne finit pas par briser leur relation en leur vomissant dessus…

« Reste à savoir au bout de combien de verre vous vous trouverez vous-même dans une situation aussi embarrassante que lui... »

Les paroles de la prof de bota le ramène à la réalité. Son sourire s’élargit. Et ben voilà ! Il préfère ça ! La taquinerie, un terrain qu’il aime à fouler. John se dit à ce moment précis que la très légère expression rieuse, furtive, qui agrémente la taquinerie de mlle Wistinghausen lui sied à ravir, mais il se garde bien de lui dire. Après son approche foireuse, le psychomage doit se rattraper. Il y a quelque chose dans ce sourire taquin qui lui plait, et qui lui donne envie d’en voir un peu plus. Mais le sourire a disparu dans le verre de sa vis-à-vis, aussi vite qu’il est arrivé. John la suit dans ce geste et prend une gorgée de ce jus amélioré.

« J’ai assez de marge pour ne pas finir dans cette situation, mais c’est gentil de vous « inquiéter »… »

Son sourire est lui aussi taquin mais il remarque que la prof n’a pas très l’air réceptive à son retour blagueur. Très bien… Il reprend une gorgée de jus et se dit qu’après tout, pourquoi pas lui demander de danser. Oui, comme ça, une petite bulle dans son cerveau. Elle n’est pas accompagnée, c’est une belle femme qui est, selon les dires, intransigeante mais également excellente professeur. Peut-être qu’ils pourraient discuter un peu plus et en apprendre davantage l’un sur l’autre ?

« Et vous Mr Kingsley, cette soirée se passe-t-elle comme vous le souhaitiez ?
— Je n’attendais rien non plus de particulier à cette soirée, et comme vous le voyez je ne suis pas accompagné mais jusque-là ma soirée se passe bien, merci. »

John réduit la distance qui le sépare de la prof de botanique d’un léger pas et se tourne alors vers la salle, regardant dans la même direction que la jeune femme. Il a bien sur remarqué son élégance. Peut-être aurait-il du commencer par là ? Ou devrait-il continuer comme ça. L’élève éclate de rire, John attend qu’il se calme, puis reprend.

« Je suis ravi de pouvoir enfin discuter un peu avec vous. J’étais curieux de vous rencontrer. »

Il tourne son visage à nouveau vers la prof de botanique et lui sort son sourire le plus charmant. Celui-là même qui s’accorde très bien avec ses cheveux coiffés mais un peu en bataille. Celui-là même qui le assez séduisant.

« Est-ce que je peux me permettre de vous inviter à danser, pour faire plus ample connaissance ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 249
Date d'inscription : 09/11/2015
Crédits : .Cramberry
Double Compte : Keza, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dim & James



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3456-leni-m-wistinghausen
MessageSujet: Re: [Mini Event 14.03] I would never dance with you - John   Mer 10 Fév 2016 - 11:42

S’inquiéter? Il pouvait bien finir saoul au possible à se rouler sous la table qu’elle n’en aurait rien à faire. D’autant plus qu’elle ne le connait que très peu, voire pas du tout. Donc à moins que sa vie ne soit en danger, non, Leni ne s’inquièterait pas de l’état de John. Quand bien même ce dernier possède un sourire presque charmant.
Aucun doute, Leelo lui aurait déjà mis le grappin dessus. Plus âgé qu’elle ou non.

— Je n’attendais rien non plus de particulier à cette soirée, et comme vous le voyez je ne suis pas accompagné mais jusque-là ma soirée se passe bien, merci.

Etonnant qu’il ne soit pas accompagné, tiens. Un instant Leni se demande au bras de quelle femme John aurait pu venir ce soir… Ou au bras de quel homme. Pourquoi pas après tout ? Tous les goûts sont dans la nature et il est même arrivé à Leni d’avoir tentée quelques expériences avec le même sexe, juste pour un plaisir fantasmé que par amour. De toute façon, ce dernier sentiment lui semble presque inconnu si nous omettons ce jeune homme de lycée qui lui a causé plus de problème en quelques mois qu’une classe turbulente et cancre n’aurait pu le faire.
Donc, quel homme pour Mr Kingsley ? Helland ?
Non, couple bien trop …  ennuyeux. Quoi que John pourrait un peu pimenter la vie de ce médecin qui, certes, avait le talent de sa profession au bout des doigts mais semblait vivre perpétuellement dans la retenue du haut de son Icerberg.
Dimitri ? Jamais. Ce garçon est bien trop coureur de jupons.  

Ou peut-être ce jeune homme, là-bas ? Le métis qui, si elle a bien compris, était son apprenti. Disemba, non ? Cette fois, il semble que le couple match plutôt bien dans sa tête…

Les éclats de rire du jeune élève ivre la ramènent à la réalité et Leni ne manque pas de le regarder avec une certaine lassitude.
J’en connais un qui va faire la connaissance d’une jolie gueule de bois demain…

— Je suis ravi de pouvoir enfin discuter un peu avec vous. J’étais curieux de vous rencontrer.

Elle tourne son regard vers le psychomage et, étrangement, le voit d’une tout autre manière depuis qu’elle l’imagine avec le jeune Disemba. Elle ne considère pas ça comme acquis, loin de là, elle s’amuse seulement à imaginer les possibilités.
Toujours verre à la main, elle scrute John avant de lui répondre.

— Merci.

Elle s’apprête à lui demander en quoi cet homme est curieux de la connaitre mais elle n’en a pas le temps. John s’avère rapide et dégaine un sourire qu’elle trouve charmant jusqu’à ce qu’il en perdre toute sa valeur par de simple mot.

— Est-ce que je peux me permettre de vous inviter à danser, pour faire plus ample connaissance ?

Mauvais tour, mauvais jeu. S’il pensait que c’était de cette façon qu’il fallait se comporter avec Leni, cet homme avait tort sur toute la ligne. Elle en serait presque agacée. Dimitri,  maintenant lui ? Pourquoi ont-ils l’art et la manière de foutre en l’air une simple discussion ?
Leni est quasi-inexpressive avant d’esquisser un léger sourire que John pourrait prendre pour un espoir mais que la jeune femme sent acide. Lui demander de danser ? Jamais. Elle n’en a pas envie, c’est comme ça. Il n’y a pas d’explication autre que l’absence du désir à vouloir sentir la présence du psychomage pour une danse. Et puis, c’était quoi cette tactique foireuse pour soit disant faire connaissance ?

— Et bien permettez moi de vous dire non.

Il n’a jamais été dit que Leni était agréable… et encore moins chaleureuse et accessible. C’est loin d’être ses premiers traits de caractère.
Nous avons tous qu’il existe mille et une manière de recaler un homme ou une femme vous demandant une danse ou vous proposant un verre, voir un dîner, mais Leni n’a jamais eu de filtre entre ses pensées et ses lèvres et si les choses sortent avec une telle facilité et spontanéité, elle n’en éprouve aucun regret, ni honte. Encore moins de la compassion.

— Bonne soirée Mr Kinglsey.

Sourire en coin, crispé, furtif, elle s’éclipse sans lui accorder un regard.
Elle se dirige vers l’autre bout de la salle, laissant là le psychomage tout en buvant une nouvelle gorgée de sa boisson légèrement alcoolisée. Un regard vers la droite et Leni se dirige vers Phaedre, femme étrange mais fascinante qui lui inspire une curiosité saine et purement professionnel. Peut-être que Leni pourrait se voir avoir une discussion plus passionnante qu’une invitation à danser ?

— FIN POUR MOI —
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1143
Date d'inscription : 25/03/2015
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Ems / Ju' / Caem / Keith / Ethan / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3179-zachary-disemba-let-s-dance
MessageSujet: Re: [Mini Event 14.03] I would never dance with you - John   Mer 17 Fév 2016 - 12:06

Il avait rapidement repéré monsieur Kinglsey dans la foule. Pas habitué à le voir en costume et surtout en compagnie d’une femme, la nouvelle prof de botanique qui semblait être parfois aussi chaleureuse qu’une longue nuit d’hiver. Scène intrigante qui avait tout de suite attiré son attention. Zachary s’était donc posté pas très loin d’eux, un verre à la main, les observant du coin de l’œil, petit sourire aux lèvres. Bah quoi? Le prof c’était bien amusé à jouer avec ses émotions et à lui en faire baver, il pouvait bien s’immiscer, un peu, dans sa vie privée. Bon ok, ce n‘était pas correct mais la curiosité était trop grande. M. Kinglsey et lui n’étaient plus seulement prof et élève désormais. Depuis qu’il avait accepté de le prendre comme padawan comme il l’avait si bien dit. Le métis se souvenait parfaitement de ce moment. Il était venu dans son bureau après les tests, anxieux mais déterminé. Et là… Là il l’avait fait tourner en bourrique en lui faisant croire qu’il ne le prenait pas. Sur le coup, Zach avait ressenti une immense déception. Parce que sans le vouloir, il s’était convaincu que c’était bon, qu’il avait réussi l’épreuve et qu’il allait enfin pouvoir commencer quelque chose d’important. Il n’avait pas envisagé l’échec parce qu’il ne le voulait pas. En soit, il n’était pas sûr de lui au point de se dire qu’il ne pouvait que réussir mais c’était quelque chose qu’il voulait tellement…. Alors quand John lui avait finalement dit que c’était une blague et qu’il serait bel et bien son apprenti il avait été un peu déboussolé. Sur le coup, il était même resté bouché bée quelques instants. Puis il s’était repris, le sourire était revenu sur ses lèvres et il avait pu parler correctement. Même si sa voix trahissait la joie extrême qu’il avait ressenti. Et en même temps, pourquoi la cacher ? Être motivé et enthousiaste n’était pas encore une tare à ses yeux. Alors il l’avait fait comprendre à son prof et s’était mis tout de suite au travail. Cela faisait maintenant une semaine et sa motivation n’était pas retombée, bien au contraire. Zachary avait compris qu’il avait un long chemin à faire et que John ne le ménagerait pas. Mais ça lui plaisait et si son emploi du temps commençait clairement à exploser, cela lui procurait en un sens un sentiment de fierté. Il allait peut être réaliser vraiment un truc bien, et ça n’avait pas de prix.

Mais bon, malgré tout ce sérieux et tout ce travail qu’il était prêt à accomplir, Zachary n’en restait pas moins un sale gosse par moments. Alors oui, il était très curieux de voir ce que cette petite entrevue entre les deux profs allait donner. Il avait loupé sans doute le début mais était sûr d’arriver au bon moment. Tiens tiens, M. Kinglsey était ravi de pouvoir lui parler enfin ? Intéressant. Il ne savait pas que son professeur était en recherche de compagnie féminine. Un bon sujet pour l’embêter s’il cherchait la petite bête. Mais le meilleur était à venir. Alors que Zach sirotait tranquillement son verre, il manqua littéralement de s’étouffer. John venait d’inviter la nouvelle prof à danser. La nouvelle prof venait de lui mettre le plus gros vent qu’il n’ait jamais vu. L’étudiant était d’abord resté complètement con devant la scène, toussant pour ne pas s’étouffer puis… Il avait littéralement explosé de rire. Nan mais sérieusement ? C’était juste incroyable. Il s’approcha alors de M. Kinglsey, faisant au mieux pour ravaler un peu son hilarité. Quand il fut à son niveau, il lui fit deux petites tapes sur l’épaule avant de se mettre en face de lui.

“Je suis vraiment désolé pour vous M. Kinglsey. C’est moche ce qui vient de se passer, très moche.”

Zachary avait d’abord réussi à parler sans rire, à n’afficher d’un petit sourire mais au fur et à mesure la situation l’avait rattrapé il avait fini tout bonnement par exploser de rire. En face de John. Il ne voulait pas se foutre de sa gueule ou le mettre dans une situation honteuse mais vraiment… C’était juste incroyable. Cette prof était complètement tarée. Il n’avait jamais vu quelqu’un d’aussi glacial. Le psychomage n’avait pas choisi le bon numéro. La prochaine fois il avait tout intérêt à mieux se renseigner sur l’objet de ses désirs pour éviter ce genre de désagréments. Paroles d’expert. Parce que bon, si Zach avait encore beaucoup à apprendre au niveau de la psychomagie, pour ce qui était du jeu de séduction, il savait plutôt bien se défendre. D’ailleurs…

“Elle était pas faite pour vous, trop froide. Mais si vous voulez des conseils pour tenter votre chance avec une autre n’hésitez pas.”

Nouvelle petite tape sur l’épaule. Est-ce que John allait s’énerver ? Zachary était persuadé que non. Certes il était encore un élève et se devait de respecter son prof mais il était maintenant son apprenti. Et M. Kinglsey lui avait bien fait comprendre qu’il aimait bien déconner lui aussi alors bon. Et puis, même s’il avait ri comme une baleine et qu’il affichait toujours ce petit sourire hilare, Zach respectait profondément son professeur. Il s’amusait juste de la situation et surtout, de cette prof qui était définitivement très bizarre. Ora, faudra que tu m’en dises plus, toi la génie de la botanique. L’étudiant se tourna alors et vit un gosse passer avec un verre de jus. Il lui retira des mains pour le tendre à son prof. Ce truc était trafiqué, hors de question qu’un mioche le boive. Et puis, John avait sûrement besoin d’un petit remontant.

“Tenez du jus de citrouille. Enfin amélioré, mais juste pour vous hein…”

Zachary n’était pas responsable du jus trafiqué. Mais il n’avait pas envie de se mêler de ça non plus. De toute façon, ce n’était pas l’heure de sa surveillance. Alors autant faire comme si seul le verre qu’il tendait à son prof était amélioré. Pour le reste, il ne savait pas. Ahem.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 105
Date d'inscription : 23/07/2015
Crédits : mives
Double Compte : Tata, Rina, & Maxima



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Mini Event 14.03] I would never dance with you - John   Ven 26 Fév 2016 - 17:17

« Et bien permettez moi de vous dire non. »

Douche froide. C’est exactement ce que ressent John a ce moment-là. Elle lui a sourit, de manière presque imperceptible et il s’est dit « elle va accepter, pas sur, mais il n’y a rien de mal ça », il y avait cru, une petite seconde. Il ne bronche pas, son sourire n’arrive pas à se défaire de son visage. Il reste concrètement là comme un con. Son égo ? N’en parlons pas pour l’instant.
Son sourire bien qu’il semble vouloir rester accroché à son visage, se crispe de manière imperceptible. Il n’en revient pas. Le psychomage n’arrive même as encore à être agacé par le ton que Wistinghausen a employé pour lui répondre. Il est trop sous le choc. C’est une mauvaise blague ?
Non. Leni Wistinghausen, charmante femme au regard froid, n’est certainement pas du genre à blaguer. Il le comprend à demi-mots.

Alors voila. John vient de se prendre un râteau mémorable, puisque c’est le mot qu’il faut employer dans ce cas-là. Et ce n’est pas fini.

« Bonne soirée Mr Kinglsey. 
— Oui, oui. »

C’est tout ce qu’il arrive à répondre. Son regard suit Leni qui s’éloigne de lui, ans préavis. Un sourire crispé, furtif. Elle ne lui accorde pas même un vrai regard. Elle s’en va, c’est tout, c’est comme ça. Il n’a pas son mot à dire. John, qui n’est pas forcément de nature à se laisser faire, n’a même pas le temps de lui demander pardon. N’en est même pas capable. En fait, qu’une jolie femme lui dise non, ce n’est pas… très grave. Ce n’est pas quelque chose qu’il retiendra. Si elle n’a pas envie de partager un moment avec lui, alors soit ! Pas de problème. Mais ce ton… Ce regard… Méprisants au possible. Comme si John lui avait demandé la taille de son soutien-gorge ou un truc intime dans le genre. Il n’en revient pas. Ah quelle audace…Non pas audace, dédain, insolence. Quelque chose comme ça. Une pointe de honte se glisse sur son visage. Son regard retombe dans son verre désormais vide, oui, comme son cerveau actuellement.

Un rire particulier et reconnu lui parvient aux oreilles et le psychomage lève alors la tête pour tomber sur son apprenti, Zachary. John n’est pas du genre à rougir de ses actes et de ses erreurs, alors il le regard simplement d’un air presque absent. Ah vraiment ? Un petit sourire revient se loger sur le côté de ses lèvres. Bon, après tout, ce n’est pas si grave. Ce n’est pas grave du tout même, bien que le choc soit rude, John n’en est pas à son premier vent. Ok, celui-ci est mémorable et cause surement l’hilarité de son jeune padawan.

« Je suis vraiment désolé pour vous M. Kinglsey. C’est moche ce qui vient de se passer, très moche.
— Ohhh ça vaa… »

Le psychomage laisse à son tour échapper un petit rire, jette son gobelet vide dans une poubelle affamée et insère ses mains dans ses poches, d’un air presque abattu.

« Elle était pas faite pour vous, trop froide. Mais si vous voulez des conseils pour tenter votre chance avec une autre n’hésitez pas. 
— Oh parce que tu crois m’apprendre l’art de la séduction jeune padawan ? »

Un grand sourire lui traverse le visage. Bon il n’arrive pas à oublier cet échec cuisant mais… L’une des principales qualités de John c’est sa manière de relativiser les choses. La douleur à l’égo s’évacuera, comme les autres. Mais bon, il avait bien compris que Leni semblait être aussi douce qu’un cactus et il ne s’y frottera certainement pas une deuxième fois. Zachary lui tape sur l’épaule, compatissant et John semble presque le remercier du regard. Il est bon d’en rire, quand même. Et puis Zachary a bien le droit de se moquer un peu de lui, il y a matière. Le psychomage s’était lui-même joué de lui pour quelque chose de plus important qu’une danse à savoir : son apprentissage en psychomagie. Il lui sourit donc et laisse échapper un rire sincère alors que le jeune métis attrape un verre de jus jusque-là planqué dans les mains d’un jeune garçon pour lui tendre.

« Tenez du jus de citrouille. Enfin amélioré, mais juste pour vous hein… 
— C’est bien aimable à toi, jeune padawan. Mais tu sais, je ne suis pas dupe. »

Le papachat lève son verre pour lui indiquer de quoi il parle puis, s’avance pour trinquer avec son apprenti et boit deux/trois gorgées de liquide. Bon, quand même, ça fait du bien. Son oeil capte son nouvel ami, Leiv, pas bien loin. Il se dit qu’il devrait aller le voir, lui dire qu’il est charmant. Et il devrait également le dire à son padawan. Pourquoi pas après tout ça n’est pas exclu entre personnes de la gente masculine.

« Attends… Rappelle-moi un truc.. T’es pas censé me rendre cinq parchemins sur les origines de la psychologie avant la fin de la semaine, Zachary ? »

Ses yeux qui balayaient le vide reviennent dans ceux du jeune métis, un sourire amusé sur les lèvres.

« Ah, je ne t’avais pas prévenu ? Mince alors. »

Sur ces mots, John tapote à son tour l’épaule de son jeune apprenti et commence à s’éloigner de quelques pas. Il se retourne en marche à reculons pour interpeller Zachary.

« 2 parchemins devraient suffire, ne t’en fais pas. »

Il hausse les sourcils d’un air de défi et se retourne pour se diriger vers Leiv qu’il salut de la main, d’un peu plus loin. Histoire que lui non plus ne lui mette pas un vent mémorable.


FIN POUR MOI
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1143
Date d'inscription : 25/03/2015
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Ems / Ju' / Caem / Keith / Ethan / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3179-zachary-disemba-let-s-dance
MessageSujet: Re: [Mini Event 14.03] I would never dance with you - John   Jeu 3 Mar 2016 - 15:33

Il avait suffit de quelques secondes seulement pour que Zachary soit satisfait d’être intervenu. Lorsque John se mit à rire avec lui, il fut conforté, rassuré et ravi. Il aurait été embêtant que son professeur prenne mal sa petite intervention, se vexe ou quoi que ce soit du genre. Maintenant qu’il l’avait accepté comme son apprenti ils risquaient tout de même de passer pas mal de temps à se côtoyer alors il valait mieux que ce soit dans une bonne ambiance. Alors le métis était d’autant plus satisfait de se dire que s’il y aurait toujours une barrière entre eux, ils pouvaient se permettre parfois de rire un bon coup et de parler de choses autres que la psychomagie. Bien que ce sujet soit pour Zach l’un des plus intéressants, bien évidemment. Enfin, même si pour le moment les amourettes de son professeur l’intriguaient beaucoup. Quand il afficha une tête presque abattue, le métis retint son rire pour afficher un air plus compatissant. Il n’aurait pas aimé se prendre un tel vent mais peut être n’aurait-il jamais osé parler ainsi à une femme qui avait l’air aussi froide. Non non, pas de la lâcheté, juste de la protection. Parce que ce qu’elle avait montré juste là était clairement effrayant. Alors un peu d’humour serait la solution. Mais apparemment, si John n’avait rien contre l’humour de son élève, il comptait bien faire comprendre à ce dernier qu’il pouvait se tromper à son sujet. Quand son professeur sous-entendit qu’il n’avait pas besoin de ses conseils en matière de séduction, Zachary afficha un large sourire et prit un air étonné. Ah oui ? Monsieur le papy-chat savait aussi séduire ces dames ? Intéressant. Bon en soit, il n’avait jamais imaginé son professeur comme un émasculé incapable de se débrouiller avec la gente féminine mais c’était assez drôle, à ses yeux, de grossir les traits de la surprise.

“Excusez-moi, je ne voulais pas vous vexer, monsieur le grand maître de la séduction !”

Toujours avec un grand sourire figé sur le visage, Zachary fit alors une petite courbette à John. Oui il se moquait. Mais juste un peu. Après tout, son prof devait avoir des petites armes secrètes et des techniques qu’il en soupçonnait pas. Ça pourrait être drôle de mener une petite enquête là-dessus d’ailleurs. Le métis y réfléchirait plus tard. Pour le moment, il fallait déjà lui remonter le moral. Et ce verre qui passait devant lui était déjà une première étape fort utile. Oui l’alcool ne résolvait pas les problèmes, il en avait pleinement conscience mais une petite gorgée pour se défendre après une vent glacial, ça fait toujours du bien ! Le jeune homme afficha cependant un petit air désolé quand son professeur lui fit comprendre qu’il était bien au courant pour le jus. Bon, tant qu’il ne l’accusait pas de mal faire son rôle de Préfet en chef, ça lui allait. Et puis, si jusque là personne n’avait rien dit c’était peut être parce que personne n’avait envie de foutre en l’air cette fête. Ils en avaient tous besoin.

Zach bu finalement quelques gorgées en compagnie de John qui avait finalement tourné le regard vers quelqu’un. Il suivit la direction et aperçu M. Helland. Un vent froid ne lui avait pas suffit ? Bon ok, il exagérait. Si le professeur de médicomagie n’était pas le type le plus expansif du monde, il attirait bien plus de sympathie aux yeux de Zachary que la prof de botanique. Enfin, c’était la fête dans le département de médecine en tout cas, tous des potes. Le métis se mit à rire intérieurement en imaginant les deux profs passer une folles soirées ensemble. Avec des tisanes et des chats sur les genoux. Oui il était mauvais. Il serait sans doute puni pour ça. Un retour de karma. Et plus vite qu’il ne le pensait d’ailleurs. John se tourna finalement vers lui et lui lâcha qu’il devait lui rendre 5 parchemins sur l’origine de la psychomagie. Zach déglutit. Il se foutait de sa gueule et s’éclatait en plus ! Quand il vit sa main sur son épaule, le jeune homme afficha un sourire légèrement crispé.

“Ce n’est rien voyons…”

Non rien du tout. Il n’allait juste pas dormir les nuits à venir. So fun. Zachary bu une nouvelle gorgée, comme pour se donner du courage alors que John s’éloignait déjà apparemment très satisfait de son petit effet. Peut être qu’il aurait mieux fait de rester dans son coin à rigoler tout seul comme un abruti. Le métis s’apprêtait déjà à aller chercher du réconfort auprès d’Ora quand son professeur se tourna alors une dernière fois vers lui pour lui dire que finalement 2 parchemins suffiraient. Nouveau sourire crispé de la part de Zach. Ce type était très fort et absolument insupportable quand il s’y mettait.


“Trop aimable…”


Il se mit finalement à rire. Parce qu’il n’y avait rien de dramatique dans cette situation. Parce que l’attitude de la prof de botanique le faisait toujours autant rire. Et parce qu’il n’était pas du genre à se pourrir une soirée juste pour des détails de ce genre. Il se prendrait la tête quand ce serait l’heure de se mettre au boulot. Mais pour l’instant, autant profiter. Surtout que son tour de garde allait très certainement arriver plus vite qu’il ne le souhaiterait. S’amuser et profiter un peu. Tels étaient ses plans à la base. Sauf que bien sûr, rien ne pouvait se passer comme il l’avait initialement prévu et que cette soirée serait indéniablement placée sous un tout autre signe. Fichu retour de karma.

- Fini -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Mini Event 14.03] I would never dance with you - John   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Mini Event 14.03] I would never dance with you - John
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MINI-EVENT] One, two, three, four... Let's go music !
» [Mini-event]Les Jishin Kaizokudan débarquent!!!
» [mini-event] Raviver une legende : le conseil pirate
» [Mini-Event] L'amende est le fruit de l'amandier.
» [Mini-Event] Combat aride

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée. :: ─ Grande salle-
Sauter vers: