AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Mini-Event 14.03.2015] Let’s get drunk on the mini-bar ▬ Kezabel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 8154
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: [Mini-Event 14.03.2015] Let’s get drunk on the mini-bar ▬ Kezabel   Jeu 28 Jan 2016 - 13:57

Samedi 14 Mars 2015 – Dans la soirée
Let’s get drunk on the mini-bar



Kezabel & Riley

« On fait comme la dernière fois ? »
« T’es obligé de montrer autant de peau ? »
« Ben quoi ? »

Je baisse le regard et tombe sur mon décolleté que j’observe une seconde ou deux avant de relever le menton et de croiser le regard pleins de désespoir de Lukas. Il n’ose pas les regarder, c’est à mourir de rire parce qu’on dirait réellement que les jumeaux lui font peur alors naturellement, en bonne peste que je suis, je m’engouffre dans la faille, passe mes mains directement sous cette paire objet de sa souffrance – hey, pas de méprise, ils sont planqué sous le tissus hein – et les remonte avec un grand sourire.

« Oh aller Lukas, t’en verras d’autres. »
« Mais Rileeeeeey eeeeuhh ! »

Lukas Alexander Harris, 17 ans, effrayé par une paire de boobs. J’éclate de rire alors qu’il se cache les yeux et se retourne vivement pour échapper à cette vision d’horreur – y a de quoi se vexer, oh ! C’est un garçon sensible, contrairement à pas mal de garçons de son âge il n’est absolument pas porté sur la chose mais c’est surtout qu’il me considère comme sa sœur – et réciproquement (oui Lukas est ma sœur, narmol) – alors je comprends sa réaction … et j’en abuse, oui, parfaitement. Malgré tout ça le fait rire, et croyez-moi ça fait plaisir de le voir rire parce que ces derniers temps son petit cœur n’était pas tellement à la fête. La mort de Megan a été un cap difficile à passer pour lui, j’ai fait ce que j’ai pu pour l’aider à traverser ça tout en gérant mes propres angoisses, ma propre peine, en grande partie grâce à des personnes comme Kezabel et Mateo, mais aussi Charleen et paradoxalement Cameron avec qui j’ai renoué des liens il y a peu. Savoir que lui et Boulette s’entraine ensemble toutes les semaines m’a fait bizarre au début, je ne peux pas le nier, mais je suis contente pour elle parce que ça semble réellement lui faire du bien. Cameron est un bon Prof, ça je n’en doute pas une seconde mais il est surtout une personne de confiance alors on n’aurait pas pu rêver mieux je pense. De mon côté, je gère mon tempérament – sale caractère, oui, si vous voulez – avec le Quidditch bien sûr mais aussi en allant parfois me défouler sur un sac de frappe que Mateo a en stock et contre lequel il m’envoie cogner quand je deviens insupportable. Je ne me vexe pas – en fait si, carrément, sur le moment il se fait incendier le pauvre mais il a appris à ne plus m’écouter quand je tape une crise, grand bien lui fasse – et en général j’en ressors épuisée mais avec un grand sourire. Et je deviens câline, genre très câline … La honte. Oui, c’est la honte ! Mais j’aime ça quand même, faut juste pas le dire. Chut.

Bref, méfait accompli ! Un peu d’alcool en douce, tout en évitant que ça tombe dans le verre des plus jeunes, parce que mine de rien on se responsabilise un peu quand même. Un bisou sur la joue de Lukas qui est déjà parti vaquer à ses occupations, un autre pour Charleen au passage et c’est avec trois verres dans les mains que je slalome entre les gens. Le concert est terminé, c’était émouvant mais je pense qu’à présent on a tous besoin de décompresser alors c’est ce que je fais, par cet exercice périlleux, jusqu’à atterrir devant Monsieur Vargas qui discutait avec je ne sais trop qui. Je lui tend un verre, et lui adresse un grand sourire alors que mes yeux dérivent jusqu’à Julian l’espace d’une seconde.

« Je ne vais pas faire de scandale parce que j’aime bien cette fille, et que j’aime bien son mec, mais la prochaine fois si je la chope entrain de te désaper, peu importe la raison, mon sourire sera encore plus large et surtout plus faux. »

Et ça fera sans doute un peu plus mal qu’un simple échange de politesse mais ça n’est pas le sujet. Ce que je remarque – et qui me fait sourire – c’est que si mon décolleté fait peur à Lukas, ça n’est pas le cas concernant Mateo qui ne se prive pas pour mater allègrement. Naturellement j’en profite, après tout j’ai une réputation d’allumeuse à tenir – Mia si j’te chope tu vas passer un sale quart d’heure, d’autant plus parce que t’as pas intérêt à blesser Charleen encore une fois – et jusqu’à preuve du contraire j’ai parfaitement le droit de montrer à mon mec ce qu’il a parfaitement le droit de regarder ET de toucher à peu près quand il veut.

« Ils font peur à Lukas, j’comprends vraiment pas pourquoi. »

Je bois une ou deux gorgées sans jamais le quitter des yeux, sourire en coin, puis porte finalement ma main à son cou avant de me mettre sur la pointe des pieds et de l’embrasser. Ça  n’est pas un baiser pour l’allumer, au contraire, il contraste avec mon attitude précédente parce qu’il est plein de tendresse.

« A tout à l’heure Gaucho. Amuse-toi bien. »

Avec tes potes, pas avec des greluches que je risque d’exterminer à la seconde même où elles poseront leurs mains sur toi en gloussant. Sales pouffes. A tout à l’heure … Si vous voulez tout savoir, il est fort probable qu’on soit tellement souls tous les deux qu’on finisse par s’écrouler dans un coin sans tenir compte de quoi que ce soit d’autre. Et ça me va très bien comme ça. Un bisou sur la joue pour la route, une claque sur les fesses en partant, je lui tire la langue et reprend ma route, avec à présent deux verres dans les mains. Cette fois c’est devant Kezabel que je me plante, affichant un air terrifié sur mon visage.

« Madame la Préfète ! Aux secours ! Des méchants Première Année m’embêtent !!! Aidez-moi, j’vous en supplie !!! »

Tout y est, le ton, la gestuelle, absolument tout ! Jusqu’à ce que j’arbore mon sourire le plus innocent en tendant le bras vers elle, le verre entre mes doigts, à son intention.

« Tiens, cadeau. C’est du jus de papayes, pleins de vitamines pour tenir le coup pendant ton tour de garde. Tu vois comment je prends soin de toi et tout ! La meilleure amie dont tout le monde rêve, assurément. »

Du jus de papayes … Ouais … Si, il y a du jus de papayes dans ce verre … Mais pas que !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: [Mini-Event 14.03.2015] Let’s get drunk on the mini-bar ▬ Kezabel   Jeu 4 Fév 2016 - 8:50

► [Mini Event 14.03] Let’s get drunk on the mini-bar◄
Riley & Keza


Samedi 14 Mars — Soirée

— Tu fais une ronde toi aussi ce soir ?
— Oui, en milieu de soirée normalement. Je fais la deuxième moitié, et toi ?

Ora est allongée sur mon lit alors que je suis assise face à ma petite coiffeuse improvisée, m’appliquant soigneusement un mascara que Riley m’a prêtée récemment. Tout ce qui est à elle est à moi et inversement… Et ce, sans réellement le vouloir. Il n’est pas rare que je me retrouve avec des fringues à elle dans mon armoire ou qu’elle trouve un de mes tee-shirts ou pull dans la sienne. Je n’y fais même plus attention, je sais qu’ils sont entre de bonnes mains.

— Ouais. Je dois encore voir avec Zach si on fait la ronde ensemble ou si on se partage la soirée.
— Tu ne t’attires pas les foudres de tes collègues universitaires ?
— Non, pourquoi ?

J’esquisse un sourire alors que je la regarde via mon miroir, fouillant cette fois pour un léger rouge à lèvre.

— Parce que je connais un paquet de nana qui tuerais pour pouvoir faire « une ronde » avec lui.
— En même temps… Il a du potentiel. Elle me sourit avec un regard que je connais trop bien. Et toi, tu tuerais pour ça ?
— Non parce que je n’aurai pas besoin de le faire pour avoir l’occasion de faire un tour avec.

Et j’éclate de rire face à son expression presque choquée. C’est une plaisanterie, jamais il ne me viendrait à l’idée de faire ça même si je trouve Zachary vraiment très séduisant et charmant. J’apprécie d’être en sa compagnie ceci dit.
J’opte pour un rouge … qui est encore à Riley et que j’applique doucement sur mes lèvres, concentrée sur ma tâche.

— Tu y vas avec Maxime ?

J’arrête mon geste un quart de seconde avant de reprendre.

— Non, elle déteste les bals de toute façon. Et toi, tu y vas avec Emily ?
— Ouais et avec son mec aussi, comme ça, ça se termine en plan à trois.
— … Merci du détail.

Elle ricane, se relève de mon lit et attrape sa veste noir, style costume mais en un cuir fin. Je me tourne vers elle et la regarde de la tête aux pieds, demi-sourire aux lèvres.

— T’es vachement canon comme ça.

Comme ça = Chemise blanche, pantalon trois-quart, veste de costard, cheveux un peu en bordel mais pas trop. Elle n’a tellement plus rien à avoir avec le jeune fille de 14 ans de mes souvenirs que j’aurai pu croire à une imposture.

— Merci. Mains dans les poches, elle me regarde alors que je me lève. T’es pas mal non plus.

Coup d’œil au miroir… Robe tube simple m’arrivant un peu au-dessus des genoux, noire, basique. J’enfile mes ballerines et m’empare de ma pochette que j’ai trafiquée avec d’autres vêtements pour être plus à l’aise lors de mon tour de garde. Je ne dis pas que je vais sûrement courir un sprint mais je préfère m’armer face à toutes éventualités. Surtout avec des élèves facétieux comme Mateo et Maxime et toute la clique.

— T’es prête ?

Je me relève vers elle, sourcils dressés.

— Pour ?
— Y aller. Au bal.
— Oh… Euh oui. Mais tu n’y vas pas avec quelqu’un ?
— Non. Elle s’approche de moi, mains dans les poches. En plus j’ai loupé au moins 5 à 6 bals, alors j’peux bien t’accompagner à celui-ci. Histoire de rattraper un peu tout ça.

Je bug un peu sur ce qu’elle vient de dire, le temps de revenir sur terre, affichant un large sourire. Je sais que Riley est entrain de se préparer avec Lukas et qu’elle débarquera sûrement avec lui dans la salle… Être accompagné d’Ora est un peu comme être accompagnée d’Adam et l’idée m’enchante sincèrement. Raison pour laquelle je ne dis rien, me contentant de passer un bras sous le sien alors qu’elle me dépose un baiser affectueux sur le front, l’air de rien.

¥

— Bonsoir Monsieur Fletcher !

Je viens à la rencontre de mon collègue qui porte lui aussi ce fameux badge sur la poitrine. Je lui adresse un grand sourire avant de le regarder de haut en bas.

— C’est que vous êtes tout en beauté ce soir. Qui a donc l’honneur et la chance d’être votre cavalière ?

Il rougit, comme à son habitude. Et ça m’amuse gentiment. J’aime à le taquiner sur le sujet sans en faire trop puisque je sais que ça n’est jamais agréable à ce que vous ennuie sur votre timidité. Je discute un peu avec lui, échangeant quelques informations concernant la prochaine réunion mais aussi sur notre tour de garde commun. Nous maintenons ce qui a été décidé et c’est avec un sourire que je le laisse rejoindre un de ses amis pour ensuite rejoindre Lucy.
La soirée a été… particulière avec ce début de concert en hommage à Megan. C’était beau, sincère, sans oublier ces patronus qui, plus tôt dans la soirée, ce sont manifestés. J’étais entrain de dessiner dans un coin du château lorsque le chant s'est élevé. Petit à petit, prenant de l'ampleur, se propageant dans les couloirs et ensuite hors du château. Un message d'espoir mais aussi de révolte, pour leur montrer que nous sommes toujours debout malgré tout. Un message qui redonne un peu de courage, de baume au cœur et qui, pour ma part, m'a donné de nouvelles raisons de ne pas lâcher prise sur mes décisions. Les cours avec Cameron se font aussi intenses qu'intéressant et je ne compte pas m'arrêter là. Mais chaque chose en son temps.

Je quitte Lucy pour me diriger vers le buffet...

— Madame la Préfète ! Aux secours ! Des méchants Première Année m’embêtent !!! Aidez-moi, j’vous en supplie !!!

Je sursaute avant d'éclater de rire devant la mine faussement alerté de Riley. Tout y était, la gestuelle, le ton de sa voix et même les yeux affolés qui roulaient dans tous les sens. Elle n'en loupe pas une seule pour me taquiner sur le nouveau statut qui m'a été accordé et c'est toujours avec le sourire que j’accueille ses âneries.

— Étonnant que tu ne leur ait pas donné la fessée tiens..

Quoi qu'un regard glacial de ma meilleure amie aurait largement suffit à leur foutre une trouille bleue pour qu'ils décampent si vraiment des premières années avaient eu l'idée stupide de venir emmerder Riley...
Elle me tend un verre que je saisis, rejoignant son sourire innocent.

— Tiens, cadeau. C’est du jus de papayes, pleins de vitamines pour tenir le coup pendant ton tour de garde. Tu vois comment je prends soin de toi et tout ! La meilleure amie dont tout le monde rêve, assurément.
— Assurément. Un véritable cadeau tombé du ciel...

J'emprunte un regard et une voix ironique, la taquinant ouvertement sur le sujet. Elle sait que je la charrie tout comme elle sait que finalement, mes mots ont pour moi tout leurs sens. Riley fait désormais partie intégrante de ma vie et je n'imagine pas un futur sans l'ombre de sa présence, je ne le répéterais jamais assez à mon goût. Notre bracelet en commun témoigne également de cette amitié née de manière inattendue.

— Merci ! Je lève mon verre vers elle, comme pour trinquer. On trinque à quoi ? Au fait que viens de claquer les fesses de Mateo qui est, pour moi, un signe évident de marquage de territoire ?... Ou à cette nana qui est déjà entrain de le draguer juste derrière toi... ?

Le geste accompagne la parole, je fais mine de regarder derrière elle avec un sourire presque grimaçant. Ca ne loupe pas, elle mord direct à l'hameçon alors que j'éclate de rire... Son Gaucho est tout simplement entrain de discuter avec... Maxime d'ailleurs. Tiens, je ne m'attendais pas à la voir ici. Bref, donc, pas de jeune femme en vue, ni de drague, ni de tentative de l'emmener loin avec elle...
Je suis déjà entrain d'éclater de rire devant sa mine faussement outrée, buvant une gorgée juste derrière...

— Woaw …

Je déglutis, grimace légèrement et regarde de manière plus sérieuse l'intérieur de mon verre. J'ai cru sentir autre chose que du jus de papaye et mon premier réflexe est de sentir le breuvage... Jusqu'à ce que mon regard se lève vers celui de Riley...

— Attends... me dit pas que t'as trafiqué ma boisson et... éclair de lucidité alors que je me redresse pour ensuite me pencher vers elle. T'as encore boycotté les jus de fruits !

Bien évidemment qu'elle a encore fait ça et je donnerais ma main à couper que Lukas y est aussi pour quelque chose. Comme pour la dernière fois. Et la fois d'avant...
Nouveau regard dans mon verre de jus...

— Tu sais que c'est très mal de faire ça parce que de 1) je suis de garde... Oui, comme les médecins. Et de 2) je suis préfète, je suis censée crier au scandale et te dénoncer...

Si j'avais pu au moins avoir l'air crédible en lui disant tout ça... Balancer ma meilleure amie pour une chose aussi bête ? Je sais, ça n’est pas bien, je devrais pas prendre ça à la légère mais je pense qu'on a tous besoin de lâcher prise, de simplement s'amuser et de profiter de cette soirée. Pour Megan, pour tous ceux qui ont été blessés mais aussi pour tous ceux qui sont décédés ou disparus depuis que tout cela à commencer. Rien que Riley en a besoin, même si le moral va beaucoup mieux et ce, de jours en jours, cette soirée ne fera de mal à personne. Et si ça peut apporter un sourire aussi sincère sur le visage de ma meilleure amie… alors raison de plus pour faire comme si de rien n'était.

— Mais bon, vu que je suis une préfète sympa et que je t'aime, je t'épargnerais le bûcher, délinquante.

J'éclate de rire à nouveau, lui dépose un bisou sur la joue avant de boire une nouvelle gorgée, comme si ce jus de fruit était... simplement un jus de fruit. J’ai moi aussi d’en profiter, avec ma meilleure amie de surcroit. On est bien là, elle et moi, oubliant un peu tout ce qui a pu se produire.

— Par contre, un seul verre pour moi. Je n'ai pas envie d'appeler un nuage comme la dernière fois...

La dernière remonte à quelques mois et cette dernière fois correspond aussi à cette nuit passée avec Katherine... qui se trouve justement à quelques mètres de nous. Tout en beauté. Vêtue d'un pantalon de costume bordeaux, d'un chemisier blanc légèrement transparent, talons noirs et une coiffure simple dont certaines mèches de cheveux sont déjà entrain de s'éparpiller un peu partout autour de son visage. En un mot : Sublime. Je ne peux que l'admettre, Katherine est une femme qui est … parfois intimidante tant elle possède une beauté naturelle, rayonnante et vivante. La réalité me rappelle que cette femme justement est celle avec qui j'ai partagé une nuit. Torride. C'est vrai. Quelque chose qui, je pense, ne se produit qu'une fois dans sa vie.
Je repense à ce que m'a dit Ora ce jour où elle a su pour Katherine et moi et un léger sourire se dessine sur mes lèvres alors que je la regarde au loin. Je me penche légèrement vers Riley.

— J'me dis que j'ai quand même eu de la chance en fait...

Je ne considère pas ça comme une victoire sur tous ces Lycéens qui, selon Ora, auraient rêvé d’être à ma place mais plutôt comme une chance d’avoir passé une nuit avec une femme comme Rina. C’était une expérience et avec du recul, si c’était à refaire, je le referais. Sans l’ombre d’une hésitation.
Katherine capte mon regard, m’accorde un large sourire et me salut en agitant ses longs doigts fins. Je lui retourne le geste, ainsi qu’un sourire presque timide. Inutile de mentionner le fait que mes joues ont légèrement rosies et que Riley sera sûrement la première à s’en rendre compte…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8154
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: [Mini-Event 14.03.2015] Let’s get drunk on the mini-bar ▬ Kezabel   Lun 15 Fév 2016 - 20:08

« Madame la Préfète ! Aux secours ! Des méchants Première Année m’embêtent !!! Aidez-moi, j’vous en supplie !!! »
« Étonnant que tu ne leur ait pas donné la fessée tiens.. »
« Yeurk. Dégueu. »

Ce sont des ENFANTS ! C’est sale. En réalité ça n’a rien de sale mais je sais pas, mon esprit détourne un peu le truc et pour moi ça n’est simplement pas naturel ni … sain (?) de … Ouais, on s’en fout, on va pas épiloguer pendant trois heures sur un truc que je n’ai de toute façon pas fait et puis ce qu’il se passe là actuellement est bien plus intéressant !

« Tiens, cadeau. C’est du jus de papayes, pleins de vitamines pour tenir le coup pendant ton tour de garde. Tu vois comment je prends soin de toi et tout ! La meilleure amie dont tout le monde rêve, assurément. »
« Assurément. Un véritable cadeau tombé du ciel... »

Si elle emploie un ton purement ironique et les mimiques qui vont avec, je lève le menton bien haut et souris d’un air très fier. Je suis effectivement un cadeau tombé du ciel, merci, bonsoir. Tout ça, ce sont des simagrées, des habitudes qu’on a prises, surtout celle de se charrier continuellement. Qui aime bien châtie bien, c’est exactement ça, et il se trouve que j’aime énormément cette fille.

« Merci ! »

Oh ben de rien … Héhé.

« On trinque à quoi ? Au fait que viens de claquer les fesses de Mateo qui est, pour moi, un signe évident de marquage de territoire ?... Ou à cette nana qui est déjà entrain de le draguer juste derrière toi... ? »
« Hein ?! »

Si au début je souriais en buvant et en me planquant derrière mon verre, à l’évocation de mon marquage de territoire – et aussi parce que j’adore lui toucher les fesses, croyez-moi, son p’tit cul vaut le détour – j’ai rapidement changé d’expression et d’état d’esprit à la seconde même où elle a parlé d’une éventuelle nana entrain de draguer MON mec. Si c’est Julian … Mais non, c’est personne, enfin si c’est quelqu’un et absolument pas personne puisque c’est Maxime qui est avec lui mais je sais qu’elle n’est pas entrain de le draguer. DONC ! Je me retourne aussi sec vers Keza et lui donne un coup du bout des doigts dans le bras alors qu'elle se marre comme une dinde.

« AHAH ! Très drôle. Pétasse va ! »

Je lâche un « tsss » dédaigneux avec un regard qui en dit long et évite de lui poser la moindre question sur ce que ça lui fait de voir Maxime. Je sais que ça n'est pas très simple en ce moment, qu'il se passe beaucoup de choses dans la tête de ma Boulette à ce sujet mais … pas maintenant. Je préfère la faire rire, je n'ai aucune envie de lui pourrir son groove parce qu'après tout, ça n'est pas parce qu'elle est de garde qu'elle ne peut pas s'amuser. Je garde ça dans un coin de ma tête, pour plus tard.

« On parle du fait que tu t’amuses à faire rougir Elias ou pas ? »

Parce que tu crois peut-être que je ne t'ai pas vu ?! Rien ne m'échappe. C'est ça, fais semblant d'être passionnée par ton verre …

« Woaw … »

Non, je ne suis pas du tout entrain de siffloter tout en regardant le plafond, tachant de retenir mon sourire … D'ailleurs sachez qu'il est très difficile de siffler quand on se retient de sourire. C'était la minute « connais les limites de ton corps » du jour !

« Attends... me dit pas que t'as trafiqué ma boisson et... »
« Non … »
«  T'as encore boycotté les jus de fruits ! »
« Faux ! Y a totalement du jus de fruits dans ce verre. »

Insérer ici un regard tout à fait innocent type Chat Potté … Ou Detective Jackson, ce qui en revient au même.

« Y a juste pas que ça, c’est tout. »
« Tu sais que c'est très mal de faire ça parce que de 1) je suis de garde... Oui, comme les médecins. Et de 2) je suis préfète, je suis censée crier au scandale et te dénoncer... »
« Cherche pas ! Je ne dénoncerai pas mon complice ! »

Et ça veut être avocate … Mesdames, vous êtes mal barrées … Mais évidemment que c'est fait exprès ! Ça n'est pas comme si elle ne s'en doutait pas de toute façon.

« Mais bon, vu que je suis une préfète sympa et que je t'aime, je t'épargnerais le bûcher, délinquante. »
« Owi merciiiii ! »

Et pif, paf, pouf, un gros bisou sur la joue pour la demoiselle.

« Par contre, un seul verre pour moi. Je n'ai pas envie d'appeler un nuage comme la dernière fois... »
« T’inquiète, j’te ramènerai sur le mien ! »

Bon c'est sur que je ne fais pas le poids face au nuage de la compagnie Calderon mais ...

« J'me dis que j'ai quand même eu de la chance en fait... »

Hein ? Oh … Oh que c'est MI-GNON ! Ce petit sourire, ce petit coucou, ces petites joues toutes roses … Parce que Rina, justement, vient d'adresser un jolie sourire et un petit signe de la main à ma Boulette qui rosie comme une tomate ! Est ce qu'il y a des images de ta nuit avec elle qui remontent là ? Je sais que oui, vu son expression c'est O-BLI-GE ! Vous le voyez mon sourire là sur ma face de « je serre les dents parce que j'ai trop envie de dire une connerie et … attention … ça va sortir ... » … TROP TARD ! Oui je vais continuer à brailler encore longtemps si jamais vous vous posez la question mais ça reste dans ma tête … pour l'instant … Ou pas !

« Muy bonita señorita hey ! »

Avec Riley Sarah Jenkins, discrétion assurée !
Keza, tu rougis d'un cran au dessus !!! :ga:

« Si, si, muy caliente chica ! »

Et moi je saute à droite, puis à gauche, en lui tirant la langue au passage alors qu'elle essaie de me choper pour me faire taire (j'avais écrit terre :gla:) ce qui me fait naturellement éclater de rire. Rire qui s'intensifie quand elle m'attrape et que je me débats tout en essayant de ne pas renverser mon verre … et le sien soit dit en passant. NB : Mon accent est à chié ! M'en tape, ça me fait marrer quand-même.

« T’es foutu ! J’suis maquée avec un Hidalgo, et c’est un très bon Prof de langue. »

Admets-le, t'es RA-VIE de le savoir. Parce que naturellement c'est un sous-entendu très douteux que je viens de faire et comme je suis une peste, je n'ai pas l'intention de m'arrêter en si bon chemin :

« Enfin j’suis certaine que Rina se débrouille très bien aussi. »

Tu crois que je l'ai dit assez fort pour qu'elle l'entende ? Mah je déconne ! Je sais où sont les limites, loin de moi l'idée de la mettre ultra mal à l'aise, ou en tout cas que ça reste entre nous et que personne d'autre n'entende, surtout pas Rina. J'ai pas envie de la mettre mal à l'aise elle non plus même si elle doit bien se douter que je sais … Après tout, les filles parlent entre elles, surtout les BFF alors …
Enfin bref, je me calme, je bois, plus vite que Keza qui a une mission à tenir – pas de bol ! Tu m'aimes, et on se rattrapera t'inquiète pas – et observe plus ou moins tranquille notre belle infirmière … sur laquelle Mateo louche régulièrement soit dit en passant. Je ne lui jetterai pas la pierre – même si ça me rend furax à chaque fois, on ne se refait pas – parce que si c'était Monsieur Andrews je ferais pareil et que de toute façon, autant être honnête, elle a tous les arguments pour attirer tous les regards, garçons et filles confondus.

« Ouais, t’as eu de la chance, elle est juste magnifique. Et puis elle est gentille, et drôle. »

...

« Jayden se défend aussi, très belle rousse. »

POUAHAHAHAHAHA ! Hum. Bon je vais éviter de parler de Sœur Sourire aka Harry Turner – plus chiant tu meurs. RILEY ! Pardon. Nan j'avoue c'est pas cool et si Keza a craqué pour lui c'est qu'il avait un bon côté, un côté qui lui a plu à elle … donc un bon côté. CQFD. Maxime c'est encore différent, quelque chose chez elle touche Kezabel, tout comme c'était certainement le cas avec Harry mais … Je sais pas, j'ai le sentiment que c'est différent, peut-être plus profond. C'est différent, point. Là je la taquine sur ses petites escapades torrides, pas sur ces histoires qui chamboulent un peu plus ses émotions et pas nécessairement toujours dans le bon sens. Je veux la voir sourire, je veux l'entendre rire. Après avoir détaillé Rina – de façon très discrète et respectable, je tiens à le préciser – c'est elle, ma Boulette, que je regarde et elle aussi elle est canon. Verre dans une main, coude posé sur l'avant bras, main sous le menton, j'approuve d'un signe de tête à peine exagéré. Oui je suis dans le personnage – Ma chérie tu es MA-GNI-FAÏKE – mais néanmoins très sincère.

« T’es trop belle comme ça. Une belle mouette ! »

Sa robe est simple mais très jolie et surtout lui va comme un gant. Elle est vraiment belle … même si je la trouverai aussi très belle en pyjama ou avec une culotte sur la tête, parce que c'est ma Boulette. TMTC ! Je pense que je contraste un peu avec ma jupe et chaussure qui ressemble à moitié à des rangers. J'ai pas vraiment essayé d'être en mode punk, grunge, je sais pas quoi mais c'est un peu l'impression qui en ressort quand même je crois. Je suis à l'aise, c'est tout ce qui compte.

« Est-ce que t’as le droit de danser un peu quand même ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: [Mini-Event 14.03.2015] Let’s get drunk on the mini-bar ▬ Kezabel   Lun 22 Fév 2016 - 22:07

Allez savoir ce qu'il me prend de faire un commentaire sur le fait d'avoir passer au moins une fois dans ma vie la nuit avec l'infirmière de cette école...Katherine est tout ce qu'il y a de plus sexy, je l'avoue. Et les mots sont sortie tous seuls parce que oui, ce soir, elle est resplendissante. Donc je me considère chanceuse d'avoir pu partager bien plus qu'un pansement avec Mlle Caldéron-LLanos...

Mais bien évidemment, ça n'échappe pas à ma meilleure amie de toujours... Surtout lorsqu'elle me voit légèrement rougir face au coucou de Rina. Elle me fait encore de l'effet.

— Muy bonita señorita hey !
— Eh ! Chuuuuut !

J'agite les mains comme pour la faire taire mais bien évidemment, ça ne sert à rien ! Et mes joues s'enflamment aussitôt. Seigneur, faite qu'elle n'entende pas..

— Si, si, muy caliente chica ! 
— Riley Sarah Jenkins, je vais te tuer si tu ne te tais pas tout de suite !!

Paie ta crédibilité en tant que préfète.
T'façon je m'en fou, je suis en soirée alors...
Je lui cours après – si on peut aller ça courir et non se dandiner – pour la faire taire alors qu'elle continue de me chambrer ouvertement. Et c'est avec un fou rire déjà bien aux tripes que je l'attrape, manquant de peu de faire rembourser ma précieuse boisson, non sans m'empêcher de lui faire des chatouilles là où je peux.
Mateo, Maxime, rangez vos regards, nous ne coucherons pas toutes les deux ensembles

— T’es foutu ! J’suis maquée avec un Hidalgo, et c’est un très bon Prof de langue.
— NON JE VEUX PAS SAVOIR.

Mains sur les oreilles... J'fais ma prude, c'est n'importe quoi.
Quoi, vous croyez que Riley ne m'raconte jamais ce qu'il se passe au pieu avec Mateo ? Quelle grosse blague. Comme si moi j'lui racontais pas ce que je fais avec... Ouais non, ça suffit hein !

— Enfin j’suis certaine que Rina se débrouille très bien aussi.

Je l'attrape par le bras et la tourne vers moi, sourire taquin et... coquin sur les lèvres. Non, le peu d'alcool présent dans cette boisson ne m'est pas déjà monté à la tête, je suis juste euphorique de passer un moment de pure légèreté.

— Disons que c'est plutôt moi qui lui ait fait révisé ses verbes iiréguliers...

Est-ce utile que j'en dise plus ? Non, je ne crois pas.
Rina a été cette nuit là très... très demandeuse. Et décisionnaire aussi. Elle savait parfaitement ce qu'elle voulait réclamer, ce qu'elle voulait plus (+ hein, pas plus, genre plus du tout), recommencer ou non.. Bref. Une nuit épuisante dans le bon sens du terme et que je recommencerais si l'occasion se présentais. Personne ne pourrait dire non à une femme comme elle, même William aurait du mal.

— Ouais, t’as eu de la chance, elle est juste magnifique. Et puis elle est gentille, et drôle.
— Et encore, si ça s'arrêtait là...
— Jayden se défend aussi, très belle rousse.
— Mais c'est pas vrai !! Tu t'arrêtes jamais ! Tu veux pas me demander non plus si elle était rousse de partout ?

Cherchez pas, je suis entrer dans le délire de Riley depuis le début. J'ai un large sourire sur les lèvres, le rire et la blague un peu tendancieuses faciles.
Je n'ai pas collectionné les conquêtes dans ce château, mais il faut bien avoué que le peu que j'ai eu se sont révélés assez... caliente.
Jayden.
Katherine.
Maxime.

Je ne compte pas Harry et de lui, je ne veux plus rien savoir. Je n'ai toujours pas digérer sa façon de partir sans rien me dire. Façon claire et précise de me faire comprendre qu'il me plaquait. Lâche, mais claire.
Bref, c'est pas le sujet. Je reste focus sur ma meilleure amie que je remercie silencieusement de me mettre dans cette ambiance festive, me faisant presque oublié toutes ces questions qui m'occupent l'esprit vis à vis de Maxime.
Vivre et laisser vivre me semble une très bonne option...

— T’es trop belle comme ça. Une belle mouette !
— Merci ! Tu aimes mon plumage ? Le tien n'est pas mal non plus, très jolie mélange d'orage et de composition météorologique en tout genre.

Paie ton compliment pour dire qu'elle est une jolie...

— T'es une jolie tornade en gros. Tout droit sortie de Glasgow.

Sourire jusqu'aux oreilles. C'est la porte ouverte aux anneries et je n'veux pas que ça s'arrête. Et Riley est belle en simplicité, un style qui lui appartient et qui, j'en suis certaine, satisfait amplement Mateo qui s'est bien chargé de la maté alors qu'elle était occupée à me dire que j'étais jolie. Compliment qui me flatte soit dit en passant. C'est toujours agréable d'entendre ça de la bouche de quelqu'un, même de votre meilleure amie même si je sais qu'elle sera probablement la seule à me le dire ce soir.

— Est-ce que t’as le droit de danser un peu quand même ?
— Riley Jenkins, seriez-vous entrain de m'inviter ?

Air sérieux avant d'éclater de rire.

— Et comment que j'ai le droit de danser ! Autant que j'en profite avant que je n'aille jouer les filles sérieuses... C'est le moment où jamais pour moi de pécho !

Chose que je ne ferais pas, c'est juste pour la blague.
Oui, un jour je me lâcherais et je ferais comme ce soir là avec Maxime, lui faisant clairement du rentre dedans. Je pourrais le faire là aussi mais je doute qu'elle soit vraiment d'accord pour m'accorder un moment, une danse ou autre. Et puis c'est une soirée entre copine donc...

… C'est en buvant cul sec mon verre que je jette dans une poubelle à côté, que je prend la main de Riley et l'entraine avec moi au milieu de la piste, riant aux éclats. Un moment qui n'appartient qu'à elle et moi, comme si le monde n'existait pas. Nos corps se déchaînent déjà face à face, tantôt de façon lascive, tantôt de façon plus... funky. C'est à dire, jouer la noyade – je sais pas quel nom on donne à ce genre de pratique -, se bouchant le nez et faire comme si nous étions sous l'eau. Sans oublier les pas de danse Disco, country et je ne sais quoi d'autres qui passent par nos mains, nos pieds, nos sourires. J'en oublie que le monde existe, j'en oublie la mort de Megan – et pour ça je m'en excuse, vraiment. -, j'en oublie absolument tout pour me concentrer uniquement sur cette musique qui résonne à mes tempes, qui bats là, au fond de moi. Il y a juste cette respiration qui s'installe et l'existence de Riley qui se manifeste alors qu'elle se perd elle-même dans le rythme.
Ca fait un bien fou de s'oublier pour quelques secondes, quelques minutes. Avec de larges sourires et toute cette montée d'endorphine qui prend possession de vous.

C'est le souffle court que je m'arrête de bouger dans tous les sens, pencher légèrement en avant, mains sur les genoux. Danser, ça épuise mais ça fait vachement de bien. Et lorsque la musique s'adoucit pour annoncer un slow, je regarde Riley avec un large sourire aux lèvres.

— Partante pour danser un slow avec ta meilleure amie ?

Je me sens bien. Juste bien. Combien de temps n'avais-je pas ressenti un réel bien être ? Une éternité.
Je repère du coin de l'oeil Katherine danser avec Mr Gabrieli, eux-même entrain de se sourire, notre professeur étant sûrement entrain de raconter une énième anecdote à Rina qui ne se prive pas de rire aux éclats.
D'un geste doux et bourré d'affection, j'attire Riley à moi et me serre contre elle avant de lui déposer un bisou sur la joue.

— Merci Riley. T'es la meilleure, faut que tu le sache que t'assure en tant que meilleure amie. Séquence émotion, sans commentaire je vous prie. T'as pas intérêt à me lâcher mais plutôt de me suivre jusqu'en maison de retraite.

Que l'on puisse se remémorer se moment hors du temps, entre deux soupes de légumes et deux vieilles séries télé que l'on aura regardé une centaine de fois au moins.
Je tiens à elle comme jamais et je me fou de savoir depuis combien de temps je la connais. C'est mon coup de foudre. Pardonne moi de reprendre cette expression que je ne devrais pas connaître, mais toi aussi, tu es Ma Personne. Alors ne me quitte jamais.

Je profites de cet instant de douceur, joue contre son cou, bras autour de ses hanches, sans aucun complexe, ni aucune gêne. Elle est ma meilleure amie, il n'y a jamais eu d'ambiguïté entre elle et moi... Par contre...
J'affiche un sourire en coin et me redresse pour lui faire face, murmurant pour la confidence.

— Tu estimes à combien de personnes étant actuellement entrain de fantasmer sur un plan à 3 ou à 4 avec nous ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8154
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: [Mini-Event 14.03.2015] Let’s get drunk on the mini-bar ▬ Kezabel   Mar 23 Fév 2016 - 22:10

Et tu ne sauras paaaaaas ! Parce que je le garde rien que pour moooooi. Bref, tout ça c’est sale ! Non, ça ne l’est pas du tout, c’est la vie, le corps humain, la biologie, tout ça, tout ça. Sous ses airs de petite fille sage, Kezabel Hasting ici présente est une COQUINE ! Une sacrée coquine même. Et elle a bien raison. C’est vrai ça, après tout, pourquoi se priver ? N’allez pas croire que les filles sont des petites choses douces et sensibles, les apparences sont bien souvent trompeuses et le sexisme n’est pas réservé au sexe masculin au même titre que les blagues et autres allusions graveleuses. On consomme, on aime ça et on assume. Liberté ! La Tornade de Glasgow est dans la place, c’est la dame qui l’a dit, et ouais.

« Riley Jenkins, seriez-vous entrain de m'inviter ? »
« Ben ouais, carrément, j'veux pécho la meuf la plus bonne, t'as vu. »


Oui, je parle d'elle, naturellement.
Et mon rire se mêle au sien, même longueur d'onde.

« Et comment que j'ai le droit de danser ! Autant que j'en profite avant que je n'aille jouer les filles sérieuses... C'est le moment où jamais pour moi de pécho ! »
« Sors tes bottes et ton ciré jaune, on part à la pêche. »


La pêche au gros Maggle ! So glamour, toujours. Dans trois secondes je me gratte l'entre jambe et je crache par terre en matant le cul de la première qui passe … OU PAS ! Parce que je ne suis peut-être pas la fille la plus féminine de la terre mais s'il y a bien un truc dont j'ai conscience c'est de mon corps, et je vous assure qu'il est bien celui d'une femme. Enfin bref, cul sec, et en piste !

« Mais quelle descente Madame la Préfète ! Wow ! »

Wow ? Oui, wow, parce qu'elle vient de me choper la main et que je me fais trainer sur le dancefloor par une Boulette déchainée. Ces moments là … Ils sont indispensables. Faire la fête, simplement danser comme une folle avec sa meilleure amie et s'amuser à attiser les foules, ça n'a pas de prix. Ça rend vivant, ça fait du bien, et même si on se surprend par instant à culpabiliser, à se sentir égoïste, c'est quelque chose qu'on cache bien vite dans un coin de son esprit. Cette soirée est pour ceux qui nous ont quitté, mais elle est surtout pour ceux qui restent. C'est sans doute pour ça qu'on en profite comme si c'était la dernière fois, à bout de souffle, les muscles qui brulent et le cœur qui bat comme s'il allait exploser. Exploser de vie. On ne pense plus, on respire, on inspire et on expire, on s'oublie, on se défonce à l'existence et bordel, ça fait du bien. On plane. On vole. On décroche et la chute est libre.

A m'en imploser le cœur.
A m'en exploser le cœur.

SAEZ

C'est allé crescendo, le corps à ses limites et c'est comme si la musique dictait le rythme cardiaque alors quand elle se calme, on se calme aussi. Je regarde Kezabel alors qu'elle se tient mains sur les genoux, pliée en deux, souffle court, et ressens une incroyable bouffée d'amour pour cette fille qui se tient là devant moi. Émotions décuplées, peut-être, mais belle et bien réelle. Toi et moi c'est pour la vie.

« Partante pour danser un slow avec ta meilleure amie ? »
« Plutôt deux fois qu’une. Viens faire un gros câlin de Boulettes. »


Moi dans ses bras, elle dans les miens, ça ne tarde pas. Son bisou là sur ma joue, mes bras qui enserrent ses épaules pour la ramener un peu plus contre moi. Je t'aime.

« Merci Riley. T'es la meilleure, faut que tu le sache que t'assure en tant que meilleure amie. T'as pas intérêt à me lâcher mais plutôt de me suivre jusqu'en maison de retraite. »
« La meilleure pour la meilleure ! On fera des courses de fauteuils roulants dans les couloirs ! »


On rit, on se serre, on danse l'une contre l'autre sans prêter la moindre attention au monde qui nous entoure. Le calme après la folie, folie qui reprendra dans peu de temps à n'en pas douter une seconde mais pour l'heure on se repose l'une contre l'autre. Jusqu'à ce qu'elle s'écarte un peu et cherche mon regard … Hum ?

« Tu estimes à combien de personnes étant actuellement entrain de fantasmer sur un plan à 3 ou à 4 avec nous ? »
« Les trois quart de la salle, évidemment ! »


Réponse du tac au tac, un grand sourire sur le visage, les cheveux dans tous les sens de son côté comme du mien et puis soudain les autres existent à nouveau. J'observe l'assemblée, ressent une vague de tendresse quand mes yeux se posent sur Dimitri, puis c'est tout autre chose que je ressens quand mes yeux tombent sur Mateo. Oh lui ne croise pas mon regard, ça n'est clairement pas ça qu'il regarde et si j'aurai pu m'en vexer s'agissant d'une autre fille, d'autres filles, clairement taper une crise de jalousie, ici mon sourire se profile en coin.

« Y en a au moins un en tout cas … »

Deux ? Difficile de savoir ce que pense Maxime en cet instant, elle est souvent indéchiffrable. Mon attention ne reste pas focalisée sur eux très longtemps de toute façon parce que ce soir, au moins pendant une partie de la soirée, mon centre d'attention c'est elle : Ma meilleure amie. Je seraaaaaaaaaaais là, toujours pour toooooooooooi !

« Mais aucune chance, j'te partagerai pas ! »

Oh que non !

La soirée a continué à se dérouler dans la bonne humeur, j'ai continué à boire, j'ai suivi Keza dans son tour de garde pour lui tenir compagnie un petit moment, j'ai dansé avec Mateo – prenant un malin plaisir à le rendre dingue, bien évidemment, chose qu'il m'a rendu au centuple parce que croyez-moi, son sang latin lui fait bouger le bassin d'une façon … dont je garderai la description pour moi. C'était une bonne soirée, une belle nuit … et un réveil difficile. Aspirine au petit dej ! Petit déjeuner à midi, soit dit en passant.

~*~

Lundi 16 Mars 2015 – Fin de journée, à l'heure du diner

Comme beaucoup j'ai passé la journée du dimanche dans le brouillard. Alcool, nuit blanche, exercices physiques divers et variés. Vraiment, c'était parfait mais comme souvent le plus difficile est le surlendemain, surtout quand il faut reprendre les cours. Par chance j'ai pu faire la grasse matinée mais se concentrer sur l'Arithmancie en fin de journée a été un peu compliqué.
Actuellement il est 19h passé et j'attends toujours Kezabel à l'entrée de la Grande Salle alors que tout le monde est déjà installé. L'inquiétude n'a pas été ma première pensée, j'ai d'abord songé à Maxime jusqu'à ce que je la vois arriver avec sa clique, Mateo y compris. Je me suis dit que j'allais attendre encore un peu, j'ai bien fait puisqu'elle n'a finalement pas tellement tardé à arriver, en compagnie d'Enzo. Mains dans les poches, le pas tranquille, je me suis fait la réflexion que je ne l'avais pas croisé du weekend, tout comme son frère d'ailleurs. Seulement le weekend ? J'ai l'impression que ça fait un moment en réalité mais peu importe. Je vais finalement à leur rencontre et arbore un air faussement paniqué.

« Hey, j'commençais à m'inquiéter. J'étais à deux doigts d'appeler le FIB pour leur dire que t'avais été enlevée par des aliens … Ou que t'étais entrain de cuver dans un coin. »

Ça ne manque pas, elle me cogne le bras. J'éclate de rire – j'adore la faire chier depuis qu'elle est devenue Préfète. En réalité je suis très fière d'elle … mais j'adore l'emmerder. Je tourne finalement la tête vers Enzo, enfin je lève la tête plutôt parce que ce type c'est le Kilimandjaro mais heureusement je suis habituée avec Lukas, entre autres.

« En fait non, t'as juste rencontré un bel inconnu sur le bord de la route, il t'a fait perdre la notion du temps avec son regard profond et ses airs mystérieux. »

J'ai les yeux plantés dans ceux du grand Rouge, à fond dans mon personnage, et lui … me regarde de son faux air blasé.

« Ça s'arrange toi, c'est bien. »

Son air sérieux s'effrite pour laisser place à son sourire de branleur sûr de lui, le genre de truc qui agace au possible quand on ne comprend pas qu'il en joue.

« Mais merci pour les compliments. »
« Hey, là t'es censé dire : Toi aussi t'es pas mal dans ton genre, Riley. Ou un truc dans le style. »
« T'as eu ta chance jolie brune, t'as pas su la saisir. Enzo Ryans ne frappe jamais deux fois à la même porte. »
« Anh ! »


Je le cogne, le poing directement dans l'épaule sauf que naturellement il ne bouge pas d'un poil et moi je grimace parce que je me suis fait mal. C'est pas juste ! Il se marre, on se marre tous en réalité. Keza est parfaitement au courant de l'allusion mise sur le tapis, elle sait qu'un soir alors que sans trop savoir pourquoi je me suis retrouvée entrain d'embrasser Sovahnn dans un couloir, cet énergumène complètement bourré à ce moment là nous a clairement demandé si on était tenté par un plan à trois. Il plaisantait mais … Hum, mouais. Bref. Deux filles ensemble et ils pètent une durite, c'est comme ça, on ne peut pas dire que deux garçons ensemble n'émoustillent pas certaines filles non plus alors c'est de bonne guerre.

« J'vais essayer de trouver les gars, à tout de suite. »

Un sourire à son adresse, je tourne finalement la tête pour me rendre compte que Kezabel le suit du regard quelques secondes quand il s'éloigne et entre dans la Grande Salle, légèrement pensive. Ça ne me perturbe pas plus que ça, je sais qu'elle a de l'affection pour lui et qu'ils partagent certaines choses. Elle a presque un côté maternel avec lui parfois, c'est touchant. Quand elle revient à elle néanmoins je penche la tête sur le côté et fronce un peu les sourcils.

« Ça va ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: [Mini-Event 14.03.2015] Let’s get drunk on the mini-bar ▬ Kezabel   Mar 1 Mar 2016 - 10:30

— Les trois quart de la salle, évidemment !

Oui, évidemment. Quel autre choix de toute façon ?
J’ai le sourire jusqu’aux oreilles alors que nous continuons de nous balancer d’un pied sur l’autre, en douceur, profitant de ce calme pour reprendre le souffle perdu tout à l’heure à danser comme des folles. Je me perds un instant à nous imaginer faire ces fameuses courses de fauteuils roulants et croyez-le ou non, cette finalité ne me parait pas improbable. Je ne sais pas pour quelles raisons nous perdons cette étincelle de folie et enfantine lorsque nous grandissons mais j’aimerai veiller à la conserver pour ce genre de moment.

— Y en a au moins un en tout cas …
— Hum ?

Je suis discrètement son regard juste derrière moi et y voit Mateo avec Maxime…

— Tu m’étonnes. Je n’serais pas surprise qu’il ait déjà fantasmé sur le tableau.

Entre autre, sa copine avec sa meilleure amie entrain de faire des choses qui, honnêtement, ne seront jamais possible. Pas avec Riley. Bon sang, ça serait incestueux et en plus ça me colle des frissons de dégoût le long du dos. Pas que je ne trouve pas ma meilleure amie non sexy parce que ça serait mentir. Mais c’est Riley. Bref, tout le monde a compris l’idée.
Et concernant Maxime… Je ne sais toujours pas où nous en sommes et je ne sais pas si c’est bon signe ou non.

— Mais aucune chance, j'te partagerai pas !

J’éclate de rire alors que je me serre un peu plus contre elle, profitant de cette accalmie pour me reposer, blaguer avec Riley, parfois bitcher je l’admets sur Daniela et sa clique de copines. On est bien là, toutes les deux.
La soirée s’est déroulée sans encombre, Riley m’a même accompagnée une partie de ma garde pour me tenir compagnie. Laps de temps utilisé pour discuter d’un peu de tout et de rien, des cours, de l’avenir mais aussi de ce fameux tour du monde que nous comptons faire cet été. Elle est ensuite partie rejoindre les autres au bal et j’ai continué ma ronde seule.
Jusqu’à ce que je croise Ora, cigarette aux lèvres, nerveuse comme rarement je l’ai vu.

¥

Lundi 16 Mars — Heure du dîner

Je n’ai pas la prétention d’être quelqu’un de bons conseils ou même de tout être une bonne présence mais le fait est que j’ai l’impression qu’Enzo va mieux ou se sent soulager d’un poids après avoir cracher tout ce qu’il avait à cracher. Encore une fois, il suffit parfois de mettre des mots sur ce qui nous travaille pour réussir à y voir plus clair. J’ose espérer que c’est le cas pour Enzo.
C’est d’un pas plus léger que nous descendons vers le Hall où il me raconte ses mésaventures avec Kyle – où il est toujours cul nu, oui oui – et où je ne manque pas de rire ouvertement sur certains détails. Mais je ne peux m’empêcher d’être un poil anxieuse sur le sujet de Derek.

— Hey, j'commençais à m'inquiéter. J'étais à deux doigts d'appeler le FIB pour leur dire que t'avais été enlevée par des aliens … Ou que t'étais entrain de cuver dans un coin.

Riley ne perds pas une seconde alors que nous arrivons à destination.

— Hey ! Je la cogne doucement sur le bras. C’est pas moi qui avait mal de crâne le lendemain !

Et ça c’est vrai, parce qu’apparemment ma boulette aurait eu besoin d’aspirine… Si ça n’est pas moche à seulement 19 ans !
Riley se concentre finalement sur Enzo, air sérieux sur le visage. Je devrais sérieusement songer à lui proposer de faire des cours de théâtre…

— En fait non, t'as juste rencontré un bel inconnu sur le bord de la route, il t'a fait perdre la notion du temps avec son regard profond et ses airs mystérieux.
— Ça s'arrange toi, c'est bien.

J’éclate de rire face à la scène, un peu en retrait alors que je la laisse se chamailler avec Enzo. Elle est de bonne humeur, heureuse même je dirais et je n’aime pas l’idée de devoir l’enlever de cet état mais je ne me vois pas faire autrement. Plus nous attendrons pour lui dire, plus elle en voudra à la terre entière. Ce qui serait compréhensible.

— Mais merci pour les compliments.
— Hey, là t'es censé dire : Toi aussi t'es pas mal dans ton genre, Riley. Ou un truc dans le style.
— T'as eu ta chance jolie brune, t'as pas su la saisir. Enzo Ryans ne frappe jamais deux fois à la même porte.
— Anh !

Je retiens ce fou rire qui me gagne alors que j’envoie un regard plein de sous-entendu à Riley. Comme si j’allais oublier cette mésaventure qui m’a été conté. Celle d’une brune et d’une blonde se roulant une pelle dans le couloir alors qu’Enzo passait par là. Il leur aurait proposé un plan à trois… Les esprits les plus tordus pourraient en faire un film interdit au moins de 18 ans.

— J'vais essayer de trouver les gars, à tout de suite.

Retour à la réalité, mon sourire se perd un peu alors que je le suis du regard. Il s’éloigne, mon esprit avec. Comment est-ce que j’vais lui annoncer ça ?
Au fait, Derek s’est tiré, tu ne le reverra probablement plus jamais. Et hum, oui, il l’a fait sans rien te dire. Comme un mal propre. Comme un enfoiré.
Je me rend seulement compte que je lui en veux pour ça. Je sais que les circonstances ont été difficiles pour lui, vraiment, et Enzo n’a pas manqué de le souligné… mais il me semblait aussi que lui et Riley avait un lien particulier, qu’ils étaient plus ou moins proche. N’aurait-il pas pu laisser un mot à Enzo ? Juste quelques lignes rapides, à la Derek.

Kezabel, wake up.
Je cligne des yeux et me redresse légèrement.

— Ça va ?
— Hum ? Regard vers Riley qui me fixe, intriguée. Oui oui. Je jette un rapide coup d’œil à la grande salle. Dis, ça te tenterais pas d’aller manger tranquillement dans ta salle commune ou ailleurs ? Je n’ai pas trop envie de voir du monde ce soir.

Mon sourire est là, présent et ne trahis rien de ce qui peut venir. Je ne mens pas lorsque je dis que je n’ai pas envie de voir du monde, j’ai besoin d’un peu de calme mais surtout, de m’isoler avec elle pour avoir l’occasion de parler un peu.
Un regard entendu, nous allons à la grande salle nous servir de deux trois trucs que nous emportons – discrètement – avec nous pour ensuite sortir et jeter notre dévolu sur une des salles environnantes. Nous sommes clairement entrain de nous improviser un pique-nique à 19 heures le soir… comme si tout était normal et que c’était dans l’ordre des choses. Et après tout, pourquoi pas ?

Je l’écoute me parler de Charleen de ce semblant de béguin qu’elle aurait pour Ethan. Ethan qui s’avère être un manche visiblement mais pour avoir aperçu quelques fois le jeune homme, ce garçon parait être aussi timide que Macy est extravertie…
Riley croque dans sa nourriture alors que je jette mon dévolu sur un petit sandwich, la regardant s’agiter dans tous les sens, m’amusant un peu de la situation mais aussi me demandant comment je vais caler mon sujet à moi, dans cette soirée. Enfin surtout, de quelle manière.
Je réagis à ce qu’elle me dit, ris avec elle jusqu’à ce qu’elle se calme un peu et qu’elle finisse par s’assoir en face de moi, lâchant un soupire presque désespérer. Je reste moi-même silencieuse un court instant avant d’avaler ma bouchée. Bon…

— Au fait, j’ai discuté avec Enzo tout à l’heure. J’affiche un léger sourire. Je devais rendre quelques pinceaux à Kyle, il me les a prêtés il y a quelques jours et comme je ne le trouvais pas, je me suis dit qu’il serait plus sage de les filer à Enzo pour qu’il les lui redonne.

J’ai l’impression de me donner du temps, de la marge, pour annoncer le boulet de canon qui va suivre. Je sais ce que ça fait quand quelqu’un qui vous tient particulièrement à cœur se tire sans vous prévenir, sans donner de nouvelles, comme si vous n’aviez jamais existé.

— Il n’avait pas l’air très en forme alors j’ai un peu insisté pour savoir ce qu’il avait. Je tousse dans le creux de ma main pour m’éclaircir la voix avant de déposer mon sandwich que je n’arrive de toute façon pas à avaler. Il m’a dit que Kyle est partie ce weekend. Il aurait eu l’opportunité de rejoindre une école d’art, chose qu’il a faite très rapidement apparemment.

Il n’y a pas que ça. Non, ça aurait été trop facile et Riley me connait suffisamment par cœur pour savoir qu’il y a une suite. Il n’y a rien de grave à annoncer en soi. Personne n’est mort, au contraire. Deux personnes ont repris le cours de leur vie pour un avenir meilleur. Ça ne veut pas pour autant dire que Riley verra que le bon côté des choses et je pense que personne ne pourra le lui reprocher.

— Il n’est pas partie tout seul. Derek l’a suivi. Moment de pause, mon regard ne l’a pas lâché un seul instant. Pour aller vivre avec sa grand-mère en Australie et essayer de reprendre le cours de sa vie là-bas.

J’ai l’impression que chaque mot est une balle de plomb. J’ai essayé d’être la plus douce et la plus tranquille possible mais je connais le caractère de Riley comme si j’avais toujours vécu avec. Et si je n'ajoute rien, c'est parce que je ne veux pas empiéter sur sa réaction et surtout, lui laisser le temps de digérer dans un premier temps l'information.
Ne me demande pas s’il reviendra parce que ça ne sera pas le cas. Et ça me crève le cœur de te voir avec cette mine défaite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8154
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: [Mini-Event 14.03.2015] Let’s get drunk on the mini-bar ▬ Kezabel   Sam 5 Mar 2016 - 18:07

« Hum ? Oui oui. »

Oui, oui. Prends moi pour une buse très chère, tu as l'air … absente, préoccupée même. Est ce qu'il s'est passé quelque chose avec Enzo ? Ils me semblaient pourtant que l'ambiance était plutôt bonne, quoi que peut-être un peu tendue ? J'essaie de suivre son regard pour voir ce qu'elle observe dans la grande salle mais revient rapidement sur elle. Elle sourit, je n'y crois pas une seconde.

« Dis, ça te tenterais pas d’aller manger tranquillement dans ta salle commune ou ailleurs ? Je n’ai pas trop envie de voir du monde ce soir. »

Quelque chose ne va pas. Est ce que ça un rapport avec Maxime ? Je sais que c'est un sujet qui la préoccupe particulièrement ces derniers jours. Lui dire non ? Pas une seule seconde cette option ne me vient en tête, évidemment. J'avais cru comprendre qu'Enzo l'attendait mais il a aussi parlé des gars, c'est donc qu'il n'est pas perdu. Kezabel n'est pas du genre à abandonner les gens de toute façon.

« Pas de soucis, on va où tu veux. »

Je lui offre un sourire, passe mon bras autour de ses épaules et lui claque un bisou sur la joue. Quelques minutes plus tard on ressort de la Grande Salle, non sans avoir prévenu quelques personnes qu'on prenait la poudre d'escampette, avec quelques réserves planquées autant que possible. Quelle destination à présent ? Ma Salle Commune ? La sienne ? Non, une salle complètement neutre dans laquelle on entre pour finir assises toutes les deux sur une table, l'une en face de l'autre. Sans trop savoir pourquoi je ne « l'attaque » pas frontalement tout de suite mais préfère lui parler de Charleen, par extension d'Ethan, me disant qu'elle me dira ce qui ne va pas quand elle se sentira prête – si ça doit être le cas. J'en arriverai tôt ou tard à lui poser la question mais je lui laisse simplement une longueur d'avance, le temps qu'elle prenne sa décision. Elle réagit, elle ri, mais je ne suis pas dupe pour autant. Je vois bien qu'il manque une étincelle dans le fond de son regard pourtant je continue mon petit spectacle. Je suis en réalité à des kilomètres de cette histoire entre Charleen et Ethan, quand bien même c'est un sujet qui m'intéresse et pour lequel je me sens réellement concerné. Ça n'est juste pas le moment pour ça, c'est tout. Je laisse donc le silence s'installer, je ne l'oppresse pas du regard et enfin sa langue se délie. Ma concentration est totale, avant bras posé sur les cuisses, assise en tailleur, un sandwich dans la main gauche et l'autre qui se tient tranquille.

« Au fait, j’ai discuté avec Enzo tout à l’heure. Je devais rendre quelques pinceaux à Kyle, il me les a prêtés il y a quelques jours et comme je ne le trouvais pas, je me suis dit qu’il serait plus sage de les filer à Enzo pour qu’il les lui redonne. »

J'acquiesce d'un signe de tête mais n'ouvre pas la bouche, je sens instinctivement qu'elle va poursuivre.

« Il n’avait pas l’air très en forme alors j’ai un peu insisté pour savoir ce qu’il avait. »

Cette fois mes sourcils se froncent, ça aussi c'est instinctif. Ça donc un rapport avec Enzo ? Quelque chose coince, je le vois bien. Connaissant ma patience légendaire je prends sur moi pour reste calme alors que je meurs d'envie qu'elle crache finalement le morceau, ce truc qui lui coince la gorge depuis tout l'heure.

« Il m’a dit que Kyle est partie ce weekend. Il aurait eu l’opportunité de rejoindre une école d’art, chose qu’il a faite très rapidement apparemment. »
« Wow ... »


Mouvement de recul. Celle là, je ne m'y attendais pas du tout. Il ne me suffit que d'un regard vers elle pour comprendre qu'il n'y a pas que ça ...

« Il n’est pas partie tout seul. Derek l’a suivi. »

Le voilà le problème, cette chose qui l'oppresse depuis tout à l'heure, et moi je me fige instantanément.

« Pour aller vivre avec sa grand-mère en Australie et essayer de reprendre le cours de sa vie là-bas. »

Déterminer ce que je ressens en cet instant est assez difficile, je me sens un peu sonnée et c'est sans doute pour ça que je ne réagis pas tout de suite mais les cases se remettent en place et tout s'explique. Elle ne voulait pas me le dire comme ça, à l'arrache, dans un bout de couloir, ni même devant qui que ce soit, sans doute parce qu'elle appréhende ma réaction. Je lâche un soupir et pose mon sandwich sur la table, toujours incertaine quant à ce que je ressens. Ça n'est pas violent, c'est juste … comme ça. Derek est parti, il a choisi de le faire sans dire au revoir. Voilà.

« Ça doit être un coup dur pour Enzo ça, j'comprends qu'il accuse le coup. D'ailleurs ça m'étonne qu'il soit resté, honnêtement. »

Sobre, sans émotion particulière, les mots sortent d'un ton calme alors que je regarde la table sans réellement la voir. Et je suis sincère, oui ça m'affecte mais je ne suis pas la plus à plaindre dans cette histoire et loin de là. Laissez partir son frère et son petit-ami en même temps, sachant tout ce qu'on sait, ça ne doit pas être la chose la plus simple à faire. Enfin, petit-ami ...

« Est ce qu'ils se sont séparés ? »

Rien que le dire me parait improbable. Non, c'est impossible, je crois que dans l'esprit de tous ceux qui les connaissent de près ou de loin, même les autres, une chose pareille, l'un sans l'autre, c'est une ineptie. Néanmoins ça pourrait être une explication rationnelle au fait que le Gryff soit resté ici.

« Mais, c'est bien pour les gars. J'veux dire ... »

Je relève finalement les yeux vers elle, toujours aussi sobre. Ça n'est pas dans mes habitudes de réagir aussi calmement, pourtant je n'ai pas l'impression qu'il y ait quoi que ce soit de sous-jacent là dedans.

« Même nous on partira un jour après tout. »

Un Non-Magicien ne deviendra jamais un Sorcier, il est normal que Kyle ait pris la décision de reprendre le cours de sa vie, c'est même tout à son honneur. Quant à Derek … Après ce qu'il a vécu, c'est probablement la meilleure chose qu'il avait à faire et s'il m'avait parlé de ça, s'il m'avait demandé ce que j'en pensais, je l'aurai probablement poussé à le faire, je l'aurai encouragé. Il ne l'a pas fait, c'est comme ça.

« J'imagine que ça veut dire que j'aurai pas l'occasion de lui parler. En même temps c'est de ma faute, j'aurai pas du attendre autant. Mais tant mieux pour lui, il a raison, il a fait ce qui était le mieux pour lui. Et c'est une super nouvelle pour Kyle, ça m'fait plaisir pour lui. J'le connaissais pas beaucoup mais j'ai l'honneur d'avoir un de ces dessins ! »

Je souris, un sourire sincère en repensant à ce dessin qui représente Cameron en CameronMan que Kyle m'a offert il y a de ça des mois alors que je venais tout juste de faire sa connaissance officiellement. On avait beaucoup ri ce jour là, c'est un bon souvenir.
Nouveau sourire, plus timide celui là alors que je replace une mèche de cheveux derrière mon oreille, et mon regard se pose dans celui de ma meilleure amie.

« Merci de m'avoir prévenue. »

Et bien sur que ça me rend un peu triste, je n'essaie pas de le cacher mais … qu'est ce que je peux y changer de toute façon ? C'est fait, il n'y a pas grand chose de plus à dire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: [Mini-Event 14.03.2015] Let’s get drunk on the mini-bar ▬ Kezabel   Jeu 10 Mar 2016 - 18:49

J’admets m’attendre au coup d’éclat, à un énorme coup de gueule mêlé de déception et de colère sincère. A la seconde où j’ai lâché ce qui est pour une bombe, j’ai scruté chacun de ses traits. Et je ne sais pas si je dois être rassuré de voir qu’elle semble ne rien ressentir ou au contraire, m’en inquiéter.
Je n’ajoute rien, lui laisse le temps de digérer les informations et reste là, à attendre tranquillement. Je sais que ça doit lui faire quelque chose pour Kyle, mais Derek c’est encore une autre relation, un truc particulier et même si elle est parfaitement au clair avec lui, il était malgré tout un ami plus ou moins proche. Les derniers évènements font qu’au moins, Derek était particulier pour elle. A sa manière.

Elle finit par lâcher un soupire et pose son sandwich à côté d’elle.

- Ça doit être un coup dur pour Enzo ça, j'comprends qu'il accuse le coup. D'ailleurs ça m'étonne qu'il soit resté, honnêtement.

Ca me désarçonne complètement.
Aucune réaction. Rien. Un vide totale, presque angoissant. Elle me dit tout cela d’une voix calme, posée. Je ne sais pas si je dois être inquiète et soulagée, encore une fois.

- Est-ce qu’ils se sont séparés ?
- Non non, pas du tout. J’affiche un sourire en coin, la rassurant au moins sur ce point là. Tu sais bien qu’il faudrait au moins un astéroïde qui s’écrase sur la planète, une attaque de zombie suivit d’une fin du monde pour qu’ils se séparent.

Je dodeline de la tête, comme incertaine.

- Et encore.

J’essaie de donner un peu de chaleur à la situation mais aussi à la conversation qui semblerait presque surréaliste.

- Même nous on partira un jour après tout.
- Oui, nous les premières.

Façon de parler mais nous sommes parfaitement consciente qu’une fois nos ASPICS passés, nous aurons le choix de poursuivre ici ou de continuer. Quoi qu’il en soit, la finalité est la même. Poudlard est une deuxième maison mais pas celle que nous voulons garder pour notre avenir. Pas moi, en tout cas.

- J'imagine que ça veut dire que j'aurai pas l'occasion de lui parler. En même temps c'est de ma faute, j'aurai pas du attendre autant. Mais tant mieux pour lui, il a raison, il a fait ce qui était le mieux pour lui. Et c'est une super nouvelle pour Kyle, ça m'fait plaisir pour lui. J'le connaissais pas beaucoup mais j'ai l'honneur d'avoir un de ces dessins !

Et je remarque que pas à UN SEUL moment, elle n’évoque le départ de Derek. Celui de Kyle oui, mais pas celui de Derek.
Est-ce que c’est une façon pour elle d’accepter les choses ? De faire face à son départ silencieux, sans qu’il ne lui dise le moindre au revoir ? De digérer la pilule ?
Je n’en sais trop rien et je n’ose pas non plus insister sur le sujet. Si Riley veut m’en parler, elle le fera et j’ai confiance pour ça. Mais en toute honnêteté, la seule impression qu’elle me laisse en cet instant, c’est celle d’une bombe à retardement.

- Cette chance ! Moi j’ai même pas eu le temps à ce qu’il m’apprenne quelques trucs pour le dessin… J’vais être obligé de lui demander des cours par correspondances.

Sourire en coin, c’est une chose que je ne néglige pas. Après tout, pourquoi pas ? Ca peut-être une façon comme une autre d’échanger sur ce sujet.
Je capte de nouveau le regard de Riley qui sourit timidement.

- Merci de m'avoir prévenue.
- Non, c’est normal. Je ne me voyais pas te mentir et encore moins attendre pour te le dire.

Parce que ça n’aurait pas été juste, ne serait-ce que pour elle.
Je la sonde encore rapidement sans plus insister, me demandant ce qui est le mieux à faire. Partir pour rejoindre les autres ? Rester ici pour s’approprier d’un peu de temps toutes les deux ? La deuxième option me séduit plus que la première. Je ne manquerait pas de rejoindre Enzo tout à l’heure puisque je lui ai promis de passer un peu de temps avec lui, mais ça ne m’empêche pas de passer un peu de temps avec ma meilleure amie à qui j’accorde un sourire en coin.

- Tu sais que j’ai eu le droit à de sacrer détails sur la rencontre entre Enzo et Kyle ?

Toujours installée confortablement sur la table, je m’empare du sandwich entamé dans lequel je croque avant de poursuivre.

- J’te chure que ch’vais faire une hichtoire sur eux à forche.

Je sais, on n’parle pas la bouche pleine mais autant vous dire que quand on est toutes les deux, les principes des bonnes manières se font quelque peu inexistantes.
J’avale ma bouchée avant de me concentrée de nouveau sur ma meilleure amie. Je n'oublie pas le sujet de Derek, mais je ne sens pas Riley réceptive à ce sujet et je n'ai pas envie de la forcer à parler d'un sujet qu'elle n'a pas envie d'approfondir.

- Ca s’trouve tu le sais déjà, mais le jour où ils se sont rencontré Enzo était à poil. Et je te répète mot pour mot ce qu’il m’a dit … « Quand je te dis à poil, c’est pas au pluriel ».

J’éclate de rire, toujours amusée par l’information bien que surprise par un énième flash d’un Enzo cul nu.
La joie d’avoir une mémoire si précise.

- C’est bien, ça fait de la matière pour raconter à vos enfants plus tard. Lui, cul nul. Toi qui accroche Vargas aux lustres… Oui, y’a pas à dire, j’ai de quoi faire une bonne histoire. Vous allez me rendre riche.

Je ne peux m’empêcher de penser au livre inachevé de ma mère. Mais ça ne m’empêche pas de rire bêtement avec Riley sur la manière d’illustrer ça grossièrement, en rajoutant bien évidemment des détails soigneusement choisit par son imagination débordante lorsque le sujet concerne Mateo.


FIN POUR MOI
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Mini-Event 14.03.2015] Let’s get drunk on the mini-bar ▬ Kezabel   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Mini-Event 14.03.2015] Let’s get drunk on the mini-bar ▬ Kezabel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MINI-EVENT] One, two, three, four... Let's go music !
» [Mini-event]Les Jishin Kaizokudan débarquent!!!
» [mini-event] Raviver une legende : le conseil pirate
» [Mini-Event] L'amende est le fruit de l'amandier.
» [Mini-Event] Combat aride

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée. :: ─ Grande salle-
Sauter vers: