AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Skating or … hurting ? ▬ Charlie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 17061
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Skating or … hurting ? ▬ Charlie   Dim 27 Déc 2015 - 22:24

Mercredi 4 Mars 2015 – Après le diner
Skating or … hurting ?




Charlie & Enzo

« Non mais vous êtes sérieux là les gars ? Des animaux ! Tous les deux ! Allez file toi, et toi viens par-là te prendre la branlée de ta vie. »
« Eh ben dis donc Oncle Sam, t’as la pêche pour un vieillard ! On va bien voir si ton éloquence tient ses promesses. »

Deux heures de Self-Defense, elles ne sont même pas encore commencées – pour moi en tout cas – et c'est déjà le bordel. Provocation, gonflage de torse, c'est à celui qui mettra l'autre par terre le plus rapidement possible et … Aujourd'hui il se trouve que c'est Cameron qui a réussi à me foutre au sol quant peu de temps avant la fin du cours le Prof nous à laisser nous mettre avec qui on voulait. Les Non-Magiciens n'ont pas cours de 16h à 18h, voilà pourquoi Oncle Sam est resté avec les 6ème année. Kyle a filé lui, dommage, j'aurai bien laissé trainé mes narines encore un peu plus longtemps sur sa peau et ça n'a rien à voir avec le fait que ça fait réagir Cameron, pas du tout … Si, un peu, ça m'éclate, mais c'est surtout que même si ça nous fait passer pour deux cinglés, j'en ai rien à foutre, j'aime le respirer. Et regardez-le, le ricain, fier de sa victoire et pas du tout attentif. BAM ! Au sol lui aussi, et on fini ces deux heures morts de rire étendus de tout notre long sur le tatami alors que les autres quittent déjà la pièce à leur tour. Ça fait plaisir de le voir comme ça, j'admire vraiment sa force de caractère. Aucune histoire n'est la même, aucune relation, aucun sentiment, aucune émotion, mais quand j'ai cru avoir perdu définitivement Kyle il y a de ça deux ans maintenant, je n'ai pas géré aussi bien que lui le fait actuellement. Ça fait deux semaines et demi, on n'en parle quasiment jamais parce que je fais tout ce que je peux pour lui changer les idées quand on traine ensemble – chose que j'aimerai faire aussi avec mon frère mais c'est plus compliqué – mais il y a des regards qui ne trompent pas, des absences qui n'échappent pas aux regards de ceux qui savent, qui comprennent, qui observent. La chaine qu'il portait déjà autour du cou n'est plus seule, un anneau y est attaché, parfois on a besoin d'un objet auquel se raccrocher.

C'est un peu pensif, pas mal vidé aussi, que je sors de la salle après l'avoir salué et dit au revoir au Prof parce que je suis un gentil garçon bien élevé et poli … Le regard rivé devant moi je ne l'ai pas vu arriver mais un sourire s'est pointé sur mon visage dès l'instant où je me suis aperçu de la présence de Kezabel là devant moi.

« Hey. »
« Salut Mlle Hasting. »
« Je commence à me demander si mes bras vont réussir à faire le tour de ta taille. »
« Qu'est ce que vous avez tous avec mon poids aujourd'hui ? Qu'est ce qu'il y a ? J'ai grossi ? »

Je l'admets, l'envie de soulever mon T-shirt pour exposer mes abdos m'a traversé l'esprit – Narcisse ! – mais je me suis abstenu. Au lieu de ça j'ai tapé sur mon ventre, par dessus le vêtements, avant d'éclater de rire et d'échanger quelques mots avec elle. Je ne lui ai pas demandé ce qu'elle venait faire là, je crois qu'elle est entrée dans la salle mais mon attention a très vite été attirée par autre chose ou plutôt quelqu'un d'autre.

« T'es venu proposer ton aide pour me frotter le dos ? »

Jules.

« Oncle Sam et Keza m'ont fait des commentaires sur ma masse pondérale, peut-être que j'aurai besoin d'exercice supplémentaire. »

Oui, ceci est un message absolument et totalement subliminal – et à mon sens parfaitement évident. Je ne suis pas aveugle, je sais parfaitement ce qu'il a ressenti tout à l'heure quand il est sorti de cours et que moi j'y entrais, je sais aussi ce qu'il ressent maintenant. Tout comme je sais que la Pleine Lune est dans 24h même si avec ou sans elle ça ne changerait pas grand chose. Et bien sur, à lui, je ne me prive pas de montrer mon nombril et surtout ce qu'il y a autour. Tu peux toucher si tu veux, je sais que t'en meurs d'envie.

~*~

Je crois que je ne connais rien de mieux que partager une douche avec Jules, je pense même que dans mon classement personnel de kiff ça arrive quasiment à égalité avec le surf. Bien évidemment après tout ça j'ai dévoré mon repas du soir mais au lieu de me sentir épuisé j'ai rencontré un regain d'énergie assez brutal en sortant de la Grande Salle. Peut-être que cette fois c'est du à la pleine lune, j'ai souvent plus d'énergie à dépenser quand elle approche mais je le sens bien, même si j'essaie de me poser pour faire mes devoirs ou bouquiner ça ne fonctionnera pas. J'ai l'esprit léger, comment ne pas l'avoir après ces moments passés de toute façon ? Envie de courir mais c'est impossible. Envie de surfer aussi, mais là encore c'est niet. Bosser avec Caem ? Non, pas ce soir, trop dispersé. Je n'ai d'ailleurs pas bossé avec Keza cet après midi avant le cours de SD et ce pour les mêmes raisons. J'ai du mal à me concentrer une veille de Pleine Lune et si j'ai été tendu une partie de ce début de semaine, je sens bien que ce soir j'ai la tête complètement débranchée et le corps en quête d'activité. Voilà pourquoi une fois allongé sur mon lit, en pleine réflexion, je saute à nouveau sur mes pieds et fouille sous mon lit, m'exprimant tout seul dans le dortoir sous le regard un peu perplexe de mes collocs.

J'en ressors avec mon skate dans les mains, conscient du risque je prends, celui de me retrouver encore une fois collé, ce qui arrive un peu trop souvent ces derniers temps. J'ai bousculé Connor, cogné un de ces petits camarades, perturbé – le mot est faible, je sais – le cours de Bota, sans parler d'autres choses encore, la baston violente avec mon frère notamment,  alors oui c'est vrai je ne suis pas l'élève le plus « sage » de l'école en ce moment mais pourtant, tout ça ne tient pas de mauvaise volonté ou de jem'enfoutisme. Je n'ai pas envie de décevoir Grand-Mère, ni même Isma qui s'inquiète pour moi – au point de me conseiller d'aller voir le psy – mais … c'est comme ça, c'est tout. J'ai envie de vivre, pas envie de me brider, besoin de laisser mon corps et ma tête agir impulsivement parfois. Je ne réfléchis tout simplement pas, c'est peut-être ça le problème d'ailleurs mais tant pis. La vérité c'est que tout ça, finalement, ça ne sont que des incidents isolés qui n'ont pas le moindre liens les uns avec les autres.

Stop. Pause. Glisse. Un bout de couloir tranquille, pour ne pas dire abandonné, un sortilège pour permettre à ma planche de rouler comme il faut sur le sol de pierre, et c'est parti pour l'éclate totale. Je sais pertinemment que ça tape sur le système de certains, Prof comme élèves, mais la plus part du temps je me mets dans mon coin et je n'emmerde personne. Hormis cette fois où j'ai failli foncer dans Kim il y a quelques moi – et encore, c'est moi qui ai fini par terre – je n'ai jamais blessé personne alors qu'il m'arrive pourtant de filer comme une flèche parfois dans les couloirs ou escaliers quand je suis à la bourre pour aller en cours et que j'ai cette irrépressible envie de glisser. Je m'en suis passé pendant trop longtemps, personne ne pourra me priver à nouveau de ça et je crois que tout le monde l'a parfaitement compris.

Petit con.
Oui, si vous voulez.

Le p'tit con il a facilement la folie des grandeurs et un sens assez particulier des limites. Ça a toujours été le cas, depuis tout petit, et ça n'est pas quelque chose qui changera un jour je pense. J'aime prendre des risques, j'aime repousser mes limites et tenter jusqu'à ce que j'arrive à faire telle ou telle choses. Je me fixe des objectifs, j'essaie de nouveaux trucs, parfois risqués certes mais c'est tout l'intérêt. Forcément, ça me vaut de belles gamelles parfois mais ça n'est pas quelque chose qui m'arrête. Je me suis pété les os plusieurs fois, ici ou ailleurs, seulement grâce à la Lycanthropie – et aussi à la croissance à mon avis – ils sont devenus plus résistants avec le temps. Ça ne veut pas dire que je ne me fais pas mal, loin de là, mais ma notion de la douleur … est très personnelle, on va dire ça comme ça. Ce soir c'est en glissant contre une rambarde d'escalier que je me suis craqué – chose qui aurait pu bien plus mal tourner étant donné que j'aurai tout à fait pu basculer du côté du vide mais j'ai de bons réflexes (et une sacré propension à la vantardise, je sais, mais je le vaux bien) donc c'est sur le sol du couloir que je me suis rétamé, bien comme il faut.

« Aoutch. »

États des lieux : je peux bouger les bras, les jambes, et tout ce qui doit être en mesure de bouger même si mon poignet droit tire un peu la tronche – c'est toujours lui qui prend, le pauvre. Mon genou gauche n'a pas l'air de danser la farandole non plus mais rien qui ne m'empêche de me relever. C'est à ce moment là que je réalise seulement. Je réalise que mon skate, lui, n'a pas basculé du côté obscure de la force même côté que moi mais bien de l'autre, donc du vide, donc … potentiellement du côté de quelqu'un d'autre même si je me suis excentré suffisamment des passages les plus fréquentés et qu'en théorie à cette heure là beaucoup sont dans les salles communes.

« Oh putain ! »

Il y a quand même dans ma tête cette petite voix qui me rappelle à la raison et me pousse à me précipiter vers l'escalier pour vérifier que personne ne s'est pris un skateboard volant en pleine tête … A part Marty McFly. Ok, je sors avec mes références cinématographiques que Enzo ne connait même pas :lol:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Skating or … hurting ? ▬ Charlie   Dim 27 Déc 2015 - 23:46

Je voulais respirer un peu, penser à autre chose qu'à se bordel ambiant dans ma tête. Mes pensées m'empoisonnent tellement l'esprit que j'ai du mal à garder mon calme et à être réellement bien. J'ai parfois l'impression que je deviens fou à force de me débattre et de penser toujours aux mêmes choses. Je compte les jours depuis que je suis arrivé ici et ils commencent à être long. Ils pensaient tous qu'on serait en sécurité, mais visiblement ils se trompaient. Je n'ai jamais voulu revenir ici. Je déteste cet endroit et je déteste encore plus être seul. Heureusement que j'arrive à dormir, sinon je crois que je deviendrais dingue. Depuis l'attaque de février je repense sans cesse à Ewan. Les souvenirs reviennent avec ce genre d’événements, voir des gens à terre et voir les attaquants m'ont rappelé l'attaque de Salem. Je n'ai rien pu faire pour le sauver. Je n'étais même pas là. Pourquoi est-ce qu'il a fallut qu'il joue au héros? Je lui en veux et je m'en veux de lui en vouloir.

Mes journées se ressemblent toutes à quelques détails près. Les cours, les repas, la salle commune et Peter qui essaie toujours de revenir me parler. Je commence à me lasser de tout ça. J'ai parfois le sentiment qu'Ewa n va franchir la porte de ma salle commune et me sortir un de ses fameux « Alors je t'ai manqué. » On se quittait rarement et il aimait souvent me taquiner. Tout me manque chez lui, son rire, ses yeux et le pire de tout sa voix. J'ai peur d'oublier tout ça. Peur qu'un jour je me réveil et que je me rende compte que je ne sais plus qu'elle était le son de sa voix. Je n'arrive pas à tourner la page, parce que c'est encore beaucoup trop présent et que tout ce qui se passe me ramène à lui, quoi que je fasse il est toujours là pour le moment. Et puis je pense à Kevin aussi. Il s'est inquiété quand il y a eu l'attaque. J'aime bien passer du temps avec lui, mais je me dis que je ne devrais pas. C'est sans doute trop tôt. Je me déteste d'être aussi compliqué.

Je suis souvent seul ces derniers temps. Je fuis un peu les gens. Je ne supporte pas les rires, je ne supporte pas de rester longtemps accompagner. On dirait que je me suis trouvé une nouvelle amie, la solitude. Je sortais de la grande salle après avoir dîner rapidement lorsque Peter est revenu à la charge. J'ai levé les yeux au ciel. Quand est-ce qu'il va comprendre qu'on ne sera jamais plus amis et qu'il n'a aucune chance que je lui redonne ma confiance? C'était mon meilleur ami, avant que je ne décide de partir pour Salem, c'était de sa faute. S'il ne m'avait pas fait sentir aussi mal je serais resté, mais je ne regrette pas d'être parti. Je regrette juste d'avoir été obligé de revenir.

« Charlie ! Tu va me faire la tête longtemps comme ça? C'est du passé, tu ne peux pas tourner la page?»

« Lâche-moi. Tu commence à m'agacer et non, je ne tournerais pas la page. Ce n'était peut-être rien pour toi, mais quand tu comprendra que je te faisais confiance alors tu comprendra ce qui cloche. Et fou mois la paix. Ne m'approche plus c'est compris? Sinon je te jette un sort.»

J'ai sorti ma baguette lui montrant que j'étais bien décidé à m'exécuter s'il continuait de me harceler. Je n'avais plus envie qu'il soit mon ami. J'ai baissé ma baguette seulement quand j'étais sûr qu'il était bien parti. J'ai soupiré. Il m'a mis en colère et ce n'est jamais bon de me mettre en colère. Je me suis retourné et j'ai à peine eu le temps de voir le skate arrivé droit sur moi. Je me le suis pris en pleine tête. La vache, je ne m'étais jamais dit qu'un jour une planche en bois m'attaquerait. J'ai tangué quelques minutes et me suis rattrapé au mur. La planche elle était retombée au sol. Je me suis massé la tempe, heureusement ce n'était qu'un petit coup. Je me demande bien à qui elle est cette planche. Je lève la tête et aperçois le frère de Derek, Enzo. J'aurais dû m'en douter. Je ne suis pas certain que lui se souvienne de moi, mais je me rappelle qu'il était déjà casse cou quand j'étais à poudlard et que son frère était assez … particulier. Je le regarde, me lève attrape la planche et la lui montre avant de lui dire :

« Je suppose que c'est la tienne.»

Ce n'est sûrement pas pour rien qu'il est là en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17061
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Skating or … hurting ? ▬ Charlie   Jeu 31 Déc 2015 - 11:26

J'étais parti pour descendre les marches quatre à quatre … et puis je me suis ravisé, affichant l'expression caractéristique du gamin pris en flag d'une belle connerie quand mon regard a croisé celui de ce type là, en bas. Une rapide analyse m'apprendre qu'il a mon skate dans la main … et qu'il se masse la tempe, donc qu'il se l'est probablement pris en pleine tête … Bien joué champion ! Je me dis qu'il fallait bien que ça arrive un jour … Est ce que ça m'empêchera de recommencer ? Non.

« Je suppose que c'est la tienne.»

Absolument pas, j’ai un alibi, j’étais au cinéma.

« Tu supposes bien. »

Hop. Reprise de consistance, les connexions se refont là haut et je reprends mon chemin, descendant les marches d'un pas rapide mais calme, mesuré, jusqu'à me planter devant lui sans pour autant reprendre ma planche qu'il tient dans sa main. Je l'observe, de haut forcément parce que je suis plus grand que lui mais sans la moindre trace d'arrogance, de condescendance ou quoi que ce soit dans ce genre là. Pourtant je ne formule pas d'excuse, ça n'est pas tellement une chose pour laquelle je suis doué, je n'aime pas ça, tout simplement. Je me sais en tort, je ne ferais pas le malin, mais c'est surtout que mon instinct me pousse à réagir autrement. Donc oui, je l'observe, je regarde son visage, sa tête dans sa globalité en penchant la mienne d'un côté ou de l'autre pour essayer de voir l'étendu des dégâts. Ça peut être grave, donc oui, je m'inquiète un peu, je dois bien le dire. Je recule d'un pas et le regarde cette fois de la tête au pied, rien n'a l'air de clocher sur le reste de son corps alors je relève le menton et capte son regard. Pas de trace de panique dans mes yeux, juste … une réaction spontané, je dirais même que je suis concentré.

« J’te demanderai bien comment tu t’appelles pour voir si t’as encore toute ta tête mais je ne connais pas ton prénom donc tu pourrais bien me répondre n’importe quoi sans que je ne m’en rende compte. T’es dans la classe de mon frère, non ? »

Impossible de connaître tout le monde dans ce château, surtout quand comme moi on a tendance à certes connaître pas mal de gens mais à n'avoir qu'un cercle restreint d'amis. Je ne fais pas attention à tout le monde et réciproquement. Son visage ne m'est pas inconnu, c'est tout ce que je dirais. Je pense qu'il est effectivement dans la classe de Derek, Mateo et Keza mais ça s'arrête là.

Sans complexe, je continue mon observation. T'es devenu médecin pendant la nuit Enzo Ryans ou comment ça se passe … ? N'importe quoi. Enfin ceci dit, il y a des signes qui ne trompent pas, peu importe qu'on soit calé ou non, et puisque c'est de ma faute je ne me vois pas simplement reprendre ma planche et me barrer la tête haute sans rien dire. Je suis un sale gosse c'est vrai mais la plus part je sais assumer mes torts et mes actes. Sans trop réfléchir je pose ma main sur son épaule et penche ma tête du même côté pour voir l'endroit où le skate a du l'atteindre. Je n'allais pas doucement … Je crois qu'il est bon pour une bonne bosse … Dans tout ça j'en oublie qu'on ne touche pas les inconnus comme ça sans leur demander la permission, qu'à sa place j'aurai probablement réagit et pas forcément de manière très aimable, mais mon esprit n'est tout simplement absolument pas focalisé sur ce genre de considérations.

Constat :

« Ça ne saigne pas, c’est déjà ça. »

Quoi que ... Ça serait peut-être mieux ? Pas pour moi ça c'est sur - rapport à ma double nature et la pleine lune approchant - mais pour lui ... Je lâche finalement son épaule et recule à nouveau d'un pas puisque j'avais avancé à nouveau sans réellement m'en rendre compte. Là je porte ma main droite devant son visage, paume tournée vers et lui tend index, majeur et annulaire tandis que mon pouce et mon auriculaire – je connais mes doigts, c'est super ! – se retiennent mutuellement.

« Tu vois combien de doigts ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Skating or … hurting ? ▬ Charlie   Ven 1 Jan 2016 - 17:15

Un skate dans la tête? Je n'aurais jamais imaginé que je m'en prendrais un, surtout dans une école de sorciers. J'ai levé la tête et j'ai aperçus le frère de Derek. Je me suis massé la tempe parce que ce n'est vraiment pas agréable de se prendre un objet dans la tête et je l'ai regardé. Il est descendu et m'a confirmé que c'était bien à lui. J'allais lui tendre le skate et il s'est planté devant moi. Ça m'agace de constater qu'il est plus grand que moi alors qu'il est plus jeune. C'est souvent le cas, je suis assez petit pour un garçon et ça m'a toujours un peu complexé. Je me demande ce qu'il a a me regarder comme ça. Je déteste qu'on m'observe, ça me met toujours très mal à l'aise. C'est comme si on me scrutait aussi de l'intérieur et c'est très désagréable. Je me retiens de dire quoi que se soit et fini par ouvrir la bouche dans une expression d'étonnement lorsqu'il me dit qu'il vérifierait bien si j'ai encore toute ma tête. C'est quoi ce délire? Il a pris quelque chose et il ne se sent pas bien?

« Tu es sur que ce n'est pas plutôt toi qui te sens mal? Oui je suis dans la classe de ton frère. Je m'appelle Charlie.»


Je lève les yeux au ciel. Il croit vraiment que j'ai perdu la tête. Il m'en faut plus pour me dérouter. Ce n'était qu'un petit coup. Je ne suis pas surpris qu'il ne sache pas qui je suis c'est souvent comme ça et puis il faut dire que je suis parti d'ici quand j'avais quatorze ans. Il y a énormément de monde aussi dans ce château, sans doute bien plus depuis notre arrivé, l'école de Salem à rempli encore un peu plus le château. Ce type est vraiment bizarre. Il continue de m'observer, passe devant, derrière moi. Je ne sais pas ce qu'il cherche. Il va jusqu'à examiner le futur bleu que j'aurais. Il est vraiment étrange ce garçon. Je pensais que Derek était déjà bizarre, mais ça doit être de famille. Il me demande combien je vois de doigts.

« Trois. Je ne suis pas en sucre. Je suis petit, mais ça ne veut pas dire que je ne sais pas encaisser un coup de skateboard.»

Je n'aime pas tellement qu'on pense que suis une petite chose fragile. Ce n'est pas parce que j'ai l'air d'être faible que je le suis. Je lui tend de nouveau son Skate pour qu'il reprenne. Je ne sais pas ou il vu qu'on en faisait dans un couloir, mais soit. Je ne suis ni préfet ni professeur et je n'ai pas envie de me prendre la tête pour ça. J'ai juste envie de retrouver mon anonymat.

« C'est Enzo toi?»


J'ai du l'entendre quelque part et j'ai une bonne mémoire pour les noms. Je retiens facilement les choses, ce n'est pas tellement dur de mettre un visage sur un nom.

« Tu veux être médicomage?»

Simple question, suite à son inquiétude et son observation je ne peux que me poser des questions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17061
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Skating or … hurting ? ▬ Charlie   Mer 6 Jan 2016 - 12:40

Pas de réaction particulière, il ne s’énerve pas, se contente simplement de me regarder comme si j’étais l’idiot du village sans pour autant le faire de façon dégradante. Pas de problème pour moi, je n’ai pas l’intention de faire le malin et je comprends parfaitement qu’il se demande sur qui il est tombé. D’une il n’y a pas 36 clampins qui s’amusent à faire le mariole sur une planche dans cette école et de deux, je dois avoir l’air un peu perché à l’examiner comme je suis entrain de le faire.

L’assommé – ou presque – s’appelle donc Charlie et comme je le pensais est donc bien dans la classe de Derek. Et ? Et rien, c’est juste un repère comme un autre. Je ne compte pas lui demander s’il s’entend bien avec mon cher grand frère ni même lui parler de lui une seule seconde de plus. Est-ce que je me sens mal ? Peut-être. Allez savoir. Quoi qu’il en soit je ne réponds pas et continue mon inspection jusqu’à planter ma main devant lui. Alors, combien ?

« Trois. Je ne suis pas en sucre. Je suis petit, mais ça ne veut pas dire que je ne sais pas encaisser un coup de skateboard.»
« C'est pas ce que j'ai dit et j'vois pas vraiment ce que la taille vient faire la dedans mais un choc à la tête ça peut vite devenir dangereux. »

Et depuis quand t’es médecin, Enzo Ryans ? Depuis que j’ai dû gérer quelques crises impliquant du sang, des chocs, etc … Depuis que j’ai passé deux fois environs une semaine dans le coma. Depuis que je suis devenu Lycanthrope, aussi. Ça va, je ne me considère pas comme qualifié dans le domaine, loin de là, même si les colles de Logan et le temps passé avec Caem m’ont aidé, m’aident à savoir au moins gérer les premiers secours. Je pense juste que c’est important, c’est tout, et je suis seulement mon instinct. Enfin bref, il a l’air d’avoir suffisamment de réparti pour me montrer qu’il a encore toute sa tête, même si à mon avis il risque quand même d’avoir une belle bosse. Non parce que quand même … Quand je fais les choses, je ne les fais pas à moitié et si mon skate a dégringolé aussi vite que je l’ai fait alors … Aïe.

Mon précieux ! Pardon, mon skate. Merci.

« C'est Enzo toi?»
« Affirmatif. Le seul. L'unique.Enchanté Charlie et désolé d'avoir failli te tuer. »

Et bien voilà, il s’excuse ! Finalement.

« Tu veux être médicomage?»
« Euh … Non. »

Mon expression actuelle doit se rapprocher très près de celle que j’ai dû afficher quand Elias m’a dit que je ferais un bon Préfet – la blague – ou que Charleen m’a parlé de devenir Auror. Non merci, j’aime pas les gens. Enzo, tu sors. Enfin non, reviens ! Réponds à sa question d’abord.

« J'veux juste éviter que qui que ce soit se retrouve à l'infirmerie par ma faute même si là je me suis un peu craqué. »

Ahem. Ne dites pas ça à Kim s’il vous plait ! Je vais en entendre parler jusqu’à Noël prochain … qui tombe un soir de Pleine Lune … ça va être sympa pour manger la buche tiens. Comment ça je suis dispersé ?

« Disons que j'ai quelques notions d'urgence, on va dire ça comme ça, mais la médecine en général c'est pas tellement fait pour moi. Enfin ça me tente pas plus que ça. »

Et surtout la présence trop abondante de sang reste un problème pour moi mais ça n’est pas quelque chose que je compte inclure dans la conversation.

« Tu viens de Salem, non ? »

Pourtant il a un putain d’accent anglais, absolument pas Américain pour ce que j’en sais … Tu me diras, réaction un peu stupide de la part d’un mec qui se balade dans une école du Royaume-Unis avec son accent Australien. Et puis qu'est ce que ça peut te foutre qu'il vienne de Salem, au juste ? Hum, absolument rien, certes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Skating or … hurting ? ▬ Charlie   Ven 15 Jan 2016 - 17:49

Je lève les yeux au ciel à sa remarque, il ne voit pas ce que la taille vient faire là. On voit que ce n’est pas lui qui fait moins d’un mètre soixante-dix. Il n’a jamais reçus de commentaires à ce propos lui. J’ai beau avoir vingt ans j’en parais toujours un peu moins à cause de ça, c’est frustrant de me dire que je ressemble plus à un gamin de dix-sept ans qu’à un adulte de vingt.

« Tu as de la chance de faire plus d’un mètre soixante dix, crois-moi et le rapport c’est qu’on me croit toujours incapable de me défendre ou dans le cas présent de me prendre un coup sans savoir encaisser. »

C’est assez agaçant de voir tout le monde s’inquiéter lorsque ça arrive, comme aujourd’hui d’ailleurs. Le pire c’est qu’il est plus jeune que moi. Je me sens tout à fait vexer par et prend ça comme un affront. Je sais très bien prendre les coups, je n’en ai pas pris tellement ces derniers temps et c’est plutôt une bonne chose, mais j’ai toujours su me défendre, même s’il est vrai que je n’ai jamais usé de la violence pour rendre un coup. C’est contraire à mes principes et à ceux de ma famille. N’oubliez pas que je suis noble, les nobles ne se tapent pas dessus sous prétexte qu’ils veulent se venger, non on fait des coups bien plus bas que ça. Nous utilisons la ruse et surtout l’argent pour avoir ce que l’on veut, c’est comme ça que ça a toujours marché.

Je lève les yeux au ciel quand il s’excuse de m’avoir presque tué. Je crois qu’il ne se rend vraiment pas bien compte de ce qu’il dit à quel point c’est humiliant d’entendre ça. J’ai l’impression qu’il est encore plus casse pied et arrogant que son frère.

« Je m’en remettrais. »

Je préfère pourtant ne pas m’énerver contre lui et garder mon calme, diplomate en toute circonstance, mon père doit être fier de moi. Il ne veut pas être médicomage, alors là c’est vraiment étrange qu’il se soit tant inquiété, il veut sans doute avoir juste bonne conscience.

« C’est un domaine intéressant pourtant, qu’est-ce qui t’intéresse alors ? A part le skateboard ? »


Je lui souris, d’un air de dire « je n’oublierais pas que je viens de me prendre ton skate dans la tête. Je le garde au chaud dans un coin, juste au cas où. » Moi rancunier ? Si peu … bon d’accord je suis rancunier et comme j’ai une mémoire plutôt conciliante, j’ai tendance à me souvenir de ce genre de détails, c’est bien pour ça que je n’ai toujours pas pardonné à Peter et que je ne suis pas près de le faire. Je me souviens encore de sa main qui claque sur ma joue, ce n’était pas franchement agréable, surtout de la part de son meilleur ami, mais je m’égare.

Je le regarde sans savoir trop quoi répondre à sa dernière question. Si je viens de Salem ? … Oui. Est-ce que j’ai envie d’en parler ? Non. Au moins ça veut dire qu’il ne se souvient pas de moi, il n’était d’ailleurs peut-être pas encore arrivé quand je suis parti. Je préférerais qu’il ne se souvienne pas que j’ai d’abord été étudiant à Poudlard avant d’être parti à Salem pour finalement revenir ici.

«Oui. Pourquoi ça te pose un problème ? »


Simple précaution.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17061
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Skating or … hurting ? ▬ Charlie   Lun 18 Jan 2016 - 20:51

Je le sais. Je le sais que j'ai de la chance d'avoir la carrure que Merlin, mes parents, la génétique, la Lycanthropie, tout ce que vous voulez, m'ont donné. Bien sur que je le sais. Je sais que ça m'a permis d'éviter bien des emmerdes rien que parce que c'est dissuasif. Et alors ? Je n'ai pas plus choisi que lui d'être comme je suis. Y a encore quelques années, j'étais un tout petit gringalet, ça n'est pas de ma faute si j'ai eu une croissante plutôt rapide et efficace. Blâme tes parents, pas moi. D'autant plus que non, je ne vois vraiment pas ce que la taille vient faire là dedans, réellement. Au pire, avec un peu, de chance, s'il avait été encore un peu plus petit, il aurait pu avoir la chance de voir ma planche lui passer au dessus et le point positif vu sa taille c'est qu'il ne tombe pas de haut quand ça arrive. Quoi ?! J'essaie de trouver des … Ouais, non, laissez tomber, on s'en fout. Et royalement en plus de ça. Hors de question que je m'excuse d'être grand parce qu'il se tape un complexe ou peu importe. Chacun sa merde, les hippogriffes sont bien gardés et tout va bien. Je me serais « inquiété » pour n'importe qui, certainement pas en fonction de la taille de la personne. Pour qui est ce qu'il me prend au juste ? Une chose est sure, sa façon à la limite de l'arrogance de me regarder commence à gentiment me courir sur le haricot et s'il pense que je suis un abruti de plus qui prend son pied à se taper un complexe de supériorité alors ça peut s'arranger, je peux éventuellement lui donner satisfaction. Je sais parfaitement comment faire pour être un véritable petit connard, je pense que je n'ai plus à le prouver mais s'il veut une démo alors qu'il continue comme ça.

Enzo, calme toi, ça n'en vaut pas la peine. Ouais … ça m'apprendra à m'excuser et m'inquiéter pour des gens qui me prennent pour un con mais me chauffe pas trop 24h avant une pleine lune, c'est tout. Ma patience à tendance à s'effriter plus rapidement pendant cette période du mois. Enzo … Oui, je sais, que je me calme, bla, bla, bla. C'est bon. Je suis super calme, la preuve, j'essaie d'engager la conversation en faisant fi de ses petites allusions ...

« Oui. Pourquoi ça te pose un problème ? »

… et tout ça pour ça. Est ce que c'est parce que t'es petit que tu te sens obligé d'être hargneux comme ça ? Enzo !

« T'es toujours autant sur la défensive ? Certes je t'ai malencontreusement et involontairement envoyé mon skate à la figure mais en dehors de ça j'ai pas spécialement le sentiment de t'avoir agressé. »

Le ton reste cordiale, par je ne sais trop quel miracle, l'entrainement probablement. Je lutte contre ma tête de con, sans trop savoir pourquoi à vrai dire mais je n'ai aucune envie de me prendre la tête avec qui que ce soit, y compris avec lui. Je ne cherche pas non plus à me faire des amis, j'ai déjà les meilleurs et ça me va très bien comme ça alors dans le fond qu'il m'apprécie ou pas ça me passe carrément au dessus de la tête. Pas comme mon skate avec la sienne … OK ! Je sors. Avouez quand même que c'était drôle.

« C'était juste une question comme une autre, pas un interrogatoire. »

Je ne l'agresse toujours pas, sans doute parce qu'instinctivement je fais certains rapprochement dans ma tête. Je n'étais pas là quand les élèves de Salem ont débarqué ici après la chute de leur école, j'étais en vacances à l'autre bout de la planète. Ensuite il y a eu le mois de janvier passé chez le vieux et donc tout ça est un peu flou pour moi mais je sais que certains les ont pris pour cible. Si l'accueil a été globalement agréable je pense, il y a eu quelques écarts d'après ce que j'ai entendu et peut-être qu'à sa place je réagirais de la même façon. Après tout, Derek et moi avons débarqué deux semaines avant les Supérieurs et nos relations avec eux ont – fut un temps – été un peu ambiguës – voir pas du tout concernant mon Serpentard de grand frère mais ça n'est pas la question – alors j'imagine qu'on aurait tout aussi pu nous affilier à eux. Mais je crois que je vais un peu trop loin dans mes réflexions là … Aucun intérêt.

« Fais comme tu veux pour ta tête, j'vais pas te trainer de force à l'infirmerie et j'imagine que tu te connais suffisamment pour savoir si ça le fait vraiment ou pas mais viens pas m'accuser de tentative de meurtre si tu perds connaissance tôt ou tard. »

C'est quoi ça au juste ? Tu veux jouer les gros bras en mode « même pas mal » ? Fais bien comme tu veux, arrange toi juste pour pas claquer en cours de route.

« Aller, bonne soirée hein. »

Bref sourire forcé, dernier signe de tête, demi-tour. Tchao.

▬ Fini pour moi je pense, sauf si Charlie veut le retenir. Tu me diras ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Skating or … hurting ? ▬ Charlie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Skating or … hurting ? ▬ Charlie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CHARLIE X)
» Charlie-Swan (pas fini!!!)
» Charlie la licorne
» CALLIEL M. SANDERS ► Charlie Himmelstein
» Qui aime bien, châtie bien. - Charlie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Premier Etage.-
Sauter vers: