AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The truth will set us free ♦ Ethanael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2115
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: The truth will set us free ♦ Ethanael   Mar 10 Nov 2015 - 17:21

~ The truth will set us free ~
Lundi 2 mars 2016 ▪ vers 23h
Ethan Llewellyn && Rafael A. Paley
En théorie, le lundi est une journée plutôt cool.  Je commence pas super tôt, j'ai des cours que j'apprécie pas mal et je finis par l'entraînement de Quidditch après un passage express par la grande salle pour le dîner. Fut un temps où je rentrais du stade épuisé mais ravi, prendre une douche brûlante avant de retrouver les bras d'un gryffindor pour le reste de la nuit. Ce soir, ça n'est pas tout à fait ça. Les cours se sont bel et bien enchaînés, mais les étapes repas se sont plutôt déroulées aux cuisines, parce que je n'ai le courage de voir personne. J'ai gagné le terrain comme un automate, et joué comme j'ai pu, mais je suis plus que jamais conscient que je n'y étais pas. Et si je suis rentré prendre une douche brûlante, c'est un des fauteuils plus ou moins confortables de la salle commune que j'ai regagné plutôt que ses bras. Mon regard perdu dans le feu s'en est détaché au bout de très longues minutes pour se poser pour la énième fois sur cette lettre écrite par Mr Joshua Llewellyn vingt auparavant, et laissée avec le bambin de quelques semaines déjà orphelin de mère que j'étais à l'époque auprès d'une des soeurs de l'orphelinat où j'ai grandi toutes ces années sans avoir connaissance de son existence.

Vingt ans auparavant, l'homme qui aurait dû m'élever préférait abandonner ma garde et spécifiait clairement qu'il refusait tout contact de ma part, parce qu'il avait perdu la femme qu'il aimait à l'époque et qui lui avait caché être sorcière. Il a sans doute refait sa vie, et j'ai vécu la mienne. Je ne me suis jamais vraiment demandé si je voulais retrouver cet homme, parce qu'il n'est au final pas mon père, il n'en a jamais endossé le rôle, ne l'a jamais souhaité. Je n'ai pas eu besoin de lui pour grandir, pour m'épanouir. Il n'a sans doute pas plus envie aujourd'hui qu'à l'époque de réellement faire la connaissance de son fils.

Son premier fils, peut-être. Je n'ai jamais trop voulu laisser mes pensées vagabonder de ce côté-là, pourtant ce soir, je ne peux pas m'en empêcher. Le premier contact avec Ethan a été assez perturbant, il faut bien l'admettre. Et s'il s'agit sans doute d'une coïncidence, si je tente de me faire violence pour ne pas sauter aux conclusions, je ne peux pas dire que je ne me pose pas de questions.

Dire qu'à la base, je m'inquiétais pour Rosa. Sa gêne face à notre camarade bleu s'est estompée avec le temps, remplacée par la mienne. Ses grands yeux clairs et cette tignasse châtain pas toujours disciplinée, ce nom de famille purement gallois et le prénom de son père... Je sais bien que je ne devrais pas y penser. Que même si mes doutes s'avèrent refléter la vérité, ça ne change rien au fait que ni mon camarade, ni son père, n'a sans doute la moindre envie de voir surgir un tel fantôme du passé. Que je n'ai d'ailleurs aucun droit de leur imposer ça.

Pourtant ce soir, je n'arrive pas à penser à autre chose - sans doute que refuser de ressasser encore la rupture n'aide pas non plus. Je connais les mots écrits sur le papier jauni par coeur, je reconnaîtrais cette signature entre mille, pourtant mes yeux s'y attardent encore une fois, avant que je ne pique du nez un instant devant les flammes. Quand je les ouvre à nouveau, la lettre m'a échappé des mains et je ne suis plus seul dans la salle commune malgré le couvre-feu dépassé...


Dernière édition par Rafael A. Paley le Mar 9 Fév 2016 - 8:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 803
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: The truth will set us free ♦ Ethanael   Mer 11 Nov 2015 - 13:04

~Lundi 2 mars – Dans la nuit ~

Tout s’est passé trop vite. Bien trop vite pour qu’Ethan ait le temps de tout assimiler, de tout comprendre. L’attaque, sa rencontre avec Mateo… Tout s’est enchaîné à une vitesse folle. Il avait senti des choses s’agiter en lui. Des forces qu’il ne soupçonnait pas, une colère sourde bien différente de celle qu’il était habitué à dompter depuis des années. Une colère qui n’était plus contre lui-même. Mais contre un monde qu’il voyait plein d’injustice, contre des personnes qu’il avait ignorées jusque là mais qu’il ne pouvait désormais plus s’empêcher de haïr. Est-ce que ça allait le changer complètement pour autant ? Rien n’était moins sûr. Certes Ethan n’était plus exactement le même depuis qu’il connaissait Charleen, certes il avait vu des parties de lui insoupçonnées s’éveiller mais passer à l’action c’était différent. Il n’était pas encore prêt. Et le calme qui régnait ces derniers temps dans le Château l’arrangeait beaucoup. Après la fameuse attaque, un étrange voile était tombé sur l’école. Un voile de deuil, de calme… Comme si le temps s’était suspendu, comme si soudainement tout s’était arrêté. Pour que chacun puisse respirer, pour que chacun puisse rassembler ses esprits, reprendre de l’air avant de replonger dans les abîmes. Et Ethan dans tout ça ? Il profitait de ce temps pour respirer, pour observer. Voir les gens autour de lui s’agiter, se remettre, voir leurs traits se creuser, leurs expressions se durcir. Toutes ces modifications il les suivait avec une grande attention. Tout allait changer maintenant. Et lui serait sans doute entraîné par ce mouvement mais dans quelle direction ? Allait-il retourner une fois de plus dans ce placard, s’enfermer, et attendre que le temps s’écoule ?

Malgré tous les événements, les cours continuaient et c’était pour le plus grand plaisir d’Ethan. C’était idiot mas cela lui faisait du bien de pouvoir se concentrer sur quelque chose de précis, de pouvoir continuer à apprendre. Bien sûr, il y avait des cours qu’il détestait toujours autant comme celui de self defense même si… Enfin bref. Pour le reste, les matières théoriques l’aidaient beaucoup. Ce lundi-là il avait donc été attentif, encore plus que d’habitude d’ailleurs. Ses camarades ne réagissaient pas tous nécessairement de la même manière que lui mais cela importait peu. Dans ses lettres à ses parents il se voulait rassurant et parlait en grande majorité de ce qu’il apprenait. Ces derniers étaient de plus en plus inquiets et évoquait parfois le fait qu’il devrait rentrer à la maison. Mais le jeune homme ne pouvait pas se résoudre à cette idée. Il ne pouvait pas laisser Charleen derrière lui…

Après le dîner, Ethan était allé s’allonger un peu pour se reposer avant son cours d’astronomie. Il avait mangé avec son amie et ensuite s’était étendu de tout son long. Alors qu’il fermait les yeux, il s’imaginait des aventures fantastiques. Il se voyait comme un héro en quelque sorte. Et puis l’image de Mateo le nez en sang le poussait à revenir à la réalité. Il n’avait pas su se défendre, il ne serait jamais ce super héro qu’il voyait dans les livres… Soupir. Le jeune homme n’en pouvait plus d’être sans cesse rappelé à cette réalité. Aussi, après quelques heures passées à chercher un repos qui semblait le fuir, il décida de se lever et d’aller bouquiner dans la salle commune jusqu’à ce que l’heure de son cours soit arrivée. Un roman sous le bras il descendit donc doucement les escaliers. La cheminée diffusait une chaleur agréable dans la pièce. Le Serdaigle alla s’installer dans un fauteuil et plongea le nez dans son livre. Il n’avait pas remarqué qu’il n’était pas seul dans sa pièce tant il était absorbé par son petit univers, par cette bulle qu’il se formait si souvent autour de lui pour être sûr d’être bien à l’écart de tout le reste. Cependant, au bout d’un moment, il sentit un regard sur lui, c’était inexplicable mais il était persuadé qu’on le regardait. Ethan releva alors la tête de son livre et ses yeux se posèrent sur ceux de quelqu’un qu’il aurait préféré ne pas voir. Rafael.

« Qu’est-ce que tu veux ? »

Son ton était froid et agressif mais Ethan n’avait pas pu s’en empêcher. Il aurait pu se taire, fermer son livre et allait dans son dortoir pour poursuivre sa lecture loin de lui. Mais non, quelque chose au fond de lui l’avait poussé à lui parler d’un ton légèrement déplacé. Si Rafael était plutôt sorti de son esprit avec tout ce qu’il s’était passé, maintenant qu’il était en face de lui, tout lui revenait en tête. La façon qu’il avait eu de lui poser des questions sur son nom, sur son père. Ethan aurait pu en parler avec ce dernier mais il n’avait pas jugé cela assez important. Pourtant, cette fois, il posa son livre soigneusement sur le fauteuil alors qu’il se levait et s’approchait de son camarade de maison. Les poings serrés, les muscles tendus par sa timidité naturelle, il se planta cependant juste devant lui. Son regard était fuyant mais parfois pourtant, il parvenait à l’affronter, ne serait-ce que pour quelques secondes.


« Tu vas me dire quel est ton vrai problème pour qu’on passe à autre chose ? »


Ethan aurait pu être poli. Ce type ne lui avait rien fait et semblait plutôt doux. Mais il n’en pouvait plus de ce mystère qu’il avait fait planer et voulait juste que ça s’arrête. Tout était déjà assez compliqué en ce moment, il n’avait pas besoin de se rajouter ça en plus. Non vraiment pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2115
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: Re: The truth will set us free ♦ Ethanael   Sam 21 Nov 2015 - 10:46

~ The truth will set us free ~
Lundi 2 mars 2016 ▪ vers 23h
Ethan Llewellyn && Rafael A. Paley
Je suis à moitié endormi, finalement, quand un mouvement m'arrache un bref instant aux bras de Morphée. La seconde suivante, je sombre encore pour quelques minutes de plus. Et peut-être que ce feuillet échappant à mes doigts est la cause de mon réveil. Ou peut-être que mon inconscient a enregistré l'autre présence. Tout ce que je sais, c'est que j'ouvre à nouveau les yeux, l'esprit embrumé, et pars à  la recherche de cette lettre d'un autre temps. C'est en me redressant après l'avoir récupérée que je remarque sa présence, et je ne peux pas m'empêcher de l'observer un moment. Plongé dans son livre, il ne semble pas avoir remarqué que je suis également là - ou peut-être qu'il m'ignore purement et simplement - et à vrai dire, je ne lui en tiens pas vraiment rigueur. Il n'a pas vraiment de bonne raison de ne pas le faire après tout. Ma main libre passe machinalement sur mon visage, mes doigts appuyant un instant sur mes paupières fermées. Et quand je rouvre les yeux, mon regard croise le sien.

« Qu’est-ce que tu veux ? »

Je ne sais pas quoi répondre à ça, après tout, je ne lui demande rien, j'estime ne pas en avoir le droit. Et puis, le ton de sa voix est sans équivoque, et je ne crois pas avoir la force de me battre en ce moment. Pas pour ça. Pas ce soir. Pas avec lui.

Malheureusement, il semble qu'il en ait décidé autrement, puisque bien que ses prunelles claires évitent les miennes, il vient se planter devant moi, les poings serrés.

« Tu vas me dire quel est ton vrai problème pour qu’on passe à autre chose ? »

Je sais absolument pas quoi répondre à ça. A la base, j'essayais de ne pas sauter aux conclusions, et de ne pas trop me faire de film. Lui faire partager mes doutes n'était pas vraiment mon objectif non plus. Mais quoi faire alors, à présent qu'il me fait face et cherche des explications ?

Sans rien dire, je lui ai tendu la lettre que je viens de ramasser. Son regard est fuyant, le mien guère mieux. S'il en tire les mêmes conclusions que moi, que celles qui tournent en boucle dans ma tête en tout cas, je ne sais pas si je vais avoir le cran d'affronter sa réaction. Pourtant les mots couchés sur le papier usé sont clairs, l'homme qui les y a griffonnés abandonne son enfant, aux bons soin de cet orphelinat que j'ai toujours connu. Il est parfaitement clair également qu'il ne souhaite aucun contact et jusqu'alors, je ne me suis jamais opposé à ça. Cet homme, malgré le sang qui nous lie, reste un parfait étranger, et il n'a pas plus besoin de moi dans sa vie que je n'ai besoin de lui dans la mienne.

Et pourtant... pourtant, je me retrouve là, à partager l'information troublante avec un garçon probablement aussi perdu dans tout ça que je peux l'être. Un garçon qui pourrait bien être un demi-frère dont j'ignorais encore l'existence il y a peu... et à peine cette idée effleure-t-elle à nouveau mon esprit que je la repousse, ferme les yeux un instant de plus avant de tenter de les relever vers Ethan, légèrement inquiet de ce que je pourrais lire sur son visage. Et puis je regrette de lui faire partager mon malaise, de lui imposer les mêmes questions que celles qui me traversent en boucle, et je tends la main pour reprendre mon bien.

« Je devrais pas t'emmerder avec ça, je suis désolé... »

Pas encore autant que je le devrais en réalité, parce que je suis en train de faire voler son monde en éclats...


Dernière édition par Rafael A. Paley le Mar 9 Fév 2016 - 8:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 803
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: The truth will set us free ♦ Ethanael   Dim 22 Nov 2015 - 18:07

Ethan se serait attendu à ce que Rafael réagisse vivement à sa façon de lui parler. A vrai dire il l’aurait presque souhaité. Oui, qu’il s’insurge, qu’il lui dise qu’il n’avait pas à lui parler ainsi. Cela lui aurait fait une bonne excuse pour s’énerver complètement, sortir de ses gonds et partir sans demander son reste. Parce que oui, une partie de lui l’avait poussé à venir se planter devant le jeune homme mais en même temps, quelque chose dans tout ça l’effrayait. Ethan avait préférait mettre tout ça entre parenthèses pour un long moment mais il n’en restait pas moins que ce qui pouvait en sortir pouvait être terrifiant, déstabilisant. Il n’avait pas envie de savoir. Non il ne voulait pas se retrouver confronté à ça… Alors oui il avait pris les devants tout en espérant au fond de lui que la conversation coupe court. Ou alors que l’autre lui sorte quelque chose de complètement débile, de pas important. Qu’il lui explique qu’il l’avait regardé parce qu’il avait une tâche sur le front ou n’importe quoi d’autre. Mais la réaction qu’il attendait n’était toujours pas arrivée. Et plus les secondes s’écoulaient plus le jeune garçon prenait peur. Non vraiment, il n voulait pas savoir ce qui allait suivre. Allez réagis ! Dis un truc !... Mais non. Rafael restait horriblement silencieux. Puis, il se décida enfin à réagir en tendant un morceau de papier à Ethan. Ce dernier le regarda au début hésitant, n’était pas très sûr de comprendre. Finalement, il se décida à l’attraper. Est-ce qu’il avait peur de le lire ? Oui, indéniablement. Mais avait-il vraiment le choix ? Il ne pouvait plus reculer maintenant. Voilà ce que ça lui apportait de vouloir prendre les devants, de vouloir sortir légèrement de sa coquille. Il se retrouvait dans l’obligation d’assumer jusqu’au bout.

Les yeux d’Ethan se posèrent alors sur la lettre qu’il avait entre les mains. Car oui, il s’agissait d’une lettre. Au début, il se contenta de froncer les sourcils, n’étant pas réellement sûr de comprendre ce qu’il avait entre les mains. Puis au fur et à mesure…. Son regard se porta rapidement sur le bas du document et sur la signature qu’il comprenait. Ce nom, encore une fois… La différence cette fois, c’était que cette écriture il la connaissait. Il aurait aimé que ce ne soit pas le cas mais plus il s’attardait sur la lettre plus il se disait que cette graphie, il la connaissait par cœur. La voix de Rafael se fit alors entendre mais Ethan était complètement ailleurs. Sa vue semblait s’être soudainement tremblée et la main qui tenait la lettre était en train de trembler. Non. Ce n’était pas possible. Tout simplement pas possible. Les doigts du jeune homme se crispèrent et le papier crissa sous sa main. Il s’approcha alors de Rafael et d’un geste sec il posa violemment la lettre sur ses genoux.

« T’as pas à être désolé puisque je vois pas en quoi ça me concerne. »


La voix d’Ethan était tranchante mais tremblante. Lui-même ne croyait pas en ce qu’il venait de dire. Les mots dansaient encore devant ses yeux bien que la lettre n’était désormais plus entre ses mains. C’était impossible, il ne voulait pas y croire, il ne pouvait pas y croire. Le jeune homme tourna alors le dos à Rafael, retournant vers son livre d’un pas décidé. Seulement il ne pouvait pas fuir aussi facilement. Il avait beau essayer de rejeter tout en bloc, il n’arrivait tout simplement pas à partir là-dessus. Aussi, sans prévenir, il se retourna vivement, pointant Rafael du doigt dans un geste plutôt agressif.

« C’est quoi ces conneries hein ? Tu joues à quoi avec moi ?? »

Ethan ramena alors rageusement son bras contre le reste de son corps. Il tremblait de partout maintenant et ne pouvait pas le cacher. Mais pour une fois, c’était le cadet de ses soucis. Que voulait dire cette lettre ? Ça n’avait aucun sens. La seule chose qui pouvait en découler n’était tout simplement pas acceptable. Il connaissait son père, par cœur. Jamais il n’aurait fait une chose pareille et surtout, jamais il ne lui aurait caché. La relation qu’ils avaient été sincère. S’il y avait bien une chose dont il avait toujours été sûr c’était sa famille. Alors ce type n’avait pas le droit de débarquer du jour au lendemain et de tout remettre en cause. Non il n’avait pas le droit de lui faire ça. Cette idée le rendait complètement dingue. Ethan sentait, qu’une nouvelle fois, la colère était en train de prendre possession de chaque parcelle de son corps.

« Tu veux me pourrir la vie c’est ça ? Vas-y, dis-le ! »

Cette fois, Ethan littéralement en train de hurler. Il risquait de réveiller ses camarades mais il s’en fichait. Rien n’avait d’importance pour lui. Il n’avait plus conscience du monde qui l’entourait. Il était tout simplement en train de devenir dingue. Tout se bousculait dans sa tête. Il voulait juste que Rafael avoue qu’il était là que pour l’emmerder. Qu’il ne faisait ça que pour lui pourrir la vie. Oui c’était la seule explication possible alors il devait avouer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2115
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: Re: The truth will set us free ♦ Ethanael   Mar 5 Jan 2016 - 23:44

~ The truth will set us free ~
Lundi 2 mars 2016 ▪ vers 23h
Ethan Llewellyn && Rafael A. Paley
Peut-être que j'aurais dû réagir plus vivement,  remettre à sa place ce gamin qui se permettait de me parler sur un ton aussi incorrect alors qu'en définitive, je ne lui ai rien fait. Mais je crois qu'au fond, je n'en ai ni le courage, ni l'envie. Au fond, je comprends un peu. Comment j'aurais réagi, moi, si un type jusque-là à peine plus que croisé dans les couloirs me laissait entendre sans même vraiment le dire que tout mon petit monde n'était qu'une farce. Comment je réagirais si tout ce que j'avais connu jusque-là volait en éclats ? OK, sans doute pas en gueulant sur le pauvre type qui a l'air paumé en face, ni en prenant la fuite. Mais on est tous différents après tout, et tout ça reste suffisamment perturbant pour qu'on pète un câble, non ?

Je me suis même pas vraiment rendu compte que je l'avais dévisagé, c'est sans doute ma plus grande faute, là. Ça fait des semaines, des mois que je garde mes doutes pour moi, j'aurais dû continuer. Mais à le voir là, planté devant moi, véhément, alors que je n'ai vraiment pas le sentiment d'avoir fait quoi que ce soit de répréhensible, je crois que mes efforts pour le ménager sont en train de s'envoler. Et je crois, aussi, que j'ai besoin d'en avoir le coeur net. Et il ne faut pas bien longtemps pour que tout ce que j'imaginais jusque-là soit confirmé. Son regard sur la missive, cet air d'incompréhension puis d'horreur presque, le tremblement de ses doigts sur le papier... Je regrette presque de le lui avoir tendu quand il froisse violemment tout ce que j'ai jamais eu de mon père. Et plus encore quand avec la même violence, il claque cette lettre sur mes genoux. Un instant, je reste stupéfait, je ne m'attendais pas à autant de rage, je dois bien avouer. Ni à un tel déni.

« T’as pas à être désolé puisque je vois pas en quoi ça me concerne. »

Ah... Peut-être que c'est aussi bien comme ça, finalement. Peut-être qu'il fait aussi bien de fermer les yeux et d'oublier tout ça. Pourtant sa voix ne colle pas mais je ne dis rien comme il retourne à son livre. Je crois que je sais au fond que ce n'est pas terminé. Et il me donne raison en quelques secondes, comme il fait à nouveau volte-face pour pointer un doigt accusateur sur moi.

« C’est quoi ces conneries hein ? Tu joues à quoi avec moi ?? Tu veux me pourrir la vie c’est ça ? Vas-y, dis-le ! »

Il a fini par hausser le ton, et je crois que je suis simplement pas en état de supporter ça.

« Ben oui, t'as raison, j'ai que ça à faire. Tu crois vraiment que si c'était une mauvaise blague pour te pourrir l'existence, j'aurais attendu cinq mois pour te sortir cette lettre ? T'es un Raven, t'es plus futé que ça ! »

Je me suis levé, le toisant de toute ma hauteur. J'ai jamais eu l'intention de lui faire du mal, encore moins d'être agressif, pourtant voilà que moi aussi je hausse le ton.

« À l'origine, j'avais que des doutes que j'ai gardés pour moi. Parce que ça pouvait être un homonyme après tout... Et tu sais quoi, je crois que j'aurais préféré. Tu crois que ça me fait quoi de savoir que l'homme qui m'a donné la vie m'a laissé à l'abandon parce que j'appartenais pas à son monde, pour finalement l'accepter et avoir un fils qu'il considère vraiment comme tel, quoi, trois ans après ? »

Je sens bien que j'ai les larmes aux yeux et ça aussi, ça me bouffe. Toute ma vie, j'ai été un orphelin, je me suis jamais trop posé de question sur ce que c'était d'avoir une famille, la mienne, c'était l'orphelinat, point. Sauf que non. Sauf qu'il se trouve que j'ai réellement un demi-frère. Et que j'ai vraiment été rejeté par celui qui partage une partie de mon patrimoine génétique.

« Tu crois que ça fait quoi de savoir que t'as été rejeté par la personne qui devrait génétiquement être programmée pour t'aimer avant même qu'elle puisse te connaître ? »

Je crois que je me rends seulement compte alors de ce que je suis en train de dire, de ce que je ressens vraiment. Et la pression redescend autant que la terreur prend possession de mon être. Je suis terrifié à l'idée de pas être capable de retrouver la relative sérénité que j'avais avant, de jamais être capable de faire la paix avec moi-même et avec mon histoire familiale. Et je le suis tout autant à l'idée de me faire haïr par lui, sans parvenir à rationaliser la chose. Après tout, il y a quelques mois, on ne s'était jamais adressé la parole. Ça change quoi, qu'il m'en veuille à mort même si j'ai rien fait en soi ?

En vrai, je crois que je suis pas vraiment en état de comprendre ni d'accepter une telle injustice. Mais qu'est-ce que je peux y faire, hein ?

« Si ça peut te rassurer, il a rendu les choses parfaitement claires : il ne veut aucun contact, rien avoir à faire avec moi. J'ai pas l'intention d'aller contre ça. »

Je trouve ça juste complètement injuste. Mais après tout, on s'en fout, n'est-ce pas ? Ma seule faute, c'est d'être venu au monde, mais qui s'en soucie ? Je sais pas ce que j'espérais en lui montrant cette note, mais certainement pas ça. Faut croire que "déception" est un peu le maître mot pour moi ces derniers temps...


Dernière édition par Rafael A. Paley le Mar 9 Fév 2016 - 8:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 803
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: The truth will set us free ♦ Ethanael   Mer 6 Jan 2016 - 11:54

Ethan ne contrôlait plus rien. Si au début il avait tenté de feindre l’indifférence, il n’en était désormais tout simplement plus capable. C’était au-dessus de ses forces de faire comme si rien n’était en train de se passer. Bien sûr qu’il était en train de dire que Rafael ne faisait ça que pour l’emmerder, bien sûr qu’il essayait de s’en convaincre mais… Mais au fond de lui, une petite voix cherchait à affirmer le contraire. Une petite voix était en train de lui dire que c’était trop gros pour n’être qu’une simple plaisanterie, que quelque chose se cachait derrière tout ça. Et c’était effrayant. Terriblement effrayant. La seule réaction qu’il parvenait alors à avoir face à tout ça était la colère. Une colère sourde, froide mais surtout aveugle. Aveugle à ce qu’on essayait de lui montrer, de lui faire comprendre. Aveugle face à cette évidence qui pourtant, pourtant avait peut être plus de sens qu’il ne voulait l’admettre. Voilà pourquoi il s’était mis à crier face à son camarade, sans raison, étant agressif et mauvais. Mais il n’arrivait pas à faire autrement. L’impulsivité, la colère avaient pris possession de lui et ne sachant comment se défendre autrement, il avait tout simplement ouvert les vannes. Sauf qu’il ne pouvait pas non plus s’attendre à ce qu’en face, Rafael se laisse gentiment attaquer par un gamin un peu trop colérique. Il l’écouta alors qu’il employait un ton légèrement sarcastique, lui faire comprendre qu’il ne se serait pas donné tant de mal pour une blague. Les mains du jeune homme se crispèrent sur son bouquin alors qu’il voyait l’autre se lever et le dominer clairement physiquement. Ethan repoussa alors son bouquin, voulant se lever pour faire face ou fuir peut être… Mais les mots de Rafael le clouèrent sur place. Il vit les larmes dans ses yeux qui ne pouvaient que témoigner de sa sincérité. Un père qui l’aurait rejeté ? C’était impossible, inconcevable. Pas son père, non jamais il ne ferait une chose pareille. Il n’avait aucun problème avec le monde magique, il vivait très bien le fait que sa femme et son fils aient des pouvoirs et pas lui. Alors non, ils ne pouvaient pas parler de la même personne, ça n’avait pas de sens. Jamais il n’aurait rejeté son enfant, comme semblait le dire son aîné. Ce n’était pas possible…. Le Serdaigle se leva alors rapidement pour aller dans un autre coin de la pièce. Comme s’il ne supportait ni le regard ni la présence de Rafael.

« Mon père n’aurait jamais fait ça…. Un enfant c’est précieux et important à ses yeux… Jamais il n’aurait fait ça… »

Ethan aurait aimé dire ses mots sur un ton ferme et convaincant, en regardant son camarade droit dans les yeux. Il aurait aimé pouvoir lui apporter dès maintenant, la preuve formelle que ce qu’il disait ne pouvait pas être vrai, que son père à lui ne pouvait pas être cet homme qui avait lâchement abandonné son gosse sans jamais chercher à le connaître. Non son père n’était pas comme ça… La voix de Rafael se fit alors de nouveau entendre. Cette fois, Ethan se tourna vers lui et lui adressa un regard froid et assassin.

« Sérieusement ? Tu crois vraiment que c’est ça qui m’intéresse ? De me dire que je devrais partager mon père ? »

Ethan était profondément vexé et en colère. Il n’avait pas particulièrement envie d’avoir un frère mais le fait de devoir partager son père était le cadet de ses soucis en cet instant. Non, ce qui le rongeait vraiment, ce qui était en train de lui tordre les boyaux c’était de se dire que, potentiellement, son père avait osé abandonner un gosse et ne jamais en parler. Sa mère était elle au courant ? Aurait-il osé lui mentir à elle aussi ? Ou étaient-ils complices tous les deux ? Ethan ne savait même pas quelle solution il préférait. Que son père soit un lâche et un menteur accompli ou que ses deux parents aient cru bon de cacher un truc pareil à leur fils unique… Non vraiment il ne savait pas. Ça le dépassait complètement. Une part de lui était profondément dans le déni et refusait d’accepter ce que Rafael lui mettait sous les yeux et l’autre… L’autre était terrorisée et en colère. Tout ça le dépassait complètement mais une chose était sûre, il n’aurait la paix que lorsqu’il saurait. Lors de leur première confrontation, Ethan avait réussi à mettre les mots étranges de Rafael de côté, à ne pas s’en préoccuper. A faire, en un sens, comme si ça n’avait jamais existé. Mais là c’était différent. Tout était devant lui, sous ses yeux et ça allait l’obséder il le savait.


« C’est trop facile de te placer en victime. Maintenant que t’as foutu ce bordel tu dois faire en sorte qu’on sache la vérité. T’as pas le droit de ruiner ma famille et ensuite de te contenter de faire le pauvre malheureux. »


Ethan était profondément injuste mais il n’en avait pas réellement conscience. Rafael était vraiment la victime de cette histoire, celui à qui on avait retiré la possibilité d’avoir une famille, une enfance douce… Mais c’était le cadet de ses soucis. Il ne connaissait pas ce type et n’arrivait pas à avoir de la peine pour lui, pas pour le moment en tout cas. Non, là il ne ressentait que de la colère, envers le monde entier, envers ce mensonge qu’il ne voulait pas, ne pouvait pas accepter. Mais maintenant que tout ça était en face de lui, maintenant qu’il savait que ça allait le ronger, le bouffer, il devait en avoir le cœur net.

« On va écrire à mes parents et leur demander la vérité. Tu dois assumer tout ce bordel. MERDE ! »

Ethan s’était brutalement remis à crier à la fin de sa phrase. D’un geste de rage il donna un coup de pied dans un fauteuil qui se trouvait près de lui. Son cerveau allait exploser, ce n’était pas possible autrement. Il allait devenir dingue. Complètement dingue. Est-ce qu’il allait finir par se réveiller ? Est-ce que cette conversation pouvait n’être qu’un horrible cauchemar ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2115
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: Re: The truth will set us free ♦ Ethanael   Dim 10 Jan 2016 - 22:05

~ The truth will set us free ~
Lundi 2 mars 2016 ▪ vers 23h
Ethan Llewellyn && Rafael A. Paley
Je suis pas fier à cet instant. De ce que je dis, de l'état dans lequel je suis en train de me mettre, de briser la bulle de ce môme qui ne m'a rien fait. Je sais rien de la vie qu'il mène avec son père, je sais rien de la relation qu'il entretient avec lui. Et une partie de moi préférerait sans doute ne pas savoir. Parce que c'est tout ce dont moi j'ai été privé, et qui me reviendrait donc en pleine face.

« Mon père n’aurait jamais fait ça…. Un enfant c’est précieux et important à ses yeux… Jamais il n’aurait fait ça… »

Je suis à court de mots. D'un côté je comprends le déni, de l'autre, je crois que ça ne sert à rien de se voiler la face. Pour une raison qui lui est propre, il a préféré ne pas garder son premier fils. Et une part de moi voudrait pouvoir rassurer mon cadet, mais je ne vois pas comment. Je ne vois pas quelle explication il pourrait y avoir. Je ne comprends pas plus que lui tout ce qu'il a pu se passer pour qu'on en soit là aujourd'hui, mais les faits sont là. Les accepter, c'est une autre paire de manche et je crois que lui comme moi allons avoir du mal à le faire.

« Sérieusement ? Tu crois vraiment que c’est ça qui m’intéresse ? De me dire que je devrais partager mon père ?
- Non, ce que je dis, c'est qu'il a été assez clair. S'il n'a pas envie de me connaître, je n'ai pas vraiment le droit d'aller contre sa volonté. »

Mais je n'avais pas vraiment le droit de lui en parler, non plus, dans ce cas, et je me contredis tout seul, donc. J'ai déjà pas idée de ce que c'est vraiment d'avoir un père, j'en ai encore moins de ce que ça doit être pour lui, d'apprendre tout ça d'un coup. Et sincèrement, j'ai de la peine pour lui, même si chaque fois qu'il ouvre la bouche, j'ai un peu plus encore envie de le secouer comme un prunier parce que non, clairement, il n'est pas le seul à souffrir de tout ça.

« C’est trop facile de te placer en victime. »

Je lui en mets une tout de suite ou... ?

« Maintenant que t’as foutu ce bordel tu dois faire en sorte qu’on sache la vérité. T’as pas le droit de ruiner ma famille et ensuite de te contenter de faire le pauvre malheureux.
- 'Maintenant que j'ai foutu ce bordel'... Tu t'entends causer deux secondes ? T'as raison, je suis trop ravi d'avoir cette lettre et ce bordel dans ma vie. C'est tellement de ma faute tout ça. Et tu veux que je fasse ça comment au juste ? »

T'es bien mignon, mais le 'pauvre malheureux' a pas vraiment les moyens de faire parler quelqu'un qui se trouve il ne sait où en dehors du château s'il en a pas envie. Déjà qu'en face à face, ça risquerait fort d'être compliqué, alors à des centaines de kilomètres...

« On va écrire à mes parents et leur demander la vérité. Tu dois assumer tout ce bordel. MERDE !
- Si tu veux. »

On va être franc, je suis mort de trouille à l'idée de ce qui va pouvoir sortir de tout ça. Mais je peux pas lui refuser ça. Un instant, à le voir rager comme ça, frapper le meuble à côté de lui de frustration, j'ai presque envie de le prendre dans mes bras, lui assurer que tout allait s'arranger. Sauf que je ne peux pas. Je ne peux pas prendre dans mes bras un presque inconnu, surtout pas dans cet état. Et je n'ai aucun moyen de lui affirmer que tout allait s'arranger, parce que je n'en ai réellement aucune foutue idée. Je crois que si je pouvais revenir en arrière, je détruirais cette lettre, limite je demanderais à quelqu'un de me jeter un sortilège d'oubliettes. Ca vaudrait sans doute mieux pour tout le monde, que je ne sache pas, qu'il n'y ait aucune trace, que je ne puisse jamais lui en parler. Malgré tous les pouvoirs sorciers qu'on peut avoir, ça, ça reste hors de notre portée. Et je m'en veux déjà du mal que je lui fais, même si au fond, je ne suis pas vraiment le seul responsable.


Dernière édition par Rafael A. Paley le Mar 9 Fév 2016 - 8:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 803
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: The truth will set us free ♦ Ethanael   Mar 12 Jan 2016 - 12:41

Comment son père avait-il pu expressément dire qu’il ne voulait pas le connaître ? Pourquoi aurait-il rejeté un fils sans chercher à en savoir plus, sans chercher le rencontrer ? Pour Ethan ça n’avait absolument aucun sens, ça allait contre toute logique. Il ne pouvait pas concevoir que celui qu’il avait toujours aimé et admiré puisse avoir un comportement aussi méprisable. Il avait beau tourner la situation dans tous les sens, essayer d’envisager toutes les possibilités, ça restait illogique. D’autant qu’il n’y avait pas tant de différence que ça entre lui et ce Rafael. Certes il était son aîné mais pas de 10 ans non plus. Son père n’était donc pas un adolescent perdu ou quoi que ce soit du genre. Il aurait abandonné cet enfant pour juste après élever Ethan, lui apporter tout ce dont il avait besoin et l’aimer sincèrement ? Il n’y avait aucune logique dans cette succession des faits. Il devait se tromper ou une explication très précise devait illuminer cette situation. Mais pour l’instant, les paroles de Rafael rendaient le plus jeune complètement dingue. Comme à son habitude, incapable de contrôler ses émotions, il devenait méchant et agressif. Charleen aurait sans doute honte de le voir s’en prendre ainsi à quelqu’un… Mais c’était plus fort que lui. Même penser à la jeune femme n’arrivait pas à l’apaiser, à l’aider à reprendre de la contenance. Il voyait rouge tout simplement. L’autre en face semblait atteint par ses paroles et lui fit bien comprendre. Il avait raison en un sens. Il n’était pas responsable de cette situation mais dans l’esprit d’Ethan il était le trouble fête. Celui qui essayait de casser son petit monde parfait, qui était en train de chambouler tout ce en quoi il pensait croire. Alors oui, il crachait sa haine et sa colère contre lui. Il se contenta donc de hausser les épaules.

Il aurait pu en rester là. Il aurait pu continuer à cracher sa colère et sa haine au visage de Rafael et puis partir une fois épuisé. Sauf que non. Il en était venu à sombrer, à accepter l’éventualité que tout cela puisse être réel. Et il avait dit qu’ils devaient écrire à ses parents pour en avoir le cœur net. Sauf que lorsque son camarade de maison lui fit comprendre que s’il le voulait, ils pouvaient le faire, Ethan bloqua complètement. Et après ? Si effectivement ils envoyaient cette lettre, il serait obligé d’affronter la réalité. Si jamais tout cela été vrai… Non ce n’était pas possible. Son père n’avait rien à voir dans cette histoire et il devait l'innocenter. Ethan s'avança alors vers une table et attrapa un parchemin et une plume qui se trouvaient là. Ces gestes étaient nerveux.

“Très bien. Très bien on va le faire.”

Sa voix tremblait presque. Non il n’était pas sûr de vouloir réellement faire ça, à vrai dire il était même totalement en train de paniquer. Mais maintenant la machine était lancée. Il était terrifié, il voulait que tout cela s’arrête. Une part de lui cependant voulait croire que cette lettre permettrait d’innocenter son père…. Il s planta alors devant le parchemin et commença à écrire. Des banalités. Il froissa ensuite le parchemin avec violence, le déchira et recommença sur un autre morceau. Il fit ce petite manège au moins trois fois avant de tendre le parchemin à Rafael. Il n’y avait presque rien dessus. Sauf cette question : “As-tu un autre fils du nom de Rafael ?”. Concis. Efficace. Et effrayant.

“Voilà. A toi de rajouter un truc maintenant. Parce que si ce que tu affirmes est vrai, il peut toujours le cacher. Sauf s’il sait que je t’ai parlé directement.”

Maintenant assume avec moi. C’était surtout pour ça qu’Ethan voulait que Rafael écrive ou du moins signe ce parchemin. En réalité, il avait l’espoir qu’il se rétracte, parce que la plaisanterie devenait bien trop sérieuse. Oui, même si tout portait à croire que c’était absurde, le jeune Serdaigle continuait à vouloir se persuader que tout ça n’était qu’une vaste blague et que l’autre finirait bien par arrêter de le tourmenter d’une façon ou d’une autre. Alors il mettait des transitions à chaque étape, il ouvrait d’immenses portes de sorties à son vis à vis en espérant qu’il les emprunte. Mais en même temps, il avançait indéniablement dans cette histoire et serrait bientôt obligé de se confronter à la vérité, quelle qu’elle soit. Une boule s’était formée dans son estomac et semblait ne pas vouloir s’en dégager. Il était effrayé, anxieux, en train de devenir dingue. Il avait presque envie de retourner dans cette fichue salle avec Mateo et de frapper un bon coup dans un sac. Parce que tout ça ne pouvait pas être réel… D’ailleurs, en même temps qu’il tendait le parchemin à Rafael, Ethan ne cessait de murmurer ces quelques mots.


“Mon père est intègre, mon père est intègre…”


Comme pour se convaincre lui-même, comme pour garder bien avec la réalité. Avec cette réalité qu’il ne voulait surtout pas voir voler en éclats.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2115
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: Re: The truth will set us free ♦ Ethanael   Lun 8 Fév 2016 - 8:10

~ The truth will set us free ~
Lundi 2 mars 2016 ▪ vers 23h
Ethan Llewellyn && Rafael A. Paley
Il hausse seulement les épaules, limite il en a rien à foutre. C'est sa douleur et sa colère contre les miennes... Et manifestement, on n'a pas la même dose d'empathie. Je vais pas me battre contre lui, il a déjà bien assez mal comme ça. Alors j'acquiesce seulement à l'idée d'écrire à Llewellyn senior. Je vois bien que rien qu'attraper cette plume et ce morceau de parchemin le met davantage en panique, mais je ne sais plus quoi faire.

« Très bien. Très bien on va le faire. »

Je me suis rapproché de la table à laquelle il s'est installé, mais j'ai pas été jusqu'au bout de ma démarche pour m'asseoir en face, et je reste debout, à un ou deux mètres, à le regarder tracer les lettres sur le papier, avant de le froisser et de recommencer. Encore. Et encore.

« As-tu un autre fils du nom de Rafael ? » C'est tout ce que la dernière mouture qu'il me tend contient, et mon regard va de la missive - si on peut l'appeler ainsi - à mon cadet, un peu surpris. C'est tout ?

« Voilà. A toi de rajouter un truc maintenant. Parce que si ce que tu affirmes est vrai, il peut toujours le cacher. Sauf s’il sait que je t’ai parlé directement. »

Je hoche la tête, simplement. A vrai dire, je ne sais pas quoi ajouter. Ni exactement comment tourner ça. Je m'assois finalement face à Ethan, attrape la plume et le parchemin et reste un instant bloqué devant, mon genou dansant - pour ne pas changer - la samba sous la table.

« Mon père est intègre, mon père est intègre… »

Sa voix murmurée répétant cette courte phrase me tire de la concentration que j'essaie d'avoir sur les mots que je peux vouloir tracer sur ce foutu papier.

« Tout le monde fait des erreurs un jour ou l'autre. Ca nous rend pas forcément mauvais pour autant... »

Et parfois, c'est difficile de revenir en arrière. Comment j'aurais réagi si j'avais été à sa place ? Si je venais de perdre la femme que j'aimais et étais incapable de m'occuper de son fils ? Je sais rien de ce qu'il a traversé à ce moment-là. Peut-être que c'était trop tard, ensuite, pour faire marche arrière. Qu'avouer ça à la jeune femme qu'il avait rencontré et avec laquelle il avait envie de construire quelque chose et de tourner la page était trop difficile. Je me passe une main sur le visage, légèrement angoissé, attrape finalement ma baguette pour dupliquer le parchemin que je garde depuis des années, prêt à le joindre à ce courrier. Et puis les mots prennent forme sur le morceau de papier à la suite de la phrase d'Ethan.

« Mr Llewellyn... A vrai dire... Je ne sais pas trop quoi vous dire. Cette lettre, on me l'a remise quand je suis entré à l'école de sorcellerie, et je n'avais pas trop l'intention d'aller contre la volonté de celui qui l'avait écrite - d'autant moins que c'était un peu l'ordre des soeurs - mais... Mais je me suis retrouvé face à votre fils, ici, et je crois qu'on a tous les deux besoin de savoir ce qu'il s'est réellement passé. »

J'hésite à rajouter quelques mots, la promesse de ne pas leur en demander plus, mais j'ai comme l'impression qu'elle sonnerait faux, alors pourtant qu'elle est parfaitement sincère. Je vais pas m'immiscer davantage dans leur vie, j'en fais déjà bien assez, là, avec ces quelques mots et l'état dramatique de mon cadet face à moi. Une formule de politesse bateau et ma signature, et j'ai tendu parchemin et plume à Ethan, les yeux toujours brillants à la recherche de l'horloge de la cheminée.

« En théorie, on devrait attendre un peu le lever du couvre-feu mais je suis Préfet en Chef alors... »

Alors ça a rien à voir avec de l'orgueil, mais sur ce coup-là, ça peut être pratique. Parce que je sais pas toi, mais je me sens pas d'attendre encore pour envoyer ce foutu pli, je crois que dans une heure ou deux, j'aurais eu douze mille fois le temps de le mettre au feu...


Dernière édition par Rafael A. Paley le Mar 9 Fév 2016 - 8:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 803
Date d'inscription : 19/10/2013
Crédits : JunkieMouse
Double Compte : Emily / Caem / Julian / Keith / Zachary / Aiyana



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2380-ethan-llewellyn
MessageSujet: Re: The truth will set us free ♦ Ethanael   Lun 8 Fév 2016 - 14:52

Tout ça ne pouvait être qu’un mauvais rêve. Tout ça ne devait être qu’un mauvais rêve. Il allait se réveiller. Rafael allait refuser de se saisir du parchemin et tout prendrait fin. Voilà ce qu’Ethan espérait au fond de lui. Il n’arrivait tout simplement pas à accepter ce qui était en train de se passer. Ce n’était pas normal. Ça n’avait pas lieu d’être. Ce n’était tout simplement pas possible. Vraiment pas possible. Tout le monde faisait des erreurs ? L’adolescent eut envie de rire à la figure de son camarade mais se retint. Comment pouvait-il appliquer une phrase toute faite à une situation comme celle-ci ? il ne s’agissait pas simplement d’une erreur. Il s’agissait de 16 ans de mensonge. 16 pendant lesquels son père lui aurait fait croire qu’il était le seul. Le seul à être né de ses entrailles. Ce n’était pas qu’une simple erreur, une coucherie ou quoi que ce soit du genre. C’était bien plus que ça. Voilà pourquoi ça lui restait en travers de la gorge. Ethan vivait cela comme une trahison. Il ne voulait pas l’accepter. Son père était son repère, sa famille était sacrée. Il ne voulait pas la voir voler en éclats. Il ne pouvait pas s’imaginer qu’elle sombre. Dans cette période difficile, alors que le chaos avait pris possession de l’école à plusieurs reprises, Ethan s’était toujours dit qu’au moins, il avait une famille. Un endroit où rentrer. Et même s’il n’avait pas été des plus agréables avec ses parents ces derniers temps, ils demeuraient la chose la plus importante à ses yeux. Alors non, l’autre ne pouvait pas se contenter de dire des choses aussi banales.


“Parce que tu te considères comme une erreur ?”


C’était sec et froid mais pourtant pas méchant. Ethan avait beau avoir très envie de faire disparaître Rafael de la circulation, il mettait le doigt sur quelque chose de vrai : Se considérait-il réellement comme une erreur ? Était-il vraiment capable de regarder le plus jeune droit dans les yeux et de dire que tout cela n’était qu’une erreur ? Le Serdaigle n’en était pas certain. Sinon ce serait très glauque d’ailleurs… Enfin… Ethan reporta son attention sur le parchemin. Son camarade avait commencé à écrire et il essayait de décrypter au mieux en lisant à l’envers. Finalement, il lui tendit le parchemin et il pu lire plus facilement. Ses doigts se crispèrent sur le papier. Ça le rendait dingue. Dingue qu’ils puissent les associer. Pourtant il ne dit rien, ravalant sa rage et restant parfaitement silencieux. Maintenant que la lettre était écrite il aurait bientôt des réponses. Il en saurait plus. Il pourrait revenir victorieux vers Rafael, lui cracher à la figure qu’il n’avait dit que des conneries, que c’était ignoble d’inventer ce genre de choses juste pour attirer l’attention. Ethan n’avait aucun mal à imaginer cette scène et il risquait même de la rêver pendant un long moment… Il aurait pu d’ailleurs commencer dès maintenant à se la jouer encore et encore mais la présence de son vis à vis lui fut rappeler par le son de sa voix. Oui en effet, il fallait bien envoyer le parchemin. Ethan poussa alors un long soupir.


“J’ai pas de hibou particulier, tu peux utiliser un de ceux de l’école. Je te laisse envoyer ça, j’ai pas les mêmes privilèges que toi.”


Ça c’était gratuit. Ethan en eut d’ailleurs conscience et baissa légèrement la tête. Il écrivit alors son adresse sur le parchemin, comme pour se donner une contenance. De toute façon c’était nécessaire. Il agissait comme un con, c’était indéniable. Rafael était tout autant à plaindre que lui dans l’histoire et il lui aurait suffit de quelques secondes pour s’en rendre compte. Mais il était trop buté. Trop en colère. Toute cette histoire lui paraissait si incroyable… Il avait comme l’impression que s’il accordait sa sympathie à son camarade, ce serait accepter en un sens qu’il puisse avoir raison. Ce serait se dire qu’il était peut être ce gamin que son père aurait osé abandonner dans un orphelinat. Et ça c’était hors de question. Alors il était imbuvable, méchant et même mesquin. Heureusement que Charleen n’était pas là, elle lui aurait sans doute tiré les oreilles… Ethan se leva alors de sa chaise et se diriger vers l’escalier qui menait aux chambres. Il n’était pas sûr de trouver le sommeil maintenant mais en tout cas, il en pouvait plus rester dans cette pièce. Décidément, entre Jordane et Rafael, sa salle commune allait réellement devenir un endroit maudit. Alors qu’il posait le pied sur la première marche, il s’arrêta cependant pendant quelques secondes et se tourna vers Rafael.


“Mon père est quelqu’un de bien.”


Sur ces mots, il gravit les marches rapidement et alla s’enfouir sous sa couette. Pourquoi avoir dit ça ? Pour s’en convaincre ? Pour faire comprendre à Rafael qu’il n’avait pas intérêt à tout gâcher ? Ou pour l’excuser… Aucune idée, lui-même n’avait pas envie d’y réfléchir. Ou plutôt, n’avait pas envie de voir la vérité en face.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2115
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: Re: The truth will set us free ♦ Ethanael   Lun 8 Fév 2016 - 23:09

~ The truth will set us free ~
Lundi 2 mars 2016 ▪ vers 23h
Ethan Llewellyn && Rafael A. Paley
Une profonde lassitude, voilà tout ce qui me reste. J'ai l'impression que toute l'énergie dont je fais d'ordinaire preuve - et Dieu sait qu'il y a plutôt tendance à y en avoir trop que pas assez chez moi - s'était vidée d'un coup et ne laissait plus qu'une coquille vide. Zéro batterie, même ma tendance à la bougeotte s'estompe comme mon genou freine tout seul son rythme sous la table. Et malgré tout ce que tout ça génère comme malaise chez moi, malgré tout ce qu'Ethan a pu me foutre dans la gueule, je trouve encore le moyen d'essayer de minimiser les choses, de trouver des mots qui pourraient le rassurer lui, à défaut que je le sois moi. Et voilà comment je suis remercié.

« Parce que tu te considères comme une erreur ? »

Je ferme les yeux, pose les doigts sur mes globes oculaires, y exerçant une légère pression, en espérant que ça me permette de me calmer. Est-ce que je me considère comme une erreur ? En soi, non. Est-ce que j'en suis une pour lui ? Sincèrement, je me pose la question. Qu'est-ce que je peux répondre à ça ? A vrai dire pas grand chose, alors je garde le silence, ravale ma fierté - ou ce qu'il peut bien en rester.

« Je dis juste que parfois on n'a pas des choix très faciles... »

Ca t'arrive jamais d'avoir des regrets et de pas savoir comment réparer les choses ? C'est peut-être ce que j'espère dans l'histoire, qu'il ait des regrets, qu'il ait pas su comment revenir en arrière, que peut-être, maintenant, il voudrait faire un pas vers moi. C'est ridicule, vingt ans après, il y a plus de chances pour que ça l'emmerde profondément et qu'il m'envoie chier. Je vois bien que la lecture des mes quelques phrases l'énerve encore plus. Définitivement, je peux pas dire ou faire quoi que ce soit sans que ça génère une profonde aversion en face.

« J’ai pas de hibou particulier, tu peux utiliser un de ceux de l’école. Je te laisse envoyer ça, j’ai pas les mêmes privilèges que toi. »

Je ravale une remarque plus cinglante que le « je les ai pas demandés » qui passe mes lèvres, tandis qu'il baisse la tête, peut-être légèrement penaud pour la première fois de la soirée.

J'ai récupéré la lettre après qu'il a écrit l'adresse d'expédition, que je crains fort de garder en mémoire maintenant que mes yeux se sont posés dessus. Je soupire comme il se lève, prenant manifestement la direction des dortoirs.

« Mon père est quelqu’un de bien.
- J'ai jamais dit le contraire... »

Bon, j'ai pas été super tendre non plus, d'accord. Mais je suppose qu'il doit y avoir une explication. Qu'il avait une bonne raison. Ou plus exactement, je l'espère. Que ça efface cette putain d'impression d'être un poids mort, un boulet dont on a été pressé de se débarrasser pour se sentir libre de refaire sa vie.

Il a disparu dans les escaliers, j'ai passé la porte pour gagner la sortie, et la volière. Il y a ma chouette, là-bas, plus habituée à envoyer des missives à l'orphelinat qu'à faire quelque autre trajet, qui pose ses yeux ronds sur moi comme je monte les dernières marches avant le lever du jour. J'imagine que n'importe qui la confondrait avec n'importe quelle autre, et il est vrai qu'elle est d'une famille plus que commune. Pour moi, pourtant, c'est une évidence ; je connais chaque infime détail de son plumage. Et aussitôt le morceau de parchemin attaché à sa patte, après un petit coup de bec contre ma joue, elle a pris son envol, en direction de la demeure des Llewellyn. Et je peux pas m'empêcher de me demander si je vais être ravi de la voir revenir, en réalité.

¤ Terminé ¤
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The truth will set us free ♦ Ethanael   

Revenir en haut Aller en bas
 
The truth will set us free ♦ Ethanael
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Logan "Judicaël" ᴥ The truth will set you free. But first, it will piss you off.
» The truth will set you free, but first it will make you miserable - Liberia & Aloisia
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» Ethanael Osborne or how to be clever & funny
» The Détroit Free Press : Couverture complète des Wings

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Les Tours. :: Tour Ouest : Salle Commune des Serdaigles-
Sauter vers: