AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I think I did it again ▬ Lukas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1195
Date d'inscription : 15/10/2015
Crédits : Avatar TexasFlood + Gif Tumblr
Double Compte : Enzo Ryans - Ismaelle L. Stoneheaven - Cameron S. Cassidy - Riley S. Jenkins - Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3424-elijah-boom-clap
MessageSujet: I think I did it again ▬ Lukas   Mar 20 Oct 2015 - 17:56

Jeudi 26 Février 2015 – Dans l’après midi
I think I did it again



Lukas & Elijah

Prends soin de toi petite sœur et attention aux murs. AHAH ! Quel blagueur ce Daniel … Oui je me suis déjà pris un mur parce que je ne regardais pas où j’allais, et alors ? Evidemment il prend un malin plaisir à me le rappeler dès qu’il le peut. Ce jour-là j’ai bien cru qu’il n’allait jamais pouvoir se relever tellement il rigolait parce que oui, il a fini par s’assoir et se rouler par terre. Je suis toujours très heureuse de faire rire mon frère donc à aucun moment je ne me suis offusquée d’autant plus que la première chose qu’il a fait en reprenant ses esprits c’est de s’assurer que je n’avais rien – Ce qui était le cas. J’ai été un peu sonné mais fort heureusement le ridicule ne tue pas … Sinon il y a un moment que je ne serais plus de ce monde.

C’est toujours une source de bonheur de lire ses lettres, il me raconte comment se passe sa vie parmi les gens qui n’ont pas de pouvoir et je n’ai pas de mal à me rendre compte à quel point ça lui plait. Je crois qu’il appartient plus à ce monde-là qu’à celui de la Magie, une intuition, comme ça. Les parents ne nous ont jamais empêché d’explorer les deux côtés de la barrière, je trouve que c’est une chance inouïe et je leur en suis très reconnaissante. Je relis sa lettre, je rigole encore une fois et comme une gourde manque ma bouche en voulant boire si bien que la moitié de mon verre tombe sur la table, sur mes genoux et sur le papier.

« Ah, flûteeeeeuh ! »

Ma voisine d’en face se marre, de mon côté je ne tiens absolument pas compte de mon pantalon mouillé ni même de ma nourriture qui en a pris un coup mais je secoue frénétiquement le courrier comme si ça pouvait le faire sécher. Je n’arrive néanmoins pas à l’épargner totalement. Bon ben … tant pis.

~*~

« Atchii ! »
« A tes souhaits. »
« Merci ! »

Cours d’HDM. Début d’après-midi … La moitié de la classe fait la sieste …

« C’est à cause de ton chat, j’suis allergique. »
« Désolé. »

… et moi comme d’habitude je ne peux pas m’empêcher de parler. Cette fois ça tombe sur mon voisin de devant, le grand Gryffondor – oui parce qu’il y a le grand Poufsouffle aussi. Ils sont grands tous les deux par la taille mais aussi par les années, enfin je veux dire … Ouais, on s’en fiche. Je l’aime bien, mon voisin de devant, il est gentil.

« Hey Enzo ! »
« Hum ? »
« Monsieur Ryans, est ce que je vous dérange ? »

Euh … Mais il ne s’est même pas retourné ! Il ne répond pas, moi je me tasse un peu dans ma chaise je l’admets.

« Oops, désolée. »

Le silence revient, je sens bien que j’ai du mal à me concentrer parce que, comment dire, j’en sais rien, c’est trop … rasoir, en fait. Ça n’est même pas que je n’aime pas cette matière, mes notes ne sont pas mauvaises d’ailleurs, mais quand c’est immobile et silencieux comme ça j’ai du mal à rester … immobile et silencieuse. Du coup je me mets à bouger sans m’en rendre compte, c’est exactement comme ça que je me retrouve à agiter la jambe, mon pied tape par terre, jusqu’à ce que mon voisin de devant me fasse remarquer que c’est contre sa chaise que je tape depuis cinq minutes.

« Tu peux arrêter ça s’il te plait Elijah ? C’est … très agaçant. »
« Pardon. »

J’arrive à tenir a peu près trente seconde avant de recommencer à m’agiter mais en faisant attention cette fois à ne pas taper contre sa chaise ni celle de personne d’autre. Et puis il y a ce tic, ce truc que je ne contrôle pas et auquel je ne fais pas attention, qui finalement ne me dérange pas mais apparemment dérange les autres : Je claque ma langue contre mon palais. Ça me vaut quelques regards noirs de certains de mes camarades, je surprends même Enzo à se plaquer les mains sur les oreilles mais pourtant il ne dit rien. Je pense que la fin des deux heures est une délivrance pour tout le monde … Ahem.

Naturellement c’est un peu le bazar pour sortir de la classe, les garçons se précipitent, les filles discutent, le Prof parle dans le vide, et moi je traine, un lacet défait et la tête dans les nuages, deux gros livres dans les bras : Celui d’HDM et celui de Sortilège. BOOM ! Collision. Choc frontal. Je manque de tomber en arrière mais me rattrape à l’entrebâillement de la porte alors que mes livres – que j’ai lâché – atterrissent directement … sur les pieds de quelqu’un … Main sur la bouche, air horrifié, je relève la tête et tombe nez à nez avec … un torse … Euh … Plus haut Eli, un peu plus haut … Ah oui.

« Oh pardon Lukas ! J’suis vraiment désolée ! »

Inutile de dire que je ne regardais pas où j’allais, n’est-ce pas ? Ben oui, comme d’habitude. Dis moi que je ne t'ai pas cassé un orteil ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: I think I did it again ▬ Lukas   Ven 23 Oct 2015 - 6:31

JEUDI 26 FÉVRIER 2015 EN APRÈS-MIDI


- Tu as entendu parler de la fille qui est morte hier?
- La Poufsouffle?
- Ouais.
- Ouais pourquoi?
- Tu sais comment elle est morte?
- J'ai entendu dire qu'elle s'était fait poignarder, mais je connais pas les détails.
- Apparemment il y avait du sang partout. Le mec l'a tellement plantée qu'il a fait un trou dans son ventre et ses boyaux tombaient sur le sol comme des saucisses.
- Oh putain!


J'avais surpris cette conversation le lendemain de l'attaque et j'avais du faire demi-tour pour aller vomir mon petit déjeuner dans un coin.

La vie était fragile. Mère Nature m'avait encore donné un exemple sur ses sombres pouvoirs en emportant la jolie Megan avec elle. Je n'étais pas très proche de ma camarade de maison, mais elle avait fait partie de mon environnement depuis sept ans. On s'était toujours bien entendu. On se saluait quand on se croisait et on mangeait parfois ensemble. Je l'avais souvent vu dans un coin de notre salle commune avec un bouquin sur les genoux ou encore à se balader dans les corridors en compagnie de Derek. Plus rien de tout ça n'allait arriver, parce qu'elle n'était plus là. On l'avait froidement assassinée et si je n'avais pas voulu connaître les détails, j'en avais tout de même eu vent à cause de deux premières qui semblaient bien se moquer des répercussions que de telles paroles pouvaient avoir sur les oreilles indiscrètes. Je savais qu'elle avait souffert. Qui ne souffre pas au moment de sa mort? Maman et Sophia avait été dévorée par un vampire. Bien sûr qu'elles avaient souffert le martyr avant de donner leur âme au vilain à grandes dents. Bien sûr que Megan avait souffert. Une lame, ça fait mal. Cependant, même si j'avais eu vent que le crime avait été violent, j'ignorais qu'on l'avait ouvert de la sorte. Elle avait tellement dû... Pauvre Megan... Si douce et si gentille... Elle ne méritait pas un tel sort.

Je n'arrivais pas à m'en remettre et c'était pire depuis que je connaissais les détails.
« ses boyaux tombaient sur le sol comme des saucisses »
Mon imagination faisait le reste.

Riley était venue à ma rescousse. Peut-être avait-elle vu ma grande carcasse recroquevillée sur elle-même. Sans doute s'était-elle aperçu comment mon grand sourire était désormais inexistant. Comment mes cernes sous les yeux avaient empiré à cause des nombreux cauchemars qui se glissaient dans mes nuits. Elle non plus n'allait pas très bien. Pour la même raison. Elles n'étaient pas vraiment proches non plus, mais elles n'étaient pas ennemies. Nous avons discuté et ça m'a vraiment fait du bien. N'empêche que je ne parviens pas à retrouver ma pêche habituelle. Je réagis à rien, ma concentration est en chute libre. Et ce n'est pas du qu'à cette mort atroce et inattendue, mais au fait que nous avions été attaqué.

Le règne des supérieurs n'était pas terminé.
Et ça, ça m'inquiétait vachement.



Histoire de la magie. La classe parfaite pour avoir l'esprit ailleurs.
Je n'écoutai absolument rien de ce que racontait le professeur. Je me contentai simplement de fixer le même mot que j'avais écrit en début de cours, soit « notes ». Il n'y avait rien d'autre. L'encre sur le bout de ma plume avait même fini par sécher tant je ne m'en étais pas servit. Mon esprit vagabondait de droite à gauche sans même ce soucier de ce qu'il se passait autour de moi. De toute manière je n'avais aucune difficulté à m'imaginer la tronche de mes camarades à moitié endormi sur leurs chaises ou les autres qui faisaient semblant d'être studieux alors qu'en réalité ils faisaient de petits dessins sur leur parchemin. Megan aurait sûrement été outrée d'une attitude comme de l'autre puisque je savais à quel point elle avait été studieuse et à quel point elle avait eu le désir de réussir.

Merde je devais arrêter d'y penser.
Arrête Lukas, arrête. Tu te fais du mal pour rien.

Le cours se termina et je fus si pressé de sortir de cette classe étouffante que j'en oubliai mon livre derrière moi. Il resta sagement posé sur la table de travail tandis que je quittai les lieux, bousculant presque ceux et celles qui se trouvaient sur mon chemin. Ce n'est que lorsque je fus à cinq mètres de distance que je me rendis compte de mes mains à moitié vide : il me manquait un gros morceau. Je lâchai un petit soupir d'exaspération et je du faire demi tour, me retrouvant à contre courant. Je fonçai encore dans tout ce beau petit monde, ignorant les protestations des uns et les lamentations des autres. Je devais avouer que ma grandeur était vraiment bénéfique pour ce genre de situation. Bref, je marchai d'un pas rapide et je ne pu pas prédire qu'une fille, Elijah pour être plus précis, allait se trouver dans l’entrebâillement de la porte de la classe pile poil au moment où je voulu y entrer. La collision fut inévitable pour un côté comme de l'autre et si déjà ce petit choc ne m'avait pas fait particulièrement plaisir, il avait fallu qu'elle laisse tomber ses bouquins directement sur mes pieds. Deux belles briques bien épaisses qui n'avaient pas épargnés mes chaussures et encore moins mes orteils. Une douleur fulgurante me prit d'assaut.


- Aïe!!!!

D'un geste vif, je pliai la jambe droite avant de prendre mon pied entre mes mains comme si je me faisais la courte échelle. Il s'agissait là d'un mouvement tout à fait inutile puisque ça n'allait pas atténuer la douleur, mais je n'avais pas pu m’en empêcher. Je sautillai légèrement sur place grâce à ma jambe gauche malgré le fait que la douleur était toute aussi vive de ce côté là. Je devais avoir l'air d'un vrai clown, mais mon expression elle n'avait sûrement rien de comique. Je sentais déjà mes joues s'empourprer de colère alors que je faisais d'étranges grimaces pour évacuer la souffrance comme je le pouvais.

- Oh pardon Lukas ! J’suis vraiment désolée !
- Tu pourrais faire attention bordel! Regarde où tu vas! C'est quoi je ne suis pas assez grand pour toi?!


Si sa petite bouille de fille désolée/horrifiée m'aurait fait sourire et sans doute même rigoler, là ce n'était pas le cas. J'étais à fleur de peau à cause du manque de sommeil et des récents événements. Je n'étais pas dans mon état habituel normal. Je le savais. Sauf que je ne pouvais pas m'empêcher d'agir ainsi. Ça devait sortir un moment où à un autre et elle avait été sur mon chemin. Pur hasard.

- Tu devrais arrêter d'être dans la lune Elijah, ça t'éviterait sûrement bien des conneries.

Oh bien! Regarder le grand Lukas qui parle!
Comme si je n'étais jamais dans la lune. Comme si je ne m'attirais jamais des ennuis.
Il suffisait de repenser à une certaine nuit de pleine lune où je n'avais pas vu le temps passé et hop. J'aurais pu me faire bouffer tout cru si Enzo n'avait pas été là pour me ramener à l'ordre (et au château).

Je reposai finalement mon pied par terre et je l'observai d'un regard dur. Bon. Avec mon petit visage de bébé  (JMIQ, je te déteste!) ça ne devait pas avoir l'air très sérieux, surtout que ce n'était pas un regard que j'empruntais souvent. Tout de même. Il signifiait que je n'étais pas content, qu'elle m'avait fait mal et que je n'acceptais pas ses excuses. Comment faisait-elle pour être aussi inconsciente alors qu'il y avait eu une attaque à peine onze jours plus tôt?


- Tu devrais vraiment faire gaffe, surtout avec les attaques surprises. Si tu n'as pas envie de finir comme Megan, surveille toi. Et garde tes bouquins dans tes mains. On sait jamais, ils pourraient te servir d'arme.

Pour le coup, je me penchai légèrement avant d'attraper les deux briques et je lui remettais dans ses bras.

- Ils ne te servent peut-être pas beaucoup en classe, mais crois-moi, ils sont solides. Ils pourraient faire de sérieux dommages corporels si tu échappes ta baguette.

Lukas le soldat qui parle.
Non, mais comme si j'étais soudainement devenu un spécialiste en matière de défense. Moi ma défense, c'était de me camoufler (pas évident avec ma grandeur) et aller me cacher. Je venais de penser à l'attaque avec des livres juste parce que je venais de ressentir combien ils pouvaient faire mal.

Du côté de mon bras (je l'aurais bien fait avec l'épaule, mais elle était si minuscule que ça aurait été ridicule), je l'a poussai légèrement afin de pouvoir entrer de nouveau dans le local afin d'aller chercher mon livre. Il n'avait pas bougé d'un millimètre depuis la dernière fois que j'y avais touché. Je l'attrapai d'une main avant de me retourner de nouveau vers ma camarade jaune.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1195
Date d'inscription : 15/10/2015
Crédits : Avatar TexasFlood + Gif Tumblr
Double Compte : Enzo Ryans - Ismaelle L. Stoneheaven - Cameron S. Cassidy - Riley S. Jenkins - Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3424-elijah-boom-clap
MessageSujet: Re: I think I did it again ▬ Lukas   Ven 23 Oct 2015 - 20:54

« Tu pourrais faire attention bordel! Regarde où tu vas! C'est quoi je ne suis pas assez grand pour toi?! »

Je ne peux pas dire que je m'étais attendu à toutes les réactions possibles parce que ça n'est pas le cas, parce que je n'ai pensé à rien, mais celle ci … Elle n'aurait surement pas été dans mon top 10. Je ne connais pas tellement Lukas mais ça fait quand même quelques mois qu'on se cotoie tous les jours alors j'ai pu me faire une idée du personnage : C'est un gentil garçon, un peu tête en l'air – comme moi – et … voilà, c'est un gentil garçon. Il n'effraie pas en règle générale et pourtant si j'avais pu disparaître en cet instant je l'aurai fait, au lieu de quoi je me suis tassée sur moi même sans être capable de dire un mot, sans être capable de faire un geste. Tout simplement parce que quand on fait 2m et qu'on se fâche, c'est impressionnant. Je ne m'attendais tellement pas à ce qu'il m'agresse de cette façon que je me suis retrouvée complètement prise au dépourvu, presque effrayée à l'idée de bouger, comme si rester silencieuse et immobile pouvait me sauver de … De quoi d'ailleurs ? Les gens s'énervent parfois contre moi, c'est vrai, et à raison sans doute, mais là … Si j'avais été de ceux qui use de la répartie je lui aurai répliqué qu'il était en tort parce qu'il n'allait pas dans le sens du courant, et parce que c'est plutôt lui qui devrait faire attention et pas l'inverse, que sa taille n'est pas une excuse pour ignorer tout ce qui se passe en dessous de son champ de vision. Sauf que je ne suis pas comme ça, même en étant en pleine possession de mes moyens je n'aurai pas réagit de cette façon.

« Tu devrais arrêter d'être dans la lune Elijah, ça t'éviterait sûrement bien des conneries. »

On aurait pu croire que c'était terminé mais non. Je sursaute, c'est plus fort que moi, et le pas en arrière que je viens de faire je n'essaie même pas de le retenir. Je ne le quitte pas des yeux, ravalant difficilement ma salive, encore totalement choquée par sa réaction. Est ce que c'est le résultat d'une accumulation ? Ca pourrait être le cas, j'ai parfaitement conscience d'être épuisante mais les gens ont fini par s'habituer et si je deviens trop … trop moi ils me le font comprendre avant d'en arriver là. Je ne fais pas exprès, je sais que je suis difficile à supporter sur le long terme mais … Que lui me dise d'arrêter d'être dans la lune … Encore une fois je ne suis pas comme ça donc je ne relève pas mais la pilule passe néanmoins difficilement. Je culpabilise tout de même, il a l'air d'avoir vraiment mal au pied et je le sais, c'est de ma faute. Ce sont mes livres, j'aurai du les ramasser dans mon sac ou les tenir plus fermement. Certes je ne fais pas le poids contre lui et j'ai eu l'impression de me prendre un mur mais ...

« Tu devrais vraiment faire gaffe, surtout avec les attaques surprises. Si tu n'as pas envie de finir comme Megan, surveille toi. Et garde tes bouquins dans tes mains. On sait jamais, ils pourraient te servir d'arme. »

Cette fois c'est foutu, je le sens, j'ai la gorge qui se serre, de plus en plus de mal à avaler ma salive et les larmes qui montent aux yeux. Sincèrement je comprends pas son acharnement, je ne comprends pas non plus pourquoi il ramène Megan sur le tapis … Bien sur que ça m'a fait de la peine d'apprendre qu'elle avait été tuée, je suis peut être dans la lune mais ça ne m'a quand même pas échappé, mais qu'est ce que je peux y faire ? Sa réaction, son agression, non seulement elle me blesse mais en prime elle me fait peur. Lui me fait peur, ses « menaces » me font peur et je ne comprends pas comment une simple chute de livre a pu l'entrainer là dedans. Je ne suis pas quelqu'un de trop sensible, tout simplement parce que la plus part du temps je passe à côté de tout un tas de chose en étant en permanence dans mon petit monde mais là, je ne peux pas faire autrement.

C'est les yeux grand écarquillés que je le regarde, incapable de le lâcher des yeux, la bouche entrouverte, complètement sous le choc alors que lui continue comme si de rien n'était. Il se penche, ramasse mes livres et me les colle dans les bras … J'ai bien du mal à m'en emparer tant je ne contrôle pas vraiment mon corps mais je m'y agrippe comme s'il pouvait … me protéger ou je ne sais trop quoi … Comme si j'avais peur qu'ils retombent et que la situation empire peut être … Et naïvement je me suis dit que ça y est, c'était terminé, mais non, il en rajoute encore une couche.

« Ils ne te servent peut-être pas beaucoup en classe, mais crois-moi, ils sont solides. Ils pourraient faire de sérieux dommages corporels si tu échappes ta baguette. »

Nouveau sursaut. C'est carrément un haut le cœur et une sorte de hoquet doublé d'un couinement qui vont avec alors que mes yeux rougissent probablement de plus en plus. Cette fois, ses mots, c'est totalement gratuit. C'est une attaque personnelle et malgré tout mes défauts je ne pense pas mériter ça. Je sens les larmes prêtes à couler, elles sont là, coincées sous mes paupières, et lui il n'en a rien à faire. Il me regarde de haut comme si j'étais une chose insignifiante, comme si me parler comme il le fait était … Je ne sais pas … Normal ? Correct ? Au fond de moi je crois que j'aimerai être capable de me mettre en colère, pour lui répondre, pour lui faire comprendre qu'il n'a pas à réagir comme ça, qu'il n'a pas plus à me parler comme il le fait, mais non, rien. Tout simplement parce que, encore une fois, ça n'est pas dans mon caractère.

Comme si ça n'était pas suffisant il me dégage de son chemin en me poussant du bras comme si j'étais simplement un obstacle sans intérêt et comme une cruche, au lieu de partir, de bouger, de faire quelque chose, je me contente de suivre son mouvement du regard en me tournant légèrement sur le côté, mes livres serrés fermement contre moi. Je le regarde ramasser son livre, comprends que c'est donc pour ça qu'il a fait demi-tour et que tel un saumon en migration il a remonté le courant mais quand ses yeux rencontrent à nouveau les miens, les mots m'échappent.

« T'étais pas obligé d'être méchant Lukas. »

Le ton n'est pas froid, ni acerbe, il est juste … blessé. Je n'attends pas mon reste, je n'ai pas tellement envie de m'en prendre encore plein la figure alors je tourne les talons et disparaît dans le couloir, direction le cours de Sortilège. Si en temps normal c'est en sautillant et avec le sourire que je me rends d'un endroit à l'autre, inutile de dire que cette fois ça n'est pas le cas. La tête basse, rentrée dans les épaules, les yeux humides et  rivés sur le sol, le pas rapide, je fuis cette « discussion » en essayant d'oublier tout ce qu'il vient de me cracher au visage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: I think I did it again ▬ Lukas   Dim 25 Oct 2015 - 2:58

Au bout du rouleau. Complètement. Pour combien de temps encore? Je l'ignorais, mais une chose était certaine : ça ne me plaisait pas. Je n'aimais pas voir la vie en gris et devoir m’enfermer quelque part pour retrouver la paix. Habituellement, c'était en compagnie des autres que je me sentais bien. J'aimais parler, j'aimais rire, j'aimais faire des improvisations musicales avec Adrianna, j'aimais déconner avec Riley, j'aimais rêvasser... Tant de choses qui me semblaient impossible ces jours-ci. Je m'éloignais plutôt, comme si une partie de moi était consciente que je pouvais faire des erreurs en restant avec eux. Je l'avais bien vu avec Riley et Enzo. À tous les deux je leur avais dit des trucs moches, des choses auxquelles je ne pensais pas forcément, mais qui étaient sortie d'elles-mêmes dans un élan de frustration. Je n'étais pas souvent fâché, mais les fois où ça me prenait... Valait mieux que je reste en solo. Sauf que voilà, dans un château qui contient peut-être cinq mille personnes il était difficile de se priver complètement des autres, surtout lorsque l'on devait assister quotidiennement à des cours. Je me coupais des autres le plus que je pouvais, mais certaines situations pouvaient m'échapper. Des situations comme...
Celle-ci justement.

Je ne connaissais pas beaucoup Elijah. Elle était de ma maison, elle avait un an plus jeune que moi et pour être franc, je n'avais jamais vraiment porté attention à cette fille. Enfin jusqu'à cette année puisque nous nous étions retrouvé dans la même année d'étude à cause de mes résultats pourrit. Elle me semblait être une bonne personne, quoi qu'un peu bruyante et tête en l'air. Je n'étais pas mieux (je suis le premier à l'avouer), mais disons qu'elle était un cran au-dessus de moi. Comme si elle était hyperactive ou qu'elle possédait une énergie inépuisable. Elle bougeait sans cesse, faisait de drôles de bruit avec sa bouche et me semblait bien maladroite de ce que j'avais pu observer. Oui d'accord, moi aussi je l'étais mais peut-être pas autant. Enfin bref, tout ceci ne faisait pas d'elle une mauvaise fille, mais elle pouvait être un peu... Je ne sais pas... Énervante? Tannante? Fatigante N'ayant jamais passé du temps avec elle, je ne pouvais pas le savoir, mais à force de l'observer quelques fois en classe ou dans notre salle commune, j'arrivais à la cerner un peu plus. Enfin bref... Je ne l'a connaissais pas beaucoup et la petite scène qui venait d'avoir lieue ne m'étonnait pas vraiment. Sans doute avait-elle sursauté face au choc que nous avions eu, sous la surprise elle avait échappé ses bouquins et voilà. Scène banale comme il peut y en avoir souvent. Réaction normale de sa part. Et ma réaction? Bah elle avait été … Pas normale. Hors norme même pour moi. Jamais je ne m'emportais pour si peu. J'aurais peut-être un peu exprimer ma douleur face aux livres tombés sur mes pieds, mais j'aurais fini par les ramasser tout en lui affirmant que ce n'était pas grave, que ça pouvait arriver à n'importe qui. J'aurais peut-être même commencé une conversation avec elle en lui disant combien j'avais trouvé le cours endormant. Je lui aurais demander si je pouvais l'accompagner jusqu'au prochain cours. Bref, ce genre de choses.

Sauf que ce n'était pas ce qui était arrivé.
Je m'étais comporté en petit (grand, oh maman oui trop grand) garçon méprisant, mal élevé, irrespectueux et j'en passe. Comme si on avait soudainement prit possession de mon corps. Et tandis que je me trouvais toujours dans la classe, mon bouquin oublié désormais entre mes mains, Elijah parla pour la seconde fois.


- T'étais pas obligé d'être méchant Lukas.

Sa voix était... Plus normale.
Elle se détourna et commença à s'éloigner dans le corridor alors que je continuais à fixer l'encadrement de la porte comme si elle n'était jamais partie.

Un élan de remords me prit d'assaut. Elle n'était pas bien. J'avais bien vu comment elle s'était faite toute petite, comment ses grands yeux m'avaient regardé comme si j'étais le pire des monstres (moi? un monstre?). J'avais aussi remarqué qu'elle avait été sur le point de craquer, comme si elle allait se mettre à pleurer à tout moment. Et cette voix... Cette voix ne mentait pas. Si elle ne pleurait pas déjà, elle n'allait pas tarder à le faire.


- Merde non...

Je contournai rapidement les tables et je me retrouvai à l’entrebâillement de la porte où elle se tenait quelques secondes plus tôt. Je l'a voyais qui s'éloignait rapidement comme si elle tentait de (me) fuir. Elle était déjà à quelques mètres de distance.

- Elijah! Attends!

Ma voix avait retrouvé son ton habituel et il en allait de même pour mes expressions. Mon regard dur avait laissé place à ces grand yeux bleus tout ronds dans lequel il y avait une trace d'inquiétude et de profond regret. Savoir que je faisais du mal à quelqu'un était sans aucun doute le truc le plus moche que je pouvais ressentir. Je n'étais pas quelqu'un de méchant. Ce n'était pas dans ma nature, mais alors là, loin de là. C'est une des raisons pour laquelle mes grandes jambes se mirent en route vers elle. Je courrai dans dans sa direction (mais pas trop vite pour ne pas qu'elle croit que je voulais l'attaquer) et une fois à destination, je l'a contournai pour lui barrer le chemin.

- Je ne voulais pas te faire de la peine... Excuse moi. Je sais bien que tu n'as pas fait exprès. J'ai vraiment exagéré... Pardonne moi, je ne suis juste pas vraiment dans mon assiette ces temps-ci...

C'était la vérité. Un petit rien me faisait grimper au plafond et ce qu'il venait de se passer en était un bon exemple. Elle était juste au mauvais endroit, au mauvais moment et c'est tout. Sauf que quand même, ça aurait pu être évité.

- Je ne veux pas que tu penses que ce que je t'ai dis était des menaces! Ce n'est pas le cas. C'était de vrais conseils tu sais... Des conseils que je devrais moi-même suivre parce que pour tout te dire, je suis un énorme mauviette. Sans doute la pire qui peut exister. Et si tu en veux la preuve... Regarde ça.

Je sortis ma baguette et je l'a pointai tout juste à côté d'elle.
J'imaginai maman, l'énorme pommier, le panier rempli de délicieux fruits rouges et...
Mon patronus se dessina à ses côtés.


- Un mouton. Tout comme cet animal je... J'ai peur de tout. Mon ombre, les trucs étranges, les créatures, mais surtout... Les supérieurs. Si je n'aurais pas aussi peur des vampires, je suis certain que mon épouvantard prendrait la forme de l'un d'entre eux. C'est pour ça que je suis un peu... Enfin que je suis pas moi-même ces temps-ci... Ils ont encore frappés. Y'a sûrement une faille quelque part et tant qu'on ne trouvera pas où elle est ils reviendront sans doute... Ça me fait super peur surtout que... Enfin y'a eu Megan...

Je baissai légèrement les yeux tandis que mon patronus venait tranquillement vers moi.

- Je tenais beaucoup à elle tu vois.

Je rougissais légèrement.

- J'en étais pas amoureux, mais... C'était vraiment une chic fille. Elle a été massacrée et elle ne méritait vraiment pas ça. Ça me rend triste. Et... Ça joue aussi sur mon humeur. Je ne dors pas très bien et j'arrive plus à me concentrer en classe. Mais enfin ça on y peut rien. Je finirai par m'en sortir, contrairement à elle...

Je relevai les yeux pour l'a regarder de nouveau.

- Je n'ai pas envie que ça arrive à quelqu'un d'autre. C'est pour ça que je t'ai dis que tes livres pourraient être une arme potentielle si jamais tu étais mal prise et non parce que j'avais délibérément l'intention de t'attaquer. Je suis même pas capable de tuer une mouche alors imagine quelqu'un. Et... Je ne suis pas assez lâche pour m'en prendre à une fille. Ça non, c'est dégueulasse. Tout comme mon attitude... Vraiment je m'excuse, je ne voulais pas te faire peur et encore moins te faire de la peine. Je suis un mec sympa quand on me connaît.

Je lui fis un petit sourire timide et je tendis la main dans sa direction.

- On fait la paix?

Bonus:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1195
Date d'inscription : 15/10/2015
Crédits : Avatar TexasFlood + Gif Tumblr
Double Compte : Enzo Ryans - Ismaelle L. Stoneheaven - Cameron S. Cassidy - Riley S. Jenkins - Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3424-elijah-boom-clap
MessageSujet: Re: I think I did it again ▬ Lukas   Mar 3 Nov 2015 - 13:51

« Elijah! Attends! »

Inconsciemment, ou pas, j’accélère le pas alors que je l’entends arriver derrière moi. J’ai toujours la tête rentrée dans les épaules et absolument aucune envie qu’il me rattrape mais vu la taille de ses grandes pattes et les miennes … Mouais, autant faire courir une musaraigne à côté d’un cheval pour voir qui gagnera la course …
C’est d’un geste un peu rageur que j’essuie une larme sur ma joue, pas que ça me dérange qu’il me voit pleurer mais … En fait je crois que si, un peu, quand bien même ça ne serait pas de la fierté. J’ai juste envie qu’il me laisse tranquille, qu’il m’oublie, parce que je pense qu’il a suffisamment vidé son sac et je n’ai pas tellement envie de me prendre une nouvelle salve.

Mais c’est trop tard, bien sûr. J’aurai pu accélérer le pas encore un peu plus, me mettre à courir carrément, ça n’aurait rien changé pas vrai ? Le fait est qu’il est là, devant moi, me barrant le passage et même si je m’arrête en m’accrochant à mes livres pour ne pas qu’ils retombent sur ses pieds je ne relève pas la tête pour autant.

Laisse-moi tranquille Lukas …

« Je ne voulais pas te faire de la peine... Excuse-moi. Je sais bien que tu n'as pas fait exprès. J'ai vraiment exagéré... Pardonne moi, je ne suis juste pas vraiment dans mon assiette ces temps-ci... »

Lentement, timidement, je relève le menton et l’observe tout en ayant conscience que mes yeux sont probablement encore un peu embrumé même si je n’ai pas vraiment pleuré a proprement parlé, disons pas à chaudes larmes. Il a l’air sincère, réellement désolé, je reste néanmoins sur mes gardes.

« Je ne veux pas que tu penses que ce que je t'ai dis était des menaces! Ce n'est pas le cas. C'était de vrais conseils tu sais... Des conseils que je devrais moi-même suivre parce que pour tout te dire, je suis un énorme mauviette. Sans doute la pire qui peut exister. Et si tu en veux la preuve... Regarde ça. »

Que … quoi ? J’ai un peu de mal à voir où il veut en venir avec ses histoires de menaces et je pense que ça se voit sur mon visage. Enfin si, dans les grandes lignes, mais ça n’est pas lui qui me fait peur à proprement parlé c’est … comment exprimer clairement ce que je ressens ? Il n’empêche que le mouvement de recul que j’ai lorsque je le vois sortir sa baguette n’a rien de factice, je reste méfiante malgré toutes les émotions positives que je peux ressentir à son égard en cet instant. Je retrouve le Lukas que j’ai l’habitude de voir en cours tous les jours et quelque part ça me rassure mais le fait qu’il utilise sa baguette comme ça de but en blanc après ce qu’il vient de se passer, je …

« Oh. Wow. »

Réaction immédiate de ma part, j’écarquille grand les yeux et ne lâche pas la lueur argentée du regard. D’une c’est un Patronus et j’ai toujours trouvé ce sortilège fabuleux et captivant – je le maitrise encore à peine mais j’y travaille, la joie de vivre n’est pas quelque chose de difficile à trouver chez moi. De deux, ce que j’ai devant les yeux c’est un mouton et il est carrément trop mignon. L’espace d’un instant j’en oublie que je ne suis pas seule, que ce Patronus appartient à quelqu’un et que ce quelqu’un n’est autre que Lukas, qui se trouve là devant moi. Ce qu’il s’est passé à l’entrée de la salle de classe n’a plus la moindre importance pour moi, je m’émerveille comme une enfant devant le joli mouton qui profite de sa liberté dans les airs autour de nous.

« Un mouton. Tout comme cet animal je... J'ai peur de tout. Mon ombre, les trucs étranges, les créatures, mais surtout... Les supérieurs. Si je n'aurais pas aussi peur des vampires, je suis certain que mon épouvantard prendrait la forme de l'un d'entre eux. C'est pour ça que je suis un peu... Enfin que je suis pas moi-même ces temps-ci... Ils ont encore frappés. Y'a sûrement une faille quelque part et tant qu'on ne trouvera pas où elle est ils reviendront sans doute... Ça me fait super peur surtout que... Enfin y'a eu Megan... »

Mon attention se repose plus ou moins sur lui mais si je n’avais pas cette retenue qui m’empêche de le faire je me plaquerai clairement les mains sur les oreilles pour ne pas l’entendre parler. C’est peut être puéril de ma part mais … Sans égoïsme aucun, entendre parler de ça, d’eux, tout le temps … Seulement quand il évoque le prénom de Megan c’est différent, parce que je me rends compte que pour lui les choses ne sont pas comme moi, elles sont plus personnelles, elles le sont devenues en tout cas si elles ne l’étaient pas déjà. De nouveau j’ai envie de me tasser sur moi-même et de disparaitre.

« Je tenais beaucoup à elle tu vois. »
« Je comprends, oui. »

Je hoche la tête d’un geste vif, essayant de ne surtout pas imaginer Daniel à la place de Megan. Je ne la connaissais que de vue mais c’est toujours triste d’apprendre le décès de quelqu’un.

« J'en étais pas amoureux, mais... C'était vraiment une chic fille. Elle a été massacrée et elle ne méritait vraiment pas ça. Ça me rend triste. Et... Ça joue aussi sur mon humeur. Je ne dors pas très bien et j'arrive plus à me concentrer en classe. Mais enfin ça on y peut rien. Je finirai par m'en sortir, contrairement à elle... »

De nouveau cette envie de me plaquer les mains sur les oreilles me saisit mais je me retiens et accroche mon regard sur le mouton comme s’il était une bouée de sauvetage. Pourquoi tous ces détails ? Pourquoi ce besoin d’appuyer encore là-dessus … Je peux comprendre qu’il ressente le besoin d’en parler mais je ne suis pas la personne la mieux placée pour ça, très égoïstement. Néanmoins je ne suis pas insensible à sa détresse, loin de là, mais pour moi aider les autres à aller mieux ça n’est pas les écouter ressasser des choses que je ne comprends pas et que je ne veux pas comprendre, c’est au contraire leur parler de tout un tas d’autres choses. Lukas n’est pas ce qu’on peut appeler un ami, il est juste un camarade de classe, mais ça me ferait tout autant plaisir de l’aider à sourire.

« Je n'ai pas envie que ça arrive à quelqu'un d'autre. C'est pour ça que je t'ai dis que tes livres pourraient être une arme potentielle si jamais tu étais mal prise et non parce que j'avais délibérément l'intention de t'attaquer. Je suis même pas capable de tuer une mouche alors imagine quelqu'un. Et... Je ne suis pas assez lâche pour m'en prendre à une fille. Ça non, c'est dégueulasse. Tout comme mon attitude... Vraiment je m'excuse, je ne voulais pas te faire peur et encore moins te faire de la peine. Je suis un mec sympa quand on me connaît. »

Il me sourit, j’hésite une seconde en le regardant avec mes grands yeux bleus puis baisse la tête attiré par un mouvement : Il me tend la main.

« On fait la paix? »

Une seconde je regarde sa main, celle d’après je relève le menton et capte son regard, la troisième je lui offre un sourire et lui tend le bras à mon tour pour attraper sa main que je serre pendant la quatrième.

« D’accord. »

S’il y a bien une chose que je suis pas c’est rancunière, et puis ça aurait été stupide de lui en vouloir pour ça, pas après ce qu’il vient de me dire même si j’ai essayé d’en occulter la moitié. J’ai enregistré l’essentiel, promis.

« Tu sais, ton mouton, moi je le trouve vraiment chouette. Il est mignon et puis je suis sûr qu’il est tout à fait capable de te protéger. C’est un Patronus après tout ! En plus les moutons, ils sont grégaires tu vois. Alors oui c’est vrai qu’ils ont peur mais à raison ! Ils ont pleins de prédateurs ! Leur nombre fait leur force, ça ne veut pas dire qu’ils ne sont pas courageux pour autant. Ils sont juste … génétiquement programmés pour être ce qu’ils sont. »

C'est-à-dire des proies, c’est comme ça, il en faut.

« En plus c’est normal d’avoir peur, ça serait totalement stupide de ne pas avoir peur et ceux qui prétendent ne pas avoir peur sont des menteurs. Tu sais ce qu’on dit, y a pas de courage sans peur, ben voilà, les moutons sont très courageux et je suis sure que toi aussi tu l’es ou en tout cas que tu peux l’être. Regarde le mien. »

Je ne réfléchis pas plus d’une seconde et sors ma baguette de ma poche en manquant de faire tomber mes livres une nouvelle fois au passage évidemment. Je les rattrape in extremis et me concentre sur un souvenir joyeux, un souvenir de famille, avec Papa, Maman et Daniel. Ça prend quelques secondes mais ça fonctionne au bout du deuxième essai, mon Patronus fini par se frayer son chemin dans les airs lui aussi.

« Impressionnant hein ? »

J’éclate de rire sans jamais lâcher le petit rongeur du regard alors qu’il tourne autour de nous deux en bondissant rapidement. Il va même jusqu’à se cacher dans la laine du mouton, ce qui naturellement me fait éclater de rire encore un peu plus.

« C’est une gerbille, je l’aime bien. Oh c’est sur ça n’est pas un tigre effrayant ou un autre truc du genre mais je m’en fiche, elle me correspond parfaitement. J’ai pas envie d’effrayer les gens, je trouve ça … dommage d’effrayer les gens. »

C’est vrai quoi ! A quoi ça sert ? C’est un peu nul je trouve.

« Tu sais Lukas, je comprends que je puisse être très agaçante à cause de mon côté tête en l’air, de ma maladresse et tout ça mais … J’ai pas envie de devenir une guerrière, c’est pas moi. »

La bouche tordue dans un rictus de côté, la tête légèrement penchée, dansant d’un pied sur l’autre et tenant de nouveau fermement mes livres à deux mains je regarde le sol quelques secondes avant de relever les yeux vers lui.

« J’ai peut-être pas d’instinct de survie, j’en sais trop rien, et je sais que je suis probablement complètement à côté de mes pompes mais … Je préfère rester comme ça. Je les vois les visages marqués, cassés, mais j’ai pas envie que tout ça me fasse changer. J’ai … Je voudrais juste garder ce que certains appellent sans doute de l’innocence, de l’insouciance, de l’inconscience, je sais pas trop … C’est pas un manque de respect envers toutes ces personnes, loin de là, mais je pense qu’on n’est simplement pas tous fait pareil et tant que j’ai la chance d’être préservée de tout ça … Je continuerai à fermer les yeux sur certaines choses même si tout ça c’est inconscient de toute façon. »

Peut-être qu’il va me prendre pour une monstrueuse égoïste, mais je suis comme ça et non je ne tiens pas à changer.

« Mais je suis vraiment désolée pour ton amie. »

C’est malheureusement tout ce que je peux dire ou faire, pour elle comme pour lui. Après un sourire tranquille, quelques mots échangés sur le chemin jusqu'à la prochaine matière, la journée reprend son cour.

▬ Fini pour moi ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I think I did it again ▬ Lukas   

Revenir en haut Aller en bas
 
I think I did it again ▬ Lukas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lukas Wilde
» i — recensement des habitants de panem
» Le départ de Selim, Yusei et Lukas.
» Priape Lukas Zacharias ► Taylor Kitsch (TERMINEE)
» Poker menteur [Lukas/Carter]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Deuxième Etage.-
Sauter vers: