AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Mar 29 Sep 2015 - 17:51

Lundi 16 Février 2015 – Fin de matinée
So fuckin' blow those words out the back of your head



Connor, Caem & Enzo

L'odeur de la peur, omniprésente, aussi violente qu'un battement de cœur lancé à pleine vitesse. Celle du sang, encore ancré dans mon odorat et qui n'en ressort pas malgré les heures qui passent, passent, et passent encore. Depuis hier le château me paraît tourner au ralentis, le temps s'est mis sur pause, comme a peu près tout le monde ici. État de choc. L'équivalent d'une grosse vague qui t'aurait envoyé droit sur le récif, percuté de plein fouet. Sonné, assommé, léthargique. Et pourtant au milieu de tout ce silence, cette immobilité, gronde une rumeur : Celle d'un milliard d'émotions qui tôt ou tard finiront par exploser.
J'ai les sens aux aguets, tous ou presque. Ouïe, odorat, vue, celui du toucher un peu aussi. A fleur de peau, j'appréhende le moindre geste, le moindre mouvement, le moindre contact. C'est sans doute pour ça que j'erre seul dans les couloirs, je ne supportais plus d'être entouré. Juste quelques minutes, le temps de souffler un peu et de réfléchir, d'assimiler … Ou au contraire de ne surtout pas le faire.

Comment ne pas penser à tout ça ? Comment l'occulter ? En vérité il serait un total manque de respect envers certains de ne pas y penser. Derek et Cameron viennent en tête de liste. L'un a perdu sa meilleure amie – quand bien même leur relation semblait compliquée. Quelle relation ne l'est pas à un moment ou un autre ? Surtout avec mon frère, surtout ces derniers temps – et l'autre, sa petite amie. J'ai beau porter en moi un semblant de culpabilité ça n'est pas là-dessus que je me concentre, ça n'est pas sur mes propres ressentis. J'aurai aimé que ça se passe autrement, j'aurai aimé … je sais pas … réagir autrement, plus rapidement peut-être, mais rien de ce que je pourrais dire, faire ou penser ne changera la situation. Elle est morte et elle ne reviendra pas. Bien sur tout ça ravive certaines émotions mais d'un point de vue totalement présent et même si je n'étais pas proche d'elle comme on pourrait décrire la proximité, l'amitié, sa mort me touche énormément. Malgré tout ça, malgré toutes les pensées qui me traversent l'esprit assez fugacement, mon esprit reste relativement concentré sur … ceux qui restent. Je n'ai revu ni l'un ni l'autre depuis hier soir, je ne suis pas retourné à l'infirmerie et je n'ai pas non plus essayé de trouver Derek. Je le connais suffisamment pour savoir qu'il a besoin de temps seul pour encaisser la nouvelle mais ça n'est pas parce que la guerre a été déclarée à nouveau entre nous deux il y a deux jours que je n'essaierai pas de tâter le terrain plus tard. J'ai peur, la vérité c'est que j'ai peur, très peur. J'ai peur qu'il ne parte encore plus en vrille que ça n'était déjà le cas. Non je ne suis peut-être pas – surement même – la personne la plus indiquée pour aller lui parler et essayer de le réconforter mais … c'est mon frère, je ne peux pas réagir comme ça alors oui, tôt ou tard, je débarquerai dans son espace vital ne serait-ce que pour prendre la température et tant pis pour les risques éventuels que je prendrais. Il ne me fait pas peur, disons que je n'ai pas peur de ce qu'il pourrait me faire mais plus de ce qu'il pourrait lui-même se faire directement ou non, ou bien aux autres.

Dans tout ça il y a le côté purement pragmatique et pratique … Ils sont entrés dans le château et c'est un miracle si je ne suis pas sur la défensive comme je l'aurai surement été il y a encore quelques temps. Ils sont entrés une fois, ils peuvent techniquement revenir quand ils le veulent et cette liste qui a circulé ne m'a pas échappé. Je ne l'ai pas eu entre les mains, je sais pourtant quels noms étaient inscrits dessus et pourquoi. S'ils ont tué Megan c'est pour atteindre Derek. S'ils ont agressé Ever c'est pour Killian, etc … Les victimes n'étaient que des dommages collatéraux, des punitions, et j'ai du mal à ravaler ma salive en repensant au fait que Kyle était lui-même inscrit dessus. Il a été agressé, l'auteur de cette agression a raté son coup mais je sais … Je l'ai senti … S'il n'était pas mort de lui-même je l'aurai tué sans une once de regret, sans un mouvement de recul. On doit tous faire des choix, j'aurai fait le mien sans hésitation. Un de plus, un de moins … Leur vie n’a pour moi aucune espèce d’importance s’ils représentent une menace pour un des miens. Les conséquences que ces actes peuvent avoir sur moi non plus, c’est comme ça.

Mains dans les poches, le pas lent, le regard tantôt rivé sur le sol, tantôt braqué droit devant moi, tantôt vers l’extérieur, pas de capuche relevée pour une fois, je déambule sans réel but jusqu’à me stopper et me figer plus par instinct qu’autre chose au début jusqu’à ce que mes sens captent ce qu’il se passe les uns après les autres. De la lumière, un peu de bruit, des protestations silencieuses ou non … Et la Prof de Potion entourée de lueurs et autres agitations.

« C'est une blague ... ? »

D’abord je ne réagis pas tellement, interloqué, choqué même parce que je vois sans réussir à vraiment l’imprimer dans ma tête. Ça ne dure que quelques secondes, elle a déjà disparu de mon champ de vision mais c’est suffisant pour réveiller chez moi des émotions jusqu’ici en sourdine, dont un semblant de colère. C’est indécent, inapproprié, alors qu’aujourd’hui l’école entière se remet à peine de ses blessures, alors que l’une des notre n’est plus là pour … vivre. Une seconde je me sens indignée, c’est suffisant pour faire demi-tour et m’éloigner de ce spectacle. C’est de ma faute, je devrais être en cours après tout mais sincèrement ça n’est pas ma priorité ce matin.
Je reprends la direction inverse sans trop savoir ce que je vais faire de moi ni même ce que j’ai envie de faire. Retrouver Kyle ? Il accuse le coup lui aussi et je sais qu’il est très inquiet pour Cameron alors je pense que je vais simplement me poser dans un coin et « profiter » de cet accalmi étonnant dont je fais preuve alors que je me serais attendu à littéralement exploser ou en tout cas réagir complètement différemment. Je ne sais pas si c’est une bonne ou une mauvaise nouvelle, tout ce que je sais c’est que mes yeux se posent sur une personne que j’aurai préféré ne jamais croiser : Connor Tveit. Le « cerveau » de la bande et quelque part au fond de moi je sens une légère pointe de déception en m’apercevant que son tas de muscles/abruti de cousin n’est pas avec lui. Je crois qu’à ce moment-là je perds toute rationalité et sans réellement m’en rendre compte je me vois me diriger vers lui. Sans accélérer le pas pour autant, sans me montrer menaçant non plus. Je crois. Je me contente de me planter devant lui tout en gardant les mains dans les poches, sans manquer de lui barrer clairement le passage alors que je le regarde de haut.

« C'était toi ? Cette liste elle vient de toi ? »

Le ton ne me semble pas agressif, il n’est probablement pas avenant pour autant, j’imagine. J’ai l’esprit étonnamment clair, j’arrive à réfléchir calmement, froidement, et même si la plus part des victimes/relations étaient connues de ces enfoirés certains étaient encore sous couvert – notamment les membres du groupe qui ne se sont révélés qu’après leur départ. C’est que quelqu’un leur a transmis des informations et ce de l'intérieur. Je ne fais que poser une question, c’est tout. Et s'il me répond par l'affirmative, qu'est ce que je fais ? Seul l'avenir proche nous le dira je crois.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1503
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Sam 10 Oct 2015 - 14:50

Lundi 16 février en fin de matinée


La situation était vraiment étrange et depuis la veille, il n'arrêtait pas de se poser les mêmes questions. Comment est-ce qu'ils étaient entrés ? Pourquoi préférer toucher des « amis » des ennemis principaux plutôt que les ennemis eux-mêmes ? Ils avaient eu une chance inouïe en arrivant à pénétrer le château, une telle occasion ne se représenterait pas de si tôt... et eux, avaient tués de pauvres gamins inoffensifs pour la plupart avant de se tuer. C'était juste illogique, irrationnel et encore et toujours emprunt de trop de violence. Cette même violence qu'il détestait par-dessus. Ils avaient voulu toucher Edward, et Aaron avait failli mourir, s'il n'était pas passé par là aujourd'hui son cousin serait peut-être mort aujourd'hui et cette idée de perdre aussi stupidement un membre de sa famille le mettait particulièrement en colère. Connor avait besoin de logique, que des faits puissent être expliqués par A+B pour être « satisfait », pour pouvoir contourner, ou cerner le problème mais là il ne voyait pas de solution, il était juste totalement perplexe.

S'il n'était pas particulièrement populaire et même s'il 'y était pour rien dans cette attaque, il voyait bien qu'on lui jetait encore plus que d'habitude des regards mauvais. Il tentait de ne pas trop sen formaliser mais vu comme tout le monde était stressé, il en faudrait peu pour jeter de la poudre au feu et que la situation s'enflamme brusquement... et dans ce cas-là, il ne donnait pas vraiment cher de sa peau -voire même celle de Melvin-. Ils seraient certainement les premiers à pâtir de l'attaque si des élèves avaient soudainement la bonne idée de vouloir se venger ! Megan était morte, il ne la connaissait pas -et se fichait totalement d'elle-, mais jamais il n'avait souhaité sa mort ; elle avait l'air d'être quelqu'un de plutôt innocente tout comme Fletcher. Même s'il trouvait ce dernier totalement stupide et naïf, ce qui était certain c'est que le jaune n'aurait pas fait de mal à une mouche... Et il y avait eu tant d'autres blessés ! C'était d'ailleurs presque certain que Rivers allait le convoquer pour savoir ce qu'il savait, peut-être que tous les autres (ex) pro-supérieurs iraient là-bas aussi, malheureusement ce n'était pas avec lui que l'homme apprendrait quelque chose. Il était blanc comme neige ce coup-ci ! Il n'avait vraiment rien à se reprocher !

En attendant d'en avoir plus sur cela, l'attention était aujourd'hui un peu focalisée sur une des prof arrivée de Salem qui semblait en proie à un sortilège assez étrange. Ça aurait pu être une réelle diversion dans le château si l'ambiance n'avait pas été si lourde, si morose, certains devaient même voir toute cette agitation d'un très mauvais œil. Est-ce que c'était un coup des supérieurs pour la faire suspecter, pour que tous les regards se tournent vers elle ? Est-ce que c'était un sort jeté par un prof pour tenter de remonter de façon maladroite le moral aux élèves ? Si c'était ça, c'était plutôt raté, il en faudrait plus pour panser toutes les plaies ! Plongé dans ses pensées, il n'avait pas vu qu'Enzo se dirigeait vers lui, il aperçut son ombre bien que trop tard et le rouge ne semblait pas franchement enclin à vouloir le laisser passer … Il était là, faisant barrière, le regardant de haut. Connor soupira doucement, sentant déjà que ça allait dégénérer et il ne pouvait pas continuer sa route comme si de rien n'était... Il n'était pas non plus le genre de type à rebrousser chemin à la moindre difficulté même si son corps et sa conscience lui dictaient de ne pas rester-là.

C'était toi ? Cette liste elle vient de toi ?

Sérieusement ? Il le regarda à moitié étonné. Il se doutait que beaucoup croiraient que ça venait de lui... Il secoua doucement la tête par la négative.

Je ne crois pas que cela soit à toi de me poser la question. Je ne vois par pourquoi j'y répondrai. Il se tut quelques instants avant de continuer Mais je n'y suis pour rien... malheureusement, ou heureusement tout dépend du point de vue auquel on se place. Malheureusement, je ne suis pas en contact avec eux, et au cas où tu l'aurais oublié, je suis en huitième année, et je suppose que je dois être un des élèves les plus surveillés surtout depuis décembre. Par quel miracle veux-tu que j'arrive à les aider de l'intérieur ? Et est-ce que tu crois vraiment que j'aurais laissé mon cousin se faire poignarder ? C'est mal me connaître. Personne ne touche à ma famille, et tu devrais être bien placé pour le savoir vu le « sketch » Melvin-Derek.

Il secoua la tête doucement gardant toujours sa baguette près de sa main au cas-où...

Je vois que tu n'as pas appris à te servir de cette chose que l'on appelle cerveau. Est-ce que tu as une autre question, ou une autre accusation, ou bien est-ce que je peux y aller Ryans ? Tant que t'y es accuse-moi d'avoir tué quelqu'un histoire de bien me faire voir. répliqua t-il plus sarcastiquement qu'il ne l'aurait voulu.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Ven 16 Oct 2015 - 13:45

Il relève la tête et c’est un regard étonné que je croise : Je l’ai pris par surprise. Ça ne me transporte pas d’une joie incommensurable ni de satisfaction tout simplement parce que je m’en fous complètement. Je pose une simple question, tout ce qui m’intéresse c’est qu’il me réponde. Est-ce qu’il va le faire ? On va bien voir.

« Je ne crois pas que cela soit à toi de me poser la question. Je ne vois pas pourquoi j'y répondrai. »

Un soupir m’échappe et je baisse la tête en la secouant lentement d’un côté et de l’autre, lassé de ce petit air qui le caractérise parfaitement. D’un côté il a raison, il n’a pas de compte à me rendre mais je tente le coup, ça ne coûte rien. Quant au fait que ça soit à moi ou non de lui poser la question … Je ne pense pas qu’il y ait une réelle question de ce genre en jeu. Je n’ai pas plus de légitimité qu’un autre, le fait que mon petit ami ait été clairement visé et donc moi aussi par extension aurait pu peser dans la balance, de même que le fait d’avoir vu mon frère impliqué – sans parler de certains amis et on ne parlera pas de Megan mais je n’ai pas l’intention de rentrer dans ce jeu-là, d’aller sur ce terrain-là en tout cas. Je n’ai pas plus de compte à lui rendre que l’inverse.

« Mais je n'y suis pour rien... malheureusement, ou heureusement tout dépend du point de vue auquel on se place. Malheureusement, je ne suis pas en contact avec eux, et au cas où tu l'aurais oublié, je suis en huitième année, et je suppose que je dois être un des élèves les plus surveillés surtout depuis décembre. Par quel miracle veux-tu que j'arrive à les aider de l'intérieur ? Et est-ce que tu crois vraiment que j'aurais laissé mon cousin se faire poignarder ? C'est mal me connaître. Personne ne touche à ma famille, et tu devrais être bien placé pour le savoir vu le « sketch » Melvin-Derek. »
« Tu ne serais pas le premier que ça n’arrête pas, et ne compte pas sur moi pour prendre ce que tu dis comme argent comptant. »

Faire confiance à un type comme lui ? Vaste blague. Et cette réflexion sur la famille je n’ai pas pu la retenir, c’est sorti tout seul. Je ne le regrette pas parce que c’est simplement un fait. Oui j’ai vécu ce genre de situation, oui mon propre frère m’a laissé dans ma merde un paquet de fois mais j’aurai du me taire parce que ça ne regarde personne d’autre que nous deux. C’est sans doute un peu d’amertume que je ressens mais ça n’a rien à faire là, dans cette « conversation » et surtout Derek et moi ne sommes pas un cas isolé. Loin de là même.
Et puis concernant Aaron … Je connais bien le Rouge, c’est un pote, quasiment un ami, et je sais que lui et son cousin ne sont pas spécialement proches et surtout qu’ils ne partagent pas du tout le même point de vue mais ce sont leur histoire de famille, ça ne me regarde pas. Je ne vais pas me mettre à juger les relations familiales des autres alors que je ne supporterai pas quelqu’un fasse un commentaire sur ma relation avec mon frère. Il n’empêche que ça en rajoute une couche. Encore un blessé, à cause de ses ordures qui tentent d’appuyer là où ça fait mal pour réveiller la culpabilité et diviser pour mieux régner, créer le chaos. Affaiblir.

Pour le reste je sens bien que je commence à me tendre même si ma position ne change pas. A l’intérieur de mes poches mes poings se serrent, ma mâchoires se crispe, son « … malheureusement » me chauffe bien plus que je ne l’aurai souhaité. Il n’a jamais caché de quel côté il penchait, il a toujours assumé et en ça je pourrais presque le respecter mais étant donné les circonstances je ne peux pas en arriver là. Et puis pourquoi est-ce qu’il parle autant ? Pourquoi ?! Ca commence à devenir physique malheureusement, le simple fait de l’avoir face à moi, de voir son visage, d’entendre le son de sa voix … J’aurai du tracer ma route, je sais que j’ai déconné mais j’ai comme l’impression que c’est trop tard.

« Je vois que tu n'as pas appris à te servir de cette chose que l'on appelle cerveau. Est-ce que tu as une autre question, ou une autre accusation, ou bien est-ce que je peux y aller Ryans ? Tant que t'y es accuse-moi d'avoir tué quelqu'un histoire de bien me faire voir. »

Une attaque personnelle ? Elle me glisse dessus, ou presque. Je ne relève pas néanmoins mais bien sûr que je n’apprécie pas d’être ouvertement traité d’abruti. Monsieur est confiant, Monsieur se pense Supérieur, mais qu’il fasse ! Qu’il me prenne pour un crétin à la hauteur de son cher Melvin si ça l’enchante, je sais ce que je vaux et mon propre complexe de Supériorité sait parfaitement où se situer et où situer les autres.

« D’une ça n’était pas une accusation mais une simple question. Et ne te donne pas trop d’importance, au passage. De deux, tu aurais simplement pu me répondre par oui ou par non, mais non, il a fallu qu’encore une fois tu l’ouvres et que tu sortes un de tes discours qui n’intéressent personne. »

Sans m’en rendre compte je fais un pas en avant.

« Pourquoi tu ne peux pas t’empêcher de parler Connor ? Pourquoi est-ce que tu ne fermes simplement pas ta gueule ? Pourquoi est-ce que tu ne rentres pas chez Papa et Maman, hein ? Personne n’a envie de te voir ici, à l’exception éventuelle de ton abruti de cousin et je ne parle pas d’Aaron évidemment. Pourquoi tu fais pas comme Tonton, pourquoi tu te barres pas histoire qu’on ne soit plus obligé de voir ton visage plein de suffisance à longueur de semaine ? »

Je n’ai pas haussé le ton mais la façon dont je le regarde doit en dire long. J’ai sorti les mains de mes poches, mes bras restent le long de mon corps. Cette colère naissante est froide, pour le moment en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1503
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Sam 24 Oct 2015 - 18:09

Ryans. Forcément, il fallait qu'il tombe sur lui alors qu'il n'avait envie de parler à personne. Ryans qui semblait de fort mauvaise humeur et qui l'accusa plus ou moins de plein de choses. Ou plutôt juste de la liste, mais cela sous-entendait tellement de chose qu'il s'agaça immédiatement et vit rouge. Il est vrai, qu'il était le coupable idéal mais jamais il n'aurait laissé Aaron se faire blesser et ça Enzo aurait du le savoir pertinemment. Il ne put s'empêcher en premier de lui faire comprendre qu'il n'était pas obligé de répondre à cette question... mais, malgré tout, il lui expliqua qu'il n'y était pour rien en lui donnant des exemples qui lui semblaient judicieux. D'autant plus qu'il se demandait comment est-ce qu'il aurait pu aider les Supérieurs alors qu'il n'avait jamais bougé d'ici, ça semblait fou vu toutes les gardes qu'il y avait depuis décembre, vu toute cette sécurité renforcée. Il se doutait qu'en plus il était le genre de personne à être particulièrement surveillé.

Tu ne serais pas le premier que ça n’arrête pas, et ne compte pas sur moi pour prendre ce que tu dis comme argent comptant.
Tu crois vraiment qu'ils me feraient confiance alors que je n'ai jamais torturé quelqu'un ? Alors que j'ai dix-huit ans, que je suis surveillé, et que je connais pas plein de sorts importants pour la réussite d'une telle mission ! Réveille-toi Ryans sérieusement ! Il secoua un peu la tête avant de ronchonner encore un peu et il continua finalement rapidement sur sa lancée Je ne te demande pas de me croire, juste de réfléchir. D'être logique.

Il comprenait parfaitement qu'Enzo ne lui fasse pas confiance,, parce qu'à la place du rouge il ne se ferait même pas confiance non plus. Et pourtant, il n'y était pour rien. Pourtant il trouvait que tous les arguments qu'il avançait étaient juste logiques et coulaient de source. Il était trop jeune, bien que doué pour son âge, cela ne suffisait pas à prendre part à de telles missions selon lui. Et puis il était un intellectuel, pas un manuel, pas un violent et ça aussi ça pouvait poser soucis aux Supérieurs. Ils avaient besoin de quelqu'un de fiable dans tous les domaines, or, Tveit savait pertinemment qu'il n'était pas capable de tout. Et c'était sans compter Aaron. S'il avait pu tenir le salopard qui avait osé toucher à son cousin... S'il avait pu prévoir le coup il aurait juste tout fait pour protéger le rouge même s'ils ne se portaient pas dans leurs cœurs.

Il aurait du se taire. Il aurait du en rester-là. Ca aurait certainement était mieux pour tout le monde, mais il n'avait pas pu s'empêcher de continuer sur sa lancée, fatigué de devoir toujours répéter la même chose. Il lui fit alors remarquer que de se servir de sa cervelle serait une bonne chose pour une fois.. puis il embraya avec le fait qu'il voulait y aller, qu'ils n'avaient plus rien à se dire. Le tour du sujet était fait. Ils ne s'entendraient de toute manière jamais...

D’une ça n’était pas une accusation mais une simple question. Et ne te donne pas trop d’importance, au passage. De deux, tu aurais simplement pu me répondre par oui ou par non, mais non, il a fallu qu’encore une fois tu l’ouvres et que tu sortes un de tes discours qui n’intéressent personne

Bah oui bien sûr, il n'avait qu'à répondre oui ou non face à une accusation. Parce que même si Enzo disait que ce n'était qu'une question le Bleu n'y croyait pas l'ombre d'un instant. Il avait senti le besoin de se justifier, d'expliquer par A+B pourquoi st-ce qu'il ne pouvait pas être coupable et visiblement cela n'avait pas plu à l'autre garçon !

Pourquoi tu ne peux pas t’empêcher de parler Connor ? Pourquoi est-ce que tu ne fermes simplement pas ta gueule ? Pourquoi est-ce que tu ne rentres pas chez Papa et Maman, hein ? Personne n’a envie de te voir ici, à l’exception éventuelle de ton abruti de cousin et je ne parle pas d’Aaron évidemment. Pourquoi tu fais pas comme Tonton, pourquoi tu te barres pas histoire qu’on ne soit plus obligé de voir ton visage plein de suffisance à longueur de semaine ?

Comme seule réponse Connor eut d'abord un petit rire sarcastique. Ça allait mal tourner, c'était obligé. Ils se détestaient trop et ils étaient trop tendus l'un et l'autre pour qu'ils se quittent aussi facilement. Qui allait déclencher le point de non retour ? Pour l'instant le Bleu ne savait pas, mais il ne comptait pas rester muet face à tout ce que disait le plus jeune.

Je suis ici pour décrocher un diplôme. Je sais que pour toi les études ce n'est pas quelque chose de prioritaire, ce qui explique certainement tes redoublements, mais pour moi c'est quelque chose de primordial. Alors que ça te plaise ou non je resterai ici. J'en ai rien à foutre que personne veut me voir ici, je ne suis pas là pour jouer à la course de popularité. Tout me déteste ? Et alors, qu'est-ce que tu veux que ça me fasse ? Tu préférerais peut-être que je fasse comme certain ? Que je fasse le mec repenti alors que ce n'est pas du tout le cas. Ce n'est pas pour moi ce genre de jeu pathétique, désolé. Il se tut quelques instants le temps de reprendre sa respiration et finalement continua sur sa lancée Et je ne vois pas ce que mon oncle vient faire ici. Il est parti, c'est un choix. Son choix. Le mien est de rester, et si ça peut t'emmerder au passage, ça me conforte encore plus dans l'idée qu'il ne faut pas que je me barre.

Cette discussion allait mener à rien. Ils tournaient d’ores et déjà en rond. Les deux semblaient à fleur de peau et ce n'était pas bon pour eux. Le dérapage semblait proche. Trop proche.

Je n'y suis pour rien dans la mort de Megan, alors va passer ta frustration de Bâtard ailleurs.

En disant cela, il faisait référence surtout au côté lupin, comme un disait un chien bâtard... Il avait oublié à cet instant précis que cela pourrait avoir une autre signification et que de parler de la petite Jaune de la sorte n'était pas forcément quelque chose à faire ![/b][/color]

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Mer 28 Oct 2015 - 13:13

Et si ma logique était différente de la tienne, t’y as pensé à ça ? J’ai appris avec le temps à me méfier des apparences qui bien souvent sont trompeuses. 18 ans, et alors ? Surveillé, et alors ? Il ne serait pas le premier à réussir à passer entre les mailles du filet alors non, sa logique et la mienne divergent complètement qu’il le veuille ou non. Envoyer un courrier est à la portée de tout le monde, c’est simple comme bonjour, non ? Tout comme fournir des infos à n’importe qui ici qui ne serait pas bien intentionné. Alors toi aussi réfléchis un peu, ça rendra service à tout le monde.

« Je suis ici pour décrocher un diplôme. Je sais que pour toi les études ce n'est pas quelque chose de prioritaire, ce qui explique certainement tes redoublements, mais pour moi c'est quelque chose de primordial. »
« Ferme la Tveit, tu ne sais pas de quoi tu parles. Tu sais rien du tout. »

Ne prétends pas me connaitre, tu ne sais absolument pas qui je suis. Tu ne sais rien du tout ! Ou peut-être que si, dans le fond, c’est d’ailleurs peut être ça le problème. Il peut bien se targuer de n’avoir jamais torturé personne, il n’a rien fait pour l’en empêcher non plus. Alors oui, peut-être qu’il sait, peut-être qu’il sait que j’ai de bonnes raisons pour avoir redoublé. Mes redoublements ? Non, merci. Un seul ça me suffit comme ça alors ne m’invente pas plus idiot que je ne le suis tout simplement parce que tes notes sont meilleures que les miennes – et encore, qu’est-ce qu’il le prouve ça hein ? Lui et moi on a le même âge mais on n’est pas de la même année. Qu’est-ce que j’y peux si je suis né en janvier ? C’est en septième année que je devrais être, pas en huitième, et vraiment j’aimerai m’en foutre totalement de tout ce qu’il dit à ce propos parce que oui je sais qu’il y a bien plus grave mais ça me touche qu’il me rabaisse de cette façon. J’ai beau savoir ce que je vaux, je n’en suis pas moins « vulnérable » sur certains sujets pour autant et clairement j’ai envie, besoin même, de me justifier mais à quoi ça servirait ? Il s’en tape. A sa place je m’en taperai royalement moi aussi. Et je n’ai pas envie de lui donner plus de satisfaction qu’il n’en a déjà à l’heure actuelle.

« Alors que ça te plaise ou non je resterai ici. J'en ai rien à foutre que personne veut me voir ici, je ne suis pas là pour jouer à la course de popularité. Tout me déteste ? Et alors, qu'est-ce que tu veux que ça me fasse ? Tu préférerais peut-être que je fasse comme certain ? Que je fasse le mec repenti alors que ce n'est pas du tout le cas. Ce n'est pas pour moi ce genre de jeu pathétique, désolé. Et je ne vois pas ce que mon oncle vient faire ici. Il est parti, c'est un choix. Son choix. Le mien est de rester, et si ça peut t'emmerder au passage, ça me conforte encore plus dans l'idée qu'il ne faut pas que je me barre. »

Sa tension, la mienne … Ce rire plein de sarcasme … Je pense qu’on n’est désormais pas loin de l’explosion et si en temps normal l’un ou l’autre a toujours eu la bonne idée de se barrer avant que ça ne dégénère je ne suis pas certain que ça va se passer de cette façon aujourd’hui. Je porte encore légèrement les traces de ma rencontre avec Derek datant d’il y a quelques jours, aussi bien physiquement que mentalement. J’ai encore dans le creux du ventre cette sensation que je n’oublie jamais, celle que j’ai ressenti en tenant cet homme a bout de bras hier … Je voulais le voir mort … Il y a des parts de moi qui sont en sommeil la plus part du temps mais le contexte me rend trop à fleur de peau. Ça mêlé au reste, à mes propres angoisses, familiales surtout mais pas seulement, toutes ces choses que j’ai mises de côté dès l’instant où j’ai reposé le pied dans le château il y a de ça à peine trois semaines …

« Je n'y suis pour rien dans la mort de Megan, alors va passer ta frustration de Bâtard ailleurs. »

Mort. Megan. Frustration. Bâtard. Quatre mot et un cadenas qui pète là-haut dans ma tête … Impulsivité chronique, rage certaine, je n’ai pas réfléchit une seule seconde avant de réagir. Mes mains sont allées saisir son col, je l’ai soulevé à bout de bras de quelques centimètres et balancé de toutes mes forces sans me préoccuper des conséquences. Qu’il rencontre un mur, le sol, je n’en ai rien à foutre et le grondement sourd qui prenait naissance dans ma gorge depuis un moment je ne le retiens plus.

« Je t’avais dit de la fermer Connor … »

Regarde le bien le Bâtard, mi-Humain, mi-Animal … Regarde bien sa frustration. Oui je suis frustré, énormément même et c’est peu de le dire. Frustré de ne pas avoir réagi plus vite hier parce que ça aurait peut-être pu la sauver même si au fond de moi je suis convaincu que c’était probablement de toute façon déjà trop tard avant même qu’on ne la trouve. Frustré de savoir encore une fois le garçon que j’aime en danger à cause de moi. Frustré que mon frère doive encore subir la perte d’un être cher. Frustré de ne rien pouvoir faire pour lui parce qu’il me hait, parce qu’il ne veut pas me voir. Frustré pour tout un tas de raisons encore ! Je suis frustré de ne pas avoir pu tuer moi-même cet enfoiré hier, frustré de ne pas avoir eu la possibilité de le trainer jusqu’à Derek pour qu’il le finisse, maigre compensation. Frustré de savoir que Cameron aussi a perdu une personne qui comptait pour lui, et qu’il a failli y passer lui aussi. Frustré de savoir qu’encore une fois ils ont réussi à entrer, qu’ils ont ciblé et blessé trop de personnes, dont des personnes qui comptent pour moi, de près ou de loin. Frustré d’être là comme un con à me prendre la tête avec un abruti au lieu d’être auprès des miens pour leur apporter du réconfort !

« J’te déteste pas, je te méprise. Et tu sais ce que je préfèrerai vraiment ? Que t’aies été à sa place. »

A elle. A celle de tous les autres. Est-ce que je pense ce que je viens de dire ? Je n’en sais rien et je m’en tape. Les mots sont sortis, point barre. Et ce besoin de le faire souffrir ne s’arrête pas …

« Tu sais pourtant ce que ça fait de perdre quelqu’un, non ? Tu devrais avoir plus de respect pour elle et pour ses proches. »

Ne serait-ce que pour mon frère, qui est ton grand copain non ? Je ne te demande même pas d’en avoir pour moi, tu vois ? Et non, visiblement, je n’irai pas passer ma frustration ailleurs. Que tout ceci ait un sens ou non m’importe peu, je ne cherche pas à être rationnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1503
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Sam 7 Nov 2015 - 20:14

Ferme la Tveit, tu ne sais pas de quoi tu parles. Tu sais rien du tout.
Laisse moi passer si tu veux que je me taise, c'est toi qui m'empêche de passer et toi qui a ouvert la "conversation" si on peut appeler ça comme ça. Tu ne peux qu'en prendre qu'à toi-même si tu entends des choses qui te déplaises. Je ne sais sûrement pas tout, mais tu as toujours eu l'air d'être un branleur professionnel, alors il ne faut pas s'étonner de ne pas être bon dans ces cas-là.

Chacun sa merde après tout. Si Enzo passait moins de temps à s'amuser avec ses copains, à faire le pitre et sa victime, et qu'il passait plus de temps à bosser certainement que les choses marcheraient un peu mieux pour lui. Bref après tout cela ne le regardait pas, il n'en avait rien à faire de savoir si Ryans réussissait en cours ou pas, ce n'était pas son business ! Au moins cela avait un net avantage: les séparer un peu plus dans leur scolarité et ça c'était vraiment bien ! Il n'osait même pas imaginer si jamais il avait du finir dans la même classe que lui, il était quasi certain que ses claques devaient se perdre en cours de route pendant les cours. Tveit commençait à être sérieusement agacé par la conversation et cela se sentait dans ses paroles, oui il se fichait qu'on le déteste et non il n'était pas un putain de faux-cul, il ne ferait pas en sorte de se faire apprécier ou oublier pour avoir la paix. Il n'était pas comme ça, c'était bien trop simple, mais ça aussi Ryans ne semblait pas le comprendre, dommage pour lui parce qu'il ne changerait pas ! Plus on lui faisait comprendre qu'on avait envie qu'il se casse, plus Connor avait envie de rester, de montrer qu'il n'allait pas fuir malgré les difficultés. Il savait que ce n'était certainement pas quelque chose à faire mais il ne put s'empêcher de parler de Megan, lui rappelant qu'il n'avait rien à voir avec sa mort. RIEN. Alors il ne fallait pas lui mettre ça sur le dos, c'était trop simple. Monsieur Enzo était frustré alors il fallait qu'il accuse quelqu'un ? Bien !

Est-ce qu'il savait que ça allait mal finir et qu'il risquait de se prendre des coups avec ces dernières paroles ? Oui. Mais il s'en fichait. Enzo n'allait pas faire régner la terreur sur ses ennemis parce qu'il était frustré et énervé, Tveit ne voulait pas entrer dans ce jeu-là... Cela montrait juste à quel point le rouge était juste pathétique et qu'il ne savait pas se contrôler. Il était risible, rien de plus. Avant qu'il ait le temps de dire "ouf", ils 'était retrouvé saisi par le col, les pieds ne touchant plus le sol avant qu'il percute fermement un mur. A terre, il jeta un regard noir à l'autre garçon avant de se relever, doucement vérifiant ainsi qu'il tenait debout malgré le choc qu'il venait de recevoir.

Je t’avais dit de la fermer Connor …
Je ne suis pas à tes ordres, je ne vois pas pourquoi je t'obéirais Enzo. Je ne vais pas me taire pour te faire plaisir ou pour éviter un coup... juste parce que tu n'es pas capable de te contrôler. C'est tout ce que je vois moi.

C'était un jeu dangereux qui se jouait là, Tveit en avait conscience, mais tant pis. Il était énervé aussi par la situation... et il ne comptait pas laisser passer ça et juste se taire comme un bon petit chiot !

J’te déteste pas, je te méprise. Et tu sais ce que je préfèrerai vraiment ? Que t’aies été à sa place.
Génial, je suis ravi de l'apprendre... Ce n'était pas du tout attendu comme réaction. Il haussa les épaules avant de rajouter Peut-être que la prochaine je serai un dommage collatéral qui sait ? Ou alors peut-être que ça sera toi... ou quelqu'un. On en sait rien. Chacun de nous peut perdre quelqu'un qui est cher, c'est comme ça.
Tu sais pourtant ce que ça fait de perdre quelqu’un, non ? Tu devrais avoir plus de respect pour elle et pour ses proches.

Il tiqua quelques instants lorsqu'il parla de façon plus ou sous entendu d'Elinor mais rapidement il retrouva son masque presque impassible. Il laissa passer quelques instants avant de continuer

Est-ce que tu m'as entendu insulter Megan, ou sa mort ? Je n'ai rien dit de tel Enzo. C'est toi qui interprète mal ce que je dis, ou qui veut entendre quelque chose de précis pour me mépriser ou me frapper, pour avoir une raison d'évacuer ta frustration. Il se tut quelques instants avant de continuer Oui sa mort est regrettable, réellement, mais je n'y suis pour rien. Je ne l'ai jamais souhaité mais je n'y peux rien ! Je n'ai JAMAIS prôné la mort ou la torture d'élèves ici et je suppose que tu le sais très bien, moi tout ce que je suggère c'est de renvoyer les moldus et nés-moldus chez eux, point barre. Pas besoin de violence... Et laisse Elinor là où elle est, contrairement à toi je ne m'en suis jamais pris à quelqu'un d'innocent dans sa mort. Est-ce que je t'ai agressé ? Est-ce que j'ai touché à un seul cheveu de ton petit ami ou d'un autre moldu alors que j'en aurais eu l'occasion, non ? Alors tes réflexions, j'en ai rien à foutre je n'ai rien à me reprocher.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1782
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Mar 10 Nov 2015 - 11:25


Du temps… Il allait en falloir pour se reconstruire, pour tout remettre en place. L’ensemble du Château avait été secoué, traumatisé, et tous ses élèves qui en avaient déjà trop vu avaient été une fois de plus attaqués par la vie. Caem lui avait été à l’abri lors de cette attaque. Silencieux, à l’écart, ayant montré peu de signe de révoltes, personne n’avait eu l’idée de s’en prendre à lui ou à ses proches. Mais peu importait. Il n’avait pas besoin de voir ses amis mourir pour être touchés. S’il n’était pas proche de Megan il la connaissait, parce qu’elle était de sa maison, parce qu’il l’avait croisé à plusieurs reprises. Et en apprenant qu’il était parti il avait compris. Compris qu’il avait beau vouloir une petite vie parfaitement normale, il n’y aurait jamais droit tant qu’ils ne seraient pas éliminés pour de bon. Parce qu’ils reviendraient pour les assouvir, les torturer. Parce qu’il ne pourrait pas supporter de voir encore une fois Killian dans un tel état. C’était horrible à dire mais cet événement leur avait permis de se retrouver, de passer une nouvelle étape. Ce ne serait sans doute pas simple et le russe n’avait pas envie de se demander de quoi l’avenir était fait. Il n’était pas encore prêt à faire des plans, à se projeter. Mais ils s’étaient retrouvés par la souffrance. Une souffrance qui avait envahie l’ensemble de l’école. Les regards abattus, les larmes, les gens qui se cachent pour ne pas montrer leurs visages marqués. Tout ça, Caem avait compris qu’il y serait confronté encore un moment et ça lui arrachait le coeur. D’autant plus lorsqu’il avait croisé Emily. Il appréciait cette jeune fille même s’ils ne se croisaient pas s’ils n’avaient jamais de longues discussions sur l’existence. Il avait vu ses traits tirés, son air épuisé… Un sourire simplement. Il était venu vers elle et lui avait souri. Elle avait fait de son mieux puis s’était détournée, lui faisant comprendre qu’elle n’était pas prête, qu’elle n’avait pas envie de discuter. Alors il l’avait laissé, respectant son silence. Mais il n’en restait pas moins que ça l’avait transpercé. Cette école était marquée, fatiguée…. Heureusement, il y avait Elijah. Cette fille était infatiguablement joviale et ça faisait un bien fou à Caem. Il avait été distant avec elle, comme avec tout le monde ces derniers temps mais le simple fait de la voir sourire, sautiller dans les couloirs lui rappelait ce en quoi il avait toujours cru. Cette envie d’avoir le sourire. Parce qu’il se sentait enfin près à passer à autre chose que son horrible introspection. Restait à renouer avec Zora mais ça, il craignait de se prendre une sacrée raclée…

Cette matinée avait donc été horriblement pesante. Caem avait pris le temps d’aller se promener dans le parc. Pour respirer, pour être un peu seul aussi et réfléchir. Il était temps pour lui de faire le point. Sa phase d’isolement était terminée. Mais alors que lui-même sortait de l’obscurité, il avait l’impression que c’était l’école qui venait d’y être plongée. Il était en train de comprendre, peu à peu, qu’il ne pourrait pas en rester là. Il allait devoir agir maintenant. Il ne pouvait plus être le gentil garçon qui regarde et qui ne fait rien. Il ne serait jamais un grand résistant il le savait, mais il était sans doute temps pour lui de se bouger un peu, d’arrêter de vivre replié sur son passé, sur son monde idéalisé. Oui, alors que l’air frais lui fouettait doucement le visage, le russe était en train de comprendre que sa vie allait indéniablement prendre un tournant après tout ça. Il faudrait qu’il en fasse part aux deux imbécile de Mateo et Enzo. Enfin quand ils auront envie de se détendre un peu. Eux aussi devaient avoir besoin de prendre du temps face à tout ça… Soupir.. Les jours à venir allaient être sombre.

Caem était finalement de retour dans l’enceinte du Château. L’ambiance était toujours aussi sombre… Il eut alors envie de trouver un piano et de jouer. Comme ça, pour renouer avec une bonne vieille passion. Le russe se mit donc en quête de la salle sur demande. Le jeune homme gravit donc les marches d’un pas assuré mais à peine fut-il arrivé au troisième étage qu’un bruit sourd retint son attention. Fronçant les sourcils, le Poufsouffle s’approcha de la source du bruit et des éclats de voix familiers attirèrent son attention. Enzo. Caem accéléra alors le pas. Quand il parvint enfin à la source du bruit il vit Connor, en plein long discours sur ses pensées, sur ce qu’il avait fait ou non. Mais ça il s’en foutait passablement. Non ce qui attira immédiatement son attention c’était le regard d’Enzo. Il allait l’étriper. Le russe, vint alors sans plus attendre se placer entre les deux jeunes hommes.

“Va t’en Connor. Sérieusement fous le camp d’ici sauf si tu tiens vraiment à perdre l’usage de tes bras et de tes jambes.”

Le ton de Caem était calme, contrastant avec l’âpreté de ses propos. Il n’avait aucune affinité avec Connor et ne partageait pas du tout ses opinions mais n’avait jamais été confronté à lui non plus. Il n’avait nullement l’intention de l’agresser ou d’être désagréable avec lui. Il voulait juste éviter qu’Enzo fasse une connerie. En parlant de lui… Le jaune se tourna lentement vers son camarade, plantant son regard dans le sien.

“ Viens, on va faire un tour. Dans un endroit plus calme.”

Si Caem parlait toujours sur un ton doux, il y avait tout de même quelque chose d’autoritaire dans sa voix. Ce n’était pas qu’une simple proposition. Enzo avait sans doute envie de commettre un meurtre mais ce n’était vraiment pas le moment. Alors il allait le suivre et ils allaient parler tranquillement… Cette situation rappelait vaguement quelque chose au russe et l’ironie de la situation aurait presque pu le faire rire. Sauf que là, il se demandait vraiment ce qui allait suivre et n’avait vraiment pas envie que son ami perde les pédales.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Mar 10 Nov 2015 - 13:17

Comment est ce que ça peut autant partir en vrille à cause d'une « simple » question ? La réponse est pourtant simple et les raisons multiples : On ne peut pas s'encadrer, ce depuis le départ, s'ajoute à ça la tension, la frustration certaine – tu vois, j'admets que t'as raison connard – et tout ce qui a été mis de côté pendant un sacré bout de temps. A force de le voir se pavaner tête haute dans les couloirs, à force de l'entendre faire le malin et prêcher sa bonne parole, à force de le savoir mépriser mon petit ami – entre autres – et j'en passe … Visiblement j'ai perdu mon calme. Résultat des courses il se retrouve par terre, probablement secoué après avoir touché le mur et j'ai beau avoir pleinement conscience du risque que j'ai pris à savoir celui de le blesser, je m'en contrefous. Je ne pense pas aux conséquences, je ne pense … à rien, rien du tout. Et lui, il s'embarque à nouveau dans un monologue interminable.

« Est-ce que tu m'as entendu insulter Megan, ou sa mort ? Je n'ai rien dit de tel Enzo. C'est toi qui interprète mal ce que je dis, ou qui veut entendre quelque chose de précis pour me mépriser ou me frapper, pour avoir une raison d'évacuer ta frustration. Oui sa mort est regrettable, réellement, mais je n'y suis pour rien. Je ne l'ai jamais souhaité mais je n'y peux rien ! Je n'ai JAMAIS prôné la mort ou la torture d'élèves ici et je suppose que tu le sais très bien, moi tout ce que je suggère c'est de renvoyer les moldus et nés-moldus chez eux, point barre. Pas besoin de violence... Et laisse Elinor là où elle est, contrairement à toi je ne m'en suis jamais pris à quelqu'un d'innocent dans sa mort. Est-ce que je t'ai agressé ? Est-ce que j'ai touché à un seul cheveu de ton petit ami ou d'un autre moldu alors que j'en aurais eu l'occasion, non ? Alors tes réflexions, j'en ai rien à foutre je n'ai rien à me reprocher. »

Plus il parle et plus je deviens dingue, dansant d'un pied sur l'autre, les mains coincées, évitant de le regarder. Pour un peu j'en arriverai à me les plaquer contre les oreilles pour ne plus l'entendre. Dans les faits, non, il n'a insulté ni Megan ni sa mort mais pour moi ça en revient au même. Ce prénom ne devrait même pas sortir de sa bouche, le problème c'est que je ne peux pas m'empêcher malgré moi de faire le parallèle avec mon frère. Il a été comme Connor et s'il a retourné sa veste c'est en priorité parce qu'il n'a pas aimé que ces enfoirés l'utilisent. Je sais qu'il a changé, mais je sais aussi que dans le fonds sa façon de penser a simplement évoluée parce qu'il s'est retrouvé confronté à certaines évidences, des évidences personnelles : amicales et familiales. Sa meilleure amie et son frère tous les deux avec un Non-Magicien, Lycanthropie, relation homosexuelle … Je lui suis reconnaissant d'avoir fait autant d'effort à ce niveau là malgré ce que j'ai pu lui balancer l'autre jour et n'allez pas croire que je ne suis plus en colère contre lui, mais je ne suis pas aveugle ou stupide pour autant. Je ne cherche pas à être crédible dans cette altercation avec le Bleu, il défend sa façon de voir les choses et moi la mienne mais malheureusement j'en arrive à perdre le contrôle, plus ou moins, et voilà le résultat. Cette situation est totalement stupide, personne n'a besoin de ça, sauf que j'ai du mal à reculer d'un pas et à me barrer maintenant que les vannes se sont ouvertes des deux côtés. On ne sera jamais d'accord, ça ne serre à rien de discuter et on le sait très bien tous les deux tout comme je sais, même si ça me file des crampes à l'estomac de l'admettre, qu'il y une part de rationalité dans certaines choses qu'il dit. Je ne suis pas un Saint, je ne suis pas tout blanc.

« Traiter les gens de bâtard c'est pas de l'agression pour toi ? »

Et c'est lui donner de la matière que de réagir comme ça mais j'ai tellement, tellement envie de le faire taire, de passer ma frustration comme il le dit si bien. J'ai beau savoir que c'est puéril et sans aucun bon sens, mon poing meurt d'envie d'aller rencontrer sa mâchoire …

Est ce que c'est ce qu'il se serait passé si Caem n'avait pas débarqué et ne s'était pas interposé entre nous deux ? Allez savoir ...

« Va t’en Connor. Sérieusement fous le camp d’ici sauf si tu tiens vraiment à perdre l’usage de tes bras et de tes jambes. »

En d'autres circonstances je crois que j'aurai pu en rire même si quelque part … Dans les faits, en partie parce que je ne suis pas totalement humain, je ne devrais pas prendre tout ça à la légère sachant que ça pourrait réellement arriver.

« Viens, on va faire un tour. Dans un endroit plus calme. »

Regard insistant, ordre, pendant une fraction de seconde je me sens glisser du mauvais côté parce que Loup comme Enzo n'aiment pas ce genre d'affront. Néanmoins c'est Caem et qui plus est il a raison. Il faut croire que j'ai encore suffisamment d'emprise sur moi même pour rester « calme » et rationnel alors je le toise, en aucun cas ne baisse les yeux parce que mon instinct me l'interdit et attend qu'il détourne le regard en même temps que moi pour braquer le mien vers Connor une dernière fois.

« Sérieusement, apprends à fermer ta gueule Tveit. »

Des menaces ? Non, je n'en suis plus là depuis un moment. Ce type n'en vaut pas la peine et ce matin, j'ai merdé, j'en ai parfaitement conscience. Je ne lui tourne pas le dos, ni à lui ni à Caem, mais recule de quelques pas pour m'éloigner. Ça n'est pas par peur, c'est encore une fois l'instinct qui veut ça.

Il ne faut que quelques secondes pour que l'autre ne soit plus qu'un souvenir visuel et si je tremble un peu j'essaie de me contenir quand je me pose contre un rebord de fenêtre avant de lâcher un profond soupir tout en secouant la tête de dépit.

« Désolé, c'était complètement con de rentrer dans son jeu comme ça. »

Et je ne suis vraiment pas fier de moi, c'est une certitude. Le château n'a clairement pas besoin de ça aujourd'hui, j'en ai pleinement conscience.

« Même si je me serais fait un plaisir de le priver de l'usage de ses membres. Quoi que l'option passage par la fenêtre me tentait aussi. »

Tourner ça à la dérision ? Pourquoi pas. J'en sais trop rien.

« Merci. »

Je relève finalement la tête vers le Jaune et esquisse un semblant de sourire.

« Je trouvais que tu m'étais un peu trop redevable. »

Situation inversée, hein ? En surface oui.

« Comment vont les frangines Calgarry ? »

Je l'ai aperçu hier à l'infirmerie, il était avec Killian, ils transportaient Ever mais dans la précipitation, avec tout ce qu'il s'est passé, je n'ai pas vraiment pris le temps de me pencher plus que ça sur la question. A tort ou à raison, j'ai surtout fait comme je pouvais. Comme tout le monde.

« Et toi, ça va ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1782
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Mer 11 Nov 2015 - 12:19

Le regard d’Enzo n’avait rien de rassurant. Alors qu’il s’y plongeait Caem avait bien remarqué que quelques minutes de plus auraient pu le faire basculer. Cet éclat dans ses pupilles n’avait rien de rassurant mais il était hors de question que le russe le lâche du regard. Jusqu’à qu’il y lise quelque chose de rassurant. Jusqu’à ce qu’il comprenne qu’il allait suivre son conseil et foutre la paix à Connor. Non pas que le jaune pensait que son ami était responsable ou quoi que ce soit du genre. Mais ça ne servait rien d’insister avec ce genre de personnes. Leurs regards finirent par se séparer pour se poser sur le bleu. Une dernière petite pique de la part d’Enzo. Caem fixa alors avec insistance Connor lui faisant comprendre qu’il valait mieux qu’il ne réponde rien. Lui était totalement étranger à la situation, ne cherchait pas à prendre position. Juste à désamorcer la situation à éviter que tout explose là maintenant dans ce couloir, ils n’avaient vraiment pas besoin de ça… Le jaune finit par suivre Enzo qui avait finalement bien décidé de suivre son conseil. Le russe laissa alors échapper un soupir de soulagement et le suivit jusqu’à ce que ce dernier s’arrête à un rebord de fenêtre. Caem s’appuya alors contre le mur à côté de lui et esquissa un vague sourire alors qu’il s’excusait de s’être emporté. Pouvait-il vraiment le blâmer pour ça ? Ils étaient tous à cran avec ce qui venait de se passer alors oui il comprenait. Mais il n’en restait pas moins plutôt satisfait qu’il n’y ait pas eu de massacre. Même si, aussi honteux que cela pouvait être, Caem ne pu s’empêcher de rire lorsque son camarade fit une blague sur le fait d’effectivement étriper Connor.

« Ah ouais j’avais pas pensé à ça, ça aurait pu faire un truc super artistique. »

Petit sourire amusé qui devait plus sincère alors qu’Enzo le remerciait. Il n’avait pas à le faire, il l’avait fait tout naturellement. Parce que depuis ce fameux jour où il avait perdu les pédales ils étaient bien plus que des camarades de beuverie. Caem ne le laisserait pas tomber si facilement et ne le laisserait pas non plus faire le con. Il était hors de question qu’il le laisse déraper pour qu’ensuite tout lui retombe dessus et qu’il se retrouve dans une situation passablement pourri. Non. Du calme, voilà tout ce dont ils avaient tous besoin pour quelques jours au moins. Après ils pourraient exprimer leur colère, se révolter peut être. Mais avant ça ils devaient tous respirer, retrouver un peu de sérénité sinon ils allaient devenir complètement fous…. Enfin, ils pouvaient aussi rire un peu et le jaune le montrait fort bien alors que le rouge venait de faire une petite allusion au fait qu’ils avaient déjà connu cette situation mais dans un autre sens.

« Tu étais surtout jaloux qu’un mec comme moi t’ait volé ton rôle de bad boy. »

Petit clin d’œil. Il déconnait bien sûr. Caem n’avait vraiment rien d’un mauvais garçon et Enzo non plus d’ailleurs. Le seul vrai bad boy c’était Mateo. Hum… En fait non, ça lui ferait trop plaisir qu’on lui dise ça.
Changement de sujet. Enzo aborda finalement quelque chose de plus sérieux en lui demandant comment allaient Killian et sa sœur. Vaste sujet. Alors qu’il renchérissait en lui demandant comme il se portait, Caem avait légèrement baissé la tête, fixant le sol pendant quelques secondes, un étrange sourire aux lèvres. Ces derniers jours avaient été intense, c’était le moins qu’il pouvait dire. Tout s’était enchaîné sans qu’il ne puisse prendre le temps de mettre tout ça à plat, de réfléchir. Il se retrouvait face aux faits et quand il y pensait… Oui c’était assez étrange. Assez surprenant aussi. C’était comme si l’horreur de la situation leur avait permis de rebondir. Glauque un peu. Le russe releva finalement la tête vers son camarade et reprit la parole.

« Ever va s’en sortir. Et Killian a été bien secouée mais ça va aller… »

Caem se décolla alors doucement du mur et fit quelques pas. Comment expliquer ça ? Oui elle va bien aller parce qu’on s’est plus ou moins remis ensemble ? Ca paraissait vachement prétentieux dis comme ça. Il n’y avait pourtant aucune honte à avoir mais le jaune trouvait quelque chose d’étrange dans cette situation. Il ne savait pas trop quoi, il ne parvenait pas à expliquer ce qu’il ressentait. Tout était sans doute allait trop vite pour lui.

« Je crois qu’on s’est plus ou moins remis ensemble. Je t’avoue que ça m’a un peu pris de court mais je crois que du coup, je vais plutôt bien. »

Caem releva alors la tête vers Enzo et lui adressa un sourire. Voilà, ça y est, il comprenait maintenant. Il avait honte de se remettre sur pied alors qu’autour de lui tout le monde sombrait. Avec la mort de Megan, avec les attaques, tous étaient dans une phase difficile et lui… C’était comme s’il avait délibérément décidé d’être complètement à contre courant. Enfin, il n’allait pas non plus se fustiger et s’empêcher de se sentir bien mais il n’en restait pas moins que la situation demeurait assez étrange à ses yeux. Le jaune vint finalement s’asseoir à côté d’Enzo et poser un regard inquiet sur lui.

« Et toi ? »

Comment tu gères tout ça ? T’arrive à tenir le choc ? A vrai dire, Caem n’avait pas tout suivi, il ne savait pas vraiment qui avait été attaqué exactement, tout était allé trop vite. Il savait juste que Zora n’avait pas été ciblée… Mais Enzo avait sans doute vu ses proches se faire attaquer aussi. Comment gérait-il tout ça ? Cette colère sourde contre Connor n’était-elle pas destinée à quelqu’un d’autre ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Ven 13 Nov 2015 - 12:20

« Ever va s’en sortir. Et Killian a été bien secouée mais ça va aller… »

Je me surprends à serrer les poings, comme si je prenais seulement conscience de l'ampleur de la situation et sa gravité. Il y a parmi les blessés des personnes qui ne sont peut-être pas encore tirées d'affaires, non ? Néanmoins ça me rassure d'entendre qu'au moins ces deux là vont bien parce que chacune à leur manière elles font partie de mon décors, des personnes à qui je tiens. Killian pour le côté Humain, Ever pour le côté Loup, et savoir qu'elles ont été touchées parce qu'il s'est passé me file une crampe à l'estomac. Dans ce château on se connait tous, au moins de vue, mais surtout tous ceux qui ont été visés on un point commun, quelque chose qui les rapproche. Je ne suis pas certain de connaître la liste exhaustive des blessés, tout ce que je sais c'est qu'il y a déjà trop de noms qui sonnent familiers, que je suis encore peut-être loin du compte et surtout que ça aurait pu être pire. S'énerver ne changera rien, absolument rien, je crois que c'est quelque chose que j'ai réussi a imprimer sans forcer, à moins que ça ne soit l'état de choc qui se prolonge, allez savoir.

Mes yeux s'étaient perdus dans le vide pendant ce moment de pensées mais quand je reviens sur terre je me rends compte que Caem fait les cents pas là devant moi, il a l'air préoccupé, comme s'il cherchait ses mots et par automatisme je fronce les sourcils en l'observant. Un problème ? Il a répondu pour les filles, mais pour lui non. C'est bien de l'inquiétude qui commence à courir dans mon organisme alors que je me redresse et le fixe sans pour autant me relever. Son langage corporel n'indique pas de blessure, pas d'odeur de sang ni autre indice olfactif flagrant ...

« Je crois qu’on s’est plus ou moins remis ensemble. Je t’avoue que ça m’a un peu pris de court mais je crois que du coup, je vais plutôt bien. »

Mouvement de recul, sursaut de surprise, yeux écarquillés et … blocage. Ça ne dure que quelques secondes mais je l'admets, je ne m'attendais pas ça. C'est simplement le temps que l'information remonte jusqu'à mon cerveau et que je l'imprime, une fois que c'est fait je lui rends son sourire, un sourire plus que sincère. Je ne m'étais pas attendu à une telle bonne nouvelle, l'esprit axé de manière plutôt pessimiste depuis hier, mais ça …
J'allais me lever pour lui donner une accolade parce que sincèrement ça me fait réellement plaisir pour eux mais il m'a devancé en venant ce rassoir à côté de moi alors ma main est allée se poser sur son épaule pour y exercer une légère pression.

« J'suis content pour toi Caem, c'est une super nouvelle. »

Et je suis tout aussi content pour toi la Lionne, évidemment. Vous avez intérêt à faire les choses bien tous les deux maintenant parce que je compte bien être invité à votre mariage. Oui, rien que ça. Et ne culpabilise surtout pas pour ça, au contraire. Il en a bavé, elle en a bavé aussi par extension et ça me fait vraiment plaisir de savoir qu'ils se sont retrouvés. Qui plus est dans les moments difficiles comme ça c'est important de pouvoir s'appuyer sur quelqu'un, sur quelque chose qui change les idées et qui fait du bien, qui soulage. Connaissant Killian elle a du péter les plombs en sachant sa sœur touchée, je pense la connaître assez bien maintenant pour me dire qu'elle a du trouver un peu d'apaisement dans les bras de Caem et c'est vraiment une bonne chose.

« Et toi ? »

Un soupir m'échappe, mon sourire disparaît et mes épaules s'affaissent alors que mes coudes vont se poser sur mes cuisses. Mains croisées devant moi je fixe le sol sans vraiment le voir.

« A vrai dire je sais pas trop. Je crois que j'ai pas vraiment pris le temps de me poser la question jusqu'ici. Tout ça c'est ... surréaliste. Peut-être qu'on devrait être habitué maintenant, j'en sais trop rien, mais ça fait comme trop de trucs en même temps et pourtant je me suis rarement senti aussi calme. »


...

« Sauf quand je croise Tveit, certes, mais ça n'a rien à voir. C'est juste que ce type est une invitation à filer des claques et que lui offrir une ablation des cordes vocales serait un don pour l'humanité. »

J'écrase un rire et tourne légèrement la tête vers Caem avec un sourire en coin. Oui la situation est grave mais arrêter de prendre certaines choses à la dérision seraient leur donner raison, hors de question que ça arrive.
Comme souvent je ne tiens pas tellement en place, dans ma tête les souvenirs de la veille se bousculent et j'essaie de faire le tri comme je peux. Je me redresse et recule un peu histoire d'appuyer mon dos contre le support qui se trouve derrière moi. D'une main je me frotte le visage, elle disparaît dans mes cheveux puis vient se poser sur mon genou.

« J'me dis que si j'avais réagit plus rapidement Helland aurait peut être pu la sauver même si au fond de moi je crois que je savais déjà que c'était trop tard quand on l'a trouvé. »

Megan. Chaque fois que je pense à elle, que je fais face à l'évidence, c'est comme si je me prenais un coup de poing dans l'estomac. C'est sans doute pour ça que j'ai très peu pensé à elle ces dernières heures, inconsciemment. Je la revois étendue sur le sol, tout ce sang qui s'échappait de son corps et dont j'ai l'impression de pouvoir encore sentir l'odeur partout autour de moi, sur moi, son teint pâle …

« Il a foncé droit sur Kyle, c'est passé pas loin sincèrement et je l'avais à bout de bras, j'avais mes doigts autour de sa gorge. Je ... S'il s'était pas flingué tout seul je l'aurai tué, sans une seule seconde d'hésitation. »

Il a tué Megan, même si à ce moment là on y croyait encore il s'en est néanmoins pris à elle. Il a essayé d'en faire autant avec Kyle et peu m'importe si c'est parce que ce dernier à foncer droit au devant du danger pour rejoindre Megan. Je le sais au plus profond de moi, je l'ai senti, je l'aurai tué. L'admettre à voix haute est une chose, une chose dont je ne devrais sans doute pas me vanter et d'ailleurs ça n'est pas ce que je fais mais s'il y a bien une personne a qui je fais confiance, à qui je pourrais tout dire ou presque, c'est bien Caem. Il n'est pas le seul mais fait indéniablement partie des personnes dont je me sens le plus proche et surtout je ne ressens pas le besoin de l'épargner comme je pourrais le faire avec d'autres. Je n'ai pas peur de lui dire les choses telles qu'elles sont, telles que je les ressens ou les pense. En ça sa présence et son amitié me sont très précieuses, et en beaucoup d'autres choses moins graves évidemment. Aujourd'hui est un jour difficile, tout comme hier, tout comme ceux qui viendront, mais il y en aura des meilleurs, comme il y en a déjà eu pleins d'autres. J'y crois. J'ai appris à y croire et je veux m'y tenir.

« T'as entendu parler de la liste, cette liste avec les noms des personnes visées ? Kyle était dessus, comme Megan, Cameron et pleins d'autres évidemment mais … ça fait mal de se dire que les personnes qu'on aime deviennent des cibles « à cause » de nous. Même si pour certains c'était déjà un fait acté depuis un moment. »

Un rire amer pour la route. C'est juste un fait que j'expose, calmement, quand bien même ça me touche évidemment. En d'autres temps je n'aurai pas réagit avec autant de recul je le sais, mais on apprend de ses erreurs, des expériences, et plus jamais je ne m'éloignerai des personnes que j'aime pour ces raisons là, pas si ça n'est pas un choix de leur part. Parce que c'est ce qu'ils veulent et ils ont déjà eu trop de satisfaction de ce côté là.

« Et je sais pas du tout comment gérer les choses avec mon frangin. »

Nouveau soupir. Ces derniers jours n'ont été qu'un incroyable ascenseur émotionnel quand on y pense.

« On s'est méchamment sauté à la gorge vendredi soir, c'était vraiment moche, je crois que j'ai rarement autant perdu les pédales sur quelqu'un et je sais vraiment pas ce que ça aurait donné si on nous avait pas séparé mais ça me rend malade pour lui. Megan était sa meilleure amie. Ils étaient en froid, il est en froid avec a peu près la terre entière ceci dit, mais elle comptait énormément pour lui et là je sais très bien comment il va réagir : Il va péter les plombs. Je voudrais pouvoir l'aider mais il me laissera pas approcher j'le sais. »

Rien que son « N'approchez pas ou je vous tue » est un indice même si c'est clairement le genre de choses qui sortiraient de la bouche de n'importe qui, qui aurait pu sortir de la mienne en tout cas si j'avais été à sa place.

« Je crois que je vais lui laisser un peu de temps, un peu de répit, mais j'peux pas juste le laisser tout seul dans son coin ce connard et je ne crois pas qu'il puisse réellement compter sur quelqu'un d'autre. »

J'ai beau savoir qu'il ne peut s'en prendre qu'à lui même, je n'en oublie pour autant pas la conversation que j'ai eu avec Mateo l'autre soir et qui m'a permis d'ouvrir les yeux, de les rouvrir peut-être, sur certaines évidence. Oui Derek a des défauts, il peut être une horrible personne, mais même si beaucoup de gens le haïssent parce qu'ils ont des raisons de le faire personne ne sait réellement pourquoi il est comme il est. Personne n'essaie de creuser. Sa responsabilité est majoritaire dans ce fait mais … Peu importe, je ne le laisserai pas tomber. Il en a déjà trop bavé et la mort de Megan va être un violent coup de grâce pour lui, je le sais, je le sens.

« Désolé, j'ai quasiment pas ouvert les vannes depuis hier après-midi alors voilà le résultat, c'est toi qui prends. »

J'écrase un rire nerveux, essayant peut-être de « dédramatiser » la situation même si je ne cherche en aucun à minimiser tout ce qu'il s'est passé pour tout le monde bien sur. Je crois que c'est à ce moment là qu'une idée germe dans ma tête ou en tout cas prend racine même si elle a du m'effleurer la veille dans le feu de l'action. Je me redresse une nouvelle fois et tourne la tête vers Caem, concerné.

« Tu serais d'accord pour m'apprendre quelques sortilèges de soin ou m'aider à bosser ceux que je connais déjà ? »

Docteur Kaliayev.

« J'en connais quelques uns mais … Quand j'ai eu Megan sous les mains j'me suis senti tellement impuissant … J'veux plus que ça se reproduise, j'veux être capable d'être plus efficace, au moins pour gagner le temps dont on pourrait avoir besoin si jamais ça se reproduit. »

Ce que je n'espère pas évidemment mais je crois qu'il ne faut pas trop se faire d'illusion et puis quoi qu'il arrive ce genre de choses peuvent toujours servir, y compris dans un quotidien calme et serein.

« Même des trucs qui ne nécessitent pas de magie d'ailleurs, j'ai appris quelques bases à cause du surf quand j'étais en Australie parce que ma mère y tenait et elle avait raison mais c'était dans une autre vie, j'ai un peu perdu des réflexes que je n'ai de toute façon jamais eu à tester. »

J'ai rebossé certains trucs et en ait appris d'autres pendant les colles de Logan l'année dernière mais … J'en sais rien, je crois que ça me rassurerait de pousser tout ça un peu plus loin sans pour autant devenir un pro. J'aimerai juste avoir de réelles bonnes bases, comme on devrait sans doute tous en avoir en réalité.

« Ouais, en fait c'est juste une excuse pour te faire bouche-à-bouche mais n'en parle pas à Kyle et surtout pas à Killian non plus s'il te plait. Je tiens à ma vie et à mon intégrité physique. »

Oui j'ai plus peur d'elle que de mon petit ami, c'est grave hein ? Non, ça n'a rien de grave. Il n'empêche que dans les faits ...

« Blague à part, si t'as pas le temps ou juste pas envie, pas de souci, je comprendrais. Tu seras toujours mon copain. »

Et pour illustrer ça je passe mon bras autour de son épaule et le serre contre moi en forçant bien évidemment sinon c'est pas drôle. Est ce que je pousse le vice jusqu'à lui faire un bisou sur la joue ? Hum, on verra peut-être ça un autre jour. Si je lui donne tout maintenant il va tomber amoureux, faut laisser place au suspens un peu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1782
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Mar 17 Nov 2015 - 14:43

Pour Caem les choses étaient allé un peu vite. Il avait encore du mal à réaliser, du mal à accepter l’idée que tout avait rebasculé. Oui il pouvait le dire, il était de nouveau avec Killian, leurs routes étaient de nouveau conjointes et pourtant, il se sentait étrange vis à vis de tout ça. Parce que tout s’était enchaîné sans qu’il ne commande rien, sans qu’il ne choisisse le moment. Parce qu’à côté de ça, leur monde semblait avoir sombré dans quelque chose de violent et que peut être, sans s’en rendre compte, il se sentait coupable de ce bonheur. Pourtant, Enzo ne semblait pas du tout partager son avis. Si au début sa surprise n’échappa pas au russe, ce dernier remarqua bien vite son sourire, et cette main chaleureuse qui vint se poser sur son épaule. oui les paroles de son ami le touchaient. Parce qu’il l’avait vu au fond du gouffre, parce qu’il était là depuis le début. Et parce qu’il en avait bavé ces derniers temps alors si lui était sincèrement heureux d’apprendre cette nouvelle… Le jaune aurait aimé rester sur cette image. Ne voir que ce sourire sur les lèvres du rouge. Seulement, il se doutait que cela n’exprimait pas totalement ce qu’il avait au fond de lui. Alors il posa la question fatidique. En réalité, il ne se serait pas attendu à ce qu’Enzo ouvre son sac si vite. Cela ne lui déplaisait pas, bien au contraire. Il était content de voir qu’il avait confiance en lui, qu’il avait compris que leur relation d’amitié était à double sens et qu’il serait toujours là pour l’écouter, le soutenir ou lui mettre un coup de pied au derrière. Il fut donc surpris mais content qu’il accepte de lui dire ce qu’il avait sur le cœur. Dans ce genre de moment, on a tous besoin de parler et il n’es pas toujours évident de trouver la personne avec qui le faire. Caem serait la personne d’Enzo.

Les premiers mots d’Enzo arrachèrent un sourire crispé à Caem. Normal qu’il n’ait pas eu le temps de réfléchir… Tout était arrivé trop vite, les événements s’étaient enchaînés et c’était comme s’ils n’avaient jamais pu reprendre leur souffle. Le jaune avait pu profiter du fait qu’il ait été distant avec la résistance et autre pendant très longtemps mais ce ne devait pas être le cas de son camarade. Il ne devait pas avoir eu la même chance de pouvoir prendre du recul, de pouvoir être un peu tranquille… Non pour lui, ça avait dû être une course haletante. Et oui ce n’était pas la première fois. Mais on ne s’habitue jamais à ce genre de chose. On ne doit jamais s’habituer à ce genre de choses… Heureusement, malgré tout ce qui avait pu se produire, Enzo n’avait pas perdu son sens de l’humour. Caem l’accompagna donc dans son rire et lui rendit son sourire amusé.

“Le pacifiste en moi me dit que c’est mal… Mais j’avoue que je suis assez d’accord avec toi.”

Nouveau sourire. Oui Caem était l’incarnation du calme. il croyait en la paix, en le partage et en l’amour. Peut être allait-il changer et oui il reconnaissait que certaines personnes étaient mauvaises. Mais au fond de lui, il espérait rester ce pacifiste effronté, refusant de croire en la solution de violence.
Enzo à côté de lui semblait pour sa part en proie avec de longs débats intérieurs. Caem le regardait légèrement inquiet alors qu’il le voyait passer sa main sur son visage. Lorsqu’il reprit la parole, il ne fallut que peu de temps au jaune pour comprendre de qui il parlait. Megan, indéniablement. Celle qui était désormais le symbole de cette journée d’horreur. Celle qu’ils avaient emmenés, sans aucun répit. Alors Enzo était là? Le russe baissa lentement le regard, sentant son cœur se serrer. Il ne pouvait imaginer ce qu’il devait ressentir en cet instant mais une chose était clair dans son esprit : son camarade n’était pas responsable. Ce dernier enchaîna et cette fois, Caem releva le regard vers lui. Ils avaient attaqué Kyle aussi ? Quelle merde…

“Qui pourrait te blâmer pour ça …”

Ce n’était qu’un simple murmure. La non-violence… Oui il y croyait toujours. Mais il savait que quand on était impliqué on était incapable d’être objectif. On était incapable de se retenir. Caem serait sans doute intervenu pour empêcher Enzo de le tuer. Mais lui aurait sans doute été aussi pris d’une pulsion meurtrière si on s’en était pris à Killian. Alors oui il comprenait. Voilà pourquoi il ne posait pas un regard accusateur sur lui. Lorsqu’il évoqua la liste, Caem se perdit de nouveau dans la contemplation du sol. Il n’était pas dans ce cas. Il s’était tu et n’avait donc menacé personne. Mais en même temps, en se taisant, en refusant de voir, il avait encouragé ces gens à frapper plus fort. Alors il se doutait que ça devait être dur à gérer pour Enzo mais une chose était sûre, encore une fois, il n’était pas responsable. Caem aurait pu lui dire ça, de manière simple. Mais ce n’était pas le moment encore. Parce qu’il n’avait pas fini de vider son sac, parce qu’il devait l’écouter avant de chercher à le raisonner.
Derek arriva alors sur le tapis. Depuis leur première rencontre, Enzo lui avait fait comprendre que leur relation était compliqué. Caem n’était pas au courant de tout mais écouta attentivement. Alors comme ça ils s’étaient engueulés ? Putain mais il allait vraiment falloir qu’il arrête de faire l’ermite. Megan était sa meilleure amie…? Oui forcément… Le russe poussa un soupir.

“Tu as raison. Laisse le cracher sa haine un peu seul. Mais il aura besoin de toi, qu’il veuille l’admettre ou non.”

On a toujours besoin de quelqu’un dans ce genre de situation. Et quand c’est la famille c’est encore mieux… Caem était bien placé pour savoir qu’Enzo savait être un bon soutien, savait prendre soin de son entourage. C’était grâce à lui notamment qu’il avait encore la tête hors de l’eau. Alors oui il saurait aider Derek cela ne faisait aucun doute. Bon par contre, il était agaçant quand il voulait. Alors qu’il s’excusait de s’être déchargé sur lui, le jaune lui lança un regard de biais d’un air de dire “Are you kidding me?”. Il secoua aussi la tête pour lui faire comprendre qu’il ne prendrait même pas la peine de répondre à ça. Non vraiment pas. Heureusement pour lui, Enzo ne s’attarda pas sur ce terrain et passa à autre chose. Qui laissa Caem sur le cul d’ailleurs. Il ne s’attendait pas à ce qu’il lui demanda ça. D’ailleurs, le jeune homme le regarda pendant quelques instants, incrédule. Il se ressaisit cependant bien vite quand il évoqua son sentiment d’impuissance face à Megan. Hochement de tête… Caem allait répondre mais le rouge décida de glisser une petite blague. Fou rire. Il imaginait bien la tête de Killian si elle les voyait en train de faire du “bouche à bouche”... Braiphe. Le russe continuait de sourire alors qu’Enzo serrait son épaule de manière virile. On devrait prendre une photo tiens. Ils étaient la parfaite illustration de la franche amitié masculine. Hum. Plus sérieusement.

“Tu sais je suis pas non plus expert en la matière. J’ai surtout beaucoup étudié dans les bouquins... “

Et j’ai aidé lors de l’attaque du Château. J’ai été le prof de médicomagie, j’ai réussi à garder mon calme. Ok Caem, arrête de te dévaloriser. Tu peux lui apprendre la base.

“Mais quand tu veux. Ça me ferait plaisir de te montrer le peu que je sais!”

Ta modestie est agaçante Caem. Enfin bref. En tout cas, il était sincère quand il disait à Enzo qu’il serait content de l’aider sur ce terrain. S’il pouvait être utile… Et puis, c’était quelque chose qui le passionnait alors forcément, échanger sur le sujet lui faisait plutôt plaisir même si le sujet en soi n’était pas forcément joyeux.

“Si tu veux, je connais aussi un sort pour refermer les plaies superficielles, comme ça tu peux tabasser Connor et faire comme si de rien n’était.”

Sourire. Enfin, Caem. Ça te va pas le rôle du mauvais garçon, arrête. Enfin, c’était drôle quand même! Le russe jeta alors un regard vers l’extérieur. Le temps n’était pas vraiment des plus agréables en ce moment et les élèves avaient tendance à fuir le parc. Pourtant, le russe le trouvait attirant. En même temps pour lui le froid était loin d’être terrible. Du coup il était facile de trouver un peu de calme à l’extérieur quand il le souhaitait.

”Je viens d’avoir une idée… Tu pourrais m’apprendre à surfer en échange. Bon je serai peut être le pire élève de tous les temps…”

Ou pas. Après tout il n’en savait rien. Mais rien que de s’imaginer sur une planche le faisait déjà rire. Il n’avait pas trop la tête de l’emploi mais cela ne pouvait pas lui faire de mal d’avoir une petite activité physique en plus. Et puis en général quand il faisait le con avec Enzo ça leur faisait du bien à tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Mer 18 Nov 2015 - 12:26

Une bonne nouvelle. Ça peut paraître con, déplacé peut-être pour certains, mais putain sérieusement ça fait du bien. Ça me ferait surement moins plaisir d'apprendre ça si ça ne concernait pas deux de mes amis évidemment mais quoi qu'il en soit le simple fait de savoir que dans tout ce malheur on arrive encore à trouver du bon, du positif, c'est déjà génial en soi. J'ai vu Caem péter un plomb, léger écho à ce qu'il vient de se passer avec Connor d'ailleurs. Je l'ai vu mal, vraiment mal, et c'est avec moi, en me prenant comme témoin, en me demandant mon aide et mon soutien, qu'il a pris sa décision, décision que j'ai respecté même si je n'étais pas totalement d'accord avec lui. Et puis j'ai vu Killian, mal elle aussi, coincée dans l'incompréhension. J'ai essayé d'être là pour les deux, de faire ce que je pouvais, en espérant pour l'un comme pour l'autre que tout s'arrangerait et ce peu importe la manière. Pas de méprise, personne n'ira dire merci à ces enfoirés, mais tant mieux s'ils ont pu trouver un moyen de recoller les morceaux. Dans les moments difficiles on a besoin de ses proches, des personnes qu'on aime, c'est sans doute en partie ce qu'il s'est passé.

Pour le reste on fait ce qu'on peut, on essaie de garder la tête haute et une capacité inébranlable à sourire, à rire de tout ou presque. Merci Connor, t'es le parfait exutoire. T'arrive à nous faire rire tous les deux … Un rire qui fini par s'estomper puis qui revient au fil de la discussion. Les gars, désolé, vous allez finir par vouloir me bâillonner, les filles aussi d'ailleurs. Depuis que j'ai appris à ouvrir les vannes c'est en flux continu ! Plus sérieusement, j'ai appris à parler, à me confier, à faire confiance alors oui, parce que j'ai quand même gardé l'habitude de rester des heures voir des jours muré dans le silence, forcément quand ça sort il y a beaucoup à dire. En faisant le tri dans ma tête en même temps j'ai laissé les mots se frayer un chemin et dire que ça m'a fait du bien est surement une vérité mais je n'en ressens pas tellement les effets pour le moment. Je crois que je suis toujours un peu coincé dans une sorte de léthargie, comme assommé. Ça ne m'empêche pas d'y voir clair à certains niveaux, c'est d'ailleurs pour ça que je viens de demander un coup de main à Caem.
Un instant je me perds et penser à ces deux gus qui sont devenus avec le temps vraiment important pour le sale gosse que je suis. Un Rouge et un Jaune, deux caractères bien différents mais complémentaires je dirais. Je sais que si un jour j'ai besoin d'un bulldozer je peux appeler Mateo sans problème, à contrario si c'est plutôt de calme dont j'ai besoin Caem rempli ce rôle parfaitement. Oui, je me sers de vous en fait les gars ! Et je sais que ça n'est pas tout noir ou tout blanc, évidement. La conversation que j'ai eu avec le Maracas vendredi soir en est la preuve tout comme je sais que sous ses airs presque angélique Monsieur Calgarry-Meuble de Salon ici présent peut très bien sortir de ses gonds lui aussi. Le sang chaud d'un côté, le sang froid de l'autre, c'est un peu comme le diable et l'ange chacun sur une épaule quand on y pense. Vas-y cogne le d'un côté, viens on se casse il n'en vaut pas la peine de l'autre. Et moi je navigue entre les deux je crois, je sais pas trop. Tout ce que je sais c'est que j'ai de la chance d'avoir des gens comme eux dans mon entourage. Des amis, tout simplement.

Bref, c'est clairement de la surprise que je peux lire sur son visage pendant qu'il doit être entrain d'assimiler ce que je viens de lui demander.

« Tu sais je suis pas non plus expert en la matière. J’ai surtout beaucoup étudié dans les bouquins... »

Cette fois c'est à mon tour de le regarder de travers en mode : Arrête ton char, la modestie est une qualité mais faut pas déconner non plus. Au cours de discussion avec lui j'ai appris qu'il se prenait de passion pour la médecine et avec le recul ça ne m'étonne pas de lui, je trouve même que ça lui va très bien. Caem est un pacifique comme il le dit lui même, qu'il préfère soigner que blesser n'a absolument rien d'étonnant quand on le connait. Et puis vraiment, Docteur Kaliayev ça sonne bien, j'te jure. J'ai su par je ne sais trop quel moyen qu'il avait été une aide précieuse pendant les dernières attaques, je sais aussi qu'il bosse de son côté et par lui même et c'est vrai que j'aurai pu demander à Takuma ou même à Maxence une fois qu'il sera complètement remis – A Helland ? Ouais, je sais pas là quand même – mais je n'y ai simplement pas pensé. Caem est là, il est devenu un de mes meilleurs potes au fil du temps, pour moi c'est simplement logique et spontané de lui demander à lui.

« Mais quand tu veux. Ça me ferait plaisir de te montrer le peu que je sais! »
« Merci, c'est cool. Promis j'empièterai pas trop sur le temps de Killian, même si bon, je sais que pour toi ça sera difficile de choisir. »

Dit il en arborant son expression insupportable et hautaine, un sourcil arqué, et en mimant un smack dans le vide. Clin d'œil oblige, évidemment.

« Si tu veux, je connais aussi un sort pour refermer les plaies superficielles, comme ça tu peux tabasser Connor et faire comme si de rien n’était. »

Cette fois j'éclate de rire, c'est plus fort que moi. Sérieusement, où est ce qu'il va chercher un truc pareil ? Le pire dans tout ça c'est que je trouve l'idée pas si improbable … Je sais, c'est mal.

« Toi t'es un vrai pote ! »

Je pourrais lui parler des colles de Logan, de ce que j'y ai appris avec Maxence ou même avec Logan lui même, des bases que je connais et dont ce sortilège fait parti mais je ne sais pas tellement ce que j'ai le droit de dire par rapport à ces « colles » alors je me tais, décidant qu'on verrait ça une fois sur le tas. Je suppose qu'il me demandera ce que je sais faire de toute façon. J'ai pratiqué sur Megan, j'ai pu refermer quelques plaies mais … elle n'avait rien de superficielles. En cet instant je remercie mon ami ici présent de m'empêcher de glisser à nouveau sur cette pente.

« Je viens d’avoir une idée… Tu pourrais m’apprendre à surfer en échange. Bon je serai peut être le pire élève de tous les temps… »
« Bordel, un Russe sur un surf ! »

Oui, je sais pas pourquoi, cette exclamation a été ma première réaction alors que je me suis reculé pour le regarder droit dans les yeux. C'est un peu sectaire ça mon grand, t'en as conscience ? Oui, pardon.

« Ceci dit même si c'est apparemment encore peu connu et répertorié, y a des spots en Russie. Faut croire que vous ne surfez pas que sur la Vodka les mecs. »

3615CLICHE ! Et puis tu vas pas commencer à sortir ta science surfistique Enzo Ryans, on s'en tape.

« Avec plaisir. »

Et je suis sincère. Je sais que je suis un peu secret avec ça, que j'emmène rarement des gens avec moi quand je vais faire mumuse sur le Lac et que peu de gens savent où se trouve mon petit spot improvisé, qu'il existe même parce que ça reste un secret malgré tout même s'il est partagé par certains et que quelques autres m'ont grillé, qu'ils respectent tous ça, mais une fois de temps en temps et avec certaines personnes surtout, ça me fait plaisir de partager ce truc qui fait partie de moi à part entière. J'aime le vivre en solo, c'est clair, mais oui le partager c'est aussi super.

« Pour l'instant le Lac n'est pas encore vraiment praticable à cause de l'hiver mais d'ici quelques semaines ça devrait être bon. J'irai en repérage et je te dirais, sauf si tu préfères attendre l'été ce que je peux complètement comprendre. »

Parce que, comment dire, l'eau est putain de froide !

« Et puis si vraiment t'es mauvais j'te noie. On insulte pas la Vague mon gars, non, ça c'est interdit. »

Main sur le cœur, naturellement. Oui chez nous c'est une religion, c'est comme ça. Et évidemment que je plaisante ! J'ai beau prendre la glisse relativement au sérieux, ça n'en reste pas moins un moyen de s'amuser. Surtout un moyen de s'amuser.

« Je sais pas trop ce qui s'annonce pour nous dans les temps à venir mais faut vraiment qu'un jour je vous embarque en Australie Mateo et toi, là tu verras ce que c'est qu'un pays où la glisse est une façon de vivre. Et t'inquiète pas pour ton p'tit teint de pêche, avec Kyle dans les parages j'ai une bonne réserve de crème solaire. »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1782
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Sam 21 Nov 2015 - 17:23

Ça faisait un bien fou de se retrouver avec un ami, tout simplement. Sans trop se poser de questions, sans aborder des sujets trop douloureux. Certes au début leur conversation n’avait pas été des plus joyeuses et cela n’avait pas dérangé Caem. Mais alors qu’ils étaient partis sur quelque chose de plus léger et que les plaisanteries semblaient plus faciles à venir, le russe était ravi. Après tout ce qu’ils avaient traversé… Quand Enzo avait disparu, quand lui avait cru ne jamais réussir à redevenir celui qu’il était… Après tout ça ils étaient plus soudés que jamais et pouvoir ainsi se retrouver, échanger, faire les cons, ça faisait du bien. Aussi le jaune ne prit absolument pas mal la petite réflexion de son camarade sur le fait qu’il aurait du mal à choisir entre lui et Killian. Car si les deux ne jouaient indéniablement pas dans la même catégorie, il y avait une chose qui était claire pour le russe : il n’avait nullement envie de choisir entre ces deux personnes. Killian il l’aimait, indéniablement. Enzo c’était son ami, celui qui l’avait soutenu même quand il était au fond du trou et qui arrivait à le faire rire en toutes circonstances. Alors non, il ne choisirait jamais entre les deux. Il ne les sacrifierait pas. Il avait bien l’attention de profiter de ces deux rouges aussi longtemps que possible. Alors apprendre la médecine à Enzo ne le dérangeait pas. Après tout, ils pourraient sans doute passer de bons moments au-delà du sérieux que requérait la discipline. Et Caem ne pu s’empêcher d’ailleurs de lancer les hostilités en lançant une petite vanne sur ce qu’il pouvait lui apprendre qui serait utile face à Connor. Il accompagna alors Enzo dans son éclat de rire. Ravi d’être ton pote mon grand !

Ce fut bientôt au tour de Caem d’émettre à son tour une requête. Non pas qu’il considérait qu’Enzo lui en devait une mais tout simplement parce qu’il venait d’avoir une idée. Et l’exclamation de son camarade l’amusa beaucoup. Bah quoi ? Bon certes le surf n’était pas le sport national en Russie mais il était sûr qu’il pourrait apprendre ! D’ailleurs, il afficha un sourire amusé quand son ami se mit à lui expliquer qu’il y avait des spots de surfs en Russie. C’était vraiment une encyclopédie en la matière. Bon, une encyclopédie qui méritait bien une petite tape dans l’épaule alors qu’il sous-entendait que les russes ne savaient surfer que sur la vodka. Genre ils étaient un peuple d’alcooliques ! Hum… Bref, passons sur ce sujet. Malgré les plaisanteries, Enzo semblait content à l’idée de partager sa passion avec quelqu’un. Lorsqu’il lui expliqua que les conditions n’étaient pas encore optimales, Caem hocha la tête simplement. Il se mit de nouveau à rire quand il évoqua le fait qu’il le noierait s’il n’était pas assez bon. Oh attention toi ! Tu ne sais pas ce que ça donne un russe enragé, nan mais oh !

« Pour le froid t’inquiète pas, j’ai plutôt l’habitude. Par contre si tu essayes de me noyer, je te noie dans la vodka et là tu vas comprendre ta douleur ! »

Petit sourire. Oui maintenant il était capable de rire de tout ça. Certes, parler ainsi de son problème avec l’alcool aurait pu lui sembler être impossible quelques semaines auparavant. Mais tout était différent maintenant. Il maîtrisait, il était plus fort. Maintenant il savait qu’il pouvait tenir le choc, qu’il n’était plus dépendant. Alors oui, il était prêt à en rire, à faire le con à ce sujet. Il avait donc l’esprit toujours aussi léger lorsqu’Enzo évoqua le fait qu’il aimerait bien les emmener, lui et Mateo, dans son pays d’origine. Et hop, encore une petite vanne sur ses origines. Cette fois Caem se contenta de lui lancer un regard faussement assassin, accompagné d’un grand sourire qui rendait tout de suite le tout moins crédible. Dans sa tête, il s’imaginait déjà le périple…

« A vrai dire, faudrait qu’on fasse un petit tour du monde tous les trois. L’Australie, l’Argentine et puis la Russie. Bon on risque de subir de sacré chocs thermiques mais ça pourrait être inoubliable ! »

Oui, partir comme ça, tous les trois, à l’aventure. Le sac sur le dos, découvrir leurs pays d’origine, découvrir là où chacun tirait sa force, son histoire. Caem n’avait pas eu l’occasion de voyager dans sa jeunesse. Il ne connaissait que sa Russie et le Royaume-Unis maintenant. Mais le reste n’était encore qu’à ses yeux un amas de terres inconnus auxquelles il n’avait eu accès que par les livres. Il avait envie de découvrir, de connaître. Il ne pouvait pas rester ignorant face à ce monde éternellement. Peut être que ce n’était pas vraiment le bon moment pour voyager mais Caem était certain que bientôt ils pourraient avoir droit à tout ça. Ils ne resteraient pas éternellement enfermés entre ces murs.

« T’as jamais le mal du pays ? »

Le regard perdu vers le plafond, Caem avait posé cette question sur un ton sérieux mais avec un petit sourire bloqué sur les lèvres. Il avait trouvé son équilibre ici, ne regrettait en rien d’être arrivé là mais oui, souvent la Russie lui manquait. Il avait grandi là-bas. C’était un monde bien différent de ce lui dans lequel il était avec un mode de pensée, une façon de vivre à des milliers de kilomètres de ce qui était ici. Alors certes, il avait réussi à s’adapter assez facilement, sans doute parce que son père n’était pas russe et que sa mère avait fait ses études au Royaume-Unis. Mais indéniablement il y avait quelque chose de différent. Il sentait bien parfois qu’il n’était pas dans le même mode de fonctionnement que les autres. Et puis, les paysages lui manquaient. La beauté de ce pays qu’il avait appris à aimer malgré ses défauts, malgré les traces d’un passé douloureux qu’il portait sur son territoire comme un étendard. Alors oui, souvent il rêvait de pouvoir y retourner même si une part de lui ne cessait de se demander s’il serait réellement capable d’y vivre de nouveau.

« Je sais pas si la Russie pourrait de nouveau être ma maison. Beaucoup de choses ont changé, j’ai changé. Mais malgré tout, quand j’y pense, ça me file toujours le sourire. »

Caem se tourna alors vers Enzo, le sourire sur ses lèvres illustrant ses propos. Puis, sans prévenir, il donna une légère tape sur la cuisse de son camarade, sans aucun sous-entendu et se releva.

« Bon, ça te dit pas d’aller manger un bout ? Faire le caïd je suis sûr que ça donne faim. »

Je rigole mon chou. N’empêche que Caem qui propose de manger, cela n’était pas arrivé depuis un bon bout de temps. Il était réellement de retour apparemment.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Lun 23 Nov 2015 - 13:47

« Pour le froid t’inquiète pas, j’ai plutôt l’habitude. Par contre si tu essayes de me noyer, je te noie dans la vodka et là tu vas comprendre ta douleur ! »
« Non … Pas la Vodka … Pitié … »

Regarde-moi bien, tu ne verras pas tous les jours un Loup-Garou supplier avec des yeux de chaton humide … Attends une seconde, ta menace, c’est au sens propre ou au figuré ? De toute façon ne cherche pas Enzo, que ça soit l’un ou l’autre tu souffriras. Se noyer dans la Vodka au sens propre ça doit faire sacrément mal … Hum, bref, ce que je retiendrais de cet échange c’est que Caem est aujourd’hui parfaitement capable de prendre ça à la légère, d’aborder le sujet sous forme de plaisanterie et ça fait plaisir. J’ai peut-être raté un mois de sa vie mais aujourd’hui je constate l’évolution : Il est passé au travers de ses démons. Le fait qu’il se soit remis avec Killian est d’ailleurs selon moi la preuve flagrante qu’il se sait en paix avec lui-même de ce côté-là et ça me fait doublement plaisir. Je ne pourrais jamais me mettre à sa place, je ne sais pas ce qu’est une addiction – Kyle ça ne compte pas, je vous vois venir. De toute façon je me suis soigné aussi. Enfin façon de parler mais je me comprends et de toute façon c’est pas le sujet – alors non je ne sais pas exactement ce par quoi il a pu passer mais de ce que j’en ai vu je sais que c’était difficile. Ce type est un battant, il a réussi à s’en sortir et je suis certes très heureux pour lui mais aussi extrêmement fier. On a tous nos travers, nos problèmes, nos défauts, etc … Le fait de les prendre à bras le corps parce qu’on veut s’en sortir et y arriver c’est gratifiant alors quand il s’agit d’un proche qui s’en sort, quelque part c’est encore plus … Disons que c’est différent mais tout aussi fort.

« A vrai dire, faudrait qu’on fasse un petit tour du monde tous les trois. L’Australie, l’Argentine et puis la Russie. Bon on risque de subir de sacré chocs thermiques mais ça pourrait être inoubliable ! »

Votre correspondant est actuellement injoignable … Parce qu’il a déjà un pied en Russie et l’autre en Argentine. Le cœur en Australie, évidement, soyons un peu poètes.  

« Ok … Je nous y vois déjà là, sérieusement. Faut vraiment qu’on fasse ça un jour. En hiver ! Enfin je veux dire en hiver dans l’hémisphère Nord comme ça on voit la Russie sous la neige, je pense que ça doit juste être inoubliable, et ensuite on va se réchauffer dans le Sud. »

Tu le vois mon sourire béat là ? Non mais sérieusement, cette idée est sans doute une des meilleures de toute l’année. Ça nous est déjà arrivé d’en discuter, comme ça au détour d’une conversation mais au plus profond de moi-même je sens bien que, vraiment, j’ai envie que ça se réalise. Des vacances avec mes parents, ma famille, j’en ai eu des tonnes. Ces derniers mois/années, j’ai pu partir avec mon homme. Et maintenant … Oui, je veux ça. Je veux des vacances entre potes. J'aimerai beaucoup, si ça peut faire un peu moins caprice de le formuler comme ça.

« T’as jamais le mal du pays ? »

Retour sur terre mais en douceur. Je redescends de mon petit nuage de projets, d’images, d’envies, de souvenirs, et me concentre à nouveau sur Caem.

« Si, souvent même. Et le mal de plusieurs pays à vrai dire mais … ouais, ma maison me manque. »

Ma chambre. C’est tout bête mais oui ma chambre me manque, mes affaires, mes repères, mes souvenirs. La plage, l’océan, l’Australie. Tout ça me manque même si je me suis fait à cet endroit depuis le temps. Et j’ai aussi le mal du Brésil parce que ce pays – du peu que j’en ai vu – m’a clairement tapé dans l’œil. J’ai bien aimé Portland aussi mais je reste un gars du soleil alors j’ai moins accroché niveau climat. Un peu comme pour le Royaume-Unis finalement mais je ne pense néanmoins pas être trop sectaire comme garçon et puis surtout je suis très curieux alors découvrir de nouveaux endroits est toujours un gros kiff.

« Je sais pas si la Russie pourrait de nouveau être ma maison. Beaucoup de choses ont changé, j’ai changé. Mais malgré tout, quand j’y pense, ça me file toujours le sourire. »
« C’est bien, c’est une bonne chose. Et puis je pense que quand tu y retourneras tu seras rapidement fixé. De toute façon c’est pas figé tout ça, si tu ne te sens plus chez toi là-bas, tu trouveras un autre chez toi ailleurs. Ou plusieurs chez toi. Je pense que vu la taille du globe on a largement de quoi faire. »

Aïe, ma cuisse.
Oui je suis en sucre, parfaitement !

« Bon, ça te dit pas d’aller manger un bout ? Faire le caïd je suis sûr que ça donne faim. »
« Tu sais à quoi je me dis que t’es un vrai pote et que tu me connais bien ? »

Attention, le suspense est à son comble …

« Tu me trouves des astuces pour taper infiniment sur Connor et en prime tu penses à mon ventre. Ça … ça c’est de l’amitié, de la vraie. »

Et cette fois c’est à mon tour de lui taper sur la cuisse juste avant de me relever avec une motivation et une vitalité bien plus présente que tout à l’heure alors que j’errais dans les couloirs comme un zombie. On n’oublie pas pour autant, on a juste … besoin de continuer à vivre, comme tout le monde.

« Juste deux secondes. »

Je sors ma baguette de ma poche et me concentre sur un souvenir joyeux qui est relativement toujours le même : Un souvenir de ma mère, quand elle m’appelait pour que je sorte de l’eau et que  je secouais la tête en arrivant près d’elle, ma planche sous le bras, pour l’arroser. Elle éclatait de rire, j’étais le gamin le plus heureux sur terre.

« Spero Patronum. »

La lueur argentée qui s’échappe de l’extrémité de ma baguette se matérialise ou plutôt adopte une forme distincte : Celle d’un grand loup qui n’est autre que mon Patronus. Il a une taille assez conséquente, après recherche j’en ai conclu que ça n’était pas un loup gris mais un loup de Mackenzie qui est en réalité une sous-espèce du loup gris. Une des plus grosses espèces de loup du globe, ils vivent en Amérique du Nord. Stop le National Geographic là, va donc te nourrir sale gosse.

« Je descends manger un morceau avec Caem, si ça va pas et que t’as besoin de moi viens me voir sans hésitation. »

Ce message je l’adresse à ce grand loup argenté qui m’écoute sans broncher et disparait la seconde d’après mais le réel destinataire c’est Kyle, que j’ai laissé là-haut pour aller marcher un peu.

« Il appréciait beaucoup Megan et Cameron est comme son frère, ça fait beaucoup à encaisser. »

Je me justifie, je sais que je n’ai pas à le faire mais c’est plus comme des explications qu’autre chose en réalité. En attendant je sais que c’est un grand garçon, je sais aussi que j’ai envie de passer du temps avec mon pote et c’est exactement ce qui va se passer.

▬ Fin ▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1782
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Jeu 26 Nov 2015 - 14:48

Caem retiendrait sans doute cet élément central de leur conversation : Enzo le suppliant de ne pas le noyer dans la vodka. Non franchement c’était absolument marquant. Premièrement parce qu’il avait une bouille adorable avec ses petits yeux de chaton et deuxièmement, qu’un gaillard comme lui face le petit être fragile, ça n’avait pas de prix. Le russe n’avait donc pas pu s’empêcher de rire face à ça. Ce n’était en aucun cas de la moquerie mais simplement de l’amusement. Son ami le faisait rire et c’était donc plutôt une bonne chose ! Mais bientôt il fut plongé dans un tout autre état, celui de la rêverie. Si le rouge avouait qu’il se voyait déjà dans leur petit périple, Caem de son côté n’était pas non plus en reste. Oh oui, il n’avait aucun mal à s’imaginer faire le guide en Russie pour Enzo et Mateo et ensuite se laisser guider dans de nouvelles découvertes. Il aimait le froid mais avait aussi appris à supporter la chaleur. L’avantage de l’horrible climat russe c’était qu’on se faisait à tout ! Mais au-delà de ça, non il n’avait aucun mal à s’y projeter et oui ça le faisait rêver. Partir comme ça, profiter de la vie, être avec ses amis, découvrir le monde…. C’était juste parfait. Il espérait pouvoir faire ça bientôt. En tout cas, Enzo semblait si enchanté par l’idée qu’il serait sans doute pour organiser ça dès que possible. Sourire. Oui ça lui filait le sourire de penser à tout ça. La nostalgie aurait pu prendre le dessus mais les paroles de son ami furent là pour atténuer ses sensations. Oui il avait raison. Il finirait toujours pas trouver un chez lui. L’endroit où il se sentirait à l’aise. Et plus le temps avançait, plus Caem se rendait compte que ce n’était pas lié à des questions géographiques mais humaines. Sa maison, c’était là où se trouvaient ses amis en réalité, sa famille, ceux à qui il tenait… Alors oui, il était sûr qu’il finirait par trouver un endroit qui serait sa maison, en Russie, en Angleterre ou ailleurs.

Cette conversation, dans son ensemble, si elle était partie de circonstances un peu particulière, était en fait plutôt agréable. Caem sortait donc de là avec le sourire et même l’envie d’aller manger un bout. Envie apparemment partagé par Enzo. Le russe ne pu s’empêcher de rire lorsqu’il le décrivit comme un super pote car il pensait à ses besoins de se défouler et ses besoins d’estomac. Magique. Son rire fut accentué par le rouge qui décida de prendre sa petite vengeance en lui frappant à son tour la cuisse. Caem se releva alors, lançant un regard amusé à son camarade.

« Me touche pas comme ça, ça pourrait être mal vu… »

Clin d’œil. Et oui, ce n’était pas parce que Caem était un adorable garçon qu’il n’était pas capable lui aussi de faire des blagues de ce genre. Tout fier de lui d’ailleurs, le russe était prêt à se rendre à la Grande Salle pour manger un bout. Cependant, Enzo eut besoin de quelques instants et le sourire de Caem ne pu que s’effacer pendant quelques secondes. Enfin, au début, il fut juste amusé de voir que le patronus de son ami était un loup, comme le sien même si ce n’était manifestement pas le même espèce. Mais il n’eut pas le temps de se concentrer sur la suite. Besoin de réconfort… Kyle, Megan, Cameron. Oui le lien au final était assez évident.

« Il a de la chance d’avoir quelqu’un pour prendre soin de lui comme ça. »

Caem sourit à son camarade, lui tapota l’épaule puis se mit en route vers la Grande Salle. Les deux amis progressèrent donc rapidement et arrivèrent dans une salle qui n’était clairement pas remplie au maximum. Le rythme scolaire était bousculé par conséquent, il n’y avait pas le même effet de foule et surtout, certains devaient avoir bien d’autres choses en tête que l’envie de manger. Mais eux ne devaient pas arrêter de vivre, non ça ne règlerait rien… Le russe repéra alors un coin de table assez tranquille et invita Enzo à le suivre. Il posa ses fesses et leur servit à chacun un verre d’eau. La nourriture était toujours aussi appétissante. Peut être qu’il allait finir par devenir un gros mangeur avec tout ça ! Caem se servit alors une petite assiette.

« Et sinon, tu crois que ça veut dire un truc qu’on ait tous les deux un loup en patronus ? »

Oui c’était complètement idiot comme question, surtout dans la façon qu’il avait eu de la poser. Mais ils n’avaient pas besoin de s’attarder sur les sujets sérieux et difficiles. Du moins ce n’était pas l’envie première de Caem. Bien sûr, si Enzo en ressentait le besoin, il parlerait de tout ça. Mais autant partir sur des sujets légers pour le moment. Et puis, après tout, le patronus est un sujet intéressant, non ? En attendant la réponse de son camarade, Caem se saisit de sa fourchette et se mit à manger. Détail certes mais assez important quand on savait à quel point sa relation avec la nourriture avait été conflictuelle ces derniers temps. Enfin une forme de progrès.

« Et sinon, comment va Mateo ces derniers temps ? »

Ils s’étaient vus certes mais pas tant que ça et Caem espérait qu’Enzo aurait plus d’informations. Le russe était presque sûr que leur ami commun fricotait avec une fille ces derniers temps mais il ne pouvait pas être certain. Et oui il avait envie de savoir mais il ne poserait pas la question comme ça, il ne s’immiscerait pas. Après, si le rouge avait des informations, bien sûr, il ne cracherait pas dessus ! Mais au-delà de ces questions triviales, Caem voulait réellement savoir si tout roulait pour lui. Le problème des récents événements, c’était cette peur constante que les autres soient touchés, déprimés, traumatisés… Bref, même s’il savait que Mateo était un mec plutôt solide, il espérait juste qu’il sortait de tout ça sans trop de plaies ouvertes.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Jeu 26 Nov 2015 - 19:13

Mal vu, mal vu, tout de suite les grands mots ! En attendant arrête de m'aguicher en me faisant ouvertement des clins d'œil grand fou. Et il est content en plus ! Il a raison, il faut être content. Moi aussi je le suis, heureux de passer un moment comme ça avec un ami sans trop penser à hier, à l'horreur, la terreur et tout ce qui va avec. Ça ne fait pas de nous des égoïstes, juste des survivants. Encore et toujours. Et les survivants, ça mange : Voilà pourquoi je le suis direction la Grande Salle pour déjeuner. J'ai tendance à beaucoup manger mes émotions, en général quand ça ne va pas, qu'un truc me tracasse, je perds facilement l'appétit et parfois de façon assez radicale mais cette fois ça n'est pas le cas. Je n'ai pas spécialement faim, néanmoins l'idée d'aller déjeuner comme si aujourd'hui était un jour normal est assez réconfortante. Non ça n'est pas un jour normal mais s'effondrer n'arrangera pas les choses et souffler, débrancher, c'est nécessaire. Et puis il y a ce Patronus, mes explications, son sourire et sa main sur mon épaule.

« Il a de la chance d’avoir quelqu’un pour prendre soin de lui comme ça. »

Vraiment ? J'aurai tendance à penser que c'est la moindre des choses étant donné à quel point il a pu en prendre plein la tête pendant des mois, des années même, en partie parce qu'il a décidé de s'enticher d'un Sorcier au Sang-Pur mais sans parler de ça, ce genre de trucs, c'est simplement naturel pour moi. Avec lui en tout cas. Avec mes proches en général, certes, mais avec lui c'est clairement démultiplié. A mon tour j'esquisse un sourire, légèrement timide je pense, allant même jusqu'à regarder le sol une seconde tout en marchant, mains dans les poches.

« C’est réciproque. »

Oui, ça l'est, et il me l'a prouvé pas plus tard qu'il y a deux jours après ce qu'il s'est passé avec Derek. Kyle a des défauts, comme tout le monde, une personnalité pas toujours facile à vivre pour quelqu'un comme moi qui a un gros besoin d'attention, etc … Mais il est là pour moi et je le sais. Deux ans … Qui aurait pu croire ça ? Moi. Moi j'y croyais et j'y crois encore. Des années il y en aura encore pleins d'autres si c'est comme ça que ça doit se passer.

Un pas en entrainant un autre c'est dans une Grande Salle clairement pas à la fête qu'on entre tous les deux, mais ni lui ni moi ne nous arrêtons à ça. La tristesse et la peur sont palpables, la colère aussi, tout un tas d'émotions qui clairement auraient pu me faire fuir mais je choisis d'affronter, d'être là, de rester avec Caem et de passer ce déjeuner comme n'importe quel autre déjeuner. Un peu de pudeur et de discrétion n'ont néanmoins jamais tué personne et sont je pense de mise. Par respect. Je le suis donc jusqu'à une table qu'il choisi et m'installe face à lui, le remerciant au passage quand il nous serre un vers d'eau à chacun, sans faire de commentaire sur la petite quantité de nourriture qu'il met dans son assiette. Il mange, c'est ce que je retiendrais. La mienne est … tout ce qu'il y a de plus normale pour un Loup-Garou de 18 ans, je pense.

« Et sinon, tu crois que ça veut dire un truc qu’on ait tous les deux un loup en patronus ? »
« Qu’on est fait l’un pour l’autre ? »

Fourchette en main, prêt à enfourner un morceau de viande, je lui lance un sourire et un regard qui veulent dire : Je n'ai pas pu m'en empêcher. Après avoir porté la nourriture à ma bouche je repose mon avant-bras sur la table et considère finalement sérieusement la question.

« Je sais pas trop, c’est qu’on a une partie de nos caractères respectifs qui doivent se ressembler j’imagine. Enfin dans la logique ça serait ça. »

Merci Caem, tu viens de redéclencher le National Geographic ...

« Les Loups sont des êtres très mystérieux je trouve. Longtemps je me suis planté en me la jouant loup solitaire, etc … Tu vois le genre, le cliché de l’ado rebelle qui pense qu’il n’a besoin de personne. Sauf que les loups solitaires c’est super rare, voir inexistant. C’est un animal très sociétal, qui a besoin d’être en meute, c’est intrinsèque. C’est aussi un animal très organisé dans sa structure familiale et hiérarchique, qu’il y ait des liens de sang ou pas. Alphas, Bêta, le reste de la meute et le ou les Omégas. Ils fuient l’homme, chassent en meute, ne se reproduisent que si le territoire et la nourriture à dispo permet d’élever une progéniture dans de bonnes conditions sans parler du fait que normalement seul le couple Alpha fait des petits. Ce sont des animaux relativement fidèles, qui se battent parfois jusqu’à la mort pour garder leur place et donc leur compagne/compagnon. »

Est ce que c'est toi et moi ça ?

« Ils sont diabolisés, c’est limite ancestral mais en vérité c’est juste une espèce qui veut vivre tranquille dans son coin, avec sa famille, faire ce qu’elle a affaire et voilà. »

Haussement d'épaules de ma part. Nouvelle bouchée. Nouvelle gorgée.

« Maintenant comment transposer tout ça sur l’humain … Et sur nous du coup … Là j’avoue c’est un peu flou. »

Même si certaines choses me sautent aux yeux en ce qui me concerne, finalement.

« Et sinon, comment va Mateo ces derniers temps ? »
« Je l’ai pas vu depuis vendredi soir mais je crois qu’aucun de ses proches n’a été touché et lui non plus si j’me plante pas. »

Ce qui est une très bonne chose. Il y a bien ce truc à propos de sa sœur, cette confidence qu'il m'a fait mais abordé le sujet ? Non. C'est quelque chose de trop personnel et si Caem doit le savoir un jour ça viendra de Mateo lui même.

« Par contre … Y a Hippogriffe sous gravier … »

A cet instant je me penche légèrement vers le Jaune et ne retient pas mon sourire qui s'affiche en coin.

« Il est entrain de craquer le Vargas, j’en suis sûr. »

Craquer, oui, mais dans le bon sens du terme. Mode Gossip activé. De vraies gonzesses !

« Peu de temps après que je sois rentré le mois dernier, j’ai grillé Riley qui descendait d’un dortoir un peu plus haut en sortant du mien le matin. On s’est parlé vite fait et … Bah, avoir des sens sur-développés ça t’apporte pas mal d’info, j’vais pas te faire un dessin. »

Mélange de rire et de grimaces. C'est une chose de savoir avec qui la personne a passé les dernières minutes ou heures. Savoir ce qu'ils ont fait en est une autre et c'est gênant pour tout le monde, croyez-moi.

« Ils se passent un truc entre eux deux. Je sais pas si c’est exclusif, officiel, etc … Mais y a des signes qui ne trompent pas même si eux ne les voient peut-être pas. »

Est ce que Caem était déjà au courant ? Aucune idée. On se voit régulièrement mais d'une si on fait les comptes je ne suis pas rentré depuis super longtemps et de deux on parle d'autres choses quand on traine ensemble. Faut croire. Toutes les fois où j'ai charrié Mateo, Caem ne devait pas être dans le coin.

« Il est foutu ! J'te l'dis. On va bien voir comment il gère ça. »

Est ce que je me moque ? Oui, clairement. Je me moque amicalement et ça il le sait très bien mais de toute façon il l'a cherché et puis … C'est juste drôle en fait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1782
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Lun 30 Nov 2015 - 10:13

Avoir quelqu’un à ses côtés, pour prendre soin de soi… C’était une chance et Caem se disait qu’il allait avoir bien des choses à rattraper maintenant. Il avait laissé Killian de côté, pour son bien certes, mais il allait devoir se faire pardonner. Elle ne lui demanderait sans doute pas mais lui mettrait un point d’honneur à lui montrer qu’il était toujours là pour elle, bienveillant et qu’il ne la laisserait en aucune manière seule dans l’ombre si la vie venait à être bien dure à supporter. Il serait toujours là. Et il était plus qu’heureux d’apprendre que Kyle était toujours là pour Enzo. Certes il n’en avait jamais douté mais voir son ami le formuler, il trouvait cela touchant. Cela ne faisait que confirmer le fiat que leur couple était solide, construit sur de bonnes bases et que les voir comme ça, tous les deux, ça donnait le sourire. C’était donc sur une touche joyeuse qu’ils étaient allés s’installer pour manger. Enzo avait un sacré appétit et le russe trouvait toujours cela drôle de comparer leurs assiettes. Bon ok, ce n’était pas réellement drôle au sens classique du terme mais ce n’était pas comme s’il était du genre à se vexer pour ce genre de trucs. Il commença donc à manger mais faillit s’étouffer et se mit à tousser tout en riant alors qu’Enzo venait une fois de plus de lâcher une connerie plus grosse que lui. Bah bien sûr qu’ils étaient faits l’un pour l’autre !

« Tu réalises que maintenant ?! »

Caem attrapa alors son verre d’eau pour faire passer le tout, adressant un sourire entendu à son camarade. Lui aussi pouvait jouer, nan mais oh ! Enfin, une fois la plaisanterie passée, le rouge décida de prendre sa question très au sérieux et de lui livrer de plus amples informations sur le loup. Le russe l’écouta alors attentivement. Certes, c’était amusant de le voir d’un coup s’enflammer sur un sujet comme celui-ci mais Caem ne sentait pas l’envie de rire. Il souriait parce qu’il trouvait ça fou de le voir passionné comme ça et beau aussi en un sens. Mais bon, ça c’était à cause de sa tendance à s’émerveiller de tout et de rien. Pire qu’un papa gâteux ! Bref.

« On est d’accord que c’est moi le mal Alpha ici ? »

Caem se mit alors à replier son bras pour contracter et montrer ses biceps. Et il éclata de rire. Parce que oui, il avait clairement perdu beaucoup de poids ces derniers temps et déjà qu’à la base il n’était pas vraiment le genre musclé… oui face à Enzo il avait l’air un peu ridicule de ce point de vue là mais bon. N’empêche qu’au-delà de la blague, la description que lui avait livrée son ami lui paraissait très intéressante. Ce sens de la famille… Oui il l’avait. C’était inscrit au fond de lui. Même si son foyer familial avait été un sacré bordel pendant un moment, il restait essentiel à ses yeux. Fidèle… Se battre jusqu’à la mort pour les siens. Ou refuser de se battre pour les protéger ? Vaste question.

« Blague mise à part, je ne savais pas tout ça. Mais, même si on ne peut pas tout transposer à l’humain si facilement c’est sûr, je crois que je comprends un peu mieux pourquoi on a ce patronus. »

Ces deux là avaient beau avoir l’air très différents d’un point de vu extérieur, ce n’était pas pour rien qu’ils étaient si amis. Ce n’était pas juste du à une petite beuverie. Il y avait quelque chose de plus et c’était sans doute lié au fait que, sur certains points, pas forcément les plus visibles, ils se ressemblaient plus qu’on pouvait le croire… Enfin bref, finie la séquence émotions. Il était temps de s’attacher à des sujets bien plus sérieux. Comme Mateo et ses petites aventures. Caem s’était penché à son tour vers Enzo lorsque celui-ci évoqua la possibilité d’un petit potin. Les doutes de Caem furent alors confirmés. Il s’était donc bel et bien passé un truc entre lui et Riley. Intéressant… En tout cas, le rouge avait raison sur une chose : leur pote était foutu ! Parce qu’il allait se faire charrier comme pas possible et surtout, si cette relation était plus qu’un simple truc passager comme ce qu’il avait montré jusque là, le russe était plus que pressé de voir ce que ça allait donner.

« J’avais quelques soupçons… Je te jure, la prochaine fois que je le vois, je vais mener une petite enquête. En toute subtilité bien sûr ! »

Et le pire c’était que c’était vrai. Caem était plutôt doué pour ce genre de choses. Comme il ne forçait jamais les gens à parler, il s’était rendu compte que parfois, cette attitude déliait bien plus les langues. Bon certes il ne ferait jamais la fouineuse même s’il avait très envie de savoir ce qui se tramait entre Mateo et Riley. Le petit dernier en couple, ce serait drôle quand même. Voir un mec comme lui fixé avec une nana c’était quand même très drôle. Caem se voyait bien le charrier en lui demandant s’il était devenu mielleux du jour au lendemain. Parce que sous ses apparences de je m’en foutiste gros dur, les deux zigotos autour de cette table savaient très bien à quoi s’en tenir. Le jaune prit donc une bouchée, l’air pensif, ne pouvant s’empêcher de se questionner sur tout ça.

« N’empêche, s’il est vraiment en couple avec cette fille et qu’il l’admet… On va être obligés de faire une méga teuf. Non parce que si Mateo admet avoir des sentiments aussi banals que ça franchement ! »

C’était une blague bien sûr. Caem était loin de voir Mateo comme un type insensible. Mais une chose était sûr, quand il s’agissait des filles, il était très différent de lorsqu’il était simplement avec Caem et Enzo. Et ça se comprenait après tout. Mais l’imaginer fixé avec quelqu’un… Ouais, le russe trouvait cela assez dingue.

« Le truc dommage dans tout ça, c’est qu’il n’ait pas encore pris le temps de s’ouvrir à d’autres possibilités, on le travaillait au corps pourtant ! »

Merci Caem. Est-ce qu’on peut juste revenir en arrière et compter le nombre de conneries qu’il avait débité depuis qu’ils étaient tous les deux assis à cette table ? Parce que pour le coup, ça atteignait des records, vraiment. En même temps, il fallait bien avouer qu’il était bien plus sympathique comme ça que lorsqu’il ne parlait à personne et qu’il se laissait petit à petite disparaître. Le russe se pencha alors vers Enzo et lui indiqua du regard un jeune homme assit à une autre table. William. Caem ne le connaissait pas mais il avait un détecteur pour certaines choses.

« Je suis sûr qu’avec un peu de temps et l’appui de son pote là-bas on aurait pu obtenir quelque chose. »

Grand sourire. Ok, le mode conneries était enclenché pour un bon moment.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Mer 2 Déc 2015 - 20:02

« Tu réalises que maintenant ?! »
« J’suis un peu long à la détente comme garçon … »

Mais tu sais ce qu’on dit : Homme qui rit … Homme qui manque de s’étouffer. Voilà. Et me laisse pas partir dans mes délires National Geographic sinon on en a pour la nuit !!! Trop tard …

« On est d’accord que c’est moi le mal Alpha ici ? »

Reste sérieux Enzo, regarde le bien dans les yeux et reste sérieux …

« Oh ben oui, aucun doute là-dessus ! »

J’aurai bien dit que dans un combat pour le pouvoir entre deux animaux la carrure ne compte pas mais … En vérité, il n’y a que dans David et Goliath que ça fonctionne ce truc-là. Dans la nature, des deux loups qui se battent c’est la plus part du temps le plus jeune, le plus vigoureux mais surtout le plus costaud qui l’emporte alors remballe ton biceps le nain, fais place à ton Alpha et incline toi. Non mais jamais de la vie je ne dirais un truc pareil, ça va pas bien ou quoi. De toute façon Caem est un humain, donc ça ne compte tellement et puis surtout ces trucs de dominances, etc … Hum, si, ça compte, mais c’est surtout qu’en tant qu’humain je ne suis pas du genre à gonfler le poitrail et à prendre les autres de haut. Enfin si, mais pas avec mes amis et pas dans ces circonstances. Bref, on s’en tape, on se marre. L’heure est grave, les mines sont graves, je culpabilise un peu mais la vie continue et ça on ne doit pas l’oublier. On a tous besoin de souffler.

« Blague mise à part, je ne savais pas tout ça. Mais, même si on ne peut pas tout transposer à l’humain si facilement c’est sûr, je crois que je comprends un peu mieux pourquoi on a ce patronus. »

Juste un sourire calme cette fois, pas de connerie. Je pense que c’est un sujet « sérieux » pour lui comme pour moi et que certaines évidences sont entrain de se frayer un chemin dans nos têtes respectives.
Et puis de ça on passe à autre chose, ou plutôt à quelqu’un d’autre : Mateo. Là, l’ambiance devient encore tout autre et les sourires ne sont pas rares. Comme une véritable commère je balance ce que je sais et j’en suis bien content. Est-ce qu’on se ligue tous les deux pour lui faire vivre un enfer au latino ? Allez savoir …

« J’avais quelques soupçons… Je te jure, la prochaine fois que je le vois, je vais mener une petite enquête. En toute subtilité bien sûr ! »
« Bien sûr ! »

Je prends ça à la rigolade mais la vérité c’est que le Caem, il cache bien son jeu. Parce qu’il est calme la plus part du temps, discret, presque timide pourraient penser certains, personne ne se méfie de lui mais quand on creuse un peu sous la surface, quand on le connait chaque jour un peu mieux … On se rend compte de beaucoup de choses le concernant et surtout, surtout, que les apparences peuvent être trompeuses. Je ne doute pas une seconde qu’il parviendra à ses fins et ce en toute subtilité comme il dit. Sale fouine va !

« N’empêche, s’il est vraiment en couple avec cette fille et qu’il l’admet… On va être obligés de faire une méga teuf. Non parce que si Mateo admet avoir des sentiments aussi banals que ça franchement ! »

Maracas, t’es mal barré. C’est pas un emmerdeur que tu vas te prendre sur le poil mais deux ! Sans parler de Maxime, probablement William et peut-être d’autres encore. T’es foutu, dans tous les sens du terme ! C’est ça d’avoir autant de potes qui tiennent à toi, t’es victime de ton succès parce que tu le connais cet adage : Qui aime bien châtie bien. Dis-toi qu’on t’adore, tous autant qu’on est. Viens faire un gros bisou !

« Le truc dommage dans tout ça, c’est qu’il n’ait pas encore pris le temps de s’ouvrir à d’autres possibilités, on le travaillait au corps pourtant ! »
« Que veux-tu … Faut dire que Riley a des arguments aussi … Tu crois que si j’lui dit que j’ai proposé un plan à trois à sa meuf un jour je risque ma peau ? »

Non je ne suis pas du tout entrain de me retourner pour voir s’il n’est pas dans le coin … Hey il a le sang chaud le latino ! J’irai pas m’y frotter moi, je tiens à mon intégrité physique ! Dans tout ça, comment ne pas sauter les deux pieds joints dans cette situation ? De nous trois il est le plus « volage », le mec qui ne s’attache pas, qui se comporte parfois comme un mufle et butine de fleur en fleur histoire de rester poli. Ça fait partie de lui, il est comme ça, il le vit très bien sauf que si les choses changent … Ouais, clairement, c’est mort, il va en baver. Mais il aura aussi le soutien de ses potes si jamais ça ne va pas, s’il flippe, etc … Parce qu’on n’est pas non plus que des crevards. Et qu’on sera là pour notre latin crétin. Toujours là pour toi Capitaine ! Toujours.

« Je suis sûr qu’avec un peu de temps et l’appui de son pote là-bas on aurait pu obtenir quelque chose. »

Son pote ? Lequel donc ? Oui parce qu’on n’est pas les seuls dans la vie de Maracas, grand bien lui fasse même si on est exceptionnels évidemment. Je suis le regard de Caem, fronçant les sourcils, intrigué par son mystère, ses sous-entendus presque et … je capte de qui il parle. Le sang me monte au cerveau, je me retourne de manière vive vers mon camarade jaune et tape la table de ma paume droite.

« Oh putain mais je t’ai pas raconté ça ! »

Il est content. Fais pas trop le malin Ryans, tu sais ce qui va se passer sinon … Qui fait le malin, tombe dans le ravin ! Et bim. Hors contexte, je sais.

« William, oui, j’te confirme qu’il fait partie de la minorité pas si minoritaire du coin. Et je pense qu’il serait partant pour nous aider à faire tourner en bourrique Machoman et sa virilité, il a l’air plutôt cool comme mec et vraiment pas prise de tête. Au contraire. »

Minorité de mon cul ouais, les trois quart des personnes que je connais dans ce bahut sont à voiles et à vapeur – je sais, aucune personne de moins de 50 ans ne dit ça, et alors ? Le ton de la confidence se repointe, penché en avant vers mon canapé préféré – ou alors c’est le fauteuil ? – je regarde à droite et à gauche histoire d’être sûr que personne ne nous écoute. Eh oh, c’est privé hein ! Attends, je mange un morceau avant parce que j’ai besoin de force. Genre …

« Lendemain de pleine lune, là, en début de mois. Je suis dans mon pieu, j’ai passé la journée à dormir dans le lit de Kyle, à faire ce que j’fais chaque lendemain de pleine lune c'est-à-dire laisser encore un peu d’espace à Loup pour qu’il s’éclate niveau trucs primaires. Bref, c’est la nuit, j’ai regagné mon lit, seul, je dors comme un gros bébé et là je sens une présence derrière moi, un bras qui passe par-dessus ma taille, tout ça. »

Trucs primaires = Dormir, manger, boire, et baiser. Voilà. Histoire d’être clair. Mode baraque à frite activé, c’est comme ça.

« J’étais pas trop réveillé tu vois, aucune idée de l’heure qu’il était mais totalement HS j’étais parti chez Morphée depuis un moment donc au départ j’ai d’abord cru que je rêvais. Ensuite j’ai commencé à nager dans une espèce de semi-conscience et … Bah … Quelqu’un se pointe dans mon lit en pleine nuit, a priori y a pas trop de suspens tu vois. C’est mon mec, donc je lui attrape la main, je me cale bien confortablement, etc ... »

Quand j’y repense j’ai clairement envie de rire même si … En fait, j’aurai bien dit que j’ai pas trop fait le malin sur le moment parce que c’est un peu vrai, j’en menais pas super large, mais je me suis surpris à prendre tout ça bien plus à la légère que je n’aurai pu le croire. Et c’est un constat qui me plait assez.
Un sourire en coin accroché au visage, j’essaie de ne pas éclater de rire et de garder un air sérieux autant que possible le temps de raconter tout ça à Caem. Je pense que le fait que ça se soit passé avec un type comme William change toute la donne. Il n’a pas pris ça au sérieux donc moi non plus et on a passé une bonne soirée à la suite de ça … Réveillés par les gardiens aux petites heures du jour alors qu’on était affalés, un cadavre de bouteille à côté de nous, dans les cuisines. Oui, tout ça c’est un bon souvenir et ça m’a permis d’arroser mon anniversaire, chose que j’apprécie et d’autant plus quand je me dis que c’était complètement imprévu.

« Ben non, c’était pas mon mec, c’était Will. Et j’ai bien failli en faire mon quatre heure … »

Je l’admets, j’ai un peu chaud en y repensant, surtout aux joues mais quand même. A la vitesse et la manière dont c’est parti … Ouais, c’était … Bref. Pas de ça chez moi, la fidélité est une notion primordiale en ce qui me concerne mais maintenant je me dis juste que ça ne me parait plus si improbable d’en arriver à ça avec un autre mec que Kyle. Toujours pas de case pour moi, merci, ce sont juste des faits je crois et j’en ai fait du chemin. C’est tout.

« J’te jure, il m’a fallu une seconde pour rallumer la chaudière et franchement on n’est pas passé loin du drame. Le temps que je réagisse, que je me rende compte que c’était pas Jules … En même temps il m’a pas aidé mais bon. »

C’est pas la peine de te cacher dans ton verre d’eau, Enzo.
Quoi ? J’ai soif.

« Voilà, voilà. »

Est-ce qu’on parle de tes sens soit disant surdéveloppés qui auraient dû t’alerter aussitôt que ça n’était pas Jules, justement ?
Non c’est pas la peine, merci.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1782
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Mar 8 Déc 2015 - 12:25

Comment faisaient-ils ? Caem était presque certain que c’était la question qui défilait dans la tête de certains de leurs camarades. Il avait vu un ou deux regards étranges se poser sur eux. Mais il n’en avait strictement rien à faire. Si certains voulaient les juger, qu’ils le fassent, mais ça n’avait pas d’importance. Parce qu’ils ne comprenaient pas. Non, il n’étaient pas prostrés, en train de remuer leur nourriture dans leurs assiettes et de se demander combien de temps encore ils allaient devoir pleurer. Ils auraient pu en un sens. Être là, comme beaucoup, à chercher de l’air, à chercher à se sortir de cette situation qui leur nouait les entrailles. Mais pas cette fois. Cette fois, Enzo et Caem étaient ensemble, à discuter de tout et de rien et à rire comme des andouilles. Ils n’oubliaient en aucun cas ce qui venait de se passer. La nouvelle était toujours présente mais ils avaient besoin d’une parenthèse. Ils avaient besoin de rire, de faire les cons pour pouvoir affronter la suite. C’était peut être aussi leur façon de gérer ce surplus d’émotions. Et personne n’avait le droit de les juger. Le jaune était trop content de voir son ami retrouver un peu le sourire qu’il aurait très certainement été capable de rembarrer très sèchement quiconque ce serait permis de faire une réflexion. Parce qu’eux aussi, comme chaque élève de ce château, étaient victimes en un sens de ce qu’il s’était passé. Chacun avait maintenant le droit de gérer à sa façon, de faire comme il pouvait pour continuer d’avancer. Parce que le temps ne s’était pas suspendu. Parce que malgré la douleur, un jour ou l’autre, ils allaient devoir avancer…

Caem ne cherchait donc en aucun cas à masquer son hilarité. Aussi, alors qu’il était en train de prendre une gorgée d’eau, Enzo lui demanda comment Mateo risquait de réagir s’il apprenait qu’il avait proposé un plan à trois à Riley. Stop. Pause. Il vient vraiment de dire ça ? Le russe avala alors péniblement sa gorgée d’eau et reposa son verre, le regard bugué. puis, sans prévenir, il éclata littéralement de rire. Non parce que rien que d’imaginer l’action en elle-même et la séquence révélation, il n’en pouvait plus.

“Je veux même pas savoir dans quelles circonstances tu as fait ça mais sincèrement… Si tu dis ça à Mateo je veux être là pour filmer la scène.”

Parce que ça promettait d’être explosif. Peut être même un peu trop. Oui parce que si eux ça les faisait rire, leur ami risquait fort de ne pas partager leur avis sur ce sujet. Enfin, tant qu’il n’était pas là, ils pouvaient bien se lâcher un peu, après tout, on parlait de Mateo et non pas de la première sainte ni touche venue ! D’ailleurs, en parlant de ça, il fallait quand même avouer que si l’Argentin était connu pour son côté lover, il n’était pas très aventureux. Disons qu’il se contentait de reproduire des schémas un peu trop classiques aux yeux d’Enzo et de Caem qui l’avaient déjà titillés à ce sujet à plusieurs reprises. C’était donc le plus naturellement du monde que le jaune était revenu sur ce point, ajoutant un nouvel élément dans la conversation, ce cher William. Sauf qu’à vrai dire, il ne s’attendait pas à ce que ce personnage face autant réagir son ami. Lorsque le rouge frappa sur la table, le russe sursauta et porta une main à sa poitrine. La vache. Respirer Caem, nous fait pas un arrêt cardiaque maintenant, c’était vraiment pas le jour.

”Me refait plus jamais ça!”

Caem n’était certes pas une poule mouillée mais sur ce coup, il avait vraiment senti son coeur rater un battement sous le coup de la surprise. Enfin, heureusement, Enzo semblait avoir une histoire suffisamment croustillante pour se faire pardonner ce petit élan de folie. Le jaune reprenait donc tranquillement son calme alors que son camarade lui confirmait que William préférait bien les hommes. Et oui. Les mecs cachaient bien leur jeu dans ce Château il fallait l’avouer. Enfin bref, ce n’était pas le sujet parce que ça, à vrai dire, il le savait déjà. Le russe observa alors Enzo vérifiait que personne ne les écoutait et par instinct, il se pencha légèrement en avant. Le rouge se lança alors dans son histoire. jusque là tout allait bien, lendemain de pleine lune, dans son lit, rien à signaler mon général. Quelqu’un arrive dans son lit? Ok… Ok… Attends!

”Oui je vois tout à fait… Même trop, enchaîne vite.”

Non la petite âme prude de Caem n’était pas choquée mais il n’avait pas spécialement envie de s’imaginer Enzo entrain de s’ébattre avec Kyle. Non pas qu’ils devaient être dégoûtants ces deux là, loin de là mais… Hum… Bref. Ne pas s’attarder sur le sujet. Comme pour chasser totues ces images de sa tête, le jeune homme mit un peu de nourriture dans sa fourchette et entrepris de manger. Mauvaise idée. Lorsqu’Enzo déclara qu’il avait faillit faire la fête à William, il manqua de s’étouffer. Ok, c’était définitive, il voulait sa mort aujourd’hui. Allumer la chaudière? Vraiment ? Caem attrapa alors un verre d’eau pour faire passer sa toux et regarda son camarade. Sur son visage il y avait surtout de la surprise mais quand il vit son ami se cacher à moitié derrière son verre d’eau, il ne pu s’empêcher de rire.

“Ok, note à moi même : ne JAMAIS venir dans ton lit quoi qu’il arrive.”

Sourire. Bon en même temps, qu’est ce qu’il aurait pu aller faire dans le lit d’Enzo ? Parce qu’il comptait bien ne plus jamais se retrouver ivre au point de ne plus savoir où il habitait alors forcément… Mais bon, on ne savait jamais, il valait mieux qu’il inscrive bien soigneusement cette règle dans son esprit pour éviter toute mauvaise aventure. Après tout, on n’est jamais assez prudent ! Caem parvint finalement à se remettre de toutes ces émotions et à recommencer à manger doucement et à peu près normalement même si toute cette histoire ne risquait pas de s’effacer de son esprit de si tôt.

”Et tu l’as dit à Kyle que tu avais faillit le confondre avec quelqu’un d’autre ?”

Caem n’avait en aucun cas dit cela sur le ton du reproche ou quoi que ce soit dans ce goût là. Enzo gérait la situation comme il le voulait. Il se demandait juste comme aurait pu réagir son petit ami en apprenant ça. parce qu’après tout, ils s’étaient arrêtés à temps donc au final, rien de dramatique n’avait eu lieu ! Bon même si le russe était persuadée que s’il lui arrivait un truc similaire, Killian ne serait sans doute pas très encline à rigoler. Ahem. Maintenant, il vérifierait toujours quand elle viendrait le rejoindre, question de sécurité!
Le russe prit alors une dernière bouchée de son assiette avant de la pousser légèrement. Il avait assez mangé pour ce repas. Bon, à côté d’Enzo, on aurait pu le prendre pour un moineau mais la quantité restait raisonnable et suffisante pour son corps même s’il n’allait pas reprendre du poids de si tôt. Il ne pu s’empêcher alors de tourner la tête vers William avant de se reconcentrer vite sur Enzo. Ce n’était pas poli de fixer les gens, surtout après avoir entendu ce genre d’histoires.

”N’empêche, vous êtes très décomplexés ici. En Russie, si t’as des penchants pour les gens du même sexes, vaut mieux pas trop en parler.”

Caem avait beau aimer sincèrement son pays, il était conscience de certaines réalités. Là bas, l’homosexualité était loin d’être acceptée par tous et surtout pas par l’État. Lui n’avait jamais eu de problème avec ça, parce qu’au final il avait aussi fréquenté des filles et qu’il savait être très discret sur sa vie intime. Mais il avait pourtant tout à fait conscience que cela pouvait lui attirer des ennuis d’être tel qu’il était.

”On aurait pu abîmer ma tête d’ange pour ça… t’imagine!”

Caem fit alors un léger mouvement de paupières digne des yeux de chatons les plus mignons avant d’exploser de rire. Ok, son ton n’avait rien à voir avec la dureté du sujet. Mais encore une fois, il n’était pas d’humeur à trop de sérieux, trop de polémique. Il avait besoin d’un peu de légèreté, pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Ven 11 Déc 2015 - 12:41

« Ok, note à moi-même : ne JAMAIS venir dans ton lit quoi qu’il arrive. »
« Mais si tu peux, le fais juste pas avant ou après une pleine lune c’est tout. Tu verras, je suis un vrai nounours doublé d’une bouillote. Tout gentil, tout mignon, tout doux, tout câlin. »

Je dis ça d’un air totalement sérieux mais la vérité c’est que je ne crois pas être totalement partant pour partager mon lit quoi qu’il arrive. Je l’ai déjà fait, avec Elwynn, avec Sova, avec Kyle évidemment m’enfin lui ça n’est pas tellement pareil, et avec Will l’espace de quelques secondes sur un malentendu mais … C’est mon territoire, avec mon odeur, celle de mon chat et celle de mon mec. Qu’on s’en tienne à ça c’est très bien et si un jour Caem a besoin d’un endroit pour dormir ou d’un câlin … Ouais bon, on verra. Et désolé d’avoir failli te tuer, c’est William qui me rend super enthousiaste. Oui ! C’est toujours de la faute de quelqu’un d’autre et jamais de la mienne. Parfaitement.

« Après faut pas me chercher aussi ! J’veux dire si tu te pointes et que tu bouges pas, j’suis pas une bête non plus, je sais me tenir, mais si tu commences à me toucher là faut pas s’étonner que je réagisse. »

Ben quoi ? C’est vrai. Quelqu’un qui se pointe dans mon lit, se colle à moi et se comporte comme le Bleu l’a fait, désolé mais je suis un être humain – au moins en partie – alors je réagi en conséquence. C’est naturel, non ?

« Et tu l’as dit à Kyle que tu avais faillit le confondre avec quelqu’un d’autre ? »
« Euh … J’ai peut-être consciemment totalement oublié de le faire … Surtout que c’est pas la première fois … »

T’es un putain de cas Enzo Ryans, sérieusement.

« Mais c’était de ta faute ! On avait picolé comme des trous, tu sais le soir où on a discuté dans ta Salle Commune là, meuble de salon, etc … Ben quand je suis remonté c’était la teuf chez les Rouges et j’étais tellement torché que j’ai confondu Kyle avec Matthew … Hey attends, j’y voyais pas clair, ils font la même taille, quasiment la même corpulence, il était de dos, avec ses bouclettes là. Du coup je lui ai p’loté le cul et j’ai failli l’embrasser avant de me rendre compte que y avait méprise. Je sais, j’suis grave. Mais il est pas jaloux et puis de toute façon j’ai rien à me reprocher. Ou presque. On ne débarque pas dans le lit des gens en pleine nuit comme ça enfin ! »

Le tout dit avec le sourire, sans prêter attention à ce qu’il se passe autour. Tout ce qui compte pour moi en cet instant c’est ce moment hors du temps avec mon pote. Point barre. Il se marre, comme une baleine – oui comme une baleine ! – et ça me fait plaisir de le voir aussi détendu du calbar.
Et avec tout ça, ça va refroidir. C’est bien beau de raconter sa vie mais manger ça peut-être bien aussi alors je prends exemple sur mon camarade et déguste tranquillement ce que j’ai dans mon assiette. L’inconvénient quand le calme revient c’est que la réalité, pas la plus fun, s’impose à nouveau et je sens bien que l’ambiance redevient un peu sinon triste au moins pensive alors je me concentre sur ma nourriture tout en regardant comme une mère poule ce que Caem avale. Pas grand-chose, mais c’est toujours mieux que rien. Je n’ai pas été là pendant un mois et de ce que j’en vois c’est qu’il ne s’est pas laissé dépérir pendant ce laps de temps. Pas par rapport à mon absence, ni à moi, je ne suis pas égocentrique à ce point-là, mais parce qu’il aurait pu rechuter ou quelque chose comme ça. Ça n’est pas le cas, c’est un Russe avec une bien meilleure mine que j’ai retrouvé et ça fait plaisir. Une meilleure mine, un meilleur appétit et de nouveau avec sa Lionne. Donc tout va bien et ça fait réellement plaisir.

« N’empêche, vous êtes très décomplexés ici. En Russie, si t’as des penchants pour les gens du même sexes, vaut mieux pas trop en parler. »

Interpelé, je relève donc la tête vers lui tout en finissant ma bouchée. La conversation change un peu de ton, ça n’est pas un problème. Peut-être qu’on devrait parler de Megan, de ce qu’il s’est passé hier, etc … Mais ne pas le faire ça fait du bien. Tout ça reviendra bien assez tôt et moins je pense au sang de la meilleure amie de mon frère sur mes mains, mieux je me porte, pour être tout à fait honnête. On a tous besoin d’appuyer sur pause à un moment ou un autre. Parler de la Russie, je suis preneur, d’une parce que ça m’intéresse de découvrir les mœurs d’autres pays et de deux parce que ça concerne un de mes amis les plus proches.

« On aurait pu abîmer ma tête d’ange pour ça… t’imagine! »
« Nan, je préfère pas imaginer. Ça serait un crime contre l’humanité d’abimer une face pareille enfin ! Avec tes beaux yeux bleus là, non mais franchement, on n’en fait plus des comme ça. »

Je lui lâche un clin d’œil, qui n’a rien d’aguicheur même si pour faire le con ça aurait pu être le cas. Plaisanterie, oui, mais sous couvert de sérieux quand même étant donné le sujet abordé. Je me rends compte que même si j’ai pu ces derniers temps voir un peu le monde extérieur j’ai encore de grosses lacunes à ce niveau-là. Je pense que si je n’avais pas Caem ou éventuellement Cameron dans mon entourage – Non, Tallulah ça ne compte pas et de toute façon elle n’est plus là – je n’aurai jamais réellement prêté attention à ce beau pays que doit être la Russie. J’en découvre un nouvel aspect, un aspect que je ne connaissais pas, et pas une seconde je ne mets en doute ce qu’avance le Jaune. J’avale une nouvelle bouchée et fronce les sourcils tout en réfléchissant jusqu’à ce que mon regard capte le sien à nouveau.

« J’me rend compte que je ne connais vraiment pas grand-chose de ton pays. Je savais pas que c’était craignos là-bas vis-à-vis de ça. Comment tu faisais du coup ? »

Peut-être que comme moi il n’a simplement pas été confronté à ça directement là-bas, en réalité. J’avais 15 ans quand on a quitté l’Australie et on ne peut pas dire que je m’étais beaucoup mélangé avec les autres à ce moment là – oui, dans tous les sens du terme. Je restais dans mon coin, l’adolescence était là avec tout ce qu’elle implique mais je n’étais pas … comme je suis maintenant, ça c’est clair.

« Tu sais, si j’étais resté en Australie je pense pas que j’aurai tourné aussi … décomplexé comme tu dis. Tout ça c’est la faute de Kyle ! »

Jamais de ma faute, je ne dis et je le répète. Je suis un ange. Un ange qui n’a jamais été exposé à ce genre de problématiques avant de rencontrer un certain Américain entre ces murs il y a plus de deux maintenant. Sa faute, grâce à lui, peu importe. Le contexte a aussi formaté un peu tout ça je pense.

« Sincèrement, je ne connais pas spécialement les mœurs à ce sujet là-bas non plus, ni ailleurs. J’y ai été confronté seulement ici, parce que même si on a pu sortir un peu ces derniers mois … Je crois que je n’ai juste pas tellement fait attention. Y a bien une fois au marché à Lakes l’été dernier où on s’est fait regarder de travers mais c’est la seule fois où j’ai ressenti du jugement et du dégoût ou je ne sais trop quoi dans ce genre-là, à l’extérieur en tout cas parce qu’ici c’est autre chose. »

Ici il y a pleins de personnes décomplexées comme il dit, mais il y en a aussi quelques-unes clairement intolérantes. Comme partout j’imagine.

« Aux USA j’ai pas fait attention, au Brésil non plus et à Londres on n’est pas beaucoup sortis donc ça réglait le problème. J’étais tellement content d’être dehors et ailleurs, avec lui, avec mes amis, ma famille un peu aussi, chez moi, etc … que … Ouais, j’y ai juste pas pensé en fait. Après on peut pas dire qu’on se donne spécialement en spectacle non plus mais c’est pas rare qu’on se tienne la main par exemple. »

Un truc tout bête mais qui pour certain est à la limite de l’acceptable ou plutôt de l’inacceptable. C’est vraiment quelque chose que je ne comprends pas mais j’imagine qu’on s’en fout de ce que je comprends ou pas.

« Faudrait que je me renseigne un peu, par curiosité. »

Haussement d’épaules, nouvelle bouchée, illumination. Connerie, avec un air on ne peut plus sérieux.

« J’repense à notre trip Russie-Argentine-Australie … C’est con, on pourra pas tenir la main de Mateo dans les rues de Moscou sans risquer notre peau. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1782
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Mer 16 Déc 2015 - 16:29

Enzo, une bouillotte ça il l’acceptait sans trop demander vérification. Tout gentil, tout mignon ? Hm, à voir. Non plus sérieusement il n’en doutait pas mais il n’avait pas non plus spécialement envie de tenter l’expérience. Même si son camarade se défendait encore en disant que si on ne le provoquait pas il ne faisait rien. Encore heureux ! Enfin, il pouvait être serein, Caem n’irait pas se faufiler dans son lit, il avait déjà le sien et la possibilité que Killian l’y rejoigne, cela lui suffisait grandement. La seule chose qui aurait pu faire qu’il se retrouve dans le lit de son ami (pour dormir seulement bien sûr), aurait été une soirée trop alcoolisée. Sauf que ça n’arriverait plus. Alors aucun risque là-dessus. Allez, une petite gorgée d’eau pour saluer ça. Une gorgée d’eau qui faillit encore une fois être assassine. Enzo semblait être passé maître dans l’art de lâcher des bombes plus grosses que lui à n’importe quel moment. Alors comme ça ce n’était pas la première fois qu’il confondait son petit copain avec quelqu’un d’autre ? Sérieusement ? Alors là pour le coup, le russe était bien curieux de savoir ce qu’il avait à dire. Quelle ne fut pas sa surprise quand le rouge commença par dire que c’était sa faute. Hein ? Qu’est-ce qu’il venait faire dans l’histoire ? Caem afficha un air interrogateur en se montrant du doigt, comme pour insister sur le fait qu’il venait de l’accuser. Bon au final il ne se formalisa pas vraiment et finit même par exploser de rire. Autant à cause de l’histoire qu’Enzo venait de raconter que parce qu’il se remémorait cette soirée. Elle avait été assez mythique il fallait bien l’avouer.

« Ah ouais, t’es un champion en fait. Franchement, ma copine a une jumelle et j’ai réussi à jamais confondre alors vraiment, t’as pas d’excuse ! »

Ouais enfin il faisait le malin n’empêche que ça faisait partie de ses hantises. Caem s’était toujours demandé ce qu’ils se passeraient s’il confondait Killian et Ever… En réalité il s’en voudrait tellement qu’il irait sans doute s’aplatir au sol pour s’excuser. Heureusement ça n’était pas arrivé et au fond, cela lui semblait impossible que ça arrive. Elles avaient beau être physiquement identiques, en réalité elles étaient si différentes. Enfin bon, tout ça pour dire que l’alcool semblait avoir des effets très nocifs sur la vision de ce cher Enzo.

Changement de sujet, plus ou moins radical. Caem se mit alors à évoquer le fait qu’en Russie l’homosexualité n’était clairement pas bien vue. Au début, Enzo répondit à sa petite remarque de second degré et lorsqu’il lui fit un clin d’œil, le russe ne pu s’empêcher de faire deux petits haussements de sourcils. Et oui mon grand, moi aussi je peux provoquer tu sais, ça ne me fait pas peur ! Hum. Le sujet est sérieux les gars, on arrête un peu ! Caem reprit un air un peu plus neutre alors qu’Enzo déclarait qu’il ne connaissait pas bien la Russie et qu’il lui demandait comment il faisait. Belle question. Le russe afficha alors un petit sourire avant de se laisser absorber quelques secondes par son verre d’eau. Au final, il ne repensait pas si souvent que ça à sa vie là-bas. Il repensait surtout à sa mère, à ses amis mais pas à tout ce qu’il avait vécu, à la façon qu’il avait eu de profiter de sa jeunesse comme il pouvait… Parce qu’au final ça avait été au cœur de son sentiment de culpabilité pendant bien longtemps. Mais il était passé au-dessus de ça. Il releva donc rapidement la tête pour reporter son attention sur Enzo.

« Les personnes avec qui je traînais étaient plus progressistes alors dans mon cercle d’amis on s’en fichait. Mais jamais j’aurais pu tenir la main d’un mec dans la rue. Au final j’avais pas de vraie relation donc rien à afficher mais si j’avais voulu ça aurait été problématique. Quand t’es gay là-bas tu te caches ou alors tu prends le risque d’être battu dans la rue voir de finir en prison. »

Oui c’était choquant. Caem avait beau aimer la Russie, ça le rendait malade quand il y repensait. Et s’il avait été amoureux là-bas ? Et si ça avait été plus que des flirts ? Il aurait dû vivre dans la peur de se faire voir. Et ça c’était juste impensable. Heureusement, ici il trouvait que c’était bien plus décontracté. Mais il n’avait pas vraiment été confronté à la chose aussi puisque sa seule relation depuis qu’il était ici était avec Killian. Il écouta alors avec attention Enzo qui lui expliquait comment lui percevait les choses. Oui les regards de dégoûts… C’était intolérable à ses yeux mais après avoir vu comme c’était en Russie, en un sens il se disait que si ce n’était que ça, c’était déjà pas mal. Même s’ils ne devaient pas s’en contenter et que s’il avait vu ça, le russe aurait très certainement fait une réflexion.

« Je pense que ce sont dans l’ensemble des pays où les mentalités commencent à évoluer même si c’est encore loin d’être parfait… Mais je crois qu’en Angleterre par exemple, ce n’est pas du tout un sujet tabou et que s’ils restent encore des vieilles mégères pour râler, dans l’ensemble, les gens commencent à ne plus faire attention. »

Oui des vieilles mégères. Bon et pas que d’ailleurs, malheureusement… Si seulement ce n’étaient que les vieilles générations qui avaient un problème avec ça. Le souci c’était que certains jeunes, comme ici dans l’école, avaient des modes de pensée de l’ancien temps. Épuisant. En tout cas, si jamais quelqu’un osait faire une réflexion à Enzo ou Kyle ou qui que ce soit d’autre à ce sujet devant lui Caem s’interposerait sans hésiter. Pas avec violence, parce que ce n’était pas son registre mais oui il se ferait entendre. Parce que personne n’avait le droit d’être discriminé d’une quelconque façon que ce soit. Oui, il ne pouvait plus qu’être spectateur maintenant, il le savait.

« Surtout que si on se balade tous les trois en se tenant la main, j’ose même pas imaginer ce qu’ils pourraient visualiser… »

Déjà que l’homosexualité c’est mort là bas alors en plus à plusieurs. Oulalalala. Et pourquoi tu penses à ça toi d’abord ? Décidément, ça ne lui réussissait pas de traîner avec Enzo. A chaque fois, c’était pareil, son cerveau se mettait à imaginer n’importe quoi. Et le pire dans tout ça c’était qu’ils ne pouvaient même plus mettre ça sur le dos de l’alcool. Piégé. En fait, Enzo le rendait pervers. Lui mettait des idées bizarres dans le cerveau. Oui ça devait être ça il n’y avait aucune autre explication plausible.

« Apparemment c’est Kyle qui t’a rendu décomplexé mais moi je dois dire que c’est toi qui a une sale influence sur moi… Petite vicieuse. »

Caem adressa alors un immense sourire à Enzo. Oui la provocation était gratuite. Il ne se serait jamais permis ça avec qui que ce soit d’autre d’ailleurs, hormis Mateo bien sûr. Mais entre eux, c’était une amitié vache et forte et ça faisait du bien de se lâcher un peu. Alors oui, il osait, même si ce n’était pas franchement politiquement correct. Caem s’étira alors doucement. Il n’était pas resté aussi longtemps assis à une table depuis bien longtemps. En même temps c’était parce que l’ambiance y était particulière. Enfin pour eux, parce qu’autour c’était morne. Le russe savait qu’ils allaient devoir un moment rejoindre cette réalité mais cela ne l’enchantait en aucun cas, tous ses visages ravagés par la peur et la tristesse… Caem poussa alors un léger soupir.

« J’en avais presque oublié tout ça… »

Ou peut être aurait-il aimé oublier tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
Hiboux postés. : 17054
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Jeu 17 Déc 2015 - 14:18

Un Champion … Ouais, c’est le bon terme je crois et pas dans le sens positif. Il a raison, je n’ai pas d’excuse mais tout ça me fait plus rire qu’autre chose. A aucun moment je n’ai eu de mauvaises intentions, à aucun moment je n’ai été trop loin, alors franchement il n’y a pas mort d’homme et je crois que depuis le temps Kyle s’est habitué à mon côté « légèrement » boulet quand je m’y mets. Je crois qu’il est blasé, à ce sujet-là en tout cas et très probablement à raison. C’est juste que … Disons que quand je relâche la pression, quand je laisse mes sens tranquilles, j’ai tendance à vraiment complètement lâcher prise et voilà ce que ça donne. Ça me fait du bien, dire le contraire serait mentir parce que quand on a passé des mois et des années en permanence ou presque au aguets, je crois que c’est nécessaire d’en arriver à des situations pareilles. Je ne parle pas spécialement de confondre son mec avec un autre, c’est pas ce que je dis, mais d’en arriver à un stade où on déconnecte au point tel qu’on ne fait plus attention à rien. C’est plutôt positif de voir que le corps et l’esprit en sont encore capables, c’est tout. Et non je ne me servirai pas de ça comme excuse, promis, j’explique juste comment je vois les choses mais j’accepte le fait de ne pas avoir d’excuse, et avec le sourire en prime. Et puis il marque un point pour ce qui est des jumelles … D’ailleurs ça me ferait tellement rire que ça lui arrive … Pas au point que ça foute la merde évidemment, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, mais je doute que ça se produise un jour parce que quand on connait bien les sœurs Calgarry on sait à quel point elles sont différentes l’une de l’autre. En plus elles n’ont pas la même odeur, oui je me sentais obligé de le souligner. Une question me traverse l’esprit : Est-ce que Caem sait qu’Ever est une Louve ? Peu de gens le savent dans l’école, tout comme Maxime, il n’y a qu’un seul gagnant dont le secret n’en est plus un dans ce bahut. Joie. Enfin bref, je ne vais pas commencer à jouer les martyrs, parfois ça soulage réellement et puis en réalité, je m’en cogne. Si ce n’est pour les tarés fétichistes ou ceux qui veulent avoir une bonne note à leur exam de DCFM, on me fout relativement la paix avec ça. Il y aura toujours les intolérants, ceux qui ont peur, etc … Mais globalement je n’ai pas tellement à me plaindre sur le sujet.

Et puis l’intolérance, tant qu’on en parle … Ce qu’il me raconte me glace le sang d’une part et me le fait bouillir de l’autre bien que je reste stoïque et attentif, expliquant à mon tour ma propre expérience. Ici, à Poudlard, je me suis fait traiter de tous les noms et je sais que derrière mon dos certains continuent de le faire. Je parle de moi mais je sais que ça en concerne d’autres, évidemment. Mon propre frère m’a traité de tarlouze il y a trois jours, cette fois ça n’avait rien d’une manière de se moquer gentiment de moi, ça n’avait rien d’affectif comme ça aurait pu l’être comme ça l’était à chaque fois ces derniers mois – avant qu’on finisse chez le Vieux en tout cas. Comme je l’ai expliqué à Kyle ça n’est pas le mot qui m’ a fait péter les plombs, c’est le message planqué derrière et ses intentions mais ça n’est pas le sujet. Les insultes c’est une chose, quand la violence physique s’en mêle là s’en est une autre. Je serre les poings sans trop m’en rendre compte je crois. Finir en prison parce qu’on est attiré par le même sexe, ça me semble tellement surréaliste et pourtant, je sais que Caem ne me raconte pas de cracks. Se faire battre … J’ai la chance d’avoir un physique et un aura particulièrement décourageant à ce sujet je pense, même si je sais parfaitement que ne serait-ce qu’avec la magie je finirai par terre en moins de deux et que moi tout seul contre un groupe de plusieurs personnes, même si je suis costaud, je ne m’en tirerai pas sans dommage. Ça ne me fait pas peur, mais une chose est claire, nette et précise dans mon esprit : Celui ou celle qui s’avisera de s’en prendre à Kyle – de façon irréversible dans ses intentions, j’entends – risque sa peau. Au sens propre du terme.

Mais revenons à des choses plus joyeuses, c’est mieux.

« Surtout que si on se balade tous les trois en se tenant la main, j’ose même pas imaginer ce qu’ils pourraient visualiser… »
« Cette image … »

La main à moitié sur le visage, un coude sur la table, mélange de grimace et de sourire sur le visage … Non, non ça ne le fait pas.

« Apparemment c’est Kyle qui t’a rendu décomplexé mais moi je dois dire que c’est toi qui a une sale influence sur moi… Petite vicieuse. »
« Ben voyons ! Assume ton côté obsédé refoulé ! C’est moche de rejeter la faute sur les autres Kaliayev. »

Comment ça c’est l’hôpital qui se fout de la charité ? Absolument. Il n’empêche que je suis certainement le plus obsédé de nous deux, celui qui en parle le plus en tout cas et se retrouve toujours dans des situations tordues mais on ne me l’a fait pas à moi, je doute qu’il joue au scrabble quand il est seul avec Killian, ou avec qui que ce soit d’autres avant elle.

Le silence s’installe à nouveau, pendant que lui s’étire je termine mon assiette mais m’arrête en cours de route, poussant les derniers aliments dans un coin, du bout de ma fourchette, sans vraiment les voir. Un soupir m’échappe, je crois que tout est entrain de retomber.

« J’en avais presque oublié tout ça… »
« Ouais … J’aurai bien aimé oublier un peu plus longtemps l’odeur du sang de la meilleure amie de mon frère. »

Et cette envie de meurtre que je garde dans le creux du ventre depuis hier après-midi quand ce type s’est donné la mort entre mes doigts. Cette peur que je refoule, celle qu’ils reviennent et recommencent, accompagnée par une vague de haine, de rage. La vision de ce sang partout sur mes mains et mes vêtements, son corps complètement meurtris …

« Pardon. »

Je me rends compte seulement que ce que je viens de dire a été prononcé à voix haute et non dans ma tête alors oui, ces excuses sont sincères. Ça ne sert à rien, ça n’arrange rien d’exprimer ça haut et fort sans parler du fait que ça peut le rendre mal à l’aise et ça n’est clairement pas ce dont j’ai envie.

« Je crois que c’est le moment critique où on n’arrive plus à faire abstraction hein ? »

Je pose finalement ma fourchette dans mon assiette, plus franchement attiré parce qu’il reste devant et affiche un demi-sourire à son attention.

« C’était cool de passer ce moment avec toi Caem, vraiment, et merci encore. J’vais aller rejoindre Jules j’pense. »

Pour voir comment il va mais aussi parce que j’ai envie d’être avec lui, tout simplement. Et peut-être essayer de croiser Cameron si jamais il est sorti de l’infirmerie, juste pour voir s’il a besoin de quelque chose. Je me lève donc et lui adresse un dernier signe de la main …

« A plus Bro’. »

… avant d’enjamber le banc et de prendre la direction de la sortie.

Peut-être ce soir à la veillée ? Sincèrement, j’en sais rien. Kyle aura peut-être envie d’y aller et si c’est le cas j’irai avec lui, s’il le souhaite, mais je ne suis pas certain de vouloir m’y rendre. Pas parce que je n’ai pas envie de lui dire au revoir, penser à elle, etc … Simplement parce que je n’ai pas encore digéré et que le faire de cette façon … non, je ne crois pas.

▬ Fini pour moi ▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1782
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   Mer 30 Déc 2015 - 11:13

On devrait leur décerner un titre. Non vraiment Caem était persuadé que lui et Enzo méritaient une jolie couronne avec écrit dessus « rois de la connerie ». Certes il avait l’air sage et posé comme ça mais en réalité, dès qu’il avait l’occasion de passer un peu de temps avec son ami il se transformait en champion de la bêtise. Et ça ne le dérangeait en aucun cas. Parce que dans ces moments là il se sentait léger. Il avait l’impression d’être cet adolescent à peu près normal qui vivait une vie plutôt banale dans son école. Ce à quoi il avait toujours aspiré. Ce qu’il avait toujours recherché même s’il avait dû finir par accepter que malheureusement, il ne pouvait pas faire comme si son passé n’avait pas existé. Mais maintenant il vivait très bien avec et pouvait en toute allégresse raconter les pires conneries de la terre avec Enzo. D’ailleurs, il se délecta de sa tête quand il le vit se cacher alors que sans doute il imaginait une scène entre eux et Mateo. Le russe parvint quant à lui à stopper son imagination nette mais le visage de son camarade… Il ne pu s’empêcher de rire. Franchement, il ne voulait pas savoir ce qu’il se passait dans son cerveau mais c’était bien drôle. Voilà, il payait le prix de sa perversité et il ne se gêna pas pour lui rappeler qu’avant de le fréquenter il était vraiment le petit ange du Château. Jamais d’emmerdes, toujours calme, toujours gentil et jamais une parole légère. Bon ok, au fond, il savait bien qu’il avait déjà tout le potentiel mais que c’était juste qu’il n’avait personne avec qui partager. Entendre Enzo le réprimander faussement et l’appeler par son nom de famille le fit rire de nouveau.

« Ok ok. N’empêche que je suis sûr que si on demande aux gens leur avis, ils diront que je suis un ange et que c’est toi qui me pervertis. »

Et un sourire colgate pour la une, un. Caem était fier de sa petite connerie mais cette sensation finit par s’estomper. Alors que le silence ne s’était installé que pendant quelques secondes entre eux, l’ambiance avait fini par le dévorer. Il avait revu ses visages assombris, il avait senti de nouveau cette masse sur cette épaule. Il se rendait compte qu’ils n’avaient pas réussi à fuir la réalité. Juste à la mettre entre parenthèses pendant quelques instants, à s’offrir des minutes de respiration. Mais ils devaient l’accepter, tout revenait à la charge et ils ne pouvaient pas réellement oublier. S’en donner l’illusion seulement. L’oubli n’était pas permis. Lorsqu’Enzo reprit la parole, Caem ne pu s’empêcher d’afficher une grimace. Ce qu’il venait de dire était violent. Caem non plus n’oubliait pas le sang d’Ever sur lui. Mais la différence c’était qu’elle avait survécu… Le jeune homme baissa alors la tête mais la releva aussitôt en entendant les excuses de son ami.

« C’est rien t’en fais pas… »

T’es pas responsable de tout ça mon pote. T’es une victime toi aussi. Le ton de voix de Caem était redevenu doux et sérieux. S’il y avait bien quelqu’un avec qui Enzo pouvait expier sans se poser de questions c’était lui. Le russe ne lui en voulait pas. Il n’osait même pas imaginer comme tout ça pouvait le dévorer… Alors tant pis si parfois les mots sortaient trop vite, trop brutalement. Ce n’était clairement pas la peine de se formaliser pour ça. Le russe le regarda alors poser sa fourchette et hocha la tête lorsqu’il déclara qu’ils ne pouvaient désormais plus faire abstraction. Non, maintenant ils devaient accepter le retour à la réalité. Cette parenthèse avait été salvatrice mais elle ne pouvait qu’être éphémère. Caem parvint tout de même à adresser un nouveau sourire franc à son ami.

« Ça m’a fait du bien aussi. Prends bien soin de toi et de Kyle. »

Il le regarda alors se lever, répondit à son signe de main et l’observa quelques instants s’éloigner avant de pousser un léger soupir. Et voilà. Caem reporta alors son attention sur son assiette. Non clairement maintenant il n’avait plus faim. Il se décida alors à se lever à son tour. Il sentit quelques regards sur lui. Quelques regards qui semblaient lui dire « tu fais plus le malin maintenant ? ». Mais il s’en fichait. Oui il avait ri et déconné et ne s’en voudrait jamais pour ça. Maintenant c’était le dur retour à la réalité et il essayait de le négocier comme il pouvait. Il aurait aimé rester dans la petite bulle encore un peu mais il savait que ce n’était pas possible. Il allait devoir tout affronter, accepter et suivre l’évolution du Château, voir comment, pas à pas, chacun allait se reconstruire. Le jeune homme décida alors d’aller voir Killian. Elle avait besoin de lui, comme Kyle avait besoin d’Enzo et sa présence l’apaiserait sans doute. Tout était allé très vite et il avait encore du mal à se dire qu’ils étaient de nouveau ensemble. Parce que jamais il n’aurait pensé que ça se passe ainsi… Mais il n’allait pas se plaindre, bien au contraire. C’était libérateur pour lui de voir qu’on acceptait qu’il passe à la suite, que sa phase de repli et de souffrance était derrière lui. Tout n’était pas réglé mais à l’image de cette école, il avait encaissé pour maintenant essayer de se relever.


- Fini -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem   

Revenir en haut Aller en bas
 
So fuckin' blow those words out the back of your head ▬ Connor & Caem
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Moon ◊ I'm the ghost in the back of your head
» BENEDICT CUMBERBATCH ≈ the ghost in the back of your head
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» What are words if you really don't mean them when you say them!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Troisième Etage.-
Sauter vers: