AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 It's been a long day ▬ Emily

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 7759
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: It's been a long day ▬ Emily   Ven 18 Sep 2015 - 22:39

Lundi 16 Février 2015 – Fin de journée
It's been a long day ...



Emily & Cameron

La vie est une pute. Ça n'est pas dans mes habitudes d'employer ce genre de termes mais c'est pourtant le premier qui me vient en tête actuellement. J'ai perdu la notion du temps, je pense même avoir essayé d'occulter un peu tout ça mais depuis que j'ai rouvert les yeux le monde me semble aller complètement de travers. J'ai vu défiler un paquet de visage là haut et pourtant j'ai le sentiment de ne pas en avoir vu un seul. L'infirmerie est blindée, c'est à peine si on peut mettre un pied devant l'autre et à cause du beau trou que j'ai dans le dos je devrais encore y être mais c'est devenu irrespirable pour moi là haut alors je me suis barré. Sans rien dire, pas un mot … et pas une larme. Ça n'est pas la première fois que je fais face à ce genre de situation mais j'ai pourtant le sentiment d'être en plein déni, pire que ça, je refuse de l'admettre. Ça n'est tout simplement pas possible, tout ça n'est qu'un putain de cauchemar, une vaste blague en réalité. Hier n'a jamais eu lieu, je ne me suis jamais fait planter par un de ces tarés qui d'ailleurs ne sont jamais revenus. Je n'ai jamais cru expulser mon dernier souffle sur le pavé en plein milieu d'un couloir en compagnie d'un type que j'ai cent fois imaginer crever moi même. Il a été des leurs et ça ne l'a pas empêché de se faire frapper en traitre lui aussi, d'un côté ça n'a rien d'étonnant c'est même plutôt logique : Voilà comment on traite ceux qui trahissent leur cause, leur famille et ce genre de conneries. La Prof de Potion n'a jamais débarqué, elle ne nous a jamais aidé à remonter, personne ne m'a pris en charge, je n'ai pas perdu de sang, aucune lame ne m'a transpercé … Aucune lame ne l'a transpercé. Je n'ai pas fermé les yeux là haut, assommé par je ne sais quel médoc ou potion, non, je ne les ai pas non plus ouvert et personne n'a jamais prononcé ces putains de mots : Je suis désolé, c'est terminé. Ça n'est peut être pas ceux là, j'en sais rien, je ne sais plus. Tout ça n'existe pas de toute façon, ça n'a pas la moindre importance. Hier n'a jamais existé, il n'existera jamais.

Tu sais Sulli, j'ai jamais oublié la façon dont tu t'es écroulé dans mes bras le jour où ces enfoirés t'ont perforé de part en part, jamais. Si je ferme les yeux je peux encore revivre ce scenario dans ses moindre détails, comme si c'était hier. Je te revois entrain de réparer ta bécane, j'étais assis sur les marches avec Carlos, on se marrait comme des cons à propos d'un truc que pour le coup j'ai zappé. J'entends encore parfois le crissement des pneus sur le bitume, le moteur qui gronde, l'accélération, les déflagrations, et tout le reste s'est passé au ralenti. J'étais là, j'ai tout vu. Je t'ai vu tomber, je t'ai rattrapé et c'est dans mes bras que t'as laissé échappé ton dernier souffle. Je savais précisément à qui m'en prendre pour faire payer le prix du sang : Une vie pour une vie. J'en ai pris bien plus que ça en réalité mais sans jamais aucun remord. Maintenant, dis moi, qu'est ce que je suis censé faire ? Parce que je suis paumé là tu vois, je ne sais pas quoi faire. J'étais pas là, j'ai rien vu, je ne sais pas ce qu'il s'est passé. J'en ai une petite idée bien sur, mais j'aurai juste voulu … Je sais pas … Voir l'évidence, pouvoir la regarder droit dans les yeux. J'aurai voulu autre chose qu'un corps froid et sans vie planqué sous un drap et des mines déconfites partout autour. Des yeux rouges, des traits tirés, et ce type qui ne savait même pas comment me le dire. J'ai gardé mon sang froid, j'ai rien laissé paraître tout simplement parce que je n'ai pas réalisé et je ne réalise toujours pas.

Il y a une chose que je réalise : L'injustice. J'ai entendu parler d'une liste, des noms, des cibles. J'ai pas les détails c'est vrai mais j'ai compris. On ne parle pas de dommage collatéral ici mais d'expédition punitive. Elle n'aurait jamais du … Elle n'aurait jamais … Si quelqu'un avait du … Qu'est ce que t'as foutu putain de karma ? Tu m'expliques putain ?! Pourquoi elle ? Pourquoi … Pourquoi elle et pas moi ? J'ai du sang sur les mains, une bonne partie de ma vie passée dans le vice alors qu'elle n'est … Non, t'avais pas le droit de faire ça espèce d'enfoiré, pas elle et surtout pas comme ça, pas maintenant. Elle aurait du avoir encore un paquet d'années devant elle, elle aurait du sortir d'ici avec ses diplômes plus que mérités et vivre une vie à la hauteur de ses espérances, elle aurait du s'éteindre paisiblement dans son lit après avoir vécu une vie entière et pas violemment assassinée par un détraqué fanatique. Des personnes qui auraient pu mériter ce sort il y en a plein dans ce château, moi y compris, mais certainement pas elle, c'est injuste … c'est pas juste.

Je ne sais pas quelle heure il est, tout ce que je sais c'est qu'elle n'est plus là et ce dans tous les sens du terme. J'ai passé la journée près d'elle, comme un con entrain d'espérer que c'était une erreur, juste une blague, mais bien sur il ne s'est rien passé. Je n'ai pas prononcé un mot, accordé aucun regard à qui que ce soit. Elle était déjà froide quand j'ai posé ma main sur la sienne. Je les ai regardé l'emmener, pendant un moment je me suis dit que j'allais foutre le camp et ne jamais remettre les pieds dans cet endroit et puis je me suis ravisé sans trop savoir pourquoi. Enfin si, j'en ai bien une idée en réalité mais en cette instant … Peu importe.
Ils m'ont parlé, posé des questions, je n'ai pas descellé les lèvres, je l'ai juste observé jusqu'à ce qu'elle disparaisse de mon champ de vision et là j'ai fermé les yeux en serrant mon poing autour du petit objet qui tourne entre mes doigts actuellement : Un anneau.
Je ne peux pas accéder à son dortoir, je ne sais pas ce qu'ils ont fait de ses affaires, tout ce que je sais c'est que je ne la reverrais plus jamais et que j'ai dans la gorge un goût amer. Je ne peux pas dire que j'ai perdu du temps, j'avais à mon sens de bonnes raisons pour ça et  je n'incriminerai personne mais le fait que je n'ai pas passé suffisamment de temps avec elle, pour elle, et maintenant c'est trop tard. Cet anneau c'est tout ce qu'il me reste, je l'ai simplement fait glisser de son doigt avant qu'il ne l'emmène loin de moi et je ne l'ai plus quitté des yeux.

Voilà où j'en suis alors que le froid me mord violemment mais je sais pertinemment que ça n'est pas à cause de lui que je tremble. Une clope dans l'autre main, elle se consume plus que ne la consomme, mais mon regard ne quitte pas cet objet. Posé contre un muret sous les arcades, je crois que je n'ai pas le droit d'être ici mais comme a peu près tout le reste ça n'a pas la moindre importance. Jusqu'ici personne n'est venu me déloger. Il fait nuit, dans tous les sens du terme je crois. Tout est calme, le calme après la tempête probablement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2802
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: It's been a long day ▬ Emily   Sam 19 Sep 2015 - 16:19

~Lundi 16 février – Fin de journée ~

Était-ce possible ? Comment cela avait-il pu arriver ? Et pourquoi ? Emily avait beau tourner encore et encore la question dans sa tête, elle n’arrivait pas à trouver de réponse. Comment tout avait pu déraper ? Comment la situation avait-elle pu devenir aussi catastrophique ? Après l’attaque, la jeune femme avait déjà reçu un sacré coup sur la tête et peinait à la sortir hors de l’eau mais là… Là, elle avait l’impression qu’elle allait se noyer définitivement. Morte. Ce mot ne cessait de résonner dans sa tête, il lui donnait le tournis. Elle avait fini par apprendre la nouvelle, un peu plus tard que les proches mais elle avait fini par le savoir. Et sur le coup, elle avait senti son souffle se couper. Elle n’était pas proche de d’elle et pourtant… Megan était décédée et cela lui semblait tout bonnement impossible. Emily n’avait aucun mal à se souvenir de ces vacances qu’ils avaient passées avec Cameron, du petit lien qui s’était tissé entre eux trois, de la façon qu’elle avait eue de fleurir la tombe de Stan pour elle. Ces souvenirs là étaient gravés à jamais dans sa mémoire. Comme les changements discrets qu’elle avait pu voir sur Cameron. Tout ça, elle ne pouvait pas l’oublier. En apprenant la nouvelle, Ems avait décidé de se rendre dans la pièce où était la jeune femme. Elle s’était contentée de s’approcher, à l’entrée. Elle vit Cameron et les proches. Elle n’avait pas sa place ici et pourtant… La jeune femme s’était contentée de murmurer un au revoir à Megan puis avait filé. Elle ne pouvait pas rester là, il fallait qu’elle se calme, juste un peu…

Enfermée dans son dortoir, Emily avait pleuré toutes les larmes de son corps, le souffle court, le corps régulièrement soulevé par des hoquets et des hauts le cœur. Elle n’en revenait pas, de voir ce visage éteint… Mais surtout, ce qui l’effrayait, ce qui lui vrillait les tripes c’était de penser à Cameron. Comment allait-il faire ? Pourquoi encore lui ? Elle savait ce que c’était que de perdre quelqu’un à qui on s’attachait de cette manière mais lui avait déjà trop de deuils à son compteur. Trop de fois il avait dû abandonner des parties de lui, trop de fois il avait vu sa vie être détruite… Son agression, puis ça, la jeune femme en était complètement malade. Mais elle savait aussi qu’elle ne pouvait pas se permettre d’être dans cet état face à lui. Il avait besoin d’être soutenu, il avait besoin maintenant qu’une épaule sur laquelle se reposer. Ems le connaissait et savait qu’il n’irait pas nécessairement chercher ce soutien. Mais elle ferait tout pour être là pour lui. Et ça commencerait quand elle aurait réussi à se calmer. Emily avait donc passé à long moment à se décharger avant de rester simplement allongé sur son lit, à attendre que le temps passe, que le flot d’émotions en elle s’apaise. C’était violent, déchirant, mais elle n’avait pas le droit de céder. Respirer, se calmer et essayer de reprendre un peu de contenance.

Combien de temps s’était écoulé ? Emily ne savait pas. Elle était retombée dans une phase de remise en questions. Combien de temps encore allaient-ils devoir subir ça ? Combien de fois encore allaient-ils devoir compter leurs morts ? Ils n’allaient pas tenir… Comment pouvaient-ils tenir ? Emily se redressa sur son lit et se rendit dans les salles de bain. Une douche glacée. Voilà ce dont elle avait besoin. Son souffle se coupa lorsqu’elle se mit sous l’eau froide puis elle finit par s’y habituer et y resta un long moment. Quand enfin elle sortit de la douche, elle prit quelques instants pour s’observer dans la glace. La douche avait permis à ses yeux et son visage de reprendre un aspect normal mais elle restait marquée. Les traits tirés, des cernes… Le sommeil était dur à trouver ces derniers temps. Mais pour l’instant c’était le cadet de ses soucis. Maintenant qu’elle avait repris le dessus, elle devait retrouver Cameron. Le reste, ses émotions, ses tristesses, ses remises en question elle verrait ça plus tard. Pour le moment, elle ne devait plus penser à elle. Elle devait retrouver sa force pour lui. Parce qu’il avait besoin d’elle, parce qu’il ne devait pas être seule face à ça même si elle se contentait de rester en silence à ses côtés.

Emily alla enfiler un pull et mit la capuche sur sa tête. Elle partit alors à la recherche de Cameron. Son premier instinct fut de se rendre à l’extérieur. Elle était presque sûre de le trouver là. Il devait avoir besoin d’air, d’espace et de fumer aussi. Oui c’était sûr qu’il était dehors. La jeune femme se faufila donc discrètement à l’extérieur, évitant de croiser les gardiens puis se mit à arpenter les alentours du Château. Bientôt, elle finit par détecter une ombre et s’en approcha en silence, les mains dans les poches. Le visage de Cameron finit par se détacher du reste. Ems s’approcha en silence et vint s’adosser contre le mur à ses côtés, sans rien dire. Elle sortit une cigarette de sa poche et se l’alluma, toujours sans rien dire et attendit. Ça ne servait à rien de lui demander comment il allait. Ça ne servait à rien de lui dire qu’il irait mieux plus tard. Tous ces discours, il n’avait pas besoin de les entendre. Alors autant ne pas l’embêter avec ça. Et attendre un peu. Fumer en silence. Lui montrer qu’elle était là, tout simplement.
Lorsque sa cigarette fut terminée, Emily l’écrasa simplement et la mit dans ce qui lui servait de cendrier. Elle tourna alors la tête vers Cameron et pris quelques instants pour regarder son visage. Ça lui arrachait le cœur de le voir ainsi, ça lui tordait les tripes mais elle resta calme. Elle se le devait, se l’était promis. Doucement, elle déplaça sa main pour attraper celle de son frère qui avait une cigarette quelques instants auparavant. Elle la serra alors doucement.

« Y’a des zones désertes un peu plus loin. On peut y hurler sans que personne n’entende. »

Cela pouvait paraître idiot mais crier, ça faisait du bien. Crier sa haine à la nuit ça soulageait, pour quelques instants. Ems regarda alors droit devant elle, serrant toujours la main de son frère mais étant prête à lâcher s’il faisait sentir que ce geste le dérangeait. Elle attendit ensuite calmement qu’il réagisse. Ou pas. En tout cas, elle resterait là aussi longtemps qu’il le faudrait. Jamais elle ne le laisserait, déjà qu’il avait faillit mourir par sa faute… Non plus jamais elle ne le laisserait, même si un temps elle avait hésité à laisser ses proches de côté pour les protéger, là, elle ne pouvait tout simplement pas laisser son frère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7759
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: It's been a long day ▬ Emily   Ven 25 Sep 2015 - 22:01

De fil en aiguille j’en viens à réaliser qu’on a parfois tendance à s’accrocher à des objets, à en faire des symboles, et je me demande si cet anneau va devenir l’un de ses objets. Dans le fond il ne représente rien pour moi, c’est juste un bijou que j’avais l’habitude de voir sans vraiment y faire attention et je crois que pour elle il n’avait pas vraiment beaucoup plus de valeur ; pourtant plus il tourne entre mes doigts et plus je le regarde comme s’il était quelque chose qui désormais aura une importance particulière à mes yeux. Techniquement c’est du vol, elle ne me l’a pas donné d’elle-même, mais ça ne change rien. Quand Sullivan est mort j’ai récupéré son chapelet et si j’ai rapidement viré la croix parce que fâché avec le Tout-Puissant pour m’avoir enlevé mon frère la chaine, elle, est aujourd’hui toujours autour de mon cou. Ça me parait presque évident alors que mes yeux glisse sur cette bague faite dans je ne sais trop quel métal, de l’or blanc peut être, aucune idée : Je vais la garder avec moi, sur moi, et pour moi. Comme … un souvenir du passé certes mais surtout comme un morceau d’elle, au moins le temps de la laisser partir. Ce qui n’arrivera pas aujourd’hui étant donné que je n’ai toujours pas vraiment imprimé qu’elle ne reviendra pas et … Je ne sais pas vraiment ce que je ressens, comment je dois le ressentir ni même ce que je devrais ressentir. Tout se mélange à une vitesse trop élevée dans ma tête mais tout tourne en même temps complètement au ralenti. Pourtant il n’y a pas vraiment de colère au milieu de tout ça, enfin je crois.

J’ai été seul toute la journée, en réalité physiquement non je ne l’étais pas, il y avait sans arrêt du monde autour de moi ou plutôt autour d’elle mais je n’ai calculé personne. Ça n’est plus le cas, je sais qu’elle est là et dès l’instant où je sens sa présence quelque chose se déchire à l’intérieur de moi. C’est comme ça, t’arrive à gérer à peu près quand t’es tout seul et sans savoir pourquoi une fois que quelqu’un débarque dans ton périmètre et que tu acceptes de lui accorder un peu d’intérêt tout se casse la gueule, toi avec. C’est peut-être parce que je sais qu’elle, elle ressent des choses, et aussi parce qu’après ce constat tout devient bien réel. C’est fini de se voiler la face, je n’ai pas besoin de la regarder ni même de lui parler pour encaisser le choc comme un violent coup de poing en plein thorax. Pas une seconde je ne lui en veux, pas une seule, jamais. Elle m’a laissé suffisamment d’espace et de silence, d’ailleurs elle ne décroche pas un mot et j’apprécie. J’apprécie sa présence silencieuse.

Sa cigarette se consume, elle la consume, c’est tout ce dont j’ai conscience. Je me concentre totalement sur ses mouvements répétitifs, sur la fumée qui s’envole et disparait dans l’obscurité, sur les bruits, le moindre frottement d’un vêtement contre un autre. Tout est … décuplé, j’ai l’impression. Pourtant visuellement je ne vois réellement que l’obscurité que je fixe sans jamais détourner le regard … jusqu’à ce que sa main se pose sur la mienne et que je baisse la tête pour regarder ses doigts se serrer autour des miens. A ce moment-là j’ai ravalé péniblement ma salive et un soupir m’a échappé. Pas un soupir de lassitude, ni même l’expression d’un quelconque agacement, simplement un certain poids sur les épaules, sur le cœur, qui … s’évade sans pour autant paraitre moins lourd à porter. La boule qui était déjà présente dans ma gorge devient de plus en plus oppressante, j’en ai du mal à respirer.

« Y’a des zones désertes un peu plus loin. On peut y hurler sans que personne n’entende. »

C’est avec étonnement que je relève le menton vers elle, je ne m’attendais pas vraiment à cette proposition à demi-mots je crois mais elle n’a rien de plus saugrenue qu’une autre finalement. Elle fixe un point invisible droit devant elle, moi c’est le côté de son visage que je regarde et j’ai l’impression que la fissure à l’intérieur de moi prend de plus en plus de place.

« J’ai pas tellement envie de hurler je crois. »

Je me rends compte à quel point ma voix est rocailleuse, ce qui n’a rien d’étonnant étant donné que je n’ai pas ouvert la bouche de la journée. Pas plus pour parler que pour boire ou manger. A force de garder ce truc coincé, cette boule oppressante, j’en ai mal à la gorge mais ça n’a pas la moindre importance. C'est un peu comme si j'étais enroué, quelque chose comme ça. Hurler … Je pense que oui, tôt ou tard ça se produira, mais là …

« La personne qui t’a offert ce sweat a vraiment de supers goûts. »

C’est bien un sourire qui étire légèrement mes lèvres alors que je fais ce commentaire sur le vêtement qu’elle porte : Le sweat que je lui ai ramené de San Francisco quand j’y suis allé en décembre. Seul cet fois … Le problème c’est que je me retrouve pris à mon propre piège, comme un con, parce que ce sont les souvenirs de l’autre visite dans ma ville natale qui remonte à la surface violemment alors que je tourne à nouveau la tête pour regarder droit devant moi : Ceux que j’ai partagé avec Megan. Je suis resté très énigmatique sur ce qu’il s’est passé là-bas chaque fois que j’y suis allé mais ces vacances-là, si on fait abstraction des choses qu’elles ont remué d’un point de vue totalement personnel, ont vraiment été géniales. Le roadtrip avec Megan, la virée à Edimbourg pour retrouver Emily, le tatouage que je porte sur les côtes juste sous le cœur depuis ce moment-là … Liberté … Oui, je pense qu’on peut parler de liberté … Pourtant … Pourtant j'ai vraiment pas le coeur à faire de l'humour alors cette remarque était ridicule mais on fait ce qu'on peut pour sauver les meubles. C'était de toute façon comme une sorte d'automatisme inconscient et ça n'a pas la moindre importance.

« Elle avait coupé les ponts avec son père, j’suis vraiment pas certain qu’elle aurait été emballée par l’idée de … Qu’il … »

Sauf que j’y arrive plus, j’arrive pas à finir cette putain de phrase, à exprimer l’idée qu’elle n’aurait peut-être pas voulu être renvoyée chez son père même après … Parce que je sais des choses que personne d’autre ne sait et j’ai rien fait pour les en empêcher mais qu’est-ce que j’aurai du faire ? Qu’est-ce que j’aurai pu faire ?
Pour la première fois depuis qu'elle est arrivée je cherche le regard d'Emily et ça ne prend pas plus d'une seconde avant que je ne le trouve. Elle a pleuré, ça se voit comme le nez au milieu de la figure et pendant un instant je ressens le besoin de la prendre dans mes bras mais ne fais pourtant pas un geste en ce sens. Je ferme les yeux une seconde, le corps secoué par un spasme de douleur lié à la blessure que j'ai dans le dos. La Magie est capable de beaucoup de chose, elle ne peut pour autant pas faire de miracle et je crois que quelque part au fond de moi j'aurai aimé m'abstenir d'y faire appel. Ça n'est pas la première fois que je prends un coup de lame, j'y ai toujours survécu sans Magie jusqu'ici mais ça n'est clairement pas le propos et l'idée ça n'est pas de cracher dans la main qui m'a sauvé. Moi et pleins d'autres … mais pas elle. Je n'en veux à personne, évidemment. Enfin je crois.

« Je … J'suis largué Ems, je sais pas ce que je suis censé ressentir, ce que je ressens. »

Je pourrais dire avoir préféré qu'il n'y ait pas autant de trémolo dans ma voix mais je m'en fou complètement. C'est un probablement un regard complètement paumé et à la limite du désespoir que je lui adresse.

« Tout est coincé là ... »

L'index et le majeur de ma main gauche viennent se poser sur ma pomme d'Adam mais je ne la quitte pas des yeux.

« … et j'arrive pas à faire le tri. »

Encore une fois je compare avec la disparition de Sullivan mais pour lui j'ai tout de suite su ce que je ressentais : De la haine avant la peine. Ça pourrait être exactement la même chose cette fois et pourtant je n'arrive vraiment pas à … lâcher prise, à céder la place à mes émotions sous leur forme la plus claire, nette et précise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2802
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: It's been a long day ▬ Emily   Mar 29 Sep 2015 - 22:17

Ils auraient sans doute pu rester ainsi pendant des heures. L’un et l’autre, côte à côte, à regarder le silence, à écouter le silence et à laisser le temps à leurs blessures de ressurgirent. Ils n’étaient pas frère et sœur pour rien. Il y avait en eux cette même attitude face à la peine, ce même rejet de la douleur ou plutôt, de la douleur affichée, potentielle signe de faiblesse. Ils avaient appris à se construire une coquille, à avancer malgré tout et à ne jamais se montrer trop fragiles, trop humains. Mais ensemble et en même temps ils avaient aussi appris qu’il arrivait un point où il fallait parler, cracher sa haine et ses peurs, tout faire sortir pour pouvoir ensuite espérer sortir la tête de l’eau. Peut être pas devant n’importe qui, peut être pas de manière trop visible mais juste suffisamment pour que les gens importants le remarquent, pour qu’ils puissent s’arrêter deux minutes, contempler le ciel avec vous et vous donner la force de respirer, encore quelques minutes. Emily n’avait que trop de facilités à se mettre à la place de Cameron. Chaque histoire était connue et jamais elle n’irait lui dire qu’elle le comprenait parfaitement et qu’elle avait la recette miracle pour qu’il continue à avancer. Mais oui, les souvenirs étaient vivaces. On lui avait pris Megan comme quelques années auparavant on lui avait pris Stan. Certes il avait toujours une certaine réserve en parlant d’elle mais la cracmolle savait une chose : quand on est abîmé par la vie comme l’était son frère, on n’accepte pas de tenir la main de quelqu’un si facilement, de faire un bout de route avec n’importe qui. Elle était le signe pour lui qu’une vie pouvait l’attendre, que quelque chose d’autre que la haine et la violence allait peut être former son avenir. Et on lui avait retiré sans explication, dans une effusion de haine que personne ne parvenait à comprendre. Elle savait ce que c’était que de se dire que tout d’un coup, son espoir de vie s’envolait. Ems s’accrochait pour ne pas se laisser envahir par les souvenirs. Elle devait garder la tête haute, pour lui, faire de son mieux pour lui montrer qu’il y avait encore des raisons d’y croire…

Emily avait fini par briser le silence pour faire une proposition, plus ou moins surprenante, peut être un simple prétexte pour lancer la conversation. Son frère en tout cas fut surpris par sa proposition mais lui répondit tout de même. Sa voix trahissait clairement le mutisme dans lequel il se retranchait depuis le début de la journée. La jeune femme ne fit cependant aucune réflexion, continuant de fixer l’horizon et hochant légèrement la tête pour lui faire comprendre qu’elle l’acceptait tout à fait. Puis il reprit la parole pour faire un trait d’humour et la cracmolle lâcha un léger rire, sec, baissant en même temps la tête sur son pull. Elle n’avait même pas fait attention. C’était devenu un réflexe maintenant. Chaque fois qu’elle voulait se réconforter, se sentir en sécurité, se sentir bien elle enfilait ce sweat. C’était idiot mais ce vêtement aurait toujours une signification toute particulière à ses yeux.

« Je lui transmettrai ton compliment. »

Sourire, voix enjouée enfin… Presque. Si Emily avait voulu suivre la plaisanterie de Cameron, tout comme lui, elle ne pouvait pas se leurrer. Il n’y avait pas l’entrain habituel dans sa voix. Oui elle voulait être forte pour lui mais cela ne servait à rien de mentir complètement. Ils étaient en deuils et arrivait en s’agitant dans tous les sens n’aiderait en aucun cas son frère. De toute façon, la parenthèse fut bientôt fermée. Cameron reprit la parole et cette fois, Ems sentit son souffle se couper. Pourtant, elle tourna légèrement la tête et son regard croisa celui de Cameron. Elle n’avait jamais vu tant de détresse dans ses yeux et en fut déstabilisée. Pendant quelques instants elle crut qu’elle allait détourner le regard mais il resta cependant fixe. Un poids se forma au creux de son estomac mais elle se força à regarder. Regarder cette déchirure qui se voyait dans chacun de ses traits… Pourquoi ? Pourquoi cet acharnement sur lui ? Elle ne comprenait pas, ne voulait pas l’accepter.
Ems resta cependant silencieuse. Parce qu’elle sentait bien que son frère était sur le point de parler. Elle n’était pas là pour mettre des mots sur ses émotions ni pour lui faire un beau discours. C’était à lui de trouver son chemin, à lui de cracher tout ce qui était en train de le dévorer. La jeune femme se contenta donc de resserrer légèrement sa prise sur la main de Cameron.

Je suis là. Je partirai pas. Tu peux tout dire…

Les mots finirent par sortirent et encore une fois, Emily du faire un effort surhumain sur son souffle pour retenir l’émotion qui menaçait de l’envahir. Ce ton de voix n’était pas celui du frère rassurant et protecteur qu’il avait toujours voulu montrer. Même si dernièrement il avait accepté de se montrer dans des jours plus difficiles, elle ne l’avait jamais vu ainsi. Mais ce n’était qu’un détail. Ce qui comptait c’était ce qu’il parvenait à sortir, à exprimer. Emily observa chacun de ses gestes, fit attention à chacune de ses paroles et ses doigts se resserrent de nouveau sur sa main. Elle comprenait. Trop.

« Avant de pouvoir faire le tri, il faut que ça sorte. »

Emily avait parlé d’une voix douce. Au début, il y avait eu un léger loupé dans sa voix et elle avait cru tout simplement qu’elle n’y parviendrait jamais mais pourtant, elle avait fini par réussir à se calmer et à faire sortir les mots avec douceur, un sourire mélancolique dessiné sur le visage. Elle savait que s’il l’écoutait ce qui allait suivre ne serait pas beau, serait encore plus dur, qu’elle allait sans doute vouloir fondre en larmes. Mais il le fallait. Il fallait qu’il laisse tout sortir, qu’il explose que ce soit en pleurant, en parlant ou en hurlant. Et même si cela pouvait prendre des jours avant qu’il ne comprenne, il fallait au moins qu’il fasse sortir tout ça de lui.

« Tu as le droit de ressentir tant de choses différentes… Tu peux être en colère contre la terre entière ou simplement effondré. Tu peux vouloir te venger ou fermer les yeux quelques jours pour reprendre de l’air. »

Ems s’approcha alors doucement de Cameron, lâcha sa main puis, l’attira contre elle. Bien sûr elle était bien plus petite et ce n’était pas évident mais elle le serra de toutes ses forces. Ses bras frêles entourèrent son corps autant que possible et elle le serra.

« Je resterai avec toi jusqu’au bout. Le temps qu’il faudra. C’est le plus dur d’accepter de tout faire sortir, car c’est accepter qu’il n’y a pas d’échappatoires, que c’est ainsi et qu’on ne peut plus rien y faire… »

Accepter que plus jamais son sourire ne viendra illuminer ta journée, que plus jamais le rythme de sa respiration te bercera le soir, que plus jamais le son de sa voix résonnera dans ton esprit... Accepter qu’une partie de soi est partie et qu’il faut maintenant tout reconstruire, combler ce vide, réapprendre à se connaître, réapprendre à vivre… A la mort de Stan, Emily avait tout simplement cru qu’elle allait retourner sur ce pont, comme à son jeune âge. Mais elle avait fini ici et sa route avait croisé celle de Cameron. Il avait réussi à lui donner l’espoir. Elle ne pouvait qu’essayer de lui rendre. Il avait fait d’elle ce qu’elle était maintenant, une femme forte, prête à vivre, prête à avancer bien que chaque fois on tente de la détruire. C’était son tour maintenant, de quitter ce rôle d’être qu’on aide pour devenir pilier. C’était son tour maintenant de serrer les dents et d’encaisser avec Cameron toute cette douleur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7759
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: It's been a long day ▬ Emily   Lun 5 Oct 2015 - 19:39

« Avant de pouvoir faire le tri, il faut que ça sorte. »

C’est à ce moment-là que je me souviens, c’est quand ses doigts serrent les miens et que son regard arbore une teinte familière que l’évidence me saute aux yeux et une légère vague de culpabilité me traverse de part en part : Stan. J’ai beau me targuer de prendre mon rôle de grand frère très au sérieux, très à cœur,  cette fois je ne suis vraiment pas fier de moi. Comment est-ce que j’ai pu oublier quelque chose d’aussi important ? Je ne suis pas le seul ici à avoir perdu un être cher, loin de là même, mais j’avais occulté le fait qu’elle a connu ce genre de situation bien avant moi. Elle comprend, bien sûr qu’elle comprend, et même si les rôles s’inversent ce soir je devine à quel point elle prend sur elle. La forme étaient surement un peu différente, le fond reste le même alors oui, elle comprend, probablement plus que n’importe qui d’autre en cet instant et la boule que j’avais déjà dans la gorge semble prendre encore un peu plus d’ampleur alors que mes yeux ne quittent pas les siens.

« Tu as le droit de ressentir tant de choses différentes… Tu peux être en colère contre la terre entière ou simplement effondré. Tu peux vouloir te venger ou fermer les yeux quelques jours pour reprendre de l’air. »

Je m’accroche. A elle, à son sourire, à sa présence et à ses mots. Je n’ai pas l’habitude d’être dans ce rôle-là mais ce soir je me laisse aller sans trop de problème et quand sa main lâche la mienne je baisse le regard pour observer ce geste qui n’est déjà plus. L’instant d’après elle me prend dans ses bras et si au départ je me sens un peu déphasé, ne sachant pas trop comment réagir, je débranche ma tête et laisse parler mon corps : Je suis comme tout le monde, c’est tout ce dont cette carcasse a besoin. Un peu de chaleur humaine dans ce tourbillon glacial et pas n’importe laquelle : Celle de ma famille. Elle me serre de toutes ses forces ou presque, mes bras l’entourent, ma tête se pose sur son épaule et je ferme les yeux. Je sens que quelque chose se débloque en moi, et je ne parle pas uniquement de la larme qui roule sur ma joue en cet instant. Ça n’est pas non plus du à ma peau qui tire un peu autour de la blessure. Oui, ça fait mal, mais ça me rappelle aussi que je suis en vie.

« Je resterai avec toi jusqu’au bout. Le temps qu’il faudra. C’est le plus dur d’accepter de tout faire sortir, car c’est accepter qu’il n’y a pas d’échappatoires, que c’est ainsi et qu’on ne peut plus rien y faire… »

Je pourrais être en colère contre la terre entière, je pourrais m’effondrer, vouloir me venger ou juste faire l’impasse sur tout ça le temps de réaliser mais … ça n’est pas tellement ce qu’il se passe dans ma tête en cet instant. Mes yeux restent clos, c’est comme si je laissais mon énergie – ce qu’il me reste – se vider seconde après seconde en m’appuyant totalement sur Emily. Je n’ai jamais été du genre qu’on réconforte et qu’on console tout simplement parce que ça n’est pas dans mon caractère, mes habitudes ni même mon éducation mais ces derniers temps je me laisse un peu plus aller à ce genre de choses. J’ai craqué avec Dimitri, ici je ne sais pas si on peut vraiment dire que je craque mais je me laisse aller. Et ça me fait du bien, ça m’épuise mais ça me fait du bien. Mon esprit se vide au fur et à mesure que les secondes puis les minutes s’écoulent dans le silence, dans un ma tête un cheminement se met en place lentement mais surement … L’acceptation. C’est peut être rapide, mais je côtoie la mort depuis mon plus jeune âge et il y a bien longtemps que j’ai compris à quel point c’était irréversible. Ça ne veut pas dire que ça ne fait pas mal, loin de là même, et je sais très bien que le quotidien risque d’être sinon compliqué au moins impacté dans les jours qui vont suivre. C’est toujours comme ça au début, peu importe le temps que ça prend : On a toujours le même reflexe, on cherche l’être qui n’est plus, et c’est l’équivalent d’un poignard en plein cœur chaque fois qu’on se rend compte qu’il n’est plus là. Ce soir je n’assimile pas encore vraiment tout ça, le plus difficile commencera probablement dès demain.

Quand je la chercherai par réflexe, quand quelque chose me fera penser à elle et que j’aurai l’instinct de vouloir le partager avec elle avant de réaliser que c’est impossible. Parfois il suffit d’un son, une odeur, une image ou même une silhouette plus ou moins similaire.

C’est par un profond soupir que je marque malgré moi la fin de cette étreinte ayant duré un temps pour moi totalement indéterminé. J’ai envie de lui dire merci mais ça ne sort pas, puis la présence de l’anneau dans ma main me ramène sur terre. Je le fais glisser encore un peu entre mes doigts, l’observe en silence et fini par m’activer. Quelques secondes plus tard il se balance au bout de la chaine que je porte autour du cou et je le serre entre mes doigts avant de laisser ma main retomber près de celle d’Emily. La chaine de mon frère, l’anneau de Megan, c’est un véritable sanctuaire autour de mon cou mais c’est ma façon à moi de les garder près de moi malgré tout.
A nouveau la tête basse, les yeux fermés puis rouvert, je recommence à fixer un point devant moi sans vraiment le voir mais je sens bien quelque chose de différent en moi. Je ne peux pas appeler ça du soulagement, ça y ressemble pourtant un peu.

« Quand Sullivan est mort c’était très clair, tout de suite. Là c’est totalement différent. »

Et j’ai un peu de mal à savoir comment le gérer, par conséquent.

« C’est juste … »

D’un revers de la main j’essuie une nouvelle larme qui roule sur ma joue, sans honte et sans gêne. Je crois que ça sera néanmoins la dernière, elles n'auront pas été très nombreuses mais ça ne veut pas dire pour autant que je ne ressens rien, loin de là.

« C’est tellement injuste. »

Le ton est calme, posé, lent. Oui, il faut que ça sorte, et c’est de cette façon que ça le fera visiblement, presque sur le ton de la conversation.

« De toutes les personnes présentes entre ces murs il a fallu que ça soit elle et bien sûr que je ne souhaite pas la mort de qui que ce soit d’autre mais … Elle n’a jamais fait de mal à personne, elle n’a jamais fait directement de tort à ces ordures, elle ne les a jamais provoqué et pourtant c’est elle qui en paie le prix. Ils l’ont fait souffrir trop de fois et tout ça pour quoi ? A cause de Derek, et à cause de moi. »

Personne ne pourra me dire le contraire, cette évidence s’est forgé son chemin dans mon esprit. J’ai peut-être été ailleurs toute la journée mais j’ai compris certaines choses.

« C’est en partie de notre faute si elle est morte. »

Les attaques étaient ciblées et je sais que par mes mots je risque de faire du mal à Emily, pour plusieurs raisons, mais c’est la vérité. On savait tous dans quoi on s’embarquait, on savait les risques qu’on prenait pour nous même et pour les autres. Jamais je n’en voudrais à qui que ce soit pour ce qui s’est passé me concernant mais ça ne m’empêche pas de m’en vouloir pour ce qui est arrivé à Megan. Pourtant je ne regrette pas, rien. Je ne regrette rien de ce qui a pu se passer entre nous, je ne regrette pas d’avoir passé tous ces moments avec elle. Ils ne nous enlèveront pas ça.

« On aurait au moins dû être capable de la protéger et j’aurai dû être plus présent pour elle. Elle méritait mieux que ce que j’ai pu lui offrir, maintenant c’est trop tard, je ne pourrais plus rattraper ce temps et je m’en veux. »

C’est entièrement de ma faute. J’ai longtemps cru que je n’étais pas fait pour ce genre de relation et je n’ai toujours pas le sentiment certain que c’était le cas mais ça n’empêche pas qu’elle comptait énormément pour moi. Elle compte toujours, elle comptera toujours.
J’espère au moins qu’elle est partie heureuse, autant qu’il était possible de l’être. Elle a souffert, c’est une évidence, mais j’ai passé des heures avec elle la veille et … elle avait le sourire tout du long. C’est la dessus que je veux me concentrer parce que je ne pense pas me voiler la face même si je me doute qu’elle a eu peur, qu’elle a eu mal et qu’elle s’est sentie seule. Parce qu’elle l’était. J’aurai au moins aimé pouvoir lui tenir la main et être là comme j’ai été là pour Sullivan, jusqu’à son dernier souffle.

« Elle aurait dû avoir une longue et belle vie, elle aurait dû sortir d’ici avec ses diplômes, trouver sa voie, fonder une famille et vieillir tranquillement en oubliant tout ce qui s’est passé à Poudlard. A cause d’eux elle n’aura jamais cette chance. »

Ça n’est pas la seule, je le sais parfaitement, mais en l’état, les autres … Non je ne m’en préoccupe pas. Chacun son deuil, chacun ses pertes. Je sais qu’elle ne manquera pas qu’à moi. Je ne ressens même pas l’envie de la venger, ça ne changerait rien et je suis intimement persuadé que ça n’est pas ce qu’elle aurait voulu de toute façon. Non, je me sens … résigné.

« Est-ce qu’il y a d’autres victimes ? »

Des blessés ça oui, je le sais, il y en a un paquet, mais des morts ? Et McEwen, cette vieille charogne, est ce qu’il a passé l’arme à gauche lui aussi ? Étonnement je me rends compte que ça n’est vraiment pas ce que je souhaite. De là à dire que sa mort m’attristerait serait mentir mais sans trop savoir pourquoi « j’espère » qu’il a survécu.

« Comment va Ricardo ? »

Cette fois c'est droit dans les yeux que je la regarde, espérant ne pas lire dans ses yeux la même chose qu'elle doit lire dans les miens. Je pense à Ricardo, mais il n'est pas le seul, autant dans ses proches que les miens. Je sais qu'il y a de nombreux blessés, j'ai passé la nuit et la journée à l'infirmerie, mais ...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2802
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: It's been a long day ▬ Emily   Mer 7 Oct 2015 - 18:06

Emily connaissait depuis toujours le lien qui l’unissait avec Cameron. Jamais elle n’en aurait douté, jamais elle ne l’aurait remis en cause mais c’était toujours pareil : chaque fois qu’il y avait un élan de tendresse entre eux elle était un peu surprise. Non pas parce qu’elle trouvait cela étrange, inconcevable ou quoi que ce soit d’autre. Mais simplement parce que ce n’était pas nécessairement leur façon de communiquer, de s’exprimer. Alors chaque étreinte avait une valeur particulière surtout quand ça venait de son frère qui était plus réservé, moins expansif. Les effusions, étant rares, gardaient toute leur puissance. Alors quand la demoiselle l’avait pris dans ses bras, c’était toute son affection, tout ce qu’elle avait envie de lui transmettre qu’elle essayait de véhiculer. Le réconfort, cette idée qu’elle était présente et prête à être là pour lui. Ems fut donc soulagée, en un sens, lorsqu’elle sentit Cameron se laisser aller dans ses bras. Oui, c’était ce qu’il fallait, qu’il oublie son rôle d’aîné pendant quelques instants, qu’il oublie avoir la responsabilité des petits et qu’il accepte d’être celui qu’on aide, celui qu’on soutient. Mais apparemment, la fierté n’était plus en débat entre eux. Il avait compris et saisissait cette main tendue par sa petite sœur. Alors qu’il se reposait contre elle, Emily resserrait son étreinte, fermant elle-même les yeux. Bien qu’elle faisait cela pour lui, elle aussi avait envie de se perdre dans ses bras. Le sentir là contre elle, bien vivant, c’était ce dont elle avait besoin. Parce qu’elle avait cru qu’il allait partir et qu’elle avait compris que sans lui, elle n’aurait plus jamais la force… Alors tout en offrant sa chaleur réconfortante à son grand-frère, elle profitait aussi de ce moment. Ce moment qui pouvait leur donner l’idée que leur monde n’était pas uniquement violence et désespoir mais qu’il restait encore de petites choses qui pouvaient donner envie de garder la tête haute.

Combien de temps ? Combien de temps avait duré cette étreinte ? Emily n’en savait rien et ça n’avait pas d’importance. Elle s’en fichait. Ce qui comptait, c’était le visage qui se trouvait de nouveau devant elle alors qu’il se séparait. La jeune femme remarqua tout de suite la marque de la larme qui avait coulé sur sa joue. Il ne pleurait jamais. Et ça faisait mal. Mais c’était bon signe. Elle le regarda alors mettre l’anneau autour de son cou sans un mot. Il appartenait sans doute à Megan. Ce serait un bout d’elle toujours présent avec lui… La jeune femme releva bientôt le regard pour le planter dans celui de son frère qui parvint enfin à prendre la parole. L’émotion était vibrante dans sa voix et elle vit une nouvelle larme sur sa joue mais ne fit pas de commentaires, écoutant soigneusement ce qu’il avait à dire. Mais plus il parlait, plus Emily sentait sa gorge se nouer, ses tripes se resserrait et une violente envie de vomir la saisir. Oui Megan n’avait rien fait, elle était innocente alors qu’eux… Lorsque Cameron déclara que c’était en partie à cause d’eux qu’elle était morte, Emily resserra immédiatement son poing droit. Dents serrés, elle fit de son mieux pour se retenir, pour ne pas hurler. Mais pourtant, c’était ce qu’elle voulait. Parce qu’il avait raison… La jeune femme se rattrapa cependant violemment aux paroles de son frère quand il changea légèrement d’axe. Oui, ne pas penser à ça, se concentrer sur lui et lui seul.

« Tu pourrais t’en vouloir si tu avais su que tout s’arrêterait, si tu avais su que tu devais tout lui donner en peu de temps… Mais là tu n’as fait qu’être toi-même, avancer à ton rythme et c’est ce qui faisait que tu étais sincère avec elle, que votre relation n’était pas une vaste plaisanterie. Alors tu peux pas t’en vouloir… »

Même si je comprends. Emily aurait aimé rajouter cela mais elle n’en fit rien. Parce que si c’était sincèrement vrai, ce n’était pas ce qu’il devait entendre. Parce qu’il ne fallait pas qu’il se bouffe de l’intérieur, qu’il se détruise. Le but était qu’il puisse par la suite se reconstruire… Mais oui, elle comprenait tout à fait ses regrets, ses envies de revenir en arrière, de faire les choses différemment… Le regard d’Ems se perdit légèrement dans le vague alors que Cameron évoquait le futur qui aurait dû être celui de Megan. Oui, elle n’avait pas de mal à l’imaginer en femme adulte, épanouie… Oui ça lui allait bien. Un vague sourire se dessina sur le visage de la métisse. Un sourire mesquin pourtant en un sens. Parce que ce futur, elle n’osait jamais l’imaginer. Parce qu’au fond d’elle, bien qu’elle soit guidée par l’espoir, il y avait toujours cette petite voix pour lui rappeler que rien n’était sûr, qu’elle ne sortirait sans doute jamais d’ici…

Emily fut surprise d’entendre son frère lui demander s’il y avait d’autres victimes. Elle leva un regard légèrement interrogateur vers lui. Leurs yeux se croisèrent alors et il lui demanda des nouvelles de Ricardo. La jeune femme ressentit alors un pincement au cœur et une nouvelle nausée l’envahit mais elle parvint à garder son calme.

« Beaucoup de gens ont été attaqués mais je crois pas qu’il y ait d’autres victimes…. Quant à Ricardo, physiquement il va bien. Mais ses deux meilleurs amis, Sean et Julian ont été attaqués et sévèrement blessés alors moralement il a connu mieux… »

Ils étaient tous escamotés. Ils avaient tous cette souffrance qui leur vrillait l’estomac mais Emily ne pouvait s’empêcher de se répéter encore et toujours la même chose : sa responsabilité dans cette histoire était énorme. Elle avait fondé le groupe. Elle avait voulu faire de la musique de Résistance… Elle avait mis tous ces gens en danger. Oui elle était responsable de la mort de Megan et avait faillit causer celle de son frère. Cette évidence, elle cherchait à la dissimuler pour avancer, et ça marchait mais de temps en temps, elle revenait lui exploser à la figure. Elle savait très bien qu’elle allait garder ça pour elle, prétendre que ça allait, se le cacher. Mais un jour où l’autre, cela reviendrait avec violence et elle n’aurait d’autre choix, que de se plier à la souffrance.

« Physiquement comment tu te sens ? »

Emily était toujours aussi inquiète pour lui. Elle le connaissait bien et savait qu’il avait une fâcheuse tendant à ignorer les cris de douleur de son corps et à faire ce qui n’était pas conseillé. Et puis, elle avait besoin de dévier la conversation. Ne surtout pas parler de ses proches, d’elle… Emily sentait bien sa gorge se resserrer, cette envie de vomir qui ne la quittait pas…. S’ils continuaient dans cette voix cela deviendrait difficile et il était hors de question qu’elle parle de ce qu’elle ressentait à Cameron. Pas maintenant. Peut être se tournerait-elle vers lui plus tard, sans doute mais là ce n’était tout simplement pas le moment.

« Tu devrais te reposer encore… Je veux bien te faire des tisanes et border ton lit si tu veux. »

Petit sourire. Oui ce qu’elle disait était idiot mais c’était aussi une façon de dire à Cameron qu’elle pouvait rester à ses côtés. Elle ne s’imposerait jamais et comprendrait tout à fait qu’il ait besoin de solitude. Mais c’était une porte ouverte, sa façon de lui dire qu’elle pouvait squatter son dortoir si ça pouvait ne serait-ce que l’aider un peu…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7759
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: It's been a long day ▬ Emily   Mer 7 Oct 2015 - 21:51

Vider son sac, oui, il paraît que c'est ce qu'il faut faire quand quelque chose bloque et dans le fond j'approuve totalement simplement … Ces derniers temps j'ai du gérer le fait d'être dans la position de celui qui doit le faire et non dans celle de celui donne le conseil. Je n'y suis pas habitué, c'est relativement difficile pour moi à accepter même si je ne le montre pas vraiment, tout simplement parce que je n'ai pas été élevé comme ça et ça pourrait passer pour une question de fierté mais ça n'est pas tellement ça je pense. Ça n'est pas vraiment de la pudeur non plus, je pense que j'ai simplement jusqu'ici réussi à gérer tout seul comme un grand … Enfin c'est ce que je pensais jusqu'à ce que je m'écroule littéralement et que je fasse cette putain de connerie en début de mois. J'ai repris du poil de la bête depuis, clairement, mais je ne m'attendais pas à ce nouveau coup dur. Personne ne s'y attendait et à la fois on ne peut pas dire que ça soit un fait incroyable. Ils ont essayé de revenir en décembre mais ils ont été jeté dehors non sans dommage qu'ils soient matériel ou humain, c'était presque une évidence qu'ils retenteraient sauf que cette fois c'est différent. Ils ont joué la finesse au lieu de foncer dans le tas comme des bourrins comme ils avaient jusqu'ici l'habitude de le faire. Ils apprennent de leurs erreurs et en deviennent en ça bien plus dangereux. Ils ont frappé en minorité et pourtant … pourtant l'effet est encore pire. Je parle de manière globale, je ne parle pas des répercutions d'ordre personnel, je n'en suis pas encore là. Est ce qu'ils espèrent diviser pour mieux régner ? C'est fort possible et c'est par conséquent à nous de leur montrer qu'ils ont tort de nous sous-estimer seulement … ça n'est pas aussi simple. Ce soir je suis calme, épuisé, triste et résigné mais demain ? Et qu'est ce qui se passera quand je croiserais certaines personnes ? Je n'en ai pas la moindre idée et très honnêtement je n'ai pas la force d'y penser en l'état.

Les doigts autour de ma chaine, autour de l'anneau, j'écoute les paroles de ma petite sœur et prends conscience d'une chose : Aujourd'hui j'ai perdu une personne qui avait une place très importante aussi bien dans mon cœur que dans ma vie mais j'ai la chance d'avoir encore ma famille. Ça n'est pas comparable, personne n'est interchangeable et les rôles ne sont pas les mêmes mais j'ai déjà perdu un frère, plusieurs en réalité, je ne sais pas si j'aurai supporté de perdre un autre membre de ma fratrie.
Ses mots sont sages, réfléchit et posé, elle a raison sur toute la ligne et ça me brise le cœur de me dire qu'elle sait littéralement de quoi elle parle. De mon côté c'est une douleur que je découvre, mon instinct  protecteur aurait aimé que je sois le seul ici à savoir ce qu'on ressent dans ce genre de situation mais j'ai tendance à oublier parfois qu'elle a eu une vie avant d'atterrir à Poudlard. Elle a vécu, elle est très loin d'être une petite chose fragile.

Ensuite vient la surprise dans son regard, quand je lui demande si d'autre ont perdu la vie … puis quand j'évoque le sort de Ricardo. Pour des raisons totalement stupides je ne porte pas spécialement ce type dans mon cœur mais ce qui est important pour Emily l'est pour moi.

« Beaucoup de gens ont été attaqués mais je crois pas qu’il y ait d’autres victimes…. Quant à Ricardo, physiquement il va bien. Mais ses deux meilleurs amis, Sean et Julian ont été attaqués et sévèrement blessés alors moralement il a connu mieux… »
« Désolé de l'apprendre, j'espère que ça va aller pour eux, et pour lui. »

Et je suis sincère. Cette attaque laissera des marques probablement indélébiles et je ne parle pas uniquement de celle qui se voient au sens propre du terme. Ils ont attaqué le cœur, ils ont réveillé la culpabilité … Tout ça aura des conséquences, je pense que c'est inévitable même si je n'ai pas tellement la force de me pencher sur la question pour le moment.

« Physiquement comment tu te sens ? »

En entendant ces mots et en percevant son regard presque inquisiteur je ne peux me retenir d'esquisser un vague sourire. Il est plein d'affection ce sourire, probablement triste au visuel mais plein d'affection et de tendresse pour elle parce que je pense pouvoir affirmer sans trop de mal ce qu'elle est entrain de penser.

« Ça tire un peu mais ça va. J'aurai sans doute pas du sortir aussi vite de l'infirmerie, malgré les transfusions, mais … J'pouvais plus rester là bas. »

Parmi tous ces gens, ce chaos, et l'image de son corps sans la moindre trace de vie.

« Tu devrais te reposer encore… Je veux bien te faire des tisanes et border ton lit si tu veux. »

Je tourne la tête à nouveau vers elle et lui rend son sourire. Intérieurement je comprends les messages qu'elle m'envoie et la remercie de … changer de sujet. En parler pendant des heures ne changera rien, ça ne la ramènera pas. Ça ne m'empêche pas de ressentir, de ne jamais la sortir de ma tête mais ...

« J'passe mon tour pour la tisane mais j'veux bien que tu me bordes. »

… Les vivants sont toujours là eux, et si j'ai eu parfois l'habitude de m'éloigner pour encaisser certains coups durs je me rends compte que ce soir ça n'est pas le cas, ça ne l'est plus.

« J'ai pas tellement envie de croiser du monde ce soir, tu veux bien être mon garde du corps ? »

A moindre mesure évidemment puisque la vérité c'est que je n'ai pas envie de parler, à qui que ce soit, pas non plus envie de croiser le regard plein d'empathie, de tristesse, de pitié ou que sais-je encore de qui que ce soit. Pas maintenant. Je sais que ça viendra bien assez tôt, néanmoins le plus tard possible sera le mieux pour moi.

« Je comprendrais que Ricardo ait besoin de toi aussi mais … J'crois que j'aimerai bien que tu restes avec moi cette nuit. »

A ce moment là j'attrape sa main sans réfléchir, je ne la regarde plus vraiment, les yeux concentrés sur nos dix doigts, la tête désormais un peu vidée.

« Est ce que tu as vu Kyle depuis hier ? »

Je ne l'ai pas vu à l'infirmerie mais je ne peux pas prétendre avoir fait attention à qui que ce soit. A ma connaissance il ne fait pas partie des blessés, pas des blessés graves en tout cas, en revanche il faisait peut être partie des personnes visés. Et puis lui aussi est ma famille, tout simplement, alors sont sort m'importe. Ma relation avec lui est très différente de celle que je partage avec Ems, c'est un fait, et ce soir, cette nuit c'est avec elle que j'ai besoin d'être, mais il n'en reste pas moins mon petit frère pour autant. Et si je ne demande pas à Tigresse comment elle va c'est simplement parce que j'ai compris qu'elle était sur la brèche, avec aucune envie de basculer, chose que je respecte totalement. Ce soir on a tous besoin de souffler, d'appuyer sur pause, de débrancher.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2802
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: It's been a long day ▬ Emily   Mer 14 Oct 2015 - 11:26

Est-ce que ça allait aller pour Ricardo ? Et pour les autres ? Emily l’espérait du fond du cœur mais pour une fois, elle doutait. Cette attaque avait été un véritable coup de massue mais surtout, elle montrait que les hostilités n’étaient pas terminées. Ce n’était pas un fin en soi mais bien la preuve que rien n’était terminé et que la violence n’avait fait que prendre congé pendant quelques mois pour mieux revenir. Face à cette évidence, il était difficile de savoir comment allaient finir les élèves du Château, s’ils allaient tenir le choc. Impossible de savoir qui parviendrait à se relever et qui finirait au fond du gouffre, définitivement marqué et détruit par tout ça. La jeune femme espérait que ses proches eux allaient y arriver, qu’ils ne seraient pas happés par l’horreur du monde. Mais elle n’arrivait pas à s’en assurer. Elle qui prônait l’espoir depuis toujours sentait bien une brèche en elle, en ce bouclier qu’elle s’était habituée à dresser envers et contre tout. Cette brèche ne cessait de se faire plus large de minutes en minutes et elle espérait simplement ne pas avoir à la présenter à Cameron aujourd’hui. Elle fut donc rassurée de voir son petit sourire lorsqu’elle lui demanda comment il se sentait physiquement. Elle voyait dans ce sourire une note d’espoir qui l’aidait à tenir quelques minutes encore. Cela ne l’empêcha cependant pas d’écouter sa réponse à sa question avec une grande attention. Bon… Son excuse était plus que valable et Ems le signifia en hochant doucement de la tête. Mais oui, il fallait qu’il se repose quand même bien qu’il ait choisi de quitter l’infirmerie. La jeune femme s’était donc lancée dans une perspective plus douce en proposant à son frère de le border et de lui faire des tisanes. Un nouveau sourire. Et après sa prise de parole, Emily parvint même à lâcher un petit rire.

« Oh tu veux pas faire la petite vieille… Tant pis, t’aurais peut être un chocolat chaud si t’es sage. »

Emily avait un sourire flottant sur le visage. Ce dernier n’exprimait pas forcément la plus grande joie mais elle commençait peu à peu à respirer plus facilement. Cette sensation fut accentuée lorsque Cameron lui demanda d’être son garde du corps pour ce soir. Hochement de tête vif de la part de la jeune femme. Oui tout à fait. Elle était prête à cela et trouvait la proposition amusante malgré toute la tristesse et le désespoir qui se cachait derrière. La jeune femme aurait pu continuer sur un ton de voix plus léger mais son frère lâcha alors quelques mots qui la figèrent. Et sa main qui venait prendre la sienne… Jamais il ne lui avait demandé une telle chose. Elle oui peut être mais lui… Ems sentit de nouveau les larmes lui monter aux yeux, mais ce n’était pas vraiment les mêmes. Elle secoua alors vivement la tête pour chasser cette envie de pleurer qui venait de nulle part. Elle n’allait quand même pas craquer maintenant, alors qu’elle se sentait en un sens bien plus légère en cet instant.

« Je vais lui laisser un message pour lui expliquer mais il comprendra. Tu es mon frère et il faut prendre du temps pour la famille, c’est important. »

Emily serra alors doucement la main de Cameron. La famille c’était ce qui faisait qu’ils étaient encore debout, elle ne pouvait pas négliger la sienne, la laisser dans la peine et la souffrance. Elle se devait de l’aider, de la soutenir comme elle avait été là pour elle. La jeune femme amorça alors le mouvement de marche pour se rendre dans le Château, gardant bien la main de son frère dans la sienne. Mais ils n’avaient fait que deux pas quand la voix de son aîné se fit entendre une nouvelle fois. Kyle ? Elle l’avait aperçu mais n’avait pas eu le temps de parler plus avec lui. Elle savait juste qu’il allait physiquement bien mais n’avait aucune idée de ce qu’il avait vécu pendant cette journée. Ems se sentit alors un peu honteuse de ne pas être allée vers lui. Elle s’était renfermée sur sa douleur, sur sa personne et avait négligé son entourage… Non, ce n’était pas le moment pour les blâmes, elle réglerait ses comptes avec elle-même plus tard.

« Je l’ai aperçu, je sais qu’il n’a pas été blessé mais c’est tout… J’irai le voir plus tard pour en savoir plus. »

Sous-entendu, si tu n’es pas prêt à lui parler tout de suite, je peux m’en charger. Emily tourna alors son regard vers la porte du Château et entraîna doucement son frère à sa suite. Une idée traversa alors l’esprit de la jeune femme. Son dortoir était vide en permanence. Dakota n’était jamais là et du coup, on pouvait dire qu’elle était la seule à l’occuper. Ils pourraient donc aller là plutôt, car celui des garçons était bien plus peuplé. Les deux jeunes gens étaient donc en route, à pas tranquille. La demoiselle pour sa part regardait attentivement autour d’elle pour voir s’il n’y avait pas trop de monde, des gens susceptibles de venir emmerder Cameron avec leurs bonnes intentions. Heureusement, les environs étaient plutôt calmes. Sans attendre son reste, Emily accéléra finalement le pas pour avaler les étages et les couloirs qui les séparaient de leurs dortoirs. Le temps paru long à la jeune femme, craignant à chaque instant que quelqu’un vienne fracasser la bulle fragile qu’ils venaient de dessiner autour d’eux. Heureusement, le trajet se fit sans encombre et ils arrivèrent bientôt à destination. Emily fit alors entrer Cameron dans sa chambre et ferma soigneusement la porte derrière eux.

« On sera plus tranquilles du côté des filles… Bon par contre si un surveillant se pointe je serai dans l’obligation de te faire enfiler une jupe, juste pour te camoufler. »

Sourire. Cette fois elle n’avait pas eu à réfléchir, à se torturer. Les mots étaient sortis avec simplicité. Elle avait l’impression que dans cette chambre, ils étaient maintenant dans une sorte de cocon qui les protégeait de l’horreur pendant quelques heures. Après ils devraient retourner dans le monde réel, affronter la réalité, les changements et les souffrances qui leur avait été imposés. Mais plus tard. Il fallait d’abord qu’ils respirent un grand coup. Emily alla alors fouiller sous son lit et en sortit une petite radio. Elle l’alluma à bas volume et la posa sur sa table de nuit. Un peu de musique en fond, pour elle, c’était une bonne chose pour se détendre. Elle vint ensuite s’asseoir sur le lit, près de Cameron et poser sa tête sur son épaule.

« On est encore là. »

Emily avait murmuré ses mots, dans un souffle, l’air absent. Ce n’était qu’un constat. Ils avaient cru mourir chacun un bon nombre de fois, ils avaient échappé à tout. Et ils étaient encore là. Des survivants. Oui voilà ce qu’ils étaient et d’ailleurs, ce dortoir vide ne faisait que le rappeler à Ems jour après jour. Certains n’avaient pas cette chance, certains étaient partis, comme Megan… Et ils laissaient une trace forte, douloureuse. Mais eux, continuaient à fouler cette terre. Pourquoi ? Ems n’avait pas la réponse et Cameron sans doute pas non plus. Elle n’avait d’ailleurs pas envie de se poser la question. Parce que c’était douloureux et incompréhensible. Mais c’était indéniable, ils faisaient partis de ceux, qui toujours se relèvent…

~Alors faut pas pleurer ! Faut pas pleurer.
Parce que ça va aller je te le promets, ça va aller
Parce qu’on est de ceux qui guérissent, de ceux qui résistent, de ceux qui croient aux miracles
Pas de ceux qui disent que lorsque les tables bougent, c’est que quelqu’un les pousse du pied
Mais un jour tout ça on n’y pensera même plus
On aura tout oublié, comme si ça n’avait pas existé~

Fauve
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7759
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse & Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: It's been a long day ▬ Emily   Jeu 15 Oct 2015 - 17:44

Je ne peux pas le nier, sans pour autant me satisfaire puisque ça n’est clairement pas le mot adapté pour ça, ça me soulage qu’elle m’accorde ce moment au détriment de Ricardo qui doit lui aussi pourtant avoir besoin d’elle. Ça n’est pas une course, ça n’est pas à celui qui comptera le plus, nos places dans sa vie ne sont pas interchangeables et je ne me sens pas en compétition avec lui-même si je ne peux pas m’empêcher parfois de jouer les mauvaises têtes. Je ne lui en aurais pas voulu pour autant si elle avait pris une autre décision, mais oui, ça me soulage de savoir qu’elle va rester avec moi parce que je n’ai pas envie d’être seul, mais je n’ai pas envie d’être avec quelqu’un d’autre qu’elle. Ce soir c’est de ma famille dont j’ai besoin et plus précisément de ma petite sœur, sans offense aucune pour Kyle bien sûr. La relation n’est pas la même, quelque part je suis plus proche d’Ems que de lui mais ça n’est un problème pour personne, c’est simplement différent parce que leur caractère respectif sont différents mais ça n’a pas tellement d’importance. Ça ne m’empêche pas de m’inquiéter pour lui pour autant et de m’interroger en conséquence.

On est déjà en route vers l’entrée du château et c’est à peine si je m’en aperçois. Je crois qu’il n’y a que sa présence à elle, sa main dans la mienne, et ces pensées pour mon compatriote de frangin qui me maintiennent encore ici, présent, quand bien même mon corps a toujours été là lui-même s’il est un peu abimé.

« Je l’ai aperçu, je sais qu’il n’a pas été blessé mais c’est tout… J’irai le voir plus tard pour en savoir plus. »
« D’accord. Merci. »

Pour tout un tas de choses, et pour me comprendre sans que je n’ai besoin de parler. Oui son sort m’importe mais non je ne suis pas prêt à lui faire face. Ni à lui, ni à personne d’autre. Pas ce soir. Et ça elle l’a très bien compris, bien avant que je ne le formule il y a quelques secondes. Sans trop savoir pourquoi mes pensées s’égarent en direction de Stephen … ce qui est une très mauvaise idée pour tout un tas de raison alors je m’efforce de le chasser de mon esprit rapidement et resserre mon emprise autour de la main d’Emily, comme si ça pouvait me permettre de rester sur terre. Ce qui est totalement le cas finalement.
Le pas tranquille, figé dans le silence, je me laisse guider sans protester, sans réellement me rendre compte d’où on peut aller exactement, sans m’en préoccuper surtout. Quand je réagis finalement je me rends compte que c’est dans son dortoir que je me trouve. La porte est fermée derrière moi, est ce que la Magie n’aurait pas dû m’envoyer sur les roses ? Si c’est le cas je suis bien content qu’elle ne l’ait pas fait parce que je ne suis pas prêt non plus à croiser Drew et Matthew.

« On sera plus tranquilles du côté des filles… Bon par contre si un surveillant se pointe je serai dans l’obligation de te faire enfiler une jupe, juste pour te camoufler. »
« C’est très mal de profiter d’un moment de faiblesse de ma part pour assouvir tes pulsions sadiques de petite sœur. »

Elle sourit, moi aussi, et d’un sourire sincère, réellement amusé. Après Kyle qui me dessine avec un magnifique slip par-dessus mon pantalon en mode CameronMan, ma frangine veut maintenant me travestir … Où va le monde avec le jeunesse, je vous le demande ? Être un grand frère n’est pas un rôle facile ! Mais je ne l’échangerai pour rien au monde.
Je la regarde s’activer, mes mains désormais dans mes poches après avoir posé mon vêtement chaud sur une chaise et quelques secondes plus tard elle sort une radio de sous son lit. C’est donc là qu’elle était passée celle-là … Ce qui n’a rien d’étonnant quand on sait à quel point la musique est une part intégrante d’elle-même. Je pense que c’est la radio qui nous a servi lors de notre petite sauterie entre Moldus il y a quelques temps, radio que je devais rendre à Dimitri, radio qu’il ne m’a jamais réclamé. Je suis bien content que ce soit Emily qu’il l’ait avec elle. Dimitri. Je crois qu’il a été blessé mais … Non ce soir je ne peux pas, je n’y arrive pas. Demain je tacherai de faire le tour, de savoir qui a été touché et à quel point mais pour l’instant … Pour l’instant je veux juste m’assoir sur ce lit et rester là, sans bouger, pendant que ma petite sœur pose sa tête sur mon épaule et que le monde cesse un peu d’exister. La douleur aussi.

« On est encore là. »

Ça n’est qu’un murmure qui s’échappe de sa bouche et pourtant … pourtant il résonne comme un cri, presque irréel. Oui, on est encore là, et ça tient probablement d’un putain de miracle mais je ne vais certainement pas m’en plaindre. Certains partent et d’autres restent, c’est comme ça et la plus part du temps on y peut rien même si l’envie de hurler que c’est injuste peut vous tordre l’estomac et le cœur avec. On a tous fait des choix, des choix qui peuvent avoir des conséquences, des conséquences qui font mal … pour ceux qui restent, toujours.

« On doit avoir une putain de bonne étoile. »



« On a deux putains de bonnes étoiles. »

Stan et Sullivan, pour ne pas les citer, parce que finalement c’est complètement évident. J’ai arrêté de prier, d’aller à l’église, de croire en Dieu et ce depuis des années. J’ai jeté la croix qui était accroché à la chaine de mon frère, dans une pulsion de colère et de rage, mais aujourd’hui je vois les choses plus sereinement. Je ne crois pas que je réviserai mon jugement là-dessus, je préfère continuer à ne compter que sur moi-même et sur les personnes physiquement présentes, mais l’idée qu’ils soient tous les deux entrain de veiller sur nous de là où ils sont me plait assez. Et naturellement une boule se forme dans ma gorge quand je comprends qu’ils ne sont plus tous seuls désormais.

L’instant d’après je m’allonge sur le lit d’Emily et laisse un profond soupir s’échapper, comme si je voulais vider tout l’air de mes poumons pour les remplir d’un air nouveau. Demain est un autre jour, un jour qu’elle ne verra pas se lever, exactement comme aujourd’hui.


Well you only need the light when it's burning low
Only miss the sun when it starts to snow
Only know you love her when you let her go
Only know you've been high when you're feeling low
Only hate the road when you're missing home
Only know you love her when you let her go

And you let her go

Passenger

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: It's been a long day ▬ Emily   

Revenir en haut Aller en bas
 
It's been a long day ▬ Emily
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Combat #1: Emily vs Kim
» Sujet a long terme: ork sauvage.
» Un combat long....très long !!
» La vie n'est qu'un long fleuve tranquille (ou pas)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Outside :: Le Parc de l'Ecole. :: ─ Les allées le long du château :: ─ Les cours pavées-
Sauter vers: