AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm a barbie girl .... •• Caitlyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1500
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: I'm a barbie girl .... •• Caitlyn   Jeu 7 Mai 2015 - 14:47


Samedi 24 janvier 2015, dans l'après-midi.



Un peu plus tôt dans la semaine.

Melvin, je te rappelle que tu as un examen demain, au lieu de regarder les mouches voler tu ferais mieux de réviser non ? Au moins relire un peu... grogna le plus jeune exaspéré. Quand tu as des mauvaises notes, non seulement c'est la honte, tu vas te faire engueuler par ton père et je risque moi aussi de m'en prendre la gueule parce que tu n'auras pas ouvert un foutu bouquin !

Parce que oui, même s'il était plus jeune, il était en quelque sorte "préposé" à aider son cousin à ses devoirs, à lui expliquer ce qu'il n'avait pas compris... autant dire que ce n'était pas simple quand on a pas assister à ces foutus cours, qu'on a pas le niveau requis vu qu'on est en classe inférieure et qu'en plus cet abruti prenait des notes pas forcément toujours très exactes...

Sérieusement... il faut quoi pour te motiver, que je te dise que si tu as une note supérieure à un A je me déguise en fille avec les habits de June  pour le reste de la journée?

Melvin eut un petit ricanement et sembla ravi de cette proposition. Connor comprit alors que cette phrase anodine, son cousin l'avait pris comme une sorte de pari ! Mais après tout pourquoi pas ! L'examen était le lendemain, il n'aurait pas le temps de réviser assez pour avoir une bonne note, il ne prenait pas vraiment de risque. Le blond fit signe à June de venir vers eux.

Il faut que tu sois le témoin pour le serment inviolable. Gneuh. Quoi ?! Qu'est-ce que c'était que cette histoire. Tu ne vas pas te dégonfler, hein Minou ?

Connor grogna un truc inaudible mais tendit sa main. Le pacte était donc scellé. Si Melvin avait une note supérieure à Acceptable à son prochain examen, le petit bouclé se déguiserait donc avec les habits très féminins de June, et cette dernière lui avait même promis de lui en sortir des "supers chouettes" pour cette occasion... de quoi faire assez peur au pauvre Ravenclaw.




Aujourd'hui était le Jour J, l'heure de vérité en quelque sorte ! Il avait rendez-vous avec son cousin dans quelques minutes pour voir le résultat de son dernier test. Même s'il était plutôt confiant Connor se demandait encore ce qui lui avait pris de parier avec Melvin quelque chose d'aussi gros ! Allez, le blond avoir une bonne note ce n'était pas possible, n'est-ce pas ? Néanmoins cette certitude  s'envola rapidement en voyant le visage rayonnant de l'autre Tveit. Oh non. Il n'avait pas eu le temps de dire un mot de plus que Melvin lui avait lancé les "habits" qu'il devrait porter, tout en lui foutant sous le nez sa note qui était même un "E". Saloprie de cousin. Abruti. Comment est-ce qu'il avait fait ? Argh ! Il le détestait ! Il le haïssait tellement dans ce genre d'occasion. Connor fulminait tandis que le blond rayonnait et ricanait.

Tu as triché Melvin ?! Comment tu as fait pour avoir cette note ?
Tu voulais que j'ai un E sur mon parchemin, j'en ai un ! claironna t-il fièrement

Autrement dit, oui, il avait triché d'une manière ou d'une autre... Connor ne savait pas exactement ce que son cousin avait traficoté mais ce n'était pas clair !

MAIS MELVIN  IL FALLAIT QUE TU ETUDIES !!!! C ETAIT IMPLICITE QUE Il se coupa assez brutalement dans ses paroles en voyant le regard bovin de l'autre garçon au mot implicite. Il se calma du mieux qu'il le put et tenta de retrouver un ton un peu plus calme...   enfin, même si je ne l'ai pas dit, disons que c'était.. sous-entendu. Tu vois, quand j'ai dit ça c'était je m'habille avec les habits de June SI tu as un A ou plus parce que tu as étudié... pas parce que tu as triché ou je ne sais quoi !
Moi je trouve pas ça logique... et de toute façon c'était pas dit dans le serment.

Dans ces moments-là il avait envie de le secouer, de l'étrangler mais ce n'était pas possible, c'était son cousin et que malgré tout il l'aimait énormément quand il n'agissait pas comme un abruti...  mais aussi son cousin aussi stupide soit-il était un tas de muscles,  et connaissait plus de sorts que lui s'ils en venaient à se battre. Il commença à enlever ses habits avant d'enfiler ceux de June, il les redimensionna un peu histoire de mieux y rentrer. Heureusement il n'y avait pas de glace, mais il devait avoir une de ces dégaines. Il avait fini de tout enfiler quand le blond lui tendit une espèce de paire de chaussures... haute et à talons.

Content ? Je te jure Melvin que ma vengeance sera terrible ! Tu peux en être certain !!

Melvin secoua la tête et positionna sa baguette vers lui... et il se retrouva maquillé comme pas possible et avec une espèce de  cheveux blonds immondes.

Cadeau de June ! Elle est gentille de m'y avoir fait ! T'es trop bonne comme ça ! Il ricana un peu Je vais chercher June, ne bouge pas et après on ira ta promener pour que tout voit comme tu es belle.... et comme je suis trop intelligent.
Il est hors de question que je bouge de cette pièce avant la fin de la journée ! Comme ça, pari fini et PERSONNE ne me verra comme ça ! Par ailleurs, si tu oses me "promener" comme un vulgaire chien et que la famille l'apprend ça sera déshonneur sur moi, certes, mais surtout sur toi. C'est toi l’aîné, toi qui m'a fringué comme ça. Et tu prendras cher mon gros.

Il grogna un truc, certainement qu'il allait quand même juste chercher June -voire Devin- pour qu'elles voient le résultat de comment il serait mignon en fille. Il ajouta un mot du genre que si c'était Elinor qui lui avait demandé de faire ça, il lui aurait obéit sans trop réfléchir. Connor n'eut pas le temps de répliquer que son cousin venait de sortir en claquant la porte.  Soupirant Connor sortit sa baguette et fit apparaître un miroir pour voir de quoi il avait l'air...
La porte grinça derrière lui et.... il fit volte face, manqua de se casser la gueule avec les talons. Twain. Enfer et damnation.

[Photo entière ici ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6591
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: I'm a barbie girl .... •• Caitlyn   Jeu 21 Mai 2015 - 13:07

Samedi 24.01.2015
Dans l'après-midi

Dix jours étaient écoulés depuis que Caitlyn était sortie de l'infirmerie. Le plus dur était derrière elle. Ce n'était pas la première fois qu'elle faisait un séjour à l'infirmerie, mais depuis que les Supérieurs étaient partis, elle n'y avait plus remis les pieds. Son retour en cours lui avait valu des regards curieux et même quelques questions parfois embarrassantes. Les plus proches de ses amis étaient venus lui rendre visite assez régulièrement et étaient donc au courant de l'essentiel, mais les autres élèves de son année ne connaissaient sur son état que les rumeurs et n'avaient pu s'empêcher de la dévisager comme une revenante. Au fond, ils n'avaient presque pas tort : elle n'avait été qu'un corps quasi sans vie lorsqu'on l'avait retrouvée dans le parc au petit matin du jour de Noël, et, pendant les premières heures, les premiers jours, rien n'avait été moins sûr que ses chances de survie. Finalement, après avoir passé trois semaines entières à l'écart de tous, elle était revenue comme si de rien n'était et avait recommencé à suivre les cours et à prendre ses repas avec tout le monde. La curiosité de ses camarades, même si pas forcément bien placée, était donc plutôt normale et logique, compréhensible. Heureusement, elle s'était estompée peu à peu et tout avait fini par revenir à la normale. Du moins en apparence. Car pour la jeune femme, rien n'était comme avant. En fait, elle se sentait restreinte et limitée, empêchée de faire ce qu'elle aurait facilement pu et aimé faire si elle n'avait pas été blessée aussi gravement. Finis les entraînements acharnés au Quidditch, finis les kilomètres parcourus autour du parc, finies les heures passées dans la salle du Club de Duel. Les journées de cours suffisaient à l'épuiser, et c'était sans compter les devoirs à faire le soir, après lesquels elle n'avait qu'une envie, celle d'aller se coucher. Son dos la tiraillait à chacun de ses mouvements comme si la chaire devait se déchirer à nouveau, un ou deux escaliers suffisaient pour l'essouffler…

Ce samedi, elle avait dormi jusqu'à neuf heures passées, ce qui représentait pour elle l'équivalent d'une bonne grasse matinée. Elle avait retrouvé ses forces et se sentait donc particulièrement en forme. A onze heures, elle s'était rendue dans la Salle du Club de Duel avec une bonne partie des élèves de son année, mais elle n'avait fait qu'assister au cours de Self-Défense, assise sur une chaise près du mur. Un mot de l'infirmier suffisait pour justifier auprès du professeur son incapacité à s'impliquer activement dans ce genre de cours où la santé physique était primordiale, et elle s'était donc contentée d'observer ses camarades s'attaquer et se défendre par paires ou avec des mannequins, presque jalouse de ne pas pouvoir faire pareil. Elle aurait tellement voulu pouvoir frapper à mains nues et encaisser ou esquiver les coups, sentir ses muscles se tendre et se crisper, l'adrénaline pulser dans ses veines, la sueur perler à son front… Elle aurait tellement aimé avoir à nouveau la respiration haletante et le cœur déchaîné, non pas à cause d'un simple escalier gravi pendant l'intercours mais bien à cause du sport et du plaisir grisant qu'il lui procurait. Pourtant, elle resta tranquillement assise sur la chaise, adossée au mur, le bras appuyé sur le dossier, ramenant parfois les jambes contre sa poitrine et posant le menton sur ses genoux. Elle observa les combats qui se déroulaient devant ses yeux, harmonieux, fluides, ponctués de gémissements et de soupirs. Elle écouta de loin les remarques du professeur qui passait parmi les élèves et les interrompait pour leur expliquer tel ou tel mouvement, telle ou telle technique. Mine de rien, c'était assez instructif, aussi, de juste se forcer à regarder. Elle voyait les défauts de réflexes, de posture, d'attaques, mais aussi les qualités de ses camarades. Elle critiquait dans sa tête. Qu'aurait-elle fait mieux qu'untel ? Qu'est ce qu'untel faisait mieux qu'elle ? Où aurait-elle gagné, où aurait-elle perdu ?

Après le déjeuner, elle se rendit à la salle sur demande pour y trouver un piano poussiéreux éclairé de la lumière blafarde et dansante des bougies d'un vieux chandelier posé dessus. Pas de scène, pas de câbles, pas de projecteurs, pas d'amplis. Un simple piano, vieux, droit, et un tabouret, qui n'attendaient qu'elle. Elle s'assit, ouvrit doucement le pan de bois recouvrant les touches et les caressa les yeux fermés en prenant une profonde inspiration. Puis elle expira, relâcha les muscles de son dos, et joua. Les accords s'enchaînaient, fluides, harmonieux, laissant la mélodie se détacher pour venir la faire frissonner d'émotion. Ses doigts sur les touches, ses pieds sur les pédales, le piano et Caitlyn ne firent bientôt plus qu'un, et elle eut l'impression qu'elle retrouvait sa baguette et toutes les sensations qu'elle lui provoquait lorsqu'elle la tenait dans sa main. Les frémissements de ses muscles, la chaleur au plus profond de son ventre et qui se propageait partout dans son corps, qui guidait sa respiration ainsi que les battements de son cœur, qui mouvait son dos, ses épaules, ses bras, sa tête, au rythme de la musique qui l'entourait et qui emplissait la pièce. Qu'elle soit gaie ou triste, elle rendait le monde autour de Caitlyn tellement plus beau ! C'était la magie à l'état pur. Finalement, la mélodie s'estompa. L'air de la salle en était gorgé et les vibrations résonnaient partout autour, et après être restée sans bouger pendant plusieurs instants, Caitlyn se releva lentement. Comme vidée, et pourtant tellement remplie de bonheur. La magie était terminée. Sa baguette lui manquait terriblement. Elle n'aurait jamais cru qu'elle s'y attacherait autant, mais c'était une partie d'elle qui s'était envolée lorsque sa baguette avait été brisée en deux, et quelque part, elle avait un deuil à faire.

Elle sortit de la salle sur demande et s'appliqua à y enfermer toutes les émotions qui l'avaient submergée lorsqu'elle avait joué du piano. Machinalement, elle essuya une larme qui avait coulé sur sa joue et se rendit compte qu'elle avait pleuré, ce qui la fit sourire. Elle se sentait légère, et même s'il y avait une part de lourdeur refoulée dans ce sentiment, elle préférait l'ignorer totalement et ne garder que cette simplicité avec laquelle elle voyait le monde autour d'elle. C'était comme après un entraînement de Quidditch. Ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas ainsi laissé la musique faire son œuvre et apaiser son esprit tourmenté. Elle se promit de revenir plus souvent. Son sac sur son épaule, elle se dirigea ensuite vers la tour Ouest en haut de laquelle se trouvait sa Salle Commune et son Dortoir. Elle avait des devoirs et comptait les faire sur un fauteuil devant le feu. Elle n'était pas trop d'humeur à aller s'enfermer à la bibliothèque ou trouver une salle vide quelque part comme il lui arrivait de le faire parfois. Elle voulait s'installer confortablement et être au chaud. Lentement, elle gravissait les escaliers, lorsqu'elle entendit des éclats de voix.

« MAIS MELVIN  IL FALLAIT QUE TU ETUDIES !!!! C'ÉTAIT IMPLICITE QUE... »

Elle ne reconnut pas immédiatement celui qui criait ainsi et se contenta de froncer les sourcils tout en continuant à avancer. Il s'était manifestement interrompu dans son engueulade, ou plutôt, il avait baissé d'un ton, si bien qu'elle n'entendit à nouveau plus rien pendant un certain temps. Mais plus elle se rapprochait, plus elle distinguait la suite de la conversation qui n'avait clairement pas grand-chose d'amical.

« Je vais chercher June, ne bouge pas et après on ira ta promener pour que tout voit comme tu es belle… et comme je suis trop intelligent.
- Il est hors de question que je bouge de cette pièce avant la fin de la journée ! Comme ça, pari fini et PERSONNE ne me verra comme ça ! Par ailleurs, si tu oses me "promener" comme un vulgaire chien et que la famille l'apprend ça sera déshonneur sur moi, certes, mais surtout sur toi. C'est toi l’aîné, toi qui m'a fringué comme ça. Et tu prendras cher mon gros. »

Aucun doute, il s'agissait des cousins Tveit qui s'aboyaient dessus comme des chiens. Et d'après ce qu'elle entendait, le petit caniche avait de très bonnes raisons d'en vouloir au gros pitbull. Progressivement, un sourire narquois étira les lèvres de Caitlyn qui s'était arrêtée à la hauteur de la porte. Porte qui ne tarda pas à s'ouvrir à la volée et se refermer en claquant derrière Melvin qui ne la remarqua même pas et se mit à dévaler les escaliers. C'était parfait ! Elle avait bien envie de parler un peu entre quatre yeux avec ce cher Connor, et si elle avait le droit à un défilé de mode par la même occasion, ce serait d'autant mieux. Elle oublia rapidement la fatigue qui commençait à poindre, tout comme elle oublia rapidement la mélancolie. Son corps entier était en pur mode provocation. Elle n'allait certainement pas se priver de triompher un peu. Pourtant, elle ne s'attendait de loin pas à la vue à laquelle elle eut droit lorsqu'elle ouvrit la porte : Connor complètement travesti, maquillé et aux longs cheveux blonds, perdant l'équilibre sur ses talons aiguilles. Elle porta une main devant sa bouche grande ouverte, prête à exploser de rire. Sans doute trop choquée pour réagir, elle mit un certain temps avant de réellement se mettre à rire, sans le quitter des yeux car c'était un spectacle qu'elle ne reverrait probablement plus jamais dans sa vie et elle essayait de le graver le plus profondément possible dans sa mémoire. Le collant noir à mailles, le mini-short en jeans taille haute, le gilet, le rouge à lèvres flash, le fard à paupières bleu, la perruque blonde…

« Oh la la ! »

Elle finit par retrouver son sérieux, cependant, et croisa les bras sur sa poitrine tout en le regardant d'un air presque hautain. Tout sur son attitude lui criait qu'elle ne comptait certainement pas lui faire le plaisir de partir. Elle allait bien s'amuser. Ça ne lui ressemblait pas forcément de réagir comme ça, mais dans le cas de Connor, elle n'allait vraiment pas se priver de l'énerver bien comme il le fallait ! Et puis, elle décroisa les bras et changea à nouveau d'expression, comme si elle s'en voulait.

« Oh, je suis vraiment désolée, je ne suis pas en train de me moquer, promis ! »

Oui, elle s'excusait, avec un petit air de pitié par dessus le tout, et c'était juste pour le voir se justifier, se défendre, essayer de sauver son honneur et sa fierté. Juste pour le provoquer, en gros. Pour lui faire péter un câble. Elle savait combien il était fermé et coincé vis à vis des minorités sexuelles, et agissait avec lui comme avec quelqu'un qui faisait partie de ces minorités qu'il discriminait.

« Non, vraiment, je ne juge pas. Chacun le droit de s'habiller comme il veut et de penser ce qu'il veut, n'est ce pas ? On est dans un pays libre. »

Oui, elle en rajoutait volontairement une couche, le genre de couche qui mettait mal à l'aise. Elle faisait ça vraiment que pour le provoquer, car elle savait qu'il ne supporterait très probablement pas d'être considéré à tort comme membre de la communauté LGBT. Elle insistait en toute innocence, elle faisait semblant de vouloir le rassurer, pour le voir exploser alors qu'elle ne l'avait ni insulté ni rabaissé. C'était très marrant que de lui assurer sa tolérance et sa compréhension alors qu'il n'en avait absolument pas besoin en réalité. Le genre de choses qu'on fait en disant "c'est pour ton bien" et il ne pourrait clairement pas l'accuser de mauvais traitements de quoi que ce soit !

« Si tu veux, je peux t'aider, si t'as besoin de faire ton comming out ou juste d'en parler à quelqu'un… »

Le pire c'était qu'elle avait l'air totalement sérieuse !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1500
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Re: I'm a barbie girl .... •• Caitlyn   Dim 24 Mai 2015 - 19:47

Miséricordes. Il était maudit ! Maudit. Il savait pourtant qu'il ne fallait pas parier avec Melvin mais malheureusement ce coup-ci ça avait été plus fort que lui et il n'avait pas mis assez de règles. L'autre l''avait couillonné et pas qu'un peu ! Il le détestait parfois mais d'un autre côté il était un peu fier de son "ingéniosité" comme quoi quand il s'en donnait la peine il pouvait trouver des moyens pour réussir.. Il ne préférait pas savoir exactement comment son cousin avait eu cette note, il avait certainement un peu trop peur de la vérité et de toute manière ça ne changerait pas grand chose à la situation ! Maintenant le principal c'est que personne ne le voit comme ça... et ces foutus talons n'étaient tellement pas pratique mais il n'avait pas le choix. Foutu serment inviolable. Malheureusement pour lui la porte s'ouvrit manquant de lui faire perdre l'équilibre lorsqu'il voulu se retourner pour voir qui c'était. Twain... qui semblait morte de rire et il ne pouvait pas l'en blâmer, ça devait être sacrément drôle. Dix secondes étaient passaient -il avait eu le temps de refermer la porte d'un coup de baguette- les "enfermant" dans la pièce tandis que Twain s'était enfin mis à rire. Ahahah très drôle. Il était las et un peu furax. Il avait pu la fusiller des yeux il l'aurait certainement fait ! Oh la la Il grogna un peu Oh c'est bon Twain ! C'est bon. Autrement dit il savait déjà qu'il était totalement ridicule, ce n'était pas le peine d'en rajouter une couche supplémentaire. Fort heureusement, elle avait fini par retrouver son sérieux Oh, je suis vraiment désolée, je ne suis pas en train de me moquer, promis ! Il leva les yeux au ciel Bien sûr prend moi pour un con aussi. Il avait de la chance, son cousin n'avait pas pensé à changer sa voix. vas-y vas-y rigole il y a quoi. Là, il ne pouvait que la comprendre, à sa place il se foutrait aussi de sa gueule... sauf que pour l'instant il était un peu trop énervé... beaucoup trop. Il avait envie de faire un carnage. Non, vraiment, je ne juge pas. Chacun le droit de s'habiller comme il veut et de penser ce qu'il veut, n'est ce pas ? On est dans un pays libre. Bien sûr c'est ce qu'il disait à chaque fois. Il disait ce qu'il pensait, alors c'était tout à fait normal que Twain s'en donne à cœur joie. vas-y balance tes vannes merdiques, je vois que tu en meurs d'envie. Il préférait qu'elle se lâche au moins le calvaire serait rapidement fini... mais certainement qu'elle allait faire durer le plaisir un peu plus.. Et elle le savait, les vengeances de Tveit se mangeaient froide, elle ne faisait qu'alourdir son cas. Sérieusement c'est qu'un foutu pari avec Melvin qui n'a pas respecté les règles. Et un pari est un pari. Autrement dit il tenait parole même si cela le mettait dans une situation totalement ridicule. Pitié qu'elle soit la seule à le voir comme ça. Il n'avait pas envie d'en entendre parler pendant des semaines et des semaines... Il n'aimait pas s'habillait comme ça, il était mal à l'aise et, il était à peu près certain qu'elle allait tout raconter à qui voudrait l'entendre. Il pourrait lui lancer un sortilège de confusion d'amnésie la virer de la pièce et fermer cette foutue porte à clef. Il pourrait et il savait pertinemment qu'elle ne pourrait pas se défendre parce que sa baguette était cassée. Il ne pouvait pas attaquer quelqu'un de désarmé, même si c'était elle et qui la détestait plus que tout. Est-ce qu'elle avait d'ailleurs conscience de ce qu'elle était en train de faire ? Est-ce qu'elle mesurait le danger ? Ou est-ce qu'elle avait compris que tant qu'il jugerait le combat inégal il ne l'attaquerait pas, il ne lèverait pas sa baguette contre elle. Il n'avait pas eu le temps de lui demander quoi que se soit que la jeune femme avait déjà repris la parole Si tu veux, je peux t'aider, si t'as besoin de faire ton comming out ou juste d'en parler à quelqu'un… Moment de blanc. Donc, elle ne savait pas qu'il avait déjà embrassé Doryan quelques mois auparavant et qu'ils avaient manqué de couché ensemble. Cette fois, il profita de cet avantage il lui faisant un petit sourire. Il y allait au toupet si jamais Melvin ou ses parents apprenaient cette frasque il était mal mais tant pis, il ne comptait pas se laisser désarçonner davantage par son ennemie ! Demande à Rafael, il pourra peut-être te donner une information très intéressante là-dessus. D'ailleurs ça m'étonne qu'il ne t'en ait pas parlé ton grand pote. Kilian avait l'air au courant qu'on s'était embrassé avec Doryan. Autrement dit, ta vanne ne me touche pas du tout. Il était bi, il le savait et assumait... un peu. Disons que s'il n'y avait pas eu sa famille derrière peut-être que les choses auraient été différentes mais là, il y avait vraiment certaines choses dont il ne pouvait pas se permettre. Oh, tu as l'air toute étonnée... Tu vois, tu auras appris certaines choses. Il n'en voulait pas à toutes les minorités. Et si tu avais réfléchis trente secondes avant de faire tes sous-e,tendus débiles, tu te serais rappelé que je suis ami avec Doryan... Doryan qui est gay donc si j'avais un problème avec eux, je ne le fréquenterait pas. Il se tut quelques instants avant de faire un pas vers elle, pas forcément très stable mais il ne s'était pas cassé la gueule c'était déjà pas trop mal ! Et est-ce que tu n'aurais pas perdu un peu la tête de venir ici... seul, avec rien pour te défendre ?! Petit sourire sarcastique. Bien sûr que non il ne l'attaquerait pas, il n'avait pas changé d'avis depuis tout à l'heure mais il voulait juste voir sa réaction. Oui.. il risquait de se faire humilier publiquement parce qu'il n'avait pas voulu lancé un foutu sort... mais il espérait pouvoir tourner d'une façon ou d'une autre la situation à son avantage. Il ne voyait pas comment, ça risquait d'être difficile, mais tant pis... Il ne voulait pas être lâche.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6591
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: I'm a barbie girl .... •• Caitlyn   Ven 3 Juil 2015 - 20:44

Si on avait dit à Caitlyn qu'elle aurait un jour l'occasion de voir Connor déguisé en June, elle n'aurait certainement pas voulu y croire ne serait ce qu'une seconde. Avec toute la volonté du monde, elle n'aurait pas su s'imaginer de se retrouver face à l'irréprochable jeune homme ainsi ridiculisé, sauf s'il s'était agi d'un Épouvantard subissant les effets du contre-sort. Pourtant, c'était bel et bien Connor qui se trouvait là devant elle, en chair et en os, et qui était manifestement en train de s'observer dans une glace avec un air dépité avant qu'elle ne le surprenne et qu'il ne se retourne en manquant de perdre l'équilibre. Vêtu d'un petit top, de mini-shorts et de collants à mailles, maquillé comme une poupée, portant une perruque blonde et se tortillant sur les talons aiguilles de la blonde de Serpentard, il fulminait littéralement de rage envers Caitlyn qui se moquait ouvertement de lui. D'un coup de baguette, il claqua la porte derrière elle, les enfermant dans la petite salle. Devait-elle se méfier ? De la part de quelqu'un d'autre, et surtout dans une autre situation, ce geste aurait pu lui avoir fait prendre conscience d'un danger imminent, mais elle n'avait pas peur de Connor. Elle était bien trop occupée à se moquer de lui pour penser à quoi que ce soit d'autre. Franchement, elle s'en donnait à cœur joie, parce qu'en plus d'être ridicule et hilarant, son ennemi juré était furieux et c'était vraiment trop beau à voir. Elle se doutait qu'il trouverait un moyen de se sortir de cette situation pour le moins embarrassante, voire peut-être même d'en tirer profit, mais pour le coup, elle n'y réfléchissait pas, se contentant de profiter au maximum.

« Oh c'est bon Twain ! C'est bon. »

Elle avait fini par arrêter de rire et haussa un sourcil en affichant un sourire narquois. Moh, le petit Connor s'énervait, qu'est ce que c'était mignon ! C'était à peu près ça que voulait dire l'air condescendant de Caitlyn à cet instant là. Non, elle ne comptait absolument pas le prendre au sérieux. Elle allait faire sa petite garce. Il la traitait comme telle depuis si longtemps, elle avait juste envie de correspondre pour une fois à l'image qu'il avait d'elle. Quelque part, elle voulait presque que ça lui serve de leçon, même si elle doutait fortement qu'il ne retienne quoi que ce soit d'instructif de cette situation. Et puis oui, c'était sa petite vengeance personnelle. Son heure de gloire sur celui qui se croyait et se proclamait supérieur à tous. Elle ne s'était jamais sentie inférieure ou soumise à Connor, mais elle était sûre qu'il se sentait clairement au dessus de la petite vermine au sang impur qu'elle était, donc ça lui ferait beaucoup de bien d'inverser les rôles et d'être un peu remis à sa place. Elle savait très bien qu'il serait encore plus insupportable après, mais tant pis, elle profitait au moins de l'instant présent, et il fallait dire que c'était très jouissif. Elle ne comptait pas le rabaisser explicitement, non, ce serait trop facile. Ce qu'elle voulait, c'était utiliser contre lui sa propre arme. La provocation, le pouvoir des mots. Elle voulait rester innocente en apparence, tout en l'amenant au paroxysme de sa honte et de sa haine. Elle voulait qu'il explose de colère et de frustration. Elle reprit donc son sérieux et s'excusa d'avoir rigolé, lui assurant que ça n'avait pas été pour se moquer de lui, jouant le rôle de la fille tolérante et compréhensive.

« Bien sûr prend moi pour un con aussi. »

Bam, un point pour Caitlyn ! Il réagissait exactement comme elle le voulait. Bien sûr qu'il n'avait pas besoin de sa tolérance et de sa compréhension : il n'était pas une victime, il n'était pas un incompris. Enfin, pas dans le sens où elle le sous-entendait, du moins. Certes, quelque part, il pouvait effectivement se sentir incompris et rejeté vis à vis de ses convictions concernant le sang sorcier et de son appartenance aux Supérieurs, mais là, plutôt qu'à ses idées, valeurs et principes, elle faisait allusion à son apparence physique et vestimentaire et au message que celle-ci véhiculait. Dans un autre contexte, et surtout aux yeux d'un inconnu, Connor aurait en effet facilement pu passer pour un ado en pleine recherche d'identité et qui éprouvait des difficultés à assumer ses goûts personnels. Et elle l'imaginait bien du genre à mépriser ce type de personnes, à les rabaisser ouvertement. Après tout, il prenait plaisir à creuser n'importe quelle faille chez qui que ce soit, c'était aussi simple et con que cela. Donc là, elle espérait bien que ce serait frustrant, car pour une fois, les rôles étaient inversés. Cependant, elle estimait que sa fierté en prendrait un coup plus grand si elle faisait semblant de lui témoigner sa compréhension et sa tolérance plutôt que de l'humilier directement.

« Vas-y vas-y rigole il y a quoi. »

Elle sourit intérieurement. Il avait très bien compris que la pitié et la bienveillance de Caitlyn n'étaient que feintes. Mais elle n'allait pas lui faire le plaisir de rigoler ouvertement. Elle voulait vraiment jouer le jeu jusqu'au bout, le provoquer et le narguer du mieux qu'elle pouvait, comme  pour lui montrer qu'il n'était pas le seul à savoir le faire, comme pour le voir payer pour toutes les fois où il s'en était pris à elle de cette même manière. Elle voulait qu'il sente la frustration lui ronger les os jusqu'à la moelle, la rage bouillonner dans ses veines et des larmes d'impuissance embuer ses yeux. Quitte à prendre cher par la suite, quitte à avoir son cousin sur le dos en plus, ça ne lui importait pas. Certes, elle savait bien qu'elle n'était pas franchement en état de faire face à un ennemi, autant physiquement que magiquement, mais elle n'en tenait pas compte. S'il levait la main ou la baguette sur elle, ce serait même tant mieux, d'ailleurs. Ce serait une sorte de victoire, une victoire au sens de Connor, mais une victoire sur Connor. Oui, elle avait fini par comprendre que son but lorsqu'il venait l'aborder était de l'énerver au point de la faire passer pour une folle furieuse – et il avait d'ailleurs à plusieurs reprises réussi à lui faire perdre le contrôle sur soi-même – mais aujourd'hui, ce serait l'inverse. Elle retournait contre lui sa stratégie, et franchement, elle en jubilait intérieurement.

« Vas-y balance tes vannes merdiques, je vois que tu en meurs d'envie. »

Quoi, il voulait peut-être qu'elle s'épuise rapidement et qu'elle lui foute la paix ? Pas de bol, elle ne comptait certainement pas lui faire de faveurs, et encore moins celle de couper court à son calvaire. Elle ne l'épargnerait pas, et ça l'amusait presque qu'il puisse croire le contraire. Il pensait peut-être qu'elle était trop gentille pour le tourmenter de la sorte (tout en l'accusant d'avoir pu faire preuve d'assez de haine et de cruauté pour vouloir et causer la mort de sa fiancée, CQFD) ? En réalité, elle n'était pas quelqu'un de méchant ni de sadique, et la souffrance ou la tristesse des autres déteignaient en général rapidement sur ses propres émotions. En fait, sa sensibilité lui avait maintes fois joué des tours, et elle ne s'y opposait même pas. Mais aujourd'hui, elle ne se reconnaissait presque plus, et probablement que ses amis ne l'auraient pas reconnue s'ils étaient rentrés dans la salle à ce moment là. Elle s'acharnait sur Connor, et le pire était qu'elle le pensait vraiment, qu'elle y prenait plaisir. C'était comme si elle avait pété une durite et succombait à une sorte de folie, mais elle était parfaitement consciente de son attitude et, même si c'était un peu flippant de se dire qu'elle était capable de se comporter ainsi, elle ne s'en préoccupait pas plus que ça. Peut-être allait-elle y repenser, plus tard, et se souvenir aussi de la conversation qu'elle avait eue avec M. McEwen par rapport au côté sombre de son caractère, constatant qu'il prenait de plus en plus d'importance… Mais pour le moment, elle se contentait de profiter au maximum de son heure de gloire face à un Connor travesti et complètement ridicule.

« Sérieusement c'est qu'un foutu pari avec Melvin qui n'a pas respecté les règles. Et un pari est un pari. »

Malgré son envie cuisante de se moquer de lui, Caitlyn continuait à jouer le rôle de la fille ouverte et tolérante qui pouvait l'aider et l'écouter. Combien de temps réussirait-elle à garder le contrôle et à continuer son petit jeu ? Elle savait qu'elle finirait bien par s'ennuyer au bout d'un moment. Mais elle n'allait pas lâcher l'affaire de si tôt. Elle haussa les épaules et secoua très légèrement la tête, comme pour signifier qu'elle ne croyait pas à l'excuse qu'il se donnait et qu'il n'était pas obligé de lui mentir car elle ne le jugerait ni ne le discriminerait pas. Toujours dans l'optique de le traiter comme un ado en pleine crise existentielle, bien sûr. Elle ne se moquait pas des trans ou autres, mais disons qu'elle s'en servait un peu et sans trop de remords vu que c'était pour la bonne cause : si elle savait une chose, c'était bien que Connor détestait être considéré comme un gamin fragile et être pris en pitié comme elle le faisait là, d'autant plus si c'était par sa pire ennemie. Il semblait complètement furieux et au bord du pétage de plomb. Si seulement il pouvait ne serait-ce que la menacer, dégainer sa baguette et la pointer sur elle dans un accès de rage et de frustration ! Elle en rajouta une couche, lui proposant de l'aide pour un éventuel comming out ou au moins son oreille et sa présence à ses côtés pour faire office de psy. Mais pour le coup, elle rata la cible. Elle s'était laissée emporter dans son petit jeu d'innocence et de serviabilité et avait oublié que Connor n'avait en réalité pas grand-chose contre les gays…

« Demande à Rafael, il pourra peut-être te donner une information très intéressante là-dessus. D'ailleurs ça m'étonne qu'il ne t'en ait pas parlé ton grand pote. Killian avait l'air au courant qu'on s'était embrassé avec Doryan. »

Pour le coup, clairement, point pour Connor, et Caitlyn n'avait plus qu'à accuser le coup en silence. Elle sentit la colère la submerger et dût faire un effort pour que ce sentiment reste bien à l'intérieur. Elle ne comptait pas lui faire le plaisir de grimacer ni de serrer les poings. Pourtant, elle repensa à cette affaire et l'envie de lui refaire le portrait s'empara d'elle aussi fort qu'au jour où Rafael lui avait raconté ce qui s'était passé. Elle avait pu lire dans ses yeux et sur les traits de son visage une douleur et une déception profondes et ça lui avait brisé le cœur. S'en prendre à Rafael, son bras droit, son meilleur ami, son grand frère, c'était prendre le risque d'avoir affaire à elle. Elle n'avait rien entrepris sur le moment, mais en lui rappelant cet épisode, Connor avait vraiment frappé en plein dans le mille.

« Oh, tu as l'air toute étonnée... Tu vois, tu auras appris certaines choses. »

Toute étonnée ? Elle sentait surtout qu'elle allait lui en coller une, oui ! Mais elle s'était promis de jouer le jeu jusqu'au bout, et elle n'abandonnait pas si facilement. Donc non, elle n'exprimait pas sa colère et sa haine, elle se contentait de le regarder sans ciller tandis qu'il continuait sur sa lancée.

« Et si tu avais réfléchis trente secondes avant de faire tes sous-entendus débiles, tu te serais rappelé que je suis ami avec Doryan... Doryan qui est gay donc si j'avais un problème avec eux, je ne le fréquenterais pas. »

Stop ! C'était elle qui voulait le faire tourner en bourrique, pas l'inverse ! Il essayait de reprendre l'avantage sur elle, et c'était légitime, mais elle n'allait pas se laisser faire comme ça. Elle ne dut pas réfléchir très longtemps pour trouver quelque chose à répliquer, en lui offrant un doux sourire et un regard attendri.

« Ah donc c'est à Doryan que tu veux déclarer ta flamme ? Je savais qu'il y avait quelque chose entre vous ! Comme j'ai dit, n'hésite pas à me demander si tu veux de l'aide pour quoi que ce soit, franchement, je comprends que ce soit difficile et je suis là pour te soutenir au cas où t'en as besoin ! »

Elle avait du mal à croire ce qu'elle s'entendait dire. Une partie de son cerveau était complètement abassourdie et choquée par le naturel et le détachement avec lesquels elle prononçait ces mots, proposant à son pire ennemi de l'aide pour pécho le chéri de son meilleur ami. Bien sûr, ça faisait partie du jeu ; du moins c'était ce qu'elle se disait pour essayer de se rassurer. Après tout, il suffisait de voir la force avec laquelle elle avait voulu frapper Connor l'instant d'avant pour en déduire qu'elle pensait tout le contraire de ce qu'elle venait de dire. Mais c'était quand même assez flippant, la facilité qu'elle avait de devenir comme une autre personne dans le seul but de faire du mal à quelqu'un, en l'occurrence à Tveit. Jamais elle ne voudrait du mal à ses amis, ça c'était clair, mais si elle pensait ne pas être capable de blesser une mouche, elle s'était manifestement trompée. Pour le coup, elle avait bien envie de lui rappeler le plus douloureusement possible sa relation avec Elinor, qui était morte pendant la bataille de juillet. Et rien que le fait de pouvoir penser aussi crument au décès d'une fille de son âge - qui, bien que pro-sup, n'aurait clairement pas dû mourir ainsi - était flippant. Mais sa conscience ne s'attardait pour le moment pas sur tous les reproches qu'elle pourrait se faire. Elle y repenserait sans doute plus tard et regretterait d'avoir perdu son innocence et sa gentillesse, mais pour le moment, elle se consacrait entièrement à sa vengeance sur Connor et à son besoin de lui faire mal.

« Bon par contre, ce serait bien de rester honnête vis à vis de Rafael, parce que ça ne se fait pas trop de séduire Doryan derrière le dos de son mec, tu vois ce que je veux dire ? »

Oui, elle en rajoutait une couche, faisait comme si Rafael ne lui importait absolument pas, comme s'il n'était qu'un pion à écarter humainement mais simplement. Heureusement qu'il n'y avait personne pour l'entendre car on aurait vraiment pu se poser des questions. Mais la seule chose qu'elle espérait était que Connor se souvienne d'Elinor et qu'il revive sa perte tout comme il prenait plaisir à faire revivre à Caitlyn la perte de ses parents dans bon nombre de ses conversations avec elle. Oui, il pouvait la faire tellement souffrir que le comportement de la jeune fille vis à vis de lui actuellement était purement légitime. Même si elle savait bien qu'il n'y avait pas de quoi être fière, elle ne pouvait s'empêhcer de jubiler intérieurement. Pourtant, elle savait bien que si le sujet ramenait explicitement Elinor sur le tapis, elle risquait de s'en prendre plein la gueule, car il la considérait comme coupable de sa mort et c'était d'ailleurs la raison pour laquelle il voulait sa perte. Mais depuis qu'elle avait mis les pieds dans la salle, elle ne cherchait rien d'autre que la confrontation directe avec son ennemi et faisait tout pour le provoquer. Et ça marchait plutôt bien car il s'avança vers elle, bien que chancelant sur ses talons aiguilles et par conséquent ridicule, et lui demanda d'un ton qui se voulait menaçant.

« Et est-ce que tu n'aurais pas perdu un peu la tête de venir ici... seule, avec rien pour te défendre ?! »

Elle eut un petit sourire. À nouveau un point pour elle. Elle avait le dessus sur lui et c'était carrément jouissif. Il voulait lui faire peur ? Ce n'était pas comme ça qu'il allait y arriver. Bien sûr qu'elle n'avait pas de baguette pour se défendre, bien sûr qu'elle n'avait pas assez de forces et qu'elle était seule contre un garçon qui, bien que pas forcément des plus grands, ne manquait pas en carrure ni en puissance. Mais elle ne s'en inquiétait pas. Elle savait ce qu'elle risquait à le provoquer ainsi, et elle l'acceptait parfaitement. Elle ne craignait pas la douleur. Elle avait frôlé la mort à peine un mois plus tôt, et ça faisait deux ans qu'elle vivait sous la menace en continu, donc ça ne pouvait pas franchement être pire. Elle n'allait donc pas se priver de continuer à le provoquer ostensiblement.

« Ce qui risque d'être le plus dur, je suppose, c'est de l'annoncer à tes parents... Mais Doryan est de bonne famille. Ca ne sera jamais aussi bien qu'Elinor, mais honnêtement, c'est un bon choix ! »

Toujours avec naturel et finesse, comme si de rien n'était, ignorant totalement l'avertissement qu'il venait de lui faire. Elle se demandait ce qu'il pouvait bien être en train de penser à ce moment là. Avait-il senti son coeur se serrer à l'évocation de sa fiancée défunte ? Avait-il été submergé par la douleur puis par la haine envers celle qui osait parler ainsi de sa bien-aimée ? Intérieurement, elle jubilait. C'était presque un coup de grâce qu'elle venait de lui porter, mais ce n'était certainement pas le dernier. Elle se demandait combien de temps il allait encore se retenir de lui sauter dessus en hurlant pour lui faire payer tout ce qu'elle lui infligeait. À sa place, elle aurait sans doutes eu beaucoup de mal à se retenir... Elle n'attendit rien, cependant, et fouilla dans son sac pour sortir l'appareil photo polaroïd qu'elle avait reçu de la part d'Emily à son anniversaire. Avant qu'il n'ait pu comprendre ce qui lui arrivait, Connor se retrouva aveuglé par un flash et immortalisé avec son air abassourdi et ses habits de Barbie. Est-ce que cela répondait à sa question ?

« Au moins, là, t'auras une vraie bonne raison pour me détester ! »

Elle récupéra la photo et la cacha dans la poche arrière de son pantalon tout en se hâtant de remettre l'appareil dans son sac et d'en tirer sa baguette. Le bout de bois avait beau être désobéissant et capricieux, elle n'hésiterait pas à s'en servir si besoin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1500
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Re: I'm a barbie girl .... •• Caitlyn   Dim 5 Juil 2015 - 21:13

Elle l'agaçait, elle l'agaçait tellement avec ses petites insinuations, ses petites phrases mesquines. Il avait compris qu'il était ridicule, il le savait bien ! Mais comme il le rappelait si bien un pari est un pari, et il tenait les promesses qu'il faisait -d'autant plus que là il y avait un serment inviolable en plus qui était entré en jeu-. Il ne devait pas s'énerver, il ne devait pas lui donner ce plaisir même si à ce moment-là c'était plus fort que lui et qu'il avait juste envie de lui clore le clapet ! La situation n'était pas dramatique, juste ridicule, au pire si les autres apprenaient ça ils se foutraient peut-être de sa gueule, mais vu comme il était détesté on ne pouvait pas vraiment dire qu'il était à cela prêt Alors oui, cela l'emmerderait, mais il arriverait certainement à s'y faire ! Ce qui le gênait plus, c'est que si cette information était répandue dans l'école -ce qui était probable- c'est qu'il ne donnait pas cher de sa peau et de celle de Melvin si ça revenait aux oreilles de ses parents... quant au supérieur qui était là en espion, certainement que cela ne lui plairait pas vraiment non plus. Peu d'entre eux supportaient bien l'homosexualité, ou ce genre d’exhibition. Il préférait donc que personne ne le voit dans cette tenue, moins de personnes étaient au courant, mieux il le vivrait. C'était simple, il aurait pu effacer les dernières minutes de la tête de la jeune femme. Il aurait pu, mais quelque chose l'en empêchait. Peut-être parce qu'il savait qu'elle ne pouvait pas se défendre, peut-être parce qu'effacer la mémoire le gênait, s'il se gourait il pourrait causer des dommages irréversibles et même s'il détestait Twain il ne voulait pas que ça lui arrive. Non, il devait assumer comme un grand, et il arriverait ce qui arriverait... Pour l'instant le plus important était certainement qu'il arrive à se calmer, à ne pas dire des choses qu'il pourrait regretter, qui pourraient donner raison à sa capitaine. Mais punaise qu'elle le prenne tant pour un con l'irritait à un tel point qu'il avait envie d'hurler même s'il tentait de rester impassible le plus possible. Ne jamais montrer ce qu'il ressentait c'était une règle qu'il connaissait bien. Et puis merde, qu'elle rigole, cela lui ferait du bien et avec un peu de chance elle passerait à autre chose après, ou du moins il fallait l'espérer ! Et puis tant qu'elle y était autant qu'elle balance ses vannes, il était toute ouïe, prêt à riposter si nécessaire. Allez, qu'elle se défoule et qu'elle se casse, c'était tout ce qu'il souhaitait à cet instant-là... mais il se doutait bien que c'est bien sûr ce qu'elle ne ferait pas. Pour une fois qu'elle avait l'avantage, elle voudrait en profiter et il ne pouvait franchement pas la blâmer pour cela, au contraire, c'était tout ce qu'il y a de plus naturel ! Il avait fini par lui avouer que c'était un pari, avant, certainement qu'elle avait compris, elle avait du croiser son cousin et comprendre mais l"avouer" était quelque chose qu'il trouvait quand même nécessaire. Il savait qu'elle voulait lui faire péter un plomb et que, pour une fois, elle aurait voulu qu'il la frappe ou l'attaque mais il n'en était pas encore là !

Si jusque-là elle n'avait pas fait de faux-pas en parlant de coming-out, d'homophobie ou autre, Tveit avait réussi à reprendre l'avantage dans un petit sourire. Il lui parla donc de Rafael, de Doryan, du fait que ce dernier était son meilleur ami et qu'en plus ils s'étaient déjà embrassés. Ce n'était pas forcément une bonne idée de ressortir une telle information mais il était prêt à en payer le prix. Il ne pouvait que se réjouir de la surprise qu'elle semblait avoir avec tous ces aveux et il savourait cette sensation de victoire. Il avait repris l'avantage et , malgré la situation il fallait absolument qu'il la garde

Ah donc c'est à Doryan que tu veux déclarer ta flamme ? Je savais qu'il y avait quelque chose entre vous ! Comme j'ai dit, n'hésite pas à me demander si tu veux de l'aide pour quoi que ce soit, franchement, je comprends que ce soit difficile et je suis là pour te soutenir au cas où t'en as besoin !

Il eut un petit rire avant de secouer la tête ce qui fit bouger l'imposante foutue perruque nichée sur sa tête. Ridicule. Mais il tenta de ne pas se laisser déstabiliser pour si peu, au contraire, il voulait continuer à jouer ce nouveau petit jeu dans lequel il se sentait un peu plus à l'aise que précédemment. Il la regarda dans les yeux avant d'ajouter

Ne t'inquiètes pas. Si je veux le pécho, je n'aurais aucun soucis à le faire. Petit clin d’œil. Je sais très bien que je lui plais... tu peux même me donner un potion de vérité si tu veux je tiendrai le même discours. Enfin, heureusement je ne tiens pas à briser leur couple. Il se tut quelques instants avant d'ajouter De toute manière un coup d'un soir ne m'intéresse absolument pas, et je n'aime pas Doryan, je suis juste attiré par lui. Point barre.

Il était honnête, et il se doutait que c'est ce qui déstabiliserait la jeune femme... Elle se serait certainement attendu qu'il se défende, qu'il sorte les griffes, mais non, il allait dans son sens.

Bon par contre, ce serait bien de rester honnête vis à vis de Rafael, parce que ça ne se fait pas trop de séduire Doryan derrière le dos de son mec, tu vois ce que je veux dire ?
Si Doryan trompe Rafael... un jour. C'est qu'il y a de l'eau dans le gaz entre les deux... ou alors qu'encore une fois ton ami laisse totalement mon ami de côté... Et je rappellerai à l'intéressé qu'il est en couple, s'il veut le tromper, il faudra que chacun d'entre nous prenne ses responsabilités. Il se tut quelques instants avant de reprendre Et je te l'ai dis, je ne compte pas le draguer.

Bien sûr, un jour quelque chose pourrait se passer entre eux, mais ça ne serait pas quelque chose de prémédité... pas réellement. Même s'il n'aimait pas Rafael, il savait ce que c'était d'être en couple, ce que c'était d'aimer quelqu'un. Elinor ne l'avait jamais trahi et certainement qu'elle n'y avait même jamais pensé, mais si ça avait été le cas, la blessure aurait été profonde. Il ne voulait pas être à l'origine de quelque chose comme ça... Alors non, il ne serait jamais un amant régulier de Doryan. Ça serait juste une erreur... mais ça, il ne savait pas vraiment comment l'expliquer. Il s'était ensuite approché d’elle, histoire de recommencer à jouer au chat et à la souris, il lui demanda si elle n'était pas folle de venir seule sans se défendre. La réponse, ils la connaissaient tous les deux ! C'était non. Ils savaient bien qu'il ne lui ferait pas de mal, qu'il n'utiliserait pas à mal sa baguette contre elle, à part s'il y était réellement contraint.

Ce qui risque d'être le plus dur, je suppose, c'est de l'annoncer à tes parents... Mais Doryan est de bonne famille. Ca ne sera jamais aussi bien qu'Elinor, mais honnêtement, c'est un bon choix !

Touché. Coulé. Pendant quelques secondes à l'évocation d'Elinor il fut submergé par cette foutue douleur qui ne voulait pas partir. C'était L'argument, avec un grand A... c'était même quelque chose de plus piquant que ses parents. Il devait se calmer Il devait pas laisser cette rage sourde répondre à sa place.

Au moins, j'avais quelqu'un qui m'aimait réellement. Toi, sous tes airs de miss parfaite, tu avais quoi ? Une pseudo relation avec un mec qui n'a jamais voulu te toucher... Tu crois que c'est ça l'amour ? Est-ce que tu penses l'avoir déjà connu au moins ? Il se tut quelques instants. Tu veux mon adresse pour écrire à mes parents et leur annoncer la nouvelle, vas-y. Tu crois quoi, que je vais te supplier de ne rien dire à personne ?

Il eut un petit rire sarcastique. Si elle savait à quel point il risquait "sa vie" si quelqu'un l'apprenait dans sa famille peut-être qu'elle ne jouerait pas à ce petite jeu. Mais elle ne savait pas, comme la plupart des autres personnes, comment ça se passait chez lui, quelles étaient les règles du "jeu".

Tu n'as pas d'autres arguments que Doryan ou tu ne comprends pas que je ne l'aime pas ?! .. pas comme ça du moins. C'est mon meilleur ami et rien de plus. Il se tut quelques instants, avant de rajouter: Je lui serai toujours fidèle.

Le "lui" était bien entendu Elinor. Il ne voulait pas de quelqu'un d'autre. Il voulait juste son ex petite amie, il l'aimerait toujours. Les autres filles ne seraient que de pâles filles par rapport à elle. Ce qu'il disait là ce n'était pas qu'il n'allait plus jamais coucher avec quelqu'un d'autre mais que son cœur était pour Ellie, et rien que pour elle. Certainement que c'était ridicule. Certainement qu'il avait fait une erreur en lui disant cela, mais il avait jugé que c'était à dire, que ça serait certainement un mal pour un bien. Pour se venger il aurait certainement pu lui lancer une pique ou deux sur ses parents mais il ne le fit pas, préférant largement laisser planer un silence.

Avant qu'il ne comprenne quelque chose, Caitlyn venait de prendre une photo de lui, dans cette foutue tenue. Tout en parlant elle avait glissé sa photo dans la poche arrière de son pantalon et elle avait également rangé l'appareil photo et en profita pour sortir sa baguette.

Au moins, là, t'auras une vraie bonne raison pour me détester !
Tu comptes vraiment te défendre avec ça.

Le ça, était la baguette un peu récalcitrante à lui obéir. Il tenta de cacher sa panique, à cause de la photo par un rire jaune.

Caitlyn... Caitlyn, qu'est-ce que tu crois que je vais te faire, hein ? Nouveau petit sourire.Tu crois vraiment que je vais te frapper ou t'attaquer pour une petite photo ? Tu devrais pourtant savoir que ce n'est pas mon genre.

Il s'était approché d'elle. Sa propre baguette était toujours rangée, son équilibre était bancal, l'un et l'autre savaient donc que Twain aurait l'avantage si elle le souhaitait mais Tveit avait déjà sa petite idée en tête. Rapidement, il lui avait collé une main aux fesses pour reprendre la photo qui ressortait un peu de la poche de jean de la jeune femme.

Dommage pour toi, je suis un peu entraîné là-dessus. la railla t-il. Oui bon Elinor avait tendance à prendre trop de photo de lui rien que pour l'agacer... Maintenant, à ton avis je dois en faire quoi ? La déchirer ? La brûler ?

Il tenait toujours la photo entre ses mains et pour l'instant toujours indemne. Il savait qu'il prenait un risque en ne la détruisant pas de suite, mais il était curieux de savoir ce que la jeune femme allait bien pouvoir faire pour la récupérer.

A ta place je ferai attention à mon appareil photo, une personne mal attentionnée... quelqu'un d'autres que moi, aurait pu te le briser en mille morceaux... en un seul sort, est-ce que tu en as conscience ?

Du genre Melvin, ou d'autres impulsifs... Lui ne voyait juste pas à quoi ça servait de démolir le polaroid. Supprimer la photo suffirait amplement.

Tu comptes ranger ta baguette ou t'en servir pour m'attaquer pour récupérer ça ? dit-il en désignant la photo qu'il tenait toujours dans les mains. D'ailleurs, qu'est-ce que tu comptais en faire? L'encadrer pour la mettre dans ta chambre histoire de te souvenir de cette délicieuse conversation ou alors plutôt l'afficher aux yeux de tous ? Il fit mine de réfléchir. La dernière solution je suppose... mais dans quel but ? Ce n'est pas comme si j'avais masse d'amis....

C'était une réelle question. Pour lui faire du mal, mais il était déjà détesté et il se fichait bien de ce que les gens pouvaient penser de lui. Et après on osait dire que c'était lui qui était mauvais alors que si elle faisait ça, ça aurait certainement été pire que tout ce qu'il avait pu faire jusque-là. Il n'y avait eu que des mots, il avait juste voulu qu'elle se remette en question en ne disant que des choses vraies. Elle, allait sortir les choses hors de son contexte en montrant cette photo.... quoiqu'il en soit, il ne lui rendrait sous aucun prétexte cette photo, elle pourrait beaucoup trop nuire auprès de sa famille, des supérieurs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6591
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: I'm a barbie girl .... •• Caitlyn   Jeu 23 Juil 2015 - 11:47

En rentrant dans la petite pièce, Caitlyn avait clairement l'avantage, mais elle savait que le plus difficile était et serait de le conserver. Même si Connor était ridicule dans son déguisement de Poupée Barbie, elle ne doutait pas du fait qu'il puisse trouver un moyen pour retourner la situation contre elle. Il savait manier les mots comme un chevalier maniait son épée. En même temps, il fallait bien compenser son saint refus d'utiliser sa baguette ou ses poings. Caitlyn avait certes de la répartie, mais elle en avait bien moins que Tveit, et elle se savait bien plus encline à vouloir se défendre ou attaquer physiquement, ce qui n'était pas forcément toujours un atout. Et en l'occurrence, face à Connor, le but de leur petit jeu implicite était de ne pas perdre le contrôle, de ne pas céder à la colère et de rester impassible. C'était donc beaucoup plus difficile pour elle que pour son adversaire, et il avait déjà à plusieurs reprises réussi à faire craquer. Pourtant, depuis que la guerre était ouverte entre eux, Caitlyn avait pas mal changé. Elle avait compris qu'il voulait se venger de la mort de sa copine dont il accusait la belle Raven, et qu'il comptait employer tout les moyens qu'il avait à disposition pour la faire passer pour une folle-furieuse, quitte à finir blessé : elle devait être la coupable et lui l'innocent de l'histoire. Elle avait progressivement adopté la mentalité de Tveit, et c'était aujourd'hui elle qui était prête à sacrifier de sa personne pour inverser les rôles. Elle le provoquait sans scrupules et c'était presque flippant à quel point elle était capable de faire abstraction de tous ses principes et valeurs dans le seul but de l'atteindre. Du coup, la voilà qui évoquait Doryan et sa relation avec Connor, comme si Rafael n'était pas important dans cette histoire, proposant même de l'aide à son ennemi pour déclarer sa flamme et séduire ainsi le copain de son meilleur ami. Bref, c'était le monde à l'envers.

« Ne t'inquiètes pas. Si je veux le pécho, je n'aurais aucun soucis à le faire. Je sais très bien que je lui plais... tu peux même me donner un potion de vérité si tu veux je tiendrai le même discours. Enfin, heureusement je ne tiens pas à briser leur couple. De toute manière un coup d'un soir ne m'intéresse absolument pas, et je n'aime pas Doryan, je suis juste attiré par lui. Point barre. »

Au fond, ça lui faisait terriblement mal d'avoir cette conversation avec Connor sans pouvoir lui dire la vérité de ce qu'elle pensait par rapport à lui et à sa relation ambiguë avec Doryan. Qu'il n'avait pas intérêt à ne serait-ce qu'essayer de le séduire derrière le dos de Rafael s'il ne voulait pas avoir affaire à elle. Qu'avoir affaire à elle n'était pas sans conséquences et qu'elle n'hésiterait pas à l'envoyer à l'infirmerie même si ça voudrait dire qu'il aurait gagné une nouvelle manche de leur petit jeu. Qu'elle le tiendrait pour responsable de la rupture du couple de son meilleur ami même s'il lui assurait que ce n'était pas son but et qu'il n'était pas intéressé par un coup d'un soir. Mais elle se contentait de hocher la tête, faussement indifférente et feignant même d'être heureuse pour lui, histoire de rester dans son rôle de gentille psy pleine de bonnes intentions et de pitié face au pauvre jeune homme qui cachait ses préférences vestimentaires et son orientation sexuelle. Oui, elle lui avait proposé de l'aide à faire son comming out, à se faire accepter par les autres, à déclarer son amour pour un autre garçon, comme s'il était un ado en pleine crise existentielle et à la recherche de son identité. Il était malheureusement rentré dans son jeu, au lieu de se défendre et de sortir les griffes, et elle devait avouer que c'était là un bon point pour lui. En même temps, elle n'avait pas réellement espéré qu'il se laisse prendre au piège aussi vite, ça aurait été trop facile. Il s'était au départ énervé assez fortement contre elle et contre ses manières doucereuses et provocatrices, mais avait décidé de ne plus se laisser emporter et il fallait admettre qu'il y arrivait plutôt bien, surtout depuis qu'il avait décidé de s'attaquer à Rafael. Elle ne se défendait pas si mal pour autant, et affichait un détachement plutôt convainquant malgré la violence des sentiments que provoquaient en elle les propos de son ennemi.

« Si Doryan trompe Rafael... un jour. C'est qu'il y a de l'eau dans le gaz entre les deux... ou alors qu'encore une fois ton ami laisse totalement mon ami de côté... Et je rappellerai à l'intéressé qu'il est en couple, s'il veut le tromper, il faudra que chacun d'entre nous prenne ses responsabilités. Et je te l'ai dis, je ne compte pas le draguer. »

Elle leva un sourcil et le fixa d'un regard suspicieux. Tu penses vraiment que je vais te croire ? Mais bien sûr, t'as raison, Rafael est tellement égoïste et insensible, ça lui ressemble bien de laisser son copain totalement de côté. Après tout, c'est purement de sa faute si Doryan est malheureux et décide de le tromper en allant se consoler dans les bras d'un autre. En fait, c'est même bien fait pour lui, tu crois pas ? Il ne mérite rien d'autre que de se faire larguer par son mec et de souffrir à son tour. On ne réalise la vraie valeur de quelqu'un que lorsqu'on l'a perdu. Ça lui apprendra, à Rafael, d'être aussi aveugle. Et je sais bien que tu ne serais d'accord de coucher avec Doryan que parce que tu sais qu'il a besoin d'attention et que ça lui fera du bien. Jamais tu ne le ferais par simple envie de faire du mal à Rafael et à moi par extension, ainsi qu'au plus de monde possible. Jamais non plus tu ne le ferais que par pur plaisir. Non, tu es Connor, tu es innocent, tu ne ferais jamais de mal à une mouche. Tu es la petite victime qui n'a rien demandé à personne mais qui subit des injustices en continu, n'est ce pas ? Vraiment, je suis tellement désolée de t'avoir accusé à tort ! Elle le regarda s'approcher de quelques pas, malgré les talons aiguilles qui le déstabilisaient passablement, et la menacer à mi-mots, comme s'il espérait jouer avec elle au chat et à la souris. Mais au lieu d'avoir l'effet escompté, sa question la fit sourire. C'était raté, elle n'avait et n'aurait probablement jamais peur de Tveit, et encore moins dans cet accoutrement ridicule. Et s'il décidait – enfin, après de longues années d'abstinence – de l'attaquer physiquement, ce serait signe de victoire pour elle ! Elle en rajouta donc une couche, ignorant la menace contenue dans les dernières paroles du Sang Pur. Le visage de ce dernier se tordit sous la douleur que réveillait en lui l'évocation de sa chérie défunte, et au fond d'elle-même Caitlyn sentait qu'elle était triste pour lui bien qu'il la détestait, mais la jubilation était plus forte que l'empathie.

« Au moins, j'avais quelqu'un qui m'aimait réellement. Toi, sous tes airs de miss parfaite, tu avais quoi ? Une pseudo relation avec un mec qui n'a jamais voulu te toucher... Tu crois que c'est ça l'amour ? Est-ce que tu penses l'avoir déjà connu au moins ? »

Elle n'arriva pas à retenir un petit rire. C'était ridicule ! Même s'il n'y avait eu aucun lien avec le souvenir d'Elinor, la réplique de Connor n'avait aucun sens. Enfin, bien sûr, elle voyait bien que son but était de retourner contre elle l'arme qu'elle venait d'utiliser sur lui, mais c'était tellement évident que c'en était pathétique. Contrairement à ce que Connor semblait croire – et il n'était pas le seul, malheureusement –, elle n'en avait jamais voulu à Elias de ne pas avoir été plus loin avec elle, et elle savait très bien qu'il l'aimait plus que tout. Encore aujourd'hui, il se faisait du souci pour elle et serait prêt à tout pour la rendre heureuse, et c'était réciproque. Quant au surnom qu'il venait d'utiliser, il était devenu tellement peu original qu'il ne l'atteignait que dans certaines situations dont la présente ne faisait certainement pas partie.

« Ah, monsieur l'expert en amour souhaiterait-il faire une conférence publique pour nous pauvres idiots dénués de sentiments ? »

Non, elle n'allait certainement pas se mettre à raconter les détails de sa relation, bien que passée, à Connor. Elle n'avait aucun compte a lui rendre, aucun devoir de se justifier envers lui. Le faire aurait été lui donner raison. Elle aurait pu lui dire que l'amour n'était pas comme il le décrivait et que Elias était certainement capable d'aimer bien plus qu'il et Elinor ne le seraient jamais. Qu'il était ouvert, tolérant, fidèle, dévoué, altruiste et généreux, contrairement au plus plus pacifiste des Supérieurs qui restait malgré tout égoïste et aveugle. Et elle savait que Connor se serait empressé de lui rétorquer qu'il donnerait sa vie et encore bien plus pour le seul bonheur de sa bien-aimée, de sa famille, de ses proches, mais aux yeux de la belle brune, il restait globalement incapable d'amour aussi longtemps qu'il éprouverait de la haine envers les moldus et prétendus traîtres à leur sang. Alors certes, elle qui détestait de plus en plus les Supérieurs ne valait objectivement pas beaucoup mieux que les Supérieurs eux-mêmes, mais il n'empêche qu'elle ne partait pas forcément toujours avec un mauvais jugement et ce n'étaient que leurs actes et pensées qui la menaient à les mépriser ainsi.

« Tu veux mon adresse pour écrire à mes parents et leur annoncer la nouvelle, vas-y. Tu crois quoi, que je vais te supplier de ne rien dire à personne ? »

Elle sourit intérieurement. Si elle voulait l'adresse de Connor, elle saurait se la procurer par ses propres moyens, il n'était certainement pas obligé de la lui dévoiler ! Le plus simple serait sans doute de demander à Keane qui avait un lien de parenté, bien que renié, avec la famille Tveit, mais il y avait sûrement bien d'autres manières d'accéder à cette information. Quant au fait qu'il puisse vouloir la supplier de ne rien dire à personne… il jouait bien son jeu, il avait même lâché un petit rire, mais elle savait qu'au fond, il n'en menait pas large et qu'il était à deux doigts de le faire. C'était une stratégie bien fréquente que de feindre le détachement et l'indifférence pour ne pas montrer à quel point quelque chose était important et grave.

« Ne t'inquiète pas, j'y irai mollo. C'est pas toujours facile de dire la vérité à ses proches, je suis bien placée pour le savoir. »

Et sur ce dernier point, on aurait presque pu dire qu'elle tendait le bâton pour se faire battre, mais le fait était plutôt qu'elle venait de le détruire avant qu'il ne puisse le brandir. Et s'il trouvait malgré tout un moyen de lui rappeler les cachotteries qu'elle avait pu faire à Elias lorsqu'ils étaient encore ensemble, elle serait prête et ne s'en formaliserait pas plus que ça. Mais ce serait totalement inutile et dénué de sens de rajouter quoi que ce soit ; Connor devait d'ailleurs bien voir qu'elle était complètement insoucieuse et neutre. Et le voilà qui perdait patience et s'énervait presque.

« Tu n'as pas d'autres arguments que Doryan ou tu ne comprends pas que je ne l'aime pas ?! … Pas comme ça du moins. C'est mon meilleur ami et rien de plus. »

Elle haussa les épaules, l'air de dire Comme tu voudras.

« Je lui serai toujours fidèle. »

Et là, elle sut qu'elle avait gagné. Ça n'avait pas été très difficile, en même temps, et c'était presque lâche de sa part d'avoir utilisé le souvenir de sa bien-aimée pour l'atteindre, mais il ne s'était pas gêné non plus pour lui rappeler la mort de sa famille lorsqu'il l'avait apprise, donc elle ne s'en voulait pas trop. Ce n'était pas très glorieux, mais tant pis. Elle avait gagné, elle gagnait depuis tout à l'heure – mis à part le petit intermède où il avait réussi à la faire bouillonner de rage en lui rappelant le mal qu'il avait fait à son meilleur ami Rafael – et c'était un sentiment extrêmement jouissif. Mais contrairement à ce qu'il devait sûrement être en train d'espérer, elle n'avait pas fini.

« Je comprends. C'est dur de perdre un être cher. La solitude, la peur d'oublier… »

Il avait joué la carte de la sincérité tout-à-l'heure ? C'était au tour de Caitlyn d'utiliser cette technique. Non seulement ravivait-elle les craintes et la tristesse de son ennemi, mais elle en profitait aussi pour réduire une fois de plus à néant ses éventuels plans de contre-attaque. Lui rappeler la mort de sa propre famille serait à nouveau inutile, puisqu'elle venait de les évoquer et qu'elle était tout à fait sincère avec lui. Le tout, bien sûr, en gardant cette attitude pleine de bonté. Elle était l'innocente créature prête à tout pour aider son prochain, et si Connor pétait un câble, ce ne serait absolument pas de sa faute à elle, elle ne serait qu'une malheureuse petite victime qui avait cru et voulu bien faire – haha. Alors, ça faisait quoi, de subir pour une fois ce qu'il faisait subir aux autres ? Ça faisait quoi, de se retrouver dans la position de celui qu'il aurait autrement pris plaisir à rabaisser et à tourmenter ? Même si c'était contraire à ses principes et qu'une partie d'elle trouvait son comportement dégoûtant et méprisable, Caitlyn s'en donnait à cœur joie. Elle voulait qu'il sente à quel point ça faisait mal. Elle voulait qu'il sente la rage faire bouillonner le sang dans ses veines, elle voulait que des larmes d'impuissance embuent ses yeux et qu'il revive tout ce qu'il avait pu commettre comme crimes. Sentait-il maintenant à quel point les victimes des Supérieurs, qu'il soutenait si fervemment, souffraient des pertes qu'ils avaient subies ? Caitlyn n'était qu'un cas parmi tant d'autres. Ils étaient des dizaines, des centaines, à avoir dû faire le deuil de leurs parents ou amis, et à craindre de voir leurs souvenirs s'estomper inéluctablement avec le temps. Le comprenait-il, aujourd'hui ? Le regrettait-il ?

Soudain, elle changea du tout au tout. Plus de gentille Caitlyn. Mais pas de Caitlyn folle de rage pour autant non plus. Disons qu'elle arrêta de feindre la pitié et la compréhension, tout simplement, et sortit de son sac l'appareil photo Polaroid que lui avait offert Emily pour son anniversaire. Avant que Connor n'ait pu comprendre, elle avait appuyé sur le déclencheur, un flash avait éclairé toute la pièce et la photo était sortie. Elle l'avait rangée dans la poche arrière de son jeans et avait remis l'appareil photo dans son sac, duquel elle avait tiré sa baguette de substitution. Cette dernière tira un rire à son adversaire. En même temps, il y avait de quoi. Tout le monde avait déjà pu voir à quel point la jeune fille avait du mal à s'en servir. Les petites explosions, étincelles, ou autres signes de désobéissance plus ou moins dangereux servaient régulièrement d'attraction et de distraction pour les 8èmes années dans les cours où il fallait se servir de sa baguette.

« Tu comptes vraiment te défendre avec ça ? »

Sourcils froncés, yeux plissés, elle répondit d'une voix ferme et pleine de détermination.

« Ouais. »

T'as un problème, peut-être ? C'était aux risques et périls de Tveit, il était prévenu. En même temps, elle ne pensait pas vraiment se servir de sa baguette contre lui s'il ne décidait pas de tirer la sienne, mais c'était pour la forme. Et puis quelque part, que ce soient ses poings ou sa baguette, ça revenait plus ou moins au même, car on ne pouvait pas dire qu'elle soit très en forme physiquement non plus. Sauf que la baguette était potentiellement dangereuse aussi pour Connor, tandis que vouloir se battre à mains nues avec lui risquait surtout de lui faire mal à elle. Bref, elle n'était vraiment pas dans la bonne position pour chercher le conflit, mais quelque part, c'était bien ce qu'elle voulait. Après tout, c'était bien là une tactique de Connor, que de se placer en perdant et de sortir d'un combat avec les marques de celui-ci mais avec l'impression d'avoir défendu la bonne cause corps et âme, quitte à sacrifier de sa personne et à mourir sur le champs de bataille. Elle aurait voulu qu'il la blesse, pour une fois, mais manifestement, ce n'était toujours pas au programme.

« Caitlyn... Caitlyn, qu'est-ce que tu crois que je vais te faire, hein ? Tu crois vraiment que je vais te frapper ou t'attaquer pour une petite photo ? Tu devrais pourtant savoir que ce n'est pas mon genre. »

Monsieur Je-Ne-Taperais-Pas-Une-Mouche souriait puis s'approchait encore plus d'elle, chancelant sur ses talons aiguille, et lui collait une main aux fesses sans qu'elle n'ait le temps de comprendre quoi que ce soit, récupérant la photo compromettante.

« Dommage pour toi, je suis un peu entraîné là-dessus. Maintenant, à ton avis je dois en faire quoi ? La déchirer ? La brûler ?
- À mon avis ? Tu devrais l'encadrer et l'accrocher dans ta chambre. »

Cracha-t-elle amèrement. Elle hésitait à pointer la baguette sur la photo, qu'il brandissait toujours devant lui en signe de victoire et de provocation, pour en faire un double, ou pour la rendre indestructible, ou… tout simplement, pour la récupérer.

« À ta place je ferai attention à mon appareil photo, une personne mal attentionnée... quelqu'un d'autre que moi, aurait pu te le briser en mille morceaux... en un seul sort, est-ce que tu en as conscience ? »

Elle eut un petit sourire. Bien sûr qu'elle en avait conscience. Ce qu'il ne savait pas, c'était que son sac, en plus d'être porteur d'un sort qui le rendait beaucoup plus spacieux à l'intérieur qu'il n'en avait l'air de l'extérieur, était aussi protégé par des sorts qui permettaient à son contenu de rester intact. Donc, si elle se dépêchait de prendre une photo et de le remettre dedans, l'appareil ne risquait pas grand-chose. Mais elle n'allait pas raconter ça à Connor et se contenta donc de lui sourire et de lui répondre sur un ton ironique.

« Merci pour le conseil, je suis contente de voir que tu t'intéresses à la préservation de mes possessions. »

Surtout après que les tiens m'aient pris tout ce que j'avais. Mais, ouais, peut-être serait-ce une bonne idée que de protéger magiquement aussi le cadeau d'Emily, auquel elle tenait énormément, histoire d'être sûre qu'il ne puisse rien lui arriver.

« Tu comptes ranger ta baguette ou t'en servir pour m'attaquer pour récupérer ça ? D'ailleurs, qu'est-ce que tu comptais en faire ? L'encadrer pour la mettre dans ta chambre histoire de te souvenir de cette délicieuse conversation ou alors plutôt l'afficher aux yeux de tous ? La dernière solution je suppose... mais dans quel but ? Ce n'est pas comme si j'avais masse d'amis.... »

Il semblait vraiment vouloir connaître la réponse à sa question. Quoi, il était donc idiot au point de ne pas comprendre les enjeux d'une telle photo affichée au grand public ? Elle ne connaissait pas les lois et codes internes des Supérieurs, mais il semblait logique que ridiculiser un de leurs plus fervents jeunes alliés serait par extension ridiculiser leur Ordre dans son intégralité, et ils risquaient de ne pas apprécier ça. Alors certes, ils s'en prendraient à elle pour se venger, mais Connor ne s'en tirerait pas impuni non plus, du moins elle l'espérait, ainsi que Melvin qui était à l'origine du pari avec son cousin. Et puis, il n'avait certes pas masse d'amis parmi les élèves du Château, mais il avait d'autant plus d'ennemis et de victimes qui ne seraient clairement pas mécontents de le voir ainsi humilié.

« Je suis sûre que ça ferait plaisir à beaucoup de monde. Accio photo ! »

lança-t-elle, tendant le bras devant elle et pointant la baguette sur l'image qui glissa des doigts de Connor pour venir se loger dans la main de Caitlyn. Elle eut une expression de triomphe, qui se transforma cependant aussitôt en une expression d'horreur et de colère lorsqu'elle vit la demi-douzaine de tableaux qui décoraient la pièce lui foncer dessus.

« Oh putain ! Elle est sérieuse là ? »

"Elle", c'était bien sûr la baguette qui avait une fois de plus décidé qu'elle lui compliquerait la tâche. Pourtant, cette fois-ci, les intentions du sort étaient mauvaises, pourquoi était-elle donc capricieuse, elle devrait être habituée à de telles arrières-pensées ! Caitlyn n'avait d'autre choix que d'essayer de s'en tirer par ses propres moyens : elle n'allait pas jeter de sorts pour arrêter les tableaux, c'était bien trop risqué ! Elle esquiva le premier en sautant sur le côté, attrapa le deuxième entre ses deux bras sans lâcher la photo ni la baguette, s'en servit de bouclier contre le troisième, puis sauta vers l'arrière pour esquiver le quatrième qui arrivait de côté et se baissa pour éviter le cinquième qui lui arrivait au niveau de la tête mais se prit le sixième alors qu'elle était accroupie par terre. Elle se releva en grimaçant et massa sa hanche gauche qui avait été touchée le plus fort par le cadre du dernier tableau. Un peu sonnée, elle secoua la tête pour se ressaisir et se dépêcha de ranger la photo quelque peu froissée dans son sac. Puis, elle eut un nouveau petit sourire. Malgré tout, elle venait quand même de gagner, et Connor n'avait même pas une égratignure.

« Bon. Melvin va bientôt arriver, ce serait dommage de le faire attendre. Je te laisse ranger tout ça, j'ai pas envie de te faire mal en essayant de renvoyer ces foutus tableaux à leur place. A plus tard ! »

Et elle tourna les talons et rejoignit la porte qu'il avait fermée. Malgré le désastre encore frais du dernier sort qu'elle avait lancé avec sa baguette rebelle, elle prit son courage à deux mains et la pointa sur la serrure en murmurant le contre-sort.

« Alohomora. »

Une explosion retentit et la fit reculer de quelques pas. Une fumée noire entourait la poignée, mais la porte était entrouverte. Elle rangea avec colère et soulagement la baguette dans son sac, passa une main dans ses cheveux hérissés suite à l'explosion, et se dirigea une seconde fois vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1500
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Re: I'm a barbie girl .... •• Caitlyn   Dim 26 Juil 2015 - 12:24

Si au départ, Caitlyn avait eu les avantages et qu'il n'avait pas vraiment réussi à trouver les bons mots pour retourner la situation réellement contre elle, qu'un "combat" avait commencé où ils étaient plus ou moins à armes égales,  seulement lorsqu'elle commença , elle évoqua quelque chose qu'il réussit à tourner totalement contre elle. Oui, il savait qu'il plaisait à Doryan, tout comme il savait pertinemment que le Rouge avait des hauts et bas dans son couple comme tout le monde, mais que c'était souvent à lui qu'il venait en parler. Est-ce que le Rouge était un pro de la fidélité  ? Il n'en était pas certain mais comme il le fit si bien remarquer son but n'était pas de détruire le couple de son ami. A quoi bon ? Il n'aimait pas Doryan, c'était juste attirance mutuelle rien de plus rien de moins. Il savait l'attachement qu'avait Twain pour Rafael et il s'engouffra dans une porte ouverte, sachant pertinemment qu'elle n'aimerait pas ce qu'il était en train d'évoquer... mais c'était fait exprès et en plus, il pensait réellement ce qu'il disait. Ce n'était pas juste pour faire mal, mais juste, parce qu'une fois cela s'était déjà déroulé de cette manière alors pourquoi pas une deuxième ou une troisième ? Elle ne semblait pas franchement croire tout ce qu'il disait mais cela n'avait aucune espèce d'importance au final. Elle avait entendu sa défense c'était, pour l'instant, le plus important. Si jusque-là ça avait été au final plus au moins resté  bon enfant lorsqu'elle évoqua Elinor.

 Ah, monsieur l'expert en amour souhaiterait-il faire une conférence publique pour nous pauvres idiots dénués de sentiments ? 
Ce n'est pas ce que j'ai dit.

Il fallait qu'il se calme absolument. Il ne fallait pas qu'il écoute l'envie de la frapper qui l'avait de nouveau, cette envie de lui faire fermer sa gueule une bonne fois pour toute en lui explosant par exemple la tête contre le mur. La violence ne rimait à  rien, il l'avait toujours clamé et ce n'était pas aujourd'hui que cela changerait même si au final un pétage de plomb de temps en temps pouvait être compréhensible. Il ne disait pas être un expert en amour, loin de là même, mais contrairement à ce qu'elle semblait croire, elle et d'autres, ils s'étaient réellement aimés. Et certainement bien que qu'elle et cet abruti de Fletcher avec qui il n'y avait certainement quasi aucune alchimie vu le nombre de fois en quelques mois qu'ils avaient rompu, bon d'accord, pas tant de fois que ça, mais s'ils s'étaient réellement aimé comme elle semblait le croire, ce genre de choses n'aurait jamais dû arriver... mais là n'était pas vraiment le soucis. Il aurait pu tenter d'embrayer là-dessus, mais ils étaient aussi têtus l'un que l'autre qu'au final, ça aurait été une bataille digne d'une cours d'école. Il valait mieux embrayer sur quelque chose, que autre chose. Il se demanda pourquoi est-ce qu'il avait parlé d'écrire à ses parents, c'était peut-être lui donner une mauvaise idée. Est-ce qu'elle en serait capable ? Il n'en savait trop rien. Peut-être bien mais au final cela n'avait aucune espèce d'importance, il ne lui dirait jamais de ne pas envoyer cette lettre à ses parents... et adviendrait, ce qu'il adviendrait... même s'il n'en menait pas trop large. Caitlyn avait beau dire, elle ne savait absolument pas de quoi était capable sa famille sinon, certainement qu'elle ne jouerait pas à ce petit jeu... ou peut-être que si au final il n'en savait rien. DE quoi est-ce qu'elle était réellement capable ? A quoi est-ce qu'elle le détestait ?

 Ne t'inquiète pas, j'y irai mollo. C'est pas toujours facile de dire la vérité à ses proches, je suis bien placée pour le savoir.

Il ne lui répondit pas et se contenta de lui faire un petit sourire narquois, qui selon lui, voulait dire bien plus de choses qu'une réponse. Est-ce qu'elle faisait cela pour qu'il contre attaque ? C'était un peu trop simple, pas intéressant... et de toute manière ce n'était absolument pas comparable, bien sûr ils cachaient tous deux des choses mais les conséquences étaient loin d'être les mêmes. Est-ce qu'elle croyait qu'il se prendrait juste une baffe en disant que ses parents étaient déçus qu'il soit bi ? La blague. Si ça pouvait être aussi simple. Cela confirma son avis sur le fait qu'elle n'y connaissait rien et qu'elle s’imaginait certainement beaucoup de choses fausses. C'est beau de rêver.
Il était ensuite revenu sur le cas Doryan avant de sortir LA phrase qu'il ne fallait pas. Qu'il L'Aimerait toujours. Elinor.

Je comprends. C'est dur de perdre un être cher. La solitude, la peur d'oublier… 
Sauf que ce n'est pas moi qui ait tué ta famille...

Pas besoin d'en rajouter plus; ils connaissaient leur point de vue sur le sujet. Elle était certaine qu'elle était innocente, lui la voyait le plus sincèrement possible comme la coupable. Il avait réussi à retrouver un calme apparent et c'était pour l'instant le principal.

Et je ne suis pas seul. J'ai ma famille, mes amis.

Elle ne le prendrait pas à son propre jeu. Il savait pertinemment ce qu'elle cherchait à faire et ça ne marcherait pas. Peut-être qu'une minute ou deux plus tôt ça aurait été plus efficace, mais maintenant qu'il avait réussi à prendre sur lui et que ce qu'elle venait de dire le touchait moins, ça allait beaucoup mieux. Elle voulait qu'il l'attaque ? Elle pouvait toujours rêver.
Certainement que de débat sans fin aurait pu être long si elle n'avait pas sorti un foutu appareil photo et immortaliser sa tenue. Génial. Il ne fallait pas que cette photo sorte d'ici, si bien qu'il lui subtilisa et cette fois encore sans user de la force. Et  elle avait sorti sa baguette maudite... et elle comptait se défendre avec ça ! Et bien ils étaient mal barrés aussi bien l'un que l'autre mais c'était vraiment quelque chose qui ne l’impressionnait absolument pas. Il se contenta donc d'hausser un peu les épaules avant d’enchaîner sur une nouvelle tirade. Non. Il ne l'attaquerait pas pour cette photo, même si ça mettrait à ml sa "réputation". Une petite main aux fesses avait suffit pour récupérer son "bien". Pas de violence, pas un bleu, pas un sort tout en délicatesse.

À mon avis ? Tu devrais l'encadrer et l'accrocher dans ta chambre. 
Pourquoi pas ! Ça me va plutôt bien parait-il. répliqua t-il joyeusement.

Il aurait du  détruire la photo mais quelque chose l'en empêchait. Le défi, l'envie de savoir ce qu'elle allait faire maintenant. Même si elle l'a récupéré, il trouverait toujours quelque chose pour... paraître un peu moins ridicule, juste un peu moins. De toute manière tout le monde le détestait déjà, il n'était plus à ça près, à d'autres moqueries dont il n'aurait au final rien à faire. Il jubilait intérieurement de voir à quel point elle avait l'air dégoûtée.

 Merci pour le conseil, je suis contente de voir que tu t'intéresses à la préservation de mes possessions.
Je sais, ça reste insoupçonné.

Il l'avait ensuite questionné pour savoir ce qu'elle allait faire de cette photo si jamais elle l'avait de nouveau en sa possession. Il se doutait que ça finirait publiquement...

Je suis sûre que ça ferait plaisir à beaucoup de monde. Accio photo ! 
Bravo ! Tu as réussi à exécuter parfaitement un sort de première année. Tu peux être contente de toi. ne put-il s'empêcher de répliquer à la vue de l'expression de triomphe qu'avait fait Twain. On fait quoi maintenant, un concours d'accio ?

Il aurait bien répliqué autre chose mais les tableaux foncèrent d'un coup tous sur Caitlyn à la grande surprise des deux élèves. Connor eut tout juste le temps de s'entourer d'un sort de protection mais les objets animés semblaient plus en vouloir à Twain. Il profita de la confusion pour lancer un sort à la photo, cette dernière commencerait à noircir d'ici une dizaine de secondes à une minute et il serait alors impossible d'en retirer quelque chose. C'était un de ses jeux favoris quand Elinor l'agaçait trop à vouloir prendre des photos. Ce n'était pas très fair play, mais s'en sortaient tous les deux bien, sans un réel combat... Et, certainement que Twain n'avait rien remarqué vu qu'elle avait rangé la photo dans son sac.

Alohomora.

C'est ça casse-toi, tu auras une bonne surprise. Tu ne pourras rien tirer de la photo. Il la laissa se tirer sans un mot de plus avant de fermer la porte à double tour. Foutu pari. Il avait eu chaud.

- FIN POUR MOI -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I'm a barbie girl .... •• Caitlyn   

Revenir en haut Aller en bas
 
I'm a barbie girl .... •• Caitlyn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I'm a Barbie Girl ! [100%]
» A Vos Souhaits [I'm a Barbie Girl, in a Barbie World... Imagination, life is your creation !]
» barbie girl ☆ un vrai conte de fée.
» Rain (+) i'm a barbie girl, in a barbie world.
» ZARA - i'm a barbie girl, in a barbie world.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Les Tours.-
Sauter vers: