AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Noires Ailes... Noires Nouvelles - Pv (flashback)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Noires Ailes... Noires Nouvelles - Pv (flashback)   Sam 2 Mai 2015 - 21:52

Dimanche 28 Décembre 2014. – Flashback.

- Tu es sûre que tu veux retourner là-bas ?! Avec ce qu’il s’est passé à Salem tu serais peut-être plus en sécurité ici.
- Ne t’inquiète pas maman, tout ira bien ! J’ai survécu pendant deux ans je te rappelle et il ne m’est rien arrivé. Et puis tu l’sais, Jake va me coller aux basques pour être sûr que rien ne m’arrive.

Sa mère venait de la serrer dans ses bras et n’arrivait pas à la lâcher. Les retours à la maison se faisaient rares et après l’occupation qu’avait subi Poudlard, sa famille rechignait sérieusement à la laisser retourner là bas de crainte de ne jamais la revoir ou d’apprendre qu’il lui était arrivé un accident ou pire encore.

- J’te promets de faire attention, et puis mes amis vont sûrement s’inquiéter s’ils ne me revoient pas revenir ! J’suis en sécurité à Poudlard….

Si on met de côté le fait que la belle métamorphomage sortait avec le Directeur et était donc une cible de choix pour l’atteindre, elle demeurait une élève comme les autres alors ici ou là-bas, elle ne risquait certainement pas grand-chose à retourner vivre au château. Sans compter le fait que la belle écossaise avait beau aimer sa famille plus que tout, elle appréciait son indépendance. Elle y avait ses habitudes, ses amis… Personne pour lui dire que ce qu’elle faisait était dangereux ou simplement inconscient. Se détachant peu à peu de sa mère, la jeune femme lui avait souri avant de l’embrasser.

- Tu m’connais, j’suis pas du genre à me mettre dans des situations impossibles.

Sa mère n’était pas stupide, porteuse du même don qu’elle, elle n’avait aucune difficulté à décrypter le moindre changement chez elle. Cela dit, elle ne mentait pas vraiment, elle n’irait certainement pas d’elle-même se mettre dans des situations dans lesquelles elle pourrait souffrir. Bien que sa simple relation avec un « Rivers » était vouée à la détruire d’une certaine façon. Préférant ne pas s’éterniser, la jeune femme avait été chercher ses affaires les rassemblant dans le salon avant de poser son regard sur son père.

- J’embrasserai Jake pour vous deux et puis j’vous donnerai des nouvelles plus souvent.

Du moins elle essaierait, pas sûre qu’elle trouve forcément le temps de le faire mais ça les rassurait. Et puis la métamorphomage avait pris sa baguette et avait transplané jusqu’à la Grande Salle de Poudlard ouverte pour l’occasion. Elle n’avait pas été la seule à utiliser ce stratagème pour rentrer et elle était ravie de constater qu’à force d’utiliser ce sortilège, le voyage la rendait de moins en moins malade. Elle se souvenait encore de sa première fois, une horreur indescriptible. Aujourd’hui, elle ressentait à peine un chatouillis et quelques vertiges qui s’estompaient rapidement.

Le retour n’avait pas été aussi idyllique qu’il n’y paraissait pourtant et rapidement la jeune écossaise avait compris qu’un évènement sombre avait eu lieu à Poudlard durant son absence, quant à comprendre l’étendu des dégâts, la belle n’en était pas encore là. De ci de là, les séquelles d’une bataille demeuraient présentes et certains visages ne mentaient pas. Entre les coups, les blessures encore récentes et les larmes lourdes de certains, ça n’augurait rien de bon. Aussitôt l’angoisse avait envahi la belle brune, l’angoisse latente de voir un cauchemar recommencer. Malgré ses craintes, elle restait persuadée que les Supérieurs n’étaient pas de retour, il n’y avait qu’à regarder l’accueil qui leur avait été réservé : gardien sur le qui-vive veillant à s’assurer que tout était en ordre. Dans son cas cela avait été rapide, Everett s’était chargé de confirmer qu’elle n’était pas des leurs et la belle avait rapidement pu passer à autre chose en le remerciant. La Serdaigle aurait voulu lui en demander plus mais il semblait visiblement trop occupé et déjà elle apercevait le minois d’une jolie blonde visiblement entourée d’un Takuma sur ses deux jambes et d’une autre jolie blonde au regard pétillant.

- Vous m’avez manqués ! Qu’est-ce qu’il s’est passé au juste ici, Marek a décidé de refaire la déco en mode post-apocalypse ?

La belle avait souri, et pourtant, ça n’était pas un sourire très assuré, comme si elle s’attendait au pire. Alors elle plaisantait, essayant de se rassurer au mieux pour ne pas se monter des films.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Noires Ailes... Noires Nouvelles - Pv (flashback)   Dim 3 Mai 2015 - 17:56


Le retour des êtres aimés, le retour à une vie normale. La fin des vacances. Et quelles vacances ! Oui, quelles vacances…
Il avait merdé, et tout ce qu’il voyait en cet instant, c’était la traduction, l’aboutissement total de ses échecs. Les tables avaient été poussées de la pièce, seule restait celle des enseignant, au fond, sur laquelle il était posé, regardant d’un air morne les élèves qui allaient et venaient, apparaissant, repartant avec leurs proches, souriants au début, puis sombres et inquiets. Ils avaient tous entendus pour Salem. Mais personne ne savait pour Poudlard. L’info n’était pas relayée. Ils étaient isolés, mine de rien, tous les jours un peu plus. Les Supérieurs les encerclaient au fur et à mesure, ils tapaient leurs défenses par à coups. Une stratégie sommes toutes assez classique. Affaiblir l’adversaire tout doucement, par attaques successives, souvent vouées à l’échec, mais qui permettent de lui faire perdre du temps, de l’espoir, des soldats s’il ne peut se renouveler. Une stratégie payante, pensait-il, l’air sinistre.

Jouant nerveusement de ses doigts sur sa jambe, il observait les élèves blessés, les airs lugubres, les larmes, les rires nerveux. Il y avait eu des blessés, que de blessés. Et pas assez de personnes à savoir quoi faire, à savoir comment agir et pourquoi. Trop qui se jetaient dans la foule par désir de vengeance. Trop de précipitation, trop d’hésitations, trop d’erreurs basiques et de personnes qui n’arrivaient pas à se gérer. Et pas assez d’autres pour s’occuper des plus faibles, des plus jeunes, de ceux qui n’avaient en aucun cas leurs places sur les remparts. Et pourtant combien de moldus ? Combien de gamins inexpérimentés à servir de chaire à canon ?

Dans la foule, il croisait les regards connus, les regards tristes, les regards accusateurs. Tous pensaient à ceux qui ne rentreraient pas aujourd’hui. Tous pensaient à ce qui pourrait pénétrer dans l’enceinte aujourd’hui.
Et lui aussi.

Les lèvres closes, il ne pouvait empêcher son esprit de passer des disparus à ceux qui n’apparaissaient toujours pas. Il voyait le regard inquiet de Sovahnn et Takuma, là bas. Ni Aileen, ni Enzo. Et, au fur et à mesure du temps, il lui semblait étouffer. Si elle arrivait, était-ce un bien ? Etait-elle plus en sécurité ici qu’ailleurs ? Il en doutait de plus en plus, surtout avec la relation qu’ils entretenaient. Et si elle n’apparaissait pas, cette question affreuse se profilait : pourquoi ?
C’était à cet instant qu’elle s’était formée. Deux paires de prunelles s’étaient mises à briller et les sourires s’étaient formés sur leurs visages. Pas le sien. Détournant le regard un instant, il avait inspiré à fond, croisant le regard d’Ismaelle, non loin de lui. Jake avait disparu, ils ne pouvaient l’ignorer. Ils ne pouvaient oublier.
Et maintenant, il allait falloir l’annoncer à sa sœur.

Elle souriait, pendant quelques secondes et, comme les autres, elle se mit à grimacer, inquiète, comprenant au fur et à mesure du temps passé auprès des autres qu’il s’était passé quelque chose de grave. Takuma l’avait rapidement rejoint, la prenant dans ses bras, suivi de Sovahnn. Ils étaient tous deux au courant. Il ne faudrait pas longtemps avant qu’ils se décident à lui dire la vérité.

Il avait dit quelque chose, elles avaient rit.

Bien, bien…

Crispant sa main sur sa cuisse, il soupira ostensiblement avant de se lever, la mort dans la poitrine. Jamais elle ne le lui pardonnerait. Et, le pire dans tout ça, c’était que ça n’était même pas le pire dans toute cette histoire. Non, tout ça dépassait de tellement leur malheureuse petite histoire de cœur.
Comment tout cela allait-il finir ?
Il doutait de souhaiter en connaître l’issue.

« Aileen ? Tu peux me suivre dans mon bureau ? »
« On s’occupe de tes affaires.. »

Son regard était probablement trop dur que ce qui aurait été d’occasion. Son ton trop grinçant, aussi. Il se souvenait de son soulagement lors de la bataille, le fait de savoir qu’elle n’était pas ici, qu’il n’avait pas besoin de craindre pour elle lui revenait en pleine figure. Ça n’était plus le cas. Ça ne le serait probablement plus jamais. Après tout, elle était une cible de choix pour l’atteindre non ? Et si on l’atteignait lui, on atteignait le château. Devenir la figure du renversement des Supérieurs avait probablement été la pire idée qu’il ait eut. Finalement, n’aurait-il pas fallu laisser les gamins se faire tuer pour continuer à infiltrer doucement le réseau. Les tuer de l’intérieur, agir de manière plus drastique ? Mais, pour cela, il fallait accepter les morts.

Une nouvelle fois, il lui semblait qu’il allait se noyer avec toutes ses propres pensées ; ses responsabilités.

Lorsqu’ils entrèrent dans l’escalier de son bureau, son visage devint moins sévère. Mais tellement peu joyeux. Loin d’une scène de retrouvailles interdites, c’était sûr..

« Il y a eu une attaque à Noël.. ils sont arrivés pendant la nuit. On les a repoussés mais ils ont eu le temps de faire pas mal de dégâts. »

Il prenait le problème de manière presque scientifique, froide, analytique, de manière à s’y impliquer le moins possible, à garder le contrôle sur ses propres émotions, sur ses ressentis.
Les épaules lourdes, il l’avait fait entrer dans le bureau.
Il n’avait jamais demandé tout ça. Il n’avait jamais rien voulu de cette guerre.

« Tu ferais mieux de t’assoir je pense. »

Ne tourne pas autour du pot comme ça, c’est pire, tu sais ? Tu le sais n’est-ce pas ?

« Jake a disparu. »

Ça, c’était un poil trop abrupt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Noires Ailes... Noires Nouvelles - Pv (flashback)   Dim 3 Mai 2015 - 21:51

En quittant ses parents, la belle écossaise été loin de se douter du chaos qu’elle retrouverait sur place. Comment imaginer une telle chose alors que même en temps de guerre, une trêve avait été observée durant les fêtes de noël ? Fête de famille par excellence, comment pouvait-on avoir l’indécence de lancer une attaque sur des enfants, des adolescents à ce moment précis ?! Non la jeune femme ne pouvait le concevoir et elle était même à cent lieues d’y songer. Alors oui lorsqu’elle avait pu constater l’effervescence du retour, elle avait rapidement compris que quelque chose clochait, les visages étaient bien marqués, trop tristes et ça n’avait bizarrement rien à voir avec la fin des vacances.

La belle avait souri, heureuse de retrouver ses proches, de revoir leur visage, leur sourire, leurs mimiques, mais il y avait ce quelque chose d’anormal dans leur façon de la regarder qu’elle n’aurait su expliquer. Takuma avait souri, avait plaisanté comme à son habitude ce qui n’avait pas manqué de les faire rire. En jetant un coup d’œil à l’assemblée, son frère manquait à l’appel, mais ça ne l’avait pas plus inquiétée que ça. Sûrement affairé autre part, elle aurait tout le loisir de lui offrir son cadeau et de lui transmettre les messages de la famille dès qu’elle le croiserait. Au lieu de ça, c’était le visage de Marek qu’elle avait croisé, sombre, distant. Ce qui avait du se passer durant les vacances devait être plus grave qu’il n’y paraissait et pourtant c’était le soulagement qui marquait les traits de la brune. Il était en vie, ne semblait pas blessé et si la raison ne la retenait pas, elle aurait déjà été le voir pour l’embrasser. Oui, c’est d’un sentimental j’vous raconte pas mais c’était en partie pulsionnel. Malgré cela, la belle n’en laissait rien paraitre, attendrait que tout se calme pour se pointer dans son bureau un peu plus tard lorsqu’elle en aurait l’occasion. Occasion qui finalement s’était présentée bien plus tôt qu’elle ne l’avait espéré, puisque déjà le nippon s’approchait d’elle, la forçant à ravaler ce sourire qu’il n’apprécierait sûrement pas de voir devant tant de public. Non au lieu de ça, elle tentait de rester aussi neutre que possible, crispant même un peu les traits de son visage devant le ton qu’il venait d’employer.

« Aileen ? Tu peux me suivre dans mon bureau ? »
« On s’occupe de tes affaires.. »

Quelque chose clochait… Et ce quelque chose la mettait bizarrement mal à l’aise. D’abord l’attitude de ses amis, maintenant celle de Marek… Leur façon de la regarder, sa façon de lui parler, de la prendre à part… Ca ne lui ressemblait pas et la belle n’arrivait pas à deviner si c’était bon ou mauvais. Elle lui avait donc emboité le pas n’osant presque pas desserrer les lèvres pour comprendre ce qui le faisait agir ainsi. Il lui avait fallu attendre un petit moment avant qu’il ne daigne lui offrir une explication et pour que son visage se fasse plus amical, mais ça n’allait pas pour autant et plus le temps passait plus l’angoisse la noyait petit à petit.

« Il y a eu une attaque à Noël.. ils sont arrivés pendant la nuit. On les a repoussés mais ils ont eu le temps de faire pas mal de dégâts. »

Une attaque, oui elle s’en était douté au vu des dégâts mais, en quoi tout la concernait au juste ? Takuma était en bas, Sovahnn également tout comme Dakota, Jordane et Jake aussi… A présent dans le bureau, la jeune femme le voyait se décontenancer au fur et à mesure comme s’il avait un drame à lui annoncer. Il ne la regardait pas vraiment, fuyait presque alors qu’elle cherchait juste à comprendre.

« Tu ferais mieux de t’assoir je pense. »
- Marek, tu m’fais peur, qu’est ce qui se passe ?
« Jake a disparu. »

Comme ça, pas de gants, pas de pincettes… L’annonce avait été si brutale que la belle avait eu du mal à en saisir l’impact immédiatement. Il lui avait fallu quelques secondes pour comprendre les mots, les associer. Le vide s’était fait autour d’elle, plus un seul bruit si ce n’est une sorte de sifflement alors que l’idée cheminait doucement jusqu’à elle.

- Comment ça disparu ? Je l’ai vu il…

Non elle ne l’avait pas vu en arrivant justement, s’était même étonnée mais pas inquiétée plus que de raison.

- Il… C’est pas possible…

La belle se sentait presque tourner, sa voix nouée peinait à se frayer un chemin alors qu’elle cherchait désespérément le regard du nippon pour lui confirmer que tout ça était faux, mais non tout ce qu’elle voyait c’était son malaise devant la situation, il ne plaisanterait pas sur ce genre de chose, pas dans un tel contexte. Toujours sur ces deux jambes, l’Ecossaise avait porté ses mains tremblantes jusqu’à son visage qui avait dû pâlir depuis quelques minutes au même titre que ses cheveux avaient du se parer de gris et foncer paradoxalement signe d’une angoisse marquée. Son souffle avait quelques ratés également tandis qu’elle prenait conscience de la gravité de la situation, son frère… disparu… attaque… dégâts. Le monde tournait et le sol semblait clairement se dérober sous elle.

- S’il te plait, dit moi que c’est pas vrai… S’il te plait…

La métamorphomage se sentait submergée par un sentiment de panique incontrôlé, ses larmes n’arrivant même pas à se tracer un chemin. C’était impossible, son frère ne pouvait avoir disparu, personne ne disparait sans laisser de traces.

- Il peut pas… C’est pas… Marek… C’est pas…

Reculant de quelques pas, elle cherchait de quoi prendre appui pour ne pas s’effondrer alors que ses jambes manquaient de ne plus la porter. Les émotions se bousculant dans son esprit, la Serdaigle était complètement perdue, déconnectée de tout monde environnant, tant qu’elle en oubliait de respirer par moment, comme si même ça n’était plus automatique, comme si tout ça n’était pas réel. Elle allait se réveiller, d’une minute à l’autre, c’était la seule explication tangible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Noires Ailes... Noires Nouvelles - Pv (flashback)   Jeu 7 Mai 2015 - 17:11

Etre auprès de sa famille, de ses proches, c’est ce que l’on fait lors des grands évènements, des fêtes, des circonstances importantes. Et pourtant, il lui semblait avoir passé cette journée particulièrement seul. Il avait vu des gens, bien entendu, quelques uns. Mais voilà, ceux qui importaient n’étaient pas si nombreux et surtout, absents. Pour la pluparts. Et, elle, surtout. En se levant, en s’approchant d’elle, il avait posé sa main sur le genou d’Ismaelle. C’était con. Con parce qu’il ne s’était jamais confié à elle ni à quiconque, mais il avait étrangement besoin de soutien. Il ne le demandait pas, il n’espérait pas qu’on lui vienne en aide, c’était simplement… qu’il avait besoin de l’illusion de ne pas être seul face à ses grands yeux inquiets. Et pourtant, c’était le cas. Il lui semblait que la pièce était désespérément froide lorsqu’il l’avait amenée dans son bureau. Comme si tout le château se changeait en une espèce de caveau. Il savait qu’il allait lui faire du mal, probablement plus qu’il ne lui en avait jamais fait jusque là. Il savait qu’il n’avait pas été juste envers elle, ni même honnête. Mais là ça serait pire que tout. Ça n’étais plus mesquin, plus aigre ou amer, c’était juste violent, froid, dur. Son monde allait s’écrouler, sa gorge se serrer, ses muscles se nouer et l’air lui manquer. Il était son frère, et, même s’il n’était qu’un sale con à ses yeux, c’était surtout son univers à elle, son modèle, l’un de ses piliers. Il faisait partie d’un tout qui lui permettait d’avancer, de se sentir en sécurité, de rester celle qu’elle était.

Et à travers sa perte à elle, il la perdrait.

C’était le cœur lourd qu’il avait annoncé qu’une attaque avait eut lieu. Peut-être qu’il cherchait à gagner du temps dans le fond. Il aurait simplement aimé oublier tout ça, l’embrasser, oublier ses responsabilités et ce qu’elles impliquaient. Se couper du monde ne serais-ce que quelques heures. Mais non, le monde était là, cruel et brutal, il s’était insinué jusque dans chacune de ses cellules. Il le tuait à petit feu.
Mâchoires serrées, il grinçait des dents, respirant à peine, les non dits pesant sur l’air ambiant.

- Marek, tu m’fais peur, qu’est ce qui se passe ?

Tu as raison, tellement.

« Jake a disparu. »

Des mots brutaux, claquant dans l’atmosphère, déchirant le voile d’espoir qu’elle abritait encore jusque là, griffant son bel équilibre, menaçant sa réalité. Presque cynique, cette vérité venait de la blesser comme elle l’avait rarement été. Il voyait presque le vide s’insinuer dans son esprit, bourdonnant à ses oreilles. La recherche, l’impuissance, elle cherchait à se rassurer, à se dire que, non, ça n’était pas possible.
Si, c’est possible.

- Comment ça disparu ? Je l’ai vu il…

Non, tu ne l’as pas vu. Ou sinon il faut me le dire parce que je me ronge les sangs à fouiller le château depuis plusieurs jours sans raison et je vais étriper ce crétin. Mais pas de crétin à étriper malheureusement. Enfin, si, un bon nombre. Mais pas le bon.

- Il… C’est pas possible…

Elle pâlissait à vue d’œil, son teint, ses cheveux, son être tout entier devenait gris, pâle, transparent. Ses mains portées à son visage tremblaient alors que son souffle s’accélérait. Le choc. Comme si elle venait de se prendre physiquement quelque chose. Une grimace douloureuse apparue sur les lèvres du directeur. Il ne voyait pas ce qu’il pouvait faire mais la voir ainsi le brisait littéralement. Surtout qu’à vrai dire, oui, il aurait pu faire quelque chose. Il aurait pu anticiper. Il aurait pu se douter, savoir, prévoir. Il aurait dû être là pour certaines personnes, vérifier, protéger. Mais il avait tourné le dos, encore et encore à ceux qu’il aurait dû sauver. Son cousin, le frère d’Aileen. Il estimait à tors que certains pouvaient se débrouiller. Il espérait qu’il y avait des carrures dans le château capable de protéger les autres, ceux qui seraient plus facilement écrasés. Il savait qu’il avait des choix à faire, des choix qui ne seraient pas faciles. Et il n’avait pas pu faire comme beaucoup et courir rejoindre ses proches pour s’assurer que tout se passerait au mieux. Non, il était resté droit devant les ennemis, et il avait beuglé des autres, il avait foncé vers le danger, il avait organisé la riposte. Et, derrière, dans ses angles morts, il y en avait qui étaient tombé. Trop. Bien trop.
Et pas nécessairement là où il n’était pas.

- S’il te plait, dit moi que c’est pas vrai… S’il te plait…
« J’suis.. j’ai même pas les mots pour ça. Aileen, je suis désolé, c’est la pure vérité. Quand on a recensé tout le monde, cherché les disparus, compté les… enfin bref. Il n’était plus là. »

Compté les morts. Des gosses.

Ils cherchaient à les affaiblir, à leur faire peur, à montrer qu’ils étaient sans pitié. Et sans pitié, ils l’étaient. Ça n’était pas une petite attaque, c’était une volonté de tuer qu’ils avaient démontré ce jour-là. Des ordures, des raclures qui ne reculaient devant rien et tuaient des enfants pour en faire des exemples. Comme beaucoup de fumiers de leur espèce. Mais il ne le dirait pas ça. Il n’exprimerait pas ses peurs, ses souvenirs, les tortures qu’il avait vécus et qu’il craignait pour le frère de celle qu’il aimait. Il ne pouvait pas parler de ça, parce qu’il espérait qu’elle ne réaliserait pas certaines choses, qu’elle n’y penserait pas, que ça ne la hanterait pas toutes les nuits.

- Il peut pas… C’est pas… Marek… C’est pas…

Déglutissant avec difficultés, il s’était approché d’elle alors qu’elle semblait chercher quelque chose du regard. Il craignait qu’elle ne s’écroule. Un bras passant derrière ses hanches, il vint chercher, hésitant, sa main pour la serrer dans la sienne.

« C’est peut-être pas… Il a peut-être profité de tout ce bordel pour sortir, il n’y a peut-être aucun rapport avec les Supérieurs. Il va… ça va aller, c’est un grand garçon, il sait se débrouiller. Ça ira bien.. »

Tu n’as pas le droit de lui dire ça Logan. Tu n’as pas le droit de lui promettre que ça ira alors que ça n’est probablement pas le cas, tu le sais ça ??

Oui, il le savait. Il le savait et, pour une fois depuis plusieurs mois, il cédait lâchement à la facilité. Il aurait tellement pu le lui ramener, pouvoir affirmer que tout allait bien se passer, ne pas faire de suppositions hâtives comme ça. C’étaient des paroles vides et il le savait très bien. Mais elle avait peut-être besoin d’entendre ça non ? Non, peut-être pas, il n’en savait rien. C’était ce que les autres disaient généralement. Alors il reproduisait ça. Oui, pour une fois, il cherchait réellement à l’épargner, à ne pas être aussi dur qu’il en avait l’habitude. Il y avait trop eu en trop peu de temps pour qu’il lui fasse ça. Elle risquait trop pour qu’il lui impose des réponses trop honnêtes.

« Viens-là, viens t’assoir. »

J’ai peur que tu tombes là, vraiment.

Sa main se raffermie sur sa hanche, la forçant à se déplacer jusqu’à un fauteuil posé dans un coin de la pièce. Un fauteuil qui l’avait vu dormir de nombreuses fois, penché sur ses dossiers, sur des échafaudages de plans, des papiers chiffonnés répartis tout autour de ce malheureux meuble.

« Assis-toi.. »

Il l’y avait incité avant de tirer une chaise pour s’assoir face à elle, ne sachant trop quoi faire d’autre.
Quelqu’un a-t-il un manuel de la compassion ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Noires Ailes... Noires Nouvelles - Pv (flashback)   Jeu 14 Mai 2015 - 11:37

« Jake a disparu. »

Ces mots, la jeune femme avait l’impression qu’ils tournaient en boucle depuis qu’il avait eu le malheur de les prononcer. Ils résonnaient, encore et encore sans qu’elle n’en saisisse réellement l’impact tant la réalité lui était violente. Elle avait beau tenter de se rassurer, tenter de se convaincre qu’elle avait vu son visage, ses mimiques dans la salle commune en arrivant elle y arrivait de moins en moins. La jeune femme ne s’était pas assise lorsqu’il le lui avait demandé, elle aurait sûrement dû car ses jambes la supportait à peine alors qu’elle pâlissait chaque seconde un peu plus, comme si son sang ne circulait plus, comme si l’oxygène ne parvenait plus à alimenter ses organes. C’était une sensation de vide immense qui la gagnait et qui la submergeait.

« J’suis.. j’ai même pas les mots pour ça. Aileen, je suis désolé, c’est la pure vérité. Quand on a recensé tout le monde, cherché les disparus, compté les… enfin bref. Il n’était plus là. »

Plus là, compté les… les quoi ?! Les corps ?! C’était trop violent, tellement inimaginable qu’elle n’arrivait pas à l’accepter, ni même à le comprendre. Ne pas avoir été présente au moment des faits ne l’aider pas, elle débarquait de son petit cocon et le retour à la réalité était un poil trop brutal. Son monde venait de basculer en l’espace de dix minutes à peine. Comment tout pouvait s’effondrer aussi vite ?! Se sentant limite nauséeuse, la jeune métamorphomage avait apprécié de le sentir présent à ses côtés, lui offrant un certain soutien non négligeable alors qu’elle ne savait même plus comment marcher. La belle ne l’avait donc pas repoussé tandis que son bras enserrait sa taille pour l’empêcher de s’effondrer.

« C’est peut-être pas… Il a peut-être profité de tout ce bordel pour sortir, il n’y a peut-être aucun rapport avec les Supérieurs. Il va… ça va aller, c’est un grand garçon, il sait se débrouiller. Ça ira bien.. »

Ça irait… la Serdaigle s’appuyait sur ces mots alors qu’il la guidait et l’incitait à s’asseoir sans qu’elle n’oppose la moindre résistance là-encore.

« Viens-là, viens t’assoir. »

Un tas de scénario se bousculait dans sa tête sournoisement, noyant le peu de raison qui l’animait en cet instant, comblant ce vide pour la perdre un peu plus encore.

« Assis-toi.. »
- Com… Aucun rapport avec eux ? Tu es sérieux ? Comment tu peux me dire un truc pareil ?

Comment tu peux me regarder en face et me dire que ça n’a aucun rapport avec les Supérieurs alors qu’ils ont attaqué le château ?!!! Elle paniquait clairement.

- Tu… Marek tu le crois capable de disparaitre sans laisser la moindre trace ? Sans donner le moindre signe de vie ?!

La voix nouée, la jeune femme s’était redressée, juste assez pour ne pas paraitre complètement effondrée, mais bien incapable de se relever maintenant qu’elle était assise même si de toute évidence, l’état de choc semblait passer laissant place à l’incompréhension face à la situation.

- Il est peut-être blessé quelque part ?! Tu as fouillé tout le château ? Il y a forcément une explication… Il peut pas… Marek il est forcément quelque part ici… Et… Et… Jake n’aurait pas fui…

L’idée même qu’il puisse être en train d’agoniser dans un coin du château la brisait d’autant plus. Et qu’il puisse imaginer une minute que ce n’était qu’un lâche sautant sur l’occas’ pour se barrer rendait la chose plus amère encore.

- Pourquoi tu l’as laissé rester ici… Tu le détestes… Pourquoi tu l’as pas viré quand tu en as eu l’occasion ?

C’était idiot de sa part de le juger, d’autant qu’il devait déjà se sentir mal mais c’était la panique qui l’incitait à trouver des coupables alors que les seuls responsables avaient fui le château après l’avoir endeuillé un peu plus encore. Quelque part, elle rejetait la culpabilité sur d’autre pour ne pas se sentir elle-même coupable ce qui ne tarderait forcément pas à arriver. Lâchant sa main, elle avait bien tenté de se relever, mais la jeune métamorphomage en avait été incapable tant tout cela la tuait à petit feu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Noires Ailes... Noires Nouvelles - Pv (flashback)   Mer 20 Mai 2015 - 23:54

Comment annoncer un truc pareil ? Comment faire pour que les choses se fassent de la manière la plus douce possible ? Il n’y avait pas de solution, pas de possibilité, pas d’échappatoire. L’annonce était dure, violente et elle dissimulait une réalité plus âpre encore. La vérité, c’était que s’il n’était plus là, c’était que les Supérieurs l’avaient et, dans cette explication, encore valait-il mieux qu’il soit décédé. Qu’est-ce que cela pouvait donner au juste ? Logan le savait, il avait passé plusieurs heures en leur compagnie, il avait déjà expérimenté leurs techniques. Et Jake… Jake était finalement une bonne cible. Non seulement il était le frère de celle qu’il aimait, ce qui mettait en péril sa stabilité émotionnelle, mais en plus, il était proche d’un certain nombre de membres du conseil, s’il était possible de parler ainsi. Pire encore, il en savait un rayon sur lui, mine de rien. Bref. Stabilité, connaissances techniques, stratégiques et personnelles. Et il n’avait pas pensé une seconde qu’il pouvait faire partie des membres dangereux qui siégeaient innocemment autour de lui. Il n’avait donc jamais imaginé qu’il pouvait être une cible. Alors, non, pas à un seul moment de toute l’attaque il n’avait pensé à lui. Pas plus qu’un autre du moins. Non, il ne l’appréciait pas, ok, d’accord. Mais ça n’était pas pour autant qu’il souhaitait sa mort, ou pire. Surtout vu l’état dans lequel cela mettrait Aileen. Mais, non, pendant l’attaque, il n’avait pas imaginé qu’un tel scénario puisse se produire. Ça n’était qu’une fois la tension redescendue, une fois qu’ils en étaient tous à réparer les dégâts, à faire le compte des blessés, des morts, des absents. Et par absents, oui, ils pensaient : perdus quelque part dans un coin du château, ou dans la forêt. Pas enlevés. Ça lui avait rapidement traversé l’esprit mais il leur avait fallu à tous un long moment avant de se rendre à l’évidence. Après avoir fouillé le château de fond en comble.

Doucement, il avait amené Aileen à s’assoir, mâchoires serrées, conscient qu’il s’y prenait probablement comme un manche mais totalement démuni face à la souffrance de la jeune femme. Oui, il avait parfois été rude et il lui était arrivé de lui balancer des paroles acerbes dont elle avait besoin pour se bouger un peu, se reprendre, passer à autre chose et recommencer à vivre en cessant de se morfondre sans arrêt. Mais là ça n’était pas le sujet. Bien évidemment, non, il ne comptait pas réagir comme ça, parce qu’ils étaient dans une toute autre situation et que… pas que sa peine soit justifiée cette fois et pas la dernière mais… la situation était différente, voilà tout. Alors, pendant quelques secondes, il avait apprécié la sensation de la sentir s’accrocher à lui alors qu’il l’approchait près du fauteuil. Une impression de compter, encore un peu avant l’arrivée de la colère. Avant qu’elle ne comprenne qu’il n’avait pas protégé son frère pendant l’attaque. Avant qu’elle ne trouve en sa personne l’image d’un responsable. Avant que tout ne s’écroule. Et qu’il la perde.

- Com… Aucun rapport avec eux ? Tu es sérieux ? Comment tu peux me dire un truc pareil ?

Et ça n’avait pas tardé.

Ses paupières s’étaient fermées une seconde. En soit, elle avait raison, cette phrase était débile, et il en avait parfaitement conscience. D’ailleurs, il ne l’aurait clairement pas accepté si on la lui avait servis sur un plateau, telle une incantation salvatrice à coup de ‘ça ira’. Non, ça n’ira pas. Et non, rien de ce que tu dis pour tenter de la rassurer n’est logique. Mais tu sais qu’elle ne marche pas comme toi. Et t’as tenté. C’est rare d’ailleurs.

- Tu… Marek tu le crois capable de disparaitre sans laisser la moindre trace ? Sans donner le moindre signe de vie ?!
« Non.. Mais on ne sait pas ce qui a pu se passer, pas besoin de tirer des conclusions hâtives. »

Et, oui, non, il n’avait pas le droit de lui dire que tout allait s’arranger, surtout s’il ne le croyait pas. Mais, pour une fois, il tentait bêtement ce qu’il avait pu entendre à droite et à gauche, essayant d’adopter une posture rassurante, humaine. Une de celles qui ne lui allaient pas et dans lesquelles il se sentait aussi gauche qu’à l’étroit.
De toute façon, manifestement, ça ne marchait pas.

Elle le fixait avec cet air révulsé, furibond, l’expression même de la panique qui s’exprime par les quelques pauvres voies qu’elle trouve encore à sa disposition. La colère en premier lieu, l’incompréhension, la rationalité parfois aussi.

- Il est peut-être blessé quelque part ?! Tu as fouillé tout le château ? Il y a forcément une explication… Il peut pas… Marek il est forcément quelque part ici… Et… Et… Jake n’aurait pas fui…
« On a fait fouillée l’école, les alentours. Sovahnn a ratissé la forêt interdite avec d’autres élèves, professeurs et gardiens. Les passages également… Il n’est pas ici Aileen. »

Enzo non plus. Au passage.
Mais pas besoin d’en rajouter.

Elle avait mit tellement de temps à apparaitre, elle. Peut-être que d’autres portés disparus finiraient par montrer le bout de leur nez aussi. Peut-être qu’il était parano et extrémiste dans ses suppositions.
Peut-être que Jake s’était fait enlevé par la fée des dents aussi.

« J’ai jamais insinué qu’il avait pu fuir. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé.. »

Parce que, non, le frère de la jeune femme n’avait rien d’un lâche. Un idiot, oui. Une personne à la réflexion manifestement très longue et aux prises de décisions franchement douteuses aussi. Mais pas un lâche.
Il n’aurait jamais été ici sinon. Et il n’aurait pas été au front. D’ailleurs, s’il en avait été un, il n’aurait probablement pas disparu.

Une question muette le taraudait à ce sujet : sa résistance à la douleur approchait-elle celle de sa sœur ?
NB : A ne pas demander.

- Pourquoi tu l’as laissé rester ici… Tu le détestes… Pourquoi tu l’as pas viré quand tu en as eu l’occasion ?
« Parce que je respecte ses choix, tout simplement. J’ai pas à choisir de la destinée des uns ou des autres, ça ferait beaucoup à gérer.. »

Non, mauvaise idée l’humour.
Et, en plus, oui, il y avait cette rancœur de se dire que, merde, il ne pouvait prendre des décisions sur l’existence des uns et des autres car il n’en aurait probablement pas fini. Et il avait largement assez de remords et de regrets comme ça, en rajouter une couche n’avait qu’un intérêt très limité à son avis.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Noires Ailes... Noires Nouvelles - Pv (flashback)   Dim 31 Mai 2015 - 18:31

Si jusqu’ici la jeune femme encaissait comme elle pouvait la nouvelle, elle peinait à comprendre comment tout ça avait pu arriver… Comment tout avait pu basculer en si peu de temps. Pourquoi s’en prendre à lui, plutôt qu’un autre, pourquoi le faire disparaitre ? Cette incompréhension la perdait dans des suppositions dont elle n’était même pas maîtresse ! C’était insensé, et sa façon de réagir à lui l’était tout autant. Il se montrait compatissant, ne la brusquait pas, lui glissait des mots pour qu’elle tente de garder espoir mais tout ça sonnait tellement faux. Elle n’était pas stupide, et savait parfaitement que tout ça avait un lien avec les tarés qui avaient occupé l’école durant deux années.

« Non.. Mais on ne sait pas ce qui a pu se passer, pas besoin de tirer des conclusions hâtives. »

Pas de conclusions hâtives, c’est vrai… Après tout il n’y avait aucune preuve allant dans ce sens… Rien qui indiquait qu’il était actuellement aux mains de ces gens. Alors sans conviction, elle tentait de s’appuyer sur ses paroles, tentait de boire ses mots et de s’en gaver pour tenir le choc mais ça ne suffisait pas. Et elle paniquait, se raccrochant à ses maigres espoirs, comme s’ils n’avaient pas tenté ces chemins avant d’en arriver là.

« On a fait fouillée l’école, les alentours. Sovahnn a ratissé la forêt interdite avec d’autres élèves, professeurs et gardiens. Les passages également… Il n’est pas ici Aileen. »

Sa tête lui tournait au fur et à mesure que la réalité s’incrustait dans chacun de ses pores. Si elle ne se contrôlait pas un minimum, elle aurait certainement cédé à la nausée qui lui nouait l’estomac depuis son entrée dans la pièce.

« J’ai jamais insinué qu’il avait pu fuir. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé.. »

L’Ecossaise n’entendait plus vraiment, elle nageait certainement en plein cauchemar, c’était la seule explication rationnelle à tout ce carnage émotionnelle.

- Y a forcément une explication… c’est insensé… Pourquoi… Pourquoi on chercherait à l’enlever ? Ca n’a pas de sens… Il n’a aucune influence ici…

C’était plus un murmure à elle-même qu’une réelle réponse à sa remarque, le côté rationnel, la métamorphomage l’avait perdu depuis un moment.

- Pourquoi tu l’as laissé rester ici… Tu le détestes… Pourquoi tu l’as pas viré quand tu en as eu l’occasion ?
« Parce que je respecte ses choix, tout simplement. J’ai pas à choisir de la destinée des uns ou des autres, ça ferait beaucoup à gérer.. »

Un rire amer venait de passer ses lèvres, elle l’accablait de tous ses maux parce qu’il était celui qui lui avait porté la nouvelle. Il avait le mauvais rôle dans l’histoire, une fois de plus alors qu’il n’y était pour rien, juste parce qu’il avait choisi d’assumer ce rôle auprès d’elle. Elle l’accablait pour ne pas se sentir coupable de l’avoir incité à rester auprès d’elle… Parce que c’était plus simple comme ça et qu’elle avait mal. Prenant sur elle, la jeune femme s’était levée, lui tournant le dos alors que son esprit s’emplissait de questions auxquelles personne ne pourrait répondre.

- Ils étaient où ?! Les « gardiens »… Ceux qui étaient censés protéger le château ? Comment ça a pu arriver, il était pas censé être en première ligne… Il était pas là pour ça, il…

Il n’aurait pas dû être là et la jeune femme en était parfaitement consciente, s’il était resté c’était pour la protéger elle, pas pour plaire à Logan ou pour jouer les sauveurs du monde… La jeune femme était en grande partie responsable et l’admettre la briserait plus encore qu’elle ne l’était déjà.

- Depuis quand tu respectes ses choix, Marek ?! Tu l’as toujours considéré comme un imbécile…

Le début de son discours était emprunt de colère et de rage mêlée… Se laissant presque emportée, la jeune métamorphomage frôlait l’ébullition, se rapprochant de lui, elle l’avait frappé, mais pas violemment non, c’était plus pour expier son mal être alors que sa gorge se nouait chaque seconde un peu plus.

- Tu aurais dû l’obliger à partir… T’aurais pas dû le laisser…

La fin était juste venue mourir entre ses lèvres alors qu’elle laissait finalement ses larmes franchir la frontière qu’elles n’avaient jusqu’ici pas franchies. La belle craquait, cédant peu à peu du terrain quant à cette peine qui la submergeait. Les vannes ouvertes, c’était un sanglot qui l’avait achevée alors qu’elle se laissait glisser, meurtrie.

- Il n’est plus là…

Triste réalité qu’elle se prenait en pleine face.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Noires Ailes... Noires Nouvelles - Pv (flashback)   Ven 12 Juin 2015 - 12:28

- Y a forcément une explication… c’est insensé… Pourquoi… Pourquoi on chercherait à l’enlever ? Ca n’a pas de sens… Il n’a aucune influence ici…

Non, il n’en a aucune et pourtant, oui, cela a un sens. Car il est ton frère. Cela, pourtant, Logan n’avait aucune envie de le mentionner, aucune envie de l’accabler plus qu’elle ne l’était déjà. Aucune envie de bousculer plus encore ses convictions, ses angoisses, ses remords, ses espérances. Parce que ça lui ferait plus de mal que de bien de comprendre la vérité, de savoir pourquoi lui et pas un autre. Parce qu’il n’y avait pas eu tant de disparus que ça. Pas d’envolés, de fantômes. Trois, à priori. La fin de la journée le dirait mais, jusqu’ici, ils étaient trois. Et il ne pouvait que se dire que Jake n’avait pas été prit au hasard. S’en était fait. Ils savaient. Ils étaient au courant pour eux deux, du moins, ils s’en doutaient fortement. Assez pour enlever un témoin. Assez pour chercher la vérité. Pour démêler le vrai di faux et tenter de trouver une arme de plus. Un levier pour faire tomber Poudlard. Et si les sortilèges et les murs sont solides, les Hommes, eux, ne le sont pas. Faites donc tomber les Hommes, et vous aurez la forteresse. C’était d’ailleurs probablement ce qui se passait également au sein du Magistère. Et, là, ils auront tout le pouvoir. Si ça n’était pas déjà fait.
Du moins pouvait-il se réjouir de savoir que Jake ne savait finalement rien sur eux. Tout ce qu’il pourrait exprimer, c’était la haine qu’il éprouvait à son propos, et affirmer d’autant plus qu’il en était de même pour sa sœur.
Mais à ne pas leur donner ce qu’ils cherchaient, il les frustrerait, il les agacerait, les énerverait, et tout se retournerait contre lui.
Non, ça n’était pas une si bonne chose.

Alors, devant telle question, il ne sut que rester muet. Muet et attendre.
De toute façon, qu’y avait-il d’autre à faire ? Que pouvait-il au juste pour l’aider, elle et sa détresse ? Pas grand-chose du moins de son point de vue.
Il ne savait pas faire ça. Il ne savait pas…

- Pourquoi tu l’as laissé rester ici… Tu le détestes… Pourquoi tu l’as pas viré quand tu en as eu l’occasion ?
« Parce que je respecte ses choix, tout simplement. J’ai pas à choisir de la destinée des uns ou des autres, ça ferait beaucoup à gérer.. »

La jeune femme se mit à rire, déclenchant une grimace à peine perceptible sur son visage. Il n’y avait pas grand-chose de comique là dedans. Juste de l’amertume, de la souffrance et une once de dédain qu’il ne pouvait s’empêcher de sentir, de prendre comme une baffe. Une de  plus.

Alors elle avait finit par se lever, lui tournant le dos, comme si toute sa gestuelle ne faisait que chercher à l’éloigner un peu plus. Il n’y avait plus de recours de toute manière. Plus après ce qui venait de se passer, pas alors qu’il prenait ce rôle là pour elle. Celui de l’homme qui a laissé son frère se faire enlever. Disparaitre. S’en aller.
Celui de l’homme qui l’a enterrée dans une sorte de solitude grotesque, d’insécurité latente, de danger susurré, lourd froid et dur. Simiesque, moqueur.

- Ils étaient où ?! Les « gardiens »… Ceux qui étaient censés protéger le château ? Comment ça a pu arriver, il était pas censé être en première ligne… Il était pas là pour ça, il…
« Il a fait ce qui lui paraissait juste, Aileen. Il est adulte, il a fait ses choix. »

Ça n’était probablement pas ce qu’il fallait dire car il aurait presque pu la voir, cette onde, ce frisson qui avait parcouru la jeune femme.

- Depuis quand tu respectes ses choix, Marek ?! Tu l’as toujours considéré comme un imbécile…

Colère, rage, haine.
Il avait accueilli le coup sans broncher, sans faire un geste pour l’éviter, sans lui balancer de regard froid en retour. Juste comme si ça devait être, tout bêtement. Il l’attendait depuis un moment de toute manière et, à vrai dire, s’étonnait de ne pas encore l’avoir reçu celui-là.
Il ne s’était pas levé, simplement tourné au fur et à mesure pour la suivre dans sa démarche. Alors il la fixait d’un air qui se voulait neutre, ne répondant pas. Pas parce qu’il ne l’osait pas, simplement parce que ça n’avait finalement pas de sens de se battre. Il se justifiait, oui, sans grande convictions, se contentant d’énoncer des vérités qu’elle n’était pas prête à attendre, à admettre, à intégrer.

- Tu aurais dû l’obliger à partir… T’aurais pas dû le laisser…

Et la rage laissait place au chagrin, s’écroulant comme un château de carte, comme la dernière muraille qui lui restait avant de sombrer. Lui n’avait fait que ça, marcher à coup de rage, avancer la haine dans le cœur. Mais ça ne lui ressemblait pas, à elle. Elle aimait trop les gens. Alors elle s’écroulait, soudainement, elle se repliait doucement sur elle-même, ses mains venant effleurer sa propre peau, cherchant un peu de réconfort là où elle le pouvait, au cœur de ce monde qui venait de la trahir, de la blesser, de l’anéantir.

- Il n’est plus là…

Un sanglot la secouait lorsqu’il se leva finalement, effleurant son visage d’une main, l’attirant à lui sans mot dire, cherchant simplement à lui offrir un peu de soutient. Et, sentant son corps trembler contre lui, il ne pouvait s’empêcher de se dire qu’elle allait le repousser, s’éloigner et, finalement, partir. Parce qu’il ne pouvait pas être celui qui avait déclenché tout ça et celui qui lui offrait un peu de réconfort. Il ne serait jamais celui qui soulage, de toute manière. Non, elle avait Takuma pour ça. Takuma qui sait panser les blessures, essuyer les larmes et donner la force d’aller de l’avant sans prendre la haine pour compagnon de route.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Noires Ailes... Noires Nouvelles - Pv (flashback)   Sam 11 Juil 2015 - 18:01

Il ne disait rien, se contentait de la regarder se perdre, se contentait de lui énoncer des vérités en en cachant d’autres. La belle n’était pas prête à réaliser que cette disparition, elle en était en grande partie responsable… Pas prête à comprendre que les craintes du nippon se confirmait peu à peu… Ils s’attaquaient à elle pour mieux l’atteindre lui et la chose avait du potentiel. Non la jeune femme n’avait pas fait ce lien, elle le ferait peut-être plus tard mais pas à chaud, pas alors qu’elle sentait cette colère monter en elle, au même titre que le chagrin commençait à prendre le dessus sur tous ses sentiments.

La jeune femme se perdait, au fur et à mesure que l’idée la gangrenait. Tout en elle semblait se vider de toute énergie et même la colère qu’elle pouvait éprouver vis-à-vis des personnes engagées pour protéger le château et ses habitants se tarissait au profit de la peine qui ne tarderait pas à la submergeait. Trop émotive, elle ne savait pas garder les choses et avancer sous peine de craquer au moindre chamboulement.

« Il a fait ce qui lui paraissait juste, Aileen. Il est adulte, il a fait ses choix. »

Un discours parfait pour rassurer une famille après le décès d’un proche en temps de guerre… Il n’a fait que son devoir et c’est tout à son honneur… Comment ce genre de mots pouvait paraitre si anodin et pourtant si lourd de conséquence. Oui son frère était adulte, oui il avait fait le choix de rester et de sûrement affronter les assaillants mais c’est tellement plus facile lorsque ce genre de mots ne vous sont pas destinés… Les mots étaient justes, mais prononcés au mauvais moment. Ils ne la rassuraient pas, la rendaient juste amère alors qu’elle aurait dû s’appuyer sur lui pour affronter l’épreuve… Au lieu de ça, elle ne pouvait s’empêcher de le juger responsable alors que son monde s’écroulait. Toujours debout, elle sentait son cœur se serrer alors qu’elle réalisait et qu’elle prononçait les mots pour la première fois… Son frère avait bel et bien disparu, tout ça était réel, douloureux mais bien réel.

Ses mains avaient doucement gagné son visage, une nausée la gagnant presque. Ses larmes abondaient, silencieuses dans un premier temps et c’était un sanglot qui l’avait secouée, puis un autre alors qu’il venait la rejoindre. Sa main contre sa joue, son corps contre le sien, elle aurait pu se laisser aller… Laisser sortir sa peine et se nourrir de sa chaleur. Au lieu de ça, elle s’était éloignée, plus perdue que jamais entre ses sentiments pour lui et sa peine qu’il lui rappelait sans cesse.

- Laisse-moi…

Son monde venait de s’écrouler, son sourire n’était plus et elle avait du mal à se rappeler que dix minutes plus tôt, elle était dans les bras de sa mère à lui promettre que Jake saurait veiller sur elle comme il l’avait toujours fait.

- C’est de votre faute tout ça…

A toi… A Ismaelle… A ceux qui étaient sensés nous protéger… Sa voix était nouée, ses yeux embués alors qu’elle se tenait à distance de lui. Ca n’était pas de la haine, parce que non elle ne le détestait pas, juste de l’amertume ! Sans dire un mot de plus, elle fuyait ressentant ce besoin d’air pour mieux s’effondrer plus tard. La jeune Serdaigle était sortie, supportant à peine le remue-ménage à l’extérieur, les sourires que certains arboraient la rendaient juste plus acides. Ses pas l’avaient naturellement menée vers sa salle commune, seul refuge à ses yeux même si elle n’était pas certaine d’y trouver le moindre réconfort pourtant elle avait cherché Takuma du regard, instinctivement sans se poser de questions. Parce que lui saurait lui faire garder la tête hors de l’eau et la rassurer.

Say something, I’m giving up on you
And I’m sorry that I couldn’t get to you

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Noires Ailes... Noires Nouvelles - Pv (flashback)   Mer 22 Juil 2015 - 12:04



Il n’avait jamais voulu ça. Ces responsabilités, être en première ligne. Il n’avait jamais cherché à être cette personne-là, bien au contraire. Il s’était mis à l’écart, ne s’était pas prononcé. Toute sa vie, il avait cherché à s’éloigner des autres car en quelques secondes, tout pouvait basculer et il se trouvait impliqué dans leurs vies plus qu’il ne l’aurait dû. Il se mettait à tout savoir, à tout ressentir,  à connaître leurs secrets, à faire partie de leur existence alors qu’il ne l’avait jamais souhaité. Alors il s’était éloigné des autres, encore et encore.
Jusqu’à ce que ça bascule de nouveau. Qu’il s’implique. Qu’il s’attache. Qu’il se sente concerné. Parce que oui bordel, il s’était senti concerné par ces gosses, par ces vies mises à mal. Assez pour prendre partie, assez pour monter aux créneaux, pour s’impliquer. Et se bousiller par la même occasion. Il était entré dans la spirale, une nouvelle fois. Lui qui avait fuit l’humanité semblait à présent porter sa survie sur ses épaules. C’était faux, et narcissique. Il le savait bien. Mais est-ce que ça comptait ? S’il prenait les mauvaises décisions, c’était eux qui en paieraient le prix. Eux, lui.
Il est beaucoup plus simple de haïr les Hommes sans les connaître. Il est bien plus aisé de dénigrer leur importance quand leur santé ne dépend pas de vos décisions. Et là ils avaient trébuché. Il l’avait fait. Une erreur, plusieurs peut-être. Et cela coûtait tellement. Tellement trop. Le sort de plusieurs êtres, de ceux qu’il connaissait. A présent, cela semblait si ardu d’éprouver quelques sentiments négatifs à leur égard.  

Pire encore dans tout ça, s’il était le visage de la résistance, il en était aussi la cible principale. Or il savait depuis bien longtemps maintenant que le meilleur moyen de faire plier un Homme est de s’en prendre à ce qui lui est le plus cher. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, non, ça n’était pas sa propre existence ni sa fierté qui lui tenaient le plus à cœur. De toute évidence, ils l’avaient compris. Sinon Jake serait encore ici.
Ils attaquaient. Ils le privaient doucement de chacun de ses repères. A faire tomber les piliers, ils le briseraient. Pour ouvrir Poudlard.
Une fois qu’il serait tombé, ou avant, ce serait au tour de ceux qui seraient encore capables de garder les portes fermées. Ismaelle en premier lieu.

Il leur avait donné la clef. Lui et ses faiblesses. C’était donc le chaos qu’il voyait à présent miroiter dans les larmes d’Aileen.
Médiocre ! Faible ! Parce que merde, il le savait ! Il savait qu’il ne pouvait l’aimer comme il le faisait. Il savait qu’il ne pouvait lui donner autant d’importance car ça la tuerait. Car elle serait la première à trinquer, et c’était dès à présent déjà le cas. Et pourtant il ne pouvait s’empêcher de se rapprocher d’elle, de tenter de l’apaiser, d’essayer – maladroitement – de faire quelque chose pour sécher ses pleurs. Il le savait depuis le début. Ça ne mènerait nulle part. Ça n’était même pas censé se faire, il n’y avait aucune raison à ça. Et il lui ferait plus de mal qu’autre chose, c’était toujours le cas, c’était dans le contrat, dans le deal. C’était ce qu’elle avait voulu lui faire. Mais c’était elle qui y perdait à présent. Et il se haïssait tellement d’être aussi incapable ! D’avoir eu juste et de ne pas avoir été capable de la garder loin, de faire les choses bien. Non, il l’avait laissée se prendre le mur, les coups. Il l’avait laissée entrer dans ce cercle vicié qui tournait inlassablement autour de lui. Tout ce qui l’entourait était malsain, depuis le départ et jusqu’à la fin de son existence. Merde, elle avait déjà assez souffert, combien lui faudrait-il de piqures de rappel ?

Elle partait de toute façon. Tout son corps le lui soufflait. Elle s’éloignait, le repoussait, il la révulsait, faisait naitre en elle la haine. C’était là ses derniers instants auprès d’elle et il le savait parfaitement.

Le pire dans tout ça, c’est que ça ne servirait probablement à rien pour la protéger. Il la perdait, et elle restait en danger.

- Laisse-moi…

S’ils juraient de la laisser sauve au prix du reste des gosses de ce château, est-ce qu’il laisserait faire toutes ces atrocités ? Est-ce qu’il ploierait le genou rien que pour gouter l’espoir fou de la savoir en sécurité ?

Quelques pas l’avaient éloignée de lui et son regard brulait de chagrin, pire, d’aversion.
Courant sur sa peau, le souvenir de la chaleur de son corps faiblissait déjà.

- C’est de votre faute tout ça…

Elle s’était détournée, chaque pas la séparant à jamais de lui.

« Je sais… »

Elle passait la porte, se fermant à lui. Décision sans appel. Perpétuité déclarée.
Et il n’avait pas bougé.
Pas un pas pour la retenir, car il n’en avait ni le droit ni la possibilité. Mais tellement l’envie.

Il ne se rendit compte qu’à cet instant qu’il avait bloqué son souffle, cessé de respirer pendant quelques instants. Se laissant tomber dans un fauteuil, il était venu se pincer l’arrête du nez comme dans un reflex rassurant. Mais la migraine ne partirait pas tout de suite.
Rapidement, ses doigts étaient venus frotter ses paupières et c’était recouvert de larmes qu’ils avaient glissés, inefficaces.

L’instant suivant, c’était la rage qui explosait. Dans un hurlement, il était venu jeter le premier objet qui lui passait sous la main.

Pour la première fois de sa minable existence, Marek sentait qu’il avait simplement perdu ce qui comptait vraiment.

- The End -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Noires Ailes... Noires Nouvelles - Pv (flashback)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Noires Ailes... Noires Nouvelles - Pv (flashback)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Noires ailes, noires nouvelles. »
» Les ailes noires, telles une vision funeste se déploie [Marie Turner]
» Les ennemis d'Humanydyne
» Erza Scarlett, "La reine des fées"
» Les femmes noires au pouvoir ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée. :: ─ Grande salle-
Sauter vers: