AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Look How Far We've Come ▬ Logan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Look How Far We've Come ▬ Logan   Dim 12 Avr 2015 - 20:57

Mercredi 28 Janvier 2015 – Vers 3h du matin
Look How Far We've Come  



Logan & Enzo, entre autres

Alors ça y est, c'est la fin ? Est ce que c'est la fin de ce putain de délire ? J'en sais rien, je crois que mon cerveau s'est juste totalement arrêté de fonctionner et ce transplanage me donne l'impression de durer des heures alors qu'en réalité il s'agit tout juste de seconde. J'ai le cœur qui bat à tort et à travers lui par contre, irrégulier, rapide, près à exploser, et je me rends compte que je n'ai aucune idée de l'endroit où je vais atterrir. On s'est contenté de courir, on s'est à peine regardé et surtout on n'a absolument pas parlé alors non, j'en sais rien, je sais pas où Derek a décidé de nous emmener. Il aurait pu me laisser derrière lui, simplement transplaner où il voulait et me laisser en faire autant parce qu'il sait que désormais je maitrise ce sortilège au moins pour moi mais il a eu ce geste qui me conforte dans l'idée que c'est peut être pas totalement foutu pour nous deux. Il m'a pas abandonné, il m'a emmené avec lui. Oui, mais où ? Je ne sais absolument pas ce qu'il se passe dans sa tête, pour moi c'est évident que la destination première est et restera Poudlard mais mes raisons et motivations sont bien personnelles … Tout ce que je sais c'est que je fini par ne plus sentir sa main sur mon bras, mais ce que je sens plutôt bien en revanche c'est le sol … L'atterrissage foiré par excellence, avec toute la puissance du sortilège, et je m'écrase violemment par terre pour finalement rouler sur quelques mètres encore avant de m'arrêter, totalement sonné. Il fait nuit, donc a priori on n'a pas changé d'hémisphère, et il fait froid donc ça n'est définitivement l'Australie. Oui ce sont mes premières pensées alors que je reprends mes esprits. Derek est debout, il gère clairement mieux que moi mais a plus de pratique donc ça n'a rien de très étonnant sans vouloir dénigrer ces capacités. Au contraire. Il est doué en Magie et doué en cours, là dessus je n'ai rien à redire. D'ailleurs je n'ai rien à dire sur rien, pas en ce moment, tout ce qui m'intéresse c'est de savoir où je suis. Trop de nuage, pas de Lune visible, quelques étoiles, et de l'herbe humide sous moi. Des odeurs familières, un endroit familier. A quelques mètres de nous se tient un immense portail de fer forgé et mon cœur repart de plus belle dans sa course folle.

Poudlard.

Je me relève presque au ralentis, sans jamais lâcher du regard ce portail que je n'aurai jamais cru être aussi content de revoir un jour et quand ma contemplation silencieuse se passe je me retourne vers Derek qui a déjà sa baguette en main, un Lumos pour éclairer devant lui.

« Merci. »

Je crois que c'est le premier mot qu'on échange depuis un long moment et je ne sais pas s'il l'a fait pour moi ou pas mais dans le doute … De toute façon ça sort naturellement et l'instant d'après nos instincts de survie combinés se remettent en marche. Je craque mes os, la chute brutale m'a quand même pas mal sonné et j'ai deux trois douleurs distinctes mais ça ne m'empêche pas de courir vers le portail tout en sachant qu'il n'est bien sur pas ouvert. Les coups d'œil en arrière ne sont pas rare, je me dis que dès l'instant où ils vont se rendre compte qu'on n'est plus là et s'ils nous cherchent ils commenceront par là, non ? Amelya traverse mes pensées, j'ai une boule dans la gorge en me disant qu'elle a pris un tel risque pour nous même si je ne peux pas m'empêcher de penser qu'ils ne lui feront rien.

On est à deux mètres du portail quand un flash de lumière nous éblouie et nous arrête tous les deux, main devant les yeux, grognement indistinct, et puis les silhouettes se dessinent, les voix s'élèvent de l'autre côté des grilles.

« Déclinez votre identité. »

Des Gardiens. C'est une évidence mais trop occupé à m'inquiéter du danger qui viendrait potentiellement de l'extérieur et de derrière nous je n'ai pas pensé aux autres obstacles. Bon élève, malgré le ton formel et autoritaire qui a tendance à hérisser le poil de Loup, je m'exécute et mon frère en fait autant même si je me doute qu'il n'en pense pas moins.

« Enzo Ryans. Gryffondor. 6ème année. »

Désolé, je n'ai pas mes papiers sur moi. En réalité, je n'ai rien sur moi si ce n'est mes vêtements, ce qui en soit est déjà pas mal. De l'humour, vraiment ? Je pense qu'on pourrait plutôt qualifier ça de cynisme en réalité mais ça n'est pas la question. Ils ne réagissent pas, j'avance jusqu'à la grille conscient qu'elle est comme tout le reste de l'enceinte de l'école protégé par un sort et constate qu'ils sont deux, un troisième un peu plus loin, en retrait. Visage plus ou moins familier. Aucune importance. Ils n'ont absolument pas la moindre importance.

« Ouvrez. »

Toujours pas de réaction. Ils sont là, baguettes braquées vers nous avec leur Lumos qui nous aveuglent, entrain de nous détailler de la tête au pied et je sens ma patience qui s'effrite dangereusement. Prends sur toi Enzo, prends sur toi … Mais c'est trop tard, j'ai l'impression que tout explose, j'implose, et je me vois attraper les grilles violemment en tirant dessus comme un fou, comme si ça pouvait changer quoi que ce soit.

« Ouvrez cette grille putain ! »

J'ai beau savoir que ça ne plaide pas en faveur de notre cause, que ça n'aidera pas dans le processus bien au contraire, je crois que je ne suis juste plus capable de garder mon calme. Trop de pression, trop d'enjeu, et les coups d'œils vers l'arrière ne cessent pas. Je suis malgré les apparences à l'affut du moindre bruit, du moindre mouvement. Il est hors de question que je retourne là bas ...

« On peut savoir ce que vous faites à l'extérieur du château ? »
« Un marathon, on s'ennuyait. »

Tu n'as pas perdu ta réparti jeune homme … Mais rappelle toi, ça n'aide pas, alors calme toi.

« C'est pas franchement volontaire au cas où ça ne serait pas assez évident. »

Quelqu'un a remarqué qu'on n'était pas là depuis un mois ou … ? Ok. Stop. Devenir amer et en colère ne changera rien, se tromper de cible non plus, mais les concernant ça n'a pas d'importance au risque de me répéter. Sauf que leur manque de réaction commence à me rendre dingue, et j'en suis à reculer d'un pas et pointer du doigt celui qui a pris la parole, les pupilles probablement complètement dilaté et un grondement sourd qui me bloque la gorge. Le regard que je lui jette n'a strictement rien de bienveillant, c'est plutôt clair.

« J'retiens bien les visages, j'te jure que si on n'entre pas et qu'on nous embarque je reviendrais et je m'occuperais de toi. »
« Des menaces ? »
« C'est pas assez clair peut être ? »
« De qui est ce que tu parles ? Qui va vous embarquer ? »

Les tremblements s'en mêle, mauvais signe chez les Ryans. Cette question est légitime et pourtant à aucun moment je n'envisage d'y répondre. On va sérieusement jouer à qui soutiendra le regard de l'autre le plus longtemps ?

« Seul le Directeur décide de qui entre ou qui sort de cet endroit. »
« Eh ben va le chercher putain ! Logan, Ismaelle, Merlin même si tu veux mais tu vois pas qu'y a urgence là ?! »

T'as raison, sors le Dirlo de son lit à 3h du matin ...

Les bonnes manières passent à la trappe, clairement, et ça n'est pas comme ça que j'ai été élevé mais comment dire qu'actuellement toutes ces conneries me passent au dessus de la tête ? J'veux juste pas retourner là bas, ou n'importe où ailleurs. J'ai besoin de savoir, d'être fixé, et de retrouver ma vraie famille. Maintenant. Alors bouge toi et ouvrez ces putains de grilles. Je sais que je ne suis pas rationnel, qu'ils font juste leur boulot et qu'ils le font probablement très bien, que c'est leur rôle de ne pas laisser entrer n'importe qui et qu'ils ont raison de réagir comme il le font mais là ... Non, j'peux plus garder mon calme. Pas si près du but. Pas devant un tel enjeu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Look How Far We've Come ▬ Logan   Dim 3 Mai 2015 - 19:27

Un hurlement perce la nuit, il lui faut un certain temps avant de comprendre qu’il ne s’agit de rien d’autre que son propre cri. Le sol de pierre froide se voit accueillir des gouttes de sang.
« Va chercher son frère. »
Il n’aura même pas vu le corps. Pourtant, là, en cet instant, alors qu’il se redresse, ses poignets bloqués par des chaînes, ça n’est pas les quatre Supérieurs qu’il s’attendait à découvrir mais bien les morts. Ces hommes, ces gosses là, livides devant lui, et sa respiration qui s’accélère. Les chaînes sont toujours là, pourtant la pièce n’est plus celle où on l’avait amené lors du règne des Supérieurs. Ça n’est plus cette scène qui a tout changé, ce passage de sa vie qui l’a définitivement retourné contre les Supérieurs, qui lui a fait jurer leur perte. D’ailleurs, il ne s’agit plus d’un lieu connu. C’est simplement … juste un support. L’important, c’est leur visage, leur regard accusateur, leur rétines pâles, voilées. Il y a plusieurs Supérieurs, son frère, bien évidemment, plusieurs hommes dont il s’est débarrassé, à défaut de les avoir tué, mais, surtout, au premier plan, des gosses, rien que des mômes, tombés, disparus. Jake aussi. La haine avait séparé leurs familles et il n’irait pas le blâmer pour ça. Il avait eu trop de raisons pour jouer avec ses nerfs, à présent leur enfance lui semblait tellement loin. Non, le pire, c’était que derrière tous ces visages, il y avait Aileen. Aileen, Alec, et Enzo. Pendant quelques instants, le doute le pris. Morts ? Vivants ? Il n’en savait plus rien, tout ce qu’il connaissait, c’était l’angoisse et les remords. La culpabilité.

Bien heureusement, ce vertige d’incertitude ne dura pas. En effet, en un sursaut, Logan se retrouvait simplement allongé dans son lit, partiellement redressé, le cœur battant à la chamade et une fine pellicule de sueur sur son front. Des coups puissants l’avaient réveillé. Une fraction de seconde, il pensait de nouveau à l’attaque et, déjà sur ses pieds, il enfilait un jean pour descendre ouvrir.

« Désolé de vous déranger. Deux jeunes aux portes. On les revoit ? »

C’est pour faciliter ma compréhension que tu parles en télégramme à trois heures du matin ??

« Bah oui, on a plusieurs élèves portés disparus mais s’il y en a qui arrivent aux portes, on les dégage ! »

Il le voyait presque grimacer dans son dos alors qu’il faisait demi-tour, attrapait une chemise blanche qui trainait et l’enfilait en redescendant les marches, dépassant de nouveau le gardien.

« Il pourrait s’agir d’un piège.. »

« Sans blagues ?! J’y avais pas pensé dit donc.. »

Dingue !
Je sais que j’ai encore la marque de l’oreiller là, mais je suis connu pour être du type peu confiant, tu te souviens ?
Oui, Logan n’est pas de bonne humeur au réveil.
En même temps Logan n’est pas de bonne humeur tout court. Surtout depuis quelques temps.

« C’est qui ? »
« Enzo et Derek Ryans. »

Ses pupilles avaient dû rétrécir un instant.

« Dans quel état ? »
« Bof. »
« Bof ?? »
« Il est trois heures du matin et ils ont l’air d’avoir couru un marathon, alors… c’est d’ailleurs ce qu’ils m’ont dit. »
« Au moins, ils gardent de l’humour. »

Ça manquait de détails tout ça.

« Si je te le demande, tu vas chercher Kyle Johson, tu connais ? »
« Oui. »
« Bien. »

Il lui semblait ne plus descendre ces marches qu’avec un pas qui traduisait l’urgence de la situation. Tout comme il trouvait qu’il se baladait un peu trop dans le château à des heures indécentes pour des questions graves. Avant, ses balades étaient futiles et légères, il lui semblait que ce temps était à des années du moment présent. Surtout que, pour l’instant, la personne avec qui il passait ces nuits-là lui en voulait – à juste titre – pour la disparition de son frère bien aimé, pilier de son existence. Alors forcément, l’intérêt à traîner dans les couloirs déserts était soudain bien moindre.
Le froid extérieur lui mordait la peau alors qu’il traversait la cour, empruntait l’escalier de pierre pour s’approcher enfin du lieu où deux hommes gardaient encore la porte. Là, derrière le sortilège de protection se trouvaient en effet les deux Ryans.

Baguette à la main, il fit un geste ample, envoyant à distance un sortilège imprononcé. Un cercle bleuâtre se forma autour des jeunes hommes, grimpant bien au dessus d’eux, ondulant comme des flammes. Toujours de sa marche vive, il envoya un second sort, et, l’instant suivant, tous autour d’eux se tordaient, se tenant les oreilles alors qu’ils entendaient un bruit ignoble, masquant tout le reste. Tous sauf Enzo.

« Qu’est-ce que tu peux me dire qu’un autre que toi ignorerais ? »



« T’es sûr de ton frère ? »

Le temps d’avoir répondu à ces deux questions, il était enfin arrivé à leur hauteur et avait levé le sortilège.
Rassuré, il faisait sauter la barrière d’un geste de la main, la fermant à l’instant même où les deux garçons entraient.

« Va chercher l’autre élève, ramène le dans mon bureau. Vous, vous ne bougez pas. »

Il déciderait d’aller chercher Maxence, Ismaelle ou quiconque une fois que Kyle serait arrivé dans le bureau. Dans tous les cas, ça leur laissait un peu de temps pour discuter tous les trois. Il préviendrait ceux qu’il faudrait ensuite, si les jeunes gens le souhaitaient. Bref, il aviserait ensuite, mais il souhaitait leur parler seul en premier.

« Ça ira monsieur ? »
« Dans le pire des cas, il me semble pouvoir gérer deux élèves, merci. Venez. »

Direction le bureau.

Une route qui se fit dans le silence, sur l’injonction muette du directeur. Oui, il commençait à devenir paranoïaque, ce qui n’aidait pas à sa légendaire amabilité. Pourtant, à peine la porte de son bureau passé, c’était un visage inquiet qui s’était retourné vers les deux jeunes gens.

« Ça va ?? Qu’est-ce qu’il s’est passé ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Look How Far We've Come ▬ Logan   Lun 4 Mai 2015 - 22:38


Je crois que jamais le temps ne m'a paru aussi long, et j'ai beau avoir l'air calme, j'ai beau rester totalement statique, les poings serrés autour des barreaux et la tête posée contre ces mêmes barreaux, légèrement penché en avant, gardant tous mes sens en alerte et jetant de furtifs coup d'œil vers l'arrière, à l'intérieur c'est tout autre chose. Si je ne tremble pas c'est simplement parce que mon corps est totalement bloqué, figé, tendu au maximum et j'en ai mal aux mains de serrer si fort mais je ne lâcherai pas tant que ces putains de grilles ne seront pas ouvertes. Pas un seul mot ne franchi la barrière de mes lèvres, et ça ne sera pas le cas avant … J'en sais foutrement rien, tout ce que je veux c'est que cet abruti revienne avec quelqu'un qui nous laissera rentrer parce que si ça n'est pas le cas je risque de perdre ma patience, vraiment la perdre, et ça risque d'être moche. Je ne les laisserai pas m'embarquer encore une fois, peu importe ce qu'il m'en coûtera. Mon cœur bat de manière très rapide, toujours aussi régulière et si les minutes qui s'écoulent dans le silence, le calme de la nuit, auraient pu m'apaiser ça n'est pas du tout le cas. Au contraire. J'ai l'impression de percevoir un peu trop clairement chaque seconde qui passe, la tension n'a de cesse de grimper dans mon organisme et je sais très bien qu'elle ne disparaitra pas d'un claquement de doigt. Elle disparaitra, au moins en partie, quand j'aurai les battements de son propre cœur suffisamment proche de moi pour les entendre.

Tic. Tac.

Trois présences autour de moi, des regards que je sens parfois braqués dans ma direction mais aucun de ces trois êtres vivants n'obtient la moindre trace d'attention de ma part. Statue de pierre.  Mon odorat et mon ouïe sont mes yeux, peut être que Derek s'en doute, je ne pense pas que ça soit le cas pour les deux Gardiens qui vont et viennent de l'autre côté de la grille. Si je les regarde, je perds patience. Alors je ne les regarde pas, mon regard reste focalisé sur le sol quand bien même je ne le vois pas vraiment. L'obscurité est étouffante, elle a souvent été un refuge pour moi mais cette fois je la trouve étouffante.

Nouvelle présence. Mes sens ne mentent pas, jamais, et si je rate quelque chose c'est simplement parce que je ne les écoute pas toujours mais ça n'est pas le cas ce soir … cette nuit … maintenant. Un nouveau venu, non, deux. Deux personnes. L'une qui revient, l'autre qui débarque. Une silhouette que je reconnais sans aucun mal alors que je me redresse sans jamais lâcher les barreaux. C'est comme si mes poings étaient trop serrés pour s'en défaire, comme si j'allais céder à toute cette pression si je me dégageais de ce point d'ancrage. De la lumière, de la Magie, mes sourcils se froncent et je reprends encore un peu plus de hauteur sur moi même en observant ce truc arriver jusqu'à moi pour finalement m'encercler totalement. Nous encercler, Derek et moi. Je n'aime pas ça, ce sentiment d'être à nouveau mis en cage. Je n'aime pas ça du tout même si je sais, je me doute, que Logan ne fait pas ça pour … Peu importe. Quelque chose se passe. A l'extérieur de ce cercle les autres se plient en deux, mon frère aussi néanmoins, alors que tout ce que j'entends de mon côté ...

« Qu’est-ce que tu peux me dire qu’un autre que toi ignorerais ? »

… est la voix du Directeur de Poudlard. Mes yeux s'ancrent dans les siens alors qu'il est encore à une certaine distance et les mécanismes se mettent en route. Un peu de concentration, j'essaie de me frayer un chemin dans le nuage opaque qui obstrue mes pensées pour creuser dans mes souvenirs et lâche les premiers trucs qui me viennent en tête, d'un ton relativement acerbe et cynique. Ça n'a rien de personnel, je ne peux simplement pas faire autrement.

« T'as eu des envies de meurtres à mon égard parce que ta copine m'a fait du bouche à bouche, et peut être aussi parce qu'elle s'est plus ou moins dessapé devant moi en étant trop bourrée … Quoi que, ça j'suis pas sur que t'étais au courant. Ta famille est aussi tarée que la mienne, voir plus. Surement plus. Et t'as jamais voulu me dire où t'as enterré – ou peu importe ce que t'en as fait – le fils de chien qui a tué mes parents. Peut être aussi parce que j'ai jamais demandé. »

Des exemples j'en ai d'autres, des tas, mais je crois que mon cerveau fait le tri comme il peut, c'est à dire difficilement.

« Ça te va ? »
« T’es sûr de ton frère ? »

Je tourne la tête, lentement, pour voir mon frère plié en deux, se tenant les oreilles, mais l'idée d'abréger ce calvaire pour lui comme pour les autres n'est pas ce qui me motive pour cracher le morceaux. Je ne sais clairement pas où on en est lui et moi, pas après un mois passé à s'ignorer la plus part du temps, mais pour ça, oui, je suis sûr de mon frère alors c'est tout aussi lentement que je retourne la tête pour faire face à Logan.

« A cent pour cent. »

Il est là. Le sortilège est brisé, les portes s'ouvrent … puis se referment … derrière nous. Je sens comme un poids immense délester mes épaules et ferme les yeux une seconde, peut être deux, avant de lâcher un soupir et chercher le regard de l'ancien Directeur des Serpentards.

« Merci. »

...

« Recule. »

Grondement sourd. Nerfs à vif. Présence envahissante là derrière moi et même si je ne le regarde pas je sais qu'il est là, et qu'il s'est rapproché. Un des Gardiens. J'ai beau savoir qu'il fait juste son boulot, ça n'enlève rien au fait que s'il fait un pas de plus ça risque de mal se passer.

« Va chercher l’autre élève, ramène le dans mon bureau. Vous, vous ne bougez pas. »

Attention capté. L'autre élève ? La vérité c'est que rester là, statique, immobile, obéissant, me demande un effort incroyable. Si je m'écoutais je ne serais déjà plus là. Si je m'écoutais j'aurai déjà envoyé mon Patronus en direction du château, j'aurai déjà activé mes jambes pour foutre le camp d'ici et courir plus vite que je n'ai jamais couru. Pour être fixé. Pour … retrouver la seule et unique personne capable de me calmer quand je suis dans cet état. Pour m'assurer qu'il va bien. Parce que c'est une torture de rester planté là sans savoir et je pourrais poser la question, simplement, mais quelque chose m'en empêche.

« Ça ira monsieur ? »
« Dans le pire des cas, il me semble pouvoir gérer deux élèves, merci. Venez. »

Un pas. Deux pas. Le silence le plus total. Capuche sur la tête, regard braqué dans le vide, rythme cardiaque affolé, respiration erratique. Dans mes poches, mes poings sont de nouveau serrés à m'en faire mal et j'ai l'impression d'étouffer pourtant je ne moufle pas. Je suis le mouvement, je contrôle mon corps et lui impose des ordres implicites. Il lute, de même que ma conscience, mais déjà de l'extérieur on passe à l'intérieur et mes yeux commencent à réagir, à chercher, mais rien. L'odorat se met en marche, à la recherche d'une odeur familière, quelque chose, un signe, n'importe quoi. J'ai l'impression de percevoir celle de Lune mais je n'en suis pas certain. Les marches. Un étage. Deux. Peu importe. La porte du bureau se referme derrière moi. Sursaut. Retour à la réalité. Je n'étais plus là, je crois.

« Ça va ?? Qu’est-ce qu’il s’est passé ? »
« Ça va. »

Réponse automatique. Trop rapide pour être réfléchit. Est ce que ça va réellement ? Non. Non ça ne va pas et ça n'ira pas tant que je n'aurai pas senti sa peau, son odeur, ni perçu les battements de son cœur. Néanmoins je ne peux pas rester là, comme ça, bloqué dans cet état sans lui donner de réponse concrète. D'une parce qu'il a l'air de réellement s'inquiéter, et de deux parce qu'il doit déjà être entrain de se faire certains scenarii totalement loin de la réalité. On a disparu, pendant un moi, sans laisser la moindre trace … Je jette un coup d'œil à Derek, nos regards se croisent, je pense qu'il est dans le même état d'esprit que moi : On n'a pas envie de parler. Maintenant autant être clair, Logan ne se contentera pas de ça.

« On n'était pas avec Eux. C'est … personnel. »

Oui, ça l'est. Familial. Rien à voir avec … le reste, même si je me pose des questions concernant Travis, sur son appartenance aux Supérieurs ou non. Qu'est ce que ça change de toute façon ? Peu importe ce que j'ai ressenti là bas et ce que je ressens encore maintenant, peu importe la haine que je voue à ce type, ne serait-ce que pour Amelya et les garçons ...

« Non mais vous vous prenez pour qui ? Vous savez qui je suis ?! Poussez vous de là ! »

Nouveau sursaut. J'ai l'impression d'être un animal sauvage qui se méfie de tout, tout le temps, et qui est à l'affut du moindre bruit, du moindre mouvement, mais quand cette voix me redevient familière je me détends, un peu. C'est quasiment imperceptible mais … c'est déjà beaucoup. Des pas dans l'escalier, j'ai l'impression de me retourner au ralentis et quand sa silhouette débarque dans mon champ de vision mon cœur à un raté.

« Qu'est ce qu'il se passe i... Par Merlin ! »

Ismaelle. La seconde d'après elle est contre moi et je devine son geste totalement hors de contrôle mais ça n'est pas comme si ça me dérangeait. Elle est l'une des seules à pouvoir s'approcher de moi maintenant, et elle le fait, sans réfléchir une seule seconde même si ce ne sont peut être pas des choses qui se font entre un Prof et son élève. Mon corps se débride un peu, mes bras l'enroulent et si en temps normal je me serais laissé aller à ce contact en cet instant ça n'est pas le cas. Je me contente de regarder droit devant moi, au dessus de sa tête, appréhendant les battements de son cœur, récupérant les odeurs qu'elle porte sur elle. Fenrir. Et Lune. Entre autres. Elle s'écarte, pose sa main sur ma joue et m'observe quelques secondes en fronçant les sourcils. Il y a de l'humidité dans son regard, beaucoup d'émotions. J'ai l'impression de rester de marbre.

« Ça va ? »
« Oui, oui. Ça va. »
« Je suis tellement contente de vous revoir tous les deux. »

Elle pose sa main sur le bras de mon frère, j'observe son geste en me disant qu'il est assez improbable mais quand ses yeux se reposent dans les miens je déglutis et desserre enfin les mâchoires pour cracher ce qui me ronge depuis le départ. En partie.

« Kyle … ? »
« Il va bien. Il est ici. »
« Faut que j'le vois ... »
« Je sais, je sais. »

Sa main se serre autour de mon bras, elle se tourne vers celui de qui elle est devenu le bras droit par la force des choses et je sais qu'elle sait ... Elle sait que personne n'obtiendra rien de moi tant que je ne l'aurai pas vu.

« Logan ? »

Je ne vois pas vraiment, mais d'un regard en biais je dirais qu'il acquiesce. L'autre élève. C'est de lui que tu parlais ? Nouveau bruit de porte en contre bas, cet endroit est un putain de moulin mais mon cœur devient fou là dans ma poitrine alors que mes yeux se braquent vers l'escalier.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Look How Far We've Come ▬ Logan   Mar 12 Mai 2015 - 6:38

Je tâchais de garder mon calme en dépit des dernières minutes qui venaient de s'écouler. Je n'avais pas tout compris et pour le moment je ne tentais même pas de comprendre. La seule chose qui comptait était que nous étions finalement sorti de cette maison de fous, libérer de cette emprise familiale qui commençait sérieusement à me rendre dingue. Nous étions désormais de nouveau au château, un mois plus tard, face aux gardiens qui n'avaient pas hésités à nous accueillir comme si nous étions des ennemis d'état (à croire que l'on ne figuraient pas sur la liste des disparus) plutôt que comme des victimes venant chercher du secours ou du réconfort. Sans doute qu'il aurait fallu s'y attendre, mais j'aurais préféré que l'on nous traite autrement que comme des évadés d'Azkaban. En attendant je restais silencieux, les mains crispées et la baguette rangée histoire de ne pas avoir l'air plus menaçant que nécessaire. Le but n'était pas de se retrouver dans les fichus cachots du château, mais plutôt de retrouver le bureau du directeur. Je n'avais pas plus envie de voir Rivers, mais je savais que c'était le chemin à prendre si nous souhaitions pouvoir retrouver nos quartiers. D'ailleurs, l'un de ces chiens de chasse était parti retrouver son patron pendant que nous attendions dans l'obscurité, continuant d'être surveillé par les autres hommes qui constituaient la dite sécurité de l'établissement.

Ma respiration avait retrouvé sa cadence normale après toute l'agitation qui venait de se passer, mais à l'intérieur je continuais de bouillir. Un regard vers Enzo m'indiquait que je n'étais pas le seul à me sentir dans un état excessif, mais nous étions des Ryans qui se respectaient: nous n'en montrions rien. De toute manière, faire une scène n'aurait servit à rien sauf nous empirer notre situation. Je centrai mon attention sur l'un des hommes présents et nous nous défiâmes du regard comme deux coqs qui s'apprêtaient à se battre pour un morceau de pain. Sauvage. Voilà ce que cette famille de merde avait réussi à faire de moi. Elle avait réussi à me faire redescendre à un niveau inférieur alors que j'avais réussi à évoluer dans un sens qui me plaisait un minimum en plus de détruire le lien que j'étais parvenu à tisser avec mon frère. Nous étions de nouveau deux inconnus qui ne partageaient pas les mêmes opinions, pas les mêmes sentiments et juste pour ça je pourrais tous les tuer un à un. Ils avaient réussi à me faire bien chier et je n'avais pas l'intention de laisser toute cette histoire derrière moi comme si de rien n'était. Ce vieux con qui se disait être notre grand-père et cette Amelya qui ressemblait trop à notre mère et son connard de mari, Travis... Ouais, ils allaient tous finir sous ma baguette un jour ou l'autre, peu importe ce que ça m'en coûtera.

Don't mess with the King.

Mon frère s'activa légèrement, relevant la tête et je regardai aussitôt dans la même direction que lui pour y remarquer du mouvement. La seconde d'ensuite, nous nous retrouvâmes tout deux sous une lumière bleue qui me fit froncer les sourcils. Je n'arrivais pas encore à le voir à cause de toute l'obscurité, mais je savais que Rivers était là. Soudain, un bruit ressemblant à des ongles crissant sur un tableau noir se fit entendre d'une manière excessivement forte ce qui me poussa à me foutre les mains sur les oreilles. Grimaçant sous le son désagréable, je remarquai qu'Enzo ne semblait pas être attaqué par le sortilège envoyé, ce qui me fit grincer des dents. Le directeur apparut dans mon champ de vision et si je vis sa bouche s'activer, je ne pu comprendre aucune parole prononcée. Incapable de supporter plus longtemps l'agression dans mes tympans, je me courbai légèrement dans l'espoir d'atténué un peu l'effet. C'était un réflex stupide, mais je fus content de voir que je n'étais pas le seul dans cette position: les autres hommes semblaient être dans le même état que moi. Rivers et Enzo avaient-ils des secrets qu'ils partageaient? Cette simple idée me rendait encore plus furieux à l'égard de mon frère. Encore quelque chose qu'il semblait m'avoir caché. J'avais envie de sortir de nouveau ma baguette et de leur envoyer une merde à tous les deux, mais j'encaissai comme un gentil toutou, attendant que ça se passe. Aux bouts de quelques instants, les sortilèges furent levés et je me redressai aussitôt, lançant un regard particulièrement mauvais à Rivers. Je savais que je n'étais pas en position de faire de telles manières, mais ce n'était pas comme si j'allais accepter son petit manège avec un large sourire.


- C'était vraiment nécessaire? grognai-je à l'adresse de Rivers, les poings serrés.

Les portes s'ouvrirent dans leur grincement habituel et je poussai un soupir agacé.
Finalement, revenir dans cet endroit ne me faisait peut-être pas autant plaisir que je l'aurais espéré. Je n'avais qu'une envie et c'était de transplaner jusqu'à grand-mère. Pourtant je suivis plutôt le mouvement, suivant le pas du directeur qui menait la marche jusqu'à son bureau. Je connaissais que trop bien le chemin, si bien que je ne m'attardai pas au décor autour, ni même aux marches qui se succédèrent sous mes pieds. Je montais ces étages comme je l'avais toujours fait, mais avec un goût amer au fond du cœur. Jamais je n'avais eu aussi peu envie d'être là, surtout pas en sachant que dès le lendemain les rumeurs allaient se répandre de bon train partout parmi nos camarades. On allait nous bombarder de questions et les regards curieux allaient se succéder sur nous, faits qui ne me faisaient pas du tout envie. Sans doute qu'il valait mieux que je me concentre sur le moment présent, c'est-à-dire Rivers qui se tournait vers nous d'un air inquiet.
Oh ça va, ravale ta comédie le blaireau.


- Ça va ?? Qu’est-ce qu’il s’est passé ?
- Ça va.


Mon frère, toujours là pour réparer les pots cassés.
Je lui jetai tout de même un coup d'œil, sachant que nos pensées se rejoignaient au moins sur une chose. Toute cette histoire ne regardait nullement Rivers et je n'avais pas envie qu'il le sache. Moins de monde le saurait, mieux ce serait.



- On n'était pas avec Eux. C'est … personnel.

Excellente réponse.
Là j'avoue, je n'aurais pu faire mieux.


- Non mais vous vous prenez pour qui ? Vous savez qui je suis ?! Poussez vous de là !

Les sourcils de nouveau froncés, je regardai en direction de la porte tout en sachant très bien qui allait se joindre à nous d'une seconde à l'autre. J'aurais reconnu la voix de Stoneheaven parmi des milliers et franchement ça me faisait bien chier qu'elle soit là. Rivers avait déjà averti le personnel au complet que nous étions de retour ou quoi?

- Qu'est ce qu'il se passe i... Par Merlin !

Génial. Une autre qui a l'air stupéfaite de nous voir là. Je l'a regarde qui s'approche de mon frère et je restai complètement immobile encore avec cet air de sauvage accroché sur le visage. Il l'a serra contre lui et j'eus une petite grimace, surpris d'un tel geste de sa part. J'avais toujours su qu'ils partageaient quelque chose ces deux là, en particulier à cause de Johnson, mais j'ignorais qu'ils étaient aussi près. L'étreinte ne dure que quelques secondes, mais l'image est bien imprégnée dans ma mémoire et ce, avec un certain dégoût. Je ne me reconnais plus. Ou plutôt je reconnais l'ancien Derek. Celui plein de haine et de rancœur.
Plein de jalousie.


- Ça va ?
- Oui, oui. Ça va.
- Je suis tellement contente de vous revoir tous les deux.


La main de l'enseignante se posa sur mon bras, un geste bienveillant et rempli de compassion, mais qui ne fut pas accepté de ma part. Je me dégageai brutalement de cette emprise, défiant la femme d'un regard noir comme si elle venait de commettre un crime odieux. Notre relation s'était améliorée avec le temps, c'était vrai, mais je n'étais pas aussi content de l'a revoir. Je voulais juste qu'on nous foute la paix ou plutôt qu'on me foute la paix puisqu'Enzo semblait déjà retrouver ses éléments même s'il demeurait toujours aussi tendu.

- Kyle … ?
- Il va bien. Il est ici.
- Faut que j'le vois ...
- Je sais, je sais.


Mon frère se tapait un caprice, bien sûr. Il devait revoir son Johnson sur le champ. Chose que je n'arrivais toujours pas à comprendre, mais dont j'avais fini par accepter la réalité de leur relation complexe. De mon côté je demeurais toujours silencieux, mais j'aurai pu exiger quelque chose moi aussi, histoire de jouer à celui qui était le plus bébé des deux. Seulement les gamineries étaient réservés à Enzo et pas à moi. C'était un point fort qui ne m'avait jamais fait défaut et je n'allais certainement pas flancher maintenant.

- Logan ?

Le directeur acquiesça, comme s'il savait déjà d'avance que mon frère allait exiger le moldu.
Bah ça alors, ils étaient plus copains que je le croyais ces deux là.

Je serrai un peu plus les poings alors qu'un nouveau bruit se fit entendre dans l'escalier, annonçant la venue d'une nouvelle personne. Je roulai des yeux quand je vis l'infirmier de service débarquer dans la pièce. Comme si nous avions besoin d'un putain de médic en plus de tout ça. Nous n'étions pas fait en chocolat merde.

De plus en plus agacé par la situation je braquai mon regard directement sur le nouvel arrivant.


- Putain c'est pas vrai, toute l'école va débarquer ici ou quoi?! fis-je d'un air sarcastique. T'as décidé de réveiller tout le monde aussi, histoire de nous faire encore plus remarquer?

Cette dernière question s'adressait bien sûr à Rivers. D'ailleurs je déviai mon regard sur sa personne, osant le défier en dépit de son poste. Je me foutais complètement de ce qu'il pensait de moi de toute manière.

- C'est bon là, je peux aller retrouver mon dortoir où je dois attendre de dire bonjour à tout le monde?!

Je commençais à avoir de la difficulté à me contenir. J'étais une bombe à retardements et tout ce que je souhaitais c'était de me retrouver seul, histoire de pouvoir me défouler un brin. Surtout, je ne voulais pas assister aux retrouvailles de mon frère et de Johnson, sachant très bien que ça allait être larmoyant et pardonnez moi mon expression, mais gay à souhait.
Sauf que ce vœux là ne fût pas exaucé puisque l'autre me devança.


- En... Enzo c'est bien toi..?

Il était là, se tenant contre l'embrasement de la porte comme s'il allait tomber à tout moment, un air affreusement stupide au visage et les yeux au bord des larmes.

Ouais gay à souhait, c'est ce que je disais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Look How Far We've Come ▬ Logan   Jeu 21 Mai 2015 - 12:37

Si seulement tout cela avait pu être évité. Si seulement ils avaient eu notion de tout ce qui allait se passer, s’ils avaient pu agir en conséquence. Agir de manière différente, éviter les morts, retrouver les disparus. Parce qu’à l’évidence, c’était bien tout ce qu’il avait en tête lorsqu’on venait le tirer du sommeil au beau milieu de la nuit : les morts, les disparus et ceux qui demeuraient. Pas pour longtemps, très probablement. Limiter les dégâts. Les empêcher de prendre plus. Et pourtant, malgré tout ses efforts, il savait qu’il ne faisait que glisser, encore et toujours dans un immense abîme. Rien ne se passerait comme il l’escomptait, et c’était simplement insupportable à vivre. Ça devait réellement se passer comme ça ? Ils donnaient tout ce qu’ils pouvaient, ils restaient rudes et forts face aux coups mais, au fur et à mesure, ils s’écroulaient les uns après les autres ?

Un petit nègre tout esseulé…

Quelle drama pathétique.

Agacé par son impuissance et la détermination semble-t-il grandissante de certains à se conduire comme des crétins sans cervelle, le directeur s’était donc trouvé aux grilles de l’école, alors que seules les étoiles et la lune apportaient un peu de lumière aux lieux presque déserts. Presque, oui, parce qu’aussi improbable que ce soit, il fallait croire que certains disparus refaisaient leur apparition. Et il avait tout de même des employés capables de se dire qu’il était préférable de les renvoyer. Il s’agit de gosses merde ! Alors, oui, il était le plus acariâtre et insensible dans l’histoire, il était celui qui prenait les décisions les plus violentes, proposait les solutions les plus âpres, mais, voilà, il ne faisait que ce qu’il jugeait le mieux pour le bien commun. Ce qui permettrait à toutes les victimes d’évoluer, de prendre du recul, d’apprendre à se protéger et, peut-être de survivre in fine. Qu’importe les cicatrices, il en était à des considérations bien plus bestiales que le confort de vie. Mais de là à renvoyer deux élèves portés disparu arrivés au beau milieu de la nuit : non. Non parce qu’il connaissait l’un des deux et savait qu’il y avait anguille sous roche. Une belle grosse anguille même. Et que s’ils étaient là, s’ils n’avaient contacté personne, si aucun de leurs proches ne savait ce qu’il se passait, c’était qu’il y avait un problème. Car, non, il n’avait pas simplement passé les dernières semaines à attendre que ça passe. Ça n’était pas trop le genre.

Mais, non, il n’était pas totalement idiot et prenait certaines précautions avant de les laisser rentrer. Un sortilège qui les avait entourés, déjà. Il avait presque pu voir le regard d’Enzo s’assombrir. Respire un coup, c’est pour vous protéger.
Enfin, bien sûr, ça n’était pas la première chose qui les avait traversé. Ça, il n’en savait rien. Bien heureux d’ailleurs, ils s’en seraient probablement prit une chacun tient.

« Qu’est-ce que tu peux me dire qu’un autre que toi ignorerais ? »

A travers la nuit, leurs regards finissent par se croiser tandis que Derek, lui, ne peux s’empêcher d’agir ainsi que les autres, cherchant au mieux à éviter le bruit assourdissant qui l’empêche de suivre leur conversation. Tu le prends mal ? Bien.

« T'as eu des envies de meurtres à mon égard parce que ta copine m'a fait du bouche à bouche, et peut être aussi parce qu'elle s'est plus ou moins dessapé devant moi en étant trop bourrée … Quoi que, ça j'suis pas sur que t'étais au courant. Ta famille est aussi tarée que la mienne, voir plus. Surement plus. Et t'as jamais voulu me dire où t'as enterré – ou peu importe ce que t'en as fait – le fils de chien qui a tué mes parents. Peut être aussi parce que j'ai jamais demandé. »

Étrangement, c’était un petit sourire qui était venu naître sur les lèvres du directeur alors qu’il arrivait à leur hauteur, ne prêtant pas la moindre attention aux regards qui se posaient sur lui, oscillant entre la supplication et une envie certaine de mise à mort. Bouh, quel méchant directeur.

« Ça te va ? »

Léger hochement de tête doublé d’un petit sourire amusé.

« T’es sûr de ton frère ? »

Enzo avait fixé son frère un instant. Ce qui se passait entre ces deux là, Logan n’en savait rien. Ça n’était pas forcément une hésitation, cependant, il en prenait bonne note. Dans tous les cas, la réponse fut positive.

« A cent pour cent. »
« D’accord. »

Le sortilège qui rendait sourds le parc entier s’était levé en cet instant, celui qui entourait les deux jeunes hommes, non. Et les portes s’ouvrirent. Ce qui prenait l’apparence d’une cage les avait suivis jusqu’à ce que les portes se ferment, s’effaçant à cet instant. Il n’était de toute manière pas capable d’atteindre le niveau des sortilèges de protection du château. La toile de protection qu’il avait tissée autour des garçons formait pourtant une barrière d’un certain niveau, mais rien de comparable.

« Merci. »

Ça t’oppressait hein ?

Pourtant, il n’en dit rien.

- C'était vraiment nécessaire?
« À ton avis ? »

Me prendrais-tu pour un pigeon ?

Ses actes étaient-ils à ce point incompréhensibles pour ceux qui l’entouraient ? Bien sûr que c’était nécessaire. Il serait idiot de laisser entrer deux élèves pour la simple raison qu’ils ont leur place dans l’école. Qui aurait pu affirmer qu’ils étaient bien eux-mêmes. Qui disait qu’ils n’étaient pas là pour permettre d’ouvrir une faille lorsque les portes s’ouvriraient, histoire de permettre l’entrée de troupes ? D’où la toile de protection, d’ailleurs.

« Recule. »
« Fait gaffe il mord. »

Le gardien les avait regardé d’un air étrange avant de faire un pas en arrière. Oui, en effet, il mord. Et vu l’état de nerf dans lequel le jeune homme était, il aurait très bien pu ne pas être lié à la lune que cette phrase restait tout à fait de conséquence. Et, non, en disant ça, il ne se moquait pas d’Enzo mais bien du gardien qui, de toute évidence, l’avait fait chier et ne se rendait pas compte qu’il y risquait quelque chose. Enfin bref.

Un ordre concernant Kyle. Un questionnement de la part du troisième gardien. Questionnement qui avait une logique totale, pour une fois, et une légitimité complète. Cependant, il ne pensait pas qu’il y avait là un danger imminent.

C’était ainsi qu’ils en étaient arrivés à son bureau. Dans un silence quelque peu pesant, cela dit.

« Ça va ?? Qu’est-ce qu’il s’est passé ? »
« Ça va. »

Tu attendais à mieux de la part d’Enzo ?
Non, en fait. C’était idiot.
Et Derek ?
Sans le connaître autre qu’en cours, c’est dur à dire.

Dans son regard, le plus jeune des frères avait dû voir qu’il en attendant un poil plus. Peut-être était-ce dû à son sourcil redressé l’air de dire « Tu es sérieux ? C’est tout ce que tu comptes me dire ? Là… dans la situation actuelle… ??? ». Alors il avait rajouté un petit quelque chose.

« On n'était pas avec Eux. C'est … personnel. »

C’est déjà ça. Mais ça n’est pas suffisant.
Il comptait donc reprendre la parole pour expliquer aux grincheux ce qu’il attendait de leur petite conversation à trois quand une voix se fit entendre.

- Non mais vous vous prenez pour qui ? Vous savez qui je suis ?! Poussez vous de là !

Enzo sursaute, Derek fronce un peu plus ses sourcils et Logan soupire. Belle bande de branquignols.
S'adressant au gardien, Logan lui intima de partir à demi-mots :

« Elle arrachera les yeux au prochain qui ne la laisse pas passer, vous le savez ça, ou pas du tout ?? »

Oui, manifestement, le principe de ne laisser passer personne sauf son cercle de proches avait du mal à entrer. D’un autre côté, s’il expliquait de manière claire ceux qu’il considérait comme ses proches, ça irait probablement mieux. Enfin. Le gardien était de nouveau sorti, restant à l’entrée. Pourquoi ? Aucune idée. Personne ne le lui avait demandé. Ou, si, peut-être le chef des gardiens. En fait, en soit, c’était plutôt une bonne chose bien que cela tape violemment sur le système du principal intéressé… et de son bras droit, de toute évidence.

« Qu'est ce qu'il se passe i... Par Merlin ! »
« Comment tu as su ? J’avais dit de ne prévenir personne avant que je le demande. Tu me fais suivre en fait.. »

Ou sinon tu as un radar à élèves en galère. Ce qui est probable.

Instant câlin, donc. Oui, parce qu’en cet instant, il pouvait presque sentir le poids des épaules d’Ismaelle s’écrouler au sol en voyant qu’Enzo était en vie et allait bien. Relativement bien. Rationnellement et comparativement à tout ce qui avait pu leur passer par le crâne : il allait bien. Et Derek aussi. Même si, pour l’instant, il semblait… eh bien, non, en fait, Logan ne savait pas trop où il en était. Il ne parlait pas et semblait ruminer. Point. Derek quoi, en fait.

« Ça va ? »
« Oui, oui. Ça va. »
« Je suis tellement contente de vous revoir tous les deux. »

Et un regard de Derek qui en disait long.

« Tient, ça doit être génétique ça aussi… »

Il mord aussi ! Deux pour le prix d’un !

« Kyle … ? »
« Il va bien. Il est ici. »
« Faut que j'le vois ... »
« Je sais, je sais. »

Viens Derek, on va aller faire une partie d’échec le temps qu’ils terminent leur instant de retrouvailles quasi familiales.

« Je vais être jaloux, j’ai eu le droit qu’à un ‘ça va’ moi.. »

Quoi ? La situation est merdique, et l’humour est la meilleure arme contre les situations merdiques. N’en déplaise au grognon qui ronge son frein.

« Logan ? »

Il acquiesça, ne comprenant même pas qu’Enzo n’ait pas déjà compris qu’il avait anticipé ça. Non, ça ne le réjouissait pas, il savait simplement que le garçon en aurait besoin pour relâcher un peu de pression, et que d’une manière générale les deux en auraient clairement besoin. Bon, d’autres en auraient probablement besoin également, mais, ça, ça attendrait le matin.

Et c’était cet instant que l’escalier avait choisi pour s’activer de nouveau. Ainsi, la petite porte qui le séparait du bureau à proprement parlé s’était finalement ouverte sur un homme qu’il n’attendait pas vraiment. Et qui avait fait déborder le vase déjà plein de Derek, au passage.

- Putain c'est pas vrai, toute l'école va débarquer ici ou quoi?! fis-je d'un air sarcastique. T'as décidé de réveiller tout le monde aussi, histoire de nous faire encore plus remarquer?

Regard sombre de la part du directeur, et pourtant, il avait continué.

- C'est bon là, je peux aller retrouver mon dortoir où je dois attendre de dire bonjour à tout le monde?!

« À vrai dire, je suis assez d’accord avec toi, Moody Derek qui a décidé de prendre la liberté de me tutoyer. Sauf que je n’ai demandé à personne sauf Kyle d’arriver moi. Je comptais avoir une petite conversation avec vous-deux puisque la situation actuelle ne peut pas nous permettre de simplement vous accepter au château sans nous assurer que votre inquiétante et oppressante disparition n’avait pas de rapport avec les Supérieurs. Ils ont tapé trop fort ces derniers temps pour qu’on soit idiots au point de ne pas se méfier. Donc, non, shtroumph grognon, tu ne peux pas rejoindre ta couette tout de suite. »

Il s’était à présent tourné vers Maxence.

« Quoi ? Toi tu l’as assommé le zozo devant la porte d’entrée ? »
« Possible. »
« Et je suppose que ton arrivée n’est pas étrangère à celle d’Ismaelle. »
« Probable. »
« Eh bien fait ton boulot de toubib, s’ils l’acceptent. Quitte à t’être levé en pleine nuit.. »
« Oui, c’est tellement rare ces derniers temps. Sérieusement, les gars, j’suis heureux que vous soyez entiers. En toute honnêteté, et en mettant de côté le fait que vous voudriez probablement être tranquilles, est-ce que je peux vous être utiles ? Nan parce que le premier qui s’écroule demain parce qu’il n’a pas voulu de mon aide aujourd’hui, j’le termine à coup de hache. »

C’était un petit rire qui avait passé la gorge de Logan.

« Si même Maxence commence à ne plus avoir la patience de courir après tout le monde, on n’est pas rendu. »

Les trois adultes échangeaient donc des regards entendus alors qu’un nouvel arrivant poussait la porte.

« Après les jérémiades, passons donc aux mièvreries. Derek, en dehors de tout ça, est-ce qu’il y a quelqu’un que tu veux prévenir ? »

Je songe à faire une fiesta dans mon bureau…

« Il s’est passé beaucoup de choses pendant votre absence. Je veux qu’on en parle, avant que vous partiez. Et vu votre attitude, vous n'êtes pas au courant.. ou alors royalement égoïstes, ce dont j'ose espérer douter. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Look How Far We've Come ▬ Logan   Jeu 21 Mai 2015 - 12:38

Si seulement tout cela avait pu être évité. Si seulement ils avaient eu notion de tout ce qui allait se passer, s’ils avaient pu agir en conséquence. Agir de manière différente, éviter les morts, retrouver les disparus. Parce qu’à l’évidence, c’était bien tout ce qu’il avait en tête lorsqu’on venait le tirer du sommeil au beau milieu de la nuit : les morts, les disparus et ceux qui demeuraient. Pas pour longtemps, très probablement. Limiter les dégâts. Les empêcher de prendre plus. Et pourtant, malgré tout ses efforts, il savait qu’il ne faisait que glisser, encore et toujours dans un immense abîme. Rien ne se passerait comme il l’escomptait, et c’était simplement insupportable à vivre. Ça devait réellement se passer comme ça ? Ils donnaient tout ce qu’ils pouvaient, ils restaient rudes et forts face aux coups mais, au fur et à mesure, ils s’écroulaient les uns après les autres ?

Un petit nègre tout esseulé…

Quelle drama pathétique.

Agacé par son impuissance et la détermination semble-t-il grandissante de certains à se conduire comme des crétins sans cervelle, le directeur s’était donc trouvé aux grilles de l’école, alors que seules les étoiles et la lune apportaient un peu de lumière aux lieux presque déserts. Presque, oui, parce qu’aussi improbable que ce soit, il fallait croire que certains disparus refaisaient leur apparition. Et il avait tout de même des employés capables de se dire qu’il était préférable de les renvoyer. Il s’agit de gosses merde ! Alors, oui, il était le plus acariâtre et insensible dans l’histoire, il était celui qui prenait les décisions les plus violentes, proposait les solutions les plus âpres, mais, voilà, il ne faisait que ce qu’il jugeait le mieux pour le bien commun. Ce qui permettrait à toutes les victimes d’évoluer, de prendre du recul, d’apprendre à se protéger et, peut-être de survivre in fine. Qu’importe les cicatrices, il en était à des considérations bien plus bestiales que le confort de vie. Mais de là à renvoyer deux élèves portés disparu arrivés au beau milieu de la nuit : non. Non parce qu’il connaissait l’un des deux et savait qu’il y avait anguille sous roche. Une belle grosse anguille même. Et que s’ils étaient là, s’ils n’avaient contacté personne, si aucun de leurs proches ne savait ce qu’il se passait, c’était qu’il y avait un problème. Car, non, il n’avait pas simplement passé les dernières semaines à attendre que ça passe. Ça n’était pas trop le genre.

Mais, non, il n’était pas totalement idiot et prenait certaines précautions avant de les laisser rentrer. Un sortilège qui les avait entourés, déjà. Il avait presque pu voir le regard d’Enzo s’assombrir. Respire un coup, c’est pour vous protéger.
Enfin, bien sûr, ça n’était pas la première chose qui les avait traversé. Ça, il n’en savait rien. Bien heureux d’ailleurs, ils s’en seraient probablement prit une chacun tient.

« Qu’est-ce que tu peux me dire qu’un autre que toi ignorerais ? »

A travers la nuit, leurs regards finissent par se croiser tandis que Derek, lui, ne peux s’empêcher d’agir ainsi que les autres, cherchant au mieux à éviter le bruit assourdissant qui l’empêche de suivre leur conversation. Tu le prends mal ? Bien.

« T'as eu des envies de meurtres à mon égard parce que ta copine m'a fait du bouche à bouche, et peut être aussi parce qu'elle s'est plus ou moins dessapé devant moi en étant trop bourrée … Quoi que, ça j'suis pas sur que t'étais au courant. Ta famille est aussi tarée que la mienne, voir plus. Surement plus. Et t'as jamais voulu me dire où t'as enterré – ou peu importe ce que t'en as fait – le fils de chien qui a tué mes parents. Peut être aussi parce que j'ai jamais demandé. »

Étrangement, c’était un petit sourire qui était venu naître sur les lèvres du directeur alors qu’il arrivait à leur hauteur, ne prêtant pas la moindre attention aux regards qui se posaient sur lui, oscillant entre la supplication et une envie certaine de mise à mort. Bouh, quel méchant directeur.

« Ça te va ? »

Léger hochement de tête doublé d’un petit sourire amusé.

« T’es sûr de ton frère ? »

Enzo avait fixé son frère un instant. Ce qui se passait entre ces deux là, Logan n’en savait rien. Ça n’était pas forcément une hésitation, cependant, il en prenait bonne note. Dans tous les cas, la réponse fut positive.

« A cent pour cent. »
« D’accord. »

Le sortilège qui rendait sourds le parc entier s’était levé en cet instant, celui qui entourait les deux jeunes hommes, non. Et les portes s’ouvrirent. Ce qui prenait l’apparence d’une cage les avait suivis jusqu’à ce que les portes se ferment, s’effaçant à cet instant. Il n’était de toute manière pas capable d’atteindre le niveau des sortilèges de protection du château. La toile de protection qu’il avait tissée autour des garçons formait pourtant une barrière d’un certain niveau, mais rien de comparable.

« Merci. »

Ça t’oppressait hein ?

Pourtant, il n’en dit rien.

- C'était vraiment nécessaire?
« À ton avis ? »

Me prendrais-tu pour un pigeon ?

Ses actes étaient-ils à ce point incompréhensibles pour ceux qui l’entouraient ? Bien sûr que c’était nécessaire. Il serait idiot de laisser entrer deux élèves pour la simple raison qu’ils ont leur place dans l’école. Qui aurait pu affirmer qu’ils étaient bien eux-mêmes. Qui disait qu’ils n’étaient pas là pour permettre d’ouvrir une faille lorsque les portes s’ouvriraient, histoire de permettre l’entrée de troupes ? D’où la toile de protection, d’ailleurs.

« Recule. »
« Fait gaffe il mord. »

Le gardien les avait regardé d’un air étrange avant de faire un pas en arrière. Oui, en effet, il mord. Et vu l’état de nerf dans lequel le jeune homme était, il aurait très bien pu ne pas être lié à la lune que cette phrase restait tout à fait de conséquence. Et, non, en disant ça, il ne se moquait pas d’Enzo mais bien du gardien qui, de toute évidence, l’avait fait chier et ne se rendait pas compte qu’il y risquait quelque chose. Enfin bref.

Un ordre concernant Kyle. Un questionnement de la part du troisième gardien. Questionnement qui avait une logique totale, pour une fois, et une légitimité complète. Cependant, il ne pensait pas qu’il y avait là un danger imminent.

C’était ainsi qu’ils en étaient arrivés à son bureau. Dans un silence quelque peu pesant, cela dit.

« Ça va ?? Qu’est-ce qu’il s’est passé ? »
« Ça va. »

Tu attendais à mieux de la part d’Enzo ?
Non, en fait. C’était idiot.
Et Derek ?
Sans le connaître autre qu’en cours, c’est dur à dire.

Dans son regard, le plus jeune des frères avait dû voir qu’il en attendant un poil plus. Peut-être était-ce dû à son sourcil redressé l’air de dire « Tu es sérieux ? C’est tout ce que tu comptes me dire ? Là… dans la situation actuelle… ??? ». Alors il avait rajouté un petit quelque chose.

« On n'était pas avec Eux. C'est … personnel. »

C’est déjà ça. Mais ça n’est pas suffisant.
Il comptait donc reprendre la parole pour expliquer aux grincheux ce qu’il attendait de leur petite conversation à trois quand une voix se fit entendre.

- Non mais vous vous prenez pour qui ? Vous savez qui je suis ?! Poussez vous de là !

Enzo sursaute, Derek fronce un peu plus ses sourcils et Logan soupire. Belle bande de branquignols.
S'adressant au gardien, Logan lui intima de partir à demi-mots :

« Elle arrachera les yeux au prochain qui ne la laisse pas passer, vous le savez ça, ou pas du tout ?? »

Oui, manifestement, le principe de ne laisser passer personne sauf son cercle de proches avait du mal à entrer. D’un autre côté, s’il expliquait de manière claire ceux qu’il considérait comme ses proches, ça irait probablement mieux. Enfin. Le gardien était de nouveau sorti, restant à l’entrée. Pourquoi ? Aucune idée. Personne ne le lui avait demandé. Ou, si, peut-être le chef des gardiens. En fait, en soit, c’était plutôt une bonne chose bien que cela tape violemment sur le système du principal intéressé… et de son bras droit, de toute évidence.

« Qu'est ce qu'il se passe i... Par Merlin ! »
« Comment tu as su ? J’avais dit de ne prévenir personne avant que je le demande. Tu me fais suivre en fait.. »

Ou sinon tu as un radar à élèves en galère. Ce qui est probable.

Instant câlin, donc. Oui, parce qu’en cet instant, il pouvait presque sentir le poids des épaules d’Ismaelle s’écrouler au sol en voyant qu’Enzo était en vie et allait bien. Relativement bien. Rationnellement et comparativement à tout ce qui avait pu leur passer par le crâne : il allait bien. Et Derek aussi. Même si, pour l’instant, il semblait… eh bien, non, en fait, Logan ne savait pas trop où il en était. Il ne parlait pas et semblait ruminer. Point. Derek quoi, en fait.

« Ça va ? »
« Oui, oui. Ça va. »
« Je suis tellement contente de vous revoir tous les deux. »

Et un regard de Derek qui en disait long.

« Tient, ça doit être génétique ça aussi… »

Il mord aussi ! Deux pour le prix d’un !

« Kyle … ? »
« Il va bien. Il est ici. »
« Faut que j'le vois ... »
« Je sais, je sais. »

Viens Derek, on va aller faire une partie d’échec le temps qu’ils terminent leur instant de retrouvailles quasi familiales.

« Je vais être jaloux, j’ai eu le droit qu’à un ‘ça va’ moi.. »

Quoi ? La situation est merdique, et l’humour est la meilleure arme contre les situations merdiques. N’en déplaise au grognon qui ronge son frein.

« Logan ? »

Il acquiesça, ne comprenant même pas qu’Enzo n’ait pas déjà compris qu’il avait anticipé ça. Non, ça ne le réjouissait pas, il savait simplement que le garçon en aurait besoin pour relâcher un peu de pression, et que d’une manière générale les deux en auraient clairement besoin. Bon, d’autres en auraient probablement besoin également, mais, ça, ça attendrait le matin.

Et c’était cet instant que l’escalier avait choisi pour s’activer de nouveau. Ainsi, la petite porte qui le séparait du bureau à proprement parlé s’était finalement ouverte sur un homme qu’il n’attendait pas vraiment. Et qui avait fait déborder le vase déjà plein de Derek, au passage.

- Putain c'est pas vrai, toute l'école va débarquer ici ou quoi?! fis-je d'un air sarcastique. T'as décidé de réveiller tout le monde aussi, histoire de nous faire encore plus remarquer?

Regard sombre de la part du directeur, et pourtant, il avait continué.

- C'est bon là, je peux aller retrouver mon dortoir où je dois attendre de dire bonjour à tout le monde?!

« À vrai dire, je suis assez d’accord avec toi, Moody Derek qui a décidé de prendre la liberté de me tutoyer. Sauf que je n’ai demandé à personne sauf Kyle d’arriver moi. Je comptais avoir une petite conversation avec vous-deux puisque la situation actuelle ne peut pas nous permettre de simplement vous accepter au château sans nous assurer que votre inquiétante et oppressante disparition n’avait pas de rapport avec les Supérieurs. Ils ont tapé trop fort ces derniers temps pour qu’on soit idiots au point de ne pas se méfier. Donc, non, shtroumph grognon, tu ne peux pas rejoindre ta couette tout de suite. »

Il s’était à présent tourné vers Maxence.

« Quoi ? Toi tu l’as assommé le zozo devant la porte d’entrée ? »
« Possible. »
« Et je suppose que ton arrivée n’est pas étrangère à celle d’Ismaelle. »
« Probable. »
« Eh bien fait ton boulot de toubib, s’ils l’acceptent. Quitte à t’être levé en pleine nuit.. »
« Oui, c’est tellement rare ces derniers temps. Sérieusement, les gars, j’suis heureux que vous soyez entiers. En toute honnêteté, et en mettant de côté le fait que vous voudriez probablement être tranquilles, est-ce que je peux vous être utiles ? Nan parce que le premier qui s’écroule demain parce qu’il n’a pas voulu de mon aide aujourd’hui, j’le termine à coup de hache. »

C’était un petit rire qui avait passé la gorge de Logan.

« Si même Maxence commence à ne plus avoir la patience de courir après tout le monde, on n’est pas rendu. »

Les trois adultes échangeaient donc des regards entendus alors qu’un nouvel arrivant poussait la porte.

« Après les jérémiades, passons donc aux mièvreries. Derek, en dehors de tout ça, est-ce qu’il y a quelqu’un que tu veux prévenir ? »

Je songe à faire une fiesta dans mon bureau…

« Il s’est passé beaucoup de choses pendant votre absence. Je veux qu’on en parle, avant que vous partiez. Et vu votre attitude, vous n'êtes pas au courant.. ou alors royalement égoïstes, ce dont j'ose espérer douter. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Look How Far We've Come ▬ Logan   Sam 30 Mai 2015 - 15:39

Rester statique dans cette pièce, entouré de tension, de regards, de tout un tas de choses, clairement ça n'est pas une chose simple. Ni pour eux, ni pour moi, probablement pour personne mais le fait est que les autres me passent un peu au dessus de la tête en cet instant. Un seul but, un seul objectif, une seule volonté. Une réponse à une question, c'est exactement de ça dont j'ai besoin et si les mots auraient pu m'apaiser un peu ça n'est pas le cas. Je ne sortirai de cet état qu'après avoir eu la preuve formelle qu'il est là et qu'il va bien. Point barre. Appelez ça un caprice si vous voulez, si ça peut vous faire plaisir, mais ça ne changera rien. Et sincèrement je ne pense pas être le plus borné dans cette pièce, soit dit en passant.
Cette fois j'y croyais, dur comme fer, mais ça n'est pas le visage que je m'attendais à voir qui a franchis les quelques pas nous séparant du couloir. Maxence. Pourquoi ? Et qui l'a prévenu ? Aucune importance puisque qu'iil ait une bonne raison d'être là ou pas ça n'empêchera pas Derek de péter les plombs. Je ne sais pas lequel de nous deux est le plus tendu mais j'ai parfaitement conscience qu'il suffirait de peu pour que ça dégénère. Entre lui et Logan, entre lui et moi, peu importe. Trop de personnes présentes, trop de pression, trop de caractères forts aussi surement mais je n'ai pas la moindre intention de me mêler à tout ça si je peux l'éviter.

« Putain c'est pas vrai, toute l'école va débarquer ici ou quoi?! T'as décidé de réveiller tout le monde aussi, histoire de nous faire encore plus remarquer? »

Peut être que je devrais m'inquiéter pour lui, pour Derek je veux dire, mais ça n'est pas le cas. Il est grand, c'est son problème s'il se prend un révère de flamme à cause de son impulsivité et je suis loin d'être stupide. J'ai capté tous ses regards, certains pleins de mépris, et je pourrais prétendre que ça me passe au dessus de la tête mais ça n'est pas le cas alors je prends simplement sur moi pour éviter de craquer à mon tour au risque de faire littéralement exploser la situation. T'es qu'un gamin Enzo, un pauvre gosse paumé au milieu des adultes … C'est ça, c'est ce que je suis, si ça peut faire plaisir à certains de le penser. Le problème c'est que le gamin est capable de faire des dégâts, malgré lui ou non, et ça ne rendrait service à personne. Surtout pas à moi. Oui, j'ai envie d'être égoïste et je le serais. Point barre.

« C'est bon là, je peux aller retrouver mon dortoir où je dois attendre de dire bonjour à tout le monde?! »
« À vrai dire, je suis assez d’accord avec toi, Moody Derek qui a décidé de prendre la liberté de me tutoyer. Sauf que je n’ai demandé à personne sauf Kyle d’arriver moi. Je comptais avoir une petite conversation avec vous-deux puisque la situation actuelle ne peut pas nous permettre de simplement vous accepter au château sans nous assurer que votre inquiétante et oppressante disparition n’avait pas de rapport avec les Supérieurs. Ils ont tapé trop fort ces derniers temps pour qu’on soit idiots au point de ne pas se méfier. Donc, non, shtroumph grognon, tu ne peux pas rejoindre ta couette tout de suite. »

Distant, absent, je les regarde mais ne les vois pas vraiment. A quel moment ça va partir en sortilèges ou autre chose dans ce genre là ? Je m'en contre fous, sincèrement. Mes yeux vont et viennent entre ces deux là, puis entre Maxence et Ismaelle mais pas un seul mot de m'échappe. Je n'ai strictement rien à rajouter à ça de toute façon. Logan a raison, ou en tout cas il a ses raisons et elles sont complètement logiques. Ce que Ismaelle et Maxence font là ? Mystère, et si même Logan n'est pas au courant alors … Pourtant il me semblait que Ismaelle était en quelque sorte son bras droit, ça me semble pas aberrant de la voir là mais ce genre de trucs ne me regardent absolument pas. Et qu'est ce que viennent faire les Supérieurs là dedans au juste ? Oui, ça, ça attire mon attention en revanche. Un peu.

« Quoi ? Toi tu l’as assommé le zozo devant la porte d’entrée ? »
« Possible. »
« Et je suppose que ton arrivée n’est pas étrangère à celle d’Ismaelle. »
« Probable. »
« Eh bien fait ton boulot de toubib, s’ils l’acceptent. Quitte à t’être levé en pleine nuit.. »
« Oui, c’est tellement rare ces derniers temps. Sérieusement, les gars, j’suis heureux que vous soyez entiers. En toute honnêteté, et en mettant de côté le fait que vous voudriez probablement être tranquilles, est-ce que je peux vous être utiles ? Nan parce que le premier qui s’écroule demain parce qu’il n’a pas voulu de mon aide aujourd’hui, j’le termine à coup de hache. »

Pas de commentaire.

« Si même Maxence commence à ne plus avoir la patience de courir après tout le monde, on n’est pas rendu. »

Toujours pas de commentaire, malgré le « on n'a rien demandé » qui me démange. Ils n'y sont pour rien eux non plus, ils font juste leur boulot, mais il n'empêche qu'on n'a rien demandé Derek et moi. On n'a pas demandé à se faire embarquer de force par notre propre famille … C'est d'un tordu ...

Nouveau mouvement prêt de la porte, je crois qu'au fond de moi je ne fais même plus trop attention, me disant que c'est surement encore quelqu'un qui va débarquer pour je ne sais trop quoi, c'est surement une sorte d'auto protection mais à l'instant même où mes yeux se posent sur lui c'est comme si mon cœur implosait. Y a comme une impression de déjà vu là dedans … Et ça ne sont pas des bons souvenirs qui viennent avec, vraiment pas, mais l'important c'est la finalité non ? Ça fait combien de fois ? Combien de séparation ? Aucune importance parce que encore une fois il est là, sous mes yeux, et c'est tout ce qui compte.

« En... Enzo c'est bien toi..? »

Je ne bouge pas, lui non plus, et si j'ouvre la bouche aucun son n'en sort. Ce n'est … pas le cas tout le monde visiblement, mais passons.

« Après les jérémiades, passons donc aux mièvreries. Derek, en dehors de tout ça, est-ce qu’il y a quelqu’un que tu veux prévenir ? »

Question : Lequel je prends pour taper sur l'autre ? L'option passage par la fenêtre des deux simultanément me traverse aussi l'esprit je dois l'admettre mais en réalité il n'y a qu'une seule et unique personne qui existe désormais pour moi dans cette pièce, c'est comme ça, et ceux qui ne sont pas capable de le comprendre ou de se retenir de faire ce genre de commentaire de me feront pas sortir de ce calme froid qui me caractérise depuis ce qui me semble être une éternité maintenant. Mon frère bouillonne et je vois très bien dans son regard le fond de sa pensée mais comment te dire que je n'en ai strictement rien à foutre que ça te sorte par les yeux ? Et l'avis de Logan sur la question n'a pas plus d'intérêt. Allez y, ruminez, moquez vous, faites ce que vous voulez, ça ne changera rien au fait. Pas une seule seconde je n'attends d'eux qu'ils comprennent ou gardent un semblant de décence et de respect. Maxence s'en fiche pas mal à mon avis, en tout cas je doute qu'il se permette de faire le moindre commentaire – d'autant plus que je n'ai pas fait un seul geste depuis qu'il est entré dans mon champ de vision – et Ismaelle … C'est Ismaelle. Pas besoin d'en dire plus. Peut être que j'ai eu le majeur qui m'a démangé, c'est vrai, mais visiblement contrairement à certains je sais me tenir. Oui je l'ai mauvaise, oui ça m'énerve ce genre de réflexion, de réaction et oui j'ai envie de leur dire d'aller se faire foutre, d'attraper la main de mon petit ami que je n'ai pas vu depuis un mois et a qui j'ai fait en sorte de penser le moins possible parce que j'avais la trouille que ce connard de Travis l'ait blessé ou pire – et de me barrer sens un seul regard en arrière. Je ne vais pas m'excuser d'avoir eu peur, d'être soulagé, de vivre les choses de manière parfois intense. Cette histoire ça n'est pas la leur, ils n'ont pas leur mot à dire sur la question ni aucun regard à porter là dessus.

« Il s’est passé beaucoup de choses pendant votre absence. Je veux qu’on en parle, avant que vous partiez. Et vu votre attitude, vous n'êtes pas au courant.. ou alors royalement égoïstes, ce dont j'ose espérer douter. »

Attaque personnelle ? Non. Ça n'est pas agréable à entendre pour autant mais je ne le prends pas pour moi et s'il s'est passé tant de choses que ça alors effectivement on n'est pas au courant. Enfin je ne le suis pas en tout cas mais comme le frangin et moi ne nous sommes quasiment pas parlé depuis un mois, difficile de dire ce qu'il sait ou non. Ça m'intrigue, c'est vrai, et j'aimerai réellement savoir à quoi il fait référence mais …

« Ça suffit la démonstration de testostérone et de sale caractère ou de mauvaise humeur. Il est plus de trois heures du matin, je pense qu'on a tous envie d'être ailleurs alors si tout le monde prend un peu sur soi ça ira plus vite. »

Je pourrais presque sourire, en rire, avoir une réaction en tout cas mais passé l'agacement du aux réactions de Derek et Logan je me décide enfin à bouger. Un pas, deux pas, je crois que c'est lui qui franchit le reste mais je n'en suis pas sur et l'instant d'après mon bras enroule sa taille et l'autre se porte dans le haut de son dos jusqu'à ce que ma paume se pose sur l'arrière de son crane. Je suis entre lui et les autres, je leur tourne le dos, et c'est très bien comme ça. Je ne les vois pas, je l'ai lui rien que pour moi et quelque part c'est comme si je cherchais à le protéger sans trop savoir pourquoi. Un profond soupir de soulagement m'échappe quand je sens son corps se coller contre le mien. Mes yeux se ferment, ma tête se cale contre la sienne en douceur. La pudeur est de la partie, je sais que je ne pourrais pas me laisser aller tant qu'on sera là, et surtout tant qu'ils seront là mais ...

« C'est moi. Je te le jure. »

Un murmure, près de son oreille, juste pour lui.

Parce que si moi je parviens à sentir son odeur, son rythme cardiaque, des choses familières que je perçois grâce à mes sens lupins, lui n'a pas ce genre de confirmation et je comprends sa question. Est ce que c'est toi ? Et si c'est toi alors qu'elle partie de toi ? Il m'a ramassé dans des états chaque fois différent, sa méfiance est plus que logique et raisonnable.
Je dégage un de mes bras et attrape son poignet pour lui faire relever le bras afin de lui poser la main sur mon cœur, pour qu'il sache, pour qu'il sente lui aussi. Oui, c'est bien moi, moi et personne d'autre, moi et les battements rapides et irréguliers de mon cœur que tu connais parfaitement. Ma chaleur corporelle aussi. Tu vois ? Tu sens ? Tu le sais, tu le comprends. J'en suis sur.

« Je t'expliquerai tout quand on sera tous les deux, pas ici, mais je vais bien. »

Physiquement c'est une certitude. Mentalement … Je n'ai pas pris le temps de me poser réellement la question mais on va dire qu'on a vu pire, non ? Si.

« Toi ? »

Je m'écarte de manière infime et cherche son regard après l'avoir observé des pieds à la tête rapidement. Rien ne semble clocher, pas d'odeur de sang, pas de … quelconque trace de quelconque blessure. Physiquement ça va pour lui aussi, je crois. Encore un geste que je ne calcule pas même si je m'assure que les autres êtres vivants présents dans cette pièce ne puisse pas le voir – parce que clairement je ne suis pas certain de supporter un autre commentaire désobligeant et ça risque de devenir compliqué pour moi de garder mon calme – ma main effleure sa joue et mes doigts passent rapidement mais en douceur sous un de ses yeux.

« Et Cameron ? »

Parce que non, contrairement aux apparences je ne l'ai pas oublié. Il était là lui aussi le jour où je me suis fait embarquer, le sort de mon cher tonton a été dans sa direction aussi. Questions. Réponses. La base. Rapide, clair, net, précis, et on s'épanchera plus tard parce que ...

« Faut qu'on règle ça sinon ça va mal se finir. »

… leur patience s'effrite et la mienne aussi.

Tous ces mots ne sont que pour Kyle, je ne pense pas que quiconque est entendu.

La première personne dont je croise le regard après m'être retourné et éloigné de Kyle est Ismaelle. Il est doux, apaisant, concerné, comme toujours. Aucun pour Maxence, aucun pour mon frère, comme si elle était un interlude nécessaire. Logan. C'est devant lui que je me plante, lui que je regarde droit dans les yeux sans détour alors que mes mains vont se planquer dans mes poches.

« Entre dans ma tête. »

Stupeur générale ?
J'en sais foutrement rien.

« Quoi ? J'ai pas envie d'en parler, parce que quand je dis que c'est personnel ça l'est vraiment, et je doute être le seul à partager cette façon de penser dans cette pièce. Seulement j'crois qu'on sait tous que c'est pas suffisant pour nous laisser nous balader dans le château à nouveau, hum ? Alors voilà, entre dans ma tête, prends les infos dont t'as besoin et ça règle le problème. »

T'as pas envie de passer la nuit là, moi non plus, personne en fait mais je sais très bien que ça ne viendra pas de Derek alors non je ne me sacrifie pas pour la cause, tout ce que je fais c'est me mettre à dos mon frangin encore un peu plus parce que quelque chose me dit qu'il va m'en vouloir de réagir comme ça mais je crois qu'il ne comprend pas bien qu'on n'a pas vraiment le choix. Il joue les gros durs, soit, mais il y a dans cette pièce des Sorciers bien plus puissants que lui et il n'aura pas le dernier mot. C'est tout.
Je sais plus ou moins à quoi je m'expose, ce que je ne sais pas en revanche c'est comment il va réagir, comment ils vont tous réagir, mais très sincèrement je ne vois pas d'autres solutions alors si quelqu'un en a une en stock et qui n'implique pas un pétage de durite général … Allez y, je vous en prie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Look How Far We've Come ▬ Logan   Sam 13 Juin 2015 - 1:41

Plus les minutes allaient et plus je m'enfonçais dans ce cirque qui n'avait aucun sens. Après avoir passé près d'un mois à être constamment enfermé ou entouré de gens pour lesquels je n'éprouvais aucune affection voilà que je me trouvais à être un étranger dans un endroit que j'avais toujours considéré comme une seconde maison ou du moins un refuge. L'accueil que l'ont nous avait réservé n'était pas celui que j'avais espéré même si je ne m'étais pas attendu non plus à me faire envoyer des roses ou à voir des sourires sur les visages des gardiens présents sur place, mais au moins à un certain respect. Rivers était monté sur ses grands chevaux en me traitant comme si j'étais faux, un mec déguisé en quelqu'un qui n'est pas habituellement. Pourtant il devrait savoir que nous les Ryans sommes très difficiles à imiter et ce même avec du polynectar dans les veines. Peut-être que l'imposteur posséderait tous nos traits physiques jusque dans leurs moindres détails, mais jamais il serait capable de nous imiter dans toute notre complexité. Que ce soit moi ou Enzo. Je ne disais pas ça pour nous placer sur un piédestal, mais simplement parce que c'était une vérité. En nous connaissant bien, Rivers aurait normalement du être en mesure de savoir immédiatement à qui il avait à faire plutôt que de me rabaisser avec son sortilège à la con qui n'avait fait qu'augmenter un peu plus ma colère du moment. Comme si j'avais besoin que l'on doute encore de moi après avoir prouvé que mon passé de supérieur était derrière moi. Sans doute que toutes les occasions étaient bonnes pour qu'il en profite pour montrer qu'il était le plus fort. Après il était vrai que notre situation était assez suspecte compte tenu de notre disparition, mais je refusais de le voir et surtout de l'admettre. Nous étions les victimes et non de vilains prédateurs venus perturber la oh combien parfaite sécurité et tranquillité du château. Je commençais en avoir marre d'être constamment prit pour le méchant alors que pour une fois j'avais bel et bien besoin de me faire sauver.

Pour l'instant je tâchais de prendre sur moi, même si j'avais envie de déguerpir vers mon dortoir et de m'y enfermer pour quelques heures. Je voyais bien que la courte réponse d'Enzo concernant notre disparition laissait notre cher directeur sur sa faim, mais je n'avais pas envie que l'on s'y attarde davantage. Cette histoire était personnelle et ne concernait en rien le château. Notre famille était peut-être une bande de tarés, mais jusqu'à preuve du contraire, il n'y avait pas de supérieurs en son sein. Le seul qu'elle avait eue était moi et j'espérais rester le seul détenteur de ce rôle. Aucun autre mot sur ce sujet fut prononcé et ce grâce à l'arrivée de la chère Stoneheaven qui avait bien entendu montrer un signe d'affection envers nous deux. Un geste que je n'avais pas su apprécier tellement la situation me rendait amer. Ce mois d'enfermement n'avait eu que du négatif sur moi et c'était qu'une fois à l'extérieur que je comprenais à quel point elle m'avait affecté. Et pourtant, j'avais encore envie d'aller m'enfermer, comme si tout ceux qui se présentaient à nous était synonyme d'agression. Je l'avais d'ailleurs fait savoir à Rivers d'une manière acerbe, me disant qu'il allait peut-être me renvoyer sur le champ pour mon comportement.


- À vrai dire, je suis assez d’accord avec toi, Moody Derek qui a décidé de prendre la liberté de me tutoyer. Sauf que je n’ai demandé à personne sauf Kyle d’arriver moi. Je comptais avoir une petite conversation avec vous-deux puisque la situation actuelle ne peut pas nous permettre de simplement vous accepter au château sans nous assurer que votre inquiétante et oppressante disparition n’avait pas de rapport avec les Supérieurs. Ils ont tapé trop fort ces derniers temps pour qu’on soit idiots au point de ne pas se méfier. Donc, non, shtroumph grognon, tu ne peux pas rejoindre ta couette tout de suite.

J'eus une expression bizarre au mot shtroumph que je n'avais jamais entendu auparavant, mais cela ne m'empêcha pas de ruminer davantage. Pour toutes réponses, je poussai un soupir et je roulai de nouveau des yeux. Quelque chose me disait que la nuit allait être longue et pénible et que nous allions être sans doute soumis au véritacerum et à de longues heures d'interrogation obligatoires. Tout pour me déplaire et sans doute pour déplaire à mon frère aussi. Nous n'étions pas le genre à parler de nos problèmes personnel donc s'exposer d'une manière aussi franche et ouverte pouvait s'avérer pénible.

- Quoi ? Toi tu l’as assommé le zozo devant la porte d’entrée ?
- Possible.
- Et je suppose que ton arrivée n’est pas étrangère à celle d’Ismaelle.
- Probable.
- Eh bien fait ton boulot de toubib, s’ils l’acceptent. Quitte à t’être levé en pleine nuit..
- Oui, c’est tellement rare ces derniers temps. Sérieusement, les gars, j’suis heureux que vous soyez entiers. En toute honnêteté, et en mettant de côté le fait que vous voudriez probablement être tranquilles, est-ce que je peux vous être utiles ? Nan parce que le premier qui s’écroule demain parce qu’il n’a pas voulu de mon aide aujourd’hui, j’le termine à coup de hache.
- Si même Maxence commence à ne plus avoir la patience de courir après tout le monde, on n’est pas rendu.


Je jetai un coup d'oeil à Enzo pour voir qu'il n'avait pas l'intention de répondre à la question lancée par l'infirmer. Je le devançai donc en regardant l'homme qui nous offrait son aide.

- Nah ça va, on a rien. Tu peux retourner dormir.

Un ordre de lancé.
Ouais juste comme ça.

C'est à ce moment que Johnson a fait son apparition pour rajouter une couche de dramatisation. Je reteins une grimace et je détournai rapidement le regard histoire de ne pas être témoin de ses retrouvailles qui ne me touchaient nullement. Je sentis comme un malaise traverser l'endroit, sauf peut-être pour Stoneheaven qui devait bien se réjouir de cette réunion d'amoureux.


- Après les jérémiades, passons donc aux mièvreries. Derek, en dehors de tout ça, est-ce qu’il y a quelqu’un que tu veux prévenir ?

Je levai les yeux vers Rivers, légèrement surpris d'une telle question.
J'haussai les épaules.


- Nah.

Je n'étais pas ou du moins plus aussi populaire que pouvait l'être mon frère. Pas de copine, pas vraiment d'amis. Y'aurait pu avoir Megan, mais ça se trouvait elle n'avait même pas remarquer mon absence. De toute manière j'en avais marre de courir après cette conne.

- Il s’est passé beaucoup de choses pendant votre absence. Je veux qu’on en parle, avant que vous partiez. Et vu votre attitude, vous n'êtes pas au courant.. ou alors royalement égoïstes, ce dont j'ose espérer douter.

Tiens donc. Fallait juste que l'on soit kidnappés pour qu'il se passe quelque chose dans cette école. Pas que je souhaitais le retour des supérieurs, sachant que j'allais certainement être l'un des premiers à se faire exécuter s'ils reprenaient le contrôle de la place, mais quand même. L'endroit était devenu un peu moche depuis l'arrivée des gardiens qui me semblaient bien inutiles. La majorité semblaient ne pas être en mesure de se servir de leurs baguettes. Quant aux autres, leur intelligence semblait leur faire défaut et une minorité devait être ici juste pour reluquer les filles. Toute une bande de cons payés à rien faire. S'il s'était vraiment produit des événements tragiques ou malheureux durant notre absence, mes réflexions à leur endroit s'avéraient justes. Incompétents et inutiles. Quoi qu'il en soit, j'étais curieux de savoir ce qu'allait nous révéler Rivers à ce sujet.

- Ça suffit la démonstration de testostérone et de sale caractère ou de mauvaise humeur. Il est plus de trois heures du matin, je pense qu'on a tous envie d'être ailleurs alors si tout le monde prend un peu sur soi ça ira plus vite.

Pour une fois, Stoneheaven avait raison.
Aller crache le morceau Rivers que j'aille me planquer dans mon lit.

Un mouvement de la part de mon frère détourna mon attention et lorsque je le vis se diriger vers Johnson (qui lui se dirigeait vers Enzo), je tournai aussitôt la tête dans l'autre sens, sachant parfaitement ce qui allait s'en suivre. Comme si je voulais être certain de ne rien capter visuellement de ce moment, je fermai les yeux.


- Je t'expliquerai tout quand on sera tous les deux, pas ici, mais je vais bien. Toi ?
- Je vais bien. Ça va encore mieux maintenant que tu es là.


Ils chuchotaient et il m'était donc impossible de pouvoir distinguer ce dont ils parlaient. Ce n'était pas dur à imaginer. Sans doute des oh tu m'as manqué et des oh je t'aime et bla bla bla. De toute manière je m'en foutais complètement. J'espérais juste que leur petite conversation ne durerait pas trop longtemps histoire que l'on puisse passer à ce qui nous intéressait le plus. Ils auraient le temps de discuter tout le restant de l'année s'ils le voulaient. Inutile de nous faire part de ça.

- Et Cameron ?
- Il semble aller bien. Il a été super présent pour moi durant tout le temps que tu était absent. Heureusement qu'il était là...
- Faut qu'on règle ça sinon ça va mal se finir.
- Oui je comprend, t'inquiète.


J'ouvris finalement les yeux, fixant le pan de mur auquel je faisais face. Ils semblaient avoir terminé leur petit bla bla. On pouvait passer aux choses sérieuses maintenant? Je le pense oui, puisque je vois Enzo passer devant moi. Si mes yeux le suivent, les siens m'ignorent comme si j'étais inexistant. Il se mit devant le directeur, l'air motivé.

- Entre dans ma tête.

Euh... Pas d'accord...?
Il avait le droit de faire ça sans me consulter? D'accord c'était sa tête et sa mémoire. Nous ne partagions pas tout à fait la même compte tenu des événements qui avaient eu lieu là-bas, mais n'empêche. Cette idée ne me plaisait pas du tout.


- Quoi ? J'ai pas envie d'en parler, parce que quand je dis que c'est personnel ça l'est vraiment, et je doute être le seul à partager cette façon de penser dans cette pièce. Seulement j'crois qu'on sait tous que c'est pas suffisant pour nous laisser nous balader dans le château à nouveau, hum ? Alors voilà, entre dans ma tête, prends les infos dont t'as besoin et ça règle le problème.

Il n'avait pas tord, mais une partie de moi refusait qu'il s'ouvre de cette manière. Non il n'était pas le seul à penser que ce qu'il s'était déroulé durant le dernier mois était quelque chose de très personnel. Je n'avais pas envie que tout le monde apprenne que notre famille n'était qu'une bande d'abrutis qui avaient eu le culot de nous enlever d'une manière facile et lâche. Je ne voulais pas que l'on découvre que nous n'avions pas été en mesure de nous défendre contre nos adversaires. Je ne voulais pas qu'ils voient que nous avions été forcé de nous rapprocher de nos cousines en terme de mariage. Toutes ces choses me foutaient une honte grandiose et je n'avais pas envie de me sentir rabaisser devant Rivers ou devant les autres à qui il pourrait en discuter et en rigoler.

D'une manière instinctive, je jetai un regard à Johnson qui n'avait pas bougé, se trouvant désormais à quelques pas de l'entrée du bureau. L'air fatigué et soulagé à la fois, il regardait Enzo comme s'il tentait lui aussi d'entrer dans sa tête pour y percer le mystère au grand chose. Je fis un regard insistant dans sa direction, comme si je voulais qu'il dise quelque chose pour empêcher ce que Rivers s'apprêtait à faire, mais il restait stoïque et ne m'accordait aucun regard. Après tout, il ignorait ce que nous avions du traverser et sûrement que la seule chose qu'il voulait s'était de se retrouver dans l'intimité avec mon frère.
Cette dernière pensée me fit frémir.


- Fais pas ça s'il te plaît, fis en regardant de nouveau mon frère.

Je fis quelques pas dans sa direction, histoire de me rapprocher du duo.


- Y'a sûrement moyen de dire quelques petites choses sans forcément tout révéler, non? On a qu'à dire le principal et au diable les détails.

Genre le supposé mariage avec nos cousines.

- Moi aussi je veux que ça finisse et aller dormir, mais je pense que j'ai mon mot à dire, non?

Je regardais Rivers.

- Donne nous du véritacérum si tu as peur qu'on te raconte des bobards.

J'haussai les sourcils dans l'attente d'une réponse, espérant qu'elle soit positive.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Look How Far We've Come ▬ Logan   Mer 17 Juin 2015 - 14:55

Ça n’est pas simple comme situation. Trop de gens, trop de personnalités à gérer, trop peu de temps et beaucoup trop de difficultés derrière chaque regard. Chacun dans cette pièce avait un passé lourd, chacun avait dû gérer des choses compliquées ne serais-ce que dans ces quelques derniers mois et tous étaient probablement épuisés et à bout de nerf. Alors ils faisaient plus ou moins avec et plus ou moins en sorte que personne ne s’étrangle avant l’aube. Bien sûr, le directeur avait eu une toute autre idée de cette scène, avec beaucoup moins de tensions et beaucoup plus de soulagement mais, non, comme toujours, tout ne se passe pas comme c’était prévu. Ainsi Derek avait fini par arrêter de faire son malin. Probablement avait-il comprit qu’il dépassait les bornes auprès de quelqu’un qui n’avait pas particulièrement la patience pour. Et Kyle était arrivé. Instant de solitude extrême donc pour toute personne dans cette pièce autre que les deux amoureux. Du moins, c’était ainsi que Logan le vivait. Il savait bien des choses sur les deux garçons à cause de ce qu’il s’était passé il y avait de ça… des mois. Beaucoup de mois. A vrai dire, ça lui semblait être arrivé il y avait une éternité, cet instant où il ne s’était pas contrôlé et où il avait fait ce pourquoi il s’était pourtant entraîné pendant des années, à l’écart de l’humanité. Violer un esprit n’est pas tout à fait la chose la plus agréable, l’inverse non plus. Et ils avaient eu le droit aux deux. Alors, bien sûr, il y avait une relation qui s’était installée entre eux. D’où le fait qu’il accepte sans y penser qu’Enzo le tutoie alors que ça lui faisait sévèrement grincer des dents lorsque Derek le faisait à son tour. Peut-être que les ressentis d’Enzo pour son frère à l’époque jouaient aussi dans l’équation ? Ou simplement cette attitude parfaitement suffisante et hautaine qu’il avait…

Enfin, dans tous les cas, il s’était retourné vers lui pour lui proposer de prévenir quelqu’un. Il avait probablement également besoin de quelqu’un auprès de lui mais, ne le connaissant pas, Logan n’avait pas anticipé comme il l’avait fait pour Enzo. D’accord, ça aurait d’ailleurs pu être une connerie totale. Mais au vu de la scène dont il s’était ostensiblement détourné, ça n’était pas le cas.  
Non, donc, pour ce qui était de l’appel à un ami concernant Derek. Dommage, ça aurait probablement apaisé les tensions. Ou pas d’ailleurs.

Toujours était-il que questions tensions, c’était Ismaelle qui avait fini par intervenir.

- Ça suffit la démonstration de testostérone et de sale caractère ou de mauvaise humeur. Il est plus de trois heures du matin, je pense qu'on a tous envie d'être ailleurs alors si tout le monde prend un peu sur soi ça ira plus vite.

Il avait sourit, clairement amusé. Ah parce qu’il était de mauvaise humeur là ? Oui, comme toujours, mais beaucoup moins que d’ordinaire. Son ton était clairement sarcastique, et il était largement sur des notes humoristiques. Cependant, il fallait croire qu’à trois heure du matin, il n’y avait pas grand monde à le comprendre. Quoi que cette vérité se généralisait clairement sur le reste de la journée. Merci Alec d’avoir le décodeur, ça fait du bien parfois.
Enfin bref ! Il n’avait donc pas donné la réplique à Ismaelle, se contentant de garder un petit sourire sur les lèvres. A vrai dire, quelque part, il était surtout déçu que tout ça se passe ainsi. Après tout ce temps à craindre pour leurs vies. Oui, il y avait quelque chose d’extrêmement frustrant à ça, sachant qu’il avait réellement essayé de faire les choses bien pour une fois. Pour les ménager, pour apporter du réconfort et des réponses. Mais il fallait croire que ça n’avait pas d’importance. Aucun intérêt donc, à tenter de faire les choses bien, nous sommes d’accords. Ça l’avait déjà amené à ce poste : très mauvaise chose ! Surtout qu’il y laisserait très certainement la vie.

Alors que les deux jeunes hommes discutaient, Maxence qui avait proposé son aide tout en se prenant un vent magistral de la part d’Enzo et avait froncé des sourcils à la réponse de Derek s’était finalement tourné vers lui avec un regard équivoque.

« Je t’en pris. »

Rentre te coucher, comme le suggérait de manière particulière insupportable et hautement puérile Derek.  En effet, manifestement, même Maxence qui était de nature plutôt souple avait tiqué. Un roi s’adressant de manière hautaine à sa coure, c’était tout à fait ça. Cependant, il fallait croire que Maxence écoutait les injonctions d’Ismaelle et avait décidé de ne pas se battre, retournant en effet se coucher. Il l’avait, dans tous les cas largement mérité vu son travail de ces dernières semaines.

« N’hésitez surtout pas vous deux. Bonne nuit. »

Le regard qui était passé entre ses deux collègues était encore une fois indéchiffrable pour Logan. Clairement, il avait du mal à savoir où ils en étaient tous les deux et c’était peut-être réciproque. Compliqué tout ça.
Maxence était donc sorti, laissant la pièce un peu moins pleine.

Ah ! Les retrouvailles  s’étaient terminées.

Enzo s’était alors tourné directement vers lui, plongeant un regard déterminé dans le sien quelque peu sceptique. Oui, nan, ce regard là, il ne l’aimait pas trop, il présageait des…

- Entre dans ma tête.

… mauvaises idées.

Il avait explicitement froncé des sourcils en entendant cette proposition. Son regard s’était posé un instant sur Ismaelle qui savait également très clairement de quoi il parlait, puis vers Derek, qui semblait bloquer totalement sur l’idée.

- Quoi ? J'ai pas envie d'en parler, parce que quand je dis que c'est personnel ça l'est vraiment, et je doute être le seul à partager cette façon de penser dans cette pièce. Seulement j'crois qu'on sait tous que c'est pas suffisant pour nous laisser nous balader dans le château à nouveau, hum ? Alors voilà, entre dans ma tête, prends les infos dont t'as besoin et ça règle le problème.

Quelques secondes de silence avaient suivi alors que le regard du directeur en était revenu à détailler Enzo, examinant la situation.

« Moi, ça me va. »

Ça me fait chier. Mais ça me va.

A leurs côtés, pourtant, c’était Derek qui semblait chercher une autre réaction de la part des personnes présentes dans ce bureau, et notamment venant de Kyle, chose étonnante d’ailleurs. Ne cherche pas à comprendre leurs relations, Logan, tu n’y arriverais pas.

Finalement, c’était directement vers son frère qu’il s’était tourné tandis que Logan reportait son regard sur Ismaelle.

- Fais pas ça s'il te plaît



- Y'a sûrement moyen de dire quelques petites choses sans forcément tout révéler, non? On a qu'à dire le principal et au diable les détails.
« Ah mais si ça peut te rassurer, je me contrefous des détails. Et je n’irais chercher que ce qui m’intéresse, le reste ne me concerne pas. »

Il y a d’ailleurs beaucoup trop de choses que je sais de vous qui ne me concernent pas !

- Moi aussi je veux que ça finisse et aller dormir, mais je pense que j'ai mon mot à dire, non?

C’est pour ça que je ne suis pas entré à la seconde où j’ai accepté de le faire.


- Donne nous du véritacérum si tu as peur qu'on te raconte des bobards.

Tu..
Turlututu.

« C’est possible. Ça prendra quelques minutes avant d’avoir un effet et ça vous contraindra à dire la vérité pendant environ une heure par contre. Soyez en conscients. »

Les questions du type « Où étiez-vous ? » « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » de la part de ceux que vous réveillerez ou de ceux qui ne respectent pas le couvre feu peuvent être gênantes…
C’est aussi le moment de poser toutes les questions qui te passent par le crâne sur ton couple Kyle ! … Oui, j’aime donner des idées à la con. Ne verbalise pas ça Logan, c’est mieux.

Il y a des choses qu’il vaut mieux ne pas dire à voix haute. Comme la crainte du jugement qu’un Rivers pourrait avoir sur des histoires de mariages arrangés ! Sérieusement Derek, soit logique. Logan aurait lui-même très probablement été marié à une cousine s’il n’était pas un fils illégitime et royalement emmerdant familialement parlant. Et surtout, sincèrement, il n’irait rien répéter à qui que ce soit, et encore moins en rire. D’ailleurs les secrets d’Enzo ou d’autres n’avaient toujours pas passé ses lèvres.

Se dirigeant vers une armoire, il était revenu avec deux petites fioles qu’il avait déposées sur une table ronde non loin de la petite assemblée.

« Elles sont là. C’est à vous de choisir. En attendant, on peut peut-être discuter de ce qu’il s’est passé ici non ? »

Il s’était tourné vers Ismaelle essentiellement. Oui ? Oui, nous sommes d’accords.

« Salem est tombé, j’ai peut-être perdu le compte de vos départs, donc je ne sais plus si vous étiez au courant. Ou si vous l’avez sut via les informations extérieures. Bref, déjà. Ceux qui y ont réchappé se sont réfugiés ici. Et le château a été attaqué le jour de Noël. Il y a eu des blessés, des morts, et des disparus. »

Il ne pouvait s’empêcher d’avoir une pensée pour Aileen dont le frère était toujours manquant à l’appel. Lorsqu’il reporta de nouveau son regard vers sa plus proche alliée, il ne put qu’y remarquer la pointe de douleur de celle qui le connaissait… le connait. Passé ou présent ? Vivant ou mort ? Enfermé ou torturé ? Clairement, il préférait ne pas y songer et pourtant, tout ça tournait sans arrêt dans sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Look How Far We've Come ▬ Logan   Jeu 18 Juin 2015 - 18:03

Demain j’arrêterai peut être de ne penser qu’à moi et j’irai certainement m’excuser auprès de Maxence de lui avoir collé le vent le plus magistral de toute l’histoire des vents mais là je suis désolé, je n’essaie même pas de faire autrement. Je pense qu’il me connait un minimum, qu’il sait que ça n’est pas dans mes habitudes de réagir de cette façon. Derek fait ce qu’il veut, je ne suis pas son père mais simplement son p’tit frère alors s’il a envie de parler à la terre entière comme s’ils étaient tous les sujets de King Ryans qu’il le fasse. Ça n’est pas mon problème même si c’est peut-être une réaction égoïste de ma part. Passé un certain stade, arrivé à un certain niveau et surtout vu le contexte, non, je suis désolé mais cette nuit je ne réagirai pas différemment. La personne qui passe en priorité sur ma liste c’est moi, pour une fois, et même si Kyle est hors compétition parce que c’est comme ça, je resterai focalisé sur moi et sur ce que je veux, sur ma façon de vivre, ressentir et gérer les choses.
Petit frère obéissant, gentil garçon aimable et serviable, je le suis. Est-ce que j’ai dit un mot plus haut que l’autre depuis que les grilles se sont ouvertes ? Non. Pas un seul. C’est à peine si mes mâchoires se sont desserrées alors forcément ça aide mais elles laissent échapper le nécessaire je pense, le plus utile en tout cas. Ça ne m’enchante pas spécialement qu’on vienne fouiller dans ma tête mais c’est la seule solution que j’ai trouvé alors bien sur je ne dis pas que c’est l’unique et la meilleure mais au moins l’idée est lancée. Je propose, vous disposez, c’est un peu l’idée. Des réactions ? Oui, quelques échanges de regard entre Logan et le reste de l’assemblée pendant que mes yeux restent braqués sur lui. Ce qu’il se passe derrière moi je n’en ai pas la moindre idée et ne chercherais pas à le savoir. Son attention se cale à nouveau sur moi, je lis tout un tas de choses dans ses expressions et devine qu’il n’est pas super emballé par l’idée mais dans le fond ça n’a rien d’étonnant quand on sait comment ça s’est passé la seule et unique fois où il a eu accès à ce qu’il se passe dans ma caboche. C’était de ma faute, j’ai réagi comme un crétin ce jour-là mais le voir s’acharner sur Sovahnn comme il le faisait m’a fait péter les plombs et … Voilà. Ce sont des choses qui sont restées entre nous et qui le resteront, je pense qu’on en a conscience tous les deux.

Verdict ?

« Moi, ça me va. »

Bon.
Alors allons-y.

« Fais pas ça s'il te plaît. »

Est-ce que je m’attendais à entendre ça ? Non, pas une seule seconde. La vérité c’est que déjà totalement partie dans le délire j’en avais quasiment oublié sa présence. Je l’entends s’approcher et tourne finalement la tête pour capter son regard, surpris, ne sachant pas trop comment réagir alors que c’est le premier échange qui se profile entre nous depuis … Depuis quand au juste ?

« Y'a sûrement moyen de dire quelques petites choses sans forcément tout révéler, non? On a qu'à dire le principal et au diable les détails. »
« Ah mais si ça peut te rassurer, je me contrefous des détails. Et je n’irais chercher que ce qui m’intéresse, le reste ne me concerne pas. »

Dans un autre état d’esprit j’aurai pu lâcher un rire sarcastique à l’attention de Logan. Je sais très bien que lui non plus n’a pas franchement apprécié son petit séjour dans ma tête à cause de tout ce qu’il y a vu mais surtout ressenti alors oui, je vois parfaitement de quoi il parle quand il dit qu’il se fout des détails et je n’en doute effectivement pas une seule seconde. Si j’ai proposé cette option c’est bien parce que j’ai confiance et que je sais qu’il n’ira pas mettre son nez là où il n’a rien à y faire mais ça Derek ne peut pas le savoir. Il ne connait pas Logan comme moi je le connais, c’est un fait. Il ne sait pas tout ça, tout ce que le Directeur de notre école et moi avons pu partager – c’est glauque dit comme ça – jusqu’ici pour la simple et bonne raison que je ne lui en ai jamais parlé ou presque. Ça ne s’est pas présenté, je crois, et puis ça n’est pas comme si on avait l’habitude de se confier nos secrets les plus intimes … Chose que j’ai parfois regretté – dans la limite du raisonnable j’entends – mais c’est comme ça, on fait avec. On a parfois réussi à se confier l’un à l’autre sur certaines choses, relativement graves la plus part du temps, mais je pense que le moment est plutôt mal choisi pour lui balancer l’historique de toute façon.

« Moi aussi je veux que ça finisse et aller dormir, mais je pense que j'ai mon mot à dire, non? »

Oui, bien sûr que oui il a son mot à dire seulement je dois l’admettre je ne l’ai pas pris en compte. Encore une fois ça n’est pas mon genre mais vu l’humeur du jour, la situation, le contexte et l’état de tension de tout le monde et mon propre état d’esprit encore complètement largué par tout ce merdier … Peu importe. Aucun mot ne m’échappe, encore une fois, mais j’acquiesce d’un signe de tête tout en reculant d’un pas comme pour élargir le cercle, non sans jeter un coup d’œil à Ismaelle puis à Kyle qui se tient légèrement en retrait. Mes yeux vont ensuite de Derek à Logan, de Logan à Derek, comme si quelque part je leur laissais les rênes ou un truc comme ça. Pas que j’ai eu l’intention de les avoir, mais il faut croire que la fatigue commence à prendre le pas sur le reste alors si vous voulez mener la barque tous les deux allez-y.

T’as raison petit, laisse les grands gérer la situation. Avec un peu de chance ta maman viendra te chercher à la sortie de l’école et on n’en parlera plus. Enzo … Je sais, c’est pas le moment d’être cynique. Désolé.

« Donne-nous du véritacérum si tu as peur qu'on te raconte des bobards. »

Ce coup-ci je l’admets c’est à moi de tirer un peu la tronche et c’est de manière vive que je tourne la tête vers mon frère, le fusillant probablement du regard au passage sans trop m’en rendre compte. Du Veritaserum ? Et en quoi c’est mieux ou moins pire qu’un p’tit séjour dans ma tête au juste ? Ça n’impliquait que mes souvenirs, Logan aurait rapidement compris de quoi il s’agissait et on n’aurait pas eu à ouvrir la bouche.

« C’est possible. Ça prendra quelques minutes avant d’avoir un effet et ça vous contraindra à dire la vérité pendant environ une heure par contre. Soyez en conscients. »

Avec cette connerie c’est toute la vérité, rien que la vérité, levez la main droite et dites je le jure. Et s’il me demande comment s’est passé la Pleine Lune ? Lui ne le fera peut-être pas mais Ismaelle ? Je doute que l’un ou l’autre « abuse » de la situation mais ce sont des choses que je n’ai pas franchement envie de verbaliser. J’ai pété un câble, j’suis devenu complètement cinglé et j’ai failli bouffer mes p’tits cousins, c’était super chouette ! Je me rends compte que je ne me sens pas super à l’aise à l’idée de raconter tout ça à Kyle tout simplement parce que j’ai peur. J’ai peur qu’il ait peur, de moi, de ça, de ce que je suis, de la bête à qui il a déjà eu affaire et j’ai pas non plus envie de balancer des noms, de … Ok, stop. Ça ne sert à rien de paniquer. Inspire, expire. Tout ira bien. De toute façon d’une manière ou d’une autre il faudra que la vérité sorte alors … soit. Et ils se passent quoi si on croise quelqu’un en sortant d’ici ? Ça suffit les ascenseurs émotionnels, calme toi, concentre toi.

« Elles sont là. C’est à vous de choisir. En attendant, on peut peut-être discuter de ce qu’il s’est passé ici non ? »

Elles ? Deux petites fioles posées à présent sur son bureau et que mes yeux ne quittent plus. Un échange de regards plus tard entre Logan et Ismaelle, la conversation s’engage et je sens mes doigts qui me démangent, réclamant ceux de Kyle. Comme un besoin de me raccrocher à quelque chose ou plutôt à quelqu’un. Quelqu’un capable de m’apaiser, de me tranquilliser. Besoin de lui, tout simplement, après un mois de séparation passé dans l’angoisse.

« Salem est tombé, j’ai peut-être perdu le compte de vos départs, donc je ne sais plus si vous étiez au courant. Ou si vous l’avez sut via les informations extérieures. Bref, déjà. Ceux qui y ont réchappé se sont réfugiés ici. Et le château a été attaqué le jour de Noël. Il y a eu des blessés, des morts, et des disparus. »

Et les informations tombent tel un couperet, nous laissant mon frère et moi complètement abasourdis je crois. Lui je ne sais pas exactement en réalité mais en ce qui me concerne c’est comme un coup de poing en plein estomac. Salem, tombé. Des réfugiés, des blessés, des morts, des disparus, une nouvelle attaque sur Poudlard … Mon cœur rate un de ses battements, je crois que j’en perds le souffle quelques secondes et quand l’oxygène se repointe les questions reviennent avec et une certaine forme de panique. Je crois qu’Ismaelle le perçois tout de suite, elle anticipe et elle a raison parce que quand on me connait on sait à quel point je peux être impulsif. Pour faire clair : Je suis à deux doigts de foutre le camp et d’aller vérifier par moi-même si tous les gens qui comptent pour moi vont bien. J’en ai certains sous les yeux, certes, mais les autres ?

« A ma connaissance aucun de vos proches n’est concerné. »

Ismaelle me connait, elle est une des personnes qui me connait le mieux dans ce château et je sais qu’elle fait suffisamment attention à tous les élèves pour savoir qui est proche de qui même si bien sur personne n’est infaillible mais en ce qui me concerne elle a beaucoup d’éléments ma vie, on parle énormément alors … oui, ça me soulage. Les images que j’avais en tête s’estompent petit à petit même si l’angoisse ne disparait pas complètement. Le problème c’est que ça fait trop de choses d’un coup et faire le tri là-dedans n’est pas une mince affaire. Ce qu’on vient vivre personnellement Derek et moi, disons nos problèmes personnels, et maintenant ça ? C’est … trop. Je sais que je ne suis pas capable de tout gérer d’un coup alors je fais un choix, consciemment ou pas, et ce choix consiste à me concentrer sur une seule chose à la fois. Ça sera le côté personnel quand bien même je suis soulagé de savoir que mes amis vont bien ou en tout cas sont en vie. Et Lune ? Est-ce qu’elle va bien ? C’est peut être totalement stupide de penser à son chat alors que des êtres humains – ou non – sont morts mais elle a tout autant d’importance pour moi et …

« Mais Jake a disparu. »

… dans ma tête tout commence à sérieusement se mélanger. Stop. Réellement. C’est vraiment trop à encaisser en même temps. Non ça ne me touche pas personnellement que Jake ait disparu même si j'avais appris à le connaître un peu et à l'apprécier à force de trainer auprès des créatures mais je pense à ses proches, à sa sœur, même à Ismaelle parce que je devine que cette disparition la touche. Un peu d’empathie n’a jamais tué personne, d’autant plus que ce sont des sensations que je connais pour les avoir déjà ressentis et je pense que Derek aussi mais ça ne sert à rien de remuer le passé. Lui reste stoïque, je vais prendre exemple sur mon grand frère même si ça ne m’empêche pas d’adresser un regard désolé à la jeune femme. Je ne poserai pas de questions. Je sais que ça peut passer pour de l’indifférence pourtant ça n’est pas le cas. Tout ce que je me contente de faire c’est garder le silence, être attentif, écouter ce qu’on me dit, ce qui se dit pour finalement attraper une des fioles sans prévenir, l’ouvrir et en prendre quelques gouttes avant de la reposer sur le bureau.

En ce qui me concerne on commence quand vous voulez, c'est un peu le message transmis par ce geste.

L’instant d’après je recule de quelques pas et me positionne près de Kyle sans pour autant m’éloigner trop des autres. Ça fait un mois, j’ai plus envie de passer une seule seconde loin de lui alors qu’on est dans la même pièce même si je sais garder de la pudeur et ne pas imposer aux autres des choses qui ne les concernent pas, et qui les agacent pour certains. Je ne le touche pas, je veux juste pouvoir ressentir sa présence et l’avoir dans mon champ de vision.
Tic, tac. Les secondes s'écoulent, les minutes et j'ai le regard braqué vers le sol que je ne vois pas. Tout ce que je perçois est intérieur : Les battements de mon cœur, la chaleur du sang qui coule dans mes veines en répétant inlassablement le même trajet. Je ne sais pas si ça vient de lui ou de moi, tout ce que je sais c'est que ma main fini par se retrouver si proche de celle de Kyle que mes doigts l'attrapent et la serre un instant avant de la relâcher. Pas un regard pour autant. Tic, tac. J'explose.

« C'est familial. Toute cette putain de mascarade n'est rien d'autre que l'illustration parfaite du degré de connerie dont sont capables ces Sorciers complètement élitiste qui se targuent d'avoir le sang pur. Vous voulez savoir où on était pendant un mois ? Chez notre Grand-Père, le père de notre mère. Un illustre inconnu qui n'a rien trouvé de plus intelligent à faire dans sa vie que d'envoyer son beau-fils embarquer les enfants de sa fille morte depuis trois ans et de les retenir captifs dans une belle cage dorée où ils n'ont manqué de rien si ce n'est de leur liberté et des gens qu'ils aiment. Pourquoi ? J'en sais rien. Carence affective peut être ? Après tout c'est visiblement dans les gênes. Ou peut être pour rattraper le tir et notre éducation par la même occasion. Peut être aussi parce que Derek à les mêmes yeux que notre mère et que j'ai soit disant le même sourire alors étant donné qu'il a tout foiré avec l'original peut être qu'il s'est dit que ça serait jouable de tenter de compenser avec la génération suivante. »

Et oui toutes ces conneries m'atteignent en plein cœur ! En attendant j'ai juste l'air d'un con à bout de souffle, un con qui a ouvert les vannes et qui a juste envie de fermer cette parenthèse une bonne fois pour toute. C'est rien de plus qu'un traumatisme de plus, on s'en remettra.

« On s'est pas transformés en espions ou je sais pas quoi, on n'était pas avec ces connards, on est juste deux pauvres cons qui peuvent plus compter sur personne là dehors. »

Les bras le long du corps, un stature mettant clairement en lumière la lassitude que je ressens en cet instant, c'est comme si toute la tension, l'adrénaline, toutes ces choses qui me maintenaient debout finalement, s'envolaient les unes après les autres et me laissaient totalement livré à moi même avec cette impression de ne plus réussir à pouvoir tenir debout. J'suis qu'un putain de gosse, et oui, j'ai une putain d'envie de chialer là si vous voulez tout savoir mais je ne le ferais pas parce que j'ai trop de fierté pour ça.

Parce que j'étais franchement pas prêt à verbaliser toute cette merde et que si ça n'avait tenu qu'à moi je ne l'aurai probablement jamais fait - disons pas comme ça, pas aussi "brutalement" - mais malgré tout ça je comprends le but de la manœuvre alors si on pouvait juste en finir ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Look How Far We've Come ▬ Logan   Jeu 2 Juil 2015 - 15:30

Mais la situation s’était doucement tournée vers la seconde option. Seconde option qui ne semblait absolument pas plus plaire à Enzo mais celui-ci avait à priori prit sur lui.
Bien que cette solution lui semblait moins bonne que la première, Logan n’avait pas fait plus de commentaires, donnant la possibilité aux deux jeunes gens de choisir. Il leur avait donné tous les éléments, ils devaient choisir, maintenant, c’était à eux de voir. Il n’allait pas non plus les attacher sur une chaise pour leur tirer les vers du nez.
Isma aurait sorti le fouet s’il avait fait ça de toute manière ! Rabat-joie va !

Mais puisque de joie, il n’y en avait pas vraiment, autant faire les choses à fond ! Non, pas le martinet, juste la vérité. Une réalité dont ils n’avaient pas conscience en cet instant. Les deux dirigeants avaient donc énoncé les choses. Logan en premier, expliquant la situation, ce qui s’était passé alors qu’ils étaient absents. Ismaelle complétant les informations par un léger détail utile : leurs proches allaient bien.
Les leurs oui.

« Mais Jake a disparu. »

Ils avaient tous deux eu un regard qui voulaient dire beaucoup de choses. Ismaelle comme Maxence étaient proches de Jake, il le savait parfaitement. Ça n’était pas son cas, non, parce qu’il y avait beaucoup trop qui les séparait, notamment leur passé commun. Mais il s’agissait du frère d’Aileen et ne serais-ce que par respect pour son chagrin et celui de ses collaborateurs, oui, il était affecté. Et le fait qu’il l’avait perdue elle au passage n’aidait en rien les choses. Surtout qu’il était d’accord avec le ressentis d’Aileen : c’était de sa faute, et il ne pouvait mettre ça de côté. Il aurait probablement pu et dû faire les choses mieux. Et s’il l’avait fait, il n’y aurait sans doutes pas autant de blessés, ni de disparus. Ni de morts.

C’était l’instant qu’Enzo avait choisir pour attraper l’une des fioles et en boire quelques gouttes. C’était fait, la décision était prise apparemment. Plus qu’à attendre quelques minutes que ça fasse effet.
Pas moyen de discuter comme ça sans prendre le risque d’une question mal placée arrivée au mauvais moment alors il s’était simplement tus. Il s’était rapproché d’Ismaelle pour discuter à voix basse et, finalement, n’avait rien trouvé à ajouter. Alors quelques minutes s’étaient égrenées avant que l’orage éclate. Le trop plein qui avait besoin de sortir. La potion avait-elle pu aider à ce soudain épanchement ? Honnêtement, il n’aurait pu le dire. Ça l’aidait du moins à être sincère.

« C'est familial. Toute cette putain de mascarade n'est rien d'autre que l'illustration parfaite du degré de connerie dont sont capables ces Sorciers complètement élitiste qui se targuent d'avoir le sang pur. Vous voulez savoir où on était pendant un mois ? Chez notre Grand-Père, le père de notre mère. Un illustre inconnu qui n'a rien trouvé de plus intelligent à faire dans sa vie que d'envoyer son beau-fils embarquer les enfants de sa fille morte depuis trois ans et de les retenir captifs dans une belle cage dorée où ils n'ont manqué de rien si ce n'est de leur liberté et des gens qu'ils aiment. Pourquoi ? J'en sais rien. Carence affective peut être ? Après tout c'est visiblement dans les gênes. Ou peut être pour rattraper le tir et notre éducation par la même occasion. Peut être aussi parce que Derek à les mêmes yeux que notre mère et que j'ai soit disant le même sourire alors étant donné qu'il a tout foiré avec l'original peut être qu'il s'est dit que ça serait jouable de tenter de compenser avec la génération suivante. »

Petite grimace imperceptible. Non, en effet, il n’avait pas envie de savoir tout ça, ça les regardait, c’était évident pour tout le monde mais ils ne pouvaient prendre le moindre risque et ils le savaient. Et puis, Enzo avait également une position particulière vis-à-vis des Supérieurs. Et qui disait que le grand père en question n’était pas relié aux Supérieurs après tout ? C’était à creuser. Dans tous les cas, pour l’heure, ils avaient ce dont ils avaient besoin. Et dans le fond, même si, non, la situation n’était pas tout à fait jouasse, Logan préférait probablement largement cette situation-là à celle qu’il osait à peine imaginer pour Jake. Ils n’avaient à priori pas été maltraités, c’était déjà bien. Donc, oui, pour ça, il était rassuré pour eux. Chose qu’il ne dirait pas, bien entendu, ils le prendraient d’ailleurs probablement mal.

« On s'est pas transformés en espions ou je sais pas quoi, on n'était pas avec ces connards, on est juste deux pauvres cons qui peuvent plus compter sur personne là dehors. »

Il y avait eu un petit silence. Un instant pendant lequel Enzo pourrait redescendre un peu en pression. Un instant pour respirer un peu. Un instant pendant lequel Logan s’était lui aussi retrouvé à travers ces paroles-ci. Il savait ce que ça pouvait faire. Il connaissait cette sensation de solitude, cette impuissance, cette frustration. Il savait quel goût amer cela laissait sur les lèvres.

« Bienvenue au club. »

Non, le ton n’était pas agressif, pas accusateur, pas ironique. Juste triste, compatissant.

Un regard envers Ismaelle lui avait suffit pour comprendre qu’ils étaient sur la même longueur d’onde.

« Ça va être bon pour vous les gars. On en reparlera probablement un de ces jours, histoire de voir s’il n’y a réellement aucun lien avec les Supérieurs. La question serait à creuser tout le même. On ne sait jamais. Ça pourrait être bien d’avoir des infos de l’intérieur… »

Envoie Alec dans votre famille sinon, elle aussi elle peut avoir des rapports avec eux. Il serait très heureux je pense !

« En attendant, vous pouvez y aller. Reposez-vous, prenez un peu soin de vous. »

Merde Logan, tu serais presque sympa tu sais, fait attention.
Oui. Presque.
Lui aussi était épuisé de cette situation. De tout ça.

« J’ai confiance en Enzo mais Derek n’a rien prouvé. Ça fait vraiment très paranoïaque si je dis que ça pourrait être bien de le garder à l’œil ? Je la sens très moyen leur famille et leurs idées, je ne sais pas pour toi… »

Avait-il glissé à Ismaelle lorsque les garçons furent partis.

« Enfin, on va espérer que c’est la fatigue qui me fait divaguer ! »

Espérons.

D’un autre côté, il avait de quoi finir suspicieux envers tous et n’importe qui. Depuis la perte d’Aileen, heureusement qu’il lui restait Ismaelle, il aurait probablement déjà perdu pied si les choses avaient été différentes. S’ils commençaient à se méfier de tout un chacun, l’avenir risquait d’être bien sombre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Look How Far We've Come ▬ Logan   Ven 3 Juil 2015 - 18:03

Est-ce que ce déballage d'émotions verbalisées vient du fait que j'ai ingurgité cette potion il y a quelques minutes ? C'est possible, à vrai dire c'est la première fois que je l'expérimente et même si c'est quelque chose que j'ai étudié en cours je ne saurais réellement trancher sur la question. En même temps est ce que ça réellement de l'importance ? Je crois que oui, un peu. Je ne suis pas vraiment du genre à vider mon sac devant les autres, en général il me faut une bonne dose de pression avant que ça pète, un temps pendant lequel j'encaisse jusqu'à ce que je n'en sois plus capable ou alors simplement d'une perche tendue. Avec le temps j'ai appris à me confier plus facilement à certaines personnes et ça a changé pas mal de choses chez moi, ça m'a libéré d'un poids relativement conséquent. Étrangement – ou non – les quatre personnes présentes dans cette pièce font partie de ceux-là même si concernant Logan c'est un peu plus complexe. Et puis Derek … J'en sais rien, ces derniers temps, avant qu'on nous embarque en tout cas, on avait appris à se parler un peu plus. C'était quelque chose que j'appréciais mais aujourd'hui j'ai l'impression que tout est réduit à néant. J'en suis à un stade où je n'ai pas le courage de faire un pas en avant pour tenter d'arranger les choses, il y a comme un fossé qui s'est creusé entre nous, comme une fissure qui s'est réouverte et je n'ai simplement pas la force de me lancer dans une nouvelle entreprise de ce style. Pas maintenant.
Ismaelle c'est différent, il y a un réel lien affectif entre elle et moi. Elle a été une des premières que j'ai laissé m'approcher quand mon frère et moi avons débarqué ici il y a … deux ans et demi, un truc comme ça. Même avant de rencontrer Kyle et de m'ouvrir un peu plus aux autres au fur et à mesure elle était déjà dans mon décors. Elle m'a apprivoisé, je ne vois pas d'autres termes qui pourraient coller autant ou plus que celui-là. Je me suis attaché à elle au fil du temps, j'ai réussi à sortir un peu de ma carapace et résultat … Elle est aujourd'hui ce qui se rapproche le plus d'une figure maternelle pour moi même si c'est sans doute étrange et peut-être inapproprié. C'est comme ça, c'est tout. Ça n'est pas comme si j'avais calculé quoi que ce soit. Je suis comme ça et je l'ai toujours été, quand je m'attache ça n'est pas quelque chose que je fais à moitié. J'ai découvert ça ici, à Poudlard, alors que je voyais cet endroit comme mon Enfer sur terre … Beaucoup de choses ont changé depuis. J'ai changé depuis. Quant à Kyle, je crois que ça n'est plus la peine de le dire, c'est de lui que tout a commencé ou presque. J'aurai surement fini par sortir de ma coquille et arrêté de me comporter comme un crétin mais il a accéléré le mouvement c'est une certitude.

Ce soir ça n'a pas grand-chose à voir avec tout ça, avec ces personnes-là, c'est juste un gros ras le bol et la tension qui explose même si ça reste raisonné et raisonnable. J'ai lâché le morceau, c'était ça le deal non ? En jetant un coup d'œil à Derek après avoir déversé mon flot de paroles je crois avoir perçu une sorte d'approbation dans son regard, il n'a rien rajouté, chapitre clos ou en tout cas je l'espère. Difficile de savoir si ça suffira à Logan ou non, en soit je n'ai pas vraiment donné de détail mais en théorie il n'y a que la vérité qui soit sortie de ma bouche, non ? Si, en théorie comme en pratique d'ailleurs. Je crois que c'était une espèce de cri du cœur en tout cas et dans le fond je me sens tellement las que je n’espère même pas avoir atteint l’objectif visé, à savoir convaincre les deux adultes de cette pièce que non, ni mon frère ni moi n’avons retournés notre veste pendant ce mois passé « loin » d’ici. Loin … J’en sais rien, je ne sais même pas où est ce foutu manoir.

« Bienvenue au club. »
« Merci. »

Silence brisé au bout de quelques secondes, et une profonde lassitude chez lui comme chez moi. Les autres, j’en sais rien, tout ce que je sais c’est qu’en cet instant lui et moi on se comprend. Je sais des choses sur lui que je n’aurais jamais du savoir, le fait que sa famille soit complètement « dysfonctionnelle » en fait partie.

« Ça va être bon pour vous les gars. On en reparlera probablement un de ces jours, histoire de voir s’il n’y a réellement aucun lien avec les Supérieurs. La question serait à creuser tout le même. On ne sait jamais. Ça pourrait être bien d’avoir des infos de l’intérieur… »

D’abord du soulagement et les épaules qui s’affaissent un peu plus en conséquence. Je me sens complètement épuisé, la tension retombe, l’adrénaline aussi, je ne sais même pas comment mes jambes me portent encore. Ça ne dure pas, dès l’instant où il évoque le fait de reparler de tout ça je me redresse et mon cœur s’affole. C’est encore pire quand il parle d’investiguer … Il y a clairement un truc qui coince chez moi, un truc qui est complètement paradoxale mais complètement tordue ou pas, ça reste notre sang, celui de notre mère, alors l’idée de la leur faire à l’envers … Amelya n’a rien à voir avec tout ça, les p’tits non plus, j’ai clairement pas envie qu’il leur arrive un truc et même si je ne supporte pas Travis c’est … Oui, j’ai des soupçons le concernant, clairement, quant au vieux j’en sais rien mais je pense qu’il soit mêlé directement à … eux. Peut-être que notre cher oncle à simplement quelques fréquentations dans le lot, c’est peut-être comme ça qu’il a su où et quand nous trouver ? Qu’est-ce que j’en sais ? Il savait où chercher, je crois que c’est plutôt évident non ? Ni Derek ni moi n’avons encore la Trace alors … En cet instant je prie intérieurement pour que Logan, Isma ou n’importe qui d’autre dans cette pièce ne pose la moindre question parce que je sais que je ne pourrais pas mentir. Je le dis et je le répète, tout ça c’est familiale, les cibles c’était nous et ça ne concerne personne d’autre.

« En attendant, vous pouvez y aller. Reposez-vous, prenez un peu soin de vous. »

Retiens le ce soupir de soulagement, retiens-le. Je reste stoïque, au moins en apparence, je me dis que je dois simplement avoir l’air d’un gamin épuisé et c’est très bien comme ça. C’est ce que je suis de toute façon, personne n’a besoin de savoir ce qu’il se passe dans ma tête. Ce sont juste des réflexions personnelles, des hypothèses éventuellement, des trucs auxquels je n’ai simplement pas envie de penser là, maintenant, tout de suite alors même si aucun mot ne sort de ma bouche j’adresse un signe de tête à Logan, un vague sourire à Ismaelle, autant de signe qui veulent dire merci avant de tourner les talons et prendre la direction de la sortie. Kyle reste prêt de moi, je me retiens de lui attraper la main même si j’en meurs d’envie, de besoin, sans doute par pudeur j’en sais trop rien. Derek lui est déjà parti, sans un mot de plus, juste un bref regard. Ce qui se passe m’affecte, il n’y a aucune raison que ça ne l’affecte pas non plus même s’il joue les gros durs. Peut-être qu’il est plus fort que moi, moins sensible, mais je ne crois pas qu’il soit totalement détaché de tout ça.

Le couloir. Les gardiens. Aucun regard, aucun mot, où aller ? Je me sens … complètement perdu en cet instant et je pense que ça se voit alors quand Kyle attrape ma main je le laisse faire, je le laisse m’embarquer avec lui parce que c’est comme si je n’avais plus le moindre repère ici. Il est … Je sais pas, 4h du matin peut-être ? Qu’est-ce qu’on est sensé faire ? Qu’est-ce que je suis sensé faire ? Tout ce que je veux c’est ne croiser personne, j’ai pas envie de parler, pas envie de devoir donner des explications. J’voudrais juste … J’en sais rien. Oublier, tout, pendant quelques heures au moins.
Je ne parle pas, j’ai l’impression d’être coincé dans une espèce de mutisme qui ne semble à mon avis pas prêt de se débloquer même si je m’en veux de n’avoir que ça à lui offrir. Je sais qu’il a de la patience, beaucoup même, ça il n’a plus à le prouver, à me le prouver, mais … mais la seule chose que je semble en mesure de lui donner pour l’instant pour lui prouver que je suis bien là ce sont mes doigts qui serrent les siens avec force. Ne me lâche pas, s’il te plait. Empêche-moi de partir plus loin dans ma tête. On marche, pour aller où ça j’en sais rien. Les étages défilent, plus ils défilent plus j’ai l’impression de partir alors que mes yeux glissent un peu partout sur le décor. Est-ce que je devrais me sentir chez moi ? En sécurité ? La vérité c’est que ça n’est pas le cas. Où est ce que c’est sensé être chez moi ? A Lakes ? Oui, surement. Avec mes parents, 3 ans en arrière … J’imagine qu’il faut que je me trouve ma propre place maintenant, peut-être. T’es un grand garçon Enzo … Non, j’suis pas un grand garçon. J’le suis parce que j’ai pas vraiment eu le choix, c’est tout.

Stop. Ça suffit. Arrête. Arrête ça tout de suite, retombe sur tes pattes, relève la tête et ressaisis-toi. L’auto-persuasion a toujours été un truc relativement efficace chez moi, à tort ou à raison j’en sais trop rien mais même si je sais que ça n’est pas forcément une bonne idée de ranger des trucs dans un recoin de sa tête c’est parfois mon seul moyen de me sortir de toutes ces pensées qui peuvent envahirent mon esprit à m’en rendre malade. Je m’arrête, littéralement. Je m’arrête et je le prends dans mes bras sans regarder où on se trouve, sans faire attention à rien d’autre qu’à lui, à son cœur qui bat là contre moi, à son odeur, à la fraicheur de sa peau que j’arrive à toucher par endroit sans le chercher réellement. J’inspire profondément, bloque l’air un instant et expire tout aussi longuement, sans un mot. Si je n’arrive pas à me sentir chez moi entre ces murs, là au moins je sais que j’y suis.
Au bout de quelques secondes le silence est brisé, il est brisé par un bruit plus que familier : Un miaulement. Une tornade blanche. Un sourire immédiat sur mon visage alors que Lune se frotte contre mes jambes en ronronnant comme une folle tandis que je m’écarte légèrement de Kyle sans le lâcher complètement pour autant. L’inspection a commencé …

« Viens là toi. »

Je lâche finalement totalement Kyle et me penche pour attraper Lune qui l’instant d’après est déjà en train de coller sa tête sous mon menton. Je savais qu’elle m’avait manqué, je le ressentais chaque fois qu’un des chats croisait mon chemin ou venait squatter mon lit, mais je retrouve un peu de chaleur en percevant son petit cœur qui bat là dans sa cage thoracique. Elle miaule, je la connais suffisamment pour savoir que c’est un miaulement de protestation, j’écrase un rire en lui grattant la tête pendant qu’elle renifle l’écharpe que j’ai autour du cou – Celle qu’Amelya m’a offert pour mon anniversaire.

« Je sais, je sens le chat. Ça t'plait pas hein ? »

Et quelle tête t’aurais fait si j’avais ramené le microbe, hein ? A mon avis ça ne se serait pas très bien passé, je sais pas, une intuition comme ça … Elle est possessive, très possessive, alors je doute qu’elle aurait supporté un autre chat sur son « territoire » et encore moins un chaton. Pas de commentaire sur la possessivité, je sais très bien que sur ce sujet on est plus que compatible mais personne ne peut dire qu’il n’y a pas d’amélioration de mon côté.

« J'imagine qu'elle a pas mal squatté tes genoux comme la dernière fois. »

(Il parle !!! Il communique ! Hallelujah. Hum, pardon.)

« Merci de t'être occupé d'elle. »

Je sais qu'elle a du osciller entre lui et Isma, c'est ce qu'elle a fait la dernière fois, mais elle avait pris l'habitude de dormir régulièrement avec Kyle et il sait la façon dont je m'occupe d'elle, il connait mes habitudes et celles de Lune.
Pas une seconde je réfléchis, je crois que c’est mon corps qui s’exprime simplement et ma main se pose sur sa joue sans que je ne lâche Lune pour autant. La seconde d’après je retrouve ses lèvres pour la première fois depuis que Derek et moi sommes rentrés, la première fois depuis un mois et ce qui à la base ne devait être qu’un simple baiser rapide se transforme en quelque chose d’un peu plus intense. Ça ne s’éternise pas, c’est simplement une sensation qui retrouve sa place partout dans le corps, une source de chaleur, un sentiment de réconfort qui rend plus léger. Quelque chose qu’on n’a pas envie de stopper, un truc qui vous fait vous sentir sinon bien au moins mieux. Un profond soulagement. Je laisse mon front collé au sien un instant, Lune s’échappe, probablement agacée et prise au piège, je n’essaie pas de l’en empêcher. Ma main n’a pas quitté la joue de Kyle, si j’avais gardé les yeux fermés quelques secondes cette fois je le regarde droit dans les siens et prends conscience qu’il est bien là, juste devant moi, sous mes paumes. C’est réel.

Tout ira bien maintenant, t’es à la maison. Tout ira bien.

Le reste de la nuit s’est passé dans la Salle sur Demande, de même qu’une bonne partie de la journée. Je suis resté silencieux pendant un moment, il a attendu que je me décide sans jamais me mettre la pression. J’ai fini par m’endormir contre lui sans avoir laissé échapper plus d’information pour finalement me réveiller relativement tard dans la matinée et après avoir laissé mon corps s’exprimer, après avoir retrouvé le sien, sa peau, j’ai fini par ouvrir les vannes. Veritaserum toujours actif ou non, j’ai tout déballé, y compris l’épisode de la Pleine Lune même si je n’ai pas poussé dans les détails. Mon état d’esprit par rapport à tout ça ? Je n’ai pas su l’exprimer en revanche et je crois que je n’ai pas vraiment essayé. C’est … trop tôt, laissez-moi un peu de temps pour atterrir. Il m’a parlé de son mois, on a fini par sortir de là en fin d’après-midi, il m’a accompagné à l’infirmerie pour que je puisse faire une sorte de check-up histoire de et aussi pour m’excuser auprès de Maxence de l’avoir ignoré mais le corps va bien, j’ai juste deux ou trois carences et quelques kilos en moins, rien d’alarmant. Tu le sais que c’est dans la tête que ça risque de déconner, n’est-ce pas ? Bien sûr que tu le sais mais la phase de déni semble activée. Tout va bien. Tout ira bien. C’est fini et ça n’a pas d’importance. C’est comme si rien ne s’était passé …

▬ Fini pour Enzo ▬
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7764
Date d'inscription : 05/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Enzo ▬ Cameron ▬ Jeremiah (parti) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3324-i-m-not-snow-white-ismaelle
MessageSujet: Re: Look How Far We've Come ▬ Logan   Ven 3 Juil 2015 - 18:07

Par moment il en devient difficile de réellement se rendre compte de ce qui est réel ou non. Il est 3 ou 4h du matin, qu’est ce qui me dit que tout ça n’est pas simplement un rêve ? Pourtant j’y crois et au fond de moi je sais que c’est réel. Ils sont là, en chair et en os, physiquement en bonne santé et libres. Est-ce que c’est être un peu trop optimiste d’imaginer que demain ça sera le tour de Jake ? Probablement mais a ne tue pas d’avoir encore un peu d’espoir, c’est tout ce que je dirais.
En débarquant là-dedans comme une furie je ne m’attendais pas à tomber sur ces deux visages, c’est une certitude, pas plus que je ne m’attendais à ces révélations malgré les indications que Phaedre a tiré de ses cartes. Elle avait raison, je ne sais pas si je dois trouver ça formidable ou effrayant mais le fait est qu’elle avait raison. J’ai essayé de fouiner un peu par moi-même, sans succès, mais aujourd’hui ils sont là et c’est tout ce qui compte. Avec de nouvelles cicatrices, certes, des cicatrices non visisbles, mais bien là.

La tension est retombée comme elle est montée, difficile d’être enfermée dans un espace clos avec trois caractères aussi fort que ceux de Logan, Derek et Enzo mais je trouve que tout s’est relativement bien passé. Je n’aurai pas mâché mes mots ni mes gestes s’il avait fallu intervenir un peu plus brutalement mais ça n’a pas été le cas. Kyle est resté dans son coin, gardant ses émotions pour lui malgré les réactions de son corps et j’en ai fait autant. Le geste de rejet de Derek ne m’a pas vraiment étonné, il ne m’a pas blessé non plus, je n’attends rien de lui mais ça ne m’empêche pas d’être soulagé qu’il soit de retour au château.

A présent les voilà parti et après les avoir regardé quitter la pièce l’un après l’autre je me tourne vers Logan : C’est l’heure du débrief.

« J’ai confiance en Enzo mais Derek n’a rien prouvé. Ça fait vraiment très paranoïaque si je dis que ça pourrait être bien de le garder à l’œil ? Je la sens très moyen leur famille et leurs idées, je ne sais pas pour toi… »

Lui, paranoïaque ? Ça n’est pas comme ça que je le qualifierai.

« Enfin, on va espérer que c’est la fatigue qui me fait divaguer ! »
« Je comprends parfaitement ton raisonnement, on n'a pas vraiment le droit à l'erreur et j’ai pas plus que toi confiance en cette famille mais je ne sais pas si ça va réellement au-delà de quelque chose purement personnel. Beaucoup de Sang-Pur ne sont pas très emballés par le concept d’un mouton noir dans leur ligné … »

Et je crois que quelqu’un dans cette pièce en sait long sur la question, non ?

« Concernant Derek je suis plus réservée. Il a fait des erreurs, je ne lui tournerais pas le dos pour autant mais j’ai réellement l’impression qu’il a changé. Tu sais … Il a compris qu’il s’était fait manipuler, je crois que ça l’a vacciné. »

Je connais Enzo presque par cœur, Derek en revanche est quasiment un total inconnu pour moi et je ne pourrais pas prévoir ses réactions. Je fais néanmoins confiance à mon instinct le concernant, j’ai réellement le sentiment qu’il ne retombera pas dans ses vieux travers ou en tout cas pas de cette manière-là. Il a été trop loin pour retourner aussi brutalement en arrière. Ils ont leur fierté ces deux-là, je ne pense pas qu’il soit du genre à pardonner un tel affront. Il n’a été qu’un pantin entre leur main et il le sait, s’il doit repartir en guerre je pense dur comme fer qu’il le fera seul mais ça ne sont que des suppositions bien sûr. En l’état, de ce que j’en ai perçu dans ses attitudes, il n’a pas l’air de porter ces personnes – sa famille – dans son cœur mais je ne perds pas de vu néanmoins qu’il est excellent comédien.

« Et j’ai l’impression que c’est important pour lui d’être du même côté que son frère même si c’est sans doute un peu plus compliqué que ça. Ils n’ont plus personne ou presque, leur Grand-Mère est loin, c’est le seul membre de leur famille sur qui ils peuvent réellement compter je pense donc … J’en sais rien, peut-être que je me trompe mais je suis plutôt confiante. »

A tort ou à raison, ça j’imagine que je le découvrirais tôt ou tard.

« Ceci dit ça ne coûte rien de garder les yeux ouverts, ça ne fera qu’un nom de plus sur la liste. »

Une liste comportant des noms d’élèves mais pas seulement, c’est une chose que je ne me sors jamais de la tête mais si j’ai probablement tout l’air de l’innocente cruche un peu trop naïve.

Un soupir pour la route.

« T’as l’air épuisé Logan. Je sais que t’es un grand garçon mais pense à prendre soin de toi un peu de temps en temps, ils ont un tas de trucs homéopathiques à l’infirmerie qui pourraient t’aider à te détendre un peu et surtout à dormir. »

Le ton est presque tendre, le sourire que je lui adresse aussi. Un instant ma main se pose sur son bras, exerce une légère pression puis retombe le long de mon corps.

« A tout à l’heure. Et t’en fais pas pour la paperasse, je m’en occuperai après les cours. Laisse ça en vrac, j’me débrouillerais. »

La paperasse ? Le tas de parchemin épars sur son bureau. Si quelqu’un ici n’est absolument pas bureaucrate c’est bien lui et ça ne me passionne pas vraiment beaucoup plus mais je pense avoir un chouilla de patience en plus en revanche alors … Bref, retour dans la chambre, le cœur un peu plus léger malgré la lourdeur de l’atmosphère générale. On le sait qu’ils ne sont pas loin, ils ont tenté une fois et recommenceront, on ne sait simplement pas quand.

▬ Fini pour Isma aussi ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Look How Far We've Come ▬ Logan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Look How Far We've Come ▬ Logan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Logan Echolls
» Alice Logan [validée]
» Logan Wright
» Logan(X)
» CASEY R-A CLOTWORTHY ► logan lerman.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Outside :: Le Parc de l'Ecole.-
Sauter vers: