AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dream Brother - Aileen.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 782
Date d'inscription : 18/05/2014
Crédits : Nalex
Double Compte : Kezabel, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dimitri & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2742-james-l-holt-o-you-can-run-but
MessageSujet: Dream Brother - Aileen.    Ven 20 Mar 2015 - 10:42

► Dream Brother ◄
Aileen & James  



Dimanche 11 Janvier – Matinée.

À monsieur James Holt, gardien,

Un petit mot sans prétention… juste pour vous dire merci. D’avoir protégé Poudlard, d’avoir aidé les étudiants de Salem, et tout ça. Vous êtes quelqu’un de bien. J’étais content d’avoir pu discuter avec vous la dernière fois, de tout ce que vous faites pour nous.

À bientôt j’espère ? xoxo
Drew Parker


Je tiens encore entre mes doigts cette petite note qui m’a été déposé ce matin par Eli. Note écrite d’une écriture délicate, fine et aux allures italiques. Il a mis grand soin pour rédiger cette courte lettre. Je retiens un frisson de dégoût lorsque je repense au visage de ce gamin aux airs de Princesse prude, grand samaritain ayant eu pour seule compagnie d’enfance ses vieilles poupées usagées. Je suis debout dans ma chambre, encore torse nu et je suis entrain de me demander de quelle manière je pourrais l’éliminer, le tuer. Dans la souffrance et dans la lenteur ? Non. Sa voix m’ait insupportable, je ne pourrais la tolérer plus longtemps, même dans ses cris de souffrance qui, d’habitude, ont tendance à me gorger de plaisir et de satisfaction.
Je n’arrive pas à croire que cet imbécile ait pu me laisser ce genre de mot. Content d’avoir pu discuter avec moi ? Si tu savais jeune homme, le nombre de fois où je me suis demandé si j’allais t’étrangler dans ce couloir. A bientôt… Plutôt me saigner les veines. Je déchire le morceau de papier en un million de petit morceau que je jette avec négligence dans ma poubelle… Et puis quoi encore, sérieusement. Je ne pouvais pas me permettre de me préoccuper d’un être si minable alors que j’ai encore tant de choses à faire. Et la liste est longue. L’attaque de mes confrères qui fut une défaite cuisante et humiliante à chambouler bon nombre de mes plans. La mort de Bill, également. Je possède désormais deux listes bien distinctes. Celle concernant mes affaires professionnelles. Et la seconde, pour mon plaisir personnel.

Professionnelle :
- Aileen
- Jordane
- Ismaelle
- Alec
- Marek

Un dernier s’ajoute à ma liste, qui n’était absolument pas prévu.

- Jeroen.

Avoir un œil partout, n’est pas évident. Et c’est pour ça que je ne suis pas seul à agir au sein de ce château. C’est pour cela que Connor est présent, à mes côtés. Observateur, il m’apporte les informations nécessaires et la dernière en date est que Jeroen semble tenir tel un funambule sur une lame de rasoir. Un seul faux pas et il s’écorche violemment. Et cet idiot, venait de le commettre : Son investigation lui coûtera beaucoup…

Il y a également les membres de la résistance à qui, leur inconscience, leur vaudra bien plus qu’un simple avertissement.

Personnel :
- Katherine (Dont la dose de ma mixture fait avant tant d’amour a été rehausser dans un café donné hier matin.)
- Phaedre (même si elle me sera finalement utile pour mes plans au sein de ce château
- Drew

Et j’en passe. Oh oui, il y a tant à faire dans ce château que la liste serait longue. Incroyablement longue. Je me voyais bien inscrire les Ryans mais d’après la petite photo que j’ai reçue hier matin, ils ne semblent pas prêts de revenir. Peu importe, là n’est pas la question. Pas aujourd’hui.

L’agacement provoqué par la réception m’aide sûrement dans ma prise de décision. Je sors de la douche où j’ai mûrement réfléchis à la manière dont je devrais aborder Aileen. Petite amie du Directeur mais aussi la sœur d’un dénommé Jake qui a disparu ce jour. Les informations me sont vite parvenues et le dossier se trouve là, devant moi, sur mon bureau. Dossier qui, après lecture et relecture, sera brûlé. Je dois me faire un maximum discret avec ce qu’il s’est passé à Noël. Malgré tout le respect que j’éprouve pour notre Ordre, je ne peux pas nier que leurs agissements précoces me causent quelques soucis en termes de discrétion. Agir vite et bien.
J’ai tenté une approche auprès d’elle et ce, plusieurs fois depuis Décembre mais sans succès. Elle semble m’appréciée, me faire confiance mais pas au degré que je le souhaiterais. Ma seule option consiste à faire pression sur elle, sans douleur. Je n’aurai pas de besoin de ça, pas aujourd’hui. C’est un risque je ne peux pas prendre avec Aileen, pas lorsque nous sommes l’amour du Directeur qui risquerait de mettre le doigt sur certains détails. Enfin… L’amour. Je ne sais pas si tout cela est réel mais peu importe.

Je sors de ma chambre, tranquillement. Je me surprend même à être bien plus serein qu’il y a quelques jours où je me suis rendu compte que la petite garce qui s’est vu être mon pantin durant quelques minutes n’était autre que Twain. La proie de Connor. Bourde de ma part, belle erreur même si je ne pouvais savoir qui elle était et à vrai dire, c’était bien le cadet de mes soucis lorsque je me trouvais à lui briser les doigts uns à uns dans ce sous-terrain… Peu importe, elle s’en remettra et Connor aura sa vengeance. J’aperçois au loin Katherine, au détour d’un couloir. Le poison d’hier a dû l’assommer, voir la faire vomir. Un sourire étire le coin de ma lèvre. Je ne la tuerai pas, au grand jamais. Elle souffrira simplement d’horribles maux de ventre, de vomissement accru au fil des ingurgitations. Sans parler des maux de tête, des poumons en feu et de la perte de mémoire.  Jusqu’à ce qu’elle commette l’irréparable lors d’un soin. Tout serait bon pour la voir tomber à genoux et pleurer, suppliant la mort qui ne viendra pas. La mort est une libération que moi seul, accorderait à cette petite catin, de mes propres mains. En attendant, je la laisse mijoter dans le poison.

Puis viendra le tour de Phaedre où ici, je me montrerais bien plus subtile. Un autre de mes contacts, Kristof, un Russe d’une intelligence étonnante est actuellement penché sur le problème que Hunt représente et ce, depuis 4 mois. La solution sera trouvée, je n’en doute pas une seconde. Chaque chose en son temps.

¥

Dimanche 11 Janvier – Début d’après-midi.

Je regarde le corps inanimé et claque ma langue contre mon palais. Il n’est qu’endormi, en caleçon et dissimulé dans un placard dans une salle à l’abandon. Il ne se réveillera que lorsque j’annulerais le sort et surtout, personne ne pourra ouvrir cette armoire sans un sort. Je porte déjà son apparence grâce au polynectar, ainsi que ses vêtements. Un bon mètre 75, corpulence normal, visage normal. Un Serdaigle passe-partout qui me sera bien utile pour me fondre dans la masse à la recherche d’Aileen. Je sais déjà ce que j’ai à faire mais je ressens tout de même cette pointe d’excitation. Je ne veux toujours pas prendre le risque de me montrer sous mon vrai visage, quand bien même je pourrais aisément faire croire que je ne suis ce que l’on croit. Je range ma baguette dans la poche de mon jean et fais demi-tour en tâchant de ne pas être trop remarqué. Nous sommes Dimanche, les élèves dorment, font leur devoirs où sont partie chahuté dehors voir dans leur salle commune. Les couloirs sont plus ou moins peuplés selon les endroits.

Je marche tranquillement, rentrant ma tête dans mes épaules pour me faire le plus discret possible et ça fonctionne. Personne ne prête attention à moi, je ne rencontre pas de personne pouvant m’interpeller et après 15 bonnes minutes de recherche, je l’aperçois enfin. J’esquisse un sourire avant de me masquer d’un visage inquiet, les sourcils affaissés et l’air un peu timide. L’adolescent type qui n’ose pas parler à une fille parce qu’elle lui plait. Elle se trouve seule et c’est le bon moment. Je trottine derrière elle et emprunte une voix moins grave, plus enfantine lorsque je suis suffisamment proche d’elle.

- A…Aileen ?

Elle se retourne et ses grands yeux bleus croisent les miens, noisettes et tout ce qu’il y a de plus banale. Déjà, je me passe une main dans les cheveux, puis sur la nuque. Je m’attaque aujourd’hui à un point ultime de Marek et ça n’est pas sans me provoquer des frissons de plaisir et d’excitation. La logique voudrait qu’elle sache quelques informations qui pourraient m’être utile mais étant à court de veritasérum, je ne pouvais en utiliser sur elle. D’où mes recherches poussées durant tout le temps où j’ai tenté une approche auprès d’elle, en attendant de pouvoir être réapprovisionné.

Je lui accorde un faible sourire timide, fuyant son regard.

- Ca va ? Tu passes un bon dimanche ?

Conversation banale, pataude et inintéressante. Maladroite même. Pour la crédibilité et parce que je ne suis qu’un jeune homme sans défense, banale, qui vient lui taper la conversation pour essayer d’attirer son attention. Elle me répond, la conversation s’engage et je tousse contre mon poing en désignant la porte non loin de nous.

- Je… En fait, j’voudrais te parler d’un truc. Mais …pas ici.

La gêne se pointe sur mon visage, m’imprégnant complètement du rôle que je suis entrain de jouer. C’est dans ces moment-là que je suis le plus conscient de l’efficacité de ces heures passées à jouer au théâtre avec la petite bande, jouant tous les rôles possible et inimaginable afin de s’immerger dans divers corps, divers rôles, diverses manières de pensées. Je ne veux pas commencer trop brutalement, pas maintenant, j’ai de quoi la faire flancher mais je ne sortirais pas mes cartes tout de suite. Je veux être ce serpent qui se faufilera de manière si insidieuse autour de sa main, sans qu’elle n’ait de crainte. Puis, je remonterais le long de son bras, sans qu’elle ne se soucie de savoir si oui ou non, je lui veux du mal. Mais lorsqu’elle s’y attendra le moins, je glisserais jusqu’à son épaule pour m’entourer autour de son cou et avant qu’elle ne puisse agir, l’air lui manquera et j’obtiendrais ce que je souhaite.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7793
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Dream Brother - Aileen.    Dim 5 Avr 2015 - 19:20

Dimanche 11 Janvier – Début d’après-midi.
Voilà deux semaines que la jeune Ecossaise était revenue à Poudlard. Deux semaines qu’elle avait appris les faits : l’attaque de Poudlard, la tentative de retour ratée des supérieurs. Une chance, personne de son entourage n’avait été blessé, quelques contusions par ci par là mais rien qui ne soit irréversible, si ce n’est la crainte d’un retour imminent. Pourtant, il y avait bien une chose qui avait marqué la belle brune et qu’elle n’arrivait toujours pas accepter. Son frère manquait à l’appel depuis le jour de l’attaque. Elle s’était pris un coup de masse en l’apprenant, n’y croyant pas vraiment dans un premier temps et puis elle avait fini par réaliser la véracité des propos et son monde s’était effondré. Aujourd’hui encore, elle n’arrivait pas à comprendre le pourquoi du comment. Son frère n’avait rien d’exceptionnel alors pourquoi l’enlever ? La belle n’arrivait pas à comprendre les raisons de cette disparition, ni le silence radio qu’il y avait autour de cela. La métamorphomage avait longtemps espéré recevoir un courrier, un mot, un objet… rien qu’un signe qu’il était toujours en vie mais après deux semaines, la belle désespérait d’apprendre un jour que le corps de son frère avait été retrouvé. Bien sûr elle continuait d’espérer, se disait qu’il ne pouvait être mort, mais cette possibilité impliquait qu’il était peut être soumis à des tortures ou autre et cette idée la brisait plus que de raison !

Loin d’abhorrer son sourire habituel, la jeune Serdaigle essayait néanmoins de reprendre le cours de sa vie. Rarement seule, elle s’arrangeait pour rester près de ses proches évitant ainsi de plonger dans une dépression qui l’obligerait à trop penser à ce que son frère pourrait actuellement subir.

- Dakota, j’ai quelques livres à aller chercher à la bibliothèque pour un devoir. J’pense y rester un petit temps.

Sous-entendu : j’ai besoin d’être un peu seule et ce devoir de Runes est le prétexte idéal. Dakota n’était pas stupide et avait très bien compris l’allusion.

- Bon courage… Et ne t’épuise pas trop à la tâche…

Sous-entendu : Ne te perds pas dans des livres mortellement ennuyeux ! La brune avait souri à son amie avant de sortir de la salle commune pour rejoindre les étages inférieurs.

- A…Aileen ?

Une voix masculine l’avait obligée à s’arrêter portant son attention sur son propriétaire.

- Hum ?
- Ca va ? Tu passes un bon dimanche ?

Sérieusement, tu veux vraiment parler de la pluie et du beau temps ? En fait, la jeune femme connaissait bien son interlocuteur, il avait toujours eu un faible pour elle et si elle ne l’avait pas compris tout de suite, elle avait fini par le réaliser à force de signe plus ou moins flagrants. Là encore le garçon semblait mal à l’aise, gêné, ils n’étaient pas très proches mais ce type ne lui avait jamais forcé la main, contrairement à d’autre un peu plus lourd.

- Oh ben si on met de côté ce stupide devoir, disons que ça va. Ca a au moins le mérite de m’occuper l’esprit pour éviter de trop penser à Jake…

Après tout ça n’était un secret pour personne au sein de sa maison qu’elle avait « perdu » son frère lors de la dernière attaque du château. La belle espérait que la conversation ne s’éterniserait pas sur ce sujet.

- Je… En fait, j’voudrais te parler d’un truc. Mais …pas ici.

Son attention s’était portée sur la porte derrière elle, la remise ? Sérieusement ?!

- Ok, mais je n’ai pas beaucoup de temps.

Pas hyper fan à l’idée de se retrouver seule avec un homme dans une pièce close, la jeune femme avait tout de même accepté, après tout elle devait arrêter sa paranoïa. Le laissant entrer en premier, la jolie brune avait inspiré et dépassé son angoisse latente pour le suivre, gardant tout de même sa baguette non loin de sa main, juste au cas où les choses tourneraient mal.

- Qu’est-ce que tu voulais me dire ?

Loin de se douter qu’en réalité la personne à qui elle parlait n’avait rien à voir avec le Serdaigle qu’elle avait quelque fois côtoyé lors de cours ou autre, la jeune femme n’avait logiquement aucune raison de se méfier de lui. C’était juste le cadre qui ne lui plaisait pas vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 782
Date d'inscription : 18/05/2014
Crédits : Nalex
Double Compte : Kezabel, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dimitri & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2742-james-l-holt-o-you-can-run-but
MessageSujet: Re: Dream Brother - Aileen.    Lun 13 Avr 2015 - 16:41

Jake

Première bonne nouvelle : Ca n’était pas un scoop. Elle ne s’en cachait pas et je suis censé être au courant de ce qu’il se passe à ce niveau-là. Au moins concernant le fait qu’il ait disparu. Sans savoir évidemment pourquoi, ni comment. Je ne le sais pas moi-même, c’est une grosse zone d’ombre qui me permet d’avoir des informations malléables et surtout, inventées de toutes pièces. C’est son frère et un frère disparu cause toujours des angoisses innommables. Dis-moi Aileen, comment vis-tu ces jours où tu te demandes à chaque seconde ce qu’il en est de lui ? Quels scénarios se forment au tréfonds de ton cerveau, quelles angoisses prennent naissances au fond de toi de ne pas savoir. De ne rien savoir. L’inconnu est ce qui paralyse le genre humain dans 90% des cas. Lorsque l’Homme est ancré dans un quotidien, comme le fameux Métro Boulot Dodo, le moindre changement à sa vie le perturbe, l’angoisse et le rend mort de trouille. Ne pas savoir à quoi s’attendre provoque chez l’Homme un stress qui frôle parfois la bêtise. Ici Aileen se trouvait dans le pire des cas : Ne pas savoir si son frère était mort ou vivant. Et si ce cher Jake respirait toujours, pour combien de temps ? Tu dois te sentir incapable, inutile. Tu ne te sens pas… tu es.

J’arbore mes airs d’adolescent aux sourires timides et introverti, une main sur ma nuque, gêné plus que jamais d’aborder la fille qui me plait. Je joue le jeu à fond, me coulant dans ce rôle de pré-pubère, attendant à ce qu’elle réponde ou non à la demande suivante : S’entretenir avec moi dans la remise, pour un sujet quelque peur… délicat.

- Ok, mais je n’ai pas beaucoup de temps.
- Ne t’en fais pas. Je n’en ai pas pour longtemps, promis.

Grand sourire enjoué. James n’est plus James. Il n’est qu’un ado trop heureux de voir la jeune femme qu’il porte dans son cœur, accepter de s’entretenir avec lui. Je glisse les mains dans mes poches d’un air qui se veut décontracter et me dirige vers la remise. A aucun moment je ne me trahis. J’ai mis trop de cœur et de pratique pour apprendre à être ce que je suis aujourd’hui. Je passe partout, me glisse dans l’ombre des ombres et porte mes coups aussi discrètement qu’un Scorpion ou une araignée. Je me remémore avec nostalgie notre petit groupe. Tony, Matt et Lucia… enfin Lou’. Lou’ pour moi. Lucia pour les autres. Elle et son caractère sincèrement désaxé. Non, Elle était désaxée, dans son entièreté. Matt était le plus vif, son cerveau était un condensé de vivacité, un pôle électrique qui ne lui faisait que rarement sentir l’épuisement. L’art martial était son atout. Tony est la force brute. Le genre d’homme à qui vous pouvez donner le sale boulot du type démembrer un corps, décapitation etc. Il ne parle pas, jamais. Seulement à Lou’, sa sœur qui elle, est une désaxée. Elle est charmante, intelligente et surtout, elle possède une précision que même nous, « ses trois hommes » après des années d’entrainement, n’arrivons pas à atteindre. Donnez-lui un de ces petits couteaux et elle visera dans le mal, à chaque coup. Elle possède une connaissance sur l’anatomie du corps humain digne d’un chirurgien, d’un médecin. Quant à moi, j’étais né pour être le caméléon, à me glisser dans la peau d’un autre sans problème, sans conséquences. Nous avions chacun nos prédispositions et cette mission me flattait en vue de son envergure, je me surprends parfois à être nostalgique du temps où nous « chassions » tous les 4, où nous faisions équipe.

Je ne me laisse pas déstabiliser, j’entre dans la remise et la laisse venir à ma suite, fermant la porte derrière nous. Toujours les mains dans mes poches, j’effleure du bout des doigts ma baguette que je ne compte pas utiliser pour l’instant, étant toujours dans la peau de ce jeune homme. Je perçois chez elle une légère angoisse, minime, dans le fond de son regard. Allons, nourrirais-tu une peur de l’Homme ?

- Qu’est-ce que tu voulais me dire ?

C’est ici que j’entre en scène. Parfaitement en phase avec mon personnage, je sors ma main gauche de ma poche et de nouveau, je la passe dans mes cheveux, comme à son habitude à lui, esquissant un sourire quelque peu gêné.

- Eh bien, c’est un peu délicat de… de t’en parler comme ça. Je

Hésitation, voix un peu tremblante qui me pousse à tousser dans le creux de mon poing pour faire illusion et reprendre contenance. Il n’est jamais évident de dire à une jeune fille que nous l’apprécions plus que nous le devrions. Je veux la noyer dans ce bluff, celui d’un aveu sentimental. Je veux noyer sa confiance, usé de ce stratagème pour ne pas en venir à la violence tout de suite. A la violence psychologique, entendons-nous bien. Aileen est un pion primordial sur mon échiquier. Proche de Marek, elle est susceptible de m’offrir des informations que personne ne pourra me donner. Alors, si même après une conversation lambda elle ne souhaite rien me dire – chose qui est à peu près, certain – j’userais de ses cartes dissimulées dans le creux de mes poches.

- J’ai pas envie de passer pour un looser, même si c’est déjà un peu le cas. Enfin, tu vois on est dans la même classe depuis déjà très longtemps et on se côtoie plus ou moins tous les jours. J’ai .. enfin depuis..

Voyons, crache le morceau. Je traîne un peu sur les mots, transpirant clairement la timidité et la maladresse. La remise est petite mais pas suffisamment exigüe pour qu’elle s’y sente oppressée. Du moins, pas pour le moment.

- Je … je  crois que… Enfin non, j’en suis sûr en vérité. Tu… tu me plais beaucoup. Depuis déjà quelques mois, en réalité.

Sourire un peu plus décontracté, soulagé d’avoir lâché le morceau. Ça c’est l’étape numéro une. Lui avouer ce que je ressens réellement pour elle, la mettre un peu dans l’embarras de devoir dire à un garçon plutôt sympathique que, désolé, mais je suis avec quelqu’un d’autre. Et ce quelqu’un d’autre, c’est le Directeur. D’ailleurs, autant le lui dire tout de suite.

- J’ai entendu que tu… étais avec Monsieur Rivers. Mais je ne suis sûr de rien, je n’aime pas tellement écouter les ragots et les on-dit. Alors je tente ma chance. On ne sait jamais, pas vrai ? Donc peut-être que toi et moi... on pourrait faire un truc ensemble, un de ces jours.

Je lâche un rire un peu tremblant et gêné. Je m’immisce dans sa confiance, tout simplement en l’endormant avec mon baratin à deux gallions. Il n’y a aucune raison à ce qu’elle se méfie de moi. Elle connait les traits de ce visage, l’intonation de sa voix, ces petits gestes qui font de lui ce qu’il est. Et plus je l’endors, plus aisée sera la tâche. Car la phase 2 de mon plan, après m’être fait rabrouer, est d’entamer mes questions sur Jake et sur Rivers, par procuration. Chaque chose en son temps. Je palpe le terrain, le touche, y dépose la pointe des pieds, centimètres par centimètres.

- Je te trouve vraiment sympa et … j’te trouve vraiment jolie. Bref, j’vais me taire, je m’enfonce. J’ai tendance à trop parler quand je suis un peu nerveux mais si jamais tu as besoin d’une oreille pour t’écouter, par rapport à Jake ou… autre chose, j’suis là.

Ne suis-je pas adorable derrière les traits de ce petit mouton ?
Je finis par me taire, replongeant la main dans ma poche, un peu tassé sur moi-même, attendant la réponse « fatidique » afin de passer à l’étape 2, puis à la vitesse supérieure.


Dernière édition par James L. Holt le Ven 15 Mai 2015 - 18:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7793
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Dream Brother - Aileen.    Ven 1 Mai 2015 - 18:09

- Ne t’en fais pas. Je n’en ai pas pour longtemps, promis.

La jeune femme lui avait souri avant de se laisser convaincre. Cela faisait un an maintenant que cette histoire avait eu lieu. Un an qu’il n’était plus de ce monde et qu’elle avait sensiblement tourné la page pourtant se retrouver seule en compagnie d’un homme ne la rassurait toujours pas. A croire que tout ça n’avait jamais vraiment été derrière elle. Le chemin serait long, mais elle cheminait c’était déjà ça ! La porte fermée, à l’abri des regards, la pièce n’avait rien d’exigüe et il lui restait facile de fuir, pourtant elle prenait sur son angoisse pour paraitre la plus naturelle possible face au Serdaigle, l’interrogeant mine de rien sur ce qu’il attendait d’elle.

- Eh bien, c’est un peu délicat de… de t’en parler comme ça. Je…

Un peu naïve sur les bords certainement, la jeune femme ne se doutait pas une seule seconde du fond de cette discussion. Elle avait eu vent quelques années auparavant d’un petit béguin de sa part mais sans réponse de sa part, elle s’était dit qu’il avait du passer à autre chose. Après tout, si elle comptait le nombre de coup de cœur qu’elle avait pu avoir plus jeune sans que jamais ça ne se concrétise, la liste risquait d’être longue !

- J’ai pas envie de passer pour un looser, même si c’est déjà un peu le cas. Enfin, tu vois on est dans la même classe depuis déjà très longtemps et on se côtoie plus ou moins tous les jours. J’ai .. enfin depuis..

Et c’est là que la chose commence à devenir un poil embarrassante, car la belle avait peur de connaitre le fond de cette discussion. Voyant son état de gêne, la métamorphomage n’avait même pas trouvé le courage de l’interrompre. Il semblait avoir pris son courage à deux mains pour l’aborder et lui parler… Depuis combien de temps préparait-il ça au juste ?! La jeune femme se sentait mal à l’aise, pas parce qu’elle le trouvait ridicule ou autre, mais sa vie sentimentale était un terrain miné, elle sortait avec un professeur… Prof qui par un hasard de circonstances avait fini par devenir Directeur plus ou moins contre sa volonté.

- Je … je crois que… Enfin non, j’en suis sûr en vérité. Tu… tu me plais beaucoup. Depuis déjà quelques mois, en réalité.

La chevelure de la belle avait dû se parer de reflets légèrement plus foncés, signe d’un malaise évident.

- J’ai entendu que tu… étais avec Monsieur Rivers. Mais je ne suis sûr de rien, je n’aime pas tellement écouter les ragots et les on-dit. Alors je tente ma chance. On ne sait jamais, pas vrai ? Donc peut-être que toi et moi... on pourrait faire un truc ensemble, un de ces jours.

Et là c’est le drame ! Encore les échos de cette rumeur balancée aux quatre coins du château ! Tveit, qui d’autre, ce rat passait son temps à lui pourrir la vie en balançant ces saletés, lui faisant courir le risque de dévoiler aux yeux de tous qu’elle demeurait une personne à toucher pour atteindre les instances supérieures. A sa remarque, la belle n’avait pu réprimer un petit rire nerveux. Se rendait-il compte à quel point il la mettait au premier plan en balançant ses rumeurs ? A quel point il l’exposait et mettait sa vie en danger ? Un abruti que ce Connor !

- Je te trouve vraiment sympa et … j’te trouve vraiment jolie. Bref, j’vais me taire, je m’enfonce. J’ai tendance à trop parler quand je suis un peu nerveux mais si jamais tu as besoin d’une oreille pour t’écouter, par rapport à Jake ou… autre chose, j’suis là.

La jeune femme avait préféré ne pas le couper dans son élocution de peur de le voir s’effondrer de stress. Ce qu’elle pouvait comprendre, avouer une telle chose vous met à nu et vous rend plus vulnérable à toute sorte de remarque.

- Declan j’suis désolée… Enfin c’est pas contre toi. T’es un garçon adorable et ça m’ennuie sincèrement de te dire ça… mais j’suis pas disponible. J’suis avec quelqu’un même si c’est… compliqué.

Comment tourner la chose pour pas que ça fasse grillée tout de suite mais sans laisser d’espoir là où il n’y en a aucun.

- Evite juste de trop prêter attention aux rumeurs qui circulent à mon sujet. Connor prend un malin plaisir à balancer ce genre de propos pour se faire mousser et… Parce qu’il trouve vraisemblablement ça très divertissant, preuve que sa misérable existence n’a pas grand intérêt !

La jeune Serdaigle ne le montrait pas mais l’agacement était palpable. La dernière rumeur en date l’avait tout bonnement exaspérée, d’une parce qu’elle était totalement débile et de deux parce qu’elle était si improbable que ça en devenait limite insultant ! Sérieusement qui serait assez débile pour croire que Logan Rivers irait parler de ses histoires de fesses dans un couloir ? Alors qu’eux-mêmes ne parlaient jamais ? Marek Logan Rivers n’avait jamais été connu pour ses longues discussions, un homme d’actes pas de paroles, ça le définissait assez bien finalement.

- J’ai pas vraiment la tête à ça en prime avec la disparition de mon frère et les attaques qu’il y a eu pendant les vacances, la chute de Salem… Mais si tu le souhaites on peut toujours se voir en dehors des cours… J’peux juste rien te promettre de plus.

CA tu vois, c’est une situation gênante ! Lui demander d’être juste ami, c’est une manière de le refouler gentiment sans trop l’envoyer sur les roses !

- Mais je retiens la proposition pour Jake même si… Il n’y a malheureusement pas grand-chose à dire… Il n’a plus donné de nouvelles depuis l’attaque apparemment et personne ne sait rien. Juste que son corps n'a pas été retrouvé à Poudlard en tout cas...

Poser des mots sur cela la blessait mine de rien. Rendant tout ça bien réel alors qu’elle rêvait de le voir débarquer un matin, qu’il la serre dans ses bras et la rassure sur son état. Jake avait toujours été le frère dont elle était le plus proche, même au temps où les jumeaux étaient encore à Poudlard auprès d’elle. Alors oui ne pas savoir où il se trouvait la consumait quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 782
Date d'inscription : 18/05/2014
Crédits : Nalex
Double Compte : Kezabel, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dimitri & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2742-james-l-holt-o-you-can-run-but
MessageSujet: Re: Dream Brother - Aileen.    Ven 15 Mai 2015 - 19:43

Il m'a semblé voir sa chevelure s'assombrir lorsque j'ai évoqué mes possibles sentiments en son égard. Rien de surprenant lorsque nous sommes une métamorphomage. Je n'y prête guère attention pour le moment, me concentrant sur mon principal objectif. Ma tirade terminée, mes aveux avoués, je patiente avec cet air timide et gêné sur le visage, attendant que la sentence tombe. Je sais pertinemment qu'elle sera la réponse et je ne m'en préoccupe peu, la seule chose que je souhaite savoir est de prendre connaissance d'un peu plus de détail concernant sa relation avec Rivers.
L'ambiance est calme, quoi qu'un peu chargée de gêne puisqu'Aileen ne sait visiblement plus trop où se mettre. Abrège jeune fille, nous avons des discussions plus importantes à aborder toi et moi.

- Declan j’suis désolée… Enfin c’est pas contre toi. T’es un garçon adorable et ça m’ennuie sincèrement de te dire ça… mais j’suis pas disponible. J’suis avec quelqu’un même si c’est… compliqué. 
- Oh...

J'arbore une moue déçue alors que mes sourcils se froncent, mes mains bien enfoncées dans mes poches, pinçant les lèvres. Entends-tu mon cœur factice se briser face à ton aveu ?
Aveu qui soulève en moi, une vive curiosité. Est-ce que nous approchons de ta vérité Aileen ? Elle ne sait pas trop comment s'y prendre, embarrassée par tout ça.

- Evite juste de trop prêter attention aux rumeurs qui circulent à mon sujet. Connor prend un malin plaisir à balancer ce genre de propos pour se faire mousser et… Parce qu’il trouve vraisemblablement ça très divertissant, preuve que sa misérable existence n’a pas grand intérêt !

Cette fois, la déception se veut sincère. Elle me regarde dans les yeux et me demande de ne pas prêter aux allusions qui traversent les couloirs, concernant son aventure et/ou relation avec Rivers ? J'ai envie de lui coller une gifle pour oser me mentir aussi effrontément. Je déteste le mensonge, encore plus lorsque celui-ci m'est dit droit dans les yeux, en face à face. En revanche, je constate qu'une fois de plus, Connor a bien fait son travail. Les rumeurs ont circulé, peut-être pas de la bonne manière puisque j'ai cru comprendre que la confrontation Aileen/Jordane fut un flop, mais elles l'ont tout de même fait. La rumeur de Connor laisse entendre qu'Aileen sorte avec Marek, ce qui la place en première ligne si rébellion il doit y avoir.

Quoi qu'il en soit, je constate qu'elle ne m'avouera rien, à moi. Du moins, à Declan. Mon cerveau se met en activité, à vitesse grand V, essayant comme à son habitude devoir au delà de la minute présente. Les pièces du puzzle s'activent une à une, s'emboîtent alors que la petite catin de Rivers continue son discours.

- J’ai pas vraiment la tête à ça en prime avec la disparition de mon frère et les attaques qu’il y a eu pendant les vacances, la chute de Salem… Mais si tu le souhaites on peut toujours se voir en dehors des cours… J’peux juste rien te promettre de plus.
- Je... comprends. Ça serait bien, oui.

Je suis volontairement peu éloquent, jouant le jeune homme tentant d'encaisser cette nouvelle avec un peu de difficulté, toujours mes mains bien enfoncées dans mes poches, mes doigts effleurant ma baguette. Pas l'ombre d'un sourire, seulement un visage défait et attristé. Je hausse les épaules et ne la regarde pas en face.

- Mais je retiens la proposition pour Jake même si… Il n’y a malheureusement pas grand-chose à dire… Il n’a plus donné de nouvelles depuis l’attaque apparemment et personne ne sait rien. Juste que son corps n'a pas été retrouvé à Poudlard en tout cas... 

J'ai l'envie de sourire, de la regarder dans les yeux et jouer. Jouer avec son mentale, sa peur et son espoir. De toute évidence, ai-je réellement le choix que de me passer de ce plaisir ? Je pourrais éventuellement lui dire que ça n'est pas grave avec ce petit ton attristé, partir les épaules affaissées et réfléchir à une autre solution pour l'atteindre si Aileen n'était pas décidé à me parler ouvertement, même en face d'un visage connu. Ou alors, je profite de l'instant pour lui soutirer quelques informations, de manière plus appuyée. Ce qui engendre le fait de devoir lui effacer la mémoire, seulement avec un homme comme Rivers, c'est un risque énorme à prendre.

Sauf si je les lui modifie en un simple passage aux toilettes... Ou aux cuisines. Un souvenir banal, sans importance, se glissant dans un quotidien avec facilité et aisance.

- J'espère que tu auras vite de ses nouvelles... même si je n'ai pas grand espoir quant à sa survie.

Geste vif, précis, ma baguette se dresse devant elle.

- Stupéfix.

Sa conscience disparaît à la seconde où mon sort la touche et c'est avec justesse que je réussi à la rattraper alors qu'elle me tombe dans les bras. Comme un corps mort. La jeune femme a beau être d'une corpulence légère, elle n'en est pas moins suffisamment lourde pour me faire flancher les genoux un bref instant. Je lâche un soupire avant de la traîner avec difficulté jusqu'à une chaise se trouvant à moins de deux mètres de nous. Je l'y lâche sans délicatesse en la maintenant par l'épaule, puis en la ligotant d'un geste de baguette, permettant à son corps de se maintenir en position assise. Sa tête tombe lourdement contre son torse, je la contemple quelques secondes avant de secouer la tête et de fermer la porte de la réserve à clé puis d'insonoriser la pièce. J'entreprends de la fouiller quelques secondes, sans retenue, afin de trouver sa baguette et de la poser sur un vieux meuble derrière moi. Je m'y adosse et agite le poignet pour la réveiller., lançant pour cela le contre-sort.

Je croise les bras sur ma poitrine, attendant patiemment – du moins autant que cela m'est possible en vue du manque de temps que je possède – qu'elle reprenne doucement conscience et que son cerveau remette de lui même les souvenirs à leurs places.

- Pardonne moi pour ces manières archaïques mais tu t'avère bavarde concernant les mauvaises choses. Donc, permets moi de passer par une autre méthode.

Si je suis sincère concernant mes excuses ? Absolument pas, mais ça n'a pas la moindre importance. Je ne brusque rien, ne la brutalise pas. Je n'en ai pas l'envie pour le moment, l'absence des ses cris douloureux me vont très bien pour l'instant. Peut-être que les choses changeront d'ici une poignée de minutes, tout dépendra du déroulement de cette entrevue avec elle. Elle est un pion important dans la vie de Rivers, elle le sait et c'est bien pour cela qu'elle n'a pas voulu confirmer mes propos. Soit, peut-être que l'évocation de son frère lui déliera un peu plus la langue.
Ma voix et mon visage sont complètement modifiés par mon comportement. Le timbre reste celui de Declan mais il se fait plus froid, plus... menaçant. Quant à mes traits, je les suppose plus tirés, plus durs.

- Évitons de perdre du temps avec les mensonges, Aileen. Nous savons tous et plus particulièrement moi, que tu te trouve être la petite catin de Rivers. Ça n'est pas ce qui m'intéresse ici.

Ma voix ressemble à un murmure froid, semblable à un voile de glace venant se déposer avec légèreté sur ses frêles épaules. Je cherche du regard un support et mes yeux se posent sur un vieux tabouret posé à ma droite. Je me dirige, le saisit et vient le placer en silence en face d'Aileen, à quelques mètres d'elle. Je m'y installe tranquillement mains jointes entre mes jambes.

- Je vais te poser quelques questions et j'ose espérer que tu y répondra. Sans quoi, je me verrais obligé de sortir un élément qui te provoqueras des cauchemars et de la culpabilité pour les 5 prochaines années à venir.

Sourire en coin, presque charmeur et chaleureux. Je ne suis pas stupide, je suis presque certain qu'elle ne parlera pas sans être sous pression, sans jouer sur les cordes sensibles. Je palpe le terrain en douceur, m'y avançant pas par pas, scrutant chacun de ses traits, de ses expressions. Est-ce que Rivers t'as appris l'art du mensonge, Aileen ? Il y a de forte chance que oui. Mais est-ce qu'il t'a également apprit à ne rien dire sous la douleur ? C'est une chose dont je doute.

- Que sais-tu de Rivers et de ses manières pour protéger ce château ?

La question tombe, je patiente, sans un mot. Le visage est, cette fois-ci, impassible. J'ai besoin de ces informations et j'espère que cette entrevue sera suffisamment utile afin d'extirper quelques éléments d'entre ses lèvres. Si ça n'est pas le cas alors je me verrais dans l'obligation de passer à l'étape supérieure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7793
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Dream Brother - Aileen.    Dim 31 Mai 2015 - 15:18

La déception se lisait sans peine sur son visage, et sincèrement la jeune métamorphomage ne savait plus où se mettre pour éviter ce sentiment d’être un monstre. Son but n’était pas de le blesser, loin de là, même si elle n’était pas d’humeur à ce genre de chose ces derniers temps, elle avait tenté de le ménager au mieux sans le brusquer, ne se doutant pas qu’en réalité, tout ce cirque n’était que factice et illusion ! Avec une certaine assurance, elle tentait tant bien que mal d’éloigner les rumeurs qui allaient bon train sur son dos, songeant à Doryan qui venait lui balancer cela comme si de rien… Elle rageait rien que d’y repenser ! Au fil de la conversation, la Serdaigle se disait qu’il valait mieux couper court, le laisser digérer l’échec cuisant et s’éviter un temps peut-être, histoire d’apaiser les choses. Elle ne se voyait pas vraiment discuter comme si de rien, la situation serait trop gênante pour lui comme pour elle et la belle restait persuadée qu’il ne voulait pas s’éterniser.
 
            - J'espère que tu auras vite de ses nouvelles... même si je n'ai pas grand espoir quant à sa survie.
 
Si le début de la phrase lui avait mis du baume au cœur, la fin l’avait juste blessée et c’était un regard incrédule qu’elle lui avait lancé. L’instant suivant, un sortilège la frappait sans qu’elle ne puisse réagir tant elle ne l’avait pas vu venir. Son corps s’était affaissé dans l’instant, perdant conscience. Lorsqu’elle était revenue à elle, quelque chose l’empêchait de bouger, elle n’était plus libre de ses mouvements et la panique l’avait gagnée dans l’instant qui avait suivi. Désorientée, elle avait tenté de se défaire de ses liens, mais trop serrés elle n’avait rien réussi à faire.
 
-          A quoi tu joues Declan, détache-moi !
 
La peur que tout recommence ne la quittait plus à présent, l’angoisse que personne ne la tire de ce mauvais pas cette fois alors qu’elle fixait celui qu’elle ne reconnaissait plus. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour comprendre qu’il lui avait pris sa baguette, ce qui n’arrangea rien à son angoisse.
 
            - Pardonne moi pour ces manières archaïques mais tu t'avère bavarde concernant les mauvaises choses. Donc, permets-moi de passer par une autre méthode.
 
Si jusqu’ici elle était persuadée d’être face au Serdaigle, elle se mettait à douter de plus en plus… Quelque chose clochait et si elle manquait cruellement de lucidité à l’heure actuelle, l’Ecossaise le connaissait assez pour comprendre que ça n’était pas son genre… Elle n’avait donc pas réagi, n’avait pas surenchéri.
 
            - Évitons de perdre du temps avec les mensonges, Aileen. Nous savons tous et plus particulièrement moi, que tu te trouves être la petite catin de Rivers. Ça n'est pas ce qui m'intéresse ici.
 
Elle en aurait presque grincé des dents… Se faire insulter de la sorte avait de quoi la faire bouillir et si elle prenait sur elle, la jeune femme lui aurait bien mis sa main sur le visage ! Sa voix n’avait plus rien de celle de Declan, ce qui ne put que confirmer ses craintes, elle s’était laissé berner et ça l’agaçait sérieusement. La belle l’avait regardé s’installer devant elle, si l’angoisse était toujours présente, ça n’était plus la même qu’un peu plus tôt.
 
            - Je vais te poser quelques questions et j'ose espérer que tu y répondras. Sans quoi, je me verrais obligé de sortir un élément qui te provoqueras des cauchemars et de la culpabilité pour les 5 prochaines années à venir.
-          Pléonasme…
 
Elle avait souri à son tour. Non elle n’était pas devenue sûre d’elle d’un coup et ne se parait pas d’un voile de provocation, mais la belle se défendait souvent de cette façon. Ce type n’avait rien contre elle, qui qu’il soit ! Viens en aux faits qu’on arrête de se voiler la face !
 
            - Que sais-tu de Rivers et de ses manières pour protéger ce château ?
 
Alors c’était ça qui le taraudait depuis tout ce temps ?! La jeune écossaise n’avait pu s’empêcher de sourire, lâchant même un petit rire amer. Il attendait d’elle qu’elle dévoile les stratégies de son cher et tendre… L’ironie était presque palpable. C’était quoi un test de la part des hautes instances pour savoir si elle savait se taire ?! La blague !
 
-          Va me falloir plus de précisions sur le Rivers en question…
 
Rivers le violeur ? Rivers le satyriasique ? Ou alors le directeur ? Trop de Rivers tue le Rivers, on ne le dira jamais assez… Rien que cette phrase est redondante ! Avec un certain dédain vis-à-vis de l’homme qui lui faisait face, la jeune Serdaigle commençait à perdre patience.
 
-          Il lève une armée de licornes… et de Choristes ! C’est coriace ces bêtes là !
 
Sérieusement tu t’attends à quoi que je balance tout de A à Z juste parce que tu me le demandes ??!
 
-          Polynectar ? Ou métamorphose ?
 
Oui elle doutait, il y avait peu de métamorphomages dans le château… A sa connaissance elle était la seule jusqu’à ce qu’elle tombe sur Everett l’autre jour. Pourtant elle doutait d’être face à lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 782
Date d'inscription : 18/05/2014
Crédits : Nalex
Double Compte : Kezabel, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dimitri & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2742-james-l-holt-o-you-can-run-but
MessageSujet: Re: Dream Brother - Aileen.    Mar 2 Juin 2015 - 16:18

Elle ouvre les yeux, mes questions sont énoncées. Est-ce que je vais obtenir des réponses ? J’en doute réellement. Tout serait beaucoup plus simple si elle pouvait tout m’avouer sur le tas mais je suis déjà préparé à l’évidence. N’ayant pas de Véritasérum sous la main, j’emploierais une autre manière qui risque de lui enlever ce sale sourire sur le visage.

- Va me falloir plus de précisions sur le Rivers en question…

J’aime lorsqu’elles sont aussi… impétueuses. Aussi prétentieuses.  Aileen se trouve face à un danger. Un danger conséquent… Et si ma mission n’avait pas tant d’importance, je n’hésiterais pas un seul instant à briser phalanges par phalanges, os par os, jusqu’à ce qu’elle me supplie de l’achever. L’art de la torture aussi bien psychologique que physique est ce que je manie le mieux avec l’infiltration. Nous avions chacun nos compétences, les miennes sont ici, entre mes paumes et si elle continue de jouer la petite écervelé, je risquerais d’employer quelques méthodes dont elle ne voudrait pas avoir connaissance, j’en suis certain.

Elle me prend pour un idiot, tout du moins, elle essaie. Je garde mon visage stoïque, sans l’ombre d’un sourire. Ma voix reste ferme, froide et je réponds avec simplicité.

- Logan Rivers.

Je n’ai pas de temps à perdre avec ses petites tentatives de plaisanteries, elle l’apprendra rapidement à ses dépens.
Toujours dans la même posture, je patiente avec le plus grand calme alors que la jeune femme se trouve attachée face à moi. Mon cerveau en ébullition imagine mille et une choses qui pourraient lui être fait en cet instant. Mais la torture physique n’est pas ce qui prédomine dans cet entretien. Je possède deux éléments qui risquent de la faire flancher plus vite qu’elle ne le croit et je dois de nouveau remercier Lou’ pour ses loyaux et incroyables services. J’aurai peut-être dû suivre mon instinct à l’époque et me marier avec elle malgré les contrindications de ma famille. De nos familles.

- Il lève une armée de licornes… et de Choristes ! C’est coriace ces bêtes-là !

Aileen est au comble du ridicule et je comprends mieux pourquoi Rivers s’acoquine avec une jeune femme comme elle : Parce qu’elle ne posera pas de problème. Elle me semble encore plus stupide que je ne le croyais et si mes phalanges me démangent pour lui gifler le visage, je n’en fais pourtant rien. Pas pour l’instant. Je soupire de lassitude.

- Polynectar ? Ou métamorphose ?

Je ne ricane pas, ni ne lui offre un seul sourire. Je ne réponds pas à sa question, l’occultant volontairement. Ca n’est pas à l’ordre du jour et la personne qui contrôle ce qu’il se passe dans cette pièce c’est moi et non Aileen. Je ne souhaite pas perdre trop de temps pour diverses raisons et j’ai déjà travaillé la manière dont se terminera cet entretien.

- Si tu souhaites te donner l’illusion d’un contrôle sur la situation avec des répliques aussi puériles, Aileen, libre à toi. Sache juste que je n’ai pas de temps à perdre et qu’en ce sens, je risque d’utiliser des moyens plus… drastiques.

J’esquisse un sourire froid, dénué de sentiment, de compassion ou d’amusement. Elle a devant elle un homme qui, pour son plus grand et bon plaisir, s’amuse à traquer des nés-moldus aux travers le monde afin de les achever par la peur et/ou la torture. Tout dépend de mon humeur du moment. Qu’ils soient jeunes ou non, cela ne me pose aucun problème. De la vermine, reste de la vermine.  Je me souviens avec nostalgie de ces moments passés avec Matt’, Tony et Lucia… Je meurs d’impatience de terminer ce que j’ai à faire ici et de les retrouver, tous.

- Je réitère ma question : Quels sont les moyens utilisés pour protéger le château ?

Elle ne répondra pas et quel que soit la réplique sans importance qu’elle me lâchera, je n’y prêterais pas attention. Encore une fois, je n’ai pas de temps à perdre avec son obstination idiote de ne pas parler. La force d’un désespoir ou d’une Résistance peut parfois faire faire soit des prouesses, soit des choses stupides à l’être humain.
Je me lève et tourne lentement autour d’elle, d’abord en silence puis empruntant toujours la voix du jeune Declan, je viens me positionner derrière elle, me penchant légèrement vers son oreille avant de lui murmurer d’une voix doucereuse et froide.

- Si tu ne parles pas, tu risques gros. Tu n’imagines pas tout ce dont je suis capable de te faire Aileen, que tu sois la petite amie ou non de cet imbécile de Logan. Tu sais ce que l’on dit ? Qu’il n’y a rien de plus dangereux qu’un Homme qui n’a plus rien à perdre. Et si c’était mon cas ? Et si tu te retrouvais entre les mains d’une personne n’ayant aucune limite à la torture, à la souffrance ?

L’intimidation. La soumission. Ma voix se faufile tel un serpent jusqu’à son oreille pour que les informations s’impriment en gros caractère sur sa matière grise. Je me retire et reviens lentement me placer face à elle, mains croisées, la regardant toujours avec ce même air. Je la contemple sans aucune hésitation, cherchant à la mettre mal à l’aise.

- Tu es prête à subir tout ça, rien que pour le protéger lui ? C’est honorable de ta part. Ou stupide. Tout n’est qu’une question de point de vue.  

Je me baisse, remonte mon pantalon et saisis un couteau de chasse que j’avais glissé le long de mon mollet, le sortant ainsi de son fourreau. La lame doit faire 20 bons centimètres et je la contemple, la faible lueur de la journée venant s’y refléter. Les dents sont aiguisées, pointues, proéminentes. Durant toute mon enfance, l’apprentissage aux sortilèges a été omniprésent, mais pas que. L’arme blanche est aussi un apprentissage à laquelle nous avons eu le droit et ce couteau est tout ce qu’il y a de plus douloureux puisque…

- Lorsqu’il pénètre la chair et qu’il se retire, les dents que tu vois là agrippent tout ce qu’elles trouvent sur leur passage et les entraine avec elles. Chair, muscles, tendons, organes…

Mes yeux se reposent sur Aileen alors que j’affiche toujours un sourire qui, cette fois, semble presque amusé.

- La mort ne vient pas tout de suite. La souffrance s’étale sur plusieurs heures.

Je m’approche d’un pas, jouant avec la pointe du couteau sur le bout de mon doigt, empruntant un air presque contrarié. Le jeu commence et j’exulte de l’intérieur, sans rien laisser entrevoir. La jubilation est intense, la prise de pouvoir également. La peur qui se lit, qui se sent, affute mes sens et éveille ma faim tout comme un prédateur le serait face à de la chair fraiche.

Je reprends de ma voix froide mais toujours semblable à celle de Declan :

- Alors ? Tu te décides à parler ? Ou alors je m’exerce de ce jouet sur toi… A moins que tu ne préfères que j’en donne l’ordre de le faire sur lui.

Je plonge la main dans la poche gauche de mon jean et en ressort un cliché légèrement froissé que je mets sous le nez d’Aileen, à quelques centimètre de son visage, histoire qu’elle ne loupe aucun détail de la scène.

Sur cette photo en couleur où celle du sang ressort violemment, se trouve le corps de son frère. Attaché, mâchoire serrée. L’ombre traverse son visage mutilé, amoché, gonflé par les coups. Jake se tient là, sur cette photo immobile, plus vivant que jamais … Du moins, tout dépend de savoir si sa petite sœur décide enfin de délier sa langue, face à moi. C’est ce qui sera si simple à lui faire croire, présentement. La psychologie humaine étant aussi malléable qu’un morceau de pâte à modeler, lorsque la peur se mue en adrénaline.


Dernière édition par James L. Holt le Mar 2 Juin 2015 - 22:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7793
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Dream Brother - Aileen.    Lun 8 Juin 2015 - 22:20

- Logan Rivers.

La métamorphomage en aurait mis sa main au feu, ce n’était qu’une formalité, un moyen de gagner du temps. Elle était loin d’être stupide, sachant parfaitement qu’à cet instant précis, ce n’était pas elle qui menait la barque loin de là. Par ces répliques, la belle tentait juste de garder une certaine contenance face au danger, histoire de ne pas céder à cette panique qui envahissait peu à peu ses chairs et son esprit. Le danger, elle le sentait sans peine et si c’était toujours les traits de Declan qui la menaçaient, la jeune femme avait bien compris qu’il n’était pas qui il prétendait être ! Vainement, la belle avait tenté de se défaire des liens qui l’entravaient, c’était inutile mais le peu d’espoir qu’elle gardait finirait par se dissiper.

- Si tu souhaites te donner l’illusion d’un contrôle sur la situation avec des répliques aussi puériles, Aileen, libre à toi. Sache juste que je n’ai pas de temps à perdre et qu’en ce sens, je risque d’utiliser des moyens plus… drastiques.

Son sourire lui glaçait le sang, et si elle ne se contrôlait pas un minimum, elle aurait certainement blêmi dans la minute tant l’angoisse la gagnait. La Serdaigle savait qu’en cas d’attaque physique, sa tolérance à la douleur la ferait plonger au mieux dans la folie, au pire dans la délation, mais que dire ? Elle n’avait rien à avouer, alors sans le quitter du regard, elle s’était tue.

- Je réitère ma question : Quels sont les moyens utilisés pour protéger le château ?

Elle se contenta de sourire, pas par provocation… Juste qu’elle remerciait quelque part Marek de ne jamais l’avoir mise dans la confidence. C’était certainement mieux pour elle… Mais surtout pour tout le monde ! Toujours silencieuse, elle n’avait pas manqué de frissonner en le sentant dans son dos, il était proche, un peu trop et elle ne réprimer ce malaise qui la torturait.

- Si tu ne parles pas, tu risques gros. Tu n’imagines pas tout ce dont je suis capable de te faire Aileen, que tu sois la petite amie ou non de cet imbécile de Logan. Tu sais ce que l’on dit ? Qu’il n’y a rien de plus dangereux qu’un Homme qui n’a plus rien à perdre. Et si c’était mon cas ? Et si tu te retrouvais entre les mains d’une personne n’ayant aucune limite à la torture, à la souffrance ?
- Qui te dit que je sais quelque chose ?!

Avait-il remarqué que des reflets sombres parsemaient à présent ses cheveux ? Que sa peau avait fini par blêmir alors qu’il continuait de lui tourner autour comme un prédateur.

- Tu es prête à subir tout ça, rien que pour le protéger lui ? C’est honorable de ta part. Ou stupide. Tout n’est qu’une question de point de vue.  

Elle avait juste envie de lui hurler que putain elle ne savait rien, mais il ne la croirait pas, alors à quoi bon de toute façon, elle doutait qu’il l’écoute.

- Les Rivers n’ont pas vraiment besoin qu’on les protège… Tu l’apprendras bien assez tôt !

Punaise mais tu crois quoi toi ?! Qu’une fois qu’on s’est envoyé en l’air on parle stratégie défensive ?! L’angoisse montait, presque palpable alors qu’il venait de sortir un couteau de chasse, ce type était un malade ! Dans un réflexe stupide, elle avait tenté un mouvement de recul, comment ce type d’arme pouvait se glisser dans le château et comment un type de ce genre pouvait être ici !

- Lorsqu’il pénètre la chair et qu’il se retire, les dents que tu vois là agrippent tout ce qu’elles trouvent sur leur passage et les entraine avec elles. Chair, muscles, tendons, organes…

Et ce sourire qui lui glaçait toujours autant le sang, la situation empirait et rien qu’à l’idée de la sentir contre sa peau, la belle paniquait.

- La mort ne vient pas tout de suite. La souffrance s’étale sur plusieurs heures.

Etrangement, elle n’avait aucun mal à le croire. Et alors qu’il s’approchait d’elle, la métamorphomage ne le quittait pas du regard.

- Alors ? Tu te décides à parler ? Ou alors je m’exerce de ce jouet sur toi… A moins que tu ne préfères que j’en donne l’ordre de le faire sur lui.

Une photo avait atterri sous ses yeux et si jusqu’ici elle avait réussi à se contenir, la détresse l’avait littéralement envahie. Voir son frère ainsi la brisait et la souffrance s’exprimait sans peine sur ses traits, sans le moindre filtre. Si elle s’était un tant soit peu attardée, elle aurait peut-être remarqué que certains traits étaient différents de son frère, mais la belle en était tout bonnement incapable. Son raisonnement, sa logique, tout foutait le camp alors qu’elle voulait juste lui sauter à la gorge !

- Va t’faire foutre ! Même si je savais quelque chose, je ne dirais rien !

Ses yeux s’étaient embués de larmes, de souffrance et de rage certainement. De toute façon quoi qu’elle dise, il douterait.

- Tout ça c’est du vent ! Vous n’avez rien… Rien du tout…

Ca n’pouvait pas être réel, Jake n’était pas entre les mains de ces malades. Elle avait soupiré ses mots, espérant tellement que rien de tout ça n’était réel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 782
Date d'inscription : 18/05/2014
Crédits : Nalex
Double Compte : Kezabel, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dimitri & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2742-james-l-holt-o-you-can-run-but
MessageSujet: Re: Dream Brother - Aileen.    Mar 23 Juin 2015 - 12:28

L’effet est immédiat. Il m’a suffi de brandir la photo de son frère juste là, sous son nez, pour qu’elle réagisse enfin, laissant tomber ses barrières de petite rebelle des bacs à sable. Pourquoi doivent-ils toujours attendre un ultimatum pour se décider à se manifester ? Pourquoi doivent-ils tous pousser le vice si loin qu’ils nous obligent à s’attaquer à leur proche ? Sont-ils aussi ingrats que je ne le pense ? Tout pourrait être régler en un claquement de doigts, sans qui que ce soit ne soit blessé – du moins, pour le moment – mais non, il fallait qu’ils se la jouent aux Supers Héros. Comme si cela leur donnait un semblant de contrôle et de pouvoir sur leur existence, leur vie. Pourtant, il n’en est rien. Ils ne contrôlent rien. Aileen, ne contrôle rien.

La photo reste sous son nez, celle d’un Jake presque défiguré, en sang et épuisé. En sale état en somme. Ses yeux s’embuent de larmes et elle explose enfin :

- Va t’faire foutre ! Même si je savais quelque chose, je ne dirais rien !
- Tu es sûre de ça ?

Oui, Aileen, en es-tu vraiment sûre ? Elle me sous-entend qu’elle ne sait absolument rien et ça ne m’étonnerait que peu de la part de Logan. Ce gredin serait presque suffisamment malin pour ne mettre personne dans la confidence concernant les petites affaires personnelles du château. Mais tout de même, elle était sa petite-amie, celle avec qui il copulait alors il ne serait pas surprenant qu’il lâche quelques confidences sur l’oreille, lorsque le corps se repose auprès de celle que l’on aime/apprécie, lorsque l’orgasme assouvit embrume vos sens, vous laissant plus ouvert, l’esprit plus souple. Seulement, si Aileen n’est pas celle qu’il choisit pour se confier pour X raisons, alors vers qui se tourne-t-il pour obtenir des conseils ? Je doute qu’il soit seul à prendre toutes décisions, pas en étant si jeune et si peu expérimenté.

Ismaelle ?

Question à creuser de manière très sérieuse.

- Tout ça c’est du vent ! Vous n’avez rien… Rien du tout…

Elle lâche prise, soupirant ses mots plus qu’elle ne les prononce, doutant elle-même de la véracité de ses propos. Je secoue la tête, affichant presque un air de pitié tant elle se trouve être pathétique attachée là, à cette chaise. Elle perd de la superbe qu’elle affiche dans les couloirs.

- A ta place, j’arrêterais de jouer avec le feu Aileen. Parce que si cette photo ne te suffit pas, alors j’ai un dernier élément qui pourrait peut-être te décider à lâcher un peu le morceau.

Je me relève et plonge la main dans ma poche, sortant un petit sachet de plastique transparent. Je le lève au niveau de mes yeux comme pour vérifier qu’il se trouvait bien là et me penche de nouveau vers elle, lui mettant sous ses pupilles le sachet transparent où elle pouvait clairement y voir la même chose que moi : Un index, un vrai, quelque peu noircit par le temps, les tissus commençant à se nécroser.

- Regarde-moi bien ce morceau de chair.

Mes doigts se saisissent de son menton et la force à faire face, à regarder sans se défiler, affrontant cette réalité qui semble lui échapper. Elle n’est pas en mesure ni de négocier, ni de résister. J’agite le sachet et insiste du regard.

- Tu imprimes ? C’est l’index de ton frère qui a été coupé il y a quelques jours juste pour toi, afin que tu te souviennes d’une chose : Par ta faute, il risque de lui arriver bien pire. Crois-moi. Un seul mot et chacun de ses doigts tomberont, un à un. Puis ça sera le tour de la langue. Ensuite, nous nous attaquerons aux dents que nous arracherons les unes après les autres, à vif. Jusqu’à ce qu’il demande à mourir, jusqu’à ce qu’il ne puisse plus supporter ces séances de tortures.

Un sourire apparait sur mon visage, juste au coin des lèvres alors que je lui conte les milles et une souffrance de Jake, de ce qui l’attend si elle ne se décide pas de coopérer dans l’immédiat. Et je n’ai pas toute la journée devant moi. Pourtant, je ne montre aucun signe d’impatience, bien au contraire, la seule émotion que mon visage transcrit est celle du jeu, du sadisme. Mon couteau de chasse toujours présent dans une main est laissé quelque peu en retrait, consciemment…

- Tu t’imagines bien que malgré ses suppliques – qui ont déjà commencées – nous n’arrêterons rien. Et s’il faut que j’ordonne à ce qu’on enlève chaque centimètre de sa peau pour que tu parles, alors, je le ferais.

Nouveau sourire sadique et cette fois ma voix se fait bien plus froide :

- Alors, décide-toi à parler si tu n’as pas envie que Jake ne se fasse dépecé comme un vulgaire lapin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7793
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Dream Brother - Aileen.    Dim 12 Juil 2015 - 16:09

- Tu es sûre de ça ?

La belle n’était plus certaine de rien, à cet instant précis, seul le chaos régnait en maitre dans son esprit et la moindre pensée rationnelle n’y avait plus sa place ! La belle ne l’avait pas quitté un seul instant du regard, la rage bouillonnant dans ses veines au même titre que la peur suintait de chacun de ses pores. Ce type ne plaisantait pas, elle en aurait mi sa main au feu, mais le croire était admettre l’impensable : son frère aux mains de l’ennemi. Elle l’avait craint, mais l’espoir lui avait permis de ne pas se focaliser sur cette idée ! Alors oui elle explosait littéralement avant de se résigner car la rage ne menait jamais ses combats, ou rarement. Ses craintes l’enfermant, il touchait la corde sensible en s’attaquant à ses proches. Trop sentimentale, elle s’était laissée guider par ses émotions depuis son plus jeune âge et si elle avait appris à se contrôler avec le temps, elle n’en restait pas moins instable.

- A ta place, j’arrêterais de jouer avec le feu Aileen. Parce que si cette photo ne te suffit pas, alors j’ai un dernier élément qui pourrait peut-être te décider à lâcher un peu le morceau.

Un frisson avait parcouru son échine alors qu’elle redressait la tête vers lui. Qu’est-ce que ce malade lui préparait encore ! Lorsque le sachet avait atterri devant son visage, la jeune métamorphomage n’avait pu réprimer une plainte d’effroi avant de détourner le regard. Elle avait peur de comprendre ce que tout cela signifiait et d’autant plus peur de savoir à qui appartenait ce doigt.

- Regarde-moi bien ce morceau de chair.

Elle n’avait pas cédé, refusant tout bonnement de porter attention à ce qu’il lui montrait. Contrainte par cette main qui la forçait, la belle avait fermé les yeux, refoulant cette nausée qui la prenait aux tripes. Et si elle restait silencieuse à présent, c’était uniquement pour éviter de lui faire ce plaisir de supplier d’arrêter ! Lorsqu’elle avait de nouveau ouvert les yeux, c’était pour le fixer lui et non pas cet acte de barbarie qu’il lui exposait sadiquement !

- Tu imprimes ? C’est l’index de ton frère qui a été coupé il y a quelques jours juste pour toi, afin que tu te souviennes d’une chose : Par ta faute, il risque de lui arriver bien pire. Crois-moi. Un seul mot et chacun de ses doigts tomberont, un à un. Puis ça sera le tour de la langue. Ensuite, nous nous attaquerons aux dents que nous arracherons les unes après les autres, à vif. Jusqu’à ce qu’il demande à mourir, jusqu’à ce qu’il ne puisse plus supporter ces séances de tortures.

Il prenait plaisir à énoncer tout ça, la belle en était persuadée, son visage le lui criait, son sourire également. De son côté, la jeune femme se sentait dépossédée de tout élan vital. Tétanisée par la simple pensée de son frère en train de se tordre de douleur. L’image de son frère, de son visage tuméfié par sa faute ne la quittait plus, la brisant un peu plus à chaque acte qu’il proposait de lui faire subir.

- Tu t’imagines bien que malgré ses suppliques – qui ont déjà commencées – nous n’arrêterons rien. Et s’il faut que j’ordonne à ce qu’on enlève chaque centimètre de sa peau pour que tu parles, alors, je le ferais. Alors, décide-toi à parler si tu n’as pas envie que Jake ne se fasse dépecé comme un vulgaire lapin.

D’un coup de tête, la belle s’était dégagée de son emprise, elle se serait bien laissée tomber au sol, meurtrie comme elle l’était mais ses liens l’en empêchaient, la maintenant à sa place sans espoir de lui échapper. Cette torture avait déjà trop durée, il finirait par l’achever ! C’était grotesque, tout ça pour rien au final, tant de peine pour quoi ?! Nerveusement la jeune femme avait ri, un rire douloureux tant la situation lui paraissait dénuée de sens.

- Je ne sais rien… Rien du tout ! On n’parle jamais de ce genre de chose… Pour quelqu’un prétendant connaitre beaucoup de choses… Tu sembles mal connaitre la famille Rivers… Ils n’ont jamais vraiment été portés confidences…

Sa voix était enrouée, brisée par ce qu’il venait de lui raconter mais également par l’idée de n’être finalement pas assez importante pour connaitre ce genre de choses ! Il avait beau clamer que c’était pour la protéger, cela n’avait servi à rien puisqu’on l’avait tout de même prise pour cible pour l’atteindre. Alors certes elle avouait à demi-mot qu’elle était avec lui, mais ne pourrait rien avouer de plus, à moins d’inventer pour lui faire plaisir mais elle doutait d’être crédible ! Et s’il voulait qu’elle lui parle de lui, alors là encore, il se plantait en beauté de cible. Elle n’avait jamais été des plus douées pour le cerner, sûrement pour cette raison qu’ils en venaient toujours à se disputer pour des broutilles. Lui ne parlait jamais, elle ne savait pas lire entre les lignes. Leur couple était toxique, pourtant elle revenait toujours.

- Mon frère n’a rien à voir avec tout ça… Laissez-le...

Marek n’en avait que faire de lui, ils se trompaient de cible… Lui s’était juste trouvé là au mauvais endroit, au mauvais moment… Il ne l’atteignait pas lui en le retenant, il l’atteignait juste elle et son équilibre. Cet équilibre plus que précaire depuis qu’elle était revenue à Poudlard.

- Je n’sais rien… Alors le plus simple serait encore de me dire ce que tu veux entendre...

Alors quoi, tu vas continuer de me torturer des heures jusqu’à ce que je sois bonne à interner juste pour te faire plaisir ?! Ou tu comptes me faire cracher des choses que moi-même j’ignore ?! Le regard baissé, la métamorphomage semblait juste abattue et désespérée devant cette impasse. S'il refusait de la croire, rien ne l'empêcherait de le torturer durant des semaines et cette simple idée aurait pu lui faire avouer n'importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 782
Date d'inscription : 18/05/2014
Crédits : Nalex
Double Compte : Kezabel, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dimitri & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2742-james-l-holt-o-you-can-run-but
MessageSujet: Re: Dream Brother - Aileen.    Lun 20 Juil 2015 - 15:38

Je manie les moyens de pressions, uns à uns, espérant qu’ils feraient leurs effets mais que surtout, qu’ils lui délieraient la langue. Je n’ai pas la journée devant moi et je ne peux pas me permettre de rester un quart de plus à la cuisiner de la sorte. Ma méthode est efficace pour une chose : Lui faire peur. Il est clairement visible qu’Aileen est le genre de personne à parler sous l’angoisse, sous la menace tandis que d’autre, se trouvent plus résistant lorsqu’ils se retrouvent confronter à ce type de situation. La jeune femme est livide, lèvres tremblantes et je me demande comment le raisonnement se fait là-haut, sous cette chevelure châtain. La peur de mourir ? La peur de voir son frère y passer à sa place ? Les deux ? Et comment cela se présente pour Rivers ? Mon enquête prendra du temps, j’en suis conscient. Comme je suis conscient que je ne suis pas à l’abri d’une erreur. Cela arrive même aux meilleurs, le tout est de savoir colmater la brèche à temps. Et en parlant d’erreur, j’ai bien l’impression que je fais complètement fausse route avec cette jeune femme.

- Je ne sais rien… Rien du tout ! On n’parle jamais de ce genre de chose… Pour quelqu’un prétendant connaitre beaucoup de choses… Tu sembles mal connaitre la famille Rivers… Ils n’ont jamais vraiment été portés confidences…

Je me redresse. Comment est-ce que Rivers peut réussir à se taper une gourdiche pareille ? Peut-être parce que justement, les questions n’étaient pas son fort. Elle ne comprend rien à ma manière de voir et de penser et ça n’est pas plus mal. Croire que je ne connais pas les Rivers, est une erreur. Je connais la surface, celle que nous pouvons gratter aisément. Ce qui m’intéresse moi, ce sont les profondeurs. Savoir comment fonctionne le mécanisme qui enclenche leurs idées, leur façon de faire, de vivre. Les petites amies peuvent parfois aider aux confidences mais il s’avère qu’Aileen n’ait pas eu ce plaisir. Elle joue sur ma fierté, une sorte de provocation à laquelle je ne réponds pas parce qu’elle n’en vaut pas la peine. Je connais beaucoup de choses mais pas suffisamment pour me permettre une action majeur, car si c’était le cas, je ne me coltinerais pas un rôle de Gardien parmi ces êtres insignifiants et ce, depuis le mois de Septembre. L’intrusion est ma force, la discrétion mon atout.

Peu importe, le problème est le suivant : Elle dit la vérité. Elle ne sait rien. Je viens d’effectuer un acte inutile, vain. Et ça ne sera sûrement pas le dernier.

- Mon frère n’a rien à voir avec tout ça… Laissez-le...

Je lève le sachet au niveau de mes yeux et lâche un petit ricanement. S’il ne lui arriverait rien ? Bien évidemment que non, puisqu’il n’était pas entre nos mains. Il suffisait simplement de demander à l’un des notre, métamorphomage, de prendre son apparence pour cette petite séance et ainsi me permettre de récolter quelques informations. Mais tout ce que je viens d’apprendre est que Rivers se trouve être très discret sur ses manières de faire. Alors si sa petite amie n’est pas informée… qui peut l’être. Il a certes réussit à s’asseoir à la place du Directeur et à maintenir les défenses de ce château de manière suffisamment puissante pour que nous essuyons un échec cuisant… Mais il est encore jeune. 25 ans ? Aux alentours. Et il ne peut pas gérer tout cela, seul. C’est humainement impossible et c’est bien pour cela qu’un allier est toujours présent dans ces cas-là et ici, c’est Stoneheaven qui s’est vu récolté cette place de choix. Ca n’est plus à prouver que la jeune femme se trouve être son bras droit en tant que Co-Directrice. Mais jusqu’où est-elle informée ?

- Je n’sais rien… Alors le plus simple serait encore de me dire ce que tu veux entendre...

Mon regard glisse sur sa présence que j’avais volontairement occultée jusqu’ici. Puisque devenu inutile, je vois pas l’intérêt de continuer dans cette lancée.

- Ca ne sera pas nécessaire. Tu n’as aucune carte en main, tout cela se révèle être un coup de pied dans l’eau mais ça n’est pas grave.

Puisque c’est de cette manière que j’accéderais petit à petit aux informations dont j’ai besoin. Par les échecs. Je range le doigt dans le creux de ma poche avant de me planter devant elle, baguette en main.

- Je transmettrais tes amitiés à Jake. Je suis certain qu’il sera ravi de voir à quel point l’insignifiance de sa sœur lui coûtera de longues heures de souffrances.

Juste pour le plaisir. L'instant de la dernière angoisse, la dernière frayeur assommante.
Je pointe ma baguette sur son front et me concentre en douceur, focalisant mes idées sur ce que je souhaite faire. Il me faut de longues minutes pour arriver au résultat voulu : Modifier ces derniers souvenirs. Tout cet échange se moule en une discussion sur le fait que « je » veuille sortir avec elle, mais qu’elle refuse, m’expliquant pourquoi. Puis j’incruste une longue tirade sur ce que je pense de la situation, m’excusant penaud de l’avoir déranger avant de finir le tout par un sentiment de malaise ressenti chez elle. Ses souvenirs lui montreront cette étrange sensation, semblable à de l’hypotension avant de perdre connaissance avec pour dernière image, la mienne, celle où je me précipite vers elle, le visage inquiet, soucieux.

Le visage d’Aileen dodeline sur son buste, maintenant inconsciente jusqu’à ce que j’en décide le réveil. Je replace sa baguette magique là où elle était et entreprend de défaire ses liens avant de l’allonger sur le sol. Je remets chaque chose à sa place, faisant disparaitre la photo, couteau et le doigt dans les profondeurs de ma poche ensorcelée, m’agenouille à ses côtés puis la réveille, lui donnant quelques claques sur le visage. J’arbore un visage des plus soucieux alors que je tiens sa tête au creux de ma paume et que l’autre lui tapote maladroitement les joues.

- Aileen ? Aileen réveille-toi !

Ses yeux se froncent, clignent, la revoilà parmi-nous. Cette fois, je soupir de soulagement sincère.

- Bon sang, tu m’as fait peur. Ça va mieux ? Tu as fait un malaise, j’ai juste eu le temps de te rattraper avant que tu ne te fasses du mal.

La normalité prend de nouveau ferme et viens bercer nos deux existences, comme si de rien n’était.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7793
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Dream Brother - Aileen.    Dim 16 Aoû 2015 - 0:05

Tout son monde s’écroulait, la jeune femme paniquait, incapable de se dire que tout ça était réel. Ce type la manipulait, jouait sur la corde sensible et s’il continuait de la sorte, la belle finirait par avouer des choses dont elle n’avait même pas connaissance, juste pour qu’il cesse de la torturer de la sorte. Savoir son frère dans cet état la tuait à petit feu et il devait en avoir conscience étant donné le plaisir malsain qu’il prenait à cet instant à agiter ce sachet devant elle.

- Ca ne sera pas nécessaire. Tu n’as aucune carte en main, tout cela se révèle être un coup de pied dans l’eau mais ça n’est pas grave.

Loin de comprendre ce que tout cela signifiait, la jeune métamorphomage avait du mal à voir si c’était une bonne ou une mauvaise chose. Qu’allait-il faire d’elle à présent qu’il avait conscience qu’elle ne lui serait d’aucune utilité sur ce genre de chose ?! Allait-il la tuer ? Ou alors faire en sorte qu’elle ne puisse rien dire ? Après tout, elle n’avait rien à dire si ce n’est qu’un intrus était dans le château, mais l’homme qui se trouvait devant elle n’était pas réel, et si elle était incapable de trouver sa véritable identité, elle pourrait affirmer qu’il agissait sous polynectar. Son cœur s’était emballé alors qu’il se plantait devant elle, baguette à la main, il allait la tuer, à coup sûr.

- Je transmettrais tes amitiés à Jake. Je suis certain qu’il sera ravi de voir à quel point l’insignifiance de sa sœur lui coûtera de longues heures de souffrances.
- Espèce d’enfoiré !!! Il va te trouver et quand ça sera le cas… Il te tuera comme il l’a fait avec son ordure de frère et Walter !!! Vous n'avez aucune chance !

Elle paniquait clairement alors qu’il pointait sa baguette sur son front. La belle n’avait aucune idée du pourquoi elle avait lâché ça, sous le coup de la peur et de la colère, la jeune métamorphomage l’avait juste fait sans réfléchir aux conséquences. L’instant qui avait suivi, son esprit avait semblé se figer, et si elle luttait contre l’intrusion, elle avait du se résoudre à le laisser la manipuler. Tout se brouillait, petit à petit pour finalement perdre tout sens de la réalité.

- Aileen ? Aileen réveille-toi !

La belle était au sol lorsqu’elle avait repris connaissance. Il lui avait fallu un certain laps de temps avant de recouvrer ses esprits. Quelques instants de plus pour se redresser un minimum et pour porter son attention sur Declan qui se trouvait à ses côtés, soucieux de son état de santé. La Serdaigle était perdue, portant sa main au visage, elle essayait de rassembler ses esprits.

- Bon sang, tu m’as fait peur. Ça va mieux ? Tu as fait un malaise, j’ai juste eu le temps de te rattraper avant que tu ne te fasses du mal.
- Oui je…

La jeune femme s’était assise, se remémorant ses derniers souvenirs, la discussion et son malaise. Le tout restait flou, mais la belle remettait peu à peu les morceaux en place.

- C’est rien je… je suis juste un peu fatiguée…

Elle s’était appuyée sur lui, s’aidant de sa présence pour se relever essayant du même fait de se rappeler de ce qu’elle faisait dans la remise avec lui.

- Merci, je… J’crois que j’vais retourner à notre salle commune. J’dors pas beaucoup avec la disparition de mon frère, ça doit être pour ça...

Sinon quoi d’autre, toute trace des évènements avaient semblé disparaitre, comme si leur échange précédent n’avait jamais eu lieu… Comme si la menace qui planait sur son frère n’existait plus. Il y avait au moins ce point qui restait positif, elle ne passerait pas les jours et les nuits à venir à se ronger les sangs à la simple idée qu’il puisse mourir par sa faute.

-    Je suis restée inconsciente longtemps ?!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 782
Date d'inscription : 18/05/2014
Crédits : Nalex
Double Compte : Kezabel, Charleen, Mateo, William, Ora, Leiv, Dimitri & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2742-james-l-holt-o-you-can-run-but
MessageSujet: Re: Dream Brother - Aileen.    Sam 29 Aoû 2015 - 18:42

- Oui je… 

Je l'aide à s'asseoir, toujours cet air inquiet et factice sur le visage alors qu'elle semble se remémorer ce qu'il s'est passé. Je patiente, gentiment, paisiblement, le temps que son cerveau renoue avec ses souvenirs et les images que je lui ai glissé pour me couvrir. Ca ne prend que quelques secondes avant qu'elle n'articule de nouveau quelques paroles.

- C’est rien je… je suis juste un peu fatiguée… 
- Tu es sûre ? Tu ne veux pas que je te conduise à l'infirmerie ? Tu es encore toute pâle.

Je prends note de devoir également modifier les souvenirs du jeune homme en question, afin de n'omettre aucun détails, mais surtout pour éviter d'éveiller quelques soupçons. Ça serait le comble qu'ils se recroisent et parlent de ce moment alors que Declan ne se « souvient de rien ». Je continue de la regarder d'un air soucieux et la laisse s'aider de ma présence pour se relever en douceur. J'adopte des gestes lents, doux.

- Merci, je… J’crois que j’vais retourner à notre salle commune. J’dors pas beaucoup avec la disparition de mon frère, ça doit être pour ça... 
- Je comprends. Il faut vraiment penser à te reposer Aileen.

Oui, repose toi pendant que ton frère est on ne sait où. Il est vraiment dommage que nous ne l'ayons pas réellement sous la main mais peu importe, ça n'est pas les distractions qui nous manque de notre côté. Je ne doute pas un seul instant de son angoisse constante le concernant et je me demande moi-même où il peut bien être. Mort ou pas. Captif ou pas. Je pencherais pour la deuxième option, personnellement.

Mais je me fiche de tout ça. Puisqu'une nouvelle donnée est entrée dans l'équation et depuis tout à l'heure, je retourne cette phrase dans tous les sens possible.

Il va te trouver et quand ça sera le cas… Il te tuera comme il l’a fait avec son ordure de frère et Walter !!! Vous n'avez aucune chance !

Crois-tu vraiment que nous ayons perdu ?
Tu risquerais d'être surprise. Très bientôt. D'autant plus qu'elle venait de me fournir une information cruciale. Concernant le frère de Logan, Walter et le reste. Je ne tarderais pas à envoyer un courrier à Matt' afin qu'il se charge de tout ça, de faire jouer ses relations pour peut-être en savoir plus de son côté. Qui ne tente rien n'a rien, mais je tiens clairement en main un élément pouvant me permettre de retourner la situation à son désavantage. Il serait intéressant pour les élèves d'apprendre de quoi est capable le Directeur censé les protéger.

- Je suis restée inconsciente longtemps ?!
- Non, à peine quelques secondes.

Je la regarde un instant, prenant garde à la surveiller qu'elle ne s'évanouisse pas de nouveau, puis avance pour ouvrir la porte.

- Viens prendre l'air, tu en as besoin.

Je la laisse me suivre et une fois dans le couloir, je me tourne face à elle, un sourire penaud aux lèvres, mains dans les poches

- Si tu as besoin de quoi que ce soit, dis le moi. Mais prends soin de toi surtout, d'accord ? Et... ouais, désolé pour le dérangement.

J'échange quelques derniers mots avec elle et termine par tourner les talons, épaules légèrement voûtées. Jusqu'à ce que je me retrouve dans la salle où le réel Declan dort encore dans l'armoire dont j'ai scellé l'ouverture. Il me faut une bonne vingtaine de minutes pour modifier les souvenirs, reprendre ma forme initiale, changer de vêtements et tout le reste. Je le laisse adossé contre un mur, un de ses livres de cours en main avec pour souvenir de s'être endormi en lisant ici, après sa discussion avec Aileen.

Je sors de la pièce en prenant garde de ne croiser personne et c'est avec sourire aux lèvres que je remonte à ma chambre. Cette phrase tourne en boucle, encore et encore.
Je veux savoir.
Non, je dois savoir dans quoi Logan est impliqué.

- FIN POUR MOI -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Dream Brother - Aileen.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Dream Brother - Aileen.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dream of Ewilan
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» California Dream !
» Horse Dream RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Cinquième Etage. :: ─ Remise-
Sauter vers: