AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Event 20.12] I found shelter ▬ Caitlyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 598
Date d'inscription : 08/12/2014
Crédits : /
Double Compte : Jeroen van Saade



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3032-gwen-the-things-we-lost#151833
MessageSujet: [Event 20.12] I found shelter ▬ Caitlyn   Mer 21 Jan 2015 - 23:29

Samedi 20 décembre. Premières heures.

Les flammes. Elle voyait les flammes, dansant derrière ses paupières closes. Par moments, les flashs lumineux dus à l’épuisement se transformaient en sorts fusant de toutes parts, se choquant contre les corps comme s’ils n’étaient que des masses inertes, déjà mortes. Violence extrême, esprit saturé d’informations sensorielles. La jeune femme sursauta et releva les yeux, prise d’une nouvelle hallucination auditive. Elle l’avait entendue, l’explosion, résonnant dans son cerveau comme un coup, mais le couloir était calme et personne n’avait réagi. C’était dans sa tête, seulement dans sa tête. Un élève collé contre elle avait relevé sa petite tête blonde et posé ses yeux tout mouillés sur elle, interrogateur. Elle sourit avec un air rassurant, dégagea son bras de sous le corps d’une petite qui avait réussi à s’endormir, la bienheureuse. Depuis quelques minutes, ses membres étaient pris de fourmillements désagréables qu’elle n’arrivait pas à soulager. Combiné aux contractures violentes des muscles de son dos et de sa nuque, cela faisait un mélange qui commençait à la faire souffrir. Ce n’est pas qu’elle était douillette, mais les élancements se faisaient lancinants. Il fallait qu’elle bouge.

Devant elle, des professeurs et des étudiants aidaient à s’occuper des blessés, chose dont elle se serait sentie incapable pour le moment. Son corps avait besoin de bouger mais elle savait que dès qu’elle serait debout, les forces lui manqueraient. Elle n’avait en rien la carrure d’une guerrière forte et capable de faire face au pire. Et très franchement, elle ne supportait pas le sang ni les cris, ni même la violence aussi brutale qu’ils avaient essuyée cette nuit… Son estomac menaçait de faire faire machine arrière au reste de son repas de la veille, pas très copieux pourtant. À chaque fois qu’elle fermait les yeux, le film se rejouait en boucle. Les sorts. Le feu. La violence. Le corps déchiqueté d’un adolescent de 15 ans insupportable en cours, boutonneux, gorgé d’une sève qu’il n’était pas foutu de réprimer à l’égard de ses semblables féminins… et terriblement mort. Bien, maintenant il fallait absolument qu’elle s’échappe de cette marée d’enfants venus lui dormir dessus ou ça allait mal finir. Elle avisa une élève qui passait dans le couloir. Sa sortie de secours.

- Hey, psst ! héla-t-elle à voix basse. Sors-moi de là. Il faudrait dégager ceux qui sont collés à mes jambes, sans les réveiller. Ne t’inquiète pas mistinguot, ce n’est rien. Vous êtes à l’abri ici. Les autres ont besoin d’aide, je vais juste les aider mais je reste dans les environs.

Elle caressa la tête du jeune et entreprit de se redresser. Il s’agissait de se dégager de tous ces petits corps épuisés et de les replacer les uns sur les autres pour qu’ils ne se rendent compte de rien et continuent de dormir calmement. Ils devaient être une dizaine, au moins, ils n’avaient pas besoin d’elle pour se réchauffer. Avec l’aide de l’élève de Poudlard qu’elle avait arrêtée dans sa course, elle réussit finalement à se lever. Elle dégagea son sac par la même occasion, qu’elle tendit à sa sauveuse pour qu’elle le lui garde un instant. Accroupie, elle rassura rapidement ceux qui s’étaient réveillés et les encouragea à dormir un peu en attendant qu’on leur trouve un endroit décent pour finir leur nuit. Ils refermèrent doucement les yeux, rassurés d’être au calme, s’enfoncèrent dans leurs petits pyjamas bariolés et se rendormirent. Gwen écrasa un soupir, deux doigts contre ses lèvres pour réprimer la montée de bile, puis elle se leva en faisant craquer les articulations de ses jambes et sourit à l’élève en récupérant sa sacoche, l’air plus ou moins tranquille.

- Merci. J’ai cru que je ne m’en sortirais jamais. On dirait un jeu de Mikados, mais des Mikados qui s’accrochent et bavent…

Elle pensait sincèrement ne pas être faite pour les enfants non plus, détestant la morve, la bave, les larmes ; et pourtant, Merlin seul savait qu’elle en avait essuyé avec ces petits-là. Après tout, certains passaient leurs premières vacances de Noël loin de leur famille, et ils ne devaient absolument rien comprendre à ce qui se passait autour d’eux… Elle se plaignait des enfants mais au fond, elle s’attachait à chacun d’eux, même les plus insupportables. C’était ainsi. Maintenant, s’éloigner de l’amas de merdeux. Elle tourna à un angle et ses épaules s’affaissèrent d’un coup. Garder l’air tranquille et fort avait été une épreuve de force jusqu’ici, mais c’était bon, elle pouvait se laisser aller à présent.

Une main contre le mur, la tête calée sur la pierre froide, yeux fermés, elle ne réussit pas à tenir plus longtemps et son estomac se souleva. Rien. Il n’y avait absolument rien dans son estomac, juste cette bile infecte qu’elle cracha par terre. C’était sale, ça n’apaisait pas les crampes dans son ventre, mais bon sang, il fallait que ça sorte. Elle resta quelques secondes ainsi, sans bouger, puis elle fouilla dans son sac sans trouver ce qui lui fallait. Un sortilège d’attraction résolut l’affaire, et tandis qu’elle avalait le contenu d’une fiole, elle jeta un discret sort de nettoyage. Réflexe, on ne laisse pas de saletés derrière soi. Elle finit par s’écarter du mur, rassemblant ses cheveux anarchiques pour les coiffer un peu. Lorsqu’elle se fut remise un peu en ordre, elle lança un sourire à l’élève, d’un sourire un peu faible mais qu’elle voulait rassurant.

- Je m’excuse pour tout ça. Je manque totalement à mes obligations. Gwen Roberts-Moore. Maître de potions de Salem.

C’était histoire de se situer un peu dans tout ce chaos ambiant. Elle s’adossa quelques secondes au mur, le temps de reprendre des couleurs. La potion pour soulager son estomac commençait à faire son effet et il lui semblait qu’elle reprenait des couleurs. Elle jeta un regard dans le couloir où l’animation régnait toujours, mais une animation à voix basse, discrète pour ne pas rajouter à la panique. Ils faisaient tous peine à voir, les habitants de Salem. Sales, les vêtements déchirés et plein de sang, épuisés. Elle avait eu de la chance d’être encore habillée lorsque l’attaque avait eu lieu, mais des tâches assombrissaient son t-shirt.

- C’est un peu le chaos. Je me suis assise quelques minutes pour respirer, et ils sont arrivés comme une nuée de moineaux… Merci. De m'avoir sortie de là, de nous aider aussi. On ne s’en serait pas sortis sinon.

En même temps, difficile de refuser l’entrée à des centaines d’enfants en pyjama, le visage collé aux grilles de l’entrée. Mais la volonté y était : même les élèves les plus grands aidaient la prise en charge d'urgence des nouveaux arrivants. Gwen allait devoir s’y remettre elle aussi… Pouvait-elle respirer cinq minutes sans que tout le monde ne meure autour d’elle, s’il vous plait ? Elle n’osait même pas demander où ça en était au niveau de l’infirmerie étendue qu’était devenu le couloir où ils avaient déposés tous leurs blessés…


Dernière édition par Gwen Roberts-Moore le Mer 28 Jan 2015 - 14:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6676
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: [Event 20.12] I found shelter ▬ Caitlyn   Mar 27 Jan 2015 - 10:34

Samedi 20.12.2014
Avant l'aube

Provocation. Le jeu du plus fort, du plus patient, et du plus intelligent. Bien que Keith McEwen ait objectivement bien plus d'autorité et de pouvoir que Caitlyn, bien que son passé de Supérieur soit de notoriété publique, la jeune fille n'avait pas peur et allait même jusqu'à bien aimer leur petit manège. C'était malsain, c'était flippant, mais elle ne pouvait nier le fait qu'elle tirait un certain amusement de leurs confrontations verbales. De toute manière, elles étaient inévitables, le bibliothécaire se chargeait bien de faire en sorte qu'elles aient lieu et qu'elle ne puisse pas y échapper, donc autant en tirer le plus possible en en sacrifiant le moins possible. Elle savait qu'il ne pouvait pas lui ferait grand-chose, et au cas où il perdait le contrôle, elle était prête à en assumer les conséquences. Elle rentrait dans le jeu et en respectait les règles. Oui, elle l'aimait bien, ce petit jeu. Mais il avait ce côté interminable, incontrôlable, qui l'inquiétait parfois, et elle était reconnaissante quand elles prenaient fin au bout d'un moment. En l'occurrence, leur petite conversation nocturne fut interrompue par un gardien venu chercher Keith. L'esprit de Caitlyn eut un peu de mal à sortir du mode provocation et à assimiler les informations maintenues floues exprès par le gardien, probablement parce qu'il n'était pas censé trouver le bibliothécaire en compagnie d'une élève dans la réserve interdite. Apparemment, tous – et seulement – les adultes du château devaient initialement être recrutés pour aider dans la Grande Sale. Mais, après réflexion et avec un peu de pression, le gardien se rendit à l'évidence que deux mains de plus ne seraient pas de refus, et Caitlyn fut finalement embarquée avec.

Le spectacle ne fut pas des plus beaux à voir. Une Grande Salle débordante de blessés, de terrifiés, de traumatisés. Des rescapés de Salem. Salem qui s'était fait attaquer et prendre par les Supérieurs. Du sang et des larmes. Des morts et des survivants. Poudlard servant d'asile et d'hôpital à des dizaines, des centaines, de jeunes et moins jeunes sorciers en fuite. Une grande majorité d'enfants, accompagnés par leurs professeurs, aussi mal en point les uns que les autres. Un peu paumée, ne sachant pas trop quoi faire, Caitlyn attendit des ordres qu'elle ne tarda pas à recevoir. Des ordres flous aux premiers abords pour son cerveau sonné et qui avait de la peine à tout enregistrer, mais des ordres logiques et finalement pas si flous que ça. Soigner, rassurer, aider. Elle se gifla mentalement pour se redonner un peu de sang froid, de force et d'énergie. Elle n'avait pas le droit de flancher, des gens avaient besoin d'elle. Elle était comme ça, la petite Caitlyn. Forte pour les autres. Ça se retournait contre elle parfois, et en l'occurrence, elle allait très certainement finir crevée de n'avoir pas dormi de la nuit, mais peu lui importait. Elle était capable de gérer au moins une partie des blessés, laissant les plus graves à des personnes plus habilitées qu'elle. Elle était passée en mode automatique, ou plutôt en mode instinctif, laissant ses réflexes protecteurs guider ses actions. Des gens avaient besoin d'aide ? Qui de mieux qu'un Saint Bernard pour s'en occuper !

Elle ne compta pas le nombre de fois qu'elle murmura des Vulnera Sanentur, concentrée sur des plaies superficielles à refermer. Elle ne compta pas le nombre de fois qu'elle nettoya et banda des plaies plus étendues dont les soins étaient au dessus de ses forces. Elle ne compta pas le nombre de fois qu'elle offrit à boire à des assoiffés. Elle participa à l'organisation de la Grande Salle, séparant pseudo-dortoir et pseudo-infirmerie. Elle tria et marqua les blessés par ordre de gravité, en compagnie d'autres auxiliaires qui, comme elle, n'étaient pas assez qualifiés pour les prendre en charge autrement. Elle reconnut quelques autres rares élèves, ainsi que les professeurs. Keith était complètement oublié et inintéressant. Tout comme l'était l'incident à Pré Au Lard qui avait eu lieu à peine quelques jours plus tôt. Ne restait que la détresse et la vulnérabilité. Elle occultait toutes les émotions qui lui donnaient envie de craquer, de pleurer, de hurler et de frapper. Elle ne gardait que celles qui lui permettaient de faire quelque chose de constructif, de réfléchi, d'organisé et de calme. Le souffle court comme si elle avait couru, le front maculé de sang séché et humide de sueur, des cernes sous des yeux à la fois durs et doux, le corps endolori et épuisé, Caitlyn se dirigeait vers les cuisines afin de ramener de la nourriture pour redonner des forces aux survivants. Une petite agglomération d'enfants endormis s'était formée dans le couloir et elle la contourna en vérifiant rapidement que tous semblaient sains et saufs aux premiers abords.

« Hey, psst ! Sors-moi de là. Il faudrait dégager ceux qui sont collés à mes jambes, sans les réveiller. Ne t’inquiète pas mistinguot, ce n’est rien. Vous êtes à l’abri ici. Les autres ont besoin d’aide, je vais juste les aider mais je reste dans les environs. »

Quelque chose bougeait au milieu de ce tas de petits corps immobiles. Elle attrapa la main tendue et aida une jeune femme blonde à se relever, tout en écartant doucement quelques gamins et en empêchant quelques autres de tomber. Attrapant presque au vol une sacoche que la rescapée lui fourrait dans les mains, Caitlyn la regarda rassurer ses gamins, puis, d'un petit coup de baguette, fit apparaître une couverture qu'elle étendit dessus. L'adulte qu'elle n'avait même pas vue au premier regard entreprit ensuite de se relever et elle lui tendit une main pour la soutenir, avant de lui rendre sa sacoche. S'assurant qu'elle ne risquait pas de s'écrouler dans les prochaines secondes, Caitlyn finit par se détendre un peu, aidée par le sourire que l'inconnue lui adressait, mais n'en resta pas moins aux aguets. Elle hocha la tête, signe d'approbation, tout en continuant à surveiller le moindre signe qui puisse présager d'une faiblesse de quoi que ce soit d'autre.

« Merci. J’ai cru que je ne m’en sortirais jamais. On dirait un jeu de Mikados, mais des Mikados qui s’accrochent et bavent… »

Petit sourire sur les lèvres de la Raven, amusée malgré elle par l'humour de la jeune femme et se forçant à réprimer ses réflexes, sans quoi elle l'aurait depuis longtemps obligée à s'appuyer à elle.

« Ya pas de quoi, c'est normal. Vous devriez aller vous reposer aussi. Vous avez soif, faim ? Vous avez mal quelque part ? »

Suivant sans trop insister la jeune femme qui s'éloignait, elle ne put réprimer un mouvement vers elle lorsqu'elle vit ses épaules s'affaisser d'un coup. Elle la laissa s'appuyer contre le mur et l'observa cracher un peu de bave, une main sur son dos et les yeux rivés sur son visage, attendant pour voir si la jeune femme pourrait gérer seule ce malaise ou si elle aurait besoin d'une intervention plus importante de sa part.

« Hey, ça va ? Qu'est ce qui se passe ? »

Son état sembla se stabiliser doucement, et Caitlyn s'éloigna donc d'un pas vers l'arrière pour la laisser respirer tout en augmentant sa vigilance. Elle n'avait aucun moyen de prévoir ce qui pouvait se passer. Elle n'avait aucun moyen de savoir si la jeune femme n'allait pas tout à coup tomber dans les pommes ou pire, mais elle misait sur la liberté et l'autonomie.

« C'est bon, ça va aller ? »

Fronçant les sourcils lorsqu'elle la vit s'enfiler le contenu d'une fiole qu'elle avait sortie de sa sacoche, elle fut contente de constater que les forces semblaient revenir à la petite blonde qui ne tarda pas à s'éloigner un peu du mur tout en se recoiffant fébrilement et qui finit par afficher un sourire qui se voulait rassurant et qui l'était, bien que seulement à moitié.

« Je m’excuse pour tout ça. »

Caitlyn secoua vigoureusement la tête.

« Je manque totalement à mes obligations.
- Non non, pas du tout, vraiment, ne vous inquiétez pas.
- Gwen Roberts-Moore. Maître de potions de Salem.
- Oh, heu, enchantée. Caitlyn, serd… Hey ! »

Gwen venait de s'adosser contre le mur et Caitlyn avait tendu les bras vers elle, au cas où elle devait tomber. Mais ce ne fut pas le cas. Il n'empêche que la Raven se permit de répéter.

« Vous devriez vraiment vous reposer. J'veux pas vous voir tomber dans les vapes juste parce que j'aurais pas été assez stricte avec vous. »

C'était vrai, elle avait du mal à materner une femme qui avait plusieurs années de plus qu'elle. Gwen avait beau avoir l'air jeune et sympathique aux premiers abords, elle n'en restait pas moins une adulte et, malgré les airs un peu rebelles dont elle pouvait faire preuve notamment avec Keith McEwen, Caitlyn n'était pas systématiquement à l'aise par rapport au discours à tenir et au comportement à avoir avec ses aînés, surtout dans une telle situation. Elle ne voulait pas paraître trop stricte et trop insolente aux yeux de Gwen, qui avait le droit à sa liberté et à son autonomie, de même que Caitlyn aurait aimé y avoir le droit si la situation avait été inversée, mais elle ne voulait pas non plus causer des complications par de la simple négligence et par manque d'autorité.

« C’est un peu le chaos. Je me suis assise quelques minutes pour respirer, et ils sont arrivés comme une nuée de moineaux… Merci. De m'avoir sortie de là, de nous aider aussi. On ne s’en serait pas sortis sinon.
- C'est la moindre des choses, vraiment. »

Détachant son regard du visage de Gwen, Caitlyn focalisa son attention sur le reste du corps de la jeune femme, notamment le sang qui imbibait son t-shirt. Elle l'avait déjà rapidement vu auparavant, et s'était dit que c'était en grande partie du sang qui n'était pas celui de la jeune femme, mais une des taches sur son flanc gauche semblait fraîche, humide, et grossissante. Elle fit apparaître un lit de camp, avec coussins et couvertures, ainsi qu'un seau d'eau et des linges propres.

« Allez, maintenant vous pouvez vous asseoir, ils vont pas revenir s'entasser sur vous. Montrez moi ça vite fait. »

Elle s'accroupit devant Gwen, et, doucement, précautionneusement, remonta un pan de son t-shirt.

« C'est pas très grave, juste une égratignure, mais ça serait dommage que ça s'infecte et que ça devienne grave, hein. J'vais nettoyer ça rapidement et essayer de le refermer. Sauf si vous avez une autre potion magique dans votre sacoche ? »

Un petit sourire bienveillant, presque complice, puis elle plongea un linge dans le seau d'eau et l'essora rapidement avant de venir l'appliquer sur la plaie de la jeune femme. C'était froid, ça piquait peut-être un peu, mais bien qu'elle ne soit pas une pro des soins, Caitlyn était assez intelligente pour savoir qu'une plaie d'apparence simple pouvait rapidement présenter des complications si elle n'était pas nettoyée. C'était logique, et c'était facile à éviter, donc autant le faire, n'est ce pas ? Propre, la plaie paraissait encore plus petite, plus inoffensive, et elle la sécha donc à l'aide de l'autre extrémité du linge, avant de pointer sa baguette dessus. Elle prit une inspiration, se prépara à une concentration intense. Elle était fatiguée, faible, mais elle puisa dans ses réserves d'énergie et de positivisme pour murmurer l'incantation trois fois. Les berges de la plaie se rapprochèrent après le passage de la baguette au dessus, et bientôt, la peau fut à nouveau continue, avec une petite marque claire à l'endroit où elle s'était ressoudée. Caitlyn rangea alors sa baguette et passa une main dans ses cheveux, se massant rapidement le crâne par la même occasion pour se défaire de cette impression de fatigue qui commençait à lui monter au cerveau.

« Vous avez faim ? Un peu de sucre ne ferait pas de mal, vous trouvez pas ? J'allais justement aux cuisines quand vous m'avez appelée…  J'avoue que je mangerai bien un bout moi aussi. Je reviens dans deux minutes, hein ? »

Elle se releva, ignorant ses muscles fatigués, et partit en direction des cuisines, vérifiant par la même occasion que le tas d'enfants endormi ne risquait rien. S'appuyant à la rambarde, elle descendit les escaliers en priant que ses genoux ne la lâchent pas. Elle eut une pensée pour ses pseudo-patients dans la Grande Salle, qu'elle avait abandonnés au profit de cette Gwen, mais se dit que ce n'était finalement pas si mal. Elle avait besoin de se reposer un peu, aussi, si elle voulait être en forme pour continuer à apporter son aide où il y en avait besoin. Manger et boire un peu ne lui ferait franchement aucun mal, et elle serait bien contente de reprendre des forces. Une grosse boite de biscuits au chocolat dans une main, une bouteille de thé brûlant dans l'autre, elle remonta difficilement les escaliers et rejoignit Gwen. Se laissant glisser le long du mur, elle s'assit à même le sol et posa la boite à ses pieds.

« Servez-vous, ça vous fera du bien. »

Dit-elle en mordant dans un biscuit. Les yeux fermés, elle laissa le goût chocolaté réveiller ses sens et ne tarda pas à en reprendre un autre en souriant à la professeur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 598
Date d'inscription : 08/12/2014
Crédits : /
Double Compte : Jeroen van Saade



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3032-gwen-the-things-we-lost#151833
MessageSujet: Re: [Event 20.12] I found shelter ▬ Caitlyn   Jeu 5 Fév 2015 - 16:04

Ce fut sans remords qu’elle arrêta l’élève fatiguée qui passait devant elle. Pourquoi en aurait-elle eus ? D’autres priorités demandaient leur attention, mais au vu du visage maculé de sang séché de la petite brune, elle avait fait son travail et méritait une petite « pause ». La main tendue vers elle lui sembla extrêmement douce : peut-être cela était-il dû à l’engourdissement généralisé de ses membres… Cela lui fit du bien de pouvoir enfin se lever et se dégourdir les jambes. L’élève fit apparaître une couverture qu’elle jeta au-dessus de l’amas d’enfants. Oui, effectivement, l’idée était bonne, mais Gwen avait du mal à penser et, de ce fait, à agir avec une logique et une attention maximale. Elle accepta finalement la main à nouveau tendue, s’assura sur ses jambes où le sang se remettait à circuler et récupéra sa sacoche.

- Ya pas de quoi, c'est normal. Vous devriez aller vous reposer aussi. Vous avez soif, faim ? Vous avez mal quelque part ?
- Ça va, merci.

Ça n’allait pas vraiment, mais elle n’était pas à plaindre. Il fallait juste qu’elle s’isole quelques minutes pour évacuer la tension qui lui nouait l’estomac ; ce serait faire peur aux enfants pour bien peu de choses. Dès qu’elles eurent tourné à un angle du couloir, elle se laissa donc aller à un instant de faiblesse et cracha un peu de la bile que son estomac tenait absolument à rejeter. Une main dans son dos, l’élève semblait prise d’un élan de panique, comme si l’enseignante risquait à tout moment de s’écrouler. Elle se sentait un peu trop soutenue pour si peu de choses mais tant qu’elle ne se serait pas reprise en main, elle pourrait difficilement râler… Finalement, elle s’écarta un peu et Gwen put reprendre son souffle doucement. Il était bien temps pour une petite potion magique.

- C'est bon, ça va aller ?
- Ça va. C’est passé.

C’est qu’elle se sentait surveillée ! Ce petit froncement de sourcils semblait réprobateur. Ce n’était qu’un médicament banal pour éviter les nausées, rien de plus ! Ah, elle devrait quand même rassurer la miss, mais c’était mieux qu’une volée d’enfants complètement perdus qui avaient absolument besoin de se sentir en sécurité…

- Oh, heu, enchantée. Caitlyn, serd… Hey ! Vous devriez vraiment vous reposer. J'veux pas vous voir tomber dans les vapes juste parce que j'aurais pas été assez stricte avec vous.
- Respire donc ! Je ne suis pas en sucre et je n’ai nul besoin d’être maternée. Je ne compte pas m’écrouler alors cesse de paniquer ainsi à chaque geste que je fais… Je vais bien.

Si elle montrait qu’elle pouvait se défendre, elle montrait aussi qu’elle était en état de le faire. Qui était l’adulte ici ? Sûrement pas la demoiselle. Alors certes, elle avait raison de rester attentive, mais elle avait tendance à s’en faire pour pas grand-chose et à manquer de recul. Le regard épuisé, elle ferait mieux de se reposer elle-même, elle risquait de s’écrouler dès que l’adrénaline retomberait dans ses veines. Mais, dans son élan d’inquiétude, elle fit apparaître un lit de camp, des coussins, des couvertures. Elle semblait décidée à ne pas lâcher son aînée.

- Allez, maintenant vous pouvez vous asseoir, ils vont pas revenir s'entasser sur vous. Montrez moi ça vite fait.

Gwen capitula et s’assit en posant son sac à ses pieds. Caitlyn s’accroupit et remonta doucement son t-shirt pour dévoiler une blessure peu profonde mais ouverte. Elle ne ressentait pourtant aucune douleur, comme si son corps lui échappait… Elle détourna les yeux ; elle n’avait pas la phobie du sang mais les blessures la mettaient mal à l’aise, même sur elle-même.

- C'est pas très grave, juste une égratignure, mais ça serait dommage que ça s'infecte et que ça devienne grave, hein. J'vais nettoyer ça rapidement et essayer de le refermer. Sauf si vous avez une autre potion magique dans votre sacoche ?
- J’ai tout donné à un collègues pour les blessures plus graves. Le sang et moi, ça fait deux…

Elle répondit à son sourire. Et non, elle n’était pas blanche comme un linge, elle ne ferait pas de malaise pour trois gouttes de sang ! Elle se contentait de regarder dans une autre direction en tenant son haut pour qu’il ne tombe pas pendant que la jeune fille s’occupait d’elle. Le linge froid la fit frissonner et il lui sembla reprendre possession de la sensation de douleur à cet endroit-là. Aïe. Un sortilège finit de refermer la plaie. Gwen passa sa main sur la marque claire, dissipant ainsi le picotement, puis laissa son t-shirt retomber sur son ventre. Caitlyn semblait complètement épuisée. Était-ce bien sérieux de continuer de s’occuper des autres dans cet état-là ?

- Vous avez faim ? Un peu de sucre ne ferait pas de mal, vous trouvez pas ? J'allais justement aux cuisines quand vous m'avez appelée…  J'avoue que je mangerai bien un bout moi aussi. Je reviens dans deux minutes, hein ?

Gwen n’eut pas le temps de répondre que l’élève était déjà repartie. D’où tenait-elle une telle énergie ? À croire que les ressources des écossais étaient inépuisables. La jeune femme soupira, le regard perdu dans la contemplation du couloir. Tout était calme. La vie bruissait non loin, les équipes se chargeant de s’occuper des blessés et d’organiser l’accueil de tout ce beau monde. Plusieurs étudiants passèrent devant elle et s’enquirent de son état ; elle leur répondit avec un sourire que ça allait, mais qu’il valait mieux ne pas faire trop de bruit à cause des petits qui dormaient. Puis ils partirent avec leurs airs préoccupés. Bon sang, elle ne comprenait plus rien à ce qui se passait autour d’elle… Elle se laissa aller à pleurer un peu tandis qu’elle était seule ; puis elle se frotta les yeux lorsqu’elle entendit des pas dans le couloir, et cela n’y manqua pas : c’était Caitlyn qui revenait des cuisines avec une boite de gâteaux et du thé. Gwen récupéra la bouteille et la regarder s’affaler contre le mur, à même le sol.

- Servez-vous, ça vous fera du bien.
- Merci. Mais tu auras l’obligeance de venir t’asseoir à côté de moi, et sans protester s’il te plaît.

Et si ça ne lui plaisait pas, tant pis : son ordre était ferme et sans appel possible. Elle n’esquissa pas un geste vers la boite de gâteaux ni ne quitta la jeune femme du regard, jusqu’à ce qu’elle se redresse pour la rejoindre sur le petit lit de camp. Il y avait de la place pour deux, et voir la petite par terre l’aurait rapidement mise mal à l’aise. Elle posa une couverture sur les genoux de la demoiselle pour qu’elle ne se refroidisse pas trop et s’emmitoufla elle-même, prise de légers frissons. Puis elle accepta un gâteau qu’elle prit à deux doigts et le grignota par petits morceaux, prenant soin de ne pas mettre des miettes et du chocolat partout. Son estomac était encore réticent mais elle devait manger quelque chose. Elle fit finalement apparaître deux tasses. Elle remplit la première et la tendit à l’élève, puis se servit et glissa ses mains autour de la source de chaleur. Ça sentait bon.

- Repose-toi un peu, tu m’as l’air complètement épuisée. Je vais prendre le relais et aller les aider ; je te laisserai gérer les petits dormeurs, si ça te convient. Mais dans cinq minutes, hein, il ne fallait pas pousser. Comment ça se passe là-bas ? Ils s’en sortent avec les blessés ?

Combien étaient morts à l’heure qu’il était ? Surtout, combien étaient-ils à avoir pu arriver jusque-là ? C'était la question qui lui brûlait les lèvres. Ils avaient laissé de nombreux corps derrière eux, mais ils n’avaient pas pu faire le compte. Dans un même temps, elle ne voulait pas savoir. C’était une réalité trop terrible, trop meurtrière à son goût. Qui aurait pu imaginer que cela puisse leur arriver… Le regard droit devant elle, elle inspirait l'odeur son thé sans le boire. Puis elle commença à jouer machinalement avec ses pendentifs, les deux alliances et la clef de son armoire dans la salle de potions. Ils avaient sûrement tout démoli depuis le temps…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6676
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: [Event 20.12] I found shelter ▬ Caitlyn   Ven 20 Mar 2015 - 19:07

« Respire donc ! Je ne suis pas en sucre et je n’ai nul besoin d’être maternée. Je ne compte pas m’écrouler alors cesse de paniquer ainsi à chaque geste que je fais… Je vais bien. »

Okay, elle en faisait peut-être un peu trop. Pas besoin de s'élancer vers elle, prête à la soutenir, à chaque petit mouvement qu'elle faisait, c'était ça ? D'accord, compris. Elle essayerait de prendre sur elle désormais. Laisser la prof de potions de Salem se débrouiller seule. C'était difficile, quand on avait vécu ce qu'avait vécu la Serdaigle les deux dernières années. La crainte, constante, d'être la cible de la haine des Supérieurs. Celle, pire par bien des aspects, de voir des proches ou des inconnus innocents se faire attaquer et tomber pour ne plus se relever. Cette peur la prenait aux tripes et lui faisait faire l'impossible. Elle était prête à faire sacrifice de sa santé, tellement elle  était dévouée aux autres. Sensible, empathique, capable de sauter dans le tas pour protéger ses proches ou n'importe qui d'autre qui en aurait ne serait-ce qu'un tant soit peu besoin. C'était par habitude, et par peur. Mieux valait prévenir que guérir. Caitlyn ne voulait plus voir de blessés, de souffrants, de morts. C'était compromis d'avance, certes, mais si elle pouvait en minimiser le nombre, ce serait déjà ça de gagné. Tant pis si elle passait pour la Saint-Bernard de service, pour la mère-poule par excellence ou pour n'importe quoi d'autre. Elle avait vu et vécu des choses qu'elle ne voulait pas devoir revoir ni revivre, et ne sous-estimait pas le pouvoir de la vigilance. Un détail qui lui échapperait, un geste qu'elle effectuerait trop lentement, et ça pouvait être trop tard. Donc oui, même crevée, elle avait des réflexes de soutien, juste au cas où. Elle préférait prendre des précautions, dans ces cas là, plutôt que pleurer les conséquences de leur absence. Elle s'appliqua cependant à ne plus donner l'impression de guetter un signe de faiblesse chez la belle blonde et à paraître plus détendue.

Elle pouvait tout à fait comprendre que Gwen soit mal à l'aise dû au fait que sa sauveuse devenait envahissante. Elle ne se sentait d'ailleurs pas forcément à l'aise non plus, à enfreindre ainsi la hiérarchie qui aurait voulu que l'adulte prenne soin de l'enfant et non l'inverse. Mais ce soir, c'était Poudlard qui réfugiait Salem. Caitlyn prit donc la peine de faire apparaître un lit de camp, et la prof de potions s'y assit, presque comme à contre-cœur. La Raven ne pouvait décemment pas lui en vouloir : à sa place, elle aurait très probablement eu le même genre de réactions. Fierté, honte, intégrité, autonomie… Les infirmiers menaient un combat quotidien contre des patients qui refusaient d'admettre la gravité de leurs blessures. Il fallait les forcer à rester sagement au lit et à finir de prendre leurs médicaments, et c'était pas facile car il y avait toujours cette peur de trop en faire, mais c'était pour leur bien, et la peur de regretter de ne pas en avoir fait assez contre-balançait. Ici, c'était pareil. La belle brune était certes un peu fatiguée, mais ce n'était rien face au traumatisme que venait de vivre Gwen. Et puis de toute manière, Caitlyn serait bien incapable de se reposer en sachant qu'elle avait négligé des soins. Non, pas question d'ignorer les plaies qui barraient le flanc de l'aînée, quand bien même elles n'étaient que superficielles. Elle les nettoya puis les referma sans faire de remarques par rapport au regard soigneusement détourné de Gwen. La minute d'après, elle était debout prête à partir en direction des cuisines, pour en revenir quelques temps plus tard les bras avec une boite de biscuits et une bouteille de thé, et s'asseoir par terre en se laissant glisser contre le mur. La fatigue commençait sérieusement à se faire sentir. Un peu de sucres rapides ne lui ferait pas de mal, et le thé brûlant la réchaufferait. Elle invita la prof de potions à se servir, espérant qu'elle arrêterait de la regarder comme si elle était une alien.

« Merci. Mais tu auras l’obligeance de venir t’asseoir à côté de moi, et sans protester s’il te plaît.
- J'ai… besoin d'un dossier. »

C'était vrai, Caitlyn avait besoin de pouvoir appuyer sa tête et son dos contre quelque chose. Elle se sentait comme une poupée de chiffons et était prête à s'endormir. C'était mal, très mal. Ils avaient encore besoin d'aide, là bas, dans la Grande Salle. Il fallait qu'elle retrouve ses forces, son énergie. Son sourire, aussi. Voyant que la prof ne comptait pas se laisser amadouer, elle se releva tant bien que mal et vint s'avachir sur le lit de camp et adopter difficilement une position en lotus pour ensuite s'emmitoufler dans la couverture qu'elle s'était vue attribuée. Mis à part le fait qu'elle devait faire travailler les muscles de son dos et de sa nuque, elle était tout de même bien, et un peu de chaleur était agréable. Elle grignota un biscuit, puis un deuxième, puis entoura de ses mains froides la tasse de thé que lui servait Gwen. Elles devaient avoir l'air de clochardes.

« Repose-toi un peu, tu m’as l’air complètement épuisée. Je vais prendre le relais et aller les aider ; je te laisserai gérer les petits dormeurs, si ça te convient. Comment ça se passe là-bas ? Ils s’en sortent avec les blessés ? »

Précautionneusement, Caitlyn but une gorgée du liquide aromatique et brûlant qui réchauffait ses mains ainsi que son visage lorsqu'elle soufflait dedans. Laissait à son corps le temps de retrouver ses forces. Oui, elle était épuisée. Ça ferait bientôt 24 heures qu'elle n'avait pas dormi, et mine de rien, ça faisait beaucoup. Disons qu'elle était dans la phase où la fatigue se faisait le plus sentir. Au delà d'un certain temps, elle finissait par s'estomper, ou du moins, le corps s'y habituait. Il fallait qu'elle lui fasse comprendre que le dodo ne serait pas pour tout de suite.

« Ça va aller, faut juste que je souffle un peu, et si je peux en profiter pour manger un peu c'est encore mieux. Bon je suis un peu fatiguée, mais c'est passager. »

Elle reprit un gâteau avec appétit. Mine de rien, elle avait assez d'énergie pour mâcher vigoureusement et savourer le goût chocolaté qui se répandait dans sa bouche.

« Là bas, c'est un peu le rush, je vous avoue. On s'attendait pas vraiment à avoir de la visite et on n'a pas énormément de personnel réellement formé pour soigner. »

Pour le moment, l'accent était surtout mis sur la défense, notamment avec la présence des Gardiens. En tant que corps soignant, il y avait Wargrave, Llanos et Takuma. Les autres adultes se débrouillaient plus ou moins bien, circonstances obligent. Mais c'était loin d'être suffisant pour la quantité de blessés et de rescapés qui étaient venu chercher asile à Poudlard.

« Mais chacun y met du sien, et on s'en sort. D'ici quelques heures, on devrait avoir réussi à passer en revue tout le monde je pense. »

Les blessés les plus graves étaient pris en charge immédiatement par le corps soignant, les plus légers l'étaient aussi par les gens comme Caitlyn. Les moyennement graves étaient soignés à moitié par les moins expérimentés et attendaient leur tour auprès des infirmiers. Des lits de camp étaient mis à disposition pour permettre aux réfugiés de continuer leur nuit. Oui, progressivement, la Grande Salle s'organisait pour devenir un hôpital de guerre. D'ailleurs, parlant de guerre…

« Et vous, ça s'est passé comment ? Il s'est passé quoi au juste ? »

Bon d'accord, elle savait pertinemment qu'ils s'étaient fait attaquer par les Supérieurs, ce n'était pas très difficile à deviner, et elle pouvait imaginer la bataille sans difficultés, mais elle savait aussi que ça pouvait faire du bien d'en parler, donc, tout en faisant comme si de rien n'était, elle offrait à Gwen une séance de psy gratos.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 598
Date d'inscription : 08/12/2014
Crédits : /
Double Compte : Jeroen van Saade



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3032-gwen-the-things-we-lost#151833
MessageSujet: Re: [Event 20.12] I found shelter ▬ Caitlyn   Sam 11 Avr 2015 - 14:10

Eh non, pas besoin d’en faire trop. Gwen avait beau être une princesse appréciant qu’on s’occupe d’elle lorsqu’elle ne se sentait pas au meilleur de sa forme, elle n’acceptait pas de cela de n’importe qui. Indépendante et très pudique, il ne fallait pas lui sauter dessus pour l’aider dès qu’elle vacillait un peu ; encore moins lorsqu’elle ressentait le besoin d’évacuer l’acide dans son estomac. Elle ne connaissait pas le vécu de la jeune élève, elle ne savait pas ce qui la motivait à vouloir la choyer comme une enfant mais ce n’était pas nécessaire dans ce cas de figure, ce qu’elle lui expliqua clairement. Elle n’était pas gravement blessée, elle tenait debout et avait la force de râler, impossible de répliquer qu’elle avait absolument besoin qu’on l’aide dans chaque déplacement. La miss fut bien obligée de la laisser respirer un peu et de prendre son mal en patience. Une élève n’avait pas besoin d’agir ainsi. L’inversement des rôles en présence n’était pas normal, à la base, et Gwen entendait bien lui faire comprendre que s’il y avait une personne qui devait s’inquiéter ici, c’était bien l’adulte pour l’adolescente. Et non, ce n’était pas une question de gravité de ses blessures, car si la jeune Roberts-Moore pissait le sang, elle serait en train de pleurer comme une madeleine pour qu’on s’occupe d’elle… Nous avons dit pudeur, pas retenue jusque dans la mort. Il y avait des limites, et ces limites n’étaient pas franchies présentement, même si elle se sentait mal en-dedans après avoir vu toute cette violence. Comment pouvait-on tuer des enfants avec sang-froid ? Qu’avaient-ils fait pour mériter une telle sentence ? Et qu’on ne vienne pas dire que c’était une question de pureté de sang. Ce n’est pas comme si seuls les nés-moldus avaient été visés lors de cette attaque. Bon Dieu, si sa famille apprenait que les proches de la famille d’Anton étaient impliqués dans cette attaque qui aurait pu coûter la vie de l’une de leurs progénitures, cela créerait une crise politique sans précédents à Salem et sur toute la côte Est. Elle ne voulait pas de ça, mais elle aurait pu avoir moins de scrupules à démolir la réputation de son amant et de sa famille… Il ne fallait pas se mettre les Roberts-Moore à dos, ils n’avaient pas l’air de le comprendre. Gwen regardait le mur en face d’elle, les yeux voilés, cherchant à comprendre l’incompréhensible. Lorsque l’élève revint avec des biscuits et du thé, elle revint à la réalité et à son rôle d’adulte. Elle n’allait pas laisser cette gamine s’asseoir par terre comme une clocharde, crénom de nom !

- J'ai… besoin d'un dossier.
- C’est le même mur, que tu sois assise par terre ou sur ce lit de camp.

Et tant pis si, bien installée, elle s’endormait ou n’arrivait plus à bouger. Il fallait qu’elle respire, qu’elle se pose, car elle semblait clairement près de l’implosion. Faire un malaise en tentant d’aider tout le monde, c’était le meilleur moyen de détourner l’attention des infirmiers des cas plus graves. Elle ne la laisserait pas par terre, clairement, et Caitlyn finit par capituler sagement. Au chaud, calée contre le mur, elle semblait déjà reprendre des couleurs et se détendre. Gwen décréta qu’elle serait chargée des marmots qui ronflaient à côté : cela l’obligerait à rester calmement ici pour se reposer et à s’occuper d’essuyer leurs larmes et leur bave dégoulinant de partout. Non pas que l’enseignante n’aimait pas les enfants et qu’elle n’avait pas envie de les aider, mais elle n’aimait pas tous les trucs un peu sales qu’ils produisaient à profusion. Si elle pouvait trouver un moyen de s’y soustraire, elle sautait sur l’occasion sans hésiter. Sa tasse de thé entre les mains, elle profita d’un instant de silence pour écouter en direction des enfants et vérifier que ça dormait sagement. Gérer la sieste à cet âge-là…

- Ça va aller, faut juste que je souffle un peu, et si je peux en profiter pour manger un peu c'est encore mieux. Bon je suis un peu fatiguée, mais c'est passager.
- Bien, tu seras donc en pleine forme pour t’occuper des petits.

Elle avait parfaitement perçu le signal mais l’avait détourné sans un remord. Elle pourrait même aller distribuer des biscuits aux enfants qui refusaient de dormir, ce serait parfait pour les calmer. À condition qu’elle ne dévore pas tout, bien entendu.

- Là-bas, c'est un peu le rush, je vous avoue. On s'attendait pas vraiment à avoir de la visite et on n'a pas énormément de personnel réellement formé pour soigner.
- C’est évident. Nous aurions bien aimé pouvoir prévoir nous aussi.

Mais tout aurait été différent s’ils avaient su. Anton savait-il ce qui allait se passer, et aurait-il eu le cran de le lui cacher ? La jeune femme commença à tripoter la clef qui pendait autour de son cou. Tout ce qui lui restait était dans sa sacoche et sur elle. Plus de bureau, plus de chambre, plus de hibou, plus d’affaires personnelles, plus rien. Les enfants étaient d’autant plus mal lotis qu’à leur départ, ils étaient pour la plupart en pyjama et les mains vides, perclus de fatigue et de peur. La perte matérielle donnait une tout autre dimension à ce qui s’était passé ; elle ôtait toute possibilité de se raccrocher à quelque chose de concret pour faire face à la mort. Gwen réprima un sursaut involontaire. Son corps, à l’instar des projections dans son esprit, ne s’était toujours pas calmé. Elle prit une nouvelle gorgée de thé brûlant pour masquer le goût de bile au fond de sa gorge et se donner une contenance. Les objets, ça n’avait pas été leur priorité. Leur objectif à court terme avait été de survivre, et ils avaient déjà fait tout leur possible pour le remplir ; ils avaient fait au mieux, donc, osait-elle espérer.

- Mais chacun y met du sien, et on s'en sort. D'ici quelques heures, on devrait avoir réussi à passer en revue tout le monde je pense.

Gwen hocha la tête en silence. Passer en revue. Compter ceux qu’ils avaient pu amener à bon port. Recenser ceux qu’ils n’avaient pas pu sauver. Une tâche terrible et obligatoire, en prévision des nombreuses lettres qu’il faudrait envoyer aux familles. Elle devait être prof, bon sang, pas la femme qui annonce la mort du gosse aux parents ! Son rôle était juste de leur faire bidouiller des potions qu’ils détourneraient pour faire des conneries, comme les foutus adolescents qu’ils étaient… Elle n’avait aucune envie de retourner là où ses collègues et élèves étaient entre la vie et la mort. Elle ne voulait pas voir cela. Comme une gamine, elle aurait aimé se recroqueviller et faire comme si les monstres sous son lit n’existaient pas. Et pourtant, elle n’avait pas le droit de fermer les yeux.

Et vous, ça s'est passé comment ? Il s'est passé quoi au juste ?

Elle lui lança un regard empli d’une incompréhension fugace. Ce qui s’était passé… Que s’était-il passé, justement ? Dès la première explosion, sa conscience s’était à moitié éteinte. Elle ne gardait de ces dernières heures que des souvenirs diffus, des impressions violentes, l’agression imprégnée dans son corps comme une vieille odeur de moisissure. Elle détourna les yeux et entreprit d’observer les petits résidus de thé au fond de sa tasse.

- Ils ont attaqué le château au beau milieu de la nuit, commença-t-elle à voix basse. Cela n’aurait pas dû arriver. Nous aurions dû partir avant qu’ils n’aient eu le temps d’entrer. Je... je ne sais pas ce qui s’est passé. C’était le chaos. C’est totalement irréel. Comment cela a-t-il pu se produire à Salem ? Chez nous, sous notre nez, sans qu’on n’ait rien pu faire ? Par Merlin, nous étions la meilleure école…

La gorge nouée, elle se tut. Les mots ne passaient pas comme elle l’aurait voulu. Ce qui s’était passé était indicible. Elle qui n’avait jamais eu à vivre un tel déchaînement de violence, elle s’était retrouvée bien bête à courir avec des merdeux sous les bras tandis que quelques-uns de leurs agresseurs la regardaient faire en ricanant. Présentement, elle aurait voulu qu’Anton soit là pour la prendre dans ses bras et la rassurer. Lui dire que ce n’était pas sa faute, qu’elle n’avait pas été égoïste de fuir devant le danger en se contentant d’attraper les élèves qui lui passaient sous la main. En ravalant sa salive, elle passa sa main dans ses cheveux, faisant tomber quelques mèches devant ses yeux pour masquer leur humidité. Finalement, elle était jalouse de ces enfants qui pouvaient pleurer tout leur saoul sans être jugés ni réduits à cela.

- Nous sommes partis dès que nous avons pu. Je ne sais même pas qui est à l’origine de l’ordre de venir ici, mais je pense que c’était la meilleure solution.

Suivre les ordres, bêtement, ne pas réfléchir, récupérer les morveux et les envoyer sans protester en Écosse malgré le froid, la distance, l’épuisement. Elle sursauta de nouveau, releva vivement les yeux pour regarder autour d’elle mais tout était calme. Au même moment, un de ses collègues américains passa dans le couloir où se trouvaient les enfants et leur lança un regard. Ils avaient besoin de potions de soin supplémentaires. Gwen passa sa main sur son visage et lui lança un sourire.

- Trouvez-moi deux, trois ingrédients et un chaudron et je m’en occupe. Puis, à Caitlyn : Je peux compter sur toi pour les enfants ? Il faut juste les occuper s’ils n’arrivent pas à dormir, le temps que nous puissions les installer un peu mieux. Merci pour le thé.

Elle repoussa la couverture qu’elle posa délicatement à côté d’elle, puis elle se releva prudemment. Lorsqu’elle fut sur ses pieds, elle nia le léger vertige qu’elle ressentait, prit sa sacoche et partit à la suite de son collègue. Elle devait tenir le coup et faire ce qu’elle savait faire le mieux, maintenant qu'elle n’avait plus d’excuses. Mais cette petite pause lui avait fait du bien.

▬ Fin pour moi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6676
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: [Event 20.12] I found shelter ▬ Caitlyn   Lun 20 Avr 2015 - 15:39

Pas besoin d'en faire trop. Pas besoin de soutenir la jeune femme à chaque pas qu'elle faisait, pas besoin de s'inquiéter pour chaque petite grimace involontaire qui étirait les traits fatigués de son visage, pas besoin de la materner et de la protéger comme si elle était une pauvre petite fille sans défenses. Caitlyn savait très bien qu'elle avait tendance à trop en faire, et probablement était-ce encore davantage le cas lorsqu'elle était fatiguée et en était consciente. Si elle continuait comme ça, elle allait dégoûter la blonde plus qu'autre chose, et ce n'était certainement pas son but. Elle s'appliqua donc à cacher ses instincts de Saint Bernard, mais ne perdit pas en vigilance. Elle ne se le pardonnerait pas si l'adulte faisait un malaise et des complications simplement parce qu'elles auraient négligé des signes indicateurs. Ce n'était pas parce que Lyn était l'ado et Gwen l'adulte que la plus jeune n'avait pas le droit de s'inquiéter pour son aînée. Après tout, ce soir, c'était Poudlard qui recueillait Salem et ils avaient de bonnes raisons pour ce faire. Cependant, la belle brune savait qu'elle pourrait causer plus de problèmes qu'elle ne pourrait en résoudre en s'entêtant à venir en aide aux autres malgré son état de fatigue, et n'allait décemment pas refuser un peu de repos, de chaleur et de sucreries. Elle pouvait paraître inconsciente parfois, mais il ne fallait pas se leurrer : elle savait rester à l'écoute de son corps et connaissait les limites à ne pas dépasser. D'ailleurs, elle était bien contente qu'elle ait trouvé une âme en peine avec laquelle elle devait rester sans que ça ne lui demande trop d'efforts. Elle profitait de Gwen pour se reposer de son côté, pour reprendre des forces.

« Bien, tu seras donc en pleine forme pour t’occuper des petits. »

Elle sourit en levant les yeux au ciel. Manifestement, la maître de potions de Salem avait très bien compris que Caitlyn s'apprêtait à repartir à l'attaque dès qu'elle en aurait l'occasion. Elle ne comptait pas répliquer, ne souhaitant pas y accorder plus d'importance. Elle le percevait comme une sorte de boutade et se disait que Gwen aurait tôt fait d'oublier cette espèce de préoccupation dont elle semblait faire preuve. Après tout, elle n'avait pas franchement le droit de lui dicter la conduite à tenir. À la rigueur, elle aurait pu le faire si Caitlyn avait été son élève, mais ce n'était pas le cas. Elles étaient deux adultes responsables de leurs actes et de leurs décisions, ni plus ni moins. Il était temps d'oublier leurs inquiétudes respectives qui brisaient leur indépendance. Au lieu de se restreindre mutuellement en pensant protéger l'autre, autant s'allier pour venir en aide à ceux qui en avaient réellement besoin, non ? Gwen voulut savoir où en était la situation dans la Grande Salle, et Caitlyn lui décrivit le système adopté par le corps soignant qui avait beau ne pas être assez nombreux et assez compétent pour gérer une telle quantité de blessés de manière idéale, mais qui faisait de son mieux pour être à la hauteur. Les gardiens, les professeurs, et quelques élèves, s'affairaient aux côtés des deux infirmiers attitrés pour passer en revue les blessés et leur état de santé. L'adulte hochait la tête, attentive au récit de sa cadette. Caitlyn aurait bien aimé savoir ce qui se passait dans sa tête à ce moment là. Dépaysement total, peur, reconnaissance, admiration, désolation ? Que pensaient les étrangers concernant Poudlard ? Elle lui demanda ce qui s'était passé à Salem.

« Ils ont attaqué le château au beau milieu de la nuit. Cela n’aurait pas dû arriver. Nous aurions dû partir avant qu’ils n’aient eu le temps d’entrer. Je... je ne sais pas ce qui s’est passé. C’était le chaos. C’est totalement irréel. Comment cela a-t-il pu se produire à Salem ? Chez nous, sous notre nez, sans qu’on n’ait rien pu faire ? Par Merlin, nous étions la meilleure école… »

Gwen avait le regard vague, perdu dans le fond de sa tasse de thé. Sa voix était tendue à l'extrême. Elle semblait encore perdue, incapable de comprendre comment ils en étaient arrivés là. Elle semblait choquée, traumatisée. Manifestement, elle ne connaissait pas les Supérieurs avant de les avoir vus dans le feu de l'action, n'était pas au courant de l'occupation de Poudlard pendant deux longues années. Elle passa une main dans ses cheveux et Caitlyn s'appliqua à reprendre une gorgée de thé de sorte à lui laisser de l'espace, de la liberté. Elle avait de l'expérience, pour tout ce qui touchait au travail des psys. Elle ne comptait pas le nombre de fois où elle avait servi de confidente à ses amis ou à des inconnus, sans être trop envahissante mais en restant présente malgré tout, s'adaptant aux besoins d'indépendance de chacun. Son instinct la guidait dans ces instants là. Et avec Gwen, elle savait qu'il ne fallait pas insister, même si elle voyait les larmes au bord de ses yeux, même si elle sentait la boule dans sa gorge. Alors, elle garda le silence jusqu'à ce que l'adulte se sente prête à enchaîner.

« Nous sommes partis dès que nous avons pu. Je ne sais même pas qui est à l’origine de l’ordre de venir ici, mais je pense que c’était la meilleure solution. »

Elle hocha la tête mais gardait les yeux baissés. Elle devait montrer sa compréhension, mais aucune trace de soutien ou de pitié, sinon, Gwen se braquerait et se refermerait dans son silence comme le voulait la hiérarchie. Elle était la prof, elle n'avait pas le droit de se confier à une élève ainsi. Le silence les entoura pendant quelques instants. Caitlyn n'avait pas de mal à imaginer la scène que venait de lui décrire à mi-mots la maître de potions. Une attaque en pleine nuit, le chaos, l'incompréhension, le désespoir, le plan d'urgence. L'arrivée ici. Le sursaut de la blonde secoua leur lit de camp et tira Caitlyn de sa torpeur. Puis, un adulte que la Raven ne connaissait pas les rejoignit, avouant qu'ils avaient à nouveau besoin de potions soignantes.

« Trouvez-moi deux, trois ingrédients et un chaudron et je m’en occupe. »

Elle souriait faiblement après avoir passé une main sur son visage d'un geste las.

« Je peux compter sur toi pour les enfants ? Il faut juste les occuper s’ils n’arrivent pas à dormir, le temps que nous puissions les installer un peu mieux. Merci pour le thé. »

Sans trop réfléchir, Caitlyn acquiesça en hochant la tête. Protester aurait été contre-productif. De toute manière, ce n'était pas comme si elle avait réussi à récupérer assez de forces pour revenir dans la grande salle et recommencer à soigner. Gwen avait raison, mieux valait la charger d'une simple mission de surveillance. Cela ne voulait pas dire qu'elle resterait auprès d'enfants endormis éternellement, car rien ne l'empêcherait de refiler la tâche à quelqu'un d'autre, mais pour le moment, la meilleure chose à faire était d'obéir et de laisser les adultes gérer. Elle sourit à son tour mais ne quitta pas l'adulte du regard, guettant une éventuelle baisse de tension due au changement de position. Elle laissa ensuite les deux collègues s'éloigner et, emportant avec elle le lit et les couvertures, alla s'installer plus près des enfants qui dormaient tranquillement, bien au chaud entassés les uns sur les autres et enfouis dans les couvertures. Elle alla chercher les biscuits et le thé, puis s'installa confortablement et ferma les yeux. Bientôt, assise en tailleurs sur le lit de camp, adossée contre le mur, elle dormait aussi profondément que les marmots qu'elle était supposée surveiller.

~ The End ~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Event 20.12] I found shelter ▬ Caitlyn   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Event 20.12] I found shelter ▬ Caitlyn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» 06. you found me lying on the floor
» Event 5 : Ecriture & Dessin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée.-
Sauter vers: