AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Something's wrong - Killaem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 3665
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Something's wrong - Killaem   Mar 23 Déc 2014 - 8:47

~ Something's wrong ~
Lundi 24 novembre 2014
Caem Kaliayev && Killian T. E. Calgarry
Quelque chose ne va pas. Je ne sais pas quoi, je ne sais pas ce qui se passe, mais... je le sens, en quelque sorte. J'ai pas des sens de Loup pour repérer certaines subtilités olfactives liées à la peur, je suis pas voyante pour avoir des prémonitions quelconques, mais... Ca ne va pas. Ca fait un petit moment, que ça se dégrade, même si j'ai toutes les peines du monde à déterminer exactement depuis quand. Est-ce que c'était l'anniversaire de la mort de sa mère ? Est-ce que c'est quand il y a eu cette histoire avec Kevin ? Ou cet été ? J'en sais rien. Et c'est perturbant, parce que sans être capable de mettre des mots dessus, sans savoir quand ça a commencé, je ne me l'explique pas.

Ca l'est d'autant plus que quand on est tous les deux, on pourrait presque croire que rien n'a changé, finalement, on se voit toujours entre les cours, comme on peut, et je n'ai absolument aucun doute sur ses sentiments pour moi - pas plus, j'espère, qu'il n'en a sur les miens - quoi que je passe pas mon temps à lui dire que je l'aime - mais ça ne serait plus vraiment naturel, sinon. Pourtant je le sens, comme une menace sourde et lancinante, un autre truc négatif prêt à s'abattre sur le coin de nos gueules. Et je déteste ça. Comment on se bat contre quelque chose qu'on n'identifie pas ?

Et peut-être que je me plante, peut-être que je psychote, toute seule, peut-être que je suis plus fatiguée que je veux bien le croire, trop à cran, et que je me fais des idées. Alors je ferme ma gueule, parce que j'ai pas envie de tout gâcher pour une mauvaise impression erronée. Mais ça n'empêche que ça ne me quitte pas, que j'ai ça en tête, sans discontinuer, et que je ne sais pas si je dois l'évoquer, au risque de tout faire foirer. Pour n'importe quoi d'autre, je crois que j'aurais réussi à me confier à Caem, parce que c'est lui, parce qu'on a vécu suffisamment de choses pour que je sois suffisamment ancrée dans cette relation de confiance mais là... C'est de lui, et de nous, dont il s'agit, et pour moi, c'est beaucoup plus délicat à gérer. Et je crois que j'ai un peu que si j'ouvre les vannes à ce sujet, ça signe la fin de notre histoire, ce dont je n'ai absolument pas la moindre envie.  

Alors c'est pas très courageux, mais je fais l'autruche. Je me promets, souvent, pourtant, que je lui en parlerai, mais je ne fais que repousser l'échéance. Et c'est d'autant plus facile qu'entre les cours, le Quidditch, et l'état psychologique d'Enola, j'ai largement de quoi faire pour penser à autre chose. Parce que Cap ne va pas bien, c'est une évidence. Je veux pas trop accabler le vert, parce que quand j'ai appris ce qu'il s'était passé, j'ai pas compris l'ultimatum posé par ma meilleure amie - non mais... Si Caem m'avait dit la même chose, de sorte que je doive choisir entre Eno et lui, je lui aurais claqué la porte au nez aussi, quoi, tu demandes pas à quelqu'un de sacrifier celui ou celle qu'il aime ou son ou sa meilleur(e) ami(e) - et j'arrive pas trop à lui en vouloir, à Ricardo. Il a retrouvé quelqu'un d'autre depuis, et c'est malheureux pour Cap, mais... Je suppose que c'est la vie ? Peut-être qu'ils étaient pas faits pour être ensemble, finalement. Ou peut-etre que si le destin doit les réunir un jour, il trouvera, même si c'est manifestement pas aujourd'hui. Enfin j'évite de dire tout ça à Eno, j'essaie juste de lui faire relativiser un peu les choses mais au fond, je sais pas si moi à sa place, j'en serais capable. Je crois même bien que non, et je la vois maigrir à vue d'oeil sans trop savoir comment faire pour y remédier. Ma présence, c'est bien, mais je doute que ça suffise...

Du coup quand mon Hufflepuff sent un malaise, c'est sur ce sujet que j'embraie, et je m'en veux de pas être complètement honnête mais... Je vois pas comment mettre des mots sur quelque chose d'aussi intangible et que je ne comprends tellement pas. Ce soir, on se retrouve dans sa salle commune, un petit moment avant le cours d'astronomie, et je peux pas m'empêcher de remarquer quelques regards étranges quand j'arrive. Là non plus, je n'arrive pas à déterminer ce dont il s'agit, ni même si c'est lui ou moi qu'on dévisage ainsi, avant de détourner les yeux quand on est repéré. Je peux encore moins ne pas sentir un froid, aussi inexpliqué que contradictoire avec son regard comme je viens chercher naturellement un baiser qui m'est à peine donné du bout des lèvres.

« Beau Gosse... Qu'est-ce qui se passe ? »

En l'espace d'une seconde, tous les doutes, toutes les craintes que je peux avoir et que je tâche d'ordinaire de mettre de côté refont surface et tambourinent dans ma tête plus violemment que jamais. Non... Non non non... Dites-moi que je me fais des idées, que c'est qu'une mauvaise impression et qu'il va tout balayer en quelques instants dès qu'il prendra la parole... Mais j'ai beau scruter son visage à la recherche d'un indice en ce sens, je ne décèle rien et si mon rythme cardiaque s'accélère, ça n'a plus rien à voir avec la joie et l'excitation ordinaires à l'idée de retrouver mon petit ami...


Dernière édition par Killian T. E. Calgarry le Dim 22 Fév 2015 - 12:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1762
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Something's wrong - Killaem   Mar 23 Déc 2014 - 18:19

Prendre des décisions, c’est bien, s’y tenir, ce n’est pas toujours facile. Caem venait de prendre un des engagements les plus difficiles de sa vie et il en trois jours seulement il avait déjà eu plusieurs fois l’occasion de douter. Il fallait bien avouer que tout ce qui se profilait à l’horizon était loin d’être joyeux. Avec la décision qu’il venait de prendre, sa vie allait être difficile et douloureuse pendant un bon moment. Mais en plus, il allait devoir faire volontairement du mal pour éviter de trop en faire involontairement… C’était assez compliqué à envisager mais il restait persuadé que c’était la bonne solution. Cela ne l’avait pas empêché de passer e week-end à tergiverser. Après sa discussion avec Enzo, il parvint à ne pas boire mais dès le dimanche soir il se sentait mal. Il était pris de tremblements et avait l’impression que s’il ne se servait pas à verre dans la minute, il allait exploser. Cette journée avait été difficile mais heureusement il n’avait pas eu de mal à s’isoler. Après ce qu’il avait fait le vendredi soir, personne ne vint lui chercher d’ennuis… Zora seule semblait encore vouloir essayer bien que ce qu’elle avait vu cette nuit là l’avait complètement chamboulée. Mais il avait réussi à la tenir éloignée. Toute la journée ses pensées avaient tournées en boucle. Toute la nuit aussi. Si bien que le lundi matin, le Poufsouffle n’était pas au sommet de sa forme. Pourtant se lever ne fut pas le plus difficile. Même s’il n’avait presque pas dormi, il parvint à se réveiller et à aller en cours. Le plus dur fut de donner rendez-vous à Killian le soir-même. Après avoir tant tergiversé il avait fini par prendre sa décision. Il devait agir au plus vite, comme un pansement qu’on arrache d’un seul coup. Il devait voir Killian ce soir-là et lui servir son petit numéro. Il pourrait encore justifier ses cernes et son air un peu palot par la culpabilité qui l’avait empêché de dormir. Après ce serait bien plus compliqué. Oui, ce soir il allait faire du mal à celle qu’il aimait et ça, c’était bien plus difficile que de se lever pour aller en cours.

D’ailleurs la journée de cours ne fut absolument pas productive pour Caem. Son esprit était complètement ailleurs et ses professeurs l’avaient bien remarqué. Il n’arrivait pas à se concentrer plus de deux minutes. Il répétait en boucle le petit discours qu’il allait tenir à Killian. A chaque fois il remettait son plan en cause, se disant qu’elle n’allait pas le croire, que cela ne fonctionnerait pas… En même temps s’il n’essayait pas il n’avait aucune chance d’y arriver. Il allait devoir se montrer le plus convaincant possible, agir comme un con peut être… En tout cas, il devait y parvenir sinon tout tombait à l’eau, sinon il allait devoir employer des méthodes plus féroces et il n’en avait nullement envie. Finalement, Caem décida de sécher son dernier cours. Il n’arrivait pas à se concentrer, il se sentait oppressé et avait terriblement envie de boire un coup. Pour contrer cette envie, le russe décida d’aller faire un tour dans le parc de l’école. Il fallait qu’il arrive, ne serait-ce que l’espace de quelques minutes à se vider un peu la tête sinon il ne tiendrait jamais le coup. Son cerveau était en ébullition permanente depuis deux jours, la surchauffe était proche. Et ce n’était clairement pas le moment de craquer. Il devait voir Killian, régler tout ça, mettre son plan à exécution maintenant avant que ses actes n’aient de terribles conséquences. Mais pour ça il devait respirer. Mettre ses pensées sur off ne serait-ce que quelques instants…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Caem était assis dans la salle commune, faisant semblant de bouquiner. Semblant parce que le moment fatidique approchait et que son cœur battait trop vite pour qu’il ne puisse se concentrer. Cependant il avait besoin de se cacher derrière ce livre. Tous ses camarades le regardaient étrangement. Ils n’avaient toujours pas digérer l’incident du vendredi et certains hésitaient à aller lui parler. Le russe était globalement apprécié dans sa maison et du coup, ses camarades avaient envie de comprendre pourquoi d’un coup il avait pété les plombs. Mais ce n’était vraiment pas le moment pour qu’ils viennent lui faire subir un interrogatoire car elle pouvait arriver d’un moment à l’autre. Et elle arriva. Le jaune posa tout de suite son livre et la laissa s’approcher. Il ne pu s’empêcher de se dire qu’il ne l’avait jamais trouvée aussi belle que ce jour-là. Etait-ce parce qu’il savait qu’il allait l’abandonner ? Lorsqu’elle vint l’embrasser il ne réagit qu’à peine et la question qu’elle lui posa il ne l’entendit presque pas. Il y avait une sorte de bourdonnement dans ses oreilles, son rythme cardiaque était rapide et… Et il devait se lancer, c’était la seule façon de se sortir de ce brouillard.

« Il faut qu’on parle de quelque chose… »

Ces mots, Caem aurait détesté les entendre. Étrangement ces mots étaient toujours connotés dans le mauvais sens. Personne ne disait ça pour annoncer ensuite une bonne nouvelle, déclarer son amour ou quelque chose du genre. Non la plupart du temps, ces mots annonçaient une catastrophe en approche. Et cette fois-là n’échappait pas à la règle. Caem prit une grande inspiration et du se forcer à regarder la jeune femme dans les yeux. Il foulait fuir, il ne voulait pas lire de tristesse dans son regard mais s’il voulait être convaincant il ne devait pas être fuyant. Elle devait juste avoir l’impression qu’il ne faisait qu’exprimer ce qu’il pensait au fond de lui.

« Je… Je t’ai trompé Killian. »

L’hésitation était volontaire. Caem se donnait envie de vomir tant il calculait chacun de ses mots, chacune de ses intonations. Il contrôlait absolument tout pour être le plus convaincant possible et cela avait le don de le rendre malade. Il avait l’impression d’être un être abjecte, le pire des salauds et pourtant il ne devait pas s’arrêter. Il ne s’arrêta pas.

« Et je pense que…Qu’il est temps pour nous de rompre. J’arrive pas à rester sur notre relation, les conneries que j’ai faites prouvent que j’ai besoin de plus de liberté, je suis pas près pour une relation aussi sérieuse que la notre. »

Il l’avait dit. Il avait réussi à prononcer ces mots qui lui faisaient si peur depuis quelques jours. Mais il n’était pas soulagé pour autant. Loin de là. Le pire était à venir. Le pire allait arriver dans quelques secondes. Il allait devoir affronter la réaction de Killian et c’était ça qui allait lui poser le plus de problèmes il en était certain…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3665
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Re: Something's wrong - Killaem   Ven 9 Jan 2015 - 22:55

~ Something's wrong ~
Lundi 24 novembre 2014
Caem Kaliayev && Killian T. E. Calgarry
Il était là, en train de lire, quand je suis arrivée. Je pouvais évidemment pas deviner que c'était qu'une apparence, encore moins imaginer ce qui allait se passer. J'ai pas vraiment beaucoup de contacts avec les jaunes, un peu Kevin par moments, mais le capitaine est plutôt un mec discret, un peu Casey par le biais de Doryan et Rafael - autant dire très peu - et... je crois que c'est à peu près tout. Je fous la paix à Kezabel, et j'évite un peu Lukas depuis le coup de sa potion. Si bien que les bruits de couloir sur ce qu'il s'est passé vendredi me sont pas parvenus. Ou en tout cas pas dans les termes « Caem a pété un câble ». Si je fouille bien dans ma mémoire, j'ai peut-être entendu vaguement qu'un gars avait pété les plombs dans leur salle commune, mais j'ai pas vraiment de raison de faire le lien. Y a un truc qui va pas, certes, mais de là à ce que j'imagine mon petit ami bousiller la tronche d'un de ses camarades, il y a un gouffre.

Ce que je sais, en revanche, c'est qu'il me rend à peine le baiser que je lui donne en approchant, et ça, clairement, ça me fait paniquer. Je sais toujours pas ce qu'il se passe, je sais pas ce qu'il va dire, mais je sens déjà que ça va pas me plaire.

« Il faut qu’on parle de quelque chose… »

Je hais cette phrase. Tout le monde la déteste, je suppose, mais... Non. Non, non, non, je ne veux pas entendre ça. Je me suis figée, le regard rivé sur lui mais je crois que je le vois même plus vraiment. Je suis bloquée sur ces mots, le reste de la salle n'existe même plus. Tais-toi. Finalement tais-toi. Je veux pas entendre la suite. Je veux pas savoir ce que tu vas dire, je veux pas que tu prononces ces mots-là. Parce que je sais ce qui m'attend. Pas forcément dans le détail, mais je sais ce qui va clore cette entrevue. Et je veux pas. Je veux pas être loin de toi.

« Je… Je t’ai trompée, Killian. »

Je suis là, inerte, face à lui. Pas un mot, pas un geste, je cille même pas. A vrai dire, je respire même pas. Je l'écoute mais j'ai l'impression de plus être en face de lui. Que je me regarde de l'extérieur, assistant impuissante à ma propre chute.

« Et je pense que…Qu’il est temps pour nous de rompre. J’arrive pas à rester sur notre relation, les conneries que j’ai faites prouvent que j’ai besoin de plus de liberté, je suis pas près pour une relation aussi sérieuse que la nôtre. »

Dites-moi que c'est un cauchemar et que je vais me réveiller. Ils ont remis en place leur petit jeu de la fin du mois dernier, hein ? Je vais me battre et tout ça va s'évanouir, n'est-ce pas ? Il me faut quelques secondes avant de pouvoir ouvrir la bouche, et je reconnais même pas ma voix quand elle s'élève, trop vibrante et pourtant étrangement calme.

« T'as pas fait ça. »

Je sais pas si je le crois ou pas, je crois que je mettrai de l'ordre dans mes pensées à ce sujet un autre jour. Non là, c'est le genre de phrase qu'on sort quand on refuse d'accepter la connerie de l'autre... Et c'est exactement mon cas.

« T'avais pas le droit. »

Pas le droit d'aller voir ailleurs. Pas le droit de me lâcher, maintenant que je suis terriblement accrochée à toi. Pas le droit de me mettre dans un état pareil, au milieu de tous ces gens que je connais presque pas, en prime. Je sens bien que je pourrais laisser couler des larmes, là, mais c'est juste hors de question. Pas au milieu de cette salle commune. Et la colère monte, un cran encore, comme il m'impose non seulement cette rupture, mais en plus de la vivre sous le regard des autres.

« Et tu me fais venir dans ta salle co pour ça ? Fallait qu'on se donne en spectacle en plus ? »

Vas-y, ridiculise-moi au passage. Ca suffisait pas que tu me jettes, fallait en plus que tu joignes l'insulte à la blessure ? Mes poings se serrent, et l'envie de cogner quelque chose m'emporte. Mais pas lui, je peux définitivement pas. Pourtant je finis par l'attraper par le col. Mais ce sont mes lèvres qui se plaquent sur les siennes. Je sais pas trop bien pourquoi, je suppose que c'est une sorte de test. Et quand je me détache de lui, je scrute son regard, reste à l'affût de ses réactions. Alors quoi ? Ca te laisse vraiment insensible ? Ou toi aussi, tu vas me dire que j'avais pas le droit, de t'embrasser cependant ?


Dernière édition par Killian T. E. Calgarry le Dim 22 Fév 2015 - 12:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1762
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Something's wrong - Killaem   Sam 10 Jan 2015 - 20:04

Le temps semblait soudainement s’être arrêté. Avant même d’ouvrir la bouche, Caem savait très bien à quoi s’attendre. Il savait que ses mots allaient faire plus mal que beaucoup de coups et qu’il allait devoir affronter une tristesse qu’il aurait aimé ne jamais voir dans les yeux de Killian. Et pourtant, il avait beau être prêt depuis le début, cela ne changea rien. Cela fit tout aussi mal. Lorsque les réactions de la demoiselle arrivèrent enfin, le jeune homme dû faire un effort surhumain pour ne pas réagir. Non il n’avait pas ça. Il ne l’aurait pas fait. Certes il avait déconné la dernière fois avec Kevin mais tant qu’il se maîtrisait encore, jamais il ne l’aurait trompée. Alors non il ne l’avait pas fait et une partie de son esprit avait envie de le dire. De clamer haut et fort que non il n’avait pas osé la trahir, qu’elle était trop importante, trop particulière pour qu’il puisse ne serait-ce qu’envisager de lui faire ça. Mais le russe devait se taire. Il était indéniablement condamné au silence et il se rendait maintenant compte que c’était tout aussi douloureux que ce qu’il avait pu imaginer. Mais ce n’était pas fini. Après le déni, Killian passait plus ou moins dans une autre phase. Il n’avait pas le droit ? Non certainement pas. Caem n’avait pas le droit de lui faire du mal, de la blesser après tout ce qu’ils avaient traversé ensemble, avec tout l’amour qu’il lui portait. Il n’avait pas le droit de la trahir. Il aurait pu se séparer d’elle, il était libre, mais la tromper, non. C’était un acte lâche derrière lequel il se cachait. Mais il n’avait pas d’autre choix. Le russe resta donc de marbre, complètement impassible. Il n’avait rien à dire, rien à répondre à cela. De toute façon s’il avait insisté cela aurait plus paru suspect qu’autre chose. Alors il ne disait rien, regardant Killie en face malgré tout. Il avait honte de faire ça, il aurait eu honte à en mourir s’il avait réellement agi ainsi mais il restait quelqu’un d’honnête. Quelqu’un qui devait assumer le mal qu’il était en train de faire. Vint alors un autre élément qu’il n’avait pas prévu. Oui la salle commune était sans doute le pire endroit possible pour dire ça. Mais à vrai dire, Caem avait voulu éviter un lieu trop isolé, par peur. Il craignait de pas avoir la force d’aller jusqu’au bout et avait donc choisi un lieu qui annihilait un certain nombre de réactions. Mais oui c’était lâche sur tous les points de vue. Que répondre à ça ? De toute façon, le jeune homme n’eut pas le loisir de répondre puisque Killie le saisit par le col avant de venir l’embrasser. Caem se laissa faire mais lorsqu’elle s’éloigna il poussa un léger soupir, détournant le regard quelques instants.

« Je n’aurais pas dû faire ça ici tu as raison. Mais ça sert à rien Killian. Je peux pas revenir en arrière, je peux pas changer ce qui se passe en moi. »

Caem aurait aimé disparaitre. Partir et boire un verre. Oui boire. En cet instant, alors qu’il faisait tout pour ne pas se transformer en alcoolique il ne pensait qu’à boire. C’était plus fort que lui. Mais pour l’instant il devait affronter Killian jusqu’à être sûr qu’elle ne reviendrait pas vers lui. Bon, ça ce n’était pas gagné. Il la connaissait par cœur, elle et son tempérament explosif, cette force qui lui permettait de se battre pour ceux qu’elle aimait. Il avait toujours admiré ce côté-là de sa personnalité et pourtant en cet instant il aurait aimé que tout soit différent. Parce que c’était trop dur. Son cœur, son estomac et sa gorge se resserraient ensemble de minute en minute et il ne savait pas combien de temps il allait tenir, combien de temps il allait réussir à garder la face.

« Notre histoire a beaucoup compté pour moi. Tu as beaucoup compté moi et tu comptes encore. Mais je suis pas prêt. J’ai besoin de vivre, de faire mes conneries. Et je suis désolé d’avoir dû faire ça pour m’en rendre compte. Je suis désolé de te faire souffrir. »

Caem ne savait pas trop comment s’y prendre. Il avait comme l’impression que trouver les mots justes se résumait de toute façon à une mission impossible. Et en même temps ça se comprenait. Qu’est-ce qui pourrait bien la réconforter ? Il était tout simplement en train de la poignarder dans le dos, de détruire une partie de son monde sans aucun avis préalable. Il ne pouvait que lui faire du mal et ses mots ne pouvaient pas l’apaiser. Plus tard peut être, quand elle aurait eut le temps de digérer un peu tout ça. Mais sur le moment et pour les jours à venir, ses mots ne serviraient à rien. Elle ne pourrait que souffrir, être en colère, peut être le haïr. Au fond, il espérait presque que cela tourne ainsi. Si cela serait très douloureux, au moins il serait sûr qu’elle ne chercherait pas à en savoir plus. Car elle ne devait pas en savoir plus. Caem devait porter sa croix et il n’aurait qu’Enzo pour l’aider, les choses avaient été décidées ainsi et il ne pouvait pas se détourner de cette voie. Il hésita pendant quelques secondes à poser sa main sur celle de Killian. Mais il se ravisa. C’était inutile, cela passerait plus pour une provocation qu’autre chose. Il n’avait pas le droit de la prendre dans ses bras. Il devait rester en arrière, être le parfait salaud qui lui brise le cœur et qui attend juste que la situation gênante s’arrête.

« Je te demande pas de me pardonner mais sache que je suis sincèrement désolé et que j’ai jamais voulu te faire de mal. Ce n’est pas toi la fautive, tu n’as rien fait de mal. Tout est de ma faute. »

Caem était obligé d’ajouter cela, parce qu’au fond, il avait peur. Il la connaissait et savait très bien comme elle pouvait partir en vrille face à ça, comme elle pouvait s’accuser à tord. Il ne pouvait pas accepter cette idée. Le russe avait accepté de la faire un peu souffrir pour la préserver mais en aucun cas il ne pouvait envisager qu’elle se fasse du mal par sa faute. Il était sans doute plein d’illusions mais il voulait croire que ça n’irait pas jusque là…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3665
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Re: Something's wrong - Killaem   Lun 2 Fév 2015 - 23:04

~ Something's wrong ~
Lundi 24 novembre 2014
Caem Kaliayev && Killian T. E. Calgarry
J'ai pas de don particulier, pourtant je sens bien que quelque chose ne va pas. L'atmosphère de la salle commune, son regard, leurs regards, peut-être... Je sais pas encore ce qui m'attend que je suis déjà persuadée que ça va pas me plaire, et le peu de réponse à mon baiser lorsque je l'ai rejoint n'a évidemment pas été pour me rassurer, moins encore les premiers mots qui ont passé ses lèvres. Ces mots qu'on déteste tous, pour toute réponse à ma question si simple et si redoutable à la fois. A peine a-t-elle passé la barrière de mes lèvres, cette question fatidique, que je regrette de l'avoir posée, d'une certaine manière. Parce que je sens bien que la réponse a toutes les chances de juste me bousiller et mon sang se glace dès qu'il prend la parole.

Il faut qu'on parle. Je t'ai trompée. Je veux pas entendre ces mots, je veux pas qu'il les ait prononcés. Pourtant c'est bel et bien le cas, et malgré mes réactions impulsives, il reste stoïque, si froid face à moi. Alors c'est ça, finalement ? Le vide total... A quel moment ça s'est brisé entre nous ? A quel moment il a cessé de m'aimer, d'être attiré par moi, de s'inquiéter pour moi ? J'ai beau chercher sur son visage la moindre trace d'attachement, et c'est peut-être pour ça que je l'ai embrassé. Pour vérifier, en quelque sorte, que je ne pouvais réellement plus le faire réagir. Avec l'espoir manifestement vain que ce ne soit pas le cas, que malgré ce qu'il disait, l'instant d'avant, ma présence lui faisait encore un peu d'effet.

C'est seulement un soupir qui répondit à mon baiser, et c'est peut-être, de tout ce qui était en train de se produire, ce qui me tuait le plus. Un soupir. Las, peut-être même emprunt d'une pointe de dégoût ? Je suis plus trop capable de déterminer la réalité de ce que ma tête imagine, tout ce que je sais, c'est que le jeune homme assis en face de moi ne veut plus de moi et j'ai l'impression qu'on est en train de lacérer mon coeur directement dans ma poitrine.

« Je n’aurais pas dû faire ça ici tu as raison. Mais ça sert à rien Killian. Je peux pas revenir en arrière, je peux pas changer ce qui se passe en moi. »

Et moi, je peux changer ce qui se passe en moi, peut-être ?  

« Notre histoire a beaucoup compté pour moi. Tu as beaucoup compté moi et tu comptes encore. Mais je suis pas prêt. J’ai besoin de vivre, de faire mes conneries. Et je suis désolé d’avoir dû faire ça pour m’en rendre compte. Je suis désolé de te faire souffrir.
- Ah oui ? »

Je suis là, immobile, face à lui, le regard un peu trop brillant sans doute autant parce que je refuse de laisser des larmes couler que parce que la colère y brûle vivement. Et j'attends, je ne sais pas trop quoi à vrai dire, peut-être juste qu'il termine de vider tout ce qu'il a à dire. Même si je ne suis, clairement, pas disposée à réellement l'entendre, certainement pas à l'accepter.

« Je te demande pas de me pardonner mais sache que je suis sincèrement désolé et que j’ai jamais voulu te faire de mal. Ce n’est pas toi la fautive, tu n’as rien fait de mal. Tout est de ma faute.
- Tu es désolé ? »

Un sourire mauvais, absolument pas sincère et clairement emprunt de toute l'aigreur dont je peux être capable, étire mes lèvres un instant.

« Mais désolé de quoi, au juste ? Désolé de pas pouvoir revenir en arrière et ne pas batifoler avec je sais pas trop qui ? Désolé de faire ça ici, devant tes petits camarades qu'en perdent pas une miette ? Ou désolé d'avoir perdu tout ce temps avec moi ? D'avoir été là, sur le terrain, ce jour-là ? Ou d'avoir ramassé ce parchemin dans la salle d'arithmancie peut-être ? T'es désolé de quoi Caem ? »

Plus les mots passent mes lèvres, s'extirpent douloureusement de ma gorge et plus ma voix prend de l'ampleur, vibrante de colère. Si les autres jaunes présents ont fait mine de vaquer à leurs occupations un moment, je doute pas une seconde qu'ils sont tout ouïe à présent - de toute façon, ils ne risquent plus de ne pas m'entendre. J'aurais peut-être dû me raccrocher au reste de son discours, à ce fait qu'il tente de mettre encore en avant, comme quoi je compte toujours pour lui mais... Je suis incapable d'y croire à cet instant. Et comment je pourrais le faire, d'ailleurs ?

« T'as besoin de vivre et de faire tes conneries, hein ?... »

J'ai mimé les guillemets sur ces mots, puisque je reprends finalement les siens.

« Je suis ravie de voir que je te fais si royalement chier... Merci de me montrer quelle petite amie profondément barbante je peux être. »

Je vais plus réussir à être raisonnable, et j'ai jamais vraiment été quelqu'un de mesuré. Je suis certainement injuste à cet instant, mais après tout, est-ce que lui ne l'est pas ? Je pensais pas être une petite amie si insupportable, mais manifestement, je suis au moins suffisamment ennuyeuse pour qu'il préfère aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte. Je sais que j'ai des défauts, plein, mais je pensais que lui, au moins, m'acceptait tel que j'étais... A l'évidence, je me suis plantée sur toute la ligne. Et je meurs d'envie de cogner quelque chose. Ou peut-être quelqu'un, si on vient me chercher juste quand il faut pas... Mais pas lui. J'en suis toujours incapable, quand bien même il est en train de me détruire, et je serre les poings, fébrile. J'ai envie de hurler, de partir en courant aller me défouler ailleurs, et en même temps, je suis incapable de bouger. Quand je partirai de la salle co' des jaunes, ça sera fini. Quand je tournerai les talons, je pourrai plus m'approcher de lui. Et j'arrive absolument pas à m'y résoudre, même si je ne fais que retarder l'échéance.


Dernière édition par Killian T. E. Calgarry le Dim 22 Fév 2015 - 12:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1762
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Something's wrong - Killaem   Mer 4 Fév 2015 - 19:42

Tout était en train de s’effondrer. D’un seul coup, comme ça, juste parce qu’il était trop faible, juste parce qu’il s’était laissé happé par ses problèmes, par ses difficultés et qu’il n’avait pas su faire face. Caem s’en voulait. Oui il s’en voulait terriblement de ne plus pouvoir protéger Killian, de ne plus être là pour elle, de ne plus pouvoir se présenter comme l’homme de bien, comme son protecteur, comme celui qui serrait toujours là. En cet instant, il était au fond, faible et à cause de cela, il la détruisait. Mais ce n’était pas que la destruction de leur relation qu’il voyait se faire devant lui, c’était aussi celle de la confiance et de l’amour propre de Killie. Il le voyait venir. Il savait que sous ses airs de guerrière, elle aussi été fragile et qu’en entendant cela, elle se placerait comme créatrice du problème et non comme victime. Et ça, ça le rendait totalement dingue. Il avait de lui hurler qu’elle n’avait rien fait de mal, de la secouer, d’imprimer dans son cerveau qu’elle était parfaite et que le seul problème c’était lui. Mais c’était impossible. Alors Caem restait là, silencieux, sentant les choses venir. Lorsqu’elle lui demanda pourquoi il était désolé, il sentit ses poings se serrer. Un sale goût de bile était en train de remonter dans sa gorge. Il voulait boire, boire à n’en plus finir. Il avait envie de vomir aussi, de frapper, de cracher sa haine en pétant littéralement les plombs. Il sentait une fois de plus sa faiblesse, l’état dans lequel il se trouvait. Mais non. Il resta calme une fois de plus. Calme encore lorsqu’elle reprit ses propos. Mais faillit réagir lorsqu’elle s’en prit à elle-même comme il l’avait prévu. Merde Killian arrête ! Si seulement tu pouvais comprendre… Mais comment pouvait-il lui demander de comprendre alors qu’il ne lui donnait pas tous les éléments, alors qu’il lui cachait sciemment une partie de la vérité ? C’était absurde… Respirer. Respirer doucement et remettre de l’ordre dans son esprit qui était en train de se transformer en gros bordel. Le russe fit de son mieux pour ne pas serrer les poings alors que tout son corps était tendu.

« Je te l’ai déjà dit Killian, tu n’as rien fait de mal et ça n’a rien à voir avec toi. Oui je ne suis pas prêt pour tout ça parce que ma vie n’a jamais ressemblé à celle d’un adolescent normal. Oui je suis lâche et j’ai mal agi. Mais non ce n’est pas de ta faute. Aussi absurde que cela puisse paraître, c’est comme si je t’avais connue trop tôt… »

Caem avait honte de ce qu’il disait. Il était conscient que cela n’était absolument pas une raison. Il avait honte de se cacher comme ça derrière sa vie, derrière son histoire. Lui qui se refusait en permanence à se placer en victime, qui faisait de son mieux être considéré comme quelqu’un de normal se mettait soudainement à utiliser ses petits malheurs comme excuse. Sa mère aurait sans doute honte et cette idée ne faisait qu’accentuer sa terrible envie de vomir. Mais il se sentait acculé, complètement piégé et ne savait pas comment faire autrement. Cette histoire était montée de toutes pièces et pour qu’elle ait une résonance, pour qu’elle soit acceptée il devait la rendre le plus solide possible même si cela signifiait trahir son habituel ligne de conduite. Il voulait protéger Killian et restait persuadé que même s’il était en train de lui faire terriblement mal, il pouvait faire bien pire s’il restait auprès d’elle en cette période. Il le sentait bien, son corps était trop tendu et il ne craignait qu’une chose, se remettre à frapper comme la dernière fois.

« Je sais que tu ne l’accepteras pas tout de suite. T’as le droit de me haïr, t’as le droit de me frapper aussi. Fais le si ça te soulage, vas y, cogne moi, mais te fais pas de mal. C’est l’unique et dernière chose que je te demande. »

Oui c’était la seule chose qui comptait en cet instant. Caem avait besoin de s’assurer qu’elle n’allait pas recommencer, qu’elle n’allait pas se blesser physiquement. Il n’osait pas imaginer ce qu’elle était en train de ressentir, à quel point son cœur devait se briser, ses entrailles se serrer. Mais il ne voulait pas qu’elle se fasse encore plus de mal. Seulement voilà, il connaissait Killie parfaitement, c’était ça aussi qui faisait la particularité de leur relation. Le fait qu’il la connaissait, qu’avec elle il se sentait en confiance et qu’entre eux les choses étaient simples. Il savait qu’elle n’allait pas être douce avec elle-même, qu’elle risquait de transposer toute cette colère qui était censée être dirigée vers lui vers sa personne. Respire Caem. Arrête de tourner ces images dans ta tête. Tu ne peux pas revenir en arrière, tu dois assumer ton choix jusqu’au bout et ne pas abandonner parce que la voir ainsi te fait trop de mal. Réagis, prends ta vie en main pour une fois ! Le jeune homme avait donc fini par se lever et se planter en face de Killian, les bras ouverts, lui montrant qu’il était complètement désarmé. Il devait retenir son corps de ne pas trembler, retenir cette horrible envie de fuite.

« Si tu veux frapper, frappe. Si tu veux t’en aller fais-le. Je m’en veux sincèrement, quoi que tu en penses, de te faire vivre ça. Alors maintenant, prends les commandes, fais ce que tu veux… »

Oui c’était un peu simple. Il en avait conscience. Caem ne pouvait pas faire grand-chose en même temps. Que pouvait-il faire de plus ? Cela ne servait à rien de se déverser en bons sentiments, il avait créé de la souffrance et son chemin n’était pas fini. Alors maintenant il voulait laisser le tout aller, arrêter de l’emprisonner dans cette situation gênante et voir ce qu’elle allait faire…


Dernière édition par Caem Kaliayev le Jeu 26 Fév 2015 - 12:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3665
Date d'inscription : 27/03/2011
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Rafael (Raven) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1055-this-is-the-story-of-my-life-a
MessageSujet: Re: Something's wrong - Killaem   Dim 22 Fév 2015 - 11:17

~ Something's wrong ~
Lundi 24 novembre 2014
Caem Kaliayev && Killian T. E. Calgarry
Je veux pas d'un protecteur, d'un mec parfait ou je sais pas quoi du genre. Je suis pas une princesse en détresse qu'il faut aller sauver tous les trois, quatre matins. Je voulais juste qu'il soit là, avec moi. Pouvoir me blottir dans ses bras quand j'ai pas le moral, mais être aussi là pour l'écouter lui, quand il en ressentait le besoin. Manifestement, je suis pas très douée à ce jeu-là. Et s'il est désolé, comme il dit, je sais pas s'il l'est autant que moi. Je suis manifestement pas celle qu'il lui fallait, et sans doute que j'aurais pas dû croire à tout ça. Sans doute que ça aurait jamais dû arriver. On en serait pas là, et j'aurais pas aussi mal.

Je serais peut-être plus là, en réalité. Quand Sis' m'a rejetée, j'ai pris tellement de risques que j'y serais peut-être restée, sans lui.

« Je te l’ai déjà dit Killian, tu n’as rien fait de mal et ça n’a rien à voir avec toi. Oui je ne suis pas prêt pour tout ça parce que ma vie n’a jamais ressemblé à celle d’un adolescent normal. Oui je suis lâche et j’ai mal agi. Mais non ce n’est pas de ta faute. Aussi absurde que cela puisse paraître, c’est comme si je t’avais connue trop tôt…  »

J'ai secoué la tête plus ou moins consciemment. Trop tôt, hein ? La blague... S'il avait débarqué plus tard, je serais peut-être pas là pour avoir cette conversation. Y a pas de trop tôt, en réalité. Et si ça n'avait réellement rien à voir avec moi, pourquoi je suis là, à me faire littéralement jeter par l'homme dont je suis complètement folle ? Je sens les larmes me monter aux yeux comme je pense à tout ça, et je déteste ça. Pas ici, pas devant eux. Pas devant lui, pas maintenant. Mes poings se serrent comme je le fixe encore, sans rien dire. Qu'est-ce que je peux dire, de toute façon.

« Je sais que tu ne l’accepteras pas tout de suite. T’as le droit de me haïr, t’as le droit de me frapper aussi. Fais le si ça te soulage, vas y, cogne-moi, mais te fais pas de mal. C’est l’unique et dernière chose que je te demande.
- Le truc c'est que... T'as plus vraiment le droit de me demander quoi que ce soit maintenant.  »

Il s'est levé les bras écarté en signe de reddition presque, s'attendant visiblement à ce que je le frappe. Un rire sec, mauvais s'échappe de ma gorge, et mes yeux s'embrouillent un peu plus.

« Si tu veux frapper, frappe. Si tu veux t’en aller fais-le. Je m’en veux sincèrement, quoi que tu en penses, de te faire vivre ça. Alors maintenant, prends les commandes, fais ce que tu veux…
- Parce que tu crois vraiment que je pourrais te frapper ? Tu crois que c'est vraiment ça dont j'ai envie, là ?  »

Mes poings se sont aussitôt desserrés. Comme avec Raf, il y a moins d'un an, s'il y a bien une personne que je ne frapperai pas, elle se trouve devant moi. Je retiens encore ces larmes que je refuse de laisser couler, le toise encore un instant, comme si j'attendais une réaction qui... ne vient pas. Et puis j'ai dégluti douloureusement, pris une nouvelle inspiration - à croire que mon souffle s'était suspendu l'espace d'un instant - baissant finalement le regard.

« C'est ta décision, je peux pas aller contre, après tout.  »

J'ai tourné aussitôt les talons, la tête aussi... haute que j'en étais encore capable, fusillant du regard ceux qui nous ont observé tout du long. Y a la petite blonde, là-bas, la copine de Gueule d'Ange. Mais heureusement, Kevin n'a pas été témoin de ça. Quelque part j'espère un peu qu'il m'arrêtera, tout en sachant pertinemment que ça n'arrivera pas. Et je quitte la salle comme une furie, partie pour monter jusqu'à la salle commune des bleus. Raf. Eno a autre chose à gérer. Mais je veux pas faire subir ça à Sis, non plus, et surtout, je veux pas qu'elle me voie comme ça. Alors j'ai changé d'avis en cours de route, de peur de tomber sur elle là-haut, et je me suis arrêtée à la salle sur demande pour en faire une salle de boxe, et ai envoyé mon patronus à la recherche du Grand Bleu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1762
Date d'inscription : 10/08/2010
Crédits : Aelyne/ECK
Double Compte : Emily Anthon/ Julian A. Neil/ Keith M. McEwen/ Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1115-caem-kaliayev#69930
MessageSujet: Re: Something's wrong - Killaem   Jeu 26 Fév 2015 - 12:41

Le moment était venu de tout voir s’écrouler. Il n’y avait plus aucun retour possible maintenant, plus aucune façon de se rattraper ou d’espérer un dénouement heureux. Caem avait pris la décision, il avait jeté les dés et maintenant il ne pouvait que constater les dégâts perpétrés par son action. Alors certes, au fond de lui, le jeune homme ne pouvait s’empêcher d’avoir un peu d’espoir, de croire que tout allait vite s’arranger, qu’il allait pouvoir réparer sa vie d’un coup de baguette magique et qu’il pourrait ainsi revenir auprès de Killie très vite. Mais quand bien même, arriverait-elle à le pardonner ? Dans tous les cas, il lui avait fait du mal. Quoi qu’il veuille bien penser, espérer, il était en train de la faire souffrir et ça il ne pourrait jamais l’effacer. Alors oui, il n’avait aucun droit sur elle maintenant, elle avait raison. Il n’était plus en position de lui demander quoi que ce soit, d’exiger quoi que ce soit d’elle. Et pourtant, ce qu’il cherchait à lui faire comprendre c’était que sa demande n’avait rien à voir avec lui, qu’il ne pensait en cet instant qu’à elle et à ce qu’elle serait capable de se faire en réponse à la souffrance qu’elle ressentait. Cette idée terrorisait le russe voilà pourquoi il avait tenté le tout pour le tout en faisant une telle demande. Mais oui, il était obligé d’admettre que c’était complètement absurde et que la jeune femme n’avait absolument aucune raison de lui obéir. Alors il n’insista pas. Il comptait au fond de lui sur ceux qui tenaient à elle pour prendre le relais maintenant, pour faire en sorte qu’elle ne ruine pas sa vie à cause de lui. Il était lâche. Après avoir causé une blessure grave, après avoir creusé une plaie béante voilà qu’il prenait lamentablement la fuite. Mais que pouvait-il faire d’autre de toute façon ? Rien, absolument rien. Il ressentait alors ce que pouvait percevoir Killian en cet instant : il se sentait pris au piège. Les choses étaient ainsi et bien qu’il possède un libre-arbitre, c’était comme s’il n’avait aucun moyen de le faire opérer. Et cette idée était particulièrement douloureuse. Pris au piège par ce démon qui se trouvait en lui et qui était en train de changer complétement le cours de son existence.

Ne sachant plus que faire, ne sachant plus que dire, Caem avait donc tenté de soulager la jeune femme en lui proposant de devenir un punching ball. Il ne la considérait certainement pas une comme barbare mais il savait que dans ce genre de situations, cela pouvait faire un bien fou. Mais apparemment sa proposition ne fit que la vexer d’avantage. Il avait été idiot. Et Caem avait comme l’impression que plus le temps s’écoulait et plus sa capacité à agir intelligemment était en train de s’envoler. Il faisait vraiment un bel imbécile… Le russe avait donc baissé la tête à sa réflexion, ne sachant quoi ajouter de plus. Puis elle déclara que c’était sa décision, qu’elle ne pouvait rien faire et entrepris de partir. Le corps du jaune se mit à trembler. Il brûlait d’envie de la retenir, de la prendre dans ses bras et d’effacer du revers de la main tout ce qui venait de se passer. Mais c’était impossible, ça aurait été absurde. Alors il se contenta de la regarder.


« Qu’est-ce qui se passe Caem, à quoi tu joues ? »


Zora…. Il ne l’avait pas vu venir. Il ne savait pas depuis combien de temps elle était là à les observer mais une chose était sûre, comme plusieurs personnes dans la salle, elle avait très bien compris ce qui venait de se dérouler. Son ton n’était pas méchant, pas accusateur. Elle voulait sincèrement comprendre ce qui se passait dans la tête de son ami, ce qui le poussait à agir comme le parfait des idiots. Mais que pouvait-il répondre à ça ? Il s’était juré de l’éloigner elle aussi. Pourtant en cet instant il avait envie de tout lui raconter. Elle était son pilier depuis son arrivée ici… Caem se força alors à s’imaginer ce qu’il pourrait lui faire s’il cédait à la colère comme la dernière fois. Alors il parvint à parler. Alors il parvint à faire ce qui lui paraissait pourtant impossible.

« Fiche moi la paix Zora. Arrête de te mêler de mes affaires et de jouer les malines juste parce que tu as quelques années de plus. Oublie-moi ! »

Ces mots ne correspondaient pas à Caem. Ils ne ressemblaient en aucun cas au jeune homme qui arpentait les couloirs de l’école jusque-là. Et pourtant, il avait réussi à avoir un ton convaincant. Il s’était servi de la colère qui l’animait en cet instant, colère qui n’était en réalité dirigée que contre lui. Mais le russe n’attendit pas de voir les effets de ses paroles. Il sortit immédiatement de la salle commune et se mit à courir vers l’extérieur. Il avait besoin d’air. Besoin de voir Enzo aussi. Il fallait qu’il lui raconte, qu’il relâche la pression. En quelques minutes il venait d’envoyer valser les deux seules personnes à qui il avait vraiment eu envie de se confier, avant qu’il ne tisse une amitié avec Enzo. Il venait de tout balayer, peut-être même de tout foutre en l’air. Mais c’était pour la bonne cause. Oui il devait se convaincre de ça. C’était pour le bien de tout le monde qu’il agissait ainsi, tout simplement…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Something's wrong - Killaem   

Revenir en haut Aller en bas
 
Something's wrong - Killaem
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 03. What's wrong with you ?
» [1616] Right way to do Wrong.
» If nobody hates you, you're doing something wrong. | Kenny
» Keith Graham ~ Love all, Trust a few, do Wrong to none. [FINI]
» lito / i'm weak. and what's wrong, with that?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée. :: Salle commune des Poufsouffles-
Sauter vers: