AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je te jure, le monde est injuste et ses couleurs blêmes ▬ Everett

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 7764
Date d'inscription : 05/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Enzo ▬ Cameron ▬ Jeremiah (parti) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3324-i-m-not-snow-white-ismaelle
MessageSujet: Je te jure, le monde est injuste et ses couleurs blêmes ▬ Everett   Lun 22 Déc 2014 - 12:42

Jeudi 25 Décembre 2014 – Fin de nuit
Je te jure, le monde est injuste et ses couleurs blêmes



Everett & Ismaelle

J'ai dû aller loin pour pouvoir te trouver,
Et, je me suis perdue là où personne ne peut me trouver.
...
C'est plus la peine,
Il n'existe pas ton jardin d'éden.

J'imagine que ça ne devrait pas m'atteindre autant et pourtant … Quand le couperet est tombé j'ai gardé la face mais au fond de moi j'ai ressenti comme une sorte de coup de grâce, et je me suis effondrée. Mais il faut être forte Ismaelle, encore et toujours, et ce peu importe les circonstances. Tu le sais, tu n'as pas le choix. Bonjour Alexander, au revoir Alexander. Bonjour Jakob, au revoir Jakob. La boucle est bouclée finalement, non ? Alors c'est sensé être une bonne chose. Je ne ressentirais plus cette déchirure dans ma poitrine, ni même cette boule dans le creux de mon estomac chaque fois que mes yeux se poseront sur le père de mon fils pour la simple et bonne raison qu'il est parti, et que plus jamais nos chemin ne se croiseront à nouveau. La femme brisée en moi hurle, elle hurle parce qu'elle se sent abandonnée, et elle a mal mais elle ne l'extériorisera pas. Question de pudeur, instinct de protection, appelez ça comme vous le voulez mais c'est bien de la colère qui émane de cette fragilité. Il m'a fait du mal, je devrais le détester mais je n'y arrive pas. Il m'a fait du mal et maintenant il s'enfuie comme un lâche … Alors peut être que je le hais finalement. Tu ne pleureras pas, ça sonnerait presque comme un commandement mais aucune importance, le fait est que je m'y tiens, commandement ou pas. Vestige de l'armée ? Je ne pense pas. Question de survie, peut être. Est ce que je suis entrain de devenir folle ? Certains jours je me pose sincèrement la question.

Il n'est pas le seul à avoir dit au revoir, mais pour les autres ça n'a pas vraiment le même impact. Victoria va me manquer, mais je comprends parfaitement ses raisons ce qui ne veut pas dire que je ne comprends pas celles de Jakob, l'impact émotionnel n'est simplement pas le même. C'est tout. Victoria, Oscar, Jakob, la liste s'allonge et Logan va finir par s'arracher les cheveux à cause de tout ce bordel administratif. Trouver des personnes de confiance n'est pas une mince affaire, c'est même de plus en plus compliqué en réalité. Dans tout ça il y a fort heureusement de nouveaux arrivés, Leiv notamment, et Gwen, entre autres. Salem est tombé, la situation est grave. Et que penser de ce qu'il s'est passé à Pré-au-lard ? Ce message est-il sensé être clair ? Est ce un piège ? Un moyen de faire monter la pression et surtout la terreur ? Les Moldus ont-ils décidé de s'impliquer dans cette guerre qui prend chaque jour un peu plus d'ampleur ? Il y a quelques jours j'ai rendu visite à mes parents, pour être honnête je n'en avais pas spécialement envie sachant tout ce qu'allait encore remuer leur présence et la douleur dans leurs yeux, voir un peu de pitié, mais le besoin de les savoir en sécurité est bien plus fort. Je ne suis pas repartie avant d'avoir enveloppé la maison de son lot de sortilèges de protection, non sans leur soumettre également l'idée de quitter le pays et de rejoindre Grand-Mère au Venezuela … Bien sur ils n'ont pas accepté et quelque part je les comprends. C'est leur maison, et jamais Ô grand jamais ils ne se laisseront chasser de chez eux par quelconque menace. Menace bien réelle pourtant et en cet instant d'insomnie je ne me doute pas encore à quel point mais les premières explosions et flash de lumière par la fenêtre ne tardent pas à me mettre la puce à l'oreille.

Hier soir l'ambiance était festive dans le château, un buffet spécial Noël ainsi qu'une soirée sur le même thème ont été mis en place pour ceux qui ne peuvent pas rentrer chez eux ou qui n'ont tout simplement pas de chez eux. On a fait en sorte que personne ne se sente seul ce soir là, disons qu'on a au moins tenté de limiter les effets négatifs que peuvent avoir les fêtes de fin d'année malgré elles mais ce matin ça n'a plus rien à voir ... Ils reviennent, voilà la première pensée qui traverse mon esprit alors que je sors de ma chambre sans réfléchir une seconde de plus après avoir pris le temps de m’habiller en deux temps et trois mouvement. Fenrir aboie derrière la porte que je verrouille mais il est hors de question que je le laisse en liberté alors que l’ennemi est potentiellement à nos portes.

Baguette à la main, cerveau et corps bloqués en mode défensif, je descends les escaliers quatre à quatre tout en criant des ordres aux quelques élèves que je croise, probablement réveillés par le bruit. Protéger les plus jeunes, mettez vous à l’abri, ne faites rien d’inconsidéré, etc … Mais je le sais certains d’entre eux ne resterons certainement pas les bras croisés en attendant que ça passe. En fonction de ce qu’il se passe réellement les plus âgés et les plus doués en magie seront de toute façon d’une aide non négligeable.

C’est en arrivant au milieu de la cours pavée après avoir traversé le hall en courant que je me rends compte de l’étendu des dégâts. Les sortilèges fusent, il y a une brèche dans la protection du château et malgré la lune qui se reflète sur la neige il est difficile de reconnaitre les amis des ennemis dans tout ce chaos. Je ne réfléchis pas plus longtemps, m’engouffre dans la bataille et commence à reconnaitre des visages familiers ça et là, d’autres arrivant derrière moi. L’instinct du soldat se met en route assez facilement de mon côté, bercé par cette colère lancinante qui ne me quitte pas et me pousse au contraire à aller de l’avant. Il est hors de question que ces ordures reprennent ce château …

« Expelliarmus ! Everte Statis ! »

Le ton est donné, je remercie intérieurement Owen de m’avoir aidé à me remettre en forme en me disant qu’il est probablement lui aussi là dedans même si je ne le vois pas. Devant moi un homme s’écroule sur le sol alors que sa baguette atterri dans ma main libre. Et je me rends compte que je ne ressens pas la peur … Pire encore, c’est une forme de rage qui prend naissance dans tout mon être quand un sortilège me frôle le visage et m’effleure la joue. Je ressens parfaitement la brulure, l’odeur du sang me parvient sans peine, mes yeux cherchent le responsable et quand je le trouve enfin il fini stupéfixé. Pourtant je n’ai pas levé ma baguette, ça ne vient pas de moi, et quelque part j’en ressens une certaine forme de frustration. Je ne me connaissais pas comme ça, en d’autre temps ça m’aurait probablement amené à réfléchir mais le temps n’est pas aux questions existentielles ni à la réflexion.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Je te jure, le monde est injuste et ses couleurs blêmes ▬ Everett   Mer 31 Déc 2014 - 13:38

Les événements de ces derniers jours prédisaient un avenir noir. Il ne fallait pas être devin qu'après ce qui c'était passé au Près-Au-Lard puis avec Salem, le tour de Poudlard allait bientôt arriver ou plutôt revenir, et si une école aussi prestigieuse et puissante que celle d'Amérique était tombée, ils étaient certainement mal barrés. Il fallait être lucide, ILS n'abandonneraient pas et trouveraient un jour une faille dans ce qu'avait organisé Rivers. Est-ce qu'ils oseraient revenir ici rapidement alors que tout le monde était en pleine vigilance ou est-ce qu'ils préféreraient attendre un peu ? Est-ce toutes les personnes qui avaient été accueillies dans les murs de Poudlard étaient bien ce qu'elles prétendaient être: des victimes ? Il aurait certainement été simple pour eux de laisser passer une ou deux personnes qui était de leur camp, avec tout ce remue-ménage, personne ne s'en serait rendu compte. Faire entrer le loup dans la bergerie, il fallait qu'ils s'attendent à cette possibilité qu'il ressassait depuis des jours, depuis qu'ils étaient arrivés. Jusque-là ils avaient un avantage par rapport à l'école de Salem: ils étaient "prêts" à un affrontement, ils étaient sur leurs gardes. Les entrées et sorties d'élèves, les jours, étaient secrets.... mais si un espion était à présent dans les murs de l'école tout cela ne servait plus à rien. Leur seul avantage était réduit à néant. Bien sûr, il n'était pas certain qu'il y avait un espion ou quelqu'un à leur solde peut importe comment on voulait les appeler, mais il espérait que les adultes aient le même point de vue que lui.


Sa garde avait pris fin une petite heure auparavant et il était dans son lit sans arriver à trouver le sommeil. La soirée du réveillon s'était merveilleusement bien passée, il n'y avait pas eu d'esclandre tout s'était passé dans la bonne humeur, ce qui était un très bon point. Les élèves avaient ainsi pu profiter d'un réveillon digne de ce nom, leur faisant peut-être oublier qu'ils n'étaient pas contrairement à certains de leurs camarades dans leurs familles. Ça avait changé les idées de tout le monde et ça aussi c'était un point positif non négligeable ! Et soudain, des explosions se firent entendre, il se leva en quatrième vitesse et se changea de la même façon ! Ça ne sentait pas bon, pas du tout même. Ils revenaient et.. étrangement quelques jours après l'arrivée des gens de Salem. Coïcidence ? Peut-être.... Il y avait toujours aussi la possibilité que les supérieurs voulaient rendre le château complètement parano et que les deux écoles s'affrontent. Poudlard croyant que c'était la faute de ceux de Salem si une attaque avait eu lieu. Il y avait de multiples possibilités mais ce n'était pas du tout le moment d'y penser. Il fallait protéger les élèves. D'ailleurs quand il descendit les escaliers quatre à quatre il ordonna aux plus âgés qu'il croisait d'aller s'occuper des plus jeunes !

Quand il arriva sur le lieu de bataille, des sortilèges ne cessaient d'être lancés et avec la nuit c'était difficile de discerner qui était avec qui. Pas moyen de transplaner pour tenter d'élaborer une tactique. Ils allaient juste devoir faire face à face et pour l'instant ce n'était pas le moment d'utiliser son don. Il risquait de se faire abattre par les gens de son camp. Il essayait de garder son calme et de réfléchir à la meilleure façon d'attaquer.. à la meilleure façon de gagner. Ils n'avaient pas le droit à l'erreur, trop de vies dépendaient de cet affront. Il avait réussi à immobiliser plusieurs adversaires sans se faire repérer jusqu'au moment où se reçut un sort en pleine tronche le foutant au sol à moitié sonné. Celui-là il ne l'avait pas vu venir ! Il se releva néanmoins le plus rapidement possible en essayant d'ignorer le mal au crâne qu'il résonnait dans sa tête ! La voix d'Ismaëlle résonna non loin de lui, il se tourna quelques instants pour vérifier qu'elle allait bien. Isma baisse-toi ! lui hurla t-il en apercevant une silhouette menaçante derrière elle. Il ne laisserait personne la blesser, il avait cette envie de la protéger, une de ses seules amies, c'était normal non ? Sans trop réfléchir, il désarma la personne avant de la figer. Il rejoignit ensuite en quelques pas l'ex jaune. Tout va bien ? demanda t-il inquiet. Tu sais à peu près combien ils sont ?! Beaucoup trop, c'était la réponse qu'il avait maintenant. Beaucoup trop, mais entre les gardiens, les professeurs et les élèves les plus âgés ils avaient l'avantage du nombre, c'était déjà ça. Peut être qu'au final, la meilleure solution c'était d'arriver à entrer dans leurs rangs, pour mieux les compter et tenter d'en neutraliser certains... Et pour cela il n'y avait pas trente six mille solutions. Si je change d'apparence, tu me couvres ? Enfin façon de parler... Le plus gros soucis, c'est qu'il ne pourrait pas rester longtemps sous sa forme de transformation et ils le savaient tous les deux pour en avoir déjà parlé. Il n'était pas sûr que se soit une bonne idée, peut-être qu'Ismaëlle, pourrait lui donner un avis qui l'aiderait à trancher !


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7764
Date d'inscription : 05/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Enzo ▬ Cameron ▬ Jeremiah (parti) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3324-i-m-not-snow-white-ismaelle
MessageSujet: Re: Je te jure, le monde est injuste et ses couleurs blêmes ▬ Everett   Lun 5 Jan 2015 - 18:56

La guerre … Non je ne m’en réjouis pas évidemment mais pour la première fois depuis un long moment je me sens en pleine possession de mes moyens et que je le veuille ou non, il y a là dedans quelques choses de grisant. C’est comme une sorte de confiance retrouvée, parce que je sais que je peux compter sur moi-même et très égoïstement je ne pense pas vraiment aux autres qui sont pourtant bien là, partout autour, devant ou derrière, à se battre comme des diables pour défendre cet endroit. Le soldat que j’ai été par le passé se réveille et ses réflexes avec, la femme bafouée également, celle qui en a trop sur le cœur pour ne pas avoir une part de colère dévastatrice en elle. Aller au devant du danger n’a jamais été quelque chose qui me caractérise mais l’Once n’est pas mon Patronus pour rien, je suis parfaitement capable de sortir les griffes en cas de besoin et ce qui se passe actuellement n’est-il pas le moment idéal pour ça ? Hors de question qu’ils reprennent cet endroit.

Instant de flottement, statique je fixe l’homme qui vient de s’écrouler devant moi …

« Tout va bien ? »

… et braque ma baguette instinctivement sur celui qui s’approche de moi jusqu’à ce que je me rende compte de qui il s’agit.

« Ah, Everett, c’était toi … »

Les connexions se font alors dans mon esprit, et même si tout se passe très vite j’ai l’impression d’être au ralenti alors que mes yeux se posent à nouveau sur l’homme à terre et que mon bras retombe le long de mon corps.

« Merci. »

Et dans tout ça j’en oublie de répondre à sa question, mais ça n’a pas d’importance. Oui, je vais bien. Je suis debout non ? Alors c’est que tout va bien.

« Tu sais à peu près combien ils sont ?! »

Et puis soudain le ralenti s’accélère, je reviens brusquement parmi les vivants et m’active tout en regardant partout autour de nous alors que les sortilèges continuent de fuser.

« Aucune idée, mais ils ont l’air de gagner du terrain. »
« Si je change d'apparence, tu me couvres ? »
« Ventus ! »

Une petite tornade suffisamment puissante fait s’envoler un ennemi qui va s’écraser un peu plus loin tandis que ma main libre se pose sur le bras de mon ami. Mon cœur bat à cent à l’heure mais pas une seconde je ne pense – pour une fois – à la possibilité qu’il s’arrête définitivement.

« Écoute, j’suis pas sure que ça soit une bonne idée Evy. Et si l’un d’entre nous te prend pour cible ? »

Un Stupefix informulé suivi d’un Repulso tout aussi silencieux envoie un nouvel adversaire au tapis alors qu’on se baisse tous les deux de concert pour éviter un sort venant droit sur nous. Je me relève aussitôt, furieuse, envahie par cette lave en fusion qui coule dans mes veines comme du magma près à faire exploser le volcan qui lui sert de maison.

« Volate Ascendere ! »

Celui là n’ira pas plus loin. Mort ? En cet instant je n’en ai strictement rien à faire. De la rage à l’état brut ? De la haine envers l’Homme ? Je n’ai pas ce genre de considération en moi actuellement et j’imagine que si je survis à cette attaque le recul me fera les choses d’une manière différente, le coup sera probablement brutal et difficile à encaisser mais pour l’heure …

« Vas-y, mais promets moi de faire attention et surtout tu ne restes pas sur la ligne de front ! »

Les blesser eux, ou même pire, ça n’est rien ou presque mais si j’en arrive à m’en prendre à toi parce que je ne te reconnais pas ? Je ne suis pas Métamorphomage mais ce soir, cette nuit, c’est surtout moi que je ne reconnais pas.
Chassant cette pensée de mon esprit d’un geste de la tête, je retourne tête baissée ou presque dans le combat pour protéger Everett du mieux que je peux. Un sortilège me frôle d’un peu trop près et l’étourdissement menace de me faire tomber mais l’odeur du sang, mon sang, me rappelle à l’ordre et nourri ma colère. Colère noire. Une entaille sur le front, ça n’est rien, et si je tombe alors je me relève. C’est d’ailleurs après une chute que je vois Everett s’éloigner, il a pris l’apparence de l’homme qu’il a mis hors d’état de nuire pour moi.

Quelques minutes plus tard je me retrouve dans la cours, juste devant les grandes portes du Hall, des combats isolés de part et d’autres, quand un mouvement derrière moi attire mon attention mais c’est déjà trop tard. Un bras d’homme s’enroule autour de mon cou et sa présence envahi mon espace vitale alors que je sens son souffle contre mon oreille. Sa baguette vient se placer contre ma gorge, menaçante.

« Alors ma belle, on t’a manqué ? »

Mon sang se glace à l’entente de cette voix aux intonations malsaines. Mon corps se crispe totalement, paralysé par des souvenirs qu’il n’est pas près d’oublier …

« Les règles sont strictes : Pas de règles. On va pouvoir faire de toi ce qu’on veut. »

Mon souffle se coupe, j’étouffe, il rit à pleins poumons et se moque de mon agoni mais on ne le répètera jamais assez, il faut toujours se méfier du dernier soupir du mort, de son dernier sursaut de vie. Hors de question que je me laisse avoir aussi facilement, j’ai tout ce qu’il faut pour lui tenir tête ! Fais toi confiance Ismaelle, sois forte, sers toi de toute cette colère emmagasinée …

« Tu peux toujours rêver. »

Cerveau déconnecté, corps maitrisé, l’instant d’après il prend un coup de coude dans le ventre, mon pied droit écrase le sien de toutes mes forces et l’arrière de mon crane vient frapper son visage de plein fouet. Un craquement désagréable me laisse penser que je lui ai cassé le nez mais je ne m’arrête pas là et suivant à la lettre les conseils d’Owen, réveillant mes vestiges de l’armée, je saisi son bras et bascule tout mon poids de manière à le faire passer par-dessus moi jusqu’à ce qu’il s’écroule sur le sol comme une masse trop lourde pour rester debout. C’est grisant, je ne peux pas le nier, mais galvanisée par tant d’adrénaline je ne m’arrête pas en si bon chemin malgré la douleur que je ressens dans la jambe suite à un sortilège reçu un peu plus tôt.

« Expelliarmus ! »

Sa baguette s’envole et atterri dans ma main libre, le surplombant je ressens le pouvoir que j’ai sur lui m’envahir des pieds à la tête, et quand mes yeux croisent son regard, une violente montée de haine non maitrisée s’empare de moi. Je me vois tendre le bras à nouveau vers lui dans un geste très vif et les syllabes se forment …

« Endolor … »

Blocage. Prise de conscience. Allais-je réellement lancer un sortilège impardonnable sur un être vivant sans une once de remord ? Il semblerait … Ne fais pas ça, me murmure une petite voix dans ma tête. Ne fais pas ça Ismaelle, ça n’est pas toi.
Le temps me semble se figer à nouveau, puis son rire brise ce faux silence encore une fois. Sans le vouloir il me ramène sur terre.

« T’en es pas capable … »
« Electro ! »

Instantanément il convulse, secoué par de violents chocs électriques et je le regarde sans jamais baisser les yeux ni avoir le moindre mouvement de recul. Il souffre, et j’en suis satisfaite, c’est un fait. J’ignore combien de temps il aura du supporter ces attaques mais je ne l’ai laissé tranquille qu’une fois certaine qu’il ne se relèverait pas de si tôt et après avoir enjambé son corps sans un seul regard en arrière, sans un seul remord, j’ai couru tant bien que mal jusqu’aux portes du Hall.

« Piertotum locomotor ! »

Les statues, les armures, tout ce qui pourra nous être d’une aide quelconque.

« Défendez le château ! »

Et me voilà à l’intérieur où malheureusement l’ennemi est déjà présent et s’amoncelle devant les portes qu’on tente malgré tout de fermer. J’aperçois Owen qui se bat comme un diable, et d’autres visages familiers, mais pas de trace de Everett et l’inquiétude qui n’avait jusqu’ici pas sa place dans mon organisme prend ses droits.
Mon attention est attirée par une jeune présence près de moi, un élève de 3ème année, Serpentard, tremblant de peur et ne sachant pas où aller. Mes mains se posent sur ses épaules, mon regard se veut rassurant et la douceur qui me caractérise refait surface alors que je commençais à la penser définitivement perdue.

« Retourne te cacher Victor. Lisa ! Emmène-le avec toi, emmène tous les enfants que tu trouveras et cachez vous immédiatement ! »

Certains élèves se battent eux aussi, et même si ça ne me plait pas de les voir là malheureusement nous n’avons pas trop le choix. Les plus âgés sont aussi qualifiés et entrainés que certains assaillant, je n’en doute pas une seconde, mais les voir dans ce contexte me met hors de moi.

« Est-ce que vous avez vu Everett ? »

Question posée à la volée, à des élèves, à d’autres Gardiens, mais les réponses sont toutes négatives. J’ai beau regarder partout autour de moi, y compris vers les visages ennemis, aucune trace de lui. Me voilà près d’une fenêtre, regardant vers l’extérieur où ils arrivent encore et toujours.

« Merde ! T’es passé où ?! »

Et la fatigue aussi bien physique que mentale commence à se faire sentir mais ça n'est pas le moment de lâcher.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Je te jure, le monde est injuste et ses couleurs blêmes ▬ Everett   Ven 9 Jan 2015 - 15:06

Oui ce n'était que lui, il n'y avait pas à "avoir peur" d'une attaque, jamais il ne lui ferait du mal. Du moins jamais avec toute sa tête... avec un sort tel qu'impero qui sait ce qu'il pourrait être amené à faire ! Plus les minutes passaient, plus ils avaient l'air de perdre du terrain. L'ennemi gagnait. Peut-être qu'ils étaient plus nombreux que les adultes présents ici et surtout ils avaient l'effet de surprise. Du côté de Poudlard, tout semblait un peu plus désorganisé mais peut-être que c'était son imagination. Il fallait trouver une solution pour tenter de les vaincre, les détruire de l'intérieur, les prendre par surprise, ou même avoir quelques informations supplémentaires. Il lui demanda alors si elle avait pu estimer combien ils étaient, peut-être qu'avec un nombre, ils pourraient établir une meilleure stratégie... Malheureusement, tout comme lui, elle semblait l'ignorer.

Oui c'est la belle merde !

Et le mot était faible. Peut-être aussi parce que les méthodes n'étaient pas les mêmes, il n'y avait qu'à entendre les sorts qu'Ismaëlle ou lui-même jetait depuis tout à l'heure, est-ce que les autres prenaient cette peine ? Il y avait certainement d'autres solutions, mais pour l'instant s'immiscer dans leurs rangs, et tentait de semer un peu de discordes et essayer de glaner quelques informations... était certainement une bonne chose à faire quel que soit le prix à payer. Elle avait posé sa main sur son bras avant de répliquer

Écoute, j’suis pas sure que ça soit une bonne idée Evy. Et si l’un d’entre nous te prend pour cible ?

Il savait qu'elle disait. Il savait que c'était un risque à prendre, tout comme il savait que vu la durée de ses transformations c'était certainement signer son arrêt de mort. Il était au courant de tout ça mais il avait d'autres arguments. Entre deux sorts lancés, il tenta de la convaincre

On ne voit pas déjà grand chose, je peux très bien être pris pou cible par l'un des nôtres comme tu dis parce qu'il ne m'aura pas reconnu. Je sais que c'est risqué mais... pour l'instant c'est la seule solution que je vois... si j'arrive à entrer là-dedans et.. à improviser suivant comment ça se passe, ça pourra toujours nous donner un petit avantage... non ? Il se tut quelques instants avant de reprendre Ce que je ne veux pas c'est que ça te mette en danger toi ou les élèves.

Il voulait bien sacrifier sa vie, mais pas au prix de celles d'autres personnes... si bien qu'il ne ferait rien sans le consentement de son amie. Si elle jugeait que c'était trop risqué pour tout le monde, il s'abstiendrait sans soucis. Il lança deux trois stupefix en attendant qu'elle lui donne sa réponse. Quelques autres sorts pour les foutre KO. Ne pas donner la mort tant que c'était possible, mais il était clair qu'il y en aurait forcément d'un côté et de l'autre. S'il devait tuer pour sauver Ismaëlle ou un des gamins il n'hésiterait pas l'ombre d'une seconde.

Vas-y, mais promets moi de faire attention et surtout tu ne restes pas sur la ligne de front !
Ne t'inquiètes pas, je te promets de faire aussi attention que je peux dans cette situation. Je ne compte pas mourir non plus, ni jouer aux héros.

Même si au final, ça y ressemblait un peu là. Ce n'était pas son genre de se mettre en avant pour recevoir des ovations ou qu'on le voit comme un héros, il préférait l'ombre mais à des situations désespérées, il fallait bien prendre des mesures en conséquences n'est-ce pas ? Il ne savait pas trop encore comment il allait agir, et le plus compliqué serait de ne pas se faire repérer de suite et comme il ne connaissait pas l'homme, ni sa voix, sa façon de parler, de s'exprimer, il avait un peu peur de ce que cela pouvait donner. Il n'avait pas voulu donner ces quelques préoccupations à Ismaëlle, il ne voulait juste savoir si son idée valait le coup ou pas. Elle avait jugé que lui, maintenant c'était à lui de se démerder avec !

Il avait réussi à retourner dans les lignes de l'ennemi sans trop d'embrouilles, certainement grâce à Ismaëlle. Il avait l'impression que son cœur battait totalement la chamade. L'adrénaline, mêlée à la peur, au sens du devoir, au fait qu'il savait qu'il n'avait pas le droit à l'erreur. Le moindre faux pas et c'était certainement la fin pour lui.... voire même pire. Histoire de ne pas éveiller les soupçons, il lança quelques sorts en direction de ses amis en prenant bien soin de laisser des distances de sécurités pour ne pas les blesser, les toucher. Il avait réussi à se reculer un peu plus profondément dans les rangs mais c'était un tel tohu-bohu qu'il était impossible de compter l'ennemi, ou en tout cas pas de cette façon, pas en sachant que le temps était compté, et le coup qu'il avait reçu à la tête précédemment n'arrangeait pas la donne ! Il lança par la suite quelques sortilèges informulés pour abattre quelques ennemis, combien est-ce qu'il en avait touché exactement, il n'aurait su le dire, la seule chose dont il était certainement c'est que ce n'était pas énormément... Il fallait qu'il reste prudent et qu'il ne tombe pas en de mauvaises mains. Rester prudent, faire de son mieux pour réduire l'effectif des Autres, même si ce n'était que de quelques membres, c'était mieux que rien ! Petit à petit il essayait de se retrancher dans un endroit un peu plus sombre histoire de pouvoir redevenir lui-même sans se faire voir si possible. Malheureusement pour lui, et alors qu'il venait de mettre au sol un de ces ennemis, il se reçut un sort en plein ventre, sort qui le projeta un peu plus loin. Il ne pouvait dire si cela provenait de son camps, ou s'il s'était fait repéré, mais sous le choc il avait instantanément reprit son apparence. Au sol, il avait l'impression que ses oreilles bourdonnaient en plus de mal à la tête une douleur vive au niveau de l'épaule et du bras gauche était née. Il resta encore une bonne dizaine de seconde cloué au sol, incapable de bouger tant la douleur était vive, il en avait même des hauts le cœur. Comment il s'était fait ça ? Certainement que dans sa chute il avait percuté violemment un objet dur et aiguisé ou pointu.
Par chance, avec l'obscurité, personne ne semblait faire trop attention à lui, comme s'ils étaient certains que c'était l'un des leurs qui était tombé. Parfait. Cela lui laissait une mince marge de manœuvre. Histoire que l'on ne voit pas immédiatement son visage, il avait rabattu la capuche de son pull sur sa tête. Il préférait économiser son énergie, sa concentration pour faire autre chose que de se transformer... Il préférait à présent utiliser cette option comme un dernier recours ! Everett, était arrivé à se remettre debout, la douleur de son épaule s'amplifiait de minute en minute et il se doutait que ce n'était pas bon signe et qu'en plus l'effet de la douleur devait être amoindri grâce à l'adrénaline qui coulait toujours dans ses vaines. Adrénaline qui réussit à le faire tenir debout, à le faire avancer. Des corps morts ou blessés jonchaient le sol, il espérait de ne pas voir celui d'Ismaëlle – ou de personnes qu'il connaissait-. D'ailleurs ceux de Poudlard semblaient avoir été obligé de se reclure dans l'enceinte même du château ce qui était mauvais signe. Très mauvais signe même.

La suite était quelque peu confuse dans son esprit, il avait réussi à passer les portes en étant pris dans une sorte de cohue, à moins que cela soit autre chose ? Il n'en était même plus sûr. Les sorts continuaient de fuser autour de lui et, maintenant qu'il voyait vaguement quelques gardiens, que les lumières étaient un peu plus présentes, il fallait qu'il retourne dans ses rangs. Vu la situation, les sorts partout et son état physique, il jugea préférable d'essayer de se fondre un maximum avec les murs. Il était discret, et vu le bordel ambiant ça ne serait certainement pas trop compliqué. Une fois ses collègues rejoints, il pourrait de nouveau faire face à ses ennemis. Après avoir évolué ainsi pendant une ou plusieurs minutes, tout en tentant de mettre des bâtons dans les roues des supérieurs, il avait enfin réussi à rejoindre quelqu'un qu'il connaissait Où est Ismaëlle, elle va bien ? l'autre acquiesça et indiqua un point un peu plus loin où la jeune femme se tenait. Elle avait l'air sur les nerfs, anxieuse et vu la situation c'était des plus compréhensibles. Ils reculaient et les Autres continuaient de progresser, certainement plus lentement, mais ils continuaient de progresser. Il fallait qu'ils trouvent une autre solution, un autre plan, quelque chose de réfléchi et pas continuer de tirer à tout va, le seul soucis c'est qu'ils n'avaient pas le temps de mettre en place un tel dispositif. Il n'y avait pas de téléphone où d'oreillette qui auraient permis ce genre de choses... comme quoi des fois la magie avait des désavantages.

Le jeune gardien, avait enfin réussi à rejoindre son ami. Maintenant qu'il pouvait la voir de plus près, elle semblait en assez bonne forme, blessée un peu mais au premier abord cela ne semblait pas trop grave ce qui était une bonne chose. Pas la peine de dire "re – salut", il avait besoin de lui faire un résumé rapide-concis de ce qu'il avait réussi à faire -ou plutôt pas réussi-. Je suis désolé, c'était un échec total. autant dire les choses telles quelles sont. Ils sont largement moins nombreux que nous au premier abord, mais ils ont l'air d'avoir une stratégie et c'est certainement pour ça qu'on recule... Ils savent des choses sur nous... j'ai bien l'impression. Il se tut quelques secondes, avant de rajouter Ismaëlle, qu'est-ce qu'on fait maintenant concrètement ? Il ne lui demandait pas s'ils devaient continuer à se battre ou pas, parce qu'ils continueraient à défendre Poudlard jusqu'à la mort probablement, mais il voulait dire est-ce qu'il y avait une stratégie spéciale à adopter ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7764
Date d'inscription : 05/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Enzo ▬ Cameron ▬ Jeremiah (parti) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3324-i-m-not-snow-white-ismaelle
MessageSujet: Re: Je te jure, le monde est injuste et ses couleurs blêmes ▬ Everett   Jeu 15 Jan 2015 - 19:42

La guerre. Même si nous avons vécu ici dans un état de siège pendant deux ans, je ne croyais pas revoir de combat quand bien même c'était presque une évidence, quand bien même on s'y attendait tous plus ou moins, tôt ou tard. Quand j'ai quitté l'armée je ne pensais pas avoir à être confrontée à nouveau avec une situation de conflit dans laquelle des vies sont en jeu et pourtant … Pourquoi l'Homme ne peut-il pas s'empêcher de tout foutre en l'air en permanence ? Pourquoi est ce que nous sommes aussi fragile et prompt à suivre le chemin le plus sombre sans tenir compte de ce que peuvent ressentir les autres ? Oui, c'est à ça que je pense en observant l'extérieur, anxieuse à l'idée de ne jamais revoir mon ami. Owen n'est pas là même si j'ai cru l'apercevoir tout à l'heure, je ne vois pas Logan non plus, ni Maxence. Pas de Rina non plus. Le fait de n'avoir aucun visage « familier » dans mon champ de vision commence sérieusement à me paniquer et si je ne me contrôlais pas un minimum je serais déjà entrain de les imaginer baignant dans leur propre sang quelque part au milieu de ce carnage.

Et puis ce statut quo se brise, ce moment hors du temps se termine et je retrouve mes esprits quand une voix et une silhouette que je désespérai d'entendre et de voir s'en vient à ma rencontre. Je descends aussitôt de mon perchoir et cours vers lui tant bien que mal, faisant fi de la douleur qui m'envoie comme des électrochocs réguliers chaque fois que mes pieds touchent le sol.

« Oh merci Merlin, tu vas bien. »
« Je suis désolé, c'était un échec total. »

La seconde d'après il est dans mes bras et j'ai envie de lui dire qu'on s'en fout de tout ça même si bien sur ça n'est pas vrai. Je suis simplement terriblement rassurée de le voir là, devant moi, en vie. Blessé, visiblement, mais en vie. En tout cas pour le moment ...

« Ils sont largement moins nombreux que nous au premier abord, mais ils ont l'air d'avoir une stratégie et c'est certainement pour ça qu'on recule... Ils savent des choses sur nous... j'ai bien l'impression. »

Je l'admets, j'ai du mal à me concentrer suffisamment pour tenir réellement compte de ces propos, de ce qu'il insinue. Mon regard va et vient d'un point à l'autre, tous mes sens sont à l'affut, mon corps est tendu au maximum, près à réagir à une potentielle attaque qui pourtant ne vient pas. Une stratégie … Moins nombreux … Ils savent des choses … Tout se mélange dans ma tête, l'adrénaline court-circuite tout et j'ai réellement du mal à me calmer mais je sais parfaitement que je n'ai pas le choix. Ils comptent sur moi.

« Ismaëlle, qu'est-ce qu'on fait maintenant concrètement ? »

Il compte sur moi.

« Hey, c'est pas toi le Gardien de l'histoire ? »

Sourire. Tape dans l'épaule. Je ne sais pas vraiment d'où vient ce sursaut de … Je ne sais trop quoi mais cette fois sa réaction ne m'échappe pas. Il grimace. Je lui ai fait mal même si je n'ai pas tapé fort.

« Tu vas bien ? Laisse moi voir ça ... »

Et me voilà entrain de le palper le bras comme si j'y connaissais quelque chose. La vérité c'est que oui, j'ai quelques bases et des bonnes. Mon meilleur ami est Infirmier, j'ai déjà soigné pas mal d'élèves, je connais quelques sorts et quelques potions pour apaiser certains maux et même si ça n'est pas grand chose, j'appose tout de même ma baguette sur son épaule gauche. Ça ne durera sans doute pas longtemps mais si ça peut le soulager un peu pour qu'il puisse se concentrer uniquement sur le défensif et non sur la douleur.

« Je ne sais pas où est Lancaster, ni Logan, et je ne voudrais pas aller à l'encontre de leur décision mais … On va pas rester là comme des cons à attendre que ça passe. »

Il faut croire que son retour, sa présence, ont réussi à me remettre sur les rails et me voilà déjà repartie, tachant d'analyser au mieux la situation.

« Il faut les retenir le plus longtemps possible, et mettre les gosses à l'abri. Il faut quelqu'un à chaque étage mais concentrer un maximum de monde ici pour les empêcher de progresser et essayer de les repousser à l'extérieur. Sachant que l'idéal serait qu'ils soient éjectés de l'enceinte de l'école et qu'ils n'aillent pas faire une petite balade nocturne dans le Parc pour se repointer plus tard. »

Quand j'étais dans l'armée je n'ai jamais été de ceux qui donnent des ordres, d'ailleurs ça ne m'intéressait pas du tout, mais c'est comme instinctif. Ces mots sortent d'eux même, le ton est ferme et assuré, à l'adresse de tout ceux qui pourront et voudront l'entendre.

~*~

« Et merde. »

L'épuisement, la lassitude, mes doigts tachés de sang après les avoir porté à mon front. Assise sur une marche, Everett à côté de moi, j'écoute ce silence sinistre et observe cette immobilité étrange. C'est fini, je crois. L'ennemi a été repoussé, chassé, mais les blessés sont nombreux et les dégâts colossaux. Un soupir m'échappe quand je lève les yeux et me rend compte de l'étendu de ces fameux dégâts, jusqu'à ce que je sente la main de mon ami se porter à mon visage.

« C'est rien, ça va aller. »

Sourire qui se veut rassurant, malgré le fait que je me tienne le ventre, qu'une de mes jambes me fait terriblement mal à point tel que je ne suis pas certaine de pouvoir me relever seule, et cette blessure, cette coupure sur mon front ? Non, ça n'est rien. Répit. Le calme après la tempête, en espérant qu'elle ne revienne pas à la charge. Qu'ils ne reviennent pas à la charge. Nouveau soupir. Il ne faut pas qu'on s'endorme sur nos lauriers, qu'on baisse notre garde. Dehors il fait jour, au moins la nuit ne peut plus les cacher s'ils sont encore là.
Je me lève finalement, prenant appuie sur la rambarde pour soulever le poids de mon corps et ne pas à le laisser peser sur ma jambe blesser.

« Il faut s'assurer qu'il n'y a plus un seul d'entre eux dans le château, et surtout relancer et renforcer les sortilèges de protection de l'enceinte de l'école pour qu'ils ne reviennent pas s'ils en ont l'intention. Il faut aussi s'assurer que tout le monde est en sécurité et venir en aide aux blessés. »

C'est à ce moment là que Lancaster entre dans mon champ de vision et malgré moi je pousse un soupir de soulagement. C'est son boulot, il sait ce qu'il doit faire, alors oui je m'en remets entièrement à lui même si je n'ai pas l'intention de quitter les lieux ou le cœur de l'action même si tout est désormais calme. La tête me tourne, je ferme les yeux quelques secondes et serre les dents : Ça n'est pas le moment. C'est donc d'un pas mal assuré que je descends les quelques marches jusqu'à arriver dans le Hall tout en enjambant les gravas. Certains élèves sont déjà dans la Grande Salle, les plus âgés ont l'air de s'occuper des plus jeunes, tant mieux. Petite pensée pour Fenrir, je l'avais presque oublié enfermé là haut dans ma chambre et j'ai cette irrépressible besoin d'aller vérifier qu'il va bien mais me retient.

« Tu devrais peut être aller retrouver ton boss ? J'imagine qu'il va avoir des missions à vous confier. »

Nouveau sourire et ma main se pose sur sa joue de manière tremblante.

« T'inquiètes pas pour moi, j'vais bien. »

J'ai survécu à un accouchement, je peux tout encaisser maintenant. Non, clairement c'est trop tôt pour tourner ça à la dérision. En attendant je me sens totalement vide et je n'arrive pas à savoir si c'est une bonne ou une mauvaise chose.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Je te jure, le monde est injuste et ses couleurs blêmes ▬ Everett   Ven 16 Jan 2015 - 16:01

Oui il allait bien... enfin en parti. Disons surtout qu'il était vivant pour le moment et c'était déjà pas mal ! Vu comme les choses avaient dégénéré il avait quand même eu beaucoup de chance. Maintenant, il ne pouvait pas évaluer sa blessure et la gravité de cette dernière. Si ça se trouve ce n'était pas grave mais il douillait quand même car cela avait atteint un endroit plus sensible ? Néanmoins il avait un gros doute là-dessus, mais ce n'était pas le moment de se focaliser sur ses petits bobos alors qu'ils avaient une mission d'une plus grande envergure à réussir. Il avait rapidement informé son amie en lui faisant un compte rendu rapide et concis de la situation telle qu'il l'a voyait. La "mission" était un échec, mais vu de là où il était, de petites choses lui avaient paru bizarre... Après, il était plus dans le genre un peu parano avec les derniers événements qu'autre chose. Elle ne répondit rien face à ses "accusations" comme quoi les autres étaient peut-être un peu mieux renseignés qu'il ne l'aurait fallu. Certainement parce qu'elle était sous le choc et que ce n'était également pas le moment d'être distraite par une telle informations, ils auraient tout le temps d'en parler plus tard. La douleur faisait qu'il avait du mal à réfléchir, il ne savait pas trop ce qui s'était passé ici pendant son "absence" alors oui, il lui avait demandé ce qu'ils pouvaient bien faire maintenant. Il ne voulait pas faire d'erreur de jugement, même s'il était tout à fait apte à trouver une "bonne" décision

 Hey, c'est pas toi le Gardien de l'histoire ?

Elle lui avait tapé dans l'épaule et il n'avait pas pu s'empêcher de grimacer à cause de la douleur peut-être même que ses foutus cheveux avaient légèrement changé de couleur. Il tenta quand même de sourire en répliquant doucement

J'aurais bien proposé d'utiliser la brèche qu'ils ont faite histoire de pouvoir transplaner chez Andrew et d'autres ex collègues aurores pour qu'ils viennent nous aider... mais vu la date, l'heure et l'urgence, ça aurait été une perte de temps.

Oui, il avait vraiment penser à partir un peu pour trouver du renfort, des gens de taille à les aider, bah des ados qui n'avaient même pas fini leur scolarité... ce n'était pas une si mauvaise idée en soi mais elle avait beaucoup trop de désavantage comme il lui avait fait comprendre.

Tu vas bien ? Laisse moi voir ça ...
ca ira... C'est pas vraiment le moment Isma !

Mais il la laissa quand même faire, grimaçant de nouveau quand elle commença à palper le bras. Bordel cette connerie était douloureuse. Elle jeta un sort, il n'aurait pu dire lequel mais cela le soulagea un peu. Merci isma avait-il glissé doucement. Combien de temps ça durerait il n'en savait rien mais pour l'instant il pouvait un peu bouger le bras sans avoir l'impression qu'on enfonçait un poing ou un couteau dans son épaule à chaque mouvement !

 Je ne sais pas où est Lancaster, ni Logan, et je ne voudrais pas aller à l'encontre de leur décision mais … On va pas rester là comme des cons à attendre que ça passe.  Non ça c'était sûr il fallait agir !  Il faut les retenir le plus longtemps possible, et mettre les gosses à l'abri. Il faut quelqu'un à chaque étage mais concentrer un maximum de monde ici pour les empêcher de progresser et essayer de les repousser à l'extérieur. Sachant que l'idéal serait qu'ils soient éjectés de l'enceinte de l'école et qu'ils n'aillent pas faire une petite balade nocturne dans le Parc pour se repointer plus tard. 
On peut demander aux plus âgés d'emmener les petits à l'abris dans les salles communes. Et envoyer ceux qui restent aux étages comme tu l'as dis et nous.. on reste ici... pas la peine que les élèves prennent plus de risques que nécessaire. le "nous" c'était les gardiens et le corps enseignant. Pour le parc... Clairement ça sera difficile de ressortir d'après ce que j'ai pu voir.... J'aurais bien dit de tenter un Feudeymon*, mais j'ai un peu peur que ça fasse un carnage dans le parc … mais peut-être qu'un Herbivicus histoire de faire pousser les plantes rapidement et qu'ils n'aient pas de façon de se replier pourrait être une solution... ou sinon on déplace les arbres mais je crains que ça prenne beaucoup trop de temps Ce n'était que des propositions, mais peut-être que l'une d'entre elle pourrait s'avérer utile.


{….}

C'était fini, ils avaient gagné. Everett s'était avachi par terre sur une marche à côté de son amie tentant de reprendre son souffle tout en oubliant la douleur à l'épaule qui avait du reprendre de plus belle. C'était fini, mais ils pouvaient revenir pour les achever maintenant que Poudlard avait commencé à panser ses blessures, maintenant qu'ils étaient tous crevés. Ca aurait été logique oui... mais pour l'instant ils ne semblaient pas revenir et c'était franchement une bonne nouvelle... à moins que les supérieurs ne veuillent juste que l'école vire à la paranoïa qu'elle s'auto-détruise de l'intérieur. Peu probable mais quand même ! Inquiet de l'état son ami, il avait délicatement posé sa main sur le visage d'Ismaëlle afin de mieux pouvoir regarder les plaies. Il va quand même falloir soigner un peu tout ça isma' Il n'était pas dans un bon état et elle non plus Et toi t'es prof, les cours recommencent bientôt non , t'as plutôt intérêt à être en forme !

 Il faut s'assurer qu'il n'y a plus un seul d'entre eux dans le château, et surtout relancer et renforcer les sortilèges de protection de l'enceinte de l'école pour qu'ils ne reviennent pas s'ils en ont l'intention. Il faut aussi s'assurer que tout le monde est en sécurité et venir en aide aux blessés. Le garçon avait acquiescé doucement. Oui, venir en aide aux blessés et remettre les sortilèges de protection était vraiment la première chose à faire. Ne sachant pas quoi répliquer, il avait préféré se taire. Le Boss passa non loin de là et la voix de sa comparse le tira de ses pensées  Tu devrais peut être aller retrouver ton boss ? J'imagine qu'il va avoir des missions à vous confier. Elle lui avait sourit avant de passer une main sur sa joue, pour un peu il en aurait presque rougi. Il essaya de ne pas se faire décontenancer par la situation mais ce n'était pas simple. Il n'avait pas eu le temps de répliquer quelque chose qu'elle sembla lire dans ses pensées  T'inquiètes pas pour moi, j'vais bien.  Everett secoua la tête Je préfère quand même t'emmener jusqu'à l'infirmerie, et je retournerai voir le boss après, pour qu'on vérifie que tout se passera bien. cette fois-ci, elle n'avait pas le droit de refuser, c'était presque un ordre. Il ne la laisserait pas partir tant qu'il n'était pas certain qu'elle était dans de bonnes mains... Quant à lui... il irait à l'infirmerie plus tard dans la journée-matinée. Il pouvait tenir encore un peu, il le fallait et de toute manière il devait y avoir tant de blessés qu'il attendrait un certain moment avant de se faire soigner... alors autant qu'il soit utile aux gardiens non ?! Il s'était levé. On en profitera pour emmener des personnes blessées à l'infirmerie si on voit qu'elles ont en besoin. Lui dit-il doucement histoire de la convaincre encore plus... et alors qu'ils montaient les marches vers l'infirmerie il ne put s'empêcher de rajouter Et tu ne pourras pas m'empêcher de m’inquiéter pour toi Stoneheaven... je n'ai pas beaucoup plus d'amis alors il faut que je prenne soin de ceux que j'ai surtout quand ils sont aussi géniaux que toi.



* Crée un feu innarétable ,inétegnable mis a part par de puissants
contresorts ,au bout d'un certain temps le feu se transforme en
plusieurs bêtes de feu.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7764
Date d'inscription : 05/03/2010
Crédits : Avatar JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Enzo ▬ Cameron ▬ Jeremiah (parti) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3324-i-m-not-snow-white-ismaelle
MessageSujet: Re: Je te jure, le monde est injuste et ses couleurs blêmes ▬ Everett   Dim 18 Jan 2015 - 22:06

A warning to the people,
The good and the evil,
This is war.
[…]
It's the moment of truth, and the moment to lie,
The moment to live and the moment to die,
The moment to fight.

Alors ça y est, nous y voilà … On s'en doutait depuis le début mais une fois devant le fait accomplis c'est autre chose. Durant le combat le corps est bien trop occupé pour laisser à l'esprit la moindre chance de se perdre sur la moindre émotion paralysante et/ou trop envahissante mais une fois le calme de retour c'est tout autre chose. La peur, la colère, l'angoisse, des frissons quasiment en continu le long de la colonne vertébrale, la culpabilité aussi de ne pas avoir su protéger complètement ces gosses qui comptent sur nous, etc …
J'en suis là dans mes pensées, épuisée certes mais néanmoins à l'affut du moindre mouvement, sursautant au moindre son qui ne m'est pas familier. Il y a cette présence indéfectible à mes côté, Everett, qui a été avec moi du début jusqu'à la fin. J'aurai pu penser que Owen tiendrait ce rôle étant donné que nous avons déjà servi ensemble mais je n'ai pas vu ce grand gaillard depuis des heures maintenant. Est ce que je m'inquiète ? Oui. Pour lui comme pour tous les autres, ceux que je n'ai pas sous les yeux, mais ça n'est pas le moment de paniquer.
Et puis il y a l'étendu des dégâts aussi, chose qu'on ne peut pas négliger. Cet été, pendant que les élèves étaient en vacances pour la plus part, nous avons tous œuvré pour restaurer les parties abimées du château. Certains élèves ont donné un coup de main, tout comme les Elfes de Maison comme à leur habitude et d'ailleurs est ce que quelqu'un a pensé à aller jeter un œil dans les cuisines pour voir s'ils vont bien ? Et mes bébés là dehors … Ne pas penser à ça maintenant, j'irai faire un tour d'horizon une fois certaine que tout sera sous contrôle et que l'école sera vide de leur présence néfaste. Ils ont perdu, maigre consolation quand on sait qu'ils peuvent revenir n'importe quand et faire bien pire à l'extérieur. Ils ont fait tomber Salem, ça n'est pas rien. Peut être qu'ils étaient moins bien préparés que nous mais … Est ce que c'était le même groupe de personnes ? Difficile à dire. Et les Moldus dans tout ça ? Même l'incident de Pré-Au-Lard me revient en tête. Heureusement mon ami se charge de me rappeler à l'ordre et toute mon attention se concentre sur lui.

« Je préfère quand même t'emmener jusqu'à l'infirmerie, et je retournerai voir le boss après, pour qu'on vérifie que tout se passera bien. »

Il se lève, je l'observe, bien consciente qu'il ne me laisse pas beaucoup le choix.

« On en profitera pour emmener des personnes blessées à l'infirmerie si on voit qu'elles ont en besoin. »

Et le voilà déjà entrain de monter quelques marches.

« Et tu ne pourras pas m'empêcher de m’inquiéter pour toi Stoneheaven... je n'ai pas beaucoup plus d'amis alors il faut que je prenne soin de ceux que j'ai surtout quand ils sont aussi géniaux que toi. »
« C'est pas la peine d'essayer de m'attendrir et m'endormir en me caressant dans le sens du poil, Brammer. »

Sourire. Je n'ai pas bougé d'un poil, debout, bien campée sur mes jambes tachant tant bien que mal de cacher les tremblements.

« Je sais que tu t'inquiètes, et t'as surement raison, mais … Non, je n'irai à l'infirmerie qu'une fois certaine que le danger est écartée. On a besoin de tous les Sorciers adultes possible pour réparer et renforcer les sortilèges de protection. »

Le sourire est toujours là mais le ton est implacable.

Spoiler:
 

« Je te promets que j'irai me faire examiner après, t'as ma parole. »

C'est à mon tour de faire quelques pas, mais dans le sens de la descente, mon intention étant de traverser le Hall et de retourner dehors pour rejoindre ceux qui y sont déjà. J'ai cru voir Dimitri sortir un peu plus tôt, ainsi que Phaedre et d'autres. L'œuvre est en marche, je ne m'arrêterai qu'une fois certaine qu'elle est achevée.

« Viens me surveiller si tu veux. »

Clin d'œil, encore quelques pas en arrière une fois sur le sol plat, ma décision est prise et à moins que tu ne m'attaches tu sais très bien que tu n'auras pas le dernier mot.

~*~

C'était à prévoir, peut être, mais je n'aurai pas eu l'esprit tranquille si je n'avais pas donné tout ce que je peux pour essayer de protéger les habitants de ce château du mieux que je le pouvais. Alors oui, je suis allée jusqu'au bout de mes forces mais je ne le regrette pas, pas une seule seconde, pas même alors que je m'écroule sur le sol après avoir relâché mon bras et arrêté le sortilège que j'étais entrain de lancer comme beaucoup d'autres. Mes yeux tentent de s'ouvrir, je ressens la présence de mon ami, il est toujours là, près de moi, et puis il y a ce sursaut venant de ma part ...

« Fenrir ... »

J'essaie de me relever, naturellement c'est un échec, alors enfin j'abdique et m'étend complètement sur la pierre froide ou plutôt la couche de neige malmenée par les traces de la bataille.

« Everett, est ce que tu peux t'assurer que Fenrir va bien s'il te plait ? Il est enfermé dans ma chambre. »

Ce seront les derniers mots que j'arriverai à prononcer avant de partir dans le néant, et avant de les rouvrir quelques temps plus tard, juste le temps d'avoir un mouvement de recul et de me rendre compte que je ne suis plus à l'extérieur. Allongé sur un lit de camp, en plein milieu de la Grande Salle comme d'autres, ça n'est pas un visage familier que je croise mais celui de Helland, fraichement arrivé au château. Instant d'éveil bref, je perds conscience aussitôt malgré la voix de Everett qui parvient vaguement jusqu'à mes oreilles.

To the right, To the left,
We will fight to the death!
To the edge of the earth,
It's a brave new world,
From the last to the first.

▬ Fini pour moi ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Je te jure, le monde est injuste et ses couleurs blêmes ▬ Everett   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je te jure, le monde est injuste et ses couleurs blêmes ▬ Everett
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce monde est injuste. † Kōtarō Amon
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Outside :: Le Parc de l'Ecole. :: ─ Les allées le long du château :: ─ Les cours pavées-
Sauter vers: