AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tell me your secret - Kate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 4438
Date d'inscription : 27/02/2010
Crédits : A[-]P - Disney Fantasy
Double Compte : Kazuo, Marek, Yusuke, Maxence, Sovahnn, Alec et Jordane



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1037-takuma-s-links
MessageSujet: Tell me your secret - Kate    Sam 6 Déc - 18:07


Il est sorti du placard ! . - Samedi 6 Décembre 2014 (aujourd'hui, oui :ga:)

---

« Takuma, une gueule de bois à trois heure ! »
« TGIF ! »

A vrai dire, vendredi était passé depuis un certain nombre d’heures à présent, c’était justement ce qui clochait. L’arrivée du samedi matin signifiait un grand nombre de personnes souffrant de l’abus d’alcool de la veille. Et ce jour-là n’avait pas dérogé à la règle. Avec un petit sourire, le jeune homme était allé s’occuper de la personne qui venait d’arriver et qui, justement, faisait partie de sa maison. Une soirée arrosée, ça change ça dites-moi. Combien de filles pour Alec ? Ok, ça, c’était assez bas. A vrai dire, son agacement du jour vis-à-vis de l’autre crétin était tout à fait justifié. Dakota et lui avaient parlé quelques temps la veille et il fallait avouer qu’il n’appréciait pas particulièrement ça. voire pas du tout en fait. Si Logan avait le droit d’être particulièrement chiant à son égard parce qu’il s’était tapé sa copine, il avait le droit d’être particulièrement injuste auprès d’Alec parce que…. Pour rien du tout, concrètement. Oui, parce qu’il n’avait rien fait. Il lui avait juste parlé, ils étaient simplement devenus amis, jusqu’à ce qu’il brise sa confiance. Sauf qu’au vu de la réputation du jeune homme, clairement, Takuma n’avait aucune envie de le voir tourner autour de sa copine. Déjà qu’il était fort étonnant que la belle blonde soit toujours à ses côtés, imaginer un tombeur invétérer s’en approcher un peu trop n’était pas exactement dans ce qu’il préférait. Il avait tué son père. Tout de suite, ça fout un froid, c’était sûr. Pourtant, il avait le chic pour se faire pardonner ce con. Il les avait donc vus discuter, l’air de rien. De quoi ? Il n’en savait encore trop rien. Il retrouverait Dakota un peu plus tard. Elle vivait sa vie à présent, pouvant finalement reprendre un minimum le contrôle sans être systématiquement dépendante de sa protection et c’était très important qu’elle ait cette liberté tant désirée. Il n’y avait eu qu’un temps pendant lequel il s’était plus rapproché d’elle à la manière d’un garde du corps un peu chiant : halloween. La semaine de l’enfer comme certain s’étaient amusés à l’appeler. Semaine pendant laquelle il en avait prit pour son grade grâce à un certain nombre d’apparitions particulièrement désagréables : ses parents, d’anciennes connaissances et même Jillian. Chouette. Et le clou du spectacle : leur directeur qui avait apparemment décidé de lui faire la peau, et Alec qui finissait par débouler de nulle part pour le tuer avant qu’il ne se charge de Dakota à sa place. Bref, la joie. Aucune angoisse d’impuissance face à la déchéance de ses proches, c’est faux. Aucun remords vis-à-vis de son passé et de sa famille. Autruche powa.
Ne jamais sous-estimer le pouvoir de l’autruche !

Non, sérieusement, cette semaine ne s’était pas si mal passée pour lui. Durant tout ce temps, il s’était baladé avec la moitié du visage peinte en squelette : je vous emmerde, je fête halloween. Rien de ce que vous direz ne pourra m’atteindre.

Et c’était ce qui s’était passé. Il avait déjà trop réfléchis à ces situations pour se faire avoir, il s’était déjà assez flagellé, était déjà passé par toutes les étapes du deuil. Bref, par rapport à d’autres, il avait plutôt été épargné.

Prodiguant des conseils qu’il connaissait à présent par cœur, le jeune homme confia une certaine bouteille contenant une décoction immonde mais particulièrement efficace à sa.. patiente ? Patiente. Celle-ci le remercia, le saluant en lui promettant qu’elle lui revaudrait ça plus tard. Dingue comme il finissait par être accepté maintenant qu’il devenait utile. Plus par les filles que les mecs d’ailleurs. Il fallait dire qu’à la base, à son arrivée à Poudlard il y avait deux ans, son côté détaché vis-à-vis des événements n’avait pas particulièrement plut. Son côté enfantin non plus. Bref, il était du type atypique et ça ne plaisait pas à tout le monde. Mais il ne s’était pas fait tabassé depuis des mois, donc il en déduisait que sa cote augmentait de jour en jour =D !

« Takuma, tu peux venir voir 5 min ? »
« T’es conscient qu’à hurler comme ça, t’en brise des têtes alcoolisées ? »
« Ouais ! »

Un petit sourire amusé sur le visage, le jeune homme avait rejoint son mentor en sautant par-dessus tous les lits qui se dressaient sur sa route. Yeeha !
Il fallait croire que Maxence n’était pas si profondément gentil que ça. Il faisait payer les verres en trop, manifestement. Et ça ne manquait pas de faire sourire le garçon qui n’était pas sorti depuis des… longtemps.

« Vous devriez aller faire un tour, boire un verre, … »
« Faire griller des chamallows… »

Bref, nous barrer et aller parler. Ok.
Le regard de Maxence était passé sur la jeune femme qu’il avait prêt de lui : une Serpentard que Takuma avait dû voir une fois ou deux mais sans réellement la situer.

« Kate c’est ça ? Eh ben c’est parti pour un barbecue ! Toute réclamation devra être présentée à l’infirmier. J’suis mineur. »

C’est faux.
C’est qu’un détail.

Avec un grand sourire, il avait donc emmené Kate en dehors de l’infirmerie. Recherche en cours… page indisponible ? Si.

« J’me trompe peut être mais c’est pas toi que Sovahnn a failli écharpé en début de semaine ? »

Oui, il racontait de la merde, partir sur ce genre de base était bien plus simple que d’attaquer directement sur un sujet compliqué. En effet, il avait vu Maxence lui parler, un peu à part dans l’infirmerie, assis, les bras posés sur les jambes. Bref, ça, ça signifiait conversation compliquée, sujet sensible et tout le toutim.

« Tu veux… j’sais pas ? Aller faire un tour ? Nous poser dans un coin tranquille sans oreilles indiscrêtes si possible ? …. J’ai l’impression de racoler moi oO .. XD. »

Eh bien il faut avouer que ces phrases n’étaient … pas parfaites. D’ici peu, il y allait y avoir Donnovan qui irait tout balancer à Dakota. Il aurait l’air fin tient.

« Nan, j’pense avoir cru comprendre que tu aimerais parler, mais si tu peux être sûre que j’suis une oreille à peu près sympa et du type fiable… par contre, je sais absolument pas comment aborder ça. Un verre ? Un chocolat chaud avec des shamallows ? »



« Oui, j’ai envie de sucre. »

Et c’était bien face à une tasse de chocolat bouillant qu’il l’avait ammenée, dans la salle sur demande. Celle-ci s’était, pour l’occasion, transformée en un salon accueillant avec canapés et gros cousins, plaid et cheminée pas loin.

Non, j’ai pas froid !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Tell me your secret - Kate    Mar 9 Déc - 17:04

Le contact main sur sa nuque qui maintenait sa tête plongée dans l'eau la brûlait. Ses poumons également la brûlaient, ils réclamaient de l'air qu'elle ne pouvait leur fournir et si elle ouvrait la bouche, elle avait peur de se noyer, ni plus ni moins. Pourquoi faisait il ça au juste ? Prenait il vraiment du plaisir à la sentir se débattre sous ses doigts pour essayer d'aspirer ne serait ce qu'une petite goulée d'air ? Sans doutes, sinon elle ne serait pas là. Mais elle en avait marre de se débattre, de toutes manières, elle avait bien comprit que ça ne servait à rien d'essayer de lutter. Le supérieur la libérerait avant qu'il ne soit trop tard, pour recommencer un peu après, et s'il ne le faisait pas, et bien, ce serait fini. Certes elle serait morte, mais dans certains cas, la mort ne valait elle pas mieux que la torture ? Quand sa tête ressortie enfin de l'eau, Kate aspira une grande goulée d'air salvatrice et essaya de retrouver un semblant de respiration. Elle n'avait pas remarqué qu'elle était en train de pleurer, mais l'homme qui la torturait si et il ne se priva pas pour laisser échapper un rire avant de lui enfoncer, de nouveau, la tête dans l'eau. Elle en avait assez de tout cela, elle voulait juste que tout cela cesse... Et soudain, tout cessa. Sûrement avait elle perdu connaissance car l'instant d'après, du moins lui semblait il, elle se tordait de douleur sur le sol crasseux des cachots. Le sortilège doloris, encore. Elle aurait du être habituée depuis le temps, mais l'effet était toujours aussi horrible et la faisait toujours autant souffrir. Quand tout cela prendrait il fin ? Serrant les dents pour ne pas leur donner la satisfaction de crier, la blonde attendait que le sortilège prenne fin, mais il semblait interminable. Ce ne fut que lorsqu'elle ouvrit la bouche pour crier que tout s'arrêta.

Réveillée par ses propres hurlements, Kate se redressa, en sueur, pour regarder autour d'elle, recherchant un indice sur l'endroit où elle se trouvait. Il lui fallut un moment pour comprendre qu'elle se trouvait en sécurité dans son lit, les restes de son cauchemar altérant ses capacités de réflexions. Elle était dans son dortoir et non dans les cachots, elle ne risquait rien. De toute façon, les supérieurs étaient partis, se rappela-t-elle finalement, ce qui ne l'empêchait pas d'angoisser quant à leur éventuel retour. Parce qu'elle savait qu'ils reviendraient, elle en était sûre. Ils n'étaient pas du genre à abandonner si facilement, ils se vengeraient, et quand ils le feraient, ça ferait mal. Très mal. Avisant de l'heure, la blonde constata qu'il était tôt, du moins trop tôt pour se lever un samedi matin. Traduction : il n'était pas encore neuf heures. Mais bon, elle commençait à avoir l'habitude des nuits courtes et agitées. Quand était la dernière fois qu'elle avait dormi toute une nuit sans le moindre cauchemar ? ...Quand elle avait passé la nuit avec Alec... Elle ne savait pas trop si c'était du à la présence du garçon à ses côtés ou à la quantité d'alcool qu'elle avait ingurgité, mais toujours était il qu'elle avait bien dormi. Et que ça lui avait fait du bien, ce qui était tout de même non négligeable. Ne désirant pas s'attarder d'avantage dans son dortoir, et de peur de finir par réveiller ses camarades malgré son sort de silence, la blonde finit par quitter son lit. Après une douche rapide et s'être habillée, elle quitta son dortoir pour la journée.

Son voyage commença par la grande salle où elle aurait du prendre un petit déjeuner, mais étant incapable d'avaler quoique ce soit, elle se contenta d'une demi tasse de thé. Tant pis, si vraiment elle se mettait à avoir faim, elle irait faire un tour en cuisine. Elle avait besoin de réfléchir, elle en avait marre de ces cauchemars, ras le bol d'être hantée par Watterson ! Elle voulait que ça cesse ! Était ce vraiment trop demander que de retrouver un semblant de vie normale ? Apparemment oui. Pendant un temps, elle avait vraiment penser à demander à Devin de lui effacer une partie de la mémoire pour effacer toutes ces horreurs, mais elle avait fini par renoncer. D'une, c'était trop risqué et de deux, même si elle en faisait toujours des cauchemars et qu'elle passait la plupart de son temps à avoir peur, les supérieurs l'avaient changés, en bien ou en mal elle n'aurait su le dire, et elle serait devenue une étrangère pour ses connaissances sans sa mémoire. D'autant plus qu'elle penserait toujours sortir avec Eliott. Sans compter que quand les supérieurs reviendraient, parce qu'ils le feraient, elle ne se souviendraient plus d'eux et retomberait comme une mouche entre leurs mains. Or, c'était tout bonnement hors de question. Elle avait donc choisi de garder ses souvenirs, et tout ce que ça impliquait. Elle n'était pas vraiment sûre d'avoir fait le choix le plus judicieux, mais au moins elle s'était décidée. C'était déjà une petite victoire en soi de pouvoir prendre des décisions qui la concernait, parce qu'elle ne l'avait plus fait depuis deux ans. Si ce n'était de prendre la décision de rester en vie et de fuir les supérieurs.

Elle ne savait plus quoi faire. Elle n'en pouvait plus de tous ces cauchemars, elle en avait marre de vivre dans la peur, mais elle avait l'impression d'être dans une impasse. Ses parents l'avaient bien envoyée chez un psychologue pourtant, mais elle avait été incapable de lui parler. Kate se souvint alors d'un conseil qu'on lui avait souvent donné. Le meilleur moyen pour s'exorciser d'un poids restait encore d'en parler. Mais en parler à qui ? Devin ? Non, elle ne voulait pas l'ennuyer avec ça. D'autant plus que ça la mettrait dans une situation délicate étant donné qu'elle avait prétendu être du côté des supérieurs pendant leur règne. Le psychologue de l'école ? Elle avait déjà essayé et ça n'avait rien donné. Un parfait inconnu ? Pas question, l'épisode avec le brun dans la salle du deuxième étage l'avait définitivement vaccinée de ce genre de choses ! Restait donc l'infirmerie. Elle avait déjà eu à faire avec monsieur Wargrave, l'infirmier, et elle savait qu'il était quelqu'un de gentil et de patient. Il ne lui restait plus qu'à espérer qu'elle arriverait plus à parler avec lui qu'avec les autres. Peut être saurait il l'amener à parler ? Mais, ça vaudrait peut être mieux que le déclic vienne d'elle même, ça serait sans doutes plus simple.

Finalement, elle se rendit donc à l'infirmerie qui était assaillie par des gens souffrant de gueule de bois. Bon d'accord, elle exagérait peut être un peu, mais à peine. Sans s'attarder d'avantage sur les patients présents en ce samedi matin, la blonde s'était dirigée vers l'infirmier pour lui faire part de son envie de parler de...certaines choses. Sans doute dut-il voir la gêne que lui causait cette conversation car il lui demanda si elle ne préférait pas parler avec l'apprenti-infirmier, un jeune homme d'à peu près son âge. La serpentarde tourna alors la tête vers le jeune homme que lui désignait l'infirmier et le détailla rapidement. Il avait l'air fiable et plutôt gentil. Peut être serait-ce en effet plus facile de parler avec lui. À peine eut elle accepter la proposition de l'infirmier qu'elle put voir le brun, qui s'appelait Takuma apparemment, sauter par dessus les lits pour les rejoindre. Un tel comportement parvint à lui arracher un maigre sourire qui devait atrocement contraster avec le teint pâle et les yeux cernés qu'elle avait eu le plaisir de découvrir dans le miroir un peu plus tôt. Quand il les rejoignit, elle se sentit tout de suite à l'aise avec lui, ce qui n'était sans doute pas plus mal.

- Oui, c'est ça. Et toi tu es Takuma donc. C'est marrant j'aurais parié que tu étais majeur moi, répondit-elle avec un sourire un peu amusé.

Faible tentative de détendre l'atmosphère. Ou plutôt de se détendre, mais elle n'y arrivait pas vraiment. La perspective de la conversation à suivre lui faisait peur. Elle avait beau savoir que ça lui ferait du bien, elle avait peur de faire resurgir volontairement ses souvenirs et dans parler à quelqu'un. Mais si elle ne le faisait pas, elle savait que ça la tuerait à petit feu, alors elle devait se jeter à...l'eau... décidément, cette métaphore ne lui plaisait pas du tout ! Chose étonnante, elle le suivit naturellement en dehors de l'infirmerie, marchant à ses côtés et non légèrement en retrait comme elle en avait l'habitude. Ce Takuma la mettait donc vraiment à l'aise. À tel point qu'elle ne prit même pas la peine de réfléchir avant de répondre à sa question.

- Oui, c'est bien dans moi qu'elle a failli rentré avec son balais, mais je crois qu'au final, elle a fini dans plus mauvais état que moi, confia-t-elle avec amusement.

Elle n'était pas sûre que parler du directeur, qu'elle n'avait heureusement pas mentionné, soit une meilleure idée que de parler de ses propres démons, mais elle essayait, tant bien que mal, de détourner son attention avant la conversation fatidique. Il lui restait encore quelques minutes avant de ne devoir se lancer, autant en profiter un maximum. Le fait que Takuma ait l'impression d'être en train de racoler arracha un petit rire à Kate, ce qui acheva de la détendre et de lui faire apprécier le garçon. Il y avait des gens comme ça avec qui elle se sentait à l'aise tout de suite, et Takuma en faisait parti.

- Rassure toi, tu ne me donne pas du tout l'impression de racoler à moi. Et oui, un coin tranquille loin des oreilles indiscrètes ne serait pas de refus.

Et tant qu'à faire, le plus éloigné possible des cachots et du lac, mais étant donné qu'ils étaient dans les étages, elle ne s'inquiétait pas trop là dessus. Le brun se décrivait lui même comme une « oreille à peu près sympa » et un type fiable. Il n'en fallut pas plus pour rassurer Kate qui, de toute manière, avait déjà catalogué Takuma dans la catégorie « gens biens ». Au moins, il ne répéterait pas ce qu'elle lui dirait, c'était déjà ça. Et même s'il ne pouvait pas la conseiller, le simple fait qu'il l'écoute lui ferait du bien.

- Je ne serais pas contre un chocolat chaud avec des shamallows, avec ce froid, ça ne peut nous faire que du bien.

Elle le suivit ensuite dans la salle sur demande qui s'était transformé en salon chaleureux et confortable pour l'occasion et après une dernière hésitation, elle s'installa sur le canapé, en fasse d'une tasse qu'elle prit entre ses mains. Le contact du mug chaud lui fit de bien et même si elle n'avait pas spécialement froid, elle ne ressentit pas le besoin de la reposer. La chaleur qui se dégageait du chocolat avait quelque chose d'apaisant et elle se sentait rassurée par l'odeur que propageait la boisson et qui lui rappelait son enfance. Il lui fallut encore plusieurs secondes, à moins que ce ne soit des minutes, pour prendre sur elle et se lancer dans le vif du sujet. Quelque chose lui disait que si elle ne le faisait pas maintenant, elle ne le ferait pas.

- Je...j'arrive pas à me remettre du passage des supérieurs... J'en fais des cauchemars sans arrêt... J'ai constamment peur de les voir débarquer d'un instant à l'autre et....j'en peux plus de vivre comme ça... J'ai l'impression de m'être perdue en route, d'avoir laissé une partie de moi dans les cachots... Je...

Elle quoi au juste ? Elle en avait marre de ne pas pouvoir s'amuser comme les autres le faisait ? Elle était agacée de ne pas pouvoir passer ne serait qu'une nuit sans revivre en rêve les atrocités qu'ils lui avaient fait ? Elle regrettait d'avoir découvert qu'elle était une sorcière ? Elle se demandait où était sa place ? Tout cela était vrai, mais c'était encore difficile pour elle d'en parler, difficile de le reconnaître aussi. Elle n'avait même pas commencé à parler clairement de ce qu'elle avait subit que déjà elle était en train de trembler. Qu'est ce que ça serait si elle se mettait à raconter ce qu'elle avait subi dans les sous sols du château ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 4438
Date d'inscription : 27/02/2010
Crédits : A[-]P - Disney Fantasy
Double Compte : Kazuo, Marek, Yusuke, Maxence, Sovahnn, Alec et Jordane



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1037-takuma-s-links
MessageSujet: Re: Tell me your secret - Kate    Mer 10 Déc - 1:14

Pas simple à aborder ça comme situation. A vrai dire, Maxence ne lui avait jamais demandé un truc pareil mais il n’en fallait pas beaucoup au jeune homme pour comprendre les situations et savoir ce qu’on lui demandait implicitement de faire. Il était évident qu’un grand nombre de personnes ici avaient besoin de vider leur sac et il en faisait indubitablement partit. Mais voilà, il n’est pas toujours simple de parler, que ce soit à des proches ou à des professionnels. Les proches, on a peur de les blesser, de voir leur regard évoluer à notre égard. Et les professionnels… c’est parfois simplement pas vraiment naturel. Maxence était un ange, ça, il n’y avait pas de doute là-dessus. Il était toujours avenant, toujours naturel, sympa et doux. Il n’avait de cesse que de faire passer l’intérêt d’autrui avant le sien et Takuma sentait bien que ces derniers temps, il se réfugiait allègrement dans cette technique pour laisser de côté certaines choses dont lui-même devrait probablement parler avec quelqu’un. Mais voilà, pour le coup, il n’était clairement pas le mieux placé pour lui demander de se confier. Il restait un adulte, un adulte adorable et prévenant qui s’était sacrifié un grand nombre de fois et n’avait jamais cessé de vouloir aider et faire au mieux. Mais un adulte quand même. Lui ne se sentait pas exactement adulte et la petite blague qu’il avait fait sur sa majorité n’avait rien à voir là dedans. Oui, il était majeur, et probablement assez mature pour être plus qu’un gamin arriéré. Pourtant, c’était si simple d’éviter les responsabilités, de faire ce qui lui passait par le crâne…
Non, Maxence avait besoin de quelqu’un de plus sérieux. Il les considérait tous gentiment comme des enfants. De grands enfants, mais quelque part des enfants quand même. Il était là pour les protéger, et, déjà, c’était beaucoup. Il n’y avait pourtant jamais de condescendance dans son comportement. C’était juste… comme ça. Un grand besoin de les couver fallait-il croire. Leur papa à tous, leur grand frère au besoin. Mais pas toujours leur confident. En effet, il était d’une oreille attentive, mais il y avait certaines choses qu’il ne pouvait pas forcément recueillir, que ce soit du fait de leur sujet ou bien de la personne qui portait les secrets. Cette fois, l’infirmier avait estimé qu’une personne plus jeune serait probablement d’une plus grand aide et, le fait qu’il appelle Takuma signifiait également la confiance qu’il avait en le jeune homme et, ça, c’était inestimable. Après tout, il aurait pu penser qu’une femme aurait été plus rassurante et envoyer la jeune femme vers Ismaelle par exemple. Après, il savait qu’il ne faisait pas particulièrement très masculin/viril/potentiellement dangereux. Ça aidait.
Enfin bref : sa majorité.

- Oui, c'est ça. Et toi tu es Takuma donc. C'est marrant j'aurais parié que tu étais majeur moi, répondit-elle avec un sourire un peu amusé.

Avec un petit sourire, il ne put s’empêcher de lui faire un clin d’œil amusé. Oh mon dieu, tu as donc découvert mon secret, je suis percé à jour ! Oulah.
Non, à vrai dire, son secret, ça avait été de n’être pas tout à fait celui qu’il affichait au quotidien. L’image d’un gamin un peu ahuri qui s’amusait à faire toutes les conneries du monde et à ne prêter aucune importance à quoi que ce soit, y compris les Supérieurs. Même pas les Supérieurs. Surtout pas les Supérieurs. Ne pas accorder d’importance à ceux qui ne le méritent pas. Ça n’avait pas été très bien accepté d’ailleurs, jusqu’à ce qu’il rencontre Aileen. Mais voilà, c’était comme ça. Il n’avait pas prêté attention aux coups ni aux injures. En revanche, il ne pouvait pas laisser les autres êtres abimés. Alors il avait bien fallu que le gamin ahuri révèle qu’il était probablement un peu moins simplet qu’il le semblait. Si peu simplet qu’il en connaissait plus qu’il l’aurait dû. Si peu simplet qu’il avait surprit tout le monde, Logan y comprit en usant de sortilèges interdits pour sauver la vie d’une amie. Surprise, l’idiot est malin ! Pire que ça même.
Alors bon, il avait fini par assumer. Il faisait toujours autant le con mais se montrait plus souvent sous un jour plus posé et digne de réflexion disons. Calme et intelligence. Ecoute et discipline. Discipline ? Uniquement dans le cadre de l’art de la médecine. Le reste ne le méritait pas. Il suffisait de le voir faire une potion : c’était assez drôle. Et le pire, c’était que lorsqu’il le voulait, il avait beau danser, créer des oiseaux dans les airs ou jouer au ping pong avec Aileen, sa potion était toujours parfaite. Ok, souvent. Il n’empêche que c’était assez rageant. Surtout pour les frigides de la profession.

Mais là, il s’agissait d’une autre amie dont il avait évoqué l’existence… et la possible fin d’existence à force de faire l’idiote sur un balai. Cela dit, ça n’était pas lui qui irait la blâmer ou lui demander de se calmer. Elle était libre là haut, et ces derniers temps ça importait trop.

- Oui, c'est bien dans moi qu'elle a failli rentré avec son balais, mais je crois qu'au final, elle a fini dans plus mauvais état que moi
« Ah ! C’était donc ça ces bosses ! »

Oui, il était le remède post-Quidditch officiel.
Et ce, sans racoler.
Transition de fou !

« Tu veux… j’sais pas ? Aller faire un tour ? Nous poser dans un coin tranquille sans oreilles indiscrêtes si possible ? …. J’ai l’impression de racoler moi oO .. XD. »
- Rassure toi, tu ne me donne pas du tout l'impression de racoler à moi. Et oui, un coin tranquille loin des oreilles indiscrètes ne serait pas de refus.

Avec un petit sourire amusé, il lui avait donc montré la voie. C’est beau non ? Non, en fait il l’avait simplement conduite jusqu’à la salle sur demande.

« Nan, j’pense avoir cru comprendre que tu aimerais parler, mais si tu peux être sûre que j’suis une oreille à peu près sympa et du type fiable… par contre, je sais absolument pas comment aborder ça. Un verre ? Un chocolat chaud avec des shamallows ? »

Oui, il l’attirait avec du chocolat et alors ? Si on veut vraiment être méfiants et avoir l’esprit mal placé sur tout, en effet, c’était ce qu’on pouvait y voir. Sauf que le naturel faisait que… non, simplement, non. Il cherchait juste un moyen relativement simple pour lui permettre de se détendre un peu et meubler le temps qu’elle ait trouvé le courage pour lui parler de ce qui la bouffait. Parce que, oui, si elle était là, et qu’elle agissait comme ça, c’était bien évidemment qu’il ne s’agissait pas de quelque chose de simple et qu’il allait probablement lui falloir du courage pour aborder ça. Et le courage passe par la bouffe ! Non, pas du tout, mais du réconfort, même gustatif, ça peut toujours faire du bien. Après tout, ça n’était pas pour rien que dans la majorité des cultures, ce genre de plaisir du palais était au centre de la recherche d’un certain bien-être, notamment dans les moments durs. C’est partit pour la glace à même le pot devant la télé ! Ah non, pardon, c’est pas ça.

« Oui, j’ai envie de sucre. »
Aussi.
- Je ne serais pas contre un chocolat chaud avec des shamallows, avec ce froid, ça ne peut nous faire que du bien.
« Exactement ! »

Ainsi, ils s’étaient bien vite retrouvés dans une pièce douce et apaisante, tout à fait du type à favoriser les confidences compliquées. Un peu de chaleur dans ce monde de brutes, ça n’était pas une mauvaise idée. Deux bugs les attendaient même. C’est beau la magie. Non, vraiment, c’est beau.

Laissant la jeune femme décider du lieu où elle souhaitait se poser, jouant sur son inconscient pour lui donner la possibilité de prendre la situation en main et, ainsi, d’éviter d’être trop dans la passivité. Tout ça fait très psychologie de comptoir mais sait-on jamais, ça peut jouer sur l’inconscient hein. La voyant s’assoir, le garçon prit donc place en face d’elle, regroupant ses jambes en croix sous lui pour se mettre en tailleur avant de lorgner franchement sur le mug qui se trouvait en face de lui. Bien attirant tout ça. Enfin, il le prit contre lui, le posant sur l’un de ses genoux, jouant du bout du doigt avec un shamallow en suspension. En bref, il attendait que la jeune femme fasse le tour de ce qui bouillait sous sa chevelure blonde avant de se décider à lui parler. Il aurait lancé un  autre sujet, histoire de lui offrir un peu de temps si elle ne s’était pas motivée mais il préférait se taire et lui donner l’occasion de faire un point avant de se lancer. Lui couper l’herbe sous le pied aurait également été un excellent moyen de finalement la faire taire et ça n’était évidemment pas le but. Cependant, il comprenait que la situation dans laquelle elle se trouvait n’était pas particulièrement simple. Elle était partie pour se confier à un parfait inconnu et, de base, ça n’était pas toujours simple. Et pourtant, ça avait fini par sortir.

- Je...j'arrive pas à me remettre du passage des supérieurs... J'en fais des cauchemars sans arrêt... J'ai constamment peur de les voir débarquer d'un instant à l'autre et....j'en peux plus de vivre comme ça... J'ai l'impression de m'être perdue en route, d'avoir laissé une partie de moi dans les cachots... Je...

Laissant une grimace franche tordre son visage à l’évocation des cachots, le jeune homme hocha de la tête, attendant quelques secondes de voir si elle souhaitait continuer. Non ? Réponse.

« Ouais… j’comprends. Malheureusement, j’pense qu’on est un peu tous dans ce cas-là. A avoir peur de se souvenir du passé tout en réalisant que le futur pourrait être pire. J’veux dire.. j’ai la chance de ne pas y avoir fait de tour, dans les cachots, en tant que prisonnier. C’était pas super bien construit ça comme phrase dit donc… Enfin, j’veux dire, j’y suis descendu plutôt en mode super héro qui en connait un peu sur la médico-magie, ça peut aider. Donc j’peux pas… dire que je vois bien de quoi tu parles parce que j’ai pas… bref. Par contre j’sais qu’ils ont fait du mal à mes proches. Et je sais surtout que c’est pas de leur faute et que ça n’en est pas moins la tienne. Ça peut paraitre idiot à dire mais j’pense que c’est important. Quoi que t’ais fait, et même s’il y a des erreurs dans le lot, ils n’en avaient pas le droit. »

Parce qu’une victime finis toujours par se blâmer. Et parce que ça ne devrait jamais arriver. Ce sont eux les ordures,  et qu’importe, ça n’a pas de sens, pas de légitimité. Jamais.

« Ma petite amie se réveille toutes les nuits, systématique, secouée de spasmes, meurtrie par ses cauchemars et le passé. »

Peut-être pas toujours. Souvent. Souvent par des choses qu’elle n’identifiait pas tout à fait. Mais toujours par angoisse. Enfin, bref, il n’irait pas sur ce sujet là, c’était trop personnel.

« T’as tous les droits de retrouver une vie normale. »



« Ils sont pas forcément les plus forts tu sais ? Ils ont pu t’avoir une fois, ça ne veut pas dire que ça se reproduira. Ils peuvent être arrêtés par d’autres… et tu n’es pas forcément une proie vulnérable. T’as autant que d’autres la capacité de t’en sortir et d’leur foutre la putain de raclée qu’ils méritent. »

Ça semblait si facile comme ça.

« J’veux dire, j’sais que ça peut paraitre creux, mais dans le fond, j’pense que ce qui compte, c’est qu’ils peuvent revenir, que c’est un fait et qu’on a tous peurs que certains évènements se reproduisent. C’est pas… une boucle définie. Si ça se trouve, c’est toi qui les écrasera, celui ou ceux qui t’ont fait ça. Si ça se trouve, ils sont déjà tombés. Dans tous les cas, t’es pas une petite poupée qu’ils peuvent balancer contre les murs sans se prendre de retour de flamme. »

J’sais absolument pas si ça t’aide, c’est merveilleux.

« J’parle trop, désolé... c’est pas parfait comme oreille attentive. Ça doit être ma manière à moi de tenir, ‘faut me pardonner. »

Continuer à avoir la hargne pour pas les laisser gagner. Jamais.

« Explique moi... 'enfin, si tu veux, j'te force pas. Ça peut juste aider. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tell me your secret - Kate    

Revenir en haut Aller en bas
 
Tell me your secret - Kate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Secret War
» Amour secret...
» Le secret de Térabithia
» secret of mana
» SUIVI-HAÏTI:SECRET POLITIQUE-COMPLICITÉ OU SOUMISSION?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Septième Etage. :: ─ Salle sur demande-
Sauter vers: