AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le calme avant la tempête [PV Enola]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2737
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Le calme avant la tempête [PV Enola]   Ven 7 Nov 2014 - 12:16

~Mercredi 3 Décembre – Fin d’Après-Midi ~

Un étirement. Puis deux, quelques phalanges qui craquent, une bonne gorgée d’eau et s’était reparti ! Le cours de Self-défense venait de s’achever et Emily avait pris le temps de bien s’étirer, de bien faire attention à son corps pour ne pas se retrouver toute courbaturée le lendemain. Elle commençait à prendre le pli à force mais on n’était jamais assez prudent. Et puis il fallait bien avouer qu’elle s’était donné à fond ce jour là. A vrai dire, depuis le petit coup de stress auquel ils avaient eu droit lors de la sortie au Pré au Lard, la jeune femme avait redoublé d’effort dans le cours, surtout ceux qui pouvaient lui être utile dans une optique de survie. Elle ne se sentait pas réellement en danger mais tout ça lui avait rappelé que leur bonheur était peut être fragile, que tout ce qu’elle avait acquis ne durerait peut être pas éternellement et que si elle voulait tout conserver, elle devrait peut être se battre. Elle était prête à le faire en soit, du moins elle essayait de s’en convaincre lors des entraînements. Et puis, le temps qu’elle avait passé avec Cameron après la sortie au Pré-Au-Lard l’aidait aussi à garder la tête haute. Ils avaient bien déconné tous les deux et du coup la cracmolle avait pu prendre du recul sur tout ça, respirer un coup et ne pas devenir complètement paranoïaque. Cela ne l’empêchait pas de défoncer les sacs de frappe comme s’il s’agissait d’un Supérieur mais bon en même temps, la demoiselle n’avait jamais été une vraie tendre non plus ! Toujours était-il que ce cours lui avait fait un bien fou, se défouler quand on est une boule d’énergie comme elle c’est essentiel. La demoiselle était donc sortie de là revigorée. C’était son dernier cours de la journée, elle avait donc bien le temps pour aller prendre une douche. Adressant un signe de main à ses camarades qui étaient venus au cours aussi, elle se dirigea ensuite rapidement vers les salles de bain. Une bonne douche et ensuite, elle serait en pleine forme !

Et en effet, la douche fit un bien fou à Emily. Elle sentit tous ses muscles se détendre et pu remarquer quelques bleus. Elle avait vraiment frappé comme une bourrine et demandé à ses adversaires de ne pas la ménager parce qu’elle était une fille… Et voilà le résultat ! Ricardo allait peut être râler en la voyant abîmée comme ça mais bon, elle était une casse cou et ça ne changerait pas. Enfin, elle n’était pas défigurée non plus, tout ça serait oublié d’ici deux jours. Ems enfila donc des vêtements propres et chauds, une écharpe et des gants et décida d’aller prendre un peu l’air. Certes il commençait réellement à faire froid et on état bien mieux à l’intérieur auprès du feu mais la jeune femme ne pouvait pas supporter d’être tout le temps enfermée. Aussi de temps en temps elle s’accordait une promenade, même si elle n’était pas forcément longue cela permettait de se revigorer un peu. Elle prit donc la direction des jardins. Avec l’hiver il faisait déjà nuit, heureusement tout était encore éclairé comme il était tôt. Les mains dans les poches pour les préserver malgré les gants, le nez dans son écharpe, la jeune femme se fraya un chemin dans les allés. La nature était belle malgré tout et elle espérait qu’ils auraient encore de la neige cette année. En tant que fille de l’Ecosse elle n’était pas traumatisée par le temps contrairement à certains de ses camarades et puis la neige, c’était vraiment génial ! Elle n’allait sans doute pas tarder parce que si les températures continuaient ainsi… Si c’était le cas elle pourrait faire quelques bonhommes et bataille de boule de neige, comme dans son enfance. L’hiver dernier il n’avait pas pu jouer avec tant d’innocence, peut être que maintenant que tout semblait aller mieux les gens allaient enfin décider à se lâcher et à renouer avec leur part d’enfance. Si c’était le cas, ça promettait un superbe spectacle !

Après quelques minutes de marche, Emily se trouva au niveau des potagers de l’école. En cette saison, pas grand-chose ne poussait malheureusement. La terre commençait à geler et ce n’était clairement pas le mieux pour les légumes. Cela n’empêcha pas la jeune femme de décider de flâner dans les années. Tout était calme et elle pouvait profiter du silence nocturne, faisant tourner en boucle des chansons dans sa tête, laissant ses pensées vagabonder. Elle se décida ensuite à s’allumer une petite cigarette, quitte à être dehors autant en profiter ! Elle n’aurait sans doute pas le courage de ressortir ensuite car le froid était vraiment piquant alors c’était définitivement le bon moment. C’était fou que ce petit vice ne lui ait pas passé après tout ça, pourtant ce n’était pas simple de se procurer du tabac quand les Supérieurs étaient encore là. A croire que c’était un petit détail qui lui permettait de se rappeler une vie normale, de se rappeler à ce qu’elle avait coutume de faire avant. Ça et la musique. En parlant de ça, elle avait une envie folle de jouer un peu de guitare, peut être que Ricardo accepterait de consacrer un peu de temps pour lui donner quelques cours. Elle lui ferait un petit regard de Chat Potté et ce serait dans la poche, du moins elle l’espérait. Cette pensée à la fit sourire. Elle devait avoir l’air maline avec son sourire jusqu’aux oreilles toute seule dans le froid. Heureusement, personne n’était là pour la voir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV Enola]   Mer 12 Nov 2014 - 12:10



Le calme avant la tempête

Emily Anthon & Enola C. E. McKrown

Mercredi 3 décembre, fin d'après midi

De l’air… Il me fallait de l’air où j’allais exploser. Depuis que je m’étais rendue à son anniversaire, j’avais l’impression d’être en apnée. Pas une seule fois, il ne m’avait adressé la parole, ou regardée depuis. Rien. Pas même du dédain. L’ignorance était, sans aucun doute, ce qu’il y avait de pire au monde pour moi. Et il le savait, le bougre. Il en avait parfaitement conscience. Il me connaissait depuis que nous  étions gamins et il savait comment me faire réagir. Même si, à mon humble avis, il n’en avait clairement plus rien à faire de moi. Mais depuis son anniversaire, plus rien n’était pareil. Clairement, j’envoyais chier tout le monde. Je ne voyais même pas que ma meilleure amie n’allait pas bien et avait besoin de moi. J’étais obnubilée par mon propre chagrin, au point de repousser les gens qui voulaient m’aider, à commencer par Ewan que j’avais carrément envoyé valser dans le mur en le repoussant hier quand il avait voulu me réconforter quelques minutes avant le début de son cours alors que nous n’étions que tous les deux. Dire que l’ambiance avait été glaciale pendant les deux heures ensuite, c’était encore en dessous de la vérité. J’avais besoin de taper dans quelque chose et, s’il ne m’avait pas rappelée à l’ordre en agissant comme un professeur et non comme mon petit ami de substitution, je l’aurais sans aucun doute pris pour un punching ball, pour le coup. Il me fallait extérioriser.

Aussi avais-je passé tout mon mercredi depuis mon cours de potion à m’occuper, les mains et l’esprit. D’abord sur le terrain de Quidditch à la fin de mes cours, à perfectionner mon lancer, maizs aussi à me défouler sur un cognard au point d’en briser une batte –oups – heureusement qu’il n’y avait eu personne pour me voir… Ensuite en faisant un bon jogging dans les allées de l’école. Mais, là encore, cela n’avait pas suffi. J’étais ensuite rentrée me doucher, espérant qu’alterner entre eau brulante et glacée suffirait à me remettre les idées en place, mais, visiblement, c’était peine perdue et rien n’y faisait.

Aussi me retrouvai-je à nouveau dehors à la nuit tombée, à errer sans but, jusqu’à apercevoir une silhouette qui m’était familière. Elle. Celle qui avait pris ma place auprès de Ricky. J’avais toujours su qu’il finirait par me remplacer avec une fille avec laquelle il partageait plus de choses. La musique, par exemple… Moi, j’avais une voix de casserole rouillée qu’on égorgerait comme un canard. Et j’étais incapable de tirer deux notes à une guitare sans casser une corde. Autant dire que ça faisait 12.000 entre moi et la musique. Et pourtant, j’adorais en écouter. Avant. Oui… Avant. Je savais que Ricky jouait de la guitare, j’avais l’air très con, cachée derrière cet arbre. Surtout que, même si j’avais perdu pas mal de poids à force de ne manger que le strict minimum pour ne pas m’effondrer et ne pas être traitée d’anorexique, il lui suffirait de se retourner pour me repérer.

Je pris donc une grande inspiration et rassemblait tout mon courage – et en cet instant, il me fallut aller le chercher très profondément en moi, tant il semblait m’avoir désertée depuis quelques jours – et sortis de ma cachette.

« Salut… Tu pourrais me dépannée d’une clope ? » demandai-je en prenant une voix neutre.

Et, surtout, en résistant avec peine à l’envie de lui arracher les yeux. Mais mon sourire crispé pouvait passer, du moins je l’espérais, pour un sourire crispé par le froid. Avec un peu de chance…


Dernière édition par Enola C. E. McKrown le Sam 20 Déc 2014 - 12:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2737
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV Enola]   Mer 12 Nov 2014 - 22:05

Ça faisait tout de même un peu de bien de se retrouver au calme. Si Emily appréciait maintenant l’ambiance du Château, maintenant qu’elle pouvait enfin faire trois pas sans se sentir menacée, elle devait bien avouer que ce n’était pas toujours facile de vivre en permanence avec les autres. Ici, se trouver un peu d’intimité était délicat puisque même dans la nuit ils étaient ensemble dans des dortoirs. Au moins, on ne se sentait pas seul et pour quelqu’un qui aime la vie en communauté, c’était très sympa. Mais Ems n’aurait pour rien au monde sacrifié ces petits moments de tranquillité. Ces petits moments où elle pouvait laisser ses pensées vagabonder, profiter un peu du silence sans toujours avoir besoin de discuter avec quelqu’un ou de se tenir d’une certaine façon. L’hiver d’ailleurs avait cet avantage de rendre les alentours de l’école bien plus déserts et de permettre aux courageux de se retrouver un peu seul face à eux-mêmes. Voilà pourquoi Emily pouvait sourire en cet instant comme une idiote, pensait à ce dont elle avait envie sans avoir à se justifier, sans avoir à craindre de devoir se lancer dans de longues explications. Seulement voilà, parfois, on se croit enfin seul et en fait, ce n’est qu’une illusion. Alors que la jeune femme était tranquillement en train de tirer sur sa cigarette, elle manqua de sursauter en entendant des bruits de pas et en voyant apparaître une silhouette. Elle ne s’y attendait pas vraiment… Mais à peine la surprise passée, un autre sentiment étrange vint s’installer en elle. Ce visage elle le connaissait. Si elle ne pouvait pas prétendre connaitre réellement la personne à qui il appartenait, elle connaissait au moins son nom ce qui suffisait largement à la mettre dans un certain état de tension. Enola. L’ex petite-amie de Ricardo. Si Emily n’avait aucune colère envers cette jeune femme, si elle n’avait aucun jugement sur cette personne, elle n’était pas sûre que ce soit réciproque. D’après ce qu’elle avait pu comprendre et observer, la jeune femme ne voyait pas forcément d’un bon œil sa relation avec Ricky. De son côté, la cracmolle ne connaissait pas vraiment les détails de leur relation ni de leur séparation et ne pouvait donc pas réellement comprendre ce qui clochait. En tout cas, lorsqu’elle lui demanda une cigarette, Ems en sortit une machinalement de son paquet et lui tendit.

« Tiens, je savais pas que tu fumais. »

C’était tout ce qu’elle avait trouvé à dire. En même temps, elle ne pouvait pas savoir si elle fumait ou non parce qu’elle ne la connaissait pas mais elle s’était sentie obligée de dire quelque chose et c’était la première chose qui lui était venue à l’esprit. Elle avait bien remarqué que le sourire d’Enola était assez étrange et la tension venait une nouvelle fois de montée d’un cran en elle. Sans trop savoir pourquoi, Emily avait comme l’impression que la situation n’allait pas être des plus calmes et que les deux jeunes femmes n’allaient pas discuter de chiffons en se contentant de sourire et de tirer quelques lattes sur leurs cigarettes. Parce que bon, Enola aurait très bien pu l’éviter ou aller demander une cigarette à quelqu’un d’autre. Si elle était venue la voir c’était sans doute pour quelque chose. L’ambiance était devenue très pesante, le calme qu’elle avait apprécié jusque là lui paraissait insoutenable. Ce silence… Emily avait la désagréable impression qu’elle devait à tout prix rompre ce fichu silence mais elle ne savait pas trop comment. Elle n’était pas contre faire la connaissance de la jeune femme mais elle craignait de dire quelque chose de travers, que ses mots soient mal interprétés et ouvrent un conflit armé. En même temps, elle ne pouvait plus supporter de rester comme ça à attendre que les secondes passent avec une lenteur insoupçonnée. Alors elle ouvrit de nouveau la bouche, cherchant à se montrer la plus amicale possible.

« C’est agréable de venir se promener ici, ça ressource même s’il faut avouer qu’il commence vraiment à faire froid. »

Parler du temps. Emily avait pu constater que c’était toujours la meilleure solution dans ce genre de cas, ou du moins celle à laquelle on pensait toujours en premier. Cela évitait de s’engager dans n’importe quoi pouvant porter à débat, cela permettait de se concentrer sur des choses assez simples et prier pour que la conversation s’enchaîne ensuite de manière simple et cordiale. Pourtant, Ems avait dû mal à se convaincre que cela allait rester ainsi. Cela se voyait d’ailleurs à sa manière de fumer. Elle avait tiré si fort sur sa cigarette que cette dernière s’était consumée bien plus vite qu’à la normale et était déjà presque terminée. Dommage, cela lui permettait de se donner un peu de contenance, d’avoir l’air un peu moins chamboulée face à tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV Enola]   Sam 20 Déc 2014 - 23:41



Le calme avant la tempête

Emily Anthon & Enola C. E. McKrown

Mercredi 3 décembre, fin d'après midi

« Tiens, je savais pas que tu fumais. »

Il y a beaucoup de choses que tu ignores sur moi... songeai-je en prenant la cigarette qu'elle me tendait.

"Merci", répondis-je simplement avant de sortir un briquet de ma poche.

Si je n'avais pas de clopes sur moi, j'avais toujours un briquet. Je n'étais pas une fumeuse régulière, seulement occasionnelle. Je pouvais donc me passer de clopes pendant des jours, des semaines, des mois. Mais en cet instant précis, face à cette fille précise, j'avais absolument besoin de nicotine. Contrairement à la cracmolle en face de moi, cependant, je prenais mon temps pour la fumer et je ne prononçai pas un mot. Je sentais bien la tension, plus que palpable entre elle et moi, et je m'en délectais. Après tout, n'était-elle pas la fille qui m'avait pris le garçon que j'aimais? Je crispai le poing sur mon briquet dans la poche de ma veste.

« C’est agréable de venir se promener ici, ça ressource même s’il faut avouer qu’il commence vraiment à faire froid. »

Euh... Et sinon, tu sais dire des choses intelligentes? Non mais qu'est-ce que Ricky avait bien pu lui trouver à cette fille? Etait-ce juste parce qu'elle était visiblement métisse, elle aussi? Qu'elle était bien roulée et qu'elle chantait bien - contrairement à moi pour ce dernier point? Ou bien était-il devenu lui aussi le dernier des idiots?

"En même temps, on est en décembre..." répliquai-je sur le ton de la conversation.

En moi-même, je ressassai ce qu'il s'était passé deux semaines plus tôt. Le regard de pur dégoût / haine qu'il m'avait jeté. Tout ça, à cause d'elle... Bon. Concrètement, je n'étais pas d'humeur à faire la conversation. Je me tournai de façon à faire face à la cracmolle et assenai:

"Alors comme ça, c'est toi la copine de Ricardo. Maintenant..." commençai-je.

Fini, le ton de la conversation. Ma voix était définitivement aussi froide que le pôle sud. Mes envies de meurtre sur la jeune fille très présentes dans mon esprit maintenant que j'avais commencé à laisser sortir ce qui m'empoisonnait l'existence depuis de longs mois maintenant.

"Mais tu sais... C'est par dépit qu'il s'est tourné vers toi... Il se détournera dès qu'il se sera lassé."

Et il me reviendra? C'était ce que j'espérais, tout en sachant pertinemment qu'il en faudrait bien plus. Je ne savais pas s'il avait ouvert le cadeau que je lui avais offert pour son anniversaire. Sans doute que non, le connaissant. Sinon, il me l'aurait déjà renvoyé. D'un autre côté, peut-être le gardait-il juste pour que je doute, mais cela ne lui ressemblait pas. Il n'était pas vicieux. Il était probable qu'il l'ait oublié dans un coin et cette idée me fit serrer encore un peu plus le poing dans ma poche alors que je tirai une latte sur la cigarette avant de l'avaler puis de la souffler à mon expiration suivante. Mine de rien, la nicotine, ça faisait du bien.

"Ca fait combien de temps, que vous êtes ensemble?" demandai-je.

Je craignais sa réponse, quelle qu'elle soit. Je craignais qu'il n'ai commencé à la voir lorsque j'étais enfermée. Je craignais qu'il n'ait commencé à la voir qu'à la rentrée, après qu'Ewan ait tenté de me consoler de son départ pour rejoindre une de ses amies. Je souffrais toujours qu'il ne m'ait pas proposé de l'accompagner, qu'il m'ait à ce point rejetée alors que j'avais besoin de lui, que je peinais à me retrouver moi-même. M'étais-je retrouvée? Non. Je n'étais plus que l'ombre de moi-même, et j'en avais parfaitement conscience. Mais à part le récupérer, à part trouver un moyen d'attirer son attention, je ne savais pas comment me retrouver.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2737
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV Enola]   Dim 28 Déc 2014 - 12:36

Emily était tout à fait concentrée. Ne pas céder à la colère ou à la panique, rester parfaitement calme et prendre les éléments un à un. Tel était son plan d’attaque. Comme beaucoup de monde et d’autant plus comme personne un peu jalouse, Ems avait tendance à ne pas apprécier les exs de ceux qu’elle fréquentait. Bien sûr quand elle pensait à Enola elle était un peu en colère, par peur sans doute, peur d’être inférieure, peur de la voir repartir à l’attaque et tenter de reconquérir Ricardo. Mais même si dans son esprit elle pouvait se convaincre qu’elle ne l’aimait pas, quand elle l’avait en face c’était différent. La jeune femme avait une fâcheuse tendance à trop apprécier les gens. Elle qui avait décidé de ne plus avoir de préjugés sur personne et de chercher à connaitre les gens avant de les juger, avait finit par s’habituer de partir avec toujours un a priori positif. Aussi, quand la demoiselle s’était retrouvée en face d’elle, elle n’avait pas ressenti de colère ou d’envie. Non elle craignait juste que la situation dérape alors qu’elle aurait préféré discuter simplement. Alors bien sûr elle n’était pas très à l’aise et ne se voyait pas faire de la rouge sa nouvelle meilleure amie. Mais par contre elle ne pensait plus à tout le ressentiment qu’elle aurait pu avoir. Non elle voyait devant elle une personne à part entière et non simplement l’ancienne petite amie de Ricardo. Mais apparemment, Enola ne voyait pas du tout les choses sous le même angle. Alors qu’Emily avait foncé tête baissée dans sa discussion météorologique en espérant que cela permette de lancer la conversation, elle avait connu un violent retour de flamme. La réponse de sa camarade semblait simplement destinée à pointer du doigt son idiotie, oui à la faire passer pour la dernière des idiotes. L’écossaise se crispa mais ne répondit rien. Elle ne voulait pas de conflits. Cela ne ferait qu’emmerder Ricardo, cela ne ferait que compliquer la situation. Non surtout pas de conflit. Malheureusement Emily n’était pas connue pour son sang froid et elle savait que si la jeune femme continuait dans cette voie là, elle ne parviendrait pas à se retenir longtemps.

La cracmolle était donc en train de se creuser la tête pour trouver un moyen de désamorcer la situation. Trouver un sujet de conversation, n’importe quoi qui ferait dériver Enola et permettrait à leur échange de rester cordial et de se terminer rapidement pour qu’elle puisse s’enfuir. Mais alors que la jeune femme finissait sa cigarette et la mettait dans un petit cendrier qui se trouvait dans sa poche, Enola décida de choisir elle-même le tour de la conversation. Et sa première phrase était significative. Emily releva alors lentement la tête vers Enola, son regard laissant entendre qu’elle cherchait à savoir où elle voulait en venir. Et elle ne tarda pas à le savoir. Voilà que la rouge lui disait que Ricky aurait vite fait de se lasser d’elle et qu’il ne l’avait choisie que par dépit. Sur le coup, Ems resta complètement buguée. Elle venait sérieusement de lui dire ça ? C’était quoi ce vieux processus de vengeance ? Elle cherchait à faire du mal à l’écossaise parce qu’elle s’était faite plaquée, s’était bien ça ? Ems avait bien du mal à le croire. Elle aussi pouvait être très jalouse et possessive. Elle aussi pouvait haïr des gens sans fondement, sans logique quand les sentiments étaient impliqués. Mais de là à aller leur cracher son venin à la figure… Non en général elle gardait sa haine pour elle, comme défouloir interne. Ems ne savait plus quoi répondre, que faire face à ça quand une autre question tomba. Depuis combien de temps ils étaient ensemble ? Sérieusement ? Cette fois, elle allait craquer.

« C’est quoi ton problème ? Nan parce que là franchement faut que tu m’expliques. Je ne te donnerai pas de détails sur ma relation, ça ne te regarde pas et surtout vu comment tu oses me parler. Mais sache une chose, je suis pas une salope, quand je me suis mise avec Ricardo, vous n’étiez plus ensemble alors garde ton venin pour quelqu’un d’autre. »

Respire Emily, respire. Si son ton de voix était sec, elle n’avait pas encore commencé à crier, ce qui était déjà pas mal. Avec son tempérament explosif, la jeune femme n’était pas du genre colère froide. Non elle était plutôt du genre à exploser en plein vol, à hurler à plein poumon avec un débit des plus impressionnants. D’ailleurs elle avait déjà commencé à parler un peu plus vite que la normale sous le coup de la colère. Il faut dire que dans son esprit c’était un peu le bordel. Tout se bousculait : l’incompréhension, les envies de meurtre… Elle n’arrivait toujours pas à se remettre des paroles d’Enola. Comment pouvait-elle ainsi lui dire que Ricky l’avait choisi par dépit ? Elle considérait donc que la jeune femme n’était qu’une fille de seconde zone et qu’elle bien sûr, était au-dessus de la mêlée ? C’était possible de se comporter ainsi ? Qu’Enola soit en colère contre Ricardo, elle pouvait le comprendre. On déteste facilement celui qui nous laisse tomber quand on a encore des sentiments, car c’était clairement ce que son discours laissait comprendre. Mais même si Ems n’avait pas tous les détails de leur rupture elle savait une chose : Ricardo était quelqu’un de réglo et surtout, elle elle n’avait rien à voir avec tout ça…

« Je connais pas les détails de votre rupture et ça me regarde pas. Peut être que tu souffres, je veux bien le comprendre mais j’y suis pour rien. C’est pas à cause de moi que vous avez rompu. Apprends à te regarder en face et à gérer seule tes problèmes au lieu de toujours chercher un responsable. »

Ça c’était pas forcément très cordial. Emily en avait conscience mais la colère commençait à monter en elle. A vrai dire elle aggravait son cas toute seule. A force de tourner et retourner les paroles d’Enola, de réfléchir sur ce qu’elle venait de dire, elle ne faisait que s’énerver d’avantage. Ce n’était pas une bonne chose, elle aurait mieux fait de s’en aller, de fuir cette conversation qui serait de toute façon stérile. Mais Emily était incapable de ça. Elle se sentait blessée, attaquée et elle avait besoin de répondre, de faire comprendre à cette fille qu’elle ne pouvait pas parler ainsi même si ce serait sans doute vain. Ricardo allait devenir dingue s’il apprenait cette discussion et cette idée aurait dû lui suffire à se convaincre qu’il fallait partir. Mais non. Trop de colère. Elle allait exploser si Enola refaisait une seule remarque du genre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV Enola]   Mer 11 Fév 2015 - 10:32

Le calme avant la tempête

Emily Anthon & Enola C. E. McKrown

Mercredi 3 décembre, fin d'après midi

Quelle était la recette du meurtre parfait ? Comment faire pour la tuer sans que l’on puisse remonter jusqu’à moi, sans, surtout, que Ricardo ne comprenne que c’était moi qui l’avais fait ? Comment me débarrasser d’elle ? Comment faire oublier jusqu’à son existence au Serpentard ? Telles étaient les questions qui me passaient par la tête alors que je me retrouvais face à elle et que je cherchais à la faire craquer pour avoir une raison de me défouler physiquement sur elle. Et bordel, pourquoi gardait-elle encore le contrôle d’elle-même !

« C’est quoi ton problème ? Nan parce que là franchement faut que tu m’expliques. Je ne te donnerai pas de détails sur ma relation, ça ne te regarde pas et surtout vu comment tu oses me parler. Mais sache une chose, je suis pas une salope, quand je me suis mise avec Ricardo, vous n’étiez plus ensemble alors garde ton venin pour quelqu’un d’autre. »
« Quand on était plus ensemble, hein ? A quel moment ? La première rupture ? Ou quand j’ai passé 2 mois enfermée dans les cachots à me faire torturer parce que j’étais clairement de votre côté à vous ? Ou alors c’est de ta faute s’il est parti cet été alors qu’on était entrain de se retrouver ? C’est à cause de toi qu’il m’a plantée comme une conne chez ma mère ? C’est ça ? »


Mon ton à moi était loin de rester calme, bien au contraire. Il montait dans les aigus, et il était clair que j’étais à la limite de sombrer dans l’hystérie. Ewan avait beau faire tous les efforts du monde, il n’était pas et ne serait jamais Ricardo. Mon cœur, mon âme, mon corps appartenaient au vert, même s’il n’en voulait plus.

« Je connais pas les détails de votre rupture et ça me regarde pas. Peut être que tu souffres, je veux bien le comprendre mais j’y suis pour rien. C’est pas à cause de moi que vous avez rompu. Apprends à te regarder en face et à gérer seule tes problèmes au lieu de toujours chercher un responsable. »

Je m’étais jurée de ne pas être celle qui lèverai la main sur l’autre en premier. Mais la dernière phrase prononcée par la cracmolle fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Mon bras quitta le long de mon corps et ma main atterrit doigts écartés sur la joue de la fille en face de moi.

« Ne me dis jamais plus ce que je dois faire, petite conne. Et ne me juge plus jamais. »

Mon ton était redevenu glacial, et j’assumai parfaitement mon geste – pour l’instant – à dire vrai, je n’avais qu’une envie, recommencer. Encore, et encore, et encore, jusqu’à ce que je sois vidée de toute énergie.

« Tu n’es rien. Tu n’es là que parce qu’ils t’ont enlevée au départ. »

C’était mesquin, et je le savais. Tout comme je savais que, dans d’autres circonstances – s’il n’y avait pas Ricardo entre nous deux – nous aurions pu être amies. Parce que de ce que je pouvais apercevoir d’elle, nous étions un peu le même genre de fille, Killian, elle et moi. Mais il y avait le portugais entre nous. Et c’était un fossé qui ne se comblerait jamais.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2737
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV Enola]   Mer 11 Fév 2015 - 21:01

Cette fille était un cauchemar. Voilà tout ce que pensait Emily alors qu’elle se tenait en face d’elle. Elle était complètement sidérée. Certes la jeune femme avait été très possessive dans le passé (elle avait fini par se calme en arrivant ici, avec Cameron notamment), mais là ça dépassait son entendement. Certes, elle aussi aurait pu haïr la nouvelle copine d’un ex mais jamais elle ne serait venue lui cracher son venin à la gueule sauf si cette dernière était venue la chercher. Emily pouvait être insupportable, colérique, mais elle ne voulait pas faire de mal aux autres gratuitement. Elle savait à quel point cela pouvait être douloureux de se retrouver ainsi, coincée, à être détestée pour des choses qu’on ne contrôle pas, pour des fautes qui n’en sont pas. Mais Enola semblait être à des kilomètres de tout raisonnement logique. Cette fille était animée par la colère et la haine, rien de plus. Oui partir était sans aucun doute la meilleure chose à faire. Elle attendait juste qu’elle comprenne. Mais apparemment c’était peine perdue. Lorsque la rouge insista pour savoir quand Ems et Ricky avaient commencés à se fréquenter, l’asiatique eut tout simplement envie de rire. Elle était sérieuse là ? Elle était vraiment en train de se placer en victime ? Et cette façon qu’elle avait eu de parler de « leur » côté ? Alors elle faisait partie de ce genre de personnes qui se disent rebelles mais qui tournent le dos à une cause, se désolidarise dès qu’une personne les déçoit ? En tout cas c’était l’impression que ça donnait. Et puis elle croyait sincèrement être la seule à avoir souffert ? Enfin ce qui l’amusait le plus, c’était qu’elle savait très bien pourquoi Ricardo l’avait laissée cet été là, pour Julian. Ems n’avait pas forcément d’atomes crochus pour la rousse mais elle respectait l’amitié qu’entretenaient ces deux là. Ils avaient un lien fort, particulier, et si à la place d’Enola elle aurait sans doute été déçue et vexée sur le coup, elle comprenait qu’il ait dû partir pour sauver sa meilleure amie qui était plongée dans une sphère autodestructrice. Décidément, Enola et elle n’étaient pas sur la même longueur d’ondes et elles ne risquaient pas de s’entendre…

Aussi, alors qu’Emily venait de dire ces quatre vérités à Enola, elle n’attendait plus qu’une réponse de sa part pour pouvoir lever le camp. Erreur fatale. Sans qu’elle ne s’y attende, la jeune femme se prit une gifle. Elle écarquilla alors les yeux, complètement sidérée. Sérieusement ? Elle voulait jouer à ça ? C’est facile de faire la caïd ma grande, mais moi j’ai grandi en partie dans la rue alors si tu veux vraiment te battre à main nue, je vais te laminer. Ems releva doucement la tête, jetant un regard assassin à Enola qui venait en plus de la traiter de petite conne. Alors ça c’était la meilleure. Du moins c’était ce qu’elle croyait. Voilà qu’elle en rajoutait une couche en la traitant de sous-merde, en gros, parce qu’elle avait été amenée au Château par les Supérieurs. Cette fois, Emily éclata de rire, un rire sinistre.

« Je croyais que tu étais une gentille petite rebelle qui avait souffert pour protéger les gens comme nous ? Et voilà que maintenant je ne suis plus rien parce que je ne suis pas une sorcière ? Tu es minable et ne me dis pas de pas te juger. Tu oses me reprocher mon sang tout ça parce qu’un mec t’as larguée. Tes convictions sont bien fragiles. »

Etrangement, Emily avait plus ou moins réussi à garder son calme. Alors certes son ton était cynique, tous ses muscles étaient crispés mais elle n’avait pas encore crié. Elle qui pourtant était connue pour ses coups de sang, elle qui pourtant était capable de frapper quelqu’un avec ses poings jusqu’à ce qu’on l’arrête. Là elle se retenait. Pour Ricardo. Parce qu’il avait tenu à cette fille. C’était la seule chose qui la retenait de lui mettre son poing dans la figure, de la détruire. Elle en mourrait d’envie pourtant et irait se défouler dans une salle d’entraînement après ça.

« Et tu crois franchement être la seule à avoir souffert ? Tu as lâché Ricardo parce qu’il venait au secours de sa meilleure amie. Mais non, y’avait que toi qui comptais, ta petite personne et tes souffrances, le reste t’en avais rien à foutre. Et là encore, tu aimerais que je m’incline devant toi parce que tu as passé deux mois aux cachots ? Je doute pas qu’ils t’en ont fait baver mais ça marche pas avec moi. J’ai passé presque 10 ans à être torturée à cause du sang qui coulait dans mes veines. Et pourtant je le hurle pas sur tous les toits, je blâme pas les gens qui n’ont rien fait et surtout, je me sers pas de ça pour attirer la pitié des autres. Tu me files la gerbe et la seule chose qui me retient de pas t’en mettre une c’est le respect que j’ai pour Ricardo. »

Les propos d’Emily par contre étaient extrêmement violents. Ricardo ne serait sans doute pas d’accord avec ça mais elle ne pouvait pas rester silencieuse. Cette fille avait osé la gifler, avait osé lui rappeler son statut de cracmolle tout ça pour que sa relation avec le vert paraisse moins légitime. C’était tout simplement honteux. Et ça la blessait. Ems avait tout fait pour se reconstruire une vie après le départ des Supérieurs, pour faire de ce Château sa maison. Cette fille essayait de lui ôter ça et ça lui donnait envie de vomir. Elle n’arrivait pas à croire qu’une fille qui les aurait défendus se mettait à tenir ce genre de discours. Comme si jamais elle ne pourrait avoir sa place ici. Pourquoi fallait-il toujours qu’il y ait des gens pour révéler la face la plus écœurante du monde ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV Enola]   Jeu 26 Fév 2015 - 14:12

Le calme avant la tempête

Emily Anthon & Enola C. E. McKrown

Mercredi 3 décembre, fin d'après midi
Je n’étais pas dans mon état normal. Si je l’avais été, je n’aurais jamais agi comme ça. J’étais impulsive, mais pas gratuitement méchante. D’autant qu’au fond, je n’avais rien contre elle en dehors du fait qu’elle sortait avec l’homme que j’aimais. La cracmolle avait raison de me balancer mes quatre vérités. Mais je n’étais pas en état de les entendre. Je m’enfonçais de plus en plus dans une dépression que je refusais de voir.

« Je croyais que tu étais une gentille petite rebelle qui avait souffert pour protéger les gens comme nous ? Et voilà que maintenant je ne suis plus rien parce que je ne suis pas une sorcière ? Tu es minable et ne me dis pas de pas te juger. Tu oses me reprocher mon sang tout ça parce qu’un mec t’as larguée. Tes convictions sont bien fragiles.
- Ton sang, j’en ai rien à branler. Le problème, c’est toi… »


Le chagrin et la rage que je ressentais me rendaient particulièrement vulgaire, mais je n’y prêtais pas attention, bien au contraire. J’étais dans un état second. Pour un peu, on aurait pu penser que j’avais abusé sur les drogues avant de venir à sa rencontre. Je commençais à la pousser pour la titiller et l’amener à répondre à la gifle que je lui avais donnée.

« T’es moche, conne… Tout ce que tu as pour toi, c’est que tu chantes pas trop mal et que tu es exotique. Pour le reste… Tu es fade, sans saveur et vulgaire dans ta façon de t’habiller et de te déplacer. Tu manques clairement de classe… »

Non pas que j’avais beaucoup plus de classe moi-même, j’étais un véritable garçon manqué. Et sur ce coup, elle avait plus de classe que moi. L’argument que je venais d’avancer était stupide et mesquin, mais je l’étais trop moi-même en cet instant pour m’en rendre compte.

« Et tu crois franchement être la seule à avoir souffert ? Tu as lâché Ricardo parce qu’il venait au secours de sa meilleure amie. Mais non, y’avait que toi qui comptais, ta petite personne et tes souffrances, le reste t’en avais rien à foutre. »
-  Je ne l’ai pas lâché ! »
hurlai-je. « C’est lui qui est parti, sans m’expliquer alors que moi aussi, j’avais besoin de lui. Il me l’aurait demandé, je serais partie AVEC lui !
 - Et là encore, tu aimerais que je m’incline devant toi parce que tu as passé deux mois aux cachots ? Je doute pas qu’ils t’en ont fait baver mais ça marche pas avec moi. J’ai passé presque 10 ans à être torturée à cause du sang qui coulait dans mes veines. Et pourtant je le hurle pas sur tous les toits, je blâme pas les gens qui n’ont rien fait et surtout, je me sers pas de ça pour attirer la pitié des autres. Tu me files la gerbe et la seule chose qui me retient de pas t’en mettre une c’est le respect que j’ai pour Ricardo.
- T’es juste une pourriture à te cacher derrière lui ! Tu veux m’en mettre une ? Vas-y, fais-le ! Combattons à armes égales ! »


Ces derniers mots firent sauter les dernières digues de contrôle sur moi-même que je possédais encore et je me jetai littéralement sur elle, toutes griffes dehors : commençant à lui tirer les cheveux et à vouloir la griffer au visage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2737
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV Enola]   Ven 27 Fév 2015 - 11:01

Emily n’aurait jamais pensé que la situation puisse atteindre de tels sommets. La jeune femme se doutait bien qu’une confrontation avec Enola ne serait sans doute pas facile mais de là à ce qu’elle se transforme ainsi en personne stupide, empli de haine et incapable de raisonner deux secondes. Jamais la cracmolle n’aurait pu envisager une telle chose ? Le problème c’était elle ? Bah voyons ! Ems était prête à parier qu’elle aurait agi de la même façon qu’importe la personne qui se serait trouvé en face d’elle. Cette fille était jalouse, possessive mais surtout hargneuse. L’écossaise avait aussi eu de grandes tendances à la possessivité alors d’un coté elle pouvait comprendre mais pas complètement. Elle n’arrivait pas à saisir ce déchaînement de haine, cette volonté affichée de la faire souffrir, de lui faire du mal, de l’enfoncer plus bas que terre. C’était absurde, violent. Stupide aussi. Surtout lorsque la sorcière se mit à la critiquer sur son physique et sa façon d’être. Emily ne pu s’empêcher de rire nerveusement en entendant cela. Décidément, elle arrivait encore à la surprendre, à atteindre des sommets alors qu’elle pensait qu’elle ne pouvait pas faire mieux. Elle méritait sans doute une médaille pour ça parce que franchement, elle était douée… La jeune femme avait l’impression de se retrouver à la maternelle. Enola se comportait comme une gamine, une gamine qui faisait un caprice et qui ne trouvait rien de mieux à faire que de hurler et de s’agiter dans tous les sens pour attirer l’attention. Ems avait tenté, à sa façon peu diplomate certes, de lui faire entendre raison. Bon il fallait bien avouer que cela devait être perdu d’avance vu la façon dont elle lui parlait mais quand même. Après tout certaines personnes avaient juste besoin d’être un peu secouées pour entendre raison. Mais apparemment ce n’était pas la bonne technique. Enola se remit à crier puis elle en vint à la traiter de pourriture et à lui demander de se battre à armes égales.

« Sérieusement… ? »

Ce fut tout ce que la cracmolle eut le temps de dire. Avant même qu’elle n’ait le temps de réaliser la portée des propos d’Enola, avant même qu’elle n’ait le temps de lui faire réaliser qu’elle était en train de péter un plomb, la jeune femme se jeta littéralement sur elle tenta alors de la griffer, de lui tirer les cheveux. Au début, Ems fut juste médusée. Elle était vraiment en train de chercher à se battre contre elle ? Comme une furie en plus ? Cette fois s’en était trop. Ems voulait bien limiter les dégâts, voulait bien se retenir mais il ne fallait pas charrier non plus. Alors qu’elle sentait des ongles s’attaquer à sa jouer, Emily releva rapidement le genou pour donner un coup à Enola dans l’estomac et la repousser par la même occasion. Elle aurait pu s’arrêter là mais pour le coup, elle était vraiment énervée. Aussi, elle profita de cette distance pour faucher la jeune femme d’un coup de pied dans les jambes et ensuite abattre son talon dans le ventre avec un kakato geri. Au moins, comme ça, elle ne viendrait pas la chercher. Ems avait tout de même essayé de contrôler un minimum sa force (de toute façon avec son poids plume elle n’avait pas non plus une puissance extrême) de façon certes à lui faire mal mais pas de manière démesurée. Elle jeta alors un regard assassin à son adversaire.

« Soyons clair ne t’approche plus jamais de moins. Je t’empêcherai pas de voir Ricardo parce que contrairement à toi je ne suis pas une connasse. Mais ne cherche même pas à m’adresser la parole. »

Sur ce Emily s’en alla d’un pas décidé. Elle bouillait de colère et ce petit combat n’avait pas suffit à la détendre. Elle avait envie de frapper partout, de défoncer quelque chose sur son passage. Et vite. Aussi, la demoiselle se mit finalement à courir et se rua dans la salle qui servait aux entraînements de self-defense. Elle trouva son bonheur. La jeune femme se défoula sur des punching ball, frappant de toute cette force, pieds, poings, cela n’importait pas, elle frappait. Elle n’en revenait pas de ce qui venait de se passer. Quand allait-elle enfin avoir la paix ? Quand pourrait elle mener sa vie tranquillement sans que qui que ce soit ne vienne s’en mêler ? Ems n’en pouvait plus d’être jugée, d’être emmerdée par des gens qui se pensaient supérieur à elle. Elle n’était pas un canon de la beauté ? Elle s’en foutait. Elle était une erreur pour le monde magique ? Et alors ! Elle vivait, elle respirait, elle avait une âme et un cœur. Les gens devaient finir par comprendre ça, par l’accepter. Ou alors elle leur ferait rentrer dans le crane comme elle rentrait ses poings dans le punching ball… Après s’être épuisée à frapper, Emily décida de monter sur les toits et d’aller se griller des clopes là-haut. Seule. Elle avait envie de voir Cameron, elle avait envie de partager avec lui ce sentiment d’injustice.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le calme avant la tempête [PV Enola]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le calme avant la tempête [PV Enola]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le calme avant la tempête [Intrigue 8]
» Le calme avant la tempête [PV Enola]
» Le calme avant la tempête. [Solan & Luka]
» Le calme avant la tempête
» Le calme avant la tempête ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Outside :: Le Parc de l'Ecole. :: ─ Potagers.-
Sauter vers: