AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le chevalier à la toison d'or - Keane.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2158
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Le chevalier à la toison d'or - Keane.    Mer 22 Oct 2014 - 14:04


Le chevalier à la toison d'or
Keane & Kezabel


Lundi 8.12 - 18 heures.
J’ouvre un œil, un deuxième et lorsque mon cerveau s’extirpe doucement d’une brume opaque…

« Noon…. Pas le Lundi..hmf »

Je fourre ma tête sous l’oreiller en laissant échapper un gémissement grognon. Autant dire que je n’ai pas envie de me lever, ni d’aller en cours, ni de quoi que ce soit en vérité. Je suis juste lassé sans raison particulière. Quel jour on est ? Lundi 8 Décembre. Et dans une semaine ce sont les vacances. Qui dit vacances, dit famille, dit Ski et dit Riley. Et là, le sourire revient. Il me tarde d’y être et de retrouver les bras de papa, la bêtise et le rire d’Adam, la poudreuse, les Skis et de voir ma meilleure se gameller dans la neige. A peu près cinq moi que je connais Riley et j’ai la sensation de la connaitre depuis toujours, comme si elle et moi, c’était aussi évident et simple qu’un levé du Soleil.

« Bon quand faut y aller… »

Je m’extirpe du lit, frissonnante. Je fouille dans ma valise en me disant qu’il faut sincèrement que je pense aux cadeaux de Noël ... un tour au chemin de traverse s’impose pendant les vacances. Pour Riley j’ai ma petite idée et je n’hésiterais pas à taper dans mes économies pour offrir ce que j’ai en tête. Pour Adam, même chose … mais pour papa... c’est toujours le même problème. Combien de fois nous nous sommes retrouvés avec Adam, dans la même chambre à établir un plan de guerre pour trouver un cadeau d’urgence ? J’en souris à ce souvenir … La Réunion de Crise chez A&K sera de nouveau de la partie cette année. J’aime Noël, j’aime son ambiance, cette magie qui lui est propre. La mort de maman a brisé cet élan de joie de ma part, j’ai refusé durant deux années entières de le fêter jusqu’à ce que je me fasse une raison : Maman n’aimerait pas ça. C’était un moment privilégié en famille, elle aurait aimé que nous continuions, en pensant à elle. Malgré que la date approche… j’ai tout de même hâte de retrouver les deux hommes de ma vie.

Douche bien chaude, vêtement bien chaud et c’est partie pour le p’tit déjeuner. Je croise Riley, discute avec elle, déjeune avec Harry que j’embrasse tendrement à la sortie de la grande salle. J’essaie au maximum de partager mon temps entre lui et Riley car il est pour moi inconcevable que, sous prétexte que j’ai désormais un petit ami, Riley soit exclue de ma vie ou mise de côté. Je ne sais pas si j’y réussi mais je passe autant de temps avec l’un que l’autre. L’équilibre, c’est important ! C’est ça, va te coucher Keza, ça vaudra mieux …

Je me dirige vers le premier cours, c’est-à-dire : DFCM … autant dire que pour démarrer la semaine de manière électrique, il n’y a pas mieux. Je croise Mateo qui affiche un air endormi… Tu m’étonnes, ce type passe son temps à faire la fiesta le weekend et d’ailleurs, nous avons eu le droit à une sacrée démonstration Vendredi… Jamais je n’ai vu Enzo si… Si… libéré ? Non, enjoué, heureux, vivant. C’était bon de le voir comme ça mais Vargas a décidément un problème d’égo que Riley s’est chargé de lui replacer là où il faut. OUAIS ça c’est ma meilleure amie, tee-shirt en l’air, elle lui a montré qu’elle aussi elle a du cran. L’image presque vexé de Vargas restera à jamais un moment mémorable.

Le cours commence, sort de défense en pratique comme d’habitude. J’ai eu le bonheur de projeté à mainte reprise Mateo contre un bureau, un mur ou un placard grâce à l’Everte Statis.

« Je vois qu’on a plus d’ego que de réflexe, flambeur.
- Tu te trompes Hasting, j’essaie juste de te donner l’espoir que tu es capable de faire quelque chose sans être une fiotte.
- Oooh Monsieur est blessé dans son estime parce qu’il s’est fait battre par une fille ?
- C’est ça, cause toujours. »

Il lève les yeux au ciel et s’échappe du cours à la sonnerie. Si je ressens une satisfaction personnelle ? Presque, Mateo est vraiment un homme qui a besoin d’être remit à sa place mais aussi de revoir son jugement machiste. Ce qui m’énerve le plus c’est de me dire que peut-être, il pourrait être sympa s’il y mettait un minimum de forme et d’effort. La preuve, même Enzo à l’air de bien s’entendre avec lui, c’est qu’il devait y avoir une raison non ? Ou alors, c’est physique. On s’aime pas et voilà, fin de l’histoire.

Sortilèges. SACM pour un bon bol d’air et Histoire de la Magie pour la sieste… Non, en vrai le nouveau prof est assez magnétique et presque flippant pour que l’idée de dormir ne me vienne même pas à l’esprit. Je réfléchis à ce soir et à ce que j’ai à faire. Je me demande ce que je veux faire plus tard… Et je me dis qu’il serait bien que je me bouge les fesses pour aller voir Katherine. Oui, voilà. C’est ce que je vais faire en sortant de cours… Ah bah maintenant en fait. Je passe la porte, regarde Harry partir et hausse les épaules. De toute manière, je compte rejoindre Riley si elle veut bien de moi, pour faire nos devoirs et faire les folles, comme d’habitude. D’ailleurs, ça serait bien que j’fasse un ami à Jean-Charles… il faudrait que je demande à Mr Gabrieli s’il veut bien. Comme ça, ils s’occuperont quand Riley et moi seront ensemble et oui, ça fait très bizarre dit comme ça mais…

« Oh put… »

Mon corps s’étale sur le côté, droit sur le pavé et je ne peux m’empêcher de lâcher une exclamation de douleur. Douleur qui me traverse la cheville comme si un éclair y était coincé à l’intérieur avec un chauffage qui ne s’arrête pas. Perdu dans mes pensées j’ai loupé les trois dernières marches de l’escalier… comme une imbécile de première que je suis !

Je m’assoie, un peu sonnée, ne remarquant aucune douleur à part celle qui me vrille la cheville. Mon sac s’est écrasé deux mètres plus loin et à vrai dire je m’en fou. A demi-assise, je me tiens l’articulation, grimaçante de douleur. J’ai chaud, les larmes au bord des yeux et la tête qui tourne un peu. Je soulève le bas de mon jean … Ma cheville gonfle à vue d’œil. Mon dieu … j’ai une patate qui nait sous ma peau !! Je n’ai pas remarqué le petite monde autour de moi, me demandant si ça va et je n’ai pas non plus remarqué les boucles blondes, posté devant moi. Enfin, du moins, jusqu’à maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Le chevalier à la toison d'or - Keane.    Dim 26 Oct 2014 - 15:25

Lundi 8 décembre,

AAAAHHHHHHH, je vais en rettaaarrrddddd, j'vais me faire tuer par Rivers. Où est ma baguette ? Ou elle est ? Petite, petite, petite, viens voir papa. mais la baguette ne semblait pas vouloir réapparaître. Alistair tu ne saurais pas où elle est ? Heureusement il la trouva enfin enfouie sous ses draps au fin fond de son lit. Il était heureux, mais il n'avait pas le temps d'aller petit déjeuner s'il ne voulait pas être en retard dans le cours de défense contre les forces du mal. Il se mit donc à courir et arriva pile à l'heure mais l'estomac creux. Si ce premier cours, il arrivait à être à peu près concentrer tout le long, celui de sortilège, il passa plus de temps à grogner contre son ventre qui gargouillait de faim, et à bailler. Fin du cours, il se lève dans la précipitation et hurle un bon gros MMMAAANNNGGGGGEERRRRRRR !!! Bon, ses camarades de classes devaient être habitués, la plupart ne devaient plus faire vraiment attention à ce genre de comportement. Peut-être que quelqu'uns poussèrent un soupir exaspéré mais Crawley ne les entendit pas, il s'était déjà carapaté très rapidement vers la grande salle. Son estomac criait famine, et il était certain qu'il aurait pu manger un hypogriffe entier !

La suite de la journée se passa à peu près comme toutes les semaines. Adorant les cours de soins aux créatures magiques, il arrivait à participer aux cours qu'il trouvait intéressants, il arrivait à ne pas être trop déconcentrer, mais dés qu'il se retrouvait l'heure d'après en histoire de la magie, il comatait pendant deux heures. La voix du prof était un parfait somnifère, de temps en temps il arrivait à écrire quelques phrases sur son parchemin mais le reste du temps il regardait le plus souvent les mouches passer ou alors avait de petites absences; pas bien grave, il pouvait toujours "copier" les notes sur quelqu'un de sa maison une fois le cours fini ! Crawley avait du mal à comprendre ce que ça pouvait faire de connaître l'histoire entière de la magie.... Pour lui ça ne servait à rien. Il avait dû à moitié s'assoupir car un petit coup de coude d'un de ses camarades le fit réaliser que le cours venait de se finir. Après avoir rassemblé ses affaires il se leva pour quitter la salle, il avait descendu les marches rapidement et deux par deux, lorsqu'il y eut devant lui un bruit de chute ainsi qu'une injure qui laissait penser que quelqu’un s'était fait mal. Il se dépêcha pour aller ce qui se passait et surtout si cette personne n'avait pas besoin d'aide ! Enfin il n'aiderait pas n'importe qui, si c'était Tveit par exemple (pitié que ce soit lui) il ne bougerait pas le petit doigt et savourerait certainement le spectacle ! Malheureusement ce n'était pas cette brutasse, mais quelqu'un de la maison de Hufflepuff et plus précisément Kezabel. Il n'aimait bien, il la trouvait drôle et gentille !


Poussez-vous. OUST !! OUST ! De l'air !! Elle a besoin d'air !! Allez ppcchhhttttttt on dégage il n'y a rien à voir.

Et voilà que boucle d'or était en train de chasser les petits curieux. Une fois que la plupart des élèves étaient partis à d'autres occupations, il se retourna vers sa camarade de classe et s'assit en face d'elle pour regarder sa cheville.

Pas beau ! Vraiment pas beau ! Il faut que tu ailles à l'infirmerie là Kezabel !

Il réfléchit, mais il ne connaissait pas de sorts qui pouvait la soigner et certainement qu'il n'était pas assez doué avec la magie pour le réussir. Secouant un peu la tête, il tenta de trouver une autre solution qui pourrait soulager la jeune femme...

Bon, je vais t'aider à te lever et on verra si tu poser le pied par terre ou pas du tout... Tu connais pas un sort pour te calmer ce truc... non, parce que là à part te couper le pied je ne vois pas... Quelques secondes de silence avant que la lumière s'allume au niveau du cerveau AAHHHHH SSIIIIIIIIIi AATTTTEENNNNDDD !!! bouge pas. Il se concentra et fit apparaître quelques gros glaçons qu'il appliqua sur la cheville enflée de la jeune femme délicatement. Pas contre j'ai rien pour faire tenir... On appelle ça un fail. Tu veux pas déchirer un bout de ta tenue pour te faire un bandage ?

Oui comme ça, peut-être qu'elle aurait moins mal et que ça serait plus simple de l'emmener à l'infirmerie. Pour l'instant il se doutait qu'il allait devoir la porter sur son dos....
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2158
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Le chevalier à la toison d'or - Keane.    Mar 4 Nov 2014 - 8:42

Poussez-vous. OUST !! OUST ! De l'air !! Elle a besoin d'air !! Allez ppcchhhttttttt on dégage il n'y a rien à voir.

Je regarde Keane balayer d’un geste de la main un petit attroupement d’élève venu s’enquérir de comment j’allais après la chute mémorable que je venais de faire… ma cheville me lance furieusement et j’ai l’impression qu’elle gonfle un peu plus chaque seconde dans ma chaussure. Les dents serrées, je tente de gérer ma douleur comme je peux… j’ai l’impression que je ne me suis pas loupé avec cette marche. Un vrai boulet quand je m’y met… et bien évidemment, inutile que je puisse compter sur Harry pour débarquer puisque déjà, je peux aller « crever » rien que pour une blague …

Keane est un grand garçon qui a l’air souvent perdu, bouclé, blond et au visage un peu juvénile mais je crois qu’il fait partie des personnes les plus adorables dans ce château – après ma Boulette parce qu’elle reste indétrônable, ça va de soit -. Il vient s’assoir face à moi qui tiens ma cheville, le visage pâle et les mains tremblantes. La douleur ne cesse de croitre et je n’ose pas bouger l’articulation de peur de ressentir un peu plus cette lame qui s’insinue entre mes os. Je remonte le bas de mon jean et tente de baisser ma chaussette …

Pas beau ! Vraiment pas beau ! Il faut que tu ailles à l'infirmerie là Kezabel !
- Mais non, t’en fais pas … Je suis sûre que ça va aller ! »

Je baisse un peu plus ma chaussette, défait les lacés pour ouvrir ma basket …

« Oui … bon, peut-être que tu as raison en fait. »

Je n’ai plus une cheville mais une pomme de terre, gonflé, qui dissimule même la malléole sous la grosseur du gonflement. Je soupire avant de ramener une mèche de cheveux derrière mon oreille. Avec toutes ces années de crapahutages dans les arbres lorsque j’étais plus jeune, pas une seule fois je ne m’étais fracturée ou foulée quelques choses… et il suffit de quelques petites marches que je monte et descend un million de fois pour que je me retrouve les fesses sur le pavé à souffrir de martyr parce que je suis lamentablement tombée en me foulant judicieusement la cheville…. Oui parce que si elle était cassée, il y a de forte chance que je sois entrain de pleurer à cette heure là !

Bon, je vais t'aider à te lever et on verra si tu poser le pied par terre ou pas du tout... Tu connais pas un sort pour te calmer ce truc... non, parce que là à part te couper le pied je ne vois pas...

Je rigole légèrement face à sa blague mais quand je relève la tête et que je croise son regard plus que sérieux … Je le regarde avec des yeux ronds. Euh okay, je l’aime beaucoup mais j’suis pas sûre qu’il ait eu son diplôme de médecin… Je m’imagine déjà avec un pied en moins. Je ne suis pas sûre que ça soit la meilleure solution en fait et de le voir si sérieux ne me rassure pas.

« Keane, je ne suis pas cer…
AAHHHHH SSIIIIIIIIIi AATTTTEENNNNDDD !!! bouge pas.

… et instinctivement j’entoure ma cheville de mes deux mains dès qu’il sort sa baguette, une vague d’angoisse me saisissant la gorge aussitôt. Je sais Keane très maladroit et il en fait la preuve durant les cours de sortilèges, donc si je pouvais au moins garder mon pied j’aimerais bien en fait.

« Non NOOON attends ! »

Coup de baguette, je ferme très fort les yeux, serrent les dents, prête à subir le sort du découpage de pied à la Keane… et lorsque je constate que la douleur n’a pas changé, je me dis qu’au moins, ça n’a pas fait si mal que ça.

Pas contre j'ai rien pour faire tenir... Tu veux pas déchirer un bout de ta tenue pour te faire un bandage ?



J’ouvre les yeux et regarde ma cheville qui est toujours là, gonflée et endolorie. Un soupir de soulagement s’échappe d’entre mes lèvres et mon corps se relâche. Je me voyais déjà avec un moignon et un pied artificiel, avec une Riley qui me raillerait et un Adam qui nous appellerait la famille d’estropier.
Je baisse maintenant les yeux sur … des glaçons. Oui, effectivement, aucune intention de me sectionner comme un boucher et c’est tant mieux. En revanche… concernant le fait d’arracher un bout de ma tenue, ça c’est tout Keane. Je lâche un petit rire à la fois nerveux et amusée, avant de prendre un mouchoir dans mon sac et de l’agrandir avec un coup de baguette.

« Tu vois ? Pas besoin d’arracher quoi que ce soit ! »

Il devient la taille d’un torchon, j’y place les glaçons et Keane se précipite sur mon bandage de fortune. Décidément, il prend très à cœur son rôle de secouriste.

« Tu veux bien m’aider à me relever, s’il te plait? Je vais essayer de marcher un peu pour voir, ça se trouve c’est pas si grave ! »

Relativiser, dans le pire des cas j’irais à l’infirmerie voir Rina pour qu’elle soigne ça avec une de ses crèmes spéciales et un coup de baguette. La magie a vraiment du bon parfois …
Keane me tend la main, je m’appuie inconsciemment sur la cheville qu’il ne faut pas et …

« Aïe !! Bordel ! »

… Et rechute. Lamentablement. Sur les fesses. La douleur me lance un peu plus, jusque dans le mollet et cette fois, une sensation de chaleur se répand à l’intérieur de ma cheville. Je grimace de douleur, la jambe tendu devant moi. Non, vraiment, je vous assure que j’ai l’impression d’avoir Madame Patate qui s’est logée dans ma basket. Et le pauvre Keane qui s’attarde avec moi.

« Je suis désolée Keane, je te mets en retard pour le repas… Tu peux y aller si tu veux, je vais me débrouiller ! »

Je lui souris gentiment, mal à l’aise de le retarder comme ça. Je ne voudrais pas qu’il se sente obligé de rester là juste parce que j’ai une Madame Patate dans ma chaussette. Je dois avouer qu’au fond, j’aurai aimé qu’Harry m’attende et qu’il soit là lui aussi pour montrer quelques gestes délicats parce qu’il est sacrément mal partie depuis la dernière fois où il m’a renvoyé balader avec un « Va crever ». Oui, décidément, j’ai du mal à me faire à sa manière de voir les choses. Macho va.

« Au pire je vais envoyer un Patronus à Katherine, comme ça elle viendra ici et soignera sur place. Parce qu’à moi d’avoir un cheval sous la main ou une mule, je ne pense pas pouvoir bouger d’ici ! »

Ton de la plaisanterie bien évidemment, j’ai du mal à imaginer un âne apparaitre au coin du couloir avec une pancarte autour du cou : Transport pour Kezabel. N’empêche, ça ferait une montée de choix ! … mais j’ai visiblement tendance à oublier que Keane possède sous cette toison d’or, une véritable machine à idées loufoques.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Le chevalier à la toison d'or - Keane.    Mer 5 Nov 2014 - 21:45

Elle avait beau dire que ça allait aller, lui n'y croyait pas vraiment ! Kezabel avait besoin d'aller à l'infirmerie il en aurait mis sa main à couper. Il fronça un peu les sourcils quand elle lui dit de ne pas s'en faire, il allait répliquer quelque chose mais elle reprit la parole en lui disant qu'il avait raison. Il lui fit dés lors un énorme sourire. Il n'avait pas souvent raison, mais cette fois-ci il était sûr de son coup, vu sa maladresse il avait l'habitude de ce genre de chose et il savait pertinemment qu'il valait mieux que ça finisse à l'infirmerie ! Maintenant il fallait qu'il réfléchisse à la meilleure attitude à adopter, et tout en parlant et réfléchissant il eut le malheur de parler de lui couper le pied. Oui c'était ridicule, mais dans un sens il le pensait vraiment... si on arrivait pas à la soigner il faudrait bien faire quelque chose et l'amputation lui semblait la seule chose à faire. Kezabel avait reprit la parole, mais il l'a coupa sans se préoccuper de ce qu'elle pouvait bien dire/penser pour lui dire de ne pas bouger qu'il avait eu une idée ! Et une idée géniale qui plus est, des fois, il était vraiment un génie ! Maintenant il ne restait plus qu'à faire le sort et surtout ne pas se tromper dans la formule pour cela il réfléchit, mais il avait du mal à se concentrer avec l'autre qui geignait dans ses oreilles Non NOOON attends ! Il fit un petit bruit bizarre avant de faire CHHUUTTT. Je me concentre. Et BINGO, il se rappela de la formule et l'appliqua tandis que sa camarade fermait les yeux et semblait crispée comme s'il  allait la planter. C'est fou ça, ce n'était que quelques glaçons, pourquoi est-ce qu'elle réagissait ainsi ? Il n'en savait rien, et décida de ne pas y prêter attention parce qu'il avait quelque chose d'autres en tête : trouver un bandage afin de mettre les glaçons dedans et de tout appliquer sur l'endroit endolori. La demoiselle avait fini par ouvrir les yeux et avait même poussé un soupir de soulagement.

Bah, pourquoi tu soupires comme ça ? Tu t'attendais à quoi ?

Il était à mille lieux d'imaginer qu'elle croyait qu'il voulait se la jouer boucher. Au moins maintenant elle riait un peu, même si ça sentait la nervosité à un kilomètre à la ronde. Elle sortit un mouchoir qu'elle agrandit. Ah oui, ça aussi ça marchait...


Tu vois ? Pas besoin d’arracher quoi que ce soit !
Ouais ça ruine un peu le style de la tenue déchirée.. et du sauvetage fait rapidement.

Keane,  qui se la jouait un peu preux chevalier. Enfin bon après tout  peut-être qu'elle  tenait beaucoup à ses affaires ! Dés qu'il  le put il aida à faire le bandage en mettant les glaçons comme il fallait. A vrai dire il ne savait pas pourquoi exactement il fallait mettre des glaçons mais il lui semblait qu'il avait déjà vu faire ça dans des films....

Tu veux bien m’aider à me relever, s’il te plait? Je vais essayer de marcher un peu pour voir, ça se trouve c’est pas si grave !
Heu d'accord, si tu veux, mais je ne suis pas certain que cela soit vraiment très recommandé... il ne faudrait pas te faire encore plus mal.

Il lui tendit donc la main pour l'aider à se relever et comme prévu, elle poussa un petit cri de douleur (ou plutôt des injures) et finir de nouveau les fesses par terre sans que le blond ne puisse rien y faire. Outch, dommage. Il fit une petite grimace confuse, mais il faut bien avouer qu'il ne s'était pas attendu à ce qu'elle rechute de cette façon. Promis, il n'allait pas lui dire un petit "tu vois je te l'avais dit".

Je suis désolée Keane, je te mets en retard pour le repas… Tu peux y aller si tu veux, je vais me débrouiller !
j'irais voir mes amis les elfes pour qu'ils me fassent un bon truc à manger !

Oui ce n'était pas franchement étonnant quand on connaissait un peu le garçon. Il adorait tout ce qui était animaux et créatures magiques. Alors forcément il considérait les elfes comme ses amis et il adorait passer du temps avec eux, la réciproque n'était pas forcément vrai. Il avait déjà voulu offrir plusieurs habits à ces pauvres elfes pour ne pas qu'ils aient froids l'hivers ou qu'ils ne sentent pas obligés de rester à Poudlard à travailler comme des animaux, mais visiblement ils n'avaient pas vraiment appréciés l'offrande.

Au pire je vais envoyer un Patronus à Katherine, comme ça elle viendra ici et soignera sur place. Parce qu’à moi d’avoir un cheval sous la main ou une mule, je ne pense pas pouvoir bouger d’ici !
PPFFTTT pas besoin de Patronus, tu m'as moi ! Pour ce soir je serai ta licorne magique ! dit-il d'un ton à la fois sérieux et enjoué. Bon je sais qu'il me manque une super corne, des sabots et tout, mais je peux être ton fidèle destrier... humain. Ca se dit bien ça comme hein ? Bon on va dire que oui.

Il ne lui avait même pas laissé le temps de répondre quoi que se soit. Il était parti dans son délire. Ouais une licorne magique humaine ca déchirait vraiment grave ! L'idée lui plaisait... Un peu comme quand fait passer une petite fille pour une princesse, lui voulait être une licorne. Etrange, super à son âge mais après tout c'est ce qui faisait en quelque sorte le charme de Crawley n'est-ce pas ?


Bon maintenant faut juste trouver comment tu vas arriver sur mon dos. On peut toujours te faire léviter non ? Comme ça t'as pas besoin de poser le pied par terre... sinon il faudrait te relever sans poser le pied qui a bobo au sol, mais ça risque d'être plus compliqué tu ne penses pas ? Enfin, je dis ça mais peut-être est-ce que tu as une autre idée bien plus brillante que les miennes ?

Oui il s'était tut de cette manière et maintenant, il suffisait que Kezabel lui dise si elle avait des idées ou pas,  après tout c'était elle qui avait mal et donc elle qui savait mieux que quiconque les gestes qu'elle pourrait faire ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2158
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Le chevalier à la toison d'or - Keane.    Sam 8 Nov 2014 - 23:42

Ce garçon avait décidément une vision des choses aussi légère que la poudreuse qui tombait depuis ce matin dehors. Je sais pas, j'ai l'impression que Keane vit simplement dans un autre monde, sa bulle à lui où il se donne le droit d'être qui il veut sans aucune gêne, peu importe si cela gêne son entourage. Je le connais depuis déjà un moment, du moins de vue... Nous sommes dans la même classe mais nous nous sommes jamais réellement parler, je ne saurais pas expliquer pourquoi mais de ce que j'en ai vu c'est un jeune homme la tête dans les nuages, qui parle aussi vite qu'il pense, sans réellement réfléchir. Dans la tête de Keane, tout est presque possible et j'admire presque sa façon de vivre, de voir les choses. Nous sommes tous ici, pour les 90% des élèves, à entrer plus ou moins dans un moule, à taire nos envies spontanées. A avoir honte d'écouter telle musique ou d'aimer quelque chose qui paraît ringard aux yeux du reste du monde. Bref, tout ça pour dire que Keane à l'air d'en avoir rien à faire de tout ça, de ce qu'on pense de lui. Et c'est lui qui a raison, bien plus que nous.

Tout ça pour dire quoi ? Je suis par terre, les fesses clouées au sol par une cheville fichue en l'air parce que je suis trop dans les nuages pour faire attention à l'endroit où je marche. Je m'excuse auprès de Keane, serrant un peu les dents face à la douleur qui m'empêche d'au moins me mettre debout, et lui annonce que j'enverrais un Patronus vers Rina pour qu'elle vienne réparer tout ça. Comme elle a déjà sut réparer bien des choses... Kezabel, ça n'est pas tellement le moment.

PPFFTTT pas besoin de Patronus, tu m'as moi ! Pour ce soir je serai ta licorne magique ! 



Bon je sais qu'il me manque une super corne, des sabots et tout, mais je peux être ton fidèle destrier... humain. Ca se dit bien ça comme hein ? Bon on va dire que oui. 

Je le regarde, dubitative.. J'ai l'air complètement débile mais il faut avouer que ce genre proposition est... disons....

J'éclate de rire, c'est plus fort que moi. Je m'imagine sur le dos de Keane entrain de jouer au cheval-ambulancier, avec un « Huuuuuu dada ». L'image est hilarante mais en aucun cas je ne peux le laisser faire ça en plein couloir, comme s'il était un … animal. Et puis, il se prenait pour une licorne. Parfois, je me demande si Keane ne consomme pas des produits illicites et s'il n'est pas bloqué tous là haut avec ses propres licornes. Rien de péjoratif, je l'aime bien et il est adorable mais là, il me surprend plus que jamais.

Bon maintenant faut juste trouver comment tu vas arriver sur mon dos. On peut toujours te faire léviter non ? Comme ça t'as pas besoin de poser le pied par terre... sinon il faudrait te relever sans poser le pied qui a bobo au sol, mais ça risque d'être plus compliqué tu ne penses pas ? Enfin, je dis ça mais peut-être est-ce que tu as une autre idée bien plus brillante que les miennes ?

Il parle à une vitesse vertigineuse et j'ai du mal à la suivre.

« Attends attends, ralentis la cadence j'ai du mal à te suivre jeune homme ! »

Je ris de nouveau, malgré son sérieux il avait le don de me faire rire, même si ma cheville persistait à rester dans son habit de Madame Patate. Je tiens toujours cette dernière contre les glaçons qui commencent d'ailleurs à me faire étrangement mal. Je finis par les lâcher et les reposer par terre.

« Tu … enfin, j'suis beaucoup trop lourde pour que tu me porte. J'ai pas envie de te déplacer des cervicales et des lombaires juste pour me porter jusqu'à l'infirmerie. »

Il ne manquerait plus que ça que je blesse un élève ! Je me sens stupide d'être encore assise en plein couloir, presque incapable de bouger comme je le veux. Concernant la lévitation …

« Et puis, tu imagines... tous les escaliers qu'il y a ? L'infirmerie est 5 étages plus haut … Bon peut-être qu'en me faisant léviter, je serais un peu plus légère sur ton dos mais … »

Vous voyez la vitesse à laquelle va l’électricité jusqu'à la lumière pour qu'elle s'allume ? Dans le cerveau de Keane, les idées et les actions ont le même temps de réaction. IL agit aussi spontanément que lui vient une idée, c'est sa marque de fabrique et si parfois cela lui vaut de bons résultats, parfois il se peut que ça soit la pire décision qu'il ait prise.
J'ai à peine le temps de terminer sa phrase qu'il sort sa baguette, l'agite et je me sens déjà décoller du sol.

« EH ATTENDS ! Keane, qu'est-ce tu fais ?! »

Il me regarde avec un air de « Bah ça s'voit pas peut-être ? », croyant que moi aussi, je pouvais lire dans ses pensées et voir clairement ses idées. Même si je me retrouve légèrement penché, il réussit à me faire léviter suffisamment pour placer mes jambes autour de ses hanches et mes bras sur ses épaules. Et là il se poste face au couloir menant aux escaliers, le regard déterminer avant de me demander si j'étais prête.

« Non nonononon attends ! Tu peux pas m'emmener comme ça comme si t'étais mon … AAAAAAAAAAAAAAAAH ! KEAAAANE ! »

Il part dans une course folle, mon poids alléger par la lévitation, galopant tel un étalon des plaines. Je hurle de surprise puis de trouille totale de me voir glisser et tomber tête la première sur le pavé. Kezabel Hasting, morte suite à une course de chevalhumain au sein des couloirs de Poudlard. Merci de graver cela sur ma pierre tombale.

Non plus sérieusement, mes doigts agrippent son haut et je ferme les yeux très fort, sentant mon corps ballotter sous la course de ma Licorne improvisée qui hurle de laisser le passage à une urgence, qui est une question de vie ou de mort ! Le cœur battant comme un fou et ne me souciant peu des personnes qui pouvait nous voir dans cette démonstration époustouflante d'un sauvetage digne de ce nom, je n'ai pas d'autre choix que de le laisser faire et même si je me sens ridicule et stupide dans cette situation, je ne peux empêcher un sourire enfantin prendre naissance à la commissure de mes lèvres, presque amusée comme une gamine de 5 ans.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Le chevalier à la toison d'or - Keane.    Lun 10 Nov 2014 - 23:15

Oui pour ce soir il était une licorne magique même s'il ne ressemblait pas vraiment à un cheval et encore moins à une licorne. Il voyait bien le regard un peu dubitatif de sa camarade qui devait se demander où elle était tombée, ou si elle rêvait mais Crawley n'y fit guère attention, il avait l'habitude qu'on le dévisage de la sorte, alors un peu plus un peu moins il n'était plus à ça près. .. D'un coup elle éclata de rire ce qui fit sourire le bouclé.... qui passa à tout autre chose savoir comment il allait pouvoir la porter et l'emmener jusqu'à l'infirmerie. La meilleure solution semblait de la faire léviter jusque sur lui, elle n'aurait plus qu'à s'accrocher et le tour serait joué, parfait non ?! Il lui fit part de sa "brillante" idée, et à présent l'autre Jaune ne rigolait plus du tout.

Attends attends, ralentis la cadence j'ai du mal à te suivre jeune homme ! 
Bah si je dois te porter, il faut bien que tu montes sur mon dos. Donc il faut que je te fasse léviter vu que tu ne pourras pas poster le pied par terre. C'est logique non ?

Et là, sans qu'il ne comprenne pourquoi la demoiselle s'était remise à rire... sauf que là il n'y avait plus rien de drôle dans la conversation. Il se passa une main dans les cheveux en se demandant si sa blessure n'était pas plus grave qu'elle n'y paraissait. Peut-être qu'elle était tombée sur la tête... et c'est ce qui provoquait cette hilarité, ou alors quelqu'un lui avait jeté un sort. Hum. Dur à définir !

 Tu … enfin, j'suis beaucoup trop lourde pour que tu me porte. J'ai pas envie de te déplacer des cervicales et des lombaires juste pour me porter jusqu'à l'infirmerie. 
Beeuhhh au pire on me remettra ça à l'infirmerie, c'est fait pour ça non ? Ca fera d'une pierre deux coups ! Promis, il n'avait pas de penchants SM... Et puis ne t’inquiètes pas, fais moi confiance je gère !! Je suis plus costaud que j'en ai l'air alors tu verras tout se passera comme sur des roulettes !
Et puis, tu imagines... tous les escaliers qu'il y a ? L'infirmerie est 5 étages plus haut … Bon peut-être qu'en me faisant léviter, je serais un peu plus légère sur ton dos mais …
NON ! Tu sais les marches je les descends parfois sur les mains, alors fais moi confiance ZUTEUH ! Je suis pas une petite chose fait un sucre ou en chocolat, je peux te porter j'suis sûr que t'es légères comme une plume. Et puis REGARDE …. Il lui montra ses petits biceps. Tu vois, je suis musclé donc t'as pas à t'en faire ! BREF, t'as assez souffert comme ça !

Et tout en prononçant sa dernière phrase il avait déjà sorti sa baguette et fait léviter Kezabel jusqu'à son dos. Elle avait un peu protesté en lui demandant ce qu'il faisait, il n'avait pas préféré répondre... puisque de toute façon elle allait voir ce qu'elle faisait de suite. Pas la peine d'utiliser de la salive alors que le temps qu'il prononce ces paroles l'action aurait déjà été faite ! Dés qu'il sentit qu'elle s'était bien accrochée, il partit très rapidement...

« Non nonononon attends ! Tu peux pas m'emmener comme ça comme si t'étais mon … AAAAAAAAAAAAAAAAH ! KEAAAANE ! 
SIIIIIIIIIIIIII !!! T'inquiètttteesssssss !!!!!

A peine le temps de finir sa phrase qu'il était en train de courir de slalomer "habitelement" entre les élèves et de temps en temps, quand il voyait qu'il ne pouvait pas passer il se mettait à hurler

On se pousse !! Pardon !! Urgent !!! OUSSTT !! On dégage c'est une question de vie et mort !! Pardon !! Attention !!!

Elle agrippait à lui et lui continuait sa course en faisant bien attention à ne pas tomber ! Faire le con quand il était tout seul c'était une chose, mais là il avait une à sauver (oui au moins), Kezabel comptait sur lui alors il devait se dépêcher et surtout ne pas tomber. Au bout de très longues minutes il arriva totalement essoufflé à l'étage de l'infirmerie. Sa langue pendouillait ses joues avait pris une teinte très rouge.

Pause. Pause. Désolé mais j"vais mourir étouffé là.

Il continuait d'avancer bravement vers l'infirmerie et une fois arrivé là-bas... il voulut ouvrir la porte et... il n'y avait personne.

Ou, ouh y'a quelqu'un ?

Peut-être qu'il y avait un soucis ailleurs et que Kathrine avait dû partir en Urgences. Quoiqu'il en soit, il posa doucement Keza sur un lit et s'allongea comme une merde sur un autre en tentant toujours de reprendre son souffle. Au bout d'une ou deux minutes, il s'était relevé comme une flèche et se mit en tête de soigner la jaune tout seul. Il commença à fouiller les placards à la recherche d'un truc qui pourrait aire bandage.

Hum, je vais peut-être regarder dans les livres si je ne trouve rien, ça m'embête de te laisser comme ça alors qu'elle peut ne revenir que dans des heures et des hures. Ma pauvre petite Kezabel... Je vais trouver ! Je vais te SAUVER !

Bon seulement les livres qui se trouvaient sur une table étaient franchement super épais et Keane les regardait avec un air totalement dépité. Ouais bon c'était mal barré...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2158
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Le chevalier à la toison d'or - Keane.    Mer 12 Nov 2014 - 21:35

NON ! Tu sais les marches je les descends parfois sur les mains, alors fais moi confiance ZUTEUH ! Je suis pas une petite chose fait un sucre ou en chocolat, je peux te porter j'suis sûr que t'es légères comme une plume. Et puis REGARDE …. Tu vois, je suis musclé donc t'as pas à t'en faire ! BREF, t'as assez souffert comme ça !
 
C’est ce qu’il m’a dit avant de m’embarquer dans une aventure chevaleresque, en me montrant ses muscles, sûr de lui. Il était un garçon adorable que je n’avais pas envie de vexée, loin de là, et c’est peut-être pour ça que j’ai offert si peu de résistance lorsqu’il m’a fait léviter sur son dos pour me porter jusqu’à l’infirmerie. Mais justement, je pensais juste qu’il allait me porter tranquillement, sans prendre le risque de faire un malaise sous l’effort et mon poids parce que quand bien même le jeune homme avait ses muscles, les escaliers eux, n’en étaient pas moins raides et compliqué, sachant qu’il fallait en plus de ça se faire à leur caprice du « Je sais pas si je vais te laisser monter, on verra dans 10 minutes si t’es sage ».
 
Je me suis retrouvée en peu de temps accroché à lui, sur son dos… jusqu’à qu’il me fasse hurler de terreur à courir comme un malade, laissant par la même occasion mon sac sur les dalles. Mais honnêtement, je m’en contre fou en cette seconde où, j’ai l’impression que nous allons nous écraser à chaque virages qu’il fait. Il slalome entre les élèves et lorsqu’un bouchon se mettait au travers son chemin, il hurlait à tout va :
 
On se pousse !! Pardon !! Urgent !!! OUSSTT !! On dégage c'est une question de vie et mort !! Pardon !! Attention !!!
 
Je serre les dents, les yeux … non en fait, je serres chaque partie de mon corps, murmurant entre mes dents :

« Faites qu’on arrive entier, faites qu’on arrive entier… »
 
Un virage mal calculé et nous pouvions nous retrouver à voler par-dessus la rambarde, droit dans le vide pour ensuite s’étaler dans le Hall, comme des crêpes… mais mort.
Je m'accroche comme je peux à son cou, ne sentant pratiquement plus la douleur à ma cheville tant la panique a prit le dessus. Je suis trop jeune pour mourir et Keane aussi et même si tout ça est fait dans l'unique but de m'aider et que j'aille mieux, je donnerais n'importe quoi pour que quelqu'un lui lance un stupéfix et que nous arrêtions notre course.

Je suis étonnée de son endurance et lorsque je me risque un coup d'oeil, nous sommes déjà presque arrivé. Et surtout entier. Mais sur les dernières marches …

« Keane... Ca va ? Tu t'sens bien ?
Pause. Pause. Désolé mais j"vais mourir étouffé là.
Repose moi là, sur le sol on s'en fou, j'ai pas envie que tu fasse un malaise à cause de moi ! »

Pourtant, il continue son périple jusqu'au bout, m'amenant avec difficulté jusqu'à la porte que je pousse avec son aide.

« Ou, ouh y'a quelqu'un ? »

Aucune réponse et je le laisse m'amener à un lit où il m'y déposa avec délicatesse avant de le regarder s'écrouler sur le lit d’à côté, épuisé, à bout de souffle, rouge vif. Comment voulez-vous en vouloir à un garçon comme lui ? Même avec toute la colère du monde, je ne pourrais pas y arriver, encore moins avec les efforts qu'il a fait, juste pour m’emmener ici et que l'on me soigne. Il était le genre de garçon que vous avez envie de prendre dans vos bras, de lui gratouiller les boucles et de le laisser vous raconter tout et n'importe quoi sur un Pays de Licornes qui n'existe pas.

Quoi qu'il en soit, Katherine n'est toujours pas là, sûrement occupé ailleurs. Même chose pour Maxence ou Takuma... C'est quand même bizarre qu'il n'y ait personne. Même à l'heure du repas, je suppose qu'ils font peut-être des sortes de permanence.

Je le laisse reprendre son souffle, un doux sourire aux lèvres, touché par son geste au point que j'en oublierais presque la douleur qui me lance pourtant toujours autant.

« Repose toi ma petite licorne, tu l'as bien mérité. »

Sur un ton affectueux, presque maternelle.

Mais il ne s'écoule seulement une minute à peine, avant qu'il ne se relève comme un fou furieux, partant en quête d'un je ne sais quoi dans les placards, les tiroirs de l'infirmerie.... Je me demande si ce garçon n'est pas hyperactif. Il s'agite dans tous les sens, concentré sur sa tâche.

« Qu'est-ce que tu fais ?
Hum, je vais peut-être regarder dans les livres si je ne trouve rien, ça m'embête de te laisser comme ça alors qu'elle peut ne revenir que dans des heures et des heures. Ma pauvre petite Kezabel... Je vais trouver ! Je vais te SAUVER ! »

Je blêmis et mon cœur loupe un battement. Keane ? Me soigner ? Pour le coup,

« Nonononononon ! Laisse ça pour Katherine ou Maxence ! Tu m'as déjà suffisamment aider comme ça Keane, je t'assure que c'est pas la peine. »

Sourire rassurant, qui lui indique que TOUT VA BIEN ! Qu'il n'a pas besoin de chercher de livres pour m'aider à quoi que ce soit. Ce n'est pas que je ne veux pas de son aide, loin de là, je le trouve complètement adorable de se démener comme ça et je lui en suis vraiment reconnaissante mais là, je préfère clairement me laisser faire aux mains du corps médical. Sauf que...

Sauf que Keane se retourne lentement... Les yeux tristes, le visage affaissé. Vexé, à mon sens. Et la culpabilité me ronge aussitôt de provoquer cette déception chez lui après tout ce qu'il a fait pour moi. J'ai déjà honte de lui avoir refuser tout aide pour la suite... Non tu peux pas faire ça Kezabel ! Regarde ces yeux de chatons perdus et déçu de pas pouvoir apporter son aide après tout ce qu'il a fait ! Honte sur toi …

« Je... »

Je le vois presque faire demi-tour, marmonnant des choses qui ne font qu’accroître ma culpabilité. Non, il ne me dit pas qu'il m'en veut, juste que je comprends dans son attitude qu'il se sent d'un coup inutile.

« … A... Attends ! Keane ! Reviens ! »

Il s'arrête, je me mord l'intérieur de la joue et prends mon courage à deux mains.

« Je... Je crois que j'ai de plus en plus mal, peut-être que tu devrais t'en charger toi même. »

Son regard s'illumine et ne se fait pas prier. Dans quoi je me fourre encore ? Non mais regarde le sérieusement ! Quand vous voyez une bouille comme ça, ne venez pas me dire que vous avez la volonté de lui refuser quelque chose ! Bon allez, relativisons la situation, ce n'est pas la mort non plus. C'est juste ma cheville, une foulure qu'il va faire disparaître avec une crème magique de Katherine ou une petite formule et on en parlera plus, ok ? Ouais okay. Je le regarde revenir avec un petit livres : Gestes simples pour apprenti soignant.

Je lui accorde un sourire qui se veut confiant et remonte doucement le bas de mon pantalon non sans une boule au ventre. Se détendre. Et s'il me coupait la jambe ? S'il me faisait disparaître le pied entier ? Non, faut pas abuser, il est peut-être maladroit mais bourré de bonnes attentions !

« Allez vas-y je suis prête ! »

Ou pas. Mais on s'en fou, c'est pas grave.

Il regarde son livre, fronce les sourcils, sort sa baguette et m'offre un large sourire avant de prononcer la formule et d'effectuer un moulinet du poignet, puis de pointer le sort sur ma cheville. Je ferme aussitôt les yeux et là....

Miracle... un foutu miracle. Plus de douleur, plus de sensation de poids sur ma cheville, d'atroce chaleur et de pression. Rien. Juste un bien être profond. Je soupire de soulagement voyant ma cheville toujours en bon état, dégonflé. Enfin presque je pense.

« Bon sang Keane ! T'as réussi ! Je sens plus rien ! »

Grand sourire de satisfaction pour lui, regard éternellement reconnaissant de ma part, je saisis sa main, presque fière de sa réussite. Je retourne mon attention sur mon pied qui... est bizarrement affaissé.

« Regarde, il boude maintenant, l'ingrat ! »

Nouveau rire de ma part et je tente de bouger les orteils pour le réveiller mais … Rien. Je fronce les sourcils et réessaie et j'obtiens toujours aucun résultat. Pourtant, je sens bien le drap sous ma peau alors pourquoi mon pieds refuse de bouger.

« Attends, j'arrive pas à bouger mon pieds... »

Je commence à paniquer, à m'affoler …. Keane s'approche, palpe et …. il ne tient qu'un amas de chair et de muscle en main, qui s'étire presque comme de l'élastique.

Mes os ont disparu. Tous ceux de mon pieds... envolés...

Je lève les yeux vers Keane, lâche un rire nerveux puis …

Trou noir et Inconscient.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Le chevalier à la toison d'or - Keane.    Jeu 13 Nov 2014 - 17:40

Oui, il était givré pas franchement net dans sa tête tout le temps. Oui il était un peu bizarre aussi bien dans ses dires que dans ses actes. Oui il était dans son monde mais... il restait quand même globalement quelqu'un de gentil et doux... mais un peu foufou et aujourd'hui c'était Kezabel qui "découvrait" (ou pâtissait serait plus juste) de ce défaut. En effet une fois qu'elle fut bien accrochée à son dos au lieu d'y aller pépère, il s'était mis à courir pour on ne sait quelle raison... comme si la cheville de Kezabel pouvait peut-être exploser d'une minute à l'autre ou alors comme si elle allait mourir s'il n'arrivait pas à monter ces quelques étages dans un temps record. Heureusement pour le petit duo les autres élèves avaient tendance à bien s'écarter et à leur laisser beaucoup plus de place que nécessaire. Les dernières marches furent les plus dures il était complètement à bout de souffle et pour un peu on aurait presque dit un chien avec la langue qui pendouillait tellement il venait de courir vite... mais sinon oui il allait bien. La demoiselle en détresse sur son dos n'avait pas besoin de s'inquiéter. Il était Super-Licorne-Humaine, nom qu'il s'était trouvé entre deux étages, et il attendait le bon moment pour annoncer cette fabuleuse trouvaille à sa camarade de classe.

Repose moi là, sur le sol on s'en fou, j'ai pas envie que tu fasse un malaise à cause de moi ! 

Beuh, Super-Licorne-Humaine ne fait pas de malaise pour si peu non, il pouvait continuer sans soucis vu le peu de chemin qu'il restait. En tout cas il avait retrouvé une vitesse de marche à peu près normale, elle n'avait plus à avoir peur ! Quelques instants après ils poussaient la porte de l'infirmerie mais malheureusement il ne semblait y avoir personne. Il avait même appelé et personne n'avait répondu. Mystère et boules de gommes, ou est-ce qu'ils étaient tous passés quand on avait besoin d'eux ? Quoiqu'il en soit il avait déposa la jeune femme doucement sur le lit avant de poser quelques instants sur le lit d'à côté eb reprenant très bruyamment sa respiration.

« Repose toi ma petite licorne, tu l'as bien mérité. 

Ah oui c'est vrai que sa mission ne devait pas s'achever là ! Il devait puiser dans les forces qui lui restaient pour finir de l'aider et la soigner ou trouver quelqu'un qui pourrait le faire pour lui vu qu'il n'avait franchement pas les compétences. Allez encore trois... deux... un... il s'était relevé rapidement et avait commencé à fouiller ci et là en espérant trouver quelque chose qui pourrait les aider mais rien. Elle lui demanda alors ce qu'il faisait alors il lui expliqua qu'il allait chercher dans un livre THE formule pour la soulager vu qu'il ne savait pas quand reviendrait les infirmiers. Si ça se trouve il y avait eu accident grave et ils étaient tous occupés là-bas... QUI SAIT ??! Il préférait donc agir seul pour pouvoir l'aider.

Nonononononon ! Laisse ça pour Katherine ou Maxence ! Tu m'as déjà suffisamment aider comme ça Keane, je t'assure que c'est pas la peine. 

Pardon ? Qu'est-ce qu'elle venait de dire là ? Il s'était retourné lentement comme s'il n'était pas certain d'avoir bien compris. Pourquoi est-ce qu'elle n'avait pas confiance en lui. Promis il allait faire attention, il ne comptait pas ruiner tous ses efforts en lui faisant encore plus mal ! Il était un peu triste (même beaucoup). Bon d'accord il était quelqu'un de maladroit... mais au pire elle se retrouverait sans os pendant quelques temps... et au mieux elle irait mieux... Mais promis de chez promis elle n'aurait plus mal !

Je... 
Hum, j'vais y aller.... puisque t'as plus besoin de moi.

Déception maximale dans la voix. Il n'aurait cas tente de trouver quelqu'un d'apte à la soigner... Ptet quelqu'un de l'université, ou un gardien. Il avait fait demi-tour et grommelait des choses et d'autres incompréhensibles pour tout le monde.

… A... Attends ! Keane ! Reviens ! 
Ouiiiii ? minauda t-il
 Je... Je crois que j'ai de plus en plus mal, peut-être que tu devrais t'en charger toi même. 
Hhaannnnnn ma pauvre petit biche !!


Le jeune jeune homme s'était précipité de nouveau vers elle, bien trop heureux de pouvoir l'aider de nouveau, d'être utile pour une fois ! Il était allé cherché un livre et à l'aide d'un sort qui marcha bien, il trouva quasi de suite la page qu'il voulait. Il lut plusieurs fois la page histoire de bien tout comprendre et de ne pas faire d'erreur avant de faire son plus grand sourire rayonnant à son amie. Elle avait relevait le bas de son pantalon tandis que lui se concentrait au maximum ! Il n'avait pas le droit à l'erreur !

 Allez vas-y je suis prête ! 
D'accord, moi aussi !! On va y aller !

Il regarda une dernière fois son livre et jeta le sort en faisant bien tout ce qui était indiqué dans le livre. Résultat ? Elle n'avait pas hurlé de douleur ce qui était déjà un bon point, sa cheville était là et semblait avoir repris une taille normale mais.... elle avait juste un drôle d'air. Peut-être que c'était normal ? Il n'en savait trop rien mais il ne voulait pas alerter Kezabel, c'était à elle de faire le point... mais il affichait un petit sourire rayonnant, trop fier d'avoir réussi son sauvetage d'un bout à l'autre.

Bon sang Keane ! T'as réussi ! Je sens plus rien ! 
Ah ben c'est parfait alors ! Comme quoi, je peux réussir mes sorts même eux que je ne connais pas trop !
 Regarde, il boude maintenant, l'ingrat ! 
Heu ouais ça je sais pas si c'est normal c'est pas marqué dans le bouquin mai j'ai bien tout fait comme ils disaient en tout cas !

Elle rigolait, elle n'avait pas l'air de s'en formaliser comme si c'était normal, comme si ce n'était rien de grave ! Et bien parfait ! Parfait de chez parfait même ! Il pourrait bien prendre soin des animaux s'il réussissait aussi bien ses sorts sur les êtres humains ! A lui l'élevage de boursouflet dans quelques années et d'autres bestioles tout aussi mignonne !

Attends, j'arrive pas à bouger mon pieds...
Ah ??

Elle paniquait et lui aussi il était de nouveau au bord des larmes

Olalalal je suis désolé, désolléééééééééééééé Kezabel. Je comprends pas ce qui a pu foirer.

Et quand elle toucha son pied il semblait un peu mou, il n'avait pas une consistance normale. Elle eut un rire nerveux tandis que lui avait du blanchir nettement et elle sembla tomber inconsciente dans le lit.

Kkkeezzaaaaaaaa ??? geignit-il en la secouant mais elle était toujours dans les vapes. Merde. Merde. Merde. Merde. Bon Keane reste tranquille ! Il y a forcément une formule dans ce livre.... Ou, non me faudrait une formule pour annuler la dernière action.. heu...

Oui il se parlait tout seul et il n'en avait pas honte. Cette formule il avait déjà vu sa mère l'utiliser une fois ou deux. Il ferma les yeux pour se concentrer. C'était un truc en Finite..; Peut-être que le Finita Incantem pourrait marcher pour le coup ? Après sa annulait l'effet d'un sortilège lancé avant... Il pouvait toujours espérer ! Celui-là il le connaissait bien et savait bien le manier.

Finite Incantatem !

Le pied sembla reprendre une consistance normale et l'aspect gonflé qu'il avait quelques minutes auparavant. Bien... Il fallait maintenant espérer qu'il n'y aurait pas d'effet seconde à avoir prononcer ce sort sur un être humain... En attendant il s'installa à côté de Kezabel et posa un petit linge mouillé sur son front comme si elle avait de la fièvre....
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2158
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Le chevalier à la toison d'or - Keane.    Jeu 20 Nov 2014 - 22:42

Les images se mélangent en fond, créant des nuances de couleurs que je ne connaissais pas. Ma mère se trouve là, souriante pour laisser place à Riley, me faisant une énorme grimace. Je tente d'ouvrir les yeux sans succès, c'est comme lutter alors que nous sommes enchaînés. Ou d'avoir des poids sur les paupières et sur tout le reste de votre corps. Je sens ma conscience revenir et la fraîcheur humide sur mon front m'apaise, à contrario, une chaleur enveloppe ma main. Douce chaleur. Je sens mes paupières s'ouvrirent lentement et la lumière de la pièce m'aveugle un peu. Mon esprit est brumeux, ma conscience est dans le même état et je n'arrive plus à resituer les éléments. Où suis-je ? Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Je suis morte ? Je tente de bouger les orteils et une douleur lancinante me traverse toute ma cheville droite.

« Aïeuh... »

Faible murmure rauque et quelqu'un s'active autour de moi, puis au dessus. Une tête blonde apparaît, bouclé.... tout bouclé. Keane. Et tout me revient. Ma chute, la cheville tordue, la séance de cheval improvisée sur le dos du jeune homme puis l'infirmerie... le sort et …

« Ma cheville ?? »

Je me redresse aussitôt, le linge mouillé tombant mollement sur mes cuisses, m'apprêtant à voir mon pied dans un angle bizarre, sans os. Ce qui a d'ailleurs provoqué ma panique et mon malaise. Et pourtant, tout à l'air... en place. Mon os, mon pieds et même la douleur que je ressens de nouveau et je crois que c'est la première fois que je suis soulagée d'avoir aussi mal. Ma cheville est gonflée et commence à devenir légèrement bleue sur la malléole mais honnêtement, là tout de suite, j'ai récupéré mon pieds en ENTIER ! Je soupire de soulagement en me laissant aller à m'adosser contre les barres de la tête du lit, un demi-sourire aux lèvres malgré la douleur.

« C'est toi qui a réglé le problème ? Tu t'y es pris comment ? »

Je dois dire qu'il est totalement attendrissant quand il affiche cet air penaud et j'ai même envie de le prendre dans mes bras pour qu'il s'allonge à côté de moi, comme une mère le ferait avec son enfant. Mais au lieu de ça, je l'écoute s'agiter et m'expliquer. Il ne manque jamais d'énergie et je me sens un peu nulle de me sentir si cotonneuse après mon malaise quand lui a cavaler tous les escaliers avec moi sur le dos … Il doit avoir des batteries cachées quelque part, je ne vois pas d'autre solution à son activité permanente.

Je penche légèrement la tête de côté en jugeant bon de préciser un point qui pourrait le chiffonner.

« Au fait... C'est pas grave pour tout à l'heure. Tu sais, la disparition des os, t'as voulu bien faire et sans toi je serais encore dans le couloir entrain de ramper jusqu'ici. Et puis ça donnait un certain style à mon pied ! »

Je lâche un rire amusé. Bon okay, j'aurai sûrement envoyé un patronus à Rina ou à Riley pour venir m'aider mais la dévotion de Keane était absolument touchante. J'ai rarement vu ça d'ailleurs, un garçon naturellement présent, avenant et surtout, ne laissant aucunes critiques entraver sa manière d'être. Au contraire, il est ce qu'il est, et ce peut importe ce qu'en pense les autres.
Je baisse les yeux et ça n'est que maintenant que je remarque pleinement le linge humide sur mes genoux, que je devais avoir tout à l'heure sur mon front. Je le prends entre mes doigts et souris à Keane tendrement :

« C'est … toi qui m'a mit ça sur le front comme un petit soignant en herbe ? »

Je lâche un petit rire.

« Merci Keane... Pour tout ça. Tu es vraiment adorable et c'est rare de voir encore des gens aussi naturellement... attentionnés. Donc, merci. »

Chose qui me manque cruellement ces derniers temps avec Harry, même si nous essayons de rattraper les choses. Maladroitement, certes. Mais nous essayons. C'est... le principal, non ? Je prends la main de Keane dans la mienne comme pour accentuer mes mots, toujours ce sourire aux lèvres malgré la douleur qui me lance toujours au creux de mon articulation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Le chevalier à la toison d'or - Keane.    Lun 24 Nov 2014 - 20:53

Les minutes où Kezabel fut dans les vapes lui parurent durer des heures ! Il espérait qu'elle se réveillerait bientôt et surtout qu'elle irait bien, qu'il n'avait pas fait une autre connerie en annulant ce sort. Pour le coup, il n'était plus du tout sûr de tout ce qui pouvait bien sortir de ses mains ! La seule chose rassurante, c'est que la Jaune respirait et que la cheville avait vraiment repris un aspect gonflé ! Il vait fait son possible et maintenant, il n'y avait donc plus qu'à attendre ! Heureusement, bientôt elle refit surface et cela commença par un petit « aieuh » à peine inaudible. Il se leva précipitamment pour vérifier que tout allait bien , il se pencha sur elle tandis qu'elle se posait toujours des questions sur sa cheville.

Elle est revenue comme avant, t'as de nouveaux tes os!

Pas besoin d'en dire plus. A quoi de toute façon ? Il avait juste réparé une erreur qu'il avait faite. Pendant qu'il avait prononcé cette phrase, elle vérifiait l'état de son pied. Normal en même temps, c'était elle qui lui dirait si tout allait bien ou pas, lui disait juste à vu de nez. Il voyait bien que le pied de sa camarade avait de nouveau une bonne tenue... Ce qui était certainement le plus bizarre là-dedans, c'était qu'elle avait une sorte de sourire aux lèvres malgré tout. Incompréhensible !

Bon voui, c'est moi... J'ai juste annulé le sort précédent et ça a l'air d'avoir marché. dit-il doucement en haussant les épaules. Enfin, j'suis vraiment, vraiment, vraiment désolé pour tout à l'heure je ne sais pas ce qui a pu merder....

Il était penaud de ce qui s'était passé, il s'en voulait de l'avoir fait tomber dans les pommes en voulant l'aider . Enfin bon tout semblait réparé, la demoiselle ne semblait pas franchement en colère ce qui était un bon point pour lui et ses oreilles (oui parce que c'est bien connu, toutes les filles tirent les oreilles des méchants garçons quand ils ont fait une bêtise!). Toujours un peu surexcité l tenta de s'excuser et de lui réexpliquer un peu tout ça d'une meilleure façon !

 Au fait... C'est pas grave pour tout à l'heure. Tu sais, la disparition des os, t'as voulu bien faire et sans toi je serais encore dans le couloir entrain de ramper jusqu'ici. Et puis ça donnait un certain style à mon pied !
Ah ? T'es sûre ? Oui malgré le rire amusé qu'elle venait de lâcher il restait très étonné et dubitatif sur le fait que ce n'était pas grave le sort de tout à l'heure. Finalement il lui fit un petit sourire Merci Keza'.

Il acquiesça doucement lorsqu'elle lui demanda si c'était lui qui lui avait mit ça sur le front. Bon, en même temps, personne n'était rentré donc la solution était quand même assez facile !

Oui, au cas où tu aurais de la fièvre ça se fait beaucoup dans les films. Ouais bon d'accord ce n'était pas forcément très rassurant mais au moins c'était une réponse franche ! Oh bah de rien ! Mais tu aurais mieux fait e tomber sur Elias, lui il sait plein de sorts pour soigner je crois. Il veut être médicomage plus tard.

Le rapport avec ce qu'elle venait de dire ? Aucun... enfin si mais juste dans l'esprit du garçon. Il ne trouvait pas qu'il méritait toutes ces ovations.

Je crois que je ferais mieux d'aller trouver un des infirmiers pour ton pied. On se verra tout à l'heure dans la salle commune, ou sinon demain en cours ?

il ne se défilait pas, il voulait juste aller chercher du secours. Quelqu'un qui saurait vraiment l'aider, pas comme ce qu'il venait de faire … Oui, c'était vraiment la meilleure des choses à faire, il en était certain même si ça l'embêtait de laisser la « malade » comme ça toute seule sans surveillance ! Qui sait ce qui pourrait se passer ?!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2158
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Le chevalier à la toison d'or - Keane.    Lun 1 Déc 2014 - 22:15

Oui je suis sûre que je ne lui en veux pas... Je n'aurai peut-être pas dis la même chose s'il n'avait pas réussit à me remettre tout ça à la normal, du moins peut-être pas sur le coup mais je sais qu'après avoir digérer l'urgence, je ne lui en aurait pas tenu rigueur. Donc non, je n'ai pas de rancune envers lui, il a fait de son mieux pour me soigner et faire en sorte que j'aille mieux. Je suis encore étonnée de tous les efforts fournis envers moi, malgré le fait que nous nous parlions peu. Tout cela ne change pas qu'il soit adorable et naturellement attentionné.

Je lui demande si c'est bien lui qui m'a posé ce petit tissu humide sur le front.

« Oui, au cas où tu aurais de la fièvre ça se fait beaucoup dans les films. »

J'esquisse un sourire, attendris. Aaaaaah qu'il est mignooooon ! 

« Oh bah de rien ! Mais tu aurais mieux fait e tomber sur Elias, lui il sait plein de sorts pour soigner je crois. Il veut être médicomage plus tard. »

Elias Fletcher, un des notres à Poufsouffle. Je l'ai toujours vu comme quelqu'un de très calme, timide et surtout très assidue dans ses études. Il fait un peu élève modèle, je dois bien l'avouer mais c'est surtout un jeune garçon très gentil. Un peu comme Keane mais en beaucoup moins … excentrique et loufoque. Ou plutôt, foufou. Keane et Elias sont le jour et la nuit. Une vraie différence entre eux deux. J'esquisse toujours un sourire … Médicomage ? J'avoue que l'idée était séduisante et j'avais déjà l'idée de parler à Rina depuis plusieurs semaines déjà mais ça n'ai toujours pas fais. Peut-être parce que je me retrouve encore intimidée d'avoir... Enfin, d'avoir partager plus avec elle. Je crois qu'elle me fera toujours un petit quelque chose. En même temps, Katherine est le genre de femme rayonnante qui ne laisse indifférente personne.

« Je crois que je ferais mieux d'aller trouver un des infirmiers pour ton pied. On se verra tout à l'heure dans la salle commune, ou sinon demain en cours ? 
Oui d'accord, au pire ne t'embête pas Rina ou Maxence finiront bien par revenir ! »

A la seconde même où je termine cette phrase, la porte s'ouvre, les talons claquent sur le sol et :

« Bonjourno ! Alors, nous avons un nouveau malade ? »

Je me redresse, les joues un peu rougissantes comme à chaque fois que je la vois tout en esquissant un léger sourire.

« Tu peux y aller Keane... Encore merci pour tout ce que t'as fais, je te revaudrais ça. »

Je lui offre un grand sourire avant de lui faire signe qu'il peut partir sans aucun problème. Il hésite un instant avant de me saluer de la main et de me souhaiter un bon rétablissement, puis de tourner les talons vers la sortie. Quand à moi...

« Qu'y-a-t-il mon chaton ? Tu es malade ? Tu as les joues un peu rouges... »

Euh... Arrêtez de me parler avec cet accent espagnol à tomber, c'est vraiment pas Fair-play madame ! Bon okay, oui je l'avoue j'ai encore un petit faible pour elle et si je suis si intimidé c'est justement parce que je suis... timide. C'est vrai, jouer de mes charmes n'est pas du tout dans ma nature. Je me suis laissé un peu aller avec Harry, je dois bien l'avouer mais … peut-être que nous sommes toutes un peu comme ça au fond. Aimer mettre en valeur nos atouts pour se sentir désirer. Comme un humain normal pourrait le faire. Sauf que la dans cette situation, c'est pas du tout le cas. C'est juste que Rina exerce sur moi ce petit sentiment de timidité et de malaise léger mais doux, presque agréable. Rien de méchant... juste que voilà.

« Je suis tombée des escaliers et me suis foulé la cheville... »

Elle s'agite en passant une main sur mon front avant de s'exclamer que ça n'était rien, que Rina allait arranger ça en deux temps trois mouvements. Elle part dans le fond de la pièce pour revenir en quelques instant avant un pot de crème violette. Je ne me fais pas de soucis sur ses attentions.

« Par contre... euh Keane a voulu m'aider à soigner ça et il a fait disparaître mes os. » Regard effaré de sa part et j'agite les mains précipitement, affolée. « Mais il l'a pas fais exprès hein ! Il a même tout remit à sa place ! Regardez ! »

Je montre du doigts ma cheville que j'essaie de bouger … sans succès. Je me crispe et offre à Katherine un sourire forcé.

« Enfin... j'crois qu'il mange peut-être quelques os... »

Et je crois que je suis bonne pour une journée complète à serrer les dents, le temps qu'il repousse après avoir bu cet autre liquide qu'elle me tend, sourcil froncé et grognant pour la forme.

- FIN POUR MOI -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le chevalier à la toison d'or - Keane.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le chevalier à la toison d'or - Keane.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un honorable chevalier
» invitation du roi au peuple et chevalier de la cour.
» Haldurion, apprenti Chevalier Galadhrim
» Un petit bonjour de La maisnie du chevalier Bragon
» l armure du Chevalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Deuxième Etage.-
Sauter vers: