AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fuck you.... •• Dimitri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1502
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Fuck you.... •• Dimitri   Ven 26 Sep 2014 - 14:24


Lundi 8 décembre 2014

Le cours d’études des moldus, alias le cours le plus ennuyant et long de la Terre... pire que l'histoire de la magie c'est un peu dire. Cette matière lui donnait des nausées, il la détestait au plus haut point ! C'était inutile, il s'en contre fichait d'en savoir plus ou d'autres bêtises dans le même genre. Il ne voulait pas en apprendre plus, à quoi ça lui servirait plus tard, sérieusement ? Néanmoins il assistait à tous les cours, il travaillait la matière de façon à au moins avoir la moyenne, il était hors de questions d'être mauvais quelque part même si tout cela l'emmerdait plus que fortement ! Il devait être bon partout pour lui, pour se trouver un bon métier plus tard, mais aussi pour rendre fiers ses parents ! Melvin n'était pas une flèche, alors il fallait bien qu'il compense un peu ! L'honneur des Tveit était en jeu (oui au moins....). Enfin tout cela pour dire que ce n'est pas parce qu'il n'aimait pas la matière qu'il ne la travaillait pas. Il essayait aussi d'être plus ou moins discipliné en cours, il ne tenait pas à être collé ou à se faire saquer par la suite... néanmoins, il est vrai que cela lui arrivait de temps en temps de discuter avec une de ses voisines, sang-pur... De commenter le cours à voix basse en somme. Ce n'était pas très malin de leur part, mais il n'était pas le seul à discuter avec son voisin en cours !

Aujourd'hui pourtant, il avait été particulièrement distrait. Il avait sortit deux-trois conneries à Devin, sa voisine qui à chaque fois se mettait à pouffer d'une façon toute sauf discrète, malgré les petits coups de coudes et les gros yeux que le bouclé pouvait lui faire. Autrement dit, il n'avait écouté que d'une oreille, il avait quand même pris quelques notes et il avait joyeusement bavardé avec son amie à voix basse pendant une bonne partie du cours. Plusieurs fois le professeur les avait repris, et finalement il s'était calmé tout seul en se disant qu'il préférait encore mourir que d'avoir deux ou trois heures de colle avec Dimitri. Depuis qu'un supérieur avait pris son apparence, il se méfiait encore plus de ce bonhomme, il le haïssait encore plus. Bien sûr ce n'était pas ce professeur qui avait menacé sa famille, qui mettait en danger sa vengeance, mais... vu que le type inconnu l'avait formulé sous les traits de Gabrieli il assimilait souvent l'un à l'autre ! A la fin du cours, alors qu'il allait sortir pour se diriger vers le cours de défense contre les forces du mal, le professeur l'interpella en lui demandant de rester un peu. Tveit ne put s'empêcher de faire une espèce de grimace mal dissimulée et de soupirer brièvement. Il était agacé exaspéré, il n'avait qu'une envie en finir avec ce prof et le calvaire qu'était ce cours... Néanmoins, il savait pertinemment que ce n'était en faisant sa mauvaise tête que les choses allaient pouvoir avancer ! Il prit donc sur lui en prenant une grande inspiration et se dirigea vers le professeur:

Oui, m'sieur ? Ça ne peut pas attendre, j'ai cours juste après...

Et arriver en retard dans le cours de Rivers était une idée qui ne lui plaisait franchement pas... mais alors pas du tout. Pitié que le professeur n'en est pas pour longtemps. Maintenant qu'il se trouvait face à lui une petite pointe d'anxiété naquit... si ça se trouve, c'était le supérieur qui avait pris l'apparence du professeur pendant tout le cours bien que cela semble improbable vu la durée... mais sait-on jamais. Après quelques secondes de silence, sur le ton toujours calme qui lui allait si bien, il reprit la parole:

Qu'est-ce que je peux faire pour vous ?

Il n'était pas un de ces faux-cul... Il répondrait sincèrement à ses questions, même s'il se prenait des heures de colle... Pourquoi est-ce qu'il avait sorti cette phrase alors ? Il n'en avait aucune idée... peut-être en cas que cela soit le supérieur, ou alors c'était une manière distinguée de lui faire comprendre qu'il n'avait pas que ça à faire et qu'il était pressé !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Fuck you.... •• Dimitri   Mar 30 Sep 2014 - 13:01



Fuck you...
Connor & Dimitri


Lundi 2.12 - Début d'après midi.

Contre les douleurs profondes et vous ne pouvez pas expliquer, il n’y a pas meilleur remède que les amis ou la famille pour atténuer l’espace d’une journée, cette souffrance que tu comprends pas. J’ai passé le déjeuner avec Phaedre et même si j’ai honte de ne lui avoir encore rien dit concernant la potion… j’ai le plaisir de voir qu’elle fait au moins effet. Hammerschmitt est peut-être un Ours, mais c’est un Ours intelligent et qui mérite amplement son poste en tant que Prof’ de Potions. Ça faisait déjà deux semaines que je lui versais 2 ou 3 fois de la solution dans sa boisson et je crois que ses crises ne sont pas réapparues, ou alors, je n’en ai pas connaissance. Bon, c’est pas très fairplay de ma part et c’est presque un abus de confiance, mais c’est pour son bien à elle. Peut-être qu’après ça, elle pourrait retrouver une vie normale, paisible, comme toute femme de son âge. J’ai vu Oscar venir la rejoindre après le déjeuner et je dois avouer que ça m’a foutu un coup. Et si ma sœur m’échappait déjà alors que je venais à peine de la retrouver ? Elle a le droit au bonheur maintenant et même si je déteste Oscar autant que l’on puisse détester une personne, si ce pauvre Troll réussit à rendre Phaedre heureuse… je n’ai pas le choix que d’abdiquer devant les faits.

Comme je n’ai pas eu le choix de le faire pour Victoria. Est-il utile que je m’épanche plus encore sur ce sujet ? Non. Nous nous croisons dans les couloirs, nos regards aussi, mais les mots restent à leur place. Les sourires aussi. Ni elle, ni moi avons envie d’étirer nos lèvres pour un acte dont nous n’avons même plus la foi, alors que nos bouches réclament autre chose qu’une trace de joie, de bonheur. Parce que la violence des faits était présente, l’envie que la présence de Victoria provoquait s’en trouvait décupler. Plus la raison accepte l’inaccessibilité, plus le besoin de la voir, de la sentir se manifeste.
Je n’ai pas eu d’autre choix que d’accepter que j’étais complètement foutu. Et peut-être qu’elle aussi mais elle possédait au creux des mains, une chance de pouvoir rattraper tout ça, corriger l’erreur commise avec moi, avec l’illusion que je pourrais peut-être l’aider à affronter la mort de son frère

Je n’ai rien à faire dans cette histoire, dans sa vie. Je n’ai pas ma place. C’était la fin d’un spectacle.

Je sors de la Grande Salle, un goût amer dans la bouche de voir Oscar saisir le bras de Phaedre pour l’emmener je ne sais où… La vache, ils sont capable de me coller la nausée rien qu’à les regarder comme ça. Et voir ma propre sœur minauder… Pouah. Merde, j’suis pas préparé à ça moi encore ! Je soupire, mains dans les poches et me redresse. Passons, elle n’allait quand même pas rester vieille fille jusqu’à ses 150 ans hein… Et puis, à partir du moment où il ne lui fait pas de mal, ça ne me regarde pas, non ?

Je me dirige vers ma salle de cours et j’aperçois une petite tête aux longs cheveux bruns, au loin. Un léger sourire s’étend en quelques secondes et je ne mets pas longtemps à me décider pour rejoindre à grand pas Riley qui flânait en sens inverse, yeux perdus dans le vague. Ca faisait plusieurs semaines que je n’avais pas passé de temps avec elle, juste entre deux bons copains qui s’apprécie. Je crois… que ça n’est pas arrivé depuis cette histoire avec Elwynn.

« Hep, Mzlle, tu sais qu’t’ai trooooop charmaaaaaaante ! »


Elle lève les yeux, furibonde. Et j’éclate de rire avant de lever les mains en signe de défaite.

« Eh ! Ce n’est que moi. Tu te doutes bien que j’ai quand même une manière beaucoup plus gentleman d’alpaguer une femme. »

Sourire de sa part, mais que je ne trouve pas convainquant, ou du moins, terne. Je crois que la blague sur la drague ne la fait plus rire. Serait peut-être temps de renouveler ton stock mon vieux. Et puis c’est pas comme si j’étais moi-même d’humeur pour ce genre de chose…

« Eh, faut pas faire cette tête… Attends. » Je sors ma baguette de ma poche et ramasse un caillou qui traine par terre. Un petit coup sur celui-ci et le voilà devenue petite ourson de pierre, tout brillant et lisse, avec une gueule à croquer. Sauf que si tu le bouffe tu risques d’y perdre des dents. « Tiens, il s’appelle Jean-Charles et je l’ai dressé exprès pour te faire rire… »

Elle me regarde incrédule, un semblant de sourire au bord des lèvres.

« Non mais j’t’assure ! Regarde ! » Deuxième coup de baguette et l’ourson s’anime. Un coup d’œil vers moi, un autre vers Riley et il se met à courir en sa direction avec ses petites patte d’un demi-centimètre pour s’étaler de tout son long au bout de ma paume. Riley finit par lâcher un petit rire et sur mon visage apparait un sourire. « Tu vois, je te l’avais bien dis. Tiens. »

Je le dépose délicatement dans le creux de sa paume où Jean-Charles regarde Riley et esquisse un sourire aussi mignon que possible. Je glisse de nouveau mes mains dans mes poches, comme à mon habitude. L’espace de quelques instants j’oublie tout ce qui peut ronger l’esprit d’un homme et me concentre sur mon amie.

« Ça serait bien qu’on passe un peu de temps ensemble toi et moi, entre pote. Ça fait longtemps.  Je sais pas, pour un basket, pique-niquer au patio des 4 saisons, parce que bon, la grande sœur je la vois tous les jours… mais pas la petite et ça c’est moche. Parce que la famille, c’est la famille. »

Première fois que je mentionne que  j’ai développé un instinct fraternel avec Riley ? Oui sûrement. Je ne lui laisse pas le temps de répondre, parce qu’un déclic vient brutalement de se faire.

« Merde ! J’vais être en retard pour donner mon cours. On se revoit plus tard, ok ? »

Baiser furtif sur le front et je trottine jusque ma salle de cours où seul une petite poignée d’élève attendait devant. Merci, je n’étais pas si en retard que ça… Sinon, bonjour la crédibilité. J’ai déjà eu un mal fou à en avoir une à cause de mon jeune âge et ma maigre, voir inexistante expérience, alors ça n’était pas pour tout foutre en l’air pour quelques retards. Dire que deux mois plus tôt j’aurai pu arriver en pyjama que je m’en contre foutait. A croire que les choses changent plus vite que nous l’aurions cru.  

Le cours se passe, j’enseigne avec le plus de panache que possible, le plus d’enthousiasme afin d’éveiller leur curiosité. Et si pour certains ça fonctionne plutôt bien… pour d’autre moins.

« Monsieur Tveit, silence s’il vous plait. »

Première avertissement. Connor Tveit, Serdaigle, 8ème année. Caractère bien trempé mais plutôt attentif en classe sauf certains moment où il divague vers d’autre chose plus intéressante que mon cours. Ça pourrait presque passer si je ne l’avais pas déjà entendu tenir des propos déplaisant à l’égard des non-magiciens ou même de mon cours, tout simplement.

20 minutes plus tard. Ricanement sonore d’une jeune femme, je me retourne, retournant un soupire. Connor et Devin retiennent un sourire, baissant les yeux, faisant style de rien.

« On dirait que Tveit et Kings on la langue qui les démanges ! Peut-être qu’elles pourraient servir à réciter par cœur toute les leçons apprises depuis le début de l’année et ce, devant la classe, sous peine de se voir retirer 60 points chacun pour leur maison, non ? »

Silence totale, sourire qui s’efface. J’attends quelques secondes, appuyé sur mon bureau, attendant une quelconque réaction. Rien ne vient et j’acquiesce en silence, le visage dur. Être conciliant et sympa, ça va un temps mais lorsque je me retrouve face à ce genre d’élève, je me dois imposer une certaine autorité que j’ai eu du mal à saisir dans les débuts. Venant d’un homme qui a passé son temps à faire chier ses propres profs lors de sa scolarité, c’est plutôt compliqué, en effet. Le problème était que Tveit était distrait depuis quelques temps et particulièrement aujourd’hui…

Je poursuis mon cours sur les outils médicaux utilisés chez les moldus pour détecter  certaines fractures, maladies. Sujet compliqué, mais je sais qu’ils n’avaient pas besoin de savoir le fin fond du sujet, mais de connaitre au moins l’essentiel : L’utilité, la composition dans les grandes lignes, à quelles occasions, pour quel genre de problème etc…

Sonnerie. Je lâche ma craie et me retourne.

« Monsieur Tveit, rester un instant s’il vous plait. »

Ferme, mais pas trop froid. Braquer ce gamin dès le début n’était pas une nécessité. Je m’arme de ma patience et ma diplomatie, mais aussi de ma fermeté. La classe se vide et le jeune homme – malgré sa grimace de mécontentement – s’approchant lentement de mon bureau :

Oui, m'sieur ? Ça ne peut pas attendre, j'ai cours juste après...

Sourire gentillet de ma part, serein et apaisant. Je balaie ses propos d’un geste de la main :

« Oh ! Ne vous en fait pas, ça ne sera pas long. »

Et puis peu importe, en réalité. S’il le fallait, il suffisait que je rédige un morceau de parchemin signé de ma main pour que le jeune homme soit excusé de son retard. J’aurai pu effectivement le réprimander à un autre moment mais à mon sens, il était mieux de le faire maintenant, sur le moment.

Qu'est-ce que je peux faire pour vous ?

Tout aussi calme que moi, tout aussi serein. Je viens m’assoir sur le bord de mon bureau, bras croisés sur la poitrine.

« Ce que vous pouvez faire pour moi ? Non, ça serait plutôt : Qu’est-ce que vous pouvez faire pour vous. »

L’air un peu plus sévère, je laisse passer quelques secondes avant de reprendre.

« Il me semble que vous étiez presque un élève irréprochable en début d’année mais depuis quelques semaines,  je passe mon temps à vous réprimandez comme si vous aviez 5 ans. Et honnêtement, je pense que vous comme moi, nous avons autre chose à faire plutôt que de perdre notre temps pour ce genre de situation, non ? »

Reprendre un élève, parfois trop souvent durant les cours étaient plus éreintant que je ne l’aurai cru. Maintenant, je comprends la douleur que j’ai délibérément affligée à mes profs.

« Si mon cours vous ennuie – chose que j’ai cru comprendre il y a quelques temps –, je peux comprendre… Nous ne pouvons pas être faits pour aimer tout ce que l’on vous enseigne ici mais, je pense qu’un minimum de respect envers ce cours et envers les autres serait de rigueur. »

Autrement dit, si tu pouvais tout simplement suivre ou alors, être distrait mais en silence, ça ne serait pas mal. Léger sourire de ma part, je ne bouge pas de ma place, presque certains qu’il allait tout simplement acquiescer et partir de cette salle tranquillement…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1502
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Re: Fuck you.... •• Dimitri   Ven 3 Oct 2014 - 15:51

On dirait que Tveit et Jones on la langue qui les démanges ! Peut-être qu’elles pourraient servir à réciter par cœur toute les leçons apprises depuis le début de l’année et ce, devant la classe, sous peine de se voir retirer 60 points chacun pour leur maison, non ?

Oups. Il jeta un regard à Devin pour lui faire comprendre de se taire. On ne plaisantait pas avec les points des maisons, surtout que 120 points d'un coup, ça commence à faire ! Est-ce qu'il aurait été capable de réciter toutes les leçons depuis le début de l'année. A priori, non, peut-être qu'il se sous-estimait, mais s'il était plus ou moins sûr de connaître le contenu des cours plutôt bien, les réciter était tout à fait autre chose. Il préféra se contenter se regarder la table plutôt que de foudroyer le professeur du regard. Quel abruti celui-là ! Le jeune Serdaigle préféra dés lors se tenir tranquille bien que l'envie de sortir d'autres conneries à Devin le démangeait. Sérieusement, à quoi ça allait bien pouvoir leur servir de savoir des choses sur les outils médicaux ? On veut trancher du lard sans magie, on utilise un couteau. Pour recoudre c'était logique que cela soit un fil et une aiguille... heureusement son calvaire pris bientôt fin quand la sonnerie retentit, ou du moins c'est ce que le garçon croyait au début. Il n'avait pas encore quitté la salle que le professeur l'interpella. Connor ne put s'empêcha de faire une grimace et rappela quand même qu'il avait cours juste après. Il ne tenait pas spécialement à être en retard au cours de Monsieurs Rivers.

Oh ! Ne vous en fait pas, ça ne sera pas long.

Même quelques minutes ça serait trop long, ça signifierait toujours être en retard en cours... et même s'il détestait Marek au moins ses cours étaient intéressants contrairement à ceux d'études des moldus. Il était clair que Gabrielli ne lâcherait pas l'affaire, alors il lui demanda simplement ce qu'il pouvait faire pour l'aider. L'autre avait beau s'asseoir sur le bord de son bureau et croiser les bras tant qu'il voudrait ce n'était pas comme ça qu'il allait se faire craindre.

Ce que vous pouvez faire pour moi ? Non, ça serait plutôt : Qu’est-ce que vous pouvez faire pour vous.

Là tout de suite, la chose qui lui rendrait le plus service, ça serait de le faire taire avec un blocklang... mais ce n'était bien sûr pas ce dont le professeur parlait et Connor en avait tout à fait confiance. Le Bleu n'eut pas le temps de répliquer quelque chose que le professeur avait déjà reprit la parole

Il me semble que vous étiez presque un élève irréprochable en début d’année mais depuis quelques semaines,  je passe mon temps à vous réprimandez comme si vous aviez 5 ans. Et honnêtement, je pense que vous comme moi, nous avons autre chose à faire plutôt que de perdre notre temps pour ce genre de situation, non ?

Oui, oui c'était un élève presque irréprochable, mais sa patience avait ses limites et là les cours devenaient de moins en moins intéressants. Mais la vérité était certainement tout autre, il savait pertinemment qu'il était plus dissipé depuis la visite du faux "Dimitri".... il n'y pouvait rien n'est-ce ? C'était devenu viscéral, c'était devenu autre chose que de la haine, du mépris pour la matière qu'il enseignait. Comment est-ce qu'il pouvait être concentré et "sage", alors que les paroles de James tournaient en boucle quand il était en face de lui ? Les menaces, ce qu'il devait faire.... Seulement, il ne pouvait rien avouer au professeur. Il savait qu'il était un piètre menteur, alors, s'il le plus âgé attendait des explications, il allait falloir qu'il dise les choses de manière la plus détournée qu'il soit. Dire qu'il était désolé ne serait qu'à moitié vrai. Oui, il était un peu confus d'avoir perturbé le cours... mais bon, quand les autres faisaient ça ça n'avait pas l'air de les déranger tant que ça ! Il se racla la gorge en cherchant les mots les plus appropriés.

Elle n'était pas censé rire aussi fort... enfin c'était censé être discret et ne déranger personne.

Ce n'était certainement pas ce qu'il voulait entendre mais Tveit ne pouvait pas être plus franc. Il avait juste envie de raconter des conneries à une de ses amies pendant un cours. Il attendit quelques secondes avant de reprendre.

Je suis désolé, si ça vous a dérangé.

Mouais, là encore ça restait un peu crédible vu que ce n'était pas son style de perturber trop les cours même s'il ne les aimait pas. Il avait bien trop de respect pour.... l'école et les cours dira t-on.

Ca ne vous ai jamais arriver ? De vouloir juste échanger quelques mots, sans forcément penser à mal, sans vouloir déranger ?

Oui, il avait osé... et d'ailleurs il se demandait bien ce qui venait de lui prendre.

Si mon cours vous ennuie – chose que j’ai cru comprendre il y a quelques temps –, je peux comprendre… Nous ne pouvons pas être faits pour aimer tout ce que l’on vous enseigne ici mais, je pense qu’un minimum de respect envers ce cours et envers les autres serait de rigueur.
Du respect envers les autres, alors qu'ils font plus au moins tous la même chose à différents cours ? Non... ça ça risque d'être difficile. Je sais pertinemment que ce n'est pas une excuse, mais je tenais quand même à le signaler.

Il ne voulait pas paraître impertinent, il voulait juste mu montrer qu'il avait tord en sortant cet argument des autres. Néanmoins, il était bien d'accord sur le respect du cours, d'où le fait qu'il n'ait rien dit dessus. Il aurait bien dit qu'ils mettaient en plus le bordel dans le cours de son oncle (et on ne touche pas à la famille), mais Edward n'aimerait certainement pas que cela se sache. Silence donc !

Mais ça ne se reproduira plus.

Même si ça allait certainement lui coûter, il faudrait qu'il soit de nouveau "sage" pendant les prochains cours. Ça n'allait pas être de la tarte. Quelques secondes de silence passèrent, et finalement le bouclé reprit une nouvelle fois la parole:

C'est juste un peu injuste que ça ne tombe que sur moi, alors qu'il y en avait d'autres qui blagassaient aussi...

D'accord les autres étaient discrets, mais quand même....

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Fuck you.... •• Dimitri   Ven 10 Oct 2014 - 11:45

Être prof n’est peut-être pas quelque chose fait pour moi. Trop jeune, pas assez d’expérience. Bref, je suis certain que nous pourrions trouver toute une panoplie qui démontrerait à quel point une personne ayant un meilleur cursus serait plus adaptée. Mais pour le moment, je suis là. Le Professeur Gabrieli et j’assumerais mon rôle jusqu’au bout. Est-ce que je recommencerais l’année prochaine ? Je n’en sais rien, c’est trop loin pour pouvoir me projeter mais une chose est sûre : L’adrénaline me manque. J’ai besoin de ça, de bouger, voyager et ça n’est pas ici que je vais pouvoir satisfaire ces envies. Et puis, d’ici là, Phaedre sera peut-être guéri ? Je l’espère en tout cas après je ne sais pas quels seront ses projets mais quoi qu’il en soit, je ne suis pas sûr de vouloir être prof toute ma vie.

Peu importe, pour le moment je dois faire face à un élément légèrement perturbateur : Connor Tveit. Cela va faire trois mois que j’enseigne, j’ai pris de l’assurance et la majorité me respecte en tant que te et l’inverse est valable aussi. Après ce qu’ils ont tous vécue, ils ont besoin et ont le droit à une tranquillité. Je ne dis pas ne pas avoir fait d’erreur, la situation avec Enzo en a été la preuve mais j’ai appris. C’est le principal. Wow … Gabrieli, on dirait un Druide quand tu parles. Tout en sagesse ! Ben voyons…

Connor se tient en face de moi, sans réellement cacher son agacement. Oui jeune homme, tu ne passeras pas entre les mailles du filet. Cela fait plusieurs jours, voire semaines qu’il est de plus en plus distrait et je pense qu’il est en mon devoir de le remettre sur le droit chemin ! …. Dimitri, porte la culotte rouge et le costume bleue pendant que tu y es pour prôner la justice dans cette école… Arrête, je serais super sexy comme ça.

Le jeune homme commence à s’excuser, platement. Je reste devant lui, décroisant les bras avant de les poser sur mon bureau, derrière moi et d’y prendre appui. Il tente une réflexion « Et vous ça vous est jamais arrivé de ? ». Phrase typique. Combien de fois l’ais-je moi-même sortie aux profs que je faisais chier à Beauxbatons ? Un tas de fois, j’étais un vrai pitre avec une moyenne acceptable mais un pitre quand même, un véritable casse-couille et grande gueule qui trouvait toujours un bon prétexte pour faire le guignol. C’est pas comme si ça avait changé … Je me revois dans les rues, au sud de la France, en train de faire le beau avec ma bande de copain pour impressionner les filles. Ca non plus, ça n’a pas changé ! Quoi que, depuis l’épisode de Victoria … Oui, bref. Ce n’est pas le moment de penser à ça, non vraiment pas.

Je sais que Tveit n’aime pas ce cours… enfin, les bruits de couloirs se répercutent plus longtemps qu’on peut le croire et puis ça n’était pas comme s’il se cachait de ses opinions hein. Si ça m’énerve ? Non, ça me dégoûte pour deux raisons : Gueuler à tue-tête que les non-magiciens, cracmol ou né-moldu n’ont rien à foutre ici me mets hors de moi parce qu’après ce qu’ils ont tous vécu ici, la moindre des choses c’est qu’on leur foute un minimum la paix. Je me mets à la place des élèves ayant subi les sévices d’une différence et c’est … insupportable. La deuxième est tout aussi insupportable car si des personnes comme Tveit pensent de cette manière… ça n’est pas pour rien. Merci les parents et leur éducation ? En majeur partie oui après il n’est pas exclue qu’un gamin ait pu se faire sa propre opinion. Je trouve ça monstrueux, cette manière d’enctroner son propre gosse pour haïr celui qui, finalement, lui ressemble.

Du respect envers les autres, alors qu'ils font plus au moins tous la même chose à différents cours ? Non... ça ça risque d'être difficile. Je sais pertinemment que ce n'est pas une excuse, mais je tenais quand même à le signaler. Mais ça ne se reproduira plus.

Excuse habituelle, discours habituel. Il est facile de se dédouaner en sortant « Oui mais les autres aussi le font. Je reste tout de même silencieux, Connor ayant visiblement envie de continuer sur sa lancée. Je comprends ce qu’il veut dire et j’entends bien, mais si tout élève foutant le bordel au cours devait se dédouaner en sortant ce genre de discours, nous n’aurions pas fini…

C'est juste un peu injuste que ça ne tombe que sur moi, alors qu'il y en avait d'autres qui blaguassaient aussi...

J’arque un sourcil. J’ai toujours été plus ou moins conciliant envers les élèves, les reprenant gentiment au départ, lorsqu’ils commençaient à partir un peu en vrille, pour ensuite refermer la poigne quand il y avait résistance. Et je suis étonné de voir Connor se… prendre un peu pour une victime. Enfin, je me comprends lorsque je dis ça.

« Je ne pense pas que vous êtes au point de vous jeter dans le puits d’à côté si vos autres camarades le font. Donc, ça n’est pas parce qu’ils bavardent en classe que vous pouvez vous le permettre Mr Tveit. »

A aucun moment je n’hausse le ton ni lui accorde tout cela d’une voix froide. Ça n’est pas mon truc de faire ça ou alors il faut vraiment que le gosse soit d’une insolence assez coriace pour que je daigne m’énerver. Non en général j’essaie de régler les choses de manière sereine et calme, tranquillement. Braquer les gamins ne servirait à rien.

« Voyons Connor, vous avez aux alentours de 18 ans, nous ne sommes plus en cours primaires pour pouvoir entendre « Pourquoi moi et pas eux ». Pour le moment nous ne parlons pas des autres mais de vous et de votre manque de concentration ces derniers temps.»

Toujours avec un sourire malgré tout.

« Je ne parle pas uniquement de votre comportement d’aujourd’hui, là est la différence. Non, je vous parle de manière générale, le fait que cela dure depuis déjà un petit moment… Donc, j’en profite pour vous rappeler à l’ordre et je suis certain que vous serez suffisamment responsable pour faire attention désormais. »

Je ne lâche pas mon sourire tranquille. Je crois que si Katherine me voyait si sérieux elle se foutrait de moi. Comme d’habitude. D’ailleurs, je me demande ce qu’elle fait pour les vacances de Noël… Elle ne m’a jamais parlé de ses parents ni évoqué une envie de passage chez eux. Il faut que je pense à en discuter avec elle.

Je me recentre sur Connor que je ne lâche pas du regard, sans animosité, car être prof est aussi savoir faire la part des choses. Ce qu’il peut penser des moldus, de cette matière est complètement… révoltant. Autant être honnête avec soi-même, je dirais même que ça me débecte plus qu’autre chose mais j’ai avant tout face à moi un élève qui se permet un peu de zèle depuis quelques temps. Mais surtout un élève qui a encore une chance de revoir son jugement.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1502
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Re: Fuck you.... •• Dimitri   Sam 11 Oct 2014 - 20:52

Rester calme, un minimum poli. Ne pas se faire coller ou se faire enlever des points. Garder ce qu'il pensait pour lui, ne pas faire de bourde, ne surtout pas mettre à l'oreille au professeur concernant son "double". C'était sûr, et il avait peur de merder quelque part, peur de dire quelque chose que le supérieur lui avait "confié". Il était à bout, il était peut-être plus vulnérable qu'il ne l'aurait voulu. Il fallait qu'il fasse attention, qu'il soit aux aguets. Il s'était excusé, avant de lui demander si ça ne lui était jamais arrivé de faire ce genre de chose. Tout le monde le faisait un jour ou l'autre, plus ou moins... Il n'était pas le plus dissipé, il travaillait bien, pour une fois on allait pas trop le faire chier quand même... Enfin si apparemment. Imaginez la quinte qu'il aurait eu, s'il y avait eu le même joyeux bordel que dans le cours de botanique d'octobre. Quant au fait de ne pas aimer les cours, oui, c'était une évidence, mais du moment qu'il avait de bonnes notes, où était le soucis ? Malgré tout il lui affirma qu'il ne recommencerait plus, il se tairait pendant les prochains cours même si celui l'ennuyait des plus profondément. Néanmoins, il ne put s'empêcher de rajouter qu'il n'était pas le seul à parler et que c'était un peu injuste qu'il soit le seul réprimander. Cette réflexion fit lever un sourcil au professeur, et ce dernier ne tarda pas à reprendre la parole

Je ne pense pas que vous êtes au point de vous jeter dans le puits d’à côté si vos autres camarades le font. Donc, ça n’est pas parce qu’ils bavardent en classe que vous pouvez vous le permettre Mr Tveit.
Je faisais juste remarquer que je n'étais pas le seul à parler mais que je suis le seul convoqué, Monsieur... même si vous avez tout à fait fait dans votre dernière réplique. Il se tut quelques secondes avant de rajouter. Vous devriez pourtant savoir que je ne fais pas parti de ces personnes qui ressemblent plus à des moutons qu'autre chose.

Bon, on parle bien du comportement là et pas de la coupe de cheveux. Encore une fois, il ne cherchait pas à être arrogant, il voulait juste lui faire remarquer que si c'était un suiveur comme c'était plus ou moins sous-entendu, il aurait arrêté de dire ce qu'il pensait à partir du moment où les supérieurs s'étaient fait la malle... or il était resté le même. Tveit comprenait bien que c'était certainement un dialogue de sourd, Dimitri avait raison dans ce qu'il disait enfin dans l'ensemble, mais il y a des petits points où il se trompait... et c'est là qu'était le soucis, c'est sur ces points que Connor se basait pour lui répliquer, pour tenter de lui faire comprendre son point de vue. Loin de lui l'envie de se faire passer pour la victime, il ne voulait juste pas être un bouc émissaire sur qui on pouvait reposer tous les mots à cause de ce qu'il était, de ce qu'il pensait. C'était tout ce qu'il demandait, ce n'était pas grand chose quand même.

Voyons Connor, vous avez aux alentours de 18 ans, nous ne sommes plus en cours primaires pour pouvoir entendre « Pourquoi moi et pas eux ». Pour le moment nous ne parlons pas des autres mais de vous et de votre manque de concentration ces derniers temps

Touché, presque coulé. Il ne peut s'empêcher de faire une petite moue plus ou moins penaude. Oui, il savait qu'il n'était pas concentré ces derniers temps, ce n'était pas de sa faute, enfin pas entièrement. Le pire là-dedans c'est qu'il ne pouvait rien lui répondre. Il ne pouvait pas dire que ça irait mieux bientôt parce que la situation allait certainement empiré. Qui sait ce que le supérieur allait inventer pour leur prochaine rencontre ? Il secoua un peu la tête en soupirant, en se passant une main dans les cheveux tandis que le professeur reprenait la parole.

Je ne parle pas uniquement de votre comportement d’aujourd’hui, là est la différence. Non, je vous parle de manière générale, le fait que cela dure depuis déjà un petit moment… Donc, j’en profite pour vous rappeler à l’ordre et je suis certain que vous serez suffisamment responsable pour faire attention désormais.

Pourquoi est-ce que l'adulte avait cet espèce de petit sourire collé à la face ? Est-ce que c'était censé être réconfortant ? Est-ce que c'était une manière de montrer qu'il était à l'écoute ou une autre connerie dans ce genre-là, peut-être mais cela avait le don de perturber un peu le Bleu qui ne savait plus trop comment se comporter. Qu'est-ce qu'il devait répondre à cela ? Il avait juste envie qu'on lui foute la paix une bonne fois pour toute, qu'on le laisse gérer comme il le sentait. Mais non... NON. Ça serait trop simple, ils étaient tous sur son dos en permanence; les professeurs, ses parents, la famille, et ce supérieur encore inconnu au bataillon. A ce train à la fin du mois il allait virer complètement cinglé. Il n'en pouvait plus de toute cette pression, d'être ballotté à droite à gauche entre ce qu'il pensait, ce que ses parents voulaient, ce que le faux Dimitri demandait, ce que les professeurs attendaient de lui. Sous pression, à deux doigts de la crise de nerfs, voilà où il était rendu. Connor essaya cependant de cacher cette angoisse grandissante, cette nervosité, tous ces sentiments contradictoires et parfois un peu ambigus. Il devait se calmer, essayer de garder ce "calme" apparent, cette posture plus ou moins impassible. Tveit déglutit avec difficulté avant de reprendre la parole

J'ai déjà dit que je ne perturberai plus le cours Monsieur Gabrieli... Alors je ne vois pas bien ce que ça peut vous faire si je suis concentré ou pas, mes notes restent inchangées me semble t-il. Je.. Je ne comprends pas trop là où vous voulez en venir, ce n'est pas comme si en claquant des doigts je pouvais la retrouver la concentration.

Il essayait de se montrer le plus diplomate possible, et d'argumenter tout ce qu'il disait, de prouver ses paroles un peu par A+B. Il ne voulait pas braquer le professeur ou que ce dernier le prenne en grippe. Il essayait juste de lui faire comprendre que pour la concentration qu'il n'y pouvait rien. Est-ce qu'il aimerait ne plus avoir de soucis pour se pencher plus sur les cours... Oui bien sûr que oui.

Mais vous avez raison, comme je l'ai déjà dit, je ferai désormais attention pour ne plus dérouler le bon fonctionnement de votre cours.

Aucun sourire de sa part, il était juste totalement fermé. Il ne fallait pas qu'il craque, il fallait qu'il sorte le plus vite de cette pièce et avec le moins de "dommage" possible.

Mais sincèrement, je ne comprends pas pourquoi cela vous importe tant si je suis concentré ou pas, du moment que je ne mets pas le bazar.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Fuck you.... •• Dimitri   Dim 19 Oct 2014 - 21:57

J'ai la net impression que ce gamin se fou royalement de ma gueule. Connor est connu pour cet air à la fois hautain et je m'en foutiste, c'est pas le genre de garçon qui se laisse impressionner, que ça soit par un élève ou un prof. Mais ici, j'en ai rien à secouer de savoir si les autres ont foutu le bordel dans mon cours ou d'autre puisque le principal concerné pour le moment c'est lui. J'essaie au mieux de réprimender lorsque l'occasion se présente et si ce jeune homme était suffisamment attentif, il se rendrait compte que personne n'échappe à la règle du « Taisez-vous ou troquer votre parole contre 2 heures de colles ». Il y a une chose que j'ai appris avec Tveit c'est qu'il ne partirait pas de cette salle sans avoir prouver que ses propos sont vérifiées et véritables et manque de bol pour moi, c'est vraiment pas le moment de m'engager dans un bras de fer pour savoir qui à tord ou non. J'ai Victoria qui n'arrête pas de m'envahir le crâne et cette petite voix qui me dit que peut-être, je devrais aller la voir, essayer de la faire rester. Je m'insurge complètement à cette idée... Putain Dim', elle est mariée cette nana, pourquoi tu t'obstines ? Parce que y a ce putain de truc et que je ne m'appelle plus Dimitri Sebastian Gabrieli si elle ne ressent pas la même chose que moi. Si c'était le cas, nous ne serions pas entrain de rester le plus éloigné possible de l'un et de l'autre. Bref, là n'est pas la question.

Il faudrait aussi que j'ai une petite conversation avec ma sœur avant qu'elle ne se rende compte par elle même que je lui sabote ses boissons au petit déjeuner. Il vaut mieux que je le lui dise avant qu'elle ne remarque seule, si je n'ai pas envie de devenir d'un coup de baguette, des feuilles séchées pour lire l'avenir dans une tasse de thé.

Et Rina ? Rina, ce petit brin de Soleil qui illumine ce château qui me paraît parfois si terne. J'irai faire le clown devant elle tout à l'heure, au moins elle retrouvera l'espace d'un instant la force de sourire et de nous illuminer avec son accent transpirant les rayons Hispaniques.

J'ai déjà dit que je ne perturberai plus le cours Monsieur Gabrieli... Alors je ne vois pas bien ce que ça peut vous faire si je suis concentré ou pas, mes notes restent inchangées me semble t-il. Je.. Je ne comprends pas trop là où vous voulez en venir, ce n'est pas comme si en claquant des doigts je pouvais la retrouver la concentration.

Je garde mon calme, impassible devant sa manière d'être et d'essayer de prouver qu'il a raison. Oui, merci Connor, j'ai très bien compris que tu étais un bon élève malgré ton esprit distrait ces derniers temps. Je crois qu'il n'entend pas un traître mot de ce que je lui raconte. Concernant ta concentration perdue... j'ai ma petite idée.

Mais vous avez raison, comme je l'ai déjà dit, je ferai désormais attention pour ne plus dérouler le bon fonctionnement de votre cours. Mais sincèrement, je ne comprends pas pourquoi cela vous importe tant si je suis concentré ou pas, du moment que je ne mets pas le bazar.

Nous voilà repartie dans la même explication. Il ne comprend pas pourquoi je m'inquiète de savoir où s'est tiré sa concentration ? Je crois que c'est dans ces moments là qu'une part de moi me rappelle que j'suis pas fait pour être prof. Du moins, pas pour tous les jours. Pourtant, je ne flanche pas et reste impassible, face à ses propos. Si je pense que c'est de la mauvaise volonté de sa part de ne pas être attentif ? Non, on sait tous ce que ça fait de ne pas être intéressé par un cours, c'est comme ça, on y est pour rien. Mais ce qui me déplait, c'est cette insolence, cette manière de parler, d'exposer les faits avec des « Pourquoi moi ? », « Je vous ai déjà dis que », etc... Ca n'est pas une manière de parler à un prof et on me l'a déjà suffisamment répété pour ne pas que je laisse couler.

J'affiche un demi-sourire, toujours les bras croisés sur ma poitrine, appuyé contre mon bureau jonché de feuille de cours et de copie à corriger.

« Vous savez quoi ? J'ai une excellente idée... Samedi, vous allez venir avec moi pour 2 heures de retenues, comme ça vous allez avoir tout votre temps pour la retrouver, votre concentration et peut-être y perdre votre insolence.»

Avant qu'il ne vienne m'interrompre avec une nouvelle contre-attaque au goût de « Oui mais je ne suis pas le seul à rire trop fort ou à jacasser », je continue sur ma lancer.

« Mr Tveit, la question n'est pas de savoir si vos résultats sont correct ou non, ni de savoir pourquoi je vous fais le reproche de ne pas être concentré. Il me semble que mon poste est celui d'être professeur et que l'un des devoirs d'un prof est de réprimander un élève sur la conduite qu'il tient en cours. Si je devais laisser chaque élève faire le zouave sous prétexte que celui-ci a d'excellente notes, on s'en sortirait pas. »

Même si en soit, je n'ai pas à me justifier mais étant donné que ce jeune homme semble avoir réponse à tout... Ça n'est pas que j'ai Connor dans le collimateur, non. Il reste pour moi un élève comme un autre et ça n'est pas parce qu'il pense certaine chose déplacé concernant les non-sorcier, que c'est une raison pour moi de m'acharner dessus. Au contraire, mon rôle est peut-être de l'aider à changer sa vision des choses avec ce cours. Mais avant ça …

« Ne vous sentez pas persécuter Mr Tveit car je vous assure que vous n'êtes pas le seul à avoir été convoquer 5 minutes pour être réprimander sur ce type de conduite, je préfère être clair la dessus. »

Je viens derrière mon bureau, sors une feuille de papier – matériel utilisé dans mon cours à la place des parchemins, autant mettre les élèves dans les peaux des non-sorciers – et y inscrit un mot d'excuse à l'intention de Mr Rivers afin d'éviter que Connor ne se prenne une autre retenue ? La mienne est justifiée ? Tout à fait.

« Voici un mot d'excuse pour le retard de votre prochain cours... Et, Mr Tveit, mettez-vous dans la tête que vous êtes certes un bon élève mais que votre comportement ne doit pas pour autant être entaché par une distraction trop fréquente. »

Pas de sourire, mais je n'en suis pas pour autant agressif. Ça ne servirait à rien et de toute manière, je n'ai pas envie de me comporter de cette façon, ça ne serait pas moi. Par contre... Ne me demander pas pourquoi mais je vois très bien Phaedre être aussi glacial qu'un serpent à ma place. De nouveau devant lui, je lui tend la morceau de papier où s'y trouve mon écriture italique et un peu hâtive, avec ma signature en bas.

« Vous pouvez y aller désormais, bon courage pour cette journée. »

Cette fois un léger sourire s'affiche, sincère. Certes, l'heure de retenue n'était pas agréable ni pour lui, ni pour moi, mais il me semble juste de devoir appliquer certaines méthodes pour imposer un certain respect entre prof' et élèves. Je patiente, attendant que Connor se décide à sortir afin que je puisse cette fois, pousser un soupire de soulagement. Une journée de plus à tuer et l'espace d'une nuit, j'oublierais ces démons qui me pourchassent.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1502
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Re: Fuck you.... •• Dimitri   Mar 21 Oct 2014 - 21:13

Il fallait parler en quelle langue pour se faire comprendre et être pris au sérieux dans cette foutue école ? Il tenta de lui expliquer qu'il avait compris, qu'il se tiendrait bien à présent vu que visiblement monsieur Gabrieli n'avait pas entendue ou compris la première fois qu'il l'avait dit. Tveit se permit d'ajouter quelques chose en rapport avec ses notes qui n'étaient pas mauvaises malgré tout. Si on pouvait pour une fois lui foutre la paix, ça serait bien sympathique. Et effectivement, il ne comprenait absolument pas pourquoi le professeur tenait tant à ce qu'il soit concentré s'il se taisait et était sage. Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire qu'il réussisse ou échoue ? Il n'était pas son père. C'était vraiment quelque chose qui dépassait son entendement malheureusement !

 Vous savez quoi ? J'ai une excellente idée... Samedi, vous allez venir avec moi pour 2 heures de retenues, comme ça vous allez avoir tout votre temps pour la retrouver, votre concentration et peut-être y perdre votre insolence.

Pardon ? Qu'est-ce qu'il venait de dire là ? Pendant quelques secondes, le jeune homme le dévisagea visiblement incrédule. Il ne voyait pas où il avait été insolent, il disait juste ce qu'il pensait la vérité. Pourquoi est-ce que tout le monde voyait cela comme de l'insolence. Deux heures de colles avec lui, ça lui donnait plus une envie d'aller se jeter du haut de la volière qu'autre chose. Un vrai supplice, tout cela pour pas grand chose au final. Il aurait bien voulu répondre autre chose mais il n'osa pas, et de toute manière le professeur ne lui laissa guère le temps de répliquer.

 Mr Tveit, la question n'est pas de savoir si vos résultats sont correct ou non, ni de savoir pourquoi je vous fais le reproche de ne pas être concentré. Il me semble que mon poste est celui d'être professeur et que l'un des devoirs d'un prof est de réprimander un élève sur la conduite qu'il tient en cours. Si je devais laisser chaque élève faire le zouave sous prétexte que celui-ci a d'excellente notes, on s'en sortirait pas. 

Peut-être qu'il n'avait pas tout à fait tord dans ses paroles, mais Connor avait quand même du mal à avaler cette pilule... mais il restait-là devant le professeur tentant de ne pas craquer une bonne fois pour toute. Il devait tenir. Ne rien montrer. Aussi bien sur ses sentiments, que sur ce qu'il savait. Ne pas laisser filtrer le moindre petit indice. Inspirer. Expirer, faire comme si la situation était des plus normales.

 Ne vous sentez pas persécuter Mr Tveit car je vous assure que vous n'êtes pas le seul à avoir été convoquer 5 minutes pour être réprimander sur ce type de conduite, je préfère être clair la dessus. 

Il n'empêche qu'aujourd'hui il trouvait ça injuste d'avoir été le seul à être convoqué... mais bon, vu qu'il devait juste se taire pour ne pas risquer d'avoir des heures de colles en plus, il allait se la fermer et le laisser parler. D'ailleurs, tout en parlant, l'homme était en train de lui griffonner un mot d'excuse.

 Voici un mot d'excuse pour le retard de votre prochain cours... Et, Mr Tveit, mettez-vous dans la tête que vous êtes certes un bon élève mais que votre comportement ne doit pas pour autant être entaché par une distraction trop fréquente. 

Aux derniers mots, il eut un petit rire las. S'il savait. S'il savait il comprendrait très certainement. Est-ce que son comportement était excusable pour autant, pas forcément. Mais ils ne savaient rien. Personne ne le savait... à part si le faux "Dimitri" avait déversé quelques mots à d'autres pro-supérieurs. Qu'est-ce qu'il pouvait répondre à ça. Est-ce qu'il y avait quelque chose à dire sans éveiller les soupçons ? Non, il ne le pensait pas. C'était son fardeau, qu'il devait porter seul pour l'instant. Est-ce qu'il en avait les épaules, il n'en était pas franchement réellement sûr.
 Vous pouvez y aller désormais, bon courage pour cette journée. 
Au revoir M'sieur. A samedi.

Non, même s'il était outré de ces heures de colle il ne chercherait pas à les sécher. Il irait même si ça présageait déjà d'être pénible. Sur ces mots, il prit le bout de papier de Dimitri et commença à partir...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Fuck you.... •• Dimitri   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fuck you.... •• Dimitri
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dimitri Payet (by Eden-Hazard)
» Dimitri Payet
» Death métal [Dimitri & ...]
» ( Dimitri ) Just ride
» Dimitri Vransky, nouveau professeur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Quatrième Etage. :: Salle d'étude des non magiciens-
Sauter vers: