AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I don’t think you can forgive me ▬ Charleen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 17270
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: I don’t think you can forgive me ▬ Charleen   Mer 13 Aoû 2014 - 20:09

Dimanche 16 Novembre 2014 – Fin de matinée
I don’t think you can forgive me



Charleen & Enzo

Ouverture d’une paupière, puis de la deuxième, léger coup d’œil vers l’extérieur … Peu concluant puisque d’une les rideaux de mon lit sont fermés et de deux c’est le cas aussi des volets donc techniquement tout ce qu’il y a de visible c’est du noir … Enfin presque, pour un humain normal oui, pas pour moi mais ça n’a aucune importance. Je voulais simplement me faire une idée du temps qu’il fait mais on entend suffisamment bien la pluie pour imaginer qu’il fait un temps … un temps du Royaume Unis au mois de novembre. Et dire qu’en Australie c’est l’été … Dans un mois c’est les vacances, haut les cœurs, aller on s’accroche hein ! Et pour la peine je vais me rendormir.
Ouverture d’une paupière, puis de la deuxième, la lumière perce au travers du tissu cette fois. Quelle heure est il ? 10h. C’est raisonnable. Je n’ai pas spécialement envie de sortir de sous mes draps mais je n’ai pas spécialement non plus envie d’y passer ma journée, ça ne me ressemble pas. Je sais qu’à un moment ou un autre j’irai faire un tour dehors et ce peu importe le temps.

Illumination. Le match, c’est aujourd’hui. Génial, on va en entendre parler toute la journée, toute la soirée, et toute la semaine prochaine … Aller Enzo, fais pas ta mauvaise tête, surtout qu’en plus tu vas y aller. Est-ce que je peux emmener Kyle faire un tour sous la pluie avant ? Près du Vieux Chêne là bas dans le Parc … Tu crois qu’il a envie d’y aller ? Je sais pas. Soupir. Miaulement. Câlins. Chat. Humain. Lune. Détente. Tout va bien.
Impasse sur le p’tit dej, je déambule dans les couloirs sans but fixe, les yeux perdus dans le vague sans trop savoir pour qui ni pourquoi. Ça n’a pas la moindre importance. J’en suis au sixième étage, dans le sens de la descente, il doit être environ 11h ou 11h30, quand une voix familière m’interpelle.

« Hey p’tite tête ! »

Qui ose m’appeler de la sorte ? Ma colère s’abattra sur … ?

« Salut Oncle Sam, bien dormi ? »

Sur Cameron.
Hum, soit.
Haussement d'épaule.

« Ouaip, et toi ? »
« Morphée a été plutôt sympa, oui. »

C’est moi où cette conversation est inintéressante ?

« Tu vas au match cet après midi ? »
« Hum … J’sais pas trop. Je pense que oui. »
« Wow … »
« Quoi ? »
« Rien. C’est juste que … Enzo Ryans dans un stade de Quidditch, rien que le dire ça fait tache. »

Il n’a pas tout à fait tort et si ça n’était pas pour certaines personnes je n’y mettrais certainement pas les pieds mais malgré le temps pourri je pense sincèrement y aller quand même. La raison principale tient en quelques lettres : Sovahnn. Le reste, le match en lui-même, j’en ai pas grand-chose à carrer. Il y aura d’autres visages connus que ce soit chez les Jaunes ou chez les Bleus mais c’est celui-ci qui m’importe le plus malgré la distance entre nous deux depuis un moment déjà. Rosalyn, Caitlyn, Ever aussi bien sur, mais aussi Billy – ahum – ou même Kevin – ahum aussi – et puis Lukas, etc … Tveit … Boh, je m’en tape, il peut bien s’écrouler sur le sol ça ne me fera ni chaud ni froid. Enzo c’est pas sympa ça … Je sais et ça tombe bien j’en ai rien à foutre, mais ceci dit je ne le lui souhaite pas quand même.

« Ouais, ouais, je sais … Mais que veux tu, y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. »

Et je ne suis pas un imbécile.

« Et toi, t’y vas ? »
« Affirmatif. »
« On se verra là bas alors. »
« Ça marche, à plus tard. »

Il reprend sa route et moi la mienne, en gros rien de passionnant, mais quand j’arrive au 5ème étage il y a ce truc qui brille un peu plus loin et qui attire mon attention. Curieux de base, je décide d’aller voir, et aussi parce que je n’ai rien de plus intéressant à faire sur le moment, certes. Quand j’arrive à l’endroit précis je me rends compte que c’est un collier qui traine par terre. Geste naturel et réflexe mes doigts se portent sur ma chaine en argent et triturent une seconde la croix qui y est rattachée. Je sais très bien que ça n'est pas le mien mais il y a des réactions qui ne se contrôlent pas, d'autant moins quand on n'essaie même pas.  Je me baisse donc – n'en profitez pas pour mater mon fessier, même si ça vaut le détour je suis d'accord – et attrape l'objet avec délicatesse – parce que oui j'en suis capable – avant de l'inspecter lentement. La chaine est en argent, ça je le ressens et le sens instantanément, parce que oui l'argent a une odeur – tout à une odeur pour les gens comme moi de toute façon. Le pendentif est fait dans le même matériaux, et il représente un petit chevreuil gravé sur une surface circulaire/ovale. Rayez la mention inutile.
Encore un réflexe, moins humain celui ci, je ne peux pas m'empêcher de porter le collier jusqu'à mon nez et grimace lorsque les fragrances me parviennent de pleins fouet. Elles sont nombreuses mais une prend le pas sur les autres. Il y a l'argent bien sur, un peu de poussière et de pierre donc j'imagine qu'il a trainé là au moins quelques heures, une odeur humaine mais surtout celle de la peur et c'est plus que flagrant malgré qu'elle semble s'estomper. Deuxième tentative, et si quelqu'un me voit entrain de faire ça il va me prendre pour un cinglé mais ça n'est pas comme si c'était la première fois et que la moitié de cette baraque ne me prenait pas déjà pour un cinglé, ni comme si j'en avais quelque chose à foutre.

« Génial … »

Cri du cœur ? Pas vraiment. Disons que là encore c'est sorti tout seul, d'un ton légèrement dépité, bien plus qu'agacé en tout cas. Cette fragrance humaine bien qu'elle soit lointaine et pas vraiment gravée dans ma mémoire olfactive, je la reconnais quand même et si je ne me trompe pas, ce collier appartient donc à Charleen. Dilemme. Est ce que l'Homo Sapiens Canis Lupus mâle que je suis va prendre l'option A aka la fuite et la lâcheté ou alors est ce qu'il va plutôt prendre l'option B, se mettre à sa place et se dire que si c'était sa chaine qu'il perdait il aimerait que la personne qui la retrouve la lui rapporte ? Je crois que c'est plutôt évident finalement, parce que même si nos contacts bien que très rares ne se sont jusqu'ici pas très bien passés, la simple idée que cet objet puisse avoir autant de valeur pour elle que ma chaine en a pour moi me pousse à réagir instinctivement sans me poser trop de question. L'objet atterri dans ma poche, je repends ma descente du château en me disant que je finirai bien par la croiser tôt ou tard. Chose qui se produit quand j'arrive au premier étage et que je passe devant la bibliothèque et qu'elle en sort. Je lève les yeux au ciel, sans trop savoir pourquoi, avant d'esquisser un sourire en coin. Franchement, qu'elles étaient les probabilités pour que ça se produise ? Le château est immense, on est ... Je ne sais pas combien on est ici mais très nombreux en tout cas même si l'effectif a sans doute réduit depuis qu'on a pu sortir parce que certains ne sont pas revenus, mais il se trouve que je tombe sur elle alors que ... Non, je ne peux pas dire que je la cherchais parce que ça n'est pas le cas mais tôt ou tard il aurait fallu que je m'y mette si je voulais lui rendre son bien. Remarque, j'aurai simplement pu le donner à Rosalyn, Riley ou je ne sais pas qui trop d'autre mais aucune importance. Elle est là, c'est pas la peine d'y passer le réveillon. Enfin elle est là ... Elle était là sauf que le temps que mon cerveau se mette en marche elle a déjà disparu au détour d'un couloir. J'accélère le pas et la rattrape finalement alors qu'elle se rapproche des escaliers.

« Charleen … »

C'est marrant mais tout à coup je me sens tout de suite moins à l'aise, aller savoir pourquoi ...

« Excuse moi de te déranger mais … »

Main dans la poche, j'en ressors le collier que je tends devant moi dans sa direction.

« J’ai trouvé ça au 5ème et … Enfin est ce que c’est à toi ? »

J’ai l’air d’un con, mais je crois que ça serait encore pire si je lui dis texto que y a son odeur dessus, ce qui en soit est déjà bizarre, ce qui en plus veut dire que je connais son odeur et là ça devient carrément flippant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 868
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: I don’t think you can forgive me ▬ Charleen   Jeu 21 Aoû 2014 - 21:07



I don’t think you can forgive me 
Enzo & Charleen


Dimanche 16.11 – Fin de matinée

Nathan m'a poursuivi toute la nuit dans mes cauchemars, avec ses mains dégoûtantes et ses lèvres malsaines. Ses mots résonnent encore dans ma tête et cette sensation de malaise ne me quitte pas. Je suis allongée dans le lit de Riley qui a quitté le lit depuis déjà une bonne demie-heure je crois. Elle m'a proposé de venir prendre le petit déjeuner avec elle mais j'ai refusé. Je n'ai pas faim, je voulais juste dormir encore un peu plus, espérant que le sommeil, un vrai, ferait surface pour me faire récupérer des émotions de la veille et de cette nuit. Avoir la présence de ma grande sœur avec moi m'a été d'un grand réconfort et je crois que même si je l'avais voulu, je n'aurai pas pu passer la nuit seule. Mes yeux sont gonflés par les larmes et je sens que mes traits sont tirés par la fatigue. Je pousse un long soupire tremblant... Heureusement que Riley était là. Heureusement que je pouvais désormais compter sur elle. Et si je reste bloquer encore dans son lit ça n'est pas uniquement à cause de la fatigue, mais aussi à cause de Nathan... J'angoisse à l'idée de le croiser dans un couloir et qu'il vienne se venger d'hier. Si j'ai compris Riley, elle l'a suffisamment menacé pour lui mettre une peur bleue mais … je ne sais pas. La nuit porte conseille parait-il et peut-être qu'elle lui a servit à se calmer ?

Je n'ai qu'une hâte : Les vacances. Noël. Une ambiance de fête, de famille et de douceur où je pourrais pour quelques jours, redevenir une petite fille avec pour seule préoccupation : Boire son chocolat chaud viennois saupoudrer de cannelle et de déballer mes cadeaux. Je porte ma main à mon cou à la recherche de mon pendentif comme à chaque fois où l'angoisse m’oppresse. Sentir le médaillon gravé sous mes doigts me …

« Eh ! »

Je me relève d'un bon, posant ma main sur mon torse, autour de mon cou, puis de nouveau sur mon torse.

« Non, pas ça ! »

Je regarde sous mon tee-shirt et palpe le matelas autour de moi : Rien. Aucune trace de mon collier. Mon cœur s'emballe et je sens déjà le palpitant au creux de ma gorge. Nathan a complètement disparu pour laisser place à une peur panique. Mon collier a disparu et il est totalement inconcevable que je ne puisse plus le retrouver. Je défais avec précaution la couette de Riley … Peut-être qu'il est resté accroché ? Vide. Je palpe le matelas de mes mains … Tout aussi vide. Les oreillers ? Même chose. Je me passe mes deux mains dans mes cheveux, sentant déjà les larmes monter.

« Tu peux pas être bien loin bon sang... »

Je fouille d'une main fébrile la poche de mon jean qui est roulé en boule sur le sol et en sort ma baguette.

« Accio collier ? »

Une seconde. Puis trois. Puis 7... Puis une minute se passe. Toujours rien. Je me laisse tomber sur le lit... Pourquoi ? Ce collier représente trop de chose pour moi. Cadeau de Papa, il contient une photo de maman... L'océan se déferle de nouveau sur mes joues. Les sanglots se font pesant et lourds. Je suis qu'une petite idiote ! Je me ressasse tous les événements, réfléchissant à ma journée d'hier. Peut-être l'ais-je quitter et je ne m'en souviens plus ? Impossible, ce collier ne quitte jamais le tour de mon cou, même lors d'une douche. Je me connais, je sais que je suis organisée et consciencieuse mais je sais aussi que je peux parfois être tête en l'air.

Je ne me souviens pas une seule fois avoir détaché mon collier … Mes mains tremblent, je dois absolument vérifier dans ma chambre s'il n'y est pas. Je m'habille rapidement après avoir fait un brin de toilette et dévale les escaliers jusqu'à la salle commune.

Choc brutal. Un réflexe ultime de me raccroche au dossier du fauteuil me permet de ne pas tomber fesses les premières sur le sol

« Tu peux t'excuser non ? T'es sur mon chemin là ! 
Je … désolée. »

Une grande brune lève les yeux au ciel en soupirant, tout en agitant la main avant de partir sans même m'aider à me relever. Je crois qu'elle est dans la classe de Riley... Une certaine Maxime. Bref, peut m'importe, je n'ai pas le temps de prendre conscience d'avoir rougit d'excuse que je suis déjà hors de la salle.

Et si j'avais définitivement perdu ce collier ? Je me le pardonnerais jamais. Rien que l'idée de devoir dire à Papa que je ne le retrouve plus, me tord le ventre et m'angoisse comme jamais. Trop d'émotion m'écrasent, en trop peu de temps... Nathan, maintenant ça ? Je tremble, je sèche rapidement mes larmes, essayant de me reprendre un peu. Ne pas pleurer. Pas tant que tu n'es pas sûre de ne pas l'avoir réellement perdu …

Cette idée ne me calme pas, loin de là. Je marche d'un pas rapide en direction de ma salle commune, une boule entravant ma gorge. Je ne prête pas attention au monde qui m'entoure et de toute manière, il n'y a pratiquement personne. Nous sommes dimanche matin et la majorité sont encore entrain de dormir, entrain de faire leur devoirs ou autre chose. Et pourquoi je pense à ça alors que mon cerveau se fait violence pour ne pas craquer face à l'éventualité d'avoir perdu un objet aussi précieux à mes yeux.

Je suis déjà au premier étage et mon cœur bat toujours aussi vite. J'ai de nouveau envie de vomir, les yeux me brûlent d'avoir trop pleuré. J'peux pas l'avoir perdu, j'peux pas avoir perdu ça. Pour une raison que j'ignore, j'ai également l'impression d'avoir perdu un partie de maman...

« Charleen … »

Je m'apprête à descende les derniers escaliers me menant au rez-de-chaussée mais fait aussitôt volte-face, la panique au cœur. Mais lorsque je vois le visage d'Enzo, je me trouve soulagé une fraction de seconde de voir que ça n'était pas Nathan, pour ensuite sentir l'angoisse m'envahir complètement, des pieds à la tête. Revoir Enzo aurait pu me provoquer un sentiment de malaise, de colère mais je crois que je suis dans un tel état de nerf et de sensibilité que je ne suis plus en mesure de démêler mes émotions. Mon cœur s'accélère. Le jeune Gryffondor a considérablement changé depuis notre … enfin, depuis que ça s'est produit.

Je ne prononce pas un mot, la gorge noué, le corps tremblant. J'espère qu'il n'a pas choisit ce moment pour remonter à la surface notre conversation de la dernière fois.

Je ne suis pas prête. Pas maintenant. Pas après Nathan et ma stupidité.

« Excuse moi de te déranger mais … »

Je reste statique, à un mètre de lui où j'ai l'impression de sentir sa chaleur corporelle plus élevé que la moyenne et même si j'en connais les raisons, ça me surprendra toujours je crois.

Il plonge la main dans sa poche et en ressort un objet en argent, brillant. Il le tend devant moi et...

« J’ai trouvé ça au 5ème et … Enfin est ce que c’est à toi ? »

5ème étage? Nathan... Violence.

Je cligne encore deux secondes mes yeux brouillés de larmes pour ensuite sentir mon cœur faire un violent bond dans ma poitrine. A l'instant où je reconnais mon collier, j'ai comme un nœud gigantesque qui se dénoue au creux de mon ventre et dans chacun de mes muscles. Un soulagement se diffuse dans mon corps entier et mes nerfs lâchent complètement.

« Oh bon sang, je le cherchais partout !! »

Ma voix part en vrille et …

… Il s'est passé deux secondes. Peut-être trois. Mais durant ce temps, mon cerveau à décroché et le corps à parlé. Quand je prends conscience avec la réalité, je sens mes lèvres collés fermement aux siennes, mes deux mains posées sur sa poitrine où je sens son cœur pulser avec violence sous mes doigts. Une douce chaleur se diffuse dans mon ventre, et la sienne m'englobe totalement. J'ai l'impression que le temps s'écoule durant une éternité alors qu'en réalité, le geste n'a sûrement duré qu'une seconde, voir deux, peut-être plus, je n'en sais rien … Je suis juste paumée.

La surprise de mon geste me désarçonne complètement et lorsque je m'écarte de lui d'un pas, puis de deux, la bouche entre-ouverte, je percute enfin ce que je venais de faire.

Embrasser Enzo. Je venais … de... Bordel.

« Je... »

Je porte mes doigts à mes lèvres où j'ai encore la sensation d'avoir les siennes, brûlantes. Je me sens violemment rougir, mon corps se met à trembler de toute part et je manque de tomber en trébuchant légèrement. Mes mains se glissent dans me cheveux avant que l'une d'elle glisse sur mon visage.

« J'sais pas ce qu'il m'a prit... Merde. »

Le trop plein d'émotion me fait lâché une injure que je ne contrôle pas. Enzo tient toujours mon collier et pour le coup, je n'ose plus m'approcher pour le récupérer et encore moins de le regarder dans les yeux. Il s'est passé trop de chose en trop peu de temps pour que je ne puisse expliquer quoi que ce soit puisque tout m'échappe. N'aurais-je plutôt pas dû ressentir un dégoût profond envers la présence d'un homme après ce qu'il s'est passé hier ?

Je ne comprends plus rien. Je ne me comprends plus.

Le pire dans tout ça était que l'effet fut … étrange et bon à la fois. Électrisant. La même sensation que lorsqu'il s'était rué sur moi. Enzo ne doit plus comprendre quand il y a quelques semaines il me disait s'être servi de moi et que je lui avouai me sentir « objet » … pour qu'ensuite, je ne vienne l'embrasser en plein couloir ?

Et Kyle dans tout ça ?

La culpabilité me fait mal, me crispe le corps et le cœur. J'ai honte de moi, honte de mon geste.

Honte d'avoir apprécié.

« J'suis désolée Enzo … j'ai pas réfléchis. J'étais paniqué d'avoir perdu ce collier et puis... Je sais pas, pardon.»

Je me tais, puisque tous les mots du monde ne suffiraient pas à expliquer pourquoi je me suis élancée à son cou de cette manière.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17270
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: I don’t think you can forgive me ▬ Charleen   Mar 26 Aoû 2014 - 0:21

Peur. Panique. Puis l’angoisse s’estompe un peu. Est-ce que je l’ai surprise en l’appelant comme ça sans prévenir de mon arrivée ? Ou alors est ce qu’elle a eu peur que ce soit quelqu’un d’autre mais s’est rassuré quand elle s’est rendu compte que c’était moi ? Peu importe la réponse à cette question, ça n’a de toute façon duré qu’une seule seconde avant qu’elle se crispe à nouveau, voyant cette fois à qui elle avait vraiment à faire. Est-ce qu’elle a eu peur que je recommence comme cette fois où mes mains et le reste auraient du rester à leur place ? J’en sais rien, à vrai dire je n’ai même pas réellement pensé à cette éventualité, je me suis plutôt dit qu’elle n’avait absolument pas envie de me voir, ce que je peux comprendre soit dit en passant. Je suis bien incapable de discerner ce qui peut bien se passer dans sa tête en ce moment, je n’arrive pas à comprendre ses émotions d’un seul coup d’œil, elles sont beaucoup trop nombreuses. Je ne l’entends pas mais je suis certain que son cœur bat à cent à l’heure, dans un mélange de peur et d’autre chose, elle a l’air totalement perdue et bouleversée. Est-ce qu’il y a un lien avec la perte de son collier ? C’est possible. D’un côté j’espère que ça n’est que ça puisque dans deux secondes son calvaire sera terminé : Je vais le lui rendre et passer mon chemin. Tout ira bien. Je sais qu’on n’est pas amis et que les relations entre nous deux sont un peu compliqués mais ça n’est pas pour autant que j’aime la voir dans cet état. Au pire je pourrais m’en moquer totalement, ne pas y faire attention, y être totalement indifférent, mais ça n’est pas le cas. Il n’y a pas de raison particulière à ça, je ne crois pas, mais c’est comme ça et c’est tout.

Inutile donc de faire durer le suspense plus longtemps, je récupère donc le collier dans ma poche et le lui tend. Quand elle voit cet objet dans ma main son regard change du tout au tout après deux secondes d’une sorte de blocage, probablement le temps que ce bloc d’émotions laisse suffisamment de place à cette information pour qu’elle remonte jusqu’à son cerveau. Puis tout se déclenche.

« Oh bon sang, je le cherchais partout !! »

Wow ! Quel enthou…siasme … Bug. Bug total. Bug intense. Est-ce que quelqu’un peut me pincer ou bien m’expliquer ce qui est entrain de se passer ? Il y a deux secondes je n’étais pas vraiment à l’aise devant une fille qui a l’air fragile, prête à se briser, la plus part du temps, une fille que j’ai blessé par le passé et qui est sensé sinon me détester au moins me fuir, me mépriser ou quelque chose dans ce style là. Les yeux grand ouvert je ne comprends pas ce qui se passe, elle avait encore les siens rougit par des larmes qu’elle a du verser plutôt et à présent ils sont fermés, ses mains sont posées à plat sur mon torse, elle est quasiment sur la pointe des pieds, surement même vu notre différence de taille et … Est-ce que j’ai penché la tête ? J’aimerai dire non mais je ne peux pas le certifier. Le corps a parfois des réflexes qu’on ne contrôle pas vraiment mais en attendant tout ce que je capte c’est que ça pourrait être une sensation de déjà vu mais ça n’est pas le cas. La première fois c’est moi qui suis allé vers elle, moi qui lui ai sauté dessus pour lui voler un baiser qui contrairement à aujourd’hui n’avait pas grand-chose de doux. Ses lèvres sont sur les miennes, de son plein gré, et ça n’a strictement rien à voir. Ce toucher est délicat, peu importe l’impact, celui de sa bouche ou celui de ces mains et moi j’avais oublié ce que ça faisait d’avoir une fille aussi près de soi …
Elle s’écarte avant que la prise de conscience arrive de mon côté, je sais que ça n’a duré que quelques secondes à peine mais dans ces moments là c’est comme si le temps s’arrêtait. Avec Jamie je n’ai pas réagit qu’il était déjà à l’autre bout du couloir, enfin la première fois parce que la deuxième je ne me suis pas laisser faire comme un gland incapable de réagir. Avec Takuma je n’ai presque pas réagit non plus même si j’ai été à deux doigts de lui coller mon poing en pleine figure. Avec Kyle c’était différent mais quand il m’a embrassé la première fois … C’était le premier à faire ça, on venait de se rencontrer, il voulait me punir pour être aussi con que je l’étais avec lui à l’époque et … Ce que je veux dire c’est que cette fois là j’ai réussi à le repousser parce que ça n’a pas été furtif contrairement aux autres mais il me faut toujours le temps de retomber sur terre pour réagir, ce genre de trucs me scotche totalement et je crois que ça scotcherait n’importe qui, non ?

Dis-moi juste, qu’est ce qui t’a pris de faire ça ? Là j’avoue que j’ai du mal à te suivre, je pensais vraiment être la dernière personne sur terre à recevoir ça de ta part après ce que je t’ai fait et surtout après la conversation qu’on a eu la dernière fois.

« O … Kay … »
« Je... »

Je ne la quitte pas des yeux, complètement sonné, alors que de son côté elle recule, porte ses doigts à ses lèvres et semble enfin capter ce qu’elle vient de faire. Avec quelqu’un d’autre la situation aurait pu me faire rire mais pour le moment je crois que je suis simplement incapable d’avoir la moindre réaction. Pas grave, elle le fait pour deux. Ses joues deviennent aussi rouge que le rouge des Gryffondor, elle tremble, trébuche, se passe les mains dans les cheveux jusqu’à ce que l’une d’entre elle se pose sur sa joue et moi je ne bouge toujours pas d’un poil, mes yeux braqués dans les siens, probablement aussi expressif qu’un poisson rouge en stand by.

« J'sais pas ce qu'il m'a prit... Merde. »



« J'suis désolée Enzo … j'ai pas réfléchis. J'étais paniqué d'avoir perdu ce collier et puis... Je sais pas, pardon.»
« C’est … pas grave … »

Enfin, je crois.

« J’préfère ça qu’une giffle. »

Enzo …

« Enfin c’est pas c’que j’voulais dire ! Je … »

Mouvement, enfin. J’ai le bras tendu vers elle après avoir fait un pas dans sa direction et ma main se positionne de manière à capter son attention, dans un geste défensif je crois. Réfléchir avant de parler ça pourrait être pas mal, histoire qu’elle ne pense pas que j’ai envie de profiter de la situation et que je lui en réclame un autre. Je suis maqué, elle le sait et je ne pense pas qu’elle soit du genre à sauter sur les petits amis des autres. Quant à moi, je suis fidèle et je le resterai. Et puis c’est bon, c’est rien, juste un truc ultra rapide sans aucune signification, y a pas mort d’homme. Je suis sur que si je raconte ça à Kyle ça le fera rire, ou alors il s’en fichera complètement, un truc dans le genre. Il n’empêche que vu notre passif à tous les deux et cette capacité qu’on a à perdre totalement nos moyens quand on se retrouve face à face …

« … J’pensais qu’on avait eu notre lot de situations embarrassantes mais visiblement c’était pas le cas … »

Bon ! Machoman, elle est passée où ton assurance ? C’est pas la première fois que tu te fais embrasser, et encore moins par surprise, alors ça va, respire un peu. En plus c’est une fille que t’as devant toi. C’est vrai qu’on a vraiment l’air de deux crétins là comme ça, et ça n’a absolument aucun sens. On a été beaucoup plus loin, c’est quand même pas un petit bisou de rien du tout qui va nous faire rougir, si ? C’est peut être pas la peine de poser cette question à voix haute par contre hein … Bref ! Inspiration, blocage, expiration. Tout va bien. On se détend. Une main dans les cheveux rapidement, dans un geste automatique, puis elle va retrouver sa sœur dans sa poche respective. Ouais, on se détend. En tout cas moi je me détends.

« T’inquiète, c’est rien. Juste l’émotion j’imagine, t’as l’air d’y tenir beaucoup à ce collier alors … »

Alors rien. Je ne sais pas si c'est un cadeau, un objet qui te vient d'une personne qui t'es chère, mais si c'est le cas alors je comprends et tandis ce que je pense à ça mes doigts vont jouer quelques secondes avec ma chaine, et surtout avec la croix qui y est rattachée.
Et si les rôles étaient inversés, si c’est moi qui avait perdu ma chaine et qu’elle me l’avait ramené, comment est ce que j’aurai réagit ? J’en sais rien mais les rôles ne sont pas inversés donc à quoi ça sert de poser cette question ? A rien.
Et sans prévenir je me mets à rire. Pas un rire super franc, il est même plutôt sec d’abord mais il se prolonge, devient plus intense, et c’est comme si toute la tension s’évacuait de mon organisme alors avant qu’elle pense que je me moque d’elle …

« Excuse moi, c’est nerveux. »

Fou rire nerveux.
Communicatif ?
Peut être.

« Tu sais quoi, tu veux un autre truc qui va probablement nous faire rougir tous les deux ? Tant qu’à faire, autant tout balancer maintenant ça sera fait. »

Dans le fond je ne suis pas trop sur de moi mais c’est tout ce que j’ai en stock, ça me vient spontanément et j’en ai marre de devoir marcher sur des œufs, donc ça passe ou ça casse mais tant pis, je pense qu’on a sincèrement besoin tous les deux de dédramatiser la situation et notre « relation » parce que même si on ne se voit jamais, même si on ne se parle finalement jamais non plus et que ça ne changera rien à nos vies respectives que les choses s’améliorent entre nous c’est peut être quand même plus agréable. C’est vrai que je pourrais simplement foutre le camp mais ça ne me vient pas à l’esprit en fait, pas vraiment.

« Tu sais comment j’ai su que c’était le tien ? Enfin j’en étais pas sur à 100 % mais disons que j’avais de gros doutes. »

Enzo, t’es sur de toi là ?
Oui.

« J’ai reconnu ton odeur dessus. »

Enchaine tout de suite, j’crois pas que ça soit très malin de laisser planer le moindre suspense donc affiche ton air le plus désinvolte et passe la seconde.

« Comme un chien, ouais, absolument, donc si un jour tu perds un truc tu sais où me trouver, j’suis hyper pratique pour ça. »

L'auto-dérision ça fonctionne assez bien en général, c’est d’ailleurs comme ça que j’ai réussi à crever l’abcès avec Rosalyn si mes souvenirs sont bons. En partie en tout cas. Après, de là à dire qu'on est près à rire de « ça » tous les deux ... J'en sais rien. De mon côté je pense que si, si c'est aussi le cas du sien mais ça j'en suis pas persuadé alors on verra bien mais dédramatiser ou essayer de le faire est une sorte de réflexe chez moi la plus part du temps alors ... voilà.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 868
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: I don’t think you can forgive me ▬ Charleen   Dim 7 Sep 2014 - 12:41

Il est là devant moi et je me sens complètement stupide. Le contact de ses lèvres contre les miennes persiste sur ma peau et je me sens encore plus bête. Pourquoi j’ai été faire ça ? Parce que j’ai ressenti trop de chose d’un coup. Entre Nathan hier et mon collier aujourd’hui, les doutes et la pression que je me mets toute seule… je sais pas, ça a comme explosé dans ma tête et quelque part d’autre en moi sans que je ne sache d’où ça vient. Je sais que j’ai toujours ressenti un petit quelque chose pour Enzo, une petite étincelle dont je n’arrive pas à me débarrasser malgré le fait que quelque part, je lui en veux pour ce qu’il m’a fait. Peut-être est-ce cette attraction qui m’a poussé à ce geste, dans un grand moment de confusion. J’en sais rien … comme si une fois ça ne m’avait pas suffi.

Quoi qu’il en soit, là maintenant, j’me sens stupide. Stupide. Et stupide. Et rouge aussi. J’ai peur de sa réaction, peur de ce qu’il va me dire… Peur qu’il me considère comme une fille facile. Je lui dis clairement que je lui en veux de m’avoir utilisé comme un objet et là je l’embrasse.  J’ai envie de disparaitre sous ma grosse couette et m’auto-engueuler. Je me triture les doigts avec la sensation d’avoir 13 ans. Je présente en bafouillant des excuses… Ah ça oui, tu peux. Et puis c’est pas comme si il avait déjà quelqu’un dans sa vie. Nooon… Charleen, tu perds la boule depuis quelques temps.
 
« C’est … pas grave … »

Il me fixe sans forcément réagir et moi je rougis encore plus. Je crois que je pourrais ressembler à une beuglante en cet instant...

« J’préfère ça qu’une giffle. »

Je rectifie... Je suis plus rouge qu'une beuglante.

« Enfin c’est pas c’que j’voulais dire ! Je … »

Au moins Charleen, tu sais que t'embrasse plutôt bien … ou pas ? C'est pas tellement le moment de penser à ça, de toute manière ma température corporelle est tellement élevé que je pourrais faire cuire du bacon sur mes joues. Je me sens tellement … idiote. Stupide. Embarrassée. J'ai à la fois honte pour ce que je fais – après la discussion qu'on a eu, j'ai maintenant l'air d'une fille facile – et … et je sais pas. Je me sens juste mal, c'est pas parce que j'ai envie de l'embrasser que j'ai fais ça... Peut-être un peu. J'en sais rien !

Il s'approche. Mon cœur s'affole. Keep Calm.

« … J’pensais qu’on avait eu notre lot de situations embarrassantes mais visiblement c’était pas le cas … »

Un ange passe... je suis toujours incapable de prononcer un seul mot si ce n'est que d'acquiescer face à ses mots tout en toussotant.

Parler d'autre chose, parler d'autre chose. Parler de... de.. Kyle ? Oui bonne idée après ce que tu viens de faire, c'est très bien placé Charleen. Je sais pas alors, des devoirs ? Oui c'est bien ça les devoirs... Non, c'est ennuyeux, même si toi ça te passionne et que tu es une élève assidue et très intéressée par les cours, ça n'est peut-être pas le cas de tout le monde. Puis parler de ça un Dimanche...

Autant dire que j'ai l'air d'une cruche et que je me débrouille aussi bien avec Enzo que si j'avais le sortilège de confusion. Il se passe une main dans les cheveux puis la mets dans sa poche tandis que je baisse les yeux vers l'herbe. Oh un papillon...

« T’inquiète, c’est rien. Juste l’émotion j’imagine, t’as l’air d’y tenir beaucoup à ce collier alors … 
Oui … enfin c'est... »

Je lève subitement la tête. Il est entrain de rire... mais de rire vraiment. Et sans m'en rendre réellement compte, mes lèvres s'étirent dans un sourire et je laisse moi même échapper un petit ricanement plus timide mais qui est quand même présent. Oui voilà, on en rit parce que c'est pas si grave après tout non ? C'est juste un bisous qui ne veut absolument rien dire... l'émotion comme il dit, j'étais... chamboulée, perdue et fatiguée après ce qu'il s'est passé hier. Okay, j'ai peut-être ressenti une pulsion étrange envers lui mais je crois que malgré tout ce qui a pu se passer, Enzo restera toujours quelqu'un de particulier à mes yeux.

« Excuse moi, c’est nerveux. »

Je balaie ses mots d'un geste nerveux de la main.

« Je préfère voir ça tu sais … et mine de rien, ça détend. »

Quelle éloquence Charleen, tu es incroyable... Malgré tout je laisse encore échapper un nouveau rire nerveux avant de continuer de triturer mes doigts dans tous les sens comme si je ne savais pas quoi faire de mon corps de jeune femme.

« Tu sais quoi, tu veux un autre truc qui va probablement nous faire rougir tous les deux ? Tant qu’à faire, autant tout balancer maintenant ça sera fait. »

Euh … les situations embarrassantes je crois que j'en ai assez eu pour les trois prochaines années à venir.

« Tu sais comment j’ai su que c’était le tien ? Enfin j’en étais pas sur à 100 % mais disons que j’avais de gros doutes. »

Ah si c'est de ça qu'on parle, alors ça me va. La petite fille en moi se rassure aussitôt et j'esquisse un sourire plus confiant. Je pensais qu'il allait me sortir un truc, un souvenir de ce qu'il s'était passé mais visiblement j'étais loin du compte et honnêtement, tant mieux ! Si papa savait … Non papa ne saura pas. J'ai trop peur qu'il soit déçu de moi, de mon geste. Et il aurait de quoi.

Bref, peut importe, ça n'est pas le moment de penser à ça.

« J’ai reconnu ton odeur dessus. »

Plomb dans l'estomac, mon visage retourne au cramoisi. Avoir l'impression d'être violé dans son intimité? Si peu ... En même temps, c'est .... logique.

« Qu...Quoi ?! »

Mon odeur ? Seuil de rouge atteint au maximum. Enzo a effectivement senti ma peau de près... très près même, effectivement.

« Comme un chien, ouais, absolument, donc si un jour tu perds un truc tu sais où me trouver, j’suis hyper pratique pour ça. »

….

« Tu es... vraiment imprévisible Enzo. »

Et je lâche un rire nerveux. Ce garçon est complètement fou. Il est complètement … je sais pas, mais il l'est. Il me jette qu'il me reconnaît à mon odeur et autant dire qu'il n'y a pas plusieurs issues possibles pour savoir comment il l'a connaît... et il dédramatise la chose en se comparant à un chien ? Il n'y a vraiment que lui pour faire ça je crois. Je sais qu'il est plutôt du genre blagueur et à rire de beaucoup de chose et même si j'étais au courant du fait qu'il assume complètement sa nature, je ne pensais pas qu'il en rirait à ce point.

Je glisse une mèche de cheveux derrière mon oreille avant de lâcher d'une voix plus... tranquille.

« J'espère qu'au moins je ne sens pas mauvais … »

Tu avais autre chose en stock ou bien... J'hausse les épaules. Arrête de te mettre la pression, il le prend lui même avec dérision alors inutile de te mettre dans tous tes états pour si peu. Ca n'était qu'un baiser et il s'est passé ce qu'il s'est passé. Riley a raison sur un point majeur : Il est inutile de ressasser tout ça. Passe au dessus de ta timidité maladive.

Quand je vais raconter ça à Rose... je crois qu'elle va m'engueuler. Ou rire. Au choix. Ou croire que je suis devenue complètement folle.

« Je prends bonne note … Mais j'aimerais éviter de te faire ça. Enfin, de te considérer comme un chien et de te faire chercher mes affaires perdues. »

Je trouverais ça dégradant en fait... Même s'il assume parfaitement sa nature, je me sentirais plus gênée que jamais si je devais venir lui demander de renifler mes affaires aux quatre coins du château. Non, ça c'est une chose que je ne pourrais jamais faire, que ça le dérange ou non. C'est un être humain avant tout.

« En tout cas … merci pour le collier. » Je le rattache d'une main tremblante autour de mon cou avant de repositionner le pendentif sous mon tee-shirt. « C'est un cadeau d'anniversaire de mon père que j'ai reçu en Septembre. Il y a une photo de maman à l'intérieur. »

J'hausse de nouveau les épaules d'un air un peu embarrassée. Je sais pas pourquoi je lui raconte ça en réalité... il s'en fiche peut-être.

« Bref, c'est pour ça que j'y tiens. »

Un brise se soulève et des bruits de pétard s'élèvent au loin. Ça me donne envie de jouer à la bataille explosive.

« Et tu as quoi d'autre comme super pouvoir à part avoir un odorat très développer et d'avoir la température d'une cheminée allumée ? »

Très bizarre comme comparaison mais on n'en tiendra pas compte.

« Tu sais que … Tu pourrais faire un excellent Auror? Pour chercher les personnes disparues, enlevées... Enfin, tu pourrais être un bon élément je trouve. »

Je sais pas pourquoi je lui dis ça mais ça a été spontanée et surtout sincère. J'ai cru comprendre l'année dernière qu'Enzo n'était pas un amoureux des cours mais qu'il avait plus tendance à vouloir bouger, agir. Ce que je dis n'a absolument rien de dégradant, bien au contraire. Je trouve ça même extraordinaire de pouvoir avoir la faculté de mettre à profit ses atouts pour une aussi bonne cause.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17270
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: I don’t think you can forgive me ▬ Charleen   Mar 9 Sep 2014 - 16:30

Maman ! Y a une fille qui m'a embrassé ! Pitoyable. Est ce que j'aurai parlé de tout ça, de ce genre de trucs je veux dire, avec ma mère si elle était encore là ? Tôt ou tard on fini toujours par avoir ce genre de conversation gênantes avec les parents non ? Étrangement j'ai du mal à imaginer mon père venir me voir pour me dire qu'il faut sortir couvert ou un truc dans ce style là et je me demande si Derek a eu le droit au topo. Oui je sais, embrasser quelqu'un ça ne veut pas dire obligatoirement mettre cette personne dans son lit – ou ailleurs – mais … une fois partis dans le délire c'est pas toujours une évidence de s'arrêter, rarement même. Enfin en ce qui me concerne mais ça c'est parce que je suis un obsédé il paraît.
Enfin bref, une fille m'a embrassé et je ne peux pas dire que ça ne m'a rien fait. Depuis combien de temps est ce que ça ne s'est pas produit ? Des mois et je ne garde pas vraiment de souvenirs impérissables de la dernière, volontairement. Ça fait bizarre, ça ne réveille pas spécialement des trucs mais ça fait bizarre. C'est juste un truc super rapide et puis de toute façon fille ou garçon dans le fond ça ne change rien mais en plus de ça c'est Charleen et étant donné ce qu'il s'est passé entre nous deux auparavant ça rend la chose encore plus … bizarre. Pas de méprise, ça ne va pas me retourner le cerveau et m'amener à me poser 3 milliard de questions mais c'était inattendu donc un peu perturbant mais j'aime trop les baisers de Kyle pour ne pas me focaliser sur ceux là et uniquement ceux là. Et puis c'est bon, c'est pas comme si elle m'avait violé non plus, pas comme si … elle m'avait rendu la monnaie de ma pièce, en quelque sorte … Hum. Bref.

Situation ultra gênante donc, mais situation que j'essaie de désamorcer avant que l'un de nous deux ne tombe dans les pommes à cause de la pression ou ce genre de trucs. Un autre moment, une autre fille, j'aurai probablement balayé tout ça d'un geste ou d'une phrase sans y faire plus attention que ça mais d'une ça n'est pas n'importe quelle fille et de deux je ne suis plus vraiment le petit connard que j'ai pu être par le passé – même s'il est toujours bien présent à l'intérieur je le sais. Les choses sont différentes aujourd'hui, c'est tout. Celui là n'a plus vraiment l'occasion de se manifester et tant mieux.
On a juste l'air de deux cons mais je crois que mon fou rire nerveux à au moins eu le don de nous décoincer un peu l'un et l'autre et ça n'est pas une mince affaire à mon avis. Sauf que bien évidemment il a fallu que je la ramène à nouveau et que je balance un truc qui l'a rendu aussi rouge que le rouge des Gryffondor et plus encore. Choquée ? Je crois bien. Il faut dire que ça n'est pas tous les jours qu'un type vous balance qu'il connait votre odeur corporelle et on sait très bien tous les deux pourquoi et comment je la connais … Est ce que j'ai des images dans la tête de ce qu'il s'est passé cette fois là ? Oui, et c'est vraiment pas le moment alors pense à autre chose ! A ton mec, par exemple Rolling Eyes Peu importe, est ce que je dois m'attendre à une nouvelle gifle ? Non parce que c'est pas franchement très malin de ramener sur le tapis un truc qui ne lui a pas laissé un super souvenir. Et je t'interdis de faire le moindre commentaire déplacé sur une quelconque performance Enzo Ryans !

« Tu es... vraiment imprévisible Enzo. »

Elle lâche un rire nerveux, je souris. Ça fait longtemps que je n'ai pas entendu ce mot et c'est peut être con mais ça me fait plaisir de l'entendre. Bien sur je ne peux pas m'empêcher de penser encore et toujours à Kyle, parce qu'il me l'a souvent répété au début de notre histoire, en me faisant comprendre que c'était clairement quelque chose qu'il aimait particulièrement chez moi mais ça n'est pas le propos. Sors le toi un peu de la tête de temps en temps, ça ne te ferait pas de mal jeune homme. Oui. Néanmoins ça fait plaisir de savoir que malgré le temps qui passe je reste le même, capable d'étonner les gens et visiblement dans le bon sens. J'aime pas l'idée qu'on puisse s'ennuyer avec moi, je déteste même, alors oui je prends ça comme un compliment même si je ne vais pas me mettre à me pavaner ou une autre connerie de ce genre. Je le sais que j'ai un besoin pathologique d'attention malgré mon entêtement à passer inaperçu et à ce qu'on me foute la paix mais … Non, je n'arrêterais jamais d'être paradoxale, merci, bonsoir. Et on dirait bien qu'elle se détend encore un peu.

« J'espère qu'au moins je ne sens pas mauvais … »
« Non, tu sens même très bon. »

Tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Ce genre de trucs c'est à retenir, à garder pour soi, pas à lâcher comme ça d'une manière hyper naturelle comme si c'était normal mais de toute façon c'est fait. D'un autre côté c'est la vérité, elle sent bon. Les filles sentent plutôt bon en règle générale, elles ont déjà l'odeur du musc en moins et ça n'est pas rien mais oui, elles sont une odeur agréable. Celle de Jillian est encore dans ma mémoire olfactive, avec ses effluves de parchemins, de livres, de roses, etc … Ça n'est pas toujours évident de déterminer les fragrances mais à vue de nez – la blague – je dirais que Charleen sent la vanille, entre autres. Quelque chose qui s'en rapproche en tout cas. Peut être que ça vient de son shampoing ou son savon, j'en sais trop rien, et de toute façon ça n'a pas la moindre importance.

« Je prends bonne note … Mais j'aimerais éviter de te faire ça. Enfin, de te considérer comme un chien et de te faire chercher mes affaires perdues. »

A mon tour de lâcher un rire mais celui là n'est pas vraiment nerveux, juste amusé je dirais. J'ai beau tourner les choses à la dérision je déteste qu'on me compare à un chien. J'adore les chiens, c'est pas le propos, mais j'en suis pas un alors il est hors de question que je serve d'animal de compagnie ou quoi que ce soit dans ce genre là. Je ne dis pas que mes sens ne servent jamais dans des situations bien précise mais de là à être embauché pour chercher les affaires de quelqu'un … Enfin je le ferai, bien sur, mais spontanément et pas sur demande. Disons que je me comprends.
Une chose en tout cas : J'apprécie qu'elle ne me traite pas comme si je n'étais pas normal. On n'a jamais réellement parlé de ce que je suis, elle l'a su en même temps que tout le monde et visiblement ça ne lui pose pas plus de souci que ça. J'ai l'impression qu'elle ne voit en moi qu'un type de son âge et basta, pas une grosse bête poilue.

« En tout cas … merci pour le collier. »
« Je t'en prie. »
« C'est un cadeau d'anniversaire de mon père que j'ai reçu en Septembre. Il y a une photo de maman à l'intérieur. »

Oh. Maman. Oui Enzo, Charleen a une mère, tout le monde a une mère, toi aussi tu as une mère, et un père, même un frère. Je me rends compte que je ne sais absolument rien d'elle malgré les années qu'on a passé dans la même classe. Je sais que Rosalyn est sa meilleure amie et Riley sa demi-sœur mais à part ça … Un cadeau de son père, avec une photo de sa mère à l'intérieur, est ce que ça veut dire que ...

« Bref, c'est pour ça que j'y tiens. »
« Je comprends. Si je perdais ça je deviendrais dingue je crois. »

… que sa mère est morte ? Un instant je ressens une sorte de pincement au cœur mais quand ma chaine et la croix que je porte autour du cou glisse entre mes doigts je retrouve mon sourire. Si un jour je devais perdre cet objet j'en serai malade, idem pour la montre que je porte. Des cadeaux de mes parents, deux objets auxquels je tiens comme à la prunelle de mes yeux et qui ne me quitte jamais ou presque. Il n'y a que les nuits de Pleine Lune que je m'en sépare et concernant ma chaine c'est Kyle qui la garde. C'est plus symbolique qu'autre chose mais c'est comme ça. Au départ je la gardais lors des transformations et sous forme lupine mais j'ai pris de la masse et ça ne passe plus. Le contact avec l'argent n'est pas non plus la meilleure des choses et si ça ne me fait rien ou presque sous forme humaine, Loup lui n'en est pas trop fan. Enfin son enveloppe j'entends. Je me souviens aussi que je ne pouvais plus les porter quand j'ai été blessé par de l'argent et ça m'a réellement pesé de ne plus sentir leur contact, surtout celui de la chaine. Et quand cet enfoiré me l'a arraché … Non, ça n'est pas la peine de repenser à ça et surtout pas maintenant.

« Et tu as quoi d'autre comme super pouvoir à part avoir un odorat très développer et d'avoir la température d'une cheminée allumée ? »
« Une chem … On me l'avait encore pas faite celle là je crois. »

Nouveau rire amusé de ma part. Je rêve ou on est entrain d'avoir une conversation ?

« C'est déjà pas mal non ? Mais j'peux toujours servir de monte-charge ou truc dans le genre. Ceci dit je crois que c'est l'option radiateur qui sert le plus. »

Surtout à mon chat et à mon Homme.

« Quoi que. »

Quand je suis entrain de filer un coup de main aux enclos le mode monte-charge est très souvent présent parce que je ne me sers jamais ou presque de la Magie.

« Tu sais que … Tu pourrais faire un excellent Auror? Pour chercher les personnes disparues, enlevées... Enfin, tu pourrais être un bon élément je trouve. »

Bug. Et ça doit se voir sur ma face j'imagine mais là pour le coup c'est elle qui me surprend. Moi, Auror ? C'est l'ambition de mon frangin ça mais malgré tout ce qu'elle dit n'est absolument pas dénué de sens. Alors je scotche quelques secondes, réfléchi avec les mimiques qui vont avec et tente de chasser les images de chiens secouristes, ceux qui cherchent les disparus dans les décombres ou ce genre de trucs, de mon esprit, avant de reposer mon attention sur elle.

« Euh … Alors là je t'avoue que je ne me suis absolument jamais posé la question, j'y ai jamais pensé. »

Est ce que j'aurai du ? Avec le recul je me dis que j'ai déjà fait ça en plus, chercher les disparus, les blessés, etc … Le 20 juillet, après la bataille, j'ai eu ce sentiment urgent de m'éloigner et au lieu de ne rien faire j'ai rejoins Jakob, mon frère et d'autres pour faire le tour du château. L'odeur du sang est celle qu'on capte le mieux alors je me suis rendu utile comme je le pouvais même si c'était oppressant. Pas plus que ce que j'avais dans le cœur à ce moment là de toute façon.

« Merci en tout cas, c'est gentil. »

Je ne rêve pas, on est entrain d'avoir une conversation et c'est plutôt cool.

« Je pense pas que ça soit vraiment un truc qui me branche, j'crois que j'ai pas vraiment envie de me mettre au service de l'Humain en fait. »

Pas après tout ce que t'as pris dans la gueule, c'est ça ?
Peut être. J'ai juste pas la vocation, c'est tout.

« Enfin j'veux dire que je suis plus attiré par autre chose, les animaux notamment, et la nature en général. Et je sais pas si le monde magique sera ma destination finale pour être tout à fait honnête. »

Et j'ai l'impression que c'est la première fois que je le prononce à voix haute, non ?

« On verra bien, qui sait, j'aurai peut être un déclic. C'est pas comme si on n'avait pas 1 000 fois l'occasion et le temps de changer d'avis d'ici à ce qu'on termine nos études après tout. »

Sourire.
Haussement d'épaules.
Mains bien tranquilles dans le fond des poches.

« Et toi qui es plutôt du genre douée en cours, t'as déjà une idée de ce que tu veux faire plus ... »
« Bonjour mes jeunes amis. »

Sursaut de notre part à tous les deux je crois et je retiens un grondement sourd. Ça ne me ressemble pas de me laisser surprendre comme ça et je déteste ça. Le fait que je ne l'ai pas senti ni entendu arriver mais quand je me rends compte de qui il s'agit ...

« Euh … Salut. »

Le Lion du Dervrac, le fantôme des Gryffondor, avec sa magnifique tache de sang. Il est là, à se pavaner comme d'habitude, l'air fier et pompeux. Je n'arrive pas à réprimer une grimace et mes yeux tombent sur les tableaux auxquels je n'avais jusqu'ici absolument pas fait attention. Dans l'un d'entre eux se trouvent deux jeunes femmes vêtues comme dans un autre temps, totalement en pâmoison devant le Chevalier qui se trouve maintenant à notre hauteur.

« J'espère ne point interrompre quelconques retrouvailles passionnelles et pleines d'émois, je suis actuellement à la recherche de mon fidèle destrier, ne l'auriez vous pas vu par le plus grand des hasards ? »

Hein ?!

« Permettez moi de vous dire que vous êtes parfaitement assortis, votre descendance vous remerciera croyez moi. Il se peut que vous ayez un fils tout aussi beau et fort que je le suis. Mais point de folies avant la noce ! »

Ce type … est barge.
Complètement barge.

« Non mais c'est pas ... »
« Je n'ai moi même absolument pas respecté cet adage, voyez où j'en suis aujourd'hui. C'est extrêmement inconfortable comme situation donc tenez vous en aux baisers chastes c'est très bien. »

Maman, j'veux mourir.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 868
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: I don’t think you can forgive me ▬ Charleen   Jeu 18 Sep 2014 - 18:53

Pour la première fois depuis des mois, je suis en train d’avoir une vraie discussion avec Enzo et ça, c’est quelque chose que je ne croyais pas possible. A cause de ce qu’il s’était passé et à cause de ma capacité à ne pas savoir me débrouiller correctement pour articuler deux mots sans rougir. Et je n’ai pas mis toutes les chances de mon côté en l’embrassant comme une béquasse tout à l’heure ! La situation a été gênante mais en cet instant, tout à l’heure plus détendu et moins gênant. Faire comme Riley me l’a dit, relativiser les choses, les voir d’une autre manière et l, pour l’instant… tout ce passe bien et je crois même que j’apprécie discuter avec lui, même si j’ai rougis lorsqu’il m’a dit que je sentais bon…
 
Il me cite ses capacités en tant que Loup-Garou et ce statut ne m’impression plus autant qu’avant. Bien sûr, j’ai été marqué par ce jour où nous en sommes tous sortie traumatiser, surtout Kyle et lui mais à ce jour, je le vois simplement comme un jeune homme normal. J’ai honnêtement du mal à l’imaginer en une grosse bête poilue et je crois que c’est mieux comme ça. Je pense aux études d’Auror où je me dis qu’il y serait certainement un bon élément.
 
« Euh … Alors là je t'avoue que je ne me suis absolument jamais posé la question, j'y ai jamais pensé. »
 
J’hausse les épaules avec un sourire. Pourtant, je le verrais bien dans ce secteur. Je ne sais pas pourquoi mais je trouve que l’image d’un Auror colle bien avec la personne qu’est Enzo. Après, je me trompe peut-être.
 
« Merci en tout cas, c'est gentil.
-          Oh y a pas d’quoi ! C’est sincère, vraiment.
-          Je pense pas que ça soit vraiment un truc qui me branche, j'crois que j'ai pas vraiment envie de me mettre au service de l'Humain en fait. »
 
J’hausse les sourcils, un peu étonnée mais ne dit rien, le laissant expliquer.
 
« Enfin j'veux dire que je suis plus attiré par autre chose, les animaux notamment, et la nature en général. Et je sais pas si le monde magique sera ma destination finale pour être tout à fait honnête. »

J'écarquille les yeux, surprise. Agréablement surprise. J'ai le cœur qui gonfle d'un sentiment étrange de l'entendre dire ça quand moi même je suis déterminée à travailler auprès des animaux. Je ne sais pas encore dans quoi précisément mais c'est là, au fond de moi. J'aime être prêt d'eux et être attentive à ce qu'il se passe autour de leur existence. Et puis, leur présence est souvent réconfortante.

« On verra bien, qui sait, j'aurai peut être un déclic. C'est pas comme si on n'avait pas 1 000 fois l'occasion et le temps de changer d'avis d'ici à ce qu'on termine nos études après tout. »

J'acquiesce toujours sans un mot, bras croisé sur mes poitrine, beaucoup plus décontracté que tout à l'heure … Il est vrai que peut-être, je pourrais moi même changé d'avis sur ce que je veux faire plus tard. C'est une des choses qui me terrifie un peu : L'avenir. Et si je faisais le mauvais choix ? Et si je me trompais totalement sur mes envies ? LE temps me le dira.

«  Et toi qui es plutôt du genre douée en cours, t'as déjà une idée de ce que tu veux faire plus ... 
Bonjour mes jeunes amis. »

Bouche entrouverte, prête à enchainer et à m'empresser d'annoncer à Enzo que je souhaitais moi aussi travailler sur le côté animal, mais c'est un sursaute qui prend place. Suivit d'un deuxième lorsque j'entends un grondement sourd sortir de nul part. Mes yeux se fixe sur Enzo... Est-ce que c'est vraiment de lui que ça vient ? Bouche toujours en rond, je bug complètement pour finir par scruter un vide, une brume et une forme. Le fantôme des Gryffondor, Le Lion de Dervrac.

« Euh... Salut.
Oh, bonjour Monsieur Dervrac ! »

Je me calme soudain, affichant un grand sourire et en agitant la main pour le saluer. Bon, sa tâche de sang n'a rien de très avenant et malgré ses airs de coq toujours prêt à faire le beau devant de jolies femmes, il peut parfois être sympathique. Mais il était beaucoup plus prétentieux que le fantôme « L'infante des cendres », une jeune femme beaucoup plus humble et joyeuse avec qui vous ne pouviez pas garder une tristesse au fond de vous trop longtemps. J'aimais bien la croiser dans notre salle commune, elle nous faisait toujours autant rire, chaque fois qu'elle venait.

Pour le moment, c'est face a Dervrac que nous faisons face et il était visiblement dans un de ses beaux jours où il se sentait plus beau que jamais. Si j'étais toute sourire, Enzo avait l'air un peu plus septique. J'entends des petits gloussements, tandis que le Chevalier s'approche de nous, je jette un œil à côté de lui. Deux jeunes femmes dans un tableau se trouvent être... comment dire, charmées.

« J'espère ne point interrompre quelconques retrouvailles passionnelles et pleines d'émois, je suis actuellement à la recherche de mon fidèle destrier, ne l'auriez vous pas vu par le plus grand des hasards ? »

…. Je manque de m'étouffer et mes joues s'empourprent aussitôt. J'essaie de me reprendre rapidement, histoire de lui faire oublier ses croyances.

« Je … nous... No.. Non. Pas vu désolée
Permettez moi de vous dire que vous êtes parfaitement assortis, votre descendance vous remerciera croyez moi. Il se peut que vous ayez un fils tout aussi beau et fort que je le suis. Mais point de folies avant la noce ! »

Réflexe stupide de ma part : Je m'écarte d'Enzo, comme pour rompre toutes les croyances que le chevalier plaçaient en nous.

Descendance ? Folies avant la noce ? Mon dieu. Je crois que Charleen vient de me claquer entre les doigts :gla:

Mes bras se crispent autour de ma poitrine, plus rouge que jamais. Je suis un véritable radiateur, j'ai chaud. Je tousse. Essaie de bouger, mais trébuche, paniquée.

« Non mais c'est pas ... 
- Je n'ai moi même absolument pas respecté cet adage, voyez où j'en suis aujourd'hui. C'est extrêmement inconfortable comme situation donc tenez vous en aux baisers chastes c'est très bien. »

J'aurai pu trouver la situation drôle si Enzo et moi n'avions jamais... Bon sang, que c'était gênant ! Je rougis de plus belle, cherchant une issue quelque part, avec quelqu'un. Un prétexte. Excusez moi mais j'ai piscine en fait … et laisser Enzo comme ça, avec le Chevalier lui laissant faire une leçon de moral à ce qu'il faut faire ou non ? Allez un peu de courage Charleen, tu sais très bien que tout cela n'est pas vrai.

« Non vraiment. Je peux concevoir qu'avec de si jolis jeunes gens, vos envies soient …
- Chevalier du Dervrac ! Je me rue vers Enzo, passant un bras sous le sien, grand sourire aux lèvres malgré mes joues aussi rouge que la couleur des gryffondor. Ne vous en faite pas, nous prendrons compte de... de vos recommendations, on vous le promet. Hein Enzo ? »

Cette situation est gênante mais si nous n'y mettons pas un terme rapidement, je crois que nous nous en sortirons jamais.

« Bien Mademoiselle, j'apprécie de voir autant de bon sens et je suis certain qu'il en va de même pour ce jeune homme.
- Oh oui, ne vous en faite pas. J'acquiesce avec une certitude mensongère, pensant que s'il savait la vérité, nous nous ferions réprimander aussitôt. Vous nous excuserez Chevalier, mais nous avons … un grand nombre de devoir à rendre. Permettez nous de prendre congé.
Bien sûr, je ne voudrais pas être le responsable d'un échec scolaire. »

Il nous salut avec révérence, main sur sa tâche de sang – cette vision me fait frissonner mais je n'en montre rien – avant de commencer à s'éloigner.

«  Belle vie à vous deux, jeunes gens. Et souvenez-vous, point de folies avant les noces. Ne vous en faite pas, vous aurez tout le temps pour cela une fois unis par les liens du mariage ! »

Il disparaît aussi vite qu'il est arrivé et je lâche aussitôt le bras d'Enzo, toujours aussi rouge cramoisie. Je pousse un soupir de soulagement face à la disparition du fantôme avant de tousser devant mon poing.

« Hum, désolée pour ça … Mais si non, nous aurions eu le droit à un discours sur la procréation et qu'il est mal de cacher notre véritable amour.... »

Je lâche un petit rire avant de reprendre en secouant la tête, sourire aux lèvres.

« A croire que nous sommes abonnés aux situations gênantes ! »

A ca, plus que jamais... Si avant j'avais des doutes, j'en étais maintenant persuadés. Et je finis par … rire. Légèrement, mais voilà, c'était là, au creux de ma poitrine. Je ne sais pas si c'était par nervosité ou si finalement la situation me paraissait de plus en plus drôle mais voilà, je ne me retiens pas. Après plusieurs secondes, je m'essuie une larmes au coin de l’œil.

« J'ai hâte de pouvoir annoncer à Riley que toi et moi allons avoir une descendance digne de ce nom... »

De nouveau un rire beaucoup plus léger, je me sens détendu, tranquille pas comme tout à l'heure où j'étais tendu comme un arc. Je remet mon collier autour du cou, tout en tenant le pendentif entre mes doigts, avant de reporter mon regard sur Enzo.

« Merci pour le collier … Je sais pas ce que j'aurai fais si je l'avais définitivement perdu. »

Probablement pleurer toute ma vie.

« Je dois y aller maintenant … Mais c'était bien de discuter avec toi. J'veux dire, de manière normale. Enfin bref, tu m'as comprise. »

Bravo Charleen, gros efforts de ta part, j'suis fière de toi.

« A plus tard et passe le bonjour à Kyle de ma part ! »

Je lui fais un signe de la main avant de faire demi-tour, direction ma salle commune où j'espérais y trouver Rose pour lui raconter ça. Oui, Enzo Ryans et Charleen Thomson ont réussi à avoir une discussion normal, sans dispute, sans reproche et sans …. * censuré *

- FIN POUR MOI -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17270
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: I don’t think you can forgive me ▬ Charleen   Ven 19 Sep 2014 - 13:54

C’est marrant mais sans trop savoir pourquoi cette situation me fait penser à Jamie. Il y a des personnes avec qui vraisemblablement il est obligatoire de devoir se sentir légèrement embarrassé à chaque fois ou presque. Il faut toujours qu’il se passe un truc qui nous dépasse totalement et si ça a longtemps été le cas avec le Bleu, visiblement ça l’est aussi avec la Jaune. Qu’elles étaient les chances pour que ce truc se produise ? Entre le fait qu’elle m’embrasse comme ça sans prévenir et contre toute attente, et maintenant l’autre naz qui vient faire son petit discours et ses commentaires … Non je ne suis pas vraiment très à l’aise mais contrairement à pas mal de fois, visiblement, ça ne me rend pas agressif. Je crois que je suis juste un peu sonné là en fait, comme si ce qui est entrain de se passer était trop improbable pour être réel.

« Non vraiment. Je peux concevoir qu'avec de si jolis jeunes gens, vos envies soient … »
« Chevalier du Dervrac ! »
« Hein ? »
« Ne vous en faite pas, nous prendrons compte de... de vos recommendations, on vous le promet. Hein Enzo ? »

Avant même que je n’ai le temps de réagir – un peu comme tout à l’heure – je me retrouve avec une Charleen tout sourire accrochée à mon bras et je comprends encore moins ce qui se passe. J’ai bien conscience d’avoir probablement l’air complètement stupide mais je suis à fond là, je ne capte rien de ce qui se passe et je me laisse faire comme un pantin. Je ne le prends pas mal, je suis juste … à l’ouest. Ça me prend quelques secondes avant de me réveiller, de réagir et de comprendre là où elle veut en venir. Idem pour le fait qu’on vient de me poser une question. C’est quoi déjà ? Ah oui, pas de bêtises avant la noce, est ce que je suis d’accord ?

« Hein … Euh … Oui, oui. Absolument. »

Je serais un modèle de vertu et je ne toucherai pas la demoiselle, c’est promis. Ni personne d'autre avant le mariage. Abstinence. Je suis un être pur et chaste, et je le resterai. Ahum.

« Bien Mademoiselle, j'apprécie de voir autant de bon sens et je suis certain qu'il en va de même pour ce jeune homme. »
« Oh oui, ne vous en faite pas. »

Hey oh ! Je fais ce que je veux ! Dis comme ça, on dirait que c’est elle qui porte la culotte … Machoman pas content ... Rah, ferme là espèce de mâle va. Techniquement j'ai rien dit ... Chut.

« Vous nous excuserez Chevalier, mais nous avons … un grand nombre de devoir à rendre. Permettez nous de prendre congé. »
« Bien sûr, je ne voudrais pas être le responsable d'un échec scolaire. »

Le voilà entrain de nous faire une magnifique révérence, Charleen est toujours bien accrochée à mon bras, et moi je plane complètement.

«  Belle vie à vous deux, jeunes gens. Et souvenez-vous, point de folies avant les noces. Ne vous en faite pas, vous aurez tout le temps pour cela une fois unis par les liens du mariage ! »

Enfin je planais … Non mais il hallucine lui, genre je vais attendre jusque là ! Hey mais attends … C’est trop tard gros malin, le mal est déjà fait ! Alors quoi, tu vas nous envoyer nous confesser ou un truc bien lourd dans le genre ? Hum. Reconnexion des neurones … Non ça ne me parait pas être une aberration de parler mariage – ce qui en soit est assez flippant pour un type de 17 ans mais passons – mais c’est surtout que … On parle de Charleen là, t’envisage vraiment de te marier avec elle ou … ? Ouais, et on aura pleins de bébés, tous canons ! Exactement comme il a dit le monsieur ! Tu dérailles mon pauvre vieux. Complètement. C’est juste que je ne réfléchis pas, je ne me prends pas la tête, je m’amuse même, et ça fait du bien.
Toujours est-il qu’il disparait comme il est arrivé et des soupirs de déception émanent du cadre sur le mur dans lequel des jeunes filles … en fleur, c’est comme ça qu’on dit non ? Bref, les demoiselles ont l’air franchement déçu. Faites pas cette tête là les filles, je suis encore là moi, en chair, en os et en abdos ! Est-ce que je suis réellement entrain de faire le beau devant un tableau … ça se pourrait bien. une réminiscence des vestiges du passé réveillée par ce qui vient d’arriver, mon côté charmeur qui ressort et là je me rends compte que Charleen m’a lâché le bras.

« Hum, désolée pour ça … Mais si non, nous aurions eu le droit à un discours sur la procréation et qu'il est mal de cacher notre véritable amour.... »
« Euh … Ouais ... Pas de problème, t’inquiète. »
« A croire que nous sommes abonnés aux situations gênantes ! »

Elle sourit, elle rit même, et je la laisse faire, l’observant en silence avec moi-même un sourire que le visage alors qu’elle essuie une larme. Est-ce que c’est déplacé de la trouver mignonne ?

« J'ai hâte de pouvoir annoncer à Riley que toi et moi allons avoir une descendance digne de ce nom... »

Réaction immédiate de ma part et je redescends sur terre en lâchant une sorte de rire bref et sonore, l’expression qui va avec sur le visage.

« Si tu fais ça, elle me tue ! »

...

« Ou pire. »

Oui parce qu’il y a toujours pire que la mort ! Surtout quand on est un mec … Et non je ne vous ferais pas de dessin. Tout ce que je sais dessiner – éventuellement – ce sont des loups de toute façon alors … Oui bon d’accord, pas besoin d’être un artiste pour dessiner ce genre de choses et on va stopper ici cette réflexion interne sans le moindre intérêt. Le truc c’est qu’il est plutôt clair que si je recommence à merder avec sa petite sœur, et si je la mets enceinte là je ne donne clairement pas cher de ma peau, je risque de passer un sale quart d’heure avec la Serpentard. Chacun à sa place, c’est très bien comme ça. A l’avenir – même si c’est déjà ce que je fais depuis une éternité maintenant –  je garderai mes mains dans mes poches, et le reste aussi, désolé pour cette image. En plus de ça, je le dis et je le répète mais je suis un garçon fidèle donc la question ne se pose doublement pas et de toute façon je sais bien qu’elle vient de dire ça pour rigoler.

« Merci pour le collier … Je sais pas ce que j'aurai fais si je l'avais définitivement perdu. »
« Pas de soucis, content d’avoir pu rendre service. »

Et aussi qu’on ne soit plus là entrain de se faire souffrir mutuellement, qu’on soit maintenant capable de se regarder droit dans les yeux sans avoir à baisser la tête à cause de ce qu’il s’est passé il y a … Disons dans une autre vie. Plus ou moins.

« Je dois y aller maintenant … Mais c'était bien de discuter avec toi. J'veux dire, de manière normale. Enfin bref, tu m'as comprise. »
« Je comprends oui, et je dois admettre que je me suis bien amusé même si c’était … ouais, un peu embarrassant mais je pense qu’on commence à avoir l’habitude maintenant. »

En tout cas ça fait plaisir de voir que t’es beaucoup plus détendue en ma présence, parce que même si j’aime impressionner les gens parfois, ça n’est pas le cas avec toi. Pas comme ça.

« A plus tard et passe le bonjour à Kyle de ma part ! »

Bug.

Euh … Non. Déjà d'une parce que … Enfin ils se connaissent pas donc … Enfin je crois. Et puis de deux … Hey chéri, t'as un bonjour de Charleen. Qui ça ? Mais tu sais, la nana avec qui j'ai couché pour me rassurer juste après que tu m'aies embrassé la première fois ! Donc, non je ne lui passerai pas le bonjour de ta part, sans offense.
Je ne réponds pas, je me contente de sourire tout en étant – je dois bien le dire – un peu crispé à l’intérieur mais rien de bien méchant. Le tout c’est de sauver les apparences et de lui faire croire qu’il n’y a aucun problème, ça sera fait ! Restons léger, enfin naturel je veux dire. Ça ne changera pas sa vie, et ça sauvera sans doute la mienne. Mensonge par omission, on va dire. C’est pour la bonne cause !

Et la journée reprend son cour.

▬ Fin ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I don’t think you can forgive me ▬ Charleen   

Revenir en haut Aller en bas
 
I don’t think you can forgive me ▬ Charleen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I don’t think you can forgive me ▬ Charleen
» Calls on U.S., IMF to forgive debt
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» please, please forgive me, cléa.
» LILY-ROSE ► never forget. never forgive.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Premier Etage.-
Sauter vers: