AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 17270
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   Lun 28 Juil 2014 - 12:35

Jeudi 13 Novembre 2014 – Entre 19h et 20h
Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind



Eliott & Enzo

Jeudi matin. Quatre heure de DCFM. Mon poignet, mon genou et ma tête vont mieux et j’ai plutôt intérêt à être en forme pour la matinée parce que Logan n’est pas du genre à y aller de main morte. Ça me va très bien comme ça, après tout on n’est pas là pour enfiler des perles et être traité comme des petites choses fragiles. Je dis pas que je veux être le meilleur – ou peut être un peu – mais c’est une matière où je suis assez à l’aise et je compte bien m’appliquer et bosser pour continuer à progresser. Pour être capable de me défendre d’une part, et par pur envie de réussite, et sans aucun doute par fierté, de l’autre.

Je suis à la table des Serpentard, ça ne me pose absolument aucun soucis et si ça dérange quelqu’un c’est pareil. Petit déjeuner avec le frangin, c’est tout ce qui compte, mais quand je me lève après avoir terminé et que je me rends vers la sortie pour rejoindre le troisième étage j’entends encore une fois quelque chose qui ne me plait pas, et c’est la fois de trop …
Stanton et sa grande gueule, encore et toujours. Stanton qui ne peut pas s’empêcher de faire des commentaires chaque fois qu’il me voit et pas des plus agréables. Tapette, pédale, pd, tout y passe, et si en temps normal j’arrive à faire abstraction il faut croire que ce matin je n’ai pas envie alors je ralentis le pas, recule légèrement tandis qu’il ne fait pas attention à moi, bien trop occupé à lâcher un rire gras avec ses potes. Est-ce que j’ai l’intention de le frapper ? Non. Enfin oui ça m’a effleuré l’esprit je ne peux pas le nier mais j’ai agit plus subtilement cette fois et … son visage s’est retrouvée dans son assiette après que ma main se soit posé sur son crane en exerçant une pression pour atteindre ce but. J’ai repris ma route comme si de rien était, la tête haute, un sourire satisfait en coin et le regard rivé droit devant moi.

Une seconde, deux secondes …

« J'vais te buter Ryans ! »

Je crois qu’au fond je n’attendais que ça. Mon sac tombe sur le sol et je me retourne en écartant les bras en signe d’invitation et de provocation. Plus aucune trace de sourire sur mon visage, celui-ci est coincé dans une expression dure et tant pis pour les conséquences.

« Mais viens, je t'attends. »

I'm radioactive ...

En général j'essaie d’éviter au maximum de me donner en spectacle mais là clairement j’en ai rien à foutre et s’il se pointe il se prendra mon poing dans la gueule à la seconde même où il tentera quoi que ce soit contre moi. Ça fait trop longtemps que je me retiens, que je le laisse parler, trop longtemps que je suis un gentil garçon et aujourd’hui il faut que ça pète, je le sens. Seulement voilà, il a le temps de se lever, d’essuyer son visage plein de nourriture et de me lancer un regard assassin qui en dit long mais quand il fait un pas vers moi …

« Monsieur Ryans ! Monsieur Stanton ! Une heure de colle pour chacun d'entre vous et 30 points en moins pour vos maisons respectives. Je veux vous voir tous les deux dans les cuisines ce soir à 18h10 et pas une minute de plus, vous aller aider les Elfes de Maison à préparer le repas et surtout faire la plonge, sans Magie bien entendu. Sortez maintenant ! »

Fausse joie. Coupé en plein élan. C’est sans doute mieux comme ça mais ça fait chier. Un prof quelconque, des camarades de classe qui ne seront sans doute pas très content pour les points en moins mais j’en ai rien à carrer. Une colle ? Ca faisait longtemps et je crois que ça ne me fait ni chaud ni froid si ce n’est que l’idée d’être enfermé dans un espace relativement clos avec cet abruti ne m’enchante pas des masses mais je l’ai cherché après tout.

~*~

Nous y voilà. Il est 18h10, je suis là depuis deux minutes et le Prof a la bonne idée de débarquer en même temps que Stanton sans quoi ça aurait pu encore mal tourner entre nous. Il nous donne les directives, nous mettant chacun de notre côté pour éviter tout contact – chose probablement intelligente mais un peu frustrante – et se pose dans un coin pour nous surveiller mais au bout de 45 minutes le voilà qui s’éclipse en pensant sans doute qu’on ne l’a pas vu. Grossière erreur et mon très cher camarade a beau ne pas être Lycan et donc n’a pas certains réflexes il l’a très bien remarqué lui aussi. En cinq secondes il fonce droit sur moi, rapide l’enfoiré, et surtout il  n’a pas peur de moi chose qui je l’admets m’a toujours un peu étonné mais soit, on fait avec. J’ai juste le temps de l’attraper quand il tente de me frapper au visage et de le plaquer contre le plan de travail en oubliant tout le reste, y compris les objets qui tombent sur le sol à ce moment là. C’est la panique chez les Elfes mais je n’y fais pas attention, bien trop concentré sur … ma proie. Pupilles dilatées, nerfs et muscles tendus au maximum, grondement sourd qui s’échappe de ma gorge, tout y est et enfin ce crétin réalise qui il a en face de lui parce que je peux sentir sa peur alors que mes mains serrent son col de plus en plus fort. Penché sur lui, mes yeux sombre ne quittent pas les siens.

« Tu penses pas qu'il serait temps que tu passes à autre chose ? Moi aussi j'peux me décider à te pourrir l'existence et je crois que tu le sais aussi bien que moi alors arrête maintenant, ça vaut mieux pour tous les deux j'crois. »

Je ne voudrais pas faire pleurer ta mère, ça serait dommage. Il pourrait utiliser sa magie pour me dégager – parce qu’au risque d’avoir l’air présomptueux, physiquement il ne peut rien faire ou presque grâce à la dure loi de la nature même si je reste tout aussi vulnérable que n'importe quel mec quand on vise certains endroits – mais manque de bol pour lui le Prof nous a pris nos baguettes en arrivant.

« Et si tu t’avises d’emmerder mon mec, je t’explose. »

Fini de prendre des pincettes, j’en ai ras le bol et je ne suis visiblement clairement pas d’humeur pour ça de toute façon. Jusqu’ici il a eu la bonne idée de ne pas s’en prendre à Kyle ou alors ce dernier ne m’a rien dit – ce qui serait possible le connaissant – mais au moins il est prévenu.
Au bout d’une minute, peut être deux, à se jauger, à essayer de faire baisser les yeux à l'autre, je sens quelque chose qui tire sur la jambe de mon pantalon et constate qu’un Elfe de Maison me dévisage avec ses grands yeux humides. Je comprends le message et relâche donc Stanton qui ne dit rien mais me donne un grand coup d’épaule pour se dégager et s’éloigner de moi. Je serre les poings et lute contre cette envie de lui sauter dessus pour qu’on règle ça à la manière violente, parce que j’en ai envie, mais le calme revient et même si mon cœur ne cesse pas de battre rapidement, je me contente simplement de finir ce que je suis entrain de faire, dans le silence et sans tenir compte de la présence de ce con, jusqu’à ce que le Prof revienne et nous rende nos baguettes respectives. Il est 19h, c’est terminé.

« Vous pouvez aller manger maintenant. »

Non merci, passer une heure avec ce connard m'a coupé l'appétit. Ces mots je les pense dur comme fer mais je crois que ça n'est pas la peine de refaire un esclandre et de toute façon j'ai besoin de prendre l'air. J'étouffe entre ces murs …
J'attrape une pomme et me casse sans accorder le moindre regard à qui que ce soit. Mon pas est trop rapide pour ne pas trahir mon énervement mais ça me passe au dessus. Direction les dortoirs, je nourris Lune même si je sais pertinemment qu'elle va passer une partie de la nuit à chasser, attrape mon sac avec mes affaires de sport parce que j’ai cours de 20h à 22h, le bouquin que m'a offert Kezabel et redescends jusqu'à trouver un petit coin tranquille, le rebord d'une fenêtre que j’ouvre malgré les températures extérieures glaciales ou presque, où je m'assoie et croque finalement dans la pomme qui me servira de repas – même si c'est mal – tout en ouvrant le livre à la page que j'avais laissé en plan la dernière fois que je l'ai ouvert.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   Lun 28 Juil 2014 - 14:05


   

   
   

     
   
Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind


   

   
Date

   
La journée à été longue et chiante, j'ai passé mon temps à évité Kath … De mieux en mieux hein. Oui bon je n'ai pas spécialement envie de la voir parce que la dernière fois qu'on s'est vu c'est à dire au bal, d'une j'étais avec une autre fille et de deux j'ai été l'embrasser parce que j'étais bourré, je me souviens de ça parce que c'est elle, mais pour le reste il ne faut pas me demander ce qui s'est passé, c'est le flou totale. Je ne sais pas trop qui à verser l'alcool dans la boisson et en fait je m'en fiche carrément, mais du coup je crois qu'elle a des choses à me dire et je n'ai pas envie de les entendre alors comme je sais à peu près son emploi du temps et que je n'ai pas envie de lui parler je l'évite. Seulement y a des fois où je peux pas faire autrement que de la croiser, alors j'invente des excuses bidons pour ne pas lui parler, celle qui revient le plus souvent étant j'ai pas le temps j'ai cours. Là il est environ vingt heures et je sors tout juste de la grande salle alors je me dépêche de passer par le hall pour aller dans ma salle commune parce que je sais par ne camarade de classe qu'elle veut vraiment me parler, mais je n'ai rien à lui dire. J'ai eu le temps de me planquer dans un coin de mur avant qu'elle ne passe juste après et j'ai soupiré parce que je ne ferais pas ça tous les jours, y a un moment ou il va falloir qu'on se parle, mais là je n'en pas du tout envie, pas après ce qu'elle a dit dans mes illusions, même si ce n'était pas vraiment elle, je ne sais jamais à quoi m'attendre. Je me suis accroupi un peu accablé par tout ça, si j'avais plus de courage sans doute que j'aurais été lui parler de moi-même, mais ce n'est pas ce qui me caractérise le plus, loin de là.

Je réfléchis à tout ça alors qu'un gars de gryffondor s’assit sur la fenêtre en face, je suis tellement invisible aussi que j'aurais pu partir sans qu'il me remarque, mais je suis attiré par le bouquin qu'il est entrain de lire. J'ai penché la tête sur le côté pour mieux lire le titre « l'atlas des créatures magiques.» Je connais ce bouquin pour avoir du le lire pour mes cours, je l'ai encore dans ma malle d'ailleurs, il me sert de temps en temps, je crois que le soin aux créatures magique c'est la seule chose qui me plaît ici. Je suis nul dans toutes les autres matière de toute façon alors forcément il en faut bien une ou je suis bon et par chance c'est celle-là, je dis par chance parce que si ça avait en potion que j'étais bon je n'aurais pas autant apprécie, mais il ne vaut mieux pas qu'on m'approche d'un chaudron, sous peine de danger imminent. Du coup je ne peux pas m'empêcher de faire un commentaire :

« Il est pas mal intéressant à lire, mais par contre si tu cherches un truc sur les créatures des eaux, c'est pas le meilleur.»


Certes ils parlent de certaines créatures aquatiques mais pas de toutes, non la livre idéal pour ça c'est les créatures aquatiques de grande Bretagne, ou les créatures sous marines dans le monde, celui-là aussi est pas mal. Je pourrais en cité d'autres, ce sont sûrement mes préférer de créatures, je crois que j'aurais surtout aimé être un poisson. Je ne sais même pas ce qu'il cherche au juste, peut-être qu'il fait seulement lire après tout, qu'il ne cherche rien de particulier je n'en sais rien. Je reste assis dans mon coin parce que je sais que Kath va repasser, quand j'en sais rien, mais sans doute dans pas longtemps, peut-être qu'elle me dérangera pas, mais bon, je préfère prendre mes précautions et avec ça, je ne sais même pas si ce gryffondor me connaît ou pas, je crois que non, je suis trop discret pour qu'on me connaisse, sauf à au bal, je n'ai pas été discret du tout, pas sur la piste de danse en tout, je crois que je me suis légèrement affiché, mais je suis bon danseur alors ce n'était pas en mal et puis la danse est ma première passion, même si personne ne le sais, enfin je crois maintenant que certains on des doutes, mais au fond je m'en fiche.

« Je m'appelle Eliott, je suis en zoologie. »


Je lui ai dis ça comme si j'avais besoin de justifier le fait que je connaisse son bouquin, il va vraiment falloir que j'arrête de me justifier à tout bout de champs, il s'en fiche peut-être.  
   

   

   © Aelyne


Dernière édition par Eliott S. Grisham le Mer 30 Juil 2014 - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17270
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   Mar 29 Juil 2014 - 18:29

Est ce que c'est possible d'être tranquille cinq minutes dans cette baraque ? Ça n'en fait pas trois que je suis là et on vient déjà m'emmerder … Oui je suis de mauvaise humeur, et alors, est ce que ça pose soucis à quelqu'un ? Peut être que ça m'arrive un peu trop souvent ces derniers jours, c'est vrai, mais c'est comme ça et je ne connais pas l'odeur de ce type. Je sais juste qu'un mâle s'approche de moi, pardon, un être humain de sexe masculin si ça fonctionne mieux pour vous, et que je l'ai senti avant de le voir et de l'entendre. Quoi que non, ce sont les bruits de ses pas que j'ai entendu en premier mais je n'ai pas relevé la tête pour autant, les sens néanmoins aux aguets. On ne se refait pas. Pourquoi cette mauvaise humeur chronique ? A vrai dire j'en sais trop rien, je ne crois pas qu'il y ait de raison particulière. Non je n'ai pas mes règles et je n'ai même pas l'excuse de la Lune puisqu'elle est décroissante. On va mettre ça sur le dos de la fatigue, elle l'a relativement large celle ci. Enfin bref, je ne suis plus tout seul et j'en ai parfaitement conscience malgré – peut être – les apparences.

« Il est pas mal intéressant à lire, mais par contre si tu cherches un truc sur les créatures des eaux, c'est pas le meilleur. »

Euh, ouais, d’accord, mais de quoi je me mêle au juste ? J'ai envie de dire fous moi la paix mais je me retiens, j'ai encore un minimum d'éducation et de contrôle et ce type n'a absolument rien demandé alors ça ne serait pas juste d'être désagréable avec lui gratuitement même si ça remarque m'agace. Enfin je crois qu'on pourrait me dire que mon lacet est défait que ça m'agacerait pareil. Clairement, c'est pas les autres qui sont relous – enfin certains si, c'est le cas – c'est juste moi qui ai un problème et qui me sens agressé par tout et tout le monde visiblement mais c'est pas bien grave. Je me contente de lever les yeux vers lui, tout en essayant de ne pas paraître trop désagréable, ni trop blasé, ni trop sur la défensive.

« C’est un cadeau. »

Et j’y tiens énormément, autant pour le geste que l’objet en question et son contenu. Non mais sérieusement, il sort d’où celui là ?

« Je m'appelle Eliott, je suis en zoologie. »
« Enzo. Malheureusement encore en 6ème année. »

Autant dire que je ne suis pas près d’en voir le bout et ça commence un peu à m’emmerder d’ailleurs. Je m’ennuie, autant dire les choses clairement. Je bosse, je continue de m’appliquer et tout ça mais je m’ennuie. Ça vient peut être du fait que je retape ma 6ème mais c’est juste que l’idée de devoir me taper encore 5 ans en plus de cette année à finir … ça ne m’enchante pas vraiment. Je dis pas que tout est inintéressant, je crois que j’ai juste envie d’avancer, de voir autre chose, d’en apprendre plus et surtout de pouvoir apprendre des choses un peu plus spécifiques sur des domaines qui m’attirent de plus en plus. La Zoologie en fait clairement partie. Je vais avoir 18 ans dans deux mois, j’aurai 23 ans quand je passerai mes ASPIC, et ça craint. Ça me parait le bout du monde … Sans parler de Kyle, j’veux dire, je sais pas de quoi demain sera fait et tout le bordel mais il ne va pas rester ici toute sa vie à m’attendre en se laissant de côté ! J’ai pas envie qu’il fasse ça. Et si je décide de continuer mes études après ? Ça veut dire enchainer sur encore sur 4 années supplémentaires donc en gros je ne sors pas d’ici avant 10 ans. Clairement, ça ne me parait pas gérable, je ne tiendrais pas le coup. En plus de ça j’ai beau encore être un gamin, parfois je me sens « adulte » dans ma tête et rester bloqué à l’école pendant des siècles, non, c’est pas possible. Si ça ne tenait qu’à moi je passerai directement à l’université et ensuite j’irai parcourir le monde et rencontrer le terrain pour passer aux choses sérieuses.

Petit frère a déserté les terrains de jeux,
Il marche à peine et veut des bottes de sept lieues,
Petit frère veut grandir trop vite,
Mais il a oublié que rien ne sert de courir, petit frère ...

« C’est peut être pas le meilleur mais il est quand même super intéressant. Et plus j’avance dans le bouquin, plus je me dis que je suis plus branché créatures classiques que créatures magiques. Surtout les requins en fait j’ai l’impression. Même si le reste m’intéresse aussi. »

En fait, c'est pas compliqué, tout ce qui touche à la faune sauvage, ou pas d'ailleurs, m'intéresse mais j'ai indéniablement une attirance particulière pour la faune marine. Tu vois Enzo, tu peux être aimable quand tu veux ? Oui, c'est vrai, mon ton et mon attitude globale, mon langage corporel même, tout exprime un relâchement chez moi. Il faut croire qu'il y a des sujets magiques à aborder. C'est la première fois que je croise un élève de l'université, enfin qu'on échange quelques mots j'entends parce que bien sur j'en croise tous les jours comme tout le monde. Il y a bien ce Rouge là, Thomas je crois, que je ne connais pas du tout mais qui m'inspire … comment dire ça … Enfin disons qu'il a l'air plutôt cool mais jusqu'ici on n'a jamais eu l'occasion de discuter plus que ça, voir pas du tout.

« Pourquoi Zoologie ? »

Le ton est neutre, réellement intéressé, je me redresse un peu et sans m'en rendre vraiment compte le dévisage, comme si je tentais de le reconnaître mais ça n'est pas le cas. On ne doit pas être dans la même maison et je n'ai pas le souvenir de l'avoir déjà vu près des enclos alors que j'y passe au moins la moitié de mon temps libre mais ce château est grand, nos amplitudes horaires aussi, alors tout est possible. Dans tout ça je me sens curieux, oui, pourquoi Zoologie ? Par passion pour une espèce en particulier ? Par dépit ? Parce que tu ne savais pas vraiment quoi faire d'autre ? Et les cours se présentent comment ? C'est pas trop chiant de se taper des années d'études avant de pouvoir enfin entrer dans ce cursus ? Et ...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   Mer 30 Juil 2014 - 13:16


 

 
 

   
 
Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind


 

 
Date

 
Il n'a pas l'air très social ce gars, j'aurais peut-être mieux fait de me la fermer et de rester planqué dans moins coin au lieu de me manifester alors qu'il n'est visiblement pas d'humeur. Je ne sais jamais si ça vient de moi où des autres, si je suis maladroit dans ce que je dis au quoi, mais j'ai l'impression que tout le monde monte sur ses grands chevaux quand je commence à l'ouvrir. Il n'a pas l'air spécialement ravi d'être dérangé, mais me répond quand même, Enzo comme Enzo Ryans, nan sérieux? C'est lui, ouai j'en ai légèrement entendu parler, par pas mal de gryffondor en fait, mais bon après ce qu'on en dit je m'en fiche un peu, il a pas l'air bien méchant. En sixième année, ah je détestais l'apprentissage, je l'aime un peu mieux aujourd'hui parce que j'aime ce que je fais, mais je peux comprendre qu'il n'est pas très enthousiaste à l'idée d'être en sixième année et comme je suis de nature très curieux et que je n'ai pas beaucoup de tact je fini par lui demander:

« Pourquoi encore?»

J'aurais pu réfléchir cinq minutes, ça le mettrait peut-être mal à l'aise de répondre à cette question, vraiment parfois je me demande comment je fais pour être aussi bête. Au fond je ne suis pas bête, je manque juste de diplomatie et de tact. Je suis curieux y a rien de mal à ça, mais je ne suis pas doué pour poser les questions qu'il faut au moment ou il le faut, non c'est plutôt mon frère le plus âgé qui sait faire ça. J'ai toujours été le dernier pour tout de toute manière.

Il n'a pas eu l'air d'apprécier ma remarque, mais ce n'était rien d'autre qu'une remarque et il a l'air de tenir à ce bouquin, je n'ai rien compte loin de là, je donnais simplement mon avis que j'aurais du visiblement garder pour moi. Les créatures classiques … les requins, qui préférerait les requins au être de l'eau? Il vaut mieux que je me la ferme pour le coup, mais je ne peux pas m'empêcher de dire quelque chose :

« Ce n'est pas ma tasse de thé, ils sont sans doute très intéressants, mais je suis plus vite fasciné par un strangulot ou par un être des eaux, j'aimerai les étudier plus précisément, mais ils n'apprécieraient sûrement pas, comme toutes les créatures magique d'ailleurs, regarde les centaures, ce n'est pas comme s'ils se laissent approcher, mais après tout eux sont un cas à part.»


Les centaures me fascinent tout autant que les créatures des eaux, mais je crois que quand je me spécialiserait se sera pour les créatures aquatiques, même si j'adorerais travailler aussi les dragons par exemples. Il a l'air finalement pas si mécontent que je lui ai parlé parce qu'il me demande pourquoi la Zoologie. J'ai haussé les épaules et lui ai donc répondu :

« C'est là ou je suis le plus doué, c'était donc une évidence. Les autres matières ne m'ont jamais intéressés et même à Salem j'étais genre le moins bon de ma classe sauf pour les soins aux créatures magiques.»


Autant éviter de dire que dans les autres matières j'étais nul au point de faire exploser les moindre chaudron, au point de finir par m'envoyer des sorts tout seul, la magie n'a étrangement jamais été mon fort et c'est bien pour ça que ma plus grande peur et qu'on me prive de ma baguette.  
 

 

  © Aelyne


Dernière édition par Eliott S. Grisham le Mer 13 Aoû 2014 - 11:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17270
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   Mer 30 Juil 2014 - 21:29

Pourquoi encore ? En fait je disais ça dans le sens où je ne suis malheureusement qu'en 6ème année alors que j'aimerai avoir terminé tout ça, tout ce premier chapitre de ma scolarité, même si dans le fond je ne sais pas si je continuerai après. Mais aussi parce que j'ai perdu une année, ce qui recule encore l'échéance et me donne l'impression que je n'en verrais jamais le bout. C'était à prévoir que je la retape cette 6ème année, j'ai de bonnes excuses pour ça, mais ça fait chier quand même et je reste persuadé que si certaines prof ne m'avaient pas saqué – et si je n'avais pas séché l'épreuve d'EDM et quitté la salle en plein milieu de l'épreuve de Divination, certes, mais ça ne sont que des détails ça … Ahum – ça aurait pu le faire. J'ai eu pas mal de problème, que ce soit de santé ou d'autres genre de problèmes, mais ça aurait pu le faire et je ne crois pas que j'aurai été largué en septième année. Pour certaines matière si, peut être, mais je bosse à côté des cours pour réparer mes lacunes dans ces domaines là. C'est vrai que la botanique c'est pas mon fort, autant parce que je ne supporte pas plus le Prof que la matière, et oui l'Histoire de la Magie ne me passionne pas des masses mais franchement pour le reste je me défends, et je suis même plutôt doué pour certains cours. SACM et DCFM entre autres. Enfin bref …

« J'ai planté mon année, et mes exams, alors je repique. »

Et oui j'ai envie de me justifier parce que j'ai du mal à le digérer et que j'ai pas envie qu'on prenne pour un nul mais je ne le ferai pas. Il a surement autre chose à faire de sa vie que d'entendre un gamin raconter sa vie, vie que je n'ai pas envie d'étaler en fin de compte, en tout cas pas dans les détails, surtout qu'il en connait déjà peut être certains mais peu importe. Quant au fait que les créatures magiques n'apprécieraient surement pas d'être étudiés, je ne ferai aucun commentaire même si je n'en pense pas moins. C'est un peu con parce que c'est ce que j'ai envie de faire et je ne les considère pas inférieur à l'espèce humaine ou bien humanoïde d'une certaine façon mais finalement ça revient un peu au même. Je dis juste qu'en tant que créature magique moi même – autant dire les choses telles qu'elles sont, c'est comme ça qu'on est répertoriés et fichés – je tiens pas vraiment à ce qu'on … m'étudie. Enfin bref ! C'est pas la peine de lancer un débat, les présentations sont faites et c'est officiel je ne connais pas ce type mais enchanté. Puis effectivement, maintenant qu'il aborde le sujet, je me rends compte que les Strangulots, Êtres des Eaux ou encore les Centaures ne sont pas les créatures qui m'attirent le plus. Je ne dis pas que je ne m'y intéresse pas du tout simplement une tortue ou un requin, une baleine, eux attrapent mon attention et mon intérêt bien plus facilement. Y a pas à dire, je crois que je serais toute ma vie en décalage avec le monde de la Magie même si j'y ai grandi et toujours vécu. Y a qu'à voir comment je suis largué en EDM parfois, c'est assez comique, mais ça n'est pas le sujet. Du coup … peut être que je perds mon temps ici … Et donc, pourquoi Zoologie ?

« C'est là ou je suis le plus doué, c'était donc une évidence. Les autres matières ne m'ont jamais intéressés et même à Salem j'étais genre le moins bon de ma classe sauf pour les soins aux créatures magiques. »

De l'intérêt mais quand même un peu de … pas de dépit, c'est pas le mot que je cherche mais peu importe, chacun sa route après tout. Qui sait, si ça se trouve dans trois ans j'aurai trouvé une autre voie potentielle, même si j'en doute. J'ai trop tout ça dans la peau depuis toujours, je ne comprends même pas pourquoi je n'y ai pas pensé avant. Enfin si, il y a un milliard de raisons mais c'est pas la question.

« Ok je vois. T'as de la chance d'être enfin arrivé à la fin de tes études de base et de pouvoir te concentrer plus là dessus. J'ai hâte de pouvoir en faire autant. »

Soupir presque de désespoir et ça craint. C'est pas le moment de perdre ta motivation Enzo Ryans, alors que tu t'accroches et que tu tiens bon depuis des mois. Baisse pas les bras maintenant, pense à ton avenir, et si tu ne le fais pas pour toi alors fais le pour les autres. Mais fais le quand même pour toi hein. Oui, ok.

« Salem tu dis ? T'es Américain ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   Mer 13 Aoû 2014 - 11:20


 

 
 

   
 
Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind


 

 
Date
 
Il repassait sa sixième année, je baissais la tête un peu déçu pour lui. Je n'aurais pas aimé redoublé, déjà que je n'aime pas spécialement les cours ça m'aurait fait chier, même plus que ça. J'aurais sans doute abandonné, c'est bien pour ça que je me suis arrangé pour avoir la moyenne partout, même si ça n'a pas été de tout repos. Je peux comprendre du coup que ça semble le blaser plus qu'autre chose, je compati pleinement.

« Je vois, j'espère que ça ira mieux cette année, on n'était pas vraiment dans des bonnes conditions l'an passé en plus de ça.»

Je n'avais sans doute pas besoin de le rajouter, mais je l'ai quand même fait. Je peux difficilement ne pas y penser en fait. Je suis arrivé en même temps qu'eux en plus, alors forcément ça n'a pas été pour m'aider, mais j'ai fait de mon mieux pour que ça n'ai pas trop d'incidence sur ma vie, même si forcément ça en a eu certaine . Je me suis trouvé lâche de ne pas aller aider les autres, je me suis trouvé lâche, mais la seule fois où je l'ai fait, je me suis retrouvé dans un cachot et je n'ai pas vraiment apprécié. Ils ne prévenaient pas et je crois qu'il valait mieux ça, j'aurais quand même aimé que ça ne m'arrive pas, mais les seuls à qui ça n'était pas arrivé c'était les gens de leur côté. Je n'aurais pas été des leurs, jamais de la vie, mais bon à présent tout ça s'est du passé, d'ailleurs je crois que je n'aime pas tellement parler de ça, comme beaucoup d'autres sans doute alors forcément quand on change de sujet je suis plutôt content.

« Je te le souhaite aussi et du coup tu voudrais faire quoi après alors?»


Il a l'air de s'intéresser aux créatures magique, ce qui est vraiment chouette selon moi. Il y a trop peu de monde qui y consacre leur temps et c'est dommage, pourtant elles sont là et l'ont toujours été, c'est important de s'en occuper, de les connaître et de les respecter aussi, pour moi ce ne sont pas seulement des créatures magiques, elles ont une âme pour la plupart. Il suffit de voir les centaures où les loup-garou pour le comprendre. Ça doit déprendre des croyances en fait, mais j'ai toujours pensé que même les animaux qui n'ont pas de pouvoir ont une âme.

Quoi qu'il en soit j'espère qu'il arrivera à ses fins sans trop de difficultés. Il a l'air plutôt sympa en fin de compte. Je m'attendais à ce qu'il me pose cette question là à savoir si je suis américain. Je crois que de toute manière ça s’entend. Je n'ai pas vraiment l'accent Anglais. J' hoche donc la tête et lui réponds :

« Oui je suis née à Manhattan. Je suis arrivé ici il y a deux ans.»


Je ne sais pas pourquoi, mais je n'aime pas vraiment m'étaler sur le sujet, pourtant ça me tombe toujours dessus comme si c'était fait exprès. Je n'aurais pas été là si je n'avais pas suivi ma petite amie de l'époque. Je n'aurais pas été là, mais quelque part mes parents ne sont plus sur mon dos et je peux faire ce qui me plaît. C'est sans doute mieux comme ça. Ils savent brièvement qu'on ne pouvait pas sortir, je ne leur ai pas donnés plus de détails sinon sans doute qu'ils ne m'auraient pas laissé revenir, de toute manière je ne les aurait pas écoutés parce que je ne le fait jamais.  

« Et toi, je me trompe pet-être, mais quelque chose me dit que tu ne viens pas d'ici non plus. »
 
 

 

 © Aelyne


Dernière édition par Eliott S. Grisham le Mar 26 Aoû 2014 - 18:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17270
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   Mer 13 Aoû 2014 - 22:30

Faut pas que tu sois dépité comme ça tu sais … C'est pas la mort, c'est juste chiant. Enfin c'est chiant en l'occurrence, pas pour toi. J'veux dire, c'est moi qui retape, moi qui n'est que 17 ans, moi qui doit encore me taper une montagne d'années de trucs qui m'intéressent de moins en moins pour la plus part … Mais merci de ta sollicitude, même si tu ne devrais sans doute pas être aussi empathique mais ça te regarde après tout.
Est ce que ça ira mieux cette année ? En théorie oui, c'est le cas pour l'instant en tout cas parce que comme il le dit jusqu'ici on ne peut pas dire que les conditions étaient très bonnes pour réussir et suivre normalement une scolarité. Deux ans de calvaire, même si en ce qui me concerne il n'a pas commencé tout de suite contrairement à d'autres. C'est marrant, tout s'est enclenché dès l'instant où j'ai rencontré Kyle … Vraiment je ne comprends pas pourquoi ! J'veux dire, un Sang Pur et un Moldu ensemble, j'vois pas où est le problème … Ok, j'arrête le cynisme. Pour l'instant. Faut croire qu'être blasé me rend facilement con mais tant pis.

« Je te le souhaite aussi et du coup tu voudrais faire quoi après alors? »
« J'ai pas encore d'idée précise, mais ça aura un lien avec l'Océan ça c'est sur. Et les animaux marins, qu'ils soient magiques ou non. »

Le ton est déterminé, parce que maintenant que j'ai pris le temps de penser à tout ça je sais ce que je veux. Je ne sais peut être pas comment atteindre ce but, ni où, ni dans combien de temps, mais je sais ce que je veux et c'est déjà pas mal. Je sais que ça ne se fera pas tout seul mais je sais aussi que quand je veux quelque chose je suis tout à fait capable de me donner les moyens de réussir. Il suffit que je sois motivé, et je le suis, maintenant il ne me reste plus qu'à trouver le chemin le plus logique pour arriver à mes fins mais comme dirait Kyle, et surement d'autres personnes puisque j'imagine que c'est une expression Moldue, Rome ne s'est pas faite en un jour.

Et donc l'Amérique hein ? Encore un Ricain ! Ça pousse de partout ces machins là.

« Oui je suis née à Manhattan. Je suis arrivé ici il y a deux ans.»
« Petit veinard ... »

Vous l'aurez deviné, c'est totalement ironique. Pas parce qu'il vient de Manhattan mais parce qu'il a débarqué ici il y a deux ans, ce qui veut dire en même temps que les Supérieurs. Il n'empêche que je ne rebondirais pas là dessus et ne ferais pas plus de commentaires. Je crois qu'on en a tous suffisamment entendu parler comme ça.

« Et toi, je me trompe pet-être, mais quelque chose me dit que tu ne viens pas d'ici non plus. »
« Exact, j'suis pas d'ici. »

Puisque la discussion semble s'installer je ferme mon livre et croque à nouveau dans ma pomme parce que mine de rien, il fait un peu faim. J'ai fait mon malin en sautant le repas, je n'aurais peut être pas du mais peu importe.

« Avec mon frère on a débarqué ici il y a deux ans, comme toi, mais nous on vient d'Australie par contre. »

Australie … Mon île, mes vagues, ma maison. Je pensais que ça ne me manquait plus, je crois qu'en fait c'était simplement un sursit. Toute ma vie je serais attaché à cet endroit et même ma famille n'arrivera pas à m'en dégoûter.

« Je t'avoue que j'y retournerai bien là, histoire de mettre mes pieds dans l'eau et tout ça. »

Non, ne soupire pas Enzo … Trop tard.

« C'est l'été là bas en ce moment. Il doit faire genre ... entre 25 et 30°, un truc comme ça. »

C'est pas bon. C'est pas bon de penser à tout ça, à là bas, alors que je suis ici. Vraiment pas. Penser à autre chose, maintenant, genre à …

« Tu connais Portland ? »

Ah ben voilà ! Illumination.
Et c'est spontané en plus.

« Pas le Portland de … Merde, c'est quoi le nom de l'État déjà … Pas le Portland de l'Ouest mais celui de l'Est. Je crois que c'est pas très loin de New York. »

...

« Enfin tout est relatif avec votre continent mais tu m'as compris. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   Mar 26 Aoû 2014 - 18:17






 
Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind




Date
Un lien avec l'océan … étrange, je ne sais pas pourquoi, mais je trouve cette idée étrange. Il n'a pas l'air d'avoir spécialement envie de continuer avec la magie, du moins je sens que ça l'ennuie, je me trompe peut-être cela dit, ça ne serait pas la première fois. J'aimerais comprendre ce qui cloche, à moins que je me fasse tout simplement des idées. Son élément favori est sans nul doute l'eau, personnellement ce n'est pas spécialement le miens, je ne suis pas toujours très à l'aise dans une piscine … ça serait plus la terre pour moi, mais tout ça n'est pas si important en fait, ce ne sont que des stupidités pour beaucoup de monde.

« Je suis sûr que tu finira par trouver ta voie.»


Tout le monde la trouve un jour, même si elle mets longtemps à arriver à se manifester comme pour moi d'ailleurs, d'autres ont la chance de savoir dès leur plus jeune âge ce qu'ils veulent faire et leur ambition ne font que s’accroître avec le temps, ce qui me fascine chez eux. Je lui avais dit que j'étais là depuis deux ans, il n'a pas l'air de se soucier du fait que je sois arrivé en même temps que les supérieurs.

« Ben étonnement je me plais bien ici … à Manhattan j'avais sans cesse mes parents sur le dos … tu vois le genre, ça devenait trop lourd à supporter. »


Il n'y avait pas fait que ça qui m'avait poussé à venir ici, non bien sûr j'étais là à cause de Kath et même si au début je l'ai regretter ici je me sens tout à fait bien. Je n'ai pas l'impression d'être nul, pas autant qu'à Salem, parce qu'il n'y a pas mes frères. C'est marrant qu'il soit arrivé ici il y a deux ans aussi, comme si tout ça avait un sens. Un australien alors, c'est moi qui suis surpris là. Ça doit lui changer totalement et du coup je comprend son goût pour l'océan, là-bas ça ne devait pas manquer, même si en Australie il n'y a pas que l'océan, il y a aussi les déserts, mais il semblerait que se soit la première partie qui l'intéresse. Il me parle de son Pays et je sens que ça lui manque. Je me demande bien ce qui l'a amené ici. Je ne lui pose pas tout de suite mes questions, vu qu'il m'en pose d'abord, si je connais Portland … J' hausse un sourcil.

« A vrai dire je n'ai jamais mis les pieds ailleurs qu'à Manhattan ou à Salem, et bien sur ailleurs qu'ici. »


Je ne l'aide pas vraiment je crois, mais les voyages je n'ai pas eu l'occasion d'en faire plus, j'aimerai, comme la plupart des gens que je connais, un jour peut-être. Je ne sais déjà pas où je serais dans un an, alors m'imaginer à l'étranger dans plusieurs années c'est encore plus difficile à faire.

« Comment ça se fait que vous êtes venus ici alors ? »


Je lui dirais aussi s'il veut savoir pourquoi je suis là, je ne le cache pas, même si je ne suis pas très fier de ça, après tout si je n'avais pas suivi comme un petit chien Kath je ne serais pas assis contre une alcôve à l'éviter. Je ne sais pas encore combien de temps tout ce cirque va durer, mais à un moment je vais devoir l'affronter, seulement je ne suis pas près à le faire maintenant.  



© Aelyne


Dernière édition par Eliott S. Grisham le Mer 27 Aoû 2014 - 0:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17270
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   Mar 26 Aoû 2014 - 19:06

Peut être que je l'ai déjà trouvé cette fameuse voie, à vrai dire j'en suis même convaincu à mesure que les jours et les semaines passent mais il me reste le comment à régler et là c'est encore autre chose mais … chaque chose en son temps comme on dit alors je vais m'armer de patience, me renseigner dès que je pourrais, continuer de bosser et voilà.
Quant à sa réplique concernant ses parents, le fait qu'il ne les supportait plus, je ne ferais aucun commentaire mais je ne peux pas dire que ça ne me fait pas grimacer intérieurement. Ça n'est en rien contre lui, il a tout à fait le droit d'avoir ressenti leur présence comme un poids parce que je crois que finalement c'est ce qui fini toujours par se passer quand on grandi, non ? Et puis ça n'est pas parce que les miens me manquent que j'en veux à la terre entière et surtout à ceux qui disent et pensent de cette façon. Chacun sa vie, c'est tout.
Mais sinon, Portland alors ?

« A vrai dire je n'ai jamais mis les pieds ailleurs qu'à Manhattan ou à Salem, et bien sur ailleurs qu'ici. »
« Oh, ok. »

Tant pis alors. Non je ne peux pas le nier, je suis un peu déçu même si ça ne changera pas ma vie. Ça aurait simplement pu me changer les idées et me permettre de visualiser cette ville, de faire fonctionner un peu mon imagination avec des trucs qui auraient pu me faire sourire mais ça n'est pas un drame. Qui sait, peut être qu'un jour je verrais cet endroit en vrai et je pourrais m'en faire mes propres impressions. Ça n'est pas un but en soi, d'ailleurs jusqu'ici je n'y pensais pas vraiment mais voilà, c'est désormais chose faite, ancré dans ma p'tite tête déjà bien remplie par tout un tas de trucs. Trop de trucs diraient certains.

« Comment ça se fait que vous êtes venus ici alors ? »
« Parce que contrairement à toi on n'avait plus nos parents sur le dos. »

C'est sorti comme ça, cash, brutal, et à la seconde même où je m'en suis rendu compte j'ai levé les yeux vers lui. Mon but n'est vraiment pas d'être désagréable avec des personnes comme lui qui a priori sont tout ce qu'il y a de plus sympas mais je crois que l'amertume a parlé pour moi. J'aime pas être dans cet état d'esprit, qui le serait en même temps ? C'est juste que je n'aime pas que ça tombe sur quelqu'un qui n'a rien demandé alors je tente de me rattraper un peu. M'excuser ? Non, je crois que c'est au dessus de mes forces et de mon sale caractère ce soir. Alors je me redresse encore un peu, me racle la gorge comme si ça pouvait chasser ce que je viens de dire et tente de sourire, d'afficher un air moins déplaisant et peu commode même si ce que je m'apprête à dire ne va surement pas réchauffer l'ambiance … Parce que je pourrais très bien rester évasif, mentir même, mais c'est simplement la vérité qui me vient à l'esprit quand bien même je déteste prendre le risque de passer pour le pauvre petit martyr, l'orphelin qui a perdu tous ces repères. La pitié c'est pas mon truc.

« Il y a eu un accident, nos parents sont morts. On a vécu chez nos Grand-Parents pendant un moment mais deux ado en crise c'est pas ce qu'il y a de plus simple à gérer alors je crois qu'ils ont voulu nous éloigner un peu de … tout ça, des souvenirs, peut être pour qu'on passe plus facilement à autre chose j'en sais trop rien. »

A cet période là Derek me détestait plus que jamais, j'étais son bouc émissaire, il me tenait responsable de la mort de Papa et Maman et me faisait vivre un véritable enfer. Il ne vivait pas bien la situation même s'il gardait tout ça pour lui, moi j'étais en pleine transition et totalement ingérable, alors même si on s'est quitté fâchés, même si je leur en ai voulu de nous arracher à notre île, avec le recul je comprends leur geste et dans un sens heureusement qu'on n'a pas atterri chez nos oncles et tantes côté paternel … Enfin je dis ça mais j'en sais rien, peut être que ça se serait bien passé et qu'ils auraient réussi à me formater moi aussi mais évidemment je ne peux pas dire que je le regrette.

« La famille de notre mère est anglaise, on a atterri chez sa sœur quelques temps avant la rentrée et voilà. »

Et oui Enzo, tu as du sang anglais, un jour tu t'y feras peut être !
C'est ça ouais ...

« Et toi ? C'était juste pour avoir la paix ? »

Cette question n'a absolument rien d'agressive, elle est simplement prononcée sur le ton de la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   Mer 27 Aoû 2014 - 0:03






 
Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind




Date
Il a l'air un peu déçu que je ne connaisse pas Portland, je me sens assez coupable de ne pas pouvoir lui en dire plus, mais autant être honnête et ne pas lui mentir. Je ne suis pas à pousfouffle pour rien. Je ne supporte pas le mensonge et lui faire des fausses joies ça n'est pas non plus mon truc. Peut-être qu'un jour il découvrir de lui-même la ville. Étonnement il a répondu à ma question, d'abord évasivement et assez durement. Je n'ai d'ailleurs pas compris tout de suite pourquoi il le prenait sur ce ton là. Je ne déteste pas mes parents, mais lorsqu'on a trois frères plus jeune que soit et qu'ils sont toujours meilleur en tout ça devient lassant d'entendre à longueur de journée : «Il faut que tu fasse comme tes frères. » Ou bien : «Suis leur exemples eux ils ont réussis. » Il comprendrait ce que je peux ressentir. Je me suis senti con quand il m'a avoué que ses parents étaient morts. Il y avait eu un accident … j'aurais aimé savoir lequel, mais je crois que poser la question serait malpoli.

Je l'ai laissé terminé son histoire, ça ne devait pas être facile tous les jours. Je ne sais pas comment je réagirais si un jour on m'apprenait la mort d'un proche, de mes parents ou de mes frères. Je serais sûrement triste c'est sur, mais je ne suis pas préparé à ça, personne ne l'est alors lui devait l'être encore moi. Il est jeune en plus, pas que je me considère comme vieux, mais il devait l'être encore plus quand il a perdu sa famille.

« Je suis désolé pour tes parents et comprends bien que je n'ai rien contre les miens, seulement j'aimerais qu'ils arrêtent de vouloir que je sois comme mes frères. »


Je ne sais pas s'il a eu le même souci avec son frère, ni même si c'est lui l'aîné ou le cadet, cela dit il y a toujours des  problèmes entre frère et sœur alors je ne doute pas qu'il a du en avoir. Je me sens forcé d'expliquer mes propos et puis en même temps je finis tout de même par lui expliquer à mon tour mon histoire.

« Je suis le dernier de la famille, j'ai toujours été le dernier en fait. Mes trois frères ont toujours été doué pour tout. Si je n'entends pas une seule fois « fais comme eux.» dans la même journée quand je suis avec eux, alors c'est qu'il y a un souci et ça commençait à m'ennuyer. Je n'ai jamais rien dit et j'ai toujours su qu'un jour je partirais, même s'ils n'étaient pas d'accord. J'ai eu l'occasion de partir. Ma … Mon ex était anglaise et m'avait annoncé qu'elle ne pouvait plus revenir ici pour les grandes vacances donc qu'on ne se reverrait plus alors je l'ai suivi, je n'ai pas réfléchi, pour moi c'était évident. Si je ne voulais pas la perdre je devais la suivre et je l'aurais suivi jusqu'au bout du monde. Seulement quelques jours après mon arrivé je l'ai surpris avec un autre et elle m'a plaqué et je me suis retrouvé tout seul. »

J'ai l'air d'un parfait crétin. Je le reconnais et je le sais que j'en suis un, quel fou aurait suivi sa petite amie sans se poser de questions, sans être sûr qu'elle partageait les mêmes sentiments, sans être sûr qu'elle ne vous trompe pas ? Mais j'avais confiance en elle.

« Je l'évite en fait là, je me suis planqué parce que je sais qu'après ce qui s'est passé au bal elle veut me parler, mais je n'ai pas vraiment envie d'avoir cette conversation maintenant. »


Je suis encore plus pathétique et je ne sais même pas pourquoi je lui ai avoué ça. Il va me trouver tellement stupide qu'à tous les coups il va s'en aller. J'ai tenté de sauver la mise en lui posant finalement ma question de tout à l'heure, je ne sais pas si c'est le bon moment, mais autant tenté :

« Quand tu as dis qu'il y avait eu un accident … c'était à cause des … enfin des supérieurs ? »
 



© Aelyne


Dernière édition par Eliott S. Grisham le Sam 13 Sep 2014 - 16:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17270
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   Mer 27 Aoû 2014 - 13:55

« Je suis désolé pour tes parents et comprends bien que je n'ai rien contre les miens, seulement j'aimerais qu'ils arrêtent de vouloir que je sois comme mes frères. »

Nous y voilà. Je ne sais pas bien ce qui m’a pris de parler de ça mais … ça fait du bien. Oui ça fait du bien de parler d’eux, de parler de moi aussi, même si le sujet n’a absolument rien de fun ni même d’agréable. C’est juste … la vie, c’est comme ça, c’est mon histoire et je vis avec. D’ailleurs lui aussi il a la sienne, comme tout le monde, et visiblement c’est pas la joie non plus de son côté même s’il n’y a a priori pas de morts à déclarer. Pression familiale ? Je connais ça. Sois comme ci, pas comme ça, prends exemple sur un tel, etc … Mon Grand-Père aurait aimé que je sois plus comme Derek mais c’était pas le cas, le reste ne m’acceptera jamais comme je suis mais je m’en tape, je crois que dans ma tête j’ai tiré un trait sur tout ça, sur eux. Par contre si mes parents m’avaient fait ressentir quelque chose comme Eliott à l’air de le vivre je pense que j’aurai eu très mal alors je ne peux pas vraiment me montrer empathique à 100% mais je saisis un peu le truc.

« Pas de soucis t’inquiète pas, j’voulais pas te mettre mal à l’aise ou quoi que ce soit. La famille s’est toujours un peu compliqué et chacun son histoire après tout. Mais je peux te comprendre. »

Le plus important c’est de rester soi même, c’est ça qu’on dit non ?

« Je suis le dernier de la famille, j'ai toujours été le dernier en fait. Mes trois frères ont toujours été doué pour tout. Si je n'entends pas une seule fois « fais comme eux.» dans la même journée quand je suis avec eux, alors c'est qu'il y a un souci et ça commençait à m'ennuyer. Je n'ai jamais rien dit et j'ai toujours su qu'un jour je partirais, même s'ils n'étaient pas d'accord. J'ai eu l'occasion de partir. Ma … Mon ex était anglaise et m'avait annoncé qu'elle ne pouvait plus revenir ici pour les grandes vacances donc qu'on ne se reverrait plus alors je l'ai suivi, je n'ai pas réfléchi, pour moi c'était évident. Si je ne voulais pas la perdre je devais la suivre et je l'aurais suivi jusqu'au bout du monde. Seulement quelques jours après mon arrivé je l'ai surpris avec un autre et elle m'a plaqué et je me suis retrouvé tout seul. »

Ah la s… Enzo ! La garce, ça passe mieux ? Mais je trouve que salope c’est le terme le plus adapté en fait alors voilà, je l’emploi même si je n’ai pas mon mot à dire, à penser en l’occurrence, et tant pis si ça pose problème à quelqu’un.
En attendant je ne ferai pas de commentaire, je pense qu’il n’a clairement pas besoin de ça et surtout pas de ceux d’un ado de 17 ans et demi. Peut être qu’il est passé à autre chose depuis le temps mais s’il a été jusqu’à la suivre ici – parce que même s’il voulait « fuir » sa famille il aurait simplement pu aller ailleurs – c’est qu’il était vraiment accro alors j’imagine qu’il a du morfler en la surprenant avec un autre, idem quand elle l’a plaqué. Je sais ce que c’est que de se faire larguer, même si les choses se sont arrangées après, alors oui je compatis quand bien même je n’ai jamais surpris Kyle avec quelqu’un d’autre, et heureusement d’ailleurs parce que je pense que ça risquerait de faire mal, très mal même mais peu importe ça n’est pas de moi qu’on parle là.
Quant au fait d’être le petit dernier et d’avoir un ou des ainés doué pour tout … Présent ! Mais ça va, j’ai passé le cap depuis bien longtemps et j’adore mon frangin. J’ai pris beaucoup de confiance en moi ces dernières années et je ne ressens plus vraiment cette espèce de poids, de compétition, d’autant plus que j’ai ouvert les yeux sur le fait que j’étais doué pour certaines choses qui me sont bien propres et depuis je fais mon petit bonhomme de chemin. Ça ne m’empêche pas de continuer à « admirer » mon grand frère, parce qu’il est vraiment doué dans tout un tas de choses et surtout il s’en donne les moyens.

« Je l'évite en fait là, je me suis planqué parce que je sais qu'après ce qui s'est passé au bal elle veut me parler, mais je n'ai pas vraiment envie d'avoir cette conversation maintenant. »
« Ok. »

Est-ce que je pose la question qui me trotte dans la tête ? J’sais pas trop, je ne me sens pas super à l’aise de lui demander des comptes sur ce qu’il se passe avec son ex, c’est pas comme si on avait gardé les Hippogriffes ensemble.

« Ben écoute, si j’peux rendre service alors fais toi plaisir. »

Sourire entendu de ma part, réaction qui veut dire un truc du genre : Reste là, avec moi, tant que tu veux, si ça peut t’éviter de devoir lui faire face alors que t’en as pas envie. Y a juste un moment où je vais devoir aller en cours mais pour l’instant je ne bouge pas.

« Quand tu as dis qu'il y avait eu un accident … c'était à cause des … enfin des supérieurs ? »

J’ai ouvert la bouche et j’allais lâcher un non plutôt déterminé mais les connexions se sont faites dans mon cerveau et je me suis rendu compte que d’une manière ou d’une autre il y avait un peu de ça puisque Taylor a fini par rejoindre leur rang mais … Non, ça n’a pas grand-chose à voir et il est de toute façon hors de question que je parle de ça, de lui, des vraies raisons de la mort de mes parents, à qui que ce soit. Je n’ai rien contre ce type, il est même plutôt sympa, mais on ne se connait pas et je ne me vois pas raconter ce genre de détails de ma vie à un étranger, c’est tout. Je pense que ça peut se comprendre. Est ce que ces connards sont présent même en Australie d'ailleurs ? Si c'est le cas alors j'imagine qu'une partie de ma famille doit en faire partie ou en tout cas adhérer à leurs idées. Joie.

« Non, non. C’était un accident de la route, le truc que personne ne peut prévoir et qui n’a pas de raison particulière. Il faisait nuit, on était dans les collines donc la route faisaient des lacets avec des virages assez serrés, on a croisé un camion et … ça ne l’a pas fait. »

Est-ce que ça fait toujours aussi mal d’aborder ce sujet ? Non. Le temps a fait son œuvre, même par rapport à Taylor. Je crois que je suis plus ou moins en paix avec tout ça même si ça remue néanmoins des choses en moi. Un peu de colère et de rage, de la peine, mais ça n’est pas insurmontable, c’est même très infime. C’est de sa faute s’ils sont morts, s’il ne s’était pas jeté entre le camion et la voiture ça ne serait jamais arrivé et je ne serais jamais devenu ce que je suis aujourd’hui mais c’est comme ça, c’est la vie, et on ne change pas le passé. J’ai vengé mes parents, ça n’aura rien changé non plus mais je ne regrette pas d’avoir fait ce que j’ai fait même si j’ai risqué ma peau pour ça. Dans le fond c’était bien plus qu’une vengeance, j’ai fait ça aussi pour protéger les gens que j’aime. Bref, tout ça c’est du passé.

« C’est la faute à pas de chance comme on dit. »

Je hausse les épaules d’un air presque nonchalant, ne tenant vraiment pas à ce qu’il me prenne en pitié puis décide d’enchainer sur autre chose.

« Sans indiscrétion, c’est qui ton ex ? »

On sait jamais, des fois que j’aurai un truc à me reprocher … J’en doute parce que j’imagine qu’elle est « beaucoup » plus vieille que moi mais sait-on jamais, c’est vraiment pas le genre de trucs qui m’arrête, enfin qui m’a arrêté à l’époque. Et puis c’est juste par curiosité je crois. Juste retour des choses finalement, après tout il me pose lui aussi pleins de questions mais pas de méprise, ça ne me dérange pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   Sam 13 Sep 2014 - 16:15






 
Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind




Date
J’étais rassuré qu’il comprenne mon point de vu, d’autres ne s’en seraient pas souciés. Je suis là à me plaindre que mes parents sont trop présent et lui n’a plus les siens pour en profiter. Je me sens con d’être si exigeant, mais les parents sont tous différents, les miens ne sont pas beaucoup présent. Ils sont toujours à me comparer à mes frères et c’est lassant. J’ai la sensation de ne pas avoir de place, de ne jamais être assez bien il fallait que je parte. Il fallait que je m’éloigne, ça ne m’a pas aidé à avoir une meilleure relation avec eux, mais au moins je sens que sans eux je peux être moi sans me soucier de ce qu’ils penseront.

C’est bizarre de parler à mon tour de mon histoire. Ça fait du bien aussi de savoir que quelqu’un et là pour l’entendre. D’habitude je me tais et je suis plutôt du genre invisible, le gars que l’on remarque jamais et dont on oublie parfois le nom, combien de fois mes professeurs de Salem l’ont oublié ou confondus avec un de mes frères, surtout que l’on a des airs de ressemblances alors c’est toujours agaçant d’entendre « et toi c’est ? Ethan ou plutôt Arthur ?» Non, non je ne suis pas Ethan, je ne suis pas Arthur et je ne suis pas Gabriel. Je suis Eliott. Le plus petit des quatre, le dernier de la bande.

Il ne fait pas de commentaire au sujet de Kath et tant mieux, parce que je n’ai pas envie de la renier, je n’ai pas envie de l’effacer complètement de mon cerveau, parce que je l’aime toujours et que je ne veux perdre les images de bons moments qu’on a eu ensemble. Je ne veux pas perdre tout ce que j’ai vécu avec elle. Je pensais qu’elle serait celle avec qui je me marierais, d’ailleurs pour noël d’il y a maintenant deux ans, j’avais prévu de lui offrir une bague … et elle ne l’avait jamais eu. Elle ne l’aurait jamais.

Je ne sais pas pourquoi je passe avec cette histoire, mais je ne peux pas changer ce qui s’est passé, je ne peux pas changer les lignes parce qu’elles sont déjà écrites comme les lignes de son histoire. Il n’a pas l’air d’avoir spécialement envie d’en parler, mais, il me réponds quand même et je suis assez surpris que ce ne soit qu’un banal accident de voiture … c’est tragique bien sûr, mais ça me surprends. Je n’ose pas lui demander s’il ses parents sont sorciers où moldus, je crois qu’il n’a de toutes manière pas envie que je sois trop au courant, après tout on ne se connait pas encore et pourtant j’ai l’impression que l’on s’entend quand même assez bien pour ce confier autant, à moins que ce soit le fait de parler à quelqu’un que l’on ne connait pas, mais quoi qu’il en soit, je lui réponds aussi lorsqu’il me demande comment qui est mon ex :

« Je ne sais pas si tu en a déjà entendu parler, en tout cas elle a serpentard, c’est Kath Ravelstone, une blonde aux cheveux long et aux yeux bleus  … »


Je n’ai pas oublié ses yeux comment je pourrais les oubliés ?

« Et toi … enfin ça t’es déjà arrivé de te faire larguer ?» [/co
lor]

Question con bien sûr que non, il doit sans doute avoir plus de jugeote que moi et ce n’est sûrement pas lui qui se fait larguer, j’ai du mal à l’imaginer en victime, même si le mot est trop fort à mon goût.



© Aelyne


Dernière édition par Eliott S. Grisham le Sam 20 Sep 2014 - 14:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17270
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   Lun 15 Sep 2014 - 11:40

Bonjour, un inconnu me raconte sa vie et je lui réponds. Pire ! Je lui pose des questions. Relax, on appelle ça avoir une conversation et ce sont des choses qui se font entre êtres humains, pas la peine d'en faire des caisses, en plus c'est bien de s'intéresser un peu aux autres, ça peut même faire relativiser parfois. Donc bref, qui est cette charmant demoiselle qui lui a lamentablement brisé le cœur en n'étant pas très réglo ?

« Je ne sais pas si tu en a déjà entendu parler, en tout cas elle a serpentard, c’est Kath Ravelstone, une blonde aux cheveux long et aux yeux bleus … »

Blonde, les yeux bleux, les cheveux long, ... Peu de chance qu'elle soit passé inaperçu pour mon radar à femelles. C'est exactement le type de filles qui me branche le plus même si je ne suis pas sectaire non plus mais disons que physiquement elles ont ma préférence. Le fait qu'elle soit chez les Serpentard ne change rien par contre, les Maisons j'en ai pas grand chose à carrer. Kath Ravelstone ... A vrai dire ... Pendant la période où je faisais attention aux nanas et pas franchement d'une manière très glorieuse, je m'attardais clairement plus sur le physique que sur leur identité propre et par conséquent leur nom, donc ... Mais d'un autre côté j'ai un visage qui me vient en tête, une personne, et je suis a peu près certain qu'il s'agit bien d'elle sans trop savoir pourquoi.

« Hum ... Je crois que je vois qui c'est, oui. »

Du genre arrogante et hautaine, manipulatrice auprès de la gente masculine grâce à un sourire qui le lui permet, c'est bien ça non ? Enfin elle a été comme ça pendant un moment il me semble, si je ne me plante pas de personne. Il est possible que j'ai laissé trainé mes yeux sans jamais réellement m'approcher, probablement trop occupé à me prendre des vents par Seren ... On peut pas être partout ! Enfin bref, il s'agit de son ex et on ne plaisante pas avec ça. Il a pas l'air super heureux quand il en parle donc raison de plus. Solidarité masculine, parfaitement !

« Et toi … enfin ça t’es déjà arrivé de te faire larguer ? »

Il vient vraiment de me poser cette question ou j'ai des hallucination auditive ? J'allais croquer une nouvelle fois dans ma pomme quand il a prononcé ces mots et je me retrouve comme un con, la bouche ouverte, et la pomme dans le vide, clignant des paupières comme si j'avais vu un fantôme. Enfin disons un truc que je n'ai pas l'habitude de voir ou quelque chose comme ça.
Donc il faut que je réponde là, c'est ça ? Oui, sauf si tu tiens à avoir l'air d'un débile en restant comme tu es là mais c'est toi qui vois.
Mes bras retombent sur mes genoux et à vrai dire je ne sais pas trop si je dois répondre ni ce que je dois répondre mais les mots se pointent alors je les laisse sortir, plutôt tranquillement. C'est clair que ça ne réveille pas que des bons souvenirs mais c'est le passé, et puis c'est la vie, il faut juste faire avec et c'est tout. On en a tous chié un jour ou l'autre, ou alors ça viendra, et on a tous fait souffrir aussi ou alors c'est la même, ça viendra. Personne n'est irréprochable ni à l’abri de quoi que ce soit, enfin je pense.

« Oui, une fois, mais d'un autre côté j'ai jamais été avec quelqu'un d'autre ou presque alors ... »

Oui, ou presque ... A interpréter comme on veut ... Ahum. Il n'y a que Kyle qui m'ait réellement jeté, les autres, les filles, ça n'était jamais assez sérieux pour qu'on puisse parler de rupture. A part avec Tallulah mais pour le coup là c'est moi qui est mis fin à cette … ce truc, parce que je ne sais même pas si on peut appeler ça une relation. Et je ne l'ai pas fait de manière très classe, oui, je sais ! Y a prescription maintenant, ça va hein.

« Ça m'a fait un mal de chien mais disons que sans rentrer dans les détails c'était justifié, enfin il y avait une bonne raison. Et puis tout s'est arrangé depuis, on s'est remis ensemble et on est toujours ensemble aujourd'hui. »

Avec des hauts et des bas, une autre rupture causée par moi cette fois, mais on tient le coup malgré tout. J'irai bien lui préciser que je ne l'ai pas trompé et que ça n'est pas pour ça qu'on s'est séparé, parce que je n'ai pas envie qu'il pense que c'est ce que j'ai fait alors que c'est pas le cas et que la fidélité est une chose à laquelle je suis relativement sensible, mais d'un autre côté je préfère ça plutôt que de devoir lui expliquer les véritables raisons. J'ai failli tuer mon petit ami, il a eu la trouille de sa vie et donc peur de moi, tout va bien, je ne suis pas du tout dangereux ! Un vrai petit ange.

« T'aimerais que ça recommence vous deux ? »

Hey c'est pas moi qui ait lancé la soirée à thème question indiscrète hein ! Je me calque, c'est tout. C'est juste que je vois bien la mine triste ou je sais quoi qu'il se traine sur le visage alors je tente d'interpréter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   Sam 20 Sep 2014 - 14:03






 
Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind




Date
Kath est le genre de personne qui attire les regards, ça ne m'aurait pas étonné que ce gars s'en soit rendu compte, ni même qui l'ai regardé. Certes, le savoir me rendrait sans doute jaloux, parce qu'à mes yeux, elle était encore à moi, même si on n'était séparé, même si on avait tous les deux nos tords. Je ne tenais pas spécialement à ce qu'on s'aperçoive que je l'aimais toujours, parce que l'on me prendrait sans doute pour un pauvre fou. Il voyait qui c'était, j'ai hoché la tête, ne sachant pas réellement ce qu'il convenait de dire. J'avais simplement posé une autre question, à savoir si ça lui était déjà arrivé et sans doute que je n'aurais même pas du lui poser, vu qu'on ne se connaissait pas assez pour parler de ces choses là, mais c'est peut-être comme ça que l'on apprends à connaître les autres, en s'y intéressant.  

Je suis presque rassuré, quand il me dit que ça lui est aussi arrivé, certes il semble y avoir des circonstance attenantes, des explications, mais il a vécu ça aussi. On fait tous les mêmes bêtises parfois, bien que le contexte soit à chaque fois différent, ce qui prouve bien que l'erreur est humaine. J'aime me rassurer de cette façon, j'ai moins l'impression d'être le seul à qui ça arrive. Je vous assure que c'est très rassurant. Ce qui me surprend le plus doit être le fait qu'il soit encore avec cette personne là. J'ai levé les yeux vers lui avec une attention toute particulière, je crois que j'aimerai bien être dans son cas. Je crois qu'au fond de moi j'adorerais pouvoir la reconquérir, pouvoir être à nouveau avec elle, mais les choses sont compliqués. Il y a peu d'espoir.

« Vraiment ? Mais … comment vous avez-fait ? »


Je suis curieux parce que j'aimerais savoir ce qu'ils ont fait pour avoir la chance d'être de nouveau ensemble, pour surmonter ce qu'ils ont vécu. Je suis évidement, loin de me douter ce qu'ils ont pu vivre tous les deux, je ne le connais pas tant que ça pour tout savoir, pas du tout même. Je ne sais cependant pas quoi répondre quand il me demande si j'aimerais que ça recommence … est-ce que je dois être honnête ? Ou tout simplement éviter la question ? Ça ne serait pas très juste, lui a répondu à toute mes questions, je dois en faire autant. J'ai soupiré puis j'ai finalement dit :

« Je ne devrais pas avoir envie que ça recommence … pas après ce qu'il y a eu, mais je crois qu'au fond je lui ai pardonné. Il n'y avait pas seulement elle qui était responsable, sans doute que j'ai pas été souvent là avant que ça n'arrive, alors que j'aurais du, donc pour faire simple oui, ça serait sans doute mon plus grand souhait, mais même les génies ne peuvent pas faire tomber les gens amoureux, alors je crois que ça va être très compliqué de recoller les morceaux. »


Un génie ou un filtre d'amour ne pourraient pas faire grand-chose et je n'avais pas envie de toute manière de devoir recourir à ce genre de méthodes pour reconquérir ma serpentard. Il fallait que se soit par amour si l'on retombait amoureux, enfin si elle retombait amoureuse, parce que de mon côté, je n'ai pas cessée de l'aimer.

[/color]



© Aelyne
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17270
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   Sam 20 Sep 2014 - 14:53

La tournure que prend cette discussion me rappelle légèrement celle que j'ai eu avec Doryan il y a quelques temps. Ça ne s'était pas très bien passé d'ailleurs, la tension était montée puis redescendu mais certains mots avaient été mal digérés d'un côté comme de l'autre. J'en viens à me poser des questions : Pourquoi est ce qu'on vient me demander des conseils en matière de relation amoureuse ? Est ce que je suis passé professionnel sans m'en rendre compte ou … ? J'en sais rien, est ce que je dégage un truc qui fait que j'ai l'air de parfaitement gérer ? C'est vrai que quand je suis avec Kyle j'ai tendance à ne pas trop faire attention au reste du monde alors peut être que parfois on nous observe dans les couloirs ou ailleurs, et peut être qu'on à l'air d'un couple idéal ou un truc dans le genre mais je vous arrête : C'est pas le cas. Et puis c'est quoi la définition exacte du couple idéal de toute façon ? On a nos hauts et nos bas, comme tout le monde, mais c'est vrai qu'on s'entend bien et que même si on ne se comprend pas toujours on est très amoureux l'un de l'autre et que ça soit se sentir. C'est aussi vrai que nous deux ça dure depuis un moment déjà. Dans quelques mois ça fera deux ans qu'on se connait, dans trois mois pour être plus exact.

Enfin bref, je vois bien qu'il est perdu, et malheureux, c'est écrit en gros sur son visage. S'il me parle à moi – un inconnu – c'est qu'il a vraiment besoin d'en parler et … ça ne me dérange pas. La preuve, j'entretiens la conversation.

« Je ne devrais pas avoir envie que ça recommence … pas après ce qu'il y a eu, mais je crois qu'au fond je lui ai pardonné. Il n'y avait pas seulement elle qui était responsable, sans doute que j'ai pas été souvent là avant que ça n'arrive, alors que j'aurais du, donc pour faire simple oui, ça serait sans doute mon plus grand souhait, mais même les génies ne peuvent pas faire tomber les gens amoureux, alors je crois que ça va être très compliqué de recoller les morceaux. »

Un sourire se dessine sur mon visage et étire mes lèvres, un sourire tranquille, un sourire plein de compréhension. Je sais très bien que même si Kyle me trompait je lui pardonnerais. Je n'oublierai pas mais je lui pardonnerais. Dans la limite du raisonnable évidemment mais je suis trop dépendant de lui, trop accro, pour laisser quoi que ce soit se mettre entre nous deux même si je l'ai déjà fait par le passé et que je le ferais à nouveau dans certaines circonstances mais … Je crois que je pourrais tout lui pardonner ou presque, enfin je crois mais qui sait ... Oui j'ai un égo sur-dimensionné et une fierté bien souvent mal placée, mais avec lui c'est différent. Ça l'a toujours été. De toute façon ça n'arrivera pas, hein ?

« Je sais pas trop quoi te dire, toutes les histoires sont différentes, et les personnes aussi. Mais de mon côté, enfin de notre côté, c'est ... »

Comment dire qu'on est simplement pas capable d'être physiquement loin l'un de l'autre sans passer pour un mec légèrement névrosé ? J'ai pas non plus envie d'étaler ma vie privée comme ça.

« On s'est séparé plusieurs fois en réalité, mais à chaque fois on s'est retrouvé parce que … En fait je crois que nous deux l'un sans l'autre c'est juste pas possible. Je sais que c'est bizarre et peut être que je prends mes rêves pour des réalités, que ça ne sera pas toujours comme ça mais c'est très fusionnel entre nous. »

Je pense qu'il y a quelques raisons à ça, notamment le fait que tout ce qu'on a vécu nous à énormément rapproché mais aussi nos caractères, les conditions d'enfermement, nos histoires et passés respectifs, l'interdit et toutes ces choses qui nous rendent différent l'un de l'autre, très probablement ma double nature aussi … Le monde extérieur, façon de parler puisqu'on était enfermé, a joué un rôle majeur là dedans je pense et nous a poussé l'un vers l'autre. Depuis qu'on s'est trouvé on s'est accroché l'un à l'autre, intensément.
C'est vrai qu'en ce moment c'est un peu difficile pour moi, parce que je ne comprends pas vraiment la situation, parce que je ressens certaines choses et que je sais qu'il me cache des trucs ce qui me blesse et me rend légèrement sur la défensive mais ça ne remet pas en cause mes sentiments pour lui. Ça finira probablement par être mis sur le tapis à un moment ou un autre mais pour le moment je laisse couler, en réalité j'attends de voir s'il m'en parlera de lui même ou s'il continuera de faire comme si tout allait bien.

« On a nos différents bien sur, et nos différences, mais à chaque fois on a pris le temps de discuter pour essayer de régler les problèmes, en plus de ça bien souvent ça n'était pas du qu'à nous, il y avait un ou des éléments extérieurs pour venir foutre la merde. Bref, on a mis les choses à plat et on s'est toujours mutuellement pardonné quand l'un faisait du mal à l'autre. »

Attention, ne va pas croire que ça été facile parce que ça n'est pas le cas.

« Si toi t'es sur de ce que tu veux, de ce que tu ressens, alors vas la voir et dis le lui. Après tout qu'est ce que t'as à perdre ? Ça passe ou ça casse mais au moins tu seras fixé. Ça prendra peut être du temps mais … En tout cas, personnellement, c'est ce que j'ai fait et … voilà. »

Je hausse les épaules, l'air presque détaché comme si c'était la chose la plus simple du monde à faire alors que non, clairement, ça n'est pas le cas. Je pense juste que quand on aime une personne et qu'on a envie d'être avec elle alors il faut se donner un coup de pied au cul, laisser tomber le reste et foncer. Kyle aurait très bien pu me dire d'aller me faire foutre ce jour là, ou simplement m'expliquer qu'il ne voulait plus de moi, que c'était trop compliqué entre nous ou que sais-je encore mais ça n'a pas été le cas. Je sais que j'ai eu de la chance et que Eliott n'aura peut être pas cette opportunité mais … Oui, sérieusement, qui ne tente rien n'a rien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   Dim 19 Oct 2014 - 18:15

Kath me trottait toujours dans la tête, nuit et jour, mois et années … tout le temps je pensais à elle. Je n'arrivais pas à me dire que je devais tourner la page, c'était impossible parce que je l'aimais ou plutôt je l'aime, d'un amour que je n'arrive pas à qualifier, fou, sauvage, cruel … c'est assez étrange en y repensant. On s'est blessé mutuellement, moi en souhaitant qu'elle aille aux cachots, elle en me trompant. Je crois que dans un endroit différent et dans des circonstances différentes on aurait pu être de nouveau ensemble, mais ce n'était pas comme ça que ça marchait, avec des si ont pourrait refaire le monde et le monde ne changera pas, même par un coup de baguette magique ou avec un retourneur de temps, personne n'a le pouvoir sur le temps. Je n'avais pas grand chose à ajouté de plus, oui je l'aimais, mais se serait fou de nous remettre ensemble, de plus je ne suis même pas sûr qu'elle voudrait encore de moi. Je l'écoutais alors espérant que ça chasserait mes pensées amers. Je ne trouvais pas son histoire si bizarre que ça, c'était même plutôt enviable, de savoir qu'ils se retrouvaient quoi qu'il arrive, quoi que le temps puisse faire, même si la vie leur jouait des tours.

« C'est tellement rare que je t'envie presque … presque … je suppose que tu aurais préférer que se soit plus simple. La simplicité semble bien difficile à trouver quand il s'agit d'amour. »

Moment philosophique du jour, j'aurais peut-être pu m'en passer, mais je trouve réellement que rien n'est simple en amour, même les histoires qui le laissent croire. C'est comme pour la famille, il n'y a pas une famille ou tout est parfait. La perfection n’existe pas, pour rien, pour personne, on a tous des défauts, on fait tous des erreurs, en somme on est tous humains. Je ne sais pas vraiment ce que je veux, enfin si, mais je n'ai jamais osé avouer mes sentiments, c'est ça qui me bloque. Je me vois mal aller la voir et lui dire « Salut chérie, dis-moi on oublie tout et on repars à zéro. » Non ça ce n'est pas moi. Je n'ai même pas su affronter une abeille, alors devoir l'affronter elle … c'est au-dessus de mes forces.

« Je ne suis pas assez … assez fort pour ça. Je ne suis pas le genre de gars qui sait parler de ces choses-là, c'est plus simple d'en parler quand elle n'est pas en face de moi évidement, mais je crois que je vais perdre pied si je suis face à elle. C'est idiot, je m'en rend bien compte, mais c'est au-dessus de mes forces. J'aimerais réellement pouvoir le faire, mais ça me semble impossible. »


J'étais franc et c'était bien la première fois que je n'avais pas honte d'admettre ça à quelqu'un mais autant ne pas mentir, de toute manière, ça ne me mènerait nulle part. Enzo ne pouvait pas faire grand chose pour moi, pas plus que les autres, pas plus que tout ce qui voudrait m'aider, si bien sûr ce genre de personne existait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17270
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Elijah C. Leroy ▬ Chiara M. Brooks



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   Lun 20 Oct 2014 - 20:08

Est ce que notre histoire, à Kyle et moi, à quelque chose d'exceptionnelle ou hors normes ? C'est vrai que le contexte est un peu particulier et le fait qu'on ait beaucoup de différences, certaines dont le mélange n'est pas toléré, rend la chose un peu … oui, particulière aussi mais dans le fond le schéma est tout à fait classique. C'est juste l'histoire de deux personnes qui tombent amoureuse et qui tentent de faire avec. On est encore très jeunes tous les deux quand on y pense mais on a vécu tellement de choses intenses que c'est presque le quota d'une vie et le résultat c'est que le quotidien dans la tranquillité est un peu … Disons pas toujours simple à gérer, au moins de mon côté, mais on s'adapte.
Quand je regarde Eliott je me rends compte à quel point on est tous dans la même galère face aux sentiments et à la pagaille qu'ils peuvent semer entre deux personnes, voir plus parfois. Aucune histoire ne se ressemble, les protagonistes ne sont pas les mêmes, et même si la base est universelle d'après ce que j'en sais ou crois savoir en tout cas il n'y a pas de ligne toute tracée. Peut être que ça fonctionnait du temps de nos grand-parents qui trouvaient leur moitié très jeune et passaient leur vie toute entière avec la même personne mais aujourd'hui je crois que le monde a beaucoup changé. C'est un peu le bordel en fait, quand on y pense bien … Enfin peu importe, l'idée c'est qu'il a l'air paumé et que je me sens réellement désolé pour lui.

« C'est tellement rare que je t'envie presque … presque … je suppose que tu aurais préférer que se soit plus simple. La simplicité semble bien difficile à trouver quand il s'agit d'amour. »

Néanmoins d'accord avec lui, en partie, j'écrase un rire et lui répond de manière détendue mais sans doute un peu ironique.

« Trouve moi un seul type de relations humaines qui soit simple ? »

Famille, amis, amour, même combat !
Emmerdes. C'est inévitable, ça semble l'être en tout cas.

« J'crois que c'est presque une condition non négociable et surtout pas une option quand ça concerne l'être humain. Mais c'est aussi ça qui rend les choses … importantes. Enfin, je crois. »

Les animaux ne s'encombrent dans l'ensemble pas de tout ça eux, et attention je ne dis pas qu'ils ne ressentent rien parce que je sais que c'est totalement faux. Je dis juste qu'ils ne passent pas leur temps à … péter les plombs et faire n'importe quoi, à avoir ce comportement destructeur que l'être humain semble incapable de mettre de côté sur le long terme.

« Je ne suis pas assez … assez fort pour ça. Je ne suis pas le genre de gars qui sait parler de ces choses-là, c'est plus simple d'en parler quand elle n'est pas en face de moi évidement, mais je crois que je vais perdre pied si je suis face à elle. C'est idiot, je m'en rend bien compte, mais c'est au-dessus de mes forces. J'aimerais réellement pouvoir le faire, mais ça me semble impossible. »
« Je comprends. Ce genre de trucs c'est toujours plus facile à dire qu'à faire comme on dit. »

Parce que je fais le malin là – en fait pas vraiment mais c'est une façon de parler – mais je crois que c'est le désespoir qui m'a fait agir. J'arrive pas à concevoir de ne pas l'avoir dans ma vie, mais être amis m'apparaissait impossible et comme j'ai tendance à être une personne impulsive … J'ai ouvert les vannes. Comme je le dis ça a fonctionné mais ça aurait pu ne pas être le cas. J'aurai respecté son choix, évidemment, mais … Peu importe. Et oui, je sais, j'ai sans doute pas été aussi tendre avec Doryan :gla:

« Qui sait, peut être qu'un jour tu auras un déclic. En attendant si ça te fait du bien d'en parler, même si on ne se connait pas, alors tant mieux. C'est déjà ça. Parfois poser des mots sur des ressentis ça aide à y voir plus clair. »

Et ça fini par se débloquer dans la tête.

J'allais croquer une nouvelle fois dans ma pomme, pour la finir d'ailleurs, quand j'ai vu Victoria arriver et rassembler tous les 6ème année devant la grande porte.

« Ah, désolé, j'vais devoir te laisser la Prof est arrivée. »

Je me suis donc levé, j'ai rangé mon livre et j'ai attrapé mes affaires avant d'adresser un sourire au Poufsouffle.

« Bonne soirée Eliott. »

Et merci parce que cette discussion a réussi à me calmer et me changer les idées. Au bout de quelques pas je me suis retourné et j'ai commencé à marcher à reculons pour continuer ma progression tout en lui parlant en même temps.

« Et j'espère que tu trouveras la meilleure solution à ton casse-tête. »

Dernier sourire, signe de tête, et demi tour direction le cour de sport. Ça ne changera pas ma vie, c'est sur, mais c'est toujours plus agréable de souhaiter de bonne chose pour les gens.

▬ Fini pour moi ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sometimes I’m radioactive, and then I find the peace of mind ▬ Eliott
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (akhésa) ✚ those who don't believe in magic will never find it.
» Glorfindel • Mornie utúlië... believe and you will find your way
» I've been dreaming for so long, to find a meaning to understand.
» Will you come find me if I crash and burn? — Siobhán
» LILY ❝ easy as a kiss we'll find an answer.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée.-
Sauter vers: