AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Big girls cry when their heart is breaking - Ft Riley.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Big girls cry when their heart is breaking - Ft Riley.    Mer 16 Juil 2014 - 0:32



Big girls cry when their heart is breaking
Riley & Kezabel


Samedi 9.11 - Fin de soirée.

J'ai les joues rouges, le souffle court et je ne sais pas encore si c'est à cause de l'alcool qui imbibait la boisson ou à cause de la soirée que je viens de vivre. Probablement un mélange des deux. Tout ce que je sais c'est que j'ai le cœur qui bat à mille à l'heure et bien que mes pieds me fassent mal, je n'en prête pas la moindre attention puisque mon esprit est désormais fixé sur un seul et même objectif : Riley. Je l'ai entrevue avec Lukas lors de mon entrée dans la salle puis après avec Matthew je crois pour ensuite la voir voler comme une fusée auprès de Mateo – instant où je n'ai pas pu réagir, alpaguer aussitôt par Lucy qui me supplie de venir danser un morceau qu'elle préfère avec elle. Je n'ai pas eu le temps de voir ce qu'il se passait, ni si c'était du positif ou du négatif... mais connaissant Mateo, je doute que Riley aille le voir pour lui souhaiter une bonne soirée.

Je ne sais pas quelle heure il est mais après avoir reçu un compliment sur ma tenue de la part de Mr Gabrieli mais aussi de la part d'Enzo. Et je crois que j'ai aussi bien rougis pour l'un que pour l'autre. J'ai longuement hésité avant de mettre la robe que ma mère portait lors des soirées un peu habillée mais lorsque je me suis vu dans la glace... je n'étais pas déçu du résultat, surtout lorsque j'ai cru voir en moi, ma mère. J'ai d'ailleurs beaucoup pensé à elle ce soir, me demandant ce qu'elle penserait de savoir que mon cavalier était un transsexuelle et que je ne m'en formalisais pas plus que ça. Je ne sais pas comment elle l'aurai prit, même si je suis à peu près sûre que la seule chose qu'elle aurait voulu pour moi était mon bonheur. Mais bon.. nous n'en étions pas là non plus. En réalité, je n'en savais rien.

Mais pour l'instant, ce qui m'inquiète c'est de ne pas trouver Riley parmi la foule d'élèves déchaînés, dansant au rythme de la musique. Peut-être a-t-elle décidé de continuer la soirée avec quelqu'un d'autre ailleurs ? Je m'apprête à laisser tomber mes recherches, presque persuadée qu'elle avait trouvé une compagnie masculine pour finir la soirée en beauté – arrêter de croire tout de suite à une partie de jambe en l'air... c'est usant ! - lorsque je vois Charleen marcher d'un pas rapide vers moi. Je l'aurai accueillit les bras grands ouverts en m'exclamant sur sa tenue ravissante si elle n'avait pas l'air aussi soucieuse.

« Charleen ? Ca ne va pas ? »

Elle s'approche un peu plus de moi, sa voix de nature douce et calme ayant du mal à se faire une place parmi le tempo musicale. Je me penche vers elle, tendant l'oreille pour mieux l'entendre.

« Est-ce que tu as vu Riley ou pas ?
Non, justement je me demandais où est-ce qu'elle était. Je trouvais ça bizarre qu'elle soit déjà partie.
Je crois qu'il y a un truc qui va pas. Je l'ai vu sortir de la salle assez rapidement... et elle n'avait pas l'air bien. J'ai pas osé aller la voir... Je me suis dis que je me faisais des idées mais vu que je ne la vois pas revenir, ça me semble louche.»

Elle se triture les mains, visiblement inquiète et coupable de ne pas avoir le premier pas vers sa sœur.

« Eh, c'est pas grave. Je vais aller vérifier dans son dortoir si elle n'y est pas, d'accord ? Et je suis sûre que tu ne l'aurai pas déranger si tu avais été la voir, au contraire. 
Oui, tu as sûrement raison... j'suis complètement stupide. »

Je lui souris tendrement avant de la prendre brièvement dans mes bras. Elle me rappelait Adam : Maladroit, incertain, ne sachant pas quel était le meilleur comportement à adopter pour consoler sa grande sœur.
Je la garde un instant contre moi avant de lui faire face

« Cesse de douter et laisser parler ton instinct, d'accord ? C'est ta sœur, elle ne t'en voudra jamais de t'inquiéter pour elle. »

Elle acquiesce et je lui promet de la tenir informer de l'état de Riley si je la trouve. La suite, elle n'est pas compliqué. Ce n'est qu'une fois la porte de la grande salle franchis que j'affiche mon air soucieux.Est-ce qu'elle avait finalement eu des problèmes avec Vargas ? Peut-être n'avait-elle pas eu le temps de m'en parler si problème il y avait avec ce petit branleur de première. D'ailleurs, je n'ai pas pu m'empêcher de lui offrir un regard assassin en sortant. Tout chez ce mec amenait à le mépriser. Même le fait qu'il soit plutôt beau-gosse. C'était affligeant.

Je descend les escaliers menant à la salle commune des Serpentards et je me surprends à avoir encore quelques sursauts aux moindres bruits... cette semaine parsemée d'illusion n'était pas totalement effacé de nos esprits.
Je me présente devant le tableau et cette fois, je remercie Maxime – bien qu'elle soit aussi agréable qu'une porte de la prison d'Azkaban - m'ayant ouvert l'accès la dernière fois puisque le mot de passe que je prononce désormais, me laisse accès libre à leur salle. La chaleur fait aussitôt contraste avec le courant d'air glaciale qui m'a tiré les frissons tout le long du chemin. Il n'y a presque personne, si ce n'est que deux élèves attablés dans leur coins faisant une partie de bataille explosive. L'un de me reluque sans gêne, un sourire aux lèvres. Je lâche un soupire désespérer … un morceau de peau à découvert et c'est la foire aux bestiaux qui s'animent. Peu m'importe leur regard, ce qui compte pour moi c'est de m'assurer que Riley va bien car même si j'ai passé une grande partie de la soirée avec Harry, elle reste ma meilleure amie et notre devise tient et tiendra toujours : Les copines d'abord.

Ce n'est qu'arrivé en haut des escaliers que je m'appuie contre le mur afin d'enlever mes chaussures qui commencent sérieusement à me faire mal. Il faut soit disant souffrir pour être belle... mais là, j'ai atteins ma limite. Je les gardes en main et pousse de l'autre la porte du dortoir, délicatement. Je pénètre dans la pièce en douceur, refermant le battant derrière moi et le silence qui s'y trouve me file la chair de poule. Je m'apprête à prononcer le prénom de Riley mais les rayons de Lune suffise à me faire apercevoir un forme rouler en boule dans le lit du fond. Peut-être qu'elle dort ? Ma conscience me pousse à m'approcher sur la pointe des pieds pour aller vérifier que tout va bien et c'est lorsque je vois ses deux grands yeux verts se poser sur  moi que je comprends que non, tout ne va peut-être pas si bien que ça. La seule raison pour que Riley aille se coucher aussi tôt alors qu'une soirée battait son plein juste au dessus de nous était soit : Une fièvre subite ou une mauvaise nouvelle.

L'inquiétude grimpe les échelons et je lui accorde un grand sourire rassurant avant de m’asseoir sur le bord de son lit, glissant une main sur son front.

« Hey, je t'ai cherché partout. Je commençais à croire que tu avais fugué avec un beau prince à dos de licorne ailée sans même me laisser un mot d'adieu !»

Je ris avec légèreté mais aucun sourire de sa part. Je fronce les sourcils.

« Ca ne va pas ? Tu es malade ? »

Elle ne décroche pas un seul mot et je dois dire que je m'inquiète un peu plus à chaque silence. Le visage de Vargas s'incruste dans mes cellules grises... j'espère pour lui que ce petit con ne lui a rien fait sinon il allait goûter à la colère d'une Hasting. Je sais que Riley sait se débrouiller seule mais je sais aussi qu'il en faut beaucoup pour que son moral ne la cloue au lit comme ça.

« Riley … qu'est-ce qui ne va pas. »

Je viens me mettre à genoux sur le sol, afin de me mettre à sa hauteur pour lui faire face, posant ma menton sur une de mes mains, remettant une de ses mèches de cheveux qui barrait son regard que je vis désormais presque humide. L'inquiétude est complète, j'attends donc patiemment de voir si sa langue se délie pour un aveux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8154
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Big girls cry when their heart is breaking - Ft Riley.    Ven 18 Juil 2014 - 22:04

Dimanche 9 Novembre – Premières heures du matin, après le bal
Big girls cry when their heart is breaking



Kezabel & Riley

Tough girl in the fast lane
No time for love
No time for hate
No drama
No time for games
Tough girl whose soul aches

Je viens de sortir de la Grande Salle d'un pas rapide mais c'est en courant que je franchis les derniers mètres qui me séparent de la Salle Commune des Serpentards. Au départ j'ai voulu sortir à l'extérieur pour prendre un bol d'air frais mais la présence de Monsieur Hot et ses collègues devant les grandes portes m'en ont dissuadé. Même pas un regard intéressée, ce soir il ne me fait ni chaud, ni froid. Ça n'est pas tant qu'il m'embrase en temps normal, c'est plus une sorte de jeu qu'autre chose pour moi même et une excuse pour délirer avec Kezabel mais justement, ça suffit les jeu de ce genre. Tout ce qu'ils obtiennent de ma part c'est une sorte de grognement indistinct et si j'avais pu trouver un caillou sur le sol j'aurai shooté dedans de toutes mes forces je crois. Plan B. Retrouver mon lit et me rouler en boule sous les couvertures histoire d'oublier que j'existe pendant quelques heures et en espérant que Morphée vienne me chercher rapidement.

~*~

J'ai complètement perdu la notion du temps, tout ce que je sais c'est que j'ai trouvé le réconfort de mon lit alors après avoir papouillé Monkey pendant un petit moment, je l'ai remis dans sa cage et j'ai enfilé le vieux T-shirt avec lequel je dors ainsi qu'un shorty et je me suis glissée sous les draps et couvertures. Je n'ai pas regardé l'heure, à quoi bon ? Aucun intérêt. Le dortoir a été silencieux pendant un moment, je n'ai pas réussi à m'endormir pour autant, roulée en boule comme un gros bébé, une veilleuse en forme de vif d'or posé sur ma table de chevet pour maintenir un peu de lumière dans ce lieu. En temps normal le noir ne me dérange pas ici mais … ce soir, ce matin ? Je préfère avoir une petite source de lumière même si la Lune fait déjà bien son boulot. Elle était pleine il y a deux jours, elle est encore bien ronde. C'est d'ailleurs ce qui m'a permis de ne pas trop sursauter quand une silhouette familière s'est dessinée dans l'embrasure de la porte. Je l'ai reconnu tout de suite mais pourtant je n'ai pas bougé. Elle a du croire que je dormais puisque c'est sur la pointe des pieds qu'elle s'est approché mais quand elle a croisé mon regard, elle a compris. J'aurai aimé lui offrir un sourire, lui sauter dessus pour lui demander comment s'est passé sa soirée, mais j'en suis incapable, totalement prostrée et recroquevillée, renfermée sur moi même. Il n'empêche que je suis malgré ça contente de la voir, sa présence me réconforte instantanément même si je m'en veux déjà de lui pourrir sa fin de soirée. Parce que Kezabel n'est pas stupide et parce qu'elle me connait très bien, je sais qu'elle a déjà senti que quelque chose clochait chez moi.
Elle s'assoie sur le lit, je m'écarte un peu sur le côté pour lui laisser plus de place et sa main se pose sur mon front dans un geste plein d'affection, presque maternel.

« Hey, je t'ai cherché partout. Je commençais à croire que tu avais fugué avec un beau prince à dos de licorne ailée sans même me laisser un mot d'adieu ! »

Mes yeux se ferment lentement, puis se rouvrent au même rythme. Je ne peux pas retenir un soupir.

« Ça ne va pas ? Tu es malade ? »

Non, non, ça va, t'en fais pas. Alors, cette soirée ? Raconte. Voilà les mots qui seraient sortis de ma bouche en temps normal mais la boule que j'ai dans la gorge est tellement envahissante qu'elle m'empêche de prononcer un seul mot.

« Riley … qu'est-ce qui ne va pas. »

La voilà à genoux devant moi, son menton sur ma main et la sienne dégageant mon visage d'une mèche rebelle. Répondre ? Ne pas le faire ? Je ne peux pas lui faire ça, elle est inquiète, et puis que je le veuille ou non ça fait toujours du bien de parler avec ma meilleure amie. Je ne connais pas grand monde capable d'être aussi … elle. Alors je me redresse un peu, me frotte le visage et après un nouveau soupir suivi d'un reniflement, je sors de mon mutisme.

« Rien, c'est juste ... »

Ma voix est enrouée, cassée, je la reconnais à peine. Nouveau silence, je ne sais pas comment exprimer les choses, ce que je ressens, ce qu'il s'est passé. Je m'active de nouveau et m'assoie en tailleur sur le haut de mon lit après avoir repoussé les draps. Il fait un peu froid, ou alors je suis fatiguée. Mes yeux se perdent dans le vagues, je bouge mes jambes et les plie pour venir les placer sous mon T-shirt que je déforme. Ma tête se pose sur mes genoux.

« J'ai l'impression de tout faire de travers. »

Je la regarde, mes mains vont se plonger dans mes cheveux.

« J'ai discuté avec Matthew tout à l'heure et ... »

Regard vers le plafond cette fois, avant de se poser sur le drap.

« Au vue de ce qui s'est dit je me pose énormément de questions, je me remets en cause et j'aime pas du tout ce qui en découle. J'ai l'impression que tout ça c'est de ma faute parce que … parce qu'il a raison, j'suis une allumeuse. C'est juste … Je pensais que tout était clair entre nous mais visiblement c'est pas le cas et là dessus je ne peux m'en prendre qu'à moi même. »

Je sais que ça n'est pas exactement le message qu'il voulait faire passer mais c'est comme ça que je le vis. Dans le fond ça n'a pas grand chose à voir avec lui pour ce qui est de ça. Pour le reste ...

« J'ai pas envie de le perdre mais y a des choses qui sont difficiles à entendre et même si je sais qu'il n'a pas dit ça pour me faire du mal … On va dire que la vérité est toujours compliqué à avaler. En plus comment on peut être amis quand une des deux personnes à des sentiments pour l'autre et que c'est pas réciproque ? Je l'adore, c'est une des personnes dont je me sens le plus proche ici, mais … »

Mais jusqu'ici je n'ai jamais été capable de m'attacher réellement et de cette façon. J'ai eu des coups de cœurs, comme tout le monde, mais rien de très sérieux et ça n'est de toute façon pas ce que je cherche et veux. J'aime Matthew mais seulement d'amitié et je sais qu'il a parfaitement compris, qu'on s'est dit que tout irait bien et je l'espère de tout mon cœur mais ce soir j'ai du mal à y voir clair, c'est tout. Et tu sais à quel point j'ai peur de voir les gens qui compte pour moi s'éloigner ...

« En plus je comprends pas pourquoi j'ai encore cette rancœur envers Cameron alors que ça fait des lustres qu'on ne se calcule plus. J'y pense pas en permanence, rarement même en réalité, mais dès que je le vois ça remonte et ça m'énerve ! »

Comme là, par exemple, et c'est totalement ridicule.

« Enfin bref, encore et toujours à cause des mecs. Enfin à cause de moi en l'occurrence, c'était bien plus simple avant, franchement je regrette ce temps là. »

Je voudrais retourner 10 ans en arrière.

« J'aime pas la fille que je suis devenue. »

Voilà, ça c'est dit. Next !

« Bon et toi, ta soirée ? Raconte un peu. »

Comment ça j'essaie de détourner la conversation ? Même pas en plus, ça m'intéresse réellement et mon sourire même s'il n'est pas franc, est sincère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Big girls cry when their heart is breaking - Ft Riley.    Dim 27 Juil 2014 - 13:50

Si j'avais relativement passé une bonne soirée malgré les questions qui se sont fait plaisir de recréer une guerre mondiale au sein de mon esprit, j'étais désormais revenu à la réalité avec pour bagage une inquiétude profonde pour Riley. Elle était ma meilleure amie depuis déjà quelques mois et même si ça ne faisait pas si longtemps que ça qu'elle et moi nous nous connaissions, j'avais eu envers elle un véritable coup de foudre amicale. Elle m'apportait beaucoup de chose et une présence réconfortante mais surtout elle était la personne en qui j'avais le plus confiance dans ce château. Je savais que je pouvais compter sur elle en n'importe quelles circonstances et surtout, que jamais elle ne me jugerait. La preuve, lorsqu'elle a sût qu'Harry m'avait invité au bal à aucun moment elle ne s'est permise un jugement ou une moquerie.

Non décidément, Riley était un être cher à mon cœur et je crois que j'en souffrirais plus que je ne veux bien me l'avouer si je devais la voir partir un jour.

A genoux devant elle, mon menton sur sa main je suis doucement entrain de dégager une mèche de son visage, attendant tranquillement une réponse, essayant de dissimuler une inquiétude pesante. Elle finit par se redresser, se frotter le visage comme une petite fille encore toute endormie.

« Rien, c'est juste ... »

Sa voix est enrouée, brisée. Est-ce qu'elle a pleuré ? Je viens m'asseoir sur le bord du lit et m'installe confortablement, sachant qu'elle n'allait pas tarder à ouvrir les vannes. Elle savait qu'elle pouvait absolument tout me dire mais aussi qu'à aucun moment je ne la forcerais à parler. Nous étions comme ça, l'une envers l'autre. Parfois, nous avions besoin de temps pour nous ouvrir et parler et nous avons toujours respecté l'autre sur ce point, prenant notre mal en patience jusqu'au jour où nous serions décider à en parler.

« J'ai l'impression de tout faire de travers. »

Je fronce les sourcils, toujours silencieuse. Ses mains dans ses cheveux trahissent son malaise.

« J'ai discuté avec Matthew tout à l'heure et ... »

…. Et je commence à comprendre, je crois. Matty d'amour est la personne avec qui je charie le plus Riley sur ça. Du moins, jusqu'à ce que je me rende compte qu'il avait l'air bien plus attaché qu'il n'y paraissait. J'ai essayé d'envoyer des signaux évident à Riley qui s'obstinait à me dire qu'il n'était qu'un ami. Et je pouvais complètement me tromper, je n'étais pas dans la tête de Matthew pour savoir la réelle vérité... Mais vu la tête de mon amie, j'ai comme l'impression que j'avais vu juste.

« Au vue de ce qui s'est dit je me pose énormément de questions, je me remets en cause et j'aime pas du tout ce qui en découle. J'ai l'impression que tout ça c'est de ma faute parce que … parce qu'il a raison, j'suis une allumeuse. C'est juste … Je pensais que tout était clair entre nous mais visiblement c'est pas le cas et là dessus je ne peux m'en prendre qu'à moi même. »

Une allumeuse ? Je fronce les sourcils face à ses propos … Est-ce que je pense que Riley est une allumeuse ? Pas le moins du monde et je ne dis pas ça parce que c'est mon amie mais parce que c'est la vérité. June est une allumeuse – et je dirais même pire que ça mais je ne vais pas me permettre de juger quelqu'un qui se trouve sans un Q .I valable, ça ne serait pas juste – mais pas Riley.

« J'ai pas envie de le perdre mais y a des choses qui sont difficiles à entendre et même si je sais qu'il n'a pas dit ça pour me faire du mal … On va dire que la vérité est toujours compliqué à avaler. En plus comment on peut être amis quand une des deux personnes à des sentiments pour l'autre et que c'est pas réciproque ? Je l'adore, c'est une des personnes dont je me sens le plus proche ici, mais … »

Je ne prononce pas un mot, la laissant exprimer ce dont elle a besoin de sortir. Je me pose de sérieuses questions concernant ce qu'à pu lui dire Matthew. Je dois avouer que la protectrice que je suis est entrain de prier pour ce garçon qu'il n'ait pas sortie des choses horribles à mon amie au risque de se retrouver sans cheveux demain matin …
Je pose ma main sur son avant bras, signe de présence.

« En plus je comprends pas pourquoi j'ai encore cette rancœur envers Cameron alors que ça fait des lustres qu'on ne se calcule plus. J'y pense pas en permanence, rarement même en réalité, mais dès que je le vois ça remonte et ça m'énerve ! Enfin bref, encore et toujours à cause des mecs. Enfin à cause de moi en l'occurrence, c'était bien plus simple avant, franchement je regrette ce temps là. 
Hey calme toi pour commencer, d'accord ? »

Je frotte son avant bras afin de la détendre un peu. Il était clair que j'avais face à moi une Riley nerveuse mais surtout, au plus mal. Elle se retrouve assaillit entre un tas de sentiments contraires et elle n'arrive pas à s'en défaire malgré le fait qu'elle se débatte avec violence. C'est l'impression qu'elle me donne et je crois que cette soirée lui à apporter le coup fatale. Seulement, l'idée que quiconque puisse la voir comme une allumeuse me révolte... sous prétexte qu'une fille charme un homme, ferait d'elle une allumeuse ? Et lorsque l'inverse se produit, je ne crois pas entendre dire que le mec en question n'est qu'un allumeur ! Féministe ? A PEINE !

« J'aime pas la fille que je suis devenue. »

Choc violent, je reçois une giffle. Elle en est donc à ce point là... ?

« Bon et toi, ta soirée ? Raconte un peu. 
Attends, attends, cherche pas Riley. Tu crois réellement que je vais te raconter ma soirée tranquillement avec ce que tu viens de me sortir ? »

Je suis sérieuse, sans un sourire. Inquiète et en colère mais pas contre elle, loin de là. Je n'ai pas le souvenir d'avoir éprouvé ne serait-ce qu'une once de colère avec mon amie, pas depuis le début de notre relation amicale. Je me redresse et lui prend la main pour la serrer avec force entre les miennes.

« Ecoutez moi bien Mlle Jenkins et regardez moi bien. »

Je prends son menton entre mes doigts et redresse son visage afin qu'elle me regarde.

« Tu n'es PAS une allumeuse, t'entends ? Pour Matthew, tu n'y pouvais rien, tu n'as rien vu venir et il n'a pas lésiné sur le charme lui non plus et pourtant, ça n'était pas faute de lui avoir fait comprendre que tu l'adorais en tant qu'ami Riley. Vous n'y êtes pour rien, ni toi ni lui. Ce sont des choses qui arrivent, il serait tombé amoureux de toi quoi que tu fasse. »

Et je n'ai pas finis, j'suis loin d'avoir finis. Cette soirée avait beau être superbe sur beaucoup de points, elle me déçoit tout de même parce qu'elle m'a rappelé que ce monde était bourré de préjugé et de jugement qui ne servent à rien. J'ai perdu la foi en l'humanité à la seconde même où j'ai vu ces hommes réduire à néant la vie de toutes ces personnes que je connaissais de près ou de loin, des voisins avec qui nous passions des heures à bruncher, jouer dans le jardin. Toutes ces personnes morte sous mes yeux. En cette seconde j'ai compris que l'homme n'était qu'un être manipulé par ses pulsions animales, primaires et son besoin insatiable de détenir le pouvoir au creux de ses mains.

« Sous prétexte qu'une femme soit charmante avec un garçon, cela fait d'elle une allumeuse ? Et lorsque ce sont ces idiots de mecs qui sautent sur tout ce qui bouge ou même qui se trouve être charmant avec une femme, à aucun moment on ne le juge ! Alors, ne va pas croire que tu es une allumeuse okay ? June Jackson est une allumeuse ! Mais pas toi Riley, avec Matthew ça n'est qu'un accident et il faut savoir que lorsque tu es amoureux... on a tendance à voir des signaux un peu partout, surtout là où il n'y en a pas. »

Je garde sa main dans la mienne, la gardant au creux de mes paumes, lui offrant un sourire rassurant. Riley me paraissait ce soir comme une petite fille fragile, incertaine et surtout au bord d'une rupture qu'elle ne semblait pas voir.

« Riley .. tu es une nana géniale, maladroite, un peu con sur les bords – mais c'est pour ça qu'on est amie aussi ! -, présente, caractériel mais tu n'es pas l'une de celle qui prenne les mecs pour des jouets. Tu ne les manipule pas, tu as toujours été correcte avec Matthew, alors retire moi toutes ces idées de ta tête, tu veux ? Ou je le fais moi même ! »

Je pose une main sur son front avant de faire mine de tirer une fil. Je mime l'effort pour ensuite lâcher d'un coup sec avant de lui offrir un sourire serein :

« Voilà, elles se sont faite la malle pour partir en vacance dans l'esprit d'une fille qui mérite de se poser ce genre de de question ! »

J'éclate de rire et lui dépose un bisous sur son front, comme une maman le ferait à sa fille. Cet instinct maternel ne me quittera je crois, jamais. Je viens faire le tour de son lit en laissant mes chaussures sur le sol et attraper un pyjama dans ses affaires – ça fait bien longtemps que nous ne faisons plus de manière de ce côté là – avant de quitter ma robe et de me changer, pour ensuite me glisser sous les couettes avec elle.

« Oui, tu permets je m'invite ! T'es mon doudou officiel ! »

Je m'étire avant de m'adosser contre la tête de lit. Je reprends un air sérieux tout en jouant avec les doigts de sa main droite.

« Concernant Cameron... Est-ce que tu n'aurai pas des sentiments pour lui pour être si affecté à chaque fois ? Où est-ce que tu es simplement en colère contre toi de ne pas réussir à retrouver l'ami que tu voyais en lui ? »

J'avoue avoir eu l'idée d'aller le voir plusieurs fois pour lui parler, tout simplement. Je me connais, je sais que je ne serais pas agressive ni rien avec lui.. je voulais juste l'aborder calmement pour éclairer tout ça et pour lui expliquer certaines choses mais au dernier moment, je me ravise. Par respect pour Riley ou même pour Cameron. Tout cela ne concerne qu'eux et je ne peux me permettre d'intervenir dans leur « relation » sans y être invité. Tout ce que je pouvais faire, c'était être là pour mon amie, du mieux que je le pouvais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8154
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Big girls cry when their heart is breaking - Ft Riley.    Lun 28 Juil 2014 - 19:51

Qu'est ce qui cloche chez moi ? Parfois je me surprends à penser que je ne suis pas normale, qu'un truc ne tourne pas rond dans ma tête ou que j'en fais des caisses pour rien. Je pensais que ça allait mieux, et c'était le cas, mais il faut croire que je ne suis pas aussi forte que je pense l'être. J'ai voulu jouer les femmes fortes, les femmes fatales aussi parfois, et aujourd’hui je retombe de mon piédestal, tout ça n'était pas pour moi. Probablement encore une passade, un chemin emprunté pour faire ses propres expériences et apprendre la vie. Ce goût amer là dans ma bouche, il passera, ça passe toujours, même si de temps en temps c'est plus difficile à encaisser que d'autres fois. C'est comme ça, c'est la vie. Parfois on fonce dans des murs, comme si avait besoin de ça pour se rendre compte qu'on n'a pas pris la bonne direction. 19 ans et en théorie toute la vie devant moi, j'en ai encore du temps pour prendre les mauvais chemins …
Et puis dans tout ça il y a la petite lumière dans l'obscurité et non je ne parle pas de ma luciole en forme de Vif d'Or ni même de la lune encore bien ronde qui éclair le ciel nocturne mais bien de Kezabel qui vient d'arriver, encore toute pimpante et magnifique dans sa robe. Un instant j'ai envie de lui attraper la main et de lui dire : Viens, on s'en va. On va parcourir le monde et faire des conneries, prendre les mauvais chemins, à l'international. Le premier qui chante la chanson de Tal, je le démonte. Ceci était une note de l'auteur. Merci. Bonsoir.

Je viens de vider mon sac et c'est indéniable, ça fait du bien, même si la boule que j'ai dans la gorge n'a pas totalement disparu. Ça prend un peu plus de temps, sans doute une bonne grosse nuit de sommeil, et quelque chose pour s'occuper l'esprit afin qu'il ne reste pas bloqué sur certaines choses auxquelles on ne veut plus penser. J'essaie de changer de sujet ...

« Attends, attends, cherche pas Riley. Tu crois réellement que je vais te raconter ma soirée tranquillement avec ce que tu viens de me sortir ? »

… et bien sur ça ne fonctionne pas.

« Oui ? »

Avec un air de petite fille innocente ça passe mieux ? Elle a l'air énervé, je viens de lui pourrir la fin de sa soirée et je m'en veux mais je la connais maintenant suffisamment pour savoir que je n'aurai pas le dernier mot et qu'elle ne lâchera pas le morceau. Quelque part je la remercie pour ça, parce que soyons sérieux, dans le fond on n'a vraiment jamais envie que la personne lâche le morceau aussi facilement. Salut, ça va ? Ouais, et toi ? Ça va. Mais en fait ça va pas, et Kezabel fait partie de ces personnes capables de déceler ça systématiquement. Elle est observatrice mais surtout très attentionnée, attentive, et des personnes comme elles sont de véritables perles, des pépites d'or. J'ai la chance de l'avoir près de moi, je suis parfaitement consciente d'être une petite veinarde même si je m'en veux de lui ruiner sa fin de soirée.

« Ecoutez moi bien Mlle Jenkins et regardez moi bien. »

Une de ses mains serre les miennes dans un mélange de force et de douceur, l'autre attrape mon menton et me fait relever la tête. Ses yeux captent les miens, je ne cherche pas à luter. Me cacher d'elle ne me traverse que très rarement l'esprit.

« Tu n'es PAS une allumeuse, t'entends ? Pour Matthew, tu n'y pouvais rien, tu n'as rien vu venir et il n'a pas lésiné sur le charme lui non plus et pourtant, ça n'était pas faute de lui avoir fait comprendre que tu l'adorais en tant qu'ami Riley. Vous n'y êtes pour rien, ni toi ni lui. Ce sont des choses qui arrivent, il serait tombé amoureux de toi quoi que tu fasse. »

Amoureux ? Qui a parlé de tomber amoureux ?! Bien sur que non il n’est pas amoureux … Enfin … Je crois ?

« Sous prétexte qu'une femme soit charmante avec un garçon, cela fait d'elle une allumeuse ? Et lorsque ce sont ces idiots de mecs qui sautent sur tout ce qui bouge ou même qui se trouve être charmant avec une femme, à aucun moment on ne le juge ! Alors, ne va pas croire que tu es une allumeuse okay ? June Jackson est une allumeuse ! Mais pas toi Riley, avec Matthew ça n'est qu'un accident et il faut savoir que lorsque tu es amoureux... on a tendance à voir des signaux un peu partout, surtout là où il n'y en a pas. »

Je ne bouge pas, je ne bronche pas, mais je ne perds pas un seul mot de ce qu'elle me dit. Je tique un peu quand elle parle de June mais ne relève pas. J'ai peut être l'air d'un chiot abandonné, totalement désespérée, mais ces mots me touchent réellement et en plein cœur. C'est vrai que je n'ai pas cherché à ce que Matthew s'attache à moi d'une autre manière qu'amicale et je l'ai charmé, ça ne je prétendrais jamais le contraire, mais il a toujours su ce qu'il se passait dans ma tête parce que j'ai toujours été claire et honnête envers lui. Ça n'est pas de ma faute si … si de son côté les choses ont évolué d'une manière différente. Je ne lui en veux pas, évidemment que je ne lui en veux pas, il ne manquerait plus que ça ! Il va juste falloir qu'on trouve une manière de gérer ça tous les deux mais pour l'instant je me laisse un peu de temps, je pense que j'en ai besoin.

« Riley .. tu es une nana géniale, maladroite, un peu con sur les bords – mais c'est pour ça qu'on est amie aussi ! -, présente, caractériel mais tu n'es pas l'une de celle qui prenne les mecs pour des jouets. Tu ne les manipule pas, tu as toujours été correcte avec Matthew, alors retire moi toutes ces idées de ta tête, tu veux ? Ou je le fais moi même ! »

Un peu con sur les bords … ça veut dire quoi ça vile personne ?! Elle me tire un sourire avec ses conneries. Si t'existais pas faudrait t'inventer, ça c'est une certitude.
La voilà qui bouge, porte une main à ma tête et je fronce les sourcils sans pour autant tenter de me débattre ou quoi que ce soit dans ce genre là.

« Qu'est ce que tu fais ? »

Mais là je comprends et lâche un rire léger, toujours pelotonnée contre moi même.

« Voilà, elles se sont faite la malle pour partir en vacance dans l'esprit d'une fille qui mérite de se poser ce genre de de question ! »
« T’es con. »

Le genre de « t'es con » rempli d'affection qu'on laisse échapper d'un ton qui en dit long. Elle éclate de rire, me dépose un bisou sur le front comme le ferait une maman et je ferme les yeux, laisse un soupir m'échapper et me laisse aller contre la tête du lit. Elle s'agite, je l'observe sans rien dire, et en deux temps trois mouvement la voilà vêtue de l'un de mes pyjama puis se glissant avec moi dans le lit. Je m'écarte pour lui faire un peu place et elle m'offre un nouveau sourire auquel je réponds.

« Oui, tu permets je m'invite ! T'es mon doudou officiel ! »

Et j'en suis plus que ravie. Elle s'étire et récupère ma main, la conversation reprend spontanément.

« Concernant Cameron... Est-ce que tu n'aurai pas des sentiments pour lui pour être si affecté à chaque fois ? Où est-ce que tu es simplement en colère contre toi de ne pas réussir à retrouver l'ami que tu voyais en lui ? »

Nouveau soupir de ma part, profond soupir, alors que ma tête se pose contre le bois de la tête de lit et que j'étends finalement les jambes tout en fixant le plafond sans vraiment le voir. Est ce que cette question mérite réflexion ? En réalité pas tellement, je crois que j'ai déjà tourné ça dans ma tête un bon nombre de fois et je suis assez sure de moi.

« En fait … J’sais pas trop. Pendant un moment ça été assez ambigu entre lui et moi même s’il ne s’est jamais rien passé. Mais à présent tout est très clair dans ma tête, j’suis juste déçue de son comportement parce qu’il … Il se comporte comme si j’avais jamais existé alors que pendant des mois il a été la personne dont je me sentais le plus proche ici, et une grande source de réconfort. J’avais l’impression de me retrouver seule au monde : Elwynn s’éloignait de plus en plus et sans explications, Lukas et moi on était en froid, et lui il est juste comme … tombé du ciel au moment où j’avais le plus besoin de quelqu’un. »

Et il est repartit de la même manière.

« Aujourd’hui y a plus rien, rien du tout. L’autre jour il m’est tombé dessus, on a échangé deux ou trois mots, il a dit qu’il faudrait qu’on se parle et pouf depuis rien du tout. C’est pas la première fois qu’il me fait ce coup là. »

J'ai été relativement froide ce jour là et il n'a visiblement pas compris mais tant pis, c'était ça ou je m'énervais et je n'en avais clairement pas envie. Gaspiller de l'énergie pendant la semaine la plus horrible depuis la rentrée, ça n'était pas une option envisageable même si c'est ce que j'ai fait avec Connor. Rien à voir.

« Il me manque pas, au début c’était le cas mais maintenant ça l’est plus. Je crois juste que j’ai besoin de lui claquer ses quatre vérités au visage et qu’on n’en parle plus mais je ne veux pas mêler Megan à tout ça. C’est une fille bien, elle a l’air heureuse avec lui et lui aussi à l’air bien avec elle alors je ne veux rien faire susceptible de mettre la pagaille entre eux. »

Il faut juste que je me décide, que je trouve le bon moment, que je le coince entre quatre yeux et voilà. Haussement d'épaule de ma part, léger sourire, pas de doute là dessus je sais où j'en suis, où je dois aller, suffisait juste de l'exprimer.
Sans prévenir mais dans un geste calme je me rapproche d'elle et passe mes bras autour de ses épaules pour me serrer contre elle et pose ma tête sur son épaule. Mes yeux se ferment, le silence s'installe quelques instant et puis je me dégage finalement de manière tout aussi calme avant de déposer un bisou sur sa joue et de lui offrir un sourire timide. Je crois que toutes ses émotions commencent à avoir raison de moi et le sommeil gagne de la distance. Mes paupières ne s'ouvrent plus aussi facilement mais ça n'a pas d'importance.

« Merci d’être là. Et merci pour tout ce que t’as dit tout à l’heure. »

Ma main traine dans la sienne quelques secondes et puis je me décale pour m'assoir en tailleurs en face d'elle.

« Maintenant tu me racontes ta soirée ? Je t’assure que ça va aller et j’ai envie de savoir. »

Bien sur que tout ça ne sortira pas de ma tête comme ça mais j'en ai assez pour ce soir, j'ai envie de passer à autre chose et surtout de savoir comment s'est passée sa soirée à elle parce que de nous deux c'est elle qui a le plus intéressant à raconter et tout simplement parce que ce qu'il se passe dans la vie de ma meilleure amie m'importe et m'intéresse. Aller, dis moi tout, je veux te voir rougir comme une midinette !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Big girls cry when their heart is breaking - Ft Riley.    Lun 11 Aoû 2014 - 11:47

Voir Riley dans cet état me rend mal, je n'aime pas la savoir entrain d'avoir une si mauvaise image d'elle. Elle était devenu mon Phare, celui qui m'éclaire lorsque je me sens dérivé sur des eaux brumeuses, sombres et terrifiantes. Mais jamais je ne la laisserais tombé si elle avait besoin de moi, quoi qu'elle fasse et là, c'était le cas. J'essaie au mieux de lui remettre les idées claires et de lui faire entendre qu'elle n'est pas ce qu'elle croit être. Je ne sais pas si j'y réussis mais j'y mets en tout cas toute la conviction que je peux car en aucun cas je ne vois Riley comme une allumeuse. Elle est mon amie et même si ça ne fait que quelques mois que nous nous connaissions, je la connais et jamais elle ne serait le genre de fille à charmer un homme pour lui briser le cœur.

Je suis allongée à côté d'elle, je joue avec ses doigts tout en lui demandant plus d'informations par rapport à Cameron qui reste un sujet douloureux pour Riley … Ou du moins, un source de questionnement.

« En fait … J’sais pas trop. Pendant un moment ça été assez ambigu entre lui et moi même s’il ne s’est jamais rien passé. Mais à présent tout est très clair dans ma tête, j’suis juste déçue de son comportement parce qu’il … Il se comporte comme si j’avais jamais existé alors que pendant des mois il a été la personne dont je me sentais le plus proche ici, et une grande source de réconfort. J’avais l’impression de me retrouver seule au monde : Elwynn s’éloignait de plus en plus et sans explications, Lukas et moi on était en froid, et lui il est juste comme … tombé du ciel au moment où j’avais le plus besoin de quelqu’un. Aujourd’hui y a plus rien, rien du tout. L’autre jour il m’est tombé dessus, on a échangé deux ou trois mots, il a dit qu’il faudrait qu’on se parle et pouf depuis rien du tout. C’est pas la première fois qu’il me fait ce coup là. »

Je l'écoute sans rien dire et même si j'ai eu plusieurs fois l'envie d'aller le voir pour parler à Cameron, je ne l'ai pas fais pour la simple et bonne raison que cela ne regarde que lui et mon amie. Seulement, pour moi il était trop bête de gâcher une amitié qui avait pourtant si bien commencée... et Cameron avait clairement mal joué sur ce coup là en disparaissant de la circulation du jour au lendemain.

« Il me manque pas, au début c’était le cas mais maintenant ça l’est plus. Je crois juste que j’ai besoin de lui claquer ses quatre vérités au visage et qu’on n’en parle plus mais je ne veux pas mêler Megan à tout ça. C’est une fille bien, elle a l’air heureuse avec lui et lui aussi à l’air bien avec elle alors je ne veux rien faire susceptible de mettre la pagaille entre eux. »

J'hésite un instant et cesse de jouer avec ses mains avant d'intervenir d'une voix :

« Tu sais... Ce qu'il se passe entre toi et Cameron, ça ne la regarde pas, non ? Enfin, vous êtes deux amis qui ont seulement besoin de s'expliquer. Megan comprendra, elle est dans ma classe je lui parle de temps en temps et c'est une gentille fille. Je suis certaine qu'elle comprendra. »

Il faut qu'elle règle ça, peut importe où cela doit mener il faut que tout cela sorte d'elle, que cela se termine une bonne fois pour toute. Je sais que ça la ronge, ce soir en est la preuve puisqu'après des mois, rien n'est passé, tout lui reste encore au travers de la gorge.

Elle ne dit rien et je ne pense pas qu'il y ait quelque chose à ajouter et lorsque je la sens s'approcher de moi et se caler contre mon épaule, j'incline ma tête sur la sienne, d'un geste tranquille tout en saisissant sa main dans la mienne. Le silence est un instant que je trouve aussi apaisant qu'angoissant, tout dépend de l'instant. Mais en cet minute, je l'apprécie. Je suis là, installé avec ma meilleure amie après une soirée qui fut meilleure que je ne l'aurai cru, la tête légère, le cœur apaisé, réconfortant Riley du mieux que je pouvais. Malgré la discussion, j'aimerais que ce moment dure éternellement. Le temps que le cœur de Riley se répare. Le temps que nous puissions nous abreuver de cette plénitude.

J'accueille son bisou avec un sourire.

« Merci d’être là. Et merci pour tout ce que t’as dit tout à l’heure.
On ne dit pas merci lorsqu'il s'agit d'une vérité ! »

Je pourrais presque être une philosophe à mes heures perdues. Je regarde Riley s'assoir en face de moi et là je sais que je n'échapperais pas au conte de ma soirée..

« Maintenant tu me racontes ta soirée ? Je t’assure que ça va aller et j’ai envie de savoir. »

Toujours un sourire que je lui offre car je la crois. Je sais que si elle a besoin de reparler de tout ça, elle le fera dès qu'elle en sentira l'envie. J'inspire à fond, les souvenirs de la soirée affluant à chaque secondes. Harry, ses mots, ses baisers, son toucher... Malgré les regards, j'ai passé l'une de mes meilleures soirées.

« Alors alors... » Je joints mes mains sur mes genoux que je ramène vers moi. « Déjà … Monsieur Turner était en retard pour récupérer la princesse que je suis ! »

Je m'évente de la main d'un air exagéré avant d'éclater de rire et de reprendre d'un air plus sérieux.

«Réellement, vu comment il était élégant, son retard valait vraiment le coup. Il était vraiment … un autre. Charmant, adorable, grognon comme d'habitude mais ça fait partie de ses charmes ! »

Je me sens déjà rougir légèrement et balaie mes mots d'un geste de la main, avant de reprendre en enroulant mes genoux de mes bras.

« On a parlé un peu, on est entré dans la grande salle, on a été boire un verre … Bon tu te doute bien que certaines personnes ayant laissé leur cerveau dans le caleçon de leur petit copain – pardonne moi ma vulgarité dissimulée -, nous ont fait grâce de leur regards dégoûtés et dégoûtants... »

On ne pouvait pas y échapper et comme je l'ai répété à Harry, je m'en fichais complètement de ce que les autres pouvaient penser de ma relation avec lui. Tout cela ne regarde que lui et moi... Et puis Riley, parce que j'aime la tenir au courant de ma vie, oui et alors !

« J'ai même vu Enzo qui m'a complimenté sur ma tenue ! Bref, on a bu quelques verres de jus de fruits saveur vodka ou rhum... ou je sais pas trop d'ailleurs ... »

Et là, je la regarde avec insistance ….

« Ne fais pas celle qui ne comprends rien ! » J'éclate de rire. « Vous l'avez quand même pas mal corsé, j'ai encore des vapeurs d'ailleurs. »

Pas étonnant que j'ai encore le sourire facile … et non, ça n'est pas parce qu'Harry embrasse divinement bien !

« Hum... Pour être honnête, je ne savais pas trop comment me comporter avec lui avec tout ce qu'il s'est passé. Ce que j'étais pour lui, ce qu'il était pour moi, etc.. On a finit par sortir rapidement de la salle à cause de Melvin, je crois qu'il préoccupe pas mal Harry. »

Et d'ailleurs, ce sujet m'inquiète. Je connaissais suffisamment les racontars sur Melvin et c'était suffisant pour mettre la chair de poule à qui que ce soit. Son regard malveillant, son sourire malveillant... Tout en lui transpire une chose pas très clair.

« Et c'est là qu'on a eu une discussion. Sur nous. Ca me fait bizarre de dire ça d'ailleurs... mais il a finit par m'embrasser... Intensément. »

Je rougis violemment à ce souvenir et à la douceur de ses lèvres sur les miennes... Je crois que j'en réclame encore. Je serais presque accro à ce contact.

Tu mens, tu l'es déjà..

Peut importe de toute manière. J'accorde un sourire timide à Riley avant de lâcher un rire nerveux.

« J'ai l'air d'une collégienne de 12 ans là … Mais je t'avoue que j'ai passé un très bon moment et puis, il a su se montrer présent et plus doux que je ne l'aurai cru. Harry n'est pas le genre de garçon que l'on croit comme ça avec l'air bougon et grognon qu'il arbore en permanence. »

Harry n'était franchement pas le plus aimable de tous mais il s'était montré différent ce soir et j'appréciais ses efforts. J'aimais l'idée qu'il fasse en sorte que ça puisse marcher.

« Je ne dirais pas que je suis amoureuse hein … Oui oui j'vois ton petit regard ! » Je la pointe du doigts d'un air faussement menaçant. « Disons que … je verrais bien ce qu'il se passera. J'aime bien être avec lui, il est ... »

Je lève les yeux vers elle en éclatant de rire.

« Ok, j'vais arrêter le racontage de ma vie et le monde des bisous'nours pour ce soir ! »

Je ramène un peu plus mes genoux vers moi, un sourire béat aux lèvres. Je pourrais parler de tout et de rien avec Riley, tout le long de la nuit s'en en être lassé.

« J'te laisserais jamais tomber tu sais ? »

Je lève de nouveau mes yeux vers elle. J'avais besoin de lui dire ça en pensant à ce qu'elle vivait avec Cameron, ce qu'elle avait vécue avec Elwynn... Je ne voulais pas qu'elle croit que parce que je sortais avec Harry, cela changerais quoi que ce soit entre nous.

« Je serais toujours là avec toi. »

J'attrape sa main dans la mienne tout en lui accordant mon sourire le plus tendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8154
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Big girls cry when their heart is breaking - Ft Riley.    Lun 11 Aoû 2014 - 18:50

Plus envie de parler de moi. Plus envie de parler d’eux. Juste envie d’écouter ma meilleure amie me raconter sa soirée et laisser couler le reste, oublier un peu et débrancher. C’est pas comme ça que j’imaginais le bal dans sa globalité mais ce moment là est exactement celui qui aurait du boucler cette fameuse soirée. Elle et moi, entrain de se raconter nos histoires de filles. Aller vas-y, dis moi tout, je veux tout savoir !

« Alors alors... »

Non mais c’est quoi cette manière de débuter un récit ? Genre tu veux faire grimper le suspense et tout ! Bourrique.

« Déjà … Monsieur Turner était en retard pour récupérer la princesse que je suis ! »

Monsieur Turner … Je l’admets, ça me fait tiquer. Ça n’a rien de négatif, péjoratif, ou quoi que ce soit mais même si effectivement c’est bien un garçon que je vois quand mes yeux se posent sur lui, même si ça n’a aucune importance qu’il change d’identité ou plutôt qu’il soit entrain de devenir la personne qu’il est vraiment au fond de lui, c’est étrange pour moi de me dire que Harry était Vanessa il y a encore pas si longtemps que ça, et que ce même Harry soit aussi proche de Kezabel. N’allez pas croire que ça me dérange, ni même que je suis jalouse, c’est simplement que je me pose tout un tas de questions et je crois que je ne serais sans doute pas aussi à l’aise avec ça que mon amie semble l’être. Je pense sincèrement n’avoir jamais rencontré une personne aussi tolérante, et j’éprouve un profond respect, même de l’admiration, pour elle. Ça n’est pas le genre qu’elle voit, ni rien d’autre de tout ça, mais simplement la personne et je trouve ça très beau. Une chose est sure, je ne poserai aucune question dérangeante et déplacée, si un jour elle ressent le besoin de me parler de certaines choses elle sait qu’elle peut le faire mais pour elle tout semble rouler comme sur des roulettes, de façon naturelle, alors c’est tout ce qui compte. Il n’empêche que …

« Non mais quel goujat, on ne fait pas attendre une princesse. Surtout pas quand elle est aussi canon que toi. »

Non mais oh.

« Réellement, vu comment il était élégant, son retard valait vraiment le coup. Il était vraiment … un autre. Charmant, adorable, grognon comme d'habitude mais ça fait partie de ses charmes ! »

M’oui, si tu le dis … C’est qu’il a quand même l’air d’avoir un sacré caractère mais si toi ça te va alors ça me va aussi. En même temps ça n’est pas comme si j’avais mon mot à dire sur la question. Comment ça moi aussi j’ai un sacré caractère ?! C’est pas faux. Bon et puis j’imagine qu’il a des circonstances atténuantes, d’autant plus que n’ayant jamais ou presque échangé avec lui, ou même avec Vanessa avant – oui merci je sais que c’est la même personne – ça n’est pas comme si je pouvais réellement me faire un point de vue objectif. Je me fis à 100% à l’instinct de mon amie sur ce coup là, si elle pense qu’il en vaut la peine alors c’est qu’il en vaut la peine. Pour le reste, je les ai aperçu avant de m’enfuir tel Cendrillon – quoi ? Hey moi aussi j’ai le droit d’être une princesse – et effectivement son costume lui allait très bien. Ils étaient parfaitement assortis tous les deux. Mais c’est qu’elle rougit ! Oui c’est ça, tu peux toujours agiter ta main ça ne change rien, tu rougis.

« On a parlé un peu, on est entré dans la grande salle, on a été boire un verre … Bon tu te doute bien que certaines personnes ayant laissé leur cerveau dans le caleçon de leur petit copain – pardonne moi ma vulgarité dissimulée -, nous ont fait grâce de leur regards dégoûtés et dégoûtants... »

C’est à ce moment là que je te raconte ce que m’a balancé Mateo sur nous deux tu crois ? Non, parce qu’on s’en tape, et que les gens aimeront toujours juger et parler. Heureusement tout le monde n’est pas comme ça.

« J'ai même vu Enzo qui m'a complimenté sur ma tenue ! Bref, on a bu quelques verres de jus de fruits saveur vodka ou rhum... ou je sais pas trop d'ailleurs ... »

Il y a un rapport avec Enzo et ceux qui ont laissé leur cerveau dans le caleçon de leur petit copain ? Ok, je sors. Hein ? Qui me parle ?

« Ne fais pas celle qui ne comprends rien ! »

Si :ga:

« Vous l'avez quand même pas mal corsé, j'ai encore des vapeurs d'ailleurs. »
« Nan ça n’a rien à voir avec l’alcool ça Madame ! »

Ou peut être un peu quand même mais j’aime l’allusion au fait qu’elle plane plutôt grâce à sa soirée avec Harry qu’à cause du reste. Néanmoins j’admets que la dose était subtile. Suffisamment légère pour ne pas trop se sentir mais relativement efficace quand même. De toute façon l’idée ça n’était pas de plonger les premières années dans un coma éthylique. Je ferais vraiment une mauvaise mère moi, hein ?

« Hum... Pour être honnête, je ne savais pas trop comment me comporter avec lui avec tout ce qu'il s'est passé. Ce que j'étais pour lui, ce qu'il était pour moi, etc.. On a finit par sortir rapidement de la salle à cause de Melvin, je crois qu'il préoccupe pas mal Harry. »
« Quel trou du cul celui là, il mériterait une castration express et peut être bien que je vais me dévouer pour la cause un de ces jours tiens, quand je m’ennuierai suffisamment pour faire attention à lui. »

Autant j’ai appris à connaitre un peu mieux Derek jusqu’à l’apprécier, autant avec Melvin je doute que ça se produise un jour. Il est tellement … stupide ! C’est pas possible d’être aussi con. Le type est homophobe, intolérant au possible et objectivement idiot alors j’imagine qu’il s’en serait donné à cœur joie si jamais il était tombé sur eux mais à sa place je ne sous-estimerais pas Kezabel parce qu’il risque d’amèrement le regretter et d’aller chialer dans les bras de son charmant cousin. Quant à ce qu’il peut faire subir à Harry dont la différence est encore plus flagrante … Je n’ose même pas imaginer. Nouvelle mission pour vous agent Jenkins : Faire vaciller le colosse de Rhodes. Enfin l’abruti de Poudlard surtout mais passons.

« Et c'est là qu'on a eu une discussion. Sur nous. Ca me fait bizarre de dire ça d'ailleurs... mais il a finit par m'embrasser... Intensément. »

C’est à ce moment là que la salle lâche un : Ooooooooooooooooooouuuuuuuuuuuh ! Tous en cœur. Pas « ouh » dans le sens c’est nul mais « ouh » dans le sens « oh la la » quoi.

« Mlle Hastings, vous avez des étoiles dans les yeux. »

Et ça fait plaisir à voir mais tu m’excuseras, je suis obligée de me payer ta tête quand même, pour la forme.

« J'ai l'air d'une collégienne de 12 ans là … Mais je t'avoue que j'ai passé un très bon moment et puis, il a su se montrer présent et plus doux que je ne l'aurai cru. Harry n'est pas le genre de garçon que l'on croit comme ça avec l'air bougon et grognon qu'il arbore en permanence. »
« J’avoue que ça a un côté craquant quand tu te rends compte que sous la carapace il y a une personne tendre. »

Pas que je parle en connaissance de cause mais … Peu importe. Je suis une fille, quelque part on rêve toutes de ça. Est-ce que c’est mon cas ? Je pourrais dire non de manière catégorique mais est ce que c’est vraiment le cas ? Peu importe.

« Je ne dirais pas que je suis amoureuse hein … Oui oui j'vois ton petit regard ! »

Méprise. Et si jamais tu me disais le contraire je t’enverrai à l’infirmerie en urgence. Il est recommandé par l’INPES de ne pas tomber amoureuse dès le premier soir. Il parait que ce genre de choses ne se contrôle pas alors soit, et de toute façon on s’en fiche pas mal de ce que je pense et tout ce qui compte c’est qu’elle soit heureuse, c’est juste que j’ai du mal à me dire qu’on puisse réellement tomber amoureux aussi rapidement mais qu’est ce que j’en sais après tout ?

« Disons que … je verrais bien ce qu'il se passera. J'aime bien être avec lui, il est ... »

Hum ?

« Ok, j'vais arrêter le racontage de ma vie et le monde des bisous'nours pour ce soir ! »
« Oh mais tu sais, tu peux m’en parler toute la nuit si t’en as envie hein, ça m’gène pas. J’aime bien savoir ce qui se passe dans ta vie, ça m’intéresse toujours. »
« J'te laisserais jamais tomber tu sais ? »

BOOM !

« Je serais toujours là avec toi. »

T’es au courant que mes yeux étaient à peine secs ? Faut pas me dire ça, comme ça, de but en blanc alors que je me sens ultra sensible ce soir et … Et c’est trop tard. Le myocarde qui s’affole ça je peux gérer, mais les yeux qui s’humidifient j’ai du mal alors je tourne la tête et me mords la lèvre tout en passant une main nerveuse dans mes cheveux. Tout ça avant de serrer ses doigts avec les miens pour finalement la regarder droit dans les yeux et répondre à son sourire.

« J’en ai pas douté une seconde … mais merci quand même de me le dire. »

Et c’est repartie pour un câlin, encore un, mais là c’est plus que de circonstances.

« Je t’aime gros comme un Magyar à pointes. »

Mes bras autour d’elle, mon menton sur son épaule, je ferme les yeux et me laisser bercer par sa présence rassurante parce que je suis comme ça, un gros bébé. Puis après quelques minutes passées comme ça dans le silence je lui rends sa liberté et récupère ma place assise en tailleur face à elle tout en frottant un de mes yeux avec le revers de ma main.

« Je suis vraiment heureuse pour toi, t’es rayonnante quand tu souris comme ça, ça fait plaisir à voir. »

La porte s’ouvre et attire furtivement mon attention. Les filles rentrent du bal, et voyant que je ne dors pas, que personne d’autre ne dort puisqu’il n’y a simplement personne d’autre, elles se permettent de faire un peu plus de bruit ce qui me tire un sourire. Visiblement elles ont toutes passé une bonne soirée et leur bonne humeur est communicative. Ma concentration se recentre finalement sur Kezabel.

« J’vous souhaite de passer pleins de bons moments tous les deux. Et pour l’instant je vous laisse tranquilles mais j’espère bien que tu me le présenteras officiellement quand vous vous sentirez prêts et puis … s’il te fait du mal je lui casse les genoux hein, on est bien d’accord. »

Ben quoi ? S’en suit un bâillement de ma part, à m’en décrocher la mâchoire. C’est l’heure de laisser Morphée faire son boulot je crois.

▬ Topic terminé ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Big girls cry when their heart is breaking - Ft Riley.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Big girls cry when their heart is breaking - Ft Riley.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Inside my heart is breaking, my make-up may be flaking ~ 09/04 | 03h45
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» Heartbreaker version girl [Finish]
» Une baignade entre 'girls'. - SAMIA
» SAGA TWILIGHT- Twilight, New Moon, Eclipse, Breaking Dawn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Catacombes et escaliers :: Salle commune des Serpentards :: ─ Dortoirs, Salles de Bains & Toilettes-
Sauter vers: