AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Les opposés s'attirent... ou pas. » | June && Caitlyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 6609
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: « Les opposés s'attirent... ou pas. » | June && Caitlyn   Sam 3 Mai 2014 - 14:32

Mardi 28.10.2014


Encore toute étourdie, des millions d'étoiles dansant devant ses yeux, Caitlyn regardait la jeune femme devant elle avec une colère sans nom, mais aussi avec mépris et lassitude. N'allait-elle donc jamais arrêter ? Cela faisait au moins treize ans que son calvaire durait. Treize ans que, à chaque fois qu'elle croisait son chemin, elle finissait le nez en sang, le ventre plein d'ecchymoses, le corps meurtri par les chocs. Elle se releva, et réussit, cette fois ci, à contrer le sort qui venait de fuser de la baguette de Cassie. Profitant de la déstabilisation de cette dernière, elle la propulsa contre le mur d'en face avec un autre sort, lui rendant ainsi la pareille pour ce qu'elle venait de lui infliger. C'était comme un jeu de ping-pong, elles se renvoyaient la balle. Mais Caitlyn avait beau être une adversaire redoutable, elle ne faisait pas le poids contre les trois ans d'avance dont bénéficiait sa voisine et ennemie de toujours. Même si elle réussissait à l'atteindre, ben c'était toujours elle qui s'en sortait le plus mal en point. Et elle se doutait bien que ce serait pareil encore une fois aujourd'hui. Mais, putain, pourquoi est-ce qu'elle ne pouvait tout simplement pas la laisser tranquille ? Elle ne lui avait rien fait, alors pourquoi est-ce qu'elle n'arrêtait pas de s'en prendre à elle ? C'était quoi son problème, merde à la fin ?! Des questions et des insultes défilaient dans son esprit, alors que, par terre, adossée contre le mur, elle regardait Cassie s'éloigner après lui avoir assené un dernier coup de pied pour la route. Connasse. Allez, dégage, et laisse moi tranquille une fois pour toutes. Elle avait envie de chialer, de chialer de rage, devant le pathétique, le ridicule, et le dégueulasse de toute cette histoire. Et aussi de douleur, mais chut. C'était toujours dans des couloirs vides qu'elles trouvaient le moyen de se croiser. Elle alluma le bout de sa baguette, essuya son menton. Le goût ferreux du sang s'imposa à elle, alors qu'un faux mouvement réveillait dans le haut de son dos une douleur qui lui fit fermer les yeux et serrer les dents. Connasse. Tfaçon, les duels pitoyables avec toi ne sont rien comparés à ce que j'ai connu avec les supérieurs, alors si tu te crois la plus forte, c'est raté. Lentement, précautionneusement, elle se releva, puis marcha jusqu'aux escaliers. Ils étaient vides, pour une fois. Tout le monde était dans la Grande Salle, devant des tables bien garnies. Elle monta au quatrième, essayant de retenir le sang qui continuait à couler de son nez. Pour une fois, sa bouche ne souffrait pas. S'enfermant dans les toilettes, elle fit couler l'eau à fond dans le robinet, et commença à se rincer le visage, puis les bras. Elle ne comptait plus le nombre de fois où elle avait fait ça. S'adossant contre le mur, elle se contempla dans le miroir. Plus aucune véritable haine ou colère, mais juste cette lassitude, ce ras le bol général. Elle soupira, puis sortit des salles de bains.

***

Les livres firent un bruit sourd lorsqu'elle les posa sur la table. La salle était vide, elle aurait pu s'y attendre, au fait que JJ ne serait pas à l'heure, et surtout pas à l'avance. Oui parce que... le fait était que Caitlyn et June s'étaient retrouvées contraintes de faire un devoir ensemble pour le cours d'HDM. Et la Raven avait comme l'impression qu'elle allait faire le travail toute seule. Bah, ce n'était pas ça qui la gênait, au contraire, elle aimait bien travailler seule. Elle préférait ça, plutôt que de se retrouver avec quelqu'un qu'elle n'appréciait pas, ou qui ne ferait que la retarder, traîner dans ses pattes, et ce genre de choses. Quelqu'un comme June, quoi. Bah, pour l'instant, elle n'avait pas forcément une dent contre elle ou quoi que ce soit, mais disons qu'elle n'arrivait pas à s'imaginer comment elle pourrait être amie avec une blonde qui se prenait pour le centre du monde, qui s'habillait comme une pétasse et qui se comportait comme une fille-à-papa pourrie-gâtée. Alors, même si June ne lui avait rien fait, Lyn aurait préféré ne jamais avoir rien à faire avec elle. Sauf que le destin en avait voulu autrement. Ou plutôt le hasard, car Lyn ne croyait pas au destin. Voilà pourquoi elle se retrouvait maintenant à l'attendre. Ouvrant un des bouquins qu'elle avait ramenés, elle se mit à lire la partie qui l'intéressait. En fait, le mieux serait sans doute que June ne se pointe même pas. Certes, elle serait en colère, et le lui ferait bien sentir la prochaine fois qu'elle la croiserait, mais après ce qui s'était passé quelques heures plus tôt, elle n'avait pas spécialement envie de la compagnie d'une pouffe du genre de JJ, parce qu'elle avait moins de patience que d'habitude. Et avec JJ, elle sentait qu'elle aurait besoin de beaucoup de patience.

Elle était montée se changer, une fois sortie de la salle de bains du quatrième, puis elle était descendue aux cuisines pour demander un sandwich aux elfes de maison, qui lui avaient préparé un énorme panier pic-nique à la place. Ça l'avait fait sourire, et elle avait mangé avec gratitude, dans le parc, n'étant pas spécialement d'humeur très sociale. Puis elle était passée à la bibliothèque pour emprunter des livres qui pourraient leur – lui ? – servir pour le devoir d'HDM. En jogging, donc, et T-shirt assez lâche, les cheveux attachés assez négligemment, elle essayait de se convaincre du fait que l'HDM était une matière passionnante. Elle avait tout fait pour qu'elle soit confortable dans ses habits, mais n'arrivait pas vraiment à trouver une position qui lui permette d'oublier l'incident avec Cassie. C'était décidé, dès qu'elles auraient fini leur travail avec June, elle irait s'enfermer dans la salle de bains des préfets – merci Elias – et essayer de détendre ses muscles endoloris. Mais pour ça, il fallait d'abord que June décide de lui faire l'honneur de sa présence. Se replongeant dans le livre, elle prit quelques notes à propos d'un paragraphe pertinent, puis enfin, la porte s'ouvrit.

« Eh ben c'est pas trop tôt. »

Marmonna la Raven. Mademoiselle Jackson s'était pointée dans la salle comme une fleur. Non, vraiment, même si elle savait qu'elle n'avait, du moins pour l'instant, aucune raison personnelle pour la détester, Caitlyn ne pouvait s'empêcher de la critiquer méchamment dans son esprit, et elle redoutait que ses critiques ne soient pas infondées. Elle n'avait vraiment pas la patience pour booster et materner une fillette dans son genre, et elle espérait que June renverserait ses critiques.

« Ça va ? »

Oui, ceci était un essai pour être sympa.

« Ça te dit on essaye de finir ça le plus vite possible ? J'ai pas spécialement envie de passer ma soirée dans cette salle, et je pense que t'as aussi d'autres choses à faire... »

Efficacité, pas de prise de tête, voilà ce qu'elle demandait. Serait-ce trop ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: « Les opposés s'attirent... ou pas. » | June && Caitlyn   Sam 10 Mai 2014 - 18:54

June n’était pas de très bonne humeur. La demoiselle s’était levée du mauvais pied et avait eu l’impression que tout les malheurs du monde avaient décidé de s’abattre sur elle au cours de la journée. Déjà, elle n’avait pas réussi correctement son sort de coloration de cheveux du matin, ses cheveux étaient donc violets au lieu d’être bleus, ce qui avait eu le don de la mettre en rogne. Résultat, elle avait dû changer de tenue alors qu’elle avait passé au moins une heure à la préparer la veille. Puis il y avait eu des cours tous aussi pourris les uns que les autres et le vernis de son pouce gauche s’était écaillé. Manque de pot, elle n’avait pas la bonne couleur de vernis dans sa trousse de maquillage, et pourquoi ? Parce qu’elle avait pris son sac violet au lieu du bleu ! Elle n’avait pas pu trouver le temps de descendre à la salle commune pour arranger la chose et s’était donc retrouvée stupide face à ses copines. Et comme si ça ne suffisait pas, il fallait maintenant qu’elle aille faire ce stupide devoir d’Histoire de la Magie avec Cailtlyn !

C’était une matière trop nulle, l’Histoire de la Magie. Elle ne comprenait pas comment une matière aussi pourrie puisse être enseignée dans une école de la réputation de Poudlard ! En plus, elle avait passé ses BUSE et avait même eu un Acceptable ! Franchement, elle aurait pu être dispensée. Et même si le prof était trop craquant… il leur donnait des devoirs, cet abruti ! Franchement, c’était vraiment trop pas juste… Heureusement, elle était en binôme avec une Serdaigle, une fille intelligente à ce qu’on disait. Caitlyn allait faire tout le travail, JJ pourrait retourner dans les cachots pour s’occuper de ses ongles et tout irait bien dans le meilleur des mondes.

Les chaussures à talons de JJ résonnaient dans le grand couloir, elle entra dans la salle où elle avait rendez-vous. Evidemment, elle était en retard, mais ce n’était pas une surprise. Disons qu’elle savait se faire ardemment désirer. Elle vérifia un peu que sa tenue était en ordre, à savoir sa jolie mini-jupe violette et son petit top noir avec un perfecto en cuir authentique de vachette cadeau de sa maman chérie. Elle avait un peu froid aux jambes (il fallait dire que les bas résilles couleur chair ne réchauffait pas vraiment), mais ce n’était pas grave. Il comptait seulement annoncer à sa camarade qu’elle avait mal à la tête, comme ça elle pourrait aller s’installer dans une canapé près de la cheminée dans la salle commune avec ses copines. Ainsi, peut-être qu’une partie de la journée serait sauvée.

— Me voilà ! lança-t-elle en entrant dans la pièce. Non, ça ne va pas du tout, tu n’imagines même pas la journée que j’ai passé. C’était tout simplement affreux, j’ai cru que j’allais mourir. En plus j’ai vraiment super mal à la tête, je crois que je vais devoir aller m’allonger un peu. J’espère que ça ne te dérange pas trop de terminer toute seule ? Tu as l’air d’avoir bien avancé, ça ne te prendra pas longtemps. Tu me feras passer quand tu auras fini et je relirai en ajoutant ce que tu auras éventuellement oublié, tu es d’accord ?

Disant cela, elle porta la main à sa tête en faisant la moue la plus adorable du monde. Ça marchait à chaque fois, elle était très bonne comédienne !

— Tu as quand même de la chance d'être aussi intelligente, je t'envie tu sais. ajoute JJ en essayant de flatter sa camarade. Parce que bon, comme tu es pas très jolie et que tu n'as pas de goût, tu étais plutôt mal partie. Ne te vexe pas, c'est juste la vérité. Je suis jolie et toi tu es intelligente, on s'équilibre !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6609
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: « Les opposés s'attirent... ou pas. » | June && Caitlyn   Jeu 22 Mai 2014 - 14:08

Combien de bleus aurait-elle au bide le lendemain matin ? Combien de douleurs la réveilleraient la nuit, quand elle voudrait se retourner dans son lit ? Si elle savait refermer les plaies, elle n'avait pas connaissance d'un sort qui puisse faire disparaître les hématomes ou le sang en général, et encore moins la douleur. Certes, elle tendait à dire qu'elle était plutôt habituée, vu que le bullshit de Cassie avait commencé quand elles étaient gosses, et s'était poursuivi lorsqu'elles s'étaient retrouvées à Poudlard, mais il n'empêchait que ce n'était pas vraiment quelque chose qu'elle appréciait particulièrement. Et, même si elle n'aimait absolument pas ce concept, elle devait bel et bien reconnaître que c'était la honte qui l'empêchait d'aller en parler à quelqu'un. La honte, mais aussi la fierté, et la volonté de se débrouiller seule. Elle n'avait pas envie de passer pour une faible, ni pour une rapporteuse, ni pour une victime. Ses problèmes, elle les réglait seule. C'était comme ça quand elle était gosse, et ça le resterait. Il allait juste falloir qu'elle évite d'enlever son T-shirt en présence devant les autres. Elle mettrait son pyjama dans son lit après avoir tiré les baldaquins, elle mettrait son équipement de Quidditch dans les toilettes et prendrait sa douche après les autres... Honte, oui, fierté, oui, mais aussi cette fichue envie d'éviter aux autres de s'inquiéter pour elle. Heureusement, ce n'était pas comme si elle avait l'occasion d'aller se faufiler auprès d'Elias sous sa couette très souvent, donc pas trop de risques de ce côté là. Mais c'était quand même quelque chose à quoi elle devrait penser, pour ne pas risquer que les autres voient les marques qu'avait laissées Cassie sur son corps. Les autres, genre les cicatrices et boursouflures qu'avaient causées les Supérieurs, elle ne s'en débarrasserait probablement pas de si tôt et les gens ne demandaient pas trop, vu que, pour beaucoup, ils en avaient aussi. Mais maintenant que leurs bourreaux s'étaient retirés, elle ne pouvait plus faire passer les bleus causés par Cassie pour des conséquences des cachots, et c'était assez frustrant de se dire qu'elle allait devoir faire gaffe quand elle se changerait. Elle qui n'était pas très pudique, qui s'en fichait bien si les filles de son dortoir pouvaient voir son soutif et sa culotte - tant qu'il n'y avait pas de mec dans les parages bien sûr -, se trouvait plutôt restreinte de ce côté là. Heureusement - enfin, façon de parler - la douleur était toujours là pour lui rappeler qu'elle ne devait pas faire tel ou tel mouvement, donc forcément, ça lui remémorait le truc.

Peut-être qu'elle devrait en parler à quelqu'un de compétent. Ou juste laisser Elias intervenir. Il était au courant, bien sûr. Globalement, il savait que Cassie déversait sa haine et sa violence sur Caitlyn, que la plus jeune était son défouloir, son punching-ball, son bouc émissaire. Il ne savait juste pas à quelle fréquence, et puis il n'avait jamais assisté à une bataille, à un duel, entre les deux filles, mais il savait. Elle se doutait très bien qu'il lui dirait que c'était grave, qu'il fallait faire quelque chose, s'il apprenait que ça durait depuis quelque chose comme dix ans maintenant, et que la fréquence n'avait pas beaucoup changé malgré les efforts que Caitlyn faisait pour éviter son ennemie de toujours, ou alors pour la croiser en présence d'autres personnes. Rafael lui dirait aussi que c'était grave, et Marlone lui dirait que c'était grave, Jeroen peut-être aussi, voire même Enzo alors qu'ils ne se connaissaient à peine. Et puis toutes ses amies le lui diraient certainement aussi, ainsi que l'infirmier et les profs. Et elle l'aurait dit à n'importe qui d'autre aussi, s'il avait été dans son cas. Sauf que... comme d'hab, faites ce que je dis, pas ce que je fais. C'était son nouveau slogan, depuis quelques mois. Enfin, ça l'avait toujours un peu été, mais depuis le mois de mai dernier, c'était pire qu'avant. Mais bon, si ça pouvait en rassurer, alors oui, il était vrai qu'elle réfléchissait à aller en parler. Peut-être pas au directeur, quand même, ni à l'infirmier, mais plutôt au directeur de maison, ou à un préfet genre Elias justement, ou alors, et ce serait probablement le plus simple pour elle, à Rafael. Peut-être qu'elle finirait par se décider un jour. Mais en attendant, elle avait d'autres choses en tête qu'une histoire ridicule de bullshit. Et en cet instant précis, sa préoccupation principale était le devoir d'HDM et, surtout, son binôme. June Jackson, alias Barbie number two. Et même si elle n'avait pas trop eu l'occasion de la connaître vraiment auparavant, quelque chose lui disait qu'elle n'allait pas spécialement l'apprécier...

Par exemple, son air théâtral et mélodramatique. Certes, Lyn elle-même était quelqu'un d'assez expressif, mais... yavait des limites à tout, et JJ, clairement, ne semblait pas être au courant. Ce fut ainsi que, lorsqu'elle se pointa enfin - et avec du retard, bien sûr - dans la salle dans laquelle elles s'étaient donné rendez-vous pour faire ce fichu travail de groupe, vêtue d'une mini-jupe violette ridicule et d'une veste en cuir absolument affreuse et des cheveux mauves, Caitlyn fut partagée entre l'envie de facepalmer et d'éclater de rire. Elle l'avait entendue arriver à cause du bruit que faisaient ses talons aiguilles sur les dalles de pierres du château, et, si elle était plus ou moins habituée à la voir vêtue de manière tout sauf chaste et discrète, il y avait tout de même eu quelque chose dans son entrée qui faisait qu'elle l'avait trouvée, eh bien, à la fois comique et désolante. Bref, ridicule.  Elle se retint néanmoins de montrer quoi que ce soit de trop visible, et, après avoir marmonné un petit "c'est pas trop tôt" , elle lui demanda si ça allait puis lui dit qu'elle aimerait bien finir au plus vite ce devoir, parce qu'elle n'avait pas que ça à faire. Mais Mademoiselle avait apparemment mal à la tête, après avoir passé une journée si affreuse qu'elle avait cru en mourir. Terminer toute seule ? Déjà bien avancé ? Relire et compléter ? Lyn savait qu'elle ne devait pas s'attendre à beaucoup de la part de Blondie, mais elle ne pouvait pas s'empêcher de ne pas en croire ses oreilles. Elle se prenait pour qui celle-là ? Si elle croyait qu'elle était crédible, avec sa petite grimace, ses paroles exagérées et ses gestes démesurés, elle était vraiment à côté de la plaque. Et elle lui demandait si elle était d'accord Rolling Eyes

« Heu... nan. »

Répondit-elle alors, du tac au tac. L'hésitation était clairement feinte, et le nan était catégorique. Même si elle aurait sans doute dû accepter de finir le travail seule, vu que ça aurait été plus rapide et moins prise de tête, elle n'avait tout simplement pas envie que Mademoiselle se prenne pour le nombril du monde, donc... nan.

« On doit le faire à deux, imagine il te demande d'en parler, tu diras quoi ? »

Bon d'accord, en général, personne ne demander à June de s'exprimer car personne n'avait la patience d'écouter les conneries qui pleuvaient se sa bouche et encore moins de s'évertuer à la reprendre et à la corriger... mais quand même.

« Et puis, moi aussi j'ai mal partout, donc si tu veux pas que je vide ma mauvaise humeur sur toi, t'aurais meilleur temps de pas trop parler et de te mettre au travail. Tiens, j'ai apporté plusieurs livres, tu peux prendre celui-là. »

Elle avait mille envie de rajouter "si tu sais lire", mais elle se retint et lui tendit le deuxième grimoire de la pile. Et son mal de tête alors ? Ah ouais, ça... ben en fait, elle s'en contre-foutait, ou plutôt elle ignorait royalement l'état prétendument crevé de la blonde parce que justement elle savait qu'elle ne faisait que le prétendre et qu'elle ne comptait absolument pas aller se coucher comme elle le disait, ou du moins pas seule et pas pour dormir et oublier sa migraine. Elle tenta de se replonger dans sa lecture, mais elle en fut empêchée par la blonde qui reprenait la parole.

« Tu as quand même de la chance d'être aussi intelligente, je t'envie tu sais. »

Heuuu... quoi ? Ah, ouais, ça. Plan B, c'est ça ? Flatter un peu, pour se faire bien voir, puis partir en douce. En guise de réponse, Caitlyn leva un sourcil, sceptique, mais ne dit rien et allait se tourner à nouveau vers son bouquin sauf que...

« Parce que bon, comme tu es pas très jolie et que tu n'as pas de goût, tu étais plutôt mal partie. Ne te vexe pas, c'est juste la vérité. Je suis jolie et toi tu es intelligente, on s'équilibre ! »

Hein ? Pas très jolie et pas de goût ? Mais... mais...
Zen, Lynette, zen.

« Ouais, c'est ça, on s'équilibre... C'est parfait, regarde, on va pouvoir faire ce travail en se complétant l'une l'autre et on aura une bonne note ! »

Enthousiasme feint, bien sûr, et un petit thumbs up pour la route. Que ne ferait-elle pas pour que l'autre se taise, arrête de débiter connerie sur connerie, et travaille, au moins un peu !

« Oh, et puis, j'te demande pardon, mais je t'ai pas demandé de me dire ce que tu pensais de ma gueule et de mes goûts, et si être jolie veut dire te ressembler, alors je suis bien contente que ça ne soit pas le cas pour moi ! »

CAITLYN !
Quoi ?!
On avait dit zen !
Ouais, beeen... pouet.
Rolling Eyes

« Bon allez, au boulot, j'ai pas que ça à faire de ma soirée, moi ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: « Les opposés s'attirent... ou pas. » | June && Caitlyn   Lun 9 Juin 2014 - 17:37

Comment ça non ? C’était quoi cette histoire ? Pourquoi non ? Pourquoi ne voulait-elle pas travailler toute seule ? C’était mieux de travailler toute seule. En plus, elle était vraiment trop fatiguée. Elle n’allait quand même pas perdre son temps à faire de l’histoire de la magie. En plus, ce n’était vraiment pas gentil de refuser de l’aider ! Surtout quand elle était aussi intelligente et faisait ses devoirs en 5 minutes. En plus, la Serdaigle ne devait pas avoir autre chose à faire. C’était bien connu, elle ne faisait rien que travailler, c’était même un plaisir pour elle ! Alors que pour J.J. ce n’était vraiment pas du tout le cas. C’était vraiment trop injuste et mesquin de sa part !

— Mais pourquoi tu veux pas ? Je t’ai dit que j’étais fatiguée. Je vais te ralentir dans ton travail et tout. Du coup tu y passeras encore plus de temps. Et puis je vais quand même regarder hein, je suis pas débile. Comme ça si je me fais interroger, j’aurais des choses à dire. D’habitude, on fait toujours comme ça. Pourquoi tu veux pas terminer toute seule et me laisse me reposer ? Tu veux ma mort sur ta conscience, c’est ça ? Tu n’as donc aucune pitié ?

Apparemment non. J.J. poussa un profond soupir et prit une chaise. Elle allait faire semblant de lire, jusqu’à ce que Caitlyn se rende compte qu’elle était inutile et la laisse partir. Même la flatterie n’avait pas l’air de fonctionner. Elle allait donc essayer la chiantise. Elle était vraiment super forte à ça ! La Serdaigle n’avait qu’à bien se tenir.

— Bon d’accord, je vais essayer. Mais si j’ai trop mal à la tête, il faudra que tu m’accompagnes jusqu’à l’infirmerie. Et si je m’évanouis, ça sera entièrement de ta faute.

Faire culpabiliser, est-ce que ça allait fonctionner ? On dirait que non… Try again J.J. !

— Mais pourquoi tu t’énerves sur moi comme ça ! J’ai rien fait ! Je te faisais un compliment ! Bon, tu sais visiblement pas t’habiller, mais c’est pas non plus hyper grave. Ça s’apprend. Je pourrais t’apprendre si tu veux. Et en échange tu fais le devoir. Franchement, c’est un marché très honnête. Il y en a qui payent des fortunes pour avoir droit à un relooking. Et normalement, je fais payer les coupes de cheveux, mais là je veux bien le faire gratuitement par pur altruisme !

Oui, elle avait appris ce mot récemment et elle aimait beaucoup le caser. Ça faisait trop comme si elle était trop intelligente quoi. C’était trop la classe !

Pendant ce temps, June tournait les pages de son livre, sans grande conviction. C’était vraiment super trop ennuyant. Il n’y avait même pas d’image. Et il y avait plein de mots compliqués trop chelous quoi.

— Je comprends rien à ton livre, il est trop dur et c’est écrit trop petit. gémit-elle en le refermant. Tu en as pas un autre de mieux ? Un plus petit ? J’aime vraiment trop pas lire quoi, c’est trop relou. Je peux pas faire autre chose ? Genre recopier au propre le début du devoir, j’ai une très belle écriture.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6609
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: « Les opposés s'attirent... ou pas. » | June && Caitlyn   Ven 13 Juin 2014 - 10:44

Cette meuf lui rappelait une pie. Elle avait une démarche de pie, une voix de pie, des habitudes de pie. Montée sur ses tallons aiguille d'au moins vingt centimètres, elle se pavanait dans les couloirs et dans les salles de classe, en mode je suis la star. Elle proférait connerie sur connerie avec un ton nasillard en donnant l'impression de piailler, chiante un peu comme l'oiseau qui vous empêche de dormir ou qui vous réveille le matin. Elle s'entourait d'objets de valeur ou d'objets valorisants, aux couleurs voyantes, et à collectionner les chaussures ou les sacs à main. Bref, une vraie pie, qui jase, qui est bête et qui est égoïste. June Jackson.

Bien sûr que Caitlyn aurait dû la laisser partir, elle aurait même dû l'y inciter, car elle se savait très peu patiente, très peu tolérante, très peu capable de prendre sur soi, bref, pas d'humeur à supporter ni les jérémiades, ni les gamineries, ni les idioties de la blonde. Mais elle ne l'avait pas fait, et elle était justement en train de l'obliger à rester pour bosser avec elle, comme si elle voulait s'assurer qu'elle avait sa part d'ennui et de travail. Comme pour prendre sa revanche, comme pour faire exprès de l'énerver. Et pourtant, objectivement, c'était bel et bien Caitlyn qui moflait le plus, parce qu'elle devait supporter la présence de cette quiche sur pattes en plus du travail qu'elle devait faire de toute manière et qu'elle allait probablement faire entièrement. Sa stratégie pour survivre ? Ignorer. Ignorer totalement tout ce que la blonde pouvait lui dire, ignorer ses petites plaintes, ses arguments, ses menaces. Sauf que quand ça allait trop loin, ça allait trop loin. Caitlyn avait beau avoir réussi à construire une vitre autour d'elle, sur laquelle coulaient comme de l'eau de pluie les jérémiades de la Slyth, elle n'arriva pas à accepter qu'elle lui dise que son intelligence compensait sa laideur. Non pas qu'elle se croie belle ou quoi, là n'était pas le problème, mais c'était une question de principe. Laide ou belle, c'était un jugement subjectif, et dans les deux cas, personne n'avait le droit de juger, point.

« Mais pourquoi tu t’énerves sur moi comme ça ! J’ai rien fait ! Je te faisais un compliment ! Bon, tu sais visiblement pas t’habiller, mais c’est pas non plus hyper grave. Ça s’apprend. Je pourrais t’apprendre si tu veux. Et en échange tu fais le devoir. Franchement, c’est un marché très honnête. Il y en a qui payent des fortunes pour avoir droit à un relooking. Et normalement, je fais payer les coupes de cheveux, mais là je veux bien le faire gratuitement par pur altruisme ! »

Oh, pitié, où était la corde ? Elle ne savait pas combien de temps elle allait encore réussir à supporter cette blonde.

« Tu parles trop, June. »

Elle aurait pu argumenter comme une avocate, elle aussi, répondre à tout ce qu'elle avait dit, mais elle ne voulait pas rentrer dans son jeu, car ça serait encore pire. La meilleure chose à faire, c'était de lui faire comprendre qu'il fallait qu'elle se taise, car elle ne l'intéressait pas. Ses flatteries, ses menaces, ses marchandages, ses relookings... elle n'en avait tout bonnement rien à faire. Ce qu'elle voulait, c'était que June bosse, au moins pour une fois dans sa vie. Ou au moins qu'elle se fasse chier, comme elle se faisait chier. Ce n'était pas très noble, mais elle ne voulait pas lui faire le plaisir de finir le devoir seule, quels que soient les arguments de la Pie. Elle se félicita bientôt d'avoir opté pour le désintérêt blasé, car elle eut le droit à quelques minutes de silence, pendant lesquelles elle lut des passages très intéressants et prit quelques notes qui allaient certainement lui servir pour la rédaction du devoir, quand elle y serait. Du coin de l'oeil, elle avait jeté quelques regards à sa camarade de classe, et vu que celle-ci feuilletait le livre sans grande conviction. Elle sourit intérieurement, heureuse de cette petite victoire : June faisait un effort. Elle ne travaillait clairement pas, mais ce n'était pas important. Elle se taisait et feuilletait un livre, c'était un énorme progrès. Sauf que d'un coup, un peu trop tôt au gout de la Raven, JJ referma son livre et recommença à se plaindre, ravivant les envies de pendaison de la belle brune.

« Je comprends rien à ton livre, il est trop dur et c’est écrit trop petit. Tu en as pas un autre de mieux ? Un plus petit ? J’aime vraiment trop pas lire quoi, c’est trop relou. Je peux pas faire autre chose ? Genre recopier au propre le début du devoir, j’ai une très belle écriture.
- Bon, d'accord, attends, j'ai bientôt fini de lire ce qu'il y avait à lire dans le mien, j'ai pris des notes, je te les passerai et tu pourras essayer de les organiser pour faire un plan pendant que je lirai ton livre, d'accord ? »

Elle avait presque pris la voix d'une maman qui s'adressait à son bébé. Presque, car elle ne voulait pas que l'autre se mette à faire des commentaires là dessus en plus de tous ceux qu'elle avait déjà faits. Caitlyn se concentra et finit de lire le chapitre qui l'intéressait en notant quelques dernières idées sur le parchemin déjà bien noirci d'encre, puis tendit ce dernier à June.

« Par contre, t'écris pas dessus ! »

La prévint-elle d'une voix autoritaire. La connaissant, elle allait encore faire des remarques inutiles, et elle ne voulait pas qu'elle bousille son parchemin avec. S'emparant du livre que la Slyth avait repoussé, elle l'ouvrit et recommença la même procédure de lecture et de prise de notes, pendant que dans sa tête, un plan se dessinait. Quand elle eut fini de lire, elle reporta à nouveau son attention sur June et regarda son parchemin.

« Alors, t'as trouvé quoi ? »

Et, clairement, elle ne lui faisait pas assez confiance pour accepter son plan. De toute manière, elle n'avait rien compris au sujet, c'était clair et net, donc à moins d'un miracle, elle n'aurait certainement pas un plan pertinent.

« Moi j'ai pensé qu'on pourrait d'abord parler de ça avec ces exemples là, et ensuite passer à ça, et enfin ça, ça et ça, pour conclure en disant un truc dans ce genre là. »

En parlant, elle avait montré et numéroté les différents points dans la liste de notes qu'elle avait prises et qui occupaient à elles seules deux parchemins. Elle avait bien quelques idées en plus, et même sans lire les autres livres qu'elle avait apportés, elle se doutait que ça le ferait, aussi bien au niveau de la longueur que du contenu. Elle espérait juste que June accepterait de la suivre à la lettre. Après tout, elle avait bien dit que c'était Lyn l'intelligente, d'entre eux deux, donc elle devait bien concevoir que c'était ne faisant ce qu'elle disait qu'elles allaient avoir une bonne note au devoir, non ?

« Donc tu veux écrire et je te dicte ? J'espère que tu ne fais pas trop de fautes... »

Elle essayait vainement de se rappeler d'un devoir qu'elle aurait pu voir, mais dut se rendre à l'évidence qu'elle ne savait absolument pas si les parchemins rendus corrigés par les profs étaient criblés de rouge ou pas.

« Bon, mais par contre, va falloir que je réfléchisse pour dicter des phrases, et toi faut que tu te concentres, donc on fait ça en silence, d'accord ? »

PITIÉ, dis oui, et respecte ton oui ! Plus aucun piaillement, plainte, remarque, commentaire, menace, compliment, flatterie... Plus aucun son qui sorte de ta bouche, merde ! Elle commença à dicter l'introduction. C'était dingue, les soucis que cette fille lui représentait lui avaient fait oublier la douleur de ses muscles courbaturés et des bleus qui parsemaient son ventre après l'épisode-Cassie, et c'était que dire. Devait-elle la remercier ? La bonne blague. Bien sûr que non, car dès qu'elle serait dans son lit, elle réaliserait douloureusement que les séquelles de son entrevue avec son ennemie de toujours n'avaient pas disparu, et qu'en plus de ça, un joli mal de tête était né grâce à ce fichu devoir d'HDM qu'elle devait faire avec cette fichue... Pie.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: « Les opposés s'attirent... ou pas. » | June && Caitlyn   Jeu 26 Juin 2014 - 19:56

C’était tellement relou de travailler. Et en plus, elle n’avait même pas le droit de parler ! C’était vraiment trop pas juste, elle était méchante, Caitlyn. Néanmoins, J.J. voulait bien essayer de lire. Ou au moins de faire semblant. Mais elle ne comprenait pas grand chose, ou du moins elle n’avait pas envie de comprendre. Elle notait néanmoins des phrases qui lui paraissaient importantes, comme elle faisait toujours. C’était clairement de la paraphrase, mais bon. C’était mieux que rien.

Finalement Caitlyn lui passait autre chose, ses notes. Et elle devait faire un plan. Elle était trop nulle en plan… Comme en beaucoup de choses, d’ailleurs.

— D’accord, je veux bien essayer… soupira la jeune fille avec une grimace.

Elle essayait de rassembler les notes par thème. Et puis…

— Oups, tu voulais pas que j’écrive dessus, c’est ça ?

Trop tard. Elle avait mis de l’encre rose sur le parchemin avec des petits cœurs dans la marge. C’était joli mais Caitlyn risquait de ne pas être très contente.

— Heureusement que c’est qu’un brouillon. gloussa-t-elle en rendant son parchemin à la Serdaigle. Mais j’ai fait un rassemblement thématique. T’en penses quoi ? J’ai bien travaillé, hein ?

J.J. avait besoin d’un su-sucre de récompense ! Elle souriait niaisement en attendant que sa camarade lise ce qu’elle avait fait. N’empêche, elle était trop fière, c’était rare qu’elle fasse les choses comme ça.

Mais Caitlyn semblait décidée à faire tout autre chose. J.J. se renfrogna.

— C’est méchant de me faire travailler pour rien ! Si tu t’en fiches de ce que je fais, tu aurais mieux faire de faire ça toute seule ! Pas folle, la guêpe ! Elle n’était pas toujours aussi bête qu’elle n’en avait l’air. Mais d’accord… Mais attention, je me referais pas avoir deux fois ! Ou pas.

June prit une plume et son encre rose. Ecrire, ça, elle savait faire. Et elle ne faisait pas tant que fautes que ça. Elle se prépara à écrire sous la dictée.

— Va moins vite ! Si tu veux que j’écrive bien, il faut me laisser un peu de temps.

C’était vrai, elle avait une très belle écriture. Toute en rondeur. Après peut-être que les cœurs sur les i étaient superflus, mais bon, ça faisait partie de son style. Au moins, on voyait qu’elle avait travaillé.

Mais ça devenait carrément ennuyant d’écrire comme ça. Au bout de dix minutes, June ne tenait plus en place.

— Dis, c’est toi qui sort avec Elias, de Poufsouffle, non ? Il est mignon. Je comprends pas trop ce qu’il fait avec une fille comme toi, mais bon, tous les goûts sont dans la nature. Heureusement d’ailleurs ! Comme dit ma maman, il faut que tout le monde trouve chaussure à son pied. Je suis jamais sortie avec Elias, il est devenu vachement canon depuis quelques temps, je trouve, pas toi ? Ça fait combien de temps que vous êtes ensemble ? Il embrasse bien ? Et il est comment sous sa chemise ? Je me suis toujours demandée s’il était du genre musclé ou tout rachitique. Comme il est tout mince, on peut se poser la question. J’aime pas les rachitiques, c’est pas très joli. Et puis comme je suis très jolie, je peux me permettre de choisir. C’est sûr que toi… bon.

Toi, t’as pas trop le choix, alors tu prends ce qui vient. June et la délicatesse…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6609
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: « Les opposés s'attirent... ou pas. » | June && Caitlyn   Mer 2 Juil 2014 - 23:44

Pour un peu, Lyn aurait presque commencé à s'arracher les cheveux de la tête. Pourquoi n'avait-elle pas tout simplement dit à June d'aller se poser dans sa salle co et de la laisser tranquille pour faire ce fichu devoir de HDM toute seule ? Ça aurait été bien plus rapide, et surtout, bien plus agréable pour l'une comme pour l'autre. Mais fallait croire que la bleue avait décidé de ramener June sur le droit chemin, et dans ce cas, le chemin de l'assiduité. Et puis, oui, il y avait une part de méchanceté, ou plutôt de rigidité d'esprit, car Lyn voulait que June passe autant de temps qu'elle sur le devoir, question de justice. Leur échelle d'efforts et de difficultés n'était pas la même, leur contribution au résultat ne serait pas égale, mais au moins, ce serait un devoir fait ensemble, et c'était ce qui était demandé, et elle ne voulait pas que J.J. profite de sa soirée tranquillement dans un fauteuil ou dans un lit pendant qu'elle, elle devrait se concentrer sur le devoir. Comme déjà dit, ce n'était pas le devoir qui la dérangeait, il était plutôt facile et elle l'aurait rapidement terminé, mais elle savait que pendant ce temps là, June s'amuserait plus qu'elle, et elle n'était vraiment pas d'humeur à tolérer cette injustice. Oui, ça la faisait passer pour une égoïste, mais tant pis, elle ne pouvait pas toujours être la gentille Serdaigle, surtout quand elle venait de s'en prendre plein la gueule par Cassie. Elle n'était vraiment pas d'humeur à faire des concessions. Pourtant, elle savait qu'elle se porterait bien mieux si elle laissait June partir, mais bon... Bref, elle était donc constamment en train de balancer entre le fait de dire à June d'aller faire ce qu'elle voulait dans sa salle co et de la laisser finir tranquillement le devoir, ou le fait de la garder sous sa tutelle et donc de se prendre la tête avec elle. Certes, l'un n'excluait pas l'autre, elle pourrait toujours la "renvoyer" plus tard et finir le devoir seule. Pour le moment, elle avait essayer de lui faire lire un livre vraiment simple, et avait dû le faire à sa place. Pareil pour le plan qu'elle avait espéré que la blonde trouverait - au lieu de quoi elle avait décoré le parchemin où elle avait pris des notes, alors que la Raven lui avait demandé de ne pas écrire dessus.

« C’est méchant de me faire travailler pour rien ! Si tu t’en fiches de ce que je fais, tu aurais mieux faire de faire ça toute seule ! Mais d’accord… Mais attention, je me referais pas avoir deux fois ! »

Que répondre à ça ? C'était certes méchant de faire travailler pour rien, mais si elle ne trouvait rien de pertinent, c'était tout de même pas la faute de Caitlyn, si ? Heureusement, June ne l'avait finalement pas si mal pris, elle semblait plutôt d'accord avec le plan que proposait la belle brune, ainsi qu'avec l'idée d'écrire ce qu'elle lui dicterait. Caitlyn ne répondit donc rien et commença à réfléchir à une introduction. Elle devait faire un effort pour s'empêcher de réfléchir à voix haute, ce qui aurait été plus facile pour elle mais certainement trop dur à comprendre pour June qui se serait sans doute mise à écrire des bribes de phrases que la brune prononcerait avant de se décider pour une formulation finale. Elle se concentrait donc bien plus que d'habitude, et finalement, lorsque la lumière fut dans sa tête, elle se mit à débiter une phrase après l'autre. Enfin, elle essayait quand même de ne pas aller trop vite, mais elle ne voulait pas non plus perdre de vue son idée et son inspiration, donc elle surveillait de près la vitesse à laquelle June écrivait pour avancer à son rythme mais sans pause. Et bientôt – trop tôt à son goût d'ailleurs – la pie recommença à piailler. Elle voulait qu'elle aille moins vite. En même temps, si elle ne faisait pas des bouclettes et des petits cœurs partout, elle écrirait bien plus vite ! Mais encore une fois, Caitlyn ne répondit rien, elle ne voulait pas se prendre la tête avec cette blonde qui lui servait de binôme plus qu'elle ne l'avait déjà fait. Ce n'était pas en se mettant à se disputer qu'elles allaient pouvoir avancer, et elle savait bien qu'au fond, J.J. ne changerait jamais d'écriture, donc le lui faire remarquer était peine perdue. Elle ne ralentit pas de beaucoup, pourtant, mais elle fit quelques pauses pour réfléchir à la suite. Le premier paragraphe du développement était déjà bien entamé lorsque June reprit la parole.

« Dis, c’est toi qui sort avec Elias, de Poufsouffle, non ? Il est mignon. Je comprends pas trop ce qu’il fait avec une fille comme toi, mais bon, tous les goûts sont dans la nature. Heureusement d’ailleurs ! Comme dit ma maman, il faut que tout le monde trouve chaussure à son pied. Je suis jamais sortie avec Elias, il est devenu vachement canon depuis quelques temps, je trouve, pas toi ? Ça fait combien de temps que vous êtes ensemble ? Il embrasse bien ? Et il est comment sous sa chemise ? Je me suis toujours demandée s’il était du genre musclé ou tout rachitique. Comme il est tout mince, on peut se poser la question. J’aime pas les rachitiques, c’est pas très joli. Et puis comme je suis très jolie, je peux me permettre de choisir. C’est sûr que toi… bon. »

Ohwiii, une conversation de fille. Des coussins roses, des licornes violettes, des pyjamas sexy, des vernis à ongles d'orteils, des bigoudis et des tagadas.
Plus sérieusement... de quoi elle se mêlait celle-là ? Et surtout, qu'est ce qui la prenait, tout à coup, de parler d'histoires d'amours ?
Bon d'accord, elle avait besoin d'une pause.
Caitlyn hésitait sur la conduite à adopter. Devait-elle se prendre au jeu de sa camarade de classe ? Si oui, devait-elle être fière de son homme et le vanter ou se vexer pour les sous-entendus de la blonde ? Elle n'eut cependant pas besoin de réfléchir très longtemps sur la question, car elle s'entendit répliquer.

« Oui je sors avec Elias, depuis quatre mois. Et non, il n'est pas "tout rachitique" comme tu dis. Il est très sexy, avec ou sans chemise. Mais je te préviens que si tu vas l'embrasser pour voir s'il embrasse bien, je m'arrangerais pour que tu ne sois plus aussi jolie que tu penses l'être. »

Et comment lui faire payer sa remarque par rapport au fait qu'elle ne la trouvait pas assez jolie pour aller avec Elias ni avec quiconque de son choix ?

« Toi t'es avec personne en ce moment, non ? Enfin je veux dire, personne de fixe, tu passes des mains d'un mec à celles d'un autre ? J'appellerais pas vraiment ça du succès ou de la beauté, mais bon, chacun son trip, hein ? »

Sous-entendu, tu te crois jolie et tu penses que tu peux choisir, mais au final, tu n'es qu'utile, et c'est pas vraiment glorieux. Mais je reste dans les sous-entendus, et j'avoue que j'espère que tu ne le comprendras pas, parce que sinon, on ne finira jamais ce devoir. Enfin, au pire, si tu le comprends, tu partiras peut-être, et au fond, ce sera tant mieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: « Les opposés s'attirent... ou pas. » | June && Caitlyn   Dim 6 Juil 2014 - 19:56

June aimait beaucoup écrire, mine de rien. Elle travaillait sur son écriture depuis des années : il fallait bien s’occuper en cours ! Elle était obligée de noter de temps en temps, surtout quand les professeurs la séparaient de ses copines pour la mettre à côté de gens pas intéressants du tout, genre Caitlyn (ce qui arrivait assez fréquemment). Résultat, elle notait gentiment ce que disait le professeur (ou une partie) en s’amusant avec son écriture. Elle avait développé plusieurs styles. Italique, ronde, serré, espacée… Avec plus ou moins de dessins et d’ornement en fonction de la vitesse de dictée de son professeur. C’était sur ses devoirs maison, là où elle avait tout le temps possible, qu’elle se donnait le plus. Parce qu’une jolie copie donnait forcément envie à son professeur de la corriger et le mettait ainsi dans de meilleures conditions. C’était une question de res-pect, parfaitement !

Alors là, elle se donnait à fond. En plus, Caitlyn comptait sur elle ! C’était vraiment la moindre des choses qu’elle puisse faire. Elle ajoutait des petites boucles en fin de mots et variait les graphismes sur les points et les accents. Le tout en se mordant la langue, parce que ça demandait de la concentration, mine de rien !

Par contre, elle n’allait certainement pas rester silencieuse, c’était trop ennuyant. Elle avait besoin de faire des petites pauses de temps en temps, sinon elle allait se fatiguer et s’abimer les yeux. Et elle ne voulait surtout pas se mettre à porter des lunettes ! C’était vraiment trop moche ! Elle plaignait les gens avec des lunettes, vraiment. Il y avait des jolies lunettes, c’était certain, elle en avait même quelques paires colorées, mais cela devait rester des accessoires de mode. En permanence, ça perdait tout son intérêt.

Heureusement, Caitlyn avait des choses à raconter, ce qui était plutôt cool. J.J. aimait beaucoup ce genre de conversation. Les confidences entre filles, il n’y avait que ça de vrai ! Et puis, elle pouvait peut-être apprendre des trucs croustillants au passage ! Ça pouvait toujours servir.

— Quatre mois ? C’est vachement long. Et tant mieux s’il est sexyyyyy, tu dois être contente, non ? Ou alors il baise mal et c’est pour ça que tu es souvent de mauvaise humeur ? Si tu veux, je peux te donner des conseils pour lui apprendre les bons trucs. C’est vachement important le sexe, dans un couple mine de rien.

Elle était jalouse ? Elle avait peur ? J.J. eut un petit rire. Elle avait peur à ce point ?

— Tu aurais peur que juste avec un bisou, il tombe amoureux de moi ? Faut pas être aussi jalouse !

La jalousie, c’était vraiment n’importe quoi. Ils étaient tous jeunes, ils faisaient des expériences, c’était totalement normal ! Il ne fallait pas jouer les vieux couples et penser qu’un baiser c’était tromper. Ce n’était rien du tout, un baiser.

— Non je n’ai personne, je ne veux pas m’engager tout de suite. Je suis trop jeune, j’ai seulement 19 ans tu sais ? Non je vais attendre la fin de Poudlard avant de me poser avec un gentil mari. Si je ne m’amuse pas maintenant, ce ne sera pas quand je serais vieille que je pourrais le faire ! Il faut profiter au maximum de sa jeunesse, tu comprends ? C’est pour ça que c’est un peu du gâchis de rester avec le même garçon. Genre comme toi avec Elias. En plus tu pourrais être jolie, voire même belle ! Et avoir du succès, comme moi ! Et c’est même pas moi qui l’ai dit en plus, c’est toi ! C’est gentil. La beauté et le succès vont souvent ensemble. Même si c’est vrai que parfois il y a des filles pas très jolies qui ont du succès. Mais c’est parce que tous les goûts sont dans la nature. Enfin pas tous non plus, faut pas exagérer !

Avec ça, elle oubliait complètement de noter. Elle jouait avec sa plume en se caressant le menton.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6609
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: « Les opposés s'attirent... ou pas. » | June && Caitlyn   Mar 15 Juil 2014 - 12:34

Elles étaient censées bosser, mais finalement, elles entamaient clairement une discussion de filles.  Et Caitlyn n'était pas vraiment sûre d'apprécier ça. Disons qu'elle n'était pas trop d'humeur. Raison ? Elle venait de se faire agresser en plein couloir par son ennemie d'enfance, et ça avait été assez violent. Plus précisément, Cassie ne l'avait abandonnée que lorsque, le nez en sang, les muscles endoloris et la peau marbrée de bleus, elle ne s'était plus relevée du sol auquel elle s'était laissée glisser le long du mur de pierres. La seule chose qu'elle voulait, donc, était de terminer le devoir qu'elle devait faire avec June et d'aller retrouver son lit. Toutes autres distractions et pertes de temps ne faisaient que mettre sa patience à l'épreuve. Mais voilà, JJ était JJ, elle n'y changerait pas grand chose, et ne voulait pas non plus passer pour la rabat-joie plus que ce n'était déjà le cas. Et puis, elle avait bien vu que June faisait des efforts, aussi. La lecture n'avait pas donné grand chose, et le plan non plus, mais elle s'appliquait à écrire, et bien que son style de Barbie ne soit pas trop du genre de Caitlyn, elle appréciait son assiduité. Donc c'était un peu comme la gratifier une récompense, un susucre pour l'exploit de concentration et de bonne volonté dont elle faisait preuve, que de lui répondre. Sauf qu'elle ne savait pas trop si elle devait se sentir flattée ou vexée. Flattée parce qu'elle venait de complimenter son copain et qu'elle en était fière et surtout follement amoureuse, mais vexée parce qu'elle venait, pour la deuxième fois, de lui faire comprendre qu'elle était moche. Et encore, ce n'était pas le fait d'être moche qui l'aurait gêné, mais le fait qu'elle le lui dise ainsi, qu'elle la juge et la critique, gratuitement. Elle avait donc essayé de lui faire comprendre que si elle sortait avec Elias depuis quatre mois déjà, c'était qu'elle ne devait sans doute pas être si moche que ça. En tout cas, elle ne possédait pas la beauté artificielle et synthétique de la blonde, ça c'était sûr. Et en l'occurrence, elle portait un t-shirt lâche et un pantalon de jogging, ses cheveux étaient attachés à la one-again et elle n'avait aucun maquillage.

« T'es en train de me traiter de mal baisée, là ? T'inquiètes pas pour moi, va, je survivrai sans tes super-conseils, et si je suis de mauvaise humeur, c'est certainement pas à cause de Elias. »

Non, Elias, elle l'aimait par dessus tout, et contrairement à ce que disait June, le sexe n'était pas si important que ça, du moins pas dans leur couple à eux. Il viendrait plus tard, ils préféraient d'abord bien apprendre à se connaître histoire d'être à l'aise avant d'aller plus loin, et en l'occurrence, les câlins et les papouilles d'Elias suffisaient pour lui redonner le sourire, donc voilà. Mais elle n'allait certainement pas raconter à June qu'Elias et elle n'en étaient toujours pas rendus plus loin que des caresses et des bisous. De toute manière, elle n'avait pas de compte à lui rendre, et bien que June semblait vouloir être gentille, ce n'était pas une raison pour que Caitlyn lui raconte ce genre de choses. Elle ne le racontait à personne, de toute manière. La vie de son couple ne concernait qu'Elias et elle, elle n'y mêlait pas ses amies, et d'autant moins des filles qu'elle connaissait à peine, comme June. June qui en plus était clairement le stéréotype de la blonde, ainsi que celui de la Serpentard, ce qui lui donnait donc des allures de Barbie et de fille facile. Non non, elle ne lui raconterait jamais ses histoires de couples avec Elias, c'était mort. Elle enchaîna donc sans lui laisser le temps de répondre, déviant la conversation.

« D'ailleurs, ça faisait longtemps que je n'avais pas été de mauvaise humeur comme ça. Mais tu veux pas savoir l'état dans lequel j'étais un quart d'heure avant de venir ici. »

Le nez en sang, des larmes coulant sur ses joues... Des larmes de dépit, de dégoût, de lassitude et de mépris, mêlées à des larmes de douleur et d'épuisement. Oui, elle avait pleuré. Mais elle n'avait pleuré qu'une fois qu'elle avait été seule. L'image que lui avait renvoyée le miroir de la salle de bains avait été très gore, et elle ne voulait pas la décrire à qui que ce soit, mais pourtant, sentant depuis un moment déjà une douleur sur son flanc droit, elle souleva un pan de son T-shirt et découvrit une tâche violâtre qu'elle n'avait pas le souvenir d'avoir vue en se changeant. Les bleus commençaient à apparaître. Les gens se poseraient des questions. Il allait falloir qu'elle fasse gaffe, qu'elle choisisse bien les temps et lieux auxquels elle se changerait. Elle n'avait dit à personne, pour cette "histoire de Cassie". Sauf Elias, et encore, elle s'était bien gardée de lui avouer l'amplitude de l'affaire. Et puis, Mattthew était au courant de ce qui se passait entre elles lorsqu'elles étaient gosses, mais sans elle doutait qu'il ne soit réellement conscient du fait que sa soeur jumelle n'avait jamais réellement arrêté son bullshit envers Caitlyn. Si elle le montrait à June ce soir là, c'était parce que... parce que quoi ? Elle ne savait même pas vraiment, au fond. Elle avait juste besoin de changer de sujet, probablement. Et puis, même si June était une pie, un moulin à paroles, dont on pouvait être sûre qu'elle allait répéter ce qu'elle entendait à qui voudrait bien l'écouter, elle se disait qu'il suffirait qu'elle ne donne pas de nom ni d'autres véritables précisions pour qu'elle puisse contourner le risque de voir son "histoire de Cassie" dévoilée au grand jour.

« Tu veux me faire un "relooking", c'est ça ? »

Demanda-t-elle, ignorant royalement sa remarque par rapport à la jalousie. Elle leva les yeux au ciel.

« Ma petite June, j'veux pas passer pour une philosophe, mais un jour t'apprendras peut-être que la vraie beauté, c'est à l'intérieur qu'elle se trouve. Personnellement, je ne compte pas me prendre la tête avec des teintures de cheveux et des couches de fond de teint, c'est on m'aime comme je suis ou alors on ne m'aime pas, je m'en fous. »

Elle n'était pas en train de l'engueuler ou quoi, elle était même plutôt amusée de dire ce genre de choses, et avait un sourire aux lèvres.

« Et puis justement, je m'amuse bien mieux quand je ne me complique pas la vie avec des histoires de mode. »

En vrai, elle était loin de se trouver moche, et savait qu'il y avait pas mal de garçons seraient d'accord avec elle là dessus. Mais elle avait bien compris que June ne la considérerait probablement jamais comme belle – à moins de lui faire un relooking, justement, car elle avait tout de même dit qu'elle pourrait être jolie, voire même belle, et avoir du succès – donc elle n'irait pas se bagarrer avec elle là dessus aussi radicalement, mais voilà, elle trouvait un compromis. June pouvait continuer à croire qu'elle n'était pas belle, mais au moins, ne le lui redirait pas, car elle aurait compris que Caitlyn s'en fichait et ne voulait pas savoir.

« Mais si tu préfères te tortiller sur tes talons aiguille de vingt centimètres et te niquer le corps à force de le saupoudrer et autres trucs de Barbies, vas-y, après tout, tu l'as bien dit, tous les goûts sont dans la nature ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: « Les opposés s'attirent... ou pas. » | June && Caitlyn   Dim 27 Juil 2014 - 17:58

Si elle la traitait de mal-baisée ? Non elle n’aurait pas osé mais… ouais, c’était quand même ce qu’elle voulait dire au fond. June prit le temps de réfléchir. Elle y avait peut-être été un peu fort.

— Non mais… Oui, mais… Tu comprends pas ce que je veux dire. Moi, je veux juste aider. Je sais que ça peut être compliqué, les choses de l’amour. Surtout quand ton partenaire est pas à la hauteur. Comment tu veux être belle et épanouie sans ça ? Ça peut pas marcher, c’est mathématiques.

Rien à voir avec les maths, mais c’était l’idée. Et puis cette expression collait vachement bien. Du moins, elle en avait l’impression. Elle fit un beau sourire pour compenser. Même si souvent, ça ne marchait pas trop sur les filles.

June commençait à en avoir un peu marre de se heurter à un mur. Caitlyn ne voulait absolument rien écouter ! Elle ne voulait pas discuter normalement, comme deux jeunes filles adultes qu’elles étaient. Non, elle restait complètement fermée à toute discussion, si bien qu’elle était obligée de la secouer et de la provoquer pour la faire un peu réagir !

— Oui, c’est ça ! s’écria-t-elle en sautillant sur sa chaise. Je peux te faire un relooking ! Comme ça, tu seras toute belle ! Bon, je ne te promets pas de faire des miracles, je ferais avec la base que tu me donneras. Mais ça serait rigolo, hein ? Et puis Elias, il serait super content, il aurait les yeux qui lui sortiraient de la tête et tout ! Et du coup, ça ira mieux dans votre couple et tu seras plus de mauvaise humeur.

CQFD. Franchement, les choses étaient tellement simples dans l’univers de J.J. On se demandait pourquoi certains se prenaient la tête.

Par contre, Caitlyn commençait sérieusement à devenir méchante. Elle se payait sa tête ou quoi ? J.J. avait du mal à comprendre si elle rigolait, se moquait d’elle ou disait simplement les choses comme ça.

— Et pourquoi je serais pas belle à l’intérieur, moi aussi ? Tu dis ça parce que t’es intelligente et que moi, je suis une fille qui est un peu moins douée en cours ? Je suis très belle à l’intérieur et sans doute plus que toi, madame la prétentieuse !

Ça, c’était bien envoyé ! June fit la moue. Franchement, cette conversation commençait à devenir vraiment plus drôle du tout. Pas du tout passionnante comme elle aurait dû l’être.

— Et puis qu’est-ce qui te dit que Elias ne serait pas content d’avoir une petite amie dont il pourrait être fier ? Tu dis qu’il t’aime blablabla mais ça ne l’empêche pas d’avoir des yeux. Si tu continues à ne pas faire attention à toi, un jour, il va tomber amoureux d’une fille qui elle, fera des efforts pour soigner son apparence. Même si elle est un peu moins intelligente que toi, hein ? On tombe pas amoureux d’un cerveau et de notes en cours ! C’est pas comme ça que ça marche avec les garçons, d’abord !

Rha et puis, elle était vraiment trop chiante. Elle avait insulté ses chaussures à talons, là, hein ?

— Tu sais quoi ? Moi et mes talons ont va aller se tortiller ailleurs. De toute manière, t’as pas besoin de moi et tu fais rien que de me critiquer. Genre elle ne faisait pas pareil… J’étais sûre de toute manière que tu me laisserais rien faire, j’ai même pas droit d’inventer une seule phrase ! Je sers à rien, je perds mon temps.

Voilà, elle s’était énervée, elle partait. J.J. se releva, prit son petit sac et sortit de la pièce, tête haute …

— Aurevoir. J’espère que ton mec partira avec une autre.

… en claquant la porte derrière elle.

Voilà bon j’ai mis fin au RP ! Ça fait presque trois mois qu’on est dessus alors bon xD Merci, c’était sympa !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6609
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: « Les opposés s'attirent... ou pas. » | June && Caitlyn   Lun 28 Juil 2014 - 20:36

Caitlyn n'aimait pas cette conversation. Elle sentait que ça allait mal se finir. J.J. et elle étaient trop différentes, elles ne pouvaient tout simplement pas s'entendre. Et elle avait beau être une personne gentille, patiente, tout ce qu'on voulait, il y avait des limites à tout. June la traitait de moche et de mal baisée, et elle avait vraiment beaucoup de mal à ne pas lui en vouloir, car elle était déjà assez énervée comme ça à cause de ce qui s'était passé plus tôt dans l'après-midi. Non, vraiment, ce n'était pas le bon moment pour mettre sa bonne volonté à l'épreuve. Le pire, c'était que June avait vraiment l'air sincère en disant qu'elle voulait seulement aider. Elle ne semblait pas vouloir être méchante avec elle, c'était comme si elle ne se rendait pas compte que d'une, ça pouvait être blessant de traiter quelqu'un de moche et de mal baisée, et de deux, les autres n'avaient pas tous le même point de vue qu'elle sur les choses. Elle disait qu'une vie belle et épanouie sans sexe n'était mathématiquement pas possible. Elle se retenait très fort de lui répliquer que c'était peut-être vrai, mais que ce n'était pas pour ça qu'elle deviendrait pute à ses heures perdues. De toute manière, sa vie sexuelle, tout comme ses amours, ses amis, ses problèmes et ses ennemis, c'était sa vie privée, et jusqu'à nouvel ordre, elle n'avait pas besoin d'une conseillère sexuelle.

« Ouais, c'est mathématique, ouais... »

Elle essayait de jouer la carte de l'approbation. Peut-être que lui donner raison dans tout ce qu'elle disait suffirait à canaliser June ? Mais décidément, la conversation tournait au vinaigre. Et Caitlyn n'aimait pas ça du tout, mais elle ne pouvait tout simplement pas s'empêcher de souffler dans le feu en étant plus ou moins méchante avec June, car celle-ci ne faisait que la traiter de moche et de mal-baisée depuis le début. Elle voulait lui parler d'amour, de mecs, de sexe. Elle voulait lui faire un relooking, lui donner un style, lui apprendre à prendre soin de son corps. Et Caitlyn, quant à elle, voulait juste se cogner la tête contre la table tellement tout ça lui passait par dessus la tête. Elias sera super content, ça ira mieux dans son couple, elle ne sera plus de mauvaise humeur. Par pitié, qu'on lui tende une corde, où elle allait vraiment finir folle à cause de cette fille qui croyait avoir trouvé la solution à tous les problèmes dans la simple beauté physique. Caitlyn ne savait même pas pourquoi elle s'évertuait à parler de beauté intérieure avec une blonde comme June. C'était bête et méchant de penser ça, elle le savait, mais elle ne pouvait pas s'empêcher ide penser que June ne comprendrait jamais rien à la vie, ni même tout simplement à ce que lui disaient les autres. La preuve, elle pensait que Caitlyn disait ça parce qu'elle était intelligente. Elle était vraiment à côté de la plaque. Et en plus, elle commençait à la traiter de prétencieuse, alors que depuis le début, c'était elle qui la rabaissait.

« Rien à voir avec l'intelligence ! C'est juste une question d'équilibre, de naturel. Si tu trouves ça naturel de te teindre les cheveux en rose et de te mettre des tonnes de mascara, tant mieux pour toi, je ne t'en empêche pas, mais arrête de vouloir m'obliger à faire pareil ! »

Mais apparemment, c'était trop demander à June, qui continuait à dire qu'Elias serait sans doute bien plus heureux d'avoir pour petite amie une Barbie du genre de la Slyth plutôt qu'une fille qui ne prenait pas assez soin d'elle, comme l'était, aux yeux de June, la Raven.

« Encore heureux qu'on ne tombe pas amoureux d'un cerveau, sinon tu serais vraiment mal barrée. »

C'était sorti tout seul.

« En tout cas, je suis d'accord avec toi, c'est pas grâce à mes bonnes notes que je sors avec Elias. Donc forcément, il y a quelque chose qui lui plaît, chez moi. Et il n'est pas le premier à qui ça plaît, Madame Je-connais-tout-à-l'amour. Donc si tu pouvais arrêter de me critiquer, ça serait sympa. »

Mais apparemment, elle n'avait pas apprécié que Lyn critique ses échasses, un peu plus tôt, car elle reprit son expression en lui disant qu'elle se cassait, vu que de toute manière, elle ne servait à rien.

« Ah ben au moins, t'auras compris quelque chose, aujourd'hui. C'est bien, tu te coucheras moins bête ce soir. »

Oui, elle venait de lui confirmer qu'elle était vraiment inutile. De toute manière, ses talons faisaient tellement de bruit sur les dalles, qu'elle ne l'aurait probablement même pas entendue. Elle lui dit au revoir et lui souhaita que son mec se casse avec une autre avant de claquer la porte derrière elle. Ce ne fut qu'à ce moment là que Caitlyn remarqua qu'elle était sur le point d'exploser, que son sang bouillonnait dans ses veines, que sa mâchoire était crispée, que ses yeux lançaient des éclairs et que ses poings étaient fermés. Putain de merde, elle se prenait pour qui, cette conne ?! Elle se barrait, lui laissait plus de la moitié du devoir à finir, et lui souhaitait de se faire tromper par son mec après les avoir critiqués tous les deux ! Elle fulminait ! Elle prit sa tête entre ses mains, enfonçant ses doigts dans ses cheveux et les crispant de toutes ses forces. Il fallait qu'elle se calme, et ce très vite. Inspiration, expiration. Les yeux fermés, elle se forçait à respirer profondément. Peu à peu, la colère céda à l'épuisement. Elle ouvrit les yeux, par crainte de s'endormir. Il fallait qu'elle finisse de rédiger. Ça serait facile, elle avait déjà tout le plan de préparé, et quand elle écrivait, les idées coulaient facilement de sa plume. Ce serait toujours plus rapide que de devoir faire la dictée à June !

~ The End ~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Les opposés s'attirent... ou pas. » | June && Caitlyn   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Les opposés s'attirent... ou pas. » | June && Caitlyn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Les opposés s'attirent... ou pas. » | June && Caitlyn
» Les opposés s'attirent... ou se déchirent [Jason]
» Eugène Louis de Broglie l Les opposés s'attirent ♠
» Les opposés s'attirent... [T'riss'Lara]
» On dit que les opposés s'attirent. Dans notre cas ils s'annulent [PV-Nikolaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Troisième Etage. :: ─ Salle vide-
Sauter vers: