AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Raise your glass and enjoy the life girl ! • Riley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2275
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Raise your glass and enjoy the life girl ! • Riley   Mer 5 Mar 2014 - 23:55

Raise your glass and enjoy the life girl ! • Samedi 11 Octobre
Riley et Kezabel




« Salut frangin,

Ta lettre m’a réellement fait du bien, il est bon de pouvoir recevoir de tes nouvelles plus souvent qu’avant ! J’ai déjà prévenu papa mais je devrais revenir à Noël avec une très bonne amie pour aller au ski. Elle s’appelle Riley, je vous en ai déjà parlé cet été. Elle est pour moi quelqu’un de très important et je suis certaine que vous allez très bien vous entendre avec ! Quant à toi, interdiction de sortir ton grand jeu de charmeur, je te vois d’ici ! Quoi qu’il en soit, il est toujours important de s’entourer de personne en qui nous pouvons avoir totalement confiance et elle est pour moi, cette personne. J’ai hâte de vous revoir tous les deux. Et toi, comment tu te portes ? Je vois que tu prends « plaisir » à suivre tes cours, crapule ! Toujours les yeux là où il faut pas… En plus tu es encore un bébé (ça va je plaisante) !

Les cours se passent bien ! On commence à avoir pas mal de devoirs mais c’est pas trop grave, il faut bien que l’on bosse. D’ailleurs, je donne des cours particuliers à un élève de Gryffondor, je ne sais pas si tu as eu le temps de le connaitre. Il s’appelle Enzo Ryans. C’est un gentil garçon, un peu Bad Boy, charmeur même et un petit rigolo mais il reste adorable. Parfois il me fait penser à toi, je suis sûre que vous vous entendriez bien tous les deux. Sinon, on a un nouveau prof d’EDM ! Un grand marrant, il est génial. Toujours le mot pour rire… Il a l’air un peu gêne mais il sait ce qu’il fait. C’est agréable d’avoir des profs avec autant de pêche. Et d’ailleurs, on a aussi une nouvelle prof de sport… Et ouais ! Je me remets en forme t’as vu ça ! Et ça fait franchement pas de mal, j’ai tendance un peu à m’encrouter assise sur ses bancs…
Après, il y a des hauts et des bas, comme pour tous je pense. Tout le monde n’a pas encore intégré que les moldus avaient leur place parmi nous et qu’ils étaient au final, comme nous.

Concernant papa… je ne sais pas trop quoi te dire. Si cette personne existe vraiment dans son cœur alors j’en suis heureuse et je crois que nous devons nous en tenir à cela. Mais je dois t’avouer que ça me fait étrange à moi aussi et on ne doit pas en avoir honte. Seulement, papa doit refaire sa vie et on doit l’y encourager. Tant que cette fameuse femme le rend heureux, alors moi ça me va. Je pense que tu devrais quand même lui en parler, Papa comprendrait tu sais. Il ne faut pas trop garder ça pour toi et je suis certaine qu’il serait content que tu te confie à lui sur ça… Tu le connais, un vrai nounours parfois. Réfléchis-y et tiens moi au courant de ce que tu compte faire ou de ce que tu as déjà fais ! J’ai confiance Adam, tout va aller mieux maintenant il faut juste que l’on apprenne à faire avec.
Et pour Maman… Elle me manque chaque jours qui passent. Parfois, j’ai du mal à prendre conscience que plus jamais je ne la verrais en face de moi mais j’apprends chaque minutes à faire avec même si je sais que je m’y ferais jamais totalement. Tu ne m’ennuie pas avec tes histoires, je préfère que nous en parlions tu sais, c’est toujours mieux. Je t’envoie deux photos avec cette lettre… Ce sont celles où tu es dessus avec maman quand tu étais beaucoup plus jeune. Garde-les précieusement avec toi, comme un rappel de souvenir et tu verras qu’avec un peu de concentration tu pourras la sentir près de toi parce que je sais qu’au fond, elle ne nous quitte jamais.

Allez, je vais te laisser mon grand, j’ai deux trois devoirs à finir et j’ai pas mal de trucs prévues cette après midi ! Donne moi vite de tes nouvelles, raconte moi un peu tes activités extérieurs ! Tu as rencontré une jolie fille récemment ? J’ai hâte de vous revoir, vous me manquez tellement… Prends soin de papa et prends soin de toi

Je t’aime,
Keza’ »


Je termine cette lettre avec un sourire aux lèvres. Je la pli délicatement, glisse les photos dans l’enveloppe et l’attache à la patte de mon hiboux présent à mes côtés depuis tout à l’heure. Ils me manquaient terriblement mais je prenais mon mal en patience… Bientôt, j’allais les retrouver et je ne viendrais pas seule. Du moins, je l’espère. Je regarde le hibou prendre son envole de ma fenêtre de dortoir, les yeux dans le vague. J’avais parfois la sensation de louper toute la vie de mon frère et je ne pouvais m’empêcher d’en ressentir une certaine culpabilité. Peut-être aurais-je du rester à ses côtés, pour le soutenir ou même le voir grandir un peu plus. Je me souviens encore du regard de papa qui avait été formel à ce sujet : Tu continue tes études, vis pour toi. J’esquisse un sourire, dans le vague. Je tapote de mes mains sur le bord de la fenêtre, laissant mon esprit recouvré la vie et surtout se remémorer les plans prévues pour la journée. De 1) DEVOIRS. Je regarde ma montre, 10h30. J’ai encore le temps de bien m’avancer jusqu’au repas du midi. De 2) RILEY ! Mon amie proche qui commençait à bien trop me manquer. Nous passions beaucoup de temps ensemble mais j’avais bien remarqué que dernièrement … elle était moins présente. Physiquement mais surtout mentalement. Souvent je la voyais perdu dans ses songes, soucieuse. Pas qu’elle me boudait ou quoi ! Loin de là, elle était toujours la même, mais avec le sourire en moins. Et tout le monde sait que Riley lorsqu’elle ne sourit pas, elle perd toute ces petits rayons de soleil qu’elle nous communique en temps normal. Je n’avais pas insisté sur le mal qui semblait la rongé. C’était, je pense, une règle silencieuse entre elle et moi. Nous savions pertinemment que si nous avions besoin de parler, nous étions là l’une pour l’autre. Lorsqu’elle en ressentirait le besoin, elle le fera et je lui fais entièrement confiance ! Cependant … C’était pas une raison pour la laisser se morfondre comme ça, ah ça non ! Elle m’était bien trop importante pour que je ne feigne l’ignorance, bien qu’en temps normal j’étais d’un caractère présent. Mais Riley, c’était différent. J'étais si enjouée que même ce qu'il s'était passé avec Connor tout à l'heure ne m'affectait pas. Ou du moins, plus. J'avais autre chose à penser qu'à touts ces énormités !

Allez, go ma grande, t’as du pain sur la planche. J’attrape cahier, parchemin et plume et descend en salle de commune afin d’effectuer mon devoir d’histoire de la magie et d’EDM. Je m’avançais un maximum, discutant parfois avec Caem et je vis même Charleen, le sourire béa avec Circée dans les bras. Je me concentrais au maximum pour terminer le plus rapidement possible mes tâches. Mon après midi était bloqué pour Riley et il était hors de question que je change mes plans.

« Keza, tu viens manger ? J’ai les crocs ! »

Je lève les yeux vers Lucie et lui fit un signe de la main :

« Non non vas-y, j’ai deux trois trucs à faire avant ! J’vais aller me choper un sandwich rapidement après !
- Okay comme tu veux, mais fais attention t’as ta cervelle qui commence à fondre et à te couler des oreilles. »

J’éclate de rire avec elle avant de secouer la tête. Sacrée Lucie. Je m’étire un coup avant de ranger avec précipitation mes affaires dans mon sac à dos. Un œil vers le ciel … qui était totalement gris. Crois moi mon coco, c’est pas toi qui allait gâcher notre après midi ! Ici on était à Poudlard et on m’avait bien apprit une chose, c’était que rien n’était impossible…. Ou presque ! Je monte le dortoir 4 à 4, poussé par un élan d’énergie et d’impatience. J’espérais qu’une chose : C’est que Riley soit disponible et accepte de passer l’après midi (voir pourquoi pas la soirée ! ) avec moi. Je vide mon sac et range mes cahiers puis tire une petite valise de sous mon lit. Regard à droit, à gauche… Je l’ouvre et mets tout son contenue dans mon sac. Si j’avais tout prévue ? … Oh ouais ! Crois moi ma belle, ça va être le meilleur samedi de ta vie.. enfin j’pense. J’enroule mes précieux bien dans un drap épais et l’enfourne dans mon sac avant de le fermer et de le mettre délicatement sur mon épaule. Allez, en route pour de nouvelles aventures ! Tindintiiiiindiiiin ! Je dévale les escaliers avec des pas assurés, le sourire aux lèvres et le bonheur au cœur. Et lorsque je franchis la porte de la grande salle … Déception, puis aussitôt un éclair de lucidité. J’suis vraiment stupide. Je me donne une claque sur le front en me rappelant qu’elle avait entrainement de Quidditch. J’étais tellement parti dans mon élan que j’en avais oublié ce petit détail. Bon, c’était foutu pour l’après midi mais rien ne m’empêchait de lui proposer de passer le reste de sa journée avec moi. Après autant d’énergie dépensée, je pense qu’elle ne sera pas compte. Je m'installe rapidement à la table de ma maison, me remplit l'estomac pour ensuite retourner à ma salle commune afin d'y chercher ma veste, car quand bien même le Soleil avait décidé de repointer le bout de son nez, ça n’était pas pour autant qu’il faisait assez chaud pour que me ballade en petit pull dehors. Je pousse la porte, monte dans mon dortoir et croise Charleen qui s’apprêtait visiblement à sortir elle aussi :

« Hey choupette ! Tu vas bien aujourd’hui ?
-Oui oui, et toi Keza ? Tu pars où comme ça ?
-Je vais kidnapper ta frangine pour passer une après midi entre copine ! Il faut la requinquer avec tous ces efforts qu’elle fournit pour le Quidditch… Et toi, tu pars où comme ça ?
-Je vais faire un tour près des enclos, j’aimerais étudier un peu plus les hippogriffes pour mon devoir. Et vous avez prévu quoi toute les deux ? »

Et je lui conte non sans enthousiasme ce que j’avais comme projets pour Riley. Charleen avait le sourire jusqu’aux lèvres, presque rêveuse. Nous avons discuter comme ça jusqu’à ce que nous arrivions au milieu du Parc où elle devait se diriger vers la cabane d’Ismaelle et moi vers le stade. Je regarde ça petite bouille blonde… Elle était tellement le contraste de Riley et ce, sur tout les points.

« Tu pourras faire un bisous à Riley de ma part ? Je viendrais la voir demain pour qu’elle me raconte tout ça !
-Pas de problème. Et toi fais attention avec les Hippogriffes. Bonne chance pour ton devoir ! »

Je la salut de la main et la regarde s’éloigner. C’était un petit bout de femme-enfant absolument adorable, douce au possible et gentille comme tout. C’était réellement une bonne chose qu’elle et Riley se reparle enfin. Je pense qu’il était bon pour mon amie d’avoir ce petit côté de douceur près d’elle, pour l’apaiser et la tranquillisé. Et c’était un bonheur de la voir évoluer toujours un peu plus dans le rôle de grande sœur qu’elle tenait à merveille. Un sourire aux lèvres, je viens me placer dans les gradins où Riley ne me vit pas sur le coup, trop concentrer à donner des instructions sur la manière de jouer de ses coéquipiers. Et là aussi, elle assurait. Elle n’était peut-être pas une entraineuse professionnelle, mais pour un Capitaine de son âge, elle se débrouillait très bien. Riley avait le Quidditch dans le sang et il suffit qu’elle en parle pour voir cette petite étincelle spéciale au fond de son regard. Je m’enroule dans mon écharpe, joignant mes mains entre mes jambes. Quant à moi … C’était pas trop mon truc. Et c’était pas plus mal d’avoir une amie qui avait différent centre d’intérêt. Pas que je n’aimais pas regarder mais je préférais de loin m’installer quelque part pour dessiner plutôt que de passer des heures sur un balai, même si la sensation était hyper agréable pour une petite « promenade ».

Lorsque Riley me regarda, je lui fis un petit signe de la main et c’est là que je me rends compte qu’elle et moi n’avions pas passé un moment ensemble depuis… depuis trop longtemps. Et c’est bien pour ça que je comptais la kidnappé pour moi toute seule cette après midi ! Nah !

D’ailleurs, en parlant de dessin… je sortie mon petit carnet et mon crayon de mon sac et me mit à croquer les joueurs, le stade, l’environnement. Chose qui m’occupa aisément jusqu’à la fin de leur entrainement où je les vis rentrer aux vestiaires, complètement épuisés. J’attendis quinze bonnes minutes avant de descendre à mon tour, laissant à chacun le temps de se doucher tranquillement et de s’habiller. Je pénètre dans les vestiaires où il restait trois joueurs, dont Riley isolé un peu plus loin, un serviette sur la tête, enfilant sa chaussure.
J’en profites pour venir me glisser dans le dos de mon amie posant mes mains sur ses yeux. Je prends une voix grave, rauque :

« Je suis ton pèèèèèèère ….  »

J’écoute sa réponse et éclate d’un rire franc avant de lui claquer un gros bisous sur la joue et de venir prendre place avec elle.

« Ca c'est de la part de ta soeur que j'ai croisée en chemin ! Et de la mienne aussi, ça va de soit ! »

Nouveau rire et grand sourire malicieux sur les lèvres. Elle me connait, j’le sais !

« Alors Capitaine, ca a été l’entrainement aujourd’hui ? Vous aviez l’air hyper concentré et plutôt en forme aujourd’hui.»

Je l’écoute parlé, un sourire aux lèvres. J’aimais partager avec elle ce genre de moment qui peut paraitre anodin pour d’autre mais qui construise pierre par pierre, une amitié solide.

« Bon, cette après midi c’est toi et moi bébé ! Et même si tu ne veux pas, je te kidnappe contre rançon non négociable ! Finis de manger de te sécher, tout ça tout ça ! Après, je t’embarque pour l’après midi, voir plus si t’es sage ! J’ai une petite surprise pour toi et un sourire à faire revenir sur ce joli minois de belle gosse des magazines ! »

Oui oui, une petite surprise pour vous, Mlle Jenkins. Et je savais comment lui parler car à l’évocation du mot « surprise » je vis ses yeux brillés comme ceux d’un enfant à qui on a promis un tour chez HonneyDuck. Je ne quitte pas ce sourire ou plutôt, c’est lui qui ne me quitte pas. Trop heureuse de la revoir, trop heureuse de lui offrir quelques instants de détente. Je la laisse terminée de se préparer avant de la voir se lever comme si elle était montée sur des ressorts, visiblement ravis de ma proposition d’escapade. Allez, en route mauvaise troupe. Je l’attrape par la main et l’emmène d’un pas enjoué hors des vestiaires, l’emmenant droit vers le château. Mon cœur est entrain de se faire une petite samba entre mes côtes pour me manifester sa joie de retrouver sa meilleure amie. Il est vrai que nous nous connaissions que depuis … Juin, Juillet et que ça n’a pas vraiment très bien commencé. Mais elle a été un sacré coup de cœur et depuis, je n’ai pas envie qu’elle quitte la place que je lui ai instauré dans ma vie. Après, je ne l’enchaine pas, ca va de soi… et d’ailleurs, je pense que si elle venait à partir, j’en souffrirais bien plus que de ma dispute avec Tallulah. C’était peut-être pas sympa, mais je n’y pouvais rien. La jaune et moi avions eu beaucoup de différent et sur le coup, bien évidemment que ça m’avait blessé, mais le reste s’était fait doucement, avec le temps sans que l’une et l’autre n’y pouvions quelque chose. BREF, c’était pas le moment. Riley était ma priorité !

Sur le chemin, nous discutons de l’entrainement, des devoirs, de la semaine à venir et passée et j’essaie un maximum de garder ma langue malgré ses tentatives de me faire lâcher le morceau. Mais parole de Kezabel, je te dirais rien. Pourtant, j’ai tellement de chose à lui raconter et mon esprit se dirige aussitôt vers Katherine. Ah ça oui… j’ai un tas de chose à te raconter :gla :
Je soupire de soulagement lorsque je sens la douce chaleur du château, après pénétré dans le Hall d’entrée. D’un geste doux j’attrape Riley par le bras et plonge mon regard plein de mystère au fond de ses grands yeux :

« Eh dis moi… t’aurais pas ton maillot de bain dans ta valise, par hasard ? »

Grand le sourire, très grand :gla:Fais confiance à ta keupine…


Dernière édition par Kezabel E. Hasting le Sam 22 Mar 2014 - 0:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8184
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Raise your glass and enjoy the life girl ! • Riley   Mar 11 Mar 2014 - 18:25

Samedi 11 Octobre 2014 – Fin d’après midi
Raise your glass and enjoy the life girl !



Kezabel & Riley

Allongée sur le dos, la tête cachée sous l’oreiller, les bras ballant posé sur les draps et un long soupir qui m’échappe, je pense qu’on peut dire que je n’ai pas envie de me lever. Fatigue ? Non. Lassitude ? Pas vraiment ou peut être un peu. En fait, j’en sais trop rien et ça ne me ressemble pas du tout d’être aussi apathique mais pourtant je n’ai pas envie de me secouer. Dans ma tête ça converge, ça diverge, ça gamberge, et il s’y passe bien trop de choses même si d’un autre côté je me sens – et je la sens – particulièrement vide.

« Ça va Riley ? Tu te sens bien ? »

La voix de Jane me parvient à peine et je ne bouge pas d’un millimètre.

« Hum hum. »

Voilà tout ce qu’elle aura comme réponse en signe d’acquiescement. Oui je vais bien, enfin je ne suis pas malade en tout cas et je crois que c’est ce que sous-entendait sa question. Pas envie de faire une phrase construite et intelligible alors humhumer c’est tout ce que j’ai envie de faire. J’entends Monkey aussi, qui s’agite un peu dans sa cage et je me dis que je suis une maitresse indigne parce qu’il doit avoir faim le pauvre bichon. Aller, secoue toi Riley, c’est pas ton genre de trainer au lit jusqu’à pas d’heure et en plus de ça t’as déjà raté le petit déjeuner ! Il faut que tu te bouges ma fille ! Tout ça n’a pas le moindre sens ! T’as raison, et je me parle à moi-même.
Oreiller viré et balancé n’importe où dans le dortoir. Il aurait pu atterrir dans la tête de quelqu’un, cette pensée m’a traversé l’esprit trop tard mais personne n’a pesté c’est que c’est bon. Dans un effort surhumain je repousse les draps et les couvertures, laisse mes jambes basculer sur le côté et m’assoie sur mon lit. Les cheveux dans tous les sens, la tête en travaux et l’humeur grognon, je fixe le vide en me faisant la réflexion … qu’il fait froid ! Un coup d’œil dehors et j’ai l’envie furieuse de retourner me cacher sous mes couvertures mais m’abstient. Il fait moche, il ne pleut pas mais il fait moche. Et en plus j’ai entrainement de Quiddich cet aprem … J’ai pas envie … L’heure est grave pour que j’en arrive là mais on va mettre ça sur le dos de … mon état d’hébétude post-sommeil. Oui, c’est très bien comme excuse ça.
Je me décide enfin à me lever, enfile un gilet et contourne mon lit pour me rendre auprès de Monkey. Il gazouille, comme toujours, et d’autant plus quand j’attrape un peu de nourriture et que je la lui pose dans sa mangeoire. Il se jette dessus comme un sauvage et je n’existe plus …

« Tous les mêmes. »

Est-ce que j’ai vraiment dit ça à voix haute ? Le pire c’est que je ne le pense même pas en plus de ça. je connais des mecs très bien mais il suffit d’un pour noircir le tableau … Ou deux, en fait. Enfin bref ! J’essaie de penser aux autres, à ceux avec qui tout se passent bien, et je passe à autre chose parce que je n’ai clairement pas envie de me prendre la tête avec tout ça.

Fin de matinée je me décide enfin à quitter le dortoir et évite soigneusement Derek qui squatte la Salle Commune, faisant fi de cette petite crampe qui me saisi l'estomac un peu trop souvent à mon goût ces derniers temps quand je le vois. On s'est entrainé cette semaine, nos relations s'en tiennent à ça et tant mieux. Enfin presque. Peu importe. Mon balai dans une main, le reste de mon équipement dans un sac, je monte les marches qui permettent d'accéder au hall quatre à quatre, ayant visiblement retrouvé un semblant de pêche mais au lieu de rejoindre la grande salle dans laquelle certains s'entassent déjà pour le déjeuner je prends la direction du Stade. L'entrainement n'est qu'à 3h mais j'aime y être en avance et surtout … J'ai envie d'être seule je crois. Alors je traine là bas, j'y mange, je lis, je fais mes devoirs que j'ai glissé dans mon sac et puis finalement je prépare le terrain un peu avant que les autres arrivent. Quand ils se pointent je suis déjà sur mon balai, la séance se passe, j'aperçois Kezabel dans les tribunes et mon sourire revient alors que je lui adresse un petit signe de la main. Je reste néanmoins concentrée sur ma tache et lorsque la session prend fin je suis une des dernières à trainer dans le vestiaire après avoir tout rangé, aidée par les autres joueurs naturellement. J'essaie de me dépêcher pour retrouver Kezabel et alors que je galère pour remettre une de mes converses alors que la serviette que j'ai sur la tête se casse la figure deux mains se posent devant mes yeux manquant ainsi de me faire tomber sous l'effet de la surprise.

« Je suis ton pèèèèèèère …. »
« Aaaaah ! »

Heureusement pour elle – oui parce que j'ai reconnu mon amie assez rapidement malgré la voix rocailleuse et grave qu'elle a employé – je n'ai pas eu le même réflexe qu'avec Dimitri l'autre jour à savoir lui coller un coup de poing, une baffe ou ce genre de trucs. La main sur le cœur, il me faut quelques secondes pour retrouver mon calme. La serviette se casse finalement la figure et je la rattrape de justesse alors qu'elle menace de s'écraser sur le sol. J'ai donc probablement l'air d'une folle avec les cheveux dans tous les sens mais ça n'a pas la moindre importance.

« Ben merde … T’as vachement changé Papa … »

Papa … Je suis une fille indigne qui ne lui envoie pas suffisamment de nouvelles ces derniers temps et après tout ce qu’il s’est passé ici, après l’enfer qu’ils ont vécu lui et maman sans savoir ce qu’il advenait de nous, c’est injuste et cruel de ma part. Ma dernière lettre ne date pas d’il y a si longtemps mais quand même. Je remédierai à ça dès demain, c’est une promesse ! Et alors que ces pensées traversent mon esprit, je laisse mes doigts jouer avec le pendentif en forme de biche qui ne me quitte jamais, celui que mon père m’a offert cette année pour mes 19 ans. Un miracle qu’il soit passé au travers du contrôle de courrier d’ailleurs mais je ne vais certainement pas m’en plaindre. Je m'assois alors qu'elle éclate de rire et me claque un gros bisou sur la joue.

« Ça c'est de la part de ta sœur que j'ai croisée en chemin ! Et de la mienne aussi, ça va de soit ! »
« Moh vous êtes choux toutes les deux. »

Retour à l'envoyeur, au moins pour l'une d'entre elle, et l'autre aura le sien plus tard.

« Alors Capitaine, ca a été l’entrainement aujourd’hui ? Vous aviez l’air hyper concentré et plutôt en forme aujourd’hui.»
« Ouaip, les souvenirs de la défaite de dimanche dernier commencent à s’effacer et tout le monde est concentré, c’est cool. »

Un petit sourire pour la route alors que je termine de faire mon lacet dans un mouvement proche du contorsionnisme.

« Bon, cette après midi c’est toi et moi bébé ! Et même si tu ne veux pas, je te kidnappe contre rançon non négociable ! Finis de manger de te sécher, tout ça tout ça ! Après, je t’embarque pour l’après midi, voir plus si t’es sage ! J’ai une petite surprise pour toi et un sourire à faire revenir sur ce joli minois de belle gosse des magazines ! »

Je me redresse sans pour autant me relever, toute ouïe, et fronce les sourcils tout en effectuant une grimace avec ma bouche et mon nez.

« Qu’est ce que tu mijotes toi … ? Tu m’fais peur Keza. »

Bien évidemment tout ce que j'obtiens comme réponse c'est un sourire plein de sous-entendu et surtout qui veut dire que je peux toujours courir pour avoir une réponse à ma question. Je lui tire la langue dans un geste débordant de maturité avant de m'activer, ramasser tout mon petit bordel, et c'est avec une barre de céréales dans la bouche que je sors des vestiaires, bras dessus, bras dessous avec mon amie. On parle de tout et de rien en chemin mais moi tout ce que j'ai en tête c'est le mystère qu'elle fait planer autour d'elle alors c'est plus fort que moi, quand on arrive dans le hall je m'arrête, lui tire le bras et affiche une moue boudeuse comme je sais si bien le faire, avec mes yeux limite larmoyant avant de sauter d'un pied sur l'autre d'impatience tout en arborant un large sourire.

« T’es sure que tu veux toujours rien me dire ? Certaine ? Vraiment ? Aller !!! »

S'teuplait ! S'teuplait ! S'teuplait ! Mais elle reste impassible et moi je grogne. Plus pour la forme qu'autre chose évidemment. On se remet donc en route et au bout de quelques mètres c'est elle qui m'attrape le bras. Je me retourne donc puisque je l'avais légèrement dépassé, et quand je vois son regard je ne peux pas m'empêcher de sourire à nouveau tout en fronçant encore et toujours les sourcils. Intriguée.

« Eh dis moi… t’aurais pas ton maillot de bain dans ta valise, par hasard ? »

Un sourcil arqué, je scotch une seconde avant de bredouiller une réponse. C'est sensé me mettre sur la piste ou … ?

« Euh … ça se pourrait bien. »

Sérieusement, qu'est ce que t'as derrière la tête toi ? Vile créature ! Une virée dans la Salle de Bain des Préfet ? Ça se pourrait, ça n'est pas trop compliqué d'obtenir le mot de passe je crois. Il faut simplement soudoyer les bonnes personnes et c'est bon ! Je commence à me faire un milliard de scenarii dans la tête mais avant de partir trop loin, j'affiche un air de cruche profonde, bouche en avant et posture de princesse B.I.A.T.C.H. Mi-sexy, mi-ridicule. Avec ma crinière sauvage encore humide je suis sure que ça apporte un plus !

« J’ai mon p’tit bikini qui cache pas grand-chose, ça le fait ? »

Grand sourire innocent et je reprends une posture normale avant d'éclater de rire.

« J’vais ranger tout ça et si j’ai bien compris je reviens avec mon maillot, c’est ça ? Une serviette aussi ? Tu m’intrigues là … Enfin bref ! J’arrive ! »

Je la laisse donc là, file chez les Verts, pose mon bazar, enfile mon maillot directement sur moi, fourre une serviette dans un sac et remonte en vitesse pour la rejoindre dans le Hall. Elle m'attend tranquillement avec toujours ce même sourire qui ne la quitte pas et ça m'intrigue de plus en plus alors la tête penchée sur le côté je la regarde des pieds à la tête, sourire en coin.

« J’te trouve bien guillerette toi ! T’aurais pas des choses à me dire ? Et puis pourquoi tout ce mystère ? Tu vas me rendre folle Keza ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2275
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Raise your glass and enjoy the life girl ! • Riley   Ven 14 Mar 2014 - 22:56

Raise your glass and enjoy the life girl ! • Samedi 11 Octobre
Riley et Kezabel




J’ai l’impression d’avoir une enfant avec moi et de la voir me quémander plus d’informations me faire rire, le cœur en joie. Retrouver sa petite bouille me faisait du bien et j’espérais que cela allait être réciproque car si Riley piétinait de savoir ce que je lui préparais… moi je n’en pouvais plus non plus. Elle ne sait pas à quel point c’est un feu d’artifice dans ma tête et combien j’ai hâte de lui présenter ce que je prépare. Et mon sac à dos ne peut rien lui dévoiler, il se trouve être léger comme une plume... Merci la magie qui me la rendu aussi génial que celui de Marie Poppins ! Plus elle grogne, plus je suis hilare et plus je maintiens le mystère. Dire que cette idée m’avait prise d’un coup, comme une envie de manger du chocolat ou d’aller faire pipi. Et même ma discussion à la fois désagréable et douloureuse avec Connor ne m’avait pas défaite de mon enthousiasme. Mon amie me manquait et entre ses entrainements et nos cours respectifs nous n’avions pas eu l’occasion de passer un réel moment entre filles. Certes nous faisions régulièrement nos travaux ensemble mais c’était différent et Riley se faisait de plus en plus … soucieuse. Je n’avais pas insisté sur le fait qu’elle aille bien ou non, je la sentais un peu réfractaire et je ne m’en suis pas retrouvée vexé. Je savais qu’au moment venu, elle finirait peut-être par venir se confier et elle savait de son côté que j’étais là pour elle, quoi qu’il se passe dans sa vie. Mais en attendant, je lui préparais une belle fin d’après-midi rien que pour elle ! Et quand j’y pense, j’avais quelques petites choses à le lui raconter également…

Mes pensées se tournent directement vers Rina. Mes joues s’empourprent à la fois de timidité mais aussi de satisfaction. J’étais complètement bourrée – et elle aussi d’ailleurs -  mais absolument consciente de ce qu’il s’était passé il y a deux jours et si au réveil je me suis trouvée paniquer en me levant à ses côtés où nous étions nues comme des vers, je me trouvais maintenant plus sereine. Il s’était passé ce qu’il s’était passé non ? Bon, je n’étais pas trop certaine ni sûre de moi, de peur à ce qu’elle en parle à quelqu’un mais si une personne devait le savoir de mon côté ça serait Riley et uniquement elle. Et puis elle-même avait couché avec Gabrieli et tout se passait bien non ? Alors pourquoi  devrais-je m’en faire ? Un sourire aux lèvres, je me remémore les échanges et étreintes… Et je me dis que c’était bien plus génial que ma première fois avec Jayden. Pas que c’était nul hein ! Non au contraire, ça avait été particulier même ! Mais avec Katherine… c’était différent. Rien de sentimentale, juste différent.

Je stoppe mon amie en plein couloir et finis par lui demander si elle avait un maillot de bain …

« Euh … ça se pourrait bien. »

Je la vois clairement buguer et mon sourire ne fait que s’élargir. Je sais qu’en cette seconde même elle doit se poser un milliard de question et imaginer un milliard de chose, surtout lorsque l’on sait à quel point la magie peut nous ouvrir bien des portes sur les possibilités. Je la regarde prendre soudainement une allure de Princesse, avec son regard de biatch et ses airs de femme fatale :

« J’ai mon p’tit bikini qui cache pas grand-chose, ça le fait ? »

Je balance ma hanche de côté, une main dessus  et mon autre main faisant la théière avec mon poignet :

« Nan mais trop quoi ! Plus on voit tes seins plus t’es crédible. Non mais Allo quoi ! »

Et nous éclatons de rire comme des enfants. Parce que niveau maturité, ça volait bas mais tant pis, ça faisait un bien fou. Entre elle et moi c’était si naturel que nous n’avions même pas besoin de jouer un jeu, nous pouvions être nous-même sans peur d’un jugement quelconque et cette liberté me gonflait de bonheur.

« J’vais ranger tout ça et si j’ai bien compris je reviens avec mon maillot, c’est ça ? Une serviette aussi ? Tu m’intrigues là … Enfin bref ! J’arrive ! »

J’acquiesce au rythme de ses mots, toujours ce grand sourire aux lèvres en levant le pousse en signe d’acquiescement. Je la regarde filer vers sa salle commune pour préparer ses affaires. Je réajuste mon sac sur mon épaule. Je refais rapidement l’inventaire : Lunette de Soleil : Ok. Crème : Ok. Serviette : Ok. Appareil photo animé : Ok. Hum… Ah et le reste. Ok aussi. Haha. Et puis pour les oublis si j’en ai fait, il y a toujours ma fidèle amie qu’est ma baguette qui pourra me donner un coup de main. Je jette un œil dehors et je crois que plus le temps passe, plus la météo se dégrade. Je ne suis pas mécontente de mon idée et ça allait clairement nous changer les idées, mais aussi d’air. Je pense Soleil et je pense Rina. Son accent espagnol à faire fondre les cœurs les plus durs et à son rire pouvant ramener la joie aux plus malheureux. Je ne l’ai pas recroisé depuis et je crois qu’il vaut mieux. Je sais que je ne ressens rien pour elle … juste que j’ai eu un véritable coup de cœur pour cette femme.

« Et pas que visiblement… »

Je secoue la tête, un sourire aux lèvres. J’étais gênée mais, j’étais tout aussi en joie. Je crois que nous avais fait du bien à elle et moi, enfin c’était le cas de mon côté en tout cas. Je me sentais plus … détendu. Mais quand même, si j’avais cru qu’un jour je coucherais avec… une prof. Et cette idée me ramène la peur au galop. Nononononon, tu t’étais interdit de paniquer sur cette idée. C’était pas si grave que ça après tout !

J’entends des pas arriver dans ma direction et lorsque je lève la tête, ce n’est pas Riley que je vois mais un grand garçon, blasé au possible, les cheveux en bataille et l’allure du je me fou de tout. Sa tête me dit quelque chose … Je crois que c’est un nouveau arrivé à la rentrée dans la maison des Rouges mais je ne connais pas son nom. Et même si j’avais eu quelques petits échos de son arrogance, on ne pouvait pas nier qu’il avait une sacrée belle gueule. Nos regards se croisent et je lui souris. Il hausse les sourcils, me sourit à son tour mais je vois déjà au fond de son regard cette petite étincelle de prédateur. Je vois… Monsieur est un séducteur. Je le regarde s’éloigner en secouant la tête. Crois-moi, être beau gosse comme toi ne suffit pas.. si t’es aussi con que Connor, tu perds facilement 20 points de séduction !

Et c’est après une bonne poignet de secondes que je la vois enfin débarqué ! Je l’accueille avec le même sourire que tout à l’heure, mon impatience sonnant rapidement l’alarme. Non tu te tais, tu ne dis rien !

« J’te trouve bien guillerette toi ! T’aurais pas des choses à me dire ? Et puis pourquoi tout ce mystère ? Tu vas me rendre folle Keza !
- Mais je rends folle tout le monde Trésor ! Tu le sais bien, c’est mon charme fou qui fais ça ! »

Et je me pavane en balançant de manière exagérer mon derrière avec des mimiques de crétine écervelée. Je ris de nouveau avant de la prendre par la main :

« Allez viens ! On a pas de temps à perdre, plus vite on y sera, mieux ça sera ! Et nooooon ! N’essaie pas, je ne te dirais rien ! Ceci dit… j’ai un tas de chose à te raconter oui, et des choses pas vraiment …Catholique. Mais tout ça, ça sera pour après !»

Je ris de nouveau. Il va de soi que je lui passerais les détails mais l’envie de la mettre au courant me titillait et je sais qu’elle ne me jugera pas… je l’entraine d’un pas enthousiaste jusqu’au septième étage et tout le long du trajet nous faisons les imbéciles, courant comme des folles. J’entraine Riley dans mon euphorie, je sais qu’elle est aussi poussée par la curiosité mais je prends plaisir à la voir ainsi. Je pousse sans faire exprès deux trois personnes en m’excusant de manière confuse. Peu importe ! Rien ne compte, c’est la journée KEUPINE ! Je me remémore le trajet qu’Alec m’avait fait parcourir il y a plusieurs mois déjà et c’est après plusieurs couloirs que je trouve celui que je veux. Je m’arrête net, le souffle court. Regard à droite, à gauche. Personne. PARFAIT !

« Attends-moi ici ! Tu BOUGE pas ! »

La joie au cœur, les étoiles dans les yeux et la banane aux lèvres et ce jusqu’aux oreilles je trotte jusqu’au centre du couloir où je me présente devant le mur. Je ferme fort les yeux et passe trois fois devant tout en prononçant silencieusement : « J’en ai besoin. Pour Riley. Pour nous, pour qu’elle retrouve un semblant de tranquillité. J’en ai vraiment besoin. Maintenant. » Je pense très fort au lieu que je souhaite voir apparaitre grâce à mes souvenirs d’enfance, et tout ça, grâce à la salle sur demande. Même si je savais son emplacement, j’ai tâché de ne pas en abuser bien que plusieurs fois l’envie m’avait rongée le cerveau pour retrouver ce fameux grenier aux odeurs familières. Mais aussi des endroits qui me manquaient tant. Des ambiances. Des odeurs. J’ouvre les yeux et attends face au mur avec une pointe d’angoisse. Si jamais la porte n’apparait pas, toute l’après-midi sera foutue et je crois que la déception sera assassine. Pas après l’espoir que j’avais donné à Riley d’un moment exceptionnel ! Je serre les dents tout en continuant de penser avec force et conviction à l’endroit que je souhaitais et là …

« YEESSS ! »

Danse de la victoire ! Mon cœur hurle de joie et je trépigne d’impatience. Je fais signe à Riley de venir me rejoindre et je la regarde ce précipiter. Je la place face à la porte, n’en pouvant plus d’excitation :

« En faite… derrière cette porte ce cache un studio de Photographie où tu vas y poser nue ! J’ai prévue de te faire faire un calendrier érotique pour Gabrieli en guise de cadeau de Noël… »

:gla:

J’éclate de rire devant sa tête.

« A la place des seins tu auras de la guimauve et en bas… de la guimauve aussi. Tu seras Madame Guimauve que le beau Gabrieli voudra dévorer toute crue… »

Nouveau rire, je me demande quelle tête il ferait s’il se trouvait devant ce genre de calendrier d’ailleurs. Enfin peu importe, déjà avant que Riley n’arrive à faire ça, Gabrieli à le temps de le fabriquer lui-même le calendrier !

« Allez, à partir de maintenant, tu me fais confiance ! Je vais te demander de fermer très fort les yeux et  je vais te guider… A moins que ça ne soit pour te séquestrer et te torturer … »

J’éclate de rire et agite ma main devant ses yeux pour être sûre qu’elle joue bien le jeu :

« Tu triches pas hein ! t’es prête ? »

Je la prends par la main avec délicatesse et la guide toute en douceur vers la porte, veillant à ce qu’elle ne trébuche pas sur une dalle. A la seconde même où j’ouvre le lourd battant de bois, un cri de mouette résonne dans le couloir et un vent doux et chaud vient nous caresser le visage. Mon sourire ne fait que s’élargir et je sens mon cœur s’alléger considérablement, comme s’il venait d’être soulager d’une peine ou d’un poids trop douloureux. Le bien être s’insinue au fur et à mesure que mes pieds foule le sol devenu moue. Je ferme la porte derrière Riley :

« Quitte tes chaussures avant d’ouvrir les yeux. »

Chose que je fais moi-même et un long frisson de bonheur parcoure mon corps entier lorsque je sens le sable chaud s’immiscer entre mes orteils. Le soleil frappait de sa chaleur et de ses rayons sur nos peaux qui accueillir cette source lumineuse avec un bonheur non dissimulé.

« Allez ouvre les yeux ! »

Je la regarde et contemple sa réaction à la fois ahuris, scotché et peut-être émue. Je ne sais pas trop mais les émotions sont là, bien vivantes. Mes yeux se posent face à moi où l’Océan nous offre un horizon infinie. Le bruit des vagues allant et venant résonne comme une douce berceuse agréable et la nostalgie me prend au ventre. C’était ici que nous venions souvent passer des weekend en famille. Je peux revoir le petit corps d’Adam encore tout pataud sur ses deux jambes, entrain de gambader sur le sable. Mais aussi mes parents se tenant la main, hilare, à me regarder chuter tête la première dans l’eau et Adam entrain de courir pour échapper au vague. Partager ce lieu avec Riley ne me gênait pas… elle avait son importance pour moi et la faire fouler ce sable était une énième manière de montrer que j’avais une entière confiance en elle.

Je balaie cet instant un peu douloureux d’un geste avant de me focaliser sur l’environnement. Je sais que malgré l’illusion d’un infini, la salle avait ses limites, mais nous avions largement de quoi faire pour bouger, courir et se baigner. L’odeur saline, iodé et marine venait emplir mes poumons, chose que j’accueillais avec autant de bonheur que le sable.

« Alors… ? Le Soleil s’est fait la malle alors je l’ai ramené rien que pour nous ! »

Sourire aux lèvres, nous verrons l’histoire de ce lieu qui me tiens tant à cœur un peu plus tard, me focalisant sur le bonheur immédiat de mon amie.


Dernière édition par Kezabel E. Hasting le Sam 22 Mar 2014 - 0:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8184
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Raise your glass and enjoy the life girl ! • Riley   Jeu 20 Mar 2014 - 18:27

J’ai du croiser cette fille un nombre incalculable de fois avant de vraiment faire attention à elle et le jour où on s’est réellement rencontré j’étais bien loin de m’imaginer à quel point elle était … folle. Je découvre Kezabel de jour en jour et si au départ c’était bien mal parti entre nous, aujourd’hui je ne me demande absolument pas pourquoi on s’entend si bien. Je ne sais pas vraiment si on s’entraine l’une et l’autre dans notre folie commune mais dès qu’on est ensemble ça fait des étincelles, et ce dans le bon sens du terme naturellement. Aux premiers abords j’aurai pu croire qu’elle était coincée et surtout bloquée sur des préjugés à la con du type les Vert sont tous des gros méchants mais il n’en n’est rien. Si elle l’a pensé pendant une seconde peut être ce jour là ce sentiment s’est vite évaporé. Enfin ne parlons pas de choses qui fâchent et de souvenirs … plus ou moins douloureux. Si j’ai « évité » le sujet avec Matthew mardi soir ça n’est pas pour revenir là-dessus aujourd’hui. Tout ça c’est du passé, un passé pas si lointain qui a laissé des marques mais on doit tous aller de l’avant. Je ne dis pas qu’il faut oublier mais ressasser sans arrêt et remettre ça sur le tapis maintenant n’arrangera rien. Ce qui est fait est fait et je n’ai pas envie de revenir en arrière de quelques manières que ce soit.

Clairement, je préfère me concentrer sur les mimiques de mon amie, sur son sourire et sa joie de vivre qu’elle me communique sans le faire exprès et probablement sans s’en rendre compte. Je n’avais pas trop le moral jusqu’ici, disons la tête un peu ailleurs, mais il suffit de sa présence pour me rebooster de son sourire pour me rendre le mien. Je ne veux désormais penser plus qu’à elle et pas aux autres. Elle a l’air dans un état …  Plus les secondes passent et plus je m’interroge mais je commence à bien la connaitre et même si elle finira par lâcher le morceau tôt ou tard ça ne sera pas sans batailler avant. Alors je la regarde faire la maligne, levant les yeux au ciel pour la forme …

« Mais je rends folle tout le monde Trésor ! Tu le sais bien, c’est mon charme fou qui fais ça ! »
« Mouais … ça et la taille impressionnante de la circonférence de tes chevilles ... »

Et regardez là qui se déhanche de manière exagérée comme une pétasse sur un podium ! Attention, pas de méprise, je n’ai rien contre les mannequins qui défilent hein, chacun son truc, c’est juste une image.

« Wow ! »
« Allez viens ! On a pas de temps à perdre, plus vite on y sera, mieux ça sera ! Et nooooon ! N’essaie pas, je ne te dirais rien ! Ceci dit… j’ai un tas de chose à te raconter oui, et des choses pas vraiment …Catholique. Mais tout ça, ça sera pour après !»
« Anh ! Mais tu peux juste pas me dire ça et me faire poireauter ! C'est pas juste ! J'te déteste ! »

Et la voilà qui m’entraine et surtout me traine avec elle dans les hauteurs du château. Je repense à la Salle de Bain des Préfets et je me dis que c’est surement là qu’elle m’emmène, naturellement j’ai une petite pensée pour Matthew au passage, mais lorsque l’on dépasse le cinquième je comprends que je me suis plantée. Ça n’est qu’arrivée au septième qu’elle s’arrête enfin et après vérification de je ne sais trop quoi elle se tourne vivement vers moi, me faisant ainsi sursauter.

« Attends-moi ici ! Tu BOUGE pas ! »
« Bien chef ! »

Elle s’éloigne en trottinant, je la regarde faire son curieux manège devant … un mur, et là les connexions se font dans ma tête. La Salle sur Demande ! Pourquoi est ce que je n’y ai pas pensé plus tôt ?! Mais c’est tellement évident !

« YEESSS ! »

Nouveau sursaut de ma part mais quand elle me fait signe de la rejoindre je ne me fais pas prier et me plante ainsi devant la fameuse porte alors que placée derrière moi elle m’attrape par les épaules.

« En faite… derrière cette porte ce cache un studio de Photographie où tu vas y poser nue ! J’ai prévue de te faire faire un calendrier érotique pour Gabrieli en guise de cadeau de Noël… »

Je me retourne, hausse un sourcil en la regardant genre « what the fuck » et cette grognasse éclate de rire. Non mais t’as fini de te payer ma tête vile personne ! Si au moins elle s’arrêtait là … mais ça ne serait pas Kezabel si c’était le cas car sous ses airs innocents elle cache bien son jeu croyez moi.

« A la place des seins tu auras de la guimauve et en bas… de la guimauve aussi. Tu seras Madame Guimauve que le beau Gabrieli voudra dévorer toute crue… »
« T'es une grande malade Keza, ça va pas bien dans ta tête j'te jure. »

Et elle se marre encore, moi je fini par hausser les épaules en arborant un air détaché et un sourire en coin.

« Ceci dit il est plutôt doué avec sa langue alors pourquoi pas. »

Ben quoi ? J’y peux rien si c’est vrai ! :gla: Il n’empêche que ce qu’il s’est passé à Glasgow reste à Glasgow et là-dessus on est d’accord tous les deux. On est potes, amis même, et il n’y aura plus jamais rien d’autre entre nous. Point.

« Allez, à partir de maintenant, tu me fais confiance ! Je vais te demander de fermer très fort les yeux et je vais te guider… A moins que ça ne soit pour te séquestrer et te torturer … »
« T'as raison ! Ça m'encourage vachement à te faire confiance ! Fais moi mal !!! »

Néanmoins je m’exécute en me dandinant d’impatience alors qu’un léger courant d’air devant mon visage me fait reculer et ainsi la percuter.

« Tu triches pas hein ! t’es prête ? »
« Non. Oui. Peut être. »

Mais t’as fini de me torturer oui ?! Là-dessus elle m’attrape la main, je la laisse faire en lui accordant toute ma confiance et quand je l’entends actionner le loquet de la porte …

« Je rêve où je viens d’entendre une mouette là … ? »

Qu’est ce que t’as fait Kezabel Hastings ?! Je veux voir ! Je veux savoir !!! Et j’te préviens que si un piaf se lâche sur ma crinière tu vas morfler …

« Quitte tes chaussures avant d’ouvrir les yeux. »

Je m’exécute, tant bien que mal, parce que ça n’est pas vraiment simple de faire quoi que ce soit les yeux fermés quand on y pense, et quand mes pieds nus se posent sur la surface j’ai un instant de bug total … Du sable, c’est du sable sous mes pieds, et je reste complètement conne la bouche entrouverte, hallucinée par cette texture tellement agréable, douce, et chaude.

« Allez ouvre les yeux ! »

Encore une fois j’obéis sagement et c’est instantané, dès que je me rends compte du décor qui nous entoure ma main vient se plaquer sur ma bouche et mes yeux restent grand écarquillés. C’est … absolument magnifique. L’océan, le soleil, le sable … La Magie est responsable de bien des horreurs mais elle capable de faire tellement de belles choses … J’en ai presque le souffle coupé et la larme à l’œil tellement ce qui se trouve devant moi est fabuleux. Bien sur nous ne sommes pas vraiment au bord de la mer, tout ceci n’est qu’illusion ou presque même si les sensations sont bien là mais en se concentrant on peut voir les contours de la pièce. Oui c’est une pièce, une salle, une sale remplie de sable, de soleil et d’eau. D’ailleurs je me demande où est la mouette que j’ai entendu mais lorsqu’un nouveau cri me parvient je comprends que c’est une illusion ça aussi. L’impression de profondeur est bien réelle, elle.

« Alors… ? Le Soleil s’est fait la malle alors je l’ai ramené rien que pour nous ! »

Je fais un pas, laisse glisser le sable entre mes orteils et joue avec comme une gamine qui découvre, comme si c’était la première fois que je me retrouvais sur une plage. Une brise légère sortie de nulle part secoue mes cheveux et mes yeux sont inexorablement attiré par l’eau qui va et vient juste devant nous.

« Wow, c'est … »

Mes yeux se plantent enfin dans les siens, probablement légèrement humide.

« J'ai pas de mot en fait. »

Un sourire timide, je me prends la tête entre les mains avant de me jeter à son cou et de la serrer fort contre moi, pas décidée à la lâcher de si tôt.

« C'est génial Keza. T'es géniale. Merci. »

Ça n’est qu’au bout d’une minute que je lui rends sa liberté, peut être deux, tant sa présence physique me fait du bien. Des bras doux et tendres, une présence rassurante et réconfortante, exactement ce dont j’ai besoin à l’heure actuelle et je m’en rends compte. Elle chasse toutes les ondes négatives qui gambergent en moi ces derniers temps, elle balaie les visages qui me font perdre mon sourire et penser sans doute un peu trop. Je fais trois pas en arrière et … saute en l’air de toutes mes forces avant de me laisser tomber dans le sable et de m’y rouler comme une folle puis quand je me relève je quitte mes vêtements, les laisse n’importe où et coure directement dans l’eau. Je me sens bien, vraiment bien, et ça fait … tellement de bien. On chahute un peu comme deux gamines et puis au bout d’un moment, à bout de souffle, je vais m’écrouler sur ma serviette, secouée par un rire qui ne semble pas vouloir me lâcher avant de m’étendre sur le dos et de fermer les yeux quelques minutes. Le calme plat … jusqu’à ce que je me redresse sur mes coudes et me tourne vers en pointant mon index vers elle dans un geste vif.

« Enfin crois pas que tu vas réussir à détourner mon attention comme ça ! Crache le morceau vilaine fille, je veux TOUT savoir ! T’as fait quoi et avec qui ? Où ça ? Quand ça ?! Et comment ? »

T’as bien compris, je veux les moindre détails ma coquine !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2275
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Raise your glass and enjoy the life girl ! • Riley   Dim 23 Mar 2014 - 11:49

Raise your glass and enjoy the life girl ! • Samedi 11 Octobre
Riley et Kezabel


Les rayons du Soleil illusoire se reflétaient sur l’Océan, donnant ainsi l’impression d’avoir face à nous une rivière de diamant. Le spectacle était d’une beauté sans nom et si pour d’autre ça n’était que de l’eau salé et du sable, pour moi c’était une perle de la nature. Je sais que si nous insistions bien du regard sur le décor, nous pourrions voir les délimitations de la salle mais si nous nous prêtions au jeu, nous pourrions nous croire en dehors de Poudlard tant l’illusion était parfaite. L’odeur, le vent, la chaleur, les cris de mouettes, le bruit des vagues, la douceur du sable et celle de l’eau… tout était réunit pour construire un environnement plaisant, magique et de bien être. Cet endroit était identique à mon souvenir et je n’étais pas mécontente d’en refouler les terres d’une certaine manière. Je ferme les yeux quelques secondes, laissant Riley profiter de tout ça… Riley qui n’en revenait pas, main devant sa bouche, contemplant le spectacle avec un million d’étoiles dans les yeux.

J’aurai pu dire que je regrettais de ne pas l’avoir connu plus tôt mais à bien y réfléchir peut-être que notre relation n’aurait pas été ainsi si ça avait été le cas. La vie avait décidée de nous réunir lors d’une punition abjecte et elle avait bien fait et ce, même si bêtement j’avais jaugée Riley d’un air mauvais. Jaugée et jugée. Ca n’avait pas durer bien longtemps et même si c’était plus dû à une fatigue et pression intense, ça n’était pas une excuse. Mais lorsque nous avions pris le temps de nous parler et de nous connaître… ce fut un véritable coup de foudre amicale. Elle était ce petit rayon de soleil hyperactif qui entrait d’une bourrasque dans votre vie pour y mettre une chaleur vivante et enjouée. Elle avait repeint mes plus sombres tableaux avec ces sourires, sa folie et ses nombreuses conneries que je n’ai pas hésités à partager avec la mienne. J’étais à la base quelqu’un de réservé, calme et presque timide… Mais une fois que l’on me mettait dans la même pièce que Riley, c’était finit. Elle révélait ce que j’avais de meilleur en moi mais aussi ce que j’avais de plus… fou ! J’étais naturelle, tout simplement. Sans artifice, sans peur d’être jugé, je pouvais juste être moi même en paix.

« Wow, c'est … »

Mon sourire est large et heureux et lorsque j’aperçois ses yeux humides qui s’ancrent dans les miens, je sens une vague d’émotion me saisir.

« J’ai pas de mot en faite.
- Alors ne dis rien et profites. Tu l’as bien méritée. »

Je lui rends son sourire. Un sourire convaincue et convaincant. Elle se prend la tête entre ses mains et sans que je ne le vois venir, elle se jette à mon cou, me serrant fort contre elle :

« WooOh ! »

Je ris d’un bonheur pur et spontané. J’enroule mes bras autour d’elle et lorsque je constate que cette étreinte n’était pas pour être brève, je la garde doucement contre moi, glissant une main dans ses cheveux tout en appréciant sa présence qui m’avait tant manqué, mais aussi en lui offrant tout ce dont allait besoin dans ce câlin dont elle avait visiblement besoin. Elle pouvait compter sur moi et elle le savait. Si parfois les mots étaient libérateurs, d’autres moments comme celui-ci suffisait pour alléger bien des souffrances. J’étais peut-être égoïste mais retrouver mon amie rien que pour moi faisait un bien fou et de voir que cela était visiblement réciproque ne faisait que parfaire l’instant. Surtout si cela pouvait lui permettre d’aller mieux !

« C'est génial Keza. T'es géniale. Merci.
- Je suis géniale avec quelqu’un de géniale. Rien de plus. »

L’étreinte dure et je ne la brise pas, la laissant puiser tout le bien être dont elle avait besoin. Elle finit par se détachée, fait trois pas en arrière et là… Ma meilleure amie perd 10 ans en une seconde de temps. Elle saute en l’air avec toute la force de vivre qu’elle possède et se roule dans le sable. J’éclate de rire face à temps de bonheur exprimé. Je crois que c’est inutile de lui demander si ce petit cadeau improvisé lui convient. Bon, les émotions s’est cool … mais là … Je quitte à mon tour mes vêtements pour me retrouver en maillot de bain et là :

« BANZAIIIIIIIIII !! »

On est dans une salle où PERSONNE ne nous trouvera alors permettez moi de me lâcher un peu ! Je cours direction la mer où je trébuche lamentablement sous les rires et moqueries de Riley que j’accueille avec une exclamation de joie. Plus rien n’existe. Le monde ne se résume qu’à cette salle remplie d’eau et de sable doux avec pour unique survivante : Riley et moi. Les problèmes ont foutu le camp à la seconde même où nous avions franchis cette porte et je crois que ça fait un moment que je ne m’étais pas sentis si bien ! Nous chahutons comme deux enfants, se jetant de l’eau à la figure, se jetant dessus comme des folles, on se laisse porter par les vagues dans des rires qui résonnent en écho et ce jusqu’à ne plus avoir de souffle. Je viens me jeter sur le dos sur ma serviette, cherchant mon souffle entre deux rires. La vie était belle et cette fois RIEN ne pouvait changer ça ! Apaisée, je ferme les yeux et profites de cette chaleur sur ma peau, sentant un vague sommeil venir m’emporter …

« Enfin crois pas que tu vas réussir à détourner mon attention comme ça ! Crache le morceau vilaine fille, je veux TOUT savoir ! T’as fait quoi et avec qui ? Où ça ? Quand ça ?! Et comment ? »

Je sursaute comme une dingue en agitant les membres et en jetant du sable partout. Qué ?? Je la regarde me pointer de son index, les yeux plissés de curiosité et j’éclate de rire. Croyez moi, cette fille ne perd jamais le nord ! Je me redresse sur mes coudes… tout en me remémorant ce que je devais lui raconter. Cette folle aventure qui m’a couté de nombreuses blessures de guerre … mais aussi de sacrées courbatures le lendemain que je sens encore dans les jambes et ailleurs. Si on m’avait dit qu’un jour je ferais ça… je crois que j’aurai ris avec moquerie.
Je la regarde en pinçant les lèvres…

« Disons que si Mr Gabrieli est doué avec sa langue … dis toi que je lui fais apparemment fière concurrence. »

:gla:

« Il s’est passé ça… » je lui montre du doigts la marque de morsure que je possède entre le cou et la clavicule, un sourire timide aux lèvres. « Et… ça ! » Je lui tourne le dos et montre du pouce les marques de griffures qui ornent ma peau, qui commencent tout juste à cicatriser… « Et non, je ne me suis pas battue avec Grizzly mais disons que j’ai fais… la guerre civile Espagnole et que j’ai affrontée au corps à corps une femme de caractère. »

Okay…et ? J’avais déjà dis à Riley que je n’avais pas de préférences définies. Hommes ou femmes, je laissais faire le feeling désormais, ne me posant plus de question et je ne pouvais pas cacher que de voir mon amie y accorder si peu d’importance me soulageait ! Même si au final, je faisais ce que bon me semblait, mais je sais que certaines personnes étaient si étroites d’esprit que si ça avait été quelqu’un d’autre à la place de Riley, j’aurai pu perdre une amie juste pour ce genre de détail.

« En faite, c’était il y a deux jours… j’ai fais un tour dans la salle commune des Rouges et j’sais même plus comment j’en suis arrivée là mais on a bu – et ne me demande pas qui est le « on » je ne m’en souviens même plus - et un peu trop même. Bref, j’étais saoule, j’ai même tentée d’appeler un nuage je crois… »

Il me semble me revoir, tangué dans le couloir en essayant de claquer des doigts pour qu’il vienne à moi et j’en ris encore tant j’avais du être ridicule.

« Du coup, vu que ce nuage vraiment pas serviable ne venait pas, j’ai voulu rentrer comme une grande à ma salle commune. Et j’ai croisée.... » J’attrape une petite touffe d’herbe sèche entre mes doigts, timidement. « … Mlle Caldéron Llanos, la prof de médecine simplifiée. »

Et là, inutile que j’en dise plus pour que Riley comprenne que la coupable de mes « blessures » sauvages c’était elle. Je me mords la lèvre, d’un air faussement coupable.

« Et on a discuté de médecine, je lui ai demandée de me montrer les gestes de premiers secours… me regarde pas comme ça, c’est vrai en plus ! Elle était aussi saoule que moi et elle m’a montrée le massage cardiaque en plein couloir. Après, tu te doutes bien que l’histoire du bouche à bouche s’est transformé en un échange linguistique très appréciable »

Ah ça oui… Il m’envoi encore du rêve rien qu’en y repensant !

« Et le pire c’est qu’en plus ça c’est fait genre … Normal ! Ca n’a gênée personne. En même temps, on était tellement sous l'emprise de l'alcool qu’il m’aurait manqué des dents que Rina n’aurait rien remarqué ! Enfin bon, j’ai voulu me relever et là le monde s’est mit à tourner un peu trop vite et même si ça aurait pu passer pour une technique de drague foireuse, j’ai dis que j’me sentais pas trop bien et elle a finit par me ramener dans sa chambre. »

Et là, tu ne peux rien me dire parce que moi c’est pas dans une chambre d’hôtel que je l’ai suivis !!

« Et là… je ne sais pas ce qu’il m’a prit mais j’ai … Roh bon sang quand j’y repense, j’devais vraiment avoir un taux d’alcoolémie assez conséquent pour faire ça ! J’ai pas réfléchis et je suis venu réclamer un autre « bouche à bouche » en la plaquant au mur et en l’embrassant. Chose à laquelle elle a répondu de manière très… directe et claire et là, de fil en aiguille et après avoir lutté contre le bureau, la porte et je ne sais quelles autres surface de sa chambre, ça s’est terminé sous les draps …et PAF, ça fait de chocapics... et de sacrés chocapics d’ailleurs. »

Je me passe une main dans les cheveux en riant mais surtout en me remémorant la sauvagerie que m’avait offerte Rina. Ma première expérience avec Jayden avait été vraiment plaisante, mais avec Katherine, tout avait été différent. Moi qui étais habituellement si timide et réservée, je me suis vue naitre en une autre femme plus affranchie, libre et expressive. Enfin… question expressivité je crois que Rina a battu tous les records. A la seconde même où je suis venu réclamer une nouvelle démonstration du bouche à bouche en la plaquant au mur, je ne me suis pas doutée que j’avais réveillé en elle un véritable torrent de désir. Je me suis vu pousser contre tout et n’importe quoi, répliquant moi même de la même manière, brisant des vases et autres objets sur notre passage mais ni l’une ni l’autre n’y avons fait attention. Je pivotes mes hanches et m’assoit en ramenant mes genoux contre moi, les yeux perdus vers l’océan.

« Je crois que je n’ai jamais vécu un truc si… sauvage. » Le rouge me monte aux joues car même si avec Riley je n’avais aucuns secrets, la timidité et la pudeur étaient quand même au rendez-vous. « Elle n’est pas espagnole pour rien et je crois qu’elle m’a fait faire du sport pour les dix prochaines années à venir ! J’te jure que j’ai jamais eu autant de courbature de ma vie… ! Mais bon, apparemment j’me suis bien débrouillée. »



« Voilà voilààààà ! » Je lui offre un grand sourire amusé et ris de nouveau, toujours ce petit air gêné en me balançant légèrement d'avant en arrière. « Bon, le lendemain, moi et ma gueule de bois étions paniqué de voir ce que nous avions fait … mais au final, je ne regrette pas. Il s’est passé ce qu’il s’est passé et c’était cool… » Quelques secondes de silence planent. « Non, en faite c’était méga génial ! » Nouveaux rires et je la laisse me taquiner à foison comme moi je ne m’étais pas gênée lorsqu’elle m’avait annoncée pour Gabrieli ! Décidément, nous n’étions pas amies pour rien.

« Et toi alors, raconte ? Tu as fais de nouvelles victimes de ton sourire ravageur ou est-ce que tu t’es mise à porter la ceinture de chasteté avec une barrière électrique ? »

Grand air innocent… N’allez pas croire, elle et moi n’étions pas le genre de fille facile, loin de là et quand j’y repense, il était rare à ce que nous nous laissions porter par le désir pour une soirée. Et quand j’y repense, tout s’était fait de manière non calculé, pour Riley, comme pour moi. Elle m’avait parlé de Derek le mois dernier, chose que je n’ai pas du tout jugée même si je restais persuadée que Riley méritait mieux et ce, même pour un coup d’un soir mais après tout, elle n’était pas une enfant et savait parfaitement ce qu’elle faisait, je n’avais pas mon mot à dire là dessus, sauf si elle désirait ma présence, mon avis et mon soutient, ca va de soi. Et pendant qu’elle me conte son histoire, j’attrape mon sac à dos, l’ouvre et y plonge mon bras entier – Oui, merci la magie encore une fois- pour y sortir deux bouteilles d’alcool, avec un grand sourire aux lèvres.

« Quoi ? On fête notre « retrouvailles » sur une plage alors autant faire ça bien ! Et puis peut-être que je pourrais te raconter d’autres détails croustillants sous l’emprise de l’alcool ! »

Et sans verres je vous pris, sinon ça serait pas un vrai moment à l’arrache et puis t’façon ça sert à rien les verres, considérons la bouteille comme un verre géant !

« A la tienne Etienne ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8184
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Raise your glass and enjoy the life girl ! • Riley   Jeu 27 Mar 2014 - 21:59

Que demandez de plus ? Le soleil, la plage, la mer, et ma meilleure amie. Le cocktail idéal pour faire disparaitre cette mine un peu sombre et boudeuse que j’ai l’impression d’afficher un peu trop ces derniers jours même si ça n’est pas en permanence. L’autre soir avec Matthew elle n’était pas là cette mine sombre ! Enfin si, elle l’a été aussi, mais pas pour les mêmes raisons. Riley, tu fais chier. La vie est belle, les oiseaux chantent, et c’est pas ton genre de te laisser avoir par ce genre de trucs qui plombent le moral. Toi tu souris, tu ris, tu profites de la vie à 100% sans trop te poser de questions ! Tu te dis que c’est pas grave, que c’est comme ça et tu vas de l’avant. J’ai déjà traversé une mauvaise passe en début d’année – civile, pas scolaire – et j’ai pas franchement envie de replonger là dedans alors je me raccroche aux trucs qui vont bien, qui me permettent de ne pas penser au reste. Ça passe par les cours, les devoirs, l’occupation physique avec un peu de sport et le Quidditch bien sur même si entrer sur le terrain et grimper sur mon balai me rappelle encore un peu la défaite de la semaine dernière, Monkey même s’il ne sert pas à grand-chose, et puis bien sur les amis et la famille. Je pense à mon Père en essayant de ne pas trop m’inquiéter, je pense à ma Mère et à son nouveau  Prince Charmant, je pense à Charleen que je suis heureuse d’avoir finalement accueilli dans ma vie, je pense à Lukas, à Jamie même si on se croise un peu moins maintenant qu’il est avec Kevin, à Matthew, à Rafael et Doryan aussi un peu, et puis surtout je pense à Kezabel.

Kezabel qui est là, qui m'a trainé là, et qui m'offre cette incroyable surprise rien que pour moi. Pour moi et pour elle. Pour nous. On ne se connait peut être pas depuis très longtemps mais entre nous c'est un coup de foudre amical, c'est une certitude. Elle me connait sans doute maintenant mieux que certaines personnes que je côtoie depuis des années et ça veut dire beaucoup. Avec elle je me sens bien, en confiance, et si elle en sait autant sur moi c'est parce que je me sens suffisamment à l'aise avec elle pour m'ouvrir à ce point. Je pense que c'est réciproque et ce qu'il y a de mieux dans tout ça c'est qu'entre nous tout est naturel. Alors voilà, après avoir fait les folles le temps de se vider la tête on en est là, allongée chacune sur notre serviette, et ma curiosité à son paroxysme. Qu'est ce que tu me caches vilaine fille ? Dis moi tout ! Et c'est pas la peine de faire semblant de sursauter comme tu viens de le faire dans l'espoir de détourner mon attention ! Même si je vois bien que tu n'as pas fait semblant mais là n'est pas la question.

« Disons que si Mr Gabrieli est doué avec sa langue … dis toi que je lui fais apparemment fière concurrence. »
« Anh ! »
« Il s’est passé ça… »

J'hallucine.

« Et… ça ! »

Encore un peu plus.

« Et non, je ne me suis pas battue avec Grizzly mais disons que j’ai fais… la guerre civile Espagnole et que j’ai affrontée au corps à corps une femme de caractère. »

Grizzly. Espagne. Femme. Morsure. Griffure. Affrontement. J'en reste bouche bée. L'autre jour elle me parlait de son escapade avec Jayden, chose qui m'a un peu surprise au début non pas parce qu'il s'agit d'une fille mais simplement parce que … On va dire que j'ai tendance à voir Kezabel comme une petite fleur douce et sensible et … Cette vision s'est carrément effrité et je sais pas pourquoi mais je me dis qu'elle va encore en prendre un coup d'ici quelques secondes. Le visage figé dans un rictus de … Stupeur ? Je ne sais même pas comment exprimer ça en fait, j'attends la suite en me redressant. La coquine a donc pratiquer un sport extrême avec une femme de caractère, mais qui ?! Le fait qu'elle soit tout aussi bien branché mecs que filles n'est absolument pas un soucis pour moi, ne l'a jamais été et ne le sera jamais. J'en ai strictement rien à carrer et pour moi même avoir déjà embrassé des filles – sans pour autant être spécialement intéressée pour aller plus loin – je peux comprendre l'attrait. Bref, j'veux tout savoir ! Et me voilà assise en tailleur en face d'elle, laissant mes yeux glisser un instant sur ses fameuses blessures de guerre, légèrement impressionnée je dois bien le dire. Messieurs, vous pouvez aller vous rhabiller !

« En faite, c’était il y a deux jours… j’ai fais un tour dans la salle commune des Rouges et j’sais même plus comment j’en suis arrivée là mais on a bu – et ne me demande pas qui est le « on » je ne m’en souviens même plus - et un peu trop même. Bref, j’étais saoule, j’ai même tentée d’appeler un nuage je crois… »

J'éclate de rire. Un nuage, t'es sérieuse là ? Je l'imagine entrain de tanguer dans un recoin de la Salle Commune des Rouges, appelant ce fameux nuage tout en pensant sérieusement qu'il va venir et je me marre encore plus.

« Du coup, vu que ce nuage vraiment pas serviable ne venait pas, j’ai voulu rentrer comme une grande à ma salle commune. Et j’ai croisée.... »

Ai-je déjà mentionné le fait que … je déteste le suspense ?!

« … Mlle Caldéron Llanos, la prof de médecine simplifiée. »
« Oh … T'es pas sérieuse ?! »

L'Espagnole, tout s'explique ! Et moi j'ai la main devant la bouche, soufflée par cet info.

« Et on a discuté de médecine, je lui ai demandée de me montrer les gestes de premiers secours… me regarde pas comme ça, c’est vrai en plus ! Elle était aussi saoule que moi et elle m’a montrée le massage cardiaque en plein couloir. Après, tu te doutes bien que l’histoire du bouche à bouche s’est transformé en un échange linguistique très appréciable »
« Les gestes de premiers secours … tu m'étonnes ... »
« Et le pire c’est qu’en plus ça c’est fait genre … Normal ! Ça n’a gênée personne. En même temps, on était tellement sous l'emprise de l'alcool qu’il m’aurait manqué des dents que Rina n’aurait rien remarqué ! Enfin bon, j’ai voulu me relever et là le monde s’est mit à tourner un peu trop vite et même si ça aurait pu passer pour une technique de drague foireuse, j’ai dis que j’me sentais pas trop bien et elle a finit par me ramener dans sa chambre. »
« Ben voyons ! »
« Et là… je ne sais pas ce qu’il m’a prit mais j’ai … Roh bon sang quand j’y repense, j’devais vraiment avoir un taux d’alcoolémie assez conséquent pour faire ça ! J’ai pas réfléchis et je suis venu réclamer un autre « bouche à bouche » en la plaquant au mur et en l’embrassant. Chose à laquelle elle a répondu de manière très… directe et claire et là, de fil en aiguille et après avoir lutté contre le bureau, la porte et je ne sais quelles autres surface de sa chambre, ça s’est terminé sous les draps …et PAF, ça fait de chocapics... et de sacrés chocapics d’ailleurs. »

Elle s'est tapé l'infirmière … Bordel de merde elle s'est tapé l'infirmière !

« Je crois que je n’ai jamais vécu un truc si… sauvage. Elle n’est pas espagnole pour rien et je crois qu’elle m’a fait faire du sport pour les dix prochaines années à venir ! J’te jure que j’ai jamais eu autant de courbature de ma vie… ! Mais bon, apparemment j’me suis bien débrouillée. »

Ok, je l'admets, je viens d'avoir une petite grimace. Pas parce que ça me dégoûte mais c'est ma meilleure pote et l'imaginer … comme ça … ouais ça coince un peu mais c'est pas méchant. Je voulais des détails je les ai eu, j'vais pas m'plaindre maitenant quand même.

« Voilà voilààààà ! »

C'est ça, fait ton innocente là !

« Bon, le lendemain, moi et ma gueule de bois étions paniqué de voir ce que nous avions fait … mais au final, je ne regrette pas. Il s’est passé ce qu’il s’est passé et c’était cool… »
« Genre … Fais ta blasée ! »
« Non, en faite c’était méga génial ! »
« Tu m'étonnes. Coquine ! Non, chaudasse ! »
« Et toi alors, raconte ? Tu as fais de nouvelles victimes de ton sourire ravageur ou est-ce que tu t’es mise à porter la ceinture de chasteté avec une barrière électrique ? »
« Bof, tu sais … Rien d’important ou de comparable à ton histoire là en tout cas ! »

Je hausse les épaules et élude le sujet rapidement, avec un peu de chance – perdue dans ses souvenirs de cette folle expérience – elle ne s'en rendra pas compte. Ça n'est pas un manque de confiance, jamais de la vie, je n'ai juste pas envie de plomber l'ambiance et l'euphorie ambiante donc je préfère me concentrer sur son histoire, sur elle.

« Kezabel Hastings, je suis … j’hésite entre être outrée ou épatée là en fait, j’sais pas trop … »

Bien sur que je plaisante même si je suis un peu choquée quand même, mais dans le bon sens bien sur.

« Tu te rends compte que t'as probablement réalisé le fantasme de la moitié des gars de ce bahut ? Et puis l'infirmière … mais c'est d'un cliché ! C'est génial ! »

Nouvel éclat de rire de ma part alors que mes mains vont se perdre dans mes cheveux et que je frôle l'hystérie. Dans le bon sens du terme naturellement.

« Mais quelle sauvage ! Tu caches bien ton jeu, j’en reviens pas ! Jayden d’abord et maintenant Rina ? T’es pas croyable ! »

Et dans tout ça je suis contente pour elle parce qu'elle a l'air complètement épanouie en cet instant. Pas qu'elle ne l'était pas avant mais là elle rayonne carrément et c'est agréable à ressentir. Nouveau bug quand elle ressort deux bouteilles d'alcool de son sac et là j'hallucine.

« Quoi ? On fête notre « retrouvailles » sur une plage alors autant faire ça bien ! Et puis peut-être que je pourrais te raconter d’autres détails croustillants sous l’emprise de l’alcool ! »

J'en attrape une par réflexe et la regarde en me demandant depuis combien de temps je n'ai pas bu. A vrai dire je ne m'en souviens même plus … ça remonte à assez loin mais si ça ne me manquait pas je me dis … pourquoi pas ?!

« A la tienne Etienne ! »
« De l’alcool maintenant, ben bravo ! J’vais dire à Adam que sa sœur tourne mal. »

Grand sourire ultra bright de ma part.

« Et après on se mariera tous les deux ! »

Ah ah !

« Donne moi ça, il fait soif. Quand il fait chaud comme ça il faut penser à s’hydrater ! »

J'attrape donc la bouteille, trinque dans la sienne et fait mine de ne pas entendre alors qu'elle réagit à ma provocation impliquant son petit frère. Première gorgée.

« Alors dis moi, vous allez remettre ça ? Ou genre ça va devenir ton amante secrète, un truc dans le genre ? »

Deuxième gorgée. Puis sa p'tite sœur, la grand mère, la tante, l'arrière nièce de la Reine d'Angleterre, etc ...

« J’ai encore craqué Keza … »

Comme ça, de but en blanc et en baissant les yeux comme une gamine prise en flagrant délit d'une belle connerie.

« Avec Derek … »

Grimace de ma part, un instant je regarde le faux océan qui se tient tranquille non loin de nous avant de lâcher un soupir. L'alcool délie les langues mais il pourrit l'ambiance.

« Et … Je pensais que ça me ferait rien mais … Voir Cameron avec Megan ça m’affecte quand même un peu et c’est surtout que je suis déçue, et triste, et en colère qu’il m’est éjecté de sa vie aussi facilement. On était amis et aujourd’hui y a plus rien. Encore un. »

Dans un geste plein de sarcasme et surtout de cynisme je lève la bouteille en l'air comme pour porter un toast avant d'en prendre une nouvelle gorgée.

« J’me sens pitoyable et j’suis hyper en boule contre moi-même d’avoir laissé des mecs influer autant sur mon état d’esprit. J’les déteste. Tous. C’est tous les mêmes ! »

...

« Non c’est pas vrai, Lukas n’est pas comme ça. Raf non plus d’ailleurs. Et Jamie non plus, et … On s’en fout. J’devrais peut être me mettre aux filles moi aussi tiens. Non en fait je devrais rester toute seule et tranquille. J’ai besoin de personne. Vive les copines ! Y a que ça de vrai ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2275
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Raise your glass and enjoy the life girl ! • Riley   Dim 6 Avr 2014 - 20:08

Le mouvement des vagues sur la plage est apaisant, l’air iodé est vivifiant. Et même si tout n’est qu’illusion, le soleil qui emplit la pièce nous réchauffe doucement la peau, provoquant des frissons de plaisir de mon côté, appréciant plus que jamais cette sensation de chaleur qui remonte le long de ma colonne vertébrale. Nous étions comme dans une bulle hors du temps, hors du monde. Je m’attendrais presque à y trouver une petite fenêtre sous mes pieds pour y voir la Terre vue d’en haut. Riley avait de nouveau ce sourire qui lui réussissait tant, mais aussi cette petite étincelle dans les yeux qui lui donnaient ce petit air mutin. Je lui expliquais ma mésaventure avec Rina qui avait été sauvage, passionnée et sensationnelle. Je riais de voir mon amie réagir face à mes dires que j’agrémentais de quelques détails sans pour autant en dire trop. L’intime reste l’intime et je ne pense pas que cela intéresserait Riley à ce que je lui raconte… les moindres détails. Je crois que de toute manière j’aurai bien été incapable de le faire car même si je me souvenais de ce que j’avais fais, l’alcool avait rendu les contours de mes souvenirs, flous, brumeux. Les détails s’étaient quelque peu évaporés. Je glisse mes doigts dans le sable et j’ai la sensation de traverser un morceau de soie chaud. Il était doux et fin, comme dans mon souvenir.

J’étais comblée de voir que ma surprise avait fonctionnée et qu’elle redonnait du baume au cœur à Riley, l’aidant peut-être à évacuer d’une certaine manière les tracas qu’une vie quotidienne peu causer. Depuis le départ des Supérieurs tout était devenu d’un calme étrange. Pas que j’en étais pas contente, bien au contraire. Mais quand nous étions habitués à vivre dans une ambiance comme celle que nous avons connu durant deux ans, il était parfois encore bizarre de ne rencontrer aucun danger au détour d’un couleur, ni de se promener la boule au ventre avec une épée au dessus de la tête, nous murmurant chaque seconde qu’à tout moment, elle pouvait venir nous fendre en deux de terreur et de douleur. Nous nous y faisions un peu plus chaque jour et ça n’était pas plus mal. Mais là n’était pas la question ! Non, le plus important c’était Riley et ce moment que nous passions toute les deux. Privilégié, énergisant. Nous avions les cheveux en bataille, du sable plein les pieds et les jambes et je crois que je ne m’étais pas sentie aussi bien et libre depuis plusieurs jours, voir semaines. C’est même avec le cœur battant d’excitation que je lui ai donc raconté tout ça. Ma beuverie improvisée, mes cours de médecin … improvisée aussi, mais également mon corps rejoignant la couche de notre infirmière… Riley avait raison : C’était d’un cliché ! Mais un cliché salvateur et bien agréable. J’étais là, les joues rougies et les mots s’échappant de mes lèvres comme des morceaux de folies pour venir tout raconter. J’accueille les railleries de Riley avec des rires éclatants, ramenant une mèche de cheveux derrière mon oreille. Je pouvais tout lui dire, lui raconter, je sais que jamais je ne serais jugée ou quoi que ce soit. Tout était naturel entre nous et ce, malgré le fait que nous ne nous connaissions depuis peu. Elle était désormais dans mon cœur et je comptais bien à ce qu’elle y reste !

J’ai finis par lui tendre les bouteilles d’alcool que j’avais dissimulé dans mon sac… Quoi ? Eh ! C’est jour de fête hein ! Je sais que j’ai toujours été de nature douce et calme, mais un peu de folie ne fait pas de mal parfois.

« De l’alcool maintenant, ben bravo ! J’vais dire à Adam que sa sœur tourne mal. »

Je fronce les sourcils en tordant ma bouche d’une moue boudeuse. Ah non ! Pas Adam, j’ai une image à tenir ! Je fais face à son sourire qui s’étend jusqu’à ses oreilles…

« Et après on se mariera tous les deux ! »

Votre correspondant est actuellement entrain de décédé.

« Donne moi ça, il fait soif. Quand il fait chaud comme ça il faut penser à s’hydrater !
- Eh eh attends ! Tu touche pas à Adam c’est encore un bébé ! T’imagines, tu deviendrais ma belle sœur ? Je vais être obligée de te voir à chaque repas de famille et tu vas raconter tout pleins de trucs sur moi, tu vas raconter pleins de bêtises et dire je bois juste pour appeler des nuages et devenir leur copine… Nononononon ! J’ai une image à tenir ! »

J’agite l’index d’un air faussement réprobateur, un demi-sourire aux lèvres. Riley en tant que belle sœur ? L’idée n’était pas déplaisante mais … Adam casé avec une fille, quelle qu’elle soit me fait bizarre. C’est encore mon petit frère, mon bébé. Je sais qu’il grandit, qu’il est presque un homme et qu’il faut qu’il fasse sa vie. Hors de question que je sois l’image d’une sœur envahissante mais je m’inquiétais pour lui et ce, au-delà de son handicap.

Je débouche ma bouteille, trinque à la notre et ingurgite une première gorgée. Je grimace, fermant un œil. La vache… ça arrache ce truc.

« Alors dis moi, vous allez remettre ça ? Ou genre ça va devenir ton amante secrète, un truc dans le genre ? »

Je réfléchis un instant avant de reboire une gorgée tout en affichant la même grimace. J’accueille tout de même cette chaleur le long de la trachée avec « joie », sans être plus dérangée que ça. Si Rina et moi allions remettre le couvert ? Hum… Je fixe un instant les vagues avant de reprendre d’une voix enrouée. Faut pas croire, j’suis pas si habituée que ça à l’alcool…

« Je ne pense pas non. C’était vraiment génial et on a passé un super moment… mais je crois que ça devait juste se passer. Elle était là, j’étais là, nous avions envie, nous étions saoules et c’est tout, rien de plus. Pour être honnête, j’ai même du mal à m’imaginer de nouveau faire ça avec elle, même si c’était vraiment particulier et extra. Un peu comme toi et Monsieur Gabrieli en faite… Bon je ne dis pas que Katherine et moi allions devenir les meilleures amies du monde hein ! D’ailleurs t’aurais du voir ma tronche quand je me suis réveillée le matin et que j’ai percutée ce qu’il s’était passé… C’était à mourir de rire. »

Je repense à ma tentative désespérer de lancer un « Accio » avec la baguette de Rina pour retrouver la mienne qui a finit par m’atterrir brutalement sur le crâne. Chose que je raconte à Riley en riant. Troisième gorgée, puis une suivante.

« T’imagine, j’aurai pu devenir borgne… »

Je me cache un œil, sort la langue et effectue un râle étrange. J’imitais un cyclope et non à un chien mort ! Merci pour le compliment franchement …

« Enfin voilà. Je continue de boire à bonne cadence, Riley en fait de même et je sens déjà mes jambes devenir coton. Finalement le nuage était peut-être venu jusqu’à moi. Tout ça pour dire que c’est très bien si nous en restons là, du moins, moi ça m’va… Mais maintenant, j’ai pas l’air fine. Je comptais réellement lui demander des conseils sur le métier mais je crois que ça attendra un peu hein, sinon c’est un malaise pour de vrai que je vais faire si je me présente devant elle. »

Je laisse échapper un ricanement avant de continuer de boire et cette fois, sans grimace. Je ne pourrais pas me présenter devant elle comme si de rien n’était, comme si rien ne s’était passé. Je me connais, je serais capable de virer au rouge cramoisie si je lui reparle… Pour sûr que je fais bien moins la maline que lorsque mon sang était imbibé d’alcool.

« J’ai encore craqué Keza … »

La phrase a été larguée comme ça, de but en blanc pendant que nous continuons de boire en silence, fixant l’océan factice. J’abaisse ma bouteille et porte mon regard sur Riley qui déjà, baissait les yeux vers le sol, comme si elle avait commit une belle boulette. Je fronce les sourcils, curieuse.

« Avec Derek …
- Ah… »

C’était pas un « Ah » de déception, loin de là. Mais plutôt un « Ah merde. » qui correspond parfaitement à la grimace qu’elle fait. Je tiens ma bouteille contre mon tibia, mes jambes ramenées vers mon torse, visage tourné vers mon amie. Derek… Toute une histoire. Un mec que j’avais déjà croisé dans les couloirs et qui ne m’inspirait pas réelle sympathie avec son air de suffisance et le tableau que Riley m’avait fait de lui ne m’avais pas aidé à changer d’opinion. Il était tellement différent d’Enzo. Pour moi c’était le jour et la nuit tous les deux. Si on ne m’avait pas dit qu’ils étaient frères, je ne l’aurai jamais devinée toute seule tant ils étaient différents.
Riley semble gênée et agacée par ce qu’elle avait fait et je ne peux que la comprendre. Elle ne voulait pas retomber dans ses draps, pas après ce qu’il avait fait : c'est-à-dire, oublier tout ce qui avait pu se passer cette nuit là. Il était l’archétype du mec qu’elle détestait. Et moi-même, je lui avais conseillée de se tenir loin de lui, de ne pas refaire un « faux » pas de la sorte. Tout cela ne se révélait n’être qu’e conseils, je n’étais pas en droit de lui imposer une conduite, je m’inquiétais seulement de ce qui pouvait en découler derrière et visiblement… ça n’était pas que du bon.

Elle soupire et moi je ne dis rien, malgré l’alcool qui aurait pu me faire sortir un tas de connerie à la chaine.

« Et … Je pensais que ça me ferait rien mais … Voir Cameron avec Megan ça m’affecte quand même un peu et c’est surtout que je suis déçue, et triste, et en colère qu’il m’est éjecté de sa vie aussi facilement. On était amis et aujourd’hui y a plus rien. Encore un.
- Riley… »

Je la regarde levée sa bouteille comme pour trinquer avec cette chienne de vie avant d’avaler une nouvelle gorgée d’alcool. J’ai tendu une main apaisante qui est mollement retombée sur le sol. Je me souviens de cette nuit que nous avions passée dans la forêt interdite, nuit qui a été la source de notre amitié qui est aujourd’hui si vivante et solide. Elle m’avait parlée d’Elwynn, de Lukas, de ce fameux Cameron que j’ai croisé plusieurs fois aussi dans les couloirs, et je constate que tout cela pèse encore sur ses épaules même s’il m’a semblé que pour Lukas, tout c’était arrangé cet été où il a passé une grande partie du mois d’aout chez elle.

« J’me sens pitoyable et j’suis hyper en boule contre moi-même d’avoir laissé des mecs influer autant sur mon état d’esprit. J’les déteste. Tous. C’est tous les mêmes ! »

Ou presque?

« Non c’est pas vrai, Lukas n’est pas comme ça. Raf non plus d’ailleurs. Et Jamie non plus, et … On s’en fout. J’devrais peut être me mettre aux filles moi aussi tiens. Non en fait je devrais rester toute seule et tranquille. J’ai besoin de personne. Vive les copines ! Y a que ça de vrai ! »

Je laisse apparaitre un sourire, triste et peu convaincue par sa tentative de relativiser. Elle ne peut pas me mentir ou alors peu, mais même si cette fin d’après midi partait sur une note joyeuse, je sentais ici un malaise, une gêne voir une douleur. Voilà peut-être enfin la source de ses traits tirés, tristes et contrariés… Je baisse les yeux vers l’océan avant de me reconcentrer sur elle, buvant une gorgée :

« Je pense vraiment que tu devrais parler à Cameron une bonne fois pour toute. Tant que rien ne sera clair et poser, tu ne pourras passer au dessus de ça. Il était et est ton ami Riley, et entre amis on peut tout se dire. Bon, j’avoue qu’il a l’air un peu bourru comme ça sur les bords mais si quelqu’un comme Megan a réussi à « l’amadouer » c’est qu’il doit bien y avoir un moyen pour communiquer avec lui ! Au pire, fais lui des signaux de fumée ! »

Mlle ivresse, tu vas te calmer tusuite !

« Plus sérieusement, essaie. Pour toi et pour vous. Je lui passe une main rassurante dans son dos en lui souriant, avant de me lever et de lui faire face, un air sérieux sur le visage tout en la pointant du doigt. Et Riley Jenkins, vous n’êtes pas pitoyable ! Ce sont eux qu’ils le sont de rendre ma meilleure amie dans un état comme celui-ci ! Ils ne savent pas ce qu’ils font, ils sont toujours un peu bêtes et maladroits tu sais… Faut tout leur dire, leur faire et leur expliquer, comprenne jamais rien les mecs. »

Je ricane un peu, tentant de faire naitre un sourire sur son petit minois avant de m’agenouiller devant elle, un sourire doux et un regard tendre, voir quasi-maternel que je dépose sur Riley.

« T’es quelqu’un de génial Riley, te laisse pas démonter par tout ça. T’es une femme brillante, de caractère et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds alors ça n’est sûrement pas une troupe de testostérones qui vont vaincre Mlle Jenkins ! Tu vaux mieux que ça, impose-toi, tu as le droit de ne pas être d’accord, d’être blessée et déçu. Alors ne garde pas tout ça pour toi, c’est jamais bon de le faire. Il comprendra, j’en suis certaine. »

Je penche légèrement la tête, toujours un sourire rassurant sur les lèvres.

« Et pour les femmes, j’te donnerais des conseils t’inquiète ! J’peux demander à Rina de te donner des cours de langues si tu veux ! »



« Je parlais d’apprendre à parler Espagnol ça va de soi ! »

:gla:

« Concernant Derek… Ce qui est fait, est fait. Mais je ne pense pas que ça soit une bonne idée pour toi de recommencer. Tu le sais mieux que moi. Même si je n’ai pas à te dire ce que tu dois faire… On dit toujours qu’il n’y pas de mal à se faire du bien mais je ne suis pas sûre que Derek soit la meilleure personne pour ça. »

Même si je ne remettais pas en cause ses performances à ce jeune homme, psychologiquement parlant il était visiblement évident qu’il était loin d’apaiser Riley. L’idée qu’il puisse jouer de quoi que ce soit sur elle me remontait une vague de colère que je tentais tant bien que mal d’atténuer. Elle était grande, elle savait ce qu’elle faisait et un faux pas n’était pas si grave que ça. Pas tant qu’elle ne se rongeait pas les sangs pour ça. Puis, une supposition surgit subitement et je me demande même pourquoi ça ne m'ait pas venu plus tôt à l'esprit. C'était juste une question comme ça, stupide peut-être mais qui valait la peine d'être posée lorsque j'analysais son air dépité face à son aveux...

« Tu … ressens un truc pour lui ? Ou c’est juste purement physique ? »

La question est risquée mais valable. Si elle était dans cet état… une raison y était sûrement pour quelque chose. Je m’assoie en face d’elle, fesses dans le sable et l’écoute attentivement, continuant de boire un peu plus. L’alcool l’aide à la confession je pense, peut-être qu’elle arrondit les angles, je n’en sais trop rien mais je la laisse faire, consciente qu’un poids s’était former sur ses épaules. L’univers qui nous englobe reste toujours aussi calme et paisible, invitant à se laisser aller et à dénouer ce qui n’allait pas. Quoi qu’il arrive et quoi qu’elle me réponde, j’avais une dernière solution qui saurait lui redonner le sourire, une bonne fois pour toute.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8184
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Raise your glass and enjoy the life girl ! • Riley   Mar 8 Avr 2014 - 21:39

Je n'avais vraiment pas envie de casser l'ambiance, pas non plus envie de lui casser son délire en débitant mes états d'âmes comme je viens de le faire mais à qui d'autre est ce que je pourrais en parler si ce n'est à ma meilleure amie ? Ça fait un petit moment que je garde tout ça pour moi et je crois bien qu'il était temps que ça sorte. La vérité c'est que je suis un peu perdue et certains jours je me surprends à regretter le passé, quand tout était beaucoup plus simple, quand ce genre de préoccupations n'existaient pas vraiment dans mon petit monde de petite fille. Oui, parfois j'aimerai redevenir la petite à son papa qui ne se soucie pas des garçons, de ce genre de relations et de tout ce que ça implique. Je pourrais ne pas m'en faire, prendre tout ça à la légère, mais visiblement ça n'est pas le cas et autant dire les choses clairement ça ne m'arrange pas du tout. A l'instant T je ne sais pas vraiment quoi faire de moi. D'un côté j'ai envie de me jeter dans ses bras et qu'elle me face un gros câlin, de l'autre j'ai envie de fuir pour ne pas qu'elle voit mon air piteux. Je n'ai pas peur de son jugement, ça n'est pas du tout ça, j'ai simplement honte de moi même et quand le silence s'installe après un flop total de ma part comme tentative de relativiser ça n'arrange rien. J'oscille, entre la regarder et regarder ce faux océan comme elle le fait. Elle boit un coup, je me mords la lèvre en laissant mon index jouer nerveusement dans le sable, y traçant des lignes sans réel but.

« Je pense vraiment que tu devrais parler à Cameron une bonne fois pour toute. Tant que rien ne sera clair et poser, tu ne pourras passer au dessus de ça. Il était et est ton ami Riley, et entre amis on peut tout se dire. Bon, j’avoue qu’il a l’air un peu bourru comme ça sur les bords mais si quelqu’un comme Megan a réussi à « l’amadouer » c’est qu’il doit bien y avoir un moyen pour communiquer avec lui ! Au pire, fais lui des signaux de fumée ! »

J'écrase un rire sans pour autant arrêter mon chef d'œuvre ensablé digne d'un Picasso. Cameron, bourru ? Quand on le connait on sait que ça n'est pas vraiment le cas et qu'il peut même se montrer très tendre mais je dois admettre que d'un point de vue extérieur ça n'est pas ce qu'il y a de plus flagrant. Est ce que je suis jalouse de Megan ? Même pas. J'aime beaucoup cette fille, c'est une belle personne et je lui souhaite d'être heureuse même si son bonheur me file une pointe au cœur. Dans cette histoire ça n'est pas à elle que j'en veux, c'est une certitude.

«  Plus sérieusement, essaie. Pour toi et pour vous. »
« J'sais pas, la dernière fois qu'on s'est parlé c'est lui qui a amorcé la discussion en disant qu'on avait des choses à se dire et qu'on se verrait plus tard. Sauf qu'il ne s'est jamais repointé. J'ai pas envie de lui courir après. »

Je sens sa main dans mon dos et ce simple contact me réconforte. Elle se lève, je la suis du regard.

« Et Riley Jenkins, vous n’êtes pas pitoyable ! Ce sont eux qu’ils le sont de rendre ma meilleure amie dans un état comme celui-ci ! Ils ne savent pas ce qu’ils font, ils sont toujours un peu bêtes et maladroits tu sais… Faut tout leur dire, leur faire et leur expliquer, comprenne jamais rien les mecs. »

Jusqu'ici je ne jouais pas vraiment dans cette cour, celle qui s'applique à balancer les mecs dans ce genre de cliché, mais … par la force des choses je dois bien admettre que j'y glisse lentement mais surement et que ça non plus ça ne me plait pas des masses. La voilà qui se rabaisse pour finalement s'agenouiller devant moi, son regard est plein de tendresse et je me sens comme un gros bébé.

« T’es quelqu’un de génial Riley, te laisse pas démonter par tout ça. T’es une femme brillante, de caractère et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds alors ça n’est sûrement pas une troupe de testostérones qui vont vaincre Mlle Jenkins ! Tu vaux mieux que ça, impose-toi, tu as le droit de ne pas être d’accord, d’être blessée et déçu. Alors ne garde pas tout ça pour toi, c’est jamais bon de le faire. Il comprendra, j’en suis certaine. »

Soupir. Je sais qu'elle a surement raison, que garder les choses pour soi n'est pas une solution mais je ne peux pas m'empêcher de penser que je devrais simplement tirer un trait sur ça et le laisser définitivement partir parce que … parce que c'est tout simplement ce qu'il semble vouloir. S'il avait réellement voulu qu'on discute il serait venu de lui même comme il m'a dit qu'il ferait or j'attends toujours et c'est peut être con mais j'ai ma fierté, mon orgueil, mon égo, et ces trois là ne sont pas super emballés à l'idée de courir après un mec qui d'apparence n'en a rien à faire. Ça fait mal mais je me sais capable de passer outre comme je l'ai déjà fait pour d'autres avant lui.

« Et pour les femmes, j’te donnerais des conseils t’inquiète ! J’peux demander à Rina de te donner des cours de langues si tu veux ! »
« Euh ... »
« Je parlais d’apprendre à parler Espagnol ça va de soi ! »
« Bien sur ! Quoi d'autre de toute façon ? »

Changement de sujet, le sourire revient sur mon visage et je sens mon corps tout entier se détendre. Est ce que je peux m'imaginer ne serait-ce qu'une seule seconde avec Rina ? Non, et ce pour plusieurs raisons. C'est une femme magnifique, là dessus je crois qu'on sera tous et toutes d'accord, en plus de ça elle est gentille, très solaire, etc … mais c'est une femme et même s'il m'est arrivé de m'amuser en soirée je pense que clairement elles ne sont pas mon truc. La deuxième raison c'est que je n'ai pas envie de passer derrière les copines ! Et là encore pour plusieurs raisons. Cette femme sera désormais pour moi reliée à Kezabel et je sais pertinemment que je ne me sortirai pas ça de la tête même s'il ne se passe plus jamais rien entre elles deux, même si elles sont toutes les deux d'accord pour dire qu'il n'y a absolument aucun sentiment là dedans. Si on inversait les rôles je ne sais pas si j'apprécierai réellement que Kezabel couche avec Matthew par exemple. Il est mon ami, il fait ce qu'il veut de sa vie mais … pas avec ma meilleure amie si possible. Même chose pour Dimitri d'ailleurs, ou Rafael. S'il y a des sentiments c'est autre chose, mais si c'est juste une vulgaire histoire de cul … oui je crois que ça me dérangerait. Et Derek ? Alors là joker, je ne veux même pas ne serait-ce que penser à une réponse éventuelle.

« J'crois que j'suis plus branchée blonde en fait. »

Je lui tire la langue, attrape la bouteille et ingurgite quelques gorgées avant de m'essuyer les lèvres d'un révère de main. Casey, Sovahnn, deux jolies blondes. Regarde moi … t'es à moitié blonde non ? :hin:

« Concernant Derek… Ce qui est fait, est fait. Mais je ne pense pas que ça soit une bonne idée pour toi de recommencer. Tu le sais mieux que moi. Même si je n’ai pas à te dire ce que tu dois faire… On dit toujours qu’il n’y pas de mal à se faire du bien mais je ne suis pas sûre que Derek soit la meilleure personne pour ça. »

Ascenseur émotionnel. On est vraiment obligées de parler de lui ? Pas une bonne idée … pas la meilleure personne … Tu m'en diras tant. Ce mec est à lui tout seul un cliché sur deux pattes et moi j'ai littéralement couru pour me jeter dans ses bras. Pitoyable. A combien de filles il a brisé le cœur ? Combien de filles il a mis dans son lit ou ailleurs ? J'ai fuit les types dans son genre avec fierté pour finalement … ça. Mais est ce qu'il n'est vraiment pas quelqu'un de bien ? Ce con a réussi à me coller le doute et ça n'arrange pas mon affaire.

« Tu … ressens un truc pour lui ? Ou c’est juste purement physique ? »

Je relève la tête vivement, lâchant ainsi le sable tout en fronçant les sourcils l'air presque offusqué, la bouche entrouverte, les yeux grand écarquillés et une montée de chaleur partout dans le corps alors que mon myocarde s'affole.

« Non ! Non, c'est juste ... »

C'est juste que cette question tu te la pose en sourdine depuis des jours ma belle et que l'entendre prononcée de vive voix et par quelqu'un d'autre, quelqu'un en qui tu as confiance, ça te file une bonne gifle mentale. Je me rends compte que je suis incapable de finir ma phrase et mes épaules s'affaissent alors que mes yeux vert recommencent à fixer le sol lamentablement.

« En fait, j'en sais rien. »

Nouveau soupir. Mon regard quitte le sable pour se poser sur l'eau qui va et vient juste à côté de nous deux, une de mes mains va se perdre dans mes cheveux un instant puis mon attention revient sur la jolie Jaune.

« J'ai toujours détesté ce type, plus ou moins, ou en tout cas je ne faisais pas vraiment attention et j'étais même assez « fière » de faire partie de ceux qui n'en ont rien à faire de sa petite gueule parfaite, ses grands airs, etc … »

On s'ignorait, il n'était à mes yeux qu'un crétin, le grand frère d'un p'tit con attachant malgré tout, un type peu fréquentable mais surtout un beau parleur sans intérêt. Il a commencé à s'en prendre à Lukas, entre nous le ton est monté plusieurs fois, on a commencé à s'envoyer chier, à se chercher, jusqu'à finir dans le même lit – complètement souls tous les deux – il y a des mois de ça. Un simple moment d'égarement. Un moment qui s'est reproduit une fois, deux fois, ...

« Mais je sais pas … J'sais pas si c'est lui qui a changé, ou moi, les deux, ou juste parce que finalement je m'en tenais aux apparences mais il est pas si horrible que ça. C'est un crétin c'est clair mais quel mec de cet âge ne l'est pas ? »

Je devine mon regard presque suppliant, mon visage déformé par de multiples émotions.

« Je sais aussi qu'il a trainé dans des trucs pas nets, qu'il a du faire de belles saloperies à pas mal de monde et que je suis probablement très loin de la vérité mais … »

Mais quoi ? Tout le monde a le droit à une deuxième chance non ? Si tu commences à prendre sa défense comme ça ma pauvre Riley, t'es foutue.

« J'me sens pas irrésistiblement attirée par lui, c'est juste … J'en sais rien, j'sais pas si c'est moi le problème ou lui, j'sais pas du tout ce qu'il se passe dans sa tête parce qu'on n'en parle pas du tout et qu'on fait toujours comme s'il ne s'était rien passé. Il m'aide pour la DCFM et voilà, on ne parle que de ça. »

On s'envoie des sorts en pleine tête pendant des heures et d'une manière ou d'une autre ça se termine souvent de la même façon. Je suis … larguée. Je ne me sens pas manipulée, il ne m'a jamais rien promis et je n'attends rien de lui. J'ai parfaitement conscience de mes actes et si jusqu'ici je les assumais plus ou moins maintenant je ne sais plus où j'en suis. Je ne suis pas conne, on parle de Derek Ryans là ? Il doit s'en taper au moins quinze autres en même temps que moi … J'exagère peut être un peu mais je ne suis qu'un nom de plus sur son tableau de chasse, c'est tout. Un moyen de passer le temps et de se défouler de manière constructive d'une part et agréable de l'autre. Oui agréable, pour lui comme pour moi. Et puis pourquoi prendre tout ça avec autant de sérieux d'abord ?

« J'aimerai pouvoir te dire que je ne craquerai plus mais … il a des arguments assez intéressants alors ... »

Oui j'essaie de tourner ça à la dérision, de prendre les choses à la légère, mais Kezabel est loin d'être une idiote et je ne m'attends pas à ce qu'elle plonge tête baissée dans ma tentative désespéré de faire comme si tout ça n'avait pas la moindre importance. Je me laisse quand même aller à rire tout en levant les yeux au ciel d'un air presque blasé malgré tout.

« Je m’étais promis que cette année serait une année sans testostérone ! Ben c’est râpé visiblement. »

Je me suis promis qu'il ne se passerait plus rien avec Dimitri malgré le fait qu'il soit là et on s'y tient tous les deux, choses qui n'est pas très difficile en soi puisque j'ai bien l'impression qu'on a dépassé ce stade pour nouer des liens d'amitié très fort, presque fraternels. J'ai bien dit presque, soyons sérieux un peu. J'ai plus ou moins mis un stop à Matthew en début d'année parce que je n'avais simplement pas envie qu'une relation étrange basée sur ça s'instaure entre nous. Résultat : Je fini dans les bras de l'ainé des frères Ryans, réinstaurant ce truc grotesque d'une frangine par frangin. Charleen, je t'en supplie, sauve l'honneur de la famille et ne retombe pas dans les bras du plus jeune s'il te plait !

« Je sais pas trop où j’en suis en fait. Probablement dans la merde. »

Et un rire nerveux, un !

« J’suis dans la merde tu crois ? »

...

« Y a une chose dont je suis certaine en tout cas c’est que je ne veux pas me ruiner l’existence pour des mecs, ça c’est clair et net. Aujourd’hui c’est toi et moi et y a rien d’autre qui compte ! A nous deux ! »

Nouvelle gorgée, et le fait est que je me sens réellement mieux maintenant que tout ça est sorti même si ça n'est probablement que le début d'autres prises de tête mais en attendant ...

« Y a que Adam qui fera exception ! »

Je lui tire la langue en me levant vitesse V pour l'empêcher de m'attraper et je me mets à courir sur le sable pour lui échapper tout en la provoquant de manière exagérée.

« On aura pleins de bébés ! Et un labrador ! Un monospace aussi et une belle maison dans un lotissement de banlieue. On ira à la messe tous les dimanches aussi ! »

And you know we're in each other's team ♪
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2275
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Raise your glass and enjoy the life girl ! • Riley   Lun 14 Avr 2014 - 22:39

J’ose ma question parce qu’elle n’a pas craquée une fois, mais plusieurs. Parce qu’un accident émotionnel est vite arrivé mais aussi parce que je ne lui avais jamais réellement posée la question. Derek était pas du tout mon type d’homme mais je devais reconnaitre que Riley avait de multiples raisons d’être sous le charme de ce mec. Il suffisait d’un regard pour que vous vous sentiez transcendé. Vous n’aviez plus qu’à espérer qu’il ouvre la bouche pour vous sortir son imbécilité et son amabilité pour que tout le charme soit rompu ! Non, je suis un peu dure et ça c’est parce que j’ai de l’alcool qui commence à imbiber mon cerveau. En réalité, je ne le connais pas, du moins très peu. Riley m’a déjà pas mal parlé de lui et même sans ça, j’avais déjà eu des échos. Mais personne n’était à l’abri d’un changement et c’est ce qu’il se passait peut-être avec Derek ? Je n’en savais rien, mais tout ce que je vois là maintenant, c’est une jeune fille presque choquée par ma question, les yeux ronds comme deux billes, balbutiant un « Non » avec un taux de conviction proche de moins quinze. Elle n’achève pas sa phrase et ses yeux parlent pour elle.

« En fait, j'en sais rien. »

Toujours à genoux devant elle, je garde cette fois mon calme et mon sérieux même un peu pompette. Je la vois soucieuse mais silencieuse quelques secondes. Je ne dis rien, ma bouteille plantée dans le sable juste à côté de moi, mes mains ramenées sur mes cuisses où mes doigts jouent entre eux.

« J'ai toujours détesté ce type, plus ou moins, ou en tout cas je ne faisais pas vraiment attention et j'étais même assez « fière » de faire partie de ceux qui n'en ont rien à faire de sa petite gueule parfaite, ses grands airs, etc … Mais je sais pas … J'sais pas si c'est lui qui a changé, ou moi, les deux, ou juste parce que finalement je m'en tenais aux apparences mais il est pas si horrible que ça. C'est un crétin c'est clair mais quel mec de cet âge ne l'est pas ? »

Son regard me fend littéralement le cœur. Ses traits sont tirés entre un faible sourire d’excuses, des yeux suppliant, un front soucieux. Elle sait, mais ne veut pas se le dire, se l’avouer. C’est dur, compliqué. Car comme elle le rappelle, ce type était … il n’était pas quelqu’un de bien. Un crétin plus crétin que d’autres. Je l’ai déjà vu à l’œuvre avec les femmes et il savait pertinemment comment les embobiner avec un discours bien ficelés, un regard posé là où il faut, un sourire glissé au bon moment et un remplacement de mèche en prime. Tout pour séduire les plus naïves et les plus fragiles, ou celles qui sont en quêtes d’un peu d’amour et d’attention. Et pour être honnête avec moi-même, je n’ai pas envie que Riley soit l’une d’entre elles. Je connais son caractère de battant, son tempérament de feu mais surtout le fait qu’elle ne se laissera jamais marcher sur les pieds… Mais le fait est que je ne veux pas qu’il joue de son charme, quel qu’il soit, sur mon amie pour ensuite venir écraser son cœur qu’il aura réduit lamentablement en miette.

Je ne connaissais pas Riley avant cette fameuse nuit où nous avions été toutes les deux collées en retenus, mais il était possible qu’elle aussi ait changée. Pourquoi pas ? Avec ce que nous avions vécus, nos retrouvailles avec les parents, la famille en générale, le deuil a faire suite à la grande bataille. Tout cela forge un caractère, une vie. Comme elle a forgée la mienne 4 ans plus tôt. Et j’en étais ressortis plus forte et mûre. Je ferais sûrement d’autres erreurs malgré moi mais tant pis, c’était le but du jeu parait-il.

« Je sais aussi qu'il a trainé dans des trucs pas nets, qu'il a du faire de belles saloperies à pas mal de monde et que je suis probablement très loin de la vérité mais … »

Je tique. Ca aussi j’le sais. Ca a été une ordure infâme. Appelons un chat un chat. Je ne sais pas exactement ce qu’il a fait mais je sais avec qui il les a faite et ça c’était vachement moins glorieux, voir carrément abjectes. Je ne dis toujours rien, restant bloqué sur son « mais »… J’ai peur de la suite mais ne laisse absolument rien paraitre autre qu’un demi sourire rassurant et un regard qui invite à la confession.

« J'me sens pas irrésistiblement attirée par lui, c'est juste … J'en sais rien, j'sais pas si c'est moi le problème ou lui, j'sais pas du tout ce qu'il se passe dans sa tête parce qu'on n'en parle pas du tout et qu'on fait toujours comme s'il ne s'était rien passé. Il m'aide pour la DCFM et voilà, on ne parle que de ça. »

Je pince mes lèvres et tord la bouche dans une moue de réflexion. J'avais eu vent de leurs cours particuliers même si je n'avais pas imaginer qu'ils seraient si... particuliers, justement.
Deux choses. La première était que je ne pouvais pas juger Derek comme ça, sans fondement. Enfin… sans fondement c’était vite dit avec le passé qui courrait derrière lui. Mais comme je me le suis dis, peut-être avait-il changé ? Elle me l’a dit tout à l’heure et je sais qu’elle veut y croire au fond d’elle, mais qui nous certifie que c’est la réalité ? Je n’en sais rien et n’en saurais pas plus qu’elle. La deuxième était que je ne pouvais pas juger non plus Riley. Parce que j’en avais pas envie et parce que je n’en avais pas le droit. Elle était grande –paumée certes- mais était une femme/enfant. Si son cœur la poussait vers lui alors je ne pouvais rien y faire si ce n’était que de la mettre en garde et de la supplier de faire attention à son petit cœur fragile derrière ses airs de battante. Tant qu’il n’était pas dangereux pour sa personne alors je ne me permettrais rien … Je n’étais pas de ce genre à me mêler de ce qui ne me regardait pas mais à partir du moment où l’ont touchait à la sécurité d’un de mes proches, la donne changeait.

Son air perdu me tord un peu le ventre et voir ma meilleure amie comme ça me déplait.

« Je n’ai pas à te dire quoi faire choupette… mais tu sais qui est Derek, sûrement mieux que moi. Tu sais ce qu’il fait aux femmes et qu’ils les manipulent comme des marionnettes. Je n’exclue pas le fait qu’il ait changé, loin de là. Mais, pas du jour au lendemain, pas sur ça. A moins qu’il est eu le grand coup de foudre pour toi ! »

Je souris, doucement, prenant sa main dans la mienne :

« Il serait bien idiot de pas tomber fou amoureux de toi ce garçon ! Léger rire avant de presser tendrement sa paume entre mes doigts. Plus sérieusement, quoi qu’il arrive préserve-toi. Toujours. Même si tu sens que tu fonce tête baisser là où il ne faut pas, il faut que tu te préserve. En tout cas, jusqu’à ce que tu sois sûre de ce que tu ressens…
- J'aimerai pouvoir te dire que je ne craquerai plus mais … il a des arguments assez intéressants alors ... »

Elle essaie, mais échoue. Elle aurait pu y arriver si nous parlions d’un sujet moins sensible, mais pas cette fois. Je garde sa main dans la mienne quelques instants avant de la lâcher et reprendre deux gorgées d’alcool. Ma gorge est anesthésié, je sens presque plus que c’est entrain de me la brûler.

Riley lève les yeux au ciel et moi je me dis qu’elle méritait vraiment quelqu’un de bien cette jeune femme.  

« Je m’étais promis que cette année serait une année sans testostérone ! Ben c’est râpé visiblement.
- Tu ne pouvais pas prévoir, ce sont des trucs qui arrivent »

Toujours cette voix douce et calme, restant attentive et à l’écoute de mon amie. Non, on ne pouvait pas prévoir et j’étais bien placée pour parler quand on regardait avec qui j’avais passé ma nuit d’avant… Une prof. Jamais, de toute mon existence, je ne me serais imaginer coucher avec un prof… alors UNE prof, encore moins.

« Je sais pas trop où j’en suis en fait. Probablement dans la merde. »

Rire nerveux de sa part tandis que je me mords la lèvre en signe de doute et de « Bah… c'est-à-dire que… »

« J’suis dans la merde tu crois ? »

Sourire crispé cette fois…

« Disons que pour être aussi indécise que tu l’es, pour avoir craquée pleins de fois et pour en plus chercher à plaider en sa cause… »

Je tends mes mains vers le ciel, les penchants d’un côté puis de l’autre, comme une balance.

« … Je dirais que oui ! Mais j’te laisserais pas toute seule dans la merde, tu peux compter sur moi, je serais là pour t’y sortir à temps. »

Je ris légèrement mais mes mots ne sont que vérité. Elle pouvait compter sur ma présence, quoi qu’il arrive. Même après une grosse dispute, elle resterait Riley Jenkins, la nana qui est devenue ma meilleure amie lorsque nous avons été coursées par une Accromentule ! Pour le coup, j’aurai presque envie de la remercier. Enfin… peut-être pas en faite. Mais, elle était ma plus belle surprise et je comptais bien faire en sorte à ce que tout cela reste intact même s’il y aurait sûrement des hauts et des bas comme dans toutes amitiés.

« Allez, ne te prends pas trop la tête avec ça. Laisse le courant te porter et comme je te l’ai dis, préserve toi. Fais attention à ne pas trop y mettre les pieds et puis qui sait, peut-être qu’une belle surprise t’attends au bout. Ou une mauvaise. On est jamais certains de rien ! Mais quoi qu’il arrive, j’serais là. »

Nouveau sourire de ma part, plus doux que le précédent. Je n’étais pas mécontente de l’avoir emmenée ici même si j’avais pour but de la détendre tout en me disant qu’elle n’était pas forcée de m’avouer ce qui l’a tracassait, sauf si elle en avait envie.

« Y a une chose dont je suis certaine en tout cas c’est que je ne veux pas me ruiner l’existence pour des mecs, ça c’est clair et net. Aujourd’hui c’est toi et moi et y a rien d’autre qui compte ! A nous deux ! »

Je lève ma bouteille vers le ciel, un grand sourire aux lèvres :

« A nous deux ! Les rescapés de l’Accromentule et les nouvelles Catwoman des temps modernes ! La prochaine fois, nous livrerons les têtes de ces mecs en pâture à notre grande copine en guise d’offrande ! »

Je ris de bon cœur avant d’avaler une nouvelle gorgée. Puis une deuxième. Ca fait du bien par là où ça passe, mais ça fait surtout varier tout mon horizon et le rend bien plus… Trouble ? Boh.

« Y a que Adam qui fera exception ! »

Comment vous effacer en semi-cuite en deux secondes ! Je relève la tête vers mon amie. Trop vite, la terre tourne mais ça n’est pas grave, c’est pas une nouveauté. Elle me tire la langue et à le seconde même où je tente de l’attraper par la taille pour la cribler de chatouille, elle s’échappe comme un félin expert.

« Tu perds rien pour attendre Riley Jenkins !!! »

Je me lève aussi vite qu’elle et la poursuit en jouant les sœurs enragées. On ne touche pas à mon petit frère ! Okay, je serais il est trop mignon, trop gentil, trop craquant… mais c’est mon frère ! C’est encore un bébé ! Elle me provoque la bougresse !

« On aura pleins de bébés ! Et un labrador ! Un monospace aussi et une belle maison dans un lotissement de banlieue. On ira à la messe tous les dimanches aussi ! »

Je continue de lui courir après en chutant parfois à genoux sur le sol, mes pieds se prenant dans la lourdeur du sable ou le sable se prenant dans la lourdeur de mes membres.

« Viens ici que je t’attrape ! Tu touche pas à mon frangin ! Tu vas le dévergonder en plus ! »

En réalité, si Riley devait vraiment être avec Adam je… Non, ça fait trop bizarre. La vérité est que jamais je ne m’y opposerais. J’ai une totale confiance en Riley et si c’était leur bonheur alors HALLELUJAH ! Mais là maintenant tout de suite en cet instant de la seconde même ? NOooOOOoooOOooon !J’imagine une fraction de seconde Adam à l’église… c’est typiquement le genre de garçon à remplacer l’eau bénite par de l’huile, de vinaigre blanc ou autre chose de ce genre !

Nous rions comme des gamines, essoufflées mais le cœur léger. Jusqu’à ce que j’arrête de courir après elle, mains sur les hanches, le cœur battant et surtout un sourire sur les lèvres :

« De toute manière, Adam est déjà promis à quelqu’un ! »

Je croise mes bras sur la poitrine, un air mystérieux sur le visage.

« Eh oui Mlle ! Vous arrivez trop tard parce que j’en connais une qui va passer de Mlle  Thomson à Madame Hasting ! »

:gla:

« HAHA !! On rigole moins quand s’est ta petite sœur qui s’retrouve marié à mon frangin ! »

Je pointe mon doigt sur Riley, riant aux éclats avant de laisser échapper un cri de fausse panique lorsqu’elle se rue sur moi. Et là, à mon tour de la narguer avec exagération.

« C’est avec elle qu’il aura un beau labrador mais surtout PLEIIIIIINS d’enfants aux petites bouclettes blondes et aux grands yeux marrons ou bleus ! Ou les deux, va savoir ! Puis ILS auront un monospace TOUS LES DEUX, une belle maison, et encore des  bébés et elle viendra te le présenter ton futur beau frère ! Charleen et Adam ! Ca sonne plutôt bien j’trouve ! »

Je ris de plus belle jusqu’à ce qu’elle réussisse à m’attraper par le bras et me faire chuter fesses les premières sur le sable qui amortie lourdement mon choc. Satané Quidditch qui lui donne une rapidité et des réflexes bien meilleurs que les miens !

Mon rire ne s’estompe pas, largement aider par l’alcool qui me transporte désormais loin, dans des contrées agréables, pleines de soleil comme maintenant. Je ne pense plus à Connor et à ses stupidités de ce matin, blessantes et gênantes. Ni à Rina qui, pourtant, m'a offert une nuit endiablée. Non, là c'était que Riley et moi, mais aussi nos bêtises communes.
Je regarde mon amie s’étaler de tout son long sur le sable. Je commence à enterrer son ventre sous un amas de sable jusqu’à ce que quelque chose me revienne doucement en mémoire. J’esquisse de nouveau un sourire, les yeux un peu perdus dans le vague, mon sourire évanouie. Je prends du sable entre mes paumes avant de le verser sur le ventre de Riley… De vrais gamines, y a pas à dire. Je me sens détendue comme jamais, mes muscles me donnant la sensation de n'être que du côton. Je sais que l'alcool y est encore une fois pour beaucoup mais ça fait un bien fou de ce sentir si ... légère. Si je n'avais pas quelque chose à demander à Riley, je crois que je me serais moi aussi laissé tomber sur le sable, me laissant bercer par le son des vagues pour ensuite dormir une petite demie-heure, au soleil.

Une mouette pousse son cris, comme pour me rappeler à l'ordre.

« Dis… j’ai un truc à t’dire. Enfin à te demander plutôt ! »

Je garde mon regard rieur troublé par les vapeurs de l’alcool mais aussi par un léger stress.

«J’voulais savoir si tu faisais quelque chose de particulier pour les vacances de Noël ? »

Je reporte mon regard vers la jeune Serpentard, toujours un sourire éclatant aux lèvres. Je sais qu’elle n’est pas patiente pour deux gallions alors je ne tarde pas trop à continuer, tout en déversant encore du sable sur son ventre où cette fois, un petit tas apparait.

« On a un chalet en France qui nous ai prêté par un ami, dans une station de Ski. On avait l’habitude d’y aller presque tous les ans avec mes parents et Adam avant… avant tout ça, tu sais. »

Oui elle sait et j’esquive rapidement son regard avant de continuer mon tas de sable sur son genou cette fois. Aucune logique, on s’en fou !

« Bref, j’en ai parlé à papa et j’me disais que ça pouvait être cool que tu viennes avec nous quelques jours ? Genre 4 ou 5. Ou moins si t’as des trucs de prévus. Enfin c’est pas une obligation hein ! Mais Papa est complètement d’accord pour que tu viennes. Et Adam, j’en parles même pas… »

Regard noir vers Riley… Enfin regard noir, un faux regard méchant en réalité, restant dans le délire de nos taquineries de tout à l’heure. Concernant ma demande pour les vacances, papa avait été enchanté d'accepter à ce que Riley vienne passer quelques jours avec nous, si elle le voulait bien sûr ! Peut-être qu'elle avait autre chose de prévu avec son père ou sa mère et ça serait complètement compréhenssible. Au pire des cas, ça serait pour une prochaine fois même si je ne cache pas que je vais perdre dix ans d'âge mentale si elle me dit oui ! Je claque mes paumes l’une contre l’autre pour les essuyer, le visage souriant et rayonnant, mon regard accrochant le sien :

« Bref, t’en dis quoi ? La montagne a perte de vue, de la neige, de la fondu, du ski et des soirées pyjama plusieurs soirs de suite ? Et deux garçons adorables en prime pour passer un bon moment à faire des conneries de vacances ! »

Alors, tentée ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8184
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Raise your glass and enjoy the life girl ! • Riley   Ven 18 Avr 2014 - 8:39

Peu importe si Derek Ryans est un mec bien, pas une seule seconde je m’imagine avec lui. En réalité je ne me visualise avec personne pour la simple et bonne raison que ça ne me tente pas du tout, que je n’ai pas envie de ça, d’être … d’être avec quelqu’un tout simplement. J’ai juste envie de continuer à ne pas me prendre la tête, de continuer à vivre ma petite vie tranquille sans avoir de compte à rendre à personne ou en tout cas pas de ce point de vue là. Quant à savoir qui est Derek Ryans – oui j’aime l’appeler par son nom et prénom, et alors ? – je crois que c’est un vaste débat, sujet, etc … En réalité je pense que lui-même ne sait pas qui il est et puis à quoi bon passer son temps à analyser les gens ? Il est ce qu’il est, je me contente du temps passé avec lui pour me faire ma propre idée sur le personnage c’est tout, et même si parfois ça dérape entre nous le reste du temps tout est très … professionnel. Il ne me parle pas de lui, je ne lui parle pas de moi non plus ou alors très vaguement. Ce que je sais de lui ? Je sais qu’il vient d’Australie, que ses parents sont morts même si je ne me souviens même plus comment j’ai appris ça, qu’il a un petit frère qui se trouve être Lycanthrope et qui accessoirement a fricoté avec ma sœur alors qu’ils étaient bien trop jeunes tous les deux ! Qu’il est à Serpentard comme moi, en 10ème année, que sa meilleure amie n’est autre que Megan aka la copine de Cameron, qu’il s’est probablement tapé la moitié du château et que beaucoup le détestent alors que d’autres l’adulent, qu’il a fait chier Lukas pendant un moment mais ça s’est apaisé ces derniers temps, qu’il est plutôt doué en cours comme en magie, qu’il a des yeux bleus assez captivant et … voilà. Comment réellement avoir des sentiments – si c’est bien de ça dont il s’agit – pour quelqu’un qu’on ne connait quasiment pas ? Je l’observe, je le devine parfois, et c’est vrai sa présence a tendance à me déstabiliser parfois alors que ça n’était pas le cas jusqu’ici mais il n’y a finalement rien de plus entre nous deux qu’une vulgaire histoire mi scolaire-mi sexuelle et en y repensant je me dis qu’il serait temps de mettre un terme à tout ça parce que ça n’a pas le moindre sens. Scolairement parlant si, bien sur, et même si ça ne fait pas si longtemps qu’on bosse tous les deux j’en vois déjà les progrès dans ma façon d’encaisser et de réagir face à ses attaques, dans ma façon de percer ses défenses aussi, mais … est ce bien sérieux de mélanger comme on le fait ?

Je me poserai la question un autre jour ou pas du tout, je verrais bien ce qu’il se passera la prochaine fois qu’on se verra, mais pour l’heure je préfère largement tirer un trait sur ça et me concentrer sur cette fin d’après midi entre copines, sur Kezabel, et surtout sur ce point sensible que je viens de toucher et qui comme toujours la fait bondir. D’où est ce que c’est venu ? Aucune idée, simplement spontanément. Elle aime Adam d’un amour fraternel indéfectible, c’est son petit bébé, elle est très protectrice envers lui alors j’imagine que j’ai du trouver la faille un jour et m’y engouffrer simplement pour l’emmerder.

« Viens ici que je t’attrape ! Tu touche pas à mon frangin ! Tu vas le dévergonder en plus ! »
« Anh ! L’affront ! Pour qui tu me prends au juste ?! »

Pour une violeuse d’enfant ? J’te rappelle qu’il a mon âge ton tout petit bébé ! Pétasse va ! Elle me coure après comme une diablesse sans jamais réussir à m’attraper. Je ne suis pas Attrapeuse pour rien bébé ! On s’évite, on se cherche, on se frôle et ça semblerait presque sexy dit comme ça mais ça ne l’est absolument pas. On a juste l’air de deux cinglés qui veulent s’écharper. Enfin elle veut m’écharper et moi je fuis en la provoquant … Jusqu’à ce qu’elle s’arrête donc je m’arrête aussi tout en laissant une distance de sécurité entre nous deux. Méga sourire aux lèvres, je pose mes mains sur mes hanches à mon tour et essaie de reprendre mon souffle qui se trouve être court lui aussi malgré tout. Je ne suis pas invincible, j’ai de l’endurance certes mais courir dans le sable c’est une autre paire de manches.

« De toute manière, Adam est déjà promis à quelqu’un ! »

Regardez moi cet air mystérieux … Il n’empêche qu’elle m’intrigue la bougresse alors je fais un pas en avant sans même m’en rendre compte et la sentence tombe. BAM !

« Eh oui Mlle ! Vous arrivez trop tard parce que j’en connais une qui va passer de Mlle  Thomson à Madame Hasting ! »

WHAT ?! NO WAY !

« Alors là tu rêves les yeux ouvert ma grande ! »

Charleen et Adam ? Dans les faits ils seraient surement mignon mais … non. Charleen c’est … laisse la en dehors de ça espèce de morue ! Et elle est fière d’elle en plus ! Remarque, elle peut. Elle a su retourner cette situation avec brio et le pire dans tout ça c’est qu’elle a encore l’option Lukas dans ses valises si elle le veut. Mes p’tits bouchons …

« HAHA !! On rigole moins quand s’est ta petite sœur qui s’retrouve marié à mon frangin ! »
« J’te déteste ! »

Je fonce sur elle comme une sauvage, elle lâche un cri aigu et nous revoilà parties dans une course endiablée sur le sable.

« C’est avec elle qu’il aura un beau labrador mais surtout PLEIIIIIINS d’enfants aux petites bouclettes blondes et aux grands yeux marrons ou bleus ! Ou les deux, va savoir ! Puis ILS auront un monospace TOUS LES DEUX, une belle maison, et encore des  bébés et elle viendra te le présenter ton futur beau frère ! Charleen et Adam ! Ca sonne plutôt bien j’trouve ! »
« Non mais t’hallucine ! Il est trop vieux pour elle ! Charleen c’est encore un tout petit bébé alors tu la laisses tranquille et ton frangin aussi ! Pas touche ! »

Je la rattrape, elle m’esquive, j’éclate de rire et lâche un magnifique …

« Connasse ! »

En tout bien tout honneur bien évidemment, ça n’a rien d’insultant c’est même totalement affectif. Au bout de quelques secondes je fini par lui choper le bras et la fait tomber sur le sable. Je n’attends pas une seconde de plus pour m’asseoir sur elle tout en lui bloquant les bras et on se retrouve à se battre comme deux chiffonnière, du sable partout dans les maillots, dans les cheveux, etc … jusqu’à ce qu’on se calme toutes les deux, totalement essoufflées. Je me laisse retomber, la libère de mon emprise par conséquent et m’étend de tout mon long sur le dos, sur le sable. Mes yeux verts se perdent sur le faux ciel bleu et je laisse échapper un soupir d’aise. Le temps s’arrête, le silence s’installe, je sursaute quand elle me verse du sable sur le ventre mais ne tente pas de l’enlever ou de me dégager. Je la laisse faire, tranquillement, et l’envie de fermer les yeux se pointe mais une mouette et son cri strident me sorte de ma torpeur. Mon amie choisit ce moment là pour reprendre la parole.

« Dis… j’ai un truc à t’dire. Enfin à te demander plutôt ! »

Intriguée, je tourne la tête et l’observe en fronçant les sourcils comme toujours. Elle a le regard qui brille mais je la sens un peu stressée.

« J’voulais savoir si tu faisais quelque chose de particulier pour les vacances de Noël ? »

Gné ? Keza … Tu sais que je ne suis pas patiente et que ce genre de truc me rend hystéro …

« On a un chalet en France qui nous ai prêté par un ami, dans une station de Ski. On avait l’habitude d’y aller presque tous les ans avec mes parents et Adam avant… avant tout ça, tu sais. »

Je la laisse encore déverser du sable sur mon ventre, puis sur mon genou, mes yeux ne la quittent pas et ma main va se poser instinctivement sur elle quelques secondes avant de retrouver le sol ensablé. Oui, je sais.

« Bref, j’en ai parlé à papa et j’me disais que ça pouvait être cool que tu viennes avec nous quelques jours ? Genre 4 ou 5. Ou moins si t’as des trucs de prévus. Enfin c’est pas une obligation hein ! Mais Papa est complètement d’accord pour que tu viennes. Et Adam, j’en parles même pas… »

Oh le beau regard noir ! Fais gaffe ma belle, tu vas chopper des rides avant l’âge ! Elle claque des mains, ça me fait sursauter encore une fois.

« Bref, t’en dis quoi ? La montagne a perte de vue, de la neige, de la fondu, du ski et des soirées pyjama plusieurs soirs de suite ? Et deux garçons adorables en prime pour passer un bon moment à faire des conneries de vacances ! »
« J’en dis que même si t’es une pétasse, ah non une connasse pardon, tu continues de me faire rêver. »

Grand sourire, plus tendre que taquin celui là, alors que je me redresse pour finalement m’assoir en tailleurs face à elle. Le sable reste collé à ma peau par endroit mais ça n’a pas la moindre importance. Peeling gratuit ! Bref. Est-ce que je suis tenté par sa proposition ? Oui ! Puissance 1 000 même ! Soyons sérieux, passer quelques jours avec ma meilleure amie, ailleurs qu’ici, en présence de sa famille en plus et dans un décor de rêve ? Je signe tout de suite. Je n’ai jamais vraiment été à la Montagne, surtout pas dans des grandes montagnes comme celle-ci. Enfin j’imagine qu’elles le sont, les montagnes françaises, non ? Peu importe. Du ski ? Jamais fait de ce machin là mais je suis une aventurière et rien que d’y penser je m’y vois déjà.

« Je ne sais pas vraiment ce qu’on prévu mes parents pour Noël, faudra quand même que je sois avec eux pour les 24/25 mais j’adorerai passer du temps avec toi et ta famille, là bas, pendant quelques jours ça c’est sur ! »

On est quel jour déjà ? Le 11 Octobre ? Rah ! Ca ne passe pas assez vite ! J’ai déjà envie d’y être. Oui c’est certains que je passerai quelques jours avec mes parents, avec ma propre famille, mais j’ai vraiment envie de découvrir la petite bulle de Kezabel et de prendre un peu le large, de découvrir un nouvel horizon et là c’est carrément une opportunité en or. Ok on ne sait pas de quoi demain sera fait, ni même comment ça se passe réellement à l’extérieur mais je n’ai pas envie de penser négatif, pas du tout. Alors j’attrape mon amie par les épaules et l’attire vers moi avant de lui claquer un bisou sur la joue et de la serrer dans mes bras.

« Merci beaucoup Keza, c’est vraiment très gentil de ta part, de votre part. En plus j’ai vraiment hâte de les rencontrer ! »



« Surtout Adam. »

Effet immédiat, elle me « frappe » et je bascule en arrière jusqu’à m’étaler sur le sable tout en exagérant et en roulant sur moi-même avant d’éclater de rire à nouveau.

« Promis, je laisse Adam tranquille ! »

Tu touche pas à ma Charleen – d’ailleurs c’est une éventualité à laquelle je n’avais pas pensé ça … JAMAIS ! Pas touche – ni à mon Lukas, et je ne touche pas à ton Adam. Une nouvelle fois le calme revient et je me réinstalle correctement après avoir été chercher la bouteille. Une gorgée debout, une assise, et je la lui tend.

« Peut être que tu pourras venir passer un peu de temps chez moi aussi, j’en parlerai à mes parents. A Charleen et son père aussi mais concernant Charleen je ne me fais pas trop de soucis, je crois bien qu’elle t’adore. »

En fait je le sais et l’idée d’avoir Kezabel à la maison me remplie de joie, au passage. D’ailleurs Lukas … Il a passé les dernières vacances chez moi, qu’est ce qu’il va faire des suivantes ? Hors de question que je le laisse tout seul pour Noël donc s’il ne décide pas de rentrer chez lui je l’embarque de force et il restera chez mon père – étant donné qu’ils s’entendent à merveille – le temps où je ne serais pas là – si ça se fait, mais ça se fera – et on passera Noël tous ensemble !

« Comme ça je pourrais te montrer l’endroit où j’ai badigeonné de glace le T-shirt de Monsieur Gabrieli ! »

Monsieur Gabrieli … C’est juste trop bizarre de l’appeler comme ça même si ça rend la chose un peu sexy … Riley, focus, c’est l’alcool qui te fait penser comme ça là. On parle de Dimitri là ! Oui ben n’empêche qu’il est sexy, j’y peux rien. Je récupère la bouteille et tape dedans à nouveau puis les mots sortent sans gène et sans filtre.

« Dis, maintenant que t’as testé un peu des deux côtés, t’as une préférence pour un des deux ? Garçons/filles j’veux dire. »

Je ne pense pas être indiscrète dans le sens où elle et moi n’avons pas vraiment de tabou entre nous, de même qu’on se confie facilement l’une à l’autre sur tout un tas de choses donc voilà pourquoi je me permets. Et j'enchaine sans attendre sa réponse, c'est du propre.

« Et est ce qu’il y a quelqu’un qui te plait à l’école ? Une ou plusieurs personnes, ne soyons pas sectaires. »



« Ouais, j’ai envie de me la jouer fille aujourd’hui, donc avoir des conversations de filles et de dire et faire des trucs débiles de filles. »

Mi-Princesse Douce, Mi-Pétasse ! Un jour mon Prince viendra … et il me prendra violemment contre le mur !

« Tiens une autre question dans la même lignée comme ça tu peux répondre tout d’un coup ! Qui te fait fantasmer ici ? Dans l’école j’veux dire, pas dans la pièce. »

Regard circulaire et légèrement absent de la fille qui commence sérieusement à planer sur les nuages de vapeurs d’alcool …

« On va dire que dans la pièce t’as pas vraiment trop de choix, entre les mouettes et moi … »

Ecoute comme j’imite bien la mouette ! Et en plus je sais battre des ailes comme elles ! Peut être que je vais m’envoler, vas savoir. T’invoque bien les nuages toi, ben moi j’me prends pour une mouette :ga:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2275
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Raise your glass and enjoy the life girl ! • Riley   Dim 27 Avr 2014 - 15:28

« J’en dis que même si t’es une pétasse, ah non une connasse pardon, tu continues de me faire rêver.
- Tant d’amour ma chère, j’en suis toute émue ! »

Je la regarde avec ce grand sourire d’enfant que j’ai fait naitre grâce à ma proposition. Riley Jenkins en vacance avec moi, en pleine montagne où nos meilleurs amis seront le Ski, la fondue, la neige et les soirées pyjamas entre copines. Que demander de plus ? On se connait depuis quelques mois, c’est vrai mais bizarrement elle est le genre de personne avec qui je n’éprouve aucune méfiance à l’introduire dans ma vie « intime ». La mort de maman m’a rendu méfiante envers les autres, envers l’Homme en général. Comment pouvais-je me sentir en sécurité face à l’être humain lorsqu’il m’a démontré sa capacité à être cruel et sans remords ? Je passais mon temps à dissimuler chaque cicatrice et avec le temps, tout cela était devenu plus « facile » à vivre. Le deuil ne se ferait jamais pleinement mais forcée de vivre avec, je m’y faisais. Seulement, la méfiance était maitresse de mes actes : Jamais je ne m’ouvrais à qui que ce soit. Je préférais garder le sourire face au monde, plutôt que de laisser entrevoir la blessure béante que je soignais petit à petit au creux de moi. Parce qu’il n’y avait pas que la mort de maman qui me pesait, mais aussi l’infirmité d’Adam et la peine profonde de papa. Si j’étais revenu en arrière, si je ne l’avais pas écouté, alors peut-être qu’aujourd’hui Riley pourrait rencontrer celle qui m’a tant de fois réconforter et donné la vie. Et si j’avais fais de ma vie une forteresse bien gardé, la jolie brune devant moi était bien la seule à y mettre les pieds. Sova savait certes, Tallulah aussi, mais Riley avait eu un long discours sur les circonstances et ce que ça a engendré chez moi. Elle a été un coup de foudre amicale et si souvent je me disais que l’espèce humaine était programmée pour décevoir, je gardais secrètement l’espoir que ça n’arriverait pas avec la Serpentard, pas comme avec Talluh où… tout à complètement foiré. Elle garderait toujours une place dans mon cœur, mais le temps à fait son œuvre et force était de constater qu’elle et moi n’étions plus « compatible ». Même Lucie n’en savait pas autant et j’étais pourtant souvent avec elle en cours, au quotidien.

Je pose mes yeux attendris sur Riley, ravis de la voir en joie. Mon cœur se serre un instant en imaginant qu’un jour peut-être, elle finirait par partir avant de chasser rapidement cette idée. Nous n’étions pas là pour ça, au contraire. Le moment prêtait aux instants de joie et de bonne humeur. Et d’alcool aussi ! D’ailleurs à notre santé ! Je prends une nouvelle gorgée tout en l’écoutant et d’ailleurs, je commence sérieusement à me sentir… Légère. Crois-tu que je vais pouvoir voler après ?

« Je ne sais pas vraiment ce qu’on prévu mes parents pour Noël, faudra quand même que je sois avec eux pour les 24/25 mais j’adorerai passer du temps avec toi et ta famille, là bas, pendant quelques jours ça c’est sur ! »

Je m’apprête à lui dire que j’en serais bien plus heureuse qu’elle ne le croyait lorsqu’elle m’attrape par les épaules, laissant échapper un cri de stupeur de ma peur. Et un gros bisou sur la joue, un ! Avec un câlin en prime. Aussitôt mes bras l’enserrent tendrement, presque maternellement, pour la plaquer à moi en douceur. Sa présence même apaisait tout tourment, passer du temps avec Riley était toujours un bonheur simple et facile.

« Merci beaucoup Keza, c’est vraiment très gentil de ta part, de votre part. En plus j’ai vraiment hâte de les rencontrer ! »

Moment de flottement, je souris en fermant les yeux, profitant de cet instant. Mais aussi pour éviter de voir la terre tanguer…

« Surtout Adam. »

Je m’écarte brusquement en la poussant par l’épaule avec légèreté, mais la voilà qu’elle bascule en arrière en en faisant des tonnes. Je ris aux éclats avec elle.

« Promis, je laisse Adam tranquille !
- Vilaine va ! Mais plus sérieusement, ils ont vraiment hâte de te rencontrer. Et puis je pense que ça fera du bien à tout le monde. Tu verras, ce sont de vrais amours. »

J’esquisse un nouveau sourire et soudain, ils me manquent. Ce sont les deux hommes de ma vie que je me dois de garder près de moi, de les protéger. Je crois qu’inconsciemment j’ai voulu prendre sur mes épaules la charge de prendre soin d’eux comme ma mère le faisait d’une certaine manière.
Le silence s’installe où seul le bruit des vagues vient perturber cet instant de calme. J’apprécie de les entendre aller et venir sur le sable dans un bruit mousseux et apaisant. Mon esprit se perd déjà à cet hiver où je glisserais sur les pentes neigeuses ou faisant de la luge avec mon grand dadet de frère. Je pense déjà à l'ambiance de Noël et j'ai presque envie de claquer des doigts pour voir si le temps avancera plus vite. Peut-être que ça fonctionnera à défaut d'avoir réussi à appeler un nuage.

Riley me tend la bouteille où je bois deux nouvelles gorgées. A ce rythme là, je sens qu’on finir par ne plus se souvenir de nos prénoms.

« Peut être que tu pourras venir passer un peu de temps chez moi aussi, j’en parlerai à mes parents. A Charleen et son père aussi mais concernant Charleen je ne me fais pas trop de soucis, je crois bien qu’elle t’adore. »

Je me redresse d’un coup, un sourire énorme sur les lèvres. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle me le propose en retour mais mon cœur se gonfle d’un coup d’une joie encore plus intense que précédemment. Je crois que je n’aurais rêvé mieux comme vacance ! En parlant de Charleen, il est vrai que c’est une ado absolument adorable et incroyablement tout le contraire de Riley. Calme, timide, silencieuse et réservée, elle pourrait faire croire à n’importe qui qu’elle n’existe pas. Ses petites bouclettes blondes lui donnaient un air encore plus angélique et douce alors que Riley laissait entrevoir un tempérament de feu et hyperactif.

Je claque dans mes deux mains, faisant voler par la même occasion quelques grains de sable.

« Sérieux ? J’en serais ravis Riley ! Mais t’es sûre que c’est une bonne idée ? Enfin, ce que j’veux dire c’est que vous commencez tout juste à renouer des liens solide et sains, j’voudrais pas casser tout ça. »

Retour de frappe, je me fais pousser légèrement par Riley, en signe de protestation. Je laisse échapper un rire, j’en conclus que ça n’était pas discutable. Restait plus qu’elle ne voit avec sa mère et le père de Charleen.

« Et j’adore aussi ta sœur. Elle est douce, calme et non violente. Pas comme toi ! »

Je lui tire la langue d’un air taquin. La perspective de passer mes prochaines vacances avec Riley me faisait courir un élan de bonne humeur que je ne freinerais sous aucun prétexte. Le sourire aux lèvres, je bois une nouvelle gorgée, le cœur léger. Le soleil réchauffe doucement les cœurs et la peau et … bon sang, j’me sens plus que bien !

« Comme ça je pourrais te montrer l’endroit où j’ai badigeonné de glace le T-shirt de Monsieur Gabrieli !
- Manquerait plus qu’on le recroise … T’inquiète, je vous laisserais en amoureux pour que vous puissiez revivre votre instant d’amour fou dans cette fameuse chambre d’hotel. »

:gla:

« Dis, maintenant que t’as testé un peu des deux côtés, t’as une préférence pour un des deux ? Garçons/filles j’veux dire. »

J’hausse les sourcils, surprise par la question. Pas parce que c’est Riley qui me la posait, mais tout simplement parce que je ne me la suis jamais posée… J’ai même un instant de bug total où mon cerveau essaie de reconstruire la phrase de manière correcte. Je pince les lèvres, en pleine réflexion. C’est bon, elle te demande pas non plus de faire le choix de ta vie !

J’ouvre la bouche pour répondre et….

« Et est ce qu’il y a quelqu’un qui te plait à l’école ? Une ou plusieurs personnes, ne soyons pas sectaires. »

… What ? Plusieurs voyons, je fais mêmes des orgies dans les salles de classe… Kezabel, tu devrais avoir honte ! C’est pas de ma faute madame, c’est l’alcool.

« Ouais, j’ai envie de me la jouer fille aujourd’hui, donc avoir des conversations de filles et de dire et faire des trucs débiles de filles. »

Débiles ? J’trouve pas que c’est débile, j’trouve ça même marrant de partager nos secrets communs. Comme si on avait 5 ans ! On va même tenir un journal intime !... Ouais okay, t’as raison c’est peut-être des trucs débiles. Mais on s’en fou non ? Ca fait longtemps que ça ne nous était pas arrivé !
J’ouvre de nouveau la bouche, prête à répondre …

« Tiens une autre question dans la même lignée comme ça tu peux répondre tout d’un coup ! Qui te fait fantasmer ici ? Dans l’école j’veux dire, pas dans la pièce. »

L’alcool rend les femmes pipelette et ça n’est pas un mythe visiblement ! Riley ne s’arrête pas et je suis obligée d’en rire après avoir bugué sur mes tentatives de communication. Si ça, ça n’était pas de l’enthousiasme ! Je jette un regard circulaire à la pièce…

« On va dire que dans la pièce t’as pas vraiment trop de choix, entre les mouettes et moi … »

Instant de pause et je pointe du doigt la petite chose orange qui se ballade non loin d’elle.

« Ah non ! J’ai aussi le choix avec monsieur Crabe et j’le trouve vachement sexy avec sa carapace luisante et toutes ses petites pattes. Ca le rendra plus habile. »

:gla:

C’est de ta faute, c’est toi qui raconte que des bêtises aussi ! …Qué ? La voilà qui imite la mouette et qui bats des ailes… Merde. J’éclate de rire, littéralement, à genoux sur le sol. Bon sang… C’est quand je vois ça que je me dis qu’elle et moi, nous nous entendions pas pour rien. Je reprends mon souffle, une main sur le ventre jusqu’à ce qu’un éclair lumineux me traverse la tête et le regard. Oui, comme un éclair qui vient entrer dans mon oreille pour ressortir par l’autre.

« Eh attends ! »

Je dérape sur le sable en essayant de me lever, titube et tombe… C’est pas ma faute, c’est le sable qui bouge sous mes pas. Je n’y suis absolument pour rien et la bouteille que tiens Riley entre sa main non plus ! Je fouille dans mon sac à dos et y sors ma baguette et un bouquin. Je reviens vers Riley, un grand sourire d’enfant sur lèvres. J’arrache une page, puis deux, puis trois, puis dix, voir quinze.

« Me regarde pas comme ça, c’est un vieux livre vide ! Fais pas ton écoloooo. »

Car au fond, je ne détruits pas d’arbre, je le recycle… puisque d’un coup de baguette, chaque pages deviennent de grandes plumes grisâtres. Je prends mon tee-shirt et y déchire deux lambeaux de tissus à l’aide de mes mains et ce, sans hésitation.

« Tends tes poignets ! … T’inquiète, j’vais pas te faire prisonnière ! »

Toujours un sourire aux lèvres, j’attache un lambeau de tissu à chacun de ses poignets puis d’un coup de baguette y colle les plumes.

« Allez… VOOOOOLLE PETIT OISEAU ! »

Quoi, j’ai fais un truc inutile ? Tout à fait Mais c’est pas grave parce que nous sommes un peu fort bourré. J’éclate de nouveau de rire en lui faisant une couronne de plume. A genoux devant elle, j’ajuste ses cheveux tout en ricanant. Je me recule et contemple le résultat :

« Vouala tou è belle ma chéwie ! »

Je crois que nous sommes foutues. Je ris de plus belle et la trouve charmante avec toute ces plumes. Toi qui te prenais pour une mouette… te voilà servit !

Je me laisse tomber en arrière, fesse sur le sable avant de reprendre une gorgée d’alcool, puis une deuxième. Je préfère les chiffres pairs ! Bon, recentrons nous, elle m’a posée un tas d’interrogation, mon devoir était quand même de lui répondre !

«Pour répondre à vos innombrables questions, Mlle Jenkins, journaliste en herbe : je crois que non en faite… Je fais tout simplement au feeling. J’ai pas l’impression d’avoir une attirance précise, pas au niveau du sexe masculin ou féminin. Disons que je suis plus attiré par le caractère d’une personne. Enfin tu vois, j’pourrais très bien finir ma vie avec un garçon ou une fille, pour moi tout dépend du caractère et du feeling que j’ai avec. »

Voilà qui résumait plutôt bien ma manière de voir les choses. Je n’étais pas du genre à croire au coup de foudre. Pour moi c’était une question d’alchimie entre deux corps qui créait une attirance mutuelle. J’étais loin du rêve de petite fille avec le prince charmant et son fidèle destrier mais je n’en étais pas triste pour autant. Je ne posais pas réellement la question, je laissais simplement la vie faire son œuvre, ne cherchant pas à être plus avec une fille qu’un garçon ou inversement.

« Après… En ce qui concerne si quelqu’un me plait à l’école, j’sais pas trop. »

Et c’était vrai. J’étais pas le genre de fille à baver et à passer mon temps à reluquer les corps qui passait devant moi.

« Bon, après j’avoue qu’il y en a qui ont des arguments hein ! Bon, il y a bien Rina, ça va de soi ! Mais en élève… hum… Alec est pas mal dans son genre. Tu sais le type un peu à l’air torturé. Ca lui donne un charme ! A une époque, j’aurai bien voulu jouer sa psy. »

Cherche pas, c’est l’alcool qui fait dire ça ! :gla:

« Ensuite, Enzo reste mignon aussi, mais il me fait plus penser à mon frangin ! Donc ça ne compte pas ! Mais pour continuer dans la lignée des Gryffondor il y a ce nouveau là. Tu sais celui qui a pas mal de tatouage. Mateo, un latino. C’est une sacrée tête de … con. Oui, de con. Vraiment, c’est un goujat hors pairs mais faut bien avouer qu’il reste quand même sexy. »

Et pourtant, je ne peux pas le voir en peinture avec ses airs de prétentieux et de je me fou de tout le monde. Après, peut-être qu’il est beaucoup plus sympa qu’il ne le laisse entrevoir mais pour le moment il me tape sur le système et il me le rend bien.

« Après j’sais pas, ton Matty d’amour reste chou dans son genre avec sa bouille toute ronde. Il est attendrissant… Puis il y a Gabrieli qui a une paire de fesse absolument à croquer. Et Cameron aussi hein, il faut dire ce qui est. Le prof Wallenstein aussi est pas mal dans son genre… Y en a pas mal quand même. Tu m’étonnes que certaines ne suivent pas correctement les cours. »

Je lève la bouteille et bois une nouvelle gorgée. Les vapeurs montent sérieusement à la tête et je me sens tanguer. C’est bizarre comme sensation mais drôle. J’ai envie d’un nuage là tout de suite.

« En femme… Rina, j’te jure qu’elle est… Rah. Elle l’est quoi. Il y a la prof de vol et de sport aussi, j’trouve qu’elle a un joli regard. Enfin il n’y a pas que le regard qui est jolie à regarder… »

HASTING ! BON SANG un peu de tenu voyons. Je regarde la bouteille d’un air coupable. C’est de ta faute aussi, ça va hein !

« Je peux aussi compter Jayden, purement physique aussi, elle est sulfureuse. Et puis il y en a une … qui fait complètement chavirer mon cœur… »

Je baisse les yeux vers le sable, air timide et demi-sourire gênée. Je trace des traits sur le sol, comme une enfant de 4 ans. Tu vois mon air de bébé qui n’ose pas avouer LA grosse vérité. Je fais la moue et lève mes yeux brillants d’amour vers elle puis je prends ses mains entre les miennes :

« C’est toiiiiii que j’aime ! Tu comprends pas, je suis folle de toi ! T’es trop bonne quand tu joue au quidditch, les cheveux au vent, l’air déterminé ! »

Je lui tends mes yeux tout mignons, avec mes lèvres tremblantes de larmes avant d’éclater de rire. Je la pousse dans le sable en tanguant moi-même. Wouaaaouu, la vache ça tourne quand même.

« Fais pas cette tête va ! Ouais, t’es méga bien foutu quand même, faut l’avouer, c’est pour qu’on s’entend bien, on fait un tandem de bonnasse.»

Je me lève et marche comme si nous étions entrain de faire un défiler de mode avant de trébucher tête la première dans le sable, en riant aux éclats. L’alcool fait son effet plus que je ne l’aurai penser. Non mais c’est le soleil, ça aide aussi. Ca fait remonter les vapeurs plus vite…

« Et toi alors ? Qui te fait fantasmer dans l’école ? Raconte-moi tous tes secrets ! »

Comme si nous avions 5 ans et que nous étions dans ma chambre à manger des marshmallows ! Avec des pyjamas en forme de licornes !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8184
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: Raise your glass and enjoy the life girl ! • Riley   Lun 28 Avr 2014 - 19:51

« Ah non ! J’ai aussi le choix avec monsieur Crabe et j’le trouve vachement sexy avec sa carapace luisante et toutes ses petites pattes. Ca le rendra plus habile. »
« T’es … glauque. J’reviens j’vais vomir. »

Et puis qu’est ce que ce truc fout là ?! J’te préviens toi, Mister Carapace, si tu me pinces les fesses j’te mange ! Avec de la mayonnaise, miam. Laisse mon derrière tranquille et nos relations resterons cordiales.

« Eh attends ! »

Mais qu’est ce que tu fais ?! J’ai même pas le temps de réagir qu’elle est déjà entrain de se lever, se casser la gueule, se relever, fouiller dans son sac et … j’ai le tournis. Au secours, ça tangue et ça tourne. Je rêve ou elle est entrain de massacrer un livre là ? Attention, Riley Tête d’Ampoule se réveille ! AFFRONT ! Que fais tu mécréante ?!

« Mais ! »
« Me regarde pas comme ça, c’est un vieux livre vide ! Fais pas ton écoloooo. »
« Et qu’est ce que tu fous avec un vieux livre vide dans ton sac ? Tu le fumes en douce page après page ? Ça ne m’étonnerait pas de toi ! »

Et encore moins quand je vois ce que t’es entrain de faire … J’y comprends rien et je ne sais pas qui de nous deux à l’air le plus stupide : Toi qui t’affaires en ayant l’air d’une folle avec tes petits papiers ou moi qui reste la bouche ouverte comme une carpe et les yeux grand écarquillés ? Des … plumes. Normal. Et le T-shirt y passe … Arrête de fumer ce pauvre livre, ton cerveau est entrain d’y passer tout entieeeeeeeeeeeeeeeer ! Soif.

« Tends tes poignets ! … T’inquiète, j’vais pas te faire prisonnière ! »
« Oui ben pardon d’me méfier avec toi hein ! »

N’empêche que je lui tends mes poignets, elle y attache les morceaux de tissus et un tour de magie plus tard les plumes viennent s’y coller devant mon regard probablement encore plus ahuri. Elle, elle a l’air parfaitement fière d’elle.

« Allez… VOOOOOLLE PETIT OISEAU ! »

Et deux minutes plus tard je me retrouve avec une couronne de plumes sur la tête.

« Vouala tou è belle ma chéwie ! »
« T’as un furieux grain Kezabel Hastings. »

J’éclate de rire avec elle puis finalement me relève et commence à battre des … des bras en mode mouette et à faire des sauts de biche dans le sable en manquant de me casser la figure à chaque impact parce que ça commence à être difficile de tenir debout.

« Je suis une mouette ! »

C'est bien Riley … :gla:

Après avoir fait encore deux ou trois sauts de cabris en battant des ailes – aucun lien fils unique – je fini par revenir m'écrouler – je sais, c'est très glamour – auprès de mon amie qui est entrain de s'enfiler une nouvelle rasade dans le gosier, et encore une autre. Bravo ! Donne moi donc ça un peu, ça donne soif de faire la danseuse étoile emplumée. Une véritable petite mouette d'Opéra, je réinvente le style, oui madame ! Enfin bref, concentration.

« Pour répondre à vos innombrables questions, Mlle Jenkins, journaliste en herbe : je crois que non en faite… Je fais tout simplement au feeling. J’ai pas l’impression d’avoir une attirance précise, pas au niveau du sexe masculin ou féminin. Disons que je suis plus attiré par le caractère d’une personne. Enfin tu vois, j’pourrais très bien finir ma vie avec un garçon ou une fille, pour moi tout dépend du caractère et du feeling que j’ai avec. »

Oh ouiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!! Journaliste en herbe !!! C'est moi ça ! Riley Jenkis, Reporter sans frontières !!! C'est beau ce que tu dis en tout cas et j'aurai tendance à penser de la même façon même si en ce qui me concerne je n'ai jamais été attirée par une fille jusqu'ici mais qui sait, ça pourrait très bien m'arriver demain. Ah non, pas demain, demain c'est dimanche. Et ? Et rien. Je la regarde avec un sourire niais sur le visage, là mais déjà plus trop là, les yeux humides et luisant : Caractéristiques flagrantes de l'imbibée de base. La grande classe !

« Après… En ce qui concerne si quelqu’un me plait à l’école, j’sais pas trop. Bon, après j’avoue qu’il y en a qui ont des arguments hein ! Bon, il y a bien Rina, ça va de soi ! Mais en élève… hum… Alec est pas mal dans son genre. Tu sais le type un peu à l’air torturé. Ca lui donne un charme ! A une époque, j’aurai bien voulu jouer sa psy. »
« Mouais, pas mon genre. Trop … J'allais dire trop le genre après qui tout le monde coure et j'aime pas être un nom de plus sur une liste mais bon … j'ai plus vraiment l'air très crédible à cause de Ryans. Oui c'est de sa faute, entièrement de sa faute, pas de la mienne. »

Mais bien sur Riley ! Il t'a forcé, c'est vrai Rolling Eyes Mais concernant Alec j'ai pas le souvenir de l'avoir vu avec un air torturé une seule fois pour être honnête. Keza doit être dans ses p'tits papiers m'enfin si j'entends le mot torturé c'est clairement pas à lui que je pense en premier lieu. Et ne me demandez pas de penser maintenant s'il vous plait, vous serez bien aimables.

« Ensuite, Enzo reste mignon aussi, mais il me fait plus penser à mon frangin ! Donc ça ne compte pas ! Mais pour continuer dans la lignée des Gryffondor il y a ce nouveau là. Tu sais celui qui a pas mal de tatouage. Mateo, un latino. C’est une sacrée tête de … con. Oui, de con. Vraiment, c’est un goujat hors pairs mais faut bien avouer qu’il reste quand même sexy. »
« Oh ouiiiiiii ! Chope le p’tit dernier de la Fratrie Terrible, comme ça on sera belle-sœurs !!! »

Et je me vois entrain de taper dans mes mains comme une hystérique, un grand sourire sur les lèvres, avant de m'arrêter nette et d'afficher un air super sérieux. Enfin, sérieux … autant que possible quand on commence à passer du stade pompette à celui de bourrée. Qu'elle heure il est déjà ? Aucune importance.

« J’déconne. En plus ça serait pas sympa pour Kyle et ça f’rait un peu Cougar sur les bords même s’il fait plus que son âge. Au moins physiquement. »

Grande conversation avec moi même, l'index tapotant le menton à intervalles régulières, la bouche pincée sur le côté et les yeux levés vers le ciel comme si je réfléchissais alors qu'en fait j'ai juste oublié à quoi je pensais trois secondes plus tôt et puis je reviens sur terre alors que l'image du nouveau dont elle me parle m'arrive en tête.

« J’le connais pas celui là mais … tu m’donnes pas envie de le connaitre. »

Je vois qui c'est mais avec son air de péter plus haut que son cul … Pas ma tasse de thé.

« Après j’sais pas, ton Matty d’amour reste chou dans son genre avec sa bouille toute ronde. Il est attendrissant… Puis il y a Gabrieli qui a une paire de fesse absolument à croquer. Et Cameron aussi hein, il faut dire ce qui est. Le prof Wallenstein aussi est pas mal dans son genre… Y en a pas mal quand même. Tu m’étonnes que certaines ne suivent pas correctement les cours. »
« C’est mon Harem ça, pas touche. A part Wallenstein. »

Ça va, je plaisante. J’veux pas d’un harem, avoir des amis ça me va très bien et c’est ce qu’ils sont tous les trois pour moi. Enfin c’est ce que je pensais concernant Cameron mais peu importe, c’est la vie, c’est comme ça. On n’attache pas les gens et s’il ne ressent pas le besoin de m’avoir dans son existence je n’ai pas d’autres choix que de faire avec. En réalité, il ne me manque plus vraiment de toute façon, je crois que je suis plus en colère qu’autre chose. Blessée, ça c’est une certitude. Mais on s'en tape !

« En femme… Rina, j’te jure qu’elle est… Rah. Elle l’est quoi. Il y a la prof de vol et de sport aussi, j’trouve qu’elle a un joli regard. Enfin il n’y a pas que le regard qui est jolie à regarder… »

Eurk. Chut ! J’veux pas de détails ! Enfin pas plus que j’en ai déjà eu en tout cas ! Chaudasse va !

« Je peux aussi compter Jayden, purement physique aussi, elle est sulfureuse. Et puis il y en a une … qui fait complètement chavirer mon cœur… »

J’ai … raté un épisode ? Me regarde pas comme ça avec tes yeux de chiots humide là, t'es flippante !

« C’est toiiiiii que j’aime ! Tu comprends pas, je suis folle de toi ! T’es trop bonne quand tu joue au quidditch, les cheveux au vent, l’air déterminé ! »
« Espèce de grande malade ! »
« Fais pas cette tête va ! Ouais, t’es méga bien foutu quand même, faut l’avouer, c’est pour qu’on s’entend bien, on fait un tandem de bonnasse.»
« J’te préviens, t’as pas intérêt à briser notre amitié avec ça. Sinon j’te parle plus jamais de la vie ! »



« Mais t'as raison, on est des bonnasses ! »

Je la regarde défiler et éclate de rire quand elle s'éclate par terre. Toi et moi on est dans un état pitoyable mais tu sais quoi ? Ça n'a aucune importance parce qu'on s'amuse et c'est tout ce qui compte.

« Et toi alors ? Qui te fait fantasmer dans l’école ? Raconte-moi tous tes secrets ! »
« Humpf … Ben à vrai dire, à l’instant T, j’crois que j’suis un peu vaccinée contre tout et tout le monde et que je prends bien plus mon pied à descendre cette bouteille avec toi qu’en fantasmant sur qui que ce soit. »

Franchement, aucun intérêt.

« En plus depuis que Monsieur Andrews est partie c’est plus pareil. »

Ah, Monsieur Andrews ! Je pousse un long soupire en laissant s'affaisser mes épaules avant de relever la tête de façon sans doute un peu trop vive puisqu'elle me tourne dangereusement.

« Y a bien le Prof d’Astro qui est assez mignon mais sinon … Bof, pas mon style j’crois. »

Oui il est assez chou avec son air un peu perdu, ça donne envie de le dévergonder. Riley ! Ben quoi ? C'est drôle :ga: C'est déjà ce que je faisais avec Monsieur Andrews, je ne pouvais pas m'empêcher de le mettre mal à l'aise. Peut être que je pourrais faire pareil avec Monsieur Keats !

« Et les femmes/filles … j’sais reconnaitre quand une femme est belle, quand je la trouve belle, mais ça s’arrête là. J’ai pas vraiment d’exemple là … Hum ... Je trouve que Casey est très jolie, on dirait une poupée. Rina a beaucoup de prestance, Victoria aussi. »

Et y en a surement encore pleins d'autres mais personne ne rivalise avec nous deux de toute façon !

« Hey ! Je viens d’avoir une idée lumineuse ! »

Comme ça, totalement hors contexte et absolument à côté de la conversation en cours mais le pire dans tout ça c'est que je suis trop fière de moi et totalement excitée comme une puce. Je me lève, non sans mal, lute aussi pour rester debout et titube jusqu'au bord de l'eau où je me penche dangereusement pour ramasser un gros coquillage. Deux pas en arrière, non, trois c'est mieux. Quatre, soyons prudent. Attention … en position ! Me voilà jambes tendues, les fesses en l'air, un bras tendu aussi et une main en appuie sur le sable et l'autre qui trace des traits dans le dit sable – mouillé, plus pratique – tout en avançant petit à petit comme un crabe. Ce cirque dur environ … en fait j'en sais rien du tout et quand je me redresse c'est une marelle qu'il y a à mes pieds alors toute fière je me retourne vers Kezabel et balance le coquillage derrière moi sans regarder. S'il y avait eu quelqu'un ça aurait été pareil ! Oops. M'enfin y a personne alors on s'en tape.

« Regarde, j’ai trouvé un moyen de te faire grimper au ciel sans avoir à briser notre amitié, c’est pas génial ? »

Si c'est génial. JE suis géniale !

« Prems ! »

Et ben j'peux vous dire que jouer à la marelle en étant torchée, c'est vraiment pas simple. Pourtant c'est ce qu'on a fait pendant un bon moment, tout en continuant à boire, à rire, à chanter, et c'était bon ! Le reste est un peu flou pour ma part …

- Finito -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Raise your glass and enjoy the life girl ! • Riley   

Revenir en haut Aller en bas
 
Raise your glass and enjoy the life girl ! • Riley
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Look at me and enjoy my life - Cléo
» Enjoy Your Life - appaloosa
» RAISE YOUR GLASS [Human only]
» ♣ Enjoy life and smile ♣
» A Vos Souhaits [I'm a Barbie Girl, in a Barbie World... Imagination, life is your creation !]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Septième Etage. :: ─ Salle sur demande-
Sauter vers: