AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1146
Date d'inscription : 20/02/2014
Crédits : Carter
Double Compte : Kezabel, Charleen, William, Ora, Dimitri, James, Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2616-mateo-e-vargas-o-forget-your-r
MessageSujet: Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this   Jeu 20 Fév 2014 - 22:28



Mateo Estéban Vargas
©️ Tumblr
─ Nationalité: Americano-Argentin
─ Age: 22 ans
─ Maison ou Groupe: Gryffondor
─ Année d'étude / Matière enseignée: 10ème année, oui j’ai redoublé deux fois. Ca pose problème ?
─ Sang: Sang-mêlé
─ Mon avis sur tout ce qu'il s'est passé: Qu’est-ce que j’en sais, j’étais même pas là. Et puis j’m’en branle, ça me concerne pas. Si ? Je viens à peine d’arriver et oui, j’ai entendu deux trois trucs pas cool, j’dis pas le contraire, mais qu’est-ce que vous voulez que j’fasse ? Ce qui est fait, est fait. Pas la peine de se morfondre une éternité dessus, il faut qu’ils commencent à aller de l’avant. La vie elle, ne s’arrêtera jamais pour nous.
─ J'avoue ce truc me fiche une peur bleue : Le cadavre de ma sœur disloqué.
─ C'est lui qui me protège en cas de besoin : Un Mustang

─ Caractère : Froid • Impulsif • Je m’en foutiste • Insolent • Bad Boy • Anti-conformiste • Manque de tact • Rentre dedans • Franc • Têtu • Protecteur • Séducteur • Déteste les cours • Emmerdeur • Solitaire • Caractériel • Fier • Introverti • Généreux • Sportif • Attentif • Blagueur • Bagarreur • A l’écoute (Tout dépend avec qui) • Loyal • Impliqué (Pour les plus chanceux) • Taquin • Rusé • Habile • Sanguin •

─ Suis-je exceptionnel(le) pour autant: J’ai rien d’exceptionnel.

─ Que serai un véritable sorcier sans elle: Je serais peut-être un type normal et ça m’aurait arrangé. Bref, 35,2 cm, bois d’Acacia avec une plume de gryffon et  ventricule de dragon.
─ Ça agace les autres, mais j'aime le faire* : Me passer la main dans les cheveux et parler en espagnol lorsque je m’énerve.

Ce qu'il faut absolument savoir sur moi !
(Environ 250 mots)
Décrivez-nous votre  caractère. Votre Véritable caractère et non pas celui que votre perso laisse transparaitre... On peut pas lire tout le temps entre les lignes.
Ce n’est pas de sa bouche que vous allez obtenir quoi que ce soit sur sa personne. Puisque Monsieur n’est pas décider à parler, j’vais le faire à sa place si vous me le permettez. De toute manière même si vous ne le faite, c’est pas grave j’vais le faire quand même.

Avant toutes choses, il n'a rien contre les moldus. Loin de là, s'il avait eu le choix, il en serait un. Lui et la magie, ça fait quarante. Il ne la porte pas dans son coeur et ce, pour de multiples raisons. Bref, ça ne regarde que lui, si tu veux en savoir plus ... t'as qu'à aller le lui demander.

Mateo est un jeune homme froid et distant, je dirais même que c’est souvent un vrai connard. Appelons un chat un chat, ce n’est pas le type de garçon qui viendra vous accueillir à bras ouvert ou à vous taper l’accolade au détour d’un couloir. Loin de là, pour lui la vie est une chienne et elle vous cramera l’âme avant que vous n’ayez le temps de dire ouf. Il se fou de tout, tu peux venir lui dire que ce n’est qu’un pauvre crétin antipathique, il te répondra qu’il ne faut pas être si jaloux de lui et que peut-être qu’un un jour, toi aussi tu sauras être honnête avec ce que tu es réellement. C’est un caractériel, il peut être aussi calme qu’impulsif. Ce type est un paradoxe à lui tout seul. Certains jours il foncera dans le tas sans chercher à comprendre, faisant fonctionner ses phalanges plutôt que la parole, origine latino oblige ! D’autre jour, il privilégiera les répliques acerbes lorsque l’occasion s’y prête. Il peut aussi bien te laisser lui hurler dessus, restant impassible pour ensuite t’ignorer comme si tu n’étais qu’un tableau de plus dans ce château.
S’arrêter ici dans ses défauts serait trop simple… On peut compter aussi sur lui pour une insolence presque sans limite, majoritairement à l’encontre du corps enseignant. Rien d’étonnant me direz-vous. Il porte en horreur les cours et ses résultats le font sentir, le redoublement de sa 6ème année et 8ème année en est la preuve. Il n’a jamais été très bon pour les études de toute manière, préférant la pratique même si ici, il n’excelle pas plus que ça. Bref, il n’hésitera pas à répondre de but en blanc à un prof, se souciant très peu des conséquences que cela peut avoir sur sa personne ou sa scolarité. D’ailleurs, il n’a jamais eu de tact, il ne sait pas prendre des pincettes pour dire les choses en douceur. Pour lui ça n’est pas manquer de tact, mais c’est être franc, honnête et dire la vérité telle quel. Idem, tu peux bien l’insulter et lui dire que ce n’est qu’un pauvre con, il s’en fou. Attention… ne vas pas croire qu’il est inébranlable. Ce n’est pas un surhomme, loin de là. Il a ses faiblesses comme toi et moi, même si ça fierté préfère lui faire dire des horreurs plutôt que d’avouer sa douleur.

Monsieur est Argentin dans l'âme... Vous vous doutez bien que lui et les femmes, c'est une grande histoire "d'amour". Amour qu'il a déjà connu une fois lors de son adolescence. Depuis il se laisse porter par le courant, profitant des femmes, de leur charme et de tout ce qu'elles peuvent offrir avec. C'est un grand charmeur, parfois manipulateur pour obtenir ce qu'il veut et ce, sans forcément de scrupule... Il n'hésite pas à user des ses charmes latins, mais aussi de sa langue maternelle pour séduire, proférant certaines paroles en Espagnol pour séduire les plus difficiles.

C’est un solitaire, il n’aime pas la foule, être oppresser contre tous ces corps qui se frôlent, se heurtent. Il préfère de loin le calme d’un terrain de basket, d’un parc ou d’une plage. Peu lui importe tant qu’il est loin du monde. En revanche, lorsque Mateo t’as dans le collimateur … Il ne te lâche pas pour venir jouer les emmerdeurs et ce, dans le bon sens. Il est aussi habile que rusé et n’hésite pas à avoir la main à la manière d’Arsène Lupin pour voler deux trois effets personnels, juste pour le plaisir de contrarier l’autre mais aussi par curiosité. Qu’est-ce qu’un être peut-il cacher au creux d’un objet ? Quel parcelle de sa vie ? Il peut également être un véritable emmerdeur, dans le bon comme dans le mauvais sens. A voir où ce garçon te place dans son existence. Parce que pour que Monsieur veuille bien apprécier quelqu’un, il faut soit du temps et de la patience, soit que tu es un truc. Sa confiance, il l’a place entre de rare paire de main car il sait à quel point elle s’effrite et peut fondre comme neige au soleil. Il sait aussi qu’elle peut être mère de douleur et d’ennuie.


J’vous l’avais dis… un vrai petit con. Mais quand Mateo aime bien quelqu’un, ça n’est pas qu’à moitié. C’est là toute sa contradiction lorsqu’on le voit parfois ignorer le monde qui l’entoure avec certaine fois, un mépris plus qu’évident. Il peut être quelqu’un de vraiment investi et même de généreux. Même si peut de personne ont eu l’occasion d’en bénéficier. Lorsqu’il se donne, il le fait à part entière et t’offre le pack Défaut + Qualité, et parfois un bonus lorsque tu cumules assez de point de fidélité !  Dans ses bons jours, c’est un véritable blagueur, aimant taquiner et se laisser aller aux rires, comme avant… Il n’hésite pas à mettre tout en œuvre pour accomplir à la perfection son petit coup de crasse gentillet. Lorsqu’il place sa confiance entre tes mains, tu peux alors compter sur lui pour n’importe quoi. C’est quelqu’un de loyal qui, malgré tous ses défauts, conserve certaines valeurs qui lui ont été inculqué et en lesquels il tient. Il sait aussi être à l’écoute de ceux qu’il apprécie et n’hésite pas à retrousser les manches pour donner un coup de main. C’est aussi un grand protecteur… Peut-être lui reste-t-il des éclats de frère au fond de son cœur cramé et de son sourire fracassé.  




Dernière édition par Mateo E. Vargas le Sam 22 Fév 2014 - 21:33, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1146
Date d'inscription : 20/02/2014
Crédits : Carter
Double Compte : Kezabel, Charleen, William, Ora, Dimitri, James, Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2616-mateo-e-vargas-o-forget-your-r
MessageSujet: Re: Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this   Jeu 20 Fév 2014 - 22:29


C'est là toute mon Histoire !
© Tumblr • Environ 1000 mots.

─ Résumé de votre histoire : Naissance - 8 Avril 1992 – San Antonio (Texas) • Juillet 2000 - Camélia tombe malade (Leucémie) • Mai 2002 - Camélia est rétabli - Mateo manifeste ses premiers signes de sorcier • Septembre 2003 - Il entre dans l'école de magie du pays mais n'est pas très doué pour tout ce qui est théorique • Ete 2008, la maladie frappe de nouveau Camélia • 2009 - Mateo est compatible pour un greffe, mais le corps de sa soeur la rejette • Novembre 2010 - Camélia décède dans les bras de son frère après avoir mener un lourd combat contre la maladie • 2010 - 2014 : Mateo tombe dans la délinquance la plus pur pour ensuite être expédié chez sa tante en Angleterre par ses parents, dans l'espoir de le voir se reprendre en main. • Septembre 2014 - Mateo fait son entrer à Poudlard chez les Gryffondor.

─ Son histoire :


«J'ai pas d'dieu, mais que des gants de boxe pour cramer la vie.»

8 Avril 1992 – San Antonio (Texas) : Si j’en crois les dires de Madré, mon père revenait tout juste de mission lorsqu’il  reçu un appel pour annoncer que maman allait accoucher d’ici quelques heures d’un petit garçon : Moi. Mateo Estéban Vargas. Je suis né sous le signe du Bélier et vu la tête de con que je suis, j’en viendrais presque à croire que ces histoires d’étoiles et de planètes peuvent peut-être être vraies. Quoi qu’il en soit, je suis sortie vers la vie avec les cheveux aussi noirs que mes deux parents réunis, détonnant étrangement avec la blondeur de Camélia, ma sœur aînée de trois années. « Les même cheveux que Mamie lorsqu’elle était encore toute jeune » lui disait Maman. La famille chez nous, c’est très important. Elle constitue un pilier essentiel et je m’en rendis bien vite compte en grandissant aux côtés de Camélia qui était sans contester, l’être le plus cher à mes yeux. Elle avait beau être mon ainé, je n’en avais pas moins l’instinct du frère protecteur au creux du ventre. Maman me répétais souvent que j’avais toujours eu le caractère de mon père : Borné, impulsif et sanguin. Un vrai Argentin, comme lui. Mes parents se sont rencontrés aux abords de Buenos Aires où elle n’a pas su résister aux charmes de ce petit branleur aux airs prétentieux, mais à l’allure d’un James Dean latin. Beau parleur mais protecteur. Tête de con, mais intentionné comme jamais. Je crois que l’on peut appeler ça un coup de foudre. Ma mère étant Américaine et présente sur le terrain Argentin uniquement pour des vacances, ne put se séparer du grand Pedro Vargas qui devint quelques mois plus tard, son mari. Ils ont quittés le sol Argentin un an après pour vivre à San Antonio, faute de moyen, où mon père s’engagea dans la Marine. Job sûr. En vu de son caractère, je suis encore étonné qu’il ait réussi à faire ses classes. Ma sœur est née deux ans plus tard, fruit d’une passion qui se renouvela avec moi. Et je fus encore plus étonné lorsque ma mère me raconta qu’à aucun moment papa n’a prit peur face à l’annonce de ce qu’elle était réellement : Une sorcière. Sa seule réponse était :

« Je sais maintenant comment tu as ensorceler mi corazon, amor ! »

La magie a toujours été présente dans notre vie et j’en fus d’ailleurs le premier émerveillé dès mon plus jeune âge lorsque je voyais ma mère faire apparaitre des oiseaux ou je ne sais quoi encore du bout de sa baguette. Mon seul vœu à cette époque était de manifester des dons pour la magie comme Camélia quelques années plus tard à l’âge de 10 ans.

Juillet 2000 – Buenos Aires : Nous passions chaque été chez nos grands parents paternels, Camélia et moi. Soit le mois de Juillet, soit le mois d’Août. Et j’y prenais un plaisir non dissimulé. La chaleur, le soleil, la joie des rues, les consonances espagnols qui ne faisaient que m’enchanter les oreilles. Tout me plaisait là bas, du ciel à la terre, des rues à la maison de mes grands parents qui étaient deux Anges sur terre. Nous étions toujours gâtés là bas, sous l’exaspération de nos parents. J’avais 8 ans et je montrais depuis déjà plusieurs années et ce, sans hésitation, mon caractère de petit con qui mettait encore des Pyjamas spiderman. Je n’étais pas une tête en cours, pas par stupidité, mais par ennuie. Je savais déjà que la théorie n’était pas pour moi mais je m’en sortais toujours, que ça soit avec le minimum de la moyenne ou non, à contrario de Camélia qui, elle, s’en sortait comme un chef. Je l’admirais, elle était pour moi un modèle que je m’appliquais à suivre comme je le pouvais malgré mon impulsivité. J’étais d’un caractère difficile mais je n’en restais pas moins adorable, déjà presque conscient que mon charme Latin opérait toujours pour obtenir à peu près tout ce que je voulais du reste du monde. Les seules personnes avec qui je ne me permettais pas de jouer à ce petit jeu étaient mes parents et Camélia. D’une part parce que mon père d’un caractère sévère m’aurait foutu quelques trempes de plus, mais parce que je leur vouais un respect, tout comme je vouais ma croyance à celui qu’on appel Dieu. Elevé dans une famille catholique des deux côtés, j’ai fais gentiment ma communion et tout le package qui va avec. Je n’étais pas un enfant de cœur mais je gardais à l’esprit que si Dieu m’avait fait naitre comme ça, c’est bien qu’il y avait une raison, n’est-ce pas ?

Bref, tout ça pour dire que j’étais croyant et que je pensais que ce type en haut à la longue barbe blanche, réalisait des putains de miracles et j’étais d’ailleurs un peu étonné de me dire qu’il ressemblait vachement au Père Noël, au point de me dire qu’ils étaient peut-être frangin… Qu’est-ce qu’on en sait après tout, hein ? Enfin bon… Nous étions dans la piscine de mes grands parents avec nos cousins, à s’égosiller et à patauger comme les gamins que nous étions. Seul ombre au tableau : Camélia dans sa chambre, sous sa couette, prise d’une soudaine fatigue.

« Hey 'Lia, tu ne viens pas à la piscina ? L’eau est trop bonne !
- Désolée Mat’, mais j’me sens pas très bien. J’vais me reposer un poco.
- Tu peux pas utiliser tes pouvoirs pour aller mieux ? T’es beaucoup fatigué depuis hier…

Je me souviens de son regard attendri et de son sourire fatigué :

« J’aimerai bien mais je ne pense pas que ça fonctionne… Dieu ne m’a pas donné ce don pour ça.»

J’ai touché son front, toujours aussi brûlant de fièvre. Il était hors de question que je la laisse seule.

« J’vais rester avec toi. De toute façon, j’ai plus envie de me baigner. »

Mensonge. Mais je préférais rester avec Camélia, qui déjà, c’était endormie. Mon esprit de gamin ne savait pas encore que je voyais ici le premier signe d’un très long fléau qui s’était abattu sur le corps angélique de ma sœur ainée. Ma grand-mère l’emmena voir un médecin dès le lendemain matin et mes parents débarquèrent le surlendemain lorsqu’ils ont su qu’elle devait passer des examens complémentaires. Je ne comprenais rien de rien. Ni l’affolement, ni ce nuage obscure qui s’est abattue sur les épaules de chacun mais surtout sur son visage à elle. Leucémie ? A 8 ans, vous croyez que c’est un nom de bonbon ou au contraire, d’un plat bien dégueulasse. Mais à aucun moment je n’aurai pu croire que ce nom complètement bizarre était tout simplement l’identité d’une maladie qui allait ronger Camélia durant deux années. Deux longues années où je l’ai vu plus morte que vivante.

Mai 2002 – San Antonio (Texas) : Sa maladie a durée deux années où je l’ai vu se batter contre la mort afin de maintenir le peu de vie qu’elle avait en elle. J’ai compris petit à petit que la Leucémie était tout simplement des microbes qui lui rongeait toutes l’énergie dont elle disposait, mais aussi le corps entier. Elle s’est amaigrie, affaiblie. Pas une seule fois je ne l’ai lâché, toujours collé à elle à lui raconter ma vie de gamin de dix ans, à lui ramener des dessins d’elle déguiser en Super Magicienne. Elle était normalement scolarisée à l’école des Sorciers Américaines, mais en vu de son état, elle avait pour ordre de rester à la maison, Maman lui donnant parfois des cours lorsqu’elle était sous son meilleur jour. Je n’en ratais pas un seul, toujours autant fasciné de voir toute sorte de chose se produire sous l’effet de ce morceau de bois.

« Dis madré, pourquoi tu n’utilise pas la magie sur Lia ? T’es plus forte qu’elle, tu pourrais détruire tous ses microbes ! »

Ce jour là, j’ai vu toute l’ampleur et la gravité de la maladie de Camélia dans ses yeux bordés de larmes. Je me souviens qu’elle m’a serrée dans ses bras, sans un seul mot, ayant pour seul parole que celui de son cœur battant contre sa poitrine.

Quant à moi, j’étais toujours aussi … chiant, emmerdeur, impulsif à l’école. Bagarreur aussi, mais rien de trop inquiétant. J’étais juste comme Papa, rien de plus rien de moins. Je n’en étais pas moins adorable, poli et doux. J’en étais même venu à me calmer un peu, pensant que Dieu allait donner un p’tit coup de main à ma sœur suite à mes nombreuses prières. Je me serais fais saigné les genoux si ça pouvait permettre à Camélia d’aller mieux. Et c’est ce qu’il se produisit, de mois en mois suite à une greffe de moelle osseuse, nous l’avons vu reprendre des forces. Et lorsque Maman est venue me dire que Camélia était en remisión, j’ai littéralement explosé de joie… au point d’en faire voler une chaise contre le mur. Rien de bien magnifique, mais visiblement, la magie avait décidé de faire surface dans mes veines en même temps que la vie dans celles de Camélia.

Septembre 2003 à Janvier 2007 – Ecole de Magie (USA) : Ah, la désillusion des cours. La magie s’est cool, mais quand tu dois apprendre l’histoire de celle-ci, ça l’est moins. Quoi qu’il en soit, je m’éclatais quand même. J’étais toujours aussi impétueux  et borné, mais quand il s’agissait d’apprendre uniquement avec la baguette, j’étais le premier sur l’estrade pour apprendre. Ma sœur était elle aussi revenu en cours petit à petit et je gardais toujours un œil sur elle, n’hésitant pas à montrer mes phalanges si j’en voyais le besoin. C’est aussi pendant ses années que j’ai connu ma première vraie petite amie : Alice. Je n’étais qu’un foutu coureur de jupon mais cette nana m’a tout bonnement volé ce que j’avais de cœur pour en faire un feu d’artifice avec ses mains et ses yeux. Elle était pour moi la deuxième femme de ma vie et ma sœur en riait de me voir si attendri, moi qui jouait trop souvent du cœur des autres. Bref, rien de plus durant ses années, tout était normal, je menais ma vie comme je l’entendais au grand damne de mes parents et malgré l’autorité de mon père. Je pensais être définitivement tranquille, finir ses études qui me donnaient du fil à retorde et me tirer d’ici pour voir le monde. Peut-être même emporter Alice avec moi…

Eté 2008 – San Antonio (Texas) : La maladie est revenue aussi vite qu’un Orage couvrant la mer. Nous étions entrain de faire quelques courses dans un commerce moldu lorsque ma sœur fut prise d’un malaise. Le bilan médical a été sans appel : La leucémie était de nouveau là. Je crois que la douleur n’a jamais été aussi violente, même lorsque je n’avais que 8 ans lorsque la maladie s’est déclarée la première fois. Nous avions droit au même scénario : Hopital, Chimio, checher une greffe compatible. Après de multiples examens, il s’avérait que j’étais compatible. Je n’ai pas hésité et même si la douleur lors du prélèvement fut à la limite de l’insoutenable, je n’ai pas lâché prise, priant Dieu de me donner la force nécessaire. Avec cette greffe, nous avions toutes les chances pour que Camélia guérisse de nouveau… C’est ce que je me persuadais à me dire jusqu’à ce que le médecin nous annonce qu’elle en avait fait un rejet. C’est comme si mon corps chutait dans un vide infini, à longueur de journée. J’ai refusé de croire que tout était perdu. On ne pouvait pas m’enlever Camélia… Pas ma sœur pour qui j’aurai donné mon corps entier pour qu’elle vive jusqu’à ses vieux jours. J’ai prié tant de fois et chercher tant de temps dans mes manuels de magie pour tenter de trouver une solution. Si les Moldus ne pouvaient pas la sauver, alors peut-être que la Magie, elle, le pourrait.

Mais je me trouvais à foncer droit dans le mur. Les cours, je ne les suivais plus, à l’exception de la médecine simplifiée, espérant à tout moment de trouver une solution pour Camélia qui dépérissait de jours en jours. La douleur était comme une main venant écraser mon cœur et plus les jours passaient, plus elle s’amplifiait. Et moi, plus je plongeais. Mon caractère déjà bien corsé devenait à la limite de l’insupportable. Insolence, délinquance, je m’en foutiste. Les disputes avec mes parents se sont fait de plus en plus violente, à mesure où j’insistais pour utiliser la magie sur Camélia. Sans succès.

Elle est morte dans mes bras un jour d’automne, un 4 Novembre, plus précisément. Et en cette même seconde où j’ai vu ses lèvres pâles soufflés sont dernier brin de vie, la croyance en Dieu s’évapora comme neige au soleil. Celui en qui j’ai cru depuis ma plus tendre enfance ne devait pas exister. Tout cela n’était qu’un putain de mensonge. Tout comme la magie qui n’avait pas su sauver ma sœur. Ils étaient pour moi deux illusions qui n’avaient servis qu’à me couvrir d’espoirs non fondés. Comment Dieu pouvait-il exister après avoir regarder ma sœur sans qu’il ne fasse rien ? Et toute cette merde sur cette planète, les guerres, la soif, la faim, les viols, les violences. Il n’en a rien à foutre. D’elle, de vous, de nous. Et même si je garde en permanence le chapelet de Camélia autour de mon cou, ça n’est pas pour autant que mon cœur continue de le prier Lui.

Quant à la magie, je ne voulais plus la pratiquer. J’aurai tout donné pour être un moldu et ne l’avoir jamais connu. Je regardais ma baguette avec répugnance sans vouloir la toucher de nouveau. J’y ai été pourtant forcer par mon père. La douleur était telle dans nos cœurs qu’on ne trouvait plus aucun moyen de l’exprimer si ce n’était que par les disputes, les désaccords et parfois même nos phalanges. Jamais je n’aurai cru réussir à vivre avec cette douleur entre les côtes. Celle de l’absence, du manque. Comme un demeuré, je cherchais Camélia à la moindre occasion. Dans un sourire, dans un regard, dans une foule que je méprisais plus que jamais. J’ai fumé, je me suis drogué durant un temps jusqu’à ce qu’un mauvais trip me donne face à moi, le corps disloqué de ‘Lia qui devint par la suite, mon épouvantar. J’hurlais parfois ma douleur mais ne la pleurait jamais. Il était dingue de voir que la souffrance était telle que même les larmes n’avaient plus la force de venir s’écraser lourdement sur vos joues. J’ai continué d’aller en cours sans en branler une.

Eté 2014 – Angleterre : Ce petit jeu dura jusqu’à mes 22 ans, j’avais déjà redoublé deux classes et j’ai été viré pour insolence, mauvais comportement et bagarre à répétition mais aussi un refus presque total de faire usage de ma baguette. Mes parents ne sachant plus quoi faire du pauvre con que j’étais devenu, m’ont expédié chez une tante du côté de ma mère, en Angleterre. En espérant que je me refasse dans un nouvel environnement, loin du lieu où j’ai perdu Camélia. Elle me manquait chaque jours et quand bien même cela faisait maintenant 4 ans qu’elle était partie, la douleur se faisait toujours plus violente. J’ai été expédié là bas à contre cœur, devant supporter ce connard de Chris qui était le nouveau mari de ma tante. Suffisant, prétentieux, psychorigide, il ne cessait de me rabâcher que je n’étais qu’un petit bon à rien qui n’avait pour but que de détruire la vie de mes parents, comme si la mort de cette pauvre Camélia ne suffisait pas. Il a touché la corde sensible, alors je lui ai fais gouter mes poings, sous les hurlements de Patricia.

Lorsque j’ai foutu les pieds à Poudlard, j’étais surpris d’en ressentir presque un soulagement. Au moins j’étais loin de cet enfoiré et je me retrouvais dans un lieu où j’étais nourri, logé et blanchis, mon seul but étant d’essayer de ne pas me faire expulser tout en laissant libre cours à ce que j’étais : Un petit con par excellence. J’emmerde le monde, les profs, les études et tout ce qui va avec. Je m’en fou, j’ai perdu la foi en même temps que ma sœur. Et pas qu’en Dieu ni en la magie, mais aussi en l’humanité. Quel intérêt de s’accrocher à leurs existences si c’est pour les perdre le lendemain avec cette douleur atroce qui ne vous quittes pas, au fond de votre poitrine.





Derrière l'écran

─ Prénom: JMIF
─ Fille ou Garçon: les deux ?
─ Âge: 150.000 ans !
─ Ancienneté Rp: 149.999 ans, oui j’ai appris à écrire à l’âge d’un an !
─ Comment avez-vous connu le forum: Lili (l).
─ Votre présence sur le forum: 5/7 minimum
─ Poste Vacant: Oui [ _ ] // Non [ X ]
─ Double Compte: Oui [ X ] // Non [ _ ] accord de Lili, again !
─ Avatar: Dylan Rieder, maintenant bavez !.
─ Code règlement:


Dernière édition par Mateo E. Vargas le Sam 22 Fév 2014 - 21:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18388
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4620-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this   Jeu 20 Fév 2014 - 22:30

Citation :
Pas la peine de se morfondre une éternité dessus, il faut qu’ils commencent à aller de l’avant.

Va te faire foutre le nouveau

Mais bienvenue en Enfer quand même ♪
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this   Jeu 20 Fév 2014 - 22:34

bienrevenue!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this   Jeu 20 Fév 2014 - 22:35

Bienvenue


Re-bon courage pour ta fiche et tout ççaaaa

PS: Matthew comprend tout à fait ton épouvantard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this   Jeu 20 Fév 2014 - 22:36

Hmm :gla:* range Katherine dans une boite, qui est d'accord avec Ryans junior *
Bienvenue jeune homme au sexyness incroyable, j'pense qu'on sera tous d'accord , et bon courage choubidou :face:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this   Jeu 20 Fév 2014 - 22:57

re bienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1146
Date d'inscription : 20/02/2014
Crédits : Carter
Double Compte : Kezabel, Charleen, William, Ora, Dimitri, James, Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2616-mateo-e-vargas-o-forget-your-r
MessageSujet: Re: Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this   Ven 21 Fév 2014 - 8:01

@Enzo, avec plaisir Surveille donc ton p'tit Skate, moi j'dis ça, j'dis rien.

@ C.C, Loar & Connor , merci à vous :ga:

@Phaedre, pourquoi ranges-tu Katherine dans une boite, laisse la donc s'exprimer
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 18388
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t4620-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this   Ven 21 Fév 2014 - 9:12

Et bien écoute va te faire *bip* avec plaisir par qui tu veux mais mon skate c'est comme mon mec, mon chat et ma planche de surf, on n'y touche pas
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2172
Date d'inscription : 13/05/2011
Crédits : Clochette, sign : wild Heart
Double Compte : Aileen - Dakota - Mack - Sloane - Esha



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1067-tgif-jayden-s-link
MessageSujet: Re: Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this   Ven 21 Fév 2014 - 20:37

@Enzo Ryans a écrit:
Citation :
Pas la peine de se morfondre une éternité dessus, il faut qu’ils commencent à aller de l’avant.

Va te faire foutre le nouveau

Mais bienvenue en Enfer quand même ♪

Y a Aileen qui soutient à 100% le lycan Va t'faire foutre le nouveau !!!

Sinon Bienvenue quand même
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1146
Date d'inscription : 20/02/2014
Crédits : Carter
Double Compte : Kezabel, Charleen, William, Ora, Dimitri, James, Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2616-mateo-e-vargas-o-forget-your-r
MessageSujet: Re: Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this   Sam 22 Fév 2014 - 21:25

Jayden, cache ta joie
Enzo, toi et moi on va être les meilleurs copain du monde .... tu verras :ga:

@Admins, ma fiche est terminée, je pense que tout y est =) Dites moi si je dois modifier quelque chose ! :boom:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this   Sam 22 Fév 2014 - 21:46

J'ai pas eu le temps de le faire alors je le fais maintenant...

Re-bienvenue à toi et amuse toi bien avec ce nouveau bébé!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7749
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : Junkiemouse <3
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this   Sam 22 Fév 2014 - 22:15

Bienvenuuue ! && je suis d'accord avec Phapha pour la sexyness

Un jour si je me fais un DC, je prends un avatar pas sexy ni même beau. Trop de beauté tue la beauté +out+
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7853
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this   Dim 23 Fév 2014 - 11:14

Bon tu connais déjà la maison mais bon


   

   
Fiche Validée
   → Merci de faire recenser ton avatar IcI & ton patronus IcI.

   → Pense à remplir ton profil (informations + lien présa/lien) cela permet de mieux connaitre le personnage et facilite aussi la recherche de tes topics administratifs =D.

   → Afin de faciliter ton intégration, tu peux te rendre IcI de façon à ce que les autres membres puissent suivre ton personnage plus facilement et te proposer des liens avec le ou les leur(s)

   → Si ton personnage souhaite devenir Préfet ou Préfet en chef de sa maison, c'est IcI que ça se passe. Et si tu veux un peu de fun, le recensement pour faire partie des équipe de Quidditch, c'est .

   → Tu veux rapporter des points à ta maison ? Le meilleur moyen, bien sur, c'est de Rp mais tu peux également voter régulièrement sur les Top Sites dont les liens se trouvent sur la page d'accueil. En postant dans ce sujet tu pourras offrir un point par Top Site à la maison de ton choix 🔝Et permettre au forum de monter dans les classement de façon à attirer encore plus de nouveaux membres   Autre alternative Ici pour le fiches, rps terminés, etc ...

   → Enfin si tu souhaites savoir avec qui tu partages ton dortoir et/ou ta classe, c'est là. Et pour les emplois du temps c'est ici que ça se passe.

   N'hésite pas à venir nous rejoindre dans le flood & Amuse toi bien ♪
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1146
Date d'inscription : 20/02/2014
Crédits : Carter
Double Compte : Kezabel, Charleen, William, Ora, Dimitri, James, Leiv & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2616-mateo-e-vargas-o-forget-your-r
MessageSujet: Re: Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this   Dim 23 Fév 2014 - 11:36

Merci Cat' et JMIQ :boom:

. Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii pour la validation de mon super connard adorablement sexy .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mateo E. Vargas ~ Just don't deny it, don't try to fight this
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MATEO A. VALDES ♦ You see them girls in the club, They looking at me
» DNA : Deny the Next Atavistic
» Présentation : Mateo Aëndal
» Arianna Vargas
» « moïra » i cannot deny.. she’s amazing.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: The Beginning Of The End :: Cérémonie de Répartition :: ► Choixpeau Magique :: ● Fiches validées-
Sauter vers: