AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 " Les Poufsouffles sont mauvais" •• Keza

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1500
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: " Les Poufsouffles sont mauvais" •• Keza   Jeu 20 Fév 2014 - 14:56


Samedi 11 octobre 2014, fin de matinée


Alors que le petit déjeuner, venait de se terminer, un hibou appartenant à sa mère. Ouvrant la lettre, il se rendit compte assez rapidement, que la contenu était surtout destiné à son cousin. Soupirant doucement, il le chercha des yeux dans la grande salle, mais bien sûr Melvin avait déjà dû partir autre part... et cela lui donnait juste une furieuse envie de renvoyer la lettre et le hibou chez lui. C'est vrai quoi, il n'était pas un pigeon voyageur, on ne lui écrivait pas des lettres pour qu'il fasse passer un message à l'autre Tveit. Bon en même temps c'était vrai que c'était tout à fait le genre de Melvin, de prendre la lettre, de la ranger parce qu'il n'avait pas envie de la lire et après de l'oublier... En passant par Connor, c'était certain que les messages passaient mais quand même !

Bien sûr le Vert n'était pas dans sa salle commune, mais il trouva quand même une connaissance, avec qui il entreprit une petite discussion tout en remontant vers le hall. Alors l'autre allait vers le parc, Connor, quant à lui avait pris la direction des escaliers pour remonter dans sa salle commune... Il était arrivé au premier, quand il remarqua à quelques mères de lui la grande et musclée silhouette de son cousin qui avait l'air d'avoir les nerfs. Est-ce que tu peux me rappeler pourquoi est-ce qu'on impose ce foutu cours d'études des moldus ?! Ça me donne juste la gerbe. J'ai envie de prendre un de ces sang-de-bourbe et de lui cogner la tête avec un autre, avec un peu de chance ça réduirait un peu leur population répugnante. Oui, ça faisait un peu comme s'il parlait d'exterminer des rats, du moins du point de vue de Connor, mais le Bleu se contenta d’acquiescer ses paroles. Il n'était un peu plus d'accord. Ces nés-moldus étaient juste de la vermine, il fallait qu'ils retournent vivre dans leur monde moldu. Il fallait arrêter de propager ce virus malsain partout. Un jour, si cela continuait comme ça, il n'y aurait plus de sorciers, et tout cela à causes de toutes ces personnes qui se mêlaient les unes aux autres; qui oubliaient que la pureté du sang était la chose primordiale. Ces nés-moldus étaient pour la plupart des sortes de tares génétiques qui n'auraient jamais du exister.... Une infection qu'il aurait fallu endiguer le plus possible. De toute façon ce n'est pas comme si on avait le choix. Walters aurait juste mieux fait de tous les virer, à l'heure qu'il est on en parlerait plus... Et cette mascarade du juillet n'aurait peut-être pas eu lieu. Plus propre, plus efficace. Le Bleu avait une logique assez imparable. Puisque les nés-moldus étaient la cause du problème, il suffisait juste de les éloigner non ?! Bon d'accord, ça aurait alerté le ministère de la magie et tout ça probablement... Oui, maintenant il contrait tout seul ses propres arguments comme un grand garçon. Il soupira doucement avant de souffler doucement De toute façon, ils ne sont que nuisances, j'espère que quand les autres s'en rendront compte qu'il ne sera pas trop tard. Les autres étaient pour lui les sang-purs et sang-mêlés qui aimaient les moldus et nés-moldus. Bref, les trucs à gerber ! Melvin esquissa un petit soupir, avant de passer amicalement sa mai dans les bouclettes du plus jeune, sachant pertinemment qu'il détestait cela. Bon, allez à plus tard mon consanguin préféré ! Grognement de la part du brun. M'appelle pas comme ça l'ahuri ! Oui, malgré les apparences, ils s'adoraient, ils aimaient juste se chercher.... et se trouver !

Melvin était parti depuis une bonne vingtaine de secondes, quand Connor se rappela que pour le coup, il ne lui avait pas parlé de sa foutue lettre. Il se retourna, pour tenter d'aller le rejoindre et bouscula/ se fit bousculer par une jeune femme qu'il ne connaissait pas trop bien... enfin juste assez pour lui lancer Oh tiens, voilà une des représentantes de la bassesse de ce monde. Une Poufsouffle, il ne manquerait plus que tu sois née moldue pour qu'il n'y ait rien de plus risible !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2158
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: " Les Poufsouffles sont mauvais" •• Keza   Dim 23 Fév 2014 - 19:50

« Keza,

J’espère que tout va mieux à Poudlard et que tu t’en sors avec les devoirs que tu as. Je viens prendre un peu de tes nouvelles, tu me manques terriblement et il me tarde de te voir de nouveau. Quand est-ce que tu reviens ? Est-ce que tu compte passer Noël avec nous ou rester au château ? Le château aussi me manque, j’aimerais pouvoir reprendre les cours mais Papa dis que ça serait bien trop compliquer avec les nombreux escaliers que vous avez là bas… Ceci dit, j’ai des cours particuliers tous les jours par une jeune demoiselle qui me fait prendre gout à mes devoirs ! J’imagine déjà ta tête d’ici et j’en suis déjà mort de rire ! Il faut bien que je trouve ma motivation là où je peux …
Sinon, Papa va bien. Enfin, mieux. On est retourné sur la tombe de maman il y a quelques jours et il avait l’air plus serein. Je crois qu’elle lui manque toujours autant mais qu’il arrive mieux à vivre avec et  à se ressaisir. D’ailleurs, je crois qu’il a rencontré quelqu’un … Enfin, je ne suis pas sûr en faite, juste que souvent je le vois avec une femme qu’il aurait rencontré par hasard et qui aurait emboutit la voiture de papa. Depuis, ils seraient visiblement entré en contact mais vu qu’il ne m’en parle pas, j’sais pas trop si j’dois aborder la question. J’me vois mal le faire… Qu’est-ce que tu en pense toi ? Je t’avoue que si c’est le cas, ça me fait un peu étrange de me dire que peut-être, quelqu’un viendra « prendre la place » de maman. Mais en même temps, papa ne peut pas rester seul indéfiniment, mais surtout malheureux.
Et maman me manque… J’ai peur de perdre son souvenir et les images que j’ai d’elle. Plus les jours passent, plus j’ai l’impression qu’elles s’éloignent de moi et que je finirais par oublier à quoi elle ressemblait, la chaleur de ses bras et son parfum. Enfin bon, j’vais arrêter de t’ennuyer avec mes histoires.

Et toi, quoi de nouveau ? Personne ne t’ennuie trop ? Parce que même dans un fauteuil, c’est pas exclue que je fiche mon poing dans le nez de quelqu’un hein, même si je sais que ton caractère de chien doivent les tenir à distances !

Bon, Papa m’appelle, il a eu la lubie de prendre un chien et il veut que je l’accompagne. Je t’enverrais une photo dès que je peux. Prends soin de toi et surtout, donne vite de tes nouvelles.

Tu me manques frangine,
Je t’aime,
Adam. »



Je relis une deuxième fois la lettre de mon frère, assise à la table de ma maison, une tartine de confiture dans la main droite. Je venais tout juste de la recevoir et je n’arrivais pas à me décider sur ce que je ressentais là, maintenant. Partager entre la joie de recevoir des nouvelles d’Adam et de Papa, mais aussi entre un sentiment étrange. Un point me frustrait, me dérangeait : Cette nouvelle femme dans la vie de papa. Je restais bêtement planté devant ce paragraphe ou Adam l’évoquait et pour tout avouer, je partageais un peu son malaise. Pourtant, il avait raison. Papa devait bien refaire sa vie un jour ou l’autre non ? Et c’est ce que je souhaitais plus que tout au monde qu’il retrouve enfin le sourire que nous lui avons toujours connu, la force de vivre mais aussi d’avancer. Mais… je sais pas. Maman restait encore bien présente dans nos vies et ça serait toujours le cas. Il faut juste que nous acceptions à notre tour de laisser la vie suivre son cours. Je sais que ça viendra, peu importe le temps que ça prendra. Tant que cette fameuse femme ne fait pas de mal à Papa, alors tout irait bien. De toute manière, je n’ai pas à mettre mon nez dans ses affaires, ça reste sa vie privée.

Je ressentis une légère pointe douloureuse au creux du cœur en repensant à la tombe de maman. J’y ai été me recueillir cet été même et j’en garde toujours un souvenir étrange. C’était comme me rappeler de nouveau que sa disparition était « concrète ». Pourtant, ca faisait déjà bientôt 4 ans qu’elle n’était plus là mais parfois j’avais encore du mal à accepter. Je ne devais sûrement pas être la seule dans ce cas, et même Adam avait encore du mal à vivre avec cette idée. Bêtement, nous gardions toujours l’espoir de la voir franchir la porte de la maison ou pour moi, de recevoir une lettre. Je pousse un soupire avec l’idée de monter dans ma salle commune pour répondre tranquillement à mon frère, la tête reposée.

Je replis la lettre en trois et la fourre dans la poche de mon jean avant de chercher Riley du regard. Je ne l’y trouvais pas… Je ne sais pas ce qu’il se passait ces derniers temps mais je trouvais mon amie un peu ailleurs. J’apprenais chaque jours à connaitre un peu plus Riley et il devenait de plus en plus évident que quelque chose la tracassait. Le peu que je l’ai vu je l’ai trouvée fatigué, ailleurs, soucieuse. Elle ne me disait rien et moi, je n’insistais pas. C’était une sorte de « règle ». Je lui ai demandé si tout allait bien, elle m’a dit que oui. Elle sait qu’elle peut compter sur moi si elle avait besoin de parler ou même de se changer les idées. Mais … je dois bien avouer qu’elle commençait à me manquer sérieusement. C’était un peu dingue de dire ce genre de chose alors que nous vivions au même endroit durant toute l’année scolaire mais il faut bien avouer qu’en ce moment les profs’ ne nous lâchait pas question devoirs… Nous étions tous débordés, et puis elle avait le Quidditch et une équipe à remettre en forme. Pourtant, nous avions pris l’habitude de faire nos devoirs ensemble mais j’avais cette sensation qu’elle cherchait peut-être à s’isoler.
Je réfléchis un instant… Bon, je vais à la salle commune des jaunes, je fais la lettre à Adam et je passe la voir pour lui proposer une journée, voir une soirée entre copine ! Ca devrait lui remettre un jolie sourire sur son p’tit minois ça non ? Et on racontera des conneries, on mangera des conneries aussi pour changer un peu. Et si nous allions faire une petite blague à ce cher Gabrieli ? Si j’ai bien compris, il était d’un humour bon enfant et vu qu’ils se connaissaient plutôt « bien », nous étions sûres de ne rien risquer ! Oui voilà, j’allais lui proposer ce petit programme. ;. mais aussi autre chose que je gardais bien au chaud dans un coin de ma tête.

Je finis mon petit déjeuner tranquillement, l’esprit un peu ailleurs mais sans pour autant en être triste. Si papa était heureux, alors je l’étais aussi. De plus, tout ce passait bien ici ces derniers temps. Phaedre avait visiblement décidée de me lâcher pour de bon et je la trouvais même plus… épanouie qu’avant. C’était très étrange mais elle semblait plus guillerette malgré qu’elle soit toujours ailleurs au confins de son délire astral. Je ne sais pas ce qu’il s’était passé mais je mentirais si je disais que je n’avais pas eu la curiosité de venir la voir et de lui demander si tout allait bien. J’avais bien trop peur de réveiller le sadisme présent en elle, hors de question que je ne l’aborde.

J’abandonne la table des jaunes, l’estomac bien remplit et ragaillardis par mon petit programme de ce matin ! J’abaisse les manches de ma chemise et quitte la grande salle avec un grand sourire aux lèvres. Cette journée allait bien se passer, je le sentais. Certains jours vous aviez cette douce sensation au creux du cœur, chaleureuse et revitalisante, qui vous faisait sentir bien. Ici, c’était le cas ! Allez Keza GO ! Je traverse le hall, d’un pas décidé, motivée à redonner le sourire à Riley. Entre copines, on se soutient quoi qu’il arrive ! J’avais vraiment trouvé une perle en elle et loin de moi l’idée de perdre ce qu’elle était !

La tête dans les nuages, je franchis le détour du couloir qui me mène vers le hall jusqu’à ce que mon corps subisse un affreux choc à la poitrine !

« Hey ! Qu’est-ce que… »

Je recule en me frottant l’épaule endoloris par le choc. Bon sang, c’était quoi ce bœuf qui venait de me rentrer dedans ? Je lève les yeux et là … Oh joie et bonheur, voici ton petit tracas du matin. Je ne connaissais que son prénom et plutôt bien sa tête de prétentieux. Un serdaigle –encore un-  que j’avais déjà vu à l’œuvre avec deux trois sarcasmes déplaisants. Je ne le connais pas, ou plutôt pas assez pour lui avoir tenir la discussion et l’instinct me dit que ça n’était pas plus mal… et lorsque je m'apprêtais à m'excuser froidement et à partir, ses mots vinrent clairement me gifler d'emblé.

« Oh tiens, voilà une des représentantes de la bassesse de ce monde. Une Poufsouffle, il ne manquerait plus que tu sois née moldue pour qu'il n'y ait rien de plus risible ! »

… Okay, alors là, tu commence fort toi. Je me recule d’un pas, haussant les sourcils et lâchant un rire bourré de mépris.

« Wouaw, t’es doté d’un sens de la politesse qui me laisserait presque sans voix ! Et est-ce que les mots « Bonjour » ou même « Désolé » sont-ils trop compliqués pour être dans ton vocabulaire ou c’est simplement le choc qui vient de te faire perdre ta faculté de prononcer quelque chose d’intelligent ? »

Voilà, on dit merci à ce crétin qui vient tout simplement d’allumer la flaque d’essence que j’étais. Tous ceux que je connaisse pourront le dire : Je suis quelqu’un d’adorable. Je ne suis pas le genre de personne à venir chercher l’autre par pur plaisir de faire du mal ou d’emmerder, loin de là. En revanche, j’étais d’un caractère bien trempé comme maman et jamais je ne me suis laisser marcher sur les pieds et encore moins par des imbéciles comme lui. Je l’ai déjà vu une ou deux fois parlé à un moldu de manière honteuse et dégueulasse, mais je n’ai jamais été confronté à lui. Mais visiblement, il ne faut jamais dire jamais. J’aurai pu le trouver presque séduisant si des immondices pareilles ne sortaient pas d’entre ses lèvres.

« Que je sois née-moldu ou non, ça ne te regarde pas et je m'en contre fou que ça te plaise ou non. Quand je vois le taux de stupidité qui orne ta cervelle… j’me dis que j’suis plutôt bien placé en faite. Par contre, je plains ceux de ta maison pour te supporter si t’es toujours aussi aimable et avenant que tu ne l’es maintenant. »

Le rouge me monte déjà aux joues et les nerfs étaient déjà bien entamés. Pas pour rien qu’on me disait que j’étais une rentre-dedans. J’ai la capacité d’être calme pour certaine chose mais quand un gars comme ça que je ne connais ni d’adam ni d’eve vient m’agresser avec ce genre de paroles peu reluisantes, très peu pour moi l’envie de vouloir me taire. Et ce sarcasme concernant les né-moldus ne fit qu'accroitre la colère. S'il y a bien une chose que je déteste, c'est ce racisme prononcé parce qu'ils appels la "race" selon ton sang.
Je ne le quitte pas du regard, le visage fermé et l’exaspération sur les traits. Je pousse un léger soupire :

« Maintenant garde tes réflexions désobligeantes pour toi et fou moi la paix. »

J’avance d’un pas franc pour le contourner … mais il n’était visiblement pas de cet avis. Plus grand que moi et certainement plus imposant, le Serdaigle me bloque le passage, un sourire narquois aux lèvres. Je fronce les sourcils et sent le peu de patience que j’ai commencée à s’effriter sérieusement et avant qu’il ne me dise quoi que ce soit, je lâche d’un ton tranchant lui balançant un regard glacial :

« C'est quoi ton petit jeu là ? Laisse-moi passer, tout de suite. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1500
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Re: " Les Poufsouffles sont mauvais" •• Keza   Lun 24 Fév 2014 - 17:45

Est-ce qui lui arrivait de temps en temps d'être sympa ? Ouais, mais il est vrai qu'avec les gens de Poudlard c'était rare. Pourtant, il pouvait se montrer très agréable, drôle, gentil et même câlin avec les gens qu'il appréciait ! Si, si promis ça arrivait ! Beaucoup moins depuis qu'Elinor n'était plus là, mais ce n'est qu'un petit détail ! La suite de la journée aurait pu se passer des plus normalement s'il n'avait malencontreusement bousculé Kezabel. « Hey ! Qu’est-ce que… » Rien, rien, ce n'était rien ! Ce n'était même pas fait exprès, maintenant qu'il avait quelqu'un sous la main pour se défouler... Une Jaune. Chouette ! Rien que l'idée de ce qu'il allait pouvoir lui sortir lui donnait l'envie de sourire tout simplement ! Comme quoi, il y a des petites bonheurs simples dans la vie. Tveit ne se gêna pas pour lui dire ce qu'il pensait de sa maison de looser.... Parce que oui les Hufflepuffs étaient tout simplement des mauvais selon lui. Ils ne servaient pas à grand chose, il n'y avait qu'à voir Fletcher - Thomson - Crawley - Harris.... Pour comprendre de quoi était fait cette maison. Des nuls. Bien sûr, il y avait toujours des exceptions à la règle, même si là il n'en voyait pas vraiment, et il n'allait pas se donner la peine de réfléchir à qui pouvait être une personne respectable chez les Jaune (Hel, peut-être ?!). Comme il y avait quelques erreurs de parcours chez les Bleus du genre Benett ? Il aurait mieux d'aller rejoindre ses compagnons Jaune.... Il correspondait mieux au profil. Il y aurait eu un super trio de pleurnichard à faire: Jamie - Charleen et Elias. Quel trio de choc ! Bref, revenons-en à nos moutons !

La demoiselle s'était reculée, avait eu un rire ridicule avant de répliquer Wouaw, t’es doté d’un sens de la politesse qui me laisserait presque sans voix ! Et est-ce que les mots « Bonjour » ou même « Désolé » sont-ils trop compliqués pour être dans ton vocabulaire ou c’est simplement le choc qui vient de te faire perdre ta faculté de prononcer quelque chose d’intelligent ? Bravo Sherlock Holmes, tu as tout juste. Les excuses n'étaient pas franchement dans le vocabulaire de base du petit Tveit. je ne vois pas pourquoi je m'excuserai, si tu avais fait attention toi aussi tu aurais pu m'éviter. Logique imparable non ?! Alors, pourquoi est-ce qu'il faudrait que moi je m'excuse. T'es pas bien dans la tête... si t'as envie de pleurnicher, tu peux, ça ne changera pas grand choses des habitudes de tes camarades de maison. Oui, dit comme ça sans explications, la pauvre allait certainement être perdue, mais il voulait savoir s'il comprenait l'allusion ou s'il allait devoir lui expliquer.

Ce qui était cool, c'est que la Jaune, avait déjà l'air un peu sur les nerfs (à moins qu'elle ne soit juste exaspérée par sa présence ?), alors il allait suffire de la titiller un peu, en lui disant deux-trois vacheries pour voir droit à des répliques intéressantes... Même si, au premier abord, elle valait bien Fletcher + Thomson réuni. Allez Kezabel, réplique des choses percutantes pour l'amuser un peu ! Parce que oui, là c'était une sorte de petit jeu... du moins pour l'instant. Il avait juste envie de tester les nerfs d'Hasting. Ce n'était pas malin, c'était puéril, mais il n'en avait rien à faire !

Que je sois née-moldu ou non, ça ne te regarde pas et je m'en contre fou que ça te plaise ou non. Quand je vois le taux de stupidité qui orne ta cervelle… j’me dis que j’suis plutôt bien placé en faite. Par contre, je plains ceux de ta maison pour te supporter si t’es toujours aussi aimable et avenant que tu ne l’es maintenant.
Je suis censé être vexé ?! lui dit-il en ornant un grand sourire les lèvres, pour bien lui montrer que ce genre de propos ne le touchait guère. C'était vrai... Il avait tellement l'habitude de ce genre de réflexion qu'elles finissaient par glisser totalement sur lui. Pourtant je trouve que je suis de bonne humeur ! continua t-il ironiquement.
Maintenant garde tes réflexions désobligeantes pour toi et fou moi la paix.

Petit rire sarcastique de la part du Bleu. C'est fou ces personnes qui ne comprennent pas qu'il était sincère en disant cela. Depuis est-ce qu'on ne pouvait plus dire ce que l'on pensait ?! Est-ce qu'il fallait prendre des gants pour ne pas heurter la pauvre petite sensibilités des nés-moldus. Encore lui disait généralement ça et non sang de bourbe -bien que temps en temps l'expression lui échappait-. Le jeune homme se passa une main dans les cheveux, et un petit sourire qui veut tout dire plus tard, le jeune homme reprit la parole

Je ne fais dire que la vérité... Ce n'est pas de ma faute si tu n'as pas la même vision des choses. J'ai encore le droit de dire ce que je pense non ?! Ne crois pas que je vais me taire pour te faire plaisir, ou faire plaisir à ces nés-moldus; et moldus qui n'ont rien à foutre ici. C'est une école de magie, pas une garderie !Il se tut quelques secondes avant de continuer Je ne compte pas cacher ce que je pense, tant pis ça te blesse, c'est pas mon problème.

Elle voulut le contourner et rien que pour l'emmerder, il lui bloqua le passage. Il n'était pas spécialement ni très baraqué (1m75 pour un mec c'était quand même pas immense)... mais il était quand même plus imposant qu'elle. Il ne comptait pas lui faire de mal, il ne fallait pas qu'elle craigne cela, s'il était connu pour sa grande gueule, être violent physiquement n'était franchement pas son truc... Nouveau sourire de la part du garçon, avant qu'il lance à nouveau alors qu'elle lui ordonnait de le laisser passer.

Tu comptes faire quoi ? Allez pleurer ? Me frapper ? Je suis franchement mort de peur.dit-il en rigolant légèrement. Ah Kezabel, pourquoi est-ce que tu prends la mouche si vite ? Ce n'est pas bon pour tes nerfs tu sais. Là, s'il ne se recevait pas une gifle d'ici quelques minute ça serait miraculeux tant elle semblait bouillonner. T'imagines, si je devais me mettre dans ton état à chaque fois qu'on me disait que j'étais con.... C'est fou ce que quelques petits mots peuvent faire.[Bon en même temps suivant les sujets abordés, il était évident qu'il pouvait perdre assez rapidement son calme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2158
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: " Les Poufsouffles sont mauvais" •• Keza   Ven 28 Fév 2014 - 22:10

Et il parle, il parle et il parle encore. A chaque mouvement de ses lèvres c’est un lot de connerie qui en sort et tout ça, pimenté d’un sourire narquois qui me fais lever les yeux au ciel. On a déjà assez eu de type dans son genre au sein de l’école et ce pendant un trop grand nombre d’année, alors je me passerais bien de son petit côté prétentieux raciste. Surtout qu’en plus il se croit malin … Mais désolée mon grand, j’ai passé le stade de ces stupidités. J’étais la première à défendre les nés-moldus, les moldus et les sang-mêlé, mais ici le jeu n’en valait pas la chandelle, pas avec un garçon comme Connor. Ce que je savais de lui ? Très très peu de chose. Il me semble avoir entendu parler qu’il faisait partie de ceux ayant perdu quelqu’un lors du soulèvement en Juillet. Je ne me souvenais plus de son prénom, mais si mes souvenirs sont bons, elle serait de Serpentard et la petite amie de Connor… Je le détail alors qu’il me barre la route. Je sais qu’il a toujours été un peu grande gueule à envoyer des piques acerbes mais c’était à se demander si la perte de sa copine n’avait pas aggraver son cas.

Je faisais partie des « chanceuses » de n’avoir perdu personne lors de cette bataille, mais j’ai perdu ma mère lors de cette foutu guerre qui était venu frapper aux portes de notre village. Maman. Ma chair et mon sang, ce corps si tendre et doux aux gestes maternelles qui m’enveloppait d’une bulle rassurante lorsque tout allait mal, avait été réduite en cendre devant mes yeux, sous l’explosion de la maison qui a tant de fois enfermer nos bêtises à Adam et moi. Un tas de souvenirs ont été brûlés sous mes yeux comme lorsque nous éclatons une bulle du bout du doigt. Je connaissais cette colère par cœur, cette douleur et cette haine innommable pour l’homme et ses actes alors même avec un cœur si froid, Connor devait être tout aussi détruit que moi et bien d’autre encore en ces lieux.

« Je ne fais dire que la vérité... Ce n'est pas de ma faute si tu n'as pas la même vision des choses. J'ai encore le droit de dire ce que je pense non ?! Ne crois pas que je vais me taire pour te faire plaisir, ou faire plaisir à ces nés-moldus; et moldus qui n'ont rien à foutre ici. C'est une école de magie, pas une garderie ! Je ne compte pas cacher ce que je pense, tant pis ça te blesse, c'est pas mon problème. »

Même lorsqu’il me bloque la route, j’ai à peine la force de m’énerver un peu plus tant ça ne vaut pas la peine pour moi. Je recule d’un pas, sentir sa présence trop près de moi me dérange pas parce qu’il me fait peur mais parce que je n’aime pas ce qu’il dégage. Qu’il ait perdu sa petite amie ou non durant cette bataille n’excusait pas cette haine envers ceux qui n’ont pas de pouvoir. Ils n’ont rien demandé, comme nous nous n’avons pas demandé à être retenu prisonnier ici durant tout ce temps. Ils ont plus souffert que nous et plus les jours passaient, plus j’avais cette impression de revivre cette fameuse rafle juive et que nous étions dans une sorte de camp de concentration. Mais aussi revivre la traite des noirs. Bref, tout un tas d’évènements historique s’était répété entre ses murs et certains en gardait la marque plus que d’autre. Il nous arrivait très rarement d’en parler, même avec Riley j’évoquais très peu voir pas du tout le sujet, sauf quand cela se faisait trop pesant.

Mes épaules s’affaissent, il me fatigue déjà.

« Tu comptes faire quoi ? Allez pleurer ? Me frapper ? Je suis franchement mort de peur. »

Je recule de nouveau d’un pas et croise les bras sur la poitrine, le laissant déblatérer toutes ses conneries qui n’avaient ni queue-ni tête. Ah si, une tête elles en avaient une : La sienne. Nouveau soupire exaspéré de ma part, je le fixe sans un mot sous mon regard noir. Je sais que je devrais peut-être me trouver un peu compatissante en sachant ce qu’il lui était arrivé et je le suis, mais je ne peux pas non plus le laisser cracher toutes ses conneries sans rien dire, ni réagir. Je connais la souffrance qu’une perte peut procurer mais est-ce réellement une raison pour venir m’agresser avec des propos pareil d’entrée de jeu ? Je n’pense pas non.

« Ah Kezabel, pourquoi est-ce que tu prends la mouche si vite ? Ce n'est pas bon pour tes nerfs tu sais.
-Oh je pourrais presque être attendris à ce que tu te soucis de ma santé Connor… Tu es bien trop aimable. »

Sourire narquois. Je ne cèderais pas face à tes sarcasmes de gamin Connor.

« T'imagines, si je devais me mettre dans ton état à chaque fois qu'on me disait que j'étais con.... C'est fou ce que quelques petits mots peuvent faire.
-Dingue hein ? Moi aussi j’trouve ça ahurissant que lorsque quelqu’un t’agresse avec des propos à la limite du racisme d’entrée de jeu puisse énerver. J’comprendrais jamais …Comme je comprendrais pas pourquoi un moldu s’énerverait à ce qu’on vienne lui cracher à la figure qu’il n’a rien à foutre ici et que ce n’est qu’une sous-merde.»

Deuxième sourire ironique en penchant la tête de côté. A quoi joues-tu Connor ? Quel est ton but dans tout ça, de devoir montrer ton désaccord à ce que les moldus soient présent dans ce château ? Et toi, si on évoquait ta petite amie et sa disparition brutale avec autant d’ironie ? Si je te disais « Je suppose que si elle est morte c’est parce que ce n’était qu’une moldue ou une née-moldue non ? Elle n’a pas du être capable de se défendre, ça doit être sûrement ça… » ? Comment le prendrais-tu Connor… Honnêtement. Et je crois que c’est ce qui me fait comprendre que tout ça n’en vaut pas la peine. Tout ce combat pour rien, puisque je me trouvais face à un mur.

« Si ici ça n’est pas une garderie, tu peux me dire ce que tu fiche ici ? Force est de constater que tu es encore un gamin de venir alpaguer les gens avec ce genre d’âneries. T’as pas plus mâture en stock ? »

Je ne le lâche pas du regard, devenue soudainement calme. Je repense à Adam, à notre propre douleur et même si ses propos sont absolument insupportables et inadmissible, je sais d’avance que je perdrais du temps et de l’énergie à venir contrecarrer ses répliques. Je sais ce que tout ça fait et je ne souhaite à personne de subir pareille douleur et quant bien même Connor est visiblement un gros crétin, ça n’empêche pas qu’il doit lui-même en baver de l’avoir perdu.
Je pousse un long soupire.

« Ecoute … Ce que tu pense, je m’en fou Connor. J’ai autre chose à faire que de perdre mon temps à t’écouter dire ce genre de chose. La seule chose qui me dérange c’est que tu puisse te permettre de tenir des propos comme ceux-là à tout va. Tu ne respecte rien et c’est à croire que tu ne te respecte même pas toi-même pour avoir la bassesse d’esprit de jouer sur ce terrain là quand on sait ce qu’on a TOUS vécu ici. »

Toujours bras croisés sur la poitrine, le cœur battant mais l’air calme, je ne le lâche pas du regard. Je n’aime pas jouer sur les terrains douloureux, je n’aime pas fonctionner comme lui et je ne le ferais jamais. Jamais je ne prendrais plaisir à sortir du cœur de l’autre, toutes les épines implantées pour mieux les enfoncer derrière.

« Et je pense que tu es bien placé pour savoir de quelle douleur je parle. Celle que beaucoup d’entre nous ont subit aussi en Juillet. Comme toi. Comme moi il y a quatre ans. Et ça, à cause des mêmes personnes. »

Pourquoi je lui parle de ça ? J’en sais foutrement rien, peut-être pour lui montrer que dans toute cette histoire il n’a pas été le seul à souffrir. Il vouait une haine non dissimulé pour les personnes qui n’étaient « pas comme lui » et pourtant, ce sont à cause des Sang-purs qu’il se trouvait désormais sans sa petite-amie, moi sans ma mère, d’autre sans leur frère et j’en oublie…

«Que tu le veuille ou non, on est tous semblable. On a tous été dans la même merde et ce, cause de ceux que tu semble idolâtrer. Certes, tu t’en contre-fou et tu pense ce que tu veux, mais respecte au moins ceux qui ont perdu quelqu’un ici à cause de ceux qui pensait comme toi. »

J’esquisse un sourire triste, la colère se mélangeait avec une profonde tristesse en souvenir de toute cette période vécue. Il pouvait bien penser ce qu’il voulait, mais qu’il le veuille ou non, lui et moi étions semblable de part nos écorchures…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1500
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Re: " Les Poufsouffles sont mauvais" •• Keza   Dim 2 Mar 2014 - 16:26

Des fois il se demandait pourquoi est-ce qu'il répétait encore et encore le même discours inutilement. Personne ne semblait voire ou comprendre le danger que représentaient les nés-moldus., de plus, quasiment tout le monde en ces lieux savaient très bien ce que lui pensait sur le sujet... Alors pourquoi est-ce qu'il s'obstinait encore et toujours avec ces mêmes arguments, il n'aurait sû le dire lui-même. Peut-être parce qu'il espérait que certaines comprendraient, rejoindraient sa cause, mais en attendant si ça plaisait pas tant pis... Il continuerait de dire ce qu'il pense, il ne voulait pas faire parti de ces faux-culs de premières... Il ne le fallait pas. Pourquoi est-ce qu'il barrait la rote à Kezabel ?! Peut-être juste parce qu'il avait envie de l'ennuyer.... beaucoup. Elle lui ordonnait de le laisser passer, il sourire avant de se moquer plus ou moins gentiment d'elle, en lui demandant ce qu'elle faire. Pleurer, frapper ?! Que se soit l'une ou l'autre des solutions, il s'en contre-moquait, il se disait bien, il n'avait pas peur. Elle avait reculé d'un pas et le dévisageait d'une façon assez étrange, mais, il n'en prenait pas garde. Maintenant qu'il était lancé, autant continuer, au moins, il pouvait en quelques sortes se défouler sur quelqu'un ! Mais la jaune, eut tôt fait de reprendre la parole.

Oh je pourrais presque être attendris à ce que tu te soucis de ma santé Connor… Tu es bien trop aimable.

Ahaha très drôle, tu vois comme il était en train de se tordre de rire. Non, sans blague, il lui semblait qu'elle était un peu plus mordante que ça d'habitude ! Il en serait presque déçu. Il lui répliqua alors que s'il s'énervait à chaque fois qu'on le traitait de con (donc quotidiennement) sa vie ne serait pas possible.

Dingue hein ? Moi aussi j’trouve ça ahurissant que lorsque quelqu’un t’agresse avec des propos à la limite du racisme d’entrée de jeu puisse énerver. J’comprendrais jamais …Comme je comprendrais pas pourquoi un moldu s’énerverait à ce qu’on vienne lui cracher à la figure qu’il n’a rien à foutre ici et que ce n’est qu’une sous-merde.
Poudlard, école de magie. On est bien d'accord ?! Moldu... quelqu'un sans pouvoir magique. Tu sens pas qu'il y a un léger décalage ?! Qu'ils vivent leur vie comme ils ont en envie, mais loin de moi et de la magie. C'est difficile à comprendre ?! Il n'avait jamais demandé à ce qu'ils emmenés ici et torturés, tout comme il n'avait jamais forcément approuvé la torture des nés-moldus, pour lui la solution était plus simple, si les nés-moldus ne recevaient plus de lettre pour leur première année, ils n'apprendraient jamais la magie, resteraient parmi les moldus... et taddddaaaaa. Ils finiraient par rester que des sang-pur et des sang-mêlés pour préserver la magie. Efficace, sans trop de dommage... mais ça bien sûr c'était une théorie qu'il avait jusque-là plus ou moins gardé pour lui. Ce n'est pas moi qui les aient invités ici, je te signale ! Au cas où elle n'aurait pas compris, qu'il n'y été pour rien pour les choix fait par les supérieurs.

Si ici ça n’est pas une garderie, tu peux me dire ce que tu fiche ici ? Force est de constater que tu es encore un gamin de venir alpaguer les gens avec ce genre d’âneries. T’as pas plus mâture en stock ?
Humm... attends, laisse-moi réfléchir, ce qu'on peut faire dans une école....

D'accord, d'accord, cette réplique était totalement naze, mais effectivement pour l'instant il n'avait rien de mieux en stock et cela l'énervait. Merde, elle était passée ou sa répartie, il en avait besoin là !

Ecoute … Ce que tu pense, je m’en fou Connor. J’ai autre chose à faire que de perdre mon temps à t’écouter dire ce genre de chose. La seule chose qui me dérange c’est que tu puisse te permettre de tenir des propos comme ceux-là à tout va. Tu ne respecte rien et c’est à croire que tu ne te respecte même pas toi-même pour avoir la bassesse d’esprit de jouer sur ce terrain là quand on sait ce qu’on a TOUS vécu ici.
Au moins tu as l'intelligence de comprendre qu'on a tous vécu la même chose ic. Même s'il avait dit ça comme une banalité, c'était vraiment un énorme compliment de la bouche du garçon. Il pensait vraiment ce qu'il venait de dire, ce n'était pas une autre forme de sarcasme, ou quelque chose de dans ce gôut-là. Mais ces propos, je les tenais avant AVANT Kezabel. AVANT, pourquoi est-ce que je changerai ça maintenant ?! Je... il n'avait pas de mot, il avait du mal à saisir ce qu'elle voulait dire exactement par-là, même si pour toute autre personne cela devait être totalement clair. Je dis juste ce que je pense. J'ai tué personne, merde ! Ma conscience va bien, pourquoi est-ce que je tairais mon avis ?! On sait tous les deux que je dois avoir les ¾ de l'école contre moi à cause de mes propos, mais, je ne suis pas lâche, je ne vais pas me cacher, parce que les supérieurs ne sont plus là... ou je ne sais quelle autre connerie. J'assume mes dires, ce que je pense. Point, à la ligne !

Cela ne répondait pas forcément à ce que disait la demoiselle, mais dans son raisonnement, Connor devait lui montrer le plus "objectivement" son point de vue à lui, il devait lui montrer qu'il était seul contre tous, que personnes ne mourraient de ce qu'il pouvait dire. Juste des paroles.

Et je pense que tu es bien placé pour savoir de quelle douleur je parle. Celle que beaucoup d’entre nous ont subit aussi en Juillet. Comme toi. Comme moi il y a quatre ans. Et ça, à cause des mêmes personnes.

En quelques secondes, il avait perdu tout son aplomb. Elinor. Kezabel aurait pu passer cette fois-ci, il ne l'aurait pas empêché de passer, trop absorbé à lutter contre ses démons intérieurs. Contre cette douleur, cette haine, cette culpabilité. Le regard perdu dans le vague, il se disait qu'il fallait qu'il se ressaisisse et vite, mais la plus âgée avait vite repris la parole.

Que tu le veuille ou non, on est tous semblable. On a tous été dans la même merde et ce, cause de ceux que tu semble idolâtrer. Certes, tu t’en contre-fou et tu pense ce que tu veux, mais respecte au moins ceux qui ont perdu quelqu’un ici à cause de ceux qui pensait comme toi.

Il luttait encore et encore. Il ne savait même pas quoi répondre à cela... Il y avait du vrai dans ce qu'elle disait. Les Supérieurs avaient une part de responsabilité dans la mort d'Elinor, tout comme lui, il l'avait pas su la sauver. Il avait juste été minable. Il avait tout perdu... mais la principale responsable restait quand même Twain. Sans ce foutu sort de stupefix.... peut-être qu'elle serait toujours de ce monde, ou moins, elle serait morte un peu plus dignement, pas de façon aussi stupide. Dix secondes, ou une minutes étaient passées depuis que la Jaune s'était tut, il n'aurait su le dire, mais il avait enfin réussi à se reprendre. A réinstaller sa muraille.

Tu te trompes sur plusieurs points. De un, je pensais juste comme eux, je n'ai jamais préconisé, loin de là, les tortures et compagnie.... alors de ce fait je crois que le mot idolâtrer est inapproprié. S'ils devaient revenir, est-ce qu'il serait ou pas ? Il ne saurait le dire... Au moins ça arrêterait cette folie cours moldus, mais si c'était pour être enfermé de nouveaux deux ans, avec toutes ces tortures et compagnie... non... Ce n'était pas forcément une bonne chose. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il n'essayait de pas trop penser à ce que lui avait dit Stryker. Ils allaient revenir. Ils étaient fous, totalement fous. Pour l'instant il était toujours assez indécis sur leur retour, sur ce qu'il pourrait bien éprouver à ce moment-là. De deux, je ne vois pas de quelle douleur tu parles. A ton avis gros débile, celle qui t'as fait buguer pendant des dizaines des secondes. De trois, ce n'est pas eux qui l'ont tué, mais quelqu'un d'autres. Bien sûr, il y a des éléments de causes à effets, mais ce ne sont pas eux, les principaux responsables... Twain. ... c'était une mort idiote, stupide, j'aurais dû pouvoir la sauver.... J'aurais dû... Il se coupa assez brusquement, réalisant que la demoiselle était toujours là, à l'écouter. Il ne devait pas se montrer "faible" face à elle. Non. C'était interdit. On est tous semblable, mais il y a des morts qui sont plus voulues que d'autres... Et celle d'Elinor en faisait parti. Certains de nos petits camarades ont du sang sur leurs mains, et ce n'est pas moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2158
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: " Les Poufsouffles sont mauvais" •• Keza   Dim 9 Mar 2014 - 23:34

Je l’ai vu s’énerver, presque à s’agiter devant moi pour me prouver par A + B ses idées, ses mots, ses dires. Il avoue que la moitié du château le déteste pour ce qu’il dit mais qu’il n’en est pas pour autant gêné. Il s’en fou à vrai dire. Connor se fou de tout et principalement des autres. D’un point de vue externe et SANS prendre en compte tous les propos à la limite du racisme qu’il tient, je pourrais dire que je le respecte pour autant assumer ses idées et avoir le cran de faire front à la moitié de l’école avec sa manière de pensée sur telle ou telle chose. Mais quand on sait les idées qu’il défend… Bizarrement, tout le point de vue change radicalement. Il assume ses dires, tant mieux pour lui, mais assumer et faire du mal aux autres et chercher les ennuies comme il le fait en est tout une autre. Chose à laquelle je n’adhère pas du tout.

Pourtant, je sais qu’il a perdu sa petite amie et en plus de ça, par la faute de ceux qui pensaient comme lui que les Moldus n’avaient rien à faire ici. Ils ont imposés leurs lois par la violence la plus forte et quand j’y repense, j’en ai encore la nausée. Combien de personnes vivant autour de nous au quotidien on pu perdre un proche ? Un tas, j’en suis certaine. Les pertes ont été conséquentes et ça aurait très bien pu être moi, Riley, Charleen, Caem, Killian et j’en passe encore. Bras croisés sur la poitrine, je ne détache pas mon regard de lui. Tous ces mots ne m’atteignent pas, ou plus et ce même si je suis partie au quart de tour tout à l’heure. Là, je n’en ai pas la force. Tout cela est vain et ne changera rien à ce qu’il s’est passé. Et lorsque j’ai évoquée la perte de sa petite amie de manière sous-entendu je l’ai vu perdre en une fraction de seconde, toute l’assurance qui le tenait si droit et si fier devant moi. Son visage a blêmit, son corps s’est presque affaissé peut-être sous le poids des souvenirs trop douloureux. Je n’entends plus les élèves qui passent à côtés de nous, je n’entends plus leur brouhaha, leurs pas résonnant sur le pavé. Mon esprit se concentre uniquement sur Connor et sa propre douleur si semblable à la mienne. Cette déchirure au creux de la poitrine que nous voudrions tous les deux oubliées, recoudre et soigner. Mais aussi, de faire avec.

« Tu te trompes sur plusieurs points. De un, je pensais juste comme eux, je n'ai jamais préconisé, loin de là, les tortures et compagnie.... alors de ce fait je crois que le mot idolâtrer est inapproprié. De deux, je ne vois pas de quelle douleur tu parles. »

Je ne détache pas mes yeux des siens, le sondant du regard. Il nie et s’est évident. Mais je ne peux pas le forcer d’avouer quoi que ce soit puisque là n’était pas mon but. Mais sa réaction de tout à l’heure a été suffisante pour savoir que j’avais raison et viser juste…

« Connor, penser comme eux c’est cautionner ce qu’ils ont fait. Peut-être que tu n’étais pas pour les tortures mais tu ne peux pas nier que c’est parce qu’ils pensaient comme toi qu’ils ont agit de la sorte. Sinon, tout ça ne se serait jamais passé et tu le sais très bien.
- De trois, ce n'est pas eux qui l'ont tué, mais quelqu'un d'autres. Bien sûr, il y a des éléments de causes à effets, mais ce ne sont pas eux, les principaux responsables... c'était une mort idiote, stupide, j'aurais dû pouvoir la sauver.... J'aurais dû... »

Je me prends son désarroi en pleine face et détache mes bras de ma poitrine pour les laisser retomber doucement et mollement le long du corps. Mais à la seconde même où il me laissait entrevoir sa propre déchirure, ce fut comme s’il s’était prit un coup de jus et revenu brusquement à lui. Il venait un très très court instant de lâcher la bride chose que visiblement il s’interdisait formellement. Chacun sa manière de faire face à ce qui nous torture au quotidien… Je m’approche d’un pas puis me stop, voulant me montrer présente. Face à sa peine, je me trouvais être prête à lui apporter mon soutient alors qu’il venait quelques minutes plutôt de me traiter de faire partie de la bassesse de ce monde. C’était tout moi à avoir un cœur aussi mou que possible, même si mon caractère faisait défaut de temps en temps et que je savais me montrer intransigeante lorsqu’il le fallait.

« On est tous semblable, mais il y a des morts qui sont plus voulues que d'autres... Et celle d'Elinor en faisait parti. Certains de nos petits camarades ont du sang sur leurs mains, et ce n'est pas moi. »

Je continue de scruter son visage qui semble devenir de plus en plus tendu sous la souffrance. Du moins, c’est ce que j’en déduisais, sachant moi-même parfaitement ce à quoi il devait faire face au quotidien et a cette culpabilité qu’il avait laissé transparaitre tout à l’heure. Il pensait que c’était en partie sa faute, comme moi je pensais que j’aurai dû rester dans cette maison pour sauver maman. Jamais je n’aurai du l’écouter, j’aurai dû prendre ma baguette et affronter ce mal avec elle, ne pas la laisser mourir seule… Mais si j’avais fais ça, que serait-il advenu d’Adam et de Papa ? J’étais là pour veiller sur eux, j’en étais certaine. J’étais certaine oui, que c’était ce que maman voulait.

Après réflexions, un détail m’échappe dans ce qu’il dit… « Il y a des mots qui sont plus voulues que d’autres… Et celle d’Elinor en faisait parti. ». Cette évocation de camarade avec du sang sur les mains m’intriguent même si ça me parait évident que certains Pro-Supérieurs ici n’avaient sûrement pas hésité à lever leur baguette pour jeter un sort fatale à l’un d’entre nous. La doctrine faisait décidément un carnage…

« Je n’ai jamais dis que tu avais du sang sur les mains Connor. Ce que j’essaie de te dire c’est… qu’il faut que tu accepte que s’il n’y avait jamais eu les Supérieurs au sein de château, Elinor serait peut-être encore là aujourd’hui. Il n’y aurait jamais eu cette occupation, ni cette guerre, ni quoi que ce soit d’autre qui aurait pu entrainer sa mort si prématurément. »

Et si nous étions dans un monde beaucoup plus pacifiste, Maman serait encore dans les bras de Papa à réprimander Adam sur ses yeux charmeurs face à sa préceptrice.

« Et tu répète sans cesse que les moldus n’ont rien à faire ici mais est-ce que tu t’es une fois demander que peut-être, ils n’avaient pas le choix ? »

Je me stoppe, réfléchissant à tous ceux qui étaient présent. Au pourquoi ils étaient là et surtout… comment.

« Ils n’ont rien demandé. Ils vivaient justement leur vie comme tu dis, tranquillement, loin de toi, de nous, de ce château. Jusqu’à ce qu’ils viennent les mettre en cage ici, les séparant de leurs familles et parfois les assassinant par pur plaisir et par conviction qu’ils ne sont pas comme nous. Ceux que tu déteste tant se retrouvent désormais coincés ici parce que les Supérieurs ont complètement détruit leurs vies durant deux années complètes. »

Ils n’ont rien demandés et ils se sont permis d’arriver comme ça, comme un cheveu sur la soupe. Foutant leur vie en l’air, sans raison si ce n’est que leur manière de voir le monde, de voir les choses.

« Ils n’ont plus personnes à l’extérieur, nous sommes leurs seuls attaches pour la grande majorité d’entre eux… tout comme toi tu n’as plus Elinor. .. »

Et comme moi, je n’ai plus maman. Mon corps se crispe sous tous ses souvenirs, sous tous ces mots et évidences. Cette discussion avec lui me ramenait –nous ramenait – à cette que j’aimerais « oublier ». Pas oublier au sens propre du terme car il ne faut pas perdre de mémoire ceux et celles qui ce sont sacrifier pour notre liberté, je me sens d’un coup vidé et fatigué. Mon enthousiasme pour répondre à la lettre d’Adam et d’embarquer Riley tout à l’heure dans une « virée » entre copine venait d’un coup de tomber lourdement au fin fond d’un Océan sombre. Mon cœur est lourd face à tout ça mais aussi face à sa culpabilité. Je ne suis pas devin, je ne suis pas Mlle Hunt. Je ne peux pas savoir ce que tu pense, prédire l’avenir et lire les lignes de ta main… mais je vois et ressens. Je déduis et peut-être que je me trompe, mais la mort d’Elinor à l’air de bien plus le marqué qu’il ne le laisse voir. Ou plutôt qu’il ne l’a laissé voir durant une infime seconde tout à l’heure. Nous avons tous nos faiblesses et je sais que malgré ce que Connor laisse entrevoir, il est aussi concerné. N’importe quelle personne peut être aussi dur, froide et insensible qu’il ne peut le montrer, il n’en reste pas moins un Homme.

Soudainement épuisée, je me passe une main dans le cou avant de planter de nouveau mon regard sur lui :

« Et… qu’est-ce que tu veux dire par le fait que sa mort était visiblement voulue ? »

J’ai tout d’abord pensée à un Supérieur qui l’avait peut-être prit en grippe puis qui s’était vengé par la suite. Mais sa dernière phrase sur les camarades aux mains meurtrières me laissait … dubitative. Si tout à l’heure il m’inspirait toute la colère et la haine possible, je me retrouvais face à lui, adoucis mais sans pour autant ressentir un certain mépris sur sa manière de pensée qui était plus douloureuse qu’autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1500
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Re: " Les Poufsouffles sont mauvais" •• Keza   Mar 11 Mar 2014 - 14:40

Il fallait qu'il se reprenne. Il ne fallait qu'il montre sa peine. Il ne fallait pas qu'il se montre "faible". Ce n'était pas comme ça que la situation aller évoluer, ce n'était pas en pleurer les mots que tout allait changer pour s’améliorer. Il était plus fort qu'eux, plus forts que toutes ces personnes qui pleuraient encore et toujours ces disparitions. Il voulait le croire, il voulait croire que ce qu'avait dit ses parents sur ça était vrai. Il avait besoin de ce rattachement, c'était bien plus simple de suivre aveuglement ces géniteurs que d'admettre qu'ils avaient tord, au moins sur ce point là. Il s'enfonçait, chaque jour un peu plus, il ne savait absolument plus comment faire pour remonter la pente. Il était près à exploser. Elle lui manquait trop, larmes ou pas, elle ne reviendrait pas, jamais. Il était nul, si misérable de ne pas avoir pu sauver celle qu'il aimait. Quant à Caitlyn, elle allait payer de meurtre. Tveit avait réussi à reprendre la parole.... Et Kezabel n'avait pas hésité à l'interrompre

Connor, penser comme eux c’est cautionner ce qu’ils ont fait. Peut-être que tu n’étais pas pour les tortures mais tu ne peux pas nier que c’est parce qu’ils pensaient comme toi qu’ils ont agit de la sorte. Sinon, tout ça ne se serait jamais passé et tu le sais très bien.

Oui bon d'accord, vu sous cet angle peut-être qu'il y avait une part de vérité... Une toute petite part.

De trois, ce n'est pas eux qui l'ont tué, mais quelqu'un d'autres. Bien sûr, il y a des éléments de causes à effets, mais ce ne sont pas eux, les principaux responsables... c'était une mort idiote, stupide, j'aurais dû pouvoir la sauver.... J'aurais dû...

Il avait préféré continuer sur sa lancée tout en répondant plus ou moins partiellement à ce qu'elle avait dit. Malheureusement pour une lui, une fois de plus pendant quelques instants, c'est l'émotion qui le submergea plus qu'autre chose. Coupable, il était coupable de ce qui était arrivé à Elinor. Trente secondes plus tard, il aurait certainement pu faire quelque chose pour elle, ça c'était joué à même pas une minute. S'il avait bougé son cul un peu plus vite, peut-être qu'elle serait toujours là aujourd'hui, peut-être qu'il aurait pu la serrer dans ses bras, lui dire ô combien il l'aimait. Or, tout cela il ne pourrait jamais plus le faire. Plus jamais. Il devait tirer un trait sur la vie qu'ils s'étaient prévus, sur toutes ces nuits où ils parlaient d'un futur potentiel. Il n'y aurait pas de fin, pas de happy ending, juste quelques points de suspensions. Rapidement, en prenant sur lui, il était arrivé à reprendre du poil de la bête, à refouler tout ça au fond de lui histoire que la Jaune ne remarque pas trop à quel point il pouvait être touché. Et puis, il lui avait dit, il lui avait fait comprendre que la mort d'Elinor était plus ou moins souhaité. Pro-supérieure, elle avait torturé quelques personnes, dont son propre cousin Keane. Il le savait, il ne cautionnait pas forcément, mais c'était ainsi.

Je n’ai jamais dis que tu avais du sang sur les mains Connor. Ce que j’essaie de te dire c’est… qu’il faut que tu accepte que s’il n’y avait jamais eu les Supérieurs au sein de château, Elinor serait peut-être encore là aujourd’hui. Il n’y aurait jamais eu cette occupation, ni cette guerre, ni quoi que ce soit d’autre qui aurait pu entraîner sa mort si prématurément.
Peut-être.... De toute façon, on ne le saura jamais, non ?! Je dis juste que certaines personnes ont du sang sur leurs mains, et pas forcément celles que l'on croit.

Il savait qu'elle avait raison. Il savait que sans les supérieurs, ces deux années ne se seraient jamais passées comme ça. C'était clair. C''est pour cela que la phrase de Cody le travaillait de temps en temps. Un éventuel retour des supérieurs ?! Bonne ou mauvaise choses ?! Il ne savait même plus. Il fut coupé dans ces pensées, par la voix de la Jaune qui avait reprit

Et tu répète sans cesse que les moldus n’ont rien à faire ici mais est-ce que tu t’es une fois demander que peut-être, ils n’avaient pas le choix ? Un point pour la jaune. D'ailleurs, il fit une petite grimace, cherchant à tout prix de trouver un contre argument solide, valide. Ils n’ont rien demandé. Ils vivaient justement leur vie comme tu dis, tranquillement, loin de toi, de nous, de ce château. Jusqu’à ce qu’ils viennent les mettre en cage ici, les séparant de leurs familles et parfois les assassinant par pur plaisir et par conviction qu’ils ne sont pas comme nous. Ceux que tu déteste tant se retrouvent désormais coincés ici parce que les Supérieurs ont complètement détruit leurs vies durant deux années complètes. Ils n’ont plus personnes à l’extérieur, nous sommes leurs seuls attaches pour la grande majorité d’entre eux… tout comme toi tu n’as plus Elinor. ..
Ne parle pas d'elle. Lui répliqua t-il sèchement, et là c'était plus de l'ordre de l'ordre que du conseil. Ne cherche pas à me prendre par les sentiments, tu dois bien savoir que c'est peine perdue. Bouh, il était un méchant garçon sans cœur, et il était si las d'entendre cela, qu'il préférait entrer dans leur jeu et comme si, oui, il n'avait aucun sentiment. Comment tu sais qu'ils n'ont plus personnes ? T'as mené ta petite enquête ?! J'ai jamais demandé à personne ne les ramener ici, je vois pas pourquoi ça serait à moi d'en payer les pots cassés maintenant. Il se passa une main dans les cheveux, avant de souffler On ne sera jamais d'accord sur ça, t'as de bons arguments... attention ça c'est du compliment, profites en la jeune. ... mais malheureusement pour toi, ils ne suffisent pas à me convaincre.

Si on avait écouté ses propres convictions, les moldus seraient restés tranquillement chez eux... et les nés-moldus ne seraient plus acceptés. Pas de sang, rien.... Est-ce qu'il devait lui dire ?! Il n'en savait rien, il ne tenait pas à se prendre une claque magistrale, mais en même temps ce genre de paroles ne devraient même pas étonner la demoiselle.

Et… qu’est-ce que tu veux dire par le fait que sa mort était visiblement voulue ?
Si quelqu'un ne lui avait jeté un sort en pleine tronche, alors elle serait certainement encore ici... Elle n'a même pas pu se défendre. Il se tut quelques secondes avant de répondre. Quelqu'un que personne ne peut soupçonner... et qu'au final, peut-être que sa mort l'arrangeait. Et tu vois cette personne, elle n'assume pas ce qu'elle a fait, elle dit que ce n'est pas de sa faute, qu'Elinor allait attaquer. Mais c'est faux, je le jure sur tout ce que j'ai, c'est faux, je veux même prendre du sérum de vérité si ça aide à me croire. Elle a juste été abattue sans pouvoir se défendre.

Il était vrai sûr et certain que c'était la faute de Twain. Ce n'était même pas pour rejeter la faute sur quelqu'un, pour lui elle était juste coupable. Beaucoup plus que lui qui n'avait pas pu sauver Elinor, mais elle ne perdrait rien pour attendre. La vengeance est un plat qui se mange froid, il comptait bien la prendre, petit à petit. La détruire. C'était sa proie, et il ne laisserait personne d'autres lui faire du mal. Est-ce que cela faisait de lui un fou ? Un Psychopathe, ou quelque chose dans de goût là ? Peut-être bien, mais il s'en fichait. Le principal, était pour l'instant qu'on ne soupçonne pas à quel point il haïssait cette personne, à quel point ça le rendait dingue. Il fit un pâle sourire à la jeune femme avant de rajouter.

Mais un jour, cette personne assumera. Un jour la vérité sera révélé, avec le poids de culpabilité, elle ne pourra pas forcément le garder très longtemps que pour elle. Il se tut quelques secondes, avant de rebraquer son regard sur la demoiselle et de continuer doucement Tout se paye un jour. Je paye ce que j'ai pu dire et ce que je dis toujours avec toutes ces personnes qui me méprisent, et me détestent, mais au moins je suis franc. Je ne joue pas un double jeu, juste pour bien me faire voir. C'est aussi simple que cela, et il faudrait que plus s'en rappellent, quelques soient nos erreurs, il y a toujours un moment où la situation se retournera contre nous, le pardon n'est pas aussi simple que l'on voudrait... non ?!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2158
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: " Les Poufsouffles sont mauvais" •• Keza   Dim 16 Mar 2014 - 21:16

« Ne parle pas d'elle. Ne cherche pas à me prendre par les sentiments, tu dois bien savoir que c'est peine perdue. »

Je me braque face à son ton sec. Je ne peux lui en vouloir, je n’aimerai probablement pas qu’il parle de ma mère mais loin de moi l’idée de le prendre par les sentiments. Au contraire, je tentais simplement de lui faire comprendre certains points qui semblaient lui échapper. Je croise les bras, poussant un soupire. Il a raison sur ce point : C’est peine perdue. Je le vois reprendre son aplomb et faire comme s’il ne ressentait rien. Connor était un fort où le cœur était pourri par la haine, la tristesse et la soif de vengeance. La seule chose qui semblait lui échapper était que plus le cœur allait pourrir, plus ses remparts s’effriteraient jusqu’à s’effondrer et lui, jusqu’à craquer du jour au lendemain.

« Comment tu sais qu'ils n'ont plus personnes ? T'as mené ta petite enquête ?! J'ai jamais demandé à personne ne les ramener ici, je vois pas pourquoi ça serait à moi d'en payer les pots cassés maintenant.
- Et eux n’ont demandé à personne de les ramener ici non plus Connor, et ils ne voient pas pourquoi ça serait à eux d’en payer le prix avec la mort de leur famille et être désocialisé. L’un d’en l’autre, vous êtes semblable. Personne n’a rien demandé à personne. Ils font des efforts, alors à toi aussi d’en faire.
- On ne sera jamais d'accord sur ça, t'as de bons arguments... mais malheureusement pour toi, ils ne suffisent pas à me convaincre. »

Je soupire de nouveau… Il était vrai que quoi que je dise, Connor restait buté sur ces convictions et j’en étais à la fois en colère et frustré. Devais-je vraiment respecté sa façon de pensé ? Après tout, chacun pouvait avoir son opinion, mais quand cela conduisait à des insultes gratuites et à du racisme balancé en plein couloir, j’étais beaucoup moins aptes à être conciliante avec lui. J’étais sincèrement désolée pour Elinor, personne ne méritait de vivre une peine aussi atroce même si ça n’était pas toujours ce que j’avais pensé. A la mort de Maman, je n’avais qu’une envie : La venger. C’était peut-être la seule chose à laquelle je me raccrochais à part Adam et Papa. Ce feu brûlant, je le sens encore parfois avec toute cette myriade de question : Pourquoi elle ? Pourquoi pas moi ? Pourquoi Adam a du en plus être paralyser ? Elle me manquait toujours un peu plus et d’ici quelques mois, j’entamerais la 5ème année sans elle. Je chasse toutes ces idées de ma tête, me concentrant de nouveau sur Connor.

« Et… qu’est-ce que tu veux dire par le fait que sa mort était visiblement voulue ?
- Si quelqu'un ne lui avait jeté un sort en pleine tronche, alors elle serait certainement encore ici... Elle n'a même pas pu se défendre. »

Finalement, sur ce point lui et moi n’étions pas si différent.

« Quelqu'un que personne ne peut soupçonner... et qu'au final, peut-être que sa mort l'arrangeait. Et tu vois cette personne, elle n'assume pas ce qu'elle a fait, elle dit que ce n'est pas de sa faute, qu'Elinor allait attaquer. Mais c'est faux, je le jure sur tout ce que j'ai, c'est faux, je veux même prendre du sérum de vérité si ça aide à me croire. Elle a juste été abattue sans pouvoir se défendre. »

Je reste silencieuse, contemplant cette haine se mélanger à sa peine qui étaient visible sur ses traits. Ce qui me trouble c’est d’avoir la sensation de faire face à une copie de moi, quatre années plus tôt. Je ne sais plus trop ce que j’éprouvais envers Connor. De la fureur face à ses propos ou de la compassion face à sa douleur de ne plus avoir Elinor avec lui. Peut-être les deux… Il affiche un pâle sourire sans que je ne le lui rende, mes sourcils froncés.

« Mais un jour, cette personne assumera. Un jour la vérité sera révélé, avec le poids de culpabilité, elle ne pourra pas forcément le garder très longtemps que pour elle. Tout se paye un jour. Je paye ce que j'ai pu dire et ce que je dis toujours avec toutes ces personnes qui me méprisent, et me détestent, mais au moins je suis franc. Je ne joue pas un double jeu, juste pour bien me faire voir. C'est aussi simple que cela, et il faudrait que plus s'en rappellent, quelques soient nos erreurs, il y a toujours un moment où la situation se retournera contre nous, le pardon n'est pas aussi simple que l'on voudrait... non ?! »

C’était bien ça, une copie de moi. Dans ses mots, sa rage, sa volonté de vengeance. Tout cela me ramena douloureusement des années en arrière. Je me revois dans ma chambre, les yeux fixés au sol à échafauder tous les plans possible pour retrouver Maxence, étant persuadé à cette époque qu’il était le seul responsable de la mort de ma mère. J’en cauchemardais, c’était une véritable obsession. Je m’en suis rendu malade, des jours durant à devenir aigrie et parfois violente dans mes manières de parler. Je ne dois mon salut qu’à la présence d’Adam et de papa, sans eux j’en suis venu à me dire si je n’allais pas tomber complètement folle sous le poids du chagrin et du refus de vois les choses en face, de voir la réalité : Maman ne reviendrait plus. Et même encore aujourd’hui, il m’arrivait de perdre pieds face à cette évidence que je ne pouvais pas contré. L’absence de sa peau, de sa présence, de sa voix. Elle était l’un des piliers fondamentaux de mon existence, la personne en qui je me confiais, qui me rassurait, qui me mettais en confiance. Elle était … ma mère. Je serre les poings et reprends mon aplomb, un sourire triste sur les lèvres. La fureur envers Connor était présente mais atténuée par la compassion, chose qu’il ne voulait sûrement pas de ma part. Je ne sais pas de qui il parlait mais il semblait bien évidemment que cette personne était encore au château. Frustration supplémentaire que je comprenais. Je m’approche de lui, me plantant face à sa grande taille et ancrant mon regard dans le sien :

« Crois le ou non, je sais ce que ça fait de connaitre le coupable et de l’avoir à quelques mètres de toi, de le voir continuer à évoluer tandis que toi, tu te mords les nerfs dans ton désir furieux de le voir souffrir autant que toi. »

Car lorsque je croyais encore que Maxence était coupable, le voir déambuler dans les couloirs me donnaient la nausée, m’empêchant de dormir. Le meurtrier de ma mère était sous ma main et j’étais incapable de faire quoi que ce soit… jusqu’à ce que j’apprenne qu’il avait été au contraire, notre sauveur. Si Maxence et l’armée n’avaient pas été là, peut-être ne serais-je pas là à parler avec Connor et à suivre encore mes études, à respirer l’air que maman n’a plus.  

« Mais je sais aussi que tout ce que tu ressens là ne fera que de te pourrir de l’intérieur, jusqu’à te rendre fou et à te faire commettre des choses que tu regretteras sûrement plus tard… Parce que tu vaux mieux que ça. T’es peut-être quelqu’un que je n’apprécie pas pour sa façon de penser, mais je suis certaine que tu vaux mieux qu’une opinion mal placée mais aussi qu’une vengeance qui te laissera du sang sur les mains. »

J’étais tout aussi franche que lui, si j’avais quelque chose à dire alors je le faisais, peut-être maladroitement parfois certes mais j’avais toujours eu cette franchise, jugeant qu’il était toujours mieux de dire la vérité… Même si elles n’étaient pas toujours toutes bonnes à dire.

« Une fois que tu te seras venger, que vas-tu faire Connor ? Seras-tu satisfait ? Tes questions ne seront pas satisfaites pour autant, tu te demanderas toujours pourquoi elle et pas un ou une autre. Pourquoi tu n’es pas arrivé plus tôt. Pourquoi la personne ayant enlevée la vie d’Elinor l’a fait… Et tout ça ne la fera pas revenir. Tu pourras être aussi en colère que tu le veux, faire couler le sang du coupable ou quoi que ce soit d’autre mais ça ne te soulagera qu’un temps… jusqu’à ce que la douleur surgisse de nouveau. »

Alors, quoi faire en attendant ? Souffrir en silence ? Non, apprendre à vivre avec, même si c’était plus simple à dire qu’à faire et j’en savais quelque chose. Concernant le ou la coupable de la mort d’Elinor, je ne savais rien de la situation ni de cette personne. J’étais incapable de savoir qu’elles avaient été ses réels intentions… Mais Connor avait l’air sûr de lui : Cette personne voulait la mort d’Elinor. Et s’il était arrivé un moment trop tard de la vérité ? Comprenant qu’il ne servait à rien de dire cette opinion, je la tus au fond de mon cerveau. Le couteau avait largement été assez remué dans la plaie et ce, des deux côtés même si Connor n’en savait probablement rien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1500
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Re: " Les Poufsouffles sont mauvais" •• Keza   Mar 18 Mar 2014 - 13:43

Elle n'avait pas le droit de parler d'Elinor. Elle ne la connaissait pas ou si peu, comme la plupart des personnes ici. Autant qu'on dise du mal de lui il s'en fichait, autant le moindre mot de travers sur son ex petite amie et il pouvait péter un boulon. Et puis, il y avait également les dires sur les moldus qu'il avait un peu de mal à accepter. La réponse de Kezabel, le fit longuement soupirer. Non, ça ne servait à rien de lui dire de nouveau que leur famille n'était pas forcément morte, enfin au final, elle en savait certainement plus que lui donc... autant laisser le doute planer non ? Il soupira et préféra plus ou moins clore cette conversation en lui faisant que comprendre qu'il ne changerait pas d'avis. Et puis... Il avait finalement expliqué ce qui c'était passé avec Elinor, le fait que quelqu'un l’ait tué, le fait qu'elle n'avait pas pu se défendre et que le meurtrier vivait juste tranquillement sa vie comme si de rien ne s'était passé ou presque. Il avait fini son petit speech en lui disant qu'un jour où l'autre tout se payait; et que ce jour-là cette personne rigolerait beaucoup moins. Et cela, il y veillerait personnellement, même si cela il s'était bien entendu abstint de le dire à voix haute. C'était entre Caitlyn et lui, il ne voulait pas que l'on se mette à travers son chemin.


Crois le ou non, je sais ce que ça fait de connaitre le coupable et de l’avoir à quelques mètres de toi, de le voir continuer à évoluer tandis que toi, tu te mords les nerfs dans ton désir furieux de le voir souffrir autant que toi.

Il haussa les épaules, doucement. Il ne se sentait pas mieux, parce que la jeune fille lui avait dit cela. Est-ce qu'il était curieux de savoir comment on s'en sortait ? Peut-être, mais quoiqu'il en soit, il était trop fier pour l'avouer, pour lui demander ce qui s'était passé pour elle. Il voulait régler ça comme un grand.

Mais je sais aussi que tout ce que tu ressens là ne fera que de te pourrir de l’intérieur, jusqu’à te rendre fou et à te faire commettre des choses que tu regretteras sûrement plus tard… Parce que tu vaux mieux que ça. T’es peut-être quelqu’un que je n’apprécie pas pour sa façon de penser, mais je suis certaine que tu vaux mieux qu’une opinion mal placée mais aussi qu’une vengeance qui te laissera du sang sur les mains.

Le pourrir de l'intérieur ?! De toute façon qu'est-ce que ça changerait avec maintenant. A en croire ses camarades, il était déjà un pourri, alors un peu plus, un peu moins, il n'était plus à ça prêt. Quant à regretter ?! Peut-être, mais pour l'instant la seule chose qui l'intéressait vraiment c'était sa vengeance, le reste, il aurait tout le temps d'en débattre plus tard. Et puis, ce n'est pas comme s'il allait tuer Caitlyn d'un coup, non, il voulait juste la dé-crédibiliser, l'autre Bleue le savait, alors, elle avait tout le temps de répliquer. Ca n'en rendait que le "jeu" plus intéressant. S'en prendre à quelqu'un si l'autre ne peut pas répliquer, quel mérité, quelle saveur en trouver ?! Il ne voyait pas. Il voulait qu'elle réponde, il savait comment faire pour faire réagir Caitlyn, tout comme elle savait comment lui faire mal. C'était une bataille à armes égales en quelque sorte.

Qui te dit que je vais avoir du sang sur les mains ?! Il avait haussé un sourcil. Tu devrais le savoir, je ne suis pas pour la violence !

Bon, sauf dans quelques cas particuliers, mais ça c'était vraiment plus ou moins comme tout le monde.

Une fois que tu te seras venger, que vas-tu faire Connor ? Seras-tu satisfait ? Tes questions ne seront pas satisfaites pour autant, tu te demanderas toujours pourquoi elle et pas un ou une autre. Pourquoi tu n’es pas arrivé plus tôt. Pourquoi la personne ayant enlevée la vie d’Elinor l’a fait… Et tout ça ne la fera pas revenir. Tu pourras être aussi en colère que tu le veux, faire couler le sang du coupable ou quoi que ce soit d’autre mais ça ne te soulagera qu’un temps… jusqu’à ce que la douleur surgisse de nouveau.

Monsieur Tveit, qui avait souvent réponse à tout, était.... depuis quelques minutes déjà bien silencieux. La seule phrase qu'il avait réussi à prononcer n'était pas méchante, il n'essayait même plus de se défendre, ou du lui montrer qu'il valait mieux... de lui prouver par A+B. Il se contentait simplement de répondre comme s'il était totalement, las, fatigué, dénué d'énergie. La vérité c'est qu'au final, Kezabel avait raison sur bien trop de points, et puis cette conversation sur Elinor le fragilisait. Il ne voulait pas exploser, surtout pas devant elle, alors il fallait qu'il se démène pour se concentrer, pour ne rien laisser paraître. Est-ce qu'il était doué à ce petit jeu là ? Oui, très certainement !

Je ne sais pas si je serai satisfait, mais au moins je l'aurais vengé. J'aurais tenu ma promesse.

Il se tut quelques secondes avant de reprendre le plus normalement du monde

Je suis arrivé une dizaine de secondes de tard, tout ça parce que j'étais KO ailleurs.

Logique dans un sens.

Quant à pourquoi, elle l'a tué.... soit disant parce qu'Elinor allait en faire de même. En analysant bien les positions des deux personnes, la façon de se tenir, baguette et compagnie, ce n'est que pur mensonge. Et comme de toute façon à croire plus cette personne que ce que je dirais, je le prouverais tout seul. Je ne laisserai pas son crime impuni, sans rien faire.

Il se racla un peu la gorge avant de continuer

Je suis pas stupide, je sais pertinemment que rien ne la ferait revenir, sinon, j'aurais tout fait pour qu'elle soit encore avec moi, quitte à vendre mon âme au diable.

Ouais enfin le diable pouvait être considéré comme les supérieurs et son âme était déjà avec eux en quelque sortes.

Quant à mon avenir, on sait tous les deux que je n'ai pas trop à me soucier pour cela... Je réussirai dans la vie, c'est le plus important pour moi pour l'instant. Le bonheur, c'est que des conneries.

Oui parce que quand ça finit ça fait tellement mal, cette douleur est si insurmontable...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2158
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: " Les Poufsouffles sont mauvais" •• Keza   Dim 23 Mar 2014 - 11:43

Je ne sais pas si je serai satisfait, mais au moins je l'aurais vengé. J'aurais tenu ma promesse. Je suis arrivé une dizaine de secondes de tard, tout ça parce que j'étais KO ailleurs.

Je soupire de nouveau. Il est inutile que je continue de dire quoi que ce soit et je commence à le comprendre depuis tout à l’heure déjà. Je croise les bras, ne détachant pas mon regard de ce jeune homme qui m’inspirait si peu de sympathie. Il avait une façon de voir les choses dérangeantes mais surtout qui était insultante pour les nés-moluds, les moldus et les sangs-mêlés. Il n’avait aucune compassion – ou presque ? – et n’hésitait pas à faire savoir qu’ils n’avaient rien à faire ici. Chose qui me donnait simplement envie de vomir. La discussion durait depuis plusieurs minutes maintenant et les opinions n’avaient aucunement divergées. Ni de mon côté, ni du sien. Il restait bien ancré dans ses façons de voir… Est-ce qu’il avait été élevé en ce sens ? Avait-il toujours entendu depuis sa plus « tendre » enfance que toutes personnes n’étant pas de sang pur n’étaient que des faibles et des moins que rien ?

Quant à pourquoi, elle l'a tué.... soit disant parce qu'Elinor allait en faire de même. En analysant bien les positions des deux personnes, la façon de se tenir, baguette et compagnie, ce n'est que pur mensonge. Et comme de toute façon à croire plus cette personne que ce que je dirais, je le prouverais tout seul. Je ne laisserai pas son crime impuni, sans rien faire.
- Ca ne servira à rien de faire ça. Quelque soit la manière que tu utiliseras, qu’elle soit psychologique ou physique, peut-être qu’Elinor aurait préférée que tu honores sa mémoire d’une autre manière, autre que par la vengeance…

J’hausse les épaules, peut-être que j’avais tord, il était le seul à pouvoir en juger. Je ne connaissais pas Elinor, il me semblait simplement l’avoir croisé de vue, juste comme ça… comme beaucoup de personne ici. Je jette un œil autour de nous et constate que certains ralentissent tout en se demandant ce qu’il se passait. Il est vrai que la conversation n’avait pas l’air décontracté, du moins en vu de ce qu’il se disait même si aux premiers abords j’avais pensée qu’une réflexion supplémentaires de la part de Connor suffirait à ce que je lui en décolle une. Et pourtant, j’avais pris sur moi et j’ai surtout été vite… blasée par son attitude. Nous avions eu notre quota lors de l’occupation des Supérieurs, inutile de nous en rajouter. Et sans que je ne le veuille, son histoire m’avait touché et ce, même si je ne le disais pas.

Je suis pas stupide, je sais pertinemment que rien ne la ferait revenir, sinon, j'aurais tout fait pour qu'elle soit encore avec moi, quitte à vendre mon âme au diable.

Ces derniers mots me touchent. Je crois que n’importe qui ici aurait été prêt à tout pour récupérer la personne perdue. Moi la première.

« A t’écouter, tu avais l’air de beaucoup tenir à elle. Plus que tu ne le laisses voir. »

J’aurai été capable de n’importe quoi pour récupérer maman et faire en sorte que cette maison n’explose pas sous nos yeux avec elle coincée à l’intérieur. Tout s’était passé si vite… Nous n’avions eu que le temps de contempler cette apocalypse une fraction de seconde avant que le malaise ne m’emporte et que je n’y vois le visage de Maxence.

Quant à mon avenir, on sait tous les deux que je n'ai pas trop à me soucier pour cela... Je réussirai dans la vie, c'est le plus important pour moi pour l'instant. Le bonheur, c'est que des conneries.

Je secoue la tête. Il venait de faire revenir au galop l’agacement. Pour sûr que tu as sûrement plus de moyens que d’autre ici pour t’en sortir et le fait qu’il puisse s’en vanter comme ça, je trouve ça puéril et pathétique. C’était un égoïste et il m’était encore étonnant de voir à quel point il était amoureux d’Elinor et de le voir si narcissique et imbu de lui même également. Est-ce que Connor avait raison lorsqu’il disait que le bonheur n’était qu’une connerie ? Non. Je repense à mon père et à Adam. Mais aussi à Riley que j’irais rejoindre pour lui redonner le sourire. Mais aussi à d’autres personnes avec qui je passais peut-être moins de temps mais que j’adorais malgré tout. Enzo par exemple où il s’avérait être un amour de garçon. Il y avait également Caem, Adri’ et d’autres encore. Tout ce petit monde était mon bonheur à moi et je sais que sans eux, je n’aurai pas réussi à surmonter la mort de maman. Tallulah avait également jouée un rôle important et même si nos liens s’étaient brisés au fil du temps, elle avait été d’une aide précieuse à l’époque. Non, le bonheur n’était pas une connerie. Il était simplement le crochet qui permettait de nous maintenir et de ne pas sombrer dans ce vide douloureux et tortueux.

« Tu es bien sûr de toi, tu ne contrôle rien. Rien ne te certifie que tout se passera comme TOI tu l’entends, tu ne peux rien prévoir. Tu n’es pas Dieu, ni devin. »

La magie pouvait faire bien des miracles mais à certaines limites et à moins que je n’en sois pas au courant, celui de modifier l’avenir comme nous le souhaitions n’était pas possible. Parce que même si nous étions sorciers, nous étions avant tout des Hommes.

« Quant au bonheur, peut-être qu’un jour tu apprendras qu’un jour les autres peuvent t’apporter plus que tu ne t’apportes toi même. Du soutient, une écoute ou simplement une présence. Après, ça n’est que ton choix que de ne pas t’ouvrir au bonheur… mais ne t’étonnes pas de rester aussi aigrie que tu ne l’es aujourd’hui. »

Pas l’ombre d’un sourire. Tout cela ne m’amuse pas non, mais ça me fatigue plus qu’autre chose. Je regarde ma montre… Il fallait que j’aille répondre à mon petit frère. De toute manière cette conversation n’avait plus de sens, j’aurai beau dépenser mon énergie en lui faisant comprendre que nous en avions assez bavé ici et qu’il était inutile de nous cracher son venin à la figure que cela ne servirait à rien. J’avais face à moi un mur, rien de plus. Je soupire, secouant légèrement la tête.

« Tout cela ne rime à rien. Nous aurons beau discuter durant des heures toi et moi que ça ne changerait rien… Mais je trouve ça dommage. »

Je plante mon regard dans le sien en penchant légèrement la tête de côté.

« Tu pourrais être quelqu’un de bien Connor… Peut-être qu’un jour tu grandiras et apprendra que tu ne peux pas vivre dans un monde diriger uniquement par tes envies, tes choix et que ceux que tu considères « impurs » ne sont pas plus faible que toi. Loin de là… »

J’hausse les épaules et le contourne sans animosité dans mes gestes, étant simplement fatiguée de tout ça, de brasser de l’air pour rien. Je m’arrête à sa hauteur : « Passe un bon weekend quand même… »

Je lui tourne le dos et file vers ma salle commune, le cœur lourd de mauvais souvenirs mais aussi d’amertume de voir encore certains élèves ressentir autant de haine pour ceux qui n’étaient pas comme eux. Je monte dans mon dortoir, prends ce qu’il faut et viens m’attabler sur une table au fond de la pièce, un peu à l’écart. Ecrire à mon frère me fera du bien, là où je pourrais puiser un peu d’innocence.

-RP TERMINE POUR MOI-
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1500
Date d'inscription : 28/10/2013
Crédits : Ludies; gif tumblr
Double Compte : Elias & Matthew & Keane & Benjamin & Jonah



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2417-connor-oo-it-s-not-unusual-to-
MessageSujet: Re: " Les Poufsouffles sont mauvais" •• Keza   Lun 24 Mar 2014 - 11:49

Désolé Kezabel, ce n'est pas ce soir que tu arriveras à le convaincre du bien fondé de ta cause. Tveit était plus têtu qu'une mule, quoiqu'elle dise cela ne le ferait pas changer d'avis, du moins dans l'immédiat. Car les informations pertinentes qu'elle lui avait sorti, il les avait bien enregistrées, maintenant il restait juste à ce qu'elles fassent leur bout de chemin.

Ca ne servira à rien de faire ça. Quelque soit la manière que tu utiliseras, qu’elle soit psychologique ou physique, peut-être qu’Elinor aurait préférée que tu honores sa mémoire d’une autre manière, autre que par la vengeance…

Il eut un petit rire sarcastique. C'était drôle comme argument, surtout lorsqu'on ne connaissait pas Elinor. Oh si, elle aurait voulu qu'il la venge, ça il en était sûr et certain; peut-être même qu'elle aurait voulu qu'il tue le type qui avait envoyé le second sort, mais ça, il avait été incapable de l'achever. Il n'était pas un meurtrier, et ce n'était qu'un sort perdu. La seule fautive c'était Twain, ça serait la seule à payer !

Celle-là, il faudra que je la sorte à Melvin, je suis sûr que ça le fera mourir de rire !

Autrement dit, mais tu te trompes tellement sur son compte Kezabel, tu ne peux pas savoir à quel point. Bientôt, il était arrivé à dire que quoi qu'il fasse il ne pourrait pas la faire revenir, même s'il était prêt à se sacrifier pour cela.

A t’écouter, tu avais l’air de beaucoup tenir à elle. Plus que tu ne le laisses voir.
Attention, tu tiens peut-être le scoop du siècle là ! J'ai peut-être un cœur et des sentiments. Bravo, quelle perspicacité tu possèdes ! Il se tut quelques instants avant de reprendre Qu'est-ce que ça peut bien faire que je tienne à elle ou pas ? Ce n'est pas comme si ça allait changer quelque chose. Quant à le montrer à quoi bon hein ?!

S'il tenait à elle ?! Oui. Plus que tout. Ce n'est pas pour rien, que pour plaisanter plus ou moins, ils avaient parlé de se marier après Poudlard, de fonder une famille. C'était son destin, son avenir à la base... et maintenant, il ne lui restait plus que son travail. C'était là la triste vérité. Son avenir se résumerait à un mot. Boulot. Il ne voulait pas d'une autre fille, il ne voulait pas d'un possible bonheur éphémère. Contrairement à ce que pouvait penser Kezabel, certes vu la position de sa famille les pistons pouvaient allaient de bon train, mais au départ il disait surtout cela vu ses notes en cours. Il savait qu'il était bon, comme tout le monde il avait ses faiblesses, ses forces mais c'était plutôt un très bon élève, studieux et qui aimait bosser, étudier.

Tu es bien sûr de toi, tu ne contrôle rien. Rien ne te certifie que tout se passera comme TOI tu l’entends, tu ne peux rien prévoir. Tu n’es pas Dieu, ni devin.
C'est vrai, mais avec un bon bagage scolaire, on réussit généralement mieux dans la vie, on a plus de choix... Cela, tu ne peux le nier !
Quant au bonheur, peut-être qu’un jour tu apprendras qu’un jour les autres peuvent t’apporter plus que tu ne t’apportes toi même. Du soutient, une écoute ou simplement une présence. Après, ça n’est que ton choix que de ne pas t’ouvrir au bonheur… mais ne t’étonnes pas de rester aussi aigrie que tu ne l’es aujourd’hui.
On a peut-être juste pas la même vision du monde, c'est tout. C'est censé me vexer le fait que tu me trouves aigri. Soit...
Tout cela ne rime à rien. Nous aurons beau discuter durant des heures toi et moi que ça ne changerait rien… Mais je trouve ça dommage. Elle planta son regard dans le sien Tu pourrais être quelqu’un de bien Connor… Peut-être qu’un jour tu grandiras et apprendra que tu ne peux pas vivre dans un monde diriger uniquement par tes envies, tes choix et que ceux que tu considères « impurs » ne sont pas plus faible que toi. Loin de là…

Non. Il n'était pas quelqu'un de bien pour la plupart des gens, et il ne le serait jamais. Choisir entre sa famille ou le reste des personnes était un choix trop facile. Sa famille avant tout. Pour rien au monde il ferait quelque chose pour être renier, et ce même s'il commençait à comprendre que ses parents avaient tord. Il ne pouvait pas se permettre de les perdre eux aussi. Bien sûr qu'il aurait pu lui dire, elle aurait certainement compris, mais ce genre de réflexions, il préférait les garder pour Edward, pour ceux qui connaissaient ses parents.

Ou alors je suis un cas perdu d'avance.
Passe un bon weekend quand même…
C'est ça, bon week-end à toi aussi ...


Et sur ses paroles, ne sachant plus trop ce qu'il comptait faire à la base, il se mit à descendre vers la salle commune des Verts...


- Fin pour Moi-

HS: Si ma réponse te plait, on peut clore de cette manière, sinon MP moi pour que je modifie ma réponse ♥.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: " Les Poufsouffles sont mauvais" •• Keza   

Revenir en haut Aller en bas
 
" Les Poufsouffles sont mauvais" •• Keza
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Table des Poufsouffles
» [mission] Les bonbons, c'est mauvais pour les dents [pv]
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Premier Etage.-
Sauter vers: