AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Blame It on the Alcohol •• Caitlyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Blame It on the Alcohol •• Caitlyn   Sam 18 Jan 2014 - 18:17


Dimanche 5 octobre- en début de soirée.

Voilà maintenant presque un mois qu'Elias était séparé de Caitlyn. Un mois, un long mois. La dépression était toujours plus ou moins là, mais il était arrivé à faire la part des choses, il était  arrivé à faire plus ou moins comme si cela ne le touchait plus trop... Mais il s'était de nouveau renfermé sur lui-même. Il ne parlait plus qu'à quelques personnes, et essayait d"éviter le plus possible les autres... mis à part  si quelqu'un avait besoin d'aide bien entendu. Bon samaritain, comme toujours.

La journée s'était passée plutôt normalement, il avait travaillé ses cours une bonne partie de l'après-midi et avait ensuite parlé du temps sur son long à regarder le plafond. Activité intéressante non ?! Il avait aussi passé un peu de temps en salle commune des Jaunes, puis le dîner avait eu lieu, et de suite après il était retourné s'installer dans le dortoir où il avait pris un livre. Au bout d'une dizaine de minutes, Keane était venu le chercher pour l'inviter à boire un coup, après avoir hésité quelques instants, il se décida à suivre le bouclé. Une bière, puis une deuxième, une troisième. Il avait bu, pas mal. D'ailleurs Fletch était à présent incapable de dire à combien de verre il en était, et même ce qu'il avait exactement vu, une des seules choses dont il était à peu près c'est que Crawley remplissait ses verres à chaque fois qu'ils commençaient à être un peu vides. Loin de s'en formaliser, et trop alcoolisé pour se poser trop de questions, il le laissait donc faire et enchaînait les verres.

L'alcool aidant, il s'était mis à parler aux quelques personnes qui buvaient avec lui. Et puis la porte de la salle commune s'ouvrir. Caitlyn apparut. Il bugua totalement. Quoi ? Pourquoi ? Qu'est-ce qu'elle faisait ici ?! Il cligna plusieurs fois des yeux. Keane, qu'est-ce qu'elle fait là ? Je croyais que c'était... juste entre nous. souffla t-il doucement à Crawley. Le bouclé haussa les épaules et au lieu de répondre lui répondit Tu devrais aller lui dire bonjour Fletch' What ? Pardon ? Quoi ? Aller lui dire bonjour ? Se lever pour l’accueillir alors qu'il avait juste envie de disparaître. Et pour répondre à ta question, c'est moi qui lui ai dit de venir... En lui disant qu'il y avait une petite fête ici et que ça me ferait plaisir de la voir. C'tout. Pas de quoi fouetter un chat. Keane lui fit un petit sourire, tandis qu'Elias se demandait pourquoi il avait parlé de chat. N'ayant plus le cerveau très clair, il avait du mal à réfléchir. Il remarqua alors que Caitlyn avait avancé vers eux. Alerte au rouge. Alerte au rouge ! Il était certainement trop tard pour se cacher sous une table et tenter de partir discrètement. Alors quoi faire ?!  Il ne savait pas, peut-être faire semblant de se sentir mal ?! Ouais, comme ça il pourrait retourner se coucher et cela lui éviterait à lui et la Bleue de se retrouver mal à l'aise.
Il s'était levé Je.. je crois que je ferais mieux d'y aller.... avait-il dit à qui voulait bien l'entendre. J'espère tu vas bien Cait... Bonne soirée ! Dernier regard vers la belle Raven. Magnifique. Splendide. Elle était vraiment en beauté ce soir. Cette robe te va très bien ... Heu mec, t'étais pas censé partir dans le dortoir ?! C'est d'ailleurs pour ça que tu allais y aller, non ?!

Sans s'en rendre compte il s'était approché de Caitlyn. Près, très près même. Il avait un peu de mal à marcher droit, mais, une fois proche d'elle, il l'attira contre lui et l'embrassa. Comme ça sans lui demander ni rien. Quelques secondèrent passèrent avant qu'il ne se rende compte de ce qu'il était en train de faire. Pris d'une soudaine panique, il la repoussa, recula, tomba par terre. je.. je.. Je suis … compl.. complè.. complètement dé--- dé—désolé. Caitlyn. Et voilà qu'il se remettait à bafouiller pathétiquement. Ses joues avaient pris une teinte rouge vif. Toujours les fesses au sol, il semblait proche de la crise de nerf, il était presque en larmes d'une manière inexplicable. Il n'aurait pas du l'embrasser. Il n'avait pas le droit. Ils n'étaient plus ensemble... si ça se trouve elle avait quelqu'un d'autres, si ça se trouve elle ne voulait plus de lui. Il lui avait volé un baiser, il lui avait peut-être fait du mal sans le vouloir.  Il tourna  la tête vers Keane qui caressait Alistair, Keane, qui affichait un petit visage satisfait sur le visage. Lumière. Si ça se trouve Crawley les avait venir, parce qu'il savait que Fletch, bourré réagirait de cette manière. Oh le sale petit bouclé manipulateur !! Ou alors peut-être qu'il était complètement parano.... Je n'aurais jamais du faire ça. Excuse-moi. arriva t-il à reprendre tout en reniflant. Visiblement l'alcool l'aidait aussi à chouiner un peu plus facilement. Enjoy Twain !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6609
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Blame It on the Alcohol •• Caitlyn   Lun 20 Jan 2014 - 0:17

Dimanche 05.10.2014
Début de soirée

Bientôt vingt heures, et Caitlyn était dans la salle de bains, devant le miroir, en train de se faire belle. Elle avait lavé ses cheveux quelques heures plus tôt, et, en robe courte, des chaussures à talons aux pieds, elle finissait de porter du mascara à ses cils. Maquillée, du gloss sur les lèvres, elle était prête pour se rendre à la fête dont lui avait parlé Keane dans l'après midi, alors qu'elle venait de sortir de son lit. Elle n'avait pas dormi de la nuit, ne s'était écroulée qu'à l'aube, et était restée dans son lit jusqu'à quatorze heures. Elle était alors descendue aux cuisines, portant le même jogging et sweat à capuche que ceux qu'elle avait enfilés par dessus son pyjama lorsqu'elle était sortie pendant la nuit, et dans lesquels elle s'était endormie après être descendue du grenier et avoir arpenté le parc jusqu'au petit matin. Elle avait faim, et elle voulait se réveiller, alors elle était allée demander quelque chose de rafraichissant à manger et à boire aux elfes de maison. C'était en sortant de la cuisine qu'elle avait croisé le blond bouclé, et il lui avait dit qu'il y aurait une sorte de fête dans sa salle commune, le soir, et que ça serait cool qu'elle vienne. Ça faisait longtemps que personne ne l'avait invitée à une fête. Elle devait avoir l'air trop déprimée, sans doute, si bien que les gens n'osaient pas lui proposer de peur qu'elle les envoie balader. Keane avait cette spontanéité qui lui était propre et qu'elle adorait. Il pouvait être lourd parfois, mais en général, il avait le don de la mettre de bonne humeur plutôt que de l'agacer. Elle avait hésité un peu, toutefois, ne sachant pas si elle se sentait d'aller à une fête, mais il avait fini par la convaincre que ça lui ferait du bien de se détendre un peu. Et puis de toute manière, elle savait qu'elle ne serait pas assez fatiguée pour dormir. Bien au contraire, elle cherchait souvent une manière de fuir les heures passées dans son lit à attendre le sommeil, car c'était pendant ces heures là qu'elle était le plus exposée aux mauvais souvenirs et aux pensées déprimantes. Alors, puisque l'occasion se présentait, autant la saisir. Elle n'aurait pas besoin de errer, cette nuit là, à la recherche de quelque chose qui puisse l'occuper et la distraire. Il lui suffirait d'aller à une fête, de boire quelques chopes de Bièreeaubeurre histoire d'être plus gaie, de parler avec des gens, et d'oublier un peu tout ce qui la tracassait en temps normal. Après un mois, il lui fallait bien tirer un trait, tourner la page. Alors elle avait accepté de venir. Il lui restait quelques matières à mettre à jour, mais elle avait déjà bien bossé la veille pour rattraper le retard qu'elle avait pris pendant la semaine - depuis quelques semaines, c'était devenu une habitude que de devoir rattraper du retard dans ses cours. Heureusement qu'elle n'avait pas de difficultés de compréhension, parce qu'avec sa concentration qui prenait le large, c'était pas facile, et elle avait l'impression de passer des heures sur quelque chose qu'elle aurait pu finir en quelques dizaines de minutes. Bref, une fête ne lui ferait pas de mal au contraire, elle avait besoin de se changer les idées et c'était la manière idéale pour le faire. Surtout si en plus elle se faisait plaisir à prendre soin d'elle-même, à se faire belle. Elle n'avait pas spécialement envie de plaire ni rien, mais ça lui remontait le moral, alors voilà, elle prenait le temps de se préparer.

Elle entra dans la salle commune en utilisant le mot de passe que lui avait donné Keane. Elle appréhendait un peu la soirée, ça faisait longtemps qu'elle n'était pas sortie le soir, elle ne savait plus trop vraiment à quoi s'attendre, et elle ne savait pas si elle allait réussir à apprécier l'ambiance fêtarde. Regardant autour d'elle, elle fit quelques pas vers le centre de la salle, et aperçut Keane sur une chaise... et à côté de lui, Elias. Elle eut un beug. Beug number one. Comment avait-elle pu oublier ? Comment avait-elle pu ne pas s'y attendre ? Elle aurait dû prévoir qu'il serait à cette fête, elle aurait dû y penser. Au lieu de ça, elle oublia de respirer pendant quelques secondes, réfléchissant à toute vitesse, et finalement elle s'administra mentalement une grosse claque pour se reprendre en main, secoua un peu la tête, et continua à avancer en direction du blond bouclé comme si de rien n'était, saluant d'un sourire ou d'un signe de la main ou encore d'un hochement de tête quelques connaissances au passage. Après tout, entre Elias et elle, c'était très clair, il n'y avait aucune question à se poser, aucun doute à avoir : ils étaient séparés, ne se haïssaient pas pour autant, et ça s'arrêtait là, point à la ligne. Elle n'avait pas à avoir peur de lui parler, ça ne voulait rien dire de toute manière. Elle n'en avait pas conscience, mais en fait, elle aurait bien voulu lui montrer qu'elle était forte, qu'elle ne déprimait pas. Après tout, elle n'avait pas autant de cernes que d'habitudes, elle avait l'air en forme vu qu'elle avait dormi toute la matinée, elle s'était fait belle et était venue dans le but de se distraire, et si possible s'amuser. Elle était à quelques mètres de la table autour de laquelle les deux jaunes étaient assis quand Elias se leva. Son cœur fit un bond dans sa poitrine lorsqu'elle le vit, dans toute sa splendeur, grand, sa chemise accentuant ses épaules carrées et sa taille svelte. Elle l'aimait toujours, ça c'était clair, mais il était tout aussi clair qu'elle ne pouvait pas remonter le temps, et que par conséquent, il lui était désormais interdit. Elle ne voulait pas se remettre en couple avec lui. Elle l'avait blessé, il l'avait blessée en retour, fin de l'histoire. Elle sourit à Keane et entendit Elias dire qu'il ferait mieux de partir. Intérieurement, elle fut un peu déçue, mais elle réprima ce sentiment rapidement. Il voulait partir, elle n'allait pas l'en empêcher, de toute manière, ce n'était pas pour lui qu'elle était là, ni pour lui qu'elle s'était fait belle... du moins, c'était ce qu'elle croyait.

« Oui, merci, bonne soirée à toi aussi ! »

Il espérait qu'elle allait bien, et lui souhaitait une bonne soirée. Elle lui avait répondu le plus naturellement possible, tout en sentant son cœur battre plus rapidement : il lui avait adressé la parole, il lui avait vraiment adressé la parole ! Stop, ça voulait rien dire, il fallait qu'elle se calme. Ils étaient JUSTE des amis. En fait, ils étaient des connaissances, ils ne trainaient pas ensemble comme le feraient des amis. Ils étaient des ex en de bons termes, voilà ce qu'ils étaient, et voilà ce qu'ils seraient jusqu'à la fin. Sauf que...

« Cette robe te va très bien ... »

... Pardon ? PARDON ?!
Beug number two.
Calme-toi, allez, ressaisis-toi, meuf !
Elle rougit un peu.

« Me... merci. »

Et, l'instant d'après, il l'attirait contre lui et l'embrassait. Elle ne comprit d'abord pas ce qui lui arrivait, puis instinctivement, naturellement, ses bras se posèrent sur les épaules du jeune homme et ses mains s'enfouirent dans ses cheveux qui n'avaient pas perdu en génialisme. Elle se mit sur ses pointes en prolongeant le baiser, mais, aussi rapidement et imprévisiblement qu'il l'avait commencé, Elias y mit fin. Elle resta interdite pendant deux secondes. Beug number three. Puis elle fut prise d'une envie de le frapper. Il osait l'embrasser, alors qu'ils n'étaient plus en couple, et la repousser ensuite ?! S'il avait voulu se remettre avec elle, elle aurait compris, mais dans ce cas, il n'aurait pas mis fin au baiser ! Et s'il ne voulait pas l'embrasser, il n'avait pas à le faire, merde à la fin ! Elle en avait marre. Elle en avait marre de tout ça, de cette affaire, là. Elle voulait tourner la page, avait déjà beaucoup de mal à le faire comme ça, et en plus maintenant, il venait lui compliquer la tâche en personne. Merci, vraiment ! Oui, elle avait juste envie de le frapper, mais elle n'eut pas le temps de le faire, car, sans qu'elle comprenne comment, il se retrouva par terre. Elle, pour sa part, retenait ses larmes qui, une fois de plus, semblaient vouloir couler sur ses joues. Elle était perdue. Elle était à bout. Il n'avait pas le droit de l'embrasser ! Il n'avait pas le droit de lui voler un baiser comme ça, alors qu'elle, elle faisait tout pour se retenir de le faire depuis des semaines et se convainquait qu'il ne l'aimait plus ! Elle avait envie de pleurer, de pleurer de rage et de bonheur à la fois. Elle venait de se faire embrasser par son ex qu'elle aimait toujours. C'était beau et ignoble à la fois. Et en gros, elle était perdue. Complètement. Rougissant violemment, Elias s'excusait, mais c'était comme si elle ne l'entendait pas. Elle le regardait, toujours sans comprendre. Qu'est ce qui l'avait pris ? Il l'aimait toujours, et il l'avait embrassée ? Ou au contraire voulait-il juste se marrer un bon coup, lui faire mal ? Prendre sa revanche, et la blesser après qu'elle l'ait blessé ? Dans ce cas, pourquoi était-il désolé ? Ou était-ce encore une autre manière de se foutre de sa gueule ? Ça ne ressemblait absolument pas à Elias, mais elle était perdue, elle ne savait plus quoi penser. Elle avait juste envie de partir, de s'enfermer dans sa chambre, de se jeter sur son lit, de frapper le matelas de ses petits poings de gamine et de pleurer. Sauf qu'elle n'avait plus de chambre, et de toute manière, elle n'était pas chez soi. Elle était à Poudlard, et les dortoirs étaient communs à Poudlard. Sa soirée était ruinée, et les autres soirées à venir aussi. Pour récapituler : après avoir perdu sa famille et sa maison, elle avait cassé avec l'homme qu'elle aimait plus que tout, avait passé un mois à essayer de s'y habituer, avait découvert que la mort de cet homme était la forme que prenait son épouvantard, et maintenant, il l'embrassait en l'attirant contre elle et la repoussait l'instant d'après.aq Des fois, elle ne avait vraiment, mais vraiment marre, de sa vie.

« Pourquoi ? »

Voilà, même oralement, toujours ce pourquoi. Elle ne comprenait pas.

« Pourquoi tu viens de m'embrasser, Elias ? Je croyais que... que c'était clair. Nan ? T'avais dit que t'avais besoin de temps. Je comprends pas. »

Elle passa sa main dans ses cheveux, et jeta un regard discret autour d'elle.

« J'suis venue parce que je croyais que j'arrêterais de déprimer, au moins pour un soir. Tu m'aides pas trop là tu vois. »

Elle se força à ravaler ses larmes, et en tant qu'effet secondaire, ses traits se durcirent, sa mâchoire se serra.

« Ah, en fait je vois, tu voulais me faire mal... ben laisse moi te dire que t'as réussi, bravo, je te félicite. »

D'un geste rageur, elle essuya la putain de larme qui avait tout de même réussi à se frayer un chemin pour déborder et couler sur sa joue.

« Tsais quoi, Elias ? Laisse-moi tranquille... Ça fera moins mal, si tu me laisses tranquille. Si tu ne viens pas me parler, me complimenter, m'embrasser, ni t'excuser. J'en ai marre d'avoir mal. Laisse-moi tranquille, s'il te plaît... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Re: Blame It on the Alcohol •• Caitlyn   Lun 20 Jan 2014 - 12:07

Il aurait pourtant du le savoir, s'en douter que Keane aurait agi de la sorte. Après tout, il était très proche de son ex petite amie, un peu comme un frère et une sœur, et le bouclé avait dû comprendre que l'un et l'un s'aimait toujours. Bien, jusque-là c'était assez logique, mais pourquoi diable, est-ce qu'il l'avait fait boire autant ?! C'était la question que Fletch' se posait depuis quelques instants. S'il savait que Twain venait pourquoi le saouler avant ?! Pour qu'il soit plus spontané, et bien dis donc, cela avait plutôt marché ! Il l'avait embrassé, avant de la repousser et de tomber par terre. Ça c'était aussi spontané que méchant, ou ridicule. Elias ne savait absolument plus ou se mettre, il ne savait plus quoi dire ou quoi faire, et la dose d'alcool dans son sang n'aidait franchement pas à le faire réfléchir ! Bravo Crawley ! Bravo. Peut-être qu'il aurait mieux fait de ne pas accepter cette invitation, peut-être qu'il aurait du y aller molo sur la dose de boisson -mais se saouler en pensant que ça n'aurait aucune conséquence était plutôt une bonne chose-, peut-être qu'il n'aurait pas du se lever de ce foutu siège pour partir en disant à Caitlyn qu'elle était magnifique dans sa robe. Parce que c'est certainement ces deux actions qui l'avaient rapprocher de la demoiselle, c'était pour cela qu'ils s'étaient embrassés. Est-ce que c'était un peu tiré par les cheveux ce qu'il pensait-là  ? Certainement mais tant pis.... et la suite et bien vous la connaissez.

Toujours à terre, pour l'instant cela n'avait même pas effleuré l'esprit qu'il serait peut-être tant qu'il se lève. Non, son cul sur le sol de la salle commune lui convenait tout à fait, c'était même parfait, nah ! Au moins, il était certain de pas trop tituber, parce que oui, il n'était pas certain d'arriver à rester ses jambes s'il se relevait. Il regardait Caitlyn -de temps en temps le bouclé- essayant de déchiffrer les expressions que son ex petite avait sur le visage et... et... oui c'était plutôt mauvais signe.  Aië. Est-ce qu'il avait merdé à ce point ? Il ne s'en rendait absolument pas compte... A moins qu'elle ne se soit pas rendu compte qu'il était complètement sous l'influence de l'alcool. Elle l'avait déjà vu une fois ou deux dans cet état et elle savait donc qu'il avait un peu plus tendance à se lâcher... alors pourquoi est-ce qu'elle ne comprenait pas là ?! Quelque chose clochait, mais quoi ?! Elias avait l'impression de revenir encore et encore toujours aux mêmes questions et de ne pas arriver à trouver les réponses adéquates. Keane à l'aide, là c'était peut-être le moment de plaider en sa faveur, non... mais visiblement le bouclé était plus ou moins absorbé à donner à manger à son foutu boursouflet. Intérieurement, il avait envie de lui hurler dessus que c'était pas le moment, qu'il fallait qu'il soit l'intermédiaire entre lui et Caitlyn de façon à ce qu'il n'y ait plus de malentendu. Malheureusement la voix qui ne tarda pas à se faire c'était belle et bien celle de la Ravenclaw et non celle de Crawley. Pourquoi ? heu Joker ?! Il était tellement perturbé par la question qu'il était même à deux doigts de demander "pourquoi quoi ?", mais non. Il arriva à se retenir et heureusement, car la belle demoiselle avait eu tôt fait de reprendre  Pourquoi tu viens de m'embrasser, Elias ? Je croyais que... que c'était clair. Nan ? T'avais dit que t'avais besoin de temps. Je comprends pas.  Il eut une petite grimace. Elle avait raison, totalement raison, il n'était qu'un raté. Il était nul, il avait tout gâché, tout foutu en l'air. Peut-être que le dernier espoir  de se remettre un jour avec elle venait de s'envoler avec ce baiser. Ce baiser qu'il avait pourtant apprécié donner, il avait aimait sentir Twain contre lui... mais là n'était pas vraiment la question pour l'instant, n'est-ce pas ?! Il devait avoir l'air d'un petit garçon prit en fautes. Il se passa une main dans les cheveux sans trop savoir quoi répondre à cela )à ces "accusations". Beeeennnn.... heuuuuuu... Très clair, n'est-ce pas ?! Allez Fletch, un peu de courage ! Ce n'était pourtant pas bien difficile, il y avait juste quelques mots à dire ! ben parce que j'en avais envie. Il avait réussi à dire cela, avec une voix digne d'un petit garçon. La jeune homme se mordilla doucement la lèvre, avant de reprendre sur un ton plus ou moins hésitant Je.. j'ai besoin de temps... mais. Mais..... mais... j'en avais envie. ça c'était dit, gros malin. Nouveau coup d’œil furtif à Keane, mais l'autre garçon ne semblait toujours pas opérationnel pour intervenir. Il espérait sincèrement que ce qu'il venait de dire suffirait à faire plaisir à la demoiselle et qu'elle comprendrait ce qu'il voulait dire par-là. Il l'espérait du fond du cœur, car il ne savait pas quoi ajouter d'autres comme arguments.

J'suis venue parce que je croyais que j'arrêterais de déprimer, au moins pour un soir. Tu m'aides pas trop là tu vois. Si elle voulait qu'il se mette à pleurer, il fallait qu'elle continue dans cette voie-là. Ce qu'elle venait de dire faisait mal, terriblement mal. Visiblement, elle n'avait pas saisi ce qu'il avait voulu dire quelques instants auparavant. Qu'est-ce qu'il pouvait bien répondre à cela hein ?! Il ne savait pas quoi Et le pire c'est que bientôt, elle en rajouta une petite couche Ah, en fait je vois, tu voulais me faire mal... ben laisse moi te dire que t'as réussi, bravo, je te félicite. HEIN ? Quoi ? Pardon ?! Comment est-ce qu'elle pouvait croire cela ? Comment est-ce qu'elle pouvait s'imaginer ça une seule seconde ?! Il déglutit avec difficulté, totalement ébahi par cette annonce. Il voulait lui faire du mal ? Non... Jamais. Jamais, pas la moindre seconde, il n'y avait songé. Il eut un petit reniflement discret tout en regardant à présent l sol fixement, il fallait qu'il se défende, il fallait qu'il lui dise qu'elle se trompait totalement.  Tsais quoi, Elias ? Laisse-moi tranquille... Ça fera moins mal, si tu me laisses tranquille. Si tu ne viens pas me parler, me complimenter, m'embrasser, ni t'excuser. J'en ai marre d'avoir mal. Laisse-moi tranquille, s'il te plaît... Couteau planté dans le cœur. Voilà l'impression qu'il venait juste d'avoir et s'en suivit d'ailleurs un petit hoquet, signe qu'il tentait de refouler tant bien que mal les larmes qui  voulaient couler sur son visage. Peut-être est-ce qu'il fallait qu'il se batte pour elle, peut-être est-ce qu'il fallait qu'il fasse tout pour la récupérer mais l'instant, il avait plutôt juste envie de se terrer au fond d'un trou et d'y  pleurer pendant les heures qui suivraient cette discussion. S'aidant du canapé, il se leva. Comment est-ce que tu peux croire que je veux te faire du mal Caitlyn ? Comment est-ce que tu peux me connaître si mal ?! Il venait de parler d'un ton las, déçu. Il n'avait même pas envie de se battre. Comment est-ce que tu peux me dire des choses comme ça ? Te laisser tranquille ? Tu.. Tu croyais quoi, qu'en venant dans a salle commune des Hufflepuffs, je serai comme par magie absent ?! Il se tut quelques secondes avant de reprendre Soit, je te laisserai tranquille, mais  je ne peux pas croire que tu oses dire que je voulais te faire du mal alors que je t'aime. Il l'avait dit. Clairement.  Ce n'était une nouvelle, Twain devait déjà s'en doutait, mais au moins c'était dit. Il venait de dissiper les doutes. Quand au fait qu'il avait besoin de temps ? Et bien... C'était certainement toujours le cas, mais pour l'instant avec l'alcool ce détail n'était plus vraiment pris en compte pour le garçon.

Fletch se passa de nouveau une main dans les cheveux avant de reprendre la parole, cette fois en s'adressant à Keane Tu peux m'aider à remonter dans les dortoirs s'il te plaît ?! Le bouclé acquiesça doucement, avant de se lever. Sur ce, bonne soirée Twain. grogna t-il. Puisqu'ils n'étaient plus amis, puisqu'elle ne voulait plus qu'ils se parlent, il ne voyait pas l'utilité de l'appeler par son prénom. Voilà, maintenant c'était certain, c'était belle et bien la fin de leur histoire,  ils en étaient arrivés à un point de non retour. Faire le "deuil" de la demoiselle allait être difficile mais c'était à présent la meilleure des choses à faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6609
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Blame It on the Alcohol •• Caitlyn   Mer 22 Jan 2014 - 17:38

Paumée. Complètement paumée. Genre pire que d'habitude. Elle ne savait pas ce qui lui arrivait, comment ça lui arrivait, pourquoi ça lui arrivait. Elle ne savait pas ce qu'elle en pensait, ni ce qu'elle devait en penser. Elle était juste paumée, au point de ne pas savoir comment arrêter d'être paumée. Comme quand on était perdu au beau milieu d'une forêt, et qu'on avait erré depuis tellement longtemps déjà, qu'on avait complètement perdu le sens de l'orientation et qu'on ne savait plus, même juste vaguement, quelle direction prendre pour trouver le chemin de la sortie. Elle ne comprenait pas la logique de la situation. Cela faisait un mois jour pour jour qu'ils avaient cassé. Depuis un mois, elle essayait de s'en remettre. Elle en avait pleuré la nuit, au début, elle en avait perdu son entrain, sa joie de vivre, sa motivation. Elle avait passé plusieurs semaines à essayer de les retrouver. Après tout, ce n'était pas la fin du monde, et elle le savait très bien. Ses sorties nocturnes l'avaient aidée à réaliser que la vie était belle malgré tout. Que les soucis quotidiens des hommes étaient puérils, et qu'il fallait savoir vivre avec son vécu. Qu'il fallait avancer sans jamais s'arrêter, qu'il ne fallait pas se retourner, tout au plus regarder dans le rétroviseur si besoin, mais jamais arrêter d'aller de l'avant, sans forcer pour autant. Bref, il fallait trouver cet équilibre qui faisait que la vie plaisait, et cet équilibre, elle l'avait perdu. Elle s'était laissée anéantir par les poids qui lui tombaient dessus, elle n'avait pas su les gérer, les accepter, les intégrer. Ils étaient restés en travers de sa route, et elle n'avait pas réussi à passer par dessus. Ses parents d'abord, puis Elias. Elle avait perdu sa famille, ses amis, son copain, et en fin de compte, elle s'était perdue elle-même. Elle avait perdu sa joie de vivre tout d'abord, elle avait perdu son sang froid et sa logique ensuite, et finalement elle avait même perdu sa fierté, et ce pas plus tard que la nuit passée. Elle avait acquis en expériences et en débrouillardise, notamment pendant les vacances, mais elle avait fini par sombrer dans la conviction qu'elle était non pas seule mais abandonnée, et ça, c'était une grosse différence. Elle avait commencé à s'apitoyer sur son propre sort, chose qu'elle méprisait particulièrement, et cherchait le soutien des autres sans l'accepter pour autant, si bien qu'elle stagnait, qu'elle avait arrêté d'avancer, qu'elle se retournait sur le bout de chemin qu'elle avait parcouru et qu'elle le revoyait sans cesse défiler dans sa tête sans pouvoir s'en détacher pour se remettre à avancer. Elle était perdue et elle ne savait pas comment retrouver son sens de l'orientation. Elle se posait des questions sans arrêt, mais n'arrivait pas à y apporter des réponses. Elle émettait des suppositions, sans queue ni tête, sans réflexion. Elle était paumée, et, bien qu'elle trouvait ça ridicule, elle avait besoin qu'on lui prenne la main et qu'on la guide. Qu'on lui réponde, qu'on l'éclaire, qu'on la force à tourner le dos à son vécu et à regarder à nouveau vers l'avant. Alors... Elias en serait-il capable ? Pourrait-il répondre à ses questions et mettre fin à son errance ? Saurait-il la guider et la faire redevenir celle qu'elle était ?

« Beeeennnn.... heuuuuuu... ben parce que j'en avais envie. Je.. j'ai besoin de temps... mais. Mais..... mais... j'en avais envie. »

Le tout dit d'une toute petite voix, comme celle d'un gamin qui venait de faire une bêtise. Non, vraiment, ce n'était pas très convainquant. Mais c'était flatteur tout de même. Et peut-être que le ton qu'il employait faisait justement que c'était encore plus flatteur, car il était clair qu'en disant cela, il était sincère. Mais elle ne savait pas comment le prendre pour autant. Pour se donner du temps, elle hocha deux-trois fois la tête. Elle réfléchissait. Il disait qu'il avait besoin de temps, mais qu'il en avait envie. Qu'il avait eu envie de l'embrasser. Il ne savait lui-même pas vraiment s'expliquer. Peut-être un mois avait-il été le temps dont il avait besoin ? Peut-être avait-il tourné et retourné la question mille fois dans sa tête pour réaliser qu'il avait envie de l'embrasser, de l'attirer contre lui, de la serrer dans ses bras et de sentir son odeur, tout comme elle avait réalisé qu'elle voulait tout ça ? Ou peut-être avait-il simplement eu envie d'embrasser quelqu'un, n'importe qui, et elle avait malheureusement été la première venue. Peut-être était-ce pour cela qu'il l'avait repoussée et qu'il s'excusait ? Parce qu'il avait eu envie d'embrasser quelqu'un qui ne soit pas son ex ? À sa place, elle se serait confondue en excuses aussi. Sauf que c'était différent. Ce n'était pas lui qui l'avait blessée. Enfin si, mais seulement après qu'elle l'ait blessé. Elle, elle savait qu'elle n'avait plus le droit de l'embrasser, qu'elle n'avait plus le droit de se blottir dans ses bras, de l'attirer contre elle, de le regarder dans les yeux et de lui dire qu'elle l'aimait. Elle avait eu tout ça, elle avait eu le choix de le garder ou pas, et elle avait mal choisi. Maintenant, elle ne pouvait plus revenir en arrière. Elle avait certes fait le premier pas au tout début, et n'avait pas eu peur de l'embrasser, mais là, elle savait qu'elle n'y avait plus le droit. Lui, à la rigueur, il le pouvait. Mais comment le prendre ? Comme une preuve du fait qu'il l'aimait toujours, ou comme un coup bas pour la faire se sentir mal, pour retourner le couteau dans sa plaie ?

Elle était venue ici pour essayer de passer à autre chose. Elle avait eu la peur de sa vie la nuit dernière, elle l'avait revu mourir dans ses bras comme elle avait cru qu'il l'avait fait en juillet dans les cachots. Elle avait mis du temps avant de comprendre que ça n'avait été qu'un Épouvantard. Mais elle savait maintenant que sa plus grande peur restait celle de le perdre. Elle l'avait déjà perdu dans le sens où ils avaient cassé. Mais il était vivant, il était mieux sans elle sans doute, et si ça pouvait le préserver de leur folie, c'était tout ce qu'elle demandait. Elle avait toujours peur pour lui, elle l'aimait toujours, c'était indéniable. Mais elle voulait vraiment passer à autre chose. Elle savait qu'elle n'arrêterait probablement jamais de le considérer comme l'homme de sa vie, mais voilà, elle en avait marre de se faire du mal à soi-même, alors elle avait décidé d'avancer. D'essayer, du moins. Mais là, c'était pas comme s'il l'aidait. C'était vrai qu'il n'avait aucune obligation envers elle, qu'elle n'attendait pas vraiment qu'il l'aide, mais elle croyait que ce n'était pas son genre que de l'enfoncer encore plus. Apparemment, elle s'était trompée, parce que tout, dans cette situation, semblait indiquer qu'il voulait purement et simplement lui faire mal. En tout cas, il avait réussi. Elle avait à nouveau ce pincement au cœur, cette envie de pleurer, ce sentiment de rage impuissante. Ouais, qu'il la laisse tranquille, ça vaudrait mieux. Mieux pour elle, peut-être aussi mieux pour lui. Elle ne voulait vraiment plus le voir, si c'était pour qu'il lui fasse mal. Elle ne le croyait pas du genre à vouloir se venger, à vouloir la faire souffrir. Elle savait qu'elle lui avait fait mal, mais elle avait été assez punie, du moins à ses yeux, et elle ne comprenait pas pourquoi il en rajoutait des couches. Elle avait essayé de rester amie avec lui, et ils avaient été en de plus ou moins bons termes pendant le dernier mois, mais si c'était pour qu'il la fasse tomber alors qu'elle commençait à peine à se relever, non merci. Elle avait envie de pleurer, et elle n'avait pas envie qu'il soit là pour e voir. Elle n'avait plus envie qu'il soit là pour voir quoi que ce soit d'ailleurs. Elle avait mal, encore une fois. Mais apparemment, elle n'était pas la seule. Quand elle finit de parler, elle se rendit compte qu'il avait l'air de vouloir fondre en larmes lui aussi. Il était tout pâle, et semblait avoir du mal à croire ce qu'il venait d'entendre. Se trompait-elle donc ? Elle ne savait pas quoi penser. Elle était juste perdue et cherchait des explications, c'était tout. Et elle avait mal, alors quoi de plus simple que de dire que c'était par sa faute, d'autant plus que ça l'était ? C'était vrai, il lui avait fait mal, en l'embrassant de la sorte, en lui volant ce baiser. Elle y avait cru, l'espace de quelques secondes. Elle y avait cru tellement fort que lorsqu'il y avait mis fin, c'était comme si son cœur éclatait. Et, perdue comme elle l'était, le plus simple avait été de se dire qu'il avait mis en place tout ça, qu'il l'avait fait exprès.

« Comment est-ce que tu peux croire que je veux te faire du mal Caitlyn ? Comment est-ce que tu peux me connaître si mal ?! Comment est-ce que tu peux me dire des choses comme ça ? Te laisser tranquille ? Tu.. Tu croyais quoi, qu'en venant dans a salle commune des Hufflepuffs, je serai comme par magie absent ?! »

Ouch, un point pour le jaune. Il venait de marquer un but. En l'entendant dire ça, elle ne put pas ne pas prendre conscience de l'absurdité de ce qu'elle lui avait dit plus tôt. Comment avait-elle pu croire qu'il voulait lui faire du mal ? Comment avait-elle pu le connaître aussi mal ? Comment avait-elle pu lui dire des choses comme ça ? Ça avait été tellement simple de remettre la faute sur lui, beaucoup trop simple pour être vrai. Il ne voulait pas lui faire du mal, il ne voulait pas qu'elle souffre, il ne l'avait jamais voulu, et s'il l'avait blessée il y a un mois, s'il lui avait mal parlé, c'était seulement parce qu'il avait mal lui-même. Elle n'avait aucune raison de croire que l'intention d'Elias était de la faire souffrir. Ce n'était pas son genre, et elle le savait très bien. Il était tout sauf méchant et mal intentionné. Il était gentil, loyal, altruiste. Il voulait  le bien de tous, et ne méritait pas que tout lui retombe dessus. Elle passa ses deux mains dans ses cheveux. Il avait raison, totalement raison sur tous les plans, et elle avait encore plus envie de pleurer qu'avant. Génial.

« Soit, je te laisserai tranquille, mais je ne peux pas croire que tu oses dire que je voulais te faire du mal alors que je t'aime. »

… Hein ? La bouche entre-ouverte, elle le regarda se tourner vers Keane et lui demander de l'aider à rejoindre son dortoir. Il venait de lui dire qu'il l'aimait ! Elle vit le blond bouclé accepter, et se lever. Elias venait de lui dire qu'il l'aimait ! Elle entendit son homme marmonner quelque chose comme Bonne nuit ou Bonne soirée. Il venait de lui dire qu'il l'aimait, et il partait, comme ça, sans se retourner. Il venait de lui dire qu'il l'aimait, elle l'aimait aussi, il s'éloignait, et elle restait là, les pieds plantés dans le sol, immobile comme une statue. On aurait aussi bien pu la pétrifier que ça n'aurait rien changé. Il fallait qu'elle se ressaisisse, qu'elle se réveille, quoi ! Elle ferma sa bouche, cligna deux-trois fois des yeux, secoua sa tête et se retourna. Elle rejoignit en quelques pas les deux jeunes hommes.

« Elias... ? »

Au secours, quoi dire ensuite ? Il y avait tellement de monde autour d'eux ! Oh la la, pourquoi tout était tellement compliqué, hein ? Pourquoi ça ne pouvait pas être simple ? Il l'aimait, elle l'aimait, alors pourquoi est-ce qu'elle se sentait aussi mal à l'aise, pourquoi est-ce qu'elle avait envie de pleurer, de crier, de courir comme une hystérique ? Il fallait qu'elle se calme, qu'elle respire, comme elle avait toujours su le faire. Qu'elle fasse face aux problèmes la tête haute, qu'elle arrête de courir et qu'elle se reprenne en main.

« C'est... C'est gentil ce que t'as dit tout à l'heure. Et t'as raison, je sais pas comment j'ai pu croire que tu me voulais du mal. C'est juste que... »

Elle ferma les yeux l'espace de deux secondes et inspira un bon coup avant de reprendre.

« Je t'aime aussi, Elias. J'essayais de passer à autre chose vu que je croyais que tu m'aimais plus. Je comprenais pas... »

Petit sourire hésitant.

« Je crois que j'ai compris, maintenant, mais j'veux pas que tu me dises ça juste à cause de l'alcool. J'veux pas que tu te réveilles demain matin et que tu retires tout ce que t'as fait et dit... »

J'veux juste que tu m'expliques. Que tu me retrouves, que tu me guides, ou au moins que tu me permettes de m'orienter, parce que vraiment, je suis perdue. Allez, regarde moi dans les yeux, Elias. Mes yeux cherchent les tiens, et je veux pas que tu détournes ton regard. Ce que je te dis là est extrêmement important, et tu peux pas le prendre à la légère. Je t'aime beaucoup, et tu viens de me redonner espoir. Alors si tu comptes me le reprendre, autant faire ça tout de suite, avant qu'il n'ait le temps de gagner en importance. Moi, de toute manière, je sais que je n'ai pas mon mot à dire dans cette histoire, j'ai déjà beaucoup trop parlé avant. Je ne peux pas te demander de te remettre en couple avec moi, et je ne compte pas le faire. La seule chose que je souhaite, c'est que tu me dises clairement ce que tu ressens, histoire que je sache à quoi m'en tenir. Je sais que je n'arrêterai probablement pas de t'aimer, et que j'aurai toujours ce pincement au cœur en te parlant sans pouvoir te dire que je t'aime, mais voilà, tout dépend de toi maintenant, et j'espère juste que tu ne feras vraiment pas exprès de me faire mal, car je sais que d'autres que toi n'auraient pas hésité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Re: Blame It on the Alcohol •• Caitlyn   Ven 24 Jan 2014 - 19:13

Quand on fait une connerie, il faut bien s'expliquer non ? Bien que le baiser qu'il avait donné à sa petite amie n'était certainement pas une erreur, une connerie à proprement parler, elle avait quand même besoin d'un minimum d'explications. Enfin, même si là, il n'était franchement pas en capacité de tout lui dire, alors il se contenta de lui dire qu'il en avait juste envie, et, l'alcool ajouté au fait qu'il soit timide et presque intimidé par la présence de Caitlyn, il avait enrobé le tout d'une voix de petite garçon. Cela pouvait être aussi attendrissant qu'agaçant pour la Bleue et, il n'était pas franchement apte pour l'instant à se dire quelle était la solution dans ce cas précis. Elias essayait de bien la regarder, pour voir les traits de son visage pour tenter de deviner ce à quoi elle pensait mais, devinez quoi ? Il n'arrivait franchement pas à grand chose. Dommage pour lui. Twain était loin, très loin d'être impassible à ce qu'il lui avait dit, il voyait bien que quelque chose travaillait la jolie demoiselle, mais il était incapable de savoir si c'était en bon ou en mal... et, étrangement, quelque chose lui disait que ça ne serait pas de suite qu'il aurait sa réponse... En effet, pour l'instant elle restait totalement muette comme si elle était plongée dans ses songes et que le monde extérieur n'existait plus.

Et finalement... finalement, si elle avait reprit la parole pour des choses qui blessèrent plus Fletch' qu'autre chose. Des choses qui réouvirent des plaies qui tentaient vainement de cicatriser. Et voilà, l'envie de pleurer l'avait reprit encore une fois. Il fallait qu'il se retienne, il ne fallait pas qu'il pleure devant elle, il ne voulait pas lui donner ce "plaisir", ce spectacle. Mais c'était dur, très dur; Il avait l'impression d'être juste un gamin émotionnellement instable, et avec l'alcool cela n'arrangeait rien à la donne. Pourquoi est-ce qu'elle lui avait dit qu'il voulait lui faire du mal, qu'il avait réussi ?! Comment est-ce qu'elle pouvait croire ça ? Si c'était leur premier baiser, Elias aurait certainement cru qu'il s'y était mal pris... qu'il avait du foirer quelque chose, mais, là il savait que le problème n'était pas là. C'était le geste qui posait soucis. Il avait beau tourner encore et encore ce problème dans la tête, aucune solution ne s'offrait à lui. Rien qui puisse expliquer pourquoi est-ce qu'elle s'excitait autant contre lui, surtout après qu'il lui ai donné une raison valable à ce baiser. Peut-être qu'elle voulait qu'il se sente mal à son tour, peut-être qu'elle voulait qu'il continue à souffrir comme elle elle avait mal.. ou alors, peut-être que c'était une tentative de le reprendre. Les filles des fois, ça a des comportements inattendus, incompréhensibles... mais non, Twain n'avait jamais agi de la sorte avec lui. Elle était douce et gentille, elle savait ce qu'elle disait... et là c'était plus dans le but de l'atteindre, de lui faire quelque chose visiblement. Toucher le point sensible, elle y était si bien arrivée. Touché. Coulé. Il se serait bien noyé avec ses larmes s'il s'était écouté... Bref, il fallait qu'il lui réponde, mais comme il n'avait pas de contre arguments à tout ce qu'elle venait de sortir, comme il n'avait pas d'explications, il préféra lui demander comment elle pouvait croire qu'il voulait lui faire du mal ? Il n'était pas ce genre de garçon et après l'avoir tant côtoyé elle aurait du le savoir. La preuve, avec ses sœurs, elle avait beau être odieuses avec lui depuis des années et des années, jamais il leur avait voulu du mal, jamais. Quant au fait de la laisser tranquille, là ça frisait le ridicule. Elle était dans la salle commune de SA maison, dont il était préfet qui plus est. Vu l'heure, ou est-ce qu'elle voulait qu'il soit ? Dans le dortoir ? Oui, ça aurait été possible, mais il y restait qu'il y avait quand même une forte probabilité qu'il soit dans la salle commune. Les arguments de la Bleus étaient invalides, et tout saoul qu'il était, il le voyait.. c'était déjà certainement ça. Pour une fois, il ne s'était pas laissé marcher sur les pieds, il lui avait répondus par des arguments implacables.

Malgré tout, malgré les secondes qui passaient, Elias avait toujours du mal à croire qu'elle le prenne pour un type méchant, mal-intentionné alors qu'il était tout le contraire, tout le monde lui disait qu'il était trop gentil, trop naïf... Des fois, il ne la comprenait absolument pas... Il devait faire un trait sur elle, sur leur relation, elle l'avait dit elle voulait la paix, elle ne voulait plus lui parler. Il aurait pu lui demander de quitter la salle commune, mais il ne le fit pas, à la place il choisit de partir. Il sortit une phrase histoire de la remettre à sa place gentiment, mais à la fin il échapper un "je t'aime" assez malvenu vu la situation. D'ailleurs, c'est à peine si lui il s'en rendit compte de ce qu'il venait de dire; De la bombe qu'il avait lâché. Non, il était plus préoccupé de demander à Crawley de l'aider à remonter jusqu'aux dortoirs. Dans son état, il avait un peu trop peur de se vautrer par terre et il n'était franchement pas d'humeur. Le grand bouclé l'avait prit par la hanche et l'aidait à marcher le plus droit possible. Pas par pas... doucement, lentement.

« Elias... ? » Bonsoir, vous êtes sur le répondeur de Fletch', le cerveau du Jaune est pour l'instant hors service, il vaut mieux lui laisser un message demain matin, une fois qu'il sera de nouveau sobre. Non, malheureusement, ça marchait pas comme ça... Humpft ?! demanda t-il sans se rendre compte que cela ne voulait pas dire grand chose, et il rajouta bientôt C'est bien comme ça que je m'appelle ! Non, sans blague.... Chut. Là juste chut, il fallait l'écouter parler à la Ravenclaw. « C'est... C'est gentil ce que t'as dit tout à l'heure. Et t'as raison, je sais pas comment j'ai pu croire que tu me voulais du mal. C'est juste que... » Il regarda la demoiselle dans les yeux avant de renifler et de se pendre un peu plus au cou du pauvre Keane qui, pour une fois ne disait rien. [color=indigo]« Je t'aime aussi, Elias. J'essayais de passer à autre chose vu que je croyais que tu m'aimais plus. Je comprenais pas... »[/ color] Il pouffa un peu quand elle lui dit qu'elle l'aimait avant de presque éclater en sanglots lorsqu'elle lui avoua la phrase suivante "passer à autre chose". Bref, voilà pourquoi des fois il valait mieux qu'il ne boive pas trop... « Je crois que j'ai compris, maintenant, mais j'veux pas que tu me dises ça juste à cause de l'alcool. J'veux pas que tu te réveilles demain matin et que tu retires tout ce que t'as fait et dit... » Attention. Trois. Deux. Un. Haaaooooooonnnnnnnnn !!!! Il avait pris un air un peu vexé et fit mine de tourner la tête histoire de ne plus la voir tout en faisant retenant sa respiration, un peu comme le font les gamins de trois-quatre ans. Nan mais, vilaine fille !! Ce sont des choses qui se disent pas à un Elias bourré ! Au bout d'une trentaine de de secondes, il inspira finalement bruyamment histoire de reprendre un peu d'air. Bien. Déjà une bonne chose de faite, il n'allait pas finir asphyxié. Maintenant, le plus important c'était certainement qu'il arrive à répondre à tout ce qui avait été dit par la demoiselle quelques instants auparavant. Pourquoi tu dis ça ? Pourquoi est-ce que je retirerais ce que j'ai dis ?! Non, là vraiment c'était incompréhensible pour le jeune homme. Fletch' planta finalement pendant quelques secondes son regard dans celui de la demoiselle T'as vraiment voulu passer à autre chose ?! Elle n'était pas à blâmer, c'était normal... le soucis c'est que lui il ne savait pas s'il avait voulu passer à autre chose ou non. Après tout, il lui avait bien dit qu'il avait juste besoin de temps, donc ça sous entendait qu'il la voulait toujours.... mais il pensait ne plus avoir aucune chance avec elle. Punaise ! Que c'était compliqué tout cela ! Vraiment, il allait finir par avoir un mal de crâne avant l'heure, et pourtant la gueule de bois du lendemain suffirait, pas besoin de rajouter quelque chose !!

Toujours pendouillé plus ou moins au cou de son ami Jaune, ce dernier souffla à Cait Attention, j'te l'envoie.... Réceptionne le bien. Elias grogna Heeeeeeyyyy ! J'suis pas un paquet ! rouspéta t-il. Keane ne répondit rien mais il avait un net sourire sur les lèvres. Fletch ne tarda pas à sentir les mains du plus âgé se refermer sur ses bras.... et bientôt Crawley l'avait lâché. Il tangua, et au lieu "d'atterrir en douceur dans le bras de Caitlyn comme Keane l'avait prévenu" Il tomba un peu brusquement sur elle en tout cas assez pour la faire basculer et qu'ils tombent sur le sol. Oups! lâcha t-il à peine faussement désolé. Oui, parce que l'air de rien Fletch' avait quand même une masse beaucoup plus importante que son ex petite amie, alors c'était normal qu'ils finissent tous deux au sol. Elias sur Caitlyn. Bon bah, j'vous laisse à vos retrouvailles, moi ! chantonna gaiment Crawley avant de les laisser en plan sans chercher à les aider plus sur cela.
Voilà. Maintenant, ils étaient vraiment en tête à tête... enfin certainement que le bouclé ne trainait pas trop loin, mais rien n'était certain.. C'était peut-être le moment de dire quelque chose.... ou de faire quelque chose non ? Je t'écrase pas trop ?! Oui. Il avait eu le choix de multiples répliques et il lui avait demandé ça. C'était normal, du Fletch tout craché. Avec la force de ses bras (ou plutôt que qui lui en reste), il arriva à s'éjecter à côté d'elle. Il la regarda quelques secondes avant de souffler C'est pas que ça me déplait, mais j'te vois en une fois et demie et c'est vraiment... vraiment bizarre ! Glamour ! Il était clair qu'on ne pourrait pas en tirer quand chose et il était certainement temps que miss Twain l'aide à se coucher... et pourquoi reste avec lui pendant la nuit... sait-on jamais s'il faisait un coma éthylique, elle pourrait peut-être intervenir un peu plus vite. Excuse bidon ? Oui et alors ?!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6609
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Blame It on the Alcohol •• Caitlyn   Dim 26 Jan 2014 - 11:44

« Humpft ?! C'est bien comme ça que je m'appelle ! »

Génial, merci. C'était exactement le genre de truc qui vous enlevait l'envie de dire ce que vous alliez dire. Caitlyn venait de l'appeler par son prénom, pour faire en sorte qu'il arrête de s'éloigner en direction du dortoir, et il avait été obligé de lui répondre... ça. Un peu en mode Va voir ailleurs si j'y suis, j'ai pas envie de te parler. C'était sans aucun doute justement comme ça qu'Elias devait se sentir, mais il n'était pas spécialement obligé de le lui faire comprendre, si ? C'était pas son genre, habituellement, d'être désagréable. Quoique, c'était vrai qu'il pouvait l'être quand il s'y mettait. Et à mieux y réfléchir, il fallait avouer qu'il prenait la mouche assez facilement pour certaines choses, et qu'il était assez enclin à bouder, donc... Bref, il ne fallait pas qu'elle en tienne rigueur, pas maintenant qu'elle était décidée à lui parler. Prendre sur elle, ne pas relever, ne pas répondre, et dire ce qu'elle avait à dire, telle était sa mission. Et puis de toute manière, elle était déjà bien trop lancée pour buter là dessus. Enfin, elle aurait certes pu s'écraser comme un oiseau contre une vitre et perdre tous ses moyens, mais ça n'avait pas été le cas. Elle n'aurait pas pu expliquer comment ni pourquoi, mais elle avait réussi à faire la sourde oreille, à ignorer le ton désagréable et les mots clash.

Elle lui avait donné raison, disant qu'elle ne savait pas vraiment comment elle avait pu croire qu'il lui voulait du mal. Elle n'avait tout simplement pas su interpréter son baiser. Elle n'avait pas su comprendre pourquoi il l'avait embrassée tout à coup, et encore moins pourquoi il l'avait repoussée brusquement, au point d'en finir par terre lui-même. S'il n'avait fait que l'embrasser, elle aurait compris : il l'aimait toujours. Si il l'avait repoussée après qu'elle l'ait embrassé, elle aurait compris aussi : il ne l'aimait pas. Ce genre de choses, c'était simple, clair. Mais là, il avait combiné les deux, et elle avait eu beau chercher, elle n'avait pas trouvé d'explication facile. Ça pouvait vouloir dire plein de choses, et elle n'avait pas voulu être trop optimiste, de peur d'être trop déçue après. Alors elle en était progressivement arrivée à se dire qu'il avait sans doute fait tout ça exprès pour lui faire mal. Ouais, c'était la pire option de toutes, et ses espoirs ne risquaient rien si elle se disait ça dès le départ. Sauf que ça avait été complètement absurde, car Elias ne ferait décemment pas de mal à une mouche, et rien que son attitude adorable avec ses sœurs détestables prouvait beaucoup de choses. Ça avait été absurde, et ça avait été blessant, et elle n'aurait jamais du le lui dire ni même le penser, voilà ce qu'elle était venue lui dire, voilà pourquoi elle l'avait empêché de rejoindre ses dortoirs tout de suite.

Au moins, elle avait réussi à attirer son attention. Tant mieux, car ce n'était pas tout ce qu'elle avait à lui dire. Il lui avait avoué, certes un peu bizarrement mais quand même, qu'il l'aimait, et si, au début, ça l'avait fait beuguer, alors maintenant, elle voulait réagir dessus. Car elle aussi elle l'aimait encore, elle n'avait pas arrêté de l'aimer, de le considérer comme l'homme de sa vie, et penser à lui, à tout ce qu'elle avait avant de le perdre, lui faisait un mal de chien. C'était pour ça qu'elle voulait passer à autre chose, elle voulait se détacher de ces souvenirs douloureux, elle voulait pouvoir vraiment s'amuser à nouveau. Mais elle n'avait pas spécialement prévu qu'il se moque d'elle quand elle lui dirait qu'elle l'aimait aussi, ni qu'il se mette à pleurer quand elle lui dirait qu'elle essayait de passer à autre chose. Elle fut à deux doigts de le prendre dans ses bras. Elle ne voulait pas qu'il pleure, elle n'aimait pas qu'il soit triste. Mais elle n'avait pas fini de parler, elle avait encore des choses à lui dire, alors elle enchaîna. Réaction ? Un énorme « Haaaooooooonnnnnnnnn !!!! » qui s'entendit dans toute la pièce et qui fit tourner quasiment toutes les têtes vers eux. Voyant un Elias blême replié sur un Keane muet et devant eux une Ravenclaw plus ou moins inconnue qui avait l'air un peu prise de court, certains sourirent, sans doute amusés par l'incongruité de la scène. Il y eut un silence assez long, pendant lequel Caitlyn ne fit ni ne dit rien, de peur d'aggraver encore la situation. Elle resta tout simplement là, à regarder Elias, puis Keane, puis Elias, puis Keane à nouveau... Help ? Ça voulait dire quoi, ça, hein ? Et comment est ce qu'elle devait réagir ? Les regards des autres se détournèrent les uns après les autres, et heureusement d'ailleurs car elle n'aimait pas particulièrement se sentir observée dans ce genre de situation. Finalement, Elias finit par recommencer à respirer, puis il se retourna et prit la parole, la délivrant de la pression qui avait commencé à monter en elle.

« Pourquoi tu dis ça ? Pourquoi est-ce que je retirerais ce que j'ai dis ?! »

Il la chercha du regard, l'obligea à le regarder dans les yeux, un peu comme Enzo l'avait obligée à le regarder dans les siens, simplement par la force de leur regard. Les yeux, c'était comme des aimants, des fois. Ils attiraient ceux des autres et ne les lâchaient pas, même si les autres en question voulaient les détourner. Alors elle leva un peu la tête vers lui, et le fixa à son tour, même si tout le reste de son corps était sur la défensive et avait tout simplement mille envies de partir en courant et d'aller se cacher quelque part.

« Heuuu... ben, je sais pas... »

Et d'une toute petite voix, elle rajouta :

« Des fois on dit des trucs qu'on ne pense pas vraiment... »

Surtout quand on est bourré, et là, visiblement, tu l'es. Mais bon, j'vais pas en rajouter une couche sur l'alcool, j'veux pas risquer que tu le prennes mal...

« T'as vraiment voulu passer à autre chose ?! »

C'était quoi ces questions ? Il lui faisait passer un interrogatoire ou quoi, là ? Bon okay, mentir ne marchait pas, elle n'arrivait déjà pas à trouver un bon mensonge, et puis de toute manière, elle n'arrivait pas à mentir. Alors let's try honnesty.

« J'ai... je voulais juste arrêter de pleurer chaque soir, tu vois ? »

Elle haussa les épaules, comme si elle était en plein milieu d'une conversation normale, et pas d'un aveux gênant.

« J'voulais me changer les idées, sortir un peu, voir des gens... C'est Keane qui m'a proposé de venir. »

Oups. Ça, elle n'était ptêtre pas obligée de le dire. Ça faisait un peu la fille qui s'assume pas et qui remet la faute sur quelqu'un d'autre. Mais bon, c'était vrai, ça expliquait sa présence ici, c'était bien ce qu'Elias voulait, non ? Et puis, malgré ses airs innocents, Keane les avait quand même fourrés dans une situation pas très enviable, alors qu'il ne fasse pas semblant de ne pas y être mêlé ! Sauf qu'elle n'avait pas prévu une chose.

« Attention, j'te l'envoie.... Réceptionne le bien. »

Elle écarquilla les yeux.

« Hein ?! Héé, attends - quoi ?! »

Mais ses protestations, tout comme celles d'Elias, furent vaines, et bientôt elle vit le "paquet" que Keane lui avait envoyé arriver sur elle. Et tout à coup, gros beug. Un énorme flash back. Un corps meurtri, une chemise rougie, une pièce sombre... STOP ! Ce n'était pas le moment de repenser à ça. Elle en avait eu sa dose la veille, de cauchemars réalisés, alors maintenant, stop ! Elle attrapa Elias dans ses bras. Wah, il était plus lourd qu'il n'en avait l'air, surtout quand il n'arrivait plus à tenir debout seul. Ils tanguèrent quelques secondes, elle essayait de retrouver son équilibre, mais finalement, ils se retrouvèrent par terre, et le choc avec le sol d'un côté et le corps d'Elias de l'autre lui coupa le souffle. Fermant les paupières un instant, elle ne sut si elle devait éclater de rire ou de colère. Elle avait mal au cul, au dos, aux épaules, à la tête, mais c'était juste... trop drôle. Et Elias qui disait « Oups » limite comme s'il ne le pensait pas... Et Keane qui s'en allait allègrement en chantonnant qu'il les laissait à leurs retrouvailles... Non, vraiment, elle ne pouvait pas ne pas rire de tout ça, alors bientôt, les quelques regards qui s'étaient à nouveau tournés vers eux, inquiets cette fois-ci, purent voir une Ravenclaw écrasée se mettre à rire de manière inexplicable. Bientôt, Elias lui demanda s'il ne l'écrasait pas trop, et après avoir encore ri un peu, elle finit par se calmer et lui répondre.

« Oh, non non, pas du tout, qu'est ce qui te fait dire ça ?! Je t'ai bien réceptionné, c'est ce que Keane voulait, non ? Haha, ça va, j'suis confortable au moins ? »

Elle avait fini par oublier qu'elle avait mal dans tout le haut du corps. Encore une preuve que rire après une chute valait mille fois mieux que pleurer. C'était comme quand elle était tombée des escaliers, une fois, à Liverpool, et avait commencé à se marrer, malgré la douleur fulgurante qui lui avait traversé le pied. Pied qui avait fini dans une attelle le lendemain, lorsque le docteur avait découvert qu'elle s'était fait une entorse. Enfin voilà, elle rigolait comme une conne de ses mésaventures depuis qu'elle était toute petite... et au fond, elle était bien contente de constater que ça au moins, ça n'avait pas changé. Il finit quand même par la libérer, et elle le regarda, restant allongée par terre à côté de lui. Elle n'avait pas encore trop la force de se relever, et lui non plus apparemment, alors tant pis pour ce qu'on penserait d'eux. De toute manière, elle passait déjà pour la folle de service, alors vraiment, elle n'en avait plus rien à faire. Quant à lui, disons qu'il n'avait vraiment plus tous ses esprits, donc voilà.

« C'est pas que ça me déplaît, mais j'te vois en une fois et demie et c'est vraiment... vraiment bizarre ! »

Nouveau sourire amusé. Elle était sincère, en souriant, tout comme elle avait été sincère en riant. Ce n'étaient pas des réactions nerveuses, ni même forcées. Elle se sentait juste... bien. C'était étonnant, hein ? Elle n'était pas gênée, elle avait presque l'impression qu'il ne s'était jamais rien passé entre eux, qu'ils se comportaient de la même manière qu'ils l'avaient fait pendant les vacances. Alors elle ne se posait pas de questions, elle lui souriait, amusée par ce qu'il venait de dire, et lui répondait avec tout le naturel du monde.

« Bon okay, stop, faut qu'on se relève là ! »

Elle s'assit en poussant sur son bras droit, puis s'approcha d'Elias, l'obligea à se tenir à elle autour de ses épaules tandis qu'elle le prenait au niveau de la taille, et, s'aidant d'une chaise, elle réussit à se relever et à le relever avec elle.

« Oh la la, Elias qu'est ce qui t'a pris ?! J't'ai jamais vu dans cet état là ! Allez, faut que t'ailles te coucher là ! »

Elle espérait qu'il ne le prendrait pas mal qu'elle lui dise ça comme ça. En fait, c'était comme tout, elle avait juste trop peur qu'il s'offusque à chaque chose qu'elle lui disait, et elle avait raison de l'être, car s'offusquer, c'était ce qu'il faisait la plupart du temps. Bon, pour le coup, le ton qu'elle avait utilisé était plutôt rieur, et se voulait gentil, moqueur dans le bon sens du terme. Elle avait retrouvé sa stabilité, et elle le força à rejoindre les escaliers. Les monter fut toute une histoire, et s'il n'y avait pas eu de murs autour pour lui permettre de s'y appuyer ou plutôt de s'y écraser, ils se seraient sans doute retrouvés par terre à plusieurs reprises.

« Pfiou, attends, attends, j'ai plus de souffle là ! »

Elle l'adossa contre le mur et s'étira, inspirant et expirant profondément.

« Allez, c'est bon, on y re-va ! »

Ils finirent par arriver enfin aux dortoirs, puis au lit, sur lequel elle le laissa tomber et s'affala à côté de lui en soufflant.

« Tu veux que je te couche et que je te borde, aussi ? Que je te chante une berceuse ? »

Elle prit son visage entre ses mains, se retenant de se mettre à rire à nouveau. Ah la la, ça faisait quand même du bien de pouvoir lui parler comme ça, naturellement... comme avant. Ce n'était pas sain, elle le savait, elle pleurerait encore plus, quand elle irait se coucher elle-même. Ou peut-être irait elle se bourrer la gueule elle aussi, pour oublier. Mais pour l'instant, elle se sentait bien, là, avec lui, et elle n'avait plus envie de penser à rien d'autre, ni au passé, ni au futur. Elle était là, sur son lit, il était bourré et donc plus spontané, et tout allait bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Re: Blame It on the Alcohol •• Caitlyn   Mar 28 Jan 2014 - 12:38

Il y a des moments où il vaut mieux ne pas commencer une grande conversation, et là c'était bel et bien le moment d'essayer de dire des choses plus ou moins censées. Caitlyn aurait du voir depuis tout à l'heure qu'il n'était franchement pas dans son état normal, alors il ne fallait peut-être pas lui tenir rigueur de tout ce qui sortait de sa bouche. Une nouvelle phrase plus ou moins maladroite de la belle Raven et lui dit... s'indigna dans un "haon" tout sauf discret. Lui qui n'aimait pas se faire remarquer d'habitude, là, c'était mal barré.... Le lendemain matin, il n'aurait cas raser les murs jusqu'à ce que ses compagnons jaunes oublient le plus possible ce qui s'était passé dans cette soirée. Parce que oui, forcément, dans sa petite tête de gamin parano, les gens allaient de ça après. Hum. Bref, le pire dans tout cela, c'était certainement que Keane pour une fois était totalement muet... Il aurait pas pu dire un truc histoire de détendre l'atmosphère ? Hein ? Espèce de grand dadet bouclé ! Après ce petit "haon", il y avait eu un petit moment de silence, Elias avait enfin réussi à reprendre la parole, pour lui demander des explications, le tout en la regardant dans les yeux (ou plutôt en essayant de la regarder dans les yeux).  Heuuu... ben, je sais pas... Ah. Il ne pouvait lui en vouloir vu le nombre de fois qu'il avait répliqué cela... mais cela l’embêtait assez fortement car il ne savait pas à quoi s'en tenir. Il ne comprenait pas ce qu'elle voulait justement li faire comprendre, alors, ainsi, ils ne risquaient pas d'être sur la même longueur d'onde ! Mais bientôt la Bleue ne tarda pas à ajouter « Des fois on dit des trucs qu'on ne pense pas vraiment... » Hein ?! Qu'est-ce qu'elle avait dit qu'elle ne pensait pas vraiment ? Ah non... Stop. Quelques secondes de réflexion étaient nécessaire là... Ne serait-ce pas plutôt, qu'est-ce qu'il aurait pu dire qu'il ne pensait pas vraiment ?! Hum... C'était certainement la deuxième solution. Il avait beau réfléchir, il ne voyait pas ce qu'il avait pu dire qu'il n'aurait pas pensé. Non, là il allait falloir être plus clair et d'ailleurs, c'est un petit Hein ?! suivi d'une tête qui montrait bien qu'il nageait complètement dans la semoule qui devait montre à Caitlyn qu'il allait falloir qu'elle soit peut-être un peu plus explicite.


Fletch' ne tarda pas à lui demander s'il elle avait vraiment voulu passer à autre chose. Il savait au fond que cela ne le regardait pas, elle faisait ce qu'elle voulait, puisqu'après tout ils n'étaient plus ensemble. Elle pouvait vivre la vie comme bon lui semblait non ?! Mais, c'est vrai que cet aveu lui faisait comme un petit pincement au cœur, peut-être qu'il aurait voulu qu'elle essayer un peu plus de recoller les morceaux entre eux. C'était peut-être injuste, et il lui en tiendrait pas rigueur, pour l'instant, il avait juste besoin de réponses. Des vraies réponses, pas quelque chose d'à moitié éronné. Il ne voulait plus ces cachotteries... Juste qu'elle soit honnête.  J'ai... je voulais juste arrêter de pleurer chaque soir, tu vois ? Alors ça... ça c'était quand même super embarrassant pour lui, et il ne savait pas trop quoi répondre. Jamais, il n'avait voulu qu'elle pleure à cause de lui, jamais. Il couina un petit truc qui devait vaguement ressembler à cela Désolé.. De quoi, il ne savait même pas, mais c'était un peu sa manière de s'excuser pour le mal qui lui avait fait involontairement. Dans l'histoire, il avait tous les deux souffert -un peu-, et maintenant, il avait l'impression qu'un espèce de grand fossé les séparait et qu'ils n'arriveraient plus à s'entendre, à se comprendre. Déjà, peut-être qu'il faudrait qu'il arrive à lui faire entièrement confiance, mais après tout ce qui c'était passé le mois dernier, il n'était pas certain d'y arriver tout de suite... Il faudrait un peu de temps, peut-être même beaucoup, parce qu'au final il n'arrivait toujours à comprendre pourquoi est-ce que la demoiselle lui cachait tant de choses. [coor=indigo] J'voulais me changer les idées, sortir un peu, voir des gens... C'est Keane qui m'a proposé de venir. [/color] Oui bah ça.... Pour Keane il s'en doutait pas mal.... et le bouclé avait beau faire sa tête de gamin innocent, l'un comme l'autre avait visiblement compris son petit jeu, mais ce n'était franchement pas le genre de chose à embarrasser Crawley... Hum... je vois...

Elias n'avait guère eu le temps de rajouter quelque chose l'autre Hufflepuff avait visiblement décidé qu'il avait assez joué les entremetteurs et que maintenant il était temps qu'ils se fassent un petit tête à tête, car il dit carrément à Caitlyn de bien le réceptionner... qui d'Elias ou Twain était le plus étonné là-dedans ? Difficilement à dire, mais ce qui était certain c'est de grands bras de Crawley, Fletch' s'était sentit "projeté" doucement dans ceux de son ex petite amie. Pendant quelques secondes ils cherchèrent leurs appuis afin de rester debout, mais le poids du Jaune était quand même bien supérieur à celui de ma demoiselle, et ils tombèrent à la renverse, Elias bien sur Caitlyn. Premier mot du garçon "oups", bien qu'un désolé aurait quand même été plus de rigueur. Pendant ce temps Crawley s'en allait en chantonnant comme si cette situation était tout à fait normale. Et voilà, comme le souhaitait le bouclé, ils étaient maintenant en tête à tête.

Twain s'était mise à rire CHHHHHHHTTTT tenta vainement le plus âgé pour la faire taire. Non mais c'est vrai quoi, c'était pas la peine que les personnes présentes dans la salle commune aient une occupation en les regardant se dépatouiller de la situation. Rapidement, Fletch' avait reprit la parole en lui demandant s'il ne l'écrasait pas trop... On est bien d'accord qu'il n'y a rien de drôle là-dedans, alors pourquoi diable est-ce que la demoiselle continuait- elle à rire ?Non vraiment, encore une fois il avait l'impression que quelque chose le dépassait ! Heureusement, au bout d'un moment -assez long pour le garçon-, elle se calma enfin  Oh, non non, pas du tout, qu'est ce qui te fait dire ça ?! Je t'ai bien réceptionné, c'est ce que Keane voulait, non ? Haha, ça va, j'suis confortable au moins ?  Oh bah lui. Surtout tes seins, ils sont parfaits et font un très bon coussin. Bien sûr, jamais, il ne lui dirait ça, même si au fond de lui-même il le pensait très certainement... T'as bien amorti ma chute en tout cas.... mais j'suis pas si je pourrais trop dormir sur toi. il lui toucha l'épaule. T'es toute mince et mignonne.... j'risquerais de te faire mal... ou de m'enfoncer tes os dans ma tête. Bref autrement dit ton épaule et pas trop confortable je préfère quand c'est mou comme un oreiller... comme... comme ta poitrine, oui, finalement, il avait manqué de le dire mais il s'était arrêté net. En.. enfin.. Tu.. tu es com...compris. bafouillements. Joues rouges tomates et voilà que l'envie de disparaître le reprenait. Oh mon dieu, quel malheur Fletch avait manqué faire un compliment sur les seins de son ex petit ami ...

Au pris d'un gros effort, le jeune sorcier avait finalement réussi à la libérer et il se retrouvaient maintenant côte à côte. Le plus dur, ça serait d'arriver à se relever et de tenir bien droit... en attendant, Elias complimentait Caitlyn, sur sa beauté qu'il voyait une fois et demie !  Bon okay, stop, faut qu'on se relève là !  Il acquiesça ! Il était tout à fait d'accord et d'ailleurs pour le prouver, il rajouta un petit Ouais, parce que le sol, ben, il est dur alors c'est pas bien de dormir dessus, après on a mal partout. Oui, donc se relever... Il y arriva grâce à l'aide de Twain, mais il était clair qu'il avait encore un équilibre assez incertain. Il avait l'impression que la gravité lui jouait des tours, et il était prêt à ramper ou marcher à quatre pattes jusqu'au dortoir pour la combattre. Et alors qu'ils avaient commencé à marcher, elle posa LA question.  Oh la la, Elias qu'est ce qui t'a pris ?! J't'ai jamais vu dans cet état là ! Allez, faut que t'ailles te coucher là !  Bonne question, n'est-ce pas ?! Oh ouiii, mon lit, mes couvertures et mon chat. Rien que le fait d'aller se coucher lui donnait un grand grraannd, sourire. Ben Keane, il remplissait mon verre dés qu'il était vide, alors je... je sais pas du tout ce que j'ai bu ! Il se tut quelques secondes avant de reprendre Vilain Keane ! Vilain garçon ! Faudra que tu lui dises que c'est pas bien de faire boire les gens autant... Tout touuuurne autour de moi. Crawley, gare à ton cul -sans aucun sous-entendu, merci- !

Au bout d'un long (très long) moment, ils arrivèrent enfin au dortoir et Elias s’avachit comme une grosse merde sur son lit. Le parcours avait été rude mais ils y étaient arrivés, comme des grands ! Enfin, c'était surtout grâce à Caitlyn, il faut bien l'avouer !  Tu veux que je te couche et que je te borde, aussi ? Que je te chante une berceuse ? Il acquiesça doucement en soufflant un petit oui tandis qu'elle prenait son visage dans les mains. Il ferma les yeux pendant quelques secondes avant de se glisser sous ses draps et d'enlever -avec un peu de mal- sa chemise et son pull. Il s'installa confortablement dans son lit avant de lui souffler. Oui... chante moi une chanson, s'il te plaît... Il se tut quelques secondes avant de reprendre la parole Et.. et tu peux dormir avec moi ?! Il avait reprit sa voix d'enfant en lui faisant les yeux doux. Quelques secondes plus tard, il l'attira doucement contre lui avant de l'embrasser et de lui souffler quelques instants après à l'oreille. Tu me manques Caitlyn, je t'aime. Bourré, mais des plus sincère. Jamais il n'aurait osé agir comme cela s'il n'avait pas trop pris d'alcool...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6609
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Blame It on the Alcohol •• Caitlyn   Dim 2 Fév 2014 - 20:46

Bourré. Il était complètement bourré. Vraiment complètement. Il l'embrassait de but en blanc, ne tenait pas debout, parlait probablement sans savoir ce qu'il disait, exagérait tout ce qu'il faisait... Et, oui, elle avait peur de ce qui se passerait après qu'il ait décuvé un peu, le lendemain matin. Peut-être oublierait-il simplement tout ce qui se passait en ce moment, ne se souviendrait pas qu'il l'avait embrassée et dit qu'il l'aimait, et reprendrait son attitude normale, à savoir distante et incertaine, même si amicale. Ou peut-être s'en souviendrait-il et voudrait l'effacer, en lui faisant comprendre que tout ce qui s'était passé n'était qu'une énorme erreur, qu'il avait toujours autant "besoin de temps" comme il disait si bien, signifiant en gros qu'il ne voulait plus rien avoir avec elle. Elle avait peur, de tout ça, oui elle avait vraiment peur, et elle aurait voulu être à cent kilomètres d'ici pour ne pas avoir à le croiser dans cet état là. L'alcool qu'il avait ingurgité le rendait beaucoup plus ouvert et spontané, et au fond elle ne doutait pas de la sincérité de tout ce qu'il disait, mais c'était une sincérité non-voulue, presque contrainte. C'était comme s'il parlait en dormant, en gros, ou, comparaison plus extrême, comme s'il était sous l'influence d'un véritaserum. Les conséquences de ce genre de sincérité étaient pires que les conséquences de certains silences.  Elle ne voulait vraiment pas être là, car elle savait d'ores et déjà que le lendemain, tout serait encore pire qu'avant. Pourquoi il lui disait qu'il l'aimait, pourquoi est ce qu'il enfonçait et retournait le couteau dans la plaie ainsi ? Bien sûr, elle ne pouvait pas dire qu'il le faisait exprès pour lui faire mal, car il ne ferait volontairement jamais mal à une mouche, mais voilà, involontairement, il lui donnait envie de pleurer, donc au final, les conséquences étaient les mêmes, à savoir qu'elle avait mal. Elle avait mal car elle savait que ce qui se passait là n'était pas sain. C'était une illusion, un mec bourré en train de lui dire qu'il l'aimait, et le retour à la réalité serait cruel, tellement cruel ! Pourtant, elle n'était pas capable de partir. Elle restait là, avec lui. Et même pire, elle le rattrapait alors qu'il partait, tout en sachant pertinemment que ses espoirs et ses sentiments se retourneraient contre elle dès le lendemain. L'amour rend aveugle, ouais, exactement. Pathétiquement aveugle, on est d'accord, mais aveugle quand même. Et dans l'état dans lequel il était, il ne comprenait même pas pourquoi elle avait peur à ce point de la réaction qu'il aurait une fois l'alcool parti. Il ne mesurait pas ce qu'il disait, et dès qu'il serait à nouveau apte à le faire, dès qu'il se rendrait compte, il le retirerait...

« Elias, tu sais même pas ce que tu dis. Allez, arrêtons de parler de ça, ça vaut pas la peine de toute façon. »

T'es pas en mesure de réfléchir, et je le vois bien. Le meilleur serait sans doute que je te dise clairement un truc clash, du genre "T'es bourré, mec !", mais je me sens vraiment pas de faire ça, parce qu'il se pourrait très bien que tu te mettes à me faire un cirque, me criant que t'es pas bourré du tout, que tu ne vois pas de quoi je parle, et cetera et cetera, et je ne tiens pas spécialement à me disputer là dessus avec toi. Ou alors il se pourrait que tu te vexes, que tu te mettes à bouder, comme tu viens de le faire. Enfin bref, tu vois ce que je veux dire ? Tu comprend pourquoi j'aimerais qu'on arrête de parler de ça ?

Un Elias bourré. Ce n'était pas quelque chose qu'on voyait souvent. Lorsqu'ils étaient ensemble, elle avait su relativement instinctivement comment se comporter, surtout si elle était elle-même aussi un peu (beaucoup) sous l'influence de l'alcool. Mais maintenant qu'ils n'étaient plus en couple, elle n'avait juste aucune idée comment réagir, quelle attitude adopter. Ce serait tellement simple de juste se laisser aller, étant donné qu'ils s'aimaient, mais... yavait un blocage. Elle se sentait pas à sa place, quoi, et il y avait toujours cette espèce de peur qui venait la bâillonner et lui attacher les mains derrière le dos. Peur d'en dire ou d'en faire trop. Peur de se laisser aller à cette magnifique illusion qu'il lui donnait en étant bourré. Tout ça à cause de Keane. Le blond bouclé s'imaginait probablement qu'il leur faisait une faveur en les rassemblant, mais là elle avait juste envie de lui foutre une grosse claque et de lui dire qu'il ne devait plus jamais recommencer à jouer les Cupidons. Sauf que manifestement, le plus âgé n'en avait absolument rien à cirer des regards que lui lançaient à tour de rôle Caitlyn et Elias, et il finit même par les rassembler encore plus que ça n'était déjà le cas. Concrètement, il poussa Elias dans les bras de Caitlyn, et bientôt, la jeune fille se retrouva coincée entre le sol et... son ex. Avec une douleur profonde sur toute la longueur de son dos en prime. :top:Elle resta interdite quelques secondes, comme si elle avait du mal à comprendre ce qui venait de se passer, et finalement... elle éclata de rire.

« CHHHHHHHTTTT »

… Et elle continua à rire. Depuis le début, il n'y avait rien de normal à la situation. Elias bourré, Lyn single à une fête dans la maison de son ex, puis leur baiser, puis leur conversation, et maintenant ça. Il était allongé sur elle, et la seule chose qu'il était capable de dire, c'était "Oups". C'était trop. Rire nerveux ? Pas vraiment, non. C'était juste sa réaction spontanée, qu'elle n'avait plus la force de retenir. D'ailleurs, elle n'en avait même plus envie. Pourquoi se prendre la tête à penser au lendemain, pourquoi se tracasser en réfléchissant aux conséquences ? C'était complètement ridicule, ça gâchait tout. Elle pouvait tout simplement prendre plaisir à être là avec celui qu'elle aimait et oublier ce qui les séparait. De toute manière, il semblait l'avoir oublié aussi. Pas de réflexions philosophiques, pas de règles de bienséance. Même le regard des autres, au stade où ils en était, lui passait par dessus la tête. Alors elle riait à gorge presque déployée, et elle était super contente de pouvoir rire ainsi, comme si de rien n'était. Elle était super contente de retrouver la bonne vieille Lyn, toujours prête à rire, de tout et surtout de soi-même, et à détendre l'atmosphère. Elle entendit quelques rires se joindre au sien, et bientôt l'espèce d'attroupement de curieux qui s'était formé autour des ex-petits-amis allongés l'un sur l'autre se dispersa un peu. Vous voyez ? Le rire, c'est la solution à tout, je vous le dis. Il finit par lui demander s'il ne l'écrasait pas trop, et après avoir encore ri un peu, elle répondit, ironique mais aucunement amère, qu'elle ne savait pas pourquoi il disait ça, et lui demanda, amusée, si elle était confortable au moins. Ben quoi, Keane lui avait bien enjoint de bien le réceptionner, non ?

« T'as bien amorti ma chute en tout cas.... mais j'suis pas si je pourrais trop dormir sur toi. T'es toute mince et mignonne.... j'risquerais de te faire mal... ou de m'enfoncer tes os dans ma tête. Je préfère quand c'est mou comme un oreiller... comme... En.. enfin.. Tu.. tu as com...compris. »

Il avait rougi encore plus que d'habitude – c'était possible ça ? – et s'était remis à bafouiller. Et elle ? D'abord, elle avait entrouvert la bouche et écarquillé les yeux, se demandant si elle n'était pas en train de rêver, et finalement elle s'était remise à rire. Oh la la... Oh la la ! Qu'est ce qu'il venait de lui dire, là ? Avait-elle bien entendu ? Mince et mignonne, d'accord, ça c'était gentil... S'enfoncer ses os dans sa tête, ça c'était autre chose. Avait-il palpé son épaule en disant ça ? Heureusement, elle n'était pas du genre à le prendre mal, et au contraire, ça l'amusait. Et ensuite... ouais, elle comprenait bien, en gros, il faisait directement allusion à ses seins. Mon Dieu, Elias, quand t'es bourré, t'es vraiment méconnaissable. Et non, elle n'était pas en train de se moquer de lui, en riant de la sorte. C'était simplement drôle. Ça n'avait aucun sens, rien de ce qui s'était passé depuis qu'elle était entrée dans la salle co des Huffle n'avait de sens.

« Ouais, ouais je comprends. T'es plutôt pas mal comme couverture, toi, pas trop lourd et assez chaud... mais t'inquiètes, je compte pas te servir de matelas, ni de... d'oreiller. »

Et la voilà repartie dans son rire. Non, vraiment, elle ne se moquait pas de lui, enfin peut-être que si mais pas méchamment quoi. Au fond, elle avait presque le sentiment d'être bien, là. Elle ne se posait plus aucune question, elle était avec l'homme qu'elle aimait et peu importait qu'il soit en train de l'écraser, qu'il soit bourré, qu'il ait cassé avec elle un mois plus tôt, qu'ils se trouvent par terre et qu'ils soient entourés de plein de monde. Elle était bien, alors elle riait, c'était aussi con que ça. Il finit par pousser sur son bras et rouler sur le sol à côté d'elle, la libérant du poids de son corps qui, bien que pas très gras, n'était quand même pas très léger. Ils se regardèrent un instant sans bouger, et il lui fit un compliment tout en lui indiquant qu'il était bourré au point de voir en une fois et demie, et elle finalement, elle décida qu'ils avaient assez fait de conneries, et qu'il était temps de se relever et d'aller pieuter.

« Oh ouiii, mon lit, mes couvertures et mon chat. »

Son visage s'illumina d'un énooorme sourire de gamin et elle sourit à son tour tout en essayant de ne pas perdre son équilibre sous le poids du grand dadet qui ne tenait pas debout et l'entraînait dans sa marche de travers, et qui ne tarda pas à lui expliquer que c'était la faute à Keane. L'autre Huffle avait manifestement mis un point d'honneur à remplir le verre d'Elias à chaque fois qu'il était vide, et à lui faire boire probablement un peu tout et n'importe quoi, vu l'état dans lequel il se trouvait.

« Oh oui, là, tu peux compter sur moi, je lui dirai ! »

Autrement dit, le blond bouclé ne perdait rien pour attendre, et elle irait certainement lui toucher deux mots par rapport à ce qu'il avait fait. Il l'avait invitée à venir se distraire un peu, et il avait fait exprès de faire boire Elias pour qu'ensuite, ils se retrouvent dans ce genre de situation, où elle aidait son ex, bourré, à rejoindre son lit. Tout à fait normal, hein Keane ? Rien de gênant, n'est ce pas ? Petit plaisantin ! Bref, dès qu'elle le croiserait la prochaine fois, elle lui dirait ce qu'elle pensait de son petit jeu ! Mais avant ça, il fallait coucher Elias. Le trajet jusqu'au dortoir fut tout sauf simple et rapide, mais après s'être battus contre les escaliers qui leur compliquaient la tâche, ils avaient fini par arriver près du lit sur lequel elle le laissa tomber et s'allongea à côté de lui, dans le sens de la largeur, pour s'étirer. Elle lui demanda s'il voulait aussi qu'elle le borde et qu'elle lui chante une chanson, avant de prendre son visage (à elle) entre ses mains. Elle entendit un petit « Oui » qui la surprit un peu au début, puis elle se souvint qu'il n'était pas trop en mesure de réfléchir, de déceler l'ironie de sa voix, et qu'à cause de l'alcool, il était beaucoup plus spontané que ce à quoi elle avait l'habitude venant de sa part. Il se glissa sous ses draps et elle se rassit pour faire de la place à ses jambes. Elle le regarda, amusée, enlever avec difficulté son pull et sa chemise, et, torse nu, s'installer confortablement dans son lit. Elle eut un petit pincement au cœur, se rappelant soudain que d'habitude, elle pouvait poser une main sur son ventre et se blottir contre lui, et son sourire se teinta de tristesse. Elle détourna la tête, fixant le ciel étoilé à travers une fenêtre.

« Oui... chante moi une chanson, s'il te plaît... »

Haha. Une chanson. Non, il n'avait vraiment pas compris l'ironie, tout à l'heure. Tant pis. Il voulait une chanson, et le pire c'était qu'elle avait bien envie de se mettre à chanter, alors, même si elle ne se souvenait plus des paroles, elle se mit à fredonner la mélodie d'une chanson dont elle se souvenait de son enfance, tirée d'un vieux film moldu. Chanson triste, chanson d'amour. Scène nocturne. Ça voulait dire tellement de choses. Heureusement qu'elle ne se souvenait pas des paroles, car elle avait comme l'impression qu'elles auraient été encore plus déprimantes que la mélodie. Elle ne fredonna que le début, doucement, un peu perdue dans ses pensées, prouvant une fois de plus à quel point elle était capable de changer d'humeur, de passer du rire à la mélancolie, en l'espace de quelques secondes.

Spoiler:
 

Elle s'arrêta après le premier refrain, ne comptant pas non plus donner un concert, et se retourna vers Elias. Elias qui lui faisait des yeux doux et qui d'une voix d'enfant lui demanda si elle pouvait dormir avec lui. Elle ferma les yeux. Il voulait qu'elle dorme avec lui. Dans quel pétrin s'était-elle encore fourrée, hein ? Oui, la voilà repartie dans ses craintes initiales, se disant qu'Elias ne savait pas ce qu'il disait, et qu'il allait tout nier dès que l'alcool serait parti, la laissant dans un état pire qu'avant. Les paupières toujours fermées, sentit les mains du jeune homme entourer sa taille et l'attirer doucement mais fermement contre lui pour l'embrasser. Elle se laissa faire au départ, finit allongée à côté de lui, puis prolongea le baiser, et passa ses mains derrière sa nuque tout en se rapprochant de lui encore plus, sans ouvrir les yeux pour autant. Et une fois le baiser fini, elle l'entendit chuchoter à son oreille qu'elle lui manquait, et qu'il l'aimait.

« Oh Elias... Je t'aime aussi... »

Une larme coula le long de sa joue gauche, et elle eut un petit rire. Larme de bonheur, et rire triste ? Ou peut-être l'inverse ? Comment savoir ? Tout était tellement compliqué... et tout aurait pu être tellement simple !

« Tu veux vraiment que je dorme avec toi ? »

Elle ne savait même pas ce qu'elle souhaitait entendre, comme réponse. Car elle l'aimait, savait qu'il l'aimait en retour, et aimerait de tout son cœur passer la nuit avec lui, comme avant... mais si c'était pour se faire jeter ensuite, une fois le soleil levé... alors autant qu'il le fasse tout de suite.

« Tu... tu disais que t'avais besoin de temps, tu te souviens ? »

Elle se tut quelques secondes, puis reprit, toujours en chuchotant.

« Je t'aime Elias. Je t'aime et je veux passer la nuit avec toi. Mais j'ai peur que tu me rejettes demain matin... »

Elle tourna la tête vers lui et le regarda dans les yeux avec insistance.

« Dis moi que tu m'aimes... Elias, embrasse moi et dis moi que tu m'aimes... et... »

Et aime moi. Prends moi dans tes bras, serre moi contre toi, deshabille moi si tu veux, réchauffe ma nuque par ton souffle, et ma peau par la tienne...

Peut-être qu'elle devait tout simplement arrêter de penser. Peut-être que c'était elle qui se rendait le tout si compliqué. Peut-être qu'elle devait juste oublier ce qu'il avait dit, oublier qu'il voulait du temps, et faire ce qu'elle avait envie de faire, à savoir dormir avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Re: Blame It on the Alcohol •• Caitlyn   Mar 4 Fév 2014 - 18:58

« Elias, tu sais même pas ce que tu dis. Allez, arrêtons de parler de ça, ça vaut pas la peine de toute façon. » Huh ? Mais pourquoi est-ce qu'elle disait ça ? Il savait très bien ce qu'il disait ! Il disait ce qu'il pensait, ce qu'il ressentait est-ce que c'était si dur que cela à comprendre ?! Et bien sûr que si, ça valait la peine d'en parler … mais bon s'il voulait qu'elle se taise, alors, ouais, il se tairait ! Motus et bouche cousue -ou presque !-. Il se contenta donc de la regarder toujours avec son air à moitié béa et bourré. Et rapidement, par un "triste hasard" provoqué par Crawley, il s'était retrouvé sur la demoiselle à moitié morte de rire. Non mais c'était pas drôle ! Et puis, il fallait qu'elle se calme-là ! Rire comme ça, ça attirait les regards de tous les gens. Chut Twain, chut, pas besoin qu'ils aient des choses à raconter le lendemain ! Malgré le fait qu'Elias essayait de faire comprendre à son ex' qu'il fallait qu'elle arrête de se bidonner comme une dinde, la demoiselle continuait encore et toujours de se marrer comme une dinde. Bon bah, tant pis pour la discrétion...

Bientôt, ils en étaient venus à parler du confort de la demoiselle lui procurait, et Fletch', si prude d'habitude en était venu à sous entendre que l'épaule était trop maigre et osseuse mais par contre que sa poitrine généreuse ferait un parfait coussin. Et lorsqu'il s'était rendu compte, de ses paroles, il s'était mis à rougir comme jamais. Olalala, comment est-ce qu'il avait pu se montrer si vulgaire ? Cela ne lui ressemblait pas du tout et il aurait bien voulu aller s'enterrer à ce moment précis tellement il avait honte ! Voir la tête que tirait Caitlyn, ne l'aidait pas non plus. Tu devrais fermer la bouche, tu vas finir par gober quelque chose ! ne put-il s'empêcher de dire, mais si doucement que cela fut peut-être imperceptible pour la jeune femme. Allez Twain, tu peux t'en remettre et, effectivement quelques secondes voilà qu'elle s'était remis à rire à gorge déployé, encore une fois ! Si ça continuait, le Jaune allait pouvoir croire qu'il devait se diriger vers une carrière de clown ou de comique si tout ce qu'il disait était aussi marrant que cela. Petit grognement, voilà qu'il était presque un peu vexé, il ne comprenait pas pourquoi elle se moquait ainsi de lu, même si c'était plutôt gentil... Il ne lui avait fait que des compliments, c'était censé flatter pas être comique !  Ouais, ouais je comprends. T'es plutôt pas mal comme couverture, toi, pas trop lourd et assez chaud... mais t'inquiètes, je compte pas te servir de matelas, ni de... d'oreiller.  Pendant une bonne dizaine de secondes, il la regarda perplexe, avant d'exploser à son tour de rire... pour un peu, il se serait étouffé, tellement il n'arrivait plus à respirer entre deux crises de rire. À l'aide !!!! Au bout d'un moment -un long moment-, il avait enfin réussi à se reprendre. et j'suis doux comme une couverture ?! Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu'il avait dit cela ? C'était totalement ridicule, inapproprié. Oh mon dieu, c'était trop nul, vraiment trop... Elias, tais-toi !! Là tu es totalement ridicule !

Le jeune homme avait fini par rouler à côté d'elle.... et elle lui avait dit qu'elle l'emmenait alors au lit, et étrangement il était vraiment très heureux de retrouver son matelas, ses couvertures et son chat. Très important le chat parce que le caresser l'occupait beaucoup et puis il adorait sa petite boule de poil ! Avec difficulté, même avec l'aide de Cait, le jeune homme s'était finalement levé et il expliquait que cette situation c'était la faute de Crawley ! Vilain bouclé ! « Oh oui, là, tu peux compter sur moi, je lui dirai ! » Elias sourit tendrement à son ex partenaire C'est gentil Caitlyn ! Keane ne savait pas ce qui l'attendait ! Le jaune savait que son camarade avait certainement fait cela pour bien faire, pour les réconcilier ou quelque chose de ce genre-là... mais Crawley était parfois un peu écervelé et il ne voyait pas le mal et le malaise que cela pouvait provoquer entre les deux ex'. Alors si Fletch allait engueuler gentiment son ami, Twain irait certainement un peu plus fort avec le bouclé... Il fallait juste espérer que l'autre garçon ne soit pas trop vexé, ou qu'il le prenne mal... mais ça, il le verrait après sa gueule de bois !

Le trajet jusqu'au dortoir fut assez laborieux, mais ils y arrivèrent quand même. Une fois allongé et compagnie, Caitlyn eut le malheur de lui demander s'il voulait qu'elle le borde ! Question bête ! Comme s'il allait refuser. Tsss. Il accepta avec joie, tout comme il fut heureux de pouvoir dire au fait qu'elle lui chante une berceuse ! Des petites choses de la vie qui rendait le garçon heureux. L'esprit toujours très embrouillé par l'alcool, il avait fini par se mettre torse nu dans l'optique de dormir, ne se souciant que trop peu de ce que cette vu pouvait provoquer chez la demoiselle. Ce n'était pas malin de sa part, mais il ne se rendait vraiment pas compte de l'injustice qu'il était en train de faire... Et comme, la demoiselle était silencieuse, il lui redemanda de chanter une chanson. Ce n'était pas un rappel à l'ordre, elle pouvait toujours partir si elle le souhaitait, il lui signaler juste que oui, il était d'accord au cas où elle ne l'aurait pas entendu la première fois. Elle se mit alors à fredonner une chanson, Fletch ferma les yeux pour pouvoir s'endormir, mais la chanson était trop triste, trop froide, et bientôt les yeux rouvert il observait en silence son ex petite amie ! Et lorsqu'elle s'arrêta de chanter, il se contenta de lui demander d'une petite voix si elle voulait bien qu'ils dorment ensemble. A ce moment-là, il avait envie de la serrer contre elle, de passer sa nuit contre elle, de pouvoir sentir son souffle sur lui, de pouvoir sentir sa chaleur et son odeur... Et avant d'attendre sa réponse, il l'entoura à la taille et l'attira contre lui avant de l'embrasser tendrement. Ce n'était pas fair play, en temps normal, certainement qu'il n'aurait pas agi de la sorte... mais là, c'est plus l'alcool, son instinct qui le guidait que la pensée. Là, il agissait plus comme un jeune adulte "normal", la timidité, la retenue était presque disparue. Bientôt, elle se retrouva allongée à côté de lui à prolonger le baiser... et c'est peu de temps après ce moment-là, qu'il lui avoua qu'elle lui manquait énormément, et qu'il l'aimait. Oui, il venait de le dire une deuxième fois, oui elle avait déjà bien dû comprendre la première fois, mais peu importait... Oh Elias... Je t'aime aussi... Il lui sourit avant de se rendre compte qu'une larme coulait sur la joue de son ex petite amie. Il lui caressa tendrement la joue avant d'essuyer la larme de son pouce. hey bébé pleure pas. J'veux pas que tu sois triste, je préfère quand tu souris, moi ! et lui dit un petit sourire comme s'il voulait mieux faire passer ce qu'il venait de dire. Tu veux vraiment que je dorme avec toi ? il acquiesça doucement. Oui... mais si tu n'as pas envie, t'es pas obligée tu sais... Je... je comprendrai, je ne t'en voudrai pas ! Au moins ça avait le mérite d'être clair, comme ça, elle voyait qu'elle avait vraiment le choix ! « Tu... tu disais que t'avais besoin de temps, tu te souviens ? Heu oui... c'est vrai.... mais... mais en fait il ne savait même pas quoi répondre à cela. Il n'avait pas vraiment de contre argument. Là, la seule chose dont il avait envie c'était de dormir avec elle, sans explication.... Je t'aime Elias. Je t'aime et je veux passer la nuit avec toi. Mais j'ai peur que tu me rejettes demain matin... Et puis, elle avait chuchoté ça. Elle l'aimait, elle voulait passer la nuit avec lui. Parfait non ? C'était bon signe ? N'est-ce pas ? Par contre, la dernière le fit grimacer et tiquer. Il ne comprenait pas pourquoi il la rejetterait demain, peut-être parce qu'il était trop saoul pour se rendre réellement compte de ce qui se passait... et là encore, qu'est-ce qu'il pouvait vraiment répondre à cela ?! Comment est-ce qu'il pouvait la rassurer ? Il ne savait pas. Quelques mots ne suffiraient certainement à apaiser la conscience, les peurs de Caitlyn... alors, comment faire ? Il n'était pas doué pour cela, et si le fait qu'il l'aimait n'était pas suffisant... Quoi rajouter ?! Il ferma les yeux, il avait l'esprit pas clair, il n'arrivait pas à réfléchir, à avoir un raisonnement digne de ce nom. Le fait qu'elle le regarde avec insistance, le mettait en plus assez mal à l'aise. Qu'est-ce qu'elle attendait de lui ? Il lui avait juste demandé de dormir ensemble, non ?! Dis moi que tu m'aimes... Elias, embrasse moi et dis moi que tu m'aimes... et... et ? Et quoi ?! Voilà.. il était perturbé, paumé... encore une fois, il avait l'impression qu'ils n'étaient pas sur la même longueur d'onde. Encore une fois, il avait l'impression de ne rien comprendre à ce qu'elle voulait dire, à ses envies. Est-ce qu'il était si débile et minable que cela pour ne pas saisir tout cela ? Qu'est-ce qui n'allait pas chez lui ? Quelques secondes de silence étaient passées, il allait falloir qu'il réponde maintenant, qu'il dise quelque chose à tout ce qu'elle venait de sortir. Il se mordilla doucement la lèvre, avant de l'embrasser tendrement, la serrant contre lui. Je t'aime. lui souffla t-il de nouveau à l'oreille... mais tout à l'heure tu voulais dire quoi par ton "et"... tu n'as pas fini ta phrase. fais marcher ton cerveau ou ton imagination grand débile, tu comprendras peut-être où elle voulait en venir. Quelques secondes de silence, avant qu'il reprenne une nouvelle fois Et... heu oui... j'me souviens, que j'avais besoin de temps.. mais dormir juste ensemble.. c'est ben... c'est... heu, ben j'sais pas. Non sans blague... Bravo, là c'est sûr que Twain était bien aidée dans sa tâche. Mais... mais je sais que c'est toi qu'j'veux. Toi, et personne d'autres. C'était certainement loin d'être la phrase la plus glamour qu'il ait prononcé, mais au moins ça avait le mérite d'être clair. Au moins, il ne tournait pas autour du pot.... Le soucis c'est qu'il n'apportait pas vraiment de réelles à Caitlyn, et qu'il ne se rendait pas compte qu'il répondait à moitié à côté... Maintenant, il ne savait plus trop comment agir, il ne savait plus trop quoi faire. Continuer à l'embrasser, ou bien est-ce qu'il valait mieux qu'ils aient finis de discuter. Pfiout, c'était un choix trop dur, alors il se contenta de poser sa tête contre l'épaule -dure- de Caitlyn, et de fermer les yeux. Dormir était si tentant.... mais il voulait continuer de papoter avec elle, comme si tout allait bien entre eux, comme s'ils étaient encore ensemble, comme avant. Il voulait qu'ils retrouvent leur complicité d'avant, mais, ce n'était pas possible, pas encore, ils s'étaient fait trop de mal, ils n'avaient certainement plus assez confiance l'un en l'autre. Être en couple et heureux sans confiance, est-ce que c'est possible ?! Est-ce que cette confia,ce pouvait se regagner ? Oui, d'après Paley... Alors... alors, oui il verrait ce que l'avenir leur réserve.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 6609
Date d'inscription : 31/10/2012
Crédits : ~
Double Compte : Kim Collins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1747-caitlyn-louise-twain-get-to-kn
MessageSujet: Re: Blame It on the Alcohol •• Caitlyn   Sam 8 Fév 2014 - 22:42

Finalement, il s'était mis à rire aussi, lorsqu'elle lui avait dit qu'il serait assez chaud pour lui servir de couverture au cas où, et il semblait même avoir du mal à respirer. Au moins, maintenant, il pouvait comprendre comment c'était difficile de s'arrêter de rire lorsqu'un fou rire nous prenait. Surtout que, en ce qui la concernait, elle n'avait même pas spécialement eu envie d'arrêter de rire, et tout ce qu'il avait fait pour la faire taire l'avait amusée encore plus. Après être tombée sous le poids de son ex bourré, et avoir amorti la chute de celui-ci au passage, elle avait tout simplement éclaté de rire et ne s'était calmée qu'après un très long moment. Elle aurait pu mal le prendre, aussi, car elle s'était fait mal au dos en tombant, et être écrasée par son ex qu'elle aimait encore n'était pas très agréable aussi bien physiquement que psychologiquement, mais à partir du moment où le premier hoquet de rire avait secoué sa poitrine, elle était entrée dans un cercle vicieux qui ne faisait qu'agrémenter sa bonne humeur. Car le fait qu'elle se mette à rire lui avait rappelé qu'elle réagissait ainsi depuis qu'elle était gosse, ce qui signifiait qu'elle n'avait pas changé sur ce point, et ça la rassurait tellement – au vu des nombreux autres points sur lesquels elle avait au contraire complètement changé – qu'elle avait encore plus envie de rire. Et puis, il y avait tout ce qu'Elias avait fait et dit, et qu'elle avait trouvé drôle, si bien qu'au lieu de se calmer, elle avait presque commencé à pleurer tellement elle riait. Bref, un cercle vicieux dans sa tête, plutôt difficile à expliquer, mais c'était bel et bien la cause de ce rire interminable qui avait semblé beaucoup embarrasser Elias. Ben quoi ? De toute manière, pour la discrétion, c'était raté, alors autant ironiser un peu tout ça pour bien montrer que le regard des autres, c'était par dessus la tête qu'il leur passait, ou du moins à Caitlyn. Elle avait été gênée au départ, certes, surtout quand il l'avait embrassée alors qu'il y avait plein de gens autour d'eux, et qu'ils devaient tous plus ou moins être au courant du fait que la Raven et le Huffle avaient cassé. Mais sachant que les regards avaient déjà été attirés par leur petite histoire, elle partait du principe que c'était trop tard, que les gens auraient déjà commencé à les juger, et qu'ils devaient de toute manière s'attendre à des remarques le lendemain matin, donc bon. Mieux valait leur montrer à tous que leurs moqueries n'auraient pas d'effet, car ce qu'elle faisait là, c'était bien se moquer d'elle-même. Bref, c'était sa manière de penser, sa vision des choses, et manifestement, Elias en avait une toute autre, mais il avait quand même fini par rire lui aussi, et ils s'étaient retrouvés comme des gogoles, l'un allongé sur l'autre à même le sol, et riant tous les deux.

« Et j'suis doux comme une couverture ?! »

Elle pouffa à nouveau. Il était incroyable !

« Trop de compliments tue les compliments, mon cher... mais tu me donnes qui si je te dis que oui ? :gla: »

Ben quoi, les flatteries, c'était pas gratuit, fallait pas croire ! Certainement qu'ils trouveraient un arrangement. Par exemple, elle serait plutôt d'accord qu'il lui offre un petit bisou, et en échange elle lui dirait en effet qu'il était doux comme une couverture si c'était ça qu'il voulait entendre. Surtout que ce n'était pas totalement faux. Doux, confortable, chaud, il avait toutes les qualités qui faisaient qu'elle n'avait aucun mal à s'endormir près de lui. Bref, en parlant de dormir, il faudrait penser à ce qu'il aille se coucher, parce que même si elle était bien, à rire avec lui, elle ne comptait pas spécialement passer la nuit par terre. Et puis, il avait cruellement besoin de décuver, après tout ce que Keane lui avait fait boire. D'ailleurs, elle lui promit qu'elle irait dire deux mots au blondinet à bouclettes, parce que vraiment, elle ne savait pas ce qui lui était passé par la tête pour l'inviter à une fête à laquelle il traînerait et ferait boire Elias. Bref, mais ça attendrait un autre jour, car pour le moment, il fallait qu'elle aide son ex à rejoindre son lit. Ça lui faisait un peu bizarre d'ailleurs de s'occuper d'Elias comme s'ils n'avaient jamais cassé. Et, toujours comme s'ils n'avaient jamais cassé, elle l'avait regardé se mettre torse-nu dans son lit, et s'était finalement retrouvée allongée à ses côtés, à l'embrasser passionnément. Sauf qu'étrangement, elle ne riait plus. Son entrain et son sourire de tout à l'heure avaient complètement disparu. Laissant même place à une larme, qui silencieusement, coula le long de sa joue. Les yeux toujours fermés, elle sentit sa main se poser sur sa joue, la caresser tendrement, et essuyer la gouttelette d'eau salée.

« Hey bébé pleure pas. J'veux pas que tu sois triste, je préfère quand tu souris, moi ! »

Comment tu veux que je ne pleure pas si tout est tellement triste ? Si la vie est si injuste et cruelle ? Haha, pathétique, de se dire ça, hein ? Je sais, mais là, j'arrive pas trop à m'en empêcher, vois-tu ? Je me sens juste punie, j'ai juste l'impression que tout ça, là, c'est fait juste pour me faire pleurer, me faire regretter le bon temps que je passais avec toi. Je t'aime, et tout ce qui se passe là, ça me fait mal. Et pourtant, je ne veux pas partir, je préfère rester là avec toi et me déchiqueter le cœur plutôt que me retrouver seule à nouveau.

L'ironie du sort, c'était que, comme elle lui expliquait, elle était venue là en espérant que pour une fois, elle ne pleurerait pas, le soir. Après un mois, il serait peut-être temps qu'elle se détache un peu du souvenir du bon temps qu'elle passait avec lui... Elle voulait qu'il arrête d'apparaître devant ses yeux, elle essayait de fuir, et finalement, c'était tout de même dans ses bras qu'elle se retrouvait physiquement, et elle pleurait de toute manière. Le pire dans tout ça, c'était qu'il ne devait même pas comprendre ce qui se passait dans la tête de la jeune fille en ce moment. Il voulait juste qu'elle reste dormir avec lui, et qu'elle reste de bonne humeur. Elle lui sourit donc faiblement, ouvrit ses yeux et les plongea dans ceux de son ex. Pouvait-il y lire à quel point elle l'aimait ? Pouvait-il y lire à quel point il lui manquait, à quel point elle le voulait ? D'un murmure, elle lui demanda s'il voulait vraiment qu'elle dorme avec lui, et le vit acquiescer doucement, puis l'assurer qu'il ne lui en voudrait pas si elle n'en avait pas envie. C'était clair, mais elle se sentait tout de même perdue. Il voulait dormir avec elle, alors qu'il lui avait dit qu'il avait besoin de temps ? Qu'est ce que ça voulait dire ? Que ledit temps était écoulé ? Ou qu'il ne savait pas ce qu'il disait ? Ou encore que tout ça n'était qu'un gros caprice ? Elle l'aimait, elle l'aimait et elle voulait passer la nuit avec lui, mais elle avait peur qu'il la rejette le lendemain matin. Pourquoi ne répondait-il pas ? Pourquoi ne la rassurait-il pas ? Son silence voulait tout dire. Il l'aimait encore, mais si elle passait la nuit avec lui, ça ne signifierait pas qu'ils étaient à nouveau ensemble, en couple. Ce qui se passerait cette nuit là, ce ne serait en quelques sortes que le coup d'un soir. Pas au sens auquel on l'entend communément, Elias avait beau être bourré, elle doutait qu'il ne pense à plus loin que simplement s'endormir en la tenant par la taille. Tant pis, elle survivrait. Elle n'avait finalement pas besoin d'être officiellement en couple avec lui pour rester la nuit dans son lit, si ? Ça lui ferait mal, le lendemain, de devoir se dire que ça n'avait rien voulu dire, mais il lui manquait trop pour partir maintenant. Elle l'aimait, et elle voulait qu'il l'aime en retour. Il l'embrassa tendrement, la serra contre lui. Elle caressa son dos nu de la main, l'embrassant en retour.

« Je t'aime... mais tout à l'heure tu voulais dire quoi par ton "et"... tu n'as pas fini ta phrase. »

Elle prit le visage d'Elias entre ses mains, rapprocha le sien, et l'embrassa une fois de plus, ses doigts passant sans ses cheveux et descendant jusque dans sa nuque, tandis qu'elle rapprochait son ventre à celui du jeune homme à nouveau.

« Et rien. Aime moi, tout simplement. Je t'aime Elias, si tu savais... ! »

Et alors, il revint sur le sujet du temps, qu'elle avait presque oublié, ou du moins sur lequel elle ne s'attendait même plus à ce qu'il revienne.

«  Et... heu oui... j'me souviens, que j'avais besoin de temps.. mais dormir juste ensemble... c'est ben... c'est... heu, ben j'sais pas. Mais... mais je sais que c'est toi qu'j'veux. Toi, et personne d'autres. »

Elle eut un nouveau sourire, et, bonne nouvelle : elle n'avait plus envie de pleurer. Bon, ce n'était pas non plus comme si elle avait envie de sauter de joie, mais globalement, elle était tout de même plus contente que triste. Ça lui faisait tellement du bien que de l'entendre dire qu'il l'aimait, et qu'elle était la seule qu'il voulait... Elle avait eu tellement peur qu'avec le temps, il arrête d'avoir des sentiments pour elle, alors qu'elle continuait à penser à lui comme à son homme, le seul et l'unique. Elle lui fit un bisou rapide sur la joue, puis il posa sa tête contre son épaule, et un silence commença à s'installer. Essayant de ne pas trop bouger le haut du corps pour pas lui enfoncer un os dans la tête comme il disait, elle souleva un peu ses hanches et remit sa robe en place car elle était remontée jusqu'à sa taille. Geste sans doute inutile puisqu'elle allait devoir l'enlever si elle voulait dormir ici, mais bref.

« Tu sais quoi ? Keane a peut-être bien fait finalement. Mais j'vais quand même l'engueuler un peu, juste pour la forme, et pour le fun aussi. »

De toute manière, Keane c'était un numéro, c'était bien connu, et c'était pour ça qu'elle l'aimait autant. Elle pouvait faire la folle presque aussi bien que le blond, et elle le considérait presque un peu comme un grand frère. Elle lui ferait la morale en rigolant, elle arrivait déjà à s'imaginer la scène dans sa tête, et souriait rien qu'en y pensant. Ah là là, Crawley, t'es vraiment irrécupérable !

« J'aimerais tellement que tout redevienne comme avant... Pourquoi est ce que tout est si compliqué ? Je t'aime, Elias, je t'aime plus que tout au monde. Tu me manques tellement... »

Remets-toi en couple avec moi, je t'en supplie !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Re: Blame It on the Alcohol •• Caitlyn   Lun 10 Fév 2014 - 14:36

« Trop de compliments tue les compliments, mon cher... mais tu me donnes qui si je te dis que oui ?  » Bonne question, et il était bien incapable d'y répondre. Pourquoi est-e qu'il fallait qu'il lui donne quelque chose d'ailleurs ?! Il avait demandé cela juste à titre d'information, vu qu'il lui avait dit qu'elle était confortable, il voulait savoir si lui faisait l'affaire comme couverture.... visiblement oui, puisque Caitlyn parlait de compliment, mais le jeune sorcier n'en était pas non plus certains à cent pourcent.  M'enfin ceci n'était qu'un petit détail, ce n'était guère important ! Heuu... fut donc la seule réponse qu'elle eut, avant que s'en suive un petit D'accord. Autrement dit, Fletch' n'avait rien à rajouter ! Ils avaient ensuite parlé un peu avant qu'ils n'essayent d'accéder à la chambre, mais cette dernière étape fut loin d'être facile fut le degré d'ébriété du jaune. La pauvre Twain avait quand même fait du bon boulot en arrivant à le ramener sain et sauf, sans aucune bosse, dans son lit.

De là, tout s'était enchaîné assez vite, il lui avait répété qu'il l'aimait, qu'il voulait dormir avec elle cette nuit et puis ils s'étaient embrassés. La situation n'avait certainement rien de très sain, mais pour l'instant le garçon s'en contre fichait totalement. Il voulait juste profiter de son moment. Maintenant qu'il avait retrouvé sa Caitlyn, il reste comptait si peu...  Et rien. Aime moi, tout simplement. Je t'aime Elias, si tu savais... ! Au final, certainement qu'il le savait, ou du moins qu'il s'en doutait... C'est pour cette raison qu'elle allait mal depuis leur séparation, tout comme lui. Parce qu'ils s'aimaient et que ça leur faisait trop mal ! Rapidement l'Hufflepuff avait expliqué que oui, il avait besoin de temps mais qu'il voulait quand même dormir avec elle... puis de toute manière, il lui fit bien comprendre qu'il n'y avait qu'elle dans son cœur.

Et voilà, ils étaient l'un contre l'autre, le garçon avait fermé les yeux et plongeait doucement mais sûrement dans les bras de Morphée, jusqu'à ce que son ex petite amie (à moins que se soit de nouveau petite amie tout court ?), reprenne la parole  Tu sais quoi ? Keane a peut-être bien fait finalement. Mais j'vais quand même l'engueuler un peu, juste pour la forme, et pour le fun aussi. Elias roucrit légèrement un œil., faisant un doux sourire à sa belle. Il laissa passer quelques secondes avant de reprendre De toute façon quoi que tu dises, il doit s'en foutre totalement je suppose.... C'est Keane quoi. Il se contentera de te sourire en caressant son boursouflet et en disant qu'il s'en fout vu que notre réconciliation s'est bien passée ! Il se tut quelques secondes avant de continuer Si ça se trouve, il fera même une danse de  la victoire ! Le jeune bailla un peu avant d'hausser les épaules. Même si ça en avait pas l'air, il adorait quand même ce grand fou de bouclé ! Certainement comme pas mal de monde ici.... Au moins Crawley savait mettre de l'ambiance et il était totalement taré, peut-être un peu trop des fois , surtout dés qu'il s'agissait de travaillait mais bon !  J'aimerais tellement que tout redevienne comme avant... Pourquoi est ce que tout est si compliqué ? Je t'aime, Elias, je t'aime plus que tout au monde. Tu me manques tellement...  Non, là c''était l'heure du dodo, pas de philosopher Caitlyn ! Une nouvelle fois le garçon avait baillé et pas qu'un peu. Il avait même du mal à comprendre tout ce qu'elle avait dit. Non, là son esprit était au repos... Qu'est-ce qu'elle attendait de lui ? Il n'en savait rien... Voir le lendemain matin serait certainement une meilleure chose ? Une fois bien reposé, avec une jolie gueule de bois, mais au moins il saurait quoi dire exactement, ou du moins il saurait un peu plus quoi répondre que là. Il se passa doucement les mains sur les yeux. Je comprends rien à ce que tu dis.... Dodo ! Bonne nuit ma Cait. Et sur ces bonnes paroles et lui déposa un nouveau tendre baiser sur les lèvres avant de la serrer contre lui et de tomber rapidement dans les bras de Morphée.


- FIN POUR MOI-


HJ: désolée ma choupinette c'est court comme post :/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Blame It on the Alcohol •• Caitlyn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Blame It on the Alcohol •• Caitlyn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. [Appartement Pillsbury/Schuester] Blame It on the Alcohol !
» blame it on the alcohol - Summer&Berlioz
» Can't Blame White People.
» I blame you for the moonlit sky (le 25 juin à 23h)
» « L'égo restera seul. » | Casey & Doryan & Caitlyn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée. :: Salle commune des Poufsouffles-
Sauter vers: