AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The brotherly help is always the best - ft Riley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 867
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: The brotherly help is always the best - ft Riley   Dim 12 Jan 2014 - 18:14

Mercredi 1er Octobre – Début d’après midi.




J’ai passé la moitié du cours d’histoire de la magie à lutter contre la fatigue et à ne pas m’endormir. J’étais quelqu’un de consciencieuse, mon père m’ayant toujours appris à être rigoureuse dans mon travail. Mais honnêtement… Qui arrive réellement à tenir les yeux ouverts durant ce cours ? Tête appuyé sur la paume de ma main, j’essaie en vain de rester éveiller, la voix du prof étant quelque peu lointaine, la tête lourde chutant vers la table, me rattrapant avant qu’elle ne vienne lamentablement s’écraser sur le bureau. Je secoue la tête, écrasant un bâillement contre mon poing, cela faisait déjà un mois que nous avions repris les cours et j’avais l’impression d’en avoir enchainé deux… Vivement les vacances.  D’ailleurs je ne savais toujours pas si j’allais retourner voir Papa ou non. L’envie y étais. Je me demande si Riley viendra elle aussi à la maison ou si elle allait aller chez son père a elle.

Et en parlant de Riley, il fallait que je lui parle. Cela fait plusieurs jours que l’idée me trotte dans la tête. Le fait qu’elle soit venu vers moi pour mon anniversaire m’avait vraiment aidé à passer un cap nous concernant. Depuis nous nous voyons fréquemment, juste pour savoir si ça allait. Elle était la majorité du temps avec Kezabel, ce qui me permettait de la voir plus souvent encore. Mais nous avions chacune notre vie et il me semblait important de ne pas rester coller comme des glues… De toute manière, nous en aurions été incapable je crois. Pour ma part, je ne voulais pas briser ce lien tout nouveau qui commençait très doucement à prendre forme.

« Cha, tu t’endors !
- Hein ? No… Non… ‘Fin, si. J’arrive pas à rester concentrer. »

Long soupire de lassitude avant de me passer une main sur le visage pendant que Rosalyn se moque doucement de moi. Je ne sais pas si elle allait mieux depuis notre conversation il y a un mois, mais j’avais fais du mieux que je pouvais. Quoi qu’il en soit, elle pouvait compter sur moi.
Et quand enfin l’heure du cours sonne, c’est une véritable libération. J’attrape mon sac après avoir noté mes leçons pour le prochain cours et me dirige droit vers ma salle commune pour y déposer mes affaires. Nous avions pour le moment toujours l’après midi de libre et je comptais bien en profiter quelques heures avant de me pencher sur mes devoirs pour lesquelles j’avais un peu d’avance. Malgré l’apaisement de ne pas avoir cours, une légère angoisse pointait le bout de son nez au creux de mon ventre. Ma décision était prise, elle serait la meilleure personne à me conseiller. Depuis ma discussion avec Rose, j’avais décidé de régler ce problème qui était pour moi, majeur : Enzo. Trop de question, trop de non réponse et surtout trop de reproches. Je devais savoir pourquoi, mais j’étais encore trop … froussarde, de l’aborder de front. Du moins, je ne savais pas de quelle manière l’approcher sachant qu’il était parfois quelqu’un d’associable. Je le voyais souvent se balader seul, dans les couloirs ou dans le parc généralement. Et puis.. j’ai déjà eu ma dose d’expérience avec lui.

Je viens m’affaler sur le lit, Circé venant aussitôt réclamer son lot de câlin. Je la laisse s’installer sur mon ventre où mes doigts viennent se perdre dans son pelage aux multiples couleurs. Un ronronnement de contentement vient aussitôt accueillir mes gestes.

« Si tu savais comme je t’envie parfois ma belle… C’est quoi tes principaux soucis à toi, à part chasser les souris du château et de dormir ?
- Maouuuw !
- Okay okay, j’avais oublié les câlins, désolée ! »

C’est qu’elle proteste en plus. Je la ramène contre mon cou et plonge mon visage dans sa fourrure aussi douce qu’un doudou (Je suis encore une enfant, voulez-vous !), parce que Mlle adorait que je passe de longue minutes à la brosser pour enlever tous les poils mort qu’elle portait avec le changement de saison. J’y prenais extrêmement soin, y tenant comme à la prunelle de mes yeux. J’étais une grande amoureuse des animaux, mais Circée, s’était particulier. Et c’est en la serrant contre moi que puisais le courage d’aller voir Riley. C’était la première fois depuis notre « grande » discussion que je venais lui demander de l’aide pour un truc important. Du moins, quelque chose qui me rongeait de l’intérieur et qui me rendait parfois malade. Les conflits, c’est pas mon truc, je les porte en horreur. Mais avec Enzo, il ne s’agissait pas que de ça. Et après Riley, c’était à son tour… Et ça, s’était autre chose et il me faudrait sûrement autre chose qu’un câlin avec Circé pour que je trouve le courage d’aller le voir.

Mais là, ce qui me chagrine s’était de savoir comment j’allais demander ça à Riley, sans forcément évoquer… le passage le plus délicat. Même si j’avais un doute sur le fait qu’elle soit au courant. Je savais qu’elle connaissait Enzo et que certaine personne était au courant de notre dérapage… J’avais jamais eu la certitude que Riley soit au courant et l’idée que ça soit le cas, me rebutait un peu. Je ne voulais pas qu’elle ait une mauvaise image de moi, à croire que je faisais ça avec tout le monde. Si j’avais un peu réfléchis et ne me serais pas laissé porter par cette envie stupide, j’aurai refusé... Disons que c’est pas comme ça que j’imaginais ma première fois.

« Ouais… ca va être plus compliqué que ce que je croyais… »

Circé me regarde comme si elle pouvait comprendre de quoi je parlais et j’en étais persuadé que les bêtes étaient bien moins stupides que certains ne le font croire. Je lui dépose un gros bisou sur le front avant de la reposer sur mon lit, malgré ses protestations. Je descends rejoindre Rose dans la Grande salle pour le repas où j’ai pu voir Riley de loin, déjeuner avec Lukas, à notre table... Je n’aurai pas pu espérer mieux. Je laisse ma meilleure amie partir devant pour nous garder deux places tandis que je me dirige vers ma sœur (ça me fait toujours autant bizarre de me dire ça), tirant sur les manches de gilet couleur pêche d’un geste nerveux. J’ai l’air d’une enfant intimidé et je crois que c’est ce que je suis … Riley rit aux éclats  face une ultime blague de Lukas. J’le connaissais pas vraiment et j’avais même l’impression qu’il ne m’aimait pas vraiment. Je me demandais si c’était ma bouille qui ne lui revenait pas ou tout simplement le fait que Riley et moi étions en froid. Je chasse cette idée de ma tête : Ca n’était pas ma priorité.

« Excusez-moi de vous déranger mais… Riley, est-ce que tu es libre après le repas ? »

Je la vois me fixer d’un air interrogateur. Quand à moi, je sens déjà l’angoisse se profiler. C’était peut-être stupide de lui en parler, je devrais me débrouiller seule… Mais, j’avais besoin de savoir où j’allais. Je ne voulais pas y aller au feeling avec Enzo. Riley était la personne la plus apte à m’aider, du moins je l’espère. Et puis, pour une raison inexplicable, j’avais ce besoin de voir ça avec elle, peut-être pour lui montrer que je n’étais pas une petite peste qui couchait à tout va…

« J’vou…j’voudrais te parler. Après. Si ça t’ennuie pas. »

Réponse positive. C’était déjà ça de fait. Nous convenions d’un « rendez-vous » à la sortie de la salle après le repas et c’est avec une nouvelle angoisse que je l’attendis une fois mon assiette engloutis. Enfin… Engloutis était un bien grand mot quand je n’avais mangé que quelques morceaux de poulet avant de ne me rendre compte que je ne pouvais rien avaler tant l’anxiété était présente.

Adossée contre le mur, tirant toujours sur mes manches, je la vis enfin me rejoindre. Je lui offris un sourire quelque peu crispé avant de me redresser. Le malaise sur mon visage y était clairement présent, je le savais mais surtout le sentait. Le stress et l’angoisse me tenaillaient déjà avant même que je ne lui parle. Peut-être que c’était finalement une idée stupide de le faire. Après tout, qui me dis qu’elle ne s’en foutait pas. Tout ça ne la « regardais » pas au fond, elle s’en foutrait peut-être… Mais l’instinct me dit le contraire. Allez jette toi à l’eau, tu verras bien.

«Tu as bien mangé ? Ca va en ce moment ? »

… Stupide Charleen. T’as pas des questions plus bateau à poser ? Je me mords la lèvre avant de tendre le bras d’un air maladroit vers le parc.

« Tu.. Tu veux aller au parc ? Ou ailleurs ? Peu importe. Et puis, j’te prendrais pas trop de temps t’inquiète pas. »

Toujours cette manie de s’excuser sans réellement le faire. Manie agaçante…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8151
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: The brotherly help is always the best - ft Riley   Mer 15 Jan 2014 - 18:54

Mercredi 1er octobre 2014 – Début d'après midi
The brotherly help is always the best



Charleen & Riley

Qu’est ce qui ne tourne pas rond chez toi ma pauvre fille ? Voilà la question que je me pose environ trois fois par jours en ce moment … Non, j’exagère un peu, disons que cette question revient chaque fois que je croise le regard ou la silhouette d’une certaine personne. J’avais dit que j’arrêtais ces conneries là, que ça avait été « drôle » pendant un moment d’avoir son petit lot d’expérience mais en revenant au château et en débutant cette nouvelle année scolaire j’étais déterminée à ne rien laisser me distraire et surtout pas des histoires de ce genre là. Et … surtout pas avec lui. Qu’est ce qui me prend ? Dites le moi parce que sérieusement je n’y comprends plus rien. Une fois, un dérapage, il y a quelques mois de ça et c’était sensé être la dernière. La première et la dernière. Pourtant depuis il y en a eu deux autres et le pire dans tout ça c’est qu’on était sobre tous les deux. Tu es faible Riley Sarah Jenkins ! Tellement faible. Et en plus il ne te plait même pas ce type alors qu’est ce qui débloque dans ta petite caboche ?! Rah !
La tête dans l’oreiller, je me fais la promesse de ne plus jamais craquer. Est-ce que je m’y tiendrais ? J’y crois dur comme fer ou en tout cas j’aimerai le croire dur comme fer. Je ne comprends pas ce qu’il se passe. Je ne comprends pas comment ce type que j’exècre arrive à me faire craquer comme ça. Et je m’en veux, mais tellement ! D’être aussi faible, de finir dans ses bras de cette manière et surtout de lui permettre d’avoir autant d’emprise sur moi et d’occuper à ce point là mes pensées. Personne ne s’enflamme, je ne parle pas de sentiments, qu’on soit bien d’accord et que ça soit clair. Manquerait plus que ça. Fais chier. Voilà.

Personne n’est au courant, en tout cas pas à ma connaissance. J’en ai parlé avec Kezabel bien sur mais elle c’est différent. Et lui, de son côté ? Je crois qu’il garde ça pour lui mais je n’en ai pas de certitudes. Je pourrais simplement lui poser la question mais d’une on ne parle pas de ça et de deux … on ne parle pas de ça. Quel besoin d’en parler de toute façon ? Absolument aucun. En dehors de ce petit détail insignifiant nos séances d’entrainements sont très physiques et éprouvantes – ça va, pas de commentaires, merci – mais je crois que je peux déjà commencer à sentir les progrès, entre deux bleus … On s’est accordé sur les horaires, on évite les jours d’entrainements parce que le but ça n’est pas non plus de me casser complètement et surtout pas avant le premier match de la saison. Est-ce que j’angoisse ? Non, ça n’a jamais été dans ma nature. J’aimerai simplement que ça soit la seule chose qui m’occupe l’esprit histoire d’être à 100% le jour J mais je ne me fais pas trop de soucis là-dessus. J’ai une force de persuasion me concernant assez efficace en règle générale et ça n’est certainement pas un mec qui va me détourner de mon objectif principal. Parlant de ça, j’ai faim, et oui je sais ça n’a absolument aucun rapport. Quoi que si, j’ai rendez vous avec Lukas pour déjeuner alors jusqu’à preuve du contraire c’est un mec non ? Et il fait du Quidditch en plus. Bon ben voilà, on reste dans le thème. Chut.

Me voilà donc à la table des Jaunes, assises en face de mon Lukas, et on se marre comme deux abrutis. Ça fait vraiment du bien de passer un peu de temps avec lui, mon p’tit frère, parce qu’il m’a beaucoup manqué quand on était éloignés l’un de l’autre. Aujourd’hui les choses sont rentrées dans l’ordre et c’est plutôt agréable. Et puis il y a cette petite bouille blonde qui débarque, toute timide. Ma petite sœur. Un instant je regarde Lukas, puis elle, et je souris probablement comme une gourde mais cette vision me rend aussi molle qu’une guimauve. Qui aurait pu croire que ça m’arriverait un jour, hein ? Je suis une grande sœur gaga, et oui. Gaga de ces deux là. Avec Charleen c’est tout neuf, on commence tout juste à ce connaitre alors chacune garde sa part de réserve mais ça se passe bien. En tout cas c’est comme ça que moi je le ressens et si pour l’instant je marche un peu sur des œufs – façon de parler – je sais bien que tôt ou tard ma nature reviendra au grand galop. Celle d’être une folle furieuse, naturellement. Quand je la regarde comme ça d’ailleurs je me dis qu’on est vraiment très différente. Elle est sage, posée, et moi je … suis une pile électrique qui dit plus de bêtises que de choses sensées. Peu importe, la différence c’est enrichissant.

« Excusez-moi de vous déranger mais… Riley, est-ce que tu es libre après le repas ? »

Je me calme, fronce les sourcils et penche la tête sur le côté. Inquiète ? Un peu. Disons que je n’ai pas encore totalement pris mes marques avec elle et je n’arrive pas à savoir s’il se passe quelque chose de « grave » ou bien si elle a simplement peur de déranger, d’où son expression de petit animal fragile et perdu. En tout cas je suis suffisamment lucide pour comprendre que laisser le planer le silence et donc le doute n’est pas une bonne idée parce qui si ça n’est pas vraiment dans ma nature d’être angoissée – ça m’arrive, comme tout le monde, mais ça n’est pas quelque chose qui me caractérise – je sais que c’est dans la sienne.

« Faut que je bosse un peu avant l'entrainement mais oui bien sur. »

Et je lui offre un sourire tranquille, qui se veut rassurant au passage.

« J’vou…j’voudrais te parler. Après. Si ça t’ennuie pas. »
« Pas de soucis. »

Et je lui propose de s’installer avec nous mais elle m’explique qu’elle déjeune avec Rosa qui est assise un peu plus loin. Je lance un coucou de la main à la petite bleue et Charleen et moi nous organisons pour nous retrouver plus tard.

Une fois le déjeuner terminé je quitte Lukas et pars à la recherche de la petite blonde que je trouve adossé à un mur non loin de là. C’est en souriant tranquillement que je m’avance vers elle, les mains dans les poches de mon gilet. Si moi je suis effectivement détendu ça n’est clairement pas son cas et plus les secondes passent, plus je l’observe, et plus je m’inquiète. Ça doit d’ailleurs commencer à ce voir sur les traits de mon visage.

«Tu as bien mangé ? Ça va en ce moment ? »

T’essaierais pas de gagner du temps là par hasard, hum ?

« Mon estomac a l'air plutôt satisfait en tout cas, merci de t'en inquiéter. »

Je vais m’abstenir de te faire un compte rendu si tu n’y vois pas d’inconvénient mais je comprends la démarche, et j’ai le temps, alors prends tout celui qu’il te faut. Nouveau sourire, la braquer n’est à mon avis pas une bonne idée. J’apprends, chaque jour j’apprends. Son langage, ses habitudes, son tempérament. Et je m’y habitue et tente de m’y acclimater.

« Sinon oui ça va, un peu débordée mais le moral est bon. »

Mon orgueil fait un peu la gueule et ma condition de femme indépendante aussi mais c’est un autre débat, débat que je ne tiens pas spécialement à avoir avec toi, sans offense. Tout comme avec Lukas d’ailleurs. Et si je ne lui retourne pas la question c’est bien parce que je sais qu’elle se sentira mal à l’aise de devoir y répondre ou me lancera un autre truc bateau alors je la laisse faire, elle se jettera à l’eau quand elle l’aura décidé. Peut être que je me plante totalement et qu’elle a juste envie de passer un moment avec moi mais … Non, y a un truc qui cloche, je le sens.

« Tu.. Tu veux aller au parc ? Ou ailleurs ? Peu importe. Et puis, j’te prendrais pas trop de temps t’inquiète pas. »

Hey, respire petite chose. Dans un geste naturel et calme je passe mon bras autour de ses épaules et d’une légère pression lui indique de se mettre en mouvement alors que déjà mes jambes se mettent en route.

« Viens, on va aller faire un tour dehors. »

Il fait frais, déjà, mais en tant qu’Écossaise j’ai l’habitude de ce temps et on a l’air toutes les deux suffisamment couvertes pour supporter les prémices de l’automne alors en avant ! Ca fait travailler le système immunitaire en plus. Quelques secondes plus tard nous voilà donc dehors, marchant sans un bruit sur les allées de pavés. Le vent joue dans nos cheveux, blond pour elle, brun pour moi. Joli contraste non ? Et puis au bout d’un moment je m’arrête et me tourne vers elle en tentant de garder cet air calme et serein pour la mettre à l’aise un minimum.

« Qu'est ce qui te tracasse Cha ? T'as l'air … hésitante et toute perdue. »



« Si quelqu'un t'embête tu me le dis hein ? »

Je vais aller lui défoncer la face ! Ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 867
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: The brotherly help is always the best - ft Riley   Dim 19 Jan 2014 - 18:57

« Sinon oui ça va, un peu débordée mais le moral est bon. »

Je lui souris, contente que tout aille bien pour elle. J’avais eu vent de la date du match du quidditch qui opposerait les Serpentard aux Gryffondor et une chose était certaine, c’était qu’elle pouvait me compter comme supporter enragé. Je la laisse m’envelopper de son bras où aussitôt, j’y ressentis une douce chaleur réconfortante. Petit à petit, je me faisais à l’idée qu’elle était là et que tout allait de mieux en mieux… Et j’y prenais rapidement goût. Bref, ne pas oublier la raison première qui m’a amené vers elle : Enzo. Même si, je dois l’avouer, il me donnait une très bonne raison pour passer un peu de temps avec Riley. J’osais rarement venir la déranger, de peur d’en faire trop ou d’être un poids. Je ne voulais pas ébranler le peu que nous avions pour le moment.

Je la laisse me guider vers l’extérieur, me laissant aller contre elle, l’air de rien. C’est fou comme un corps et une présence pouvait dégager quelque chose de fort et de rassurant. Quelque soit la personne. C’était comme avec Papa où j’avais l’impression que la terre entière pourrait s’écrouler que je n’aurai pas peur. Ici, j’avais plus la sensation que tout devenait léger et moins grave. L’air frais me fit du bien et me ramena mes quelques neurones en place. Je plante mes mains dans les poches de mon gilet, les immunisant contre la douce fraicheur écossaise. Je pourrais presque oublier pourquoi j’étais là et pourquoi je lui ai demandé si nous pouvions parler.

« Qu'est ce qui te tracasse Cha ? T'as l'air … hésitante et toute perdue. »

Je lève les yeux vers Riley qui se tourne vers moi. Je m’arrête de marcher, piqué au vif, sentant mon sang ne faire qu’un tour. Difficile de ne pas voir mon malaise, je suis légèrement rosé et le moindre embarras m’empourprait les joues. Je trifouille les boules de cotons qui se sont former dans mes poches tant il est passé au lavage, bafouillant des mots incompréhensible. S’en était ridicule.

« Si quelqu'un t'embête tu me le dis hein ? »

Surprise, j’hausse les sourcils. Sentir cet instinct protecteur m’enveloppa le cœur d’une douce chaleur. J'imaginais presque sans peine une Riley en furie venant menacer de sa baguette ou de son point, le ou la coupable. Je lève les mains devant moi, la rassurant aussitôt :

« Non non, personne ne m’embête, t’en fais pas, ça n’a rien à voir ! »

En faite, si nous devions parler de ce sujet, il y avait bien une personne : Connor. Un élève de Serdaigle qui prenait un malin plaisir à me faire vivre l’enfer dès qu’il me croisait. Mais je n’en parlerais pas à Riley. Je ne veux pas, pas parce que je ne lui fais pas confiance, mais parce que j’veux essayer de me débrouiller seule et parce qu’elle a sûrement d’autre chose à faire. Il fallait bien que j’apprenne à me défendre du mieux que je pouvais. Je plante mon regard vers elle et continue d’avancer un peu, dispersant mon regard ailleurs évitant d’afficher ma gêne évidente. Maintenant, il était temps de lui parler d’Enzo. Enfin … Lui en parler. Je ne savais justement pas ce que je pouvais dire ou non, ce qu’elle savait ou ce qu’elle ignorait … Et si elle savait … mes joues s’empourprent. Je me souvenais parfaitement de cet instant avec Enzo et … encore aujourd’hui, je me demande pourquoi j’ai fais ça. Pourquoi j’me suis laissé aller comme ça. Ca ne me ressemblait pas, j’ai agis bêtement sous le coup d’une pulsion, parce qu’il me plaisait et je me suis dis que peut-être j’avais ma chance avec lui. Bêtement. Stupidement. Et force est de constater qu’en plus de ça… c’était un moment agréable.
Je tire de nouveau sur mes manches d’un air gêné et confus… J’sais même pas comment tourner ma phrase, comment lui parler de tout ça…

« Je voulais te parler d’Enzo. J’ai vu que tu le connaissais … Enfin, j’avoue avoir demandé à Kezabel pour être sûre, mais je vous ai déjà vu parler ensemble quelque fois. »

Jusqu’ici tout va bien, bravo Charleen tu as réussi à aligner des mots sans problème, sans buter. Même si tu as le visage cramoisi, c’est pas grave, ce n’est qu’un détail. Je prends plaisir face à la fraicheur du parc mais aussi à être aux côtés de Riley, mais je ne peux ignorer cette boule d’angoisse qui commence à croitre doucement mais sûrement. Je me plante devant elle, jouer au chat et à la souris va vite lui devenir insupportable. Je l’ai déjà observée et il semblerait qu’elle ait énormément de mal à rester en place, contrairement à moi. Il était même plutôt amusant de voir le contraste que nous formions elle et moi. Je viens me planter devant elle, bien décidé à surmonter ma peur ridicule mais aussi à assumer le pourquoi j’étais là :

« En faite, pour faire court … J’ai besoin de lui parler, de certaines chose. Mais je sais pas trop comment m’y prendre. Tu l'as vu par toi-même que j’ai du mal à parler et à m’exprimer sans que je ne bafouille, rougisse ou que je perde mes moyens. »

Preuve en est ici même, je suis encore rouge cramoisi. Deux brasiers occupaient pleinement mes pomettes, me rappelant que j’étais toujours aussi pourpre qu’une écrevisse. Il m’était difficile de parler d’Enzo comme ça, ne serait-ce que par pudeur. Surtout que j’étais pratiquement certaine qu’elle était au courant. Je sais pas, l’instinct me dit qu’avec la poisse que j’ai, Riley faisait partie des personnes au courant. Peut-être par Enzo, voir quelqu’un d’autre, je n’en savais rien. Mais je me voyais mal la regarder droit dans les yeux pour lui dire « En faite, je ne veux lui parler parce que nous avons fais l’amour au détour d’un couloir et qu’en plus de ça, c’était ma première fois ». Je me ferais passer pour qui ? Par quoi ? J’suis pas une fille facile, loin de là. Juste que là … je crois que les sentiments que j’éprouvais en son égard mon fait agir stupidement. Mais est-ce qu’elle-même savait à quel point il avait été odieux avec moi ? Odieux était un faible mot face à la manière dont il m’avait clairement jeté comme la dernière des dernières… Je balance toutes ces idées loin derrière moi, ça n’était pas le moment. Ce que je voulais c’était aller le voir et parler, obtenir des réponses à mes questions. C’était… légitime non ? Lui savait pourquoi il avait fait ça, il s’était reconstruit auprès de Kyle malgré ce qu’il s’était produit avec les Supérieurs. Mais moi dans tout ça ? Est-ce que je dois rester bêtement à me demander pourquoi il m’avait … Enfin, pourquoi il avait fait ça pour ensuite me jeter ?

Je reporte mon attention sur Riley, toussotant pour me racler la gorge. J’ai aussi besoin de savoir autre chose, que ma sœur pouvait peut-être m’apporter :

« Est-ce … qu’Enzo est quelqu’un de bien ? Est-ce que c’est un garçon sympa avec toi par exemple ? »

Mes questions paraitraient presque louche mais plus je lui parle, plus le besoin de confession se fait sentir. Je n’irai pas jusque dans les détails mais j’étais venu la chercher pour savoir comment m’y prendre avec alors elle devait bien comprendre certaines choses :

« En faite, j’ai eu un différent avec lui… Un différent assez décevant. Et j’aimerais aller le voir pour comprendre, qu’il m’explique pourquoi il a fait ça alors que lorsque j’le regarde dans les couloirs, il a l’air d’un garçon cool et gentil. Et puis même… dans cette salle avec Kyle, quand les Supérieurs étaient là, on a tous vu qu’il l’aimait vraiment. »

Me remémorer ce qu’il s’était passé en EDM souleva en moi une vague de douleur et de dégoût profond. Nous avions beaucoup discuté avec Rose de ce qu’il s’était passé mais aussi des conséquences qu’elles avaient provoquées. Mais je crois que jamais je n’oublierais les sensations que nous avions ressenties ce jour là devant ce tableau d’horreur. Le stress s’accapare mes membres et je recommence à tirer sur mes manches de plus belle. Je sais qu’elle sait, je regarde ses yeux, je les sondes et je vois cet air gêné qu’elle dégage. J’suis presque sûre qu’elle pense à ce que je pense, que ce petit différent n’était autre que cette étreinte charnelle contre … un mur. Plus j’y pense, plus j’ai envie de fermer les yeux très fort pour oublier. Pas par dégoût mais par pudeur mais aussi par douleur d’avoir eu cette sensation d’être traité comme une fille facile bonne à jeter après un premier « usage ». Un objet pour assouvir son désir et c’était finit. La honte me submerge et j’essai au mieux de ne rien montrer.

Et je me demandais si Riley avait elle aussi vécu des choses aussi terrifiante lors de l’occupation des Supérieurs.

« Voilà. Je sais que c’est un peu brouillon mais tu pense que je fais bien d’aller le voir ? J’ai pas tellement envie de me faire renvoyer la tête la première dans le lac… »

Après tout, je ne le connaissais pas si bien que ça, voir pas du tout même, donc qui sait ce qu’il peut se passer si cette conversation ne le mettait trop en colère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8151
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: The brotherly help is always the best - ft Riley   Mar 21 Jan 2014 - 13:44

Instinct de protection ? Je crois qu’il a toujours été là, en moi, mais que c’est la première fois qu’il se manifeste réellement envers elle et je ne sais pas trop comment réagir dans le sens où je ne peux pas m’empêcher de penser que ça aurait du arriver plus tôt, mais d’un autre côté je relativise en songeant qu’il vaut mieux tard que jamais. Jusqu’ici je ne m’étais pas vraiment intéressé à la vie de Charleen parce que j’étais bien trop bornée pour le faire et j’ai probablement manqué pleins de choses. Je ne panique pas, mais je me rends compte que si ça se trouve son existence ici est un enfer et que … chut, stop Riley. Tu respires et tu te calmes. C’est juste que quand je la vois comme ça … Bon ok elle l’est toujours un peu mais il n’empêche que je ne sais pas trop comment gérer la situation et j’en perds un peu mes moyens. Qu’est ce qu’il se passera si effectivement quelqu’un l’embête ? Est-ce que je vais monter sur mes grands chevaux et aller rendre des comptes à celui, celle ou ceux qui emmerde(nt) ma petite sœur ? Je l’ai déjà fait pour Lukas, ou même Jamie et d’autres, alors oui, très certainement. J’ai déjà distribué des claques et remis certains à leur place, ça ne me dérangerait pas de recommencer.

« Non non, personne ne m’embête, t’en fais pas, ça n’a rien à voir ! »

Un instant je fronce les sourcils, presque suspect, puis je me détends et lui sourit alors qu’elle recommence à fixer le sol en torturant les fibres de son pull. Si ça n’est pas ça alors qu’est ce que c’est ? J’te jure, tu commences à sérieusement me faire paniquer là.

« Je voulais te parler d’Enzo. J’ai vu que tu le connaissais … Enfin, j’avoue avoir demandé à Kezabel pour être sûre, mais je vous ai déjà vu parler ensemble quelque fois. »
« Oh … »

Ce fameux « oh » de la surprise qui te laisse bouche bée donc avec une expression de merlan fris sur le visage. Si je m’attendais à ça … Pas le moins du monde, c’est évident. Je ne m’attendais pas du tout à ce qu’elle me parle de lui, ou d’un garçon tout court d’ailleurs et je dois bien dire que je n’avais pas pensé à ce genre de conversation une seule seconde. Je reste là, interdite, la bouche entrouverte sans savoir quoi dire, surprise et décontenancé alors que les questions commencent à fuser dans ma tête, de même que mon imagination. Enzo ? Pourquoi Enzo ? Pourquoi est ce qu’elle veut me parler de … Et merde. Je crois que c’est à ce moment là que je commence à vraiment me sentir « mal » et je comprends pourquoi elle est aussi hésitante et mal à l’aise. Aller, reprends toi Riley, t’es une grande fille et elle a besoin de toi. Elle rougit … oh merde … et moi aussi … Rah !

« En faite, pour faire court … J’ai besoin de lui parler, de certaines chose. Mais je sais pas trop comment m’y prendre. Tu l'as vu par toi-même que j’ai du mal à parler et à m’exprimer sans que je ne bafouille, rougisse ou que je perde mes moyens. »

Certaines choses … tu parles, j’ai bien ma petite idée sur la question et passées l’angoisse et la surprise je sens un soupçon de colère se pointer dans mon organisme. Pas envers elle, bien sur que non, mais envers lui. Tout ça c’est du passé, et j’aime ce crétin de Rouge mais … Voilà, crétin, c’est le bon mot et je le revois encore complètement soul entrain de nous demander à Sova et moi si un plan à trois ça ne nous tentait pas. C’était pour rire, je crois, et la situation était franchement légère étant donné qu’on était tous dans le même état mais à vrai dire je ne sais pas s’il nous aurait repoussé si on était rentré dans son jeu. Après tout, lui et Sova … T’as un truc avec les blondes toi, non ? Moi j’aurai pas pu en tout cas. T’es trop jeune p’tit gars, même si tu me dépasse de 3 têtes au moins et que t’es taillé comme une armoire à glace.
Il n’empêche que la façon dont il s’est comporté avec Charleen n’était pas correct et même si je doute qu’il l’ait forcé à quoi que ce soit, je pense qu’elle n’était simplement pas … comment dire ça … Comment j’aurai réagit à sa place ? Je n’en ai aucune idée, je ne sais même pas ce qu’il se passait dans sa tête à elle à l’époque, ni même dans celle de ce petit connard qu’était Enzo Ryans. Y a trop d’ombre au tableau pour que je puisse avoir un avis tranché sur la question et puis de toute façon ça n’est pas ce qu’on attend de moi. Je n’ai pas à donner mon avis, c’est aussi simple que ça.

« Est-ce … qu’Enzo est quelqu’un de bien ? Est-ce que c’est un garçon sympa avec toi par exemple ? »

Où est ce que tu veux en venir Charleen ?

« En faite, j’ai eu un différent avec lui… Un différent assez décevant. Et j’aimerais aller le voir pour comprendre, qu’il m’explique pourquoi il a fait ça alors que lorsque j’le regarde dans les couloirs, il a l’air d’un garçon cool et gentil. Et puis même… dans cette salle avec Kyle, quand les Supérieurs étaient là, on a tous vu qu’il l’aimait vraiment. »

Je baisse la tête un instant, fourre mes mains dans mes poches et lève les yeux vers le ciel pour lâcher un soupir. On est toutes les deux conscientes et au courant de ce dont elle parle. Oui j’étais au courant et je n’ai rien fait mais je n’ai pas l’impression qu’elle m’en veuille. De toute façon ça n’est pas la question.

« Voilà. Je sais que c’est un peu brouillon mais tu pense que je fais bien d’aller le voir ? J’ai pas tellement envie de me faire renvoyer la tête la première dans le lac… »

J’écrase un léger rire à cette dernière phrase mais me ravise en me disant qu’il serait peut être capable de le faire … Non, non il ne ferait pas ça. Enzo a beau avoir des défauts, comme tout le monde, et un caractère un peu particulier parce que Ryans et Lycanthropie dans le même corps ça peut faire des étincelles, il n’est pas quelqu’un d’injuste. J’en suis convaincue. Il ne l’est plus, en tout cas. Il n’empêche que c’est plus fort que moi …

« J’aurai du lui en coller une pour lui remettre les idées en place à ce p’tit con. »

Et me voilà entrain de shooter dans un bout de pavé délogé de son lit alors que mes yeux se perdent un instant sur le Lac avant de revenir s’ancrer dans ceux de la petite blonde.

« Il n’aurait jamais du faire ce qu’il a fait et moi j’aurai du être là pour toi à ce moment là mais on ne changera pas le passé. »

Ce sont, je crois, des excuses.

« En même temps, quand on voit son frère … J’dirai qu’il a des circonstances atténuantes. »

Tu parles d'un modèle Rolling Eyes
Riley, t’es sure que tu veux t’engager sur ce terrain là ? Non.

« Bref, peu importe. »

De nouveau mon bras s’enroule autour de ses épaules et je nous remets en marche histoire de nous détendre au moins les muscles, à toutes les deux.

« Je pense sincèrement que Enzo est quelqu’un de bien, aujourd’hui en tout cas. Je ne le connais pas très bien, disons pas autant que certaines personnes, mais j’ai toujours eu des bons rapports avec lui depuis qu’on a commencé à se côtoyer. C’est un ami commun qui nous a présenté il y a quelques mois et si j’ai eu quelques réticences au début par rapport à certains de ses comportements et agissements, je me suis rapidement rendu compte que c’était un mec gentil, drôle et même attachant. »

Je me souviens encore de la grimace que j’ai tiré quand Cameron l’a ramené derrière le stade, là où on avait l’habitude de jouer au basket ensemble tous les deux. Après deux ou trois pics de remise en place à l’adresse du Rouge histoire de bien lui faire comprendre que je n’appréciais pas certaines choses qu’il avait pu faire, j’ai rapidement constaté qu’il n’était pas vraiment le reflet exact de l’impression qu’on pouvait se faire de lui d’un point de vue extérieur. C’est qu’il n’est pas franchement accessible le garçon et je crois qu’il aime ça d’ailleurs. Quoi que, j’ai l’impression qu’il s’est beaucoup ouvert avec le temps.

« Peut être que c’était une mauvaise passe pour lui à l’époque, qu’il se cherchait ou un truc du genre, même si ça n’excuse en rien ce qu’il t’a fait et je crois qu’il en a conscience d’ailleurs. »

J’en suis même persuadée, rapport à des bribes de conversations qu’on a peu avoir même si les mots n’ont jamais été totalement et clairement posés. Et puis c’était au sens large, pas en rapport direct avec Charleen, plus ou moins.

« Et puis c'est un mec, de 15,16 ou 17 ans selon l'époque, alors faut pas trop lui en demander. »

Ben quoi ? Les mecs de cet âge là passent leur temps à faire des trucs débiles, qu'est ce que j'y peux ? Et croyez moi je suis calée dans le domaine ! Faut pouvoir les supporter.

« Jusqu’à ce que je le vois avec Kyle – je l’ai su avant ce fameux cours d’EDM parce que l’ami en question qui nous a présenté est aussi un ami de Kyle et quand j’ai rencontré Kyle par l’intermédiaire de ce gars là, Enzo était là aussi et il n’est pas très doué pour cacher les sentiments qu’il a pour ce garçon. Faut dire aussi que l’embrasser comme ça devant une personne qui n’est pas au courant, ça n’est pas le truc le plus malin quand on veut garder un truc secret mais j’imagine qu’il me faisait suffisamment confiance et puis je crois qu’il n’a simplement pas réfléchit. »

Je rigole, c’est plus fort que moi. Je revisualise la scène dans ma tête et c’était vraiment marrant. J’étais sur le cul, totalement, mais ça n’a pas duré plus de 3 secondes en vérité. Par la suite j’ai découvert que Kyle était un garçon plein d’humour et qu’il adorait emmerder Cameron. Cameron que je n’ai toujours pas recroisé depuis la dernière fois d’ailleurs, mais c’est très bien comme ça. Tant pis pour la discussion qu’on était supposé avoir. Chacun sa vie et il n’a pas besoin de moi dans la sienne, c’est plutôt évident.

« Bref ! Jusqu’à ce jour là j’étais plus ou moins persuadée qu’il était du genre … tu sais, à pas vraiment s’encombrer de sentiments et ce genre de trucs, ce qui est normal à cet âge là je pense. J’veux dire, on est jeune, si on en profite pas maintenant quand est ce qu’on le fera ? Même si c'est pas une obligation, loin de là. Bref je pensais qu’il était du genre à enchainer les filles sans se prendre la tête mais en fait … non, en tout cas c’est plus le cas maintenant. »

Parce que quand on le voit avec Kyle … Y a écrit « je suis amoureux » en gros dans ses yeux Rolling Eyes

« Je pense que c’est une bonne idée que t’aille le voir, si tu en ressens le besoin, et je ne pense pas qu’il t’enverra sur les roses ou alors si c’est le cas il va m’entendre. »

J’ai toujours rêvé de me confronter à toi Ryans ! En fait c’est pas vrai, mais oui, s’il fait ça il va m’entendre.

« Je t’aurai bien proposé de venir avec toi mais … c’est une situation un peu particulière et je pense que vous devez régler ça tous les deux, d’autant plus parce que ça a l’air d’être quelque chose d’important pour toi. »

Nouveau sourire.

« Essaie de le toper dans un moment où il a l’air … bien, tu vois ? Éviter les abords de Pleine Lune c’est peut être une idée judicieuse. »

Oui je me méfie, ça n’est pas contre lui mais la nature parfois … voilà. J’ai pas envie que les effets plus ou moins secondaires de sa particularité retombent sur Charleen. De nouveau je me crispe quand une pensée me traverse l’esprit et décide de me lancer tout de suite plutôt que de tergiverser ou passer mon temps à me demander si ça pourrait être vrai ou pas.

« J’vais te poser une question hyper indiscrète mais … t’as des sentiments pour lui ? »

Je sais, ça ne me regarde absolument pas mais je me renseigne parce que … parce que je n’ai pas envie qu’elle souffre, c’est tout. On s’en remet d’un cœur brisé mais c’est pas pour autant que c’est agréable et même si les expériences nous forgent … Qu’est ce que je fais si elle répond oui ? Je lui dis de laisser tomber et de passer à autre chose ? J’ai pas à faire ça mais au moins je serais fixée si je dois la ramasser à la petite cuillère. On a tous craqué sur une personne qu’on savait inaccessible, d’ailleurs c’est souvent le jeu, comme si on avait envie de provoquer des choses en soi, des émotions, etc … Enfin bref, je crois qu’on vient de passer un nouveau stade là et je ne me sens pas trop à l’aise d’aborder le sujet mais … Non ça ne me console pas vraiment de savoir que je ne suis pas la seule mais on va y arriver hein. D’autant plus que ça n’est pas la seule question que je me pose mais pour le reste je vais m’abstenir et les laisser régler ça entre eux, comme des grands. Enfin ... si on parle bien de ce que je pense parce que sinon je suis à côté de la plaque mais ça ne change pas grand chose à ce que j'ai dit quoi qu'il en soit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 867
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: The brotherly help is always the best - ft Riley   Dim 26 Jan 2014 - 0:49

« J’aurai du lui en coller une pour lui remettre les idées en place à ce p’tit con. »

Mes yeux s’ouvrent en grand, mes mains se stoppent net et ma bouche s’entrouvre … Le chemin se fait à une vitesse vertigineuse dans ma tête et j’en ai le tournis : Riley a tout compris, du début à la fin parce qu’elle était tout simplement au courant. Comme je m’en étais douté. Un violent brasier s’empare de mes genoux et je tangue entre la surprise et l’incompréhension. Je sais qu’Enzo et Riley s’entendent bien et je ne pensais pas qu’elle prendrait les faits de cette manière. Je la regarde shooter dans un caillou pendant que regarde ailleurs, terriblement mal à l’aise. Je suis aussi … touchée par sa réaction. De voir cet instinct de défense et j’en arrive à esquisser un sourire. Ne sachant pas quoi faire de moi, je plonge mes mains dans les poches de mon gilet, le regard cette fois perdu sur l’herbe. C’est fou comme elle peut devenir super intéressante quand on a besoin… Je me racle doucement la gorge, en titillant un caillou avec le bout de ma basket. On a l’air bête comme ça, mais ça m’arrangeait que la « chose » ne soit pas dite clairement. Je crois que ma timidité et ma pudeur n’aurait pas supporté d’entendre clairement « Je sais que tu as couché avec Enzo ».

« Il n’aurait jamais du faire ce qu’il a fait et moi j’aurai du être là pour toi à ce moment là mais on ne changera pas le passé. »

Je ne peux pas dire que je n’ai pas honte de savoir qu’elle est au courant car en cet instant même je me demande comment elle l’avait prit le jour où elle l’a su… Et j’me demande aussi COMMENT on le lui a dit. Le feu se fit plus violent sur mes pommettes où on aurait pu y faire cuire un œuf sans problème. Je continue de pousser gentiment le caillou avec mon pied, mains dans les poches, tout en la regardant en secouant doucement la tête comme pour lui dire « C’est bon, c’est pas grave ». Après tout, j’m’en suis bien sortie non ? Même si ça a eu des conséquences un peu mauvaises, je n’en suis pas moins toujours vivante. Et comme elle le dit, on ne change pas le passé… C’était fait, point. J’ai mis longtemps avant de l’accepter mais ça allait mieux maintenant. J’appréciais le fait qu’elle s’en soucis quand même.

« En même temps, quand on voit son frère … J’dirai qu’il a des circonstances atténuantes. »

J’hausse les sourcils, surprise ricanant légèrement. C’est vrai qu’on entendait beaucoup parler de Derek comme un coureur de jupon invétéré et une question me semblant stupide se profile alors dans mon crâne : Est-ce Riley avait fait les frais de Ryans Señor ? Manquerait plus que ça que les deux frangines ce soient faite avoir par les frangins … Ridicule.
Je la laisse de nouveau m’entrainer par les épaules pour marcher un peu, chose qui n’était pas de refus bien au contraire. Rester statique dans ce genre de conversation ne m’aidait pas, il fallait que mon corps s’occupe afin d’évite de me focaliser sur le malaise. C’est bête, mais je me sens presque soulagé qu’elle ait tout compris toute seule. En même temps, suffit de regarder mon visage cramoisi pour comprendre que quelque chose se trame. Je pouvais difficilement passer inaperçue. J’accueille cette brise légère sur mon visage avec un bien être non dissimulé, fermant les yeux et souriant dans le vide.

« Je pense sincèrement que Enzo est quelqu’un de bien, aujourd’hui en tout cas. Je ne le connais pas très bien, disons pas autant que certaines personnes, mais j’ai toujours eu des bons rapports avec lui depuis qu’on a commencé à se côtoyer. C’est un ami commun qui nous a présenté il y a quelques mois et si j’ai eu quelques réticences au début par rapport à certains de ses comportements et agissements, je me suis rapidement rendu compte que c’était un mec gentil, drôle et même attachant. Peut être que c’était une mauvaise passe pour lui à l’époque, qu’il se cherchait ou un truc du genre, même si ça n’excuse en rien ce qu’il t’a fait et je crois qu’il en a conscience d’ailleurs. »

J’hausse les épaules, d’un air blasée. Non, ça n’excuse rien, loin de là. Je peux comprendre qu’il se cherchait ou que ça soit une mauvaise période pour lui, mais dans ces cas là j’aurai aimé qu’il me le dise dès le début au lieu de me laisser avec cette sensation de n’avoir été qu’un objet sexuel dont il s’était servit pour assouvir ses pulsions. Moi aussi j’ai été idiote mais … Je pense que je méritais quand même un autre comportement, non ?

« Et puis c'est un mec, de 15,16 ou 17 ans selon l'époque, alors faut pas trop lui en demander.
- A croire qu’ils ont besoin d’imposer leur virilité de mâle alpha pour évoluer correctement… »

J’écrase un rire presque sarcastique. Je ne sais pas si c’était pareil pour tous, mais une chose est sûre, Enzo a été un mauvais exemple d’intelligence. Tout en marchant mains dans les poches, je la laisse continuer de parler et de me raconter une anecdote qu’elle a vécue avec Enzo et Kyle où Enzo aurait embrassé son petit ami ouvertement devant Riley, comme si elle était au courant. Je ris avec elle en imaginant la tête qu’elle a pu avoir en assistant à cette scène. Pas qu’elle soit homophobe ou un truc de ce genre hein – enfin, aux dernières nouvelles, elle n’ait rien de tout ça – mais j’suppose que sur le coup, ça peut surprendre, surtout quand on est persuadée qu’il est un homme à femme comme elle me le dit. Concernant les sentiments d’Enzo pour Kyle… j’ai pu le constater moi-même lorsqu’il s’est fait torturé devant nous : Il l’aimait bien plus fort qu’on pouvait le croire. Du moins, c’est ce que j’en déduisais lorsque je les croisais parfois dans les couloirs. Enzo me donnait la sensation qu’il respirait l’air de Kyle et que là dépendait sa survie. Qu’il était un peu sa bouée de sauvetage et que c’était dans son regard qu’il y trouvait sa survie. Il émanait d’eux une aura… étrange. De ce que je pouvais moi y ressentir quand je les voyais. Après, tout cela était peut-être le fruit de mon imagination.

« Je pense que c’est une bonne idée que t’aille le voir, si tu en ressens le besoin, et je ne pense pas qu’il t’enverra sur les roses ou alors si c’est le cas il va m’entendre. »

Je me sens de nouveau rougir en me rappelant ce que j’avais osée faire il y a quelque temps… Crois-moi, j’ai su me …défendre. Je crois qu’à l’occasion, ça serait bien que je lui en parle.
Je ricane de nouveau, me serrant un peu plus contre elle. Je commençais de plus en plus à trouver un apaisement en sa présence. Je sentais les choses venir en douceur, ça allait faire presque un mois que nous nous reparlions vraiment et j’en ressentais un soulagement non négligeable.

« Je t’aurai bien proposé de venir avec toi mais … c’est une situation un peu particulière et je pense que vous devez régler ça tous les deux, d’autant plus parce que ça a l’air d’être quelque chose d’important pour toi. »

Elle sourit et je me racle la gorge, un peu gênée :

« C’est gentil… mais comme tu dis c’est à nous deux de régler ça. Et je préfère le faire seule oui. Même si je ne te cache pas que de te savoir avec moi me mettrais un peu plus en confiance… Faut que j’apprenne à prendre un peu sur moi. »

Que j’apprenne à faire face à ce qui me gêne, seule. J’ai fais une promesse à Rose, celle de faire des efforts pour affronter ce qui est le plus difficile et à ne plus me terrer dans mon coin, à attendre que les choses se passent sous mes yeux sans que je ne fasse rien.

« Essaie de le toper dans un moment où il a l’air … bien, tu vois ? Éviter les abords de Pleine Lune c’est peut être une idée judicieuse.
- Okay, promis. J’vais faire comme ça alors. Je pense que je vais attendre que la Pleine Lune passe avant de le faire… Comme ça, j’ai le temps de préparer un peu le terrain dans ma tête.

J’ai un peu de mal avec la spontanéité… Je lui accorde un nouveau sourire. Ce qu’on est bien là, entre sœurs. J’y prends silencieusement plaisir à passer du temps avec elle, même si ce n’est qu’une heure, peu importe. Il me semblait de plus en plus important de partager certains instants avec Riley, comme si j’y découvrais une nouvelle urgence de profiter de ce qu’il m’était donné.

« J’vais te poser une question hyper indiscrète mais … t’as des sentiments pour lui ? »

Je m’arrête net de marcher, sentant subitement des sueurs froides m’envahir la colonne vertébrale. Mon regard s’accroche au sien, à la fois surprise et gênée par cette question… Qui, a vrai dire, ne m’étais jamais réellement venu à l’esprit. Enfin si, je crois. Mince, j’sais plus moi ! Tout devient subitement flou dans ma tête et surtout incohérent. Je cherche mes mots et j’ai l’impression de ressembler à un poisson hors de l’eau qui chercher l’air. J’enfonce un peu plus les mains dans mes poches… Si j’aime encore Enzo ? Oui, le mot « encore » est de rigueur puisque si je me suis laissé faire ce jour là, c’était pour la simple et bonne raison que j’avais le béguin devant ce p’tit bad boy. Parler de sentiments avec Riley … Si on m’avait dit ça, deux mois plutôt je crois que j’aurai ricané tant ça m’aurait parut complètement improbable. Mais pourtant, nous avions subtilement abordé le sujet le plus épineux… Et nous étions toujours en vie non ?

« Je … Enfin, j’sais pas trop comment dire ça en faite. »

Non, je sais mais j’y arrive pas trop. Parler de moi ? Haha la blague… Je crois que c’est l’une des choses que je déteste le plus. Parce que de 1) Je ne sais pas le faire sans avoir l’air stupide et de 2) parce que j’ai toujours cette impression gênante que tout ce que je peux raconter est soit débile soit sans intérêt. L’un dans l’autre, c’est pareil mais bon. Bref, j’ai pas le droit de garder le silence et de prendre un avocat. Pas avec Riley, pas si on veut faire un pas vers l’autre. Je lève de nouveau mes yeux vers elle. Allez Charleen, soit un peu courageuse, ça fera partie de tes bonnes résolutions. Je prends une inspiration et me lance :

« J’en ai eu. Avant. Quand le truc s’est passé. D’ailleurs, tu sais il est pas le seul fautif. J’ai… été stupide de faire ça, comme ça sans vraiment réfléchir. J’aurai du ne pas céder et le repousser. Bon, il aurait jamais du me jeter comme ça, mais moi j’aurai jamais du me laisser tomber dans ses bras si rapidement. »

Mon regard cherche ailleurs, un peu gênée par tout ça. Et dire le « truc » c’était vachement plus simplement n’empêche. Je maintiens le fait que j’ai été stupide de me laisser avoir par son p’tit charme de mauvais garçon un peu rebelle. C’est ce qui faisait tout ce qu’on pouvait aimer chez lui. Et je me suis laissé prendre au piège comme une enfant… Si je le regrette ? Oui et non. Oui, parce que comme je l’ai dis à Riley, j’aurai du réfléchir au lieu de laisser mes sentiments prendre le dessus bêtement. Et non, parce que… malgré tout, c’était bien. Du moment en lui-même, je ne garde pas un mauvais souvenir. Et ça, vaut mieux pas qu’il le sache parce qu’okay, c’était cool mais de le voir se pavaner avec ses airs de mâle-fier-d’être-doué le rendrait insupportable et pour le coup, c’est une deuxième gifle qu’il héritera de ma main.

« Maintenant… je sais pas trop. J’pense que j’en ai plus non. Bon, j’trouve que plus il prend de l’âge, mieux ça lui va, mais ça tu lui dis pas hein ? Parce qu’il serait capable de faire le beau après … »

J’émets un petit ricanement. Oui, si tu crois que personne ne te vois avec ta gueule de beau gosse dans les couloirs Enzo, tu te trompe. J’dis pas que c’est un Don Juan qui passe son temps à faire le coq dans les couloirs, mais parfois il est naturellement séducteur… J’crois qu’on va s’arrêter là Charleen hein.

« Puis tu sais, il est avec Kyle maintenant et ça crève les yeux qu’ils sont fous l’un de l’autre. De mon côté, j’ai tournée la page je crois, j’suis passé à autre chose. Et vu ce que ça à engendrer, j’crois que j’ai pas trop envie d’avoir ce genre de soucis en tête. »

Je me souviens que trop bien les migraines que peuvent causer ces multitudes de questions qui peuvent venir nous tourmenter plus que de raisons. Et je détestais ça, je me posais suffisamment d’interrogation dans mon quotidien sans avoir à me rajouter une pression supplémentaire : Est-ce que je suis assez bien pour lui ? Est-ce que je lui plais ? Est-ce qu’il me trompe ? Est-ce que je fais les choses bien ? … Oui, non. Je laisse ça à d’autre pour le moment. Et puis, je me doute que le moment viendra quand il viendra. Point. En tout cas, ce n’est pas moi qui irais le chercher à moins qu’il ne me tombe dessus.

Nous avions repris notre marche quand quelques questions me brûlaient les lèvres, prenant les siennes comme une sorte de jeu des confidences :

« Et toi ? T’as quelqu’un en ce moment ou peut-être que tu flash déjà sur quelqu’un ? »

Je la regarder, attendant une réponse de sa part, moins gênée que je ne l’étais tout à l’heure. C’était bon signe de voir que je commençais peu à peu à m’accoutumer aux questions un peu plus intime. Et puis, je voulais lui montrer que moi aussi je m’intéressais à elle, à sa vie et son quotidien. J’aimais l’idée que l’on puisse se confier un peu sur certaines choses à l’une et à l’autre.

« Le contraire m’étonnerait … Faut dire que t’es plutôt une belle femme. Je crois même que c’est de famille ! »

Et je lève la tête en mode princesse, faisant un moulinet du poignet comme pour accentuer mes mots avant d’éclater de rire. La vérité était là, Riley avait un charme considérable et j'étais presque persuadée que ma soeur avait fait tomber plus d'un coeur même si je n'ai pas souvenir de l'avoir vu flirté.
La pression se relâchait et devenait bon enfant, d’ailleurs c’est avec un ton presque taquin et enjoué que j’enchainais avec ma dernière question, de manière totalement innocente :

« Au faite… J’ai été victime de Ryan Junior… Mais toi de ton côté ? T’as été victime de Señor ? Parce que bon, j’me sentirais presque moins seule de savoir que ma propre sœur est tombée dans le piège du frère de mon coupable à moi… »

Je marque un temps d’arrêt.

« C’est un peu compliqué dis comme ça, mais t’as du comprendre ma … question… »

Et mon regard glisse sur son visage qui semble presque se décomposer sous mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8151
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: The brotherly help is always the best - ft Riley   Ven 31 Jan 2014 - 18:32

On en est là, ça y est ? Questions d’ordre privé et discussion de filles ? Faut croire … A vrai dire je crois que ni l’une ni l’autre n’est très à l’aise avec ç mais comme pour tout le reste, on tâte le terrain et une fois le malaise passé ça va tout seul ou presque. A voir si ça se passe comme ça cette fois … Elle est gênée je le vois bien mais si elle est venue me parler, si elle m’a demandé conseil comme elle l’a fait, c’est qu’elle me fait confiance alors j’espère qu’elle ne vit pas cette question comme une agression mais bien sur rien ne l’oblige à y répondre si elle n’en a pas envie et j’espère qu’elle en a bien conscience parce que mon but n’est vraiment pas de …

« Je … Enfin, j’sais pas trop comment dire ça en faite. »

Ne me dis pas oui s’il et plait … Ne tombe jamais amoureuse d’un Ryans ! Règle numéro 1 ! Non je déconne, c’est juste que nous les filles – et peut être que c’est la même chose chez les garçons j’en sais trop rien – avons cette capacité déconcertante à craquer pour les « mauvaises » personnes soit parce qu’il ou elle est un con ou une conne, soit parce qu’il ou elle est inaccessible, déjà pris, etc … Peut être que si Kyle n’existait pas, ou qu’il n’était pas avec Enzo plutôt – le pauvre il a le droit d’exister quand même – Charleen aurait eu ses chances avec le Gryffondor – elle est canon ma frangine après tout ! Et bien plus que ça. Elle est mignonne, toute douce, gentille, etc ... Bref. Peut être que s’il n’avait pas été complètement hypnotisé – désolé mais c’est l’impression que ça dégage quand on les voit  et ça n’a rien de péjoratif  dans mon discours – par Kyle, Enzo aurait pu craquer pour Charleen, qui sait ? Mais il est amoureux et même si personne ne peut dire combien de temps ça va durer, je ne leur souhaite pas de se séparer ou quelque chose dans ce goût là et je doute que le Rouge trompe son Jules – je sais pas, une intuition – donc ça clos le débat, à mon sens. Enfin je m’emballe là mais elle ne m’a même pas répondu clairement en fait … Tout doux Riley, tout doux.

« J’en ai eu. Avant. Quand le truc s’est passé. D’ailleurs, tu sais il est pas le seul fautif. J’ai… été stupide de faire ça, comme ça sans vraiment réfléchir. J’aurai du ne pas céder et le repousser. Bon, il aurait jamais du me jeter comme ça, mais moi j’aurai jamais du me laisser tomber dans ses bras si rapidement. »

T’as brisé le cœur de ma petite sœur, je vais te briser la mâchoire. Désolée, réflexe. Elle en a eu … Je ne peux pas dire : Quelle drôle d’idée ? D’une parce que ça ne se commande pas et de deux parce que malgré ses airs de petit con, macho, etc … Enzo est un gentil garçon. Il a connu une phase un peu spéciale comme ça arrive à beaucoup de personnes et Charleen en a fait les frais, soit. C’est comme ça et c’est tout, elle n’est pas la seule à avoir vécu ça que ce soit à cause de lui ou un autre. Je crois que maintenant il y a prescription et surtout je n’ai pas à m’en mêler, l’important c’est qu’aujourd’hui elle n’en souffre pas et d’après moi c’est le cas donc tout va bien. C’était juste … une expérience, faut bien apprendre la vie un jour ou l’autre et chacun à sa manière de faire même si on ne réfléchit pas toujours à ce qu’on fait mais ça fait aussi partie du jeu sinon, on ne serait que des robots sans âme. Et maintenant je philosophe …
Il n’empêche que le schéma est vraiment moche. Elle avait des sentiments pour lui – sans doute un p’tit crush d’adolescente attiré par le stéréotype du bad boy, du mec solitaire et mystérieux. Ne me la faite pas ! Ca nous est tous arrivé au moins une fois – et il en a profité pour … satisfaire des besoins … ok, stop. Je ne veux pas les imaginer ensemble, c’est trop … trop. Stop. Il n’empêche que j’aurai préféré que ça se passe autrement mais c’est comme ça, on ne change pas le passé et c’est tout. D’autant plus que je n’étais pas là pour elle à ce moment là alors il est plutôt clair que je n’ai pas à la ramener sur le sujet maintenant. Ce qui me rassure – et dans le fond je n’en ai jamais douté – c’est qu’au moins il n’a pas abusé d’elle. D’une certaine manière si puisqu’elle était jeune, naïve, etc … mais il ne l’a pas forcé à … ça. D’après moi, même si ça n’était pas l’expérience du siècle et probablement pas ce qu’elle attendait, elle aurait pu tomber sur bien pire. Au moins il ne lui a pas fait de mal physiquement, c’est déjà ça. Vous êtes des p’tits précoces tous les deux ! D’ailleurs … je n’en sais rien mais … c’était peut être sa première fois … A elle comme à lui d’ailleurs … Ouais, nan, stop. Ça les regarde. J’espère au moins qu’elle a pris son pied … Riley ! Désolée. S’il est aussi doué que son frère y a pas trop de doute à avoir … Stop ! Tu dérailles ma pauvre fille. Il avait quoi … 15 ou 16 ans ? Tu ne sais pas ce que tu fais à cet âge là et moi j’étais encore pure et innocente d’ailleurs. Coquins.

« Maintenant… je sais pas trop. J’pense que j’en ai plus non. Bon, j’trouve que plus il prend de l’âge, mieux ça lui va, mais ça tu lui dis pas hein ? Parce qu’il serait capable de faire le beau après … »

J’éclate de rire, c’est plus fort que moi. C’est amusant parce que je découvre chez Charleen de nouvelles facettes tous les jours et je crois que celle-ci ne faisait pas encore partie de la collection. J’en sais rien, je crois que je la vois beaucoup comme une petite fille en oubliant qu’elle a 17 ans, et que le temps des poupées est des couettes a légèrement évolué …

« Promis ! Il est déjà suffisamment insupportable comme ça. »

C’est affectif, sincèrement. Oui il peut être carrément insupportable mais dans le bon sens. Ce type est une pile électrique et quand il est de bonne humeur ça se sent, ça se voit, comme le nez au milieu de la figure.

« Mais je suis d’accord avec toi, il se bonifie avec l’âge. »

Ben quoi ? Ok il a 17 ans et ok c’est un bébé mais faut savoir admettre les choses, il est plutôt beau gosse et surtout il fait plus que son âge. Pas pour autant que j’irai le coincer contre un mur pour abuser de lui, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit et de toute façon je ne touche pas aux mecs des autres. Fin de la discussion.

« Au moins physiquement, pour le reste … »

:gla:

« Nan, j’suis mauvaise, il est adorable et même si c’est le roi de la connerie il peut se montrer mature quand il veut. »

Et même si je ne connais pas la moitié, les deux tiers même, de ce qui a pu se passer dans sa vie, j’en sais suffisamment pour comprendre qu’elle n’a pas été facile et que certaines choses ont du le faire grandir bien plus vite qu’il ne l’aurait du.

« Puis tu sais, il est avec Kyle maintenant et ça crève les yeux qu’ils sont fous l’un de l’autre. De mon côté, j’ai tournée la page je crois, j’suis passé à autre chose. Et vu ce que ça à engendrer, j’crois que j’ai pas trop envie d’avoir ce genre de soucis en tête. »
« Ok. Tant mieux. Pas que ça m’inquiète que tu craques pour lui ou quoi mais je pense que c’est mieux comme ça et puis pour le reste, t’es jeune, t’as largement le temps de te prendre la tête avec tout ça alors … reste innocente ! »

Reste un bébé toute ta vie, oui c’est exactement ce que ça veut dire … Sourire en coin, tête penchée vers elle, et sur le ton de la confidence, avec une envie de rire …

« T’as le droit de mater quand t’es innocente, ça fait partie du package. »

Manquerait plus que ça tiens Rolling Eyes Encore heureux qu’on a le droit de mater, ça ne fait de tort à personne à ce que je sache.

« Et toi ? T’as quelqu’un en ce moment ou peut-être que tu flash déjà sur quelqu’un ? »

Retour à l’envoyeur ! Est-ce que je m’y attendais ? Pas du tout. Et là bizarrement je fais moins ma maligne … Pourtant la réponse est simple : Est-ce que j’ai quelqu’un en ce moment ? Non. Est-ce que je flash sur quelqu’un ? Non. Je le dis et je le pense, je n’ai personne dans ma vie en ce moment, personne qui me fait tourner la tête et le cœur en tout cas. J'ai des amis, des personnes à qui je tiens beaucoup qu'ils soient filles ou garçons, mais ça s'arrête là, pour l'instant en tout cas. Pour le reste, ce que je fais de mon corps ça n’est pas du tout la même chose et absolument pas relié, point final. Ceci dit je ne peux pas mettre tout le monde dans la même "case" mais ça n'est pas le sujet.

« Le contraire m’étonnerait … Faut dire que t’es plutôt une belle femme. Je crois même que c’est de famille ! »
« Ben tiens ! »

Elle éclate de rire, fait la belle, et si j’ai pu me crisper un tant soit peu je me détends instantanément en riant de bon cœur avec elle.

« Mais ouais, c’est vrai, on a du potentiel. »

Cool

« On est même carrément canons ! »



« Et merci »

:ga:

« Au faite… J’ai été victime de Ryan Junior… Mais toi de ton côté ? T’as été victime de Señor ? Parce que bon, j’me sentirais presque moins seule de savoir que ma propre sœur est tombée dans le piège du frère de mon coupable à moi… »

Je disais quoi ? Je suis détendue ? Humpf …

« C’est un peu compliqué dis comme ça, mais t’as du comprendre ma … question… »

Jusqu’ici j’appréciais la discussion parce qu’elle n’était pas centrée sur moi mais je dois bien dire qu’étant donné le sujet abordé ça n’est plus la même histoire. Pourtant je fini par me détendre et après avoir pris une bonne inspiration tout en regardant le Lac qui s’étend non loin de là, je me dis que certes c’est un secret et certes seule Kezabel est au courant – de mon côté en tout cas – mais en parler à Charleen n’est finalement pas quelque chose qui me dérange et puis de toute façon je ne suis pas obligé d’entrer dans les détails. Alors je retrouve mon sourire et me lance :

« On va dire que … je n’ai jamais rien attendu de sa part donc non, je n’ai pas été victime du grand King Ryans, pas a proprement parlé. »

Lui et moi on s’est longtemps ignorés, puis détestés, jusqu’à ce qu’un jour on finisse dans le même lit aussi bourré l’un que l’autre. Ce soir là j’étais dans un état d’énervement assez prononcé, il m’a provoqué, on s’est pris la tête et ce crétin m’a embrassé. Je lui ai collé une baffe et … voilà. Il avait oublié ce goujat, bien trop saoul pour s’en rappeler mais suffisamment en forme pour … ouais, bref. Je m’en suis voulu mais j’ai fini par me dire que c’était rien du tout et je suis passé à autre chose mais effectivement je n’ai jamais rien attendu de lui. Aujourd’hui les choses ont changé, on continue de se taper dessus mais parce que je lui ai demandé de m’aider à me renforcer. Ça a dérapé, encore, mais je ne pense même pas au fait que ça pourrait se reproduire encore. On n’en parle pas, tout simplement parce qu’il n’y a rien à dire. Moment d’égarement ou j’en sais rien. Aucune importance.

« C’est un peu glauque cette histoire en y repensant … les deux frangines et les deux frangins … »

Ceci dit je préfère que ça soit dans ce sens là, hors de question que Derek ne pose ne serait qu’un doigt sur toi. Je ne laisserai pas un type comme lui tenter quoi que ce soit avec toi, ça c’est clair et net. Sauf si tu me fais comprendre que je n’ai pas à m’en mêler mais on n’en est pas là ! Reste loin de lui, qu’il reste loin de toi. Et pour ce qui est de lui et moi …

« Garde ça pour toi, y a très peu de monde au courant et je ne tiens pas à ce que ça s’ébruite. »

Alors quoi ? T’as pas envie que tout le monde sache que t’es pas capable de résister à l’ainé des deux frères ? Ah ça va hein ! C’est mon corps et j’en fais ce que je veux, avec qui je veux ! Ca ne regarder personne d’autre que moi. De la première fois il n’y a eu que Julian, Jayden et Rafael au courant, je crois … Ah ! Je l’ai dit à Megan aussi, mais pour l’heure il n’y a que Kezabel et je préfère que ça reste comme ça. Je sais que je pourrais en parler à Dimitri mais … non. Enfin bref, assez parlé de ça.

« Et toi, ok tu m’as dit que tu n’avais pas envie de ce genre de préoccupations pour l’instant mais ça n’empêche pas de regarder la marchandise … Je trouve qu’on a un paquet de belle marchandise à regarder dans ce château non ? Vas-y balance moi des noms ! Tant qu’on est parties sur ce genre de discussions de filles … »

Personnellement j'en ai quelques uns en stock.

« Enfin c’est pas une obligation bien sur, t’en fais pas. On peut parler chat et boursoufflet aussi si tu veux, ou de n’importe quoi d’autre. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 867
Date d'inscription : 30/10/2013
Crédits : me
Double Compte : Kezabel & Mateo & James & Leiv & Will & Margo & Leni



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2425-charleen-s-thomson-the-world-i
MessageSujet: Re: The brotherly help is always the best - ft Riley   Mer 12 Fév 2014 - 19:05

Je n’avais jamais eu ce type de discussion avec elle et même si ça pouvait paraitre tout bête aux yeux du monde, pour moi c’était énorme. Il est vrai que j’ai déjà parlé garçon avec Rosalyn, mais elle était ma meilleure amie ici donc ça me semblait évident. Mais avec Riley c’était particulier. Elle était … ma sœur. Pas de sang, certes, mais de cœur. Et si j’ai appris une chose après la mort de maman, c’est que parfois les liens du sang ne sont pas toujours les plus fort. Je passe les mains dans les poches de mon gilet, appréciant la douceur que le temps nous offrait, un demi-sourire aux lèvres suite à ma question. J’me suis dis que quitte à déballer ce que j’ai fais … pourquoi pas pousser le partage dans le sens inverse. Bon après si elle ne veut pas m’en parler, j’lui en voudrais pas loin de là. D’ailleurs, je l’ai vu se crispé un peu, du moins sur son visage qui s’est légèrement tendu. Je pince les lèvres, espérant ne pas avoir soulevé un sujet … épineux.

« On va dire que … je n’ai jamais rien attendu de sa part donc non, je n’ai pas été victime du grand King Ryans, pas a proprement parlé. »

Inutile d’en dire plus, disons qu’elle a su y mettre les formes. J’avoue que j’ai du mal à imaginer… Ma propre sœur, avec un mec. J’ouvre grand les yeux, soudainement aspiré par des images absolument dérangeantes. STTTOOooOOoop. On arrête ça tout de suite. Mon dieu, c’est moche. ENFIN pas Riley hein, elle est belle c’est ma sœur et tout et tout, mais non là non. Derek et Riley… N’empêche, drôle d’idée. Et j’comprends pas trop en faite ce qui peut l’attirer chez lui. Il a tout de méprisable. Okay, il a un regard assez sexy mais à côté de ça il est arrogant, beau parleur et limite manipulateur. Est-ce que vraiment elle n’a pas été amoureuse ? C’est toujours comme ça dans les histoires que nous lisons, l’héroïne tombe amoureuse du parfait Bad Boy. Non, elle a « juste » couchée avec et j’la crois quand elle me sous entend qu’elle n’a pas été victime de lui comme moi avec Enzo. Quand j’repense à lui, j’ai l’estomac qui se serre. Pas parce que j’ressens quelque chose pour lui, mais parce que j’appréhende la façon dont tout va se dérouler.

« C’est un peu glauque cette histoire en y repensant … les deux frangines et les deux frangins … »

Je laisse échapper un petit ricanement amer. Elle n’a pas tord, ça me fait penser à de veilles séries américaines.

« J’avoue… Il ne manquerait plus qu’ils se racontent leur frasque entre eux. Je marque un temps d’arret en retroussant le nez. Eurk, c’dégoutant en faite. »

Oui bon… Tu disais pas trop ça sur le moment hein. Je me fais rougir toute seule, stupidement. J’enfonce un peu plus fort les mains dans mes poches en me raclant la gorge.

« Garde ça pour toi, y a très peu de monde au courant et je ne tiens pas à ce que ça s’ébruite.
- Oh oui t’inquiète, motus et bouche cousue ! »

Je passe mes doigts sur mes lèvres comme avec un zip et fais mine de jeter la clé derrière mon épaule. Elle pouvait avoir confiance en moi, je n’étais pas quelqu’un qui prenait plaisir à raconter les petits secrets et encore moins ceux de Riley. Déjà, j’appréciais peu que d’autres personnes sachent que j’ai couché avec Enzo, alors je pouvais tout à fait comprendre. J’invite de nouveau à marcher encore un peu, voulant me dégourdir les jambes avec Riley, pour quelques minutes encore.

" Et toi, ok tu m’as dit que tu n’avais pas envie de ce genre de préoccupations pour l’instant mais ça n’empêche pas de regarder la marchandise … Je trouve qu’on a un paquet de belle marchandise à regarder dans ce château non ? Vas-y balance moi des noms ! Tant qu’on est parties sur ce genre de discussions de filles … »

Je lève la tête, réellement surprise par sa question. En même temps est-ce que je devrais l’être ? Non, ce sont des discussions naturelles entre sœurs je pense ou même avec une amie. Et maintenant qu’elle me le demandait… J’avoue que cette année, on a un paquet de jolie garçon dans ce château. Après, a voir si le mental suivait et ça c’était tout autre chose pour certains ! Il ne fallait pas se mentir, les mecs étaient parfois de vrais gamins. Il m’arrivait moi aussi d’être une enfant mais pas à ce point. Bon, j’y vais peut-être un peu fort.

« Enfin c’est pas une obligation bien sur, t’en fais pas. On peut parler chat et boursoufflet aussi si tu veux, ou de n’importe quoi d’autre. »

J’éclate de rire. J’aimais qu’elle me voit encore comme une petite fille qui aimait parler de choses mignonnes. Ce qui était d’ailleurs le cas, je dois bien l’avouer. J’étais toujours bien ancré dans mon monde de petite fille où j’y trouvais beaucoup d’assurance. Peut-être qu’un jour j’arriverais à révéler la femme en moi… mais je pense que je ne suis pour le moment, pas tout à fait prête. Voir pas du tout. Le monde adulte me terrifie trop. Trop de responsabilités, trop d’angoisse. Trop de tout.

« Non ! Je pense que certains d’entre eux méritent d’être nommés ! Les chats et boursoufflet ça sera quand je serais en mode bébé qui a besoin de tendresse. »

Ah, parce que tu es en mode quoi là...?

Je ricane de nouveau tout en prenant mon menton entre mes doigts, faisant mine de réfléchir. Alors alors…

« Bon, j’vais commencer un peu fort hein, mais j’me dis qu’on peut pas se cantonner qu’aux élèves quand on voit les profs qu’on a … Et j’pense à celui d’EDM. Monsieur Gabrieli. J’trouve qu’il a un sourire trop craquant, trop mignon ! :gla: Puis il est drôle en plus ! J’aime bien être en cours avec lui… il est rassurant et il donne un coup de jeune à cette classe ! »

Et je deviens guillerette, grand sourire aux lèvres. Je trouve qu’il a vraiment un truc en plus celui-là et il n’a rien avoir avec l’autre idiot méprisable que nous avions l’année dernière.

« Le prof de potion est chou avec sa manière de parlé, il est tout maladroit ! Après question élèves… Hm. »

Et cette fois je réfléchis réellement. J’ai bien quelques noms qui me viennent en tête, spontanément.

« Bon y a Enzo, évidemment. Mais j’aime bien aussi le garçon qui est de temps en temps avec lui. J’le connais pas, j’crois qu’il s’appelle Camine ? Un truc comme ça, ou Camerine. Un prénom bizarre pour un mec non ? »

J’lève mes yeux d’enfant et innocent vers elle, n’arrivant plus du tout à me souvenir de son prénom. Tout ce que je retenais c’était son regard perdu et mélancolique, sa grande taille et ses cheveux foncés. Il dégageait un aura de Bad Boy lui aussi, mais avec un cœur tout mou. Il donnait envie de se réfugier dans ses grands bras. Puis bon… Il avait aussi une belle gueule. Et pas que. Bref.

« Après, il y a aussi Rafael qui est tout mignon avec ses grands yeux bleus. Je lève les yeux au ciel, réfléchissant toujours. Après, je sais pas trop, il y en a beaucoup dont je ne connais pas le nom. C’est vrai qu’on a des bonnes têtes je trouve. Enfin, c’est pas que de la tête qu’ils sont bien parfois… »

Je me stoppe net et me met à rougir aussitôt, baissant le nez vers le sol.

« Enfin hum… bref, t’vois c’que j’veux dire hein. »

Tu m'étonne qu'elle voit bien... Je pince les lèvres honteuse et gênée. C’était toujours comme ça quand je me lançais dans une discussion, à avoir la bouche en lance-pierre, trop spontanée. Surtout que je ne voulais pas laisser croire à Riley que je ne faisais que mater les garçons, bien au contraire, j’étais bien loin de ce genre là, mais elle n’était pas censée le savoir pour le moment après tout. Surtout après ce qu’elle sait concernant Enzo.

« Et… Et toi alors ? Tu préfère qui ? Y en a qui ont été tes p'tits copains?»

Voix mal assurée, voir un peu tremblante. Il faut vraiment que je prenne des cours de communication. Elle n'étit pas non plus obligée de répondre mais plus la conversation progressait, plus je ma passionnais pour sa vie, ses avis et tout ce qui la constitue. J'avais face à moi une sorte de cadeau vivant qui, sous chaque enveloppe, recelait une magnifique surprise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 8151
Date d'inscription : 23/11/2011
Crédits : Avatar JunkieMouse + Gif by Tumblr
Double Compte : Enzo - Ismaelle - Cameron - Elijah - Chiara



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3327-you-can-stand-under-my-umbrell
MessageSujet: Re: The brotherly help is always the best - ft Riley   Dim 16 Fév 2014 - 22:25

Qui aurait pu croire nous voir ainsi toutes les deux il y a encore quelques semaines ? A mon avis personne et surtout pas nous deux. Pourtant les choses se mettent tranquillement en place et je crois qu'on en est vraiment heureuse toutes les deux. J'ignore si nos parents s'en rendent compte, personnellement je ne suis toujours pas très loquace avec ma mère même s'il y a du mieux et puis j'estime que ça ne regarde que Charleen et moi de toute façon. Quand j'écris à Maman je lui parle certes de la petite blonde quand j'évoque certaines choses parce qu'on les a faites ensemble mais je ne rentre pas dans les détails comme si j'attendais une médaille de sa part ou un truc comme ça. Je laisse les choses se faire, j'en fais pas tout un foin et voilà.
C'est donc comme ça qu'on en arrive à parler garçons et sincèrement j'aurais pas cru que ça aurait pu nous arriver un jour. Déjà d'une parce qu'on ne se parlait pas du tout, et de deux parce que ça n'est pas vraiment un sujet que j'aborde en temps normal et ce peu importe avec qui. Enfin ça ne l'était pas mais je me rends compte que ça le devient de plus en plus et je ne sais pas si j'aime ça en réalité. Quand on était plus jeunes, avec Elwynn, ça nous arrivait bien sur mais étant donné que ça n'a jamais été ma préoccupation principale jusque là ça n'était pas non plus le centre de nos discussions. Est ce que la gente masculine prend un peu trop de place dans ma vie ces derniers temps ? Je crois que je vais commencer à le penser mais pour l'instant je ne me pose pas de questions et je profite de ce moment avec ma petite sœur, un moment qui nous rapproche. Si pour ça on doit parler garçons alors soit, ça me va, si elle veut parler d'autres choses ça me va aussi ...

« Non ! Je pense que certains d’entre eux méritent d’être nommés ! Les chats et boursoufflet ça sera quand je serais en mode bébé qui a besoin de tendresse. »
« Ok ! »

J'éclate de rire et tend les bras vers elle, paumes ouvertes dans sa direction dans un geste faussement défensif. Amusée, certes, mais un peu étonnée dans le sens où je ne pensais pas qu'elle souhaiterait prendre cette direction. Peut être que je m'attendais à ce que ça la gène ou quelque chose comme ça et donc je me disais que parler chat et autres bestioles c'était peut être plus simple pour elle mais visiblement je me suis trompée. C'est vrai que j'ai tendance à oublier qu'elle n'est pas une petite fille et ça n'est pas parce qu'on ne se connait pas encore beaucoup et qu'on a eu une histoire un peu compliquée jusqu'ici que je n'endosse pas le rôle de l'ainée qui ne veut pas voir grandir sa cadette. Riley, elle a 17 ans … Et question innocence … disons qu'il manque une partie du puzzle alors c'est bon, c'est pas un bébé.

« Bon, j’vais commencer un peu fort hein, mais j’me dis qu’on peut pas se cantonner qu’aux élèves quand on voit les profs qu’on a … Et j’pense à celui d’EDM. Monsieur Gabrieli. J’trouve qu’il a un sourire trop craquant, trop mignon ! :gla:Puis il est drôle en plus ! J’aime bien être en cours avec lui… il est rassurant et il donne un coup de jeune à cette classe ! »
« Ça c'est bien vrai, c'est un Prof super. On ne s'ennuie pas avec lui. »

Pendant un moment je me dis que ça doit être écrit en gros sur mon front que je ne me suis pas contenté d'être simplement l'élève de ce fameux Professeur ou en tout cas pas qu'en EDM mais je suis plutôt bonne comédienne je pense et de toute façon je ne suis pas vraiment gênée par la situation. Ça n'est pas pour autant que je vais mettre Charleen dans la confidence – pas par manque de confiance, je tiens à le préciser, mais juste parce que c'est mon jardin secret – mais il s'est passé ce qu'il s'est passé entre lui et moi et aujourd'hui il reste une personne que j'adore quand bien même cette « relation » demeure secrète aux yeux des autres. C'est notre bulle et c'est tout. Ça ne regarde personne, il n'y a que Kezabel a être au courant et ça restera comme ça. Est ce que je suis jalouse que ma frangine louche sur lui ? Manquerait plus que ça. Absolument pas, le seul truc qui me dérange c'est qu'il est bien trop vieux pour elle ! Non mais oh. Et puis je le connais l'oiseau … Pas touche à ma p'tite sœur. Sans offense.

« Le prof de potion est chou avec sa manière de parlé, il est tout maladroit ! Après question élèves… Hm. »

Ben tiens ! Encore plus vieux ! Vous le voyez mon air outrée là ? Ok je continue de sourire mais je n'en reste pas moins soufflée parce qu'elle me balance. J'en découvre chaque jour un peu plus sur le personnage et j'apprécie ça même si parfois – comme maintenant – je me retrouve surprise. Ça n'est pas un reproche, loin de là, et c'est franchement agréable de la sentir aussi à l'aise avec moi tout comme c'est agréable de la voir sourire de cette façon.

« Bon y a Enzo, évidemment. Mais j’aime bien aussi le garçon qui est de temps en temps avec lui. J’le connais pas, j’crois qu’il s’appelle Camine ? Un truc comme ça, ou Camerine. Un prénom bizarre pour un mec non ? »
« C'est Cameron ! J'suis pas sur qu'il apprécierait que t'écorche son prénom comme ça. Et c'est Américain, enfin il est Américain. »

Je ne perds toujours pas mon sourire et rien ne transparait mais au fond de moi je sens bien cette petite pointe au cœur qui se forme, apparaît et disparaît tout aussi vite dès que ce garçon est évoqué. Il est entré très vite dans ma vie, il a été là quand je me suis retrouvée seule, quand je me suis sentie abandonnée, et aujourd'hui c'est lui qui disparaît à son tour. Je m'y fais mais ça n'est pas pour autant que je trouve ça agréable. J'ai eu des sentiments pour lui, ça été ambiguë entre nous deux même s'il ne s'est jamais rien passé, mais je garde un goût amer de tout ça et je crois que quelque part je lui en veux. En tout cas, encore une fois, je ne suis pas jalouse.

« Après, il y a aussi Rafael qui est tout mignon avec ses grands yeux bleus. »
« Là dessus je ne peux pas te contredire. »
« Après, je sais pas trop, il y en a beaucoup dont je ne connais pas le nom. C’est vrai qu’on a des bonnes têtes je trouve. Enfin, c’est pas que de la tête qu’ils sont bien parfois… »

Charleen !

« Enfin hum… bref, t’vois c’que j’veux dire hein. »
« Je crois oui. »

Regard en biais, lèvres pincées sur le côté et sourire en coin. J'hésite entre la charrier et rougir à mon tour parce que j'ai vraiment du mal à me faire à l'idée qu'elle … Ok, stop on a dit.

« Et… Et toi alors ? Tu préfère qui ? Y en a qui ont été tes p'tits copains? »

Ouh la ! Vaste débat ! Nan ça va, je plaisante. Ceci dit … Non rien.

« Alors … Dans les Profs je trouve que le Prof d'Astro est plutôt mignon dans son genre. Il a toujours l'air un peu ailleurs, limite perdu, ben dans les étoiles quoi. »

Logique pour un Prof d'Astro, si on veut.

« Hammerschmitt c'est pas trop mon style, Gabrieli je suis parfaitement d'accord avec toi, mais mon préféré restera toujours Monsieur Andrews. Il est hors compétition lui, dommage qu'il soit parti. »

Ah la la, Monsieur Andrews … J'en ai passé des heures à le mater et à fantasmer sur lui, des heures à emmerder Lukas avec ça parce que ça le faisait grimacer et ça m'amusait, des heures à charmer le Prof en question juste histoire de le mettre mal à l'aise parce que … je le trouvais craquant comme ça et parce qu'il ne comprenait rien. Mais bon il n'est plus là, c'est comme ça.

« J'suis sortie avec Rafael pendant quelques mois il y a deux ans, on est restés amis parce que finalement on n'a jamais vraiment été plus que ça. Je l'adore, c'est vraiment un garçon génial et il est plutôt du genre agréable à regarder c'est vrai. C'est clair que ses yeux … On se perd facilement dedans. »

Rafael … Ce type est une crème, sincèrement. J'ai rarement croisé quelqu'un d'autre comme lui dans ma vie et certes elle est encore jeune mais c'est vraiment un ange, toujours présent quand on a besoin d'une épaule sur laquelle pleurer, etc … Toutes personnes sensées devraient tomber amoureuse d'un garçon comme lui d'ailleurs et tout ce que je lui souhaite c'est d'être heureux.

« Les Ryans sont pas dégueu, certes, mais on va passer sur le sujet hein. Cameron aussi. On dirait bien qu'on a les mêmes goûts dis donc ! »

Nouveau sourire amusé, presque provocateur, et je reprends mon sérieux ou plutôt mon air tranquille tout en continuant de marcher nonchalamment.

« Dans le genre craquant y a Matthew aussi, je sais pas si tu le connais. C'est un Non-Magicien qui est arrivé il y a quelques mois. Pas très grand, brun, bouclé, et avec des jolis yeux lui aussi. Mais c'est surtout un garçon adorable lui aussi, très drôle, et un bon ami. »

J'ai la chance ces derniers temps d'avoir fait de supers rencontres, Matthew en fait partie au même titre que Kezabel, Dimitri et même Charleen quand on y pense.

« Enfin voilà, y en a d'autres qui ont une belle gueule ou une belle plastique mais finalement pour moi c'est loin d'être le plus important. Le charme, ça c'est important ! Et le physique ne fait pas tout, loin de là. »

Les playboys ça n'a pas le moindre intérêt et il n'y a rien de plus insupportable et repoussant qu'un type qui est canon – selon les critères de qui, au passage ? – et qui le sait alors qu'un mec qui a bien d'autres choses à offrir est bien plus craquant, d'après moi en tout cas.

« On rentre ? Je commence à avoir un peu froid. On va trainer un peu dans ta Salle Commune ? J'te proposerai bien la mienne mais je sais que tu ne t'y sens pas super à l'aise et puis y aura peut être Lukas et Kezabel chez les Jaunes. On peut essayer de trouver Rosa aussi si tu veux. Ça fait un moment que je ne l'ai pas vu la p'tite Pimousse. »

C'est d'un commun accord qu'on a rejoint l'intérieur et la chaleur de la Salle Commune des Jaunes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The brotherly help is always the best - ft Riley   

Revenir en haut Aller en bas
 
The brotherly help is always the best - ft Riley
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» #2302 A brotherly love story ft Samuel (défi-suite)
» A brotherly love story ft Samuel (défi)
» SGU en Français !
» Last Blood's drop to Shed II
» Another Lesson [- Riley -]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée.-
Sauter vers: