AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 This Moment ●● Alec

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2045
Date d'inscription : 13/05/2011
Crédits : Clochette, sign : wild Heart
Double Compte : Aileen - Dakota - Mack - Sloane - Esha



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1067-tgif-jayden-s-link
MessageSujet: This Moment ●● Alec   Mar 29 Oct 2013 - 22:21

❝ This Moment ❞

20 Juillet 2014

Ft Alec & Jayden


C’était prévisible pourtant, tout ce cirque, cette mascarade à taille humaine ne pouvait pas durer des années encore, les nerfs étaient à vifs, les tensions grandissaient et sincèrement l’enfermement commençait à peser lourd dans tous les esprits à commencer par le sien ! Pourtant dans son cas, ça n’était pas spécialement le contexte du château qui lui tapait sur le système mais plus le poids des secrets et de son passé qui aller finir par la rendre totalement acariâtre. L’isolement avait commencé depuis un bon moment maintenant, elle désertait la salle commune, fuyait tout contact qui la pousserait à communiquer, s’énervait pour un rien. La belle Irlandaise n’avait dans le fond qu’une seule envie : fuir d’ici au plus vite et s’exiler loin le temps de se refaire une santé au risque de commettre un meurtre dans des délais plus que restreints !

Quand tout ce bordel avait éclaté, la belle Irlandaise revenait de la Grande Salle. Au départ, c’était des bruits indistincts, des mots, des bribes de paroles auxquels elle n’avait pas prêté plus d’attention que cela. Et puis des petits bruits naquirent les cris et l’agitation avait rapidement embrayé le pas à tout cela, déclenchant un mouvement de foule assez conséquent, un mouvement de panique dans lequel elle s’était retrouvée embarquée bien malgré elle. Lutter à contre-courant est toujours assez complexe dans ce genre de moment, alors pour ne pas périr étouffée, valait-il mieux encore suivre le mouvement jusqu’à réussir à s’en détacher, ce qu’elle avait réussi à faire sans trop de difficultés.

- Quelqu’un peut me dire c’est quoi tout ce bordel ?!

Pas de réponses, si ce n’est des visages paniqués, les plus jeunes qui courent comme si leur vie en dépendait. L’instant devait être grave, pourtant la belle était incapable de paniquer, dans le contexte actuel, perdre son sang-froid pour une émeute n’était pas des plus recommandés, alors avec une assurance certaine, la jeune Serpentard avait attrapé un élève de sa maison de deux ans plus jeunes qu’elle, l’avait bloqué espérant bien des réponses à ses questions.

- T’as deux minutes pour m’expliquer ce qui se passe…

Le garçon l’avait regardée avec un air affolé sur le visage, visiblement l’envie de sortir d’ici était une priorité évidente…

- J’en sais rien, c’est parti du 7ème je crois, le concert dans la salle sur demande et là,  les Supérieurs tirent sur tout ce qui bouge.

La jolie rousse avait lâché le garçon qui n’avait pas demandé son reste. Une interrogation venait de naitre dans son esprit quelque peu torturé. Mackensie, Jordane et Alec étaient-ils au courant de tout ça ? Sur un coup de tête, c’était vers la salle commune que la belle s’était engagée, bien décidée à au moins mettre la main sur la blondinette avant toute chose, espérant dans le fond faire d’une pierre deux coups en trouvant Alec par la même occasion. Manque de bol, la salle commune, si elle n’était pas totalement vide, n’abritait aucune des têtes qu’elle recherchait. Sa baguette à la main, la jeune femme avait chargé son patronus de retrouver au moins l’un des trois portés-disparus, un moyen comme un autre de rassembler les troupes en temps de guerre ! Finalement, c’était les étages qu’elle avait regagné, sa baguette ne la quittant pas, elle avait esquivé deux ou trois sortilèges, s’en était pris quelques-uns, gagnant quelques blessures de guerre au passage qui lui vaudraient un passage chez son infirmier préféré, mais elle avait survécu sans trop de casse et en soi, c’était déjà une victoire.

Une voix avait fini par s’élever, les tableaux s’étaient éveillés un peu plus que d’ordinaire, propageant la nouvelle comme une trainée de poudre encore et encore… Comment elle avait pu manquer ça au juste alors qu’il répétait à tue tête que Walters était mort et que le responsable n’était autre que Rivers. Un petit sourire venait de naitre sur le visage de la belle Irlandaise. Walters sénior était tombé et son frangin était en fuite. La nouvelle se voulait rassurante, même si rien de tout ça n’était terminé.

C’était Mackensie qu’elle avait fini par croiser, miraculeusement, la belle s’en sortait sans la moindre égratignure, grandir avec une éducation particulière aide à se défendre et si elle n’était pas à plaindre de son côté, la jeune femme n’en savait pas autant qu’elle c’était certain. La jeune femme n’avait pas voulu l’écouter, entêtée et inquiète elle voulait mettre la main sur Alec, persuadée qu’il était lié à cette affaire, intuition féminine et c’était sous les traits d’un chat des sables que la belle s’était enfuie.

- C’est sûr… c’est plus pratique pour voyager !

Petite remarque alors  que tout ça semblait se calmer peu à peu, la pression retombait, l’adrénaline aussi. Le silence se faisait peu à peu entendre au détour de certains couloirs plus ou moins vide. Son patronus n’était toujours pas revenu vers elle, aucunes nouvelles de ses proches. Certains pleuraient la perte, d’autres semblaient prostrés dans leur coin.

La jeune femme s’était éloignée de tout ça, le chaos n’était pas pour elle, les sentiments des autres non plus, soit dit en passant. Sans comprendre ce qui lui arrivait, la jeune Irlandaise s’était vue désarmée et envoyée contre la rambarde de pierres bordant les escaliers.

- Serpentard, l’une des leurs j’imagine ?
- Tu vas p’tet un peu vite en conclusion.
- La ferme.

Son poing avait cogné contre la mâchoire du Poufsouffle, craquant légèrement au passage, ne jamais sous-estimer la dureté d’une mâchoire, même si la personne en face de vous parait plus faible qu’elle n’y parait. Surpris, il l’avait regardée interdit, oui elle était à cran, et alors !

- J’suis de sang-mêlé abruti, tu crois vraiment qu’ils vont m’intégrer dans leurs rangs, alors t’alignes tes neurones et tu me lâches tu veux et rend moi cette baguette !

Le crétin avait semblé réaliser son erreur, les clichés auraient toujours la vie dure dans cette école, comme partout d’ailleurs, sans s’excuser il avait passé son chemin, récupérant sa baguette, la jeune femme s’était posée le long du mur juste derrière elle, sa main lui faisait comprendre que la violence ne résolvait rien. Et même si sur le coup, son geste lui avait fait un bien fou, la belle le regrettait à présent qu’elle douillait, bonne excuse pour aller voir Maxence cela dit… Une de plus !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1874
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: This Moment ●● Alec   Jeu 7 Nov 2013 - 18:35

❝ This Moment ❞

20 Juillet 2014

Ft Alec & Jayden


« Foutoir, très cher foutoir, mon ami de toujours… Nan, rien. »

Un gamin le fixait avec une tronche… eh bien, de dégénéré mental finalement. Serrant les mâchoires, le jeune homme avait jeté un regard circulaire autour de lui. C’était bien tout ça, mais par où partait-il maintenant au juste ? Il n’avait pas récupéré Aileen, mais avait assez menacé Takuma pour qu’elle en sorte vivante. Du moins, normalement. Il lui semblait que la dernière fois que l’autre bridé avait tenté de l’aider, il avait simplement fait un vol plané stérile. Et il était resté à parer des coups comme un con alors qu’il suffisait de tuer un homme. Quel enfant. Chassant cette idée amère de son esprit, Alec en revint à l’instant actuel. Ça n’était pas vraiment le moment de se laisser aller : tout était en train de péter de tous les côtés et il fallait surtout qu’ils se démerdent tous pour réussir à survivre. Dakota avait retrouvé son petit groupe et, lui, en cet instant, ressentait un fort moment de solitude. Logan avait tué le directeur et, lui, avait tué un autre Supérieur, sans réellement y réfléchir. Il aurait dû être bloqué, paralyser par cette action, mais ça n’avait pas été le cas. Il avait simplement vu Logan en danger et il était en vie maintenant. C’était suffisant non ? Probablement pas.
Se retournant pour regarder sur ses pas, le Serpentard se trouva de nouveau nez à nez avec le gamin qui le fixait avec ses grands yeux couleur noisette.

« Quoi ? Nan, rêve, j’vais pas jouer au garde du corps toute la soirée. »

L’aprem. C’est pareil.

« Va te planquer dans un coin, serre les dents, ferme les yeux et bouche toi les oreilles. Ne sort que quand tout se sera calmer, c’est le mieux que tu puisses faire je pense. »

Le gamin acquiesça et fit demi-tour. C’était quoi le délire ? Il attendait que quelqu’un lui dise quoi faire à défaut de lui prendre la main ? Déjà, il ne s’était pas mis à le suivre comme un chiot, c’était déjà bien en soi. Bien… nan, pas sûr. De toute manière, lui, ne pouvait s’occuper de tout le monde et retrouver ses proches, ce serait déjà bien. Il avait croisé Sovahnn, accompagnée par Enzo, et elle allait bien – pour l’instant – rien que ça, ça lui permettait de respirer un peu mieux.

Et, oui, il fallait croire qu’il avait rejoint la caste des super-héros… chevaliers servants… il ne savait plus trop ce qu’Enzo avait utilisé comme terme. Toujours était-il qu’il avait explosé de rire en cet instant. Oui, c’était le moment rêvé pour devenir sociable.

« ‘Complètement tarée celle-là ! »

Réalisant qu’il venait de rester quelque chose comme deux minutes sans bouger, ne sachant pas réellement pas où partir, le jeune homme se retourna vers la voix qui venait de s’élever juste derrière lui. Tient, il l’avait déjà vu lui. Bof. Rien à foutre…. Quoi que… si. Le garçon s’était retourné vers lui avec un regard noir.

« Toi par contre, t’es avec eux. Tu t’en es jamais caché. »

Sa baguette n’avait pas encore eu le temps de s’élever qu’Alec se défoulait en un coup de poing bien agréable. Le nez ne résista pas.

« J’ai jamais rien dit de tel non plus. Va te foutre tes idées de merde ou je pense et lâche moi. »
« ‘Tain t’es pas mieux que ta copine toi merde ! »

Sa copine ?

Écarquillant les yeux, Alec désigna l’endroit d’où venait l’élève qui acquiesça sans sembler y comprendre quoi que ce soit. En même temps, avec son nez qui pissait le sang et le coquard qui apparaissait déjà, il ne devait pas avoir tous les neurones en place. Enfin : il s’en foutait.
Dépassant le jeune homme sans plus s’attarder, Alec avança sans réellement prendre la mesure de ce qu’il faisait, jetant des coups d’œil dès qu’il le pouvait et gardant sa baguette serrée entre ses doigts douloureux, espérant réagir assez vite si quoi que ce soit se passait.

Lorsqu’il aperçu Jayden, un sourire se dessina sur ses lèvres alors qu’un poids s’envolait de sa poitrine. La seconde suivante, il était derrière elle, lui attrapant la main alors qu’elle se retournait, prévenue de sa présence. Un long soupire de soulagement glissa à travers ses lèvres étirées.

« Hh putain tu vas bien. »
Pas que ce soit toi la putain. Interjection ! Sus à l’ennemi !
« Enfin, nan, tu ‘vas pas bien et tu ne veux pas en parler, je sais, mais c’est fini ces histoires. J’te lâche pas, que tu le veuille ou non, et j’veux savoir ce qui te bouffe comme ça, surtout si j’peux y faire quelque chose et… T’as vu Mack ? »

Beaucoup de données qui s’étaient entrechoquées dans ses paroles, mais au moins, l’ensemble était compréhensible.
Et, oui, c'est du soulagement et de l'inquiétude tout ça, tu ne rêve pas. Viens là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2045
Date d'inscription : 13/05/2011
Crédits : Clochette, sign : wild Heart
Double Compte : Aileen - Dakota - Mack - Sloane - Esha



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1067-tgif-jayden-s-link
MessageSujet: Re: This Moment ●● Alec   Dim 10 Nov 2013 - 22:14

Agacée, la jeune femme pestait contre cet abruti. Avait-elle sincèrement la tête d’une psychopathe avide de sang frais pour se refaire une jeunesse ?! Non, on est d’accord, et malgré tout ce qu’on pouvait dire sur elle, la jeune Irlandaise se trouvait d’un naturel plutôt équilibré. Si on met de côté les quelques troubles de l’humeur dont elle souffrait depuis près d’un mois à présent. Certains spécialistes n’allaient pas tarder à la catégoriser en tant que fille bipolaire à cette allure. Se massant la main et ses doigts douloureux par la même occasion, la jeune femme repartait dans la direction opposée du Poufsouffle, son objectif restant le même : mettre la main sur des têtes connues, y compris Alec et ce même si, elle l’avait évité ces derniers temps !

Aussi, lorsqu’une main avait attrapée la sienne, et ce malgré le fait qu’il n’y ait aucune once d’agressivité derrière, la jeune Serpentard s’était retournée prête à envoyer valser la personne qui venait de l’accoster. Oui peut-être un peu violent comme réaction, mais elle venait de se faire agresser sans raison et le climat actuel faisait qu’il valait mieux rester sur ses gardes ! Pourtant c’était un soulagement véritable qu’elle avait ressenti en voyant les traits de son ami se dessiner juste sous ses yeux.

« Hh putain tu vas bien. »

C’est à ce moment-là qu’une fille pas hyper démonstrative en temps normal se permet quelques libertés et qu’elle laisse tomber les masques le temps d’un instant. Sans même réfléchir, la jeune femme l’avait attrapé et l’avait serré dans ses bras. Mine de rien, elle s’était fait un sang d’encre pour lui.

« Enfin, nan, tu ‘vas pas bien et tu ne veux pas en parler, je sais, mais c’est fini ces histoires. J’te lâche pas, que tu le veuilles ou non, et j’veux savoir ce qui te bouffe comme ça, surtout si j’peux y faire quelque chose et… T’as vu Mack ? »

Alors il l’avait remarqué ? Comme quoi tu vois, pour quelqu’un qui prétend se foutre royalement du genre humain, j’te trouve relativement prévenant envers certaines personnes… Souriant, la jeune femme avait fini par se séparer de lui, les trop grandes démonstrations affectives ne la caractérisaient pas des masses, et la remarque du jeune Rivers avait eu pour effet de calmer ses ardeurs. Si elle était tenace, ça n’était rien comparé à lui et si elle n’avait pas lâché le morceau pour lui pour qu’il se confesse, quelque chose lui disait qu’il ne lâcherait rien non plus.

- Mackensie va bien, elle est morte d’inquiétude pour toi et te cherche partout… Elle est certaine que tu es mêlé à tout ça de façon plus ou moins directe…

Et moi aussi, soit dit en passant ! Alors quoi, maintenant on s’assoit autour d’une tasse de thé et j’te raconte tout ce qui me ronge ? T’es sérieux Alec, tu crois vraiment que ça marche comme ça ?! Que j’vais réussir à ouvrir ma carapace durement scellée depuis mon arrivée ?!! S’éloignant un peu de cette zone passante, la jeune femme cherchait comment parvenir à se confier sans se rendre trop vulnérable. Elle avait voulu en parler à Jordane, mais n’avait jamais trouvé le moment pour le faire, finalement Alec c’était peut-être bien aussi.

- Mackensie a déjà tenté de me cuisiner des milliers de fois déjà. J’suis désolée d’avoir fui de la sorte, mais j’avais besoin d’être seule. J’pensais que tout garder pour moi suffirait, comme d’habitude, mais c’est visiblement pas le cas et c’est pire de jour en jour.

Si certain couchait pour se changer les idées, évacuer les pressions, la belle ici présente avait préféré couper les ponts, à savoir lequel de ses comportements étaient le plus pathologique. Il avait au moins raison sur un point, son passé était en train de la ronger, et elle finirait par craquer sous la pression ! Alors dans un soupire, la jeune Irlandaise avait tenté de se lancer, sans trop savoir comment commencer, ni quoi dire. Pourquoi pas par ce qui te bouffe le plus tout simplement ?

- J’ai… j’ai avorté juste avant d’arriver à Poudlard.

L’évoquer à voix haute pour la première fois avait eu l’effet d’une petite bombe en elle, soulevant des tas de voiles dans son esprit.

- J’suis tombée enceinte après une dispute avec mon père, j’me souviens plus vraiment de la soirée en question, juste que j’ai trop consommé et que je l’ai regretté un mois plus tard… La question s’est même pas posée, sauf qu’en Irlande, c’était impossible. Le père l’a jamais su, personne ne l’a jamais su en fait, sauf ma mère qui l’a devinée quand je suis rentrée de Londres, mais on n’en a jamais parlé. Elle m’a envoyée à Poudlard en se disant qu’ici je pourrais tout recommencer puisque personne ne me connaissait. Mais même ici, mon passé a trouvé le moyen de revenir me court-circuiter…

Evoquer tout ça était tellement étrange que la belle ne savait plus vraiment quoi faire. Affectée, la jeune femme peinait à continuer.

- J’ai enterré ça en me disant que ça ne m’affectait pas, j’voulais pas ce bébé… J’étais pas prête à assumer ça, et avec mon père et son alcoolisme chronique à la maison, on pouvait pas vraiment dire que le cadre était idéal. Alors j’ai fait ce qui me paraissait le mieux, j’ai enfoui tout ça et j’ai fait comme si tout allait pour le mieux et ça a marché, j’ai souri, mais là j’y arrive plus.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1874
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: This Moment ●● Alec   Sam 23 Nov 2013 - 20:46

Qu’est-ce que ses parents avaient pu cacher au juste pour être devenus tels qu’il les avait toujours connus. S’il y avait quelque chose qui expliquait leur attitude, est-ce qu’il pourrait être capable de s’y intéresser assez pour que cela compte ? Non, il ne pourrait pas pardonner, il ne pourrait pas changer pour ça. Quelqu’un d’intègre l’aurait peut être fait, mais il n’était pas de ceux-là. En revanche, il était humain et il n’avait jamais totalement quitté du regard le monde qui brûlait autour de lui. D’accord, il ne savait jamais trop comment se débrouiller avec les autres, d’accord, il n’était pas toujours attentif et, surtout, s’épanchait rarement sur le sujet, ne proposait jamais aux autres de discuter ou ce genre de choses. Peut être parce qu’il avait peur de ce que ce genre de conversation pouvait donner. Peut être parce que tout cela était trop intime pour lui. Un comble pour quelqu’un qui attirait couramment les jolies filles dans ses filets de pervers obsédé. Eh bien, c’était peut être sa manière à lui d’être proche des humains. Sa manière à lui d’avoir accès à quelque chose qui n’est pas accordé à tout le monde, d’être spécial quelques longs instants, ne faire qu’un avec quelqu’un d’autre sans que ça n’implique trop de choses sur le plan spirituel.

Peut être qu’il n’était pas fait pour ça, tout simplement, et, le pire, c’était qu’il n’était ici pas le seul. Deux constipés émotionnels, ça donne quoi au juste quand l’un souffre ? Ça se mure, ça s’enterre dans ses emmerdes sans réellement chercher plus loin. Ils avaient tout deux eu le même type de réaction : ils s’étaient démerder avec leurs soucis dans leur coin en espérant qu’ils réussiraient à résoudre le problème, à encaisser, à digérer, à oublier. Ça n’était probablement pas la première fois et celle-ci ne fut pas plus efficace que les précédentes. Mais non ! Bougres qu’ils sont, ils insistent, entêtés ces crétins.

Pourtant, à l’instant où Jayden avait voulu partir, il lui avait dit ce qui n’allait pas, une partie du moins. Depuis, la jeune femme n’avait plus fait aucun commentaire là-dessus et ils avaient fait comme si rien ne s’était passé. Sauf que le présent comme le passé ne laissent jamais quiconque tranquille. Le futur non plus cela dit, surtout en ce qui concerne les étudiants. Ceci était un message du PNNS. Et privilégiez les poissons gras malgré leur taux d’histidine. Qu’est-ce que je raconte ? Il avait fallu qu’elle le pousse jusqu’à ce qu’il soit dos au mur et, même là, il aurait parfaitement pu ne pas abdiquer, c’était même ce qu’il faisait toujours. Mais pas là. Ce genou posé au sol devait être la preuve qu’il appréciait réellement Jayden, et ce même si elle l’avait sérieusement fait chier pour lui tirer les vers du nez. Mais, et lui ? Il l’avait vu souffrir depuis un moment déjà, mais non. Il était trop occupé par ses propres obsessions pour songer aux siennes. D’accord, les tracas en question auraient pu couter la vie de la belle rousse également, mais il ne suffisait pas de se dire ça pour se sentir totalement hors de cause. Ça durait depuis trop longtemps et, à l’instant où tout ce misérable bordel avait éclaté le jeune homme n’avait alors plus songé un seul instant à la fierté stupide qui consistait en le maintien d’un certain périmètre de sécurité à l’approche de ses… proches. Ils risquaient trop en cet instant précis. Il risquait trop. Et il n’avait aucune envie de les perdre.

Fait chier.

Le soulagement qui était apparu sur ses traits et qu’il trouva sur ceux de la jolie rouquine n’était pas feint et jamais il n’avait trouvé plus naturel de serrer contre lui quelqu’un qui ne soit… pas Mack. La jeune femme l’avait attiré contre elle dans la fraction de seconde où elle l’avait vu et, sans réfléchir plus que ça, il avait soupiré, souriant en lui rendant son étreinte. Sans utiliser plus ses neurones, il avait entendu les mots s’entrechoquer en dehors de ses lèvres, honnêtes, soulagés, désolés.

L’instant suivant, ils se séparaient – ‘faut pas déconner non plus – et les grands yeux noisette (ou verts selon la lumière) de la belle se déposèrent sur lui. Comme ramenée à la réalité, la jeune femme sembla hésiter entre différentes émotions avant de prendre la parole.

- Mackensie va bien, elle est morte d’inquiétude pour toi et te cherche partout… Elle est certaine que tu es mêlé à tout ça de façon plus ou moins directe…

Cette fois, le monde aurait pu exploser derrière lui qu’il ressentirait probablement toujours cette étrange sensation de calme. Pour l’instant, ça allait, la situation aurait pu être largement pire.

« Bah évidemment que j’suis mêlé à ça. »

C’est connu, quand quelque chose débloque ou que quelqu’un va mal, Alec n’est pas loin. C’est un truc de Rivers. Oui, il avait un peu trop l’habitude d’être associé à tout ce qui pouvait disjoncter dans son entourage proche ou lointain mais, pour le coup, il n’avait fait que surveiller les arrières d’un cousin à l’air trop sévère pour ne pas préparer de connerie. Pour une fois que c’était dans ce sens là que se déroulaient les choses. Mais, oui, sa réplique avait été essentiellement rhétorique. De toute manière, elle n’impliquait pas puisque ce qui suivait valait bien plus d’intérêt.

- Mackensie a déjà tenté de me cuisiner des milliers de fois déjà. J’suis désolée d’avoir fui de la sorte, mais j’avais besoin d’être seule. J’pensais que tout garder pour moi suffirait, comme d’habitude, mais c’est visiblement pas le cas et c’est pire de jour en jour.

Oui, elle s’était esquivée, avait disparu il ne savait trop où et, puisque lui était parfaitement occupé à échafauder un plan machiavélique et déprimant pour assassiner le père d’une amie, il fallait dire qu’il n’avait pas plus insisté que ça. Mais après ? Après non plus. C’était plus facile, plus confortable, plus lâche aussi. Non, ça n’était pas très courageux ou respectueux mais il avait agit en enfant, espérant que le mal-être de la jeune femme s’en irait de lui-même ou que quelqu’un l’aiderait. Quelqu’un de plus doué que lui, de moins maladroit, de plus impliqué. Mais non. Alors il n’avait rien dit pour la laisser continuer, pour éviter de faire une connerie qui la bloquerait sur sa lancée. Il l’avait simplement attirée un peu plus loin, là où il pourrait surveiller que rien ne leur tombait sur le coin de la tronche sans qu’ils ne l’ait vu arriver.

- J’ai… j’ai avorté juste avant d’arriver à Poudlard.

Merde alors… C’était ce qui s’était dessiné sur ses lèvres sans qu’aucun son n’en profite pour les franchir. Alors ça… il ne s’y attendait clairement pas. S’il ne la connaissait pas, il aurait même juré la voir vaciller, là, devant lui, comme une chandelle qu’on souffle sans y prêter attention. C’était la première fois qu’elle exprimait ça tout haut et pourtant ses mots étaient durs, crus, comme si la violence pouvait conjurer la souffrance. D’expérience, il savait que ça ne marchait pas. Ce n’était qu’un leurre. Balancer la vérité comme si elle était une arme permettait parfois de se cacher derrière elle, mais cette lame ne portait pas de poignée.

- J’suis tombée enceinte après une dispute avec mon père, j’me souviens plus vraiment de la soirée en question, juste que j’ai trop consommé et que je l’ai regretté un mois plus tard… La question s’est même pas posée, sauf qu’en Irlande, c’était impossible. Le père l’a jamais su, personne ne l’a jamais su en fait, sauf ma mère qui l’a devinée quand je suis rentrée de Londres, mais on n’en a jamais parlé. Elle m’a envoyée à Poudlard en se disant qu’ici je pourrais tout recommencer puisque personne ne me connaissait. Mais même ici, mon passé a trouvé le moyen de revenir me court-circuiter…

Le passé nous rattrape toujours.

Serrant les mâchoires devant la souffrance de son amie, le Serpentard ne su que dire, que faire pour alléger sa peine. Il n’y avait probablement rien qui aurait pu aidé d’ailleurs, mais voilà, là, en cet instant, la jeune femme baissait un voile qui la couvrait jusque là, elle se montrait vulnérable, telle qu’elle était, elle et les épreuves qui l’avaient forgée. Elle n’avait probablement jamais été plus jolie qu’en cet instant précis, alors que ses explications râpaient sa conscience.
Il fallu un instant avant que la suite n’arrive à sortir et, sans réellement s’en rendre compte, bien qu’hésitant, le jeune homme lui prit la main. C’était con merde, juste con. Pourtant, il ne pouvait pas comprendre, pas imaginer ce que ça pouvait être pour elle que de vivre ça, mais il savait qui elle était et il connaissait sa résistance. Alors, oui, là, elle souffrait réellement et… il cherchait juste à faire ce qu’il prouvait pour qu’elle sache qu’il ne s’en foutait pas, qu’il ne la jugeait pas et qu’il était là. D’accord, ça faisait probablement beaucoup à interpréter en un si petit geste mais celui-ci était tellement rare chez lui qu’elle saurait peut être qu’il était empreint de compassion.

- J’ai enterré ça en me disant que ça ne m’affectait pas, j’voulais pas ce bébé… J’étais pas prête à assumer ça, et avec mon père et son alcoolisme chronique à la maison, on pouvait pas vraiment dire que le cadre était idéal. Alors j’ai fait ce qui me paraissait le mieux, j’ai enfoui tout ça et j’ai fait comme si tout allait pour le mieux et ça a marché, j’ai souri, mais là j’y arrive plus.  

Ses lèvres se pincèrent légèrement l’instant suivant. Génial, en effet, ça devait être la joie à la maison chez elle aussi tient. Est-ce qu’elle s’était pointée devant lui et lui avait mentis, le menton haut et le regard provoquant ? Est-ce qu’elle avait été soulagée de faire comme s’il ne s’était rien passé en venant ici ? Est-ce qu’elle s’en voulait ? Il n’était qu’un… un amas de cellules qui une fois grand et en vie n’aurait pas été heureux. Il n’était rien, mais recelait tellement de promesse qu’elle avait probablement cette sale impression d’avoir assassiné quelque chose… quelqu’un qui ne le méritait pas. Comment on vit avec ça ? Comment fait-on avec ?
S’il l’avait su, il ne serait probablement pas là ni tel qu’il était. Alors il n’avait simplement pas de réponses à apporter, juste de l’affection.

Le bras du Serpentard l’attira contre lui, passant contre ses épaules pour l’approcher doucement alors que son autre main se posait sur ses hanches.

« T’as bien fait. C’était le mieux que tu… t’es pas forcée de sourire, ni de garder ça pour toi. »

Sans l’embrasser, il posa un instant ses lèvres sur son front, comme quand on prend la température d’un enfant.

« J’sais pas quoi te dire mais… tu dois pas te détruire pour... ça. »

C’est arrivé, tu ne pourras jamais faire comme si ça n’avait pas eu lieu.
Combien de personnes ici doivent se pardonner pour réussir à avancer ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2045
Date d'inscription : 13/05/2011
Crédits : Clochette, sign : wild Heart
Double Compte : Aileen - Dakota - Mack - Sloane - Esha



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1067-tgif-jayden-s-link
MessageSujet: Re: This Moment ●● Alec   Dim 1 Déc 2013 - 15:56

« Bah évidemment que j’suis mêlé à ça. »

On sentait l’ironie, c’est vrai que bien souvent, le monde avait tendance à l’accabler dès qu’une chose n’allait dans leur vie. Après tout, il fallait bien trouver un coupable et les Rivers étaient à eux seuls une raison suffisante ! Pourtant dans l’esprit de la jolie rousse, c’était plus la crainte de le voir tomber qui l’habitait que d’éventuelles représailles quant aux évènements qui venaient d’avoir lieu, et la belle Irlandaise restait persuadée que Mack pensait la même chose. Aussi, elle ne répliqua pas, trop prise dans ses pensées pour réagir. Comment avouer ce qu’elle avait sur le cœur, avouer sa culpabilité, son mal être alors que jusqu’ici elle n’avait jamais rien laissé paraitre, passant pour cette garce que rien n’affecte ! Oui les apparences peuvent parfois se révéler trompeuses, un beau sourire cache souvent plus qu’on ne le croit. Les mots étaient sortis sans fioritures, sans dorures pour les enjoliver. Si elle avait su que les mots la blesseraient autant, elle aurait sûrement enjolivé les choses.

A en voir la réaction d’Alec, il ne s’attendait pas vraiment à de telles révélations ce qu’elle pouvait comprendre. Mal à l’aise, la jeune femme n’avait pas cherché à croiser son regard. Accepter de se dévoiler ne signifiait pas forcément qu’elle acceptait d’être vulnérable, et à cet instant précis, la demoiselle se sentait plus à nue que jamais. Comment les gens faisaient ils pour parler sans cesse de leur mal être au juste ?! Tout ça n’avait rien de libérateur au contraire, et au fur et à mesure que les mots sortaient de sa bouche, la jolie rousse sentait un poids de plus en plus lourd peser sur ses frêles épaules. Oui elle se sentait coupable, coupable d’avoir privé un enfant de sa vie future car elle avait été trop égoïste pour aller jusqu’au bout ! C’était en grande partie de sa faute, elle aurait du se protéger, rester consciente, mais refaire le monde ne sert à rien si ce n’est remuer le couteau dans une plaie qui était déjà bien trop béante !

« T’as bien fait. C’était le mieux que tu… t’es pas forcée de sourire, ni de garder ça pour toi. »

Elle s’était laissé faire, sa proximité lui faisait du bien après un mois passé à fuir toute humanité, il ne la blâmait pas, ne la prenait pas en pitié… Il était juste là et ça lui suffisait amplement pour se laisser aller.

« J’sais pas quoi te dire mais… tu dois pas te détruire pour... ça. »
- Pour ça… Ca parait tellement futile alors que…

Non elle n’était pas prête pour être mère, loin de là même et son caractère faisait qu’elle ne le serait peut-être jamais, mais elle avait été élevée dans une façon de pensée disant que chaque enfant méritait d’avoir sa chance. L’avortement n’était pas légal en Irlande, sa vie n’était pas menacée, juste son petit confort et sa vie future. C’était égoïste, oui mais il n’y avait pas d’autre solution…

- J’ai tellement honte d’avoir fait ça… Tu savais qu’à deux mois… son cœur bat déjà ?

Sa voix était meurtrie, affectée et à moitié nouée. Oui cette expérience l’avait plus marquée qu’elle ne l’aurait cru au départ. Même des mois plus tard, elle ne pouvait s’empêcher de songer à ce que cet enfant serait devenu si elle n’avait pas avorté. Ce bébé serait là maintenant. Quelques larmes avaient glissé le long de ses joues, alors la jeune femme s’était éloignée pour se détourner d’Alec, elle détestait se sentir si fragile et exposée.

- J’pense que maintenant, on est à égalité niveau confessions intimes…

Tu en sais sur moi, j’en sais sur toi…  On peut repartir sur des bases saines, c’est ça ?! Elle essayait juste de détourner cette conversation un peu trop intime, comme lui avait pu le faire. D’un revers de main, elle avait fait disparaitre les trainées humides de son visage.

- J’devrais prévenir Mack… Elle va finir par tuer quelqu’un à force de s’inquiéter pour toi.

Elle avait souri, il n’était peut-être pas à l’aise avec tout ça, et elle ne l’était pas plus. Son patronus était parti retrouver Mack.

- Qu’est-ce qu’il s’est passé au juste ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1874
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: This Moment ●● Alec   Jeu 12 Déc 2013 - 15:42

Comment fait-on pour être présents pour les autres ? Comment une personne normalement constituée et moins marquée par la vie et l’abandon fait exactement pour se montrer présent ? Non, c’est une question con, je sais mais… oui, c’était peut être stupide mais à vrai dire il ne savait pas vraiment comment se comporter, alors, forcément, il en arrivait surtout à se dire qu’il n’était pas précisément totalement normal. Il manquait de repères affectifs et doutait, finalement, d’être simplement.. qualifié pour agir. Il n’avait aucune envie de faire des conneries et décidait probablement - en cet instant où tous étaient en danger – de cesser de fuir, au risque de passer pour un con, et de se mettre à montrer que, oui, il tenait à la jeune femme et n’appréciait pas de la sentir à ce point en mal être. Ce qu’elle avait fait pour mettre au clair les choses entre elle et lui, il ne pouvait simplement pas le reproduire. Et pourtant, là, alors que l’angoisse lui liait les trippes il lui avait semblé que les choses étaient venues à peu près d’elles mêmes. A peine avait-il retrouvé son amie qu’elle était dans ses bras et qu’il se sentait débarrassé d’un certain poids. Pourtant, cette soudaine légèreté avait été de courte durée. Il l’avouait, non, il ne s’était pas attendu à une telle révélation de sa part. Jayden ? Mère ? Merde alors. Non, en effet, il ne la voyait clairement pas bien calée avec un gamin dans les pattes et les obligations qui vont avec. En revanche, ce qu’il voyait, c’était de la détresse et une affreuse culpabilité. S’il ne pouvait comprendre ce qu’elle vivait, il savait pourtant ce qu’il voyait et il haïssait la savoir dans cet état là.

« J’sais pas quoi te dire mais… tu dois pas te détruire pour... ça. »
- Pour ça… Ca parait tellement futile alors que…
« Non, c’est pas.. c’est pas ce que j’voulais dire. »

La serrant doucement contre lui, il l’avait laissé s’exprimer, se mordant une lèvre, regrettant déjà ce qu’il venait de dire. Non, il n’avait pas voulu dénigrer la vie de l’enfant qu’elle aurait pu donner, c’était juste qu’il ne savait comment le nommer. A vrai dire, il avait souvent pensé que ce genre de choses pouvait lui arriver, il était clair qu’il jouait souvent avec le feu – les enfants, ça n’est pas une chose à faire, c’est dangereux et très con, là nous sommes dans l’imaginaire et je ne lui fais choper de MST que si je le veux : à ne pas reproduire chez vous – et se demandait bien comment il pourrait réagir face à une telle nouvelle. Non, il serait un père pathétique, ça, tout le monde l’avait compris sans même le connaitre particulièrement, mais, à partir de ce fait, que valait-il mieux pour un tel enfant ? Il avait beau paraitre se foutre de tout, il avait assez serré les dents en étant enfant pour réfléchir à la moins pire des situations.

- J’ai tellement honte d’avoir fait ça… Tu savais qu’à deux mois… son cœur bat déjà ?
« Nan, arrête.. »

Il en aurait grincé des dents. Passant la main dans les cheveux de feu de la jeune femme pour qu’elle redresse les yeux pour le regarder, il ajouta :

« Écoutes, c’est probablement le mieux, plutôt que de naître à un moment où il ne le faut pas, dans une famille qui… ça l’aurait pas fait Jayden d’accord ? J’veux bien que tout gamin ait sa chance, mais la vie est pas toujours un cadeau. T’en sais rien, en plus si ça se trouve, il n’était même pas viable alors arrête de te torturer. Si tu dois être mère, ça sera en temps voulu, et il ne sera pas trimballé entre quarante maisons le temps que tu te stabilise. »

Il ne savait pas si ce qu’il racontait l’aidait un tant soit peu, mais il était sincère. Avoir un enfant simplement parce qu’il a été formé, si c’est pour lui offrir des importunes par millier, une famille en guerre et des secrets à gogo : ça n’est simplement pas une bonne idée.

« T’as pas à t’en vouloir, t’as fait au mieux et c’était… c’est courageux, d’accord ? »

Un petit sourire.

« Regarde, j’en connais un qui a gardé en vie un amas de cellules à la con, mi Japonais mi Anglais et qui le lui a fait payé toute sa vie après ça. C’était une idée de merde de l’amener à la vie, il m’a piqué une après midi d’éclate avec une belle rousse : quelle connerie ! »

Oui, c’était une tentative foireuse pour la faire sourire, mais au moins, il essayait. Et puis, sans cet embryon en question, le foutoir actuel serait bien différent : ils seraient tous en lignes, les coupables du déclenchement de la révolution seraient châtiés et ils reprendraient leurs vies en silence. D’un autre côté, lui, aurait évité quelques emmerdes si Logan n’avait pas existé. Il n’aurait même peut être pas fini ici, qui sait.

La jeune femme s’écarta doucement de lui.

- J’pense que maintenant, on est à égalité niveau confessions intimes…

Un petit rire jaune avait étiré ses lèvres.

« Ouais, c’est bien, t’as rattrapé ton retard. »

Prochain coup, c’est jocker et alcool.

- J’devrais prévenir Mack… Elle va finir par tuer quelqu’un à force de s’inquiéter pour toi.

A son tour, la jeune femme lui sourit, ce qu’il lui rendit. Oui, c’était vrai que Mack devait être au bord de l’implosion. A vrai dire, avec la conversation qu’ils avaient eut, il en aurait presque oublié la situation. Quelle idée aussi de se mettre à parler de telles choses en un moment pareil ? D’un autre côté, c’était tellement rare de leur part qu’il fallait bien leur accorder le temps nécessaire quand ils se décidaient.

« Ouais, vas y, qu’elle nous rejoigne. »

L’instant suivant, une petite chouette partait en voletant pour retrouver la belle blonde.

- Qu’est-ce qu’il s’est passé au juste ?
« Oh, presque rien, des cons ont décidé de faire un concert anti-Supérieurs, donc ils se sont fait grillés, ya eu des morts et là étrangement, ils ont riposté et c’est donc partit en sucette. NON j’y suis pour rien et OUI j’y ai participé, mais pas en cognant dans le tas, j’m’améliore. Logan partait dans le sens opposé du foutoir, du coup je l’ai suivit et… il a tué Walters. Et actuellement, il cherche une technique pour faire le moins de morts possibles je pense. »

Voilà voilà.

« Bref, s’il se foire pas trop, on a une chance d’oublier les uniformes et les dortoirs sectaires d’ici peu. Pour ça, ‘faut juste que mon cousin ne se fasse pas tuer et réussisse son coup. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2045
Date d'inscription : 13/05/2011
Crédits : Clochette, sign : wild Heart
Double Compte : Aileen - Dakota - Mack - Sloane - Esha



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1067-tgif-jayden-s-link
MessageSujet: Re: This Moment ●● Alec   Dim 11 Mai 2014 - 16:45

Là dans ses bras, la jeune femme se laissait aller, tombant ce voile de dureté dont elle s’était dotée durant près d’une année. Elle pensait sincèrement que tout ça était derrière elle, que si elle n’en parlait plus et rangeait cela dans un coin brumeux de son esprit, ça ne reviendrait jamais ! Mais c’était plus fort qu’elle en voyant Ismaelle enceinte, tout lui était revenu, violemment et elle s’était projetée. Ce bébé aurait quel âge maintenant ? Deux mois environ… Peut-être trois ? Elle était presque à la limite légale lorsqu’elle avait avorté, elle avait grandi dans l’optique que chaque enfant à le droit de vivre… Que l’avortement était un acte malsain que jamais elle ne pratiquerait. Sauf que ce genre de pensée, c’est toujours plus facile lorsque nous n’y sommes pas confrontés ! Elle avait hésité, et en pesant le pour et le contre, c’était là… la seule solution ! La culpabilité la rongeait depuis, à petit feu sans qu’elle ne s’en doute. Elle s’insinuait perfidement dans chaque partie de son être ! Alec l’avait arrêtée dans sa course, et c’était sûrement la meilleure chose à faire.

« Écoutes, c’est probablement le mieux, plutôt que de naître à un moment où il ne le faut pas, dans une famille qui… ça l’aurait pas fait Jayden d’accord ? J’veux bien que tout gamin ait sa chance, mais la vie est pas toujours un cadeau. T’en sais rien, en plus si ça se trouve, il n’était même pas viable alors arrête de te torturer. Si tu dois être mère, ça sera en temps voulu, et il ne sera pas trimballé entre quarante maisons le temps que tu te stabilises. »

La belle avait acquiescé, il avait raison bien sûr et c’était d’ailleurs comme ça qu’elle avait vu les choses. Elle avait pensé la même chose quand elle avait pris sa décision.

« T’as pas à t’en vouloir, t’as fait au mieux et c’était… c’est courageux, d’accord ? Regarde, j’en connais un qui a gardé en vie un amas de cellules à la con, mi Japonais mi Anglais et qui le lui a fait payé toute sa vie après ça. C’était une idée de merde de l’amener à la vie, il m’a piqué une après midi d’éclate avec une belle rousse : quelle connerie ! »

Un sourire amusé était apparu sur le visage de la jolie rousse. Aborder le sujet en le détournant était une excellente façon de lui remonter le moral.

- C’était une après midi pour le moins divertissante et hautement instructive !

Oui elle plaisantait, parce que dans le fond c’était la première protection qu’elle avait et sûrement la plus efficace. Elle avait fini par s’écarter, les ramenant un peu à la réalité… Oui ils étaient sûrement au même stade niveau confession… La prochaine fois se sera café, clope et chiotte ! Traduction : alcool et plus si affinité ! Et l’idée de faire partir la conversation sur Mack et les évènements présents la tentaient bien plus… Son patronus était parti retrouver la belle blonde qui devait être en train de maltraiter un gamin ou autre dans le but d’obtenir quelques renseignements précieux !

- Qu’est-ce qu’il s’est passé au juste ?
« Oh, presque rien, des cons ont décidé de faire un concert anti-Supérieurs, donc ils se sont fait grillés, ya eu des morts et là étrangement, ils ont riposté et c’est donc partit en sucette. NON j’y suis pour rien et OUI j’y ai participé, mais pas en cognant dans le tas, j’m’améliore. Logan partait dans le sens opposé du foutoir, du coup je l’ai suivit et… il a tué Walters. Et actuellement, il cherche une technique pour faire le moins de morts possibles je pense. »

Une pause… Alors tout ça était vraiment fini ? Enfin fini non mais le directeur était tombé alors c’était déjà un bon début non ?!

- Un concert de pseudo-rebelles… Y a pas je comprends pas la moitié de cette école !
« Bref, s’il se foire pas trop, on a une chance d’oublier les uniformes et les dortoirs sectaires d’ici peu. Pour ça, ‘faut juste que mon cousin ne se fasse pas tuer et réussisse son coup. »
- Dommage… les dortoirs avaient leur petit côté excitant ! Et y avait certains points de l’uniforme que j’aimais tout particulièrement !

Genre la cravate par exemple qui peut avoir son potentiel de sexitude ! C’était ce moment qu’avait choisi Mack pour arriver, au bout du couloir on avait pu apercevoir une boule de poils prendre forme humaine pour finalement sauter au cou d’Alec au risque de l’étouffer.

- Ca fait des heures que j’te cherche, bordel Alec j’ai eu tellement peur qu’il te soit arrivé quelque chose.

Oui des heures c’est peut être un peu beaucoup mais c’était pour être sure que le message soit passé ! Elle avait flippé à l’idée de le perdre. Et non elle n'était pas prête de lui lâcher la grappe ! Elle tenait trop à lui quoi qu'elle en dise !

Rp terminé
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: This Moment ●● Alec   

Revenir en haut Aller en bas
 
This Moment ●● Alec
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel moment vous a le plus marque dans l'annee electorale USA?
» En ce moment à la télé...
» Un moment de déprime [Libre]
» Un petit moment de réconfort
» Mash sur direct 8 en ce moment

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Quatrième Etage.-
Sauter vers: