AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Interlude ▬ Kezabel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Interlude ▬ Kezabel   Mer 9 Oct 2013 - 18:27

Lundi 8 septembre 2014 – Dans l’après midi
Interlude



Kezabel & Enzo

Salut Jill,

J’espère que tout va bien pour toi, là bas, chez toi, ou bien où que tu sois. J’espère que t’es une gentille fille avec tes parents parce que crois moi c’est pas tous les jours facile de devoir te supporter et ils ont bien du courage et moi aussi je t’aime. Je suis un peu déçu de ne pas avoir pu passer te voir avant de rentrer à Poudlard mais c’était trop compliqué, et peut être même trop risqué, de faire un détour par cheminée. Partie remise, hein ? A priori on a d’autre vacances cet hiver, pour Noël, et pour l’instant je ne sais pas vraiment comment ça va se passer ni ce qu’on fera – même s’il y a de forte chance qu’on retourne en Australie, en tout cas je l’espère même si je ne suis pas pressé de revoir certaines personnes – mais je me dis qu’on pourra essayer de faire un petit détour pour te rendre visite ou tu pourrais même carrément venir profiter du soleil avec nous même si … enfin bref, je ne veux pas m’avancer mais ce sont des idées qui se baladent dans ma tête.

Ça fait une semaine qu’on est rentrée en cours et devine quoi ? AU SECOURS ! Tu me manques, t’as pas idée. Pas que pour ça, évidemment, mais je dois bien t’avouer que j’ai déjà énormément de mal à me concentrer pour bosser. Ok, la Pleine Lune est dans deux jours donc ça joue c’est certain mais … voilà. Ça craint. Wallenstein est toujours là et il m’aime toujours autant, presqu’autant que moi j’aime sa matière c’est pour dire. Y a pas mal de petites choses qui ont changé au château, des nouveaux cours, des nouveaux prof, ça grouille de monde et globalement l’ambiance est plutôt détendu mais on sent bien qu’il y a un truc dans l’air qu’est pas vraiment parti. Sovahnn est revenue, comme prévue, idem pour Cameron et Megan. Ils vont tous bien. Et tu verrais le ventre d’Ismaelle, c’est impressionnant comme il a poussé ! Un peu comme mes cheveux en fait … Désolé de t’annoncer ça mais j’ai je crois que j’ai récupéré mes habitudes capillaires Australiennes mais souviens toi, c’est comme les poignées d’amour, ça permet une meilleure prise. Parlant de ça, Kyle va bien aussi et j’écris cette lettre sur un coup de tête, il n’est pas avec moi, mais je suis sur qu’il te passerait le bonjour s’il était là.

PS : Les Non-Magiciens partagent des dortoirs maintenant, tu t’imagines bien que ça n’arrange pas nos affaires ça. Oui, je me sentais obligé de te faire grimacer à distance mais rappelle toi, tu m’aimes, peu importe ce que je dis, fais, ou ce qu’il se passe.

J’ai Lune sur les genoux, elle est en phase d’observation de nos nouveaux colloc et je dois dire que moi aussi. Je m’étais habitué à Harper, même aux autres gars, et faut tout refaire. Je vois bien que certains me regardent comme si j’étais une bête de foire et sincèrement parfois c’est pénible mais bon, c’est comme ça. En cours c’est la même, heureusement que Jamie et Lukas sont là pour me servir de repères même si dans le font je suis pas perdu mais c’est toujours ça. Tu te souviens de Mali, la copine de Cleo ? Toujours aussi flippante et oui, je sais, je suis une petite nature. Enfin elle a l’air cool, je suis mauvaise langue. En tout cas Harper et Campbell me manquent même si je vois quand même le Rouge en dehors des cours de temps en temps. Tu pourras lui dire à Gueule d’Amour si jamais tu le croises ou que t’as des nouvelles. J’ai plus personne pour poser mon coude quand je fatigue, on devrait toujours avoir un mec de la taille d’un Elfe de Maison avec soi. Nan, deux Elfes, n’exagérons pas.

Il va falloir que je te laisse, j’ai cours dans cinq minutes. Prends soin de toi. A bientôt !

Enzo

Voilà comment à commencer ma journée, et ma semaine par la même occasion. J’ai pas pris le temps d’écrire à Jill depuis qu’on est rentrés à Poudlard - ce qui est très mal Enzo Ryans. Oui je sais – donc je rattrape un peu les choses. Elle me manque, c’est un fait. Je suis loin d’être seul ici mais on remplace pas les gens, c’est comme ça. J’ai retrouvé Elwynn et ses câlins, ses habitudes de Mère-Poule. J’ai retrouvé Sova, notre complicité et nos conneries. J’ai retrouvé Cameron avec qui on a repris nos bonnes habitudes d’aller faire un basket de temps en temps. J’ai retrouvé les sœurs Calgarry, Riley, et tous les autres ou presque. Y compris ceux que je n’avais pas spécialement envie de revoir mais c’est un autre débat. C’est vrai que je commence à ressentir le problème d’avoir redoublé mon année. J’avais déjà du mal à me concentrer alors que tout ou presque était nouveau, maintenant que je revois ce que j’ai déjà vu c’est encore pire mais je sais que je ne peux pas me permettre de jouer au con. L’échec ça va cinq minutes et rien que pour faire fermer sa grande gueule à Bryton, mon cher cousin préféré, j’ai envie de cartonner mon année, limite d’être dans les meilleurs de la classe si je le peux. Seulement voilà, c’est bien beau de vouloir les choses, il faut aussi réussir à s’y tenir. Je dois avouer que le fait de ne plus avoir Jill qui me tanne pour que je bosse est un soucis – et bien sur que non elle ne me manque pas que pour ça – et le fait que Kyle ait lui même retrouvé un rythme scolaire est … en fait c’est une bonne chose dans le sens où maintenant je sais qu’il doit bosser tout comme moi donc j’arrive mieux à me concentrer en sa présence, étrangement. On a une vie normal, c’est … presque bizarre.

Enfin bref ! La journée suit son cours, les heures passent, le déjeuner aussi et c’est quand même super agréable de tous pouvoir se mélanger. Non-Magiciens y compris même si certains – toujours les mêmes – ne sont pas de cet avis et ne se gênent pas toujours pour le faire savoir. Vous êtes en minorité les gars, pas d’bol, alors fermez là et le premier qui touche à mon mec je l’explose. Désolé, y a des choses qui changent pas, c’est comme ça. Oh ! Fait non négligeable : Plus d’uniforme !!! J’avais une sainte horreur de ces trucs là, idem pour la robe de sorcier. Adieu truc informe, trop grand ou trop serré. Bonjour mes bons vieux baggy, et autre vêtements dans lesquels je me sens bien. Dans le fond c’était pas si mal l’uniforme, dans le sens où on était tous pareils, mais … Nan, je ne vais pas pleurer parce qu’on n’a plus à les porter, clairement. Je reste un Rouge quand même et d’ailleurs je n’aurais pas cru le revendiquer un jour mais comme quoi tout peut arriver. Bref ! L’après-midi débute, rien de bien transcendant, j’essaie juste de rester concentré mais en fonction des matières ça n’est pas toujours simple. Aujourd’hui je termine assez tôt alors je décide d’aller squatter dehors, au calme, pour faire mes devoirs. C’est donc d’un pas nonchalant, les mains dans les poches et le sac sur l’épaule, que je me dirige vers les bord du Lac. Je l’admets, il m’a fallu pleins de volonté pour ne pas larguer mes bonnes résolutions et aller chercher ma planche pour taper quelques vagues mais j’ai réussi à tenir et me voilà assis dans l’herbe, seul avec moi même et … mon bouquin de Botanique. Ma bête noire … Franchement, je sais pas pourquoi j’ai autant de mal avec cette matière mais y a rien à faire. Peut être que c’est en partie de la mauvaise volonté de ma part entre la Bota et moi c’est clairement pas le grand amour. Jill m’a beaucoup aidé, Riley aussi quand elle pouvait, et j’ai réussi à m’en sortir parfois mais je crois que le côté végétal c’est pas trop mon délire. Sans parler du fait que je ne peux pas saquer le Prof – et que c’est réciproque – mais c’est un autre débat. Peut être que je pourrais redemander à Megan si elle a un peu de temps pour m’aider, ou même Riley et Elwynn mais … Je sais pas, je crois que ma fierté et moi on a envie de tenter de s’en sortir par nous même et puis surtout j’ai pas envie de les déranger. Elles sont toutes dans leurs dernières années, c’est important, et elles ont surement mieux à faire que de perdre leur temps avec un gamin de 6ème. Constat du jour.

J’ai tenu combien de temps comme ça, assis par terre, les parchemins autour de moi, la plume dans une main et le livre dans l’autre ? Trente minutes à tout casser. J’essaie, vraiment, mais … tout ce que je vois c’est que je commence à m’énerver tout seul et ça je sais très bien à quoi je le dois. Disons au moins en partie. Alors voilà, c’est plus fort que moi, je lâche ma plume et balance mon bouquin deux mètres devant moi en râlant parce que c’est bien connu, râler, ça défoule.

« Tu fais chier Wallenstein, étouffe toi avec tes plantes. »

Et encore je suis sympa, j’aurais pu l’envoyer contre un arbre.

Un soupir, les mains sur le visage une seconde puis dans les cheveux alors que mes yeux se braquent sur le Lac. Genoux pliés et remontés, une main sur la nuque. J’inspire, bloque, expire, pour me calmer. La présence de l’eau a toujours eu le don de m’apaiser alors je fixe le Lac comme s’il était la seule chose existant autour de moi, jusqu’à ce que ma droite se porte à une des poches de mon bermuda et que j’en sorte une photo et le sourire me revient instantanément quand je vois les deux silhouettes présentes dessus s’animer. Kyle et moi, entrain de faire les cons sur la plage devant la maison à Lakes. Je crois que c'est Grand-Mère qui l'a prise celle ci et puis de toute façon j'ai du mal à imaginer que Derek ait pu immortaliser ce genre de trucs. Ok il accepte mais de là à apprécier de nous voir ensemble ça n'est pas la même chose. Je comprends, et je respecte ça dans la mesure du possible. Disons qu'en sa présence on ne s'est pas vraiment épanchés comme on a l'habitude de le faire en temps normal. Un sourire calme, tranquille, presque serein mais rempli de nostalgie. On était tellement bien là bas … En faisant abstraction de ma famille à l'exception de Grand-Mère et Derek bien sur mais … et puis c'est vrai qu'on est pas si mal ici mais je crois que je me tape simplement un petit mal du pays. C'est passager, ça va passer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2158
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Interlude ▬ Kezabel   Jeu 17 Oct 2013 - 19:33

Une semaine que les cours avaient débutés et je n’ai rien vu passé. Cette dernière année promettait d’être éreintante et chargé en devoirs. J’étais déjà assaillis de compte rendu à faire, de Sortilèges à apprendre par cœur, de croquis à rendre pour la botanique, une carte à faire avec des constellations dont je n’avais jamais entendu parlé de ma vie, et j’en passe…. Bref l’angoisse. J’avais plutôt intérêt de me trouver une organisation correcte et bien rangée si je ne voulais pas être vite débordée. Ca me fatigue déjà, haha. Keep Calm. J’vais m’en sortir comme à chaque fois. C’est pas que je suis une mauvaise élève, ni que je sois en difficulté, mais le rythme des deux années passées nous avait fait perdre pas mal de bonnes habitudes. Il fallait simplement reprendre les rennes … oui, simplement. Quoi qu’il en soit, cette semaine avait été tout de même agréable. Après tout, c’était les premiers jours où nous retrouvions les amis mais aussi nos marques, nos soirées entre maisons ou d’autres à se mélanger. Bref, une ambiance que nous n’avions plus ressentis depuis trop longtemps.

« Keza, ça te dit une partie de Quidditch ? Il fait beau et on a une heure de libre ! Viens nous aider à cloué le bec à ce macho de Tyler!
- Désolée Lucie mais j’ai un tas de truc à faire ! Puis tu sais bien que sur un balai je donne l’impression d’être aussi raide que lui… En plus je serais capable de me casser quelque chose à un mètre du sol ! »

J’éclate de rire avec elle... c’était tellement vrai, j’étais peut-être douée en dessin et agile pour grimper aux arbres quand j’étais gamine, je n’en étais pas moins une vraie catastrophe sur balai ! Chacun son truc après tout ! J’avoue quand même que je regrette de ne pas pouvoir profiter de cette heure libre avec mes compatriotes de maison et j’hésite d’ailleurs un long moment … Est-ce que ça ne me ferait pas du bien une petite pause d’une demi-heure après cette journée de cours ? Bon, elle n’était pas finit pour tout le monde, mais pour moi si. Arf… Non, j’allais pas commencée à me laisser distraire ! Je regarde le ciel au travers la fenêtre… Bon. On allait faire kif-kif. Je prends mon bouquin d’Histoire de la Magie, mes parchemins et je vais étudier près du Lac histoire de profiter du beau temps que ce mois de Septembre nous offre encore. Ouais voilà, j’fais ça trois bon quart d’heures et je pars les rejoindre, histoire d’aéré mon esprit qui comporte déjà un tas d’information à retenir. Allez, en route mauvaise troupe…

Je prends un sac à dos avec mes parchemins et plume, puis le bouquin sous le bras je traverse l’école pour prendre une grande bouffée d’air dans le parc. C’était un coin que je n’échangerais pour rien au monde. De la verdure à perte de vue, du calme, de la liberté, de la nature ! Bref, un coin paisible où il était bon de se poser, de se détendre seule ou même en bonne compagnie. Sans réellement me pressée, je me dirige vers le Lac où je compte élire domicile pour me pencher sur ce devoir qui promettait trois bons parchemins de rédaction... En quoi la révolution des Gobelins fut-elle déterminante pour leur histoire ? En soi, la question n’avait rien de compliquée. Mais c’était jolie de placer des arguments, encore fallait-il les approvisionner de références, d’explications et tous les bagages qui suivaient derrière.

D’ici je pouvais sentir l’odeur de l’eau fraiche, tout en appréciant la brise qui venait doucement caresser la peau de mon visage. Apaisement totale …

« Tu fais chier Wallenstein, étouffe toi avec tes plantes. »

Ou presque… Comment une phrase peut-elle gâchée tout un paysage et une bonne ambiance ? J’exagère. Lorsque je lève les yeux, j’y aperçois un garçon genoux pliés contre son torse, une main sur la nuque, mais aussi un livre à ventre ouvert vers le ciel, laissez à l’abandon. J’esquisse un sourire… Wallenstein. Prof de botanique, en voilà encore un qui vomissait sur les noms des plantes et leurs façons de se « reproduire ». Je repense à Caem que j’avais aidé il y a plusieurs mois de ça pour cette même matière. Moi qui étais une amoureuse des jardins et des plantes, je n’avais jamais éprouvée grande difficulté pour ce cours. Ca n’était pas le cas pour tout le monde… Chacun ses lacunes. Ma bête noire était l’Astronomie et la Divination. Rien que d’y penser, j’en ai la migraine… Je pouvais donc parfaitement comprendre l’excès de rage qui avait envoyé planer ce bouquin de plante. Je lève de nouveau mon regard vers le jeune homme qui était, cette fois, plongé dans ce qu’il semblerait être une photo. Je plisse les yeux et fronce les sourcils… Je reçu un léger coup au creux de l’estomac lorsque je le reconnus, malgré ses cheveux qui avaient prit quelques centimètres lors de ces vacances. C’était lui, Enzo. Et je fus irrémédiablement ramener à cette soirée avec Riley, où nous avions bien cru que nous vies allaient se terminer sous les pinces de l’accromentule s’il n’avait pas été là. J’avais d’ailleurs pensée à le remercier, plusieurs fois. Il nous avait sauvé la vie et je tenais réellement à ce qu’il sache que son courage n’était pas passé sous silence. Je suppose que Riley à due le remercie pour deux… mais je voulais à le faire personnellement.

Je ramasse le bouquin à mes pieds avant de m’approcher de lui. Je pus voir par dessus son épaule la photo s’animé avec deux jeunes hommes faisant le zouave devant l’appareil… Enfin LUI faisant le zouave. Je ne sais pas qui était le petit bouclé, mais il transpirait le calme comparé à Enzo ! Pas que je juge, bien au contraire, mais il était perturbant de voir deux caractères si opposer paraitre si complice. D’ailleurs, je ne sais pas qui est cette deuxième personne mais il était évident qu’ils étaient proches. Frère ? Non, son frère tout le monde le connais ici Derek. Riley m’en avait quelque peu parlé. Un ami alors ?

« J’avoue que comparer à ce vieux bouquin, la photo de vacance à l’air bien plus intéressante. C’est un ami proche ? »

Je lui tends son livre avec un sourire chaleureux. Ca faisait des mois que je tournais en rond pour venir lui dire merci… mais de quelle manière allais-je l’approcher ? Mettez-vous à ma place aussi, c’était pas évident de lui dire « Salut, j’voulais te remercier pour l’autre soir quand tu étais transformer en une grosse bête poilu – plus communément appelé un Loup-Garou – et de m’avoir ainsi sauvé la vie». Non, franchement c’était pas délicat et en plus de ça, j’voulais pas paraitre « indiscrète ». Je sais pas, ça me mettait mal à l’aise dans le sens où j’avais cette sensation de faire intrusion dans sa vie. D’ailleurs, de le voir comme ça après avoir eu son image bestiale me donne une sensation étrange. J’avais du mal à me dire qu’ils étaient une seule et unique personne. Bref, quoi qu’il en soit, je lui devais la vie et je lui en serrais éternellement reconnaissante.

Tu lève les yeux vers moi et quelque chose se passe. Une mélancolie profonde. Pas celle qui était passagère, occasionnelle. Non, quelque chose de bien plus ancré que ça. Peut-être l’avais-je dérangé ? Bon, à la manière où j’ai vu ce bouquin éventré sur le sol, je dirais plus que j’arrive au bon moment.

« Désolée si j’te dérange… Mais à en juger par la manière dont tu exprime ton amour pour ce cher Wallenstein, j’en déduis que la Botanique n’est pas ton fort. »

Je laisse échapper un rire amusé. Non, tu n’avais vraiment pas l’air d’un grand amoureux des plantes. Comme Caem qui était venu me voir un après midi pour que je vienne lui porter secours à comprendre son cours. Ca avait été d’ailleurs un très bon moment, enfin jusqu’à ce que l’autre brute ne vienne nous chercher misère… Et il avait finit par venir terminer son travail avec ses attentions dégueulasse. BREF, ça n’était pas le moment d’y repenser. Je lui redonne son livre en venant m’assoir à côté de lui et en lui tendant la main :

« Kezabel, poufsouffle. Experte en plante… Non en faite, c’est pas vrai. Disons que j’m’entends mieux avec elle que toi. Peut-être que je pourrais t’être utile? »

Je me présente –non je ne m’appelle pas Henry… Quoi ça vous étonne que je puisse avoir de l’humour ? :ga: - parce que je ne sais même pas si tu te souviens de cette soirée où tu es venu nous porter secours à Riley et moi… Bref, quoi qu’il en soit, j’attendais ce jour où j’allais faire réellement connaissance avec toi, avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Interlude ▬ Kezabel   Ven 18 Oct 2013 - 13:39

Y en a qui on le mal de mer, ça n’a jamais été mon cas. J’ai le pied marin, je l’ai toujours eu et pour cause, mon père m’a mis à l’eau dès mon plus jeune âge. Il m’a fait monter sur sa planche alors que je savais à peine marcher alors les courbes de l’océan j’ai appris à les apprivoiser. Je ne peux pas dire que l’océan ne m’a jamais malmené mais c’est le jeu, quand on joue avec lui on doit apprendre à perdre parce que d’une manière ou d’une autre il aura toujours le dessus, parce que c’est comme ça et que l’Homme n’est qu’une petite chose insignifiante face à la nature. Savoir rester humble devant elle, c’est une chose qu’on m’a inculqué dès mon plus jeune âge et je crois c’est ancré en moi pour toujours, comme une évidence. Donc non, je n’ai pas le mal de mer mais aujourd’hui c’est bien le mal de terre qui me frappe. Le mal de ma terre, de mon pays, de cet endroit qui m’a vu grandir sur les bords de l’Océan que je rejoignais tous les jours ou presque. Et quand mes yeux se posent sur cette photo, quand je vois nos deux silhouettes, nos deux visages sur lesquels un sourire plus qu’évident s’affiche, et nos yeux dans lesquels brille un bonheur bien palpable, je me surprends à penser qu’on n’aurait jamais du en repartir. Je sais qu’une partie de ma vie est ici maintenant mais j’ai tellement eu mal le jour où on m’a arraché à mon chez moi, à tous mes repères, que devoir les quitter à nouveau est un nouveau choc même si j’ai finalement mis un peu de temps à en prendre pleinement conscience. C’est surement passager, oui, c’est simplement un petit malaise temporaire qui s’évanouira dès que je croiserai Sovahnn ou n’importe quelle autre personne capable de me faire sourire instantanément ici. Une chose est sure, cette photo me rappelle que j’ai au moins eu la chance de rentrer chez moi même si c’était temporaire, la chance de revoir ma Grand-Mère, de retrouver ma maison et l’Océan qui m’a vu faire mes premiers « pas », de pouvoir aller sur la tombe de mes parents juste … pour être avec eux d’une certaine façon même si je n’ai pas besoin de faire face à de la pierre pour penser à eux et les sentir près de moi, de pouvoir profiter d’un peu de temps avec mon frère et ce en de bons termes – chose qui n’était pratiquement jamais arrivé puisqu’on ne peut pas dire que notre enfance commune se soit vraiment bien passée. Et puis avec tout ça, quantité non négligeable, j’ai eu la chance de faire découvrir cet endroit à ce garçon que j’aime à la folie. J’en ai rêvé dès le jour où j’ai compris que mon cœur battait pour lui et aujourd’hui ce rêve s’est réalisé. Je crois que je ne réalise toujours pas finalement, même si la photo parle d’elle même. C’était réel, aucun doute là dessus. Ça me fait sourire, ça me remonte le moral mais me rempli en même temps d’une certaine nostalgie. Sa présence ne me manque pas vraiment en cet instant, je sais de toute façon que sa route va croiser la mienne avant la fin de la journée, mais je n’arrive pourtant pas à détacher mes yeux de ce souvenir matérialisé. Des photo de ce genre j’en ai des tonnes, il faut dire que je me suis bien lâché et j’en ai profité pour immortaliser tout ce que je pouvais. Grand-Mère, Derek, Lune, Kyle, nous tous, juste Lui et moi. Des photo de nous deux, j’en ai pleins mes affaires et je n’ai pas été jusqu’à en accroché une sur le mur ou sur les pans de bois de mon lit mais … l’idée m’a traversé l’esprit. La pudeur ou je ne sais trop quoi m’a fait ramasser tout ça, mais dans le tiroir de ma table de chevet repose tranquillement une photo de mes parents qui ne m’a jamais quitté depuis qu’on est parti de Lakes la première fois, celle que j’ai montré à Kyle alors qu’on faisait tout juste connaissance – et avant de me jeter sur lui pour l’embrasser tel un sauvage, accessoirement, même si ça n’est pas aussi simple que ça – et une photo de Lui et moi debout sur la terrasse, lui dans mes bras, tranquilles, les yeux braqués vers l’Océan. Je la regarde tous les soirs ou presque avant de me coucher, quand je ne suis pas avec lui puisqu’évidemment avoir l’original c’est encore mieux mais j’en sais trop rien, je crois que ce rythme nous va à tous les deux. Il vient plus souvent chez moi que moi chez lui, et je dois bien le dire c’est pas toujours l’éclate de partager un dortoir avec d’autres personnes mais on fait avec. Je me dis juste qu’avec la Pleine Lune qui se pointe c’est clairement pas une bonne idée de partager avec lui un espace aussi étroit qu’un lit alors qu’il y a du monde autour. Je me connais trop, ça va vite devenir ingérable donc même si ça me fait chier, l’éloignement, et l’abstinence par conséquent, c’est pas plus mal. Pour l’instant j’y pense pas trop et c’est très bien comme ça mais je sais qu’une fois que je l’aurai sous les yeux ça sera un autre débat, et comme je ne compte pas me passer de sa présence sous prétexte que je risque de lui sauter dessus … tant pis.

Voilà où j’en suis, mon esprit divague comme il a souvent l’habitude de le faire et c’est bien là tout le problème. La concentration n’a jamais été mon fort, abstraction faite des choses qui me passionnent et ça n’est malheureusement – ou pas – pas le cas de certaines matières scolaires. La botanique est au sommet du podium des matières qui m’intéressent le moins ou en tout cas m’emmerdent le plus. Pourquoi ? Aucune idée. J’adore la nature mais ça fait un moment que j’ai compris que j’étais plus faune que flore. Et puis j’en sais rien, j’ai pas la main verte, c’est tout. Pas mon truc. Perdu dans mes pensées je n’ai ni entendu ni vu arriver le corps étranger – désolé pour ça – ou en tout cas au tout dernier moment, et comme à chaque fois que je me laisse plus ou moins surprendre je m’en veux mais ne le laisse pourtant pas paraître.

« J’avoue que comparer à ce vieux bouquin, la photo de vacance à l’air bien plus intéressante. C’est un ami proche ? »

Premier réflexe : Relever la tête et ranger la photo. Pourquoi ? Comme ça, j’ai juste pas réfléchi. Ça fait un moment qu’on ne se cache plus Kyle et moi mais il n’empêche que c’est mon petit jardin secret et ne sachant pas à qui j’avais affaire … voilà. Je l’ai reconnu tout de suite en revanche, dès l’instant où mes yeux ont croisé sa silhouette. Elle m’a sourit et m’a tendu mon livre que j’ai attrapé dans un geste relativement très calme comparé à la manière dont je l’avais lancé quelques minutes plus tôt.

« Merci. »

T’aurais pu le lancer dans le Lac, ça m’aurait été tout aussi bien. Je sais, c’est mal.

« Non. Enfin si, aussi. C’est Kyle, mon copain. Et … ouais, bizarrement la plage et les souvenirs qui vont avec me passionnent un peu plus que les Snargaloufs et autres végétaux du genre. »

J’ai roulé des yeux et haussé les épaules avant de sourire à mon tour, non sans pouvoir cacher mon étonnement de la voir là. Cette fille et moi n’avons jamais eu de contact a proprement parlé. Je sais qui elle est parce que contrairement aux apparences je fais attention au monde qui m’entoure – parfois – mais surtout parce qu’il y a eu cette fameuse nuit de Pleine Lune. Celle de juillet. Je n’ai jamais posé de question à Riley sur le pourquoi du comment mais je me doute bien qu’elles n’étaient pas là de leur plein gré. J’ai fait ce que j’avais à faire et elles ont pu s’échapper. Fin de l’histoire. Est ce que c’est pour ça qu’elle est là ? Peut être. A vrai dire je ne vois pas vraiment pourquoi mais est ce qu’il faut vraiment avoir une raison pour aller vers les gens ? J’en sais rien, je ne crois pas. Tout ce que je vois c’est qu’elle ne me regarde pas avec de la pitié dans les yeux comme le feraient et l’ont déjà fait certains. Elle n’a pas reconnu Kyle sur la photo, c’est qu’elle ne l’a probablement jamais croisé ou en tout cas qu’elle n’a pas fait attention et c’est assez agréable de voir que quelqu’un dans ce château ignore encore ou en tout cas ne fait pas le rapprochement avec certaines choses qui ont pu se passer avant les vacances. En tout cas elle a vu juste, il est un ami proche et ça me fait sourire intérieurement de voir que cette proximité, cette complicité, ressort même pour des yeux extérieurs. Et non, je n’ai plus peur de dire les choses clairement ni même qu’on me balance dans une case. Je crois que j’ai passé un cap ces derniers temps. Les gens peuvent bien dire et penser ce qu’ils veulent de moi, je m’en fous. Ça n’a pas la moindre importance.

« Désolée si j’te dérange… Mais à en juger par la manière dont tu exprime ton amour pour ce cher Wallenstein, j’en déduis que la Botanique n’est pas ton fort. »
« Non, c’est bon, t’inquiète. »

Elle s’assoit, je ne bronche pas même si je ne m’y attendais pas vraiment. Je me suis isolé c’est vrai mais sa présence ne semble pas m’agresser alors je la laisse faire et ne me met absolument pas sur la défensive. Quand elle me tend la main je fronce les sourcils une seconde puis cherche son regard, comme … comme un sauvage qui découvre les codes sociaux humains. Mon pauvre Enzo, redescends sur terre, c’est pas la première fois que tu serres la main à quelqu’un quand même. C’est comme ça qu’on fait pour se présenter.

« Kezabel, poufsouffle. Experte en plante… Non en faite, c’est pas vrai. Disons que j’m’entends mieux avec elle que toi. Peut-être que je pourrais t’être utile? »

Après tout, pourquoi pas ? Je tends la main et attrape la sienne pour la serrer. Je ne sais pas si c’est son premier contact avec un Lycan mais ça me fait toujours rire de voir l’expression des gens quand ils touchent ma peau pour la première fois. Elle est chaude, oui, plus que la normale en tout cas et non je n’ai pas de poils partout.

« Enzo, Gryffondor. Expert en … certaines choses mais certainement pas en plantes. »

Et c’est à mon tour de rire avant d’enchainer directement et sans réfléchir plus que ça, sans me demander si elle a envie d’aborder le sujet ou pas. C’est juste sortie, de manière tout ce qu’il y a de plus naturelle.

« Content de voir que t’es entière et que tu vas bien. »

Au moins physiquement en tout cas, parce que pour le reste je ne suis pas dans ta tête. Et je sais, j'ai pas rebondis sur ta proposition mais ... on va dire que l'idée est entrain de faire son chemin dans ma tête. Chaque chose en son temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2158
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Interlude ▬ Kezabel   Dim 27 Oct 2013 - 19:49

Première réflexe : Camouflage de photo, directe dans la poche de son jean. Peut-être par pudeur ? Tout le monde n’aimait pas à ce que l’on vienne s’immiscer ainsi dans sa bulle, en pleine remémoration des souvenirs…

« Non. Enfin si, aussi. C’est Kyle, mon copain. Et … ouais, bizarrement la plage et les souvenirs qui vont avec me passionnent un peu plus que les Snargaloufs et autres végétaux du genre. »

Ceci explique cela ! Je ne connaissais pas Enzo, je ne lui avais jamais parlé. Je n’ai fais que le croisé de temps à autre dans les couloirs sans pourtant m’arrêter sur les rumeurs le concernant. Car ce fameux « copains », j’en avais déjà entendu parler sans pour autant me souvenir de son prénom. Et celui de Kyle ne me fit aucun déclic. Je ne suis pas le genre de fille qui se nourrit de ragots et qui prend plaisir à les ébruiter ou les agrémenter. Au contraire, ça a plutôt tendance à me fatiguer. Pas que je ne prête pas attention au monde qui m’entoure, loin de là, j’essaie juste de ne pas être toucher par les racontars. Et c’est bien mieux ainsi… A quoi cela me servirai de me mêler d’une vie ? Enfin, il faut voir ça dans sa généralité, bien évidement ! Tout ce que je veux dire, c’est que je n’avais pas à venir m’immiscer dans la vie d’Enzo ou de qui que ce soit, via des ragots. Sa vie privée me sera raconté par lui ou pas, point. J’me dis qu’à sa place je n’aimerais pas tellement savoir qu’on raconte à chaque détour de couloir que je sors avec une femme, ou avec untel. Cela ne regarde que moi après tout … j’aurais la sensation d’un viol de mon intimité. Après, quand le mal est fait, je suppose que nous n’avons pas d’autre choix que de vivre avec et de faire avec. Je ne suis pas choquée qu’il sorte avec un homme, pas plus que si ça avait été une femme, j’ai eu la chance d’avoir une éducation ouverte mais aussi d’avoir le choix de me faire mes propres opinions. Ma mère me disait toujours qu’il ne fallait jamais se créer un avis avec les « on-dit » des autres mais qu’il fallait se faire soi même sa propre opinions avec ses expériences, son vécu, ses idées et que nous en serions plus riches…

Je souris intérieurement. Elle me manque.

Quoi qu’il en soit, cette photo respirait la joie de vivre, le bien-être et une liberté simple, sans artifice, sans jeux.

« Désolée si j’te dérange… Mais à en juger par la manière dont tu exprime ton amour pour ce cher Wallenstein, j’en déduis que la Botanique n’est pas ton fort. »
- Non, c’est bon, t’inquiète. »

Je m’assoie en déposant mon sac à dos et mon bouquin à côté de moi, sans qu’il ne m’y invite vraiment. Mais je suppose que s’il ne voulait pas de moi ici, il m’aurait déjà jetée depuis bien longtemps. Je me présente et tend la main. Il marque une hésitation et moi, je ne bouge pas, mon regard chaud planté dans le sien. Ce qui me surprend c’est qu’à aucun moment je n’ai eu peur de l’approcher. Faut avouer que l’image de Loup-Garou qu’il m’a donné aurait pu me faire trembler et je ne peux pas cacher que ce fut le cas sur le moment, lorsque nous étions dans la forêt avec Riley, car quant bien même il était Enzo, rien ne pouvait prédire une perte d’humanité dans ce corps de bête. Il suffisait d’un rien pour que le Loup reprenne le dessus et ne vienne nous casser en deux entre ses crocs. Pourtant, rien de tout ça ne s’était produit, bien au contraire, il semblait être maitre de lui mais surtout, maitre de sa part de Loup qu’il détenait dans ses veines. Et s’en fut plutôt remarquable d’ailleurs. Je suppose qu’avec le temps, il était de plus en plus facile à l’apprivoiser au fond de soi. De plus, nous avions appris que le Tue-Loup permettait à l’homme de contrôler l’animal lorsqu’il était transformé.

C’est peut-être stupide, mais au fond il m’intimidait par l’image qu’il m’avait donnée dans cette forêt. J’étais complètement mitigée entre le fait qu’il soit pour moi un mec complètement normal avec son p’tit copain, ses cours et ses potes.. Mais aussi avec cette image du Loup qui m’impressionnait plus que je ne le croyais. Mais qu’est-ce que cela changeait au fond ? Il aurait très bien pu être un centaure qu’il serait toujours le même garçon avec l’air blasé mais aussi avec l’étincelle du parfait petit emmerdeur adorable que t’as pas envie d’engueuler parce qu’il doit sortir sa tête de chaton trop mignon… Je crois que j’ai l’instinct maternel qui ressort.

Tout ça pour revenir au fait qu’il me serre à son tour la main et que j’affiche sans le vouloir, un haussement de sourcil face au brasier que représente sa paume, me faisant parvenir un frisson direct dans l’échine. Si je ne me trompe pas – et si j’ai bien écoutée en classe comme une gentille fille -, cela serait dû au fait d’être Loup-Garou. En voilà un bon avantage !

« Enzo, Gryffondor. Expert en … certaines choses mais certainement pas en plantes.
- Je ne sais pas en quoi tu es expert mais en tout cas… avec toi, ton homme ne doit pas avoir besoin de radiateur l’hiver! »

Et je ricane bêtement avec lui. Spontanée, comme toujours. Je lâche sa main avant de regarder au loin, prenant plaisir au silence et clapotis du lac contre le rebord de l’eau.

« Content de voir que t’es entière et que tu vas bien. »

Je me fige un instant, toujours les yeux perdus dans le vague, les souvenirs venant quelque peu m’agresser le cerveau. A bien y réfléchir avec le recul, j’avais un peu de mal à croire que tout cela s’était réellement passé. Cette punition injustifiée, la rencontre avec Riley qui, pour être honnête, était mal partie pour bien se dérouler, l’abandon en plein cœur de la forêt interdite, l’Accromentule prête à nous bouffer toutes les deux en même temps. Puis Enzo, sa part de Loup, notre course poursuite jusqu’au château, notre intrusion digne d’un Agent double. Et enfin, ce vol de baguette pour récupérer les nôtres. Tout ça avait fait beaucoup pour une soirée, mais surtout pour deux jeunes filles comme Riley et moi. Sans vouloir me vanter mais nous avions eu une sacré dose de courage… En même temps, nous n’avions pas trop le choix si nous voulions restées en vie. Puis, je dois avouée que l’entraine avec beaucoup jouée. Si elle n’avait pas été là… je ne sais pas si j’aurais réussi à prendre autant sur moi pour m’en sortir et même si les circonstances avaient jouées en notre faveur, j’avais rencontrée en Riley une véritable amie grâce à cette soirée. Je l’avais retrouvée dès notre premier jour de cours et je n’aurais pas pensée ressentir un tel soulagement et une légèreté aussi prononcé à la revoir. Il était bon de savoir que j’avais quelqu’un dans ce château en qui je pouvais compter en toutes circonstances.

Quoi qu’il en soit, j’en avais fais des cauchemars durant des nuits entières et encore aujourd’hui, il m’arrivait parfois d’en refaire à ce sujet. J’essayais de ne pas trop en faire de cas. Tout cela était passé, c’était terminée et malgré l’horreur de cette soirée, je n’en tirais que le meilleur : Ma rencontre avec Riley.
Et je ne prête pas attention au fait qu’il n’ait pas tenu compte de ma proposition d’aide pour son devoir. Le choix n’appartenait qu’à lui et s’il la refuse, je n’en serais pas vexée. Mais si je pouvais lui apporter une aide quelconque, j’en serais ravis, histoire de lui rendre une main secourable même si cela ne vaut pas la vie qu’il m’a sauvé.

Je ramène mes genoux contre ma poitrine, mes bras enroulant mes jambes avant de me tourner vers lui, un sourire franc aux lèvres :

« Je n’étais pas sûre que tu te souviennes de cette soirée. Je sais pas trop le fonctionnement d’une transformation, si tu te souviens de tout ou non après… Mais en tout cas, si je n’ai rien c’est à toi que je le dois. Enfin que NOUS le devons. »

Oui… Si tu n’avais pas été là, je n’ose pas imaginer l’état de nos êtres si nous nous étions fait bouffer par cette bestiole immonde. Bordel … Moi qui croyais que je n’en verrais jamais. J’entendais encore le claquement de ses pinces résonnées au creux de ma tête. Saloperie de bestiole. S’il n’était pas intervenu, nous ne serions pas là aujourd’hui, c’était clair et net. Et j'me rend compte que j'aborde le sujet sans aucune pudeur et sans aucune gêne. Il est à mes yeux un garçon normal et je n'arrive pas à lui coller l'étiquette du gars qui se transforme en bête velu à chaque pleine lune. L'idée même m'ennuie en faite.

« Je te dois la vie Enzo. Désolée de ne le faire que maintenant, mais je n’savais pas trop comment aborder le sujet parce que comme je t’ai dis, je ne savais même pas si tu t’en souvenais. Bref, merci, vraiment. Si tu n’étais pas intervenu, Riley et moi serions devenus des excréments d’Accromentule à l’heure qu’il est ! »

Et je ricane de nouveau. Etrange que j’en fasse une part d’humour mais c’était un peu ma manière de prendre le large face à cette horreur. Du moins de le prendre avec un peu plus de recul. Nous avions eu une véritable étoile au dessus de notre tête ce soir là… Non mais vraiment, quelles chances avions-nous de tomber sur Enzo ce soir là ? D’être punie EN MEME TEMPS Riley et moi un soir de pleine Lune ? Très peu j’dirais … En tout cas, ce qui est fait est fait. Et j’avais une sacrée dette envers lui.

« En tout cas, j’suis contente de voir que toi aussi tu n’as rien. On a eu peur qu’il t’arrive quelque chose, surtout Riley. Comment tu as réussi à te débarrasser de ce cauchemar ambulant ? »

J’imaginais bien un gros coup de patte dans la face. BIM, TWENTY POINTS ! Désolée, petit moment de craquage.
Plus sérieusement, je me suis longuement demandée ce qu’il était advenu de toi après cette soirée. Après tout, il aurait pu t’arriver une mort certaine en vu du gabarit de cette teigne mais j’avais été ravie de te voir sain et sauf dès le lendemain. Certes, les yeux cernés de fatigue mais vivant tout de même. Je ne me serais jamais pardonné s’il t’était arrivé quoi que ce soit… Et encore moins Riley.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Interlude ▬ Kezabel   Ven 1 Nov 2013 - 15:52

C'est assez « marrant » de se dire qu'on a beau partager le même lieu de vie depuis au moins deux ans, on découvre presque tous les jours de nouvelles personnes. Je connaissais l'existence de Kezabel plus ou moins de loin parce qu'on a des amis communs mais jusqu'ici on ne s'était jamais adressé la parole et je crois que s'il n'y avait pas eu cette fameuse nuit de Pleine Lune ça aurait probablement continué sur cette lancée. Pas spécialement parce qu'on n'a rien en commun, ça aucun de nous deux n'en sait rien pour le coup, mais simplement parce qu'on ne transite pas dans les même sphère ou en tout cas pas dans les mêmes moments. J'ai longtemps été quelqu'un de relativement peu sociable, il n'y a qu'à partir de la fin d'année dernière voir le début de celle ci que j'ai commencé à vraiment sortir de mon cocon et à faire attention – en tout cas un peu plus – aux autres mais quand bien même j'ai plus conscience du monde extérieur qu'avant, je n'en reste pas moins quelqu'un d'assez solitaire. J'ai besoin de mes moments de calme et surtout chaque personne que je côtoie – dont je me sens proche en tout cas – à pour moi un petit côté « exceptionnel ». Et c'est pas la peine d'aller choper la grosse tête ! Aucun d'eux n'est interchangeable, ils ont tous une place bien spécifique, et j'ai plus l'impression d'avoir des amis que des copains. J'en ai aussi, quelques uns dont Harper par exemple, ou Maël avant qu'il ne parte, Jamie, ce genre de personnes avec qui je m'entends bien sans être nécessairement très proche même si à la réflexion ils ont quand même un petit quelque chose que les autres n'ont pas, peut être simplement pas au même degré. En tout cas, pour le reste, ils ont vraiment quelque chose de spécial pour moi. Je ne vais pas m'amuser à faire la liste là maintenant mais il n'empêche que mon cercle n'est pas très large et ça me va très bien comme ça. Je n'arrive pas à concevoir de laisser entrer une nouvelle personne, je crois que c'est inconscient finalement, et je ne dis pas que ça n'arrivera jamais mais … Disons que pour l'instant je suis un peu dans l'optique où je me dis qu'une personne en plus c'est faire perdre de sa valeur aux autres. Je conçois que c'est une vision un peu particulière de la vie, des relations, etc … Mais je suis comme ça. J'aime les choses uniques, singulières.
Tout ça pour dire quoi … Oui, j'ai souvent cette fâcheuse tendance à partir dans des litanie interne interminable qui finalement me font perdre le fil de mes pensées. Ça non plus je ne crois pas que ça changera un jour. J'ai toujours eu une imagination débordante et une capacité à me poser des questions existentielles assez hors du commun je crois. Logan dirait que j'ai trop de choses dans le crane, et je sais qu'il n'a probablement pas tort, surement même, mais on ne se refait pas.

Enfin on en est là : Kezabel dans mon espace vital. Pas une seule seconde je n'ai pensé à lui faire comprendre que sa présence me dérangeait parce que ça n'est tout simplement pas le cas. Ça aurait pu, me connaissant, et peut être que si ça avait été quelqu'un d'autre ça se serait passé de manière totalement différente mais elle a eu la présence d'esprit – ou simplement l'instinct, j'en sais trop rien – de ne pas débarquer dans ma bulle en force et surtout en terrain conquis. Je ne sais pas si elle l'a fait consciemment ou pas mais le contraire aurait été le meilleur moyen de me faire fuir ou bien de la faire fuir par des moyens sans doute discutables. Certaines choses ont peut être changé mais je reste le même. Nous voilà, en tout cas, à faire les présentations officielles.

« Enzo, Gryffondor. Expert en … certaines choses mais certainement pas en plantes. »
« Je ne sais pas en quoi tu es expert mais en tout cas… avec toi, ton homme ne doit pas avoir besoin de radiateur l’hiver! »

Surpris, je dois l'avouer. J'ai beau m'habituer et oser dire les choses telles qu'elles sont à présent, c'est toujours un peu étrange d'entendre quelqu'un – que je ne connais pas vraiment en plus – parler de cette relation, et même de ma « petite » particularité. Je ne me sens pas du tout agressé, c'est pas ça, bien au contraire, c'est juste un peu étrange mais ça me fait sourire, même rire.

« Ouais … ouais, c'est sur. Après ça peut devenir moins pratique l'été mais en tout cas c'est un des avantages de la Lycanthropie. Enfin surtout pour lui en l'occurrence. Et pour mon chat. Pour les autres en général en fait, Humains ou Animaux. »

Nouveau haussement d'épaules de ma part tout en regardant le ciel avec un sourire en coin l'air de dire … Je suis … un homme objet, encore une fois. Quoi qu'il en soit j'ai hâte de pouvoir tester l'hiver avec lui, parce qu'on n'en a jusqu'ici pas vraiment eu l'occasion. Pas par grand froid en tout cas, quoi que si, dans le chalet de ma famille il y a quelques semaines. Dans le fond ça ne change pas grand chose de toute façon, c'est juste un prétexte pour l'avoir un peu plus souvent contre moi mais passons.

« Content de voir que t’es entière et que tu vas bien. »

Encore un sourire, toujours un peu timide puisqu'après tout c'est une quasi-inconnue que j'ai devant moi et que clairement je ne me lâcherai pas autant avec qu'elle que je pourrais le faire avec Sovahnn par exemple, mais il est sincère et c'est déjà ça. Je pense que je dois avoir l'air d'un p'tit garçon tranquille en fait … Erreur fatale, c'est simplement l'arbre qui cache la forêt ça ou l'habit qui ne fait pas le moine, un truc dans ce goût là même si ce ça aussi on s'en fout.

Elle, elle se fige et je ne peux pas m'empêcher d'analyser son langage corporel. C'est une habitude que j'ai toujours plus ou moins eu – étant beaucoup dans l'observation – mais qui s'est développé après la morsure puisque c'est comme ça que les animaux communiquent. Un instant elle se perd dans ses pensées, je me demande si je n'ai pas fait une boulette en remettant ça sur le tapis puisque je n'ai pas la moindre idée de tout ce que ça peut remuer comme à côté étant donné que je ne sais même pas pourquoi elles étaient là cette nuit là mais les mots sont sortis et c'est trop tard pour faire machine arrière. Pourtant au fur et à mesure que les secondes passent et malgré le fait qu'elle se recroqueville un peu sur elle même dans une réaction que je qualifierai d'auto-protection, je comprends qu'elle se détend. Son sourire est plutôt du genre éloquent de toute façon.

« Je n’étais pas sûre que tu te souviennes de cette soirée. Je sais pas trop le fonctionnement d’une transformation, si tu te souviens de tout ou non après… Mais en tout cas, si je n’ai rien c’est à toi que je le dois. Enfin que NOUS le devons. »

Encore une chose que je n'ai pas toujours été c'est modeste mais bien souvent c'était plus un masque qu'autre chose. Non je ne vais pas rougir mais je ne peux pas m'empêcher de baisser les yeux un instant tout en attrapant un brin d'herbe machinalement avant de recentrer mon attention visuel sur elle.

« C'est rien. »

Et hop, encore un sourire timide. Certains ne me reconnaitraient pas, ça c'est plutôt clair. Quoi qu'il en soit cette nuit là je n'ai simplement pas réfléchis. Pour moi c'était la chose à faire et je l'ai faite. Point. J'étais là, au bon endroit et au bon moment, et c'était pour moi strictement hors de question des les abandonner à leur sort. N'importe qui en aurait fait autant, simplement peut être pas de la même manière, c'est tout.

« Je te dois la vie Enzo. Désolée de ne le faire que maintenant, mais je n’savais pas trop comment aborder le sujet parce que comme je t’ai dis, je ne savais même pas si tu t’en souvenais. Bref, merci, vraiment. Si tu n’étais pas intervenu, Riley et moi serions devenus des excréments d’Accromentule à l’heure qu’il est ! »
« Quelle belle image ... Miam. »

J'écrase un rire à cette fameuse belle image et grimace en même temps pour accentuer mes mots. Bien sur que c'est du flan, il en faut plus pour me choquer, mais j'en sais rien c'est juste histoire de réagir et de rentrer un peu dans son jeu, dans sa touche d'humour.

« Et … de rien, j'imagine. »

Encore un brin d'herbe innocent qui perd la vie.
Désolé.

« En tout cas, j’suis contente de voir que toi aussi tu n’as rien. On a eu peur qu’il t’arrive quelque chose, surtout Riley. Comment tu as réussi à te débarrasser de ce cauchemar ambulant ? »

Head shot ! J'ai luté corps et âme pendant des heures et des heures, presque jusqu'à l'épuisement ! Non, c'est pas vrai. Pour ça j'ai déjà donné pendant la Pleine Lune de juin. Un instant je me redresse, cherche mes mots, tente de visualiser la scène et de peser le pour, le contre, ce que je peux et veux dire, etc … Pour finalement me lancer tout en sachant pertinemment que je resterais discret sur cette partie là de l'histoire. Par pudeur, et non pas pour jouer les héros modeste mais simplement parce que ma phase lunaire est une chose assez intime que je n'ai pas vraiment envie de partager ou en tout cas avec très peu de monde. Sans offense. Il n'empêche que je ne me défile pas pour autant.

« Et bien, crois moi ou pas, mais on va plus vite sur quatre pattes que sur huit. »

Moins de membres à coordonner sans doute, ou alors je suis simplement un véritable inconscient. Ce qui est possible aussi, autant l'avouer.

« En fait, j'me suis même amusé donc à la limite ça devrait être à moi de vous remercier. »

Et cette fois mon sourire n'est plus vraiment timide, je crois même qu'il reflète assez bien le sale gosse casse cou que je suis la plus part du temps pour peu qu'on me connaisse bien. Le petit branleur qui passe son temps à prendre des risques, à faire le con sur le Lac avec sa planche même si peu de gens le savent et l'ont vu, celui qui fait n'importe quoi avec son skate dans les couloirs et j'en passe. Plutôt pratique de ne pas avoir peur d'avoir mal même si je ne suis pas certain que tout le monde pense comme moi.

« Je commence à bien connaître la forêt et surtout mon … autre apparence. Je sais de quoi je suis capable alors j'ai fait comme j'ai pu pour détourner son attention. A savoir en l'énervant le plus possible. Bon j'ai failli perdre quelques poils mais elle, ou il, s'est lassé avant moi. Je peux être relativement insupportable quand j'en ai envie. »

Si peu ...

« Dis … T'es sérieuse quand tu proposes de me filer un coup de main pour la Bota ? »

Sujet relancé après un moment de flottement, parce que non, ça n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd et que même si je suis un p'tit con qui ne tient pas en place, je suis aussi un garçon qui sait être sérieux et qui surtout peut être acharné quand il en a envie et qu'il l'a décidé.

« En fait, j'ai … un petit soucis de concentration. Si j'suis pas occupé physiquement je perds rapidement le fil, c'est pour ça que j'ai beaucoup plus de mal dans les matières théoriques en fait. Dans la pratique ça va, j'me débrouille, mais le reste … sans parler du fait que j'suis du genre plutôt borné et quand j'ai décidé que j'aimais pas un truc ou que ça n'avait pas le moindre intérêt … Genre les plantes par exemple, et surtout Wallenstein. »

:gla:

« J'peux pas le voir et c'est réciproque. »

Autant dire les choses telles qu'elles sont.

« Bref ! Jillian m'aidait beaucoup avant de partir, elle arrivait à me canaliser et grâce à elle j'ai vachement progressé. Riley m'a filé un coup de main aussi pendant un moment mais … j'sais pas, j'ai pas envie de l'embêter avec ça. Pas que j'ai envie de t'embêter toi mais comme tu te proposes … Et si tu te sens de supporter un mec qui tient pas toujours en place et que t'as le temps, j'dois avouer que ça me rendrait une fière chandelle. »

Et oui, je sais, je détourne l'expression originale mais je trouvais que ça sonnait bien.

« En plus comme on se connait pas beaucoup, j'me tiendrais sans doute plus tranquille. »

Hum.

« Enfin j'crois ... »

C'est à ce moment là qu'elle prend la fuite, non ?

« Mais faut pas que tu te sentes obligée hein ? J'veux dire, j'me débrouillerai. J'suis motivé de toute façon, j'ai pas envie de me planter deux fois de suite et y a probablement une question de fierté là dedans mais peu importe, si ça peut me permettre de réussir je prends. Et faut pas que tu te sentes redevable de quoi que ce soit envers moi. »

Je suis sérieux, c'est pas parce que j'étais là cette nuit là et que je vous ai aidé que tu me dois quelque chose. Vraiment pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2158
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Interlude ▬ Kezabel   Sam 9 Nov 2013 - 17:58

Je crois qu’à l’instant où il attrape cette brindille d’un air presque timide, la triturant entre ses doigts, ses yeux rivés sur elle tout en lâchant un « c’est rien »… Je l’ai trouvé absolument craquant et adorable. Pas le genre  du coup de foudre, non ! Il m’a tout simplement fait penser une fraction de seconde à Adam, avec cet air presque enfantin qui ne sait plus où se mettre quand on lui dit trop merci et qu’on lui fait trop de compliment. Et c’est à la limite de l’attendrissement que je nous vois échanger des rires un peu timides. C’est comme si nous n’osions pas trop s’imposer, enfin c’est ce qui est de mon côté. Je suis déjà arrivée dans sa bulle comme ça, ce n’est pas pour en plus imposer ma manière d’être ! Et plus je le vois jouer avec les brins d’herbes, plus je le trouve adorable. C’est con, j’ai l’impression d’avoir l’instinct maternel qui ressortirait presque !

Et lorsque je lui demande comment il a réussi à se débarrasser de l’Accromentule, je le regarde se redresser. J’espère simplement qu’il n’a pas été blessé même si en cet instant il avait l’air plutôt en pleine forme. Mais je sais aussi que la magie fait souvent des miracles. Je n’ai pas pu assister au carnage, trop occupée à nous enfuir Riley et moi, sprintant comme deux forcenés voulant gagner les jeux Olympiques ! J’crois qu’on aurait gagné la médaille d’or haut la main ! Et il y avait plutôt intérêt vu tous les efforts que nous avons fournit !... Bon en même temps, c’était soit ça, soit mourir et finir entre le claquement de ses grosses pinces…

« Et bien, crois moi ou pas, mais on va plus vite sur quatre pattes que sur huit. En fait, j'me suis même amusé donc à la limite ça devrait être à moi de vous remercier. »

Je reste dubitative devant ce sourire franchement satisfait de s’être…Dégourdit les pattes ? Moi qui était plutôt horrifiée à l’idée qu’il puisse mettre une bonne raclée à ce monstre, j’étais plutôt surprise de le voir si ravis d’avoir fait une petite course poursuite nocturne avec l’Accromentule. Il y en a au moins qui s’est amusé ! Peut-être qu’il a l’habitude… Enfin, je ne sais pas depuis combien de temps il est un Lycan, mais je me doute que ses sorties de pleine Lune ne doivent pas être toute tranquille voir même pas du tout en faite. C’est là que j’ai un million de question qui me traverse l’esprit… Comment ça se passe pour lui ? La transformation je parle, dans sa tête et surtout physiquement. Je me doute qu’il ne se transforme en un petit louveteau de 2 mois … Du coup, tout son corps entier doit éclater, non ? Je reporte mon regard vers lui et me dit qu’il a quand même un sacré courage pour le vivre au quotidien. Il n’a peut-être pas le choix certes, mais de le voir presque aussi épanouie est quelque chose d’agréable à voir.

« Je commence à bien connaître la forêt et surtout mon … autre apparence. Je sais de quoi je suis capable alors j'ai fait comme j'ai pu pour détourner son attention. A savoir en l'énervant le plus possible. Bon j'ai failli perdre quelques poils mais elle, ou il, s'est lassé avant moi. Je peux être relativement insupportable quand j'en ai envie.
-Moi qui croyait qu’en devenant Lycan nous perdions tout contrôle… C’est rassurant de savoir que tu es encore maitre de tes idées ! Je jette un coup d’œil à sa chevelure avant d’enchainer, Au moins tes quelques poils en moins ne t’ont pas donné une calvitie précoce ! »

Je laisse un nouveau rire s’échapper d’entre mes lèvres. Je crois que plus je fréquente Riley, plus je suis encline à dire des conneries. Ca ne faisait de mal à personne et puis ce n’était pas comme si j’étais déjà de nature à avoir le rire et l’humour facile Rolling Eyes

Je relâche mes jambes et les étend devant moi en posant mes mains de chaque côté de mon corps, offrant mon visage au ciel. Je dois avouer qu’à première vue Enzo me paraissait … inaccessible, voir un peu froid. C’était peut-être la raison de mon hésitation à aller le voir pour lui dire merci.  Mais je me rends compte qu’il à l’air bien plus chaleureux – sans parler de sa température corporelle !- qu’il ne le laisse croire. Et ayant moi-même un petit frère plein de vice, crois moi que je ne loupe pas ton regard de sale gosse.

« Dis … T'es sérieuse quand tu proposes de me filer un coup de main pour la Bota ? »

J’hausse un sourcil avant de reporter mon regard vers lui. Bah … disons que oui mais j’m’attendais pas à ce qu’il en tienne compte en faite. Pas de la manière dont il avait sauter mon message subliminal… Je souris de nouveau – Ouais, j’suis une marchande du sourire, et en plus, c’est gratos.-, je n pensais pas qu’un jour j’allais me reconvertir en tutrice mais après tout pourquoi pas ! Et puis, oui j’étais sérieuse. J’avais une fois aidée Caem et je ne m’en étais pas trop mal tiré, alors pourquoi pas aider Enzo sur une partie de l’année scolaire, voir toute l’année ?  

« En fait, j'ai … un petit soucis de concentration. Si j'suis pas occupé physiquement je perds rapidement le fil, c'est pour ça que j'ai beaucoup plus de mal dans les matières théoriques en fait. Dans la pratique ça va, j'me débrouille, mais le reste … sans parler du fait que j'suis du genre plutôt borné et quand j'ai décidé que j'aimais pas un truc ou que ça n'avait pas le moindre intérêt … Genre les plantes par exemple, et surtout Wallenstein. J'peux pas le voir et c'est réciproque.
-Eh bah je sens que ça va être cöton avec toi ! Et je t’assure que les plantes peuvent être bien plus passionnantes qu’elles  ne le paraissent. »

Inutile de préciser que je le taquinais sur le fait que ça allait être compliqué de lui donner des cours… Et quand même ça l’était, j’étais armée de patience ! Le métier de grande sœur m’ayant forger pour assumer trois chieur en un seul !

« Bref ! Jillian m'aidait beaucoup avant de partir, elle arrivait à me canaliser et grâce à elle j'ai vachement progressé. Riley m'a filé un coup de main aussi pendant un moment mais … j'sais pas, j'ai pas envie de l'embêter avec ça. Pas que j'ai envie de t'embêter toi mais comme tu te proposes … Et si tu te sens de supporter un mec qui tient pas toujours en place et que t'as le temps, j'dois avouer que ça me rendrait une fière chandelle. »

Riley ? Eh bah comme ça elle me donnera des tuyaux pour le calmer. Ou pas.

« L’offre tient toujours, si j’peux t’aider à parler aux plantes ou même à comprendre autre chose, alors avec plaisir.
- En plus comme on se connait pas beaucoup, j'me tiendrais sans doute plus tranquille. Enfin j'crois ...
-Oh t’inquiète ! Je connais plutôt bien Riley  … Si t’es pas sage, je lui demanderais deux ou trois tuyaux pour te punir ! »

Alors soit un gentil garçon !

« Ou alors, j’pourrais afficher ton palmarès à … Kyle ? Comme ça, si tu te comporte pas bien, c’est lui qui te puniras ! Et si tu t’améliore… il se chargera de la récompense. »

:gla: Hein que j’suis déjà une prof remarquable ?

J’éclate de rire à nouveau. Je me laisse aller, c’est vrai, mais si nous devions tous les deux nous côtoyer assez souvent pour les cours, il valait mieux nous mettre à l’aise dès maintenant, non ?

« Mais faut pas que tu te sentes obligée hein ? J'veux dire, j'me débrouillerai. J'suis motivé de toute façon, j'ai pas envie de me planter deux fois de suite et y a probablement une question de fierté là dedans mais peu importe, si ça peut me permettre de réussir je prends. Et faut pas que tu te sentes redevable de quoi que ce soit envers moi.
- Je sais, mais ce n’est pas que pour ça que je te proposais de l’aide, t’en fais pas. Si je peux t’aider à réussir ton année, alors ça me ferait plaisir. Et tu as intérêt d’être motivé ! je serais intransigeante ! »

Hum… Kezabel, tu t’es bien regardé ?

« Non en faite, c’est faux. MAIS –et je lève l’index pour accentuer le tout -, niveau patience j’ai ce qu’il faut. J’ai un petit frère qui est tout aussi incapable de se concentrer que toi, donc t’en fais pas pour moi je saurais gérer ! »

Adam est une pile électrique et intenable. Plusieurs fois j’ai cru m’arracher les cheveux à essayer de lui faire comprendre ses cours et en le voyant regarder ailleurs pendant que je m’évertuais à faire des schémas au plus simple au possible. Quoi qu’il en soit, j’étais ravis de pouvoir aider Enzo et même si ça n’était pas que parce que je lui étais redevable de m’avoir sauvé la vie, je ne pouvais pas cacher que cette idée jouait aussi, idée que je passais bien évidement sous silence. De plus, c’était aussi ma nature d’aider celui qui en avait besoin. Pas que je voulais me faire passer pour une mère Theresa des temps moderne, mais si je pouvais apporter un soutient, je n’étais pas contre. Et le fait qu’il ait redoublé son année ne m’interpelle pas plus que ça. Les deux dernières années avaient été compliqué pour tout le monde, voir plus pour certains.

J’attrape le bouquin de botanique d’Enzo avant de le lever vers le ciel :

« Ceci sera désormais ta bible mon enfant ! Non, commence pas à paniquer avec tes grands yeux, c’est moins sorciers que ça en à l’air. »

Note le jeu de mot absolument nullissime.

« Ce que je te propose, c’est de t’aider à chaque devoirs de botanique que tu auras. Histoire de t’accompagner dans tes démarches, ton organisation etc. Pour que tu puisses déjà t’y retrouver. Pour étudier, je te propose d’alterner Bibliothèque, grande salle et le parc, histoire de pas toujours rester enfermer… Apprendre en s’aérant l’esprit ça aide pas mal. Enfin, je trouve, après c’est comme toi tu préfère aussi. »

Puisqu’après tout, j’étais peut-être la «préceptrice », mais c’était toi qui apprenait, alors autant te mettre à l’aise le plus possible. Je repose le livre sur mes genoux, les mains à plat sur la couverture. Les plantes… Ne sont pas vraiment une passion pour moi, mais c’est plutôt comme le dessin. J’y trouve un repos complet, un apaisement serein à me perdre dans la beauté des jardins. J’y allais souvent avec maman qui était une passionnée des jardins et qui d’ailleurs, s’était amusé à en reproduire un dans l’arrière de notre cours. Je l’aidais souvent à y planter les bulbes, à arroser, tailler… bref. Du coup, la botanique était pour un peu une cours de récré.

« Et… Si tu veux de l’aide pour autre chose que la botanique, tu me dis. Bon, j’suis pas Einstein non plus, mais j’pense que j’pourrais me débrouiller sur d’autres sujets ! »

Tant qu’on y est, autant faire la totale. Je ne saurais pas expliqué pourquoi je suis aussi détendu et j’suis entrain de me dire qu’il doit me prendre pour une folle. Juste que je me suis toujours dis que des profs psychorigide n’aidait pas à l’apprentissage. En faite, j’aimais plus les méthodes de ce Mr Gabrieli. Décontracté, plein d’humour et cours original. Bon, peut-être qu’il faisait un peu trop le fanfaron … Mais je prenais plaisir à apprendre et à écouter son cours. Bien plus que celui de Phaedre. Je réprime un frisson… Évitons les sujets fâcheux.

« Tu veux que l’on commence maintenant ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Interlude ▬ Kezabel   Lun 11 Nov 2013 - 22:53

Je comprends, ça peut surprendre. A mon avis il n'existe pas beaucoup de personnes saines d'esprit qui seraient capable de dire qu'elles se sont amusées pendant une course poursuite avec une Accromentule mais … pourtant c'est bien le cas. Certes, je ne sais pas si le terme sain d'esprit me colle réellement à la peau mais je fais ce que je peux. Je sais très bien que de l'avis de certains – et aussi du mien parfois – je ne suis pas ce qu'on peut appeler quelqu'un de très équilibré et de stable mais je pense avoir quelques circonstances atténuantes que je me passerai d'énumérer puisque remuer le passé et – n'ayons pas peur des mots – la merde n'aidera personne et surtout pas moi. Ressasser, je l'ai trop fait, et bien sur rien n'effacera ce qu'il s'est passé dans ma vie ces deux dernières années mais je dois faire avec, et les autres aussi. Je fais ce que je peux pour que le quotidien avec moi ne soit pas un calvaire ou un cauchemar mais je ne peux pas toujours tout contrôler. Ça je crois que toutes les personnes qui me sont proches en ont parfaitement conscience et bien souvent parce qu'ils l'ont appris à leur dépend mais comme on dit, on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a et clairement, je n'ai pas envie de revenir là dessus. Tout ça pour dire que oui, cette petite course nocturne avait quelque chose de grisant, d'amusant. Un Humain normal n'aurait pas apprécié, un Loup normal non plus, mais un mélange des deux … Je ne sais pas ce qu'en aurait pensé Jakob, ni même Ever en réalité, mais pour ma part j'ai fini par voir ça comme une sorte de jeu, un moyen de me défouler en tout cas, tout en liant l'utile à l'agréable. J'ai toujours eu un petit côté casse-cou de toute façon, c'est dans mon caractère de base. Ok elle était impressionnante mais dans le fond ça n'est rien qu'une grosse araignée, non ? Une grosse araignée mortelle, certes, mais c'était il y a deux mois et tout le monde va bien aujourd'hui, voilà ce qu'il faut retenir.
Ce qui peut surprendre aussi, enfin j'imagine, c'est de discuter avec un Loup-Garou qui vous fait part de ses impressions lunaires comme si c'était le truc le plus naturel du monde. Je vois bien qu'elle tilte un peu et intérieurement ça me fait sourire. Je me suis caché pendant plus de deux ans, la majeure partie de ma propre famille ne sait pas ce que je suis devenu cette nuit là, mais ici je peux en parler librement désormais et ça me fait du bien. Je n'irai pas jusqu'à remercier ces connards d'avoir exposé mon secret – un parmi d'autres – mais je me sens libéré d'un poids c'est indéniable, sans parler du fait que ça m'aide aussi probablement à m'accepter un peu plus tel que je suis. A l'extérieur je suis simplement Enzo, l'adolescent sans doute en pleine crise aux yeux de certains qui a foiré son année parce que c'est un rebelle en guerre contre l'autorité ou quelque chose comme ça. Ici je suis … moi même, et oui clairement c'est étrange et totalement paradoxale mais pour le coup je trouve que ça me va plutôt bien. Ceux a qui ça ne plait pas, ils n'ont de toute façon pas trop le choix que de faire avec. Je fais peur, je fais pitié, j'aspire le dégoût, etc … Non, je ne suis pas « normal » mais je suis ce que je suis et j'ai appris à vivre avec, en grande partie grâce à des personnes qui m'acceptent tel que je suis. Parce que oui, n'allez pas croire que je suis parano et que je pense que le monde entier en a après moi parce que ça n'est pas le cas. On ne peut pas plaire à tout le monde, certes, mais je sais aussi que certaines personnes se moquent bien de tout ça. Kezabel en est la preuve d'ailleurs, pas un instant elle n'a eu un mouvement de recul vis à vis de moi et même s'il y a surement une part de … comment dire … disons qu'elle pense surement me devoir quelque chose – au moins un peu et même si c'est inconscient – elle va même jusqu'à me proposer son aide. Et moi, j'ai l'impression d'être un p'tit gars timide qui ne sait plus trop où se mettre. La vérité c'est que c'est moi, une partie de moi en tout cas. J'ai tellement de visages différents qu'on peut facilement s'y perdre j'imagine mais ça fait partie du personnage. Je pense qu'il y a une partie d'auto-protection dans tout ça mais peu importe. Et encore une qui n'a pas retenue ses leçons sur les Lycans, c'est mal ! Le contrôle on peut l'avoir grâce au Tue-Loup et ça devient de plus en plus « simple » au fil des Lunes. Après chaque spécimen a peut être sa propre façon de gérer les choses mais je sais que les premiers mois, la première année même, je ne parvenais pas à contrôler mon côté animal même en étant sous Tue-Loup, probablement parce que je n'acceptais pas ce changement. Avec le temps, les évènements, j'ai finalement réussi à apprivoiser plus ou moins mon autre mois et grâce à lui j'ai de magnifique cheveux soyeux maintenant ! Ben quoi ? De toute façon mes cheveux ont toujours été beau. Oui, j'suis belle, c'est comme ça. Mes cheveux c'est sacré.

Enfin bref ! Après quelques échanges on en est là. Elle accepte de m'aider, malgré le fait que je sois un sale gosse, et si j'ai bien compris j'ai plutôt intérêt à me tenir à carreau. Chose qui me fait rire, elle me fait tire d'ailleurs. Dans le bon sens du terme, j'apprécie son sens de l'humour et ses petites remarques bien placées. Et pour ce qui est du « te sens pas obligée » pour le coup c'est moi qui me suis senti obligé.

« Je sais, mais ce n’est pas que pour ça que je te proposais de l’aide, t’en fais pas. Si je peux t’aider à réussir ton année, alors ça me ferait plaisir. Et tu as intérêt d’être motivé ! je serais intransigeante ! »
« Vous êtes … tyranniques. Tous autant que vous êtes ! Et si je peux me permettre, je préfère que ça soit toi qui me punisse. »

Sans arrière pensée hein ! Et parce que lui, il me fait peur … Ce qui n'est pas vrai, enfin pas totalement, mais disons que j'ai plus à perdre avec lui qu'avec toi, sans offense. J'ai pas envie d'être privé de câlins juste parce que j'ai eu une mauvaise note en Bota ou parce que je me suis fait virer de cours ! Pas envie qu'il me fasse la gueule, ou que sais-je encore. Nan puis c'est pour la forme et pour la blague surtout parce que dans le fond, ça ne me fait pas peur du tout et d'ailleurs ça sera peut être bien l'inverse maintenant qu'il a repris les cours lui aussi parce qu'on me la fait pas à moi, j'ai bien capté que ça le soulait puissance 1 000 et qu'il n'était pas ce qu'on peut appeler un élève modèle alors ça ne fonctionne plus, hors de question qu'il vienne me dire quoi que ce soit concernant mes études. Non mais oh ! Peu importe, j'suis motivé de toute façon.

« Non en faite, c’est faux. MAIS, niveau patience j’ai ce qu’il faut. J’ai un petit frère qui est tout aussi incapable de se concentrer que toi, donc t’en fais pas pour moi je saurais gérer ! »
« Il a quel âge ? 5 ans ? »

Et la capacité à se concentrer d'un chiot de 3 mois ? Je plaisante, mais c'est souvent comme ça que je me qualifie. J'ai toujours eu la tête dans les étoiles, j'ai toujours préféré être sur ma planche mais j'arrivai encore a peu près à me tenir avant de grandir. La Lycanthropie et l'adolescence s'en sont mêlé et voilà le résultat mais c'est pas un drame. J'me dis que comme beaucoup je me calmerai peut être en vieillissant et si c'est pas le cas alors tant pis. C'est la vie. Et excusez moi mais cette fille est folle, encore une, mais qui de sensé lève un bouquin vers le ciel de cette façon ?

« Ceci sera désormais ta bible mon enfant ! Non, commence pas à paniquer avec tes grands yeux, c’est moins sorciers que ça en à l’air. »
« J'suis pas croyant, j'ai le droit de protester ? »

Et oui, malgré la petite croix en argent qui pend au bout de ma chaine faites dans le même matériaux, je ne suis pas croyant. Disons que le Dieu des Non-Magiciens, je ne le connais pas vraiment, quant à Merlin … Je crois que je n'ai simplement pas d'avis sur la question. On vit dans un monde où la Magie règne alors je me dis qu'à partir de là tout est possible mais je pense que je m'en fous en fait, c'est aussi simple que ça. Cette chaine, et la croix qui va avec, c'est un cadeau de ma mère. Si mes souvenirs sont bons elle l'avait trouvé sur le marché il me semble. Elle me l'a acheté, elle me l'a offert, et depuis ces deux objets ne me quittent plus jamais – en dehors des nuits de pleine lune où je les laisse à Kyle. Avant je les gardais mais ayant beaucoup grandi, j'ai peur que l'encolure de mon apparence lupine devienne trop large et je ne veux surtout pas la briser même si elle l'a déjà été et que bien sur c'est réparable mais … J'aime la voir sur Kyle, et puis c'est devenu une sorte de tradition entre nous qui plus est.

Et quand je dis qu'elle est folle, c'est une bonne folie. Elle me fait un peu penser à Riley d'ailleurs, ça ne m'étonne pas qu'elles soient amies toutes les deux, elles ont l'air d'avoir des tempérament sinon communs au moins compatibles. Pas que je connaisse la Verte en profondeur – et y a pas d'allusion perverse là dedans – mais l'image que j'ai d'elle correspond je pense à la réalité.

« Ce que je te propose, c’est de t’aider à chaque devoirs de botanique que tu auras. Histoire de t’accompagner dans tes démarches, ton organisation etc. Pour que tu puisses déjà t’y retrouver. Pour étudier, je te propose d’alterner Bibliothèque, grande salle et le parc, histoire de pas toujours rester enfermer… Apprendre en s’aérant l’esprit ça aide pas mal. Enfin, je trouve, après c’est comme toi tu préfère aussi. »
« Ça me va, c'est déjà comme ça qu'on faisait avec Jill. Et puis je préfère être dehors la plus part du temps de toute façon. »

Parce qu'un animal sauvage n'est jamais heureux en cage.

« Et… Si tu veux de l’aide pour autre chose que la botanique, tu me dis. Bon, j’suis pas Einstein non plus, mais j’pense que j’pourrais me débrouiller sur d’autres sujets ! »
« Euh … J'avoue que l'Histoire de la Magie c'est pas non plus mon fort donc ça ne serait pas de refus mais j'veux pas non plus t'envahir. »

On se connait à peine et on va passer le quart de notre temps libre ensemble, comme ça, du jour au lendemain ? C'est pas un peu flippant ? Et non j'ai pas peur des filles, ça va !

« Tu veux que l’on commence maintenant ? »
« J'ai le droit de dire non ? »

Tiens, je t'offre mon premier sourire innocent. Si Jill voyait ça elle dirait que je passe en mode : Petit Garce Manipulatrice. Et un haussement d'épaules, restons sérieux un peu.

« A la base j'étais parti pour bosser de toute façon alors pourquoi pas, si t'as le temps bien sur. T'as peut être autre chose de prévu. »

Un autre sourire, plus tranquille celui là, et une main passée dans les cheveux pour les ébouriffer un peu dans un geste réflexe.

« Y a juste un truc qu'il faut que je te dise … A cause de ma double-nature – et probablement de mon sale caractère aussi mais chut – je ne suis pas toujours … comment dire … de très bonne humeur. Surtout aux abords des Pleines Lunes en fait. Il y a certaines fois où je ne supporte tout simplement pas la proximité humaine, je peux aussi parfois réagir un peu brutalement, ce genre de trucs … Je m'excuse par avance si un jour ça se produit avec toi mais en général quand je sens que ça ne le fait pas j'ai la présence d'esprit de m'isoler. Dans la mesure du possible je préviens avant mais parfois ça arrive comme ça et … voilà. »

:gla:

« J'suis désolé … J'suis un cas, je sais. »

Au moins les bases sont posées et elle sait à quoi s'en tenir tout comme je comprendrais qu'elle parte en claquant la porte – je sais, y a pas de porte – ou en hurlant ou que sais-je encore. Je le sais que je ne suis pas facile à vivre tous les jours, donc sincèrement je peux le comprendre et je ne lui en voudrais certainement pas pour ça.

Il se trouve qu'elle n'a pas claqué cette fameuse porte fictive et qu'on s'est mis à bosser sans plus attendre. Adjugez, vendu.

▬ Topic terminé + verrouillé + pts ajoutés ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Interlude ▬ Kezabel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Interlude ▬ Kezabel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Interlude.
» 5 interlude
» Une bien miteuse interlude [PV Jimushi Koshiro]
» Interlude [Entre la mission 2 & 3]
» Interlude 1 : Faux-semblant.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Outside :: Le Parc de l'Ecole. :: ─ Le lac.-
Sauter vers: