AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 It's not a habit, it's cool, I feel alive...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2116
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: It's not a habit, it's cool, I feel alive...   Mar 3 Sep 2013 - 20:42

~ It's not a habit, it's cool, I feel alive... ~
Mardi 8 juillet 2014
Drew A.Parker && Rafael A. Paley
Le petit blond avait de drôles de réactions. Tout au moins, des réactions très naturelles, et peut-être un peu trop vives parfois. Regardez comment il secoue la tête à la question plus ou moins rhétorique. Non, Killie, tu ne ressembles pas un mec. Et me pose pas la question à moi, je suis pas sorti avec toi pour rien à la base... Pas que pour ton physique, mais tout de même, soyons francs, ça ne gâche rien, bien au contraire. Et puis t'as pas honte de mettre le non-sorcier mal à l'aise comme ça ? J'ai souri en l'entendant murmurer un petit « désolé » contrit, avant de rester perplexe à mon tour devant les réactions de la rouge. Ok... Elle m'abandonne complètement là, je rêve ! J'ai levé les yeux au ciel, finalement, quand j'ai compris que je n'aurais plus de réponse de sa part, et finalement un nouveau sourire a étiré mes lèvres devant la façon dont Drew la saluait comme elle s'éclipsait. Naturel, je disais. A vrai dire, on dirait un gosse, mais son physique contraste un peu avec ce type de comportement enfantin parce que clairement, il doit avoir à peu près le même âge que moi. Je ne me rends évidemment pas compte qu'il est plus vieux que moi, il faut dire qu'il ne fait clairement pas ses vingt-et-un ans. Bref. On s'est retrouvés tous les deux, et on est passés par les cuisines. Comme d'hab, c'est ma pote elfette qui nous a accueillis, et j'ai fait les présentations. J'ai pas tilté tout de suite que pour lui, les elfes de maison pouvaient être des créatures un peu étranges, mais apparemment, il était déjà passé par là, ou on l'avait au moins briefé un peu, parce qu'il s'adressa à elle comme à une personne comme les autres, et c'était une bonne chose. Il n'aurais plus manqué qu'il vexe ma cuisinière favorite...

« Enchanté, Malvina ! On s’est déjà croisés je pense, mais j’ai encore du mal à repérer les gens… Content de vous rencontrer quand même ! »

Savoir si les elfes de maison étaient homme ou femme, j'avoue que je ne savais pas trop comment gérer non plus, alors je ne me mouillais pas tant que je n'avais pas le prénom de l'elfe en question. Mali' était là depuis des années, j'avais donc eu l'occasion de goûter sa cuisine et de discuter avec elle un paquet de fois... mais il fallait bien avouer qu'au premier abord, elle n'était pas toujours très expansive, un peu timide sur les bords. Mais dès qu'on parlait de cuisine, elle trouvait le moyen de combattre ça, et à en juger par le sourire du blond à mes côtés, je crois que ce sujet risquait d'être un terrain d'entente pour tout le monde ici... Une autre fois cela dit, pour l'heure, Mali' avait à faire, et moi, j'embarquais Drew vers la salle sur demande.

« Je m’en remets à tes bons soins ! »

Tu peux, je te ferai pas de mal sciemment, jamais. C'est pas vraiment mon genre, bien au contraire, je m'en prends jamais qu'aux gens qui ont commencé par en blesser d'autres, a fortiori quand il s'agit de mes proches. Et je crois pas vraiment que ça soit le genre de Drew, qui me suit docilement à travers le château. Je sais pas s'il a déjà arpenté tous ses couloirs, mais je pense bien que cette salle, il n'a pas dû y être encore réellement invité. Et je pense que ça pourrait bien lui plaire. Quant à ce que les gens qu'on croise pensent du fait que je me trimballe dans les couloirs avec un moldu collé aux basques, j'en ai strictement rien à faire. Et si ça finit par me mener aux cachots ? J'ai envie de dire "une fois de plus une fois de moins"... Et rien que pour les étoiles dans ses yeux quand la porte apparaît, ça veut déjà le coup. J'ai toujours aimé faire plaisir aux autres, et ça a l'air tellement simple de contenter le petit blond que c'est que du bonheur en somme. Je sais pas si la salle sur demande répondrait à un non-sorcier, faudrait qu'on teste, tiens. En attendant, je le fait entrer, et je peux pas m'empêcher de continuer à sourire quand il fait le tour du propriétaire.

« Tu as de jolies images dans la tête.
- C'est juste des souvenirs... »

Juste, oui. J'ai pas une imagination débordante, ni un sens artistique archi-développé. Il y a plein de domaines artistiques qui me plaisent en tant qu'observateur, mais je pense pas être particulièrement doué, avoir de talent particulier. Je danse pas trop mal, je pense, mais je suis pas Fred Astair non plus. Je chante à peu près juste sans avoir un don particulier pour ça. Je crois que le seul truc un peu artistique qui m'a pas mal branché pendant un temps, c'est la photo, mais depuis qu'on est bloqués ici, c'est un peu passé à la trappe et pour cause : mon vieil appareil est toujours à l'orphelinat. D'ici à ce que je sache encore m'en servir correctement... :roll:Bref.

« Ça me fait penser à la cour de l’immeuble de ma nourrice… mais c’est plus reposant ici. C’est vrai qu’on est tranquilles !
- Je sais pas comment c'était chez ta nourrice, mais les orphelinats catholiques ont une certaine tendance à imposer le silence. Avec la bande de gosses enragés qu'on était, c'était pas facile tous les jours pour les bonnes soeurs pour le coup... »

Ca doit toujours pas l'être d'ailleurs, parce que des piles électriques comme moi, je pense bien qu'il y en a de nouvelles.

« J’adore ! Ta tête cache de belles choses, profite, ce n’est pas donné à tout le monde !
- Si tu le dis... Mais c'est vraiment juste quelques souvenirs... »

Que je chéris particulièrement, certes, mais ça ne paie quand même pas vraiment de mine quoi. La main de Drew sur ma tête, qui ébouriffe mes cheveux, me fait sourire une fois de plus. Vu les dernières semaines qui viennent de se passer, je dois bien avouer que le contact avec le petit blond et la facilité qu'il a à m'arracher des sourires me font particulièrement du bien.

« Ça doit être bien de vivre là-dedans. Il y a tant de possibilités… On s’assoit ? C’est un endroit réel, ici ?
- Autant que le reste, même si ça reste éphémère. Quand on sera sortis, ça disparaîtra pour être modifié par la prochaine personne qui viendra ici. »

Et oui, on s'assoie, ce que je fais d'ailleurs en guise de réponse, avant d'ouvrir le sachet donné plus tôt par ma pote elfette pour commencer à en sortir les victuailles qu'il contient. Mange petit blond, je suis sûr que t'imagines pas la quantité de bouffe qu'il y a dans ce sac en papier. Des sandwichs, notamment, mais pas que. Mali' a tendance à me faire tester ses derniers essais culinaires, et je sais pas ce sur quoi on va tomber, mais je pense que ça restera complètement inédit, pour lui comme pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: It's not a habit, it's cool, I feel alive...   Mar 10 Sep 2013 - 16:04

Naturel. Un garçon BIO, sans pesticides ni engrais chimiques, une pousse qui a grandi seulement au soleil et à force de partager ses ressources très spéciales avec les autres. On voit ce que ça donne, un gosse utopiste et très joyeux, sans compromis, aussi pur que de la flotte de source - et comme l’eau de source, il fonçait tout droit dans le chemin qu’on lui traçait. Elle lui faisait des grands signes ? Il répondait pareil, parce que rien de mieux que d’avoir cette proximité dans les gestes semblables. Il ne faisait pas toujours le miroir, mais ça l’amusait de temps en temps. Ça amusait les autres, à petites doses. Pour le moment il lui suffisait de suivre Rafael sans réfléchir, sans s’intéresser vraiment aux autres ; leurs regards n’importaient pas quand Drew s’amusait, d’autant que personne ne vint les emmerder pendant qu’ils allaient aux cuisines. Et on venait lui parler d’une situation déplorable et de tortures et… ouais, il avait le cul bordé de nouilles, mais voilà. Ils discutèrent un instant avec Melvina. La timidité mise de côté, il s’avérait en effet que le niveau d’instruction était le même chez les elfes ; de nouveaux amis potentiels s’offraient au sourire heureux de l’américain. En plus, parler cuisine, il ne pouvait pas le faire avec n’importe qui parce que les élèves d’ici avaient leurs repas tout prêts sans avoir à passer dans les cuisines, ce qui n’était pas le cas de tout le monde… Il n’avait pas exactement les mêmes passe-temps que les étudiants d’ici, de par l’existence de la magie, leur âge et le fonctionnement même de leur école. Bon, même si l’âge… disons plutôt l’expérience individuelle. Le californien avait passé des années à se débrouiller seul, en même temps. S’il n’avait pas acquis la maturité qui allait avec, il avait le savoir-faire. Bref.

Ils se dirigèrent ensuite vers la salle sur demande. Une salle dont Drew n’avait jamais entendu parler, même s’il avait déjà visité quelques salles étranges - disponibles et magiques même pour un visiteur moldu comme lui. Il se laissait porter par Raf, pas malheureux pour un sou. Le fait qu’il pouvait se faire tirer dans un piège à l’écarte de toute aide possible ne lui effleurait même pas l’esprit, même si, ici, tout le monde répétait de rester prudent avec les inconnus. C’était pareil partout. A force de errer, il se sentait même capable de revenir sur ses pas par la suite ; il avait un sens de l’orientation naturel plutôt bien développé, il ne serait pas parti vadrouiller seul en Europe sinon… Bon, en arrivant devant la porte, ses souvenirs du chemin disparurent momentanément au profit de petites étoiles dans ses yeux. C’était. Trop. Cool. Un lieu presque hors du temps, hors du château, une cour extérieure en plein milieu d’un bâtiment, ça avait de quoi lui plaire, d’autant qu’il adorait ce genre de lieux tranquilles.

- C'est juste des souvenirs...
Certes, mais ça n’empêchait pas le fait que ce souvenir lui appartenait. Un souvenir n’est jamais une image telle quelle d’un moment ou d’un lieu, il est toujours chargé de sentiments, changeant au fil du temps. Ce calme, ce silence, la chaleur douce et diffuse, tout ça c’était les sentiments de Rafael lorsqu’il allait dans la cour. S’il avait préféré la cour en hiver, il y aurait mis de la neige. Même pas besoin d’avoir un grand sens artistique finalement, car c’était là quelque chose d’inné, d’automatique… C’est aussi pour ça que Drew comprenait mieux ça qu’un tableau de Picasso. Ça réveillait plus de sentiments en lui qu’une œuvre recherchée et complexe.

- Je sais pas comment c'était chez ta nourrice, mais les orphelinats catholiques ont une certaine tendance à imposer le silence. Avec la bande de gosses enragés qu'on était, c'était pas facile tous les jours pour les bonnes sœurs pour le coup…
- En Espagne, j’y était il y a quelques semaines, c’était très bruyant aussi à cause des… ben des bandes de gosses et de leurs mères qui leur gueulaient dessus tout le temps ! Tu étais dans un orphelinat catholique ? Je n’imaginais pas ça comme ça. Bon, en fait, j’y ai jamais pensé, mais bon…
Ouais… il avait bien visité des églises, suivi parfois sa nourrice les jours de messe, mais ça n’avait rien à voir et il n’en gardait que des souvenirs diffus, un peu froids. Il faisait toujours froid dans les églises. Avec ses deux « frères », par contre, ils n’avaient jamais chahuté. La nourrice espagnole, fervente catholique, ne se gênait jamais pour gueuler en plein milieu de l’église, et vu les regards qu’ils attiraient sur eux, ils n’avaient pas recommencé deux fois…

- Si tu le dis... Mais c'est vraiment juste quelques souvenirs...
- Je le dis !
Il lui lança un regard buté. Ne jamais dénigrer ce qu’on avait dans la tête, car on devra vivre toute notre vie avec. Surtout quand on dit que c’est bien. Allez, jeune padawan, écoute ce que te dit ton ainé, même s’il n’en a pas l’air… Il arriva à lui tirer un sourire. Encore un. Il allait tenir un compte rien que pour s’amuser, ressortir un nombre aberrant ensuite, rien que pour voir sa tête…

- Autant que le reste, même si ça reste éphémère. Quand on sera sortis, ça disparaîtra pour être modifié par la prochaine personne qui viendra ici.
- C’est… magique. Bon, oui, pour de vrai c’est magique, mais quand même. Je vais jamais m’y faire si tout le château cache des trésors comme ça !
Est-ce qu’il avait envie de s’y faire, au fond ? Non. Il était capable de s’émerveiller pour un rien, et même s’il allait finir par se fatiguer à force de pleurer des étoiles à chaque truc cool, il ne s’en lasserait pas. Il suffisait, par exemple, de faire des allers-retours entre la salle sur demande et le couloir, en imaginant toutes sortes de choses. Oui, oui, s’il pouvait faire marcher tout seul la salle sur demande, il en serait capable, au point que la salle elle-même finirait par l’envoyer paître ainsi que tous les élèves souhaitant l’utiliser… Au moins ça restait gentil. Ils s’assirent sur le banc, Drew décontracté et tout sourire. Le serdaigle ouvrit le sachet donné plus tôt par son amie elfette et commença à en sortir plein de choses. Ce sac avait une bonne capacité… Il prit un sandwich que Raf lui tendait et le regarda continuer de sortir des trucs divers et variés. Il n’avait pas si faim que ça, mais rien que par gourmandise… rien que regarder en fait…

- Elle doit t’apprécier pour te donner autant… Ça m’impressionne toujours, les gens qui mangent beaucoup sans que ça se voie. Et ça tient dans ce petit sac ?
Il se pencha sur le sac pour regarder. Il semblait vraiment plus grand de l’intérieur… Drew finit par mordre dans son sandwich en se redressant. Après un instant à savourer, il sourit à son ami et avala une bouchée de travers. Erf. Il toussota quelques secondes et ravala sa bouchée mine de rien. Il lança un regard humide à Rafael.

- Pardon, c’est pas sexy. Mais c’est super bon !
Il finit son sandwich et sourit en frottant ses yeux. Moui, c'était moyen mignon de s'étouffer avec sa première bouchée devant quelqu'un...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2116
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: Re: It's not a habit, it's cool, I feel alive...   Sam 19 Oct 2013 - 16:25

~ It's not a habit, it's cool, I feel alive... ~
Mardi 8 juillet 2014
Drew A.Parker && Rafael A. Paley
Il y a quelque chose de rafraîchissant chez Drew, une véritable bouffée d'air frais, qui contraste drastiquement avec tout le reste ici. Une chance pour lui, qu'il n'ait pas été plus malmené que ça encore, une chance pour moi aussi, parce que je crois clairement que ça me fait du bien de ne pas trop me prendre la tête, ne serait-ce que cinq minutes. Regardez-le... Tout ce qu'il découvre génère un sourire béat, et sincèrement, ça fait un bien fou. Je me rends compte que j'étais comme ça aussi, mais que ça a dû passer avec le temps. C'est triste... et j'ai pas vraiment à chercher très loin qui en sont les responsables... Raison de plus pour avoir envie de les foutre dehors, d'ailleurs... Le groupe, Killian et ses potes, je serai clairement toujours de leur côté, et ça me conforte dans l'idée que ouais, m'opposer, ça restera toujours ma façon de faire. Hors de question de courber l'échine et de les laisser torturer devant mon nez voire tuer, sans lever le petit doigt. Puis au final, ça fait parfois de jolies rencontres, n'est-ce pas ?

On est donc arrivés dans cet endroit qui ressemble trait pour trait à la cour de mon enfance, ou tout au moins ce dont je me souviens. Ca me fait bizarre de me dire que j'y ai pas remis les pieds depuis deux ans et que le jour où on arrivera à sortir... J'y retournerai pour en partir définitivement. je suis majeur maintenant, aussi bien chez les sorciers que chez les moldus, et me dire que je ne dormirai plus dans mon ancienne chambre, c'est un peu déroutant. N'empêche que c'est réellement juste des souvenirs, et même si moi je me sens bien ici, je n'imaginais pas que ça ferait cet effet au petit blond.

« En Espagne, j’y étais il y a quelques semaines, c’était très bruyant aussi à cause des… ben des bandes de gosses et de leurs mères qui leur gueulaient dessus tout le temps ! Tu étais dans un orphelinat catholique ? Je n’imaginais pas ça comme ça. Bon, en fait, j’y ai jamais pensé, mais bon…
- J'imagine qu'ils ont tous une touche différente...  »

J'en sais trop rien à vrai dire. Là où j'étais, c'était de drôles de locaux, finalement. Un vieux monastère où les bonnes soeurs officiaient et l'aile réservée aux gosses, avec cette cour au milieu. Je sais pour avoir rencontré d'autres orphelins qu'il y a des endroits plus aseptisés, qui doivent plus ressembler aux internats de certains lycées moldus, mais j'en sais guère plus.

« Je le dis ! »

Je souris quand il insiste avec cet air borné sur le fait que j'ai de belles images dans la tête. Bah... si tu veux, je vais pas me battre pour ça. Au contraire, même, si ça peut te faire plaisir... Et vu tes grands yeux plein d'étoiles, j'ai pas trop de doute à ce sujet.

« C’est… magique. Bon, oui, pour de vrai c’est magique, mais quand même. Je vais jamais m’y faire si tout le château cache des trésors comme ça !
- Je crois que t'as pas fini en effet... Même moi j'en découvre encore, et ça fait huit ans que je suis là... »

On va ptêt juste éviter la salle qui joue avec les émotions, là, hein ? Mais globalement, oui, c'est magique, et je crois que quand on a une certaine propension à l'émerveillement, on a jamais fini. Putain ça me fait du bien de retrouver ce genre de choses, tu sais ça ?

« Elle doit t’apprécier pour te donner autant… Ça m’impressionne toujours, les gens qui mangent beaucoup sans que ça se voie. Et ça tient dans ce petit sac ?
- Pour ce qui est de Malvina... Disons que je suis pas trop fan de la foule, alors ça fait des années que j'esquive et que je passe par les cuisines plutôt que la Grande Salle quand je peux. Y a plein de sorciers imbus qui considèrent les elfes comme des créatures inférieures, ça a jamais été mon cas, je crois qu'ils apprécient qu'on les traite normalement... Un peu comme le fait que je fasse pas vraiment de distinction avec les non-sorciers... »

Clin d'oeil. Oui, ça c'est aussi pour toi, cadeau...

« Quant à manger comme quatre... Je suppose que le fait que je fasse pas mal de sport joue aussi, j'ai jamais pu vraiment rester en place plus de quelques minutes alors... Enfin ce sac... Bah comme beaucoup de choses ici, il est amplifié magiquement. Y a un sort pour ça, qui fait que quelque chose qui a pas l'air très large est agrandi à l'intérieur. Mmmh... »

Comment donner une image moldue à ça...

« Tu vois dans les films ou les séries, quand ils parlent de trucs quantiques, de distension de l'espace ou un truc dans le genre ? Bah je pense que ça doit un peu ressembler à ça. Sauf qu'au lieu d'être scientifique, c'est magique... »

Bon je dois bien avouer, les détails physiques, j'y comprends pas grand chose, hein, c'est pas comme si ça faisait partie du programme sorcier... Mais je crois que c'est un truc comme ça. Je revois des séries de science-fiction que j'ai pu mater l'été avec les autres orphelins, et du coup, c'est le parallèle qui me vient en tête, aussi peu précis soit-il. Je le vois inspecter le sac, et je me dis qu'il y a quelques années, j'aurais eu exactement la même réaction. Il a commencé à manger, j'ai fait de même, sauf que Drew a commencé à s'étouffer. Réflexe, je me suis rapproché pour lui tapoter le dos. Le truc que j'ai jamais trop su si ça servait vraiment à quelque chose, mais bon... Il a relevé un regard embué vers moi, j'ai esquissé un sourire. Au moins la toux s'était arrêtée.

« Pardon, c’est pas sexy. Mais c’est super bon !
- Ca on s'en fout... Ca va ? »

Et à vrai dire, sexy, je sais pas, mais attendrissant, un peu. Comme tout le reste depuis que nos routes se sont croisées. Merde, je sais que je m'enflamme vite en général, mais il se passe quoi là, dans ma tête ? Non parce que y a une heure, je pensais qu'à Doryan, et à vrai dire, non, je suis pas « guéri », loin de là. Ca n'empêche que je me sens bien, là, près du petit blond, et je crois que mon regard est un peu trop insistant. Bordel... Je me râcle la gorge, m'écarte légèrement pour reprendre le sandwich que j'ai posé quand il s'est étouffé. Hum... Euh... Et maintenant, je fais quoi ? Bizarrement, manger, ça fait plus vraiment partie de mes priorités mais... ça me donne une contenance, alors je mords un morceau. J'ai l'impression de trahir le rouge rien qu'à regarder le blond... Pourtant je suis célibataire, non ? Mouais, je suis pas convaincu, alors que techniquement, c'est effectivement le cas... Tu te poses trop de questions Raf, détends-toi un peu. Mmmh... ou pas. Ca donne quoi si je me détends, là, au juste ? Regard en coin vers Drew, je sais pas trop ce qu'il pense et à vrai dire, ça me perturbe un peu beaucoup. D'autant qu'en fait, je sais pas si je dois espérer qu'il soit intéressé ou au contraire pas du tout...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: It's not a habit, it's cool, I feel alive...   Mar 5 Nov 2013 - 17:47

Une salle qui se crée et se recrée à l’infini pour correspondre aux désirs de chaque individu… et c’était sans parler du reste ! Une autre salle changeait de saison à chaque fois qu’on y entrait, celle où il s’était caché début juillet avec Charlie-Ever… et ce n’était que des salles ! Dans tout le château, les portes et les escaliers se promenaient, les tableaux étaient animés d’une vie propre, des flammes brulaient sans s’éteindre… la magie provenait de baguettes de bois, ça foisonnait d’animaux et autres créatures inconnues… Ça foisonnait de nouveauté, de belles choses et d’une atmosphère un peu surréaliste, à cause des soucis de méchants sorciers. S’il n’y avait pas eu ces jeunes, comme Rafael ou Elias ou tous les autres, pour mettre de la vie dans ce château, Drew aurait eu la sensation d’être tombé dans un château hanté. Un château hanté avec une cour d’orphelinat… non, très sérieusement, il appréciait Raf. C’était comme s’il devinait ce qui pouvait lui faire plaisir, comme s’il comprenait ce que le moldu pouvait ressentir, et pour un imbécile heureux souvent incompris, ça fait un bien fou de n’avoir ni à se justifier, ni à se taire. Et s’il lui permettait de prendre une pause dans son quotidien effréné, c’était gagnant-gagnant.

- Je crois que t'as pas fini en effet... Même moi j'en découvre encore, et ça fait huit ans que je suis là...
- Huit ans… Nous ne restons jamais aussi longtemps dans une école, chez moi. Ce sont d’ailleurs rarement des internats, on a tous la voiture et les bus scolaires… Mais c’est vrai qu’il y a moins de choses à découvrir !
D’autant que si le château s’amusait régulièrement à ouvrir de nouvelles salles avec une conscience propre, il devait y avoir à visiter. C’était simple de faire un tour rapide, mais l’américain s’était rendu compte, au fur et à mesure de ses escapades, que certaines salles bougeaient, et que certaines, comme la salle sur demande, ne s’ouvraient que pour les sorciers. Il était donc loin d’avoir tout visité, d’autant qu’il ne comprenait rien à la logique des déplacements… mais il avait le temps, non ?

- Pour ce qui est de Malvina... Disons que je suis pas trop fan de la foule, alors ça fait des années que j'esquive et que je passe par les cuisines plutôt que la Grande Salle quand je peux. Y a plein de sorciers imbus qui considèrent les elfes comme des créatures inférieures, ça a jamais été mon cas, je crois qu'ils apprécient qu'on les traite normalement... Un peu comme le fait que je fasse pas vraiment de distinction avec les non-sorciers...
- J’avoue qu’il faut savoir que les… Melvina, et tout, qu’ils sont un peu comme les humains. J’ai eu droit à une leçon de morale en arrivant, en fait. Mais avec les sorciers… on n’a pas vraiment de différences, je veux dire physiquement. Ils sont un peu stupides, non ?
Mais Rafael, non, il n’était pas stupide. Il comprenait beaucoup plus de choses que les autres… et avoir en partie les mêmes repères culturels que les moldus devait pas mal l’aider ! Il est difficile de comprendre et d’accepter quelque chose qui ne nous est pas familier. En plus, l’ouverture d’esprit n’avait rien d’inné et n’était pas donnée à tout le monde. Drew n’était pas étonné de ce manque de sympathie ambiant envers les non-sorciers, mais il trouvait ça bête, dommage, c’était une perte de temps et une occupation puérile que de vouloir à tout prix leur faire du mal alors qu’ils n’avaient rien demandé. Cette violence était une perte de temps…

- Quant à manger comme quatre... Je suppose que le fait que je fasse pas mal de sport joue aussi, j'ai jamais pu vraiment rester en place plus de quelques minutes alors... Enfin ce sac... Bah comme beaucoup de choses ici, il est amplifié magiquement. Y a un sort pour ça, qui fait que quelque chose qui a pas l'air très large est agrandi à l'intérieur. Mmmh… Tu vois dans les films ou les séries, quand ils parlent de trucs quantiques, de distension de l'espace ou un truc dans le genre ? Bah je pense que ça doit un peu ressembler à ça. Sauf qu'au lieu d'être scientifique, c'est magique...
- Moi et les sciences, tu sais… je n’ai jamais vraiment compris ce qu’ils entendaient par la science quantique, et je crois que je ne saurai jamais. Mais je vois ce que tu veux dire ! C’est plus grand à l’intérieur, mais ce n’est pas qu’une illusion… Ça doit être plutôt pratique.
Il en aurait bien eu besoin, parfois. Après un instant à mâcher en silence, il finit par faire une bêtise ; il fallait bien, il risquait de ne pas atteindre son quota de la journée sinon. Le serdaigle lui tapota le dos pour qu’il évite de mourir. Il ne mit pas longtemps avant de reprendre tout-à-fait son souffle, un peu honteux de ne même pas être capable de manger correctement sans risquer sa vie - un quotidien semé d’embûches mortelles, ou le pire scénario du monde. Pas sexy, donc.

- Ça on s'en fout... Ça va ?
- Oui, ça va, désolé… Il faut vraiment que j’arrête de me faire sauver tout le temps…
Il sourit à son sauveur de la journée ; il n’oubliait pas Killian, promiiis, c’est pour l’instant, c’était Rafael qu’il avait juste à côté de lui et qui lui proposait ses sandwichs tueurs de Drew. L’américain remarqua d’ailleurs que son camarade s’écartait avec une légère gêne un peu typique. Un regard en coin… Il finit son sandwich sans plus de dommages et entreprit de l’observer en train de l’éviter un peu, perdu dans ses pensées. Ça… il connaissait ce genre de comportements, il en était souvent victime. Quand quelqu’un l’intéressait, il perdait de sa contenance… Est-ce que c’était la même chose ? Rafael, lui, intéressé, tout ça, ça semblait un peu gros, un peu osé, un peu sur le pouce, mais bon sang c’était magique. Ils avaient toutes les excuses du monde. Drew se rapprocha du bleu et planta son regard dans le sien avec un air sérieux.

- Et toi, ça va ? A quoi tu penses ?
C’est vrai tiens, à quoi pensait-il ? Si ça pouvait être une question gênante, le garçon n’était pas du genre à tourner sa langue dix fois dans sa bouche avant de parler… il sourit doucement. C’est vrai qu’il ne dirait pas non à un jeunot charmant comme Rafael… mais les probabilités de tomber sur un gars du genre aventurier et du bon bord étaient minces, il en avait conscience. S’il se fourrait le doigt dans l’œil, il n’aurait qu’à prétexter être vraiment stupide. Il avait de la ressource pour faire des conneries, mais lorsqu’il s’agissait de s’amuser, il pouvait être presque diabolique d’innocence… En plus, c'était les seuls moments où il pouvait être calme et arrêter de parler sans se forcer, c'était... ben, magique.

- T’as l’air pensif. Je ne sais jamais quoi penser avec les gens pensifs.
Enfin… à moitié :angel:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2116
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: Re: It's not a habit, it's cool, I feel alive...   Mer 13 Nov 2013 - 0:31

~ It's not a habit, it's cool, I feel alive... ~
Mardi 8 juillet 2014
Drew A.Parker && Rafael A. Paley
A vrai dire, ça n'était pas très difficile de trouver des moyens d'émerveiller le petit blond. D'autant que ses réactions étaient particulièrement visibles sur son visage, et je dois bien avouer que c'était agréable de le voir comme ça, avec des étoiles plein les yeux. Tout le monde s'habitue, à force et ici, à part les premières années, plus personne ne réagit vraiment à tout ce merveilleux qui nous entoure. Pourtant, on est un tas de nés-moldus - ou en tout cas, de personnes ayant grandi dans le monde moldu - et j'ai beau faire partie de ceux qui sont à présent plus ou moins coutumiers de ce monde, je trouve ça dommage qu'on ait perdu cet lueur d'intérêt, de surprise, à chaque découverte. Bon, je ne suis peut-être pas le meilleur exemple, je suis sûr qu'on peut encore m'avoir, et ça m'arrange bien. C'est triste de ne plus être capable de s'émerveiller même sur des choses parfois insignifiantes, non ?

« Huit ans… Nous ne restons jamais aussi longtemps dans une école, chez moi. Ce sont d’ailleurs rarement des internats, on a tous la voiture et les bus scolaires… Mais c’est vrai qu’il y a moins de choses à découvrir !
- Tu es américain, n'est-ce pas ? »

L'accent, l'altercation avec les gars de tout à l'heure, la voiture et les bus scolaires... autant d'indices pour en être à peu près persuadé.

« Ici, on ne peut pas conduire avant dix-huit ans. Et avec le blocus, autant dire que c'est quelque chose qui nous est sans doute un peu tous passé au-dessus de la tête. Il faudra sans doute que je m'y mette si... non. Quand on sortira d'ici. »

Quand, oui, pas si. Hors de question qu'on reste là jusqu'à la fin des temps. De toutes les façons, maintenant que le groupe a fait résonner sa musique dans tout le château, j'ai l'intime conviction que tout va s'accélerer. Killian et ses potes s'y mettent activement dans leur coin, et moi... je défends les arrières de qui je peux, on ne se refait pas. N'empêche que ça me fait drôle de m'imaginer entrer dans une auto-école pour apprendre à tenir à volant, tiens. Et je crois que la moto me conviendrait mieux en définitive... Enfin j'aurais le temps de m'en préoccuper... plus tard.

« J’avoue qu’il faut savoir que les… Melvina, et tout, qu’ils sont un peu comme les humains. J’ai eu droit à une leçon de morale en arrivant, en fait. Mais avec les sorciers… on n’a pas vraiment de différences, je veux dire physiquement. Ils sont un peu stupides, non ?
- Les elfes de maison. C'est sûr qu'au premier abord, ça surprend. J'ai dû avoir à peu près la même réaction que toi quand je suis descendu la première fois pour me trouver nez à nez avec l'un d'entre eux. Mais au final, c'est comme partout, ils ont chacun leur caractère, y en a qui sont adorables comme Malvina, et d'autres... moins... On est tous pareils à ce niveau-là. Elfes, sorciers, moldus... le nom que les sorciers emploient pour les non-sorciers donc. Y a des gens bien et des cons partout... »

Et pas seulement dans ces trois catégories de personnes ou créatures à vrai dire. Je suis convaincu que c'est pareil chez les centaures, et la rencontre avec celui qui détient le livre si cher à ma soeur disparue me confirme cette idée. Il aurait pu être beaucoup moins cordial avec Eil' et moi, pourtant il nous a même aidé à ressortir de là au final. Ca n'aurait sans doute pas été le cas de tous les membres de sa communauté. Il faut de tout pour faire un monde, il paraît.

« Moi et les sciences, tu sais… je n’ai jamais vraiment compris ce qu’ils entendaient par la science quantique, et je crois que je ne saurai jamais. Mais je vois ce que tu veux dire ! C’est plus grand à l’intérieur, mais ce n’est pas qu’une illusion… Ça doit être plutôt pratique.
- Ca l'est. Et je te rassure, j'ai arrêté les sciences moldus à l'âge du collège, je fais que référence à ce qu'ils racontent dans les séries télé alors comment dire... je suis pas sûr du tout que ça soit super précis. Cela dit, ça me botterait de pouvoir jeter un oeil à de vrais cours scientifiques... »

Oui bon, bah on se refait pas, hein. Je suis curieux comme une pie, je suis pas chez les Raven pour rien et ce monde-là, c'est celui dans lequel j'ai grandi, dans lequel évoluent mes amis d'enfance. Il faudrait que j'en tanne quelques-uns pour qu'ils me ressortent leurs cours de collège et lycée, tiens, quand je pourrai remettre les pieds pour de vrai à l'orphelinat.

« En tous les cas, oui, c'est très pratique. Et je pense que ça fait partie des sorts qu'on utilise le plus régulièrement... »

Entre autres aides à la vie quotidienne, comme tous les sorts de nettoyage, ou d'allègement, j'imagine. Et ceux pour éviter que les gens décèdent inopinément... ouais, y compris en avalant un bout de sandwich. Alors certes, il y avait plus glamour, mais sincèrement, je m'en contrefous. Je m'inquiète surtout pour son état, du coup je suis plutôt rassuré qu'il reprenne rapidement une respiration normale, même s'il toussotte encore un peu.

« Oui, ça va, désolé… Il faut vraiment que j’arrête de me faire sauver tout le temps…
- Bah... Perso, ça me dérange pas... Je crois que c'est un peu dans ma nature de défendre la veuve et l'orphelin, et de voler au secours de tout le monde tout le temps... »

Je crois ? Non, je suis sûr. Et sans mauvais jeu de mots, chut. Le syndrôme du grand frère protecteur, je l'ai toujours eu. Et ça génère parfois de belles rencontres... Ahem... Euh... Ouais bon, on va dire que j'ai rien pensé et que je vais finir tranquillement mon sandwich. Et la moitié des plats sur la table aussi. Et que je vais éviter son regard cinq minutes, histoire de pas avoir à justifier des oeillades un peu trop soutenues, hein ?

Hum... ou pas. Parce qu'en matière d'oeillades soutenues, je me retrouve avec un Drew qui s'est rapproché, ses beaux yeux plantés dans les miens - non mais merde, je viens vraiment de penser ça là ? - et qui me fixe d'un air on ne peut plus sérieux.

« Et toi, ça va ? A quoi tu penses ?
- Oui, oui, ça va. »

Quant à ce à quoi je pense... Euh... Est-ce qu'il faut vraiment que je réponde à cette question là ? Non parce que bon, ça fait vraiment mauvais genre au bout de quoi... un quart d'heure, une demi-heure ? Ok, on est dans une situation atypique. Ok, je sais que je m'enflamme toujours très vite mais... Bah justement, je m'enflamme vite, c'est pas forcément le cas des autres.

« T’as l’air pensif. Je ne sais jamais quoi penser avec les gens pensifs. »

Joker ? Je suis resté à le regarder, à me poser un bon milliard de questions sur ce que je devais comprendre de son rapprochement évident, de ce regard particulièrement soutenu et de ces propos à peine orientés... Je me fais des idées ou bien ?... Le doute s'installe pourtant. J'ai pas vraiment envie de gâcher d'un coup le lien qui commence à se créer avec l'américain. Si je me plante, je peux dire adieu à la moindre chance de jamais lui réadresser la parole, et j'ai pas vraiment envie d'en arriver là. Je l'aime bien le petit blond, j'ai pas envie de me sentir rejeté parce que j'aurais tenté un truc qui aura été mal perçu. Et puis... Evidemment, je pense à Doryan. Je suis conscient que ce qui m'anime, là, ça n'a pas vraiment le même impact que ce que je ressens pour le rouge. En même temps, à chaque fois que je fais un pas vers lui, je me fais jeter, plus violemment que la fois précédente. Le message est clair, n'est-ce pas ? Et au fond, celui de Drew ne l'est-il pas tout autant ? Je saurais pas l'affirmer à cent pour cents, mais j'ai l'impression qu'on attend tous les deux une réponse, un geste de l'autre pour savoir si on peut se lancer. Mes yeux bleus à nouveau plongés dans les siens, j'ai repoussé une de ses mèches blondes plus pour créer un contact que pour virer une mèche importune parce qu'en réalité, elle ne gênait pas grand chose.

« J'en mettrai pas forcément ma main à couper mais... je crois que tu en as une petite idée... »

Et là, j'espère que c'est assez réciproque en fait, sinon je vais vraiment me faire envoyer bouler... Et j'en meurs pas vraiment d'envie, il faut bien avouer. J'ai un peu eu mon quota, ces derniers temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: It's not a habit, it's cool, I feel alive...   Mer 11 Déc 2013 - 23:09

Oh merveilles de ce monde. C’était magique tout ça, magique. Pourquoi les gens cessaient-ils d’être émerveillés par les belles choses de la vie ? C’était triste de perdre son âme d’enfant. Bon, on avait toujours des sources de plaisir, mais s’amuser de tout, c’était quand même carrément plus fun :D

- Tu es américain n’est-ce pas ? Ici, on ne peut pas conduire avant dix-huit ans. Et avec le blocus, autant dire que c'est quelque chose qui nous est sans doute un peu tous passé au-dessus de la tête. Il faudra sans doute que je m'y mette si... non. Quand on sortira d'ici.
- Oui. J’ai vu qu’ici le système de permis n’avait rien à voir. Dans certains pays, ils roulent carrément de l’autre côté de la route… Mais ce n’est pas utile quand vous avez tout à portée de pattes comme ici.
Un doute sur le fait qu’ils allaient sortir ? Aucun. Ça coulait de source, un rêve pareil ne pouvait pas durer éternellement… et l’Histoire avait démontré qu’un régime fait de violence ne tenait jamais très longtemps. Ce n’était qu’une question de temps, même si pour lui, une semaine ou des mois avaient la même durée. Il ne savait pas se battre, il ne se sentait pas investi d’une mission divine alors il n’avait plus qu’à jouer le rôle du gus un peu lourdingue qui positive tout le temps et motive les troupes sans trop en avoir l’air. Il suffisait de regarder comme ils discutaient de choses et d’autres avec tout le naturel du monde, alors même que les elfes de maison n’étaient pas un sujet d’une importance capitale pour l’Histoire. Certes, ça relançait le débat sur le fait que tout le monde avait le droit au même respect, humains, moldus, sorciers, noirs, blancs, gobelins… euh, elfes… mais à quoi bon débattre entre personnes de même opinion ? Bon, il avait mis un peu de temps à assimiler que ces êtres surnaturels s’apparentaient à des humains, mais maintenant qu’il avait fait le rapprochement et rencontré de gentilles personnes comme Melvina, il ne pouvait qu’adhérer aux convictions de son ami - « copain » aurait été malvenu, héhé. Bon, par contre, si on lui disait que les loups-garous étaient comme lui, il risquait d’être un peu moins d’accord, mais ça n’impliquait que lui. Et Enzo. Hahem.

- Ça l'est. Et je te rassure, j'ai arrêté les sciences moldus à l'âge du collège, je fais que référence à ce qu'ils racontent dans les séries télé alors comment dire... je suis pas sûr du tout que ça soit super précis. Cela dit, ça me botterait de pouvoir jeter un œil à de vrais cours scientifiques...
- S’il y avait internet… j’aurais pu te donner deux, trois sites de vulgarisation, mais ce n’est pas avec mes cours que tu en apprendras plus là-dessus. Les seuls cours de science que j’aie eu ressemblaient à des amas de signes chinois !
Ça concluait bien sur son niveau en sciences. Les chiffres, le jargon scientifique… sonnaient comme une suite de mots et de phrases sans queue ni tête dans son esprit qui court-circuitait à chaque fois qu’on lui demandait de faire une opération à plusieurs inconnues ou sans calculatrice. D’ailleurs, pouvait-on faire des calculs avec un sort ? Puisqu’on pouvait tout ranger dans un tout petit sac, déformer l’espace, déformer le temps (à coup sûr c’était possible ! Tous les films de magie relataient des faits où les gens arrêtaient le temps !), alors de simples calculs que même de toutes petites machines pouvaient faire… Mais il ne demanda pas. S’il demandait à chaque lubie si c’était possible ou non, il finirait par ne plus savoir faire que ça, poser des questions bêtes. Il irait se renseigner dans un manuel de magie pour les nuls, à l’occasion. Il lui faudrait aussi un manuel pour les nuls qui ne savent pas manger… et pour plein d’autres choses d’ailleurs…

- Bah... Perso, ça me dérange pas... Je crois que c'est un peu dans ma nature de défendre la veuve et l'orphelin, et de voler au secours de tout le monde tout le temps…
- Merci ! Et désolé. Je vais faire attention.
Parlons plus sérieusement, non ? Bon, ce n’était pas vraiment un sujet sérieux sur lequel ils étaient en train de dériver, mais Drew faisait moins le con et possédait plus de tact quand il parlait de… ça. Il était correct, toujours discret mais clair, on entendait ce qu’on voulait entendre et il était suffisamment sensible pour comprendre quand il ne recevrait pas de réponse positive. Et là…

- Oui, oui, ça va.
Il sourit. Ce « oui oui » là, ça montrait qu’il se passait quelque chose ! Il s’en amusait, et en même temps, il ne pouvait pas dire qu’il n’était pas intéressé. Ça ne faisait pas de lui un pauvre gars complètement dérangé et seul ! Mais ce contact humain, c’était juste une nécessité, un besoin à assouvir de temps à autre. Une envie à partager bien entendu. Qu’il connaisse l’autre depuis moins d’une heure le dérangeait justement moins que s’il le connaissait depuis des années, alors que pour d’autres c’était tout l’inverse. L’anonymat, la surprise, tout ça… Et puis au pire, embêter et titiller les gens était divertissant, il s’amusait bien à jouer de ses atouts et de son apparente ingénuité… Alors il demanda, innocemment, ce que pensait Rafael, lui reléguant toute la responsabilité des idées qui leur traversaient la tête, testant en même temps sa répartie.

Il y eut un instant de latence. Forcément, ça étonnait. Raf devait se demander ce qu’il voulait lui faire dire, et tiens, c’était une bonne question ça, que voulait-il lui faire dire ? Il ajusta sa position, tenant difficilement en place alors qu’il était censé mettre gentiment la pression sur le charmant serdaigle qu’il remerciait… vraiment à sa manière. Il s’amusait, mais il avait du mal à rester sage. Lorsqu’il releva les yeux en arrêtant de gigoter, il tomba sur le regard devenu insistant de Rafael, qui repoussa une mèche de cheveux qui lui barrait le front.

- J'en mettrais pas forcément ma main à couper mais... je crois que tu en as une petite idée...
- Tu crois ?
Il prit sa main avec douceur, la fit passer dans son dos et la laissa là. C’était à lui de faire ce qu’il voulait, de mener un peu si ça lui plaisait, chacun son truc. L’américain n’avait pas de réelles préférences, tant qu’il était bien et que l’autre aussi. Avec un sourire, il s’approcha encore, se pencha vers son visage sans créer de contact - un réflexe : pas de bisous dans le milieu, pas avec les aventures. Bon, il ne pleurerait pas si ça arrivait, pas avec un joli garçon, mais voilà.

- Encore faim alors ?
L’allumeur était de sortie. Toujours avec cette lueur espiègle dans le regard. Ils ne se rendaient peut-être pas compte du bordel dans lequel ils étaient en train de se fourrer, mais il n'y avait personne pour les surveiller...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2116
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: Re: It's not a habit, it's cool, I feel alive...   Sam 4 Jan 2014 - 19:38

~ It's not a habit, it's cool, I feel alive... ~
Mardi 8 juillet 2014
Drew A.Parker && Rafael A. Paley
C'était magique, oui, et pour ce qui me concernait, j'arrivais encore assez facilement à être émerveillé de pas mal de choses. Et attendri aussi, par des choses pourtant simplissimes parfois. Comme les étoiles, donc, dans les yeux de Drew à chacune de ses découvertes.

« Oui. J’ai vu qu’ici le système de permis n’avait rien à voir. Dans certains pays, ils roulent carrément de l’autre côté de la route… Mais ce n’est pas utile quand vous avez tout à portée de pattes comme ici.
- Certes, certes. Et on a aussi des moyens de locomotion magique assez pratiques comme le vol sur balai ou le transplanage, mais ça n'empêche que dehors et dans la vie de tous les jours, le permis peut être utile. Pour ma part, j'ai effectivement grandi à Londres, en Angleterre, et on roule de l'autre côté, comme tu dis. Enfin pour moi, c'est plutôt chez toi que vous roulez de l'autre côté, cela dit, question de référentiel... »

Clin d'oeil. Il faudra peut-être que je lui explique ce qu'est le transplanage, tiens, et aussi le fait que ça ne fonctionne pas dans l'enceinte de l'école – sinon on serait tous partis depuis longtemps – mais... plus tard. Pour l'heure, ça me plaît de pouvoir évoquer le monde moldu, j'ai l'impression de retrouver le monde de mon enfance, et je me rends compte que je m'en suis un peu trop détaché à mon goût, avec le temps. Les moyens de transports normaux, les sciences moldues, entre autres, me sont passés au-dessus, et je trouve ça dommage. Il faudra que je remédie à ça, donc, quand on sortira. Je crois que ma to-do-list va prendre des proportions intéressantes à ce moment-là, mais loin de m'effrayer, ça me plaît, bien au contraire. Je reste incapable de ne rien faire, l'ennui ne fait pas partie de mon vocabulaire parce que je bouge toujours, d'une manière ou d'une autre, et avoir un programme chargé ne m'effraie pas le moins du monde, bien au contraire, ça a plutôt tendance à me motiver.

« S’il y avait internet… j’aurais pu te donner deux, trois sites de vulgarisation, mais ce n’est pas avec mes cours que tu en apprendras plus là-dessus. Les seuls cours de science que j’aie eu ressemblaient à des amas de signes chinois ! »

Ah ! Les symboles scientifiques... j'ai laissé ça derrière moi il y a trop longtemps pour pouvoir visualiser ça correctement, mais ce qu'on en voit, une fois encore, dans les séries par exemple me donne un ordre d'idée. Quant à internet... Bel exemple des avancées moldues que je trouverai toujours fascinantes, tiens. Et peut-être bien que la propension du petit blond à se mettre en danger de n'importe quelle façon tient aussi de la fascination, parce que je rêve pas, il est bel et bien en train de s'étouffer avec son sandwich. Evidemment, j'ai réagi aussitôt, instinctivement, et il a pris le parti de s'excuser à nouveau.

« Merci ! Et désolé. Je vais faire attention.
- Pas de souci. T'as pas à être désolé pour ça tu sais... Mais faire attention peut être une idée, ça serait con qu'il t'arrive du mal de cette manière-là. »

Oui bon, à vrai dire, je trouverais ça con qu'il lui arrive du mal de quelque manière que ce soit. Ce gars est adorable, beau et gentil comme tout, et... Clairement, il me plaît. Ce qui est assez perturbant au demeurant parce que je suis toujours amoureux de Doryan, la question ne se pose même pas, mais... Je suis aussi toujours viré de sa vie sans aucun espoir – à mes yeux tout du moins – que ça change. Alors qu'est-ce qui m'empêche, là, finalement, de succomber aux charmes de Drew ? Il a plongé son regard dans le mien, m'a tendu la perche, clairement, en me demandant ce à quoi je pensais. Je le sens presque fébrile, à mes côtés, et ça me calme évidemment pas du tout, bien au contraire. A quel moment on a dérapé en fait ? J'ai pas trop compris comment ça m'a pris, encore moins à quel moment lui aussi a pris cette direction, mais quand j'effleure son visage pour repousser une de ses mèches blondes, le doute ne subsiste absolument plus.

« Tu crois ? »

Non, j'en suis sûr. Il a pris ma main, l'a faite passer dans son dos, et je me suis d'abord laissé faire avant de laisser mes doigts courir le long de sa colonne.

« Encore faim alors ?
- Mmmh mmmh... Mais je crois que je vais passer directement au dessert... »

On est d'accord, c'est pas la réplique la plus classe du monde, mais il l'a un peu cherchée, non ? Il avait approché son visage du mien, sans pour autant entrer en contact si bien que j'ai pris les devants alors, franchissant les quelques centimètres qui nous séparaient encore pour venir poser mes lèvres sur les siennes tandis que ma main libre venait se perdre dans sa nuque et sa tignasse blonde. Je n'ai évidemment aucune idée des règles qu'il s'imposait « dans le milieu », parce que je n'imagine pas le moins du monde qu'il puisse avoir ce type de passif. Le mec facile et le gigolo, ça pourrait être risible, au fond. Mais pour l'heure, on s'en balance complètement. Tout ce qui compte, c'est mes lèvres sur les siennes, ma langue qui commence à jouer avec la sienne et mes mains sur son corps. C'est son souffle qui effleure mon visage, et l'odeur de sa peau qui chatouille mes narines. Un besoin d'affection manifestement commun, une pulsion qu'on est bien partis pour assouvir. Le reste n'a pas la moindre espèce d'importance à cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: It's not a habit, it's cool, I feel alive...   Sam 11 Jan 2014 - 2:41

Le dépaysement total… Drew n’était pas ce type de mec qui restait en place dans sa petite maison. Il n’avait jamais déménagé, à 21 ans il habitait encore chez ses parents, mais il avait commencé si jeune à prendre son autonomie qu’il avait besoin de s’échapper de temps en temps pour qu’on ait le droit de l’enfermer quelque part sans qu'il rechigne. Il s’échappait facilement, dans sa tête, certes, mais physiquement, l’impact n’en était que plus fort. Isolé en terres inconnues, c’était là qu’il se sentait le plus libre. Peut-être qu’il devrait devenir aventurier, comme Bear Grylls dans son émission Ultimate Survival. Mais en moins dangereux quand même. D'ailleurs, lancer un documentaire sur le monde magique lui semblait, à tort, une idée absolument meeeerveilleuse… Bref. Il était plutôt question du sens de circulation des voitures, donc.

- Certes, certes. Et on a aussi des moyens de locomotion magique assez pratiques comme le vol sur balai ou le transplanage, mais ça n'empêche que dehors et dans la vie de tous les jours, le permis peut être utile. Pour ma part, j'ai effectivement grandi à Londres, en Angleterre, et on roule de l'autre côté, comme tu dis. Enfin pour moi, c'est plutôt chez toi que vous roulez de l'autre côté, cela dit, question de référentiel...
- Personne n’est jamais d’accord de toute façon...

Mais tout de même. Quand on a des balais volants ou d’autres moyens magiques de locomotion qui couvraient des distances inimaginables en quelques minutes, la voiture faisait pâle figure. Il était en pleine réflexion critique sur le choc des cultures… Holà. Mieux valait arrêter avant de faire une erreur critique dans son petit crâne.

- Pas de souci. T'as pas à être désolé pour ça tu sais... Mais faire attention peut être une idée, ça serait con qu'il t'arrive du mal de cette manière-là.

Il sourit. A chaque fois qu’il lui arrivait du mal, c’était toujours d’une manière bête, incongrue ou caricaturale. Il se faisait chahuter comme dans les films, s’étouffait avec un rien aux pires moments possibles, percutait exactement la mauvaise personne au mauvais moment… Heureusement qu’il avait le cul bordé de nouilles à côté de ça et que les gros problèmes arrivaient au compte-goutte, il n’aurait pas survécu longtemps si ce monde était encore régi par la loi de la sélection naturelle. Mais il aurait pu entrer dans les Darwin Awards. Ça aurait été carrément cool. Rêve d'avenir ? Mourir assez bêtement pour faire le tour d'internet. La consécration ultime.

Et la situation de dévier totalement de sa trajectoire, par un cheminement sur lequel ils n'avaient clairement aucun contrôle. Il entrait sur un terrain connu, et Rafael n’avait pas non plus l’air à son coup d’essai, mais oui, ils en étaient arrivés là sans vraiment s'y attendre. Il suffisait de laisser aller. A faire planer le doute, il avait fait comprendre ce qu’il avait en tête et mis en avant le fait que Raf aussi y pensait, ce petit chenapan. Quelles chaudières ces deux gosses, ce n’était pas du tout sérieux du tout !

- Mmmh mmmh... Mais je crois que je vais passer directement au dessert...
- Intéressant. Personne n’est là pour surveiller de toute manière : on a tous les droits.

Il sentit tout-à-coup le contact de leurs lèvres. Rafael l’avait embrassé… non, l'américain ne faisait clairement pas ça avec les « clients », mais Raf n’était pas un client, nononon. La situation n’avait rien à voir, alors ils avaient tous les droits tant qu’ils s’éclataient gaiement et sans prise de risques. Sa main sur sa nuque avait tendance à lui hérisser les poils, et pas dans le sens négatif du terme. Il finit par s’ouvrir vraiment au baiser, les yeux fermés. C’était mal les bisous parce qu’il savait qu’il risquait d’y prendre sérieusement goût, et que c’était la dernière chose à faire, donner envie à Drew de quelque chose qu’il ne pourrait pas atteindre, c’est-à-dire une relation stable avec un être humain. Ces relations, il en parlait plutôt comme des ses « préférés », d’habitude. Mais prendre pour préféré un gars qui entretenait déjà une relation déjà chaotique avec un gryffondor flippant (c’était un rouge, comme Enzo Ryans ou les gamins qui l’embêtaient il y a à peine une heure, donc forcément flippant), c’était une très, très mauvaise idée non ? Mais ça n’avait plus d’importance. Ils y repenseraient après, éventuellement, quand ils auront fini de se bécoter comme deux faux amoureux à usage limité. Il se décolla trente secondes pour reprendre son souffle - pas assez d’entrainement pour ça. Parler ? C'était sorti de sa tête. Il n'avait plus besoin de parler dans ces moments-là. Puis il prit son menton entre deux doigts, lui lança un regard qui souriait de lui-même et l’embrassa à son tour.

Même pas peur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2116
Date d'inscription : 14/03/2012
Crédits : © ECK
Double Compte : Casey (Huffle) && Kevin (Huffle) && Killian (Gryff) && Ricardo (Slyth) && Rosalyn (Raven)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1456-rafael-a-paley-uc
MessageSujet: Re: It's not a habit, it's cool, I feel alive...   Sam 11 Jan 2014 - 20:06

~ It's not a habit, it's cool, I feel alive... ~
Mardi 8 juillet 2014
Drew A.Parker && Rafael A. Paley
Comment on en passe du sens de conduite à... ça ? Etrangement, le plus naturellement du monde, en sautant un peu du coq à l'âne dans la conversation, mais... ça arrive souvent, finalement. Les désaccords sur les usages des uns et des autres, il y en aurait toujours, c'était un fait, l'essentiel, c'était de ne pas en arriver à se taper dessus, mais nous concernant, c'était clairement loin d'être d'actualité. Dommage qu'on ne puisse pas en dire autant des communautés sorcière et non-sorcière, la preuve ici tout autant que dehors à la base - pas pour rien que les sorciers se cachaient des non-sorciers -, et sans doute plus encore depuis deux ans... A cet instant, pourtant, c'étaient des considérations qui me passaient au-dessus, complètement à des années-lumière de mon cerveau... qui avait clairement décidé de se mettre en veille. Pourtant, il aurait pu réagir, tiquer sur les propos de Drew...

« Intéressant. Personne n’est là pour surveiller de toute manière : on a tous les droits.
- T'avais l'intention de demander la permission à quelqu'un ? »

Parce que moi pas. J'aurais pu effectivement laisser mes petites cellules grises garder le contrôle et affirmer haut et fort que c'est un autre dont j'étais censé être amoureux, et quand bien même je n'étais plus le bienvenu entre ses bras, ça ne se faisait pas, mais... non, manifestement, elles avaient pris des vacances. Exit la bonne conscience, j'ai pas l'intention d'aller demander au mec qui m'a jeté deux fois de façon assez... rude, si j'ai le droit de me laisser aller avec quelqu'un d'autre, le baiser que je donne à Drew à ce moment-là en témoigne. Plus tard, je regretterai peut-être. Pas complètement cela dit, c'est pas comme si j'étais parti pour passer un moment désagréable. C'est pas comme si Drew me plaisait pas. Pas comme si je le trouvais pas réellement adorable. Il n'y a plus que mon coeur qui s'affole sous l'envie, et ce que mes sens communiquent et enregistrent. Le reste... On s'en balance.

Il s'est détaché un instant, je l'ai pas quitté des yeux, je crois que je cherche encore une approbation dans son regard... qui en dit long, finalement. Juste quelques instants de calme, avant que ses lèvres ne reviennent prendre les miennes. Lâcher prise, profiter de ces instants, de ce que le petit blond veut bien me donner, de ce que je peux lui offrir. Le reste on s'en fout. Pour l'instant. Et demain ? On verra, on avisera le moment venu. A chaque jour suffit sa peine, comme ils disent...

Un coup de baguette pour avoir un endroit plus confortable, des petites étoiles de plus dans les yeux de Drew, juste de quoi le rendre encore plus craquant. Et moi de craquer littéralement. On a tous les droits, comme il dit, on ne fait de mal à personne, n'est-ce pas ? Juste deux jeunes adultes, complètement consentants qui profite d'un moment... sulfureux, bon, d'accord. C'est pas raisonnable, peut-être, même si j'ai jamais pris de risque en la matière et que j'ai pas l'intention de commencer, mais et après ? Y a pas de mal à se faire du bien, qu'ils disent aussi, on est bien partis pour l'appliquer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: It's not a habit, it's cool, I feel alive...   

Revenir en haut Aller en bas
 
It's not a habit, it's cool, I feel alive...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nocturnal Habit (NS)
» Holly Holliday ~ You don't have to be cool to rule my world
» Bug avec les helms Casting up 30% Decrease Skill Cool down
» AU DANEMARK C'EST COOL, ON PEUT S'METTRE TOUT NU ✎ HELL.
» L'habit ne fait pas le moine. [Self-Murder]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Septième Etage. :: ─ Salle sur demande-
Sauter vers: