AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bad Romance - Marek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Bad Romance - Marek    Mar 5 Jan 2010 - 17:54

Poudlard s’était couvert d’un joli manteau blanc, revêtant son habit d’hiver. D’un regard extérieur, rien ne pouvait laisser supposer que les élèves de cette école vivaient un véritable calvaire. Et pour cause, les apparences sont trompeuses et qui auraient pu divulguer ce qui prenait place entre les murs de ce château autrefois si joyeux ? Rien, car rien ne pouvait entrer ni sortir de ces lieux. Telle une prison que l’on aurait pu croire dorée mais qui en réalité n’en était rien. Elle aurait donné pas mal pour pouvoir ne serait-ce qu’avoir des nouvelles de ses frères, de sa famille. Plus aucunes lettres ne pouvaient sortir d’ici et elle se doutait bien que les Supérieurs envoyaient aux familles de quoi ne pas éveiller les soupçons, mais elle aurait voulu trouver un moyen, pour parjurer cela, mais jusqu’ici elle n’avait pas encore trouvé et à vrai dire, elle avait même fini par définitivement se faire une raison… Elle ne reverrait pas ses frères de si tôt et si quelque part cela la brisait, la jeune femme ne s’était pas laissée abattre car autre chose occupait son esprit depuis quelques semaines déjà. Une pensée un peu trop tournée vers un certain Marek qu’elle ne comprendrait pas de si tôt mais qui semblait l’appréciait plus qu’elle ne l’aurait pensé au départ. Bien qu’en fait elle s’étonnait elle-même en se disant qu’elle l’appréciait elle aussi mais ça avait été amusant de voir à quel point lui montrait ce qu’elle ressentait le troublait. Car si au départ elle avait joué l’indifférence, aujourd’hui elle prenait un malin plaisir à s’insinuer dans sa vie un peu plus souvent, car ça l’affectait et elle… Elle s’en amusait bien qu’en fait, elle était bien près de lui.

Une chance qu’on ne puisse lire dans ses pensées. Un petit sourire en y repensant et puis la jeune femme était sortie prendre l’air comme elle aimait le faire. Traîner dans le parc ou alors près du lac. Loin de cette atmosphère pesante qui régnait dans le château, ici au moins elle avait l’impression de se sentir un minimum libre. Libre de penser à la tête que faisait Marek à chaque fois qu’elle débarquait à l’improviste pour lui voler le peu d’intimité qu’il avait. Ou alors au fait qu’il lui avait sauvée la vie… Bref, elle avait fini par admettre, malgré le fait que la chose soit assez difficile, qu’elle l’appréciait au final et pas uniquement parce qu’elle aimait leurs petits jeux de gamins, non il faisait partie de sa vie. Après de là à dire qu’elle l’aimait lui pour ce qu’il était… Elle n’en était pas encore à ce stade-là.

Perdue dans ses pensées, la jeune Serdaigle n’avait même pas remarqué la nuit qui avait commencé à tomber sur le Parc. Le couvre-feu avait dû sonner et elle n’avait même rien entendu. Bof ça ne serait pas la première fois que la belle dérogeait à la règle, et puis que pouvait-elle bien risquer de si dramatique en étant dehors. Un bruit de pas, elle n’avait pas tardé à en trouver la source, un Serpentard de 11ème année qui avait rejoint les rangs des Supérieurs et il se trouvait à trop courte distance pour qu’il ne puisse l’avoir vu. Lorsqu’il avait compris sa présence, il était trop tard pour faire demi-tour ou pour tenter de fuir la situation, alors la jeune femme était restée, un petit sourire sur le visage alors que sa main avait rapidement gagné sa baguette. Pas qu’elle se méfiait mais avec ce genre d’individu, on pouvait toujours se poser certaines questions, surtout lorsque l’individu en question se rapprochait dangereusement de vous, un sourire mauvais sur le visage.

- C’est pas ton jour de chance on dirait…

Sur le coup la jeune femme n’avait pas compris l’allusion qui avait été faite, après tout elle était certaine de pouvoir lui tenir tête même si elle ne doutait pas qu’il puisse être puissant. Un nouveau rapprochement de la part du Serpentard qui se trouva à quelques centimètres d’elle et puis la jeune avait fait en sorte qu’il s’éloigne grâce à l’un de ses petits sortilèges de défense, sauf qu’elle ne s’était pas attendu à ce qu’il réplique aussi violemment. Son dos avait claqué dans un bruit sourd contre l’un des grands arbres qui peuplaient le parc, une douleur vive émanant de son épaule et puis elle avait compris que la chose ne serait pas aussi aisée qu’elle l’avait pensée au départ. Maintenue par la magie, la jeune femme n’avait rien pu faire pour se défendre lorsqu’elle avait vu le regard du garçon changer, tandis qu‘il s‘était rapproché comme s‘il sentait son odeur, se délectant de la crainte qu‘il avait éveillée en elle.

- T’aurais pas dû traîner par ici…

S’en était suivi une transformation qui avait dû être plus que douloureuse. Un loup garou… Il avait fallu qu’elle tombe d’abord sur un vampire (canon certes mais un poil dangereux) et maintenant c’était le Lycan ? La jeune femme avait blêmi en l’espace de quelques secondes, parce que si elle ne doutait pas pouvoir s’en sortir avec un élève de 11ème année… Face à un Lycan elle ne donnait pas chère de sa peau. L’avantage c’est qu’une fois la transformation finie, la jeune femme avait pu retrouver sa mobilité, le charme n’agissant plus elle avait pu se libérer de cette entrave qui devenait pesante. Il fallait juste qu’elle rejoigne le château après tout, il n’était pas si loin que ça. Lorsque la jeune femme avait détourné le regard pour voir si c’était faisable, elle avait cru reconnaître Marek et un léger sourire était apparu sur son visage, comme soulagée car s’il y avait bien quelqu’un pour la sortir de ce genre de truc c’était lui. Ce qui l’avait ramenée à la réalité, c’était le coup qu’elle venait de se prendre et qui l’avait envoyée valser contre quelques rochers qui formaient un petit muret sur lequel elle adorait passer des après-midi entières. Le haut de son crâne venant le heurter avec une certaine violence. À moitié sonnée, la douleur lui vrillant l’esprit, la jeune Serdaigle avait déposé sa main sur la blessure qui saignait déjà. Il attendait quoi pour agir au juste… Désarmée, la jeune femme avait vu la bête se rapprocher d’elle une nouvelle fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Mar 5 Jan 2010 - 19:16


I don‘t love you..

Impossible. Con, absolument con, rien de plus. Il n’était pas ce genre de type, il ne le serait jamais et tout le monde qui l’avait déjà côtoyé pendant plus d’une semaine voir moins savait qu’il était juste le genre de gars à se foutre de tout et en particulier à ne jamais s’attacher à quiconque. Jamais il ne changerait, s’était comme ça et il ne fallait pas s’y méprendre, il n’y aurait jamais rien de plus. Absolument jamais…. Et ce baiser n’était que du foutage de gueule envers elle. Elle l’avait juste.. Légèrement pris de court. Ok, peut être autant qu’il avait dû la surprendre, mais s’il n’avait pas arrêté, ça n’avait juste été qu’un histoire de fierté, rien de plus. Absolument rien. Il avait pas du tout perdu la tête, absolument pas, tout était … parfaitement… clair ! Tout à fait… Enfin ça l’était au plus possible et la politique de l’autruche et du j’y pense pas s’était révélée une solution qu’il appréciait tout particulièrement. Sauf qu’il y avait eut deux ou trois événements qu’il n’avait pas complètement prévus et qui s’étaient avérés plus que troublant. Ce con. Un ancien de sa maison qui s’était retrouvé Supérieur pour avancer plus vite et grimper en haut de l’échelle, enfin, le connaissant, s’était ce qu’avait supposer le jeune homme qui, en quelque minutes avait fortement sentis qu’on se foutait sérieusement de lui. Le destin en particulier. Quoi qu’il n’y faisait pas vraiment gaffe, mais cette journée là, il y avait quelques jours déjà, lui avait semblé s’acharner sur lui et ce putain de frisson ridicule. ‘J’m’en fout’. ‘tu mens’. Forcément, il avait fallu qu’à ce moment là, Aileen passe, qu’ils parlent d’elle, que l’autre pense qu’il avait littéralement craqué dessus et pourquoi… mais merde pourquoi s’était il retourné pile à ce moment là, alors que ce crétin avait prononcé son nom et que la jeune femme s’était retournée, bloquant sur le fait qu’il la fixait également. De une taule dans la journée.

Seconde. ‘Je te dit et je te répète qu’on a pas changer depuis mes étu..’ Azumi qui passe en chantant à moitié (mais pas fort pour qu‘il n‘y ai qu‘eux à l‘entendre) ‘c’est pas vrai, z’on couché enseeeeeeeeemble c’est pas vrai, zon couché ensemble’… Mais quelle idée à la con elle a eut celle là de tester son don de legimencie sur Aileen franchement. Et puis, pourquoi elle pensait à ça tout spécialement elle à ce moment là ? En particulier que ce qui apparaissait en premier étaient les choses qui avaient comptés pour la personne en question… depuis quand leurs conneries comptaient au juste ? Ça lui prenait la tête, ça, c’était pas étonnant, il doutait qu’elle ai vraiment prévu ce qui allait se passer et surtout à quel point ça allait déraper, mais à ce point. Et puis, ce con d’ex serpentard avait fini par dire une chose qui ne cessait de passer et repasser dans son crane. Elle ne le haïssait plus comme avant, c’était autre chose qui passait en elle. Rien à voir avec le regard qu’elle avait en le voyant lui. Alors que cinq ans plus tôt, elle leur réservaient le même coup d’œil rageur et dédaigneux. Et lui, il avait intérêt à arrêter de se prendre la tête avec ce genre de conneries. Nan, c’était vrai, les choses n’avaient pas tant changer que ça hein…

Si on enlevait le fait qu’elle l’avait appeler Logan lorsqu’elle était sur le point d’y passer et qu’il s’était entailler de partout pour lui sauver la mise et l’empêcher de crever ou de devenir vampire à jamais…

Nan, à part ça, tout allait bien…

À part le fait qu’il se haïssait ne serais ce que de se prendre la tête à ce point à son sujet..

Troisième bourde et il fallait s’arrêter là. Étalé sur son matelas avec une stupide envie de hurler à son crane de se la fermer, le jeune homme n’avait pas entendu la porte s’ouvrir et une certaine jeune femme débarquer. Quelques minutes plus tard, il s’était lever pour essayer de la faire sortir. Sauf que d’une certaine manière, le fait qu’elle soit là avec ses conneries à répétition qu’elle n’aurait sûrement pas acquises sans ses frères et sans lui et ce qu’on aurait pu appeler la bande de crétins d’une certaine époque. Ooooor.. Elle n’avait pas vraiment eut envie de sortir et dans la bataille, elle avait fini par trébucher, l’embarquant dans sa chute quand elle s’était écroulée sur le lit, sur le dos, lui au dessus d’elle, leurs visages à quelques centimètres l’un de l’autre, son regard plongé dans le sien. Ok, il n’avait plus franchement envie qu’elle se barre mais c’était uniquement.. PHYSIQUE. Rien de plus. Une remarque souriante de sa part allant insinuer qu’il l’appréciait et qu’il s’était plus qu’attacher à elle.

Impensable.

Quoi qu’il ne pouvait réfuter que plus les jours passaient, plus la jeune femme se rapprochait de lui. Alors le jeune homme; qui une fois de plus avait échappé aux Supérieurs qui voulaient de nouveaux lui poser de nombreuses questions et chercher à savoir ce qu’il avait en tête et s’il pouvait être dangereux ou leur apprendre des choses sur ce qu’il se passait dans l’école avec ces meurtres qui n’étaient apparemment pas tous causés par leurs discriminations idiotes; trainait dans les couloirs, marchant dans les ombres pour finir par se perdre dans ses propres pensées, oubliant pourquoi il était là et non dans sa chambre. Sauf qu’à force d’oublier, il avait laisser trainer son regard le long des murs, les sillonnant pour au final terminer sa course contre une fenêtre. Cela dit, ça n’était pas spécialement la fenêtre qui l’intéressait tant mais ce qu’il voyait à travers, à l’extérieur du château. Une certaine jeune femme qui n’avait quitté son esprit de toute la journée. Jeune femme qui, comme bien souvent, s’était attirée des emmerdes. Encore et toujours les emmerdes. Il lui avait sauver la mise après sa rencontre avec un vampire, s’était vrai, mais là elle pouvait quand même s’en sortir, l’élève à qui elle faisait face finissait ses études mais vu tout ce qu’il avait pu lui faire subir, elle avait fini par acquérir un minimum de sens pratique question magie et en particulier concernant les sorts défensifs. Et puis, elle n’avait pas à se balader à cette heure là dehors de toute manière, lui n’avait pas la possibilité de la torturer, donc le garçon ne s’inquiétait pas tant que ça et reparti dans ses pensées quelque peu perturbées. Non, en fait, il se mentait juste à lui-même et se dirigeait sans même s’en rendre compte vers le hall et la grande porte d’où il pourrait passer grâce à sa qualité de professeur. En particulier vu du fait qu’un des élèves de sa maison était dehors… en train de la coincer et d’hurler…oO… comment ça d’hurler ? D’accord, il n’avait pas été mis au courant. Enzo, il le savait, lui, il ne s’en doutait pas vraiment. Sortilège de confusion et il avait réussi à sortir, se dissimulant en partie aux yeux du gardien par ce magnifique petit sort qui lui avait tellement servi étant enfant. De la magie noir, certes mais… son père avait cas ne pas tout laisser trainer… il en avait appris de ces choses dans ces grimoires… très utiles.

Et pourtant, si ses pas s’étaient accélérés quand il était sorti et que son rythme cardiaque en avait fait de même (la course voyons, qu’est-ce que ça pourrait bien être d’autre ??) le jeune prof’ avait ralenti jusqu’à s’arrêter une fois dehors, ses pas apparaissant sous lui quelques secondes avant qu’il ne refasse son apparition. _ Utiles mais pas durables. _ il n’était pas… ce genre de type. Lui était le genre qui se foutait complètement de ce qui pouvait arriver aux autres comme à lui-même. Et il n’était pas attaché à elle. Pas du tout. Et il ne voulait pas qu’elle pense qu’il l’était, ou qu’il agisse simplement comme s’il l’était. Jeu de fierté, il n’était pas quelqu’un de bien. Juste un salaud, un con et une enflure qui n’aidait que s’il avait quelque chose à y gagner. Sauf qu’entre ce qu’il était quand il était entré à l’école la première fois et ce qu’il était devenu, il y avait une marge immense. Partie de lui-même qui prononçait dans son crane des propos plus qu’incohérents mélangés entre l’enfant, l’ado et l’adulte, hurlant qu’il avait déjà fait assez de conneries ces derniers temps, qu’il fallait s’arrêter là, qu’il n’avait rien à lui offrir, et surtout pas de nouvelles balafres en réparant ses erreurs. Marre qu’elle le prenne pour ce qu’il n’était pas. Et il ne faisait pas partie de sa vie, pas tel qu’elle semblait de plus en plus de voir, le taquinant sur ce sujet. Ce qu’elle attendait, au juste, il n’en savait rien. Mais elle devait arrêté d’attendre de lui … ça.

‘Pas à ce stade’ _ mais loin du sien.

Son regard avait percé les ténèbres alors qu’il s’adossait contre un mur, observant la scène étrangement calme, silhouette sombre se détachant sur le manteau neigeux. Elle l’avait vu, quelques instants plus tard, quand les choses commençaient à se dégrader. Avant qu’elle ne se prenne un coup violent, qu’il cru dans une illusion stupide recevoir lui-même. La gorge serrée, il n’avait pas bougé alors que le sang qui coulait se distinguait pourtant parfaitement à ses yeux.

Tu te perds dans une détresse que tu savais pourtant si bien géré.

Il avait toujours été fort, face à tout. Du moins depuis qu’il avait grandis, depuis qu’il avait été capable de se dresser contre ceux qui l’avaient pourtant tellement réduit. Fort car il n’était vraiment pas du genre à s’écrouler, pas du genre à se laisser faire, à courber le dos face à un quelconque sentiment. Fort parce qu’il se foutait de ce qu’elle était, de son regard, son sourire et sa présence.

Ça y est ? Tu comprends la déception et ton erreur ? I’m not who you exepted. I just taked a mickey out of you last night..

Dingue ce qu’un homme par nature peut être con.

Another cog in the murder machine

Ombre sombre au regard de glace posée sur ton corps ébranlé..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Mar 5 Jan 2010 - 22:01

Oui elle en attendait certainement trop de lui. Après tout, elle n’avait jamais rien attendu de sa part, mais depuis quelques temps tout ce paraître et cette haine enfantine avait fini par céder sa place à une sorte de sentiment étrange qu’elle s’était juré de ne pas ressentir pour un type comme lui. Elle l’avait tellement détesté, tellement maudit lorsqu’il avait joué avec ses nerfs que maintenant elle avait du mal à comprendre pourquoi elle avait autant besoin de se rapprocher de lui… Non en fait ça n’était en rien un besoin, juste une envie de lui pourrir l’existence vu qu’il ne la supportait pas. Et pourtant, si elle s’incrustait de plus en plus dans sa petite vie bien trop calme c’était peut-être pas sans arrière-pensée quoique… Non c’était juste une envie de le faire enrager, juste ça.

C’était toutes ses petites attentions, les petits détails disséminés de-ci, de-là qui avait fait qu’elle avait finalement pensé qu’il était plus attaché à elle qu’il ne le laissait croire. Mais il s’entêtait à dire le contraire, alors elle marchait dans ce sens, c’était une sorte de nouveau jeu. Un jeu qui lui permettait de se rapprocher de lui, et qui en même temps lui permettait de faire tourner en bourrique un Marek empli de fierté et quoi qu’il en dise, il l’aimait bien. Du moins elle avait fini par se le rentrer dans le crâne et quelque part, ça lui faisait plaisir.

Alors la jeune femme s’était laissée surprendre par la nuit tombante. Et aussi par le fait que dans ce château, il n’y avait pas que des vampires qu’il fallait se méfier, apparemment certains élèves étaient tout aussi dangereux si ce n’est plus. Pourtant lorsqu’elle avait croisé son regard, la demoiselle était certaine qu’elle n’aurait eu aucun mal à le désarmer. Après tout, elle avait vécu dans une famille de 4 garçons et puis elle avait eu Marek comme ennemi durant presque 10ans… C’est bon elle avait de quoi faire question défense ! Sauf que le type en question avait une botte secrète qu’elle n’avait pas vu venir. Plaquée contre cet arbre par un sortilège la jeune femme avait été incapable de fuir lorsque la transformation avait commencé. Pourtant elle aurait eu largement le temps de rejoindre le château, mais elle avait vu dans son regard lorsqu’il était encore humain qu’il n’avait aucunement l’intention de la laisser s’échapper. Au contraire, le regard désireux qu’il lui avait lancé ne lui inspirait rien qui vaille. Un sourire à la limite du carnassier juste avant qu’il ne commence à hurler de douleur. Son épaule lancinante, la jeune femme n’avait rien pu faire mise à part assister à la scène en espérant qu’il l’ait oubliée une fois transformé, ce dont elle doutait mais rien n’interdit l’espoir… Elle avait fini par être libre de ses mouvements mais à quel prix ? Car il ne lui avait fallu qu’une seconde pour comprendre que la personne qui l’observait au loin était Marek. Mais elle n’avait pas eu le temps de s’attarder sur ce détail car son crâne avait semblé se fendre après le coup qu’elle avait reçu. Perdue, déboussolée la jeune femme se tenait le crâne alors que le Lycan avait entrepris de s’approcher d’elle de nouveau. Elle s’était demandé une minute ce qui pouvait retenir Marek… Pourquoi ne l’aidait-il pas puisqu’il tenait à elle…Son regard s’était détourné de la bête pour se poser sur le Nippon qui s’était posté en spectateur, observant la scène de loin comme on pouvait assister à un match de Quidditch…

Illusions déchues

Déception


C’était étrange cette sensation qui venait de la prendre… Quelque part, la jeune femme s’était pris une claque… Mais ce qu’elle ressentait, c’était une sensation plus qu’étrange, un sentiment de déception peut-être ? Non c’était son crâne et la douleur qui lui vrillait l’esprit… Elle ne pouvait pas s’être plantée à ce point sur lui, il ne pouvait pas la laisser seule face à un Lycan n’est-ce pas ? Pas après ce qu’il avait fait pour elle… Pas après qu’il lui ait sauvé la vie, pas après qu’il l’ait embrassée… Parce que c’était lui qui l’avait fait ce pas, non ? Lui qui avait refusé qu’elle meurt dans ses bras, alors pourquoi aujourd’hui il ne l’aidait pas… Son crâne hurlant toujours, la jeune femme avait tenté de se relever, si elle ne pouvait pas compter sur Marek, elle n’avait pas l’intention de devenir Lycan à son tour. Devenir vampire pourquoi pas… Mais Lycan, certainement pas ! À peine debout, la jeune femme s’était sentie vaciller, la blessure au crâne devait être plus importante que prévue, mais ce qui la préoccupait le plus c’était d’éviter les crocs de la bête, sauf qu’à la place c’était un coup de griffes qui lui avait arraché un cri de souffrance car la douleur qui émanait de la nouvelle blessure qui lui barrait le ventre se faisait lancinante elle aussi. La bête toujours près d’elle, la jeune Serdaigle n’avait plus vraiment d’illusion quant à la suite des évènements, elle avait tenté un sortilège de défense, sans grand succès tellement la douleur lui faisait perdre l’esprit. Mais ce qui lui faisait plus de mal encore, c’était l’abandon de Marek et sa façon d’être, tellement indifférent… Un nouveau coup et une nouvelle blessure profonde, la jeune femme ne savait plus vraiment, son corps un peu plus déchiré… La bête lui avait une dernière fois sauté dessus, elle n’était pas certaine d’être encore consciente lorsque son corps avait touché le sol. Brisée une nouvelle fois, bien trop pour son seuil de tolérance bien trop bas.

Alors c’était donc ça que tu voulais…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Mer 6 Jan 2010 - 22:26

What if I wanted to break
Laugh it all off in your face
What would you do?



Alors, tu ferais quoi ? Si je venais à me foutre de toi.. ? Tu crois savoir, tu crois t’en sortir. Tu crois voir. Mais il n’est qu’un con, pas un type bien, ferme les yeux et oublis, il ne sera jamais comme tu le crois. Depuis quand es-tu idiote dit moi ? Depuis quand subsiste cette naïveté dans ton regard ? À moins que celui-ci ne soit aveugle.

What if I fell to the floor
Couldn't take all this anymore
What would you do ?


Et si je te laissais crouler sous les coups, que j’observait ta dépouille seule et glacée une fois que la neige l’aura effacé ? Et si tu t’étais plantée au juste, comment survivras-tu ? Oublis ce que tu crois, oublis ce que tu vois, il n’y a pas d’issues, pas avec lui, pas dans ses bras. Car il se fout de toi. Ou seulement de lui-même..

Come break me down
Bury me, bury me
I am finished with you


Et si s’était toi ? Et si tu te plantais du début à la fin. Ce que tu es, ce que tu étais coute-il la vie d’une femme. Si ça n’était pas elle, resterais-tu immobile ou n’est-ce qu’une histoire de fierté, de ce que tu veux qu’elle crois et de la vérité sensible de ton être ? À travers cette dislocation, cette rage et ce désarroi, crois voir son sang s’écouler pour une réelle raison ? Enfoiré jusqu’à ce stade, t’as déjà bien trop vu, les morts se sont enchainés et combien as-tu veiller pour ne plus souffrir de leur froide pâleur ? Souffriras-tu de la sienne ? Dans le mensonge ignoble à toi-même adressé, distingueras-tu la mort et les songes ?

What if I wanted to fight
Beg for the rest of my life
What would you do?


La jeune femme était blessée, elle seule, pas lui, et pourtant cette souffrance là, il la ressentait, bien différente et surtout parfaitement inconnue. D’où elle venait ça il s’en foutais, ne voulais ni admettre ni analyser, ni même y penser, et pourtant ça ne faisait que passer et repasser dans son crane. Ultime bataille passant sans son esprit, ne cachant ce qu’il devait penser, comment réagir. Mais il n’avait jamais été comme ça, et ça ne devait pas changer. Ne pas se laisser s’écrouler. Et pourtant si son regard demeurait froid face à la scène, si le jeune homme ne bougeait pas d’un pouce, s’il regardait cette fille qui risquait fortement de le faire tuer d’ici peu voir pire (le sens des priorités .. Oui… ) alors qu’elle avait voler une seconde fois, qu’il avait vu les griffes de la bête passer dans sa chaire, qu’il savait que s’il ne faisait rien, elle y passerait mais qu’il demeurait loin de l’attaque, s’il ne faisait rien, il sentait pourtant qu’il y avait quelque chose en lui qui se détruisait douloureusement. Peine absurde qui ne manquait pourtant pas de le torturer, semblant briser ses chaires plus sûrement encore que devait le faire un Lycan.

You say you wanted more
What are you waiting for?
I'm not running from you


Après tout, si elle s’en sortait et qu’il ne l’aidait pas, elle serait bonne pour un bon nombre de poils en plus, et si elle devenait lycan, il se doutait que la première victime qu’elle pouvait lister porterais son nom. Oui, totalement, aucune raison de plus ou de moins. Et puis, après tout, il n’était pas un tueur, il aurait fait la même chose pour tout autre élève. Chose complètement fausse, étant donné qu’il n’aurait pas hésité avant de bouger enfin. Et quand il tuait, ça n’était qu’en… ouais bon, mauvais exemple. Ça ne changeait pas que… c’était par pure éthique..

Et puis il ne pouvait sensiblement s’en empêcher.

La minute suivante, une nouvelle plaie était administrée, dans sa propre chaire cette fois ci. Il lui avait semblé que son épaule se faisait juste transpercée par la bête alors à son tour, il avait volé, atterrissant à quelques centimètres de la jeune femme, sa baguette envoyée par-dessus elle. Comment il avait fait pour en arriver là ? Il avait bougé, le loup l’avait vu, mais il y avait également vu une menace, or Aileen n’en était plus une. Juste de la bouffe. C’était ce qu’ils étaient tout deux. Sauf que lui ne paniquait pas, ce que le prédateur voyait forcément. Le sentait du moins. Mais ce n’était pas sur lui qu’il avait porté l’attaque suivante, mais sur la jeune femme. Qui, à l’instant où elle aurait dû être mordue fut protégé par un certain con d’un masochisme brutalement évident. Souffle au dessus d’elle. La protégeant de son corps, il avait frapper avec toute la force possible la bête de son coude. Coup qui, d’expérience, faisait mal, il le savait. Mais entre son frère, plus que robuste, certes, et un lycan transformé, il y avait une marge. Et pourtant il avait réussi à la faire s’éloigner. Le temps d’attraper sa baguette du moins. Ok, coup de chance, il ne redouterait pas la lune, mais ça n’était pas passé loin. Et en plus, il avait dû la protéger elle en se mettant en danger et pas qu’un peu. Troublé (il s‘était quand même jeté sur elle pour lui éviter de perdre la tête au sens propre du terme et… et leurs regards s‘étaient croisés, OR il n‘aurait pas dû d‘un côté la laisser se faire attaquer et de l‘autre la protéger par lui-même… à force, il se haïrait lui-même pour la complexité de ses actes ><’’ ), oui, mais surtout rageur. C’était là que la baguette servait, et pas qu’un peu. Surtout qu’il ne pouvait se servir de la legimencie sur une bête… dommage ça aurait pu servir, mais les animaux _ et ça en était un _ n’y étaient pas sensibles.

Durant les quelques minutes suivantes, la bête volait chaque fois un peu plus loin. Quelques traces de sang apparaissant (ok, il était allé un peu loin en oubliant qu’il n’était autre qu’un des élèves à sa charge) et puis, après quelques nouvelles tentatives, la bête s’était immobilisée. Comme quoi, sur les nerfs, il pouvait être bon…

Le lycan bloqué par un nouveau sort et donc plus réellement menaçant pour le jeune homme, celui-ci se retourna sans réellement penser à ses propres blessures et posa son regard sur le corps de la jeune femme qui risquait de ne pas tarder à perdre connaissance; surtout vu sa peur de la souffrance si elle comprenait à quel point elle perdait de sang..

Assez déçue pour rester loin ?

Come break me down
Bury me, bury me
I am finished with you
Look in my eyes
You're killing me, killing me
All I wanted was you

I tried to be someone else
But nothing seemed to change
I know now, this is who I really am inside.
Finally found myself
Fighting for a chance.
I know now, this is who I really am.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Jeu 7 Jan 2010 - 18:33

Aveugle, oui ça devait être ça. Depuis quand elle était devenue aussi stupide au point de croire en ce type ? À vrai dire, la jeune femme n’était pas certaine de le savoir… C’était une sensation étrange comme si depuis qu’elle avait compris que cette nuit avait compté pour elle… Autant pas le renier, et puis elle avait fini par se convaincre que du coté de Marek ça avait compté aussi, il était trop troublé, trop sur les nerfs lorsqu’elle évoquait l’idée, ça devait bien cacher quelque chose, non ?

Une illusion sûrement car si ça avait été le cas, il ne l’aurait pas laissée se faire tuer à ce point, n’est-ce pas ? Bien qu’en fait, comment pouvait-elle en être certaine ? La dernière fois qu’il lui avait sauvée la vie, elle ne lui avait pas tant que ça laissé le choix après tout, elle était apparue mourante devant une classe entière, s’il n’avait rien fait, il aurait pu se prendre des remarques, ou se faire renvoyer quoiqu’elle en doutait vu l’état actuel de Poudlard… La disparition d’une sang mêlée ne serait pas tant que ça une perte, au contraire il gagnerait peut-être en grade s’il l’avait laissée mourir. À moins que ce soit la cause qui ne lui plaisait pas ? Pas assez douloureuse comme mort peut-être. C’est vrai qu’à part l’entaille et la morsure, elle n’avait plus senti grand-chose après cela. Cette fois était bien différente, beaucoup plus violente et la douleur qui régnait dans son esprit lui paraissait presque insurmontable.

Son crâne plus que douloureux, la jeune femme peinait à réfléchir à une solution réaliste. La bête trop près d’elle pour qu’elle puisse s’en libérer. Bien trop sonnée pour réagir de toute façon, elle n’avait même pas réussi à prononcer un sortilège de défense plus que basique alors comment pourrait-elle s’en sortir face à ce lycan qui venait de l’envoyer valser pour la seconde fois. Un cri de souffrance avait passé ses lèvres lorsqu’elle avait senti sa peau se déchirer sous les griffes de la bête. Au sol, meurtrie par une douleur trop importante, la jeune femme ne s’était pas attendue à ce que le nippon intervienne en sa faveur parce qu’elle s’était dit que s’il devait venir, il serait venu plus tôt et n’aurait pas laissé cette souffrance s’installer en elle à ce point. Il avait atterri non loin d’elle, mais elle n’avait même pas détourné le regard vers lui, pas qu’il ne comptait pas mais son esprit ne sentait plus grand-chose, inondé par une douleur trop marquée et le retour de la bête. Sauf qu’au lieu de croiser le regard du Lycan, c’était celui de Marek qu’elle avait croisé.

Pourquoi t’as attendu…
Pourquoi t’as hésité…


Un regard brisé, et déçu, car déçue elle l’était. Déçue de voir qu’il était intervenu mais qu’il avait attendu qu’elle soit proche de la mort pour le faire. Le lycan avait fini par se tenir à distance, elle ne savait comment et à vrai dire tant qu’il n’était pas sur elle, la jeune Serdaigle s’en contenterait. Alors une fois le danger un tant soit peu écarté, la jeune Métamorphomage avait tenté de se lever. S’éloigner de ce type puisqu’elle s’était complètement plantée à son sujet et qu’il se foutait complètement d’elle. Finalement c’était peut-être pas plus mal de le détester.

- Qu’est-ce que tu fiches ici… La vue n'était pas assez bonne de là-bas ?


Un poil amère, la jeune femme lui en voulait et puis la douleur était revenue aussi vite qu’elle avait semblé disparaître. Sa main revenant sur le haut de son crâne qu’elle comprit trop ensanglanté. Au final, elle avait été incapable de se relever, comprenant que son corps était plus meurtri qu’elle ne l’aurait cru, elle perdait trop de sang pour rester calme. Son visage s'était crispé et une légère plainte douloureuse avait passé ses lèvres suivit d'un murmure lorsqu'elle avait regardé l'entaille et le sang qui s'en échappait.

- Merde…


Un peu trop de sang sur les mains, sa vision s’était quelque peu troublée lorsqu’elle avait voulu regarder Marek. Elle détestait la vue du sang au même titre qu’elle détestait souffrir. Une peur panique que de ne pas pouvoir contrôler cette douleur car elle se savait paralysée dans ces cas là, totalement vulnérable. Il lui avait semblé le voir s’approcher ou alors était-ce une hallucination provoquée par la douleur ? Ça ne l’aurait pas tant que ça étonnée.

- Me touche pas…


Oui, elle lui en voulait. Mais n’était-ce pas légitime ? Une légère difficulté à respirer depuis qu’elle sentait la panique la prendre, mais tout ce sang la troublait. Elle avait fermé les yeux dans un gémissement de douleur.

Pourquoi t’es pas venu…
Pourquoi j’ai cru en toi…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Dim 24 Jan 2010 - 20:35

Vas te faire foutre, je ne suis pas esclave de ces temps immémoriaux, désastres passagers de ton agonie. Loin dans la déception de ton regard, à jamais je hais subsister.
Crois tu réellement en cette froide résistance, menteur des temps modernes, hésitante blessure, proche de son sang qui entre tes doigts s’écoule, cette rancœur te détruiras, le sais tu seulement ? Dans la rage de son ignorance, loin de tout logique juste dans la démence de son attachement.
Mais tu ne vois rien, fierté oblige, pauvre con, lui devras-tu la mort dans les tourments de sa morbide torpeur ?


Si la jeune femme n’avait senti l’ombre, peut être aurait-elle vu son désarroi, s’il avait su poser son regard sur ses plaies, peut être aurait-il comprit que la peur ne tient plus sa saveur face à la déception de sa traitrise.

Oui, la vue n’était pas assez bonne, loin de ses réflexions, loin de tout ce qu’il avait promis il y avait déjà de longues années, loin de ce qu’il était, quelque part l’enfoiré n’était pas tant sale qu’il le semblait. Et qu’il voulait qu’on le crois. Mais entre ce qu’il voulait et ce qu’il se passait. Et bien en règle générale, il n’y avait pas tant de grandes marges. La preuve, elle ressentait exactement ce qu’il avait prévu. Sauf que ça aurait dû le satisfaire, pas le briser un peu plus. Mais qui sais, qui le connais après tout ? Pas un seul dans cette ville, dans ce monde ou les autres. Elle aurait pu. Mais il fallait croire qu’il y avait bien des choses à découvrir sur lui avant de penser le connaitre. Tout comme il aurait dû savoir que jouer avec elle était plus dangereux qu’un crétin l’aurait penser. Mais il en était un, et un beau, ça, il l’avait toujours sut, étrangement. Parce que quelqu’un avec un minimum de sens pratique serait allé appeler à l’aide, ne serait pas rester en train de la regarder se faire tuer, surtout pas en sachant parfaitement que, quoi qu’il puisse dire, elle comptait pour lui. Mais un autre aurait fuit puisqu’il n’y avait rien qui prouvait que quelqu’un lui viendrait secourt. Sauf que s’il savait parfaitement les dégâts qu’il encourait, s’il savait qu’il avait pourtant promit de la laisser là, seule, à se débrouiller, après tout, il n’avait signer nulle part, ne lui avait rien promit, s’il savait tout ça, il s’était pourtant retrouvé en plein dans ce qui risquait d’être sa mort. Sauf qu’il ne comptait réellement pas crever pour elle. ‘fallait pas rêver non plus. Pourtant combien avaient cru quelques temps qu’il était capable du pire pour un autre. Mais c’était finalement juste qu’il savait toujours pouvoir s’en sortir. Téméraire, peut être, mais pas généreux.

Et pourtant quand il était entré dans le champ de vision de la bête, il savait que sans la chance, jamais il ne s’en sortirait. La morale ? À savoir ? Il changeait peut être juste. Et peut être pas tant que ça.

Affronte ta connerie.

Non, ça n’était pas la bête que la jeune femme avait vu. Car le garçon n’avait plus réfléchis, se jetant sur elle, prenant le coup qui lui aurait arraché les tripes pour elle. Serrant la mâchoire à se briser les dents pour ne pas hurler. Car la douleur fait jubiler les hommes et excite les bêtes, il le savait, connaissant tristement ces situations. Mais il était vrai que se jeter sous les griffes d’un loup garou, il l’avait jamais fait ça. Nan pis le côté poilu étrangement, il doutait que ça lui aille. Pis en tant que nippon, ya pas, ça ferait tache. Mais c’était pas vraiment le premier truc qui lui était passé par le crane, le premier avait été cette douleur impossible le traversant de part en part, sentant comme si les griffes de la bête grinçaient sur ses côtes. Un effet de son imagination torturée sûrement. Le deuxième : son regard. Celui qui semblait ne rien lui faire, mais l’extérieur ne lui correspond que rarement. La preuve, elle s’était dégagée, lui n’avait pas bougé, volant de nouveau un peu plus loin sous un coup de la bête, l‘ayant pourtant éloigné d‘un coup plus tôt. Et pourtant la seconde d’après il avait dégainé ce qui lui servait d’arme, lançant tour à tour des sorts qu’il n’aurait jamais dû connaitre mais qui regorgeaient dans les bouquins de ce qui avait été sa famille. Il avait juste été le seul à les consulter. Une grande aide dans ce genre de moment. Des sorts qui devraient être interdis, en particulier sur un élève. Mais il éviterait de le tuer, c’était tout ce qu’il pouvait promettre. Quelques touches de sang sur le côté de la gueule de la bête, il l’avait pourtant plus ou moins neutralisé. Alors seulement son regard était retourné sur Aileen, l’adrénaline lui faisant complètement oublié la douleur qui aurait pourtant dû être prédominante. Merde. Oui en effet oui. Elle avait viré d’un pâle plutôt verdâtre, et ne semblait plus le regarder directement, elle ne devait pas être loin de perdre connaissance. Rugissement de la bête, elle la fixait d’un air mauvais. Et en lui le jeune homme savait qu’elle lutait contre ses sorts avec une force qu’il ne contrerait pas bien longtemps. Alors oui, il s’était approché de la jeune femme alors que ses jambes devaient se faire cotonneuses. Ne pas la toucher, et ben ça on verrait plus tard, de toute manière ça semblait plutôt logique vu ce qu’il venait de lui faire, mais là, petite exception, il l’avait toucher… percuter en l’emportant dans son sillage était plus exact en fait. Déjà derrière eux le lycan s’était libéré. La jeune femme contre lui, pas franchement dans une position très confortable et sa tête contre l’épaule du garçon, elle devait avoir une belle vu sur la bête fonçant sur eux. Si elle s’évanouissait maintenant en gros, elle aurait une crise cardiaque en se réveillant. Enfin, le tout en partant du principe qu’ils seraient encore vivants à ce moment là..

Explique moi pourquoi t’as attendu pour intervenir si tu comptait réagir… nan parce que c’était vraiment con. Et ça seraient encore plus crétin d’y laisser la vie..

La porte se rapprochait. La bête aussi. Et leur deux sang s’écoulant bien trop rapidement ne devaient faire qu’empirer les choses, tant pour le jeune homme qui sentait ses forces fuirent à grand pas, pour la jeune femme qui ne tarderait pas à tourner de l’œil et aux deux sachant que la bête ne les louperait pas avec ça. Demi tour.

Un éclair rouge, la bête hurlant. Aux grands maux les grands moyens hein. Quelques pas en arrière tendis qu’il ne lâchait pas la pression, mais la porte devait être fermée, à tout les coups s’était bon. Pourquoi il avait fait ça déjà vous pouvez le rappeler ? Ah oui ! Se faire haïr, parfait, elle le haïssait, il se haïssait et la grosse bébête poilue voulant les bouffer aussi. Demi tour, il avait atteint la porte, derrière lui, la bête s’était relevé, posant un regard noir de rage sur Aileen, la seule a pouvoir la voir se relever péniblement et se recourber sur ses appuis, en position d’attaque imminente.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Mer 3 Fév 2010 - 17:54

Depuis quand dépendait-elle autant de lui ? Pourquoi l’espace d’un instant elle avait cru pouvoir le déchiffrer alors qu’il n’avait jamais été qu’une énigme pour elle tout au long de sa vie ? C’était une erreur que de dire qu’elle croyait en lui, dans le fond il y avait toujours eu cette petite voix pour lui dire qu’elle se plantait royalement, mais sans savoir pourquoi, elle s’était laissé convaincre qu’avec le temps, elle pouvait comprendre un minimum son esprit. Grossière erreur, mais pourtant elle avait été certaine que durant ces dernières semaines, son comportement avait changé, il n’était plus le même, du moins elle avait cru qu’il tenait à elle, au moins un peu plus qu’il ne voulait le laisser entrevoir. C’était con, n’est-ce pas ? Car Marek resterait Marek quoi qu’il se passe… Sauf que de le comprendre aussi brutalement, se voir ouvrir les yeux aussi violemment l’avait blessée. Dans sa fierté, parce que d’une certaine manière, la jeune Serdaigle avait un tant soit peu baissé la garde, elle s’était rapprochée de lui comprenant que ça le faisait enrager mais à quel prix ! Elle se sentait stupide et limite humiliée en voyant à quel point elle avait été conne d’attendre quelque chose venant de lui ! Depuis sa première année il jouait, depuis sa première année, elle avait adoré le détester car c’était normal et pour ainsi dire naturel. Ses frères y étant pour beaucoup, elle n’avait que fait perpétuer la tradition d’une certaine façon. Mais il l’avait embrassé et ça avait tout chamboulé dans son esprit. Ultime contradiction, car on l’avait prévenue, le nombre de fois qu’on lui avait dit: « A force de vous taper dessus, vous allez finir dans le même lit. » elle pestait contre ces paroles pourtant véridiques. Tellement conne et vraiment trop naïve ! Alors, lorsqu’elle avait définitivement compris qu’il ne viendrait pas, la jeune femme s’était sentie trahie. C’était con à dire, mais c’était ce que son esprit lui hurlait… Trahison et une immense déception. Frustrée, blessée dans son amour propre d’avoir cru en une telle absurdité.

Les coups et le sang s’échappant de son être et puis elle avait croisé le regard du Nippon. Étrangement, il ne lui avait fait aucun bien, comme si une chose en elle s’était brisé en comprenant qu’il n’était pas comme elle l’avait pensé. Désillusion stupide alors que la jeune femme s’était éloignée du nippon, non sans mal, amère et avec une folle envie de ne plus l’avoir dans son champ de vision. Juste s’éloigner de lui le plus possible, et digérer le fait que sa fierté en avait pris un coup. Un poil perdue, la jeune femme avait à peine regardé la scène, une petite difficulté pour respirer et cette douleur lancinante qui ne demandait qu’à prendre le pas sur sa conscience. Sombrer pour ne plus ressentir ce mal insoutenable pour elle. Lorsqu’elle avait compris que son état était peut-être plus grave que ce qu’elle aurait pensé, la jeune femme avait comme senti ce qui l’entourait devenir plus lourd, ou alors était-ce son esprit qui devenait plus léger, les rugissements de la bête se perdant au loin alors qu’elle était toute proche, on aurait pu lui hurler dessus qu‘elle n‘aurait rien entendu, comme si votre esprit était complètement déconnecté du reste, le monde alentour qui se met à tourner violemment et puis plus rien n‘a de sens. Une sensation étrange que de se sentir partir. Un coup qui l’avait quelque peu réveillée, cette fois c’était Marek qui l’avait percutée pour l’attirer vers le château dans une position qu’on pouvait juger comme étant loin d’être des plus confortables. Elle avait semblé se débattre une minute pour qu’il la lâche mais avait fini par renoncer, d’un côté car le lycan semblait de nouveau libre de ses mouvements… D’un autre car elle se sentait incapable de repousser le nippon comme elle l’aurait voulu. La porte à portée de bras, le nippon avait détourné le regard du lycan, offrant cette magnifique vue à la jeune femme dont l’esprit recommençait à sérieusement divaguer, sa vision se faisant du plus en plus trouble, pourtant il ne lui avait pas fallu un long moment avant de comprendre que la bébête n’avait pas l’intention d’en rester là. Prête à bondir d’un moment à l’autre, elle était folle de rage, ce qui d’une certaine manière pouvait être compréhensible étant donné que le nippon l’avait pour ainsi dire privé de sa bouffe et de son jouet, mais elle n’allait pas l’en blâmer hein. Se redressant du mieux qu’elle pouvait dans la forme actuelle des choses, la jeune Métamorphomage avait senti comme une peur panique l’envahir en plus de la douleur qui s’était propagée dans son corps.

- Euh… Marek, je sais que c’est pas le moment idéal pour bavasser mais…

Quelques pas de plus de la bête, alors que de son coté, la jeune femme avait de sérieux vertiges et une envie profonde de sombrer et puis voyant qu’il ne se préoccupait pas tellement de ce qu’elle avait à lui dire - Pourquoi oh grand pourquoi l’écouterait-il je vous l’demande Rolling Eyes - la jeune Serdaigle, qui elle voyait la suite des événements d’une façon pour le moins macabre, était revenue à la charge, pas encore prête à claquer visiblement.

- Marek… Si c’était pour… Qu’on se fasse bouffer…

Une légère tape sur son épaule, il foutait quoi au juste ! Non parce que la grosse bébête, elle était vraiment pas loin là tout de suite. Et puis s’ils voulaient vraiment crever maintenant, pourquoi n’était-il pas tout simplement resté là-bas. Ça aurait épargné l’inconfort de la position dans laquelle il l’avait mise Rolling Eyes .

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Dim 14 Fév 2010 - 2:46


Une énigme pour elle. Si seulement il n’avait pu être que ça. Elle le savait pourtant, il avait toujours été comme ça. La preuve, il était parti pour ne pas la supporter, elle et ses airs de gamine parfaite pour ensuite se trouver étrangement à l’apprécier. Elle l’avait hais, mais les choses avaient changer. lui n’avait fait que jouer avec elle, jouer avec sa perfection, chose qu’il ne supportait pas, sans pour autant la détester, elle. Indifférence. Il n’y avait pas chose plus douloureuse. Et pourtant, elle s’était éteinte sans qu’il ne sache exactement quand. Alors il réagissait de cette manière qu’il avait toujours senti en lui, peut être une once de démence, peut être juste de la peur, peur de changer, peur de se retrouver comme il ne l’avait jamais voulu, peur de sentir de nouveau l’enfant jaillir en lui. Celui qu’il avait tellement hais de sa faiblesse, celui qui n’avait jamais rien pu faire pour s’opposer à ce qu’il ne supportait pas dans sa famille. Et ça n’était pas franchement comme si il avait toujours fait parti de celle-ci, bien au contraire. Étranger dans un monde, quel qu’il soit, il ne lui avait jamais convenu, jusqu’à ce qu’il prenne les choses en main, oublie les règles et se foute complètement de ce que tous avaient tenter de lui inculquer. Il n’avait jamais été des leurs, mais ne se liait à personne d’autre non plus, pas de réelle utilité sûrement. Ou simplement avait il tout de même retenu quelque chose de son enfance : l’humain est con de nature. Il n’y a rien à en tirer, voilà tout, et chaque jour cette théorie se voyait accomplie. Sauf qu’au grand étonnement de l’enfant, il appréciait étrangement ça, s’amusait de chaque jour qui se passait depuis son inscription à Poudlard. T’as bien changé, où sont ces convictions ? Faible.. Non, il n’avait jamais été comme ça, il ne le deviendrait pas. Jamais. Il n’était ni comme sa mère, naïve, ni comme son père, faible, et encore moins comme sa belle mère. Pas comme ça, jamais comme ça… le gosse en lui n’avait fait qu’hurler durant toute son enfance, gamin qui avait grandis dans un univers bien trop violent et strict. Ça n’avait pas dû l’aider. Tout ce qu’il savait c’était que d’apprécier n’était qu’une belle connerie qui faisait se perdre l’Homme dans un déluge incontrôlable qui ne menait jamais à rien. Et pourtant ses idées bien arrêtées avaient largement changé depuis le temps, mais ça ne changeait rien au fait qu’il haïssait s’attacher à qui que ce soit et qu’il ne l’avait jamais fait. Ça n’était pas son genre, voilà tout, ça ne le serait jamais. Jamais. Et pourtant quand il avait risqué quoi que ce soit pour quelqu’un, il avait toujours sut qu’il s’en sortirait sans trop de problèmes. C’était une grande caractéristique qui en avaient attirés plus d’un auprès de lui, il se tirait de tout avec une aisance toute particulière et sans trop de blessures.

Les gens changent.

Il l’avait tristement comprit quand il avait quitté l’ombre pour venir en aide à celle qu’il aurait dû laisser tuer cette nuit là. Mais s’il était un crétin doublé d’un salaud, qu’il avait déjà tué et qu’on ne pouvait pas franchement dire qu’il n’avait rien à se reprocher, bien au contraire, il ne la laisserait pas mourir sans avoir rien fait.

Pas comme son père en quelque sorte, mais, preuve qu’il avait bien grandis depuis son arrivée dans cette école la première fois, il n’y avait pas pensé une seconde. Une famille qui avait disparu depuis très longtemps dans son esprit. Morte à la naissance, il n’en avait jamais fait parti et l’avait quitté dès qu’il l’avait pu, passant outre l’influence qu’avaient ses frères sur lui et qui reposait surtout d’ailleurs sur la terreur. Après tout, contrairement à eux, lui avait tirer parti de là où il avait vu le jour. De la magie noir qui s’étalait sur des siècles, des sorts tous plus dangereux les uns que les autres. Mais cette fois, il ne pouvait les utiliser, ni pour se cacher le fait que le regard que la jeune femme lui avait jeté quand il lui avait épargner le coup de griffe , et qui semblait lui arracher la chaire des omoplates, lui faisait un mal de chien bien plus puissant que tout le sang qu’il pouvait bien perdre alors qu’il n’aurait dû que l’amuser. Et ces sorts ne pouvaient non plus le protéger de la puissance de la bête puisqu’il savait pertinemment qu’elle n’était autre qu’un élève de sa maison, et que malgré tout ce qu’il pouvait dire, il n’était pas assez con pour faire réellement du mal à quelqu’un, en particulier s’il avait été placé sous sa responsabilité.

La ferme..

Balayé par un nouveau coup, le jeune professeur s’était pourtant relevé à une vitesse dingue pour éloigner son élève brutalement tendis que la bête se trouvait clouée au sol quelques instants. Une erreur qu’il n’avait pas commise cette fois ci, Aileen, il ne lui avait pas jeté un seul coup d’œil. Après tout, il s’en foutait non ? Et même si ça n’était pas le cas, ça le resterait dans son esprit, même si on lui prouvait par A+B qu’il se plantait royalement. Et même si s’il avait agit ainsi, il savait que ça n’était qu’une réponse un poil violente à l’attachement que la jeune femme laissait transparaitre pour lui. Attachement qui se traduisait par ce même regard. Déception. Elle le connaissait pourtant merde. Comme s’il avait pu changer à ce point en si peu de temps. Comme s’il était devenu quelqu’un de bien. Ce genre de rapports n’existeraient pas chez lui, il n’était pas fait pour, voilà tout, et elle airait dû le savoir qu’il continuerait à agir comme il l’avait toujours fait. De manière décalée de tout ce qu’elle avait pu penser. Elle ne l’avait pas comprit la première année et pourtant ça ne lui semblait pas très dur, pourquoi ça changerait à présent ?

Bon elle s’ouvrait cette porte oui ?

Plus le temps de penser, ni d’écouter ni rien, si seulement il trouvait un moyen de l’ouvrir, pas ce sortilège là, ni celui là, ou encore… putain mais elle voulait quoi à l’appeler comme ça merde ??

Il avait fini par se retourner en grognant à moitié pour se trouver face à un lycan manifestement pas franchement ravis du sort qu’on lui avait réservé durant quelques minutes. La réaction première sachant que sa baguette n’était plus dans sa main et qu’un pas de plus et ils se faisaient bouffés tous les deux ? Un coup de poing… ouais ben c’était un réflexe hein.. La mâchoire de la bête avait claquer sur le coup et il fit un pas en arrière, plus de surprise qu’autre chose sûrement mais bon. Baguette attrapée en étant passé au moins quatre fois sur la cuisse d’Aileen en cherchant sa propre poche dont elle lui barrait l’accès. Pourquoi il l’avait remis au fait ? Ah oui, l’attraper… une idée stupide ça encore, décidément, c’était une manie. Et puis un bon nombre de sorts qui s’étaient abattus sur l’élève transformé qui morflerait royalement au réveil vu le nombre d’entailles, de chaines, de coups qu’il s’était pris en quelques minutes.

Nouvelle pression sur son épaule. Demi tour. Kazuo… et ben il allait pas faire le difficile, c’était déjà bien, l’accès au château était ouvert, c’était tout ce qui comptait. Rugissement, le vampire était passé devant lui en souriant. Au moins un qui s’amusait, lui sa blessure le torturait bien trop pour y voir un quelconque amusement. Onde de choc. Ce qu’il s’était passé ? Aucune idée, il était rentré, voilà tout, et la jeune femme avait volé droit devant lui tendis qu’il se relevait à l’aide d’un mur, ne prêtant qu’un regard voilé aux marques de sang s’accrochant au mur.

« Tu t’attendais à quoi bordel ? Rien ne changes ici. Rien ne changeras jamais. »

Un regard noir posé sur la jeune femme qui perdait doucement connaissance en le maudissant de plus en plus à chaque seconde qui passait. Ce qu’il voulait en soit.

Oui, exactement ce qu’il avait toujours voulu…

Alors pourquoi une telle amertume ?

Vas te faire foutre.

Demi tour, d’autres s’occuperaient d’elle. Elle n’était plus son problème.

Ne l’avait jamais été.

Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Ven 5 Mar 2010 - 17:38

Une véritable énigme quoi qu'il en dise, elle était certaine qu'il avait changé. Juste trop fier pour le montrer, c'était pour cette raison que la jeune femme avait cru bon d'espérer, même l'espace d'une seconde, car malgré son caractère et sa fierté mal placée, la jeune femme avait cru bon d'espérer qu'il ne la laisserait pas tomber. Après tout il était professeur, c'était un peu son rôle de protéger ses étudiants. Mais il n'était pas venu. Il avait raison, sur ce point elle ne pouvait pas le nier, il n'avait en rien changé. Elle ne comprenait même pas comment elle avait pu croire une seule seconde qu'il puisse changer à ce point. Personne ne pouvait le faire aussi rapidement... Mise à part elle peut-être, car de son côté la jeune femme était consciente que son regard avait dû changé. Des sentiments stupides qu'elle avait refoulés, car il n'avait pas leur place ici, elle ne pouvait pas ressentir quelque chose pour lui, c'était bien trop ridicule ! Et pourtant elle en était là, face à lui avec cette petite chose qui s'était brisée en elle sans qu'elle ne sache réellement quoi. Un corps meurtri et son esprit embrumé par la douleur, la jeune femme avait cru bon de s'éloigner du nippon, au moins de quelques mètres. Il était intervenu certes mais l'avait laissée douter et la douleur qui lui barrait le crâne et le corps la poussait à lui en vouloir.

Ils avaient fini par rejoindre le château, une position plus qu'inconfortable pour la demoiselle, mais quelque part elle était en vie même si elle commençait à douter sérieusement sur sa possible survie. Son esprit embrouillé, elle peinait à rester consciente, la preuve, elle avait à peine senti la main de Marek sur sa cuisse. Par contre, elle était assez lucide pour voir la bête se rapprocher à grands pas. Ballottée la jeune Serdaigle n'avait envie que d'une chose: cesser cette lutte inutile, inutile car elle savait qu'elle sombrerait d'ici peu, ça n'était qu'une question de temps, après tout elle se connaissait, la douleur l'emporterait et elle finirait par se réveiller complètement paumée. D'ailleurs quand la porte s'était ouverte, la jeune Métamorphomage avait été incapable de reconnaître le visage de leur sauveur tout comme elle avait eu du mal à amortir sa chute lorsqu'elle avait touché le sol glacé du Hall d'entrée. Une légère plainte avait passé ses lèvres alors qu'elle avait tenté de se relever en vain. Son regard avait croisé celui du nippon, froid et dur, elle avait senti cette petite pointe d'amertume refaire son apparition en elle. La brunette avait vu sa vision se troubler et puis il n'y avait plus rien eu. Comme si on l'avait isolée du monde extérieur, la jeune femme s'était sentie partir alors que le nippon était parti en la laissant sur le sol.

***

Lorsqu'elle avait ouvert les yeux, la jeune femme avait compris être à l'infirmerie. Elle s'en était sortie finalement. Comment était-elle arrivée là ? Elle n'aurait su le dire et à vrai dire, la jeune femme ne s'en était pas soucié. Ça n'avait pas tant d'importance que ça, un sujet bien plus brûlant la hantant au plus profond. Dans un premier temps, la miss avait été incapable de se relever, car si le sang s'était arrêté de couler, elle avait compris ses blessures loin d'être cicatrisées et le mal qui lui barrait le crâne lui disait clairement qu'il lui faudrait un petit moment avant de s'en remettre pleinement. Depuis son réveil, aucun son n'était sorti, l'infirmière avait mis ça sur le contrecoup ou l'état de choc. La réalité en était tout autre bien sûr, car blessée elle l'était, sauf que ce qui lui faisait mal à cet instant précis, ça n'était pas la douleur physique. Elle était restée deux jours, se disant que quelque part elle avait eu de la chance de ne pas tomber sur l'un des Supérieurs, bien qu'elle s'en fichait un peu dans le fond. Deux jours pendant lesquels la jeune femme s'était sentie terriblement mal à l'aise. Et puis la vie avait semblé reprendre son cours normal. Elle avait repris les cours, choses qui lui avaient toujours permis d'oublier ses soucis minimes, après tout, elle avait toujours adoré étudier. Se plonger des heures durant dans ses bouquins pour en ressortir le meilleur, passer des heures à la Bibliothèque juste pour étancher cette soif et pour parfaire ses connaissances du monde magique, sauf que même ça, la jeune femme n'y trouvait plus aucun plaisir. Et puis était venu le cours tant redouté par la jeune Serdaigle, elle ne l'avait pas recroisé depuis ce jour après tout... Et même si elle clamait haut et fort que tout aller pour le mieux, dans son esprit c'était loin d'être aussi clair. Aussi, elle n'avait pas pu entrer, car passer une heure en sa compagnie serait une torture, la jeune femme avait fui, loin de celui qui était responsable de son mal-être à ce moment précis, contenant cette boule qui s'était formée dans sa gorge à peine l'avait-elle aperçu dans la salle de classe. C'était con à dire, mais à ce moment précis la jeune femme aurait voulu disparaître pour ne plus ressentir ce poids au fond d'elle et cette tristesse qui l'habitait. N'importe qui la connaissant un tant soit peu, pouvait deviner qu'il se passait quelque chose, car les jours qui avaient suivi... La jeune femme n'était pas réapparue pendant les cours du Nippon et tous ceux qui avaient tenté une approche quelconque s'était vu expédiés en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Un besoin d'être seule et surtout pas un besoin de parler malgré ce que ses proches pouvaient dire. Elle n'avait aucun problème. Et si problème il y avait, il n'était certainement pas nommé Marek Logan Rivers !! Les jours s'étaient enchaînés, l'état de la jeune femme ne s'était pas arrangé et pour cause. Éviter le nippon n'était pas une mince affaire, elle ne comptait plus le nombre de fois qu'elle avait senti son coeur se serrer et son regard fuir ne serait-ce que la silhouette de son professeur qui se trouvait dans un des couloirs du château. Paraître intouchable alors que tout s'écroulait dès qu'il avait le malheur de croiser son regard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Ven 5 Mar 2010 - 22:35

Bordel, mais qu’est-ce qu’il foutait ? Le crane comme dans un étaux, confronté à deux manières de penser différentes qui s’affrontaient dans le gouffre de son incompréhension. Elle avait raison, il changeait, il n’avait fait quez changer depuis des années. Parce qu’une fois arrivé à l’école, il avait pu rapidement se libérer de l’emprise qu’avaient ses frères sur lui, qu’avait toute sa famille sur lui en fait. Parce qu’il n’en avait jamais fait parti et qu’il avait toujours cherché l’émancipation, d’une quelconque manière, même si c’était par la force, il voulait évoluer plus vite que tous et savait très bien que c’était pour ça qu’on lui avait choisi cette maison là. Parce qu’il voulait aller plus loin, toujours, être bien mieux que tout ce qu’ils avaient penser de lui, parce qu’il ne voulait pas apprendre, juste savoir, qu’il n’avait jamais réussi à apprendre par cœur ou lire juste pour la soif de savoir, pas pour se protéger. Parce qu’il savait parfaitement que les blagues de ses frères n’avaient pas étés pour s’amuser comme pour Aileen, mais bien pour jouer, et qu’il l’avait sûrement jalousé durant un long moment pour ça. Besoin de s’affirmer, pour ça il avait arrêté d’être cet enfant qui baissait la tête pout être finalement le connard qu’il était devenu avec une certaine fierté. Parce qu’il n’avait aucune envie de s’attacher, qu’il n’avait jamais aimer et donc jamais souffert quand quiconque s’était barré, le laissant seul et sans armes. C’était toujours ce qu’il avait eu sanas rien connaitre d’autre. Et pourtant il ne s’était jamais senti plus seul qu’en observant la jeune femme recevoir les coups avec la ferme intention de ne pas aller l’aider. Ou de le lui faire croire. En réalité, il avait senti sa volonté s’effriter au fur et à mesure des secondes. Il n’était pourtant pas quelqu’un de généreux, il ne pensait qu’à lui et sa survit, ne prenait pas de risques inconsidérés, attaquait que s’il savait qu’il n’y avait pas trop de chances qu’il y passe. Pourtant, il avait déjà souffert pour aider quelqu’un mais jamais… comme ça. Pas de cette manière, pas ainsi. Pas avec autant de violence s’affrontant en lui, pas en sentant tant de remord, pas en souhaitant à ce point disparaitre pour ne pas avoir à affronter son regard. Et pourtant le sien restait comme il l’était toujours, froid et dur, sûr de lui alors que ça n’était absolument pas le cas. Alors qu’il sentait la panique dans sa poitrine, rien ne transparaissait à l’extérieur. Putain mais s’il agissait pour se protéger en premier, pourquoi en la laissant là il se sentait se déchirer ? Putain, pourquoi ce il ne savait quoi qui s’était brisé lorsqu’elle lui adressait ce regard le faisait se haïr à ce point ? Depuis quand il en avait quelque chose à faire bordel ? Depuis quand son avis comptait ? Qu’est-ce qu’il s’était passé réellement durant ces foutues dernières semaines pour qu’il se sente comme ça ? Il n’était pas sensé l’apprécier, ça ne marchait pas comme ça, c’était impossible, complètement con de sa part. alors pourquoi de toute sa soirée, il n’avait pas vu les regards qui se posaient sur lui, le sang sous la semelle de ses chaussures ou les jeunes qu’il n’appréciait pas à son époque en train de commettre ce qui leur aurait valu bien plus que des points ? Il se foutait de tout comme ça n’avait jamais autant été le cas. Et pourtant dans le genre indifférent, on ne pouvait pas faire mieux que lui. Mais quelque chose n’allait pas, quelque chose n’allait vraiment pas. Un vide affreux, l’absence de force et de volonté. Juste envie de se laisser embarquer dans un sommeil sans rêves et ne plus rien se rappeler, ne plus ressentir ces conneries. Pas lui, ça n’était pas lui. Alors, oui, il avait changé, plus faible, plus con, il n’en savait rien. Mais merde, elle s’attendait à quoi s’était vrai ? Il n’était pas ce qu’elle voulait, n’avait jamais été un mec bien, jamais été un mec comme ça, alors c’était quoi ces espoirs à la con qui avaient débarqués dans son regard ? C’était quoi ce rapprochement, c’était quoi ce changement des règles ?

Sauf qu’elles venaient de lui. Que tout venait de lui et que si, sur le coup tout était clair dans sa tête, ça n’était vraiment plus le cas à présent. Se laissant tomber sur un siège une fois la porte fermé et seul dans sa chambre, le garçon prit de nouveau conscience des blessures de son dos, mais n’y fit pourtant rien. Une sorte de besoin intuitif de continuer à sentir ses conneries. Longtemps, le crane entre les mains, il chercha à comprendre ce qu’il pouvait bien se passer dans celui-ci. Position qui se renouvela allongé dans des draps qui devinrent rapidement rouge tendis qu’il cicatrisait. Un grognement et il fini par se relever, fabriquant une potion en troisième vitesse pour lui éviter de finir comme l’élève qui d’ailleurs ne devait pas être en meilleur forme qu’eux, il en laissa une bonne partie et redescendit sans prendre la peine de remettre une chemise, laissant les plaies en vue sans même y prêter une quelconque attention. Tout comme il avait failli oublier qu’il finirait transformé s’il ne faisait pas les choses rapidement. Et elle aussi.

Elle, il s’en foutait. La preuve, à moitié à poil dans les étages pour se rendre compte qu’elle n’était plus en bas, donc finalement, à moitié à poil en montant les escaliers quatre à quatre alors qu’il n’était pas vraiment en état pour ça. Pourtant malgré les étoiles qui dansèrent devant ses yeux, il ne perdit pas connaissance et fit avaler la mixture à la jeune femme allongée à l’infirmerie. L’infirmière ne chercha pas bien longtemps des explications. C’était la bonne, celle qui le connaissait depuis treize déjà, elle savait donc inutile de chercher à le faire parler quand il ne l’avait pas décider. Son regard en revanche disait long sur ce qu’elle pensait d’eux deux. Pourtant, il n’avait pas trainé, voulant pourtant être sûr que tout irait bien, il parti, cherchant à ce qu’on lui fasse le moins de remarque possible. Il en avait déjà bien assez des siennes pour chercher à dénouer celles des autres. Un soupir agacé quand il s’écroula pour la seconde fois sur son lit, rouge de sang par endroit. Pourtant il ne saignait plus grâce à la potion mais son dos restait douloureux, pourtant il aurait sufi de quelques heures de sommeil pour qu’il retrouvât assez de force pour se soigner lui-même, mais jamais il ne chercha à sombrer. Bien au contraire, toutes lumières éteintes, il resta le regard rivé au plafond, les poings contre les tempes à chercher a mettre ses idées en place. Il ne quitta pas sa position malgré les crampes la journée suivante et fini par sombrer vers la fin d’après midi, vaincu par l’épuisement. Si la journée suivante, il chercha à faire bonne figure et à faire comme si rien ne s’était passé, il savait que quelque chose clochait. Une attitude pas naturelle agitait ses membres toujours endoloris. Un manque d’envie peut être. Il n’était plus comme avant et savait que ceux qui l’avaient côtoyé ne serais-ce que pendant ses cours le remarquaient directement. L’envie n’y était pas. Il n’était rien d’autre qu’un prof habituel et démotivé. Pas qu’il se soit jamais considéré comme un bon prof, mais il se passait toujours quelque chose durant ses cours et pour ça, ils avaient un intérêt tout particulier. Non, il n’était pas agréable, mais on était forcé d’appendre avec lui, c’était mieux étant donné que, la dernière fois qu’il avait donné des devoirs sur le cour de sortilèges de protections, ceux qui ne les avaient pas faits s’étaient retrouvés à l’affronter. Un beau massacre dans leur camp en soit. La fois suivante, tous étaient capables de se défendre du mieux qu’ils le pouvaient.

Là, il n’en avait juste rien à foutre.

Et en plus que sa motivation, il manquait quelqu’un d’autre à l’appel. Aileen, qu’il avait vu quelques fois dans les couloir ou devant sa classe. Mais à peine son regard se posait sur elle qu’elle fuyait. Et il ne savait pas exactement si c’était sensé le faire rire comme ce qu’il se serait passé il y avait quelques années, ou si ça le faisait se haïr un peu plus. Merde mais ça n’était pas comme ça qu’il était sensé se sentir putain…

Envie de tout lâcher.

Il est dépressif ou quoi Rivers ? oh la ferme. Il avait cette impression de fatigue qui faisait qu’il aurait préféré qu’on s’introduise dans son crane pour y trouver ce qu’il comptait dire plutôt que de le prononcer lui-même. Mais d’un autre côté, ne sachant pas exactement ce qu’il s’y trouvait, il n’était pas vraiment sûr de vouloir le comprendre en même temps que l’intrus.

Pourquoi ? Parce qu’il haïssait juste se sentir ainsi, et que, quelque part, il répugnait à savoir pourquoi. Savoir qui l’on est. Une assurance qui était partie seulement depuis le début de la semaine et qu’il avait pourtant l’impression de trainer depuis des décennies. Comment il avait réussi à en arriver là ? Comment il avait pu arriver à se sentir vivre dans le corps d’une personne qu’il n’était pas sûr de comprendre lui-même. Alors elle. Oh mais la ferme avec elle putain. Qu’elle fasse la gueule, si elle le veut ! C’est ça, dit encore une fois que ça ne te fais rien et je te traine en justice. Et pour quoi ? Double personnalité.

Comment est-ce que manquer de tuer une … une quoi au juste ? Aucune idée, et pour une fois, il était sincère. La fille qui le haïssait plus qu’elle ne haïrait jamais personne, disons. Comment hésiter à la laisser se faire tuer pouvait rendre aussi barge ? Il se ferait bientôt interner si ça allait à ce rythme.

Et tu te poses la question ?
T’as failli la tuer bordel. Elle espérait trop de toi pour que tu lui balance tes conneries à la gueule. Et elle attendait quoi au juste ? Ça serait pas mal comme info ça tient !

PUTAIN MAIS IL FAISAIT COMMENT POUR REFLECHIR QUAND DEUX CRETINS S’ENGUEULAIENT DANS SON CRANE ??

… on dit que le regard d’une fille peut rendre chèvre un homme… bel exemple.

‘me rend pas chèvre du tout. C’est moi seul qui me rend barge.

TU TE PARLES A TOI-MÊME ESPECE DE NENUPHARE !

Nénuphar.. Wow, ça c’est de l’insulte. Encore heureux, il le faisait pas à haute voix…

Soupir de fatigue le long d’un couloir. Entre elle qui se tapait des barres à ne plus aller en cour et martelait ses amis de coups parce qu’ils avaient prononcés son nom, tout en affirmant qu’il n’avait rien à voir la dedans; et lui qui se pétait une durite à tout instant à l’intérieur même de son crane.. Ça ne pouvait juste pas continuer comme ça ou il finirait par s’assommer (à coup d’ùne manche dé pitite couillère) pour pouvoir se reposer et arrêter de se prendre la tête sur des trucs sans importance.

C’est ça.. Sans importance..

Il fallait juste rétablir la situation, même si dans tous les cas de figure, ça ne lui plairait pas, sinon ils allaient tout deux finir par faire un meurtre. Et il risquerait d’en être la seule victime.

Des éclats de voix suffirent à lui offrir cette possibilité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Dim 7 Mar 2010 - 17:03

Elle se l’était souvent demandé ce qu’il foutait. Sa façon de jouer qui avait changée du jour au lendemain et puis quoi qu’il en dise, elle n’était pas stupide ! Elle avait bien compris que son regard sur elle avait changé, de là à dire qu’il tenait à elle c’était peut-être s’avancer et stupide mais il y avait un petit quelque chose qui lui avait laissé penser ça et c’était cet espoir qui devait s’être brisé. Bien qu’elle ne savait même pas le pourquoi du comment elle en était arrivé à espérer quelque chose de lui. Ce type qu’elle avait toujours adoré haïr depuis sa plus tendre enfance. Des jeux de gamins plus ou moins tordus mais elle s’était attachée quelque part et ne pouvait pas vraiment nier le fait que ces petits jeux lui manquaient lorsqu’il n’était pas présent. Ça n’était en rien lui qui manquait à la jeune femme, juste leurs petits jeux, les coups en douce, le sourire sur le visage de l’autre qui vous énerve au plus haut point et qui vous donne envie de lui rendre au centuple. Des règles établies depuis des années qu’il s’était amusé à bafouer du jour au lendemain. Un pas de trop… Et voilà où ça les avait emmené ! Une grosse bébête et une fierté qui aurait dû lui coûter la vie. Affaiblie et blessée intérieurement la jeune femme n’avait pas su quoi penser de ce sauvetage « héroïque » . Tout ce qu’elle pouvait admettre c’était qu’un poids était apparu en elle en même temps que son être avait semblé se briser. Pourtant elle ne tenait pas à cet homme, au contraire en l’espace d’une seconde, ce qu’elle avait pu ressentir les dernières semaines s’était effondré en laissant place à une certaine amertume. Une amertume qui s’intensifiait chaque fois qu’elle déposait son regard sur lui. La jeune Serdaigle avait finalement perdu connaissance sur le sol froid de Poudlard, elle était en vie finalement. Brisée et meurtrie mais en vie !

Ce qu’il était advenu du nippon après cela, la jeune femme ne l’avait pas su. Elle n’avait jamais su non plus que son professeur était venu à son chevet pour veiller à ce qu’elle ne se transforme pas en bête les soirs de pleine lune - ce qu’elle aurait moyennement apprécié faut l’avouer - . Elle avait fini par ouvrir les yeux, pas certaine d’en avoir tellement envie après ce qu’il s’était passé. Affronter son regard froid et dur, ou alors essuyer les rires moqueurs et des remarques qui d’ordinaire l’auraient fait enrager, la jeune Serdaigle n’en était pas capable. Atteinte dans sa fierté ? Certainement mais il n’y avait pas que ça et c’était là qu’était le problème car elle n’avait jamais ressenti ce genre de chose pour lui et certainement pas aussi douloureuse. Il pouvait se vanter d’avoir réussi à la déstabiliser, la miss n’avait même plus envie de riposter. Et des envies elle n’en avait plus vraiment, pour la première fois depuis le début de ses études, elle s’était mise à sécher délibérément les cours de défenses contre les forces du mal, juste pour ne pas affronter son regard et être coincée dans la même pièce que lui. Un besoin d’hurler et de tout lâcher mais rien n’était jamais sorti. Elle lui en voulait tellement de l’avoir rendue si pathétique. Les bruits de couloirs, elle les avaient entendus, avait tenté de les ignorer comme elle avait essayé d’ignorer le nippon, des larmes qui ne demandaient qu’à sortir. La jeune femme s’en voulait de s’être laissée berner de cette façon. Comment elle avait pu ressentir un quelconque petit sentiment autre que la haine pour Marek… Rien que d’y penser la jeune femme aurait voulu tout faire sortir, faire disparaître ce mal-être qui la rongeait, c’est ce qu’elle avait fait en partie lorsqu’un certain nippon l’avait provoquée, une partie évacuée mais le poids était resté comme un rappel de sa bêtise.

Les jours s’étaient enchaînés et la demoiselle d’ordinaire joueuse et studieuse n’avait plus le goût à rien. Ses livres de cours ? Dispatchés non loin de ses affaires de cours et devoirs en retard. On était venu la voir, une fois de plus la jeune Serdaigle s’était tût, coupant court aux éventuelles discussions, elle n’avait pas mis les pieds en dehors des dortoirs car peu fréquentés la journée. Seulement le soir venu c’était loin d’être le cas et l’affluence de personnes lui avait donné le tournis et une envie de s’isoler un peu plus encore. La jeune femme était sortie dans l’ambition de se trouver un coin bien tranquille dans lequel elle n’aurait aucun mal à broyer du noir. Sauf qu’au lieu du coin tranquille qu’elle avait espéré trouver non loin du 5ème étage, c’était nez à nez avec son directeur de maison qu’elle était tombée.

- Manquait plus que lui…

Malgré sa voix enrouée, il n’était pas difficile de constater l’amertume dans sa voix, car si elle avait broyé du noir durant toute la semaine, elle était certaine qu’un petit séjour en compagnie de cet abruti n’arrangerait pas ses affaires… A moins que… « T’es douée pour te comporter dans le sens exact où tu ne voudrais pas aller toi… » C’est-ce qu’un certain vampire lui avait dit et quelque part, il n’avait pas vraiment tord, car lorsque la voix de Cudrow s’était élevée, la jeune femme n’avait fait que sourire. Ce qui n’avait pas manqué d’exaspérer son directeur qui s’était empressé de sortir sa baguette en la pointant sur elle. Venant de lui, la jeune femme ne s’était pas réellement inquiétée, Cudrow avait beau être professeur, il était loin d’être un bon sorcier et elle aurait pu continuer à ne pas s’en faire lorsqu’il l’avait emmenée dans les étages inférieurs si deux autres Supérieurs n’étaient pas apparus. Ils avaient commencé à parler, les mots « sang-mêlée » et « sang impur » avaient été prononcés. Pour eux, elle n’était pas utile, juste une sang-mêlée qui n’avait nullement sa place dans l’une des plus grandes écoles de Sorcellerie.

- Trois contre une… Toujours aussi…

La jeune femme avait été incapable de terminer sa petite remarque. Une douleur lancinante avait pris son crâne alors qu’un des Supérieurs s’était approché d’elle un air mauvais sur le visage. Il lui avait souri et en même temps c’était le crâne de la jeune Serdaigle qui avait semblé exploser sous la pression qu'on lui avait imposée par elle ne savait quel sort.

Elle avait fini à genoux, une main sur le crâne, pas certaine que cette fois elle avait réellement envie d'en réchapper...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Dim 7 Mar 2010 - 19:56

Oui, il avait outrepassé les règles, c’était clair. Il y avait quelques années, elle était juste la sœur de ceux que sa maison avait jugé comme ennemis. Juste leur petite sœur. Or il ne la voyait plus vraiment comme la petite sœur ennuyeuse, toujours le nez dans ses bouquins et pas un pas de travers. Peut être tout simplement parce qu’elle avait beaucoup changé depuis cette époque, peut être parce que c’était aussi son cas et qu’il n’était plus le gamin bouché qu’il avait pu être durant un moment. Peut être parce qu’il avait aussi vu plus de monde, plus de pays, qu’il s’était un peu plus ouvert encore par rapport à ce qu’il avait été tout jeune. Il avait vécu dans une famille qui avait toujours cherché à lui mettre en tête qu’il était le meilleur et que tous ceux de sang mêlé étaient des minables à tuer. Sauf qu’il n’avait jamais pensé de la même manière, peut être juste parce qu’il en était un et qu’il l’avait comprit très vite malgré ce que disaient ses parents. Mais s’il avait toujours eu un esprit très ouvert malgré son dégout de l’humanité, il avait apprit à voir les choses un peu différemment une fois sorti de ses études et libéré de sa famille. Peut être que ça l’avait fait changé, il n’en savait rien, dans le fond, il était toujours le même. Lui et ses conneries, lui et ses saloperies, sa manière de réagir que personne ne comprenait, son bordel entremêlé dans le crane dès que quelque chose n’allait pas. Et là, ça n’allait pas, vraiment pas même. Parce que les choses s’étaient en théorie passées exactement comme il l’avait pensé, ça n’empêchait qu’il n’avait plus envie de faire quoi que ce soit. Envie juste de tout laisser tomber, de s’endormir et de ne plus voir le monde. Une impression d’être redevenu l’enfant qui avait la haine pour l’humanité sauf que ça n’était pas les autres qu’il haïssait pour une fois, mais lui, uniquement et seulement lui. Et ce, pour une raison, inconnu car quelque chose s’était brisé au regard qu’elle avait posé sur lui. Le jeu s’é »tait effondré et les liens qui s’étaient tissés entre temps s’étaient trouvés à nu. Ébranlés, blessés. Un lien qui n’aurait jamais dû exister, il ne s’attachait pas lui pourtant. Il ne s’attachait à personne, jamais, n’aimait pas, ça n’était pas dans sa nature d’avoir des proches, il se l’était pourtant tellement promis dans son enfance.

Il avait comprit bien vite ce que signifiait souffrir et n’avait juste pas eu envie de renouveler l’expérience, pas envie de s’attacher puisque tout le monde partait sans arrêt, pour les autres ou pour lui, il n’y avait que des abandons, partout. Alors il n’avait pas envie de vivre ça, encore et encore puisqu’une vie n’était faite que de ça. Et pourtant, au fil des ans, il s’était mit à vouloir s’amuser, ne pas s’attacher, mais voir l’intérêt de se tenir debout. Mais il ne l’avait jamais trouvé. N’avait jamais eu cette impression. Jusqu’à il y avait quelques temps ou il ne s’était réellement plus posé la question, l’avait oublié.

Et en une nuit, plus rien n’avait eu d’intérêt. Pas un sourire sur ses lèvres alors qu’il était devenu naturel. Juste l’envie de disparaitre alors qu’il ne comprenait pas l’origine de ce putain de mal être. Ça n’allait pas, c’était certain, et il savait parfaitement même s’il aurait voulu se persuader du contraire, que tout ça avait un rapport direct avec Aileen. Toujours au centre de tout, il le savait mais aurait voulu que ça soit totalement différent. Pas qu’il pense réellement qu’il y ai des choses entre eux mais… pour lui, c’était juste inconcevable, et pourtant, quelque part, il y avait cette cruche de petite voix qui avait dû se prendre’ une belle cuite avant de venir lui parler, mais ça changeait pas qu’elle ne faisait que mettre le doigt sur des points qu’il voudrait oublier. Il avait beau trouvé des solutions pour expliquer son comportement ou celui de la jeune femme, rien ne coïncidait parfaitement et il le savait toujours. Comme dans un puzzle, il avait beau forcé la pièce à rentrer, il restait un léger interstice qui lui prouvait qu’il se trompait même s’il préférait fermer les yeux. Il sentait tout de même ses preuves foutre le camp quand, elle, lui offrait la possibilité de les réfuter.

Mais une semaine sans leurs conneries lui avait permit de voir que son propre comportement suffisait à prouver que quelque chose n’allait pas dans ce qu’il pensait certitudes. Sauf qu’il n’avait aucune envie de la connaitre, cette foutue vérité. Car elle ne lui plaisait pas.

Alors il en avait forcément conscience, quelque part, enseveli en lui. Sinon, il ne saurait même pas que ça ne lui plairait pas.

Roh, mais il allait se la fermer, lui et ses démentis sans arrêts. Besoin d’une pause, besoin de ne plus se sentir trifouiller son esprit inconsciemment. Besoin d’une échappatoire qu’il trouva au détour d’un couloir.

Pourquoi il avait continué à avancer exactement ? Pourquoi il était allé voir là bas alors que ça sentait les embrouilles à plein nez ? Il ne savait pas même si une partie de lui, lui murmurait qu’il y avait peut être un rapport avec une certaine voix qu’il avait reconnu sans vraiment y prêter attention. Refoulement peut être, qu’est-ce qu’il en savait, il n’avait pas fait psy dans une vie extérieure.

Aileen au sol, le crane semblant sur le point d’exploser et les trois cons auxquels il avait si souvent eu affaire. Elle n’avait même pas dû avoir conscience de son arrivée vu la douleur qu’elle devait subir. Et vu l’état dans lequel elle semblait être depuis le début de la semaine, soit, plus avancé encore que lui dans une dépression imminente et violente, il savait instinctivement qu’elle n’était pas réellement sûre de vouloir s’en sortir. Cela dit, c’était cruel comme mort étant donné qu’elle ne supportait pas la douleur. La tuer avec cette rame là…

« Tient, le professeur préféré de nos chers élèves. Tu sais ce qu’on a trouvé sur les secrets de ta famille ? »

« Que j’étais pas le fils de ma mère ? »

Petit sourire ironique. nan, c’était vrai ? Il était quand même pas mal typé pour le fils de deux caucasiens. Quelques paroles échangés alors qu’il se forçait à se pas poser le regard sur la jeune femme. Enfin, tout s’arrêta pour elle. Ils s’apprêtaient à jeter un nouveau sort, bien plus violent que celui qu’elle avait déjà subis. Un sort qu’il connaissait pourtant très bien. Un sort qui rendais fou par son sadisme. Un sort auquel elle n’aurait jamais résisté. Un sortilège interdit qui fit taire tout ce qui pouvait se passer dans son crane, terrassé par la douleur. En effet, la silhouette du professeur s’était dessinée dans la lumière rouge furtive destinée à la jeune élève. La tête baissée, quelques mèches mettant son visage dans l’ombre. Les points serrés pourtant proches de sa poche et de son arme ne cherchèrent même pas à l’attraper. (la classe quoi *sort*)

« Quoi, t’aurais une éthique ? »

Il ne répondis rien alors que trois sorts s’abattirent sur lui, mettant son corps à la torture. Pourtant il ne s’écroula pas, ne se lassa pas tombé au sol, protégeant toujours la jeune femme de son corps, sans en être parfaitement conscient. Les mâchoires serrées, il ne prononça pas un mot de plus quand le sortilège d’imperium s’ajouta à l’endoloris. Un ordre, se pousser. Pas un mouvement du jeune homme qui se redressa doucement pour poser sur les agresseur un regard froid.

La voix s’était tue, pas la raison pour laquelle il agissait comme un con.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Mar 16 Mar 2010 - 16:04

Tell me what you kill to save for a life
Tell me what you kill to prove you're right
Crash, crash, burn let it all burn


Des liens mis à nus qui n’auraient jamais dû être créés… Il n’était pas fait pour s’entendre et encore moins pour être ensemble. Suffisait de regarder leurs relations depuis la rencontre pour s’en rendre compte ! « L’ennemi juré » de la famille Rowe ne pouvait pas être celui qui la faisait perdre pied à ce point. Tout ça c’était de la théorie, rien de plus car la réalité en était tout autre et elle le savait très bien ! Quoi qu’elle affirme, le nippon avait éveillé en elle un petit quelque chose qui aujourd’hui encore la perturbait. Un sentiment qu’elle n’aurait jamais cru pouvoir ressentir pour lui et qu’elle avait un bien grand mal à admettre aux yeux de tous, car ça aurait été donner raison à un bon nombre de personnes qui le lui avaient rabaché durant des semaines entières ! Une certaine fierté peut-être, dans le fond c’était même certain, plutôt mourir que d’avouer ressentir ne serait-ce qu’un soupçon de… Sympathie pour lui. Ça serait contre nature…

Et pourtant elle savait que ce mal-être et cette tristesse amère qui l’avaient envahie ce soir enneigé dans le parc n’étaient causé que par ce putain de sentiment absurde et la jeune Serdaigle se haïssait d’être tombée aussi bas pour lui. Au fil des jours, elle avait vu son état dépérir un peu plus sans qu’elle ne veuille pour autant y remédier. Plus le goût à rien, même ce qui lui tenait le plus à cœur ne semblait plus avoir d’intérêt, plus aucune envie d’avancer, plus de plaisir à aller en cours encore moins de plaisir à croiser son professeur. La magie en elle-même lui semblait bien terne alors qu’elle avait toujours trouvé cela passionnant. Un état dépressif dont elle n’avait même pas envie de sortir. Chaque fois qu’elle le croisait, c’était cette déception qui l’emplissait. Une douleur profonde de savoir qu’elle s’était plantée à ce point. Mais qu’est-ce qu’elle avait espéré bordel. Il n’était que Marek, une personne qu’elle se devait de détester si elle voulait pouvoir avancer, sauf que même ça elle n’y arrivait plus. Tout ça parce qu’elle avait cédé à cette satanée pulsion dans ce couloir. Pourquoi ne pas l’avoir baffé comme elle l’avait voulu au départ, pourquoi cette attirance alors qu’elle le détestait ! Connerie !!

Une autre journée prenait fin, et si la jeune femme avait réussi à s’isoler toute la journée dans salle commune, elle était parfaitement consciente qu’à partir de ce moment tout cela lui serait beaucoup plus difficile. Alors avant qu’on lui adresse la parole, elle avait embarqué une petite veste et avait filé, se faufilant entre les élèves de sa maison le plus vite possible. Elle avait fini par tomber sur son Directeur de maison au détour d’un des couloirs des étages inférieurs. C’était la faute à pas de chance, ou alors avait-il enfin remarqué qu’elle ne mettait plus les pieds en cours ?! Elle n’avait pas eu le temps d’approfondir la question lorsqu’elle avait vu débarquer deux autres Supérieurs, à peine avait-elle ouvert la bouche que la jeune femme s’était retrouvée sur le sol, une douleur atroce qui l’avait complètement irradiée. Incapable de réfléchir et encore moins d’agir, son esprit semblant se perdre une nouvelle fois dans les méandres de la folie car si la douleur ne cessait pas elle perdrait l’esprit. Et puis la douleur s’était tue aussi vite qu’elle était apparue. Malgré cela, il lui avait fallu quelques instants pour recouvrer ses esprits, appuyée contre le mur les paupières toujours clauses elle avait l’impression de toujours sentir cet étau qui lui prenait le crâne, quelques bribes de voix lui avaient permis de comprendre qu’une personne était arrivée abrégeant de par le fait cette torture. Loin de se douter que l’identité de la personne en question lui était tout sauf inconnue, la jeune femme avait ouvert les yeux. Devant elle se trouvait toujours ce supérieur dont la baguette était pointée droit sur sa personne. Un frisson alors qu’elle devinait leur intention quant à son avenir proche. Un sortilège qu’elle craignait depuis son plus jeune âge et qui lui fichait une peur monstre, souffrance à l’état pur à laquelle elle ne résisterait pas, c’était certain la connaissant.

Do you really want?
Do you really want me?
Do you really want me dead,
Or alive to torture for my sins.


Une lumière rouge qui n’annonçait rien de bon et pourtant elle n’avait rien ressenti, aucune douleur. La raison ? L’inconnu s’était interposé se prenant le sortilège à sa place. À cet instant la jeune femme avait daigné s’intéresser à la personne en question. Rapidement elle avait deviné que cette silhouette ne lui était pas inconnue bien au contraire. Étonnée et déstabilisée de voir ce qu’il faisait pour elle, surtout après l’autre jour. Il lui avait clairement fait comprendre qu’il n’en avait rien à faire d’elle, et voilà qu’il s’interposait pour lui éviter le sortilège Doloris. Ce type n’était décemment pas logique dans tout ce qu’il faisait… Un jour il lui sauvait la vie, l’autre il la laissait se perdre ! Ce qui la déstabilisait d’autant plus, c’était la conviction qu’il avait face à eux. Une personne sensée se serait tirée et l’aurait laissée sauf qu’il montrait une telle détermination que ça la troublait. À quoi tu joues Marek…

Il n’avait pas bougé, ils avaient fini par lâcher l’affaire après un temps qui lui avait semblé durer une éternité. Son regard n’avait pas quitté le Nippon depuis qu’elle avait compris que c’était lui. La douleur avait dû cesser, pourtant il n’avait pas tant que ça montré de signes de souffrance.

- Marek…

Une voix pas très rassurée. Quelque part la jeune Serdaigle s’inquiétait pour lui. Ce genre de sortilège était loin d’être anodin elle avait pu le constater avec son père. Et malgré tout ce qui s’était passé, elle n’avait aucune envie qu’il sombre dans la folie (un peu plus du moins xD).
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Jeu 18 Mar 2010 - 21:24

La ferme. Juste la ferme. Plus envie d’avancer, de continuer, de chercher ce qu’il foutait au juste. Fatigue intérieure. Plus envie de se prendre la tête, plus envie de Continuer ce bordel monumental. Il ne savait plus quoi penser, quoi être, était paumé sur ce qu’il était, du début à la fin et ne voulait même plus se poser de question. Tout oublier, partir loin de tout ce bordel incroyable, et pourtant il restait, petit sourire protonique c’était évaporé, il n’avait pas du avaler grand-chose de toute la semaine et se refusait catégoriquement à comprendre pourquoi. Refus total de la vérité, car il se doutait que bon nombre de brimades avaient de quoi chercher réalité dans leur sillage. Il savait bien pourquoi il avait agit ainsi et pourquoi elle réagissait avec tant de déception dans le regard. Pourquoi elle se barrait sans un regard pour lui quand ils avaient le malheur de se croiser. Tout simplement parce qu’il savait parfaitement ce que ces regards signifiaient. Celui qu’il avait croisé à l’instant où son dos s’était pris ce coup si profond qu’il avait jusque là refusé de soigner. Pourquoi exactement, ça il n’en savait rien. Plus facile de la comprendre elle que lui à certains moment. Putain, il fallait être con quand même, mais à un point. C’était quoi, un test, une envie ou un autre de ses conneries ? Quoi qu’il fasse, rien ne changeait, c’était trop tard, le type d’avant, il ne le serait plus, ne pouvait plus se dégager de l’humanité, il y avait prit goût, et c’était à force de côtoyer celle qui lui avait tapé sur les nerfs dès le premier jour. Pourtant, si elle l’avait hais, il n’avait finalement eu que de l’indifférence, après tout, elle n’(était qu’une gosse, rien de plus, ce qui l’intéressait à l’époque, c’était plus ses frères qu’il n’appréciait pas particulièrement. Mais une fois de plus, il ne les avait jamais considéré comme des ennemis. Il y avait plus à faire dans sa propre famille pour ça. Pourtant si cette guéguerre de famille n’avait au début pas eu de sens avec la jeune femme, ça n’était plus du tout le cas puisqu’à son grand damne, si ses frères avaient tous débarqués ce jour là, il s’en serait foutu plus que tout. Plus gout à rien. Merde elle était réellement pas la seule. Un seul geste pour lui dire qu’il savait au fond, ce qu’il fallait pour que les choses changent pour tout les deux. Nan, il déprimait pas. Il était juste pas loin quoi. Mécanique du monde qui l’entourait, froideur des regards, indépendance des mouvements, robotisation des gens. Putain, ça allait réellement pas bien dans sa tête hein… en particulier qu’il s’était mit à s’engueuler lui-même dans l’enceinte de son propre crane, comme si deux parties de lui ne pouvaient réellement plus se supporter et encore moins accepter la situation.

Pourquoi ? Elle était très bien la situation nan ?

T’es vraiment un con…

Je sais

Nan mais c’était vrai, il n’avait jamais été rien d’autre, elle s’était attendue à quoi au juste ? Qu’il change, qu’il ne soit pas ce qu’elle avait pensé ? Que.. Mais quoi bordel ??
Rencontre des supérieurs. Ben tient, devinez qui était là. Non, plus exactement, il savait parfaitement à qui était cette voix et avait fait avec sans changer de directement. Envie de voir ce qu’il se passait ou pas, il n’en savait trop rien, n’avait plus réellement conscience des pas qu’il faisait et des gestes qui le faisaient avancer. Animosité de la part de ces abrutis. Logique, au début, ils avaient cru pouvoir le mettre dans leur camp. Au final personne n’avait réussi. Ni avec ceux qui voulaient protéger les élèves, ni avec ceux qui faisaient disparaitre les corps dans les sous sols et rendaient fous quelques gosses. Et là, ça n’était réellement pas le moment de venir le faire chier. De un, le tumulte qui gueulait toujours dans son crane le rendait complètement barge et s’il pouvait se défouler sur quelqu’un pour le calme qu’il avait gardé quand on était venu le faire chier les quelques derniers jours pour savoir le pourquoi du comment d’il ne savait quoi et venir former un groupe de soutient aux élèves, ça l’arrangeait parfaitement. Lâché un peu tout sur deux crétins décérébrés qui n’avaient toujours pas comprit qu’il pouvait devenir méchant s’il le voulait vraiment lui ferait le plus grand bien. Et puis, il n’y avait pas que ça, s’ils la tuaient, ça voudrait dire que le bordel de la semaine ne serait pas terminé, et surtout, il avait quand même eut peur ET mal. C’était mort, ça ne serait pas pour rien. Nan pis ses frères le tueraient OO dja’ qu’ils devaient le faire *out* .

Attaque sur sa famille. Putain, LE sujet sur lequel tout le monde croyait qu’il serait déstabilisé. Perdu, ce sujet tabou là, il se trouvait par terre en train de chouiner comme une gamine. Sa famille. Ben c’était simple, il s’en foutait maintenant. Ça faisait un bon moment que le gosse qu’il était s’était sevré et avait grandi, seul, avec ses propres merdes. Pas pour rien qu’il avait été mit à Serpentard. Envie de s’en sortir, de grandir et d’être plus fort que tous ces abrutis qui n’avaient fait que le tirer vers le fond, dans le sillage de leurs fermeture d’esprit. Bande de cons. Juste un gosse parmi les autres, il n’était pourtant pas de ceux qui finiraient mal, c’était clair maintenant, contrairement à ce que ses études préméditaient.

Geste irréfléchis à l’approche du sort. Il l’avait protégé. Une fois de plus et parfaitement inconsciemment. Sans savoir pourquoi, comment, plus un reflexe qu’autre chose. Et la douleur pénétrante s’était faite une nouvelle fois à lui, brulant chacun de ses organes, arrachant ses veines, broyant ses os, écorchant sa peau, le scalpant, le découpant de part en part alors que son corps brulait à l’acide, impossible à éteindre la torture d’un corps anéanti par ce sort. Pourtant, il ne s’était pas écroulé, debout sans un signe de souffrance extérieure, il n’avait fait que lever le regard vers ses assaillants à l’instant où ils ajoutèrent le sortilège d’obéissance au jeune homme, voulant le forcer à se pousser ou à l’achever de lui-même. À cet instant seulement, relevant la tête, un rayon vint caresser le visage du jeune professeur qui fut ainsi en vu pour la jeune femme qui ne l’avait plus quitté des yeux; il ne pu leur sourire étrangement, posant sur eux un regard qui ne signalait rien de bon. Alors ils arrêtèrent. C’était qu’il pouvait devenir fou de souffrance et le leur faire payer.

« Casse toi maintenant, si tu veux pas être achevé… »

La voix chevrotante de Cudrow qui avait un peu de mal à aligner les mots pour prononcer une phrase correctement construite. C’était sans leur porter d’attention que le jeune homme posa un regard bien plus doux sur la jeune femme derrière lui. Dans le sien, il cru déceler de l’inquiétude.

« N’approch.. »

Il ne fini même pas sa phrase quand le jeune homme s’avança, semblant près à les dépasser sans même agir, quittant juste la scène pour s’isoler un peu. Car si sa marche était fluide et assurée et qu’il ne montrait pas un signe de souffrance ou de faiblesse, qu’elle soit juste physique, il n’en était pas pour autant complètement brisé. Besoin de s’écrouler quelque part à l’écart et laisser aller ce cris de souffrance qui ne sortait pas. Toi et ta fierté..

Une lame de sang le long de son épaule quand il fut plus proche d’eux. Une sorte de rappel à l’ordre. Il étaient plus et pouvaient le maîtriser en cas de problème. … la blague. C’était la goutte d’eau à pas verser.

Ils volèrent tout deux contre leur murs respectifs avant même de pouvoir penser au bon contre-sort. Qu’ils n’étaient pas près de trouver vu la rareté de ce qu’il venait de jeter. Baguette à la main à une vitesse telle qu’on se demandait d’où elle sortait, l’homme ne jeta pas un regard envers tout autre que Cudrow. C’était lui le premier qui risquait de prendre. Pour la simple et bonne raison que c’était lui qui voulait toujours le coincer. Lui qui voulait le voir mort pour accéder à sa place. Sauf que le jeune homme l’avait déjà prouvé, à ce jeu là, il était mille fois meilleur que lui. La gorge de l’homme sembla s’aplatir sous une pression invisible tendis qu’il se soulevait du sol pour rester bloqué contre le mur, comme écrasé.

« Essaie juste encore une fois… »

Geste de son arme comme si elle était une lame et il s’éloigna. Un des autres hommes avait voulu se relever pour s’approcher d’Aileen et soulevait de nouveau sa propre baguette. La seconde d’après il s’écroulait au sol, les deux autres le suivirent, assommés par on ne savait quoi. Lui s’éloigna jusque dans sa chambre qu’il verrouilla d’un sort. Pour entré, il fallait réellement ne lui vouloir que du bien. Et il ne risquait pas d’y avoir grand monde ici qui remplissent ces critères.

La porte passée, il se laissa tombé dans son lit, grognant dans l’oreiller un soupir de souffrance qui se tue bien trop rapidement alors que chacun de ses muscles semblaient hurler.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Ven 19 Mar 2010 - 21:01

Une situation idéale comme il le disait si bien. Après tout, elle ne voyait pas en quoi un état plus que dépressif était une chose négative. Ça n’a jamais fait de mal à personne de broyer du noir à longueur de journée sinon, ça se saurait ! Alors en quoi cela pouvait-il gêner qu’elle ait envie de se jeter du haut de la Tour des Serdaigle à chaque fois qu’on évoquait la présence de Marek Logan Rivers dans les parages. C’était peut-être un peu radical et elle n’aurait sûrement jamais été jusqu’à cet extrême mais ce genre d’exemple c’était tout à fait ce qui résumait son état d’esprit. Marek n’était pas un type bien, ses frères le lui avaient répété mainte et mainte fois durant les débuts de sa scolarité et elle y avait cru durant des années, s’était mise en tête que le type dont on lui avait parlé n’était qu’un imbécile qui prenait un malin plaisir à faire chier les autres. Mais avec les années, elle avait fini par le voir différemment. Un compagnon de jeu idéal… Et puis elle avait fini par s’en convaincre, il n’était peut-être pas le sale con qu’il laissait transparaître… Après tout, il lui avait sauvé la vie le jour où elle avait failli y passer à cause de ce vampire (elle ne regrette rien hein =D). Il aurait pourtant pu la laisser claquer, il aurait eu la paix et aurait pu continuer sa petite vie tranquillement.

Un cas bien complexe que le cerveau de ce type. Un sourire effacé depuis une semaine. Des envies envolées et un malaise présent dans chacun de ses gestes. Mais pourquoi elle s’était laissée désabuser de la sorte, pourquoi avoir baissé si facilement la garde. Tu n’es qu’une sotte, Aileen ! Rien d’autre… Tout l’agaçait, à commencer par ses amies qui essayaient par tous les moyens de lui changer les idées ou de la faire sourire de par leurs conneries ou par les derniers potins. Sauf qu’elle n’en avait strictement rien à faire de la blondasse de Serpentard qui s’était soi-disant tapé un des supérieurs ou elle ne savait quoi d’autre ! Tout ce qui comptait dans son esprit c’était le regard et les mots qu’avaient eu son prof pour elle. Bon et peut-être le fait que Cudrow et ses deux acolytes lui étaient tombés dessus sans qu’elle ne puisse tenter de fuir. Un manque de chance ou alors l’achèvement d’une semaine tristement terne et sans saveur, car si d’ordinaire ce genre de situation l’amusait un tant soit peu, la jeune femme n’avait pris aucun plaisir à le provoquer, n’avait pas réellement cherché à le faire non plus. De toute façon, il n’avait nullement besoin de sa provocation pour chercher à se débarrasser d’elle. Sans réelle force, la jeune Métamorphomage s’était laissée tomber accablée par cette douleur qui s’était faite en elle. Une douleur qui pouvait paraître anodine pour d’autre mais pour la jeune Serdaigle, cette simple pression avait tout de la pire des tortures pour son esprit.

Finalement, la douleur s’était tue et la jeune femme avait cru reconnaître le nippon au bout de quelques minutes. Le fameux type qui l’avait bouffée toute la semaine et qui lui avait clairement fait comprendre qu’elle s’était plantée sur toute la ligne venait de se mettre entre la torture et elle… Une certaine incompréhension qui avait rapidement cédée la place à une inquiétude notoire qu’elle n’avait pas pris la peine d’essayer de cacher. Les sortilèges avaient cessé, quelques mots de l‘autre crétin et leurs regards s’étaient croisés, étrangement doux, chose qui l’avait pour le moins troublée. Il avait semblé s’éloigner en ignorant les mises en garde, Cudrow et ses acolytes avaient fini assommés sur le sol sans qu’elle ne cherche à comprendre comment, son esprit encore un peu perturbé par le sortilège qu’elle avait reçu. Le temps qu’elle relève la tête, Marek avait disparu, elle devinait où il était allé sans trop de difficultés, du moins elle en était presque certaine. Il lui avait fallu quelques secondes pour se relever, quelques secondes de plus pour sortir sa baguette et lancer un sortilège d’entrave à ces abrutis, une petite vengeance anodine, un petit tour comme elle avait pu en faire un bon nombre. Dommage, elle ne serait pas là pour les voir au ralenti mais ça promettait d’être drôle pour ceux qui seraient présents.

Après une petite hésitation, la jeune femme avait rejoint le bureau du Nippon. Un besoin de savoir s’il allait bien au plus profond d’elle et même si elle aurait réfuté la chose si on le lui avait demandé, la jeune Serdaigle était vraiment inquiète. Pourtant elle avait une nouvelle fois hésité en se présentant devant la porte de sa chambre se demandant si elle avait réellement envie de le voir ou alors si elle devait faire comme si de rien n’était et reprendre le cour normal de sa vie et voir plus tard. La main sur la poignée, elle s’était presque attendue à se faire expédier à l’autre bout de la pièce par elle ne savait quel sortilège, sauf qu’il n’en avait rien était et elle avait pu entrer sans la moindre difficulté.

- Marek…

Elle avait fini par refermer la porte doucement avant de l’apercevoir sur le lit, allongé le visage dans l’oreiller. Quelque part elle devinait la souffrance qui l’habitait à cet instant et cette révélation la brisait.

- Je m’attendais aux sortilèges de bienvenue... C’est pas prudent, une personne mal intentionnée aurait pu rentrer.

Un semblant de sourire, et pourtant elle était loin d’avoir envie de plaisanter. Trop fière pour le remercier, tout comme elle était trop fière pour montrer toute son inquiétude envers lui. Elle s’était avancée tout en gardant une certaine distance avec le nippon des fois qu’il lui prendrait la soudaine envie de vouloir l’étrangler sait-on jamais pourtant ça n’était pas l’envie qui lui manquait de s’approcher pour vérifier qu’il était toujours en vie, malgré cela, la jeune femme avait tenté de se montrer indifférente, avait détourné le regard du corps du Nippon.

- T’as besoin d’aide ?

Non, elle n’était pas du tout inquiète ! C’était juste par courtoisie et une façon de le remercier. Rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Ven 19 Mar 2010 - 22:31

Oui, c’était parfait, nan, vraiment. Ça déconnait juste complètement pour eux deux, mais à part ça, c’était très bien. Le crane en feu, c’était tout, envie de tout oublier, de ne plus rien être et d’arrêter de se poser 8100 000 (nah, jl’écrirais pas XD) question sans arrêt que qui toutes avaient la même incidence. Il allait arrêter oui, de se prendre la tête sur des choses aussi stupides ? Nan, c’était vrai, c’était complètement inutile ce qu’il faisait.. Non ? Bien sûr, il avait changé à ses yeux. Pourtant, à quel point, il ne le savait pas, mais il aurait réellement dû rester ce qu’il était à la base. Juste le crétin qui avait fait chier ses frères et que ses frères haïssait. Qu’ils avaient dû dépeindre avec une justesse tout particulière. Mais, oui, malgré ce qu’il pouvait dire, il avait changé. Peut être qu’il se donnait toujours une contenance pour éviter les autres en étant le salaud que l’on connaissait bien, peut être qu’il avait eu peur d’elle parce qu’elle le découvrait peu à peu autrement, qu’est-ce qu’il en savait de toutes les possibilités que l’on pouvait trouver sur son comportement. Bien sûr qu’il était complexe, sinon il n’aurait pas été celui qui était né dans une famille qui le haïssait en partie pour ses origines et qui avait pourtant été envoyé dans la même maison qu’eux; celle des connards, ouais, peut être, mais c’était ce qu’il était, ça avait toujours été ce qu’il était, comme une marque de fabrique de ceux qui portaient son nom. Et pourtant personne ne pouvait l’associer à ses frères, à sa famille, il avait tout fait pour. Mais le gène de la connerie était là il fallait bien le croire. Pourquoi elle avait cherché à voir ce qu’il n’était pas, pourquoi elle avait vu autre choses que ses conneries et est-ce que ça existait réellement ? Complètement paumé, oui, il l’était mais ne l’avouerait jamais à personne, c’était l’évidence même. Et pourtant, il ne savait plus trop qui il était et comment il était sensé se comporter, même envers lui-même. Bataille intérieur à laquelle il ne trouvait aucun sens. Elle avait réveillé il ne savait quoi mais ce qu’il savait, c’était que ça ne lui plaisait pas, vraiment pas. Et pourtant, il ne lui en voulait pas du tout. Au contraire, c’était à lui qu’il en voulait. Comme toujours. Celui qui avait semblé de loin être simple et con comme un rocher était bien loin de tout ça. Oui, c’était peut être seulement ça, il avait peur de savoir ce qu’elle avait trouvé en lui, sachant qu’il ne l’avait lui-même pas en-aperçu. Pourtant, oui, il lui avait sauvé la vie, mais ça avait semblé d’une logique parfaite; ce qu’il fallait faire, mais aussi ce qu’il voulait faire, et ça, en revanche, il en était conscient.

Douleur fulgurante. Pas un mouvement, pas une réaction au sortilège d’imperium lancé par trois personnes pourtant. Fait ce que l’on te dit. Pourquoi ? Il n’avait jamais agit comme on le lui demandait et ce, depuis tout petit. Ça n’était ^peut être pas juste dans sa nature, ou bien avait-il apprit à haïr ceux qui cherchaient à le foutre dans un moule, il n’y était pas depuis le début après tout. Gamin de l’union tabou il avait été gardé pourtant, mais ne correspondait réellement à rien. Sauf peut être le caractère con qui devait manifestement venir de son père. Pourquoi il avait tout prit à sa place. Même sensation que la première fois. Parce que c’était comme ça, voilà tout, et rien de plus. Rien de ce que son cœur hurlait de douleur tendis que chacun de ses muscles avait une furieuse envie de tout lâcher et qu’il s’écroule en braillant tout ce qu’il pouvait. Crier à la mort, ça aurait été ce qu’il aurait fait. Mais pas là, pas dans cette situation, pas face à eux, pas devant elle, pas devant quiconque. Pourtant, étrangement, ce fut une fois le sortilège lâché qu’il senti le plus la faiblesse de ses membres. Besoin de s’écrouler alors que la douleur tendais à lui rendre sa démence tant espérée.

Pourtant ce ne fut rien de tout ça qui coula contre le visage de la jeune femme derrière lui. Juste de la douceur. Celle qu’il ne se connaissait pas lui-même.

Finalement, le sort t’as peut être réellement rendu fou.

Quelques pas. Rentrée au bercaille puisqu’il n’en pouvait réellement plus, et s’écrouler en plein milieu d’un couloir n’était vraiment pas le genre de chose qu’il acceptait. Il aurait vraiment fallu que son corps soit à l’agonie, ce qui n’était pas le cas. Juste à la torture. Simplement à la torture. Comme ça il rejoignait l’esprit, parfait. Les plaies du Loup se rouvraient à chaque pas, mais il s’en foutait. Pas un regard en arrière. De toute manière, elle lui en voulait à mort non ? Alors qu’est-ce que ça changeait ? Tout, et il le savait parfaitement. D’un côté il lui montrait qu’elle s’était plantée du début à la fin et qu’il ne serait jamais ce qu’elle pensait qu’il était et de l’autre, il se prenait ce qu’elle n’aurait pu supporter à sa place sans broncher, sans obéir au sortilège. Réelle force d’esprit ou autre chose. Nan, force d’esprit, ça lui allait mieux en fait. C’était parfait ça comme interprétation. Et puis, c’était crédible. en réalité, oui, mais il n’était pas près d’y croire. Et elle ? Elle croyait ce qu’elle voulait. De toute manière pour qu’elle arrive à l’atteindre… ben c’était juste impossible.

Chute. Vaincu par la douleur. Bof, personne ne pouvait voir ou entendre le gémissement étouffé de souffrance qui avait passé ses lèvres. Un peu trop fier quand il le voulait. Non, naturellement, il l’avait toujours été. Mais elle aussi alors. Parallèle incessant entre les deux jeunes gens. Il n’y aurait personne à passer cette porte de toute manière. Paupières clauses, il aurait voulu se relever pour prendre quelque chose et faire partir au moins une parcelle de cette souffrance qui ne le quitterait pas avant un moment. S’écrouler permettait de contrer une partie de la souffrance, mais ça n’était pas ce qu’il avait fait, et l’impero qui avait suivit n’avait réellement rien arrangé, tout ceux qui avaient cherchés, même d’une manière infructueuse à ce sort le savaient. Le visage enfoui dans l’oreiller, dans la position exact dans laquelle il s’était laissé s’écroulé, il entendit la porte juste derrière lui s’ouvrir. Il l’avait bien jeté le sort pourtant. Non ? Pas un mouvement. En fait, il avait voulu, mais le peu qu’il eu contracté de fibre musculaire et la douleur qui suivit l’en dissuada. Son nom. Ou du moins, celui qu’une seule personne prononçait à son égard. Aileen. Pourquoi.. Comment elle avait fait pour rentrer ? Les yeux ouverts dans les ténèbres des tissus contre ses rétines, il ne sut trop quoi dire sur le coup. Même quand elle chercha a le taquiner, il ne chercha même pas à trouver quelque chose à aligner. Comment… comment elle…

Il fallait qu’elle n’ai que de bonnes intentions et de l’inquiétude à son sujet.

Pourquoi … comment… oh la ferme. Nan, pas la ferme.

Troublé. Ben oui mais en même temps il avait de quoi l’être. De l’aide. Ah oui, et pas qu’un peu. nan, répond pas ça

« Ouais. De un, comment ça se fait que tu sois là. Et de deux… Comment tu peux être là ? »

Oui, bon, elle avait sûrement pas comprit exactement ce qu’il voulait dire mais… putain mais… de bonnes intentions ? Aucune animosité à son égard. Il allait réellement falloir lui expliquer clairement ce qu’il se passait dans son crane. Sauf qu’étant donné qu’il ne voulait pas y entrer et qu’il n’avait aucune envie de comprendre la réalité, que ça soit vis-à-vis de lui ou d’elle… c’était bien l’ignorance aussi non ?

Étrangement, le jeune homme se redressa, s’adossant au dos du lit pour fixer la jeune femme, ne pouvant empêcher une grimace de souffrance traverser ses traits, bien vite effacée.

« Yen a un de sort, mais apparemment, il te concerne pas. »

Oui, elle lui avait demandé de l’aide, et il savait exactement ce qu’il voulait comme aide… mais n’avait juste pas franchement envie d’en demander. Cela dit… il y avait une fiole pas loin. OUI oui… elle peut pas lire dans son crane, il sait… surtout le sien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Dim 21 Mar 2010 - 20:41

Une rivalité, juste ça. C’est tout ce que ça aurait dû être. Si ses frères savaient ce qui était en train de se tramer dans son crâne… Seigneur, elle allait se faire trucider. Jugée coupable de haute trahison, bordel mais elle était trop jeune pour mourir - O.O - et puis c’était pas juste. Elle avait tout fait pour rester son ennemie à Marek, hein mais non, lui il avait fallu qu’il s’amuse à jouer les tombeurs en la choppant dans un couloir du sixième étage. Nan vraiment c’était tout sauf correct de sa part. Il avait triché, ouvert une brèche dans leur jeu. Une brèche un peu trop dangereuse quand on voyait où ils en étaient. Perturbée, avec cette envie de tout lâcher. Ce goût amer de la défaite qu‘elle avait ressenti en se prenant cette baffe en pleine poire. C’était étrange mais la défaite lui paraissait beaucoup trop acide cette fois. Plus envie de remonter, plus envie de jouer. C’est bon il avait gagné le droit de se vanter et de rire comme bon lui semblait. Il pensait qu’elle avait trouvé une partie méconnue de lui, c’était ce qu’elle avait pensé elle aussi. Avait même cru bon de soupçonner que ses frères s’étaient peut-être plantés et que sous cette rancœur et cette carapace il y avait peut-être un type potentiellement fréquentable. Sauf qu’il s’agissait de Marek ! Juste Marek… Alors pourquoi se mettre dans un état aussi lamentable ! Pourquoi craquer et avoir cette envie de pleurer incessante à chaque fois qu’on évoquait son nom. C’était pas logique. Qu’est-ce qui ne tournait pas rond dans son crâne pour qu’elle ait cru voir un type qui pouvait lui plaire en ce type abjecte. Un Serpentard et qui plus est un Rivers, à quoi elle s’attendait franchement ! Elle n’avait aucune idée de ce qu’elle avait trouvé en lui mais ce je n’sais quoi devait s’éteindre et vite. Sauf qu’à cet instant précis, la volonté était loin d’être présente. Moral au plus bas depuis ce regard si noir, elle aurait limite préféré s’éteindre que de devoir subir cette défaite ! Trop fière pour l’admettre mais ce coup bas elle ne l’avait tellement pas vu venir. Ne s’était pas attendue à ce qu’il hésite, encore moins à ce qu’il la laisse en la brisant de par ses mots et ses actes. Une déception douloureuse et un semblant d’espoir brisé.

Aussi lorsqu’elle avait cru le reconnaître devant elle, la jeune femme avait d’abord cru à un tour de son esprit encore perturbé par cette douleur qu’on lui avait imposée en plus des blessures trop peu cicatrisées qu’elle avait déjà mais elle avait été forcée de constater qu’il s’agissait bel et bien de Marek… Ce qu’il faisait ici ? Elle n’y avait pas réellement songé car trop préoccupée par le fait que son corps à lui était soumis à la torture à sa place. Qu’est-ce qu’il lui avait pris de faire ça, lui qui avait soutenu la semaine dernière qu’il en avait limite rien à faire d’elle, était en train de se prendre l’un des pires sortilèges qu’elle connaisse. Une certaine incompréhension mais étrangement ce qui prônait dans son esprit c’était cette inquiétude qui était venu naître au fond d’elle. S’insinuant et prenant de plus en plus de place en elle pour finalement occuper tout l’espace en ne laissant de place pour aucun autre sentiment. Plus de haine à son égard alors qu’elle aurait voulu le tuer de ses mains l’heure précédente. Juste une inquiétude palpable alors qu’il avait croisé son regard étonnamment doux au vue des circonstances. De quoi la rendre un peu plus perplexe encore…

Les trois hommes étaient tombés, Marek s’était effacé rapidement. Elle avait un peu hésité avant de le rejoindre. Mais poussée par cette envie de comprendre et cette satanée inquiétude, la jeune Serdaigle n’avait pas réellement eu d’autre choix que de le suivre. La porte de sa chambre sûrement trop vite passée et elle s’était retrouvée devant lui. Un corps qu’elle devinait bien trop meurtri, quelque part par sa faute. La voix du nippon avait fini par se faire entendre. Il avait l’air troublé ou même étonné de sa présence ici. Remarque c’était sûrement compréhensible mais à ses mots la jeune femme avait eu du mal à comprendre.

- J’voulais vérifier que ces abrutis t‘avaient pas trop abîmé… C’est que j’préfèrerai t‘achever moi-même tu comprends.

Un sourire. C’est vrai, mourir sous les mains de Cudrow… C’était un peu trop dégradant même pour lui. Y avait qu’à voir son regard pour griller qu’elle ne pensait pas un traître mot de ce qu’elle venait de dire. Le nippon avait fini par bouger, se redresser pour la fixer. En voyant la souffrance marquer son visage, elle n’avait pu s’empêcher de détourner les yeux sur un autre point. Trop fière pour admettre qu’elle était soulagé qu’il soit en vie. Tout comme elle était trop fière pour lui dire ne serait-ce qu’un simple merci. Pas concernée par le sortilège ?

- Ou alors tu te ramollis, c’est possible après tout… T’es plus tout jeune et t’es loin d’être au top…T’as très bien pu te planter, ça serait pas la première fois.

Tout pour faire en sorte de cacher cette inquiétude notoire surtout que le connaissant, il ne lui demanderait rien, beaucoup trop fier il ne le ferait jamais. Sauf que si elle insistait trop, c’est elle qui passerait pour la fille super inquiète qui veut absolument prendre soin de lui, ce qui n’était pas du tout le cas. Oui elle s’inquiétait mais non elle n’avait pas l’intention de faire la nounou… Pourtant en le voyant allongé, elle ne pouvait pas s’en empêcher.

- C’est là-dedans que j’dois fouiller j’suppose.

Elle n’avait même pas attendu qu’il daigne lui répondre avant de prendre la direction de son étagère. Commençant à farfouiller parmi les fioles, certaine que ça n’allait pas lui plaire, mais un Marek qui ne lui râlait pas dessus… C’était pas vraiment Marek =D

- J’ai jamais été très douée pour faire joujou avec les potions. Qu’est-ce que tu penses de celle-là, elle est jolie non =D

Elle avait pris une petite fiole avec une jolie couleur violette (dont la fonction était certainement à l’opposer de ce qu’elle aurait voulu xD). Non, non elle comptait pas du tout partir. Pas tant qu’elle n’aurait pas obtenu gain de cause.

- Ou alors celle-là. En fait j’hésite. Tu préfères laquelle ?

Se retournant vers lui avec une fiole violette dans une main et dans l’autre une fiole d’un rouge hyper flash. Elle était revenue vers le lit se posant au bout les jambes en tailleur, alternant entre la rouge et la violette.

- J’aurai tendance à choisir celle-ci. J’trouve que cette couleur te va mieux au teint.

Un grand sourire, n’ayant aucune idée de ce que pouvait contenir les deux fioles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Jeu 24 Juin 2010 - 14:05

Une rivalité, ça n’était plus juste ça. Elle n’était plus la gosse qu’il avait connu il y avait un bon nombre d’années. La gamine qui ressemblait à ses frères, qui ne prenait pas trop de risques, la gosse qu’il avait vu pendant très longtemps. Étrangement ce souvenir là lui semblait assez loin au vu de tout ce qu’il s’était passé ces dernières semaines. Ils s’étaient longtemps vu comme des sortes d’ennemis avec ces histoires de petites rivalités familiales. Enfin, cela dit, si ça avait commencé comme ça à cause de ses propres frères qui brutalisaient tout et tout le monde, c’était rapidement devenu quelque chose réellement entre eux. Lui qui cherchait à se trouver une propre distinction et ne voulait pas se laisser marcher sur les pieds par qui que ce soit maintenant éloigné de la maison et des coups qu’il aurait pu se prendre par les parents de ses frères. Oui… les siens oui… mais bon, one ne pouvait pas vraiment dire que c’était sa famille. Mais c’était en cet instant, le corps arraché, brisé, exploité, malmené qu’il se rendait compte qu’il y avait quelque chose qui avait sensiblement changé dans sa manière de se conduire. Petit, il avait sut se montrer violent pour se faire respecter, déplaisant parce qu’il n’était plus un gamin qui attendait qu’on lui foute des coups dans la gueule en attendant que ça se calme. Parce qu’il n’était pas ce qu’on avait voulu de lui, parce qu’il n’avait jamais eu sa place nulle part ou il était, il s’était bien vite fait une réputation bien plus forte que ses frère. Et si tout autour de lui le faisait royalement chier, qu’il vivait une vie dont il ne voulait pas avec des gens chiants comme la pluie, qui n’avaient absolument rien comprit à ce qui les entourait, au moins, il n’était pas dans son coin en essuyant les larmes sur ses joues douloureuses. Se créer une réalité, devenir plus fort que les crétins qui l’entouraient, aller plus loin toujours, bien plus loin qu’ils étaient foutus d’aller, ces abrutis qui l’avaient toujours rabaissés plus bas que terre. Sauf que le gamin qui pouvait semblé avoir à peu près sa place parmi les Serpentard avait bien changé. Déjà qu’à l’époque, s’il haïssait les autres et préférait être l’enculé qu’on voyait plutôt que de montrer qu’il maitrisait leurs manières arrogantes de se faire craindre. Étrangement il n’avait pas exactement le même comportement, il jouait plutôt que d’écraser réellement les autres. Mais il ne se serait jamais fait attraper pour l’une de ses conneries, trop intelligent ou trop con pour se faire prendre alors qu’un autre pouvait prendre les punitions à sa place.

Alors se sacrifier pour quelqu’un…

S’il était toujours cynique voir insolent face … aux Supérieurs à présent, il en était arrivé à ne pas hésiter pour aider une fille dont il était sensé se foutre parfaitement. S’il ne l’avait jamais hais contrairement à elle, il n’en était plus aussi parfaitement insensible qu’il y avait quelques années. En fait, en sentant les cellules de son corps s’arrêter brutalement, ses muscles se tendre à s’en briser, il avait comprit qu’il était passé de l’indifférence à … autre chose.

Et ça lui plaisait pas plus que ça. Un peu perdu, c’était clair. Mais quoi de plus normal quand on se rend compte qu’en plus d’avoir extrêmement changé en peu de temps à force de bosser dans nombre de pays loin de sa si nocive famille, il s’était finalement attaché réellement à quelqu’un… et pas vraiment à celle qu’on aurait cru. Réflexe pur il n’avait même pas eu le temps d’y penser.

  • « Merde… »


Ouais, ça résumait bien la situation. Un seul mot quand il s’était écroulé sur son matelas, manquant de hurler à la mort, faute à la souffrance qui lui sciait les os.

Et puis elle était arrivée, comme ça, comme si rien ne l’avait même ralentie. Elle n’avait absolument rien sentis. Rien du tout. Alors après quelques échanges marquant le temps de sa surprise, le garçon ne pu s’empêché de sourire, moitié amusé, moitié moqueur. Nan ya pas d’autre moitié nan. Un demi plus un demi ça fait un hein, ya rien d’autre comme sentiment ou émotion dans ce sourire Rolling Eyes .

  • « Ah ben oui, bien sûr… m’achever… Cela dit si tu continue à provoquer toutes les bébêtes qui peuvent te tuer ici, c’est peut être pas l’idée du siècle ? Poilus… quenottés… parfaitement abrutis… c’est dangereux ces bêtes là… pis ça fait mal… »


Sourire moqueur. Dingue ce qu’il la croyait tient. Elle ne pouvait plus le voir de puis ce qu’il c’était passé avec le lycan et si c’était clair qu’elle avait en effet hais le garçon, ça n’était plus le cas à présent, ça n’était pas de la rage ce soir là, c’était de la déception. Une déception qui avait ensuite muté en une tristesse profonde. Plus capable de le voir. Et étrangement, si tout ça avait eu l’effet escompté, il n’en tirait aucune satisfaction.

Et son sort avait très bien marché, il le savait parfaitement malgré la souffrance qui tiraillait chacun de ses muscles, il en était persuadé. Et ça signifiait un peu trop pour lui mais il ne pouvait s’empêcher de sourire légèrement moqueur face à tout ce qu’elle pouvait dire. La seule personne à qui elle avait toujours sut mentir n’était autre qu’elle-même.

  • « Bien sûr.. Ça ne peut être que ça… évidemment…»


Petit sourire moqueur, étrange ce qu’il ne la croyait pas tient. Alors comme ça elle s’inquiétait pour lui. Tient donc. Comme quoi il apprenait beaucoup de choses… inquiétantes avec un réflexe complètement stupide et tout aussi inquiétant d’ailleurs. Mais étrangement ça semblait très lui de lui en cet instant là précis, la douleur aurait dû passé depuis un petit moment, c’était ce qui était arrivé toutes les dernières fois. Mais cette fois ci, il s’en était pris plusieurs en même temps, un nombre un peu trop important pour un organisme sûrement. Au moins ils n’avaient pas tenu assez longtemps pour le rendre barge ou pour que le corps lâche. Quoi qu’en fait il devait devenir barge sinon il ne serait pas en train d’envisager une possibilité qui le faisait hésiter entre la nausée et l’intérêt. Intérêt qui n’aurait d’ailleurs dû jamais exister. Qu’est-ce qu’il se passait au juste, comment elle avait pu l’envisager ainsi ?

  • « euh… »


En fait elle ne lui avait pas particulièrement laissé le temps de répondre, déjà partie fouiller dans ses étagères. Étagères qui devaient d’ailleurs contenir un bon nombre de choses qu’il n’avait plus en tête mais bon. De toute manière entre ce qu’il avait ramené de chez lui, les objets qui témoignaient d’une certaine relation avec le monde de la magie noire et surtout et bien sûr, une partie de ce qui restait de sa jeunesse ici comme de ses quelques voyages des années précédentes. Ah et puis ce qu’il avait confisqué et qu’il n’avait pas forcément supprimé… ben ouais, pour quoi faire ? Ça peut toujours servir !

… ou devenir compromettant…

  • « Tu sais que t’es pas sensée fouiller mes tiroirs… allé vire de là toi. j’ai pas si mal que ça… nan sérieux, dégage… ça peut être dangereux là dedans en plus =D »


Et puis elle avait fini par trouver un placard où se trouvaient un bon nombre de potions en tout genre dont une partie avaient aidé pendant l’absence du professeur de potion pendant ces derniers mois. Et, il aurait dû s’en douter, elle avait fini par en choisir de magnifiques petites fioles aux couleurs… chatoyantes diront nous pour venir finalement se poser sur le lit tendis qu’il la regardait avec un air interrogateur. Grande question..

  • « Qu’est-ce que tu fous avec ça… »


Elle avait conscience au moins de ce que ces fioles contenaient ? ‘elle est jolie’… une réaction qui l’avait rapidement renseigner : non, elle ne savait absolument pas ce qu’elle tenait entre ses doigts. Un petit sourire amusé aux lèvres il hochait la terre d’un air d’être sur le point de partir en fou rire complet, il fallait bien le dire, l’observant dans son dilemme : laquelle prendre ?

  • « J’répond de rien si tu me fais avaler ça, j’te préviens.. »

Un petit sourire quasi pervers… ok ; pervers.

  • « Tu vois à peu près l’effet de l’exta ? Et l’autre c’est un filtre d’amour. Allé, repose ça avant de faire une connerie, j’te connais, tu serais foutue de les faire tomber et de dire après que c’est de ma faute.. Rolling Eyes »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Jeu 24 Juin 2010 - 22:34

La haine, un sentiment tellement doux contrairement à la déception qu’elle avait ressenti face cet abandon. Pourtant rien n’avait jamais prédestiné la jeune femme a ressentir ce genre de chose vis-à-vis du nippon. Une querelle familiale qui se perpétrait peut-être depuis trop longtemps… La jeune femme ne savait même pas les fondements de cette haine qu’elle devait lui vouer, mais à onze ans c’était ses frères qu’elle avait préféré suivre car le jeu avait toujours été drôle malgré tout. Des blagues de gamins dans un sens, ça n’était jamais réellement méchant dans le fond… Mais elle avait grandi et changé, peut-être un peu trop violemment dirons certains.

Alors après une semaine passée à broyer du noir, la jeune femme avait été surprise de voir que le nippon qui disait se foutre d’elle comme de sa première robe de sorcier était intervenu en sa faveur pour encaisser l’endoloris. Pourquoi avait-il fait ça, c’était idiot s’il voulait tant que ça la voir disparaître, il suffisait de les laisser faire le sale boulot, personnellement elle n’aurait eu aucun mal à céder à la folie causée par la souffrance qu’on lui aurait imposée. Elle était certaine que celle-ci serait plus douce que de devoir vivre avec cette gêne. Le croiser et devoir détourner le regard pour le restant de sa scolarité en subissant ses moqueries la briseraient un peu trop à son goût. Autant ne pas perdre le peu de fierté qui lui restait. Marek sortait gagnant de leurs querelles et elle jetait l’éponge, c’était aussi simple que ça. Sauf qu’une fois de plus il était venu tout contrecarrer avant de disparaître comme il était apparu. Elle l’avait rejoint, dans l’unique but d’avoir de réponse à ses questions et non pas parce qu’elle s’inquiétait de lui comme il le laissait sous-entendre. Il paraissait d’ailleurs surpris qu’elle ait réussi à entrer dans sa chambre pourtant il n’y avait rien eu pour la tenir à l’écart de cette pièce ça elle aurait pu le jurer. Le sourire sur le visage du nippon, un sourire qu’elle connaissait bien et qui l’avait agacée plus d’une fois car un tantinet trop moqueur mais elle n’avait pas relevé, elle avait fini par s’y faire à la longue, c’était Marek et il avait raison sur un point, ça ne changerait pas de si tôt.

- T’es gonflé, j’te signale que les 2/3 j’suis pas responsable ! C’est juste la faute à pas de chance si j’me suis retrouvée dehors face à un Lycan et Cudrow, ben… Il m’est tombé dessus par hasard aussi… Et puis je t’avais rien demandé, j’te signale…

À l’évocation de la douleur provoquée, la jeune femme avait instinctivement glissé ses doigts sur son haut à l’emplacement de l’entaille qu‘elle avait tenté de faire disparaître sans grand succès. Elle ne pouvait pas nier la chose, ça avait été et c’était toujours douloureux même si ça ne l’était plus autant à présent. Au moment où son regard avait croisé celui du nippon, la jeune Métamorphomage s’était demandé ce qui lui traversait l’esprit. A quoi était-il en train de penser pour que ce petit sourire moqueur et agaçant prône sur ses lèvres. Pas le temps d’approfondir le sujet que la demoiselle était déjà dans l’étagère de son professeur préféré.

- Tout comme j’suis pas censée être dans cette pièce… Ca m’empêche pas d’y être pourtant. (Un petit sourire qu’on devinait sur ses lèvres alors qu’elle se tenait sur la pointe des pieds pour atteindre les fin-fonds de son placard) Dingue le bordel que t’as là-dedans.

Continuant sur sa lancée, elle avait fini par trouver son bonheur se foutant pas mal des remontrances de Marek bien au contraire. Un choix à faire et un sourire vers Marek qui la regardait étrangement. Assise en tailleur, la jeune femme ne savait absolument ce qu’elles contenaient, pourquoi l’aurait-elle su en sachant qu’elle était une bille en potion ?! De toute façon ça n’était pas pour elle alors même si ça devait lui faire pousser des ailes de dragon ou alors des cornes, quelle différence ?! Ecstasy… Filtre d’amour… Il avait pas tord valait mieux éloigner tout ça et vite… Sait-on jamais. Surtout que la perspective que laissait entrevoir son sourire pervers ne la tentait pas du tout ! La demoiselle avait tenté de se relever pour retenter sa chance dans l’armoire du Nippon mais au dernier moment elle avait fait demi-tour avide de satisfaire sa curiosité.

- Au fait… Qu’est-ce que tu fous avec…

Les pieds dans un bout de tissu traînant sur le sol et la petite fiole au contenu rouge avait littéralement explosée contre la table de chevet se trouvant entre les deux jeunes gens. De grands yeux lorsqu’elle avait constaté sa connerie. La violette quant à elle avait disparu de son champ de vision dans un petit bruit de verre brisé.

- Euuh… Juste comme ça, c’est pas volatile au moins hein ?!

Au fond d’elle la jeune femme n’attendait qu’une chose… Qu’il lui dise: « nan faut l’ingérer pour que ça fasse effet » . Pourtant depuis que le contenu s’était répandu libérant ses effluves délicieuses et attirantes, la jeune femme ne pouvait s’empêcher de frissonner en songeant au nippon comme la première fois qu’il l’avait embrassée en peut-être plus intense… Refoulant cet instant de faiblesse à l’état pur la jeune femme qui s’était rattrapée sur le bord du lit s’était assise, l’esprit obnubilée par une seule et unique chose : ses sentiments pour Marek qui se révélaient plus clairs que jamais, chose des plus effrayantes fallait l’avouer, même pour elle. Une seule envie, goûter à ses lèvres alors qu’elle luttait pour se retirer cette idée absurde de la tête. Sa volonté s’effritant à vitesse grand V dès qu’elle songeait au fait qu’il était juste derrière elle, à peine quelques centimètres… Sans qu’elle ne comprenne le comment du pourquoi, la jeune Serdaigle avait cédé à cet appel qui la tentait de plus en plus… Celui qui lui brûlait les lèvres et qui faisait s’emballer son cœur d’une façon qu’elle serait loin d’apprécier… La jeune Serdaigle s’était retournée et rapprochée du nippon, ses lèvres contre les siennes, désireuse d’aller plus loin.

Un filtre d’amour, quelle connerie de garder une chose pareille dans ses affaires !?!








Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Ven 25 Juin 2010 - 23:17

Un sentiment très doux, il le savait. Un sentiment qu’il n’avait jamais éprouvé qu’envers sa propre famille et peut être contre l’humanité toute entière. Mais pas contre elle. Contrairement à ce qu’elle pensait, ça n’avait jamais été ce qu’il avait ressenti pour elle, alors, non, il n’avait pas cherché à la tuer, mais ça, il ne risquait pas de le lui dire, encore moins que s’il avait fait ça, c’était qu’il avait cherché à se protéger lui-même. Une attitude qui lui valait de changer de comportement brutalement d’une semaine à l’autre. D’abord adossé contre le mur à la voir sombrer puis contrant des sorts qui l’auraient sûrement rendus folle. C’était clair, il devait perdre la boule. Il avait changé, c’était clair, mais ça, il avait du mal à se le mettre en tête. Ce qu’il était restait entre ce qu’on lui avait apprit à être, ce qu’il avait comprit par lui-même et ce qu’il avait toujours été. Un changement qui avait lieu également chez la jeune femme, résultat : un énorme bordel entre eux deux. Mais merde : Aileen. Il ne s’attachait déjà jamais à qui que ce soit et c’était de notoriété publique que le jour où il ’aimerait’ quelqu’un, il faudrait s’inquiéter de sa santé mentale. Alors s’il n’aimait pas, il commençait quand même sérieusement à s’inquiéter. En particulier du fait qu’elle était sensée réellement le haïr, ne pas pouvoir le voir en peinture, mais la guéguerre qui avait même pu être violente avec les frères de la jeune femme ne prenait pas vraiment le même tournant. Au fil du temps, d’une rivalité, cette histoire était plutôt devenue un jeu. Après tout, ça avait toujours été le cas pour lui puisque tout l’était, sa manière de répondre, ses gestes, ses échappatoires. Mais ça n’était pas comme ça qu’elle agissait naturellement elle. Alors un lien avait fini par se créer. Un lien qu’il haïssait parfaitement autant qu’il l’intriguait. Chose qu’il n’avait remarquer qu’à l’instant où elle l’avait regarder avec cette expression de déception intense dans les yeux. Un peu lent à la détente peut être, mais manifestement, il y avait plus que du sexe et une ancienne rivalité entre eux. Autre chose, oui, mais quoi. Pas de l’amitié et la notion même d’amour lui amenait un joli petit fou rire moqueur dans le creux de la gorge. Pourtant c’était bien de l’inquiétude qui l’avait amené ici et il s’était bien interposé entre les sorts et elle. Et ça n’était pas vraiment dans ses habitudes de devenir quelqu’un de serviable au point de se prendre trois endoloris dans la tronche pour éviter ça à quiconque. Il s’était si peu inquiété des autres tendis qu’ils s’étaient foutus de son calvaire d’enfance que quand c’était le cas, il n’avait absolument aucune idée de la manière avec laquelle il était sensé appréhender ça. C’était vrai, il se demandait même quand était la dernière fois ou il avait posé la question « ça va » dans un but parfaitement louable. En fait, il ne l’avait probablement jamais fait. Tout comme il n’avait jamais entendu ou ressentis que quiconque s’inquiéta pour son propre état.

………..





Alors depuis quand c’était le cas ?? .. bordel de merde..

C’était vrai, il avait fini par s’inquiéter du fait qu’elle ai failli mourir à cause de ses conneries qu’il ne savait pas d’où elle les sortait, et pas qu’une fois en plus merde ! Et résultat, là, c’était elle qui s’inquiétait alors qu’ils ne s’étaient plus parlés depuis bien une semaine. Et si elle avait bien déprimé, lui… ben lui c’était bizarre aussi, pas de la dépression, pas de … en fait c’était de l’indifférence complète envers tout ce qui pouvait bien se passer autour de lui. Quelle idée aussi d’aller se frotter à des lycaons, des vampires ou des cons, franchement, qu’est-ce qui pouvait bien lui passer par la tête des fois…

    « Pas responsable ? Beh bien sûr, t’es allée sauver un vampire parce que tu le trouvais canon, t’as décidé de te balader dehors après l’heure et t’as… j’en sais rien, j’étais pas là Rolling Eyes Je sais mais t’aurais été foutue de venir me le reprocher après. C’est pas mon boulot que de veiller à ce que tu restes en vie, et pas besoin d’me faire ces yeux là Rolling Eyes »


Un regard moitié inquiet moitié songeur qui le faisait pensé à celui qu’elle avait eu à l’instant ou il avait fini par se bouger de son mur pour la tirer de sa situation malencontreuse avec la bestiole pleine de poils. Le sien restait moqueur, parfaitement détaché. Non, je ne suis pas touché. Non, je ne l’est jamais été Un excellent menteur pour ce qui était de cacher ses propres sentiments, que ce soit à lui-même ou à d’autres. Il ne savait pas faire autrement de toute manière. Comme s’il était loin de sa propre vie. Ça devait d’ailleurs être ce qu’il s’était passé durant nombre d’année. Loin de toute ce qu’il pouvait se passer, ça ne l’intéressait pas, tout simplement, il n’y voyait aucun intérêt. Mais cette sensation avait changé l’année précédente. À force de voyager et surtout de ne plus sentir l’influence de son nom de famille autour de lui, il avait fini par atterrir finalement sur terre et ce qu’il avait pu y voir l’avait toucher quoi qu’il en dise. C’était peut être ce qui l’avait changer. peut être pour ça qu’il s’était interposer, parce qu’à présent, il voyait de l’intérêt dans ce qu’il vivait. Et NAN… aucun rapport avec Aileen Rolling Eyes.

    « C’est le fait d’être là ou celui de fouiller dans mes caleçons qui te fais sourire ? »


Le garçon en avait profité pour se redresser doucement tendis qu’elle avait le nez dans tout ce qui pouvait se trouver dans ses tiroirs, préférant grimacer pendant qu’elle ne voyait rien. Question de fierté. Oui bon, techniquement, elle fouillait pas dans ses vêtement de quelque sorte qu’ils soient étant donné qu’ils étaient dans le placard derrière elle … à part une partie au sol. Oui, ‘ben il avait une chambre à lui, autant en profiter, il n’avait jamais dit être un adulte responsable, sérieux et ordonné, bien au contraire. Et puis une partie avait volé lors de la dernière entrée de la jeune femme dans la pièce… et la moitié des affaires en question était restée là où elle avait atterrit.

    « Allé, arrête de fouiller, revient là. »


… nan !

    « ‘fin nan, d’ailleurs, reviens pas là, le mieux c’est que tu vires d’ici avant qu’il se passe une autre connerie. »


Nan, c’était pas du tout viens ici avec moi qu’il avait voulu dire OO pas qu’elle croit ça, imagine le mal entendu OO … à qui je parle moi ? OO

    « Ouais, mieux, va reposer toutes ces merdes… »


C’était vrai quoi, un filtre d’amour et une potion qui égalait bien l’extasie dans ses effet… les deux combinés, il ne savait pas ce que ça pouvait bien faire, mais une chose était sûre, c’était quelque chose à éloigner d’eux deux et son petit sourire pervers avait parfaitement dissuadé la jeune femme de les garder près de lui. Exactement ce qu’il voulait; il se sentis d’ailleurs soulagé de la voir s’éloigner avec sans se prendre les pieds dans le tapis. Ils avaient réussi à se sauter dessus sans ça et sa déprime de la semaine dernière lui avait parfaitement fait comprendre que la situation était de pire en pire à chaque jour qui passait.

Et c‘est sa seule faute ? La ferme…

Donc qu’elle les pause, c’était la meilleur idée qu’elle ai eu jusque là. Quoi qu’étrangement, le fait qu’elle soit là lui plaisait assez. Ben quoi, c’était vrai, il avait une raison de plus de se foutre d’elle. Unique raison pour qu’il apprécie qu’elle soit là bien entendu. Alors c’était mieux qu’elle… garde ces trucs loin d’elle, ce qu’elle avait fait à merveille en les faisant tomber au sol…

    « Quelle catastrophe cette fille… t’es consciente d’être un boulet au moins ? …. MAIS BIEN SUR QUE C’EST VOLATILE, TU… tu…Tu…tu huhu… tu ne me regarde pas comme ça, c’est pas une bonne idée, pas du tout… »


Elle s’était assise juste devant lui et avait tourné le dos quelques secondes. Se penchant sans trop savoir s’il voulait savoir la tronche qu’elle faisait ou pour … nan, même le fait d’exprimer cette envie était trop. Mais merde, quelle connerie de faire tomber ça. La baguette, elle était ou sa baguette ? Il pouvait enlever toutes les vapeurs… sauf qu’en cet instant précis, il n’en avait plus aucune envie. Et puis il n’avait vraiment aucune idée d’où elle pouvait être. En revanche ce qu’il savait, c’était où les lèvres d’une jeune femme qu’il n’avait brutalement plus aucune envie de voir s’éloigner, étaient, c’est-à-dire sur les siennes. Merde c’était quoi ces envies à la con là. Sûrement les mêmes qui les avaient poussés à fini au lit la dernière fois cela dit, mais c’était pas une excellente raison pour les laisser s’exprimer. Elles ne devraient même pas exister en fait, alors pourquoi elles étaient là au juste ? Ses sentiments s’exprimait, lui, il commençait à les lire dans ses yeux et se sentais une envie de s’y perdre des plus inquiétante. Alors il avait fini par repousser la jeune femme.

    « C’est pas une bonne idée… pas une bonne idée du tout ça… Nan sérieux arrête… c’est pas… »


Si il l’avait éloigner en lui tenant les épaules, l’une de ses mains avait fini par s’égarer, étrangement tendre le long du bras de la jeune femme. Dingue ce que ses lèvres pouvaient l’attirer à cet instant précis. C’était juste insupportable. Oui mais nan, ça n’était pas une bonne idée, vraiment… vraiment pas. Ben ouais mais .. Quand même. Oh la ferme, non pas quand même du tout, pas du tout du tout… quoi que si en fait. Sa main le long de son corps…

    « Nan pis ça va finir par me retomber dessus te connais.. »


…sant. Ben il aurait sûrement fini son nom s’il ne lui avait pas littéralement bouffé les lèvres, basculant au dessus d’elle, ses mains s’égarant à peut près autant que son esprit. Elle, juste elle et une envie dévorante de la sentir contre lui. Les pensées tourbillonnes, la douleur n’existe plus et les désirs s’affament…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Dim 27 Juin 2010 - 20:13

Comment en aurait-il pu être autrement. Elle ne pouvait que croire qu’il la détestait puisqu’il ne pouvait s’empêcher de la voir dans les ennuis. Du moins c’est comme ça qu’elle avait vu les choses la plupart du temps. Au moins jusqu’à ce que tout ça ne devienne qu’un jeu. Un jeu dangereux mais qu’elle adorait car bien trop plaisant et satisfaisant. Après tout, ils avaient grandi et étaient adultes alors pourquoi se laissaient imposer la vision d’autres personnes. Oh bien sûr elle n’irait jamais dire sur les toits que Marek était un type bien et qu’il lui avait sauvé la vie à maintes reprises, car pour ça il aurait fallu qu’elle le pense or ça n’était pas vraiment le cas. Marek c’était le type avec qui elle adorait faire les quatre cent coups et rien de plus bien que… Il avait hésité après tout la dernière fois dans le Parc… Il avait attendu qu’elle ne soit plus en mesure de faire quoi que ce soit pour agir et lui sauver la mise, pourtant elle était certaine de le connaître assez pour dire qu’il avait changé et qu’il tenait un minimum à elle… A sa façon bien sûr. Tenir à elle du genre compagne de jeu rien de plus. Mais elle s’était trompée et c’était ce qui l’avait le plus blessée… Rien ne change ici… Rien ne changera jamais… Oui elle s’était bercée d’illusions stupides et elle s’était trompée mais il s’était interposé ensuite alors que devait-elle penser au juste ? Le véritable Marek n’aurait pas encaissé cette douleur pour elle, tandis que celui qu’elle avait cru voir apparaître, celui qui tenait un minimum à elle le pouvait alors qui devait-elle croire…

Il avait raison, tout ça c’était vraiment trop flippant… Une connerie de plus que d’aller vérifier s’il allait bien !!

- Pour le vampire je dis pas, c’était peut-être pas l’idée du siècle mais pour le Lycan j’y étais vraiment pour rien ! J’ai pas vu l’heure passer et si tu me crois pas ben… T’as qu’à le vérifier toi-même ! Et pour Cudrow… J’crois que c’est à cause de la chute de l’autre jour avec Takuma donc j’suis pas la seule responsable dans l’histoire. C’est pas d’ma faute si sa baguette s’est brisée quand on l’a assommé en lui tombant dessus. Et c’est encore moins de ma faute s’il est aussi coincé et borné.

A peine sa justification posée, la jeune femme avait filé dans le fond de la pièce bien décidée à trouver de quoi le rendre plus… Agréable. Un sourire à sa remarque qu’elle n’avait même pas pris la peine de relever. Ce qui la faisait sourire ? Elle n’était même pas certaine de le savoir elle-même. Peut-être le fait de l’entendre lui râler dessus qui lui avait manqué. Rien d’autre c’était une évidence… Revenue vers lui avec ses trouvailles la jeune femme avait laissé un petit sourire amusé passer sur ses lèvres.

- Trop tard… Tu l’as dit. Et pour qui tu me prends, j’sais exactement ce que j’fais.

Un grand sourire à la fin de sa phrase et puis en écoutant ses petites remarques elle avait jugé bon de choisir d’autres potions. Trop de risque avec celles-ci. Sauf qu’au lieu de les reposer gentiment là où elle les avait trouvées, la jeune femme les avait malencontreusement brisée sur le sol en trébuchant sur ce qui traînait sur le sol. Mais quelle idée de jamais faire le ménage aussi et de laisser trente millions d’affaire par terre ?

- Si tu rangeais un peu mieux tes affaires on n’en serait pas là !

Un délicat parfum emplissant la pièce, la jeune femme qui avait été en contact direct avec le liquide rouge avait senti un petit quelque chose s’installer en elle. Un feu brûlant et ardent lorsqu’elle venait à penser au nippon qui se trouvait juste derrière elle… Essayant de se reprendre un minimum, limite consciente. Une tentative veine lorsqu’on savait qu’elle était venu prendre les lèvres de l’Asiatique la minute qui avait suivi. D’abord repoussée la jeune femme l’avait fixé, ne comprenant pas vraiment ce qui le retenait…

- Ca t’a pas dérangé les dernières fois…

Une attirance particulière pour celui qui la repoussait en la faisant frissonner par ce simple contact. Lui qui disait ne pas vouloir alors que dans ses yeux elle lisait le parfait opposé… Un petit sourire alors que ses mains avaient commencé à courir sur lui, s’égarant presque autant que son cœur s’emballait. Et puis les mots avaient cédé place aux actes. Un sourire sur les lèvres, la jeune femme s’était empressée de répondre au baiser du Nippon, se laissant basculer. Désir ardent de le savoir si proche. Son corps qui réclamait le sien aussi fortement que si elle en avait été privé une éternité, la jeune femme avait laissé courir ses mains, les laissant s’aventurer à même la peau juste pour le sentir frissonner. Addiction naissante qu’elle détestait autant qu’elle mourrait d’envie de sentir les lèvres du Nippon sur sa peau. Une très mauvaise idée que de l’avoir suivi jusqu’ici il avait pas tord et pourtant elle n’aurait échangé sa place pour rien au monde. Les mains toujours sous son haut, la jeune femme l’avait fait glisser assez rapidement reprenant avec une envie pas très mesurée les lèvres du nippon.

Y a pas… C’était vraiment mal Rolling Eyes


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Mar 20 Juil 2010 - 11:59

Sauf que ça n’avait jamais été le cas. Mais à combien il avait fait croire tant de chose ? Qui savait exactement ce qu’il était sachant qu’il avait toujours répondu en souriant, s’amusant de la naïveté des gens, riant de voir à quel point ils aimaient croire ce qu’ils voulaient. À quel point ils pouvaient se tromper sur tellement de choses. Bien sur je suis d’accord avec eux, bien sûr j’aime ma famille, un vrai Rivers, bien sûr je te hais, bien sûr je m’en fout, bien sûr je suis ailleurs, bien sûr j’ai tout à voir là dedans, bien sûr je l’ai fait exprès, bien sûr je m’en amuse, bien sûr ces larmes sont une manipulation, bien sûr j’ai toujours été un con. Bien sûr je suis avec eux. Sauf que bien sûr, je les hais, mais qui pourrait bien le savoir, qui pourrait bien deviner ? La mascarade dure depuis tellement longtemps, un tissu de liens s’est filé tout autour de moi. Bien sûr j’encaisse les coups parce que je suis trop faible pour réagir.

Mais bien sûr, ils avaient tous marcher. Pas un seul avait pu penser qu’il n’était pas celui qu’il laissait entendre, pas un seul s’était demander comment était réellement la vie de famille. Ça devait d’ailleurs être pour ça que même les Supérieurs étaient persuadés que son sang était pur. Sauf que tout ce qu’il y avait là dedans de pur, c’était la connerie de l’affirmation. Il n’était déjà pas un pur Rivers, pourquoi le reste le serait également. Et puis, là, c’était difficile de passer à côté pourtant. On ne pouvait pas franchement dire qu’il ressemblait à ses frères, même dans l’attitude en y réfléchissant un peu. Il n’avait jamais martyrisé comme ils l’avaient fait. Il faisait peur du simple fait d’être là. Et s’il s’était bien souvent occupé de pas mal d’affaires d’une manière musclée, il ne se rappelait pas vraiment la dernière fois qu’il avait pris un gosse de quatre ans plus petit que lui, qui n’avait pas baisser les yeux, et qu’il l’avait accrocher à une tour en faisant des concourt de sorts sur lui après s’en être servi comme de toilettes. Mais bon, ça s’était passé la dernière année où ses grand frères étaient là. Forcément, ça avait marqué un peu particulièrement son arrivée au château. Rapidement, la rage avait débarqué, il s’était démarqué par lui-même, justement pour ne pas être toute sa vie, le petit frère. Maintenant, quand on parlait de Rivers, soit il s’agissait de son père et de son post, soit c’était de lui dont il était question. Plus des autres abrutis. Mais il leur était toujours associé. Moins immonde dans ses gestes, plus classe sûrement, mais tout aussi peu fréquentable.

Les gens changent bordel. Ils changent.

La preuve, il n’avait plus rien du gamin qu’il était quand il était entré à l’école mais ses sarcasmes de son période étudiante n’avaient pas changer. sauf que tout le monde avaient oublier ses frères, alors, forcément, ils ne se rendaient pas compte d’à quel point dire qu’il faisait parti de leur famille était insultant pour lui. De toute manière, personne ne s’était jamais rendu compte de rien. Pas non plus du fait qu’il mentait quand il disait qu’il avait passé de bonnes vacances. Il avait fuit ce qui avait été un jour son chez lui. Alors forcément, on ne pouvait pas dire que son temps hors du château était occupé comme il le laissait entendre. Après tout, même Aileen, avait elle la moindre idée d’à quel point il pouvait mentir par omission sur ces sujets là ? À quoi point il les haïssait, mais le tout avec un grand sourire. Il avait été clair auprès d’eux. Mais n’avait rien dit à personne. Qu’est-ce que ça aurait changé à part qu’on serait venu pour le faire chier. Et s’il pouvait éviter quelques contacts plein d’empathie et de pitié, ça l’arrangeait.

Il avait toujours eu des actes un peu particulier, mais il fallait connaitre plus de chose qu’ils n’en savaient tous pour comprendre. Il fallait savoir plus pour comprendre pourquoi il n’avait pas bouger pendant qu’elle se faisait attaquer.

Il aurait fallu comprendre que même à cet instant là, il aurait bien aimer que quelqu’un lui dise sérieusement comment il était sensé se comporter, pourquoi il avait agit comme ça, et pourquoi ça ne le dégoutait pas tant que ça. Peut être qu’il aurait fallu que les autres sachent à quel point il ne savait pas ce que c’était que de bien aimer quelqu’un, ou de s’y attacher. Il aurait fallu qu’elle sache qu’il avait comprit qu’il comptait plus pour elle qu’elle ne voulait le dire, et qu’il ne savait même pas comment il était sensé se sentir.

Le gamin d’il y a quelques années se serait sentis humilié, ça devait être pour ça qu’il avait agit ainsi avec le loup. Le gosse de cinq ans qu’il avait été l’aurait bien pris dans ses bras, mais l’adulte qu’il était souriait juste, moitié moqueur, moitié amusé. Et peut être un peu joyeux.

    « ben oui, bien sûr. »


Un petit sourire au bord des lèvres qui signifiait bien qu’il ne la croyait absolument pas. Merde, le pire, c’était que c’était vrai, il n’avait pas particulièrement envie qu’elle s’en aille. Il s’amusait trop en fait de leurs conneries. Et, le connaissant, il n’y avait rien qui pouvait plus l’inquiéter…. Si… en fait si, il y avait un truc.

    « Aha ! C’était pas ça que je voulais dire, va pas interpréter toi ! Rêve pas. Nan mais sérieux, fait gaffe avec ces trucs, pose les. »


C’était pas ça du tout qu’il avait voulu dire c’était… une expression, oui, voilà, exactement, une expression. Rien de plus rien de moins et … MAIS ELLE ALLAIT LES POSER CES TRUCS OUI ? Nan, vraiment, si elle les pétait, ils risquaient de… ah ouais… ben un petit bruit de verre brisé s’était fait entendre tendis qu’une odeur douçâtre enveloppait les deux jeunes gens. Un regard noir était apparu dans les yeux du garçon, des reproches dans la voix. Ben c’était vrai, cette fille était une catastrophe ambulante. Mais déjà elle s’approchait de lui, quelques phrases pour lui demander de reculer, mais déjà sa souffrance se taisait, celle qui le gardait lucide s’embrouillait, déjà le monde se refermait autour de lui. Déjà cette femme l’attirait brutalement comme ça ne devrait même pas être permit.

Des sentiments s’éveillent, d’autres se taisent, les émotions bourdonnent et le passé s’éteins. Il ne reste alors plus que l’empreinte d’une réalité dissimulée, le traitre masque s’écroule tendis que les mains courent et que les baisers s’envolent.


    Quelques liens se brisent dans les râles d’un amour incongru.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Mer 21 Juil 2010 - 18:15

Tout connaître sur lui ?! Ses réactions ou autre ? Ça elle ne s’en serait jamais vantée pour la bonne et simple raison que c’était impossible… Personne ne le connaissait réellement et ça elle en était certaine. Pour elle ça avait toujours été un Rivers, peut-être plus humain que les autres mais il n’en restait pas moins un être détestable lorsqu’il le voulait. Et puis, elle n’avait que peu de souvenirs d’eux. Trop jeune lorsqu’elle était arrivée, la jeune femme s’était fiée aux dires de ses frères. C’était un Rivers, point barre ! Il n’y avait pas à chercher plus loin. C’était peut-être pour cette raison que la demoiselle l’avait détestée à l’instant même où elle avait croisé son regard. Lui qui était si méprisable et détestable aux yeux des siens… Ca ne pouvait pas en être autrement !

Mais elle avait grandi, et la haine était devenue l’un de ces jeux si attirants et prenants. Juste un jeu qui avait dérivé vers une destination inconnue. Étonnante lorsqu’on y regardait de plus près et pourtant elle se surprenait à y prendre goût. Croire qu’elle le connaissait mieux que ses frères, qu’elle avait été plus loin que cette couche superficielle… Mais la chute n’avait fait que plus mal lorsqu’il lui avait ouvert les yeux !! Un sourire lorsqu’elle avait cru comprendre qu’il ne la croyait pas. Après tout, il ne l’avait que rarement crue, pourquoi cela changerait-il ?! Pourtant c’était la stricte vérité, elle n’y était pour rien. Enfin si mais pas totalement, juste un petit peu c’est tout… Rien de dramatique en soi. Alors après être revenue de sa petite investigation, la jeune femme avait écouté le Nippon, après tout, il lui avait bien stipulé de revenir et c’est ce qu’elle avait fait, un petit sourire amusé face au quiproquo qu’il venait d’engendrer.

- Cherche pas, tu l’as dit c’est tout. Et puis, c’est pas moi qui y ait pensé en premier.

Un petit air sarcastique sur le visage alors qu’elle avait entrepris d’aller reposer les fioles à l’endroit même où elle les avait trouvées quelques minutes plus tôt mais fallait s’en douter… Elles avaient terminé leur course sur le sol ne manquant pas de se briser. Oui elle n’en ratait pas une, il avait sûrement pas tord… Mais bon ça faisait tout son charme, non ?! Son regard plein de reproches, tandis que le sien se voulait désireux. En contact direct avec la substance, la jeune Serdaigle n’aurait su résister plus longtemps. Désireuse de sentir ce doux contact, la jeune femme s’était avancée, s’empressant de goûter aux lèvres du Nippon malgré le refus qu’il lui avait imposé. Une chance pour elle, il avait bien vite changé d’avis. À quoi bon résister de toute façon, elle mourait d’envie de se sentir près de lui après cette semaine si longue, une semaine de dépression et de coups de blues impérissables qu’elle comptait bien effacer.

Un sourire… Une attirance certaine…

[…]

Lorsqu’elle avait ouvert les yeux, l’esprit un tantinet embrumé, la jeune femme s’était surprise lovée contre son amant et étrangement… C’était loin de lui déplaire. C’était mal, elle en était consciente et pourtant elle n’aurait pas donné sa place à une autre. Un sentiment de bien-être qu’elle n’avait pas ressenti depuis bien trop longtemps. Elle avait souri, toujours contre lui. Elle avait réalisé qu’elle avait craqué une nouvelle fois et que ça ne la dérangeait pas plus que ça.

- Dit… Tu crois que tu pourrais faire disparaître ça…?! Ou faire en sorte qu’on la remarque moins ?

Sans croiser son regard, et sans s’éloigner la jeune femme avait désigné cette entaille qui lui barrait le ventre. Elle avait essayé par elle-même, sans grand succès de toute évidence et elle ne voyait pas à qui elle pouvait le demander si ce n’était lui.

Des bruits s’élevant de l’autre côté de la porte, la jeune femme les avaient d’abord ignorés se disant qu’ils finiraient par s’estomper. Manque de chance, c’était le nippon que l’individu recherchait et s’il venait à entrer… O.O La jeune femme venait de se redresser tenant le drap contre elle.

- Encore un de tes nombreux amis ?!

Ça ne pouvait pas être un ami vu le ton avec lequel il réclamait le Nippon. Mais bon... Il pouvait pas entrer hein ?!



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2472
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Jeu 29 Juil 2010 - 17:24

Non, elle ne savait pas. Comme quoi, celui qui avait toujours tout fait pour qu’on ne le loupe mais d’une sorte qu’on le fuit au plus possible sans qu’on oublis qui il était, avait toujours sut rester secret comme peu savait l’être. Après tout, ça avait toujours été comme ça qu’il s’était comporté. De toute manière, qu’est-ce qu’il y avait au juste à dire sur lui ? Sur son passé ? Sur ce qu’il était réellement ? Franchement, il ne voyait pas vraiment d’intérêt en son passé. Il ne faisait ni partie de sa famille, mais n’était pas complètement différent. Oui, il avait un comportement qui pouvait en un sens, au premier abord surtout, faire penser à celui de ses frères. Quoi qu’il ne savait pas comment était devenu le plus jeune d’entre eux. Avec un peu de chance, lui s’en était un peu mieux sortis que les autres. Pour lui, de toute manière, ça avait toujours été particulier, parce qu’il n’appartenait pas réellement à cette famille là, parce qu’il n’y avait pas vraiment sa place et qu’on avait toujours demandé en le voyant avec le reste des Rivers s’il était adopté. Ce qu’il donnait vis-à-vis des capacités des autres. Mais non, il n’allait pas vers les gros durs dans la cour de récrée, non il ne sortait pas, oui, il passait le moins de temps possible avec sa famille et s’enfermait dans la bibliothèque. Pas forcément parce qu’il était un grand fana des bouquins mais surtout parce qu’il n’avait que ça à faire. Il s’en rappelait bien de la dernière fois où il avait voulu toucher aux consoles de jeux qui étaient sensées être à tous les gamins de la famille. Ça n’était pas pour rien qu’une fois à Poudlard il était justement resté très loin de cette bibliothèque qu’une certaine jeune femme avait tant aimé. Celle là même qu’il avait sans arrêt mit sans dessus dessous aux seuls moments où il y allait. Il en avait même été bannis pendant un moment… pas bien important, ça n’était pas lui qui faisait ses propres devoirs…. Oui, il avait bien changé. Voyager pouvait transformer les gens, c’était clair. Ou peut être était-ce juste le fait de s’éloigner d’un quotidien qui était devenu barbant. Il ne pouvait pas échapper à la réputation de sa famille de toute façon, alors pourquoi chercher sans arrêt à être autre qu’eux ? Il n’en avait pas eu la motivation. Et puis, maintenant qu’il était prof, il avait une bonne excuse pour être un peu différent… bon, coucher avec l’une de ses élèves, ça n’avait pas vraiment fait partis de ses plans initiaux. Oui, il était un con, mais ça, ça n’était vraiment pas prévus. Mais leur petit jeu avait tellement changé, ou peut être était-ce eux qui avaient fondamentalement changé. Bref, le pire, c’était qu’on ne pouvait pas dire avec franchise que ça ne lui plaisait pas.

    « Hoho, tout de suite ! J’anticipe tes réactions, c’est tout. Après tu vas encore te faire des fausses idées. »


Petit sourire autant provocateur que moqueur se glissait sur ses lèvres une fois de plus. Un petit quiproquo. C’était vrai qu’il y avait pensé rapidement, ben c’était qu’à force, ce genre de situation était… ouais bon bref, ça l’était quoi. Et il voulait pas qu’elle pense qu’il disait ça parce qu’il voulait qu’elle reste ou quelque autre connerie dans le genre… quoi qu’il n’avait pas particulièrement envie qu’elle parte non plus. Cela dit, qu’elle ne soit pas du tout affectée par son sortilège le troublait. Leur relation avait bien changé tient. Il y avait quelques années, elle aurait volé bien loin et il le savait très bien. Là elle s’inquiétait pour lui, c’était la seule conclusion à en tirer et il continuait de sourire, moqueur envers elle. Il ne risquait pas de la lâcher là-dessus tient. Quoi que pas trop, parce qu’elle n’allait pas oublier de si tôt qu’il s’était jeté devant elle pour se prendre un certain nombre d’endoloris pour elle. Merde, le terme « pour elle » était… très bizarre. Ce qui l’était encore plus, ça avait été cette attirance sans limite. Lèvres contre lèvres, tourbillon hors du temps, la réalité s’estompe.

Les émotions s’éteignent, des sentiments s’animent.

***

L’esprit embrumé, le garçon s’était éveillé un peu avant la jeune femme, fixant la plafond un bon moment, il avait doucement repris conscience de ce qui s’était passé la veille et du fait que la jeune femme était lovée contre lui, une jambe calée entre les siennes et un bras le long de son torse. Laissant échappé un bâillement, il en était arrivé à une grande interrogation : c’était quoi la réaction adéquate dans ce genre de moments ? Ya pas, il n’y était pas encore bien habitué… malgré leurs quelques… entorses à la morale (oO). De un parce qu’il n’avait aucune envie de la virer à coup de pied au cul, ils avaient largement dépassé ce genre de comportement du premier matin, mais qu’il ne risquait pas d’être avec elle comme l’aurait été… un beau mec dans n’importe quel film bidon. Ouais, voilà, belle image. Les yeux de nouveaux fermés, il avait laisser aller un peu son esprit, recommençant à sombrer doucement vers une somnolence partielle, ne s’apercevant même plus de sa main posée contre la hanche de la jeune femme, de sorte qu’elle n’était pas vraiment la seule responsable au fait qu’elle était blottie contre lui. Mais ça ne le gênait pas. C’était d’ailleurs ça qui aurait dû le gêner en fait. Et puis la voix de la jeune femme s’était élevée dans la pièce doucement éclairée et le garçon avait ouvert un œil, à moitié aveuglé, puis finalement les deux. Il avait dû plus somnoler qu’il le pensait tient.

    « hein ? .. Ah ! Euh oui . »


Il était persuadé d’avoir déjà supprimer la plupart des blessures qu’elle avait eu ce jour là, mais il n’était pas dans un état Olympique non plus, alors il avait oublié que celle-ci, il avait laissé l’infirmière s’en occuper une fois qu’il avait sut qu’elle ne serait plus assez importante pour que l’autre cruche fasse comme si elle n’avait rien pu faire. Il était plus efficace qu’elle, c’était clair. Cela dit, il ne comptait pas dire à la jeune femme que c’était lui qui l’avait quasiment complètement soignée. Après tout, la dernière fois qu’elle l’avait vu, il l’avait laissé dans le hall. Elle n’avait pas besoin de savoir qu’il avait fait demi tour une fois qu’elle eu été transportée à l’infirmerie et qu’il avait fait le nécessaire pour qu’elle n’ait pas de séquelles. Se redressant, il l’emporta dans son élan, effleurant la blessure du bout des doigts tendis que son regard courait le long de la chambre pour savoir où donc sa baguette avait pu finir hier soir. S’attardant un peu sur les bouts de verre brisé, il sourit doucement. Apparemment, le mot d’ordre était de ne pas en parler. Ça lui convenait parfaitement.

    « Mais pour ça, il faudrait que je trouve ma… »


Baguette. Mais des bruits s’étaient fait derrière la porte, ce qui l’avait coupé dans sa phrase, observant fixement la porte. Chose stupide parce qu’il savait très bien qu’elle ne pourrait pas s’ouvrir. Au moins un peu d’intelligence avant de finir sur la jeune femme la veille. Ce qu’il lui restait de neurone avait servit à quelque chose, c’était déjà pas mal. Tout verrouiller avant que tout ce qui pouvait être fait avec du tissu ne soit balancer il ne savait où exactement. De là à affirmer que le sort avait parfaitement marcher, il n’en était pas là. Après tout, on ne pouvait pas réellement dire qu’il était dans un état parfaitement normal ou même complètement conscient de ce qu’il faisait. Qui ça pouvait être ? Finalement, la voix familière d’un homme c’était élevé, hurlant son prénom.

    « How… »


Pitié, faites que la porte ensorcelée résiste..

    « Dylan !?!! »


- Ah !! Ben quand même ! Ouvre moi Bâtard ! -

Ça fait toujours plaisir les petits surnoms amicaux…

La jeune femme avait posé la question, interloquée sur qui pouvait bien hurler son nom à une heure… nan, sûrement pas si matinale étant donné qu’il avait dû… louper une ou deux heures de cour. Merde, heureusement qu’il ne risquait pas tant que ça de se faire virer. Juste quelque temps en bas, ça n’était rien ça… apparemment il avait trouvé la manière de faire passer les effets secondaires. Un petit coup de sexe et pof, plus de douleur ! Qui l’eu cru… cela dit, ça n’était pas l’un de ses dirigeants mécontents qui se trouvaient derrière cette porte, mais bien un membre de cette famille qu’il évitait depuis l’âge de ses 12 ans avec un certain talent qu’il fallait bien lui reconnaitre. Mais puisque personne d’autre que la famille en question n’était au courant, il ne risquait pas de recevoir quelconques lauriers. Il ne savait pas exactement ce qui le dérangeait le plus en fait à cet instant, qu’il y ai son frère ou qu’il y ai son frère et Aileen dans son lit au même moment. Était-elle seulement au courant que si ses parents n’appréciaient pas la famille Rivers, ça n’était pas uniquement au vu de ce que leurs fils avaient dû leur raconter sur eux ? Il supposait qu’elle l’ignorait. Enfin, au moins, sauf revers de situation, il avait quelqu’un dans la pièce qui ne le haïssait pas… il aurait bien rit si on lui avait dit quelle était cette personne, quelques années plus tôt.

    « Pire ; un de mes nombreux frères… Alors le mieux d’ici, tu te planque sous le lit et… moi j’attend de voir ce qu’il me veut… Et… tant que j’y suis, ce qu‘il fout là… »


Non, il n’avait aucune idée d’où pouvait être ses affaires, pas besoin de demander. Un regard sceptique toujours fixé sur la porte, le garçon ne semblait pas avoir réellement très envie d’ouvrir en fait.

    « Ou sinon on fait l’inverse ! »


Un sourire vers la jeune femme avant de sortir des draps et d’attraper boxer et jean, avant de s’approcher de la porte. S’appuyant contre le mur, la main posée sur la poignée, il attendit en observant la jeune femme, lui désignant du doigt son tee-shirt qu’elle ne semblait pas avoir vu et qui semblait coincé dans le haut de la porte d’une armoire derrière elle.

    « Tu fais quoi alors ? »


- Mais c’est que tu serais avec quelqu’un mon salaud ! -

Un soupir passa les lèvres du garçon, se massant déjà les tempes.

    « pfouuu… la journée va être longue… »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7781
Date d'inscription : 09/09/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Jayden, Dakota, Mackensie, Esha et Seira (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1033-les-merveilleuses-aventures-d-
MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    Dim 1 Aoû 2010 - 13:17

De fausses idées, ben oui c’était évident… Il n’y avait qu’elle pour se faire des films de leurs petits délires tiens ! Bon ok, des deux ça devaient être elle qui s’en faisait le plus mais ça n’étais pas une raison pour la charrier avec ça ! Si elle en était arrivée à ces conclusions, c’est qu’il y avait pas mal de raisons, et ça c’était de sa faute… En partie au moins !! Mais elle ne l’avait jamais compris de toute façon, même lorsqu’elle avait pensé mettre la main sur un point de sa personnalité qu’il aurait caché aux autres, elle s’était toujours trompée… Le type qui exaspérait la plupart des personnes qu’il venait à croiser et qui l’avait exaspérée un bon nombre d’années jusqu’à aujourd’hui, non elle ne s’était pas douté une seule seconde qu’il fut différent du reste de sa famille, peut-être parce qu’elle ne connaissait pas les autres membres Rivers voilà tout. Mais bon, s’ils étaient tous aussi exaspérants que lui, bonjour l’ambiance, non merci elle n’avait pas spécialement envie de les rencontrer ! Alors oui, ils avaient changé, et leur petit jeu avait suivi. Coucher avec un professeur, elle, la petite fille qui était entrée fièrement chez les Serdaigles avec pour seule ambition: devenir une grande Sorcière, celle qui ne dérogeait jamais à la règle et qui prenait un malin plaisir à jouer les miss Parfaite en tout point, elle avait fini dans les bras d’un prof’… Et d’un Rivers qui plus est ! Si ça n’était pas du changement ça… La preuve, elle était entrée dans son « domaine » sans la moindre difficulté, aucune alors qu’en temps normal, elle n’aurait même pas dû s’en approcher… S’inquiéter pour lui, ça n’était pas le comportement le plus naturel et pourtant elle n’avait pas hésité bien longtemps avant de venir le rejoindre. Une connerie qui en avait entraîné une autre dans un sourire et un baiser.

***

Si on venait à les surprendre ?! Ben ils auraient beaucoup de mal à soutenir qu’ils n’avaient rien fait. Elle, lovée tout contre lui et lui qui la retenait sa main contre sa hanche. La jeune Métamorphomage avait souri, de ce sourire de bien être qu’elle ne montrait pas tous les jours ces derniers temps. D’un sens, elle était ravie de constater que Marek ne l’avait toujours pas foutue à la porte, même s’ils avaient passé ce stade, elle ne comprenait pas toujours ses réactions alors autant se préparer à tout ! Une question, le nippon avait répondu semblant un peu endormi. À sa réponse la jeune Serdaigle avait souri, à croire qu’elle la connaissait d’avance sa réponse, peut-être pour ça qu’elle lui avait demandé à lui et pas un autre. Même si la connaissant, il lui avait fallu une bonne dose de courage pour lui demander ce service. Pas qu’elle était fière mais bon, on se refait pas. Emportée par le nippon, la demoiselle s’était redressée, frissonnant sous les doigts du nippon, portant son regard sur la pièce à la recherche de sa baguette au moins jusqu’à ce qu’un bruit sourd se fasse entendre de l’autre coté de la porte. C’était quoi, un des Supérieurs qui venaient le remettre à sa place après son intervention de la veille ou alors un de ses nombreux ennemis qui venaient réclamer justice. Après tout, il ne devait pas avoir beaucoup de connaissances amicales vu son caractère peu… Sociable dirons-nous. À la vue de sa réaction, la jeune Serdaigle n’aurait su dire comment elle devait réagir. S’inquiéter pour sa vie, ou alors rire de la situation. Bien qu’elle se voyait mal rire de cette situation étant donné qu’elle était dans le lit d’un de ses prof’. Visiblement, le nippon n’avait eu aucun mal à identifier la source de tout ce vacarme, un certain Dylan qui le portait apparemment pas dans son cœur. Un autre Rivers ?! C’était le pompon !

- Ton frère ?! Pourquoi ton frère serait ici, c’est complètement stupide. Sauf s’il s’est associé aux abrutis et dans ce cas, ça serait plutôt… Me planquer sous le lit oo’ ?!

Les histoires de famille ?! Elle ne s’en était jamais réellement souciée, bien trop jeune lorsque tout cela s’était produit, pourquoi lui en aurait-on parlé. Elle savait juste que les Rivers étaient à éviter à tout prix et qu’elle se devait de ne pas les approcher… Chose qu’elle avait réussi à merveille, la preuve elle était pas dans son lit à l’instant même, et elle n’avait pas non plus passé la nuit en sa compagnie. Un sourire lorsqu’il avait évoqué le contraire, sourire qu’elle lui avait rendu, amusée par son attitude, la demoiselle avait commencé à chercher ses vêtements. Son Tee-shirt récupéré, la miss s’était retournée vers le nippon.

- Ton frère me fait pas peur, et puis s’il est comme toi… Il doit pas être si terrible que ça. Franchement… Vous êtes pas si terrifiant Rolling Eyes

Une autre remarque de l’autre côté de la porte. Il avait l’air des plus agréables vraiment… Et puis ça sentait la fraternité à plein nez. Un soupire du jeune homme… La jeune femme avait enfilé quelque chose en plus de son tee-shirt histoire de ne pas être complètement à poil lorsque Rivers deuxième du nom entrerait dans la pièce.

- Et de plus, il est hors de question que j’aille sous le lit… Te connaissant, j’suis sûre qu’il y a des trucs non identifiés qui traînent là-dessous depuis des mois.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bad Romance - Marek    

Revenir en haut Aller en bas
 
Bad Romance - Marek
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Marek
» Keep your hands of my girl | Aileen, Marek |
» That the reason I love you - Marek.
» N - J
» [Gondor] Casques, deuxième assaut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Outside :: Le Parc de l'Ecole.-
Sauter vers: