AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Event 20/07] Why did you hide this from me ? ▬ Kyle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: [Event 20/07] Why did you hide this from me ? ▬ Kyle   Ven 26 Juil 2013 - 18:51

Dimanche 20 juillet 2014 – Dans la soirée
Why did you hide this from me ?



Kyle & Enzo

Connard. Oui c’est à peu près le seul mot que j’ai en tête à l’heure actuelle. Ça et un truc du genre : Putain de bordel de merde. Pas franchement classe hein ? Tant pis. Je suis dans un état de stress avancé et je sais très bien que le moindre regard de travers, le moindre choc émotionnel, pourraient me faire dériver sur une pente glissante. Chose que j’essaie d’éviter ces derniers temps et ce pour tout un tas de raisons. J’ai donné dans le drame, la violence et ce genre de choses, tout allait bien ou presque, mes cauchemars commençaient à se faire plus espacés, le truc que m’a filé Takuma fait son petit effet, je me sens plus calme, la Pleine Lune est passée. Plutôt bien même si on fait abstraction de ma petite course nocturne avec l'Accromentule mais j'allais quand même pas laissé les filles se faire tuer. J'en ai parlé à personne, pas même à Kyle. J'ai simplement trouvé que c'était pas la peine de l'inquiéter pour rien. Tout le monde s'en est sorti vivant et moi j'ai pu tester ma rapidité lupine qui visiblement se remet plutôt bien des derniers événement. J'ai même repris le sport depuis la semaine dernière : Footing, surf, et j'espère bien avoir l'occasion de refaire un basket avec Killian et pourquoi pas d'autres prochainement. Bref ! Tout allait bien. Même dans le château ça semblait plus calme. Avec les exams terminés, tout le monde était un peu en mode veille et puis là … c’est comme si tout explosait d’un coup et moi j’y comprends rien.
Je sais que ça n’est clairement pas le moment mais je peux encore sentir mon sang qui bouillonne dans mes veines, approvisionné par une colère lancinante. Ça n’est pas violent, c’est simplement insidieux, bien présent. Ses mots m’ont touché bien plus qu’ils n’auraient du le faire mais pour une fois je peux me féliciter de ne pas tout mélanger. Non, pas de crise de jalousie, pas de « marquage » de territoire. Je ne suis pas rentré dans son jeu ou presque. De toute façon c’était clairement pas le moment et j’avais vraiment pas la tête à ça. Tout ce qui m’importait – et ce qui m’importe toujours – c’était de retrouver Kyle. Le reste était, est, et restera secondaire.

J'ai laissé Sovahnn derrière moi et j'aime pas ne pas l'avoir sous les yeux mais c'est mieux comme ça. Je préfère la savoir en « lieu sur » et avec du monde susceptible de prendre soin d'elle. Ça n'est pas que je m'inquiète moins pour les autres – et bien sur que je me demande où est mon frère même si je tente de ne pas trop y penser – mais je sais parfaitement que tant que je n'aurai pas Kyle dans ma ligne de mire ou mon périmètre je ne serai pas tranquille. Sova commence tout juste à savoir maitriser quelques sortilèges, et lui il … c'est pas que j'ai pas confiance en son instinct de survie mais face à la magie il peut pas faire grand chose, c'est tout. Le savoir quelque part dans la nature me rend malade. Il est peut être en sécurité, ce que j'espère évidemment, mais ne pas savoir où il est me ronge complètement les sangs. La chambre de Cameron était vide elle aussi, peut être qu'ils sont ensemble quelque part à l'abri. Tant pis, dans le doute, je continue de chercher.
Tout le quatrième y est passé, idem pour le cinquième et le sixième. J'ai pensé à l'extérieur mais ça m'étonnerait qu'il soit dehors. Il pourrait être avec Jill chez les Jaunes mais pour l'avoir croisé elle avec Maël un peu plus tôt je sais qu'ils ne sont pas ensemble et si elle avait su où il était elle me l'aurait fait comprendre même si on n'a pas vraiment pu se parler. Je pourrais lancer mon Patronus mais je suis bien trop nerveux pour réussir à me focaliser sur un souvenir suffisamment joyeux pour y arriver. Je pourrais trouver son odeur et la suivre mais avec autant de mouvement, autant de monde, c'est impossible. Je ne peux compter que sur moi même, sur mes sens normaux, sur mon instinct et sans doute sur un peu de chance. Je vais continuer de monter et si je ne le trouve pas j'irai visiter les étages inférieurs. Je mettrai ce château à sac pour le retrouver s'il le faut.

Et voilà ce qu'il se passe quand on ne fait pas vraiment attention à soi … J'ai vu un éclair, j'ai senti une douleur, ma tête m'a tourné, pendant un instant je n'entendais plus rien puis l'odeur du sang m'a percuté de plein fouet. Mon sang. Le temps que je retrouve mes esprits quelqu'un s'avançait vers moi les bras tendus, paumes en avant dans un signe de … J'en sais rien, d'auto-protection je dirais. Je n'ai pas relevé la tête tout de suite, j'ai simplement porté mes doigts à mon front pour me rendre compte que je saignais. Rien de bien méchant a priori, juste une petite coupure.

« Pardon, j'suis vraiment désolé je ... »
« Apprends à viser … »

Peut être que j'aurai pu être moins menaçant, oui, peut être, mais ça n'a pas été le cas. Je suis resté statique, de profil, tournant simplement la tête vers l'inconnu tout en laissant mon bras retomber le long de mon corps sans me formaliser plus que ça sur les quelques tâches de sang sur mon index et mon majeur. J'en ai vu d'autre.

« Je … euh … oui, d'accord. Pardon. C'était pas ... »

Et il a détalé comme il était arrivé. Ce qu'il a voulu faire ? Aucune idée. Sans doute viser quelqu'un d'autre, peut être un Supérieur. Je me suis accordé quelques secondes supplémentaires et je me suis remis en marche. Du monde partout, du mouvement partout, des bruits, des sortilèges, des cris, des larmes, l'odeur du sang et pas que la mienne, je ne savais clairement plus où donner de la tête et puis réflexe venu d'on ne sait où, j'ai attrapé le premier bras qui passait à côté de moi.

« Hey, excuse-moi. T’aurais pas vu Kyle par hasard ? »

Comme si tout le monde dans ce château le connaissait … La vérité c’est que tout comme moi il est en quelque sorte devenu une bête de foire alors oui, certains le connaissent sans même lui avoir adressé la parole une seule fois mais dans le doute …

« Un gars pas très grand, les cheveux un peu bouclés, châtain, les yeux bleus … Il a toujours des trous dans ses jeans, et … des converse, des vieilles converses. Noire j’crois. »

En fait j'en suis sur mais c'est pas le genre de détail qui me vient instantanément en tête on va dire, surtout pas dans une situation comme celle là.

« Non … Non, désolé. »

Encore une déception et je commence à vraiment perdre espoir. Je sais que le château est grand, et qu'il peut être n'importe où. Je sais que j'en ai encore pas vérifié la moitié mais … A force de courir partout, de scruter chaque visage que je croise, je commence à perdre également en énergie.

« Où est c’que t’es … tu vas m’rendre dingue, j’te jure. »

De l’agacement ? De l’énervement ? Non. Du dépit. Juste une angoisse démesurée à l’idée de ne jamais le revoir. C’est peut être penser au pire un peu rapidement mais quand on a un passé comme le notre je crois qu’on peut difficilement s’en empêcher. Je donnerai n’importe quoi pour l’avoir dans mon champ de vision, pour entendre sa voix, pour le sentir là contre moi. Peut être que je devrai retourner au quatrième, ou chez les Gryff ! Après tout s’il me cherche j’imagine qu’il aura le réflexe d’aller y faire un tour, non ? J’en sais rien, je sais plus, et je reste planté là en plein milieu du couloir – cible vivante, immobile – une main sur la nuque, l’autre enroulée autour de ma baguette, les yeux partout et nulle part à la fois. Perdu et mort de trouille, je ne sais plus où chercher. Alors je t’en supplie, trouve moi et foutons le camp de ce merdier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: [Event 20/07] Why did you hide this from me ? ▬ Kyle   Ven 26 Juil 2013 - 22:03

Ce jour là, le programme de la journée s’annonçait plutôt amusant. Pour l’une des rares fois, j’avais un truc de prévu qui s’aurait me changer les idées. Pas que j’étais sur une mauvaise pente ou quoi que ce soit, mais se retrouver dans un public sans avoir à ce soucier de quoi que ce soit allait me faire retrouver un semblant de normalité. J’allais être présent au concert qu’Emily allait présenter en compagnie de son groupe de musique. Plutôt sympathique cette fille qui m’était tombée dessus. Nous nous étions enfin rencontrés sans que Cameron ne fasse les présentations, le devançant ainsi dans ses projets. Encore une fois, ce fut une agréable surprise pour moi tout comme l’avait été Riley, cette serpentard au sourire communicatif. Cameron m’en avait souvent parlé (d’Emily j’entends) et effectivement, c’était une fille à connaître. Je ne l’a connaissais pas beaucoup encore, mais j’avais le sentiment qu’une amitié solide pourrait nous lier tôt ou tard. Ce sentiment semblait être partager puisqu’elle avait été jusqu’à m’inviter à son petit concert privé sans plus attendre. Proposition que j’avais aussitôt accepté, question de lui apporter mon soutient, mais aussi pour justement sortir de ma chambre et faire autre chose que dessiner. Sans trop savoir pourquoi, je n’avais pas parlé de cette petite soirée à Enzo. Oui nous formions un couple et nous passions assez de temps ensemble, mais nous avions également nos activités en solitaire ou avec d’autres. Comme tous duos amoureux qui se respectaient finalement. Il ne me parlait pas forcément de ce qu’il faisait lorsqu’il n’était pas avec moi et vice et versa. De plus, puisque ce concert semblait assez intime, j’ignorais s’il m’était possible d’inviter d’autres gens, donc pour le coup, je fis abstraction aux invitations que je pourrais lancer, notamment à lui.
Pour passer la journée, je continuai ma série de dessins que j’avais commencés une ou deux semaines avant, sur les maladies magiques. N’ayant pas oublié ma délirante conversation avec Maxence et Takuma sur les diverses anomalies médicales que l’on pouvait retrouver dans le monde magique, j’avais entrepris de mettre un peu plus de fantastique dans mes croquis. Mine de rien, ça changeait légèrement de mon style habituel, mais j’aimais bien. Mon imagination débordait d’idées tant ce qui prenait forme au bout de ma plume était loufoque. De la végétation aux légumes en passant par les objets et le monde animal, ça donnait tout un mélange. Mélanges qui me faisaient parfois rire et d’autres fois me décevait. Une chose était certaine : un dessin pouvait me prendre tout mon temps.
D’ailleurs, il était temps que j’y aille.

Je quittai donc ma chambre lorsque je sentis qu’il était temps que j’y aille. Aucune idée de l’heure qu’il pouvait être, mais mon instinct me disait qu’il devait bientôt être temps. Je pris les escaliers afin de monter au septième étage, me souvenant du point de rendez-vous : la salle sur demande. Une pièce que je connaissais pour être le « chez-nous » à moi et Enzo, qui allait certainement ne pas être la même que d’habitude puisque le contexte n’était pas le même. Ça me ferait sûrement un peu étrange d’être là sans lui avec un autre décor, mais j’étais tout de même curieux de quoi un concert en pleine école pouvait ressembler. Je n’avais jamais eu la chance d’assister à une vraie performance musicale, mais j’étais certain d’apprécier cette nouvelle expérience. Bref, je montai donc en restant prudent, question de ne pas me faire coincer par un supérieur et lorsque j’arrivai sur place, j’entrai en même temps que d’autres dans la salle dans laquelle il y avait déjà un peu de monde. Le concert n’était pas commencé que l’ambiance semblait déjà être à la fête à cause du brouhaha qui se faisait entendre. J’eus à peine le temps de regarder les lieux qu’une voix m’interpella.


- Kyle! Hey Kyle! Par ici!

Je cherchai aussitôt la provenance et je ne mis qu’une seconde à la trouver, car, pas trop loin de moi se trouvait Lukas qui me faisait de grands signes de la main. Avec une grandeur pareille, impossible de le louper. Je m’avançai donc vers lui avec un sourire et nous discutâmes de choses et d’autres en attendant que le concert débute pour de bon.
Puis, à un moment, les lumières se fermèrent : c’était l’heure du spectacle. Divers éclairages illuminèrent la scène sur laquelle les membres du groupe se trouvaient. Je repérai aussitôt Emily qui donna un petit discours avant que le tout ne débute. Une musique entraînante et déchaînée se fit entendre partout, donnant envie de bouger à certains qui se trouvaient avec nous au parterre. La première chanson terminée, l’ambiance semblait se réchauffer tout autour alors que je restais tranquille, regardant paisiblement le groupe qui performait devant nous en regardant davantage Emily qui semblait être parfaitement dans son élément : elle et son instrument semblaient ne former qu’un. Semblant découragé par mon attitude non démonstrative, Lukas entrepris de me faire bouger un peu et ce fut à ce moment précis qu’il y eu quelque chose d’étrange.
Nous entendîmes quelqu’un pousser un hurlement déchirant.
Et après, tout se passa en un éclair.

J’eus tout juste le temps de me retourner pour voir des supérieurs entrer dans la salle et se mettre à envoyer des sortilèges sur ceux qui se trouvaient là avant que je ne tombe solidement sur le sol : on m’avait poussé. Me retrouvant sur le dos, je vis Lukas qui m’enjambait, semblant se diriger vers la sortie. Autour, la panique s’était emparée des gens : on entendait des cris qui provenaient de partout contrairement au brouhaha joyeux de tout à l’heure. La salle se retrouvait éclairée ici et là, mais ce n’était plus les projecteurs de la scène : c’était les sorts envoyés qui illuminaient avant de s’éteindre sur une personne touchée ou avant de ricocher sur un mur. Je ne comprenais pas vraiment ce qu’il se passait, mais une chose était certaine : je ne devais pas rester ici. Je tentai donc de me relever, mais me fit aussitôt remettre à terre par quelqu’un qui passait au dessus de moi, m’envoyant son pied à la mâchoire. Une vive douleur me prit d’assaut, mais je tentai d’en faire abstraction, tentant une fois de plus de me remettre sur pied. Je réussissais, esquivant de près un sort qui atterrit tout juste à côté de moi, jeté par je-ne-sais-qui. Une fois debout, je constatai à quel point le chaos était parmi nous : la place était sans dessus-dessous et plus personne ne semblait se trouver sur scène hormis une fille qui semblait être coincée par un supérieur. Je me retournai pour me diriger vers la sortie à mon tour, mais je tombai nez à nez avec un supérieur dont la baguette était pointée dans ma direction. Légèrement pris au dépourvu, je ne bougeai pas, ignorant ce que je pouvais faire de toute manière. Fuir? Prier? Contre toutes attentes, il tomba sur le sol avant même d’avoir le temps de faire quoi que ce soit. Plutôt surpris, je reculai d’un pas en le regardant s’effondrer avant de relever les yeux : Jakob se trouvait là, la baguette bien levée. Il l’agita et un sortilège me percuta.
Était-il donc du côté des supérieurs? Je ne ressentais aucune douleur pourtant…


- Kyle, fiche le camp d’ici. Sofort!

Sa voix semblait être un profond grondement sorti de sa gorge. Comme lorsqu’Enzo était en colère. Mais je ne m’attardai pas trop à ce détail et je pris les jambes à mon cou à mon tour, ne prenant pas vraiment le temps n’y la peine à ce qu’il pourrait m’arriver pendant que je traversais cet enfer : le seul et unique but était de sortir d’ici. Je vis des sortilèges m’atteindre et constatai avec surprise qu’ils ne me faisaient aucun effet : c’était donc une protection que m’avait envoyé le professeur.
Après plusieurs minutes (après tous les contournements et autres), je parvenais à sortir à l’extérieur et m’aperçu rapidement que c’était autant l’enfer dans les corridors : élèves et supérieurs étaient mélangés ça et là, courant dans tous les sens avec les baguettes qui gigotaient de gauche à droite et de bas en haut. Et moi, j’ignorais quoi faire. Je ne pouvais pas me protéger et donc, la seule option qu’il me restait était de fuir. C’est donc ce que je fis, recommençant à courir sans vraiment savoir où aller. Est-ce que le château était attaqué de partout…? Impossible à dire.

Et alors que je courais, j'aperçu Enzo au loin qui se trouvait là, statique parmi tout ce chaos qui se formait autour de lui.


- Enzo!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: [Event 20/07] Why did you hide this from me ? ▬ Kyle   Sam 27 Juil 2013 - 16:14

J'étouffe, je me sens oppressé par tout ce mouvement, par tous ces bruits, toutes ces odeurs. C'est comme j'étais incapable de faire le moindre geste, le moindre mouvement, alors qu'autour de moi tout tourne trop vite. Mes sens semblent complètement hors de contrôle et je n'ai qu'une envie, plaquer mes mains suffisamment fort sur mes oreilles pour ne plus rien entendre. Trop vite, oui, mais paradoxalement c'est comme si tout était au ralenti, comme si je n'arrivai pas à percevoir quelque chose de clair, comme si tout était flou. Un peu comme les mouvements fluides et rapide capté par les lumières, artificielles ou non, quand la nuit s'installe. J'entends mon cœur battre, je le sens même. Il cogne très fort là dans ma poitrine qui se soulève d'ailleurs très régulièrement. Je ne panique pas encore totalement mais je n'en suis pas loin.
Je sais que je ne devrais pas rester là, immobile comme ça au milieu du couloir, au milieu de cette foule, au milieu de cette … ce … Je ne comprends toujours pas vraiment ce qu'il se passe mais avec un peu d'observation on se rend vite compte qu'il y a deux camps bien distincts. Certains fuient, d'autres se battent. Il y a ceux qui s'écroulent, qui souffrent, qui hurlent : De douleur ou de rage. De peur. Il y a ceux qui font face, courage ou inconscience. Et moi dans tout ça ? Moi je cherche ma raison de vivre sans prendre le moindre partie. D'un côté ou de l'autre ? Pour l'instant cette guerre n'est pas la mienne. Non, pour l'instant je n'ai qu'une seule chose en tête, un seul visage, un seul prénom, une seule voix ...

« Enzo ! »

Ma tête s'est tournée brusquement alors que mon prénom prononcé par cette fameuse voix en question me frappait de plein fouet. Il m'appelle. Il m'a trouvé. Il est là. Je ne prends même pas le temps de laisser un soupir de soulagement s'échapper d'entre mes lèvres, je le regarde courir et me mets en marche instantanément vers lui moi aussi. Mon pas est rapide, mais visiblement pas assez et trop absorbé par sa silhouette je n'ai pas fait attention au reste, et surtout pas à cet homme qui s'est dressé entre nous. Face à lui, donc dos à moi. Tout s'est passé très rapidement et quand bien même j'aurai voulu crier quand il a levé sa baguette vers Kyle, rien n'est sorti de ma bouche alors le flux lumineux fonçait droit sur ma moitié jusqu’à le frapper de pleins fouet. A ce moment là je crois que j'ai vu ma vie, ou plutôt la sienne, défiler devant mes yeux. Je m'attendais à le voir s'écrouler, hurler, réagir en tout cas mais rien. Il ne s'est absolument rien passé et je crois que ça nous a paralysé tous les trois. Moi je suis resté là, comme un con, la bouche ouverte et complètement tétanisé, le Supérieur ne comprenait pas et Kyle ... Je sais pas, je crois qu'il était juste un peu sonné ou quelques chose comme ça. Par chance je me suis réveillé avant l'ennemi et sans lui laisser le temps de réagir j'ai tendu ma baguette vers lui à mon tour.

« Expelliarmus ! »

L'effet de surprise a joué en ma faveur, je crois qu'il ne m'avait même pas vu, et avant qu'il n'ait eu le temps de dire ouf sa baguette atterrissait dans ma main. J'ai enchainé tout de suite sans me poser la moindre question et le temps qu'il se retourne vers moi ...

« Petrificus Totalus  ! »

... Il s'écroulait sur le sol.

Coup de chance, et surtout coup de chance parce que j'ai eu le réflexe presque immédiat d'utiliser la magie pour une fois. C'est vrai que bien souvent je réagis physiquement mais pas cette fois et tant mieux. J'aurai peut être eu le dessus mais un peu de carrure face à une baguette ... On ne joue pas à armes égales. Je n'ai pas demandé mon reste, je me suis mis à courir, j'ai enjambé le gars tombé sur le sol, la seconde d'après j'attrapai la main de Kyle et l'entrainais plus loin avec moi. Combien de temps on a couru comme ça ? Aucune idée. Suffisamment longtemps pour ne plus être dans la foule et quand j'ai jugé qu'on était à l'abri, à l'écart, planqué dans un recoin de couloir avec tout de même une solution de repli et des endroits où se cacher si besoin, je me suis arrêté. Premier réflexe : Le serrer contre moi. Non, ça il n'allait certainement pas y couper. Mes bras l'ont enroulé, ma tête s'est posé sur la sienne, j'ai déposé un baiser dans ses cheveux et là, enfin, j'ai soupiré. Soulagement. Au moins pour l'instant. J'ai fini par lui rendre sa liberté, en partie, pour m'écarter afin de mieux le voir et constater l'étendue des dégâts s'il y en avait. Inspection enclenché et mes mains se baladent au même titre que mes yeux. A première vue rien de grave, peut être une marque sur son menton.

« Tu vas bien ? Tu … t'as rien ? T'es pas blessé ? »

Enzo ... Oui je sais, je suis trop ... trop ! Trop envahissant, trop protecteur, trop inquiet mais merde ! J'ai eu peur, je me renseigne, c'est tout. Toi tu saignes toujours d'ailleurs, t'es au courant ? C'est pas grave, c'est rien. En plus c'est pas vrai, je ne saigne plus. Plus vraiment.

« Quelqu'un t'a lancé un sort de protection, non ? »

Question stupide, probablement, mais à vrai dire comme souvent quand je suis nerveux je laisse sortir à peu près tout ce qui me passe par la tête. Qui a fait ça ? Honnêtement je m'en fous tant qu'il l'a fait. Ça lui a sans doute sauvé la vie et c'est tout ce qui compte. Pour les remerciement on verra ça plus tard si vous n'y voyez pas d'inconvénient.

« Je comprends rien à ce qu'il se passe, ça part dans tous les sens, et ... »

A mesure que je parlais je regardais partout autour de nous, à l'affut du moindre son, du moindre mouvement, de la moindre chose suspecte, sans réellement prendre garde à ce que je disais pour finalement replonger mon regard dans le sien sans le lâcher une seule seconde. Ma main, celle qui ne tenait pas ma baguette, restait incontestablement accrochée à lui. Hors de question que je prenne le risque, aussi minime soit-il, de le voir disparaitre. Tant que je sens sa présence, tant que je le touche, c'est qu'il est là. Point barre. De toute façon ça n'est ni calculé, ni contrôlé, ni contrôlable.

« Qu'est ce que tu faisais au septième ? »

Non cette question n'a pas été posée sur un ton qui aurait pu faire penser à un interrogatoire. Je n'ai pas l'impression d'être méfiant, ou menaçant. Je suis curieux, c'est tout. Depuis qu'on s'est remis ensemble pour la ... à vrai dire je ne sais même plus - je sais, c'est mal, mais faut suivre aussi - Bref ! Depuis qu'on s'est de nouveau remis ensemble, on a pris nos petites habitudes. On se retrouve parfois tous les deux, en amoureux, on parle de tout et de rien, puis on se sépare et chacun fait sa vie de son côté sans réellement poser de questions à l'autre. Je traine avec mes potes, lui avec les siens, ou bien on reste chacun dans notre coin parce que pour ma part en tout cas je sais que j'ai besoin de ça, de moment rien qu'à moi et lui aussi je pense. Ne serait-ce que pour dessiner. On se retrouve aussi de temps en temps tous les deux, avec d'autres. Et je crois bien qu'on a du dormir ensemble a peu près une nuit sur deux depuis trois semaines. Le fait de ne plus avoir à se cacher à complètement changé notre quotidien et la relation qu'on a maintenant est beaucoup plus sereine j'ai l'impression. Bien sur c'est pas non plus le nirvana, faut pas exagérer, je m'inquiéterai toujours pour lui mais avec un peu de pression en moins c'est beaucoup plus vivable. Tout ça pour dire que oui, ça m'étonne de le trouver là, et oui je suis curieux de connaitre la raison de sa présence sur cet étage mais s'il n'a pas envie de me répondre ... Bon, soyons honnête je trouverai ça suspect mais ... Point positif, si on veut, au moins je sais qu'il n'était pas avec l'autre connard du quatrième et excusez moi pour le langage mais après ce qu'il m'a balancé tout à l'heure je vois pas d'autre mot pour le qualifier. Non, j'en vois pas, et j'ai pas envie d'en chercher.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: [Event 20/07] Why did you hide this from me ? ▬ Kyle   Mer 7 Aoû 2013 - 19:53

L’apocalypse avait assombri l’ambiance de fête qui régnait dans la salle sur demande quelques minutes auparavant. Personne ne semblait se douter de quelque chose puisque tous semblaient s’amuser, appréciant la musique interprétée par le groupe. Les gens dansaient, chantaient, discutaient entre eux tandis que les musiciens et chanteuses se laissaient aller sur la scène au rythme de ce qu’ils produisaient. Non, vraiment personne n’aurait pu prédire l’entrée musclée des supérieurs dans la salle, transformant le tout en panique générale. Les chants s’étaient tus en même temps que la musique et le public s’était transformer en violent raz-de-marée dans lequel c’était chacun pour soi. Certains avaient sorti leur baguette, prêt à affronter le nouveau danger qui se présentait à eux tandis que d’autres, les plus affolés, avaient décidé de prendre les jambes à leur cou. C’était d’ailleurs ce que Lukas avait fait. Dans l’aveuglement de sa panique, il m’avait renversé afin d’avoir le chemin libre jusqu’à la porte de sortie. Couché sur le sol, la scène m’avait parue encore plus impressionnante, ayant maintenant l’impression d’être entré dans une guerre de géants qui possédaient des sabres lasers comme dans Star Wars. Avec toutes ces lumières aveuglantes qui traversaient la salle dans un éclair, on se serait cru dans un monde parallèle. C’était assez joli à voir, mais lorsque l’on savait que certains de ces sortilèges lumineux pouvaient être fatals, on souhaitait qu’ils ne nous atteignent pas. Sur le sol, j’avais eu la chance d’être un peu protéger par tous ces projectiles, mais j’avais de plus gros risques de me faire piétiner par ceux et celles qui couraient dans tous les sens. Après un peu de mal, j’avais fini par revenir sur mes jambes et je m’étais même fait sauver in extremis par Jakob qui se trouvait au bon endroit, au bon moment. Je n’eus même pas le temps de le remercier que je m’étais retrouvé à l’extérieur de la salle où j’avais rapidement constaté que l’apocalypse se poursuivait dans le corridor. Qu’est-ce qu’il se passait? Pourquoi cette attaque surprise sur des étudiants qui s’amusaient et qui, pour une fois, passaient un très bon moment? Je n’y trouvais aucune explication plausible pour l’instant, mais sans doute que la vérité éclaterait tôt ou tard.
Pour l’instant, la seule chose que je devais faire était de me trouver une bonne cachette le temps que tout s’estompe. Jakob avait prit soin de m’envoyer une protection invisible, mais j’ignorais la durée de son efficacité. Plus vite je trouverai, mieux ce sera. Mais pour aller où? Retourner sur le quatrième étage me semblait impossible étant donné l’état dans lequel était plongé le château. Et si j’allais voir à la salle commune d’Enzo…?

À peine cette idée m’avait-elle effleurée l’esprit que je l’avais vu lui, se tenant à quelques mètres de moi. Complètement statique, comme s’il avait été la victime d’un sortilège. Me foutant un peu de cet état anormal, je continuai d’avancer vers lui au pas de course afin d’aller le rejoindre le plus rapidement possible tandis qu’il tourna sa tête vers moi. La seconde d’ensuite il se tournait complètement dans ma direction et s’avançait vers moi, jusqu’à ce qu’un homme vienne se planter au milieu de nous deux, me forçant à m’arrêter net. Il me regardait avec des yeux mauvais, sa baguette levée vers moi. Est-ce qu’Enzo l’avait vu…? Impossible à dire : le supérieur était si grand qu’il cachait ma douce moitié. Je n’eus pas le temps de faire quoi que ce soit qu’il agita rapidement son arme de bois, faisant sortir un nouveau faisceau lumineux qui me frappa de plein fouet, me faisant tomber de nouveau sur le sol. Bien que je ne sentis aucune douleur m’envahir suite à cette attaque sournoise, je senti ma tête qui tournait légèrement, comme si j’étais un peu sonné. Tout d’un coup, tout avait l’air d’être au ralenti et je fermai les yeux l’espace d’une seconde pour mieux reprendre consistance. Je me secouai légèrement et ouvrit les paupières au même moment où le supérieur tombait sur le sol à son tour. Je me relevai rapidement et vis Enzo enjambé le corps de l’homme. Il me prit la main et nous prirent la fuite ensemble. J’ignore combien de temps notre course à durée, mais je suivis mon copain sans poser de question, tournant parfois ma tête vers l’arrière pour m’assurer que nous n’étions pas suivit. Au bout d’un moment, il fini par s’arrêter et je fis de même, essoufflé de notre escapade. Ses bras s’enroulèrent autour de moi et je fis de même, plongeant mon nez dans son cou alors que sa bouche se perdait dans mes cheveux. J’inspirai profondément alors qu’il expirait de soulagement. Nous nous séparâmes au bout d’un petit moment et il commençait à m’inspecter grâce à ses mains et à ses yeux qui se baladaient partout sur mon corps.
J’eus un petit sourire malgré l’étrange situation qui nous avait surpris.


- Tu vas bien ? Tu … t'as rien ? T'es pas blessé ?
- Non ça va.
- Quelqu'un t'a lancé un sort de protection, non ?
- Oui. Jakob.


Il était paniqué et je tentais de garder mon calme.
Il avait réussi à dénicher un petit recoin tranquille et silencieux et c’était l’occasion parfaite pour reprendre nos esprits avant que l’apocalypse vienne jusqu’à nous. Je fixai une petite entaille qu’il avait sur le front. C’était un peu ouvert, mais ça ne semblait pas très grave alors du coup, je n’en fis pas de cas, le laissant continuer à m’examiner. Je savais à quel point il était protecteur à mon endroit et ça ne m’avait jamais dérangé. Si ça pouvait le rassurer de constater par lui-même que je n’avais rien, soit.
Il fini par me lâcher (enfin pour l’examen en surface), mais jamais sa main ne quitta la mienne. Les yeux partout à la fois, il voulait sans doute s’assurer que nous étions en sécurité. Les miens ne le quittaient pas, me disant que nous avions eu bien de la chance de nous trouver aussi rapidement. Sur cette pensée, je me demandai ce que faisais Cameron à ce moment même. Avait-il réussi à se planquer quelque part ou bien n’était-il pas encore au courant de ce qu’il se tramait dans le château?


- Je comprends rien à ce qu'il se passe, ça part dans tous les sens, et ...

Savoir qu’il ignorait ce qu’il se passait, me faisait un peu peur.
Je me disais qu’il s’était peut-être passé quelque chose à l’extérieur de la salle sur demande. Une annonce, une amorce… Mais apparemment non : nous étions tous plongés dans le noir quant à cette attaque surprise.
Ses yeux se posèrent finalement sur moi et…


- Qu'est ce que tu faisais au septième ?

Il se posait la question… Rien de plus normal puisqu’habituellement je ne me baladais pas vraiment dans le château, préférant rester dans ma chambre pour éviter les supérieurs. Moins il y avait de déplacements et mieux c’était. Il était vrai que depuis notre torture devant une classe ils se faisaient moins présents de mon côté, mais je préférais ne pas prendre de risque. Après tout, ce n’étaient que des menteurs et des personnes qui n’avaient pas vraiment de paroles.
Bref, je me devais d’expliquer la raison de ma présence sur le septième à Enzo. Je ne lui en avais pas parlé pour des raisons spécifiques, mais puisque nous en étions rendus là…


- J’étais dans la salle sur demande avec d’autres. Tu te souviens de cette Emily dont je t’ai parlé, celle qui est très amie avec Cameron? Bah… Elle fait partie de ce groupe de musique qui a fait leur concert en début de mois… Et ce soir, elle et son groupe offrait un spectacle à la salle sur demande pour les proches et… Elle m’a invité. Il y a quelques jours.

Sur la défensive, j’agitai mes paumes devant moi.

- Je ne t’en ai pas parlé puisque leur truc semblait assez secret et du coup, je ne me suis pas senti à l’aise d’en parler autour de moi… Du coup, j’ai gardé le secret et je ne t’ai pas invité à mon tour. Et à voir la manière dont sont entrés les supérieurs dans cette salle et ont attaqués… Je comprends encore mieux maintenant pourquoi il y avait tant de mystère autour de ce groupe… Je me demande même si… Ce n’est pas justement ce concert qui a provoqué tout ça…

Je laissai mes yeux vagabonder l’espace d’un instant alors que mes mains s’abaissaient d’elles-mêmes.

- C’étai tellement chaotique là-dedans… On ne s’attendait pas à ça… Personne n’aurait pu prédire ça. Il n’y avait pas tant de monde que ça parmi la foule et tout le monde avait du plaisir et tout d’un coup il y avait plein de supérieurs avec leurs baguettes à l’affût… J’ai eu de la chance d’avoir tombé sur Jakob quand je suis tombé nez à nez avec un sup. parce que sinon… Bref…

Sans doute qu’il y avait déjà des morts à l’heure qu’il était. Après avoir eu ma pensée pour Cameron, j’en eu une pour Emily, me demandant ce qu’il était advenu d’elle. Mais aussi une pour Lukas, me demandant s’il avait réussi à s’enfuir comme il l’avait souhaité.

- Tu crois qu’on devrait aller à ta salle commune? Peut-être qu’on serait plus en sécurité là-bas…

Qui sait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: [Event 20/07] Why did you hide this from me ? ▬ Kyle   Ven 9 Aoû 2013 - 15:28

Walters est mort … Si c’est vrai ça peut signifier plein de choses. Après tout, quand le chef d’un clan meurt ça créé le chaos non ? En tout cas c’est bien ce qu’il se passe mais je n’ai pourtant pas l’impression qu’ils aient l’air de vouloir déguerpir. J’ai retrouvé Kyle, ça me soulage c’est sur, mais je ne peux pas m’empêcher de penser aux autres. A Jillian même si je l’ai vu s’éloigner avec Maël, à Elwynn, à Ismaelle et son bébé par extension, à Cameron aussi et d’autres encore mais bien sur à Derek. Je sais qu’il est tout à fait capable de se défendre si besoin mais ça ne m’empêche pas d’avoir peur pour mon frère. Ça n’est pas lui que j’ai décidé de chercher en premier pour une raison plus qu’évidente mais il n’empêche que j’ai bien l’intention de lui mettre la main dessus dès que possible. En attendant reprendre notre souffle est quelque chose de pas mal. Ca et savoir ce qu’il faisait là même si à première vue c’est plus de la discussion qu’une réelle interrogation.

« J’étais dans la salle sur demande avec d’autres. Tu te souviens de cette Emily dont je t’ai parlé, celle qui est très amie avec Cameron? Bah… Elle fait partie de ce groupe de musique qui a fait leur concert en début de mois… Et ce soir, elle et son groupe offrait un spectacle à la salle sur demande pour les proches et… Elle m’a invité. Il y a quelques jours. »

Ceci explique donc cela. Voilà la raison de sa présence au 7ème étage. Un concert, pourquoi pas ? Après tout il a bien le droit de vivre sa vie et d’en profiter. Oui j’aimerai le prendre comme ça mais une partie de moi n’est pas d’accord. Je me souviens d’Emily effectivement, une amie de Cameron que j’ai déjà eu l’occasion de croiser en début d’année pendant une heure de colle. Kyle a fait sa connaissance, ils s’entendent bien, c’est cool. Ça me fait sincèrement plaisir qu’il ait son propre cercle d’amis parce que j’ai beau ne pas être quelqu’un de sociable à la base, on ne peut pas dire qu’il me batte sur le sujet en réalité mais ça n’est pas la question. Cette Emily fait donc partie du groupe qui a organisé un « concert » visiblement révolutionnaire en début de mois. Je n’ai pas entendu, j’étais dehors à ce moment là, mais j’en ai eu des échos. Une sorte de rébellion musicale à laquelle je n’ai pas vraiment prêté attention pour être tout à fait honnête. Et aujourd’hui ils remettent ça ? Soit, mais j’ai du mal à me dire que Kyle a été impliqué là dedans et surtout qu’il ne m’en a pas parlé. D’ailleurs il doit le sentir, ou alors il se sent simplement coupable, mais ses paumes tournées vers moi dans un geste défensif sont assez éloquentes. J’ai juste l’impression que tu me vois comme une brute épaisse qui va partir en live à la moindre contrariété, c’est hyper flatteur mais c’est pas grave. Oui, c’est de l’ironie au cas où tu te poserais la question. Et je sais, t'es pas dans ma tête.

« Je ne t’en ai pas parlé puisque leur truc semblait assez secret et du coup, je ne me suis pas senti à l’aise d’en parler autour de moi… Du coup, j’ai gardé le secret et je ne t’ai pas invité à mon tour. Et à voir la manière dont sont entrés les supérieurs dans cette salle et ont attaqués… Je comprends encore mieux maintenant pourquoi il y avait tant de mystère autour de ce groupe… Je me demande même si… Ce n’est pas justement ce concert qui a provoqué tout ça… »

Tout va bien … Et c’est peut être con mais je suis vexé, voir même déçu ou blessé. Je peux comprendre qu’il ait préféré garder le secret mais … enfin c’est moi quoi. On a dit qu’on ne se cachait plus rien et je ne suis pas du genre à aller répéter les secrets des autres sur tous les toits. Je crois d’ailleurs qu’une partie de moi aurait aimé être là, avec lui, en plus de ça. J’sais pas, ça aurait pu être sympa de partager un moment comme ça avec lui dans l’optique où ça n’aurait pas mal tourné évidemment. Et quand bien même, je ne me serai pas imposé s’il avait émis le souhait de vouloir y aller seul. J’aurai sans doute été déçu mais je ne me serai pas imposé. On a vécu dans l’ombre pendant un an et demi alors oui on ne se cache plus mais justement, une occasion pareille ça aurait pu être vraiment chouette. Seulement il a préféré garder ça pour lui et me tenir à l’écart. Je peux comprendre, oui, mais j’ai du mal à l’encaisser. Je suis ton petit ami, pas juste un pote qui ne se formalisera pas. S’ils n’avaient pas débarqué je ne l’aurai sans doute jamais su, hein ? Comment je suis sensé le prendre d’après toi ? Et je sens bien que je commence à me tendre …

« C’étai tellement chaotique là-dedans… On ne s’attendait pas à ça… Personne n’aurait pu prédire ça. Il n’y avait pas tant de monde que ça parmi la foule et tout le monde avait du plaisir et tout d’un coup il y avait plein de supérieurs avec leurs baguettes à l’affût… J’ai eu de la chance d’avoir tombé sur Jakob quand je suis tombé nez à nez avec un sup. parce que sinon… Bref… »

C’est rien, t’aurais juste pu mourir. Un détail. Insignifiant détail. T’as raison, balaies ça d’un simple « bref », t’as raison. C’est vraiment rien, mais absolument rien du tout. Oui là encore c’est de l’ironie.

« Tu crois qu’on devrait aller à ta salle commune? Peut-être qu’on serait plus en sécurité là-bas… »
« Sans doute. »

Réponse automatique, je crois que je n’ai même pas réfléchis une seule seconde à ce que je pouvais bien dire. Automatique et immédiate, et le ton n’est pas franchement très engageant à mon avis. Autant dire que je m’en tape assez royalement sur l’instant. Oui on sera surement plus en sécurité dans la Salle Commune avec Cleo, peut être son père et Malie, voir d’autres. D’un autre côté rien ne les empêche d’y entrer s’ils le veulent et une fois à l’intérieur, aucun moyen de replis. J’ai peut être fait une connerie monumentale en ordonnant à Cleo de rester là bas mais au moins son père sait où la trouver. On se console comme on peut mais en attendant les Andrews ne sont pas vraiment ce qui me préoccupe le plus même si ça devrait peut être. Ça serait surement mieux à vrai dire.

« C’est cool, t’aurais pu te faire tuer là dedans et j’aurai pu continuer à te chercher pendant des heures sans avoir la moindre petite idée d’où te chercher. Ah et au cas où tu te poserais la question, au cas où ça t’intéresserai, j’vais bien. J’suis pas blessé non plus. »

Enfin juste une égratignure mais c'est rien. Moi, amer ? Pas du tout voyons. J’ai juste un peu l’impression d’être le seul à paniquer, à me sentir concerné, mais c’est cool y a pas de malaise. Moi je m’inquiète, toi tu fais la fête. C’est bien, t’as raison, on est jeunes alors faut en profiter. Pour ton information, c’est pas parce que je suis un Sorcier doublé d’un Lycanthrope que je suis invincible alors même si jusqu’ici j’ai eu de la chance et j’ai réussi à déjouer la mort, même si je me suis toujours remis de mes blessures – au moins physiques – je peux très bien y passer d’une seconde à l’autre, comme tout le monde. Tu pourrais au moins faire un effort et me montrer que tu te sens concerné un minimum, ça aiderait.

« Mais putain Kyle, j’me suis tapé le 4ème étage en long en large et en travers pour te trouver. Idem pour le 5ème et le 6ème. Si Sova avait pas été là pour me calmer un peu j’sais pas dans quel état je serai actuellement, déjà que c’est pas brillant, mais bon visiblement toi t’as pas l’air de t’inquiéter plus que ça. Tant mieux. »

Sincèrement, c’est cool, une véritable promenade de santé.

« J’allais descendre quand tu m’as trouvé et … »

Et toi tu te balades au septième étage, l’air presque calme en plus de ça. Je te jure ça me rend dingue, est ce que t’as pensé à moi ne serait-ce qu’une seule seconde ? J’étais entrain de me faire un sang d’encre, tu pourras demander à Sovahnn j’aurai déplacé les murs s’il l’avait fallut pour te trouver, et toi tu me demandes si on ne devrait pas rejoindre ma salle commune comme si on allait au marché le dimanche. Non. Non !

« J’ai même été jusqu’à demander à l’autre connard qui te tourne autour s’il savait où t’étais. »

Encore un truc dont tu as jugé bon de ne pas me parler, au passage. Dommage pour toi je m’en suis rendu compte tout seul comme un grand et je m’étais mis en tête de garder ça pour moi, de ne pas y faire allusion non plus mais voilà, tant pis, c’est fait et t’en feras ce que tu voudras. PS : Il a peut être un nom, sans aucun doute d’ailleurs, mais je m’en fous. Je trouve que connard ça lui va très bien. Et je regretterai presque à l’instant T de ne pas lui avoir envoyé mon poing en pleine figure juste pour le plaisir.

« Oh t’en fais pas, je l’ai pas touché, il est toujours entier et si c’est pas le cas c’est pas de ma faute. Et toi pendant ce temps là t’étais au milieu du chaos, et si Jakob avait pas été là – encore une fois – tu serais où hein ?! Dans le même état que dans la cabane hurlante y a un an, voilà où tu serais ! Sauf que ça serait pas du flan cette fois et tout ça parce qu’une bande d’illuminés a décidé de défier l’autorité – enfin défier … c’est bien joli de faire les malins en douce surtout quand on voit le résultat – en poussant la chansonnette. »

Injuste ? Peut être. Il n’empêche que toute cette merde c’est de leur faute et si Kyle y était resté – d’ailleurs qu’est ce qui me prouve que ça va pas être le cas ? A ce que je sache c’est pas fini. Ok Walters est peut être mort mais ses sbires sont toujours là et s’ils se décident à exterminer tout le monde ils peuvent très bien le faire – je disais donc s’il y était resté y aurait peut être eu plus de morts que prévu et pas seulement du côté Supérieurs … Enzo, calme toi. T’as pas l’impression d’en faire un peu trop là ? Non. Et tu penses pas que t’es un peu mal placé voir carrément hypocrite pour lui faire une crise pareille après tout ce que tu lui a caché pendant des mois et surtout le nombre de fois où t’as failli mourir sans qu’il ne puisse rien y faire parce qu’il n’était pas au courant de la moitié des risques que tu prenais ? C’est pas pareil ! C’était pour le protéger, lui et les autres. Non, certes, ça n’est pas tout à fait pareil mais le résultat aurait très bien pu être le même et tu es particulièrement bien placé pour savoir que c’est vrai. Et puis franchement … T’es pas du genre à provoquer ? Tu l’as jamais fait peut être ? Si … Alors voilà, arrête un peu de juger et calme toi. Il va bien, toi aussi, allez donc vous mettre à l’abri.
Mouais … sauf qu’on en n’a pas eu le temps. Y a eu cette voix sorti de nulle part et je m’en suis voulu d’avoir relâché mon attention comme je l’ai fait mais c’était déjà trop tard.

« Vous pensiez quand même pas pouvoir vous cacher, si ? On peut pas dire que vous soyez très discrets si c’était le cas. »

C’est … pas faux, et ce connard – oui, encore un, ça pousse comme du chien-dent ces trucs là – m’a fait sursauter seulement il a été plus rapide dans ses réflexes et j’ai juste eu le temps de voir son bras se lever avant de réagir au quart de tour. Mon cerveau a été très rapide dans l’analyse malgré le manque de concentration, l’instinct s’est mis en marche de lui même et je me suis vu imposer mon corps à Kyle pour le cacher et le pousser contre le mur, derrière une armure pour nous faire éviter le sortilège. Ça n’est clairement pas passé loin mais il a atterri dans une pièce de bois un peu plus à gauche de nous, la faisant d’ailleurs exploser, peut être une poutre à la base mais plus que des morceaux de bois éclatés un peu partout. Je crois bien que certains nous ont griffé le visage et peut être le reste d’ailleurs. Déjà passablement sur les nerfs juste avant son intervention mon sang n’a donc fait qu’un tour. Je ne sais pas vraiment ce qui m’a pris, je n’ai pas réfléchis je crois et j’ai laissé faire mon corps qui s’est actionné de lui même. Au lieu de me servir de ma baguette j’ai attrapé l’épée que l’armure tenait dans ses mains et …

« On peut pas se disputer tranquillement ici ? C’est pas le moment ! »

Je l’ai lancé de toutes mes forces en direction du Supérieur qui surpris par un tel acte – sans doute au moins autant que moi et peut être autant que Kyle – n’a rien fait d’autre que de la regarder arriver droit sur lui. Est ce que j’ai voulu le tuer en agissant comme ça ? Peut être, rien n’est moins sur, me connaissant ça aurait pu être plausible et après tout … œil pour œil, dent pour dent … mais ça ne s’est pas passé comme ça. La lame ne s’est pas enfoncée dans sa chair, il s’est simplement pris le plat en pleine tête, chose qui l’a fait chuter en arrière tant j’y avais mis toute ma force et Merlin sait ce que ça peut être lourd ce truc. Fallait pas m’énerver …
J’ai lâché Kyle pour finalement lancer un sortilège à mon tour. Encore un petrificus totalus, pas grand chose d’original, mais quand je me suis penché pour ramasser sa baguette à lui aussi alors qu’il demeurait immobile sur le sol, j’ai senti que quelque chose clochait. J’ai eu mal, soudainement. J’ai ressenti comme une violente décharge électrique dans tout mon corps et en baissant mes yeux vers ce que je pensais être la source de cette douleur j’ai compris. J’ai quand même pris la peine et le temps de ranger la baguette du Supérieur dans ma poche arrière avec celle de l’autre homme qui s’en était pris à Kyle un peu plus tôt. Encore un coup de chance du à l’effet de surprise m’est avis, autant ne pas trop en jouer mais …

« Et merde … »

Oui, merde. Je me suis retourné vers Kyle et il a pu s’apercevoir par lui même que ça n’allait peut être pas le faire. Du sang sur un T-shirt blanc c’est plutôt du genre très apparent. Là, sur mon ventre, presque sur le flanc, à droite, un écli de bois assez conséquent enfoncé dans ma peau, dans ma chair. Mes yeux ont croisé les siens, j’ai posé ma main autour de la blessure, autour du projectile, sans appuyer, plus par réflexe qu’autre chose. Moment de flottement total.

« Est ce que tu vois un inconvénient à ce qu’on continue de s’engueuler plus tard ? »

De l’humour, vraiment ? Tu penses que c’est le moment ?! Bien sur, c'est toujours le moment.
J’ai ravalé ma salive alors que je ne sais trop comment je me retrouvais de nouveau près de lui. Peut être que c’est lui qui s’est approché, j’en sais rien.

« Tu te sens d’attaque pour m’enlever ça ? Ça n’a pas l’air trop profond mais j’veux garder mes forces pour essayer de soigner ça magiquement si j’y arrive. En plus je tremble et tu seras surement plus délicat que moi, j’ai peur de faire plus de mal que de bien si je le fais moi même. Et … j’ai la tête qui tourne … »

Alors quoi Enzo, merde, t’es dur au mal ! C’est quand même pas un petit truc pareil qui va te faire tomber dans les vapes et puis de toute façon ça n’est pas le moment. Comme si tu n’avais pas l’habitude du sang et des blessures en tout genre, hein ? Oui mais je suis sorti du coma y a un mois, mon corps se remet tranquillement et il a peut être pas envie d’encaisser à nouveau des coups de ce genre tout de suite. En plus c’est probablement simplement l’état de choc et l’adrénaline qui retombe. C’est rien, ça va aller, faut juste que je me pose deux secondes, qu’on retire ce truc, qu’on maintienne un point de pression et que je vois si je peux refermer ça et après on pourra foutre le camp et essayer de trouver de l’aide si besoin. Restons calme.
Je me suis appuyé sur le mur, sous peine de m’écrouler même si je n’ai pas vraiment compris pourquoi. Honnêtement ça n’avait pas l’air d’être une blessure très grave. Peut être impressionnante parce que ça saignait beaucoup mais pas grave en soit. Je me suis laissé glisser jusqu’à m’asseoir par terre non sans serrer les dents parce que plier son corps dans ce genre de circonstances ça n’est visiblement pas une bonne idée mais vue ma hauteur, je préfère anticiper plutôt que de tomber au risque de me faire plus mal encore et Kyle ne sera sans doute pas en mesure de me retenir si ça arrive alors dans le doute … Je suis mieux par terre, la baguette toujours dans la main. Le Protego de Jakob l’aurait peut être protégé du sortilège mais j’ai pas réfléchis, pour moi c’était inconcevable de ne pas faire quelque chose.

« Au fait, paraît que le directeur est mort, ce sont les tableaux qui l’ont dit. Je sais pas si c’est vrai mais Logan l’aurait tué. »

Logan. Logan Rivers. Un nom qu’il m’a déjà entendu prononcer. Un type qui connaît beaucoup de choses sur moi – enfin qui les a su avant les autres pour certains en tout cas – et qui m’a souvent aidé de nombreuses façons. Un type que je ne pouvais pas encadrer et c’est d’ailleurs encore le cas parfois. Prof de DCFM, entre autres. Est ce que je crois à ça ? J’en sais trop rien et honnêtement c’est pas mon soucis prioritaire pour l’instant mais pour l’avoir déjà vu tuer un homme je sais qu’il en est capable. Il suffit peut être juste de la bonne opportunité et tout ce bordel peut effectivement en être une idéale. Et non, tu ne rêves pas, je suis entrain de te faire la conversation entre deux gémissements, comme si tout était normal, comme si tout allait bien. Chacun son tour.

« On a une demi heure devant nous pour foutre le camp, enfin si personne d’autre ne débarque. Vas-y, fais le si tu peux sinon j’me débrouillerai. Au pire laisse-moi deux minutes pour reprendre mes esprits et je laisse ça à sa place. Ça ne devrait pas m’empêcher de marcher. »

T’as raison, continue de jouer les gros dur Enzo Ryans.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: [Event 20/07] Why did you hide this from me ? ▬ Kyle   Dim 22 Sep 2013 - 21:42

C’était la révolution des supérieurs, la guerre ultime des étudiants et des moldus qui restaient au château. C’était l’extermination la plus complète : pas de pitié pour personne. Garçons et filles passaient sous les baguettes agiles des hommes en noir et nous étions tous la proie de ces ennemis sans scrupule. Le problème était puisque j’étais l’un de ces êtres dépourvus de magie, je me sentais beaucoup plus à risque que d’autres. Mais ce n’était pas là le plus gros de mes soucis, puisque j’avais déjà été confronté à ce genre de situation avant. Dans le sens où je m’étais déjà retrouvé face à des baguettes sans avoir l’opportunité de m’en sortir. Non, mon plus gros problème était de retrouver Enzo, qui, par une chance complètement inattendue, mais plus que bienvenue, se trouvait lui aussi sur le septième étage. Maintenant que nous étions ensemble, je savais que j’étais en mesure d’affronter la pire des catastrophes, y compris ce tourbillon infernal meurtrier dans lequel nous étions impliqués malgré nous. Mais il m’avait posé cette question, une question presque piège : qu’est-ce que je faisais au septième. Bien que nous soyons légèrement cachés et que tout autour de nous semblait légèrement plus calme que le brouhaha dans lequel nous étions un peu plus tôt, je devais me justifier. Lui dire le pourquoi du comment j’étais là et la raison pour laquelle je ne lui avais pas partagé cette invitation. Je me sentais déjà sur la défensive alors que je constatais qu’il changeait d’expression. Peut-être qu’il était en colère, blessé ou je ne sais quoi, mais mes intentions avaient été pourtant bonnes. Et puis après tout, il ne s’agissait que d’un concert, non? Jamais je n’aurais pensé qu’il y aurait d’aussi graves conséquences, mais qui aurait pu prédire de tels événements?
Quoi qu’il en soit, je préférai changer de sujet : nous mettre davantage en sécurité était beaucoup plus important que cette histoire d’invitation non révélée. Nous aurions tout le temps du monde pour mieux nous expliquer par la suite.

Mais bien sûr, pour lui, il fallait que ça se règle ici là et maintenant.
L’urgence n’était pas assez importante.


- C’est cool, t’aurais pu te faire tuer là dedans et j’aurai pu continuer à te chercher pendant des heures sans avoir la moindre petite idée d’où te chercher. Ah et au cas où tu te poserais la question, au cas où ça t’intéresserai, j’vais bien. J’suis pas blessé non plus.

Je poussai un petit soupir, légèrement désespéré par son attitude.

- S’il te plaît…
- Mais putain Kyle, j’me suis tapé le 4ème étage en long en large et en travers pour te trouver. Idem pour le 5ème et le 6ème. Si Sova avait pas été là pour me calmer un peu j’sais pas dans quel état je serai actuellement, déjà que c’est pas brillant, mais bon visiblement toi t’as pas l’air de t’inquiéter plus que ça. Tant mieux.
- Je ne le savais pas, d’accord?! Je ne pensais pas que ça allait se terminer comme ça alors arrête de me mettre ça sur le dos!


Je commençais sérieusement à perdre ma patience et mon sang froid. Le temps pressait, mais il était trop absorbé par toute cette révélation qui ne valait même pas la peine que l’on en discute plus longuement.

- J’allais descendre quand tu m’as trouvé et …

Je baissai les yeux vers le sol, sachant pertinemment que peu importe ce que je dirais ne pourrais pas aider ma cause ou ni même lui faire voir qu’il y avait plus urgent à faire. Je savais qu’il s’était inquiété pour moi, je pouvais le comprendre. De mon côté, tout avait été si vite que je n’avais même pas eu le temps de réfléchir à quoi que ce soit. Mais nous étions ensemble maintenant et ce qu’il venait tout juste d’arriver était déjà du passé. Le mieux était de nous conserver en vie durant ces temps perturbés et de nous soutenir l’un l’autre et non pas à se prendre la tête pour des stupidités.

- J’ai même été jusqu’à demander à l’autre connard qui te tourne autour s’il savait où t’étais.

Je relevai lentement les yeux vers lui, fronçant légèrement les sourcils.
Oliver. Aucun doute qu’il parlait de lui.


- Oh t’en fais pas, je l’ai pas touché, il est toujours entier et si c’est pas le cas c’est pas de ma faute. Et toi pendant ce temps là t’étais au milieu du chaos, et si Jakob avait pas été là – encore une fois – tu serais où hein ?! Dans le même état que dans la cabane hurlante y a un an, voilà où tu serais ! Sauf que ça serait pas du flan cette fois et tout ça parce qu’une bande d’illuminés a décidé de défier l’autorité – enfin défier … c’est bien joli de faire les malins en douce surtout quand on voit le résultat – en poussant la chansonnette.

Le sort d’Oliver m’importait peu à cet instant précis. Après ce qu’il s’était passé quelques jours plus tôt dans ma chambre, je ne lui avais plus adressé la parole. Peut-être que ce n’était pas la bonne chose à faire, mais la manière dont il avait traité Enzo m’avait littéralement dégoûté et me forçait à le repousser davantage. Par contre, ce qu’Enzo venait de me dire me piqua directement au cœur, mais pas de la bonne manière : une once de colère s’élevait en moi. Oui Jakob avait été là pour me sauver (une fois de plus), mais je n’avais qu’une envie : lui hurler à la tête que lors de la première fois, ce n’était pas de ma faute si nous avions eu recours à lui. Pourtant j’empêchai les mots maudits de franchir le seuil de mes lèvres, sachant que ça n’allait qu’empirer les choses. Pourtant, me laisser faire ne m’enchantait pas non plus : nous avions tous les deux nos tords dans tout ceci et je n’aimais pas me faire passer pour l’idiot qui dépendait des autres.
J’ouvris tout de même la bouche, pour me défendre un minimum, mais je me fis interrompre :


- Vous pensiez quand même pas pouvoir vous cacher, si ? On peut pas dire que vous soyez très discrets si c’était le cas.

Je poussai un nouveau soupir, mais légèrement plus bruyant que le précédent.
Il fallait bien s’y attendre : tôt ou tard, on se ferait rejoindre par quelqu’un. Et il avait fallu que ce quelqu’un soit un supérieur. Comme si les choses n’allaient pas déjà assez mal comme ça. Et si moi je n’ai pas bougé (manque de réflexe ou trop en colère pour me rendre compte de ce qu’il se passait réellement), Enzo fut plus rapide, se plaçant aussitôt devant moi et me força à reculer jusqu’au mur qui se trouvait dans mon dos. Un sortilège lancé par l’homme éclaira l’endroit avant d’aller frapper quelque chose en bois qui se trouvait près de nous, qui, sous l’impact, explosa en petits morceaux. Cette fois, j’eus le réflexe de lever mes bras afin de mieux me protéger des éclisses qui retombaient un peu partout. Enzo ne perdit pas de temps avant de continuer l’affrontement avec le supérieur. S’emparant de l’épée que tenait l’armure tout juste à nos côtés, il défia l’homme.


- On peut pas se disputer tranquillement ici ? C’est pas le moment !

Puis, sans plus de cérémonie, il lança l’arme métallique de toutes ses forces qui assomma l’homme qui tomba aussitôt à la renverse. Les sourcils haussés, totalement surpris du geste de mon chéri, je le regardai s’éloigner de moi pour jeter un sortilège au supérieur qui était déjà sur le sol. Puis, il se pencha pour ramasser la baguette qui avait perdue son maître d’une manière lente. Je m’approchai légèrement en regardant de gauche à droite, me demandant si cet homme n’en n’avait pas amener d’autres avec lui.

- Et merde …

Mes yeux sont aussitôt revenus sur Enzo qui se retourna vers moi. Je vis la tache de sang qui prenait naissance sur son t-shirt blanc : il était visiblement blessé. Un morceau de bois était visible, expliquant ainsi la nature de sa blessure presque au niveau des cotes. Un frisson de panique mêlé à de la peur s’empara aussitôt de moi et j’accourrai vers lui tandis qu’il posait sa main près de son mal.

- Est ce que tu vois un inconvénient à ce qu’on continue de s’engueuler plus tard ?

J’ignorai totalement sa remarque, ayant les yeux posés sur la blessure plus qu’évidente. Elle n’était pas fatale, mais je me doutais que si on ne faisait pas vite quelque chose, ça pourrait vite tourné au drame. Et cette peur panique que je ressentais n’aidait en rien les choses : je devais rester calme, aussi bien pour lui que pour moi, mais je n’y arrivais pas. La colère que je ressentais à peine quelques secondes plus tôt, me semblait bien loin, beaucoup trop loin. Mes mains, soudainement tremblantes, se tendirent vers lui, ou plutôt vers le morceau de bois que je n’osais toucher de peur de lui faire davantage mal.

- Tu te sens d’attaque pour m’enlever ça ? Ça n’a pas l’air trop profond mais j’veux garder mes forces pour essayer de soigner ça magiquement si j’y arrive. En plus je tremble et tu seras surement plus délicat que moi, j’ai peur de faire plus de mal que de bien si je le fais moi même. Et … j’ai la tête qui tourne …
- Ça va, je vais m’en occuper. Repose-toi…


En fait, mes mains étaient tous aussi tremblantes que les siennes et la vue de ce sang (son sang) me chavirait complètement, mais je savais que c’était moi qui devais le faire. J’avais seulement peur de mal faire les choses et d’empirer son cas, mais qui d’autre pouvait nous aider en ce moment? Il s’était finalement accoté sur le mur le plus près avant de se laisser doucement glissé sur le sol et je l’ai suivi, m’accroupissant pour être encore à sa hauteur.

- Au fait, paraît que le directeur est mort, ce sont les tableaux qui l’ont dit. Je sais pas si c’est vrai mais Logan l’aurait tué. On a une demi heure devant nous pour foutre le camp, enfin si personne d’autre ne débarque. Vas-y, fais le si tu peux sinon j’me débrouillerai. Au pire laisse-moi deux minutes pour reprendre mes esprits et je laisse ça à sa place. Ça ne devrait pas m’empêcher de marcher.
- Shhhhh.


Relevant les yeux vers son visage, je posai mon index contre ses lèvres. Même si les informations qu’il me disait étaient très pertinentes, ce n’était peut-être pas tout à fait le moment d’en discuter. Sans doute que ça le calmait, l’incitait à penser à autre chose qu’à cette douleur qui devait lui être insupportable, mais étrangement, moi ça me rendait encore plus nerveux. J’avais besoin de concentration pour effectuer mon prochain mouvement et je savais que s’il continuait de parler, ça n’allait pas le faire.
Nous étions de nouveau plongés dans le silence (ou du moins le brouhaha me semblait venir de loin) et je regardai de nouveau cette blessure qui me fit avaler de travers. J’étais mort de trouille pour lui et quant à ce qui allait s’en suivre. Je pris une bonne inspiration, lâchai finalement ses lèvres pour descendre ma main jusqu’au morceau de bois que j’empoignai et je le regardai afin de savoir lorsqu’il serait prêt. Et dès qu’il me fit signe, je tirai d’un coup sec en ligne droite avant de lancer au bout de mon bras l’objet du mal aise avant de remettre aussitôt ma main sur la blessure afin qu’il perde le moins de sang que possible.


- Tu devrais t’allonger je crois… Ça ferait moins de pression et comme ça tu perdras moins de sang.

Parce qu’en effet, là, ce n’était pas gagné : à peine ma main était-elle à plat que je sentais le liquide chaud contre ma paume et ça m’alarmait davantage. Je l’aidai donc à descendre un peu plus, jusqu’à temps qu’il soit sur le dos et je soulevai délicatement son t-shirt pour pouvoir mieux constater les dégâts.
Ça paraissait beaucoup plus que ça ne l’était en réalité.


- Je ne sais pas jusqu’à quel point tu serais capable de te guérir, mais... Je t’assure que c’est pas si pire. La blessure ne m’a pas l’air très profonde…

Je ne savais pas si ce que j’avançais était vrai puisque je ne m’y connaissais absolument pas dans cette matière, mais l’entaille que je voyais semblait plus impressionnante qu’elle ne l’était en réalité. Ça saignait beaucoup, probablement à cause de l’endroit où elle était placée, mais autrement…
J’arrachai un bout du bas de mon t-shirt et je nettoyai du mieux que je pu la plaie afin qu’il est une meilleure visibilité sur la chose. Mes mains se trouvaient désormais tâchées de son sang, tout comme mon morceaux de vêtement, mais tout ceci me passait complètement par-dessus la tête, tout comme la conversation que nous avions eu quelques secondes plus tôt : je voulais simplement que cette blessure disparaisse et qu’il se porte mieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: [Event 20/07] Why did you hide this from me ? ▬ Kyle   Dim 29 Sep 2013 - 23:06

Je sais pertinemment que lui ne voit pas les choses comme moi, que là dessus on ne se comprendra sans doute jamais mais c'est comme ça. Pour lui ça n'est pas le moment alors que pour moi ils le sont tous. J'y ai peut être été un peu fort mais je suis resté fidèle à moi même et il ne pouvait pas en attendre plus ou moins de moi. Je sais qu'il le sait et même si ça l'énerve, même si on s'engueule, c'était inévitable parce que je ne veux pas prendre sur moi et tout laisser passer, c'est comme ça. Oui ça m'a blessé, ça m'a énervé, sa réaction ou plutôt son absence de réaction, et je n'ai pas envie de faire comme si tout allait bien, comme si ça n'avait pas la moindre importance parce que je l'ai déjà fait par le passé et je n'ai plus envie de ça. J'ai envie qu'il puisse lire en moi comme dans un livre ouvert, qu'il sache absolument ce qui me passe par la tête et qu'il comprenne que non, même s'il n'aime pas les conflits, je n'irai pas toujours dans son sens. On est deux, chacun nos états d'âmes, qu'il ne les exprime pas s'il le veut ça le regarde mais ça ne sera pas mon cas et il faudra bien qu'il s'y fasse. Ce qui est assez étrange c'est qu'il me semble qu'avant ça n'était pas comme ça, c'était même tout le contraire. Quand on s'est rencontré c'est moi qui ne parlait pas, et lui qui me poussait parfois à bout pour que je lâche prise et que j'explose. Aujourd'hui c'est devenu presque l'inverse. Alors quoi chéri, je parle trop ? Désolé. Ou pas. Je sais que toi t'aime pas ça quand ça prend ce genre de tournant mais tu le sais, je te l'ai déjà dit, moi ça ne me fait pas peur. Je trouve ça normal qu'on ne soit pas toujours d'accord sur tout, qu'on ne se comprenne pas toujours et non rassure toi je ne vais pas passer mon temps à te descendre en flèche, je sais très bien que ça sera vite passé mais c'est nécessaire pour moi et mon but n'est pas de te mettre au pied du mur ni même de te faire du mal. Loin de là. Je ne pouvais simplement pas prendre ça avec le sourire, et maintenant je me retrouve avec un truc coincé dans la chair qui commence à me faire tourner de l'œil. Pourtant tu vois, encore une fois, je n'arrête pas de parler. C'est normal, c'est toujours comme ça quand je suis nerveux et ...

« Shhhhh. »

Voici la version polie de Kyle Johnson pour dire : Ferme la Enzo Ryans. Est ce que je le prends mal ? Non, pas une seule seconde parce que je comprends parfaitement ses intentions. J'en ai vu d'autres, c'est vrai, et je ne suis pas un type tout à fait ordinaire, c'est vrai aussi, mais je suis bien loin d'être insensible pour autant et la douleur, la surprise, l'adrénaline, le choc, tout ça cumulé … c'est un peu beaucoup alors son doigt sur mes lèvres je me tais finalement et pose mes yeux dans les siens. Petit garçon sage et obéissant. T'as peur pour moi, j'le vois, et j'suis désolé. Je crois que c'est pas le pied tous les jours de sortir avec un Ryans, hein ? Peut être qu'un jour j'arrêterai de t'en faire voir de toutes les couleurs mais … j'en doute. Et c'est parti pour le show, serre les dents Enzo, et ferme les yeux. Un truc, il me faut un truc à serrer et ça ne sera certainement pas lui, j'ai trop peur de lui faire mal, de le briser. La baguette du type que je viens de mettre à terre, ça sera parfait. Les deux même puisque je les ai gardé. Une dans la main et l'autre entre les dents pour ne pas crier. Vas-y, fais ce que t'as à faire, ce que tu peux faire, je bouge pas. J'suis prêt.
Je l'étais c'est vrai mais en vérité on n'est jamais vraiment prêt pour ce genre de truc alors oui, les baguettes c'était une bonne idée. J'ai pu étouffer un cri qui comme ça n'aura alerté personne et l'autre s'est brisée entre mes doigts alors qu'il m'a retiré le morceau de bois du ventre dans un geste rapide et précis avant de poser sa main directement sur la blessure pour faire pression. Coup de chaud, clairement. Mon corps tout entier a commencé à me brûler, réaction normale j'imagine. J'ai gardé les yeux fermés un moment, le temps de reprendre mon souffle, tout en lâchant les deux baguettes, la tête appuyée contre le mur. Respiration rapide et aléatoire, rythme cardiaque calqué sur le même tempo.

« Tu devrais t’allonger je crois… Ça ferait moins de pression et comme ça tu perdras moins de sang. »

Pas un mot, pas une protestation, je me suis simplement laissé faire, guidé par lui et ses gestes. L'instant d'après j'étais étendu de tout mon long sur le sol et le contact de la pierre froide me faisait déjà le plus grand bien. Une de mes mains s'est posé sur la sienne, celle qui était sur la blessure, avant d'être dégagée dans un geste calme. Elle s'est reposé sur le sol, comme l'autre. A priori rien de bien méchant, je pense. J'espère parce que pour le coup ça n'est pas franchement le moment. Je veux qu'il soit en lieu sur, après je pourrais me vider de mon sang. Ressaisies toi Enzo.

« Je ne sais pas jusqu’à quel point tu serais capable de te guérir, mais... Je t’assure que c’est pas si pire. La blessure ne m’a pas l’air très profonde… »

Alliant le geste à la parole, même si je gardais les yeux fermés, j'ai compris qu'il déchirait un bout de ses vêtements pour le poser sur ma blessure et ça m'a vaguement rappelé quelques souvenirs pas si lointain que ça même si ça semble s'être passé il y a une éternité tant on a vécu de choses.

« Ça devrait aller, j'ai connu bien pire. Laisse moi juste deux secondes, le temps de retrouver mes esprits et que la douleur passe un peu, et je tente pour voir ce que je peux faire. »

...

« Ça me rappelle quand tu devais jouer les infirmiers avec moi en début d'année. »

Traduction : J'aime quand tu t'occupes de moi. Et d'accord, c'est surement pas le bon moment mais d'après moi, si, ça l'est toujours. Pour dire ce genre de choses je veux dire, ou les sous-entendre. Et évidemment que ça n'est pas un bon souvenirs pour pas mal de raisons mais il n'empêche que j'appréciai les moments pendant lesquels il était là, quand il m'aidait à changer mon pansement, à nettoyer la plaie que ce connard qui n'est plus depuis quelques semaines maintenant s'était amusé à me faire avec de l'argent sur le torse par l'intermédiaire de sa main à Lui. C'est du passé, c'est fini ce temps là, je ne veux garder que le meilleur et ne plus laisser le pire me détruire encore et toujours. Et je m'en fous du sang qui tache tes mains et les miennes, laisse moi te toucher, mêler tes doigts aux miens une seconde. Regarde moi.

« Je sais que je suis chiant mais je suis pas dans ta tête Kyle alors si t'exprime pas les choses je peux pas toujours les deviner. C'est juste que t'avais l'air tellement à l'ouest, comme si tu t'en foutais royalement, comme si rien n'était grave et que ça n'avait pas d'importance, d'une façon globale je parle – que ça soit pour le concert ou bien pour ce qu'il se passe actuellement – que ça m'a blessé. J'ai eu l'impression que tu t'en foutais un peu que j'aille bien ou pas, que ça m'affecte ou pas, que c'était comme ça et point, peu importe ce que je ressens. Tu comprends ? »

Ne fuis pas mon regard s'il te plait, énerve toi si tu veux mais ne me fuis pas.

« Excuse moi, j'ai pas été super tendre. »

J'ai eu peur, tout ça, enfin tu me connais de toute façon par cœur donc tu le sais tout ça. Je suis impulsif et souvent ça sort de façon assez violente. C'est pas une raison, pas une excuse, mais juste un fait. Je sais que tu comprends pas toujours ce côté là de moi parce que t'es pas comme ça mais contrairement au garçon que j'étais quand on s'est rencontré aujourd'hui j'ai besoin de dire les choses, de les exprimer, et j'ai parfois du mal avec le fait de ne pas avoir de retour ou bien que ça soit moins expressif de ton côté. Je fais avec mais parfois, dans une situation comme celle ci par exemple, et bien voilà … ça explose. Mets toi à ma place deux minutes, je viens de passer un moment horrible à ne pas pouvoir m'empêcher de penser que j'allais peut être te retrouver mort et quand je te retrouve enfin, bien vivant, t'as l'air limite blasé. Pour moi c'est comme si je m'étais pris un mur en pleine gueule et à pleine vitesse, c'est tout. Et ça j'ai besoin que tu le saches, que tu t'en rendes compte et surtout que tu comprennes. Je ne te demande pas de changer, juste de m'écouter pour comprendre ce qu'il s'est passé dans ma tête.

« T'avais tes raisons de ne pas m'en parler et même si je comprends pas vraiment, c'est bon, j'enregistre et je t'emmerderai pas avec ça. »

Dossier classé si tu veux, au moins tu sais ce que j'en pense. On n'en parle plus si c'est ce que tu souhaites.

« Bon aller, au boulot. »

Parce que rester ici ça n'est clairement pas une bonne idée même si on est à l'abri des premiers regards. L'autre ne va pas rester stupefixé éternellement et on n'est pas à l'abri d'une autre visite alors je dois réagir et vite. Je me suis donc redressé jusqu'à m'asseoir, non sans mal, une main posée sur la blessure et ma baguette dans l'autre. Je me suis concentrée, j'ai fait appel à mes souvenirs des colles de Logan. C'est lui qui m'a appris presque tout ce que je sais en matière de magie réparatrice parce qu'on a posé les bases dès le début lui et moi. Je ne voulais pas de magie susceptible de me rendre encore plus dangereux, au contraire. On a donc basé l'apprentissage en grande partie sur ça même si j'ai appris beaucoup d'autres choses, plus offensives. Un sortilège prononcé, une lueur magique, un picotement. J'ai grimacé, la plaie s'est en partie refermée. Pas totalement mais suffisamment à mon goût. Je ne peux de toute façon pas faire mieux, je le sais.

« Ça devrait aller, je cicatrice vite de toute façon. J'irai faire un tour chez Max et Takuma plus tard si j'en ai l'occasion. »

Maintenant il faut partir. J'ai essayé de me relever, il m'a aidé et une fois sur mes deux jambes j'ai vacillé un peu mais j'ai réussi à trouver mon équilibre.

« Merci. »

Pour ça et pour m'avoir aidé à enlever ce truc qui est je ne sais trop où maintenant. Peut être qu'il reste encore des petits morceaux dans ma chair mais mon organisme les rejettera de lui même. Et tu sais ce que ça me coûte de me montrer dans un tel état de faiblesse, je déteste ça, mais avec toi c'est différent. Dire que je suis à l'aise avec ça serait mentir mais … c'est toi, alors c'est rien ou presque. On s'est donc remis en marche, au début j'étais un peu hésitant mais ma force de caractère a fait le boulot et bien que je me tienne un peu le ventre par réflexe, tout en essayant de cacher le sang – peine perdue pour moi comme pour lui – la douleur n'étais plus aussi vivace. On a rasé les murs, direction les escaliers pour descendre encore un peu plus bas, tout semblait plus ou moins calme, les bruits étaient lointain, ...

« Attends ... »

Une présence. Quelque chose de familier sans trop savoir ce que c'était, et cette petite silhouette qui est sorti de l'ombre et qui s'est précipité vers moi jusqu'à enroulé ses bras autour de ma taille parce que c'est tout ce qu'elle pouvait attraper vu sa hauteur.

« Enzo ! »

Ça m'a surpris, clairement, et pendant un quart de seconde j'ai ressenti le besoin de me dégager mais je n'ai rien fait en ce sens. Aurore, la petite – première année si je ne me trompe pas – que j'ai trouvé il y a quelques semaines, seule et blessée, recroquevillée dans un coin, et que j'ai emmené à l'infirmerie. Le courant était bien passée, ça m'a fait flippé, ça a pas mal fait rire Max et Takuma, et la voilà de nouveau accroché à moi. Sans trop savoir pourquoi j'ai évité le regard de Kyle, j'ai dégagé Aurore de moi, me suis tenu le ventre pour m'accroupir afin de me mettre un peu plus à son niveau. Elle pleurait, avait l'air terrorisée.

« Hey, qu'est c'que tu fais là toute seule toi ? C'est une habitude chez toi ou quoi ? »
« J'ai perdu ma sœur … Je … Je sais pas où elle est. J'ai peur. »
« Ça va aller, d'accord ? Tu vas rester avec nous et on va se mettre à l'abri. Dès que ça se sera calmé on essaiera de trouver ta sœur. Comment elle s'appelle ? »
« Loreleï. Elle a 20 ans, c'est une Serdaigle. »

Inconnue au bataillon mais c'est enregistré. Avoir une enfant avec nous, je le sais, c'est un danger potentiel en plus et j'aurai sans doute du consulter Kyle avant de prendre la moindre décision mais … on ne peut quand même pas l'abandonner là, si ? A ce moment là je me suis relevé et j'ai cherché son regard, à lui, comme une sorte d'approbation, jusqu'à ce que la voix de la petite m'interpelle à nouveau. En croisant ses yeux j'ai remarqué son air horrifié.

« Tu saignes ... »

Elle a fait un pas en arrière, visiblement terrorisée par la tâche rouge sur mon T-shirt.

« Non, non. C'est rien. J'ai juste taché mon T-shirt. Tout va bien. »

Plus ou moins … Peu importe. Elle m'a semblé analyser la situation, hésiter un instant et puis finalement j'ai compris que c'était bon, les conditions étaient acceptables pour elle. Si jeune et déjà si exigeante, les femmes … Quoi ?! C'est un fait, j'invente rien. Et pour la première fois depuis le début de cette rencontre elle a tourné les yeux un peu plus franchement vers Kyle.

« C'est qui lui ? »

Et bim ! Charmant.

« C'est Kyle, mon copain. Il est gentil, il te fera pas de mal c'est promis. Tu viens ? »

L'explication a semblé lui convenir et deux secondes plus tard je la tenais par un bras comme je l'avais déjà fait quelques semaines plus tôt, du côté opposé à ma blessure, en faisant attention tout de même mais vu le poids plume ça n'était pas vraiment un problème. Cette gamine est un modèle réduit. Elle me connait, un peu, ma présence la rassure, alors si je peux aider … A mon tour de me tourner vers lui.

« J'te présente Aurore, une demoiselle qui aime bien se cacher dans des p'tits coins où personne – ou presque – ne peut la trouver. »

Et ne me regarde pas comme ça … Je sais, j'ai un gosse dans les bras et je parle comme un demeuré pour qu'elle soit à l'aise mais … chut, ne dis rien. J'suis suffisamment pas trop à l'aise de mon côté avec ce truc. Les enfants, le fait que j'arrive à la calmer, etc … C'est … flippant. BREF ! Situation de crise, on y va, c'est pas négociable, et j'veux rien entendre ! Comment ça je fuis ? C'est faux. En tout cas j'ai raffermis ma prise sur elle qui s'accrochait à mon cou alors que je la tenais sur le côté, ses jambes de chaque côté de moi, une devant, une derrière, et de ma main libre j'ai attrapé celle de Kyle et on s'est mis en route.

« Est ce que toi aussi t'es chaud ? Il m'a dit que c'était parce que les garçons sont plus chaud que les filles. »

Les enfants sont formidables … Aurore, t'es mignonne mais … j'ai juste envie de me mettre la tête dans le mur là. En plus sorti de son contexte je pourrais limite passer pour un pédophile. Et pourquoi je pense à ça moi ? Arg. Jamais de la vie. En plus j'aurai pensé qu'elle avait compris depuis vu qu'à l'infirmerie je ne me suis pas caché pour parler de ma particularité avec les gars mais visiblement c'est pas le cas. J'ai écrasé le coup, un peu nerveux, pas trop à l'aise, avant de me pencher vers Kyle pour lui murmurer un semblant d'explication à l'oreille.

« La dernière fois elle m'a demandé pourquoi j'étais aussi chaud, j'voulais pas lui faire peur en lui disant que j'étais pas tout à fait normal alors j'ai balancé le premier truc qui m'est venu à l'esprit. J'te raconterai plus tard. »

Hop, voilà comment couper court à une conversation et s'il te plait Aurore, ne le touche pas, parce que ce type est l'exception à la règle. C'est le seul gars que j'ai touché avec autant de … proximité mais à ma connaissance le seul qui soit aussi froid. Mon p'tit glaçon à moi. Non j'suis pas cucul et j'vous emmerde. En tout cas tout ça a fini par me faire sourire, sourire que j'ai perdu quand au détour d'un couloir mes yeux sont tombés sur une nouvelle silhouette. Je l'ai reconnu aussitôt tant elle, ou plutôt il, est resté gravé dans ma mémoire même si pendant quelques minutes il m'était totalement sorti de l'esprit. Je ne connais pas son prénom et ça me va très bien comme ça. Il était là, seul, déambulant, l'air hagard, et sans trop savoir pourquoi je me suis arrêté. Je n'ai pas pu m'empêcher de ressentir un soupçon de … colère ? Pas vraiment. De l'animosité, de l'animalité. J'ai retenu un grondement dans le fond de ma gorge et une fois certain qu'il ne sortirait pas j'ai réussi à parler normalement bien que ma voix soit un peu plus rauque que d'habitude.

« Dis lui de venir avec nous si tu veux. Il va avoir des problèmes s'il reste tout seul et que quelqu'un lui tombe dessus. »

Non évidemment que non ça m'enchante pas mais je ne suis pas un monstre, pas tout le temps, et j'ai pas spécialement envie qu'il se fasse tuer même si je ne peux pas l'encadrer. En plus de ça, même si j'aime pas vraiment l'idée, je me dis qu'il est peut être important pour Kyle, que c'est son ami ou je sais pas quoi alors … C'est pas à moi de prendre la décision mais au moins il sait que ça me pose pas – trop – de problème. Et non j'vais pas en profiter pour lui en coller une, ça va ! Pas devant la p'tite. Faut juste pas qu'il pose ne serait-ce que le petit doigt sur MON mâle, c'est tout. Et qu'il tienne sa langue, en tout cas qu'il fasse gaffe à ce qu'il dit, sinon je le balance du haut d'une tour. Non, je ne ferai pas ça ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: [Event 20/07] Why did you hide this from me ? ▬ Kyle   Dim 27 Oct 2013 - 4:32

Encore une fois, il fallait que l’on se retrouve dans une situation impossible tous les deux. Le mauvais karma semblait vouloir nous poursuivre comme la peste et je commençais sincèrement à être désespéré de tout ceci. Bien entendu, ce qu’il se passait là semblait être inévitable et ce, pour tout le monde. Normalement, ça aurait peut-être dû me rassurer, mais au contraire : j’ignorais comment tout allait se terminer et franchement, ça me faisait plus peur qu’autre chose. Comme à mes bonnes habitudes, de l’extérieur, je n’avais l’air de rien. Ce calme olympien ne semblait pas me quitter, je ne paniquais pas outre mesure, mais à l’intérieur, c’était l’incompréhension la plus totale et j’étais mort de peur. J’avais finalement réussi à retrouver Enzo (ou était-ce lui qui m’avait trouvé? disons que tout c’était fait en même temps) et nous étions parti à nous disputer pour un petit rien du tout. Enfin, de mon côté ce n’était rien, mais ce n’était pas le cas du sien : c’était une montagne gigantesque qui valait la peine que je mérite un déferlement de colère qui remontait jusque dans le passé. Nous n’avions pas le temps, nous étions à cours, mais il ne semblait pas vouloir entendre raison, ce qui poussa la chose à l’extrême : une attaque inattendue. Une bien triste surprise que j’aurais préféré ne jamais avoir, mais dans une situation pareille, il fallait s’attendre à tout, surtout à ce qu’un « méchant» nous tombe dessus. Et comme dans tout bon scénario, il devait s’en prendre à l’un de nous et il devait forcément y avoir un blessé : ce fut Enzo. Comme à chaque fois. Parce qu’il s’était jeté devant moi, sans probablement se souvenir que Jakob m’avait envoyé un sortilège de protection avant que je ne sorte de la salle sur demande. J’ignorais combien de temps la magie aurait effet sur moi, peut-être que je ne me trouvais déjà plus protégé, mais quoi qu’il en soit, il n’avait pas hésité à se mettre devant ma personne. Il s’était plutôt bien défendu et tout aurait été parfait si cette fichue éclisse de bois ne s’était pas retrouvée à l’intérieur de son corps en deux temps, trois mouvements. Bien entendu, je me devais de la retirer, chose qui n’était pas facile, mais que je devais pourtant faire avant que son état ne s’aggrave. La vue de tout ce sang ne m’emballait pas tellement et encore moins le fait de le savoir en danger. C’est pourquoi je le fis taire d’un simple geste, amassai tout mon courage et retirait l’objet de bois avant de me concentrer un peu plus sur la plaie ouverte. J’étais encore plus inquiet que je ne l’étais il y avait à peine quelques secondes, surtout que je ne connaissais absolument rien du monde médical. À vue de nez, ça ne me semblait pas trop mal, mais qui étais-je pour faire de telles avancées? La blessure était maintenant nettoyée (du moins, il n’y avait plus trop de sang autour) et… Je ne pouvais faire plus.

J’attendais désormais son verdict pour savoir s’il pouvait faire quelque chose concernant son état.


- Ça devrait aller, j'ai connu bien pire. Laisse moi juste deux secondes, le temps de retrouver mes esprits et que la douleur passe un peu, et je tente pour voir ce que je peux faire.

J’hochai simplement la tête, rebaissant les yeux vers la plaie qui semblait vouloir déverser encore quelques gouttes de sang que j’essuyai aussitôt.

- Ça me rappelle quand tu devais jouer les infirmiers avec moi en début d'année.

Un vague sourire apparut sur mon visage à ce souvenir. Les blessures laissés par l’argent, comment oublier cette époque… Il avait tant souffert et j’avais eu tellement peur de le perdre que je…
J’arrête de penser à ces horribles images quand ses doigts se mêlent aux mieux. Beurrés de sang. De son sang. Mes yeux se posent aussitôt sur son visage.


- Je sais que je suis chiant mais je suis pas dans ta tête Kyle alors si t'exprime pas les choses je peux pas toujours les deviner. C'est juste que t'avais l'air tellement à l'ouest, comme si tu t'en foutais royalement, comme si rien n'était grave et que ça n'avait pas d'importance, d'une façon globale je parle – que ça soit pour le concert ou bien pour ce qu'il se passe actuellement – que ça m'a blessé. J'ai eu l'impression que tu t'en foutais un peu que j'aille bien ou pas, que ça m'affecte ou pas, que c'était comme ça et point, peu importe ce que je ressens. Tu comprends ? Excuse moi, j'ai pas été super tendre.

Tellement différents et pourtant tellement complémentaires…
Parfois, on réussissait à se comprendre d’un simple regard et d’autres fois, il fallait apposer des mots. Autant de mon côté que du sien. Le problème était que ce n’était jamais dans les mêmes moments. Dans ces cas là, il fallait s’expliquer ou autrement, ça partait dans tous les sens et… Ce n’était pas vraiment souhaitable.


- T'avais tes raisons de ne pas m'en parler et même si je comprends pas vraiment, c'est bon, j'enregistre et je t'emmerderai pas avec ça.
- C’est juste que…


Je poussai un petit soupir. Revenir sur la question du pourquoi je lui avais « caché » le concert, je n’en n’avais pas vraiment envie. Je lui avais expliqué les raisons qui m’avaient poussé à agir ainsi et sincèrement, qu’il ne comprenne ou pas, c’était un peu le moindre de mes soucis. Peut-être que c’était égoïste, mais c’était derrière nous tout ça et puis après tout, moi aussi j’avais droit à une vie en dehors de celle que je partageais avec la sienne. Je savais qu’il avait ses amis et qu’il faisait sans doute des trucs dont il ne me disait pas tout et c’était très bien comme ça. Je considérais donc les choses comme à peu près pareil : j’avais une amie qui m’avait invité, elle voulait garder ça secret, ce que j’avais respecté. Point final.
Pour le reste…


- Je m’excuse aussi. C’est vrai que j’ai eu l’air d’agir comme si tout ça ne me faisait rien, mais tout est arrivé si vite là-haut que… Je crois que je ne réalisais pas vraiment ce qu’il se passait. D’une seconde à l’autre, tout a basculé tellement drastiquement qu’il a fallu que je laisse mon instinct de survie prendre le dessus. Mais je ne me foutais pas de ton sort et je pensais encore moins que tout ceci n’avait pas d’importance. Je crois simplement que j’ai eu peur, vraiment peur, mais que je n’ai rien montré. Que j’ai gardé mon calme, comme d’habitude, mais à l’intérieur… D’ailleurs, j’ai toujours cette impression d’être dans un rêve et que je vais me réveiller d’une seconde à l’autre en voyant que tout ça est un cauchemar. Je sais bien que ce n’est pas vrai, mais… Enfin… Je suis désolé aussi que tu te sois fait un sang d’encre pour moi et que tu as du faire tout le quatrième pour tenter de me retrouver. Je te jure que je ne savais pas ce qui allait se passer et que mes intentions n’ont jamais été de te cacher quoi que ce soit. Penses-tu vraiment que j’y serais allé si j’aurais su que les supérieurs allaient débarqués comme ça et se mettre à tuer tout le monde? Tu me connais mieux que ça Enzo. Je ne cours pas après le danger ici : c’est plutôt lui qui semble se mettre en travers de ma route. Je sais que ma « condition » n’aide à rien, mais franchement… La fille qui m’a invitée est elle-même moldu alors je me suis dit que… Bref.

Je ne savais pas m’exprimer plus clairement et de toute manière, nous devions y aller. Nous n’étions absolument pas en sécurité ici et plus tôt nous trouverions une meilleure cachette, mieux ce serait.
Et je pense que cette même idée lui avait traversé l’esprit.


- Bon aller, au boulot.

Il a entreprit de s’asseoir et je l’ai aussitôt aidé, lui lâchant la main pour lui soutenir le dos grâce aux miennes. J’ai ensuite attendu quelques secondes pendant qu’il semblait se concentrer, puis, une petite lumière apparue au bout de sa baguette pour aller s’éteindre directement sur sa blessure. Les yeux de nouveau sur sa plaie, je me suis rapidement rendu compte que celle-ci c’était presque toute refermée, ce qui éviterait les futurs saignements. Je ne savais pas comment il se sentait physiquement, mais quoi qu’il en soit, ça paraissait encore moins grave que ce ne l’était au départ.

- Ça devrait aller, je cicatrice vite de toute façon. J'irai faire un tour chez Max et Takuma plus tard si j'en ai l'occasion.

J’acquiesçai, même si j’aurais souhaité que l’on retrouve l’infirmerie tout de suite. Sans doute qu’ils étaient débordés ou peut-être même qu’ils n’étaient pas là : difficile de savoir. Je l’ai aidé à se remettre sur pied, après quoi il m’a remercié et je lui ai souris. On s’est ensuite remis en route et je marchai à son rythme : vu sa blessure, il ne semblait pas trop sûr, mais au bout d’un petit laps de temps, il semblait aller plus vite. Je le suivais alors que l’on se tenait plus près des murs, question d’éviter de nouvelles surprises et alors que l’on s’approchait des escaliers, il s’arrêta subitement.

- Attends ...

Je m’arrêtai à mon tour en le regardant, me demandant ce qu’il se passait.
Sentait-il quelque chose de familier…?
Et tout d’un coup, semblant sortir de nulle part, une jeune fille sortie de la pénombre avant de courir directement vers Enzo, enroulant ses bras autour de lui. J’haussai les sourcils, surpris de cette présence et de ce geste qu’elle avait eu envers lui : ils se connaissaient…?


- Enzo !
- Hey, qu'est c'que tu fais là toute seule toi ? C'est une habitude chez toi ou quoi ?
- J'ai perdu ma sœur … Je … Je sais pas où elle est. J'ai peur.
- Ça va aller, d'accord ? Tu vas rester avec nous et on va se mettre à l'abri. Dès que ça se sera calmé on essaiera de trouver ta sœur. Comment elle s'appelle ?
- Loreleï. Elle a 20 ans, c'est une Serdaigle.


Je les regardai durant un bref instant, me disant qu’on ne pouvait pas l’abandonner. Ils semblaient se connaître, mais pour l’instant, l’explication me passait un peu par-dessus la tête. Le temps pressait encore et le fait qu’elle soit là avec nous semblait me presser davantage. Nous semblions désormais être responsables de la petite et il ne fallait surtout pas qu’il lui arrive un malheur. Enzo se releva et me regarda, comme s’il attendait une approbation de me part. Pour toute réponse, j’hochai de nouveau la tête : bien sûr qu’elle venait avec nous.

- Tu saignes ...
- Non, non. C'est rien. J'ai juste taché mon T-shirt. Tout va bien.


Elle tourna les yeux vers moi et je lui fis un petit sourire qui se voulait rassurant.

- C'est qui lui ?
- C'est Kyle, mon copain. Il est gentil, il te fera pas de mal c'est promis. Tu viens ?


L’instant d’ensuite, elle se retrouvait dans les bras d’Enzo et j’haussai de nouveau les sourcils, encore surpris. C’était… Une assez drôle d’image. Pas que c’était déplaisant, mais… Je ne l’avais jamais vraiment vu avec des enfants auparavant et étrangement… Il semblait avoir « le tour », c’est-à-dire qu’il semblait vraiment les apprécier et savoir les apprivoiser, leur parler. De mon côté, ils me rendaient assez mal à l’aise, mais je tentai de ne pas trop le démontrer, ne voulant pas effrayer davantage la jeune demoiselle qui nous accompagnait désormais.
Il se tourna vers moi.


- J'te présente Aurore, une demoiselle qui aime bien se cacher dans des p'tits coins où personne – ou presque – ne peut la trouver.
- Salut Aurore. Je suis bien content de te connaître, fis-je avec un nouveau sourire.


J’étais surtout heureux que personne ne soit tombé sur elle avant nous. Il était vrai que Poudlard avait d’assez jeunes élèves et qu’ils étaient aussi dans cette situation tordue. Je n’y avais pas vraiment réfléchi jusqu’à maintenant, mais… C’était assez injuste pour eux. Comment arriveraient-ils à se défendre autrement que par les cachettes? Et encore là, je supposais que les supérieurs faisaient tout pour les découvrir ces fameuses cachettes. Vraiment dégueulasse.
La main libre d’Enzo a glissé dans la mienne et on s’est de nouveau mis en route, avec la petite. Je ne savais pas où l’on se rendait, mais je suivais le guide : je faisais entièrement confiance à mon copain.


- Est ce que toi aussi t'es chaud ? Il m'a dit que c'était parce que les garçons sont plus chaud que les filles.

J’eus les yeux ronds, ne sachant pas vraiment quoi répondre à cette question « piège ».
Une des raisons de pourquoi ils me rendaient mal à l’aise : cette manière de toujours poser des questions inappropriés et ce, peu importe les circonstances. Je sentis la bouche d’Enzo près de mon oreille.


- La dernière fois elle m'a demandé pourquoi j'étais aussi chaud, j'voulais pas lui faire peur en lui disant que j'étais pas tout à fait normal alors j'ai balancé le premier truc qui m'est venu à l'esprit. J'te raconterai plus tard.
- Anh… Hum non, moi je suis très froid. Ça doit être parce que je suis un moldu…


Complètement stupide, mais sans doute qu’elle goberait ça, comme les enfants gobaient n’importe quoi. Ça, c’était le bon côté des choses.
Nous arrivions au détour d’un couloir lorsque nous vîmes quelqu’un d’autre. Mon premier réflexe fût de m’arrêter et lorsque je reconnus le visage de celui qui nous faisait face, je poussai un petit soupir de soulagement. Il s’agissait d’Oliver. Ce n’était pas que j’étais spécialement heureux de le voir, surtout que je ne comprenais pas ce qu’il faisait au septième, mais je préférais lui qu’un supérieur. Je sentis Enzo se raidir à mes côtés et je me disais que plus la soirée allait, pire c’était.


- Dis lui de venir avec nous si tu veux. Il va avoir des problèmes s'il reste tout seul et que quelqu'un lui tombe dessus.

Je posai brièvement les yeux sur Enzo, surpris d’une telle offre de sa part, mais en même temps, l’heure était si « grave » que… Il fallait savoir faire des concessions. Et encore un hochement de tête de ma part.

- Tu peux venir avec nous si tu veux, Oliver.
- Vous allez où?
- Sûrement en vers le bas… On va essayer de trouver un endroit où se cacher en attendant que ça se calme.


Il eut un mouvement de tête, puis nous repartîmes. Instinctivement, ma main se serrait dans celle d’Enzo. Comme si je voulais lui prouver que j’étais à lui et que la présence d’Oliver ne changeait rien. Mais en même temps, je voulais prouver à Olivier qu’Enzo était celui que j’aimais. Je ne sais pas, c’était assez étrange comme sensation. Surtout que je sentais le regard persistant du non magicien sur nous deux, comme s’ils nous jugeaient du regard ou je ne sais quoi. La petite Aurore était devenue soudainement silencieuse et pour une fois, j’aurais aimé qu’elle nous parle encore de chaleur. Après, ce n’était peut-être pas une bonne idée vue la nouvelle présence que c’était jointe à nous, mais au moins, ça aurait enlevé un peu la tension qui s’installait entre nous trois. Nous arrivâmes finalement dans les escaliers et étrangement, tout me semblait déjà plus calme : un brouhaha un peu lointain et personne à l’horizon. Soit ils s’étaient tous planqués, soit ils étaient tous morts. Je restai quand même prudent, scrutant les environs alors que je sentais toujours mon chéri assez tendu. Je tâchai toutefois d’en faire abstraction, me concentrant sur le moment présent, sur ce qui était le plus important : notre sécurité. Nous descendîmes ainsi, doucement, durant quelques étages lorsque nous croisâmes finalement deux étudiants qui semblaient légèrement amochés, mais qui tenaient bon.

- Allez dans la grande salle. Tout le monde se rassemble là-bas. Vous avez vu d’autres personnes?
- Personne depuis qu’on descend du septième en tout cas.
- Bon… Merci.


Ils continuèrent de monter et je regardai Enzo un instant.

- On devrait s’y rendre. Peut-être que la sœur d’Aurore se trouve là-bas.

En accord commun, nous continuâmes de descendre jusqu’à atteindre le rez-de-chaussée où il semblait y avoir beaucoup plus d’action : plusieurs personnes étaient déjà présentes, semblant arriver de partout. Certains semblaient totalement paniqués, cherchant quelqu’un en appelant un prénom alors que d’autres se réjouissaient de s’être déjà retrouvés. Je sentis Oliver passer à côté de moi, m’offrir un dernier regard avant de s’engouffrer dans la grande salle. D’un signe de tête, je désignai la pièce à Enzo, question que l’on s’y rendre à notre tour : si ça se trouvait, tous nos amis étaient déjà là. Du moins, je l’espérais…

Il nous fallu plusieurs minutes, mais nous retrouvâmes finalement la grande sœur d’Aurore ainsi que la grande majorité de nos amis qui, étonnamment, étaient tous intacts : quelques blessures ici et là, mais ils allaient tous bien. Un véritable miracle.



HRP:

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16958
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr ▬ Signature (c) Myuu.BANG!
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: [Event 20/07] Why did you hide this from me ? ▬ Kyle   Lun 28 Oct 2013 - 13:35

Incompréhension. On ne se comprend pas, c'est comme ça. C'est vrai que j'ai perdu mon calme et que comme souvent – pour ne pas dire toujours – j'ai laissé mes émotions prendre le dessus sans pouvoir – et peut être sans le vouloir, je n'en sais trop rien – les empêcher de s'exprimer ou en tout cas de s'extérioriser. Ceux qui me connaissent vraiment – et c'est son cas bien sur – savent pertinemment que ça n'est jamais une bonne chose quand j'en garde trop pour moi, alors certes sur le coup ça n'est pas vraiment agréable mais c'est toujours mieux que de garder ça jusqu'à l'implosion, voir l'explosion. J'ai dit les choses telles que je les pensais, comme je les avais sur le cœur, et il en a fait de même. J'ai bien senti la part d'agacement qui s'est manifesté chez lui quand j'ai remis le sujet sur le tapis mais il ne s'est pas défilé pour autant. Était-ce pour avoir la paix ou pour me faire plaisir et me balancer ce que je voulais entendre histoire d'en finir avec cette histoire le plus rapidement possible ? Je ne peux pas le nier, l'idée m'a traversé l'esprit. Je ne suis pas d'un naturel rancunier, je passe rapidement à autre chose et quand bien même je n'oublie pas, disons que j'ai le pardon facile avec les gens que j'aime même si cette situation ne requière pas vraiment de … comment dire ça … Disons que dans le fond ça n'est pas si grave. Sur le coup ça m'a énervé c'est vrai, ça m'a blessé aussi, qu'il ne m'ait pas parlé de ce truc mais avec le recul, une fois calmé, je comprends et je ne lui en veux pas vraiment. Pour ce qui est de son manque de réaction je sais que je devrais m'y être habitué depuis le temps mais je ne crois pas que ça arrivera un jour. J'ai beau savoir – et ne pas douter une seule seconde – qu'il m'aime, qu'il s'inquiète pour moi, etc … Je ne me ferai jamais à ce côté « insensible » qu'il peut parfois montrer. Je sais bien que je devrais être un des mieux placé pour savoir qu'on ne juge pas un livre à sa couverture mais c'est plus fort que moi, l'absence de démonstration m'affecte. Quoi qu'il en soit dans cette histoire il n'y a pas vraiment de fautif, juste deux tempéraments différents mais qui s'accordent pourtant la plus part du temps. La gestion de crise je sais faire, quand c'est une question de vie ou de mort – ce qui est un peu le cas je dois bien le dire mais malgré cette dispute d'apparence insignifiante je peux tout de même me « venter » d'avoir réussi à neutraliser l'ennemi même si je ne m'en sors pas tout à fait indemne – mais ça … ce clash entre nous, je crois que ça nous dépasse tous les deux. Ça peut paraître stupide que de telles choses nous désarçonnent après tout ce qu'on a vécu mais pourtant c'est comme ça. A force de se concentrer sur le pire, on n'a jamais vraiment pris le temps de faire face à ce genre de conflits et étant coupés du monde presque toujours depuis le début de notre histoire je crois qu'il nous faut juste un peu de temps pour s'habituer à tout ça, au fait que nous ne sommes pas que deux mais qu'il existe bien un monde autour de notre bulle et que l'un comme l'autre évoluons avec et même à l'intérieur. On apprendra, on trouvera nos marques, je ne me fais pas trop de soucis là dessus. Ou peut être que si, j’en sais trop rien. Et si ça ne fonctionnait pas ? On a beau vouloir être au pays des Bisounours, j’ai beau être quelqu’un de très affectif, je ne me voile pas la face pour autant. Je l’aime, comme un dingue, et je sais que c’est réciproque mais parfois ça ne suffit pas toujours. Enfin ça n’est pas vraiment la question pour le moment.

Quoi qu'il en soit l'orage semble passé ou en tout cas mis de côté pour l'instant. En général quand je dis quelque chose je m'y tiens donc si le sujet doit être remis sur le tapis encore une fois ça ne sera pas par moi et je doute que ça vienne de lui également donc je suppose qu'on peut dire que c'est réglé. On passe à autre chose, à … plus grave : Se sortir d'ici. Je le conçois, je n'ai pas choisi le meilleur moment pour une dispute conjugale mais je suis comme ça : Sanguin, impulsif, etc … avec tout ce que ça implique et je peux comprendre qu'il ait eu envie de m'assassiner sur le champ parce que c'est vrai que dans l'idéal on aurait très bien pu en parler après s'être vraiment mis à l'abri. Ce qui m'aurait évité un nouveau trou, soit dit en passant. Je vais finir par devenir une vraie passoire à force mais ça n'est pas le sujet et puis de toute façon mon système immunitaire, la Lycanthropie et la Magie m'empêchent d'être percé et marqué de partout. Des cicatrices apparentes et qui resteront toute ma vie je n'en ai que deux : Celle de la morsure de Taylor sur mon mollet – la simple évocation de ce type me donne des envies meurtres mais passons – et l'ensemble de marques qui se trouvent sur mon torse, du côté de mon cœur. Malheureusement Kyle ne peut pas en dire autant et j'ai toujours du mal à me faire à l'idée que je suis responsable – au moins en partie – de plus de la moitié des traces qu'il porte sur la peau. C'est comme ça, on fait avec et ma culpabilité ne les effacera pas. Et puis ça n'est tout simplement pas le moment de penser à ça mais comme d'habitude je me perds dans mes pensées et je m'en vais très loin. Peut être que si je fais ça c'est pour éviter de me focaliser sur le visage que j'ai en face de moi … Enfin, en face … Non, parce que clairement je ne le regarde pas. Je veux bien faire des efforts et être le plus raisonnable et juste possible mais il ne faut pas trop m'en demander. Je sais, je le sens, que ce type tourne autour de Kyle et si par le passé j'ai pu réagir de manière totalement stupide à cause de ma possessivité et ma jalousie maladive il se trouve que pour cette fois c'est justifié. Je prends sur moi mais ne me demandez pas d'être aimable ni même d'avoir le moindre contact avec lui, c'est au dessus de mes forces si tout le monde veut que ça se passe bien. L'ignorer, voilà la meilleure chose à faire mon point de vue. Ce qui bien évidemment est beaucoup plus simple à dire qu'à faire. Ses mots résonnent encore dans ma tête et croyez moi, la moindre petite étincelle pourraient raviver le brasier instantanément. Selon lui je ne mérite pas Kyle, mais qui est-il pour avancer un truc pareil ? Si quelqu'un peut juger de ça c'est l'Américain qui me tient la main actuellement et qui ne la lâche pas. Lui et lui seul, et surtout pas cet … ce … lui. Dans mes bras Aurore ne bouche pas, elle observe, et moi je tente de me focaliser sur la connerie que lui a sorti mon homme pour répondre à sa question de tout à l'heure, histoire de sourire, au moins à l'intérieur. Est ce qu’elle a gobé un truc pareil ? Permettez moi d’en douter et ça « m’amuse » d’autant plus. Les Moldus, plus froid … c’est pas bien de raconter n’importe quoi aux enfants pour se sauver la mise Johnson, et ne dis pas que j’ai fait pareil parce qu’il y a quand même une part de vérité dans ce que je lui ai dit : Les garçons sont en général plus chaud que les filles, c’est une science presque exacte ! Et oui, on se change les idées comme on peut.

« Tu peux venir avec nous si tu veux, Oliver. »

Oliver … La menace a désormais un nom, une identité … Je crois que je préférai avant, quand je ne pouvais  - et ne voulais pas surtout – le personnifier, mais soit. C'est un être humain, ça j'en ai toujours eu conscience et c'est déjà pas mal. Je savais qu’en proposant à Kyle de lui dire de venir avec nous il serait susceptible d’accepter alors je ne vais pas me plaindre si c’est ce qu’il choisi de faire, non, je vais simplement essayer de continuer à ignorer sa présence.

« Vous allez où ? »
« Sûrement en vers le bas… On va essayer de trouver un endroit où se cacher en attendant que ça se calme. »

J'ai laissé Kyle gérer, c'était la meilleure chose à faire, mais quand on a repris notre route et que par conséquent j'ai deviné que l'autre nous suivait effectivement – non je n'ai pas grimacé, ou peut être un peu – j'ai senti la main de ma moitié se serrer plus fort autour de la mienne. J'ai vu dans ce geste un message, comme s'il voulait me rassurer ou quelque chose comme ça, et en tournant la tête vers lui pour le regarder j'ai croisé le regard du fameux Oliver, braqué sur nos mains. C'est peut être con, mais ça m'a fait du bien, même si je n'en ai pas vraiment fait de cas. Je dois avouer que l’éventualité qu’il fasse ça également pour me calmer et m’empêcher de sauter au cou de ce mec m’a traversé l’esprit mais peu importe. Après tout, ça aurait été plausible, histoire que je ne recommence pas à faire une scène dans un endroit et surtout un moment inapproprié. C’est vrai, je pense trop, mais j’estime en avoir matière et croyez moi je m’en passerai bien. La petite était silencieuse, comme nous trois, et quand bien même j'étais tendu ma prise autour de la main de Kyle restait tranquille sans quoi j'aurai été capable de lui faire mal sans le vouloir ce qui était bien sur la dernière de mes intentions. Un message pour moi donc, mais un message pour l'autre aussi ? En voyant l'expression sur son visage, celle du dépit – quelque chose dans ce goût là – je ne peux pas nier avoir ressenti une certaine satisfaction. Personne n'a réussi à nous séparer et ça ne sera très certainement pas toi, désolé. S'il décide un jour de me quitter j'accepterai mais pas sans m'être battu comme un forcené pour qu'il reste près de moi. Parce que je l'aime, parce que c'est l'homme de ma vie en dépit de tout, et parce que c'est réciproque alors laisse tomber.

Je crois que c'est à ce moment là, après avoir décidé de chasser tout ça de mon esprit pour mettre tous mes sens et mon instinct au service de notre survie à tous, que je me suis rendu compte à quel point tout était calme ou presque, comme si … comme si le gros de la bataille était terminée ou en tout cas délocalisée. Bonne chose ? Mauvaise chose ? Aucun moyen de le savoir si ce n'est de continuer à marcher. Peut être qu'on aurait du entrer dans la première pièce qu'on trouvait mais la simple idée de me retrouver coincé entre quatre murs me paraissait inconcevable alors que continuer de descendre et par conséquent avoir plus d'option pour se cacher et s'échapper en cas de besoin me paraissait bien plus acceptable. Sans compter sur le fait que je m'inquiétais toujours pour certaines personnes. Je voulais mettre Kyle à l'abri, certes, mais je voulais aussi m'assurer que Jill et Sova allaient bien, et d'autres encore, mais surtout mon frère. Ma famille. Mon sang. Ne pas l'avoir sous les yeux commençait à être un problème pour moi. J'ai beau savoir qu'il est tout à fait capable de se défendre si besoin ça n'enlève aucunement l'inquiétude. Pas de bruit, un silence … de mort … Non clairement, ça n'est pas le genre de trucs qui rassurent … Mais contre toute attente deux êtres vivants sont apparus dans notre champ de vision. Deux visages plus ou moins familiers, des élèves. La petite dans un bras, la main de Kyle de l'autre côté, problématique. Par réflexe j'ai quand même lâché sa main pour attraper ma baguette au cas où mais il ne semblait y avoir aucun danger émanant de ces deux là. Et quand ils sont arrivés à notre hauteur ...

« Allez dans la grande salle. Tout le monde se rassemble là-bas. Vous avez vu d’autres personnes? »
« Personne depuis qu’on descend du septième en tout cas. »
« Bon… Merci. »

Desserrer les mâchoires, parler, c'était visiblement au dessus de mes forces alors encore une fois j'ai laissé Kyle gérer ça et quand les deux élèves ont repris leur route – qu'ils n'ont finalement jamais vraiment arrêté – il s'est tourné vers moi. Instinctivement j'ai passé ma baguette dans mon autre main malgré la présence de la petite qui ne disait toujours rien pour reprendre la main de mon petit ami.

« On devrait s’y rendre. Peut-être que la sœur d’Aurore se trouve là-bas. »

Encore une fois aucun mot de ma part, je me suis contenté de hocher la tête pour aller dans son sens et on a repris notre chemin. Je n’ai pas décroché un mot de tout le trajet, aucune envie de le faire, et je sentais bien que plus le temps passait et plus je me refermais comme une huitre. Ça aurait pu être du à la présence de l’autre mais au fond de moi je savais pertinemment que ça n’était pas ça. En réalité, je l’avais déjà presque oublié. Je me suis donc mis en pilote automatique, tout en restant aux aguets histoire qu’on parvienne en vie jusqu’à la Grande Salle. Aurore avait posé sa tête sur mon épaule et en l’entendant respirer j’ai compris qu’elle s’était endormie. Trop d’émotions probablement et je crois qu’une part de moi aurait aimé être à sa place, endormi dans des bras réconfortant. Quelques minutes plus tard on arrivait en bas, puis dans la Grande Salle. C’était effectivement l’effusion, des blessés plus ou moins graves, des gens en larmes, d’autres qui appelaient leurs proches. Un mouvement a attiré mon attention et j’ai vu Oliver partir de son côté après avoir posé une dernière fois ses yeux sur Kyle, je n’en ai pas fait de cas comme si même ça ne m’atteignait plus. Ailleurs, mais paradoxalement bien là quand même.

« Aurore ! »

J’ai tourné la tête instantanément pour voir une fille brune courir droit vers nous. La petite à ouvert les yeux à ce moment là et celle que j’ai supposé être sa grande sœur s’est précipité vers moi pour la récupérer. Elle l’a serré fort dans ses bras avant de relever les yeux pour les planter dans les miens et ceux de Kyle.

« Merci. Merci beaucoup. »

Juste un signe de tête, toujours aucun mot de ma part.

« Tu … t'es blessée ? »
« Je crois que c'est mon sang, désolé. »

En la prenant dans mes bras, en la manipulant avec mes mains tâchées par ce liquide vital, j’ai malgré moi parsemé la petite de tâches rouges à divers endroit. Sur moi c’était un véritable patchwork. J’en avais sur les mains, sur le T-shirt bien sur, sur le bermuda aussi. Une impression de déjà vu qui aurait presque pu me faire sourire si je n’étais pas déjà loin en retrait de … tout. Un dernier regard et elles se sont éloignés, Aurore ne lâchait pas la main de sa sœur et moi j’ai jeté un regard circulaire autour de nous, espérant croiser un visage familier, chose qui s’est produit et j’ai lâché la main de Kyle pour filer droit sur mon frère qui se tenait à seulement quelques mètres de là. Megan était à côté de lui, Cameron n’était pas très loin, idem pour Riley et Lukas a qui je n’ai pas vraiment prêté attention. Je me suis contenté de prendre Derek dans mes bras, laissant ma retenue de côté quelques secondes. Une simple accolade, plutôt ferme parce que je sais qu’avec lui je peux y aller et tant pis si je lui fais mal, c’est même parfois carrément le but. Ça n’a duré qu’une seconde, peut être deux, et je l’ai lâché tout de suite.

« J'suis content de te voir entier sale con, j'étais sur que t'irais te faire tuer juste pour avoir le droit à un peu d'action. »

Un semblant de sourire, j’ai tourné la tête et j’ai aperçu Jill en compagnie de Maël et de Cameron qui avait du les rejoindre entre temps, un peu plus loin dans la Salle, assis sur une table légèrement à l’écart. On les a rejoins à notre tour, Kyle et moi, et au bout d’un moment je me suis légèrement écarté d’eux, de Kyle y compris, les laissant discuter. Je me suis assis sur un banc, en retrait, les coudes sur les genoux, le visage caché par mes bras et les mains dans les cheveux. Trop d’agitation, aussi bien dans la Salle que dans ma tête. Trop de bruits, trop d’odeurs dont celle du sang parce que l’endroit, transformé en infirmerie de fortune était rempli de blessés. Certains donnaient un coup de main, d’autres restaient prostrés dans un coin. Un besoin intrinsèque de prendre le large et de m’éloigner de tout ça, de tout le monde. J’ai relevé la tête et j’ai vu qu’un petit groupe se formait devant les portes alors après avoir plissé les yeux et froncé les sourcils pour mieux voir et parce que ça m’intriguait, je me suis levé et j’ai filé droit vers eux.

« J'reviens. »

A l’adresse de Jill, Kyle et les autres, sans un regard. En chemin je suis retombé sur Oliver, on s’est percuté dans la masse et on s’est observé en silence pendant ce qui m’a semblé être une éternité avant qu’il ne brise finalement ce silence.

« Merci. »
« De rien. »

Un ton pas franchement avenant des deux côtés mais est ce qu’on aurait pu en attendre plus ? Non, bien sur que non. Je ne sais pas exactement ce qu’il peut ressentir pour Kyle, si c’est juste comme ça ou bien si c’est plus profond mais je peux me mettre à sa place. Pour lui je suis celui qui gâche tout, pour moi il est la menace susceptible de tout gâcher aussi. On n’est clairement pas fait pour s’entendre.

« J'espère que tu pourras rentrer chez toi. »

Un ton toujours aussi froid mais néanmoins courtois et je suis certain qu’il aura compris le message. Rentre chez toi si t'en as l'occasion, oublie le, passe à autre chose et reprends ta vie. Nos chemins se sont séparés comme ça et j’ai rejoins mon frère. Après lui avoir demandé ce qu’il se passait, après qu’il m’ait expliqué la situation, j’ai trouvé Jakob qui était là. Quand il a vu tout le sang que j’avais sur moi j’ai vu ses sourcils se froncer et l’instant d’après il refermait totalement ma blessure d’un coup de baguette. Elle s’était rouverte, un peu, je ne m’en étais absolument pas rendu compte. J’ai fait demi tour et je suis retourné sur mes pas pour finalement lâcher quelques mots, chose que je n’avais pas fait à leur intention depuis un bon moment.

« J'vais partir avec mon frère et quelques autres pour faire le tour du château voir si y a plus de danger et si y a des blessés à récupérer avant de pouvoir évacuer les cas les plus graves vers l'infirmerie. Apparemment Max et Takuma sont déjà entrain de bosser comme des fous là haut et Ismaelle est avec eux. Mes … sens pourraient être utiles. »

Entendre, voir, et surtout sentir. L’odeur de la peur, celle du sang, comme un limier ni plus ni moins mais je sens bien qu’il faut que je fasse quelque chose. Je ne m’énerve pas, je ne ressens pas la pression et même si l’enfermement me pèse je ne fuis rien de spécial. J’ai juste envie de me rendre utile, de faire quelque chose et de prendre le large, de sortir d’ici parce que je ne m’y sens pas à ma place. Parce que certaines impressions qui auraient du passer ne le font pas et ça n’est pas une question de fierté ni d’amour propre. Disons que je ressens le besoin de m’éloigner pour digérer certaines choses qui ne veulent pas sortir de ma tête parce que contrairement à ce que sont capable de faire certains je ne peux pas passer à autre chose aussi rapidement ni même me dire que ça n’est rien, que ça n’est pas grave. Je vais partir, aller voir ailleurs, ça se tassera et ça ira mieux ensuite. Je ne suis pas en colère mais certaines choses m’atteignent, après tout, malgré ma double nature je reste humain et ce avec tout ce que ça implique. Fin de l’histoire. Peut être que ça en choquera certains, peut être qu’ils ne comprendront pas, et si c’est le cas je dirai simplement qu’ils ont oublié qui j’étais vraiment. Et tout ça n’a strictement rien à voir avec une quelconque histoire de concert, d’info dissimulées pour ne pas parler de mensonge parce que ça n’en était pas un, c’est juste … une sensation d’indifférence qui fait mal mais qui finira probablement par passer.

« Jakob sera là, il m'a refermé ma blessure entièrement d'ailleurs. J'vais essayer de trouver Sovahnn aussi, je la vois pas ici et j'veux être sur qu'elle va bien. Et si j'peux trouver Lune par la même occasion ... »

Laissant ma phrase en suspend j'ai attrapé l'arrière du crane de Kyle avec ma main et je l'ai ramené doucement vers moi avant de poser mes lèvres dans ses cheveux et de laisser ces quelques mots glisser jusqu'à son oreille.

« J’ai besoin de changer d’air. On se voit plus tard. »

Je l'ai lâché presque aussitôt et c'est sans un regard de plus que je me suis éloigné, le laissant là, avec Jillian, Maël et tous les autres. Je ne l'aurai pas abandonné seul ici mais je sais que j'ai besoin de prendre le large. Il l'interprètera comme il le veut, j'estime avoir fait ma part aujourd'hui et j'ai eu ma dose en matière de communication. Je suis pas son père, il fait ce qu'il veut j'ai bien saisi le message mais je me dis qu'il y a suffisamment de gens à s'occuper ici et qu'il n'y a que peu de chance qu'il aille parcourir le château comme je m'apprête à le faire. Non je ne me jette pas dans la gueule du Loup, c'est moi le Loup, et je ne vais certainement pas courir après le danger juste parce qu'en apparence je m'ennuie. Quand je dis que j'ai besoin de changer d'air je le pense, ça n'est pas un caprice, et si je peux me rendre utile ailleurs tout en m'occupant le corps et l'esprit alors je vais le faire et ça personne ne m'en empêchera. Cet « isolement » durera le temps qu’il durera mais j’en ai besoin, c’est comme ça.

Ce qu’il s’est passé ensuite n’a rien de bien incroyable, ou peut être que si. Plus aucun Supérieur dans l’enceinte du château, des blessés, des morts – et je me rends compte qu’il y a bien longtemps que ça ne me fait plus rien. Une Infirmerie en effervescence, Sovahnn qui va bien, Lune aussi que j’ai fini par retrouver quelques heures après et avec laquelle j’ai passé du temps loin des êtres humains, pas franchement redescendu sur terre. J’aurai surement du sauter de joie après le discours de Logan, j’ai simplement regardé ça de loin, absent, distant, comme si je n’y croyais simplement pas. Besoin d’être dans ma bulle, seul. Et peut être que j’attendrai qu’on vienne m’en sortir, pour une fois, parce que je me dis qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre à lire entre les lignes et ce pour tout le monde. Peu importe … Demain est un autre jour et à chaque jour suffit sa peine.

▬ Verrouillé + pts ajoutés ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Event 20/07] Why did you hide this from me ? ▬ Kyle   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Event 20/07] Why did you hide this from me ? ▬ Kyle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» {Post-event} A giant woman play to hide and seek {PV Waku}
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» Event 5 : Ecriture & Dessin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Septième Etage.-
Sauter vers: