AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Let me go.. {feat. Jayden}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Let me go.. {feat. Jayden}   Mar 23 Juil 2013 - 22:33

16 Juillet – 11h15

Kezabel a toujours le sourire. C’était l’une des meilleures définitions que l’on pouvait faire de moi… Mais là, autant dire que ses derniers jours, ça ne collait en rien avec ce que je représentais. Le visage tiré, les yeux cernés, et dans le Hall d’entrée, je traine mon corps plus que je ne marche. Vous seriez bien agréable de m’enlever les boulets accrochés à chacune de mes chevilles… Non parce que j’veux bien croire que j’suis pas épaisse, mais là j’ai juste envie de m’allonger à même le sol et dormir. Juste dormir mais un vrai sommeil. Pas celui où tu somnoles à moitié et où tu cauchemarde les trois quarts de la nuit, non. Un vrai sommeil sans rêve, sans rien. Juste du vide et du repos, pas de voix, pas d’Accromentule … Et pas de Phaedre. Pas de maman, ni d’Adam, ni quoi que ce soit. Juste un silence, un tableau noir et l’inconscient. Le néant.
Mais retente ta chance, car ça n’était certainement pas pour cette nuit ! Entre la nuit Samedi où on a eu le droit à notre course de remise en forme Riley et moi, avec en coach une Accromentule - s’il vous plait ! Et croyez moi que bordel, elle vous fait sprinter la bougresse – et hier soir où j’ai fais plus ample connaissance avec notre très chère et tendre professeur de Divination, j’ai nommée Mlle Hunt… Je crois que j’ai eu ma dose d’émotion. Et rien que l’évocation de ce prénom, me ramène durement à la réalité.

Assujettis. Comme un pantin, une vulgaire poupée.

Et elle avait eu les arguments de choix. La famille. La possibilité de les revoir. Elle avait jouée avec brio ses cartes et m’avait tout simplement dominée. Bordel que je la déteste… et c’est maintenant avec la peur au ventre que je vagabonde dans les couloirs. La peur et la rage. Elle m’a laissée entendre ce qu’elle attendait de moi et honnêtement, après avoir assistée à ses humiliations publiques je me fais vaguement une idée de ce qui m’attend. Je ricane, toute seule, comme une folle… Elle ne m’aura pas comme ça. C’que tu crois… Au fond, tu sais très bien que tu ne risquerais pas la vie de ce qu’il te reste de famille. « Réfléchissez à qui je suis… » Elle était le Diable et avait les pleins pouvoirs. Et avec ses airs de séductrices, je ne serais même pas étonnée que la moitié des Supérieurs soient à sa botte… Et ils ne devaient pas être qu’à sa botte. Elle me mettait dans tous mes états et l’idée d’être dans l’obligation de lui obéir me rendait folle de rage. Nauséeuse. Je me déteste. Putain de faible. J’étais pathétique… Tout ça ne me ressemblait pas.
Allez ! Oust la vieille folle. Le château était immense, tu crois vraiment que tu vas la croiser tous les jours ? Non ! Déjà qu’on se trimballe avec notre nervosité H-24 ici, c’était pas pour m’en refoutre une couche. Et si ça n’était que du bluff ? Merde, j’étais vraiment à chier ce matin…

« Tiens, Hasting ! Justement je vous cherchais. »

C’était … une putain de farce. Non, c’était pas possible. Elle me suivait, me pistait… La sueur froide le long de l’échine, les entrailles se nouent et les mains tremblent. Le Diable. La Furie. La folie dans toute sa splendeur. Je tourne la tête vers ma droite, elle était là, campé sur ses jambes, une main sur sa hanches avec sur le visage, toujours ce sourire mi-fou, mi-cruel.

« Venez un instant, s’il vous plait. »

J’fais quoi… J’obéis, forcément. Parce que comme une conne, tu as fais vœux d’allégeance et la moindre entorse à l’ordre, tu te retrouverais orpheline pour de bon. Je déglutis, les larmes aux yeux. Je priais n’importe quelle existence surnaturelle à ce qu’elle ne me fasse pas faire un truc à la Hunt. Pas d’humiliation, pas de douleurs… Pas devant tout le monde, pas comme ça. Elle m’attrape par le col, avec ses airs suaves. Bordel de merde, m’touche pas. La nausée se fait plus violente, oppressante.  Elle me désigne d’un doigt discret une jeune femme que l’on ne pouvait pas louper en vue de sa chevelure flamboyante. Serpentard. Inconnue au bataillon… Elle me chuchote à l’oreille.

Et merde.

« Non. Hors de question, allez régler vos comptes vous-même. »

Le cobra se dresse. Et frappe. Un ordre, un seul, un regard. Et je plie. Je me dégage de son étreinte avec violence, glissant une insulte au passage. Je le savais que cette journée serait en tout point merdique. Est-ce qu’on peut me foutre la paix au moins UNE JOURNEE ? Non, forcément. A croire que j’attire les ennuies comme une bouse de dragon attire les mouches…

Je repère ma « proie » qui se trouve à quelques mètres de moi et je sens déjà le regard perçant de Phaedre  dans mon dos, froid. Il se glisse entre mes omoplates, comme la lame d’un couteau. La boule dans la gorge, j’ai du mal à respirer. J’sais même pas comment elle s’appelle mais me voilà à la suivre pour … lui chercher la merde. Elle était complètement malade, il lui manquait des cases. « Faites preuve d’imagination, trésor ». J’t’en foutrais moi des « Trésors »…
Je piétine, le cœur battant. J’aime pas chercher des noises pour rien, surtout que connaissant Phaedre, elle n’allait sûrement pas se contenter d’une petite réflexion. Si l’une d’entre nous pouvait mourir durant cet affront, je lui ferais l’un des plus beaux cadeaux.

Je ferme les yeux un instant. Inspire. Expire. Pense à Adam, pense à ton père. Pense à toute cette rage que tu contenais hier. Pense à cette injuste punition avec Riley ou vous avez failli y laisser votre vie. Pense à ceux qui on tuer ta mère.
Il ne m’en fallait pas plus. Le feu au ventre, la rage au cœur. Le sang battant à mes tempes, je m’élance d’un pas décidé, le regard noir et l’estomac noué. C’est pour eux que tu le fais… Ne l’oublie pas.  

3…2...1

Avec tout l’élan que je pus prendre, je fonce droit vers la Serpentard, nous faisant chuter toutes les deux. Bordel, j’aurai du y aller moins fort. Je porte la main à mon crane qui me tournait violemment... Good Game, vraiment. Je me relève tant bien que mal, je sais qu’elle nous observe. C’était à moi de jouer, crache, vas-y. Oublie qu’elle n’y est pour rien…

« Bordel ! Tu peux pas faire attention non de dieu ! »

Allez, tu peux faire mieux Hasting. Pense à eux, ta mère. Son sacrifice…
Douleur lancinante au creux de la poitrine. C’est un cataclysme dévastateur qui se prépare à me submerger…

«  Ah non… J’ai du mal regarder, parce qu’avec ta putain de couleur immonde, même le plus malvoyant ne pourrait te manquer. »

La méchanceté gratuite. Tout ce que je détestais, tout ce qui leur ressemblait. Et pourtant, c’était d’une voix sûre et froide, à la limite de la moquerie, que je fis le premier affront sous l’œil satisfait du Cobra.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2076
Date d'inscription : 13/05/2011
Crédits : Clochette, sign : wild Heart
Double Compte : Aileen - Dakota - Mack - Sloane - Esha



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1067-tgif-jayden-s-link
MessageSujet: Re: Let me go.. {feat. Jayden}   Mer 7 Aoû 2013 - 22:20

❝ Let me Go ❞


Ft Kezabel & Jayden

Dans les bars, les gens s'amusent et s'oublient
Et moi, dans le noir je reprends goût à la vie,
Je reste à l'écart, confie mes peines à la nuit.
Ce soir...
Mercredi 16 juillet

Cela faisait des semaines à présent que la jeune femme n’était plus vraiment elle-même. Distante avec ses proches, la jeune Irlandaise fuyait clairement ce qu’on pouvait appeler son entourage proche. Elle n’avait jamais été réellement du genre à s’accrocher, peu habituée durant son enfance à l’amour d’une famille équilibrée, elle avait sûrement certaines lacunes, mais c’était surtout dans son caractère profond, une façon de se protéger. Elle se savait vulnérable dans son état, c’était peut-être pour ça qu’elle avait fui chaque fois que Mackensie avait tenté une approche et qu’elle l’avait refoulée assez brutalement. Sa technique marchait avec Alec, mais pas avec elle ! La seule qui aurait été capable de déceler son mal-être au point de la faire parler, c’était sûrement Jordane, mais la belle semblait elle-même bien occupée par ses tourments. Et si en temps normal, elle aurait sûrement tenté quelque chose, dans le cas présent, elle n’était bien qu’isolée et loin de tout contact !

« Jayden ?! J’sais que tu voudrais rester seule, mais ça ‘peut pas durer. … Jayden ? »

Alec, 3 jours plutôt… Il avait compris, comme quoi, pour quelqu’un qui se disait sociopathe et inattentif au monde qui l’entoure… Il avait quand même réussi à relever son malaise. Et si elle se doutait que Mack n’y était pas pour rien, elle se doutait bien qu’il avait du comprendre des choses par lui-même. Ce jour-là, elle avait réussi à le semer dans les couloirs des sous-sols avant de rejoindre les hauteurs du château. Il lui fallait un endroit peu fréquenté, un lieu où il ne viendrait à personne l’idée de la trouver et quelque part… Elle s’en voulait un peu de fuir de la sorte, elle avait poussé Alec à lui parler et était tout bonnement incapable d’en faire de même. Comment lâcher ce qu’elle avait sur le cœur et qu’elle gardait pour elle depuis trop longtemps maintenant. Ce jour-là, la jeune Irlandaise avait lâché quelques larmes à l’abri des regards et était ressortie avec un joli sourire accroché aux lèvres, un sourire qui sonnait faux et qui ne pouvait pas duper tout le monde, mais ça suffisait amplement pour faire croire au monde qu’elle allait bien !

La belle Irlandaise était toujours perdue dans ses pensées lorsqu’une masse non identifiée l’avait percutée avec une force tellement conséquente, qu’elle s’était retrouvée expulsée contre le mur derrière elle avant de terminer sa course au sol. Sonnée, elle était restée un court instant à voir quelques étoiles danser devant ses yeux alors que l’autre s’était déjà relevée.

« Bordel ! Tu peux pas faire attention non de dieu ! »

Croyez-vous que cette cinglée aurait pu s’excuser ? Non ça aurait été trop beau et comme les gens ont tendance à vous enfoncer lorsque vous avez le moral dans les chaussettes, il ne fallait pas s’étonner que cette fille lui cherche des noises !

- Pardon ? C’est toi qui vient de me rentrer dedans et c’est moi qui devrait m’excuser ?!

Elle s’était relevée à son tour, ramassant au passage sa baguette qui avait glissé de sa poche. Ne me cherche pas, crois-moi c’est vraiment pas le jour pour me prendre la tête.

« Ah non… J’ai dû mal regarder, parce qu’avec ta putain de couleur immonde, même le plus malvoyant ne pourrait te manquer. »
- T’es sérieuse là ?!

La jolie rouquine l’avait purement dévisagée, limite… comment dire interloquée devant la pugnacité fébrile des propos de l’inconnue. Et ça avait au moins eu le mérite de la faire sourire, d’un sourire qu’on devine assez moqueur dans le fond et assez décontenancée tellement ça semblait improbable.

- Attends t’es vraiment sérieuse en fait… C’est tout c’que t’as trouvé comme insulte ?! T’as rien de plus… Mordant à offrir, parce que là… c’est digne d’une gamine de 4 ans et demi… Et encore !

Sa voix d’abord amusée et moqueuse voire carrément sarcastique, avait fini par claquer. Non elle n’était clairement pas d’humeur à entrer dans cette petite guerre idiote que la belle Poufsouffle semblait vouloir déclencher. Sur ces mots, la jeune femme avait pesté contre elle avant de commencer à passer son chemin, ça n'était pas dans son intérêt de se mettre dans un conflit, pas avec les nerfs aussi à fleur de peau... Crois-moi quand je te dis qu'il vaut mieux qu'on en reste là !

- Laisse-moi respirer tu veux, j’ai pas de temps à perdre avec tes p’tits jeux débiles !


Dernière édition par Jayden S. Delaney le Sam 17 Aoû 2013 - 10:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Let me go.. {feat. Jayden}   Sam 10 Aoû 2013 - 22:35

L’affront débute. Le cœur palpitant comme un fou, l’estomac noué à m’en faire vomir là, maintenant sur le sol. Je tremblais mais je gardais cette expression froide et hautaine, figée sur les traits tendus de mon visage. Ca n’était pas moi, mais pour une question de survie je n’avais pas le choix que de lui rentrer dedans avec les mots, voir physiquement par la suite. Tout ça pour la bonne volonté de Mlle Hunt. Je me détestais d’avance pour cet affront puéril et mal placé. J’aurais préféré un séjour dans les cachots à la limite, m’isoler avec mon existence, au moins aucun mal n’était fait. Je regarde la Serpentard qui se relève. Tout ce que j’espérais c’était que cette mésaventure ne parviendrait pas aux oreilles de Riley. Que penserait-elle de moi ? Croirait-elle que j’avais jouée un double jeu toute la soirée où nous avions affronté l’accromentule ? Non, elle savait. Elle avait vu dans mon regard que je n’étais pas de ceux là.

Mes yeux se reportent sur la rouquine qui me sourit d’un air moqueur. Ouais tu peux, tu peux même te foutre ouvertement de moi, ça ne changera malheureusement rien. Je ne devais pas lâcher le morceau que je tenais. Je vis au loin, Phaedre dissimuler dans l’ombre, attendant un peu d’action de ma part. Allez, prend ton courage et affronte bordel.

« Attends t’es vraiment sérieuse en fait… C’est tout c’que t’as trouvé comme insulte ?! T’as rien de plus… Mordant à offrir, parce que là… c’est digne d’une gamine de 4 ans et demie… Et encore !
- Et ça te surprend que je me mette à ton niveau ? Parait que tu n’es pas très loquace alors j’vais éviter des vannes trop compliquer pour toi.

Tac au tac. Te laisse pas déstabiliser. Mes yeux se braquent sur sa baguette en main. Danger. Je porte mes doigts sur le manche de ma fidèle alliée qui se trouvait dans ma poche. On va éviter que tout cela n’aille trop loin. Et si je pouvais me maintenir uniquement aux mots, ça m’aiderait. Mais toujours ce regard qui se fait pesant, qui en réclame plus. Elle me l’avait bien indiquée, soufflée au creux de l’oreille, je ne devais pas ménager les idées. Quelle putain de connerie…
Je détaille la jeune Serpentard en face de moi. Une chose était certaine, c’était que j’étais tombée sur un mauvais jour en vu de la tête qu’elle me tirait. Oui, j’venais de volontairement lui rentrer dedans et de l’agresser, mais elle n’avait en aucun cas la patience de me tenir la conversation, surtout pour des conneries pareilles.

- Laisse-moi respirer tu veux, j’ai pas de temps à perdre avec tes p’tits jeux débiles !

Et elle me tourne le dos. Non pas maintenant. Bordel… Oui, le serpent, inutile de me zieuter comme ça j’y suis pour rien si elle se défile… Déclic.

« En plus d’être stupide, t’as laissée ton courage au pied de ton lit ce matin ? Il m’avait bien semblé entendre dire que tu n’avais qu’une grande gueule et rien d’autre. »

Je m’accroche à ma baguette comme à une bouée de sauvetage. Je jouais un rôle qui me poussait à me détester. La honte me tenait en laisse. Que penserait ma mère si elle me voyait ainsi réduite à être le pantin désarticulée de cette sorcière ? Combien d’élèves avais-je entendu dire qu’elle était plus folle que dangereuse ? Foutaise. Ils ne savaient rien. Rien concernant ce dont elle était capable. Je dois avouer qu’en cours, Mlle Hunt était perchée, loin dans ses délires, oubliant la moitié de ce qu’elle devait nous enseigner. Mais il y avait certains jours où elle s’était levée dans les bras de l’horreur et de la tyrannie. Et elle ne ménageait pas les plus faibles d’entre nous. Sans compter ce qu’elle faisait subir en dehors des cours.

Je ne savais pas si la rouquine avait eu ses cours. Je ne savais pas comment je ferais pour rattraper le coup après tout ça. Je devais être dès à présent cataloguer dans la case « Garce sans cervelle ». Je n’étais pas foncièrement méchante mais ça n’était pas non plus inscrite sur ma tête « Je suis une gentille, je suis manipulée, aidez moi. » Que pouvaient-ils faire de toute manière ? Rien. J’étais prise au piège et je n’avais aucun choix… Si ; j’en avais un. De les laisser mourir. Car si je ne lui donnais pas le spectacle voulu, Phaedre m’avait promis un avant gout de ce qui attendait le reste de ma famille.
Dernier courage, je lève ma baguette et prononce distinctement :

« Jambencoton ! »

Pardonne-moi d’avance… Je sens déjà les valves de mes larmes céder une à une sous le poids de la culpabilité. Je me déteste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2076
Date d'inscription : 13/05/2011
Crédits : Clochette, sign : wild Heart
Double Compte : Aileen - Dakota - Mack - Sloane - Esha



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1067-tgif-jayden-s-link
MessageSujet: Re: Let me go.. {feat. Jayden}   Sam 17 Aoû 2013 - 14:04

❝ Let me Go ❞


Ft Kezabel & Jayden

Dans les bars, les gens s'amusent et s'oublient
Et moi, dans le noir je reprends goût à la vie,
Je reste à l'écart, confie mes peines à la nuit.
Ce soir...
Mercredi 16 juillet

« Attends t’es vraiment sérieuse en fait… C’est tout c’que t’as trouvé comme insulte ?! T’as rien de plus… Mordant à offrir, parce que là… c’est digne d’une gamine de 4 ans et demie… Et encore !
- Et ça te surprend que je me mette à ton niveau ? Parait que tu n’es pas très loquace alors j’vais éviter des vannes trop compliquées pour toi.

Continue comme ça et je te promets que ma loquacité tu vas te la prendre en pleine face espèce de gourde ! Non ce n’était ni le moment, ni l’endroit, ni l’heure… Bref, d’ordinaire amusée la jeune femme aurait pu entrer dans cette petite provocation et y trouver son compte, mais pas là, pas alors qu’elle n’aspirait qu’à une chose : qu’on la laisse vivre en paix et seule ! Vous savez, la solitude histoire de méditer et repenser à des tas de choses. La belle Irlandaise avait donc tourné les talons, prenant cette sage décision de ne pas relever ce genre de débilités auxquelles elle n’avait vraiment pas la tête aujourd’hui, mais ça c’était sans compter la ténacité avec laquelle cette Poufsouffle avait décidé de lui pourrir la vie.

« En plus d’être stupide, t’as laissée ton courage au pied de ton lit ce matin ? Il m’avait bien semblé entendre dire que tu n’avais qu’une grande gueule et rien d’autre. »
- C’est ça, va jouer avec des gamins de ton niveau intellectuel, j’ai aucunement la patience de t’accorder cinq minutes pour t’apprendre la vie !

Qu’elle la considère comme une lâche, sincèrement elle n’en avait mais alors rien à faire ! Sans plus de discussion et d’intérêt pour cette pauvre fille qui devait vraiment se faire chier dans sa misérable existence, la belle avait continué sa route, bien décidée à lui fausser compagnie. Mais ça, c’était là encore sans compter sur l’envie irrémédiable de la jeune femme de lui pourrir définitivement l’existence !

« Jambencoton ! »


Manquait plus ça, sous l’effet du sortilège, la jolie rousse avait senti ses jambes céder sous son poids, plus aucune force ne la retenant, elle s’était retrouvée au sol. Si jusqu’ici la jeune Serpentard avait pris sur elle, là elle devait bien avouer que sa patience déjà plus que friable venait d’attendre ses limites. La goutte d’eau qui fait déborder le vase, la cerise sur le gâteau… le summum ! Sa baguette soigneusement rangée avait rejoint sa main, un « finite incantatem » avait passé ses lèvres et déjà elle était debout, exaspérée, énervée… On aurait pu lui trouver des tas de qualificatifs mais aucun n’était sûrement assez bon pour la décrire !

- Impedimenta !

Se retournant vers l’incriminée, elle l’avait attrapée par le haut de ses vêtements pour finalement la plaquer contre le mur sans la ménager.

- Nan mais c’est quoi ton problème à toi au juste, tu t’es levée ce matin avec pour ambition de passer ta frustration sur la première venue ? T’es mal tombée, j’suis pas d’humeur à supporter tes sauts d’humeur et encore moins tes gamineries !

Sa baguette pointée sur elle, la belle n’avait pas l’intention de la laisser partir tout de suite, la retenant magiquement parlant.

- Qu’est-ce que jt’ai fait… je t’ai piqué ton mec et t’as du mal à digérer la pilule ?! Si c’est le cas, remet-toi en question parce que c’est pas avec ton attitude de fifille jalouse, que tu vas le récupérer ! Si c’est pas le cas, lâche-moi et vite c’est un conseil si tu veux pas que mon côté un peu plus « loquace » te balance du haut de la tour d’Astronomie !

Sérieusement c’est quoi ? Ma tête qui te revient pas ? Une envie de te donner un petit coup d’adrénaline ?! Un confringo informulé venait de faire exploser l’un des bibelots non loin d’elles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Let me go.. {feat. Jayden}   Dim 18 Aoû 2013 - 16:49

Est-ce que tout cela se terminera un jour ? Toute cette soumission muette, toute cette rage contenue dans les couloirs. Est-ce que si tout cela se termine, est-ce que si les Supérieurs étaient amenés à être vaincue et renversés… Phaedre m’aurait-elle encore sous sa coupe ? Comment je peux me défaire de son existence si elle menace ma famille à chaque écart que je fais. Les fortes têtes ici, en riraient sûrement. Ils s’en moqueraient ouvertement. Car il est aisé de faire le beau loin de son ennemie, de cracher sur son nom et ses capacités à vous faire flancher. Comme de gentils chiens, un caniche. Gueulant au loin par principe de défense, mais tremblant d’angoisse lorsque l’ombre de l’autre englobe son petit corps frêle.
J’avais été la première à sous-estimer Phaedre et son audace. Elle n’était pour moi qu’un flot de paroles menaçantes qui n’arriveraient jamais à terme. Et lorsque j’assistais malgré moi à ses humiliations publiques, j’en venais toujours à me dire « Je ne pourrais pas vivre pire que ce que j’ai vécu si elle vient à me tomber dessus ». Naïve que je suis.

Et quand je la vois se relever, la fureur sur ses traits, mon esprit se scindent en deux parties, en même temps que ma volonté. Deux options s’offraient à moi… Je me projetais dans un autre état d’esprit que le mien, comme si je jouais un rôle, me mettant dans la peau d’une Kezabel enragé voulant refaire le portrait à la Serpentard. Et peu importe ce que je me prends en retour, j’aurais au moins évité le pire à papa et Adam. Soit… Je lâche prise et lui avoue tout. Le risque était trop grand et je préférais me prendre une bonne droite, voir deux, plutôt que de recevoir un courrier m’annonçant que j’étais désormais orpheline. Je ne savais pas quelle tactique abordé, j’en sais foutrement rien. Kezabel bordel ! Secoue toi, agis, joue pas la cruche putain.
La Serpentard mit fin au sortilège et tout ce passa avec une rapidité sans nom. Peut-être parce que j’étais moi-même ralenti par son sort qui entravait la vitesse de déplacement de chacun de mes membres. Par contre le choc contre le mur avec violence, lui, ne se fit pas attendre pour me résonner dans l’ensemble de mon crâne. Ouais… bon c’est pas vraiment comme ça que je vais pencher pour la deuxième option. Cette violence me tord les tripes, la nausée me monte, les larmes avec. J’ai déjà due me pousser à te rentrer dedans pour provoquer un pseudo conflit alors que je déteste la méchanceté gratuite… Mais si nous en venons aux mains, est-ce que vraiment je serais capable de te rendre les coups ?

« Nan mais c’est quoi ton problème à toi au juste, tu t’es levée ce matin avec pour ambition de passer ta frustration sur la première venue ? T’es mal tombée, j’suis pas d’humeur à supporter tes sauts d’humeur et encore moins tes gamineries ! »

C’est ça hurle donc ma belle, c’est exactement ce qu’elle veut. Que tu me hurle dessus, que tu me crache à la figure, que l’on s’empoigne par les cheveux, que les sorts fusent, que le ridicule tombe et nous englobe. Que nous lui fournissions un vrai spectacle. Et là, elle doit être entrain de jubiler. Ta baguette pointée sur moi, ne me fait rien. Que veux-tu que j’y fasse hein ? Tu vas m’coller une droite ou un sort et après ? J’ai pas le choix putain. J’y suis pour rien.

« Qu’est-ce que jt’ai fait… je t’ai piqué ton mec et t’as du mal à digérer la pilule ?! Si c’est le cas, remet-toi en question parce que c’est pas avec ton attitude de fifille jalouse, que tu vas le récupérer ! Si c’est pas le cas, lâche-moi et vite c’est un conseil si tu veux pas que mon côté un peu plus « loquace » te balance du haut de la tour d’Astronomie ! »

Je lui ris au nez. Oui, je lui ris littéralement à la tronche. Plus parce que mes nerfs lâchent qu’autre chose, mais là, tout allait trop loin et cette situation était absolument ridicule. Un mec ? J’en ai pas, autant dire que j’ai pas vraiment eu le temps de me pencher sur la question avec tout ça. Et je ris aussi parce que t’as une putain de répartie qui, malgré la situation, m’amuse. Je plante mon regard dans le sien. Je crois que tout cela m’agace déjà profondément et que le jeu à assez durer. Un objet explose à nos côtés. Phaedre ? Peu importe, je profites de ces 4-5 secondes miraculeuse pour chuchoter à toute vitesse, accrochant son regard qui n’était qu’un brasier sans nom :

« Crois moi que si je ne te fou pas une raclée spectaculaire, là maintenant… C’est quelqu’un d’autre qui va me balancer du haut de cette putain de tour. »

La rage s'insinuait dans chacun de mes mots, prêt à exploser et à rompre les faibles barrières qu'il me restait avant de n'hurler et de devenir complètement tarée.
Comprends-le. Comprends ce que je suis entrain de te dire. J’peux pas être plus clair et cette boule d’angoisse et de dégout au creux de l’estomac est trop pesante et oppressante. Aller contre ma nature était tout simplement immonde et honteux. Mon cœur tambourine avec force, sans retenu, me donnant l’impression qu’il se trouvait partout à la fois. Dans ma tête, dans mon ventre, au bout de mes membres… Phaedre va rapidement se douter de quelque chose si nous n’agissons pas rapidement.

« Elle veut juste un spectacle…»

Je porte furtivement mon regard sur ma gauche, au fond du couloir… Etait-elle toujours là, à m’observer ?
Maintenant. Libère moi et laisse moi faire. Tu sais sûrement pas de quoi je parles mais si tu n’agis pas rapidement, c’est sur moi qu’elle va tombée et crois moi que tu pourras m’affliger tous les coups possible, ils ne seront rien à côté de ce qu’elle me fera subir elle. Je mets au fond de mes yeux toute cette rage et toute cette vérité, sans la lâcher du regard, pour qu’elle comprenne. Je ne peux pas faire grand-chose tant que tu ne me libèreras pas de ce foutu sort qui entrave mes membres et qui me donne l’impression de vivre dans un film au ralentit.

« Libère moi.»

Dents serrées, je ne pouvais pas faire plus. Allez bordel, j’peux pas être plus clair.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2076
Date d'inscription : 13/05/2011
Crédits : Clochette, sign : wild Heart
Double Compte : Aileen - Dakota - Mack - Sloane - Esha



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1067-tgif-jayden-s-link
MessageSujet: Re: Let me go.. {feat. Jayden}   Ven 6 Sep 2013 - 16:22

La violence n’est pas une solution, ni une fin en soi, mais elle fait malheureusement parti des solutions de facilité un peu trop souvent, surtout quand le climat y est propice. La preuve ici ! Combien de coups avaient été donnés juste pour un regard de travers ou un mot mal interprété. Sûrement trop et il y en aurait encore beaucoup d’autre. Ça n’était pas son genre de se prendre la tête pour un truc aussi débile, l’enfermement lui faisait perdre la raison. Elle s’était mise à rire, et si la jolie rousse n’avait pas pris sur elle, elle lui aurait bien balancé sa main en plein visage, histoire de rire elle aussi.

« Crois moi que si je ne te fou pas une raclée spectaculaire, là maintenant… C’est quelqu’un d’autre qui va me balancer du haut de cette putain de tour. »
- Sans blague…

Non mais elle est sérieuse ? Tu m’prends pour une courge en fait ! Tu crois sincèrement que j’vais croire à tes inepties, bordel mais c’est toi qui m’a agressée et maintenant tu me sors ton petit couplet du ‘C’est pas moi, blablabla !’ tu crois sincèrement que j’vais me taire et attendre sagement que tu me dévisages ou me ridiculises devant tout le monde ?

« Elle veut juste un spectacle…»

A présent, c’était de l’incompréhension qui flottait sur le visage de la belle Irlandaise. Elle avait suivi son regard sans vraiment y trouver quelque chose. Alors soit elle se foutait littéralement de sa bouille, soit cette fille était une belle petite garce manipulatrice. Pourtant, elle n’y paraissait pas aux premiers regards, au contraire, la Poufsouffle n’avait pas l’air de se complaire dans son rôle de petite pétasse avide de sang pour se distraire, façon de parler !

« Libère moi.»

Allez on lui accorde le bénéfice du doute ?! Oui non ? Dur à dire, la jeune femme n’aspirait qu’à une chose qu’on la laisse broyer du noir et ruminer dans son coin, mais bon… Ce libère-moi avait un petit quelque chose d’appel au secours, elle parlait surement du sortilège d’entrave, mais son regard en disait plus. Elle avait levé sa baguette et avait balancé un nouveau Confringo, mais de manière audible cette fois-ci en direction de l’endroit où la Poufsouffle avait regardé un peu plus tôt.

- Tu viens avec moi !

Sans lui laisser le choix et après avoir levé le sortilège d’entrave, la Serpentard l’avait attrapée par le bras en l’emmenant à l’écart. Le bordel avait déclenché un peu mouvement de panique qui leur assurait une couverture parfaite ! Ne s’attardant pas, la jolie rousse avait fini par la lâcher, maintenant qu’ils étaient en sécurité dans les cachots non loin de sa salle commune. La porte s’était refermée dans un claquement sourd.

- Maintenant tu m’expliques ton p’tit délire de là-haut et vite. Crois-moi, ma proposition de te balancer du haut de la tour d’astronomie tient toujours ! C’est qui cette mystérieuse « elle » et me sort pas ton speech sur « je peux rien te dire sinon elle va me tuer ».

Crache le morceau, tu sortiras pas d’ici de toute façon…

- J’suis p’tet pas… Loquace mais j’suis tenace alors crois-moi, vaut mieux que tu lâches le morceau assez rapidement…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Let me go.. {feat. Jayden}   Dim 15 Sep 2013 - 19:35

J’ai pu entrevoir l’hésitation au fond de son regard. Le souffle court, j’avais mis toute la sincérité au fond des miens, priant silencieusement pour que quelque chose se passe, que je puisse lui transmettre par un moyen quelconque ma peur et ma haine. Phaedre savait choisir les cibles. Elle savait que cette Serpentard était d’un tempérament de feu, j’en étais certaine. Elle savait aussi que nous ne nous connaissions pas et qu’il était donc pour moi impossible de jouer la carte « mais tu me connais, tu sais que je ne suis pas comme ça ». Je devenais sûrement paranoïaque concernant ses capacités, mais qui ne le deviendrait pas quand toute votre famille était en sursit ? Quoi qu’il en soit, lorsque je lavis lancer un Confringo derrière elle pour ensuite m’embarquer loin d’ici, profitant de la petite cohue provoquer par toute cette scène. Peut-être qu’avec un peu de chance, Phaedre en aurait eu pour son argent et qu’elle ne me demanderait pas de compte lorsqu’elle me chopera au détour d’un couloir. Ou pas. Peu importe, le principale était que la jeune Serpentard n’avait pas décidé de me faire la peau sur place. Je l’ai suivis sans aucune résistance, courant derrière elle dans les dédales des couloirs pour nous retrouver ensuite dans les cachots. La fraîcheur me saisit le cœur, me rendant compte que sous la colère et la peur, mon corps était en ébullition, prêt à exploser. Essoufflé, je me pencha pour m’appuyer sur mes genoux, tentant de reprendre mon souffle de manière correct. Ca me faisait pensé à cette soirée où Riley et moi nous sommes rencontrées. Je crois que nous n’avions jamais couru aussi vite de notre vie pour échapper à la mort. Ou pour échapper à quoi que ce soit d’autre d’ailleurs… Au moins, nous n’étions pas si rouillée que ça !

Le claquement de la lourde porte me fit sursauter. Nous étions désormais seules, en sécurité, loin de cette vipère qui me tétanisait quelques minutes avant. Mais étais-je vraiment si en sécurité que ça ? Non, toute cette merde n’était que le début. Un défi, un ordre parmi tant d’autre qui allait suivre et où je serais obligée d’y obéir comme un pantin… Une boule de nerf prit naissance au creux de mon estomac, me donnant la nausée. Je me relève et fit face à la jeune Serpentard. Quelque part, je dois lui dire merci. Elle m’a quand même évitée les foudres de l’autre malade, si elle n’avait pas jouée le jeu , je ne sais pas ce qu’il serait advenu. Peut-être aurais-je été forcé de lui rentrer dedans avec des sorts envoyés à tout va et de lui faire malencontreusement du mal. Ou alors, j’aurai cédé, comme une piètre gamine, faible, chialant que ça n’était pas ma faute que j’étais juste manipulée… C’est pathétique. J’étais partie du principe que j’étais prête à n’importe quoi pour protéger les miens. Mais est-ce que je serais vraiment capable de blesser sans réelles raisons ? Ma mère aurait tellement honte de moi.

- Maintenant tu m’expliques ton p’tit délire de là-haut et vite. Crois-moi, ma proposition de te balancer du haut de la tour d’astronomie tient toujours ! C’est qui cette mystérieuse « elle » et me sort pas ton speech sur « je peux rien te dire sinon elle va me tuer

Je plante mon regard dans le sien, mes mains sur mes hanches, reprenant doucement mais sûrement mon souffle. Si tu savais à quel point tu avais raison... Phaedre était tellement capable du pire.
Un instant, je prends le temps de la regarder. Chevelure flamboyante, yeux d’un vert émeraude qui s’alliait parfaitement bien avec ce feu qui tombait en cascade autour d’un visage téméraire. Elle n’était de ces beautés parfaites, mais elle dégageait quelque chose de sulfureux et de naturellement séduisant. Je me sentis subitement gênée, troublée. Trop d’émotions, trop de ressentis. Trop de question. Si j’étais Bi’ ? Oui, je crois. En faite, je n’étais pas pour le fait de poser des étiquettes sur les autres ou même sur moi. Toi t’es hétero, toi t’es homo, toi t’es bi. Non, pour moi, toute la séduction se trouvait dans une personnalité, pas dans un sexe. Disons, que je me laissais aller à la personne. Même si je n’avais aucune expérience. Et puis merde, c’était pas tellement le moment de penser à ça.

- J’suis p’tet pas… Loquace mais j’suis tenace alors crois-moi, vaut mieux que tu lâches le morceau assez rapidement…

La menace ne me fit rien. Crois-moi, tu étais celle qui me terrorisait le moins là, maintenant. Je sentais mes nerfs doucement se relâcher, provoquant des tremblements incessants. C’est bon, bordel. Contrôle toi un peu, c’est finit maintenant. Du moins pour le moment, t’es tranquille. Et fallait bien que tu lui rendes tes comptes après tout. Et concernant le speech, j’vais malheureusement pas pouvoir te dire grand-chose… Je devais m’en tenir au secret car si par malheur Hunt venait à savoir que j’ai tout balancé, je risque de les perdre. Et ça, je ne le permettrais pas. Maintenant, réfléchis. Et vite. Invente un truc, j’sais pas, quelque chose. Mais quoi ? Franchement, j’étais loin d’être crédible. Et puis, j’lui devais bien au moins une part de vérité.

« On va dire que tu t’es attirée les foudres de ta super prof de Divination. Me demande pas pourquoi, j’en sais foutrement rien. Juste qu’apparemment… tu l’aurais mal regardé au détour d’un couloir. »

C’est vrai que dit comme ça, ça peut paraitre absolument con et insensé. Disons que c’est pas tous les jours que l’on vienne te faire chier parce que t’as mal regardé un prof. Mais nous étions à Poudlard , une école sous le joug des Supérieurs et franchement, avec tout ce que nous avions vu, plus rien ne nous étonnait réellement. Et quant bien même Phaedre disait se foutre des clans et qu’elle n’agissait que pour elle-même, elle était quand même un élément dangereux. Dans ses folies et dans ses accès lunatiques, elle était capable du pire, rien que par caprice de son égo.

Mon corps tremble. Il faut que je bouge, que je me calme. Je respire à fond, avant de souffler. C’est bon, détend toi maintenant, le plus dur est passé. Je sais pas ce qu’elle serait capable de me faire faire la prochaine fois, mais c’était vraiment pas le moment d’y penser. La honte et la culpabilité me bouffait déjà assez comme ça.

« Ca peut paraitre stupide, mais c’est vraiment le cas. Et pourquoi elle m’a envoyée moi pour te faire une scène ? Disons qu’elle sait usée des menaces, il lui fallait un pion. Je me suis trouvée là au mauvais endroit, au mauvais moment. »

Noyer le poisson dans l’eau. Dissimulé sous la faible vérité, l’entièreté de la réelle raison des agissements. Je ne pouvais rien lui dire et si je lui sortais ce « speech » comme elle le disait si bien, j’étais partie pour rester la nuit enfermé ici à me prendre des sorts aussi fous les uns que les autres. Je marche de long en large, ne supportant pas cette inactivité. Le stress, l’angoisse, la culpabilité, jouait un cocktail dérangeant. D’ailleurs, j’ai pas été des plus sympas avec elle. Je détestais les critiques acerbes, sans aucunes raisons apparentes de surcroit. Ca n’était… pas moi. Si Adam me voyait… La honte me sonna. Je n’étais vraiment pas le meilleur exemple qu’une grande sœur pouvait donner.

Je stoppe mes allers-retours pour me planter en face d’elle, ne la lâchant pas du regard. J’étais troublée, mais aussi rongé par la culpabilité, me souvenant au fur et à mesure des répliques cinglantes que je lui avais claqué en pleine face et surtout, en public…

« J’suis désolée de tout ce que je t’ai dis tout à l’heure. Ca faisait partie du « jeu », aussi méchant soit-il. Enfin, c’pas mon genre d’être si mauvaise, excuse moi si je t’ai blessée. »

Je croise les bras sous ma poitrine, comme si je cherchais une quelconque protection face aux tords que j’avais. J’espérais au moins qu’elle saurait comprendre… L’inverse serait tout à fait compréhensible. Je ne pourrais pas lui en vouloir si elle venait à me cracher dessus jusqu’à la fin de ma scolarité. Après tout, nous nous ne connaissions pas. Qu’est-ce qui pourrait la pousser à me croire lorsque nous vivions au quotidien avec des manipulateurs ?

« Et puis ta couleur des cheveux, est plutôt cool en vrai. Disons qu’elle me fait penser à une cascade de flammes, ca te va plutôt bien. »

Je me sentis rougir brusquement. Silence gêné. Les mots sont sortis un peu vite, sans que je ne puisse réellement les retenir. J’étais de nature spontanée et franche, je disais ce que je pensais sans détour et sans hésitation. Et là pour le coup, ça me porte préjudice… Ou pas. J’en sais rien. Au moins, les compliments ont le mérite de toujours faire plaisir.

« Quoi qu’il en soit, je te présente mes excuses. J’espère… juste que tu comprendras. »

Je sentis un poids douloureux venant s’installer sur mes épaules. La dur réalité qui reprenait son droit sur ma vie et qui ne cesserait jamais de me rappeler que dans l’Ombre, Phaedre me guettait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2076
Date d'inscription : 13/05/2011
Crédits : Clochette, sign : wild Heart
Double Compte : Aileen - Dakota - Mack - Sloane - Esha



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1067-tgif-jayden-s-link
MessageSujet: Re: Let me go.. {feat. Jayden}   Ven 4 Oct 2013 - 18:55

« On va dire que tu t’es attirée les foudres de ta super prof de Divination. Me demande pas pourquoi, j’en sais foutrement rien. Juste qu’apparemment… tu l’aurais mal regardé au détour d’un couloir. »
 
Le regard que la jolie rousse lui avait lancé était plus que dubitatif… Elle se foutait d’elle, c’était tellement improbable et stupide, que ça ne pouvait être qu’une connerie sans nom.
 
-          Je l’aurais… Cette vieille folle est encore plus désespérante que j’le pensais !
 
Non mais elle avait quel âge. Un regard de travers, c’était tellement débile, enfantin… Le genre de querelle qu’on rencontre dans les cours de récré tout au plus. Bon ok, avec la folie ambiante, ce genre de chose était monnaie courante, mais si ce n’est qu’elle profitait de son cours pour rattraper ses folles nuits d’amour avec Alec, elle ne voyait clairement pas ce qu’elle avait pu faire de mal. Elle ne croyait pas en la Divination, son esprit était bien trop cartésien pour accepter ce genre de foutaise de tasse de thé et de boule de Cristal. Hunt était fêlée, rien que dans sa manière d’être ! Lunatique, un poil folle sur les bords, elle représentait une caricature à elle seule de la vision qu’un moldu pourrait se faire du monde magique.
 
                « Ca peut paraitre stupide, mais c’est vraiment le cas. Et pourquoi elle m’a envoyée moi pour te faire une scène ? Disons qu’elle sait usée des menaces, il lui fallait un pion. Je me suis trouvée là au mauvais endroit, au mauvais moment. »
-          Stupide n’est pas le terme que j’aurai choisi. Puérile me semble plus approprié.
 
Et voilà qu’elle se met à faire les cents pas, usant le sol de ses pas frénétiques, à croire que l’angoisse la noyait toujours. En ce qui concernait la jeune Serpentard, c’était plutôt l’agacement qui la bouffait, elle était tellement à fleur de peau ces derniers jours qu’un rien suffisait à lui donner des envies de meurtre. Elle avait eu envie de l’attraper pour qu’elle se pose cinq minutes, à croire que la Poufsouffle avait anticipé puisqu’elle venait de se planter devant elle, en la fixant.
 
                « J’suis désolée de tout ce que je t’ai dis tout à l’heure. Ca faisait partie du « jeu », aussi méchant soit-il. Enfin, c’pas mon genre d’être si mauvaise, excuse-moi si je t’ai blessée. »     
-          J’ai plus 5 ans, ça fait longtemps que j’ai arrêté de m’offusquer pour si peu !
 
Sérieux, détend-toi, j’suis pas le grand méchant loup et c’est pas tes insultes à deux balles qui vont me faire entrer dans une dépression très profonde !
 
                « Et puis ta couleur des cheveux, est plutôt cool en vrai. Disons qu’elle me fait penser à une cascade de flammes, ça te va plutôt bien. »
 
Si on ajoute à ça le fait qu’elle était en train de rougir à vue d’œil, la jeune femme en mettrait sa main au feu, cette fille était en train de lui faire du rentre-dedans et de façon pas très discrète. Amusée, elle n’avait pu s’empêcher de sourire et d’émettre un petit rire.
 
                « Quoi qu’il en soit, je te présente mes excuses. J’espère… juste que tu comprendras. »
-          Le moins qu’on puisse dire c’est que… t’es du genre changeante comme fille, tu l’sais ça ?
 
Le jour et la nuit en fait et c’était assez perturbant, voire carrément déstabilisant. Une chance pour la jolie Poufsouffle, ce caractère était assez commun avec la belle Irlandaise surtout en ce moment, elle pouvait passer d’un extrême à l’autre en quelques minutes, à croire qu’elle devenait bipolaire ! Sans plus de cérémonie, la jeune femme s’était approchée d’elle et avait attrapé ses lèvres dans une caresse douce et sauvage à la fois avant de se reculer un sourire aux lèvres. Comme quoi, cette journée n’était pas des plus nazes et mortelles, même si elle avait de toute évidence mal commencée !
 
-          Histoire d’enterrer la hache de guerre.
 
Oui on pouvait aisément lui retourner l’humeur changeante, elle en était consciente, et ça n’était pas tant parce qu’elle avait été poussée par une attirance soudaine qu’elle l’avait embrassée mais plus pour casser cet instant de gêne qu’elle avait pu ressentir chez la Poufsouffle. Oui elle s’en amusait, c’était sa nature, ne rien prendre au sérieux, qu’importe ce qu’on dit ou ce qu’on fait. Cet interlude avait eu le mérite de lui faire oublier ses soucis, c’était déjà ça de gagné car tout le monde ne pouvait pas se vanter d’avoir réussi à la dérider sincèrement.
 
-          Un p’tit conseil… Soit plus mordante si tu veux qu'on te prenne plus au sérieux. J'ferais illusion auprès de la folle dingue,
 
Et arrête avec les insultes du genre, frappe droit au but si tu veux blesser et atteindre ton adversaire. Sur ces belles paroles, la jeune femme avait quitté la pièce, ne cherchant pas à en savoir plus, elle avait besoin de retrouver son espace, ses pensées. Et puis autant être honnête, c’est beaucoup plus drôle d’agir de la sorte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2259
Date d'inscription : 27/05/2013
Crédits : Carter
Double Compte : Dimitri & Charleen & Mateo & William & James & Leiv



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t2099-viens-decouvrir-les-printemps-
MessageSujet: Re: Let me go.. {feat. Jayden}   Jeu 17 Oct 2013 - 21:20

- Le moins qu’on puisse dire c’est que… t’es du genre changeante comme fille, tu l’sais ça ?

Pas tellement non, tu viens de me l’apprendre. Non, en faite je savais que parfois je pouvais passer d’un état à un autre en une fraction de seconde. Je sais que c’est étrange, mais c’est aussi mon caractère. Je suis de nature très douce… comme je peux devenir une vraie tigresse. Une vraie fille quoi. Bon okay, nous n’étions pas toutes comme ça mais c’est ce qui faisait mon caractère et ça n’avait jamais dérangé personne ici. Puis c’était pas souvent que je me laissais aller à des excès de colère, j’avais tendance à me maitriser… J’étais une rentre dedans, donc là encore, je nie la vérité. Et puis qu’est-ce que ça pouvait bien faire au fond hein ? Est-ce que tu …

Impact des lèvres au goût sauvage doucereux. Je reçu un uppercut droit dans l’estomac à la seconde même où je l’ai sentis m’embrasser. Une vague de sensation me submergea, de chaleur, de douceur … de plaisir. Je fus pris d’un violent vertige d’émotion et ce qui dura quelques secondes me parurent dès plus appréciable. Et ce, de manière plus agréable que je ne l’aurai cru. Le feu me monta aux joues et à aucun moment je n’ai cherchée à la repousser. Cette sensation m’était totalement inconnu, et durant ce contact, un milliard de question sont venu se bousculer dans ma tête et elles redoublèrent d’intensité lorsqu’elle rompu cet échange que je me surpris à vouloir conserver. Une douleur agréable s’installa entre mes reins… Je n’comprends pas trop ce qu’il se passe à vrai dire. Enfin… merde.

- Histoire d’enterrer la hache de guerre.

Hein ? Pardon.. je n’étais plus là en faite. Je sais pas trop où je suis, j’crois que je suis juste entrain de resté bras ballant, la bouche à demi ouverte à essayer de comprendre ce qu’il venait de se passer. J’ai terriblement chaud et j’me sens prise au dépourvu. Ca aurait été un garçon, je lui aurai retourné une gifle bien appuyée en guise de réponse. Mais là… Enfin, c’était une fille et bon. Et bon quoi ? Je n’en sais rien, j’ai juste une vague de question qui vienne m’assaillir. Questions que je ne comprends pas. Je m’étais déjà posé des questions sur une probable bisexualité, je l’avoue. Je n’en avais parlé à personne, de toute manière je n’en ressentais nullement le besoin. Mais de se trouver sur le fait accomplis changeait tout. Et l’acte avait été à ma grande surprise, agréable. Une bouche est une bouche, certes, mais pour moi c’était différent. Plus doux, plus tendre… plus… Frisson. Je suis complètement déstabilisé et j’ai un poids sur l’estomac qui contraste avec la légèreté de mon cœur. Je dois être rouge piment…

Et le plus con, c’est que j’trouve rien à dire. Quoi, t’as perdu la parole ? Arrête ton char, c’est qu’un baiser, rien de grave. Rien d’extraordinaire même s’il fut agréable.

« Drôle de manière… Mais ce fut appréciable. »

T’aurais pu franchement trouver mieux…

« Un p’tit conseil… Soit plus mordante si tu veux qu'on te prenne plus au sérieux. J'ferais illusion auprès de la folle dingue. »

J’esquisse un sourire gêné et la regarde partir, sans un mot. Ce qui m’étonne le plus, c’est que ne lui ai pas hurlé dessus par rapport à son geste. Ca aurait été complètement hypocrite de ma part. Et puis, pourquoi elle a fait ça ? La question est-elle vraiment utile ? Non. Je sais pas combien de temps je suis restée là, le regard perdu dans le vide, avec encore la sensation d’avoir ses lèvres sur les miennes. Est-ce que tout ça avait une réelle importance ? Est-ce que ça changeait quelque chose ? Au moins, ça a eu l’effet de me faire oublier quelques instants Phaedre et sa folie dangereuse.

Un léger sourire aux lèvres, je me décide à rentrer à la salle commune de Poufsouffle où j’y restais encore quelques instants un peu paumée. Et puis merde, quel importance ça peut faire d’apprécier les hommes ou les femmes … Aucune. Pas pour moi. Je crois.

- THE END -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Let me go.. {feat. Jayden}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Let me go.. {feat. Jayden}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» beautiful day, but... bad timing ! || feat Jayden
» Can't understand, I'll take the pain || feat Jayden
» Partir un jour sans retour || feat Jayden
» Jayden Cole vs Jesse Jane
» Let's bet them - Jayden

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Rez-de-Chaussée. :: ─ Hall d'entrée-
Sauter vers: