AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Event 20/07] No time for heroes - Enzo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: [Event 20/07] No time for heroes - Enzo   Ven 5 Juil 2013 - 11:34

20 Juillet - En parallèle du meurtre de Walters.
Avant que ça ne soit annoncé par les tableaux

« Dakota ?!? DAKOTA ?!! »

Fait chier, merde merde merde !

« DAKOTA !!? »

Pivotant sur elle-même, noyée dans la foule, Sovahnn tentait de repérer la jeune femme, les yeux plissés, jouant des coudes pour tenter de repérer quoi que ce soit qui pourrait ressembler à la belle moldue. Un bout de coude, de cheveux ou de doigts de pied, n’importe quoi ! Pourtant, tout ce qu’elle voyait là, c’était des gosses qui courraient dans tous les sens, morts de trouille et cherchant à trouver un refuge. Ce qu’il s’était passé, elle n’en savait rien, ils étaient tous plongés dans l’inconu, mais, d’un coup, sans comprendre d’où ça sortait, elle avait vu des jeunes se battre contre des Supérieurs et des Supérieurs tirer sur tout ce qui pouvait bien bouger pour reprendre le contrôle des choses. Conclusion, tout le monde s’était mis à paniquer, certains cherchaient à s’enfuir, d’autres à prendre les armes, mais, malheureusement, des gens des deux catégories tombaient depuis. Sans trop savoir s’il était mort ou non, Sovahnn avait vu quelqu’un s’écrouler pas loin, à la suite d’un éclair. C’était seulement quelques minutes plus tôt, mais la jeune femme était parfaitement incapable de dire de quelle couleur était l’éclair ou simplement où s’était déroulé la scène. Toujours était-il qu’elle était avec Takuma et Dakota quand tout avait commencé et que le garçon avait rapidement disparu, embarqué dans un mouvement de foule, tandis qu’à présent, c’était Dakota qui manquait à l’appel. Ne pas se séparer, c’est ce qu’on dit pourtant dans ces cas là non ? Non, parce que ces cas-là n’ont pas de raison de se produire. A vrai dire, il n’y avait même pas d’instructions en cas d’incendies ici, alors d’attaques importunes, ça ne risquait pas.

Là, derrière, la jeune femme avait entendu des cris, et, se retournant, c’était une vraie cohue qui lui était apparue. Comment se pouvait-il qu’il y ait autant d’élèves dans cette école au juste ? Dans tous les cas, là-bas, il y avait des Supérieurs, baguette à la main, qui tiraient dans la masse, et, au vu des hurlements de panique, ça n’était pas pour leur envoyer des blocklang.

Faisant demi-tour, la jeune Poufsouffle avait tenté de se dégager de là, se frayer un chemin vers le couloir le plus proche, tentant de s’extirper de ce mauvais pas. Là bas, d’autres sorts avaient été envoyés, sur les Supérieurs cette fois, mais la majorité des élèves cherchaient surtout à fuir et elle avec. Oui, elle était du genre téméraire, abrutie et trop fonceuse, mais il ne fallait pas trop déconner non plus. Elle n’avait pas la carrure et elle le savait parfaitement. Pourtant, c’était bien baguette à la main qu’elle avait réussi à avancer à la perpendiculaire du sens de marche, débouchant, expulsée, dans un couloir annexe. Là, ce n’était pas dans le vide et le calme qu’elle s’était retrouvée, mais, avant d’avoir réussi à repérer quoi que ce soit, elle s’était pris quelqu’un en lâchant un petit cri de surprise angoissée. Elle aurait bien pu se prendre un poteau qu’elle aurait tout de même eu l’impression que celui-ci allait la tuer sur le champ, pourtant, point de poteaux en plein milieu de l’école, juste un ami. Relevant la tête, c’était Enzo qu’elle avait découvert, lâchant un beau rire nerveux d’une fraction de seconde avant de lui cogner le crâne l’instant suivant.

Pas très conventionnel, je vous l’accorde, et, pourtant, il y avait une raison toute simple à ce geste très bizarre : en le cognant, la jeune femme et sa baguette en main avaient envoyé une flammèche vers les cheveux du garçon dont une des mèches était donc en feu. En quelques coups, c’était réglé pourtant, pas d’angoisses, mais la jeune femme n’avait pu s’empêcher de tirer une tronche de tous les diables avant de rire de nouveau de la situation.

« C’est pas vrai, désolée. T’es.. presque toujours aussi sexy, t’en fais pas. »

Les cheveux, ça repousse de toute manière, surtout avec la magie. Et puis, en fait, ça se voyait à peine, surtout vu le bordel qui régnait sur sa tête à ce moment précis. Et, oui, c’est toujours le moment pour les blagues vaseuses.

« Ça va ?? Tu sais ce qu’il se passe ? C’est arrivé d’un coup, j’sais pas ce qui a déclenché tout ça. J’ai perdu Dakota dans la foule, j’sais pas où elle est. »

Entraînant Enzo en entendant de nouveaux fracas non loin de là, la jeune femme avait songé qu’elle avait également perdu de vue Takuma, mais ça n’était pas vraiment pour lui qu’elle s’en faisait. Il était capable de s’en sortir lui, Dakota, elle, n’avait aucune arme. Comme elle, en fait, à peu de choses près.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16994
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: [Event 20/07] No time for heroes - Enzo   Sam 13 Juil 2013 - 10:28

Dimanche 20 juillet 2014 – Début de soirée
No time for heroes



Sovahnn & Enzo

« Mmmm … Oui Maman, j'y vais ... »

Maman ? Ouvre les yeux Enzo. Un rêve ? Pour une fois pas un cauchemar, ça change. C'était plutôt agréable d'ailleurs mais quelqu'un peut-il m'expliquer ce que je fais endormi – tout seul – sur mon lit un dimanche en fin de journée ? J'émerge, la pièce est vide. Assis sur mon pieu, la tronche en biais et l'expression du gars qui vient clairement de se réveiller avec les cheveux en pétard et tout l'attirail, je dois faire peine à voir. A l'intérieur tout est silencieux, dehors le soleil est encore bien présent et les oiseaux chantent à tout va. Un coup d'œil sur ma montre … Non, clairement, ça ne le fait pas. Depuis combien de temps je suis là au juste ? Et est ce que je suis bien réveillé au moins ? J'ai le souvenirs de rêves qui avaient l'air tellement réels il n'y a encore pas si longtemps … Est ce que je dois m'attendre à voir un cadavre sortir de sous mon lit dans la seconde ou … ? Aller prends toi en main Enzo, fais quelque chose de ta vie, vas voir des gens, etc …

J'ai donc fini par me lever, tant bien que mal, et non sans avoir pris le temps de faire un câlin à Lune avant d'aller me passer de l'eau froide sur le visage pour finalement descendre dans la Salle Commune qui elle aussi est déserte. C'est quoi le délire là au juste ? Tout le monde est mort et je suis le seul survivant sur la planète ? J'hallucine tellement que je me pince pour être sur de ne pas être entrain de rêver. Je suis dans le coltard total et la situation deviendrait presque flippante. Jusqu'à ce que la porte s'ouvre et que j'entende également du bruit derrière moi. D'un côté un gars que je ne connais pas vraiment qui rentre en trombe et me bouscule. Il a l'air affolé, et à l'extérieur, dans les couloirs, ça semble être la cohue. J'entends des cris je crois.

« Qu’est ce qui se passe ? »

Pas de réponse, bon. Ok.

« Enzo ! »

De l'autre, Cleo et Malie qui s'avancent vers moi mais je ne suis qu'à demi concentré. Un regard vers elle, une oreille tendu vers l'extérieur de la Salle Commune. Je fronce les sourcils. Ça n'est pas normal. Mon instinct, lui, se met en route instantanément et prend les commandes. Soudainement je me sens réveillé.

« Restez là, je sais pas du tout ce qui se passe là dehors mais ça peut être dangereux alors ne sortez pas d’ici et restez toutes les deux. »
« On vient avec toi. »
« Non. »

Implacable.
Sans doute peut être un peu dur même.

« Non, Cleo, s’il te plait reste ici. S’il t’arrive un truc je ne me le pardonnerai pas, et ton père non plus. Si je le croise je lui dis que t’es là donc bouge pas. J’te fais confiance. Surveille la Malie, s’il te plait. »

Un signe de tête de la brune, un grognement de la petite blonde, et moi je disparai et m'engouffre dans les couloirs. Je ne comprends rien, il me semble que ça grouille dans tous les sens. J'entends du bruit partout, certains courent, d'autres comme moi ne comprennent pas ce qu'il se passe et sans que je ne m'en rende vraiment compte je descends les étages un à un. En chemin je croise Jill, elle est avec Maël sur un escalier en face de moi, à telle distance qu'on ne peut pas s'entendre étant donné le bruit qui règne partout. On se fait des signes, on se comprend. C'est finalement au quatrième que je fonce, je dois le trouver. Mon pas s'accélère, je ne regarde pas où je vais et … KABOOM ! Un instant je suis aveuglé, l'autre je reprends mes esprits. Le choc en soi n'a pas été si puissant mais quelque chose d'autre m'a étourdis. Devant moi Sovahnn, un sourire presque crispé sur le visage, qui me tapote la tête et là je comprends ...

« C’est pas vrai, désolée. T’es.. presque toujours aussi sexy, t’en fais pas. »

Est ce que je m'énerve ? Non, ça me fait même sourire. En réalité c'est plus son expression qui m'amuse. C'est vrai que je tiens à mes cheveux mais ça va, y a pas mort d'homme et au touché j'ai pas l'impression d'avoir un énorme trou sur le crane alors ...

« Mon capital capillaire Sova ! Merde, tu sais que j’y tiens et que sans mes cheveux je suis plus rien ! J’me sens tout nu. »

...

« Et ça sent le cochon grillé en prime. »

Vous imaginez ce que ça donne avec des sens lupins ?
C'est un poil agressif comme odeur, je vous assure.

« Ça va ?? Tu sais ce qu’il se passe ? C’est arrivé d’un coup, j’sais pas ce qui a déclenché tout ça. J’ai perdu Dakota dans la foule, j’sais pas où elle est. »

Elle m'attrape le bras tout en parlant et je la suis un peu plus loin. C'est … le bordel. Je ne m'étais rendu compte à quel point jusqu'ici et je sens bien que le calme presque stoïque et inconscient dont je faisais preuve jusqu'ici s'estompent lentement mais surement.

« Ça va. J’suis toujours entier mais je sais absolument pas ce qu’il se passe. J’étais tranquille chez les Rouges, j’ai senti un flot de panique émaner d’un de mes coloc et j’me suis dit : Tiens ! Si j’allais risquer ma peau et voir ce qui se trame dans ce merdier. Ça faisait longtemps. »

Un regard alentour puis de nouveau mon attention focalisée sur elle. Je l'ai au moins elle sous les yeux, c'est déjà ça.

« Tu l’a paumé ici, au quatrième ? »

Mon étage préféré.

« Je t’aide à la chercher si tu veux, faut que je trouve Kyle aussi. J’ai pas la moindre idée d’où il peut être mais commencer par sa « chambre » ça me paraît un bon début. »

T’as intérêt à y être parce que je te jure que mon air presque serein, confiant et détaché il va pas tenir le coup longtemps si c’est pas le cas. Et puis autant qu'on reste groupé, je tiens pas spécialement à te savoir dans la nature n'importe où. Et je sens mon myocarde qui commence vraiment à s'affoler, puis une silhouette familière se détache dans la foule. J'attrape la main de mon amie et nous dirige vers lui.

« Monsieur Andrews ! M’sieur ! »
« Ah, Enzo. »
« Vous savez ce qui se passe ? »
« Pas vraiment non mais ne restez pas ici, c’est dangereux. »

Sans déconner ? J’ai failli perdre mes cheveux tout à l’heure. Ah non c’est vrai, rien à voir avec ce cirque.

« Tu sais où est Cleo ? »
« Dans notre Salle Commune avec interdiction d’en sortir. Elle est avec Malie. »
« Très bien, merci. Allez-vous mettre à l’abri maintenant et ne faites rien de stupide. »

Comme si c’était notre genre … Lui a déjà disparu et avant même qu'on est eu le temps de dire ouf un sortilège nous fonce droit dessus. Réflexe immédiat – merci la Lycanthropie, au moins en partie – je me tourne et prend la petite blonde dans mes bras avant de nous rabaisser tous les deux. Le sortilège nous frôle et s'écrase dans le mur juste derrière nous, mur qui éclate en partie. Est ce qu'on était vraiment les cibles ou bien simplement un hypothétique dommage collatéral ? Peu importe, rester là serait une connerie. Ça sent pas bon tout ça, mieux vaut soit se mettre à l'abri, soit rester en mouvement mais en tout cas foutre le camp d'ici au cas où celui qui a lancé ce sort voulait délibérément nous atteindre et une fois que c'est fait ...

« Ça va ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: [Event 20/07] No time for heroes - Enzo   Mer 24 Juil 2013 - 18:03

« C’est pas vrai, désolée. T’es.. presque toujours aussi sexy, t’en fais pas. »

Ok, je ne suis pas douée, c’est pas nouveau et il faut toujours que ça ressorte au meilleur moment, c’est bien connu. Non, sérieusement, la panique, ça n’est pas un bon plan, et, depuis le temps, je devrais le savoir non ? Il s’est passé tellement de choses que j’arrive à en perdre le fil à présent. Ça ne sent pas bon, et, franchement, j’aime pas ça. Je suis comme certaines personnes, même si je crois à l’avenir, j’ai peur quand les choses menacent de changer, parce qu’on ne sait pas quel tournant elles peuvent prendre. Et si c’était pire après ? C’est toujours la question qui revient. Tu parles d’une optimiste. Comme quoi, ils auront fini par avoir eu raison de certaines de mes certitudes.
C’est comme ça, c’est con, mais, là, j’peux rien y changer. Je ris, encore, oui, bien sûr, parce que c’est tellement absurde que, finalement, rire est probablement la solution la plus aboutie de tout ce qui pourrait bien me passer par le crâne. Mieux vaux ça non ?


« Mon capital capillaire Sova ! Merde, tu sais que j’y tiens et que sans mes cheveux je suis plus rien ! J’me sens tout nu. »
« C’est pas véridique, j’t’assure que j’l’aurais remarqué. »

Un truc pareil, on ne le louperait pas voyons.

« Et ça sent le cochon grillé en prime. »
« Je vais souffler souffler et ta maison va s’écrouler… nan, cherche pas, référence d’une enfance moldue bien marquée. »

On continue il faut croire, on fait passer les choses en second plan, comme si cette manière de les aborder permettait de les rendre moins graves. Comme si en n’y croyant qu’à peine, en prenant un air détaché, ça pouvait nous épargner de nouvelles épreuves. Ça n’a pourtant pas super bien marché jusqu’à présent, mais d’après ce que j’ai pu voir, et, lui aussi je crois, agir différemment est pire encore alors autant s’en tenir à ce qu’on connait.

« Ça va ?? Tu sais ce qu’il se passe ? C’est arrivé d’un coup, j’sais pas ce qui a déclenché tout ça. J’ai perdu Dakota dans la foule, j’sais pas où elle est. »

Des gens courent dans tous les sens et rien que ça, honnêtement, ça ne pousse pas vraiment au calme. Quelque chose s’est passé, c’est clair, mais qui dois-t-on craindre ? Qui est tombé cette fois ? Je voudrais penser que tout ce barouf est en notre faveur, mais franchement, j’en doute pas mal. La dernière fois, c’était Logan qui se faisait embarquer, il y a eu aussi cet exode de jeunes dans les cachots, le moment où le vampire a décidé de faire un massacre aussi, des histoires de loups garous en tout genre – sans vouloir te viser Enzo – bref, la force de l’habitude fait que, clairement, j’le sens pas, et j’pense pas être la seule. C’est quoi cette fois ? Pourquoi toute cette agitation et ces sorts qui fusent dans tous les sens ? On dirait que quelqu’un a craqué et a foutu en l’air le calme précaire qui tentait difficilement de se maintenir ici. Ça ne fait pas évènement contrôlé, ça fait guerre civile. A les voir tirer dans le tas comme ça, j’ai d’ailleurs pas vraiment l’impression que les Supérieurs savent ce qu’ils font. Ils tentent de reprendre le contrôle. Oui, mais le contrôle de quoi ?

« Ça va. J’suis toujours entier mais je sais absolument pas ce qu’il se passe. J’étais tranquille chez les Rouges, j’ai senti un flot de panique émaner d’un de mes coloc et j’me suis dit : Tiens ! Si j’allais risquer ma peau et voir ce qui se trame dans ce merdier. Ça faisait longtemps. »
« Ah ben oui, t’as raison, ça manquait ça. »

Et si on se planquait tous et qu’on attendait que tout soit terminé ? Quoi ? Moi je trouve que c’est un bon plan, et, oui, j’aime pas être balancée comme ça dans un vrai merdier sans savoir au juste le pourquoi de tout ce foutoir.

« Tu l’a paumé ici, au quatrième ? »
« Ouais, ya eu un mouvement de foule, j’voulais nous écarter de la masse, j’ai l’impression que les Supérieurs tirent dans le tas et que certains élèves aussi. J’sais pas trop qui est contre qui en fait. Et la main de Dakota m’a échappé. En voyant tout ça, elle a insisté pour trouver Takuma, on montait à l’infirmerie. »
« Je t’aide à la chercher si tu veux, faut que je trouve Kyle aussi. J’ai pas la moindre idée d’où il peut être mais commencer par sa « chambre » ça me paraît un bon début. »
« Ça marche. On commence par ça, c’est plus près. »

On oublie l’idée d’aller se planquer dans un coin si j’ai bien compris. C’est pas ce que j’aurais fait de toute manière, il ne faut pas rêver. Pas que j’en crève pas d’envie, qu’on s’entende, mais c’est juste qu’ici, ce qui est en jeu, comme à chaque fois, c’est la famille qu’on s’est tous créés. A défaut d’avoir encore la notre, il faut bien compenser parait-il, et, pour le coup, même ceux qui ont encore des liens de sangs en sont coupés, alors je pense qu’on a un peu tous réagis pareils. L’Homme ne doit pas être tant fait pour être si solitaire que ça. Bien sûr, on cherche tous à trouver nos proches, à nous réunir et à faire les choses ensembles pour ne pas sortir à la fin de toute cette pagaille et voir qu’en fait on a quelques deuils à faire. On s’est trop battus pour ça.


« Hey mais c’est pas par là ! »

Tous ces excès de phéromones de panique t’auraient-ils rendu barge ? Nan parce que je sais que je n’y suis pas allée des masses de fois mais… la chambre de Kyle c’est de l’autre co… ah ! M.Andrews. Ok, compris.

« Monsieur Andrews ! M’sieur ! »
« Ah, Enzo. »
« Vous savez ce qui se passe ? »
« Pas vraiment non mais ne restez pas ici, c’est dangereux. »

Ah bon ? C’est fou ça, j’aurais pas deviné. Ok, j’avoue, je ne me la ramène pas tant que ça. j’apprécie ce prof, mais rien de plus, je ne le connais pas personnellement et, si à Logan ou Ismaelle, je me serais permis ce genre de remarques, là, non. Hey ! Comme quoi j’suis pas encore trop paniquée sinon ce type d’impolitesse serait sortie depuis longtemps.

« Tu sais où est Cleo ? »
« Dans notre Salle Commune avec interdiction d’en sortir. Elle est avec Malie. »
« Très bien, merci. Allez-vous mettre à l’abri maintenant et ne faites rien de stupide. »

Sans problème ! Bon, ça y est, on est partis, on plonge dans la foule pour aller chercher nos amis, et ce en nous baladant à découvert dans tout le château où les Supérieurs s’entraînent à viser sur des cibles mouvantes ?!

Et l’instant d’après, les cibles, c’étaient eux. Sans comprendre ce qu’il se passait, Sovahnn se sentie rabattue sur l’avant, prise dans les bras d’Enzo alors que, là, juste devant eux, le mur venait de se prendre le sortilège qui avait sifflé à leurs oreilles et avait éclaté en partie. Dans un frisson, la jeune femme se redressa en même temps que son ami et, sans même se consulter, ils dégagèrent le plus rapidement possible, s’éloignant de là à la vitesse grand V. La course à pied commençant à devenir un grand classique pour les deux jeunes gens, ceux-ci ralentirent une fois le danger potentiellement écarté.

« Ça va ? »
« Ouais. Toi ? »

Répondre par l’affirmatif était peut être un euphémisme, mais ça aurait pu être tellement pire que.. et puis, ils n’avaient pas vraiment le temps de s’éterniser sur leurs états d’âmes. Ils verraient ça plus tard, au calme.

« Merci. »



« On devrait y aller. »

Sous-entendu trouver leurs proches, à commencer par Kyle puisqu’ils n’étaient pas loin. Les Supérieurs semblaient tous sur le pied de guerre, pourtant rien ne disait qu’ils étaient tous au courant de ce bordel et l’aile des moldus était souvent bardée de leur présence.

« On ne fonce pas dans le tas d’accord ? »

Pourtant, sur place..

« Ça va pas faciliter les choses ça… »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16994
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: [Event 20/07] No time for heroes - Enzo   Jeu 25 Juil 2013 - 22:08

Ça craint. Je sais pas ce qui se passe mais ça sent clairement pas bon et le fait que Monsieur Andrews n'en sache pas plus ne me rassure pas le moins du monde. Tous mes sens sont en alerte, mes réflexes sont aiguisés au maximum, mais c'est tellement le bordel que je n'arrive pas à capter un bruit distinct, même une odeur ou un simple mouvement. Mon cœur bat à 100 à l'heure et si je me concentre assez je sais que celui de Sovahnn doit adopter la même vitesse de croisière. On continue de faire de l'humour mais comme souvent c'est pour sauver les apparences. La tension dans l'air est palpable mais l'adrénaline nous empêche de céder à la panique. Je crois que ça n'est pas le cas de tout le monde mais c'est qu'on doit être bien accroché. L'habitude … Comme quoi prendre des claques ça peut avoir du bon, non ? Oui, c'est de l'ironie mais ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort il paraît et je suis assez d'accord avec ce concept.

On est pas passé loin de la catastrophe, encore une fois, et là je crois qu'on peut clairement dire merci à ma Lycanthropie. Je suis pas entrain d'essayer de choper une médaille ou la gloire, j'expose des faits. Je ne sais pas si un humain normal aurait perçu le sort suffisamment rapidement pour l'éviter. Peut être. J'en sais rien. C'est pas le moment de se poser ce genre de questions de toute façon. Et puis une fois hors de danger, naturellement, on s'assure qu'il n'y a pas de casse. Après tout ça ne serait pas la première fois que quelqu'un se rend compte qu'il est blessé après avoir parcouru plusieurs mètres pour s'éloigner du danger.

« Ça va ?
« Ouais. Toi ? »
« Ça va. »

T'as l'air en un seul morceau, moi aussi.
Pas d'odeur de sang, juste celle de la peur.
Tout va bien.

« Merci. »
« Je t’aime trop entière pour laisser une truc aussi con t’abimer. »
« On devrait y aller. »
« Ouais. »

La baguette dans une main, la main de mon amie dans l'autre, nous voilà entrain de « déambuler » dans les couloirs à la recherche d'un visage familier mais tout ce qu'on croise c'est la terreur. L'objectif est simple : Trouver Dakota et Kyle et foutre le camp d'ici pour se mettre à l'abri. Et comme pour souligner mes pensées, comme si elle avait pu lire dans ma tête ou tout simplement parce qu'elle me connait très bien et qu'elle sait de quoi je suis capable c'est à dire : Foncer dans le tas ...

« On ne fonce pas dans le tas d’accord ? »

Elle le sait, je ne peux pas en faire la promesse. Néanmoins j'ai assez donné comme ça alors tout ce que j'espère c'est qu'on va simplement pouvoir trouver les personnes qu'on cherche sans avoir à en arriver à de tel extrème.

« D’accord … »

Je ne la lâche pas, je regarde partout autour de nous et elle en fait autant. Je pense à mon frère, je me demande où il est, s'il va bien, mais j'essaie de me rassurer en me disant qu'il est assez fort pour s'occuper de lui. Je pense à Jill, que j'ai croisé un peu plus tôt avec Maël. J'espère qu'ils sont en sécurité mais là encore il y a une 10ème année dans le lot. On se console comme on peut. Cleo est dans la Salle Commune et j'espère vraiment qu'elle va y rester – si tant est que ce soit un endroit sécuritaire mais ça y ressemblait en tout cas. Je n'ai pas vu Elwynn mais pour les mêmes raisons que mon frère et Jill, je m'inquiète … disons moins que ce que je peux le faire pour Kyle. Il n'a pas de pouvoir, c'est un fait, mais c'est surtout que … Et puis merde ...

« Ça va pas faciliter les choses ça… »

Là, devant nous, à seulement quelques mètre mais qui ne semblent pas encore nous avoir vu et pour cause ils sont bien trop concentrés sur la véritable action, pas sur deux gosses qui a première vu ne ressemble pas vraiment à une menace. Nous voilà plaqués contre le mur, le souffle légèrement court malgré l'entrainement pour l'un comme pour l'autre. Je ferme les yeux, tache de me calmer dans le but de pouvoir réfléchir correctement. Faire demi tour ? Hors de question. Je ne quitterai pas le 4ème étage sans avoir vérifié chaque pièce susceptible de cacher du monde, et surtout susceptible de le cacher Lui. Ou elle. Dakota.

« J’ai pas passé un an et demi à feinter ces connards pour les laisser m’empêcher de passer maintenant. »

Le ton est ferme, implacable et définitif. Loin de moi l'idée de mettre Sovahnn en danger, c'est une certitude, mais j'ai les nerfs à vif, c'est trop tard pour faire machine arrière. A nouveau ma main s'empare de la sienne, sans doute un peu plus brutalement que tout à l'heure. Désolé.

« Viens par là, y a un autre passage plus loin. »

Un an et demi j'exagère, mais à peine. Le quatrième étage je le connais par cœur et depuis quelques semaines c'est pratiquement devenu ma résidence secondaire. C'est pas toujours possible d'y accéder mais avec le temps et « l'expérience » on apprend les astuces, on repère ceux qui sont plus dilettante dans leur façon de surveiller, on fait attention à la magie qui traine. Ce genre de détail qui peuvent sauver une vie ou en tout cas la préserver. Cette fois c'est un peu différent, ils vont surement être sur le qui vive mais avec l'agitation je me dis qu'on a peut être une chance de passer paradoxalement plus facilement entre les mailles du filet et … Bingo ! Cet accès je l'ai trouvé lors d'une de mes nombreuses pérégrinations nocturnes et je remercie pour une fois Morphée de m'avoir lâché et poussé à aller prendre l'air.

Le couloir semble étrangement désert, ma main ne lâche jamais celle de Sovahnn. Le bras tendu devant moi, la baguette entre les doigts, méfiants, on arrive enfin devant la porte de sa chambre. Elle est entrouverte, je la pousse et ...

« Putain … »

Vide.

« T’es où bordel de merde ? »

Dis moi que t'es caché sous le lit … mais non, évidemment. Et là je commence sérieusement à perdre ma patience, et surtout le contrôle.

« La chambre de Cameron. »

Juste à quelques mètres mais ...

« Personne non plus, c’est génial. »

Respire Enzo, respire. Et dans tout ce merdier j'arrive pas à me concentrer assez pour essayer de capter son odeur. Y en a trop, ça va trop vite dans ma tête.

« Eh ! Toi ! Oui toi là ! »

Le toi en question est un visage qui m'est familier mais pas pour les bonnes raisons. C'est lui, c'est … ce type qui regarde Kyle d'une façon qui me dérange. Jamais il ne m'a parlé de lui mais je les ai vu une fois ensemble quand on était séparés et même si je n'avais pas mon mot à dire ça ne m'a pas plus. Je n'ai jamais évoqué ce mec mais même si j'ai décidé de prendre du recul ça ne m'empêche pas de veiller au grain. J'ai fait des progrès niveau jalousie et possessivité mais de toute façon c'est pas le propos. Il connait Kyle, donc il sait peut être où il est et c'est tout ce qui m'importe.

« Qu’est c’que tu veux ? »
« Je cherche Kyle. »
« Je sais pas où il est. »

Un regard à Sovahnn, un autre à … je ne sais même pas comment il s'appelle et je m'en fous.

« Tu serais pas entrain de me raconter des cracks, hein ? »
« Non, pourquoi je ferai ça ? »
« J’ai bien ma p’tite idée sur la question … »

Et c'est plus fort que moi, je ne peux pas m'empêcher de faire un pas vers lui, le forçant à reculer vers le mur. Je vois mon bras se tendre mais c'est comme si j'étais incapable de le retenir. Ma main s'accroche à son col et lui se retrouve dos au mur. Un grondement sourd s'échappe de ma gorge.

« Fais pas le malin avec moi. »
« Lâche-moi ! »
« La dernière fois que tu l’as vu il était où ? Il faisait quoi ? Il t’a parlé d’un truc qu’il aurait à faire, d’un endroit où il voulait aller ? »
« Non ! Je t’ai dit que je savais pas. Il veut plus me parler de toute façon, à cause de toi ! »
« A cause de m… pardon ? »

Je le lâche, recule d'un pas et cherche le contact de Sova par instinct, comme pour me calmer.

« Il est assez grand pour prendre ses propres décisions et je l’ai jamais empêché de parler à qui que ce soit alors tu … »
« T’es qu’un taré complètement instable, il mérite 10 fois mieux qu’un type comme toi qui le prend et qui le jette quand ça l’arrange ! »
« Tu sais pas de quoi tu parles alors ferme ta gueule. »

T'en sais rien ! Rien du tout ! Tu me connais pas, et puis qu'est ce que tu crois ? Que tu le connais lui ? Ça fait quoi, un mois, peut être deux, que t'es là et tu penses que t'as tout compris ? Mais ferme là putain, ferme là !

« J’suis pas venu là pour régler mes comptes, d’accord ? Tu penses ce que tu veux je m’en cogne mais si j’apprends qu’il lui ait arrivé quelque chose et que tu savais où il était mais que t’as pas voulu me le dire juste parce que ma gueule te revient pas, j’te jure que t’auras de mes nouvelles. »

L'index pointé vers lui, menaçant, je ne bluffe pas et je suis certain que tu le sens. Un dernier regard, demi tour. Kyle n'est pas là, Dakota non plus, ça ne sert à rien de rester ici. C'est trop dangereux. Une fois suffisamment loin je m'arrête finalement, attrape ma nuque dans un geste nerveux mais automatique, danse d'un pied sur l'autre.

« Écoute, on va monter à l’infirmerie voir si Dakota est en sécurité avec Takuma, et peut être que Max a besoin d’aide. On sera plus en sécurité là haut de toute façon. Enfin j’en sais rien mais je serai plus tranquille de te savoir là bas avec eux. »

Désolé, je perds un peu les pédales là mais ...

« Si y a personne on avise. S’ils sont là tu restes avec eux et moi j’vais … faut que j’le trouve. »

J'ai la trouille, comme c'est pas permis. Excuse moi, je veux rien t'imposer. Tu prends tes propres décisions toi aussi, c'est juste que ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: [Event 20/07] No time for heroes - Enzo   Jeu 1 Aoû 2013 - 15:41

« Ça va ?
« Ouais. Toi ? »
« Ça va. »

C’était peut être un euphémisme mais l’idée était là : tout deux étaient entiers et dans le contexte actuel, ça n’était déjà pas si mal. Ils savaient à quoi s’en tenir et avaient tous revus leurs exigences à la baisse pour ce qui était d’aller « bien ».

« Merci. »
« Je t’aime trop entière pour laisser une truc aussi con t’abimer. »

C’est ça. Ne jamais perdre son sens de l’humour, c’est une règle de base, ça permet de dédramatiser certaines situations et de les faire passer… disons un peu mieux que sans. Lançant un sourire complice à son ami, Sovahnn lui avait tout de même suggérer d’y aller. Ça n’était probablement pas le moment de perdre du temps et ce, même si chacun de leurs mouvements pouvait probablement les mettre bien plus dans la merde qu’ils ne l’étaient déjà. Le seul avantage réel de la situation, c’était qu’il semblait que les tensions qui pouvaient subsister entre le Griffondor et elle s’étaient évaporer avec l’angoisse. Ils étaient de nouveau aussi soudés que s’il ne s’était rien passé et pour rien au monde la jeune femme ne l’aurait quitté de vu à cet instant. A présent, ils étaient juste pareils, ils avaient simplement peur pour leurs proches et tentaient d’agir pour obtenir un semblant de contrôle sur la situation. Retrouver tout le monde en un seul morceau et en vie constituait la première étape. La suite ? Se protéger et attendre que ça passe, très probablement. Ah ouais ! Et au passage, une recommandation :

« On ne fonce pas dans le tas d’accord ? »

La jeune femme savait que ça n’était pas forcément dans son naturel, mais s’il pouvait essayer de ne pas faire de connerie, là, ça l’arrangeait. Pas qu’elle n’ait pas confiance en lui, c’est juste qu’en disant ça, elle posait déjà une base qui le freinerait probablement. Clairement, elle ne voulait simplement pas de drames.

« D’accord … »

Parfait. Maintenant, il ne restait plus qu’à.. tout faire finalement. Et s’ils ne trouvaient pas Kyle ? Et s’ils ne trouvaient personne ? Après tout, l’école était immense, et vu le foutoir qui se déroulait tout autour d’eux, les gens bougeaient sans arrêt, il ne serait absolument pas étonnant qu’ils n’arrivent pas à se croiser. Du moins, cela dépendrait du temps pendant lequel tout ça durerait et la jeune femme ne savait pas trop ce qui serait le mieux.

« Ça va pas faciliter les choses ça… »

Des Supérieurs. Une flopée de Supérieurs. Evidemment, ça aurait été trop simple si ça n’avait pas été le cas c’est ça ? Autant pimenter un peu les choses, je trouve qu’il ne se passe pas encore assez de choses prises de tête dans ce château ! Nan mais franchement quelle blague ! Plaqués contre le mur, inspirant à fond pour retrouver leur souffle tout en tentant de faire le moins de bruit possible, les deux jeunes gens, sans un mot, avaient semblé analyser la situation avant qu’Enzo ne se décide à prendre les choses en main. Et par les choses, c’était elle, pour le coup qu’il attrapait.

« J’ai pas passé un an et demi à feinter ces connards pour les laisser m’empêcher de passer maintenant. »

Grimaçant à cause de la poigne de son ami, la jeune femme n’avait pourtant pas fait de commentaires, se laissant embarquée, lui faisant confiance quant à sa capacité de passer à travers les regards des Supérieurs.

« Viens par là, y a un autre passage plus loin. »

Se laissant embarquer, la jeune femme avait suivi Enzo jusqu’à un passage qu’elle ne connaissait pas et qui leur avait apparemment permis de contourner les Supérieur. Bon, c’était déjà ça, ils avaient évités le pire et sans utiliser leurs baguettes. Sans bruits, ils s’étaient donc afférés à traverser le couloir vide, leur corps tendus par le stress jusqu’à ce qu’ils passent la porte de la chambre de Kyle. Le drame : vide.

« Putain … »

A vrai dire, la jeune femme s’en doutait un  peu, il y avait tout de même peu de probabilités qu’il se trouve dans sa chambre, calmement alors que dehors, c’était un vrai foutoir. Non ? Ça semble logique pourtant. Enfin, ça lui semblait peut être logique parce que ça n’était pas son petit ami à elle.

« T’es où bordel de merde ? »
« Enzo… »
« La chambre de Cameron. »

Ok. Sans un mot, elle l’avait suivit, ne voulant pas le bloquer alors qu’il était dans un état d’agitation frôlant l’hystérie complète. Son côté féminin, probablement. Ceci était une petite pique un bon moment après, oui. Nouvelles foulées et ils déboulaient dans la chambre qui appartenait à Cameron parait-il. Même constat.


« Personne non plus, c’est génial. »
« Il est partit en voyant le bordel pour aller là où ça craint moins Enzo c’est tout ! »
« Eh ! Toi ! Oui toi là ! »
« Qui ça ? »

J’me sens vachement écoutée, c’est ça qui fait plaisir.

C’est ce qu’on appelle de la panique. La jeune femme avait fait un demi-tour sur elle-même alors qu’Enzo se précipitait vers une personne qu’elle ne connaissait absolument pas. Et que foutent trois cons dans le couloir d’ordinaire déjà bourré de Supérieurs au juste ? C’est louche.

« Qu’est c’que tu veux ? »
« Je cherche Kyle. »
« Je sais pas où il est. »

Manifestement, c’est entre eux. Et ça n’est aussi pas vraiment le bon moment pour régler des comptes personnels. Enfin, ce qu’elle en pensait. Enzo lui avait adressé un regard genre « il se fout de moi là à ton avis ou pas ? Nan, parce que j’en ai bien l’impression » et tout ce que son regard à elle avait semblé lui dire se résumait en : « comment veux-tu que je le sache ? ».

« Tu serais pas entrain de me raconter des cracks, hein ? »
« Non, pourquoi je ferai ça ? »
« J’ai bien ma p’tite idée sur la question … »

Et le numéro du mâle qui défend son territoire et fait reculer l’autre par intimidation … et qui plaque l’autre  contre le mur devant l’air désespéré de Sovahnn.

C’est pas gagné..

« Fais pas le malin avec moi. »
« Lâche-moi ! »
« La dernière fois que tu l’as vu il était où ? Il faisait quoi ? Il t’a parlé d’un truc qu’il aurait à faire, d’un endroit où il voulait aller ? »
« Non ! Je t’ai dit que je savais pas. Il veut plus me parler de toute façon, à cause de toi ! »
« A cause de m… pardon ? »

Ça calme, c’est sûr. Le jeune homme avait semblé se prendre une claque en pleine gueule, reculant même sous l’attaque, c’était avec un air sincèrement surpris qu’il fixait l’autre tandis qu’il paraissait chercher la présence de sa belle blonde d’amie. Celle-ci s’était alors avancée pour prendre sa main dans la sienne, la caressant doucement du bout du pouce. Calmes toi.

« Il est assez grand pour prendre ses propres décisions et je l’ai jamais empêché de parler à qui que ce soit alors tu … »
« T’es qu’un taré complètement instable, il mérite 10 fois mieux qu’un type comme toi qui le prend et qui le jette quand ça l’arrange ! »
« Tu sais pas de quoi tu parles alors ferme ta gueule. »

Ah ouais, ça c’est une bonne idée, ça va vachement aider au calme serein que Sovahnn aurait préférer voir dans les yeux de son ami. Génial ! Vraiment ! Et c’est un super moment pour sortir des trucs pareils. Resserrant l’étreinte, la jeune femme n’avait pourtant rien dit, elle ne connaissait rien de l’histoire mais savait à quel point ça pouvait toucher le jeune homme. A vrai dire, elle ne savait pas quoi rajouter de son côté et estimait que c’était au garçon de gérer ça, mais qu’elle était là, notamment si ça dégénérait. Ça n’était tellement pas le moment de partir dans ce genre de conversations..

« J’suis pas venu là pour régler mes comptes, d’accord ? Tu penses ce que tu veux je m’en cogne mais si j’apprends qu’il lui ait arrivé quelque chose et que tu savais où il était mais que t’as pas voulu me le dire juste parce que ma gueule te revient pas, j’te jure que t’auras de mes nouvelles. »

Il ne déconne pas, mais n’a pas perdu son sang froid, et ça, c’était réellement respectable. Non, ça n’était pas le moment de partir dans ce type de trucs, ça aurait été contreproductif d’autant que le temps leur manquait probablement, mais la jeune femme savait que c’était également prendre sur lui que d’agir ainsi, et elle lui en était reconnaissante. Sans dire un mot quitte à passer pour une potiche, la jeune femme s’était détournée et l’avait suivi au loin. Quitter cette aile l’arrangeait de toute manière. De plus, elle attendait également que la nervosité de son ami descende d’un cran. Ce que l’autre con pouvait penser, en effet, ça n’était pas l’important, et surtout pas maintenant. Enfin, le jeune homme avait stoppé son avancée, nerveux.

« Écoute, on va monter à l’infirmerie voir si Dakota est en sécurité avec Takuma, et peut être que Max a besoin d’aide. On sera plus en sécurité là haut de toute façon. Enfin j’en sais rien mais je serai plus tranquille de te savoir là bas avec eux. »
« Ouais.. »
« Si y a personne on avise. S’ils sont là tu restes avec eux et moi j’vais … faut que j’le trouve. »
« Ecoute, stop, Enzo, cette partie du château n’est clairement pas la plus sécurisée, il s’en est éloigné, c’est parfaitement logique. On va voir en haut s’ils en savent plus, oui. Panique-pas, il a sûrement trouvé un endroit où se réfugier. Allé, on y va. »

Panique pas, panique pas, c’est bien facile à dire, mais le faire relevait d’une autre paire de manches. Elle-même n’était clairement pas rassurée du tout, surtout avec les bruits environnants qui ne traduisaient rien de bon. Ça se battait, là, tout autour d’eux. Sans trop savoir lequel avait embarqué l’autre, les deux jeunes gens s’étaient précipités dans les étages, évitant au maximum le monde, avançant rapidement mais prudemment. D’un  coup, la jeune femme s’était arrêtée d’un bloc. Là, de l’autre côté de la foule, elle avait aperçu Alec, du rouge – probablement du sang – sur lui. Déjà, pourtant, il avait disparu de sa vue. Mauvais.. vraiment mauvais.

« Attends attends, j’ai cru voir Dakota ! »

Pourtant, elle avait eu beau aller vers là où il lui semblait avoir aperçu la jeune femme, rien n’y faisait, à force, elle supposait même avoir totalement halluciné. C’était cet instant là qu’avaient choisis les tableaux de tout le château pour rappeler leur présence. Jusque là, tous semblaient effrayés ou intrigués et puis, sans que la jeune femme ne réagissent, ils avaient tous quitté leur cadre pour revenir à présent avec une voix grave, sérieuse, menaçante.

« Poudlard est tombé, et Walters est mort. Son frère est en fuite, alors, à partir de maintenant, il ne sera plus accepté aucun Supérieur en ces lieux. Ceux qui demeureront ici dans dix minutes à peine seront tués, Logan Rivers vous en fait la promesse. Cette école est mienne et elle suivra désormais mes règles : ne me tentez surtout pas. D’autres arrivent. »

Un instant, le temps avait semblé se suspendre dans le château. Plus un bruit, plus une personne à se mouvoir. Ils restaient tous là, incrédules.

« Sérieusement ? »

Il avait vraiment fait ça ?

« Ils.. ils vont pas partir comme ça, si ? »

Une bataille à venir, probablement. Mais ils avaient d’ors et déjà perdu leurs chefs. C’était plutôt bien non ? Non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16994
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: [Event 20/07] No time for heroes - Enzo   Lun 5 Aoû 2013 - 19:27

Panique totale. Je perds complètement mes moyens et c’est plus qu’évident. Je me demande encore comment j’arrive à respirer correctement tellement mon cerveau et mes pensées se dispersent aux quatre vents. Y a plus vraiment grand chose de cohérent là dans ma tête, j’essaie de me calmer, de trouver des solutions, mais rien n’y fait. La peur et la panique prennent complètement le dessus sur tout le reste. En temps normal j’arrive à sinon garder mon sang froid au moins réussir à réfléchir ou en tout réagir de façon efficace. Mon instinct est façonné de telle sorte que j’arrive toujours à me sortir de situation d’apparence inextricable, situation que je créé moi même parfois d’ailleurs, mais là … J’en sais rien, je ne suis peut être pas totalement remis de mes dernières « aventures », mon corps et ma tête n’ont peut être pas eu suffisamment le temps de retomber sur leurs pattes. J’ai bien conscience qu’il faut que je me calme, que je me comporte de façon totalement … ingérable, mais pour l’instant j’y arrive pas. Le simple fait de pas l’avoir sous les yeux me rend complètement malade. J’ai la trouille de ne jamais le revoir, ou de tomber sur son corps sans vie au détour d’un couloir, je ne veux plus jamais le voir disparaître d’une manière ou d’une autre. Je ne le supporterai pas.

Sovahnn a raison, il a du fuir en entendant tout ce raffut si tant est qu’il était là quand ça a commencé. Cameron n’étant pas là non plus ils ont peut être fuit ensemble, ils sont simplement cachés quelque part. C’est vrai que ça aurait été stupide de rester là mais tout est arrivé tellement vite alors ils auraient très bien pu ne pas avoir le temps et … Stop, Enzo. Stop. Il n’est pas là et vous, vous êtes des cibles trop faciles. Et l’autre connard là, qui m’a mis dans des états pas possible. Comme si j’avais besoin de ça sérieusement. Si ma tête ne lui revient pas, qu’il se le dise, c’est plus que réciproque, et quand bien même ça n’est pas le moment, quand bien même j’ai clairement d’autre chat à fouetter pour l’instant, ça faisait trop longtemps que je fermais ma gueule. Si je m’étais écouté je lui aurai collé mon poing en pleine face juste pour le principe mais je me connais suffisamment pour savoir qu’une fois parti je ne suis pas toujours certains de pouvoir m’arrêter et sachant de quoi je suis capable ça serait fâcheux d’en arriver à … supprimer quelqu’un ou en tout cas salement l’amocher juste parce qu’il a un peu trop – à mon goût – regardé ma moitié. Kyle ne me le pardonnerait jamais, il ne serait surement pas le seul, et ils auraient raison. Moi non plus je ne me le pardonnerai jamais. Ca n’est pas parce que je n’ai plus vraiment certaines limites que je dois en franchir d’autres et j’en ai de toute façon pas du tout envie. J’ai déjà été trop loin, pour un gosse de mon âge, et ce peu importe la présence de Loup. Ok ici les règles ne sont pas les mêmes mais personne n’a le droit de prendre une vie. Je ne m’en donne pas le droit en tout cas même si je ne regrette pas ce que j’ai pu faire par le passé, au moins pour certains. Les choses sont ce qu’elles sont, je ne peux rien changer là dessus mais je peux en tout cas faire en sorte – ou essayer – de ne pas allonger la liste qui est déjà suffisamment longue comme ça. Et surtout pas pour des « conneries » de ce genre. Crime passionnel ? Non merci. Je n’ai pas envie de franchir cette barrière là. J’aime Kyle de tout mon cœur et j’ai la fâcheuse tendance à être territorial, jaloux et possessif mais tout ça, ça n’en vaut clairement pas la peine. Et surtout pas dans un moment comme ça.

« Ecoute, stop, Enzo, cette partie du château n’est clairement pas la plus sécurisée, il s’en est éloigné, c’est parfaitement logique. On va voir en haut s’ils en savent plus, oui. Panique-pas, il a sûrement trouvé un endroit où se réfugier. Allé, on y va. »

Elle a raison, encore une fois, et moi je tente de retrouver une respiration a peu près normale. Si elle n’était pas là avec moi … Je ne peux pas garantir de ce qu’aurait pu être la situation mais la question ne se pose pas. Elle est là, sa présence me canalise, sa voix me maintient sur terre et m’empêche de partir dans mes délires trop violents, son toucher me calme. Un instant je ferme les yeux, j’inspire, bloque puis expire. J’imprime ses paroles. Je sais qu’elle n’est pas plus rassurée que moi parce qu’elle aussi tremble pour ses proches. J’ai eu la chance de pouvoir apercevoir Jill, et Maël, alors je sais qu’au moins ceux là sont plus ou moins en sécurité ou tout cas qu’ils vont tout faire pour mais j’ai peur pour mon frère qui peut lui aussi être quelque part dans tout ce merdier qui semble contaminer les étages les uns après les autres. D’où est ce que ça vient ? Quel en a été l’élément déclencheur ? Mystère, mais on s’en fout pour l’instant. Ce qui compte c’est de retrouver nos amis, notre famille, la sienne comme la mienne et à commencer par ceux pour lesquels on s’inquiète le plus : Ceux qui n’ont pas de pouvoirs. Avoir Sovahnn sous les yeux a quelque chose de rassurant dans toutes cette confusion et ça n’a déjà pas de prix. Oui elle a des pouvoirs, et oui elle commence à contrôler un peu mieux cette magie qui coule dans ses veines, mais elle n’a pas pour autant le niveau que pourraient avoir d’autres sorciers de son âge ou même du miens. Ça n’a rien de péjoratif, je ne l’ai jamais jugé pour ça parce que je connais son histoire et quand bien même, je ne crois pas que ça aurait changé quelque chose. J’ai beaucoup de défaut ça j’en conviens mais je ne pense pas être de ceux qui jugent même si bien sur ça m’arrive aussi de temps en temps, comme tout le monde. Ce que je veux dire c’est que malgré sa capacité à se sortir de situation critique, elle n’aura que très peu de chance face à une baguette levée alors oui, ça me rassure qu’elle soit là, avec moi. Et ce de plusieurs manières.

J’acquiesce d’un signe de tête, ne prononce pas un mot et la suit. Les escaliers défilent, mon regard s’attarde sur la moindre silhouette qui pourrait trouver grâce à mes yeux, quelque chose de familier, mais rien. Rien du tout. Pas de Kyle, pas de Derek, pas de Cameron, … Tout s’arrête. Elle puis moi, non sans manquer de lui rentrer dedans puisqu’elle a stoppé sans prévenir et brusquement. Ma main se pose sur son épaule, comme pour prévenir un éventuel choc et simplement parce que c’est un réflexe.

« Attends attends, j’ai cru voir Dakota ! »

Enfin une bonne nouvelle. Je tourne la tête mais ne vois rien, soit, je lui fais confiance donc je la suis. Si elle pense avoir repéré la Non-Magicienne alors tant mieux. Je continue de scruter les alentours, on traverse la foule, j’en pousse parfois un ou deux sans vraiment faire attention pour dégager le chemin. On se sert les coudes oui, on devrait, dans une situation comme celle ci certains passent avant d’autres. On ne pourra pas sauver tout le monde. C’est peut être égoïste mais je pense que c’est surtout humain. On se bat pour les gens qu’on aime, et pour sauver sa peau. Le reste, les autres, c’est secondaire. J’ai suffisamment pris de coup pour ne plus aller au devant du danger et j’ai fait des promesses, orale ou pas, à ma famille. Reste entier Enzo, et vivant, ça serait pas mal. Et puis protège là elle, parce qu’elle est là, avec toi, alors ne la lâche pas et veille sur elle. Et ma main n’a jamais quitté la sienne. Hagard, presque hébété, je crois que j’ai arrêté de me focaliser sur tout ce qu’il se passait, mon esprit a commencé à dériver jusqu’à ce qu’une voix me sorte de ma torpeur. Pas celle de Sova, non, et un coup d’œil alentour m’a permis d’apprendre que ça venait d’un des tableaux, ou peut être de tous en même temps. Aucune idée. Pas de Dakota en ligne de mire malheureusement mais tout a semblé s’arrêter quand les mots ont commencé à défiler dans tous les couloirs. Je crois qu’on a tous été scotché, tout simplement.

« Poudlard est tombé, et Walters est mort. Son frère est en fuite, alors, à partir de maintenant, il ne sera plus accepté aucun Supérieur en ces lieux. Ceux qui demeureront ici dans dix minutes à peine seront tués, Logan Rivers vous en fait la promesse. Cette école est mienne et elle suivra désormais mes règles : ne me tentez surtout pas. D’autres arrivent. »

Immobilité parfaite. Silence presque total. Elèves, membres du personnel, professeur, Supérieur, Moldu même sans doute, tout le monde a stoppé tout mouvement en un éclair et le temps a semblé s’arrêter l’espace de quelques secondes.

« Sérieusement ? »

Il … faut croire. Et justement, j’ai du mal à y croire. Ça paraît presque trop simple, qui nous dit que c’est la vérité ? Est ce qu’on peut faire confiance à ces tableaux ?

« Ils.. ils vont pas partir comme ça, si ? »
« J’en doute … »

Réponse plus automatique qu’autre chose et tout le monde reprend ses esprits en même temps visiblement. La rage redouble d’un côté et de l’autre, la peur aussi. Certains fuient, d’autres se battent avec encore plus de virulence et nous … on bugue. Un instant de trop, mouvement de foule, je la perds de vue. Elle est si petite et j’ai beau être plutôt du genre assez grand ça ne suffit pas pour la retrouver dans cette masse humaine en panique. J’entends hurler, je me retourne, un sortilège me frôle à nouveau, mon cœur s’accélère et je sens mes instincts les plus bestiales qui se réveillent. Instinct de survie, instinct de préservation, instinct qui me souffle que la meilleure défense c’est l’attaque et pourtant pas une seule seconde je n’envisage de me servir de ma baguette. Moment de lucidité.

« Sovahnn ! »

Je regarde partout, je joue des coudes, j’en pousse quelques uns pour finalement entre apercevoir sa crinière blonde un peu plus loin. Et puis il y a cet homme qui se dresse entre elle et moi, je ne sais même pas si elle m’a vu a vrai dire mais lui … lui m’a vu, et il me regarde. Droit dans les yeux, fixement, et son sourire s’étire. Il tient un gamin dans sa main gauche, par le col, et sa baguette dans la droite. Une seule seconde de battement, je ne réfléchis pas et lui envoie mon poing en pleine figure. C’est suffisant pour détourner son attention, le pousser sans faire plus attention que ça à son prisonnier, et reprendre ma route vers mon amie avant de lui attraper la main à nouveau.

« Peu importe ce qu’il se passe, on se lâche plus une seule seconde. Pas tant qu’on sera pas en lieu sur – si tant est que ça existe encore – et pas tant qu’on n’aura pas retrouver les autres. Par où est ce que tu as vu Dakota tout à l’heure ? »

Montre moi, j’te suis.
Juste un truc avant ...

« Protego. »

...

« J'te garanti pas que ça fonctionnera mais ... ça ne coûte rien d'essayer. »

Sortilège que j'ai lancé sur elle, pas franchement sur de moi mais c'est toujours mieux que rien et au pire ça ne change rien.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2339
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: [Event 20/07] No time for heroes - Enzo   Dim 18 Aoû 2013 - 18:25

Je ne sais pas comment faire pour que tout se passe pour le mieux, mais ça n’est vraiment pas le moment de perdre les pédales. Reste calme, réfléchie avant d’agir sinon, tu fonces droit dans le mur, et je n’en ai strictement aucune envie. On peut probablement se sortir de cette merde, mais pour ça, il faut qu’on reste solidaires, qu’on ne se tire pas dans les pattes pour un rien, et, surtout, qu’on surveille nos arrières. Et qu’on ne fonce pas dans la gueule du loup, sans vouloir t’offenser. J’suis loin d’être calme, et j’en ai parfaitement conscience. Je ne sais pas où aller, que faire. Comme tout le monde, je ne pense qu’à retrouver tous mes proches, et le reste, on verra ça après. Si au moins on était ensembles, on pourrait savoir quoi faire, mais là, sans plan d’action, on pense tous à nos proches. Je pense surtout à Kezabel, il faut croire que la guerre l’a rattrapée, et elle doit être dans un état bien pire que celui de n’importe qui ici. Combien de morts on comptera à la fin de tout ça ? Combien de blessés ? Est-ce qu’on verra seulement demain ? Oh, bordel, c’est d’un dramatisme désespérant, on dirait des réflexions de mauvais film télévisé. Je suis peut être configurée pour réagir comme ce que j’ai vu dans ce petit écran cela dit. Enfin, là n’est pas la question, j’en suis sevrée depuis des plombes à présent.

Le regard planté dans celui de son ami, la jeune femme avait tenté de lui faire entendre raison. Si, lui, paniquait, ils étaient réellement dans la merde puisqu’elle savait qu’elle n’aurait pas forcément la force de l’empêcher de faire une ânerie. Si elle savait souvent se sortir de situations impossibles, c’était surtout parce qu’elle arrivait à les retourner en sa faveur, dans le feu qui les entouraient, elle se savait en danger important. Pas d’appâts, pas de détournements de l’attention. En combat régulier, ou, pire, face à plusieurs personnes, elle ne faisait pas le poids, et ça ne serait pas une surprise. Enfin, sauf si elle faisait s’écrouler le château, ce qui aurait peut être un effet relativement utile pour inquiéter son monde, cela dit, elle doutait fortement de la fiabilité d’un tel plan.

Ils étaient tous les deux pour l’instant, et aucun ne perdait totalement la boule, donc ça irait. Il fallait que ça aille, de toute manière, ils n’avaient pas réellement le choix. Embarqués dans une nouvelle course pour monter jusqu’à Maxence et probablement Takuma, les jeunes gens s’étaient trouvés ralentis par la foule, la panique et les divers sortilèges et autres légers ralentissements qui s’étaient évertués à leur barrer la route. Pourtant, soudain, c’était la jeune femme qui avait bloqué leur course sans même crier gare. Un pas de plus en avant et la main d’Enzo sur son épaule lui avaient d’ailleurs signalés qu’il faudrait qu’elle évite de freiner aussi violemment. J’ai toujours dit qu’il faudrait installer des feux stops sur les gens, mais bon, ça ne risque pas d’arriver.

Tout deux avaient fixés la foule avec l’attention la plus précise mais à travers tous les visages qui passaient et le flux paniqué qui leur barrait la route, il fallait bien avouer qu’une aiguille aurait probablement été plus simple à trouver. N’existait-il pas un foutu sort pour les aider ? La magie était tellement capable de merveilles que la jeune femme finissait par oublier qu’elle aussi avait ses limites. Souvent celles des Hommes, à vrai dire. Le cœur serré à l’idée de perdre ceux qui lui étaient proches, la jeune femme avait fait un nouveau pas en avant, sans savoir réellement où elle comptait se rendre mais, là, brutalement, quelque chose avait changé la donne. Quelque chose qui pourrait bien tout changer. Le discours d’un roi d’un directeur qui n’avait rien à voir avec celui qu’ils avaient évité depuis le jour où il avait pris le contrôle. Pas que tous se bousculeraient pour aller embrasser Logan cela dit.
Un instant, le temps s’était suspendu, laissant tout le monde bouche-bée, tentant d’assimiler l’information ou de déterminer s’il s’agissait d’une connerie monumentale qui pourrait leur couter tous leurs espoirs.

« Ils.. ils vont pas partir comme ça, si ? »
« J’en doute … »

Ça aurait probablement été trop beau. Et c’est quoi ça alors ? Un appel aux armes ? Le coq est mort, allez chercher les fourches pour dégager toute la basse-cour ? Et c’était à eux de le faire, c’était ça le délire ? Alors, tout autour d’eux, d’un coup, il sembla que le métronome s’était affolé. Les combats redoublèrent d’intensité, comme pour rattraper le temps passé à écouter. Eux, pourtant, restaient là, interdits. Pourtant, c’était ce que beaucoup avaient dit depuis longtemps non ? Ils étaient assez nombreux pour faire la différence, il suffirait d’un effet de surprise et ils gagneraient. D’un coup, tout ça semblait bien moins simple. Autour d’eux, les gens se déchiraient, hurlant, rageant, ils donnaient tout ce qu’ils avaient, dans le seul but de survivre et de protéger ce en quoi ils croyaient.

Le roi est mort. Vive le roi.

L’instant suivant, un choc vint percuter son épaule, lui coupant le souffle de surprise. Il lui avait semblé flotter ailleurs pendant un instant et le coup la ramenait brutalement à la réalité. Les gens s’entre-tuaient. Les gens se battaient. Elle ne pouvait simplement pas rester plantée là, un peu à l’écart mais bien vulnérable. Et pourtant, c’était ce qu’elle avait fait, et Enzo aussi, alors, embarquée par des bras qu’elle ne connaissait pas, la jeune femme se tortilla pour se démêler de là, trébuchant pour terminer contre le bois dur de Poudlard. Une vague d’angoisse la prit lorsqu’elle aperçu les masses de corps au dessus d’elle, piétinant, trépignant, il lui semblait avoir un groupe de chevaux, piaffants au dessus d’elle. Un coup de sabot dans sa vie, cela lui suffisait largement pourtant. Elle avait neuf ans alors mais s’en souvenait comme si c’était hier. Coupant son souffle, elle s’était retourné, grognant lorsqu’une chaussure vint écraser deux de ses doigts et, l’instant d’après, elle refaisait surface, se tenant la main en serrant les mâchoires. Alors ? Combien de morts pendant les soldes ?

« Sovahnn ! »

Il lui semblait bien avoir entendu la voix de son ami mais, déjà, elle perdait l’équilibre, cognant cette fois-ci pour rester debout, se battant pour sortir du tumulte. Lorsqu’elle se retourna, elle vit un homme trébucher et Enzo apparaitre, profitant de son trouble. Il venait de lui balancer un direct là, elle n’avait pas rêvé ? Bof, ça avait marché, c’était le plus important. Et sa main rassurante venait de nouveau de prendre la sienne, endolorie. Elle ferait attention à la douleur un autre jour.
Ainsi, la jeune femme se laissa embarquer un peu plus loin, prenant juste un instant pour balancer un coup de latte droit vers l’intimité de l’homme encore un peu ahuri du coup d’Enzo. L’avantage des sorciers : ils étaient tous tellement attachés à leur précieuse magie que lorsqu’on en venait aux poings, la plupart avaient besoin  d’un instant d’adaptation. L’homme se plia en deux et vomit son déjeuner.

Ça… c’était ce qu’elle aurait dû faire beaucoup plus rapidement avec son agresseur le jour où Mack l’avait libérée de sa libidineuse emprise.

Le gosse s’enfuit et, eux, s’isolèrent un peu, reprenant leur souffle.

« Peu importe ce qu’il se passe, on se lâche plus une seule seconde. Pas tant qu’on sera pas en lieu sur – si tant est que ça existe encore – et pas tant qu’on n’aura pas retrouver les autres. Par où est ce que tu as vu Dakota tout à l’heure ? »
« Ouais, j’suis d’accord. »

« Mais change de main. »

Elle allait entraîner le garçon pour tenter de partir vers là où elle avait vu la jeune femme avant de se laisser envahir par les évènements avant que celui-ci ne la tire en arrière légèrement, lui indiquant qu’il restait un détail à régler avant de repartir à la pèche aux amis dispersés.

« Protego. »

L’air avait semblé crépiter, changer de contenance quelques seconde et puis, tout était passé, ne laissant aucune assurance que le sortilège d’Enzo était toujours présent et serait efficace.

« J'te garanti pas que ça fonctionnera mais ... ça ne coûte rien d'essayer. »
« Ah mais je t’en pris, essaye. »

Inspirant à fond, la jeune femme avait de nouveau entraîné son ami. Ça manquait ces petits sprints entre eux non ? Comme au bon vieux temps. Ou pas, finalement. Fermant doucement ses doigts blessés en grimaçant, la jeune femme n’avait pourtant pas hésité à se servir de cette main pour tenter de se tracer un chemin avec un peu plus de conviction. Il fallait bien avouer que la présence d’Enzo aidait franchement pour ce type d’action. Seule, elle disparaissait dans la foule, un point c’est tout. Oui, sa présence la rassurait, la calmait et, sans lui, elle se trouverait probablement complètement paumée, à courir dans tous les sens et à… oui, en fait, ce qu’ils faisaient, mais à deux, disons qu’il leur semblait encore avoir quelqu’un sur qui compter. Quelqu’un en vie.

Serrant la main de son ami de toutes ses forces autant pour ne pas la perdre que pour se donner du courage, Sovahnn s’était glissé entre les gens, se penchant une fois de temps en temps, restant à l’écoute du moindre tressaillement de son ami bien plus alerte qu’elle. Une fois la foule traversée, pourtant, la jeune femme bloqua. Ok, et maintenant ? De quel côté ?

L’instant d’après, un Supérieur s’écrasait dans le mur à moins d’un mètre d’eux. La jeune femme n’aurait su dire si c’était Enzo qui l’avait tirée en arrière ou si elle avait fait un bon en entendant siffler et s’était à moitié recroquevillée dans les bras de son ami, dans tous les cas, elle y était quand elle redressa la tête doucement. Une brume de poussière s’était installé là et, à travers celle-ci, la jeune femme vit son amie s’approcher en toussant et grimaçant. Alec lui tenait la main et, de l’autre, brandissait sa baguette. Une belle grimace s’était également affichée sur son visage alors qu’il s’approchait, toussant à son tour. Manifestement, il ne pensait pas faire autant de dégats et, après un instant de bug certain face à l’homme qui avait perdu connaissance, il se retourna vers les deux autres sans s’expliquer.

« Tu.. »
« Je ré-équilibre l’équilibre cosmique et vitale de sa famille. »
« Ce qui est un comble pour un déséquilibré dans ton genre. Rolling Eyes»

Alec qui s’occupe de garder en vie Dakota, on aura tout vu. Et, ça, c’était quelque chose qu’il valait probablement cacher à Takuma d’ailleurs, mais l’heure n’était pas aux histoires de jalousies à la con, ou de mâles qui se tapent dessus et Sovahnn espérait réellement que ça n’allait pas virer comme ça entre les deux garçons. Ça n’était vraiment, mais vraiment pas le moment. Après un instant où ils s’étaient tous plus ou moins considérés avec le même air surpris, Dakota avait lâché la main d’Alec alors que Sovahnn la prenait dans ses bras.

« ‘Me refait plus jamais ça. »

Derrière elles, Alec jetait des regards alentours, espérant probablement identifier une quelconque menace avant qu’elle ne leur tombe sur le coin du crâne, mais très vite, son attention revint vers eux.

« Le pire est en bas je crois, dans le hall, mais ça a commencé dans la salle sur demande. Septième étage. »

Il parlait tout autant à Sovahnn qu’à Enzo. Face à un tel bordel, les ennemis pouvaient devenir frères d’arme quelques temps ; apparemment. Tous avaient besoin d’un maximum d’informations, pourtant, alors que Sovahnn voulu lui demander s’il en savait plus sur son cousin, ils virent Cudrow passer en trombe de l’autre côté de la pièce, balançant des sortilèges interdits sur tous ceux qu’il  croisait. Avada kevadra faisait partit du nombre.

« Oh putain… »

Le cœur serré, la jeune femme l’avait vu disparaitre avant de reporter son attention vers Enzo. Il fallait qu’il y aille, qu’il le trouve et elle le savait parfaitement.

« Puisqu’il le faut vraiment, vous avez vu Aileen ? Mack ou Jayden ? Ou Jillian ? Ou.. Enfin quelqu’un quoi. »

Pas grand monde pour ce qui concernait Sovahnn, alors elle n’avait simplement pas répondu, faisant comprendre d’un simple regard qu’elle n’en savait pas plus que son.. qu’Alec. L’instant suivant, elle se retournait vers Enzo.

« Vas-y, sans vouloir faire vieux film dramatique, j’te ralentis. T’en fais pas, il me laissera pas me faire tuer. Il est bien parti courir après toi dans les bois, c’est pas pour me lâcher maintenant non ? »
« T’étais forcée de le dire ça ? »
« Il le savait. »

En fait, elle n’en savait rien, mais c’était passé comme ça, pour détendre l’atmosphère pour… parce que c’était sortit et qu’elle ne faisait pas particulièrement attention à ses mots actuellement mais plutôt à tout le reste. Lâchant Dakota, la jeune femme avait repris la main de son ami, l’amenant trois pas plus loin.

« Je reste avec eux, on se démerdera, t’en fais pas. J’doute pas de sa capacité à se battre, vu sa côte de popularité, il serait déjà mort sinon. Va trouver Kyle. Ça va aller ? »

C’était plutôt par rapport à son niveau de tension qu’elle demandait ça. Oui, elle savait que sa présence avec lui ne l’aidait probablement pas à avancer. Elle était petite, l’avait déjà ralentis plusieurs fois et ne savait pas se battre, mais, surtout, il avait sans arrêt peur et ne devait pas quitter l’idée de la protéger. Seul, il irait beaucoup plus vite et commencerait très probablement par les endroits qu’Alec avait cités.

« Prends soin de toi. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 16994
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: [Event 20/07] No time for heroes - Enzo   Mar 20 Aoû 2013 - 12:45

C'est le chaos total partout autour de nous et pourtant j'ai l'impression qu'une sorte de bulle nous entoure. Elle et moi, juste tous les deux. C'est étrange mais je ne me sens plus aussi nerveux que seulement quelques minutes plus tôt, sa présence me fait du bien et le fait de me concentrer sur elle, me permet de récupérer peu à peu mes esprits et mon calme. Non je ne suis pas serein, bien sur que non, et non Kyle ne sort pas de mon esprit une seule seconde mais céder à la panique ou à la colère ne changera strictement rien à la situation et je crois que je commence à l'enregistrer. En réalité je l'ai toujours su mais c'est souvent bien plus facile à dire qu'à faire et je sais bien que de toute façon je suis loin d'être le seul dans ce cas là. Pas besoin d'être un jeune Lycanthrope pas toujours très stable pour perdre le contrôle, c'est même une réaction typiquement humaine en cas de crise comme celle là. On est habitué à prendre des claques mais cette fois c'est différent. C'est généralisé, c'est … la guerre, ni plus ni moins. Alors oui j'ai peur et ça se voit, ça se sent. J'ai peur mais bien plus pour les autres que pour moi, une fois n'est pas coutume. C'est comme ça, c'est dans mon caractère. Je n'ai peut être pas beaucoup d'amis mais ils n'en sont que plus important pour moi. Ils sont … ma famille, c'est aussi simple que ça. Je ne la lâche pas une seule seconde et je sens sa petite main qui serre fort la mienne. Je la laisse gérer elle même l’emprise histoire de ne pas lui faire mal parce que je ne contrôle pas toujours ma force et surtout pas dans ce genre de situation mais elle doit néanmoins sentir la pression qui émane de moi et de mon corps tout entier. J’ai changé de main comme elle me l’a demandé, je n’ai pas fait de cas quand elle a envoyé son pied dans les parties de cet enfoiré a qui je venais de mettre une droite si ce n’est que je n’ai pas pu m’empêcher de grimacer dans un réflexe d’empathie masculine. Ça ne me dérange pas qu’il souffre, loin de là, et que ce soit de cette manière n’y change rien, mais c’est simplement … un réflexe, c’est tout.

Suite à ça je l’ai laissé mener la barque, me reposant totalement sur elle et ses instincts sans pour autant relâcher ma vigilance. Je crois que c’était simplement un moyen de débrancher un peu histoire de reprendre mes esprits pour être un peu plus alerte et concentré. Je n’ai pas essayé d’analyser la situation en profondeur, je ne me suis pas vraiment arrêté sur le discours qu’avaient tenu les tableaux. Logan a tué Walters, d’autres arrivent, … Peut être, mais peut être pas, et tout ce qui m’importe à l’heure actuelle c’est de sauver ma peau et surtout celle de mes proches, m’assurer que Sovahnn soit en sécurité, retrouver Kyle, puis mon frère, et pourquoi pas faire un tour d’horizon pour chercher les autres après. Certains sont plus vulnérables que d’autres, c’est comme ça, c’est un fait, alors oui mon sens des priorités s’actionne à nouveau et en déplaise à Rosalyn, ça ne changera pas. Pourquoi est ce que je pense à elle maintenant ? Aucune idée, disons qu’elle m’effleure simplement l’esprit et que je repense à notre discussion d’il y a trois jours. Je suis un con égoïste parce que je fais passer mes proches avant les autres, encore une fois … Si tu le dis. J’espère quand même qu’elle est en lieu sur, tout comme sa sœur.

Mouvement foule, j’ai l’impression de traverser une marée humaine. J’ai beau adoré l’océan, l’eau en général, et surtout quand il y a du mouvement, la métaphore ne me ravie pas pour autant. Je me dis que passer devant la petite blonde serait surement plus logique, disons que je suis plus efficace comme brise-glace qu’elle m’est avis – dans ce genre de circonstance en tout cas – mais peu importe elle s’en sort très bien avant même d’avoir le temps de réagir ou de se rendre compte de quoi que ce soit on se retrouve libres et « loin » de cet amas de corps. Autant le dire, je recommence à respirer plus normalement. C’était déjà pénible pour moi d’être confronté à trop de proximité humaine mais quand la peur s’en mêle c’est encore plus difficile. J’entends, je sens, je ressens, un peu trop de choses. La Pleine Lune est passée depuis une semaine mais mes sens sont en alerte maximale et même si c’est pratique, il y a tout de même des inconvénients. Tout ce mouvement, tout ce bruit, toutes ces odeurs, ça me donne mal à la tête mais ça n’est pas vraiment le moment de jouer les sensibles et je ne saurais dire si c’est venu d’elle ou moi mais je crois qu’encore une fois je peux remercier ma particularité. Il n’a suffit que d’un sifflement comme avertissement et l’instant d’après Sovahnn était recroquevillé contre moi qui tentais de faire barrage avec ma carcasse. J’ai perçu un choc, un bruit sourd, un cri aussi je crois et la poussière, la fumée, peu importe, est venue encombrer ma vue, ma respiration, au même titre que celles de mon amie. Je n’ai pas vraiment compris ce qu’il s’était passé jusqu’à ce que ça se dissipe un peu et que deux silhouette sorte de … l’ombre ? Des volutes indistinctes plutôt. Elle je ne l’ai pas reconnu tout de suite et pour cause, je n’ai pas eu souvent l’occasion de la croiser, mais à voir l’expression de la Poufsouffle j’en ai fait les déductions tout seul. Lui … ça n’est pas parce qu’on ne s’est pas croisé non plus depuis un moment que j’ai oublié à quoi il ressemblait. Et à nos pieds ou presque : un homme à terre. Encore un. Plutôt efficaces pour des gosses, non ?

« Tu.. »
« Je ré-équilibre l’équilibre cosmique et vitale de sa famille. »
« Ce qui est un comble pour un déséquilibré dans ton genre. »

Je reste là, interdit, sans réelle réaction face à leur règlement de compte. C’est un peu une vieille habitude j’ai l’impression, leur moyen de fonctionner. Ça ne me touche pas plus que ça et un instant mes yeux bloquent sur la main d’Alec entourant celle de Dakota. Mon esprit divague jusqu’à Takuma et je me souviens des conversations qu’on a pu avoir à propos du Serpentard notamment en rapport avec sa copine. A sa place je n’apprécierai pas mais la situation est critique et ça ne me regarde pas de toute façon. Qui plus est, ma main dans celle de Sovahnn, c’est plus ou moins la même chose j’imagine. Enfin je me comprends et pour l’instant ça n’a de toute façon pas la moindre importance. Tout ce qui compte c’est que Dakota soit en sécurité et voir à quel point la petite blonde à l’air rassurée.

« ‘Me refait plus jamais ça. »

Et les voilà dans les bras l’une de l’autre, ayant chacune lâché par conséquent leur crétin de mâle d’ami. Oui, c’est le premier qualificatif qui me vient en tête alors que je regarde Alec sans vraiment le voir avant de reposer mon attention sur … tout le reste. Se faire prendre par surprise alors qu’on vient de se retrouver, ça serait un peu con. Tout comme ce geste réflexe de m’ébouriffer les cheveux pour en faire tomber la poussière, ce qui me fait tousser à nouveau et plisser les yeux tout en lâchant un grognement furtif.

« Le pire est en bas je crois, dans le hall, mais ça a commencé dans la salle sur demande. Septième étage. »

J’enregistre les infos, essayant de déterminer par où il serait plus logique de commencer à chercher parce que non, ça n’est pas parce qu’on se trouve dans un moment de flottement que je vais m’arrêter là. J’ai l’air calme, et quelque part je le suis, mais mon cœur bat toujours à 100 à l’heure là dans ma poitrine et il hurle un nom plus fort que les autres. Ça ne s’arrange d’ailleurs pas quand du mouvement attire notre attention à tous les quatre : Cudrow. Cudrow qui s’agite dans tous les sens et qui par je ne sais quel miracle ne fait pas attention à nous. Il … balance des sortilèges à tout va et sur son passage nombre s’écroulent pour sans doute ne jamais se relever. Une boule se forme dans ma gorge et je manque de m’étouffer, je déglutis et je devine la panique qui doit s’imprimer de nouveau sur les traits de mon visage alors que je ne peux m’empêcher de faire un pas vers lui, les yeux grand écarquillés.

« Oh putain… »
« Puisqu’il le faut vraiment, vous avez vu Aileen ? Mack ou Jayden ? Ou Jillian ? Ou.. Enfin quelqu’un quoi. »

Un instant je ne suis clairement plus là puis un moment de lucidité se pointe alors que mes yeux se posent sur Alec sans aucune expression particulière. Je ne ressens rien à son égard, sa présence ne m’agresse pas. Je me sens … neutre vis à vis de lui.

« J'ai croisé Jill en descendant de la tour des Gryff tout à l'heure, j'sais plus quel étage. Elle allait bien, elle était avec Maël et ils descendaient tous les deux mais aucune trace des autres pour ma part. »

Sovahnn elle ne répond pas mais je sais qu’elle n’a vu personne avant de me trouver, plus par hasard qu’autre chose, et le hasard fait bien les choses. Dakota elle aussi se contente d’un signe de tête et je me surprends à l’observer tout en me demandant comme elle peut se sentir à l’heure actuelle alors qu’elle n’a sans doute aucune idée d’où peut bien être passé Takuma. Et puis ma petite blonde me rappelle à sa présence, je baisse la tête et lui accorde toute mon attention.

« Vas-y, sans vouloir faire vieux film dramatique, j’te ralentis. T’en fais pas, il me laissera pas me faire tuer. Il est bien parti courir après toi dans les bois, c’est pas pour me lâcher maintenant non ? »
« T’étais forcée de le dire ça ? »
« Il le savait. »

En réalité non, je ne le savais pas, mais sur l’instant ça ne m’importe pas vraiment. Tout ce qui compte c’est que pour une raison que j’ignore moi même, je lui fais confiance. A lui. A elle aussi, mais ça c’est naturel. Si elle juge que je peux la laisser avec lui je la crois même si c’est prendre le risque qu’elle soit simplement entrain d’essayer de me rassurer pour que je file retrouver Kyle. Le trouver lui c’est l’abandonner elle et il en aurait été hors de question tant qu’on était que tous les deux mais ça n’est plus le cas et le temps presse, je le sens le long de mon échine comme un frisson glacial. Je dois y aller, et ça ira, elle est en sécurité.

« T'en fais pas, j'dirai à personne que t'as rejoins la secte des Samaritains. »

Où va le monde si on n’est plus capable de faire de l’humour en cas de situation grave ? Et tout ça dit sans agressivité aucune, un léger sourire au coin des lèvres alors que mes yeux se braquent dans ceux du Serpentard. Une sorte de private joke, on aura tout vu. Je t’ai aidé plus ou moins directement et t’en as fait de même. Un partout, non ? Puis Sovahnn attrape ma main à nouveau et nous éloigne des deux autres. Je la suis sans rechigner et garde sa main dans la mienne un instant.

« Je reste avec eux, on se démerdera, t’en fais pas. J’doute pas de sa capacité à se battre, vu sa côte de popularité, il serait déjà mort sinon. Va trouver Kyle. Ça va aller ? »
« Ouais. J'vais … respirer un bon coup et essayer de pas démolir tout le monde sur mon passage. »

Un rire nerveux pour la 12 ! Et un soupir, puis un regard qui se veut rassurant.

« J'vais faire attention. »

Je ne peux pas t’en faire la promesse, tu me connais, mais je vais faire en sorte de revenir entier. J’ai appris de mes expériences passées et je ne tiens pas à y rester ni même à faire la sieste un peu trop longtemps encore une fois. Je ferais ce qu’il faut pour rester en vie.

« Prends soin de toi. »

Geste naturel, je la prends dans mes bras et dépose un baiser dans ses cheveux avant de m’écarter pour la regarder à nouveau.

« Toi aussi. On se retrouve plus tard. A tout à l'heure. »

Un sourire, je me retourne, fais un pas puis deux, pour finalement lui faire face à nouveau.

« Au fait Sova, si tu croises mon frère, dis lui qu'il a pas intérêt à aller se faire tuer parce que je le connais, il va foncer dans le tas. »



« Pas de commentaires sur la filiation, et oui je t'autorise à lui adresser la parole pour une fois. »

On fait ce qu’on peut pour garder le cap et employer l’humour a toujours fait partie du processus, n’est ce pas ?

« Bref ! Filez vous mettre à l'abri. »

Et cette fois je me suis retourné sans un regard en arrière. Ma baguette dans la main, j’ai été me replonger dans la mêlée.

▬ Fini pour moi ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Event 20/07] No time for heroes - Enzo   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Event 20/07] No time for heroes - Enzo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» This is the time and place feat.Maxie [Event Eclipse]
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Quatrième Etage.-
Sauter vers: