AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Black water ▬ Noah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 4203
Date d'inscription : 19/02/2012
Crédits : Tumblr & moi
Double Compte : Drew A. Parker & Gwen Roberts-Moore



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1415-jeroen-van-saade
MessageSujet: Black water ▬ Noah   Dim 23 Juin 2013 - 0:55

Jeudi 10 juillet - fin d'après-midi

Bon sang. La défense contre les forces du mal. C’était là la seule matière scolaire qu’il bossait depuis deux ans avec un acharnement discret, mais efficace. En ce jeudi après-midi, ça faisait la queue dans le couloir devant la salle de Grand Rivers. Ça s’énervait avec leurs petites baguettes ; en attendant la mise en situation tant redoutée, c’était le moment pour les derniers entrainements paniqués de ceux qui n’avaient pas confiance en eux… et leurs gueules quand ils sortaient de la salle, ça avait quelque chose d’épique. Le vert était un peu stressé lui aussi, il ne pouvait pas le nier, mais c’était du bon stress, pas la peur panique de la plupart des élèves qui l’entouraient. Du qui vous fait réagir au quart de tour au lieu de vous statufier sur place. Lorsqu’il entra enfin dans la salle de passage, il se retrouva face à Walters - du moins une image de Walters -, et il n’attendit pas que le premier sort lui tombe au coin de la tronche pour envoyer tout ce qu’il avait dans le ventre. Et se faire envoyer par terre, par la même occasion. Logan ne le ménageait pas. Il ne ménageait personne, d’où parfois une image d’homme froid, mais derrière cela, il semblait y avoir une grande volonté de faire avancer ses élèves sans complaisance et par leurs propres moyens. Depuis l’histoire avec Alec… Jer en avait pris pour son grade, mais le but objectif, il l’avait compris très vite, c’était d’apprendre aux deux jeunots à se défendre sans avoir à l’appeler à la rescousse à chaque fois qu’ils étaient en mauvaise position. Des colles positives quoi. A la fin des quelques minutes d’examens, il sentait qu’il était allé loin dans ses ressources, mais qu’il s’était correctement dépassé. Ça faisait presque du bien.

Jer’ rangea sa baguette qui vibrait encore légèrement sous l’effet de l’excitation du combat, et sortit après avoir salué son professeur. Au moins, il n’avait pas eu de commentaires négatifs. Si leur directeur de maison n’était pas complaisant, lorsqu’il appréciait quelqu’un, il avait tendance à fermer un peu les yeux et à ne pas leur chercher des broutilles. Question existentielle, d’ailleurs : comment notait-il son cousin ? Avoir un parent prof devait être spécial… Bref. Voilà qui était fait, et plutôt bien. Il sentait qu’il allait avoir une note correcte dans cette matière, et en sortilèges aussi, mais pour lui la différence était minime entre les deux cours puisque l’outil était le même. C’était la sensation générale, il se débrouillait toujours pour avoir la moyenne sans vraiment bosser, mais dans ces matières, il avait tellement peu de risques de se tromper sur ses capacités… Il démontrait déjà de bonnes aptitudes à se défendre et à attaquer, sans compter son travail presque régulier sur les sortilèges impardonnables et autres maléfices chinés dans son livre de chevet, celui-là même qui avait failli leur attirer des ennuis l’autre jour, à lui et à Doryan… Evidemment il n’utilisait pas ce genre de sortilèges pendant les examens, on lui demandait plutôt un peu de magie noire et de violence gratuite en-dehors des cours pour bien se faire voir des Supérieurs, mais ça forgeait la capacité à utiliser des sorts un peu plus puissants et instables. Tout l’intérêt de la chose, au fond.

Il finit par quitter le couloir des examens et descendit jusqu’au parc du château pour prendre un petit peu l’air, avant de retrouver ses copains qui avaient déjà terminé leurs journées. Il se dirigea d’un pas tranquille jusqu’au lac de l’école. Il faisait bon après tout, les environs étaient tranquilles hormis quelques élèves qui révisaient déjà pour les examens du lendemain, mais pas aussi loin. Ici, il n’y avait personne. Seules les eaux froides et calmes. Il ôta ses chaussures, sa robe de sorcier, détacha sa cravate verte et s’allongea dans l’herbe, non loin de l’eau, bien décidé à profiter du peu de soleil qu’ils avaient aujourd’hui. En plus, vu qu’il avait le sang chaud, il ne craignait pas trop le vent un peu frais qui faisait se courber l’herbe et les arbres du parc. Tous ces éléments combinés lui donnaient une certaine impression de liberté, relative certes, mais pas négligeable. Pourquoi ne venait-il pas plus régulièrement dans ce petit recoin éloigné du château, alors qu’il savait que généralement, il y avait peu de monde pour venir troubler la tranquillité de l’endroit ? Il partirait presque y faire un petit plongeon. Mais bon, si quelqu’un débarquait dans le coin et le voyait barboter à moitié à poil parmi des bêtes par vraiment attirantes, il aurait l’air fin… Il décida donc de rester sagement sur la terre ferme. Pour penser un peu. Tout s’accélérait, et pourtant tout semblait si lent dans ce monde hors du monde. En deux ans rien n’avait changé. A la rentrée, ils débuteraient leur troisième année d’isolation. Il soupira, posa sa baguette avec sa veste et ferma les yeux.

Il se réveilla une dizaine de minutes plus tard, un peu comateux. Ça se rafraichissait quand on arrêtait de bouger, mine de rien. Il ne bougea pourtant pas, pas envie, pas le courage, il était bien ici, aucune obligation, aucun trouble sur l’eau paisible de ses pensées, enfin, c’était l’illusion qu’il tentait de créer dans son esprit… Du mouvement attira son regard sur le lac. La surface se troubla un instant, le calmar qui habitait là émergea l’espace d’un instant, exposant ses longs bras au soleil tiède, puis disparut de nouveau dans les eaux sombres. Cette impression de calme était d’une relativité stupéfiante ; en-dessous, ça devait grouiller de vie et de luttes. Poudlard devait être à cette image d’un point de vue extérieur ; il ne se passait en apparence rien, mais quel bordel… et qu’est-ce qu’il s’ennuyait au milieu de tout ce bordel. Les discussions avec Julian lui manquaient mais rien qu’y penser rendait les choses difficiles… Il soupira et tourna la tête vers le château. Il n’était plus seul. Ça n’avait pas duré bien longtemps…


Dernière édition par Jeroen van Saade le Lun 24 Juin 2013 - 14:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Black water ▬ Noah   Lun 24 Juin 2013 - 1:05

Noah ne savait absolument pas comment il était arrivé dans son lit, après tous ces tourments qui lui crevaient l’esprit de part en part, ni comment il avait réussi à dormir alors que l’idée de perdre une seconde à travailler lui déchirait le cœur, et alors que cette brume impénétrable ayant pris possession de son esprit l’empêchait d’avoir des idées vraiment nettes, il se leva d’une traite, manquant de peu d’hurler sa colère, ce qui aurait pu réveiller toute la chambrée s’il n’était pas 12h38. Le seul bon côté de la situation était qu’il avait récupérer quelques heures de sommeil, mais il lui fallait du temps pour se réhabituer au réveil, car cela faisait quelques semaines qu’il s’était habitué à de courte siestes plutôt que de longs sommeil, et il savait qu’après une chute dans les bras de Morphée il ne pourrait se résigner à travailler aussi facilement, cela lui serait même impossible. Il répéta quand même rapidement quelque formules d’arithmancie, histoire de voir si sa mémoire était restée aussi juvénile que la dernière fois, mais rapidement, ce sont des chansons moldues qui vinrent peupler son esprit, et alors qu’il se brossa les dents, il manqua de cracher son dentifrice de rire alors que la chanson « live to win » de Paul Stanley vint marquer l’aspect homérique de la situation. Quelque chose n’allait pas, il était de bonne humeur, cela annonçait donc évidemment une mauvaise journée. Son sommeil inopportun ne lui avait fait pourtant manquer aucun cours, le soleil brillait dehors et ses yeux s’étaient réhabituer à son éclat. Il s’habilla et s’empressa de sortir.
Une fois dans le couloir, il vit deux élèves qui s’embrassaient contre un mur. Il y eut une grimace dégoutée qui s’afficha sur son visage habillé d’une petite barbe de deux jours qui lui donnait vaguement l’air d’un alcoolique, et pendant un instant il fut soulagé : s’il s’était laissé allé à dormir, au moins son attitude aigrie était restée. Il continua son chemin de petit bonhomme, sifflotant presque gaiement « La mauvaise réputation » de George Brassens, un chanteur issu des mangeurs de grenouilles, que certains américains s’amusaient à appeler « français ». Et c’est sur cet air qu’il attendit patiemment que les escaliers dédaignèrent à le laisser passer. Qu’allait-t-il faire ? S’il n’allait pas travailler, où ses jambes devraient le mener ? Il lui fallut quelques minutes pour que son esprit remplace la logique d’un narcoleptique psychopathe acharné du travail par celui d’un élève normal, et il lui convint que tout être normal devait manger lorsque l’heure s’approche de midi. Il mangea comme il n’avait jamais mangé, ses mauvaises habitudes l’ayant nourri de quelque barre énergétique par jour, il sauta sur toute la nourriture qui passait à sa porté, dépassant le nombre de calories qu’ingurgitaient les deux petits gros entre lesquels il était installé. Il fit une pose avant de prendre le dessert. N’avait-il aucun exercice à passer ? Au fur et à mesure qu’il réfléchissait, il se rendit compte que cette journée demeurait désespérément vide, aussi vide que… Non, la lassitude précoce l’empêchait de faire un tour d’esprit en comparant le vide de cette journée au taux de réflexions constructives de son voisin des cours de potion, car passant généralement ses journées en compagnie d’un livre, Noah était tel ces soldat rentrant du front, se demandant ce qui lui restait à part l’ennui. Son cerveau entra en surchauffe, aussi, il sauta sur l’une des glaces qui se présentaient à lui.
Après une heure passée à s’empiffrer, il déambula une nouvelle fois dans des couloirs, sifflant cette fois-ci des extraits de bande son de films moldus divers. Puis finalement, après quelques minutes, il s’en alla vers les jardins, bien décidé que s’il ne pouvait passer la journée à réviser ou à faire des exercices, et bien il dormirait sur l’herbe réchauffée par le zénith, et tant pis pour ses vieilles habitudes. Il se délecta des bruits que faisait ses chaussures lorsqu’elles écrasaient les cailloux qui bordaient le chemin, et il défit sa cravate, la laissant pendouiller au gré du vent, calme et relaxant. Tandis qu’il avançait, il ferma les yeux. Il se senti bien, il rêva éveillé, tandis que ses yeux étaient clos, il vit devant lui son amour mort, qui ne devait plus jamais revenir. Elle était belle, sa bouche était close, et elle laissait apparaître un sourire discret sur ses lèvres. Noah, ne croyant pas ce qu’il croyait voir en ce moment, se mit à courir vers cette apparition, et lorsque cette apparition fut proche de lui, assez proche pour entretenir une conversation qu’il rêvait d’avoir depuis des mois, il s’arrêta.

- Noah, je t’en pris, il faut que tu oublies… Il faut que tu cesses de te sentir coupable…

- Je ne peux pas ! Cet homme responsable de ta mort est là ! Je ne peux pas…
- Tu dois être heur…

Tout se brouilla, et les yeux de Noah, s’en qu’il ne s’en rende vraiment compte, se rouvrir, et il trouve face à lui un environnement magnifique, une partie étonnamment belle des jardins dont il ignorait l’existence, cela s’expliquant très vite par le fait qu’il ne sortait que rarement depuis quelques temps. Le seul hic était que quelqu’un avait déjà pris possession des lieux. Le type en question était tranquillement allongé au milieu des fleurs, tout juste à côté du lac et semblait dormir du sommeil du juste. Le terrain était trop plat pour qu’il puisse espérer n’avoir qu’à s’éloigner un petit peu pour être hors de vu du garçon, mis de toute façon il était trop tard, il s’était réveillé et le regardait. Noah refusa l’idée de s’éclipser sans un mot, certain que cela endurcirait sa renommer d’être solitaire et asocial. Il se mit donc à marcher vers la silhouette assise sur l’herbe verte. Se demandant ce que cette journée allait bien pouvoir lui apporter en fin de compte.


Dernière édition par Noah L. Paxton le Lun 24 Juin 2013 - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 4203
Date d'inscription : 19/02/2012
Crédits : Tumblr & moi
Double Compte : Drew A. Parker & Gwen Roberts-Moore



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1415-jeroen-van-saade
MessageSujet: Re: Black water ▬ Noah   Dim 30 Juin 2013 - 23:36

C’était trop beau. Ici, on ne pouvait plus se promener sans tomber sur quelqu’un, quelque chose, pour troubler le silence, troubler la tranquillité d’un lieu. Ça passait par des agitateurs chez les Supérieurs, des rêveurs venus se paumer dans les mêmes conditions que lui, des « patrouilles », voire même les murs magiques qui entouraient le domaine et réprimaient tout contact avec l’extérieur… Jusque-là, ça allait pourtant. Il pouvait s’estimer heureux car parfois, il avait encore moins de temps pour décompresser, à cause des copains qui lui couraient après comme des toutous - adorables au demeurant, mais parfois franchement collants. Ils s’amusaient à chercher où leur pote s’était planqué. Ça pouvait durer des heures, et ils le retrouvaient souvent juste parce que le vert était sorti de son plein gré, mais ça les amusait quand même, et lui aussi, un peu, quand il ne s’isolait pas pour cause de mauvaise humeur. Qui n’a jamais été stupide dans sa vie… Juste que pour lui, en ce moment, c’était un peu fatiguant, donc se planquer à l’autre bout du château lui avait semblé une idée tellement pertinente et merveilleuse…

Il s’était donc endormi, réveillé deux fois, avait pu observer la bête du lac émerger l’espace d’un instant, troubler la surface mais quand ça venait des bêtes, ça n’avait rien à voir. Toujours la même fascination, la même envie. Oh oui, il aurait bien plongé nager avec les poissons, un petit sort pour planquer ses vêtements et un autre pour respirer sous l’eau lui auraient évité de se faire prendre à jouer les sirènes par le premier paumé du coin. Et même, qu’est-ce que les gens iraient râler sur sa passion pour les grosses bêtes ? Il fallait bien avoir une passion pour quelque chose, et le Quidditch, chez lui, c’était plus une blague envers lui-même qu’une passion. Mais il s’était endormi avant d’échafauder son plan d’attaque… Bon, il dormait mieux que dans son lit, au moins. Il manquait un peu de sommeil ces derniers jours, et pas à cause des examens, donc ici, loin du château, loin des problèmes, c’était un lit absolument merveilleux.

Et un élève s’était approché. Au début, il était loin, juste à portée de regard, mais il s’avança vers Jer avec une espèce de résignation propre au gars qui vient de tirer un trait sur son moment de tranquillité, mais qui refuse de repartir, de céder la place juste parce qu’il arrivait après et qu’il refusait d’aller se chercher un autre coin. S’ils partaient avec le même refus de discuter et le même besoin d’être seuls, bon sang, ça allait être drôle... Le vert referma les yeux, voyant bien que le serdaigle allait s’approcher dans une tentative de discussion et de sociabilisation. Il s’attendait à ce que le garçon commence immédiatement la conversation, mais presque arrivé à sa hauteur, ça tardait un peu à venir… Il soupira et lança gaiement, les yeux résolument clos :


    - Alors, ces examens ? Tu t’es bien battu contre Walters ?

Vu que tout le monde passait les mêmes examens, il avait peu de chances de se tromper sur la teneur du dernier examen en date… Il ouvrit enfin les yeux, s’assit dans l’herbe et lança un regard au garçon. C’était quoi son nom, déjà ? Un cadet, il en était presque sûr, mais il ne connaissait pas beaucoup d’élèves non plus, seulement ceux qu’il percevait comme intéressants d’un point de vue ou un autre. Les meneurs, les fouteurs de trouble, les Julian, ça l’intéressait, mais les bleus bosseurs de base, hum… il n’y avait pas le même feeling, quoi. Surtout qu’il avait du mal avec les livres. Bon. A part le livre de maléfices, ça, c’était intéressant. Il aurait pu l’amener, d’ailleurs, pour profiter du temps où il avait été seul et isolé pour réduire les dégâts du sortilège du bouquin… il avait la tête franchement ailleurs ces derniers temps…


    - T’es de quelle année, déjà ? Ta tête me dit quelque chose, mais je retiens rien aux noms.

Allez, fais semblant de t’intéresser aux gens comme ça. Heureusement qu’il ne te connait pas trop, tu n’aurais pas l’air bien crédible dans le rôle du bon gars sociable qui cherche à se faire des amis un peu partout, sans analyse préalable du bonhomme… Il fallait déjà avoir du potentiel pour qu’il accorde sa confiance et son respect. Il ne connaissait pas le potentiel du garçon. Niveau serdaigle, il restait parfois sur sa réserve. Avec son frère, ça passait évidemment très bien, pas seulement par le lien du sang, mais parce qu’il avait des manières et un état d’esprit qui faisait de lui plus qu’un rat de bibliothèque. Un rat de bibliothèque insupportable et cherchant régulièrement à avoir l’ascendant sur son petit frère. Pendant les vacances, ça virait souvent à la bagarre puérile entre deux égos et intelligences démesurées, le plus beau des cadeaux paternels. Enfin, ça c’était il y a deux ans… Qu’est-ce que ce serait, aujourd’hui ? A son âge, revenait-il encore pour les vacances, qu’en était-il de ses études supérieures ? Jer manquait des lettres depuis bien trop longtemps… Il ne se souvenait plus vraiment de leurs visages, et il sortait ses photos si peu souvent… Par où avait-il commencé cette réflexion mélancolique, déjà ? Il chassa le voile dans son regard et sourit en reportant son attention sur le lac paisible.


    - Ça fait du bien, un peu de calme. J’imagine que tu as déjà bossé pour demain… Ça promet déjà d’être fatiguant.

Métamorphose et astronomie… La grosse déprime… lancer un sort de triche, éventuellement ? S’échanger les réponses par un quelconque code avec les copains ? Encore faudrait-il qu’ils aient bossé aussi… Ce n’est pas que ces matières-là était inutiles, mais si, en fait. Ça promettait d’être drôle…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Black water ▬ Noah   Ven 5 Juil 2013 - 0:33

- Ça fait du bien, un peu de calme. J’imagine que tu as déjà bossé pour demain… Ça promet déjà d’être fatiguant.

C’est la question qui résonna aux oreilles de Noah, peut après le silence gênant qu’il avait laissé après la première question. Ce silence n’était pas dû à une vexation de sa part, il était habitué à ce qu’on lui dise ça… Non, le lus vrai était de dire qu’à part de rares connaissances amicales, personne ne lui adressait la parole car personne ne voulait réellement le connaître. Cette nouvelle question réveilla en Noah une envie de meurtre… Il fuyait les autres élèves et l’ambiance, lui paraissant malsaine, des révisons joyeuses des autres élèves, sautillants dans les jardins, semblables à de grotesque gnomes…

« Allons bon, il essaie de débuter une conversation, il ne peut pas savoir que j’ai envie d’entendre parler de tout sauf de ça…. »

Il était vrai que depuis quelques temps, Noah essayait de sortir de son état lamentable de gars asocial, mal assuré, le genre de type que l’on évite, et cela devait bien évidemment passer avec un changement de comportement… Il y a quelques jours, il n’aurait pas hésité à témoigner par tous les moyens possibles sont dédains à ce type. Mais il s’était promis de changer, il voulait qu’Elle puisse en être fière, où qu’Elle soit après son départ. Il décida que ce type allongé serait le premier témoin de ce changement, qui aujourd’hui se manifesterait par quelque chose d’inouïs : Il allait traiter ce garçon avec le minimum de respect que l’on doit aux inconnus.

N’ayant pas aimé la seconde question, Noah préféra donc répondre à la première question qu’avait d’abord posé son interlocuteur. Il se rendit compte que pour son changement, il devrait apprendre à ne plus faire la gueule, cet autochtone risquant de mal le prendre au bout d’un moment.

- J’suis un vaurien en huitième année. J’m’appelle Noah Lloyd Paxton.

Il se rendit compte aussitôt après avoir parlé de sa voix rauque qu’il devrait apprendre à mieux faire sa pub quand il parle pour la première fois à un inconnu, peut-être plus particulièrement avec celui-ci. Noah ne croyait pas qu’il soit content de sa présence, et cela se justifiait. Ce coin de jardin était un vrai paradis de méditation et de repo, et rien ne semblait pouvoir corrompre la pureté de cet endroit, rien à part sa propre présence. Noah se sentait comme une tache au milieu d’un t-shirt blanc.

Il regarda de plus près le vert qui lui faisait face, et il eu du mal à le cerner. Etait-il bon ou mauvais, difficile de le savoir, surtout par rapport à lui-même. Noah avait pris l’habitude de prendre tout le monde pour des nuisibles. Rejeter la faute sur les autres… Peut-être était-ce ça sur quoi s’étaient basés ses efforts finalement… L’attitude paisible de cette étrange personne apaisait pourtant ses craintes, il n’y avait que lui, et l’eau accompagné du calme porté par le doux son de l’air. Peut-être est-ce pour ça que le regard de Noah s’illumina quelques instants, et peut-être est-ce pour ça qu’un petit bout de sourire vint tirer les commissures de ses lèvres. Ses soucis s’en allait peu à peu, le zen s’installait. Il ne pensait plus à son image, il ne pensait plus au passé, ni ne s’inquiétait pour ce que lui réservait l’avenir.

- Je dois avouer que je suis surpris, tu as l’air de résister plutôt bien à la douleur que je t’inflige en t’obligeant à quitter tes paisibles méditations, tu as presque l’air de ne pas m’en vouloir !

Ce qui était troublant avec le garçon qui lui faisait face, s’était que, quand on le regardait bien, sa silhouette accompagnée de ce paysage faisait de l’ensemble une véritable peinture.

Tandis que la réponse de Jeroen se faisait attendre, Noah se mit lui aussi en position allongée dans l’herbe, et ferma les yeux. Le paysage restait gravé dans sa mémoire.

Il se sentait bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 4203
Date d'inscription : 19/02/2012
Crédits : Tumblr & moi
Double Compte : Drew A. Parker & Gwen Roberts-Moore



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1415-jeroen-van-saade
MessageSujet: Re: Black water ▬ Noah   Lun 22 Juil 2013 - 20:28

Il faisait des efforts. Il était venu pour s’isoler, avait pioncé puis fini par faire une croix dessus. Il aurait pu s’installer à une distance raisonnable, ne pas se parler, tâcher de ne pas se gâcher le décor, mais ça n’aurait pas été pareil. Jeroen aimait l’espace. Le vide. Les bêtes calmes se promenant autour, le vent, les odeurs… sans autre présence humaine. La nature, les bêtes, c’était tellement plus simple, sans aucune contrainte. Il pouvait être qui il voulait, mais surtout un gars amoureux des choses qui ne jugent pas, car ça avait toujours un effet reposant sur son esprit. Le serdaigle, c’était un regard qui jugeait, d’autant plus qu’il y avait ce petit différend habituel entre les différentes maisons et leurs caractéristiques… Heureusement qu’Emeric était à cheval entre le tempérament serpentard et serdaigle, ils se seraient entretués dans leur jeunesse s’ils avaient été diamétralement opposés…

Il faisait des efforts, donc, histoire de ne pas détruire le paysage à coup d’un échange désagréable, mais ça semblait un peu tomber dans l’oreille d’un sourd. Trois questions, une rhétorique, des commentaires un peu bateau voire un poil vexant, mais une réaction assez silencieuse.

- J’suis un vaurien en huitième année. J’m’appelle Noah Lloyd Paxton.
- Enchanté. Jeroen van Saade, noble serpentard de neuvième année, mais pas de lien avec le marquis malheureusement.
Voilà. C’était fait. A réponse bizarre, commentaire encore plus bizarre. Le gars se traitait de vaurien comme si le serpentard n’attendait que ça, comme si se rabaisser pouvait faire plaisir à son interlocuteur. Jé avait un peu raconté n’importe quoi. Noble, on pouvait le croire vite fait grâce à son nom et quand on avait quelques bases en néerlandais et en culture française, mais non, rien, aucune parenté, aucune lignée et un A de trop dans le nom, c’était pas la classe ultime mais voilà. C’était mieux que de se présenter comme un vaurien, et ça minait un peu moins l’ambiance.

Il sentit que Noah l’observait, cherchait à le cerner. Son attitude un peu désinvolte ne semblait pas le déranger. En même temps, si on était venu se plaindre du comportement de Jé après qu’on soit venu l’emmerder dans un moment de tranquillité - ce que quelques-uns de ses copains aimaient beaucoup faire -, ça avait tendance à le mettre sur les rotules. Là, ça allait, à part que son comportement était bizarre, proche de la bête qui sort de sa grotte et chercher à se faire des copains avec maladresse, et sans mode d’emploi ; c’était un peu freestyle tout ça.

- Je dois avouer que je suis surpris, tu as l’air de résister plutôt bien à la douleur que je t’inflige en t’obligeant à quitter tes paisibles méditations, tu as presque l’air de ne pas m’en vouloir !
Euh… ouais. Ok. Si tu veux mon grand.

- J’ai vraiment l’air d’un gars qui pleure dès qu’on s’approche de lui ? Tu ne me connais pas, je ne sais pas d’où tu sors de telles conclusions. Mes paisibles méditations, bof, je pionçais parce que je fais des insomnies, si tu veux tout savoir. Je suis en paix avec le monde.
Oui, bon, la dernière partie était un peu - beaucoup - sarcastique. Niveau elfe en osmose avec les arbres, même s’il appréciait se promener, à ses heures perdus, jusqu’à quelques recoins perdus de la forêt interdite, c’était un peu pitoyable. Il n’avait même pas besoin de la nature ou d’un brin d’herbe entre les dents ou même d’un coup de réflexion zen pour rester calme en toutes circonstances. Il s’accommodait du décor plus qu’il ne se fondait dedans, et lui, quand il s’accommodait de quelque chose, ça se voyait un peu. Vite fait. Ce n’était quand même pas pour ça que son cadet était en pleine réflexions, hein ? Le garçon s’allongea à côté de lui et ferma les yeux. C’était un romantique lui. Pas difficile à deviner. La nature, la mélancolie, tout ça…

- Ouais… ça promet d’être fatiguant. Quelles options ?
Ouais. On fait ce qu’on peut pour tenir la conversation...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Black water ▬ Noah   

Revenir en haut Aller en bas
 
Black water ▬ Noah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Black water ▬ Noah
» New codex black templar
» Black immigrants see personal triumphs in Obama
» contenue de la boite :Battle for Black Reach.
» Petit travail au black

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Outside :: Le Parc de l'Ecole. :: ─ Le lac.-
Sauter vers: