AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 'Till I Collapse ▬ Megan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 7786
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: 'Till I Collapse ▬ Megan   Lun 6 Mai 2013 - 22:12

Vendredi 27 Juin 2014 ▬ Fin de journée
'Till I Collapse

Megan & Cameron

Il est mort. Ces mots résonnent encore dans ma tête et pourtant ça fait une dizaine de jours. Douze, pour être tout à fait exact. Oui, je les compte, et non je n’arrive pas à passer au travers. Il y a douze jours j’ai tué un homme, j’ai pris une vie, et je n’avais pas le droit de faire ça. A vrai dire, je m’attendais à des représailles, quelques choses, n’importe quoi, mais rien. Absolument rien. Ils ont pourtant bien du trouver les corps, à moins que quelqu’un soit passé derrière nous pour les faire disparaître. Je ne sais pas pourquoi je repense soudainement à Hammerschmitt, et surtout à notre première rencontre alors qu’il était sous forme lunaire. J’ai bien cru que j’allais y passer ce soir là mais il est intervenu et les a mis en pièce. Littéralement. Cette fois là encore j’aurai pensé qu’il y aurait des représailles, au moins pour lui, mais non, rien non plus ou en tout cas rien de visible. Je l’ai aperçu plusieurs fois depuis et il ne s’est rien passé de notable dans le château. Des élèves et des Moldus disparaissent toutes les semaines, voir parfois tous les jours dans les périodes les plus « intenses et fructueuses ». Parfois on en entend parler, parfois pas. Ce que je trouve étrange c’est ce silence radio chaque fois qu’un type meurt de leur côté. On aurait clairement pu s’attendre à une descente dans l’aile où ils nous parquent, ou bien un rassemblement pour les élèves afin de savoir ce qui s’est passé et qui est responsable du carnage mais non, rien. En tout cas pas à ma connaissance. Je dois bien le dire, c’est un grand mystère, et je n’aime pas ne pas comprendre. Ceci dit je ne vais pas m’en plaindre même si je crois qu’une part de moi aurait souhaité être puni pour ça. Je ne regrette pas qu’il soit mort, mais c’est mon geste qui me pose problème. Derek lui semble avoir beaucoup moins de scrupules que moi mais parfois je me dis que ce type est complètement cinglé. Il est impulsif, violent et pas toujours en mesure de se contrôler, voilà ce que je sais du personnage. Il est colérique, ce que je pourrais comparer à de l’hypersensibilité et s’il m’entendait penser il serait furax mais quand on regarde son frère, on comprend mieux. Je crois qu’Enzo est un peu moins radical que son frangin mais il n’empêche que ces deux là ont un caractère assez spécial et ça personne ne me le sortira de la tête. Ce que je veux dire c’est qu’on n’a pas le droit – de mon point de vue – de prendre une vie juste comme ça, parce qu’on l’a décidé, et pour se faire vengeance et justice soit même. Je ne me moque pas du monde, et oui je sais que je l’ai déjà fait mais c’était dans une autre vie et surtout … Enfin je sais pas, je m’entête à trouver ça différent alors que finalement ça ne l’est pas tant que ça. Il avait tué mon frère, et j’ai mis le temps qu’il a fallu mais j’ai eu ma revanche. Une vie pour une vie. A ce moment là, Enzo n’était pas encore réveillé et personne ne pouvait dire s’il allait le faire ou pas. Peut être que le Serpentard aurait juste du attendre d’être sur même si finalement tout ça n’était pas complètement la raison exact de ce pétage de plomb transformé en règlement de compte. Pour Megan, voilà pourquoi c’était, pour faire payer à ces enflures le calvaire qui lui ont fait subir quand ils l’a maintenaient captive, mais désolé de t’apprendre mon cher Derek que rien de ce que tu pourras dire ou faire ne soignera ses blessures. Qui plus est, tu l’as dit toi même, et je l’avais d’ailleurs pensé, elle n’aurait pas voulu ça. Tout ça c’était simplement le résultat d’un trop plein que tu n’as pas su gérer et au lieu d’essayer de t’arrêter dans ta folie meurtrière je t’ai accompagné. Je n’en suis pas fier, loin de là, et oui si je pouvais revenir en arrière pour changer ça je le ferai parce que ça n’est pas dans mes principes d’agir comme ça, comme une bête sauvage. Je ne suis pas une bête sauvage et pourtant j’ai tabassé ce type sans le moindre état d’âme. Est ce qu’ils ont réussi à me rabaisser à leur niveau ? Sincèrement, je n’espère pas.

Je l’admets, je suis paumé, et tout ça me prend la tête. Je sais que ces enfoirés sinon le méritaient au moins ne devraient pas en tout cas mériter ma pitié ou mes remords, mais taper sur l’un quand c’est l’autre le responsable, je n’aime pas ça, même si dans le fond c'est exactement ce que j'ai fait pour venger mon frère il y a quelques années. Ce sont des montres qui jouent avec l’humain comme un chat jouerait avec une souris et la cicatrice que j’ai sur le bras le prouve, on n’est strictement rien pour eux alors j’essaie de me convaincre que ça n’était pas si « grave » mais c’est dur. Le concept d’une vie pour une vie ne fonctionne pas directement mais après tous ceux qui ont été tué depuis que je suis ici, qu’ils soient Moldus ou Sorciers, ces deux là étaient quand même responsables d’atrocités, ne serait-ce qu’en n’ayant rien fait pour stopper ça si jamais ils n’y ont pas participé directement. Ne serait-ce que pour Megan même si à mon sens ça ne méritait pas qu’on fasse justice nous même. Ou peut être pas aussi radicalement. J’en sais rien, je sais plus. J’imagine que je devrai passer à autre chose, comme pour tout le reste, mais ça reste bloqué dans un recoin de ma tête et ça me rend malade. J’en rêve parfois la nuit, je revois tout ce sang et j’arriverai presque à en sentir l’odeur. Ce jour là quand je suis remonté au quatrième et après m’être assuré que j’avais bien retrouvé ma propre apparence, j’ai vidé l’intégralité du contenu de mon estomac dans la cuvette des chiottes et j’ai rien pu avaler pendant 24h. C’est pas tant l’horreur de la scène en elle même, j’avais déjà vu ce genre de truc, j’ai déjà cogné des mecs jusqu’à ce que même leur mère puisse sans doute plus les reconnaître mais faut croire que ça ne fait plus partie de mes mœurs. Peut être que j’ai envie d’autres choses maintenant, peut être que le fait d’être loin de ma vie d’avant m’a fait prendre conscience qu’il existait autre chose que la vie dans la rue et la violence qui va avec. J’en sais trop rien, et à vrai dire je n’aime pas la direction que prennent mes pensées. Si j’en viens à renier carrément mes origines et la façon dont je vivais avant, ça ne va pas le faire. Je ne peux pas, et ne veux pas, tirer un trait sur mes frères mais ça fait tellement longtemps …

Je m’isole pas mal en ce moment, c’est pas comme si je tournais spécialement en rond mais je me sens pas capable d’être sociable, j’en ai pas envie. Visiblement c’est le cas de pas mal de monde je crois, peut être qu’on a tous besoin d’un peu de temps. Enzo s’est réveillé, et on aurait pu croire que ça soulagerait un paquet de monde mais finalement pas tant que ça. J’ai eu aucun contact avec lui depuis, je n’ai fait que l’apercevoir, mais je sais que lui aussi fuit l’être humain, et comme la peste j’ai bien l’impression. J’aimerai faire quelques choses pour Kyle, être présent pour lui, mais y a rien à faire, j’y arrive pas. Alors je culpabilise, même si je sais qu’il a surement envie d’être seul lui aussi, tout comme je sais que ma présence ne changera rien et je crois que c’est ça le plus dur : Se sentir impuissant et ne pas être capable d’aider les gens qu’on aime. Parfois ça me démange, d’aller voir le Loup et de le coller dos au mur pour lui faire comprendre qu’il a intérêt à arrêter ses conneries et sa petite crise existentielle. D’un autre côté, je me dis que s’il réagit comme ça c’est qu’il en a besoin et là encore à part lui foutre la paix je vois pas bien comment l’aider. Il vient de se réveiller, il en a pris plein la gueule dernièrement, peut être qu’il a juste besoin de souffler un peu et que ça reviendra plus tard. J’espère en tout cas, pour lui comme pour les autres. Je sais pas vraiment comment Jill vit la situation mais d’après ce que j’ai pu en voir, c’est comme si elle observait la tout ça de loin. Pour les autres, j’en sais trop rien. En tout cas Kyle le vit pas bien, ça c’est plutôt clair, et je sais pas si ça l’aide d’avoir Oliver dans les pattes à vrai dire mais ça le regarde. J’affectionne toujours autant ce type, et oui, c’est ironique. Si ça ne tenait qu’à moi j’irai lui dire de lâcher la grappe à mon pote mais East Coast est suffisamment grand pour savoir ce qu’il veut, j’ai pas mon mot à dire sur la question et c’est préférable que je ne me pointe pas, je sais pas de quoi je suis capable donc si c’est pour devenir désagréable c’est pas la peine. Chacun à sa place et la mienne est en retrait pour l’instant. Il est évident que s’il se pointe à moi je ne lui tournerai pas le dos, bien au contraire, mais je sais qu’il ne le fera pas, ou en tout cas pas tout de suite et je respecte son besoin d’espace. Je le comprends.

J’ai pas revu cette enflure de McEwen depuis qu’il a joué avec moi et je ne vais pas m’en plaindre. J’ai vraiment pas la tête à devoir supporter ce guignol en ce moment. J’oublie pas, ça reste gravé dans un petit coin de ma tête parmi tout le reste mais j’ai même pas envie de me venger. Ça viendra peut être plus tard, je dis pas, et au début j’étais plutôt catégorique sur la question. Il devait payer pour ce qu’il m’a fait. Avec le recul je me dis que tout ça c’est qu’une perte de temps et d’énergie et sincèrement, j’en ai suffisamment perdu comme ça dernièrement. Si l’occasion se présente, je ne manquerai pas de la saisir mais en attendant je ne le cherche pas et visiblement lui non plus. Il a du trouver quelqu’un d’autre ou bien simplement oublier et vu son instabilité mentale ça ne m’étonnerait même pas. La marque qu’il m’a fait sur le bras ne ressemble plus à grand chose depuis que je l’ai moi même modifié avec ma lame, mais quand mes yeux se posent dessus ils revoient l’originale. Dans le fond c’est juste une cicatrice de plus mais dans les faits il m’a marqué comme du bétail et c’est différent.

Troisième étage. Tout est calme. J’ai pourtant l’impression que les cours sont finis pour la journée mais peut être que je me trompe. A vrai dire je n’ai pas vraiment idée de l’heure qu’il est mais je commençais à avoir des fourmis dans les jambes et ressasser me rendait amer alors j’ai pris mes clic et mes clacs et j’ai été faire un tour dans les couloirs. Personne n’ait venu m’emmerder, tant mieux, et en déambulant j’ai trouvé un sac abandonné contre un mur. J’ai toujours été un type curieux alors j’ai regardé dedans. Pas grand chose d’intéressant mais c’est plutôt le sac en lui même que qui a attiré mon intention et fait grimper les idées dans ma tête. Je l’ai embarqué avec moi, j’ai cherché une salle vide et j’ai finalement accroché le fameux sac comme j’ai pu, à hauteur d’homme, tout ça dans le but d’obtenir … un sac de frappe. Il n’était pas assez lourd alors j’ai simplement enlevé ce qui semblait être fragile dedans et j’ai remplacé le contenu par un peu tout ce que j’ai trouvé, et qui serait possible à boxer et j’ai commencé à frapper. Ça fait maintenant une heure que j’y suis et j’ai l’impression que rien ne pourra m’arrêter. Je me sens comme coincé dans une sorte de transe, presque destructrice et oui, je l’admets, ça me fait peur mais je ne m’arrête pas pour autant. J’ai viré mon sweat, j’ai mis des morceaux de tissus autour de mes poings pour faire les choses bien et je frappe, encore, et toujours. Ça me fait du bien, c’est tout ce qui compte. Je préfère évacuer de cette façon là plutôt que de m’en prendre à quelqu’un. Plus rien n’existe, je débranche, ça fait du bien, même si j’ai cette étrange impression de ne plus vraiment être là ou seulement sous la forme d’une masse de nerfs tendus coincée dans un automatisme limite agressif. Je crois que je suis bien parti pour continuer comme ça jusqu’à m’écrouler sur le sol, épuisé. peut être que c’est ce que je cherche après tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: 'Till I Collapse ▬ Megan   Mer 8 Mai 2013 - 3:32

Cameron & Megan
« till i collapse »




Bien que le soleil semble avoir été plus présent à l’extérieur au courant de ce mois, j’avais eu l’impression que l’ambiance générale à l’intérieur du château n’était pas aussi gay. Les supérieurs continuaient d’aller de bon train, comme toujours, mais je croyais qu’un petit changement de saison allait peut-être mettre des sourires sur les visages. En fait, c’était pire. Les vacances approchaient à grands pas et pour la majorité, nous étions déçus de ne pas pouvoir rentrer chez nous, une fois de plus. De mon côté, j’avais aussi envie de quitter l’école, mais je n’avais pas l’intention de retourner chez mon père cependant. Si un jour les supérieurs venaient à quitter l’école et si nous étions maître de notre destin dès leur départ, j’irais probablement me trouver un petit appartement quelque part à Londres plutôt que de retourner le voir lui. Même après tout ce temps d’absence, il ne me manquait pas et sa nouvelle femme encore moins. Si je pouvais ne plus jamais le revoir, ce serait encore mieux. Mais bon… Visiblement, ce jour n’était pas prêt d’arriver. Mais pour en revenir à ce drôle de karma, une atmosphère plus qu’étrange flottait dans l’air ces jours-ci. Le stress des examens devait en rajouter une couche, mais… Peut-être était-ce moi, mais l’air me semblait pesante, insupportable même dans certains cas. C’était peut-être aussi à cause des derniers événements qui avaient légèrement secoué le monde. Tout d’abord, il y avait eu ce cours d’études sur les moldus dans lequel Enzo et Kyle avaient été victimes de torture devant toute une salle de classe. Je n’y avais pas assisté, bien entendu, puisque le tout avait été exécuté devant les sixièmes années, mais nous en avions entendu parler dans la salle commune, à la table dans la grande salle et davantage dans les corridors. Sans m’incruster dans les conversations que j’avais entendues autour de moi, j’avais cependant prêté une oreille attentive malgré moi. Les descriptions donnés par mes compagnons jaunes ou même les autres élèves dont je surprenais les dires me donnèrent des cauchemars durant les jours suivants. Toute la peine du monde n’aurait pas été assez puissante pour exprimer à quel point j’avais été désolée pour eux. Car, ainsi, le don d’Enzo ainsi que leur relation secrète avaient été exposés aux yeux de tous, sous la cruelle vigilance des supérieurs. Quiconque avait des secrets maintenant devait bien se guetter, car si ça se trouvait, les hommes en noir avaient constitué une liste d’étudiants à passer en revue. Peut-être devenais-je paranoïaque, mais après mon séjour aux cachots… Je ne pouvais faire autrement.

Quoi qu’il en soit, cette terrible séance n’était pas la seule mauvaise nouvelle qui avait entouré le château. Il y en avait une seconde qui avait peut-être passé un peu plus inaperçue aux yeux de certains, mais en ce qui me concernait, ça m’avait frappé de plein fouet.

Seulement quelques jours après la séance de torture collective, j’avais appris qu’Enzo était tombé dans le coma à la suite d’une bagarre. J’avais aussitôt tenté de voir Derek, mais comme je m’y attendais, il m’avait royalement ignoré. Comme il avait dû l’avoir fait avec Jillian sans doute et avec d’autres dont il pouvait se sentir près ou du moins, qui souhaitait lui exprimer de la sympathie. Parce qu’il était comme ça : quand un truc n’allait pas, il fallait lui foutre la paix ou sinon lui la trouvait. Impossible d’échanger tant que la tempête n’était pas passer. Ça avait dû être un coup dur pour lui, sachant qu’il avait déjà perdu ses parents de manière tragique et que son frère visitait l’au-delà pour une deuxième fois en deux ans. Cette nouvelle m’avait de nouveau attristée, bien que je ne sois pas si près d’Enzo : je connaissais la majorité de ses secrets (comme le reste du monde maintenant) et en quelque part, je m’étais attachée à lui. À ce jeune homme qui avait vécu la vie dure avec un grand frère débile, mais qui tenait le coup et qui était tout de même quelqu’un d’appréciable malgré ce que l’on pouvait dire sur lui. Pour le coup, j’étais passé le voir à l’infirmerie durant son petit séjour, espérant y croiser Derek, mais au lieu, j’y trouvais Kyle. Tout naturellement. Malgré son air abattu et sa fatigue plus que visible, il tenait bon et restait près de son copain. Pour le soutenir. Pour attendre patiemment son réveil. J’avais éprouvé un élan de compassion à ce moldu qui méritait l’admiration de plusieurs. Malgré tout ce qu’ils pouvaient endurer, ils restaient forts et unis quoi qu’il arrive et juste pour ça, ils méritaient d’être ensemble et d’être heureux. Malheureusement, le sort semblait s’acharner sur eux, mais qui sait… Il ne faut pas perdre espoir : ce serait la pire erreur.
Kyle n’avait pas perdu espoir. Moi non plus d’ailleurs. Et ça valu le coup parce quelques jours plus tard, Enzo s’était enfin réveillé.

Je ne lui avais pas reparlé depuis, mais à voir ses agissements lorsque je le voyais dans les corridors ou encore dans la grande salle, il n’avait pas l’air… Dans son assiette. Derek non plus d’ailleurs. Encore une fois, j’avais tenté d’approcher mon meilleur ami une journée ou deux après que j’aie appris qu’Enzo était revenu parmi nous, mais il s’était encore refusé à moi et du coup, je ne l’avais pas revu depuis. Fatiguée de devoir tourner autour de lui, je m’étais dit qu’il viendrait bien me voir lorsqu’il en sentirait le besoin, comme il l’avait toujours fait. Je ne devais pas oublier les rapprochements plus qu’évidents qu’il y avait entre Jillian et lui alors du coup… Peut-être qu’en tant que simple amie il me laissait un peu de côté. C’était difficile à suivre. Tout comme ces deux frères qui semblaient cacher encore une fois de lourds secrets : leurs expressions parlaient d’elles-mêmes.



Rien de spécial en ce vendredi. Pas de mauvaises nouvelles à l’horizon, mais pas de Derek non plus. J’étais assez indépendante habituellement, mais l’absence de mon ami commençait à me peser lourdement sur le système. J’aurais bien envie d’aller voir Jillian pour en discuter un peu avec elle, savoir ce qu’elle sait ou du moins… Savoir si elle a eu des nouvelles de son côté. Après tout, peut-être faisait-il réellement la gueule à tout le monde. Mais je décidai de ne pas m’interposer, me disant que peut-être tout cela était personnel et que donc, pour une fois, je n’étais pas impliquée dans l’histoire, même si ce n’était qu’à titre de « journal intime ». Du coup, j’étais allé à mes cours comme à l’ordinaire, j’avais révisé un peu mes notes ici et là, durant mes temps libres et j’avais décidé de faire un petit tour aléatoire dans le château pour me changer les idées un peu. Je n’avais pas spécialement envie de parler à quelqu’un, je voulais simplement… Me promener. Sans tomber sur les supérieurs cependant.

J’atterrissais sur le troisième étage et je ne me posai pas de question, décidant d’emprunter le chemin que les escaliers m’indiquaient. Les corridors étaient assez vides en cette fin de journée : les étudiants se trouvaient soit dans la grande salle, soit dans leur salle commune respective. Peut-être que ce n’était pas très prudent de ma part de m’aventurer ainsi, sachant que c’était de cette manière que je m’étais fait prendre, mais je me trouvais sur un étage autorisé alors du coup… Peut-être aurais-je plus de chance si je croisais les supérieurs. Du moins, je l’espérais.
J’entendis une série de bruit qui attira mon attention. Je m’approchai d’une porte, collait mon oreille dessus et constatai que ça venait de cette pièce. Quelque chose de régulier, comme si l’on frappait sur quelque chose. Je posai ma main sur la poignée, mais hésitai avant d’ouvrir. Peut-être qu’il se cachait dans cette salle un horrible spectacle ou encore quelqu’un qui avait besoin d’aide… Je sorti ma baguette de ma main libre en guise de précautions et laissai ma curiosité l’emporter avant d’ouvrir doucement la porte.

Le bruit se fit davantage plus fort et lorsque je l’ouvris totalement, je perçu Cameron.
Mon cœur s’arrêta : je ne m’attendais pas vraiment à tomber sur lui. Sur le moment, je restai statique et l’observai alors qu’il ne semblait pas m’avoir vu. Il frappait de manière acharnée sur un sac qui pendait, comme s’il s’en servait en guise de punching bag. J’eus un petit sourire avant de ranger ma baguette et de refermer la porte derrière moi : c’est le cliquetis qui trahit ma présence. Il s’était retourné brusquement vers moi, l’air surpris et je levai aussitôt les paumes vers lui.


- Ça va, ce n’est que moi. Je suis désolée, j’aurais du prévenir, mais mes vieux réflexes me disent constamment que je dois faire le moins de bruit possible…

Je souris davantage avant de baisser mes mains et de faire quelques pas vers lui. Mes yeux se posèrent sur le sac.

- Tu t’entraînes pour la forme ou tu t’imagines vraiment que ce sac est la tête de quelqu’un…?

Peut-être se défoulait-il…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7786
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: 'Till I Collapse ▬ Megan   Jeu 9 Mai 2013 - 23:35

Je sais pertinemment que frapper n'a jamais été une solution, et probablement pas non plus une fin en soi, mais de temps en temps ça fait du bien. Je crois que ça a toujours été dans mes habitudes qui plus est. Pour me défendre, parfois pour attaquer même si c'était plus rare, mais surtout pour m'amuser en vérité, ou me défouler. Je me battais avec mon frère, enfin avec mes frères plutôt, et avec tout ceux qui avait le même genre de trip que moi d'ailleurs. En arrivant ici j'ai rapidement trouvé des gars avec qui me friter de temps en temps. Des Sorciers, la majeure partie du temps. Le deal était simple, pas de magie, et certains respectaient cette règle. C'est une habitude que j'ai un peu perdu avec le temps mais je vais peut être la reprendre parce que je me rends compte que ça me fait énormément de bien. Ça me permet d'évacuer tout un tas de choses, sans blesser personne ou en tout cas personne d'autre que moi. Le but ça n'est pas de me faire mal, même si faire un effort physique et surtout un de ce genre là ça fini toujours par faire souffrir d'une manière ou d'une autre mais disons que ça n'est pas le but. J'aurai probablement des courbatures demain et après ? Je ne suis pas en sucre. Au départ c'était exorciser tout un tas d'émotions, de ressentis, tous plus négatifs les uns que les autres, à présent c'est juste un bon moyen pour … je sais pas trop en fait. J'ai l'impression que je redécouvre les joies de l'effort physique. Ok j'y ai plus ou moins goûté avec Derek y a pas si longtemps mais j'ai plus envie de penser à ça et j'ai surtout pas envie d'associer le fait de frapper à ce souvenir foireux. Cogner à toujours été un plaisir pour moi et je tiens à ce que ça le reste donc je crois que je viens simplement de trouver une bonne alternative : Me défouler sur un objet plutôt que sur un humain, au moins pendant quelques temps. J'adorai me battre avec Carlos par exemple, on finissait tous les deux dans un état assez lamentable mais on se marrait comme deux cons. Ici je sens bien que c'est prendre le risque de tomber dans un truc pas trop clair et un trip dans lequel j'ai pas envie de glisser. J'ai été inactif pendant trop longtemps, je m'en rends compte maintenant que je crache mes poumons, que je transpire comme un bœuf – et cette expression n'a pas le putain de moindre sens – et merde, c'est bon ! Oui, ça fait du bien. Au corps, à l'âme, à la tête. A tout. Je débranche, et qui plus est ça maintient en forme ce genre de trucs. Peut être que je vais me remettre sérieusement au « sport ». Pas de méprise, j'ai jamais été du genre à faire mon p'tit footing tous les dimanches au bord de l'océan ou ce genre de conneries. Nan, nan, mon truc à moi c'était de jouer au chat et à la souris avec les flics, des activités dans ce style là, qu'on se le dise. Je ne crois pas que je vais recommencer pour autant à chercher la merde ici mais je vais bien trouver un juste milieu, non ? Je veux atteindre ce sentiment de plénitude qui s'empare de ton être après un effort physique intense, oui, je crois que ça va être mon nouvel objectif. J'ai plus ou moins arrêté de fumer, que ce soit la clope ou le reste, du coup c'est juste l'idée de me trouver un nouveau moyen de planer en fait, et en plus sain. Que demande le peuple ? A ce rythme là dans six mois je suis bon à marier et près à être père de famille. La blague ! Mais je suppose qu'on appelle ça grandir peut être.

Perdu dans mes délires et totalement parti et surtout très concentré sur mes gestes, je n'ai pas entendu la porte s'ouvrir. Relâchement de vigilance, ça n'est pas sérieux ça Cameron, j'suis pas fier de toi. Ça aurait pu être n'importe qui, même ce taré de McEwen qui reviendrait à la charge ou bien encore quelques Supo inquiets de ne pas revoir certains de leur collègue. Ici tout est possible et d'autant plus quand on est une célébrité comme moi. Ou pas. Enfin bref, ça n'a pas été le cas mais ça ne m'a pas empêché de sursauter et de me braquer sur la défensive. Lequel de nous deux à eu le plus peur ? Très bonne question.

« Ça va, ce n’est que moi. Je suis désolée, j’aurais du prévenir, mais mes vieux réflexes me disent constamment que je dois faire le moins de bruit possible… »

Elle a sourit, baissé les mains qu'elle avait porté devant elle et je me suis détendu aussitôt. J'ai souri à mon tour tout en m'essuyant le front d'un révère de poignet. Très élégant oui je sais mais on n'est pas dans un défilé de mode il me semble ?

« C'est rien. Et j'comprends. »

Oui je comprends parfaitement parce que d'une je sais ce par quoi elle est passé ou en tout cas en partie, sans parler de certains traumatisme plus ancien qui ne s'effacent pas comme ça et d'habitudes qu'on prend parfois dans un certains cadre de vie. Je comprends parce que je suis pareil, enfin en temps normal parce que là je me suis fait surprendre comme un bleu. Ce que je veux dire c'est que j'ai tendance à me déplacer comme un félin quand c'est nécessaire. C'est une façon de vivre, mais je sais aussi faire plein de bruit si j'en ai envie. L'instinct de survie, de préservation, etc … Un réflexe, tout simplement. Un instant en la dévisageant je repense à Derek, à ce qu'on a fait tous les deux y a pas si longtemps, soit disant pour elle. Excuse pourrie, au demeurant. Ça n'était pas pour elle mais pour nous, parce qu'on n'a pas été capable de se retenir, et parce que je n'ai pas été capable de ne pas le suivre dans son délire. Je le regrette, fin de l'histoire. J'ai juré à Ryans de garder ça pour moi et ça restera dans un recoin de ma tête. Qui plus est je n'ai certainement pas envie de penser à ça chaque fois que je croiserai la Jaune parce que je l'apprécie, j'apprécie sa présence, parce que c'est devenu simple entre nous et que c'est agréable de passer du temps avec elle même si ça n'est pas souvent. Ça n'était rien de tout ça au départ, c'est clair, mais aujourd'hui ça l'est et j'en suis plutôt content. Je pense qu'elle aussi sinon elle aurait fait demi tour, non ?

Dans un geste plus réflexe qu'autre chose j'ai immobilisé le sac qui continuait de tanguer et je me suis approché d'elle alors qu'elle en faisait de même, le souffle un peu court et le cœur qui bat à cent à l'heure après autant d'effort, plus l'effet de surprise. Elle a enchainé en jetant un coup d'œil à mon jouet qui pendait toujours de manière relativement artisanale au plafond. Comme quoi avec un peu d'imagination et de volonté on peut faire des trucs sympa et ce sans l'aide de la magie.

« Tu t’entraînes pour la forme ou tu t’imagines vraiment que ce sac est la tête de quelqu’un…? »

C'est … une question intéressante, merci de l'avoir posée ...

« Hum ... Je dirai un peu des deux. Et y a aussi une part de défoulement là dedans j'crois. Le soucis c'est que je n'arrive pas vraiment à me fixer sur une tête en particulier alors ... Je m'arrête plus. Heureusement que t'es là, j'aurai peut être fini sur les genoux ou étalé par terre après un arrêt cardiaque. »

Oui c'est de l'humour et je suis d'accord, c'est pas drôle. Plaisanter sur la mort c'est particulier mais ça en fait rire certains, d'autres pas. Après tout les goûts et les couleurs ça ne se discutent pas et il parait qu'ils sont tous dans la nature alors ... On ne peut pas plaire à tout le monde, c'est ce que je dirai.

« Salut Megan. »

Quand même, restons polis, et civilisé. C'est pas parce que je ne ressemble à rien d'autre qu'un épouvantail dégoulinant de sueur et que je dois sentir le fennec que je ne peux pas être bien élevé après tout. D'ailleurs ...

« Désolé, j'suis pas très présentable. La prochaine fois j'essaierai de faire mieux. Costard et nœud pap', ça t'irait ? »

D'un autre côté, et encore une fois, elle n'a pas l'air de vouloir fuir c'est donc que ça ne la dérange pas tant que ça mais je ne peux simplement pas m'empêcher de raconter des conneries. Et puis sérieusement, vous m'imaginer en costard et nœud papillon ? La blague. Faudrait déjà me payer cher pour me faire enfiler un de leurs uniformes alors un costume, faut pas déconner. Je préfère mes vieux jeans troués, on est bien plus à l'aise là dedans et puis c'est encore une des rares libertés qu'il nous reste : Celle de s'habiller comme on veut. Enfin comme on peut surtout mais ça n'est pas la question.

« Tu passes une bonne journée ? Ou as passé … A vrai dire je ne sais pas quelle heure il est. Je crois que j'ai un peu perdu la notion du temps en entrant là dedans. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: 'Till I Collapse ▬ Megan   Sam 11 Mai 2013 - 3:38

On avait beau dire du mal de ce château et de la manière dont il était gérer, on ne pouvait pas s’empêcher de se dire que l’on pouvait avoir vraiment des surprises quelques fois. Des bonnes comme des mauvaises. Mais l’une des bonnes devait sans doute être l’arrivée de tous ces moldus au quatrième étage. Bien entendu, je n’étais pas pour ce que les supérieurs avaient décidé d’en faire, c’est-à-dire des esclaves doublé de cobayes, mais ils avaient élargi les horizons des jeunes sorciers que nous étions. Plusieurs d’entre nous étaient des nés-moldus alors que d’autres, comme moi, étaient de sang-mêlés et les plus rares se casaient chez les sang-pur. Bien que le monde des sorciers et ceux des moldus se rapprochaient de plus en plus, en particulier à cause de tous ces « mélanges » qui semblaient créer un autre monde à part, certains restaient assez réticent face aux moldus. Peut-être pas ceux qui provenaient de famille non magicien, mais plusieurs sang-mêlé ne connaissait pas grand chose à la culture d’un de leur parents. À la maison, je me souvenais que c’était la magie qui régnait alors que maman ne s’occupait de rien hormis de son boulot. Papa avait engagé quelques elfes de maison afin que le manoir soit présentable et donc je n’avais pas vraiment eu l’occasion de pouvoir apprendre des choses sur la culture moldue. Bien entendu, lorsque maman était décédée, ou plutôt assassinée, mes espoirs d’en apprendre davantage sur ce deuxième monde avaient totalement disparus. Mais avec ce nouvel arrivage à l’école, j’avais eu l’occasion d’en apprendre un peu plus sur eux ou du moins, de faire plus amples connaissances. Après tout, si les supérieurs n’étaient jamais débarqués à Poudlard, jamais je n’aurais connu Cameron et… J’en aurais été bien malheureuse. Ce garçon était ma bouffée d’air fraîche, celui à qui je m’étais accrochée pour ne pas sombrer dans le néant alors que tout espoir me semblait perdu lorsque je me retrouvais dans une cage aux cachots. Il vivait un enfer, mais il restait fort avec une empreinte d’humour, ce dont j’admirais totalement. Il était si…

Il était celui qui se retrouvait dans mes rêves, venant atténuer mes cauchemars qui me surprenaient encore parfois. Celui qui m’avait redonné la force dans les moments les plus difficiles et ce, sans même qu’il ne s’en aperçoive. Il m’avait donné des papillons dans mon estomac dès la première seconde où mon regard s’était posé sur lui et si durant un moment j’avais cru abandonner mes sentiments, ils étaient revenus en force. Je n’abandonnerai pas. Je ne l’abandonnerai pas lui. Il était celui que je désirais, celui dont je souhaitais me rapprocher et doucement, les pièces du puzzle semblaient se mettre en place. Il ne semblait pas vraiment réceptif à toutes ces émotions que je pouvais ressentir pour lui, mais… C’était ce qui faisait davantage son charme à mes yeux. Cette manière d’être détaché, complètement indépendant… Peut-être même qu’il ne remarquerait jamais rien, mais ça ne m’empêcherait pas de continuer de l’attendre, d’espérer en silence comme je le faisais depuis un moment déjà. J’étais patiente et quand je voulais quelque chose, habituellement je finissais par l’obtenir. Peut-être que ce ne serait pas son cas, peut-être qu’il ne me verrait jamais comme moi je pouvais le voir, mais tant pis. Si ce n’était pas lui, c’était un autre et les réponses à ce genre de question viendraient en leur temps.

Quoi qu’il en soit, je n’avais été absolument pas déçue de tomber sur lui comme ça. Il était couvert de sueur et autant l’avouer sa se sentait un peu dans l’air, mais ça me passait bien au-dessus de la tête. Il restait super sexy malgré tout, comme si rien ne pouvait m’empêcher de le trouver irrésistible. Ce petit air de bad boy et cette manière de s’essuyer le front du revers de la main en se retournant vers moi…
J’aurais cru défaillir.


- C'est rien. Et j'comprends.

Bien sûr qu’il comprenait. Il était du genre compréhensif sur tout et je lui en étais reconnaissante. Certains auraient pu être fâchés d’avoir été surpris de cette manière, mais ce n’était pas son cas et j’en étais heureuse. Il avait finalement immobilisé le sac qui lui servait de « victime » avant de répondre à ma question.

- Hum ... Je dirai un peu des deux. Et y a aussi une part de défoulement là dedans j'crois. Le soucis c'est que je n'arrive pas vraiment à me fixer sur une tête en particulier alors ... Je m'arrête plus. Heureusement que t'es là, j'aurai peut être fini sur les genoux ou étalé par terre après un arrêt cardiaque.

J’eus de nouveau un petit sourire à son intention, trouvant ingénieux de la manière dont il s’y était prit pour faire de l’exercice et se défouler à la fois. Les moldus avaient beau être dépourvus de magie, ils n’étaient pas sans cervelle et savaient user d’intelligence même dans les moments où ils n’avaient rien. Ça, c’était une autre chose que j’avais appris d’eux, bien que je le sache déjà un peu. Ma mère n’était pas une femme sans cervelle, bien au contraire : elle s’était simplement fait manipuler par la magie de mon père.
Quoi qu’il en soit, il semblait assez content de me voir et je me sentis légèrement flattée. On était loin des fois où il semblait me faire la gueule lorsqu’il me voyait, comme si j’étais la cause de son mal être, bien que ça n’ait jamais été le cas. La fois du stade me revenait en tête, alors qu’il avait péter un plomb sur tous les sorciers en général et j’eus envie de rire, mais je me retenais.


- Salut Megan. Désolé, j'suis pas très présentable. La prochaine fois j'essaierai de faire mieux. Costard et nœud pap', ça t'irait ?

Il avait toujours le mot pour faire sourire ou faire rire, une autre chose que j’appréciais particulièrement chez lui. Et après, je me demandais pourquoi je le trouvais si parfait… Allure de bad boy, mais personnalité d’ange… Que pouvais-je espérer de mieux?
Je rigolai un peu avant de le regarder des pieds à la tête, me l’imaginant en costume de soirée. N’empêche que si la sueur lui allait bien à la peau, le costard ne serait pas mal non plus. Je le voyais, planté devant un miroir avant une coiffure impeccable entrain de tenter de faire le nœud de son nœud papillon sans grand succès. Je le voyais râler, pousser des soupirs de découragement… Je souris davantage. En avait-il déjà porté un…?


- Salut Cameron. Et tu sais… Je ne suis pas plus présentable que toi… Je porte cet horrible uniforme depuis ma première année et je n’ai jamais été très fan du noir alors… Autant dire qu’il est dépassé. Mais je serais assez curieuse de te voir en habit chic… Je vais voir si je ne pourrai pas te dénicher un petit quelque chose.

Je lui fis un petit clin d’œil complice, me disant que même si un jour je tombais sur un tel costume, il ne voudrait certainement pas l’enfiler. Après tout, pourquoi faire?

- Tu passes une bonne journée ? Ou as passé … A vrai dire je ne sais pas quelle heure il est. Je crois que j'ai un peu perdu la notion du temps en entrant là dedans.

Je pris quelques secondes pour réfléchir, comme si j’avais complètement oublié ce que j’avais fait de ma journée. J’avais l’impression que les jours défilaient et qu’ils étaient tous pareil. Comme s’il y avait eu un jour sans fin. C’était toujours la même routine de toute manière : études, cours, études, dodo. Je n’avais plus vraiment de contacts avec personne, puisque personne ne venait me voir. Et comme je n’étais pas du genre à aller vers les autres (hormis peut-être pour Cameron, bien sûr), je me retrouvais donc seule. Ce n’était pas une mauvaise chose en soi, mais parler un peu à quelqu’un, ça fait toujours du bien. Même pour les plus solitaires.

- Bonne, pas vraiment: elle était assez ordinaire. Le train-train quotidien quoi. Avec les examens qui arrivent, c’est les études qui s’enchaînent et… C’est plutôt ennuyant en fin de compte. Je commence à savoir mes notes par cœur, tellement que je pourrais te les réciter. Et nous sommes en fin de journée… Il doit être près de dix-huit heures je crois, quelque chose dans le genre…

Je n’avais pas tellement fait attention à l’heure, moi non plus. Elle ne semblait plus compter : j’allais à mes cours quand il le fallait, je mangeais quand j’avais faim et j’allais me coucher lorsque je me sentais fatiguée. Je vivais comme une automate, comme si plus rien n’avait d’importance hormis les tests qui approchaient à grands pas. Ne pouvait plus passer du temps avec Derek, je m’occupais comme je le voulais et du coup, j’avais jeté mon dévolu sur mes bouquins et mes notes. J’aimerais bien passer plus de temps avec Cameron, mais disons que c’était… Assez compliquer. C’était d’ailleurs totalement inattendu que je tombe sur lui au troisième. Mais c’était une agréable surprise.

Je m’approchai du sac et tournai autour, comme si je l’examinais attentivement. Il n’avait rien de spécial : ce n’était qu’un simple sac suspendu, mais pourtant, il me donna une idée.


- C’est vraiment brillant ce que tu as fait. Très ingénieux. Je suis certaine qu’aucun sorcier n’aurait pensé à faire ça.

Même pas moi, je devais l’avouer. De toute manière, je n’avais jamais été très physique dans les échanges. Enfin… Ça dépendait de quoi on parlait… Mais ça, c’était une autre histoire.
Je m’arrêtai, lui faisant de nouveau face.


- Une idée vient de me traverser l’esprit et… J’aurais besoin de ton aide. J’ai eu l’occasion de t’observer un peu tout à l’heure, avant que tu ne me vois et… Tu sembles être très habile dans les combats… Ta manière de frapper, la force que tu semblais y mettre… Bref, on voit que tu es capable de te défendre. Et moi… Ce n’est pas mon cas. Je suis une petite fille de riches qui a toujours été dépendante de sa baguette lorsque les emmerdes se présentent à elle. Mais c’est bien connu : quand un sorcier n’a plus sa baguette en sa possession, il n’est plus grand chose…

Des souvenirs des cachots me frappèrent. En aucun moment je n’avais pu avoir accès à ma baguette et sur le moment, je m’en étais voulu de ne pas avoir été en mesure de savoir me défendre. Je m’étais débattue à plusieurs reprises, mais ça ne c’était pas révéler très efficace. Et si jamais l’occasion se représentait, d’une manière ou d’une autre, je souhaitais être en mesure de pouvoir faire quelque chose.

- Et pour en avoir fait personnellement l’expérience… Ce n’est pas très cool et donc… Je me demandais si tu ne voudrais pas m’enseigner quelques techniques…? Pas grand chose tu sais… Juste pouvoir… Canaliser ma force ou bien être capable de me déprendre d’un piège de corps à corps, savoir frapper aux bons endroits, là où ça fait mal… Des trucs de base finalement…

Je relevai de nouveau les yeux vers le sac.

- Mais ne te sens pas obligé. Si tu ne veux pas, j’irai sûrement demander à Derek. Je sais qu’il a appris à se défendre sans sa baguette et à ce qu’il paraît, il est plutôt doué…

J’eus un sourire alors que quelques souvenirs me revenaient en tête. Notamment un White qui s’en était prit plein la gueule une fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7786
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: 'Till I Collapse ▬ Megan   Dim 12 Mai 2013 - 10:52

J'ai l'impression que cette fille est du genre à débarquer chaque fois qu'on s'y attend le moins, mais si au départ j'ai parfois vécu ça comme une agression aujourd'hui ça n'est plus cas. Nos dernières rencontres, nos derniers moments passés ensemble se sont bien déroulés – si on fait abstraction du reste genre White, les Centaures, etc – et ça nous permet de faire un peu plus connaissance à chaque fois. Je ne sais pas si elle me cherche ou bien si c'est le hasard mais je ne me pose pas vraiment la question, tout comme j'ai arrêté de me demander pourquoi elle tenait tant à me faire découvrir qui elle est vraiment. Je le sais maintenant, et j'apprécie cette version là. Je me dis que si je la trouve toujours sur mon chemin parfois et qu'elle reste un petit moment c'est qu'elle n'a rien contre mon caractère de merde non plus. Voilà où on en est, et je pense pouvoir dire qu'on est amis maintenant. Ça n'a strictement rien à voir avec les relations que j'entretiens avec Jillian ou même Riley, rien à voir non plus avec Emily, non c'est encore autre chose. C'est comme ça doit être et point barre, à quoi ça sert de réfléchir là dessus ? Comme si je me demandai pourquoi je suis ami avec Kyle ou ce genre de trucs. Je me rends simplement compte que contrairement à ma vie d'avant j'ai a présent plus d'amies proches que d'amis et je l'admets c'est toujours un peu étrange mais je m'y fais. La présence d'une fille à parfois le don de me faire partir dans de sacrés délires même si ça ne se voit pas spécialement et je suis bien content que ça ne soit pas le cas avec Megan. Tout ça c'était qu'une perte de temps et un moyen stupide de se faire des claquages aux cerveaux pour des trucs totalement cons, tout ça parce que j'avais trop de temps pour penser et ressasser. J'étais pas habitué, je crois, à cette proximité et ce dans tous les sens du terme alors j'ai du m'enflammer pour pas grand chose. Maintenant c'est bon, Cameron a grandi et il n'a plus peur des filles. Jusqu'à la prochaine fois, peut être, mais pour le moment j'en profite ! Alors, cette journée sinon ?

« Bonne, pas vraiment: elle était assez ordinaire. Le train-train quotidien quoi. Avec les examens qui arrivent, c’est les études qui s’enchaînent et… C’est plutôt ennuyant en fin de compte. Je commence à savoir mes notes par cœur, tellement que je pourrais te les réciter. Et nous sommes en fin de journée… Il doit être près de dix-huit heures je crois, quelque chose dans le genre… »
« Pauvre petits étudiants surmenés ... »

Répartie agrémentée d'une moue boudeuse et plaintive exagérée, suivi d'un clin d'œil, parce que oui je plaisante mais je suis certain qu'elle l'aura compris. Ce ne sont pas des choses que je peux comprendre mais ça n'est pas pour autant que je les dénigre et ça me rappelle un peu la conversation qu'on a eu avec Jill à la plage y a quelques temps. Avant que tout se barre en sucette, pour être poli, mais passons et surtout ne revenons pas là dessus parce que je n'ai pas envie d'y penser. Je ne veux penser à rien d'autre qu'elle et moi, ici. L'instant présent. Une sorte de break, oui c'est à ça que ça m'a tout l'air de ressembler et ça fait du bien.

« Et merci pour l'heure. »

Mine de rien ça n'est pas toujours pratique de ne pas l'avoir sur soi mais on se débrouille et puis c'est pas comme si on avait vraiment le choix. La voilà qui se met en route, qui observe et tourne autour de mon sac. Moi je ne bouge pas, je ne dis rien, je me contente simplement de sourire. Amusé.

« C’est vraiment brillant ce que tu as fait. Très ingénieux. Je suis certaine qu’aucun sorcier n’aurait pensé à faire ça. »
« Disons qu'il n'aurait pas eu à le faire. »

Et non, pour une fois il n'y a aucune trace de dégoût et d'amertume dans mes paroles. C'est simplement la vérité, non ? Peut être que si j'étais né de l'autre côté de la barrière ou que j'avais développé des pouvoirs en grandissant j'aurai une vision totalement différente des choses, c'est même fort probable, mais ça n'est pas le cas. Je suis ce que je suis et j'en suis fier. Je ne les envie pas, ça n'a jamais été le cas et je ne crois pas que ça le sera un jour. D'ailleurs je ne sais pas si je me ferai vraiment à la Magie un jour. Je sais qu'elle a des bons côtés, certains me le prouvent régulièrement mais pour moi elle synonyme de trop de mauvaises choses. Dernier exemple en date : La cicatrice que je porte sur l'avant bras gauche et qui me rappelle tous les jours qu'ici je ne suis rien ni personne d'autre qu'un prisonnier, un esclave, et j'en passe. Et voilà encore une chose à laquelle je n'ai pas envie de penser.

« Une idée vient de me traverser l’esprit et… J’aurais besoin de ton aide. J’ai eu l’occasion de t’observer un peu tout à l’heure, avant que tu ne me vois et… Tu sembles être très habile dans les combats… Ta manière de frapper, la force que tu semblais y mettre… Bref, on voit que tu es capable de te défendre. Et moi… Ce n’est pas mon cas. Je suis une petite fille de riches qui a toujours été dépendante de sa baguette lorsque les emmerdes se présentent à elle. Mais c’est bien connu : quand un sorcier n’a plus sa baguette en sa possession, il n’est plus grand chose… »

Blackwood, t'es une stalkeuse ! C'est quoi cette manie d'observer les gens comme ça ? Non mais ! Et non bien sur que non je ne suis pas vraiment scandalisé. D'autant moins quand j'entends de tels compliments, vas-y, continue de me caresser dans le sens du poil mon égo aime beaucoup ça. Ce qu'il aime moins, enfin pas mon égo mais moi en entier, c'est la manière dont se voile ton regard quand tu replonges dans tes souvenirs, et pas les meilleurs. Enchaine si t'as autre chose à dire parce que sinon c'est moi qui prends le relai pour nous sortir tous les deux de là. Si tu glisses sur cette pente, j'y glisserai probablement aussi et j'en ai pas envie.

« Et pour en avoir fait personnellement l’expérience… Ce n’est pas très cool et donc… Je me demandais si tu ne voudrais pas m’enseigner quelques techniques…? Pas grand chose tu sais… Juste pouvoir… Canaliser ma force ou bien être capable de me déprendre d’un piège de corps à corps, savoir frapper aux bons endroits, là où ça fait mal… Des trucs de base finalement… »

Oh … Si je m'attendais à ça … Oui j'ai du avoir l'air un peu con avec ma bouche ouverte et aucune autre réaction mais personne ici ne va s'en formaliser, n'est ce pas ? C'est bien la première fois qu'on me demande un truc pareil. Non,rectification : C'est la première fois qu'une fille me demande un truc pareil. Et visiblement je dois mettre trop de temps à répondre parce qu'elle enchaine presque directement … Qu'est ce que vous êtes exigeantes et impatientes mesdames ! Ça va, je plaisante. Oui, encore. C'est que je suis un p'tit marrant moi, vous ne le saviez pas encore ? Cameron, ta gueule. Ou pas.

« Mais ne te sens pas obligé. Si tu ne veux pas, j’irai sûrement demander à Derek. Je sais qu’il a appris à se défendre sans sa baguette et à ce qu’il paraît, il est plutôt doué… »

Attention, réveil express !

« Alors là je t'arrête tout de suite. Je ne peux décemment pas te laisser demander un truc pareil à Derek. Ok il sait se servir de ses poings mais dans le genre impulsif je crois qu'on fait pas mieux. J'pense que même son frère l'est moins, c'est pour dire Rolling Eyes »

Et lui il a une excuse, plus ou moins. Non mais ce que j'entends par là c'est que tu risques de te retrouver à cogner n'importe qui, n'importe quand, et je ne crois pas que ça soit une bonne idée. Sans offense Derek. Je suis juste pas certain que l'idée de faire de toi un prof de self-défense soit la meilleure du siècle.

« Frapper c'est une chose, mais si tu veux vraiment apprendre à te défendre c'est pas avec lui qui faut voir ça à mon avis. Il est plutôt du genre à attaquer, si tu vois ce que je veux dire, et sans vouloir t'offenser vous n'avez pas vraiment la même carrure ... Je dirai qu'en plus il a tendance à foncer et réfléchir après – ce qui doit être dans le capital génétique des Ryans encore une fois – et je pense pas que ça soit une bonne idée que tu te calques là dessus. »

Oui je vous l'accorde ça fait un peu présomptueux de ma part de balancer un truc pareil d'autant plus que je suis une boule de nerfs moi aussi mais je pense sincèrement avoir plus de recul et de retenue que les deux frangins et je ne leur confierai pas ma sœur pour ce genre de chose. Megan n'est pas ma sœur, oui je sais, merci, et je ne la considère pas comme telle mais ce que je veux dire c'est que j'ai beau apprécier Enzo, et avoir plus ou moins changer ma vision de Derek, ça n'est pas pour autant que j'approuve toutes leurs réactions. Enfin bref ! De toute façon c'est à moi qu'elle demande et si ça se trouve évoquer Derek c'est juste un moyen typiquement féminin pour me manipuler et me faire accepter sa demande donc ! Allons y. De toute façon c'est pas comme si j'avais quelque chose contre cette idée. Au contraire, je me dis même que ça peut être amusant.

« Déjà t'es pas très grande et ça malgré les apparences ça peut être un avantage. Je peux ? J'irai bien prendre une douche avant mais bon, tant qu'on est là ... »

Alliant le gestes à la parole je me déplace vers elle et me place dans son dos. Si je lui demande si je peux c'est simplement parce que se retrouver collée contre un mec trempé de sueur – même si ça va, j'suis pas non plus une cascade, n'exagérons rien – c'est sans doute pas la chose la plus agréable du monde. Et donc nous y voilà. Je me colle contre elle, son dos contre mon torse et effectivement c'est vraiment un minipouce. Je passe mon bras autour de son cou et bien sur je ne serre pas mais c'est simplement pour illustrer.

« Regarde, étant donné que je dois faire … au moins 20 cm de plus que toi :gla: J'ai pas vraiment de prise alors que toi t'es à hauteur de parties plutôt sensibles. Si je t'attrapes comme ça, t'as pas mal de choix qui s'offrent à toi : Tu peux m'écraser le pieds, me mettre un coup de coude dans le ventre ou même viser un peu plus bas – mais évite s'il te plait, pour mon bien être personnel – tu peux même me mordre le bras de toutes tes forces. Une fois que l'autre t'a lâché, tu coures. Enfin moi je le ferai pas mais si ton adversaire fait deux têtes de plus que toi et le double de kilo je crois pas que ça soit une bonne idée de lui faire face en fait. »

Je ne suis pas un lâche m'enfin il faut savoir reconnaître quand on ne fait pas le poids. Le but ça n'est pas de jouer les héros et de se faire tuer pour la gloire mais au contraire d'échapper à quelqu'un et de s'en sortir sinon indemne au moins vivant. Et puis … Je ne suis pas vraiment du genre macho – ou peut être un peu – mais c'est une fille quoi ! Enfin je sais que certaines sont tout à fait capable de se défendre et je pense notamment à Jordane qui a sauvé mon cul en éclatant la gueule d'un Supérieur et ce sans sa baguette ou presque, mais c'est pas le cas de Megan sinon elle ne me demanderai pas mon aide.

« Pour le reste t'as raison, canaliser sa force c'est important. Certains ont tendance à foncer dans le tas et y mettre le tout le paquet directement, résultat c'est le meilleur moyen de s'épuiser et donc de se prendre une branlée monumentale. Si tu canalises, tu gères mieux, mais parfois dans le feu de l'action et l'adrénaline c'est pas toujours évident. Il faut atteindre la sagesse petit scarabée ! »

Et un grand sourire innocent alors que je lui fais face à nouveau après l'avoir libérée de mon emprise, et de mon odeur de mâle surtout. C'est un peu gênant, non ? Non, on s'en fout.

« Et s'entrainer, ça peut être bien aussi. Tu deviens pas Mohamed Ali du jour au lendemain, tu t'en doutes bien. »

Est ce qu'elle connait Mohamed Ali au moins ? C'est pas toujours simple de savoir ce qu'ils savent ou pas ces Sorciers à vrai dire. Certains vivent avec nous, d'autres restent cloitrer dans leur petit monde fermé … C'est pas un jugement, juste une interrogation. Enfin bref, voilà, je tends les bras vers elle et expose mes paumes devant ses yeux.

« Vas-y, frappe pour voir ce que tu vaux ? Montre moi ce que t'as dans le ventre Blackwood ! »

Ceci est une invitation à la violence, c'est mal !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: 'Till I Collapse ▬ Megan   Sam 18 Mai 2013 - 18:18

Débarquer dans le même endroit que Cameron était toujours un réel bonheur pour moi. Il était le seul à connaître mon secret le plus sombre et je ne regrettais toujours pas de lui en avoir parlé. Ça m’avait grandement fait du bien, encore plus que je n’aurais pu le croire. Certes ce terrible évènement restait toujours aussi frais dans ma mémoire et ça n’atténuait pas la peine que je pouvais ressentir face à la perte de ma mère, mais ça m’avait soulagé en quelque part. Comme si je n’étais plus la seule à devoir porter ce « fardeau » bien que pour Cameron, cette histoire n’avait aucune importance. Ce qui me surprenait encore par contre, était l’empressement que j’avais eu à raconter cette histoire. Je ne faisais pas confiance à beaucoup de gens, mais pour lui c’était… Une exception. Peut-être parce qu’il m’avait défendu devant White en dépit de son manque flagrant de magie ou encore parce qu’il réussissait à faire battre mon cœur en ne faisant rien de spécial. Peut-être aussi parce que je me doutais qu’il avait dû voir des trucs assez affreux, me souvenant qu’il m’avait parlé de son frère aîné. Nous avons un triste lien en commun : un être cher nous avait été enlevé par la main des hommes de manière prématurée. Ça nous avait un peu rapprochés sur le moment, mais qu’en était-il à présent? Je ne comptais pas revenir sur ce lourd sujet et sans doute que c’était la même chose de son côté. Mais quoi qu’il en soit, je me sentais un peu plus près de lui. En tout cas plus que je ne l’avais jamais été. Et bien entendu, jamais je ne parlerais à qui que ce soit de ce qu’il s’était dit entre nous. Parce que ce moment nous avait appartenu et nous appartiendras toujours.

Par contre, cela ne nous empêchait pas de pouvoir établir d’autres liens entre nous. Je n’avais pas l’intention de devenir « collante » puisqu’il semblait tenir particulièrement à cette mince liberté dont il profitait au château, ce dont je respectais. Cependant, je me disais que cette idée de passer à l’entraînement plus « physique » pourrait être une excellente idée. Parce qu’en plus d’être une raison pour le voir un peu plus souvent (je l’admets, j’y avais réfléchi), c’était un excellent moyen de me sentir plus en confiance et plus forte. Comme beaucoup trop de sorciers, j’avais prise ma magie comme étant acquise et donc, je m’étais toujours servi de ma baguette en cas de défense jusqu’à maintenant. Du moins… Surtout devant les supérieurs. Mais puisqu’ils étaient plus expérimentés que nous, ils arrivent à nous désarmer en moins de deux et c’est là que je me retrouvais sans défense. Je parvenais à me défendre sans baguette, mais je ne faisais que le strict minimum. C’est-à-dire prendre la fuite en courant, tenter d’atteindre les parties génitales masculines et frapper, mais… Je ne savais pas comment canaliser ma force. Du coup, mes petits poings devaient ressembler à des pichenettes et donc ne faire aucun dommage à l’adversaire. Je m’étais rendu compte que j’étais faible et je n’aimais pas vraiment cette sensation. J’aimais bien cet aspect d’avoir l’air fragile à l’extérieur, mais de ne pas l’être en fin de compte. Avec ma baguette je m’avérais être habile et rapide, mais sans elle je n’étais plus rien. Qu’une pauvre petite fille perdue à la merci des grands méchants hommes.
Et il était temps que ça change.

Ceci entraînant donc cela (voir Cameron frapper comme un forcené m’avait donné cette idée), je m’étais jetée à l’eau sans trop savoir ce qu’il allait en penser. Quoi qu’il en soit, ma petite demande eu l’effet d’une bombe sur lui : il m’apparu très surpris sur le coup, comme s’il ne s’attendait jamais à ce qu’une telle proposition vienne de moi. J’essayai d’inverser les rôles et fort probablement que j’aurais eu la même réaction. Une sorcière qui veut s’entraîner physiquement pour être plus forte alors qu’elle a le don de magie… Une fille en plus… Mais je n’étais pas une lâche et je n’avais pas l’habitude de me laisser marcher sur les pieds ou être malmenée. Du coup, ces entraînements ne me faisaient pas peur, surtout pas en sachant qu’au final j’allais peut-être être capable de me sauver la vie un jour juste avec quelques techniques. Cameron me semblait être l’entraîneur parfait pour diverses raisons, mais j’avais également l’alternative de Derek qui s’offrait à moi si jamais le non magicien n’acceptait pas.


- Alors là je t'arrête tout de suite. Je ne peux décemment pas te laisser demander un truc pareil à Derek. Ok il sait se servir de ses poings mais dans le genre impulsif je crois qu'on fait pas mieux. J'pense que même son frère l'est moins, c'est pour dire. Frapper c'est une chose, mais si tu veux vraiment apprendre à te défendre c'est pas avec lui qui faut voir ça à mon avis. Il est plutôt du genre à attaquer, si tu vois ce que je veux dire, et sans vouloir t'offenser vous n'avez pas vraiment la même carrure ... Je dirai qu'en plus il a tendance à foncer et réfléchir après – ce qui doit être dans le capital génétique des Ryans encore une fois – et je pense pas que ça soit une bonne idée que tu te calques là dessus.

Décidément, Cameron semblait en savoir long sur les frères Ryans…
Effectivement, Derek était réputé pour agir sur le coup de l’émotion, en particulier lorsqu’il était en colère. Il frappait sans vraiment réfléchir aux conséquences que cela pourrait lui causer. Tant qu’il libérait ce trop plein de rage qu’il ressentait, il était heureux. Impulsif, carrément. C’est vrai qu’en y réfléchissant mieux, ce n’était peut-être pas une bonne idée de le prendre comme entraîneur. Il aurait été très heureux de ma demande puisque j’aurais réussi à le « flatter dans le sens du poil » comme on dit, mais… Il me montrerait sûrement à frapper n’importe comment sans tenir compte de mes petites exigences. Parce que tout naturellement, je ne voulais pas faire les choses à la va vite en me défoulant simplement. Non je voulais avoir de vraies techniques et être modérée durant mes exercices. Toucher un peu à tout quoi.
Est-ce que cette description voulait dire oui…?


- Déjà t'es pas très grande et ça malgré les apparences ça peut être un avantage. Je peux ? J'irai bien prendre une douche avant mais bon, tant qu'on est là ...

Je le vis s’approcher de moi et je ne pu m’empêcher d’avoir un petit sourire, me disant que je venais de l’avoir ma réponse. Il semblait déjà prendre la chose très à cœur puisqu’il me contourna et en moins de deux, son torse se retrouva collé contre mon dos. Je pu sentir l’humidité de son vêtement contre le mien, mais étrangement, ça ne me dérangeait pas tant que ça. Ça aurait été un autre garçon, sûrement que j’aurais pris la fuite, mais là… Dire que je n’aimais pas me retrouver si près de lui serait mentir. Son bras s’enroula autour de mon cou, mais sans serrer et je me sentis aussitôt prise au piège. Je tâchai de virer les mauvais souvenirs qui semblaient me revenir en mémoire pour me concentrer sur ce qu’il se passait maintenant.
Après tout, c’était Cameron, le mec de mes rêves et non pas un supérieur.


- Regarde, étant donné que je dois faire … au moins 20 cm de plus que toi. J'ai pas vraiment de prise alors que toi t'es à hauteur de parties plutôt sensibles. Si je t'attrapes comme ça, t'as pas mal de choix qui s'offrent à toi : Tu peux m'écraser le pieds, me mettre un coup de coude dans le ventre ou même viser un peu plus bas – mais évite s'il te plait, pour mon bien être personnel – tu peux même me mordre le bras de toutes tes forces. Une fois que l'autre t'a lâché, tu coures. Enfin moi je le ferai pas mais si ton adversaire fait deux têtes de plus que toi et le double de kilo je crois pas que ça soit une bonne idée de lui faire face en fait.

J’apprenais déjà de ma première leçon, baissant les yeux sur mes pieds en retenant ce qu’il venait de me dire. Je levai la jambe et mimai le geste de lui écraser le pied, mais sans le faire. Je fis pareil avec mon coude droit que j’envoyai vers son estomac, mais sans lui donner de coup. Je me penchai légèrement pour viser ses parties que je ne frappai pas, bien évidemment. Ces solutions me paraissaient très efficaces. Pas que je n’y avais jamais songé, mais sur le coup de la panique, il est facile de se laisser avoir par la peur et ne pas penser à un moyen de s’enfuir. Ou du moins, rien ne semble nous venir à l’esprit. Parfois, la terreur venait nous paralyser et nous faire perdre nos moyens. Mais avec un peu d’entraînement, ses gestes allaient devenir un automatisme et donc lorsque je me retrouverais au piège, je serais comment m’en débarrasser.

- Parfait, c’est enregistré. On frappe et on prend la fuite. Enfin si c’est un balourd.
- Pour le reste t'as raison, canaliser sa force c'est important. Certains ont tendance à foncer dans le tas et y mettre le tout le paquet directement, résultat c'est le meilleur moyen de s'épuiser et donc de se prendre une branlée monumentale. Si tu canalises, tu gères mieux, mais parfois dans le feu de l'action et l'adrénaline c'est pas toujours évident. Il faut atteindre la sagesse petit scarabée !


Il m’avait contourné de nouveau afin de me faire face, me libérant par la même occasion, affichant un grand sourire sur son visage. Je ne pus m’empêcher de répondre à son sourire en continuant de donner de légers coups de coude dans le vide, comme si je tentais de mémoriser l’endroit où il m’avait dit de frapper lorsqu’il s’était retrouvé derrière moi.

- Et s'entrainer, ça peut être bien aussi. Tu deviens pas Mohamed Ali du jour au lendemain, tu t'en doutes bien.

Mohamed Ali…? Oo

- Vas-y, frappe pour voir ce que tu vaux ? Montre moi ce que t'as dans le ventre Blackwood !

Les mains ouvertes relevées vers moi, attendant visiblement que je le frappe de toutes mes forces. J’avais arrêté mes petits mouvements en le regardant dans les yeux, me demandant s’il était sérieux ou non. Me faisait-il passer une sorte de test pour savoir si j’étais un cas désespéré ou si je cachais une réelle force physique au fond de moi?
Soudainement, je ne me sentais pas très à l’aise de devoir le frapper, surtout aussi ouvertement en sachant qu’il n’avait rien fait, mais… Sans doute que je n’avais pas le choix. J’aurais préféré taper dans le sac qui lui avait servi de punching bag un peu plus tôt, mais de cette manière il ignorerait ma véritable force.


- Je t’avertis tout de suite : je frappe comme une fille. Sûrement que tu l’aurais deviné, mais je tiens quand même à le préciser, d’un coup que tu te ferais des idées.

Je serrai les poings avant de fixer ses deux mains, tâchant de me concentrer afin de ramener toute la force que je pouvais. Être petite et menue n’était pas vraiment un atout de taille dans les combats au corps à corps puisque forcément, on se retrouvait aussitôt avec moins de force. Le fait d’être une fille ne devait pas aider mon cas, bien qu’il y en ait certaines qui avaient la chance d’être naturellement plus musclée. Mais bon, il fallait tenter le coup tout de même, au risque d’avoir un rire de la part de Cameron. De toute manière je m’y attendais déjà.
Je relevai mes poings, les ramenant à la hauteur de mon visage, je pris une bonne inspiration et frappai de toutes mes forces sa paume gauche.


- Aïe!

Je secouai rapidement ma main afin de faire disparaître la soudaine douleur que je m’étais infligée. Pour lui ça avait dû avoir l’effet d’une pichenette, mais moi j’avais eu l’impression que mes jointures s’étaient fendues sous l’impact.
J’eus un petit rire en regardant ma main qui n’avait absolument rien. Du moins en extérieur.


- Une vraie fille. Mais je pense être plus habile avec mes pieds. J’ai la chance d’avoir une souplesse naturelle plus élevée que la moyenne alors si je peux me reprendre comme ça…

Je me reculai légèrement, fixai de nouveau ses mains en me concentrant encore une fois. La douleur de ma main semblait déjà se dissiper alors que j’éprouvais plutôt un picotement maintenant. Je pris une nouvelle inspiration, sautai légèrement comme pour me donner un élan et donner un coup avec mon pied le plus fort que je pus dans sa paume droite cette fois-ci. Mais ce fut si fort que je perdis légèrement l’équilibre et que je crus voir sa main reculer jusqu’à son visage, lui donnant ainsi un coup sur le nez.
Je portai la main à ma bouche, me rapprochant de lui.


- Oh je suis vraiment désolée! Ça va tu n’as rien?!

Je regardai son visage et constatai avec grand soulagement qu’il n’avait rien. C’était peut-être aussi mon imagination qui m’avait joué des tours. Je voulais bien l’impressionner, mais je ne voulais pas l’envoyer à l’infirmerie non plus…

- Alors j’ai des chances d’être prise comme élève ou je suis vraiment trop un cas désespéré pour toi?

Sourire plus ou moins assuré, me demandant vraiment si j’avais des chances ou non.
Quoi qu’il en soit, je me promettais déjà d’être une élève assidue s’il m’acceptait comme première élève. Peut-être qu’il allait s’ouvrir un petit clan grâce à moi…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7786
Date d'inscription : 30/03/2010
Crédits : Avatar Schyzophrenic & signature bat'phanie &Gifs by Tumblr.
Double Compte : Enzo ▬ Isma ▬ Jeremiah ( parti ) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3331-gangsta-s-paradize-cameron
MessageSujet: Re: 'Till I Collapse ▬ Megan   Ven 24 Mai 2013 - 19:03

Frapper pour exister. Personne n'a jamais dit ou penser ça ? C'est peut être un peu curieux, voir même extrême mais sincèrement je me sens libéré d'une sorte de poids que je ne supportai plus et je sais que c'est à ça que je le dois et pas à autre chose. Apprendre à frapper pour exister ? Pourquoi pas. C'est pas vraiment à ce point là mais je me rends compte que je me suis complètement laissé emporté par le truc. Peut être parce que ça me rappelle un peu chez moi, j'en sais trop rien. J'ai été le p'tit à qui on apprend, puis j'ai grandi pour devenir le grand qui apprend au p'tit. J'aimais bien ça, j'ai toujours aimé jouer les grand frères comme mes grand frères l'ont fait avec moi avant. C'est ça la famille, on transmet ses expériences et son savoir de générations en générations. Megan n'est pas ma famille mais c'est une amie et c'est vrai que c'est un peu hors contexte mais justement. Ici rien n'est pareil à chez moi alors pourquoi pas faire dans la diversité un peu ? En tout cas je peux affirmer qu'elle a apprécié ce petit interlude autant moi. C'est juste un avant goût bien sur mais c'est le début. Pour toutes choses il faut apprendre les bases avant de se lancer dans l'inconnu sinon c'est le meilleur moyen de se faire mal ou bien de se faire éclater la gueule, pour être poli, même si en fait ça l'est pas. Enfin c'est grossier quoi, et on s'en fout.

Enfin bref ! Après les p'tites astuces c'est tout naturellement que j'ai voulu voir ce qu'elle valait. Je ne vais pas m'improviser Prof mais autant voir de quoi elle est capable pour voir ce qu'on peut faire ensemble. C'est bien beau de savoir frapper mais si le physique suit pas derrière ça sert à rien donc le coup des mains tendues devant moi, paumes ouvertes tournées vers elle, on va dire que c'est la base. En plus de ça elle m'a l'air d'être une « élève » assidue parce que je n'ai pas relevé mais j'ai bien vu qu'elle s'essayait à tous les gestes que je lui conseillais et ça m'a fait sourire. Pas un sourire moqueur, juste de l'amusement. Je pense qu'on peut le dire, je passe un bon moment. Peu importe, vas-y petit scarabée, montre moi ce que t'as dans le ventre et je te dirais qui tu es. Ou pas.

« Je t’avertis tout de suite : je frappe comme une fille. Sûrement que tu l’aurais deviné, mais je tiens quand même à le préciser, d’un coup que tu te ferais des idées. »
« Frappe. Perds pas ton énergie en parlant. »

Tout ça dit avec un sourire, naturellement. C'est pas un ordre, je suis pas là pour ça. Je frappe comme une fille, c'est sensé vouloir dire quoi ça au juste ? Je le sais très bien mais ce que je veux dire c'est que certaines filles frappent bien plus fort que certains mecs. C'est pas une science exactes tout ça et même si j'ai sans doute été un macho dans ma vie, je sais reconnaître quand une femme est forte ou qu'elle s'en donne les moyens. Y en a pleins pour ça d'ailleurs, et à mes yeux Megan fait partie de cette catégorie. Peut être pas par rapport à son physique et ce qu'elle peut en faire mais son mental est en béton, et ce même si elle a craqué l'autre jours. Ça nous arrive à tous, ça ne fait pas de nous des gens faibles, au contraire. Enfin bref, je suis pas là pour faire sa psychanalyse et si tu frappes pas tout de suite je vais chopper des crampes, Miss. T'es mignonne quand tu te concentres, tu l'sais ça ? Encore un truc qui me fait sourire, la voir se concentrer comme elle le fait. Mise en garde, ok. Et ...

« Aïe! »

Non je ne vais pas éclater de rire, ça serait pas cool, mais j'en ai envie. Encore une fois pas pour me moquer mais parce que la situation m'amuse, c'est tout. Je me contente de sourire parce que de toute façon je suis presque certains qu'elle va très bien se charger toute seule de qualifier son petit exploit.

« Une vraie fille. »

Qu'est c'que je disais ? C'est bien les filles ça, effectivement, et pour le coup ça n'a aucun rapport avec sa force de frappe. C'est vrai que j'ai pas senti grand chose contrairement à elle mais ça s'apprend, c'est comme tout le reste et quand on n'a pas la force physique qui suit, y a toujours d'autres moyens de se défendre. Faut simplement savoir utiliser d'autres atouts parce que les muscles ça ne fait pas tout. Ça aide, c'est indéniable, mais suffit de pas savoir s'en servir et ça ne sert pas à grand chose.

« Mais je pense être plus habile avec mes pieds. J’ai la chance d’avoir une souplesse naturelle plus élevée que la moyenne alors si je peux me reprendre comme ça… »

Oh … Alors t'es plus du genre Jacki Chan que Mohamed Ali ? Bien. Chacun son truc. C'est incontestablement pas le mien mais vas-y, je t'en prie. Je pourrais sans doute pas t'apprendre grand chose là dessus mais au contraire je pourrais peut être apprendre de toi. Je dois bien l'admettre, celle là je ne l'attendais pas vraiment. Je me suis laissé surprendre parce que j'étais pas concentré, en grande partie, mais aussi parce que je l'ai sous-estimé. Je la regardai sautiller comme pour se donner de l'impulsion, le genre de réflexe qu'on a tous, pour s'échauffer, etc … Une réflexion débile m'a traversé l'esprit une seconde : Je ne sais pas si lever la jambe quand on porte une jupe c'est une bonne idée. Et voilà le résultat, elle a attaqué et j'étais pas près. Je me suis pris ma propre main dans la figure, elle a perdu l'équilibre et voilà le résultat. Je me suis simplement mis à rire comme un con alors qu'elle revenait vers moi, l'air inquiet.

« Oh je suis vraiment désolée! Ça va tu n’as rien?! »
« Doucement Bruce Lee, j'aurai l'air de quoi si j'me balade dans les couloirs avec un coquard fait par une fille ? »

Non j'ai rien, tu m'as juste surpris. J'en ai vu d'autres tu sais, et des bien pires.

« T'inquiète, je devrai survivre. »

J'suis un homme, un vrai ! Rolling Eyes

« Alors j’ai des chances d’être prise comme élève ou je suis vraiment trop un cas désespéré pour toi? »
« Pour arriver en haut de l'échelle faut bien commencer par le bas, non ? Enfin sauf si on a un balai ou une baguette magique et qu'on décide de s'en servir pour aller plus vite mais ... »

Amertume ? Même pas, juste un réflexe. Ouais bon ok, un peu, je l'admets. Je m'y ferai jamais c'est tout, et j'ai pas envie de m'y faire à leur putain de Magie. Ceci dit c'est pas à Megan de prendre ma rancœur en pleine figure. J'ai rien contre elle, au contraire. Je pense qu'elle fait partie des personnes que j'apprécie le plus ici malgré la façon dont ça a commencé entre nous. C'était pareil avec Jillian d'ailleurs, au départ on pouvait pas s'encadrer et aujourd'hui on est potes comme cochons. Elles ont clairement pas le même caractère, c'est pas le même genre, mais c'est cool. J'analyse pas mes relations avec tous les gens que je connais, je m'en tape, je prends ça comme ça vient c'est simplement amusant de se faire des petits retour en arrière de temps en temps pour constater l'évolution. La concernant je ne pensais vraiment pas que ça pourrait coller un jour vu le visage qu'elle m'a montré la première fois. Certains disent que la première impression est toujours la bonne, pour cette fois là en tout cas c'était clairement pas vrai. Tout ce que j'ai vu ce jour là dans la volière c'est une espèce de pétasse qui s'amuse et prend les mecs pour des jouets, une fille qui te regarde de haut, le genre de trucs que je supporte pas. Au fil du temps je me suis rendu compte que c'était un masque et je préfère la version d'elle que je connais maintenant. Largement même. Si elle n'avait pas fait tomber ce fameux masque ça n'aurait jamais pu coller entre nous, c'est une certitude.

« Désolé. »

Ouais, revenons dans le présent.

« Ça marche pour moi. J'te garanti pas d'être de bonne humeur à chaque fois mais tant que tu te sentiras de me supporter t'es la bienvenue et ça me ferait plaisir de te filer des tuyaux et t'apprendre à te défendre autrement qu'avec ce … truc. »

Tout le monde l'aura compris, le truc en question c'est sa baguette. Je crois qu'elle me connait suffisamment maintenant pour savoir que c'est pas une bonne idée de la sortir en ma présence et d'ailleurs elle ne le fait jamais. Enfin sauf en cas d'urgence évidemment, comme avec les Centaures l'autre jour dans la forêt mais c'est tout.

« Je sais que vos exams commencent bientôt mais pour ma part j'ai pas un calendrier très chargé alors c'est quand tu veux. »

En plus de ça je crois que je m'ennuie un peu, de la sociabilisation ne me ferait sans doute pas de mal.

« Enfin j’te cache pas que je suis un peu cassé là, pour le coup, mais on peut se rencarder dès demain si tu veux, c’est pas un problème pour moi. Faut juste trouver un moyen de communiquer et j’aimerai autant que tu débarques pas au quatrième, on sait jamais. Je sais que certains utilisent leur Patronus pour se retrouver, on peut faire pareil. »

Astucieux ce truc, et ouais je sais que je crache sur le dos de la Magie mais que je lui donne sa chance quand ça m'arrange. Je suis un opportuniste, que voulez vous. On appelle ça l'instinct de survie.

« On fait comme ça ? J'vais aller prendre une douche et me poser mais dès qu'tu veux tu m'envoies ton patronus et on se retrouve quelque part. »

Là dessus, et après lui avoir adressé un clin d'œil sans y réfléchir, j'ai décroché mon petit assemblage, j'ai remis les affaires que j'avais trouvé dans le sac, dans leur contenant et en sortant de la pièce j'ai déposé l'ensemble où je l'avais trouvé. Nos chemins se sont séparés quelques temps après. Le rendez-vous est fixé, plus ou moins, alors à la prochaine.

▬ Topic terminé ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 'Till I Collapse ▬ Megan   

Revenir en haut Aller en bas
 
'Till I Collapse ▬ Megan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 'Till I Collapse ▬ Megan
» Rhian Sugden VS Megan Fox
» Megan Fox vs Lita
» Megan Jones (Poufsouffle)
» i'm a wonder woman ft. Megan Fox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Troisième Etage. :: ─ Salle vide-
Sauter vers: