AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entre bien et mal ▬ Elias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 17061
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Entre bien et mal ▬ Elias   Mar 9 Avr 2013 - 22:03

Mercredi 25 juin 2014 – Fin d’après midi.
Entre bien et mal, au pied du mur t'as le choix.



Elias & Enzo

Y en a qui marchent droit.
Y en a qui pètent un câble.
Ou bien tu fais le mal, au final t'es le seul déçu,
Ou bien t'es dans le droit chemin et tu te fais marcher dessus .


Trois jours que j’ai ouvert les yeux, et qu’est ce que j’ai fait depuis ? J’me suis battu, j’ai menacé un type et sa sœur, j’ai jeté mon mec, séché les cours, évité de dormir parce que chaque fois que je ferme les yeux les cauchemars se pointent, mangé un peu quand même des fois et fuit les gens qui tiennent à moi. Joli palmarès. Je sais même pas quelle heure il est, j’ai pas montre, c’est lui qui l’a et qu’il la garde. Tout ce qui me fait penser à eux, j’en veux plus. Je dois bien le dire, ma chaine me manque mais va bien falloir que je m’y fasse. C’est comme ça, ils sont partis, faut que je tire un trait. Pourquoi faire ? Avancer ? La blague. Non, y a pas vraiment de raison, c’est juste comme ça. C’est plus facile quand on débranche, et c’est précisément ce que j’ai fait. Un peu comme l’année dernière quand on y pense, sauf que cette fois c’est pas lui qui est mort, c’est moi. Puis me voilà, de nouveau parmi les vivants. Encore. Ma plus grande satisfaction là dedans c’est d’avoir fait fermer sa grande gueule à Taylor, et à l’autre abruti dont j’ai jamais connu le nom au final. White avait raison, j’ai fait le ménage, et le pire dans tout ça c’est que personne ne m’a rien dit. Pour un peu on m’aurait presque félicité. Taylor n’était rien pour eux, juste un électron libre incontrôlable et le premier qui me dit que ça lui rappelle quelqu’un je l’éclate comme ce connard de Serpentard qui doit encore être entrain de chialer dans un coin parce que je lui ai pété le nez. Peut être même une côte ou deux, allez savoir. Quant à l’autre, c’était juste un taré d’instable et là encore, pas de parallèle toléré. Oui je suis taré, et oui je suis instable. Et alors ? Je m’en tape, royalement. De ça et de tout le reste. Y compris de ce que j’ai sous les yeux.

Ou presque.

C’est qui ce type ? D’où est ce qu’il sort ? Pourquoi je l’ai jamais vu avant ? Qu’est ce qu’il est entrain de lui raconter ? Pourquoi il lui parle ? Pourquoi est ce qu’il le touche ? Qu’est ce que fout sa main sur son épaule ? Et puis c’est quoi cette façon de le regarder ? Non, je ne m’en fous pas, mais je ferai rien pour empêcher ça. C’est moi qui lui ait dit de partir, j’vais pas retourner ramper à ses pieds pour essayer de le récupérer, ni même descendre pour en foutre une à ce mec que je n’ai jamais vu – peut être parce que je n’ai jamais fait attention – parce qu’il est trop près de mon … de lui. Il a récupéré sa liberté, je la lui ai rendue. Il est libre, tout comme moi. Fin de l’histoire.

Ce que j’ai sous les yeux, c’est Kyle, un étage plus bas. Il ne me voit pas. Assis sur un muret de pierre, sous une arcade, il n’est pas seul. Y a un type avec lui, un type que je ne connais pas mais que lui semble connaître et réciproquement. Pourquoi est ce qu’il n’est pas avec Cameron ? Ou même Jillian ? Parce qu’il fait bien ce qu’il veut de sa vie et que je n’ai pas – plus – mon mot à dire sur la question. Je l’ai choisi, avec tout ce que ça implique. C’est simplement que … J’aime pas la façon dont ce type le regarde, dont il est proche de lui, dont il le touche comme s’il en avait le droit et mes mains se crispent sur la rambarde de pierre.

Ça n’est pas sensé m’atteindre.

Pourtant ça le fait. C’est loin, mais je le sens là sous la surface. Ça n’est pas qu’une question de fierté ou de territoire. On n’efface pas plus d’un an de relation comme ça. On n’efface pas des sentiments comme ceux que je ressentais pour lui aussi facilement. Ils sont toujours là, mais comme tout le reste je les cache dans un recoin de ma tête, ou plutôt de mon cœur. Je ne veux plus de ça. C’est pas fait pour moi. Lui l’était, mais ce genre de sentiments c’est pas fait pour moi. J’ai plus la force et le courage nécessaire pour me battre encore pour quelqu’un d’autre que moi. C’est peut être égoïste, mais d’un certain côté c’est aussi pour le protéger lui, pour les protéger eux. Tout le monde y trouvera son compte, c’est comme ça. C’est ce qu’ils voulaient, ceux qui nous maintiennent ici contre notre volonté : Diviser pour mieux régner. Et bien voilà, pour ma part je leur facilite le travail. Je ne choisi pas d’autre camp que le mien. Je me bats pour moi, et c’est tout. Et ça n’est pas en restant là à les observer, à l’observer, comme un Loup tapis dans l’ombre, que ça arrangera les choses, ou que ça les changera, ou peu importe.

J’ai donc repris ma marche de somnambule, tout en prenant bien soin d’éviter le plus possible la race humaine, passant par des endroits où personne ne va. Ma hantise ? Tomber sur Jill, ou Sovahnn. Je n’ai pas envie de rendre des comptes, pas envie de leur expliquer que je ne peux juste pas, que c’est comme ça. Je veux être seul, mais je ne le suis pas. Je la sens cette présence derrière moi, je les entends ces pas. Ils sont deux.

« Tu t’ais fait piquer ta place ? »

Je la connais cette voix, et d’habitude ils sont trois.

« Faut croire. »

Je ne m’arrête pas pour autant.

« Qu’est c’que tu veux Stanton ? »
« T’étais passé où ? »
« Pourquoi, je t’ai manqué ? »
« Ouais, c’est ça … Alors ? »
« J’faisais la sieste. »
« Pendant une semaine ? »
« J’y crois pas, t’as compté les jours ? Ouais, pendant une semaine. »

Qu’est ce que ça peut te foutre au juste ?

« Tu veux pas me lâcher ? J’sais pas, t’as pas quelqu’un d’autre à emmerder ? »
« J’peux toujours aller voir ton mec. »
« C’est plus mon mec, perds pas ton temps a essayer de m’atteindre comme ça, ça marchera pas. »

Il se marre.
Pourquoi tu te marres ?

« Essaies pas de me faire croire que tu t’en tapes. J’étais là tu sais, l’autre jour en cours d’étude. J’ai vu la façon dont t’as essayé de le sortir de là, alors me fais pas croire que t’as tout oublié comme ça d’un claquement de doigts. Me prends pas pour con. »
« C’est pourtant ce que t’es. Toi et tes potes, c’est ce que vous êtes. »
« Tu veux que j’te rappelle que tu faisais moins le malin la dernière fois qu’on s’est croisé ? Pour un peu j’aurai pu dire que t’avais peur. »
« Continue, tu m’intéresses. »
« J’te trouve tendu Ryans, qu’est c’que t’as, t’es en manque. Tu t’es fait jeter comme une merde et maintenant t’as plus qu’à te la mettre derrière l’oreille pendant qu’un autre se tape ton mec. Je comprends, c’est frustrant. »

D'habitude je m'arrange toujours pour ne pas frapper le premier mais là c'est parti tout seul. Faut croire que j'ai la droite facile depuis quelques jours … En tout cas, il ne l'a pas vu venir et j'en retire une certaine satisfaction, c'est plutôt clair.

« J’te trouve bien bavard aujourd’hui. Hop ! Toi tu bouges plus. Voilà, tu vas être bien là haut, et donne moi ça. »

Ça, c’est la baguette de son pote que je viens de récupérer. Et là haut, c’est juste qu’il est accroché à un chandelier greffé au mur. Autant le dire, ça m’éclate de le voir qui s’agite comme un con, les pieds dans le vide, pendant que Stanton pisse le sang. Sang dont l’odeur commence déjà à me titiller. C’est comme ça que tout à dérapé. Quelques échanges verbaux, un coup qui part, et here we go.

Il m’a rendu mon coup, autant être honnête je ne m’y attendais pas vraiment. C’est vrai que d’habitude, quand je me décide à frapper le premier, ça ne suit pas derrière. La différence de gabarit entre lui et moi est assez frappante, comme avec d’autres et ça n’est pas parce que j’ai perdu pas mal de poids ni même parce que je viens de passer un peu plus d’une semaine dans le coma que ça va changer. Non je ne suis surement pas au sommet de ma forme, d’un point de vue physique, mais pour ce qui est du mental il ne pourra pas m’atteindre, ou en tout cas pas plus qu'il ne l'a déjà fait en me parlant de Kyle. Toujours est il que non, je ne m’attendais pas spécialement à ce qu’il réplique mais je suis finalement plutôt heureux qu’il le fasse. Il m’a fait mal ce con, et j’aurai surement un beau cocard demain mais c’est le jeu. Oui, un jeu. Rien qu’un putain de jeu. Finalement, McKiddle avait peut être raison. La vie n’est qu’un jeu. Et cette odeur … Le sang, mêlé à la peur. Celle du type accroché là haut, et celle de Stanton bien camouflé par la colère. Il est furieux et moi je me marre comme un gamin. Ça ne va pas s’arrêter là. Il m’en colle une deuxième et cette fois c’est ma mâchoire qui prend. Ma lèvre inférieure saigne et le goût de mon propre sang s’infiltre dans ma gorge. Loup se réveille, même si en réalité ça fait trois jours qu’il est là, en quasi-permanence. Tout le temps, partout, avec moi. A aucun moment je ne me sens seul. Il m’a frappé deux fois, je lui en dois une, alors je la lui rends et nous voilà entrain de nous battre comme deux fauves. S’il pense encore pouvoir avoir le dessus …

« C'est bien, j'ai l'odeur de ton sang imprimé dans ma mémoire olfactive maintenant. Fais gaffe à pas te blesser pendant la prochaine lune, pourrait t'arriver des bricoles. »

C'est bien la première fois que j'en arrive à ça et pour cause, jusqu'ici ma double nature était un secret. A présent, tout comme mon histoire avec Kyle, ça n'est plus le cas. Je n'ai plus à me cacher, et je dois bien le dire, ça fait du bien. Je suis ce que je suis, et si ça ne plait pas c'est pareil. Il tombe, je le relève en tirant sur ses vêtements par les épaules. On ne frappe pas un homme à terre, j'y tiens, même si ça me démange. C'est pas une question d'honneur, j'en ai rien à foutre de l'honneur, c'est juste … j'sais pas, pour faire durer le plaisir peut être. Aller merde quoi ! Défends toi un peu plus que ça ! Je sais que si je le lâche il s'écroule, mais j'ai bien envie de m'amuser encore un peu. Je crois que maintenant on est deux en ce qui concerne le fait de moins faire le malin. Les rôles s'inversent mon pote, ou plutôt ils reprennent leur place légitime et crois moi, plus jamais j'te laisse me traiter comme tu l'as fait ce jour là. Ce Enzo là n'est plus là, dis bonjour au nouveau. Ou à l'ancien, question de point de vue, et sans doute de timing.

J'me laisse contrôler par mon côté animal,
J'assouvis mes pulsions, j'me sens attiré par les flammes,
J'suis pris dans la spirale pour m'faire du bien j'me fais du mal,
J'ai plus envie d'avancer j'ai juste envie d'me mettre un balle.
La morale, c'est allez tous vous faire baiser,
J'préfère détester qu'aimer, J'préfère détruire que de créer.
Entre ciel et terre c'est le diable qui me tend la main,
Donc j'me sers un dernier verre quitte à finir dans le ravin.

(c) Paroles : Orelsan (c)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Re: Entre bien et mal ▬ Elias   Jeu 11 Avr 2013 - 19:46

Mercredi 25 juin 2014 – Fin d’après midi.


Son esprit était en ébullition depuis qu'il avait ouvert les yeux, ou du moins il avait cette impression. Un coup il pensait à Caitlyn, sa belle Caitlyn, celle qu'il avait embrassé, celle qu'il aimait. Puis, il songeait aux examens . Et enfin à Doryan, à ce qu'il pourrait bien dire à son meilleur ami à propos la jolie Bleue, sur Eux. Il savait que les deux avaient des relations quelques peu conflictuelles. Comment le Gryffy allait-il prendre la nouvelle ?! Même s'il avait entièrement confiance en l'autre garçon, il savait également que Mckiddle était capable du meilleur comme du pire. Et Elias espérait fortement qu'il ne l'obligerait pas à "choisir" un "camp", celui de Cait ou le sien... Après, cela Fletch réalisait qu'il dénigrait en quelques sortes son meilleur ami, en faisant de lui (ou du moins dans ses pensées) un être égoïste et presque vil et Elias s'en voulait énormément. Tout allait bien se passer. Oui, tout. Il essayait de se convaincre de cela, se calmait quelques minutes voire même quelques dizaines de minutes et finalement le schéma Caitlyn-examens-Doryan reprenait de plus belle ! A cette allure là, il allait péter un câble et très rapidement qui plus est ! Le seul réel moment de répit où son esprit daigna de se déconnecter, fut le moment du repas. Oui, manger pouvait résoudre bien des soucis, du moins pour le Poufsouffle. Il était même certain qu'on pouvait l'acheter avec quelques friandises et notamment le chocolat. Bref, autrement dit, c'était un petit ventre sur pattes !

L'après midi de cours se déroula des plus normalement, même s'il fallait avouer que bien souvent Elias avait l'esprit qui vagabondait vers Caitlyn. Un peu trop rêveur, il avait donc par moment du mal à suivre ses cours et jetait de temps en temps un regard vers un de ses amis pour qu'il note les quelques phrases qu'il avait "oublié d'écrire", ou plutôt, les phrases qu'il n'avait pas entendu. Vous savez, quand vous êtes plongés totalement dans vos pensées, et que la voix monotone (ou pas d'ailleurs) d'un professeur a plus tendance à vous endormir qu'autre chose... et bien dans ses moments-là, il n'est pas rare de ne pas entendre tout ce que le prof dit et c'est exactement ce qui se passait-là. Heureusement pour Fletch, il était plutôt bon élève et, cette fois-ci, son comportement passa inaperçu, ou du moins il n'eut droit à aucune remarque.

Après de longues hésitations, au lieu d'aller directement réviser, Elias se décida à aller passer un petit bonjour a sa belle. Juste un bonjour et après il irait reprendre le droit chemin des études ! Tout se passait bien, jusqu'à ce qu'il arrive au cinquième étage. Les escaliers pour aller à l'étage supérieur avaient l'air de faire des siennes, si bien que le Poufsouffle préféra aller marcher quelques minutes. Mal lui en pris, car très vite des voix retentirent, et étrangement cela ne présageait rien de bon. Deux choix s'offraient alors à lui, soit fuir, soit aller vérifier que tout allait bien et peut-être intervenir si le besoin s'en faisait ressentir. De peur qu'un de ses amis soit impliqué dans cette... comment appeler ça, disons querelle, Elias avait donc choisi la deuxième solution: aller voir ce qui se tramait.

Ce qu'il vit alors le laissa complètement perplexe, dubitatif, effaré. Fletch' n'avait pas tout compris à la discussion qui s'était déroulée quelques instants auparavant, pendant qu'il arrivait, mais maintenant le spectacle qu'il avait sous les yeux craignait quand même beaucoup. Un élève était accroché à un chandelier greffé au mur et tandis qu'un deuxième saignait... et le troisième regardait cette pathétique situation. Ce dernier était Enzo. Le Jaune n'avait jamais réellement trop adressé la parole à Ryans, les seules choses dont il était sûr le concernant étaient le fait qu'il s'attirait assez souvent des ennuis, et la haine presque viscérale que lui vouait Doryan...
L'instinct d'Elias lui disait de partir, de ne pas se mêler à cette bagarre, elle ne le regardait pas, ses amis n'étaient pas en danger ! Oui mais voilà -il y a toujours un mais-, il ne voulait pas que tout cela dérape encore plus et intervenir pour tenter de calmer Enzo semblait une bonne initiative. Il ne voulait pas qu'il arrive quelque chose aux deux autres garçons, cela il ne pourrait pas se le pardonner. Maintenant, le plus difficile était de savoir ce qu'il allait faire. Écouter sa raison, n'était pas forcément la chose à faire, il allait trop réfléchir... Alors, il ne restait plus qu'à y aller au feeling. Inspirant une bonne bouffée pour se donner du courage il allait avancer mais c'est plus ou moins à ce moment-là qu'Enzo et Stanton choisirent pour se battre un peu comme des chiffonniers, et très rapidement Stanton tomba , Ryans l'avait relevé. C'était le moment où jamais. Arrête Enzo. La violence n'a jamais rien résolu. Il avait préféré faire abstraction de tous les dires, de toutes les menaces du Gryffy histoire de ne pas être totalement paralysé par la peur. Mais maintenant qu'il avait l'entière attention -ou presque- des trois autres protagonistes, ce sentiment l'avait de nouveau entièrement submergé. Il n'était pas courageux, loin de là même... et rien que des regards sur lui avaient le don de le mettre mal à l'aise.

Son intervention était certainement aussi inattendue que pathétique mais il pensait réellement ce qu'il avait dit. Il s'était approché lentement, très lentement de Ryans jusqu'à être à moins d'un mètre de lui. Fletch avait rangé sa baguette et était donc totalement à la merci du Gryffy. Cela pouvait paraître stupide, totalement fou, irrationnel, mais pas pour le Jaune. Ce n'était pas en le menaçant qu'il allait arranger la situation... et s'il s'en prenait une et bien, il s'en prendrait une; il fallait juste espérer qu'Enzo ne serait pas assez lâche pour frapper quelqu'un de "désarmé" qui était venu totalement pacifiquement. S'il te plaît... Lâche-le. Et vu que cela ne marcherait certainement pas, il avait finalement décidé de tenter une autre "méthode". Tu vaux mieux qu'eux Enzo... Ne t'abaisse pas à leur niveau. Ils ne le méritent pas, et te mettre fou de rage les amuse. Ils ont eu ce qu'ils voulaient... pourquoi tu ne leur rendrais pas la pareille en les ignorant à ton tour ?! Elias avait jugé bon d'ignorer les deux autres... Ca n'en serait que plus simple pour améliorer la situation. Maintenant, Fletch savait qu'il y avait une chance sur deux qu'il ait réussi à toucher Ryans grâce à ses propos... Oui la probabilité que le Rouge lâche l'autre était très faible ! Quant au risque que le Pouffy subisse plus ou moins le même sort que les deux autres gaillards pour être intervenu, il devait être très grand. Allez Enzo, fais un peu marcher ton bon sens....
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17061
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Entre bien et mal ▬ Elias   Ven 12 Avr 2013 - 12:50

Dire que j’en ai rêvé la nuit faut pas pousser, parce que les types dans son genre sortent de mon esprit dès l’instant où je ne les ai plus dans mon champ de vision et où autre chose accapare mon attention. Ce qui est assez facile en temps normal. Oh, un papillon. Seulement cette fois, je ne vais pas me laisser distraire par quoi que ce soit. J’ai bien l’intention de lui montrer qu’il n’aura pas le dessus avec moi contrairement à ce qu’il a eu l’air de penser. C’est vrai que la dernière fois j’en menais pas large. J’ai pas envie de revenir sur le sujet, et ça n’était pas une question de peur, j’étais simplement épuisé et j’avais d’autres choses en tête. Il en a profité, soit, maintenant c’est mon tour et je compte bien remettre de l’ordre dans tout ça. Je vais certainement pas laisser un branleur pareil me pourrir la vie. Ça suffit ce genre de truc, j’ai trop donné.

J’étais bien parti, je dois le dire, mais ce crétin ne tient pas la route. Franchement, faites un effort un peu merde ! Y a aucun intérêt à frapper un type qui ne tente même plus de se défendre. Y en a que ça éclate de s’en prendre à plus faible – lui par exemple, d’ailleurs – mais ça n’est pas cas et ça ne l’a jamais été. J’ai un petit côté maso je crois, mais ça ne me fait pas peur de me prendre des coups. Je dis pas que je sais me battre en plus, disons juste que je ne me pose pas de question et c’est tout. Etre un Loup Garou fausse un peu le truc, mais tant pis, j’peux pas changer ça alors faut faire avec même si pour le coup – et sans le vouloir – d’un point de vue force physique ça me donne un avantage sur beaucoup de gens. J’ai pas choisi, c’est comme ça. Enfin bref, pour un peu je commençais à m’ennuyer, et puis … la vie est pleine de surprise, j’arrête pas de le dire !

« Arrête Enzo. La violence n'a jamais rien résolu. »

Encore un de ces emmerdeurs de pacifiste Rolling Eyes Peace and Love. Flower Power. Et mon poing dans ta gueule, tu crois que ça va marcher ?

« Dégage. »

Être aimable ? Pourquoi faire ? Et toi rêve pas trop, j’vais pas te lâcher juste parce qu’un type sorti de nulle part, et que je ne connais même pas soit dit en passant, me demande de le faire. Parce que la violence n’a jamais rien résolu. Pas d’accord. J’ai réglé pas mal de mes problèmes comme ça dernièrement. Question de point de vue j’imagine. J’en connais pas mal qui ont le même, chacun pense comme il veut, j’ai juste pas envie de le partager pour le moment.

« S'il te plaît... Lâche-le. »

Et c’est quoi la prochaine étape, tu te mets à genoux ? C’est ton pote ou quoi ? J’ai pas l’impression pourtant. Enfin qu’est ce que j’en sais après tout.

« Tu vaux mieux qu'eux Enzo... Ne t'abaisse pas à leur niveau. Ils ne le méritent pas, et te mettre fou de rage les amuse. Ils ont eu ce qu'ils voulaient... pourquoi tu ne leur rendrais pas la pareille en les ignorant à ton tour ?! »

Je vaux mieux qu’eux … Mais arrêtez bordel ! Non je vaux pas mieux qu’eux. Je vaux mieux que personne, j’suis juste un mec qui pète les plombs et qui passe ses nerfs sur les autres, un type qu’a pas hésité à tuer, qui recommencera peut être, qu’a plus l’intention de se laisser marcher sur les pieds et peu importe la manière. Alors non ! Je vaux pas mieux qu’eux. Je suis un enfoiré, arrêtez de voir en moi quelqu’un de bien parce que c’est pas le cas. Arrêtez de me trouver des excuses. J’ai pas envie d’être quelqu’un de bien, j’en ai plus envie. On en attend toujours plus de toi quand t’es quelqu’un de bien et dès que tu fais une erreur, dès que tu réagis pas comme t’as l’habitude de le faire, ça choque tout le monde, tu dois rendre des comptes, etc … Quand personne n’attend rien de toi, c’est beaucoup plus simple. Alors non, je ne vaux pas mieux que ces types là mais je n’estime pas pour autant me rabaisser à leur niveau. Peut être qu’ils ne méritent pas que je me mette dans cet état là mais pour une fois je m’amuse et je l’ai sciemment choisi. Je ne suis pas complètement hors de moi comme je l’aurai surement été quelques semaines plus tôt, et même si malgré tout ça ne me fait pas du bien d’entendre ce qu’il vient de dire, même si ça ne me plait pas plus que ça d’avoir vu Kyle avec ce type, je fais abstraction. Tout ce qui compte pour moi c’est de lui faire comprendre que plus jamais il n’aura l’occasion de me faire reculer comme il l’a fait l’autre jour. La faiblesse c’est terminé, j’ai tiré un trait là dessus. Sous toute ses formes. Et si ça implique d’être une grosse brute qui règle ses comptes par la force de ses poings alors je prends. Il savait parfaitement à quoi il s’exposait, et ça fait trop longtemps que je rêvai de lui coller une droite, et plus si affinité. J’aime pas ce type, et il était prévenu de toute façon. Je suis un impulsif, c’est plus un secret pour personne, et quand bien même ça m’éclate de lui défoncer sa gueule de con. Y en a un sacré paquet à qui j’aimerai refaire le portrait entre ces murs, et ça fait trop longtemps que je me retiens. Pour les autres, sans doute un peu pour moi aussi, mais maintenant je me lâche. J’en ai éliminé deux, frappé deux autres, jusqu’où je vais aller après ça ? Allez savoir Rolling Eyes

Toujours est il que son petit laïus m’a fait perdre patience et pour le coup, a détourné mon attention de Stanton, que j’ai finalement lâché et qui d’après ce que j’en ai vu alors que je me tournai vers le nouveau venu, a glissé contre le mur jusqu’au sol. C’est bien, passe la serpillère tant que t’es là. Bref, focus sur … le jaune. Oui ça sera le jaune parce que je ne connais pas son prénom mais je sais qu’il est jaune. J’ai du le croiser une fois ou deux en allant squatter leur salle commune pour voir les filles. On ne s’est jamais adressé la parole, ou alors je ne m’en souviens pas ce qui est très possible, mais y a un truc qui me chiffonne.

« T’es qui pour me dire ça au juste ? Qu’est c’que t’en sais que j’vaux mieux qu’eux ? Sur quoi tu te bases ? »

Sérieusement, on se connaît ? Désolé alors parce que j’ai du malencontreusement zapper de ma mémoire l’épisode où on est devenu les meilleurs amis du monde toi et moi. Je ne m’énerve pas, j’ai même l’air calme en réalité. Je passe mes doigts sur ma lèvre inférieure et observe le résultat. Mouais, du sang. Une blessure de plus ou de moins, j’ai arrêté de les compter. Peu importe.

« La violence résous bien des choses, et ça fait du bien. J’te jure, tu devrais essayer parfois. Ça détend, c’est comme … j’sais pas, y a bien un truc qui te détend. Voler ou je sais pas quelle autre connerie. Lire, faire tes devoirs même si ça se trouve. »

Y a des cinglés partout, qu’est ce que j’y peux. Oui y a des gens qui aiment faire leurs devoirs, chacun ses vices après tout. Et j’avance, il recule. Je souris, je ne peux pas m’en empêcher. C’est … mal, Enzo. Vilain.

« T’as peur de moi, j’peux le sentir. Et t’es entrain de te demander si je vais m’amuser avec toi comme je me suis amusé avec lui. T’en pense quoi ? Puisque t’as l’air de si bien me connaître, d’après toi, qu’est c’qui va se passer ? »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Re: Entre bien et mal ▬ Elias   Dim 14 Avr 2013 - 18:25

Il fallait qu'il apprenne à se mêler de ses affaires. Il fallait qu'il arrête d'être trop gentil, de vouloir résoudre les problèmes des autres. Fletch savait pertinemment qu'il faudrait qu'il change vu tout ce qui était en train de se passer à Poudlard, mais c'était impossible. Il fallait se rendre à l'évidence, il était trop gentil, la violence lui faisait peur. Cela faisait entièrement parti de son être.... Cette fois-ci, quand il vit la bagarre, il aurait dû partir, tout simplement. Après tout cela ne le regardait aucunement, peut-être que ses deux gaillards avaient mérité le sort infligé par Ryans. Peut-être, mais ce n'était pas certain non plus. Et son côté un peu trop peace and love avait reprit le dessus quand le Jaune s'était avancé pour sommer Enzo d'arrêter. Dégage. Elias s'arrêta net dans son avancée. Cet ordre était implacable et le stressait. Oh oui, il aurait du écouter sa conscience et dégager... mais non, il ne le fit pas. Visiblement il préférait se fourrer dans les ennuis jusqu'au cou pour trois personnes qui n'étaient même pas ses amis. Il fallait être lucide, en s'interposant comme il était en train de le faire, il avait deux chances sur trois de s'attirer des ennuis; aussi bien parce qu'Enzo pouvait l'attaquer que parce des Supérieurs pouvaient arriver.

Fletch pouvait presque entendre une petite voix dans sa tête qui lui disait d'abandonner, que c'était peine perdue, qu'il retourne à son dortoir et ne pense plus jamais à cela, mais il demeurait encore et toujours-là. Il ne bougeait pas vers les escaliers, mais plutôt vers le Gryffy tout en reprenant la parole. Cette fois-ci, il avait demandé à Ryans de lâcher l'autre élève en rajoutant une jolie formule de politesse. La situation ne changea guère, mis à part peut-être qu'il sentait qu'il commençait à agacer son interlocuteur. Une personne censée aurait certainement laissé tomber, et serait partie, ou du moins elle se serait tue. Mais pour le Pouffy cette hypothèse n'était pas encore valable, alors il avait repris la parole en disant ce qui lui passait par la tête. Lui qui d'habitude était si timide, lui qui avait du mal à aligner deux mots correctement quand il ne se trouvait pas en présence de ses amis, venait de sortir un mini discours tout à fait compréhensible, comme si la peur, l'adrénaline présente dans son corps le faisait causer. Il ne lui fallut pas bien longtemps avant de comprendre qu'encore une fois, il avait dû gaffer, que ses paroles avaient certainement eu le contraire de l'effet escompté... enfin du moins à moitié. En effet, Enzo avait peut-être lâché Stanton pour reporter toute son attention sur le Jaune, mais ce dernier sentait une tension de plus en plus forte. Oh merde. Qu'est-ce qu'il avait fait ?! Pourquoi est-ce qu'il l'avait énervé le Rouge sans le vouloir ?! Pourquoi est-ce qu'il était toujours aussi maladroit ?! Déglutissant difficilement il resta quand même proche de Ryans, assumant totalement ce qu'il avait dit, ses actes même si au fond de lui Fletch était mort de trouille. T’es qui pour me dire ça au juste ? Qu’est c’que t’en sais que j’vaux mieux qu’eux ? Sur quoi tu te bases ? Très bonnes questions. Excellentes même, et justifiées qui plus est. Le soucis qu'avait Elias c'est qu'il ne savait absolument pas quoi répondre. Après s'être passé une main dans les cheveux et étant visiblement gêné il finit par de décider à reprendre la parole Je... J'en sais rien... c'est vrai... mais... je... hum... je... et voilà qu'il était totalement déstabilisé et n'arrivait pas à formuler ce qu'il pensait. J'te connais juste comme ça... c'est... c'est vrai, mais... au fond je suis certain que tu n'es pas méchant et que tu ne t'en prends pas aux autres sans raisons. Au moins ça avait le mérite d'être clair. Il savait que Doryan cherchait certainement Enzo, et il avait déjà vu le Rouge dans sa salle commune et il n'avait pas l'air bien méchant. Déduction peut-être faite trop facilement, mais tant pis, de toute façon c'était trop tard pour revenir en arrière. C'était plutôt un compliment qu'autre chose, il ne faut pas le prendre mal. Il inspira profondément avant de souffler doucement Et je m'appelle Elias. Oui, là il venait de répondre au "t'es qui".

La violence résous bien des choses, et ça fait du bien. J’te jure, tu devrais essayer parfois. Ça détend, c’est comme … j’sais pas, y a bien un truc qui te détend. Voler ou je sais pas quelle autre connerie. Lire, faire tes devoirs même si ça se trouve Fletch grimaça en entendant cette tirade. Il n'était pas d'accord, mais alors pas du tout. Ça te fait réellement du bien d'être méchant et violent avec les autres ? Ça te libère, ça te détend ?! Il eut un faible rire sarcastique qu'il ne put contenir mais ne répliqua rien d'autre. Visiblement, il s'était trompé sur le Gryffy et il allait à présent le regretter amèrement. Par ailleurs de telles paroles lui rappelaient ses sœurs et ce n'était franchement pas un compliment. Elles n'hésitaient à être violentes, à s'en prendre à plus faibles qu'elle et notamment à lui parce qu'elles ne l'aimaient pas. Mais bon là n'était pas réellement le sujet !

Enzo avança soudainement d'un pas, par réflexe, par peur Elias en recula d'un. Le problème c'est que si le petit manège recommençait, il ne tarderait pas à finir contre un mur... étant donné qu'il devait il y a avoir maximum cinq mètres de distance avec celui-ci. Rien que de penser au fait qu'il pourrait être coincé entre Ryans et un mur lui donnait la nausée tellement cela l'inquiétait. Le pire dans tout cela c'était le sourire qu'affichait le Gryffy. Il prenait un malin plaisir à la situation. Sadique. T’as peur de moi, j’peux le sentir. Et t’es entrain de te demander si je vais m’amuser avec toi comme je me suis amusé avec lui. T’en pense quoi ? Puisque t’as l’air de si bien me connaître, d’après toi, qu’est c’qui va se passer ? Oh encore mieux. En plus Enzo pouvait sentir qu'il avait peur, il ne manquait plus que cela... Pendant quelques secondes, il hésita à prendre sa baguette mais finalement il s'abstint. Après avoir pris une bonne inspiration pour tenter de garder son sang froid, pour calmer la boule de nerf qu'il était il répliqua Je ne suis pas connu pour être bien courageux de toute façon... ça confirme bien ce qu'on pense de moi, non ?! Il tenta de faire un petit sourire, comme si cela pouvait détendre l'atmosphère.
Il déglutit ensuite de nouveau avant de continuer Je ne me servirai pas de ma baguette, tu comptes quand même m'attaquer ?! Lâche... pas lâche.... Telle était la question, et bien qu'il ne connaissait pas son interlocuteur plus que cela, il ne l'avait jamais vu comme quelqu'un s'attaquant aux désarmés, aux plus faibles (sauf si on se moquait de lui). Et puisqu'il lui avait demandé de ce qu'il pensait sur la situation Tu m'as à ta merci... tu peux faire de moi tout ce que tu veux... mais, je ne pense pas que tu le feras... Ça serait quoi ton intérêt là-dedans ?! Il se tut quelques secondes. Si Enzo le touchait, Doryan serait furieux... et il n'avait pas spécialement envie que son meilleur ami s'embarque encore dans une histoire pas possible. Quant à Caitlyn, il ne savait pas du tout comment elle réagirait. Enzo... Je ne te veux pas de mal... C'est juste que... que je n'aime pas la violence, c'est tout. Maintenant, il y avait deux choix possible, soit tout ce qu'il avait dit avait suffit à calmer Ryans, soit cela l'avait encore plus énervé. Et dans ce dernier cas, il était à peu certain qu'il finirait au mieux en larmes. Faible. Pathétique. Peureux. Le trio gagnant pour ceux voulant s'amuser un peu avec le Jaune.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17061
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Entre bien et mal ▬ Elias   Lun 15 Avr 2013 - 13:13

Fais pas ci. Va pas là. Sois pas comme ça. Attention. Regarde où tu marches. Fonce pas dans le tas. Sois gentil. Ne frappe pas ton voisin. Merde ! Je fais ce que je veux, quand j’ai envie de le faire, et je n’ai de compte à rendre à personne. Surtout pas à ce type. J’en ai marre qu’on me dise ce qui est bien ou ce qui ne l’est pas, marre d’avoir à me justifier chaque fois que je fais quelque chose qui ne plait pas. Je sais que c’est comme ça qu’on vit en société, en tenant compte des autres, et c’est ce que je fais d’une certaine façon en m’éloignant. C’est injuste, je fais souffrir mes proches je le sais, mais je crois qu’ils souffriraient encore plus si j’étais présent auprès d’eux. Je ne demande pas une médaille, je ne demande rien. Ma démarche n’est pas altruiste, elle est égoïste et j’en ai bien conscience, mais je ne vois pas comment faire autrement. J’ai plus envie de risquer leur peau pour des conneries, plus envie de me justifier pour tel geste, tel mot, plus envie de les faire souffrir. Plus envie de souffrir parce que je les fait souffrir parce que la culpabilité est trop grande. C’est une sorte de cercle vicieux, le serpent qui se mord la queue même, mais pour le moment j’ai pas trouvé d’autre solution. Peut être qu’il y a une part de caprice là dedans, et de facilité. Surement même. c’est toujours plus simple de se laisser aller à ses pires côtés, d’éteindre les meilleurs. Pour l’avoir déjà fait par le passé j’en ai parfaitement conscience. Alors certes, j’ai l’air de m’amuser, de prendre un malin plaisir à cette situation, mais dans le fond ça n’est pas totalement vrai et ma plus grande peur réside dans le fait que quelqu’un s’en rende compte. Sans doute avant moi d’ailleurs. Peut être que c’est déjà le cas mais je préfère continuer à me voiler la face. Laissez moi. C’est mieux comme ça.

L’instant présent, c’est tout ce qui compte. Le passé n’existe plus. Le futur n’a pas d’importance et ne viendra peut être jamais. L’instant présent c’est … Elias, donc. Elias qui a peur, de moi, mais qui pourtant n’arrête pas de parler. Encore, et encore, et encore.

« Je ne suis pas connu pour être bien courageux de toute façon... ça confirme bien ce qu'on pense de moi, non ?! »
« J’en sais rien, j’te connais pas. Je sais pas ce qu’on pense de toi et quand bien même ça serait le cas, je préfère me faire mes propres impressions sur les gens. Écouter les ragots ça n’a jamais été mon truc. »

Qu’est ce que tu croyais ? Que je te connaissais comme ma poche. Avant que tu ne prononces ton prénom je ne l’avais même jamais entendu une seule fois. Ou je n’avais pas fait attention, plutôt. Alors non, je ne sais pas ce que les gens pensent de toi et je m’en cogne. Je ne sais pas ce que tu manges au p’tit dej, à quelle heure tu vas pisser, ni même si tu as pris Runes Anciennes en option ou que sais-je encore. T’es un inconnu pour moi, c’est aussi simple que ça. Un visage plus ou moins familier parce que je l’ai déjà croisé et ça n’est pas difficile quand on vit tous enfermés dans le même endroit depuis presque deux ans, mais ça s’arrête là.

« Je ne me servirai pas de ma baguette, tu comptes quand même m'attaquer ?! »
« Est ce que tu m’as vu sortir la mienne ? J’aime pas régler mes comptes avec la magie, je trouve ça lâche et trop facile. »

Ça m’arrive, de temps en temps, et comme tout le monde puisque je suis un Sorcier et que ça non plus je ne l’ai pas choisi, mais clairement c’est pas comme ça que je règle la plus part de mes « problèmes ». je revois White entrain de faire un petit vol dans les airs il y a deux jours. Je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça, pourquoi c’est la magie qui est venue en premier. Peu importe, j’ai rapidement rangé ma baguette et c’est avec mes mots et mon corps que j’ai réglé le reste. Oui, les mots bien souvent sont plus efficace que n’importe quel coup de poing, et ça je l’ai appris par moi même.

« Tu m'as à ta merci... tu peux faire de moi tout ce que tu veux... mais, je ne pense pas que tu le feras... Ça serait quoi ton intérêt là-dedans ?! »
« Un intérêt ? Pourquoi est ce qu’il en faudrait un absolument ? T’as jamais rien fait juste … comme ça ? »

Sans déconner, de quelle planète tu viens ? Non, meilleure question : De quelle planète JE viens. Vaste débat. Après tout, selon Elwynn et Maël je suis un extra-terrestre.

« Enzo... Je ne te veux pas de mal... C'est juste que... que je n'aime pas la violence, c'est tout. »
« Et moi j’aime pas voler, alors je m’approche pas d’un balai à moins de deux mètres. »

Traduction : Mêle toi de ce qui te regarde et surtout t’implique pas dans les histoires des autres, surtout pas quand tu sens qu’il peut y avoir des dommages collatéraux. Sois égoïste un peu, tu verras, ça t’évitera bien des emmerdes. Encore un bon samaritain, tu devrais faire équipe avec Caitlyn tiens.

« Premièrement, je ne m’en prends pas à plus faible, ça n’a aucun intérêt si y a pas de répondant. Deuxièmement, t’es clairement dans une position de soumission et l’odeur de ta peur plait beaucoup à Loup. Ce qui n’est pas forcément une bonne chose. Troisièmement, j’hésite encore entre courage et bêtise, mais y a surement une part des deux dans ta démarche. Et quatrièmement, … j’ai pas de quatrièmement. »

Si ce n’est mon rythme cardiaque qui s’accélère dangereusement.

« Il me cherche, il me trouve, c’est aussi simple que ça. On peut pas tous avoir un caractère pacifiste comme le tiens. Le pays des Bisounours ça fait un moment que je l’ai quitté personnellement, alors ravi de voir que certains y sont toujours mais la loi du plus fort c’est pas du vent. Sois tu manges, sois tu te fais manger. J’ai pas envie de me faire manger. Le maillon fort de la chaine alimentaire, c’est moi, et j’me suis laissé faire pendant trop longtemps. Tout ce que j’ai gagné c’est l’état dans lequel je suis. Et finalement je compte bien y rester. »

Ne plus penser.
Ne plus ressentir.

Quelque chose attire mon attention un instant. Un coup d’œil en arrière m’apprend que Stanton n’est plus là, et son pote au chandelier non plus. Un jour ou l’autre, ils me retomberont dessus, de même que White, je le sais. Je m’y attends et on verra bien ce qu’il se passera. Je sais très bien que quand on joue on ne peut pas gagner à tous les coups. C’est un risque que je suis prêt à prendre. De nouveau je me focalise sur le Jaune. Pardon, Elias.

« Qu’est ce que vous avez tous à vouloir essayer de sauver ma pauvre âme tourmentée ?! »

Parce que c’est ce qu’il a fait, en débarquant pour nous séparer Stanton et moi. Je ne l’invente pas, ses mots étaient plutôt clairs. Ne te rabaisse pas à leur niveau. Moi je l’entends comme : Ne sois pas un monstre sans cœur parce que tu vaux mieux que ça et tu le sais. C’est possible, mais est ce que quelqu’un s’est déjà dit que je n’avais peut être simplement pas envie d’être sauvé ?

« Je suis un monstre, je suis un tueur. J’aime faire peur, j’aime faire mal, j’aime le sang et la violence. C’est comme ça ! C’est dans ma nature ! Et ça changera pas juste parce que vous en avez envie ou parce que vous l’avez décidé ! »

Et je l’ai poussé, sans vraiment m’en rendre compte, tout en laissant s’échapper de ma bouche tous ces mots de manière brutale. Pas des cris mais la voix élevée. Et lui s’est retrouvé contre le mur, acculé, sans aucune possibilité de fuir. J’ai frappé juste à côté de son visage et puis le plat de ma main à claqué contre la pierre plusieurs fois, comme pour accentuer mes paroles chaque fois que je terminai d’exposer un fait. Oui, j’ai perdu mon sang froid, contre lui, mais pas une seule fois je ne l’ai touché physiquement. A présent je me tiens là, juste devant lui, sans doute un peu trop près. Je le regarde de haut mais pas par condescendance, juste parce que la génétique m’empêche de faire autrement. Je suis hors de moi alors que seulement quelques secondes plutôt j’avais un total contrôle de tout ça. Ça n’est pas lui ni ses mots le problème, je le sais très bien, c’est tout ce que ça remue en moi et les personnes a qui ça me fait penser. Tout ce que je tente de rejeter …
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Re: Entre bien et mal ▬ Elias   Mer 17 Avr 2013 - 16:57

Apprendre les béa-bas de la diplomatie. Apprendre à parler aux gens suivant les situations. Ces deux choses seraient fort utiles dans la situation actuelle. Parler c'était bien, cela pouvait résoudre pas mal de choses, encore faudrait que le Jaune sache manier les mots avec plus d'aisance, avec plus de tact, plutôt que de dire les premières choses qui lui passaient par la tête, ce que lui pensait. Donner son avis de pacifiste en "situation de crise", c'était pourtant logique que c'était comme mettre de l'huile sur le feu... enfin surtout vu qu'il ne connaissait pas réellement Enzo. Encore fournir ce genre d’arguments à Doryan, ça aurait pu fonctionner, il connaissait assez bien Mckiddle pour peut-être arriver à trouver des "failles" dans son comportement.
Bref, autant dire qu'il était bien dans la merde et que se sortir de cette situation ça n'allait pas être facile, d'autant plus qu'il avait commencé à paniquer, qu'il était mort de trouille face à Ryans. Bonjour, les bafouillages, Au revoir la cohérence et le rationalisme des propos. Et voilà que Fletch avait dit de but en blanc qu'il n'était pas courageux. Non sans blague, ça personne aurait pu le remarquer. Il allait vraiment falloir qu'il apprenne à tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de prendre la parole ! J’en sais rien, j’te connais pas. Je sais pas ce qu’on pense de toi et quand bien même ça serait le cas, je préfère me faire mes propres impressions sur les gens. Écouter les ragots ça n’a jamais été mon truc. et vlam. Certes Enzo avait raison, mais ce n'était pas franchement la peine de se montrer aussi... "abrupt" dans ses propos. C'est bon, il voulait juste être gentil, et en plus vu comme la situation était en train de tourner c'était logique qu'il n'était franchement pas le type le plus courageux du monde, bien au contraire. Alors, tu le verras bien assez tôt par toi-même. De toute manière il n'avait rien à cacher, assumer le fait qu'on est plutôt peureux était déjà pas mal, non ? Bref. Il fallait qu'il reprenne ses esprits, et vite. Tenter de lui faire comprendre qu'il n'était pas un ennemi, qu'il ne l'attaquerait pas... et pour cela il n'y avait qu'un seul moyen, lui dire qu'il ne servirait pas de sa baguette. Alors certes, il lui restait toujours ses poings mais de toute façon ce n'était pas trop son style non plus. Est ce que tu m’as vu sortir la mienne ? J’aime pas régler mes comptes avec la magie, je trouve ça lâche et trop facile. Encore un point pour le Rouge. C'est fou, il arrivait à démonter presque tous ces arguments.
Sûrement qu'il aurait dû être rassuré d'apprendre que Ryans n'utiliserait pas sa baguette, mais ce n'était pas le cas, l'autre garçon avait bien préciser qu'il avait une autre manière de régler ses comptes et franchement, Elias n'avait pas envie d'en savoir plus, ou de vivre une telle situation. Petite nature. Voilà ce qu'il était, ce n'était pas forcément facile à vivre tous les jours mais d'un autre côté il n'avait pas envie de changer.

Un intérêt ? Pourquoi est ce qu’il en faudrait un absolument ? T’as jamais rien fait juste … comme ça ? Elias leva un sourcil, visiblement assez perplexe par ce que venait de dire Enzo. C'était une bonne question, et au final il n'était pas certain de savoir y répondre correctement. Il réfléchit quelques secondes avant de finalement reprendre la parole J'essaye de ne pas nuire aux autres volontaires; ou de leur faire du mal. Tu veux savoir la vérité, je ne vois pas l'intérêt de blesser quelqu'un que se soit physiquement ou moralement, juste comme ça comme tu le dis si bien. Bienvenue aux pays des bisounours et des licornes version Fletch ! Et pourtant, je sais très bien de... disons de se faire rejeter et humilier, ce n'est pas pour autant que je vais répliquer. Et oui ses sœurs étaient quand même de sacrés phénomènes et ce n'était pas franchement un compliment. Il était clair net et précis que les garçons vivaient dans deux mondes totalement différents. Ryans ne comprendrait certainement son caractère peace and love, et Elias aurait toujours du mal avec la violence, quelque que soit sa forme.
Bientôt le Jaune avait carrément rajouté qu'il ne lui ferait pas de mal, que c'était juste qu'il n'aimait pas la violence. Bien entendu Enzo devait déjà s'en douter vu la couleur des dires du Hufflepuff depuis tout à l'heure. Mais bon, le redire ne pouvait pas faire de mal n'est-ce pas ?! Et moi j’aime pas voler, alors je m’approche pas d’un balai à moins de deux mètres. Oh Tiens ! Cela faisait vraiment longtemps, qu'il ne s'était pas pris une remarque du genre dans la figure. Là encore Enzo avait tout bon. Il avait d'ailleurs tellement raison, qu'Elias baissa légèrement la tête vers le sol, ne sachant pas quoi répliquer. Oui, il savait qu'il aurait du se mêler de ce qui le regardait.... alors, il avoua tout simplement la vérité Au départ j'étais juste venu vérifier si personne ne s'en prenait à mes amis... et après, je n'ai pas pu ne pas intervenir. On sait tous les deux ce que tu risques si la mauvaise personne arrive dans un tel moment... tout comme on sait tous les deux que perdre la raison momentanément et regretter ses gestes après, perdre le contrôle de la situation peut se faire plus vite qu'on ne le pense. Miracle ! Pour une fois, il avait l'impression d'avoir dit vraiment quelque chose de censé ! Il releva les yeux vers Ryans et écouta tout ce que son interlocuteur avait à dire.

Premièrement, je ne m’en prends pas à plus faible, ça n’a aucun intérêt si y a pas de répondant. Deuxièmement, t’es clairement dans une position de soumission et l’odeur de ta peur plait beaucoup à Loup. Ce qui n’est pas forcément une bonne chose. Troisièmement, j’hésite encore entre courage et bêtise, mais y a sûrement une part des deux dans ta démarche. Et quatrièmement, … j’ai pas de quatrièmement. Bon si le premièrement était assez rassurant son deuxièmement le faisait encore plus flipper qu'autre chose. Réflexe prenait ?! Déglutir avec une difficulté notoire ! Quant au troisièmement, là encore Ryans avait totalement raison, ça en était même assez fatiguant à la longue. Bref, autrement dit, pour tenter de s'en sentir indemne, il fallait qu'il arrête d'avoir peur, histoire de ne pas trop exciter Loup. Il inspira profondément en tentant de se convaincre qu'il ne pouvait rien lui arriver, mais étrangement cette méthode ne marchait pas du tout. Il se voyait déjà en train de se faire découper en petits morceaux par un Enzo-Loup incontrôlable. Au final, plus les secondes passées, plus la peur le submergeait de plus en plus. Avec son imagination assez fertile et son manque de confiance en soi, il suffisait d'implanter une simple "idée" au Jaune pour qu'il s'en fasse toute une montagne. Elias n'avait pas encore perdu assez son sang froid pour se mettre à pleurer. Heureusement d'ailleurs, car il aurait bien eu du mal à s'expliquer sur le pourquoi du comment... Je suis désolé, je ne sais pas encore contrôler ce que je peux rien ressentir... et visiblement toi non plus. Ce n'était pas une remarque méchante, c'était une simple constatation. Il voyait Enzo comme quelqu'un d'impulsif...Et... heu... voilà. Oui, c'était une phrase très intéressante, mais au final c'était juste parce qu'il ne savait pas quoi répliquer d'autres.

Il me cherche, il me trouve, c’est aussi simple que ça. On peut pas tous avoir un caractère pacifiste comme le tiens. Le pays des Bisounours ça fait un moment que je l’ai quitté personnellement, alors ravi de voir que certains y sont toujours mais la loi du plus fort c’est pas du vent. Sois tu manges, sois tu te fais manger. J’ai pas envie de me faire manger. Le maillon fort de la chaine alimentaire, c’est moi, et j’me suis laissé faire pendant trop longtemps. Tout ce que j’ai gagné c’est l’état dans lequel je suis. Et finalement je compte bien y rester. Blablabla. C'est certain que si tout le monde pensait comme lui, le monde ne risquait pas de changer, et deviendrait de plus en plus violent. Néanmoins Fletch ne se voyait pas du tout lui répliquer quelque chose de la sorte. Cela risquait d'énerver encore plus le rouge, et franchement ce n'était pas forcément nécessaire. Elias soupira d'exaspération et d'une manière franchement pas discrète. Mais oui bien sûr la violence résous les conflits, allons se frapper les uns les autres ! C'est sûr tout n'en seras que plus beau. Tu te rends comptes que tu prônes la violence là ?! Bien sûr que oui, il devait s'en rendre compte, et il devait même s'en foutre complètement. C'était peine perdue. Tant pis, lui allait continuer à vivre dans sa petite bulle, ça serait aussi bien de cette manière. Qu’est ce que vous avez tous à vouloir essayer de sauver ma pauvre âme tourmentée ?! Alors là c'était tout simple et d'ailleurs... Parce que je n'aime pas voir des gens malheureux ou tourmentés. Le pire c'est que c'était vrai, c'était vraiment une réponse franche, qui venait droit du cœur. Il n'avait pas d'autres arguments à fournir.

Je suis un monstre, je suis un tueur. J’aime faire peur, j’aime faire mal, j’aime le sang et la violence. C’est comme ça ! C’est dans ma nature ! Et ça changera pas juste parce que vous en avez envie ou parce que vous l’avez décidé ! Il n'avait pas pu répondre quoique se soit. Il n'en avait pas eu le temps. Enzo l'avait poussé contre le mur. Elias ne pouvait plus fuir. Il tait obligé de rester, de subir. Le rouge avait frappé plusieurs fois contre le mur, non loin de son visage. La première fois, il poussa un faible cri de stupeur. Il avait également fermé les yeux et, ils étaient restés clos jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de coup contre le mur. Tremblotant légèrement, il daigna enfin ouvrir les yeux qui cette fois-ci n'allaient pas tarder à être empreint de larmes. Je.... je... suis. Dé-dé- désolé.... Il inspira profondément et tenta de trouver quelque chose d'un peu plus substantiel à dire. Pourquoi ?! Et non, tu n'es pas un monstre, c'est ce que tu crois, ou ce que tu veux faire croire, je n'en sais rien... mais si tu étais un monstre c'est pas dans le mur que tu aurais frappé, n'est-ce pas ?!

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17061
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Entre bien et mal ▬ Elias   Jeu 18 Avr 2013 - 23:37

Ça ne rime à rien. Je ne rime à rien. A quoi est ce que ça me sert de traumatiser un pauvre type qui n'a rien demandé à personne ? A rien. Absolument à rien. Au départ, je l'admets, il y a eu une part de jeu dans tout ça, et puis les choses ont changé, ses mots m'ont atteint et je crois que c'est ça que je vis le plus mal. Il faut croire que je ne suis plus aussi doué que j'ai pu l'être pour rester bien planqué derrière une barricade et surtout une carapace hermétique. Il ne se trouve pas courageux, et dans le fond c'est peut être de l'inconscience, mais il faut avoir un peu de cran pour faire ce qu'il a fait. Je ne suis surement pas le gars le plus dangereux de cet école, mais je ne fais pas non plus partie des plus tendres et il a l'air de savoir qui je suis donc il savait plus ou moins à quoi il s'exposait en débarquant comme ça. Sans parler que Stanton et son pote ne sont pas non plus des enfants de cœur et un type comme Elias, c'est un appel à la violence pour des gars comme nous. Sous toutes ses formes. C'est peut être cru de dire les choses comme ça mais c'est un fait, le prédateur en moi sent la faille, la faiblesse, et il cherche a s'y engouffrer, à appuyer là où ça fait mal, à imposer suprématie et terreur. On y prend goût à ces choses là, tout comme à ce sentiment de pouvoir qu'elles font naitre. Le pouvoir c'est dangereux. C'est une spirale, une escalade sans fin, on en veut toujours plus. Surtout face à des personnes comme ça qui ne font rien pour luter si ce n'est se débattre tant bien que mal ce qui excite encore plus l'animal sauvage assoiffé de domination. Pourtant je sais que je ne lui ferai pas de mal, j'ai beau être violent, et perdre le contrôle assez facilement, je suis presque certain qu'hormis mes paroles rien d'autre ne le touchera. Je ne dis pas que c'est mieux, parce que je suis bien placé pour savoir que des mots peuvent parfois – souvent même – faire bien plus mal que des coups, mais on n'a pas tous la même capacité de résistance. Regardez moi, j'ai l'air d'un fou, et peut être que je le suis devenu finalement. Je n'ai jamais vraiment su qui j'étais mais aujourd'hui c'est encore pire. Je me suis endormi dans le corps de Loup, mais c'est Humain que j'ai ouvert les yeux. Peut être que je me suis perdu en route mais je crois que c'est plus complexe que ça. Je ne me sens pas Humain, je ne me sens pas Loup non plus. Je me sens … vide, et à la fois trop plein. Trop plein d'émotions que je ne contrôle pas, que je n'ai jamais contrôlé dans le fond. Des émotions que j'arrive parfois à faire taire, et qui finalement explose en m'emportant dans la déflagration. Toute cette scène, c'est comme si je la voyais de l'extérieur de mon propre corps, comme si j'y assistai en retrait. Un instant tout me semble sous contrôle et celui d'après … BOOM ! Explosion. Implosion. Ça part dans tous les sens, je perds mon calme et ma maitrise. Si jusqu'ici je n'ai eu affaire qu'à des types que je ne pouvais pas sentir et pour qui je n'avais aucune pitié, ça n'est pas le cas d'Elias. Pas que je ressente de la pitié pour lui, simplement je n'ai aucune excuse pour m'en prendre à lui et aussi hypocrite que ça puisse paraître, oui, j'ai besoin d'une excuse pour m'en prendre aux gens. Ça n'a pas toujours été le cas, les agressions gratuites j'ai donné aussi, bien plus souvent verbales que physiques d'ailleurs, mais visiblement je ne suis pas dans le même état d'esprit que j'ai pu l'être l'année dernière par exemple. A l'époque, j'arrivai à débrancher plus facilement, et sur du long terme. Cette fois, ça n'est clairement pas le cas. Je hurle à l'intérieur, mais je n'arrive pas à réparer les choses qui se sont cassées, pour la simple et bonne raison que j'arrive à me convaincre, ou en tout cas j'essaie, que c'est mieux comme ça. Mieux vaut un Enzo brisé loin des autres, qu'un Enzo instable près des siens. Kyle en a fait les frais, ils en ont tous fait les frais parce que je sais que mon silence est sans doute aussi assourdissant que tout ce que j'ai pu lui balancer à lui pour l'éloigner de moi. Sur le moment c'est ce qui me semblait le mieux, pour lui comme pour moi, parce qu'en posant mes yeux sur lui tout ce que je voyais c'était un passé plein de douleur, un présent bien trop abstrait et un futur inexistant. De la souffrance, toujours, et je ne voyais plus tous les bons moment qu'on a partagé. Je ne supportais plus sa peau contre la mienne alors que jusqu'ici c'était la chose qui parvenait le mieux à m'apaiser, à me calmer, et à me faire tout oublier. Je ne sais plus où je dois y aller, je ne sais pas s'il y a une solution miracle à tout ça, mais à présent c'est plutôt clair, ça n'est pas en m'en prenant à ce Jaune ou à n'importe qui que ça changera quoi que ce soit. J'ai perdu un morceau de moi même, encore un, et je ne le récupèrerai jamais. Chaque fois que j'ai pris une vie j'ai perdu un peu de mon âme, et cette fois c'est encore pire. D'une part parce que je ne regrette absolument rien, et d'autre part parce que j'ai appris des choses que je n'aurai jamais voulu savoir. J'aurai préféré ne jamais apprendre que cet ordure a tué mes parents, ou en tout cas qu'il est responsable de leur mort. C'est un enchainement de causes à effets, et il fait mal. Si Taylor n'avait pas existé, s'il n'était pas entré par effraction dans ma vie, mes parents seraient toujours en vie, je ne serai jamais devenu ce que je suis, on n'aurait pas quitté l'Australie, je n'aurai pas découvert Poudlard ni même jamais eu connaissance des Supérieurs. Je n'aurai pas eu à subir tout ce que j'ai subi depuis qu'on est arrivé ici. Alors oui, il y a eu des bons moments, des belles rencontres, des tas de trucs positifs, mais pour l'heure ils ne pèsent plus assez lourd dans la balance pour moi.

Il a raison, sur beaucoup de choses. Il marque des points sur beaucoup d'autres et notamment sur le fait que tout comme lui, et tout comme n'importe qui finalement, je ne contrôle pas ce que je ressens. Le problème c'est que je n'arrive pas à saisir ce que je ressens. Les émotions défilent à une vitesse folle que je n'arrive pas à savoir laquelle est vraiment là, laquelle prend le dessus sur les autres. C'est comme si chacune d'elles tirait de toutes ses forces pour prendre le plus de place mais au final aucune n'y parvient puisqu'elles sont d'intensités égales. Oui je me rends compte que je prône la violence parce que c'est la seule solution que j'entrevois pour l'instant. Et oui, malgré les apparences, j'ai entendu chaque mot qu'il a prononcé. J'aurai préféré que ça ne soit pas le cas, tout comme j'aurai préféré ne pas en arriver là, ne pas … être moi, parfois. Malheureux, tourmenté, ce sont ses mots à lui, je n'invente rien. C'est comme ça qu'il me perçoit et il a raison. Évidemment que non, je ne suis pas heureux. Comment est ce que je pourrais l'être ? C'est auprès des miens que je le serais mais je n'ai pas de solution miracle. Avec moi ils n'iront jamais bien, et si eux ne vont pas bien, je ne vais pas bien non plus. Cercle vicieux auquel je ne trouve pas de solution. Et si encore je savais ce que je veux vraiment …

disparaître, oui j'y ai pensé. Pas me foutre en l'air pour autant, juste disparaître. Si je pouvais, je foutrai le camp d'ici, je prendrais mes clics et mes clacs et je traverserai la planète pour m'éloigner le plus possible de tout ça, pour m'éloigner de moi. Ça n'est pas possible, j'en ai bien conscience, alors je reste là, comme un con, oscillant entre multiples émotions et incapable de m'arrêter sur une bien précise. Encore une fois, ce sont les autres qui prennent. Dommages collatéraux.

Il a eu peur. Il a crié. Il a fermé les yeux. Qu'est ce que c'est que ce réflexe d'ailleurs ? Comme si fermer les yeux pouvait nous protéger du danger ? Je crois qu'on appelle ça faire l'autruche, mais comme son nom l'indique c'est un réflexe, donc difficilement maitrisable. Je dois être un réflexe moi aussi … Une touche d'humour, on aura tout vu. Mon pauvre Enzo, tu perds vraiment les pédales. J'ai le cerveau qui a grillé, je crois que c'est plus un scoop pour personne.

« Je.... je... suis. Dé-dé- désolé.... »

De quoi ? D'être quelqu'un de sensé face à un taré qu'on ne devrait pas laisser se balader dans la nature ?

« Pourquoi ?! Et non, tu n'es pas un monstre, c'est ce que tu crois, ou ce que tu veux faire croire, je n'en sais rien... mais si tu étais un monstre c'est pas dans le mur que tu aurais frappé, n'est-ce pas ?! »

J'en sais rien Elias, mais je crois pas que ça soit aussi simple. Je sais que je peux tuer sans hésitation. Je le soupçonnais déjà, mais maintenant j'en suis sur et quand bien même je n'ai jamais été jusqu'au bout sous forme humaine, je crois qu'aujourd'hui j'en serai capable si on ne m'arrêtait pas. Cela étant, il y a toujours eu une raison, un motif, un … mobile en quelque sorte, donc même si j'aurai effectivement pu m'en prendre à toi je ne l'ai pas fait. Peut être que je suis un monstre à moitié. C'est possible ça, d'être un monstre à moitié ?

Tout ce que je sais c'est que je me suis reculé, je l'ai libéré de ma présence violente et envahissante et j'ai posé ma main sur ma nuque comme j'ai toujours eu l'habitude de faire dans un moment de flottement ou de réflexion. Finalement mon bras est retombé le long de mon corps, j'ai levé les yeux vers le plafond une seconde avant de replonger mon regard dans le siens. Sans détour.

« T’es rien ni personne pour moi mais tu ne m’as jamais rien fait. Ni à moi, ni à mes proches. Je n’ai aucune raison de m’en prendre à toi et je ne le ferai pas. »

...

« C’est pas à toi de t’excuser. »

Non, c’est à moi, mais ne t’attends pas à ce que je le fasse.

Il n'y a plus un bruit, plus un mouvement, et là dans ma poitrine je sens mon cœur qui ralentis. Mes muscles se relâchent, j'ai l'impression que je vais m'écrouler mais je tiendrais, quoi qu'il m'en coutera, parce la moindre marque de faiblesse n'est pas acceptable, parce que je veux rester le seul prédateur ici, et parce que Loup m'empêchera de réagir autrement. Je crois que j'aimerai assez pouvoir lâcher prise parfois ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Re: Entre bien et mal ▬ Elias   Dim 21 Avr 2013 - 14:05

Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu'à chaque fois qu'il entreprenait quelque chose cela se finissait mal ?! Pourquoi est-ce qu'il ne pouvait pas aider quelqu'un sans que l'on s'en prenne à lui après ? Ah oui. Bien sûr, pour la même raison que ses sœurs s'en prenaient à lui. Parce qu'il était gentil, inoffensif. Parce qu'il était une proie facile, parce que si on l'emmerdait, après il n'irait pas se plaindre. Il était faible, trop faible, il l'avait toujours été, mais depuis que les supérieurs étaient arrivés tout avait changé. Tout avait été pire.

Il essayait de ne pas se démoraliser, il essayait de bien faire, bien qu'il voyait que chaque parole prononcé avait plus l'air d'irriter et d'exaspérer le Rouge que de lui faire du bien. Mais il essayait "encore et encore", peut-être que Ryans finirait par entendre raison, peut-être que même s'il n'avait pas l'air réceptif dans l'instant, plus tard il pourrait réfléchir à tout cela, se questionner. Ou alors, peut-être que Fletch faisait totalement fausse route et surestimait un peu son interlocuteur, il avait l'habitude de voir plus les qualités des personnes que leurs défauts, et Doryan en était par exemple le parfait exemple. Son meilleur ami était loin d'être un modèle de vertu, au fond Elias savait même qu'il était chiant et presque insupportable mais étant donné que Mckiddle était presque un ange avec lui, le l'Hufflepuff avait un tout autre regard sur la chose. Si plus de personnes apprenaient à connaître Doryan, il était sûr et certain qu'ils verraient eux aussi que ce n'était pas qu'il n'était pas que arrogance.
Avec Enzo, c'était plus ou moins la même chose.... il avait entendu pas mal de choses sur lui, et ce qu'avait rajouté le Rouge à son propos était... presque triste. Oui, bien sûr Ryans était violent par moment, oui, mais il avait ses raisons. Fletch était certain que l'autre garçon n'était pas lâche... alors, il lui avait simplement dit sa façon de voir. Peut-être que c'était faux, niais, pathétique, mais le Jaune s'en contre fichait, il voulait juste qu'Enzo entende un avis positif sur sa personne. Dans un moment comme celui-là, c'était certainement le plus important !

Et puis finalement ça avait dégénéré. Un peu. Juste un peu. Elias s'était juste fait pousser contre un mur tandis que le Rouge avait frappé juste à côté de lui. Même pas sur lui, à côté sur le mur. Il avait même eu peur, crié, fermé les yeux. Rien de très viril, mais c'était réellement un réflexe. Ne pas voir quand le coup serait porté. Voilà comment se sentir totalement minable, ridicule, pathétique et tout ce que l'on veut dans ce genre-là. Fletch s'était alors excusé, pour tout ce qu'il avait dit et surtout pour cette attitude pitoyable. Si Caitlyn, le voyait comme ça, c'était certain qu'elle ne voudrait plus de lui, elle serait forte, elle aurait réagi autrement, il en était certain. Ensuite, il lui avait de nouveau posé des "questions", pour tenter de lui montrer encore une fois que Ryans n'était pas le monstre qu'il croyait. Et MIRACLE. Enzo s'était finalement reculé, et au lieu de "s'enfuir", repartir comme il aurait pu le faire, Elias se laissa glisser au sol histoire de retrouver un semblant de contenance, histoire de retrouver son rythme cardiaque. Il fallait qu'il se calme, déjà qu'il arrête de trembloter légèrement et surtout qu'il ne se mette pas à pleurer. T’es rien ni personne pour moi mais tu ne m’as jamais rien fait. Ni à moi, ni à mes proches. Je n’ai aucune raison de m’en prendre à toi et je ne le ferai pas. Il poussa un bref soupir de soulagement, il était heureux d'avoir eu raison, il était heureux que cela se finisse de cette manière, sans coups, sans pleurs. Mais cela lui laissait également une étrange sensation amère dans la bouche. S'il avait réussi à calmer Enzo par de simples paroles (ou du moins c'est ce qu'il voulait bien croire), pourquoi cela n'avait marché sur ses sœurs ?! Pourquoi est-ce qu'elles lui avaient pourri la vie de cette façon... C'était injuste. Juste injuste. Il se fichait d'Enzo, c'est vrai le Rouge n'était rien ni personne pour lui (comme Ryans lui avait d'ailleurs fait justement remarqué) et pourtant c'était une sensation si agréable d'être arrivé à résoudre un conflit.... Alors pourquoi des personnes qui étaient sensées l'aimer l'avait plus fait souffrir qu'autre chose, en le tournant en dérision, en l'humiliant... Comment est-ce qu'il arrivait encore à les "aimer", à les considérer comme des sœurs ? Au final il n'en savait rien.

Tout se bousculait, se mélangeait dans son esprit. C'était comme un méli-mélo. Cette petite séance avait eu le don de lui faire penser à ses sœurs, et comme à chaque fois cela le mettait mal à l'aise, le rendait malheureux. Fletch luttait pour tenter de répondre correctement à Enzo, qui n'avait rien à voir avec ses disputes familiales. Mais le Rouge avait reprit la parole avant, le sortant de cette sorte de torpeur malsaine. C’est pas à toi de t’excuser Elias laissa passer quelques secondes de silence, avant de répliquer C'est pas faux... mais si je dois m'excuser... parce que... que... c'est quand même un peu de ma faute, si je me trouve là, maintenant, tout de suite. Bon ce n'était pas forcément la phrase la plus pertinente du siècle, mais au moins il avait réussi à s'exprimer à peu près correctement. Jugeant préférable de rester les fesses sur le sol pour l'instant, le jaune ne tarda pas à reprendre ... et aussi parce que ma réaction était totalement débile, déplacée, et pathétique. Voilà, comme lui en gros, cela reflétait tellement ce qu'il était. Et, ça ne gêne pas certaines personnes de s'attaquer à ceux qui ne leur ont rien fait, ça n'aurait pas été la première fois. et il continua sur sa lancée mais cette fois, même si le Rouge pouvait entendre ce qu'il disait, l'Hufflepuff se parlait plus à lui-même qu'autre chose Loin d'être la première même, c'était même plus une habitude qu'autre chose avec mes sœurs... C'est peut-être encore plus difficile à vivre quand quelqu'un qu'on aime, un proche vous traite qu'un moins que rien et... qu'elle connaît vos points faibles et s'amuse avec... parce que on ne peut la détester alors qu'elle vous haït sans que l'on puisse savoir pourquoi. Cela devait être tout sauf clair pour Ryans mais tant pis....

Elias s'était enfin relevé et fit un faible sourire à Enzo avant de continuer Alors, sans rancune ?! c'était débile de dire cela et le jaune le savait bien, mais il n'avait pas pu s'en empêcher. C'était comme pour clore tout cet épisode, et pourquoi pas repartir sur de bonnes bases ?! D'ailleurs, en parlant de cela, il tenta de faire une petite note d'humour en lui tendant la main, assez timidement d'ailleurs et il lui souffla doucement Enchanté Enzo, moi c'est Elias. Oui... oui, il venait réellement de faire ça. Fletch avait peut-être un côté un peu trop décalé pour le rouge....
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17061
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Entre bien et mal ▬ Elias   Mar 23 Avr 2013 - 13:08

Caresse moi dans le sens du poil. Je ne sais pas si je dois le prendre comme ça ou pas et à vrai dire ça n’a pas vraiment d’importance. Il ne me connaît pas, mais il pense que je suis quelqu’un de … j’allais dire bien, mais ce terme me pose problème. De pas trop mauvais, on va dire. Si c’est l’impression qu’il se fait de moi alors tant mieux, j’imagine ? Je ne sais plus vraiment, ce qui est juste ou pas, ce dont j’ai envie ou pas, mais c’est dans ces moments là que tu te souviens qu’il n’est pas le seul à t’avoir déjà dit des choses comme ça, que tu te souviens que tu as tourné le dos à ces personnes là et que tu leur as fait du mal en agissant ainsi. Encore une fois j’ai été très égoïste mais j’ai besoin de ça, besoin de ne penser que pour et par moi même, besoin de faire un break avec tout ce qui me rappel des bons souvenirs, certes, mais aussi énormément de mauvais et même si mes plaies se sont refermées, celles sur mon corps, celles de mon esprit sont encore en cours de guérison. Je me connais, je sais que ça prendra du temps et je n’ai d’ailleurs aucune certitude que ça s’arrangera complètement un jour. J’ai vécu une escalade de violence et si jusqu’ici j’ai plus ou moins réussi à tenir, je crois que les derniers évènements ont été le coup de grâce. C’est comme si j’avais reçu un coup dans la nuque et que je n’avais pas d’autre choix que de m’écrouler. Alors c’est ce que j’ai fait, et pour l’instant je n’ai pas la force de me relever. De plus, je veux le faire seul, au moins au début. C’est comme ça, un besoin viscéral. Je veux être seul ou en tout cas loin des gens que j’aime. Les raisons sont confuses, et sans doute pas très justifiées ou justifiables, pas très compréhensibles à leurs yeux mais … j’en ai besoin. J’ai toujours eu besoin de temps dans mes interactions avec l’être humain, ils le savent. Je ne dis pas qu’ils doivent l’accepter, loin de là, juste que c’est comme ça.

Aujourd’hui, en cet instant, je pense comme ça et puis demain ou dans une heure ça sera autre chose. Plus de rage ou de colère, moins de calme et de recul, comme tout à l’heure au final. Mes émotions dansent la farandole depuis que j’ai ouvert les yeux. Je crois qu’elles aussi ont besoin de temps pour se fixer et arrêter de courir partout dans tous les sens. Vous me donnez le tournis les filles. Je suis injuste, je le sais, j’en ai bien conscience de ça aussi, mais je n’arrive pas à faire autrement et si je me rapproche d’eux pour finalement perdre totalement le contrôle et leur faire du mal … non, pour moi ça n’est pas envisageable. Je préfère garder ça pour les autres, et ça aussi c’est injuste, mais c’est dans mon caractère de vouloir préserver les miens, ça l’a toujours été même si avant d’arriver à Poudlard je n’avais pas vraiment eu l’occasion de le tester. Je joue les gros durs mais la vérité c’est que je suis fragile, bien trop sensible, et que je me laisse facile submerger par tous les sentiments que je ressens de façon brutale, qu’ils soient bons ou mauvais. Enfin bref, tout ça pour dire que non, ça n’est pas à Elias de s’excuser mais visiblement il s’en fout.

« C'est pas faux... mais si je dois m'excuser... parce que... que... c'est quand même un peu de ma faute, si je me trouve là, maintenant, tout de suite. »

Certes, je ne t'ai pas forcé à jouer les médiateurs, t'as pris la décision tout seul comme un grand et je crois que tu peux t'estimer heureux de ne pas avoir pris un coup perdu. Si t'étais arrivé un peu plus tôt, peut être. Bon timing, t'as eu de la chance. Et qu’est ce que tu fous par terre ?

« ... et aussi parce que ma réaction était totalement débile, déplacée, et pathétique. »

Ça va, y a pas mort d'homme non plus … Pour une fois :gla: Et c'est pas drôle, oui, je sais. Je m’auto-flagelle. Ça m’arrive régulièrement, c’est normal. Ou pas.

« Et, ça ne gêne pas certaines personnes de s'attaquer à ceux qui ne leur ont rien fait, ça n'aurait pas été la première fois. »

Faut croire que je suis un mec bien alors, t’as peut être raison ... Disons que je ne suis pas tombé aussi bas que j’aurai pu le faire, aussi bas que je ne l’ai déjà fait d’ailleurs, et que je me contente simplement de régler mes comptes avec ceux qui m’ont fait chier pendant trop longtemps sans que je ne les remette clairement à leur place. Tu crois que tu vas t’arrêter de parler un jour ? Pas que ça me dérange hein, c’est juste … Je sais pas, on dirait que t’as retrouvé tous tes esprits, t’as même l’air super à l’aise avec moi alors que je viens plus ou moins de te menacer et …

« Loin d'être la première même, c'était même plus une habitude qu'autre chose avec mes sœurs... C'est peut-être encore plus difficile à vivre quand quelqu'un qu'on aime, un proche vous traite qu'un moins que rien et... qu'elle connaît vos points faibles et s'amuse avec... parce que on ne peut la détester alors qu'elle vous haït sans que l'on puisse savoir pourquoi. »

Un regard à gauche, un autre à droite. Je rêve où t'es entrain de me raconter ta vie comme si rien ne s'était passé ? Et comme si on était potes surtout … Et le voilà qui se lève, et qui sourit. T’es un curieux personnage, tu le sais ça ?

« Alors, sans rancune ?! »

Euh … d’accord …Il est pas net celui là.

« Enchanté Enzo, moi c'est Elias. »

Il vient vraiment de faire ça ? Ok, je me sens un peu con là, je dois bien le dire, et je ne peux pas m’empêcher de le fixer, puis de fixer la main qu’il me tend, sans réagir pendant quelques secondes. Je suis … surpris, étonné, halluciné plutôt je dirais. Alors je secoue la tête pour revenir sur terre et décide de lui serrer la main.

« J'avais cru comprendre, ouais. »

Et non, tu ne rêves pas, c’est bien une sorte de sourire à moitié crispé qui m’étire les lèvres, et qui me fait grogner d’ailleurs parce qu’avec la coupure ça fait mal.

« Je crois que je viens de trouver plus cinglé que moi, c'est rassurant quelque part. »

Sans rancune pour ça aussi ?

J’ai lâché sa main pour porter de nouveau mes doigts à ma lèvre inférieure, et ça ne saigne déjà presque plus. J’arrête pas de passer ma langue dessus de toute façon, alors le goût du sang il est dans ma bouche, et dans ma gorge, donc même si c’est relativement désagréable, c’est le miens, donc pas trop grave. Puis je repense à ce qu’il vient de me dire et ça me fait sourire à nouveau. Pas que ça me réjouisse que ses sœurs le maltraite, c’est juste que ça me fait penser à Derek, et à la relation qu’on avait quand on était petits. J’te jure enfoiré, tu m’en as fait baver Rolling Eyes

« Quand on était gosse mon frère me martyrisait. C'était son grand truc, il me faisait peur, il était parfois violent, il me racontait des horreurs. Enfin il manquait pas d'imagination pour me faire chier et me rabaisser. J'ai longtemps cru qu'il pouvait pas me voir, et je comprends, ça fait mal de se dire que ta propre famille a si peu d'estime pour toi qu'elle trouve ça normal de te traiter comme de la merde. »

C’est sorti tout seul, sur le ton de la conversation et pour le coup c’est moi qui aie eu l’impression que rien ne s’était passé juste avant.

« En grandissant j'ai commencé à m'affirmer un peu plus, à l'envoyer chier, à me défendre, puis j'ai été mordu et là … il a arrêté de faire le malin. En fait c'est plus compliqué que ça et je ne vais pas te mordre juste pour que tu puisses t'affirmer devant tes sœurs mais ce que je veux dire c'est que ça peut toujours changer. »

Oui, c’est plus compliqué que ça et d’ailleurs même après la morsure il a continué à me faire chier, jusqu’à ce qu’il se rende compte que j’étais la seule famille qui lui restait et que malgré tout il tenait à moi. Je crois qu’il a eu vraiment peur de me perdre pour la première fois le jour où il m’a vu me transformer dans la forêt alors qu’il m’avait privé de ma dernière dose de Tue-Loup. Je l’aime ce salopard, je l’ai toujours aimé. C’est mon frère, mon sang, ma famille, malgré tout ce par quoi on est passé et malgré tout ce qu’il m’a fait subir. Je n’oublierai pas ce qu’il a fait à Kyle, mais je ne pourrais pas l’effacer et je n’ai pas envie de ressentir de rancœur envers mon frère. Plus maintenant, je n’ai plus envie de ça, plus de temps à perdre pour ça.

« Avec Derek ça a pris du temps mais aujourd'hui c'est quasiment devenu mon meilleur pote. On a pris le temps de mettre pas mal de trucs à plat, on a vécu des choses qui nous ont rapproché, on a changé tous les deux. »

Et encore une fois c’est pour lui, avec lui, que j’ai rouvert les yeux sur le monde. Il fait partie de ma vie depuis toujours, on a traversé des moments difficiles ensemble et on s’en est toujours sorti. Je ferai tout pour mon frère. Certains n’auraient peut être pas pardonné mais je ne suis pas rancunier avec les gens que j’aime. C’est tout. Chacun réagit comme il veut, et comme il peut surtout.

« Au pire tu joues le même jeu qu'elles, tu cherches leur point faible. Je dis pas que c'est noble mais parfois … Enfin bref, t'as l'air d'être du genre gentil garçon alors m'écoute pas, c'est sans doute mieux. »

C'est pas parce que j'ai finalement réussi à devenir ce que je n'étais pas que ça sera pareil pour toi. Parce que oui, je crois que petit j'étais un peu comme toi, j'avais peur de mon ombre, justement à cause de Derek qui me traumatisait dès qu'il en avait l'occasion. Je ne faisais pas de bruit, pas de vague - enfin sauf quand j'étais sur mes planches, je restais dans mon coin, souvent seul, je regardai le monde avec mes yeux de p'tit garçon et la vie suivait son cours comme ça.

Et puis Taylor a tout gâché.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 3169
Date d'inscription : 27/12/2012
Crédits : Gif trouvés sur Tumblr
Double Compte : Matthew & Connor & Keane & Benjamin & Jonah & Warren



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1837-elias-fletcher-oo#100144
MessageSujet: Re: Entre bien et mal ▬ Elias   Sam 27 Avr 2013 - 19:05

Il avait parlé, il avait même beaucoup trop parlé. Des choses qu'il aurait préféré ne pas dire, comme son petit monologue sur sa famille. C'était bien une des premières fois qu'il sortait des choses de ce genre. Les gens qui le connaissaient bien (enfin lui ou ses sœurs), avaient déjà remarqué l'acharnement des plus vieilles sur leur cadet... Quant aux autres, au final s'ils ignoraient cette partie là de son histoire ce n'était pas plus mal ! Il n'avait pas qu'on le juge sur ça, qu'on le prenne en pitié ou au contraire qu'on se foute de lui à cause d'elles. M'enfin, là maintenant il s'était grillé un peu tout seul, et en plus de cela, une fois de plus il avait rajouté à quel point il était pathétique. Un jour, il allait vraiment falloir qu'il apprenne à avoir confiance en lui, en ce qu'il disait, parce que là ce n'était pas possible d'avoir une aussi piètre opinion de soi même ! Bref, une fois tous ces souvenirs ressassés, le Jaune réussit à prendre sur lui, à tenter de changer, de tout reprendre à zéro. C'était toujours le mieux à faire non ?! Comme ça Enzo verrait peut-être qu'il n'était pas qu'un garçon peureux et peace&love. Peut-être qu'il arriverait à enlever la sale impression qu'il avait dû lui laisser, même si au final ce que pensaient les autres de lui, ce n'était franchement pas la priorité de Fletch. Il s'était finalement levé, avait retrouvé un semblant de sourire, de confiance en lui (ou du moins quelque chose qui s'y apparente), et lui demanda si c'était sans rancune avant de refaire les présentations. Vu la tête du Rouge, un tel revirement de situation l'étonnait, et pas qu'un peu ! Il n'avait pas l'air de comprendre ce qui se passait, ou alors cela le laissait totalement perplexe et dubitatif !

Ryans fixait la main que son interlocuteur lui tendait et finalement il lui serra avant de reprendre la parole J'avais cru comprendre, ouais. Il lui fit un petit sourire avant de répliquer Je me doute, mais c'était pour changer de sujet, je savais pas quoi dire d'autres. Au moins ça avait le mérite d'être clair. Par ailleurs (ô miracle) Enzo semblait... sourire de tout cela. Pas un sourire mesquin, méchant, ou même moqueur. Non cela ressemblait à un vrai sourire, quelque chose de sincère, ou du moins Elias y croire. Je crois que je viens de trouver plus cinglé que moi, c'est rassurant quelque part. Elias eut un petit rire. Certainement qu'il aurait dû se sentir offenser, mais bon, il trouvait cette phrase plutôt marrante au final Non, je suis pas cinglé, enfin, je ne crois pas... peut-être pas dans le sens où l'entend tout le monde. C'est juste que ça serait bête de rester sur un mauvais départ pour pas grand chose... et voilà. En fait, il n'était pas fichu de savoir comment lui expliquer pourquoi il faisait cela, pourquoi il changeait aussi subitement. Est-ce que cela faisait de lui quelqu'un de cinglé ? Ou bien alors Enzo faisait allusion à quelque chose qu'il n'avait pas compris. Ah oui, c'était possible.... le but de tout cela avait été de faire oublier tout ce qui s'était passé avant, et alors qu'il pensait avoir réussi à instaurer entre eux une "meilleure ambiance", une meilleure relation, un départ un peu plus normal, voilà que Ryans fit des siennes en voulant retourner sur leur passé respectifs.

Quand on était gosse mon frère me martyrisait. C'était son grand truc, il me faisait peur, il était parfois violent, il me racontait des horreurs. Enfin il manquait pas d'imagination pour me faire chier et me rabaisser. J'ai longtemps cru qu'il pouvait pas me voir, et je comprends, ça fait mal de se dire que ta propre famille a si peu d'estime pour toi qu'elle trouve ça normal de te traiter comme de la merde Il acquiesça doucement avant de rajouter un peu plus faiblement J'ai six frères et sœurs... aînés... et aucun ne... m'apprécie. Il haussa doucement les épaules, mais il avait perdu toute son assurance. Parler de cela le mettait mal à l'aise et le rendait triste. Réellement triste. Il n'avait jamais compris pourquoi tant de haine envers lui, ce qu'il avait pu faire de mal. Ils ne m'ont jamais accepté, quoique je fasse... ils m'ont toujours fait comprendre à quel point je n'étais rien pour eux. Il s'était tût. Il ne voulait plus rien rajouter. Il avait l'impression de retourner le couteau dans une plaie encore béante, celle qu'avait eu le don de rouvrir le professeur de Botanique. Il fallait qu'il se taise. Il ne fallait plus aborder ce sujet, trop sensible pour lui. Ce petit sujet qui avait le don de lui faire perdre tous ses moyens. Son cœur s'était de nouveau accéléré, pourtant il n'avait pas fait d'effort physique, il n'avait pas peur d'Enzo. Non, mais la raison était simple, dés que l'on évoquait ses aînés, cela engendrait une forte dose de stress chez le jaune. Allez Fletch, il fallait se calmer, parce qu'à ce rythme, dans un ou deux c'était l'ulcère assuré !

Enzo ne tarda pas à continuer son explication En grandissant j'ai commencé à m'affirmer un peu plus, à l'envoyer chier, à me défendre, puis j'ai été mordu et là … il a arrêté de faire le malin. En fait c'est plus compliqué que ça et je ne vais pas te mordre juste pour que tu puisses t'affirmer devant tes sœurs mais ce que je veux dire c'est que ça peut toujours changer.Il le regarda assez dubitatif sans trop savoir quoi répondre et il avait même reculé d'un quart de pas quand il avait parlé de le mordre (ou plutôt de ne pas le faire). Il se passa une main dans les cheveux, comme à chaque fois qu'il était stressé avant de se ronger nerveusement un ongle. Il inspira profondément pour tenter de garder le plus possible le contrôle de ses émotions, de ne pas passer une nouvelle fois pour une petite chose fragile. Mais c'était difficile... De toute manière mes sœurs ne sont plus ici... et puis, sans vouloir te vexer, franchement ça ne me tente pas trop que tu me mordes. En plus, j'suis douillet ! Il se tut quelques instants, histoire de trouver les mots les plus adéquats et finalement il reprit la parole Et tu sais, si je les envoie chier, enfin si je l'avais fait, et si un jour on peut rentrer chez nous... ça empirera juste la situation. Je préfère même pas imaginer comment. Tu as quoi ? Deux ou trois ans d'écarts avec ton frère. J'ai dix ans d'écart avec les plus âgés, puis huit d'écart avec les suivants et six ans avec les derniers. Même en m'affirmant, vu la différence d'âge, ils m'auraient toujours écrasé. Leur situation n'était pas forcément comparable, même si Enzo était quand même bien placé pour comprendre ce qu'il avait vécu (ou même ce qu'il vivait encore aujourd’hui. Avec Derek ça a pris du temps mais aujourd'hui c'est quasiment devenu mon meilleur pote. On a pris le temps de mettre pas mal de trucs à plat, on a vécu des choses qui nous ont rapproché, on a changé tous les deux. Il baissa les yeux. Il avait de la chance, il l'enviait tellement de cette relation fraternelle. Mais après tout, il était plus agréable d'avoir comme frangin un type comme Ryans, quelqu'un de fort, d'affirmé que lui qui était faible, trop gentil, trop naïf. Ton frère t'aime, je ne suis pas certain que mes aînés ressentent la même chose pour moi. Ils me détestent réellement, et... et si jamais avec tout ce qui se passe ici, je venais à crever, ils s'en foutraient, ça ne changerait pas pour eux... Je n'ai jamais été rien pour eux. Je sais que je me répète un peu, mais c'est la vérité. Il en était tellement certain de cette info qu'il en aurait même mis sa main à couper.

Au pire tu joues le même jeu qu'elles, tu cherches leur point faible. Je dis pas que c'est noble mais parfois … Enfin bref, t'as l'air d'être du genre gentil garçon alors m'écoute pas, c'est sans doute mieux Il fronça doucement les sourcils, ce n'était pas du tout son genre de chercher leur point faible ou de les humilier, à un tel point qu'il lui demanda Pourquoi je ferais ça ? Pour leur faire du mal ? Mais je ne veux pas, ce sont mes sœurs, mes frères... et puis quand bien même, ça ne servirait à rien ! De toute façon, elles ont sûrement raison. Je ne suis personne, quelqu'un de franchement pas important. Ils ont tous raison... sinon mes parents n'auraient jamais laissé la situation dégénérer. Tu vois, je le mérite. Oui sinon pourquoi tellement de personnes le traitaient de cette manière ?! Il était faible, trop gentil et compagnie alors oui c'était mérité !

Bref, il avait certainement dit tout ce qu'il pouvait sur le sujet, là il était sur le point de craquer nerveusement, il fallait vraiment qu'ils causent d’autres chose! Il se mordilla doucement la lèvre avant de rajouter Mais on peut peut-être parler d'autre chose ? Quelque chose de plus gai.... hein ?! S'il te plaît. Et voilà le ton implorant était revenu au galop. Je sais pas de quoi mais... heu... bon d'accord c'est assez difficile à trouver. Les exams c'est nul. Le reste... c'est pas forcément mieux. T'aimes manger ?! Bonjour le changement de sujet étrange. Mais après tout, pourquoi pas ? Manger était presque une passion pour le Jaune, alors au final c'était un sujet comme un autre, non ?!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17061
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Entre bien et mal ▬ Elias   Lun 29 Avr 2013 - 13:32

Qu’est ce qui me prend ? Qu’est ce qui me prend de parler autant, et aussi librement ? J’ai toujours été un garçon assez secret, je n’ai jamais vraiment aimé parler de moi et on me l’a d’ailleurs reproché parfois. Et aujourd’hui je me mets à raconter la vie de ma famille en long, en large et en travers juste parce qu’un type que je ne connais même pas, et que je viens de bousculer un peu soit dit en passant, vient de me raconter la sienne. Enfin j’exagère, ça n’est pas la vie de ma famille, juste l’évolution de la relation entre mon frère et moi, mais il y a aussi ce côté assez étrange qui me fait évoquer Loup sans détour qui me laisse perplexe. C’est quoi la prochaine étape ? Je lui parle de Kyle ? N’importe quoi. Toujours est il que j’en sais plus sur ce type que je ne devrais le savoir. Ou pas. Après tout, on discute simplement, est ce que ça ne sont pas des choses qui se font entre êtres humains ? Est ce que j’ai envie de ça ? Pas vraiment, et pourtant je ne fuis pas. Ni lui, ni la situation, ni la conversation. Je partage mes impressions, mon vécu, et je le vois bien, ça ne passe pas vraiment. Il s’énerve, c’est un sujet délicat pour lui, mais ça n’est pas moi qui l’ait lancé mon pote alors t’excite pas comme ça s’il te plaît. Quand on ne veut pas aborder un sujet qui fâche, il faut savoir tenir sa langue. Six frères et sœurs ainés … dur. Comment j’aurai tourné si j’avais eu six Derek dans mon environnement ? Sans doute mal, même si tout est une question de point de vue. Elias, puisque c’est comme ça qu’il s’appelle et je ne vais pas passer mon temps à l’appeler l’autre, ou lui, ou ce type, etc … Elias donc a grandi dans un cercle familial visiblement totalement différent du mien et bien sur on n’a surement pas eu la même enfance, ni même un caractère similaire, donc c’est difficile de comparer mais quand je vois la personne qu’il est, je me dis que je n’aimerai pas être comme lui. Ca peut paraître extrêmement présomptueux et dégradant, j’en ai bien conscience, mais ce type est un appel à la violence sans le vouloir. Je ne dis pas qu’on a envie de le frapper quand on le voit et d’ailleurs la preuve que non puisque je ne l’ai pas touché mais il est … gentil. Je ne suis pas non plus entrain de dire qu’il ne faut pas être gentil, même si je l’ai pensé c’est vrai, simplement son attitude presque soumise, ce genre de détails qui ne passent pas inaperçu c’est … Pour les personnes telles que moi, et il n’est pas forcément nécessaire d’avoir une double « personnalité » pour ça, c’est en quelques sortes quelqu’un d’idéal pour s’imposer. Je ressens la faiblesse et quand je ressens la faiblesse, mon côté dominant se réveille, c’est plus fort que moi. Il peut prendre plusieurs formes cela étant : Je peux très bien me transformer en prédateur et appuyer là où ça fait mal, jouer comme un chat jouerait avec une souris, mais je peux également devenir très protecteur. C’est tout l’un ou tout l’autre, et croyez moi cette absence de juste milieu est parfois épuisante. Dans mon cas ça ne sont pas de choses que je contrôle, mais je ne peux pas le nier ça serait vraiment très hypocrite de ma part, parfois je n’ai pas envie de les contrôler et je ne fais aucun effort pour ça. L’attitude qu’il a eu tout à l’heure est l’exemple même de ce que j’ai peur de devenir, de ce que j’ai eu l’impression de devenir, et c’est ce qui – en partie – m’a fait fuir les autres depuis que je me suis réveillé il y a quelques jours.

Je ne veux pas voir peur de mon ombre, je ne veux pas que qui que ce soit ait le dessus sur moi à nouveau, je ne veux pas … je ne veux plus souffrir, ni qu’on trouve mes points faibles et qu’on m’attaque par rapport à ça. Mes points faibles, c’est simple, ce sont les autres. Les gens que j’aime, à qui je tiens comme à la prunelle de mes yeux et pour qui je serais prêt à n’importe quoi. Pour qui j’étais prêt à n’importe quoi. Pour qui je le suis sans doute toujours mais pour éviter d’avoir à en être sur, je m’isole. Je me protège, j’en ai besoin, même si c’est injuste, et pour l’instant je ne vois pas d’autre manière de procéder. Au départ j’ai cru que ça serait simple, je ne ressentais pas grand chose pour ne pas dire rien, et puis au fil des jours les sentiments sont revenus, et le manque avec. Ils me manquent. Il me manque. Pourtant, étrangement, le fait de l’avoir vu avec cet autre garçon juste un peu plus tôt ne provoque pas chez moi ce qu’un fait tel que celui ci aurait du provoquer. C’est comme si j’étais résigné, comme si j’acceptai. C’est mieux pour lui d’avoir d’autres personnes que moi dans sa vie, et sans doute mieux pour moi d’être seul, loin des autres et de tout ce que ça implique d’être relié à d’autres êtres humains.

Il n’empêche que calmé ou pas, je ne suis pas en mesure de faire taire mes penchants les plus sombres, alors oui j’ai plus ou moins émis une solution mais visiblement ça ne plait pas au Jaune puisqu’il semble s’énerver.

« Pourquoi je ferais ça ? Pour leur faire du mal ? Mais je ne veux pas, ce sont mes sœurs, mes frères... et puis quand bien même, ça ne servirait à rien ! De toute façon, elles ont sûrement raison. Je ne suis personne, quelqu'un de franchement pas important. Ils ont tous raison... sinon mes parents n'auraient jamais laissé la situation dégénérer. Tu vois, je le mérite. »

Je l’admets, j’ai eu envie de lui mettre une claque, mais je me suis retenu. Ça n’aurait rien arrangé si ce n’est le sortir de cette espèce d’hystérie venue de nulle part dès qu’on a commencé à évoquer la famille. Visiblement ce type là a encore bien plus de soucis avec ses frères et sœurs que je n’en ai jamais eu avec Derek. Je n’ai que sa version des faits alors c’est difficile de juger et de toute façon je n’ai pas à le faire, je n’en ai pas envie. Alors je le laisse s’exciter tout seul et s’auto-flageller s’il en a envie, ça le regarde. C’est son histoire, pas la mienne. Je n’ai pas mon mot à dire sur la question et s’il ressent les choses comme il les ressent, c’est qu’il a des raisons de ressentir ça. Peu importe.

« Mais on peut peut-être parler d'autre chose ? Quelque chose de plus gai.... hein ?! S'il te plaît. »

Je te préviens, si tu te mets à pleurer …

« Je sais pas de quoi mais... heu... bon d'accord c'est assez difficile à trouver. Les exams c'est nul. Le reste... c'est pas forcément mieux. T'aimes manger ?! »

Que … pardon ? Shocked Est ce que j’aime manger ? Qu’est ce que c’est que cette question ? Je suis d’accord, les exam c’est nul et de toute façon j’ai pas foutu les pieds en cours ni même le nez dans un livre depuis deux semaines alors … on va dire que je ne me sens pas vraiment concerné. Le reste … c’est assez vaste, mais est ce que j’aime manger ?

« Oui, ça m’arrive. »

Comme tout le monde, non ? J’veux dire, j’en fais clairement pas une obsession et d’ailleurs ces derniers temps je ne mange pas des masses mais il se trouve que quand j’ai le moral et la forme, je suis un ogre. D’une parce que je suis en pleine croissance – même si j’ai ENFIN arrêté de grandir, en tout cas j’espère – et de deux parce que Loup a toujours faim. Il préfère chasser pour se nourrir, rien que pour le plaisir, mais avoir un plat servi tout cuit dans le bec ça lui va aussi.

Un peu circonspect au départ, puis finalement amusé, je crois même que j’ai sourit, voir laissé échapper une sorte de rire plus ou moins nerveux. Totalement calmé, plus vraiment dans la réflexion, et … ça fait du bien, t’as pas idée.

« J’suis pas spécialement du genre gourmand, j’ai pas de pêcher mignon ou ce genre de trucs mais oui, j’aime manger. »

Et cette conversation est entrain de devenir bizarre non ? En tout cas elle est légère et je crois que je ne suis plus habitué. Ça me dépasse même un peu, comme si j’avais oublié ce que c’était et résultat, de nouveau, j’ai envie de fuir. C’est trop normal pour être réel, et je ne veux pas me réhabituer à l’espèce humaine. Je veux juste … être seul, même si c’est pas vrai. C’est mieux. Et malgré moi je commence déjà à marcher à reculons, à m’éloigner, comme si cette fois c’est moi qui avait peur de lui. Ca n’a pas de sens. Plus rien n’a de sens.

« Écoute, c’est pas que je m’ennuie avec toi Elias mais j’ai … un truc à faire dehors. »

Et tout le monde y croit.

« J’vais tâcher de prendre en note ce que tu m’as dit, que la violence ne résout rien, etc … et j’vais commencer par aller rendre sa baguette à cet abruti, sans lui en mettre une au passage et « gratuitement ». »

Pourquoi je fais ça ? Pourquoi je lui dis ça et pourquoi je le pense surtout ? C’est pas comme si j’avais besoin de sa bénédiction pour être celui que je suis, ni même que son avis avait vraiment de l’importance. Ou peut être que si. J’en sais rien, et je ne veux pas savoir.

« Salut. »

Un dernier sourire pour la route, dans ce soupçon d’humanité et de sociabilité. Les gens comme toi sont dangereux, tu sais ? Regarde moi, pour un peu t’arriverais à me transformer en agneau, mais je ne suis pas d’accord. C’est toi l’agneau ici, et je suis le grand méchant Loup. Alors sans attendre mon reste j’ai foutu le camp, sans trop savoir où j’allais me rendre, sans but réel. Je suis repassé là où j’avais aperçu Kyle tout à l’heure, avec l’autre type, mais ils n’étaient plus là. Tant mieux. J’ai finalement retrouvé Stanton, et son copain, je leur ai balancé la baguette que j’avais gardé et j’ai continué ma route. Ils auraient pu vouloir se venger, ils ne l’ont pas fait. Peut être une autre fois. Ce que je vais faire maintenant ? J’en sais rien, errer, et attendre que le temps passe. Ne plus me poser de questions, ne plus penser, ça, ça serait cool. Débrancher.

▬ Fini pour moi ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Entre bien et mal ▬ Elias   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre bien et mal ▬ Elias
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entre bien et mal ▬ Elias
» Entre père et fille (pour Elias Davidovitch)
» Il est bon de lire entre les lignes, cela fatigue moins les yeux [PV Alh]
» Entre tueurs, on s'entends parfois bien non? |PV Axel|
» Katie et Veronica: Shopping entre filles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Cinquième Etage.-
Sauter vers: