AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Larsen ▬ Sovahnn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 17065
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Larsen ▬ Sovahnn   Lun 18 Fév 2013 - 19:08

Sovahnn & Enzo.
Mardi 10 juin 2014 ▬ Fin de matinée.

S'il faut mourir, autant vivre à en crever.

Finalement quand on y pense, la vie, ça n'est qu'une course contre la mort. On sait pertinemment qui finira par perdre mais on coure, on coure encore et toujours pour essayer de lui échapper le plus longtemps possible. Un jeu ? Non, pas vraiment. Pas de mon point de vue en tout cas. La vie, la mort, tout ça n'est pas qu'un jeu pour moi. Je peux être joueur pour beaucoup de choses mais pas pour ça. Je l'aime, je m'y accroche, à cette vie. Ça n'a pas toujours été le cas, je le sais, mais il n'empêche que pour rien au monde je ne baisserai les bras maintenant. Oui notre quotidien n'est pas tout le temps simple, mais il ne l'est pour personne. Quand on a frôlé la mort plusieurs fois peut être qu'on voit les choses d'une manière différente mais je crois que dans mon cas ce qui me pousse encore à me battre c'est les autres. C'est à eux que je m'accroche. Chacun son truc.

S'il faut mourir, sur nos stèles, je veux graver,
Que nos rires ont berné la mort et le temps.


Donc oui, je l'aime cette chienne de vie, mais si certaines jours sont beaucoup moins simples que d'autres, même si certaines épreuves peuvent me sembler parfois insurmontables. Il y a toujours quelqu'un ou quelque chose pour me rappeler que ça en vaut la peine, qu'ils en valent la peine, que j'en vaux la peine. Et le jour où tout ça devra se terminer alors … alors j'y penserai à ce moment là.

On se reverra, On se reverra,
Là où rien n'est plus rien.
On comprendra d'où l'on vient.


Faire semblant, c'est beau ! Je dirai presque que c'est devenu un art de vivre. Histoire de la Magie. 11H49. Tic, tac. Le temps me semble long et résultat j'en viens à penser à des conneries qui n'ont pas de sens. Comment souvent finalement. Mon esprit se met à papillonner dès que je ne suis plus occupé physiquement depuis « trop » longtemps. Disons qu'on n'a pas tous le même seuil de tolérance à l'inactivité. Ce matin je n'ai pas été courir, ni surfer, alors avoir le … postérieur – restons polis – vissé sur une chaise depuis trois heures ça commence à être difficile. J'ai perdu le fil depuis un moment, autant être honnête. Qui plus est mon estomac s'en mêle. Bientôt midi, j'ai fait l'impasse sur le petit dej ce matin, tout comme le sport, résultat je ne tiens plus en place et je meurs de faim. La Lune est dans trois jours, et je connais suffisamment le cirque pré-lunaire pour savoir que ça va être comme ça pendant ces trois jours restant. Au moins pour l'activité parce que pour ce qui est de la nourriture, en règle générale le dernier jour je ne suis pas toujours capable d'avaler quoi que ce soit. Je ne sais pas vraiment pourquoi, peut être que mon organisme se met à la diète pour se purifier ou un truc dans le genre. Peut être que mon estomac n'accepte plus la nourriture que l'être humain normal à l'habitude d'ingérer. Dès le lendemain je retrouve mon appétit mais la veille, c'est régime sec.

12h? Ça « sonne » ! Miracle ! Soudainement là je me réveille et à l’instar de Harper et Maël je suis un des premiers à tenter une percée vers l'extérieur de la classe. Direction la Grande Salle ! Mini Ryans a les crocs. Manger !

« Enzo, attends. »

Damn it !

Faux départ. Je grimace, et comme pour accentuer ce sentiment de famine et d'appétit bafoué mon ventre grogne à nouveau. Réflexe, je pose ma main dessus pour tenter de le calmer. Geste stupide et débordant d'inutilité mais je crois qu'on y arrive tous un jour ou l'autre. Comme si la paume pouvait absorber le bruit ou je ne sais trop quoi. Enfin bref, on sourit, et on se retourne.

« Qu'est ce que je peux faire pour vous Monsieur Andrews ? »

Il me regarde par dessus ses lunettes, c'est bon ou mauvais signe ça ? D'ailleurs pourquoi est ce qu'il en porte ? Il ne les a pas toujours il me semble. Peut être pour avoir l'air plus sérieux et sévère pendant les cours, vas savoir. Encore une réflexion inutile oui je sais mais j'y peux rien si des questions existentielles de ce genre me percutent régulièrement le cerveau. Un regard autour de moi m'apprend que tout le monde a déjà quitté la classe alors comme un brave élève obéissant que je suis, je m'avance vers son bureau d'un pas … tranquille, on va dire. Mon sac sur l'épaule, ma robe de sorcier roulée en boule dedans, la chemise qui dépasse, le pull accroché à la taille et la cravate de travers. La classe totale. Ah, détail important, les cheveux en pétard, évidement. Et pourtant, pour une fois, je n'ai pas dormi pendant son cours alors pas d'épis du à une position de sieste improvisée sur la tête.

« Pour moi rien, je voulais simplement te dire que j'ai constaté les efforts que tu fournis ces derniers temps et te dire que ton dernier devoir est assez significatif de tout ça. Tu peux être fier de toi. »

Et bien … Si je m'attendais à ça … C'est vrai que je bosse, et dans le fond je l'ai toujours plus ou moins fait, mais il est évident que j'ai eu des périodes pendant lesquelles les études étaient vraiment le dernier de mes soucis. Aujourd'hui ça n'est plus le cas, sans trop savoir pourquoi. Je fais des efforts, et c'est toujours agréable d'entendre qu'ils sont remarqués. Ça peut paraître futile, mais sincèrement mon sourire n'est pas feint. Je suis vraiment heureux d'entendre ça, c'est le genre de trucs qui met de bonne humeur. Résultat je reste là comme un con, planté près de son bureau, sans trop savoir quoi dire ni quoi faire. Pour ce devoir j'ai vraiment bûché. Jill m'a aidé un peu mais dernièrement je lui ai foutu la paix avec ça parce qu'elle avait pas mal de boulot à rattraper. Qui plus est le niveau entre son année et la mienne n'est pas le même. En réalité je n'ai embêté personne de spécial, je me suis concentré tout seul comme un grand. Lune pourra en témoigner, la seule pause que j'ai fait le jour où je me suis vraiment posé là dessus ça été pour aller faire un basket avec Killian parce que je n'en pouvais tout simplement plus. Enfin bref, je suis content et je crois que ça le fait rire.

« Merci M'sieur. »
« De rien. Allez file maintenant, avant de dire une connerie. »

J'ai clairement pas pu m'empêcher de laisser échapper un rire relativement sonore en l'entendant dire un truc de ce genre. C'est qu'il commence à me connaître et à avoir l'habitude. Oui c'est vrai, je peux rarement m'empêcher de dire des conneries, et je dois bien le dire, avec lui c'est puissance dix. Ça n'est jamais méchant, mais c'est plus fort que moi. Mon truc de prédilection c'est de l'emmerder par rapport à sa fille mais il le prend bien. S'il m'envoie promener ou s'il m'engueule c'est pour la forme. Il m'aime bien, je crois, et pourtant il a eu tout le loisir de me haïr au départ. Quand il a débarqué à la rentrée dernière, je n'étais pas exactement comme aujourd'hui et lui comme plein d'autre en a souffert. Peu importe, tout ça c'est du passé.

« Ok. »

J'ai l'air d'un gamin qui vient de déballer son cadeau de Noël et qui a une surprise encore plus grande que celle à laquelle il s'attendait. Je ne sais pas encore quelle note il va me mettre, donc ne nous enflammons pas, mais c'est plutôt bien parti d'après ce qu'il a dit, non ? Et puis c'est quoi cet espèce d'enthousiasme sorti de nulle part pour une note en Histoire de la Magie Oo

« Pardon. »

Et ça, d'où ça sort ? Ça sort du fait que je me suis éclipsé de la salle de cours en marchant à reculons, chose tout à fait intelligente vous en conviendrez, sans regarder derrière moi, chose encore plus intelligente, et résultat je suis rentré dans quelqu'un. Je n'allais pas vite, c'est un moindre mal, mais quand même. Je n'aimerai pas me faire percuter par moi même ni même me tomber dessus. Et il semblerait qui plus est qu'aujourd'hui je sois en mode poli. Profitons en. Qui est ce que j'ai failli tuer cette fois ?

« Sova. »

Oui, c'est tout ce que j'ai trouvé à dire. En même temps c'est son prénom, donc ça n'est pas si … Oui bon ok, c'est naz. C'est juste que … je ne sais pas quoi dire justement. Je ne sais même pas par quoi commencer, ni même si je dois dire quelque chose ou pas d'ailleurs. Parfois, c'est mieux que je me taise, je commence à m'en rendre compte. On ne peut pas dire que les choses se soient très bien passées hier soir, et pour être honnête je ne sais pas comment gérer la situation. Je n'aime pas resté planter là à la regarder comme ça, comme si ça n'était plus naturel entre nous. C'est perturbant au possible mais vraiment, je me sens totalement bloqué. Est ce qu'elle a non seulement envie de me parler d'ailleurs ? Ça n'est pas parce que les choses se sont calmées avec Kyle que j'oublie la façon dont je l'ai blessé elle aussi, même si c'était sans le vouloir. La situation m'a dépassé, j'étais déjà pas bien d'avance et … mes gestes et mes mots ont été mal interprété pour la simple et bonne raison qu'ils étaient inappropriés et si lui les a compris de la façon dont il m'a fait comprendre les choses, j'imagine qu'il en va de même pour elle. A leur yeux ça n'était peut être qu'un caprice, dans le fond c'était bien plus que ça mais ils n'avaient aucun moyen de le savoir. Ou peut être que si. Il n'empêche que j'ai réagis comme un con, peut être, mais ça ne fait pas de moi un criminel pour autant. Pas ça en tout cas.

« Tu veux qu'on parle d'hier soir ? »

J'aurai pu lui demander si ça allait, mais ça aurait été hypocrite à mon sens et puis autant poser les cartes sur la table tout de suite. Ça n'a rien d'agressif, bien au contraire mais s'il y a un malaise j'aime autant le percer tout de suite histoire qu'on s'explique tous les deux. Dans mes souvenirs on ne s'est jamais disputé elle et moi, et … je déteste l'idée qu'elle puisse avoir de la rancœur contre moi, et inversement. Cela étant, si elle ne veut pas aborder le sujet je ne la forcerai pas. J'ai assez brusqué tout le monde comme ça mais malgré tout mes défauts, je sais encore écouter les gens quand ils ont des choses à me dire et à me faire comprendre. Peut être qu'elle ne m'en veut pas plus que ça, peut être qu'elle est passé à autre chose, mais dans le doute ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2366
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Larsen ▬ Sovahnn   Lun 4 Mar 2013 - 21:39

« Et si on n’arrivait pas à se reconstruire après tout ça ? Si on devenait tous des sales cons aigris, si on.. »
« Stop. »

Le regard braqué sur le plafond, Sovahnn s’était retrouvée attaquée par Jordane à coup du premier oreiller que celle-ci avait pu attraper. Se penchant au dessus d’elle, la jolie rousse lui avait offert un regard sévère et sans appel. Elle était le genre de personnes qui savaient faire taire les autres quand elle haussait un peu le ton. D’après ce que la jeune blondinette avait compris, la Serdaigle s’était même démerdé pour couper le sifflet à Logan, ce qui n’était pas une mince affaire. Avec une expression à moitié outrée sur le visage, la jeune femme avait voulu se redresser, repoussant Jordane qui ne l’avait pas laissée faire.

« On s’en sort. Dans tous les cas. ‘Suffit de ne pas se laisser bouffer par tout ça. »
« T’en as d’bonnes toi. »
« Et toi tu prends pas assez de recul. »
« C’est pas vraiment à moi que je pensais. »
« Raison de plus. »

Pas faux. Tout ça s’était passé ce matin-là, juste avant de partir en cours. Les jeunes femmes étaient remontées à la tour des Serdaigles pour récupérer un livre que Jordane y avait oublié, devant attraper également le sac d’Aileen pour le lui ramener avant qu’elle se retrouve sans rien en cours. Les joies de la vie de couple. Oui, cette idée même avait tendance à faire sourire Sovahnn dans la mesure où elle connaissait les réticences des Rivers du le sujet. Il était clair que face à beaucoup de chose, il leur fallait apprendre à mettre de la distance entre eux et les atrocités qui pouvaient avoir lieu à tout moment ; mais comment arriver à faire une telle chose sans perdre son humanité ? Comment faire une telle chose alors que la peur était sans arrêt présente de perdre ceux qui leur étaient chers ? Comment faisaient-ils au début ? Il lui semblait que trop de personnes perdaient pied ces derniers temps et qu’elle ne savait, alors, elle-même comment réagir à tout ça. Ceux qui se perdaient, qui devenaient ternes, brutaux, instables, n’étaient autres que ses amis, et elle se voyait mal rester indifférente à tout ça. Mais comment les aider alors que ces réactions disproportionnées lui sortaient par les yeux ? Quelle était le meilleur moyen de leur venir en aide sans les conforter. Rester présent n’est pas toujours suffisant, et secouer les puces aux autres ne convient pas toujours à la situation. Il était hors de question qu’elle les perde, mais ce qu’elle craignait réellement n’était pas une engueulade, mais d’en récolté un à la petite cuillère. Trop de sang, trop de traumatisme déjà.

« Eho ! »
« Hm ? »

Un gamin la fixait, avec ses grands yeux inquisiteurs, son regard d’ahurit. Oui, elle était dure, mais ça n’était probablement pas le jour. De plus, se retrouver dans cette classe avait toujours cette foutue tendance à la rendre barge. Le cours s’était déroulé sans même qu’elle s’en rende compte, trop perdue dans ses pensées pour s’éterniser là-dessus. Pourtant, elle se devait d’être attentive et le savait parfaitement. Ça faisait des semaines, déjà, qu’elle planchait sans arrêt pour remonter son niveau et ne pas se ridiculiser un peu plus lors des examens, mais pour ça, il aurait encore fallu qu’elle accorde de l’importance à ce qui se déroulait en cours, et, mis à part ceux d’Ismaelle et de Logan, il fallait avouer qu’elle était clairement ailleurs.

« Le cours est fini, ‘faut émerger là ! »

C’était avec un regard hagard qu’à son tour, Sovahnn s’était redressée, avait rangé ses affaires pour sortir de la pièce. Ils ne s’en sortaient pas, c’était clair. Si au début, ça allait, cette ambiance, ces dangers, et, surtout, les faits qui s’accumulaient faisaient qu’ils devenaient tous… autre chose. A force, chacun avait connu son moment d’abandon, de rage, d’amertume, mais, au fur et à mesure des mois, une chose était devenue claire : les nerfs finiraient par lâcher, et si quelqu’un mettait le feu aux poudres, ils assisteraient à un carnage. Et le pire, c’était que la plupart d’entre eux y participeraient, conscient que c’était de la folie, mais il leur fallait agir, faire quelque chose puisque l’inactivité les rendait hystériques. Chacun gérait comme il le pouvait, mais au final, leur état semblait similaire bien que tout le monde ici n’en était pas au même point. Mais ça viendrait.

Les bras refermés sur un tas de parchemins, le regard dans le vague, la jeune femme s’était dirigée dans les couloirs, prête à rejoindre son prochain cours. Défense contre les forces du mal. Le plus drôle, c’était qu’en le connaissant un peu, ce prof, on pouvait comprendre qu’il cherchait réellement à faire son job. Le souci, c’est que pour résoudre le genre de délire dans lequel ils se trouvaient tous impliqué, il aurait fallu plus que quelques jeunes enfermés et une poignée d’adulte, le tout incapable de savoir où la situation en était à l’extérieur. Il aurait fallu réagir dès le début, c’étaient à eux, aux profs, de les défendre, ils auraient dû combattre dès l’arrivée des Supérieurs, ne pas leur offrir la possibilité de s’installer : c’était ce que beaucoup disaient, tout bas. En tout cas, la jeune femme savait que ça se disait pendant un moment, mais à présent, les gens semblaient s’être résignés. La situation était comme ça, un point c’est tout, la faute à personne. La faute à tout le monde.

Se prenant de plein fouet le dos d’une personne sortie d’elle ne savait trop où, Sovahnn s’était retrouvée extirpée de ses pensées, arrachée de son monde de gamberge, coincée dans la réalité, et un peu secouée, oppressée, sans qu’il n’y ait de raisons apparentes.

« Pardon. »

How.

Pas besoin de longues explications pour savoir de qui venait ces excuses. La jeune femme connaissait cette voix et ne pouvait s’y tromper. Pas de possibilité de fuir, elle devait affronter son ami tout en n’ayant aucune idée de comment réagir face à lui. En fait, ça dépendait surtout de lui, étrangement, la jeune femme était stressée, elle avait peur qu’il l’agresse pour elle ne savait quelle raison, et c’était une réaction qu’elle haïssait au plus haut point. Partir en courant, là, clairement, ça n’était pas l’idée du siècle, et, pourtant, ce fut la seule qui lui traversa le cerveau. Pourtant, c’était figée qu’elle avait vu Enzo se retourner afin de bloquer à son tour.

« Sova. »

Bien vu.

Un instant, la jeune femme cru réellement qu’ils allaient rester là, à se regarder dans le blanc des yeux. Cette situation, elle ne savait pas trop comment la gérer. Ça n’était pas grave, pas dans le sens où elle lui en voulait énormément, chacun a le droit à son pétage de plomb quand il ne tient plus, là n’était pas le souci. Le problème était qu’elle se sentait éjectée de sa vie, à côté, et qu’elle s’inquiétait énormément pour lui, puisque s’il ne tenait pas, ça ne sonnait pas bon aux oreilles de la jeune femme. Et puis, il y avait surtout que, présentement, la jeune femme ne s’était jamais brouillé avec Enzo et qu’elle ne se sentait pas à sa place. La situation était anormale et elle la dérangeait, alors, pour une fois, la jeune femme se sentait passive, dépassée. Non, elle ne voulait pas aller au front des choses, parce que les dernières fois qu’elle l’avait fait, ça ne s’était pas bien passé, et que s’il y avait quelque chose qu’elle ne voulait pas briser, c’était ses liens avec le Griffondor.


« Tu veux qu'on parle d'hier soir ? »
« Qu’est-ce qu’il y a à dire ? l’Un s’énerve, toi, tu cumules. J’préférais quand le malaise venait de coucheries, c’était plus simple à gérer. »

L’un, c’était le loup, mais ici, parler ainsi ne lui semblait pas vraiment approprié. Pour le reste, ça n’était pas d’une manière agressive qu’elle avait parlé, plus neutre finalement, une chose qu’elle n’aurait d’ailleurs pas pensé savoir faire. Une petite blague, un peu faiblarde, mais c’est comme ça.

« Je… j’sais pas ce qui t’as pris, mais ça m’inquiète. J’ai l’impression que.. tu n’fais que faire semblant, et que j’vais te retrouver sur une civière sans avoir eu ne serais-ce que la présence d’esprit de le voir venir. »

J’aime pas que tu sois comme ça, parce qu’un jour ça va, et l’autre, tu foncerais sur les murs pour arriver à les percer, tant pis si tu y reste collé, la tronche déglinguée dans les briques. J’sais pas. J’me suis sentie agressée, dégagée, virée de ta vie, et j’sais pas si j’essaye de me convaincre que c’est parce que t’es pas bien, et que, dans ce cas, c’est la foutue merde ou.. ou que j’ai juste plus rien à faire face à toi. Tout le monde change, pas forcément en bien. L’amour, quel qu’il soit, est censé lui survivre, mais ya trop de choses qui entrent en jeu ici, et ça me fait flipper.

« T’as agit en con, et j’ai pas compris, et j’pense que c’est ça qui me perturbe le plus. J’suis pas… j’sais que c’est ce qui t’avait plu, rassuré peut être mais maintenant… j’suis mise à l’écart de ta vie, et j’l’accepte pas je pense. J’veux pas que tu me parles de Lunatisme Enzo, c’est trop simple ça. J’veux pas… être la pauvre poire qui n’est au courant de rien, mais c’est trop tard pour ça. »

J’vous enterrerais tous, j’appuierais sur les plaies pour empêcher le sang de couler, encore et encore, en appelant à l’aide, en l’espérant de toutes mes forces, mais j’y comprendrais jamais rien. Il n’y aura jamais personne pour briser certaines barrières. Il faut juste… apprendre à vivre à l’extérieur de celles-ci. Seule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17065
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Larsen ▬ Sovahnn   Mar 5 Mar 2013 - 13:08

Situation de « crise ». C’est la première fois que ça nous arrive je crois, et voilà le résultat : Un silence gênant et deux cons qui ne savent pas quoi se dire jusqu’à ce que l’un des deux se décide à prendre la parole. Des mots sans trop sens, juste une amorce, une question, puis une réponse du tac au tac de la part du second. De la seconde en l’occurrence.

« Qu’est-ce qu’il y a à dire ? l’Un s’énerve, toi, tu cumules. J’préférais quand le malaise venait de coucheries, c’était plus simple à gérer. »

Le cœur n’y est clairement pas mais c’est bien une touche d’humour que la jolie blonde a voulu faire passer et c’est un sourire tout aussi léger, presque inexistant qui étire mes lèvres. Parce que le cœur n’y est pas non plus de mon côté. Il s’énerve, je cumule. Vrai, et si je n’ai pas pris le temps de réellement faire le point là dessus, elle résume parfaitement la situation. Je me bride, je le bride et résultat c’est une bombe à retardement que je deviens. Je tente de me rassurer en me disant qu’une bombe ça peut toujours se désamorcer mais à voir l’expression de mon amie, pour l’instant c’est surtout elle qui a besoin d’être rassurée.

« Je… j’sais pas ce qui t’as pris, mais ça m’inquiète. J’ai l’impression que.. tu n’fais que faire semblant, et que j’vais te retrouver sur une civière sans avoir eu ne serais-ce que la présence d’esprit de le voir venir. T’as agit en con, et j’ai pas compris, et j’pense que c’est ça qui me perturbe le plus. J’suis pas… j’sais que c’est ce qui t’avait plu, rassuré peut être mais maintenant… j’suis mise à l’écart de ta vie, et j’l’accepte pas je pense. J’veux pas que tu me parles de Lunatisme Enzo, c’est trop simple ça. J’veux pas… être la pauvre poire qui n’est au courant de rien, mais c’est trop tard pour ça. »

J’ai ouvert la bouche, mais rien n’est sorti. Qu’est ce que je peux répondre à ça au juste ? Elle a raison, sur toute la ligne. Ces derniers temps toute mon attention a été tournée vers Kyle et je me rends compte à quel point j’ai pu abandonner tout le reste. Je passe presque tout mon temps libre avec lui, même si c’est qu’une heure, ou même seulement cinq minutes, et en dehors de ça, des cours, des colles et des « heures » supp avec Hammerschmitt j’ai eu tendance à oublier que le monde continuait de tourner et les autres avec. J’essaie de vivre l’instant présent mais je n’y arrive pas alors je profite de tout ce que je peux trouver pour avoir l’occasion d’arrêter de penser. Je continue de faire le con mais autant le dire, plus autant qu’avant. Mes sourires se font plus rares, mes interactions avec les autres aussi même si elles ne sont pas inexistantes, et si jusqu’ici personne ne m’a fait remarquer que ça posait problème, c’est peut être parce que les autres n’en « souffrent » pas. Visiblement ça n’est pas le cas de Sovahnn, et je m’en veux. Je m’en veux de l’avoir abandonné comme ça alors qu’elle a toujours été là pour moi. Ça n’était pas volontaire, mais ça n’est pas une excuse. Logan avait raison, d’un certain point de vue, mais en plus de l’avoir laissé tomber d’un point de vue plus scolaire ou magique c’est notre amitié que j’ai mise de côté de manière injuste. Et ça ne le fait pas du tout.

« T’as un peu de temps devant toi ? »

C’est l’heure de manger alors j’en sais rien, peut être qu’elle doit retrouver quelqu’un dans la Grande Salle ou ailleurs. Ou peut être qu’elle est juste totalement affamé, comme je le suis, mais de mon côté ça peut attendre. Il faudra juste supporter les grognements intempestifs de mon estomac qui râle parce qu’on ne lui a rien donné depuis plus de 12h. C’est ça d’être un ventre sur pattes … Quoi qu’il en soit c’est toujours mieux de poser la question. Question à laquelle elle m’a répondu par un signe de tête et j’ai attrapé sa main en douceur pour l’entrainer avec moi un peu plus loin, là où on serait tranquilles pour discuter.

Nous voilà assis sur les arcades, l’un à côté de l’autre. Un instant mes yeux se perdent dans le vide. Les coudes sur les genoux, les mains accrochées à la nuque, je cherche mes mots.

« Je sais même pas par où commencer … »

Par le début, oui, merci mais il est où le début de tout ça ? Ca ne date pas d’hier, c’est une certitude, mais disons que ç’a été l’élément déclencheur. Je me suis donc redressé et légèrement tourné vers elle jusqu’à ce que mes yeux noisettes s’ancrent dans le bleu des siens.

« Déjà j’te demande pardon pour mon attitude d’hier soir. Je me suis laissé submerger par mes émotions et c’est retombé sur toi et Kyle, chose totalement injuste, j’en ai bien conscience. J’étais déjà pas bien d’avance, à cran, sur les nerfs et puis l’arrivée du Supérieur n’a pas arrangé les choses. Résultat au lieu de me détendre comme vous l’avez fait je me suis barricadé et … j’ai merdé. Ceci dit tant qu’on est dans les « confidences » j’ai moyennement apprécié tes insinuations, mais je peux pas t’en vouloir pour ça, j’imagine que c’était sans doute impulsif comme réaction et c’est de moi que c’est venu en premier mais voilà, au moins tu le sais. »

Je veux bien croire que je suis une personne assez porté sur le côté sexuel d’une relation, je veux bien croire que je n’ai pas toujours été un modèle de sainteté, mais quand ça concerne Kyle c’est différent. Il n’est pas un exutoire, une poupée gonflable à disposition pour apaiser mes tensions. J’ai trouvé ça blessant, voir même dégradant, mais encore une fois je pense sincèrement que c’était l’agacement qui parlait.

« Mon but c’est pas de te mettre à l’écart de ma vie Sova, mais il y a certaines choses que je ne peux pas partager. Ni avec toi, ni avec Jill, ni même avec mon frère. J’ai toujours été plus ou moins comme ça, à garder les choses pour moi, et il se trouve qu’y a certains trucs que je ne peux partager qu’avec Kyle. C’est pas par manque de confiance envers vous, c’est simplement par pudeur, et parce que parler de ces trucs là je peux pas. Y a pas mal de choses que j’ai fini par lui dire parce qu’il a fini par se rendre compte que ça collait pas quelque part, ou parce qu’il m’a mis au pied du mur, et avec le temps j’ai appris à me confier à lui parce qu’en plus de ça y a énormément de trucs qu’on a vécu ensemble, et pas que des bons. C’est pour ça aussi que j’en parle pas, c’est parce que ça ne concerne pas que moi. »

Pour le reste, c’est simplement l’instinct de préservation qui me pousse à garder les choses pour moi. Évoquer Taylor, il en est hors de question par exemple. Je me dis que moins ils en savent, mieux sait, et qui plus est c’est quelque chose de vraiment très personnel parce que ce qui me relie à lui est un truc de Loups et ça n’est pas quelque chose dont je peux parler. Je dis pas que c’est la meilleure solution, c’est simplement comme ça et c’est tout.

« Cela dit t’as raison, ces derniers temps je tourne pas rond, je suis pas présent pour mes amis et j’ai tendance à me renfermer complètement dans ma bulle. Je voulais pas devenir le genre de type qu’oublie que le reste du monde existe parce qu’il a quelqu’un mais pourtant c’est ce qui est entrain de se passer et ça depuis des semaines. »

J’aimerai croire que c’est plus compliqué qu’une simple histoire de couple mais dans le fond ça ne l’est pas vraiment. Le contexte dans lequel on vit tous exacerbe les ressentis, pousse aux extrêmes, mais dans les faits personne ne me force à passer tout le temps que je peux avec lui. Si la situation globale était différente, ça ne se passerait pas comme ça néanmoins, j’en suis convaincu mais …

« La vérité c’est que j’ai peur Sovahnn. J’ai peur et je suis épuisé mais je sais pas comment arranger les choses, je sais pas comment me sortir de cet état, de cette angoisse presque permanente. Parfois je me dis que si je m’éloigne c’est mieux pour les autres, mais d’un autre côté c’est pas la solution non plus. Je sais pas quoi faire. Je voudrai que tout le monde aille bien mais je sais que c’est pas possible. J’aimerai être en mesure de vous protéger tous mais je sais bien que ça non plus c’est pas possible et … »



« Je sais que j’ai tendance à passer tout le temps que je peux trouver avec Lui, et ça au détriment des autres, de toi, mais quand je l’ai sous les yeux au moins je suis sur qu’il va bien ou en tout cas qu’il est vivant. Je l’ai perdu une fois, je sais ce que ça fait et j’ai la trouille de devoir le revivre parce que j’arrive pas à me sortir de la tête qu’il peut disparaître du jour au lendemain sans que je puisse rien n’y faire. Je sais que c’est valable pour vous aussi, et je m’inquiète aussi pour vous mais … Il a pas de pouvoir, sa place est pas ici, il en a déjà pris plein la gueule et j’ai jamais rien pu faire pour empêcher ça. Pire, j’ai même parfois été la cause de ses souffrances, directement ou pas. Parfois j’en viens à me dire qu’il serait mieux sans moi mais je m’accroche, et il s’accroche à moi lui aussi, parce qu’on n’est pas capable d’en arriver là. Du coup je suis partagé, je me demande ce qui est le mieux pour lui, je passe mon temps à me demander s’il va bien quand je le vois pas et si j’ai pas de nouvelle pendant 24h je panique. Ça m’épuise, mais je trouve pas de solution et ça commence à me rendre dingue. »

Quand les émotions et les sentiments sont éteints c’est plus simple, c’est sur, et je sais de quoi je parle parce que j’ai vécu comme ça pendant des mois l’année dernière, mais je ne veux plus de ça. Je ne veux pas qu’on se sépare, et je sais qu’il ne le veut pas non plus puisque je lui ai posé la question directement. Oui, les choses seraient sans doute plus simples si on n’était pas ensemble, si on tirait un trait sur tout ça, sur nous mais c’est ce qu’ils veulent non ? Diviser pour mieux régner et moi je ne peux clairement pas me passer de lui. Disons que je ne veux pas me passer de lui. Sans lui je survivrai, après tout je l’ai déjà fait, mais dans quel état ? Et si on part de se principe là alors autant tirer un trait sur tout le monde. Sur mon frère, sur Jill, sur Sova, sur tous les gens qui comptent pour moi. Ça aussi je l’ai déjà fait, mais ça ne dure qu’un temps parce que aussi sauvage que je puisse être, ma famille a trop d’importance pour moi pour que j’arrive à tirer un trait sur eux aussi « facilement ».

« Je m’efforce de garder le sourire, d’essayer de prendre la vie comme elle vient, mais c’est vrai que souvent je fais semblant et dans le fond je sais pas bien qui je tente de convaincre. Les autres, ou moi ? Sans doute les deux. Tout ça c’est assez personnel et tout le monde est dans le même bateau alors je garde ça pour moi, histoire de pas vous submerger avec mes états d’âmes. Je sais bien que les amis, la famille, c’est fait pour ça, qu’on n’est pas là juste pour passer les bons moments et taire les mauvais en se cachant mais … peut être que ça s’apprend, je sais pas. Je crois que c’est simplement pas dans mon caractère, et que ça l’a jamais été mais ça peut changer j’imagine, dans la mesure du raisonnable et surtout du possible parce que je pense pas que je serai capable un jour de m’ouvrir totalement, et surtout je crois pas que j’en ai envie. »

Je ne suis pas ceux qui disent ouvertement tout ce qui leur passe par la tête. Peut être que c’est de l’hypocrisie, dans le fond, mais je suis comme ça et j’envisage pas de changer ce côté là de moi.

« Et avec tout ça j’ai l’impression d’être un incroyable égoïste. Je sais plus où donner de la tête. Je … sais plus quoi faire. »

Faudrait que je débranche, que j’arrive à faire la part des choses, que je prenne la vie comme elle vient sans penser à un futur qui ne viendra peut être jamais, un futur qui me fout la trouille et me mine complètement. Il se passe trop de trucs dans ma tête, et j’arrive plus à les en faire sortir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2366
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Larsen ▬ Sovahnn   Dim 10 Mar 2013 - 11:14

« T’as un peu de temps devant toi ? »

A vrai dire, si, elle avait quelque chose à faire : s’entraîner avec Logan, s’en prendre plein la gueule et arriver aux cours de l’après-midi complètement défaite, épuisée, cassée. Mais entre ça et parler avec le Griffondor, le choix de la jeune femme avait été vite fait. Logan n’apprécierait pas, elle le savait, tout comme elle était consciente d’avoir réellement besoin de lui mais… mais il fallait probablement réellement qu’ils règlent ça tous les deux. Ça n’était pas quelque chose dont ils avaient l’habitude, et, s’ils laissaient ça traîner, les choses seraient probablement pire, et puisqu’il avait manifestement le courage de lancer ça, alors, elle le suivait.

Un petit geste de tête et, déjà, elle le suivait, laissant ses pensées dériver, inquiète. Le temps de répits, silencieux, n’avait pas duré longtemps, et, bientôt, ils s’étaient tout deux retrouvés assis sur les gradins. Là où elle avait envoyé paitre Alec, avec un petit sourire aux lèvres, la veille, avant que son moral ne chute très violemment. Chouette.

« Je sais même pas par où commencer … »

J’en ais pas la moindre idée non plus. Oui, je sais, j’aide pas.

Non, elle n’aidait pas, tout simplement parce que, ce qu’elle avait dit juste avant avait déjà été une épreuve.

« Déjà j’te demande pardon pour mon attitude d’hier soir. Je me suis laissé submerger par mes émotions et c’est retombé sur toi et Kyle, chose totalement injuste, j’en ai bien conscience. J’étais déjà pas bien d’avance, à cran, sur les nerfs et puis l’arrivée du Supérieur n’a pas arrangé les choses. Résultat au lieu de me détendre comme vous l’avez fait je me suis barricadé et … j’ai merdé. Ceci dit tant qu’on est dans les « confidences » j’ai moyennement apprécié tes insinuations, mais je peux pas t’en vouloir pour ça, j’imagine que c’était sans doute impulsif comme réaction et c’est de moi que c’est venu en premier mais voilà, au moins tu le sais. »

S’expliquer, se réconcilier, surtout avec Enzo, ça n’était pas quelque chose de naturel. En fait, là-dedans, il n’y avait, pour elle, absolument rien d’habituel.

Être en froid avec quelqu’un, finalement, mis à part Alec – avec qui ça semblait normal – était quelque chose que la jeune femme n’avait jamais réellement expérimenté ici. Bien sûr, en restant sans arrêt les uns sur les autres, les élèves ici ne pouvaient toujours entretenir de bonnes relations et, pour son cas, c’était surtout Keïla qui en avait fait les frais. Disons que voir toujours les mêmes personnes sans arrêt n’était pas quelque chose que Sovahnn arrivait à faire sans que ça lui pèse, surtout si ces personnes avaient le moral à zéro. Garder le sourire, sa force, son entrain, quand tout le monde tire la gueule autour de soi n’est pas précisément la chose la plus facile à faire. Le mois dernier, Sovahnn s’était souvent retrouvée seule justement parce qu’elle ne supportait plus la mine défaite d’Aileen, celle faussement souriante de Takuma, et les fuites constantes de Jordane. La jeune femme s’était rabattue vers Alec et Jayden, ce que Sovahnn comprenait parfaitement puisqu’elle avait en partie fait la même, mais ça n’était pas la même chose. Bien sûr, elle avait été proche d’Alec, mais maintenant les choses étaient un peu… particulières entre eux, et la Poufsouffle n’était pas particulièrement proche de qui que ce soit en Serpentard, donc il fallait bien avouer qu’elle s’était sentie un peu désemparée pendant un bon moment. D’où ses entrainements répétés tous les matins et tous les soirs, histoires de se donner un objectif dans ses journées. Oui, les histoires de couples, ça la faisait chier, tout simplement parce qu’elle était sans arrêt sur les nerfs quand on commençait à en parler, et, malheureusement, il lui semblait que les gens ici n’avaient que ça sur les lèvres. Machin et machin se sont séparés, remis ensembles, il semble que bidule ait été vu avec truc au bord du lac ! Nan sérieusement ? Han comment il a osé !? Nan, mais sérieusement, il y a autre chose dans la vie. Il n’y avait qu’avec Jordane, finalement, que la jeune femme semblait tomber en accord et, encore, celle-ci semblait encore plus réticente et agacée qu’elle sur le sujet. Des beaux coups dans la gueule qui laissent des traces, très probablement. Tout comme, finalement, elle passait probablement son agacement de ce qu’il s’était passé avec Alec sur les autres. Et s’ils arrêtaient de ne parler que de ça aussi ? Nan mais c’est une proposition hein, vous en faites ce que vous voulez. Oui, le but final de l’humain, comme de n’importe quelle espèce est de se reproduire pour continuer à faire passer ses gènes de générations en générations de telle sorte à éviter de les polluer, et en s’assurant que les plus adaptés soient plus aptes à procréer que les autres. Ainsi, les générations futures auront plus de chance de survivre et ainsi de suite. Oui, mais l’Homme, s’il suit les mêmes schémas que les autres animaux, déroge cependant à la règle. Ce qui lui a permit de survivre est son intelligence, mais dans sa quête sur la vie, il a développé des moyens incroyables pour prolonger la vie : la médecine, la magie, la technologie. Ainsi, les Hommes vivent plus longtemps, y compris les plus faibles. Notre génome est moins soumis à la sélection, nous vivons vieux et donc, nous développons des maladies qui n’ont pas lieu d’être. Bref : on fait chier, et on pullule. Tout ça pour dire que, si le sexe est la finalité de tout, quel est réellement l’intérêt de la vie ? Tout le reste est illusoire et, honnêtement, l’idée que le couple est la base de l’existence était loin de satisfaire Sovahnn. Vivre pour soi, pour les autres, mais ne jamais se considérer comme un alors qu’on est deux, c’était une conception qui venait tout droit de la jolie rousse sans arrêt révoltée par le sujet, oui, mais dans les faits, il n’y a que ce sujet sur toutes les lèvres, il semble être l’exutoire à la folie installée dans le château.

Elle, avait fuit Aileen et Takuma justement parce qu’elle n’en pouvait plus de les entendre gamberger sur le sujet, et, par rapport à elle-même, elle faisait simplement comme si ne rien n’était. A force de nier les choses, celles-ci finiraient sûrement par se tasser, point barre. Et puis, elle ne comptait pas perdre un ami, simplement à cause de ces histoires à la con. On ne peut rien y faire, on ne peut rien y faire, j’vais vous en foutre moi des ‘on ne peut rien y faire’. Bien sûr que si ! Avec un peu de convictions, ça passe. L’amour ne peut être un tel guet-apens (je viens de découvrir l’orthographe de ce mot…) tout de même ! Il faut arrêter de croire ce qu’on lit dans les livres, et ce qu’on voit à la télé, avec un bon Rhum, des amiEs et des mouchoirs, au cas où. Oui, surtout quand on craque sur un Rivers. Pour le coup, elle aurait peut être dû passer du temps avec Aileen, mais non, ça lui sortait par les yeux, et, oui, son agacement était revenu au galop avec Enzo, et, il y avait de fortes chances que certaines réflexions ne lui aient pas été complètement destinées. Oui, la jeune femme en était consciente, et, il y avait probablement un peu de ce qu’ils avaient vécus qui se glissait là dedans, parce que… parce que ça liait un peu plus, et, qu’au final, si elle se sentait virée de sa vie, leur passé n’arrangeait pas sa peine, et, quelque part, ce ressentit était ressortit à ce moment. Et puis, elle en voulait aux hommes, tout connement, et pour ça, il faudrait peut être qu’elle arrête d’écouter Jordane, enfin, ça, c’était un autre débat. Dans tous les cas, ça n’était probablement pas mérité mais, à la base, la jeune femme n’avait sortis ça qu’en blague. Ça avait été, pour elle, un moyen de tenter de rester positive, de leur faire un petit clin d’œil parce qu’elle avait comprit qu’elle était de trop et qu’ils voulaient être tous les deux. Ça n’était en rien une attaque, juste un moyen de, peut être, rentrer dans leur monde. Foiré. Sur toute la ligne. Aucune complicité, laisse tomber ma fille. A partir du moment où Kyle est là, il n’y avait aucun moyen pour elle de se comporter normalement et de recevoir les réactions normales de son ami. Une barrière s’était créée, et il faudrait qu’elle l’accepte, c’était aussi con que ça. Après, tout comme Enzo et son coup à trois – qu’elle n’avait pas mal pris, contrairement à Kyle – ça n’était probablement tout simplement ni l’heure ni le lieu.

« Désolée, c’était juste une… énième tentative pour détendre l’atmosphère. C’était en aucun cas une attaque, bien au contraire, c’était… ‘fin bref, laisse tomber, ça a pas d’importance, continue. »

Comment expliquer ça au juste hein ? Elle n’aurait jamais pensé que ça pourrait le blesser, loin de là. Et, pour le reste, il lui avait présenté des excuses. Oui. C’est bien.

« Mon but c’est pas de te mettre à l’écart de ma vie Sova, mais il y a certaines choses que je ne peux pas partager. Ni avec toi, ni avec Jill, ni même avec mon frère. J’ai toujours été plus ou moins comme ça, à garder les choses pour moi, et il se trouve qu’y a certains trucs que je ne peux partager qu’avec Kyle. C’est pas par manque de confiance envers vous, c’est simplement par pudeur, et parce que parler de ces trucs là je peux pas. Y a pas mal de choses que j’ai fini par lui dire parce qu’il a fini par se rendre compte que ça collait pas quelque part, ou parce qu’il m’a mis au pied du mur, et avec le temps j’ai appris à me confier à lui parce qu’en plus de ça y a énormément de trucs qu’on a vécu ensemble, et pas que des bons. C’est pour ça aussi que j’en parle pas, c’est parce que ça ne concerne pas que moi. »

Je déteste être une fille. Inspire, expire.

Pourquoi nous sommes comme ça ? Pas toutes, certes, mais la majorité. Pourquoi l’émotion fait couler à ce point les larmes, même quand on n’en est pas encore à là, émotionnellement parlant. Parfois, la fatigue suffit. C’est pas possible, le nerf qui enclenche ça n’est pas au même endroit chez nous. Non, Sovahnn n’avait pas envie de pleurer, et les larmes n’étaient pas encore apparues, disons qu’elle savait que ça ne tarderait pas s’ils continuaient dans cette voie. Insupportable. Autant de faiblesse, d’extériorisation lui semblait inadmissible, surtout qu’elle n’était pas du genre à pleurer pour rien. Pourquoi le corps décide de faire passer les messages, souvent faux comme ça. Non, elle n’était pas écroulée et n’avait pas envie de pleurer, non, elle n’était pas touchée à ce point merde ! Oui, mais elle sentait que ça montait tout de même. Inspirant une nouvelle fois, la jeune femme avait porté son regard juste à côté d’Enzo, profitant du fait qu’ils étaient en extérieur et que le vent léger venait calmer un peu cette envie soudaine. Pourquoi faisait-elle tout un cake de cette histoire ? Il ne voulait pas lui parler de certaines choses, ça n’avait pourtant jamais posé problème, elle le connaissait, elle savait qui il était, et ce qu’il voulait garder secret pouvait l’être, tout simplement, parce que ça ne la regardait pas. Oui. Oui mais non. Le problème était qu’elle avait peur de le perdre, et qu’elle avait simplement peur d’être celle qui n’a rien vu venir. Ne pas comprendre s’il venait à disparaitre, ça la rendrait folle. Rester passive s’il avait besoin d’aide : et elle le faisait déjà, elle en était sûre. D’ailleurs, c’était probablement pour ça qu’il ne lui en parlerait pas s’il avait des problèmes, parce qu’il saurait qu’elle viendrait, quel qu’en soit le risque, et, lui, ne pouvait accepter ça. Sans un mot, la jeune femme avait hoché de la tête. Déjà, si elle parlait, sa voix risquait de vibrer, ce qui n’allait pas l’aider, et, ensuite, elle ne voyait pas quoi dire. Les choses étaient comme ça, il n’y avait rien à lui faire, ça ne lui allait pas, mais ça ne changerait pas.

« Cela dit t’as raison, ces derniers temps je tourne pas rond, je suis pas présent pour mes amis et j’ai tendance à me renfermer complètement dans ma bulle. Je voulais pas devenir le genre de type qu’oublie que le reste du monde existe parce qu’il a quelqu’un mais pourtant c’est ce qui est entrain de se passer et ça depuis des semaines. »
« Bof, entre toi, Takuma et Aileen, on fini par s’y habituer. »

Ou pas. Aileen était retournée avec Logan, mais au moins, depuis, c’était beaucoup plus supportable. Elle avait retrouvé son énergie, et ça, ça faisait un bien fou. Et puis, l’avantage, c’était qu’avec Logan, clairement, elle ne pouvait s’enfermer dans sa bulle, comme disait Enzo. Dans leur bulle, j’aurais dit. Il ne le supporterait pas, c’était aussi con que ça. Takuma, lui, en revanche, avait purement disparu. Ça ne changeait pas grand-chose cela dit, jusque là, il disparaissait pour se remplir le crâne de termes de médecine, histoire de se concentrer sur le boulot pour éviter de penser. Bref. Génial.

« La vérité c’est que j’ai peur Sovahnn. J’ai peur et je suis épuisé mais je sais pas comment arranger les choses, je sais pas comment me sortir de cet état, de cette angoisse presque permanente. Parfois je me dis que si je m’éloigne c’est mieux pour les autres, mais d’un autre côté c’est pas la solution non plus. Je sais pas quoi faire. Je voudrai que tout le monde aille bien mais je sais que c’est pas possible. J’aimerai être en mesure de vous protéger tous mais je sais bien que ça non plus c’est pas possible et … »

On en revenait toujours aux mêmes problèmes. Sauf que ceux-là n’avaient aucune solution. Comment pouvaient-ils se soigner de ça au juste ? Finalement, elle, en souffrait moins, tout simplement parce qu’elle n’avait probablement pas le même attachement aux autres, cela dit… cela dit, le séjour de Jillian à l’hôpital l’avait simplement détruite, et, depuis, elle était devenue tout aussi paranoïaque, et, le fait d’avoir vu Alec…. Ah ben ça y était : gagné : première larme. Merde.

« Je sais que j’ai tendance à passer tout le temps que je peux trouver avec Lui, et ça au détriment des autres, de toi, mais quand je l’ai sous les yeux au moins je suis sur qu’il va bien ou en tout cas qu’il est vivant. Je l’ai perdu une fois, je sais ce que ça fait et j’ai la trouille de devoir le revivre parce que j’arrive pas à me sortir de la tête qu’il peut disparaître du jour au lendemain sans que je puisse rien n’y faire. Je sais que c’est valable pour vous aussi, et je m’inquiète aussi pour vous mais … Il a pas de pouvoir, sa place est pas ici, il en a déjà pris plein la gueule et j’ai jamais rien pu faire pour empêcher ça. Pire, j’ai même parfois été la cause de ses souffrances, directement ou pas. Parfois j’en viens à me dire qu’il serait mieux sans moi mais je m’accroche, et il s’accroche à moi lui aussi, parce qu’on n’est pas capable d’en arriver là. Du coup je suis partagé, je me demande ce qui est le mieux pour lui, je passe mon temps à me demander s’il va bien quand je le vois pas et si j’ai pas de nouvelle pendant 24h je panique. Ça m’épuise, mais je trouve pas de solution et ça commence à me rendre dingue. »

Moi non plus.

Réflexion égoïste, mais, elle non plus, n’avait aucun moyen de se défendre. C’était salaud de penser ça, et elle s’en voulait, pourtant c’était la première chose à laquelle elle avait songé. Il fallait qu’elle y arrive, c’était la première chose qui lui passait par le crâne tous les matins. Takuma disparaissait et s’il l’entraînait quand elle venait le lui demander, la jeune femme se sentait de trop, tout le temps. Pourtant, ça n’empêchait rien, il ne fallait surtout pas que ça ait d’impact, parce que si elle se mettait à se terrer quelque part, ça la rendrait folle et elle perdrait ce qui la caractérisait depuis son réveil et, ça, il en était hors de question. Elle ne changerait pas, il ne fallait pas qu’elle change. Parce qu’au final, elle le comprenait parfaitement. Pendant des semaines, elle avait vu un ami s’écrouler, complètement, et elle s’était rendue compte qu’elle devenait sans arrêt aux aguets, incapable de le laisser gérer alors qu’elle voyait qu’il en était incapable, et ce, quelque soit ce qu’il avait pu dire, quelque soit la violence qu’il avait mit à l’écarter, allant jusqu’à la cogner. Mais non. Encore maintenant, la jeune femme savait que, si elle n’avait rien fait, Alec ne serait sans doute plus actuellement, et… tout ça, ça faisait trop. Avoir peur de perdre quelqu’un, peur à ce que ça nous bouffe les entrailles, à ce qu’on parte en vrille, si elle ne savait pas ce que ça faisait, elle pouvait l’imaginer. Maintenant que son ami était debout, ses angoisses étaient à peu près passées, mais que ressentirait-elle si ça n’était pas le cas ? Sauf que, justement, autour d’elle, tous ses proches étaient capables de se défendre efficacement, ça n’était pas le cas pour Enzo.

Directement. Qu’est-ce qu’il entendait par là au juste ? Probablement des tas de choses, mais, après tout, son ami le lui avait dit clairement, Sovahnn n’avait pas à entrer dans ce genre de choses, ça les concernait tout les deux, c’était tout, et c’était parfaitement légitime aussi.

« Je m’efforce de garder le sourire, d’essayer de prendre la vie comme elle vient, mais c’est vrai que souvent je fais semblant et dans le fond je sais pas bien qui je tente de convaincre. Les autres, ou moi ? Sans doute les deux. Tout ça c’est assez personnel et tout le monde est dans le même bateau alors je garde ça pour moi, histoire de pas vous submerger avec mes états d’âmes. Je sais bien que les amis, la famille, c’est fait pour ça, qu’on n’est pas là juste pour passer les bons moments et taire les mauvais en se cachant mais … peut être que ça s’apprend, je sais pas. Je crois que c’est simplement pas dans mon caractère, et que ça l’a jamais été mais ça peut changer j’imagine, dans la mesure du raisonnable et surtout du possible parce que je pense pas que je serai capable un jour de m’ouvrir totalement, et surtout je crois pas que j’en ai envie. »

Comment l’en blâmer ? Elle était largement plus capable de parler que lui, mais pas forcément de tout, et encore moins tout le temps. Trouver autre chose pour se défouler, pour clarifier les choses dans son esprit, et, ne parler que quand, réellement, elle s’écroulait, c’était plus ainsi qu’elle marchait mais, concrètement, il en savait beaucoup sur elle, mais, d’un autre côté, puisqu’elle ignorait l’étendue de ce qu’il lui cachait.. disons que c’était compliqué de se rendre compte. En attendant, non, elle ne lui avait pas tout dit, principalement parce qu’il y avait certaines choses qu’il n’avait pas à savoir, certaines choses que… en tant qu’homme, déjà, de base, il n’était pas précisément la personne avec qui elle parlerait, et d’autres… d’autres elle n’avait juste pas trouvé l’occasion. A chaque fois qu’ils se voyaient, c’était pour un truc grave, lui semblait-il. Et même quand elle cherchait à faire les choses de manière à ce que la situation soit prise comme comique, non, il fallait en faire un drame. Bref, pas drôle. Oui, mais comment faire les choses autrement ? Elle n’avait simplement pas la réponse, si ça n’était pas dans son caractère, elle n’irait pas le forcer, surtout pour que ça sonne creux comme la veille. Ça la tuait de le voir ainsi, voilà tout, mais, à partir du moment où son énergie et sa bonne humeur, à elle, ne marchaient pas, la jeune femme ne savait pas comment faire. Conclusion, ses angoisses vis-à-vis de lui, nées de la veille, ne se taisaient pas.

« Et avec tout ça j’ai l’impression d’être un incroyable égoïste. Je sais plus où donner de la tête. Je … sais plus quoi faire. »
« J’sais pas. »

Très constructif et positif. La larme qui avait coulé avait séché depuis un moment maintenant, et les autres n’avaient pas suivis, refroidies, peut être, par le sort de leur collègue. Dans tous les cas, la jeune femme se sentait vidée, sans réponses, sans solutions, fatiguée.

« J’pensais que, justement, penser à toi et passer du temps avec Kyle te ressourcerait, te ferait du bien, mais en fait j’te retrouve plus épuisé et perdu qu’avant. J’sais pas quoi te dire, j’sais pas quoi t’apporter comme solutions. Mais j’sais que ça finira mal. »

C’est ça qui est affreux. J’te connais, et, là, j’le sens pas, c’est aussi con que ça. En tout cas, je le sens très mal.

« J’pense pas être capable de comprendre parfaitement, j’ai pas assez de données pour ça, mais j’peux imaginer. Je flippe sans arrêt pour vous tous et.. j’ai l’impression que parfois, si je fais rien, j’vous retrouverais qu’en sale état et là j’sais pas quoi faire. Je t’aime Enzo, pas comme tu aimes Kyles, certes, mais j’supporterais pas de te perdre. J’me fous de ne pas être autant qu’avant dans ta vie si ça va, mais là c’est pas le cas et.. j’sais pas quoi faire, j’sais pas quoi te dire, parce qu’il y a pas de solutions. Ou du moins, y’en a pas de bonnes. Ya rien à faire. »

Un instant, la jeune femme l’avait entouré de ses petits bras avant de s’éloigner et de reporter son regard sur lui.

« J’sais pas quoi te dire. J’sais pas comment t’aider. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17065
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Larsen ▬ Sovahnn   Lun 11 Mar 2013 - 11:06

All my instincts, they return.
And the grand facade, so soon will burn.
Without a noise, without my pride,
I reach out from the inside.

Vous connaissez cette histoire de l'ascenseur émotionnel ? Oui, je vous l'ai déjà raconté il me semble. Dans d'autres circonstances et il y a un moment mais depuis le temps je n'ai jamais cessé de l'emprunter régulièrement. Peut être qu'un jour il finira vraiment par s'écraser mais jusqu'ici il tient le coup et moi avec. Pour combien de temps, c'est une autre histoire mais en attendant je suis toujours là, je m'accroche à ce que je peux tout en essayant de faire en sorte qu'il n'ait pas trop d'impact sur moi même si c'est relativement peine perdue.

Elle pleure. Elle tente de retenir les larmes, mais je vois bien qu'elle lute et que de toute façon l'une d'elle a déjà coulé. Je sais que ça n'est pas que de ma faute, mais ça ne me fait pas plaisir pour autant de la voir comme ça. Si moi j'ai peur, c'est son cas à elle aussi. Voilà ce que je veux dire quand j'évoque le fait qu'on est tous dans le même bateau. On a tous peur pour les gens qu'on aime et au final on est toujours que des gosses. Jusqu'ici on a tenu, mais combien de temps est ce qu'on sera encore capable de le faire ? C'est triste d'avoir ce genre de pensées, d'être limite à se demander quand une autre merde va nous tomber sur le coin de la gueule, a essayé de trouver sur le calendrier quel jour sera peut être notre dernier ou celui d'une personne qu'on aime. C'est comme si la fatigue, l'épuisement même, anesthésiait un peu la peur mais elle est toujours bien là. Non je n'aime pas parler, de moi, de ce qu'il se passe dans ma tête, pour certaines choses en tout cas mais me poser quelques minutes avec elle et laisser échapper quelques trucs m'a fait du bien. Si je lui cache autant de choses ça n'est pas pour la faire souffrir, et j'espère qu'elle se rend bien compte que ça n'est vraiment pas dans le but de la tenir à l'écart même si au final c'est ce qu'il se passe. C'est juste que … Si ça se résumait à des parents qui s'engueulent un peu trop, un frère qui prend son pied à me faire chier, des problèmes dans ma vie sentimentale – et encore, je sais à quel point ça peut la gonfler, à quel point c'est pas son délire tout ça. Je ne lui demande pas de comprendre de toute façon, juste d'accepter que c'est comme ça, que je n'ai pas choisi et que peut être ça lui tombera dessus un jour même si j'imagine qu'elle doit penser le contraire et dur comme fer – oui si ça se résumait à tout ça je serai sans doute plus loquace mais lui dire tout ce qu'ils m'ont fait depuis le début je ne peux pas. Lui dire que celui qui m'a mordu a fait son grand retour dans ma vie et a menacé tous mes proches avant de disparaître subitement sans doute pour mieux réapparaitre plus tard et finir ce qu'il a commencé, je ne peux pas non plus. Les personnes qui sont au courant de ça n'ont pas autant « d'importance » pour moi qu'elle, ou Jill, ou mon frère. En dehors de Kyle évidemment. Jakob Hammerschmitt et Logan Rivers font partie de mon existence, certes, mais je ne m'inquiète pas pour eux comme je peux m'inquiéter pour ceux que je considère comme ma famille. Cameron est au courant, mais il ne l'a pas su par moi. Jusqu'ici il a réussi à se tenir mais combien de temps est ce qu'il va encore pouvoir le faire ? Je ne supporterai pas de les perdre à cause de ça et même si leur cacher la vérité n'est surement pas la meilleure solution, je n'en vois pas d'autre. Mon but est clairement de les préserver de mes emmerdes, parce qu'ils n'ont pas à souffrir pour moi même si dans le sens inverse … Disons qu'on se ressemble tous beaucoup. Ça n'est pas parce que je suis concentré sur pas mal de choses personnelles en ce moment que je tournerai le dos à un ami qui a besoin d'aide. Il se trouve que le fait d'avoir la tête ailleurs m'empêche surement de repérer certaines choses mais … comme je viens de le dire à la jolie blonde, je ne sais plus au donner de la tête. Samaritain, peut être, mais pas toujours très efficace.

« J’sais pas. »

Réponse sans doute plus automatique qu'autre chose mais qu'est ce qu'elle aurait bien pu dire d'autre ? A ce stade là, à mon sens, rien. Rien qui aurait pu nous redonner le sourire et de l'espoir à tous les deux. Et à tous les autres.

« J’pensais que, justement, penser à toi et passer du temps avec Kyle te ressourcerait, te ferait du bien, mais en fait j’te retrouve plus épuisé et perdu qu’avant. J’sais pas quoi te dire, j’sais pas quoi t’apporter comme solutions. Mais j’sais que ça finira mal. »

Ça aussi c'est triste, de se dire que ça finira mal mais de ne rien pouvoir faire pour empêcher ça et je sais à quel point elle doit se sentir impuissante et frustrée. Ce qu'elle ressent à l'heure actuelle je crois qu'on le ressent tous en ce moment. On voudrait aider les autres, les protéger, mais on ne peut pas et on n'a pas d'autre choix que de se dire que … c'est comme ça. Penser à moi me fait du bien, ou plutôt penser à nous, parce que oui ces derniers temps ma vie tourne presque exclusivement autour de lui. Oui les moments qu'on passe ensemble me font énormément de bien mais cette sensation s'évapore au bout d'un moment et laisse place à l'inquiétude quand il n'est plus là, quand la réalité revient et frappe un peu trop violemment à chaque fois. C'est comme sortir d'un rêve, et ce rendre compte qu'effectivement ça n'était que ça, un rêve. C'était réel pourtant, mais éphémère et avec aucune certitude de renouveau. Je sais qu'elle ne comprend pas ce fait d'être totalement accro et dépendant d'une personne comme ça, et jamais je ne lui en voudrais pour ça. Je sais aussi que ça n'est pas juste et que j'ai tendance à abandonner un peu tout le reste et tous les autres. Je sais qu'elle en souffre mais comme elle je ne sais pas quoi dire. Si nos vies n'étaient pas ce qu'elles sont … on ne se serait probablement jamais rencontré tous autant que nous sommes alors ça ne sert à rien de partir dans cette voie là.

« J’pense pas être capable de comprendre parfaitement, j’ai pas assez de données pour ça, mais j’peux imaginer. Je flippe sans arrêt pour vous tous et.. j’ai l’impression que parfois, si je fais rien, j’vous retrouverais qu’en sale état et là j’sais pas quoi faire. Je t’aime Enzo, pas comme tu aimes Kyle, certes, mais j’supporterais pas de te perdre. J’me fous de ne pas être autant qu’avant dans ta vie si ça va, mais là c’est pas le cas et.. j’sais pas quoi faire, j’sais pas quoi te dire, parce qu’il y a pas de solutions. Ou du moins, y’en a pas de bonnes. Ya rien à faire. »

Ses mots font mal à entendre parce que malgré la lassitude on ne les accepte pas encore totalement. Oui ils font mal, mais son contact apaise, même s'il est furtif.

« J’sais pas quoi te dire. J’sais pas comment t’aider. »

Tu l'as dit toi même, il n'y a pas de solution.

« Je crois qu'on est rendu à un point où y a rien à dire, ni rien à faire. »

C'est triste, et injuste, mais c'est comme ça.
Au moins on en est conscient tous les deux.
Lassitude et fatalité.

« On est là, on peut pas changer les choses, la situation ou les gens. On peut juste encaisser tant qu'on en a encore la force jusqu'à ce que ça ne soit plus le cas. Essayer de sourire encore un peu, parce que malgré tout c'est encore possible. »

Oui c'est encore possible, pas 24h sur 24h évidemment mais c'est encore possible. Peut être que l'espoir commence à se faire la malle mais on peut toujours débrancher l'espace de quelques minutes ou même quelques heures et faire comme si rien n'avait d'importance. On pourrait toujours essayer de se rebeller, mais très franchement j'en ai même pas envie. J'ai plus la force ni le courage de rien. A l'instant T j'ai pas envie de ça en tout cas mais qui sait, ça finira peut être par arriver un jour. Après tout s'il faut y passer ... Non je ne suis pas suicidaire, simplement réaliste, et je veux juste penser à autre chose.

« Et rêver, parce que même si ça fait mal de se dire qu'on n'aura peut être jamais tout ça, ça fait du bien d'y penser parfois. Du genre … à ce que pourrait être notre vie si ces cons foutaient le camp et qu'on retrouvait notre liberté. Demain, après demain, n'importe quand. »

A mon tour de la serrer contre moi, en passant mon bras autour de son épaule.
Embarque avec moi Sova, je te promets pas que l'atterrissage ne fera pas mal mais je crois que le vol en vaut la peine.

« Regarde, toi par exemple. Tu deviendrais la star du Quidditch et toutes les équipes te voudraient pour elles. T'aurais tellement de succès que tu pourrais choisir celle que tu veux et tu nous filerais des invit' VIP pour venir te voir jouer dans les plus grands stades du monde. T'aurais une cote d'enfer auprès des mecs, encore plus que maintenant j'veux dire, et là dedans aussi tu pourrais faire le tri et choisir ce que tu préfères, puis finalement tous les envoyer promener parce que t'es une femme libre et indépendante et que jamais aucun type n'arrivera à t'attacher. Même si c'est pas si moche d'être attaché parfois Wink »

Et non ça n'a rien de sexuel comme allusion, pour une fois.

« Kyle intègrerait une école d'art et il botterait le cul de tout le monde parce que c'est le meilleur. D'ailleurs je suis presque sur qu'il a déjà du te dessiner, il dessine tout le temps, partout, tout et tout le monde. J'lui demanderai. Jill et mon frère finiraient par faire pleins de bébés. Ou pas. N'empêche j'aimerai bien être tonton, ça serait fun. Que les avantages, et les inconvénients pour les parents. Je nous vois bien parrain et marraine toi et moi, non ?»

Sérieusement, Jill et Derek parents ? Oui ça peut sonner comme une grosse blague mais j'ai toujours été un grand rêveur, j'y peux rien.

« Moi je me remettrais vraiment au surf, et à la compet. Je récupèrerai mon niveau et je l'améliorai tous les jours. J'me ferai repérer par un sponsor et je me débrouillerai pour qu'il trouve un moyen pour tous vous faire venir avec moi sur les meilleurs spot de la planète. Gratis, évidemment. »

Hawaï, Bali et j'en passe. Le soleil, l'Océan, et plus de Supérieur sur le dos pour venir nous emmerder. Si je ne parle que de nous, enfermés ici, c'est simplement parce que je sais que ceux là vont bien. Des nouvelles de l'extérieur c'est assez difficile d'en avoir et je ne veux pas prendre le risque de remuer le fer dans la plaie même si c'est peut être déjà ce que je suis entrain de faire avec mes illusions. C'est pas le but pourtant. De plus, contrairement à Sova, et à d'autres, je n'ai plus vraiment de famille à l'extérieur. Enfin si, ils sont là, existant, mais hormis notre grand mère aucun d'entre eux ne me manquent vraiment. Ma famille elle est ici désormais. Je ne sais pas si c'est une chance mais c'est surement plus simple en tout cas.

« Tout ça, ça nous sauvera pas, mais … Enfin bref. La pleine lune est dans 3 jours, après ça j'aurai déjà un truc en moins à me prendre la tête alors peut être que ça ira mieux. J'vais sans doute passer le week end à dormir ou en tout cas à pas faire grand chose de constructif et d'actif surtout, mais la semaine prochaine on peut se caler un truc juste tous les deux, enfin si ça te dis bien sur. On pourra aller courir, ou surfer, ou juste trainer dans un coin, ce que tu veux. »

Et non je ne fais pas ça pour te faire plaisir, disons pas uniquement.
Si je te le propose c'est que j'en ai envie. Tant que ça implique pas un balai *out*

« Sinon, dans un autre registre, hier soir après ton départ, et après la prise de tête qui a suivi avec Kyle - :gla: - j'ai soumis l'idée de le catapulter dans une soirée avec tout le monde. Ses potes, les miens, ceux qui veulent évidemment. Enfin les miens … je devrai dire les miennes surtout mais bon … Merde ça fait vraiment trop gay ça, j'ai quasiment que des copines ! »

Dans les plus proches j'entends, parce que sinon je traine aussi avec des garçons, faut pas déconner quand même. C'est juste venu un peu plus tard en fait, maintenant que j'y repense, mais peu importe on s'en fout.

« C'est juste histoire de mélanger un peu tout le monde, j'me dis que ça pourrait être marrant et ... comme ça tu verrais que je suis pas devenu un vieux crouton en pantoufle qui passe ses soirées au coin du feu avec son homme et son chat. »

N'est ce pas Cameron ! Je me dis juste que c'est aussi à moi de prouver que je suis toujours bien là, à moi de créer des occasions pour tenter de casser cet espèce de routine qui s'est installée. Je ne parle pas de ma relation avec Kyle là, c'est au contraire bien plus globale que ça.

« Enfin bref, comme d'hab je parle trop et tu fais quoi ce midi ? »

Je mélange tout, je me lance dans des projets d'avenir qui n'en sont pas vraiment, je passe d'une mine déconfite à un sourire et le pire dans tout ça c'est que pour une fois il est sincère. Oui c'est difficile en ce moment, et non il n'y a pas grand chose à faire mais on va quand même pas rester là et attendre que tout s'écroule ? J'aurai peut être répondu par l'affirmatif hier, ou au début de cette conversation mais la fin de nuit que j'ai passé avec Kyle me prouve qu'il y a encore moyen de passer des bons moments, même s'ils sont éphémères. Je ne vais pas commencer à en faire le compte mais tout n'a pas été tout noir ces derniers jours, et c'est vrai, Sova n'en a pas fait partie mais c'était simplement un concours de circonstances. Il n'est pas trop tard pour rattraper ça, en tout cas je l'espère.

« Au fait, merci pour le mot de passe. »

Et même si j'ai envie de préciser que non, ça n'a pas servi à ce à quoi elle pensait, je vais me taire parce que ça serait profondément débile et surtout encore une marque de fierté mal placée même si ces derniers temps elle a plutôt tendance à rester tranquille celle la.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2366
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Larsen ▬ Sovahnn   Ven 15 Mar 2013 - 18:12

J’en sais rien, ya pas grand-chose à dire, à voir quand on en arrive à un certain point. J’y suis pas, c’est clair, parce que je trouve toujours certaines choses, je vois toujours certains points d’une manière différente. Mais par rapport à mon réveil, ce qui a changé, c’est que j’me suis attachée à beaucoup de gens, ce qui est magnifique, sauf que ces gens souffrent, tous sans exception, ces gens se renferment sur eux-mêmes, ils flippent et ne savent pas comment arranger les choses. Certains se renferment dans des problèmes dont au final, on se fout parfaitement, mais ça, au moins, on sait gérer. Une fille me disait il y a peu que jamais elle n’avait autant travaillé pour les examens, que au moins, ça, elle savait faire et elle pouvait en mesurer la portée. On ne s’est jamais autant engueulé, on n’a jamais autant baisé et on n’a jamais autant rompu dans ce château qu’à présent. Oui, les choses, les émotions, les ressentis et forcément, les réactions, sont exacerbés, et c’est ainsi que je me retrouve avec une dizaine de proches, tous enfermés dans leurs emmerdes, tous le visage fermé et le regard fuyant, et j’ai pas la moindre idée de comment les aider. Il fut un temps où je débarquais là dedans, moi et ma bonne humeur un peu soufflée par la découverte d’un monde nouveau et inconnu, mais à présent, c’est l’angoisse qui me paralyse. J’ai peur, ça n’est pas une honte mais un fait, je crève de trouille de les perdre et j’ai vécus des choses dont je n’arrive pas à me détacher. Je pensais en être capable, c’est vrai, je pensais être plus forte que tout ça, que tout en fait, tout simplement, mais ça n’est pas le cas, et si on s’est acharné à me le démontrer, ça n’est pas autant qu’à d’autres. Je suis une privilégiée, parce que jusque là, j’ai échappé aux emmerdes que j’ai provoqué, et je sais que je peux remercier beaucoup de monde pour être toujours… innocente, on va dire, pour l’instant. Pourtant, j’peux pas vivre recluse, j’peux pas baisser les yeux, j’peux pas m’effacer et devenir passive. Le problème c’est que justement, mes frasques ne suffisent plus. J’me sens seule dans ce dédale de pierres, j’ai besoin d’air, de liberté, mais d’entourage également, et … mais la solution à tout ça n’a rien de simple. Alors…. J’en sais rien, c’est peut être à eux de faire un effort, c’est salaud, et égoïste de penser ça, mais peut être. Je n’ai peut être pas été assez présente non plus. J’essaye.

« Je crois qu'on est rendu à un point où y a rien à dire, ni rien à faire. »

J’pense pas que ça soit normal chez des gosses comme nous. Parce que c’est tout ce qu’on est, et j’veux pas changer, pas pour ça, pas pour si peu. Parce que, oui, c’est peu, et vous ne pourrez rien faire qui me fera changer d’avis. Ça ne vaut pas des vies vos conneries, ça ne les vaudra jamais, et ça ne vous vaudra pas de la résolution de notre part. Pas pour moi en tout cas. Pas maintenant. Pas plus tard. Je n’espère pas en tout cas.

« On est là, on peut pas changer les choses, la situation ou les gens. On peut juste encaisser tant qu'on en a encore la force jusqu'à ce que ça ne soit plus le cas. Essayer de sourire encore un peu, parce que malgré tout c'est encore possible. »

Me dis pas ça Enzo. ‘Me dit pas ça alors que c’est toi qui t’écroules, c’est toi qui n’en peux plus et qui voit le monde en noir. Tu peux pas revenir et faire comme si tu pouvais encore me sortir de belles paroles d’espoir. Mais est-ce que je ne me mentirais pas à moi-même ? Est-ce que je ne me suis pas renfermée sur moi aussi ? Pourtant ça ne change rien si ? On peut tous avoir nos moments de faiblesses, nos fissures. C’est la même chose pour lui, alors pourquoi ne pourrait-il pas agir ainsi ? C’est lui qu’il cherche à convaincre plus que moi, parce que j’ai pas changé, hier même j’étais très bien alors qu’il craquait, c’est bien justement ce qui me tue.

« Et rêver, parce que même si ça fait mal de se dire qu'on n'aura peut être jamais tout ça, ça fait du bien d'y penser parfois. Du genre … à ce que pourrait être notre vie si ces cons foutaient le camp et qu'on retrouvait notre liberté. Demain, après demain, n'importe quand. »
« Enzo, j’ai jamais pensé autrement… c’est à moi de te dire ça. »

Et pourtant c’est lui qui parle. Parce que j’ai pensé que ça, il ne pourrait l’entendre et encore moins l’écouter. Parce que je ne suis peut être pas toujours capable de suivre je pense. J’ai l’impression qu’il inverse les rôles, j’ai l’impression que ça n’est pas à moi qu’il parle, mais c’est peut être que c’est moi qui ne sait pas écouter. J’me pense capable d’aller bien et d’encaisser, pourtant mon comportement de ces derniers temps devrait à lui seul suffire à me réveiller. Non, je ne vais pas aussi bien que je le prétends, parce que les choses sont ainsi, parce que je ne me remets pas de certains évènements, parce que j’en cauchemarde encore et que je ne suis pas moins déchiquetée que d’autres, pas que la moyenne des gens ici en tout cas. Et c’est pour ça qu’il me dit ça, c’est pour ça qu’il me prend dans ses bras, parce qu’il le sait très bien. Et j’ai beau cherché à être solide parce que j’ai probablement bien moins trinqué que lui ou d’autres, j’en reste pas moins… abimée on va dire. Abimée par ma belle vie toute neuve que j’me suis acharnée à gagner. J’suis en vie merde ! En vie alors qu’on a cherché à me prendre dès le tout début, et aucun de vos putains de coups ne m’empêchera d’apprécier ça putain ! Et j’ai chialé, j’ai hurlé, j’ai ris et tremblé depuis, mais ce sentiment est toujours là. Je vous emmerde, parce que j’ai survécus, et que j’suis peut être la seule, parce que même Jayden est pas capable de me répondre là-dessus. Ça me rend folle, mais de ne pas savoir, de ne pas agir, je voudrais… j’ai trop d’énergie à revendre pour rester là, pour m’encrouter à prendre racine. Et puis en parlant de voler…

« Regarde, toi par exemple. Tu deviendrais la star du Quidditch et toutes les équipes te voudraient pour elles. T'aurais tellement de succès que tu pourrais choisir celle que tu veux et tu nous filerais des invit' VIP pour venir te voir jouer dans les plus grands stades du monde. T'aurais une cote d'enfer auprès des mecs, encore plus que maintenant j'veux dire, et là dedans aussi tu pourrais faire le tri et choisir ce que tu préfères, puis finalement tous les envoyer promener parce que t'es une femme libre et indépendante et que jamais aucun type n'arrivera à t'attacher. Même si c'est pas si moche d'être attaché parfois Wink »
« T’as raison mon Raoul.. »

Nouvelle version, ma Brenda, ça n’aurait pas été.

« Qu’est-ce que t’en sais, j’serais peut être mariée à Riley d’ici là. Juste pour vous faire chier. »

Et parce que, oui, les mecs me courent sur le système ces derniers temps, mais ça, tu n’y peux rien et moi non plus. Ça, il faut que j’apprenne à m’en détacher, que j’apprenne à me foutre de tout ça parce que j’ai beau l’affirmer, ça ne doit pas être tout à fait vrai. Et parce que les hommes viennent de Mars et que j’ai un peu du mal à les comprendre et à appréhender ce qui leur traverse le crâne. Sérieusement, les gars, vous êtes étranges, vraiment, et au passage, apprenez à lire entre les lignes, ça nous reposera. Pour le reste, vous n’êtes pas les rois du monde : laissez nous un peu de place, tout faire en douceur, c’est chiant à force, et c’est à coup de pied dans le cul que vous finirez par… nous laisser entrer.

« Et j’opte pour l’attache physique. L’autre… restera en attente sur une autre ligne. »

On vous rappellera. On r’passera. Qui a commandé des… des olives ? Oui, je sais, tu ne comprendras probablement pas la référence. Le numéro que vous demandez n’est pas attribué, veuillez consulter le service des renseignements.

« Kyle intègrerait une école d'art et il botterait le cul de tout le monde parce que c'est le meilleur. D'ailleurs je suis presque sur qu'il a déjà du te dessiner, il dessine tout le temps, partout, tout et tout le monde. J'lui demanderai. Jill et mon frère finiraient par faire pleins de bébés. Ou pas. N'empêche j'aimerai bien être tonton, ça serait fun. Que les avantages, et les inconvénients pour les parents. Je nous vois bien parrain et marraine toi et moi, non ?»
« Il dessine, j’savais pas ! C’est sympa. »

Comme la plupart de ce qui le concerne miss.

« Et… Ouais, j’me vois bien marraine. J’me vois bien avec des gamins de toute façon, par contre j’imagine mal Derek père… sérieux, ça sonne faux. Et ça démystifie le personnage ! Ne brise pas mon fantasme ! »

Et j’aime quand tu tires cette gueule là, j’te jure, c’est jouissif. Ça te dérange à ce point de m’imaginer fantasmant sur Derek ? C’est pas dur à penser pourtant, j’te promet. ‘Chiant qu’il soit ton frère et que ma plus ou moins meilleure amie ai jeté son dévolu dessus ! Ah, je déconne, cesse de m’assassiner du regard.

« Moi je me remettrais vraiment au surf, et à la compet. Je récupèrerai mon niveau et je l'améliorai tous les jours. J'me ferai repérer par un sponsor et je me débrouillerai pour qu'il trouve un moyen pour tous vous faire venir avec moi sur les meilleurs spot de la planète. Gratis, évidemment. »
« Hm… qui dit surf dit plage et chaleur. Et requins, mais on va dire qu’on oublie ce détail. Les jambes, Maxence doit savoir les faire repousser. Il faudra donc embarquer Maxence ! Second fantasme de la semaine… hm… laisse moi imaginer… hm… ouais je marche ! »

Et avec tes conneries, en effet, tu m’as embarqué dans ton délire et… tu sais quoi ? Trop bien, on peut rejoindre l’Australie, les Caraïbes et tout ce qu’on veut d’un claquement de doigt pourvu que quelqu’un sache transplaner ! J’aime la magie ! Nan, sérieux ! … Et ‘faut vraiment que j’améliore mon niveau moi, ça va pas du tout ! Je m’y vois bien moi, sur les plages ! … à bronzez ! Oui, parce que quelque chose me dit que j’suis une vraie quiche en surf. Mais lire sur une place de sable chaud, avec le soleil dans la gueule, ça me va bien. Surtout que bordel, ici, on l’attend encore celui-là !

« Tout ça, ça nous sauvera pas, mais … Enfin bref. La pleine lune est dans 3 jours, après ça j'aurai déjà un truc en moins à me prendre la tête alors peut être que ça ira mieux. J'vais sans doute passer le week end à dormir ou en tout cas à pas faire grand chose de constructif et d'actif surtout, mais la semaine prochaine on peut se caler un truc juste tous les deux, enfin si ça te dis bien sur. On pourra aller courir, ou surfer, ou juste trainer dans un coin, ce que tu veux. »

« Surfer ? T’es sérieux là ? Justement, j’étais en train de me dire que j’devais être une belle quiche en la matière. … enfin tu vas me dire, j’m’étais jamais vu voler non plus de ma vie m’enfin bref ! J’t’aurais bien dit oui si l’eau du lac n’étais pas si… nan, sérieux ça caille hein ! Et sinon, si tu me trouves avec Takuma, trouve une excuse et tire moi de là, parce que j’pense que la semaine prochaine, j’vais la passer avec lui. Enfin quand il sera pas avec Dakota quoi. Soit… Pas si souvent que ça finalement. Eh bah tu m’arracheras aux griffes de ma solitude, de mes livres, et de mes chaudrons qui restent infatigablement… inertes. Quoi que nan, j’ai réussi à faire d’la grenadine la semaine dernière. »

Wouh ! Embauchée chez Teisser.

« Sinon, dans un autre registre, hier soir après ton départ, et après la prise de tête qui a suivi avec Kyle - :gla: - j'ai soumis l'idée de le catapulter dans une soirée avec tout le monde. Ses potes, les miens, ceux qui veulent évidemment. Enfin les miens … je devrai dire les miennes surtout mais bon … Merde ça fait vraiment trop gay ça, j'ai quasiment que des copines ! »
« Un peu ouais… »

Faut bien avouer.

« Takuma aussi cela dit… mais lui c’est physiquement qu’il fait gay … il me tuerait s’il savait que j’ai dit ça. ‘fin bref. Alec aussi est plutôt entouré de filles, et il fait pas du tout gay lui =D Mais j’suis pas totalement sûre que la comparaison te flatte. »

Hey ! Tu fais la même gueule que quand je dis que ton frère est un canon =D !

« Désolée que ça ait fini en dispute. »

T’as raison, passe d’Alec à engueulade avec Kyle, j’sais pas ce qui passe le mieux.

« C'est juste histoire de mélanger un peu tout le monde, j'me dis que ça pourrait être marrant et ... comme ça tu verrais que je suis pas devenu un vieux crouton en pantoufle qui passe ses soirées au coin du feu avec son homme et son chat. »

« Si tu pouvais, c’est ce que tu ferais, ne le nie pas. »

Mais Kyle ne pouvait pas se pointer dans la salle commune comme ça, la jeune femme en était consciente. D’ailleurs, il fallait bien avouer que pour le coup, Takuma avait géré pour Dakota, mais le niveau de sa « toile » devait être assez élevé pour qu’il ne cherche pas à faire ça pour plusieurs personnes. En fait, le jeune homme lui avait confié qu’il cherchait à faire du polynectar pour ne plus avoir besoin de faire tenir le sort, ça l’épuisait trop. Il avait pensé pouvoir tenir, mais sur la durée, la réalité l’avait rapidement rattrapé. Et puis, à présent, il pouvait probablement en parler avec la jeune femme, alors que jusque là, il était resté délibérément loin d’elle, n’ayant pas le courage d’aller à la confrontation. Con : ça s’était bien passé finalement. Comme quoi..

« Enfin bref, comme d'hab je parle trop et tu fais quoi ce midi ? »
« Euh… »

Tu veux vraiment que j’te le dise ? Non, tu vois que non. Le midi, je mange, comme tout le monde, voilà, évidemment, c’est tout ce que j’avais prévu, bien sûr ! C’est évident !

« Au fait, merci pour le mot de passe. »
« De rien. »

J’ai enfermé le Supérieur chargé de cette ronde dans son placard aussi, et il y est probablement toujours. J’étais déguisée en rousse =D Eh bah ça me va pas des masses.

« Nan, en fait ce midi, j’étais censée le passer avec Logan. J’suis retournée le voir après la dernière fois pour qu’il me donne des cours. J’préfère ne pas arriver du tout que d’être à la bourre à vrai dire. J’pense qu’au prochain coup, j’me prends une raclée xD ! Mais bon, c’est pas grave. J’ai réussi à un peu avancer depuis, donc c’est le plus important. Et pas de crises depuis. ‘Fin tu vas dire, c’est pas significatif, ça m’arrive pas si souvent que ça. »

Et j’sais pas si, au final, au vu des dernières données que j’ai, j’veux vraiment parler de ce qui l’a déclenché. La version Quidditch est bien pour l’instant. Faites ce que je dis et pas ce que je fais, oui : vos gueules.

« M’enfin, en attendant, j’ai faim. On mange ensembles ? Ça serait con que j’perde les kilos que j’ai gagné, franchement ! ... c’est dans la poitrine qu’il sont..»

La fin, elle l’avait rajouté entre ses dents, mais il avait probablement compris. Oh, merde hein. Quand ya des complexes, ya pas de plaisir. De la… gène ? Oui, ça marche aussi oui.

« Tu sais, justement, j’connais rien sur Kyle au final, j’l’ai découvert sur le tas, et t’as jamais pris le temps de m’en parler. C’est qui ? Il sort d’où ? Vous vous êtes rencontrés comment ?? »

La dernière question, elle l’avait posé sur un ton de dinde débile et à la recherche de commérages, et ce, d’une voix aigue clairement exagéré. Bref, trop de sérieux tue le sérieux, et, honnêtement, si elle pouvait le retrouver un peu plus léger, elle en profitait. Du coin de l’œil, Sovahnn avait observé le chat de Takuma, la boule poil noire et blanche qui avait bien grandi depuis son arrivée, qui courrait, jouant avec un loir non loin de là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17065
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Larsen ▬ Sovahnn   Lun 18 Mar 2013 - 19:17

On est là, comme deux p’tits cons en pleine dérive mais lentement et surement on bascule sur une nouvelle pente, sans réellement s’en rendre compte. L’important c’est pas la chute, c’est l’atterrissage. Les choses se remettent à leur place, laissons les faire. Le reste, on verra plus tard. Faut juste se dire que le plus dur est passé, au moins pour ça, et puis chaque chose en son temps et un temps pour chaque chose. Le dramatique on a donné, stop. Les rêves, c’est bien les rêves.

« Qu’est-ce que t’en sais, j’serais peut être mariée à Riley d’ici là. Juste pour vous faire chier. »
« Attends-toi à c’que je vienne mater derrière vos fenêtres alors. Moi ça me ferait carrément pas chier, au contraire. »

Quoi ? C’est vrai et je pense pas que Alec ou Cameron diraient le contraire. Deux filles ensemble c’est le fantasme de beaucoup de mecs qui pensent encore qu’ils ont une chance de se glisser entre les deux … J’fais pas exception à la règle. Ou alors y a peut être que moi qui pense comme ça mais alors là j’en tomberai sur le cul.

« Et j’opte pour l’attache physique. L’autre… restera en attente sur une autre ligne. »

Ça marche, la vie fait parfois que, et parfois pas. Chacun son chemin et non j’vais pas me mettre à chanter. Qui plus est c’est pas une obligation. Moi ça m’est tombé dessus mais y en a pour qui ça n’arrive jamais. Je vivais très bien sans après tout mais c’est comme pour beaucoup de choses, comment savoir si on en veut, si ça nous manque ou pas, tant que ça ne s’est pas produit ? Tout ça c’est pas une science exacte et puis c’est tout. Tant qu’elle est heureuse comme ça, c’est tout ce qui compte.

« Kyle intègrerait une école d'art et il botterait le cul de tout le monde parce que c'est le meilleur. D'ailleurs je suis presque sur qu'il a déjà du te dessiner, il dessine tout le temps, partout, tout et tout le monde. J'lui demanderai. Jill et mon frère finiraient par faire pleins de bébés. Ou pas. N'empêche j'aimerai bien être tonton, ça serait fun. Que les avantages, et les inconvénients pour les parents. Je nous vois bien parrain et marraine toi et moi, non ?»
« Il dessine, j’savais pas ! C’est sympa. »

Tu ne savais pas, parce que je n’ai jamais pris le temps de vraiment te parler de lui. Je ne sais pas vraiment pourquoi, enfin disons qu’il y a plusieurs raisons.

« Et… Ouais, j’me vois bien marraine. J’me vois bien avec des gamins de toute façon, par contre j’imagine mal Derek père… sérieux, ça sonne faux. Et ça démystifie le personnage ! Ne brise pas mon fantasme ! »

J’ai rien entendu ! La la la la la … La x_X Sova … Merde quoi ! Et tu te vois bien avec des gamins ? Ah ouais, moi qui pensait que tu supportais pas de voir leur tronche en cours mais d’un autre côté ceux là sont trop vieux ou pas assez pour avoir le moindre intérêt. Enfin je crois que c’est comme ça que tu dois voir les choses mais je suis pas dans ta tête après tout. Les bébés moi ça me fait flipper de toute façon, j’ai pas d’instinct maternel :gla: Bref, je t’imaginerai avec des gosses un autre jour parce que là je reste bloqué sur mon frangin et j’aime pas ça. Je sais, je suis une petite nature mais Derek et fantasme dans la même phrase chez moi ça passe pas. Qu’est ce que vous avez toutes avec lui ?! BREF ! Encore, oui je sais.

« Moi je me remettrais vraiment au surf, et à la compet. Je récupèrerai mon niveau et je l'améliorai tous les jours. J'me ferai repérer par un sponsor et je me débrouillerai pour qu'il trouve un moyen pour tous vous faire venir avec moi sur les meilleurs spots de la planète. Gratis, évidemment. »
« Hm… qui dit surf dit plage et chaleur. Et requins, mais on va dire qu’on oublie ce détail. Les jambes, Maxence doit savoir les faire repousser. Il faudra donc embarquer Maxence ! Second fantasme de la semaine… hm… laisse moi imaginer… hm… ouais je marche ! »

Ben voilà, Maxence c’est mieux. Non pas que j’ai quoi que ce soit à dire sur tes fantasmes mais je le dis pas là, je le pense juste. Et puis t’affole pas, y a pas de requins partout sur le globe. Puis c’est beau un requin. En plus de ça l’Océan c’est leur maison, pas la notre, alors … c’est la loi de la jungle. Si j’me fais bouffer un jour par un requin, je ne lui en voudrai pas. Enfin disons pas personnellement et oui je vais loin là, je m’en rends compte. Désolé, je me recentre.

« Tout ça, ça nous sauvera pas, mais … Enfin bref. La pleine lune est dans 3 jours, après ça j'aurai déjà un truc en moins à me prendre la tête alors peut être que ça ira mieux. J'vais sans doute passer le week end à dormir ou en tout cas à pas faire grand chose de constructif et d'actif surtout, mais la semaine prochaine on peut se caler un truc juste tous les deux, enfin si ça te dis bien sur. On pourra aller courir, ou surfer, ou juste trainer dans un coin, ce que tu veux. »
« Surfer ? T’es sérieux là ? Justement, j’étais en train de me dire que j’devais être une belle quiche en la matière. … enfin tu vas me dire, j’m’étais jamais vu voler non plus de ma vie m’enfin bref ! J’t’aurais bien dit oui si l’eau du lac n’étais pas si… nan, sérieux ça caille hein ! Et sinon, si tu me trouves avec Takuma, trouve une excuse et tire moi de là, parce que j’pense que la semaine prochaine, j’vais la passer avec lui. Enfin quand il sera pas avec Dakota quoi. Soit… Pas si souvent que ça finalement. Eh bah tu m’arracheras aux griffes de ma solitude, de mes livres, et de mes chaudrons qui restent infatigablement… inertes. Quoi que nan, j’ai réussi à faire d’la grenadine la semaine dernière. »
« Appelle moi la prochaine fois, on prendra l’apéro. J’ramène le Rhum, ça doit bien se boire avec de la grenadine. »

Et pour le reste, c’est intégré. Si je te vois avec le Serdaigle, je te kidnappe, même si c’est pas sérieux Sova. Heureux pour lui qu’il soit de nouveau avec sa douce, au passage. Et oui j’ai dit douce Rolling Eyes

« Et l’eau du lac est pas si froide, d’autant plus que là où je vais Isma la réchauffe régulièrement donc t’as pas d’excuses valables. »

Nan parce qu’en vrai elle est vraiment glaciale, je l’admets. Même pour ma température corporelle élevée. Surtout pour ma température corporelle élevée en fait, mais j’suis pas une p’tite frappe. Même pas peur ! Et quand bien même tu serais une quiche, demande à Jill, tu verras qu’on s’amuse bien quand même. J’ai bien envie de te faire boire la tasse moi, belle demoiselle. Christophe Mae sort de ce corps. Ça va plus moi Oo

« Sinon, dans un autre registre, hier soir après ton départ, et après la prise de tête qui a suivi avec Kyle - :gla: - j'ai soumis l'idée de le catapulter dans une soirée avec tout le monde. Ses potes, les miens, ceux qui veulent évidemment. Enfin les miens … je devrai dire les miennes surtout mais bon … Merde ça fait vraiment trop gay ça, j'ai quasiment que des copines ! »
« Un peu ouais… »

Merci pour le soutien …

« Takuma aussi cela dit… mais lui c’est physiquement qu’il fait gay … il me tuerait s’il savait que j’ai dit ça. ‘fin bref. Alec aussi est plutôt entouré de filles, et il fait pas du tout gay lui =D Mais j’suis pas totalement sûre que la comparaison te flatte. »
« Pas vraiment non :gla: Et je sais pas si c’est moi qui ait un problème mais j’ai jamais trouvé que Takuma avait l’air gay. Peut être parce que j’ai jamais vraiment fait attention en fait. Bah j’sais pas, ça me choque pas en tout cas. Ça doit être un truc de filles. Ou de mecs qu’on que ça à foutre de leur vie. »

Ce qui n’est pas mon cas  Et puis au risque de me répéter : J’aime pas les étiquettes. Je crois que c’est même carrément un des trucs que je déteste le plus.

Sinon … je répète, merci pour le soutien … Quelqu’un peut me dire où est passé ma virilité ? Mon frère d’abord, et maintenant Alec ? Tu ne m’aides pas du tout là ma belle et je crois que ma virilité s’est barrée en Lune de Miel avec une partie de ma confiance en moi. Chouette alors. Je vais pas faire une crise mais je ne peux pas nier que ça ne me fait pas plus plaisir que ça d’entendre ça. Alec c’est une chose et je crois que … voilà, je m’en fous, ça me passe un peu au dessus. Pas totalement mais un peu quand même. On s’aime pas, elles nous aiment tous les deux, fin de l’histoire. Par contre Derek, je dois bien le dire, ça me fait chier. J’ai vécu dans son ombre toute mon enfance, et j’essayai pas spécialement d’en sortir, ça m’allait comme ça, mais maintenant que je m’affirme un peu plus, maintenant que je me suis créé ma petite bulle, mon petit cercle de personnes à qui je tiens comme à la prunelle de mes yeux, il faut qu’il repointe son nez là dedans. Et en ne faisant rien, c’est ça le pire. Alors oui, je suis jaloux, et un peu vexé je dois bien le dire. Jillian d’abord, mais comme c’est à un autre degré c’est … voilà. Ils ont des sentiments l’un pour l’autre, c’est pas pareil. Mais Sovahnn … Oui ça me fait chier qu’elle me parle de lui comme ça. Je sais qu’elle fait ça en grande partie pour me faire chier, pas méchamment, mais je sais aussi qu’elle le pense quand même. Derek a toujours eu du succès avec les filles, et ça ne m’a jamais posé de problèmes. Je ne l’ai jamais envié pour ça, mais s’il commence à attirer l’attention de toutes mes amies, ça va finir par pas le faire. Et oui mon petit côté possessif se manifeste, sans parler de ma fierté parce que j’ai l’impression d’être relégué au rang du p’tit frère à qui on tapote la tête l’air de dire : T’es mignon, vas jouer dans ta chambre pendant que je mate ton frère qu’est super canon. J’extrapole sans doute à mort mais je le ressens comme ça. C’est pas parce que je suis maqué, et avec un mec en prime, que j’ai plus envie d’attirer les regards ou ce genre de trucs. Je sais que je suis contradictoire mais … tout le monde a besoin de sentir un peu d’intérêt et là y a tout un tas de trucs qui se mélangent. Ça prend juste une autre dimension parce qu’on parle de Derek et que malgré tout, malgré la relation qu’on a maintenant, y a surement une part de rancœur qui se réveille chez moi. Peu importe. On s’en fout, ou en tout cas on va faire comme si. J’ai juste pas envie de devenir leur copine, j’suis un mec, merde ! Et j’suis pas gay, même si ça aussi on s’en fout.

« Désolée que ça ait fini en dispute. »

Hein ? Ah, ça. Bof.

« T’en fais pas, ça couvait depuis un moment j’pense. Fallait que ça sorte d’un côté comme de l’autre et ça n’a rien à voir avec toi si ça peut te rassurer. Ce qui s’est passé hier soir c’était juste un élément déclencheur. C’est arrangé de toute façon. »

Et contrairement aux idées reçus c’est pas sur l’oreiller qu’on s’est réconciliés. Juste sur place en fait, et en discutant, tout simplement.

« C'est juste histoire de mélanger un peu tout le monde, j'me dis que ça pourrait être marrant et ... comme ça tu verrais que je suis pas devenu un vieux crouton en pantoufle qui passe ses soirées au coin du feu avec son homme et son chat. »
« Si tu pouvais, c’est ce que tu ferais, ne le nie pas. »
« Pas tous les soirs, mais oui, j’le ferais. J’le nie pas. »

Parce que j’aime passer du temps avec lui et qu’on n’a pas souvent l’occasion d’être loin du stress, donc oui je le ferais sans hésiter une seule seconde. Je ne m’attends pas à ce qu’elle comprenne et d’ailleurs elle n’a pas à le faire. Notre vision sur la chose est différente parce qu’on n’a pas le même vécu de ce côté là donc y a pas de malaise. Elle ressent ça d’une façon, moi d’une autre, et c’est comme ça. Je ne m’en formalise pas, j’espère que elle non plus, et même si ça peut donner l’impression que Kyle passe avant tout le monde je dirai simplement que c’est – pour moi en tout cas – plus complexe que ça. De toute façon le chat et les pantoufles finiraient rapidement par dégager parce que je suis un obsédé et …

« Et y a pleins de trucs à faire sur un canapé au coin du feu  »

Voilà comment il me tient :gla: Nan c’est pas vrai en plus, même si … y a surement une toute petite part de vérité là dedans quand même. C’est pas qu’une simple histoire de cul lui et moi, mais on peut pas mettre de côté que c’est quand même un élément important. J’ai mis du temps à me décoincer, mais maintenant que c’est fait, ça serait dommage de pas en profiter, non ? Pas qu’on passe tout notre temps à faire des p’tits – et oui je sais que c’est anatomiquement impossible mais façon de parler – mais … j’aime bien moi :gla: Et lui aussi même s’il aura toujours l’imagine du parfait petit innocent qui lui colle à la peau Rolling Eyes C’est ça ouais … J’suis peut être chaud mais moi au moins j’ai une excuse pour ça !

« Enfin bref, comme d'hab je parle trop et tu fais quoi ce midi ? »
« Euh… »

Hum ?

« Au fait, merci pour le mot de passe. »
« De rien. »

Je sais pas comment t’as fait et je sais pas si je dois poser la question en vérité … Pas que j’ai peur de la réponse mais un peu quand même et puis surtout, paraît que les femmes aiment avoir leurs petits secrets alors voilà.

« Nan, en fait ce midi, j’étais censée le passer avec Logan. J’suis retournée le voir après la dernière fois pour qu’il me donne des cours. J’préfère ne pas arriver du tout que d’être à la bourre à vrai dire. J’pense qu’au prochain coup, j’me prends une raclée xD ! Mais bon, c’est pas grave. J’ai réussi à un peu avancer depuis, donc c’est le plus important. Et pas de crises depuis. ‘Fin tu vas dire, c’est pas significatif, ça m’arrive pas si souvent que ça. »

Je ne répondrai rien à ça. Qu’est ce que je pourrai dire de toute façon ? J’ai bien compris que je ne pouvais pas y faire grand chose alors je me contente de lui sourire et de rester à ma place, c’est à dire en dehors. Logan est le seul à pouvoir l’aider, les autres comme moi on peut juste être là pour ramasser les morceaux après et la reconstruire ou en tout cas essayer. Oui Sovahnn, t’es en kit. Ça tombe bien, j’adore jouer au légo. Et cette phrase n’a aucun sens, surtout qu’Enzo n’est pas sensé connaître les légo mais c’est pas grave. Pas plus que Christophe Mae d’ailleurs. Ouais, ça va vraiment plus moi.

« M’enfin, en attendant, j’ai faim. On mange ensembles ? Ça serait con que j’perde les kilos que j’ai gagné, franchement ! ... c’est dans la poitrine qu’il sont..»
« J’avais remarqué … :angel: »

Ben quoi ? J’ai jamais dit que j’arrêtai de mater hein. Faut bien se faire plaisir de temps en temps et regarder n’est pas tromper à ma connaissance. Oui je continue de mater les filles et non ça n’est pas parce que je n’assume pas d’être avec un mec. Juste parce que j’aime bien. On va pas se mentir, y a quand même vachement plus de trucs à regarder chez une fille que chez un mec. J’vais pas faire la liste parce que je vais passer pour un gros pervers mais j’en connais quelques uns qui seraient d’accord avec moi. Kyle, mon lapin, t’emballe pas, toi c’est juste pas pareil et j’adore te mater aussi. Pas de méprise. C’est pas grave si t’as pas de poitrine, je t’aime quand même et t’as un cul d’enfer. Voilà, ça c’est fait. Ma conscience se porte bien.

« Et oui, on mange ensemble. Moi aussi je crève la dalle et ça serait con aussi que j’perde les kilos que j’ai gagné. Ils sont tous … dans mon cul ou mes poignées d’amour dirait Jillian, chose que je réfute, c’est mon cerveau qui a tout pris. »

Et de toute façon j’ai pas grossi. J’ai juste du prendre un peu de masse mais rien de bien affolant et tant mieux parce que je suis déjà bien assez lourd comme ça. Et je crois d’ailleurs que j’ai ENFIN arrêté de grandir. Miracle. Comme ça c’est parfait, j’suis plus grand que Derek mais moins que Lukas. J’suis content. Pourvu que ça dure. Et oui, il y aura surement toujours une sorte de rivalité entre mon frangin et moi, c’est comme ça, mais on s’entend bien et je crois que c’est juste normal en fait. Y aura plus de coup bas entre nous, mais ça sera toujours la « guerre » pour savoir qui est le plus grand, le plus beau, le plus … C’est interne, c’est fraternel. On est cons, mais on le vit bien.

« Tu sais, justement, j’connais rien sur Kyle au final, j’l’ai découvert sur le tas, et t’as jamais pris le temps de m’en parler. C’est qui ? Il sort d’où ? Vous vous êtes rencontrés comment ?? »

Tu fais peur avec ce ton là, j’te jure. Oh, un chat. Minou ! Oui c’est super virile, je sais. Quelqu’un a dit un jour que le chat c’est comme le chien, mais en plus gay. Et bien ce quelqu’un je l’emmerde, voilà. Et faut que j’arrête de dire – enfin de penser surtout – voilà à tour de bras. Parlant de bras, reste donc dans les miens un peu. J’trouve qu’on est bien là comme ça tous les deux, t’en pense quoi ? Je préfère t’avoir là avec moi plutôt qu’à un mètre et qu’on se regarde dans le blanc des yeux parce qu’on ne se comprend pas. Comme hier soir, comme tout à l’heure. J’aime pas. J’veux pas être ta copine mais j’veux que tu restes la mienne.

« Ouaip, j’me rends compte qu’on est partis sur de mauvaises bases tous les trois et c’est clairement de ma faute. C’était pas volontaire mais c’est de ma faute quand même. Je l’ai gardé à l’écart, je t’ai gardé à l’écart, sans trop savoir pourquoi en plus parce qu’il n’y a aucune raison à ça. Jill et lui s’entendent super bien (un peu trop mais c’est un autre débat *out*) – pour info c’est pas moi qui le lui ai présenté, ils se sont rencontrés tous seuls comme des grands et par hasard si j’ai bien tout compris. L’année dernière – et y a aucune raison pour que vous ne vous entendiez pas tous les deux. J’veux dire, toi, on ne peut décemment pas ne pas t’apprécier à moins d’être une fille jalouse ou un mec frustré, chose qu’il n’est pas. Et lui, on ne peut décemment pas ne pas l’apprécier à moins d’être … ben à peu de choses près la même chose en fait donc c’est pareil. D’autant plus que ce qu’il s’est passé entre toi et moi il s’en fout, enfin non c’est pas le mot mais voilà, il est pas jaloux et il sait qu’il y a rien d’ambigu entre nous, il a confiance. Aussi bien en toi qu’en moi j’pense donc y a vraiment aucune raison pour que ça se passe mal. »

Oui parce que pour la dernière chose que j’ai énoncé, ça aurait pu ne pas le faire mais c’est pas le cas et tant mieux. Hier soir je lui disais que parfois j’aimerai bien qu’il soit un peu plus démonstratif, et oui c’est vrai une petite crise de jalousie de temps en temps c’est bon pour l’égo mais pas quand ça concerne Sovahnn en fait, je m’en rends compte. Si c’est deux là ne s’entendent pas, ça serait vraiment dommage parce qu’ils sont deux part entières de ma vie, deux parts que je ne veux pas perdre et si le courant ne passe pas ça sera plus compliqué. Mais y a vraiment pas de raison, au risque de me répéter.

« On va rattraper tout ça. »

Wink

« Donc Kyle. Qui est Kyle ? Vaste sujet. Un emmerdeur, premièrement :gla: mais surtout un mec avec une patience en or parce qu’il me supporte depuis un p’tit moment maintenant. »

Et tous ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas toujours un cadeau.

« Il sort d’Amérique, au départ. Il a grandi là bas et un jour il a dit merde, j’me casse, du coup il a atterri à Londres. C’était y a quelques années, il était encore super jeune mais sa vie là bas c’était pas facile tous les jours alors il s’est pris en main et il a décidé de changer. L’Angleterre ça l’avait toujours fait rêver visiblement. Me d’mande bien pourquoi … »

Non j’aime toujours pas ce pays et j’adore faire ma mauvaise tête 

« D’après ce qu’il m’a dit, il a toujours dessiné. C’est son truc, sa passion et tu devrais le voir quand il se lance dans un truc, quand l’inspiration se pointe, y a plus rien qu’existe autour. Comme toi quand t’es sur ton balai j’imagine, ou moi sur ma planche. Il est doué, vraiment. Après j’suis pas un grand artiste et mon point de vue n’est surement pas celui de tout le monde mais voilà. Tu devrais lui demander de t’en montrer quelques uns, tu pourras juger par toi même. J’vais piquer des parchemins, des plumes et de l’encre pour lui de temps en temps, histoire qu’il en manque pas. La prochaine fois viens avec moi, j’te préviendrai, c’est toujours marrant de feinter ces crétins et avec toi ça l’est encore plus. Puis comme ça tu pourras voir ses dessins si tu veux y jeter un œil, et vérifier par la même occasion ce qu’il a bien pu faire de toi :gla: »

Je te verrai bien en sirène personnellement.

« Il a 18 ans, donc c’est un cougar qui abuse du petit jeune que je suis. Comme toi par le passé. Non mais vous avez pas honte ?! »

Détournement de mineur ! Même si magiquement parlant je ne le suis plus mais c’est pas grave. Je crois que je le ferai chier toute sa vie avec ça, juste parce que ça m’éclate. Lui et les autres d’ailleurs. Ça a du bon d’être le « bébé » parfois.

« Son nom c’est Johnson, mais un jour ça sera Ryans *out* et avant d’être amené ici il vivait sa vie d’artiste à Londres. En gros, on n’a pas grand chose en commun à première vue et j’crois que si on s’était rencontré ailleurs et dans d’autres circonstances, on ne se serait sans doute même pas calculé. Bah en tout cas je suis presque sur que de mon côté, ça aurait été le cas. Et donc pour répondre à ta dernière question, à savoir comment on s’est rencontrés justement … »

Aller Enzo, balance. Elle va probablement se marrer mais regarde toi, t’as déjà envie de rire aussi. Go !

« Il m’a trouvé à poil sous le saule cogneur, au p’tit matin, dans la rosée. »

PAF, d’une traite.
Ça, c’est fait.

« Dis comme ça, ça fait vachement poétique et romantique mais en vérité ça l’était pas du tout et s’il était pas arrivé, j’aurai sans doute fini par claquer. C’était en février l’année dernière, un lendemain de pleine lune. A l’époque je contrôlais pas vraiment Loup alors je m’enfermais histoire de prendre aucun risque, seulement ça ne s’est pas passé comme prévu, j’ai raté ma dernière dose de Tue-Loup et j’ai passé la nuit à courir dans la Forêt Interdite. Quand j’ai ouvert les yeux, il faisait jour, il faisait froid et y avait ce type près de moi que j’avais jamais vu avant, qui me parlait et qui tentait de me réveiller. Quand je me suis rendu compte de la situation … Laisse moi te dire que je me suis senti horriblement mal et si maintenant ça me fait rire, c’était pas du tout le cas sur le moment. J’le suis toujours un peu mais j’étais ultra pudique et me retrouver à poil au milieu de nulle part devant un inconnu, c’était pas la situation la plus éclatante que j’avais connu jusque là :lol: »

Quand je repense à tout ça, ça me fait toujours sourire. Ça a marqué le début d'un tas d'emmerdes, ça c'est sur, mais ça en valait la peine. Clairement.

« Fin bref, il m’a aidé et comme à ce moment là j’étais genre p’tit con qui supporte personne et qui passe son temps à être désagréable ben … il a pas fait exception. En plus de ça j’avais la tête dans le cul puissance maximale, j’étais mort de froid. Enfin y avait rien qui allait en gros et du coup c’est lui qu’a pris toute ma mauvaise humeur sur le coin de la tronche. Enfin ça va, j’ai pas été horrible non plus mais bon. Du coup j’ai récupéré des vêtements grâce à la magie et il m’a ramené au château. Grand bien lui fasse, j’étais pas aussi grand et lourd que maintenant … Quand j’y repense, le pauvre Rolling Eyes »

J'ai pris 15 centimètres en un an, heureusement que mon corps est résistant. Je sais que je dois ça en partie à la Lycanthropie mais c'était de toute façon en partie dans mes gênes. Je vais pas m'en plaindre, ça m'a rendu beaucoup de service et puis ça va, j'arrive encore à passer les portes. En plus de ça j'adore regarder ceux qui me font chier de haut. C'est tout bénef.

« On s’est pris la tête, tu l’crois ça ? Première fois qu’on se voit et déjà on se prend la tête. On s’est quitté comme ça. Je lui ai dit de me laisser, il m’a laissé et voilà. Y avait absolument rien d’ambigu à ce moment là. Ni de mon côté, et j’crois pas du sien non plus. »

Même si je prends mon pied à le traiter de pervers, en insinuant qu'il s'est rincé l'œil ce jour là. Je sais que c'est faux, je sais qu'il s'est inquiété pour moi bien qu'il ne me connaissait pas et que par conséquent il avait autre chose en tête. C'est juste un moyen supplémentaire pour l'emmerder parce que j'adore ça.

« On s’est revu par hasard quelques temps plus tard et je crois que c’est à partir de ce moment là que ça a dérapé. On s’est encore pris la tête Rolling Eyes Faut dire qu’avec mon sale caractère et la manie qu’il avait d’être … j’sais pas … tout ce que je voulais c’est qu’on me fuit, et lui le faisait pas donc j’étais un peu comme un con, je savais pas vraiment comment réagir. Résultat j’ai été un peu brusque avec lui et pour me punir il … il m’a embrassé. J’te jure que si t’avais vu ma tête à ce moment là, t’aurais surement été morte de rire. J’me suis retrouvé complètement paralysé et le temps que ça monte au cerveau j’ai juste réussi à le repousser, à bredouiller deux ou trois trucs et j’me suis barré après lui avoir dit de plus jamais m’approcher. Tiens tu vas rires, attention gros cliché à l’horizon : Même si j’le compte pas vraiment c’était quand même la première fois qu’y avait un rapprochement physique entre lui et moi et … c’était le jour de la Saint Valentin :lol: Et son anniversaire, en prime. Pour ma défense j’étais pas au courant à ce moment là m’enfin ça veut pas dire que j’aurai réagit autrement pour autant. »

Non, certainement pas même. Et cette année j'ai pas pu me rattraper parce qu'on n'était plus ensemble. Tant pis, de toute façon j'ai pas besoin d'occasion particulière pour lui offrir un cadeau. Et je parle de son anniversaire là, parce que la Saint Valentin j'en ai strictement rien à carrer.

« Je pensais pas que ça me perturberait autant, j’arrivai pas à penser à autre chose, je comprenais pas ce qui se passait et puis ça n’avait strictement rien de … enfin j’veux dire c’était une punition quoi, c’était pas parce qu’il en avait envie ou j’sais pas. Fin peut être que si dans le fond mais bref j’étais vraiment complètement largué alors du coup, comme d’hab, j’ai fait n’importe quoi. J’me suis tapé la première fille qui passait et qui me regardait un peu trop, histoire de me rassurer parce que nan, c’était clairement pas possible qu’un mec me mette dans cet état là. La sœur de Riley … qui m’en a collé une magistrale le lendemain et c’était plus que mérité parce que j’ai vraiment été un connard avec elle. En plus de ça, ça n’avait rien changé et c’était toujours le bordel dans ma tête. J’ai donc fait un autre truc super intelligent, j’ai picolé. Je tenais pas l’alcool à cette époque là, en tout cas moins bien que maintenant et surtout ça me rendait mauvais. Je l’étais déjà sobre, alors forcément … Résultat je me suis retrouvé dans un état pitoyable, tout seul, comme un con, en pleine nuit dans un bout de couloir avec ma bouteille et là PAF Kyle qui débarque. La blague. J’le fuyais comme la peste et le hasard me le colle sur ma route. Il m’a ignoré, j’me suis énervé, j’lui ai balancé des horreurs à la figure et une chose en entrainant une autre il a fini par me dire qu’il avait des sentiments pour moi, chose qui m’a fait péter un câble. Cette fois là c’est moi qui me suis jeté sur lui. J’ai rien compris, c’est comme si je maitrisai plus rien. Mon corps avait pris le relais et mon esprit hurlait parce que j’arrivai pas à le tenir. J’me sentai comme spectateur, et lui il était là, contre moi et … J’étais en colère, c’était vraiment trop le bordel dans ma tête et du coup j’ai fini par le lâcher, lui balancer que j’étais un Lycan – pour lui faire peur, pour le faire fuir – et j’me suis barré encore une fois. »

Dans le fond, et avec le recul, c'était marrant ce jeu du chat et de la souris. Enfin marrant, non pas vraiment, mais c'était intense en tout cas. Maintenant ça m'amuse d'y repenser, et j'en suis un peu nostalgique même si c'est beaucoup moins fatiguant aujourd'hui – au moins pour ça – mais à l'époque ça m'a rendu complètement dingue et ça ne me faisait pas rire du tout.

« J’assumais pas, mais alors pas du tout. Je voulais pas de ça. J’voulais déjà pas d’une fille dans ma vie alors un mec c’était encore pire mais pourtant j’arrivai pas à me le sortir de la tête. Il était là, tout le temps, partout. Je rêvai de lui, c’était insupportable. J’avais l’impression de devenir cinglé. Je continuais de le fuir, et lui aussi de son côté parce que finalement j’avais vraiment réussi à lui faire peur et puis quelques temps après on s’est revu, toujours par hasard, encore une fois on s’est engueulé puis j’ai baissé ma garde, j’ai abandonné, j’me suis laissé aller et c’est devenu plus simple. J’me suis rendu compte que j’arriverai pas à le zapper comme ça, qu’il m’obsédait complètement et que je me sentais bien quand il était près moi même si ça me mettait la tête à l’envers alors voilà, j’ai laissé faire et à partir de ce moment là, lui et moi c’est devenu une évidence. C'est arrivé très vite, mais ça s'est jamais essoufflé depuis. »

Oh ça oui pour arriver vite c'est arrivé vite et ça m'a violemment donné le tournis.

« Il s’est passé pas mal de trucs ensuite, on a été séparés plusieurs fois, mais on a toujours fini par se retrouver et ça sera peut être comme ça toute notre vie mais voilà, je sais que sans lui je me sens pas entier. Je m’attends pas à ce que tu comprennes, d’ailleurs j’te demande même pas d’essayer parce que je sais à quel point pour toi ça semble abstrait et je peux te comprendre parce qu’au début j’étais comme ça mais visiblement les proverbes à la con racontent pas toujours que des conneries. Du genre le cœur à ses raisons, bla bla bla. J’suis tombé amoureux et pour le coup j’me suis pris une belle claque dans la gueule quand c’est arrivé, mais je regrette rien et j’ai fini par m’y faire. Plutôt bien même, avec le temps. »

Voilà, tu sais tout ou presque, et j'espère que tu t'es pas endormi :gla:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2366
Date d'inscription : 13/12/2009
Crédits : A[-]P
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Yusuke, Maxence, Alec, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1034-sovahnn-s-links#67956
MessageSujet: Re: Larsen ▬ Sovahnn   Dim 31 Mar 2013 - 13:47

« Qu’est-ce que t’en sais, j’serais peut être mariée à Riley d’ici là. Juste pour vous faire chier. »
« Attends-toi à c’que je vienne mater derrière vos fenêtres alors. Moi ça me ferait carrément pas chier, au contraire. »
« Nan mais juste pour vous contredire ‘fin… ouais, nan, c’est vrai, mauvaise réplique. »

Oui, clairement, là, elle s’était plantée. C’était vrai qu’elle n’avait pas précisément pensé à cette possibilité en parlant trop vite. Mais maintenant qu’il le disait, ça semblait pourtant parfaitement logique. Mais, non, ça n’était pas ce à quoi elle avait pensé sur le coup. Parler de tout et de rien, penser à autre chose, imaginer l’avenir, oublier le passé, ou, du moins, le mettre de côté. C’était ce qu’ils avaient fait ensuite, dépassant tout ce qui s’était passé, oubliant les remords, les amertumes de la veille, faisant semblant que tout ça ne comptait pas, que rien n’avait d’importance et qu’ils étaient assez fort pour vivre avec tout ça. Oublier, mettre de côté les choses, c’était quelque chose qu’ils faisaient tous, et sans arrêt. Alors ils se réfugiaient dans ce que leur imagination pouvait encore leur offrir. Ils parlaient de ce qui n’avait pas d’importance pour fermer les yeux sur le danger. Il viendrait bien assez tôt de toute manière. Plus que ce qu’ils pensaient même.

« Appelle moi la prochaine fois, on prendra l’apéro. J’ramène le Rhum, ça doit bien se boire avec de la grenadine. »
« Ouais ! C’est sûr, vu comme ça. D’un autre côté, est-ce que t’es vraiment sûr de prendre le risque de boire une grenadine que j’ai créé à l’aide d’une recette de goutte désopilante. Je tiens à préciser que je sais que dedans, j’ai mis du pus de bubobulb et de l’essence de belladone… »

Le second est vénéneux et le premier, simplement peu ragoutant. Pourtant, aussi étrange que ce soit, sa grenadine était parfaitement comestible, mais bon, il y a la théorie et la pratique, honnêtement, parfois, faire totalement confiance à ce qui devrait se trouver devant nous n’est pas une super idée. Surtout avec elle tient. Non, réellement, comment elle avait réussi à aboutir à ça alors qu’elle avait semblait-il bien suivi ce qui était écrit dans son livre : ça restait un grand mystère qui resterait très probablement irrésolu.

« Et l’eau du lac est pas si froide, d’autant plus que là où je vais Isma la réchauffe régulièrement donc t’as pas d’excuses valables. »
« Menteur va, elle est glaciale. »

Pas sûre que réchauffer une zone du lac soit une super idée pour les plantes et les animaux de cette région-ci cela dit. La magie de la magie !

« Mais bon, si tu le dis… Et puis, ‘suffit juste de pas tomber =D »

Et pour y aller, sur la planche, t’y vas comment d’après toi grande maligne, si tu veux pas te mouiller ? Oui, bien voilà, c’est pas forcément facile. Cela dit, créer une bulle d’air chaud autour de soi, ça doit bien être faisable non ? Oui, ne pas abuser de la magie, ça fini toujours par nous retomber dessus, oui, on sait. D’un autre côté, il serait dommage de gâcher les possibilités que ça offre. Mais bon !

« Sinon, dans un autre registre, hier soir après ton départ, et après la prise de tête qui a suivi avec Kyle - :gla: - j'ai soumis l'idée de le catapulter dans une soirée avec tout le monde. Ses potes, les miens, ceux qui veulent évidemment. Enfin les miens … je devrai dire les miennes surtout mais bon … Merde ça fait vraiment trop gay ça, j'ai quasiment que des copines ! »
« Un peu ouais… »


Quoi ? Roh t’es susceptible. Tu sais que j’aime bien t’embêter.

« Takuma aussi cela dit… mais lui c’est physiquement qu’il fait gay … il me tuerait s’il savait que j’ai dit ça. ‘fin bref. Alec aussi est plutôt entouré de filles, et il fait pas du tout gay lui =D Mais j’suis pas totalement sûre que la comparaison te flatte. »
« Pas vraiment non :gla: Et je sais pas si c’est moi qui ait un problème mais j’ai jamais trouvé que Takuma avait l’air gay. Peut être parce que j’ai jamais vraiment fait attention en fait. Bah j’sais pas, ça me choque pas en tout cas. Ça doit être un truc de filles. Ou de mecs qu’on que ça à foutre de leur vie. »
« Ah ouais ? Nan, j’sais pas, pas toujours en fait. C’est surtout son côté gamin j’ai l’impression. Quoi qu’il pourrait s’être pris dix ans dans la gueule ces derniers mois que ça m’étonnerait même pas. ‘Fin bref, c’est, j’sais pas, son style, sa culture, j’en sais rien. Toute façon, on s’en fout. »

Complètement, et il pouvait bien être tout ce qu’il voulait, ça n’avait pas la moindre espèce d’importance. Cela dit, vu ce qu’il s’était passé avec Dakota, Aileen et Jillian, il n’y avait pas trop à tortiller pour savoir que dans tous les cas, il aimait bien les filles. Pour ce qui était des hommes, il ne lui avait pas semblé voir une seule fois Takuma attiré par eux de quelque manière que ce soit. Mais elle connaissait son caractère, sa personnalité, et ne s’arrêtait pas sur son physique parfois un peu particulier, alors, forcément, ça changeait beaucoup de choses. Et puis, quand on veut absolument voir quelque chose, on le voit, et il en jouait aussi, s’amusant avec ça. Enzo en avait d’ailleurs fait les frais si elle se rappelait bien.

« Il t’as même pas paru un peu gay quand il t’as embrassé ? »

Là peut être un peu quand même non ? Probablement un peu.

Toujours était-il que, de toute manière, la question ne se posait pas et, qu’après un certain nombre de turpitudes, le jeune homme avait réussi à se faire pardonner de Dakota et profitait de la seconde chance qui lui était offerte. Et toutes ces histoires de couples avaient mené à la dispute qui avait eu lieu la veille après qu’elle soit partie. Honnêtement, elle ne pensait réellement pas déclencher un truc pareil avec sa simple petite connerie. Mais bon, chacun prend les choses à sa manière, et il y a des jours où ça passe bien et d’autres non, c’est tout. Elle avait simplement eu la malchance de débarquer avec ses gros souliers et sa bonne humeur à un moment où ça n’avait pas lieu d’être.

« T’en fais pas, ça couvait depuis un moment j’pense. Fallait que ça sorte d’un côté comme de l’autre et ça n’a rien à voir avec toi si ça peut te rassurer. Ce qui s’est passé hier soir c’était juste un élément déclencheur. C’est arrangé de toute façon. »
« Hhm. »

Comment se fait-il que les disputes soient finalement si simplement réglées ? Il semble qu’à chaque fois, les membres d’un couple se fassent une montagne de petites choses et qu’une fois ces choses mises sur le tapis, une fois la discussion lancée là-dessus, elles perdent doucement leurs forces pour finir… disons, pas si graves que ça dans le fond. Enfin, il lui semblait irréaliste que les choses se calment finalement facilement après un tel pétage de plomb la veille. Enfin, ça ne la regardait pas.

« C'est juste histoire de mélanger un peu tout le monde, j'me dis que ça pourrait être marrant et ... comme ça tu verrais que je suis pas devenu un vieux crouton en pantoufle qui passe ses soirées au coin du feu avec son homme et son chat. »
« Si tu pouvais, c’est ce que tu ferais, ne le nie pas. »
« Pas tous les soirs, mais oui, j’le ferais. J’le nie pas. »

Oh, elle aimait passer ses soirées au coin du feu aussi, seule ou avec quelques potes, mais, dans le fond, avec un homme, le faire trop souvent lui semblait flippant. En fait, il lui semblait surtout que, si elle faisait ça, quelque part, elle serait à côté de la plaque, il y aurait quelque chose qui n’irait pas, il attendrait quelque chose, et ils finiraient par baiser, chose qui la faisait sortir de ses gongs. Pourtant, elle n’était pas la dernière à avoir eu du sexe juste pour le sexe, mais c’était encore autre chose. Finalement, mélanger amour et coucheries faisait qu’il y avait quelque chose qui clochait dans sa tête. Mais ça tenait peut être à la nature même de celui à qui elle s’était attachée. Enfin bon.

« Et y a pleins de trucs à faire sur un canapé au coin du feu »
« Ouais.. »

Enfin, ya une chose à faire plutôt. Et ça ne lui convenait pas justement. Peut être lui faudrait-il une thérapie tient. Et puis, l’avantage, c’était que si elle en faisait une, ça ne serait pas pour passer des heures à se regarder dans le blanc des yeux, il y avait beaucoup de chose qu’elle aurait à dire. Ce qui ne signifiait pas, d’ailleurs, qu’elle les dirait et qu’elle ne passerait pas des heures à regarder la personne dans le blanc des yeux. Mauvais plan finalement. Pourquoi le sexe dans le cadre d’une relation la mettait-elle hors d’elle quelques fois ? Grande question, petites blessures. Sûrement.

La conversation avait finalement dérapé sur quelque chose de plus terre à terre : que faisaient-ils se midi ? Choper quelque chose dans la Grande Salle et aller manger tout ça dehors, profitant des quelques rayons de soleil qui réchauffaient l’atmosphère, ça n’était pas une mauvaise idée du tout, surtout qu’Enzo lui manquait, et passer encore un peu de temps avec lui l’enchantait.

« M’enfin, en attendant, j’ai faim. On mange ensembles ? Ça serait con que j’perde les kilos que j’ai gagné, franchement ! ... c’est dans la poitrine qu’il sont..»
« J’avais remarqué … :angel: »

Lui tirant la langue, la jeune femme avait rit devant sa réflexion. Voilà, c’était ça qui lui manquait, exactement. Les petites phrases peut-être tordues mais qu’on ne peut échanger qu’entre très bons amis sans que ça ne soit un problème.

« Et oui, on mange ensemble. Moi aussi je crève la dalle et ça serait con aussi que j’perde les kilos que j’ai gagné. Ils sont tous … dans mon cul ou mes poignées d’amour dirait Jillian, chose que je réfute, c’est mon cerveau qui a tout pris. »
« Pas sûre que la graisse dans le cerveau soit un bon plan pourtant oO Retourne courir ! »

Le détaillant de haut en bas, elle avait de nouveau sourit.

« Pff, t’façon c’est même pas vrai, t’es capable de bouffer comme un ogre et d’avoir un corps comme ça, c’est pas juste. »

Bon, elle n’allait pas se plaindre non plus, à force de courir sans arrêt dans tous les sens, elle pouvait bien manger ce qu’elle voulait, si elle prenait doucement, ça n’était pas en négatif. Et dire qu’avant son coma, elle avait quelques kilos en trop et qu’à son réveil, c’était un corps plus que filiforme qu’elle avait découvert. Pour ça, elle pouvait toujours remercier le père de Jayden hein. Et puis, à présent, avec les muscles qu’elle s’était refait, elle recommençait à avoir un organisme plus normal et, donc, une santé qui allait avec. Bref, tout ça est bien beau, mais il y avait des choses qui continuaient de trotter gentiment dans sa tête, notamment le fait qu’au final, elle ne sache pas grand-chose de Kyle.

« Tu sais, justement, j’connais rien sur Kyle au final, j’l’ai découvert sur le tas, et t’as jamais pris le temps de m’en parler. C’est qui ? Il sort d’où ? Vous vous êtes rencontrés comment ?? »

Ne reprend jamais ce ton-là. Quoi ? Pétasse en manque d’attentions et de ragots, ça ne va pas ? J’aurais juré pourtant.

« Ouaip, j’me rends compte qu’on est partis sur de mauvaises bases tous les trois et c’est clairement de ma faute. C’était pas volontaire mais c’est de ma faute quand même. Je l’ai gardé à l’écart, je t’ai gardé à l’écart, sans trop savoir pourquoi en plus parce qu’il n’y a aucune raison à ça. Jill et lui s’entendent super bien (un peu trop mais c’est un autre débat *out*) – pour info c’est pas moi qui le lui ai présenté, ils se sont rencontrés tous seuls comme des grands et par hasard si j’ai bien tout compris. L’année dernière – et y a aucune raison pour que vous ne vous entendiez pas tous les deux. J’veux dire, toi, on ne peut décemment pas ne pas t’apprécier à moins d’être une fille jalouse ou un mec frustré, chose qu’il n’est pas. Et lui, on ne peut décemment pas ne pas l’apprécier à moins d’être … ben à peu de choses près la même chose en fait donc c’est pareil. D’autant plus que ce qu’il s’est passé entre toi et moi il s’en fout, enfin non c’est pas le mot mais voilà, il est pas jaloux et il sait qu’il y a rien d’ambigu entre nous, il a confiance. Aussi bien en toi qu’en moi j’pense donc y a vraiment aucune raison pour que ça se passe mal. »
« Oui, t’en fais pas, t’as pas besoin de te justifier… même si faut croire que j’aime ça. Et… nan, ya pas de raisons, juste, si la prochaine fois, j’pouvais le croiser dans une situation plus normale, ça arrangerait sûrement les choses. Au moins, ça c’est clair pour tout le monde, j’ai la poisse. »

Autour d’un café, en train de discuter, ça serait mieux non ? Ou d’un chocolat chaud plutôt en fait.

« On va rattraper tout ça. »
« Ouais ! »
« Donc Kyle. Qui est Kyle ? Vaste sujet. Un emmerdeur, premièrement :gla: mais surtout un mec avec une patience en or parce qu’il me supporte depuis un p’tit moment maintenant. »
« Quelle endurance ! »

Quoi ? Oh mais nan, j’pensais pas ça dans ce sens-là ! Roh lala, chut toi !

« Il sort d’Amérique, au départ. Il a grandi là bas et un jour il a dit merde, j’me casse, du coup il a atterri à Londres. C’était y a quelques années, il était encore super jeune mais sa vie là bas c’était pas facile tous les jours alors il s’est pris en main et il a décidé de changer. L’Angleterre ça l’avait toujours fait rêver visiblement. Me d’mande bien pourquoi … »
« Mais si un jour tu t’y feras à notre pluie. »

Alors comme ça il n’était pas d’ici ? C’était étonnant, au contraire, la jeune femme avait pensé qu’il était bien anglais. Le physique, j’en sais rien, il avait une classe et un calme un peu anglais, pas l’image qu’elle se faisait d’un américain. Cameron y collerait plus par exemple. Mais c’était plus des espèces de préjugés tout droit sortis des séries et autre qu’elle avait pu voir. Et encore, ses derniers contacts avec le reste du monde dataient, or, on n’a pas la même vision du monde gamin comme elle l’était avant l’accident et à son âge. Il fallait croire qu’elle avait toujours quelques restes.

« D’après ce qu’il m’a dit, il a toujours dessiné. C’est son truc, sa passion et tu devrais le voir quand il se lance dans un truc, quand l’inspiration se pointe, y a plus rien qu’existe autour. Comme toi quand t’es sur ton balai j’imagine, ou moi sur ma planche. Il est doué, vraiment. Après j’suis pas un grand artiste et mon point de vue n’est surement pas celui de tout le monde mais voilà. Tu devrais lui demander de t’en montrer quelques uns, tu pourras juger par toi même. J’vais piquer des parchemins, des plumes et de l’encre pour lui de temps en temps, histoire qu’il en manque pas. La prochaine fois viens avec moi, j’te préviendrai, c’est toujours marrant de feinter ces crétins et avec toi ça l’est encore plus. Puis comme ça tu pourras voir ses dessins si tu veux y jeter un œil, et vérifier par la même occasion ce qu’il a bien pu faire de toi :gla: »

T’es touchant quand tu te met à parler de lui, tu le sais ça ?

« J’t’accompagnerais avec plaisir tu m’connais ! Et j’veux bien voir, mais l’idée qu’il se fait de moi m’inquiète un peu à vrai dire mais bon. »

« Il a 18 ans, donc c’est un cougar qui abuse du petit jeune que je suis. Comme toi par le passé. Non mais vous avez pas honte ?! »
« Pas trop, ça va, j’me soigne. »
« Son nom c’est Johnson, mais un jour ça sera Ryans *out* et avant d’être amené ici il vivait sa vie d’artiste à Londres. En gros, on n’a pas grand chose en commun à première vue et j’crois que si on s’était rencontré ailleurs et dans d’autres circonstances, on ne se serait sans doute même pas calculé. Bah en tout cas je suis presque sur que de mon côté, ça aurait été le cas. Et donc pour répondre à ta dernière question, à savoir comment on s’est rencontrés justement … »
« Vu ta tronche, je sens le truc foireux.. »
« Il m’a trouvé à poil sous le saule cogneur, au p’tit matin, dans la rosée. »
« Wohow ! »

Ok, elle se foutait de lui. un grand sourire au bord des lèvres, la jeune femme ne fit pourtant aucun commentaire, se contentant d’imaginer la situation pour le moins cocasse.

« Dis comme ça, ça fait vachement poétique et romantique mais en vérité ça l’était pas du tout et s’il était pas arrivé, j’aurai sans doute fini par claquer. C’était en février l’année dernière, un lendemain de pleine lune. A l’époque je contrôlais pas vraiment Loup alors je m’enfermais histoire de prendre aucun risque, seulement ça ne s’est pas passé comme prévu, j’ai raté ma dernière dose de Tue-Loup et j’ai passé la nuit à courir dans la Forêt Interdite. Quand j’ai ouvert les yeux, il faisait jour, il faisait froid et y avait ce type près de moi que j’avais jamais vu avant, qui me parlait et qui tentait de me réveiller. Quand je me suis rendu compte de la situation … Laisse moi te dire que je me suis senti horriblement mal et si maintenant ça me fait rire, c’était pas du tout le cas sur le moment. J’le suis toujours un peu mais j’étais ultra pudique et me retrouver à poil au milieu de nulle part devant un inconnu, c’était pas la situation la plus éclatante que j’avais connu jusque là :lol: »

C’est marrant, moi je ne trouvais ça ni poétique, ni romantique, mais drôle et humiliant. Mais bon, ça n’est que mon avis.

« Ben c’est dingue ça, j’comprend pas du tout pourquoi. Il s’est passé quoi du coup ? »
« Fin bref, il m’a aidé et comme à ce moment là j’étais genre p’tit con qui supporte personne et qui passe son temps à être désagréable ben … il a pas fait exception. En plus de ça j’avais la tête dans le cul puissance maximale, j’étais mort de froid. Enfin y avait rien qui allait en gros et du coup c’est lui qu’a pris toute ma mauvaise humeur sur le coin de la tronche. Enfin ça va, j’ai pas été horrible non plus mais bon. Du coup j’ai récupéré des vêtements grâce à la magie et il m’a ramené au château. Grand bien lui fasse, j’étais pas aussi grand et lourd que maintenant … Quand j’y repense, le pauvre Rolling Eyes »

Gentil, attirant, drôle, capable de prendre les choses à la légère, bref, parfait quoi. Oui, eh bah non. D’un autre côté, juste après une transformation, il ne devait jamais être vraiment dans son assiette et encore moins très à même à partir dans une grande conversation sympathique avec quelqu’un qu’il ne connaissait pas, en étant à poil et tout en ressortant de l’esprit d’un animal. Bref, c’était compréhensible. Et bordel, elle avait carrément loupé des pans de la vie de son ami, s’en était affolant. A vrai dire, ils n’avaient jamais vraiment parlé de ce qu’il s’était passé avant qu’ils ne se connaissent, mis à part l’accident de ses parents et sa morsure.

« On s’est pris la tête, tu l’crois ça ? Première fois qu’on se voit et déjà on se prend la tête. On s’est quitté comme ça. Je lui ai dit de me laisser, il m’a laissé et voilà. Y avait absolument rien d’ambigu à ce moment là. Ni de mon côté, et j’crois pas du sien non plus. »
« Boh, j’comprend pas, t’es pourtant super social et capable de prendre sur toi à tous moments, surtout ceux-là. »

Oui, j’me fous de toi, mais d’un certain côté, tu le sais n’est-ce pas que t’as un caractère de chiotte. Oui, tu l’sais, me regarde pas comme ça. Et tu sais que c’est aussi pour ça que j’t’aime, tu fais pas les choses timidement et à moitié, tu n’agis pas gentiment et posément parce que c’est comme ça qu’on doit être, point final, et c’est quelque chose que j’apprécie. Bref, continue.

« On s’est revu par hasard quelques temps plus tard et je crois que c’est à partir de ce moment là que ça a dérapé. On s’est encore pris la tête Rolling Eyes Faut dire qu’avec mon sale caractère et la manie qu’il avait d’être … j’sais pas … tout ce que je voulais c’est qu’on me fuit, et lui le faisait pas donc j’étais un peu comme un con, je savais pas vraiment comment réagir. Résultat j’ai été un peu brusque avec lui et pour me punir il … il m’a embrassé. J’te jure que si t’avais vu ma tête à ce moment là, t’aurais surement été morte de rire. J’me suis retrouvé complètement paralysé et le temps que ça monte au cerveau j’ai juste réussi à le repousser, à bredouiller deux ou trois trucs et j’me suis barré après lui avoir dit de plus jamais m’approcher. Tiens tu vas rires, attention gros cliché à l’horizon : Même si j’le compte pas vraiment c’était quand même la première fois qu’y avait un rapprochement physique entre lui et moi et … c’était le jour de la Saint Valentin :lol: Et son anniversaire, en prime. Pour ma défense j’étais pas au courant à ce moment là m’enfin ça veut pas dire que j’aurai réagit autrement pour autant. »
« Hein hein… Cool ! Il a de l’humour !! »

Quoi ? xD C’est fort quand même comme réaction ! Ça aurait pu être une des miennes tient, joli ! Nan, vraiment, j’aime bien !

« Je pensais pas que ça me perturberait autant, j’arrivai pas à penser à autre chose, je comprenais pas ce qui se passait et puis ça n’avait strictement rien de … enfin j’veux dire c’était une punition quoi, c’était pas parce qu’il en avait envie ou j’sais pas. Fin peut être que si dans le fond mais bref j’étais vraiment complètement largué alors du coup, comme d’hab, j’ai fait n’importe quoi. J’me suis tapé la première fille qui passait et qui me regardait un peu trop, histoire de me rassurer parce que nan, c’était clairement pas possible qu’un mec me mette dans cet état là. La sœur de Riley … qui m’en a collé une magistrale le lendemain et c’était plus que mérité parce que j’ai vraiment été un connard avec elle. En plus de ça, ça n’avait rien changé et c’était toujours le bordel dans ma tête. J’ai donc fait un autre truc super intelligent, j’ai picolé. Je tenais pas l’alcool à cette époque là, en tout cas moins bien que maintenant et surtout ça me rendait mauvais. Je l’étais déjà sobre, alors forcément … Résultat je me suis retrouvé dans un état pitoyable, tout seul, comme un con, en pleine nuit dans un bout de couloir avec ma bouteille et là PAF Kyle qui débarque. La blague. J’le fuyais comme la peste et le hasard me le colle sur ma route. Il m’a ignoré, j’me suis énervé, j’lui ai balancé des horreurs à la figure et une chose en entrainant une autre il a fini par me dire qu’il avait des sentiments pour moi, chose qui m’a fait péter un câble. Cette fois là c’est moi qui me suis jeté sur lui. J’ai rien compris, c’est comme si je maitrisai plus rien. Mon corps avait pris le relais et mon esprit hurlait parce que j’arrivai pas à le tenir. J’me sentai comme spectateur, et lui il était là, contre moi et … J’étais en colère, c’était vraiment trop le bordel dans ma tête et du coup j’ai fini par le lâcher, lui balancer que j’étais un Lycan – pour lui faire peur, pour le faire fuir – et j’me suis barré encore une fois. »

Wow, violent comme approche. Et, pour le coup, il était doué pour ne pas avoir de chance et voir le hasard se foutre royalement de sa gueule. Attendant la suite, la jeune femme n’avait pas fait de commentaires, laissant tout de même un petit sourire flotter sur ses lèvres, vestige de ce qu’elle avait appris avant. De toute manière, c’était passé, et il ne restait à présent que le fait que tout ça était quand même comique quand on y pensait non ? En tout cas, une telle épopée, elle trouvait que ça prêtait à sourire, même si ça n’avait pas été facile, vu l’issue, il y avait de quoi s’amuser de tels rebondissements.

« J’assumais pas, mais alors pas du tout. Je voulais pas de ça. J’voulais déjà pas d’une fille dans ma vie alors un mec c’était encore pire mais pourtant j’arrivai pas à me le sortir de la tête. Il était là, tout le temps, partout. Je rêvai de lui, c’était insupportable. J’avais l’impression de devenir cinglé. Je continuais de le fuir, et lui aussi de son côté parce que finalement j’avais vraiment réussi à lui faire peur et puis quelques temps après on s’est revu, toujours par hasard, encore une fois on s’est engueulé puis j’ai baissé ma garde, j’ai abandonné, j’me suis laissé aller et c’est devenu plus simple. J’me suis rendu compte que j’arriverai pas à le zapper comme ça, qu’il m’obsédait complètement et que je me sentais bien quand il était près moi même si ça me mettait la tête à l’envers alors voilà, j’ai laissé faire et à partir de ce moment là, lui et moi c’est devenu une évidence. C'est arrivé très vite, mais ça s'est jamais essoufflé depuis. »

A présent, ça n’était plus un sourire d’amusement, juste… touché. Chose qui l’aurait sans doute fait grimacé : c’était mignon cette histoire, tout simplement.

« Il s’est passé pas mal de trucs ensuite, on a été séparés plusieurs fois, mais on a toujours fini par se retrouver et ça sera peut être comme ça toute notre vie mais voilà, je sais que sans lui je me sens pas entier. Je m’attends pas à ce que tu comprennes, d’ailleurs j’te demande même pas d’essayer parce que je sais à quel point pour toi ça semble abstrait et je peux te comprendre parce qu’au début j’étais comme ça mais visiblement les proverbes à la con racontent pas toujours que des conneries. Du genre le cœur à ses raisons, bla bla bla. J’suis tombé amoureux et pour le coup j’me suis pris une belle claque dans la gueule quand c’est arrivé, mais je regrette rien et j’ai fini par m’y faire. Plutôt bien même, avec le temps. »
« Si on se comprenait tous parfaitement, ça serait bien triste. »

Il n’y aurait pas réellement d’intérêt finalement. Et il n’y aurait plus de disputes, de surprises, d’éclats, bref, tout ça serait bien morne. Cela dit, il n’y aurait sans doute pas de prises de positions non plus et donc de dictature ou ce genre de choses. Mais bref.

« Et question con, puisqu’il ne savait pas que tu étais un lycan, t’as expliqué comment le fait d’être à poil dehors ? Une soirée trop arrosée ? »

Oui, c’est une question con, mais plutôt que de parler de tout ça de manière sentimentale ou autre, c’était plutôt une manière d’aborder les choses qui lui allait. Dire qu’elle était touchée par tout ça sans pour autant le comprendre était simplement… débile. Attendant la réponse, la jeune femme avait vu se dessiner une silhouette derrière son ami.

« Oh merde ! »

L’instant d’après, elle sautant par-dessus l’un des murets de pierre qui encadraient les arcades le long du château. C’était Logan, bien évidemment, qui s’était pointé là où elle ne l’attendait pas. Cachée derrière le mur, la jeune femme avait grimacé alors que la voix de son enseignant, tout proche d’elle s’était fait entendre.

« C’est une cachette de merde Sovahnn. »

Pointant son nez devant les deux hommes, se redressant derrière le mur, la belle blonde avait pu s’apercevoir que Logan les avait rejoint et se trouvait à la hauteur d’Enzo, la fixant de ses yeux sombres, un petit sourire amusé flottant pourtant sur ses lèvres.

« J’pouvais toujours essayer. »
« Tu pouvais toujours oui… Enzo, j’te l’emprunte. »

Ce regard voulait dire qu’elle n’avait pas le choix et qu’il n’appréciait pas qu’elle ne se soit pas pointée, elle n’avait pas de mal à le comprendre. Avec une nouvelle grimace, la jeune femme se redressa donc et suivit son professeur, lançant tout de même quelques mots à Enzo avant de partir.

« Désolée. On se voit vite. »

Il lui avait promis du surf et elle ne l’oubliait pas hein !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 17065
Date d'inscription : 13/09/2009
Crédits : JunkieMouse ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Ismaelle L. Stoneheaven ▬ Cameron S. Cassidy ▬ Riley S. Jenkins ▬ Owen A. Matthews ▬ Elijah C. Leroy



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3605-enzo-still-a-wolf-not-lonely-a
MessageSujet: Re: Larsen ▬ Sovahnn   Dim 31 Mar 2013 - 20:48

C'est franchement marrant d'être là tous les deux et de parler d'un passé qu'on a finalement jamais abordé ensemble jusqu'ici. C'est valable pour mon histoire avec Kyle, évidemment, mais pas seulement. Takuma par exemple, c'est con mais j'avais complètement zapé ce qui s'est passé l'année dernière, et même plus tôt cette année dans les cachots alors que j'ai pris un malin plaisir à prendre ma revanche en lui faisant peur. Aujourd'hui ça me fait rire, mais c'est clair qu'à l'époque quand il m'a embrassé, c'était pas vraiment le même délire. Y avait eu Jamie avant lui, ou après je sais même plus, et pareil, c'était clairement pas le même délire. D'ailleurs, entre ces deux là, c'est toujours pas le même délire parce que je pense pas qu'un jour j'arriverai à plaisanter avec mon camarade de classe comme je peux le faire avec l'asiatique. Je ne sais pas si on peut employer le terme « amitié » pour définir notre relation mais tout ce que je sais c'est que ça me fait plaisir la façon dont ça a évolué entre lui et moi. On échange, et non pas nos moitiés respectives bandes de pervers, mais on échange. On arrive à discuter, tout en étant sérieux sans trop l'être et je crois que c'est un des rares types dans le château avec qui ça se passe comme ça. Enfin bref, je l'aime bien et je pense que c'est réciproque même si je suis probablement qu'un gamin à ses yeux. Peut être pas tu me diras, après tout il m'a confié des choses et inversement, et puis nos discussions nous ont prouvé à tous les deux que malgré la différence d'âge on peut se comprendre. Jillian en est d'ailleurs un autre exemple flagrant quand on y pense, et je fais ce que je peux pour ne pas la visualiser avec lui d'ailleurs. Quelle cachotière celle là, mais bien sur que je ne lui en veux pas le moins du monde. Elle n'a pas à me raconter toute sa vie après tout. C'est bien pour ça que j'ai jamais abordé le sujet avec elle depuis qu'il me l'a dit d'ailleurs. Ils sont majeurs et vaccinés, qui plus est un p'tit câlin entre ami ce sont des choses qui arrivent. Hein Sova ? Ok dans notre cas on n'était pas encore ami mais c'est pareil. Des exemples de ce style là y en a des caisses. Et comment j'en suis arrivé à penser à ça moi ? On s'en fout. Tout ce qui compte c'est que même si ça a commencé d'une manière un peu spéciale avec la moitié des gens que je connais ici, les résultats actuels parlent d'eux même. Ça en fallait le coup, et aujourd'hui ça nous fait tous rire. Oui, même moi, avec mon caractère de chiotte. Comme si des chiottes pouvait avoir un caractère Rolling Eyes Ceci est un autre débat.

Quoi qu'il en soit ça me fait plaisir de partager toutes ces choses avec cette espèce de petite folle à la crinière blonde. Les choses sont ce qu'elles sont et tout n'a pas toujours été facile, tout ne le sera pas comme ça d'un clin d'oeil mais le plus important c'est que malgré tout le reste, on arrive à garder ce lien spécial qui s'est créé entre nous il y a presque un an maintenant. Elle est arrivée dans ma vie comme un cheveux sur la soupe, mais quel cheveux ! Si on fait le compte, j'ai vraiment tout pour être heureux ici. Mon frère, une fille géniale que je considère comme ma sœur, une meilleure amie complètement cinglée que j'adore, un p'tit ami qui me supporte et que j'aime comme un dingue surtout, et des amis sincères et tout aussi important. Une famille, c'est comme ça que je les perçois. Ah ! Et Lune, naturellement. Bien sur ça n'est pas aussi simple et tant qu'ils seront là ça ne le sera jamais mais on fait avec, on n'a pas le choix, et si hier j'étais dans état assez lamentable dans beaucoup de sens du terme, il a suffit d'une nuit avec Kyle et de cette conversation avec Sovahnn – plus une promesse d'une bonne note en Histoire de la Magie mais ça on s'en fout – pour me remettre sur les rails et surtout me rendre un sourire que j'ai souvent du mal à trouver en ce moment. Bien sur ça n'efface pas les angoisses et les douleurs, mais ça les apaise, ça les met en sourdine et ça repose. Ça fait du bien. Ils me font du bien, et ce sans aucune arrière pensée.

Donc ouais, pour en revenir à Takuma, j'ai sans doute supposé qu'il était peut être gay au moment où il m'a embrassé mais la vérité c'est que j'ai pas vraiment eu le temps de me poser la question et qui plus est, même si je l'avais eu, je crois pas qu'elle me serait montée au cerveau. Si je n'aime pas qu'on me colle une étiquette, je n'en colle pas aux autres non plus. Pour moi on peut très bien agir de telle ou telle façon sans pour autant être si ou ça. Tout n'est pas tout noir, ou tout blanc. Ce que tu fais ne te définie pas, je ne crois pas en tout cas. Et puis c'est surtout que je m'en tamponne royalement en fait, enfin dans ce cas de figure je veux dire. Le jour où il m'a embrassé il l'a fait à d'autres et j'ai clairement compris que c'était un jeu pour lui. Au même titre que pour moi, ça n'est pas parce que Sova et Riley s'amusent qu'elles sont forcément lesbiennes. D'ailleurs c'est sans doute pour ça que je ne me considère pas comme gay, ni même bisexuel en réalité. J'ai juste pas envie de trancher, parce que je m'en fous, et tout le monde devrait en faire autant. Dans le fond c'est un peu plus compliqué que ça en ce qui me concerne mais l'idée est là. C'est toujours ce truc d'étiquette que je trouve foncièrement naz. Donc non, même à l'époque je ne pense pas m'être dit ce type là est gay. Pour Jamie j'ai pas vraiment eu à me poser la question mais les circonstances et le but de la manoeuvre n'étaient pas vraiment les mêmes. Je pourrai aussi inclure Kyle dans l'équation, parce qu'après tout lui aussi m'a embrassé comme ça, sans préavis et sans raison apparente. J'me suis pas non plus dit qu'il était gay, c'est plus tard que je me suis posé la question, quand je lui ai demandé ce qu'il attendait de moi, et d'ailleurs j'ai su quelques temps après qu'il n'aimait que les garçons mais simplement parce que c'est venu dans la conversation. C'est pas … je fais pas une fixette sur la sexualité des gens, je m'en fous, et puis franchement, c'est si important que ça ? Pas pour moi en tout cas. Fais ce que tu veux, avec qui tu veux, tant que t'en as envie et l'autre aussi. Point barre.

Elle m'a donc écouté tout au long de mon récit, le ponctuant de ses petits sourires, quelques petites réflexions qui m'ont toutes faites sourire et c'était un de ces moments où le temps s'arrête et où plus rien n'a d'importance. Juste elle et moi, avec mes souvenirs certes, mais elle et moi quand même. Ce sont des choses que je ne partage pas beaucoup, ni même souvent, comme beaucoup d'autres en réalité parce que je n'ai jamais vraiment aimé parler de moi et elle le sait. Je crois qu'elle prend donc toute la mesure de ces confidences, et ça nous fait du bien à tous les deux. La prochaine fois c'est moi qui irait fouiller dans tes p'tits secrets dérangeant, après tout, maintenant que tu sais que j'ai fini à poil sous le Saule Cogneur y a pas de raisons ! Bref, réaction ?

« Si on se comprenait tous parfaitement, ça serait bien triste. »

C'est pas faux, c'est aussi ça qui fait la richesse des relations et des échanges qu'on peut avoir. Oui on en revient toujours aux échanges, je sais. On apprend les uns des autres, même si on ne se ressemblera jamais et ça n'est de toute façon pas le but. C'est vrai ce que je dis en tout cas, enfin je le pense, je n'attends pas d'elle qu'elle comprenne ni même qu'elle essaie de comprendre. Tout ça c'est ma vie, mes ressentis, mes émotions et ça n'est pas parce qu'elle est une des personnes dont je suis le plus proches ici qu'elle doit les partager. Peut être qu'elle vivra une histoire comme ça un jour, ou peut être pas, mais qu'est ce que ça change ? Rien. Elle est comme elle est, elle vit ce qu'elle vit, et ça reste la p'tite blonde électrique qu'on connait tous et qu'on aime. C'est ça aussi les amis, des personnes qui te connaissent parfaitement mais qui t'aiment quand même :gla: Ce que je veux dire c'est qu'on vit pas tous les choses de la même façon, on n'a pas tous le même parcours, les mêmes expériences, etc … Je ne sais pas si c'est de la peur la concernant, mais qu'est ce que ça peut faire ? Elle a ses raisons et je les respecte. Avant de rencontrer Kyle je ne voulais pas de tout ça, d'une vie à deux et tout ce que ça apporte et implique – je ne connaissais pas mais ça ne m'intéressait pas – aujourd'hui je me vois mal vivre sans lui mais c'est simplement parce que les choses sont ce qu'elles sont, et les sentiments aussi. La vie, son cour, ses surprises, … Qui plus est, même si ça me fait parler comme un vieux, elle n'a que 18 ans alors même si on peut pas vraiment clamer haut et fort qu'on a la vie devant nous … Bref, tout le monde a saisi l'idée. D'autant plus qu'être en couple n'est pas une fin en soi, loin de là. Chacun sa route, chacun son chemin, bla bla bla.

« Et question con, puisqu’il ne savait pas que tu étais un lycan, t’as expliqué comment le fait d’être à poil dehors ? Une soirée trop arrosée ? »

C'est une bonne question, pas con, merci de l'avoir posé.
Maintenant que j'y pense d'ailleurs ...

« En réalité, il m'a jamais posé la question. Si moi je fonce dans le tas et je réfléchi après lui c'est un type hyper posé et surtout très poli donc étant donné la situation, je crois qu'il s'est dit que c'était suffisamment délicat comme ça. J'ai appris plus tard qu'il m'avait pris pour un type sans pouvoir à qui on aurait fait passer un sale quart d'heure ou une mauvaise blague. Quand il m'a dit ça je venais juste de lui expliquer pourquoi j'étais dans cet état là quand il m'a trouvé, et que non je ne faisais pas du naturisme. Si j'avais pas abordé le sujet, à vrai dire, je sais pas s'il m'aurait demandé des explications un jour. »

Il est comme ça, il ne pose pas de questions. Est ce que j'aimerai qu'il le fasse parfois ? A vrai dire je n'en sais rien. Tout ce qui concerne ma Lycanthropie, mes ressentis sur pas mal de choses, il ne va pas fouiller dedans. Il m'écoute si je ressens le besoin d'en parler mais ça ne viendra pas de lui. Il est comme ça, je respecte et j'accepte. C'est peut être pour ça que ça pète entre nous parfois finalement mais de toute façon c'est quelque chose que je dois voir avec lui et ça n'est pas le moment d'y penser. C'est avec Sovahnn que je suis, pas avec lui.

« Oh merde ! »

Hum ?
Ah.

« Grillée ... »

Prononcé à voix basse avec un sourire en coin alors que j'affiche un air de pas y toucher. Je le sens avant de le voir et quand il arrive à ma hauteur je relève la tête vers lui. Mon sourire n'a pas disparu.

« C’est une cachette de merde Sovahnn. »

J'éclate de rire, et ça fait du bien. C'est peut être con, mais cet instant là, cette situation, je la trouve … j'en sais rien. C'est normal et c'est tout. C'est amusant. Elle cachée derrière son pans de mur, lui passablement agacé mais résigné et pas vraiment énervé je crois. Et moi, spectateur amusé. Et la revoilà la Miss-Belle-Au-Bois-Qui-Dort. Genre tu crois que ton air innocent ça va fonctionner ? Tu sais à qui tu parles je suppose.

« J’pouvais toujours essayer. »
« Tu pouvais toujours oui… Enzo, j’te l’emprunte. »
« Fais donc mais me l'abime pas trop. »

Comme s'il avait besoin de ma permission et de mes commentaires … Peu importe, c'est dit. Ce ne sont pas des menaces, c'est plutôt des paroles prononcées avec légèreté et sans arrière pensée en fait. C'était juste … comme ça, de but en blanc. Après tout, on a des expériences apéroesques à faire alors j'ai besoin d'elle !

« Désolée. On se voit vite. »
« Ce soir ! Et c'est pas négociable. On a des kilo à entretenir j'te rappelle. »

Ils s'éloignent, le silence revient et s'installe tranquillement. Un instant je reste là, immobile, le dos appuyé contre la fenêtre, un léger sourire toujours sur les lèvres. Je me sens bien, serein, puis mon ventre grogne et me rappelle qu'un jeune Loup avant une lune doit se nourrir alors je reprends mes affaires et je descends tranquillement dans la Grande Salle, rejoindre le reste des élèves.

▬ Topic Terminé ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Larsen ▬ Sovahnn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Larsen ▬ Sovahnn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alex Larsen, nouvo minis Lasante fè bèl figi devan OAS.
» Les hormones ont leurs raisons que la raison ignore ... {Sovahnn}
» Hugo S. Larsen
» Anything But Ordinary ... Or Not {Sovahnn}
» [MUSIQUE] Zazie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Hogwarts' Inside :: Deuxième Etage.-
Sauter vers: