AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Apologies - Emily

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 1931
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Apologies - Emily   Ven 1 Fév 2013 - 17:56

Mercredi 4 Juin 2014

« Truc de merde… »
« T’as toujours eu l’habitude que tout te tombe dans le bec toi, j’me trompe ? »
« Pas vraiment. »

L’avantage avec ce genre de réponse, c’est qu’elle peut avoir plusieurs significations différentes. Debout face à Jordane, Alec ne cessait depuis un moment de s’entraîner sur un sort particulier que Logan leur avait demandé de connaître avant le prochain cours. Intéressant et utile, pas de problème avec ça, en revanche, pour y arriver, c’était une autre affaire. Bougonnant, il l’était, il n’y avait pas d’erreur, mais ça n’était pas la première fois qu’il faisait face à un mur en tentant d’apprendre un sortilège. Les examens approchaient, c’était quelque chose qui devenait clair, et Logan devenait de plus en plus exigeant. Pourtant, ça n’avait pas de rapport, son cousin le savait parfaitement, il était juste perturbé à cause de tout ce qui s’était passé ces derniers temps, et il lui fallait à présent agir sur quelque chose, là, pour l’instant, tout ce qu’il semblait pouvoir faire, c’était les martyriser à coup d’exigences. Il les voulait aptes à se défendre, Alec l’avait bien compris, et les cours qu’il prenait avec lui n’avaient rien d’une balade sur l’océan, mais au moins, il apprenait constamment, et il y avait de grandes chances pour que tout ça l’aide. Mais lui comme Jordane avaient beau être là-dessus depuis des heures, ça ne changeait pas que ni l’un ni l’autre n’arrivaient simplement à rien. Quand leur enseignant le faisait, ça semblait si simple, mais une fois qu’eux, y mettaient du leur, les choses prenaient une tournure bien différente. Ils avaient déjà cramé plusieurs fois la cible de mousse qui attendait ses adversaires en permanence dans la salle de duel, faillis se blesser eux-mêmes plusieurs fois, et avaient rencontré le mur derrière eux au moins le double de ça. Bref, ça n’était pas gagné. Ils étaient censés être à plusieurs sur ce coup-là, mais Mack était partie s’essayer une fois de plus à l’animagi et Jayden… Jayden leur avait semblé être très mystérieuse et avait disparu sans réellement leur laisser le choix de grand-chose. Conclusion, ils étaient deux face à ce foutu sort.

Une heure durant, de nouveau, ils s’étaient entraînés, puis avaient fait une pause rire et conneries synonymes d’un réel râle-bol, avant de finalement s’y remettre et de craquer à nouveau. Ils en étaient à parler de choses et d’autres, faisant même des bruits bizarres montrant clairement que leurs nerfs étaient à vif quand Jordane se décida à mettre fin à leur séance de révision.

« Ban, c’est bon, t’as gagné, je craque. On se fera détruire par Logan j’crois. Au pire tu lui sortiras le couplet famille et je lui montrerais mes nichons, ça marchera peut être. »
« Ah ben dans ce cas, j’ai hâte d’aller à ce foutu cours demain ! »
« Jm’en doute. »
« Prétentieuse. »
« Pas autant que toi. Allé, zouh, j’en ai marre Ah putain ! La vache, tu m’as pas loupé tout à l’heure ! »

Bien sûr, ils n’avaient fait que rire jusque là, et c’était donc ainsi qu’Alec avait répondu à cette déclaration. Oups ? Non, sérieusement, sa baguette décidait de toute évidence de faire un peu de tout et n’importe quoi avec ce sort, et quelque chose avait ricoché sur le coude de la jeune femme tout à l’heure.

« Désolé, c’était pas voulu. Cela dit, un coude pour un coude, jusque là, la justice se tient. »
« Branleur va ! Et tu parles de justice ! »
« Ouais miss ninja ! Comment ça s’fait que tu sois si.. guerrière. »
« J’me protège des mecs dans ton genre. »
« Fous toi d’moi… »
« Si peu. Bonne soirée Alec, j’vais rejoindre monsieur ronchon et sa copine tout sourires. »
« Quoi ? Tu vas pas m’en vouloir pour ça aussi ! »
« T’y es pas pour rien j’te signale. Mais nan, j’t’en veux pas, t’as une trop belle gueule pour qu’on t’en veuille. »
« Première nouvelle. »

C’est beau l’amitié. Mais c’est surtout étrange. Il fallait bien le dire, cette fille avait le don d’être un peu particulière. On aurait pu croire qu’elle lui en voudrait en effet, et pourtant, ça n’était pas le cas. Ok, Jayden lui avait sûrement parlé et ça avait probablement légèrement arrangé son cas, mais c’était sur le ton de la légèreté qu’elle prenait tout ça, alors que la dernière fois… il ne valait mieux pas déconner, et son coude en avait fait les frais justement. Heureusement que Maxence était capable de réparer ça en moins de deux, passer une semaine de plus au lit ne l’enchantait guère à ce moment-là. Pourtant, trois jours de sommeil lui avaient permis de reprendre des forces, assez pour redevenir lui-même et pour agir en conséquence. Il avait d’ailleurs crus se débarrasser du Supérieur qui l’avait harcelé, torturé, épuisé pendant des jours, mais les menaces n’avaient de toute évidence pas suffit et, depuis peu, il savait que celui-ci l’avait de nouveau en ligne de mire. Il lui faudrait s’occuper de tout ça, et chaque jour qui passait lui faisait perdre du temps, il en était conscient. Pourtant, faire comme si tout allait bien avait un certain attrait, il ne pouvait pas le nier, et chaque enseignement de Logan pouvait lui être utile, alors il attendait encore un peu. Le souci, c’était que tout ce qu’il avait trouvé pour régler ce problème qui allait finir par lui coûter la vie ; voir pire, celle de ses proches ; était de tuer cet homme, et ça n’était pas exactement dans ses prérogatives du moment. Non, sérieusement, il n’avait aucune envie de ça. Tuer un homme, il l’avait déjà fait, mais c’était en quelque sorte un accident, et il défendait sa sœur qui plus est, et, déjà, ça n’était pas forcément parfaitement simple à vivre. Cela dit, ce type était un enfoiré, alors ça aidait. Mais là, il s’agissait de préparer tout ça, et il n’était pas vraiment sûr d’en être capable. Il le faudrait, oui, mais fallait-il qu’il attende de perdre quelqu’un pour en avoir la force ?

- Il faudra qu’on joue avec leurs règles pour survivre, crois moi. – Logan n’avait pas tord en disant ça, et son cousin le savait parfaitement, mais ça ne changeait rien aux faits. Il n’avait aucune envie de se pointer avec la sérieuse idée de faire la peau à cet enfoiré, ça n’était pas… ça n’était pas naturel. Comme quoi, on pouvait bien dire un tas de choses sur lui, il n’était probablement pas si pire qu’on le disait. Du moins, à force de se le répéter, il finirait par s’en convaincre.

Ça faisait un moment à présent que Jordane était sortie, et, lentement, le jeune Serpentard se décida à quitter sa position allongé sur le dos pour finalement se relever et sortir. De un, il lui fallait bouger, de deux, il aurait dû être en train de faire le compte rendu sur la métamorphose qui leur avait été demandé la semaine dernière pour le 6, et en trois : ça n’était absolument pas ce qu’il comptait faire. Non, sérieusement, là, ce qu’il voulait, c’était trouver une certaine personne, et il y pensait depuis un certain temps maintenant. C’était peut être con, mais bon, voilà, il voulait avoir cette conversation avec elle.

Après avoir fait remonté son cardio en flèche en grimpant les marches jusqu’au quatrième étage, le jeune homme s’arrêta un instant, passant dans ces couloirs qu’il n’avait plus ou presque plus fréquenté depuis qu’ils avaient été réservés aux moldus par les Supérieurs en début d’année précédente. Après une certaine discussion assez animée avec un de ceux qui dirigeaient le château et que le jeune homme connaissait, celui-ci fini par entrer dans une pièce, se trouvant face à celle qu’il cherchait.

« Emily, salut. »

Un peu court, on est d’accord. Mais comment dire exactement qu’il était désolé d’avoir merdé face à elle au juste ? Il ne la connaissait pas et n’était pas forcément un pro en matière d’excuses.

« Tu… ça tes blessures ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2850
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Apologies - Emily   Mar 5 Fév 2013 - 19:38

Se remettre des événements avait été plus facile que ce qu’Emily aurait pu penser. Si bien sûr elle repensait encore à son petit séjour dans les cachots et au fait qu’elle avait vraiment cru qu’elle aurait pu y passer, elle essayait de passer ces souvenirs au second plan. Après tout, elle était pas mal aidée dans son entreprise rien que par le fait qu’elle ait vu Cameron après sa mésaventure. Comme toujours il avait su lui rendre son sourire, lui redonner l’envie de se battre ou du moins, de vivre sa vie à fond. De fait, la demoiselle débordait d’énergies même si parfois, elle se forçait à faire profil bas dans les couloirs. Parfois elle apercevait la silhouette d’un Supérieur qu’elle avait croisé dans les cachots, dans ces moments là, elle faisait tout pour être discrète, pour qu’on ne la repère pas, pour être sûr de ne pas s’attirer d’ennuis supplémentaires. Bon après, elle devait bien avouer que son comportement n’était pas totalement innocent. Le fait qu’elle se soit engagée auprès de Ricardo et qu’à eux d’eux ils étaient en train de rassembler du monde pour faire un groupe de musique contestataire, on ne pouvait pas dire que ce soit le meilleur moyen d’éviter tous les problèmes. En même temps, la demoiselle ne cessait de se répéter qu’il y avait deux types d’emmerdes bien différentes : celles que l’on mérite, qui ont une cause juste et celles qui vous tombe malheureusement sur la gueule. Ems ne voulait plus de cette deuxième catégorie. Elle était désormais prête à assumer les conséquences de ses actes, elle savait que si elle prenait des risques, elle était désormais assez adulte pour en accepter le revers. Cependant, se faire torturer sans aucune autre raison que son statut de sang, ça elle ne pouvait plus le supporter. Toute cette violence gratuite lui donnait la gerbe et de fait, elle essayait de se faire discrète quand il n’y avait aucune cause à défendre. Cela semblait fonctionner assez bien car si elle avait eu droit à quelques insultes et quelques bousculades, cela faisait désormais un moment qu’elle n’avait plus croisé les cachots. C’était tout de même un sacré progrès pour une jeune femme qui semblait, pendant un moment, avoir décidé de prendre un abonnement pour l’endroit… Alors bien sûr, chassez le naturel il revient au galop, il arrivait qu’Ems lâche une ou deux réflexions gratuites pouvant lui coûter cher mais jusqu’ici, cela n’avait eut guère de conséquences. Croisons les doigts, ce n’était pas comme si cette chance allait durer éternellement, la cracmolle elle-même en avait conscience. Elle n’était pas naïve, elle savait bien qu’un moment ou un autre il y aurait une nouvelle épuration, il ne pouvait pas y avoir tant d’arrivées sans que jamais personne ne disparaisse ou du moins, que les gens ne disparaissent que bien moins vite. Oui, elle craignait qu’une nouvelle rafle arrive aussi elle voulait profiter jusqu’à ce que cet horrible moment arrive car cette fois, elle n’était même plus sûre de réussir à survivre. La première fois elle avait pu se faire discrète, elle n’était pas là depuis très longtemps mais maintenant, on la connaissait et si le groupe qu’elle formait avec Ricky réussissait à se faire entendre, elle était presque sûr de se faire éliminer. Sombres perspectives. Emily avait donc intérêt à profiter à fond pour voir au moins des choses défiler devant ses yeux au moment de sa mort…

La jeune femme avait donc passé un bon bout de temps à l’extérieur ce jour là. Elle n’en pouvait plus d’être enfermée et déjà que sa liberté de mouvement était assez entravée alors dès qu’elle avait le droit de prendre un peu l’air, elle sautait sur l’occasion. La jeune femme était donc allée se promener, profitant du beau temps qui était de retour. Mois de Juin d’après ce qu’elle avait entendu dire ou plutôt, ce qu’elle avait réussi à glaner lors d’une discussion entre deux élèves. Elle aimait bien cette période là de l’année, les températures commençaient à monter, sans qu’on étouffe (en même temps, c’était rare en Ecosse…) mais surtout, dans sa vie d’avant, cela correspondait à la fin de l’année scolaire, à l’approche des grandes vacances. Dans ces moments là, elle passait encore plus de temps avec ses amis dans les rues et c’était donc une période qu’elle appréciait tout particulièrement. Alors bien sûr, maintenant qu’elle était au château, ce n’était pas vraiment la même histoire mais juste pour quelques heures, elle avait voulu s’en donner l’illusion. Emily était donc allée dans le parc de l’école, cherchant des zones peu fréquentées. Elle parvint après un moment à trouver un endroit plus calme. Elle s’alluma alors une cigarette et flâna, regardant le ciel et la nature qui s’offrait à elle. Il y avait un léger vent, encore frais mais dont le contact lui semblait très agréable. Après s’être bien promenée, elle s’était arrêtée juste quelques instants, fermant les yeux, profitant tout simplement de l’air frais, du fait de ne pas être enfermée entre quatre murs. Une sensation étrange l’envahit alors, quelque chose de doux et en même temps de nostalgique voire de mélancolique. Elle avait alors l’impression de ressentir exactement les mêmes émotions que lorsqu’elle traînait avec ses amis Edimbourg. Elle-même n’arrivait pas à comprendre comment cela était possible, comment cette sensation pouvait lui paraître si réelle. Mais elle ne chercha pas plus loin, tout ce qui comptait c’était l’aspecta agréable de tout ça. Emily perdit alors toute notion du temps et elle était incapable de dire quand elle se décida enfin à retourner à l’intérieur pour retourner dans cette partie du château qui lui était réservée, à elle et à tous les gens comme elle. Au fur et à mesure que ses pieds foulaient le sol du bâtiment, la sensation si familière qu’elle avait ressentie juste avant s’envolait. Elle ressentit un pincement au cœur en constatant cela car elle avait vécu un moment si doux et surtout, si particulier qu’elle aurait aimé que cela dure encore longtemps. Seulement elle devait reprendre sa place, retourner dans ses « appartements » et oublier ses rêveries…

Ems était donc assise sur le sol de sa cellule, une feuille de papier et un crayon à la main. Elle avait besoin d’écrire ce qu’elle ressentait. Cette étrange sensation qui l’avait envahie plus tôt dans la journée ne cessait de la hanter. C’était étrange comme cela faisait battre son cœur et en même temps, ça lui nouait la gorge. Il fallait qu’elle crache tout ça, qu’elle mette des mots sur ce truc avant que cela ne la bouffe totalement, avant qu’elle ne se retrouve au fond du gouffre encore une fois. Elle savait que ce beau temps était dangereux, qu’il lui rappelait trop de bons moments et que si elle n’apprenait pas à faire sortir les choses en douceur, un jour ça allait lui jouer des tours. L’écossaise était donc plongée dans ses réflexions, gribouillant sur la feuille, raturant parfois mais avançant tout de même. Elle ne savait pas trop ce qu’elle écrivait, une chanson, un poème, de simples pensées ? Un peu de tout ça en réalité. Elle verrait bien plus tard si elle pouvait en faire quelque chose. Cependant, elle n’eut pas le temps de mettre fin à sa petite entreprise. Alors qu’elle était concentrée elle entendit des bruits de pas et releva la tête. Elle resta alors totalement figée. Face à elle se tenait Alec. Que faisait-il là ? Instinctivement la jeune fille se releva rapidement, ne pouvant pas rester ainsi en position de faiblesse. Seulement voilà, le jeune homme la salua, l’appelant même par son prénom. Puis il lui demanda comment allait ses blessures de manière hésitante. Emily resta totalement figée pendant quelques instants. Les pensées défilaient dans sa tête, elle cherchait une réponse logique, quelque chose qui expliquerait la présence du jeune homme mais à vrai dire, c’était plus flou qu’autre chose dans son esprit.


« Salut… Oui, on m’a soignée tout de suite après… »


Répondre à la question, c’était déjà une bonne étape. Maintenant Emily se demandait quoi faire. Lui hurler dessus ? Lui dire que ce n’était qu’un enfoiré ? D’une elle risquait d’être entendue et de deux, s’il avait l’intention de continuer son œuvre, de lui faire encore mal il serait déjà en train de le faire. Alors qu’est-ce qu’il foutait là ? Les paroles des filles et de Cameron lui revenaient en tête, eux avaient tous un lien avec Alec, disaient qu’il n’était pas comme ça d’habitude, qu’il avait sans doute pété un plomb pour telle ou telle raison. Ems avait elle-même fini par accepter cette idée, par la justifier seulement alors qu’il se tenait en face d’elle, elle revoyait la scène des cachots et c’était tout de suite plus difficile de le voir autrement qu’en tant que son agresseur. Et pourtant, l’expression sur son visage n’était pas du tout là-même, non ça n’avait strictement rien à voir avec ce qu’elle avait pu voir précédemment… Respirant un bon coup, elle se décida à reprendre la parole sur un ton moins hésitant, tout en s’asseyant sur ce qui lui servait de lit.

« Qu’est-ce que tu viens faire ici ? Je veux dire, c’est assez rare que des gens se promènent dans le coin et surtout quand… Enfin bref, assied toi et dis moi ce que tu veux… »

Ems venait vraiment de lui proposer de s’asseoir à côté d’elle. Elle n’en revenait pas elle-même. Si la peur était toujours présente, cette proposition venait sans doute de tout ce qu’elle avait entendu de la part de ses camarades et de Cameron. Elle leur faisait confiance et son arrivée, malgré la surprise du moment, semblait bien pencher vers l’idée qu’il n’était peut être pas aussi effroyable que ça. Son cœur battait cependant bien fort et elle devait se contenir pour ne pas trembler. Etre courageuse, elle l’était d’habitude, dans des moments bien pires alors pourquoi maintenant une telle peur la prenait ? Aucune explication à donner mais ce n’était pas le plus important. Elle voulait savoir, elle voulait comprendre maintenant même si elle ne savait pas comment elle pourrait réagir. Elle était intriguée, elle avait besoin de mettre la lumière sur cette histoire, peut être que ça l’aiderait à oublier totalement au final ? Même si ça n’avait pas été la pire séance de torture elle s’en souvenait encore si parfaitement que cela lui glaçait encore le sang… Oui elle devait savoir, même si le fait de le voir si près ne la rassurait pas, même si elle devait se mettre à trembler comme une feuille, elle devait l’écouter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1931
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Apologies - Emily   Sam 16 Fév 2013 - 12:44

Faire le point, avouer qu’on a tord, se remettre en question. Non, ça n’était pas ce qu’il faisait à 100%, mais au moins, il avait compris qu’il y avait certains problèmes dans sa manière d’agir. Il ne pouvait pas se contenter de rester là, de s’écrouler et de mettre sans arrêt les autres à l’écart tout en leur rejetant la faute quand à sa solitude. Il y avait quelque chose qui déconnait dans cette technique-là. Oui, il avait abusé, c’était clair, et malgré ça, certaines personnes étaient restées. Pas toutes, et il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même. Et dans tout ça, il avait au moins fait quelque chose de relativement positif depuis son retour à la normalité relative, c’est qu’il avait cherché à s’excuser auprès des personnes avec qui il n’avait pas été correct. Bien sûr, ça ne s’était pas forcément exactement passé comme s’il était capable d’oublier sa fierté et de se prendre des remarques dans la gueule sans rien dire, mais au moins, il avait réparé quelques pots cassés. Même Jordane faisait comme si rien ne s’était passé, disons qu’elle faisait en sorte de lui pardonner même s’il avait eu des écarts de conduites et lui… lui, oubliait qu’elle lui avait brisé un coude il y avait quelques semaines. Au passage, il oubliait aussi s’être fait mettre à terre par une fille tout simplement parce qu’il ne s’attendait pas à une telle démonstration de force. Ne pas déconner avec Jordane, ok, c’était bon, ça, il l’avait intégré. Les choses avaient été différentes avec Caitlyn. Oui, il était arrivé pour s’excuser, et c’était ce qu’il avait fait, mais il n’était pas quelqu’un que l’on pouvait prendre de haut, et, s’il avait fait un effort, il n’avait pas apprécié non plus sa manière à elle de réagir. Ça n’était pas maintenant qu’il fallait lui proposer de l’aide. S’il avait été agressif et défait, c’était justement parce qu’à ce moment-là, il aurait eu besoin de quelqu’un pour le tirer du mauvais pas dans lequel il s’était fourré en voulant sauver sa sœur. Mais il n’y avait pas grand monde à avoir compris que s’il avait changé brutalement d’attitude du jour au lendemain, c’était probablement qu’il y avait une raison concrète à ça. Il n’appréciait pas de se retrouver face à quelqu’un qui n’avait jamais souffert de sa vie et était incapable de comprendre que quelqu’un puisse ne pas gérer certaines choses, et encore moins que cette même personne vienne lui faire la leçon et lui dire qu’il pouvait compter sur elle. C’était faux, pas besoin de se leurrer, et encore moins de baratiner. Non, il n’avait eu de l’aide que vers la fin, et celle-ci était venue de Jayden, et de Sovahnn. Il y avait eu Jillian qui s’était accroché aussi, et qu’il avait mit volontairement à l’écart un moment tout simplement parce qu’il se savait capable de la heurter sur des sujets avec lesquels il ne fallait pas jouer. Non, il n’avait pas été seul, mais il ne fallait pas dire non plus que l’aide avait afflué de partout et qu’il n’avait rien vu. C’est simple d’être présent pour quelqu’un qui va bien, quelqu’un d’avenant et de souriant. Ça l’est beaucoup moins quand il s’agit de quelqu’un qui souffre assez pour vous en foutre plein la gueule, tout simplement pour essayer de faire en sorte que, quelqu’un, quelque part, bouge. Il avait eu la sale impression que beaucoup allaient bien alors qu’il se cassait la gueule. Ça n’était pas vrai pour tout le monde, mais il ne pouvait pas supporter que ces personnes là viennent lui faire la leçon après coup. Depuis tout gosse, il n’avait pas eu grand monde pour veiller sur lui : Mack et sa sœur. Et c’était à lui de les protéger, pas le contraire. Maintenant, ce nombre était à peu de choses près, toujours le même, mais Mack était arrivé au château, et lui était capable de se rendre compte que certaines personnes s’étaient bougées, mises en danger même, pour lui venir en aide et qu’il ne pouvait pas faire comme si ça ne s’était pas passé.

Maintenant, s’il avait bien quelqu’un envers qui il devait s’excuser, c’était Emily. Bien entendu, sur le coup, ses intensions étaient bien différentes. Bien sûr, on le prenait pour un connard capable de trucs qui le révoltaient, mais ça n’était pas le cas. Non, il n’avait pas voulu la blesser, plus lui faire peur, et lui donner l’air de quelqu’un qui a réellement passé un sale quart d’heure. Pour la deuxième partie, il avait réussi, c’était clair, mais pour le reste…

Après ça, il s’était amélioré, passant quelques petites heures à fouiller un peu pour être capable de maquiller des personnes de telle sorte à ce qu’elles semblent tout droit sorties d’Hollywood. C’était ce qu’il avait fait pour Cameron et tout ça était très bien, mais il avait perdu du temps de sommeil et de réflexion dans tout ça, et ça s’était également fait ressentir. Maintenant, ce cauchemar était passé et ce, même s’il savait très bien que ça pouvait revenir d’un instant à l’autre. Watterson était sur ses trousses et il ne pouvait faire comme si ça n’était pas le cas. Et pourtant, c’était justement exactement ce qu’il faisait. Dans le fond, il s’occupait à se reconstruire, à aller créer des liens, renouer avec certaines personnes, mais il fuyait le problème et en était parfaitement conscient. Il faudrait qu’il s’en occupe, de cette histoire, bien sûr, mais ça signifiait tellement qu’il préférait toujours remettre ça à plus tard, espérant que les choses se tasseraient, qu’il trouverait des solutions acceptables, que le sort jouerait en sa faveur… bref, beaucoup d’espoir pour peu de résultats en soit.

C’était donc finalement repentant qu’il s’était présenté devant Emily. Bon, ou du moins, c’était presque ça. Dit comme ça, il est aisé de le voir arriver penaud, tête baissé, prêt à la confession et à la prière du soir. Non, ça n’était pas la réalité, mais au moins, il avait le cran de se présenter devant elle avec réellement l’intension de s’excuser et ce, même s’il ne voyait pas trop comment s’y prendre. Ça n’est pas une chose naturelle que de se mettre en telle situation et si quelques personnes sont passées maîtres dans le repentit, ça n’était absolument pas son cas. Non, il était bien trop fier pour ça. Donc, oui, quelques personnes avaient eu le droit à des excuses, plus ou moins bien prononcées, plus ou moins clairement exprimées, mais il avait fait des efforts. Cela dit, il fallait qu’il se soit réellement mal comporté pour en arriver là, et si envoyer chier certaines personnes avait été salaud, il s’était tout de même attaqué à la personne et, là, il avait simplement sérieusement dépassé les bornes.

A son entrée dans la salle, c’était donc mal à l’aise qu’Alec était resté à distance raisonnable de la jeune femme, engageant la conversation sans réellement savoir où il allait. Non, il n’avait pas répété ce qu’il allait dire pendant des heures et c’était maintenant qu’il s’apercevait que, si ce genre de chose était ridicule, il y avait pourtant probablement une certaine utilité à les effectuer.

« Salut… Oui, on m’a soignée tout de suite après… »
« Ouais… super Takuma à la rescousse. Heureusement que ce château est bourré de pseudo-héros pour redresser la barre.. »

Génial Takuma, oui, les gens irréprochables qui faisaient toujours de leur mieux pour faire les choses bien et ne pas réagir trop violemment au reste commençaient à lui courir sur le système. Mais c’est comme ça, et ces gens-là avaient au moins le mérite d’éviter les catastrophes. Il ne pouvait par exemple s’épandre sur le cas de Maxence puisqu’il lui devait à présent la vie et ce, plusieurs fois, et celle de ses proches. Ils lui devaient tous beaucoup d’ailleurs, et ça ne pouvait faire que l’agacer un peu plus. Une histoire de fierté à la Rivers, très probablement.

« Qu’est-ce que tu viens faire ici ? Je veux dire, c’est assez rare que des gens se promènent dans le coin et surtout quand… Enfin bref, assied toi et dis moi ce que tu veux… »

Okay, eh bah disons que ça n’était pas si mal comme début. Déjà, elle ne l’envoyait pas se faire foutre en beauté ce qui… aurait été légitime, et ce qu’il aurait fait avec tonnerre et fracas. D’un autre côté, si elle l’avait fait, sa motivation quoi que fragile aurait probablement volé en éclat. Se raclant la gorge, il était donc allé s’assoir à l’autre bout du lit, un peu plus loin que l’endroit qu’elle avait désigné. La dernière fois qu’il avait parlé à une fille, en étant assis sur un lit devait remonter à son enfance, sur le lit de la voisine. Bon dieu que ça fait loin. Bref, on ne peut pas toujours éprouver la résistance d’un sommier hein.

« Ok, bon, c’est clair que j’me balade pas souvent dans le coin ces derniers temps. Ecoutes, j’suis venu m’excuser, j’ai pété un plomb pendant quelques semaines, et pas de pot, c’est à ce moment-là qu’on s’est croisés. J’ai voulu faire en sorte de créer des dégâts visuels plus que réels, mais j’suis quelqu’un de colérique et ça a pris le dessus. »

C’est bien. Enfin, disons que c’est déjà un début quoi. Il la regardait en face, honteux, certes, mais ça n’était pas une raison pour fixer le plancher à la manière d’un gosse de cinq ans. Enfin, ça n’était pas ainsi qu’on l’avait élevé en tout cas.

« J’ai faillis perdre quelqu’un de proche… ‘fin je l’ai peut être perdu quand même d’ailleurs, j’en sais rien, mais depuis, ya un type qui m’avait en ligne de mire et m’a… j’en sais rien, épuisé. C’est pas une excuse, je le sais, je m’explique, c’est tout. Voilà… c’est bien qu’il y ait eu Jordane et Sovahnn pour réparer mes conneries, mais maintenant, ça se passera plus comme ça, c’est pas normal qu’il doive y avoir quelqu’un pour nettoyer la merde derrière moi, et ça me ressemble pas. »

C’était quelque chose dont il s’était aperçu récemment et qu’il n’appréciait pas des masses. Il s’était tellement écroulé qu’il n’avait même plus eu la force de regarder derrière lui et de s’apercevoir de ce qu’il y laissait. Sovahnn avait beaucoup agit en sa faveur et s’était occupée, comme Logan, de brouiller certaines pistes pour lui laisser le champ libre, ce qui expliquait le peu de retombées (c’est relatif…) qu’il avait eu à subir. Maintenant, il n’avait jamais été quelqu’un qui se laissait vivre, mais il n’avait jamais eu personne pour s’occuper de lui, même sans réellement le dire, et donc, il ne s’en était pas rendu compte tout de suite. Il avait fallu que deux personnes le lui fassent remarquer, et il n’en avait pas réellement pris conscience au premier abord. Ça n’est simplement pas simple de réellement prendre la mesure de choses que l’on ne connait pas.

« Enfin voilà, c’était tout ce que j’voulais dire. Si n’importe quand, t’as besoin d’aide, ou un job de merde à faire qui peut te faciliter la vie, pense à moi, j’te dois au moins ça. »

Troc de bon procédés, c’était peut être un peu facile, mais c’était sa manière à lui de vouloir dire qu’il voulait rééquilibrer la balance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2850
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Apologies - Emily   Mar 5 Mar 2013 - 19:14

Emily n’avait pas trop su comment interpréter la réplique d’Alec à propos de Takuma. Avait-il quelque chose contre lui ? Trouvait-il son comportement trop exagéré ? Elle ne savait pas trop et en même temps ce n’était pas particulièrement intéressant pour elle ni pour la situation actuelle. Mais se concentrer sur ce petit détail était aussi peut être une façon de ne pas trop penser à ce qui se passait en elle. A cette voix de petite fille apeurée qu’elle pensait avoir effacée depuis longtemps, cette voix qui lui conseillait de fuir, de se réfugier dans un coin et de ne pas affronter les choses en face. Ems était une jeune femme fière désormais et elle avait plutôt tendance à tout affronter la tête haute, à museler sa peur aussi vive soit elle juste pour ne pas satisfaire les autres, juste pour conserver au moins son image, une certaine dignité plutôt. Pourtant, elle se rendait bien compte qu’ici, ce n’était pas si simple que ça. Dans les rues d’Edimbourg elle pouvait se le permettre car il y avait sa bande de potes pour la protéger, car elle pouvait se servir de ses poings pour se défendre si un de mecs ne le faisait pas pour elle. Mais dans ce Château, ce n’étaient pas les mêmes règles qui étaient mises en place. Ici, elle était impuissante face à la magie. C’était comme chez elle, face à son père, elle savait qu’elle ne pouvait rien faire. Avant au moins elle pouvait minimiser les contacts avec sa famille et se protéger ainsi tant bien que mal. Mais comme l’avait voulu son père, elle était désormais prisonnière. Une petite souris à la merci des sautes d’humeur des sorciers, de ceux que la magie avait bien voulu honorer de sa présence. C’était souvent dans ce genre de moments que son ressentiment refaisait surface. Dans ces instants là elle se demandait pourquoi elle était ainsi, pourquoi elle n’était qu’une cracmolle incapable de faire un sort. Si pendant un temps elle avait eu l’espoir que la magie se réveille finalement en elle, cet espoir était mort après son premier séjour au cachot. Si elle n’avait pas pu se protéger de la barbarie des autres c’était bien que la magie ne voulait pas d’elle. Alors oui, elle était comme les autres, sauf qu’elle en savait plus que la plupart des moldus prisonniers ici, que lorsqu’elle entendait un sort, elle savait souvent ce qui allait sortir de la baguette. Ce savoir non plus n’était pas toujours un cadeau, la peur n’avait de fait pas la même forme. Mais elle devait vivre avec. Et si parfois elle avait envie de fondre en larmes et de laisser son corps trembler à souhait, elle savait aussi qu’il fallait qu’elle affronte les difficultés pour ne pas finir comme toutes ses âmes en peine qui seraient au final libérées par la mort plus qu’autre chose. Et puis, Alec n’était clairement pas venu pour continuer son œuvre, elle voulait s’en convaincre et elle eut raison d’y croire.

Affronter son regard n’était pas vraiment facile mais s’il faisait l’effort de la regarder en face, elle devait soutenir ce regard, elle devait montrer qu’elle était forte. Il était si proche d’elle, ça en avait un côté effrayant et pourtant, lorsqu’il commença à parler, elle comprit. Des excuses ? Il fallait bien avouer que ce n’était pas vraiment monnaie courante dans le coin. Non, en réalité c’était bien la première fois qu’elle en entendait de la part de quelqu’un qui semblait se ranger du côté des Supérieurs. D’ailleurs le fait qu’il déclare avoir voulu faire des dégâts plus visuels montrait bien qu’il n’était pas réellement de ce côté-là. Encore une fois, ce n’était que la confirmation de ce que Cameron lui avait dit. Pourtant Emily ne se sentit pas le courage de répondre quoi que ce soit. Son cœur se calmait un peu même si le rythme restait soutenu. Mais ce n’était pas pour autant qu’elle parvenait à articuler quoi que ce soit. Son esprit était en train de s’embrouiller clairement aussi elle le laissa continuer, essayant de tout assimiler. Et lorsqu’il se mit à raconter son histoire ce fut encore plus le bordel dans la tête de la jeune femme. Elle était d’accord sur un point : quoi qu’il pouvait raconter, à ses yeux cela ne justifierai pas ce qu’il avait fait. Pourtant, malgré la colère qu’elle avait entretenue contre lui, elle restait humaine. Le simple fait qu’il vienne s’excuser le rendait différent des autres Supérieurs et faisait qu’elle n’arrivait pas à le couper de tous sentiments humains. Elle-même avait dit à Jordane et Sovahnn qu’il devait lui être arrivé quelque chose pour qu’il s’en prenne ainsi à elle. Cependant, c’était bien plus facile de le dire que de le croire vraiment, que d’en être pleinement convaincue. Après tout, elle aussi avait perdu quelqu’un, vraiment perdu et ce n’était pas pour autant qu’elle s’était mise à torturer des gens… Bon elle n’était pas non plus dans un cadre propice à la chose mais tout de même. Non elle ne pouvait pas prendre ça comme une excuse mais pouvait-elle encore le haïr ? Après tout c’était tellement facile de le haïr, cela résolvait bien des soucis… Mais il enchaîna, ne lui laissait pas le temps de résoudre ses petites réflexions internes. Voilà qu’il lui proposait ses services, en quelque sorte. Ce devait être pour lui un moyen de remettre les choses en ordre… Emily baissa alors le regard, fixant le sol quelques instants. Elle avait besoin de remettre les choses en ordre et son regard ne l’aidait pas. Il la perturbait, il défiait tous les codes. La réflexion manichéenne qu’elle avait l’habitude d’entretenir était bien plus facile à supporter. Les gentils d’un côté, les gros méchants de l’autre. Pas plus compliqué que ça et au moins ça évitait les questionnements sur ce qui pouvait motiver les gestes de quelqu’un, sur le fait de savoir si leurs bourreaux n’étaient pas au final encore des êtres humains… La jeune femme avait comme l’impression de devenir folle et c’était plutôt désagréable comme sensation elle devait bien l’avouer.


« Je… Ça a du te demander du courage de venir me voir… »


Finalement, la voix de la jeune femme avait fini par s’élever. Elle était altérée, très hésitante. Ses amis ne l’auraient sans doute pas reconnue sur le coup. Elle qui passait plutôt pour la fille sûre d’elle, prête à foncer dans le tas dans n’importe quelles circonstances, voilà qu’elle était désormais timide presque timorée, qu’elle hésitait à sortir une phrase alors qu’elle était en temps normal plutôt adepte des punch lines. Et merde, il fallait qu’elle se ressaisisse. Le problème, c’était qu’elle ne savait pas quoi répondre à ça, elle ne savait même pas si elle avait envie d’accepter ce petit marché qu’il venait de lui proposer. Agacée, perdue, Ems se leva alors brutalement et se mit à faire les cents pas dans la pièce. Alec ne devait pas trop comprendre ce qui lui arrivait. Elle aurait pu simplement le laisser partir mais elle avait besoin de tirer ça au clair. Non, elle n’avait pas envie d’être hantée encore et encore par toute cette histoire. Après quelques instants elle s’arrêta enfin et affronta de nouveau le regard d’Alec. Prenant une grande inspiration elle parvint enfin à mettre quelques mots sur son état d’esprit.

« J’accepte tes excuses mais je ne suis pas franchement sûre de te pardonner. Tu t’en fous certainement mais je tiens à te le dire. T’as été honnête alors il faut que je le sois aussi. Je peux pas oublier ce que tu as fait, même si tu as essayé de minimiser les dégâts… Ce genre de trucs, ça reste… Ancré. »

Oui c’était le bon terme. Les souvenirs étaient ancrés dans sa mémoire. Elle sentait encore cette impression d’impuissance, elle se voyait encore comme la petite chose fragile incapable de faire le moindre geste pour se défendre. Le poing d’Emily rencontra alors brutalement le mur. Elle ferma les yeux quelques instants, gardant son bras tendu. Respirer. Son cœur se calma enfin et tout redevint un peu plus clair. Son geste avait été un peu violent mais elle s’en voulait d’être aussi troublée, d’être incapable d’avoir l’air digne. Elle détestait ses faiblesses et cela l’énervait encore plus quand elle les affichait de la sorte. La faiblesse était à bannir ici alors elle ne devait pas l’exposer de la sorte, non certainement pas. Finalement, elle s’approcha d’Alec et se stoppa juste devant lui. Cette fois elle était bien plus calme, elle le regarda droit dans les yeux.

« Je ne veux pas que ta faveur soit dirigée vers moi, j’aurais l’impression d’être un truc fragile. Par contre, je sais que t’es en contact avec Cameron. Je veux que tu veilles sur lui. Alors oui lui voudra pas, il a de la fierté et je ne te demande pas d’être sa baby sitter. Juste que tu le tires d’affaire s’il a des emmerdes. C’est tout ce que je te demande, d’éviter qu’on le tue… »

Les derniers mots avaient été difficiles à prononcer, peut être car il montrait clairement la possibilité que son grand frère disparaisse, qu’il fasse à son tour partie de la longue liste des victimes. Cependant, il fallait qu’elle exprime clairement ce qu’elle voulait. Cameron la tuerait sans doute s’il entendait ça pour le coup mais elle s’en foutait. C’était la seule chose qu’Alec pouvait faire pour elle et elle espérait qu’il allait accepter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1931
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Apologies - Emily   Dim 10 Mar 2013 - 11:17

Se remettre en question. Se taire, parce qu’on a tord, et que dans tous les cas, quoi qu’on puisse faire, ça ne changera pas le passé. Avouer ses fautes, se rabaisser, fixer le sol peut être même, se confesser, dans tous les cas, ne pas aller à la bataille, ne pas aller à la justification, ne pas aller au drame, parce que quoi qu’il se passe, on n’est pas en position de répliquer. Non, ça n’était pas quelque chose qu’il avait l’habitude de faire. Bien sûr, il était loin d’être un saint et, ici, la plupart des personnes le considéraient certes comme quelqu’un de sociable quand il était saoul, mais c’était à peu près tout. Dès qu’il n’avait pas envie qu’on l’approche, la démarche était claire et nette. La plupart des personnes ne pouvaient réellement le connaître puisqu’il ne leur en donnait pas la possibilité. Il s’était même rendu compte que certains le considéraient tellement comme un être ignoble, sans morale ni cœur, qu’il serait capable de blesser, violer, droguer, tuer peut être, il n’en savait rien, comme si ça ne comptait pas. Est-ce qu’il pouvait réellement leur en vouloir ? Ce genre de conneries, à défaut de le blesser, le choquait. Mais est-ce que ces personnes-là ne seraient pas dans le vrai à propos de lui ? Il n’était peut être pas la personne qu’il avait l’impression d’être. Après tout, à force de cacher certaines choses, on se forme un masque qui peut parfaitement devenir la réalité. Et si c’était ce qu’il était devenu à force ? Une personne renfermée, aigrie, amère, capable de renverser, de blesser, de trahir, de n’agir que pour son propre intérêt ? Une fois en danger, ou lorsqu’un proche à lui l’était, il avait découvert qu’il était capable de perdre pied et de faire les choses efficacement, de quelque manière que ce soit. Efficacement ? Non, pas forcément. Il avait simplement affreusement besoin de faire quelque chose, même si ça ne faisait que blesser, même si ça signifiait sa propre perte. Il avait toujours été quelqu’un d’emporté, quelqu’un d’incapable d’agir en ayant maturé les choses avant de se lancer dans la gueule du loup. Ça, ça lui porterait préjudice, il l’avait toujours su, mais … à ce point ? Oui. Oui, il avait tué un homme, il s’était emporté, avait cogné, blessé, détruit. Il avait torturé une femme, lui avait fait peur, avait encré chacune de ces sombres minutes dans son esprit, lui montrant parfaitement que c’était lui le boss, qu’il avait le pouvoir sur elle, et, qu’entre ses mains, elle n’était rien.

Voilà ce qu’il était.


« Je… Ça a du te demander du courage de venir me voir… »




« Mouais, c’est pas précisément ce que j’aurais dit. »

C’était les remords qui l’avaient poussé ici. Il était mal, oui, et ce depuis un bon moment, et s’il n’avait pas toujours vécu des choses faciles, il savait parfaitement que ça n’était pas une raison de péter un plomb comme ce qu’il avait fait. Il se devait d’être fort et indestructible, d’être un roc, de ne pouvoir s’écrouler, comme ce qu’il avait toujours cherché à être. Comme Logan finalement. Oui, il était tombé sous les sortilèges des Supérieurs, mais dès son réveil, il avait su rétablir les choses. Imposant, il avait su agir comme il le fallait, pas forcément de la bonne manière, pas toujours avec perfection, mais il était là quand on avait réellement besoin de lui, il savait encaisser comme personne d’autre et semblait l’archétype parfait de l’Homme solide qui ne flanchait jamais. En réalité, si Alec le connaissait et savait ses faiblesses, il ne pouvait se sentir… petit, face à lui. Il lui semblait n’être rien qu’un gosse qui vit toujours dans son petit monde. Il n’avait jamais été gâté pourtant, mais il était quelqu’un de perdu, qui n’avait pas de plan, de certitudes. Il lui semblait, finalement, trembler face au monde dès lors que celui-ci menaçait de lui prendre les seuls piliers sur lesquels il avait jamais pu s’appuyer. Ils étaient peu, ceux-là, et, alors que perdre sa sœur l’avait hanté pendant des semaines, Alec s’était surtout rendu compte qu’il avait toujours sous-estimé le bien que certaines personnes pouvaient lui apporter. Depuis tout gosse, il avait l’impression de n’avoir fait que voir le côté sombre des choses sans jamais faire l’effort de se dire que le problème venait peut être aussi en partie de lui. Bien sûr, il n’avait pas eu l’enfance rêvée qu’il avait pu observer en silence autour de lui. Bien sûr, tout n’avait pas été rose, et faire semblant que c’était le cas n’avait peut être pas finalement été la meilleure stratégie. Il s’était toujours protégé de tout et de tout le monde, ne laissant que Janie et Mack entrer dans son petit monde parce qu’elles ne lui avaient pas laissé le choix. Il était gosse, elles avaient toujours été dans son entourage, et les choses s’étaient formées ainsi. Adulte, il n’avait jamais laissé qui que ce soit le percer à jour. Il ne s’était forcément montré antipathique pour autant, mais il ne leur laissait pas leur chance, c’était aussi simple que ça. Mais si Logan était le modèle type de l’homme qu’il aurait voulu être, il ne voulait pas de son incapacité totale à laisser les autres briser sa coquille. Ils étaient les mêmes, l’un l’autre, mais il y avait des nuances qu’il voulait soit creuser, soit minimiser. Logan ne s’en sortirait pas seul, et, qu’il le veuille ou non, il ne le serait pas, plus maintenant. Il avait sa famille, même si celle-ci se résumait en la personne d’Alec ; il avait Aileen, bien sûr, mais aussi Ismaelle et Maxence, et, lui, lui souhaitait réellement de comprendre que tout ça a de l’importance, tout simplement parce que lui-même, s’il n’avait pas eu, finalement, des proches capables de le supporter alors qu’il était au fond du gouffre, présents pour veiller sur lui autant que, lui, les laissait agir (ou l’ignorait), il n’aurait sans doute pas pu s’en sortir. Rester proche de quelqu’un qui va mal, ça n’est pas une mince affaire, surtout quand il s’agit de lui, mais il avait été soutenu, et, ce, même s’il ne voulait pas de ces présences, de ces aides, même s’il les dénigrait. Au final, le jeune homme, comme son cousin, avait sous-estimé les relations humaines. Son avis ne changeait pas par rapport à la plupart de l’humanité, mais disons que Jayden lui avait apprit certaines choses, et il avait compris qu’il ne pouvait pas essayer de tout affronter seul, qu’il y resterait et que, vu son comportement, il en embarquerait probablement d’autres dans son sillage. Tout cela revenait au fait qu’il était capable de … de trop, de toute manière, lorsqu’il paniquait pour un proche et quand, sans avoir de nouvelles, il perdait la raison, fou d’angoisse, probablement. Etre sans arrêt dans l’attente d’une annonce de cet acabit est affreux, mais, et il n’irait pas le démentir, ça n’était absolument pas une raison pour accabler les autres. La jeune femme s’était mise à faire les cent pas, agacée, stressée, perdue, peut être, il n’en savait rien. Depuis le début, le Serpentard ne se sentait pas à sa place, alors un peu plus, un peu moins, ça ne changeait pas grand-chose dans l’absolu. A force de la voir faire des allers retours, il avait même hésité à s’en aller, à la laisser à ses réflexions, mais, fuir ainsi, à l’instant, il n’en était pas question. Alors, sans un mot, il avait observé la crackmol déambuler. Et puis, d’un coup, la jeune femme avait stoppé net son petit manège, braquant son regard dans celui d’Alec qui, surpris, lui avait rendu son attention avec des yeux ronds. Si elle lui avait foncé dessus pour le bourrer de coups, honnêtement, il n’en aurait pas été étonné, mais non.

« J’accepte tes excuses mais je ne suis pas franchement sûre de te pardonner. Tu t’en fous certainement mais je tiens à te le dire. T’as été honnête alors il faut que je le sois aussi. Je peux pas oublier ce que tu as fait, même si tu as essayé de minimiser les dégâts… Ce genre de trucs, ça reste… Ancré. »

Hochements de tête. Non, il ne se la ramenait pas, et un Alec humble, ça valait le coup d’œil, parce que ça n’était pas quelque chose qu’on pouvait observer tous les jours. Il n’était pas une pauvre petite chose honteuse, mais il savait avoir mal agit, et s’il avait des limites bien personnelles sur ce qui était acceptable, et ce qui ne l’était pas, là, ses barrières, il les avait explosé. Quelques fois, il faut savoir dépasser sa fierté, c’était tout, alors il ne répondait pas, par respect en fait, tout simplement. Parce qu’il n’y avait rien à dire.

Frustrée, Emily avait fini par claquer son poing contre le mur. Elle tremblait, n’était pas calme, elle semblait sans arrêt sur la tangente, bref, Alec avait été une fois à cette place-là, envahis par des émotions qu’il ne savait pas gérer, et, clairement, il n’avait fait que des conneries, et n’avait pas supporté cet état fébrile, de faiblesse apparente. Ses failles lui semblaient alors apparaitre à tout le monde et c’était quelque chose qu’il était parfaitement incapable de bien vivre. Mais dès l’instant où le coup était partit, la jeune femme était revenue vers lui, plus calme, son regard se plantant droit dans le sien, assuré. Elle avait repris de la contenance, et lui, n’était pas réellement sûr d’apprécier ça.

« Je ne veux pas que ta faveur soit dirigée vers moi, j’aurais l’impression d’être un truc fragile. Par contre, je sais que t’es en contact avec Cameron. Je veux que tu veilles sur lui. Alors oui lui voudra pas, il a de la fierté et je ne te demande pas d’être sa baby sitter. Juste que tu le tires d’affaire s’il a des emmerdes. C’est tout ce que je te demande, d’éviter qu’on le tue… »

Risible.

Ils étaient en contact, oui, et c’était droit en plein danger que le Serpentard l’avait envoyé la dernière fois. Il lui rendait des services pour obtenir ce qu’il voulait, or, à partir de là, Alec le mettait forcément dans la merde. Et en parallèle de ça, on lui demandait de veiller sur lui.

Risible.

Etouffant un petit rire, le jeune homme s’était pincé l’arrête nasale, fermant un instant les yeux en souriant doucement. Cette situation avait tout de l’incongru et, plus ça allait, plus il la trouvait tristement drôle. Il y avait de quoi rire jaune dans tout ça. Comment était-il censé sortir ce mec d’affaire, quand il pouvait à tout moment provoquer son infortune ? Dans leur deal, le sorcier s’écartait justement volontairement des emmerdes avec les Supérieurs, pour calmer la situation actuelle, trouver des solutions en évitant de s’impliquer clairement, et donc, d’impliquer ses proches qui, pourtant, n’avaient rien à voir avec tout ça.

Eviter qu’on le tue…

C’est tellement macabre et angoissant d’entendre ça de la part d’une personne comme Emily. Elle était probablement un peu plus jeune que lui, et, finalement, ça ne comptait pas tant que ça, c’était juste que… qu’ils étaient tous trop jeunes, trop immatures, trop crédules, trop … on pense toujours que ça n’arrive qu’aux autres, mais c’est faux, et quand on se rend réellement compte qu’on est impliqué dans quelque chose de beaucoup plus gros que nous, absolument pas gérable, ça fait toujours une impression de vide profond. Oui, ça faisait un moment qu’il était conscient de tout ça, bien évidemment, mais, là, le danger n’était pas dirigé vers lui, ces mots crus, ne lui appartenaient pas et, à partir de là, ils prenaient un sens tout autre.

« Ok. »

Redressant le regard, le jeune homme s’aperçu qu’il les avait braqué quelque part dans les jambes de la jeune femme, perdu dans ses réflexions, sans réellement s’en rendre compte.

« J’peux pas te promettre qu’en effet, d’ici … »

Quoi ? Quelques semaines ? Mois ? Années ? Comment serait le futur ? Quand tout cela allait-il s’arrêter ? Est-ce que ça cachait quelque chose de plus important encore ? Est-ce qu’il y aurait pire ou tout s’arrêterait-il d’un bloc, comme s’il ne s’était rien passé ? Toute époque sombre commence sans qu’on pense que ça va durer. Alors quand ? Que mettre comme échéance ?

« … quelques temps on va dire. J’te dis pas que d’ici là, il sera toujours en vie, c’est pas quelque chose que j’peux affirmer. Mais j’ferais tout ce que j’peux. »

Ça, il en était capable, même si ça allait clairement contre son naturel profond, même si ça le mettait en danger, et qu’il n’aimait pas le regard qu’on pouvait porter sur lui dans ces cas-là, tout simplement parce que les Supérieurs, eux aussi, avaient une vision périphérique et que le jeune Rivers s’inquiétait de ceux qu’ils verraient autour de lui. Dans tous les cas, oui, il pouvait aider, et il allait, de toute manière, falloir qu’il s’y force, parce qu’il se sentait… disons que ça n’allait pas, que quelque chose dans son comportement de ces derniers temps déconnait et qu’il avait besoin de rétablir un peu un certain équilibre. Il y avait eu des personnes autour de lui à lui offrir plus que ce qu’il avait jamais espéré des autres, et, à partir de là, Alec en était tout simplement arrivé à se remettre en question et à se demander s’il ne s’était simplement pas planté sur toute la ligne quand à ceux qui pouvaient l’entourer. Quelque part, oui, là aussi, il réglait ses dettes, à sa manière disons.

Se raclant la gorge, le jeune homme s’était redressé.

« Voilà, c’est tout, j’pense qu’on a fait le tour, et que j’suis pas précisément la personne dont t’as envie autour de toi, donc j’vais y aller, à moins que t’ais autre chose à rajouter. »

Ça pouvait paraître froid, oui, et ça l’était probablement d’ailleurs, mais il ne voulait pas qu’ils passent quatre heure à se regarder dans le blanc des yeux, se demandant quoi raconter. Lui qui était toujours à l’aise, tout le temps et face à qui que ce soit ne savait pas gérer ce genre de situation, c’était un fait. De plus, il ne fallait pas être un géni pour comprendre que sa présence perturbait la jeune femme, rester plus que ce qui était utile lui semblait donc déplacé, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2850
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Apologies - Emily   Mar 12 Mar 2013 - 11:12

Emily avait un peu de mal à réaliser qu’elle venait de demander un truc pareil à Alec. Cela semblait tellement fou, tellement irréel. Se dire qu’elle en était arrivée à demander à quelqu’un qui l’avait torturé de veiller sur le seul être cher qu’elle avait ici. Mais surtout, dans le fond, se dire qu’elle en était au point d’espérer qu’on ne tue pas ses proches. Il ne s’agissait même plus de prier pour que rien de mal ne leur arrive mais juste pour que cela ne les mène pas face à la grande faucheuse. Car il fallait être réaliste, n’importe qui ici savait bien qu’échapper à la souffrance était tout bonnement impossible. Elle était devenue camarade de route pour chaque personne de ce Château, une ombre envahissante qui pouvait soudainement vous engloutir et faire de votre vie un puits sans fond, un gouffre sans sommet, un endroit dont on ne peut plus s’échapper. Pourtant, Ems avait réussi à battre cette douleur, elle avait su l’apprivoiser et même si parfois elle se sentait flancher, elle vivait avec du moins elle survivait. Mais pour cela elle avait besoin que la mort reste éloignée d’elle, que rien ne vienne perturber l’équilibre fragile qu’elle s’était construit. La disparition de Cameron serait sans doute la pire chose pour son équilibre, ce serait sans doute la fin de tout à ses yeux aussi elle devait prier, espérer pour qu’il tienne le coup et surtout, que personne n’en vienne à l’achever. Voilà pourquoi elle avait du prononcer ces mots si difficiles, pourquoi elle avait du mettre des termes sur un crainte qu’elle n’aurait jamais pensé connaître. Après tout, ce n’est pas dans l’ordre des choses à 18 ans de se demander si ses amis ne vont pas mourir, à tout moment être aux aguets. Et pourtant, elle ne pouvait échapper à la réalité. D’un autre côté, elle savait aussi que demander une telle chose était un peu utopiste. Si les Supérieurs voulaient vraiment tuer Cameron, qu’Alec s’interpose ou non cela ne changerait rien. Ils étaient bien trop forts, bien trop puissants et surtout trop nombreux pour que son ancien agresseur puisse réellement faire quoi que ce soit. Seulement, elle savait que malgré tout, en tant que sorcier, il avait les capacités parfois de limiter les dégâts, de faire en sorte que son grand frère soit tiré d’affaire sans trop de complications. Alors bien sûr, ce n’était pas parfait mais c’était mieux que rien. Et puis de toute façon, elle se voyait mal lui demander une faveur pour elle. Ce serait comme revenir en arrière, se mettre une nouvelle fois dans la position de la personne soumise, dominée, incapable de rien faire pour sa propre survive, pour soi-même, obligée d’espérer et d’attendre que quelqu’un d’autre vienne à son secours. Malgré tout, elle conservait une certaine fierté et si on lui enlevait ça, elle risquait fort de ne plus être grand-chose, qu’une âme en peine et cela ne l’intéressait franchement pas. Ems voulait rester pleinement en vie. Cela ne servait à rien que son cœur continue à battre si elle n’avait plus rien d’humain, si elle n’était plus qu’une chose rampante, soumise à la peur et à la douleur exclusivement.

De fait, aussi absurde que cela puisse paraître, elle avait tout de même réussi à lâcher ces quelques mots et elle guettait la réaction d’Alec, dans un étrange entre deux. Quand elle vit un sourire sur son visage elle fut clairement étonnée mais se retint de faire la moindre réflexion, préférant attendre qu’il s’exprime. Mais au fond, ce sourire la dérangeait. Elle le trouvait malsain, il avait quelque chose de pas naturel, quelque chose de vicelard. Pourtant, elle voyait bien que derrière ce n’était pas de la vilenie ou quelque chose de ce genre qui se cachait. Non, cela sentait plus l’ironie, un sentiment bien plus sinueux, bien plus difficile à définir. De toute façon, ce n’était pas son problème de savoir ce qui se cachait derrière les expressions faciales du jeune homme mais elle devait tout de même avouer que cela l’intriguait pas mal. Maintenant que sa peur s’était atténuée et bien qu’elle ne se sentait pas ultra à l’aise en sa présence, elle parvenait tout de même à l’observer plus facilement, à chercher à le décrypter un minimum sans que cela ne la rende malade. Mais pour le coup, elle ne parvenait pas à comprendre, à lire entre les lignes. Ce type était clairement une énigme. Rien ne semblait logique avec lui, entre son pétage de plomb et ses excuses, ce n’était pas toujours facile de le suivre. Mais l’important pour le moment c’était la réponse qu’il allait donner. Même si cela ne changerait pas grand-chose en soi, ce serait forcément la création d’un espoir pour Emily. L’idée que Cameron pourrait être un minimum protégé jusqu’à ce qu’enfin il puisse rentrer chez lui… Les minutes lui parurent extrêmement longue jusqu’à ce qu’enfin Alec lâche un simple mot pour marquer son approbation. Un certain soulagement s’invita alors chez la jeune femme. Cependant, alors qu’il relevait la tête pour la regarder de nouveau en face, elle comprit qu’il souhaitait ajouter quelque chose. La demoiselle resta alors parfaitement immobile, attendant. La tempête en elle s’était quelque peu calmée, si elle ne pouvait pas dire qu’elle était à l’aise en présence du sorcier, elle parvenait tout de même enfin à garder un certain contrôle sur elle-même, à ne pas péter littéralement une durite comme précédemment et c’était déjà pas mal en soit. L’ajout d’Alec tomba enfin. Le jeune homme précisa alors qu’il ne pouvait promettre de garder Cameron en vie tout le temps. Emily ne pu retenir alors un sourire purement ironique. Elle-même s’étonnait d’être capable d’une telle réaction dans un moment pareil mais elle n’avait rien contrôlé, ses lèvres s’étaient étirées toute seule. Elle devait bien avouer au final que la situation était presque comique. Mais surtout, elle s’amusait clairement de la réponse du sorcier, il la prenait pour une idiote ou bien ? Elle savait bien qu’il ne pouvait pas se transformer en superman, elle n’était pas stupide. Ne pouvant s’en empêcher, Ems lâcha alors quelques mots en guise de réponse.

« Je sais bien, je connais bien le monde dans lequel on vit, il parait même que je suis aux premières loges pour savoir que conserver la vie de quelqu’un est loin d’être une tâche facile… »

Bon ok, ce n’était clairement pas correct de lui répondre comme ça alors qu’au fond, il venait d’accéder à sa demande. Mais malgré tout ses efforts pour ne pas réagir vivement face à lui, pour saluer son effort quant au fait qu’il soit venu lui faire des excuses, sa peur était en train de se muer en amertume. Elle l’avait prévenu, elle ne pouvait pas promettre de le pardonner et elle le sentait bien, au fond d’elle, que physiquement elle n’en était pas capable pour le moment. C’était plus fort qu’elle, elle avait ce besoin de lui renvoyer la balle, sans pour autant tomber dans la vengeance mais juste, elle ne pouvait pas être simplement correcte, se taire et le laisser tranquille. Quelque chose lui donnait envie d’user de sa capacité à manier les mots et à faire des réponses acerbes contre lui. Enfin, heureusement Alec semblait avoir compris que sa présence n’était pas forcément facile à gérer pour la demoiselle puisqu’il se redressa finalement, faisant comprendre qu’il allait la laisser n’ayant rien de plus à lui dire. Emily prit alors le temps de respirer, il valait mieux qu’elle lui réponde de manière un minimum cordiale après ce qu’elle venait de lui sortir. Parce que bon, il allait peut être laisser passer le fait qu’elle le prenne pour un idiot une fois mais sans doute par deux, fallait pas abuser non plus. Chercher la merde en permanence n’était clairement pas la meilleure chose à faire.

« Non, tu peux y aller… »

Sobre, simple, sans doute la meilleure réponse à faire. Cependant, avant qu’il n’ait le temps de partir, Emily eut un certain éclair. Si ce type lui avait fait ça c’était sans doute parce qu’il essayait de se ranger du côté des Supérieurs pour X ou X raison. Le truc, c’était qu’Ems savait bien que son frère surveillait ses fréquentations et il serait forcément au courant que quelqu’un était venu la voir. Ne pas le prévenir serait sans doute une connerie. Même si elle n’avait nullement envie de le plaindre, Alec devait avoir assez d’emmerdes comme ça, pas la peine de lui en rajouter.

« Par contre, y’a mon frère, Stefen, qui risque d’être au courant que t’es passé par ici. Et comme c’est une belle salope qui lèche le cul des Supérieurs, je te conseille de trouver une excuse débile si jamais il vient te chercher des noises. Il est pas franchement costaud mais il a des relations ce con. »

Oui, elle devait au moins le prévenir parce qu’elle connaissait son frère par cœur et elle savait que s’il obtenait la moindre information lui permettant de gravir les échelons il ne se gênerait pas. Sur ce, Emily retourna s’asseoir sur ce qui lui servait de lit, décidant de se plonger à nouveau dans ses pensées, essayant d’oublier cette petite entrevue, cherchant un refuge quelconque dans un imaginaire perdu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 1931
Date d'inscription : 12/05/2011
Crédits : moi
Double Compte : Marek, Kazuo, Takuma, Sovahnn, Maxence, Jordane, Jake



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1038-alec-s-links
MessageSujet: Re: Apologies - Emily   Jeu 14 Mar 2013 - 10:41

Encaisser, s’en sortir, faire comme si ça allait parce que, de toute manière, sans ça, on ne peut que s’écrouler. Non, il ne vivait pas particulièrement bien les évènements de ces derniers jours, mais que dire ? Tout le monde était comme ça, et il savait parfaitement qu’il ne pouvait s’étendre sur le sujet. Les choses étaient ainsi, point final. Le monde se refermait sur lui et c’était ce qui le faisait le plus flipper. Il sentait le piège l’encercler et ne savait pas s’il saurait s’en sortir. La dernière fois, il avait discuté avec Logan, assez pour lui faire comprendre que, ce qu’il avait vécu jusque là n’était probablement pas anodin et encore moins de sa propre volonté. Oui, il lui avait fallu un bon moment avant de comprendre ça, mais, voilà, quand on frôle la mort, on n’a pas toujours l’esprit parfaitement clair, surtout si un connard nous empêche de nous en remettre parfaitement au niveau physique. Autant commencer petit. Pour ce qui était du moral… comme disait Emily, ça restait encré, c’était là, une putain de faiblesse, une angoisse de n’être que balloté par la marée, incapable de faire quoi que se soit alors que les rochers se rapproche. Il savait qu’il s’y ferait déchiqueté, encore une fois, mais seul ? Ou non ? Sovahnn était là, bien sûr, il y pensait, parce qu’elle lui avait probablement sauvé la vie, parce qu’il avait pris une place différente dans ses pensées et que, lui, ne savait pas comment gérer ça, tout en sentant qu’autre chose avait changé. Elle ne pouvait s’empêcher de voir ce qui s’était passé, de l’imaginer de nouveau dans cet état, et bordel, ça le rendait fou. Alors, oui, il avait besoin d’agir, sans arrêt, mais sur quoi ? Le problème était là. Il fuyait les réelles difficultés parce qu’il savait très bien que les affronter risquait de lui coûter la vie et, si ça n’était pas le cas, il devrait tuer un homme. Et revenait cette crainte de l’impuissance, de n’être qu’un regard passif sur la vie qu’il perdait, la considération, la puissance. Il ne pouvait pas être un gosse effrayé, on le lui avait bien assez expliqué, autrement qu’avec des mots. Il ne pouvait se contenter de se voir naviguer sans but, sans contrôle.

« Je sais bien, je connais bien le monde dans lequel on vit, il parait même que je suis aux premières loges pour savoir que conserver la vie de quelqu’un est loin d’être une tâche facile… »

Et un sourire amer. Prend moi pour un con tient.

« Sans blagues. »

Lui était aux premières loges pour… pour quoi d’ailleurs ? C’était le plus con, à la base il avait des avantages, il avait un titre, un respect, il savait s’imposer et gardait un grade qui lui importait, mais avec la maladie de sa sœur, Alec avait renoncé à ça sans réellement le comprendre et, Logan, lui, avait signé le contrat de sa propre déchéance. C’était la merde, clairement, et ils perdraient forcément quelqu’un. S’ils voulaient réellement savoir des choses sur le directeur des Serpentards, c’était à Aileen qu’il fallait s’en prendre, elle ne tiendrait probablement pas deux minutes. Et non, il n’avait rien dit sur elle, et ça avait tendance à le foutre en rogne, sachant qu’il ne supportait pas cette fille. Mais il aimait son cousin, curieux dilemme sachant que c’était lui qui le foutait dans cette situation ingérable. Et puis, il y avait Dakota, elle aussi, finalement, il l’avait couverte. Bref, dans ce qu’il disait tout à l’heure, il ne parlait pas réellement du fait basique de sauver une vie et de veiller sur une personne, mais, en plus des raisons purement pragmatiques, il savait également que, si le choix se présentait entre ses proches et Cameron, il laisserait le jeune homme se faire tuer. Le problème était qu’il ne pourrait jamais être seul dans l’histoire et que s’il se mettait en première ligne de mire, d’autres en pâtiraient. Pour le reste, le ton, le sarcasme, honnêtement, il s’en foutait, disons qu’il avait d’autres chats à fouetter actuellement qu’une fille qui tentait de lui rendre la mesure de ce qu’il avait fait par tout ce qu’elle pouvait trouver. En temps normal, ce genre de choses, il ne l’aurait pas accepté, mais là, déjà, il ne se sentait pas l’autorisation de lui faire quelque réflexion que ce soit, et ensuite, vraiment, il n’avait pas la tête à ça.

« Non, tu peux y aller… »

Je remercie sa Grâce de me congédier…

Mais alors qu’il faisait demi tour, le crâne farci de tout ce qu’il pouvait ou ne pouvait pas faire pour améliorer les choses, la voix de la jeune femme s’éleva de nouveau dans son dos.

« Par contre, y’a mon frère, Stefen, qui risque d’être au courant que t’es passé par ici. Et comme c’est une belle salope qui lèche le cul des Supérieurs, je te conseille de trouver une excuse débile si jamais il vient te chercher des noises. Il est pas franchement costaud mais il a des relations ce con. »
« Stefen est ton frère ? Bah ça doit être sympa les réunions de famille tient… »

Au moins autant que les siennes. Dans tous les cas, il se doutait qu’en effet, l’enfance de la jeune femme n’avait pas dû être drôle, en particulier ses onze ans passés. Une crakmol chez une famille de sorciers de sang pur, ça la fout mal. Toute la déception et l’angoisse des jugements de ses parents avaient dû converger vers elle : que de réjouissances !

« J’ai déjà cassé la gueule à la plupart de ses potes, j’devrais m’en sortir merci. »

Là encore, sa réponse était plus ironique qu’autre chose, surtout quand on savait que ces raclures s’étaient mis à le faire chier au moment précis où il était épuisé, brisé, et où Watterson l’empêchait royalement de prendre le temps de se redresser. Alors comme ça il avait des relations ? Oui, c’était ça qui avait bloqué le jeune homme et qui l’empêchait de partir.

« Ses relations, elles sont bonnes ? Et il est du genre salope de compèt’ ou juste légèrement garce ? … Ouais, nan, laisse tombé. »

Ça n’était pas à elle de lui apporter des réponses. De toute manière, il doutait que ce crétin ait quoi que ce soit à voir là dedans, il avait juste compris qu’Alec était dans un état de faiblesse certain et c’était décidé à faire son petit chef, rien d’autre.

« Et en parlant d’excuses bidons, t’as jamais dit que Jordane et Sovahnn t’avaient aidé ce jour-là ? Dit rien. Accuse qui tu veux, fait moi porter le chapeau si ça peut te faire du bien, mais laisse-les en dehors de ça. Pour ce qui est de ton frère, merci d’avoir prévenu. De toute manière, vu ma réputation, l’excuse est toute trouvée. »

De toute manière, que rajouter ? Il était mal à l’aise ici, et elle avec, donc pas besoin de partir dans une grande conversation. De toute manière, il n’avait aucune envie de lui exposer ses emmerdes et s’il détestait avoir l’impression d’agir en pseudo héro qui se pose en martyr, il haïssait l’idée que l’attention des Supérieurs se porte sur les deux miss. Ce qu’il pourrait en dire ne changerait rien de toute façon. Sans réellement attendre autre chose de la jeune femme, Alec sortit, traversa le couloir, descendit les escaliers, évolua le long d’un autre passage avant d’entrer dans la premier porte qui lui passa par la main. Là, seul, il se laissa tomber, le dos contre celle-ci, la tête posée, debout, il fixait le plafond la gorge serrée, le ventre retourné. Il y aurait des morts avant la fin de cette histoire et tout ça le rendait malade.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Apologies - Emily   

Revenir en haut Aller en bas
 
Apologies - Emily
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Combat #1: Emily vs Kim
» Si tu m'touches, j'te bouffe. (Emily) - terminé
» Emily Wong
» [terminé] Summer et Emily: entraînement de natation ensemble
» Présentation d'Emily Lowhell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Quatrième Etage. :: ─ Aile réservée aux Moldus-
Sauter vers: