AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 No cure - Isma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2494
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: No cure - Isma   Jeu 31 Jan 2013 - 21:02

Jeudi 5 Juin

Ça devrait aller mieux. Il aurait dû se sentir beaucoup mieux à présent qu’il l’avait retrouvé elle, qu’il pouvait passer du temps en sa compagnie et qu’il était entouré, tout simplement. Mais ça n’était pas le cas, ça ne l’était pas toujours en tout cas. Chacun de ses mots, plus doux soient-ils l’insupportaient, chacune de ses caresses le griffaient. L’envie de fuir se faisait plus présente de jour en jour. Pourquoi n’était-il pas capable de se contenter de ça ? Pourquoi fallait-il toujours qu’il complique les choses, qu’il cherche plus, alors qu’il ne désirait même pas ce qu’il possédait. Les choses prenaient un sens, une direction ici qui ne lui plaisait absolument pas. Il était coincé dans une spirale infernale, comme beaucoup d’autres personnes ici, et le piège se refermait doucement, le poussant à entrevoir des solutions auxquelles il n’aurait jusque là pas préféré penser. Mais le danger se faisait de plus en plus présent, et il ne pouvait se laisser faire, il ne pouvait supporter de voir quelqu’un d’autre blessé. Mais agir ? Agir sans considération n’était jamais une bonne idée, surtout quand il fallait se diriger en première ligne. Il y avait été et avait perdu, point barre, pas besoin de revenir là-dessus. Après ça, il ne voulait plus se retrouver en position de faiblesse, il ne pouvait plus risquer ce qui s’était passé la dernière fois. Mais à contrario, il lui était tout autant impossible de rester dans un coin, les bras ballants à présent. Il y avait trop en jeu, trop de personnes qu’il estimait.

Mais à côté de ça… Oui, il avait peur, merde, oui, bien entendu. Il avait faillit y laisser la peau, et la douleur, il ne l’oublierait pas de ci-tôt, tant habitué qu’il l’ait été par le passé. Et tout ça… il s’était comporté comme un con, et ça, il ne le nierait pas. Du début à la fin, il n’avait fait que des conneries sans vouloir pour autant se comporter ainsi. Faire les choses bien. C’était ce qu’Alec avait voulu faire malgré ses actes un peu controversés, mais ça, Logan le savait très bien, et s’il n’appréciait pas son intervention, ça n’était pas pour autant qu’il en oubliait les tenants et les aboutissants. Maintenant, il fallait savoir si ce que lui, tentait de faire de bien avait réellement l’impact escompté. Rien n’était moins sûr. Et à partir de là, s’il pensait lointainement aux quelques conversations qu’il avait pu avoir ces derniers temps, c’était surtout l’épisode du cachot qui revenait encore et encore. Après ça, il avait tué un homme, mais dans le fond, c’était plutôt à lui de s’en prendre. Plus les jours passaient ici, et plus chacun perdait un peu de lui-même pur trouver remords, rage et volonté de vengeance. Il faudrait arrêter ça, mais il aurait fallu y mettre y terme lors de sa propre enfance. Et personne n’avait fait ça pour lui. Il lui avait fallu trouver un moyen, chercher des solutions par lui-même. Pourquoi fallait-il qu’il soit toujours la seule personne capable d’agir ? Bien sûr, là, il était injuste, et en était conscient, mais voilà, il avait dû prendre des décisions ces derniers temps, qui n’avaient pas été aisées à déterminer, et celles-ci pesaient à présent. Il avait cherché à se concentrer sur d’autres choses, d’autres actes concrets. Il trouvait des biais aux règles imposées, cherchait des solutions, améliorait certaines conditions, mais à quel prix ?

Les poings serrés, Logan s’était éloigné dans le couloir, sachant parfaitement qu’on cherchait de nouveau à lui parler, à lui exposer il ne savait quels faits dont il n’avait rien à foutre. Pause, stop. Le besoin de solitude se faisait ressentir, et il lui fallait surtout se poser un instant et réfléchir, accuser ce qu’il avait fait, l’encaisser. Parce qu’avec tout ça, avec une certaine peine qu’il avait eu, et les angoisses qui avaient pu le prendre, il n’avait finalement pas pu méditer là-dessus.

Une porte était apparue sur sa droite, alors qu’elle n’était pas toujours là semblait-il. La salle sur demande ; étrangement, il n’y était pas retourné depuis un bon moment, pas depuis qu’il avait quitté Poudlard en tant qu’étudiant. L’homme qui y était revenu était bien différent, et celui qui le quitterait le serait encore plus.

« Génial… mon inconscient ressemble à Shinning. Rassurant. »

En effet, dès l’ouverture de la porte, c’était une grande salle vide qui était apparue à ses yeux, avec un homme au bar, qui ne semblait rien être plus qu’une ombre capable de mouvements. C’était un lieu impersonnel alors qu’il semblait avoir été fait dans l’esprit inverse. Mais rien ici ne semblait réellement sortit de la recherche poussée de quelqu’un. C’était une ébauche de confort, une ébauche de réel. Pourtant, ça lui allait parfaitement. Ce lieu le coupait de la réalité, de l’agitation. Il aurait pu être inquiétant, mais c’était reposant qu’il lui apparaissait. S’asseyant au bar, un pied coincé derrière la baguette de métal en bas du tabouret, Logan commanda simplement un, deux, trois verres ou peut-être plus. Plongé dans ses réflexions, il sursauta lorsque la porte à l’arrière s’ouvrit sur une autre personne. Cette salle n’était pas censée se refermer lorsqu’elle était occupée, prise par un créateur particulier ? Si, mais peut être n’avait-il pas envie qu’elle soit fermée justement. Son besoin de solitude était réel, mais la conscience du fait qu’il risquait de s’y enfermer l’était tout autant. Et, finalement, c’était peut être d’une compagnie qu’il avait longtemps rejeté dont il avait besoin. Des personnes qu’il n’avait pas réellement vu depuis un bon moment.

« C’est naze de boire seul. »
« Un verre pour lui l’ami ! T’as vu ça ? Pour un barman, il n’a même pas une once d’humour. »
« C’est toi qui n’en a pas, ça aide pas. »

Maxence était venu s’assoir à ses côtés, remerciant d’un geste réflexe l’ombre de la tête lorsque celle-ci lui apporta son propre verre.

« Tu comptes écrire un livre ou jouer les assassins ? »
« Pas besoin d’être un acteur pour ça. »
« J’ai tué un mec à mon arrivée. »
« Quoi ? »

Ok, ça n’était pas exactement le genre de choses qu’il attendait, et puisqu’il n’avait même pas cherché à cacher son état de dépression assez avancée du jour, Logan ne s’était pas particulièrement attendu à un tel déballage de réalités privées de la part de Maxence.

« Un enfoiré de la pire espèce que j’ai vu… cet homme était atroce, et le monde est mieux sans lui. Il n’empêche que je m’en veux. »
« Ya pas de raisons. »
« Bien sûr que si. »
« J’ai tué mon frère. »
« Je sais. »

Et c'est pour ça que tu dis ça.

Etrangement, c’était un petit sourire qui était passé sur les lèvres de Logan lorsque Maxence lui avait répondu ça en posant une main contre son épaule, commandant un nouveau verre de l’autre. Il savait, bien sûr. Ce mec avait toujours eu une capacité d’écoute et d’observation importante, mais il savait aussi rester à sa place quand il le devait. Les choses n’avaient pas forcément bien commencé entre eux, mais il fallait avouer qu’à présent, il l’appréciait, et c’était peut être d’une présence comme la sienne dont il avait besoin.

« T’as bien fait de faire ça. Ça n’retire rien à l’acte, mais y’avais rien de mieux à faire. »
« Ne m’baratine pas, j’suis pas un gosse j’te signale. »
« C’est pas ce que j’faisais. Logan, t’en fais beaucoup ; fait une pause. Je sais comment t’es, et jamais tu ne te laisseras bouffer réellement, mais j’pense que t’es sur tous les fronts pour arrêter de penser, et personne ne se rend jamais compte de tout ce que tu fais. Respire un coup, c’est pas pour rien que tu m’as amené Alec la dernière fois, et j’hésiterais pas à te réserver le même traitement. »
« Nan, c’est bon, les lits de l’infirmerie, j’en ais eu assez comme ça, merci. »

Il n’avait pas lancé plus loin le sujet de son coma forcé d’il y avait quelques mois. Regrettable, certes, cet état de léthargie, mais légitime, et si Logan savait quel avait été le passé de Maxence, c’était aussi pour ça qu’il lui était redevable de ne pas lancer le sujet. Il avait peut être eu certaines expériences sur le sujet lui aussi. Il avait peut être certaines plaies qu’il ne voulait pas voir dévoilées à nouveau, et ça lui allait très bien.

« T’as couché avec Jayden.. »
« J’suis quasi sûr qu’elle pensait à toi… »

Tout l’art de débloquer une situation. Déjà un peu plus souriants, les deux hommes avaient repris un verre de plus lorsque la porte, derrière eux, s’ouvrit à nouveau. Et… manifestement, vu la réaction de Maxence, c’était qu’il n’était pas si naïf qu’il voulait bien le montrer, le petit manège de la jeune femme, il l’avait de toute évidence identifié depuis un moment, et cette idée, comme le fait qu’il viennent ici pour lui tenir compagnie, pas pour le juger ou le faire chier, avait de quoi remonter un peu le moral du directeur des Serpentards.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7961
Date d'inscription : 05/03/2010
Crédits : Avatar Forevertry ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Enzo ▬ Cameron ▬ Jeremiah (parti) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3324-i-m-not-snow-white-ismaelle
MessageSujet: Re: No cure - Isma   Lun 4 Fév 2013 - 14:33

Logan, Maxence & Ismaelle.
Jeudi 5 juin 2014 ▬ 17h04 selon Clémentine, au vue de la configuration solaire.

Douze semaines. Ça commence à être tendu de le cacher et moi qui déteste porter des vêtements amples pour travailler en dehors de mon treillis, je n'ai pas bien le choix. Au mois de juin, qui plus est, on a plus tendance à enlever des épaisseurs plutôt que d'en rajouter mais … tant pis. Ça n'est qu'un détail mais pas des moindre pourtant parce que même si on fait abstraction du côté manque de praticité, je ne tiens pas spécialement à ce que cette information tombe dans les yeux et les oreilles de n'importe qui. A ma connaissance ils ne sont toujours que trois à le savoir : Maxence, Enzo et Kyle. Je sais que ces trois là garderont le secret tant qu'ils le pourront. Je ne me fais pas d'illusion, à un moment ou un autre je ne pourrai plus le cacher mais pour l'heure je tente de faire ce que je peux pour avoir un peu de répit. Voilà donc un de ces moment où je me rends compte que … je suis enceinte. BORDEL DE MERDE ! Panique totale et désolée pour les grossièretés. Ça, c'est fait. Je vous passe les envies bizarres en plein milieu de la nuit, les crises de larmes ou d'hystérie qui arrivent et repartent sans prévenir. Hypersensibilité chronique, émotions décuplées, pour un peu j'aurai l'impression d'avoir des symptômes de la Lycanthropie. Ah ah ! C'est pas drôle. Oui je flippe, évidemment que je flippe, parce que quand on sait qui est le père, on sait par conséquent que les risques de donner naissance à un petit loup ne sont pas totalement à écarter. Garçon ou fille ? Loup ou pas ? Jumeaux ? J'y tiens pas trop, je ne sais déjà pas comment je vais me débrouiller avec un alors deux … Enfin ça c'est dans l'hypothèse où cette grossesse arrive à son terme et je vous rassure, si je semble prendre ça à la légère, ça n'est bien évidemment pas le cas. Je n'ai rien contre les Garous, mais il faut être sensé, personne de sensé ne souhaite ça à son enfant. D'ailleurs, quand on parle du Loup ...

« Enzo, pose ça tout de suite. »
« Non. »

Le cours vient de se terminer, tous le monde est parti mais je l'ai vu trainer près des enclos, aller dire bonjour à Taska et Mila, l'air de rien. J'ai bien vite vu clair dans son jeu et comme je l'escomptai dès que tous les autres ont disparu, il est revenu vers l'endroit où on a travaillé et il a commencé à ranger le matériel. Il vient m'aider tous les jours ou presque. Parfois ça n'est pas longtemps mais il se passe rarement plus de 24h sans que sa bouille de gamin lunatique et malicieux ne se pointe par ici. C'était déjà le cas avant mais désormais je sais pertinemment que la raison de sa présence n'est pas uniquement lié aux créatures. Il me surveille, pas dans le sens négatif ou péjoratif du terme, mais ça en devient parfois envahissant. Je l'adore, mais d'une je suis encore en état de ranger moi même et de deux, il a surement mieux à faire.

« Comment ça non ? »

Les mains sur les hanches, l'air offusqué, j'ai l'air d'une vieille mégère et ça me révulse mais … mais ...

« Non mais dit donc, c'est moi l'adulte ici, et je suis ton professeur en plus de ça, alors si je te dis de poser ça tout de suite, tu poses ça tout de suite et c'est pas la peine de me regarder comme ça ! »

Quoi ?

« Vous êtes déjà flippantes en temps normal, avec les hormones c'est encore pire. »

ENZO RYANS ! T'as pas osé ...

« Ok, ok. Je dégage. J'dis juste ... »
« T'as pas des devoirs à faire ?! »
« J'suis plus là. »

Il a récupéré ses affaires et il a filé, non sans écoper d'une claque derrière la tête de ma part quand il est passé à côté de moi avec son sourire d'insolent. Sale gosse. Je sais, je n'ai pas l'air crédible parce que moi aussi je souris mais ça n'est pas la question.

Je me suis donc retrouvée toute seule, et tranquille, avec néanmoins la présence rassurante de Fenrir. Lui aussi est beaucoup plus protecteur qu'avant, le sixième sens des animaux m'étonnera toujours. Et si je m'approche trop de Jakob, vous pensez qu'il … Désolée. On s'en fout. Ça n'est pas un animal, c'est un con. Next ! Next, c'est quoi ? C'est aller voir BlackCherry, vérifier qu'elle va bien et rentrer au château après avoir rangé tout ce petit bazar. J'ai toujours dit que c'était mieux de faire les choses soit même, sans passer par la magie, mais je dois bien avouer que depuis quelques temps il m'arrive de faire des impasses sur cette ligne de conduite. Je suis née Moldue, j'ai grandi comme eux et j'attache beaucoup d'importance à ne pas devenir une Sorcière feignante qui attend que tout lui tombe tout cuit dans le bec. La Magie est un don, pas un moyen de ne plus rien faire de ses 10 doigts. Enfin pour le coup, c'est d'un coup de baguette que j'ai rangé tout ça, à la manière de Merlin l'Enchanteur, mais sans chanter. WOKETY POKETY WOKETY WOK. ABRACABRACABRANACK. Et voilà, ainsi plus petits, vous tiendrez tous dans mon sac. Ma pauvre Isma, tu dérailles complètement Rolling Eyes

Un quart d'heure plus tard, j'étais dans ma salle de bain, de profil devant le miroir. Le T-shirt remonté jusqu'à sous la poitrine, les mains sous le nombril, mon regard alternait entre l'original et le reflet. C'est encore vraiment léger, mais je sais qu'il est là, qu'il pousse tranquillement. Je me sens calme, sereine. Je vis un de ces moments ou plus rien d'autre n'existe que lui et moi. Fenrir est couché dans son panier dans la pièce d'à côté, il est tout aussi calme. Sage. C'est très étrange, jamais je n'aurai pensé vivre ça un jour et le fait de ne pas pouvoir le partager avec ma famille lui donne un petit goût amer mais pour l'instant je ne peux pas prendre le risque. Quand ils sauront, parce qu'ils finiront irrémédiablement par le savoir, je tenterai de faire passer une lettre à mes parents, une lettre mentionnant autre chose que des mensonges sur ce qu'il se passe vraiment ici. Je leur raconterai seulement que je ne suis plus seule, d'une manière à laquelle ils ne s'attendaient peut être pas mais qu'ils espéraient néanmoins. Voilà l'inconvénient d'être fille unique, les parents et la famille en général ne peuvent pas s'empêcher de vous mettre la pression – volontairement ou pas – pour ce genre de choses. Ça me fait sourire, là devant mon miroir, d'imaginer quelle expression prendront les traits du visage de ma mère quand elle saura. Je pense qu'elle ne pourra pas s'empêcher de pleurer de joie. Quant à mon père, il restera impassible, mais sur son visage on pourra lire un léger sourire qui signifiera tant de choses pour peu qu'on sache le lire. Il est comme ça mon père, ça n'est pas un pro pour exprimer ses sentiments, mais quand on le connait bien on sait qu'ils sont bien là. Il aime ma mère de tout son cœur, et elle le sait. C'est valable pour moi aussi. Il est avare de parole mais bien souvent un simple regard exprime bien plus que des mots. Ils me manquent, aujourd'hui plus que jamais, mais je suis une grande fille et surtout je ne suis pas seule.

Il y a les élèves bien sur, et puis quelques collègues avec qui je m'entends bien tel que Jeremiah ou même Logan malgré son caractère de merde, mais celui sans lequel j'aurai sans doute flanché depuis quelques temps c'est … « officiellement » le père de mon enfant, l'homme avec qui je partage ma chambre depuis des mois. Ma mère l'adorerait et à raison, il a tout du gendre idéal. Pourtant … ça n'est pas comme ça que ça se passe entre nous. Max est mon meilleur ami, mon ange gardien, un peu mon frère. Il est ma famille, une partie de ma famille en tout cas, ça c'est certain. On lui doit tous beaucoup ici, et moi plus que les autres mais je sais qu'il n'a pas fait tout ça pour la gloire, bien au contraire. C'est en lui, c'est comme ça. Il est altruiste, présent, il n'a pas peur de donner même s'il sait qu'il ne recevra pas forcément en échange. C'est une bonne personne, sans doute une des meilleures qu'il m'ait été donné de rencontrer. Et j'ai envie de le voir, là, maintenant tout de suite. Pas qu'il me manque outre mesure puisqu'on se voit quotidiennement et qu'il passe plus de la moitié de ses nuits ici, mais j'ai envie de monter le voir, lui proposer de l'aide si par hasard il en a besoin. Je me mets donc en route après avoir enfilé une sorte de gilet qui masque un peu mes formes – mais visiblement pas assez aux vues du regard de certains … Oui j'ai pris un peu de ventre mais pas seulement … J'ai pris de la poitrine, et ça n'a pas échappé à certains. Bandes de pervers. Bref, j'ai laissé Fenrir dans mes appartements, parce qu'un chien dans une infirmerie ça ne fait pas bon ménage, mais alors que je me dirige vers la grande porte qui est toujours ouverte ou presque, une porte se dessine sur le mur à côté de moi, puis elle s'ouvre. La Salle sur Demande ? Je regarde à gauche, puis à droite, il ne semble y avoir personne. Cette salle n'est-elle pas seulement sensé apparaître quand on en a besoin ? Et si … J'ai poussé la porte, courageuse ou inconsciente, et je les ai vu tous les deux, assis sur des chaises de bar devant un comptoir, en pleine discussion. Vision qui m'a faite sourire et je n'ai pas perdu un instant de plus pour aller vers eux. Peut être qu'ils veulent rester entre hommes, et bien tant pis !

« Salut les Boys II Men, ça va ? »

Si je vois Maxence tous les jours, je ne peux pas en dire autant de Logan. On se croise, mais ça en reste là, et même s'il râle, je ne peux pas m'empêcher d'avoir de l'affection pour ce type alors, oui, je suis contente de les voir tous les deux. Tellement contente que je m'installe entre deux sans aucun complexe. La Magie de la Salle a fait apparaître une chaise entre les deux leur et je m'y installe. En relevant les yeux je m'apperçois que les yeux de mon estimé collègue enseignant la DCFM se perd dans mon « décolleté » comme s'il venait de voir un fantôme. Pas toi Logan, merde Rolling Eyes

« Tu veux un coup de main ? »

Non je ne suis pas vexée ou énervée, et il n'a pas franchement l'air d'un vieux pervers, je pense que ça l'a juste surpris c'est tout. Je ne m'en formalise pas. Pas plus que je ne me pose de questions. Il le saura bien un jour de toute façon.

« Question : Vous fêtez un truc ou c'est pour oublier ? »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2494
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: No cure - Isma   Ven 15 Fév 2013 - 11:15

Comment fait-on quand on a l’impression d’étouffer ? D’être enfermé non seulement en réalité, mais aussi psychologiquement. Comment se sort-on de cette spirale où le monde s’obscurcit autour de nous et nous enveloppe, quand on sombre, en douceur, mais que, partout, l’angoisse devient de plus en plus présente. Non, Logan ne s’en sortait pas, pas actuellement alors que, pourtant, s’étant remis avec Aileen, il aurait dû se sentir mieux. Mais non. Non, parce qu’il avait peur pour elle, qu’il avait l’impression de trop la voir peut être, de ne jamais plus voir de nouvelles personnes, d’être bouffé parce qu’il ressentait pour elle, de devenir quelqu’un d’autre, d’être contraint, sans arrêt, de tout et de rien en fait, tout simplement. Tout son monde tournait autour d’elle, pas parce qu’elle le voulait, mais parce que c’était ainsi. A chaque pas qu’il faisait, il se devait de faire attention, tout simplement pour ne pas la mettre en danger, et ces chaines, elles le rendaient dingue. Il ne connaissait pas ce genre de choses, et rien que faire des concessions lui semblait strictement impossible puisqu’il se perdrait lui-même en faisant ça. Mais comment les gens habituels arrivent-il à trouver un équilibre en incluant à temps complet une autre personne dans leur vie ? Comment font-ils pour ne pas se sentir amputés ? Et chaque fois qu’il pensait à elle, il pensait responsabilités, vies en danger, et surtout, il pensait qu’il en avait sacrifié une de son plein gré, en parfaite conscience de cause. Oui, il avait déjà tué, et bien sûr qu’en temps normal, ça lui posait déjà des problèmes, mais là, les choses étaient différentes, d’autant plus pour sa conscience puisqu’il s’agissait de son frère.

Conclusion, il avait besoin de s’isoler un peu, prendre un peu de temps pour faire le point. Bien sûr, il savait parfaitement qu’il n’était pas exactement la personne parfaite sur laquelle on peut compter qu’importe le problème, mais les évènements de ces derniers temps semblaient le bouleversé plus qu’il ne l’aurait pensé. L’attaque des Supérieurs l’avait marqué, c’était clair, et le fait de ne pas être complètement vierge de ce genre de traitements de changeait rien au coup qu’’il s’était pris : il n’était pas infaillible et s’ils lui tombaient dessus, comme sur n’importe quel autre, il pouvait ne pas en réchapper. C’était l’évidence même, certes, mais jusque-là, ça ne prenait pas la même dimension. A vrai dire, oui, il restait un certain côté superhéros de l’enfance qui pense que, lui, tiendra le coup, que ça ne peut arriver qu’aux autres en quelque sorte. Pourtant, il pensait être tout de même plus réaliste que ça, capable de voir où ses limites se dressaient. De toute évidence, ce n’était pas le cas. Disons qu’à présent, non seulement il avait eu peur d’y passer, mais, surtout, il avait développé une certaine haine. Parce qu’il était tombé, tout bêtement, et que, ça, sa fierté ne l’acceptait pas. Maintenant, il y avait également toute une dimension humaine qu’il était forcé de prendre beaucoup plus en compte. Non, il ne s’en foutait pas, et quoi qu’il en dise, ça resterait vrai. Et puisque ces cons avaient décidés de venir le faire chier, puisqu’ils avaient déclarés la guerre, il serait plus con qu’eux encore, c’était tout bête mais rudement efficace. Du moins, ça l’aurait été si Aileen n’était pas impliquée là-dedans. Non, il n’insinuait pas qu’elle ne pouvait pas se défendre, mais il se voyait mal l’impliquer sciemment dans ce genre d’histoires. Sans elle, oui, il aurait très probablement foncé dans le tas. Sans elle, mais sans d’autres aussi. Parce que s’il se faisait vider le crâne, les Supérieurs sauraient certaines choses qu’il n’avait aucune envie de divulguer. Il mettrait en danger des personnes qu’il aurait voulu garder en sûreté.
Si vis pacem para bellum.

Facile à dire, beaucoup moins à faire. Plus que ça, il n’avait aucune envie de prendre ce genre de responsabilités pour tout le monde. Logan avait simplement la sale impression de gérer beaucoup de choses, alors que ça n’était pas dans ses champs de compétence. Il n’avait pas envie de tout ça, c’est con hein ? Oui, mais il n’avait jamais voulu se retrouver dans une telle position, n’avait jamais voulu s’attacher ainsi, mais, en parallèle de ça, sa personnalité avait fait qu’il ne pouvait agir en pauvre prof dépassé par les évènements. S’il était engagé pour ce poste, s’il avait signé ce papier, c’était pour réellement faire les choses. Et dans le programme, La principale chose qu’il devait apprendre à ses élèves, c’était à savoir se défendre. Alors, non, il n’avait pas réussi à faire réellement comme s’il s’en foutait. Il n’avait pas réussi à se montrer détacher, et, finalement, lorsqu’un choix s’était présenté à lui, c’était eux qu’il avait choisi. Des gosses, des profs, des jeunes adultes qui ont dû grandir avec un bon coup dans la gueule. Celui-là, il l’avait eu depuis longtemps. Mais là, c’était un autre qui lui tombait sur le coin de la face : Il était humain, doué d’empathie, et ces gosses, ses collègues, ses proches ou non, bref, il se devait de faire rempart pour eux. Alors c’était ce qu’il avait fait, et pour ne pas laisser passer les informations qu’il gardait jalousement, pour sauver sa peau aussi, bien sûr, il ne le niait pas, mais le résultat était là : il avait tué son frère. Oui, ça revient, encore et encore, parce que ça n’est pas quelque chose d’anodin. Il avait perdu les pédales quand celui-ci s’en était pris à Aileen, et après ça, il se pouvait très bien qu’il ait agit ainsi par vengeance. Aurait-il réellement assassiné un membre de sa famille par amertume ? Oui. Et bizarrement, aucune de ses raisons ne le rassurait beaucoup.

Bref, tout ça le rendait dingue. Savoir que des personnes comptaient sur lui, souffraient quand il flanchait, ça n’était pas quelque chose qu’il connaissait et, encore moins, qu’il était capable d’assumer. Mais en parallèle de ça, à l’arrivée de Maxence, Logan avait simplement compris que ce contact, il en avait besoin. Voir des gens, avouer certaines choses, parler d’autres, même si ça n’était pas dans les détails, non, il n’avait pas besoin de ça, mais peut être juste de prendre l’air. Disons que ça ne résoudrait pas grand-chose, mais que ça serait déjà un début. Depuis son réveil, il avait arpenté le château pour gérer certaines choses, pour s’occuper d’un certain nombre d’affaires. Et puis, il s’était enfermé de plus en plus, passant beaucoup de temps, plus peut être qu’avant l’attaque, enfermé dans son bureau, ses cours, et … disons, les petits extras.

Un petit sourire était pourtant apparu sur ses lèvres alors qu’il discutait avec Maxence, celui-ci se joignant à lui pour boire, manifestement conscient que l’enseignant avait besoin de compagnie, à cet instant précis. Non, ça n’allait pas bien, il suffisait de l’observer un peu pour le comprendre. Mais ça irait mieux, il lui fallait juste un peu de temps pour encaisser certaines choses et prendre d’autres décisions. Pour le reste, il ne guérirait pas de ses blessures en quelques semaines, et celles de son enfance n’étaient pas prêtes à cicatriser non plus. Ça viendrait. Comme tout. Il aurait trop de fierté pour se laisser bouffer par ça de toute manière.

« Salut les Boys II Men, ça va ? »
« Tient donc ! ‘Pas possible de boire seul dans ce château. »

Bientôt les fantômes du coin allaient eux-aussi se joindre à eux tient. En plus du barman indistinct… ils pourraient faire des concours de photos floues =D Oui, bon, bref.
La jeune femme était venue s’assoir entre eux deux, profitant de l’apparition spontanée d’une chaise. Et le pire dans tout ça c’était que cette pièce était apparue pour lui, et c’était donc ses besoins, ses envies qui la contrôlaient. Il réclamait donc la présence de la jeune femme CQFD. Et il lui fallait bien admettre que ça n’était pas faux. La regardant faire, ok, il était resté bugué sur un léger petit détail… ils ont toujours eu cette taille et cette forme ? Quoi ? Nan, je fais que poser la question hein. C’est par pur intérêt scientifique. Ou pas. Bref, regarder n’est pas toucher. Expression de merde.

« Tu veux un coup de main ? »
« Ah oui, j’veux bien. »

Et Maxence se marre pas loin. Pas besoin de chercher très loin pour comprendre le double sens franchement en dessous de la ceinture qu’il venait de faire. Quoi ? Un peu d’humour merde, il faisait un effort là, justement, et son moral remontait, autant ne pas le casser tout de suite. Ah, l’effet d’une belle poitrine : magique. Oh ! C’était peut-être la pièce qui avait fait ça ! Et en pensait à une bombe ? Nan ? Dommage. Bref, trêve de plaisanteries, oui, il était surpris, et, surtout, se posait des questions. C’était qu’il voyait mal Ismaelle comme quelqu’un tellement obnubilée par sa poitrine qu’elle se la ferait augmenter magiquement, et la deuxième solution avait de quoi l’interloquer. Et, non, il n’avait pas assez bu pour s’arrêter à « merde, j’les voyais pas aussi… voilà » de sa réflexion. Ou si c’était le cas, ça ne se faisait pas encore ressentir. Bref.

« Question : Vous fêtez un truc ou c'est pour oublier ? »
« Oh ! J’ai tué mon frère, et il n’est pas revenu en tant qu’esprit frappeur : à la tienne ! »

Cynisme, quand tu nous tiens.

« Monsieur la fumeuse silhouette flippante : un verre pour la dame ! »

Et oui, en effet, au moment où le barman plus ou moins virtuel allait lui servir un cocktail, Maxence avait intercepté sa main pour lui faire changer de bouteille : cocktail sans alcool. Putain de merde !

« Merde t’es enceinte ??? Mais… tu… C’est qui l’père ? »
« Moi. »
« QUOWA ??!? »

Petit instant de bug, personne ne répond, c’est cool. En deux gorgées, Logan finit son verre avant de poser de nouveau son regard vers ses deux… collègues ? Amis. Probablement.

« Je répète, j’crois que c’était pas assez clair : quowwa ? … Tu n’es donc pas gay, j’apprends un truc. »

Et l’instant de bug passe à Maxence.

« Euh… nan, bien vu. Pourquoi tu… »
« J’sais pas, tu ‘sembles pas au courant de certaines choses, genre la galerie de miss qui passent te voir pour un rien. Et… enfin bon bref, changez pas de sujet ! »



« Mais tu… Ouais, je sais, c’est ton problème, mais quand même. »

Il fut un temps où il aurait simplement haussé des épaules, se foutant parfaitement de ce qui pouvait bien se passer. Ça n’était plus le cas à présent. Le fait était qu’il s’inquiétait de son sort, qu’il s’inquiétait pour l’enfant et que… et que c’était la merde, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7961
Date d'inscription : 05/03/2010
Crédits : Avatar Forevertry ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Enzo ▬ Cameron ▬ Jeremiah (parti) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3324-i-m-not-snow-white-ismaelle
MessageSujet: Re: No cure - Isma   Lun 18 Fév 2013 - 18:31

L’amitié, ça n’est pas un feu de bois ♪

Parfois si, parce que ça peut s’embraser, cramer et … disparaître. Mais pas toujours ! Et puis avant d’en arriver là, si ça doit arriver, il y a des bons moments alors ne nous enflammons pas – sinon ça va cramer et disparaître – et restons concentrés sur le positif. Vous savez ce que c’est le positif à l’heure actuelle ? C’est eux. Maxence, et Logan. Je les regarde à tour de rôle et pour les plus observateurs c’est bien de la tendresse que vous verrez dans mes yeux. Chacun à son petit caractère, l’un est très apprécié de tout le monde, l’autre c’est … un peu l’opposé, mais pour moi ça n’a pas d’importance. Il y a ce que pensent les gens, et ce que je pense moi. Je ne suis pas du genre influençable je crois, et la moitié de ceux qui jugent le font sans connaître. Certes, je connais beaucoup mieux Max que Mister Rivers mais ça ne change rien au fait que j’apprécie ce type là, à mon avis, à sa juste valeur. Je peux concevoir que parfois on ait envie de lui coller une baffe mais quand on y regarde de plus près, je vous jure qu’il est attachant. Et qu’il est mon ami, au même titre que Max, qu’il le veuille ou non. Je suis une sangsue mon lapin, tu ne te débarrasseras pas comme ça de moi ! Hum. Bref. Bonsoir, je n’suis pas folle vous savez. Juste enceinte et victime de mes hormones en folie. Ne vous inquiétez pas les garçons, si je me mets à pleurer, tout va bien, c’est normal. Et puis, non ça n’est pas possible de boire seul, tu n’en as pas vraiment envie de toute façon sinon on ne serait pas là. Je ne serai pas là en tout cas parce que j’ignore comment Max a atterri ici. De plus, tu n’auras pas de coup de main à part éventuellement sur ta belle joue, en toute amitié bien sur. Marrez-vous, je vous jure que c’est pas facile tous les jours. Non seulement j’ai l’impression d’être devenu une … disons un truc qui attire le regard, planqué derrière une paire de seins, même si en fait c’est plutôt ce qu’il y a devant qui attire le regard et non pas ce qu’il y a derrière a.k.a moi, et en plus ça fait mal ! Maman x_X

Peu importe, alors, c’est quoi l’ordre du jour ?

« Oh ! J’ai tué mon frère, et il n’est pas revenu en tant qu’esprit frappeur : à la tienne ! »

Petit regard vers Maxence l’air de dire : Dis donc, il a avalé un clown ! Là j’hésite, j’éclate de rire ou je fonds en larme. Je vais me contenter de faire comme si tout était normal parce que je pense que c’est sa façon à lui d’exorciser et s’il en a besoin, ça n’est très certainement pas moi qui l’en empêcherait. C’est juste un peu étrange comme situation mais profondément humain. Parfois on a besoin de lâcher une bombe comme ça, sur le ton de la plaisanterie. Ça fait du bien. Et puis après on passe à autre chose, au moins en apparence. Tiens qu’est ce que je disais.

« Monsieur la fumeuse silhouette flippante : un verre pour la dame ! »

Oh ouais ! Ah … Ben non, c’est vrai. Merdouille. Pas que je sois une grande adepte de l’alcool, loin de là même, mais je dois bien dire qu’une chose n’est jamais aussi attrayante que lorsqu’on sait pertinemment qu’on n’y a pas le droit. Maxence, que deviendrais-je sans toi ? Une mère indigne, probablement. Et sinon, vote pote flou là, il est flippant.

« Merde t’es enceinte ??? Mais… tu… C’est qui l’père ? »
« Moi. »
« QUOWA ??!? »

Ouh la ! Relax Choupinet ! Me fais pas faire des bonds comme ça, tu sais bien que mon cœur est un sujet sensible. Ou peut être que non, tu ne le sais pas, mais je crois que si puisque tu as déjà été faire un petit tour dans ma tête et que tu as vu certains de mes souvenirs. En plus de ça, ma cicatrice est du genre plutôt visible et comme je ne la cache pas vraiment … Enfin j’essaie de plus en plus mais ça n’est pas vraiment elle que je tente de cacher, c’est jusque qu’elle est situé à un endroit où … Bref. On s’en fiche un peu de ça et moi je me sens totalement déconnectée. A vrai dire, je ne sais pas comment réagir. Je sais bien qu’un jour ou l’autre tout le monde va finir par le savoir, et ça devrait sans doute me chambouler qu’une nouvelle personne soit dans la confidence mais … non. Rien. Il ne se passe rien dans mon esprit. Je ne panique pas. Je devrai ? Je ne sais pas vraiment. Ça m’a mis une belle claque le jour où Max m’a annoncé la nouvelle et depuis je ne l’ai formulé qu’une seule fois. Bien sur avec mon ami on aborde le sujet de temps en temps mais rarement frontalement. En fait, je crois que c’est simplement rentré dans les mœurs, dans les nôtres, dans les miennes en tout cas. Et puis c’est Logan, et quoi qu’on en dise je lui fais confiance alors pour moi ça n’est pas grave qu’il soit au courant. En revanche, si moi je ne me sens pas « choquée » j’ai bien l’impression que ça n’est pas le cas de tout le monde dans cette pièce.

« Je répète, j’crois que c’était pas assez clair : quowwa ? … Tu n’es donc pas gay, j’apprends un truc. »

L’un n’empêche pas l’autre. Enfin non il n’est pas gay de toute façon. Pas à ma connaissance en tout cas. Ceci dit tu as le droit d’être gay hein. Non, non, je ne suis pas du tout entrain de vous imaginer tous les deux en couple. DU TOUT ! :gla: Vous seriez tellement mignons pourtant … Oui, je sors.

« Euh… nan, bien vu. Pourquoi tu… »
« J’sais pas, tu ‘sembles pas au courant de certaines choses, genre la galerie de miss qui passent te voir pour un rien. Et… enfin bon bref, changez pas de sujet ! »

Alors là mon grand, pour ça il n’a pas tort, et je crois d’ailleurs que certaines de ces fameuses Miss en question m’ont prise en grippe Rolling Eyes Et ouais les filles, désolée mais il est à moi le beau gosse. Je plaisante, il est libre comme l’air et il fait ce qu’il veut de sa vie mais la première qui lui brise son grand cœur elle aura à faire à moi. Et à mes hormones

« Mais tu… Ouais, je sais, c’est ton problème, mais quand même. »

Je rêve ou tu t’inquiètes ? Bien sur que non je ne rêve pas, et dans cette pièce il n’y a que Logan Rivers pour encore croire que Logan Rivers se moque de tout et de tout le monde. D’ailleurs je ne suis pas très sur qu’il le croit lui même encore mais ça n’est pas la question. Ça me touche, en tout cas.

Oui c’est vrai, c’est mon problème mais il n’empêche que je ne saurai pas me sortir de ça toute seule et je n’ai pas honte de l’admettre. Je râle souvent, contre Max, ou contre Enzo, mais dans le fond je sais qu’ils font ça parce qu’ils s’inquiètent pour moi et je sais aussi que si pour l’instant j’arrive à tenir, ça ne sera pas toujours le cas. J’imagine que quand je passerai officiellement au stade baleine, je ne serai clairement plus en mesure de m’occuper correctement des créatures et de leur environnement. Je pourrai peut être encore assurer les cours pendant un temps mais il y aura forcément un moment où je ne serai plus capable de faire quoi que ce soit et … je n’ai pas d’autre choix que de m’y faire. En réalité si, j’ai bien un autre choix, mais il ne me convient pas. Et puis merde, j’ai pas envie de me prendre la tête sur un futur qui arrivera de toute façon bien assez tôt. Pour l’instant je suis encore capable de bouger et de gérer les choses toute seule comme une grande, ou presque.

« TADAAAAAAAM ! T’as vu, on a trouvé comment on faisait les bébés ! »

Voilà, ça c’est mieux.

Enfin ceci dit depuis j’ai oublié mais c’est pas bien grave, certains le savent pour deux, même trois, voir douze et plus si affinités. Avoir l’air léger, c’est pas si compliqué que ça mais c’est surtout plus facile quand une partie de l’être l’est totalement en fait. Oui je me sens sereine, aussi étrange que ça puisse paraître. Je devrai être morte de trouille à l’idée que bientôt je ne pourrai plus le cacher mais … non. Rien n’y fait.

« Détends toi mon p’tit chat, ça fait un choc je suis d’accord, et j’suis probablement encore un plein déni, mais on s’y fait. »

Et plutôt bien, même si ça n’est pas tous les jours faciles et que le pire reste à venir. D’ailleurs, je crois que je dois être celle qui stresse le moins dans tous ceux qui sont au courant. Des « ceux » mais pas une seule « celle » … Est ce que ça me manque ? Pas vraiment puisque ça fait des années que je suis entourée presque exclusivement d’hommes mais je dois bien avouer que dans une situation telle que celle ci, une présence féminine pourrait me faire du bien. Je n’ai pas d’amie, c’est triste ! Ou pas. Je les aime mes p’tits hommes. Tous sans exceptions.

« Je sais bien que la situation n’est pas … comment dire … enfin la nature s’en fout de ça. Elle a décidé que c’était maintenant et … voilà. »

Regarde mon sourire Logan, je te jure qu’il est sincère.

« Je sais que c’est risqué, qu’ils ne vont probablement pas tarder à s’en rendre compte et que je risque d’avoir des problèmes mais en attendant … Félicitations ! Tonton Logan :gla: »

Max a choisi pour moi, de continuer d’endosser son rôle de futur papa, et bien évidemment je ne lui en veux pas le moins du monde. Avouer la vérité à Logan n’est pas une chose qui m’a traversé l’esprit une seule seconde. Il y a des choses qu’on ne peut pas partager avec tout le monde et mon petit doigt me dit que ça n’est pas une bonne idée de dire à cet énergumène que tout ça n’était pas vraiment désiré. Peut être qu’il s’en moquera totalement, mais j’en doute. C’est mieux comme ça, pour tout le monde. La guerre et les problèmes sont déjà suffisamment présent ici, ça n’est pas la peine d’aller créer d’autres conflits en « interne » et j’ai déjà bien assez de Maxence à canaliser. Je lui ai demandé de ne pas aller confronter Jakob, et il respecte mon souhait. Je sais que c’est dur à supporter pour lui et je ne tiens pas à mêler quelqu’un d’autre à tout ça. C’est à moi de régler ça, à moi et à moi seule, mais pour l’instant ça reste à l’état de projet. Ceci dit ... Max t'es chiant, j'aurai pu lui dire que c'était Cudrow, ça aurait pu être fun :gla:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2494
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: No cure - Isma   Dim 10 Mar 2013 - 11:21

Comment fait-on quand on a l’impression d’étouffer ? D’être enfermé non seulement en réalité, mais aussi psychologiquement. Comment se sort-on de cette spirale où le monde s’obscurcit autour de nous et nous enveloppe, quand on sombre, en douceur, mais que, partout, l’angoisse devient de plus en plus présente. Non, Logan ne s’en sortait pas, pas actuellement alors que, pourtant, s’étant remis avec Aileen, il aurait dû se sentir mieux. Mais non. Non, parce qu’il avait peur pour elle, qu’il avait l’impression de trop la voir peut être, de ne jamais plus voir de nouvelles personnes, d’être bouffé par ce qu’il ressentait pour elle, de devenir quelqu’un d’autre, d’être contraint, sans arrêt, de tout et de rien en fait, tout simplement. Tout son monde tournait autour d’elle, pas parce qu’elle le voulait, mais parce que c’était ainsi. A chaque pas qu’il faisait, il se devait de faire attention, tout simplement pour ne pas la mettre en danger, et ces chaines, elles le rendaient dingue. Il ne connaissait pas ce genre de choses, et rien que faire des concessions lui semblait strictement impossible puisqu’il se perdrait lui-même en faisant ça. Mais comment les gens habituels arrivent-il à trouver un équilibre en incluant à temps complet une autre personne dans leur vie ? Comment font-ils pour ne pas se sentir amputés ? Et chaque fois qu’il pensait à elle, il pensait responsabilités, vies en danger, et surtout, il pensait qu’il en avait sacrifié une de son plein gré, en parfaite conscience de cause. Oui, il avait déjà tué, et bien sûr qu’en temps normal, ça lui posait déjà des problèmes, mais là, les choses étaient différentes, d’autant plus pour sa conscience puisqu’il s’agissait de son frère. Où s’était-il planté au juste ? Quel embranchement n’aurait-il pas dû prendre ? Il lui semblait avoir une pression de plus importante sur les épaules sans en comprendre réellement la raison. Il avait la sale impression de ne pas être à sa place, de ne pas faire ce qu’il devrait. Il aurait dû se taire, faire comme si ne rien n’était, comme au tout départ, il aurait dû rester neutre pour préserver sa peau, mais Enzo avait raison, il en était incapable. Faire comme si les autres n’existaient pas, ça n’était pas acceptable, plus maintenant, tout simplement parce qu’ils s’étaient inclus dans sa vie sans lui laisser le choix. Et s’il n’était simplement plus fait pour être ainsi ? Et s’il ne pouvait simplement pas vivre comme ça ? Parce que l’enfermement lui tapait violemment sur le système, qu’il ne pouvait plus supporter sa chambre, sa salle de cours, et ces pierres qu’il voyait tous les jours ? Il ne pouvait supporter de ne pas agir, de rester stoïque, souriant, provocateur, parce qu’il y avait un moment où, si l’un de ceux qu’il appréciait se faisait tuer, il ne savait comment il le vivrait. Et il y avait cette sale impression de voir le monde se refermer sur lui, il se passait des choses dans son dos, et il s’apercevait, doucement, que ceux qui auraient dû rester en dehors des problèmes rentraient dans le moule de la proie au fur et à mesure et s’il arrivait à faire respecter une certaine distance de sécurité à certains Supérieurs par rapport à lui, il comprenait que ça n’était pas toujours la même chose pour les autres, alors il renforçait la pression et les sentait, eux, brouillonner, tressaillir, trembler, à chaque fois un peu plus. Il était un homme en sursis, et si lui l’était, alors qu’étaient ses proches ?

Le cœur au bord des lèvres, il savait qu’il devait se reprendre, savait que quoi qu’il se passe, il se devait de trouver des solutions, et le plus vite serait le mieux. Ce qu’avait subit Alec, lui, craignait que ça soit un avertissement. Ils n’avaient rien sur lui, rien que des doutes, mais ça suffisait, et s’ils étaient capables de lui ouvrir le ventre, de l’épuiser jusqu’à le pousser dans ses derniers retranchements, de faire de lui un zombie incapable de penser, c’était qu’ils savaient qu’ils avaient une arme contre l’enseignant. S’ils voulaient, ils le faisaient taire, s’ils voulaient, ils le rendaient incapable. Sauf que c’était la rage qu’ils avaient déclenché chez lui, c’était un instant animal, celui de la survie, et dieu savait à quel point il pouvait se montrer violent au jeu de la sélection naturelle. S’il fallait vivre, il vivrait, et ceux qu’il avait décidé de protéger, aussi, pour les autres : ce serait un carnage.

Ne restait qu’à savoir quand les Supérieurs mettraient le feu aux poudres, et comment.

A penser comme ça, ne valait-il pas mieux frapper le premier ? Oui, lui, le type qui avait décidé de ne pas rentrer dans ce conflit en était à penser ainsi, il en était à là, et ça le faisait flipper assez violemment. Dans tous les cas, ça ne se passerait pas bien, à savoir qui en sortirait vainqueur. Tout dépendrait de la suite, pour l’instant, il ne pouvait se permettre de penser réellement à agir ainsi, seul, puisqu’il était hors de question d’impliquer qui que ce soit. Certains gosses de l’école préparaient leur révolte, dans l’ombre, mais pas assez, et, lui, savait que ça finirait en connerie cette histoire. Dans tous les cas, il n’y croyait pas. Pour le reste, s’il finissait par agir de lui-même, si ça ne se passait pas bien, il faudrait du monde pour veiller à la suite. Les représailles lui faisaient peur, bien entendu, et il faudrait des gens pour les gérer.

Lèvres serrées, l’enseignant était revenu à la réalité, fixant ses deux amis, claquant d’une voix rauque qu’il avait tué son frère, balançant ça sur le ton d’une plaisanterie amère. Ismaelle et Maxence s’étaient regardés un instant. Non, il n’y avait rien à dire, aucune manière de réagir particulière, voilà, c’était comme ça, et il avait besoin de l’exorciser. Besoin de respirer un peu, de sortir de ses emmerdes, de dire les choses cash, comme si elles n’avaient aucun impact, mais simplement pour les rendre connues, peut être, pour qu’il les partage. Besoin de passer à autre chose. Inspirant à fond, il s’était décidé à porter son attention sur autre chose, pour arrêter de la focaliser sur des questions sans réponses, du moins sans bonnes réponses. Les yeux ouverts comme des soucoupes, c’était donc estomaqué qu’il avait comprit que sa jolie collègue était tombée enceinte. Idée de merde vu la situation. Oui, c’était le seul truc auquel il arrivait à penser. Est-ce qu’ils la laisseraient tranquille ? Est-ce qu’elle serait capable de s’en occuper alors que tout ça continuerait autour d’elle ? Dans tous les cas, c’était fait. Ça n’est pas précisément le genre de chose qu’on peut changer. Impossible de revenir en arrière, ou plutôt, si, ça l’était, mais cette situation faisait partie des impossibilités du retourneur de temps. Après, il ne s’y connaissait pas précisément. Enfin, dans tous les cas, même s’il était possible pour elle de le perdre, c’était son choix, et dans tous les cas, elle était assez grande pour… pour quoi d’ailleurs ? On se dit toujours que les autres sont « assez grands », justement, pour encaisser, pour se comporter en adultes, du début à la fin, mais est-ce que c’est réellement le cas ? Elle devait être morte de trouille en réalité, et elle se trouvait dans une situation qu’elle ne pouvait gérer, pas comme elle le voudrait, et il lui faudrait faire comme elle pourrait, un point c’est tout. Comme eux tous. Mais, pour elle, ça impliquait une autre vie que la sienne. … Comme pour eux tous.

Garder une contenance, sourire, déconner, même si la situation est grave, même si ça n’était pas son genre de blaguer. Que faire de plus ? Que faire de moins ?

« TADAAAAAAAM ! T’as vu, on a trouvé comment on faisait les bébés ! »
« Si c’était que ça, j’aurais pu t’expliquer ! »

Et un grand sourire, oui, parce que sa connerie le faisait marrer, malgré tout ce bordel. Sourire qui avait disparu à la seconde d’après, tout simplement parce qu’il s’était pris le contenu du verre de Maxence ! Quoi que ça ait été… l’alcool, dans les yeux, ça pique !

« Arg putain ! »
« Une autre chef ! »
« Fais ton malin toi… »

Faux regard sombre vers l’infirmier pendant que celui-ci se marrait, se faisant re-servir un verre. La magie a clairement ses avantages, notamment dans les loisirs, dommage qu’ils n’en aient pas tant que ça ici.

Bon, bref, c’est toujours bien une petite douche à l’alcool une fois de temps en temps. Ça maintien en forme ! Avec un petit regard de chien battu, Maxence s’était d’un coup mis à sécher à peu près la jambe gauche d’Ismaelle qui s’était pris le revers de flamme de l’attaque de son… amant ? Du coup ? ‘Pas tout suivi oo’’.

Après quelques minutes de joyeuses rigolades, c’était pourtant un regard sérieux que Logan avait posé sur l’enseignante des soins aux créatures magiques. Non, sérieusement, elle comptait gérer ça comment ?

« Détends toi mon p’tit chat, ça fait un choc je suis d’accord, et j’suis probablement encore un plein déni, mais on s’y fait. »
« Bah si on s’y fait ça va alors.. »

Petit regard à Maxence. Non ? Pas de réactions ? Tant pis. De toute évidence, ils n’avaient probablement pas envie de réellement prendre la mesure de ce que ça représentait. Ou sinon, ils l’avaient prise et accepter, après tout, c’était possible aussi, certaines personnes en étaient capables. Lui aurait été en train de se dire que les murs du château l’empêchait de fuir, et que ça faisait chier. Il serait probablement en pleine panique et.. tient, rien que le fait d’y penser lui fichait des palpitations. Nan mais on parle d’un gosse là quand même ! Le truc qui braille, avec deux jambes, deux bras et un gosier sans fond ! Le machin qui fiche des responsabilités de dingues là ! C’est une vie humaine quand même ! Cela dit, ces derniers temps, il lui semblait avoir l’astreinte de devoir veillez sur celle de tous les gosses ici. ‘Peut-être le bon plan pour qu’il accepte d’être père un jour ça, ça le dégrossirait au moins.

HEY HO T’ARRETE DE DELIRER DEUX MINUTES, MERCI !!

Aucun sens de l’humour..

« Je sais bien que la situation n’est pas … comment dire … enfin la nature s’en fout de ça. Elle a décidé que c’était maintenant et … voilà. »
« C’est bon, arrête de me regarder comme ça, on te croirait dans une pub pro-grossesse. Si ça vous va, j’suis… content pour vous. »

Je. Elle parle toujours à je.

Un instant, il avait croisé le regard de Maxence. Il n’était pas le père, ça, Logan en aurait mit sa main à couper. Ils étaient proches, pas de problèmes là-dessus, et il serait probablement là pour elle comme s’il était le père, mais, non, alors qu’il essuyait sa jambe, et même maintenant, il n’y avait pas de petits regards complices entre eux. Elle ne disait jamais « on ». Bref, le père était quelque part dans ce château, mais, ce que craignait Logan, à sa manière de parler, à se considérer comme mère célibataire sans même se poser la question, c’était que rien n’ait été décidé. Dans tous les cas, elle s’était engueulé avec la personne qui… enfin, bon, bref, ça n’était pas ses oignons, et si quelqu’un ici avait voulu en parler, ça serait déjà fait.

« Je sais que c’est risqué, qu’ils ne vont probablement pas tarder à s’en rendre compte et que je risque d’avoir des problèmes mais en attendant … Félicitations ! Tonton Logan :gla: »

« T… nan, dis pas ça, ça… c’est glauque. »

Nan, nan, vraiment.

« J’veux bien être présent pour toi, pas pour la version miniature. »

Oui, il venait bien de dire qu’il pouvait être présent en cas de besoin. Etrange, mais vrai. Il était clair qu’il avait changé, avec tout ce bordel, et que, clairement, les Supérieurs n’avaient pas intérêt à déconner avec elle, parce qu’il ne les laisserait pas faire. Oui, ça n’était peut être pas son rôle, mais c’était probablement la preuve qu’en effet, il la considérait comme une amie, et qu’il ne laisserait pas les Supérieurs la blesser, ni elle, ni l’enfant, puisque ça reviendrait à lui faire du mal.

Point barre,
Fin de l’histoire.

« Meuh si, ça fait bien Tonton Logan : tu lui apprendras l’Quidditch ! »
« J’aime pas l’Quidditch. »
« En même temps, t’aimes rien. Tu dois po être facile à vivre tous les jours. Si Aileen vient en cloque, je la perds en forêt, c’est ça ? »
« Ouais ! Bon plan ! »
« Psychopathe.. »

=D

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7961
Date d'inscription : 05/03/2010
Crédits : Avatar Forevertry ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Enzo ▬ Cameron ▬ Jeremiah (parti) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3324-i-m-not-snow-white-ismaelle
MessageSujet: Re: No cure - Isma   Mer 13 Mar 2013 - 13:23

Les garçons ça fait du bruit, et du bazar et puis ça pique ! Les garçons ça ne tient pas en place. Les garçons c’est … je crois que j’aimerai bien avoir un garçon. Oui c’est chiant, mais beaucoup moins qu’une fille ou en tout cas de manière différente et très franchement … je me vois mal entrain de faire des couettes à ma gamine, ni lui apprendre à se maquiller, ce genre de trucs. Ok toute les filles ne sont pas comme ça et ne sont pas obligées de l’être, j’en suis un exemple flagrant, mais je fais quoi si à l’adolescence je me retrouve avec une pétasse à talons ? Comment je parle de mon propre enfant moi ?! Oo C’est une honte. Plus sérieusement, j’ai toujours eu plus d’affinités avec les garçons, enfin depuis quelques années en tout cas, et je pense effectivement avoir une petite préférence pour cette espèce là. Quand j’étais toute petite, ma vie se passait presqu’essentiellement entre l’hôpital et la maison alors on ne peut pas dire que j’avais vraiment le temps et l’occasion de me faire des amis. Une fois sortie de tout ça, une fois à Poudlard, je me suis jeté dans mes études et j’avais bien quelques copines mais je n’ai jamais été une grande sociable. J’étais bien loin d’être la fille populaire toujours entourée et ça m’allait très bien comme ça. C’est en sortant d’ici que tout a changé, avec l’armée. Si vous ne supportez pas la présence de l’homme, autant le dire, c’est pas l’endroit où il faut aller. J’ai passé quatre ans de ma vie avec ces gus et j’ai appris à m’y faire, à les apprécier, résultat aujourd’hui – et même si c’est un peu un concours de circonstances – je n’ai que des amis de sexe masculin. Mêmes les gosses dont je suis le plus proche sont des garçons. Ça ne m’empêche pas d’avoir quelques affinités et de l’affection pour certaines élèves mais ça n’est pas la même chose. Enfin on verra bien, mais il est évident que si j’ai une fille je ne l’abandonnerai pas en plein milieu de la Forêt Interdite en espérant que les Centaures viennent l’adopter Rolling Eyes Et oui, je me projette loin, je sais. Je n’en suis qu’à douze semaines et j’ai encore le temps de voir venir. Je sais aussi que je n’aurai peut être justement jamais ce temps là mais c’est une éventualité que je ne peux pas nier alors autant vivre avec et advienne que pourra. Je me suis faite à cette situation, et non étrangement je ne vis pas dans la peur en permanence. Au départ je me suis sentie fragilisée mais à présent je sais que je serai prête et capable de déplacer des montagnes. Oui, au sens imagé du terme, évidemment Rolling Eyes Déplacer le Mont Blanc ça doit pas être à la portée de tout le monde … Et puis ils auraient l’air con les Alpins avec un trou dans le paysage !

Enfin bref ! L’instant présent. L’instant présent c’est eux, et moi. C’est eux qui se chamaillent comme deux gosses. Deux gosses dont l’un qui essaie de rendre aveugle l’autre en lui balançant son verre d’alcool en plein visage. Qui a eu cette idée géniale de me faire m’asseoir entre ces deux là au juste ? Ah ben oui, c’est moi. Quoi que non, pas vraiment, mais personne ne m’a forcé à me poser sur cette chaise ni même à ne pas la déplacer. Alors, Tonton Logan ? :ga:

« T… nan, dis pas ça, ça… c’est glauque. »

Oh ça va, arrête de faire cette tête là Rolling Eyes C’est pas toi qui te tape les nausées matinales, les sautes d’humeur, les hormones qui dansent la samba, la poitrine qui fait mal et j’en passe. Non, c’est pas toi, c’est moi, et c’est Max. Cette grossesse est la mienne, c’est mon bébé, mais il est là et il le sera toujours. Je le sais et pas une seconde je n’en doute. Si ça doit changer, ça sera en dehors de sa volonté et de la mienne, c’est une certitude. Non il n’est pas le père du bébé, et j’ignore complètement comment ça va se passer quand il sera là ou quand je me serai décidé à le dire à Jakob, si je le lui dis un jour, mais Maxence aura toujours sa place dans ma vie, dans notre vie. Peut être pas en tant que père, mais il aura sa place. Et toi … toi tu seras Tonton Logan et puis c’est tout ! :angel: Peut être que je te le collerai dans tes bras d’insensible quand il sera là, vas savoir. Logan Rivers, Babysitter ! Et t’es pas beau quand tu boudes.

« J’veux bien être présent pour toi, pas pour la version miniature. »

Oh.

Oui, c’est bête, mais ça m’a calmé de l’entendre dire ça. Pas dans le sens négatif du terme, loin de là même, c’est juste que ce genre de choses ça ne sort pas tous les jours de la bouche de ce gars là. J’arriverai à vivre sans lui, c’est pas la question, mais c’est toujours agréable et sans doute rassurant d’entendre ça. Il compte pour moi, ça c’est clair et même si je ne lui ai jamais dit je pense qu’il doit le ressentir – et que ça doit le faire grimacer d’ailleurs – mais je n’ai jamais attendu quoi que ce soit de sa part, ni même espéré faire parti des quelques exceptions. Quoi qu’il en soit nous sommes amis, tous les trois, et jamais ô grand jamais je n’aurai cru ça possible un jour lorsqu’on était encore que des élèves ici. En ce qui concerne Logan je veux dire, puisque Maxence n’était pas là lui.

« Meuh si, ça fait bien Tonton Logan : tu lui apprendras l’Quidditch ! »
« J’aime pas l’Quidditch. »
« En même temps, t’aimes rien. Tu dois po être facile à vivre tous les jours. Si Aileen vient en cloque, je la perds en forêt, c’est ça ? »
« Ouais ! Bon plan ! »
« Psychopathe.. »

Vous êtes mignons. Chose que je ne prononcerai pas à voix haute histoire de ne pas bafouer leur virilité, naturellement. Vous pouvez bien jouer les gros bras et les mecs détachés, vous êtes tous pareil. Et je vous aime. Enfin ceci dit, non pas que je sois une féministe dans l’âme mais …

« T'es un monstre Logan Rivers, pour la peine tu changeras les couches ! »

Et tu ne penses pas un mot de ce que tu viens de dire concernant Aileen, j’ai tort ? Cela étant, mieux vaut sans doute que la situation ne se présente jamais. Pour tout un tas de raisons.

« Arrange toi pour pas la mettre en cloque, c'est pas une garderie ici. Quoi que … Je m'étonne qu'on n'ait pas plus de bébé à gérer que ça d'ailleurs. Comme dirait Sovahnn, on s'emmerde, alors on b... nan je peux pas dire ça, ça casserait ma réputation. »

Celle d’une femme sage et sans histoire, ce qui est la vérité. Volontairement ou pas. Consciemment ou pas. Et j’en plaisante mais le sexe est toujours un sujet délicat pour moi. D’autant plus que ça n’est clairement pas dans mes habitudes de parler comme ça mais que voulez vous, à force de passer autant de temps enfermés ici avec des personnes pour qui ça n’est absolument pas un tabou, on prend le pli. Ne vous attendez pas à me voir partir dans des délires du genre, évidemment, mais je pense pouvoir dire que par la force des choses j’ai sans doute un peu perdu de ma psychorigidité d’antan.

« C'est bon ce p'tit truc, merci Monsieur Flou. »

Oui je joue les innocentes en me noyant dans mon verre sans alcool, parfaitement. Et je n’entends rien !

« J’ai envie de fraises. Et d’un énorme gâteau au chocolat. Et … »

Quoi ?
:gla:

« J’suis enceinte, j’ai le droit de faire des caprices ! »

Et de devenir obèse ! x_X
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2494
Date d'inscription : 01/09/2009
Crédits : ©Bidi
Double Compte : Takuma, Kazuo, Sovahnn, Maxence, Jordane, Alec, Yusuke (✝)



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/liens-additionnels-f64/takuma-marek-
MessageSujet: Re: No cure - Isma   Dim 17 Mar 2013 - 22:21

Un enfant. Mais quelle idée étrange. Bien sûr, on ne choisis pas toujours, surtout vu les conditions dans lesquelles ils étaient. Et quand ça vous tombe dessus… Eh bien justement, comment réagirait-il si ça lui tombait dessus ? Il fut un temps où la réponse était claire : il se serait marré avant d’ordonner à la fille de se débarrasser de ça, et qu’elle ne vienne pas chercher à obtenir quoi que ce soit de lui, ça aurait été niet. Mais à présent, il savait qu’il ne serait pas même capable de chercher à agir comme ça. Maintenant, il fuyait probablement aussi loin qu’il le pourrait, hurlerait, courrait partout aussi vite qu’il le pourrait, puis se boirait jusqu’à ne plus en pouvoir, courrait à nouveau, probablement à poil cette fois, gerberait ses trippes jusqu’à ne plus avoir de force, puis il s’écroulerait quelque part, épuisé. Cuver l’alcool serait le plus simple, pour la nouvelle, il lui faudrait sûrement quelques nuits d’affolement de plus. Et puis, il irait voir Maxence, le cognerait pour être le mec parfait qui sait tout gérer, tout endurer, et il irait sûrement rejeter la faute sur Takuma après ça, et ensuite ? Ensuite, il reviendrait. Ça le rendrait fou, et il s’en voudrait toujours pour ne pas s’être préservé de tout ça, mais il reviendrait.

Mais là, ça n’était pas lui qui était concerné, alors tout allait bien. Il pouvait toujours éviter l’emmerde, et si un jour, Ismaelle avait la folie bien étrange de lui refiler le marmot, il trouverait bien quelqu’un de largement plus qualifier que lui pour s’en occuper. Etrangement, il s’était pourtant occupé de son plus jeune frère il fut un temps, tout comme il avait cherché à le préserver de certaines choses, à l’influencer d’une toute autre manière que celle que la famille avait sur lui, mais tout ça semblait si loin. Il ne devait pas être plus haut que la table de la salle à manger des Rivers quand il s’était retrouvé pour la dernière fois avec un bébé dans les bras et il n’aurait à présent pas même la moindre idée de comment le porter contre lui. Alors pour le reste… Non, réellement. A la limite, aller le chercher dans des rues glauques quand, au moment de l’adolescence, il pèterait un plomb violent et… oulah lah ça divague violent tout ça. Enfin bref, oui, il avait soufflé un silence étonnant lorsque Logan avait parlé d’être là pour Ismaelle. Ça n’arrivait pas tous les jours, c’était clair mais il ne s’attendait pas à voir un regard si sérieux dans ses prunelles chocolat. Depuis quelques temps, c’était le genre de comportement qui lui semblait logique. C’était vrai, il n’était pas réellement présent, pas comme le serait quelqu’un comme Maxence, et ils n’avaient tout deux clairement rien à voir l’un avec l’autre, mais Marek était là tout de même, à sa manière. Physiquement, il éviterait de trop se mettre en avant, ne parlerait probablement pas beaucoup et jamais il n’irait réconforter quelqu’un, jamais il ne saurait simplement quoi dire ou comment agir. Mais s’il fallait la protéger, il serait là. Comme il avait été là pour d’autres. Et s’il fallait insister, s’il fallait faire bouger les choses, il le ferait sans hésitation. Au pire, s’il disparaissait, elle aurait toujours celui qu’il lui fallait pour la soutenir. Lui n’était pas de cet ordre-là.

Disons qu’il veillerait au grain quand l’autre réparerait les cœurs blessés. Maxence était doué pour ça, pas lui. En tant que médecin, oui ! Non, les deux, bien entendu, et ça tombait bien, leur collègue et amie aurait probablement au moins besoin de ça.

Encore une fois, ils se disputaient tous les deux, mais c’était ce qui prouvait qu’un réel lien d’amitié s’était tissé entre les deux hommes. Tout ça était ténu, bien sûr, mais réel.

« T'es un monstre Logan Rivers, pour la peine tu changeras les couches ! »
« Hoho ! T’as pas peur toi ! Tu vas te retrouver avec un bébé qui fuis, j’te préviens ! Et j’irais pas nettoyer. »

C’est qu’au moins, t’auras tenté de changer la couche.

« Et ça, c’est s’il est toujours en vie, qui te dis que je ne l’abandonnerais pas en haut de sa montagne de table à langer ? »
« Tu connais les mots, c’est déjà ça. »
« Tu me prends pour un troglodyte ? »
« Presque. »

Tu m’fait chier =D Je t’emmerde.

« On t’enverra Fenrir, il te laissera pas t’éloigner. »

Un chien, ça s’encadre. Mais le sujet s’était détourné vers Aileen et… et l’image de la jeune femme enceinte revenait de nouveau, et ça ne le rassurait pas des masses. J’ai des palpitations, merde, arrêtez avec ça ! Oui, c’est une blague à ne pas faire tout haut, je sais, la preuve, elle n’a pas été faite.

« Arrange toi pour pas la mettre en cloque, c'est pas une garderie ici. Quoi que … Je m'étonne qu'on n'ait pas plus de bébé à gérer que ça d'ailleurs. Comme dirait Sovahnn, on s'emmerde, alors on b... nan je peux pas dire ça, ça casserait ma réputation. »
« Woh.. Tu t’décoinces ma fille. »

Et…

« Et il est hors de question qu’elle finisse en cloque, donc t’en fais pas pour ça, tu resteras la seule à gérer ça. En plus, deux Rivers dans ce château, ça suffit largement. »

Oui, c’est pour ça qu’il en avait supprimé un, ça faisait trop. Haha. N’en resta plus que deux. Tant que ceux-là ne disparaissaient pas, tout allait bien, et mieux fallait ne pas penser aux possibilités que les choses se passent autrement.

« Et mister ici présent doit distribuer des potions je suppose. »
« Ouaip. Enfin, maintenant, c’est Takuma qui fait ça. »
« T’as engagé Takuma en tant que pharmacie ? C’est original ça. »

Le problème avec les potions, c’était qu’il n’y en existait pas qui marchent comme des pilules du lendemain. La magie n’était pas toujours à la hauteur des espérances qu’on pouvait lui porter. En tout cas, il y avait de fortes chances pour que, s’il n’y avait pas de gosses à brailler partout à présent, la responsabilité tenait aux potions distribuées régulièrement. Après, étrangement, il n’y avait pas encore eu de biais, ou de viols ou de… on va s’arrêter là je pense.

« C'est bon ce p'tit truc, merci Monsieur Flou. »
« Elle va se dévergonder une fois enceinte tu vas voir, ça va être beau tient. »



« Maxence, regarde moi, avoue, qu’est-ce que tu lui as fait ? »
« T’as pas idée. »

C’est ça, fait ton malin.

« J’ai envie de fraises. Et d’un énorme gâteau au chocolat. Et … »
« Hein hein.. »
« J’suis enceinte, j’ai le droit de faire des caprices ! »
« Ah mais bien sûr ! ... et.... J’prononce ‘Maxence’ et tu réponds à coup de chocolat et de fraises. Nan mais j’dis ça comme ça hein. Après j’suis sûr que monsieur bon à marier est capable de te faire un bon gâteau au chocolat. »

Son regard pourrait d’ailleurs presque faire peur..

« La dernière fois que jm’y suis risqué, j’ai cramé le dessus…. Mais en dessous c’était mangeable. Et le monsieur bon à marier t’emmerde cela dit en passant. »
« Ah ben tout va bien alors ! »

Il a gardé des couilles.

« Bah et le chocolat alors ? T’en fais quoi fog-man ? »

Et l’instant d’après, une fondue au chocolat apparaissait avec, miracle, des fraises. Un sourcil levé, Logan n’avait pas bougé, dans l’expectative.

« Si je sort n’importe quelle connerie, tu l’amènes aussi ou … ? »

Sûrement pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 7961
Date d'inscription : 05/03/2010
Crédits : Avatar Forevertry ▬ Gif Tumblr
Double Compte : Enzo ▬ Cameron ▬ Jeremiah (parti) ▬ Taylor (mort) ▬ Riley ▬ Victoria



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t3324-i-m-not-snow-white-ismaelle
MessageSujet: Re: No cure - Isma   Mer 20 Mar 2013 - 21:17

On peut tromper 1 000 personnes une fois, mais on peut pas tromper 1 000 personnes 1 000 fois. Non c’est pas ça. 1 000 fois une personne ? Ok je sors. Il sait. Il a compris. Je crois. Je ne sais pas, une sensation, un ressenti, et j’ai l’impression qu’il a compris que la situation n’était pas aussi « simple » qu’on le prétend Max et moi. Il ne dit rien. Il ne dira rien. D’une parce que ça ne sont clairement pas ses affaires, et de deux, parce que c’est Logan Rivers. Même si c’est parfois le roi des crétins – c’est affectif – il est bien loin d’être idiot. Je sais qu’il n’ira pas fourrer son nez là dedans, d’autant plus qu’il pourrait facilement grâce à son don mais il ne le fera pas. Et tout le monde s’en tiendra à ça. Ah les Rivers, vaste sujet Rolling Eyes Et effectivement, deux dans un même endroit c’est sans doute suffisant – même si cette phrase vient après. C'est pas grave, comme Numérobis, j'anticipe ! Il n’y a pas si longtemps ils étaient trois. Les aléas de la vie, dira t-on. Une grande famille de Sang Pur, mais un seul qui a réellement de l’importance pour moi. Oui, de l’importance. Pas au même titre que Maxence mais tout de même. Parlant de Maxence, je sais que ces deux là se sont « attachés » l’un à l’autre. Ils pourront toujours le nier, je le vois comme le nez au milieu de leur figure de jeunes cons. Ils s’apprécient, et ils m’apprécient tout comme je les apprécie. Regardez-moi ce petit trio, qui aurait pu croire une chose pareille il y a quelques années ? Certainement pas moi. Trois amis entrain de se changer les idées, voilà ce que je vois. Dont deux d’entre eux qui sont là à leur manière pour le troisième qui commence à fatiguer. On a tous des coups de mous, et Maxence a toujours été là pour me supporter pendant les miens. Je l’admets, parfois je me prépare à l’éventualité qu’il tombera lui aussi un jour ou l’autre. Il n’est pas insubmersible, et à force de courir dans tous les sens comme il le fait, il va s’épuiser. Mais il est comme ça et je ne l’empêcherai jamais d’être lui même. Aider les autres c’est sa raison de vivre alors je me contente d’être là, de lui changer les idées quand il en a besoin, de l’aider quand je peux à l’infirmerie ou ailleurs. On s’épaule, un peu comme un mari et sa femme dans le fond. J’en plaisante, mais lui et moi ça aurait sans doute pu se faire. Les circonstances ont fait que les choses n’ont pas pris cette direction. Est ce que je le regrette ? Parfois oui, parce que tout est tellement simple avec lui, mais justement, est ce que ça n’aurait pas tout gâché ? Quand il est arrivé c’est Jakob qui me tapait dans l’œil. Oh bien sur je ne suis pas restée insensible à son charme, ses yeux rieurs et tout ce qui fait de lui un des hommes les plus convoités de cette école, mais c’est l’amitié qui s’est installée entre nous et elle y est restée. Cette relation est assez particulière, j’en conviens, mais c’est comme ça. Et Logan dans tout ça, la troisième roue du carrosse ? Non. C’est un ami, une des personnes en qui j’ai le plus confiance entre ces murs. Même quand il essaie de faire croire qu’il est insensible en débitant des horreurs.

« Arrange toi pour pas la mettre en cloque, c'est pas une garderie ici. Quoi que … Je m'étonne qu'on n'ait pas plus de bébé à gérer que ça d'ailleurs. Comme dirait Sovahnn, on s'emmerde, alors on b... nan je peux pas dire ça, ça casserait ma réputation. »
« Woh.. Tu t’décoinces ma fille. »

T’as pas idée d’à quel point … Non, en réalité ça n’est pas vrai. Ou peut être que si. Question de point de vue je dirai et tout dépend du degré et du domaine mais je crois que depuis un moment j’ai envoyé promener certains de mes principes et une partie de ma psychorigidité. Oui j’ai toujours aimé l’ordre, que tout soit à sa place et que rien ne dépasse. Oui j’ai toujours eu des principes, sans doute à la con selon certains, mais ils s’effritent sans que je n’y fasse réellement attention. Il n’y a pas d’âge pour changer, et parfois la vie fait qu’on n’a pas vraiment le choix. Je ne sais pas si on peut vraiment parler de choix en l’occurrence mais peu importe. La situation, notre existence, sont telles qu’on évolue et puis c’est tout. J’ai peut être l’âge que j’ai mais on ne cesse jamais d’apprendre et de grandir. Alors oui, peut être que je me décoince comme il dit. Tant mieux ou tant pis ? Je crois que ça n’a pas vraiment d’importance. Les choses sont ce qu’elles sont et il n’y a pas vraiment de questions à se poser. C’est comme ça, et c’est tout. On se façonne aussi à l’image des gens qu’on fréquente. Regardez-vous, comment tu veux que je reste sage ? Sans parler des autres.

« Et il est hors de question qu’elle finisse en cloque, donc t’en fais pas pour ça, tu resteras la seule à gérer ça. En plus, deux Rivers dans ce château, ça suffit largement. »

On y revient donc et encore une fois je le laisse se faire du mal tout seul. Enfin du mal … c'est une façon d'exorciser que d'en plaisanter. C'est en tout cas comme ça que je le ressens mais chacun sa vision des choses.

« Et mister ici présent doit distribuer des potions je suppose. »
« Ouaip. Enfin, maintenant, c’est Takuma qui fait ça. »
« T’as engagé Takuma en tant que pharmacie ? C’est original ça. »

Pauvre Takuma qui doit supporter tous les déboires des jeunes filles en fleur de cette école. Je suis pas sure qu'il savait dans quoi il s'engageait en … s'engageant justement, parce que je trouve pas d'autre mot.

« C'est bon ce p'tit truc, merci Monsieur Flou. »
« Elle va se dévergonder une fois enceinte tu vas voir, ça va être beau tient. »

Je t'emmerde Rivers, laisse moi vivre.

« Maxence, regarde moi, avoue, qu’est-ce que tu lui as fait ? »
« T’as pas idée. »

Du bien, quelle question.

« J’ai envie de fraises. Et d’un énorme gâteau au chocolat. Et … »
« Hein hein.. »
« J’suis enceinte, j’ai le droit de faire des caprices ! »
« Ah mais bien sûr ! ... et.... J’prononce ‘Maxence’ et tu réponds à coup de chocolat et de fraises. Nan mais j’dis ça comme ça hein. Après j’suis sûr que monsieur bon à marier est capable de te faire un bon gâteau au chocolat. »
« La dernière fois que jm’y suis risqué, j’ai cramé le dessus…. Mais en dessous c’était mangeable. Et le monsieur bon à marier t’emmerde cela dit en passant. »
« Ah ben tout va bien alors ! »

Les garçons … Franchement, peu importe l'âge, ils sont tous – ou presque – les mêmes. Mais on les aime comme ça ! Enfin moi en tout cas.

« Bah et le chocolat alors ? T’en fais quoi fog-man ? »

J'aime cette salle ! Ma balance l'aimera surement moins mais … il paraît que la frustration c'est pas bon alors maintenant que cette petite merveille de chocolat fondu et ces délicieuses fraises sont là, autant en profiter, non ? Si.

« Si je sort n’importe quelle connerie, tu l’amènes aussi ou … ? »
« Demande lui 50 000 en petites coupures et on se fait la malle façon Thelma et Louise. Je suis sure que le foulard sur la tête vous ira très bien à tous les deux. »

Oui, des fois moi aussi je me demande ce qu'il peut bien me passer par la tête mais la réponse est simple : Rien. Les mots sortent et je ne les filtre pas toujours, c'est tout. Ça aussi c'est à cause d'eux parce que la gentille et psychorigide Ismaelle d’antan n'aurait jamais réagit de cette façon. Tiens pis pour la peine …

« Merci tonton Logan. »

Non tu ne rêves pas mon chou, je viens bien de passer mon bras autour de ton épaule et de te faire un énorme bisou sur la joue, bien exagéré. Tu me détestes hein ? C'est pas grave, moi je t'aime quand même. Toi, et Max, et ce chocolat. Et ces fraises !

« Prenez-en aussi, histoire que je sois pas la seule à prendre des kilos. Soyez solidaire quoi ! Une p'tite grossesse nerveuse pour m'accompagner ? :999: »

Et voilà, c'est juste un moment passé, trois amis qui sont solidaires et qui le montrent par des moyens toujours un peu détournés mais qu'ils comprennent tous. Et ils vécurent heureux et eurent un bébé *out*

▬ Topic Terminé ▬
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: No cure - Isma   

Revenir en haut Aller en bas
 
No cure - Isma
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 06. [Freeman's] Cure for Hangover...
» Demain j'donnerais le change - Isma
» Everything collapses {Cameron-Taylor-Isma}
» Life starts now - Isma
» V/ FACTION - The Cure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Septième Etage. :: ─ Salle sur demande-
Sauter vers: