AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Restless [PV Doryan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hiboux postés. : 2850
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Restless [PV Doryan]   Lun 21 Jan 2013 - 18:27

Il suffisait encore de quelques sourires pour redonner envie à Emily de vivre, de se battre jusqu’à son dernier souffle mais aussi de profiter de ce que les Supérieurs n’avaient pas réussi à lui enlever. Avec le retour du soleil, elle essayait de se convaincre qu’un nouveau cycle allait sans doute démarrer, que leur vie allait finir par changer. Après tout, ils avaient assez donné, ils s’étaient saignés ou plutôt, on leur avait fait verser tant de larmes et tant de sang que maintenant, cela devait s’arrêter, ils devaient avoir le droit de passer à autre chose. Alors bien sûr, la cracmolle n’était pas dupe, elle ne se voilait plus la face depuis bien longtemps mais se dire qu’il y avait encore une façon de vivre, que bien qu’elle était constamment entourée des murs d’une prison, que son espace personnel se résumait à une petite cellule, elle avait encore les clés pour avancer, c’était sa seule façon de continuer à respirer. Trop de fois elle avait senti son souffle se couper, elle avait cru mourir tant l’angoisse et la fatigue l’étouffaient. Mais désormais tout cela était fini. Si la demoiselle était déjà sur une pente ascendante depuis un moment déjà, le fait de revoir Cameron n’avait fait qu’achever le processus. Ils se croisaient régulièrement mais passer vraiment du temps avec lui était ce dont elle avait besoin. Il lui rendait son sourire en seulement quelques instants. Alors parfois elle était un peu mélancolique en imaginant la vie qu’ils pourraient avoir s’ils trouvaient le moyen de partir mais c’était trop douloureux pour qu’elle accepte d’y penser. Alors Ems se contentait de visualiser tous les projets fous qu’ils avaient décidés de faire, toutes ces choses qui leur ressemblaient et qui rappelaient à chacun qu’ils n’étaient au fond encore que des enfants, avides de conneries en tout genre. Pourquoi toujours chercher à voir des adultes ? Des personnes ayant grandi trop vite à cause de la souffrance ? Peut être que cela était vrai mais ce que l’écossaise voulait voir c’était ce petit grain de folie que nul sort ne parvenait à effacer, cette capacité à rester totalement idiot même quand les événements vous poussent à prendre les choses en main. Elle avait besoin parfois d’être juste une gamine afin de pouvoir se concentrer sur son envie de hurler, afin de pouvoir écrire des paroles expliquant vraiment cette rage mais aussi cette détermination qu’elle portait désormais bien sanglée au cœur et qu’on ne lui retirerait jamais à moins de mettre fin définitivement à sa vie. C’était un risque à prendre après tout, et puis elle n’était plus aussi suicidaire qu’avant, au moins elle surveillait ses arrières maintenant…

Enfin bien qu’Emily ait décidé de faire des efforts et d’être plus prudente pour ne pas faire avorter tous ses projets, il lui arrivait encore de se mettre dans des situations pas possibles et elle avait beau tout faire pour se résonner, il arrivait que sa grande gueule s’actionnait toute seule. Alors elle travaillait dessus, elle essayait de s’inspirer un peu de Ricardo et son visage impassible mais décidément, ils n’étaient pas du même genre et elle ne parvenait pas à être inexpressive, à paraître renfermée et ailleurs pour ne pas se faire emmerder tous les vingt mètres. Elle portait dans ses gênes cette capacité à faire le sourire le plus provocant du monde, à lancer des regards emplis de dédains envers ceux qu’elle ne pouvait décidément pas encadrer. D’autant que si elle parvenait à rester calme par rapport à elle-même, elle avait encore souvent des hauts le cœur quand elle voyait un moldu encore jeune, pas assez endurci se faire emmerder. C’était sans doute ça qui l’empêchait de tenir totalement ses bonnes résolutions : il y avait toujours un plus jeune à défendre. Elle ne se saurait jamais pardonné d’en laisser un crever devant elle. Elle avait vu trop de cadavres depuis la dernière rafle et bien que cela commençait à faire un bout de temps, certaines images étaient encore ancrées dans son esprit. Du coup, face à ce genre de cas de figure, sa réactivité était aisément multipliée par deux ce qui avait tendance à causer pas mal de dégâts. Cela avait au moins le mérite d’amuser son enfoiré de frère, au moins un était heureux, c’était déjà ça… Toujours était-il qu’elle allait finir par se faire engueuler à force de s’attirer des ennuis. Elle se forçait donc à se calmer un peu et malgré tout cela faisait plusieurs fois qu’elle avait réussi à s’en aller sans faire de réflexion et à éviter de fait des punitions plutôt sévères. Seulement voilà, cela ne pouvait apparemment pas durer.

Emily errait dans les couloirs comme à son habitude mais elle aviat été prise d’un doute quant au fait que ses clopes étaient ou non bien cachées. La demoiselle était donc retournée discrètement dans ce qui lui servait de pièce pour dormir. Après un examen appuyé, elle en avait conclu que tout était pour le mieux et avait donc repris sa route, tout simplement. Mais voilà, il avait fallut qu’elle croise une bande d’abrutis s’en prendre à un première année dont le sang n’était apparemment pas assez pur. Ems était restée quelques instants, à observer la scène, tout se mélangeant dans son esprit. Il aurait mieux valut qu’elle passe son chemin, cela ressemblait plus à une manière de l’emmerder qu’autre chose seulement on ne pouvait jamais savoir avec eux, elle avait vu trop de taquineries finir en lynchages purs et durs. La cracmolle avait donc fini par craquer et s’était avancée vers les jeunes gens, un sourire moqueur aux lèvres.

« Votre complexe d’infériorité est tel que vous devez vous en prendre à un gamin ? Franchement, c’est pathétique. »

Tout en finesse bien sûr. Seulement, cela ne semblait pas trop plaire aux trois jeunes hommes qu’elle venait d’interpeller. L’un d’eux, sans doute le leader de leur petite bande d’idiots finis s’avança vers elle en pointant sa baguette et ouvrit la bouche pour déverser son venin, pensant peut être que cela aurait un effet quelconque sur la jeune femme.

« -Qu’est-ce que tu veux toi ? Tu ferais mieux de fermer ta grande gueule sale moldue.


-Oh voyons, déjà je ne suis pas une moldue, je suis une cracmolle, je te prie, choisis mieux tes mots. Et quoi qu’il en soit, il semblerait que j’ai plus de couilles ce qui ne semble pas difficile vu les cibles que tu choisis…


-Sale pute ! »

Décidément, ces sorciers avaient un vocabulaire réduit et pas franchement poli. Seulement avant qu’Emily ne puisse faire une réflexion, un autre l’attrapa par le col et la balança dans la salle qui se trouvait juste à côté d’eux. Ems connaissait bien cette salle, c’était là qu’étaient donnés les cours sur les gens comme elle et rarement dans de jolis conditions. Être ici n’annonçait rien de beau. Elle allait encore prendre cher mais au moins le gosse avait pu profiter de cette diversion pour filer, au moins, elle n’avait pas totalement perdu sa journée. Aussi, lorsque le premier sort l’envoya brutalement contre un mur et que son dos fit un bruit sec, elle continua de sourire. Ils pouvaient s’acharner, ils n’arriveraient plus à la détruire, non, plus maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Restless [PV Doryan]   Lun 21 Jan 2013 - 19:26

La fatigue que j'avais accumulée depuis plusieurs jours n'était pas prête de s'en aller, bien au contraire. Je me sentais plus las que jamais. La porte du cachot s'ouvrit et la tête de Wallenstein apparut. Il avait décidé de me faire payer quelque chose et je n'avais toujours pas trouvé ce que c'était. J'avais eu tout le temps d'y réfléchir durant les longues heures où j'avais été seul dans ce trou humide. Je ne savais pas quel jour on était ni quelle heure il était, matin midi ou soir je n'avais pas de montre ni aucun autre moyen de repère. Il avait l'air décidé à me laisser sortir. J'étais plutôt heureux de pouvoir sortir de là, de bouger mes jambes et de sentir autre chose que l'odeur d'humidité et d’égout qui régnait dans le cachot. La lumière du jour me fit plisser les yeux. L'air était vraiment plus agréable. Je tenais à monter directement dans la tour gryffondor, prendre une bonne douche et refaire mes cheveux qui ne ressemblaient plus à rien, j'avais l'air trop gentil avec cette foutue mèche, mais au moins elle cachait le bleu que je m'étais fait en prenant une table dans la tête.
Je n'avais pas cessez de penser à Raf. Il allait piquer une crise s'il me voyait comme ça. Cela me fit sourire en y pensant. Le professeur de botanique était désormais parti vaquer à ses occupations et m'avait laisser reprendre le cours de ma vie comme si rien ne s'était jamais passé. Je n'avais pas le courage de passer par les cuisines bien que je mourrais de faim. La grande salle était vide, signe que le repas n'était pas encore servit ou au contraire qu'il avait déjà été servit. J'aperçus un journal qui traînait sur une table de la grande salle et m'en approchait histoire d'avoir une idée de la date d'aujourd'hui. Le 20 juin. Cela faisait trois jours que Wallenstein m'avait pris en grippe et enfermé dans ces foutu cachots. J'étais surpris qu'il ne m'y ait pas laissé plus longtemps, mais ça m'avait parut une éternité.

Je reparti en direction de la tour gryffondor espérant ne croiser personne. Je n'avais pas vraiment envie que me pose la moindre question pour le moment. J'étais fatigué et assez énervé de n'avoir rien pu faire pour l'empêcher d'écouter ce professeur. Il avait sortit toutes mes peurs et en avait jouer d'une facilité surprenante. Je me demandais bien d'où il tenait tout ça, mais la réponse était évidente. Alan avait du tout lui balancer. Je ne pouvais plus compter que sur moi même. C'était affligeant de constater que sa propre famille vous lâche. J'aurais pourtant du m'en douter. Il n'avait rien d'un saint et avait toujours voulu que je fasse ce qu'il veut. Il pouvait toujours courir, jamais je ne serais comme lui et tout ce qu'il pourrait faire pour me le faire payer ne ferait pas changer d'avis, sauf s'il commencer à s'en prendre à Rafael. J'étais d'ailleurs terriblement angoissé à l'idée que quelqu'un comme eux finissent par apprendre ce qu'il y avait entre moi et le serdaigle. Personne hormis Killian et Casey n'était au courant et il fallait que ça reste ainsi.

J'étais arrivé au quatrième étage et marchais dans les couloirs lorsque de dos je reconnu le professeur de métamorphose, Alan, mon parrain. Je n'avais pas vraiment envie de le croiser ni de lui parler et fis demi tour courant presque pour l'éviter. J'entrais dans la première salle ouverte et fut surpris d'entendre de voir Emily et une bande de serpentard qui venait juste de l'insulter. J'étais assez surpris de la voir et rassuré en même temps. Elle avait toujours eu un fort caractère et ça ne m'étonnait plus qu'elle leur réponde de vive voix. Les vert et argents qui l'avait insulté m'aperçurent je ne leur laissait pas le temps de dire quoi que se soit de plus.

« Vous n'avez donc rien d'autre à faire de mieux à faire? Apprendre à parler aux femmes par exemple, ce ne serait pas du luxe. Dégagez si vous n'avez pas envie de m'avoir sur le dos le reste de la journée.»


Il marmonnèrent quelque chose d’incompréhensible. Je n'étais pas sur qu'ils s'en irait, mais visiblement ils avaient u entendre parler de moi et de ma manie à fouiner dans la vie des gens et à leur pourrir l'existence. Je souris constatant qu'une fois de plus j'avais sauver la jolie brune. Il semblerait que se soit la seule façon qu'on ait de se rencontrer elle et moi. Je lui souris essayant de paraître plus joyeux et moins abattu par ces derniers jours.

« Ne me remercie pas chérie, tu aurais fait la même chose pour moi.»

Je me demandais si elle me reconnaîtrait avec cette coiffure. Je n'étais pas au meilleur de ma forme et même mes cheveux s'y mettait. D'habitude j'avais plutôt le front dégager et une mèche vers le haut qui me rendait sur le coup beaucoup moins gentil paraissait-il. Ce n'était bien sur pas ce qui importait le plus, ce qui comptait était qu'il ne lui soit rien arrivée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2850
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Restless [PV Doryan]   Mer 23 Jan 2013 - 19:09

Il fallait bien avouer que se faire emmerder était devenu une habitude pour Emily. Ce n’était pas comme si cela ne lui arrivait que rarement et que de fait, elle n’était pas préparée à affronter ce genre de situations. Bien au contraire, elle baignait dans ce climat de violence et de haine depuis bien longtemps maintenant et si elle n’appréciait toujours pas cela, elle y était coutumière. Voilà pourquoi, sans doute, son sourire ne s’effaçait pas bien qu’elle ait en face d’elle une bande de petits cons prétentieux qui avaient décidé de se déguiser en bourreaux pour l’espace de quelques minutes. Bien sûr, elle était humaine et elle avait peur en quelque sorte, elle n‘avait pas envie de se retrouver salement amochée, de devoir aller se faire soigner discrètement. Mais elle n’était plus terrorisée comme elle avait pu l’être pendant la rafle, elle était bien plus sereine. D’autant, qu’elle savait que montrer la moindre once de peur c’était les satisfaire. Ces gens là adoraient se sentir puissants, avaient besoin de montrer une certaine suprématie et de fait, quand leur victime se mettait à trembler et à bredouiller, ils se sentaient plus puissants que jamais. Ems avait donc appris à contenir sa peur plus pour ne pas leur procurer ce sentiment. Après tout, elle sentait encore son rythme cardiaque s’accélérait, elle entendait le bruit de son sang battre dans ses tempes, elle sentait bien que si elle ne se contrôlait pas, ses mains seraient saisies de légers tremblements. Mais la peur était devenue sa camarade, sa compagne d’aventure. Elle avait tant vécu avec elle qu’elle avait su l’apprivoiser et que désormais, elle essayait de s’en servir plus comme une force, comme un instinct de survie plutôt que comme un élément de paralysie même si c’était loin d’être facile tous les jours. Seulement dans le cas présent, elle ne s’en sortait pas trop mal. A vrai dire, ce n’étaient pas ces petits jeunots qui l’effrayaient le plus. Alors bien sûr, comme ils avaient en général quelque chose à prouver, ils ne se ménageaient pas et pouvaient lancer des sorts assez douloureux seulement ils étaient aussi en général moins puissants que les sorciers aguerris et surtout que les Supérieurs. De fait, si la douleur pouvait toujours exister, elle était d’une moins vive et surtout, les séances duraient en général moins longtemps, ils avaient tendance à se fatiguer plus vite, à se lasser plus rapidement que les tortionnaires de métier. Dans un autre contexte, Emily aurait sans doute bien rigolé de sa capacité à dresser un tableau précis des différentes catégories de sadiques de ce Château. Mais bon, malgré tout son self-control, ses pensées avaient un peu tendance à s’éloigner de la plaisanterie alors qu’elle se remettait sur ses pieds après avoir percuté le mur. La demoiselle essaya alors de concentrer ses neurones et de trouver un moyen de s’en sortir sans trop de dommages. Cependant, avant qu’elle n’ait besoin de tenter quoi que ce soit, elle vit quelqu’un entrer dans la pièce et d’un coup, un sourire en coin s’afficha sur son visage. C’était Doryan. Elle ne le connaissait que depuis peu mais ce type l’avait déjà aidée une fois, alors que, comme d’habitude, elle s’était retrouvée dans une situation délicate. Le jeune homme ouvrit alors la bouche pour dire aux autres de dégager, sous entendant qu’ils feraient mieux de revoir leur façon de parler aux femmes et qu’ils avaient sans doute mieux à faire que de trainer ici. Ems n’était pas sûre au début que cela puisse fonctionner mais au moins, ça avait eu le mérite de pas mal l’amuser. Elle aimait cette façon de répondre avec désinvolture, pour elle c’était le meilleur moyen de montrer à sa bande de zigotos qu’ils n’étaient pas si importants que ça et que même s’ils jouaient aux gros durs, ils n’étaient en fait qu’une bande d’adolescents en mal de reconnaissance. Mais le pire dans l’histoire, c’était que la technique du Gryffondor fonctionna et que les trois autres finirent par quitter la pièce comme si la menace de l’avoir sur le dos toute la journée leur faisait réellement peur. Lorsqu’ils disparurent de son champ de vision, Ems ne pu s’empêcher de pouffer. Ils étaient clairement ridicules.

L’écossaise reporta alors son attention sur Doryan qui se tenait face à elle et qui ne pu s’empêcher de lancer une petite réflexion. La façon qu’il eut de l’appeler « chérie » l’amusa plus qu’autre chose, il avait un sacré caractère mais ce n’était pas le genre de choses qui dérangeaient Emily. Elle avait plaisir à voir des gens avec un minimum de répondant mais surtout, cela lui faisait du bien de voir qu’il existait encore des personnes capables de rire, de sourire et surtout, de prendre même les choses les plus rudes à la légère pour ne pas sombrer dans le défaitisme et le désespoir le plus profond. La jeune femme s’approcha donc de lui avec le sourire et prit la parole à son tour.

« Je ne te remercierai donc pas, je ne te dirais pas que je suis contente de te voir apparaître pile au bon moment et je ne te proposerai pas non plus de te rendre la pareille… Non tu as raison chéri, ce genre de trucs c’est surfait. »

Emily avait prononcé ces quelques mots sur un ton joyeux. Elle voguait entre ironie, humour et sincérité. Car après tout, elle était vraiment contente qu’il lui ait filé un coup de main et était bien évidemment prête à lui rendre service s’il avait besoin d’elle à un moment ou un autre. Mais vu qu’il semblait avoir décidé de garder son ton léger, elle n’allait surtout pas rompre ce processus. Seulement voilà, alors qu’elle s’approchait de Doryan elle remarqua qu’il n’avait pas la même tête que d’habitude, que ses traits étaient plus tirés et surtout, que derrière ses cheveux on pouvait deviner un bleu. Il avait du lui arriver quelque chose. Aussi, Ems fronça légèrement les choses et alla fermer la porte de la pièce avant de s’adosser dessus et de le fixer d’un air interrogateur.


« Tu ne te serais pas attiré des ennuis toi par hasard ? »


La cracmolle aurait bien aimé pouvoir profiter de la plaisanterie encore un peu plus mais une petite mise au point s’avancer et il fallait bien avouer que ce n’était pas son genre de faire dans la dentelle, de faire quinze mille détours, elle avait donc posé la question de manière directe et franche et espérait bien entendue avoir une réponse claire et honnête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Restless [PV Doryan]   Lun 28 Jan 2013 - 12:27

Cette fille m'étonnerais toujours, sérieusement je n'avais jamais vu quelqu'un d'aussi positif malgré tout ce qu'elle avait pu subir. Elle avait un sens de l'humour aussi étonnant que le mien, on était fait pour s'entendre je me l'étais toujours dis. C'était rare d'ailleurs que je m'entende si bien avec quelqu'un et avec une fille en plus et une carcmol. Je me foutais pas mal qu'elle le soit, mais j'étais sur que la plupart des gens ne pensaient pas capable d'être sympas avec des personnes différentEs, hors c'était tous les contraire. La différence est partie intégrante de ce monde alors je trouvais idiot de s'accrocher à une soit disant normalité.

« Bien vu princesse, ravi d'avoir pu t'être utile.»


J'étais ravi de savoir qu'elle était contente de me voir, c'était bien l'une des rares personnes à l'être ces temps-ci. Il faut dire que si j'étais un peu moins emmerdeur j'aurais beaucoup plus de monde à mes côtés et qui seraient aussi ravi de me savoir en vie. Je n'oubliais pas Rafael, mais c'était une exception avec lui c'était différent. Elle ne manquait de pas de jugeote et encore moins de sens de l'observation, d'ailleurs cette fichue mèche qui me donnait l'air d'un faux gentil ne cachait rien du tout visiblement. Elle avait remarquer que je n'étais pas tout frais si je puis dire. Des ennuis n'est pas exactement le terme que j'aurais employé, comme 'javais plaisir à le dire c'était plutôt les ennuis qui venaient à moi, je n'avais rien demander de tout ça.

« Ah ça … euh si on veut, c'est rien je finirais par m'habituer, mais entre nous c'est toi qui avait l'air d'avoir des ennuis.»


Je préférais détourner la conversation sur elle plutôt que sur moi, je ne pouvais pas lui dire que je n'avais rien eu et ni même lui mentir sur ce qui m'étais arrivé parce qu'elle avait déjà vu pire et que de toutes façon elle devinerais que je lui raconterais des salades alors autant tout simplement ne pas développer plus ce sujet dont je n'avais d'ailleurs pas beaucoup envie de parler. Je ne supportais pas l'idée qu'on s'inquiète pour moi et qu'on puisse avoir pitié, je n'étais pas en sucre et je n'avais pas besoin de voir qu'on imaginait tout et n'importe quoi. Ce n'était pas la première fois que je sortais des cachots et ce ne serait sans doute pas la dernière. Je doutais fortement que je finirais par m'habituer, personne ne s'habitue à ça, j'avais eu de la chance en plus, Wallenstein n'était pas le pire des supérieurs et il ne m'avait pas garder si longtemps que ça au final. Trois petits jours ce n'était pas grand chose, j'avais évidement loupé mes rendez-vous avec Rafael et j'allais devoir trouvé de bons, de très bon argument pour justifier mes absences et justifier le fait que je ne lui ai pas donner de nouvelles. Je me trouvais un peu nul de ne pas lui dire la vérité, mais mieux valait qu'il croit que tout aille bien. Je ne tenais pas à ce qu'il se fasse du mourrons pour moi.

« Qu'est ce qu'ils te voulaient exactement?»


Je me doutais déjà de la réponse, mais j'avais envie de parler un peu. Ce n'était pas forcément un sujet hyper joyeux, mais c'était la réalité. Chaque jour quelqu'un passait par là, chaque jour une personne différente se retrouvait maltraité alors ça devenait un sujet de conversation courant même si pour beaucoup en parler était plutôt délicat, beaucoup comme moi d'ailleurs. Je me demandais quand tout ça se terminerait et si un jour ça se terminerait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2850
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Restless [PV Doryan]   Mar 5 Fév 2013 - 19:37

Princesse… Pas grand monde ne donnait ce genre de surnom Emily. Elle avait plusieurs pourtant mais celui-là ne faisait clairement pas partie de ceux qu’elle avait l’habitude d’entendre. Alors bien sûr cela faisait partie de leur petit jeu, de leur façon de se taquiner, d’être toujours sur le ton de la plaisanterie mais ce simple mot l’amusait particulièrement. Elle était plutôt du genre bourrine, toujours à se mettre dans des situations délicates, toujours à foncer dans le tas et à renier sa féminité sur pas mal de choses. C’était sans doute pour cela d’ailleurs que ses meilleurs amis étaient pour la plupart des garçons, parce qu’elle avait ce besoin de rompre avec son identité de fille, parce qu’elle avait besoin de fuir le côté parfois trop tendre des filles. Même si au fond en grandissant elle se rendait bien compte que tout n’était pas si manichéen, que c’était stupide de réduire un sexe à telle ou telle caractéristique et qu’elle pouvait très bien être féminine tout en restant elle-même, elle préférait encore se cacher derrière son image de garçon manqué. Que chacun en pense ce qu’il veut, c’était ainsi et elle n’avait pas l’intention de changer, du moins elle n’était pas encore prête à le faire. Aussi, lorsque Doryan avait prononcé ce simple mot, elle n’avait pas pu s’empêcher de rire un peu. C’était tout de même assez improbable, non ? Bon en même temps, elle l’avait appelé « chéri » ce qui était aussi pas mal dans le genre mais bon hein, fallait ce qu’il fallait pour détendre une atmosphère qui était des plus électriques seulement quelques minutes auparavant. Malheureusement, un détail avait forcé la jeune fille à remettre un peu les pieds sur terre. Elle ne pouvait pas passer à côté des marques sur le visage de son camarade, elle ne pouvait pas faire comme si elle n’avait rien vu, ce n’était clairement pas dans son caractère. Si elle trouvait ceux qui lui avaient fait ça, bien sûr elle leur ferait passer un sale quart d’heure. Alors certes, elle ne ferait sans doute pas le poids mais bon, par principe elle se révolterait. Si elle essayait d’être assez discrète en ce moment, elle ne pouvait pas passer sous silence quelque chose d’aussi gros, elle ne pouvait pas rester calme face à ça. Pourtant, la réaction du jeune sorcier lui fit bien comprendre que cela ne servirait à rien de s’acharner pour comprendre ce qui lui était arrivé. Il évita assez clairement la question, ne répondant que brièvement, sans mentir mais montrant bien que la discussion le gênait. Il préféra carrément retourner la situation pour demander à la demoiselle pourquoi elle s’était retrouvée dans une telle situation. Emily fut tentée pendant quelques instants de ne pas répondre, de parler encore de Doryan et elle l’aurait sans doute fait quelques mois auparavant. Mais elle savait ce que c’était que ce genre de souvenirs, elle comprenait que parfois, en parler était bien trop douloureux mais aussi que ça avait tendance à vous bouffer ce qui pouvait vous rester de fierté. Alors elle se résigna.

« J’insisterai pas mais bon, si un moment t’as envie d’en discuter ou juste que j’aille péter la gueule de quelqu’un avec toi, hésite pas surtout, je me débrouille pas mal à ce petit jeu là ! »

Emily avait prononcé ces quelques mots avec un petit sourire sur les lèvres. Elle était très sérieuse mais comme toujours, le ton solennel ne lui allait pas du tout. Elle préférait le détour de l’humour qui lui permettait de tout dire, de dire parfois les choses les plus sensibles sans pour autant avoir à passer par le registre de la mièvrerie et compagnie. Elle n’aimait vraiment pas ça. Enfin, cela n’empêchait pas que Do’ lui avait posé une question et qu’il fallait bien qu’elle réponde. Elle n’avait pas de raison d’esquiver pour le coup, ce n’était pas comme si cette histoire représentait quelque chose d’important, ce n’était qu’une aventure parmi d’autres, un sale moment au milieu de tellement d’autres bien pires que ça ne resterait au fond qu’un détail, quelque chose qu’elle oublierait vite, et heureusement ! Car si elle devenait se souvenir parfaitement de chaque fois où elle s’était retrouvée dans une situation délicate avec les Supérieurs, elle avait franchement de quoi partir en dépression…

« Bah, ils étaient en train de s’en prendre à un jeunot, ça m’a énervé, je les ai un peu provoqué et ça a marché, ils ont laissé le petiot tranquille. »


Après tout, là était tout le but de son entreprise, elle l’avait atteint et en plus, grâce à son camarade, elle s’en sortait sans aucune égratignure. Comme quoi, parfois ça valait le coup de jouer aux héros même si ce n’était pas vraiment conseiller par les temps qui couraient… Mais bon, Emily n’avait jamais vraiment suivi les conseils de sécurité, et si le mot prudence faisait désormais et enfin partie de son vocabulaire, elle ne l’appliquait tout de même pas systématiquement, loin de là. Mais bref, la jeune femme n’avait pas envie de s’éterniser là-dessus. Tout ça, elle le vivait au quotidien, alors elle avait plus envie de parler de petites choses plus sympathiques, plus réjouissantes. Elle était sûr que Doryan avait ça dans sa valise. Bon certes, il rentrait apparemment des cachots et n’avait donc sans doute pas de nouvelle fraîches des déboires adolescentes des élèves de l’école mais peut être qu’il en avait des anciennes et comme la jeune femme n’avait pas souvent l’occasion de parler de ce genre de choses, elle s’en satisferait de toute façon. Elle n’était pas compliquée la petite, enfin un peu mais bon, il valait mieux ne pas le dire trop fort ça !

« Dis moi, t’aurais pas des potins croustillants, des p’tites histoires sympathiques sur les élèves ? De nouvelles histoires d’amours ? L’enfermement ne m’empêchera pas de rester une jeune fille adepte des histoires du genre ! »

Emily avait fini sa phrase avec un grand sourire. Ce devait être la seule chose pour laquelle la jeune femme conservait tout son côté féminin : Cette envie de savoir un peu tout ce qu’il se passait entre les murs du château ou du moins, en parler pour se détendre. Cela lui donnait l’impression d’avoir une vie à peu près normal, pouvoir prétendre être une gamine de 18 ans comme les autres, se préoccupant plus des petites amourettes plutôt que de savoir si elle allait encore être en vie le lendemain. Bon bien sûr, Doryan était un mec et ce n’était peut être pas son sujet favoris… Aussi pour se parer à cette éventualité, elle lui fit une petite moue de fillette de 5 ans, espérant que cela le convaincrait à dire tout ce qu’il savait. Bah quoi ! Toujours se servir de ses atouts, toujours !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Restless [PV Doryan]   Dim 17 Fév 2013 - 19:45

Ce qui était bien avec Emily c'était qu'elle ne s'imposait pas et ne posait pas tellement de question, du moins elle n'insistait pas quant-elle voyait que je n'avais pas envie de parler d'un truc. D'autres auraient insisté et ça m'aurait vite agacé. Je faisais souvent la même chose avec les gens que je n'appréciais pas forcément, je les emmerdais un peu à ma façon et je savais fort bien que ça pouvait être très chiant. Mais quand ce genre de chose m'arrivait, ça m'agaçait plus que ça m'amuser. Je n'aimais pas que les rôles s'inversent. Il n'avait aucune envie de parler de ce qu'il avait vécu. C'était assez dur d'avoir entendu durant ces trois dernière jour un prof vous dire tout ce que vous redoutez le plus. J'avais parfois l'impression qu'il lisait dans les pensées d'ailleurs. Je l'avais écouter me rendant compte que tout ce qu'il avait dit était non seulement vrai, mais en plus me faisait terriblement du mal. Je n'avais pas besoin qu'on me dise tout ça. J'avais bien sur fini par m’énerver et ça n'avait fait que empirer les choses. Je n'avais pas vraiment pu rester là sans rien lui dire. J'avais compris après un temps qu'il valait mieux que je me taise si je voulais sortir de là, jouer un peu la comédie, mais j'étais sûr qu'il avait compris que je me sentais vraiment mal à ces propos et qu'il avait eu ce qu'il voulait. Si elle savait que c'était à un prof qu'il fallait casser la figure, je ne suis pas sûr qu'elle y mettrait autant d'entrain. Je préférais me contentais de lui lancer un petit sourire et de lui dire:

« T'inquiète pas pour moi, je suis un grand garçon, j'ai l'habitude d'avoir des ennuis, puis on a des ennuis que si on se fait attraper.»

Je lui lançais un clin d’œil lui faisant comprendre que tout allait bien. En apparence, ça allait, mais en réalité, c'était dur de ce dire qu'on n'est pas si invincible qu'on l'aurait imaginé. Dur de se dire aussi que quelqu'un pouvait tout détruire autour de nous. Il fallait que je vois Rafael, j'éprouvais un immense besoin de lui parler, de me retrouver dans ses bras. Je n'avais pas encore décidé de ce que j'allais lui raconter, si j'allais lui dire toute la vérité ou s'il valait mieux pour le moment qu'il ne sache pas que notre secret était en danger et que je garde ça pour moi et supporte ainsi tout seul cette épée de Damoclès au-dessus de la tête. J'avais bien le temps d'y réfléchir avant ce soir. Je lui avais envoyé un message et j'étais sûr qu'il serait là ce soir, après tout j'avais manqué au moins cinq rendez-vous. Il allait sûrement m'engueuler, en fait je ne savais pas trop ce qu'il allait me dire, mais j'avais besoin de le voir. La réponse d'Emily ne m'étonna même pas. Je savais bien qu'elle était un peu comme Elias et qu'elle voulait sauvé tout le monde, enfin surtout les injustices. J'avais juste un peu peur qu'elle finisse par en souffrir plus qu'autre chose.

« Ouai et ils s'en sont pris à toi. Tu ne pourrais pas, juste faire comme tout le monde et ignorer les problèmes des autres. Tu t'en créer des nouveau à force. Je ne tiens pas à ce qu'on te retrouve morte dans un coin du château.»


C'était sans doute égoïste de penser de cette façon, mais après tout chacun sa merde comme on dit. Je ne vois pas ce que les gens ont à toujours parler de leur problèmes. Il est évident que ce n'est jamais facile d'en avoir et que certains peuvent être très embêtants, mais au fond qui accorde vraiment de l'importance à ça? Les gens comme Emily et Elias sans doute. Ceux qui dans le fond ont peut être plus de mal à supporter tout ça. Il n'empêche que je venais de lui avouer que je tenais un peu à elle. Je m'étonnais moi-même d'une telle confidence. Ce n'était pas dans mes habitudes. Je n'étais pas sûr d'avoir beaucoup de potins en réserve. J'avais un peu perdu la notion du temps et me demandait les dernières choses que j'avais su. Je ne pouvais lui parler de ma relation avec Rafael, alors je ne savais pas trop quoi lui dire.

« Euh … non pas que je m'en souvienne. Le dernier trucs dont je me souviens c'est que Cait a essayer de monter Casey contre moi, à part ça … je n'ai pas eu l'occasion d'écouter aux portes autant que je l'aurais voulu. »


Je lui souris de mon éternel sourire colgate, on me reprochait souvent d'en faire trop d'ailleurs quand j'usais de certains de mes charmes. Il y avait aussi bien le sujet Enzo que j'avais encore en mémoire, mais je ne pouvais pas non plus en parler, je n'avais pas envie qu'il tente de m'étrangler à nouveau et puis je lui avais dit que je gardais ça pour moi. J’espérais qu'elle trouve de son côté quelque chose à dire. Je n'étais pas vraiment en fome pour jacasser sur qui que se soit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2850
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Restless [PV Doryan]   Mer 6 Mar 2013 - 0:20

Un grand garçon… Mouais, Emily n’était pas totalement convaincue et elle le fit comprendre à Doryan à l’aide d’un petit haussement de sourcil. Bon bien sûr, il y avait plus de taquinerie là dedans, surtout que le clin d’œil du jeune homme montrait bien qu’il avait envie de rester sur un ton plus léger. Ce n’était pas pour autant que la demoiselle était dupe. Il était évident qu’elle n’avait pas à faire à un total gamin mais il restait un peu insouciant quelque part et elle était sûre qu’il avait plus d’ennuis que ce qu’il voulait bien avouer. Surtout que jouer au chat et à la souris dans le Château devenait vraiment dangereux. Parce qu’une fois à se faire attraper valait bien toutes les fois où on avait échappé au calvaire. Les punitions n’étaient pas vraiment pédagogiques et agréables dans le coin, elles avaient plus un air de torture sadique et qui parfois, pouvait mener à la mort. Ems et Do’ en étaient sans aucun doute tous les deux conscients et en même temps, s’obséder avec ça revenait à signer son arrêt de mort. Il était là le problème. Comme tous les adolescents de leur âge il leur arrivait de faire des conneries, de déraper un peu, de ne pas se rendre compte de ce que leurs actes pouvaient représenter. Cependant, ici, il y avait toujours quelqu’un pour rappeler la valeur d’un acte ou juste pour vous faire douter sur le bien fondé de votre existence. C’était comme une menace constante et oppressante, une présence fantomatique derrière vous en permanence. Si la cracmolle avait appris à vivre avec, elle ne sous-estimait plus le pouvoir de contrôle des Supérieurs et avait bien compris qu’un faux pas pouvait être fatal. Alors oui, autant en rire en espérant que personne ne vous attrape jamais mais surtout ne jamais oublié. Toujours se dire que la mort était présente à chaque angle, dans chaque recoin et que croiser sa route était devenu chose commune entre ces murs. Difficile de vivre dans ces conditions, oui le quotidien ressemblait plus à de la survie et pourtant, persistaient des gens capables de rendre le tout plus léger, de rendre de la saveur à une existence qui semblait avoir sombré dans l’insipide et le douloureux. Doryan faisait partie de ces personnes aux yeux de la demoiselle. Il savait encore rire. Oui il n’avait pas perdu cette capacité qui faisait défaut à tant de monde désormais. Pour ça, elle lui était reconnaissante. Elle aussi était capable de le faire mais quand la personne en face ne rend pas la pareille, il est assez difficile de poursuivre dans cette voix. Mais lui il savait la faire sourire, lui redonner l’envie d’être une gamine capricieuse et insupportable au moins l’espace de quelques instants. Du coup, Ems avait l’habitude de le voir ainsi, comme un petit rigolo avec lequel elle pouvait toujours déconner. Et pourtant il savait être plus que ça. Elle l’avait vu alors qu’il était venu à sa rescousse mais cette fois il venait de le confirmer dans ses paroles. Lorsqu’il fit clairement comprendre qu’il n’appréciait pas le fait qu’elle se soit mise en danger, elle fut en face d’une vérité qu’elle occultait trop souvent. Aussi, sur le coup elle fit une mine intriguée, ne s’attendant clairement pas à ça. Mais bien vite cela laissa place à un sourire. Oui ça la touchait, vraiment. C’était tout simple, pudique comme façon de le dire. Cependant Emily avait au moins appris ici la valeur de l’amitié, comme il était important d’avoir des gens sur qui compter, de se sentir bien encadrée. Aussi, plutôt que de se braquer, elle se contenta de répondre tout en douceur.

« T’en fais pas, je ferais tout pour rester en vie, je n’ai pas l’intention de me laisser avoir si facilement. Je suis une guerrière, l’oublie pas ! Et puis, faut bien que quelqu’un veille sur toi ! »

Une petite touche d’humour pour compléter le tout. Car si Emily était du genre hargneuse et qu’elle était clairement capable de se défendre, dans le Château, Doryan avait clairement l’avantage dans la mesure où lui avait la magie de son côté. Mais bon, ce n’était qu’un détail et elle préférait largement se dire qu’elle était là pour veiller sur lui et lui botter le cul si nécessaire. Bah quoi ? Tout le monde a besoin de se faire recadrer de temps en temps et Ems adorait faire ça. Oui, elle tirait une certaine jouissance à donner une petite tape derrière la tête de certaine personne. Sadique ? Dans un certain sens oui mais bon elle était gentille quand même la petite ! Enfin bon, le sujet redevint plus léger avec la petite tentative de la demoiselle pour savoir quels étaient les nouveaux potins. Cependant, la chasse ne fut pas aussi fructueuse qu’elle l’espérait car apparemment Do’ n’avait pas pu obtenir autant d’informations que souhaitées. Cependant, il était difficile de lui en vouloir alors qu’il affichait ce grand sourire digne des plus grandes comédies romantiques hollywoodiennes. Aussi, Emily ce contenta d’accentuer sa petite moue boudeuse, bah oui, autant jouer le jeu jusqu’au bout.

« Tu me déçois franchement, je comptais sur toi pour faire le rôle de la commère, je trouvais que ça t’allait tellement bien ! »

Comme pour ponctuer sa phrase, Ems vint ébouriffer les cheveux du jeune homme avec un air faussement innocent sur le visage. En même temps, il fallait être franchement dupe pour croire que la demoiselle était une gamine innocente mais bon, elle pouvait toujours avoir l’espoir que ça marche, hein ! Enfin, toujours était-il que du coup, il n’avait rien de bien croustillant à lui offrir. Elle se mit alors à réfléchir de son côté pour voir si elle n’avait pas des trucs rigolos à lui raconter. Bon parler de son groupe avec Ricardo c’était encore un peu risqué dans la mesure où pour le moment ils en étaient encore au stade d’embryon et qu’il fallait laisser le temps aux choses de se faire et que la discrétion était de fait leur meilleur atout. Après elle s’était encore tapé un gros délire avec Cameron mais bon, ça ce n’était pas nouveau. Oh, elle pouvait lui raconter ce qui s’était passé avec Alec, bon il ne risquait pas forcément de trouver ça drôle mais avec le recul et dans son humeur actuelle, elle devait bien avouer que la situation avait quand même quelque chose de cocasse.

« Oh j’ai une histoire rigolote moi ! Y’a un type qui s’était un peu excité sur moi dans les cachots et bin, il est venu s’excuser et m’a même proposé de me rendre une faveur en échange. Comme quoi, il peut encore y avoir des choses surprenantes dans le coin ! »

Bon, il risquait vraiment de trouver ça pas drôle. Aussi, pour compenser, elle avait volontairement pris un ton des plus légers, s’étonnant elle-même de la distance qu’elle pouvait réussir à prendre avec tout ça. Rire de tout, c’était peut être la seule solution de s’en sortir ici…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Restless [PV Doryan]   Lun 11 Mar 2013 - 10:43

Un sourire se dessina sur mon visage. Que quelqu'un veille sur moi … je savais me débrouiller tout seul, je n'ai jamais eu besoin de personne. Il est évident que ça me faisait plaisir qu'elle se souci de savoir si j'allais bien, mais je doutais qu'elle puisse faire quoi que se soit pour moi. C'était comme elle disait une combattante, mais sans vouloir la vexer … il lui manquait l'avantage d'avoir une baguette magique et même si elle en avait eu une, elle n'aurait pas pu faire grand chose. J'avais eu ma baguette avec moi lorsque Seren s'en était prise à moi, je l'avais eu aussi ces trois derniers jours avec Wallenstein, mais rien de ce qu'ils avaient prévus ne pouvait les arrêtés. Je ne sais même pas comment j'avais fait pour m'en sortir avec la prof de rune, à vrai dire je ne me souvenais même pas de la façon dont j'étais sorti de là. Je m'étais évanoui après son sectusempra et m'étais retrouvé dans mon lit comme si de rien était. Je préférais ne pas savoir qui m'avait amené là. Je me sentais assez humilié de m'être laisser faire et de ne pas avoir su correctement me défendre. J'avais été pathétique. Rafael allait finir par se douter de quelque chose, surtout que le sortilège qu'elle avait envoyé avait laissé des traces et que maintenant à sa s’ajoute des petites écorchures sur mes bras, ça partirait vite, mais je me voyais mal dire à Rafael que Wallenstein s'était amusé avec un filet du diable. Je haïssais désormais cette plante. Je ne sais d'ailleurs toujours pas comment il a su qu'avait peur de me faire étrangler, il en avait largement profité. Ce qui m'inquiétait le plus était de savoir qu'il était au courant pour moi et le bleue et je n'avais pas encore décidé de ce que j'allais faire, suivre son conseil ou braver encore les interdits. L'un ou l'autre je risquais d'avoir dans les deux cas des problèmes.

« Je n'en doute pas une seule seconde. C'est gentil de vouloir veiller sur moi, mais à vrai dire je ne voudrais pas que tu es des ennuis par ma faute et puis … c'est plus dangereux que tu pourrais le croire.»


Je lui lançais un clin d’œil on savait tous les deux ce qu'on risquait. Je tentais de faire de l'humour à ma façon, mais j'étais beaucoup moins en forme que d'habitude. J'avais du mal à croire que je sortais tout juste de ces foutus cachots. Certains diraient que j'avais eu de la chance de ne pas y être resté plus longtemps et d'autres auraient sans doute voulu que j'y sois encore. J'avais besoin d'aller prendre une bonne douche. Il faudrait que je revois mon emploi du temps également, parce que j'avais complètement oublié ce que j'avais comme cours. En temps normal j'aurais sans doute été ravi de faire ma commère comme le disait Emily. J'étais plutôt doué pour ce genre de chose, même pour répandre des rumeurs, mais là je pensais surtout à ce que Wallenstein savait et je devais vraiment me décider à faire quelque chose. Je ne réagis pas tellement lorsqu'elle me dit être déçue de ne pas pouvoir entendre mes commérages. J'étais partis un peu ailleurs et avait des images dans la tête pas superbe qui me firent fermés les yeux. Je n'avais vraiment pas envie de voir ça. Mon ventre se mit à gargouiller, il était vrai que je n'avais pas manger depuis un moment, du moins pas un repas suffisant pour être rassasié. Je réagis enfin lorsqu'elle me parla d'un type qui s'en était pris à elle et qui était venu s'excuser. Cela ne me fit pas rire du tout. Je m'étais toujours demander à quoi ma tête pouvait ressembler quand j'étais pas content avec le fait que je devais faire peur avec ces derniers jour ça ne devait pas être terrible à voir.

« Pardon? Et c'est qui ce type?»


Il s'était excuser c'était le principal, je ne risquais pas d'aller lui démonter la tête, mais je n'aurais pas hésité à le faire. Je me demandais ce qui c'était passé entre elle et lui, j'espérais que ça n'avait pas été trop grave et qu'elle s'en était bien sorti..

« Tu lui a fait si peur que ça pour qu'il s'excuse?»


Je lui lançais un petit sourire, pour lui faire comprendre que je plaisantais. Toujours cet humour un peu étrange qui me caractérisait bien. Au moins, je commençais lentement à redevenir moi. C'était rassurante, ça me prendrait peut-être plus de temps que d'habitude, mais je finirais par redevenir entièrement moi quand j'aurais oublié tout ça et que deux voir trois jours seraient passer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2850
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Restless [PV Doryan]   Mer 13 Mar 2013 - 17:14

Emily avait envie de faire rire Doryan, de partager avec lui un de ses moments dont ils avaient l’habitude. Pourtant elle sentait bien que quelque chose était un peu cassé ce jour-là. Si son camarade arborait toujours le même sourire enjôleur, s’il faisait toujours de l’humour, elle sentait bien au fond qu’il n’y mettait pas autant de cœur que d’habitude. Ce n’était pas du tout qu’elle avait envie de lui reprocher ou de lui faire comprendre qu’elle avait remarqué, loin de là. Juste, elle devait accepter qu’il devait être épuisé, aussi bien physiquement que mentalement, et que sans doute il avait besoin de repos. Mais en fait, la seule chose qui la dérangeait dans tout ça c’était ce léger sentiment d’impuissance. Elle ne pouvait pas le forcer à communiquer avec elle et elle ne le ferait pas de toute façon. Mais malgré tout, elle se sentait un peu nulle quand elle se disait qu’au fond, elle ne pouvait que le regarder dans cet état, le faire rire en faisant l’andouille et espérer que cela passe. La demoiselle espérait juste en silence qu’il ait quelqu’un avec qui parler de ce qui lui était arrivé, avec qui vider son sac mais ça, elle n’en doutait pas trop. Alors elle devait arrêter de se poser trois milliards de questions, de se torturer l’esprit dans tous les sens et se contenter de passer un bon moment avec lui. Bon, ce n’était pas pour autant qu’elle allait le ménager et comme à son habitude, elle avait voulu prendre la position du grand manitou et lui faire comprendre qu’elle devait veiller sur lui. Apparemment Doryan n’était clairement pas de cette avis et il sous-entendit même qu’Ems ne soupçonnais pas le danger. A son clin d’œil, elle comprit immédiatement que c’était de l’humour ce qui ne l’empêcha pas de faire une moue faussement outrée. Non mais oh ! Elle était grande quand même et une guerrière comme elle venait si bien de le rappeler, elle n’avait pas peur du danger ! Bon c’était peut être un peu faux dans la mesure où la jeune femme était la première à admettre que parfois, elle devait se confronter à al réalité, au fait qu’elle n’était pas surhumaine et capable de tout révolutionner en un claquement de doigt comme elle aurait pu le croire auparavant. Mais bon, avec Do’ le but n’était pas d’être objective mais juste de l’embêter d’avoir plus de répartie que lui alors elle pouvait bien se permettre de modifier un peu la réalité.

Emily avait donc continué sur sa lancée, essayant de mettre un peu de bonne humeur dans cet échange même si elle devait bien avouer que son histoire n’avait pas vraiment grand-chose de drôle. Elle en eut en plus la confirmation lorsque Doryan reprit la parole. Apparemment, il avait plus l’air en colère qu’amusé. La jeune femme devait bien avouer qu’elle l’avait cherché en lui déballant un truc pareil et en même temps, elle avait cru bien faire, cherchant une anecdote à raconter. Sur le coup, elle se sentit donc un peu idiote et surtout un peu gênée. Si sa colère contre Alec n’avait strictement pas diminuée, elle se voyait mal balancer son nom comme ça. Après tout, il s’était excusé et puis, ils avaient un petit marché tout les deux alors autant éviter que toute cette histoire se propage même si elle avait pleinement confiance en son camarade. Aussi, Ems préféra éviter la question, se contentant de servir son plus beau sourire colgate à Do’, s’inspirant de sa technique. Mais heureusement, lui non plus semblait ne pas vouloir se formaliser puisqu’il enchaîna sur une plaisanterie. Décidément, ça faisait du bien d’avoir quelqu’un avec qui même les sujets les plus sérieux pouvaient devenir propices à la rigolade. Même s’il n’était pas au top de sa forme, il savait encore détendre l’atmosphère avec une certaine facilité surtout qu’Emily devait bien avouer que sa réflexion l’avait beaucoup amusée. Comme le disait si bien Cameron, elle était une Tigresse et pouvait parfois sortir les griffes. Et ouais, un petit quelque chose d’effrayant chez cette gamine haute comme trois pommes.

« Faut croire ! Je suis dangereuse en même temps, il a mieux fait de se plier ! »

Mais oui bien sûr, tout à fait crédible Ems ! Toi petit chose, petite victime amenée ici juste pour servir de joujou capable d’effrayer les sorciers en mal de torture ? Bon, il était clair que n’importe qui avec un minimum de jugeote n’aurait pas accordé un seul crédit à ce qu’elle venait de dire mais c’était encore la même rengaine. Elle n’avait pas envie d’être dans le vrai, dans le plat du quotidien. Les constatations basiques elle pouvait en faire toute seule, dans sa propre tête. Et puis, c’était fatiguant à force de relater l’horreur de leur vie et compagnie. Non elle avait clairement plus envie de dire des conneries. Cependant, elle devait bien avouer que l’état de son camarade l’inquiétait un peu et malgré tous leurs sourires et toutes leurs plaisanteries, il paraissait un peu trop gros de se voiler complètement la face. Elle avait bien vu qu’il avait fermé les yeux un moment et surtout, son ouïe de musicienne lui avait permis de percevoir ce merveilleux gargouillis de son estomac. Il avait besoin de se ressourcer un peu et de se reposer.

« Je pense que tu devrais aller de restaurer un coup mon vieux, parce que là, j’suis sûre qu’on pourrait te suivre à la trace juste en écoutant les bruits de ton estomac ! »

Juste une petite moquerie, pas méchante du tout. Et puis, ce n’était pas le plus important dans ce qu’elle venait de dire. Emily constatait juste et surtout, elle n’avait pas envie d’être égoïste. Elle sentait bien qu’il avait besoin de repos et n’avait pas envie d’imposer sa présence. Même s’ils rigolaient bien tous les deux, même si elle adorait passer un peu de temps avec lui, vu son état, il devait prendre soin de lui en priorité et le reste devait passer au second plan.

« Et je pense que ton lit serait aussi ravi de te retrouver ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Restless [PV Doryan]   Dim 24 Mar 2013 - 19:22

Je n'aurais sans doute pas le courage d'aller dîner après cela. Il y avait ce rendez-vous avec Rafael pourtant et je me sentais obliger d'aller, sans quoi je savais qu'il s'inquiéterait. Je me devais de lui montrait que tout allait bien, de le montrer à tout le monde, sinon on me poserait beaucoup trop de questions indiscrètes et je n'ai jamais vraiment aimé les questions indiscrètes, quand elles sont posées pour moi, je m'amusais souvent à questionner les gens, mais de mon côté je n'aimais pas qu'on le fasse. On me le reprochait toujours, je n'avais qu'une phrase à dire pou ma défense, faites ce que je dis, pas ce que je fais. Cette phrase me va si bien.

J'étais content qu'elle n'ai pas eu trop d'ennuis avec le serpentard. Je ne le connais pas particulièrement bien, mais quelque chose me disait que s'il s'était excuser c'était un bon début, du moins un changement étrange qui avait permis à la jeune femme de bien s'en sortir. Je souris lorsqu'elle me dis être dangereuse. Je savais bien que pour elle ça ne devait pas être tous les jours facile de ce défendre comme elle pouvait, qu'on avait l'avantage de la baguette magique, mais soyons sérieux un moment, elle ne nous sert pas plus et on se retrouve toujours à se sentir impuissant, quand bien même on essaie de faire croire le contraire. Je ne sais pas si j'aurais osé m'attaquer à un supérieur, je n'avais utiliser que mes mots pour me défendre et ça n'avait pas très bien fonctionner. Je n'avais qu'empirer la situation, comme d'habitude. J'ai toujours eu le chic pour m'enfoncer plutôt que de me sortir d'affaire, à croire que j'aimais vraiment me faire taper dessus. Enfin cette fois ci, il n'avait pas vraiment frapper. Il avait utiliser une pratique d'intimidation et de mots, comme celle que j'utilisais, mais en plus … professionnel peut-être. Il devait faire ça tout le temps. Je me demandais ce qu'il ressentait après avoir torturer psychologiquement ses élèves. Je n'étais pas aussi pointilleux que lui quand je m'en prenais aux autres. Lui touchait directement là où ça faisait le plus mal. Je n'en revenais toujours pas qu'il connaissait mon petit secret. Qu'est-ce que j'allais bien pouvoir raconter à Rafael? La vérité ou ne rien lui dire pour qu'il ne se fasse pas de soucis ? Je ne savais pas vraiment ce que je devais faire. J'étais une fois encore partis dans mes pensées et n'avait pas répondu à Emily, je me repris donc ne voulant pas qu'elle s'inquiète aussi.

« Oui je n'en doute pas. Une vraie tigresse.»


Je n'avais rien ajouter de sarcastique, elle comprendrait que j'étais un peu fatigué et je suis sûr qu'elle ne m'en voudrait pas. Mon estomac s'était manifester, mais je n'avais aucune envie d'aller dîner dans la grande salle. Il y aurait bien trop de monde qui se demanderait ce que j'avais fait durant ces trois jours, avec qui j'étais et d'autres qui seraient peu enchantés de me voir et je ne voulais pas voir la tête de Wallenstein à la table des profs, lui avait été tous les soirs dîner comme d'habitude pendant que je croupissais de ce cachot humide.

« Je passerais par les cuisines, je n'ai pas envie de voir les autres. Tu veux que j'apporte quelque chose à grignoter ?»

Il m'était arriver une fois de temps en temps de brave les interdit et d'aller dérober quelques confiseries ou quelques sandwichs dans les cuisines pour en donner à Emily. Je me doutais que leur repas ne devaient pas être fameux alors autant en faire profiter ceux qui en avaient besoin. Je ne suis pas toujours mauvais finalement, j'ai parfois mes jours de bontés. Ah mon lit, je ne rêvais que de m'y laisser tomber et de dormir à point fermer, mais je devais aller voir mon serdaigle avant qu'il ne fasse une attaque.

« Oui j'irais me plonger sous ma couette une fois que j'aurais … régler un petit détail. »


Je lui lançais un sourire qui voulait dire « ne t'inquiète pas je n'aurais pas d'ennuis. » C'était souvent le contraire qui arrivait d'ailleurs, mais je n'avais rien à craindre pour ce soir. Je serais peut-être cajoler par mon serdaigle si les choses se passaient bien. Je verais bien, pour le moment j'avais encore envie de passer un peu de temps avec la jeune demoiselle.

« Bon et alors ce type, il a fait quoi ensuite ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2850
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Restless [PV Doryan]   Mer 27 Mar 2013 - 19:45

Une vraie tigresse. Décidément, ses amis aimaient l’appeler comme ça. C’était drôle comme cette expression revenait souvent. A chaque fois pourtant ça avait le même effet sur elle, elle se mettait à sourire, doucement, c’était agréable à entendre. Elle revoyait Cameron, comme dès leur première rencontre il l’avait rangée dans cette catégorie de fille qui montre ses griffes quand il le faut, qui ne se laisse pas faire. Depuis, il n’arrêtait pas d’utiliser ce surnom et à chaque fois, cela lui faisait autant plaisir. Cela lui donnait l’impression d’être presque dans un monde normal où l’on peut encore donner des surnoms débiles à ses amis, où on peut encore rire des traits de caractères des autres sans avoir à se catastropher à la moindre mise en danger. Elle ne savait plus trop si elle avait déjà informé Doryan du fait que celui qu’elle considérait comme son grand frère l’appelait comme ça, si c’était le fruit du hasard, c’était plutôt amusant. En même temps, il fallait bien avouer qu’elle faisait presque tout pour ressembler à cette tigresse, à force d’ouvrir sa bouche, de défendre l’injustice et de se mettre en position de combat à chaque fois qu’on l’ennuyait ou qu’on ennuyait quelqu’un devant elle, quand bien même elle savait très bien qu’elle finirait pas se faire bouffer. Elle était ainsi. Ems s’amusait à imaginer que le jour de son enterrement, Cameron et Doryan lui ferait une petite plaque en inscrivant quelque chose du style « A notre tigresse ». C’était clairement glauque comme pensée mais elle, ça l’amusait. Elle avait compris depuis un moment déjà que la mort pouvait lui tomber dessus sans prévenir, du jour au lendemain, sans qu’elle n’ait le temps de dire au revoir à qui que ce soit. Elle essayait de ne plus être triste à cette pensée, de voir cela comme quelque chose qu’elle ne pouvait pas éviter, qu’il fallait accepter sans pour autant tomber dans le désespoir. Voir la vérité en face mais continuer à avancer, continuer à se battre et ne pas sombrer dans la longue plainte pour autant. C’était sans doute ça son plus grand défi, accepter la tristesse de son destin mais garder son sourire. Tout comme Do’ qui s’efforçait en cet instant à lui sourire, à garder son humour malgré la fatigue et sans doute une douleur plus intérieure, moins visible. Ils étaient comme deux combattants du sourire au final, deux jeunes gens qui portaient fièrement l’étendard de l’humour, qui voyaient le rire comme indispensable même au sein de l’enfer. C’était peut être pour cela qu’ils avaient réussi à survivre malgré leurs séjours respectifs aux cachots, comme une force protectrice créée par la bonne humeur. Enfin, cela n’empêchait pas que, malgré tout cela, il était parfois nécessaire de revenir à des choses plus terre à terre, à un aspect bien moins réjouissant et au fait que le corps, malgré toute la bonne volonté du monde, conserve ses limites. Voilà pourquoi Ems n’avait pas pu s’empêcher de faire une petite réflexion à Doryan, n’ayant pas envie de le voir s’évanouir devant elle. Mais apparemment il n’était pas totalement décidé à aller s’occuper de son organisme, il chercha à la rassurer, comme toujours et aussi à prendre soin d’elle en même temps qu’en prenant soin de lui. Sous ses airs de déconneur de première il était clairement protecteur ce p’tit gars. Emily ne pu s’empêcher de sourire mais si son inquiétude n’avait pas disparu. Cependant, elle adepte de la liberté ne pouvait pas lui en vouloir d’avoir besoin de garder ses secrets et surtout, de ne pas vouloir l’affoler, de faire comme bon lui semblait et donc parfois de dissimuler quelques détails.


« Oh c’est vrai que ce serait sympa mais je refuse que tu prennes des risques, donc si tu vois que ça craint de piquer de la nourriture pour moi, tu t’abstiens ! »


Emily l’avait pointé du doigt, comme pour donner un air un peu plus sérieux à son avertissement. Mais au fond, elle se doutait bien que dans tous les cas, il n’en ferait qu’à sa tête. Elle avait cependant ignoré l’allusion au détail que son camarade avait à régler. La question lui brûlait pourtant les lèvres, elle avait envie de savoir, de comprendre ce dont il devait s’occuper. Mais son ton assez allusif laissait clairement entendre qu’il n’avait pas envie de s’étendre là-dessus et en cherchant à creuser, elle avait plus de chance de faire qu’il se braque qu’autre chose. Alors elle avait du réprimer sa pulsion, son envie de savoir. C’était sans doute une des choses qu’elle avait apprise ici. Emily était tellement jalouse avant qu’elle avait bien du mal à admettre que ses amis puissent lui cacher des choses, qu’ils partagent des secrets avec d’autres mais pas avec elle. Seulement, à force de vivre entre ces murs, elle avait compris que la vie était bien plus difficile qu’elle ne le pensait, que ce genre de querelles était clairement stupide. Mais aussi, elle avait appris l’importance de certains secrets, le besoin de repli et donc, autant qu’elle pouvait, elle essayait de ne plus violenter les autres, de ne plus se comporter comme une petite fille faisant un caprice quand on lui cachait quelque chose. D’ailleurs, Ems eut presque envie de rire quand Do’ lui demanda de poursuivre son récit de son aventure avec elle. Quelques années auparavant, elle aurait explosé en lui demandant pourquoi elle devait parler alors que lui restait secret. Pourtant, cette fois-ci elle se contenta de sourire et d’accéder à sa demande. Cela ne lui faisait pas mal de parler de ça, elle ne risquait rien non plus en l’évoquant alors autant le faire.

« Après s’être excusé il a proposé de me rendre un service, comme pour équilibrer la balance en quelque sorte. Je lui ai fait promettre de protéger Cameron, d’empêcher qu’il se fasse tuer parce qu’il faut avouer que cet imbécile a tendance à se mettre dans des situations délicates… »

Pas pour rien qu’ils pouvaient prétendre être frères et sœurs en même temps hein, c’était au moins un trait qu’ils avaient en commun. Mais bon, c’est plus simple de voir les choses chez les autres qu’en soi. Enfin, tout ce qu’elle espérait c’était qu’Alec tiendrait sa promesse. Même si elle savait qu’il ne pourrait pas se transformer en super héros et protéger son ami en toutes circonstances, elle espérait au moins qu’il puisse en faire un minimum. Cela l’énervait un peu de se dire qu’elle devait avoir recours à quelqu’un d’extérieur pour être sûr que ses proches aient une chance de survivre. Sombre pensée. Elle n’avait clairement pas envie de s’appesantir sur ce genre de réflexions, non vraiment pas. Aussi, si elle avait parlé sur un ton léger au début, sans que cela ne la mette mal à l’aise, elle préféra tout de même embrayer, change de sujet, s’aventurer sur un terrain de base bien plus réjouissant.

« Dis moi, quand tu seras reposé et tout, ça te dirait pas qu’on fasse un peu la fête ? J’ai entendu dire que certains parvenaient même à se procurer de l’alcool ! Je pourrais faire plus ample connaissance avec tes amis comme ça ! »

Emily servit alors un sourire angélique à Doryan. S’il parlait de ses amis, elle ne les connaissait pas vraiment, il faut dire que ce n’était pas comme s’ils avaient des tonnes d’occasion pour se réunir tous. Surtout qu’Ems savait que son identité même pouvait être dangereuse pour certains. Mais elle n’en restait pas moins curieuse et elle avait envie de se détendre. Elle ne se formaliserait pas s’il refusait mais elle conservait tout de même l’espoir qu’il accepte cette perspective de réjouissances.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Restless [PV Doryan]   Jeu 28 Mar 2013 - 21:37

Le risque fait parti de ma vie. Il est toujours présent lorsqu'on considère ,comme je le fais, la vie comme un jeu. Je perdais parfois, souvent en ce moment, mais je ne renoncerais pas à cette idée de jeu. Ce n'est rien d'autre que cela. Gagner ou perdre, les enjeux sont bien sûr différents, mais jouer fait partie de la marche à suivre. Je ne risquais pas grand chose de plus que d'habitude à rendre service à une amie, peu m'importait des conséquences et ayant ma fierté je ne suis pas près à renoncer et perdre. Un vrai sourire s'afficha sur mon visage, Emily ignorait qu'en ce moment j'aimais bien me mettre en danger. Je ne savais pas tellement d'où me venais cette idée, peut-être qu'à force de me rendre compte que je perdais plus qu'autre chose je voulais vraiment voir jusqu'où j'étais près à aller. Le danger ne m'a jamais fait peur alors ce n'est pas aujourd'hui que je reculerais. Ce n'est pas son petit air de donneuse d'ordre qui me ferait changer d'avis. Elle est vraiment mignonne quand elle essaie d'être sérieuse. Je m'approchais un peu et lui donnais un tape amicale sur l'épaule puis lui dit.

« Je n'ai jamais eu peur du danger. Ne t'inquiète pas pour moi je sais me défendre aussi. »


Je dois avouer que ce n'est pas cette phrase là que j'aurais du sortir, après tout je sorts juste de l'enfer et je ne suis pas sûr qu'elle me croit capable de me défendre encore surtout à cause de mon état pitoyable. Je dois pourtant garder la tête haute et ne pas me décourager. Je ne changerai pas ce que je suis parce que je viens de vivre l'horreur au contraire j'ai plutôt intérêt à montrer que je continu à être moi-même pour faire croire que tout va bien alors qu'au fond je me sens complètement abattu et brisé.

Le changement de comportement du serpentard à l'égard d'Emily m'étonne. Il y a vraiment des gens un peu bizarre ici, pas que cela me dérange au contraire mais il a du vraiment se sentir coupable d'avoir mal agi et je préfère ne pas imaginer ce qu'il a pu faire pour se repentir ainsi. Je connaissais de nom Cameron, cela m'inquiétait qu'elle soir un lien avec cet Alec et s'il se foutait d'elle? Si de son côté il la décevait et ne respectait pas leur échange? Je ne voulais pas qu'il lui fasse du mal.

« J'espère que tu sais ce que tu fais. Les serpentard sont connus pour être rusé et manipulateur je ne voudrais pas qu'il t'arrive quelque chose par sa faute.»


Je me sens obligé de la mettre en garde alors que parfois je ne vaut pas mieux qu'un vert et argent, pourtant je sais dans quel camp je suis à leur différence. Le fait qu'elle soit moldue m'inquiétait aussi, elle n'avait pas la même défense que nous, même si elle prétend savoir se battre, ce don je ne doute pas. Je ne veux vraiment pas qu'il lui arrive quelque chose.

Son idée de faire la fête m'étonnais, ce n'est pas quelque chose que je refuserais au contraire j'avais bien besoin de me détendre un peu quitte à boire un bon coup pour l'être. Je me fichais que se soit une mauvaise idée de boire pour oublier cette souffrance incessante mais celui que pouvait on faire d'autre?

« Ouai ça serait sympas. Il ne risque pas d'y avoir grand monde si j'amène des gens, tu sais bien que je ne suis pas aimé. »


J'avais presque oublier ce petit détail, dans ma propre maison la moitié des élèves préféraient m'éviter et dans les autres maison j'étais juste le type un peu trop imposant et malfaisant alors je doutais fort qu'on veuille de moi à une fête, mais on pouvait toujours essayer, j'avais quand même Elias, Casey et Rafael à mes côtés.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2850
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Restless [PV Doryan]   Dim 21 Avr 2013 - 19:28

Deux bêtes sauvages qui s’apprivoisent. Voilà à quoi ressembler sa relation avec Doryan. Tous deux étaient du genre à avoir leur franc parlé, à prendre des risques de manière parfois inconditionné ou du moins à prétendre n’avoir peur de rien, pouvoir domestiquer le danger dans toutes les occasions. Si cela ne pouvait de toute façon pas être pleinement vrai, ce n’était pas grave. L’important c’était que c’était ce qui, tous les deux, leur permettait d’avancer, de garder la tête haute. Il faut bien avouer que se prétendre plus fort, oser se dire prêt à tout affronter cela permettait de ne pas plonger dans un long et lent désespoir. Emily savait bien qu’elle pouvait connaître la peur et surtout que les Supérieurs pouvaient aisément avoir un grand pouvoir de décision sur sa vie. Pour autant, elle ne cessait de se montrer comme une Tigresse, comme Cameron se plaisait à l’appeler, elle ne cessait de répéter qu’elle pouvait se défendre seule contre tous les dangers. Do’ n’était certainement pas dupe, elle non plus quand il affirma de nouveau qu’il savait se défendre. Mais elle ne releva pas, elle se contenta de sourire. De toute façon, elle n’avait pas envie de penser qu’il pouvait lui arrivait malheur. C’était bien plus facile de se dire qu’il ne craignait rien, qu’il était le plus fort, que de toute façon, il pouvait tous les mettre K.O. Ems était tellement habituée à la douleur des séparations brutale que désormais, elle se prenait parfois à se plonger dans le mensonge, dans l’illusion volontaire juste pour s’apporter un peu de réconfort. Son ami était un sorcier, c’était indéniablement un avantage dans ce monde de barbares même si au final, c’était loin de régler tous les problèmes. Mais pour la jeune cracmolle c’était une protection de plus pour lui et elle avait envie de s’accrocher à ce détail. On fait ce qu’on peut, avec ce qu’on a. On se voile la face. La jeune femme était pourtant du genre à affronter la vie, à vouloir tout savoir, à refuser l’idée que l’on puisse lui mentir. Mais il fallait bien avouer que depuis son arrivée ici, elle avait compris que parfois l’esprit fermait lui-même les yeux, juste pour ne pas comprendre, juste pour ne pas affronter quelque chose de trop douloureux. Emily n’aurait jamais cru cela possible mais elle venait de découvrir la douceur de l’illusion, le bonheur de pouvoir parfois se mentir à soi-même. Le cerveau est décidément une bien belle machine, capable de tout et son contraire… Enfin, tout cela n’empêchait pas la demoiselle d’être lucide. Si elle laissait parfois son inconscient commander et masquer certains détails, il y avait certaines choses auxquelles elle faisait tout particulièrement attention. Ainsi, elle ne pu s’empêcher de sourire quand Doryan lui fit un petit avertissement à propos d’Alec, soulignant l’aspect assez fourbe des Serpentards. Elle savait se méfier mais elle trouvait cela touchant qu’il cherche ainsi à la protéger. Il était chou quand il se mettait, ce que beaucoup malheureusement ne parvenaient pas à voir. Sous ses airs de mec insupportable, il était en fait attachant et prévenant. Mais bon, en général, les gens ne voient que ce qu’ils veulent…

« T’en fais pas. Mais tu sais, j’aime pas trop m’attacher à ce genre de catégorisation des gens, regarde pour certains, je suis forcément une erreur de la nature à éliminer juste parce que mes pouvoirs n’ont pas voulu se manifester… »

Si Emily savait très bien que certains clichés avaient un fond de vérité, si elle savait bien que les descriptions des maisons correspondaient toutes d’une manière ou d’une autre aux élèves, elle n’avait pas envie d’y attacher trop d’importance. C’était assez douloureux d’être catégorisé, d’être mis dans une case et de ne pas pouvoir en sortir. Elle connaissait ça par cœur et du coup, elle essayait autant que possible de passer au-dessus de ça. Ce n’était pas toujours facile, elle devait bien l’avouer. Parfois, elle avait juste envie de rejeter des gens pour leur appartenance à la maison des verts, elle préférait les fuir que chercher à les connaître. Mais à chaque fois elle s’en voulait. Elle n’avait pas envie de faire aux autres ce qu’on lui faisait, principe de base mais pas toujours aisément applicable. Enfin, elle n’était pas là pour faire une leçon de morale à Doryan, loin de là, et n’avait donc pas envie de s’appesantir sur ce genre de sujets. La jeune femme avait donc préféré embrayer assez vite, proposant à son camarade de faire un peu la fête. Après tout, elle ne pouvait pas effacer aussi facilement que ça son petit côté pile électrique, elle ne pouvait pas renier sa tendance à vouloir toujours rire, s’amuser et pourquoi pas à l’aide d’un peu d’alcool. Et puis, ce n’était pas comme si elle avait tant de personnes avec qui elle pouvait envisager de passer ce genre de moments alors tant qu’elle en avait un sous la main, autant lui proposer. Ems fut donc ravie quand il se montra plutôt pour sa petite idée même s’il précisa qu’il risquait d’y avoir peu de monde vu la façon dont pas mal de gens le considérait. La jeune femme haussa alors les épaules avant de reprendre la parole.

« On s’en fiche. On n’a pas besoin d’être des centaines pour s’amuser et puis, autant être avec des gens vraiment cools plutôt que d’inviter plein de monde et de se retrouver avec des semi-cons. »

Emily avait décidément une drôle de façon de catégoriser les gens et en même temps, elle pensait clairement ce qu’elle disait. Ce n’était pas la peine de s’encombrer, surtout dans un monde comme le leur, surtout maintenant que chaque fréquentation pouvait être dangereuse. Si Ems n’avait pas envie de renoncer à l’amitié pour autant, elle n’avait pas non plus envie se prendre des risques pour des gens n’en valant clairement pas le coup. Et puis, s’il y avait peu de monde ce serait bien plus facile pour elle de découvrir vraiment les amis de Doryan. Et puis, elle pourrait aussi en profiter pour se lâcher un peu, ce qui n’était clairement pas un luxe.


« J’espère que tu tiens l’alcool mon chou, parce que je compte bien te tester ! »


Grand sourire, presque carnassier. Oui, un vrai petit diable cette Emily quand elle s’y mettait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité
MessageSujet: Re: Restless [PV Doryan]   Ven 26 Avr 2013 - 15:29

Je savais me défendre, la bonne blague, non sérieusement comment voulez vous qu'on se défende face aux supérieurs hein? Et puis même avec notre baguette magique on ne peut pas dire que cela nous avantage beaucoup par rapport aux moldus parce qu'a chaque fois soit ils nous la prennent soit il ne nous la laisse pas nous en servir pour que se soit plus facile pour eux sans doute. C'est de le triche et c'est complètement injuste. Je suis pourtant du genre à me défendre et à ne pas me laisser faire, mais comment voulez vous qu'on y arrive lorsqu'ils ont la main sur nous et lorsqu'ils utilisent des moyens assez barbares pour nous empêcher d'agir ? Ce n'est vraiment pas du jeu. Je finirais par me venger je peux vous l'assurer, je ne sais pas encore comment, surtout que j'ai un gros problème à régler pour le moment mais quand tout ça serait régler j'ai bien l'intention de les faire payer, je ne sais pas encore comment, mais je ne le laisserait pas avoir le dessus enfin je disais ça maintenant parce que j'étais en colère et que je me sentais impuissant mais je savais bien que je ne pouvais pas faire grand chose quand bien même j'en avais envie. Ils auraient ce qu'ils voulaient, comme toujours et je finirais par reprendre le cours de ma vie, même si j'en doutais beaucoup aujourd'hui parce que les choses étaient différentes. C'était la deuxième fois que je revenais des cachots et j'aurais préférer limite y rester plutôt que de devoir affronter la vérité en face. Je devais me séparer du seul et unique amour que j'avais sans quoi ils risquaient de s'en prendre à lui alors je vous le dis encore une fois au cas ou vous n'auriez pas bien saisi: la vie est injuste. Je reconnais que je n'ai pas été toujours tendre mais ce n'est pas drôle de me le faire payer de cette façon, je n'ai jamais été jusqu'à blesser quelqu'un, quoi que intérieurement si, mais était-ce quand même le prix à payer pour mes petites erreurs ? C'était un message que devait comprendre ou c'était seulement le destin qui s'acharnait? Je ne savais plus très bien ce que c'était et à vrai dire ça m'était un peu égal, le fait été là. Je devais me résoudre et faire ce qu'on me demandait si je ne voulais pas aggraver les choses, si vous voulez mon avis, et même si vous ne le voulez pas vous l'aurez quand même, je crois que je n'ai pas vraiment le choix, je ne vais pas risquer la vie de quelqu'un par fierté, non et puis au moins Killian pourrait se dire que je n'ai pas fait mieux qu'elle et elle pourrait me le rabâcher, mais pour le moment j'essayais de ne pas trop penser à ce que j'allais dire a Rafael parce que ça me tuait déjà rien que d'y penser. Emily avait d'autres problèmes que les miens et ça ne devait pas être facile tous les jours non plus alors de quoi je me plaignais hein ?

« Les gens sont bête et stupide laisse les faire de toute façon on sait qui a le pouvoir et qui ne l'a pas, je ne suis pas sûr que les choses changeront un jour.»


Pour qui donc disais-je cela? Pour elle ou pour moi? J'avais l'impression parfois que je devrais appliquer mes conseils pour moi, sauf que comme je suis un peu têtu et pas franchement du genre à le faire je finissais par faire n'importe quoi et par aller droit dans le mur. J'ai trop souvent jouer avec le feu et me suis brûler, je me consume même à petit feu, mais c'est assez douloureux pour que je me dise qu'il faut que j'arrête de jouer avec la vie, parce que ce n'est peut être pas un jeu finalement, c'est peut-être autre chose et que j'ai voulu la considérer comme un jeu parce que j'ai juste peur de toutes les conséquences de mes actes et qu'avant je n'avais pas de souci à me faire puisque je me sentais si invincible que je me permettais tout, mais aujourd'hui je pense que j'avais tort et que je devrais sans doute changer de refrain, reprendre de la graine et commencer à être plus compréhensible et surtout arrêter de jouer avec la vie des autres eux ne la voyait sans doute pas de cette façon. Emily restait toujours positif quoi qu'il arrive et c'était sans doute ça qui me plaisait chez elle, sa positive attitude. Je lui souris parce qu'elle avait visiblement envie de vraiment s'amuser et qu'il me faudrait sans doute aussi ça pour décompresser un peu et peut-être tourner la page sur ce qui venait d'arriver, repartir à zéro.

« Oui c'est sûr et y en a dans ce château … tu prévois de faire ça pour quand? Ce soir?»


J'espérais comme ça retarder l'échéance de mes retrouvailles avec Rafael parce que ce ne serait pas bien joyeux, je devrais mentir et je devrais aussi faire comme si de rien n'était alors je n'avais pas envie de tout suite devoir affronter ça, non il me fallait prendre des forces avant. Il allait m'en vouloir et je m'en voudrais aussi, je m'en voulais déjà d'ailleurs. Si je pouvais faire autrement, je le ferais, le problème n'était pas là, le problème était que si je ne le faisait pas l'épée de Damoclès au dessus de ma tête finirait par tomber et me transpercerait. Elle pourrait me tester autant qu'elle veut et d'ailleurs je comptais bien me laisser aller et finir peut être complètement à côté de la plaque, ça me ferait su bien sans doute.

« Tu verra princesse en tout cas, d'ici là prend soin de toi et ne fait pas trop de bêtises.»


Je lui souris et lui déposais un baiser sur la joue, oui c'était rare et c'était même la première fois que ça m'arrivait, mais je m'étais rendu compte que j'avais perdu beaucoup de temps à ne pas montrer au gens que j'aimais qu'ils comptaient pour moi, alors un peu de tendresse dans ce monde de brute ne me ferait pas de mal. Je comptais lui ramener tout de même quelque chose à grignoter parce que j'avais que ça à faire de la journée, je ne comptais pas aller en cours tout de suite parce que je n'avais pas le courage d'affronter tous les regards qui seraient posé sur moi alors autant que je fasse quelque chose d'utile.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hiboux postés. : 2850
Date d'inscription : 24/06/2010
Crédits : ECK
Double Compte : Caem Kaliayev/ Julian A. Neil/Keith M. McEwen / Ethan Llewellyn/ Zachary Disemba/ Aiyana Hopkins



Voir le profil de l'utilisateur http://impero.superforum.fr/t1201-emily-anthon#72804
MessageSujet: Re: Restless [PV Doryan]   Mer 1 Mai 2013 - 15:51

Les choses allaient changer, Emily voulait y croire. C’était là-dessus qu’elle basait son existence, sa survie. Elle allait d’ailleurs se battre pour que tout change. Mais d’un autre côté, il y a avait une chose sur laquelle elle s’accordait avec Doryan, le fait qu’il ne fallait pas faire attention à tout ce que les cons pouvaient dire. Elle avait lâché les commentaires sur son existence juste à titre indicatif, elle n’était pas du genre à se laisser ronger par cela, à fondre de désespoir juste parce qu’une bande de petits cons en mal d’égo. Elle avait assez souffert pour se rajouter de la douleur pour des conneries pareilles. Aussi, valait-il mieux se concentrer sur les réjouissances et la fête qu’elle avait bien envie d’organiser. Ems en avait marre de se priver de tous les petits plaisirs de la vie, elle avait envie de se trémousser un peu, de boire de l’alcool et d’oublier tout le reste. Alors bien sûr, ce ne serait pas facile d’organiser tout ça, d’autant plus qu’elle allait devoir faire recours à des contacts et compagnie mais bon, au moins ça l’occuperait. Après tout, à part le groupe, elle n’avait pas grand-chose à faire, non ses journées étaient plutôt vides et cela faisait d’ailleurs partie des choses qui rendaient l’existence difficile. L’ennui était un bon moyen pour rendre les gens fous. Les faire tourner en rond, faire en sorte qu’il ne puisse penser à rien d’autre qu’à leur statut de captifs. Ems voyait vraiment ça comme un moyen avilissant de dresser les gens les uns contre les autres. D’autant qu’elle était plutôt sensible à l’ennui. En tant que jeune fille débordante d’énergie, elle avait bien du mal à rester plus de deux minutes à rien faire. Si elle avait bien dû faire des progrès de ce côté depuis son arrivée ici, ce n’était pas encore l’éclate et il lui arrivait encore bien souvent de ne plus pouvoir supporter tout ça. Alors préparer une petite fête avec Doryan et ses amis serait un bon moyen de ne plus s’ennuyer, de se concentrer sur quelque chose de plutôt excitant. Emily commençait donc à tout remuer dans sa tête, où ils pourraient aller pour s’amuser, comment être sûrs de ne pas se faire attraper, qui aller voir pour avoir l’alcool et compagnie. Ce serait des problèmes logistiques mais elle avait déjà ses petites idées. Et puis, elle ne devait quand même pas oublier qu’elle allait faire la fête avec des sorciers et que donc ces derniers auraient sans doute quelques petites astuces en plus. Doryan lui demanda alors pour quand elle prévoyait d’organiser leur petite fiesta. Elle lui adressa alors un grand sourire.

« C’est quand tu veux ! Je m’occupe des préparatifs et quand toi tu veux, tu préviens tes potes, tu viens me voir et c’est parti ! »

A cet instant, la jeune femme avait une véritable tête de gamine. Elle devait bien avouer qu’il lui était difficile de cacher son enthousiasme. Après tout, l’idée de bourrer la gueule à Doryan était quand même plutôt rigolote. Elle le voyait déjà en train de tituber et de raconter des bêtises. Bon après, elle ne connaissait pas vraiment sa résistance à l’alcool et il était après tout possible que ce soit elle qui se retrouve dominée par la situation…. Non, impossible ! Ems était une warrior dans le domaine, elle avait de l’expérience même s’il fallait bien avouer que cela faisait un bout de temps déjà qu’elle ne s’était pas entraînée. Du coup, son organisme avait peut être un peu perdu l’habitude de résister à tous ces petits liquides qui avaient tendance à retourner les esprits. Mais c’était aussi ce qu’il y avait d’agréable à penser à tout ça, se dire qu’il y avait une part d’imprévu, que de toute façon, elle ne pourrait pas tout anticiper mais que ce dont elle pouvait être sûre c’était qu’elle allait bien s’amuser. Mouais, en gros, elle n’avait pas peur de grand-chose, elle avait juste envie d’y être et d’en profiter. Mais alors qu’elle venait de provoquer Do’ en lui faisant comprendre qu’elle avait l’intention de bien le faire boire, ce dernier lui fit comprendre qu’il ne lui révélerait pas ses petits secrets et qu’elle verrait bien sur le moment s’il était résistant ou pas. Puis, il lui demanda de faire attention à elle et lui déposa un baiser sur la joue. Sur le coup, la jeune femme fut assez surprise. S’il s’amusait à lui donner des petits surnoms affectueux, il n’avait jamais été aussi tendre par les gestes, il était plutôt réservé dans l’expression de ses sentiments d’habitude, préférant ne rien dire, préférant se cacher derrière l’humour. Mais d’un autre côté, Ems n’allait pas s’en plaindre, elle était plutôt touchée par son petit geste qu’elle trouvait adorable.

« T’en fais pas, je ne compte pas mourir avant de t’avoir bourré la gueule même si je ne peux pas te promettre d’être sage comme une image ! »

Oui, ça elle ne pouvait vraiment pas le promettre. Et en même temps, elle osait croire que c’était aussi pour cela qu’on l’appréciait, pour son petit côté fou, pour son besoin de remuer en permanence et d’aller toujours fourrer son nez un peu partout. Elle ébouriffa alors les cheveux de Doryan avant de se décider à quitter la pièce en lui souriant. Elle allait devoir commencer en préparer la petite fête parce que si Doryan venait la voir dès le soir pour s’amuser, elle ne pouvait pas faillir à sa promesse. Elle décida donc de partir à la recherche de l’alcool, jouant sur ses contacts notamment ceux qui lui permettait d’avoir accès aux cigarettes. Finalement, c’était une bonne journée, une de plus qu’elle avait affrontée et qu’il ne se soldait pas par une dose de désespoir mais plutôt par une bonne dose de bonne humeur.

~Fin~

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Restless [PV Doryan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Restless [PV Doryan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ✖ restless heart syndrome
» « L'égo restera seul. » | Casey & Doryan & Caitlyn
» I'm walking away ... ▬ Doryan
» Doryan de Lockwood
» Travel notes from a restless vagabond [ Carnet de bord de Seiichi Hasegawa ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium™ :: Poudlard & ses alentours :: Hogwarts' Inside :: Quatrième Etage. :: Salle d'étude des non magiciens-
Sauter vers: